Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie II – Les royaumes de l’âge de Fer : approches topographiques et archéologiques

Salamine de l’époque géométrique à la fin de l’époque classique : les espaces urbains

Sabine Fourrier

Résumé

S’appuyant sur les archives de la mission archéologique française de Salamine, cet article étudie les différents espaces urbains et périurbains explorés par les fouilles et en retrace l’occupation de l’époque géométrique à la fin de l’époque classique. La comparaison avec d’autres sites permet de s’interroger sur les continuités et les ruptures qui marquent l’histoire de la ville.

Texte intégral

  • 1 Munro, Tubbs 1891.

1De 1964 à 1974, une mission française de l’Université de Lyon, dirigée par Jean Pouilloux puis Marguerite Yon, a effectué des fouilles extensives à Salamine, sur la côte orientale de l’île de Chypre. À quelque distance au sud de la zone où le Département des Antiquités dégageait alors des monuments publics d’époque romaine (gymnase, bains, théâtre, amphithéâtre), la région dévolue à l’équipe française s’étendait sur une vaste surface vallonnée, recouverte de dunes de sable sur son flanc est, et parcourue de sentiers forestiers (fig. 2). Des explorations antérieures, notamment celle du Cyprus Exploration Fund en 1890, avaient établi la topographie générale du site et repéré les vestiges les plus importants1 (fig. 1). Le matériel recueilli attestait une occupation longue mais inégalement documentée selon les secteurs. L’emprise de la ville avait varié, jusqu’à devenir une modeste bourgade, enserrée dans un rempart édifié au viie s. apr. J.-C. (« Late wall » sur la fig. 1), au moment des raids arabes.

Fig1 — Plan de Salamine relevé par la mission britannique en 1890. Au nord, l’emplacement du gymnase (site « B ») ; au sud, ceux de la basilique de la Campanopétra (site « E » : « Campanopissa ») et du sanctuaire de Zeus (site « C » : « Agora »).

Fig1 — Plan de Salamine relevé par la mission britannique en 1890. Au nord, l’emplacement du gymnase (site « B ») ; au sud, ceux de la basilique de la Campanopétra (site « E » : « Campanopissa ») et du sanctuaire de Zeus (site « C » : « Agora »).

D’après Munro, Tubbs 1891, pl. V.

2 

Fig 2 Photographie aérienne du site de la ville vers l’est, prise dans les années 1960. 1 : Tombe I ; 2 : Temple de Zeus ; 3 : Résidence byzantine dite « l’huilerie » ; 4 : Basilique de la Campanopétra ; 5 : « Sanctuaire » ; 6 : Rempart ; 7 : Daimonostasion.

Fig 2 — Photographie aérienne du site de la ville vers l’est, prise dans les années 1960. 1 : Tombe I ; 2 : Temple de Zeus ; 3 : Résidence byzantine dite « l’huilerie » ; 4 : Basilique de la Campanopétra ; 5 : « Sanctuaire » ; 6 : Rempart ; 7 : Daimonostasion.

Mission française de Kition et Salamine.

  • 2 Isocrate, Nicoclès 28. Sur la fondation de Salamine et Teucros, voir Christodoulou 2014.

3L’objectif de la mission française était de fouiller une cité grecque de Chypre, la ville d’Évagoras, ce roi qui avait reçu le privilège rare de la citoyenneté athénienne. Le modèle n’était pas inventé. Le récit mythique de la fondation de Salamine par Teucros, rapporté par Isocrate, est un récit de fondation coloniale grecque : le héros, à la tête d’une troupe de colons, établit la ville et distribue la terre2. Les travaux, réalisés en plusieurs points du site, ont pourtant montré que le modèle importé n’était pas efficace pour interpréter les vestiges mis au jour. Malgré la découverte d’abondants dépôts mobiliers (en position secondaire), datables de l’époque classique, la ville d’Évagoras reste inconnue. Salamine ne s’est pas développée graduellement à l’intérieur d’un espace urbain délimité dès l’origine : il y a eu des ruptures, des déplacements.

  • 3 Les archives de la mission lyonnaise de Chypre (Kition et Salamine) ont été récolées et classées pa (...)

4Les fouilles françaises ont porté sur différents secteurs (fig. 2) : la tombe I et le temple de Zeus à l’ouest ; une résidence byzantine au nord ; une basilique paléochrétienne à l’est, sur le plateau du bord de mer. Au sud du sanctuaire chrétien, un ensemble bâti était en cours de dégagement en 1974 : il a été interprété comme un sanctuaire géométrique et archaïque. Il était adossé à un rempart qui suivait la ligne de crête. Seize volumes ont paru dans la série Salamine de Chypre (1969-2004) : catalogues par catégorie d’objets, corpus de textes et études de monuments. Les archives primaires de la fouille française de Salamine (carnets, inventaires, relevés, dessins, photographies, diapositives), qui sont conservées à la Maison de l’Orient, à Lyon, constituent une documentation, en partie inédite, qui est en cours de numérisation3. Or, la numérisation offre des possibilités d’exploitation des archives selon des perspectives nouvelles, des questionnements autres que ceux qui ont présidé à leur constitution. Elle permet notamment de replacer les objets dans leur contexte original de découverte, de rompre les catégories typologiques pour retrouver les assemblages archéologiques. Je propose donc de reprendre ici la question de la topographie de Salamine à l’époque des royaumes, en m’appuyant essentiellement sur les archives de la fouille française et en les interrogeant à la lumière de recherches récentes portant sur d’autres villes chypriotes. Il convient de souligner que ce travail, de longue haleine, est loin d’être abouti : je m’en tiendrai à des observations, et aux remarques que ces dernières suscitent.

Les ensembles topographiques

5On peut reconnaître différents ensembles topographiques, dont l’identification et les limites sont tributaires de l’avancement des travaux au moment de l’interruption des fouilles en 1974.

Les nécropoles

  • 4 Pour la découverte et la description de la fouille, Yon 1971, p. 1-7.
  • 5 Pour cette datation, qui révise celle qui a été proposée dans la publication initiale, voir Georgia (...)
  • 6 L’hypothèse d’une réutilisation de la tombe (selon une pratique largement attestée à Chypre, et not (...)

