Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Deuxième partie – Le moment de la catastrophe

Chapitre 2

Les sociétés à l’épreuve des catastrophes

Texte intégral

1Si l’on a depuis longtemps admis qu’il était réducteur d’étudier l’impact des catastrophes naturelles uniquement sous l’angle de leurs conséquences immédiates, c’est essentiellement en raison des enjeux singuliers et décisifs qui se font jour au lendemain du sinistre : les événements dévastateurs ont en effet tendance à générer une crise financière aiguë, à tout le moins des difficultés économiques conjoncturelles, et un bouleversement des structures civiques qui désorganisent profondément le corps social d’une cité. Au-delà des impacts engendrés par une catastrophe naturelle dans un territoire donné, qui constituent, selon une approche restrictive, le véritable « moment de la catastrophe », les sociétés et les communautés humaines sont aussi durement éprouvées par un ensemble de conséquences indirectes qui bouleversent en profondeur leur organisation quotidienne. Les conséquences démographiques soulignent immanquablement la violence du phénomène, mais elles suggèrent également, à une autre échelle de temps, les innombrables difficultés auxquelles les sociétés furent soumises. Il est manifeste, toutefois, de constater une relative pauvreté des sources historiques au sujet des épreuves subies par les sociétés antiques : le soin porté à la description de l’intensité des catastrophes ou les longs récits jugés exceptionnels en raison de l’extrême violence des aléas ont souvent eu tendance à masquer les réactions des populations et les effets induits par un phénomène naturel sur le vécu et les expériences du quotidien. Plusieurs documents permettent cependant de saisir quelques réalités concrètes comme, notamment, l’expression des réactions désemparées de ceux qui subissaient une catastrophe. En outre, une lecture attentive de la littérature et des inscriptions autorise à s’interroger sur les autres types de conséquences néfastes pour les communautés civiques : le ralentissement des affaires publiques, les menaces extérieures et les dissensions internes, les crises économiques et les difficultés financières brossent un tableau assez complet des contraintes opposées aux sociétés antiques dans leur démarche de résilience. Ce n’est que par une prise en compte globale de l’ensemble de ces facteurs qu’il est possible d’apprécier non seulement la fragilité et la vulnérabilité des cités grecques face aux aléas naturels, mais aussi d’envisager la catastrophe comme un fait social inscrit dans le temps historique.

Les conséquences démographiques

Des catastrophes collectives

  • 1 Clavandier 2004.
  • 2 Ducat 1984, p. 79.

2L’abondance des sources relatives aux catastrophes survenues dans les cités égéennes et micrasiatiques au cours de l’Antiquité permet, dans une certaine mesure, d’apprécier les conséquences démographiques que les phénomènes naturels dévastateurs ont eues sur les sociétés antiques. Bien que les évaluations chiffrées aient souvent donné lieu à des débats contradictoires, qui se sont révélés insatisfaisants, ce que l’on désigne aujourd’hui comme une « catastrophe collective »1 doit d’abord être apprécié en fonction du nombre élevé de victimes. Il ne peut s’agir cependant de considérer sans réserve les données transmises par les auteurs de l’Antiquité : pour des raisons évidentes liées à la construction des récits littéraires, le nombre de morts a pu être fortement exagéré, à défaut de n’être qu’une appréciation grossière2. Ces évaluations soulignent toutefois l’extrême violence de certains sinistres et la réalité des impacts démographiques dans les cités ou les provinces touchées par une catastrophe de grande ampleur.

Tabl. 4. Les catastrophes meurtrières en Méditerranée orientale (ve s. av. n.è.-iie s. de n.è.).

Date Cité ou région Catastrophe Victimes Sources
vers 464 av. n.è. Sparte Séisme 20 000 mortsa Diodore de Sicile, 11.63.1
426 av. n.è. Scarphéia Thronion Séisme, raz-de-marée 1 700 morts 800 morts Strabon, 1.3.20
373 av. n.è. Boura Séisme, éboulement (?) Tous les habitants Pausanias, 7.25.8
373 av. n.è. Héliké Séisme, raz-de-marée Tous les habitants Pausanias, 7.24.12
316 av. n.è. Rhodes Inondation 500 morts Diodore de Sicile, 19.45
65 av. n.è. Syrie Séisme 170 000 morts Justin, 40.2.1
31 av. n.è. Judée Séisme 30 000 morts Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.370
115 de n.è. Antioche Séisme Très nombreuses victimes Dion Cassius, 68.24.25
a. Le nombre de victimes paraît avoir été considérable. Selon les évaluations chiffrées dont nous disposons, Sparte aligna 8 000 hoplites à la bataille de Platées en 479, contre seulement 3 000 en 425. Les pertes subies par l’armée lacédémonienne n’ont sans doute pas été si importantes dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, qui justifieraient une telle diminution des effectifs militaires. L’hypothèse d’une chute considérable de la population spartiate qui serait liée au séisme de 464 semble pleinement satisfaisante. Sur ce point : Ziehen 1933.
  • 3 Strabon, 1.3.20.
  • 4 Capelle 1924, col. 353.
  • 5 Strabon, 12.8.17.

3À de rares exceptions près, signalées dans le tableau ci-dessus (tabl. 4), les auteurs de l’Antiquité ne donnent aucune estimation numérique du nombre de victimes des catastrophes naturelles. La mention de chiffres particulièrement suggestifs avait surtout pour objectif d’accroître la dimension pathétique du discours. Au-delà des principaux documents qui évoquent l’intensité des catastrophes les plus meurtrières, certaines anecdotes nous sont également parvenues par l’entremise d’auteurs soucieux d’apporter des éléments de vraisemblance à leur récit. Strabon prétend ainsi que 25 jeunes filles ont, lors d’une fête des Thesmophories à Alponos, petite cité du golfe Maliaque, été entraînées dans la chute de l’une des tours du port. Comble de l’ironie tragique, elles s’y trouvaient au sommet pour observer le spectacle du déferlement de la nature3. Le géographe mentionne par ailleurs une autre histoire, qu’il tient très certainement de Poséidonios4 : un entremetteur, qui logeait à Caroura à la frontière de la Phrygie et de la Carie, périt enseveli à la suite d’un tremblement de terre avec les femmes qui l’accompagnaient5. Ces rares exemples ne constituent pas pour autant un genre littéraire particulier : il ne s’agit pour Strabon que d’évoquer la conséquence tragique et anecdotique d’un fait naturel réel. La mention d’une mort collective ne fait alors sens que pour confirmer l’historicité de la catastrophe.

  • 6 Diodore de Sicile, 19.45.6 : Κινδυνευούσης δὲ τῆς πόλεως ἄρδην µετὰ τῶν κατοικούντων ἀπολέσθαι βοήθ (...)
  • 7 Cf. infra p. 150-151.
  • 8 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.370.

4D’autres documents précisent en revanche intentionnellement le nombre de victimes afin de souligner l’intensité et la violence de l’événement. Dans le récit qu’il donne de l’inondation qui coûta la vie à 500 Rhodiens au printemps 316, Diodore affirme que la cité avait encouru le risque d’être entièrement anéantie avec ses habitants ; leur salut ne fut dû qu’à un hasard providentiel, la rupture d’un pan de la muraille laissant échapper vers la campagne les eaux torrentielles6. Les impacts démographiques engendrés par une catastrophe naturelle favorisaient aussi parfois une augmentation des risques d’invasion militaire7 : en 31 av. n.è., la Judée fut éprouvée par un séisme au cours duquel périrent 30 000 personnes8. Si l’armée réchappa au désastre, c’est en raison de l’emplacement de ses campements qui se trouvaient à l’extérieur de la ville. Flavius Josèphe, dans le récit qu’il donna de l’événement, se réjouissait que, par-delà la gravité de la catastrophe, le royaume d’Hérode n’eût pas à subir de surcroît une annexion du territoire.

  • 9 Dion Cassius, 68.24-25.

5De toutes les catastrophes qui occasionnèrent un nombre important de victimes, celle qui survint à Antioche sous le règne de Trajan fut l’occasion pour Dion Cassius de produire un discours empreint d’un très fort réalisme9 :

τῶν δὲ δὴ ἀθρώπων πολλοὶ µὲν καὶ ἐκτὸς τῶν οἰκιῶν ὄντες ἐπόνησαν· ἀναβαλλόµενοί τε γὰρ καὶ ἀναρριπτούµενοι βιαίως, εἶθ’ ὥσπερ ἀπὸ κρηµνοῦ φερόµενοι προσηράσσοντο, καὶ οἱ µὲν ἐπηροῦντο οἱ δὲ ἔθνησκον. καί τινα καὶ δένδρα αὐταῖς ῥίζαις ἀνέθορε. τῶν δὲ ἐν ταῖς οἰκίαις καταληφθέντων ἀνεξεύρετος ἀριθµὸς ἀπώλετο· παµπόλλους µὲν γὰρ καὶ αὐτὴ ἡ τῶν συµπιπτόντων ῥύµη ἔφθειρε, παµπληθεῖς δὲ καὶ τὰ χώµατα ἔπνιξεν. ὅσοι δὲ δὴ µέρους τοῦ σώµατός σφων ὑπὸ λίθων ἢ ξύλων κρατούµενοι ἔκειντο, δεινῶς ἐταλαιπώρησαν, µήτε ζῆν ἔτι µήτ’ ἀποθανεῖν αὐτίκα δυνάµενοι. καὶ ἐσώθησαν γὰρ ὅµως καὶ ἐκ τούτων, ἅτε καὶ ἐν ἀµυθήτῳ πλήθει, συχνοί, οὐδὲ ἐκεῖνοι πάντες ἀπαθεῖς ὑπεχώρησαν. συχνοὶ µὲν γὰρ σκελῶν συχνοὶ δὲ ὤµων ἐστερήθησαν, ἄλλοι κεφαλῆς κατεαγήσαν ἄλλοι αἷµα ἤµουν, ὧν εἷς καὶ ὁ Πέδων ὁ ὕπατος ἐγένετο· καὶ εὐθύς τε γὰρ ἀπέθανε. συνελόντι δὲ εἰπεῖν, οὐδὲν τὸ παράπαν βιαίου πάθους τότε τοῖς ἀνθρώποις ἐκείνοις οὐ συνηνέχθη. καὶ ἐπὶ πολλὰς µὲν ἡµέρας καὶ νύκτας σείοντος τοῦ θεοῦ ἐν ἀπόροις καὶ ἀµηχάνοις ἦσαν οἱ ἄνθρωποι, οἱ µὲν ὑπὸ τῶν ἐρειποµένων οἰκοδοµηµάτων καταχωννύµενοι καὶ φθειρόµενοι, οἱ δὲ καὶ λιµῷ ἀπολλύµενοι, ὅσοις συνέβη ἐν διακένῳ τινί, τῶν ξύλων οὕτω κλιθέντων, ἢ καὶ ἐν ἁψιδοειδεῖ τινι µεταστυλίῳ σωθῆναι.

