Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Troisième partie – Le temps de la résilience

Chapitre 1

Le redressement de la cité

Texte intégral

  • 1 Zuiderhoek 2009.

1Au-delà des processus de résilience mis en œuvre localement, les sociétés antiques furent souvent contraintes, face à l’ampleur de certains phénomènes naturels, de solliciter l’aide de ce qu’il conviendrait d’appeler aujourd’hui la « communauté internationale ». Les cités durement éprouvées par une catastrophe bénéficièrent en effet non seulement de la générosité des citoyens fortunés, mais également, à une autre échelle, du concours de ceux qui constituaient leur réseau de solidarité. À la suite d’un grave désastre, les communautés civiques commémoraient l’action bienfaitrice des évergètes1, des notables locaux ou, à partir de l’époque hellénistique puis sous le Haut-Empire, celle des souverains.

  • 2 Winter E. 1996 ; Halfmann 2004 ; Pont 2010 ; Meier 2012.
  • 3 Garnsey 1996, p. 51-52.
  • 4 Cf. supra p. 130-132 à propos de la vétusté des monuments comme facteur aggravant de la catastrophe
  • 5 Ces mots, fréquemment employés dans les inscriptions, indiquent le plus souvent une réparation, une (...)
  • 6 Vallois 1924, p. 426. Le verbe κατασκευάζω se retrouve dans deux inscriptions relatives à des séism (...)
  • 7 Bérenger-Badel 2005.
  • 8 Pont 2010, p. 473-474.
  • 9 Robert 1970, p. 89, n. 2 au sujet d’une inscription de Cibyra (I.Kibyra 36).

2Dans une perspective d’histoire urbaine, plusieurs travaux récents ont ainsi jeté les bases d’une réflexion féconde sur le rôle des notables dans l’ornementation, la construction et la réfection des édifices civiques2. Les tremblements de terre, par l’ampleur des destructions qu’ils occasionnaient, fournissaient aux élites et aux souverains l’occasion d’agir pour la communauté, en assurant la prise en charge financière ou la supervision des travaux de réfection des bâtiments détruits. Les documents épigraphiques et textuels doivent être appréciés, en outre, selon qu’ils mettent en lumière un aspect particulier de la réaction des communautés à la suite d’une catastrophe : certains mentionnent explicitement les raisons d’une ambassade, de la reconstruction d’un édifice ou encore la recherche d’un financement exceptionnel en période de crise ; d’autres passent sous silence les circonstances de tels bouleversements : la tentation de les mettre en rapport avec une catastrophe est parfois forte, mais repose souvent sur des conjectures fragiles. Ainsi, les pénuries d’huile ou de céréales qui engendrent des disettes et, dans des cas moins fréquents, des famines, telles que les sociétés agraires en connaissent dans un grand nombre de régions du bassin méditerranéen, ne sont pas nécessairement dues à une cause climatique, mais peuvent être également la conséquence de la piraterie ou d’un conflit militaire3. La nécessité de procéder à des travaux de reconstruction d’un bâtiment dépend aussi de nombreux facteurs : outre les tremblements de terre et les inondations, l’usure, la vétusté et les guerres, ou même dans certains cas le simple déplacement des infrastructures d’un lieu à un autre, sont des causes fréquemment évoquées dans les sources4. Afin de ne pas surinterpréter cette documentation lacunaire, il est donc essentiel de s’en tenir à une méthode qui, à défaut d’être toujours opérante, se fonde malgré tout sur le recoupement d’indices circonstanciels. Le vocabulaire des inscriptions relatif à la reconstruction ou à la réfection des édifices, qu’ils soient publics ou privés, ne précise que très rarement la cause des destructions et doit donc être mis en relation avec d’autres témoignages, littéraires ou archéologiques. Certains termes peuvent cependant être considérés comme particulièrement suggestifs : ce doit être le cas de ἐπισκευή (réparation, réfection), κατασκευή (construction, reconstruction totale), ou encore οἰκοδοµία (construction, réparation)5. Dans certaines circonstances en effet, leur emploi peut être un indice de travaux consécutifs à une catastrophe naturelle. Les substantifs ἐπισκευή et κατασκευή ont par ailleurs fait l’objet d’une distinction exagérée : linguistes et épigraphistes ont longtemps perçu dans l’emploi du premier terme l’idée d’une simple réfection, tandis que le second aurait porté témoignage d’une reconstruction totale ou de l’édification ex nihilo d’un édifice. Or, comme le souligne la mise en parallèle de nombreux documents, κατασκευή a aussi pu être utilisé avec le sens de « reconstruction », quoique son emploi reflétât sûrement la mise en chantier de travaux importants qui, du reste, conviennent bien aux destructions occasionnées par des séismes6. Enfin, les titres de σωτήρ, εὐεργέτης et κτίστης (conditor en latin), décernés aux souverains et à quelques notables pour leurs actions évergétiques, qui figurent également en légende sur plusieurs séries monétaires locales et impériales7, sont d’une grande banalité à partir du ier s. de n.è. et ne peuvent donc être considérés, sans autres preuves décisives, comme des honneurs votés à la suite de réparations ou de refondations consécutives à des catastrophes naturelles8. Cette interprétation ne doit pas pour autant être rejetée de façon systématique car, comme en témoigne un nombre peu négligeable de cas, elle peut parfois se révéler concluante9.

  • 10 Monteix 2012.

3Le redressement économique et urbanistique d’une cité frappée par un tremblement de terre ou une inondation constitue sans nul doute le point d’orgue d’un processus de résilience immédiatement mis en œuvre à la suite d’une catastrophe naturelle. La capacité des sociétés antiques à recouvrer une utilisation fonctionnelle des infrastructures et des édifices publics dans un délai n’excédant pas une génération manifeste ainsi l’empressement des pouvoirs publics à surmonter rapidement le sinistre. Si les « résiliences urbaines »10, pour lesquelles nous sommes particulièrement bien renseignés dans le cas des cités égéennes et micrasiatiques, soulignent la volonté d’un retour à l’« ordre naturel » des choses, elles s’accompagnent également de transformations majeures, qui rappellent à tous qu’une catastrophe ne rompt pas le temps vécu.

L’appel à l’aide internationale

  • 11 Pour Mosley 1998, les relations d’aide entre les cités se sont développées à l’époque hellénistique (...)
  • 12 Le seul exemple antérieur à l’époque hellénistique regarde la catastrophe qui survint à Sparte vers (...)

4L’intensité d’une catastrophe et l’ampleur des destructions occasionnées imposaient parfois aux cités de requérir une aide auprès des grandes puissances alliées. La première légation dont on a conservé la trace est consécutive au tremblement de terre de Rhodes qui eut lieu en 227 av. n.è.11. Que les initiatives aient été individuelles ou au contraire décidées par le Conseil de la cité, ces ambassades souvent lointaines attestent essentiellement les difficultés financières aiguës dans lesquelles se trouvaient les communautés frappées par une grave catastrophe. Le recours à l’évergétisme et aux souscriptions publiques se révélant parfois insuffisant, les magistrats municipaux recherchaient ainsi de nouvelles sources de financement. Du point de vue de la chronologie, il apparaît assez clairement que les cités ont d’abord eu recours, à l’époque hellénistique12, à un réseau de solidarité traditionnel, qui fut supplanté à partir du principat d’Auguste par l’engagement des empereurs romains auprès des communautés meurtries.

Les réseaux de solidarité traditionnels à l’époque hellénistique

  • 13 Polybe, Histoires 5.88.1-4.
  • 14 Holleaux 1938. La démonstration de Holleaux a donné lieu à un article développant l’hypothèse d’un (...)
  • 15 Laronde 2006.
  • 16 Ibid., p. 62 ; Van Gelder 1900, p. 114.
  • 17 Droysen 1885, p. 607-612.
  • 18 Pimouguet-Pédaros 2011, p. 81.
  • 19 Préaux 1939, p. 41-42.
  • 20 À l’exception d’Attale Ier comme le souligne Berthold 1984, p. 93.
  • 21 Capdetrey 2007, p. 422.

5Un passage très célèbre de Polybe13, identifié par Maurice Holleaux comme une digression devant, selon toute logique narrative, appartenir au quatrième livre des Histoires14, fournit la liste exceptionnelle des dons reçus par Rhodes et émanant des souverains et des cités du monde grec à la suite du tremblement de terre de 227 av. n.è. Si chacun des rois est clairement identifié et nommé par Polybe, il n’en va pas de même des cités, dont on déduit de la formulation employée par l’historien qu’elles furent très nombreuses à porter secours aux Rhodiens. L’impressionnante liste des donateurs fournie par Polybe invite à considérer en premier lieu les raisons qui ont poussé les souverains hellénistiques à fournir une telle assistance aux Rhodiens15. L’argumentation dominante, qui avait cours dans la première moitié du xxe s. et sur laquelle on ne s’accorde plus aujourd’hui, consistait à voir dans l’œuvre des souverains la marque d’une générosité royale désintéressée16. Or, les motivations économiques des royautés hellénistiques, perçues très précocement et avec beaucoup de finesse par Gustav Droysen17, sont essentielles pour comprendre l’intérêt que les rois et les dynastes portaient à l’île de Rhodes18. Chacune des monarchies accorde aux Rhodiens des dons considérables dans l’espoir d’emporter une alliance durable avec une île qui s’impose comme l’une des plaques tournantes du commerce en Méditerranée19. Les Rhodiens, en dépêchant des ambassadeurs auprès d’une grande majorité de souverains20, ont par ailleurs su favoriser une mise en concurrence des dynasties entre elles ainsi qu’une émulation économique sans précédent, quoiqu’il serait illusoire de douter de l’importance de ces dons dans la construction de l’idéologie royale21.

  • 22 OGIS 56.
  • 23 Diodore rapporte que Hiéron donna 6 talents d’argent pour la reconstruction des murailles ainsi que (...)
  • 24 C’est notamment le cas à Éphèse où un évergète rhodien du nom d’Agathoclès avait acquis la citoyenn (...)
  • 25 Décret daté des années 393/2-389/8 av. n.è. ; cf. Müller 2010, p. 386, no 18.

6Le récit que donne Polybe de la catastrophe rend ainsi compte de l’exceptionnelle richesse des principales puissances au début des années 220, même s’il convient d’être prudent face aux chiffres hyperboliques qu’avance l’historien dans son développement : le royaume lagide apparaît très clairement comme une monarchie très puissante sur le plan économique, dont les capacités et les ressources devancent assez nettement celles d’Antigone Dôsôn, de Séleucos II, des dynastes d’Asie Mineure ou encore des rois syracusains. Les dons exceptionnels de Ptolémée III Évergète ne traduisent pas seulement la richesse de son royaume, mais illustrent aussi la position stratégique de Rhodes pour le commerce égyptien. En effet, les dons de blé en période de crise sont une caractéristique de l’évergétisme royal : avant d’offrir 400 000 hectolitres de blé aux Rhodiens, Ptolémée Évergète avait dû lui-même procéder à des importations en quantité pour assurer le salut de l’Égypte22. On comprend donc aisément l’importance que revêtaient à ses yeux les infrastructures portuaires de Rhodes, par lesquelles transitaient d’importantes cargaisons de céréales. Les Rhodiens obtiennent d’autre part des rois de Syracuse et de Séleucos l’atélie, autrement dit la franchise douanière accordée aux navigateurs23. Les marchands ont longtemps cherché à obtenir ce privilège dans les cités portuaires d’Asie Mineure. Certains d’entre eux avaient notamment obtenu que leur soit accordée l’atélie dans les villes où ils avaient préalablement acquis la citoyenneté24. Ce procédé est bien attesté dès l’époque classique, comme en témoigne, parmi d’autres exemples, un décret voté par la cité d’Olbia en l’honneur du roi Satyros Ier, fondateur de la dynastie des Spartocides25. L’avantage que les souverains pouvaient tirer de cette situation était double : d’un côté, ils créaient une alliance durable avec la cité de Rhodes ; de l’autre, ils dessinaient de nouveaux flux commerciaux entre Rhodes et les villes portuaires qui se trouvaient sous leur dépendance.

  • 26 Domínguez Monedero 1998.
  • 27 Contra Migeotte 2000, p. 149 qui a suggéré qu’une partie de ces 75 talents ont permis de reconstrui (...)
  • 28 Chankowski 2009, p. 104.

7Tous ces dons ne revêtent toutefois pas la même signification : ceux de Hiéron notamment témoignent d’une préoccupation moins économique que civique. Alors que les monarques hellénistiques fournissent des dons issus de la production et des ressources principales de leurs royaumes, Hiéron n’offre pas le moindre médimne de céréales, la Sicile étant pourtant l’un des plus importants greniers à blé de Méditerranée. Les dons syracusains répondent davantage à une volonté de redynamiser le corps civique de Rhodes, à l’image des propres préoccupations de Hiéron26. Ainsi, les 10 talents qu’il fournit en vue de la célébration des sacrifices font sens au regard du grand autel qu’il fait lui-même construire à Syracuse. La somme de 75 talents d’argent octroyée pour l’approvisionnement en huile du gymnase ne peut également se comprendre que s’il s’agit d’une fondation27 : dans ce cas, la volonté de Hiéron était bien de favoriser le relèvement des infrastructures civiques de la cité28.

  • 29 AppÉp 2.
  • 30 Rousset 1989.
  • 31 Sur ces problèmes de datation : Ph. Gauthier, BullÉp 1989, 275 ; Walbank 1989 ; Le Bohec 1993, p. 1 (...)
  • 32 D’autant que le lapicide a employé un pluriel pour désigner les secousses sismiques (σεισµῶν), ce q (...)
  • 33 Bousquet 1988b, p. 42.
  • 34 Polybe, 20.5.7.

8Un parallèle sensiblement contemporain nous est fourni par le récit d’une très longue inscription29, qui rapporte la venue d’une ambassade de Kyténion, cité de Doride en Grèce centrale30, auprès d’une cité parente de Lycie, Xanthos, après un tremblement de terre et une expédition d’Antigone Dôsôn. Les événements militaires évoqués dans l’inscription ont, dans un premier temps, été datés du printemps 222, avant qu’un nouvel examen des pièces du dossier invite les commentateurs à préférer une datation plus haute, peut-être vers 22831. La date du séisme est, quant à elle, impossible à déterminer avec précision32, mais il n’est pas inconcevable, comme le proposait déjà Jean Bousquet à titre d’hypothèse33, qu’il s’agisse du même phénomène que relate Polybe à Larymna34. Si l’on s’accorde sur ces deux éléments de datation, les destructions occasionnées par le tremblement de terre et celles entraînées par l’invasion d’Antigone Dôsôn furent donc concomittantes.

  • 35 La mention des Étoliens apparaît à de nombreuses reprises dans le texte (AppÉp 2, l. 7, 10, 39, 69, (...)
  • 36 Will 1979, p. 357.
  • 37 Hypothèse justement avancée par Bousquet 1988b, p. 23.

9Le déroulement de l’ambassade des Kyténiens est par ailleurs consigné avec un très grand soin : il s’agit d’une légation autorisée par la Ligue étolienne et non, comme on aurait pu s’y attendre, par l’assemblée ou le Conseil de la cité35. Les raisons de l’ingérence des Étoliens dans les affaires de la cité dorienne se comprennent aisément au regard du fort sentiment antimacédonien que la Ligue nourrissait et de l’importance stratégique de Kyténion en Doride36. D’autre part, les ambassadeurs n’ont, semble-t-il, sollicité leurs alliés que pour financer la reconstruction des murailles et non, comme ce fut le cas à Rhodes, la restauration de l’ensemble des infrastructures urbaines : on est donc fondé à croire que les intérêts dominants étaient essentiellement militaires. L’ambassade intervient, en effet, dans un contexte de paix précaire : dès 212, puis surtout en 206, les Étoliens violent le traité conclu avec Rome et signent une paix séparée avec Philippe V. Cette entente confirme l’autorité macédonienne en Grèce centrale et, surtout, le recul de l’influence étolienne dans le domaine des affaires militaires et politiques. La période d’accalmie qui s’ensuit a, logiquement, semblé propice à l’envoi d’une mission diplomatique37.

  • 38 La somme de 500 drachmes (l. 63) allouée à la reconstruction des murailles serait à placer dans une (...)
  • 39 l. 74-76 : Ἔδοξε τοῖς Αἰτωλοῖς πρεσβείας δόµεν τοῖς Δωριέοις ποτί τε τὰς πόλεις τᾶς συγγενεῖς καὶ τ (...)
  • 40 Bousquet 1988b, p. 33-37.
  • 41 La mention d’Antiochos III n’est bien sûr pas contenue que dans le décret étolien. Elle a été maint (...)