6On doit au hasard la découverte de la plus ancienne tombe connue de Salamine. En 1965, deux soldats de l’armée chypriote, descendus dans le puits d’une maison romaine, située immédiatement au sud du temple de Zeus, en remontèrent des vases entiers d’époque géométrique4. Le puits n’avait pas traversé la chambre funéraire, mais les parois en avaient été progressivement rongées, conduisant finalement au glissement de certains vases dans le puits. Le plafond de la chambre était effondré. La fouille a progressé sous les niveaux de la maison romaine, qui avaient perturbé la stratigraphie antérieure. Le matériel, particulièrement riche, comprenait des vases attribuables aux classes I et II5. Malgré l’identification d’un seul squelette, il est probable que la tombe était collective. En usage aux xie-xe s. av. J.-C., elle avait été réutilisée au chypro-archaïque I : cela explique la présence, au sein du dépôt, de deux vases Red Slip et de trois lampes-coupelles Plain White, datables du viie s. av. J.-C6.

  • 7 Marguerite Yon signale la découverte d’une autre tombe, contemporaine, dans le sondage Z (Yon 1971, (...)
  • 8 Yon 1971, p. 1.
  • 9 Karageorghis 1967b, 1970, 1973c et 1978.
  • 10 Pour les relations entre les deux nécropoles, voir également Blackwell 2010.
  • 11 Rupp 1988.
  • 12 Isocrate, Évagoras 1. Voir Christodoulou 2014, qui suggère que le tombeau d’Évagoras se trouvait pe (...)
  • 13 La datation de la tombe de la Phanéroméni n’est pas assurée. Celle de la rue du roi Constantin, réc (...)
  • 14 C’est dans cette zone qu’ont été mis au jour récemment des sarcophages de marbre exceptionnels : Ge (...)

7La tombe est, en l’état actuel des recherches, isolée7. Toutefois, la présence de tessons géométriques et archaïques dans les remblais romains de la zone semble indiquer l’existence d’autres tombes8. On peut donc raisonnablement supposer qu’une nécropole géométrique et archaïque se trouvait dans cette région. Elle était, dans ses phases les plus récentes, contemporaine des tombes installées plus à l’ouest de la ville : tombes construites de la nécropole royale et tombes creusées dans le rocher de Cellarka9. Ces deux nécropoles ne sont d’ailleurs que partiellement contemporaines : la nécropole « royale » date essentiellement des viiie-viie s. av. J.-C., les tombes de Cellarka surtout des vie-ive s. av. J.-C.10. Il est remarquable qu’aucune tombe construite d’époque classique n’ait été découverte à Salamine : non pas parce que les tombes royales classiques étaient moins visibles, mais sans doute parce qu’elles étaient localisées ailleurs. De fait, il me paraît douteux de conclure que les tombes construites et les somptueuses mises en scène funèbres aient été un phénomène historique limité, lié à une génération de « parvenus »11. Certes, les honneurs funèbres rendus à Évagoras étaient sans doute tout à fait exceptionnels, et ils l’assimilaient à un héros fondateur12. Mais on connaît, ailleurs, de tels déplacements : la nécropole « royale » de Kition se trouvait probablement au sud-ouest de la ville à l’époque archaïque13, les tombes construites d’époque classique étaient situées plus au nord, dans la zone de l’église du Sauveur (aujourd’hui Métropole)14.

  • 15 Calvet 1980.
  • 16 Karageorghis 1970, p. 231-232. Les contenants étaient, en l’occurrence, des jarres et des amphores (...)
  • 17 Par exemple, Karageorghis 1970, p. 7, no 10 (Tombe 6) ; p. 15 (Tombe 9), etc.

8Une autre catégorie de tombes, très spécifique, est bien attestée à Salamine : il s’agit d’enchytrismes, réservés à de très jeunes enfants et des périnataux15 (fig. 3). La plupart ont été découverts dans la zone du rempart, le plus souvent du côté interne, quelques-uns du côté externe. Un exemple provient d’un sondage profond sous la basilique de la Campanopétra. Tous les contenants étaient des amphores de transport levantines. L’enchytrisme le plus ancien paraît dater du xie s. av. J.-C. La limite chronologique inférieure est plus difficile à établir. Il apparaît en tout cas qu’aucun enchytrisme n’a été mis au jour dans un niveau archaïque. Quelques enchytrismes sont également connus dans la nécropole de Cellarka16. Ils étaient placés dans de petites fosses creusées dans la partie supérieure du comblement des dromoi et, dans un cas, dans le rocher. D’après le fouilleur, ces tombes d’enfants étaient associées aux inhumations placées dans les chambres des tombes collectives : on peut donc supposer qu’elles étaient contemporaines du dernier usage de la tombe (et du remblaiement du dromos qui conduisait à la chambre). Si tel est bien le cas, les plus anciens enchytrismes de Cellarka pourraient dater du vie s. av. J.-C.17. Il s’agirait alors d’une vraie rupture topographique : les dépouilles des très jeunes enfants (du moins de certains d’entre eux, car le nombre d’enchytrismes retrouvé, pour toutes les époques, est très réduit par rapport au taux probable de la mortalité infantile) ont quitté l’espace de la ville pour intégrer celui, périurbain, des nécropoles. Quand ce déplacement a-t-il eu lieu ? Les découvertes de Cellarka fournissent un terminus ante quem, elles ne permettent toutefois pas de combler le hiatus de la documentation entre le ixe et le vie s.

Fig 3 — Fouilles de la ville : enchytrisme.

Fig 3 — Fouilles de la ville : enchytrisme.

Mission française de Kition et Salamine.

Le rempart

9Comme les nécropoles, toujours situées à l’âge du Fer hors des zones d’habitat, l’existence d’un rempart témoigne d’une différenciation des espaces.

  • 18 Jehasse 1980.
  • 19 Voir le rapport dans la « Chronique » du BCH 95 (1971), p. 396.

