Versione classicaVersione mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Deuxième partie – Le moment de la catastrophe

Chapitre 1

Les impacts catastrophiques

Testo integrale

  • 1 Dauphiné 2000 (chap. 1 et 4) ; Helly 2008.
  • 2 Par exemple, pour mesurer les effets des séismes, les échelles de Richter, de Mercalli ou encore ce (...)
  • 3 Ces sujets sont abordés au chapitre suivant « Les sociétés à l’épreuve des catastrophes ».
  • 4 Bousquet B. 2006, p. 40.
  • 5 Aristote, Météorologiques 365b-368b.
  • 6 Sénèque, Questions Naturelles 6.31.1.

1Une catastrophe naturelle se définit d’abord par les impacts que produit un aléa sur les sociétés humaines1. L’appréciation des niveaux d’intensité d’un phénomène repose toutefois sur une démarche empirique : les modèles mathématiques élaborés à partir du xixe s. ne tiennent pas compte en effet de la variété des conséquences induites ou des différents types d’aléas. Il est donc à ce titre souvent peu satisfaisant de chercher à appliquer ces modèles aux événements survenus dans l’Antiquité2. Les impacts catastrophiques doivent être évalués selon trois critères : l’intensité du phénomène, sa durée et ses conséquences indirectes3. L’intensité est déterminée par les dégâts matériels consécutifs à la catastrophe et par l’étendue géographique du phénomène. La temporalité introduit une autre variable nécessaire à l’évaluation d’un sinistre. Les inondations et les séismes, par exemple, sont le résultat d’un processus naturel intense et circonscrit dans le temps. Un tremblement de terre se caractérise ainsi par une secousse principale assez brève, qui peut être suivie d’une ou de plusieurs répliques s’étalant sur quelques jours. Au contraire, une sécheresse s’inscrit dans une temporalité longue et peut produire sur les cultures des effets durables. Les auteurs de l’Antiquité avaient bien perçu cette distinction4 : Aristote, qui consacre un long développement aux séismes dans les Météorologiques, rapporte qu’un choc tellurique ne cesse pas immédiatement après la première secousse5 ; selon lui, s’il est fréquent que des répliques soient ressenties pendant une quarantaine de jours, il est également possible que d’autres surviennent au cours des deux années qui suivent le tremblement de terre principal. Consacrant à cette question un bref commentaire, Sénèque affirme également que les répliques d’un séisme peuvent se manifester durant plusieurs jours6. Qu’un tremblement de terre donne lieu à une catastrophe de grande ampleur ne tient pas uniquement à sa durée, mais bien davantage à son intensité, estimation subjective que l’on distingue de la magnitude, elle-même produit d’un calcul mathématique. En revanche, les conséquences néfastes d’une sécheresse sont proportionnelles à la longueur de l’épisode caniculaire.

2L’étude des impacts catastrophiques doit aussi tenir compte d’une appréciation différenciée des phénomènes et de leurs conséquences selon trois concepts disctincts : les effets directs, les effets induits et, enfin, les effets de site dont les modifications profondes sont dues à la nature sédimentaire des terrains.

Le vocabulaire des destructions : étude lexicologique7

  • 7 Cette étude lexicologique a déjà paru dans le volume des actes d’un colloque international organisé (...)
  • 8 Strabon, 1.3.20, d’après Démétrios de Callatis, ne donne pas moins de cinq formes verbales différen (...)

3La langue grecque emploie un large registre de mots, de verbes et d’adjectifs, pour désigner les phénomènes de destruction. Les traductions modernes ne rendent qu’imparfaitement compte de la spécificité de ce vocabulaire, dont la précision tient souvent à l’utilisation variée des préverbes. Si cette enquête lexicologique ne peut être considérée comme exhaustive, elle repose d’abord sur une série d’interrogations historiques : l’emploi d’un verbe spécifique traduit-il la violence de la catastrophe ? Observe-t-on une utilisation graduée des termes selon l’intensité du phénomène ? Enfin, certains mots ne sont-ils employés que dans un contexte de catastrophe naturelle ? Le tableau ci-dessous (tabl. 1) est d’abord le résultat d’une lecture attentive de l’inventaire des documents épigraphiques, mais il renvoie également à quelques passages littéraires significatifs8.

Tabl. 1. Verbes évoquant une destruction dans un contexte de catastrophe.

