Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les royaumes de Chypre à l’épreuve de l’histoire

 | 
Anna Cannavò
, 
Ludovic Thély

Introduction

Anna Cannavò et Ludovic Thély

Texte intégral

1En 2015, l’École française d’Athènes a souhaité célébrer le quarantième anniversaire de la fondation de la mission archéologique d’Amathonte par deux initiatives : une exposition photographique retraçant l’histoire et les principaux résultats scientifiques obtenus, et un colloque international consacré, plus généralement, aux royaumes chypriotes.

  • 1 Thély 2014.
  • 2 Hermary 2014.
  • 3 Inaugurée le 19 mars 2015 à Athènes et accueillie dans les locaux de l’École française jusqu’au 8 m (...)

2La mission archéologique française d’Amathonte a été créée en 1975, à la suite des événements dramatiques – l’invasion de la partie nord de Chypre par l’armée turque – survenus l’année précédente1. Si un premier projet fut présenté dès 1969 par Vassos Karageorghis, alors directeur du Département des Antiquités de Chypre, auprès de Pierre Amandry, directeur de l’École française d’Athènes, les circonstances historiques ont été particulièrement décisives dans la mise en œuvre d’un programme archéologique pérenne sous l’égide du ministère des Affaires étrangères. En quarante ans d’activités, la mission française a contribué à l’enrichissement des connaissances du site et de son environnement, en prêtant, chaque fois qu’il était possible, son concours au Département des Antiquités de Chypre dans ses efforts incessants de découverte, étude, conservation et mise en valeur du patrimoine de la région2. Si l’exposition photographique3 a permis de rappeler les grandes étapes de l’histoire de la mission, d’en souligner les acquis, et de rendre hommage aux femmes et aux hommes qui ont participé et participent toujours, pour une partie d’entre eux, à cette entreprise collective, le colloque scientifique dont nous présentons ici les actes a été l’occasion de dépasser la simple micro-histoire ou la micro-archéologie, en replaçant le cas d’Amathonte dans le cadre plus général du développement historique de l’île. Bien que le site ait connu environ dix-sept siècles d’occupation continue, nous avons choisi de porter notre attention sur le Ier millénaire av. J.-C., en consacrant ainsi le colloque aux « royaumes chypriotes à l’épreuve de l’histoire : transitions et ruptures de la fin de l’âge du Bronze au début de l’époque hellénistique ».

  • 4 Sur cette terminologie, qui a un sens méthodologique, voir Fourrier 2015b, p. 85, n. 5.

3Le colloque s’est tenu à Athènes, dans les locaux de la Maison de Chypre, les 20 et 21 mars 2015. Vingt-deux collègues y ont pris part, représentant plusieurs institutions de France, de Chypre et de nombreux autres pays. Le thème choisi, l’histoire des royaumes chypriotes de leur origine à leur dissolution, a été abordé à travers le prisme des continuités, ruptures et changements qui caractérisent le développement de ces entités politiques (polities, comme les définit Maria Iacovou)4. Pour cela, l’arc chronologique fixé couvre non seulement la période proprement dite « des royaumes » – autrement dit les périodes géométrique (1050-850), archaïque (850-480) et classique (480-310 av. J.-C.) –, mais aussi les phases antérieure (l’âge du Bronze récent) et postérieure (l’époque hellénistique). Comme le montrent bien les contributions de Maria Iacovou d’un côté, et de Dimitris Michaelides et Giorgos Papantoniou de l’autre, qui ont respectivement ouvert et clos le colloque, les royaumes chypriotes de l’âge du Fer ancrent leur développement et leur existence même dans un continuum historique, que seule une approche sur la longue durée permet d’apprecier au-delà de tout cloisonnement disciplinaire et académique. Il ne s’agit pas, bien évidemment, de nier ou de diminuer la radicalité et l’importance de certains phénomènes ou événements – de l’hellénisation de l’île à sa conquête par les Lagides, en passant par l’enracinement de la présence phénicienne à l’époque archaïque et la grandissante influence athénienne pendant l’époque classique –, mais d’en réévaluer l’impact à la lumière d’autres facteurs essentiels, parfois moins visibles et plus difficiles à saisir en raison du biais de la documentation disponible. La perspective « chyprocentrique » (from within pour citer encore Maria Iacovou) paraît celle qui permet le mieux de refonder, sur de nouvelles bases méthodologiques et théoriques, l’analyse de l’histoire et des caractéristiques constitutives des royaumes chypriotes.

4L’une des clés interpretatives sur laquelle la recherche récente a sensiblement progressé est celle qui met en valeur la dimension régionale, dans l’articulation économique des territoires, comme le souligne Maria Iacovou, autant que dans les productions artisanales et artistiques. Les contributions d’Artemis Georgiou et d’Anna Georgiadou se concentrent ainsi sur l’industrie céramique, particulièrement riche et bien connue pour les hautes époques. L’apport de ces nouvelles études consiste en l’analyse, d’une part, des dynamiques évolutives internes à l’île et, d’autre part, des processus d’intéraction entre celles-ci et les civilisations materielles égéennes et levantines, qui contribuent à la définition de l’artisanat céramique chypriote de l’âge du Fer.