10Un rempart a été identifié au sud de la basilique de la Campanopétra, sur une ligne de crête qui borde le plateau18 (fig. 4). Son tracé, qui conditionne l’orientation des bâtiments situés immédiatement au nord (et même, à l’époque paléochrétienne, celui de la basilique de la Campanopétra), suit dans sa partie méridionale un axe sud-ouest/nord-est. Il a été mis en évidence sur près de 70 m de long. Ses limites ne sont pas connues vers le sud-ouest. En revanche, un retour probable a été identifié dans un sondage profond réalisé dans le carré L IV/γ 7, dans la cour située à l’est de l’église de la Campanopétra19.

Fig.4 — Carroyage et relevé simplifié de la fouille française.

Fig.4 — Carroyage et relevé simplifié de la fouille française.

Mission française de Kition et Salamine.

  • 20 Jehasse L. 1978, p. 3. Sur le rempart archaïque, voir également Balandier 2000, p. 171. Je ne vois (...)
  • 21 La datation repose pour l’essentiel sur celle de la céramique à vernis noir : Jehasse L. 1978.

11Le rempart avait la forme d’une banquette de terre à brique tassée, à armature de pierres. Large de 6 m à la base, il reposait sur le rocher. Le premier état peut être daté de l’époque géométrique. Sans doute à l’époque archaïque, on a édifié des épis perpendiculaires qui délimitaient des caissons et renforçaient la muraille au sud. L’interprétation des niveaux supérieurs est plus délicate : une énorme masse de déblais, d’époques diverses, recouvrait les vestiges. Au nord, une rue, qui desservait des bâtiments, a été dégagée : ses niveaux s’appuyaient contre le rempart. Le dernier état en est datable de la fin de l’époque archaïque, lorsque la zone est abandonnée. Aucun indice stratigraphique sûr n’apparaît au sud. Il semble toutefois que les pierres des caissons archaïques aient été récupérées dès l’époque classique ou hellénistique20. Les caissons contenaient un remblai rempli de matériel divers, antérieur au milieu du iie s. av. J.-C.21.

  • 22 Munro, Tubbs 1891, p. 91-95.
  • 23 Munro, Tubbs 1891, p. 92-93. De là proviennent plusieurs dédicaces alphabétiques à Zeus Sôter. Voir (...)
  • 24 Jehasse 1980, p. 151.
  • 25 Jehasse L. 1978, p. 3.

12À 20 m environ au sud du rempart, les fouilles ont dégagé une dépression profonde, au moins en partie naturelle, dominée par le rocher sur ses côtés ouest, nord et est. Elle avait été explorée en 1890 par les Britanniques, qui avaient noté la présence d’une citerne romaine et de céramique ancienne22 (fig. 1, site marqué « D »). L’abondant matériel retrouvé à cette occasion, sans stratigraphie aucune, provenait, selon eux, d’un sanctuaire situé à proximité23. Cette dépression, tapissée de murs de briques, contenait deux espaces distincts, deux « cours » comblées à des dates différentes : la première aurait été détruite au cours du vie s. av. J.-C. (elle était scellée par une couche de cendres de près de 2 m d’épaisseur) ; la seconde avait été comblée par plusieurs couches successives, dont la dernière ne serait pas postérieure au milieu du iie s. av. J.-C.24. Il pourrait s’agir d’un bastion fortifié défendant un accès au rempart depuis le sud (peut-être pour renforcer une porte)25.

  • 26 Monloup 1984, p. 15 et 1994, p. 12-13.
  • 27 Masson 1987, p. 14, n° 20, pl. I.
  • 28 Calvet, Yon 1977.
  • 29 Voir le rapport dans la « Chronique » du BCH 93 (1969), p. 541-542 : chapiteau d’ante, fragment de (...)

13Les objets recueillis dans les différents comblements signalent certainement la présence d’un ou de plusieurs sanctuaires à proximité : c’est de là que proviennent la plupart des figurines de terre cuite archaïques et classiques publiées26, mais aussi des fragments de vases à vernis noir à graffite syllabique ti-wo (dédicaces à Zeus ?)27, de nombreuses céramiques importées de Grèce de l’Est28, ainsi que plusieurs éléments architecturaux de style ionique (édifice sacré ?)29.

Le « sanctuaire »

14C’est l’appellation qui a été donnée à un ensemble construit partiellement dégagé au nord du rempart (fig. 4 et 5). La fouille a surtout porté sur la zone sud-ouest, où différents indices ont suggéré la présence d’un sanctuaire géométrique et archaïque. Les bâtiments étaient desservis par une rue, qui longeait le rempart.

Fig.5 — Vue générale de la fouille du « sanctuaire » vers le nord-est. « Autel » de brique et « mur-écran ».

Fig.5 — Vue générale de la fouille du « sanctuaire » vers le nord-est. « Autel » de brique et « mur-écran ».

Mission française de Kition et Salamine.

  • 30 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 90 (1966), p. 347-348 ; BCH 91 (1967), p. 326- (...)
  • 31 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 92 (1968), p. 326 ; BCH 95 (1971), p. 396.
  • 32 Argoud, Callot, Helly 1980, p. 7. Sur ce niveau ont été retrouvés des restes de murs et un foyer. L (...)

15Les limites de l’ensemble sont difficiles à cerner. Un long mur nord-sud, qui passe dans le carré K V/η 5, constituerait la limite orientale du sanctuaire aux époques géométrique et archaïque. Au nord-est, l’édifice serait bordé par une grande cour. Mais d’autres bâtiments existaient sur le plateau : deux sondages stratigraphiques étroits dans le prolongement ouest de la ligne de rempart (sondages D et Z) ont révélé des niveaux construits datables des périodes géométrique et archaïque30 ; une fouille dans la région est (carrés L V/α-β 6) a mis en évidence des murs et une succession de sols géométriques et archaïques ; des sondages profonds sous la basilique de la Campanopétra ont montré que les murs de l’édifice chrétien reposaient en partie sur des murs archaïques, auxquels succédait une stratigraphie continue, jusqu’au rocher31. Enfin, plus au nord, une tranchée exploratoire à l’est de l’abside de la résidence byzantine dite « Huilerie » a révélé, sous les niveaux romains et paléochrétiens que supportait un remblai, un niveau construit de l’époque archaïque32. Ce dernier marquait la dernière phase d’occupation pré-romaine. Il était précédé d’autres niveaux d’occupation, dont le plus ancien est peut-être datable du début de l’époque géométrique.