10Les catastrophes subies par la cité de Kyténion ont bien été le point de départ de l’ambassade étolo-dorienne en Lycie, mais il ne faudrait pas exagérer outre mesure l’importance de cette représentation diplomatique. En effet, si l’on s’en tient à la lecture de Jean Bousquet, la faible somme que les Xanthiens ont consenti à verser a été dérisoire au regard du coût total des travaux de reconstruction. Même à considérer comme une possibilité davantage crédible que la somme versée était non pas de 500, mais de 8 500 drachmes, cela ne devait représenter guère plus que le coût total d’une seule tour de l’enceinte fortifiée38. Le décret étolien précise encore que les Doriens ont envoyé « des ambassades auprès des cités parentes et des rois descendants d’Héraclès, Ptolémée et Antiochos »39 : ainsi, et cela n’est pas sans rappeler la situation de Rhodes quelques années auparavant, la cité a cherché à multiplier les sources de financement en se rendant auprès des cités qui composent son réseau traditionnel, peut-être Cos et la Carie comme le suggérait déjà Jean Bousquet40. Le décret s’appesantit longuement sur les liens de parentés divines et héroïques qui unissent Kyténion à Xanthos, Ptolémée IV et Antiochos III41. Ces références apparaissent comme un outil diplomatique commode pour les ambassadeurs qui peuvent, à loisir, les adapter aux particularités locales des cités auprès de qui ils viennent demander de l’aide, insistant tantôt sur la généalogie dorienne, tantôt sur la filiation étolienne.

  • 42 AppÉp 7.
  • 43 Robert 1978a, p. 406.
  • 44 L’emploi de cet adjectif pour caractériser un tremblement de terre n’apparaît que dans cette inscri (...)
  • 45 [ἀπέστειλεν ὁ δᾶµος πρὸς τὸν σύµπαντα δᾶµον π]ρ̣εσβευτὰν Θε[- - -]. En adoptant cette restitution, (...)
  • 46 Tituli Calymnii 12 ; Grieb 2008.
  • 47 Même si pour certains savants, le tremblement de terre de Calymna doit être mis en relation avec ce (...)
  • 48 La cité de Cos a, au cours du iiie s. av. n.è., envoyé de nombreuses ambassades auprès des rois hel (...)

11À la suite d’une catastrophe de grande ampleur, les villes sinistrées n’hésitaient pas à dépêcher des ambassades auprès des souverains et des cités alliées, ce qui témoigne, en ce sens, d’un dense réseau de solidarité. Une inscription très fragmentaire de Calymna complète ainsi la série des ambassades envoyées à la suite d’une catastrophe naturelle à l’époque hellénistique42. Ce fragment relate une demande d’assistance du peuple de Calymna, mais il n’offre que de maigres renseignements43 : le séisme est peut-être suivi de plusieurs répliques, ce dont témoignerait l’emploi du pluriel σεισµῶν renforcé par l’utilisation de l’adjectif συνεχῶν44. On voit également qu’un ambassadeur est chargé de plaider la cause des Calymniens, mais l’on ne peut affirmer auprès de qui il est prié de se rendre. La restitution de Mario Segre, proposée exempli gratia, paraît même sur ce point hypothétique, sinon abusive45. L’éditeur met implicitement en parallèle l’évolution des institutions de Calymna, qui devient un dème de Cos vers 200 av. n.è., et la date à laquelle il place la rédaction de notre décret46. Or, il est facile d’objecter que cette date ne peut être déterminée avec précision : aucun élément ne permet d’affirmer que ce décret a bien été voté au début du iie s.47. Surtout, l’étude de deux cas similaires, Rhodes et Kyténion, a montré que, d’ordinaire, les ambassades sont dépêchées auprès de nombreux alliés et s’étendent à un réseau traditionnel à la fois large et lointain. Même si l’on admet comme une hypothèse plausible que Calymna est bien un dème à l’époque où se produit le séisme, on imagine davantage que les représentants se sont rendus auprès des cités alliées de Cos, qui bénéficie d’un vaste réseau traditionnel notamment fondé sur des parentés légendaires nombreuses48.

L’envoi d’ambassades à Rome à l’époque impériale

  • 49 Le juriste Ulpien rapporte que ceux qui sont en charge d’une ambassade doivent théoriquement recevo (...)

12Le décret de Calymna est le dernier document de l’époque hellénistique qui relate une ambassade officielle à la suite d’un tremblement de terre. Ce type de mission diplomatique ne réapparaît au plus tôt dans nos sources qu’au ier s. de n.è. à l’occasion d’une ambassade menée par un grand-prêtre de Kéramos auprès de Tibère, sans que l’on puisse affirmer avec certitude qu’un tremblement de terre en fût réellement la cause. Un peu plus de deux siècles séparent donc ces deux événements, mais il serait fallacieux d’en déduire qu’aucune ambassade officielle consécutive à une catastrophe naturelle n’ait été menée au cours de cette période. Dès l’avènement d’Auguste, les demandes d’assistance sont adressées directement à l’empereur ; elles impliquent donc, pour les provinces orientales de l’Empire, des déplacements lointains et onéreux, dont le coût repose en principe sur les finances des cités49. Or, on constate que deux ambassades au moins ont été menées aux frais de notables locaux, parmi d’autres évergésies. Il n’y a certes pas lieu de s’étonner : l’obtention d’un honneur civique, magistrature ou prêtrise, induit nécessairement une dépense en faveur de la cité, comme l’organisation de jeux ou le versement d’une somme honoraire. Il est aussi fréquent qu’un magistrat finance lui-même une ambassade auprès de l’empereur afin d’accroître son prestige personnel. D’autre part, dans une période de crise engendrée par l’impact économique que produisent les catastrophes naturelles sur les comptes publics, la contribution financière des notables locaux est largement sollicitée. L’évergétisme apparaît donc comme une stratégie financière indispensable au maintien de l’économie des cités grecques. La multiplication des financements privés tend également à diminuer la part des prérogatives traditionnelles des magistrats de la cité.

  • 50 Aucune inscription ne désigne explicitement Diophantos comme archiereus ; il s’agit pourtant de l’o (...)
  • 51 IK 30-Keramos 14, l. 11-36 ; Frija 2012, p. 107.

13L’exemple de Diophantos, grand-prêtre de la cité de Kéramos50, peut être de ce point de vue significatif. Un décret honorifique nous fait connaître la liste de ses évergésies, parmi lesquelles figure une ambassade menée à Rome « à ses frais » (αὐτοφοδίῳ)51 :

ἐν τῆι αὐθαιρέτωι | [µεγα]λοµερεῖ γυµνασιαρχίᾳ, ἥν ἐ|[τέλεσε]ν µε[τὰ τ]οῦ παναρέτου ἀδελ|[φοῦ αὐτ]οῦ Δ̣[ιον]υσίου, ἐν τῆι λαµ|[πρᾳ’ στε]φαν[ηφορί]ᾳ αὐτοῦ, καὶ ἐν τού|[τωι τὴ]ν εἰς τοὺς Θεοὺς Σεβαστοὺς | καὶ τὸν συµπ̣α̣ν̣τ̣ὰ οἶκον αὐτῶν καὶ | εὐσεβείαν καὶ εὐχαριστίαν αὐτοῦ ὁ | δῆµος[ἀ]ποδέδεκται, καὶ ἐν ἧι ἐτέ|λεσεν εἰ[ς Ῥ]ώµην αὐτεφοδίῳ πρεσ|βείᾳ πρὸς τὸν Σεβαστὸν Τιβέριον Καί|σαρα, καὶ νῦν µετὰ τῆς πάσης χαρᾶς | καὶ προθυµίας, ἅ ἐπηνγείλατο τοῦ | τῆς στεφανηφορίας αὐτοῦ ἐνιαυ|τοῦ, δίνα[ρια] ὀκτακόσια δίδωσιν κα|θὼς ἡ β[ο]υλὴ καὶ ὁ δῆµος προτ[ε]|θύµηται ε[ἰ]ς τὰς τοῦ Σεβαστοῦ Τιβ[ε]|ρίου Καίσαρος τειµὰς, εἰς τὸ µέγιστον καὶ | ἐπιφανέστατον ἀνάθηµα τῆς π[ό]|λεως, εἰς τὴν κατασκευ[α]|ζοµένην στοὰν διπλῆν ἐν τῆι ἀ[γο]|ρᾶι ὑπὸ τῶ[ν] ἐν ἀρχῆι στρατηγῶν τ[ῶν]| σὺν Ἰασικρ[ά]τηι Διονυσοδώρου : κ[υρω]|θὲν δὲ τὸ [ψ]ήφισµα ἔδοξε ἀναγ[ρα]|φῆναι ἐν [στή]ληι λευκολίθωι ἐν [τῇ κα]|τασκευαζ[ο]µένῃ Σεβαστῆι σ[τοᾶι].

Dans sa gymnasiarchie somptueuse, exercée de façon volontaire, qu’il a effectuée avec son très vertueux frère Dionysios, ainsi que dans sa brillante stéphanéphorie, ainsi que dans (son action présente), le peuple a eu la preuve de sa piété et de sa reconnaissance envers les dieux Augustes et toute leur maison, et également pendant l’ambassade à Rome qu’il a menée à ses frais auprès d’Auguste Tibère César ; maintenant encore, avec une joie totale et avec empressement, il a donné les 800 deniers qu’il avait promis l’année de sa stéphanéphorie, comme l’avait souhaité le peuple, pour les statues d’Auguste Tibère César, pour une très grande et magnifique dédicace de la cité, la construction du portique double sur l’[agora], qui sera faite par les stratèges présidés par Iasicratès fils de Dionysodoros ; le décret ayant été ratifié, il a plu de le faire inscrire sur une stèle blanchie (placée) dans le portique Auguste qui est réparé.

  • 52 Tacite, Annales 4.13.1. Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 185, no 80.

14Bien que les attendus ne rendent pas compte des raisons de l’ambassade conduite par Diophantos, des éléments de datation sont malgré tout assurés : la délégation se rendit à Rome à un moment où l’empereur s’y trouvait, autrement dit dans une période comprise entre 14 et 26 de n.è. Cette ambassade fut d’ailleurs peut-être conduite à la suite d’un important séisme, ce qui conviendrait à expliquer la fin du décret : ἐν [τῃ κα]τασκευαζ[ο]µένῃ Σεβαστῆι σ[τοᾶι]. L’emploi du verbe κατασκευάζω suggère en effet une remise en état du portique d’Auguste, peut-être endommagé lors d’une catastrophe naturelle. Si l’on tient cette hypothèse pour vraisemblable, c’est essentiellement en raison d’un passage de Tacite, qui rapporte qu’un tremblement de terre frappa la Carie en 23 de n.è.52 : la proximité entre ces deux événements autorise à y voir un lien de causalité.

  • 53 AppÉp 22.
  • 54 Laumonier 1937, p. 269-270, no 97.

15Une autre ambassade, menée à Rome par un prêtre de Stratonicée de Carie, Hiéroclès, ne pose guère de difficulté, tant du point de vue de l’interprétation du document que du sens général. Il ne fait aucun doute que le représentant de la cité, alors prêtre du culte impérial, se rendit à Rome pour y solliciter l’aide de l’empereur après qu’un tremblement de terre eut durement éprouvé la région53. Malgré sa brièveté, cette inscription s’avère fort précieuse. Elle permet d’abord de déterminer les distances parcourues et le temps, particulièrement long, qui était nécessaire pour une telle ambassade : c’est durant cet intervalle que les fils de Hiéroclès, Thrasôn et Léôn, ont une nouvelle fois assumé des charges sacerdotales importantes. Hiéroclès est un personnage de premier ordre, ce dont témoignent les nombreux sacerdoces qu’il a exercés : prêtre d’Hékate, de Zeus Panamara et d’autres Zeus, il fut aussi « archiereus des empereurs »54. En outre, le document insiste sur le financement personnel de cette ambassade et sur l’âge avancé de celui qui en fut à la tête. La question se pose alors de savoir s’il s’est agi d’une initiative individuelle ou bien d’une décision prise par les instances officielles de la cité : la position sociale de Hiéroclès, les honneurs dont il a eu la charge, ainsi que son âge sont autant d’éléments qui plaident en faveur d’une ambassade officielle. En effet, tout dans la biographie de Hiéroclès concourt à accroître son prestige social : c’est vraisemblablement en raison de son expérience et du rayonnement qu’il avait acquis auprès des citoyens de Stratonicée que cette mission diplomatique lui fut confiée. Il est certain que, face aux difficultés financières auxquelles devait faire face la cité, l’évergétisme était le seul moyen tangible de parvenir à constituer une mission diplomatique, fût-elle, en théorie, de la responsabilité du Conseil de la cité. En agissant de la sorte, le grand-prêtre participait à la pérennité de l’idéal civique traditionnel.

  • 55 IK 21/22-Stratonikeia 1025.
  • 56 IK 21/22-Stratonikeia 210. Laumonier 1937, p. 262, no 71. Sur le titre υἱὸς τῆς πόλεως : Giannakopo (...)
  • 57 Il s’agit de Tiberius Claudius Theophanes et de Iason Dionysus : cf. IK 21/22-Stratonikeia 1024 ; G (...)

16En outre, l’ambassade conduite par Hiéroclès devait très vraisemblablement être composée de plusieurs représentants. Il est frappant de noter qu’à la même époque, une autre inscription de Stratonicée nous fait connaître un prêtre de Zeus Panamara, également archiereus des empereurs, du nom de Titus Flavius Aineas, qui a lui-même participé à une ambassade à Rome55. Flavius Aineas est un personnage important, issu d’une grande famille sacerdotale, qu’une inscription qualifie de φιλορώµαιος καὶ φιλοσέβαστος καὶ φιλόπατρις, υἱὸς τῆς πόλεως56. Il est tout à fait probable qu’il ait fait partie des représentants de Stratonicée aux côtés de Hiéroclès. Plusieurs parallèles montrent, en effet, qu’en Asie Mineure les prêtres du culte impérial conduisaient régulièrement des ambassades auprès des empereurs. La tradition remonte au ier s. de n.è., où l’on connaît deux prêtres qui assument cette charge57. Cette permanence du rôle diplomatique des prêtres du culte impérial s’explique par les liens étroits qui les unissent aux souverains. D’autre part, il ne semble pas y avoir, dans les provinces micrasiatiques à l’époque impériale, de distinction fondée sur le type de requête soumise à l’empereur qui justifierait que l’on privilégie une catégorie particulière d’ambassadeur.

  • 58 TAM II 3, 905, XI C, l. 12-13 : Ἐπρέσβευεν Εὐ|πόλεµος Εὐπολέµο[υ].

17Les conséquences économiques dues à un séisme dévastateur imposaient aux magistrats civiques de dépêcher une légation auprès de l’empereur : de nombreuses cités de Lycie, durement éprouvées par le tremblement de terre des environs de 141, ont ainsi mené une ambassade auprès d’Antonin. La mission diplomatique fut placée sous la responsabilité de la Confédération lycienne et confiée à Eupolémos, fils d’Eupolémos58. Datée de 143, cette ambassade témoigne du court délai, inférieur à deux ans, qui séparait le sinistre de l’obtention d’un bienfait impérial.

  • 59 SEG 32, 462 : Aelius Dionymos ; Damôn fils de Prostatèros ; Autoboulos fils d’Euphrosynos ; Hermaio (...)

18D’autres ambassades furent également menées afin de solliciter du Prince une aide particulière au sujet des problèmes de régulation des crues. La cité de Coronée envoya ainsi quatre ambassadeurs auprès d’Hadrien en 135 pour lui faire part des graves problèmes que posaient les inondations régulières du Phalaros59.

  • 60 Strabon, 12.8.18 ; Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 164d.
  • 61 Agathias, 62-63 (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007). Il s’agit d’une initiative individuelle (...)

19L’envoi d’une ambassade officielle ne fut pas le seul moyen d’avertir l’empereur des malheurs qui frappèrent une cité. L’exemple de Chairemon, un propriétaire originaire de Tralles qui s’est rendu auprès d’Auguste à la suite d’un tremblement de terre survenu en 27 av. n.è.60, en est une illustration exemplaire. L’initiative du citoyen n’a été motivée que par la vue du désastre qui lui était insupportable61 :

οὕτω δὲ τοῦ ἄστεος οἰκτρότατα κειµένου, ἄγροικόν τινά φασι τούτων δὴ τῶν γεηπόνων, Χαιρήµονα τοὔνοµα, σφόδρα τὴν ψυχὴν ἁλῶναι τῷ πάθει, καὶ οὖν οὐκ ἐνεγκόντα θαυµάσιόν τι ἡλίκον καὶ ἄπιστον ἔργον ἀνύσαι. µήτε γὰρ τῆς ὁδοῦ τὸ µῆκος ἢ τῆς πρεσβείας τὸ µέγεθος κατορρωδήσαντα µήτε ὅτι µεγίστοις, ὥσπερ εἰκός, ὁµιλήσειν ἤµελλε κινδύνοις, καὶ ταῦτα ἐπ’ ἀδήλῳ τῇ τύχῃ, µήτε τῶν οἴκοι τὴν ἐρηµίαν µήτε ἄλλο τι τῶν ὁπόσα διανοούµενοι ἄνθρωποι µεταµανθάνουσι τὰ δοκηθέντα, ἀφικέσθαι µὴ ὅτι ἐν Ῥώµῃ, ἀλλὰ γὰρ καὶ ἐς τῶν Κανταβαρηνῶν τὴν χώραν ἀµφ’ αὐτὰς δή που τὰς τοῦ Ὠκεανοῦ ἠϊόνας (ἐτύγχανε γὰρ αὐτοῦ που ὁ Καῖσαρ ἐν τῷ τότε πρός τι τῶν ἐθνῶν διαµαχόµενος).

