Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Deuxième partie – Le moment de la catastrophe

Conclusion

Texte intégral

1Des trois actes qui fondent la notion moderne de catastrophe – la conscience du risque, la survenance du désastre et la résilience des communautés humaines –, le second est assurément celui qui manifeste avec le plus de force et de visibilité la brutalité de l’événement, non seulement car il occupe une place centrale dans l’enchaînement des faits, mais également en raison de son caractère tragique et irréversible qui en fait le mieux documenté. Il est rare en effet de trouver dans la littérature antique un auteur qui s’abstienne d’évoquer un grand tremblement de terre ou une inondation meurtrière : les catastrophes naturelles offrent des points de fixation chronologique, elles marquent l’histoire et la mémoire des sociétés, elles sont l’illustration de l’attitude désemparée ou pragmatique des populations. À ce titre, le moment de la catastrophe, entendu dans un sens restrictif, ne donne prise qu’à de très minces évolutions chronologiques. Sur l’ensemble de la période étudiée, les comportements sociaux et la mise en place de processus immédiats de remédiation présentent de forts invariants caractéristiques (tabl. 7). Les mécanismes sont parfaitement établis : la catastrophe engendre d’abord effroi et panique ; elle s’accompagne ensuite de crises sanitaire, politique, sociale, militaire et économique. Les communautés civiques et les individus agissent presque toujours de la même manière afin de chercher à remédier aux conséquences du drame. À la soudaineté avec laquelle frappe un aléa naturel destructeur répond invariablement l’urgence des actes. Si l’étonnement face à l’événement impose, dans une autre variable de temps, une recherche des causes pour purger l’inquiétude induite dans l’âme ainsi que la réduction de l’exceptionnel à un simple fait naturel, ce ne peut être qu’à la suite d’une période de troubles au cours de laquelle les tentatives de remédiation ont pour objet de parer au plus pressé.

2À la suite d’un désastre, les moyens mis en œuvre pour la reconstruction des édifices ruinés induisent d’abord une recherche de financement à l’échelle locale. À l’époque classique, les cités pourvoient souvent à l’essentiel des frais de restauration. Le recours aux individus, tel que la documentation permet de l’observer, croît de façon significative aux époques hellénistique et impériale, à travers une émulation imposée par l’intervention des grandes puissances monarchiques puis du sénat et des empereurs romains. Ces modes d’intervention marquent en un sens le début du véritable moment de la résilience.

Tabl. 7 Synthèse des conséquences d’une catastrophe et des réactions sociales.

Conséquences directes et indirectes Réactions des sociétés
Effroi/panique Fuite des populations hors des zones sinistrées
Crise sanitaire Intervention des médecins Enterrements collectifs Sollicitation des premiers secours
Crises sociales et militaires Intervention militaires Reconstruction des édifices de défense Appel à l’aide des réseaux de solidarité
Suspension des activités civiques Reconstruction des édifices publics
Suspension des activités religieuses Reconstruction des édifices cultuels
Crises économiques Prise en charge des reconstructions par la cité Émergence des financements évergétiques

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540