Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Deuxième partie – Le moment de la catastrophe

Chapitre 3

Les prises en charge à l’échelle locale

Texte intégral

1Les mesures prises par les communautés civiques à l’occasion d’une catastrophe naturelle mettent en évidence leur capacité à agir dans des contextes d’urgence exceptionnels. Si les sociétés antiques durent subir les conséquences dramatiques imposées par un choc tellurique ou une violente inondation, elles surent également porter remède à ces situations tragiques, en sorte que, par des initiatives publiques ou individuelles, elles opposèrent aux circonstances une réaction appropriée destinée à endiguer le mieux possible les effets dévastateurs de la catastrophe. Ces capacités de remédiation, mises en œuvre à l’échelle de la communauté ou du voisinage, soulignent une transition de plus en plus marquée entre le « moment de la catastrophe » et celui de la « résilience ». Elles distinguent en outre plusieurs échelles de temps : si la gestion immédiate d’une catastrophe – évacuation de la population des zones dangereuses, mise en place des premiers secours et intervention des médecins – s’inscrit dans un temps court, les premiers travaux de reconstruction des édifices, financés sur les caisses municipales ou par les notables locaux, manifestent pour leur part les prémices d’une résilience urbaine sur le temps long. Entre ces deux temporalités, toute une série d’actions prend place : l’enlèvement des corps, les enterrements collectifs, la célébration du souvenir des disparus enfin, attestent la nécessité de recouvrer rapidement un mode de vie antérieur à la catastrophe sans pour autant nier la réalité physique et matérielle des événements survenus. Les réponses apportées par les sociétés antiques aux malheurs du temps furent le plus souvent collectives. Du reste, elles demeurèrent inscrites dans la mémoire des communautés, si bien que lorsque survenait une nouvelle catastrophe, celle-ci ravivait les consciences collectives et suscitait des réactions populaires appropriées ainsi que des attitudes pragmatiques de la part des autorités civiques. Les sociétés antiques portaient alors un soin particulier à surmonter un désastre au moment même où il se produisait.

La gestion immédiate de la catastrophe

La fuite des populations

  • 1 Si cela leur était impossible, il leur fallait alors se réfugier dans l’entrebâillement d’une porte (...)
  • 2 Diodore de Sicile, 5.47.5.

2Les habitants frappés par une catastrophe naturelle adoptaient souvent une réaction commune qui consistait à fuir au plus tôt les quartiers dangereux en direction des campagnes ou des points culminants du territoire1. Diodore, évoquant le mythe du déluge qui inonda l’île de Samothrace, rapporte que les hommes se réfugièrent à la hâte dans les hauteurs de l’île afin d’échapper à la montée des eaux2 :

τοὺς δὲ περιληφθέντας προσαναδραµεῖν εἰς τοὺς ὑψηλοτέρους τῆς νήσου τόπους· τῆς δὲ θαλάττης ἀναβαινούσης ἀεὶ µᾶλλον, εὔξασθαι τοῖς θεοῖς τοὺς ἐγχωρίους, καὶ διασωθέντας κύκλῳ περὶ ὅλην τὴν νῆσον ὅρους θέσθαι τῆς σωτηρίας, καὶ βωµοὺς ἱδρύσασθαι, ἐφ’ ὧν µέχρι τοῦ νῦν θύειν·

Ceux qui étaient entourés par les eaux se dépêchèrent de gagner les hauteurs de l’île ; la mer ne cessant toujours de monter, les indigènes prononcèrent des vœux solennels aux dieux et, après que leur salut fut garanti, ils disposèrent en cercle tout autour de l’île des bornes célébrant leur salut et élevèrent des autels sur lesquels ils sacrifient encore jusqu’à présent.

  • 3 Ibid., 19.45.7 : συνήργησε δὲ τοῖς κινδυνεύουσι καὶ τὸ µεθ’ ἡµέραν γενέσθαι τὸν κατακλυσµόν· οἱ γὰρ (...)
  • 4 Thucydide, 3.89.

3Cette attitude pragmatique révèle de manière saisissante un aspect de la gestion immédiate des catastrophes naturelles, d’abord fondée sur des réactions instinctives, puis pleinement intégrée dans la conscience collective. Ainsi, lorsqu’en 316 av. n.è., des pluies diluviennes s’abattirent sur la cité de Rhodes, inondant plusieurs quartiers et tuant près de 500 personnes, certains citoyens abandonnèrent leurs maisons pour trouver refuge dans les espaces les plus élevés de la ville3. Cet événement, qui marqua profondément les consciences en raison de sa soudaineté, s’accompagna, dans un élan spontané, de la fuite d’un grand nombre de personnes loin des zones inondées. Un sort plus tragique frappa en revanche les habitants de la cité d’Orobiai en 426 av. n.è. : alors qu’un raz-de-marée envahit le rivage des côtes eubéennes, beaucoup d’hommes périrent car, à en croire Thucydide, ils n’eurent pas le temps de rejoindre les quartiers situés dans les hauteurs de la ville4.

  • 5 Diodore de Sicile, 11.63.6.
  • 6 Thucydide, 8.41.2 : Καὶ ἐς Κῶν τὴν Μεροπίδα ἐν τῷ παράπλῳ ἀποβὰς τήν τε πόλιν ἀτείχιστον οὖσαν καὶ (...)
  • 7 Cf. également supra p. 150.

4Les habitants des cités ébranlées par de violents tremblements de terre furent aussi parfois contraints de trouver refuge dans des espaces ouverts, situés à l’extérieur des villes, en raison des risques importants d’effondrement des édifices. L’évacuation de la population fut même, dès l’époque classique en Laconie, un moyen de gérer les effets immédiats de la catastrophe afin de limiter le nombre de victimes. À Sparte, lorsque survinrent les premières secousses du tremblement de terre de 464, Archidamos quitta précipitamment la ville et ordonna à ses sujets de prendre la fuite avec lui en direction des campagnes5. Le roi fit sonner la trompette, détournant ainsi l’instrument de son usage militaire ordinaire, en sorte que le peuple considérât avec gravité les dangers imminents de la situation. Le débarquement des Lacédémoniens sur l’île de Cos survenu à l’hiver 412/1 offre un parallèle significatif6. À la suite d’un tremblement de terre, la cité insulaire fut en grande partie détruite : les habitants avaient alors trouvé refuge dans la montagne, si bien que les troupes spartiates n’eurent aucune peine à piller la ville désertée7.

  • 8 Supra p. 149.
  • 9 Tacite, Annales 2.47.1.
  • 10 Dion Cassius, 68.25.
  • 11 Bousquet B. 2006, p. 50-51.

5Fuir les espaces urbains pour échapper aux conséquences immédiates d’un tremblement de terre participe d’un processus de gestion des risques naturels à l’échelle locale. La nécessité de se réfugier à l’abri des éboulements de blocs ne souligne pas les mêmes ressorts psychologiques qui furent à l’œuvre à l’occasion des mouvements de panique qui s’emparaient des individus frappés d’épouvante et craignant pour leur salut8. Dans l’Antiquité, ce fut même considéré comme une ressource ordinaire lors de tels événements. Au ier s. de n.è., une catastrophe frappa très durement la cité de Sardes : Tacite prétend qu’elle fut d’autant plus désastreuse que les habitants n’eurent pas le temps de s’élancer dans les campagnes, comme c’était habituel en pareille circonstance9. Lors du grand tremblement de terre qui éprouva violemment la cité d’Antioche en 115 de n.è., Trajan, qui se trouvait dans la capitale syrienne afin d’organiser les préparatifs de la troisième parthique, réchappa miraculeusement à la catastrophe car, après s’être enfui du palais par une fenêtre, il put se rendre dans l’hippodrome de la cité où il demeura plusieurs jours10. Que les hommes aient cherché à trouver refuge dans des espaces sûrs et isolés, en dehors des zones urbaines denses, compensait naturellement l’absence d’une architecture domestique suffisamment étudiée pour parer aux dégâts causés par les mouvements oscillatoires des ondes sismiques. Cette attitude a d’ailleurs très longuement perduré : à Constantinople, un puissant séisme détruisit la ville au milieu du ve s. de n.è., qui contraignit une nouvelle fois les habitants à se réfugier dans les campagnes environnantes11.

Les premiers secours

  • 12 Dion Cassius, 68.24.
  • 13 Ibid., 68.25.

6La mise en place des premiers secours reposait d’abord sur la capacité des survivants d’une catastrophe à organiser eux-mêmes les recherches et à apporter l’aide nécessaire aux personnes emprisonnées sous les décombres. La longue description que donne Dion Cassius des conséquences du séisme qui frappa Antioche en 115 de n.è. illustre les difficultés qu’eurent les hommes à se sauver ou à se porter secours mutuellement12 : l’effondrement des bâtiments souleva une poussière si dense que personne n’y voyait assez clair pour sortir des habitations et se diriger à l’extérieur de la ville. En raison du fait que le séisme se produisit de nuit, l’obscurité contribua également à entraver la mise en place des premiers secours. Ce n’est que dans les jours suivant la catastrophe que les rescapés entreprirent de rechercher les victimes : une femme et son enfant survécurent plusieurs jours ensevelis sous les décombres et furent découverts par un homme qui s’était risqué à parcourir les ruines de la ville13. Les recherches qui furent menées dans le but de localiser les survivants laissèrent finalement place à l’extraction des corps inanimés.

  • 14 Helly 2008, p. 52.
  • 15 Tacite, Annales 4.63.2 ; Tite-Live, 2.47.12 : Suétone, Vie des douze Césars, Tibère 40. Cf. Bedon 2 (...)

7Les descriptions les plus circonstanciées et les plus exceptionnelles proviennent de la documentation italienne, qui offre des points de comparaison solides : à Pompéi, les archéologues ont mis au jour des galeries souterraines creusées à travers les ruines de la ville ensevelie, qui avaient sans doute été utilisées pour extraire les victimes ou récupérer des biens personnels14. En 27 de n.è., l’effondrement de l’amphithéâtre de Fidènes, à quelques kilomètres de Rome, fut suivi d’un élan de solidarité remarquable : les premiers soins furent assumés par les notables de la cité qui ne se contentèrent pas seulement d’ouvrir leurs maisons aux victimes, mais convoquèrent également des médecins et leur fournirent des pansements15.

  • 16 Héraclide du Pont, F 26 A (= Strabon, 8.7.2).
  • 17 Aelius Aristide, Discours 20.18.

8Des réseaux de solidarité à l’échelle régionale ont par ailleurs été sollicités à l’occasion de grands désastres. Héraclide du Pont rapporte que 2 000 Achéens furent ainsi envoyés sur les lieux de la catastrophe d’Héliké, en 373 av. n.è., afin de repêcher les corps emportés par la mer avec les décombres. Si l’opération se solda tristement par un échec16, elle souligne néanmoins la rapidité d’intervention des secours et met en lumière l’efficacité des réseaux d’alliance dans des situations d’urgence. Dans le premier tiers du iiie s., les cités sinistrées de Boura et d’Héliké appartenaient au koinon des Achéens : ce sont les cités confédérées qui organisèrent les secours et tentèrent de remédier aux circonstances, la population d’Héliké ayant presque entièrement péri dans l’engloutissement de la ville. À l’occasion de catastrophes dévastatrices, les premiers secours furent ainsi souvent organisés par les cités alliées, comme en témoigne encore un discours d’Aelius Aristide : le sophiste insiste en effet sur l’aide que Smyrne avait déployée pour venir en aide aux cités du koinon d’Asie frappées par des catastrophes naturelles17. Lorsque la ville fut à son tour victime d’un tremblement de terre de grande ampleur, en 178 de n.è., elle put compter en retour sur l’assistance des cités micrasiatiques. De forts liens de solidarité furent ainsi noués dans des circonstances graves. Ils participaient en outre, à différentes échelles, d’un renforcement des liens sociaux : entre les individus d’une part, qui éprouvaient l’expérience d’un malheur commun ; entre les cités d’autre part, qui redoutaient qu’un tel drame puisse se produire sur leur territoire ou gardaient en souvenir le traumatisme d’un événement passé.