Alors que toute la ville était dans cette situation misérable, on raconte qu’un paysan, un laboureur appelé Chairemon, fut si profondément touché par ce désastre que, ne pouvant le supporter, il accomplit une action vraiment admirable et incroyable. Sans trembler devant la longueur du chemin et l’importance de l’ambassade, ni devant les très grands dangers qu’il allait vraisemblablement affronter, et pour un résultat incertain, ni parce qu’il laissait seuls ceux de sa maison, ni pour quelque autre de ces raisons que les hommes, après réflexion, avancent pour revenir sur ce qu’ils ont décidé, il se rendit non à Rome, mais dans le pays des Cantabriques, qui se trouve près des rivages de l’Océan (César s’y trouvait à ce moment pour combattre un des peuples de la région).

  • 62 Syll 3 741.
  • 63 Broughton 1935.
  • 64 Cicéron, Pour Flaccus 52 ; Strabon, 12.3.29.
  • 65 Strabon, 14.1.42.
  • 66 Le nom Chairemon n’apparaît d’ailleurs que quinze fois en Carie et, dans la très grande majorité de (...)

20Pour mener à bien une telle ambassade, Chairemon devait vraisemblablement être un homme riche et non, comme le laisse penser le récit byzantin de cet événement, un simple paysan. Dès la fin du xixe s., les épigraphistes allemands ont cherché à établir un parallèle entre le personnage dont le nom est donné par Agathias et une inscription honorifique de Nysa gravée en l’honneur d’un certain Chairemon fils de Pythodore62. Originaire de Nysa, l’honorandus donna 60 000 modii de grain à l’armée romaine à l’occasion du conflit qui l’opposa à Mithridate en 88 av. n.è.63. Son père, Pythodore, est par ailleurs connu de Cicéron et de Strabon qui le décrivent comme l’un des notables les plus en vue et les plus riches de la cité de Tralles64. Originaire de Nysa, il fut « asiarque », puis décida de s’installer à Tralles en raison, nous dit Strabon, de la célébrité dont jouissait la ville65. Sa fortune était si considérable que César lui emprunta même plus de 2 000 talents. Pour autant, aucun lien définitif ne peut être clairement établi entre le personnage cité par Agathias et la riche famille de Tralles que l’on voit se dessiner à travers les sources épigraphiques et littéraires antérieures66.

  • 67 Agathias, 63 (App. Anthologie grecque 229).

21Le récit byzantin évoque d’autre part une épigramme gravée sur la base d’une statue de Chairemon, qui se dressait dans l’un des champs proches de la ville67 :

Κλασθείσας πάτρας σεισµῷ ποτε, Κάνταβριν ἐς γᾶν
Χαιρήµων ἔπτα, πατρίδα ῥυσόµενος
Καίσαρι δ’ εἱλιχθεὶς περὶ γούνασι τὰν µεγάλαυχον
Ὤρθωσε Τράλλιν, τὰν τότε κεκλιµέναν
Ἀνθ’ ὧν συγγενέες τοῦτο βρέτας, ὄφρ’ ἐπὶ βωµῷ,
Οἷα δίκα κτίσταν, τάνδε φέροιτο χάριν.

La patrie détruite un jour par un séisme, dans la terre cantabrique, Chairemon accourait, pour défendre la patrie. Ayant entouré les genoux de César, il releva la glorieuse Tralles, qui alors était tombée à terre. Pour cela, ses parents lui ont accordé cette faveur, cette statue, sur ce socle, comme à leur fondateur.

  • 68 Dagron 1984, p. 151, n. 94. Cf. désormais AppÉp 14 ; Jones 2011.
  • 69 Comme le suggère un décret de la cité de Cos découvert près du sanctuaire de Zeus à Olympie (I.Olym (...)

22Contrairement à ce que prétendait Gilbert Dagron, le chroniqueur a bel et bien copié cette inscription et ne l’a pas tirée des Πάτρια Τράλλεων68. Si ce procédé est courant à l’époque byzantine – il s’agissait de retracer l’histoire d’une ville en s’appuyant sur une documentation jugée irrécusable – la base de Chairemon fut découverte récemment, en 1978 à 30 km au nord de Tralles : le texte de l’épigramme, tel qu’il se trouve dans l’œuvre d’Agathias, quoiqu’il diffère en quelques points, se fonde incontestablement sur une lecture directe de l’inscription honorifique gravée en l’honneur de Chairemon. Si le caractère historique du récit s’en trouve alors renforcé, le séisme est d’autre part attesté dans quelques sources littéraires. Sa mise en parallèle avec d’autres tremblements de terre de la même époque souligne en outre l’attachement d’Agathias à une historiographie solidement établie par la tradition orale69. Quant à l’ambassade, elle est habilement rapportée : en bon rhéteur, Agathias insiste d’abord sur les motivations de Chairemon, avant d’évoquer la dangerosité du voyage. Ces précisions font sens lorsqu’il s’agit de célébrer l’action héroïque et désintéressée de celui qui est présenté, à tort, comme un simple paysan. Il convient aussi de ne pas faire fi du contexte de ce passage : la ruine de Tralles n’est qu’une digression qui prend place dans un chapitre plus large consacré aux malheurs du vie s. de n.è. En un sens, Agathias met en parallèle l’attitude vertueuse de Chairemon ainsi que la réponse favorable d’Auguste avec l’action menée par Justinien en pareilles circonstances.

  • 70 MacMullen 1959.
  • 71 Boulanger 1923, p. 151.
  • 72 Aelius Aristide, Discours 19.
  • 73 Quet 2006.
  • 74 Aelius Aristide, Discours 19.6 : διὰ ταῦτα οὔτε πρεσβείαν κοινὴν ἀνέµεινα.
  • 75 Ibid., 21.
  • 76 Les Smyrniotes élevèrent même une statue en l’honneur d’Aristide, dont une copie aurait été découve (...)
  • 77 Philostrate, Vie des Sophistes 2.9 ; cf. Quet 2003, p. 407, n. 28.

23Si les tremblements de terre sont une cause fréquente d’ambassade auprès des empereurs70, le cas de Smyrne, en 178 de n.è., apparaît comme exceptionnel tant le rôle qu’a joué Aelius Aristide dans ces circonstances fut décisif. André Boulanger qualifiait même cet épisode de l’existence du sophiste comme « le point culminant de sa carrière et la gloire de sa vie »71. Insistant sur les échanges épistolaires qui le liaient depuis longtemps aux empereurs, Aelius Aristide s’est empressé, une nuit seulement après le désastre, d’écrire une lettre sollicitant une intervention des souverains, avant même qu’une ambassade officielle ne soit dépêchée à Rome72. L’initiative du sophiste s’inscrit dans un contexte de crise particulièrement perceptible à Smyrne depuis le milieu des années 160, époque au cours de laquelle les habitants de la cité subirent les conséquences de la grande peste qui se propagea, à partir de 164, dans le camp de l’armée romaine en Mésopotamie puis en Asie73. Par ailleurs, l’auteur confie lui-même aux empereurs Marc Aurèle et Commode le caractère individuel de son initiative : « Pour cette raison, je n’ai pas attendu après une ambassade publique »74. Derrière cet empressement, se cachent bien sûr le besoin d’accroître son mérite et son prestige personnel, mais aussi la nécessité réelle de recevoir, dans les délais les plus brefs, des secours et des fonds pour reconstruire la cité. L’initiative d’Aristide revêt en outre un caractère officiel, ou « semi-public », puisqu’il adressa à Commode un nouveau discours, trois ans après la catastrophe, afin d’obtenir de nouveaux bienfaits de la part de l’empereur75. Cette initiative n’avait pu échapper aux magistrats smyrniotes, déjà reconnaissants de la première lettre que le sophiste avait adressée aux empereurs en 17876. En effet, Aelius Aristide reçut lui-même le titre de « fondateur », normalement réservé aux évergètes bâtisseurs ou aux empereurs, pour son action auprès de Marc Aurèle et de Commode77.

  • 78 MacMullen 1959, p. 207-208.
  • 79 Philostrate, Vies des Sophistes 2.1. Le texte est peu explicite sur les mesures concrètes souhaitée (...)
  • 80 Pline le Jeune, Lettres 10.33.
  • 81 Ibid., 10.68.
  • 82 Laubry 2007, p. 157.
  • 83 Code Justinien 3.44.1.
  • 84 Sententiae Pauli 1.21.1.

24La correspondance d’Aristide avec les empereurs n’est cependant pas un cas isolé en pareilles circonstances. Des exemples antérieurs révèlent que le procédé, pour être exceptionnel, n’en est pas moins utilisé à plusieurs reprises, que ce soit par des rhéteurs ou même par des représentants du pouvoir central78. Ainsi, Hérode Atticus, alors gouverneur des cités libres d’Asie, écrivit à Hadrien afin qu’il donne à une ville menacée par la sécheresse 3 000 000 de drachmes en vue de construire des infrastructures hydrauliques79. L’empereur répondit favorablement à cette demande et confia à Hérode le soin de superviser les travaux. Dans un second temps, les magistrats romains en poste en Asie écrivirent à l’empereur pour se plaindre qu’une telle somme ait été allouée à une seule cité, alors que la dépense accordée correspondait au tribut versé par 500 villes. Un registre similaire est encore fourni par le corpus des Lettres que Pline le Jeune adressa à Trajan au moment où il exerçait les fonctions de gouverneur du Pont-Bithynie. Il ne s’agit pas, précisément, d’une demande d’assistance formulée par Pline au nom d’une cité détruite, mais d’une sollicitation de l’avis de l’empereur face à des situations inédites et catastrophiques. Trajan dut ainsi se prononcer sur l’opportunité de créer un collège de pompiers à Nicomédie après un incendie destructeur80, ou bien donner son accord au sujet d’un transfert de sépultures menacées par des inondations81. Sur ce point, la requête transmise par Pline à l’empereur a fait l’objet d’une précision juridique dès le siècle suivant82 : en effet, un rescrit de Caracalla, conservé dans le Code Justinien, autorise le transfert d’un corps en cas de risque d’inondation83. À la fin du iiie s. de n.è., une clause des Sententiae Pauli précise également qu’« en cas de crue d’un cours d’eau ou par crainte d’un écroulement, on peut, après avoir accompli les sacrifices rituels, transférer de nuit dans un autre lieu un corps qui a déjà été confié à une sépulture définitive »84. De nombreuses précautions entourent ainsi l’acte de déplacement d’un corps : la décision revient au gouverneur de la province, qui ne peut donner son accord qu’à la condition que les requérants s’engagent à exécuter une procédure sacrificielle. Ces trois documents juridiques insistent sur le caractère exceptionnel de la mesure, directement liée au risque d’endommagement de la sépulture causé par une catastrophe naturelle.

La rhétorique de la catastrophe : un aspect de la captatio benevolentiae

  • 85 Ménandre le Rhéteur, Traité 423 : πανταχοῦ δὲ τὸ τῆς φιλανθρωπίας τοῦ βασιλέως αὐξήσεις, καὶ ὅτι φι (...)
  • 86 AppÉp 2, l. 43-44.

25Qu’il s’agisse d’ambassades officielles, menées pour le compte de la cité par des magistrats ou des prêtres locaux, ou d’initiatives individuelles, les mécanismes de sollicitation auprès des souverains se fondent sur une rhétorique adaptée aux circonstances de la catastrophe, qui vise essentiellement à provoquer un sentiment de pitié. Cette rhétorique a été théorisée tardivement dans l’un des traités épidictiques de Ménandre, dans lequel l’auteur conseille d’amplifier ce qui touche à « l’amour de l’humanité du souverain en précisant qu’il est miséricordieux, qu’il éprouve de la pitié pour ceux qui le sollicitent »85. À la suite des tremblements de terre qui frappèrent Rhodes et Kyténion, les magistrats de ces deux cités avaient confié le soin aux ambassadeurs d’insister sur l’importance des destructions dans le but d’émouvoir les souverains et les cités alliées. La réponse des Xanthiens porte clairement la marque de cette rhétorique : « La décision finale est de leur répondre comme suit : au sujet des infortunes de leur cité, tous les Xanthiens ont pris part à leur affliction et ils croient de leur devoir de répondre de grand cœur à leurs sollicitations »86. Ce type d’ambassade et, davantage encore, cette rhétorique de la catastrophe apparaissent dans les sources à la période hellénistique et ils se perpétuent indiscutablement à l’époque impériale.

  • 87 Aelius Aristide, Discours 20.18. Boulanger 1923, p. 387-389 ; Millar 1977, p. 422-425 ; Pont 2010, (...)
  • 88 Philostrate, Vie des Sophistes 2.9.2.
  • 89 Notamment Strabon, 14.1.37.

26Dans la lettre qu’il adresse aux empereurs en 178, Aelius Aristide s’emploie avec zèle à mettre en application ces principes en insistant notamment sur le souvenir positif que les empereurs ont pu garder de leurs différents séjours à Smyrne, ainsi que de l’accueil qui leur avait été réservé à ces diverses occasions. Le sophiste y évoque aussi l’importance des réseaux de solidarité entre les cités d’Asie, Smyrne ayant par le passé porté assistance à d’autres villes frappées par des catastrophes naturelles87. Marc Aurèle, si l’on en croit la tradition rapportée par Philostrate, aurait pleuré à la lecture de cette lettre88. Enfin, Smyrne apparaît également dans la littérature antique comme l’une des plus belles cités d’Asie, une « vitrine architecturale » de la province89.Dans cette perspective, les empereurs autant que le koinon des cités asiatiques avaient tout intérêt à aider à la reconstruction des monuments détruits, à commencer par le temple construit sous Tibère qui fut dédié à l’empereur, à Livie et au Sénat.

  • 90 Agathias, 63 : [ἀγγεῖλαί τέ οἱ τὰ ξυνενεχθέντα καὶ οὕτως ἑλεῖν τὸν βασιλέα], ὡς αὐτίκα δὴ µάλα ὑπάτ (...)
  • 91 I.Olympia 53 (trad. Robert 1978a, p. 401).
  • 92 Tacite, Annales 2.47.2.
  • 93 Fronton, Lettres 1.2.6. Le séisme est connu par Aurelius Victor, Livre des Césars 16.12 ; Winter E. (...)

27Dans l’ensemble, les souverains paraissent avoir été sensibles à cette rhétorique. Le récit de la catastrophe qui frappa Tralles en 27 av. n.è. « provoqua à ce point la pitié de l’empereur que celui-ci choisit aussitôt sept anciens consuls, parmi les plus nobles et les plus distingués, pour les envoyer de Rome, avec leur entourage, vers cette colonie »90. L’emploi d’un registre affectif est également perceptible dans le vocabulaire des inscriptions : à la suite du tremblement de terre qui renversa la cité de Cos, Auguste ordonna sa refondation car, nous précise le décret voté en son honneur, il « eut pitié de la ville qui lui était proche du cœur »91. Le séisme de 17 de n.è., qui détruisit douze cités d’Asie Mineure, provoqua également chez Tibère beaucoup de pitié92. Enfin, une lettre de Fronton, grammairien et précepteur de Marc Aurèle, nous fait connaître une intervention de l’empereur auprès du Sénat afin qu’il accorde une remise de tribut à Éphèse, touchée par un tremblement de terre en 16193. Le discours de Marc Aurèle émut les sénateurs, notamment en raison du fait que la cité sut se montrer digne de leur « compassion ». L’affliction des souverains face aux désastres apparaît bien comme la raison de leur action bienfaitrice ; elle est à la fois perçue comme une figure de style littéraire, nécessaire à la constitution d’une historiographie officielle, mais également comme un outil efficace de propagande politique.

L’intervention continue du pouvoir central

La supervision des travaux de reconstruction

  • 94 Schwarz 2001.
  • 95 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.41.
  • 96 Pline le Jeune, Lettres 10.39.

