Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie II – Les royaumes de l’âge de Fer : approches topographiques et archéologiques

Le grand dépôt « à l’amphore » du palais d’Amathonte, marqueur d’une ère nouvelle ?

Isabelle Tassignon

Résumé

La découverte, dans les fouilles récentes du palais d’Amathonte, d’un dépôt de fondation est remarquable à plus d’un titre. Composé d’une amphore remplie des ossements de la patte arrière gauche d’un Bos Taurus de 2 ans, il avait été placé sur le rocher et dans une cavité creusée dans le remblai préparatoire du sol archaïque. Il se distingue donc des autres dépôts de marmites, bien connus au palais d’Amathonte, par l’importance de son contenu et par sa place au cœur des magasins du Palais. Le choix d’un bovin d’environ 2 ans – animal rarement sacrifié et peu consommé, surtout à cet âge – en dit long sur le caractère tout à fait exceptionnel de cette fondation. Ceci pourrait être le témoignage de nouvelles ambitions, à mettre peut-être en parallèle avec le réaménagement du sanctuaire de la déesse, sur l’acropole, à la fin du CA I. Ceci pourrait aller de pair avec une consolidation du royaume et l’affirmation de son identité culturelle, attestées sur l’île à la fin du viie s.

Texte intégral

Contexte général

Historique de la découverte

  • 1 Petit 1998.
  • 2 Alpe, Petit, Velho 2007.

1La question que nous allons aborder dans les lignes qui suivent est celle de la chronologie du cœur des magasins du palais d’Amathonte. En effet, depuis les fouilles menées par T. Petit depuis 1987, et la mise au jour, en 1997, dans la pièce V, de trois niveaux stratifiés1 (fig. 1), on a coutume de considérer que le palais a connu trois principales étapes de construction : une phase géométrique qui remonterait au début du viiie s., suivie d’une phase archaïque et d’une phase classique2. Les fouilles menées depuis 2004 nous permettent aujourd’hui de nuancer – en partie du moins – le caractère systématique de ce phasage en montrant, par exemple, que la phase classique avait elle-même connu de nombreux réaménagements, et que toute la surface aujourd’hui appelée « magasins » n’a pas forcément eu la même extension qu’à la fin de l’époque classique, certains espaces ayant pu changer de fonction au cours de leur occupation.

Fig.1 — Plan des magasins du palais d’Amathonte, avec emplacement du dépôt de fondation (cercle), dans la « zone 22 ».

Fig.1 — Plan des magasins du palais d’Amathonte, avec emplacement du dépôt de fondation (cercle), dans la « zone 22 ».

T. Koželj, J.-C. Brua, EFA.

2Une des découvertes majeures des fouilles de ces dernières années – à vrai dire, une des seules trouvailles mobilières d’époque archaïque du palais qui soit en situation primaire – est probablement celle que nous fîmes, en septembre 2010, dans une petite pièce de plan presque carré, située au centre de la réserve à vivres (fig. 1). Cette pièce, dénommée « zone 22 », avait été explorée en surface en 1992, mais les fouilleurs n’y avaient repéré qu’une terre noire, très meuble, signe d’importantes perturbations survenues dans ce secteur. Au sud, la pièce en question donnait directement accès à une autre pièce profonde et étroite dévolue au stockage, tandis qu’à l’ouest, elle ouvrait sur un couloir autour duquel se répartissaient de longues pièces étroites, elles aussi vouées au stockage. Certaines d’entre elles – en tout cas les pièces situées au sud du couloir – ont d’ailleurs livré des fonds de pithoi en place.

  • 3 Ambos 2010, p. 229.

3En nettoyant les restes de la perturbation fouillée en 1992, nous vîmes apparaître une trace circulaire, d’où émergeaient les parois cassées d’une cruche (fig. 2). Il s’agissait de la partie supérieure d’un dépôt formé d’une amphore intacte, recouverte par une demi-cruche brisée qui lui était assujettie par un scellement de plâtre. L’ensemble était déposé verticalement dans une cavité parfaitement circulaire de 60 cm de haut et de 50 cm de diamètre, exactement adaptée aux dimensions de l’amphore. Cet aménagement de forme cylindrique avait été régulièrement creusé dans un remblai compact. De la terre limoneuse avait été versée entre les parois de la cavité et celles de l’amphore afin de caler le récipient dans son logement, mais elle n’avait pas été damée. Par ailleurs, ce dépôt avait été placé à 25 cm respectivement de deux murs perpendiculaires, et non loin d’une porte aménagée dans un de ces murs. Bien que cela soit difficilement démontrable, cette localisation du dépôt, ainsi qu’on le verra, symboliquement précieux, par rapport à des repères fixes que sont les murs et la porte, a peut-être de l’importance : probablement avait-elle pour objectif de le préserver d’une mise au jour malencontreuse lors de travaux de rénovation, ainsi qu’on l’observe dans plusieurs rituels de fondation proche-orientaux3.

Fig 2 — Amphore dans sa cavité, en cours de fouille.

Fig 2 — Amphore dans sa cavité, en cours de fouille.

Isabelle Tassignon, EFA.

4La pièce où fut réalisée cette découverte n’est donc importante ni par sa superficie (elle mesure 2,5 m × 2, 5 m), ni par la nature des vivres qui y étaient stockés, puisqu’on n’y a pas trouvé de traces de pithoi, mais apparemment par sa position centrale dans les réserves à vivres. Est-ce un hasard ? Le fait est que l’on se trouve là presque au cœur de l’espace délimité par un gros mur, à l’ouest, et une aire dallée, à l’est, et interprété comme étant les réserves du palais d’époque archaïque. C’est enfin la seule pièce de ce secteur qui n’est pas traversée par un réseau de canalisations ou de drains, très présents au sud, à l’est et à l’ouest de cette pièce.

