Version classiqueVersion mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Conclusions générales

Texte intégral

  • 1 Dauphiné 2000 : catastrophe (= risque réalisé) = aléa × vulnérabilité.
  • 2 Helly 2008.
  • 3 Pour une présentation générale, dans le sens d’une anthropologie historique, cf. Chastagnaret 2008.
  • 4 Bedon 2005, p. 359.

1Au seuil de cette étude, j’avais proposé d’adopter la définition commune d’une catastrophe naturelle afin de chercher à en appliquer le concept au monde des cités grecques. Acceptée par la communauté des géographes avec une froide distance, cette notion apparaît d’abord comme le résultat d’une équation mathématique1. Bien que les représentations antiques des phénomènes naturels exceptionnels ne recouvrent pas une réalité immuable – l’absence d’un terme spécifique dans la langue grecque étant sans doute l’aporie la plus remarquable –, il a semblé que la documentation offrait, dans toute sa diversité, de nombreux indices permettant de mesurer l’efficience d’une telle démarche. Les catastrophes naturelles sont d’abord des phénomènes de nature, dont les stigmates demeurent visibles et inscrits à différentes échelles du territoire. Pour autant, un aléa physique ne produit une catastrophe que s’il affecte le corps social d’une communauté ou son cadre matériel : de ce point de vue, cette enquête ne pouvait se défaire des fondements trop théoriques que si elle était résolument tournée vers l’étude des impacts catastrophiques et des comportements humains. Ainsi, il n’est pas déraisonnable de prétendre que, dans l’Antiquité comme pour les périodes ultérieures, la catastrophe doit être envisagée comme un « fait social »2, qui contraint les sociétés à anticiper, prévoir et atténuer les risques naturels. Les mesures d’urgence prises à la suite d’un tremblement de terre ou d’une inondation dévastatrice sont la face la plus visible, sans doute aussi la plus émouvante et sensible, que nous renvoient les sources antiques, mais ces mesures ne représentent qu’un seul aspect, assurément peu négligeable, des attitudes adoptées face à la désolation et des discours formulés au sujet d’importants sinistres. Les textes littéraires et les documents archéologiques témoignent de la variété des notions que recouvre, pour les historiens contemporains, l’emploi des mots « catastrophe » et « risque naturel »3 : indissociables d’une perception propre à l’Antiquité, événements marquants de l’histoire d’une cité ou d’un ethnos, ces deux termes expriment également la solidarité qui prend forme entre les individus et les communautés frappés par un malheur commun qui échappe à la volonté des hommes. Se pose alors une question essentielle, à propos de laquelle, au terme de ces conclusions, j’espère pouvoir apporter quelques éclaircissements : les Grecs ont-ils exprimé, comme certains savants l’ont parfois écrit, l’opinion d’un « fatalisme généralisé »4 ou ont-ils, au contraire, cherché à se prémunir efficacement et à surmonter de tels événements dévastateurs ?

2Il ressort sans doute de cette étude une impression quelque peu trompeuse, celle d’une permanence des comportements antiques face aux catastrophes et aux risques naturels. À y regarder d’assez près, des évolutions sont malgré tout perceptibles, notamment en ce qui concerne l’élaboration d’un système théorique dont l’objectif visait à identifier la cause des tremblements de terre et des éruptions volcaniques : la « rupture aristotélicienne », dont l’opinion reposait sur la puissance du πνεῦµα dans la genèse des catastrophes telluriques, s’accompagne dans le même temps d’une évolution des techniques de prévisions météorologiques destinées à anticiper les soubresauts de la nature. Il n’est donc pas hasardeux de suggérer que les philosophes du ive s. ont favorisé un changement de paradigme : la catastrophe, auparavant perçue comme un phénomène soudain, devient alors un événement possible, sinon prévisible.