28Démunies face aux grandes catastrophes, les cités grecques s’en remettent essentiellement à la générosité des souverains et des grands évergètes afin de pourvoir au financement des travaux de réfection des infrastructures et des édifices urbains. Les risques de malversation existaient, ce qui contraignit les représentants du pouvoir à se montrer vigilants à la manière dont les fonds étaient récoltés puis utilisés pour le bien commun94. Une anecdote rapportée par Philostrate, dont l’historicité demeure malgré tout difficile à apprécier, fait ainsi état d’une escroquerie mise au point par des astrologues égyptiens et chaldéens à la suite d’un tremblement de terre survenu en Hellespont vers le milieu du ier s. de n.è.95. Ayant fait la promesse de sacrifier à Poséidon et à la Terre en échange de 10 talents, ils exigèrent d’abord que l’argent soit déposé en banque avant de procéder aux sacrifices. Les cités, par crainte de voir s’abattre à nouveau la colère divine, s’employèrent à récolter les fonds nécessaires auprès des citoyens et puisèrent le complément dans les caisses municipales. Dans un contexte de crise, les risques financiers auxquels étaient soumis les particuliers et les cités étaient donc récurrents. Ainsi, dès lors que les communautés étaient placées sous la tutelle d’une autorité royale ou impériale, la supervision des opérations financières et des travaux de reconstruction par des représentants du pouvoir central devenait indispensable. Dans une lettre qu’il adresse à Trajan en 112, Pline craint que l’argent de l’État ne soit mal utilisé96. Le gouverneur exprime ici une inquiétude qui n’est pas sans rapport avec de possibles malversations : il réclame donc qu’un architecte soit envoyé à Nicée et à Claudiopolis afin que les sommes allouées à la construction du théâtre et des bains, qui souffrent de l’instabilité du terrain, soient engagées à bon escient.

  • 97 AppÉp 13.
  • 98 Ibid., l. 9-10.
  • 99 Holleaux 1952, p. 209, n. 1 ; Ma 2004, p. 67.

29À l’époque hellénistique, deux exemples apparaissent véritablement décisifs. Le premier se trouve dans un décret voté par la cité de Panamara de Stratonicée en l’honneur d’Asklépiadès97. L’information capitale réside surtout dans la mention de la fonction de l’honorandus, qui est dit ἐπιστάτης98. Le personnage honoré est donc un officier royal : peut-être s’agissait-il d’un fonctionnaire en charge du commandement militaire de la Carie. Son action, à la suite du tremblement de terre, n’a pas consisté à financer lui-même les reconstructions des murailles, mais plutôt à superviser les travaux en lieu et place des magistrats de la cité. L’aspect défensif de l’ouvrage permet de suggérer qu’il a également fourni une main-d’œuvre militaire. À Iasos, le même tremblement de terre avait rendu la cité vulnérable et conduit à une collaboration entre les magistrats et les officiers séleucides pour la prise en charge des reconstructions99.

  • 100 Magie 1950, p. 500.
  • 101 Agathias, 63.

30Sous le Haut-Empire romain, les actes de contrôle des représentants du pouvoir central se multiplient dans les cités helléniques, avec l’emprise progressive de Rome sur les provinces orientales de la Méditerranée100. La lex Pompeia a notamment contribué à imposer une organisation administrative dans certaines provinces plus fortement que dans d’autres. Une partie importante de la documentation provient ainsi d’Asie, région qui, malgré de fortes diversités, a très tôt connu l’administration romaine. Le rôle des gouverneurs et des magistrats locaux, chevaliers ou sénateurs, est multiple : chargés de rétablir les finances des cités ou de superviser la fondation d’un bâtiment important, ils sont aussi régulièrement sollicités par l’empereur pour se rendre dans les régions dévastées par une catastrophe naturelle. Après le tremblement de terre qui frappa plusieurs cités micrasiatiques en 27 av. n.è., Auguste décida d’envoyer sept anciens consuls accompagnés de leur entourage101. Agathias, à qui l’on doit le récit de l’événement, nous informe précisément sur leur rôle : ils furent chargés de distribuer l’argent mis à disposition par l’empereur, de procéder à une « surveillance attentive » et de faire reconstruire l’ensemble de la cité de Tralles. S’il est clair que le premier objectif était surtout d’exercer un contrôle sur l’utilisation des finances issues des caisses impériales, tout indique qu’ils eurent à prendre en charge l’ensemble des questions urbanistiques et financières relatives aux travaux de reconstruction.

  • 102 Malalas, 243.
  • 103 Ibid. ; Bérenger-Badel 2004, p. 43-56.
  • 104 Il n’est pas impossible cependant qu’une inscription gravée sur un petit autel, trouvé à Anazarbe e (...)
  • 105 Malalas, 267.
  • 106 La Souda donne le nom d’Anazarbos à propos du sénateur dépêché par Nerva (Souda, s.v. « Ἀνάζαρβος » (...)
  • 107 IK 9-Nikaia 56 (IGR III, 1545 ; ILS 8867). Mitchell 1987, p 357.
  • 108 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198e : Terraemotu facto Nicomedia ruit, et Nicaenae urbis plurima eve (...)
  • 109 Dion Cassius, 71.32.3.

31À la suite d’un séisme survenu le 23 mars 37102, Caligula confia à trois sénateurs la tâche de superviser les reconstructions des bâtiments d’Antioche et d’en édifier de nouveaux103. Un récit de Malalas, dont il est malaisé de saisir précisémént la portée historique104, rapporte qu’à Diocésarée, une ville de Cilicie frappée par un tremblement de terre en 97 de n.è., les habitants reçurent l’aide d’un sénateur romain qui s’employa avec zèle à rebâtir la cité105. Afin d’honorer le représentant du pouvoir romain, les magistrats décidèrent de donner à la cité le nom d’Anazarbe106. La mention d’un procurateur impérial à Nicée, chargé du contrôle des finances publiques, peut également être mise en relation avec les conséquences du tremblement de terre qui eut lieu au début des années 120107 : cette hypothèse est plausible car, selon Eusèbe, Nicée fut détruite et, en réponse à cette crise, Hadrien donna d’importantes sommes d’argent sur les fonds publics108. Smyrne, à la suite du séisme de 178, fournit encore un exemple significatif : en plus de l’aide financière que Marc Aurèle accorda à la cité, il confia à un sénateur de rang prétorien la charge de rebâtir la cité109. Il est clair ici que le rôle de cet administrateur, directement mandaté par l’empereur alors que l’on se trouve dans une province sénatoriale, était de contrôler l’utilisation qui était faite des sommes allouées sur les fonds propres du souverain.

  • 110 Tacite, Annales 2.47.3-4 : mittique ex senatu placuit, qui praesentia spectaret refoueretque.
  • 111 Ibid. : ne consulari obtinente Asiam aemulatio inter pares et ex eo impedimentum oreretur.
  • 112 Malalas, 246 ; Milet I 9, 318.
  • 113 Robert 1977.

32Une situation très proche, qui prête pourtant à confusion, est rapportée par Tacite à propos du tremblement de terre survenu en 17 de n.è. : alors que le séisme avait détruit un grand nombre de cités d’Asie, un représentant du Sénat, ancien préteur du nom de Marcus Ateius, fut envoyé sur place afin d’« examiner la situation et y porter remède »110. À en croire Tacite, le choix d’un ancien préteur était surtout motivé par des raisons politiques, « l’Asie étant gouvernée par un Consulaire, [on craignit que] l’égalité de rang ne soulevât des rivalités et, par suite, des obstacles »111. Cette notation entretient la confusion car elle suggère que les représentants locaux du pouvoir impérial n’avaient pas dans leurs attributions la gestion des sinistres. Plusieurs documents indiquent au contraire que les représentants du pouvoir romain en poste dans les provinces avaient aussi pour mission d’assurer la supervision des travaux ou de mettre en œuvre les chantiers de reconstruction à la suite d’une catastrophe naturelle. Ainsi, un procurateur de la province d’Asie, Cn. Vergilius Capito, fit preuve d’une très grande générosité à l’égard de la cité de Milet, dont il était originaire, après un séisme survenu en 47 de n.è.112. Il contribua à restaurer le gymnase, la palestre et les thermes, ce qui lui valut des honneurs exceptionnels de la part des Milésiens : l’éponymie d’une fête nommée Capitôneia ainsi qu’un sacrifice dont la pratique est encore attestée sous le règne de Commode. Si les travaux furent entamés du temps où Vergilius Capito était encore en poste en Asie, Louis Robert a montré que, devenu préfet d’Égypte à la fin de sa carrière, le haut fonctionnaire n’avait sans doute jamais cessé d’apporter son soutien financier à la cité de Milet113.

  • 114 AppÉp 19.
  • 115 Tacite, Annales 14.27.1.
  • 116 Pont 2010, p. 437.
  • 117 I.Kybira 36. Cf. Robert 1970, p. 89 ; Mitchell 1987, p. 350 ; Rémy 1989, p. 279-281, no 229 ; Pont (...)
  • 118 Tacite, Annales 14.27.1 ; Pont 2010, p. 437 et 473.
  • 119 AppÉp 18.
  • 120 SEG 57, 1672 B.
  • 121 TAM II 2, 396. Le formulaire épigraphique est d’ailleurs sensiblement le même dans les deux inscrip (...)
  • 122 TAM II 1, 270.

33Une inscription de Xanthos d’époque trajanienne confirme résolument l’implication du légat propréteur dans les affaires d’une cité après un tremblement de terre114 : le document exprime très clairement toute la reconnaissance de la cité pour l’aide officielle que le gouverneur leur a apportée en temps de crise. On connaît d’autre part un proconsul d’Asie qui aida les cités de Phrygie touchées par un tremblement de terre à l’époque de Néron115. Le sénateur a semble-t-il pourvu au financement de la cité, mais il est clair que sa fonction le prédisposait non pas à verser lui-même une certaine somme d’argent, mais plutôt à accorder, au nom du Sénat, une remise partielle du tribut116. À Cibyra, Quintus Veranius Philagrus, légat d’Auguste propréteur, est chargé par l’empereur de reconstruire la ville, une vingtaine d’années après la catastrophe qui eut lieu en 23 de n.è.117. Un nouvel exemple illustre encore la fonction d’intermédiaire que les représentants sénatoriaux exercent entre les communautés civiques et le pouvoir central : à Hiérapolis, en 85/6, le proconsul Sextus Iulius Frontinus pourvoit à la reconstruction de la cité, touchée par un tremblement de terre, vraisemblablement en accordant une remise du tribut118. On sait, enfin, que c’est le légat Sextus Marcius Priscus qui présida aux travaux de reconstruction des canalisations endommagées par le séisme de 68 de n.è. à Patara119. Il assura également dans cette cité la supervision des travaux du pharos et de l’antipharos détruits à cette même occasion120. Ce magistrat est encore nommé lors de la réfection d’un balaneion, vraisemblablement endommagé à la suite du même tremblement de terre121 et à Xanthos, il supervisa les travaux d’un arc triomphal en l’honneur de Vespasien122.

  • 123 Contrairement à l’opinion défendue par Bedon 2005, p. 369, pour qui « les administrateurs habituels (...)
  • 124 Kirbihler 2005 ; Fournier, Kirbihler 2012.
  • 125 IK 13-Ephesos 659 B, 660 B, 716 ; IK 16-Ephesos 2246 A ; IK 17/2-Ephesos 4119-4120 (SEG 55, 1153).
  • 126 Didyma II. Die Inschriften 149.

34L’envoi de sénateurs depuis Rome dans les régions touchées par des catastrophes naturelles n’est donc pas une règle intangible : les représentants locaux de l’empereur ou du Sénat ont également pu être en mesure d’aider les cités à se relever d’un sinistre123. Certaines personnes choisies par l’empereur pour s’occuper de la supervision des travaux bénéficiaient d’un statut spécifique qu’il est parfois difficile d’apprécier : ainsi, dans les années 20 du ier s. de n.è., à la suite d’une période de difficultés peut-être dues à un tremblement de terre124, l’empereur, ou le gouverneur, aurait confié à un certain Lucius Cusinius la charge d’ἐπίσκοπος et celle d’ἐπίτροπος τῆς πόλεως125, expression qui réapparaît dans une inscription de Didymes trouvée dans le sanctuaire d’Apollon126, sans que l’on connaisse précisément les modalités qu’elle recouvre. Ce titre pourrait circonscrire une attribution financière, habituellement exercée par le secrétaire du peuple, mais qui, en raison de la gravité et du caractère exceptionnel de la situation, reviendrait à un représentant du pouvoir impérial.

  • 127 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a).

35Il demeure une question en suspens, à laquelle les sources ne permettent pas de répondre avec certitude : qui assurait matériellement les travaux de réfection des bâtiments et des infrastructures endommagés par des catastrophes naturelles ? À l’époque romaine, il semble qu’une partie du personnel de chantier appartenait à des corps de l’armée. C’est du moins ce que l’on peut tirer d’une série de quatre inscriptions syriennes, gravées dans la vallée de l’Abilène sous le règne conjoint de Marc Aurèle et de Lucius Verus127. Ces documents rapportent la reconstruction d’une route détruite par une crue violente :

Imp(erator) Caes(ar) M(arcus) Aurel(ius) Antoninus | Aug(ustus) Armeniacus et | Imp(erator) Caes(ar) L(ucius) Aurel(ius) Verus Aug(ustus) Ar|meniacus viam fluminis | vi abruptam interciso | monte restituerunt per (Iullium) Verum leg(atum) pr(o) pr(aetore) provinc(iae) | Syr(iae) et amicum suum | inpediis Abilenorum.

L’empereur César Marc Aurèle Antonin Auguste, vainqueur des Arméniens, et l’empereur César Lucius Aurélius Verus Auguste, vainqueur des Arméniens, ont [fait] restaurer, par une tranchée dans la montagne, la route emportée par la violence du fleuve, grâce à l’action de Iullius Verus, légat propréteur de la province de Syrie et leur ami, aux frais des gens d’Abila.

  • 128 Mentionné dans la seconde inscription qui compose le dossier : Pro salute Imp(eratorum) Aug(ustorum (...)
  • 129 Hurlet 2006, p. 287-289.
  • 130 Rey-Coquais 1992.

36Tous les acteurs ayant contribué à cette reconstruction sont mentionnés : le gouverneur de la province, les habitants – à qui l’on impose le coût des travaux – ainsi que le centurion, qui a en charge le déroulement des opérations128. Il ne faut sans doute pas faire intervenir les empereurs dans la chaîne de décisions. L’évocation de leurs noms ne revêt qu’un sens protocolaire, comme pour rappeler la relation subordonnée qui lie toute décision du légat propréteur à l’autorité des souverains. L’ajout de l’expression et amicum suum à la fin des dispositions n’est pas exceptionnel : elle est seulement utilisée afin de renforcer la position du gouverneur dans les provinces129. Les travaux de reconstruction ont donc été assurés par des militaires placés sous l’autorité du gouverneur. L’exercice consistant à rebâtir une nouvelle voie directement dans le roc représentait d’ailleurs une opération complexe130, qui nécessitait l’aide logistique de l’armée, dont la compétence en matière de génie fournissait les bases pour la réalisation d’un tel ouvrage. Ce travail s’avérait enfin nécessaire : la vallée de l’Antiliban représente en effet un point de passage stratégique entre Damas, Héliopolis et Beyrouth.

  • 131 IGLS 1131-1139. Cf. Rey-Coquais 1992, p. 194-195.
  • 132 IK 12-Ephesos 274. Lutter contre l’ensablement des ports était une préoccupation de premier ordre d (...)

37L’intervention de l’armée est encore mentionnée à l’époque de Vespasien dans un ensemble d’inscriptions qui commémorent la construction d’un canal de dérivation pour lutter contre l’ensablement du port d’Antioche causé par un torrent131. À Éphèse, les proconsuls avaient en charge les questions d’entretien et de protection du port : sous Hadrien notamment, le Caÿstre fut détourné car il ensablait les infrastructures portuaires132.

  • 133 Pline le Jeune, Lettres 10.39.

38Si le rôle de l’armée fut, à quelques reprises, essentiel pour réparer les dommages causés par des catastrophes naturelles, il semble bien que les habitants durent, au moins aux époques antérieures à l’occupation romaine, conduire par eux-mêmes ces travaux de restauration. Les gouverneurs de province durent également réclamer à l’empereur du personnel qualifié afin d’entreprendre des travaux spécifiques. Cependant, lorsque Pline demanda à Trajan qu’il lui envoie un architecte depuis Rome, l’empereur, dans un rescrit rédigé en 112, opposa un refus de principe133.

Les aides indirectes et les aides immédiates

  • 134 Robert 1978a, p. 401-402 ; Clementoni 1989 ; Bérenger-Badel 2004 ; Pont 2010, p. 436-439.

39L’envoi de représentants du pouvoir central dans les cités et les provinces touchées par des catastrophes naturelles peut être le prodrome d’une intervention des souverains à plus grande échelle, qui revêt elle-même différents aspects : sur le plan économique notamment, les rois hellénistiques et les empereurs romains participent fréquemment à la reconstruction des bâtiments détruits, voire à la refondation de cités entières, en débloquant sur leurs fonds propres des sommes souvent considérables134.

