Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Troisième partie – Le temps de la résilience

Chapitre 3

Le retour d’expérience

Texte intégral

  • 1 Dauphiné 2000 ; Helly 2008 ; Helly 1987.
  • 2 Contrepied d’une opinion souvent répandue : « Face à l’éventualité d’autres catastrophes à venir, l (...)
  • 3 Outre l’article de Robert Bedon (ibid.), voir surtout Sonnabend 1999 et Waldherr 1997.
  • 4 « Antisismique » est employé notamment par Hellmann 2002, p. 100.
  • 5 Ces anomalies constructives sont de trois ordres : utilisation de ressources qui ne se trouvent pas (...)

1Il est indéniable que les sociétés contemporaines portent une attention et un soin particulier à la consolidation et à la protection des monuments dans les régions soumises à des aléas naturels récurrents1. Si la conscience du risque et le rejet de la fatalité se sont indéniablement imposés au cours du siècle dernier, cela ne doit pas pour autant oblitérer les tentatives de gestion et de prévention des catastrophes élaborées par les communautés anciennes2. C’est autour de cette question centrale que s’est récemment cristallisé un débat historiographique opposant deux tendances : l’approche conventionnelle, exposée notamment dans les travaux récents de Holger Sonnabend, soutient que les cités grecques ne manifestèrent aucun intérêt véritable pour la prévention des aléas et des risques naturels, et qu’elles ne furent en mesure d’agir qu’à la suite d’une catastrophe3 ; d’autres savants défendent une position contraire, essentiellement fondée sur l’étude de la documentation archéologique. On a depuis longtemps admis en effet que les sources littéraires ne portaient pas témoignage d’un souci de prévention efficace contre les tremblements de terre et les autres types d’aléas naturels. Le débat mérite ici d’être clarifié : ce que sous-tend l’emploi de la formule « précaution antisismique » ou « parasismique »4 emporterait sans doute davantage la conviction si on lui substituait l’expression « construction sismo-résistante », qui permet de mieux insister sur les conditions de production du bâti en terrain difficile. Si les Grecs ont développé assez précocement une culture et une conscience du risque, la plupart des travaux effectués pour diminuer la vulnérabilité des bâtiments se résument avant tout à une optimisation de la manière de bien construire. L’objectif est alors de rechercher les « anomalies constructives »5 dans les régions soumises à de forts risques naturels, qui témoignent d’une prise en compte des données environnementales dans l’édification ou la restauration d’un monument.

  • 6 Billard 2006 ; Psycharis, Papastamiou, Alexandris 2000 ; Bulletin Archéologique 2008, no 69.

2Quelques études récentes permettent en outre de mieux connaître le comportement des édifices antiques lors des tremblements de terre6 : il est désormais possible d’identifier les bâtiments qui ont le mieux résisté aux secousses telluriques au cours des siècles et d’en étudier les principales caractéristiques architecturales afin de mettre en évidence les éventuelles anomalies constructives.

3Une autre réalité aurait encore lieu de surprendre : l’ensemble des aménagements antiques permettant de réduire l’impact des aléas naturels n’a pas seulement porté sur les risques sismiques. La gestion et la prévention des catastrophes hydrométéorologiques, avec la mise en place de digues ou de murs de soutènement dans les zones inondables, constituent l’essentiel des pratiques préventives en matière d’architecture.

  • 7 Pausanias, 7.25.9 : ὁπόσοι δὲ τηνικαῦτα ἀποδηµοῦντες ἢ στρατείας ἕνεκα ἔτυχον ἢ κατὰ πρόφασιν ἀλλοί (...)
  • 8 Cf. supra p. 135.

4L’objet de cette recherche vise ainsi à évaluer les degrés de risque tolérés par les communautés antiques. La variété des réactions après une catastrophe naturelle est en soi un indice du niveau plus ou moins élevé de risque accepté par les populations : l’abandon d’un site témoigne immanquablement d’un choix définitif et radical ; au contraire, le maintien des habitations et des édifices civiques à l’emplacement même d’une catastrophe récente atteste une évaluation raisonnée du risque. C’est sans doute ainsi qu’il convient d’analyser une remarque de Pausanias qui évoque la refondation de l’une des deux cités d’Achaïe détruites par le célèbre tremblement de terre de 373 av. n.è. : « Tous ceux qui, par chance, se trouvaient à ce moment précis en dehors de leur patrie, soit qu’ils étaient en campagne soit pour un autre motif, furent les seuls à réchapper parmi les habitants et devinrent les fondateurs de Boura »7. À en croire le périégète, ces nouveaux οἰκισταί, réchappés du sinistre qui avait jeté bas deux cités de la côte achéenne, ont donc entrepris de refonder la ville à son emplacement originel, ne tenant manifestement compte ni des facteurs de vulnérabilité du site, ni de l’expérience douloureuse récente8.

5Cette enquête cherche à déterminer dans quelle mesure les communautés anciennes ont, par des stratégies variées – consolidation des édifices, mise en place de politiques publiques, abandon ou conservation des sites à risques –, cherché à prévenir les aléas naturels ou, dans une moindre mesure, à en réduire les impacts potentiels. L’élaboration d’une mémoire collective des catastrophes naturelles, fondée sur un retour d’expérience, a clairement eu pour effet d’accroître la prise de conscience des conséquences de certains aléas et d’élaborer des moyens de prévention adéquats. La mainmise de Rome sur les régions orientales de la Méditerranée a par ailleurs entraîné, à partir du ier s. av. n.è., la création d’un arsenal juridique destiné à régler les préjudices subis à l’occasion d’une catastrophe.

La prise en compte des territoires à risque

Les abandons de sites

  • 9 La prudence des archéologues quant au rôle des tremblements de terre dans l’abandon d’une cité est (...)

6Bien que les communautés grecques fussent fréquemment confrontées à des risques naturels dont la violence et la récurrence leur imposaient d’agir efficacement, elles ne firent qu’en de rares occasions le choix d’abandonner définitivement un site à risque. Les quelques exemples que nous connaissons indiquent qu’il s’agissait d’une mesure radicale, contrainte par l’impossibilité de réguler les aléas eux-mêmes ou de diminuer suffisamment la vulnérabilité des territoires9.

  • 10 Mazarakis-Ainian, Mouliou 2008.
  • 11 Knoepfler 2010, p. 87-88.
  • 12 Strabon, 9.2.10.
  • 13 Knoepfler 2010, p. 88.

7Dans certaines régions du bassin méditerranéen, les inondations torrentielles comptent parmi les fléaux les plus dévastateurs et les plus fréquents depuis l’Antiquité. Aussi n’est-on guère surpris que plusieurs cités aient été entièrement abandonnées après avoir été dévastées à plusieurs reprises par des crues pointues et régulières. Les fouilles archéologiques menées par Alexandre Mazarakis-Ainian sur le site de Graia, à quelques kilomètres à l’ouest d’Oropos, fournissent des données caractéristiques10. À la fin du viie s. av. n.è., des inondations de grande ampleur contraignirent les hommes à abandonner une partie de l’habitat archaïque11 ; une réoccupation temporaire du site est observée jusque dans les dernières années du vie s., avant qu’il ne soit définitivement abandonné à la suite de nouvelles inondations12, qui marquèrent le déplacement de la population vers la cité nouvellement fondée de Skala Oropos. L’enfouissement du bourg archaïque est vraisemblablement dû à l’action d’un torrent qui, conjugué à de fortes pluies, aurait entraîné un ou plusieurs glissements de terrain13. Rapidement, le site se serait trouvé englouti sous une importante couche d’argile, obligeant ainsi les habitants à quitter définitivement leur lieu d’habitation.

8Cet exemple met en évidence deux phases consécutives d’abandon d’un site à risque. La première, qui paraît avoir été assez brève, est directement imputable à une crue exceptionnelle : installée de nouveau non loin de la zone inondable, la population a malgré tout accepté le risque hydrométéorologique que faisait peser sur elle le débit violent et incontrôlé du torrent qui borde le site à l’est. Ce n’est qu’à la suite d’une seconde catastrophe, d’une ampleur sans précédent, qu’elle décida d’opter pour un abandon définitif des quartiers d’habitation. La récurrence et la violence du phénomène sont à l’origine de cette décision : le risque encouru paraissait cette fois bien trop grand et le retour d’expérience avait montré que la dangerosité du cours d’eau ne pouvait être endiguée par une diminution de la vulnérabilité du site.

  • 14 Théophraste, Histoire des plantes 5.4.6 ; Pausanias, 8.14.1.
  • 15 Baladié 1980, p. 94, n. 3.
  • 16 Spyropoulos 1973, p. 210, § δ.
  • 17 Strabon, 9.2.17-18 (trad. R. Baladié, CUF, 20032).

9La décision d’abandonner un espace construit repose sur une série de facteurs complexes. Parmi ces causes, l’impossibilité de maîtriser le réseau hydrographique apparaît souvent comme un élément prépondérant. Théophraste rapporte que la cité arcadienne de Phénéos était gravement menacée par une brutale montée des eaux14, qui coupait l’accès de la plaine au centre urbain15. Si, en définitive, cette cité ne fut ni abandonnée ni déplacée, plusieurs villes de Béotie connurent à l’inverse un sort plus tragique : certaines disparurent entièrement par suite d’une augmentation soudaine et continue des eaux du lac Copaïs16, tandis que d’autres, pour éviter pareille catastrophe, furent rebâties ailleurs. Strabon fournit à ce propos une longue description du phénomène17 :

καὶ διὰ ἀνοικισµόν, ὅταν τῷ πλησιασµῷ κινδυνεύσαντες πολλάκις ἀπαλλαγὴν πορίσωνται τοῦ φόβου τὴν µετάληψιν τῶν χωρίων τῶν ἄπωθεν ἢ τῶν ἐν ὕψει. παρακολουθεῖ δὲ τοῖς οὕτως ἀνοικισθεῖσι τὸ τὴν αὐτὴν προσηγορίαν φυλάττουσιν, ἐτύµως πρότερον λεγοµένοις ἀπὸ τοῦ συµβεβηκότος τοπικῶς, νῦν µη[κέτι] λέγεσθαι ἐτύµως· Πλαταιὰς γὰρ ἀπὸ τῆς πλάτης τῶν κωπῶν εἰρῆσθαι πιθανὸν καὶ Πλαταιέας τοὺς ἀπὸ κωπηλασίας ζῶντας, ἀλλὰ νῦν ἄπωθεν τῆς λίµνης οἰκοῦντες οὐκέτ’ ἂν προσαγορεύοιντο ἐτύµως. Ἕλος τε καὶ Ἑλεὼν καὶ Εἱλέσιον ἐκλήθη διὰ τὸ ἐπὶ τοῖς ἕλεσιν ἱδρῦσθαι· νῦν δὲ οὐχ ὁµοίως ἔχει ταῦτα, ἢ ἀνοικισθέντων ἢ τῆς λίµνης ἐπιπολὺ ταπεινωθείσης διὰ τὰς ὕστερον γενοµένας ἐκρύσεις·

[les cités] sont abandonnées et rebâties plus haut, lorsque la fréquence du risque encouru en raison de la proximité des eaux les amène à se libérer de cette crainte en se déplaçant sur des terrains plus éloignés ou plus élevés. Pour les agglomérations ainsi déplacées, il en résulte, quand elles conservent le même nom, que l’appellation qu’elles méritaient d’abord par suite d’une particularité locale, n’a plus maintenant sa raison d’être. Ainsi il est probable que le nom de Platées dérive du terme qui désigne l’extrémité plate de la rame, et qu’on appelait « Platéens » des gens qui vivaient du métier de rameurs ; mais maintenant qu’ils sont installés loin du lac, il n’est plus naturel de les appeler ainsi. Hélos, Héléon, Heilésion doivent leur nom à leur situation en bordure de marais, or, de nos jours, ce n’est plus le cas, soit que ces villes aient été rebâties plus haut, soit que le niveau du lac ait considérablement baissé par suite d’un écoulement survenu après coup, ce qui peut également se produire.

  • 18 Strabon, 9.2.18.
  • 19 Baladié 1980, p. 93-99.
  • 20 Le parallèle le plus manifeste se trouve sans doute en Asie Mineure. Pausanias, 7.2.10-11 : « Les h (...)
  • 21 Strabon, 9.2.16.

10Le géographe d’Amasée établit une corrélation évidente entre l’abandon d’un site et la fréquence du risque d’inondation. Dans ces circonstances, les habitants cherchaient à reconstruire les cités loin des territoires inondables, s’établissant en altitude ou à bonne distance de la zone d’expansion de crue. Cette décision n’intervient toutefois qu’en dernier recours, après de nombreuses tentatives pour contenir l’aléa naturel18. Plusieurs cités béotiennes bordant le lac Copaïs ont ainsi été rebâties en des endroits plus sûrs. Il en va de même de quelques villes du Péloponnèse, car la cause de ces déplacements réside avant tout dans la formation géologique du territoire19 : région karstique où se forment de nombreuses cavités, à travers lesquelles s’écoulent en-dessous de la surface du sol de puissants cours d’eau, le Péloponnèse est régulièrement affecté par un engorgement de ces gouffres, appelés katavothres par les Grecs. Deux types de phénomènes étaient alors observés, qui pouvaient se révéler particulièrement dangereux pour les communautés locales : ou bien le trop plein des eaux entraînait la formation d’une plaine marécageuse, propice au développement de certaines maladies comme la malaria20 ; ou bien l’engorgement des cavités était tel que le niveau des eaux montait brusquement et menaçait les villes qui se trouvaient à la lisière du lac. Toujours selon Strabon21, le relâchement des eaux accumulées pouvait être le fait d’un tremblement de terre qui, en fissurant la terre en certains endroits, leur donnait l’occasion de s’écouler massivement.

  • 22 Caputo, Helly 2000.

11Si les abandons de cités à la suite d’un tremblement de terre sont très peu attestés, les quelques rares exemples que nous fait connaître l’archéologie ne doivent être présentés qu’à titre d’hypothèse uniquement22. La raison ne tenait sans doute pas à la fréquence, plus ou moins élevée, avec laquelle les chocs telluriques menaçaient de se produire : ce n’est pas tant pour se protéger du risque sismique, en effet, que les populations décidèrent, dans des cas tout à fait exceptionnels, de rebâtir ailleurs une cité détruite, mais sans doute davantage en raison de l’étendue des dégâts et des coûts très élevés que représentaient les phases successives de reconstruction (déblaiement des débris, restaurations à certains endroits, adoption d’un nouveau plan d’urbanisme sur certains tronçons, etc.). Les phénomènes telluriques, en outre, n’appartiennent pas à la catégorie des événements prévisibles et leur ampleur, tant d’un point de vue géographique que physique, ne permet pas de considérer qu’une zone soit, en définitive, plus sûre qu’une autre.

  • 23 Helly 1980, p. 42, n. 20.
  • 24 Caputo, Helly 2000, p. 576.
  • 25 Ibid., p. 576.
  • 26 Cf. supra p. 213-214.
  • 27 Moscati Castelnuovo 2007, p. 44-46 propose l’explication suivante au sujet du déplacement de la cit (...)

12C’est avec prudence, mais non sans arguments, que Bruno Helly a cherché à établir un lien entre l’abandon de la cité thessalienne de Phères, vers la fin du ier s. av. n.è.23, et le tarissement de la source Hypérie, « dont la cause pourrait être la tectonique, même si cela n’entraîne aucune destruction particulièrement visible du point de vue archéologique »24. Un autre exemple concerne la cité de Phalanna, également en Thessalie, dont on perd semble-t-il la trace dans les sources vers la fin de l’époque hellénistique, mais qui a pu être refondée à l’époque d’Auguste sous le nom de Kaisareia25. L’hypothèse d’une destruction de Phalanna par un tremblement de terre, suivie d’un abandon partiel, repose sur des parallèles à peu près contemporains : à la suite de violents séismes, plusieurs cités grecques prirent le nom de Kaisareia ou introduisirent dans leur titulature officielle une référence à l’empereur qui les avait aidées à se relever du désastre26. Toutefois, même si l’on considère comme plausible l’hypothèse selon laquelle Phalanna fut effectivement détruite lors d’un tremblement de terre, il paraît moins certain qu’elle ait pu être abandonnée pendant un temps aussi long (qui, de surcroît, reste peu aisé à déterminer avec précision). On peine à imaginer ce que seraient devenus les habitants durant cette période : où ont-ils trouvé refuge ? Pourquoi n’ont-ils pas entrepris immédiatement la reconstruction de leur cité ? Les sources permettent en effet d’observer que les villes détruites par une catastrophe naturelle sont, d’ordinaire, rapidement rebâties au même endroit, le plus souvent grâce aux fonds d’urgence débloqués par les souverains ou grâce à la mise à disposition de ressources financières exceptionnelles provenant de la population elle-même. En l’absence d’arguments décisifs, il convient donc de considérer avec prudence les théories qui tentent de justifier le déplacement ou l’abandon d’une cité en fonction des risques qu’elle encourt ou des catastrophes qu’elle subit27.

