Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie II – Les royaumes de l’âge de Fer : approches topographiques et archéologiques

La ville et ses nécropoles : contribution à la topographie de Palaepaphos

Eustathios Raptou

Résumé

L’organisation spatiale de Palaepaphos depuis ses origines jusqu’à la fondation de Nea Paphos au début de la période hellénistique fait toujours l’objet d’un vif débat malgré la longue et intense exploration du site, essentiellement dans les dernières décennies. L’étendue de la ville où siégeait le roi de Paphos, la question de l’existence d’un centre politique, la répartition de l’espace urbain entre zones pour les vivants et zones pour les morts, espaces sacrés et d’autres, sont quelques-unes des questions qui restent ouvertes. Les fouilles en cours du Département des Antiquités de Chypre dans la région du village de Kouklia, en particulier dans des secteurs jusqu’ici délaissés, ont révélé de nombreux nouveaux témoignages, vestiges architecturaux, tombes, sanctuaires, répartis sur toutes les périodes chronologiques, qui permettent de réévaluer certaines théories exprimées anciennement sur la topographie de la ville.

Texte intégral

  • 1 Ces questions sont actuellement l’enjeu d’un projet de recherche lancé par l’Université de Chypre, (...)

1Le site de l’antique Palaepaphos, à l’emplacement actuel de la petite commune de Kouklia, est un endroit d’intérêt majeur pour l’archéologie chypriote, continuellement fouillé depuis la fin du xixe siècle. Malgré une exploration plus intensive au cours de ces dernières décennies, il n’a pas encore été possible pour les chercheurs de bien saisir l’organisation spatiale de la ville au fil du temps, ni les fonctions précises des différents secteurs fouillés et la relation entre eux1. C’est donc cet environnement archéologique, pour la protection duquel le Département des Antiquités ne ménage pas ses efforts, en dépit d’une pression urbanistique disproportionnée, qui nous a conduits à intervenir à plusieurs reprises sur le territoire de l’ancienne Paphos au cours des dernières années afin de conduire des fouilles préventives ou de sauvetage. En dehors de l’accumulation d’un matériel extrêmement riche, les recherches ont apporté des informations permettant de combler des lacunes concernant l’image de la ville au fil du temps, mais ces découvertes créent d’autres interrogations.

2Toutefois, notre intention n’est pas d’entreprendre ici une étude détaillée de la topographie de la région, ce qui serait une tâche insurmontable, ni prétendre apporter des réponses définitives aux questions de l’organisation spatiale de la cité. D’ailleurs, tout ce qu’on dira risque d’être rapidement modifié par l’apport des trouvailles plus récentes issues de la recherche incessante dans la région. C’est à travers les résultats de nos recherches, après seize ans de fouilles sur le terrain, que nous allons tenter d’approcher la question de l’organisation spatiale de la ville. Les témoignages recueillis concernent les zones des vivants comme les espaces destinés aux morts et touchent le sujet du développement de Palaepaphos depuis la fin du Bronze Récent jusqu’à la période hellénistique. Ainsi, nous espérons contribuer à la thématique de cette rencontre dont le sujet porte sur les transitions à Chypre au temps des royaumes.

La ville de Palaepaphos et son organisation

  • 2 Młynarczyk 1990 ; Bekker-Nielsen 2000 ; Iacovou 2013d, p. 287-288 ; Balandier 2014a ; Vitas 2016.
  • 3 Ce n’est qu’à l’époque romaine que se fait la distinction entre Nea et Palaia mais pas de façon per (...)
  • 4 Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier 2007, p. 32 ; Iacovou 2007b ; Raptou 2016, p. 49-50.

3Ce qui constitue un événement crucial dans l’histoire de Paphos est le fait qu’au début de la période hellénistique, à la différence des autres cités-royaumes chypriotes, le territoire fut doté d’une deuxième ville sans que l’ancienne ait été abandonnée et sans que la nouvelle fondation ait été désignée par un nouveau nom. Sans s’attarder sur ce sujet maintes fois traité2, il semblerait que le nom Paphos ait été utilisé pour désigner les deux villes et que la distinction s’est d’abord faite uniquement pour la capitale du royaume, distinction qui apparaît dans les sources épigraphiques dès le iie s. av. J.-C. où la ville est qualifiée de Palaia, l’ancienne3. La ville neuve de Paphos avec son grand port était destinée à devenir une grande métropole et le siège administratif de l’île jusqu’au ive siècle apr. J.-C. Ainsi, le transfert de nombreuses fonctions administratives et économiques à la nouvelle ville, à partir de laquelle allait se faire désormais l’essentiel des transactions commerciales, aurait conduit à une diminution de l’importance du siège des Kinyrades, ce qui aurait entrainé un changement considérable dans l’organisation spatiale de la vieille capitale (fig. 1). L’abandon des vieux quartiers résidentiels de Palaepaphos à la fin du ive siècle av. J.-C. et le repli de la ville sur la colline du sanctuaire est un constat qui fait l’unanimité parmi les différents fouilleurs du site4.

Fig.1Carte topographique du site de Palaepaphos.

Fig.1 — Carte topographique du site de Palaepaphos.
  • 5 Les trouvailles hellénistiques sur le site de la ville sont peu nombreuses : Maier, Karageorghis 19 (...)
  • 6 Les traces de la période hellénistique ne sont pas bien perceptibles dans l’architecture du sanctua (...)
  • 7 À propos de la période romaine à Palaepaphos, voir Maier, Karageorghis 1984, p. 270-288 ; pour le s (...)
  • 8 Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier, Wartburg 1985b, p. 159 ; Maier 2004b, p. 26 ; Maier 2007, (...)
  • 9 Maier 1973, p. 194-197.
  • 10 Les trouvailles de la région témoignent de la présence d’un nombre important d’amphores importées, (...)
  • 11 L’existence d’un établissement, et probablement d’un sanctuaire, près de la côte, est connu par des (...)

4Nos informations sur l’apparence de la ville hellénistique sont très limitées5 et les rares indices qui nous parviennent concernent avant tout le grand sanctuaire ancestral et très vénéré d’Aphrodite Paphia, le monument qui aurait suscité l’intérêt principal des nouveaux maîtres de l’île, les Lagides d’Égypte6. L’image est sensiblement différente pour Palaepaphos romaine, grâce à une information archéologique plus riche qui témoigne d’une activité de construction remarquable dans la ville7. D’une part, le sanctuaire est toujours le point privilégié de l’intérêt porté à Paphos et, vers la fin du ier / début du iie siècle apr. J.-C., il aurait pris l’apparence monumentale que reflètent les vestiges visibles aujourd’hui. D’autre part, une série de résidences luxueuses, dont les ruines ont été mises au jour près du sanctuaire, dans les localités Alonia, Kato Alonia et Palaealona, témoignent de la multiplication des constructions privées sur le plateau et les pentes de la colline du sanctuaire, ce qui marque un repli de la ville vers l’ouest. Cependant, certaines de ces demeures d’époque romaine sont fondées sur des niveaux hellénistiques, ce qui montre que la ville a commencé à se développer à cet endroit déjà pendant la période précédente8. Évidemment, l’étendue de la ville à cette période nous est inconnue et on estime que son emplacement est aujourd’hui en grande partie occupé par l’agglomération de Kouklia. Le nombre élevé des maisons d’époque romaine fouillées à Palaepaphos, et la richesse que révèlent certaines d’entre elles, telle la maison de Léda9, témoignent de l’importance que la ville aurait alors acquise avec le temps après la fondation de Nea Paphos, ainsi que de sa prospérité, celle-ci n’étant pas uniquement liée à des activités en relation avec la vie du sanctuaire. Notre but n’est pas non plus de définir les ressources économiques de la ville après le transfert de la capitale. Néanmoins, des indices tels que le nombre élevé d’amphores commerciales importées que l’on trouve dans les tombes hellénistiques10 ainsi que l’existence d’un établissement à Achni près de la côte, en relation probable avec un port11, attestent la rapide reprise des activités après l’abolition du royaume.

  • 12 Maier, Wartburg 1985b, p. 155-159 ; Maier 2007, p. 26-33 ; la découverte d’un chapiteau ionique à A (...)
  • 13 Maier, Karageorghis 1984, p. 159-170 ; Maier, Wartburg 1998, p. 110-118 ; Maier 2004b, p. 59-76 ; s (...)