Verbes Forme usitée Sens Références
Ἀναρρίπτω ἀναρριφῆναι souffler, soulever Strabon, 1.3.20
Ἀναστρέφω ἀναστραφῆναι retourner de fond en comble Strabon, 1.3.20
Ἀνατρέπω ἀνατραπῆναι renverser Strabon, 1.3.20
Ἀχρειόω ἀχρειωθέντας endommager AppÉp 15 AppÉp 20
Διαλύω διαλελυµένα disloquer AppÉp 1
Διασείω διασεισθέντων διεσείσθαν ébranler violemment AppÉp 6 Diodore de Sicile, 19.45.7
Διαφθείρω διαφθεῖραι διεφθάρµενα détruire Diodore de Sicile, 12.59.2 AppÉp 19  ?
Ἐξαλείφω ἐξαλειφθεῖσαν anéantir AppÉp 2
Καταβάλλω κατέβαλε abattre, renverser Thucydide, 3.89.4
Καταβλάπτω καταβλαβῆναι endommager Strabon, 1.3.20
Καταπίνω κατεπόθησαν κατεπόθη καταποθῆναι id. id. engloutir, avaler Strabon, 1.3.17 Strabon, 7.6.1 Strabon, 8.7.5 Strabon, 10.1.9 Strabon, 1.3.16
Καταπίπτω καταπεπτώκειν écrouler AppÉp 2
Καταρράσσω καταρραγῆναι écrouler, briser Strabon, 1.3.20
Κατασκάπτω κατεσκαµµένα raser entièrement AppÉp 2
Καταφέρω κατενεχθέντας κατηνέχθη renverser AppÉp 20 Aelius Aristide, Discours 49.38
Κατακλύζω κατέκλυσε engloutir Strabon, 8.7.2
Κατερείπω κατερειφθέν κατερειµένον détruire entièrement AppÉp 11 AppÉp 12
Πίπτω πεσεῖν πεσόντον πεπτωκότων tomber, effondrer Strabon, 1.3.20 AppÉp 4 AppÉp 5
Συµπίπτω συµπεσεῖν συµπεσόν effondrer Strabon, 1.3.20 AppÉp 18
Συνσείω συνσεισθέντων ébranler de fond en comble AppÉp 13
Συντρίβω συντριβέντος συντριβέντας briser, fracasser AppÉp 17 AppÉp 20
  • 9 BullÉp 1961, 419 (p. 197).
  • 10 AppÉp 13, l. 16-18 : (ἐπειδὴ) καὶ συνσεισθέ[ν]των τῶν τειχέων ὑπὸ τοῦ σεισµοῦ, « (et attendu que) l (...)
  • 11 Robert 1978a, p. 400, n. 45 ; Maier 1959-1961.
  • 12 Papyri Graecae Magicae IV, 1039. Les éditeurs ont traduit συνσείων par « erschüttert ». Dans les PG (...)
  • 13 Ou, si l’on ne tient pas compte de l’assimilation du nu, συσσείσµος.
  • 14 Origène, Sur l’évangile de Jean 13, § 145 : « après le vent, un tremblement de terre, et le Seigneu (...)

4Un premier constat s’impose d’emblée : les auteurs de l’Antiquité emploient les mêmes verbes, indistinctement, quelles que soient les circonstances de la destruction d’un édifice, d’une muraille ou d’une cité. Ce n’est donc pas la cause qui détermine le choix d’un verbe en particulier, mais bien le résultat final de l’action, autrement dit la destruction. Jeanne et Louis Robert l’avaient déjà noté au sujet du verbe κατερείπεν, « détruire, renverser de fond en comble », que l’on rencontre dans les récits de catastrophes, de séismes et d’incendies, mais également dans les descriptions de sièges militaires, et qui s’applique bien aux dommages occasionnés aux murailles9. Συνσείω, « ébranler de fond en comble », employé dans une inscription d’époque hellénistique sous la forme d’un participe aoriste passif, συνσεισθέντων10, peut être considéré comme l’un des seuls exemples qui mettent en évidence l’utilisation d’une forme verbale spécifique destinée à évoquer les conséquences d’une catastrophe naturelle. On doit de nouveau à Louis Robert d’avoir attiré l’attention sur ce document, et bien davantage encore sur ce verbe, qui ne figure pas dans les Mauerbauinschriften de Franz Maier11. Συνσείω est en effet d’un emploi très rare dans la littérature autant que dans les inscriptions : on ne le retrouve avec ce sens que dans deux passages des Papyri Graecae Magicae ainsi que dans une inscription d’Hadrumète12. D’autre part, si le substantif συνσεισµός13 existe bien comme synonyme de σεισµός, il n’est employé que dans la littérature chrétienne, ainsi qu’en témoigne un passage du commentaire qu’Origène a consacré à l’évangile de Jean14.

  • 15 Chantraine 2009, s.v. « σείω », p. 960.
  • 16 AppÉp 6, l. 7.
  • 17 Cf. infra p. 122.
  • 18 Diodore de Sicile, 19.45.7.

5Il convient de rapprocher de συνσείω un autre verbe construit sur la même racine, « ébranler, secouer » : διασείω. Le préverbe δια- précise la racine verbale de plusieurs manières : il peut manifester l’idée de division, de durée ou de totalité. Il témoigne alors, dans le contexte d’une catastrophe naturelle, d’une dislocation des structures d’un bâtiment15. Dans un décret de Télos, voté en l’honneur du hiérapolos Aristoménès, il est précisé que les temples, les murailles et les tours ont été fortement ébranlés (διασεισθέντων)16. Il s’agit du séisme de 199/8 qui fut dévastateur à Rhodes et dans plusieurs cités cariennes17. D’autre part, si l’emploi de διασείω rend compte du phénomène physique d’ébranlement, force est de constater qu’il peut aussi bien être employé dans un contexte d’inondation qu’à l’occasion d’un tremblement de terre18.

