Desktop versionMobile Version

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Appendice épigraphique1

Volltext

  • 1 Cf. carte 2.

Carte 2. Lieux de trouvaille des inscriptions mentionnant un séisme.

Carte 2. Lieux de trouvaille des inscriptions mentionnant un séisme.

— Péloponnèse —

11. Programme édilitaire à Corinthe financé par P. L. Priscus Juventianus (iie s. de n.è.)

— Grèce centrale —

22. Ambassade des Kyténiens à Xanthos (iiie s. av. n.è.)

— Îles de l’Égée —

33. Mention d’une sépulture collective à Camiros (iiie s. av. n.è.)

44. Souscription d’une association d’éranistes de Rhodes (iie s. av. n.è.)

55. Reconstruction des tours et des murailles à Camiros (iie s. av. n.è.)

66. Réfection des murailles et des tours de Télos (iie s. av. n.è.)

77. Demande d’assistance du peuple de Calymna (iie s. av. n.è.)

88. Décret de la cité de Samos en l’honneur du médecin Diodôros (iie s. av. n.è.)

99. Reconstruction du gymnase de Samos par l’empereur Claude (ier s. de n.è.)

1010. Reconstruction d’un temple de Dionysos à Samos par l’empereur Claude (ier s. de n.è.)

1111. Reconstruction du temple d’Asclépios à Lindos (iie s. de n.è.)

1212. Reconstruction d’une salle de banquet à Phoinix (entre le iie et le ive s. de n.è.)

— Asie Mineure —

1313. Décret de Panamara en l’honneur d’Asklépiadès (iie s. av. n.è.)

1414. Épigramme dédicatoire gravée sur la base de la statue de Chairemon de Tralles  (ier s. av. n.è.)

1515. Restauration du Sebasteion d’Aphrodisias de Carie (ier s. de n.è.)

1616. Restauration d’un temple et d’une statue d’Héra à Sardes (ier s. de n.è.)

1717. Réfection d’une statue à Thyatire (ier s. de n.è.)

1818. Restauration d’une conduite d’eau à Patara (ier s. de n.è.)

1919. Intervention d’un préteur à Xanthos (ier s. de n.è.)

2020. Restauration de statues du Cyclope par le peuple d’Aphrodisias de Carie (iie s. de n.è.)

2121. Monument funéraire de Nicomédie pour deux jeunes enfants (iie s. de n.è.)

2222. Ambassade d’un grand-prêtre de Stratonicée de Carie à Rome (iie s. de n.è.)

2323. Restauration d’un camp militaire en Phrygie sous Septime Sévère (iie s. de n.è.)

— Syrie et Phénicie —

2424. Dédicace en l’honneur de Zeus Mégistos à Doura-Europos (iie s. de n.è.)

2525. Dédicace en l’honneur de Zeus Sôter à Byblos (s. d.)

— Péloponnèse —

261. Programme édilitaire à Corinthe financé par P. L. Priscus Juventianus (iie s. de n.è.)

27Stèle. Musée de Vérone, inv. no 73.

28IG IV, 203 (Geagan 1989 [texte, trad. anglaise et commentaire]).

29Cf. Broneer 1939 (l. 4-7) ; Robert 1940, p. 48-53 (sur l’expression ὑπὲρ ἀγορανοµίας et l. 28-30) ; Robert 1966, p. 754-755 ; Kent 1966, p. 119-121, no 306 (commentaire général) ; Nouveau choix d’inscriptions grecques 2000, p. 100 (l. 28-30) ; Broneer 1973, p. 112 (Palaimonion) ; Robert 1978a, p. 404 (réparations consécutives au séisme) ; Puech 1983 (date) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 213-214, no 100 (séisme) ; Piérart 1998, p. 99 (date et trad. française) ; Camia 2002 (date) ; Lafond 2006, p. 244-245 (activité édilitaire).

30Notes critiques

31l. 28-29 : ces lignes se rattachent à un autre document, une lettre rédigée par un gouverneur d’Achaïe et adressée à la cité de Corinthe (cf. Broneer 1939). Robert 1940, p. 54 complète ainsi les lacunes de la stèle de Vérone : ἐαν µοι πωλήσητε τῆς λεγ[ο]µένης Ῥηγλια[νῆς στοᾶς τὰ ἐρείπια].

Aux dieux ancestraux et à la patrie. Publius Licinius Priscus Juventianus fils de Publius, de la tribu Aemilia, grand-prêtre à vie, a fait construire des logements pour les athlètes venant du monde entier aux Isthmia. Il a aussi fait faire, à ses propres frais, le Palaimonion avec ses décorations, l’enagisterion, l’entrée sacrée, les autels des dieux ancestraux avec le péribole et le pronaos, les pièces destinées à l’admission des candidats, le temple d’Hélios et la statue à l’intérieur, le péribole – le péribole de la vallée sacrée et les temples de Déméter, de Coré, de Dionysos et d’Artémis qui s’y trouvent – avec les statues à l’intérieur, les décorations et les pronaoi. Il a aussi fait restaurer les temples de l’Abondance, de Coré et le Ploutoneion ainsi que les escaliers et les murs disloqués sous (l’effet) des secousses sismiques et de la vétusté. Il a aussi consacré le portique à côté du stade, ainsi que les maisons voûtées et leurs décorations en tant qu’agoranome. Promesse de Publius Licinius Priscus : si vous me vendez les [ruines du portique de Régulus]…

32Date : Puech et Piérart défendent une datation assez haute de la carrière de Licinius Juventianus, entre 100 et 110 de n.è., contra Geagan qui la plaçait dans la seconde moitié du iie s. de n.è. Guidoboni, Comastri, Traina indiquent que le séisme eut lieu entre 69 et 79 de n.è. (la nuit du 20 juin d’après Malalas, 261). Les autres situent le séisme en 77.

33Commentaire dans le texte : p. 111 ; 131 ; 158 ; 175 ; 176.

— Grèce centrale —

342. Ambassade des Kyténiens à Xanthos (iiie s. av. n.è.)

35Stèle de calcaire trouvée au Létôon de Xanthos. Musée de Xanthos, inv. no 5388.

36Ed. princeps : Bousquet 1988b, p. 12-53 (avec photographie et trad. française) (SEG 38, 1476 ; Curty 1995, p. 183-191, no 75 [commentaire sur les parentés mythiques]).

37Cf. Robert, Robert 1976, p. 191, n. 151 (contexte) ; Metzger 1978, p. 798-800 (SEG 29, 1517) ; Robert 1978a, p. 406 (ambassade et destruction des murailles) ; BullÉp 1983, p. 161, 168, 175-176, 189 ; BullÉp 1989, 275 (date) ; Walbank 1989 (date) ; Rousset 1989 (importance de Kyténion en Doride) ; Rousset 1990, no 6 et catalogue prosopographique no 193 (rapprochement prosopographique) ; Le Bohec 1993, p. 161 (invasion d’Antigone) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 139-140, no 35 (séisme) ; Hadzis 1997 (parentés mythiques) ; Metzger, Moret 1999, p. 312 (parentés mythiques) ; Scholten 2000, p. 170-173 (invasion d’Antigone) ; Rousset 2004-2005, p. 114-115 (somme versée par les Xanthiens).

