Version classiqueVersion mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Lexique

Texte intégral

1. Termes techniques et scientifiques contemporains1

  • 1 Amat, Dorize, Le Cœur 2002 ; Foucault, Raoult 1988. Les chiffres entre parenthèses et en gras renvo (...)
Caldeira De forme circulaire ou elliptique, une caldeira est un cratère massif, d’un diamètre pouvant atteindre plusieurs dizaines de kilomètres, qui correspond à l’effondrement de la partie centrale d’un volcan (53).
Éjecta Voir « Pyroclaste ».
Épicentre Projection géométrique en surface de l’hypocentre (ou foyer), autrement dit le point d’émergence vertical correspondant à la rupture en profondeur de l’écorce terrestre (121) (voir « hypocentre »).
Faille De longueur variable (certaines failles peuvent s’étendre sur plusieurs dizaines de kilomètres et se relayer les unes les autres), une faille correspond à une cassure entre deux compartiments terrestres. — Active : Fracture plane de l’écorce terrestre, une faille active se caractérise par une activité tectonique récente au cours du Quaternaire (les deux derniers millions d’années). Une faille active entraîne souvent une rupture du sol en surface (121). — Décrochante : Faille verticale où coulissent deux compartiments. En bordure de plaque lithosphérique, une faille décrochante relie deux portions d’un rift. Les décrochements peuvent être de deux types : dextre (exemple de la faille nord-anatolienne 129) ou sénestre (exemple de la Dead Sea Fault au Levant 47). — Normale : Dite aussi faille directe ou distensive, une faille normale se caractérise par un rejet horizontal transversal qui correspond à une distension.
Foyer Voir « hypocentre ».
Hypocentre Lieu en profondeur de l’écorce terrestre (de 100 à 700 km au maximum) où se produit le premier ébranlement lors d’un séisme. Le mouvement du foyer correspond au déplacement des blocs ayant causé le tremblement de terre.
Inondation Envahissement d’une masse d’eau dans des territoires émergés. Les inondations sont la conséquence de trois types de phénomènes distincts : les crues cycliques des cours d’eau (exemple d’Oropos 237 ; 259) ; les crues subites (notamment craintes à Antioche sur l’Oronte à l’époque hellénistique 243-244) ; enfin, les inondations liées aux irrégularités hydrométéorologiques et climatiques (passage d’une tempête par exemple), comme l’illustre le cas très célèbre de Rhodes en 316 av. n.è. (116-118). L’action humaine, notamment le déboisement frénétique en zone de montagne, peut aussi conduire à une augmentation des risques de crue, ce qu’observaient déjà certains commentateurs dans l’Antiquité (137-138).
Lapilli Fragments de lave éjectés par un volcan lors d’une éruption (65). Appartient à la famille des roches pyroclastiques (voir « Pyroclaste »). Peut également être désigné par le terme « pouzzolane », roche composée de scories volcaniques et connue dès l’Antiquité pour sa consistance meuble, qui favorise la fertilité des territoires (133).
Linéation tectonique Lignes de failles parallèles entre elles (122).
Liquéfaction Les phénomènes de liquéfaction se produisent lors des séismes, essentiellement dans les plaines alluviales, où le sol sablonneux perd sa cohérence sous la pression de l’eau comprimée dans le sol. La surface devient alors liquide. Ce peut être l’une des raisons qui explique la disparition de la cité antique d’Héliké, sur la rive péloponnésienne du golfe de Corinthe, à la suite du séisme de 373 av. n.è. (117 ; 135).
Onde sismique Ébranlement des couches de la lithosphère, où l’on distingue les ondes de volume (primaire et secondaire) et les ondes de surface (dite de Love et de Rayleigh).La diffusion de ces ondes cause les mouvements oscillatoires responsables des destructions occasionnées lors d’un séisme. Ces mouvements furent observés dès l’Antiquité (44-49). — Primaire : Également appelée onde de compression, de dilatation ou de distension, elle correspond à un mouvement successif de dilatations et de compressions des surfaces. Déjà observée par Pline au ier s. de n.è. (62). — Secondaire : Dite onde de cisaillement ou de distorsion, une onde secondaire crée un mouvement vertical à la surface du sol lors de son passage, ce qui a pour effet de soulever les structures géologiques et humaines (62 ; 115). — de Love : D’une amplitude plus forte que les ondes de volume, les ondes de surface se déplacent à la surface de la terre. Théorisée en 1911 (62) par un mathématicien anglais éponyme, les ondes de Love causent des dégâts essentiellement à la base des bâtiments en raison de l’oscillation horizontale qu’elles provoquent (115). — de Rayleigh : Découvertes en 1885, les ondes de Rayleigh ont un mouvement à la fois vertical et horizontal en surface. Elles ne semblent pas avoir été observées dans l’Antiquité.
Poljé Formation caractéristique des milieux karstiques, un poljé est une vaste plaine dépressionnaire formée par la dissolution du calcaire et dont les eaux s’écoulent par un ponor et rejaillissent par un phénomène de résurgence (257).
Pyroclaste Débris de roche magmatique éjectés lors d’une éruption volcanique (64-65).
Rejeu de faille Désigne l’ampleur du déplacement entre deux compartiments. Le rejeu s’inscrit en trois dimensions : le décrochement (horizontal) ; le rejeu horizontal transversal (parallèle au décrochement) ; enfin, le rejeu vertical. Il n’est pas impossible que des récits détaillés aient pu, dans l’Antiquité, faire état d’un phénomène de rejeu. Ce peut être le cas du récit de Dion Cassius à propos du séisme de 115 de n.è. à Antioche (130).
Sécheresse Irrégularité climatique déterminée par une variation brutale des paramètres hydro-climatiques habituels. On distingue les périodes chaudes (ou froides), qui correspondent à une évolution sensible sur la longue durée (244-247) et les sécheresses ponctuelles qui indiquent une crise climatique circonscrite dans le temps.
Zone de subduction Partie de la lithosphère enfoncée profondément sous une autre portion. Cette zone est particulièrement propice à la tectonique des plaques. Le plan de Benioff répartit les foyers des tremblements de terre près des plaques océaniques : leur localisation situe l’enfoncement de la plaque océanique sous la plaque continentale. La zone de subduction hellénique (122) est, pour la Méditerranée orientale, le seul exemple de ce phénomène, responsable tout particulièrement de plusieurs séismes en Crète et au sud de l’Asie Mineure.