La prise en charge des victimes

L’intervention des médecins

  • 18 Massar 2005, p. 85-87 et 102.

9Peu de documents permettent d’étudier en détail le rôle des médecins à l’occasion des catastrophes naturelles. Les cités grecques n’engageaient de médecin public que pour des tâches précises et planifiées, notamment dans la perspective d’un conflit militaire18. Or, la soudaineté des catastrophes imposait aux communautés civiques de réagir dans un contexte d’urgence. Au mieux, elles parvenaient à solliciter l’aide des praticiens qui se trouvaient déjà sur place afin qu’ils prennent en charge le traitement des blessés.

  • 19 Robert 1978a, p. 406-407.
  • 20 AppÉp 8 ; Robert 1939, p. 165-166, no 2.
  • 21 AppÉp 8, l. 20-21.

10Le cas de Diodôros, médecin public à Samos, est à ce titre doublement remarquable19 : il s’agit du seul exemple dont nous disposons qui illustre, de manière certaine, l’intervention d’un médecin à la suite d’un tremblement de terre ; d’autre part, en dépit du formulaire stéréotypé louant les qualités du praticien, de nombreux détails sont évoqués au sujet de la manière dont Diodôros est venu en aide aux blessés. La cité avait passé contrat avec lui à plusieurs reprises : les attendus du décret révèlent que des témoignages d’anciens patients furent produits devant l’assemblée du peuple, à l’occasion de la séance annuelle au cours de laquelle les magistrats étaient élus et les charges publiques renouvelées20. Diodôros se trouvait donc sur place au moment du séisme et, dans ces circonstances dramatiques et soudaines, il eut à prendre en charge le traitement des blessés. L’ordre des priorités de son intervention était fixé par la catastrophe elle-même : parmi les rescapés du tremblement de terre, de nombreuses personnes souffraient de « plaies et de contusions de toute sorte »21 ; c’est surtout parce qu’elles « nécessitaient un traitement rapide » qu’on leur administra en priorité les soins d’urgence.

  • 22 Samama 2003, p. 211-214, no 116.
  • 23 Ibid., p. 213, n. 40.

11Il peut être suggestif de rapprocher le cas de Diodôros de celui d’un autre praticien ayant également agi dans des circonstances troublées. À Rhodes, à l’époque hellénistique, un médecin pénétra dans une maison afin de récupérer le corps d’un confrère décédé22. Son dévouement n’a pas été l’unique motif des louanges que lui adressa la cité : le décret voté en son honneur précise également qu’il se mit lui-même en danger à cette occasion. Plusieurs hypothèses ont été avancées pour qualifier la nature de ce danger et, parmi elles, celle d’un tremblement de terre fragilisant l’édifice ne peut être exclue tout à fait23.

  • 24 Massar 2005, p. 87. Il nous faut malgré tout rester prudent sur l’expression employée : une épidémi (...)
  • 25 Un décret honorifique de Cos décerne l’éloge au médecin Xénotimos pour son action lors d’une épidém (...)
  • 26 IG XII 1, 1032 (Decourt 1995, no 10 ; Samama 2005, p. 217-219, no 118).

12Les parallèles les plus éloquents avec le cas de Diodôros sont sans doute les interventions de médecins à l’occasion des épidémies24. Les mécanismes sociaux et culturels qui sont en jeu lors de la diffusion d’une maladie pestilentielle sont assez proches de ceux que l’on observe à l’occasion des catastrophes naturelles : la soudaineté de l’événement contraint les autorités à demander en urgence l’assistance d’un médecin25 ; le praticien agit alors avec équité envers tous les malades, mais aussi dévouement et en respectant les règles de son « art ». Plusieurs interventions de médecins à l’occasion d’épidémies sont connues, mais aucun document n’en précise la cause initiale. À Carpathos, au iiie ou iie s. av. n.è., une épidémie s’est propagée dans la cité, affectant gravement les habitants26 : Ménocritos, médecin public du dème, a pris en charge le traitement des malades, démotes et résidents, avec ardeur et sans ménager sa peine. Le formulaire stéréotypé insiste bien, là encore, sur certaines des qualités du médecin sollicitées en période de crise soudaine. Les communautés civiques étaient donc amenées à agir indistinctement quelle que soit la situation d’urgence à laquelle elles devaient faire face. La documentation souligne en outre la précarité des soins apportés aux malades, qui témoigne de la mise en place locale des premiers secours dans des situations d’urgence.

Les enterrements collectifs

  • 27 Rigeade 2007, p. 11.

13Si l’archéologie n’a pas livré d’exemples de sépultures collectives construites pour les victimes de catastrophes naturelles27, trois cas historiques nous sont néanmoins connus par les sources textuelles. Il est certain que lorsqu’une communauté était touchée par un désastre de grande ampleur, l’érection d’une sépulture collective présentait l’intérêt de remédier à l’urgence des circonstances. L’amoncellement des cadavres pouvant entraîner en effet un grave risque de crise sanitaire, les autorités devaient alors très certainement recourir à des enterrements anonymes.

  • 28 Plutarque, Cimon 16.5 : Τὸν δὲ τάφον αὐτῶν ἔτι νῦν Σεισµατίαν προσαγορεύουσι.
  • 29 Ducat 1984, p. 78-79.
  • 30 Sur la symbolique religieuse de ce passage, cf. Gagé 1953, p. 186-187. À propos des vertus divinato (...)
  • 31 Ducat 1984, p. 78.

14Plutarque rapporte que lors du tremblement de terre qui frappa Sparte vers 464 av. n.è., les éphèbes qui s’entraînaient dans le gymnase périrent ensevelis sous les décombres. Un tombeau collectif, encore visible au iie s. de n.è., fut alors érigé pour les victimes, auquel on donna un nom caractéristique rappelant la catastrophe : le Seismatias28. Des doutes ont été émis, non pas tant sur l’existence de cette sépulture, mais plutôt sur l’identité des victimes qu’elle contenait29. Jean Ducat a vu dans l’expression de Plutarque ἐν µέση τῇ στοᾷ ἐπιπεσεῖν τὸ γυµνάσιον la référence à un type d’édifice que l’on rencontre plus volontiers à l’époque hellénistique qu’à la période classique et en a déduit qu’il était peu probable qu’un gymnase de cette sorte ait pu exister dans les années 460. D’autre part, c’est toute l’histoire du lièvre qui, selon l’historien, doit être considérée avec suspicion (l’animal, suscitant la curiosité des jeunes gens – et non pas des éphèbes –, les aurait fait sortir du gymnase avant l’effondrement du bâtiment, ce qui eut pour effet de leur sauver la vie)30. L’hypothèse de Jean Ducat l’a donc conduit à admettre l’existence d’un tombeau, sans doute le Seismatias, mais celui-ci aurait alors contenu les dépouilles de l’ensemble des victimes du séisme et non pas seulement des éphèbes, qui « ne sauraient avoir été 20 000 »31. Cette remise en cause du nombre de morts est malgré tout assez fragile : une partie des victimes a en effet pu être enterrée dans des sépultures privées et familiales. En outre, il n’est pas impossible que Plutarque ait rapporté un fait historiquement plausible tout en employant une expression et des références culturelles qui lui étaient davantage familières à son époque.

  • 32 AppÉp 3 : τῶν κατὰ τὸν σεισµὸν τελευτασάντων.
  • 33 Robert 1978a, p. 399.

15Une très brève inscription de Camiros mentionnant « ceux qui ont péri dans le tremblement de terre »32 atteste aussi très probablement l’existence d’une sépulture collective pour les victimes d’un séisme. La catastrophe a depuis longtemps été identifiée comme le séisme de 227 av. n.è., dont la brutalité et l’intensité obligèrent Rhodes à solliciter l’aide financière des cités alliées et des monarchies hellénistiques pour sa reconstruction33.

  • 34 Pseudo-Aelius Aristide, Discours 25. Boulanger 1923, p. 374, n. 1.
  • 35 Delrieux 2008, p. 221. Un parallèle peut être fait avec la description de la grande peste d’Athènes (...)

16Enfin, l’auteur anonyme d’un discours adressé aux Rhodiens à la suite d’un tremblement de terre dévastateur survenu vers le milieu du iie s. de n.è. rapporte que le nombre de victimes fut si important que l’on procéda à des incinérations collectives34. Cet épisode atteste une nouvelle fois l’empressement des magistrats à agir afin d’éviter qu’une épidémie ne se propage dans l’île35.

Le souvenir des disparus

  • 36 Robert 1978a, p. 398.
  • 37 St. Pontica III 1, n. 139 ; Robert 1978a, p. 398 et n. 23 et 24.
  • 38 AppÉp 21.
  • 39 Ibid., l. 3-8 : ἐν τῇ συνπτώσι | τοῦ σεισ|µοῦ οὕ|τως αὐ|τὰ περιει|λήφει.

17Périr lors d’une catastrophe naturelle est une forme de mort violente, une fin tragique dont les Anciens ont parfois cherché à conserver le souvenir. Certes, Louis Robert a bien montré que l’« on a peu de mentions individuelles d’une mort dans un séisme »36, et cela vaut à la fois pour l’épigraphie et la littérature, mais quelques rares exemples fournissent malgré tout une matière instructive. Une inscription du premier tiers du iiie s. de n.è., trouvée non loin d’Amasia dans la Gazacène, porte l’épitaphe d’un jeune enfant mort à 7 ans dans un tremblement de terre37. Louis Robert a relevé qu’à la suite du nom du défunt, l’épitaphe est à prétention métrique, ce qui est commun dans les cas de mort accidentelle. Les parents du jeune garçon ont porté un soin tout particulier à inscrire la cause d’une mort si peu banale, ce qui fait écho à une autre stèle funéraire, trouvée à Nicomédie, qui rapporte la disparition de deux enfants et de leur précepteur à la suite d’un séisme survenu vers 120 de n.è. en Bithynie38. La stèle est de bonne facture et les vêtements sculptés des deux enfants témoignent du haut rang social de la famille. Thrasôn, le père qui a fait ériger l’ensemble, a non seulement souhaité conserver le souvenir de ses deux jeunes fils, mais a également loué les qualités du domestique qui « dans l’écroulement du tremblement de terre, les entourait d’attention »39. On apprend ainsi au détour d’une formule saisissante la cause exacte de leur mort, ensevelis dans les décombres d’un bâtiment.

  • 40 Gottwald 1939.
  • 41 BullÉp 1939, 464, p. 164-170 ; Robert 1978a, p. 400.
  • 42 Ibid., aux l. 10-12 tout d’abord où le savant épigraphiste a proposé de lire παθεῖτ(α)ι ἃ ἐκῆνοι ἐν (...)
  • 43 BullÉp 1939, 464.

18Une inscription originale vient compléter cette série : il s’agit d’une épitaphe de Corycos, en Cilicie, qui menace les éventuels violateurs d’une tombe de périr dans un tremblement de terre40. On a d’abord pensé, en raison du datif pluriel σεισµοῖς placé en tête de l’épitaphe, que l’inscription était consacrée aux séismes personnifiés. Louis Robert, à la suite de Josef Keil, a montré qu’il s’agissait assurément d’un problème d’espace sur la pierre : le lapicide s’était vu contraint de graver le dernier mot de l’imprécation sur la partie supérieure de l’inscription41. Par ailleurs, le premier éditeur avait établi aux l. 11-12 l’expression ἄσκηνος ὢν τοῖς σεισµοῖς, « perdant son habitation par suite des secousses sismiques ». Cette proposition paraissait difficile à admettre, tant du point de vue de la paléographie que du sens. Ce sont les corrections apportées par Louis Robert qui ont rendu au document tout son sens42 : le violateur « aura le sort qu’ont eu ceux-ci dans les secousses sismiques »43. Les deux personnages enterrés dans la sépulture ont donc eux-mêmes péri dans un tremblement de terre. Ceux qui ont fait graver l’épitaphe souhaitaient la même fin tragique à toutes les personnes qui auraient tenté de pénétrer dans la tombe.

