Version classiqueVersion mobile

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Partie I – De la transition Bronze/Fer aux royaumes du premier millénaire

La dimension régionale des  échanges entre  Chypre et  le  Levant à  l’époque chypro-géométrique (xie-viiie s. av. J.-C.)

Anna Georgiadou

Résumé

Fondé sur les centres de fabrication céramique de l’époque Chypro-Géométrique (xie-viiie s. av. J.-C.), cet article propose une synthèse de la documentation céramique, à savoir des importations levantines à Chypre et des exportations chypriotes au Levant, afin d’éclairer la portée régionale des contacts entre Chypre et le Levant au début de l’âge du Fer. Il dévoile ainsi des disparités dans les contacts commerciaux et culturels des différents sites de l’île.

Texte intégral

  • 1 Pour un résumé de l’état des recherches : Kourou 2012, p. 37-42, avec références bibliographiques.
  • 2 Sherratt 2012 ; Kourou 2009.

1La question des échanges en Méditerranée orientale au début du premier millénaire avant J.-C. est, depuis longtemps, au cœur de la recherche. Une vaste littérature archéologique porte en particulier sur les entreprises maritimes des Phéniciens vers l’ouest, celles des Grecs, surtout Eubéens, et des Chypriotes1. Mais ce n’est que récemment qu’on a mis l’accent sur le rôle que les Chypriotes ont joué dans la poursuite de ces contacts après la fin de l’âge du Bronze Récent2.

  • 3 Gilboa, Sharon, Boaretto 2008.
  • 4 Cannavò 2007 ; Cannavò 2015, avec bibliographie antérieure.

2Cette étude s’intéresse plus précisément aux contacts entre Chypre et le Levant à l’époque chypro-géométrique (CG), environ 1050-750 av. J.-C (fig. 1). Qu’ils soient le fait d’initiatives privées ou dus à des entreprises communes dans une sphère chypro-phénicienne3, ces contacts se placent à la charnière de deux moments essentiels : après la fin des empires proches-orientaux et du monde mycénien de l’âge du Bronze Récent et avant la conquête assyrienne vers la fin du viiie s., lorsque les royaumes chypriotes de l’époque chypro-archaïque (CA) ont apporté leur soumission au roi assyrien4.

Fig.1 — Chypre et le littoral syro-palestinien.

Fig.1 — Chypre et le littoral syro-palestinien.

Élaboration de l’auteur sur image satellite Google Maps.

  • 5 Kourou 2008, p. 309-320.
  • 6 Sur le cuivre chypriote, Kassianidou 2013.

3Au début de l’âge du Fer (en particulier au cours des xie-ixe s.), Chypre et le Levant ont des contacts plus ou moins intensifs, qui sont principalement documentés par des découvertes céramiques. Ces échanges entre Chypre et le Levant sont bien mieux attestés qu’entre l’Égée et le Levant5. De manière générale, outre les céramiques, circulaient aussi des objets de luxe (bijoux, faïences, divers objets métalliques, etc.), qui sont cependant en nombre plus limité, du moins pour l’époque et l’aire géographique que nous considérons. Toutefois, il ne fait pas de doute que les métaux, pour Chypre le cuivre, ont constitué des matières de première nécessité et, de ce fait, des moteurs essentiels des contacts commerciaux6.

  • 7 De manière générale sur les céramiques phéniciennes à Chypre à l’âge du Fer : Bikai 1987a ; pour l’ (...)
  • 8 Cela constitue le sujet de Georgiadou 2016, étude réalisée à la suite de celle-ci.
  • 9 Gilboa 1999a.

4Pour les échanges entre Chypre et le Levant à l’époque chypro-géométrique, ce sont donc surtout les céramiques qui nous permettent d’en retracer les routes maritimes et d’en définir le cadre chronologique précis7. Outre leur intérêt chronologique, les céramiques offrent également des indications de provenance régionale, dont l’importance a été longtemps sous-estimée. On s’intéressera ici avant tout à la dimension régionale de ces relations, qui mettent en contact des sites précis de Chypre et du Levant. En s’appuyant sur une étude du matériel CG envisagée sous les ateliers de fabrication céramique, il est alors possible d’aller au-delà d’une simple identification comme « chypriote » et, suivant une approche « chypro-centrée », de retracer les circuits commerciaux auxquels participent les différentes régions de l’île8. Afin d’apprécier l’implication de ces dernières dans les réseaux avec la côte voisine, cette étude porte, d’une part, sur l’examen des modèles de distribution de céramiques importées et leur volume, et, d’autre part, sur l’examen des centres de fabrication qui ont exporté leurs productions au Levant, en se fondant sur le cas d’étude du site de Tel Dor9.

Cadre général de l’étude

Le contexte chypriote

  • 10 Iacovou 2008a et 2013b.
  • 11 Georgiadou 2014.

5Chypre est, à partir de l’âge du Bronze Récent et jusqu’à la fin de l’âge du Fer, divisée en entités politiques autonomes10. Bien que le contexte politico-économique de l’horizon CG soit difficile à cerner, pour l’essentiel en raison de l’absence de sources écrites, des indices importants sur l’autonomie culturelle et économique des différentes régions de l’île sont fournis par l’identification de différents centres producteurs de céramique11. C’est en fait dans ce cadre que s’insère l’étude des céramiques levantines attestées à Chypre pendant l’époque CG, qui peuvent fournir des indications complémentaires concernant les faciès culturel et économique des sites CG.

  • 12 Iacovou 2014a, p. 98-100.
  • 13 Voir, par exemple, le cas de Ktima (Deshayes 1963), site secondaire de Palaepaphos. Aussi Georgiado (...)

6Sur le plan topographique, les importations céramiques levantines sont notamment concentrées sur les sites de Palaepaphos, Kourion, Amathonte, Kition, Lapéthos et Salamine. Il s’agit de sites importants du début de l’âge du Fer, qui seront capitales de royaumes au moins dès le début du viie s. av. J.-C., comme l’attestent les sources écrites12. Ces sites primaires sont sur la côte, orientés vers le commerce maritime. On a laissé de côté quelques importations levantines provenant de sites secondaires, puisque ces derniers sont dépendants de la ville principale et les importations céramiques levantines y sont rares13.