  • 28 Chronique de Paros : IG XII 5, 444 (= FGrHist 239 B 24).
  • 29 Les deux lettres royales d’Antigone le Borgne qui font état d’une tentative de synœcisme ont été tr (...)
  • 30 Ibid., p. 25 et n. 1 ; Migeotte 1984, p. 280, n. 68, no 86.
  • 31 Billows 1990, p. 214.
  • 32 Syll3 344, l. 9 (voir aussi l’ensemble du paragraphe l. 5-15).
  • 33 Cf. Migeotte 1984, p. 280-281.
  • 34 Billows 1990, p. 214. C’est aussi l’opinion de Picard 1922, p. 636, n. 6.

13Un dernier exemple permet d’illustrer la difficulté que l’on a à établir avec certitude les causes de l’abandon d’une cité. C’est peut-être dans les mois qui suivirent le célèbre tremblement de terre de l’Ionie, survenu à l’hiver 304/3 av. n.è.28, qu’une tentative de synœcisme entre les cités de Lébédos et de Téos fut l’objet d’un arbitrage d’Antigone le Borgne29. La date ne peut être déterminée avec précision : au mieux, nous savons que les négociations entre les deux cités eurent lieu après 306 – Antigone étant qualifié de βασιλεύς dans la lettre qu’il adresse aux Téiens – et avant 302, date à laquelle Téos est occupée par Prépélaos, un général de Cassandre30. Non sans réticences, Richard Billows a avancé l’hypothèse que le synœcisme pouvait être lié au tremblement de terre de 30331. Le vocabulaire employé met en évidence un état de crise tout à fait compatible avec les conséquences d’un séisme : « si une partie de la cité est entièrement rasée, etc. » (ἐὰν τι τῆς πόλεως κατασκάπτηται κτλ.)32. Les Lébédiens, vraisemblablement éprouvés par la catastrophe de 303, ont donc peut-être été contraints d’abandonner leur cité pour s’installer à Téos, selon un calendrier établi sur quatre ans. Les négociations, passées sous la tutelle d’Antigone, indiquent également que la cité de Lébédos était fortement endettée ; l’argent devait alors être remboursé de manière égale entre les Lébédiens et les Téiens33. On peut assurément y voir l’indice d’une grave crise financière. Doit-on pour autant penser qu’elle était consécutive à une première phase de réfection des bâtiments effondrés ? Le fait encore que l’installation des Lébédiens à Téos fut programmée sur quatre ans soulève de nouvelles interrogations : si, comme l’affirme Richard Billows, le synœcisme n’est pas seulement un acte politique impulsé par Antigone, mais bien la réponse à une grave catastrophe34, on peut s’interroger sur les raisons d’un tel délai. Le transfert de la population a peut-être eu lieu en plusieurs phases : les habitants des quartiers les plus durement touchés par le séisme auraient alors été les premiers à migrer vers Téos. Puis, dans un second temps, le reste de la population aurait abandonné définitivement l’ancienne cité et serait ainsi venue grossir les rangs de la nouvelle ville.

  • 35 La cité prit alors le nom de l’épouse de Lysimaque, Arsinoeia. La cité fut sans doute déplacée dans (...)
  • 36 Pausanias, 1.9.7 : ἐπαγαγόµενος ἐς αὐτὴν Λεβεδίους τε οἰκήτορας καὶ Κολοφωνίους, τὰς δὲ ἐκείνων ἀνε (...)
  • 37 Pausanias, 7.3.5.
  • 38 Peut-être doit-on y voir une remise en cause du processus après la défaite d’Antigone face à la coa (...)

14Pausanias jette cependant le trouble lorsqu’il rapporte que Lysimaque fonda la nouvelle Éphèse35, « en y faisant venir des colons venus de Lébédos et de Colophon, après avoir détruit leurs cités »36. Le périégète revient sur ce fait historique en affirmant que Lysimaque détruisit la cité de Lébédos afin d’achever l’agrandissement d’Éphèse37. À première vue, les documents semblent donc contradictoires : alors que se préparait un synœcisme entre les Lébédiens et les Téiens dans les années 304-303, Pausanias affirme à deux reprises que la ville fut en réalité détruite par Lysimaque, sans doute vers 294. Une seule explication paraît dès lors emporter la conviction : il faut sans doute supposer un échec dans le processus de réunion des deux cités sous Antigone38. Les Lébédiens, peut-être affaiblis par la catastrophe de 303 et le poids considérable des dettes, furent aisément soumis par Lysimaque qui, pour des raisons stratégiques évidentes, décida de réunir en une seule entité civique les cités d’Éphèse, de Colophon et de Lébédos. La question du synœcisme de 303 est donc particulièrement complexe : les lacunes documentaires nous amènent à conjecturer des hypothèses et il serait sans doute bien imprudent de conclure de manière définitive à un abandon de la cité de Lébédos par suite des conséquences du tremblement de terre mentionné dans la Chronique de Paros. Pour autant, il n’est pas non plus déraisonnable de considérer que celui-ci joua un rôle dans la mise en place du synœcisme.

Les abandons et les déplacements d’édifices

15Les exemples rassemblés précédemment témoignent d’une réelle prise en compte des risques géologiques et hydrologiques qui pouvaient affecter certaines cités ou certains territoires. Les communautés ont également été sensibles aux modifications significatives du paysage, comme la transformation progressive des vallées fertiles en plaines marécageuses. Il n’est pas rare non plus qu’à la suite de catastrophes naturelles dévastatrices, les populations aient décidé de déplacer ou d’abandonner des bâtiments isolés. Solution bien moins contraignante que de refonder l’ensemble d’une cité à un nouvel emplacement, le simple transfert de quartiers d’habitation ou d’édifices urbains exprime alors une acceptation raisonnée des risques naturels.

  • 39 Piérart 2003.
  • 40 Fouache 1999b.
  • 41 Piérart 2003, p. 65.

16On connaît assez bien aujourd’hui les déplacements alternés et successifs que connut la cité d’Argos depuis la haute Antiquité39. Le basculement du centre urbain, entre le nord et le sud de l’agglomération contemporaine, a, de manière certaine, été mis en relation avec la torrentialité de deux cours d’eau, le Charadros et l’Inachos, dont on observe aisément la défluviation aux époques historiques40. La période méso-helladique a vu se produire un premier mouvement de bascule entre les quartiers sud et nord41, mais ce n’est qu’à partir des années 460, époque au cours de laquelle se mettent en place de grands programmes édilitaires et architecturaux, que les Argiens entreprirent d’importants travaux de drainage nécessaires à l’occupation des zones inondables. La cité antique d’Argos, de même ensuite que les villes médiévale et moderne qui lui ont succédé, a ainsi connu un développement urbain conditionné par les forts risques d’inondation. Les Argiens n’ont manifestement pas songé à abandonner la ville (sa situation en faisait un point de passage stratégique au carrefour des principales routes antiques), mais, jusqu’au ve s. av. n.è., ils ont indéniablement tenu compte des risques que représentait pour eux le débit irrégulier et parfois violent des deux principaux cours d’eau, en s’installant, au gré d’une alternance sud-nord-sud, à l’opposé des zones d’expansion de crue. La population a donc cherché à s’adapter aux contraintes environnementales du site et, tenant compte de la forte probabilité du risque d’inondation, les habitants ont, en un sens, anticipé d’éventuelles catastrophes par la modification à plusieurs reprises du plan d’urbanisme de la cité.

  • 42 Chaque « îlot » comprenait 8 maisons privées : au total, ce sont donc 48 habitations qui furent aba (...)
  • 43 Raeck 2005.
  • 44 Ibid., p. 155 et 162 propose de lier cette catastrophe à un tremblement de terre. Les observations (...)
  • 45 Deux photographies explicites sont données par ibid., pl. 11, nos 1 et 2.

17Le plus souvent néanmoins, l’abandon d’un quartier d’habitation n’est pas le résultat d’une politique de gestion préventive comme à Argos. Ce peut être à la suite d’une violente catastrophe naturelle que des zones entières sont désertées, soit parce qu’elles sont devenues inhabitables, soit parce qu’elles sont soumises à un risque récurrent trop important. De récentes fouilles archéologiques menées à Priène ont permis de constater que six quartiers d’habitation, les îlots D2 à D742, avaient été abandonnés dans le troisième quart du iie s. av. n.è.43. Le secteur nord-ouest du sanctuaire d’Athéna n’a par la suite jamais été réoccupé : l’état de conservation du matériel mis au jour ainsi que les structures architecturales en place amènent à penser que c’est un enchaînement d’accidents naturels – très vraisemblablement des éboulements rocheux consécutifs à un glissement de terrain44 – qui est à l’origine de la destruction de l’habitat45. Il est cependant difficile d’interpréter le caractère définitif de la catastrophe : peut-être doit-on y voir la crainte d’un nouvel accident ou, plus simplement, l’impossibilité d’assumer le coût financier qu’impliquait la reconstruction des quartiers d’habitation dans cette zone sinistrée.

  • 46 Wescoat 2006.
  • 47 Mazarakis-Ainian 2005.

18Enfin, certains édifices fortement endommagés par une catastrophe naturelle étaient parfois jugés irréparables et donc laissés à l’abandon. Les autorités renonçaient à entreprendre la restauration d’un bâtiment, non pas tant dans la perspective d’une politique préventive, qu’à cause des difficultés matérielles et techniques qu’imposait sa remise en état. À Samothrace, un tremblement de terre a manifestement entraîné la destruction du sanctuaire des Grands Dieux au ier s. de n.è.46. L’hypothèse est acceptable au regard de la très forte sismicité connue dans le nord de l’Égée. En outre, elle semble correspondre aux observations faites par les archéologues, qui notent que le sanctuaire, laissé à l’abandon, a ensuite été progressivement enfoui sous terre. À Kythnos, petite île de l’archipel des Cyclades, l’étude d’un temple grec encore non identifié a montré que l’édifice avait été fortement endommagé, sans doute au iiie s. av. n.è., mais que seule sa partie sud avait fait l’objet d’une réparation47. Alexandre Mazarakis-Ainian a supposé que la destruction était peut-être due à un tremblement de terre, ce qui semble ici un postulat quelque peu incertain : aucun élément ne permet cette fois de corroborer une telle hypothèse d’autant que l’archipel des Cyclades se trouve dans une zone de stabilité tectonique, et l’on comprend mal, de toutes façons, les raisons qui auraient présidé à une restauration partielle de l’édifice.

19L’acceptation raisonnée des risques naturels par les communautés civiques revêt deux formes distinctes : la modification des plans d’urbanisme d’une cité peut tenir compte de la fréquence et de la dangerosité des aléas et témoigne ainsi clairement de la mise en place d’une politique préventive ; d’un autre côté, des édifices ou des habitats privés sinistrés par suite d’une catastrophe naturelle étaient parfois définitivement abandonnés, sans qu’il nous soit toujours possible de faire la distinction entre, d’un côté, une véritable politique de gestion et de prévention des risques et, de l’autre, l’impossibilité matérielle d’entreprendre des travaux de reconstruction.

Le choix délibéré d’un emplacement

20L’emplacement d’une cité, d’un quartier d’habitation ou encore d’un sanctuaire était souvent déterminé par les avantages qu’offrait un site naturel. Les aménagements antiques attestent indéniablement une adaptation de l’homme à son milieu géographique et une réelle prise en compte des territoires à risque.

  • 48 Pline l’Ancien, 36.95 : In solo id palustri fecere, ne terrae motus sentiret aut hiatus timeret (tr (...)
  • 49 Diogène Laërce, 2.103 ; Pline l’Ancien, 2.201. Hellmann 2002, p. 102 ; Bammer 1990.
  • 50 Cf. infra p. 248-249.

21Au détour d’une description saisissante, Pline l’Ancien soutient que les Éphésiens avaient une bonne connaissance de la sismicité de l’Ionie. Aux dires du naturaliste, le choix de l’emplacement de l’Artémision tenait manifestement compte du caractère sismique de la région et présentait, selon les architectes, un réel intérêt pour réduire les risques telluriques : « On éleva [le temple] sur un terrain marécageux, afin qu’il ne pût ressentir les effets des tremblements de terre ni craindre les crevasses du sol »48. Diogène Laërce souligne également que le terrain sur lequel a été bâti le temple archaïque d’Artémis était marécageux : évoquant l’architecte Théodoros de Samos, il affirme que celui-ci avait conseillé de mettre du charbon sous les fondations de l’édifice en raison de la forte humidité du lieu49. L’intérêt d’un tel procédé peut sembler aujourd’hui particulièrement douteux : s’il est bien connu désormais que les ondes de cisaillement se déplacent difficilement en milieu liquide, il est cependant improbable que les architectes grecs de l’époque archaïque aient, d’une quelconque manière, observé ce phénomène et qu’ils l’aient intégré dans leurs plans de construction. D’autre part, les ondes de compression et celles de surface (dites de Love et de Rayleigh) traversent aisément tout type de contexte géologique : l’efficacité de la mesure s’en trouve alors très fortement réduite. En réalité, ce principe de construction repose sur une idée assez simple : lors d’un tremblement de terre, la cohésion et la résistance d’un édifice dépendent du substrat sur lequel il repose. Certains architectes grecs supposaient qu’un bâtiment dont les fondations étaient en partie taillées directement dans la roche résistait mal aux mouvements du sol. Le principe d’une couche isolante entre le rocher et la superstructure avait ainsi pour objectif de réduire la rigidité du monument et de donner en quelque sorte une élasticité à l’ensemble50. Dans le cas de l’Artémision d’Éphèse, c’est donc très certainement le terrain marécageux qui faisait office de couche isolante.

  • 51 Leblanc, Poccardi 2004.
  • 52 Lassus 1972, p. 8-9.
  • 53 Malalas, 200 : καὶ λοιπὸν ἐβουλεύετο ἅµα αὐτοῖς, ἐν ποίῳ τόπῳ ἀσφαλῆ ποιήσει τὴν πόλιν. καὶ φοβηθεὶ (...)
  • 54 Des documents d’époque tardive affirment que l’établissement des campements militaires devait aussi (...)

22La prise en compte des risques naturels dans le choix d’un site s’observe encore à travers l’exemple de la fondation d’Antioche sur l’Oronte par Séleucos Ier Nicatôr51. Le fleuve occupe une place prépondérante dans l’organisation urbaine de la cité et dans son développement économique, mais, par le biais de graves inondations, il peut également se révéler la cause de dégâts considérables. La distribution du réseau hydrographique est orientée le long d’un axe sud-est/nord-ouest et comprend deux torrents principaux, le Parménios au nord et le Phyrminios au sud, ainsi qu’un ensemble de cours d’eau secondaires qui creusent des ravines sur les pentes du Silpius. La densité et l’orientation du réseau constituent indéniablement un risque majeur lors de la saison des orages52. Selon Malalas, Séleucos prit en considération ces risques d’inondations, qui se produisent essentiellement en hiver, et décréta que la cité devait être bâtie en un lieu sûr53. La ville fut alors fondée dans la plaine, à bonne distance du mont Silpius (ἐν τῇ πεδιάδι τοῦ αὐλῶνος κατέναντι τοῦ ὄρους) et assez loin de la zone d’épandage des torrents secondaires. Les architectes engagés par le souverain ont ainsi cherché à diminuer la vulnérabilité du site plutôt que de prévenir les risques eux-mêmes, entreprise assurément démesurée, pour ne pas dire irréalisable compte tenu de la topographie particulière du site54.

23Ces quelques études de cas mettent en évidence l’attention particulière que les communautés et les souverains accordaient aux territoires à risque et le soin qu’ils prirent à en évaluer la dangerosité. La variété des situations rend difficile, pour ne pas dire incertain, un classement typologique des comportements. On constate toutefois un fait significatif : la politique de prévention des risques et de gestion des aléas naturels pouvait être menée en amont ou bien, au contraire, répondre à une situation de crise récente.

La modification du climat et les phénomènes migratoires

24Bien que les Grecs aient souvent dû s’adapter à des environnements hostiles, certaines situations dramatiques semblent les avoir contraints à fuir les territoires sur lesquels ils étaient depuis longtemps installés. Les modifications exceptionnelles du climat, autrement dit, pour l’essentiel, les sécheresses et les brusques variations hydrométéorologiques, ont ainsi pu être à l’origine de lointains mouvements migratoires. Cette question a globalement suscité peu d’intérêt et je ne prétends pas ici plaider en faveur de l’hypothèse « climatique » de la colonisation archaïque. Néanmoins, les quelques exemples que nous ont transmis les sources mettent parfois en évidence le poids des contraintes environnementales qui affectaient durablement les populations. De fortes variations climatiques ont ainsi parfois rendu inefficaces les mesures de prévention élaborées pour lutter contre les sécheresses saisonnières.