Parmi les hommes qui étaient à l’extérieur des habitations, beaucoup se trouvèrent assurément dans une situation périlleuse. En effet, violemment secoués et projetés, ils étaient précipités comme s’ils étaient poussés d’une falaise. Les uns s’en trouvaient mutilés, les autres tués. Certains arbres étaient même déracinés. Un nombre incalculable de ceux qui étaient demeurés dans leurs maisons périrent. La plupart d’entre eux furent tués par l’effondrement des débris et de nombreux autres suffoquèrent sous les décombres. Ceux dont une partie du corps demeurait prisonnière des blocs et des morceaux de charpente effondrés souffrirent atrocement, n’étant capable ni de continuer à vivre ni de trouver la mort. Toutefois, beaucoup parvinrent à survivre aux événements, pourtant si nombreux. Tous n’en sortirent pas indemnes : de nombreux hommes perdirent des jambes ou des bras, eurent la tête fracassée ou se vidèrent de leur sang. Il y avait parmi eux Pédôn, le consul, qui fut tué sur le coup. À dire vrai, ces hommes n’avaient jamais fait l’expérience d’aucun malheur de cette importance. Et, alors que le dieu continua de faire trembler la terre pendant des jours et des nuits, les habitants se trouvaient démunis, ne sachant que faire, les uns morts ou coincés sous le poids des décombres, les autres mourant de faim, en dépit du fait qu’ils se trouvaient vivants, dans un espace protégé, car les poutres, tombées de la sorte, avaient créé une sorte d’abri en forme d’abside.

6C’est un exercice remarquable que livre ici Dion Cassius, celui de décrire de façon exemplaire et méticuleuse les conséquences précises de la catastrophe. La violence du choc entraîna d’abord l’effondrement de nombreux édifices qui blessèrent ou tuèrent ceux qui se trouvaient dans les habitations comme à l’extérieur des maisons. Parmi ceux qui réchappèrent au sinistre, beaucoup eurent des membres amputés et un nombre important mourut non pas immédiatement, mais par suite des infections qu’ils développèrent. Ce récit met en lumière l’incapacité des pouvoirs publics à agir immédiatement et efficacement pour limiter le nombre de morts et les risques d’une dégradation des conditions sanitaires. La crise fut en effet si violente qu’elle plongea la société dans un profond marasme auquel les rescapés ne pouvaient alors qu’assister impuissants.

  • 10 Pausanias, 2.7.1 : διακειµένοις οὖν ἀδυνάτως ἐπιγενόµενος σεισµὸς ὀλίγου τὴν πόλιν ἐποίησεν ἀνδρῶν (...)
  • 11 Pourtant admis par l’ensemble des commentateurs : voir notamment Ambraseys 2009, p. 128.
  • 12 Pausanias, 8.43.4.

7Un unicum littéraire que l’on tient de Pausanias évoque, parmi les conséquences d’un séisme de grande ampleur, le dépeuplement massif d’une cité : « Alors que [les Sicyoniens] se trouvaient affaiblis, un tremblement de terre survint qui vida presque entièrement la cité de ses hommes et renversa de nombreux monuments »10. Le périégète situe la catastrophe au milieu du iie s. de n.è. et prétend qu’elle affecta aussi gravement plusieurs cités de Carie, de Lycie et de Rhodes. Il convient malgré tout d’objecter quelques arguments11. En premier lieu, penser qu’il ait pu s’agir du même événement dévastateur suppose que les ondes sismiques se soient déplacées avec une intensité suffisante pour provoquer la ruine d’autant de lieux séparés par une aussi grande distance. En outre, Pausanias s’étend assez longuement sur les bienfaits de l’empereur Antonin qui, par l’envoi d’une importante somme d’argent, aida considérablement au relèvement des cités micrasiatiques touchées par le désastre12. Or, Sycione, pas plus qu’aucune autre ville du Péloponnèse, n’a bénéficié de la générosité impériale. Il ne saurait s’agir d’un oubli volontaire de la part d’Antonin, qui, au contraire, manifesta à plusieurs reprises cette même attitude évergétique envers de nombreuses cités détruites par une catastrophe naturelle.

  • 13 Pausanias, 10.8.5 ; voir Lolos 2011, p. 80.

8Les conséquences précises du tremblement de terre sont par ailleurs difficiles à évaluer. Pausanias n’affirme pas que la cité fut totalement abandonnée après la catastrophe, mais que Sicyone souffrit d’un amoindrissement considérable de sa population (ὀλίγου τὴν πόλιν ἐποίησεν ἀνδρῶν ἔρηµον). En outre, l’emploi du mot ἀνήρ, en lieu et place du terme générique ἄνθρωπος, souligne peut-être une désorganisation du corps social, dans la mesure où les hommes en âge d’exercer les fonctions civiques étaient, à la suite de la catastrophe, beaucoup moins nombreux. Les documents dont on dispose s’accordent par ailleurs à attester la vitalité et la pérennité des institutions ainsi, en un sens, que le prestige dont bénéficiait encore Sicyone sous le Haut-Empire13. Le séisme qui éprouva la ville eut des conséquences démographiques certaines, qui la plongèrent sans doute dans une période de crise conjoncturelle, entraînant non pas un abandon volontaire de la cité, mais bien plutôt un amoindrissement de son corps civique.

De la catastrophe naturelle à la catastrophe sanitaire

  • 14 Sur cette question : Jouanna 2006.
  • 15 Thucydide, 1.23.3 : Τά τε πρότερον ἀκοῇ µὲν λεγόµενα, ἔργῳ δὲ σπανιώτερον βεβαιούµενα, οὐκ ἄπιστα κ (...)
  • 16 Thucydide, 2.49.
  • 17 Garnsey 1996 a nuancé l’idée que le bassin méditerranéen était sans cesse en proie aux famines. Les (...)
  • 18 Thucydide, 2.48.3.
  • 19 Cf. Demont 1990.
  • 20 Lucrèce, De la nature 6, v. 1136-1186. La cause est expliquée en ces termes : Nam penitus ueniens A (...)

9Les crises sanitaires consécutives à une catastrophe naturelle ont incontestablement eu pour effet d’augmenter le nombre de morts dans les cités frappées par un tremblement de terre, une inondation ou une sécheresse exceptionnelle. Les maladies pestilentielles, qui résultent parfois d’une calamité naturelle, furent à l’origine d’un dépeuplement des villes, d’abord car elles entraînaient un grand nombre de victimes, puis parce que les habitants cherchaient à s’en tenir éloignés en fuyant les centres urbains densément peuplés14. Thucydide, dans une approche rationnelle qui contrairement à la littérature d’époque archaïque ne fait que peu intervenir le divin, développe ainsi l’idée d’une conjonction de fléaux naturels à Athènes au début de la guerre du Péloponnèse15 : l’historien prétend en effet que les tremblements de terre, les éclipses de lune et les sécheresses furent plus intenses qu’auparavant et occasionnèrent une désorganisation du territoire et de la société athénienne. Apparurent en outre des épidémies, dont la grande peste d’Athènes qui sévit au début des années 420 et qui entraîna la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes16. Ces épidémies pouvaient être perçues comme la conséquence des grandes sécheresses (Thucydide les qualifie d’αὐχµοί µεγάλοι) qui frappèrent l’Attique dans les années qui précédèrent la guerre contre les Lacédémoniens. Le mécanisme de la catastrophe est ainsi clairement établi : des conditions atmosphériques exceptionnelles – absence de précipitations et températures élevées – provoquèrent une redoutable sécheresse, qui fut elle-même la cause d’une mauvaise récolte (ἀφορία) puis d’une disette17. Il est toutefois surprenant qu’au sujet de l’apparition de l’épidémie de peste qui frappa Athènes à partir de 430, Thucydide se soit refusé à en établir la cause18. Il n’est pas déraisonnable de penser que, placée à la fin de son récit, elle fut considérée par l’historien comme la conséquence des événements précédents19. Lucrèce, consacrant à la peste d’Athènes un long développement qui clôt le De natura rerum, affirme au contraire que l’épidémie était venue d’Égypte, mais cette incise embarrasse par sa brièveté : l’auteur ne consacre à la cause du phénomène que trois vers succincts, alors que la description des symptômes et des conséquences sur la vie quotidienne à Athènes occupe toute la fin du traité20.

  • 21 Stobée, 4.44.81 (= Hipparque, Sur la bonne humeur 4) : τί λέγω τὰ ἀπὸ τῶν ἐκτὸς ἐπηρτηµένα κακά, τὰ (...)
  • 22 Galien, Sur la différence des fièvres 1.4 ; Jouanna 2006, p. 212.
  • 23 Lucrèce, De la nature 6, v. 1100-1102.

10Selon plusieurs auteurs des époques hellénistique et impériale, la cause des famines et des pestilences résulte très exactement des intempéries et des irrégularités météorologiques. Hipparque, au iiie s. av. n.è., établit sans ambages une telle corrélation : « Que dois-je dire des malheurs extérieurs qui nous menacent, les déluges et les sécheresses (…) si bien que souvent à la suite de l’irrégularité de l’air une pestilence et une famine se produisent »21. Le terme employé pour désigner l’épidémie dans le récit de Thucydide, λοιµός, se retrouve dans le traité d’Hipparque, ainsi que dans un discours médical de Galien qui associe à une mauvaise alimentation, effet des disettes, le développement des maladies fiévreuses22. Si Lucrèce s’attache à montrer avec soin le rôle que joue la circulation des épidémies par les airs depuis les contrées extérieures au monde civilisé, il admet néanmoins l’influence des « pluies déréglées et des ardeurs du soleil » comme une cause essentielle des catastrophes sanitaires qui s’abattent sur les hommes23.

  • 24 Diodore de Sicile, 1.29.1.
  • 25 La formulation du texte de Diodore est assez proche de celle prisée par Thucydide lorsqu’il évoque (...)
  • 26 Plutarque, Alexandre 58.1.