5La concentration des constructions de date hellénistique et romaine près du grand sanctuaire et dans la zone côtière12 facilite aujourd’hui l’étude des différentes phases et des transformations de l’espace urbain de la ville ancienne, bien que cette tâche demeure assez compliquée. Ainsi, en ce qui concerne les périodes plus anciennes, la recherche dans la région de Kouklia témoigne de l’existence, déjà au Bronze Récent (1650-1050 av. J.-C.), d’un établissement d’une importance considérable qui s’étalait sur les localités Marchello, Evreti, Asprogi, et Teratsoudia, dans les hauteurs à l’est du village. La période de floraison se situe au Bronze Récent IIC et IIIA (xiie siècle av. J.-C.) et le matériel exhumé montre que l’ancienne Paphos était alors le centre artistique et économique vraisemblablement le plus important dans le sud-ouest de l’île. La ville des temps historiques était plus étendue, couvrant les localités déjà mentionnées mais aussi celle de Mantissa et les zones plus au sud, dans les localités Hadjiabdullah et Arkalou, toujours à l’est de Kouklia. Deux bâtiments imposants ont occupé les sommets des collines de Marchello et de Hadjiabdullah et se sont probablement succédé comme centres administratifs de la ville aux périodes archaïque et classique13.

  • 14 Karageorghis 1983a ; Maier, Wartburg 1998, p. 109-110 ; Maier 2004a, p. 205-209.
  • 15 Le matériel tardif, romain et d’époque chrétienne, trouvé dans la tombe Spilaion tis Rigainas à Ark (...)
  • 16 Sur la nécropole de Phones voir Maier, Karageorghis 1984, p. 238-239 ; Raptou 2016, p. 50-51.

6Par ailleurs, les nécropoles qui forment presque une ceinture autour de cette vaste zone habitée, ouverte uniquement du côté nord-ouest, semblent s’installer au Bronze Récent I et jusqu’à la période géométrique et s’étendent de Xylinos / Xerolimni au nord à Skales au sud-est, Kato Alonia au sud et jusqu’à Plakes à l’ouest. Ces vastes terrains semblent montrer que ces nécropoles étaient en grande partie délaissées à la fin du royaume ou même avant, puisque les tombes d’époque classique y sont rares. Pourtant, ces nécropoles ne présentent pas de signes d’abandon complet puisque des tombes hellénistiques et romaines ont été également identifiées dans celles de Xylinos, Kato Alonia et Plakes. Dans certains cas on voit la réutilisation des tombes anciennes, comme on le constate par exemple à Skales et à Arkalou14. Dans certaines nécropoles on trouve même des tombes plus tardives de l’époque byzantine, ce qui témoigne d’une occupation ininterrompue à certains endroits du site15. Il faut cependant préciser que, malgré l’augmentation du nombre de tombes de date tardive dans les fouilles, l’utilisation des nécropoles anciennes semble limitée si on compare le nombre des tombes géométriques et archaïques à celles d’époque tardive. Ceci pourrait être l’indice d’un déclin démographique important et d’un rétrécissement de l’étendue de la ville. Cependant, une nouvelle nécropole d’une étendue considérable, qui semble être la principale nécropole de la ville hellénistique et romaine, s’installe au ive s. av. J.-C. au lieu-dit Phones, au sud et à l’ouest de la colline du sanctuaire16.

  • 17 Iacovou 2007b ; Iacovou 2008a ; Iacovou 2013d, p. 276-280 ; voir aussi nos observations à propos de (...)
  • 18 Iacovou 2007b.

7Telle est approximativement l’image que nous avons aujourd’hui de la ville. Pourtant, la question qu’on se pose est de savoir si cette vaste région qui englobe une superficie de plusieurs hectares était un espace urbain uni ou bien si Palaepaphos était constituée d’une pléiade d’établissements occupant, à l’intérieur de cette zone au relief très accidenté, les parties les plus favorables pour être habitées, laissant le reste des terres pour l’installation des nécropoles, pour des activités agricoles et pour d’autres fonctions nécessaires à la population. M. Iacovou s’est posée la même question dans ses récentes études et a proposé de restituer la ville comme n’étant pas d’un seul tenant mais composée de groupements de bâtiments sur les plateaux des collines à l’est de Kouklia et sans espace bien circonscrit entre des zones intra et extra muros17. La proposition est argumentée par une série d’éléments consistants que nous n’allons pas répéter ici18.

8On s’était interrogé sur la même question de l’organisation spatiale de la ville quelques années auparavant, lorsque, dans nos fouilles de 2002, nous avions touché des secteurs inexplorés de Palaepaphos, surtout dans la zone sud du site où nous avions mis au jour des séries de tombes, notamment une nécropole ignorée jusque-là, mais aussi des constructions qui indiquaient l’existence de nouveaux quartiers de la ville. Les lieux de ces découvertes, notamment celles de Plakes et de Kato Alonia et plus tard celles de Xylinos et de Skales, nous ont incités à émettre des doutes sérieux sur l’exactitude des idées avancées à l’époque concernant l’organisation spatiale du territoire de la ville. En effet, on pensait jusque-là que celle-ci consistait en un espace urbain uni entouré d’une enceinte fortifiée. Compte tenu des développements de la recherche conduite entre temps par l’Université de Chypre, nos découvertes illustrent plutôt la grande complexité de l’organisation de la ville et la difficulté à traiter de la topographie de celle-ci. Nous allons voir ici les nouvelles données en essayant de suivre un ordre chronologique.

Les nécropoles du Bronze Récent

  • 19 Par exemple les fouilles Welch en 1899, voir Maier, Karageorghis 1984, p. 218, n. 1.
  • 20 Par exemple, une tombe contenant la sépulture d’un guerrier, enterré selon des coutumes homériques  (...)

9Une série de découvertes faites dans la localité de Kato Alonia, au sud / sud-ouest de Kouklia, en contrebas du sanctuaire d’Aphrodite, a apporté des éléments permettant de réexaminer la topographie de la région et de susciter un nouvel intérêt pour celle-ci. Ce n’était pas pourtant une zone inconnue, puisque dans ce vaste espace plusieurs tombes de dates diverses avaient été fouillées dans le passé, malheureusement sans trop de méthode19. Mais ce n’est que très exceptionnellement que ces découvertes avaient fait l’objet d’une étude détaillée, livrant de nouvelles informations précieuses sur l’histoire de la ville20. C’est donc dans cette zone, dont le potentiel archéologique était considéré comme peu important, qu’en 2002 l’État chypriote a donné le feu vert à l’installation d’un nouveau quartier résidentiel destiné à loger les jeunes générations issues des familles des réfugiés de 1974. Les découvertes réalisées dans le cadre des importants travaux entrepris pour la construction des infrastructures se sont avérées si surprenantes, que le projet a été finalement annulé.

  • 21 Raptou, Vilain 2017.
  • 22 Maier, Karageorghis 1984, p. 50 ; Maier, Wartburg 1985a, p. 102-106 ; Maier 2007, p. 15-20 ; Iacovo (...)
  • 23 Iacovou 1994, p. 158, d’après les constatations faites à Enkomi, Kition et même à Palaepaphos.

10D’abord, dans la partie nord-ouest du terrain, deux tombes contigües ont été localisées : la première a été trouvée vidée de son contenu mais la deuxième, qui était creusée à proximité immédiate, a été trouvée intacte et fouillée21. Celle-ci contenait deux squelettes, celui d’un adulte et celui d’un enfant, dotés d’un ensemble d’offrandes funéraires datant du Bronze Récent IIC/IIIA (fig. 2). La proximité des tombes et leurs plans très similaires ne faisaient pas de doute : il s’agissait de deux tombes de la même période. Parmi le matériel mis au jour se trouvaient des objets de qualité, certaines formes rares, comme un askos oviforme en Base Ring présentant un oiseau aux ailes déployées, et une cruchette à bec mycénienne, importée. Il y avait une série de bols en White Slip et Base Ring, des bols sur pieds en Plain White, mais aussi des bijoux en bronze et plusieurs pièces en plomb de forme rectangulaire qui auraient pu servir de pesons. Les tombes en question constituent les témoignages les plus anciens de l’existence d’une nécropole du Bronze Récent IIC/IIIA dans cette région de Palaepaphos. Jusqu’à présent, nos témoignages concernant la période en question provenaient des cimetières se situant dans le secteur nord-est du site, dans les localités de Kaminia, Asprogi, Evreti, Marchello, où se trouvaient aussi les quartiers d’habitations de la même période22. Il a pu être observé qu’à cette époque il n’y a pas, dans les villes chypriotes, de stricte séparation entre les espaces des vivants et ceux des morts23. Cette constatation a conduit à proposer que le cimetière de Kato Alonia puisse être lié à une agglomération ou un quartier d’habitations qui se situerait dans son voisinage, soit sur les pentes de la colline du sanctuaire ou, plus probablement, un peu au sud, sur le plateau de Kato Alonia où, comme nous allons le voir, nous avons mis au jour des vestiges plus tardifs. D’ailleurs, la distance qui sépare le secteur en question de la zone où se situeraient les quartiers de la ville du Bronze Récent empêche de considérer qu’il puisse s’agir encore d’une nécropole créée par la même population vivant plus au nord.