16Les explorations, quoique fragmentées, permettent deux constats. Tout d’abord, l’orientation des murs est constante. Elle indique l’existence d’une trame, selon un axe sud-ouest – nord-est, qui est mise en place dès le début de l’époque géométrique et qui conditionne même l’implantation des monuments postérieurs (temple hellénistique de Zeus, basilique paléochrétienne de la Campanopétra). Par ailleurs, la stratigraphie mise en évidence est partout la même : sous les niveaux d’occupation tardive (romaine et byzantine), un remblai mêlé contenant du matériel archaïque à hellénistique (sans sol) recouvre des niveaux d’occupation archaïques puis géométriques (murs et sols associés). Des bâtiments couvrent donc le plateau de la Campanopétra dès l’époque géométrique, peut-être même dès le xie s. Ils connaissent plusieurs remaniements au cours des xe-vie s. av. J.-C., que signalent plusieurs niveaux de sols superposés. L’ensemble paraît abandonné vers la fin du vie s. pour n’être réoccupé qu’à l’époque romaine puis byzantine.

  • 33 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 94 (1970), p. 266-268 ; BCH 97 (1973), p. 684- (...)

17Les fouilles intensives menées dans la partie sud-ouest, dans ce qui a été interprété comme un sanctuaire, confirment et précisent ces observations. Une même succession stratigraphique apparaît dans tous les carrés explorés33 :

  • La première phase d’occupation est géométrique. Elle comprend plusieurs niveaux d’usage, dont le plus ancien repose sur le rocher. Des vases ont été retrouvés en place (fig. 6-7). L’un des sols portait l’empreinte d’un dallage (dont les plaques ont été récupérées). Il s’agissait donc, dès le début, d’un établissement qu’on ne peut sans doute pas qualifier de monumental, mais du moins d’une qualité de construction soignée.

Fig. 6 — « Sanctuaire ». Sol géométrique avec empreinte de dallage et amphore culinaire (Sal. 7230) en place.

Fig. 6 — « Sanctuaire ». Sol géométrique avec empreinte de dallage et amphore culinaire (Sal. 7230) en place.

Mission française de Kition et Salamine.

18 

Fig. 7 — « Sanctuaire ». Amphore culinaire de type égéen, datable des xie - xe s. av. J.-C., Sal. 7230.

Fig. 7 — « Sanctuaire ». Amphore culinaire de type égéen, datable des xie - xe s. av. J.-C., Sal. 7230.

Mission française de Kition et Salamine.

192) La deuxième phase peut être datée de la fin du Chypro-Géométrique III – début du Chypro-Archaïque I (fin du ixe-première moitié du viiie s.). Elle s’achève par une destruction violente : une épaisse couche de cendres sépare partout les niveaux géométriques des niveaux archaïques postérieurs.

203) La troisième phase représente la dernière période de fréquentation du sanctuaire. Elle comprend au moins trois sols successifs. Sur l’un d’entre eux, une base de pilier était encore en place. Le dernier sol (datable de la seconde moitié du vie s.) est très mal documenté. Une période de déclin a vraisemblablement précédé l’abandon du sanctuaire, vers la fin du vie s.

214) Cet abandon est de longue durée. Les premières traces postérieures à l’époque archaïque sont hellénistiques, mais elles ne documentent pas une occupation : il s’agit de tranchées de récupération des blocs des bâtiments, tranchées qui ont ensuite servi de dépotoirs.

225) À l’époque byzantine, enfin, la zone est une nécropole : des tombes à ciste sont placées dans des fosses qui ont souvent entaillé profondément les couches, parfois jusqu’aux niveaux géométriques.

  • 34 BCH 97 (1973), p. 685.
  • 35 Caubet, Fourrier, Yon 2015, p. 278, no 4-1 et p. 82, fig. 45.

23Comment interpréter cet ensemble ? Le mobilier recueilli est abondant. Il comprend des figurines de terre cuite et une grande quantité de céramiques, dont de belles séries d’importations grecques (notamment des « coupes ioniennes »). De nombreuses fosses étaient remplies de matériel : l’un de ces bothroi, plein de terre cendreuse et daté du vie s., contenait plus de 250 vases (fig. 8). Certains aménagements semblent cultuels : ainsi un « autel » de briques en fer à cheval, qui était recouvert de cendres34 (phase 2) et une vasque en calcaire (fig. 9), tout à fait similaire à celle qui a été mise en jour sur un sol archaïque du sanctuaire de Kition-Bamboula35. D’autres trouvailles suggèrent la présence d’ateliers : foyers, fours, cuvettes, broyeurs, pesons…

Fig 8 — « Sanctuaire ». Coupe dans un bothros.

Fig 8 — « Sanctuaire ». Coupe dans un bothros.

Mission française de Kition et Salamine.

24 

Fig.9 — « Sanctuaire ». Vasque Sal. 7250 en place sur un sol archaïque.

Fig.9 — « Sanctuaire ». Vasque Sal. 7250 en place sur un sol archaïque.

Mission française de Kition et Salamine.

L’évolution de la topographie urbaine : quelques réflexions

25Il est possible, à partir de ces quelques observations, de proposer quelques remarques générales, et de les adosser à une réflexion plus large sur l’évolution de la topographie de Salamine, en la comparant à celle d’autres capitales de royaumes chypriotes.

La ville de Salamine à l’âge du Fer

  • 36 Yon 1985, p. 205.

26Des marqueurs urbains autorisent à qualifier de ville l’établissement de Salamine, dès les premiers niveaux géométriques. En effet, dès cette époque, une nécropole est installée à l’ouest de la zone habitée. Seule la Tombe I a été fouillée, mais elle appartenait vraisemblablement à un cimetière, dans une zone qui n’est pas urbanisée avant le iie s. av. J.-C. (lorsqu’y est implanté le temple de Zeus) : « une telle nécropole au milieu du xie s. doit correspondre à une agglomération déjà établie, et non à la présence de quelques pionniers »36. La dernière utilisation de la Tombe I, au viie s. av. J.-C., fournit un terminus post quem : on ne sait pas quand la nécropole a cessé d’être en activité. Quoi qu’il en soit, la permanence fonctionnelle des espaces urbains est, à Salamine comme dans les autres capitales de royaumes (Palaepaphos, Amathonte, Kition), remarquable.