  • 14 Georgiadou 2013.
  • 15 Gjerstad 1948.
  • 16 Les révisions apportées au système typo-chronologique de la Swedish Cyprus Expedition pour l’époque (...)

7Il faut d’emblée mentionner que l’on suit ici une nouvelle périodisation de l’époque CG14. Cette dernière repose sur le renouvellement de la typo-chronologie de la Swedish Cyprus Expedition15, mais aussi sur la redéfinition en termes céramiques des trois phases de l’époque CG (CGI, CGII, CGIII). Cela implique que les datations de plusieurs contextes CG ont été révisées. On utilise donc ici des dates relatives qui portent sur une séquence céramique fiable, alors que les datations absolues restent très fragiles. Les retombées sur le domaine de l’archéologie levantine de cette nouvelle séquence chronologique chypriote constituent un autre problème, qui ne sera pas abordé ici16.

8Afin de replacer dans leur contexte géographique et chronologique les importations céramiques levantines à Chypre pendant l’époque CG, on a également utilisé, lorsque c’était possible, des dénombrements statistiques. Il ne faut toutefois pas oublier que ces derniers reposent sur le seul matériel connu et publié : la situation est sensiblement différente selon les régions, en particulier pour la partie occupée de l’île qui reste inaccessible à la recherche depuis 1974.

  • 17 Cette difficulté a été notée à plusieurs reprises par P. Bikai. Une analyse minéralogique récente s (...)

9Par ailleurs, la plupart des importations céramiques levantines à l’époque CG provient de tombes : il s’agit de contextes clos, qui autorisent des dénombrements précis. Mais les tombes étaient collectives : elles ont été utilisées à plusieurs reprises. On peut distinguer différentes phases d’utilisation (au cours d’une seule période, au cours de deux périodes successives, ou même plus). En outre, l’interprétation des bilans statistiques doit aussi tenir compte de l’absence, dans les publications, surtout anciennes, du matériel fragmentaire ainsi que des difficultés d’identification : il n’est pas toujours aisé de différencier céramiques levantines et imitations chypriotes. C’est notamment le cas pour les gourdes mais aussi, à un moindre degré, pour les cruches globulaires17. Malgré tout, les dénombrements statistiques qu’on propose ici, à la suite d’un examen détaillé des contextes, visent à éclairer la place des importations levantines par rapport à l’ensemble du matériel céramique de chaque site.

10Enfin, l’étude des importations levantines doit être menée de pair avec celle de l’ensemble du mobilier funéraire, et notamment celle des céramiques locales et des « petits objets » : les premières peuvent, en effet, être influencées par les céramiques levantines, les seconds constituent des indicateurs de la richesse des dépôts et ils permettent de retracer le cadre socio-économique général dans lequel s’insèrent les contacts avec le Levant.

Les céramiques importées du Levant

  • 18 Bikai 1987a : ce travail toutefois se limite aux environs de 600 av. J.-C. 
  • 19 Pour l’analyse typologique des importations et leur distribution au Levant, on renvoie à l’étude de (...)

11Les céramiques phéniciennes de l’âge du Fer retrouvées à Chypre ont fait l’objet d’une étude approfondie par P. Bikai18, qui a dressé le catalogue des différents types attestés dans l’île. Elle les a rattachés à quatre horizons chronologiques. Le premier, pour la période CG, s’intitule Kouklia Horizon (ca. 1050-850 av. J.-C.). De manière générale, les importations levantines pendant cette période (fig. 2-3) sont exclusivement des vases destinés à transporter, stocker des denrées, mais aussi à verser. Les types principaux se déclinent en amphores commerciales (jarres cananéennes), en gourdes (divisées en deux types selon la disposition des anses et la forme de l’ouverture : Type A et Type B) et en différentes variantes de cruches à ouverture ronde, col étroit et à parois épaisses19.

Fig 2 — Exemples de céramiques levantines.

Fig 2 — Exemples de céramiques levantines.

Nos 3, 4, 13 : d’après Bikai 1987a ; nos 6, 12 : d’après Bikai 1987b ; nos 1, 2, 5, 8, 9, 11 : d’après Karageorghis 1983a ; no 7 : d’après Yon 1971, pl. 29, no 105 ; no 10 : d’après Aupert, Tytgat 1984, p. 636, pl. 5:20.

Fig. 3 — Exemples de céramiques levantines.

Fig. 3 — Exemples de céramiques levantines.

Nos 1, 2, 7 : d’après Bikai 1987b ; no 4 : d’après Karageorghis, Raptou 2014, Pl. LXXXV : 8 ; nos 3, 6 : d’après Karageorghis 1983a.

  • 20 Gilboa, Sharon, Boaretto 2008, p. 134-146.
  • 21 Bikai 1983, p. 400-402.

12En ce qui concerne les fabriques (wares), à l’exception des amphores commerciales et d’un certain nombre de gourdes en fabrique Plain White, lorsque ces céramiques sont décorées, elles portent majoritairement un décor peint en Bichrome : il s’agit d’un marqueur essentiel de la céramique phénicienne de la phase tardive du Fer I20. Les autres techniques décoratives attestées parmi les importations à Chypre sont l’usage d’un engobe rouge, qui est une évolution au début du Fer II, et la fabrique dite Red Ware par P. Bikai, qui reste chronologiquement moins bien définie au Levant21.

Les sites chypriotes : distribution des céramiques levantines

Palaepaphos

  • 22 Pour un historique des fouilles : Maier 1999. Sur la topographie du site voir aussi dans ce volume  (...)
  • 23 Skales : Karageorghis 1983a et Karageorghis, Raptou 2016 ; Xerolimni : Karageorghis 1967a ; Xylinos (...)
  • 24 Bikai 1983.