Topographie des lieux

Un dépôt sur le rocher

5L’amphore est posée sur le rocher naturel, à une altitude absolue de 56,57 m, tandis que la couche dans laquelle la cavité a été creusée est un remblai homogène rougeâtre contenant de tout petits morceaux de charbon de bois – la terre apportée là pour combler la forte pente du rocher à cet endroit. La cavité réalisée pour placer l’amphore n’a donc pas « crevé » un sol antérieur au sol archaïque. À la différence de ce que l’on observe généralement au Proche-Orient, où les dépôts sont placés dans les fondations des murs, le dépôt à l’amphore reposait donc sur le rocher, dans les fondations du premier sol de cette pièce centrale. Néanmoins, lors de sa découverte, le dépôt n’était pas scellé par un sol résistant, mais par une stratification régulière et soignée, haute d’à peu près 10 cm, de fines couches cendreuses et d’argile rouge, que l’on observe un peu partout dans ce secteur, notamment sous les dalles restées en place de la pièce voisine. Il s’agit d’une préparation préliminaire à la pose d’un sol en dur, enduit blanc, comme on en a trouvé dans certaines pièces contenant des pithoi – notamment dans la pièce V susmentionnée –, ou dallage, ce qui constituait le revêtement des sols des pièces III et IV (fig. 3).

Fig 3 — Plan du secteur central des magasins du palais.

Fig 3 — Plan du secteur central des magasins du palais.

T. Koželj, EFA.

Présence d’un dallage ?

  • 4 Petit [à paraître].
  • 5 Petit 1993, p. 705.

6Notre hypothèse est donc que des dalles recouvraient cette stratification grise et rouge, et qu’elles furent arrachées et probablement récupérées ainsi que ce fut le cas pour de nombreux vestiges à un moment qu’il est difficile de déterminer avec précision : après l’abandon du palais, peut-être à l’époque impériale, qui est, ainsi que T. Petit l’a montré, une des périodes majeures de spoliation du bâtiment4. En effet, non loin de là, un four à chaux établi sur les ruines du palais a été découvert lors de fouilles antérieures5. Dans les pièces voisines, le sol était dallé (fig. 3) ; et, par ailleurs, à la jonction entre la pièce qui nous occupe et celle qui se trouve immédiatement à l’est, des dalles, mal conservées, ont été dégagées ; au-dessus de celles-ci, on observe encore des aménagements, peu soignés et destinés au calage de pithoi, qui furent effectués à un moment de l’époque classique. L’arrachement des dalles pourrait expliquer l’aspect perturbé du sédiment qui n’avait pas échappé aux premiers fouilleurs.

Un remblai de nivellement

7L’endroit où l’amphore a été déposée est par ailleurs marqué par une forte rupture de pente compensée par l’apport d’un unique remblai, dans lequel la cavité du dépôt a été pratiquée. Enfin, le caractère cohérent de l’architecture des pièces au sud et au nord (dallage, pièces longues et étroites) invite également à penser que ce secteur a été planifié et construit en une seule fois, avant d’être significativement remanié à l’époque classique.

8Vu la présence du rocher qui affleure presque directement sous le dallage dans tout ce secteur, c’était le seul endroit où l’on pouvait placer un dépôt d’un volume aussi important ; c’est, par ailleurs, ainsi qu’on l’a vu plus haut, une des seules pièces qui ne comporte pas de dispositif hydraulique. En effet, il semble peu probable, compte tenu du fait que dans la tradition proche-orientale et plus généralement méditerranéenne, ces dépôts de fondation étaient censés défier les siècles, qu’on ait pu construire un drain ou toute autre conduite d’eau juste au-dessus ou à côté d’un dépôt de fondation de cette importance. Car si, au sud et au sud-est, la pente du rocher aurait peut-être pu permettre un dépôt tout aussi volumineux, les pièces qui s’y trouvent (notamment la pièce III, actuelle « zone 12 »), fouillées jusqu’au rocher, n’ont pas livré de tels dépôts, mais un réseau de canalisations et, en-dessous, une abondante céramique géométrique. Cette céramique, densément tassée, semble avoir eu pour fonction de combler la pente à l’avant d’un grand mur est-ouest qui constitue l’épine dorsale de la zone de stockage ; elle n’est donc pas en place. La question est de savoir d’où cette céramique provient : d’une phase antérieure du palais ou d’ailleurs ? L’étude de ce matériel est en cours. Quant à la pièce située juste au sud de la petite pièce carrée (pièce I, actuelle « zone 20 »), elle n’a pas été entièrement fouillée. Mais ici encore, on a relevé la présence de divers aménagements hydrauliques – dont un drain.

Le dépôt de fondation

Typologie du dépôt

Contenu

  • 6 Je dois cette identification à Y. Lignereux, archéozoologue de la mission du palais. Qu’il en soit (...)

9Le dépôt est exceptionnel par son contenu : des ossements décarnisés du quartier arrière gauche d’un Bos Taurus sub-adulte de race locale6 (fig. 4). Il s’agit là d’une partie des restes osseux d’un animal sacrifié, dont les os longs avaient été découpés en deux ou trois segments ; à ces os avaient été ajoutés un fragment d’enduit mural, quelques menus fragments de charbons de bois et deux kilos de terre limoneuse à laquelle était mêlée de la poudre d’os résultant de la désagrégation des os sous l’action de l’humidité.

Fig 4 — Ossements contenus dans l’amphore.

Fig 4 — Ossements contenus dans l’amphore.

Yves Lignereux, EFA.

  • 7 Carbillet, Tassignon 2014, p. 1-15.
  • 8 Ambos 2004 et 2010.
  • 9 Hunt 2006, p. 157-158.

10Ainsi peuvent se résumer les grandes phases du rituel qui a abouti à ce dépôt : choix d’un emplacement approprié dans le bâtiment en cours de construction / sacrifice / écorchage, découpage, rôtissage / consommation / découpage des os longs et déposition dans l’amphore / scellement de l’amphore / placement du dallage. Nous ne reviendrons pas ici sur les particularités du contenu de ce dépôt qui ont fait l’objet d’un article antérieur7. Nombreux sont les parallèles existant avec différentes pratiques liées à la construction des temples, palais, bâtiments officiels du Proche-Orient de l’âge du Fer qui permettent d’identifier cette amphore scellée au plâtre comme un dépôt de fondation. Ici, l’absence de textes ou d’inscriptions – comme on en trouve dans les dépôts de fondations néo-assyriens – rend évidemment délicate l’identification des intentions qui ont présidé à ce dépôt, mais si tout fonctionne comme dans les rituels contemporains des régions voisines8, il pourrait s’agir d’offrandes propitiatoires réalisées pour s’assurer la bienveillante coopération des divinités sur le territoire desquelles on empiétait en construisant le bâtiment, fût-il un palais ou un temple9.