Fig.2Kato Alonia, Tombe du Bronze Récent IIC/IIIA (T. 149).

Fig.2 — Kato Alonia, Tombe du Bronze Récent IIC/IIIA (T. 149).

Département des Antiquités, Chypre.

  • 24 Maier 1973, p. 76 ; Maier, Karageorghis 1984, p. 125 ; Iacovou 1994, p. 158.

11La continuité d’usage de la nécropole de Kato Alonia n’est pas fermement assurée pour la période suivante, mais ceci pourrait être dû au hasard des fouilles. Toutefois, les rapports succincts des fouilles du xixe siècle évoquent la découverte de tombes à cet endroit, sans plus de précision, ayant fourni de la céramique du Bronze Récent IIIB24. Cela semble confirmer que cette zone, aux pieds de la colline du grand sanctuaire, était vouée aux morts à la fin du Bronze Récent III comme il l’était au moins dès la fin du Bronze Récent II.

  • 25 Maier, Karageorghis 1984, p. 120-125 ; Maier, Wartburg 1985a, p. 103 ; Iacovou 1994, p. 158.
  • 26 Maier, Karageorghis 1984, p. 124 ; Iacovou 1994, p. 158 ; Flourentzos 1997.
  • 27 Myres, Ohnefalsch-Richter 1899, p. 10, 50 et 174 ; Iacovou 1994, p. 158.
  • 28 Karageorghis 1967a.
  • 29 Iacovou 1994, p. 158.
  • 30 Karageorghis, Raptou 2014, T. 186, p. 6 et 19-28, pl. I-V. 
  • 31 Karageorghis, Raptou 2014, p. 114.

12La fin de l’âge du Bronze, et surtout sa dernière phase, le Bronze Récent IIIB, est une période cruciale dans l’histoire de Palaepaphos et son développement, et nos découvertes apportent des informations importantes en ce domaine. Il est connu que du matériel du Bronze Récent IIIB, en dehors des tombes de Kato Alonia que nous venons de mentionner, a été trouvé dans d’autres nécropoles de la région, comme celle de Kaminia25. De plus, du matériel de la même période a été mis au jour dans les nécropoles qui se sont développées à la période chypro-géométrique I, au sud et à l’est, dans les localités Hadjiabdullah, Lakkos tou Skarnou et Skales, ainsi qu’au nord-ouest, où se trouvent les localités Xylinos et Xerolimni  26. Les deux dernières localités, contiguës, sont entièrement occupées par la nécropole qui se situe sur les pentes de la colline en face de la hauteur de Marchello, et qui s’est avérée particulièrement importante pour la topographie de la ville, puisqu’elle est considérée comme la nécropole principale de l’agglomération du Bronze Récent IIIB. L’existence d’une nécropole à cet endroit avait été soupçonnée par la découverte de matériel de cette période dès les fouilles de la fin du xixe siècle27, mais surtout après la découverte de la tombe T. 9 fouillée par V. Karageorghis28. Cependant, les trouvailles ne permettaient pas de supposer l’existance d’une ville correspondante à une nécropole aussi riche en cette période de la fin du Bronze Récent29. Une découverte récente, celle de la tombe T. 186, située à proximité immédiate de la précédente, vient modifier légèrement l’opinion exprimée sur la ville de la période en question30. Parmi les trouvailles, on note des bijoux en or de grande qualité et des vases en céramique Proto-White Painted d’un grand raffinement (fig. 3). On trouve des formes rares, des vases composites, annulaires, un askos zoomorphe, des objets qui correspondent chronologiquement et stylistiquement aux trouvailles faites dans la nécropole d’Alaas près de Gastria dans la péninsule du Karpas31. La richesse et le raffinement du matériel témoignent d’une société aisée et de l’existence d’une nécropole bien établie à cet endroit au début du xie siècle av. J.-C.

Fig.3Xylinos/Xerolimni, Askos zoomorphe et pyxide (T. 186).

Fig.3 — Xylinos/Xerolimni, Askos zoomorphe et pyxide (T. 186).

Département des Antiquités, Chypre.

  • 32 Iliffe, Mitford 1952, p. 51-52, fig. 1, Tombe I.
  • 33 Ibid., p. 52.

13Un autre secteur a apporté des nouvelles données : il s’agit de la nécropole de Skales, au sud-est de Kouklia. Une tombe y a été fouillée par une mission britannique au début des années 1950. Selon le rapport publié alors, elle aurait contenu du matériel du début de la période géométrique, donc du protogéométrique et du chypro-géométrique IA32. Les fouilleurs rapportent aussi que la tombe contenait plusieurs vases du Bronze Récent et même de la céramique mycénienne33. Les travaux de cette mission se sont concentrés sur le sud-est de la nécropole, près de la route qui mène vers la zone résidentielle qui s’est développée le long de la vallée de la rivière Ha Potami. Nous n’avons pas pu examiner ce matériel, qui rajouterait au site quelques siècles d’occupation et d’histoire, mais nous avons eu la chance de faire par hasard, en ce même lieu, nos propres investigations dont les résultats ont répondu à nos questions.

  • 34 Karageorghis, Raptou 2014, p. 3.
  • 35 Une partie de ce matériel apparaît dans Karageorghis, Raptou 2016, tombes 192 et 194, p. 12-17 et 5 (...)
  • 36 Karageorghis 1983a, p. 1-2.

14C’est précisément à cet endroit, décrit dans le rapport des fouilles britanniques, qui correspond à la partie la plus basse de la pente où s’étend la nécropole de Skales, que l’activité récente du Département des Antiquités, sous la direction du présent auteur, a localisé une série de tombes du Bronze Récent IIIB (fig. 4)34. La céramique trouvée est de style similaire à celle rencontrée dans la nécropole de Xylinos / Xerolimni35. Nous avons alors la preuve de l’existence d’un deuxième cimetière installé au début du xie siècle av. J.-C. dans la région de Palaepaphos, dans la localité de Skales, donc à une très grande distance de l’emplacement présumé de la ville de la période du Bronze Récent. En effet, la distance qui sépare les deux nécropoles du Bronze Récent IIIB, supérieure à 2 km, interdit de penser que celles-ci aient appartenu à la même agglomération. Il est possible que le plateau qui domine le site de Skales soit l’emplacement d’un établissement qui n’a pas été encore fouillé36, ni identifié. D’ailleurs, Skales est séparé des zones habitées par une dépression profonde qui est suivie des nécropoles Teratsoudia et Eliomylia.

Fig.4Skales, Tombe du Bronze Récent IIIB (T. 192).

Fig.4 — Skales, Tombe du Bronze Récent IIIB (T. 192).

Département des Antiquités, Chypre.

Les nécropoles chypro-géometriques et chypro-archaïques

  • 37 Karageorghis 1983a.
  • 38 Flourentzos 1997.

15La période qui suit, à partir de la deuxième moitié du xie s. av. J.-C. et jusqu’à la période chypro-archaïque, est une phase de grande prospérité pour la ville, comme l’ont bien montré les fouilles des nécropoles, notamment celle de Skales37. Les découvertes faites à différents endroits de la région prouvent l’extension des nécropoles déjà existantes ou l’installation de nouvelles à une grande étendue à l’est de Kouklia, aux localités de Lakkos tou Skarnou, Hassan Agha et Hadjiabdullah. La nécropole de Skales continue d’être utilisée, comme aussi la nécropole de Xylinos Xerolimni38.

  • 39 Raptou 2002 ; Karageorghis, Raptou 2014.
  • 40 Raptou 2002, p. 122 ; Karageorghis, Raptou 2014, p. 8-12.
  • 41 Raptou 2002, p. 127-128 ; Karageorghis, Raptou 2014.
  • 42 Le site montre cependant que l’occupation humaine a continué aux périodes postérieures, comme en té (...)