Les contributions financières civiques et individuelles

19La documentation épigraphique et littéraire permet de classer les prises en charge financières consécutives à des catastrophes naturelles en trois types, certes assez banals, mais dont les proportions ont varié de manière significative entre le ive s. av. n.è. et les premiers siècles de l’Empire romain. Les fonds levés en vue de financer la reconstruction des édifices ruinés par une catastrophe ont pu provenir des ressources propres de la cité ou de la participation des individus ; des dons de grande importance, enfin, ont aussi pu émaner directement des rois hellénistiques, puis, à partir de la fin du ier s. av. n.è., des empereurs et du sénat romain.

  • 44 Müller 2011a, p. 325 ; ead., 2011b.
  • 45 Veyne 1976 ; Gauthier 1985.
  • 46 Brélaz 2009. Pour une réévaluation du rôle du δῆµος : Zuiderhoek 2007.
  • 47 Ainsi que l’a suggéré Migeotte 1997, p. 196 : « Or, il serait intéressant de mener un certain nombr (...)

20La contribution des individus est elle-même l’expression d’une pluralité de pratiques économiques, qui se traduit indéniablement par l’évergétisme, mais également par la souscription et l’emprunt public. Comme cela fut récemment rappelé44, le rôle économique des individus a été peu pris en compte dans les deux ouvrages fondamentaux que Paul Veyne et Philippe Gauthier ont consacrés à l’évergétisme antique45. L’étude des aspects strictement économiques a en effet souffert de l’intérêt que les savants ont eu, essentiellement, pour la dimension éthique autant qu’institutionnelle de l’évergétisme46. Or, les dons des particuliers sont dès l’époque classique une source de revenus non négligeable pour les cités grecques, et constituent donc en ce sens un véritable « système de gouvernement », pour reprendre à bon compte l’expression de Paul Veyne. Dans cette perspective, et dans le cadre fourni par la documentation relative aux catastrophes naturelles, il a semblé qu’analyser la répartition des financements liés aux reconstructions et aux restaurations d’édifices urbains représentait un cas d’étude singulier, d’autant plus significatif qu’il s’agissait non pas de dépenses courantes, mais bien plus précisément d’un effort financier exceptionnel demandé à une communauté civique dans un contexte de fortes difficultés économiques47.

  • 48 On rappellera à cet égard que la province d’Asie a été contrainte de verser à Sylla une indemnité d (...)
  • 49 D’autre part, comme le souligne Brélaz 2009, p. 52, les comptes publics des cités grecques nous son (...)

21La répartition chronologique de la documentation donne à voir, schématiquement et en tenant prudemment compte de la temporalité insaisissable des catastrophes, une évolution en deux phases. Les modes de financement qui proviennent en partie ou en totalité des individus représentent à l’époque classique, puis surtout à la haute époque hellénistique un nombre assez conséquent de cas. On note, au ier s. av. n.è., une absence frappante de ce type de financement, qui réapparaît à l’époque impériale. À l’inverse, pour les fonds provenant essentiellement de la générosité des souverains, on observe un nombre limité de cas à l’époque hellénistique, qui croît de manière considérable sous les Julio-Claudiens et les Antonins. De ces quelques considérations d’ensemble, il est sans doute envisageable de tirer plusieurs observations liminaires : en premier lieu, et bien qu’il s’agisse d’un argument a silentio, l’absence de documents à la période classique entrouvre l’hypothèse d’un financement presque entièrement assumé par les cités ; d’autre part, la basse époque hellénistique marque une période d’affaissement très net des financements de reconstruction, qui s’explique par la faiblesse conjoncturelle des finances des royautés hellénistiques aux prises avec Rome, ainsi que par l’endettement généralisé des cités grecques d’Asie Mineure, dont provient l’essentiel de la documentation48. Pour autant et quelle que soit la période considérée, aucun de ces acteurs n’agit de manière isolée : l’évergétisme des souverains entraîne, dans les cas les plus spectaculaires, une sorte d’émulation économique qui incite les notables locaux à financer eux-mêmes une partie des reconstructions49.

Les travaux en partie financés par la cité

  • 50 La bonne gestion financière de la cité leur incombe, surtout dans une période de crise prononcée. U (...)
  • 51 Migeotte 1995.
  • 52 Tacite, Annales 14.27.1 : Eodem anno ex inlustribus, Asiae urbibus Laodicea tremore terrae propalsa (...)
  • 53 Tacite situe la date du tremblement de terre en 60 ; Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 183h place la ca (...)
  • 54 Opinion déjà formulée par Mitchell 1987, p. 349. Il faut toutefois mentionner l’action d’un procons (...)

22À la suite d’une catastrophe naturelle dévastatrice, la gravité de la situation imposait au Conseil et aux magistrats de trouver les financements nécessaires à la reconstruction des édifices effondrés50. Les documents qui font état de restaurations financées sur les comptes publics des cités sont très peu nombreux. Cette lacune documentaire s’explique avant tout par la disparition des archives civiques, qui contraste avec les centaines de décrets en l’honneur d’évergètes qui nous sont parvenus51. En dépit de cette mise en garde, le recours aux finances publiques demeure malgré tout exceptionnel, comme le souligne Tacite : « La même année, une des villes célèbres d’Asie, Laodicée, fut renversée par un tremblement de terre et, sans notre secours, par ses propres ressources (propriis opibus), elle se releva »52. Bien qu’ils ne s’accordent pas sur la date de l’événement, les chroniqueurs évoquent la destruction de deux autres cités, Hiérapolis et Colosses, ce qui tend à prouver que la catastrophe fut de forte intensité et de grande envergure53. Tacite rapporte une situation qu’il juge alors exceptionnelle : il était en effet très peu courant que les cités devant faire face à d’importantes difficultés financières ne se tournent pas vers l’empereur afin d’obtenir une remise de taxes ou un don en numéraire54.

  • 55 Une première destruction du temple, causée par un incendie, remonte au vie s. (Hérodote, 2.180). Le (...)
  • 56 Bousquet 1988a et 1988c ; CID II.
  • 57 Pouilloux 1962 ; La Coste-Messelière 1974. Les naopes sont choisis uniquement en fonction de leurs (...)
  • 58 Lefèvre 1998, p. 46.
  • 59 CID II, 31 et 32. La première plaque devait couvrir les dépenses entre 366 et 358.
  • 60 Pour une synthèse sur la chronologie des travaux : Lefèvre 1998, p. 266-268.
  • 61 Les sources de revenus de la cité de Delphes reposent en grande partie sur le « tourisme cultuel ». (...)
  • 62 CID II, 31, l. 1-2 (= FD III, 5, 19). La somme s’élève à 85 000 drachmes.
  • 63 CID II, p. 10 (le détail de l’utilisation de ces sommes est étudié au chap. 2).
  • 64 Bousquet 1988a, p. 23.
  • 65 Diodore de Sicile, 16.56.6. Ce sont les prytanes de la cité qui encaissent l’amende phocidienne, pu (...)
  • 66 Bousquet 1985 : les travaux sont presque entièrement achevés en 335.
  • 67 Bousquet 1984.
  • 68 Sur le renforcement des fondations, cf. infra p. 247-255. D’autre part, il n’est pas rare que de gr (...)

23L’un des cas les plus marquants de financement multiple, mais aussi l’un des plus originaux, est la reconstruction du temple d’Apollon Pythien à Delphes, détruit dans les années 370 av. n.è.55. Les activités financières de Delphes étaient partagées entre la cité, le temple et l’Amphictionie. Les travaux de reconstruction ont donc été financés conjointement ainsi que par la participation des États non membres de la Confédération, des pèlerins, des visiteurs et le remboursement de la dette phocidienne56. La cité a largement contribué au financement des travaux, d’abord en débloquant, sur les fonds publics (δηµόσια χρήµατα), une somme importante qu’elle a prêtée aux naopes57, puis en versant une contribution « amphictionique » au même titre que les autres cités membres de la Confédération58. La créance des naopes (ὀφείληµα), connue par deux inscriptions monumentales59, mais dont il manque la première plaque, permet d’éclairer la chronologie des travaux : l’Amphictionie n’a pas eu d’autre choix que de solliciter un financement extérieur en raison de l’absence de liquidités dans les caisses du temple60. C’est donc vers les trésoriers de la cité, soucieux de voir le sanctuaire oraculaire restauré pour des raisons économiques évidentes61, que les naopes se tournent dès 366. À l’automne 358, les « fonds restant à disposition des naopes auprès de la ville de Delphes [s’élèvent à] T 20 M 14 S 10 »62. D’après les calculs de Jean Bousquet, il est raisonnable de penser que la créance de l’Amphictionie sur la cité représentait un total de 150 à 200 000 drachmes63. Les premiers versements ont été utilisés pour le déblaiement des décombres et la consolidation du soubassement64. Les travaux connaissent ensuite une phase d’interruption partielle lors de la troisième guerre sacrée : défaits, les Phocidiens sont contraints de rembourser la somme correspondant aux objets qu’ils avaient fondus pour payer leurs mercenaires65. Le total, estimé à 10 000 talents, n’en atteint finalement que 400, ce qui permet malgré tout d’achever le gros du temple avant le déclenchement de la quatrième guerre sacrée66. Les travaux de finition – ornement de la grande porte, réalisation de vingt-trois statues pour le décor du fronton – interviennent au plus tard en 327, vraisemblablement après quelques années d’hésitations et de tergiversations entre les naopes et l’un des ateliers de sculpture67. En tout, il aura donc fallu environ quarante-cinq ans pour que le nouveau temple d’Apollon soit entièrement rebâti. Ce délai s’explique par une série de facteurs interdépendants : le contexte et les événements politiques, essentiellement la troisième guerre sacrée ; les difficultés rencontrées par les naopes avec les ateliers et les artisans ; enfin, la technicité de l’ouvrage et l’attention portée par l’architecte à la consolidation des fondations68.

  • 69 CID II, p. 10.
  • 70 Il s’agit de la somme à laquelle on parvient en additionnant les chiffres relevés par Jean Bousquet (...)
  • 71 Pouilloux 1949.

24La reconstruction du temple, bien que d’abord financée sur les δηµόσια χρήµατα, est exclusivement gérée par l’Amphictionie, qui cherche à multiplier les sources de revenus. À partir du printemps 366, un premier impôt est lancé en direction de tous les États membres de la Confédération : cette contribution obligatoire, qui s’élevait à une obole par tête, n’a vraisemblablement pas été suffisante pour faire face aux nombreuses dépenses. Entre 362/1 et 356/5, cette capitation (ἐπικέφαλος ὀβολός) est doublée d’un second prélèvement, mais les résultats se révèlent une nouvelle fois insuffisants69. Au total, malgré une documentation parcellaire, les sommes versées au titre des deux capitations s’élèvent à 23 169 drachmes et 9 oboles70, ce qui représente un revenu très inférieur à la créance de l’Amphictionie sur la ville de Delphes. L’argent obtenu n’a pas fait l’objet d’une imposition nouvelle – que sous-entendait pourtant l’idée d’une capitation –, mais d’une souscription à laquelle, manifestement, les membres de l’Amphictionie n’ont pas participé massivement71. Pour suppléer l’absence de liquidités, les naopes ont donc fait appel à la générosité des États non membres de l’Amphictionie et des pèlerins de passage dans le sanctuaire. Le versement de ces ἐπαρχαί, que les trésoriers consignaient deux fois par an, est également attesté à partir de 366.