38Notes critiques

39l. 63 : Φ, Rousset a suggéré qu’on lise sur la pierre ΗΦ, ce qui porterait le don des Xanthiens non pas à 500 dr., mais à 8 500 dr. Cette lecture me semble la plus valide.

Traduction : Bousquet 1988b.

Sous le règne de Ptolémée fils de Ptolémée et de Bérénice dieux Évergètes et de son fils Ptolémée, la dix-septième année, étant prêtre des dieux Évergètes et du roi Ptolémée Andronikos fils de Perlamos, prêtre « devant la ville » Tlépolémos fils d’Artapatès, le deux du mois Audnaios, après réunion d’une assemblée, les Xanthiens, ville et magistrats, ont décidé : Considérant que de la part de la ligue étolienne se sont présentés des ambassadeurs, Doriens de la Métropole, les Kyténiens Lamprias, Ainetos et Phegeus, porteurs d’un décret des Étoliens, et d’une lettre des Doriens suivant laquelle, après le récit des événements survenus à leur patrie et un exposé conforme aux termes de la lettre fait avec une grande exactitude et un grand soin, ils nous prient de nous rappeler la parenté que nous avons avec eux, héritée des dieux et des héros, pour ne pas rester indifférents à la destruction des murailles de leur cité. Létô, l’archégète de notre cité, n’a-t-elle pas mis au monde chez nous Artémis et Apollon ? D’Apollon et de Corônis, fille de Phlégyas descendant de Dôros, naquit en Doride Asclépios. Outre la parenté entre eux et nous qui nous vient de ces dieux, ils nous exposaient également les liens complexes de descendance qu’ils ont avec les héros, en établissant leur généalogie à partir d’Aiolos et de Dôros. Ils nous représentaient encore que les colons, partis de notre pays sous le commandement de Chrysaôr fils de Glaukos fils d’Hippolokhos, furent pris en charge par Alétès, un des Héraclides. Parti en effet de Doride, Alétès les a secourus alors qu’ils étaient attaqués ; il les délivra du danger qui les menaçait et fit son épouse de la fille d’Aôr, le fils de Chrysaôr. Puis, nous représentant par maints autres arguments la sympathie qui depuis les temps anciens les unit étroitement à nous, en raison de cette parenté, ils nous demandaient de ne pas rester indifférents à l’anéantissement de la plus grande des cités de la Métropole, mais au contraire de l’assister dans la reconstruction de ses murailles, dans la mesure de nos possibilités, et de rendre manifeste aux yeux des Grecs la sympathie que nous portons à la ligue de Doride et à la ville de Kyténion, en venant à leur aide d’une manière digne de nos ancêtres et de nous-mêmes. En répondant à leur requête, nous nous montrerions agréables non seulement aux Kyténiens, mais aussi aux Étoliens et à tous les Doriens et spécialement au roi Ptolémée, qui est parent des Doriens par les rois Argéades descendants d’Héraclès. La décision finale est de leur répondre comme suit : au sujet des infortunes de leur cité, tous les Xanthiens ont pris part à leur affliction et ils croient de leur devoir de répondre de grand cœur à leurs sollicitations, à la fois en raison de la parenté qui les unit par le lien des dieux et des héros et par le fait que le roi Ptolémée, qui est descendant d’Héraclès, fait remonter cette parenté aux rois de la lignée d’Héraclès. Assurément, si les finances de notre cité ne s’étaient pas trouvées dans un état grave, les Xanthiens auraient manifesté clairement leur sympathie, en ne laissant la palme à personne pour la générosité. Toutefois, comme non seulement le trésor public est à sec, mais qu’au surplus l’endettement ne fait que croître, comme il n’est pas possible d’autre part d’imposer aucune taxe supplémentaire aux citoyens à cause du règlement financier établi par décret, pour une durée de neuf ans, comme aussi les citoyens les plus riches se trouvent avoir versé récemment des contributions considérables en raison des difficultés du moment, que nous avons exposées aux ambassadeurs, — pour toutes ces raisons si notre cité se trouve dénuée de ressources, elle n’en trouve pas moins choquant de rester indifférente à la détresse d’un peuple frappé de telles infortunes ; qu’il soit décidé que les archontes feront un emprunt pour donner aux ambassadeurs cinq cent drachmes afin de reconstruire les murailles de leur cité, et qu’ils feront tenir aussi le présent d’hospitalité prévu par la coutume. Et afin que les générations futures gardent la mémoire de nos liens d’étroite amitié avec les Doriens et du zèle que notre parenté nous inspire pour les Kyténiens, que les archontes fassent graver sur une stèle de marbre et consacrer dans le sanctuaire de Létô le décret des Étoliens avec la lettre écrite par les stratèges et les synèdres et pareillement celle que les Doriens ont envoyée à notre cité, ainsi que le présent décret. Que ce décret soit aussi remis aux ambassadeurs et qu’on les invite à un banquet. (Décret des Étoliens) Les Étoliens ont décidé de confier aux Doriens le soin d’envoyer des ambassades auprès des cités parentes et rois descendants d’Héraclès, Ptolémée et Antiochos. Les envoyés leur demanderont dans leur exposé qu’en raison de leur parenté avec les Doriens et avec les Étoliens ils participent à la reconstruction des murailles de la cité des Kyténiens afin qu’elle soit repeuplée le plus tôt possible. (Lettre des magistrats et des synèdres étoliens) Agélaos, Pantaléôn, Molossos et les synèdres des Étoliens, au Conseil et au peuple de Xanthos, salut. Lamprias, Ainetos et Phegeus, qui vous ont remis cette lettre, sont des Doriens de Kyténion, et se présentent devant vous en qualité d’ambassadeurs de la part des Étoliens à propos de la reconstruction des murailles de la ville des Kyténiens. Ainsi donc nous vous serions fort obligés, par considération pour nous, pour la ligue étolienne et pour les liens d’étroite amitié qui vous unissent aux Doriens, de leur prêter l’oreille avec faveur et de déférer de bon cœur à leur requête. Portez-vous bien. (Lettre des Doriens de la Métropole) Les Doriens de la Métropole qui habitent la ville de Kyténion, au Conseil et peuple de Xanthos, salut. Nous vous avons envoyé comme ambassadeurs, les Étoliens et nous, Lamprias fils de Panklès, Ainetos fils de Polytas, Phegeus fils de Sôtiôn, qui doivent vous informer de vive voix conformément à leurs instructions. Voici ce qui nous arrive. À l’époque où le roi Antigone a envahi la Phocide, des portions de murailles de toutes nos villes, s’étaient écroulées sous l’effet des secousses sismiques. Tandis que nos jeunes soldats étaient allés porter secours au sanctuaire d’Apollon à Delphes, le roi pénétra en Doride, acheva la destruction des murailles de toutes nos villes et incendia les maisons. Nous vous prions donc de vous rappeler de notre parenté avec vous et de ne pas rester indifférents à l’anéantissement de la plus grande des cités de la Métropole, la ville de Kyténion, mais au contraire de nous assister dans la reconstruction de nos murailles, dans la mesure où vous le jugerez possible, et de rendre manifeste aux yeux des Grecs la sympathie que vous portez à notre peuple et à notre cité, en venant en aide d’une manière digne de vos ancêtres et de vous-mêmes, d’Héraclès et de ses descendants. Quant à nous, nous vous rendrons les marques de gratitude que vous nous demanderez. Sachez bien qu’ainsi vous êtes agréables non seulement à nous, mais aussi aux Étoliens et à tous les autres Doriens et spécialement au roi Ptolémée, parce qu’il est notre parent par les rois.