  • 19 AppÉp 4, l. 4-6 : εἰς τὰν ἀνοικοδοµὰν τοῦ τοίχου καὶ τῶν µναµείων τῶν πεσόντων ἐν τῶι σεισµῶι·
  • 20 AppÉp 5, l. 19-20 : πεπτωκότων τε τῶν τειχέων διὰ τὸν γενόµενον σεισµὸν.
  • 21 Strabon, 1.3.20 : τῶν µὲν πολὺ µέρος πεσεῖν.
  • 22 Chantraine 2009, s.v. « κάτα », p. 485. Dans un décret honorifique en l’honneur du médecin Diodôros (...)
  • 23 Diodore de Sicile, 26.8.1 ; cf. Casevitz 2004.
  • 24 AppÉp 21, l. 4-6.

6Le verbe le plus courant pour désigner l’effondrement d’un édifice, πίπτω, est surabondamment employé par les auteurs de l’Antiquité et les rédacteurs des décrets. Son sens ne pose pas de difficultés : il évoque la chute de tout ou partie d’un édifice. Au iiie s. av. n.è., une association d’éranistes de Rhodes a lancé une souscription privée sous l’impulsion de son président « en vue de la reconstruction du mur et des monuments funéraires qui se sont écroulés dans le tremblement de terre »19. La même catastrophe provoqua l’effondrement des murailles du dème de Camiros20. Ce verbe, en outre, n’est que très rarement employé pour désigner la ruine de villes entières. Strabon, au sujet de trois cités, Échinos, Phalara et Héraclée de Trachis, évoque seulement « de grandes fractions de villes » qui se sont écroulées à la suite d’un tremblement de terre21. Le sens de πίπτω peut aussi être précisé par l’emploi d’un préverbe comme συν- ou κατα-. Dans le second cas, il redouble l’idée d’effondrement. Enfin le nom συµπτώµα peut dans certains contextes particuliers être traduit par « catastrophe »22. Diodore utilise encore la forme passive καταπτωθείση pour souligner la destruction de la cité de Rhodes à la suite du séisme de 227 av. n.è.23 : cette forme verbale, fondée sur le même thème en πτω- (comme κατάπτωµα, « effondrement, ruine »), est unique dans toute la littérature grecque. Sans chercher à multiplier davantage les exemples de ce type, on peut toutefois relever l’expression ἐν τῇ συνπτώσει τοῦ σεισµοῦ qui apparaît dans une inscription du iie s. de n.è.24.

  • 25 AppÉp 19, l. 3-4. Édition et restitution suggérée par Balland 1981, p. 32-33.
  • 26 Diodore de Sicile, 12.59.2 : ὥστε καὶ πόλεις τινὰς ἐπιθαλαττίους ἐπικλύσασαν τὴν θάλατται διαφθεῖρα (...)

7Parmi les verbes fréquemment employés dans les cas de destructions dues à la vétusté ou aux catastrophes naturelles, διαφθείρω tient une place importante. La fréquence de son emploi a ainsi justifié la restitution τὰ] ἔ[ργα ὑ[πὸ τοῦ | σεισ]µοῦ δ[ιεφθαρµένα ἀπο]κα[τέστησεν] dans une inscription de Xanthos qui détaille l’activité édilitaire d’un préteur romain au ier s. de n.è.25. Selon l’éditeur, il est fort probable en effet que la première lettre du participe soit un Δ, auquel cas διεφθαρµένα conviendrait bien comme le confirment de nombreuses autres occurrences épigraphiques et littéraires26.

  • 27 Strabon, 1.3.20.
  • 28 AppÉp 17, l. 9-10.
  • 29 AppÉp 20, l. 2-4.
  • 30 L’emploi de ce vocabulaire trouve, à Aphrodisias même, un parallèle significatif : à l’occasion de (...)

8Deux autres racines, ῥάσσω et τρίβω, peuvent être rapprochées dans leur usage, en ce sens qu’elles illustrent l’idée d’une destruction partielle souvent due à un phénomène de plus faible intensité, qui s’applique bien à des bâtiments de petite taille ou à des statues. Strabon emploie l’infinitif aoriste passif καταρραγῆναι au sujet du τείχους µέρος d’Élatée, autrement dit « d’une partie des murailles »27. À Thyatire, cité du nord-ouest de la Lydie, une statue élevée en l’honneur de Tibérius Claudius Amphimachos fut brisée avec sa base lors d’un tremblement de terre au ier s. de n.è. La dédicace porte ainsi la formule ὑπὸ σεισµοῦ συντριβέντος τοῦ βωµοῦ καὶ ἀνδριάντος28. Dans les premières années du iie s. de n.è., le peuple d’Aphrodisias fit restaurer et remettre en place les statues du Cyclope « renversées, brisées et endommagées par un séisme »29. Chacun des verbes employés témoigne des différents impacts que le tremblement de terre a eus sur ce groupe statuaire : κατενεχθέντας indique l’effondrement des statues, συντριβέντας qu’elles furent brisées et ἀχρειωθέντας qu’elles étaient devenues inutilisables30.