Contenant et récipient d’obturation

11Le réceptacle de l’offrande n’est pas moins remarquable que l’offrande elle-même (fig. 5). C’est une amphore haute de 49 cm et large, en son diamètre maximal, de 34 cm, le diamètre de l’embouchure étant de 20 cm. Elle appartient au type IV, se caractérisant par son large col cylindrique à ouverture ronde, légèrement évasé ; sa lèvre forme un méplat sur sa partie supérieure et son bord déborde vers l’extérieur. La panse biconvexe est pourvue de deux anses rondes, horizontales, redressées sur l’épaule ; le fond est annulaire. Il s’agit d’une fabrique bichrome à décor rouge et brun foncé. L’intérieur du vase est décoré d’une bande brune qui souligne la partie interne de la lèvre, tandis qu’une bande en zig zag brune en parcourt le méplat. Son décor extérieur présente des similitudes avec des amphores Bichrome IV et V puisqu’il associe des bandes et des filets bruns foncés et rouges, réguliers, tracés au tour sur le col, l’épaule et la panse à un décor figuratif réalisé à main levée : le deuxième tiers de la panse est en effet occupé par une frise de deux fois trois motifs au dessin délié de palmes en silhouettes rouges, à cinq ou sept pétales.

Fig 5 — Amphore du palais.

Fig 5 — Amphore du palais.

Ph. Collet, EFA.

  • 10 Des traces de doigts y sont encore visibles.
  • 11 Par la forme, les dimensions et la fabrique (mais non par le décor), il pourrait se rapprocher d’un (...)
  • 12 Gjerstad et al. 1935, p. 45. Cette forme y est associée entre autres à des marmites semblables à ce (...)
  • 13 Montet 1923, p. 90 ; Dunand 1939, p. 81-84. Le matériel contenu dans la jarre est cependant très di (...)

12Le récipient qui scellait l’amphore était brisé à mi-hauteur de sa panse et contenait un plâtre épais, étalé à la main, vraisemblablement pour lester ce bouchon de fortune10. Il s’agit d’une cruche à base annulaire, dont l’anneau est aplani, réalisée dans une fabrique à pâte rose, locale, de mauvaise qualité. Le fond rouge et la panse noirâtre-rouge évoquent le Black-on-Red Blackened. Même s’il est difficile de déduire la forme initiale du vase à partir d’aussi peu d’éléments, nous pouvons observer la présence de fonds similaires dans le dépôt du bothros du sanctuaire11 et dans la tombe 7 d’Amathonte12. L’enfermement de l’offrande dans un vase tout comme le mode d’obturation de ce vase ne sont pas sans évoquer le dépôt de fondation du temple de la Ba’alat Gebal à Byblos – dépôt de l’âge du Bronze – constitué de jarres coiffées de couvercles en céramique, déposées immédiatement sous le dallage, contre un mur de la salle E13.

Datation du dépôt

Documents locaux

  • 14 Gjerstad et al. 1935, p. 45, pl. I et IV (Amathonte). Je remercie Sabine Fourrier de m’avoir signal (...)
  • 15 Fahy Robertson 1986, p. 15, no 41. Une autre amphore, légèrement plus pansue, présente le même type (...)
  • 16 Tytgat 1978, vol. II, p. 38, no 117 (inv. 507.136). Voir aussi, pour la typologie et la datation, A (...)
  • 17 Gjerstad et al. 1935, p. 45 et pl. XI.
  • 18 Hadjicosti 1997b, cat. 14 et 17 ; l’association des fabriques essentiellement de type IV permet de (...)

13Des amphores Bichromes IV et V à décor de fleurs de lotus sont bien connues à Amathonte et dans la région de Kition14. L’amphore qui nous occupe est de production locale ; plusieurs exemplaires de forme similaire – moins soignés – ont été mis au jour dans des tombes d’Amathonte. On peut citer une amphore White Painted IV de la Brock University15, datée du CAI. Tout aussi proche par la forme, il y a encore l’amphore de la tombe 135A : C. Tytgat situe l’enterrement vers 60016. La troisième couche de la tombe 7, mentionnée plus haut en raison de la présence dans son matériel de cruches à base annulaire – ainsi que des « marmites » –, comporte une amphore White Painted de forme semblable ; cette inhumation est datée de la fin du CAI17. Cette forme est également présente dans une tombe datée de peu après 650, de Mari18.

14Tous ces exemplaires sont issus de contextes funéraires, à l’exception notable de fragments d’une autre amphore identique par la forme, le décor et la qualité, découverts au cours de la campagne de fouille menée en 2011, dans le matériel d’un dépotoir du secteur occidental du palais. C’est, à notre connaissance, le seul document identique trouvé à Amathonte en contexte non-funéraire.

L’amphore d’Ascalon

  • 19 No A80/97.50.49.L453.B3 : Stager, Master, Schloen 2011, p. 108, fig. 7.29.
  • 20 Ibid., p. 103.
  • 21 Braun 1982, p. 22-23.

15C’est aussi d’un site d’habitat en Palestine qu’est issu le document de comparaison le plus intéressant parce qu’il provient d’un contexte bien daté. Il s’agit d’une amphore Bichrome IV, de mêmes dimensions, ornée d’un motif végétal en forme de palmette reproduit 5 fois sur chaque panneau, présentant des similitudes de forme avec le vase d’Amathonte (fig. 6) ; elle n’a été que partiellement conservée et est beaucoup moins soignée19. Trouvée à Ascalon, dans le comblement d’une carrière creusée au viie s. av. n.è.20, elle appartient à une couche de remplissage relativement homogène datant des deux dernières décennies du viie s., formée de couches alternées d’argile, de sable et d’objets mis au rebut, parmi lesquels de la céramique chypriote et nord-syrienne. Or, on sait par la Chronique babylonienne21 qu’Ascalon fut détruite par Nabuchodonosor : l’événement est daté de 604 et est archéologiquement attesté par une importante couche de destruction.

Fig.6 — Amphore d’Ascalon.

Fig.6 — Amphore d’Ascalon.

D’après Stager, Master, Schloen 2011.

  • 22 Stager, Master, Schloen 2011, p. 103.