  • 135 Badoud 2011.
  • 136 Chronique Pascale 492.
  • 137 Voir supra p. 177, n. 116.
  • 138 Malalas, 211 : ἀναλώσας εἰς τὸ ἀναστῆσαι αὐτὸν καὶ στῆσαι εἰς τὸν ἴδιον τόπον εἰς µηχανὰς καὶ σχοῖν (...)
  • 139 Agusta-Boularot 2006, p. 121.
  • 140 Pseudo-Aelius Aristide, Discours 25.53.
  • 141 Strabon, 14.2.5.
  • 142 Pline l’Ancien, 34.41

40Un exemple significatif a pu être allégué pour souligner le rôle des souverains dans le processus de reconstruction d’un édifice détruit dans une catastrophe naturelle : certains témoignages antiques rapportent en effet que la remise en état du colosse de Rhodes, effondré à la suite du séisme de 227 av. n.è., fut entreprise à l’époque impériale135. Ces récits paraissent toutefois d’une authenticité douteuse, entâchés de plusieurs incohérences qu’il n’est guère possible de résoudre ni de concilier. Eusèbe prétend ainsi que Vespasien aurait procédé à la reconstruction du colosse et que la tête de la statue aurait été remplacée à l’époque de Commode par un portrait de l’empereur136. Jean Malalas établit pour sa part un récit vraisemblable, auquel de nombreux savants ont accordé un crédit sans doute excessif137. Le chroniqueur byzantin affirme en effet que la statue fut redressée sous le règne d’Hadrien : trois siècles sépareraient donc la destruction du colosse de sa restauration. Les sommes mises en jeu, trois centenaria selon Malalas138, auraient servi à l’achat de machines et de cordes, ainsi qu’au paiement des artisans. Sandrine Agusta-Boularot a déduit de l’attribution d’une telle somme qu’elle ne pouvait se comprendre qu’au regard de l’appartenance de la statue d’Hélios à la liste canonique des sept merveilles du monde139. À travers le gigantisme de cette entreprise, Hadrien aurait par ailleurs manifesté des qualités et des vertus propres aux bons empereurs, celles du souverain fondateur. Ce témoignage paraît toutefois contradictoire avec un autre document important pour l’histoire de Rhodes : dans un célèbre discours, le Pseudo-Aelius Aristide entreprend d’énumérer les monuments qui n’ont pas souffert dans le tremblement de terre qui affecta la cité en 141. Ce faisant, le rhéteur précise que les restes du colosse abattu depuis près de quatre cents ans demeuraient encore visibles au milieu du second siècle140. D’autre part, Strabon rapporte qu’un oracle avait défendu aux Rhodiens de reconstruire la statue d’Hélios et que les éclats du colosse furent laissés sur place, sans qu’on y touchât pendant au moins trois siècles141. Cette brève incise du géographe trouve un heureux parallèle dans un passage de Pline142 : se fondant sur le récit pittoresque d’un consul romain, Gaius Licinius Mucianus, contemporain de Galba et d’Othon, l’encyclopédiste affirme que, pourtant détruite, la statue attisait encore la curiosité des voyageurs qui cherchaient à en étreindre les doigts. Par ses dimensions exceptionnelles, le colosse continuait ainsi à exercer une fascination remarquable au ier s. de n.è. Il semble, enfin, qu’une confusion fâcheuse ait altéré la tradition manuscrite de ces récits littéraires : le colosse évoqué par Eusèbe ou Malalas ne serait pas celui de Rhodes, mais une statue que Néron érigea à Rome, ἐν ἱερᾷ ὁδῷ, autrement dit le long de la voie sacrée. Cette œuvre sculptée a bien été achevée sous Vespasien et modifiée à plusieurs reprises au cours du siècle suivant. Selon Nathan Badoud, l’altération de la tradition manuscrite s’explique aisément : la leçon ἐν ἱερᾷ ὁδῷ a pu être corrompue en ἐν Ῥόδῳ, ce qui justifierait à peu de frais que les chroniqueurs byzantins aient proposé une mauvaise interprétation du sort que connut la statue d’Hélios.

  • 143 Herzog 1899, p. 141-145 ; Cadoux 1938, p. 279-281.

41Quoique la mise en évidence des bienfaits impériaux ne semble, dans le cas du colosse de Rhodes, reposer que sur une succession de récits postérieurs confus, l’assistance que fournissent les souverains aux populations touchées par une catastrophe participe indéniablement de la construction d’une figure royale vertueuse, d’un modèle du « bon prince », auquel les cités reconstruites paraissent avoir été sensibles et dont elles célèbrent les bienfaits en accordant de nombreux signes de reconnaissance. Ce modèle commun trouve indéniablement ses origines à l’époque hellénistique143.

La constitution d’un modèle à l’époque hellénistique

  • 144 Polybe, 5.88-90.
  • 145 Garnsey 1996, p. 107-128.

42L’époque hellénistique marque une transition avec le monde des cités-États en ce qui concerne la gestion financière de l’après-catastrophe. Le financement des réfections, auparavant assumé par les communautés civiques, est, à partir du iiie s. av. n.è., réparti entre différents acteurs, parmi lesquels peuvent figurer les monarques. Le cas exceptionnel de Rhodes, en 227 av. n.è., en est l’illustration la plus frappante144. Lorsque Ptolémée consent à fournir aux Rhodiens un million d’artabes de blé, il s’inscrit dans une tradition ancienne, qui consistait à répondre aux crises de subsistance consécutives à une catastrophe naturelle par la distribution de produits de première nécessité145. Cet épisode a surtout été l’occasion pour les rois hellénistiques, à travers une mise en concurrence des pratiques évergétiques, de faire preuve de libéralités exceptionnelles. Les dons d’argent, si nombreux dans le cas de Rhodes, ont souvent été le moyen privilégié par les souverains de contribuer au relèvement des cités frappées par une catastrophe naturelle.

  • 146 I.Iasos 4, 80-81. Cf. Ma 2004, doc. 26 (dont est tirée la traduction) et Nafissi 2001 (voir les not (...)

43Le tremblement de terre de 199/8 av. n.è. a ainsi conduit Antiochos III à porter secours aux Iasiens, en accordant à la cité des privilèges particuliers. C’est ce que rappelle Laodice, la sœur-épouse du roi, dans une lettre qu’elle adressa à la cité d’Iasos146 :

ἐπὶ στεφανηφόρου Κυδίου τοῦ Ἱεροκλείους· | Βασίλισσα Λαοδίκη Ἰασέων τῆι βουλῆι καὶ τῶι δή|µωι χαίρειν· ἀκούουσα πλεονάκις τοῦ ἀδελφοῦ ἥν | τε ἀντίληψιν τῶν ἑαυτοῦ φίλων καὶ συµµάχων | διατελεῖ ποιούµενος καὶ ὡς τὴν ὑµετέραν πό|λιν συµπτώµασιν περιπεσοῦσαν ἀπροσδοκή|τοι̣ς ἀνακτησάµενος τήν τε ἐλευθερίαν ὑµῖν | ἀπέδωκεν καὶ τοὺς νόµους καὶ τὰ λοιπὰ προτέθει|ται συναύξειν τὸ πολίτευµα καὶ εἰς βελτίονα δι|άθεσιν ἀγαγεῖν, προαιρουµένη δὴ καὶ ἐγὼ ἀκόλου|θα πράσειν τῇ σπουδῇ αὐτοῦ καὶ ἐκτενείαι καὶ διὰ | τοῦτο καταθέσθαι τινὰ εὐεργεσίαµ µὲν εἰς τοὺς | ἀσθενοῦντας τῶν πολιτῶν, εὐχρηστίαν δὲ κοι|νὴν τῶι σύµπαντι δήµωι, γεγράφεικα Στρουθί|ωνι τῶι διοικητῆι ἐφ’ ἕτη δέκα κατ’ ἐνιαυτὸν πυρῶν χιλί|ους µεδίµνους Ἀττικοὺς εἰς τὴν πόλιν παρακοµί|ζοντα παραδιδόναι τοῖς παρὰ τοῦ δήµου· εὖ οὖν ποή|σετε συντάξαντες τοῖς µὲν ταµίαις παραλαµβά|νοντας τακτοῦ πλήθους ἐγδιοικεῖν.

Sous le stéphanéphorat de Kydias, fils d’Hiéroclès. La reine Laodice au conseil et au peuple des Iasiens, salut. Ayant souvent entendu de mon frère de quelle aide il fit constamment preuve envers ses propres amis et alliés, et que, ayant repris possession de votre cité alors qu’elle était tombée dans des désastres inattendus, il vous a rendu votre liberté et vos lois, et qu’en ce qui concerne le reste, il s’efforce d’accroître le corps civique et de l’amener à une meilleure situation – et en m’efforçant moi aussi d’agir avec son zèle et son application, et, en raison de cela, d’accomplir quelque acte qui soit une évergésie envers les citoyens en difficultés, et un service pour le peuple tout entier, j’ai écrit à Strouthiôn le diocète, avec ordre de transporter et remettre à ceux de la cité chaque année pendant dix ans 10 000 médimnes attiques de blé ; vous ferez bien d’ordonner aux trésoriers de prendre ce blé et de le vendre à un prix fixe, etc.

44Désireuse d’imiter son époux, Laodice entreprend d’abord de rappeler les désastres que la cité a connus et le rôle décisif qu’Antiochos III a joué dans ces circonstances : τὴν ὑµετέραν πόλιν συµπτώµασιν περιπεσοῦσαν ἀπροσδοκήτοι̣ς ἀνακτησάµενος. La lettre qu’elle fait parvenir aux Iasiens comprend de nombreux éléments qui relèvent de l’idéologie royale traditionnelle : elle insiste notamment sur la sollicitude et la bienfaisance du souverain ainsi que sur les droits qu’il a à l’égard des communautés locales. C’est en vertu de ces droits qu’il décide de rendre à la cité sa liberté et ses lois afin qu’elle puisse se remettre de la catastrophe qu’elle a subie.

  • 147 Strabon, 12.8.17.

45L’idée que les rois hellénistiques sont à l’origine d’un modèle qui perdure jusqu’à l’époque romaine repose essentiellement sur un passage de Strabon147 :

καὶ τῶν ἄλλων δὲ πόλεων Ἀπάµεια µὲν καὶ πρὸ τῆς Μιθριδάτου στρατείας ἐσείσθη πολλάκις, καὶ ἔδωκεν ἐπελθὼν ὁ βασιλεὺς ἑκατὸν τάλαντα εἰς ἐπανόρθωσιν, ὁρῶν ἀνατετραµµένην τὴν πόλιν. λέγεται δὲ καὶ ἐπ’ Ἀλεξάνδρου παραπλήσια συµβῆναι·[…] ἡνίκα καὶ Σάρδεις καὶ τῶν ἄλλων τὰς ἐπιφανεστάτας κατὰ πολλὰ µέρη διελυµήναντο· ἐπηνώρθωσε δ’ ὁ ἡγεµὼν χρήµατα ἐπιδούς, καθάπερ καὶ πρότερον ἐπὶ τῆς γενοµένης συµφορᾶς Τραλλιανοῖς (ἡνίκα τὸ γυµνάσιον καὶ ἄλλα µέρη συνέπεσεν) ὁ πατὴρ αὐτοῦ καὶ τούτοις καὶ Λαοδικεῦσιν.

Parmi les autres villes, Apamée souffrit de nombreux séismes avant l’expédition de Mithridate ; en y parvenant et voyant la cité ruinée, le roi donna cent talents en vue de son redressement. On raconte également que des événements semblables se produisirent sous le règne d’Alexandre […] Encore de nos jours, des secousses sismiques ont renversé Magnésie, qui se trouve au-dessous du Sipyle, lorsque Sardes et de nombreux quartiers d’autres cités les plus célèbres furent détruits. Toutefois, l’empereur les restaura, en donnant lui-même de l’argent, comme son père auparavant à l’égard des habitants de Tralles lors de la catastrophe qui survint et jeta bas le gymnase ainsi que d’autres quartiers, puis aussi à l’égard des habitants de Laodicée.

46Le géographe établit un parallèle, sinon une filiation, entre la magnificence des empereurs romains et les dons inouïs du roi du Pont. Pour chaque catastrophe, il évoque en effet les générosités dont firent preuve Mithridate, Tibère et Auguste. L’épisode relatif à Alexandre doit très certainement être considéré comme fictif, puisqu’aucun autre document de la Vulgate ne vient corroborer l’histoire rapportée par Strabon. Il est clair que ce récit cherche surtout à attribuer à Alexandre la paternité d’un modèle vertueux qui s’est prolongé jusqu’aux premiers siècles de l’empire romain. Le don de Mithridate, 100 talents, est considérable, mais il n’est guère étonnant que la somme allouée par Tibère à la cité de Sardes pour sa reconstruction soit plus impressionnante encore, 10 000 000 de sesterces, soit, si l’on s’en tient grossièrement aux équivalences, près de quatre fois la somme donnée par le roi du Pont.

  • 148 Malalas, 211.

47Bien que le nombre de reconstructions attestées soit, dans l’ensemble, assez faible au ier s. av. n.è., un épisode concernant Antioche sur l’Oronte, connu de Malalas, semble malgré tout suggérer une continuité entre l’évergétisme des rois hellénistiques et celle des hommes d’État romains148. Vers 65 en effet, Pompée donna de l’argent à la mégapole syrienne, frappée par un tremblement de terre, et fit à cette occasion reconstruire le bouleutérion.

L’empereur ou le Sénat

  • 149 Robert 1978a, p. 401.
  • 150 Modestin, Digeste 50.10.6.
  • 151 Hurlet 2006, p. 280-301, établit une liste de thèmes susceptibles de motiver l’intervention de l’em (...)

48Louis Robert soulignait que « sous l’Empire, l’intervention de l’empereur est attendue et normale »149. Même si au iiie s. de n.è., le jurisconsulte Modestin prétendait que toutes les constructions publiques devaient préalablement avoir été autorisées par l’empereur150, il convient en fait de nuancer fortement l’idée d’une intervention unilatérale du Prince dans les cités touchées par une catastrophe naturelle151. Il existe en effet, dès l’époque d’Auguste, une partition entre les recettes fiscales du Sénat (l’aerarium) et celles de l’empereur (le fiscus) qui dépend du statut de la province concernée. Ainsi, en théorie, les dégrèvements d’impôts et les remises de tribut ne peuvent être accordés, dans les provinces sénatoriales, que par le Sénat. L’empereur peut néanmoins faire parvenir, sur ses fonds propres, une somme d’argent allouée à la reconstruction d’un édifice ou d’une cité entière. Trois situations semblent avoir prévalu au cours des deux premiers siècles : le Sénat a pu suspendre les prélèvements de taxes dans certaines cités touchées par une catastrophe ; l’empereur est intervenu directement et a assuré la prise en charge financière des reconstructions ; enfin, au moins deux cas conjoints d’intervention sénatoriale et impériale nous sont connus.

  • 152 Alföldy 1965.
  • 153 Tacite, Annales 3.40. La révolte eut lieu en 21.
  • 154 Bowersock 1981, p. 99.

49Le contexte historique dans lequel prennent place ces libéralités exceptionnelles ne doit pas non plus être ignoré : comme l’a bien montré Géza Alföldy dans un article sur la politique provinciale de Tibère152, plusieurs provinces de l’Empire sont, au ier s. de n.è., largement pressurées pour garantir des recettes fiscales à l’État romain. La lourdeur des charges qui pèsent sur les provinces entraîne, dès le milieu des années 10, des demandes répétées d’allègement d’impôts et provoque même une révolte en Gaule153. Si l’asphyxie dont souffrent les provinces dans cette première moitié de siècle est devenue intolérable, elle est aussi un indice permettant d’expliquer les raisons pour lesquelles l’empereur et le Sénat furent contraints d’alléger les taxes qui pesaient sur les cités détruites par une catastrophe majeure154.

Les aides indirectes

  • 155 Tacite, Annales 4.13.1.
  • 156 Ibid., 12.58.2.
  • 157 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38 et Malalas, 246.
  • 158 Bérenger-Badel 2004, p. 46.
  • 159 Tacite, Annales 14.27.1.

50Les remises de tribut et les suspensions de taxes sont des mesures relativement peu contraignantes pour l’État. On dénombre environ une dizaine d’exemples pour les cités des provinces orientales. À Cibyra, en Phrygie, et à Aegion, en Achaïe, Tibère fit voter des sénatus-consultes permettant à ces cités, ruinées par des tremblements de terre, d’être exemptées de tributs pendant trois années155. À Apamée Kibotos, les habitants ont bénéficié, sous le règne de Claude, d’une remise du tribut pour cinq ans à la suite d’un tremblement de terre156. À Antioche sur l’Oronte, Claude supprima aussi les taxes ordinaires payées par les habitants de la cité afin de permettre la reconstruction des arcades157 ; cette exemption bénéficie aux particuliers, mais également à des associations civiques qui se voient exonérées du paiement d’une taxe sur la fumée (λειτουργίαν ἣ παρεῖχου ὑπὲρ καπνοῦ)158. À Hiérapolis, l’intervention du proconsul Sextus Iulius Frontinus doit être mise en relation avec une décision sénatoriale de suspendre partiellement la levée du tribut159.

  • 160 Fronton, Lettres 1.2.6.

