Version classiqueVersion mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Troisième partie – Le temps de la résilience

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Helly 2008, p. 59.

1Les capacités de remédier à une catastrophe naturelle témoignent, dans une perspective assez convenue, de la nécessité de dépasser l’événement destructeur. Elles expriment la volonté d’un retour à la normalité du quotidien ainsi que la remise en ordre des modes traditionnels d’organisation sociale et politique. Les résiliences urbaines, les plus significatives du point de vue de la documentation archéologique et littéraire, les plus évidentes également dans le paysage remodelé d’une cité meurtrie, s’accompagnent d’autres formes de résilience, religieuses et sociales, dont la variété des expressions rend compte de l’émergence d’une « culture du risque » dans la seconde moitié du Ier millénaire av. n.è. Cet outil heuristique, pour reprendre le premier élément de la définition qu’en donne Bruno Helly1, permet en effet d’observer les types de comportement des communautés civiques et des individus afin de déterminer si la récurrence d’un aléa naturel en une région donnée imprégnait les mémoires de telle sorte qu’elle modifiait les réactions face à la potentialité d’un danger.

2Dans le monde antique, la notion de « culture du risque » peut être perçue à travers l’étude de deux phénomènes historiques concomitants : la multiplicité des procédures rituelles d’une part et le retour d’expérience de l’autre. La démarche qui consiste à s’attirer les faveurs divines à la suite d’une catastrophe ou par crainte d’un événement naturel dévastateur doit dès l’abord être dissociée de l’idée d’une emprise fataliste du fait religieux sur les communautés anciennes. La spécificité des rites accomplis en l’honneur de Zeus ou de Poséidon, les consultations oraculaires et, de façon sans doute plus catégorique encore, la géographie des lieux de culte attestent au contraire une perception accrue des territoires à risque et une conscience prophylactique des phénomènes destructeurs. Dans le contexte plus large de la piété populaire, les incantations magiques n’étaient pas dissociées des procédures religieuses traditionnelles. Si leur accomplissement s’inscrivait sans doute en marge des réactions communautaires, le recours à la magie participait malgré tout à un ensemble de pratiques cohérentes destinées à endiguer les fléaux naturels.

3Le retour d’expérience est une notion théorique étrangère aux penseurs de l’Antiquité. Pour autant, l’analyse formelle des expériences traumatiques vécues dans la perspective d’une démarche organisée d’exploitation des données recueillies apparaît comme l’une des innovations majeures, essentiellement à partir de l’époque classique, en Méditerranée orientale. La prise en compte des territoires à risque en est l’une des illustrations les plus manifestes : bien que rares, l’abandon d’un site ou le déplacement d’un édifice soumis à de fréquents aléas dévastateurs régissaient parfois l’action des communautés civiques. Celles-ci, en proie à une inquiétude face aux violences de la nature, mettaient en œuvre des stratégies fondées sur la conservation dans la mémoire collective récente des événements catastrophiques survenus. En outre, le choix délibéré d’un territoire pour l’implantation d’une cité ou d’un bâtiment témoignait également d’une conscience accrue du danger potentiel, dans certains cas prévisible, que représentait l’environnement naturel.

4Ce sont assurément les techniques de construction et les aménagements en zone inondable qui attestent avec le plus de vigueur la perception globale que les Anciens avaient des dangers et des soubresauts de la nature. La prévention des tremblements de terre et des glissements de terrain constitue dans l’économie générale de l’architecture grecque un point souvent peu étudié. Il est manifeste néanmoins que le prompt agissement des ingénieurs sur la qualité du bâti rend compte de l’attention scrupuleuse avec laquelle étaient construits certains édifices directement menacés par leur environnement hostile. La prévention des crues, qui prit dans le monde grec des formes nombreuses et variées, achève de donner les preuves nécessaires quant aux besoins des communautés urbaines et rurales de parer aux risques naturels. La conscience du risque ne revêt donc pas une simple approche théorique : elle s’exprime non seulement par la connaissance, autrement dit le savoir à des fins philosophique et naturaliste, mais également par l’application stricte de principes concrets, dont le pragmatisme souvent négligé dans les études modernes témoigne de la réaction des hommes dans le but de parer ou d’endiguer les dangers de l’environnement.

5Le fait qu’il existait une conscience réelle du risque induit dès lors de nouveaux questionnements : la documentation disponible permet-elle en effet d’étudier les comportements sociaux et politiques sous l’angle d’une acceptation d’un seuil de tolérance des sociétés face aux risques et aux catastrophes ?