  • 72 Les naopes avaient en charge, en temps normal, l’entretien du sanctuaire, la gestion des revenus sa (...)

25Le recours à un financement multiple, étalé sur plusieurs années, s’est imposé aux naopes car ils n’avaient pas la possibilité d’acquitter les factures onéreuses. Si l’Amphictionie a gardé la main sur les travaux, c’est bien la cité qui a pourvu à l’essentiel du financement, principalement sous la forme d’un prêt. Comme ce fut le cas au siècle suivant à Rhodes et à Kyténion, les naopes ont sollicité une aide financière auprès de leur réseau traditionnel, autrement dit des cités membres de la Confédération et des États extérieurs, en même temps qu’ils ont contracté une dette importante auprès de la ville de Delphes. Le temple d’Apollon étant sous l’entière responsabilité de l’Amphictionie72, la cité n’a pas eu à assumer le coût de sa reconstruction – à l’exception toutefois du versement des deux oboles par tête imposé à toutes les cités membres de la Confédération. Le soutien financier dont elle a fait preuve n’était pas pour autant désintéressé : il répondait à un besoin économique pressant, conduit par la nécessité de rétablir le culte et l’oracle au sein du sanctuaire panhellénique.

  • 73 AppÉp 18.
  • 74 Rapporté par Şahin 2008a, p. 13.
  • 75 Comme ce fut le cas à Delphes lors de la destruction du temple dans les années 370.
  • 76 Şahin 2008a, p. 16-17.

26À Patara, le financement des travaux de restauration de la canalisation après le séisme de 68 de n.è., tel qu’il apparaît dans un document épigraphique, fait également débat73. Le texte précise : ἐκ τῶν συντηρηθέντων τῇ π[ό]λει χρηµάτ[ων ἀ]πὸ κε[φ]αλαίων καὶ τὸ ἔθνος συνήνενκε Χ vac, µηδεµιᾶς κατ᾽ ἄνδρα ἐπιγραφῆς γενοµένης. Une remarque de Denis Rousset, à l’occasion du colloque tenu en 2007 au cours duquel Sencer Şahin a présenté cette inscription74, visait à récuser les termes κατ᾽ ἄνδρα qui oblitèrent le sens général du texte. En effet, cette partie des considérants précise que le coût des travaux est assumé par la cité sur les fonds correspondant à un impôt par capitation75. Pourquoi alors le rédacteur de l’inscription aurait-il pris le soin d’ajouter « sans qu’il n’y ait eu un impôt par personne », qui contredit exactement la disposition précédente ? Afin de résoudre ce problème, les épigraphistes ont dans un premier temps proposé de lire sur la pierre, à la place de κατ᾽ ἄνδρα, les termes κατὰ νᾶµα ou κατὰ νάρα76, qui témoigneraient d’un refus d’imposer une taxe supplémentaire « sur l’eau courante ». La lecture est, pour ce point, invérifiable sur la photographie. Une autre hypothèse a été suggérée, qui consiste à conserver κατ᾽ ἄνδρα et à traduire l’ensemble par « sans qu’il n’y ait eu de nouvel impôt ». Cette proposition a au moins le mérite de conserver à l’expression χρηµάτ[ων ἀπ]ὸ κε[φ]αλαίων son sens d’impôt par capitation, sans corrompre le sens général de la phrase.

  • 77 Bernadette Puech et Jean-Yves Strasser (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b) : « la confédération aussi a appor (...)
  • 78 Aelius Aristide, Discours 20.23.

27Une dernière solution pourrait encore se trouver dans la mention de l’ethnos. Le lapicide a simplement gravé sur la pierre le symbole de la monnaie de compte et laissé un espace vide afin d’y inscrire la somme correspondante, comme s’il s’était agi d’un don, ou d’un prêt, dont le montant n’était pas encore connu. L’emploi de τὸ ἔθνος, et non de ὁ δῆµος, indique que cette ressource supplémentaire devait provenir de l’ethnos des Lyciens, autrement dit de la Confédération lycienne. Dans cette perspective, l’expression µηδεµιᾶς κατ᾽ ἄνδρα ἐπιγραφῆς γενοµένης serait directement liée à ce nouveau revenu : la Confédération était alors en mesure de donner une somme suffisante sans avoir à lever elle-même un impôt par capitation, comme ce fut le cas à Delphes lorsque l’Amphictionie a imposé à toutes les cités membres un impôt d’une obole par tête77. Que la Confédération lycienne ait pris en charge une partie du coût total des travaux ne doit d’ailleurs pas être l’objet de suspicion : à l’occasion du tremblement de terre de Smyrne, en 178 de n.è., l’essentiel des revenus a bien été fourni par les empereurs, mais Aelius Aristide rapporte que le koinon des cités d’Asie a également été sollicité, en retour de l’aide que les Smyrniotes avaient accordée à plusieurs reprises aux cités elles-mêmes endommagées par des catastrophes naturelles78.

28Quelle que soit l’hypothèse retenue, force est de constater que la prise en charge des travaux d’adduction d’eau à Patara a essentiellement reposé sur les finances publiques, elles-mêmes alimentées par la capitation, autrement dit par un impôt exceptionnel. Rien n’indique, en effet, qu’il y ait eu une aide financière émanant d’évergètes locaux : la ville a donc sans doute dû prendre en charge les frais de reconstruction de l’aqueduc, alors même qu’elle était fortement affaiblie par les conséquences du séisme. Face aux difficultés financières qu’elle traversait, la cité a ensuite dû faire appel à l’aide de la Confédération lycienne afin de financer l’achèvement des deux canalisations.

Les mesures d’urgence et le recours aux individus

La reconstruction des murailles et des tours

29Essentiellement aux époques classique et hellénistique, les murailles et les tours constituaient un élément fondamental de la défense et de l’identité civique d’une communauté : leur restauration s’imposait donc naturellement à la suite d’une catastrophe dans des délais assurément très brefs. Les exemples de Kyténion et de Rhodes, qui prennent place dans le dernier tiers du iiie s. av. n.è., en sont deux témoignages significatifs.

  • 79 Konstantinopoulos 1967 ; repris par Migeotte 1992, p. 105-108, no 37 : « Ceux que voici, ayant à cœ (...)
  • 80 L’inscription ne porte pas mention du tremblement de terre. Toutefois, une remise en état aussi imp (...)
  • 81 Migeotte 1992, p. 106.
  • 82 Migeotte 1995, p. 81.

30Le tremblement de terre de Rhodes, survenu en 227, illustre l’importance des financements conjoints dans une situation d’urgence et une période de grave crise financière. Une inscription publiée dans les années 1960 nous fait connaître une liste de donateurs ayant participé au financement de la reconstruction des tours de la ville79. Bien qu’il s’agisse d’une seule souscription, dont l’objet fut la remise en état des infrastructures défensives de la cité80, deux listes de donateurs se succèdent. La première est composée d’un nom unique, Hagésandros fils de Mikiôn, qui promit de financer la construction d’une tour dans son intégralité. La seconde liste comporte davantage de noms, sept au total, car l’engagement des souscripteurs était, semble-t-il, moins contraignant : les sommes versées étaient destinées à financer la construction des autres tours et aucun élément ne semble indiquer qu’un don minimum était exigé. Deux souscripteurs ont toutefois promis de verser 20 000 drachmes, somme tout à fait considérable qui suffisait probablement à la réalisation complète d’une tour81. S’il demeure impossible de déterminer le montant total de la souscription, un examen attentif de la pierre a conduit Léopold Migeotte à postuler qu’une douzaine de notables de l’île y avait contribué82.

  • 83 Pugliese-Carratelli 1986-1987, p. 272-274, no 6. Voir la note du BullÉp 1993, 380 et la révision du (...)
  • 84 Kontorini, Migeotte 1995, p. 625.
  • 85 Tod 1960, p. 10 ; BullÉp 1997, 441.

31Une autre inscription rhodienne, datée de la fin du iiie s., porte une curiosité fiscale intéressante qu’il est sans doute possible de mettre en relation avec le grand tremblement de terre de 227 : [αἱρεθ]έντες ἐπὶ τὰν λογείαν τᾶς διδραχµίας83. Il est question d’une taxe exceptionnelle de deux drachmes, prélevée par un collège de dix personnes élues. Comme l’ont noté les éditeurs, Vassilia Kontorini et Léopold Migeotte, « le substantif διδραχµία a toutes les apparences d’un terme technique »84, qui n’apparaît jamais dans la littérature ; au plus, quelques rares parallèles épigraphiques ont été rassemblés, qui ne suffisent pas à lui conférer un sens commun ou ordinaire85. La création de cet impôt exceptionnel paraît avant tout témoigner de la fragilité des finances municipales dans ce contexte de crise, consécutive à une catastrophe naturelle. La destruction à très large échelle de la cité avait sans doute contraint les autorités locales à multiplier les sources de financements afin de procéder à la reconstruction des édifices publics.

  • 86 Polybe, 5.88.2 : οὕτως ἐχείριζον νουνεχῶς καὶ πραγµατικῶς τὸ γεγονὸς ὡς µὴ βλάβης, διορθώσεως δὲ µᾶ (...)

32La mise en série de ces documents financiers permet à tout le moins de tempérer l’enthousiasme de Polybe qui prétendait que les Rhodiens « avaient exploité l’accident avec tant d’intelligence et d’habileté que la catastrophe leur causa moins de dommage que de profit »86. Les travaux de reconstruction ont vraisemblablement entraîné des coûts tout à fait considérables, qui témoignent d’abord de la violence et de l’intensité de la catastrophe. Il paraît certain que, dans ces conditions, aucune source de financement unique ne pouvait réellement suffire.

  • 87 AppÉp 5 : πεπτωκότων τε τῶν τειχέων διὰ τὸν γενόµενον σεισµὸν ἐπ’ ἰερέως Θευφάνευς, καὶ ἀνωχύρου ὄν (...)
  • 88 Ibid., l. 24-27 : κατανοήσας τε Καµιρεῖς ἰκανὰ χρήµατα δαπανοῦντας καθ’ ἕκαστον ἐνιαυτὸν εἰς τὰν τῶ (...)

33Toujours à Rhodes, dans le dème de Camiros, un long décret voté vers 184 en l’honneur de Philocratès fils de Philostéphanos, rapporte que les murailles du périmètre urbain avaient souffert d’un tremblement de terre, vraisemblablement survenu en 199/887. Quoiqu’il n’ait pas financé lui-même les reconstructions, Philocratès supervisa les travaux et prit des précautions au sujet de l’entretien des tours et des murs en utilisant tout l’argent dont il avait besoin88.

  • 89 AppÉp 6.
  • 90 Holleaux 1904, p. 358, n. 2. D’autres auteurs ont proposé de rattacher cette inscription au grand s (...)
  • 91 AppÉp 6, l. 6-7.

34Une telle situation d’urgence est encore perceptible dans l’île de Télos, à travers les nombreux efforts consentis pour la reconstruction des bâtiments publics89. À la suite du même séisme de 199/890, Aristoménès fils d’Aristoboulos, entreprit d’aider à la restauration de tous les édifices détruits. Il n’est pas déraisonnable de penser qu’il a aussi participé à la remise en état des structures défensives de la cité, dans la mesure où le document évoque clairement leur destruction : σεισµοῦ τε γενοµένου καὶ τῶν [ναῶν ? κ]αὶ τῶν τειχέων καὶ τῶν πύργων διασεισθέντων91. Si les murailles et les tours demeuraient essentielles à la sécurité des habitants – le terme ἀσφάλεια est employé en ce sens dans le décret de Camiros –, leur remise en état ne pouvait reposer intégralement sur les fonds publics ; les cités ont donc été amenées à multiplier les sources de financement extérieures (souscription publique, générosité des communautés alliées et des souverains à Rhodes ainsi qu’à Kyténion ou encore évergétisme d’un citoyen dans le cas de Télos).