40Date : Bousquet plaçait l’invasion de la Phocide par Antigone Dôsôn au printemps 222. Cette datation a été corrigée par Walbank et Gauthier (BullÉp 1989) qui proposent une chronologie plus haute, vers 228. Cette date a été conservée par Le Bohec. L’audience des ambassadeurs a lieu, selon les termes de l’inscription, le 2 du mois Audnaios de la 17e année du règne de Ptolémée Philopatôr, soit en 206/5 av. n.è.

41Commentaire dans le texte : p. 111 ; 150 ; 154 ; 155 ; 159 ; 191 ; 199.

— Îles de l’Égée —

423. Mention d’une sépulture collective à Camiros (iiie s. av. n.è.)

43Fragment de cippe cylindrique de marbre gris trouvé dans la nécropole de Camiros.

44Tituli Camirenses 161.

45Ed. princeps : Martha 1878, p. 617, no 5 (IG XII 1, 708 ; SGDI 4126 ; Syll 3 505 ; Tituli Camirenses 161 ; Robert 1978a, p. 399 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 140-142, no 36 [trad. anglaise]).

τῶν κατὰ τὸν σεισµὸν τελευτασάντων.
(Sépulture) de ceux qui ont péri dans le tremblement de terre.

46Date : tous les commentateurs s’accordent pour rattacher cette sépulture collective au tremblement de terre de 227 av. n.è. bien connu par Polybe, 5.88-90.

47Commentaire dans le texte : p. 122 ; 166.

484. Souscription d’une association d’éranistes de Rhodes (iie s. av. n.è.)

49Fragment de marbre trouvé dans un champ au sud-est de la ville de Rhodes.

50IG XII 1, 9.

51Ed. princeps : Papadopoulos-Kérameus 1881, p. 331-333, no 1 (SGDI 3760 ; IG XII 1, 9 ; Syll 3 1116).

52Cf. Robert 1978a, p. 403 (reconstructions dues au séisme) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 147-150, no 41 (séisme) ; Habicht 2003, p. 556-557 (date de la prêtrise de Théophanès).

Sous la prêtrise de Théophanès, Ménékratès de Cibyra étant président de l’association, au vingt-sixième jour du mois Yakinthos, ceux que voici parmi les éranistes ont fait une promesse de don pour la reconstruction du mur et des monuments funéraires qui se sont écroulés dans le tremblement de terre. Ménékratès de Cibyra fera reconstruire le mur et les monuments funéraires par ses propres dépenses. L’argent recueilli par la souscription restera à disposition de l’association. Un tel… 10…

53Date : Papadopoulos-Kérameus hésitait à mettre cette souscription en relation avec le tremblement de terre de 227 av. n.è., à cause de la fréquence des séismes dans cette partie de la Méditerranée. Avec raison, car la catastrophe mentionnée est bien celle de 199/8 av. n.è., opinion retenue dans le catalogue de Guidoboni, Comastri, Traina. C’est la prêtrise de Théophanès qui donne la date : Habicht l’a placée en 198.

54Commentaire dans le texte : p. 112 ; 122 ; 177.

555. Reconstruction des tours et des murailles à Camiros (iie s. av. n.è.), l. 19-28

56Stèle en pierre de Lartos moulurée, brisée en deux fragments. Musée de Rhodes.

57Tituli Camirenses 110 (Maier 1959, p. 183-187, no 49 [commentaire technique sur les réparations et date] ; Badoud 2015, p. 369-372, no 21 [trad. française ; pour la date, cf. p. 104-106]).

58Cf. BullÉp 1954, 197 ; Robert 1978a, p. 403 (action de Philocratès) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 147-150, no 41 (l. 19-23) ; BullÉp 2001, 543 ; Rousset 2003-2004, p. 219 (date) ; Habicht 2003, p. 556-557 (date de la prêtrise de Théophanès).

Traduction : Badoud 2015, p. 371, légèrement modifiée.

(…) et (attendu que) les murailles s’étant effondrées lors du tremblement de terre survenu sous la prêtrise de Théophanès, et le périmètre urbain étant dépourvu de fortifications, il a veillé à ce que la construction des remparts soit conduite à leur terme et il a contribué à ce que le périmètre urbain fût sous bonne garde et en sécurité. Ayant observé que les Camiréens dépensaient chaque année une somme importante pour l’entretien des tours et des remparts, il introduisit l’affermage des travaux d’entretien – de la sorte, les Camiréens se trouvèrent déchargés de grandes dépenses, tandis que les tours et les remparts étaient entretenus ; constatant que l’achèvement des travaux, qui mobilisaient une importante main-d’œuvre, traînait en longueur parce que le délai dans lequel les travaux devaient être achevés n’était pas précisé, il veilla à ce que le délai fût précisé aux responsables placés à la tête de l’importante main-d’œuvre, et chacun des travaux fut achevé au moment voulu.

59Date : la date du décret est incertaine, entre 225 et 182 av. n.è. pour Rousset, période pendant laquelle deux Philocratès fils de Philostéphanos sont connus comme damiurge. Ce document mentionne le même tremblement de terre que le document précédent (AppÉp 4), ce qui est suggéré par la mention de la prêtrise de Théophanès dans les deux inscriptions, laquelle prend place en 198 d’après Habicht. Selon toute logique, Guidoboni, Comastri et Traina ont classé ce document parmi ceux relatifs au séisme de 199/8. Pour Badoud, le décret n’a pu être voté que vers 184, car le personnage honoré ne peut être, au regard du dossier épigraphique et des recoupements prosopographiques, que Philocratès fils de Philostéphanos II, qui a effectué sa damiurgie en 186/5.

60Commentaire dans le texte : p. 9 ; 112 ; 122 ; 156 ; 173.

616. Réfection des murailles et des tours de Télos (iie s. av. n.è.)

62Plaque de marbre remployée dans les marches d’escalier d’un monastère.

63IG XII 3, 30.

64Ed. princeps : L. Ross, Inscriptiones graecae ineditae, vol. 2 (1842), no 169 (SGDI 3486 ; Michel, Recueil d’inscriptions grecques [1900], no 429) ; IG XII 3, 30.

65Cf. Holleaux 1904, p. 358, n. 2 (date) ; Maier 1959-1961, p. 180-182, no 48 (commentaire général) ; Robert 1959, p. 209, n. 5 (sur l’expression σεισµοῦ τε γενοµένου […] διασεισθέντων) ; Robert 1978a, p. 403 (attitude d’Aristoménès) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 140-142, no 36 (séisme) ; Fröhlich 2004,

66Notes critiques

67l. 6 : les différents éditeurs du document ont proposé de restituer dans la lacune en fin de ligne οἴ[κων vel ναῶν. Il me paraît peu probable que la destruction de maisons, autrement dit de biens privés, ait été mise sur le même plan que celle des murailles et des tours de la cité. Je n’ai donc conservé que la seconde proposition des éditeurs. l. 13 : ἀφή, ῆς, action d’allumer, choisi par la première édition, est un terme très rare. C’est pourtant la leçon que retient Hiller von Gaertringen (IG XII 3, 30), tout en mentionnant une restitution alternative de Wilamowitz : ἀφ᾽ ἇς avec pour antécédent τᾶς ἱερᾶς (γᾶς).