16Cependant, un nouveau cimetière de la période chypro-géométrique vient s’ajouter à la série de ceux que nous connaissions. Il a été découvert dans la localité de Plakes, à l’ouest de Kouklia39. Sept tombes au total ont été localisées et fouillées, certaines contenant des offrandes funéraires exceptionnelles d’une richesse rarissime. Les trouvailles ont aussi apporté des témoignages inattendus sur les coutumes funéraires de la ville à l’époque géométrique, avec la découverte dans la tombe T.144 d’une sépulture qu’on qualifierait d’héroïque (fig. 5). Elle comportait une grande amphore en bronze avec les armes déposées sur son côté et une baignoire un peu plus loin40. La sépulture en question est la plus ancienne de ce type qu’on connaisse à Paphos, et elle est proche chronologiquement de celle fouillée à Kourion-Kaloriziki. Elle ressemble aux sépultures de la même période connues en Egée, en Crète, à Lefkandi en Eubée et ailleurs41. La découverte de la nouvelle nécropole souligne davantage le fait que la période entre le xie et le viiie siècle correspond à une phase de très grande prospérité et de grande extension des espaces habités. Malgré la destruction de la nécropole, les trouvailles ont permis de démontrer que celle-ci avait continué à servir bien après l’abolition du royaume42. à l’heure actuelle, aucun indice ne signale dans les environs de la nécropole la présence d’un établissement. Cependant, cette nouvelle nécropole, qui se situe à une grande distance à l’ouest des zones d’habitats connues de Palaepaphos, ainsi que sa longue utilisation, sont des indices qui rendent peu probable le fait qu’elle ait servi aux populations des agglomérations se situant à l’est.

Fig.5Plakes, Tombe du chypro-géométrique IA (T. 144).

Fig.5 — Plakes, Tombe du chypro-géométrique IA (T. 144).

Département des Antiquités, Chypre.

17Revenons à la localité de Kato Alonia, où des découvertes fortuites apportent la preuve de l’installation d’une nécropole dès le Bronze Récent IIC. Un affaissement de terrain survenu accidentellement en 2002 à proximité du cimetière musulman de Kouklia, à moins de 100 m à l’est du sanctuaire d’Aphrodite, a conduit à fouiller une série de tombes assurant la continuité de l’utilisation de la nécropole sur une période d’un millénaire. C’est d’abord une tombe du chypro-archaïque II qui avait été localisée : sa fouille a montré que, au moment de son installation, elle avait recoupé une tombe du chypro-géométrique I, en détruisant une partie de celle-ci. La fouille de la tombe géométrique qui a suivi a révélé un mur qui fermait la paroi orientale de la chambre funéraire ; le dégagement de celle-ci a démontré que derrière ce dispositif se trouvait une chambre funéraire du chypro-archaïque I, dont l’installation avait recoupé à son tour la même tombe du chypro-géométrique I. La progression de la fouille a ensuite révélé que la paroi occidentale de la tombe géométrique avait été percée par une deuxième tombe du chypro-archaïque II qui, à son tour, avait été percée par le creusement d’une tombe du chypro-classique I (fig. 6). De l’autre côté s’ouvrait une tombe du chypro-classique II qui avait percé la deuxième tombe du chypro-archaïque II et une autre tombe du chypro-géométrique III qui se trouvait juste au-dessus d’elle. Enfin, une petite tombe à fosse datée de l’époque hellénistique a été fouillée entre les deux tombes archaïques et, enfin, une deuxième tombe à fosse hellénistique a été repérée au-dessus de la tombe classique II, mais détruite auparavant, peut-être lors de travaux de nivèlement de terrain devant le mur du cimetière musulman. Pour finir, l’endroit accueille toujours aujourd’hui les deux cimetières, chrétien et musulman, du village de Kouklia.

Fig.6Kato Alonia, œnochoé du chypro-classique I.

Fig.6 — Kato Alonia, œnochoé du chypro-classique I.

Département des Antiquités, Chypre.

Les tombes de la période chypro-classique

  • 43 Rappelons la fouille d’une tombe contenant une sépulture héroïque du chypro-archaïque I : Karageorg (...)
  • 44 Raptou 2007 et 2017.
  • 45 Sur la probable existence du port de Palaepaphos en cet endroit voir Theodoulou 2006, p. 119-122 ; (...)

18Il ne s’agit là que d’une partie des découvertes que nous avons effectuées dans la localité de Kato Alonia, puisque dans les années qui ont suivi celles-ci, toute une série de tombes datées du chypro-archaïque à la période hellénistique, inédites à ce jour, a été mise au jour confirmant que l’utilisation du cimetière était continue presque tout au long des temps historiques43. Enfin, c’est dans ce vaste secteur qu’une tombe classique a été localisée, qui s’est révélée être l’une des plus intéressantes trouvées à Palaepaphos44. La tombe en question a été découverte sur les pentes orientales du plateau de Kato Alonia, au-dessus de la localité de Loures, où se situerait, selon de nouvelles estimations, le bassin portuaire de la ville45.

  • 46 Raptou 2007 et 2017, p. 552-568.
  • 47 La longueur du dromos ne peut pas être estimée, puisque il a été détruit lors de la construction de (...)

19La tombe classique contenait un sarcophage sculpté et peint qui date très probablement du début du ve siècle av. J.-C., s’agissant d’une des trouvailles les plus importantes jamais faites à Palaepaphos46. Cependant, notre intérêt ici porte essentiellement sur la tombe elle-même, son architecture et son lieu de découverte (fig. 7). La tombe, creusée dans la roche, était constituée d’une grande chambre funéraire principale de plan rectangulaire, d’une chambre latérale, et du dromos qui s’ouvrait à l’est. Les dimensions de la tombe sont remarquables si on les compare à ce que l’on connait de l’architecture funéraire à Palaepaphos. La longueur totale de la tombe (la chambre avec le dromos) mesure 8,50 m. Le dromos, qui a été en partie détruit, était creusé en escalier constituant ainsi un accès monumental47. L’entrée, bien qu’elle fût aussi détruite, semble avoir été aussi monumentale (fig. 8) : la découverte de blocs taillés de part et d’autre de l’entrée, probables bases d’orthostates, dessinent une entrée construite et haute de 2 m au moins. L’intérieur de la chambre principale est soigneusement creusé et sa paroi orientale est revêtue de murs construits en pierres de taille recouvertes d’enduit. Dans la paroi droite de la chambre principale s’ouvrait une chambre latérale, de plan rectangulaire, mesurant 2    ×    2,10    m pour une hauteur de 1,80 m, avec un sol légèrement rehaussé par rapport à celui de la chambre principale. Cette chambre se trouve très près de l’entrée de la tombe et légèrement en diagonale par rapport à l’axe de la tombe. Sa place à cet endroit précis s’explique vraisemblablement par la préoccupation d’économiser de l’espace afin de laisser libre tout le reste pour l’installation d’autres chambres latérales. Contre la paroi est avait été déposé le sarcophage historié, sculpté et peint, qui constitue la seule découverte à cet endroit de la tombe.

Fig.7Kato Alonia, plan de tombe classique (T. 176).

Fig.7 — Kato Alonia, plan de tombe classique (T. 176).

Département des Antiquités, Chypre.

20 

Fig.8Kato Alonia, éntrée de la tombe T. 176.

Fig.8 — Kato Alonia, éntrée de la tombe T. 176.

Département des Antiquités, Chypre.

  • 48 Pour une description analytique et un commentaire de l’architecture de la tombe voir Maier 1992 ; M (...)
  • 49 Pour l’utilisation continue de cette tombe depuis la période classique tardive jusqu’à l’époque byz (...)
  • 50 Raptou 2017, p. 568-571.
  • 51 Selon les inscriptions qui y ont été trouvées, le Spilaion tis Rigainas a reçu les sépultures des r (...)
  • 52 Les tombes royales de la période classique sont peu nombreuses à Chypre et moins monumentales si on (...)