2. Termes techniques antiques

Ἀναθυµίασις Terme de la philosophie aristotélicienne qui désigne une exhalaison (préfixe ἀνα-) sèche et chaude. Selon les Météorologiques, ce phénomène se produit après une période de fortes pluies, par l’action conjointe de la chaleur du soleil et des feux souterrains (59).
Αὐχµός Dans son sens technique, ce mot désigne la « sécheresse », puis, par évolution sémantique, tout ce qui a trait à la poussière. Αὐχµός est attesté à l’époque archaïque et dérive assurément de αὗος qui exprime la même idée de sécheresse.
Βρασµός Dérivé du verbe βράσσω, qui signifie « agiter » à l’actif, « bouillonner » au passif, ce mot a pour sens « tremblement » ou « bouillonnement ». Il est employé avec un sens technique particulièrement précis : il désigne un type spécifique d’onde sismique qui déforme la surface verticalement (voir « Βράστης »).
Βράστης Identique au précédent, il s’agit d’un nom d’agent fondé sur le verbe βράσσω ou βράζω. Son sens premier désigne un « bouillonnement », ce qui lui a valu d’être appliqué par Aristote, dans le Περὶ κοσµοῦ, avec l’idée d’oscillation verticale (62).
Διοσηµεία Composé de Διός et σηµεῖον, ce terme désigne, selon une acception large, tousles « signes de Zeus », autrement dit la foudre, le tonnerre et l’éclair (36-38). Un sens restreint vise à lui conférer l’idée de « présage » ou de « signe » à valeur prophétique. Dans l’Athènes de l’époque classique, il était proscrit de tirer de ces signes un discours scientifique (77-78).
Ἐπισηµασία Fondé à partir du préfixe ἐπὶ- et du mot σῆµα, lequel désigne toute forme de signe. Dans son emploi spécifique aux catastrophes naturelles, il renvoie au signe envoyé par la divinité pour avertir ou prévenir d’une catastrophe. Il s’agit le plus souvent d’un signe avant-coureur ; dans le registre médical, en effet, ce mot a une valeur commune de « symptôme ». Sous sa forme verbale, il est notamment employé dans les parapegmes afin d’annoncer un changement brusque de temps ou une intempérie (81, n. 86). Dans ce contexte, il doit être traduit par « pronostic ».
Εὔσειστος Adjectif propre à Strabon, fondé sur la racine σείω, « agiter, secouer » (voir « Σεισµός »). L’adverbe εὖ, qui sert à caractériser ce composé nominal, exprime l’idée d’abondance. Dans l’esprit de Strabon, cet adjectif est donc employé afin de déterminer les régions exposées à des risques fréquents de tremblement de terre. Il pourrait être traduit par « riche en séismes » (48).
Ἐπικλίντης Terme technique appartenant au registre des tremblements de terre. Dérivé du verbe ἐπικλίνω, « incliner, pencher à angle droit ». Aristote l’emploie pour distinguer la variété des ondes sismiques et des phénomènes oscillatoires : il désigne alors un type de séisme particulier, qui rompt le sol à angle aigu. Sans doute cela doit-il correspondre à l’observation des ondes de Love (voir « Onde de Love »), qui se déplacent horizontalement à la surface du sol (62).
Inclinatio Terme latin, exact équivalent du mot technique ἐπικλίντης chez les Grecs.
Κατακλυσµός Peut revêtir deux sens proches : ou bien il désigne un phénomène d’inondation, ou bien il rapporte, dans la littérature mythique, l’une des traditions du déluge. Le verbe κατακλύζω a pour sens originel « inonder », et s’emploie en particulier à propos de l’inondation des plaines. D’autres composés ont par ailleurs été forgés dans un sens équivalent, notamment ποταµόκλυστος, que l’on trouve à plusieurs reprises dans la Géographie de Strabon (10).