Quelques parallèles historiques :
les Sénons en Italie et les Cimbres du Jutland

  • 55 Amat Seguin 1987.
  • 56 Diodore de Sicile, 14.113 ; l’emploi de cet adjectif dans toute l’œuvre de Diodore est, comme le so (...)

25Au début du ive s. av. n.è., alors que Denys de Syracuse menait le siège de Rhégion, les Celtes franchirent les Alpes et partagèrent la plaine padane55. Les Sénons reçurent par tirage au sort la région la plus éloignée des montagnes, relativement proche de la mer, mais décrite par Diodore comme particulièrement brûlante56. La formulation employée par l’historien, quoique d’une brièveté embarrassante (ὄντος δ᾽αὐτοῦ καυµατώδους), témoigne d’une irrégularité climatique identifiable à une sécheresse exceptionnelle. Cet accident météorologique semble avoir conduit les Sénons à rechercher de nouvelles terres : ils assiégèrent d’abord la ville de Chiusi mais, refusant ensuite de s’y installer, se dirigèrent vers le sud, puis décidèrent de regagner les Marches septentrionales. Cet épisode, dont les commentateurs ont longtemps négligé d’étudier les causes pour ne s’intéresser qu’aux aspects militaires et diplomatiques, révèle l’importance que peuvent avoir de graves contraintes climatiques pour une population qui n’est pas préparée à gérer ce type d’aléas naturels. La plaine padane, région d’ordinaire fertile, ne présentait à leurs yeux que peu d’intérêt en raison du caractère exceptionnel des conditions météorologiques auxquelles ils devaient faire face.

  • 57 Strabon, 7.2.1 (trad. R. Baladié, CUF, 1989).

26Un second exemple, pris lui aussi hors du monde égéen, présente des caractères quelque peu semblables, bien que la confrontation des sources, souvent contradictoires, en rende l’interprétation et le commentaire malaisés. Il s’agit de la migration des Cimbres qui, si l’on en croit Strabon, aurait été attribuée par erreur à une dérégulation climatique par ses prédécesseurs57 :

οὔτε γὰρ τὴν τοιαύτην αἰτίαν τοῦ πλάνητας γενέσθαι καὶ λῃστρικοὺς ἀποδέξαιτ’ ἄν τις, ὅτι χερρόνησον οἰκοῦντες µεγάλῃ πληµµυρίδι ἐξελαθεῖεν ἐκ τῶν τόπων· [...] γελοῖον δὲ τῷ φυσικῷ καὶ αἰωνίῳ πάθει δὶς ἑκάστης ἡµέρας συµβαίνοντι προσοργισθέντας ἀπελθεῖν ἐκ τοῦ τόπου.

On ne saurait admettre par exemple qu’ils soient devenus nomades et pillards pour avoir été chassés par une marée de la presqu’île qu’ils occupaient […] Il est ridicule de soutenir qu’un phénomène naturel et qui se produit chaque jour ait provoqué leur exaspération au point de les faire partir de leur pays. L’intervention d’une marée d’une ampleur exceptionnelle paraît relever de la pure imagination.

  • 58 Poséidonios, FGrHist 87 F 31 (= Strabon, 2.3.6) : εἰκάζει δὲ καὶ τὴν τῶν Κίµβρων καὶ τῶν συγγενῶν ἐ (...)
  • 59 Cozzoli 1989.
  • 60 Un dernier exemple pourrait prendre place ici. Cf. Müller 2010, p. 74 : de récentes analyses paléob (...)

27Ce passage réfute précisément une hypothèse de Poséidonios selon laquelle « l’émigration des Cimbres et des peuplades proches se fit au moment d’une avancée de la mer qui eut lieu progressivement »58. L’opposition entre ces théories jette cependant le trouble dans la mesure où, pour chacune des deux explications, Strabon s’appuie sur les observations de Poséidonios lui-même. Certains historiens ont suggéré que ces documents ne contenaient pas tant une contradiction qu’une juxtaposition de deux causes complémentaires : la migration serait le résultat d’une augmentation du niveau marin autant que du caractère naturellement nomade des Cimbres59. La remontée post-glaciaire du niveau marin, autrefois désignée sous le nom de « transgression flandrienne », est en effet attestée pour les époques historiques récentes dans le Jutland, région dont sont originaires les Cimbres. La variation eustatique du niveau de la mer a donc pu avoir comme conséquence la migration de ce peuple celte ; encore convient-il de ne pas évoquer un phénomène soudain ou « une marée d’une ampleur exceptionnelle », analogue à un raz-de-marée, comme le fait le géographe, mais un processus lent et continu60.

Les migrations égéennes

  • 61 Brun 1996, p. 33.

28L’imprévu climatique est l’une des caractéristiques du biotope égéen61. Les aménagements anthropiques sont en effet nombreux et leur utilisation a parfois été continue jusqu’à une époque très récente. Ils témoignent d’une prise en compte des risques de sécheresse, notamment dans les îles de l’archipel égéen. Les sources évoquent néanmoins des phénomènes migratoires liés à des conditions environnementales perturbées, ce qui soulève de nouvelles interrogations : peut-on en effet, au-delà des traditions mythiques, établir un réel lien de causalité entre une modification exceptionnelle du climat et des mouvements de migration historiquement attestés ?

  • 62 Mck Camp 1992.
  • 63 Morris 1987, p. 160-162.
  • 64 Zurbach 2008.
  • 65 Hérodote, 4.151 : Ἑπτὰ δὲ ἐτέων µετὰ ταῦτα οὐκ ὗε τὴν Θήρην, ἐν τοῖσι τὰ δένδρεα πάντα σφι τὰ ἐν τῇ (...)
  • 66 Osborne 1996, p. 8-16 ; Osborne 1998.
  • 67 Zurbach 2008, p. 96.
  • 68 La tradition de la fondation de Rhégion, bien conservée chez Strabon (6.1.6) et Diodore (8, F 23), (...)
  • 69 Sur le rôle de l’oracle de Delphes, nous possédons un décret découvert à Cyrène et postérieur de pl (...)
  • 70 Hérodote, 4.158.
  • 71 Ibid., 4.199.

29On a parfois admis qu’une période de sécheresse intense avait frappé le bassin égéen au cours du viiie s. av. n.è.62 : cette hypothèse, qui a également soulevé d’importantes critiques63, est pour certains historiens un élément d’explication des premiers mouvements de colonisation à l’époque archaïque. Les fondations d’apoikiai résultent bien entendu d’un processus complexe, dont les causes, multiples, ne sont certainement pas valables en tous lieux et en tout temps64. Dans certains cas néanmoins, une conjoncture exceptionnelle a pu être un élément décisif dans la recherche de nouveaux territoires. Dans l’un des récits qu’il donne de la fondation de Cyrène par les Théréens, Hérodote fait ainsi état d’une sécheresse particulièrement longue65 : « Pendant sept ans, il ne plut pas à Théra et, pendant ce temps, tous les arbres qu’ils avaient dans l’île, à l’exception d’un seul, séchèrent ». Si l’on admet la vraisemblance historique de cette tradition théréenne, sans verser dans l’hypercritique66, on constate comment cet accident climatique a engendré une réelle catastrophe : la sécheresse fut si longue que les arbres dépérirent (sans doute est-il ici question des oliviers). Dans ces conditions, ce ne sont pas seulement les cultures arboricoles qui furent affectées par la sécheresse, mais bien l’ensemble de la production agraire67. Une grave disette est très probablement survenue68, contraignant les Théréens à déserter leur cité pour fonder, sur prescription oraculaire69, la colonie de Cyrène, en Libye. Le récit hérodotéen gagne davantage en crédibilité lorsqu’il est question, à deux reprises, des avantages naturels dont les Grecs pouvaient tirer profit en Libye : dans un premier temps, les indigènes conduisirent les colons vers la source dite d’Apollon et déclarèrent qu’à cet endroit le ciel était troué, formule imagée qui désigne sans aucun doute l’importance des précipitations dans cette région70 ; plus loin, Hérodote signale également que le pays de Cyrène connaît trois récoltes annuelles, ce qui, dans l’agencement du récit fondateur, crée un vif contraste avec la sécheresse exceptionnelle évoquée au début du passage71.

  • 72 Crouch 1996.
  • 73 Desruelles 2004, p. 77.
  • 74 Brun 1996, p. 33.
  • 75 Diodore de Sicile, 5.51.3 : οἱ µὲν οὖν Θρᾷκες ἐνταῦθα κατοικήσαντες ἔτη πλείω τῶν διακοσίων ἐξέπεσο (...)
  • 76 Archiloque, F 192.

30Les analyses paléoenvironnementales sont encore trop peu nombreuses pour déterminer avec certitude si une sécheresse prolongée a bien affecté le bassin égéen à l’époque archaïque. C’est toutefois la tendance observée à partir de données ponctuelles recueillies très récemment72. Le climat du Ier millénaire av. n.è. aurait été sensiblement plus chaud que celui de l’âge du bronze, avec deux périodes de sécheresse marquées, l’une au viiie s. et la seconde au ive s.73. En outre, les variations pluviométriques sont très fortes dans les îles égéennes et les moyennes annuelles ont plutôt tendance à gommer les contrastes : il est assez probable, pour ne pas dire certain, qu’une forte sécheresse se soit abattue sur cet ensemble insulaire. Le récit d’Hérodote ne peut donc pas être rejeté a priori, non plus d’ailleurs que ceux des auteurs antiques qui évoquent des situations semblables74. Selon Diodore, les Thraces auraient ainsi quitté Naxos, deux cents ans après s’y être installés, à la suite d’une succession de canicules75. L’historien prend également l’exemple des Cariens qui désertèrent l’île de Symè, située à quelques dizaines de kilomètres au nord de Rhodes, à la suite d’une importante sécheresse. Enfin, il est tentant de tirer parti d’un vers d’Archiloque, qui oppose la situation de Paros à celle de Thasos, dont il vente les mérites de l’agriculture en précisant qu’elle n’avait pas à souffrir de la sécheresse76.

31Les variations climatiques les plus sévères, qu’elles aient été continues ou accidentelles, ont pu justifier un abandon au moins partiel ou temporaire d’un territoire devenu inhabitable. Les communautés civiques ne pouvaient pas assumer le risque d’une nouvelle sécheresse prolongée, qui aurait eu des conséquences désastreuses sur les productions agricoles, favorisant l’apparition de maladies et une surmortalité consécutive à une mauvaise alimentation des habitants.

Les principes de constructions architecturales en terrain difficile

Les constructions sismo-résistantes

32L’emploi de l’expression « construction sismo-résistante » induit une prise de position qu’il convient d’emblée de nuancer : le renforcement des fondations de certains édifices, civiques ou cultuels pour la plupart, a pu être perçu comme un moyen de parer aux tremblements de terre ; or, un examen plus approfondi des conditions environnementales conduit à envisager d’autres types de risques, essentiellement les glissements de terrains, dont la cause n’est pas toujours la tectonique.

Le renforcement des fondations77

  • 77 La question du renforcement des fondations comme indice d’une technique architecturale préventive a (...)
  • 78 Strabon, 12.8.18.

33Les Grecs avaient-ils conscience de la vulnérabilité des édifices construits dans des régions sismiques ? À en croire Strabon, la réponse ne fait guère de doute78 :

ἥ τε Φιλαδέλφεια, ἡ πρὸς αὐτῇ πόλις, οὐδὲ τοὺς τοίχους ἔχει πιστούς, ἀλλὰ καθ’ ἡµέραν τρόπον τινὰ σαλεύονται καὶ διίστανται διατελοῦσι δὲ προσέχοντες τοῖς πάθεσι τῆς γῆς καὶ ἀρχιτεκτονοῦντες πρὸς αὐτά.

À Philadelphie, la cité voisine, les murs n’offrent aucune garantie : chaque jour, d’une façon ou d’une autre, ils enregistrent des secousses sismiques et se disloquent. Les habitants sont continuellement attentifs aux accidents de la terre et élaborent des constructions en conséquence.

34Ce passage de la Géographie est d’autant plus singulier et précieux qu’il constitue le seul témoignage littéraire établissant la mise au point d’une technique de construction architecturale qui s’adapte aux contraintes physiques des territoires. L’exemple choisi par Strabon n’est d’ailleurs pas anodin, puisque Philadelphie, importante cité lydienne, se trouve dans une région de très forte sismicité.

  • 79 Hellmann 2002, p. 100-102.

35Certaines anomalies constructives témoignent des mesures de prévention élaborées par les Grecs pour diminuer les risques liés à l’instabilité du sol. Les fondations furent d’abord l’objet d’une attention particulière de la part des ingénieurs79. Deux caractéristiques essentielles peuvent être observées : les tentatives d’isolation entre les premiers blocs de fondation et le substrat géologique naturel, qui avaient pour objectif de limiter l’impact des mouvements du sol sur la structure ; d’autre part, la multiplication des scellements ou, dans des cas plus rares, le renforcement de l’armature des blocs, qui permettaient d’accroître la résistance du bâtiment lorsque se produisait un glissement de terrain.

  • 80 Kyrieleis 1993.
  • 81 Stiros 1998, p. 13-14.
  • 82 Kienast 1991.

36Intercaler une couche isolante entre le rocher et les fondations est une technique préventive qui apparaît à la fin de l’époque archaïque : dans les régions à forts risques telluriques, les architectes ont parfois employé ce procédé dans le but de limiter la propagation des ondes sismiques. La rigidité des structures, en effet, pose le problème de la dissipation de l’énergie émise par un tremblement de terre : en isolant les fondations de la roche, les architectes cherchaient de la sorte à rendre l’ensemble davantage élastique. L’un des exemples les plus anciens est celui de l’Héraion de Samos. Un premier temple, construit dans les années 560 par l’ingénieur Rhoikos et son fils Théodoros, fut détruit très peu de temps après son édification80. L’hypothèse qu’un tremblement de terre serait à l’origine de cette destruction est plausible pour plusieurs raisons : Samos connaît des épisodes sismiques réguliers et parfois d’une grande intensité81 ; en outre, le délai très bref qui sépare la construction des deux temples s’accorde bien avec une destruction soudaine. Le diptère qui lui succède, connu sous le nom de temple de Polycrate, fut bâti à environ 40 m à l’ouest du précédent. Entre les fondations de la cella et le rocher, les architectes ont intercalé une couche de sable marin d’environ un mètre sur laquelle reposaient des éclats de calcaire82. Il est significatif de rapprocher cette anomalie constructive de l’événement sismique récent, même s’il demeure hypothétique, qui aurait détruit le temple de Rhoikos : l’expérience acquise aida sans doute les ingénieurs du nouveau temple à mieux apprécier les contraintes physiques du terrain choisi pour sa construction.

  • 83 Cf. supra p. 243.
  • 84 Pline l’Ancien, 36.95 : [In solo id palustri fecere, ne terrae motus sentiret aut hiatus timeret], (...)
  • 85 Diogène Laërce, 2.103.
  • 86 Svenson-Evers 1996, p. 14-17.
  • 87 Aulu-Gelle, Nuits attiques 2.6.

37Au sujet de l’Artémision d’Éphèse, dont on a déjà souligné que l’emplacement marécageux avait été choisi à dessein pour parer aux tremblements de terre83, Pline livre un complément d’information fort utile : « Mais on ne voulut pas non plus que les fondations d’une telle masse fussent logées dans un terrain glissant et peu stable, aussi étendit-on un lit fait de charbons tassés et ensuite de toisons de laine »84. Diogène Laërce rapporte le même procédé en précisant que l’architecte fut le Samien Théodoros fils de Rhoikos85. Une couche de charbon de bois a bien été mise au jour lors des fouilles de l’Artémision86, qui fut d’abord interprétée comme une trace de l’incendie allumé par Hérostrate en 356 av. n.è.87, mais la confrontation avec les textes de Pline et de Diogène invite plutôt à identifier ces matériaux comme une couche isolante censée prévenir l’instabilité du terrain. Les architectes du temple d’Artémis ont manifestement tiré profit de l’expérience malheureuse que connut l’Héraion de Samos. La construction de cet édifice monumental a donc tenu compte de deux types de risques inhérents à la nature du terrain : on décida d’abord d’élever le temple dans une zone marécageuse afin de restreindre sa vulnérabilité au passage des ondes sismiques, puis on y intercala du charbon et des peaux de moutons pour empêcher que l’humidité ne favorise un éventuel glissement de terrain.