  • 37 Pour reprendre l’expression de J. Pouilloux dans Karageorghis 1971, p. 398.
  • 38 Iacovou 2013d.

27Autre marqueur urbain, un rempart délimitait une zone habitée. Son tracé n’est assuré qu’au sud et à l’est, où il faisait retour. Il enserrait probablement le plateau de la Campanopétra, peut-être jusqu’à « l’huilerie » au nord-ouest, où une stratigraphie similaire a été repérée dans un sondage profond (fig. 2). À l’intérieur de la muraille, que longeait une rue, une trame apparemment régulière, d’orientation constante, organisait l’espace. Il n’est pas sûr que « cette manière d’acropole »37 constituât toute la ville de Salamine. Les recherches récentes menées par l’Université de Chypre à Palaepaphos tendent à montrer un habitat fragmenté, établi sur une série de plateaux occupés à des périodes différentes, et non pas une trame urbaine continue38. La ville de Palaepaphos ne s’est pas développée graduellement à partir d’un noyau urbain, elle n’est pas née de la réunion d’habitats dispersés, elle n’a pas été établie ex nihilo dans un cadre préconçu qui restera le même tout au long de son existence. Les ressemblances entre la ville ancienne de Palaepaphos et la ville nouvelle de Salamine sont nombreuses. Ni développement par extension progressive depuis un établissement de pionniers, ni synœcisme par regroupement de villages, ni fondation coloniale : il faut, me semble-t-il, renoncer aux modèles importés et privilégier l’observation.

28L’exploration a été trop partielle pour comprendre précisément la fonctionnalité des espaces urbains. Sur le plateau qui dominait l’estuaire du Pédiéos, où se trouvait probablement un port, l’établissement de la Campanopétra comprenait un ou des lieux de culte, des ateliers, peut-être un habitat, dont certaines parties de construction soignée (dallage, base de pilier).

Déplacements et ruptures

  • 39 Yon 2009.
  • 40 Yon 1980b, p. 98 et Yon 2009, p. 301 ; mais les graffites syllabiques portant peut-être une dédicac (...)
  • 41 Le chapiteau aux taureaux, aujourd’hui au British Museum et daté de la première moitié du IIIe s., (...)
  • 42 Comme le suggère Yon 1993, p. 146.

29Vers la fin du vie s. av. J.-C., le plateau est abandonné. Suivant le témoignage de la topographie sacrée, M. Yon a suggéré que le sanctuaire principal de la ville, consacré à Zeus, s’était déplacé au cours du temps39 : d’abord localisé au sud de la Campanopétra, il aurait été situé, à l’époque classique et à la haute époque hellénistique, dans la zone du Daimonostasion où se serait également trouvé le palais royal40, puis, à partir de la seconde moitié du iie s. av. J.-C., plus à l’ouest, à l’emplacement du temple hellénistique et romain de Zeus41. L’hypothèse de déplacements progressifs suit de façon raisonnable la documentation archéologique, mais elle n’en demeure pas moins difficile. On ne peut pas expliquer l’abandon du sanctuaire de la Campanopétra par le seul besoin d’agrandir le lieu de culte ou de l’embellir42. De fait, ce n’est pas le seul sanctuaire, mais l’ensemble de l’établissement situé sur le plateau qui est abandonné : il ne s’agit pas d’un agrandissement de la ville primitive, qui déborderait de ses remparts, il s’agit d’une reconfiguration complète de la topographie urbaine.

  • 43 Callot 2004, p. 149.

30La rupture topographique est réelle, et non pas due à un manque de visibilité archéologique. Cette dernière hypothèse a été émise par O. Callot, qui suppose que les travaux colossaux entrepris pour l’édification de la Campanopétra ont nécessité un terrassement de toute la zone, et donc l’oblitération des niveaux classiques à romains43. Toutefois, comment expliquer l’absence de structures en creux (fosses, tranchées, etc.), alors que celles de l’époque hellénistique ont été bien conservées ? Le fait même qu’on ait pu faire des tranchées à l’époque hellénistique pour récupérer les pierres des murs archaïques prouve que ces derniers étaient toujours accessibles et non pas recouverts par une occupation classique.

  • 44 Dans le rapport publié dans la « Chronique », BCH 95 (1971), p. 398.
  • 45 Diodore de Sicile, XII 4.
  • 46 Isocrate, Évagoras 30.
  • 47 Isocrate, Évagoras 47.
  • 48 Christodoulou 2014.

31Après la fin du vie s. donc, et jusqu’à l’époque romaine tardive, le plateau reste inoccupé, fréquenté seulement à l’époque hellénistique pour récupérer les pierres des constructions anciennes. Pourquoi cet abandon ? J. Pouilloux évoquait une possible « consécration »44. La ville classique, si on la localise dans la zone du Daimonostasion, est en dehors de la ville géométrique et archaïque, sur un autre plateau, séparé du premier par un petit vallon. Elle est dans d’autres murs, ceux qu’assiègent les Athéniens conduits par Cimon45, ceux qu’ensuite Évagoras arrive à forcer pour prendre le palais royal46. L’action édilitaire du roi, que loue Isocrate47, s’exerce ailleurs que sur le site de la ville primitive. Sans doute Évagoras peut-il être considéré comme un nouveau fondateur de Salamine48, mais les changements de topographie urbaine lui sont antérieurs.

  • 49 En supposant, par exemple, un impact de la révolte ionienne. En effet, aucune destruction ne précèd (...)
  • 50 Gjerstad et al. 1935, p. 626-628.
  • 51 Fourrier 2013, p. 106-107, avec références.
  • 52 Munro, Tubbs 1891, p. 97-99 (« site G »). Les fouilleurs britanniques mentionnent des « débris » et (...)