Μύκηµα (ou µυκηθµός) Désigne d’abord un « mugissement ». Par analogie, il fut employé par certains auteurs pour caractériser le bruit sourd qui précède les tremblements de terre, que l’on identifie aujourd’hui au passage des ondes de volumes primaires (130).
Πάθη Idée de « souffrance », mais également sur le plan moral de « douleur » et d’« affliction ». Ce terme est notamment employé par Aristote en tête des Météorologiques afin de souligner les « accidents » terrestres qui affectent la surface du globe (74).
Πνεῦµα L’école aristotélicienne considère le πνεῦµα comme l’élément naturel responsable des tremblements de terre. Il s’agit très exactement d’un fluide gazeux qui exerce un mouvement de reflux dans les corps caverneux que renferme la lithosphère (108).En un sens, il n’est peut-être pas douteux de traduire le pneuma, dans la pensée aristotélicienne, par ce que l’on désigne aujourd’hui comme le magma volcanique.
Προθεσπίζω Composé à partir du préfixe προ- et de θέσπις, forme abrégée de θεσπέσιος, « inspiré des dieux ». Le verbe à l’indicatif est notamment employé par Sextus Empiricus avec le sens d’« anticiper » les catastrophes naturelles (86).
Προγνωστικά Titre d’un ouvrage du Corpus hippocratum, les προγνωστικά établissent les signes précurseurs des catastrophes naturelles. Le français a conservé deux sens au mot « pronostic » : l’un renvoie à l’idée de conjecture – un événement possible, mais incertain –, l’autre désigne les jugements tirés de l’observation des astres, sens plus proche de la conception antique de la notion de pronostic (76).
Προσχώννυµι Verbe employé notamment par le mythographe du ive s. av. n.è. Palaiphatos afin de désigner le recouvrement d’un espace géographique par une coulée de lave (52-53).
Σεισµός Nom commun servant à désigner un séisme (terrae motus en latin ; le français a conservé indistinctement les deux racines antiques dans son usage courant). Le verbe σείω a de nombreux sens : celui qui retient notre attention est « secouer, ébranler, agiter ». Des composés variés sont connus à travers les sources littéraires ainsi que dans les documents épigraphiques, comme διασείω ou συνσείω (111-112). Ptolémée emploie l’adjectif σεισµοποιός pour désigner la cause d’un tremblement de terre.
Succussio Équivalent latin sans doute parfait des mouvements oscillatoires identifiés dans la littérature savante grecque par le terme βράστης (61-62).
Σύµπτωµα Mot qui a d’abord le sens d’« affaissement », puis d’« événement hasardeux » ou « malchanceux ». Ces trois acceptions le rendent propice à une traduction par « catastrophe » dans un certain nombre de récits antiques (112-113).
Συµφορά Ce terme est habituellement rendu par « événement », « conjoncture » et, dans des cas plus précis, en insistant sur sa valeur négative, par « malheur ». Il désigne parfois des circonstances défavorables dues à un aléa naturel.
Τεκµήριον Le verbe τεκµαίροµαι renvoie à l’idée de preuve, « reconnaître par des signes » ou « prouver par des signes ». Le dérivé τεκµήριον se distingue de σηµεῖον : si le premier terme désigne un signe certain, le second a plus exactement une valeur de conjecture. Dans cette perspective, il peut être traduit par « pronostic » (91).
Tremor Ce terme est habituellement traduit par « tremblement ». Les encyclopédistes romains l’emploient néanmoins dans un sens plus strict : il renvoie alors à des séismes dont les ondes sont de plus faible intensité, au contraire de ceux désignés sous les termes inclinatio et succussio (62).

Notes

1 Amat, Dorize, Le Cœur 2002 ; Foucault, Raoult 1988. Les chiffres entre parenthèses et en gras renvoient aux pages où ces notions apparaissent dans le cadre de cette étude.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search