13On connaît à Palaepaphos, sur la côte sud-ouest de l’île, un bon nombre de nécropoles de l’époque CG22 : Skales, Xylinos, Xerolimni, Plakes et Hadjiabdullah, fouillées par le Département des Antiquités de Chypre23. La quantité d’importations levantines a suscité une première étude de P. Bikai dans l’ouvrage de V. Karageorghis sur la nécropole de Skales24. C’est d’après le nom du village moderne de Kouklia (qui a recouvert Palaepaphos) que l’auteur a d’ailleurs dénommé son premier horizon chronologique. À ce corpus s’ajoute le lot d’importations récemment publié dans les deux nouveaux ouvrages de V. Karageorghis et E. Raptou.

14Soixante-quatorze tombes datant de l’époque CG sont actuellement connues (surtout à Skales, puis à Plakes). Ce nombre (le plus important à l’échelle de l’île), ainsi que la qualité des publications permettent de proposer des bilans statistiques. Les importations levantines représentent seulement 3% de la totalité des céramiques. Les contextes datant des périodes CRIIIB-CGI/CGI et des CGII-CGIII sont les plus nombreux (tableau 1), tandis que la plus grande concentration des importations est enregistrée dans les tombes utilisées du CGI au CGII (tableau 2). Il apparaît donc que, bien que des céramiques soient importées durant toute l’époque CG, elles sont particulièrement nombreuses au cours des CGI-CGII, alors que leur nombre semble diminuer pendant les phases postérieures.

Tableau 1 — Palaepaphos. Répartition des tombes CG par période.

Tableau 1 — Palaepaphos. Répartition des tombes CG par période.

Tableau 2 — Palaepaphos. Répartition des céramiques levantines par période.

Tableau 2 — Palaepaphos. Répartition des céramiques levantines par période.
  • 25 Ce vase est récemment publié dans le volume de Karageorghis, Raptou 2016, p. 88, T. 210/8, pl. LXII (...)

15En ce qui concerne le répertoire des importations levantines (tableau 3), les gourdes de Type B (fig. 2.5) constituent de loin l’importation la plus courante, suivies des amphores commerciales (fig. 2.1, 2.2), puis des cruches globulaires à fond arrondi (fig. 2.11). Parmi les cruches levantines, on notera, d’une part, la présence, quoique faible, d’un type de cruche à ouverture ronde en fabrique Plain White, rare à l’échelle de l’île (fig. 3.6), d’autre part, le déficit à Palaepaphos de cruches à base annulaire. Ajoutons aussi la présence isolée d’un cratère amphoroïde25.

Tableau 3 — Palaepaphos. Représentation des céramiques levantines.

Tableau 3 — Palaepaphos. Représentation des céramiques levantines.
  • 26 Notons toutefois que les gourdes de Type B sont surtout nombreuses durant les périodes CGI et CGII, (...)

16Si les gourdes de Type B et les amphores commerciales sont attestées pendant toute l’époque CG26, il est possible de circonscrire les autres types dans un horizon chronologique plus précis. Les contextes précoces des CRIIIB-CGI et CGI sont caractérisés par des gourdes de Type A, souvent en Red Ware (fig. 2.3) ; ceux des CGI et CGI-CGII par les types de cruche fusiforme à ouverture pincée en fabrique Plain White (fig. 2.9, dimensions réduites) ou en Red Ware (fig. 2.8, dimensions plus grandes), ainsi que par celui de la cruche à ouverture ronde en Plain White. À partir de la fin du CGI apparaissent les cruches globulaires à fond arrondi en Bichrome dont le nombre diminue après le CGII. Les cruches globulaires munies d’une base annulaire et les cruches à bec (fig. 3.3), également en Bichrome, sont documentées à partir de la phase tardive du CGII et elles disparaissent vers la fin du CGIII, lorsqu’un nouveau type fait son apparition : les cruches globulaires à col long en trompette (fig. 3.4), en Bichrome ou à engobe rouge, qui marquent pour l’essentiel les contextes précoces du CAI.

17Pour résumer, cette analyse des céramiques levantines attestées dans des contextes funéraires confirme l’aspect régulier des contacts de Palaepaphos avec le Levant au cours de l’époque CG. Signalons enfin que la masse de ces importations a été recueillie parmi des assemblages riches en objets de luxe et de prestige, dans des tombes appartenant à des membres de l’élite locale.

Kourion

  • 27 Pour un historique des fouilles : Buitron-Oliver 1999 ainsi que Kiely 2009.
  • 28 Pour les tombes datant du début de l’époque CG : Steel 1996.

18L ’occupation du site de Kourion à l’époque CG est principalement documentée par deux nécropoles aux lieux-dits Kaloriziki et Bamboula27. Seul un nombre limité de tombes est publié, et la présentation du matériel céramique, dont la datation est par ailleurs problématique, est insuffisante28. En l’état actuel des recherches, Bamboula demeure mal connue durant l’époque CG : notre étude se concentrera sur la nécropole de Kaloriziki.

  • 29 J’ai pu examiner directement le matériel de sept des tombes publiées dans Benson 1973 : les nos 20, (...)
  • 30 Bikai 1987a : p. 72-73 ; à Bamboula, deux tombes ont livré des importations levantines (nos 2B et 3 (...)

19De la publication de Kaloriziki on connaît 16 tombes géométriques, dont la datation doit être révisée29. Les importations levantines sont très peu nombreuses : 0,6% du total céramique. Ce constat est corroboré par celui de P. Bikai, qui a également pris en considération le matériel de Bamboula et des tombes inédites (17 au total) provenant des fouilles du Département des Antiquités de Chypre à Kaloriziki30.

  • 31 Par exemple, pour les gourdes : Benson 1973, pl. 20, K971, K973 et K974 ; pour les cruches globulai (...)