Il a plu aux Téliens ; proposition du hiérapolos. Attendu qu’Aristoménès fils d’Aristoboulos, de Télos, n’a cessé dans le passé d’être un homme de bien envers le peuple des Téliens, rendant de nombreux et importants services à la communauté, (et que) élu hiérapolos sous la prêtrise d’Aglôkritos, il a administré l’ensemble des revenus et des dépenses avec droiture et justice ; et (attendu que) un tremblement de terre étant survenu et les temples, les murailles et les tours ayant été fortement ébranlés, il fit montre d’un dévouement et d’un zèle absolus pour que soient restaurés tous les bâtiments qui avaient besoin de réparation, de belle manière et à bon prix, non seulement en donnant sans réserve de l’argent en vue de ces choses, mais aussi en se rendant personnellement utile sans relâche et en toute circonstance ; et (attendu que) lorsque quelqu’un voulait détruire le revenu de la terre sacrée, ayant attaqué et mis le feu à certains endroits parce qu’il savait […] pour les autres victimes sacrifiées […] le revenu provient de […] (le reste est trop mutilé).

68Date : Hiller von Gaertringen reconnaît ici le séisme de 227 av. n.è. Il est suivi par Guidoboni, Comastri, Traina ; Holleaux propose de rattacher cette inscription à la série des réparations consécutives au tremblement de terre de 199/8 av. n.è. Robert s’en tient à une date indéterminée.

69Commentaire dans le texte : p. 111 ; 112 ; 122 ; 169 ; 174.

707. Demande d’assistance du peuple de Calymna (iie s. av. n.è.)

71Fragment de marbre. Actuellement conservé au British Museum de Londres.

72Tituli Calymnii 67.

73Ed. princeps : C. T. Newton, The Collection of Ancient Greek Inscriptions in the British Museum, II (1883), no 322 (SGDI 3609) ; Tituli Calymnii 67.

74Cf. Robert 1978a, p. 406 (commentaire général) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 149, no 41 (séisme).

75Notes critiques

76l. 4 : j’ai conservé l’édition de Segre, bien que les dernières restitutions me semblent ici douteuses (cf. mon commentaire).

Sous la stéphanophorie (?) d’Untel, au mois Karneios. Il a plu au peuple des Calymniens ; attendu que se sont produites des secousses ininterrompues dans l’île, et que nos (sanctuaires et nos maisons ?) étaient menacés, notre peuple a envoyé à l’assemblée du Peuple l’ambassadeur The…

77Date : Segre, suivi par Guidoboni, Comastri, Traina, rattache cet événement au tremblement de terre de 199/8 av. n.è.

78Commentaire dans le texte : p. 192.

798. Décret de la cité de Samos en l’honneur du médecin Diodôros (iie s. av. n.è.)

80Stèle de marbre blanc en deux fragments cassés par le milieu. Samos, inv. J 1 + J 278.

81IG XII 6, 12.

82Ed. princeps : — J 1 : Klaffenbach 1926, p. 28, no 2 ; Robert 1939, p. 163-173, no 2. — J 278 : Habicht 1957, p. 233-241, no 64 (Choix d’inscriptions grecques 2003, p. 64-67, no 14 [avec trad. française et commentaire] ; Samama 2003, p. 289-291, no 168 [avec trad. française et commentaire] ; Massar 2005, p. 85-87) ; IG XII 6, 12.

83Cf. Robert 1939, p. 163-173, no 2 ; Robert 1978a, p. 406-407 (conséquences du séisme et date) ; SEG 37, 723 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 147-150, no 41 (séisme) ; Massar 2001 (sur le dévouement de Diodôros).

Il a plu au Conseil et au peuple ; proposition des prytanes ; au sujet du projet de décret présenté par un tel fils d’Untel, et un tel fils d’Untel ; afin que Diodôros fils de Dioscouridès, médecin public pendant de nombreuses années chez nous, qui a rendu les services conformément à son art de manière irréprochable et qui a rendu des services lorsqu’il y eut de nombreux blessés au cours de la réintégration de la cité et des sièges des acropoles, reçoive l’éloge et soit honoré conformément à l’avis du Conseil et du peuple ; le Conseil a, en outre, délibéré au préalable afin d’introduire cette question dans l’assemblée électorale prévue pour l’élection des magistrats ; attendu que Diodôros fils de Dioscouridès a exercé chez nous la fonction de médecin public et a d’abord, pendant de nombreuses années par le passé, guéri avec son expérience et ses soins beaucoup de nos concitoyens et d’autres personnes vivant dans la cité tombés gravement malades, qu’il les a rétablis et qu’il a été en partie cause de leur salut ; et (attendu que) plusieurs fois, à l’occasion (du renouvellement) des contrats pour l’exécution d’une charge publique, de nombreuses personnes en ont porté témoignage devant le peuple ; et (attendu que) lors des secousses sismiques qui se sont produites chez nous, du fait de la soudaineté de la catastrophe, beaucoup de personnes avaient subi des plaies et des contusions de toute sorte nécessitant un traitement rapide, il a apporté des soins à tous, partageant équitablement ses services ; et (attendu que) des juges que nous avions fait venir et qui étaient présents chez nous tombèrent malades, il leur a prodigué des soins, sur ordre du peuple, et s’est montré, sans distinction, équitable et irréprochable ; et (attendu que) lorsque notre cité est retournée dans les possessions du roi Ptolémée, il y eut de nombreux blessés pendant les sièges des acropoles et lors de nos luttes quotidiennes, il a placé le salut de la communauté au-dessus de toute souffrance et de toute dépense, et (a contribué) à ses propres frais au secours de ceux qui en avaient toujours besoin…

84Date : Habicht situe le décret entre l’été 201 et la fin de l’année 197. Les événements ont lieu à l’occasion de la guerre contre Philippe V. L’éditeur exclut cependant le tremblement de terre de 199/8, admettant que l’occupation de la cité par les troupes macédoniennes est postérieure aux secousses mentionnées dans le texte. Robert (1978a, p. 407, n. 93) soutient que cette position n’est pas démontrable.

85Commentaire dans le texte : p. 9 ; 112 ; 147 ; 164 ; 165.

869. Reconstruction du gymnase de Samos par l’empereur Claude (ier s. de n.è.)

87Deux fragments (a, b) d’une même plaque de marbre foncée. Fr. a : inv. Pyth. 299 ; fr. b : inv. Her. M 208a (= inv. Tig. 29).

88IG XII, VI 1 482.

89Cf. Dunst 1964, p. 280.

Tibère Claude César Auguste Germanicus, pontife suprême, revêtu pour la septième fois de la puissance tribunicienne, salué quinze fois imperator, quatre fois consul, père de la patrie, censeur, a fait restaurer à ses frais le gymnase ruiné par la vétusté et un tremblement de terre.

90Date : l’inscription est érigée à la suite du tremblement de terre de 47 de n.è. Elle est datée, par la titulature, de l’année même du séisme (fév. 47-fév. 48).