11Quelques exemples, qui appartiennent autant à la littérature mythologique qu’à la documentation historique, corroborent ces liens de causalité. L’évocation de l’un des mythes fondateurs de l’Attique est à ce titre significatif : selon une tradition rapportée par Diodore, l’ensemble du monde habité souffrit d’une grande sécheresse à l’époque où le roi Érechthée régnait sur Athènes et seule l’Égypte fut épargnée24. La suite du récit n’autorise aucun doute sur les conséquences induites par l’épisode caniculaire : la sécheresse eut d’abord pour effet de détruire les récoltes ; elle entraîna par la suite la mort de nombreux hommes. Le mérite de cet épisode, bien qu’il s’inscrive dans le registre littéraire des mythes fondateurs, est d’illustrer très précisément le mécanisme du passage de l’aléa naturel à la catastrophe sanitaire : par sa durée – c’est ainsi que l’on doit comprendre l’emploi de l’adjectif µεγάλος25 –, la sécheresse détruisit les récoltes, ce qui entraîna l’apparition d’une grave disette. Ce lien causal, absent de la tradition reprise par Diodore, doit être assurément considéré comme la raison du nombre important de victimes. Ce récit n’est pas sans rappeler en outre une incise de Plutarque qui, dans la vie qu’il consacra à Alexandre au début du iie s. de n.è., rapporte qu’une sécheresse affecta le régime alimentaire des soldats lorsqu’ils se trouvaient dans le désert de Gédrosie et que s’ensuivirent de nombreuses pertes dans les rangs de l’armée macédonienne26. Ce fut même, à en croire le philosophe, le plus grand danger auquel furent exposés les soldats durant la campagne militaire qui les conduisit de Macédoine aux frontières de l’Inde.

  • 27 Sénèque, Questions Naturelles 6.27.2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

12Au-delà des conséquences que les tremblements de terre peuvent générer sur le bâti, qui constituent la désolation la plus évidente pour celui qui parcourait une cité en ruine, l’apparition d’une épidémie à la suite d’un choc tellurique est une réalité à laquelle Sénèque rend sensible dans un passage peu commenté des Questions Naturelles27 :

Aiunt enim solere post magnos terrarum motus pestilentiam fieri, nec id mirum est. Multa enim mortifera in alto latent. Aer ipse, qui uel terrarum culpa uel pigritia et aeterna nocte torpescit, grauis haurientibus est, uel corruptus internorum ignium uitio.

On assure en effet qu’une épidémie éclate en général après les violents tremblements de terre. C’est ce dont il n’y a pas lieu de s’étonner. En effet, bien des principes mortels sont cachés dans les profondeurs de la terre. L’air lui-même, qui croupit par la faute du terrain ou par sa propre paresse et l’absence éternelle de lumière, est funeste à ceux qui le respirent.

  • 28 AppÉp 8.
  • 29 Ibid., l. 19-21.
  • 30 On peut rapprocher ce passage de l’inscription funéraire de Nicomédie qui évoque l’ensevelissement (...)

13L’explication donnée par Sénèque souligne immanquablement l’expérience néfaste que subissaient les communautés urbaines touchées par un séisme. Elle oblitère toutefois les causes rationnelles qui favorisent l’apparition d’une épidémie à la suite d’un choc tellurique, précisément liées à une dégradation des conditions sanitaires dans les cités meurtries. Le caractère général du discours sénéquien trouve un parallèle très concret dans un document épigraphique du iie s. av. n.è. Ce décret honorifique, voté pour un médecin de Samos à la suite du tremblement de terre qui frappa l’île en 199/8, évoque explicitement les liens de causalité qui prévalent entre un séisme et une crise sanitaire28. Les considérants du décret font en effet mention des violents tremblements de terre qui secouèrent le Dodécannèse. Ils insistent également sur la soudaineté de la catastrophe, qui apparaît alors comme un facteur aggravant du désastre29. Les « blessures graves », évoquées dans les attendus, rendent explicitement compte des traumatismes – au sens médical du terme – provoqués par l’ensevelissement des corps sous les décombres30. En outre, le fait que certains juges soient « tombés malades » pourrait être interprété comme une dégradation des conditions sanitaires à Samos, sans doute due à une épidémie qui s’était propagée dans l’île à la suite du tremblement de terre. Ce décret met ainsi en lumière deux phases distinctes de la catastrophe : la première se rapporte aux impacts immédiats du tremblement de terre, autrement dit la ruine de la cité et l’ensevelissement des corps ; la seconde illustre, à travers l’expression d’une crise sanitaire, la gravité des conséquences indirectes du séisme.

La vie quotidienne et civique à l’aune des catastrophes

L’effroi et la panique face à la catastrophe

  • 31 Higgins 2009, p. 57-63.
  • 32 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38.

14Les réactions populaires face à un événement dévastateur ne sont que rarement soulignées dans les récits de catastrophe : elles expriment pourtant l’effroi et la panique qui, invariablement, s’emparaient des individus lorsque survenaient un séisme, une inondation ou une inextinguible tempête31. Dans certains cas, le vocabulaire employé souligne précisément les craintes soulevées à l’occasion d’une catastrophe naturelle. Ainsi, Philostrate rapporte une anecdote évoquant la peur qu’eurent les citoyens d’Antioche, surpris en assemblée par un violent séisme32 :

Στασιάζοντος δὲ τὴν Ἀντιόχειαν τοῦ τῆς Συρίας ἄρχοντος καὶ καθιέντος ἐς αὐτοὺς ὑποψίας, ὑφ’ ὧν διειστήκεσαν ἐκκλησιαζοµένη πόλις, σεισµοῦ δὲ γενναίου προσπεσόντος, ἔπτηξαν καὶ ὅπερ ἐν διοσηµίαις εἴωθεν, ὑπὲρ ἀλλήλων ηὔξαντο. παρελθὼν οὖν ὁ Ἀπολλώνιος « ὁ µὲν θεὸς » ἔφη « διαλλακτὴς ὑµῶν σαφὴς γέγονεν, ὑµεῖς δὲ οὐδ’ ἂν αὖθις στασιάσαιτε, τὰ αὐτὰ φοβούµενοι ». καὶ κατέστησεν αὐτοὺς ἐς ἔννοιαν ὧν πείσονται, καὶ (ὡς) ταὐτὸ τοῖς ἑτέροις φοβήσονται.

Le gouverneur de Syrie créa des dissensions à Antioche et instilla chez les citoyens des soupçons qui les divisèrent. La cité se réunissait en assemblée, et lorsqu’un violent tremblement de terre se produisit, ils furent frappés d’épouvante. Comme il est d’usage lorsque les dieux envoient de tels signes, ils prièrent les uns pour les autres. Se présentant à eux, Apollonios leur dit : « Le dieu s’est présenté à vous pour vous réconcilier et, puisque vous éprouvez ces craintes, veillez à ne pas retomber dans la sédition ». Il les amena à réaliser ce qu’il adviendrait, et de quelle manière ils partageaient les mêmes peurs.

  • 33 La date du proconsulat, et donc du tremblement de terre, est discutée : Lucas 2012, p. 212, n. 73.
  • 34 Aelius Aristide, Discours 49.38 : Ἐφέσιοι δὲ καὶ Σµυρναῖοι παρ’ ἀλλήλους ἔθεον θορυβούµενοι, ἡ δὲ σ (...)
  • 35 Boulanger 1923, p. 136-137.

15L’emploi des verbes πτήσσω, « être pris d’épouvante », ou à deux reprises φοβέω, « éprouver une crainte », n’est pas fortuit : s’ils participent d’une évidente construction littéraire, supposée créer un balancement stylistique avec l’attitude pragmatique d’Apollonios, ils soulignent, avec le sens des réalités quotidiennes, l’attitude désemparée de ceux qui furent surpris dans de telles circonstances. L’irraison et la peur conduisaient fréquemment, comme ce fut le cas à Antioche, à adresser aux divinités des prières pour apaiser la colère du dieu. En outre, l’émergence d’une figure providentielle, un θεῖος ἀνήρ ayant pour mission de ramener la foule dans de meilleures dispositions, est un lieu commun dans les récits de catastrophes. À Smyrne, sous le proconsulat d’Albus, vers 146-147 de n.è.33, de violentes secousses sismiques entraînèrent une destruction de nombreux quartiers de la ville. Aelius Aristide rapporte qu’à cette occasion, « les habitants d’Éphèse et de Smyrne se rendaient paniqués les uns chez les autres, l’ininterruption des répliques et de l’effroi dépassant le rationnel »34. Le désastre fut si grand et imprévisible qu’il accrut le comportement irraisonné des habitants, lesquels, ne sachant quelle attitude adopter, se tournèrent désespérés vers l’oracle de Claros. Aelius Aristide dut lui-même offrir en sacrifice une génisse à Zeus Sôter afin que les tremblements de terre cessent. Lorsqu’il se rendit à Smyrne, alors que le sol s’entrouvrait violemment, il voulut rassurer les habitants paniqués en prétendant que, si les dieux l’avaient rappelé dans la cité, c’était précisément qu’il n’y avait dès lors plus rien à craindre : retenu dans son désir pour ne pas donner le sentiment de vouloir s’attirer les faveurs des citoyens, il décida finalement de n’entretenir qu’un groupe très restreint d’amis de ce que les dieux lui avaient confié35.

  • 36 Thucydide, 3.54.5 ; cf. Richer 1998, p. 222, n. 28.
  • 37 Diodore de Sicile, 19.45.4.

16Les phénomènes les plus violents, ressentis comme l’expression de la colère divine ou comme un accident naturel, entraînaient presque toujours de grands mouvements de panique. Les effets psychologiques que suscite une forte catastrophe sont notamment soulignés par Thucydide au sujet du tremblement de terre survenu à Sparte vers 464, dont on apprend qu’il souleva une « peur extrême »36, ou encore par Diodore de Sicile dans le récit qu’il donne de l’inondation au cours de laquelle de nombreuses personnes périr à Rhodes au printemps 31637 : une « panique générale », nous dit-on, s’empara des hommes qui cherchaient à se sauver par tous les moyens.

  • 38 Sénèque, Questions Naturelles 6.29.1-2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

17Le discours le plus saisissant demeure incontestablement l’œuvre de Sénèque, qui consacre un paragraphe des Questions Naturelles à l’attitude désemparée des hommes face à une catastrophe naturelle38 :

Nam quod aliquot insanis attonitisque similes discurrere fecit metus. Qui excutit mentes, ubi priuatus ac modicus est ; quid ? ubi publice terret, ubi cadnunt urbes, populi opprimuntur, terra concutitur, quid mirum est animos inter dolorem et metum destitutos aberrasse ? Non est facile inter magna mala conspire. Itaque leuissima fere ingenia in tantum uenere formidinis ut sibi exciderent. Nemo quidem sine aliqua iactura sanitatis expauit, similisque est furentis quisquit timet.