  • 31 Il est intéressant de constater qu’au iie s. de n.è., l’ouvrage onirocritique d’Artémidore de Daldi (...)
  • 32 Sonnabend 1999, p. 1-9 ; Baladié 1980, p. 145-154 ; Debidour 2003.
  • 33 Baladié 1980, p. 145, n. 44. On ajoutera à cette liste une épigramme de l’Anthologie Palatine 9.423 (...)
  • 34 Diodore de Sicile, 15.48.3 ; Pline l’Ancien, 2.206 ; Ovide, Métamorphoses 15, v. 293 ; Baladié 1980 (...)
  • 35 Strabon, 1.3.18 ; 8.7.2.
  • 36 Pausanias, 7.25.8.
  • 37 Peut-être tenue de Callisthène si l’on en croit Sénèque, Questions Naturelles 6.23.
  • 38 Strabon, 1.3.18 : Βοῦρα δὲ καὶ Ἑλίκη, ἡ µὲν ὑπὸ χάσµατος, ἡ ὑπὸ κύµατος ἡφανίσθη.
  • 39 Blanc 2005.
  • 40 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.7.
  • 41 Strabon, 8.7.5 : voir l’analyse du verbe par Baladié 1980, p. 149, n. 58.
  • 42 Strabon, 1.3.17 ; 7.6.1 ; 10.1.9.

9Par l’emploi d’un vocabulaire spécifique, les auteurs ont parfois cherché à décrire avec précision une catastrophe dévastatrice et ses conséquences sur les constructions31. Le séisme qui renversa les deux cités péloponnésiennes de Boura et d’Héliké en 373 av. n.è.32 a profondément marqué les esprits et de nombreux auteurs – géographes, historiens, naturalistes, compilateurs et poètes – l’ont décrit ou mentionné tout au long de l’Antiquité33. Contrairement à ce que certains récits peuvent suggérer de façon trompeuse34, ces deux cités n’ont pas disparu de la même manière : alors qu’Héliké sombra entièrement dans la mer, Boura fut partiellement ensevelie dans un gouffre. Strabon donne de cet événement un récit à la fois réaliste et juste qui tient compte de la spécificité géographique de chacune des deux cités35. Boura, en effet, était une ville de montagne36, située à plusieurs centaines de mètres d’altitude, ce qui exlut qu’elle ait pu être engloutie dans la mer37. Si le géographe distingue bien les deux catastrophes, il ne fait cependant guère de doute qu’elles résultaient du même tremblement de terre38 : « Boura et Héliké disparurent, l’une dans un abîme, l’autre sous les flots »39. La désignation d’un gouffre ou d’un abîme, χάσµα en grec, invite à penser que le séisme eut en fait deux types de conséquences : les bâtiments se sont sans doute écroulés au passage des ondes sismiques, puis le détachement d’un bloc rocheux a pu ensevelir les édifices ruinés (les deux phénomènes ont aussi pu être concomitants)40. Strabon emploie ailleurs le verbe καταπίνω pour décrire les effets dévastateurs du séisme survenu à Boura41. Dans ce contexte, ici précisé par le groupe nominal ὑπὸ σεισµοῦ, l’emploi de ce verbe au passif (καταποθῆναι) insiste sur les effets induits par un ensevelissement. La réalité qu’il sous-tend permet d’apprécier la violence et l’irrémédiabilité de la catastrophe. Strabon, en effet, n’emploie ce verbe que lorsqu’il rapporte des récits de catastrophes exceptionnelles42.

  • 43 À partir de l’époque classique, ἐξαίσιος renvoie à l’idée de violence, dans un contexte limité (cel (...)
  • 44 AppÉp 18, l. 2 : τὸ τοῦ ὑδραγωγίου ἀνάληµµα συµπεσὸν σεισµοῖς ἐκ θεµελίων.

10Quoique l’étude du vocabulaire ne permette pas toujours d’obtenir des résultats aussi concluants que dans le cas des deux cités achéennes, plusieurs conclusions se dégagent toutefois de cette enquête : si la plupart des verbes et des adjectifs ne sont pas spécifiques aux catastrophes naturelles43, leur emploi peut néanmoins révéler un sens technique. La précision des termes utilisés traduit les types d’impact provoqués par la catastrophe et sans doute aussi, par voie de conséquence, son intensité. L’utilisation de certains verbes permet également d’établir les circonstances exactes d’un effondrement ou d’un anéantissement. Les compléments jouent de ce point de vue un rôle essentiel : le groupe nominal ἐκ θεµελίων, « depuis les fondations », détermine ainsi les conséquences précises d’un sinistre. À Patara, port de Lycie frappé par un tremblement de terre en 68 de n.è., l’empereur Vespasien a fait reconstruire « le mur (qui supporte) la canalisation, renversé par les secousses sismiques depuis les fondations »44. La violence du tremblement de terre avait donc ébranlé les soubassements mêmes de l’édifice et entraîné sa chute.