20Le petit lot de céramiques levantines illustre une gamme restreinte : essentiellement des gourdes, la forme la plus représentée, et quelques cruches globulaires à fond arrondi. Ces deux types sont caractéristiques des contextes CGI-CGII31. Pour les gourdes, on remarquera la présence de deux exemplaires du Type A en Red Ware, propres aux CRIIIB-CGI (fig. 2.4). Il est toutefois à noter que dans les tombes géométriques plus récentes les importations levantines sont particulièrement rares. De fait, les cruches globulaires à base annulaire ou les cruches à bec ne sont pas documentées à Kourion, du moins pour le moment.

21D’après la documentation disponible, on observe donc que les céramiques importées sont essentiellement attestées dans quelques contextes riches datant du début de l’époque CG. À partir du CGII, les tombes de Kourion-Kaloriziki, à quelques exceptions près, sont moins riches et les importations levantines y sont rares. Kourion a sans doute occupé une place marginale dans les réseaux commerciaux avec la côte levantine pendant l’époque CG.

Amathonte

  • 32 Hermary 1999.
  • 33 Iacovou 2002a.
  • 34 Alpe, Petit, Velho 2007.
  • 35 Bikai 1987b.

22Amathonte, sur la côte sud de l’île, participait, dès l’époque CG, à des réseaux commerciaux non seulement avec le Levant, mais aussi avec l’ensemble de la Méditerranée32. La phase d’occupation géométrique est représentée par de grandes nécropoles implantées autour de l’acropole (nécropoles ouest, est et nord). D’autres témoignages proviennent de l’acropole elle-même : dépôt céramique de nature très probablement funéraire33, et premier niveau du palais datant du CGIII, dont un petit lot de céramiques a été publié34. Pour ce qui est des céramiques levantines, elles sont issues des contextes funéraires : aucune importation n’est connue pour le moment du palais. Une bonne part a été étudiée par P. Bikai (matériel provenant de tombes publiées et surtout inédites)35. Jusqu’à présent, seul un nombre très limité des tombes CG découvertes est publié, ce qui empêche d’avoir une image claire du volume des céramiques levantines importées.

  • 36 Pour un résumé sur les tombes CG : Georgiadou 2011, p. 167-169, avec références bibliographiques.
  • 37 Comme c’est le cas des tombes de la Swedish Cyprus Expedition II : Gjerstad et al. 1935. À l’except (...)
  • 38 Bikai 1987b, surtout p. 1-2 ; les tombes inédites issues des fouilles de sauvetage du Département d (...)

23L’analyse repose sur un total de vingt-six contextes funéraires provenant en majorité de la nécropole ouest (douze tombes fouillées par la mission suédoise et quatorze par le Département des Antiquités et la mission française)36. Ces tombes sont inégalement réparties chronologiquement ; les contextes datables du tout début de l’époque CG sont en fait peu nombreux (tableau 4). En outre, il est difficile d’évaluer le nombre des importations levantines dans la mesure où le matériel fragmentaire a été souvent omis, surtout dans les publications anciennes37. Malgré ces limitations, la proportion des importations levantines atteint 10% de la totalité des céramiques examinées. Ce pourcentage devra sans doute être revu à la hausse si l’on se fie aux indices donnés par P. Bikai. L’auteur a, en effet, examiné le matériel issu de 18 tombes CG inédites et elle a inclus dans son catalogue une sélection de 24 vases importés38.

Tableau 4 — Amathonte. Répartition des tombes CG par période.

Tableau 4 — Amathonte. Répartition des tombes CG par période.
  • 39 Voir également Bikai 1987b, p. 5.
  • 40 Par exemple, Bikai 1987a, pl. XIV, no 355.
  • 41 Ibid., no 129-131, forme documentée principalement à Amathonte.

24Quant aux faciès typo-chronologiques, on remarque tout d’abord l’absence de types précoces, tels que la gourde de Type A39. Cela peut s’expliquer par le déficit de tombes du CGI. Pour le reste, les types inventoriés illustrent une variété typologique comparable à celle de Palaepaphos. Dans le tableau de représentation des céramiques levantines de notre échantillon (tableau 5), on observe que l’importation la plus commune est la gourde de Type B (fig. 2.6). On trouve très peu de cruches fusiformes en fabrique Plain White provenant de contextes CGII (fig. 2.10), alors que dans ces mêmes contextes la cruche globulaire à fond arrondi constitue le type le plus caractéristique (fig. 2.12). Les cruches globulaires à base annulaire et celles à bec (fig. 3.1, 3.2), attestées dans les contextes du CGII tardif et du CGIII, sont moins nombreuses que les cruches précédentes. D’après la documentation disponible, Amathonte semble avoir livré le plus grand corpus de cruches globulaires à base annulaire, ce qui s’oppose aux rares attestations du type à Palaepaphos. Dans les tombes utilisées du CGIII au CAI, on trouve des cruches à col en trompette (fig. 3.5) et, à un moindre degré, des cruches à ouverture trilobée et engobe rouge, propres aux contextes du CAI40. Ce dernier type n’est guère documenté à Palaepaphos. Enfin, des types inhabituels dans l’île, tels que les cratères ou les jarres à trois pieds en boucle sont en fait attestés à Amathonte (fig. 3.7)41.

Tableau 5 — Amathonte. Représentation des céramiques levantines.

Tableau 5 — Amathonte. Représentation des céramiques levantines.

25Il ressort que la fréquence relative des céramiques phéniciennes à Amathonte est plus élevée qu’à Palaepaphos, malgré la différence du nombre de tombes CG connues. Sur ce point, il convient de signaler une autre différence : les importations levantines à Amathonte sont attestées dans toutes les tombes indépendamment de la richesse des offrandes. De fait, chaque tombe CG semble contenir au moins une céramique levantine.

Kition

  • 42 Sur les contextes CG de Kition : Georgiadou 2012a, p. 333-337, avec bibliographie.
  • 43 Par exemple : amphores commerciales de l’habitat de Bamboula : Yon, Caubet 1985, fig. 24, p. 113-11 (...)
  • 44 Bikai 1981, Bikai 2003 ; v. aussi le « Kition horizon » dans Bikai 1987a.
  • 45 Fourrier 2015a, p. 112-114 et 122-123.
  • 46 Karageorghis 1974, p. 95-102 ; Georgiou G. 2003. Les autres tombes examinées sont : MLA 1064, 1065, (...)
  • 47 Pour le faciès précoce des importations levantines : Georgiou G. 2003, pl. I, no 1 (gourde de Type (...)