91Commentaire dans le texte : p. 130 ; 153 ; 209 ; 223.

9210. Reconstruction d’un temple de Dionysos à Samos par l’empereur Claude (ier s. de n.è.)

93Trois fragments (a, b, c) d’une même plaque de marbre claire. Fr. a : inv. Her. M 74 (= inv. Tig. 36) ;  fr. b et c : en place en remploi dans une maison.

94IG XII 6 1, 483.

95Ed. princeps : — fr. a : Schede 1912, p. 217-218, no 19 (AnnÉpigr 1912, 216 ; Swallwood 1967, p. 85, no 316 ; M. Šašel, Inscriptiones Latinae et Graecia Repertae [1979], p. 19, no 11). — Fr. b et c : Freis 1985 (SEG 35, 949 ; AnnÉpigr 1987, 931). Fr. a + b + c : IG XII, VI 1, 483.

96Cf. Herrmann 1960, p. 95 (séisme) ; BullÉp 1987, 37 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 188-190, no 86 (séisme) ; Piérart 1995, p. 476-477, n. 6 (sur le vocabulaire des destructions).

97Notes critiques

98l. 7-8 : les deux dernières lettres « di » n’ont pas été copiées par Schede, ce qui l’a conduit à la restitution suivante : conlapsam restituit. La découverte du fr. b et la relecture de la pierre ont permis une restitution plus sûre : di[ruta]m sumptib[us suis restituit].

Tibère Claude César Auguste Germanicus, pontife suprême, revêtu pour la septième fois de la puissance tribunicienne, salué quinze fois imperator, quatre fois consul, père de la patrie, censeur, a fait restaurer à ses frais le temple de Dionysos (ruiné par la vétusté et par un tremblement de terre).

99Date : fév. 47-fév. 48 ; cf. AppÉp 9.

100Commentaire dans le texte : p. 130 ; 209 ; 223.

10111. Reconstruction du temple d’Asclépios à Lindos (iie s. de n.è.)

102Base en marbre de Lartos composée d’un entablement mouluré et de deux blocs rectangulaires, brisée en deux fragments jointifs.

103I.Lindos 449.

104Cf. BullÉp 1942, 115 (liste des mérites et terme ἰερατεύσα[ντα]) ; Robert 1978a, p. 403-404 (l. 13-16) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 235, no 114 (séisme) ; Köktürk, Milner 2003, p. 135 (date et fonctions exercées par Antipatros).

Les Lindiens et les mastroi (ont honoré) Tibérius Claudius Antipatros fils de Mnasagoras, du dème de Pagios, le prêtre d’Athéna Lindia, de Zeus Polieus et d’Artémis Kekoia, qui a été triérarque, prêtre des empereurs, gymnasiarque ayant fait la distribution de l’huile pendant treize mois, agonothète du concours sacré des Haleia, trésorier, prytane et ambassadeur ; il a été honoré trois fois par le peuple de Rhodes et par celui de Lindos pour avoir pris en charge l’avance des impôts et fait des dons plus nombreux ; il a été deux fois chorège, hiéroneus, prêtre des mystères de Dionysos Bacchos ; il a fait restaurer à ses propres frais, avec son fils Claudius Diocléidas, le temple d’Asclépios (situé) dans la ville, détruit dans le tremblement de terre ; il a également exercé une activité politique très utile à la patrie ; il se distingua aussi parmi les Grecs par son éducation, sophiste… et prêtre de Sérapis.

105Date : essentiellement pour des raisons paléographiques, Blinkenberg proposait de situer l’inscription à la fin du ier ou au début du iie s. de n.è. Il n’est fait mention d’aucun tremblement de terre à Rhodes dans la seconde moitié du ier s. (celui de Cilicie, survenu en 97, semble bien trop éloigné : Malalas, 267). Ce séisme a pu être rattaché au tremblement de terre des environs de 142 qui endommagea à la fois Rhodes et quelques cités de Lydie : c’est l’hypothèse retenue, avec quelques réserves, par Guidoboni, Comastri, Traina (le tremblement de terre de 142 est surtout connu de Pausanias, 8.43.4 et de l’Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.1).

106Commentaire dans le texte : p. 111 ; 122 ; 176 ; 188.

10712. Reconstruction d’une salle de banquet à Phoinix (entre le iie et le ive s. de n.è.)

108Bloc en remploi dans une maison de Fenike.

109IK 38-rhodischen Peraia 110.

110Ed. princeps : Durrbach, Radet 1886, p. 261-263, no 7 (H. Van Gelder, Mnemosyne 24 [1896], p. 189, no 7 ; SGDI 4264 ; Robert 1978a, p. 403 ; Bresson 1991, p. 152-153, no 159 [avec trad. française] ; IK 38-rhodischen Peraia 110).

La communauté de la ktoina honore et couronne d’une couronne d’olivier Philouménos, métèque, qui a été magistrat avec dévouement pour la seconde fois et qui a fait faire, à ses propres frais, la salle de banquet détruite par le tremblement de terre.

111Date : pour Durbach et Radet, la paléographie (essentiellement la forme du Ω) ainsi que la corruption du grec conduisent à une datation assez basse. C’est aussi l’opinion de Bresson qui avance un autre argument : un métèque n’aurait pu être magistrat à une époque antérieure à l’empire romain. L’inscription a donc été datée dans une fourchette large, entre le milieu du iie et le début du ive s. de n.è.

112Commentaire dans le texte : p. 111 ; 153 ; 177.

— Asie Mineure —

11313. Décret de Panamara en l’honneur d’Asklépiadès (iie s. av. n.è.)

114Deux fragments de stèle non jointifs.

115IK 21-Stratonikeia 4.

116Ed. princeps : Cousin 1904, p. 346-348, nos 2 et 3 ; Oppermann 1924, p. 18-21 (SEG 4, 387) ; IK 21-Stratonikeia 4.

117Cf. Holleaux 1904, p. 356-359 (rapprochement des deux fragments d’inscriptions éditées par Cousin) ; Robert 1978a, p. 400-401 (rôle de l’épistate et identification du séisme) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 147-150, no 41 (séisme).

118Notes critiques

119l. 9 : la restitution ἀποσταλεὶς est donnée par Oppermann. Holleaux suggérait καταλειφθεὶς sans pour autant exclure d’autres propositions, ἐξαποσταλεὶς, καθεστηκὼς, mais aussi ἀποσταλεὶς. l. 11-12 : l’expression τῆς τε φυλακῆς τοῦ χωρίου est employée dans de nombreux décrets d’époque hellénistique (cf. les documents rassemblés par Robert, OMS VI, p. 639). La traduction de χωρίον par « place », au sens de la forteresse, est donnée par Robert, ibid.