3Quelques évolutions peuvent également être soulignées sur le plan institutionnel et économique. Les catastrophes produisent des impacts et des dégâts considérables, auxquels la société tente de remédier en apportant une aide médicale aux victimes et en procédant, dans les cas particulièrement tragiques, à des inhumations collectives, puis en entreprenant la reconstruction des bâtiments effondrés. Le coût engendré par ces phénomènes de grande ampleur a pu conduire les cités grecques à éprouver d’importantes difficultés économiques : si le recours aux financements privés et aux grands évergètes a constitué un invariant tout au long de l’Antiquité classique, la domination des monarchies hellénistiques, puis surtout la mainmise de l’Empire romain, ont sensiblement modifié les stratégies financières des communautés égéennes et micrasiatiques. En outre, une rhétorique de la catastrophe fut progressivement adaptée pour remédier aux circonstances : appliquée dès l’époque hellénistique aux réseaux de solidarité traditionnels, elle constitue dès le règne d’Auguste un aspect de la captatio benevolentiae. Les empereurs jouent ainsi un rôle fondamental dans la reconstruction des cités détruites : fondée sur le modèle des rois hellénistiques vertueux, particulièrement sollicités à l’occasion du tremblement de terre de Rhodes en 227 av. n.è., l’attitude des souverains romains consistait essentiellement en une allocation d’un fonds d’urgence ou en une suspension des taxes auxquelles les cités étaient d’ordinaire soumises auprès du Sénat. D’autre part, la supervision des travaux de reconstruction passe de plus en plus fréquemment sous la tutelle des représentants du pouvoir central. Cette évolution s’accompagne d’un autre fait éloquent : un ensemble de mesures juridiques, destinées à prévenir les risques naturels ou à encadrer les conflits qui pouvaient survenir à la suite d’une catastrophe, fut clairement établi à partir du Haut-Empire romain. Ces dispositions législatives paraissent ainsi témoigner d’une perception nouvelle des aléas naturels. Quoique nous demeurions encore mal avertis sur ce point, faute d’une documentation suffisante, il est séduisant d’y voir un abaissement du niveau de risque assumé par les communautés anciennes et une prise en compte croissante des facteurs de vulnérabilité des sociétés.

4Du point de vue des représentations religieuses, l’immuabilité des pratiques cultuelles est aussi une opinion à nuancer fortement, tant en ce qui regarde la chronologie que les espaces géographiques concernés. Incontestablement, les cultes en l’honneur de Zeus et de Poséidon, considérés par les Anciens comme les deux divinités responsables des catastrophes naturelles, connaissent une première phase de développement à l’époque archaïque, qu’il est aisé de mettre en relation avec l’épopée homérique, les poèmes d’Hésiode ou encore quelques-uns des hymnes fondateurs des cités et des sanctuaires grecs. Bien que le caractère lacunaire des sources ne permette pas de retracer une évolution linéaire de ces pratiques, il est néanmoins possible de souligner l’accroissement que connaissent ces cultes aux époques hellénistique et impériale, au-delà sans doute du simple fait de l’augmentation des sources disponibles. Surtout, l’apparition de nouvelles figures divines au Haut-Empire, pleinement liées aux phénomènes atmosphériques et telluriques, conduit à penser que les dieux olympiens voient leurs prérogatives peu à peu s’estomper. Cette multiplication des actes cultuels en l’honneur de divinités variées accrédite la thèse d’une évolution des perceptions religieuses des risques naturels, qui, certes, paraissent s’éloigner des mythes traditionnels et fondateurs, mais qui demeurent encore peu teintées de toute forme de dogmatisme, contrairement à la perception chrétienne des catastrophes.

  • 5 Cf. Helly 1984a.

5Il est certain, d’autre part, que l’opposition entre les théories scientifiques et les représentations religieuses ne répond pas à la même dichotomie qui a agité les consciences modernes et qui s’est imposée durablement à partir du xixe s. avec l’affirmation d’une approche « positiviste » de la science. Comme en a justement fait mention Bruno Helly, les sismologues ont volontiers rejeté les étiologies antiques, nées de l’observation empirique et de l’établissement de principes philosophiques ou métaphysiques5. Dans l’esprit des « naturalistes » grecs, la démarche valide consistait pourtant en un rejet des croyances populaires, dont on distingue les principaux caractères dans les récits historiques et, plus encore, dans les œuvres poétiques ou les doctrines ésotériques. La crainte des catastrophes naturelles imposait néanmoins une approche globale, qui, en un sens, ne manquerait pas d’être qualifiée de systémique : les Grecs, individuellement et collectivement, cherchaient à se prémunir des aléas dévastateurs en multipliant les actes de prévention et en réduisant la vulnérabilité des sociétés. Cette volonté, en partie fondée sur l’élaboration d’une architecture préventive et la rédaction de traités de prévision des catastrophes, ne peut être opposée aux pratiques cultuelles, qui, assurément, revêtent une même dimension fonctionnelle dans le cadre civique autant que privé.