5L’attention portée depuis quelques temps aux trajectoires individuelles des royaumes chypriotes découle en partie de l’appreciation accrue des dynamiques locales, dont l’ambition est d’en dégager du mieux possible les spécificités. Eustathios Raptou, Sabine Fourrier, Anna Satraki et Joanna S. Smith attirent dès lors notre attention sur le développement de quatre capitales royales, respectivement Palaepaphos, Salamine, Idalion et Marion. Les questions de topographie et d’organisation des espaces urbains sont au cœur de ces analyses, qui s’appuient aussi bien sur les résultats de fouilles récentes que sur l’étude de matériel d’archives. La clé de lecture des transitions (sous la forme de la rupture ou, à l’inverse, de la continuité, avec toutes les nuances envisageables entre ces deux notions) permet de mettre en valeur la variété des trajectoires de ces quatre royaumes.

  • 5 Iacovou 2002b.

6Les périodes géométrique et archaïque incarnent, dans le cas spécifique du royaume d’Amathonte, ce que Maria Iacovou a défini autrefois comme les foundation et consolidation horizons5. Sans que la chronologie, même approximative, de l’établissement du royaume ne fasse l’objet d’un consensus, les fouilles récentes du Département des Antiquités sur le site d’Amathonte-Loures, que présentent Elisavet Stefani et Yiannis Violaris, apportent à ce sujet des nouveautés significatives. La mission française a également mis au jour, sur l’acropole, un bâtiment monumental interprété comme le palais des rois d’Amathonte. Les découvertes récentes au sein de cet ensemble, qu’évoque Isabelle Tassignon, permettent elles-aussi d’éclairer davantage les premières phases du royaume, sur lesquelles nous sommes particulièrement mal avertis.

7Avec l’inclusion de Chypre dans l’empire perse, dans le dernier quart du vie s. av. J.-C., la quantité et la qualité de nos sources sur les royaumes de l’île s’enrichissent, dans la mesure où davantage de documents contribuent à compléter et mettre en perspective le tableau qu’il est possible de tirer des données archéologiques. C’est ce point fondamental qu’illustrent les communications d’Antigoni Zournatzi, à l’échelle de l’île, et d’Artemis Karnava, Massimo Perna et Evangéline Markou à l’échelle du royaume d’Amathonte. L’analyse de la documentation écrite, et tout particulièrement les sources perses, permet dès lors d’apprécier la vision de l’île qu’ont eu les souverains achéménides – éloignée, soigneusement construite du point de vue littéraire et idéologique, imprégnée de continuité par rapport à la tradition mésopotamienne et néo-assyrienne. Deux projets en cours – celui des Inscriptiones Graecae pour l’épigraphie, et le programme SilCoinCy en numismatique – permettent de renouveler l’étude de la documentation amathousienne, grâce à l’apport de documents inédits. Quelques contributions présentent ainsi des analyses récentes inédites : nouvelles lectures épigraphiques de documents connus (la grande inscription étéochypriote du Louvre) et réexamens de débats anciens (les monnayages d’« Évagoras Ier » et de « Rhoïkos »).

8La période de transition, entre rupture et continuités, qui correspond à la fin des royaumes chypriotes et à la mise en place du système lagide dans l’île est moins bien connue du point de vue de l’archéologie que ne le sont les phases antérieures. La contribution de Despina Pilides ainsi que celle de Pierre Aupert et de Claire Balandier se concentrent respectivement sur deux sites représentatifs de cette période : Nicosia-Agios Georgios et Amathonte. L’analyse historique s’appuie sur les résultats de l’exploration archéologique autant que sur le matériel épigraphique et numismatique. Ces deux cas d’étude permettent d’illustrer de manière précise, à travers deux parcours assez différents, cet advent of Hellenistic Cyprus dont Demetrios Michaelides et Giorgos Papantoniou contribuent à restituer toute la complexité en conclusion.

9On doit le succès de ce colloque avant tout à ses participants, qui ont répondu avec enthousiasme à notre appel et ont bien voulu partager avec l’ensemble de la communauté scientifique leurs résultats les plus nouveaux et les plus stimulants. Mais rien n’aurait été possible sans le soutien fondamental, financier et logistique, de l’École française d’Athènes et de la Fondation A.G. Leventis, dont nous tenons à remercier sincèrement les directeurs, Alexandre Farnoux et Charalambos Bakirtzis. La Maison de Chypre a bien voulu accueillir le colloque dans ses locaux, avec toute la chaleur et la filoxenia qui caractérisent tant les Chypriotes. Nous adressons nos remerciements à Maria Panagidou, conseiller culturel, et à son collaborateur, Takis Voïlas.

10Tous les services de l’ÉfA se sont mobilisés avec empressement et efficacité pour satisfaire nos demandes incessantes. Chacun a apporté une contribution essentielle à la réussite de ce projet, de sa génèse à la présente publication des actes. Nous leur en sommes vivement reconnaissants. Enfin, nous tenons à adresser une mention particulière à Julie Durin, qui a contribué par son travail, ses sourires et son dévouement, à alléger notre tâche. Qu’elle soit assurée de notre amitié la plus sincère.

Notes

1 Thély 2014.

2 Hermary 2014.

3 Inaugurée le 19 mars 2015 à Athènes et accueillie dans les locaux de l’École française jusqu’au 8 mai, l’exposition a été ensuite transférée à Nicosie, où elle a été accessible, du 7 octobre 2015 au printemps 2016, dans les jardins du musée archéologique de Nicosie. Elle est actuellement installée sur le site archéologique de l'agora d’Amathonte.

4 Sur cette terminologie, qui a un sens méthodologique, voir Fourrier 2015b, p. 85, n. 5.

5 Iacovou 2002b.

Auteurs

Ancienne membre de l'École française d’Athènes, est chargée de recherche CNRS au laboratoire HiSoMA, à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux (Lyon). Elle dirige depuis 2017 la mission archéologique d'Amathonte.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540