26Différents contextes documentent l’occupation de Kition, sur la côte sud-est, pendant l’époque CG : lieux de culte (Kathari et Bamboula), habitats (Chrysopolitissa et Bamboula) et nécropoles42. Le lot d’importations levantines connu des sanctuaires et habitats semble être relativement réduit et il comprend notamment des amphores commerciales et quelques gourdes (Types A et B)43. Ainsi, dans l’étude de P. Bikai sur les céramiques levantines de Kition, l’accent a été mis sur le matériel des contextes datant de l’époque CA44. Cependant, de nouveaux témoignages sur un ensemble des céramiques levantines plus varié viennent des niveaux d’occupation des CGIII-CAI du sanctuaire de Bamboula45. En ce qui concerne les nécropoles, il faut tout d’abord souligner le déficit de publications. En se fondant sur un petit échantillon de sept tombes CG examinées directement (seules deux d’entre elles sont publiées)46, les céramiques levantines importées représentent 5% de la totalité du matériel. Ces importations illustrent toute la gamme de types caractéristiques de l’époque CG, également attestés à Palaepaphos et à Amathonte47. Mentionnons enfin que ces dernières ne correspondent pas à des inhumations riches en objets de luxe.

Salamine

  • 48 Calvet 1980 ; v. aussi Bikai 1987a, nos 607, 608, 609 et 610. 
  • 49 Yon 1971.
  • 50 Bikai 1987a, nos 10, 21, 104, 105 et 606. La cruche globulaire T.I/93 (Yon 1971, pl. 27) n’a pas ét (...)
  • 51 Bikai 1987a, « Salamis horizon ».

27Dans la partie orientale de l’île, les niveaux géométriques du site côtier de Salamine restent très mal connus, notamment parce que la recherche archéologique y est impossible depuis 1974. Outre la découverte d’un certain nombre d’amphores commerciales sur le site de la ville48, quelques céramiques phéniciennes proviennent de la Tombe I49. Parmi le riche mobilier de cette tombe, pour le moment isolée, on identifie six importations levantines : gourdes (fig. 2.7), amphore commerciale, cruches globulaires (fig. 2.13), types caractérisant les contextes CGI-CGII50. Il est évident que la documentation disponible n’est pas suffisante pour juger de la fréquence des contacts du site avec la côte voisine. Il faut toutefois remarquer que cet apparent déficit de céramiques levantines à l’époque CG à Salamine s’oppose aux témoignages de nombreuses tombes de l’époque CA51.

Lapéthos

  • 52 Gjerstad et al. 1934 (Kastros et Plakes) ; Donohoe 1992 (Lower Cemetery) ; Diakou à paraitre (Upp (...)
  • 53 Gjerstad et al. 1934 : T.417/86 ; v. aussi Bikai 1987a, no 59.
  • 54 Pieridou 1965 : Tombe P.74/79 et 98 ; Pieridou 1966 : Tombe 502/55.

28Sur la côte nord de Chypre, l’occupation CG du site de Lapéthos est documentée par diverses nécropoles aux lieux-dits Agia Anastasia, Plakes, Kastros, ainsi que par les nécropoles dites « Lower and Upper Cemetery »52. Il s’agit de fouilles anciennes, antérieures à 1974, qui ont livré un ensemble de 43 tombes CG. Malgré le nombre élevé de tombes, on ne peut identifier qu’une poignée d’importations levantines. Une seule cruche globulaire provient des fouilles suédoises dans les nécropoles de Kastros et Plakes53, alors que quelques gourdes ont été retrouvées dans des tombes d’autres localités54. Pour l’essentiel, on a affaire à des importations recueillies dans des contextes riches en offrandes datant des CGI-CGII. Bien qu’il s’agisse de fouilles anciennes et qu’on ne puisse exclure la présence d’autres types qui n’auraient pas été identifiés, on doit conclure que Lapéthos ne participait pas aux réseaux de contacts avec le Levant. Le nombre très limité des importations levantines à Lapithos pourrait être le fait des réseaux de redistribution dans l’île.

Synthèse

29L’analyse détaillée de la distribution, du volume ainsi que des faciès typologiques et chronologiques des importations levantines au cours de l’époque CG révèle que tous les sites chypriotes n’étaient pas pareillement impliqués dans les contacts avec la côte levantine. Ainsi, dans le cadre d’une géographie politique segmentée qui était celle de l’île, on a pu mettre en évidence la place prépondérante de Palaepaphos, Amathonte et, selon toute vraisemblance, de Kition, sites qui semblent entretenir au cours de l’époque CG des relations régulières avec des sites de la côte levantine. Inversement, on a constaté que Kourion, sur la côte sud, contrairement à ses voisins (Palaepaphos et Amathonte) n’y tenait qu’une place marginale, tandis que Lapéthos, sur la côte nord, n’y participait pas. Enfin, quant à Salamine, en l’absence de documentation, il est impossible de se prononcer davantage.

30L’examen du contexte de trouvaille des importations levantines examinées ici, à savoir les tombes, dévoile des disparités régionales d’ordre différent. Tout d’abord, les différences sont sensibles au niveau infra-régional : on trouve généralement les importations levantines dans des tombes riches. C’est le cas à Palaepaphos, ainsi qu’à Kourion et à Lapéthos, où les quelques attestations proviennent de tombes de l’élite. Amathonte semble constituer un cas particulier : les céramiques levantines sont partout attestées, indépendamment de la richesse du contexte où elles ont été déposées. Cela montre des échanges particulièrement intenses, mais il faut aussi prendre en considération les dimensions sociales de ce phénomène. Quant à Kition, autant qu’on puisse en juger, il apparaît que la distribution de ces importations ne se confine pas aux inhumations des élites. Quoi qu’il en soit, il ne fait pas de doute qu’elles ont joué un rôle dans les rites funéraires, et, en général, dans les pratiques sociales.