  • 88 Cooper 1996, p. 139-142.
  • 89 Kelly 1982.
  • 90 Pausanias, 8.41.9.
  • 91 Holtzmann 2003, p. 107.
  • 92 Thucydide, 3.89.
  • 93 Martin R. 1976.
  • 94 Au sujet du Parthénon, cf. infra p. 255-256.

38Les fondations du temple d’Apollon Épicourios à Bassae reposent également sur un substrat artificiel qui isolait la structure de la roche88 : le long du côté est, la plateforme s’appuyait sur une fine couche d’argile tandis qu’à l’ouest les ingénieurs avaient essentiellement utilisé des fragments de roche. Bien que l’emploi de deux types de matériaux peine à être justifié, il est à peu près sûr que les concepteurs du temple ont mis au point ce dispositif dans le but de diminuer la vulnérabilité des substructions89. Le nom de l’architecte, Ictinos, donné par Pausanias, suggère une clé d’interprétation allant dans ce sens90. Connu comme l’un des principaux artisans du Parthénon à Athènes, aux côtés de Callicratès, de Carpion et du sculpteur Phidias91, Ictinos a pu être marqué par la catastrophe des années 460 à Sparte autant que par celle qui frappa Athènes à l’hiver 427/692. Si l’on admet qu’Ictinos a bien participé aux deux chantiers – il n’y a pas sur ce point de consensus93 –, il est possible alors de lui attribuer la mise au point d’une architecture préventive qui tenait compte des risques naturels menaçant chacun des deux sites94.

  • 95 Il est certain que des édifices construits sur des terrains à risque ont parfois fait l’objet d’un (...)
  • 96 Hellmann 2002, p. 100.
  • 97 Amandry, Hansen 2010.
  • 98 Courby 1927, p. 112.
  • 99 Amandry, Hansen 2010, p. 161-163.

39Les architectes de l’Antiquité ont également cherché à renforcer la solidité et la cohésion des fondations ainsi que des premiers blocs d’élévation de certains bâtiments95. Marie-Christine Hellmann décrit ainsi l’intérêt que représentait cette technique de construction : « Il est très probable que l’augmentation constante du nombre de scellements, horizontaux et surtout verticaux, fut dictée par le souci de prévenir les glissements de terrain et les tremblements de terre, d’autant que l’enrobage par du plomb, matériau malléable, permettait à la structure de conserver une relative élasticité »96. Certains édifices du sanctuaire de Delphes se prêtent bien à un examen de ce type de construction. L’exemple le plus caractéristique, désormais bien connu97, est le temple d’Apollon Pythien, reconstruit à partir du début des années 360 av. n.è. Les observations récentes d’Erik Hansen, qui soutiennent sur un certain nombre de points l’ancienne théorie de Fernand Courby98, attestent que le temple des Alcméonides fut détruit par un glissement de terrain avant 371. À la suite de cette catastrophe, les ingénieurs ont tenu compte des risques que représentaient les mouvements du sol sur la stabilité des substructions du temple. Les premiers travaux s’attachèrent donc à rétablir les fondations du rectangle extérieur de l’édifice99. Le côté ouest et plus particulièrement l’angle sud-ouest ayant été les plus durement affectés lors de la catastrophe, les architectes décidèrent de dégager entièrement les fondations et d’y apposer un puissant contrefort composé de matériaux en remploi (essentiellement des fragments de tambours de l’ancien temple retaillés en forme cubique). Le dispositif est impressionnant par sa conception même : la maçonnerie court le long du côté ouest et ceinture l’angle le plus fragile de l’édifice par le nord et le sud, rééquilibrant ainsi la pente naturelle de la terrasse. Le travail a manifestement été jugé suffisant par les constructeurs, qui en ont profité pour élargir la plateforme, de façon symétrique à l’est et à l’ouest, d’environ un mètre. L’extension s’est faite sur les blocs de consolidation, de sorte que le nouveau temple reposait sur une maçonnerie renforcée (fig. 1). D’autre part, les fondations du rectangle intérieur ont en grande partie été reconstruites, vraisemblablement dans le même but de consolider fermement le sékos. À l’angle sud-ouest, les architectes ont de nouveau apposé un contrefort qui s’étendait jusqu’aux fondations sud du rectangle extérieur.

Fig. 1. Renforcement de la plateforme du temple d’Apollon à Delphes (1⁄1000).

Fig. 1. Renforcement de la plateforme du temple d’Apollon à Delphes (1⁄1000).

E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).

  • 100 Ibid., p. 208, fig. 5.4.
  • 101 Ibid., p. 137.

40Après avoir achevé les premiers travaux de consolidation des substructions, les ingénieurs ont fait porter leurs efforts sur l’euthyntéria et la krépis où les deux rectangles, extérieur et intérieur, sont unis l’un à l’autre. Un gril de lambourdes en calcaire, c’est-à-dire de poutres perpendiculaires supportant le dallage des péristyles, permettait de lier les deux surfaces, traditionnellement indépendantes dans les temples grecs (fig. 2). Au regard de la catastrophe récente, l’intérêt d’un tel dispositif leur semblait alors évident : face au risque d’un nouveau glissement de terrain, l’ensemble de la structure était amené à bouger de concert et par conséquent à ne pas subir de torsion entre les deux rectangles. En outre, les blocs qui composent l’euthyntéria, comme ceux des différentes plateformes, sont joints entre eux par un système de crampons étonnamment nombreux100. La jointure de quatre plaques d’euthyntéria se compose ainsi de huit scellements horizontaux. Les architectes ont été soucieux de renforcer la liaison entre les blocs afin d’empêcher qu’ils se disjoignent en cas de mouvement du sol. Il en va de même pour les goujons, qui assurent une liaison verticale entre les différentes assises101 : fait rare dans l’architecture grecque, tous les orthostates extérieurs du sékos étaient goujonnés ainsi que les angles de la plateforme. Ce travail minutieux s’est étendu aux dalles du stylobate et au dallage de la nef médiane. L’objectif était clairement de maintenir la cohésion de l’édifice tant horizontalement que verticalement.

Fig. 2. Gril de lambourdes du temple d’Apollon à Delphes (1⁄175).

Fig. 2. Gril de lambourdes du temple d’Apollon à Delphes (1⁄175).

E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).

41On observe aisément, à chaque étape de la reconstruction du temple d’Apollon, des anomalies constructives qui doivent être mises en rapport avec la catastrophe survenue au cours des années 370. Le retour d’expérience a été fondamental dans l’élaboration d’un nouveau plan d’ensemble de l’édifice : à chaque niveau, des fondations aux premiers blocs d’élévation, les ingénieurs ont tenu compte des risques inhérents à la nature du terrain et ont cherché à parer aux risques de mouvements du sol par un renforcement systématique des points d’angle et des structures les plus fragiles.

  • 102 Michaud 1973, p. 3-7.
  • 103 Bourguet 1911, p. 160 ; Bourguet 1914, p. 75-76 : « Les pluies d’hiver sont terribles dans cette mo (...)
  • 104 Michaud 1973, p. 15.

42D’autres bâtiments du sanctuaire, construits après la destruction du temple des Alcméonides, ont pour certains été fondés selon les mêmes règles préventives. Le cas le plus manifeste est celui du Trésor des Thébains, bâti après 371 à l’emplacement de la fondation VI pour célébrer la récente victoire obtenue à Leuctres102. Le terrain sur lequel ce trésor a été édifié est sujet à de forts risques de glissement de terrain : d’une part, un torrent saisonnier parcourt cette partie du sanctuaire (tout proche du péribole ouest) ; d’autre part, l’inclinaison naturelle de la pente ne pouvait être compensée que par un remblai massif, ce qui rendait l’ensemble particulièrement instable. La tradition historiographique a consacré l’idée que la localisation du Trésor, à l’extrémité ouest du téménos et bien visible depuis le premier tournant de la voie sacrée, prévalait sur les risques encourus103. Jean-Pierre Michaud est le seul à avoir nuancé ce point de vue, s’appuyant toutefois sur des arguments qui ne paraissent pas tous valables104 :

Il n’est pas sûr cependant que dans l’Antiquité le danger fût aussi réel ; les observations faites à l’époque moderne n’impliquent pas l’existence, au ive s. av. J.-C., d’une situation comparable. Rien dans les vestiges conservés de cette zone n’atteste une série de bouleversements et il n’est pas évident que les Thébains aient eu conscience d’édifier leur Trésor dans un endroit particulièrement menacé par les eaux. Certes un tronçon du péribole Sud, à l’angle Sud-Ouest précisément, s’était sans doute effondré en 373, mais ce ne fut qu’un des effets du séisme qui causa la destruction du temple des Alcméonides : l’ampleur de la catastrophe montrait assez son caractère exceptionnel. Les précautions particulières prises par l’architecte du Trésor s’expliquent suffisamment, croyons-nous, par le souvenir tout récent et aussi, pour une large part, par la nature du sol.

  • 105 Bommelaer 2015, p. 153, *226. L’étude de ce trésor n’a pas encore été menée.

43Si la conclusion est convaincante, le raisonnement demeure parfois fondé sur des conjectures peu sûres. Jean-Pierre Michaud tient pour acquis que le sanctuaire d’Apollon a été victime du tremblement de terre de 373, qui détruisit les cités de Boura et d’Héliké sur la côte péloponnésienne du golfe de Corinthe. Or, il est impossible d’en apporter la preuve décisive. En outre, les relevés effectués par Erik Hansen sur les fondations des édifices situés dans le secteur ouest du téménos offrent plusieurs indices montrant qu’un glissement de terrain avait sans nul doute été responsable de la catastrophe des années 370. Une série de déformations au niveau des bâtiments situés dans le téménos témoigne également des conséquences d’un ou de plusieurs glissements de terrain au ive s. (fig. 3) : le grand mur polygonal, que l’on suppose rectiligne au moment de sa construction, s’est manifestement courbé sous l’effet des mouvements du sol, de même que le « Trésor des Béotiens » dont la fondation en tuf à l’angle sud-est a largement pivoté selon un axe est-ouest105. Le trésor des Thébains, le Char des Rhodiens et le « bâtiment en calcaire gris » ont également été endommagés au ive s. Il n’est pas certain en revanche que le trésor anonyme *227 fût ruiné à la même époque : l’état des ruines, particulièrement visible de nos jours, souligne très certainement une déformation consécutive à un accident naturel ; néanmoins, à en croire certains relevés inédits effectués dans les années 1950 pour le compte de Pierre Amandry, cette torsion des fondations pourrait être relativement récente.

Fig. 3. Déformation des édifices du secteur ouest du sanctuaire de Delphes (1⁄300).

Fig. 3. Déformation des édifices du secteur ouest du sanctuaire de Delphes (1⁄300).

E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).

  • 106 Michaud 1973, p. 24-25.
  • 107 Bourguet 1911, p. 160.
  • 108 Dinsmoor 1912, p. 454-455 ; Michaud 1973, p. 24, n. 3.

44Que nous apprend exactement l’étude des substructions du trésor des Thébains ? Il est certain que l’armature renforcée de ces fondations est un cas unique dans l’architecture grecque106 : au lit d’attente d’un bloc de l’assise supérieure, un canal étroit, profond d’environ 7,5 cm, permettait l’insertion d’une poutrelle qui avait pour objectif de liaisonner plusieurs blocs de tuf entre eux. Si Jean Replat est le premier à avoir suggéré que ces canaux servaient à recevoir des longrines en bois107, une seconde hypothèse a pendant longtemps séduit les spécialistes : à la suite de William Dinsmoor, de nombreux savants y restituaient en effet des poutrelles en fer108. L’examen attentif de Jean-Pierre Michaud a permis de rejeter définitivement cette seconde proposition. L’argument décisif tient sans doute à l’absence de traces de plomb ou d’oxydation sur les parois du canal. On pourrait aussi arguer du fait que, si l’intérêt d’une telle technique était bien de renforcer la cohésion des premières assises du trésor, le fer ne semble pas être un matériau très adapté. Le bois, plus élastique, permettait de limiter davantage les torsions consécutives aux mouvements du sol.

  • 109 Michaud 1973, p. 25.

45L’utilité de ce chaînage en bois a aussi été discutée. Jean-Pierre Michaud écrivait à ce sujet109 :

S’agissait-il vraiment, comme on l’a prétendu, d’une précaution prise contre l’ébranlement provoqué par les trombes d’eau ? Il convient de nuancer. Le torrent saisonnier, nous l’avons dit, est hypothétique ; bien plus, son existence fût-elle démontrée, la parade imaginée semble mal adaptée, et même dangereuse, car par cette armature, la poussée latérale exercée sur une face de l’édifice est transmise à l’ensemble.

46L’archéologue songeait plutôt à un moyen de lutter contre les risques de dislocation et, dans une certaine mesure, de parer aux tremblements de terre.

47Au fond, il n’est peut-être pas nécessaire d’opposer de façon systématique ces deux types d’aléas : compte tenu de la topographie particulière du site de Delphes, et plus encore de l’instabilité du secteur sur lequel a été fondé le Trésor des Thébains, les risques encourus paraissent essentiellement être les glissements de terrain, qui peuvent survenir à la suite d’un séisme comme d’un écoulement des eaux torrentielles. Le renforcement de l’armature des premiers blocs d’assise servait à assurer la cohésion de l’ensemble de l’édifice. L’objectif visait surtout à éviter les torsions au niveau des angles, aisément repérables sur certains bâtiments des terrasses supérieures.

  • 110 Cooper 1996, p. 100-102.
  • 111 Psycharis, Papastamiou, Alexandris 2000.
  • 112 Cooper 1996, p. 143.

48Une étude systématique des fondations d’édifices construits en zone sismique permettrait sans doute d’observer plus finement les mesures architecturales prises pour réduire les risques liés aux mouvements du sol. Afin de ne pas se limiter aux seuls exemples delphiens, on peut évoquer une nouvelle fois le temple d’Apollon Épicourios à Bassae. La géomorphologie du site montre une importante activité tectonique due à la présence d’une faille active110. Ces contraintes physiques ont clairement favorisé la mise en place d’une ingénierie complexe visant à limiter l’impact et la propagation des ondes sismiques sur la structure du bâtiment111. Contrairement au temple d’Apollon à Delphes, le péristyle et le sékos sont ici indépendants, de même que la jointure des fondations ne se raccorde pas, verticalement, à celle de la plateforme112. Les ingénieurs ont manifestement cherché à rendre la superstructure élastique, pour favoriser la dissipation des ondes sismiques. Les techniques de constructions employées à Delphes et à Bassae sont donc radicalement opposées : dans le premier cas, les architectes ont renforcé chacun des angles les plus fragiles de l’édifice afin de lutter contre la poussée des terres en cas de glissement de terrain (qu’il soit consécutif ou non à un tremblement de terre) ; dans le second cas, les séismes ayant été identifiés comme le risque majeur, l’élasticité du bâtiment a été grandement privilégiée pour réduire la dangerosité des ondes de compression et de cisaillement.

La cohésion de l’entablement

49Le renforcement des fondations pouvait ainsi limiter les torsions à la base de l’édifice. Ce principe de construction n’était toutefois pas suffisant : les oscillations verticales dues au passage des ondes de volume secondaires entraînent en effet une dislocation des éléments d’élévation, autrement dit pour l’essentiel les tambours des colonnes et l’entablement.

  • 113 Hellmann 2002, p. 101.

50Les ingénieurs soucieux de maintenir une cohésion à chaque niveau de l’édifice ont donc entrepris d’en renforcer systématiquement les parties supérieures. L’exemple le plus fréquemment cité est celui du Parthénon, sur lequel on a depuis longtemps observé que les orthostates des tympans étaient non seulement scellés les uns aux autres, mais qu’ils étaient aussi liaisonnés aux blocs qui les doublent à l’arrière. Les architectes ont utilisé une double agrafe en Τ dans le but de sceller le joint latéral de l’orthostate central. Il n’est sans doute pas déraisonnable d’y voir une technique calculée dans le but de limiter l’action des poussées verticales dues aux séismes ; il est de toute façon certain que la cohésion et le renforcement des blocs d’entablement ressortissent à une volonté de bâtir un édifice particulièrement solide, capable de résister aux plus fortes intempéries. Selon Marie-Christine Hellmann, « le fort séisme de 426 pourrait avoir été la cause du léger déplacement de la face est du Parthénon, mais on ne peut affirmer que l’édifice ait beaucoup souffert, l’ensemble ayant bougé de concert au moment crucial »113.

  • 114 Cooper 1996, p. 144.
  • 115 Hodge 1960, p. 13.