L’urgence de la réfection des édifices civiques

  • 92 Migeotte 1992, p. 242-249, no 77.
  • 93 Cette inscription a d’abord été datée de la première moitié du iiie s. av. n.è., période de dominat (...)
  • 94 Pausanias, 2.7.1 : ἐκάκωσε δὲ καὶ περὶ Καρίαν καὶ Λυκίαν τὰς πόλεις.
  • 95 Justin, Abrégé des histoires philippiques de Trogue Pompée, 30.4.1-3 : In Asia quoque, eadem die, i (...)
  • 96 Migeotte 1992, p. 242-249, no 77, l. 8, 14, 20, 31.
  • 97 Bien que les finances municipales aient fait l’objet d’une surveillance attentive par l’administrat (...)

35À Halicarnasse, un décret voté par la cité rapporte qu’à la suite d’une ambassade, le roi Ptolémée donna son accord pour que le gymnase fût restauré92. L’édifice a pu être endommagé par un tremblement de terre, quoique l’hypothèse se fonde essentiellement sur des rapprochements chronologiques incertains : le décret, en effet, est daté de façon peu précise de la fin du iiie s. av. n.è.93 ; or, la Carie subit deux tremblements de terre dévastateurs durant cette période, l’un en 22794 et le second en 199/895. L’inscription emploie par ailleurs le verbe ἐπισκευάζειν à quatre reprises, qui marque sans doute davantage l’idée d’une réfection, plutôt que d’une construction ex nihilo96. Enfin, la raison invoquée dans le décret pour justifier l’envoi d’une ambassade à Alexandrie, afin de demander au roi l’autorisation d’entreprendre les travaux de restauration, semble peu appropriée : l’objectif de la légation visait plus probablement à obtenir du souverain une aide financière, qui ferait sens dans une période de crise97. On s’accorde ainsi à penser, à la suite de Léopold Migeotte, que des travaux furent entrepris quelques années avant l’ambassade dépêchée auprès du souverain lagide, puis qu’ils durent être abandonnés faute d’argent. Dans l’intervalle, l’usure et les catastrophes naturelles auraient assurément contribué à détériorer le gymnase.

  • 98 Migeotte 1992, p. 247 ne relève qu’un seul autre cas semblable, à Colophon (no 77).

36L’originalité de ce document réside surtout dans ses dispositions financières : le décret invite les donateurs soit à prêter de l’argent sans intérêt, soit, comme il est coutume, à offrir une somme d’argent dont le montant initial est indéterminé98. La cité d’Halicarnasse a donc choisi une solution mixte, fondée à la fois sur l’emprunt public et la souscription publique. Il n’est pas exclu que le sens de cette décision ait d’abord été contraint par la nécessité de multiplier les sources de financement. Le fait que les citoyens aient ainsi été conviés à prêter de l’argent sans intérêt (ἄτοκον) témoigne des réelles difficultés financières dans lesquelles la ville se trouvait à cette époque. Ce dispositif permettait également d’endiguer le risque d’une aggravation de la crise, dont les manifestations auraient sans doute pris la forme d’un endettement généralisé. Malgré ces modalités souples et la promesse d’un honneur rendu par la cité à tout souscripteur donnant plus de 3 000 drachmes dans le premier cas et 500 dans le second, le nombre de donateurs ne semble pas avoir été important. Enfin, comme l’a bien montré Léopold Migeotte, la souscription ne fut pas prise à l’initiative des magistrats de la cité, mais des citoyens, vraisemblablement soucieux et conscients du mauvais état des finances municipales.

  • 99 AppÉp 15.
  • 100 Voir les commentaires au sujet de AppÉp 15.

37La reconstruction d’édifices religieux, dont le financement est pris en charge par un particulier à la suite d’une catastrophe naturelle, est un fait que l’on rencontre essentiellement à l’époque impériale. Le Sebasteion d’Aphrodisias, financé par de riches notables locaux à l’époque julio-claudienne, fut complété et restauré à la suite d’un tremblement de terre par les descendants de cette famille99. Ce cas présente plusieurs particularités significatives : outre la rapidité avec laquelle les travaux semblent avoir été exécutés100, le financement échut intégralement aux légataires qui s’en acquittèrent pour la seconde fois (πάλιν ἐκ τῶν ἰδίων). Il est séduisant d’interpréter cet aspect du fonctionnement économique de la cité à l’aune de deux éléments concordants. D’une part, les difficultés financières auxquelles devaient faire face les autorités politiques dans ce contexte de crise imposa sans doute le recours à un apport de fonds extérieur : il paraissait dès lors naturel que la famille ayant financé le monument prît en charge les opérations de restauration rendues nécessaires par les conséquences du séisme. En outre, la dédicace gravée à deux endroits du monument, sur l’architrave dorique de la façade principale et sur les blocs d’architrave à deux fasces du côté ouest, apporte un nouvel éclairage : le texte précise en effet que les descendants restaurèrent, mais aussi complétèrent l’ouvrage (τελέσασα ἀποκαθέστησεν). Il y a tout lieu de penser que le Sebasteion ne présentait pas son aspect définitif au moment du désastre et que la catastrophe permit la reprise des travaux initiaux, en plus de ceux imposés par les circonstances.

  • 101 AppÉp 1.
  • 102 Lafond 2006, p. 244-245.
  • 103 D’Hautcourt 2001.
  • 104 AppÉp 1, respectivement, l. 4-5 et l. 26.
  • 105 Robert 1940, p. 49.

38La restauration de plusieurs temples, entreprise à Corinthe au début du iie s. de n.è. par Publius Licinius Priscus Juventianus, offre un nouvel exemple significatif101. L’inscription révèle en premier lieu toute l’influence que continuaient d’exercer les notables des deux premiers siècles de notre ère dans la prise en charge des travaux de construction et de restauration des monuments publics, plus particulièrement lorsqu’il s’agissait d’édifices religieux102. Le financement des travaux incomba ici à Licinius Priscus, mais il est légitime de supposer que l’empereur contribua également au relèvement de la cité à la suite du tremblement de terre : à Corinthe, les programmes édilitaires successifs étaient la marque de l’aboutissement de l’idéologie impériale depuis Auguste103. Il est donc peu probable que le souverain n’ait pas cherché à aider la cité dans cette période de crise. La mention du titre ἀρχιερεὺς διὰ βίου ainsi que l’emploi de l’expression ὑπὲρ ἀγορανοµίας104 suggèrent que cet important chantier de restauration fut lancé au cours de l’édilité de Licinius. Comme l’a souligné Louis Robert, suivant les remarques de Maximilian Fraenkel, ὑπὲρ ἀγορανοµίας ne peut se comprendre que comme une dépense effectuée pro aedilitate105. En d’autres termes, les évergésies auxquelles se conforma Licinius furent faites au titre de la summa honoraria qui accompagnait systématiquement l’obtention d’un honneur civique.

  • 106 Puech 1983, p. 39.
  • 107 Ibid., p. 41.

39Ce programme édilitaire répondait par ailleurs à deux types d’exigence : d’une part, la restauration des monuments prenait place dans la continuité des chantiers précédents, comme la reconstruction du théâtre sous Néron, destinés à accueillir les athlètes concourant aux Isthmia ; il a d’autre part semblé indispensable de refonder les principaux bâtiments endommagés par le tremblement de terre de 77106. Licinius Priscus prit donc en charge la construction des logements pour les athlètes ainsi que la restauration de nombreux édifices religieux, dépenses naturelles pour un évergète agissant en qualité d’archiereus – et dont on sait qu’il fut également prêtre de Poséidon à l’Isthme. L’importance des fonds engagés par l’évergète invite aussi à nuancer le rôle de représentation des grands-prêtres dans lequel ces derniers sont parfois enfermés : au contraire, en s’inscrivant dans la continuité d’une politique édilitaire qui marque la « renaissance » de la colonie fondée par César, Licinius montre à la fois un attachement sincère à sa patrie et un réel désintéressement qui participe d’un certain point de vue à l’exaltation de l’idéal civique107.

  • 108 AppÉp 11, l. 13-16 : (…) κατασκευάσαντα ἐκ τῶν ἰδίων τὸ ἰερὸν τοῦ Ἀσκλαπιοῦ ἐν τᾷ πόλε[ι] µετὰ τοῦ (...)
  • 109 Blinkenberg 1941, p. 822. Par ailleurs, toujours selon l’éditeur de la pierre, la formule Λίνδιοι κ (...)
  • 110 Aucun séisme connu durant cette période ne saurait vraiment convenir : celui de Cilicie, survenu en (...)
  • 111 C’est l’hypothèse de datation retenue, avec quelques réserves, par Guidoboni, Comastri, Traina 1994 (...)
  • 112 I.Lindos II, 448, l. 8.

40À peu près à la même époque, à la suite d’un tremblement de terre survenu à Lindos, un personnage du nom de Tibérius Claudius Antipatros fut honoré pour avoir pris en charge la reconstruction du temple d’Asclépios à ses propres frais108. La date de la catastrophe a posé de nombreuses difficultés : essentiellement pour des raisons paléographiques, Christian Blinkenberg proposait de situer l’inscription à la fin du ier ou au début du iie s. de n.è.109. Malheureusement, il n’est fait mention d’aucun tremblement de terre à Rhodes dans la seconde moitié du ier s.110. Dans un espoir – très certainement déçu – de faire coïncider cet événement avec un choc tellurique attesté par ailleurs, certains commentateurs l’ont rattaché, sans en apporter la preuve décisive, au tremblement de terre de 141 qui endommagea à la fois Rhodes et de nombreuses cités de Lydie111. D’autre part, nous ne savons que peu de choses concernant Tibérius Claudius Antipatros, sinon qu’il est qualifié d’archiérothyte dans une autre inscription de Lindos112, et qu’il associe son fils aux travaux de restauration du temple, ce qui semble indiquer que la famille exerce des charges sacerdotales héréditaires, ou, à tout le moins, que les descendants sont amenés à exercer eux-mêmes des honneurs civiques.

  • 113 AppÉp 12.
  • 114 Durrbach, Radet 1886, p. 262 ; Jones 1987, p. 251 ; Robert 1978a, p. 403 ; Bresson 1991, p. 153, no(...)

41Enfin, un document mal daté, que l’on situe entre le milieu du iie s. et le début du ive s. de n.è., renseigne sur la reconstruction d’une salle de banquet à Phoinix, dans la Pérée rhodienne113. De nombreux points de ce texte ont déjà été relevés par les commentateurs : en premier lieu, qu’un métèque ait pu exercer à deux reprises une magistrature de la ktoina a suscité l’étonnement. Impensable à l’époque classique ou hellénistique, cet état de fait a surtout permis de situer le document dans une fourchette chronologique assez basse. Par ailleurs, dans les circonstances troublées que connaît alors la cité, les honneurs décernés à Philoumenos par la communauté sont assez banals comme l’atteste la mise en série d’inscriptions similaires. Peu importe ici la traduction exacte du terme ἀνδρών, qui, tour à tour, a revêtu le sens d’« appartement destiné aux hommes » pour Félix Durrbach et Georges Radet, de « men’s quarter » pour Nicholas Jones et de « salle de banquet » pour Louis Robert et Alain Bresson114. Il s’agit d’un lieu d’aménité et, plus encore, de sociabilité qui a pour but de permettre la réunion des hommes de la communauté. Sa réfection a dû être perçue non pas comme une opération conduite dans l’urgence, mais comme une entreprise nécessaire au bon fonctionnement des cadres de la sociabilité masculine.

La restauration des bâtiments privés

  • 115 AppÉp 4.
  • 116 Il n’est sans doute pas impossible que certains travaux entrepris après le séisme de 227 ne furent (...)
  • 117 Martha 1880 ; IG XII 1, 736.
  • 118 Contra l’opinion ancienne de Martha 1880, p. 142-143, qui pense que le terrain en question ne serva (...)