32Il serait prématuré, en l’état d’avancement des recherches, de tenter de lier ces transformations avec des événements historiques49. Mais on peut suggérer quelques rapprochements. À Idalion, le sanctuaire d’Athéna, situé sur le sommet de l’acropole d’Ambelleri, est abandonné (vers 470 selon E. Gjerstad) et le site n’est plus jamais réoccupé. Les fouilleurs suédois avaient supposé que le culte d’Athéna, grande déesse d’Idalion, avait été aboli par les nouveaux maîtres phéniciens : une fois la ville conquise, le culte de la déesse protectrice du royaume indépendant aurait été « interdit »50. Pourtant, des dédicaces royales à Anat prouvent que les rois de Kition et d’Idalion ont repris et favorisé ce culte, qui légitimait leur souveraineté51. À Salamine comme à Idalion, un sanctuaire est abandonné, mais pas le culte de la divinité à laquelle il était consacré. Un autre sanctuaire de Salamine, périurbain cette fois, est d’ailleurs sinon abandonné, du moins transformé vers la fin de l’époque archaïque : c’est du moins ce que suggère le bothros de Toumpa. Exploré par les Britanniques, le site de Toumpa a livré une grande quantité de statuettes de terre cuite et quelques céramiques (dont des importations grecques), dont aucune n’est apparemment postérieure au vie s., voire au milieu de ce siècle52. La qualité des offrandes recueillies (statuettes de dimensions parfois naturelles, richement décorées) révèle l’existence d’un sanctuaire consacré à une divinité masculine, fréquenté par l’élite du royaume : un autre sanctuaire de Zeus ?

  • 53 Maier, Wartburg 1985a, p. 106-107 (Hadjiabdullah), p. 107-108 (Kaminia), p. 113-119 (Evreti, Asprog (...)

33Palaepaphos offre un autre point de comparaison, déjà évoqué. Le plateau de Marchello paraît délaissé vers la fin de la période archaïque. L’occupation semble se déplacer, à l’époque classique, vers la région située à l’est du village moderne de Kouklia53. Topographie fragmentée, micro-déplacements d’un plateau à l’autre, voilà des traits récurrents qui dessinent peut-être un type d’urbanisme propre aux villes capitales de royaumes chypriotes à l’âge du Fer, du moins à certaines d’entre elles.

  • 54 Il a été interprété comme une rampe, établie par les Perses lors du siège de la cité : les assailla (...)
  • 55 Voir en dernier lieu Hermary 2015, qui évoque également ces rapprochements entre Salamine et Amatho (...)

34Autre signe de rupture, et autre motif de rapprochement, avec Palaepaphos encore, mais aussi avec Amathonte : c’est l’énorme dépôt votif découvert dans la zone au sud du rempart, qui comblait une dépression du rocher. Les données de la fouille sont très partielles, trop pour comprendre la nature du site. Il semble toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un dépotoir (c’est-à-dire d’un dépôt ouvert, constitué progressivement, par ajouts successifs pendant une longue période) mais de dépôts clos, constitués en une seule fois (d’abord vers la fin de la période archaïque, ensuite vers le iie s. av. J.-C.). Le rapprochement avec le dépôt de la « rampe des Perses » de Palaepaphos est tentant54. On peut également évoquer le comblement du « silo » et celui de la Terrasse Ouest, respectivement dans la ville basse, contre la face externe du rempart, et sur l’acropole d’Amathonte55. Palais ou sanctuaire ? La question du lieu d’origine du matériel se pose aussi bien pour Palaepaphos-Marchello que pour Amathonte. Aucun argument décisif ne permet d’y répondre définitivement. Elle mérite d’être soulevée à propos du dépôt au sud du rempart méridional de Salamine.

35Il serait bien téméraire de prétendre conclure à l’issue de cette série d’observations et de remarques. Beaucoup de questions restent en suspens, mais les archives de la mission française de Salamine sont loin d’avoir été complètement exploitées. Il reste non seulement beaucoup d’inédits, mais aussi une documentation abondante qui peut être envisagée selon de nouveaux axes de recherche, issus des résultats de fouilles ou de travaux récents portant sur d’autres sites.

36Continuités, transitions et ruptures : le thème de la rencontre offre une grille de lecture particulièrement pertinente pour appréhender la topographie de la ville de Salamine à l’âge du Fer. Les continuités sont indéniables : Salamine est constamment occupée depuis le xie s. av. J.-C., jusqu’aux viie-viiie s. apr. Et elle reste, tout au long de cette longue histoire, sinon toujours la ville principale, du moins l’une des villes principales de l’île.

  • 56 Martin 1983.

37On peut tout aussi sûrement évoquer des ruptures, des déplacements, voire des reconfigurations spatiales qui, bien qu’imparfaitement saisies, n’en existent pas moins. Certes, les fouilles n’ont porté que sur une infime partie de l’immense superficie du site dit de la « ville », mais les résultats obtenus montrent un développement plus complexe, et plus original, que celui que les modèles importés invitaient à rechercher. Aucun des deux types d’organisation urbaine, autrefois distingués par R. Martin pour la cité grecque – le type évolutif et progressif (modèle du synœcisme) et le type volontaire et unitaire (modèle de la colonie) – ne peut décrire Salamine56. En revanche, les rapprochements suggérés avec Palaepaphos, Idalion, ou encore Amathonte et Kition montrent l’existence de traits récurrents, malgré d’évidentes spécificités régionales, voire locales.

  • 57 Yon 1974.
  • 58 Hymnes homériques X = Chavane, Yon 1978, n° 42.
  • 59 Christodoulou 2014.

38Les changements sont tout aussi nets. Ils concernent le domaine funéraire : apparition des premières tombes construites vers le début du viiie s. ; déplacement des inhumations d’enfants et de périnataux en jarres de la ville à la nécropole, etc. Ils touchent aussi les formes du culte et notamment l’iconographie, avec une forte augmentation des représentations féminines à partir de la basse époque archaïque et à l’époque classique : ainsi dans le dépôt au sud du rempart et dans le bothros de Saint-Barnabé, où les représentations féminines sont largement majoritaires57. Il est difficile de décider si ce changement est bien réel et non pas seulement dû au biais de la documentation. Mais il est remarquable que Salamine soit évoquée dans l’Hymne homérique à Aphrodite, daté du vie s.58. Par ailleurs, la déesse semble jouer un rôle important dans le discours idéologique des rois salaminiens à partir d’Évagoras et dans leur volonté de rapprochement avec Athènes59.