16La date de 604 pourrait donc constituer un terminus ante quem pour la fabrication de cette amphore chypriote, certes beaucoup plus sommaire que celle du palais, mais à peu près contemporaine et probablement importée par des marchands phéniciens actifs à la fois à Chypre et à Ascalon22. Dans le dépôt de fondation « à l’amphore » du palais d’Amathonte, il est vraisemblable que la fabrication des deux vases – amphore et cruche – a été à peu de choses près contemporaine de leur dépôt ; la datation la plus plausible pour le dépôt de l’amphore serait clairement de la fin du CAI, et plutôt, si l’on en croit l’association des fabriques, les comparaisons possibles avec le matériel du bothros du sanctuaire d’Aphrodite et la trouvaille d’Ascalon de la seconde moitié du viie s., le milieu de la seconde moitié du viie s. ; ce dépôt correspondrait donc à l’installation des premiers entrepôts du palais à cet endroit. Ceci ne signifie pas bien sûr qu’il n’y a pas eu de palais antérieur sur l’acropole : mais dans ce secteur, qui correspond à la partie ouest (N-O et S-O) du palais, il semble difficile d’imaginer un aménagement palatial antérieur.

Ruptures et continuités

Des pratiques de fondation multiples

  • 23 Hunt 2006.

17Le dépôt de fondation « à l’amphore » se rattache ainsi à des pratiques du même type attestées à la fin du IIe et au Ier millénaire en Méditerranée ; ainsi que l’a montré G. Hunt23, l’espace méditerranéen connaît en effet une forme de koiné cultuelle autour des dépôts de fondation, caractérisés par des offrandes de céramique, le plus souvent de la vaisselle commune, associés ou non à des restes sacrificiels, et placés dans ou à côté des fondations de sanctuaires, palais et maisons. Mais le dépôt « à l’amphore » compte aussi de nombreuses spécificités parmi lesquelles son contenant, le fait que la partie consacrée soit la partie gauche de l’animal, l’absence d’inscription, d’outils miniatures évoquant la construction du bâtiment, ou encore d’éléments évoquant l’arrimage du bâtiment au sol. Enfin, on a creusé dans le remblai d’un bâtiment dont la construction était déjà bien avancée pour y installer l’amphore.

Les « dépôts de marmites » du palais dAmathonte

  • 24 Sur ce sujet, le lecteur se reportera à la contribution détaillée dans Carbillet, Tassignon 2014, p (...)
  • 25 Ibid., p. 23.
  • 26 Ibid., p. 26-28.

18Ainsi même, au sein du palais et au rempart d’Amathonte trouve-t-on d’autres dépôts, beaucoup plus modestes24. En effet, une dizaine de dépôts constitués de marmites – presque toutes typologiquement différentes les unes des autres – contenant un peu de charbon de bois, parfois une lampe coupelle, parfois des coupelles, et occasionnellement, des ossements animaux (chèvre, poule, bovidé) ont été mis au jour sous les dalles ou sous la préparation stratifiée qui était destinée à recevoir le dallage25. S’ils s’apparentent par leur nature au dépôt « à l’amphore », il est délicat de déterminer s’ils ont été réalisés en même temps que le dépôt « à l’amphore » – constituant alors en quelque sorte des dépôts satellites – ou si, comme cela semble plus probable, ils ont été faits plus tard. Ces dépôts sont donc in situ, mais mal datés, faute de chronotypologie des marmites. Ainsi que l’a montré A. Carbillet26, ils présentent des similitudes avec les Lamp and Bowl Deposits de l’âge du Fer levantin.

  • 27 Tallis 2014.

19Précisons enfin que la petite pièce où fut trouvée l’amphore a livré également deux dépôts de marmites, posées comme elle sur le rocher (fig. 7). Probablement relèvent-ils de rituels de même type, peut-être accomplis lors de travaux de réparation ou de réaménagements ponctuels. Au Proche-Orient, – notamment dans la Babylonie et l’Assyrie du viie s. auxquelles se rattachent des images du roi-bâtisseur, portant un couffin sur la tête –, la restauration et le maintien des constructions officielles comptaient parmi les rôles les plus importants du roi27.

Fig.7 — Dépôt de marmite en place, à côté de l’amphore, zone 22.

Fig.7 — Dépôt de marmite en place, à côté de l’amphore, zone 22.

Isabelle Tassignon, EFA.

Les autres palais

  • 28 Gjerstad et al. 1937, p. 260 et 280, nos 551-558.
  • 29 Je renvoie ici à la présentation générale faite par Antoine Hermary des palais chypriotes, et aux c (...)

20Le seul autre cas connu, à Chypre, de dépôt de fondation en contexte palatial est celui qui fut mis au jour dans la pièce 30 du palais de Vouni : à nouveau, dans une pièce proche des magasins, sous la réparation d’un sol datant de la troisième phase du palais (milieu ou fin CCI)28. Ce dépôt est pourtant très différent non seulement dans sa nature, puisqu’il est composé de huit bols essentiellement en Plain White VI, dépourvus d’offrande animale (mais il n’est pas exclu qu’ils aient contenu d’autres offrandes périssables), mais aussi dans sa présentation, puisque rien n’indique que les bols aient été renfermés dans un récipient protecteur. Exception faite du palais de Vouni, ni Idalion, ni Palaepaphos, ni Marion, ni Soloi – nous ne citons ici que les palais qui ont fait l’objet de fouilles systématiques – n’ont livré de semblables dépôts29. On ne peut cependant tout à fait exclure que les dépôts n’aient pas été conservés ou n’aient pas été mis au jour.

Le dépôt du « temple 4 » de Kition (LCIIIA)

  • 30 C’est à dessein que nous écartons les six jarres placées horizontalement dans les murs du sanctuair (...)
  • 31 Ellis 1968, p. 131-140 ; Schaudig 2010, p. 146 et 152-153.

21Les deux autres cas proviennent de sanctuaires kitiens, mais ils sont formellement assez différents des dépôts vus précédemment, puisque les offrandes ne semblent pas avoir été abritées dans un contenant30. Cette disposition évoque les descriptions d’offrandes faites à même la terre à l’occasion de construction ou de reconstruction de temples dans le monde babylonien31. Cependant, leur commun dénominateur avec les dépôts amathousiens est qu’ils constituent un matériel rassemblé et intact (ce qui les distingue du matériel des bothroi, sciemment détruit pour être inutilisable), placé sous des sols qui les scellent.