42À la suite du tremblement de terre de 199/8 av. n.è., une association religieuse de Rhodes a ouvert une souscription privée dans le but de reconstruire les murs d’un enclos funéraire ainsi que les sépultures effondrées dans la catastrophe115. L’inscription met clairement en lumière un aspect de la solidarité locale à Rhodes : conscients que la cité devait en priorité faire porter les efforts sur les infrastructures militaires, économiques et civiques effondrées dans la catastrophe116, les éranistes décidèrent de prendre eux-mêmes en charge la réfection des monuments funéraires et du mur de l’enclos qui leur appartenaient. Cette prise en charge est par ailleurs assez conforme à la logique de la propriété et illustre l’évidente distinction entre biens publics et biens privés dans les cités grecques d’époque hellénistique. Une inscription de Camiros, copiée dans les années 1870 et datée du iiie s. av. n.è., permet, semble-t-il, de localiser le lieu où se sont effondrés les bâtiments de l’association117. Il s’agit d’un acte de donation qui récapitule ce que la communauté a obtenu en don gratuit et dans lequel est évoqué un terrain ἐς ταφία, « pour les sépultures ». D’après les dimensions données par l’inscription, ce terrain s’étend sur une superficie exacte de 1 369 m2. On sait d’autre part que le donateur a également offert un τέµενος consacré à Asclépios, à Apollon et à Aphrodite. L’un des murs détruits dans le tremblement de terre et restaurés par les éranistes peut sans doute être identifié avec l’un de ceux du sanctuaire. La prise en charge financière de ces travaux par l’association conduit à penser, en outre, qu’il s’agissait de sépultures réservées à ses membres118.

  • 119 AppÉp 16.
  • 120 Cf. supra p. 126-127.
  • 121 Voir Herrmann 1995.
  • 122 AppÉp 16.

43Un soin très particulier était également porté à la restauration des petits sanctuaires privés ainsi qu’aux monuments familiaux endommagés par des catastrophes naturelles. Deux documents d’époque impériale montrent que la prise en charge de ces réfections incombait le plus souvent aux descendants des fondateurs. La première inscription, dans l’ordre chronologique, relate la remise en état d’un temple et d’une statue d’Héra, disloqués à la suite d’un tremblement de terre119. L’aide considérable apportée par Tibère à la cité de Sardes, où l’on situe avec vraisemblance l’épicentre du tremblement de terre120, permet d’imaginer l’état de ruine considérable de la cité. Dans ces conditions, les fonds débloqués sur le fiscus de l’empereur – et peut-être aussi sur les caisses municipales – ont d’abord servi à reconstruire les principaux édifices de la ville, ce qui a contraint les particuliers à prendre en charge les réfections mineures et la restauration des édifices privés121. Le cas de Iulia Lydia n’est donc pas exceptionnel : son empressement à restaurer ces monuments cultuels tient essentiellement à la volonté de perpétuer la mémoire de son grand-père, par ailleurs qualifié dans une inscription de Sardes de πρῶτος τῆς πόλεως122.

  • 123 AppÉp 17.

44Le second document, daté de la fin du ier ou du début du iie s. de n.è., rapporte une histoire assez semblable123. À Thyatire, cité du nord-ouest de la Lydie, un tremblement de terre a endommagé la statue d’un citoyen, Tiberius Claudius Amphimachos, élevée par deux communautés villageoises afin de célébrer une victoire obtenue lors d’un procès. À la suite de la catastrophe, la base (βωµός) et la statue (ἀνδρίας) ont respectivement fait l’objet d’un remplacement et d’une réfection par la descendante du personnage honoré, Iulia Seuerina.

Le remodelage urbanistique d’une cité

  • 124 Tacite, Annales 14.27.1 ; Ismaelli 2009, p. 445-454.

45Au-delà de la réfection des bâtiments civiques ou privés dont le financement incombait à des particuliers, sous la forme de souscriptions publiques, ou à des notables locaux par le biais d’actes évergétiques, le remodelage de l’urbanisme d’une cité témoignait incontestablement de la violence d’une catastrophe naturelle et des transformations rendues nécessaires ou impulsées en vue d’un embellissement de la cité. À Hiérapolis, après un séisme survenu en 60 de n.è.124, un grand plan d’urbanisme fut décidé puis exécuté progressivement, du règne des Flaviens jusqu’à l’époque antonine, qui prévoyait l’élargissement de la zone urbaine.

  • 125 Orlandos 1959 (cf. BullÉp 1966, 200) ; Migeotte 1992, p. 55-59, no 22 ; Migeotte 1985.
  • 126 Thémélis 2007 (cf. SEG 54, 450). Migeotte 1985, p. 604, ne prend pas parti : « On ignore tout des r (...)
  • 127 Migeotte 1985, p. 604.
  • 128 Éd. et trad. Migeotte 1985, p. 597-601 (trad. légèrement modifiée).

46Un décret voté par la cité de Messène à la fin du ier s. av. n.è., ou au début du siècle suivant, détaille avec précision les modalités d’une souscription lancée en vue de la restauration des bâtiments publics de la cité125. Rien n’indique à première vue qu’un séisme ait bien été la cause de ces travaux, mais cette hypothèse, notamment défendue par l’archéologue grec Pétros Thémélis126, est séduisante à plusieurs égards. Tout d’abord, le nombre de bâtiments ayant fait l’objet d’une restauration est exceptionnellement élevé : sont ainsi mentionnés le vieux gymnase, le portique olympique, le portique du milieu, la salle du Conseil et le portique voisin, le portique marchand, le temple de Déméter, le portique de « Nicaios », le temple d’Héraclès et d’Hermès au gymnase, le marché aux viandes et le portique voisin, un second portique marchand, enfin le bâtiment de scène de la salle de spectacle. Il est difficile de croire qu’un programme édilitaire de cette ampleur ait pu être lancé en une seule fois sans qu’une cause externe et sans doute dramatique ne l’ait contraint et il semble tout aussi improbable qu’il se soit simplement agi « de rafraîchir l’ensemble des monuments [de la cité] »127. Ce document aborde en outre explicitement la délicate situation financière de la ville128 :

(…) περὶ δὲ τούτων ἔχοντος] τὰν πλείσταν φροντ[ί]|δα Ἐπινίκου τοῦ γραµµατέος τῶν συνέδρων [ὑ]πὲρ [τᾶς πόλιο]ς περὶ τῶν συµφερόν|των, καθὼς παρ᾽ ὅλον τὸν ἐνιαυτὸν ποιεῖται, εἴνεκεν [τοῦ ἐ]πισκευασθῆµεν τὰ δα|µόσια καὶ παρακαλοῦντος τοὺς διὰ παντὸς ποιοῦντας τὰ [δί]καια τᾶι πόλει Ἕλλανάς | τε καὶ Ῥωµαίους τοὺς ἐν αὐτᾷ κατοικοῦντας καὶ ἐν τῷ παρόντ[ι] ὑπολαµβάνοντας τὸ | κοινᾷ ἀσθενὲς αἰ τᾶς κατ᾽ ἄνδρα ὑπεχοµένους καὶ κατὰ δύναµιν ἐκπληροῦν τὸ βέλ|τιστον ἐπανγελλοµένους εἰς τὰν ἐπισκευὰν αὐτας, εἰς ἃν καὶ ὑπέ[σχ]οντο (…)

(…) et comme à ce sujet, Épinicos, le secrétaire des synèdres, montre le plus grand soin, au nom de la cité, pour ses intérêts, comme il le fait aussi durant toute l’année, afin que soient réparés les bâtiments publics, et qu’il engage les Grecs et les Romains résidents, qui en toute occasion font ce qui convient pour la cité et qui pour le moment soutiennent sa faiblesse publique en l’assumant individuellement et selon leurs moyens, à y remédier définitivement en promettant pour sa réparation, pour laquelle ils ont effectivement promis (…)

  • 129 Grandjean C. 2003, p. 253-256.
  • 130 Migeotte 1985, p. 607.
  • 131 Contrairement à l’opinion de Migeotte 1985, p. 604.

47Il est surprenant que la cité ait dû traverser une telle situation de crise, fût-elle conjoncturelle, à l’époque de la rédaction du décret, dans la mesure où les principaux dossiers de l’économie messénienne attestent une richesse et un développement de la ville et de sa population129. L’« embarras financier » dans lequel se trouve Messène a donc été interprété par Léopod Migeotte comme un simple manque de fonds disponibles130. Quoiqu’il soit douteux de prétendre que la ville se trouvait dans une situation de grave crise économique, il ne serait toutefois pas surprenant qu’elle ait pu être confrontée à une situation d’urgence exceptionnelle, dont la cause initiale a pu être une catastrophe naturelle. En tout, dix-neuf contributions sont recensées pour un montant total de 4 720 deniers, auxquelles il faut ajouter cinq dons indéterminés. L’ensemble est très modeste, mais il n’indique pas nécessairement que les travaux étaient de faible envergure131. La cité reçoit déjà une aide individuelle de la part des habitants et c’est uniquement parce que cette source de revenus semble ne pas suffire qu’elle décide d’ouvrir une souscription auprès d’une trentaine de notables grecs et romains.

  • 132 Rey-Coquais 1973, p. 40-41, no 1 (trad. YonGatier 2009, p. 28-29, no 2).

48À Apamée, un grand programme édilitaire financé par Lucius Iulius Agrippa, prit place dans les années qui ont suivi le tremblement de terre de décembre 115132 :

ὑπὲρ τῆς αὐτο|κράτορος Νερούα Τραια|νοῦ Καίσαρος Σεβ(αστοῦ) Γερµ(ανικοῦ) Δακι|κοῦ ὑγείας, Λ(ούκιος) Ἰούλιος Γ(αΐου) υἱὸς | Φαβ(ία) Ἀγρίππας, βασιλικὰς τειµὰς ἔχων, | καὶ προγόνους χαλκαῖς δέλτοις ἐν τῷ Καπετωλίῳ· | συµµάχους Ῥωµαίων ἀναγεγραµµένους, ἔχων δὲ καὶ | ἀλιτουργησίαν καὶ ἐκτελέσας πᾶσαν φιλοτειµίαν | αὐθαιρέτως, ἐκ τῶν ἰδίων ἀγοράσας τὸν τόπον, | τάς τε θερµὰς καὶ τὴν ἐν ταύταις βασιλικὴν | καὶ τὴν πρὸ τούτων στοὰν σὺν τῷ ἐνόντι παντὶ | κόσµῳ καὶ χαλκουργήµατι κτίσας τῇ πατρίδι ἀνέθηκεν | ἐπὶ Ἰουλίου Βάσσου πρεσβ(ευτοῦ) | Σεβαστοῦ ἀντιστρατήγου.

Pour la santé de l’empereur Nerva Trajan César Auguste, vainqueur des Germains, vainqueur des Daces, Lucius Iulius Agrippa, fils de Gaius de la tribu Fabia, ayant les honneurs royaux et des ancêtres inscrits au Capitole sur des tables de bronze comme alliés des Romains, ayant aussi l’exemption de liturgies, ayant accompli toute générosité à la perfection spontanément, ayant acheté à ses propres frais l’emplacement et ayant fondé les thermes, la basilique qui y est incluse, le portique au devant de ces bâtiments, avec toute leur décoration et l’ensemble des œuvres de bronze qui s’y trouvent, les a dédiés à sa patrie, sous Iulius Bassus, légat d’Auguste propréteur.

  • 133 Balty 1981, p. 47.
  • 134 Ibid., p. 53. Yon, Gatier 2009, p. 30-33, no 3.