Des individus ont couru çà et là en insensés et comme frappés de stupeur. C’est l’effet de l’épouvante. Modérée et personnelle, la peur jette le trouble dans l’esprit. Quand elle s’empare de toute une population, quand les villes s’écroulent, que des foules sont écrasées, que la terre tremble, faut-il s’étonner qu’elle égare des esprits ballottés sans ressource entre la douleur et la crainte ? On ne garde pas facilement sa raison au milieu de grandes catastrophes. Aussi les caractères faibles tombèrent-il en général dans une si grande frayeur qu’ils ne se possédaient plus. Il n’est personne sans doute qui n’ait perdu quelque peu de son bon sens sous l’influence d’une grande terreur ; quiconque a peur ressemble à un fou.

  • 39 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1984, p. 32 ; Helly 1987, p. 156.
  • 40 Tacite, Annales 12.43.
  • 41 Pline le Jeune, Lettres 6.20.13 : ne in uia strati comitantium turba in tenebris obteramur.

18Ce document a maintes fois été rappelé pour illustrer le comportement affolé de ceux qui subissaient un tremblement de terre39. Un des aspects n’a toutefois été qu’insuffisamment commenté, alors qu’il souligne l’accroissement des risques et l’extrême dangerosité qui survient lors de grands mouvements de panique. En effet, il est explicitement fait mention de foules écrasées, populi opprimuntur, que l’on peut interpréter de deux manières distinctes. Cette brève incise peut ainsi faire référence à l’ensevelissement de corps sous les débris effondrés, autant qu’elle peut évoquer des personnes victimes des mouvements de foule, mortes écrasées sous la pression de ceux qui fuyaient les espaces en ruine. Deux parallèles contemporains renforcent la seconde hypothèse : Tacite, évoquant les conséquences d’un tremblement de terre survenu à Rome en 51 de n.è., mentionne le désarroi dans lequel se trouvaient les citoyens face à la crainte de désastres plus importants encore ; dans la panique, plusieurs personnes furent alors écrasées par la foule40. En 79 de n.è., lorsque Pline le Jeune fuit Misène pour échapper au désastre du Vésuve, il s’arrête quelque peu et conseille à sa mère de se mettre à l’écart « afin qu’ils ne soient pas renversés sur la route, et dans l’obscurité, écrasés par la foule »41. Ainsi, au-delà de la crainte qui s’emparait des habitants des cités frappées par une catastrophe, les mouvements de foule pouvaient augmenter indirectement dans certains cas le nombre de victimes.

  • 42 Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes 1.141-142 : καὶ ὁ σεισµὸς δὲ οὐχ ὁµοίως θορυβεῖ τούς τε π (...)
  • 43 Pline le Jeune, Lettre 6.20.3 : Praecesserat per multos dies tremor terrae, minus formidolosus quia (...)

19Les aléas naturels n’ont pas toujours entraîné des élans de panique tels qu’ils nous sont rapportés dans les récits de violentes catastrophes. Sextus Empiricus, philosophe sceptique de la fin du iie s. de n.è., prétendait qu’« un séisme ne crée pas le même désordre chez ceux qui l’expérimentent pour la première fois et auprès de ceux qui sont habitués à ces phénomènes »42. Dans les cités régulièrement frappées par des tremblements de terre de faible intensité, la population était nécessairement contrainte à s’adapter aux secousses principales et à leurs répliques. La longue lettre que Pline écrivit à Tacite au sujet de l’éruption du Vésuve en est l’illustration la plus remarquable. Parmi les signes avant-coureurs de la catastrophe, des secousses sismiques de plus faible intensité se firent sentir dans les jours qui précédèrent l’éruption : Pline prétend ne pas s’en être inquiété car, précise-t-il, « elles sont habituelles en Campanie »43.

Des cités en proie à des crises militaires et politiques

20Les cités frappées par une catastrophe naturelle furent aussi, dans certains cas, mises à l’épreuve de graves crises politiques et militaires. La documentation insiste fréquemment sur l’incapacité des autorités publiques à agir sur tous les fronts : l’anéantissement des édifices assurant la défense de la cité, la réduction irrémédiable des forces vives capables de protéger le territoire constituaient autant de facteurs accroissant la vulnérabilité des sociétés face aux menaces extérieures et au risque de guerre civile. Le point culminant du désastre n’était dès lors plus seulement lié aux conséquences directes de la catastrophe, mais coïncidait bien davantage avec ses implications politiques : par-delà la nécessité de reconstruire la ville, les communautés devaient aussi prendre garde à ne pas voir leur identité civique définitivement leur échapper.

  • 44 Parmi les exemples les plus significatifs, l’échec de l’invasion lacédémonienne en Attique sous le (...)
  • 45 Thucydide, 8.41.2.
  • 46 AppÉp 2.
  • 47 Bousquet 1988b, p. 51.

21S’il est vrai que certaines catastrophes naturelles revêtirent parfois un caractère salutaire pour quelques cités menacées par une invasion44, d’autres exemples soulignent au contraire que ces phénomènes favorisèrent l’incursion de troupes ou excitèrent les velléités ennemies. Dans l’île de Cos, un débarquement de la flotte spartiate durant la guerre du Péloponnèse, mené par un navarque du nom d’Astyochos, fut facilité par l’absence de fortifications et l’état de ruine dans lequel se trouvait la cité à la suite d’un tremblement de terre survenu à l’hiver 412 av. n.è.45. Les conséquences furent dramatiques pour les habitants : les Lacédémoniens pillèrent l’île sans peine et menèrent de nombreux raids pour prendre du butin. Cet épisode militaire n’est pas sans évoquer un parallèle saisissant à l’époque hellénistique : dans la cité de Kyténion de Doride, vers 228 av. n.è., un tremblement de terre renversa d’importantes portions des murailles de la cité46. Avertis en outre que les Galates menaçaient de nouveau le sanctuaire de Delphes, après l’échec de l’expédition de Brennus en 279, les Kyténiens en âge de combattre avaient pris les armes et s’étaient rendus au sanctuaire d’Apollon afin d’offrir leur aide aux Delphiens47. Ainsi, du fait de la destruction des murailles sous les effets du séisme et de l’absence d’hommes en arme, Dôsôn, le roi de Macédoine, entreprit une expédition militaire victorieuse contre la cité de Kyténion, essentiellement motivée par la position stratégique qu’elle occupait. L’armée macédonienne abattit ce qui restait des murailles et incendia les maisons. Une ambassade des Kyténiens auprès de la cité de Xanthos et d’autres peuples alliés, menée une vingtaine d’années après la catastrophe, fut conduite afin de solliciter une aide financière en vue de la reconstruction des murailles, symbole de son identité civique.

  • 48 Voir supra p. 143.
  • 49 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.370 ; id., Antiquités juives 15.121.

22C’est à un hasard providentiel, enfin, que le royaume d’Hérode doit de ne pas avoir été envahi par les Arabes en 31 av. n.è. : à la suite d’un tremblement de terre qui coûta la vie à un grand nombre d’hommes48, la rumeur du sinistre se répandit de façon si rapide que les ennemis décidèrent de mener une expédition pour annexer les territoires de la Judée49. Ils assassinèrent d’abord les ambassadeurs qui avaient été envoyés par Hérode afin de conclure une paix, sans savoir qu’en réalité l’armée avait réchappé à la catastrophe car elle se trouvait en garnison à l’extérieur des villes. Hérode, saisissant l’occasion du désastre, prononça un discours afin de calmer les craintes suscitées par le tremblement de terre autant que par la menace imminente d’une invasion.

  • 50 Ducat 1984.
  • 51 Ducat 1990, p. 131-144.
  • 52 Thucydide, 1.101.
  • 53 Diodore de Sicile, 11.63.4-64.1.
  • 54 Plutarque, Vie de Cimon 17.8.
  • 55 Diodore de Sicile, 15.6.4.
  • 56 Sur cet épisode, cf. infra p. 162.

23Le profit que certains croyaient pouvoir tirer d’un malheur survenu dans d’autres cités ennemies n’autorise pas que l’on passe sous silence les dissensions internes ravivées à la suite d’une catastrophe naturelle. Le tremblement de terre de Sparte, vers 464 av. n.è., fut justement prétexte à une véritable crise politique, entre les Athéniens et les Spartiates d’une part, puis au sein même de la société lacédémonienne où les Hilotes provoquèrent une révolte et firent sécession50. Jean Ducat a très justement souligné la divergence des traditions littéraires relatives aux conséquences du tremblement de terre sur la société lacédémonienne et l’origine de la révolte hilotique qui s’en suivit51. Ce soulèvement fut d’abord interprété par Thucydide, qui constitue la source la plus proche de l’événement, comme l’expression d’une révolte purement messénienne52. Une tradition initiée par Éphore, puis reprise par Diodore de Sicile53, suggéra qu’il s’agissait d’une révolte « mixte », au cours de laquelle les Hilotes et les Messéniens conjuguèrent leurs forces pour lutter contre Sparte. Au Haut-Empire, l’événement demeurait célèbre, notamment grâce à un long développement de Plutarque, qui prétendait que l’initiative de la révolte fut le seul fait des Hilotes laconiens54. Quelle que soit la tradition qui obtienne la faveur des commentateurs de cet épisode de l’histoire du Péloponnèse, un point ne peut pas être mis en doute : l’élément déclencheur de la révolte fut assurément le tremblement de terre de 464. La guerre civile, à en croire Diodore55, ne fut rendue possible que par l’absence d’hommes dans la ville, appelés au son de la trompette à se réfugier dans la campagne sur l’ordre d’Archidamos56.

La suspension des activités civiques

24Les catastrophes naturelles ont pu générer des conséquences moins directement perceptibles dans les sources historiques, mais qui participaient malgré tout à un bouleversement de la vie quotidienne. La suspension des activités civiques, pour l’essentiel due à la destruction des bâtiments de réunion, trahit indéniablement une profonde désorganisation du fonctionnement politique dans les cités grecques. En outre, quelques événements ponctuels de faible intensité furent la cause d’un ajournement des procédures législatives. Il convient dès lors de distinguer les conséquences qu’eurent les soubresauts de la nature sur les activités politiques, qui sont fonction de la gravité du phénomène et qui s’expriment à différentes échelles de temps.