51Dans certains cas, les parties supérieures d’un bâtiment étaient manifestement conçues pour résister aux mouvements de balancement susceptibles d’être causés par des tremblements de terre. Une hypothèse intéressante a ainsi été émise par Frederick Cooper à propos de l’entablement du temple d’Apollon à Bassae114 : à l’arrière des corniches, on observe de grosses cuvettes en queue d’aronde dans lesquelles s’inséraient des poutres en bois ; il est possible que l’extrémité des chevrons n’ait pas eu cette forme, comme on l’a d’abord supposé115, mais qu’au contraire l’ingénieur avait laissé un jeu suffisant pour que les mortaises puissent pivoter dans le cas où la structure était amenée à subir une torsion exceptionnelle.

52Un nombre significatif d’exemples témoigne ainsi d’une réelle tentative de diminution de la vulnérabilité des édifices construits dans des espaces à risque. Si les ingénieurs grecs ont, dès l’époque archaïque, fait l’expérience de la dangerosité de certains aléas naturels et ont cherché à s’en prémunir en optimisant la qualité des constructions, ils n’ont pas pour autant appliqué partout les mêmes techniques architecturales préventives. Un premier objectif visait essentiellement à favoriser l’élasticité des fondations et de l’élévation d’un édifice ; dans d’autres circonstances, les techniques de construction mises au point avaient surtout pour objectif de donner au bâtiment une cohésion ferme et une solidité renforcée. Il semble que cette différence de traitement n’ait pas fait l’objet d’étude précise. Aussi, à titre d’hypothèse, il paraît plausible d’opérer une distinction selon les types de risques susceptibles d’affecter tel territoire ou tel édifice : la crainte des mouvements oscillatoires verticaux et horizontaux consécutifs à un tremblement de terre peut avoir conduit les ingénieurs à rechercher une plus grande élasticité, notamment à travers les matériaux employés, afin que l’isolation empêche les ondes sismiques de se propager à travers toute la structure du bâtiment ; lorsque la menace récurrente semblait davantage liée aux glissements de terrain, les ingénieurs ont cette fois favorisé un renforcement systématique des parties fragiles de l’édifice pour diminuer les risques de torsion à la base et permettre à la structure de bouger uniformément.

La prévention des inondations

  • 116 Allinne 2007.

53Phénomènes récurrents, mais néanmoins assez souvent prévisibles, les inondations font peser sur les populations de fortes contraintes qui ont nécessité des aménagements efficaces. Les Anciens ont en effet très tôt cherché à limiter les impacts catastrophiques des crues, en protégeant à la fois le patrimoine bâti et les territoires cultivés. Les sources textuelles et archéologiques dont nous disposons permettent d’élaborer une typologie des moyens de prévention à différentes échelles : en amont des torrents, la construction de digues et d’ouvrages hydrauliques permettait de réguler les phénomènes de crue ; lorsque ces travaux n’étaient pas envisageables, à cause de la topographie du site ou simplement des difficultés matérielles et financières que cela représentait, les zones inondables pouvaient elles-mêmes faire l’objet d’aménagements sommaires116 ; enfin, de maigres indices laissent penser que la solution la plus pragmatique était simplement de rehausser les infrastructures et les bâtiments directement menacés par les débordements des cours d’eau.

Les travaux de régulation des cours d’eau

  • 117 Hérodote, 1.184-186.
  • 118 Aujac 1994, p. 872.

54Les témoignages les plus anciens rendent compte de travaux effectués en Grèce, comme au Proche-Orient, dans le but de réguler les débordements des fleuves ou des torrents secondaires. Hérodote signale ainsi qu’à Babylone, les souverains assyriens avaient lancé une grande entreprise de travaux hydrauliques117 : détournement du cours de l’Euphrate, construction d’un pont ou encore d’un lac artificiel118. Surtout, l’historien grec insiste sur les « levées de terre qui méritent d’être vues », dont la mise en place est attribuée à la reine Sémiramis. Ces travaux paraissaient nécessaires en raison des nombreuses inondations qui affectaient régulièrement la plaine.

  • 119 Treuil et al. 2008, p. 24-30 ; Balcer 1974 ; Argoud 1992.
  • 120 Fouache 1999b, p. 187.
  • 121 On trouve aussi dans le mythe d’Héraclès une allusion à la mise en place de digues et de canaux pré (...)

55Dans le monde mycénien, les données de l’archéologie montrent une série d’aménagements similaires119. Près de Tirynthe, des inondations régulières affectaient la plaine à l’est et au sud de la citadelle. Le torrent dévalait les montagnes et menaçait gravement les structures d’habitation, si bien qu’au cours de l’Helladique Ancien, une imposante levée de terre enserrée entre deux murs cyclopéens fut construite à l’ouest de la confluence de trois cours d’eau torrentiels. La maîtrise des aménagements hydrauliques a récemment été soulignée pour cette époque où la plupart des poljés, c’est-à-dire des dépressions d’origine karstique, avaient fait l’objet de travaux dans le Péloponnèse120 : des digues et des canaux de drainage y ont été observés, qui avaient pour objectif d’endiguer les phénomènes de crue121.

  • 122 Piérart 2003, p. 53.
  • 123 Pitéros 1998.
  • 124 Fouache 1999b, p. 176.

56À l’époque classique, d’importants aménagements ont parfois été entrepris afin de limiter les risques d’inondations dans les plaines alluviales. En Argolide, le Charadros débordait régulièrement : violentes et imprévisibles, ses crues les plus pointues représentaient une menace constante pour les habitations122. En outre, l’extension géographique des inondations pouvait être assez considérable, dans la mesure où la plaine subsidente n’opposait aucun obstacle à la torrentialité du cours d’eau. À la fin du ve s., ou au début du ive, les Argiens construisirent une digue monumentale, longue d’environ 3 km, qui selon toute vraisemblance fut encore l’objet de réparation à l’époque romaine123. Cet aménagement maintenait le point de confluence du Charadros et de l’Inachos plus au nord qu’il ne se présente aujourd’hui : ces travaux permirent ainsi de limiter fortement les risques d’inondation aux abords de la cité124. C’est à la fin de l’Antiquité que cet ouvrage monumental cessa d’être entretenu : le fleuve, dont le lit avait été maintenu artificiellement plus à l’est, reprit son cours naturel et les territoires protégés pendant plusieurs siècles furent de nouveau affectés par des inondations régulières.

  • 125 Cette formulation semble correspondre davantage à la réalité géographique du territoire de Larissa (...)
  • 126 Strabon, 9.5.19 (trad. R. Baladié, CUF, 20032).

57En Thessalie, pour lutter contre les crues qui pouvaient survenir dans la zone de dépression du bassin oriental de Larissa125, des levées de terre semblables à des digues furent progressivement érigées le long des berges du Pénée126 :

τὴν δὲ χώραν καὶ τοὺς ὑπολειφθέντας τῶν Περραιβῶν κατέσχον Λαρισαῖοι, πλησίον µὲν οἰκοῦντες τοῦ Πηνειοῦ, γειτνιῶντες δ’ ἐκείνοις, νεµόµενοι δὲ τὰ εὐδαιµονέστατα µέρη τῶν πεδίων, πλὴν εἴ τι σφόδρα κοῖλον πρὸς τῇ λίµνῃ τῇ Νεσσωνίδι, εἰς ἣν ὑπερκλύζων ὁ ποταµὸς ἀφῃρεῖτό τι τῆς ἀροσίµου τοὺς Λαρισαίους· ἀλλ’ ὕστερον παραχώµασιν ἐπηνώρθωσαν Λαρισαῖοι.

Quant au plat pays et à ceux des Pérrhèbes qui y étaient restés, ils tombèrent au pouvoir des gens de Larissa qui habitaient près du Pénée et qui étaient leurs voisins ; ces Larissaiens avaient en partage les parties les plus fertiles de ces plaines ; ne faisait exception que toute la zone très encaissée qui avoisine le lac Nessonis, dans lequel pénétrait le fleuve quand il débordait, privant les Larissaiens d’une partie de leurs terres de labour. Ce n’est que par la suite qu’ils arrivèrent, à l’aide de levées de terre bordant le fleuve, à corriger cette situation.

  • 127 Helly 1984b, p. 231-232.
  • 128 Théophraste, Histoire des plantes 5.14.2 : τούτου δ’ ἐξαχθέντος καὶ ἐνίστασθαι κωλυθέντος ἥ τε χώρα (...)
  • 129 Helly 1984b, p. 232.
  • 130 Le terme revient à plusieurs reprises chez Strabon (10.2.19 ; 5.1.5 ; 17.1.3 et 17.1.48). Il est ég (...)

58Strabon n’offre aucun indice satisfaisant qui permette de dater ces aménagements hydrauliques. Les historiens ont sur ce point émis diverses hypothèses127 : on a d’abord pensé que ces travaux avaient pu être consécutifs à la crise agraire de la fin du iiie s. av. n.è., puis Bruno Helly a suggéré que le géographe avait tout aussi bien pu se fonder sur une source d’époque hellénistique aujourd’hui disparue. Le rapprochement souvent proposé avec un passage de Théophraste ne donne pas la solution, mais fournit une autre hypothèse plausible128 : bien qu’il ne mentionne pas les levées de terre dont parle Strabon, Théophraste consacre néanmoins un paragraphe aux travaux de drainage entrepris dans la plaine de Larissa au cours du ive s.129. Le mot utilisé par Strabon, παράχωµα, qui se traduit par une « levée de terre », renvoie sans doute à une terrasse artificielle130, c’est-à-dire un appareil composé de pierres grossièrement équarries, dont le remplissage pouvait être composé de terres meubles. L’objectif du dispositif visait manifestement à soutenir les berges du Pénée et à contenir les importants volumes d’eau mis en jeu lors du débordement du fleuve.

  • 131 Leveau 2009, p. 20-21.
  • 132 Tacite, Annales 1.79.

59Les indices que tendent à offrir les sources littéraires et archéologiques révèlent l’émergence d’une conscience forte du risque hydrométéorologique. La gestion en amont des cours d’eau menaçants pouvait en effet être perçue comme une priorité dans un certain nombre de cités de plaine alluviale. Il conviendrait pour s’en assurer de convoquer un exemple plus tardif : à l’époque impériale, des projets de régulation du cours du Tibre ont été proposés dans le but de diminuer le risque de crue qui menaçait fréquemment Rome131 : Tacite affirme en effet qu’une commission, désignée par le Sénat en l’an 15 de n.è., fut chargée d’élaborer un projet qui consistait à détourner le Clanis vers l’Arno132 ; la haute vallée du Tibre devait également faire l’objet d’une intervention de la part des ingénieurs romains qui espéraient pouvoir réguler les écoulements torrentiels du Vélinus et du Nar. Quoique le projet ait été abandonné sans même que l’on entreprît le moindre aménagement sur les rives du Tibre, la décision initiale témoigne avec vitalité d’une prise de conscience évidente des risques naturels.

L’aménagement des zones inondables

  • 133 À Rhodes notamment, des grilles d’évacuation percées dans la muraille pouvaient permettre au trop-p (...)

60Si les techniques de prévention mises en place en amont des fleuves et des torrents se révélaient parfois insuffisantes, l’archéologie et l’épigraphie permettent de constater la réalisation d’aménagements préventifs directement dans les zones inondables133.

  • 134 Fouache 1999a.
  • 135 Ibid., p. 114.
  • 136 Michaud 1974, p. 618.

61Éric Fouache a notamment étudié les installations permettant de contenir les crues du Cladéos au niveau de la terrasse d’Olympie : « Jusqu’au ve s. av. J.-C., le cœur du sanctuaire, l’Altis, entouré d’un mur, était à l’abri des risques d’inondation »134. Ce sont surtout les zones situées à l’ouest et au nord de l’Altis qui présentaient une vulnérabilité accrue. Au début de l’époque classique, cette partie du sanctuaire, qui, autrefois, n’était destinée qu’à accueillir des pèlerins et des visiteurs, se couvre d’habitations135. Il a donc fallu entreprendre des travaux d’aménagement de la rive du Cladéos afin de diminuer fortement les risques hydrométéorologiques. Un mur de 3 m de haut, « fait de gros blocs de conglomérat »136, est alors construit à l’ouest du Léonidaion. Recouvert d’une importante couche d’alluvions sableuses après une inondation survenue au ive s. av. n.è., ce mur de protection a ensuite été rehaussé par une simple levée de terre dans le but de prévenir de nouvelles crues.

  • 137 Fouache 1999b, p. 122.

62Les analyses géomorphologiques attestent que le mur du Cladéos a bien rempli son rôle et contenu efficacement les crues éventuelles. L’ouvrage n’a cessé d’être entretenu qu’au iiie s. de n.è., après la mise à sac du sanctuaire par les Hérules137. Compte tenu des menaces que représentait cet affluent du cours moyen de l’Alphée sur les habitations nouvellement bâties, les Éléens n’ont donc guère eu d’autres choix que d’aménager la zone inondable qui jouxte le cœur du sanctuaire.

  • 138 IG VII, 4255 (trad. Hellmann, 1999 p. 59-61, no 16).

63À Oropos, une série de documents épigraphiques témoigne là encore de la réalisation d’aménagements hydrauliques destinés à prévenir les débordements du torrent, le Xéropotamos, qui borde l’Amphiaraion au nord et les quartiers d’habitation au sud. Une inscription expose ainsi les termes d’un contrat pour la construction d’une canalisation en pierre138 :

θεοί. | ἐν Ἀµφιαράου ἐκ τοῦ λοτρῶνος τοῦ {αν} ἀνδρείο|υ̣, ὅπως ἂν τὸ ὕδωρ µὴ κωλύηται ῥεῖν ὑπὸ τῆς χ|αράδρας, ὅ[τ]αν ῥεῖ, ἀλλ’ εἶ χρήσιµος ὁ λουτρών, ὅ|ταν χειµάζει ὁ θεός, ὀχετὸµ ποῆσαι λίθινον κ|ρυπτόν, τὸ µὲν µῆκος ἀρξάµενον ἀπὸ τοῦ στρ|ώµατος τοῦ τῆς γεφύρας µέχρι τῆς καταβά|σε[ι]ω[ς] τῆς παρὰ τὸν γυναικεῖον λουτρῶνα, τά|φρον ὀρύξαντα µῆκος µὲν τὸ γεγ<ρα>µµένον, πλ|άτος δὲ ἀπὸ τοῦ ἀναλήµµατος τοῦ τῆς χαρά|δρας τεττάρων ποδῶν, βάθος δὲ τρίπουν, θήσει λ|ίθους τοὺς µὲν ἐν τῶι ἐδάφει φορµηδὸν συντιθ|εὶς πρὸς ἀλλήλους ἁρµόττοντας καὶ εἰς ἕδραν | ἀσκάστους κατακρούων τὸν λίθον ἕκαστον | µολύβδωι ἢ λίθωι, κτλ.

Dieux. Dans le sanctuaire d’Amphiaraos, afin qu’en sortant du bain des hommes l’eau ne soit pas empêchée de s’écouler par le torrent quand il y a de l’eau, mais que le bain soit utilisable en cas de mauvais temps, on fera une canalisation en pierre, couverte, qui ira, pour ce qui est de sa longueur, de la chaussée du pont jusqu’au chemin pentu qui longe le bain des femmes. Après avoir creusé un fossé sur la longueur prescrite, large de quatre pieds à partir du mur de soutènement du torrent, et profond de trois pieds, on posera les pierres dans le fond en les plaçant alternativement en long et en large, en les ajustant bien les unes aux autres, sur leur lit, sans laisser d’interstice, en percutant chaque pierre avec du plomb ou de la pierre, etc.

  • 139 Argoud 1983, 1985, p. 13 et 1993.
  • 140 La canalisation s’étendait sur environ 200 m : cf. Argoud 1983, p. 4.
  • 141 Léonardos 1923, p. 43-46, no 124 ; Pétrakos 1997, no 293. Cf. Argoud 1989.
  • 142 Pétrakos 1997, no 293, l. 6. Le terme ἀνάληµµα revient à de très nombreuses reprises (l. 12, 25, 26 (...)