6La confrontation née de l’enquête documentaire et du concept moderne de « catastrophe naturelle » permet en outre d’élaborer un système théorique global, qui met en évidence la manière dont un aléa physique produit une catastrophe sociale dans l’Antiquité. Ce modèle d’interprétation, comme le montre le plan adopté dans cet ouvrage, distingue le temps du risque, celui de la catastrophe et celui de la résilience. Ce sont les interactions entre ces trois moments qui imposent de ne pas considérer la catastrophe comme une rupture dans l’histoire d’une communauté, un phénomène hors du temps. Au contraire, les processus de gestion et les modes de représentation se nourrissent du « retour d’expérience », autrement dit de la conservation des événements dévastateurs dans la mémoire collective des cités grecques.

7Le temps du risque est avant tout déterminé par les représentations élaborées par les Anciens au sujet des aléas naturels. Les risques telluriques, hydrométéorologiques et climatiques furent très tôt connus des philosophes et des géographes. Certains traités scientifiques proposaient même, pour certains de ces aléas, une interprétation valide du point de vue de la pensée rationnelle. En regard de cette approche scientifique, les responsabilités divines induisaient une autre perception des risques, qui ne s’opposait pas nécessairement aux théories rationnelles. D’autre part, les facteurs de vulnérabilité des sociétés, seconde composante de la notion de « risque », peuvent être aisément identifiés dans les sources littéraires et épigraphiques : les causes structurelles – emplacement des infrastructures urbaines et des îlots d’habitation –, autant que conjoncturelles – fragilité du bâti et forte densité de population –, ainsi que les comportements humains – déboisement en zones de montagnes ou, du point de vue des représentations religieuses, comportement impie – témoignent ainsi d’une attention particulière portée par les auteurs de l’Antiquité aux facteurs d’aggravation d’un risque naturel.

8Le temps de la catastrophe est incontestablement celui dont on conserve les traces les plus significatives dans les récits historiques et philosophiques, en ce sens qu’il bouleverse soudainement la vie des hommes et des communautés. La catastrophe est définie comme un risque réalisé, qui produit deux types de conséquences, directes et indirectes, dont la temporalité étendue conduit une nouvelle fois à ne pas prendre l’événement dévastateur comme une simple rupture du temps historique. Les crises sanitaires consécutives à certaines catastrophes aggravent le bilan d’un tremblement de terre ou d’une inondation. La destruction des remparts d’une cité conduit à un affaiblissement de ses capacités de défense : l’exemple de Kyténion, frappée par un séisme vers 228, puis rasée presque entièrement par Antigone Dôsôn, doit être considéré comme particulièrement éloquent. Dans d’autres cas, l’interprétation religieuse d’une catastrophe pouvait conduire à la recherche de responsables autant qu’elle contraignait à donner une valeur au signe divin, fût-il néfaste ou, dans des cas plus rares, perçu comme un encouragement des dieux.

9Enfin, le temps de la résilience s’inscrit dans un processus dynamique, indispensable à la survie des communautés civiques. Celles-ci tentent de mobiliser sans faillir leur capacité de remédiation afin de surmonter le désastre. Puis, l’urgence de la situation passée, elles cherchent à anticiper d’éventuelles catastrophes futures. Le « retour d’expérience » apparaît alors comme une variable essentielle à la construction d’un mode de représentation des catastrophes, autant que dans la mise en perspective des processus techniques de gestion des risques.

Notes

1 Dauphiné 2000 : catastrophe (= risque réalisé) = aléa × vulnérabilité.

2 Helly 2008.

3 Pour une présentation générale, dans le sens d’une anthropologie historique, cf. Chastagnaret 2008.

4 Bedon 2005, p. 359.

5 Cf. Helly 1984a.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search