21Les caractéristiques de l’architecture de la tombe, ses dimensions, son axialité remarquable et sa monumentalité ne trouvent pas de comparaison dans l’architecture funéraire de la ville en dehors de la tombe dite Spilaion tis Rigainas, qui se situe en face de Loures, à une courte distance à l’est, environ 600 m, au lieu-dit Arkalou48. Ces deux tombes ont des plans comparables et présentent la même symétrie de dessin et la même axialité. Dans les deux cas la monumentalité de l’architecture apparaît aussi bien dans les accès et les entrées imposantes que dans l’ajustement des anomalies de la roche par la construction de murs de revêtement. Ce revêtement a été constaté aussi bien dans la chambre de la tombe de Kato Alonia que dans le dromos de la tombe d’Arkalou. La seule différence importante à noter entre les deux tombes concerne leurs dimensions : en effet la tombe du Spilaion tis Rigainas comprend trois chambres principales qui se succèdent, dont les deux premières comportent quatre chambres latérales qui s’ouvrent dans leurs parois. Les grandes dimensions de cette tombe sont probablement dues aux agrandissements successifs au cours du temps, tandis que la tombe de Kato Alonia semble avoir servi pour une période relativement courte. Le Spilaion tis Rigainas aurait reçu au moins deux sépultures royales et il est considéré, à l’heure actuelle, comme la seule tombe royale connue de Palaepaphos. L’utilisation de cette tombe se place avec certitude dans la première moitié du ive siècle av. J.-C.49. De même, la tombe de Kato Alonia n’a pas livré d’éléments qui justifieraient une datation haute dans le ve s. av. J.-C. En revanche, le sarcophage qu’y a été découvert date très probablement de la fin de la période archaïque. Dans l’ensemble, le reste des trouvailles date en majorité de la fin de la période classique et on y trouve encore des objets de date bien postérieure, ce qui laisse supposer que le sarcophage a été réutilisé peut-être à la fin du ve ou au début du ive siècle av. J.-C.50. L’architecture des deux tombes est similaire, ce qui permet de proposer que celles-ci ont été dessinées et créées dans le même contexte culturel. Elles sont vraisemblablement contemporaines et auraient accueilli des membres de la haute société locale et appartenant probablement à l’entourage royal51. Ces deux tombes, sans présenter une architecture somptueuse, sont à l’heure actuelle les seuls témoins d’une architecture funéraire présentant des dimensions monumentales pour la ville de Palaepaphos classique52. Elles constituent des exemples d’une architecture peu commune dans la Chypre classique puisqu’elles ne trouvent pas de parallèles proches et elles restent pour le moment typiques de Palaepaphos.

  • 53 Carstens 2006, p. 136-139.
  • 54 Walcher 2007, p. 68.
  • 55 Carstens 2006, p. 142.
  • 56 Carstens 2006, p. 149.
  • 57 Raptou 2001.
  • 58 Pour la tombe fouillée à Kourion voir McFadden 1946, et pour celle fouillée à Evrychou voir Nicolao (...)
  • 59 Maier 1992, p. 10-13 ; Maier 2004a, p. 199-200 ; Maier, Wartburg 1998, p. 105-110.

22Il s’agit d’une architecture funéraire soignée, qui renvoie plutôt aux tombes monumentales construites de la période archaïque. Signalons la tombe dite d’Evangelis de Kition avec son grand escalier à l’entrée, la tombe de Trachonas et aussi les tombes 1 et 2 d’Amathonte53. Signalons encore la tombe 11 de Tamassos, qui comporte un escalier monumental et des chambres rectangulaires54. Des accès en escalier se trouvent aussi dans les tombes de Cellarka à Salamine, mais avec une architecture moins soignée qui date du passage à la période classique55. Pour la période classique, notons seulement une tombe construite, à Pyla, près de Larnaca, datant de la période chypro-classique I, qui comporte des chambres funéraires rectangulaires et des chambres latérales avec des axes symétriques56. On pourrait encore citer l’exemple d’une tombe du chypro-classique II, à peu près contemporaine de celles de Palaepaphos, qui a été fouillée à Tremithousa, donc sur le territoire du royaume de Paphos. Elle est constituée d’une grande chambre funéraire rectangulaire et d’une chambre latérale ouverte dans sa paroi gauche qui contient une banquette. Il s’agit d’une architecture funéraire locale qui ne manque pas d’intérêt, puisqu’elle présente des éléments qui marquent le passage de la période classique à la période hellénistique57. Par contre, l’architecture funéraire avec des grandes chambres rectangulaires et des chambres latérales est plus représentative du début de la période hellénistique. De cette période signalons la tombe fouillée près d’Agios Ermogenis à Kourion ou la tombe d’Evrychou-Phoenikas dans le Troodos58. Quoi qu’il en soit, les tombes classiques de Palaepaphos restent des cas isolés dans l’architecture funéraire de Chypre par leur taille et leur monumentalité ; leurs caractéristiques témoignent de leur qualité d’exécution et nous orientent vers des occupants qui auraient appartenu aux catégories économiques et sociales les plus aisées de la cité59. La date classique tardive indique vraisemblablement une amélioration de la situation et éventuellement un renforcement du pouvoir dans la ville, ce qui aurait rendu possible la création de telles tombes.

23Ces découvertes démontrent que les pentes à l’est et au sud du plateau du sanctuaire, la localité Kato Alonia, constituaient une vaste nécropole installée à cet endroit au moins depuis le Bronze Récent IIC, avec une séquence chronologique ininterrompue du chypro-géométrique I jusqu’à la période hellénistique. La présence à cet endroit d’une nécropole exclut l’existence d’un espace habité tout au long de l’histoire sur une vaste zone en contrebas du sanctuaire d’Aphrodite. La zone de la nécropole de Kato Alonia crée ainsi une barrière entre les zones habitées au nord et à l’est, traditionnellement considérées comme les quartiers principaux de la ville de Palaepaphos.

Kato Alonia : les vestiges architectoniques

24C’est donc dans cette zone limitée par des nécropoles presque de tous les côtés du site que des vestiges architectoniques importants ont été mis au jour. C’est encore lors de travaux de construction qu’une pelle mécanique a heurté des murs antiques. Ceux-ci ont été malheureusement arasés jusqu’au sol et les couches stratigraphiques presque entièrement enlevées. Lors de la fouille limitée qui nous a été permis d’entreprendre, nous avons pu dégager des restes architectoniques sur une superficie d’environ 45 m2 mais, à l’heure actuelle, nous ne sommes pas en mesure d’estimer l’ensemble de leur étendue. En effet, la fouille a démontré que les vestiges continuent bien au-delà de l’espace dégagé, ce qui laisse soupçonner l’existence à cet endroit d’un bâtiment de dimensions importantes. Les conditions de travail difficiles n’ont pas permis d’étendre la fouille afin de retracer le plan du bâtiment ou de bien saisir la fonction de l’édifice et l’utilisation des espaces découverts (fig. 9).

Fig.9Kato Alonia, bâtiment classique, la pièce de stockage.

Fig.9 — Kato Alonia, bâtiment classique, la pièce de stockage.

Département des Antiquités, Chypre.

25Dans l’état actuel de la recherche, les murs dessinent un plan allongé composé d’au moins trois espaces, dont les murs sont préservés sur une ou deux assises de pierres. Ces murs ont une épaisseur de 60 cm et sont constitués de blocs de taille en calcaire, certains étant même parallélépipédiques, ce qui témoigne d’une construction soignée. Dans l’ensemble les murs sont constitués de deux rangées de blocs parallèles. Trois des murs que nous avons découverts sont liés entre eux et délimitent un espace rectangulaire dont nous n’avons pas les limites du côté sud-est et dont la surface dégagée mesure 4 × 2,80 m. Dans l’état actuel de la fouille, il semble que l’on accédait à cet espace par une marche au sud et par un petit passage à travers le mur nord, délimité par deux blocs perpendiculaires, par deux boutisses. La présence de la marche au sud semble indiquer que cet espace était légèrement surélevé par rapport au niveau de circulation du reste de la zone.

  • 60 C’est le cas du grand bâtiment fouillé à Evreti : Maier, Wartburg 1985a, p. 116-117.

26à l’ouest du mur septentrional de cette pièce se trouve un autre espace, sur le sol duquel ont été mis au jour les restes d’aux moins deux pithoi et de nombreux fragments d’amphores commerciales parmi lesquels se trouvent aussi des tessons d’amphores importées du Levant. Ces trouvailles indiquent qu’il s’agissait là d’une zone de stockage. Le reste du matériel comprend des tessons de céramique classique dont un de céramique attique, d’une coupe à figures rouges du ve siècle av. J.-C. Les trouvailles montrent une occupation des espaces à la période classique, au ve / ive siècles av. J.-C. Le matériel n’a pas encore été entièrement étudié, d’où notre réticence à proposer une datation plus précise du bâtiment. De plus, la destruction causée par les engins mécaniques a enlevé des parties qui auraient pu contenir des informations. Les périodes postérieures ne sont pas représentées dans le matériel découvert, ce qui nous fait penser que les lieux ont été abandonnés à la fin de la période classique. Ce constat est en accord avec ce que l’on connait de l’histoire d’autres bâtiments découverts sur le site de Palaepaphos60.