64L’inscription est datée du ive s. av. n.è., très précisément de l’époque de la domination athénienne sur le sanctuaire d’Amphiaraos, entre 338 et 322139, car elle ne présente pas de trace de dialecte béotien ; d’autre part, les anthroponymes mentionnés à la fin des considérants sont bien connus à Athènes. Ce cahier des charges apporte de nombreux renseignements : on déduit de la mention du terme χαράδρα la présence d’un cours d’eau torrentiel, qui traversait le sanctuaire d’ouest en est et présentait des risques de crues soudaines. Les Oropiens devaient ici faire face à un problème très spécifique : le débordement du torrent faisait refluer les eaux du bain qui ne pouvaient plus se déverser convenablement à partir de l’orifice d’évacuation prévu à cet effet. La nouvelle canalisation en pierre devait donc permettre de rejeter ces eaux en aval du torrent, à l’endroit où se tenait le bain des femmes140. Le point de départ de l’ouvrage est mentionné par le texte, où il est question d’un mur de soutènement du cours d’eau (ἀπὸ τοῦ ἀναλήµµατος τοῦ τῆς χαράδρας). Il est concluant de rapprocher cette mention d’une seconde inscription fragmentaire d’Oropos, datée des années 330-320, qui évoque la réalisation d’une digue141. Les deux documents sont indiscutablement contemporains : ils témoignent ainsi plus largement de la réalisation de travaux hydrauliques destinés à prévenir les inondations dans les zones urbaines situées de part et d’autre des rives. Les travaux de construction de l’analemma nécessitaient même des « chariots de pierres » (λίθοις άµαξιαίοις)142, ce qui revient à évoquer une importante quantité de blocs, sans doute très massifs, dont la fonction ne pouvait être que de soutenir la berge nord du torrent.

  • 143 Hellmann 1999, p. 60 ; Argoud 1983, p. 4-7.
  • 144 Bousquet 1971.
  • 145 Argoud 1989, p. 249-250.
  • 146 Ibid., p. 250.
  • 147 Pétrakos 1997, no 293, l. 46-47 : καὶ τὸ ἀνάλη[µµα] [κ]α[ὶ] τὴν [ἀ]ρι[στε]ρὰν πλευ]ρ[ὰν - - -].

65L’originalité de ces deux documents repose également sur le soin très particulier dont les commissaires et l’adjudicataire du chantier devaient faire preuve au moment de la réalisation des travaux143. La première étape consistait à creuser un fossé pour y installer la canalisation ; au fond de cette tranchée, l’entrepreneur devait veiller à ce que les joints du dallage, fait de carreaux et de boutisses (φορµηδόν) en alternance, assurent une étanchéité parfaite. Les dalles devaient ainsi être ajustées de telle sorte qu’aucun jeu entre les blocs ne permette une infiltration d’eau. La question de l’étanchéité fait encore l’objet d’instructions précises à propos des parois de la canalisation ainsi que de son revêtement. Ce n’est pas un fait très surprenant : à Héliopolis, une épigramme du Bas-Empire évoque notamment la restauration d’aménagements hydrauliques au niveau d’un torrent144. Le texte, à la suite de judicieuses corrections apportées par Jean Bousquet, se traduit ainsi : « Un lit de bonne maçonnerie pour les eaux d’hiver, il nous l’a donné de nouveau à voir, sans fissure et tout neuf, le grand Sosibios, qui a pourvu à la dépense ». Ce qui nous intéresse ici, dans la mise en parallèle de cette épigramme avec l’inscription d’Oropos, est donc bien l’insistance portée à l’étanchéité de la canalisation. Par ailleurs, il était prévu que la première assise du mur de soutènement ne soit composée que de boutisses : l’emploi de cette technique permettait de serrer la construction à la base et de la rendre ainsi plus solide145. En revanche, les assises supérieures de l’analemma étaient constituées de carreaux et de boutisses en alternance. Le cahier des charges prévoyait encore de nombreux points dont l’objectif était de maintenir la cohésion et la solidité du mur : ainsi, il incombait à l’ingénieur de s’assurer qu’il n’y ait pas de superposition de joints entre les différentes assises146. L’ensemble de ces mesures détaillées témoigne bien des risques qui menaçaient la partie du sanctuaire au sud et dont les Oropiens avaient parfaitement conscience : la soudaineté des crues pouvait être accompagnée d’un violent déferlement d’eau susceptible d’arracher les édifices construits sur les berges. C’est vraisemblablement ce qu’indiquait encore la fin de l’inscription, très mutilée, dont les prescriptions concernaient l’aménagement des abords du torrent147.

66Ces exemples permettent de dégager deux séries de mesures complémentaires. Face à un problème d’écoulement d’eau, causé par le reflux du torrent en crue, les Oropiens ont imaginé un moyen de prévention qui tenait compte de la topographie du site en construisant une canalisation longue d’environ 200 m. D’autre part, face au réel danger qui menaçait les bâtiments riverains du Xéropotamos, il a été nécessaire de contenir les débordements du torrent en édifiant un ou plusieurs murs de soutènement massifs dont la maçonnerie était renforcée au niveau de la première assise et dont l’étanchéité était assurée avec un soin très particulier.

  • 148 AppÉp 18.
  • 149 Ibid., l. 5-6 : ὥστε δυεῖν ὄντων εἰ θάτερον ἐπισκευῆς δεηθείη, µὴ ἐνποδίζεσθαι τὸν δρόµον ἀδιαλείπτ (...)

67Un autre aspect de l’architecture préventive initiée par les ingénieurs grecs apparaît dans un document public de la cité de Patara, en Lycie, qui, à la suite d’un violent tremblement de terre survenu sous les Flaviens, vit son approvisionnement en eau interrompu pendant plusieurs mois148. Afin qu’une telle situation ne se reproduise pas, les responsables du chantier ont entrepris de construire une seconde canalisation, « de sorte que, puisqu’il y en a deux, si l’une a besoin de réfection, le cours (de l’eau) ne rencontre pas d’obstacle, l’utilisation demeurant ininterrompue »149. Cette disposition éclaire ainsi un nouvel aspect de la prévention des catastrophes naturelles dans l’Antiquité : il ne s’agissait plus seulement d’optimiser la construction du bâtiment lui-même, afin d’en diminuer la vulnérabilité, mais également d’assurer la pérennité du fonctionnement de la cité en cas de nouveau sinistre.

Le rehaussement des bâtiments et des infrastructures

  • 150 Grundmann 1953.
  • 151 Strabon, 9.2.16-17.
  • 152 Varron, Économie rurale 1.12.4 (trad. J. Heurgon, CUF, 1978).

68Une solution pragmatique, que l’on peut concevoir comme un moyen efficace de parer aux inondations, était de rehausser le niveau des habitations et des infrastructures urbaines au-dessus des zones inondables150. Strabon fait notamment état des risques qui menacent les habitations construites à proximité du lac Copaïs, en Béotie151. Si les Grecs étaient parfois contraints d’abandonner leur cité en raison du risque encouru face à une montée brutale des eaux, certains bâtiments étaient en revanche à l’abri d’une telle catastrophe, car ils se tenaient suffisamment éloignés des zones d’expansion de crue. La crainte de violentes inondations a ainsi pu justifier que des habitations soient, dans certains cas, construites en hauteur par rapport au territoire inondable. Un passage significatif de Varron atteste que les Anciens avaient une forte conscience de ce type de risque152 :

Nimbi repentini ac torrentes fluuii, periculosi illis qui in humilibus ac cauis locis aedificia habent, et repentinae praedonum manus, quod improuiso facilius opprimere possunt, ab hac utraque <re> superiora loca tutiora.

Quant aux orages subits et aux crues des torrents, grave danger pour ceux qui ont leurs bâtiments dans les fonds ou des creux, quant aux attaques soudaines des brigands, car elles peuvent facilement surprendre les gens à l’improviste, de ces deux inconvénients-là les hauteurs sont à l’abri.

  • 153 Grandjean, Salviat 2000, p. 124 ; Grandjean 1988, p. 113.

69L’encyclopédiste romain conseille par ailleurs à tous ceux qui souhaitent faire l’acquisition d’une demeure de tenir compte des risques potentiels que représentaient certains terrains. Un autre exemple illustre les aménagements indispensables effectués dans un quartier d’habitations afin de lutter contre les nuisances liées à des débordements d’eau : il s’agit de l’exhaussement du niveau des rues et des habitations constaté dans le quartier de la porte du Silène à Thasos153. Par suite d’une remontée lente et continue de la nappe phréatique, des aménagements successifs ont été entrepris à partir des années 420 av. n.è. : la porte du Silène est notamment rehaussée ainsi que le relief qui l’ornemente. Moins d’un siècle après ces travaux, un second exhaussement est rendu nécessaire dans les rues et les îlots d’habitation où l’on procède à l’installation d’un grand collecteur d’eau qui passait sous la porte et se déversait de l’autre côté de l’enceinte thasienne. En définitive, ce quartier d’habitation et de commerce a dû être abandonné dans les années 250 av. n.è., en raison des contraintes trop importantes qu’imposait la remontée de la nappe en surface autant que le ruissellement des eaux de pluie qui se manifestait depuis les pentes de l’acropole après de violents orages. Pendant encore un siècle, la rue et la porte du Silène continuent à être entretenues ; les Thasiens procédèrent à la construction d’un mur de soutènement dans l’îlot II afin de contenir les alluvions et protéger la rue. Le quartier est alors définitivement abandonné au cours du ier s. av. n.è.

  • 154 Anthologie Palatine 9.147.
  • 155 Syll 3 1048.
  • 156 IG II2, 3019.
  • 157 SEG 19, 119 ; voir les commentaires de Brun 2005, p. 183-184, no 98.
  • 158 Veyne 1976, p. 212.

70Ce peut être à la suite d’une catastrophe dévastatrice que les pouvoirs locaux ont parfois pris la décision de rebâtir des édifices ou des infrastructures urbaines au sommet de points culminants. Le retour d’expérience, inscrit dans la mémoire collective des communautés locales, apparaît comme un facteur de gestion des risques naturels. Le cas le plus ancien concerne Xénoclès de Sphettos, qui fit bâtir un pont enjambant le Céphise entre Athènes et Éleusis afin de lutter contre les crues récurrentes du fleuve154. L’épigramme composée en son honneur insiste particulièrement sur l’utilité de l’édifice. En outre, un décret honorifique gravé sur le pont en question témoigne de l’importance de l’ouvrage155. Xénoclès est un personnage par ailleurs bien connu à Athènes dans le dernier tiers du ive s. av. n.è. : gymnasiarque156, préposé à l’administration financière à la suite de Lycurgue, de 334 à 330, il fut honoré pour sa bonne gestion des ressources de la cité157. Pour Paul Veyne, la construction de ce pont est également décisive d’un point de vue chronologique, car ce serait la première fois qu’un édifice porterait gravé le nom d’un évergète158. Dans l’état actuel de la documentation, Xénoclès doit être considéré comme le premier bienfaiteur ayant conduit un programme édilitaire tenant compte des risques liés à un aléa naturel.

  • 159 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a). Sur cette (...)
  • 160 Rey-Coquais 1992.

71Un dernier parallèle, plus tardif, fondé sur l’interprétation d’une série d’inscriptions syriennes, souligne l’invariabilité des processus d’exhaussement des infrastructures dans les zones inondables : à la fin du iie s. de n.è., dans la vallée de l’Abilène, une route romaine a ainsi été reconstruite sur un autre tracé, après avoir été emportée une première fois par la violence d’un torrent159. Les travaux ont été considérables : l’armée romaine a dû procéder à la réalisation d’une tranchée, directement aménagée dans le roc de la montagne et bien au-dessus du lit du fleuve160.

La jurisprudence

  • 161 Favier, Pfister 2008.

72Les modalités d’assistance aux victimes se sont fortement institutionnalisées avec le renforcement des États modernes161. Dans l’Antiquité, cette tendance s’observe à partir du Haut-Empire romain : l’intervention du pouvoir central en période de crise a en effet été considérée comme un outil efficace de gouvernement dès le règne d’Auguste. La nature même des sources, rassemblées pour l’essentiel dans le Digeste ou le Code Théodosien, suggère en effet que la mise en place d’une jurisprudence consacrée aux catastrophes n’est apparue qu’avec l’affirmation de l’État romain. La propension du pouvoir impérial à intervenir rapidement après un désastre a sans doute eu tendance à masquer certains aspects de sa politique préventive en matière de catastrophe. Les sources rendent pourtant bien compte d’une série de mesures à caractère juridique dont l’objectif était de protéger les individus dans des circonstances exceptionnelles. Alors que ces documents n’ont que rarement été pris en compte, ils témoignent assurément d’un abaissement du niveau de risque toléré par l’État et les communautés locales. Parmi ces mesures, on distingue celles qui réglementent l’occupation des territoires à risque et celles qui offrent des garanties juridiques aux éventuelles victimes d’une catastrophe.

La réglementation des zones à risques

L’attitude des cités grecques face aux déplacements des bornages lors des crues

  • 162 Strabon, 10.2.19.

73Aux époques antérieures à la domination romaine, la réglementation juridique des zones à risque relève de l’autorité politique de chacune des cités concernées, l’unification des procédures de dédommagement et de prévention ne s’imposant durablement qu’avec la mise en place progressive des jurisprudences impériales. Ce sont du moins les maigres renseignements que l’on peut tirer d’une notation de Strabon au sujet de la Parachéloïtide, un territoire disputé à la frontière de l’Acarnanie et de l’Étolie162 :

ἥπερ καὶ τὴν Παραχελωῖτιν καλουµένην χώραν, ἣν ὁ ποταµὸς ἐπικλύζει, περιµάχητον ἐποίει τὸ παλαιὸν τοὺς ὅρους συγχέουσα ἀεὶ τοὺς ἀποδεικνυµένους τοῖς Ἀκαρνᾶσι καὶ τοῖς Αἰτωλοῖς· ἐκρίνοντο γὰρ τοῖς ὅπλοις οὐκ ἔχοντες διαιτητάς.

[Les dépôts alluvionnaires], dans les temps anciens, entraînaient des conflits au sujet du territoire que l’on nomme la Parachéloïtide, lorsque le fleuve l’inondait et recouvrait les bornages territoriaux entre les Acarnaniens et les Étoliens. Ne recourant pas à des arbitres, ils se départageaient par les armes.

  • 163 Ibid., 12.8.19.

74Strabon insiste sur l’antériorité des conflits territoriaux (τὸ παλαιὸν), autant que sur leur résolution en dehors de tout cadre arbitral (οὐκ ἔχοντες διαιτητάς). Les inondations de l’Achéloos, l’un des fleuves les plus longs de Grèce qui prend sa source dans le massif du Pinde, occasionnaient régulièrement un déplacement des bornages frontaliers, prétexte aux conflits de territoire qui émaillaient les relations entre Acarnaniens et Étoliens. Cet exemple ne constitue d’ailleurs pas un cas isolé, si l’on en croit une histoire très curieuse que nous fait connaître Strabon au sujet du Méandre163 :

φασὶ δὲ καὶ δίκας εἶναι τῷ Μαιάνδρῳ µεταφέροντι τὰς χώρας ὅταν περικρουσθῶσιν οἱ ἀγκῶνες, ἁλόντος δὲ τὰς ζηµίας ἐκ τῶν πορθµικῶν διαλύεσθαι τελῶν.

On rapporte également que le Méandre est cité à comparaître en justice pour la modification des bornages fonciers lorsque les coudes du fleuve les inondent, et qu’une fois condamné, les amendes sont réglées sous la forme de taxes de passage.

  • 164 Debord, Varinlioğlu 2011, p. 11-12.
  • 165 Les passeurs étaient ceux qui assuraient les traversées d’une rive à l’autre (Strabon emploie ici l (...)

75Par l’emploi du verbe φηµί, Strabon rend compte d’une tradition locale, qu’il tient de l’historien lydien du ve s. Xanthos. Si rien n’autorise à rejeter a priori l’authenticité de cette anecdote, son historicité ne peut toutefois être prouvée avec certitude en l’absence d’autres témoignages concordants. Cette incise demeure donc le seul indice que nous possédons permettant d’étayer l’hypothèse d’une réglementation juridique locale des conflits nés de la crue d’un cours d’eau. Le Méandre charrie de très grandes quantités de dépôts alluviaux : c’est dans les vallées situées en aval du fleuve que les variations de son cours sont les plus visibles et que le processus d’érosion évoqué par le géographe d’Amasée devait sans doute être le plus contraignant pour les propriétaires fonciers164. À un rythme manifestement continu, les surfaces cultivées diminuent à mesure que le lit majeur du fleuve progresse. Lésés, les exploitants demandaient donc réparation en justice, selon des modalités brièvement exposées dans le récit de Strabon : ce sont les passeurs qui devaient s’acquitter du paiement d’une taxe, dont le produit permettait de dédommager les propriétaires terriens165.

  • 166 À propos de la frontière naturelle entre l’Acarnanie et l’Étolie, cf. Strabon, 10.2.1 : « Les Étoli (...)

76La comparaison des deux récits de Strabon, concernant la Parachéloïtide et le Méandre, invite à considérer l’absence d’une réglementation claire aux époques classique et hellénistique des conflits relatifs aux déplacements des bornages à la suite du débordement d’un cours d’eau. Les enjeux étaient d’ailleurs d’autant plus grands que certains fleuves délimitaient précisément la frontière entre deux cités-États ou deux confédérations166.

Une réglementation unifiée à l’époque impériale

  • 167 Gaius, Digeste 41.1.7.