La vingt-troisième année du règne de Philippe, au septième jour du mois Xandicos, sous la stéphanophorie du dieu Apollon, le troisième jour, une assemblée souveraine ayant été réunie. Il a plu à la communauté des Panamariens ; attendu qu’Asklépiadès fils d’Asklépiadès de Peumata, épistate envoyé par le roi Philippe, a assuré de belle manière la défense de la place et n’a cessé, avantageusement, de se préoccuper d’une belle façon du sanctuaire en toutes occasions ; et (attendu que) les murailles ayant été ébranlées de fond en comble par le séisme, se montrant lui-même actif, il fit tout restaurer ; et (attendu que) dans toutes les autres circonstances, il s’est rendu utile avec bonté à la communauté tout entière et à chacun en particulier, agissant conformément au choix du roi Philippe ; et afin donc que les Panamariens prouvent clairement qu’ils honorent les hommes de bien. À la bonne fortune. Plaise à la communauté. D’accorder en premier lieu l’éloge public au roi Philippe.

120Date : le décret date du printemps 198 et rapporte les dégâts survenus à la suite du séisme de 199/8.

121Commentaire dans le texte : p. 110 ; 111 ; 122 ; 155 ; 200.

12214. Épigramme dédicatoire gravée sur la base de la statue de Chairemon de Tralles (ier s. av. n.è.)

123Inscription gravée sur une base rectangulaire moulurée en haut ; base retrouvée en 1978 à 30 km au nord de Tralles, actuellement Karagözler Yaylası, mais qui n’a été publiée qu’en 2011.

124Ed. princeps : Tül, Aydaş 2011 (texte, photographie et commentaire en turc).

125Cf. Jones 2011 (corrections et interprétation d’ensemble) ; BullÉp 2012, 370.

126Notes critiques

127l. 1 : Tül et Aydaş optent, sans convaincre, pour Εἰδ[ωλ]είων. l. 2 : Θεοφι[λή]του (Tül et Aydaş). Les restitutions suivantes sont dues à Jones, fondées sur l’épigramme copiée par Agathias, 63. l. 8 : πότ[ε, Κάνταβριν ἐς γᾶν]. l. 9 : ῥυσ[όµενος]. l. 10 : γούνα[σι, τὰν µεγάλαυχον]. l. 11 : τότ[ε κεκλιµέναν.]. l. 12 : τεῦξα[ν βρέτας, ὄ[φρ᾽ ἐπὶ βωµῷ,]. l. 13 : ὡς δῖ, καὶ κτίστα τάνδ[ε φέροιτο χάριν].

Traduction tenant compte des restitutions dues à Jones

L’association des gens de Sidèrous (a élévé ce monument en l’honneur de) Chairemon fils de Théophrastos, s’étant rendu en ambassade auprès du Sénat et de l’empereur César pour la seconde fondation de la cité. La patrie ayant été détruite par un séisme dans la terre Cantabrique, Chairemon vola au secours de sa patrie. Après s’être enroulé autour des genoux de César, il releva (la cité de) Tralles qui s’était effondrée. Pour cette raison, ses parents lui ont offert une statue, sur la base de laquelle, comme cela était nécessaire, il recevait (ce gage) de gratitude, lui qui est aussi un fondateur.

128Date : le texte de l’inscription et l’épigrame dédicatoire qui suit à partir de la l. 8 datent de la fin du ier s. av. n.è. et font suite à l’initiative personnelle de Chairemon, propriétaire terrien de Tralles, qui s’est rendu auprès d’Auguste à la suite du séisme survenu en 27 av. n.è.

129Commentaire dans le texte : p. 196-197.

13015. Restauration du Sebasteion d’Aphrodisias de Carie (ier s. de n.è.)

131Deux dédicaces publiées en 2013. Déd. 3 (bâtiment nord, côté ouest) : quatre blocs d’une architrave à deux fasces (A-D) avec inscription quasi complète sur trois lignes (inv. A : 83-57 ; B : 83-54 : C : 83-55 ; D : 83-56). Déd. 4 (bâtiment nord, façade principale) : six blocs et une quinzaine de fragments d’architrave dorique à une fasce avec inscription complète gravée sur une seule ligne (inv. 81-85 ; 81-87 ; 81-88 ; 81-89 ; 81-94 ; 81-95).

132Ed. princeps : Smith 2013, p. 17-18, déd. 3 et 4 (avec trad. anglaise, commentaire, plans et photographies, pl. 5).

133 

134Déd. 3

135Déd. 4

[vacat Ἀφροδίτηί, θεοῖς Σεβαστοῖς Ὀλυνπίοις, καὶ τῶ δήµω] Εὐσεβὴς Φιλό[πατρις καὶ Μένα]-νδρος οἱ Μενάν[δρου τοῦ Εὐνί]κου [καὶ Ἀπ]φιὰς Μενάν[δρου γυνὴ Εὐσε]βοῦς ἀνέθη[κα]ν ἐκ τῶν ἰ[δίων]· ὑπὸ σεισ[µῶ]ν δ[ὲ κατενεχθέντα καὶ ἀχρηω]θέν[τ]α πά[λ]ιν ἐκ τῶν ἰδίων Ἀπφιὰς σὺν καὶ Τάτᾳ τῆ θυγατρὶ κα]ὶ Μενάνδρῳ καὶ Εὐσεβῖ τοῖς ἐγγόνοις τελέσασα ἀποκαθέστησεν vacat.

À Aphrodite, aux dieux Sebastoi Olympiens et au peuple. Eusebès, Philopatris et Ménandros fils de Ménandros, lui-même fils d’Eunikos, ainsi que Apphias fille de Ménandros et femme d’Eusebès, ont consacré (ce bâtiment) à leurs propres frais. Lorsque, sous l’effet des secousses sismiques, (le bâtiment) fut jeté bas et rendu inutilisable, Apphias, conjointement avec Tata sa fille, ainsi que Ménandros et Eusebès ses petits-fils, l’ont achevé et restauré, de nouveau à leurs propres frais.

136Date : le tremblement de terre mentionné dans l’inscription pourrait éventuellement correspondre à celui qui frappa la Phrygie, Smyrne, Milet et les îles de la côte ionienne vers 47 (Pline l’Ancien, Histoire Naturelle 4.66 ; Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 5.6). Il ne s’agit toutefois que d’une hypothèse fondée sur un rapprochement chronologique plausible avec un séisme connu dans les sources littéraires. Il est possible également que le tremblement de terre qui renversa le Sebasteion ne soit pas mentionné ailleurs dans la documentation. Les données archéologiques invitent à placer la catastrophe au milieu du ier s.

137Commentaire dans le texte : p. 111 ; 113 ; 152 ; 175.

13816. Restauration d’un temple et d’une statue d’Héra à Sardes (ier s. de n.è.)

139Base en marbre bleu.

140Ed. princeps : G. M. A. Hanfmann, N. H. Ramage, Sculpture from Sardis. The Finds through 1975. Report 2 (1978), p. 17, no 275 (Robert 1978a, p. 405 ; SEG 28, 928 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 185, no 79 [avec trad. anglaise]).

Socratès Pardalas fils de Polemaios a fait construire le temple et a consacré la statue d’Héra. Sa petite-fille, Iulia Lydia, les a fait restaurer après le tremblement de terre.

141Date : l’inscription mentionne une restauration consécutive à un tremblement de terre que Robert identifie comme celui qui secoua l’Asie Mineure en 17 de n.è.

142Commentaire dans le texte : p. 131 ; 178.

14317. Réfection d’une statue à Thyatire (ier s. de n.è.)

144Pierre en remploi dans le cimetière occidental d’Akhisar.

145TAM V 2, 974.