51Enfin, un cas marquant doit être signalé : à la suite d’un séisme qui renversa Éphèse, Marc Aurèle prit lui-même la décision de solliciter du Sénat une aide en faveur de la cité160. L’aide indirecte accordée aux cités détruites paraît ainsi être une solution jugée moins coûteuse pour le pouvoir impérial que le versement de sommes d’argent en numéraire.

Les aides immédiates

  • 161 Dion Cassius, 54.30.3.
  • 162 Malalas, 243.
  • 163 AppÉp 9 et 10.
  • 164 Malalas, 250.
  • 165 Ibid., 259 ; le séisme est également mentionné dans la Chronique Pascale 246.

52Les interventions de l’empereur pouvaient également se manifester par le déblocage d’un fonds d’urgence destiné aux cités détruites. Si l’on a conservé tant d’exemples, c’est assurément parce que ces versements étaient à la fois exceptionnels et qu’ils participaient d’une publicité de l’idéologie impériale. Dion Cassius en fournit le premier exemple : en 12 av. n.è., Auguste vint directement en aide aux cités d’Asie, frappées par un tremblement de terre, en payant sur ses fonds propres le tribut annuel qu’elles devaient au Sénat161. Par la suite, tous les empereurs firent preuve de libéralités dans des occasions similaires. Ainsi, après un tremblement de terre survenu au printemps 37, Caligula confia non seulement à trois sénateurs le soin de superviser la reconstruction de la cité d’Antioche, capitale de la province impériale de Syrie, mais il donna en plus une importante somme d’argent affectée aux travaux162. À Samos, Claude fit reconstruire le temple de Dionysos et le gymnase détruits par le même tremblement de terre, comme en témoignent deux inscriptions bilingues163. À supposer que le séisme qui renversa plusieurs cités de Crète eut bien lieu en 53, comme le laisse penser Malalas164, et non à une date ultérieure, les sommes considérables données pour la reconstruction des bâtiments détruits proviennent bien du fiscus de l’empereur Claude. À Nicomédie enfin, Vitellius donna beaucoup d’argent à la fois à la cité et aux survivants après un séisme qui se produisit en 69165.

  • 166 Tremblement de terre de 60 de n.è. : Tacite, Annales 14.27.
  • 167 Reynolds 1995 ; Pont 2010, p. 473.
  • 168 Lassus 1977.

53Sous les Flaviens, Laodicée et Hiérapolis ont également bénéficié d’une aide impériale à la suite d’un tremblement de terre survenu sous Néron166. À Aphrodisias, la construction d’un bain a été l’objet d’une initiative conjointe de l’empereur (Néron ou Domitien ?) et d’une riche évergète167 : Attalis fille de Ménékratès a pourvu au financement tandis que l’empereur a, très vraisemblablement, fourni le marbre et la main-d’œuvre ainsi peut-être qu’un don en numéraire. Afin de permettre la construction de ce bâtiment, des matériaux provenant des bains d’Eusébès, détruits par un tremblement de terre sous le règne de Claude, ont été remployés. Rien n’interdit de penser non plus que plusieurs édifices en perpétuelle restauration ont pu successivement être renversés par des séismes : le grand théâtre d’Antioche, dont la construction a d’abord été l’œuvre de César, a été agrandi en de multiples occasions par Agrippa (en 23 av. n.è.), Tibère et enfin Trajan. Peut-être doit-on y voir avec Jean Lassus un indice des nombreux tremblements de terre qui secouent régulièrement l’Antiochène occidentale168 ?

  • 169 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198.
  • 170 IG III, 55.
  • 171 Graindor 1934, p. 36.
  • 172 SEG 32, 460-463.

54Au cours de son premier séjour à Athènes, alors qu’il est initié aux Mystères d’Éleusis, Hadrien fait bâtir sur le Céphise un pont afin d’éviter les risques d’inondation dont il a sans doute été témoin169. Les Anciens avaient depuis longtemps conscience que les crues du fleuve pouvaient menacer les infrastructures urbaines. Il fut d’ailleurs à l’origine d’une importante catastrophe qui frappa Éleusis170. Selon Paul Graindor, l’empereur s’employa non pas à bâtir un pont, mais plus exactement à dévier le fleuve171. Cette préoccupation qui visait à réguler les problèmes de crues se traduit encore par une série de mesures qu’Hadrien fit prendre dans les environs de Coronée afin que la cité béotienne demeure épargnée des inondations régulières qui menaçaient son territoire172. Des digues ont ainsi été établies le long des berges du Céphise et du Phalaros. Les travaux, financés par l’empereur à hauteur d’au moins 65 000 deniers, ont échu à des entrepreneurs désignés par le Conseil de la cité.

  • 173 Malalas, 279.
  • 174 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 233-234, no 112.
  • 175 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198e.
  • 176 Cf. supra p. 194-195.
  • 177 Pausanias, 8.43.4 : Λυκίων δὲ καὶ Καρῶν τὰς πόλεις Κῶν τε καὶ Ῥόδον ἀνέτρεψε µὲν βίαιος ἐς αὐτὰς κα (...)
  • 178 Malalas, 289.
  • 179 AppÉp 23.

55Sous Hadrien encore, la cité de Cyzique reçut de la part de l’empereur de l’argent en grande quantité, ce qui favorisa son relèvement173. Le même tremblement de terre, qui eut lieu entre 120 et 128 de n.è.174, renversa la cité de Nicée qui bénéficia aussi d’une aide financière du Prince175. Antonin est lui-même intervenu directement dans les cités frappées par des catastrophes naturelles à plusieurs reprises. À Stratonicée, à la suite d’une ambassade menée par un grand-prêtre du culte impérial176, il fait parvenir 250 000 deniers à la cité. Ce tremblement de terre, qualifié de κοσµικὸς σεισµός dans une inscription de Xanthos gravée en l’honneur d’Opramoas de Rhodiapolis, est connu de Pausanias qui précise ainsi qu’« un violent tremblement de terre s’abattit et renversa les cités de Lycie, de Carie, de Cos et de Rhodes. L’empereur Antonin aida à leur relèvement par des dépenses considérables et grâce à son ardeur pour la reconstruction »177. Cette longue série se poursuit encore à la fin du iie s. de n.è. : selon Malalas, Commode donna de l’argent en abondance pour la restauration de Nicomédie, violemment frappée par un séisme le 3 mai 181178. Enfin, une inscription latine datée de 196 témoigne de la restauration d’un camp de la Cohors I Raetorum à Eumeneia en Phrygie, sous le règne de Septime Sévère179.

  • 180 Tacite, Annales 2.47.2 : nam centies sestertium pollicitus Caesar, et quantum aerario aut fisco pen (...)
  • 181 Baar 1990.
  • 182 Dion Cassius, 71.32.3.
  • 183 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 208c : Smyrna urbs Asiae terrae motu ruit. Ad cuius instaurationem de (...)

56Deux interventions conjointes du Sénat et de l’empereur ont eu lieu sous le Haut-Empire. À la suite du tremblement de terre qui frappa l’Asie Mineure, en 17 de n.è., Tibère « promit [aux habitants de Sardes] dix millions de sesterces et les déchargea pour cinq ans de tout ce qu’ils payaient au trésor et au fisc »180. La distinction opérée par Tacite met en lumière la partition des ressources financières de l’Empire, l’Asie étant une province sénatoriale gouvernée par un consulaire. Le souverain a donc exercé une pression sur le Sénat de façon à obtenir des suspensions d’impôts. Dans la suite de son récit, Tacite évoque le cas de dix autres cités qui bénéficièrent d’une exemption de tribut pour la même durée, témoignant des libéralités dont le pouvoir romain fit preuve à l’occasion de cette catastrophe, nuançant par là même l’image controversée de l’empereur qui se trouve dans d’autres passages des Annales181. Le second exemple est celui de Smyrne qui, après le séisme destructeur de 178 de n.è., bénéficia d’une aide directe de l’empereur182, mais aussi d’une exemption de tribut de la part du Sénat pour dix ans183.

Le souverain reconstructeur

  • 184 Gauthier 1995.
  • 185 Rizakis 1998, p. 103, n. 2.

57Les cités du monde grec, selon une tradition bien établie depuis l’époque hellénistique184, comblent d’honneurs civiques et de titres honorifiques les souverains qui sont intervenus directement dans les affaires publiques, notamment afin de gérer une crise consécutive à une catastrophe naturelle. La reconnaissance des bienfaits impériaux se manifeste, le plus souvent, par l’octroi du titre de « sauveur, fondateur et évergète » que l’on repère essentiellement dans les inscriptions185. Dans des cas exceptionnels, l’aide accordée par un souverain a pu conduire les cités à changer de nom ou à arborer, à la période romaine, une épithète impériale.

Σωτὴρ καὶ κτίστης καὶ εὐεργέτης

  • 186 Κτίστης se retrouve, parmi de nombreux autres exemples, sur un monument érigé en l’honneur d’un pro (...)
  • 187 Habicht 1970, p. 158.
  • 188 Papapostoulou 1989, p. 366, n. 37.
  • 189 Macer, Digeste 50.10.3-2 ; Modestin, Digeste 50.10.4.
  • 190 Rizakis 1998, p. 103 ; BullÉp 1951, 236 et 1956, 317.
  • 191 Robert 1948b, p. 116 : « L’οἰκιστής, dans les inscriptions en prose, n’est pas le constructeur d’un (...)
  • 192 Kraeling 1938, p. 47.
  • 193 Robert 1970, p. 89, n. 2.
  • 194 Follet 1992.
  • 195 Hypothèse que rejetait Robert 1978b, p. 452, n. 69.

58La formule σωτὴρ καὶ κτίστης καὶ εὐεργέτης est parfaitement divisible : il n’est pas rare que les cités mettent davantage l’accent sur le titre de sôtèr régulièrement associé à celui d’euergétès, ktistès étant un peu moins fréquent. Ces titres ne sont d’ailleurs pas réservés aux seuls empereurs186, non plus qu’ils n’apparaissent à l’époque romaine187. Le titre de κτίστης est le plus souvent associé à l’empereur Hadrien, sans qu’il ait eu à régler la gestion d’une quelconque catastrophe188. En outre, deux juristes romains du iiie s., Macer et Modestin, nous font connaître une loi selon laquelle le nom du souverain ayant autorisé ou financé une construction publique devait être inscrit sur l’édifice en question189. Pour autant, comme le soulignait Athanase Rizakis à la suite de Louis Robert, le titre de « fondateur » n’est jamais accordé à la légère190. Il peut être lié à une visite de l’empereur, à la fondation d’une ville ou à la construction de plusieurs bâtiments, voire à la refondation d’une cité191 – à la suite, notamment, d’un séisme destructeur192. La formule κτίστης τῆς πόλεως revêt d’ailleurs un sens particulier : elle indique que l’empereur à qui l’on décerne cet honneur a entrepris des travaux importants dont la responsabilité financière aurait normalement dû incomber à la cité193. Simone Follet, dans une étude sémantique sur l’emploi des termes ktistès et oikistès, notait que, malgré la polysémie du mot, son sens le plus fort était celui de « bâtir »194. L’historienne a mis en avant trois hypothèses pour caractériser son emploi : il a pu s’agir d’un titre honorifique sans contenu particulier195 ; son équivalent immédiat serait εὐεργέτης ; enfin, il désignerait, au sens propre ou figuré, un acte de fondation. C’est cette dernière acception qui se rapproche le plus du sens qu’il revêt dans les inscriptions honorifiques gravées à la suite d’un tremblement de terre. L’observation attentive de la provenance de ces documents atteste que l’octroi du titre de ktistès peut être lié à une modification en profondeur du paysage urbain : il porte donc la marque d’un renouveau urbanistique et témoigne résolument de l’ampleur de la catastrophe.

  • 196 I.Olympia 53.
  • 197 IK 36-Tralleis und Nysa 35.
  • 198 CIL X, 1624 (ILS 156). Vermeule 1981 ; Bérenger-Badel 2005, p. 167.
  • 199 Phlegon de Tralles, FGrHist 257 F 36.
  • 200 IGR IV, 1351.
  • 201 Altertümer von Aegae 50, 1.
  • 202 IGR IV, 1514.
  • 203 BMC Roman Empire I, p. 129, nos 70-73 ; Bérenger-Badel 2005, p. 168 ; Delrieux 2012.

59Le titre de ktistès décerné à un empereur à la suite d’une catastrophe se rencontre dès l’époque d’Auguste : à Cos, dans un décret voté en son honneur196, l’empereur est qualifié de sauveur, tandis qu’il est dit ktistès à Tralles197, à la suite du tremblement de terre de 27 av. n.è. Sous Tibère, un ensemble d’inscriptions fait état de la refondation des cités détruites par le grand tremblement de terre de 17 de n.è., auquel s’ajoute une base de marbre, découverte à Pouzzoles à la fin du xviie s., qui appartient à un complexe monumental élevé en 30 et célébrant l’intervention impériale du souverain198. Ce signe d’une gratitude collective est d’ailleurs consigné par Phlegon de Tralles, sur la base du témoignage d’Apollonius Grammaticus qui précise que cette statue colossale fut placée sur le forum romain à côté du temple de Vénus199. Une inscription, trouvée non loin de Mosténè et datée de l’an 31, honore Tibère comme κτίστης de douze cités200. Une formule identique se trouve par ailleurs dans une inscription bilingue d’Aigai, datée du début des années 30201. D’autre part, un fragment de décret comporte le nom de neuf représentants des cités détruites202 : les lacunes empêchent de déterminer leur nombre exact, de même qu’elles ne permettent pas de savoir quelles furent les mesures votées, mais dont il est légitime de penser qu’elles devaient définir les modes de reconnaissance envers Tibère. En outre, à la reconnaissance des cités détruites par le tremblement de terre de 17 de n.è., s’ajoute une propagande impériale qui passe par la frappe d’une série monétaire portant au revers la légende civitatibus Asiae restitutis203.

  • 204 Voir supra p. 209.
  • 205 IGR IV, 1711 : Ὁ δῆµος Τιβέριον Κλαύδιον Καίσαρα Σεβαστὸν Γερµανικὸν αὐτοκράτορα νέον κτίστην.
  • 206 Reinach 1890.
  • 207 Malalas, 279.
  • 208 Burrell 2004.

60À Samos, une intervention de Claude est bien attestée à la suite d’un tremblement de terre204. Une inscription souligne l’action évergétique de l’empereur205 : « Le peuple (honore) l’empereur Tibère Claude César Auguste, vainqueur des Germains, nouveau fondateur ». La formule employée insiste bien sur l’idée d’une refondation de la cité et doit, semble-t-il, évoquer une destruction de grande ampleur de la ville. Il faut ensuite attendre le premier tiers du iie s. de n.è. pour que le titre de ktistès soit de nouveau accordé à un empereur à la suite d’une catastrophe. Il s’agit d’une inscription de Cyzique en l’honneur d’Hadrien206, à laquelle fait écho un passage de Malalas évoquant l’aide apportée par l’empereur à la cité détruite207. Parmi les nombreux bienfaits qu’accorda Hadrien, les plus spectaculaires furent sans doute le revêtement de l’agora d’un dallage de marbre et, surtout, le financement des travaux du temple de Jupiter, dédié par la suite à l’empereur. À cette occasion, la ville devint par ailleurs néocore208.

  • 209 Schorndorfer 1997, p. 141-143.
  • 210 SEG 52, 1496 ; Green, Stennett 2002, p. 157.
  • 211 IGR IV, 1174 ; Bérenger-Badel 2005, p. 166.

61Un phénomène semblable eut lieu à Nicée, ruinée par un tremblement de terre, qui reçut la visite d’Hadrien. La cité fut pourvue de nouveaux édifices civiques : agora, murs de la ville, colonnades le long des rues. Afin de remercier le Prince de cette intervention, les Portes Flaviennes lui furent dédiées209. Le théâtre de Paphos, sur l’île de Chypre, reconstruit à la suite d’un séisme, comporte également une dédicace à Zeus Capitolin et aux empereurs antonins210. Toujours sous le règne d’Hadrien, Myrina fit graver une inscription qualifiant l’empereur de « sauveur et fondateur », peut-être à la suite d’un tremblement de terre211.

  • 212 IGR IV, 90.
  • 213 Aelius Aristide, Discours 20.20.

62Au milieu du iie s., la cité de Mytilène fut aussi détruite par une catastrophe sismique. L’intervention d’Antonin fut saluée par une inscription qualifiant l’empereur de εὐεργέτης καὶ κτίστης τῆς πόλεως212. Enfin, le cas le plus spectaculaire demeure sans doute celui de Smyrne, après la catastrophe de 178 : dans sa palinodie, Aelius Aristide pare du titre d’oikistès Marc Aurèle et Commode et y adjoint ceux d’archégètes et de guides du monde entier213.

Le changement de titulature des cités reconstruites

  • 214 Mitchell 1987, p. 361 ; Bérenger-Badel 2005, p. 168.