49Cet important chantier s’étendait de la grande rue, orientée le long d’un axe nord-sud, aux thermes et à l’agora. Tout indique qu’il s’est alors agi d’une « véritable rénovation urbanistique »133. Lucius Iulius Agrippa a ainsi financé la construction de nombreux tronçons de la colonnade ainsi que des bains ; il a également pourvu à leur ornementation en faisant réaliser deux groupes statuaires déjà célèbres à l’époque hellénistique134. Il n’était donc pas seulement question de restaurer des monuments anciens, mais également de contribuer à la refondation d’un quartier central de la cité autant que de favoriser la création et l’embellissement des lieux d’aménité.

  • 135 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.425 ; cf. Sartre 2001, p. 677.

50La catastrophe de 115 a surtout été l’occasion de repenser l’urbanisme d’un site millénaire tout en conservant des éléments de sa mémoire civique. En effet, au-delà de la réalisation des deux ensembles de statues, les travaux financés par Lucius Iulius Agrippa s’appuyaient sur le premier état de la grande colonnade d’époque tibérienne, ainsi que l’atteste un passage de Flavius Josèphe135. Le pavement du cardo d’Apamée, au début du ier s. de n.è., avait par ailleurs été entrepris pour des raisons fonctionnelles : les pluies, en effet, transformaient la rue en un terrain boueux difficilement praticable. L’état récent de la colonnade n’imposait donc pas une modification en profondeur de son plan et seule une catastrophe de grande ampleur invitait à remodeler de la sorte le paysage urbain de la cité.

51Ce document épigraphique précise que Lucius Iulius Agrippa bénéficiait de l’exemption de liturgies, ce qui l’exonérait de libéralités envers sa patrie, d’ordinaire contraintes par l’occupation d’une charge civique. Cette notation, contenue dans les deux inscriptions en l’honneur de l’évergète, avait pour but de saluer la générosité désintéressée du riche citoyen d’Apamée. L’évergétisme permit de suppléer l’absence de fonds tirés des caisses municipales, mais également de mettre en valeur un certain idéal civique.

*
*  *

52Si le « moment de la catastrophe » s’achève lorsque s’ouvre celui de la résilience, force est de constater que l’empressement des communautés civiques à agir dans l’urgence et localement afin d’endiguer les impacts d’un désastre naturel participe d’un processus de remédiation adapté à l’urgence des circonstances, dès l’apparition des premières manifestations du phénomène. L’efficacité des mesures prises en ce sens dépendait d’abord de la capacité des individus à se porter un secours mutuel, sans même attendre l’arrivée de l’aide internationale souvent rendue nécessaire par la gravité des dégâts. La gestion de la catastrophe à l’échelle locale se déduisait d’abord de l’évacuation de la population hors des zones dangereuses, qu’elle fût décidée par les autorités politiques ou qu’elle relevât d’une initiative individuelle et spontanée. Cette attitude pragmatique contraste avec les grands mouvements de panique qui s’emparaient parfois des individus frappés d’épouvante face aux aléas naturels, car elle s’inscrivait incontestablement dans la conscience collective des populations. Les capacités de réparation à l’échelle locale s’exprimaient en outre à travers la mise en place des secours d’urgence, fondée sur l’entraide individuelle, le recours aux médecins publics et l’intervention des réseaux de solidarité régionaux. Les premiers travaux de restauration des monuments effondrés, financés grâce au soutien des notables locaux, étaient précédés d’un déblaiement des décombres dont l’objectif visait surtout à extraire les cadavres des ruines. Ce n’est qu’après avoir enterré les morts et honoré le souvenir des disparus que la cité pouvait envisager de se relever du sinistre.

53Les catastrophes naturelles engendraient par ailleurs des dégâts considérables, affectant les édifices monumentaux et les infrastructures d’une cité. Le coût imposé par la reconstruction de ces bâtiments publics était alors la cause de graves difficultés financières, qui conduisaient le Conseil de la cité à chercher des liquidités, parfois en de grandes quantités. Afin de répondre aux crises conjoncturelles, qui menaçaient le fonctionnement pérenne des institutions civiques, l’essentiel des ressources financières nécessaires à la restauration des bâtiments ou à la refondation d’une cité entière émanait d’abord des particuliers, à travers la sollicitation d’actes évergétiques ou, plus rarement, le recours à une participation contrainte. Le redressement d’une cité touchée par une catastrophe de grande ampleur ne pouvait cependant être achevé convenablement que grâce à l’aide des réseaux de solidarité internationaux puis, à partir de l’époque hellénistique, des rois d’Orient.

Notes

1 Si cela leur était impossible, il leur fallait alors se réfugier dans l’entrebâillement d’une porte, point le plus solide d’une habitation selon Pline l’Ancien, 2.197.

2 Diodore de Sicile, 5.47.5.

3 Ibid., 19.45.7 : συνήργησε δὲ τοῖς κινδυνεύουσι καὶ τὸ µεθ’ ἡµέραν γενέσθαι τὸν κατακλυσµόν· οἱ γὰρ πλεῖστοι φθάσαντες ἐξεπήδησαν ἐκ τῶν οἰκιῶν εἰς τοὺς µετεώρους τόπους τῆς πόλεως·

4 Thucydide, 3.89.

5 Diodore de Sicile, 11.63.6.

6 Thucydide, 8.41.2 : Καὶ ἐς Κῶν τὴν Μεροπίδα ἐν τῷ παράπλῳ ἀποβὰς τήν τε πόλιν ἀτείχιστον οὖσαν καὶ ὑπὸ σεισµοῦ, ὃς αὐτοῖς ἔτυχε µέγιστός γε δὴ ὧν µεµνήµεθα γενόµενος, ξυµπεπτωκυῖαν ἐκπορθεῖ, τῶν ἀνθρώπων ἐς τὰ ὄρη πεφευγότων.

7 Cf. également supra p. 150.

8 Supra p. 149.

9 Tacite, Annales 2.47.1.

10 Dion Cassius, 68.25.

11 Bousquet B. 2006, p. 50-51.

12 Dion Cassius, 68.24.

13 Ibid., 68.25.

14 Helly 2008, p. 52.

15 Tacite, Annales 4.63.2 ; Tite-Live, 2.47.12 : Suétone, Vie des douze Césars, Tibère 40. Cf. Bedon 2005.

16 Héraclide du Pont, F 26 A (= Strabon, 8.7.2).

17 Aelius Aristide, Discours 20.18.

18 Massar 2005, p. 85-87 et 102.

19 Robert 1978a, p. 406-407.

20 AppÉp 8 ; Robert 1939, p. 165-166, no 2.

21 AppÉp 8, l. 20-21.

22 Samama 2003, p. 211-214, no 116.

23 Ibid., p. 213, n. 40.

24 Massar 2005, p. 87. Il nous faut malgré tout rester prudent sur l’expression employée : une épidémie n’est pas en soi une catastrophe naturelle, car elle peut tout aussi bien être la conséquence d’une guerre (Jacob 1932), ou d’une famine qui n’a pas de causes climatiques.

25 Un décret honorifique de Cos décerne l’éloge au médecin Xénotimos pour son action lors d’une épidémie au iiie s. av. n.è. : Iscrizioni di Cos 5 ; Samama 2003, p. 225-227, no 123.

26 IG XII 1, 1032 (Decourt 1995, no 10 ; Samama 2005, p. 217-219, no 118).

27 Rigeade 2007, p. 11.

28 Plutarque, Cimon 16.5 : Τὸν δὲ τάφον αὐτῶν ἔτι νῦν Σεισµατίαν προσαγορεύουσι.

29 Ducat 1984, p. 78-79.

30 Sur la symbolique religieuse de ce passage, cf. Gagé 1953, p. 186-187. À propos des vertus divinatoires que les Anciens prêtaient au lièvre : Voisin 2006.

31 Ducat 1984, p. 78.

32 AppÉp 3 : τῶν κατὰ τὸν σεισµὸν τελευτασάντων.

33 Robert 1978a, p. 399.

34 Pseudo-Aelius Aristide, Discours 25. Boulanger 1923, p. 374, n. 1.

35 Delrieux 2008, p. 221. Un parallèle peut être fait avec la description de la grande peste d’Athènes que donne Thucydide, 2.52.2-4.

36 Robert 1978a, p. 398.

37 St. Pontica III 1, n. 139 ; Robert 1978a, p. 398 et n. 23 et 24.

38 AppÉp 21.

39 Ibid., l. 3-8 : ἐν τῇ συνπτώσι | τοῦ σεισ|µοῦ οὕ|τως αὐ|τὰ περιει|λήφει.

40 Gottwald 1939.

41 BullÉp 1939, 464, p. 164-170 ; Robert 1978a, p. 400.

42 Ibid., aux l. 10-12 tout d’abord où le savant épigraphiste a proposé de lire παθεῖτ(α)ι ἃ ἐκῆνοι ἐν τοῖς σεισµοῖς puis aux l. 17-18 où il a suggéré la lecture τὰ αὐτα πάθοιτον ἃ ἐκῆ(ν)ι ἐν τοῖς σεισµοῖς.

43 BullÉp 1939, 464.

44 Müller 2011a, p. 325 ; ead., 2011b.

45 Veyne 1976 ; Gauthier 1985.

46 Brélaz 2009. Pour une réévaluation du rôle du δῆµος : Zuiderhoek 2007.

47 Ainsi que l’a suggéré Migeotte 1997, p. 196 : « Or, il serait intéressant de mener un certain nombre d’enquêtes précises et limitées à des cas exemplaires, bien représentés par l’épigraphie, et en étant attentif à la spécificité des époques, des situations économiques et politiques des cités, de leurs institutions et de leurs ressources ».

48 On rappellera à cet égard que la province d’Asie a été contrainte de verser à Sylla une indemnité de 20 000 talents à la suite de la première guerre mithridatique, en 84 av. n.è. L’endettement des cités fut si considérable que bon nombre d’entre elles furent obligées d’hypothéquer une partie, voire même la totalité de leurs infrastructures urbaines (Appien, Mithridate 9.63 ; cf. Migeotte 1984, nos 114-116). Voir récemment : Delrieux 2010.

49 D’autre part, comme le souligne Brélaz 2009, p. 52, les comptes publics des cités grecques nous sont particulièrement mal connus et rien n’interdit de supposer qu’il y eut des financements conjoints fondés sur la ponction des caisses civiques et des dons de notables, voire tripartite si l’on tient compte des dépenses effectuées par les souverains. C’est aussi le constat auquel parvient Chevallier 1997, p. 274-276, à propos du financement multiple des travaux routiers qui repose à la fois sur l’aerarium et le fiscus ainsi que sur la mise à contribution directe des riverains.

50 La bonne gestion financière de la cité leur incombe, surtout dans une période de crise prononcée. Un exemple éclairant se trouve dans un décret de Télos (AppÉp 6, l. 4-6) : ἐπειδὴ Ἀριστοµένης Ἀρισ[τοβ]ούλου […] αἱρεθείς τε ἱεραπόλος ἐπ’ ἱερ[έως Ἀγλ]ωκρίτου [πάσ]ας τὰς ποθόδους καὶ τὰ τελέσµατα ὀ[ρθῶς καὶ] δικαίως δ[ιωικ]ον[όµ]ησε, « Attendu que Aristoménès, fils d’Aristoboulos, élu hiérapolos sous la prêtrise d’Aglôkritos, a administré l’ensemble des revenus et des dépenses avec droiture et justice ». Cf. Fröhlich 2004, p. 372.

51 Migeotte 1995.

52 Tacite, Annales 14.27.1 : Eodem anno ex inlustribus, Asiae urbibus Laodicea tremore terrae propalsa nullo a nobis remedio propiis opibus reualuit.

53 Tacite situe la date du tremblement de terre en 60 ; Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 183h place la catastrophe en 64 ; Georges Syncelle, 394, abaisse la date du séisme en 53.

54 Opinion déjà formulée par Mitchell 1987, p. 349. Il faut toutefois mentionner l’action d’un proconsul d’Asie, Sextus Iulius Frontinus, qui fut chargé par la suite d’aider au relèvement de certains édifices mineurs de la cité : cf. en dernier lieu Pont 2010, p. 437 ; voir infra p. 202.