  • 57 Thucydide, 5.45.4.
  • 58 Ibid., 5.47.1 : l’alliance entre les Athéniens, les Argiens, les Mantinéens et les Éléens fut effec (...)

25En 420 av. n.è., Alcibiade convoqua une séance de l’assemblée d’Athènes en présence des ambassadeurs de quatre cités péloponnésiennes – Sparte, Argos, Élis et Mantinée – dans le but de conclure une alliance séculaire entre Athènes et Argos57. Les représentants lacédémoniens, abusés dans leurs intentions par Alcibiade, s’attirèrent la colère du peuple athénien, bien décidé à introduire l’ambassade argienne afin de ratifier l’alliance au plus vite. Cette assemblée fut brusquement ajournée en raison d’un tremblement de terre qui survint avant que le traité n’eût été voté. Bien que l’événement ne fît que remettre à plus tard la procédure de ratification58, il est significatif d’observer qu’un choc tellurique fut prétexte à une suspension des travaux de l’assemblée. Thucydide ne précise malheureusement pas si l’ajournement fut dû au danger réel qu’annonçait le séisme ou si, au contraire, il fut perçu comme une manifestation divine dont les Athéniens prirent alors la mesure.

  • 59 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38 (texte cité supra p. 148).

26Un parallèle plus tardif peut être suggéré : à Antioche, au ier s. de n.è., une assemblée de citoyens fut brusquement interrompue par un violent séisme59. Les hommes perçurent le phénomène comme l’expression d’un signe divin et s’en remirent à l’interprétation qu’en donna Apollonios de Tyane, lequel, dans le discours qu’il leur adressa, les enjoignit de cesser leurs querelles intestines.

  • 60 Au sujet des délais de reconstruction, signe des conséquences économiques engendrées par une catast (...)
  • 61 AppÉp 15.

27L’interruption des activités civiques à la suite d’une catastrophe naturelle peut, en outre, être observée à travers la destruction des édifices publics de la cité. La durée des travaux de reconstruction souligne la suspension, plus ou moins longue, de l’exercice des affaires politiques ou gymnasiarchiques60. Quelques emplois dans le vocabulaire des formulaires épigraphiques insistent d’ailleurs sur le caractère inutilisable d’un édifice renversé par un tremblement de terre. À Aphrodisias, le Sebasteion fut très sévèrement affecté au milieu du ier s. de n.è. Deux dédicaces ornent l’architrave du monument restauré et portent l’expression ὑπὸ σεισµῶν δὲ κατενεχθέντα καὶ ἀχρηωθέντα61. Le verbe ἀχρειόω, « rendre ou devenir inutile », n’autorise aucun doute sur la nature des conséquences du séisme : le Sebasteion n’était assurément plus en mesure d’accueillir les manifestations religieuses en raison de l’importance des dégâts occasionnés par la catastrophe.

28Si la documentation littéraire et épigraphique rend compte de la variété des édifices détruits à l’occasion d’un séisme, les rédacteurs des décrets et les auteurs de l’Antiquité prirent un soin particulier à évoquer les dégâts subis par les bâtiments civiques, en raison des graves conséquences politiques engendrées par de telles catastrophes (tabl. 5).

Tabl. 5. Liste des bâtiments civiques endommagés dans un tremblement de terre.

Date Cité Édifices détruits Sources
Vers 464 av. n.è. Sparte Gymnase Plutarque, Cimon 16
Fin iiie s. av. n.è. Halicarnasse Gymnase Migeotte 1984, no 101
65 av. n.è. Antioche Bouleutérion Malalas, 211
Fin ier s. av. n.è. Messène Vieux gymnase, portiques, salle du Conseil Migeotte 1992, no 22
17 de n.è. Papho Théâtre SEG 52, 1496
47-48 Samos Gymnase AppÉp 9
Mi-ier s. Gortyne Prétoire, odéon IC IV, 331
Vers 120-128 Nicée Agora Chronique Pascale 475
141/2 Myra Théâtre TAM II 3, 905
id. Xanthos Théâtre, gymnase, agora, gérousie id.
id. Patara Portique, portique double id.
id. Gagai Édifices publics id.
id. Chôma Portique id.
id. Tlôs Agora id.
iie-ive s. Phoinix Salle de banquet AppÉp 12

29On distingue nettement, dans les catalogues de travaux qui nous sont parvenus, trois catégories d’édifices publics régulièrement affectés par les séismes : les lieux de prise de décision politique ; les lieux de réunion populaire ; enfin, les lieux de formation à la citoyenneté. Au-delà des conséquences immédiates que pouvait avoir un séisme sur la vie quotidienne des populations, le ralentissement des activités politiques constituait donc, à n’en pas douter, une épreuve et une charge supplémentaires pour les cités grecques.

Les crises financières et économiques

Le coût de la catastrophe

  • 62 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars 13.13.
  • 63 Cf. infra p. 265-266.

30Les catastrophes naturelles représentaient un coût financier parfois très élevé pour les cités meurtries. Si l’appréciation exacte des conséquences économiques d’un tremblement de terre, d’une inondation ou d’une sécheresse ne fonde, au-delà de très maigres certitudes, que des espoirs déçus, quelques indices suggèrent malgré tout l’ampleur des crises qui frappaient les communautés civiques. L’Épitomé du Pseudo-Aurélius Victor constitue étonnamment le seul témoignage affirmant qu’une catastrophe pouvait avoir un coût important62. Cette mention ne fait d’ailleurs sens que pour justifier la législation qu’imposa Trajan concernant la hauteur des édifices bâtis en zone sismique, au vu de l’importance des sommes nécessaires à leur reconstruction après un tremblement de terre63.

  • 64 AppÉp 2. La somme promise fut au maximum de 8 500 drachmes (selon l’interprétation de Denis Rousset (...)
  • 65 Polybe, 5.88-90.

31Les seules données précises dont nous disposons afin d’apprécier le coût total que représentait une catastrophe naturelle reposent sur une documentation lacunaire : l’essentiel provient en effet des sources épigraphiques évoquant des souscriptions ou des emprunts publics – dans de rares cas les bienfaits d’un évergète local –, ainsi que de quelques textes littéraires qui mentionnent les dons exceptionnels accordés par les souverains hellénistiques et les empereurs romains, soit à la demande des communautés civiques, soit à la suite d’une initiative personnelle. L’importance de certains dons souligne l’extrême violence de la catastrophe, mais ne représente qu’une partie du coût engendré par la destruction des édifices. Ainsi, lorsque les Kyténiens dépêchèrent en 206 plusieurs ambassades auprès des cités alliées et des rois d’Orient, la seule mention chiffrée qui nous soit parvenue émane de la réponse que leur firent les habitants de Xanthos, qui accordèrent une somme relativement modeste destinée à la reconstruction des murailles de la ville64. À Rhodes, après le terrible séisme de 227, les souverains manifestèrent une générosité sans égale65 : si Hiéron offrit à la cité la somme de 100 talents, Ptolémée en promit lui-même 300. De très nombreux dons en nature vinrent s’ajouter aux sommes en numéraire afin de permettre la reconstruction des arsenaux maritimes et de la flotte rhodienne dans les meilleurs délais.

  • 66 Tacite, Annales 2.67.2.
  • 67 AppÉp 22.
  • 68 TAM II 3, 905.

32À l’époque impériale, les empereurs rivalisèrent encore de générosité afin d’aider au relèvement des cités détruites : les sommes engagées témoignent incontestablement de l’incapacité des pouvoirs publics locaux à trouver les ressources nécessaires dans une période de crise financière aiguë. Le tremblement de terre qui ébranla violemment la cité de Sardes en 17 de n.è. amena Tibère à attribuer sur ses fonds propres la somme de 10 000 000 de sesterces66. Au début des années 140, à la suite d’un séisme d’une intensité exceptionnelle, Antonin donna 250 000 deniers à la ville de Stratonicée67. Afin de saisir l’ampleur du coût de la catastrophe, qui toucha non seulement Sardes, mais toutes les villes de Carie, il convient d’ajouter les dons exceptionnels qu’Opramoas de Rhodiapolis distribua à environ trente cités et dont le montant s’élève à plus de 1 000 000 de deniers68.

33La liste des sommes promises à la suite d’une catastrophe naturelle ne représente sans nul doute qu’une faible part du montant total alloué aux réparations des édifices et des infrastructures. Quelle que soit leur importance, ces chiffres amènent à considérer la gravité de la situation financière des cités détruites.

Les délais de reconstruction des édifices

34Les délais de reconstruction des bâtiments (tabl. 6) sont un indice de la violence et de l’intensité d’une catastrophe autant que des difficultés économiques auxquelles devaient faire face les communautés civiques. La rapidité ou la lenteur des réfections ne peuvent être appréciées, chaque fois, qu’en fonction du contexte politique et financier dans lequel se trouvaient les cités détruites.

  • 69 Polybe, 5.89.3 : « En sorte que, si l’on considère le délai et la date depuis laquelle leur ville e (...)
  • 70 Gauthier 1989, no 1.
  • 71 Ibid., p. 22.

35Les autorités politiques s’employaient d’abord à relever le plus rapidement possible les principales infrastructures afin que la cité puisse de nouveau être habitée. C’est ce qu’il ressort de l’emploi d’un verbe, συνοικίζω, utilisé à la fois par Polybe au sujet de Rhodes en 227 av. n.è., et par les Étoliens dans le décret qu’ils ont adressé aux magistrats de Xanthos pour la reconstruction des murailles de Kyténion en Doride69. Les rédacteurs du décret ont d’abord pris soin d’insister sur la remise en état des monuments défensifs de la cité dans des délais très brefs. Le verbe συνοικίζω, ou le substantif συνοικίσµος, implique autant l’idée de reconstruction que de repeuplement, comme le suggère, parmi d’autres exemples, une inscription évoquant la destruction de la cité de Sardes70. Philippe Gauthier avait notamment souligné que « selon les circonstances, ce sont soit la dispersion des habitants, soit les destructions matérielles qui suscitent les mesures les plus urgentes et font alors apparaître le synoikismos plutôt comme un repeuplement ou plutôt comme une reconstruction. Mais en général les deux aspects sont liés »71. Dans les cas bien étudiés de Rhodes et de Kyténion, il est vraisemblable que ce fût l’idée de reconstruction qui ait primé, mais, considérant l’ampleur des destructions occasionnées par ces tremblements de terre, il est certain que les travaux étaient de toute façon conditionnés par la volonté de repeupler rapidement les deux cités.

Tabl. 6. Les délais de reconstruction des édifices détruits par un séisme.