63La reconnaissance des cités envers les souverains peut également prendre la forme d’un changement de nom : certaines d’entre elles arborent alors une titulature générique du type kaisareia, ou une épithète impériale plus spécifique214.Les raisons de ce changement peuvent être fonction du moment important qui est célébré dans l’histoire de la cité : ainsi l’épithète Hadriana dont se pare Pétra peut être mise en relation avec le voyage que l’empereur effectua en 130 ou, si l’on suit la chronologie proposée par Eusèbe de Césarée, avec la reconstruction de la ville après un important séisme.

  • 215 Strabon, 12.8.18 ; Agathias, 63.
  • 216 Broughton 1935. Les inscriptions témoignent de ce changement de nom : IK 36-Tralleis 36, 39, 41 ; R (...)
  • 217 Bérenger-Badel 2005, p. 168.
  • 218 Ibid., p. 169.

64La cité de Tralles, refondée par Auguste peu de temps après le tremblement de terre de 27 av. n.è.215, est la première à attester un changement de nom à la suite d’une catastrophe naturelle : en prenant le nom de Césarée, les habitants entendaient ainsi célébrer l’intervention d’Auguste de la même manière qu’ils l’auraient fait dans le cas d’une fondation ex nihilo de colonie216. La légende monétaire d’une série locale tient compte de ce changement de nom, au moins jusqu’au règne de Néron, puisqu’on y lit le nom kaisareon, qui entoure parfois la tête de l’empereur217. Cette épithète générique se retrouve par ailleurs dans le cas de huit cités d’Asie que Tibère aida à la suite du séisme de 17 de n.è. À nouveau, inscriptions et monnaies témoignent de la pérennité de cette évolution, puisque Cibyra est encore appelée kaisareon kibyraton sous le règne de Trajan Dèce au milieu du iiie s.218.

  • 219 Dion Cassius, 54.23.7.
  • 220 Balty 1994 ; Balty, Balty 1977, p. 133-134.
  • 221 Une inscription, publiée par Balty 2000, p. 473-477 évoque une modification de l’adduction d’eau à (...)
  • 222 TAM I, 34 ; IGR IV, 154. Cf. Bérenger-Badel 2005, p. 169.

65L’adoption du nom d’un empereur dans la titulature d’une cité reconstruite se retrouve également dans un certain nombre de cas. Elle témoigne d’une reconnaissance et d’un attachement fidèle au souverain qui est intervenu en sa faveur. La cité de Paphos, à Chypre, détruite après un tremblement de terre en 17 av. n.è., prend ainsi le nom d’Augusta, décision prise par décret par les autorités de la cité219. On admet que l’hypothèse est également convaincante pour la ville d’Apamée, rebaptisée Claudia Apamea, ainsi que pour deux autres cités syriennes, Balanée-Banyas, qui reçut à la fin des années 40 ou au tout début de la décennie suivante le nom de Claudia Leucas, et Acco-Ptolémaïs qui prit le nom de Col. Claudia Ptolémais220. Il est clair que ces évolutions concordent parfaitement avec la date du tremblement de terre de 47 de n.è. à la suite duquel Claude fit preuve d’importantes générosités envers les cités sinistrées (carte 6)221. Sous Hadrien, les cités de Nicomédie et de Cyzique ont aussi arboré l’épithète Hadriana, événement local que l’on peut mettre en relation avec le séisme des années 120222.

Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).

Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).
  • 223 Velleius Paterculus, Histoire romaine 2.126.
  • 224 Res Gestae Divi Augusti, Appendice 4 (trad. J. Scheid, CUF, 2007).

66Les tremblements de terre sont une occasion pour les souverains de manifester à l’égard des communautés un rôle d’assistance, qui constitue l’une des vertus essentielles véhiculées par l’idéologie princière223. Dans un appendice rédigé après la mort d’Auguste et intégré aux Res gestae divi Augusti, les rédacteurs ont pris soin d’exposer les nombreuses générosités dont le Prince avait fait preuve au cours de son règne224 :

Impensa praestita in spectacula scaenica et munera gladiatorum atque athletas et venationes et naumachiam et donata pecunia colonis municipiis oppidis terrae motu incendioque consumptis aut viritim amicis senatoribusque, quorum census explevit, innumerabilis.

Les dépenses faites pour des spectacles scéniques et des jeux de gladiateurs, ainsi que pour des athlètes, des chasses et une naumachie et l’argent donné aux colonies, aux municipes, aux villes détruites par un tremblement de terre ou par un incendie, ou alors à titre individuel à des amis et à des sénateurs dont il rétablit le cens, sont incommensurables.

  • 225 Gruen 2005, p. 33-51.
  • 226 Grimal 1998.
  • 227 Suétone, Vie des douze Césars, Auguste 47.
  • 228 Grimal 1998, p. 16.

67Bien que la longue liste des dons consentis par Auguste soit sans doute incomplète, l’évocation d’une importante somme d’argent allouée aux cités ayant souffert d’un tremblement de terre fait écho à plusieurs catastrophes historiquement attestées. C’est indiscutablement sous le principat d’Auguste qu’ont été fixés les canons de l’idéologie impériale et le modèle de ce que doit être un bon souverain225 : l’image véhiculée par l’empereur lui-même est autant celle de la concordia et de la fides que celle de la providentia ou encore de la salus generis humani226. L’aide apportée aux villes sinistrées participe de cette construction d’une image publique vertueuse : Suétone, suivant en cela la propagande officielle diffusée à travers les Res gestae, rapporte à propos des villes que quelques-unes, renversées par un tremblement de terre, furent fondées à nouveau227. S’agissant de l’empereur Claude, dont les actions bienfaitrices envers les cités ruinées par des séismes sont nombreuses, on constate, à la suite de Pierre Grimal, que l’une de ses principales préoccupations était d’assurer le fonctionnement et la pérennité des institutions228. Tenant pour acquis que la pietas est l’une de ces vertus qui caractérise le mieux l’empereur, on comprend alors aisément les raisons qui l’ont conduit à se préoccuper de la restauration du temple de Dionysos (Liber Patri) à Samos détruit par un séisme en 47.

  • 229 Zanker 1990.
  • 230 Ibid., p. 297.
  • 231 MacMullen 1959, p. 207.

68Les interventions impériales à la suite de catastrophes naturelles font ainsi écho au modèle plus large des vertus royales mises en œuvre dès l’époque hellénistique. Afin de mieux comprendre les motifs et les choix qui ont amené les empereurs romains à agir selon ce modèle, il peut être avantageux de considérer la manière dont s’est opérée la construction de l’image officielle d’Auguste à la fois à travers la portraiture, les programmes édilitaires ou encore la mise en place du culte impérial en Orient229. À partir de 27 av. n.è., Auguste se dote d’une image nouvelle, plus directement en phase avec l’exercice d’un pouvoir solitaire, correspondant à l’évolution des institutions romaines. L’empereur doit par ailleurs réconcilier l’Empire, lui qui, au terme d’une importante guerre civile, n’a pu s’imposer en Orient qu’après sa victoire contre Marc Antoine. Ainsi, dans les provinces hellénisées, Auguste a dû inventer des « symboles ou une imagerie visuelle de l’Empire »230. En d’autres termes, afin d’asseoir son pouvoir sur les communautés civiques, Auguste n’a eu de cesse que d’entretenir une dialectique entre la personne sociale qu’il incarnait et les rois hellénistiques, peut-être même Alexandre, dont les cités avaient gardé le souvenir. Reprenant à son compte plusieurs domaines dans lesquels les souverains hellénistiques avaient œuvré, Auguste a donc opéré une sorte de translatio entre l’image vertueuse des rois d’Orient et la construction de sa propre figure positive. Dans cette perspective, il ne paraît finalement guère étonnant que son action ait consisté, entre autres, en une aide apportée aux villes sinistrées par une catastrophe naturelle. D’autre part, il apparaît clairement qu’une des différences notables entre la République et l’Empire fut la politique d’urbanisation initiée par Auguste et largement poursuivie par ses successeurs231 : dans ce contexte, un tremblement de terre dévastateur constituait indéniablement une circonstance idéale, qui conduisait parfois à remodeler l’urbanisme d’une cité.

*
*  *

69Empressées à reconstruire les édifices détruits par une catastrophe naturelle, les cités antiques durent fréquemment se résoudre à faire appel à la générosité internationale, lorsque celle-ci ne fut pas spontanée ou, dans d’autres cas, imposée par l’autorité d’un pouvoir central. Quelques évolutions chronologiques sont par ailleurs significatives : si les financements reposèrent essentiellement sur la participation des notables locaux à l’époque classique, la part croissante prise par les souverains hellénistiques puis par les empereurs romains tendit à modifier les stratégies financières en cas de crise. De même, les réseaux de solidarité traditionnels, fondés sur des parentés légendaires ou des alliances politiques, furent progressivement suppléés à la basse époque hellénistique, puis surtout à partir du ier s. av. n.è., par une intervention continue des pouvoirs étatiques. Les processus de résilience à l’œuvre dans les cités grecques imposaient aux communautés civiques une sollicitation croissante des souverains, qui donna lieu à l’émergence d’une « rhétorique de la catastrophe », empruntée au modèle de la captatio benevolentiae. Les autorités administratives et politiques ne manquèrent pas d’intérêt pragmatique pour la reconstruction des cités détruites : outre la diffusion d’une image vertueuse, dont les auteurs font parfois remonter les origines à la figure d’Alexandre le Grand, qui participait d’une propagande royale ou impériale nécessaire à l’affirmation du pouvoir absolu du souverain, la supervision des travaux de reconstruction permettait également d’asseoir l’autorité de l’État central dans les provinces orientales de la Méditerranée et de contrôler les agissements des communautés civiques ainsi que l’utilisation des fonds monétaires, à une époque où l’endettement des cités posait de graves difficultés.

70Ces résiliences urbaines ne constituent pas pour autant les seuls agissements des sociétés antiques afin de surmonter les catastrophes : d’autres formes de résilience, religieuse et sociale, participèrent à l’émergence d’une véritable « culture du risque » dans les cités grecques.

Notes

1 Zuiderhoek 2009.

2 Winter E. 1996 ; Halfmann 2004 ; Pont 2010 ; Meier 2012.

3 Garnsey 1996, p. 51-52.

4 Cf. supra p. 130-132 à propos de la vétusté des monuments comme facteur aggravant de la catastrophe.

5 Ces mots, fréquemment employés dans les inscriptions, indiquent le plus souvent une réparation, une réfection ou une remise en état des structures. Leur emploi reste assez vague, notamment par rapport au verbe διακέοµαι dont l’utilisation permettait de désigner la réparation d’une partie seulement d’un bâtiment. Hellmann 1992, s.v. « κατασκευάζω », p. 196-197.

6 Vallois 1924, p. 426. Le verbe κατασκευάζω se retrouve dans deux inscriptions relatives à des séismes : AppÉp 11 et 17. Dans le second cas, il s’oppose à ἐπισκευάζω : il est question de la réfection d’une statue (ἐπισκευάσασα) et de la reconstruction de la base de cette même statue (κατασκευάσασα) par la descendante du personnage honoré.

7 Bérenger-Badel 2005.

8 Pont 2010, p. 473-474.

9 Robert 1970, p. 89, n. 2 au sujet d’une inscription de Cibyra (I.Kibyra 36).

10 Monteix 2012.

11 Pour Mosley 1998, les relations d’aide entre les cités se sont développées à l’époque hellénistique, à la suite du tremblement de Rhodes en 227. Cette opinion est suivie, à juste titre, par Meißner 1998.

12 Le seul exemple antérieur à l’époque hellénistique regarde la catastrophe qui survint à Sparte vers 464 av. n.è. Thucydide rapporte que les Lacédémoniens avaient donné aux Éginètes la cité péloponnésienne de Thyréa, à la frontière de l’Argolide et de la Laconie, en récompense de l’aide qu’ils avaient reçue lors du séisme de 464 et de la révolte hilotique qui s’en suivit (Thucyide, 4.56.2).

13 Polybe, Histoires 5.88.1-4.

14 Holleaux 1938. La démonstration de Holleaux a donné lieu à un article développant l’hypothèse d’un accident de la tradition manuscrite, qui n’a pas été retenue : Foucault 1952 ; Gauthier 1985, p. 53-55.

15 Laronde 2006.

16 Ibid., p. 62 ; Van Gelder 1900, p. 114.

17 Droysen 1885, p. 607-612.

18 Pimouguet-Pédaros 2011, p. 81.

19 Préaux 1939, p. 41-42.

20 À l’exception d’Attale Ier comme le souligne Berthold 1984, p. 93.

21 Capdetrey 2007, p. 422.

22 OGIS 56.

23 Diodore rapporte que Hiéron donna 6 talents d’argent pour la reconstruction des murailles ainsi que l’exemption de charges pour les navires céréaliers : Diodore, 26.8.1 (notamment cité par Casevitz 2004, p. 137-138).

24 C’est notamment le cas à Éphèse où un évergète rhodien du nom d’Agathoclès avait acquis la citoyenneté, vers 300 av. n.è., car il s’était refusé à augmenter le prix du blé alors que la cité faisait face à une disette : IK 11/1-Ephesos 59.

25 Décret daté des années 393/2-389/8 av. n.è. ; cf. Müller 2010, p. 386, no 18.

26 Domínguez Monedero 1998.

27 Contra Migeotte 2000, p. 149 qui a suggéré qu’une partie de ces 75 talents ont permis de reconstruire les murailles de la cité.

28 Chankowski 2009, p. 104.

29 AppÉp 2.

30 Rousset 1989.

31 Sur ces problèmes de datation : Ph. Gauthier, BullÉp 1989, 275 ; Walbank 1989 ; Le Bohec 1993, p. 161.

32 D’autant que le lapicide a employé un pluriel pour désigner les secousses sismiques (σεισµῶν), ce qui peut faire référence aux répliques d’un séisme très violent ou, moins probablement, à une série de tremblements de terre qui se seraient produits dans un intervalle de temps resserré.

33 Bousquet 1988b, p. 42.

34 Polybe, 20.5.7.

35 La mention des Étoliens apparaît à de nombreuses reprises dans le texte (AppÉp 2, l. 7, 10, 39, 69, 73, 80, 91, 109).

36 Will 1979, p. 357.

37 Hypothèse justement avancée par Bousquet 1988b, p. 23.

38 La somme de 500 drachmes (l. 63) allouée à la reconstruction des murailles serait à placer dans une fourchette extrêmement basse. Ducrey 1986 a rassemblé quelques exemples : la construction d’une tour à Cyzique (ive-iiie s.) a ainsi coûté 9 200 drachmes ; à Éleusis, la transformation d’une tour a représenté un coût de 1 686 drachmes. Si, comme l’a suggéré Denis Rousset (voir les notes critiques de l’AppÉp 2), la pierre porte en réalité la somme de 8 500 drachmes, alors cette somme devient davantage cohérente avec les exemples cités précédemment.

39 l. 74-76 : Ἔδοξε τοῖς Αἰτωλοῖς πρεσβείας δόµεν τοῖς Δωριέοις ποτί τε τὰς πόλεις τᾶς συγγενεῖς καὶ τοὺς βασιλεῖς τοὺς ἀπὸ Ἡρακλέος Πτολεµαῖον καὶ Ἀντίοχον·

40 Bousquet 1988b, p. 33-37.

41 La mention d’Antiochos III n’est bien sûr pas contenue que dans le décret étolien. Elle a été maintenue pour des raisons administratives et diplomatiques, alors même que Xanthos est à cette époque sous domination lagide : cf. Bousquet 1988b, p. 40, n. 50.

42 AppÉp 7.

43 Robert 1978a, p. 406.

44 L’emploi de cet adjectif pour caractériser un tremblement de terre n’apparaît que dans cette inscription. Il est plus fréquemment employé dans la littérature, bien que le nombre d’occurrences soit assez limité : Diogène Laërce, 9.87, puis essentiellement dans la littérature d’époque byzantine.

45 [ἀπέστειλεν ὁ δᾶµος πρὸς τὸν σύµπαντα δᾶµον π]ρ̣εσβευτὰν Θε[- - -]. En adoptant cette restitution, l’éditeur, Mario Segre, suppose que le dème a envoyé un ambassadeur auprès de l’assemblée de Cos.

46 Tituli Calymnii 12 ; Grieb 2008.

47 Même si pour certains savants, le tremblement de terre de Calymna doit être mis en relation avec celui de Rhodes en 199/8 av. n.è. : voir Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 149, no 41.

48 La cité de Cos a, au cours du iiie s. av. n.è., envoyé de nombreuses ambassades auprès des rois hellénistiques (Ptolémée II, Ziaélas de Bithynie, Séleucos II et Ptolémée III). Leurs parentés légendaires sont aussi nombreuses : Cnide, Messène, Camarina, etc. Cf. Curty 1995, nos 24 et 25.

49 Le juriste Ulpien rapporte que ceux qui sont en charge d’une ambassade doivent théoriquement recevoir une rétribution proportionnelle à leur dignité : His qui non gratuitam legationem susceperunt, legatium ex forma restituatur (Digeste 50.7.3).