  • 55 Amathonte : Georgiadou 2011, p. 171-174 ; Salamine : Georgiadou 2017, p. 106.
  • 56 Gilboa 1999b.

31Par ailleurs, il est intéressant de relever l’impact que les céramiques levantines ont eu sur les divers répertoires locaux. De manière générale, les gourdes et les cruches globulaires à fond arrondi ont été imitées dès leur apparition à Chypre. Adoptés dans le répertoire chypriote, ces types ont évolué différemment de leurs prototypes (fig. 4.1, 4.2). Cependant, il est possible d’observer des différences selon les ateliers. De fait, pour la période CG, ce sont les productions des centres d’Amathonte et de Salamine qui montrent les affinités stylistiques les plus étroites avec les céramiques phéniciennes. Cela est évident aussi bien dans l’emploi privilégié de la technique décorative Bichrome que dans l’adoption d’autres formes phéniciennes, telles que la cruche globulaire à base annulaire (fig. 4.3, 4.4)55. Il faut enfin signaler que l’influence des céramiques chypriotes et levantines est réciproque, comme en témoignent certaines productions phéniciennes56.

Fig.4 — Exemples de variantes stylistiques des ateliers d’Amathonte et de Salamine.

Fig.4 — Exemples de variantes stylistiques des ateliers d’Amathonte et de Salamine.

Nos 1, 2 : dessins de l’auteur ; nos 3, 4 : d’après Aupert, Tytgat 1984, p. 638, pl. 6:22-23.

Tel Dor : un cas d’étude

  • 57 Tel Dor : Gilboa 1999a ; Tyr : Bikai 1978. Toutefois, les céramiques chypriotes livrées par les néc (...)
  • 58 Pour un aperçu général sur les importations chypriotes au Levant : Gilboa 2015.
  • 59 Gilboa, Goren .

32On peut davantage saisir la portée de ces relations, avant tout commerciales, en étudiant les exportations chypriotes attestées sur la côte levantine. En l’état actuel de la documentation, les sites de Tel Dor et Tyr ont livré un corpus important de céramiques chypriotes datant des premières phases de l’époque CG57, tandis qu’à partir du CG tardif, les importations chypriotes connaissent une diffusion plus large au Levant58. Il faut d’ailleurs noter que, d’après les résultats récents d’analyses pétrographiques d’un certain nombre de vases importés à Palaepaphos et Amathonte, deux régions phéniciennes étaient principalement impliquées dans les échanges avec Chypre : Tyr-Sidon et la côte du Mont Carmel (où se trouvait Dor)59.

  • 60 Pour une analyse des productions de ces ateliers en Méditerranée orientale : Georgiadou 2016.
  • 61 Ces résultats sont complétés par des analyses pétrographiques conduites par l'Université de Haïfa. (...)

33Pour les besoins de cet exposé, on se limitera au site de Dor, dont on a examiné directement un total de presque quatre cents fragments de matériel chypriote. Bien que dans l’ensemble ces céramiques couvrent tout l’âge du Fer (du Chypro-Géométrique au Chypro-Classique), elles appartiennent en majorité aux périodes CGII, CGIII et CAI et proviennent des niveaux du Fer IB et du Fer IIA. Contrairement aux importations phéniciennes à Chypre à l’époque CG, qui correspondent exclusivement à des vases conteneurs, la céramique chypriote exportée comprend des vases fermés et ouverts. On notera la présence de différentes variantes d’amphores et d’amphorisques, plusieurs types de cruches (à ouverture trilobée, cruche à bec, cruche en tonneau), ainsi que des bols profonds et des plats (fig. 5). En ce qui concerne les centres producteurs chypriotes, il est possible d’identifier des productions de Paphos, Amathonte, Kition et Salamine60. Mais la majorité provient de la partie orientale de Chypre, plus précisément de Kition et, surtout, de Salamine, qui constitue en fait le seul atelier dont les productions sont acheminées à Dor durant toute l’époque CG et jusqu’au CAI61.

Fig 5 — Céramiques CG de Tel Dor.

Fig 5 — Céramiques CG de Tel Dor.

Dessins illustrés grâce à l’aimable autorisation des directeurs du Tel Dor Excavation Project, A  Gilboa et I. Sharon.

34Cet aperçu succinct du matériel chypriote de Tel Dor permet de conclure que les sites chypriotes qui ont joué le rôle le plus important comme récepteurs et consommateurs d’importations phéniciennes, c’est-à-dire Palaepaphos, Amathonte et Kition, sont également ceux qui ont exporté leurs productions, du moins à Dor. Le cas de Salamine est encore plus intéressant : les importations phéniciennes y sont mal connues, en raison d’une documentation lacunaire, mais ses productions céramiques sont largement exportées à Dor.

Conclusions

35Au terme de cette étude, on espère avoir démontré, tout d’abord, l’intérêt de l’identification d’ateliers régionaux chypriotes pour mettre en valeur les sites qui ont joué un rôle moteur dans les échanges (importations et exportations) avec le Levant. Cette étude a donc mis en évidence qu’à l’époque géométrique, ce sont les sites de Palaepaphos, Amathonte, Kition et Salamine les plus actifs, par contraste avec Kourion et Lapéthos, tout en soulignant les différentes évolutions selon les régions dans les contacts économiques et culturels avec le Levant et leurs aspects sociaux. Une telle approche régionale, dont les perspectives ont été jusqu’à présent sous-exploitées ou négligées, mérite d’être étendue dans le temps (pour tout l’âge du Fer), mais aussi dans l’espace (à l’échelle de la Méditerranée) pour appréhender les contacts maritimes dans leur propre contexte, qui est celui des royaumes chypriotes. Pour la documentation céramique, si l’accent a été jusqu’à présent bien mis sur la distinction d’importations provenant des régions plus ou moins précisées, grâce à l’identification des centres producteurs et exportateurs, il est dès lors possible de poser un regard renouvelé sur les réseaux commerciaux en les replaçant dans un cadre précis. Cela permet parallèlement de s’interroger sur les développements dans les entreprises maritimes des royaumes chypriotes lors de leur intégration dans l’orbite commerciale assyrienne dès la fin du viiie s. : si les réseaux commerciaux des royaumes chypriotes évoluent par rapport aux régions de contact, que peut-on dire des royaumes chypriotes eux-mêmes ? S’ouvrent ainsi des pistes de réflexion à propos des continuités ou ruptures sur l’implication de différents royaumes dans les échanges commerciaux par rapport à l’époque géométrique, ce qui contribue à mieux définir leur intégration dans la sphère assyrienne.