39C’est ainsi un développement non linéaire, fait d’adaptations et de changements, que l’étude de la topographie urbaine invite à restituer. Il fait de Salamine un site qui résiste, sur la longue durée de l’âge du Fer et comme bien d’autres capitales de royaumes, à l’épreuve de l’histoire.

Notes

1 Munro, Tubbs 1891.

2 Isocrate, Nicoclès 28. Sur la fondation de Salamine et Teucros, voir Christodoulou 2014.

3 Les archives de la mission lyonnaise de Chypre (Kition et Salamine) ont été récolées et classées par Amélie Renard, dans le cadre d’une convention de stage avec l’ENSSIB. Le projet de numérisation des archives primaires de la fouille de Salamine, coordonné par Patrick Desfarges (USR MOM), a été retenu par l’appel d’offre BSN 5 en 2013. Voir Fourrier, Desfarges 2016.

4 Pour la découverte et la description de la fouille, Yon 1971, p. 1-7.

5 Pour cette datation, qui révise celle qui a été proposée dans la publication initiale, voir Georgiadou 2013, p. 411-412.

6 L’hypothèse d’une réutilisation de la tombe (selon une pratique largement attestée à Chypre, et notamment à Salamine) est plus satisfaisante que celle d’une « visite » (Yon 1971, p. 4).

7 Marguerite Yon signale la découverte d’une autre tombe, contemporaine, dans le sondage Z (Yon 1971, p. 6 ; hypothèse reprise par Monloup 1984, p. 15). Il n’est toutefois pas certain que la structure apparemment creusée dans le rocher et découverte dans le fond de ce sondage stratigraphique, dans les carrés K V/α-β 9 (dans le prolongement ouest de la ligne du rempart, contre la face probablement interne de ce dernier), soit une tombe. La cavité, dont le plafond était écroulé, était remplie de déblais sur lesquels reposait un squelette de chien entier. Voir le rapport publié dans le BCH 92 (1968), p. 326-327 et Yon 1980a, p. 75 et 1999, p. 17 (qui parle d’un habitat).

8 Yon 1971, p. 1.

9 Karageorghis 1967b, 1970, 1973c et 1978.

10 Pour les relations entre les deux nécropoles, voir également Blackwell 2010.

11 Rupp 1988.

12 Isocrate, Évagoras 1. Voir Christodoulou 2014, qui suggère que le tombeau d’Évagoras se trouvait peut-être, comme celui d’un oikiste, au cœur de la cité.

13 La datation de la tombe de la Phanéroméni n’est pas assurée. Celle de la rue du roi Constantin, récemment publiée (Hadjisavvas 2014, p. 1-33), a été découverte à peu de distance vers le nord.

14 C’est dans cette zone qu’ont été mis au jour récemment des sarcophages de marbre exceptionnels : Georgiou G. 2009 et 2010.

15 Calvet 1980.

16 Karageorghis 1970, p. 231-232. Les contenants étaient, en l’occurrence, des jarres et des amphores d’importation égéenne.

17 Par exemple, Karageorghis 1970, p. 7, no 10 (Tombe 6) ; p. 15 (Tombe 9), etc.

18 Jehasse 1980.

19 Voir le rapport dans la « Chronique » du BCH 95 (1971), p. 396.

20 Jehasse L. 1978, p. 3. Sur le rempart archaïque, voir également Balandier 2000, p. 171. Je ne vois pas sur quels éléments repose le tracé hypothétique qu’elle propose p. 172, fig. 3. De même, le tracé du rempart classique est extrêmement douteux : il me paraît difficile de supposer que ce nouveau rempart ait englobé l’enceinte archaïque.

21 La datation repose pour l’essentiel sur celle de la céramique à vernis noir : Jehasse L. 1978.

22 Munro, Tubbs 1891, p. 91-95.

23 Munro, Tubbs 1891, p. 92-93. De là proviennent plusieurs dédicaces alphabétiques à Zeus Sôter. Voir également Wilson 1980, p. 62-65, qui mentionne des importations céramiques grecques et donne quelques illustrations d’objets : p. 66, fig. 11-15. Selon elle, le matériel retrouvé date du vie s. av. J.-C. à l’époque romaine et le lieu « must have been used as a rubbish pit ».

24 Jehasse 1980, p. 151.

25 Jehasse L. 1978, p. 3.

26 Monloup 1984, p. 15 et 1994, p. 12-13.

27 Masson 1987, p. 14, n° 20, pl. I.

28 Calvet, Yon 1977.

29 Voir le rapport dans la « Chronique » du BCH 93 (1969), p. 541-542 : chapiteau d’ante, fragment de chapiteau ionique en calcaire, fragments de colonnes en calcaire, fragment de corniche ionique et partie basse de colonne ionique.

30 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 90 (1966), p. 347-348 ; BCH 91 (1967), p. 326-327 ; BCH 92 (1968), p. 326-327.

31 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 92 (1968), p. 326 ; BCH 95 (1971), p. 396.

32 Argoud, Callot, Helly 1980, p. 7. Sur ce niveau ont été retrouvés des restes de murs et un foyer. Le matériel comprend de la céramique locale dont une amphore à anses de panier (Sal. 6917) qui contenait une figurine de terre cuite représentant un personnage trônant (Sal. 5913) et un bol Plain White (Sal. 6004). Mentionnons également un faucon de calcaire (Sal. 5987).

33 Voir les rapports dans la « Chronique » du BCH : BCH 94 (1970), p. 266-268 ; BCH 97 (1973), p. 684-685 ; BCH 98 (1974), p. 879-881.