55 Une première destruction du temple, causée par un incendie, remonte au vie s. (Hérodote, 2.180). Les Delphiens devaient payer le quart du coût total des reconstructions qui s’élevait à 300 drachmes, mais ce sont les Alcméonides qui obtinrent le droit de reconstruire le temple par adjudication : cf. Lefèvre 1998, p. 46. La destruction du temple du ive s. pose de nombreuses difficultés : s’il a souvent été admis qu’elle résultait du tremblement de terre qui frappa le golfe de Corinthe en 373, aucune preuve décisive n’a toutefois été apportée en ce sens. Pour un exposé synthétique avec renvoi à la bibliographie antérieure, cf. Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, p. 75, no 36.

56 Bousquet 1988a et 1988c ; CID II.

57 Pouilloux 1962 ; La Coste-Messelière 1974. Les naopes sont choisis uniquement en fonction de leurs compétences techniques et gèrent des fonds très divers (Lefèvre 1998, p. 263-264).

58 Lefèvre 1998, p. 46.

59 CID II, 31 et 32. La première plaque devait couvrir les dépenses entre 366 et 358.

60 Pour une synthèse sur la chronologie des travaux : Lefèvre 1998, p. 266-268.

61 Les sources de revenus de la cité de Delphes reposent en grande partie sur le « tourisme cultuel ». Il était donc indispensable que le sanctuaire accueille de nouveau des pèlerins.

62 CID II, 31, l. 1-2 (= FD III, 5, 19). La somme s’élève à 85 000 drachmes.

63 CID II, p. 10 (le détail de l’utilisation de ces sommes est étudié au chap. 2).

64 Bousquet 1988a, p. 23.

65 Diodore de Sicile, 16.56.6. Ce sont les prytanes de la cité qui encaissent l’amende phocidienne, puis en sont déchargés au profit des Trésoriers de l’Amphictionie, corps créé spécifiquement pour percevoir ces rentrées d’argent (CID II, chap. 4 et 9).

66 Bousquet 1985 : les travaux sont presque entièrement achevés en 335.

67 Bousquet 1984.

68 Sur le renforcement des fondations, cf. infra p. 247-255. D’autre part, il n’est pas rare que de grands monuments religieux soient assez longs à reconstruire. À titre d’exemple uniquement, la cathédrale Notre-Dame de Reims, ravagée par un incendie en 1210, est ainsi reconstruite à partir de 1211 jusqu’en 1275 (date à laquelle le gros du chantier est achevé).

69 CID II, p. 10.

70 Il s’agit de la somme à laquelle on parvient en additionnant les chiffres relevés par Jean Bousquet sur les inscriptions. Cette estimation tient compte des restitutions les plus basses (on ne sait pas si la Phocide donne, par exemple, 2 418 ou 2 518 drachmes). L’unité de mesure est la drachme éginétique.

71 Pouilloux 1949.

72 Les naopes avaient en charge, en temps normal, l’entretien du sanctuaire, la gestion des revenus sacrés, etc. Cf. Lefèvre 1998, p. 268.

73 AppÉp 18.

74 Rapporté par Şahin 2008a, p. 13.

75 Comme ce fut le cas à Delphes lors de la destruction du temple dans les années 370.

76 Şahin 2008a, p. 16-17.

77 Bernadette Puech et Jean-Yves Strasser (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b) : « la confédération aussi a apporté une contribution de (chiffre) denier, sans recours à aucune imposition individuelle ».

78 Aelius Aristide, Discours 20.23.

79 Konstantinopoulos 1967 ; repris par Migeotte 1992, p. 105-108, no 37 : « Ceux que voici, ayant à cœur de contribuer à assurer au peuple la sécurité, ont promis pour la fortification de la cité : Hagésandros fils de Mikiôn, (…), de construire une tour. Ceux que voici (ont promis) de verser des fonds pour la construction de tours : (suivent les noms des souscripteurs) ».

80 L’inscription ne porte pas mention du tremblement de terre. Toutefois, une remise en état aussi importante ne peut être la conséquence que d’un tremblement de terre ou d’une guerre. Or, la datation du document par Konstantinopoulos le situe dans les années 220 ; d’autre part, le regroupement prosopographique a montré qu’Hagésandros fils de Mikiôn était connu à Lindos comme prêtre de Poséidon en 239. Le contexte de cette souscription ne fait ici aucun doute.

81 Migeotte 1992, p. 106.

82 Migeotte 1995, p. 81.

83 Pugliese-Carratelli 1986-1987, p. 272-274, no 6. Voir la note du BullÉp 1993, 380 et la révision du texte par Kontorini, Migeotte 1995.

84 Kontorini, Migeotte 1995, p. 625.

85 Tod 1960, p. 10 ; BullÉp 1997, 441.

86 Polybe, 5.88.2 : οὕτως ἐχείριζον νουνεχῶς καὶ πραγµατικῶς τὸ γεγονὸς ὡς µὴ βλάβης, διορθώσεως δὲ µᾶλλον, αὐτοῖς αἴτιον γενέσθαι τὸ σύµπτωµα (trad. P. Pédech, CUF, 1977).

87 AppÉp 5 : πεπτωκότων τε τῶν τειχέων διὰ τὸν γενόµενον σεισµὸν ἐπ’ ἰερέως Θευφάνευς, καὶ ἀνωχύρου ὄντος τοῦ περιπολίου.

88 Ibid., l. 24-27 : κατανοήσας τε Καµιρεῖς ἰκανὰ χρήµατα δαπανοῦντας καθ’ ἕκαστον ἐνιαυτὸν εἰς τὰν τῶν πύργων καὶ τῶν τειχέων ἐπισκευὰν εἰσαγήσατο, κτλ.

89 AppÉp 6.

90 Holleaux 1904, p. 358, n. 2. D’autres auteurs ont proposé de rattacher cette inscription au grand séisme de Rhodes en 227 av. n.è. : Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 141-142, no 36. Si aucun indice ne permet de trancher définitivement, on se doit de porter attention à une remarque de Robert 1978a, p. 403, n. 68 : s’il s’agissait effectivement du séisme de 227, le rédacteur du décret aurait peut-être usé de l’expression τοῦ σεισµοῦ, l’article défini permettant de qualifier l’événement sans doute.

91 AppÉp 6, l. 6-7.

92 Migeotte 1992, p. 242-249, no 77.

93 Cette inscription a d’abord été datée de la première moitié du iiie s. av. n.è., période de domination lagide sur le sud de l’Asie Mineure (Migeotte 1984, no 101). Puis, suivant les remarques de Philippe Gauthier (BullÉp 1987, 221), les commentateurs ont sensiblement abaissé la date du document vers la fin du siècle.

94 Pausanias, 2.7.1 : ἐκάκωσε δὲ καὶ περὶ Καρίαν καὶ Λυκίαν τὰς πόλεις.

95 Justin, Abrégé des histoires philippiques de Trogue Pompée, 30.4.1-3 : In Asia quoque, eadem die, idem motus terrae Rhodum multasque alias civitates gravi ruinarum labe concussit, quasdam solidas absorbuit. On sait également que la cité d’Iasos, au nord d’Halicarnasse, a été endommagée par ce séisme : IK 28-Iasos 28.

96 Migeotte 1992, p. 242-249, no 77, l. 8, 14, 20, 31.

97 Bien que les finances municipales aient fait l’objet d’une surveillance attentive par l’administration ptolémaïque (Bagnall 1976, p. 95), les cités avaient conservé leur droit à ériger librement des édifices publics.

98 Migeotte 1992, p. 247 ne relève qu’un seul autre cas semblable, à Colophon (no 77).

99 AppÉp 15.

100 Voir les commentaires au sujet de AppÉp 15.

101 AppÉp 1.

102 Lafond 2006, p. 244-245.

103 D’Hautcourt 2001.

104 AppÉp 1, respectivement, l. 4-5 et l. 26.

105 Robert 1940, p. 49.

106 Puech 1983, p. 39.

107 Ibid., p. 41.

108 AppÉp 11, l. 13-16 : (…) κατασκευάσαντα ἐκ τῶν ἰδίων τὸ ἰερὸν τοῦ Ἀσκλαπιοῦ ἐν τᾷ πόλε[ι] µετὰ τοῦ υἱοῦ αὐτοῦ Κλαυδίου Διοκλείδα κατερε[ι]φθὲν ἐν τῷ σεισµῷ.

109 Blinkenberg 1941, p. 822. Par ailleurs, toujours selon l’éditeur de la pierre, la formule Λίνδιοι καὶ οἱ µαστροί est fréquente sur les bases de statues de prêtres à partir du début du iie s. de n.è. Enfin, l’expression ἰερατεύσαντα τῶν Αὐτοκρατόρων pourrait évoquer Nerva et Trajan, ce qui donnerait un terminus a quo autour de 97, date de l’adoption du futur empereur par Nerva.

110 Aucun séisme connu durant cette période ne saurait vraiment convenir : celui de Cilicie, survenu en 97, semble bien trop éloigné (Malalas, 267).

111 C’est l’hypothèse de datation retenue, avec quelques réserves, par Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 235, no 114. Le tremblement de terre de 141 est d’abord connu de Pausanias, 8.43.4 et de l’Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.1.

112 I.Lindos II, 448, l. 8.

113 AppÉp 12.

114 Durrbach, Radet 1886, p. 262 ; Jones 1987, p. 251 ; Robert 1978a, p. 403 ; Bresson 1991, p. 153, no 159.

115 AppÉp 4.

116 Il n’est sans doute pas impossible que certains travaux entrepris après le séisme de 227 ne furent pas achevés en 199 quand survint le second choc tellurique (sur la reconstruction des murailles : Winter 1992). On doit néanmoins rejeter le récit de Jean Malalas, 211, selon qui le colosse de Rhodes, détruit en 227, ne fut réparé que trois siècles plus tard par l’empereur Hadrien. Hypothèse défendue malgré tout par Agusta-Boularot 2006, p. 120, no 17.

117 Martha 1880 ; IG XII 1, 736.

118 Contra l’opinion ancienne de Martha 1880, p. 142-143, qui pense que le terrain en question ne servait pas à regrouper les défunts, mais qu’il s’agissait d’une propriété privée dont les revenus étaient destinés à la sépulture des éranistes.

119 AppÉp 16.

120 Cf. supra p. 126-127.

121 Voir Herrmann 1995.

122 AppÉp 16.

123 AppÉp 17.

124 Tacite, Annales 14.27.1 ; Ismaelli 2009, p. 445-454.

125 Orlandos 1959 (cf. BullÉp 1966, 200) ; Migeotte 1992, p. 55-59, no 22 ; Migeotte 1985.

126 Thémélis 2007 (cf. SEG 54, 450). Migeotte 1985, p. 604, ne prend pas parti : « On ignore tout des raisons qui ont amené la ville à entreprendre ce programme de restauration », puis plus loin : « Ces [édifices] n’avaient donc subi que des dommages mineurs, probablement dus au temps ou à la négligence ». Jeanne et Louis Robert ne se prononcent pas. Sauf erreur de ma part, il n’y a pas trace, dans les sources textuelles, d’un séisme en Messénie à l’époque d’Auguste.

127 Migeotte 1985, p. 604.

128 Éd. et trad. Migeotte 1985, p. 597-601 (trad. légèrement modifiée).

129 Grandjean C. 2003, p. 253-256.

130 Migeotte 1985, p. 607.

131 Contrairement à l’opinion de Migeotte 1985, p. 604.

132 Rey-Coquais 1973, p. 40-41, no 1 (trad. YonGatier 2009, p. 28-29, no 2).

133 Balty 1981, p. 47.

134 Ibid., p. 53. Yon, Gatier 2009, p. 30-33, no 3.

135 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.425 ; cf. Sartre 2001, p. 677.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540