  • 32 Smith 2009, p. 58.
  • 33 Karageorghis, Demas 1985, I, p. 242-243 et II, p. 133 ; Hunt 2006, p. 173-174.
  • 34 Ibid., p. 152.

22Le dépôt du temple 4 de Kition est constitué de deux objets moulés en bronze, en forme de T, et de ce qui ressemble à une cheville en bronze ; les trois objets ont été retrouvés empilés dans le remblai situé entre les sols III et IIIA de la pièce 38 : sont-ce simplement des outils oubliés par des artisans, comme le pense J. Smith32, ou plutôt, ainsi que le suggérait V. Karageorghis33, un dépôt intentionnel lié à la refondation du temple à la fin de l’âge du Bronze ? Cette hypothèse nous paraît plausible, le fait que les objets ne soient pas placés sous les fondations des murs ne disqualifiant en rien ce dépôt en tant que dépôt de fondation : ainsi qu’on l’a vu à Amathonte, les dépôts ne sont jamais dans les fondations des murs. De plus, la cheville est un des éléments habituels du dépôt de fondation en Mésopotamie ; c’est en quelque sorte la contrepartie symbolique matérielle de l’image du roi bâtisseur34. Ici, l’absence de contenant déjà mentionnée peut s’expliquer par la nature même du dépôt : la cheville devait être symboliquement placée dans le sol pour évoquer l’arrimage du bâtiment au substrat.

Le dépôt du « temple 1 » de Kition (viii  e s.)

  • 35 Karageorghis 2003, p. 56.
  • 36 Smith 2009, p. 200-209.

23Les dépôts de fondation amathousiens appellent encore une comparaison avec un autre dépôt, dont la nature et la fonction ne sont pas non plus tout à fait assurées. Lors des fouilles menées dans le temple 1 de Kition, dédié à Astarté, V. Karageorghis35 mit au jour, dans le remblai placé entre le sol 3 (daté du ixe s.) et le sol 2A (l’aménagement phénicien, daté pour ce qui est de sa phase de reconstruction du viiie s.), dans l’angle sud-ouest de la cour du temple, un ensemble apparemment hétérogène de divers documents qu’il interpréta comme un dépôt de fondation. Cette interprétation a été récemment rejetée par J. Smith36, qui y voit un bothros comprenant du matériel votif déclassé.

  • 37 Schreiber 2003a, p. 383.
  • 38 Ibid., p. 384.
  • 39 Karageorghis 2005, p. 94-95.

24Du point de vue stratigraphique, ce dépôt succède à un sol correspondant à la destruction du temple 1 par le feu. Parmi ce matériel extrêmement hétérogène, qui comprenait un morceau de cuivre, une broche et un couteau en fer, un ostrakon, une tête de massue, des lampes, des ossements animaux – daim, bovidé, ovi-caprins –, des cendres, un couvercle en plâtre, et une figurine en terre cuite représentant un bovin, se trouvaient aussi de nombreux récipients de toutes sortes. Parmi ceux-ci, il y avait de très nombreux vases intacts – dont de nombreux bols et cruches miniatures de qualité, en Black-on-Red37. Nicola Schreiber38 a ainsi proposé de considérer ces cruchettes comme des contenants à huile parfumée, possibles offrandes à Astarté. Il s’agirait donc peut-être d’un dépôt de refondation du temple qui succéda au temple 1, garantissant à la déesse que la nouvelle construction ne connaîtrait pas le même sort que la précédente39.

  • 40 Hunt 2006, p. 83-84 ; Daux 1969, p. 994-998. Le dépôt contenait beaucoup de vaisselle miniature int (...)

25La première particularité qui tendrait à confirmer l’hypothèse de V. Karageorghis est que le dépôt, disposé dans une légère dépression, est délimité par l’angle des murs et par la base d’une colonne. Autrement dit, il est placé dans une aire circonscrite par des repères extérieurs, comme l’est le dépôt à l’amphore du palais. Par ailleurs, ce matériel n’est pas si éloigné, du point de vue de son contenu, du dépôt de fondation du temple d’Aphrodite à Argos, contenant des objets datés des viie et vie s. av. n.è. Placé dans une cavité aménagée lors de la construction du temple au ve s., il rassemblait ainsi du matériel plus ancien40. On aurait donc deux variantes de dépôts de fondation destinés à deux déesses apparentées, Aphrodite et Astarté.

  • 41 Dans ce cas, les récits proche-orientaux de construction de temples ou de palais mythiques (notamme (...)

26En somme, des cas différents, qui tous présentent des points communs avec le dépôt à l’amphore d’Amathonte. Tous marquent un moment entre deux constructions (Kition, temple 4 et temple 1), ou entre une construction et un réaménagement (dépôts de marmites à Amathonte ; Vouni), voire une construction nouvelle (dépôt à l’amphore). Trois de ces cas comprennent des ossements animaux, restes de sacrifices préliminaires et probablement de banquets qui, au Proche-Orient, couronnent toutes les cérémonies de construction de temples ou de palais, qu’elles appartiennent au mythe ou à la réalité41.

Un banquet royal de fondation ?

27Le dépôt du palais d’Amathonte détonne en effet et par la qualité du contenant, et par celle de son contenu. Tout montre ici qu’il s’agit de fonder un bâtiment tout à fait exceptionnel – pas un temple, mais un édifice en lien avec la fonction royale. L’offrande a été placée non dans un grand vase à eau – ou dans quelque autre récipient de grandes dimensions, apte à contenir de grands os –, mais dans une amphore, un vase destiné au vin et qui, de fait, si l’on en croit les fragments identiques provenant du dépotoir du palais, a pu effectivement servir au vin destiné aux symposia royaux.

  • 42 A. Hermary, P. Columeau dans Fourrier, Hermary 2006, p. 179.
  • 43 Ibid., p. 178.
  • 44 New York, Metropolitan Museum, 74.51.4553 : Karageorghis 2000b, p. 180, no 297 ; Matthäus 1985, p.  (...)