27Le plateau de Kato Alonia avec sa zone habitée se trouve en face de celui d’Arkalou et les pentes de Hadjiabdoullah, où nous avons fouillé des habitations qui semblent appartenir à la même période d’occupation. L’objectif principal de cette fouille était de sauver le site et de prévenir toute construction moderne ; il n’a pourtant pas été possible de conduire une fouille approfondie. Ainsi, le matériel recueilli témoigne d’une occupation du terrain depuis la fin de la période archaïque jusqu’au ive siècle av. J.-C. La fouille a encore permis de constater qu’en ce lieu s’élevaient des quartiers d’habitations densément peuplés. Les constructions sont soignées, constituées de murs où l’on constate l’usage de pierre de taille, certains étant même assez larges pour justifier une architecture d’une certaine qualité et d’importance. La zone fouillée est fermée au sud-est par les nécropoles de Teratsoudia et Eliomylia, où nous avons fouillé plusieurs tombes, inédites à ce jour, du Bronze Récent et du début de la période hellénistique.

  • 61 E. Raptou dans Hadjisavvas 2010, p. 156, nº 139 ; pour une œnochoé de la même catégorie v. Maier, K (...)
  • 62 Maier, Karageorghis 1984, p. 213, fig. 199.
  • 63 Des œnochoés de Marion apparaissent aussi à Nea Paphos, Archimandrita et ailleurs, ce qui indique l (...)
  • 64 Sur les importations des vases attiques à Palaepaphos voir Maier, Karageorghis 1984, p. 217-218. Si (...)
  • 65 Voir supra.

28Cependant, dans l’état des connaissances actuelles, il manque encore à Palaepaphos une nécropole de la période classique. Les grandes tombes de Kato Alonia et d’Arkalou présentent une architecture monumentale mais elles dateraient du classique tardif. à ce jour, le ve siècle semble devoir être considéré comme une période de grandes difficultés et d’appauvrissement. Le nombre des tombes classiques fouillées jusqu’ici ne s’accorde pas avec l’image d’une ville qui connait en cette même période sa plus grande expansion résidentielle et démographique, comme en témoignent les découvertes dans les zones d’habitat. Des tombes classiques se trouvent éparpillées entre les tombes plus anciennes, comme on a pu le constater dans nos fouilles à Kato Alonia et à Skales mais aussi à Hassan Agha, des localités qui présentent la plus grande concentration de tombes de cette période. Pourtant, il n’est pas possible de connaître le nombre des tombes classiques découvertes dans les autres nécropoles lors des fouilles anciennes. Les tombes connues montrent toutefois une certaine richesse et contiennent des importations de l’intérieur de l’île mais aussi de l’extérieur. Signalons l’oenochoé, typique de la production de Marion, trouvée à Kato Alonia61. Ce n’est pas la première de ce style à avoir été trouvée à Palaepaphos62, ce qui montre l’influence de la voisine Marion, observée également sur d’autres sites de la région63. On constate également une influence athénienne grandissante avec l’augmentation des importations attiques et la présence de vases attiques dans les tombes. Leur nombre n’est évidemment pas comparable à ce qu’on constate pendant la même période dans les tombes d’autres villes, telle que Marion64. L’intensification de l’hellénisation ne fait toutefois pas de doute, comme permet de le constater le décor du sarcophage exhumé à Kato Alonia65.

Phones : la nécropole hellénistique

  • 66 C’est cette nécropole, ainsi que celles situées aux localités Alonia, Xylinos et Loura tou Kamelou, (...)

29Une nouvelle nécropole semble se constituer à la fin de la période classique : elle a livré des informations précieuses sur l’évolution de la ville aux temps de la fondation de la Nouvelle Paphos et sur ses caractéristiques au cours des décennies qui ont suivi. De nombreuses tombes hellénistiques et romaines ont été fouillées dans la localité Phones, une éminence au nord-ouest du sanctuaire, couverte aujourd’hui par des constructions. Le site domine l’accès au village de Kouklia, de la même façon qu’il devait, comme on le suppose, dominer l’accès à la ville antique66. C’est un endroit qui n’a pas donné à ce jour de matériel antérieur au ive siècle av. J.-C., ce qui semble indiquer que l’installation de la nécropole s’est produite pendant la période des changements survenus à la suite de la fondation de Nea Paphos.

  • 67 Raptou 2016, p. 51.

30L’importance de cette nécropole a été manifeste dès la découverte de la première tombe construite de Palaepaphos, datée des iiie / iie siècles (fig. 10). La tombe a malheureusement été trouvée effondrée et très endommagée en raison de sa construction dans la roche argileuse et très friable de la région. Les murs construits en blocs taillés ont été partiellement préservés jusqu’à une hauteur d’environ 1,5 m, témoignant d’une architecture coûteuse, financée par des gens appartenant à une catégorie sociale aisée. Aux alentours, de nombreuses autres tombes comprenant des loculi caractéristiques de l’architecture funéraire de la période ou de simples tombes à fosse creusées dans le rocher, témoignent de l’existence de traditions communes à d’autres sites de l’île de la même période. Des trouvailles intéressantes, telles qu’une amphore peinte au décor polychrome utilisée comme urne cinéraire et des objets uniques tels des balsamaires en bronze, témoignent de la vie luxueuse de ces individus. La découverte de nombreuses amphores commerciales aux anses estampées provenant surtout de Rhodes mais aussi de Cos, témoignent à leur tour d’une activité économique et commerciale incessante pendant la période hellénistique et qui se poursuit à l’époque romaine67.

Fig.10Phones, tombe hellénistique construite.

Fig.10 — Phones, tombe hellénistique construite.

Département des Antiquités, Chypre.

  • 68 Des monuments funéraires construits ne sont pas inconnus à Chypre aux périodes hellénistique et rom (...)
  • 69 Les crémations sont rares dans la région de Paphos aux périodes hellénistique et romaine ; cependan (...)

31En dehors de la tombe construite, ce qui constitue encore une nouveauté pour la région est une série de monuments funéraires, localisés près des tombes. Une structure à trois degrés a été fouillée, construite avec des blocs de taille posés à sec entourant un noyau constitué de terre et de pierres brutes. Une sorte de crépis avait été ainsi formée, mesurant 4 × 3 m pour une hauteur préservée d’environ 1 m, avec des marches sur les trois côtés et qui aurait supporté originellement une plate-forme aux bords finement moulurés. La fouille du noyau de la construction n’a pas livré d’éléments significatifs, ce qui laisse penser qu’il pourrait s’agir du soubassement d’un naiskos funéraire, de la base d’un autel ou encore de celle d’une statue68. Un mur a été trouvé sur son côté droit, construit avec des blocs de taille posés contre la paroi rocheuse, de telle façon qu’ils forment un écran afin de souligner davantage le monument. À gauche de la construction à degrés une stèle funéraire à fronton se trouvait in situ. Une deuxième base de monument a été fouillée à courte distance de la précédente, mais celle-ci était en grande partie détruite. Les blocs retrouvés lors des fouilles, dont certains sont finement travaillés, font également preuve d’une architecture de qualité. La nécropole a livré encore des dispositifs de culte funéraire tels que des tables d’offrandes, des autels et encore des fragments de stèles funéraires finement travaillées comportant un décor polychrome. Les pratiques funéraires démontrent que les inhumations étaient majoritaires dans ce cimetière mais on trouve aussi des crémations69. Dans un cas, une monnaie a été trouvée parmi les ossements de la tête, ce qui témoigne de la coutume grecque de doter le mort d’une pièce de monnaie, le charoneios obolos. Ces découvertes ne nous renseignent pas seulement sur les activités religieuses de cette population, mais les coutumes funéraires témoignent aussi du fait que cette société était de culture grecque.

Conclusions

32Les fouilles récentes ont apporté nombre d’informations nouvelles qui permettent de mieux saisir l’organisation de la ville depuis le Bronze Récent. Une importance particulière est accordée aux zones au sud et à l’ouest des régions qu’on considérait habituellement le centre de la ville.