Cité Date Édifices reconstruits Période de travaux Délais
Delphes 373 av. n.è. Temple d’Apollon 366-326 40 ans
Olympiea 373 av. n.è. Temple de Zeus 370-365 5 ans
Kyténion vers 228 av. n.è. Murailles Ambassade en 206/5 > à 20 ans
Panamara 199/8 av. n.è. Murailles 199-printemps 198 < à 1 an
Camiros 199/8 av. n.è. Murailles Au plus tard en 184 15 ans
Éphèse 17 de n.è. Bâtiments Non achevés en 47 > à 30 ans
Sardes 17 de n.è. Bâtiments Vers le milieu du ier s. > à 30 ans
Cibyra 23 de n.è. Bâtiments Vers le milieu du ier s. > à 30 ans
Samos 47 de n.è. Temple de Dionysos et gymnase L’année même du séisme 1 an
Patara 68 de n.è. Canalisation Rapidement après le séisme 30 (?) mois
Corinthe 77 de n.è. Temples, escaliers et murs Au plus tard début iie s. 30 ans au plus
Antioche 115 de n.è. Travaux Bains publics Non achevés sous Marc Aurèle Terminés en juillet 116 > à 50 ans 6 mois
a. Mallwitz 1999, p. 251. Les réfections ont sans doute été assez mineures.
  • 72 AppÉp 13.
  • 73 Ibid., l. 1-7 : Βασιλεύοντος Φιλίππου, ἔτους τρίτου καὶ εἰκοστο[ῦ], Ξανδικοῦ ἑβδόµῃ, ἐπὶ σ[τεφα]νηφ (...)
  • 74 Holleaux 1904, p. 358, suivi par Robert 1978a et Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 148, no 41.

36Un décret de Panamara de Stratonicée, voté au printemps 198 av. n.è., honore Asklépiadès fils d’Asklépiadès, originaire de la cité de Pneumata en Achaïe Phtiotide : cette inscription permet d’apprécier aisément les délais de reconstruction des murailles de la ville, renversées par un tremblement de terre72. Le décret est parfaitement daté de la 23e année du règne de Philippe, au 7e jour du mois Xandicos73. En admettant que le tremblement de terre qui fut responsable de la destruction d’une partie de la cité est bien celui de 199/8, comme le suggérait déjà Maurice Holleaux74, la décision prise par la communauté de procéder à la réfection des murailles semble avoir été immédiate. Les travaux ont manifestement duré moins d’un an si l’on en croit une clause des considérants qui évoque une restauration complète (ἐπεσκεύασεν πάντα) au printemps 198 : les dégâts causés aux fortifications furent sans doute assez limités et ne nécessitèrent pas d’importants travaux.

  • 75 AppÉp 5.
  • 76 Voir les remarques sur la date dans le commentaire de l’AppÉp 5.

37Dans l’île de Rhodes, durement frappée par le même tremblement de terre, les autorités durent aussi procéder à la reconstruction des murailles et des tours du dème de Camiros75. Le décret voté en l’honneur de Philocratès rend compte de manière saisissante de la chronologie des travaux. Cette inscription étant datée au plus tard de l’année 18476, il apparaît que le chantier a duré au plus une quinzaine d’années entre le moment où se produisit le séisme et le moment où le décret fut voté. L’un des intérêts de ce document réside essentiellement dans une clause des attendus :

[…] constatant que l’achèvement des travaux, qui mobilisaient une importante main-d’œuvre, traînait en longueur parce que le délai dans lequel les travaux devaient être achevés n’avait pas été précisé, il veilla à ce que le délai fût précisé aux responsables placés à la tête de l’importante main-d’œuvre, et chacun des travaux fut achevé au moment voulu.

38Tout porte à croire que les murailles et les tours du dème rhodien avaient fortement souffert dans le séisme. La mention, à deux reprises, d’une importante main-d’œuvre abonde encore dans ce sens. La durée du chantier fut d’abord considérée par les autorités locales comme trop longue : la restauration des murailles à l’époque hellénistique se devait en effet d’être rapide pour des raisons qui tiennent à l’identité civique et, plus encore, à la défense de la cité. L’entrepreneur fut alors prié d’établir un calendrier de l’avancée des travaux et le tout fut achevé en quinze ans, ce qui apparaît comme un délai raisonnable autant que comme un indice de l’état de délabrement des murailles.

  • 77 IK 11/1-Ephesos 18 b-c, 19 A IV, 19 B.
  • 78 Malalas, 246.
  • 79 Scherrer 1996.
  • 80 Pont 2010, p. 472.

39Le cas d’Éphèse, détruite à plusieurs reprises au cours du ier s. de n.è., est aussi très bien documenté : sous Claude, plusieurs temples n’avaient toujours pas été rebâtis depuis le tremblement de terre de 17 alors qu’un séisme frappa de nouveau la cité en 47, ce qui la plongea dans une crise financière aiguë comme en témoigne un important édit émanant du proconsul Paullus Fabius Persicus77. La nature de l’intervention de Claude à Éphèse est cependant difficile à évaluer : le chroniqueur byzantin Jean Malalas assure que l’empereur fit reconstruire les cités d’Éphèse et de Smyrne sous son règne78, alors que les données produites par les fouilles archéologiques attestent que le véritable essor de la construction publique ne reprit réellement que sous Néron79. Cet exemple n’est toutefois pas exceptionnel : à Sardes et à Cibyra, qui furent durement éprouvées par de violents tremblements de terre survenus en 17 et en 23 de n.è., les travaux se sont poursuivis au moins jusqu’au milieu du ier s.80.

  • 81 Les constatations faites par Cavalier, Des Courtils 2010, p. 416 à propos de la chronologie des tra (...)
  • 82 Malalas, 282 ; Sartre 2001, p. 664.
  • 83 Decrept 2008.
  • 84 Smith-Levis 1900.
  • 85 Malalas, 273.
  • 86 Rey-Coquais 1973, p. 40-41, no 1 (Yon, Gatier 2009, no 2).

40Dans certains cas, les délais de reconstruction pouvaient être relativement longs81 : à Antioche, à la suite du séisme dévastateur de 115 de n.è., certains édifices n’étaient pas encore totalement achevés sous Marc Aurèle82. L’intensité du choc tellurique et l’ampleur des destructions expliquent incontestablement la durée des travaux. Certains bâtiments publics avaient toutefois été reconstruits immédiatement après la catastrophe. Les Actes de Drosis fournissent un repère chronologique précis concernant les travaux de restauration des bains d’Antioche : ce document témoigne qu’au moment du martyre de Drosis, « les bains publics venaient d’être reconstruits lors de la fête des Apollonies »83. La version syriaque des Actes rapporte que les thermes furent inaugurés au mois de Tammuz84, qui correspond au 1er juillet dans le calendrier julien en vigueur à Antioche au iie s. de n.è. Si l’on accepte la date du 13 décembre 115 que donne Malalas pour le séisme85, l’édifice public fut donc reconstruit dans un délai de six mois suivant la catastrophe. En raison de la visite impériale, certains travaux ont pu être accélérés, que ce soit par l’impulsion directe du souverain ou grâce à des dons privés. À Apamée, détruite par le même tremblement de terre, une inscription évoque ainsi les bienfaits d’un évergète local, Lucius Iulius Agrippa, qui avait pris soin de financer la construction de nouveaux thermes86. D’après la titulature impériale, l’inscription fut gravée en 116 : la durée du chantier fut donc relativement brève.

  • 87 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 4.34, mentionne un séisme dans cette région. Cf. Di Vita 197 (...)
  • 88 C’est l’hypothèse défendue par Camia, Melfi 2004 qui mettent en relation une inscription fragmentai (...)
  • 89 IC IV, 331 : Imp. Caesar divi Nervae Traianus Aug. Germ. p. m. t. pot. IIII p. p. cos. III civitati (...)

41Il n’est pas impossible non plus que Trajan ait fait reconstruire le prétoire et l’odéon de Gortyne87, sans doute détruits par un tremblement de terre vers le milieu du ier s. Le délai de reconstruction serait alors d’une cinquantaine d’années88. La réfection de l’odéon est en effet bien attestée à l’époque de Trajan par une inscription latine et, si la cause du sinistre n’est pas clairement précisée89, le vocabulaire employé dans le formulaire épigraphique est un indice qui plaide en faveur d’une catastrophe naturelle.

  • 90 AppÉp 18.
  • 91 Sur l’emploi de τὰ ἔργα dans les inscriptions, cf. Hellmann 1992, p. 141.
  • 92 Dion Cassius, 63.26.5 ; Oracles sibyllins 4.109.
  • 93 Bernadette Puech et Jean-Yves Strasser (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b) ont traduit ce terme par aqueduc, (...)
  • 94 CID IV, 141 ; SEG 22, 471 ; IG IV2, 26 ; I.Beroia 40 ; SEG 17, 533. Pour le commentaire lexicologiq (...)
  • 95 Platon, Timée 77e.
  • 96 Contra la traduction allemande proposée par Işkan-Işik, Eck, Engelmann 2008, p. 116 : « die Mauer d (...)

42Les fouilles archéologiques du phare et des thermes de Patara, en Lycie, ont récemment mis au jour une série d’inscriptions d’époques néronienne et flavienne, parmi lesquelles figure un document relatant la restauration d’une canalisation d’eau détruite par un tremblement de terre90. Cette inscription pose de nombreux problèmes de traduction et d’interprétation et il convient d’abord d’en préciser la chronologie : τοῦ ἔργου (l. 9) renvoie à la première phase de construction de l’édifice et non aux travaux de restauration91. L’édification du bâtiment a donc eu lieu sous le principat de Claude. Puis, dans un second temps, l’édifice a été restauré à l’époque de Vespasien après une catastrophe. Un tremblement de terre est par ailleurs bien attesté en Lycie en 68 de n.è. : il ne fait aucun doute qu’il s’agisse du même événement, d’autant qu’une prophétie des Oracles sibyllins rapporte que Patara a souffert d’un raz-de-marée consécutif au séisme92. Le vocabulaire de l’inscription traduit parfaitement la violence de la catastrophe : l’aoriste ἀποκατέστησε insiste davantage sur l’idée d’une reconstruction que d’une simple restauration et l’emploi du groupe nominal ἐκ θεµελίων, « jusqu’aux fondations », montre que les soubassements n’ont pas résisté au passage des secousses sismiques, entraînant dans leur chute le reste du bâtiment. Une autre difficulté porte sur le type d’ouvrage dont il est précisément fait mention dans le document. L’inscription emploie τὸ ὑδραγώγιον, non pas dans le sens d’un aqueduc, mais bien pour désigner une canalisation93 : cette traduction me paraît la seule acceptable du point de vue de la compréhension générale du document et se trouve confirmée par plusieurs parallèles d’époque impériale94 ; l’emploi de τὸ ὑδραγώγιον pour désigner une canalisation est en fait une simple variante lexicale de ἡ ὑδραγωγία, qui a ce sens depuis Platon95. Ainsi, l’expression τὸ τοῦ ὑδραγωγίου ἀνάληµµα ne peut se comprendre que comme « le mur (qui supporte) la canalisation », autrement dit le mur de soutènement de l’édifice, ce qu’illustrent les photographies prises lors des fouilles de Patara96.