28Le caractère exceptionnel du dépôt tient aussi à l’espèce et à l’âge de l’animal sacrifié. En effet, c’est la cuisse d’un bovin de deux ans qui est contenue dans l’amphore : c’est, à nouveau, une offrande rare témoignant à tout le moins d’une prospérité personnelle et qui se démarque de l’ovi-capriné, généralement consommé, et que l’on trouve au sanctuaire, particulièrement dans le dépôt plus tardif de la grotte42. Une victime qui contraste aussi avec les bovins âgés, « à bout de souffle »43, qui furent parfois sacrifiés au sanctuaire d’Aphrodite. Ainsi, dans le bothros du sanctuaire d’Aphrodite (daté du CAI, probablement constitué à la fin du CAI), l’offrande de prix est le taurillon, proportionnellement beaucoup plus rare que les autres espèces. C’est donc un animal qu’on ne sacrifiait pas volontiers, et le sacrifier à deux ans, après l’avoir engraissé, témoigne bien davantage encore de la valeur du sacrifice. Du point de vue iconographique – nous n’avons retenu ici que les documents montrant le bovin parmi d’autres animaux, car l’imagerie taurine est bien entendu extrêmement présente dans l’iconographie chypriote archaïque et classique – son caractère d’animal précieux est bien exprimé sur une coupe en argent doré du dit « trésor de Kourion » daté de la première moitié du viie s.44 : il en occupe le médaillon central, les autres bandeaux étant ornés d’autres quadrupèdes.

  • 45 New York, Metropolitan Museum, 74.51.4557 : Karageorghis 2000b, p. 188-189, no 307.
  • 46 Matthäus 1985, p. 161-162, 172, pl. 32, fig. 424 (groupe « proto-chypriote »). Markoe 1985, p. 715, (...)
  • 47 Hermary 2000.
  • 48 Ceci n’est d’ailleurs pas le seul cas où le bœuf apparaît en contexte de fondation. La légende de l (...)

29Il semble aussi intéressant de rapprocher notre dépôt d’un autre document iconographique chypriote presque contemporain, déjà mentionné pour la présence de fleurs de lotus sur son décor : il s’agit d’un fragment de coupe du dit « trésor de Kourion », mais provenant sans doute de Paphos45 (fig. 8). Daté par H. Matthäus de la fin du viie s, en raison de la présence, dans son décor, des formes de type IV et V46 – et donc contemporain du dépôt à l’amphore d’Amathonte –, il comporte des caractères en syllabaire chypriote et est orné du thème du banquet royal associant probablement le roi et la divinité, si l’on suit A. Hermary47. Amphore(s), victuailles, tout y est présent, à l’exception du bœuf qui se taille pourtant, ainsi qu’on l’a vu, une place de choix dans l’imagerie chypriote archaïque. Les animaux consommés à ce banquet appartiennent en effet à des espèces plus petites (les domestiques tiennent des cuisses d’ovi-caprinés et une oie) que celui qui fut sacrifié à l’occasion de la fondation du palais. Ceci laisse penser qu’il ne devait pas se consommer beaucoup de bovin, même en contexte palatial, et même lorsque ce banquet est un banquet royal idéalisé. Le banquet de fondation semble, si l’on en croit les restes osseux contenus dans l’amphore, faire figure d’exception48.

Fig 8 — Fragment de coupe du « trésor de Kourion ».

Fig 8 — Fragment de coupe du « trésor de Kourion ».

The Metropolitan Museum of Art, 2015 ; OASC, www.metmuseum.org.

  • 49 Jost 1992, p. 205.
  • 50 Grayson 1991, p. 288-293, et notamment p. 292, A. 0.101.30, l. 105-110.

30Ici encore, le choix du bovin met en lumière le caractère unique du geste rituel dont on a ici conservé la trace : certes, on est loin ici des hécatombes de taureaux sacrifiés pour certaines fêtes dans le monde grec49, ou des cent bœufs gras, des mille veaux, moutons et autres du festin d’Assurnazirpal II à la fondation du palais de Kalhu/Nimrud50 : mais à l’échelle du palais d’Amathonte, cela permettait déjà de festoyer avec un certain faste et d’inviter de nombreux convives.

  • 51 Ibid., l. 140-154.
  • 52 Cf. à ce propos Cassin 1987, p. 187-188.
  • 53 Grayson 1991, p. 293, A. 0.101.30 : l. 150-154 : « … all of them – altogether 69.574 (including) th (...)
  • 54 Albenda 1986, p. 34-36.

31Tout ceci appelle des comparaisons avec les banquets de fondation mentionnés dans les mythes et autres récits de construction proche-orientaux où les viandes de choix étaient consommées en abondance, arrosées de flots de vin. L’inscription précédemment mentionnée d’Assurnazirpal II (règne de 883-859 av. n. è.), exceptionnelle dans son genre, puisqu’elle donne le détail des animaux et des vivres consommés lors de l’inauguration de son palais de Kalhu/Nimrud, énumère aussi l’origine des quelque 69.574 convives qui y furent invités51 : chiffre stupéfiant, s’il en est, et qui relève probablement de l’exagération dont les rois assyriens, et particulièrement Assurnazirpal II, étaient coutumiers52. Néanmoins, le banquet d’inauguration était, ainsi qu’il l’exprime dans l’inscription commémorative, l’occasion pour le roi de montrer à ses sujets l’étendue de sa richesse et de sa puissance53. Cette pratique s’est maintenue au fil des siècles puisque l’on sait qu’en 707, lors de la fondation de la cité de Dur-Sharrukin et de son palais, Sargon organisa aussi des sacrifices suivis de banquets54.

Le contexte archaïque

Les vestiges CA du palais et du sanctuaire

Au palais

  • 55 Carbillet, Tassignon 2014, p. 24.
  • 56 Petit 1998, p. 580, fig. 8. Plusieurs exemplaires de ce type de cruche ont également été trouvés da (...)
  • 57 Blandin, Fourrier 2003, p. 101-105.
  • 58 Thalmann 1977. Dates limites : seconde moitié du viiie s. et début du ve s.