  • 70 Il est impressionnant de noter qu’il s’agit d’une zone vouée aux morts tout au long de l’histoire p (...)
  • 71 Une formation en plusieurs établissements ressort aussi de l’étude des tombes qui ont été trouvées (...)

33Les nouvelles fouilles apportent des témoignages sur l’existence d’une nécropole dans la localité de Kato Alonia au moins depuis le Bronze Récent IIC / IIIA. La localisation des tombes permet d’émettre l’hypothèse selon laquelle un établissement de cette période s’était installé dans cette région à côté d’autres agglomérations qui se seraient développées plus au nord. Les découvertes des tombes du Bronze Récent IIIB à Xylinos / Xerolimni et à Skales, datant de la première moitié du xie siècle av. J.-C., témoignent, par leurs richesses, de l’existence d’une ville prospère et d’un centre artistique et économique important. La découverte d’une nouvelle nécropole de cette période à Skales est un indice supplémentaire de l’existence d’un autre établissement se trouvant au sud et qui aurait existé à cet endroit au moins depuis le Bronze Récent, et jusqu’à la période classique. La nécropole de Plakes est la preuve de l’existence d’un établissement à l’ouest au moins depuis le xie siècle av. J.-C. et jusqu’au vie siècle apr. J.-C. La séquence chronologique ininterrompue des tombes de Kato Alonia prouve l’existence à cet endroit d’une nécropole très dense en usage sur la plus grande partie de l’histoire du site70. La découverte d’importantes constructions entourées de nécropoles définit un espace habité sur le plateau de Kato Alonia qui vient s’ajouter au reste des quartiers qui auraient composé la ville. La ville de Palaepaphos aurait été formée dès la fin du Bronze Récent et vraisemblablement tout au long des temps historiques d’une série d’agglomérations dont on ne peut qu’estimer le nombre71. L’extension de ces agglomérations a probablement varié dans le temps pour atteindre sa plus grande extension à la période classique.

34Enfin, les trouvailles effectuées à Phones montrent que la ville s’est vite réorganisée après la fondation de la Nouvelle Paphos. Les constructions qui y ont été mises au jour sont les premiers témoignages d’une architecture hellénistique à Palaepaphos, et le matériel exhumé témoigne d’une société plutôt en essor, qui affirme sa richesse en se permettant d’ériger des monuments luxueux en un lieu non dénué d’importance puisque situé en face du grand sanctuaire. C’est à la période hellénistique que la ville semble vraiment changer de caractère et qu’elle se concentre près du sanctuaire, avec une nécropole importante. Les tombes de la même période qu’on trouve dans plusieurs autres endroits ne justifient pas l’existence d’établissements importants, seulement de petites installations qui se seraient implantées sur les vieux quartiers d’habitations avant qu’ils ne soient définitivement abandonnés, et avant que la vie ne se concentre à Kouklia.

Notes

1 Ces questions sont actuellement l’enjeu d’un projet de recherche lancé par l’Université de Chypre, voir Iacovou 2007b.

2 Młynarczyk 1990 ; Bekker-Nielsen 2000 ; Iacovou 2013d, p. 287-288 ; Balandier 2014a ; Vitas 2016.

3 Ce n’est qu’à l’époque romaine que se fait la distinction entre Nea et Palaia mais pas de façon persistante : sur les sources écrites où apparait le nom Nea ou Palaia pour Paphos v. Młynarczyk 1990, p. 23-25, où on constate que le nom Nea n’apparaît que deux fois ; v. aussi Raptou 2016, p. 48-49.

4 Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier 2007, p. 32 ; Iacovou 2007b ; Raptou 2016, p. 49-50.

5 Les trouvailles hellénistiques sur le site de la ville sont peu nombreuses : Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier 2004b, p. 25-26, 45-46 et 77-79. On observe cependant dans l’architecture de la ville l’adoption des styles grecs classiques ; la découverte d’une maison à péristyle ainsi que des fragments architecturaux d’ordre dorique témoignent des changements survenus dans la ville en ce qui concerne les traditions architecturales : pour un bel exemple de chapiteau d’ordre ionique voir Maier, Karageorghis 1984, p. 223 et 240 ; Maier 2007, p. 19-22. Les résidences, dont certaines ont des sols en mosaïques, datent de la période romaine, mais elles doivent avoir des phases plus anciennes, de la période hellénistique : Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier, Wartburg 1985b, p. 159 ; Maier 2004b, p. 26 ; Maier 2007, p. 32.

6 Les traces de la période hellénistique ne sont pas bien perceptibles dans l’architecture du sanctuaire, pourtant des sceaux du iie siècle av. J.-C. trouvés à Nea Paphos montrent le sanctuaire tel qu’il se présentait à l’époque romaine, ce qui permet de supposer qu’au moins la partie la plus sacrée, le cône en pierre protégé par le baldaquin, restait inaltéré depuis les périodes plus anciennes : Maier, Karageorghis 1984, p. 239 ; Maier, Wartburg 1985b, p. 160-162 ; Maier 2004b, p. 26.

7 À propos de la période romaine à Palaepaphos, voir Maier, Karageorghis 1984, p. 270-288 ; pour le sanctuaire voir Maier, Wartburg 1998, p. 119-132 ; v. aussi Maier 2004b, p. 46-53.

8 Maier, Karageorghis 1984, p. 238 ; Maier, Wartburg 1985b, p. 159 ; Maier 2004b, p. 26 ; Maier 2007, p. 32.

9 Maier 1973, p. 194-197.

10 Les trouvailles de la région témoignent de la présence d’un nombre important d’amphores importées, notamment de Rhodes, mais également de Cos, et des activités commerciales : Maier, Karageorghis 1984, p. 239 ; sur les amphores rhodiennes importées de la région de Palaepaphos v. Nicolaou 2005.

11 L’existence d’un établissement, et probablement d’un sanctuaire, près de la côte, est connu par des prospections (Młynarczyk 1992, p. 255) et par des trouvailles accidentelles ; un port naturel aurait existé dans son voisinage à la fin de l’âge du Bronze comme l’a proposé à son tour récemment Iacovou 2012b, p. 62-63, et il est fort probable qu’un établissement portuaire se soit développé au même endroit aux périodes plus tardives, (Theodoulou 2006, p. 119-122). Toujours près de la côte, dans la localité de Styllarka, la découverte d’éléments architectoniques en remploi dans la construction d’un pressoir à olives signale l’existence, à cet endroit, d’un temple d’ordre dorique : Maier 2004b, p. 89.

12 Maier, Wartburg 1985b, p. 155-159 ; Maier 2007, p. 26-33 ; la découverte d’un chapiteau ionique à Arkalou (Maier 2004b, fig. 16) ainsi qu’un chapiteau corinthien à Hadjiabdullah (Maier 2007, p. 32, fig. 28), indiquent une activité dans la région, peut-être l’existence de petits sanctuaires de la période classique tardive et hellénistique.

13 Maier, Karageorghis 1984, p. 159-170 ; Maier, Wartburg 1998, p. 110-118 ; Maier 2004b, p. 59-76 ; sur les recherches récentes dans les deux régions voir Iacovou 2008b, p. 275-276 ; Iacovou 2013d, p. 282-285.

14 Karageorghis 1983a ; Maier, Wartburg 1998, p. 109-110 ; Maier 2004a, p. 205-209.

15 Le matériel tardif, romain et d’époque chrétienne, trouvé dans la tombe Spilaion tis Rigainas à Arkalou, témoigne de la continuité de la vie près de cet endroit considéré comme le centre de la ville : Maier, Wartburg 1998, p. 109-110. Il est aussi à noter qu’à Plakes, à l’ouest de Kouklia, la découverte d’une tombe chrétienne, inédite à ce jour, montre aussi une occupation continue du secteur jusqu’à une date tardive. Une autre tombe de la période byzantine est mentionnée au sud-est du manoir de Kouklia, un endroit qui correspond à la localité de Kato Alonia, cf. Maier 2004b, p. 28.

16 Sur la nécropole de Phones voir Maier, Karageorghis 1984, p. 238-239 ; Raptou 2016, p. 50-51.

17 Iacovou 2007b ; Iacovou 2008a ; Iacovou 2013d, p. 276-280 ; voir aussi nos observations à propos de la même question dans Karageorghis, Raptou 2014.