  • 97 Şahin 2008a, p. 10. AnnÉpigr 2007, 1519 a-b conserve 4 mois.

43La durée des travaux de reconstruction est par ailleurs incertaine : plusieurs savants ont proposé de lire sur la pierre la lettre Δ – ce qui indiquerait que la remise en eau fut effective au bout de quatre mois –, alors que d’autres y lisent plutôt un Λ, ce qui porte ainsi la durée du chantier à trente mois97. L’idée qu’un chantier de cette envergure ait pu être mené en seulement quatre mois semble une hypothèse peu vraisemblable et il nous faut rejoindre plus sûrement l’opinion de Sencer Şahin pour qui la recherche d’un financement, la reconstruction de l’édifice et l’élaboration de deux nouvelles canalisations se sont plus vraisemblablement étalées sur une période de deux ans et demi.

  • 98 AppÉp 1.
  • 99 Geagan 1989, p. 358.
  • 100 Corinth VIII. Latin inscriptions 1896-1926 (éd. A. B. West 1931), p. 53-55, no 70.
  • 101 C’est l’argument avancé par Broneer 1973, p. 112.
  • 102 L’hypothèse est défendue par Puech 1983 qui propose de dater la restauration du sanctuaire vers 110 (...)
  • 103 Voir notamment Camia 2002.
  • 104 Datation tenue de Suétone, Vie des douze Césars, Vespasien 17.
  • 105 Selon l’interprétation nouvelle de certaines inscriptions donnée par Trevisiol 1993.

44Enfin, une inscription de l’Isthme de Corinthe, découverte au xviie s. et conservée à Vérone, fait connaître un très vaste programme édilitaire entièrement financé par un grand-prêtre du culte impérial98. En dépit des nombreux commentaires que ce document a suscités, des problèmes de datation subsistent : pour des raisons paléographiques, Daniel Geagan a proposé de placer la carrière de Licinius Priscus dans la seconde moitié du iie s. de n.è.99, révisant ainsi la chronologie préalablement établie par Allen West pour qui les travaux de réfection avaient été entrepris directement après le tremblement de terre de 77 de n.è.100. Un second argument contredisant la proposition de West repose sur l’emploi de l’expression ὑπὸ σεισµῶν καὶ παλαιότητος διαλελυµένα qui suggère que les bâtiments restaurés par l’archiereus étaient dans un état de délabrement déjà ancien, indice qui conforterait donc l’hypothèse d’une datation assez basse101. Cependant, le type d’une série monétaire frappée sous Hadrien a clairement été identifié comme le monoptère de Palaimon, construit par Priscus et dont il est fait explicitement mention dans l’inscription de Vérone (τὸ Παλαιµόνιον) : la carrière du grand-prêtre n’a donc pu avoir lieu que dans le premier tiers du iie s.102. Si l’on s’en tient à cette datation103, les travaux de réfection et le réaménagement du sanctuaire de l’Isthme auraient été achevés au plus tard une trentaine d’années après la catastrophe de 77104. La ville de Corinthe aurait quant à elle bénéficié des largesses impériales de la dynastie flavienne dans les années qui suivirent immédiatement le séisme105. Il ne devait alors s’agir que de la remise en état des infrastructures nécessaires à la pérennité du fonctionnement institutionnel de la cité.

  • 106 Cf. infra p. 191.
  • 107 AppÉp 2 : « Assurément, si les finances de notre cité ne s’étaient pas trouvées dans un état grave, (...)

45Ces exemples illustrent avant tout la diversité des délais de reconstruction, qui tiennent d’abord à la nature et à la fonction de l’édifice restauré : il est certain que les monuments dont dépendait la réorganisation de la vie civique après une catastrophe ont été rapidement mis en chantier. En outre, ces délais sont toujours l’expression de l’état des finances municipales et du contexte politique. À la suite du séisme qui frappa Kyténion vers 228, une ambassade fut dépêchée pour solliciter l’aide des Xanthiens, au nom de la parenté mythique qui unissait les deux cités : le décret récapitulatif rédigé par les Xanthiens a été voté le 2 du mois Audnaios de la 17e année du règne de Ptolémée Philopatôr, soit en 206/5. L’envoi d’une délégation officielle a donc eu lieu un peu plus de vingt ans après la catastrophe. Ce délai indique surtout que les Kyténiens ont d’abord dû s’affranchir des troubles militaires qui ont agité la Grèce centrale dans le dernier tiers du iiie s. La décision de dépêcher plusieurs ambassades auprès des rois et des cités alliés de Kyténion a peut-être été prise très rapidement après la catastrophe, mais aucun indice ne permet d’en apporter la preuve. D’autre part, la somme allouée aux Kyténiens, que l’on évalue soit à 500, soit à 8 500 drachmes106, a pu paraître relativement modeste, mais elle fut justifiée par les Xanthiens eux-mêmes107. La mauvaise situation des finances publiques, à laquelle s’ajoutaient un endettement croissant et une sollicitation de plus en plus lourde des citoyens fortunés, imposait à la cité une restriction des dépenses superflues.

*
*  *

46Les conséquences engendrées par une catastrophe naturelle soulignent incontestablement la variété des attitudes et des enjeux auxquels les communautés civiques, plongées dans la tourmente et frappées par le caractère imprévisible des phénomènes, devaient faire face. C’est à l’épreuve d’un ensemble d’expériences, pour lesquelles – faut-il le rappeler – les Grecs ne disposaient pas de mot, que les cités antiques furent soumises. Il leur revenait d’abord de compter les morts : les conséquences démographiques ont en effet joué un rôle non négligeable dans la mise en place d’un processus de résilience à l’échelle locale. Les communautés durent non seulement absorber le choc démographique qu’imposait la violence de l’événement, mais également les risques d’invasion ou d’annexion dont elles furent dans certains cas victimes. La diminution parfois considérable du nombre d’habitants d’une cité frappée par un tremblement de terre ainsi que l’état de ruine des édifices publics ont d’autre part entraîné un ralentissement notable du fonctionnement de la vie politique et civique. Bien qu’elles fussent déjà traumatisantes, les conséquences des catastrophes imposèrent encore aux sociétés, dans des délais excédant parfois une ou deux générations, un bouleversement de l’activité économique. Le coût réel de ce que représentait une catastrophe dans l’Antiquité nous échappe largement : néanmoins, les rares indices dont nous disposons tendent à prouver l’existence de crises financières conjoncturelles dans certaines cités.

47L’étude des réactions populaires participe enfin à l’élaboration d’une histoire concrète, où l’on perçoit de manière souvent brutale le sens des réalités historiques, l’effroi et la panique constituant d’abord des sentiments individuels. Les hommes, en tant que membres d’une communauté sociale victime d’un malheur commun, avaient aussi en partage l’expression de ces sentiments d’inquiétude. Toutefois, chaque communauté civique a, selon les moyens dont elle disposait, tenté de réguler à l’échelle locale les conséquences immédiates de la catastrophe.

Notes

1 Clavandier 2004.

2 Ducat 1984, p. 79.

3 Strabon, 1.3.20.

4 Capelle 1924, col. 353.

5 Strabon, 12.8.17.

6 Diodore de Sicile, 19.45.6 : Κινδυνευούσης δὲ τῆς πόλεως ἄρδην µετὰ τῶν κατοικούντων ἀπολέσθαι βοήθειά τις αὐτόµατος ἐγένετο.

7 Cf. infra p. 150-151.

8 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.370.

9 Dion Cassius, 68.24-25.

10 Pausanias, 2.7.1 : διακειµένοις οὖν ἀδυνάτως ἐπιγενόµενος σεισµὸς ὀλίγου τὴν πόλιν ἐποίησεν ἀνδρῶν ἔρηµον, πολλὰ δὲ σφᾶς καὶ τῶν ἐς ἐπίδειξιν ἀφείλετο. Cf. Skalet 1928 ; Lolos 2011, p. 79.

11 Pourtant admis par l’ensemble des commentateurs : voir notamment Ambraseys 2009, p. 128.

12 Pausanias, 8.43.4.

13 Pausanias, 10.8.5 ; voir Lolos 2011, p. 80.

14 Sur cette question : Jouanna 2006.

15 Thucydide, 1.23.3 : Τά τε πρότερον ἀκοῇ µὲν λεγόµενα, ἔργῳ δὲ σπανιώτερον βεβαιούµενα, οὐκ ἄπιστα κατέστη, σεισµῶν τε πέρι, οἳ ἐπὶ πλεῖστον ἅµα µέρος γῆς καὶ ἰσχυρότατοι οἱ αὐτοὶ ἐπέσχον, ἡλίου τε ἐκλείψεις, αἳ πυκνότεραι παρὰ τὰ ἐκ τοῦ πρὶν χρόνου µνηµονευόµενα ξυνέβησαν, αὐχµοί τε ἔστι παρ’ οἷς µεγάλοι καὶ ἀπ’ αὐτῶν καὶ λιµοὶ καὶ ἡ οὐχ ἥκιστα βλάψασα καὶ µέρος τι φθείρασα ἡ λοιµώδης νόσος (je donne une traduction de ce passage dans l’introduction générale de l’ouvrage, supra p. 11).

16 Thucydide, 2.49.

17 Garnsey 1996 a nuancé l’idée que le bassin méditerranéen était sans cesse en proie aux famines. Les disettes, autrement dit la crise de pénurie, sont en revanche très fréquentes. Pour une réflexion générale sur la « famine » : Jameson 2007.

18 Thucydide, 2.48.3.

19 Cf. Demont 1990.

20 Lucrèce, De la nature 6, v. 1136-1186. La cause est expliquée en ces termes : Nam penitus ueniens Aegypti finibus ortus, / aera permensus multum camposque natantis, / incubuit tandem populo Pandionis omni (v. 1141-1143).