  • 45 Diodore de Sicile, 11.63.1 : γενοµένων σεισµῶν µεγάλων συνέβη πεσεῖν τὰς οἰκίας ἐκ θεµελίων.
  • 46 Strabon, 1.3.20 : Καὶ Σκάρφειαν δ᾽ ἐκ θεµελίων ἀναρριφῆναι.
  • 47 Bousquet B. 2006, p. 35.

11L’emploi d’un verbe courant pouvait donc suffire à exprimer l’intensité du phénomène s’il était complété par un groupe nominal du type ἐκ θεµελίων. Diodore rapporte au sujet de Sparte que « d’importantes secousses sismiques jetèrent bas les habitations depuis leurs fondations »45. Le tremblement de terre évoqué est celui des environs de 464 av. n.è. qui fut particulièrement destructeur. Parmi d’autres exemples significatifs, une cité de Locride épicnémidienne a sans doute connu un sort similaire, comme le rapporte Strabon : « Scarphéia fut soulevée depuis les fondations »46. Le verbe employé par le géographe permet de saisir pleinement la réalité du phénomène. Comme l’a récemment rappelé Bernard Bousquet, les ondes de volume secondaires « cisaillent et déforment verticalement, jusqu’à la rupture, les matériaux cohérents […] et soulèvent les bâtisses »47. C’est précisément le sens d’ἀναρρίπτω auquel est adjoint ici, dans un souci de précision, le groupe nominal ἐκ θεµελίων.

Les facteurs aggravants de la catastrophe

La soudaineté

  • 48 Pour Aristote, Météorologiques 366a, les séismes les plus dévastateurs se passent le plus souvent d (...)
  • 49 Strabon, 8.7.2 ; Diodore de Sicile, 15.48.2 ; Élien, La personnalité des animaux 11.19.
  • 50 Baladié 1980, p. 151 et n. 64.
  • 51 Diodore de Sicile, 15.48.2 (trad. Cl. Vial, CUF, 1977).

12De nombreux auteurs de l’Antiquité perçoivent le moment de la catastrophe comme un élément d’aggravation du risque. Lorsqu’un tremblement de terre a lieu de nuit, le phénomène est mécaniquement plus meurtrier48 : les habitants, surpris dans leur sommeil, sont incapables de réagir efficacement et n’ont pas le temps nécessaire de fuir les bâtiments qui menacent de s’écrouler. La catastrophe de Boura et d’Héliké, survenue en 373 av. n.è., en est peut-être l’exemple le plus éloquent. Comme le rapportent à la fois Strabon, qui tient cette information d’Héraclide du Pont, Diodore de Sicile ou encore Élien, le tremblement de terre se produisit de nuit49. Raoul Baladié a vu dans l’incise de Diodore, bien fournie en détails de toutes sortes, une insistance pour des raisons « faciles et pathétiques »50. Ce jugement sévère occulte en réalité tout ce qui dans ce passage souligne les difficultés auxquelles devaient faire face les victimes et les secours dans de telles circonstances51 :

ἐπέτεινε δὲ τὸ µέγεθος τῆς συµφορᾶς ὁ καιρός· οὐ γὰρ ἡµέρας συνέβη γενέσθαι τὸν σεισµόν, ἐν ᾗ δυνατὸν ἦν τοὺς κινδυνεύοντας βοηθεῖν ἑαυτοῖς, ἀλλὰ νυκτὸς τοῦ πάθους συµβάντος αἱ µὲν οἰκίαι διὰ τὸ µέγεθος τοῦ σεισµοῦ καταρριπτούµεναι συνεχέοντο, οἱ δὲ ἄνθρωποι διά τε τὸ σκότος καὶ τὸ τῆς περιστάσεως ἀπροσδόκητον καὶ παράδοξον ἀδυνάτως εἶχον ἀντιλαµβάνεσθαι τῆς σωτηρίας.

Le moment où arriva la catastrophe accrut son ampleur. Le tremblement de terre ne se produisit pas de jour quand les victimes auraient pu se secourir elles-mêmes, il frappa de nuit. La violence des secousses ébranla les maisons qui s’écroulèrent et la population, surprise dans l’obscurité, à l’improviste, par une catastrophe sans précédent, ne put rien faire pour sauver sa vie.

  • 52 Diodore de Sicile, 19.45.7 : συνήργησε δὲ τοῖς κινδυνεύουσι καὶ τὸ µεθ’ ἡµέραν γενέσθαι τὸν κατακλυ (...)
  • 53 Il est question du grand tremblement de terre de 17 de n.è., connu également de Strabon, 13.4.8 ; S (...)
  • 54 Tacite, Annales 2.47.1.