146Ed. princeps : C. de Peyssonnel, Observations historiques et géographiques sur les peuples barbares qui ont habité les bords du Danube et du Pont-Euxin (1765) (CIG 3488 ; IGR IV, 1237 ; Robert 1978a, p. 404-405 [avec commentaire] ; TAM V 2, 974).

147Notes critiques

148l. 1-2 : la restitution [Τιβέριον Κλαύδιον Ἀµ]φίµαχον est rendue sûre par une seconde inscription (IGR IV, 1236) qui honore le personnage pour une ambassade menée à Rome. l. 2-3 : Böckh (CIG) a restitué κράτιστον, ce qui a inspiré de la prudence à Robert : « L’article est attendu avant le titre et je ne sais si κράτιστος s’emploie pour les magistratures municipales ». l. 10 : τοῦ βωµοῦ καὶ ἀνδριάντος renvoie, selon Robert, à la statue et à sa base car les deux termes dépendent du même article défini τοῦ.

Tiberius Claudius Amphimachos, stéphanéphore, honoré de l’érection d’une statue par les Arénoi et les Nagdemoi après avoir obtenu justice et rétabli les villages dans leur état antérieur. Et, à la suite de cela, la base et la statue ayant été brisées dans un tremblement de terre, Iulia Seuerina de Stratonicée, sa descendante, ayant fait reconstruire la base et restaurer la statue à ses propres frais, a consacré (le monument).

149Date : le tremblement de terre n’est pas identifié, mais il pourrait s’agir du grand séisme d’époque tibérienne en 17 de n.è (voir carte 5).

150Commentaire dans le texte : p. 111 ; 113 ; 131 ; 178 ; 188.

15118. Restauration d’une conduite d’eau à Patara (ier s. de n.è.)

152Deux inscriptions identiques gravées sur des blocs de calcaire et insérées dans l’aqueduc de Patara. Je ne reproduis ici que la version de la face ouest.

153Ed. princeps : Şahin 2007 (avec trad. allemande et commentaire) ; Işkan-Işik, Eck, Engelmann 2008 (avec trad. allemande et commentaire) (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b [trad. française de Puech et Strasser] ; SEG 57, 1673).

154Cf. Şahin 2008a (commentaire général) ; Şahin 2008b ; BullÉp 2009, 475.

155Notes critiques

156l. 5 : Işkan-Işik, Eck et Engelmann écrivent δεηθείῃ. l. 7 : ils lisent et retranscrivent un δ᾽ à la place du  λ᾽ suggéré par Şahin. l. 9 : ΚΑΤΑΝΛΙΑ laisse place à κατ᾽ ἄνδρα dans l’édition de l’inscription par Işkan-Işik, Eck, Engelmann.

L’empereur César Flavius Vespasien a fait reconstruire le mur (qui supporte) la canalisation, renversé par les secousses sismiques depuis les fondations, en même temps que des canalisations en pierre, faites de blocs quadrangulaires placées au dessus de la canalisation, ainsi qu’une autre conduite d’eau sous pression le long du mur grâce à des tuyaux à trois assises en terre cuite d’une largeur d’une paume ; de sorte que, puisqu’il y en a deux, si l’une a besoin d’une réfection, le cours (de l’eau) ne rencontre pas d’obstacle, l’utilisation demeurant ininterrompue. Il fit restaurer également le reste de la canalisation et, au bout de trente mois, il l’a remise en eau par l’intermédiaire de son légat propréteur Sextus Marcius Priscus, sur les fonds conservés par la cité obtenus par capitation, et l’ethnos contribua à hauteur de X deniers, sans qu’il y ait de nouvel impôt (sans qu’il n’y ait eu d’impôt par tête ?). L’ouvrage ayant été commencé sous Vilius Flaccus légat propréteur de Claude César Auguste et ayant été achevé et mis en eau sous Eprius Marcellus légat propréteur de Claude César Auguste.

157Date : cette inscription a très certainement été gravée à la suite du tremblement de terre de 68 de n.è. qui affecta les côtes lyciennes (Dion Cassius, 63.26.5 ; Oracles sibyllins 4.109).

158Commentaire dans le texte : p. 111 ; 114 ; 157 ; 171 ; 202 ; 261.

15919. intervention d’un préteur à Xanthos (ier s. de n.è.)

160Deux fragments non jointifs de plaque de calcaire blanc fin. Inv. 6075 et 6133.

161FdXanth VII, 14.

162Cf. Balland 1981, p. 33-34.

Marcus Arrountius Claudianus, préteur du peuple des Romains, légat propréteur des provinces d’Achaïe, deux fois de celle d’Asie, a fait restaurer toutes les constructions ruinées par le tremblement de terre pour les citoyens.

163Date : l’éditeur, s’appuyant sur cette inscription ainsi que sur une autre, bilingue (FdXanth VII, 13), situe l’activité urbanistique du sénateur vers la fin du ier s. de n.è. : « Enfin on note que ces deux inscriptions permettent de dater approximativement de la fin du ier s. de n.è. un tremblement de terre jusqu’ici non identifié, qui paraît avoir été, au moins localement, de quelque importance ; il doit se situer sensiblement plus tard que ceux qui ravagèrent Chypre dans les années 76-77 » (Balland 1981, p. 33-34). Or, on connaît un tremblement de terre qui frappa la Lycie en 68 de n.è. et qui, me semble-t-il, pourrait tout à fait convenir à dater ce document. Cf. AppÉp 18.

164Commentaire dans le texte : p. 111 ; 113 ; 202.

16520. Restauration de statues du Cyclope par le peuple d’Aphrodisias de Carie (iie s. de n.è.)

166Base inscrite sur deux faces trouvée en remploi dans un mur sur l’agora.

167Ed. princeps : Reynolds 1980, p. 74-76, no 3b (SEG 30, 1254b ; AnnÉpigr 1980, 968b ; BullÉp 1982, 355).

168Cf. Reynolds 1982, p. 183, no 55 (date).

Le peuple ayant fait restaurer à ses propres frais les statues du Cyclope renversées par un tremblement de terre, brisées et endommagées, les a remises en place.

169Date : cette inscription est vraisemblablement contemporaine d’un autre texte gravé sur la face a de la base qui mentionne l’empereur Trajan. La titulature se lit ainsi : Αὐτοκράτορ Καῖσαρ Νερούας Τραιανὸς Σεβαστὸς Γερµανικὸς Δακικὸς. Le séisme s’est donc produit entre 102 (date à laquelle Trajan est dit Dacique) et 116 (moment à partir duquel sa titulature comprend le titre Parthique).

170Commentaire dans le texte : p. 111 ; 113 ; 131.

17121. Monument funéraire de Nicomédie pour deux jeunes enfants (iie s. de n.è.)

172Épitaphe gravée sur le linteau d’une stèle funéraire (la dernière partie est gravée sur le montant de droite). Musée du Louvre, inv. no MA 4498.

173TAM IV 1, 134.

174Ed. princeps : A. Caylus, Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines, t. 2 (1756), p. 268 et pl. LXXVI (dessin, trad. française et commentaires de l’abbé Belley) (CIG 3293 ; Robert 1978a, p. 395 [photographie, trad. française et commentaire] ; TAM IV 1, 134 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 233-234, no 112 [avec trad. anglaise]).