77La multiplication des recours en justice dans des circonstances semblables se déduit, à l’époque impériale, de la compilation de textes législatifs due à quelques-uns des plus célèbres juristes romains. Gaius, un homme de lois du iie s. de n.è., fournit d’importants renseignements relatifs au droit de propriété sous le Haut-Empire167. Lorsqu’un cours d’eau en crue déborde au-delà de sa zone d’expansion et que le nouveau tracé rejoint celui de l’ancien lit, le territoire compris entre les deux berges revient au propriétaire qui le détenait auparavant. D’autre part, si le cours d’une rivière change brusquement, les propriétaires des terrains adjacents entrent en possession des zones asséchées. Enfin, les territoires inondés à la suite d’une crue violente demeurent la pleine propriété de ceux qui les possédaient avant la catastrophe. L’adoption de ces mesures législatives avait assurément pour objectif de réglementer des pratiques locales et de prévenir d’éventuels conflits de territoire en cas d’inondation. Les risques naturels sont donc envisagés ici sous l’angle de leurs conséquences juridiques relatives au droit de propriété : il s’agissait de donner aux propriétaires terriens la garantie qu’ils ne seraient pas lésés par la modification des structures paysagères et des espaces cultivés.

  • 168 Ulpien, Digeste 43.13.7 et 43.15.
  • 169 Cf. supra p. 196. En dernier lieu, Laubry 2007.
  • 170 Pline le Jeune, Lettres 10.68.
  • 171 Code Justinien 3.44.1.

78Un parallèle peut être établi avec une autre loi mentionnée par Ulpien168. L’une des dispositions du Digeste précise en effet que le préteur a comme prérogative de veiller à interdire toute construction privée sur un cours d’eau dont l’usage est collectif, mais qu’il peut autoriser, à titre exceptionnel, un propriétaire à élever des digues afin de contenir le lit d’une rivière menaçante. Cette disposition visait clairement à protéger les parcelles de terrain situées dans des zones où le risque d’inondation était important. La jurisprudence autorisait également le déplacement des sépultures menacées par la crue d’une rivière169. Lorsqu’il était gouverneur de la province du Pont-Bithynie, Pline le Jeune avait sollicité de Trajan une directive claire sur cette question, signe qu’aucune législation n’avait jusqu’alors été adoptée170. Au siècle suivant, un édit de Caracalla fixait clairement la règle à suivre171. Les autorités romaines ne pouvaient tolérer qu’un ensemble de sépultures soient endommagées à la suite d’une crue dévastatrice.

  • 172 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars 13.12-13.

79Une attention particulière doit être accordée à une disposition, attribuée à l’empereur Trajan par le Pseudo-Aurélius Victor, afin de diminuer la vulnérabilité des édifices bâtis dans les zones à fort risque sismique172 :

Est terrae motus grauis per prouincias multas, atroxque pestilentia famesque et incendia facta sunt. Quibus omnibus Traianus per exquisita remedia plurimum opitulatus est, statuens ne domorum altitudo sexaginta superaret pedes ob ruinas faciles et sumptus, si quando talia contingerent, extiosos.

Il y eut un grave tremblement de terre dans de nombreuses provinces, une horrible peste, une famine ainsi que des incendies. Trajan apporta à tous ces désastres les remèdes nécessaires : il interdit que la hauteur des maisons dépassât soixante pieds, car cela facilitait leur effondrement et en raison du coût important entraîné par de tels sinistres.

  • 173 Lucas 2012, p. 196.
  • 174 Dion Cassius, 68.24 ; Malalas, 273.
  • 175 Le terme serait sans doute à discuter : la hauteur maximale, 60 pieds, paraît bien trop importante (...)

80Cette mesure tout à fait exceptionnelle a ainsi pu être prise à la suite des tremblements de terre qui avaient durement affecté les cités micrasiatiques de Kymè, de Myrina et de Pitané vers 105 de n.è.173. Il n’est pas non plus déraisonnable de supposer que c’est à la suite du tremblement de terre qui frappa Antioche en décembre 115 que l’empereur ait ainsi donné l’ordre de ne plus édifier aucune habitation dépassant les 60 pieds. Le déroulement de la catastrophe d’Antioche, tel qu’il nous est connu par Dion Cassius, permet en effet de comprendre les enjeux d’une telle mesure. La violence inouïe du phénomène, qui a tant marqué les esprits dans l’Antiquité174, s’est accompagnée d’une destruction considérable de la capitale syrienne et des cités voisines. Le fait même que Trajan fut blessé à cette occasion et qu’il dut se réfugier dans un lieu ouvert, l’hippodrome, explique sans doute l’empressement de l’empereur à légiférer dans le sens d’une diminution de la vulnérabilité du bâti construit. Le phénomène de balancement horizontal qu’enregistrent les bâtiments au passage des ondes sismiques s’accentue en fonction de leur hauteur : en cherchant à limiter l’élévation des habitations175, les autorités romaines pouvaient ainsi espérer diminuer les effets induits par les secousses telluriques sur la stabilité des monuments publics et privés.

  • 176 Tacite, Annales 4.62-63.

81Cette mesure préventive n’est pas non plus sans rappeler une disposition prise à Rome à la suite de la catastrophe de Fidènes au début de l’époque impériale : Tacite rapporte que l’effondrement de l’amphithéâtre entraîna la mort de dizaines de milliers de personnes. L’édifice avait été bâti par un affranchi qui, par manque de moyens, n’avait pu consolider correctement les fondations et la charpente, celle-ci n’ayant pas été scellée avec des crampons assez puissants176. En réponse à cette catastrophe, les consuls décidèrent de n’autoriser la construction d’édifices de spectacle qu’à la condition que le terrain soit suffisamment stable et que l’entrepreneur puisse, au préalable, présenter des garanties financières suffisantes.

La protection juridique des victimes de catastrophe

  • 177 Code Théodosien 9.16.3.
  • 178 Déjà Mommsen 1907, p. 356-363 ; Segal 1981, p. 356-358 ; Boudet 2007, p. 258.
  • 179 Pline l’Ancien, 17.267 ; 28.29 ; 37.124 ; Palladius, Traité d’agriculture 1.35.1 : « Contre la grêl (...)

82L’État romain a également contribué à une meilleure protection des individus victimes d’une catastrophe par le biais d’une législation rigoureuse. Les exemples, quoique peu nombreux et relativement tardifs, dénotent une variété des mesures et des préoccupations des autorités administratives. Constantin, s’adressant au Préfet de la Ville de Rome, l’enjoignit de punir sévèrement ceux qui pratiquaient la magie, à l’exception toutefois de ceux qui y cherchaient un moyen de lutter contre la grêle177. Les historiens modernes ont depuis longtemps montré que les Romains s’opposaient vigoureusement à la magie « criminelle », mais qu’ils ne rejetaient pas nécessairement la magie « prophylactique »178. De Sénèque à Palladius, les moyens de repousser les calamités agricoles, et notamment la grêle, ont été consignés dans le détail179 : ils apparaissent le plus souvent comme le témoignage d’une superstition rurale. La loi décrétée par Constantin met ainsi en évidence toute l’ambigüité des réactions officielles face aux procédés magiques : dès lors qu’il s’agissait de repousser un événement malfaisant ou catastrophique, les autorités paraissaient faire preuve d’une certaine tolérance.

  • 180 Ulpien, Digeste 47.9.1.

83Le législateur s’est également intéressé, sous le Haut-Empire, à la question des malversations qui pouvaient survenir à la suite d’une catastrophe naturelle. Au livre 47 du Digeste, qui réglemente les vols et les rapines, le chapitre 9 porte un titre explicite : De incendio ruina naufragio rate nave expugnata. Ulpien distingue dans chacun des paragraphes qui suivent les différents cas de figure et fait précéder l’ensemble d’un chapeau introductif180 :

Praetor ait : « In eum, qui ex incendio, ruina, naufragio, rate, nave expugnata, quid rapuisse recepisse dolo malo, damnive quid in his rebus dedisse dicetur ; in quadruplum in anno quo primum de ea re experiundi potestas fuerit ; post annum in simplum iudicium dabo ».

Le préteur dit : « Si l’on expose que quelqu’un lors d’un incendie, d’une ruine, d’un naufrage, d’une barque ou navire en détresse, a enlevé quelque chose par violence ou l’a recélé par fraude, ou a causé quelque dommage, je donnerai action au quadruple dans l’année dès l’instant que l’on pourra poursuivre, et après un an au simple ».

84Le préteur a ainsi toute autorité pour poursuivre les contrevenants pendant l’année qui suit le sinistre et la procédure est enclenchée sitôt qu’on lui apporte la preuve qu’une fraude a bien été commise. Bien que particulièrement sévères, les sanctions judiciaires étaient considérées comme justes : alors que dans les faits le magistrat en charge des poursuites paraît s’en être tenu à des actions civiles, ses prérogatives l’autorisaient à traiter l’affaire pénalement en raison de la gravité de telles exactions, jugées contraires à l’intérêt public.

  • 181 Ibid., § 3 : Item « ruinae » appellatio refertus ad id tempus, quo ruina fit, non tantum si ex his (...)

85C’est au paragraphe 3 qu’Ulpien entreprend de définir ce que recouvre le terme ruina : « De même le nom de “ruine” se rapporte à ce temps où se produit la catastrophe, non seulement si on pille des bâtiments qui se sont écroulés, mais aussi des adjacents »181. Cette disposition, sans faire explicitement référence aux causes précises de la destruction, englobe assurément les conséquences des catastrophes naturelles : la violence avec laquelle certaines d’entre elles frappent les communautés civiques engendre une grande confusion, particulièrement propice aux tentatives de vols.

*
*  *

86Assurément, les communautés anciennes ont cherché à se prémunir des principaux risques naturels qui menaçaient les territoires et les édifices urbains. Cette conclusion s’appuie sur une série d’exemples littéraires et archéologiques significatifs. Surtout, elle ne tient pas compte uniquement des mesures de préventions prises pour parer aux tremblements de terre ; elle se fonde plus généralement sur une approche globale des risques naturels. Or, de ce point de vue, les inondations ont sans doute été l’aléa que les Grecs ont le plus cherché à endiguer, dès l’Helladique Ancien.

87Si l’on s’attache à décrire spécifiquement les techniques de construction sismo-résistantes, il convient de distinguer plusieurs facteurs. D’une part, l’objectif des ingénieurs visait essentiellement à optimiser les qualités du bâti, et non à élaborer de véritables mesures parasismiques telles que nous en connaissons un grand nombre d’exemples actuellement dans les pays développés. D’autre part, il est souvent peu aisé de différencier ce qui ressort des moyens de prévention pour lutter contre la propagation des ondes sismiques et les techniques d’ingénierie dont l’objectif était de parer aux risques de glissements de terrain.

88La conscience que les Anciens avaient des risques naturels passe encore par une multitude de comportements : de ce point de vue, les mesures de protection juridique, prises essentiellement à partir du Haut-Empire romain, sont un indice fort, qui, d’une certaine manière, témoigne d’un refus de la fatalité, laquelle est pourtant aisément attribuée aux communautés anciennes.

Notes

1 Dauphiné 2000 ; Helly 2008 ; Helly 1987.

2 Contrepied d’une opinion souvent répandue : « Face à l’éventualité d’autres catastrophes à venir, l’attitude la plus fréquente résidait plutôt dans un fatalisme général » (Bedon 2005, p. 359).

3 Outre l’article de Robert Bedon (ibid.), voir surtout Sonnabend 1999 et Waldherr 1997.

4 « Antisismique » est employé notamment par Hellmann 2002, p. 100.

5 Ces anomalies constructives sont de trois ordres : utilisation de ressources qui ne se trouvent pas aisément dans la région (chaînage en bois par exemple) ; anomalie technique ; enfin, anomalie de comportement (changement de plan par l’architecte notamment).

6 Billard 2006 ; Psycharis, Papastamiou, Alexandris 2000 ; Bulletin Archéologique 2008, no 69.

7 Pausanias, 7.25.9 : ὁπόσοι δὲ τηνικαῦτα ἀποδηµοῦντες ἢ στρατείας ἕνεκα ἔτυχον ἢ κατὰ πρόφασιν ἀλλοίαν, µόνοι τε οὗτοι Βουρέων ἐλείφθησαν καὶ αὐτοὶ τῆς Βούρας ἐγένοντο οἰκισταί.

8 Cf. supra p. 135.

9 La prudence des archéologues quant au rôle des tremblements de terre dans l’abandon d’une cité est aujourd’hui mise en évidence dans les études récentes : Christie 2012, p. 14.

10 Mazarakis-Ainian, Mouliou 2008.

11 Knoepfler 2010, p. 87-88.

12 Strabon, 9.2.10.

13 Knoepfler 2010, p. 88.

14 Théophraste, Histoire des plantes 5.4.6 ; Pausanias, 8.14.1.

15 Baladié 1980, p. 94, n. 3.

16 Spyropoulos 1973, p. 210, § δ.

17 Strabon, 9.2.17-18 (trad. R. Baladié, CUF, 20032).

18 Strabon, 9.2.18.

19 Baladié 1980, p. 93-99.

20 Le parallèle le plus manifeste se trouve sans doute en Asie Mineure. Pausanias, 7.2.10-11 : « Les habitants de Myonte abandonnèrent la ville par suite des circonstances que voici : en bordure du territoire de Myonte, la mer dessinait un golfe peu important ; le fleuve Méandre en fit un marécage, en barrant l’accès par ses alluvions : l’eau ne refluant plus et comme ce n’était plus de la mer, les moustiques en quantité innombrable sortaient du marais, jusqu’à contraindre les habitants à abandonner la ville. Les gens de Myonte se réfugièrent à Milet […] Il arriva que les gens d’Atarnée près de Pergame connurent aussi un sort semblable aux gens de Myonte » (Μυοῦντος δὲ οἱ οἰκήτορες ἐπὶ τύχῃ τοιᾷδε ἐξέλιπον τὴν πόλιν. κατὰ τὴν Μυουσίαν χώραν θαλάσσης κόλπος ἐσεῖχεν οὐ µέγας· τοῦτον λίµνην ὁ ποταµὸς ἐποίησεν ὁ Μαίανδρος, ἀποτεµόµενος τὸν ἔσπλουν τῇ ἰλύι· ὡς δὲ ἐνόστησε τὸ ὕδωρ καὶ οὐκέτι ἦν θάλασσα, οἱ κώνωπες ἄπειρον πλῆθος ἐγίνοντο ἐκ τῆς λίµνης, ἐς ὃ τοὺς ἀνθρώπους ἠνάγκασαν ἐκλιπεῖν τὴν πόλιν. ἀπεχώρησαν δὲ ἐς Μίλητον Μυούσιοι […] Μυουσίοις δέ γε κατέλαβεν ἐοικότα καὶ Ἀταρνείτας παθεῖν τοὺς ὑπὸ Περγάµῳ) [trad. Y. Lafond, CUF, 2002]. Vitruve, 4.1.4 prétend que la cité de Myonte fut engloutie totalement par les eaux : cette explication tronquée du phénomène ne peut être entendue que comme une mauvaise interprétation de la documentation grecque antérieure.

21 Strabon, 9.2.16.

22 Caputo, Helly 2000.

23 Helly 1980, p. 42, n. 20.

24 Caputo, Helly 2000, p. 576.

25 Ibid., p. 576.

26 Cf. supra p. 213-214.

27 Moscati Castelnuovo 2007, p. 44-46 propose l’explication suivante au sujet du déplacement de la cité antique de Ténos : c’est au début du ive s. av. n.è. que le centre urbain, alors situé au pied du massif du Xombourgo, fut transféré en bord de mer. L’effondrement d’un bloc granitique, peut-être dû à l’érosion naturelle ou à un tremblement de terre, aurait en partie détruit la cité et aurait contraint la population à effectuer un déplacement vers la mer, en quête d’un site plus sûr. Et l’historienne d’ajouter : « Non è raro che un accadimento di ordine naturale sia all’origine di spostamenti di città ». Rien cependant ne permet d’étayer de façon certaine cette hypothèse. Le massif du Xombourgo est certes instable, mais il me paraît très aventureux d’imaginer que le détachement d’un bloc, en une seule occasion, ait déterminé la population à migrer sur la côte sud. L’hypothèse couramment admise est de voir dans le déplacement de ce centre urbain un effet caractéristique que connaissent d’autres cités insulaires de l’Égée : le basculement des cités de montagne vers la mer s’explique banalement par la disparition des phénomènes endémiques de piraterie.

28 Chronique de Paros : IG XII 5, 444 (= FGrHist 239 B 24).

29 Les deux lettres royales d’Antigone le Borgne qui font état d’une tentative de synœcisme ont été très abondamment commentées (Syll 3 344) : cf. Welles 1934, p. 15-32, nos 3-4.