13Diodore insiste d’emblée sur le moment de la catastrophe qu’il considère comme un facteur aggravant. Le fait que le séisme ne se soit pas produit de jour n’est pas un détail sans incidence : l’absence de visibilité conjuguée à la soudaineté de la catastrophe (καὶ παράδοξον) ont certainement entravé la mise en œuvre des premiers secours. Diodore ne compose ni un récit fabulé, ni une description exagérée de la catastrophe pour la rendre pathétique aux yeux des lecteurs. Au contraire, il détaille avec un soin coutumier certains facteurs qui rendaient la cité vulnérable. Lorsqu’il rapporte le récit d’une inondation meurtrière, survenue à Rhodes au printemps 316, il établit un constat sans équivoque : « La troisième inondation eut lieu de jour ce qui vint aussi en aide aux personnes en péril, car la plupart eurent le temps d’abandonner leurs maisons pour les secteurs les plus élevés de la cité »52. En outre, Diodore n’est pas le seul historien à prêter une attention critique au moment au cours duquel se produisent les catastrophes, ainsi qu’en témoigne le bilan dressé par Tacite après un fort séisme survenu au début de notre ère en Lydie : « La même année53, douze villes importantes de l’Asie furent détruites par un tremblement de terre survenu la nuit, ce qui rendit la catastrophe plus inattendue et plus grave »54.

  • 55 Diodore de Sicile, 19.45.2.
  • 56 Pausanias, 7.24.10.
  • 57 AppÉp 8, l. 19-21 : τὸ παράδοξον τοῦ συµπτώµατος.
  • 58 Diodore de Sicile, 11.63.1 : ἐπὶ δὲ τούτων µεγάλη τις καὶ παράδοξος ἐγένετο συµφορὰ τοῖς Λακεδαιµον (...)

14Les récits de catastrophes meurtrières insistent encore sur la notion de soudaineté et d’imprévisibilité : évoquant l’inondation du printemps 316 à Rhodes, Diodore emploie ainsi l’adjectif ἐξαίφνης pour signifier que des grêlons d’une taille extraordinaire et des pluies diluviennes se mirent soudainement à tomber55. Ce même adjectif se retrouve dans un passage de Pausanias qui décrit la soudaineté du tremblement de terre qui frappa Héliké56. À Samos, un décret d’époque hellénistique en l’honneur d’un médecin emploie également une expression significative, « la soudaineté de la catastrophe », au sujet du tremblement de terre qui venait de secouer l’île57. Enfin, c’est en des termes sensiblement identiques que Diodore évoque la catastrophe qui frappa à l’improviste les Spartiates vers 464 av. n.è.58.

Les effets de site et les aménagements urbains

  • 59 Plusieurs auteurs rapportent ainsi que le séisme des environs de 464 av. n.è. entraîna la chute de (...)
  • 60 Thucydide, 3.84.2-5 ; Diodore de Sicile, 12.59.1 ; Strabon, 1.3.20 ; Sénèque, Questions Naturelles (...)
  • 61 Bousquet B. 2006, p. 44-45.

15La situation d’une ville, sa topographie ou son aménagement intra-urbain ont également pu constituer un facteur aggravant de certains risques naturels. L’incidence d’un tremblement de terre peut en effet varier selon la situation de la ville affectée : en bord de mer, les cités côtières sont parfois soumises au risque d’un raz-de-marée consécutif à un séisme sous-marin ; en montagne, le risque principal est celui d’un éboulement rocheux ou d’un glissement de terrain59. Certaines cités du golfe Lamiaque ont, par exemple, subi les effets d’un tsunami meurtrier en 426 av. n.è.60 : Orobiai, Oponte, Thronion et Tarphé ont ainsi été partiellement submergées par le déferlement de vagues puissantes61 (carte 4).

Carte 4. Aire d’extension du séisme de 426 av. n.è. (golfe Maliaque).

Carte 4. Aire d’extension du séisme de 426 av. n.è. (golfe Maliaque).
  • 62 Baladié 1980, p. 146-147 et n. 49. Les prospections archéologiques, menées par l’École française d’ (...)
  • 63 Strabon, 8.7.2.

16À Héliké, la catastrophe marqua profondément les esprits du fait de son caractère irréversible, la ville disparaissant entièrement dans les flots à la suite du séisme de 373 av. n.è. Le témoignage d’Ératosthène, postérieur d’une centaine d’années à l’engloutissement de la cité et que Raoul Baladié, avec raison, a en grande partie nuancé62, laisse supposer une récupération « touristique » des vestiges, ce que n’ont pu confirmer les prospections archéologiques menées dans cette région63. Le raz-de-marée a sans nul doute été l’élément déclencheur de l’engloutissement de la cité, mais il ne fut pas pour autant décisif. En effet, pour que la ville ait été emportée de la sorte dans la mer, elle devait vraisemblablement se situer dans une zone où la nature sédimentaire du terrain présentait à la fois un caractère instable et une topographie inclinée. La propagation des ondes sismiques a provoqué une liquéfaction et un effondrement du littoral, conséquences caractéristiques des séismes dans les vallées alluviales. Cette catastrophe, sans doute l’une des plus meurtrières de l’Antiquité, est donc le résultat d’une conjonction d’un ensemble d’aléas et de risques naturels : le tremblement de terre a provoqué la levée d’une lame de fond ; celle-ci, en s’abattant sur des structures d’habitations instables et soumises au risque d’un effondrement du littoral, a définitivement précipité la cité d’Héliké dans la mer.