6La mise en place d’une jurisprudence relative aux conséquences des aléas naturels sous le Haut-Empire participe d’un abaissement du seuil de tolérance face aux conséquences d’une catastrophe. Alors qu’aux périodes classique et hellénistique les cités grecques semblaient ne disposer d’aucun recours juridique spécifique, hors des cadres réglementaires propres à chacune d’elles, c’est à l’époque impériale sous l’autorité du pouvoir central que des dispositions nouvelles sont établies. On constate à cet effet un changement d’échelle : Rome, dans une logique d’unification des cadres juridiques, prend soin de légiférer les modalités de construction de certains édifices bâtis dans les territoires à risque. L’État conduit d’autre part une politique rompant avec le libre arbitre laissé jusqu’alors aux cités égéennes avec le souci de protéger les individus lésés par le déplacement des bornages territoriaux à la suite d’une inondation. Cette volonté d’unifier les dispositions légales à l’échelle de la Méditerranée a sans doute été menée sur le temps long et son application concrète demeure imperceptible en raison de l’état lacunaire de la documentation actuelle.

7Ce changement d’échelle se manifeste également à travers la sollicitation de nouveaux réseaux de solidarité à la suite d’une catastrophe naturelle. Autant que l’on puisse en juger, les cités de l’époque classique ont œuvré à remédier par leurs propres moyens aux circonstances dramatiques auxquelles elles devaient faire face. À tout le moins, il ne s’agissait pas encore de faire appel à la générosité des grandes puissances ni même à celle des réseaux d’alliance locaux. À partir de l’époque hellénistique, une rhétorique de la catastrophe fondée sur l’image exagérée du modèle royal macédonien incarné par la figure d’Alexandre le Grand constitua le préalable à une sollicitation de l’aide internationale. Les cités recouraient alors à trois types de réseaux : les confédérations politiques à l’image de la ligue achéenne ou du koinon lycien ; les réseaux de parentés légendaires et les royaumes hellénistiques. La part croissante et définitive prise par le sénat et les empereurs romains imposa durablement un autre modèle d’intervention auprès des cités sinistrées : centralisée, gérée en grande partie par les représentants du pouvoir impérial, l’aide accordée à la suite d’une catastrophe naturelle accentua en un sens l’emprise de Rome dans les cités grecques. Elle participe aussi d’un abaissement du seuil de tolérance des sociétés humaines face aux risques et aux conséquences des aléas naturels dévastateurs. La prise en charge des réparations et des travaux d’aménagement rendus nécessaires par l’ampleur d’une catastrophe témoigne en effet du refus de laisser à leur propre sort les marges de l’Empire.

8Les indices témoignant de la résilience des communautés grecques permettent de dégager une périodisation de l’émergence d’une culture du risque dans l’Antiquité. Dès l’époque archaïque, les Grecs furent sensibles à la récurrence des risques tectoniques et hydrométéorologiques. Ils établirent les premières mesures de construction censées parer aux tremblements de terre, à Éphèse notamment lorsqu’ils érigèrent le temple d’Artémis. Les dégâts que connurent certains édifices religieux entraînèrent dans la seconde moitié du ve s. une vague de construction tenant compte de l’hostilité de l’environnement et des risques liés aux aléas naturels. À Athènes et à Bassae puis, dans le deuxième tiers du ive s., à Delphes, les artisans conçurent une ingénierie susceptible de contenir les effets dévastateurs consécutifs aux séismes et aux glissements de terrain. En parallèle, la conscience que les Anciens portaient aux risques d’inondation se traduisit par l’application concrète de principes de précaution : rehaussement des édifices, modification des cours d’eau, érection de digues et meilleure optimisation de l’étanchéité des structures de soutènement. Ces aspects coïncident en outre avec l’émergence d’une approche philosophique des risques qui croît sous l’influence de l’école aristotélicienne.

9L’époque hellénistique marque un changement dans les stratégies de résilience à l’échelle des communautés : alors que les cités tentaient auparavant de remédier par elles-mêmes aux circonstances dramatiques dues aux catastrophes, elles prirent dès lors soin, avec l’émergence des puissances régionales, de solliciter une aide internationale et développèrent une rhétorique propre destinée à émouvoir autant qu’à rappeler les liens d’entente qui pouvaient exister entre elles et leurs réseaux de solidarité.

10Il est incontestable enfin que l’avènement du pouvoir romain à la fin du ier s. av. n.è. modifia considérablement les processus de résilience. Le bouleversement des stratégies financières en vue de la reconstruction des édifices ruinés, les tentatives d’unification des cadres légaux ont offert à Rome la possibilité d’agir directement dans la vie des cités grecques.

Notes

1 Helly 2008, p. 59.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search