34 BCH 97 (1973), p. 685.

35 Caubet, Fourrier, Yon 2015, p. 278, no 4-1 et p. 82, fig. 45.

36 Yon 1985, p. 205.

37 Pour reprendre l’expression de J. Pouilloux dans Karageorghis 1971, p. 398.

38 Iacovou 2013d.

39 Yon 2009.

40 Yon 1980b, p. 98 et Yon 2009, p. 301 ; mais les graffites syllabiques portant peut-être une dédicace à Zeus, ti-wo, ne proviennent pas de cette zone mais du comblement de la dépression au sud du rempart. Il en est de même pour les graffites alphabétiques sur des vases à vernis noir, probablement des dédicaces à Zeus Sôter, retrouvés par l’expédition britannique : Munro, Tubbs 1891, p. 93 et Wilson 1980, p. 62-65 (« site D ») ; voir Yon 1980b, p. 98.

41 Le chapiteau aux taureaux, aujourd’hui au British Museum et daté de la première moitié du IIIe s., a été découvert par les Britanniques, sur l’esplanade du temple : « On pourrait imaginer qu’il ait été transporté du précédent lieu de culte » (Yon 2009, p. 305). Sur ce chapiteau, voir Roux 1980, qui suggère toutefois que le chapiteau a été abandonné alors qu’on le transformait pour l’intégrer dans le décor d’une église byzantine. Parmi les blocs remployés dans la même zone, se trouvait également un chapiteau proto-éolique : Munro, Tubbs 1891, p. 76. On pourrait ajouter que l’inscription digraphe du ve s., mentionnant peut-être le roi Évagoras, était remployée dans le dallage de la maison qui recouvrait la Tombe I, immédiatement au sud du temple : Roesch 1973.

42 Comme le suggère Yon 1993, p. 146.

43 Callot 2004, p. 149.

44 Dans le rapport publié dans la « Chronique », BCH 95 (1971), p. 398.

45 Diodore de Sicile, XII 4.

46 Isocrate, Évagoras 30.

47 Isocrate, Évagoras 47.

48 Christodoulou 2014.

49 En supposant, par exemple, un impact de la révolte ionienne. En effet, aucune destruction ne précède l’abandon du sanctuaire, qui paraît déjà en déclin dans la seconde moitié du vie s. Par ailleurs, on sait, grâce à Hérodote (V, 115) que, seule de toutes les cités de Chypre, Salamine n’a pas été assiégée car ses habitants ont rétabli Gorgos sur le trône dès qu’ils ont appris la défaite de l’usurpateur révolté Onésilos.

50 Gjerstad et al. 1935, p. 626-628.

51 Fourrier 2013, p. 106-107, avec références.

52 Munro, Tubbs 1891, p. 97-99 (« site G »). Les fouilleurs britanniques mentionnent des « débris » et « a piece of poor walling ». Voir également Wilson 1980, p. 61-62, qui propose de dater l’ensemble des découvertes entre le milieu du viie et le deuxième quart du vie s. av. J.-C.

53 Maier, Wartburg 1985a, p. 106-107 (Hadjiabdullah), p. 107-108 (Kaminia), p. 113-119 (Evreti, Asprogi). Cette zone est déjà occupée à l’époque archaïque (notamment le plateau d’Hadjiabdullah), mais elle se développe surtout dans la seconde moitié de l’époque classique.

54 Il a été interprété comme une rampe, établie par les Perses lors du siège de la cité : les assaillants auraient récupéré comme matériau de terrassement le matériel d’un sanctuaire extra-urbain qu’ils auraient détruit et pillé : Maier 2008. Cette interprétation a été radicalement remise en question par les travaux de l’Université de Chypre : le dépôt se trouverait contre la face interne de la muraille : Iacovou 2013d, p. 282-285. L’abondant matériel découvert dans la « rampe » n’est que très partiellement publié (Wilson 1974, voir également Satraki 2012, p. 222-226, et Leibundgut Wieland 2014). Il comprenait notamment de nombreuses sculptures, divers monuments votifs et des blocs qui indiquent, comme à Salamine, l’existence d’un édifice. La présence d’inscriptions royales est remarquable : s’il s’agit bien d’un sanctuaire, c’était un sanctuaire étroitement lié au pouvoir royal.

55 Voir en dernier lieu Hermary 2015, qui évoque également ces rapprochements entre Salamine et Amathonte.

56 Martin 1983.

57 Yon 1974.

58 Hymnes homériques X = Chavane, Yon 1978, n° 42.

59 Christodoulou 2014.

Table des illustrations

Titre Fig1 — Plan de Salamine relevé par la mission britannique en 1890. Au nord, l’emplacement du gymnase (site « B ») ; au sud, ceux de la basilique de la Campanopétra (site « E » : « Campanopissa ») et du sanctuaire de Zeus (site « C » : « Agora »).
Crédits D’après Munro, Tubbs 1891, pl. V.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-1.png
Fichier image/png, 6,6M
Titre Fig 2 Photographie aérienne du site de la ville vers l’est, prise dans les années 1960. 1 : Tombe I ; 2 : Temple de Zeus ; 3 : Résidence byzantine dite « l’huilerie » ; 4 : Basilique de la Campanopétra ; 5 : « Sanctuaire » ; 6 : Rempart ; 7 : Daimonostasion.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-2.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig 3 — Fouilles de la ville : enchytrisme.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig.4 — Carroyage et relevé simplifié de la fouille française.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-4.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Fig.5 — Vue générale de la fouille du « sanctuaire » vers le nord-est. « Autel » de brique et « mur-écran ».
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 6 — « Sanctuaire ». Sol géométrique avec empreinte de dallage et amphore culinaire (Sal. 7230) en place.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 7 — « Sanctuaire ». Amphore culinaire de type égéen, datable des xie - xe s. av. J.-C., Sal. 7230.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-7.png
Fichier image/png, 373k
Titre Fig 8 — « Sanctuaire ». Coupe dans un bothros.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-8.png
Fichier image/png, 557k
Titre Fig.9 — « Sanctuaire ». Vasque Sal. 7250 en place sur un sol archaïque.
Crédits Mission française de Kition et Salamine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2986/img-9.png
Fichier image/png, 1,2M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search