21 Stobée, 4.44.81 (= Hipparque, Sur la bonne humeur 4) : τί λέγω τὰ ἀπὸ τῶν ἐκτὸς ἐπηρτηµένα κακά, τὰς ἐποµβρίας καὶ αὐχµώς, ὑπερβολὰς καυµάτων (…) ὥστε πολλάκις ἐκ τᾶς κατὰ τὸν ἀέρα ἀνωµαλίας λοιµόν τε καὶ λιµὸν γίνεσθαι καὶ ποικιλίαν παντοδαπῶν συµπτωµάτων καὶ ὅλας πόλεις ἐρηµοῦσθαι ; (trad. Jouanna 2006, p. 210).

22 Galien, Sur la différence des fièvres 1.4 ; Jouanna 2006, p. 212.

23 Lucrèce, De la nature 6, v. 1100-1102.

24 Diodore de Sicile, 1.29.1.

25 La formulation du texte de Diodore est assez proche de celle prisée par Thucydide lorsqu’il évoque le nombre croissant de phénomènes naturels exceptionnels au début de la guerre du Péloponnèse.

26 Plutarque, Alexandre 58.1.

27 Sénèque, Questions Naturelles 6.27.2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

28 AppÉp 8.

29 Ibid., l. 19-21.

30 On peut rapprocher ce passage de l’inscription funéraire de Nicomédie qui évoque l’ensevelissement de deux enfants et de leur nourricier lors d’un séisme : AppÉp 21.

31 Higgins 2009, p. 57-63.

32 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38.

33 La date du proconsulat, et donc du tremblement de terre, est discutée : Lucas 2012, p. 212, n. 73.

34 Aelius Aristide, Discours 49.38 : Ἐφέσιοι δὲ καὶ Σµυρναῖοι παρ’ ἀλλήλους ἔθεον θορυβούµενοι, ἡ δὲ συνέχεια θαυµαστὴ καὶ τῶν σεισµῶν καὶ τῶν φόβων. Cf. infra p. 225-226 pour le commentaire des aspects religieux de la catastrophe.

35 Boulanger 1923, p. 136-137.

36 Thucydide, 3.54.5 ; cf. Richer 1998, p. 222, n. 28.

37 Diodore de Sicile, 19.45.4.

38 Sénèque, Questions Naturelles 6.29.1-2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

39 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1984, p. 32 ; Helly 1987, p. 156.

40 Tacite, Annales 12.43.

41 Pline le Jeune, Lettres 6.20.13 : ne in uia strati comitantium turba in tenebris obteramur.

42 Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes 1.141-142 : καὶ ὁ σεισµὸς δὲ οὐχ ὁµοίως θορυβεῖ τούς τε πρῶτον αὐτοῦ πειρωµένους καὶ τοὺς ἐν ἔθει τούτου γεγενηµένους.

43 Pline le Jeune, Lettre 6.20.3 : Praecesserat per multos dies tremor terrae, minus formidolosus quia Campaniae solitus.

44 Parmi les exemples les plus significatifs, l’échec de l’invasion lacédémonienne en Attique sous le commandement du roi Agis pendant la guerre du Péloponnèse illustre comment une série de secousses sismiques retourna les ambitions spartiates (Thucydide, 3.89). Surtout, c’est au moment de la tentative d’incursion des Galates dans le sanctuaire de Delphes, en 279 av. n.è., que des prodiges naturels vinrent en aide aux Delphiens qui se trouvaient dans une situation très périlleuse. Des tremblements de terre ainsi que des tempêtes de grêle et de neige repoussèrent les Barbares, dont une partie fut écrasée par le détachement de blocs rocheux. Pour la compilation et le commentaire des sources historiques : Nachtergael 1977, p. 151-164.

45 Thucydide, 8.41.2.

46 AppÉp 2.

47 Bousquet 1988b, p. 51.

48 Voir supra p. 143.

49 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 1.370 ; id., Antiquités juives 15.121.

50 Ducat 1984.

51 Ducat 1990, p. 131-144.

52 Thucydide, 1.101.

53 Diodore de Sicile, 11.63.4-64.1.

54 Plutarque, Vie de Cimon 17.8.

55 Diodore de Sicile, 15.6.4.

56 Sur cet épisode, cf. infra p. 162.

57 Thucydide, 5.45.4.

58 Ibid., 5.47.1 : l’alliance entre les Athéniens, les Argiens, les Mantinéens et les Éléens fut effectivement conclue après que Sparte eut elle-même refusé de dénoncer son propre traité avec les Béotiens.

59 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 6.38 (texte cité supra p. 148).

60 Au sujet des délais de reconstruction, signe des conséquences économiques engendrées par une catastrophe, voir infra p. 154-159.

61 AppÉp 15.

62 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars 13.13.

63 Cf. infra p. 265-266.

64 AppÉp 2. La somme promise fut au maximum de 8 500 drachmes (selon l’interprétation de Denis Rousset) ou de 500 drachmes (d’après la lecture de Jean Bousquet sur la pierre).

65 Polybe, 5.88-90.

66 Tacite, Annales 2.67.2.

67 AppÉp 22.

68 TAM II 3, 905.

69 Polybe, 5.89.3 : « En sorte que, si l’on considère le délai et la date depuis laquelle leur ville est redevenue habitable (συµβαίνει τὴν πόλιν αὐτῶν συνῳκίσθαι), on est fort surpris qu’en un temps si court elle ait pris un grand développement à la fois pour les fortunes privées et pour les finances publiques ». AppÉp 2, l. 76-79 : « Les envoyés leur demanderont dans leur exposé qu’en raison de leur parenté avec les Doriens et avec les Étoliens, ils participent à la reconstruction des murailles de la cité des Kyténiens afin qu’elle soit repeuplée le plus vite possible (ὅπος συνοικισθῆι τὰν ταχίσταν) ».

70 Gauthier 1989, no 1.

71 Ibid., p. 22.

72 AppÉp 13.

73 Ibid., l. 1-7 : Βασιλεύοντος Φιλίππου, ἔτους τρίτου καὶ εἰκοστο[ῦ], Ξανδικοῦ ἑβδόµῃ, ἐπὶ σ[τεφα]νηφόρου Ἀπόλλωνος.

74 Holleaux 1904, p. 358, suivi par Robert 1978a et Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 148, no 41.

75 AppÉp 5.

76 Voir les remarques sur la date dans le commentaire de l’AppÉp 5.

77 IK 11/1-Ephesos 18 b-c, 19 A IV, 19 B.

78 Malalas, 246.

79 Scherrer 1996.

80 Pont 2010, p. 472.

81 Les constatations faites par Cavalier, Des Courtils 2010, p. 416 à propos de la chronologie des travaux de reconstruction à Xanthos, à la suite du séisme des environs de 142, s’accordent bien à l’ampleur des dégâts. En effet, les ensembles les plus significatifs paraissent avoir été restaurés à la fin du iie, voire au début du iiie s. Ces délais ne sont en rien étonnants quand on sait la violence et l’intensité avec lesquelles ce tremblement de terre a éprouvé la côte lycienne.

82 Malalas, 282 ; Sartre 2001, p. 664.

83 Decrept 2008.

84 Smith-Levis 1900.

85 Malalas, 273.

86 Rey-Coquais 1973, p. 40-41, no 1 (Yon, Gatier 2009, no 2).

87 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 4.34, mentionne un séisme dans cette région. Cf. Di Vita 1979-1980.

88 C’est l’hypothèse défendue par Camia, Melfi 2004 qui mettent en relation une inscription fragmentaire avec les restaurations consécutives au séisme.

89 IC IV, 331 : Imp. Caesar divi Nervae Traianus Aug. Germ. p. m. t. pot. IIII p. p. cos. III civitati Gortyniorum Odeum ruina conlapsum restituit curante L. Elufrio Severo pro cos.

90 AppÉp 18.

91 Sur l’emploi de τὰ ἔργα dans les inscriptions, cf. Hellmann 1992, p. 141.

92 Dion Cassius, 63.26.5 ; Oracles sibyllins 4.109.

93 Bernadette Puech et Jean-Yves Strasser (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b) ont traduit ce terme par aqueduc, alors qu’il est fait mention d’une « autre canalisation » deux lignes plus bas.

94 CID IV, 141 ; SEG 22, 471 ; IG IV2, 26 ; I.Beroia 40 ; SEG 17, 533. Pour le commentaire lexicologique : Argoud 1983. L’emploi le plus fréquent en grec demeure ὀχετός : Hellmann 1992, p. 103.

95 Platon, Timée 77e.

96 Contra la traduction allemande proposée par Işkan-Işik, Eck, Engelmann 2008, p. 116 : « die Mauer der Wasserleitung ». Bernadette Puech et Jean-Yves Strasser (AnnÉpigr 2007, 1519 a-b) ont aussi opté pour cette traduction : « le mur porteur de l’aqueduc ».

97 Şahin 2008a, p. 10. AnnÉpigr 2007, 1519 a-b conserve 4 mois.

98 AppÉp 1.

99 Geagan 1989, p. 358.

100 Corinth VIII. Latin inscriptions 1896-1926 (éd. A. B. West 1931), p. 53-55, no 70.

101 C’est l’argument avancé par Broneer 1973, p. 112.

102 L’hypothèse est défendue par Puech 1983 qui propose de dater la restauration du sanctuaire vers 110. Elle est suivie par Piérart 1998, p. 100 qui opte néanmoins pour une datation très légèrement plus haute, vers 100.

103 Voir notamment Camia 2002.

104 Datation tenue de Suétone, Vie des douze Césars, Vespasien 17.

105 Selon l’interprétation nouvelle de certaines inscriptions donnée par Trevisiol 1993.

106 Cf. infra p. 191.

107 AppÉp 2 : « Assurément, si les finances de notre cité ne s’étaient pas trouvées dans un état grave, les Xanthiens auraient manifesté clairement leur sympathie, en ne laissant la palme à personne pour la générosité. Toutefois, comme non seulement le trésor public est à sec, mais qu’au surplus l’endettement ne fait que croître, comme il n’est pas possible d’autre part d’imposer aucune taxe supplémentaire aux citoyens à cause du règlement financier établi par décret, pour une durée de neuf ans, comme aussi les citoyens les plus riches se trouvent avoir versé récemment des contributions considérables en raison des difficultés du moment, que nous avons exposées aux ambassadeurs, – pour toutes ces raisons si notre cité se trouve dénuée de ressources, elle n’en trouve pas moins choquant de rester indifférente à la détresse d’un peuple frappé de telles infortunes ».

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540