  • 64 Bernand 1999, p. 58-59 ; Tsopanakis 1987.
  • 65 Diodore de Sicile, 19.45.
  • 66 Il en allait de même à Halicarnasse (Vitruve, 2.8.11) : cf. Hellmann 2010, p. 211.
  • 67 Garlan 1966, p. 619.
  • 68 Un parallèle peut être établi avec la muraille d’Antioche sur l’Oronte : sous Justinien, la Porte d (...)
  • 69 Autour de 436 g.

17L’inondation meurtrière du printemps 316 à Rhodes est apparue comme l’un des désastres hydrométéorologiques les plus marquants de l’Antiquité64. Diodore s’étend longuement sur les facteurs d’aggravation de la catastrophe65. Parmi eux, la topographie du site et les aménagements de la cité ont joué un rôle essentiel. Bien que la longue description que donne l’historien du plan général de Rhodes ait, en un sens, pu correspondre à un stéréotype banal pour les descriptions de villes antiques66, il n’est peut-être pas sans incidence que la cité ait affecté la forme d’un théâtre (θεατροειδής) : l’écoulement des pluies diluviennes se faisait ainsi en direction des bas quartiers de la ville. Le récit de Diodore permet également de suivre avec précision le cheminement des eaux : ce furent d’abord le secteur du marché et celui du temple de Dionysos qui se retrouvèrent inondés, avant que les eaux ne gagnent le sanctuaire d’Asclépios entraînant d’importants mouvements de panique. Des moyens de prévention existaient pourtant et la catastrophe aurait sans doute pu être évitée s’ils n’avaient pas été obstrués ou mal entretenus. En effet, la muraille était percée « de galeries proportionnées aux énormes égouts collecteurs »67 : disposées tout le long de l’enceinte, ces grilles d’évacuation avaient manifestement été fermées au printemps 316, rendant impossible l’écoulement du trop-plein d’eau vers la campagne68. Toutefois, le nombre de victimes aurait peut-être été bien plus important si, d’une part, la catastrophe ne s’était pas produite de jour et, surtout, si un pan de la muraille n’avait pas cédé sous le poids de l’inondation, permettant ainsi un écoulement massif des eaux. Diodore ajoute enfin que les Rhodiens durent leur salut au type de construction des habitations, bâties en pierres et non en briques : la solidité des maisons empêcha qu’une partie d’entre elles ne s’écroule sous la violence des eaux et le poids des grêlons, dont certains, à en croire l’historien, pesaient plus d’une mine69.

Les fortes densités de population

18Le récit de Diodore au sujet de cette catastrophe met en évidence un dernier facteur d’aggravation de la catastrophe : l’historien oppose en effet à cette inondation un cataclysme plus ancien qui s’était produit alors que la ville venait d’être fondée. Si la catastrophe de 316 a tué un grand nombre d’habitants, cela n’avait manifestement pas été le cas lors de la première inondation. Diodore évalue le degré des catastrophes les unes par rapport aux autres : la troisième inondation fut plus meurtrière que la deuxième, elle-même déjà supérieure en nombre de victimes à la première. Cela paraît correspondre précisément à une évolution de la démographie rhodienne. Les espaces densément peuplés constituent en effet un facteur de vulnérabilité pour les sociétés soumises à ce type d’aléa naturel.

  • 70 Dion Cassius, 68.24 (trad. Virlouvet 2008, p. 71-72). Sur la date du tremblement de terre, Malalas, (...)

19La description que fait Dion Cassius du tremblement de terre d’Antioche, survenu en décembre 115 de n.è., autorise à considérer ce facteur aggravant comme l’une des causes majeures de la catastrophe70 :

διατρίβοντος δὲ αὐτοῦ ἐν Ἀντιοχείᾳ σεισµὸς ἐξαίσιος γίνεται· καὶ πολλαὶ µὲν ἔκαµον πόλεις, µάλιστα δὲ ἡ Ἀντιόχεια ἐδυστύχησεν. ἅτε γὰρ τοῦ Τραϊανοῦ ἐκεῖ χειµάζοντος, καὶ πολλῶν µὲν στρατιωτῶν πολλῶν δὲ ἰδιωτῶν κατά τε δίκας καὶ κατὰ πρεσβείας ἐµπορίαν τε καὶ θεωρίαν πανταχόθεν συµπεφοιτηκότων, οὔτε ἔθνος οὐδὲν οὔτε δῆµος οὐδεὶς ἀβλαβὴς ἐγένετο.

Alors que l’empereur séjournait à Antioche survint un tremblement de terre destructeur. Beaucoup de cités souffrirent de dommages, mais Antioche fut la plus touchée de toutes. Comme Trajan passait l’hiver là, beaucoup de soldats et de civils étaient accourus de tous côtés pour présenter des requêtes en justice, participer à des ambassades, faire des affaires, ou simplement par curiosité, si bien qu’aucune communauté, aucun peuple ne furent épargnés.

  • 71 Voir infra p. 127 pour Sardes.
  • 72 Cf. Agusta-Boularot 2006, p. 115.