175Notes critiques

176l. 1-2 : στυλλεῖδαν désigne non pas une petite colonne, mais bien, comme l’avait noté Robert (p. 396, n. 7), une stèle (στηλλεῖδα). Il s’agirait selon lui d’une confusion due à l’itacisme. l. 7-8 : on lit περιειλήφεις sur l’ed. princeps. Les nouvelles éditions tiennent compte de la rectification apportée par Robert après examen de la photographie.

Thrasôn fils de Diogénès a érigé cette stèle (en mémoire) de ses deux enfants, Dexiphanès âgé de cinq ans, Thrasôn âgé de quatre ans (et) d’Hermès qui les élevait, âgé de vingt-cinq ans. Dans l’écroulement du tremblement de terre, il les entourait ainsi d’attention.

177Date : pour Robert, il s’agit du tremblement de terre qui ravagea Nicée et Nicomédie en 120 de n.è.

178Commentaire dans le texte : p. 113 ; 147 ; 167.

17922. Ambassade d’un grand-prêtre de Stratonicée de Carie à Rome (iie s. de n.è.)

180Seul Pococke a, au xviiie s., vu la pierre. L’inscription a été restituée par Böckh dans le CIG.

181IK 22-Stratonikeia 1029.

182Ed. princeps : R. Pococke, Inscriptionum antiquarum Graecarum et Latinarum liber (1752), no 15 (CIG 2721 ; IK 22-Stratonikeia 1029).

183Cf. Hüttl 1933, p. 333 (date du séisme) ; Laumonier 1937, p. 269, n. 2 et no 97 (date et prosopo graphie) ; Robert 1978a, p. 401-402 (commentaire général) ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 235-236, no 114.

184Notes critiques

185l. 8-9 : ἡγεµονίδα Ῥώµην. Cette expression ne se recontre qu’une fois dans la littérature grecque (Philon d’Alexandrie, Flaccus 158) ; Strabon emploie le terme dans le sens de capitale (Géographie 8.6.10).

Il a pourvu la cité en blé… la première année… il a donné de l’argent pour… et il a … le même danger. Il a mené une ambassade gratuitement, après les secousses sismiques qui se sont produites, auprès de notre maître, l’empereur César Titus Aelius Hadrien Antonin, dans la capitale de Rome, étant âgé de plus de soixante-dix ans ; ont été versés à la cité 250 000 deniers de la part de l’empereur ; ses enfants ont de nouveau été prêtres, Thrasôn de Zeus Chrysaoréos et Léôn de Zeus Panamaros, pendant la durée de son ambassade.

186Date : Robert place le séisme en 139, contra Laumonier qui le situe entre 133 et 139. D’autres savants ont proposé une datation plus basse : Ambraseys 1962, p. 899, suivi par Bowersock 1968, p. 284-294 placent le séisme en 142, ce que suggérait déjà Hüttl 1933, p. 333. Il s’agit assurément du même séisme qui frappa la Lycie et que rapporte Pausanias en 8.43.4, à la suite duquel Opramoas de Rhodiapolis fit preuve d’évergésies exceptionnelles (TAM II 3, 905).

187Commentaire dans le texte : p. 122 ; 154 ; 194.

18823. Restauration d’un camp militaire en Phrygie sous Septime Sévère (iie s. de n.è.)

189Plaque de marbre blanc remployée dans le mur du cimetière d’Ishiklu, derrière l’ancienne mosquée.

190Christol, Drew-Bear 1987, p. 59, n. 217.

191Ed. princeps : MAMA 4, 328 ; Speidel 1983, p. 27, no 25 ; Christol, Drew-Bear 1987, p. 59, n. 217 (Christol, Drew-Bear 1995, p. 64 ; AnnÉpigr 1995, 1511).

192Notes critiques

193l. 5 : castra [praesidio ?] est la solution adoptée dans les MAMA, tandis que Speidel privilégie la restitution castra [numero]. l. 6 : Christol et Drew-Bear proposent indifféremment [conlapsa] ou [destructa].

L’empereur César Lucius Septimius Severus, Piux Pertinax, Auguste, Arabique, Adiabénique, revêtu pour la quatrième fois de la puissance tribunicienne, salué huit fois imperator, deux fois consul, père de la patrie, a fait restaurer le camp de la cohors I Raetorum effondré à la suite d’un tremblement de terre, Vitellianus étant procurateur de la province d’Asie.

194Date : la titulature indique que l’inscription a été gravée en 196 de n.è.

195Commentaire dans le texte : p. 210.

— Syrie et Phénicie —

19624. Dédicace en l’honneur de Zeus Mégistos à Doura-Europos (iie s. de n.è.)

197Dédicace trouvée dans le sanctuaire des dieux palmyriens.

198Ed. princeps : The Excavations at Dura-Europos. Preliminary Report. Second Season (1931), p. 86 (AnnÉpigr 1931, 114 ; SEG 7, 360 ; Robert 1978a, p. 399 ; Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 236, no 115 [avec trad. anglaise]).

Un tremblement de terre étant survenu dans la région au cours de l’année 472, au mois de Dios, vers la quatrième heure du jour, la cité a consacré un autel à Zeus Mégistos.

199Date : l’inscription fait état d’un séisme survenu au mois de Dios de l’an 427 (de l’ère séleucide), soit en octobre 160. Robert précise « le 27 octobre 160 », alors que le jour exact n’est nulle part indiqué sur la pierre.

200Commentaire dans le texte : p. 229 ; 230.

20125. Dédicace en l’honneur de Zeus Sôter à Byblos (s. d.)

202Inscription gravée sur un autel carré en pierre, trouvée près du port.

203Ed. princeps : Dussaud 1896, p. 299 (Robert 1978a, p. 399).

[Διὶ Σ]ωτῆρι Ἀπολλόδωρος Νείκωνο<ς> ἀπὸ σεισµοῦ διασωθεὶς ἀνέθηκεν.

Apollodôros fils de Neikon, ayant réchappé au séisme, a consacré (cet autel) à Zeus Sôter.

204Date : aucune indication ne permet de suggérer de date.

205Commentaire dans le texte : p. 229.

Anmerkungen

1 Cf. carte 2.

Abbildungsverzeichnis

Titel Carte 2. Lieux de trouvaille des inscriptions mentionnant un séisme.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-1.png
Datei image/png, 2,3M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-2.png
Datei image/png, 227k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-3.png
Datei image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-4.png
Datei image/png, 84k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-5.png
Datei image/png, 89k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-6.png
Datei image/png, 171k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-7.png
Datei image/png, 45k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-8.png
Datei image/png, 337k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-9.png
Datei image/png, 109k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-10.png
Datei image/png, 115k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-11.png
Datei image/png, 171k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-12.png
Datei image/png, 62k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-13.png
Datei image/png, 215k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-14.png
Datei image/png, 101k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-15.png
Datei image/png, 68k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-16.png
Datei image/png, 37k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-17.png
Datei image/png, 105k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-18.png
Datei image/png, 145k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-19.png
Datei image/png, 44k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-20.png
Datei image/png, 40k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-21.png
Datei image/png, 46k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-22.png
Datei image/png, 116k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-23.png
Datei image/png, 47k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1636/img-24.png
Datei image/png, 42k

© École française d’Athènes, 2016

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search