30 Ibid., p. 25 et n. 1 ; Migeotte 1984, p. 280, n. 68, no 86.

31 Billows 1990, p. 214.

32 Syll3 344, l. 9 (voir aussi l’ensemble du paragraphe l. 5-15).

33 Cf. Migeotte 1984, p. 280-281.

34 Billows 1990, p. 214. C’est aussi l’opinion de Picard 1922, p. 636, n. 6.

35 La cité prit alors le nom de l’épouse de Lysimaque, Arsinoeia. La cité fut sans doute déplacée dans les années 290, peut-être dès sa prise de possession par Lysimaque en 294. Pour la discussion sur la date : Robert, Robert 1989, p. 80.

36 Pausanias, 1.9.7 : ἐπαγαγόµενος ἐς αὐτὴν Λεβεδίους τε οἰκήτορας καὶ Κολοφωνίους, τὰς δὲ ἐκείνων ἀνελὼν πόλεις.

37 Pausanias, 7.3.5.

38 Peut-être doit-on y voir une remise en cause du processus après la défaite d’Antigone face à la coalition menée par Lysimaque en 301 ?

39 Piérart 2003.

40 Fouache 1999b.

41 Piérart 2003, p. 65.

42 Chaque « îlot » comprenait 8 maisons privées : au total, ce sont donc 48 habitations qui furent abandonnées.

43 Raeck 2005.

44 Ibid., p. 155 et 162 propose de lier cette catastrophe à un tremblement de terre. Les observations archéologiques vont peut-être dans ce sens, même s’il faut noter que nous n’en avons pas conservé la trace dans les sources textuelles.

45 Deux photographies explicites sont données par ibid., pl. 11, nos 1 et 2.

46 Wescoat 2006.

47 Mazarakis-Ainian 2005.

48 Pline l’Ancien, 36.95 : In solo id palustri fecere, ne terrae motus sentiret aut hiatus timeret (trad. R. Bloch, CUF, 1981).

49 Diogène Laërce, 2.103 ; Pline l’Ancien, 2.201. Hellmann 2002, p. 102 ; Bammer 1990.

50 Cf. infra p. 248-249.

51 Leblanc, Poccardi 2004.

52 Lassus 1972, p. 8-9.

53 Malalas, 200 : καὶ λοιπὸν ἐβουλεύετο ἅµα αὐτοῖς, ἐν ποίῳ τόπῳ ἀσφαλῆ ποιήσει τὴν πόλιν. καὶ φοβηθεὶς τὰς ῥύσεις τοῦ Σιλπίου ὄρους καὶ τοὺς κατερχοµένους ἐξ αὐτοῦ χειµάρρους ἐν τῇ πεδιάδι τοῦ αὐλῶνος κατέναντι τοῦ ὄρους πλησίον τοῦ Δράκοντος ποταµοῦ τοῦ µεγάλου τοῦ µετακληθέντος Ὀρόντου.

54 Des documents d’époque tardive affirment que l’établissement des campements militaires devait aussi tenir compte des risques d’inondation. Végèce, Institutions militaires 1.22, tient à ce que les responsables du camp examinent le terrain afin de s’assurer qu’il n’est pas sujet au risque de crue (la même idée se retrouve en 3.8).

55 Amat Seguin 1987.

56 Diodore de Sicile, 14.113 ; l’emploi de cet adjectif dans toute l’œuvre de Diodore est, comme le souligne Brigitte Amat Seguin (ibid., p. 826-827), significatif des chaleurs les plus fortes.

57 Strabon, 7.2.1 (trad. R. Baladié, CUF, 1989).

58 Poséidonios, FGrHist 87 F 31 (= Strabon, 2.3.6) : εἰκάζει δὲ καὶ τὴν τῶν Κίµβρων καὶ τῶν συγγενῶν ἐξανάστασιν ἐκ τῆς οἰκείας [κατὰ λῃστείαν] γενέσθαι, οὐ κατὰ θαλάττης ἔφοδον ἀθρόαν συµβᾶσαν (trad. G. Aujac, CUF, 20032).

59 Cozzoli 1989.

60 Un dernier exemple pourrait prendre place ici. Cf. Müller 2010, p. 74 : de récentes analyses paléobotaniques, associées à des observations archéologiques et littéraires, attestent une modification climatique dans le Pont Nord à deux reprises. Au ve s. av. n.è., un refroidissement significatif eut sans doute pour conséquence un appauvrissement des cultures et une désertion de la chôra d’Olbia ; au iiie s. av. n.è., on constate une inversion du processus avec l’apparition d’un phénomène de sécheresse qui se poursuit jusqu’à la fin de l’époque hellénistique et qui aurait entraîné une crise agricole ainsi que d’importants mouvements de migration.

61 Brun 1996, p. 33.

62 Mck Camp 1992.

63 Morris 1987, p. 160-162.

64 Zurbach 2008.

65 Hérodote, 4.151 : Ἑπτὰ δὲ ἐτέων µετὰ ταῦτα οὐκ ὗε τὴν Θήρην, ἐν τοῖσι τὰ δένδρεα πάντα σφι τὰ ἐν τῇ νήσῳ πλὴν ἑνὸς ἐξαυάνθη (trad. Ph. Legrand, CUF, 1945).

66 Osborne 1996, p. 8-16 ; Osborne 1998.

67 Zurbach 2008, p. 96.

68 La tradition de la fondation de Rhégion, bien conservée chez Strabon (6.1.6) et Diodore (8, F 23), use du thème de la disette pour expliquer la migration des Chalcidiens. Ducat 1974.

69 Sur le rôle de l’oracle de Delphes, nous possédons un décret découvert à Cyrène et postérieur de plusieurs siècles qui donne une autre version de la fondation (SEG 9, 3). Cf. Sartre 2006.

70 Hérodote, 4.158.

71 Ibid., 4.199.

72 Crouch 1996.

73 Desruelles 2004, p. 77.

74 Brun 1996, p. 33.

75 Diodore de Sicile, 5.51.3 : οἱ µὲν οὖν Θρᾷκες ἐνταῦθα κατοικήσαντες ἔτη πλείω τῶν διακοσίων ἐξέπεσον αὐχµῶν γενοµένων ἐκ τῆς νήσου.

76 Archiloque, F 192.

77 La question du renforcement des fondations comme indice d’une technique architecturale préventive a donné lieu, pour l’époque minoenne, à des hypothèses parfois controversées. On trouvera des éléments du débat dans plusieurs articles récents. Cf. Poursoulis, Dalongeville, Helly 2000 ; Poursoulis 2000.

78 Strabon, 12.8.18.

79 Hellmann 2002, p. 100-102.

80 Kyrieleis 1993.

81 Stiros 1998, p. 13-14.

82 Kienast 1991.

83 Cf. supra p. 243.

84 Pline l’Ancien, 36.95 : [In solo id palustri fecere, ne terrae motus sentiret aut hiatus timeret], rursus ne in lubrico atque instabili fundamenta tantae molis locarentur, calcatis ea substrauere carbonibus, dein uelleribus lanae (trad. R. Bloch, CUF, 1981).

85 Diogène Laërce, 2.103.

86 Svenson-Evers 1996, p. 14-17.

87 Aulu-Gelle, Nuits attiques 2.6.

88 Cooper 1996, p. 139-142.

89 Kelly 1982.

90 Pausanias, 8.41.9.

91 Holtzmann 2003, p. 107.

92 Thucydide, 3.89.

93 Martin R. 1976.

94 Au sujet du Parthénon, cf. infra p. 255-256.

95 Il est certain que des édifices construits sur des terrains à risque ont parfois fait l’objet d’un renforcement des soubassements. Cependant, il importe de ne pas céder à la tentation de voir des constructions sismo-résistantes dans tout le monde grec antique. L’« étonnement » de Patrick de Maisonneuve au sujet des fondations ou des murs des habitations déliennes ou encore des murs de soutènement du théâtre n’est pas un indice suffisant pour parler de mesures antisismiques (Maisonneuve 1990). Délos se trouve en effet dans une zone de faible sismicité, si bien qu’Hérodote et Thucydide donnent tous les deux une date différente concernant le premier séisme qui frappa l’île de mémoire d’hommes (490 pour Hérodote [6.98] et peu avant 431 pour Thucydide [2.8.3]).

96 Hellmann 2002, p. 100.

97 Amandry, Hansen 2010.

98 Courby 1927, p. 112.

99 Amandry, Hansen 2010, p. 161-163.

100 Ibid., p. 208, fig. 5.4.

101 Ibid., p. 137.

102 Michaud 1973, p. 3-7.

103 Bourguet 1911, p. 160 ; Bourguet 1914, p. 75-76 : « Les pluies d’hiver sont terribles dans cette montagne aride et dénudée : des torrents se forment en quelques instants, qui dévalent les pentes, s’ouvrent par la force des passages et détruisent tout ce qui fait obstacle. Le carrefour des trésors est un des points les plus exposés : le torrent pour lequel la voie sacrée, depuis les terrasses supérieures, est un lit tout fait, s’y rencontrait avec un autre torrent qui descendait directement de la plateforme de l’opisthodome et passait par derrière le trésor d’Athènes. » ; Bourguet 1929, p. 192, n. 1 ; La Coste-Messelière 1936, p. 472 ; Daux 1936, p. 112-113, n. 4 ; Bousquet 1952, p. 17.

104 Michaud 1973, p. 15.

105 Bommelaer 2015, p. 153, *226. L’étude de ce trésor n’a pas encore été menée.

106 Michaud 1973, p. 24-25.

107 Bourguet 1911, p. 160.

108 Dinsmoor 1912, p. 454-455 ; Michaud 1973, p. 24, n. 3.

109 Michaud 1973, p. 25.

110 Cooper 1996, p. 100-102.

111 Psycharis, Papastamiou, Alexandris 2000.

112 Cooper 1996, p. 143.

113 Hellmann 2002, p. 101.

114 Cooper 1996, p. 144.

115 Hodge 1960, p. 13.

116 Allinne 2007.

117 Hérodote, 1.184-186.

118 Aujac 1994, p. 872.

119 Treuil et al. 2008, p. 24-30 ; Balcer 1974 ; Argoud 1992.

120 Fouache 1999b, p. 187.

121 On trouve aussi dans le mythe d’Héraclès une allusion à la mise en place de digues et de canaux prévenant les inondations de la Parachéloïtide (Strabon, 10.2.19).

122 Piérart 2003, p. 53.

123 Pitéros 1998.

124 Fouache 1999b, p. 176.

125 Cette formulation semble correspondre davantage à la réalité géographique du territoire de Larissa selon Helly 2000, p. 49. Strabon écrit πλὴν εἴ τι σφόδρα κοῖλον.

126 Strabon, 9.5.19 (trad. R. Baladié, CUF, 20032).

127 Helly 1984b, p. 231-232.

128 Théophraste, Histoire des plantes 5.14.2 : τούτου δ’ ἐξαχθέντος καὶ ἐνίστασθαι κωλυθέντος ἥ τε χώρα ψυχροτέρα γέγονε καὶ ἐκπήξεις πλείους·

129 Helly 1984b, p. 232.

130 Le terme revient à plusieurs reprises chez Strabon (10.2.19 ; 5.1.5 ; 17.1.3 et 17.1.48). Il est également employé par Hérodote en 1.184 au sujet des travaux de la reine Sémiramis à Babylone.

131 Leveau 2009, p. 20-21.

132 Tacite, Annales 1.79.

133 À Rhodes notamment, des grilles d’évacuation percées dans la muraille pouvaient permettre au trop-plein d’eau, consécutif aux brusques variations hydrométéorologiques, de se vider hors de l’espace urbain. Cf. supra p. 117-118.

134 Fouache 1999a.

135 Ibid., p. 114.

136 Michaud 1974, p. 618.

137 Fouache 1999b, p. 122.

138 IG VII, 4255 (trad. Hellmann, 1999 p. 59-61, no 16).

139 Argoud 1983, 1985, p. 13 et 1993.

140 La canalisation s’étendait sur environ 200 m : cf. Argoud 1983, p. 4.

141 Léonardos 1923, p. 43-46, no 124 ; Pétrakos 1997, no 293. Cf. Argoud 1989.

142 Pétrakos 1997, no 293, l. 6. Le terme ἀνάληµµα revient à de très nombreuses reprises (l. 12, 25, 26, 45, 46).

143 Hellmann 1999, p. 60 ; Argoud 1983, p. 4-7.

144 Bousquet 1971.

145 Argoud 1989, p. 249-250.

146 Ibid., p. 250.

147 Pétrakos 1997, no 293, l. 46-47 : καὶ τὸ ἀνάλη[µµα] [κ]α[ὶ] τὴν [ἀ]ρι[στε]ρὰν πλευ]ρ[ὰν - - -].

148 AppÉp 18.

149 Ibid., l. 5-6 : ὥστε δυεῖν ὄντων εἰ θάτερον ἐπισκευῆς δεηθείη, µὴ ἐνποδίζεσθαι τὸν δρόµον ἀδιαλείπτου µενούσης τῆς χρήσεως.

150 Grundmann 1953.

151 Strabon, 9.2.16-17.

152 Varron, Économie rurale 1.12.4 (trad. J. Heurgon, CUF, 1978).

153 Grandjean, Salviat 2000, p. 124 ; Grandjean 1988, p. 113.

154 Anthologie Palatine 9.147.

155 Syll 3 1048.

156 IG II2, 3019.

157 SEG 19, 119 ; voir les commentaires de Brun 2005, p. 183-184, no 98.

158 Veyne 1976, p. 212.

159 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a). Sur cette catastrophe, voir supra p. 131-132.

160 Rey-Coquais 1992.

161 Favier, Pfister 2008.

162 Strabon, 10.2.19.

163 Ibid., 12.8.19.

164 Debord, Varinlioğlu 2011, p. 11-12.

165 Les passeurs étaient ceux qui assuraient les traversées d’une rive à l’autre (Strabon emploie ici le terme πορθµικῶν). Cette taxe devait ensuite être répercutée sur le prix que payaient les voyageurs pour effectuer le trajet (voir notamment OGIS 572, l. 5-8).

166 À propos de la frontière naturelle entre l’Acarnanie et l’Étolie, cf. Strabon, 10.2.1 : « Les Étoliens et les Acarnaniens ont comme frontière le fleuve Achéloos » (Αἰτωλοὶ µὲν τοίνυν καὶ Ἀκαρνᾶνες ὁµοροῦσιν ἀλλήλοις, µέσον ἔχοντες τὸν Ἀχελῶον ποταµὸν).

167 Gaius, Digeste 41.1.7.

168 Ulpien, Digeste 43.13.7 et 43.15.

169 Cf. supra p. 196. En dernier lieu, Laubry 2007.

170 Pline le Jeune, Lettres 10.68.

171 Code Justinien 3.44.1.

172 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars 13.12-13.

173 Lucas 2012, p. 196.

174 Dion Cassius, 68.24 ; Malalas, 273.

175 Le terme serait sans doute à discuter : la hauteur maximale, 60 pieds, paraît bien trop importante pour des habitations privées, que l’on adopte la mesure romaine ou moderne.

176 Tacite, Annales 4.62-63.

177 Code Théodosien 9.16.3.

178 Déjà Mommsen 1907, p. 356-363 ; Segal 1981, p. 356-358 ; Boudet 2007, p. 258.

179 Pline l’Ancien, 17.267 ; 28.29 ; 37.124 ; Palladius, Traité d’agriculture 1.35.1 : « Contre la grêle, on signale maint procédé : recouvrir une meule d’une toile rouge ; dresser contre le ciel, de façon menaçante des haches ensanglantées ; entourer tout le jardin de bryone ; crucifier une chouette les ailes tendues ; enduire de suif d’ours les instruments avec lesquels on doit travailler ». Voir également supra p. 232-233.

180 Ulpien, Digeste 47.9.1.

181 Ibid., § 3 : Item « ruinae » appellatio refertus ad id tempus, quo ruina fit, non tantum si ex his quae ruerunt tulerit quis, sed etiam si ex adiacentibus.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Renforcement de la plateforme du temple d’Apollon à Delphes (1⁄1000).
Crédits E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1621/img-1.png
Fichier image/png, 619k
Titre Fig. 2. Gril de lambourdes du temple d’Apollon à Delphes (1⁄175).
Crédits E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1621/img-2.png
Fichier image/png, 469k
Titre Fig. 3. Déformation des édifices du secteur ouest du sanctuaire de Delphes (1⁄300).
Crédits E. Hansen / École française d’Athènes (Amandry, Hansen 2010, fig. 2.6, 6.1, 1.7).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1621/img-3.png
Fichier image/png, 459k

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540