18 Iacovou 2007b.

19 Par exemple les fouilles Welch en 1899, voir Maier, Karageorghis 1984, p. 218, n. 1.

20 Par exemple, une tombe contenant la sépulture d’un guerrier, enterré selon des coutumes homériques : Karageorghis 1963.

21 Raptou, Vilain 2017.

22 Maier, Karageorghis 1984, p. 50 ; Maier, Wartburg 1985a, p. 102-106 ; Maier 2007, p. 15-20 ; Iacovou 1994, p. 158.

23 Iacovou 1994, p. 158, d’après les constatations faites à Enkomi, Kition et même à Palaepaphos.

24 Maier 1973, p. 76 ; Maier, Karageorghis 1984, p. 125 ; Iacovou 1994, p. 158.

25 Maier, Karageorghis 1984, p. 120-125 ; Maier, Wartburg 1985a, p. 103 ; Iacovou 1994, p. 158.

26 Maier, Karageorghis 1984, p. 124 ; Iacovou 1994, p. 158 ; Flourentzos 1997.

27 Myres, Ohnefalsch-Richter 1899, p. 10, 50 et 174 ; Iacovou 1994, p. 158.

28 Karageorghis 1967a.

29 Iacovou 1994, p. 158.

30 Karageorghis, Raptou 2014, T. 186, p. 6 et 19-28, pl. I-V. 

31 Karageorghis, Raptou 2014, p. 114.

32 Iliffe, Mitford 1952, p. 51-52, fig. 1, Tombe I.

33 Ibid., p. 52.

34 Karageorghis, Raptou 2014, p. 3.

35 Une partie de ce matériel apparaît dans Karageorghis, Raptou 2016, tombes 192 et 194, p. 12-17 et 51-59.

36 Karageorghis 1983a, p. 1-2.

37 Karageorghis 1983a.

38 Flourentzos 1997.

39 Raptou 2002 ; Karageorghis, Raptou 2014.

40 Raptou 2002, p. 122 ; Karageorghis, Raptou 2014, p. 8-12.

41 Raptou 2002, p. 127-128 ; Karageorghis, Raptou 2014.

42 Le site montre cependant que l’occupation humaine a continué aux périodes postérieures, comme en témoignent la découverte d’une grande tombe hellénistique, probablement du iie siècle, et celle d’une tombe byzantine contenant des offrandes funéraires rares dans la région, telles des boucles d’oreilles en or d’un type connu au viie s. apr. J.-C., des lampes et un grand nombre de monnaies de la même période. Ces trouvailles apportent des informations précieuses sur la continuité de la vie à Palaepaphos jusqu’au début de la période byzantine.

43 Rappelons la fouille d’une tombe contenant une sépulture héroïque du chypro-archaïque I : Karageorghis 1963 ; une autre tombe archaïque a été trouvée plus loin à l’emplacement de l’église byzantine d’Agios Epiphanios : Catling 1979, p. 275.

44 Raptou 2007 et 2017.

45 Sur la probable existence du port de Palaepaphos en cet endroit voir Theodoulou 2006, p. 119-122 ; Iacovou 2013d, p. 285-287.

46 Raptou 2007 et 2017, p. 552-568.

47 La longueur du dromos ne peut pas être estimée, puisque il a été détruit lors de la construction de la route locale qui longe la pente de Loures et mène de Kouklia à la zone agricole du village.

48 Pour une description analytique et un commentaire de l’architecture de la tombe voir Maier 1992 ; Maier, Wartburg 1998, p. 105-110 ; Maier 2004a, p. 194.

49 Pour l’utilisation continue de cette tombe depuis la période classique tardive jusqu’à l’époque byzantine voir Maier 2004b, p. 203-209.

50 Raptou 2017, p. 568-571.

51 Selon les inscriptions qui y ont été trouvées, le Spilaion tis Rigainas a reçu les sépultures des rois du ive s. Echetimos et Timochares : Maier 1992, p. 11.

52 Les tombes royales de la période classique sont peu nombreuses à Chypre et moins monumentales si on les compare avec les tombes archaïques, mais aussi de qualité inférieure par rapport à ce qu’on constate dans d’autres pays soumis aux Perses : Tuplin 1996, p. 62, n. 149.

53 Carstens 2006, p. 136-139.

54 Walcher 2007, p. 68.

55 Carstens 2006, p. 142.

56 Carstens 2006, p. 149.

57 Raptou 2001.

58 Pour la tombe fouillée à Kourion voir McFadden 1946, et pour celle fouillée à Evrychou voir Nicolaou 1984.

59 Maier 1992, p. 10-13 ; Maier 2004a, p. 199-200 ; Maier, Wartburg 1998, p. 105-110.

60 C’est le cas du grand bâtiment fouillé à Evreti : Maier, Wartburg 1985a, p. 116-117.

61 E. Raptou dans Hadjisavvas 2010, p. 156, nº 139 ; pour une œnochoé de la même catégorie v. Maier, Karageorghis 1984, p. 213 ; une deuxième oenochoé de ce type provient de Kato Alonia, d’une tombe inédite.

62 Maier, Karageorghis 1984, p. 213, fig. 199.

63 Des œnochoés de Marion apparaissent aussi à Nea Paphos, Archimandrita et ailleurs, ce qui indique la présence d’un atelier local qui produisait cette catégorie d’objets : Vandenabeele 1998, p. 86.

64 Sur les importations des vases attiques à Palaepaphos voir Maier, Karageorghis 1984, p. 217-218. Signalons un lécythe du peintre d’Achilles trouvé à Hassan Agha : Maier, Karageorghis 1984, p. 215.

65 Voir supra.

66 C’est cette nécropole, ainsi que celles situées aux localités Alonia, Xylinos et Loura tou Kamelou, qui ont été en grande partie explorées de façon non scientifique par le Cyprus Exploration Fund à la fin du xixe s., sans rapports détaillés sur les trouvailles : Hogarth, James 1888, p. 264-271 ; Maier, Karageorghis 1984, p. 238-239.

67 Raptou 2016, p. 51.

68 Des monuments funéraires construits ne sont pas inconnus à Chypre aux périodes hellénistique et romaine : le soubassement d’un monument funéraire à degrés, peut être un hérôon est mentionné à Kourion, au début de l’escalier qui descend vers une tombe hellénistique et romaine, v. McFadden 1946 ; un grand monument funéraire hellénistique a été découvert dans la nécropole de Polis Chrysochous-Orta Koilades, l’ancienne Marion / Arsinoé : Raptou 2012, p. 69-70 ; un autre monument funéraire construit, un mausolée, a été découvert à Amathonte : Aupert 1996, p. 162.

69 Les crémations sont rares dans la région de Paphos aux périodes hellénistique et romaine ; cependant deux cas ont été récemment rapportés à Nea Paphos, voir Raptou, Marangou-Lerat [à paraitre].

70 Il est impressionnant de noter qu’il s’agit d’une zone vouée aux morts tout au long de l’histoire puisque c’est autour de l’église de Panagia Katholiki que se trouve un cimetière médiéval fouillé récemment par le Département des Antiquités, et c’est précisément dans ce secteur que se trouvent à l’heure actuelle les cimetières contemporains, chrétien et musulman, du village de Kouklia, preuve d’une continuité de trois millénaires.

71 Une formation en plusieurs établissements ressort aussi de l’étude des tombes qui ont été trouvées à Limassol, indiquant l’existence de plusieurs établissements au même endroit : Karageorghis, Violaris 2012.

Table des illustrations

Titre Fig.1Carte topographique du site de Palaepaphos.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-1.png
Fichier image/png, 12M
Titre Fig.2Kato Alonia, Tombe du Bronze Récent IIC/IIIA (T. 149).
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-2.png
Fichier image/png, 373k
Titre Fig.3Xylinos/Xerolimni, Askos zoomorphe et pyxide (T. 186).
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig.4Skales, Tombe du Bronze Récent IIIB (T. 192).
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig.5Plakes, Tombe du chypro-géométrique IA (T. 144).
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig.6Kato Alonia, œnochoé du chypro-classique I.
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-6.png
Fichier image/png, 176k
Titre Fig.7Kato Alonia, plan de tombe classique (T. 176).
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-7.png
Fichier image/png, 183k
Titre Fig.8Kato Alonia, éntrée de la tombe T. 176.
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-8.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Fig.9Kato Alonia, bâtiment classique, la pièce de stockage.
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig.10Phones, tombe hellénistique construite.
Crédits Département des Antiquités, Chypre.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2966/img-10.png
Fichier image/png, 1,5M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search