32Si nous retenons la date de la fin du viie s. pour ce dépôt – et l’installation du palais archaïque –, quelle place ce dépôt occupe-t-il dans la chronologie archaïque de l’acropole d’Amathonte ? Les vestiges CAI trouvés au palais sont à vrai dire peu nombreux. Parmi ceux-ci il faut mentionner les dépôts de marmites dont la place dans la stratification (sur le rocher, sous le dallage) laisse penser qu’ils appartiennent à la première phase d’occupation et seraient donc d’époque archaïque. Selon A. Carbillet55, ces dépôts peuvent eux-aussi être datés du CA, sans être forcément contemporains du dépôt « à l’amphore », ni contemporains entre eux. Par ailleurs, la date proposée pour le dépôt « à l’amphore » coïncide aussi avec celle de la cruche à oiseaux presque complète – production Bichrome IV amathousienne typique du CAI – trouvée par T. Petit dans le remblai de préparation du sol archaïque de la pièce V56, située juste à l’est. Outre les objets datant du CC trouvés dans les remblais, le matériel coroplastique contenu dans les remblais est essentiellement CAII. Enfin, il y a les dépôts extérieurs contenant probablement du matériel palatial qui peut provenir d’un nettoyage du palais, après sa destruction par Onésilos de Salamine : le dépôt du rempart Nord57 et celui de la terrasse Ouest58 ont livré du matériel CA I.

Le matériel céramique du bothros du sanctuaire d’Aphrodite

  • 59 Fourrier, Hermary 2006, p. 22.

33S’il existait probablement dès la fin du CGIII, le sanctuaire semble avoir connu un premier réaménagement important à la fin du viie s. : le matériel céramique du bothros en serait le vestige. Ainsi que l’on montré S. Fourrier et A. Hermary59, les vases de la classe IV, largement majoritaires dans le bothros, témoigneraient de ce réaménagement qui aurait été suivi d’un déplacement du centre d’activités vers la grotte au CAII.

34Il est tentant de mettre en relation la fondation du palais archaïque qui, rappelons-le, pourrait se passer dans les deux dernières décennies du viie s., avec le réaménagement du sanctuaire, mais surtout avec la période de « liberté » chypriote liée au déclin de l’empire assyrien : c’est pourquoi il y a peut-être des raisons d’y voir le marqueur d’une ère nouvelle, par lequel le roi manifeste aux autres ses nouvelles ambitions. Certes, ce dépôt de fondation ne tient pas lieu de document d’archives, mais il exprime une volonté nouvelle de mener une exploitation centralisée du royaume.

Conclusions

  • 60 Egetmeyer 2010, p. 41-45.
  • 61 Fourrier 2007b, p. 163.
  • 62 Wriedt Sørensen 1994, p. 87.
  • 63 Iacovou 2008a, p. 646 et n. 176.

35Si, à la différence de ce qui se passe dans d’autres royaumes60, aucun nom de roi d’Amathonte du viie s. ne nous est actuellement connu, le dépôt de fondation du palais donne une personnalité à un roi anonyme, mais bâtisseur, de la fin du viie s. Son geste marque en effet une étape importante dans l’aménagement du site et non une simple extension des bâtiments, ou un réaménagement ponctuel comme peuvent le laisser penser les dépôts de marmites, plus modestes, et ne nécessitant pas une mise en œuvre aussi considérable. L’acropole d’Amathonte, et ses deux institutions principales que sont le palais et le sanctuaire, paraissent changer à la fin du viie s. Ceci semble aller de pair avec l’idée de la consolidation des royaumes au viie s.61, qui affirment leurs identités culturelles par l’émergence d’une coroplastie de grandes dimensions et de la grande sculpture sur pierre62 et d’une petite plastique locale. Cependant, au moment où, dans les royaumes voisins (Salamine, Paphos), les rois s’intitulent basileis ou portent des noms grecs, où à Kourion, la langue de la classe dirigeante semble être le grec, écrit en syllabaire63, le roi d’Amathonte, en fondant son palais, continue de s’inscrire dans la tradition de l’Orient méditerranéen.

Notes

1 Petit 1998.

2 Alpe, Petit, Velho 2007.

3 Ambos 2010, p. 229.

4 Petit [à paraître].

5 Petit 1993, p. 705.

6 Je dois cette identification à Y. Lignereux, archéozoologue de la mission du palais. Qu’il en soit chaleureusement remercié.

7 Carbillet, Tassignon 2014, p. 1-15.

8 Ambos 2004 et 2010.

9 Hunt 2006, p. 157-158.

10 Des traces de doigts y sont encore visibles.

11 Par la forme, les dimensions et la fabrique (mais non par le décor), il pourrait se rapprocher d’une cruche à col cylindrique et corps globulaire trouvée dans le bothros : Fourrier, Hermary 2006, p. 66 et 110.

12 Gjerstad et al. 1935, p. 45. Cette forme y est associée entre autres à des marmites semblables à celles qui furent trouvées en dépôt à Amathonte. Le matériel de cette couche serait daté de la fin du CAI.

13 Montet 1923, p. 90 ; Dunand 1939, p. 81-84. Le matériel contenu dans la jarre est cependant très différent de celui que l’on trouve à Amathonte (il s’apparente par sa nature à ce que l’on trouve dans les dépôts de fondation égyptiens du IIe millénaire, avec de la vaisselle d’argent et de bronze, des statuettes, des objets de parure, des pierres semi-précieuses). Cependant, le mode d’enfouissement des jarres ressemble à celui qui a été observé à Amathonte : les jarres sont « bloquées » dans leur cavité par de la terre fine et friable, contrastant avec la terre compacte du remblai (ibid., p. 83).

14 Gjerstad et al. 1935, p. 45, pl. I et IV (Amathonte). Je remercie Sabine Fourrier de m’avoir signalé d’autres beaux exemples provenant de tombes de la région de Larnaca. Ils seraient en Bichrome V : Karageorghis 1979, p. 683, fig. 38 et Karageorghis 1983b, p. 915, fig. 26. Le motif de la fleur de lotus existe aussi en clair sur fond rouge, sur des vases CAII : Flourentzos 1990.

15 Fahy Robertson 1986, p. 15, no 41. Une autre amphore, légèrement plus pansue, présente le même type de décor sur la lèvre et des bandes circulaires sur la panse : ibid., no 40.

16 Tytgat 1978, vol. II, p. 38, no 117 (inv. 507.136). Voir aussi, pour la typologie et la datation, Aupert, Tytgat 1979.

17 Gjerstad et al. 1935, p. 45 et pl. XI.

18 Hadjicosti 1997b, cat. 14 et 17 ; l’association des fabriques essentiellement de type IV permet de dater cette tombe de peu après 650.