Notes

1 Pour un résumé de l’état des recherches : Kourou 2012, p. 37-42, avec références bibliographiques.

2 Sherratt 2012 ; Kourou 2009.

3 Gilboa, Sharon, Boaretto 2008.

4 Cannavò 2007 ; Cannavò 2015, avec bibliographie antérieure.

5 Kourou 2008, p. 309-320.

6 Sur le cuivre chypriote, Kassianidou 2013.

7 De manière générale sur les céramiques phéniciennes à Chypre à l’âge du Fer : Bikai 1987a ; pour l’époque CG : Gilboa, Sharon, Boaretto 2008, étude à finalité chronologique qui s’inscrit dans le débat sur les systèmes chronologiques de l’archéologie levantine.

8 Cela constitue le sujet de Georgiadou 2016, étude réalisée à la suite de celle-ci.

9 Gilboa 1999a.

10 Iacovou 2008a et 2013b.

11 Georgiadou 2014.

12 Iacovou 2014a, p. 98-100.

13 Voir, par exemple, le cas de Ktima (Deshayes 1963), site secondaire de Palaepaphos. Aussi Georgiadou 2014, p. 380.

14 Georgiadou 2013.

15 Gjerstad 1948.

16 Les révisions apportées au système typo-chronologique de la Swedish Cyprus Expedition pour l’époque CG invitent à privilégier une chronologie basse pour l’archéologique levantine. On est toutefois loin d’un consensus sur les datations absolues. Sur ce débat : Gilboa, Sharon 2003 ; Fantalkin, Finkelstein, Piasetzky 2015. En ce qui concerne la datation relative des contextes chypriotes contenant des céramiques phéniciennes, notre étude conforte, dans l’ensemble, l’évolution des types importés proposée par Gilboa, Sharon, Boaretto 2008, mais elle suggère des datations relatives sensiblement différentes.

17 Cette difficulté a été notée à plusieurs reprises par P. Bikai. Une analyse minéralogique récente sur des importations phéniciennes à Chypre a démontré qu’un certain nombre de gourdes, pourtant identifiées comme importées, étaient de production chypriote : Gilboa, Goren 2015.

18 Bikai 1987a : ce travail toutefois se limite aux environs de 600 av. J.-C. 

19 Pour l’analyse typologique des importations et leur distribution au Levant, on renvoie à l’étude de Bikai 1987a et, en dernier lieu, à celle de Gilboa, Sharon, Boaretto 2008.

20 Gilboa, Sharon, Boaretto 2008, p. 134-146.

21 Bikai 1983, p. 400-402.

22 Pour un historique des fouilles : Maier 1999. Sur la topographie du site voir aussi dans ce volume la communication d’Eustathios Raptou.

23 Skales : Karageorghis 1983a et Karageorghis, Raptou 2016 ; Xerolimni : Karageorghis 1967a ; Xylinos : Flourentzos 1997 ; Karageorghis, Raptou 2014, p. 6 et 19-28 ; Plakes et Hadjiabdullah : Karageorghis, Raptou 2014.

24 Bikai 1983.

25 Ce vase est récemment publié dans le volume de Karageorghis, Raptou 2016, p. 88, T. 210/8, pl. LXIII, XCVI. Il s'agit de toute évidence d'une importation singulière qui doit être examinée de manière plus approfondie.

26 Notons toutefois que les gourdes de Type B sont surtout nombreuses durant les périodes CGI et CGII, et que leur nombre diminue dans les contextes postérieurs.

27 Pour un historique des fouilles : Buitron-Oliver 1999 ainsi que Kiely 2009.

28 Pour les tombes datant du début de l’époque CG : Steel 1996.

29 J’ai pu examiner directement le matériel de sept des tombes publiées dans Benson 1973 : les nos 20, 21, 26, 34, 35, 37 et 41.

30 Bikai 1987a : p. 72-73 ; à Bamboula, deux tombes ont livré des importations levantines (nos 2B et 30), et à Kaloriziki quatre (fouilles de P. Dikaios) : nos 4, 6B, 7 et 12.

31 Par exemple, pour les gourdes : Benson 1973, pl. 20, K971, K973 et K974 ; pour les cruches globulaires : Bikai 1987a, pl. IV, no 40 (de la T. 7/13 fouillée par P. Dikaios).

32 Hermary 1999.

33 Iacovou 2002a.

34 Alpe, Petit, Velho 2007.

35 Bikai 1987b.

36 Pour un résumé sur les tombes CG : Georgiadou 2011, p. 167-169, avec références bibliographiques.

37 Comme c’est le cas des tombes de la Swedish Cyprus Expedition II : Gjerstad et al. 1935. À l’exception de ces dernières, les autres tombes de notre échantillon ont été directement examinées et leur matériel fragmentaire est pris en compte dans les dénombrements. Il s’agit des tombes : T.109 (Diplostrati) ; T.373, T.376, T.111, T.117, T.521, T.523, lot du Kentron (nécropole ouest) ; T.366 (nécropole est) ; T.3, T.4, NT226, T.I et T.II (nécropole nord) ; lot CG du dépôt de l’acropole.