50 Aucune inscription ne désigne explicitement Diophantos comme archiereus ; il s’agit pourtant de l’opinion communément admise par les épigraphistes, à l’exception de Crampa 1988, p. 606-607 et de Varinlioğlu 1981.

51 IK 30-Keramos 14, l. 11-36 ; Frija 2012, p. 107.

52 Tacite, Annales 4.13.1. Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 185, no 80.

53 AppÉp 22.

54 Laumonier 1937, p. 269-270, no 97.

55 IK 21/22-Stratonikeia 1025.

56 IK 21/22-Stratonikeia 210. Laumonier 1937, p. 262, no 71. Sur le titre υἱὸς τῆς πόλεως : Giannakopoulos 2008, p. 259.

57 Il s’agit de Tiberius Claudius Theophanes et de Iason Dionysus : cf. IK 21/22-Stratonikeia 1024 ; Giannakopoulos 2008, p. 259.

58 TAM II 3, 905, XI C, l. 12-13 : Ἐπρέσβευεν Εὐ|πόλεµος Εὐπολέµο[υ].

59 SEG 32, 462 : Aelius Dionymos ; Damôn fils de Prostatèros ; Autoboulos fils d’Euphrosynos ; Hermaios fils de Théôn.

60 Strabon, 12.8.18 ; Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 164d.

61 Agathias, 62-63 (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007). Il s’agit d’une initiative individuelle et non d’une ambassade officielle envoyée par la cité. On lit pourtant ce contresens chez Levick 1971, p. 478 : « The earthquake that Suetonius mentions in the following sentence took place in 27, and Tralles, wich had been affected along Laodicea, Thyatira, and Chios, sent an ambassy to Augustus in Spain to ask for help ».

62 Syll 3 741.

63 Broughton 1935.

64 Cicéron, Pour Flaccus 52 ; Strabon, 12.3.29.

65 Strabon, 14.1.42.

66 Le nom Chairemon n’apparaît d’ailleurs que quinze fois en Carie et, dans la très grande majorité des cas, il s’agit de prêtres locaux (à Panamara et à Lagina notamment).

67 Agathias, 63 (App. Anthologie grecque 229).

68 Dagron 1984, p. 151, n. 94. Cf. désormais AppÉp 14 ; Jones 2011.

69 Comme le suggère un décret de la cité de Cos découvert près du sanctuaire de Zeus à Olympie (I.Olympia 53), qui honore Auguste du titre de σωτὴρ καὶ θέος à la suite du tremblement de terre de 27 av. n.è. : Jones 2015.

70 MacMullen 1959.

71 Boulanger 1923, p. 151.

72 Aelius Aristide, Discours 19.

73 Quet 2006.

74 Aelius Aristide, Discours 19.6 : διὰ ταῦτα οὔτε πρεσβείαν κοινὴν ἀνέµεινα.

75 Ibid., 21.

76 Les Smyrniotes élevèrent même une statue en l’honneur d’Aristide, dont une copie aurait été découverte à Rome au xvie s. : cf. Boulanger 1923, p. 154.

77 Philostrate, Vie des Sophistes 2.9 ; cf. Quet 2003, p. 407, n. 28.

78 MacMullen 1959, p. 207-208.

79 Philostrate, Vies des Sophistes 2.1. Le texte est peu explicite sur les mesures concrètes souhaitées par Hérode Atticus : ἀλλ᾽ ἐπιδοῦναί σφισι τριακοσίας µυριάδας ἐς ὕδωρ.

80 Pline le Jeune, Lettres 10.33.

81 Ibid., 10.68.

82 Laubry 2007, p. 157.

83 Code Justinien 3.44.1.

84 Sententiae Pauli 1.21.1.

85 Ménandre le Rhéteur, Traité 423 : πανταχοῦ δὲ τὸ τῆς φιλανθρωπίας τοῦ βασιλέως αὐξήσεις, καὶ ὅτι φιλοικτίρµων καὶ ἐλεῶν τοὺς δεοµένους (trad. Quet 2006, p. 253).

86 AppÉp 2, l. 43-44.

87 Aelius Aristide, Discours 20.18. Boulanger 1923, p. 387-389 ; Millar 1977, p. 422-425 ; Pont 2010, p. 277-278.

88 Philostrate, Vie des Sophistes 2.9.2.

89 Notamment Strabon, 14.1.37.

90 Agathias, 63 : [ἀγγεῖλαί τέ οἱ τὰ ξυνενεχθέντα καὶ οὕτως ἑλεῖν τὸν βασιλέα], ὡς αὐτίκα δὴ µάλα ὑπάτους ἑπτὰ τῶν ἐν τοῖς µάλιστα εὐπατριδῶν τε καὶ εὐδαιµόνων ἀνδρῶν ἐκ τῆς Ῥώµης ἀπολεξάµενον ἅµα τῷ σφετέρῳ πλήθει στεῖλαι ἐς τὴν ἀποικίαν (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007).

91 I.Olympia 53 (trad. Robert 1978a, p. 401).

92 Tacite, Annales 2.47.2.

93 Fronton, Lettres 1.2.6. Le séisme est connu par Aurelius Victor, Livre des Césars 16.12 ; Winter E. 1996, p. 102-103, place le séisme en 160 ; Pont 2010, p. 474.

94 Schwarz 2001.

95 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.41.

96 Pline le Jeune, Lettres 10.39.

97 AppÉp 13.

98 Ibid., l. 9-10.

99 Holleaux 1952, p. 209, n. 1 ; Ma 2004, p. 67.

100 Magie 1950, p. 500.

101 Agathias, 63.

102 Malalas, 243.

103 Ibid. ; Bérenger-Badel 2004, p. 43-56.

104 Il n’est pas impossible cependant qu’une inscription gravée sur un petit autel, trouvé à Anazarbe et qui porte les noms de plusieurs divinités dont Poséidon Asphaleios, soit un indice fiable en faveur de l’historicité de l’événement. Le document, daté par la paléographie de la fin du ier s. de n.è., pourrait s’accorder en effet avec le récit de Malalas : cf. IK 56-Anazarbos I, 49.

105 Malalas, 267.

106 La Souda donne le nom d’Anazarbos à propos du sénateur dépêché par Nerva (Souda, s.v. « Ἀνάζαρβος »).

107 IK 9-Nikaia 56 (IGR III, 1545 ; ILS 8867). Mitchell 1987, p 357.

108 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198e : Terraemotu facto Nicomedia ruit, et Nicaenae urbis plurima eversa sunt : ad quarum instaurationem Hadrianus de publico est largitus impensas.

109 Dion Cassius, 71.32.3.

110 Tacite, Annales 2.47.3-4 : mittique ex senatu placuit, qui praesentia spectaret refoueretque.

111 Ibid. : ne consulari obtinente Asiam aemulatio inter pares et ex eo impedimentum oreretur.

112 Malalas, 246 ; Milet I 9, 318.

113 Robert 1977.

114 AppÉp 19.

115 Tacite, Annales 14.27.1.

116 Pont 2010, p. 437.

117 I.Kybira 36. Cf. Robert 1970, p. 89 ; Mitchell 1987, p. 350 ; Rémy 1989, p. 279-281, no 229 ; Pont 2010, p. 424 et p. 436-439.

118 Tacite, Annales 14.27.1 ; Pont 2010, p. 437 et 473.

119 AppÉp 18.

120 SEG 57, 1672 B.

121 TAM II 2, 396. Le formulaire épigraphique est d’ailleurs sensiblement le même dans les deux inscriptions : on y trouve notamment l’emploi de l’expression κατασκεύασεν ἐκ θεµελίων.

122 TAM II 1, 270.

123 Contrairement à l’opinion défendue par Bedon 2005, p. 369, pour qui « les administrateurs habituels des territoires concernés se trouvaient partiellement déchargés de cette tâche, à la fois lourde et limitée dans sa définition, tout en conservant un droit de regard sur elle ». Quoique l’exemple soit sans doute un peu plus hypothétique, on peut également reconnaître dans l’intervention du proconsul T. Bruttius Maximus une restauration et un agrandissement du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte à la suite du tremblement de terre qui secoua l’île en 76-77. Entré en fonction en juillet 79, Bruttius Maximus est mentionné dans une inscription découverte à Amathonte qui porte le terme ἀποκατέστησεν. Quelques travaux, sur la muraille du site notamment, peuvent aussi lui être attribués ; cf. Aupert 2006.

124 Kirbihler 2005 ; Fournier, Kirbihler 2012.

125 IK 13-Ephesos 659 B, 660 B, 716 ; IK 16-Ephesos 2246 A ; IK 17/2-Ephesos 4119-4120 (SEG 55, 1153).

126 Didyma II. Die Inschriften 149.

127 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a).

128 Mentionné dans la seconde inscription qui compose le dossier : Pro salute Imp(eratorum) Aug(ustorum) Antoni | et Veri M(arcus) Vo|lusius Maximus | (centurio) leg(ionis) | F(laviae) F(idelis) | qui operi institit v(otum) s(olvit).

129 Hurlet 2006, p. 287-289.

130 Rey-Coquais 1992.

131 IGLS 1131-1139. Cf. Rey-Coquais 1992, p. 194-195.

132 IK 12-Ephesos 274. Lutter contre l’ensablement des ports était une préoccupation de premier ordre dans l’Antiquité : Louis Robert a notamment commenté un proverbe se rapportant au port de Sidé, en Pamphylie, dont les conditions naturelles défavorables imposaient sans cesse de le nettoyer (Robert 1948a).

133 Pline le Jeune, Lettres 10.39.

134 Robert 1978a, p. 401-402 ; Clementoni 1989 ; Bérenger-Badel 2004 ; Pont 2010, p. 436-439.

135 Badoud 2011.

136 Chronique Pascale 492.

137 Voir supra p. 177, n. 116.

138 Malalas, 211 : ἀναλώσας εἰς τὸ ἀναστῆσαι αὐτὸν καὶ στῆσαι εἰς τὸν ἴδιον τόπον εἰς µηχανὰς καὶ σχοῖνα καὶ τεχνίτας κεντηνάρια γ΄, ὡς ὑποκάτω ἔγραψεν τὸν χρόνον καὶ τὰ δαπανήµατα.

139 Agusta-Boularot 2006, p. 121.

140 Pseudo-Aelius Aristide, Discours 25.53.

141 Strabon, 14.2.5.

142 Pline l’Ancien, 34.41

143 Herzog 1899, p. 141-145 ; Cadoux 1938, p. 279-281.

144 Polybe, 5.88-90.

145 Garnsey 1996, p. 107-128.

146 I.Iasos 4, 80-81. Cf. Ma 2004, doc. 26 (dont est tirée la traduction) et Nafissi 2001 (voir les notes du BullÉp 2002, 390).

147 Strabon, 12.8.17.

148 Malalas, 211.

149 Robert 1978a, p. 401.

150 Modestin, Digeste 50.10.6.

151 Hurlet 2006, p. 280-301, établit une liste de thèmes susceptibles de motiver l’intervention de l’empereur dans les provinces : délimitation de territoires, construction de route, création et promotion de cités, octroi ou maintien de privilèges accordés à une cité, règlement administratif, justice, opérations militaires, construction liée à l’eau, privilèges fiscaux. On peut ajouter à cette liste la reconstruction de tout ou partie d’une cité à la suite d’une catastrophe naturelle.

152 Alföldy 1965.

153 Tacite, Annales 3.40. La révolte eut lieu en 21.

154 Bowersock 1981, p. 99.

155 Tacite, Annales 4.13.1.

156 Ibid., 12.58.2.

157 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38 et Malalas, 246.

158 Bérenger-Badel 2004, p. 46.

159 Tacite, Annales 14.27.1.

160 Fronton, Lettres 1.2.6.

161 Dion Cassius, 54.30.3.

162 Malalas, 243.

163 AppÉp 9 et 10.

164 Malalas, 250.

165 Ibid., 259 ; le séisme est également mentionné dans la Chronique Pascale 246.

166 Tremblement de terre de 60 de n.è. : Tacite, Annales 14.27.

167 Reynolds 1995 ; Pont 2010, p. 473.

168 Lassus 1977.

169 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198.

170 IG III, 55.

171 Graindor 1934, p. 36.

172 SEG 32, 460-463.

173 Malalas, 279.

174 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 233-234, no 112.

175 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 198e.

176 Cf. supra p. 194-195.

177 Pausanias, 8.43.4 : Λυκίων δὲ καὶ Καρῶν τὰς πόλεις Κῶν τε καὶ Ῥόδον ἀνέτρεψε µὲν βίαιος ἐς αὐτὰς κατασκήψας σεισµός· βασιλεὺς δὲ Ἀντωνῖνος καὶ ταύτας ἀνεσώσατο δαπανηµάτων τε ὑπερβολῇ καὶ ἐς τὸν ἀνοικισµὸν προθυµίᾳ.

178 Malalas, 289.

179 AppÉp 23.

180 Tacite, Annales 2.47.2 : nam centies sestertium pollicitus Caesar, et quantum aerario aut fisco pendebant in quinquenium remisit (trad. H. Goelzer, CUF, 1938).

181 Baar 1990.

182 Dion Cassius, 71.32.3.

183 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 208c : Smyrna urbs Asiae terrae motu ruit. Ad cuius instaurationem decennalis tributorum immunitas data est. Pont 2010, p. 437-438.

184 Gauthier 1995.

185 Rizakis 1998, p. 103, n. 2.

186 Κτίστης se retrouve, parmi de nombreux autres exemples, sur un monument érigé en l’honneur d’un proconsul, Sextus Apulleius, le neveu d’Auguste, en 24 ou 22 av. n.è. : cf. Ferrary 2000, no 9 (AnnÉpigr 2000, 1392). Il n’est pas impossible que le titre de « fondateur » lui fût accordé à la suite d’une aide qu’il apporta à la cité après un tremblement de terre.

187 Habicht 1970, p. 158.

188 Papapostoulou 1989, p. 366, n. 37.

189 Macer, Digeste 50.10.3-2 ; Modestin, Digeste 50.10.4.

190 Rizakis 1998, p. 103 ; BullÉp 1951, 236 et 1956, 317.

191 Robert 1948b, p. 116 : « L’οἰκιστής, dans les inscriptions en prose, n’est pas le constructeur d’un édifice, mais un “fondateur” […] ou un fonctionnaire romain qui a, par exemple, dirigé la reconstruction d’une ville après un tremblement de terre » ; Pont 2007.

192 Kraeling 1938, p. 47.

193 Robert 1970, p. 89, n. 2.

194 Follet 1992.

195 Hypothèse que rejetait Robert 1978b, p. 452, n. 69.

196 I.Olympia 53.

197 IK 36-Tralleis und Nysa 35.

198 CIL X, 1624 (ILS 156). Vermeule 1981 ; Bérenger-Badel 2005, p. 167.

199 Phlegon de Tralles, FGrHist 257 F 36.

200 IGR IV, 1351.

201 Altertümer von Aegae 50, 1.

202 IGR IV, 1514.

203 BMC Roman Empire I, p. 129, nos 70-73 ; Bérenger-Badel 2005, p. 168 ; Delrieux 2012.

204 Voir supra p. 209.

205 IGR IV, 1711 : Ὁ δῆµος Τιβέριον Κλαύδιον Καίσαρα Σεβαστὸν Γερµανικὸν αὐτοκράτορα νέον κτίστην.

206 Reinach 1890.

207 Malalas, 279.

208 Burrell 2004.

209 Schorndorfer 1997, p. 141-143.

210 SEG 52, 1496 ; Green, Stennett 2002, p. 157.

211 IGR IV, 1174 ; Bérenger-Badel 2005, p. 166.

212 IGR IV, 90.

213 Aelius Aristide, Discours 20.20.

214 Mitchell 1987, p. 361 ; Bérenger-Badel 2005, p. 168.

215 Strabon, 12.8.18 ; Agathias, 63.

216 Broughton 1935. Les inscriptions témoignent de ce changement de nom : IK 36-Tralleis 36, 39, 41 ; Robert 1949b, p. 213-214 et 1977, p. 217-218.

217 Bérenger-Badel 2005, p. 168.

218 Ibid., p. 169.

219 Dion Cassius, 54.23.7.

220 Balty 1994 ; Balty, Balty 1977, p. 133-134.

221 Une inscription, publiée par Balty 2000, p. 473-477 évoque une modification de l’adduction d’eau à Apamée, sans doute dans les années qui suivent le tremblement de terre de 47 de n.è.

222 TAM I, 34 ; IGR IV, 154. Cf. Bérenger-Badel 2005, p. 169.

223 Velleius Paterculus, Histoire romaine 2.126.

224 Res Gestae Divi Augusti, Appendice 4 (trad. J. Scheid, CUF, 2007).

225 Gruen 2005, p. 33-51.

226 Grimal 1998.

227 Suétone, Vie des douze Césars, Auguste 47.

228 Grimal 1998, p. 16.

229 Zanker 1990.

230 Ibid., p. 297.

231 MacMullen 1959, p. 207.

Table des illustrations

Titre Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1611/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540