19 No A80/97.50.49.L453.B3 : Stager, Master, Schloen 2011, p. 108, fig. 7.29.

20 Ibid., p. 103.

21 Braun 1982, p. 22-23.

22 Stager, Master, Schloen 2011, p. 103.

23 Hunt 2006.

24 Sur ce sujet, le lecteur se reportera à la contribution détaillée dans Carbillet, Tassignon 2014, p. 16-30.

25 Ibid., p. 23.

26 Ibid., p. 26-28.

27 Tallis 2014.

28 Gjerstad et al. 1937, p. 260 et 280, nos 551-558.

29 Je renvoie ici à la présentation générale faite par Antoine Hermary des palais chypriotes, et aux critères d’identification qu’il a établis : Hermary 2013, p. 93.

30 C’est à dessein que nous écartons les six jarres placées horizontalement dans les murs du sanctuaire d’époque géométrique d’Agios Iakovos, identifiées par Erik Sjöqvist dans Gjerstad et al. 1934, p. 363-366 comme un dépôt de fondation. En effet, les jarres, qui n’ont pas été retrouvées dans le même mur mais dispersées dans plusieurs murs, ne paraissent pas avoir contenu quelque chose. Leur position horizontale laisse plutôt penser qu’elles ont eu une fonction architectonique à vocation antisismique. Les fondations sont par ailleurs construites sur une couche de tessons : on peut penser à un dispositif antisismique isolant les fondations du sol en place.

31 Ellis 1968, p. 131-140 ; Schaudig 2010, p. 146 et 152-153.

32 Smith 2009, p. 58.

33 Karageorghis, Demas 1985, I, p. 242-243 et II, p. 133 ; Hunt 2006, p. 173-174.

34 Ibid., p. 152.

35 Karageorghis 2003, p. 56.

36 Smith 2009, p. 200-209.

37 Schreiber 2003a, p. 383.

38 Ibid., p. 384.

39 Karageorghis 2005, p. 94-95.

40 Hunt 2006, p. 83-84 ; Daux 1969, p. 994-998. Le dépôt contenait beaucoup de vaisselle miniature intacte – cratérisques, amphores, oinochoés miniatures – et des terres cuites féminines.

41 Dans ce cas, les récits proche-orientaux de construction de temples ou de palais mythiques (notamment l’épopée de Baal) comportent d’ailleurs tous la séquence suivante : proclamation, sacrifice d’animaux jeunes, dont de nombreux bovins, invitation au banquet et consommation de vin : Hurowitz 1992, p. 95-96. Voir aussi Pitard 2010, p. 96 ; Novotny 2010, p. 137-139. Dans le monde hittite aussi, des sacrifices étaient offerts à chaque étape de la construction : Beckman 2010.

42 A. Hermary, P. Columeau dans Fourrier, Hermary 2006, p. 179.

43 Ibid., p. 178.

44 New York, Metropolitan Museum, 74.51.4553 : Karageorghis 2000b, p. 180, no 297 ; Matthäus 1985, p. 166, pl. 40, fig. 433 (groupe « chypro-phénicien »).

45 New York, Metropolitan Museum, 74.51.4557 : Karageorghis 2000b, p. 188-189, no 307.

46 Matthäus 1985, p. 161-162, 172, pl. 32, fig. 424 (groupe « proto-chypriote »). Markoe 1985, p. 715, Cy6, propose une datation un peu plus ancienne, du début du viie s.

47 Hermary 2000.

48 Ceci n’est d’ailleurs pas le seul cas où le bœuf apparaît en contexte de fondation. La légende de la phénicienne Didon rapportée par Justin, XVIII 5, 8-16 raconte que pour fonder Byrsa, la reine découpa dans la peau d’un bœuf (dont il est sous-entendu qu’il a été auparavant sacrifié) des lanières de manière à délimiter le périmètre de la ville. Peut-être faut-il voir ici un écho de pratiques qui associaient le bovin aux fondations royales.

49 Jost 1992, p. 205.

50 Grayson 1991, p. 288-293, et notamment p. 292, A. 0.101.30, l. 105-110.

51 Ibid., l. 140-154.

52 Cf. à ce propos Cassin 1987, p. 187-188.

53 Grayson 1991, p. 293, A. 0.101.30 : l. 150-154 : « … all of them – altogether 69.574 (including) those summoned from all lands and the people of Calah – for ten days I gave them food, I gave them drink, I had them bathed, I had them anointed. (Thus) did I honour them (and) send them back to their lands in peace and joy ».

54 Albenda 1986, p. 34-36.

55 Carbillet, Tassignon 2014, p. 24.

56 Petit 1998, p. 580, fig. 8. Plusieurs exemplaires de ce type de cruche ont également été trouvés dans le bothros du sanctuaire, alors que la grotte n’en a livré qu’un seul exemplaire : Fourrier, Hermary 2006, p. 67-68.

57 Blandin, Fourrier 2003, p. 101-105.

58 Thalmann 1977. Dates limites : seconde moitié du viiie s. et début du ve s.

59 Fourrier, Hermary 2006, p. 22.

60 Egetmeyer 2010, p. 41-45.

61 Fourrier 2007b, p. 163.

62 Wriedt Sørensen 1994, p. 87.

63 Iacovou 2008a, p. 646 et n. 176.

Table des illustrations

Titre Fig.1 — Plan des magasins du palais d’Amathonte, avec emplacement du dépôt de fondation (cercle), dans la « zone 22 ».
Crédits T. Koželj, J.-C. Brua, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-1.png
Fichier image/png, 3,7M
Titre Fig 2 — Amphore dans sa cavité, en cours de fouille.
Crédits Isabelle Tassignon, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-2.png
Fichier image/png, 674k
Titre Fig 3 — Plan du secteur central des magasins du palais.
Crédits T. Koželj, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig 4 — Ossements contenus dans l’amphore.
Crédits Yves Lignereux, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-4.png
Fichier image/png, 736k
Titre Fig 5 — Amphore du palais.
Crédits Ph. Collet, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-5.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig.6 — Amphore d’Ascalon.
Crédits D’après Stager, Master, Schloen 2011.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-6.png
Fichier image/png, 405k
Titre Fig.7 — Dépôt de marmite en place, à côté de l’amphore, zone 22.
Crédits Isabelle Tassignon, EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-7.png
Fichier image/png, 808k
Titre Fig 8 — Fragment de coupe du « trésor de Kourion ».
Crédits The Metropolitan Museum of Art, 2015 ; OASC, www.metmuseum.org.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2976/img-8.png
Fichier image/png, 3,0M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search