38 Bikai 1987b, surtout p. 1-2 ; les tombes inédites issues des fouilles de sauvetage du Département des Antiquités sont les suivantes : nos 160, 164, 179, 227, 308, 310, 311, 312, 313, 329, 331, 370, 371, 377, 378, 381 et 382.

39 Voir également Bikai 1987b, p. 5.

40 Par exemple, Bikai 1987a, pl. XIV, no 355.

41 Ibid., no 129-131, forme documentée principalement à Amathonte.

42 Sur les contextes CG de Kition : Georgiadou 2012a, p. 333-337, avec bibliographie.

43 Par exemple : amphores commerciales de l’habitat de Bamboula : Yon, Caubet 1985, fig. 24, p. 113-115 ; gourde de Type A de l’habitat de Chrysopolitissa : Karageorghis, Demas 1985, pl. XXVI, no 952, Floor II ; gourde de Type B du sanctuaire de Kathari : Karageorghis, Demas 1985, pl. CLXIV, no 584, Floor I. 

44 Bikai 1981, Bikai 2003 ; v. aussi le « Kition horizon » dans Bikai 1987a.

45 Fourrier 2015a, p. 112-114 et 122-123.

46 Karageorghis 1974, p. 95-102 ; Georgiou G. 2003. Les autres tombes examinées sont : MLA 1064, 1065, 1140, 1529 et 1913.

47 Pour le faciès précoce des importations levantines : Georgiou G. 2003, pl. I, no 1 (gourde de Type A) et pl. V, no 33 (cruchon fusiforme).

48 Calvet 1980 ; v. aussi Bikai 1987a, nos 607, 608, 609 et 610. 

49 Yon 1971.

50 Bikai 1987a, nos 10, 21, 104, 105 et 606. La cruche globulaire T.I/93 (Yon 1971, pl. 27) n’a pas été identifiée par P. Bikai comme une importation phénicienne.

51 Bikai 1987a, « Salamis horizon ».

52 Gjerstad et al. 1934 (Kastros et Plakes) ; Donohoe 1992 (Lower Cemetery) ; Diakou à paraitre (Upper Cemetery) ; Pieridou 1965 (Tombe de Prostemenos-Upper Cemetery) ; Pieridou 1966 ; Pieridou 1972 (Agia Anastasia). Sur l’horizon CG de Lapéthos : Georgiadou 2012b.

53 Gjerstad et al. 1934 : T.417/86 ; v. aussi Bikai 1987a, no 59.

54 Pieridou 1965 : Tombe P.74/79 et 98 ; Pieridou 1966 : Tombe 502/55.

55 Amathonte : Georgiadou 2011, p. 171-174 ; Salamine : Georgiadou 2017, p. 106.

56 Gilboa 1999b.

57 Tel Dor : Gilboa 1999a ; Tyr : Bikai 1978. Toutefois, les céramiques chypriotes livrées par les nécropoles de Tyr datent en majorité de l’époque CA : Aubet, Núňez 2008.

58 Pour un aperçu général sur les importations chypriotes au Levant : Gilboa 2015.

59 Gilboa, Goren .

60 Pour une analyse des productions de ces ateliers en Méditerranée orientale : Georgiadou 2016.

61 Ces résultats sont complétés par des analyses pétrographiques conduites par l'Université de Haïfa. Ils constitueront l'objet d'une prochaine publication.

Table des illustrations

Titre Fig.1 — Chypre et le littoral syro-palestinien.
Crédits Élaboration de l’auteur sur image satellite Google Maps.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig 2 — Exemples de céramiques levantines.
Crédits Nos 3, 4, 13 : d’après Bikai 1987a ; nos 6, 12 : d’après Bikai 1987b ; nos 1, 2, 5, 8, 9, 11 : d’après Karageorghis 1983a ; no 7 : d’après Yon 1971, pl. 29, no 105 ; no 10 : d’après Aupert, Tytgat 1984, p. 636, pl. 5:20.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-2.png
Fichier image/png, 781k
Titre Fig. 3 — Exemples de céramiques levantines.
Crédits Nos 1, 2, 7 : d’après Bikai 1987b ; no 4 : d’après Karageorghis, Raptou 2014, Pl. LXXXV : 8 ; nos 3, 6 : d’après Karageorghis 1983a.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-3.png
Fichier image/png, 462k
Titre Tableau 1 — Palaepaphos. Répartition des tombes CG par période.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Tableau 2 — Palaepaphos. Répartition des céramiques levantines par période.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre Tableau 3 — Palaepaphos. Représentation des céramiques levantines.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-6.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 4 — Amathonte. Répartition des tombes CG par période.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 5 — Amathonte. Représentation des céramiques levantines.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-8.png
Fichier image/png, 54k
Titre Fig 5 — Céramiques CG de Tel Dor.
Crédits Dessins illustrés grâce à l’aimable autorisation des directeurs du Tel Dor Excavation Project, A  Gilboa et I. Sharon.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/2936/img-9.png
Fichier image/png, 350k

Auteur

Cet article repose sur l’étude que j’ai effectuée pour ma thèse sur les ateliers régionaux de production céramique à Chypre à l’époque CG (soutenue à l’université d’Aix-Marseille, décembre 2013) ainsi que sur l’étude du matériel chypriote de l’âge du Fer issu de fouilles de Tel Dor (projet postdoctoral à l’Université de Haïfa 2014-2015, financé par l’Institute d’archéologie Zinman, Université de Haïfa, par la mission de Tel Dor, et la bourse Israel Science Foundation 209/14). L’article est actuellement réalisé dans le cadre d’un séjour poct-doctoral à l’université Lumière-Lyon 2, laboratoire Hi So MA, financé par la Fondation Gerda Henkel. Je tiens à remercier le Département des Antiquités de Chypre pour l’autorisation d’étudier des contextes CG et les professeurs A. Gilboa et I. Sharon de m’avoir confié l’étude du matériel chypriote issu de leurs fouilles à Dor. Je suis enfin très reconnaissante à Sabine Fourrier pour ses commentaires sur cet article.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search