20Il n’est pas rare que dans les récits de catastrophes, et plus particulièrement lorsqu’il s’agit de séismes d’ampleur régionale, une cité apparaisse comme plus durement affectée que d’autres. Dans certaines descriptions réalistes, cela peut être un indice suggérant que l’épicentre du tremblement de terre se trouvait à proximité de la ville71. Cependant, dans le cas précis d’Antioche, l’incise de Dion Cassius semble davantage être en lien avec le nombre de victimes. Le facteur de vulnérabilité dont fait état l’historien est indéniablement lié à l’afflux de très nombreuses personnes à ce moment-là dans la capitale provinciale. Les raisons qui les poussèrent à se rendre à Antioche, dès lors que s’y trouvait Trajan, étaient nombreuses : la population pouvait ainsi espérer profiter de la présence du souverain pour régler une affaire judiciaire ou politique. Cette affluence exceptionnelle de visiteurs à Antioche était aussi liée à la célébration des jeux du koinon de Syrie72. Il n’est donc pas exclu que l’aménagement du centre urbain ait connu des modifications autorisant le développement des échanges commerciaux ou ayant pour but d’assurer la sécurité de l’empereur. Ces bouleversements apportés au plan général de la capitale syrienne ont sans doute ajouté à la confusion générale au moment du désastre.

L’ampleur des destructions

  • 73 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.7 : « Le fléau dont nous nous occupons est de tous celui qui a la (...)

21L’étude de la documentation littéraire et épigraphique permet parfois de déterminer quelle fut l’ampleur d’une catastrophe et d’en déduire l’intensité du phénomène. Pour des raisons qui tiennent à leur visibilité et à leur intensité, ce sont essentiellement les tremblements de terre qui sont apparus comme les catastrophes les plus dévastatrices et dont l’étendue était, de tous les événements calamiteux, considérée comme la plus importante73.

  • 74 Bousquet B. 2006, p. 38.

22La variété et l’étendue des impacts que produisent les séismes sur les communautés urbaines imposent d’élaborer une typologie qui rend compte de l’intensité dégressive des phénomènes : on distingue les catastrophes d’ampleur régionale – qui affectent un ensemble de cités ou une région entière –, celles d’ampleur locale – circonscrites autour d’une seule ville – et enfin celles dont les dégâts paraissent avoir été circonstanciés aux bâtiments et aux monuments les plus fragiles. Sur la quarantaine de séismes répertoriés pour la Grèce continentale en un millénaire (vie s. av. n.è.-vie s. de n.è.), dix-sept d’entre eux ont eu des effets catastrophiques, dont dix à une échelle locale et sept à une échelle régionale, les vingt-trois autres étant de plus faible intensité74.

Les épicentres et les aires sismiques

  • 75 On note ainsi dans la Chronique d’Eusèbe, continuée par Jérôme, une dizaine de tremblements de terr (...)
  • 76 IG XII 5, 444 (= FGrHist 239 B 24).

23Les catastrophes d’ampleur régionale sont connues et bien documentées car les Anciens les considéraient comme des repères événementiels. Certains tremblements de terre constituaient ainsi des événements marquants de la vie d’une communauté civique. Des chroniqueurs d’époque tardive comme Eusèbe de Césarée ou Jean Malalas établissaient des marqueurs d’histoire universelle à travers la compilation de séismes destructeurs75. La Chronique de Paros, qui utilise des épisodes historiques rares, évoque un tremblement de terre en Ionie au cours de l’hiver 304/376, ce qui tend à confirmer qu’un séisme de grande importance ait pu être perçu comme un repère événementiel aisément identifiable à l’échelle d’une région.

  • 77 Poséidonios, F 12a (= Strabon, 1.3.16 ; trad. G. Aujac, CUF, 20032). Cf. Guidoboni, Comastri, Train (...)

24La notion de catastrophe régionale se fonde sur l’observation de l’étendue géographique d’un phénomène naturel, le plus souvent sismique, constatée au moment où il se produit. Dans l’Antiquité, l’aire sismique peut être observée de deux manières, soit à partir de la transformation du point d’impact en une étendue géographique, soit à partir de l’intensité dégressive des ondes sismiques, comme le permet un fragment de Poséidonios au sujet d’un tremblement de terre survenu au début du iie s. av. n.è. en Phénicie77 :

ἐν δὲ τῇ Φοινίκῃ φησὶ Ποσειδώνιος γενοµένου σεισµοῦ καταποθῆναι πόλιν ἱδρυµένην ὑπὲρ Σιδῶνος, καὶ αὐτῆς δὲ Σιδῶνος σχεδόν τι τὰ δύο µέρη πεσεῖν, ἀλλ’ οὐκ ἀθρόως, ὥστε µὴ πολὺν φθόρον ἀνθρώπων γενέσθαι. τὸ δ’ αὐτὸ πάθος καὶ ἐπὶ τὴν Συρίαν ὅλην διέτεινε, µετρίως δέ πως. διέβη δὲ καὶ ἐπί τινας νήσους τάς τε Κυκλάδας καὶ τὴν Εὔβοιαν.

En Phénicie, s’il faut en croire Poséidonios, un tremblement de terre engloutit une cité située au-dessus de Sidon et fit s’écrouler à peu près les deux tiers de la cité même de Sidon, mais pas d’un seul coup, de sorte que la perte en hommes ne fut pas énorme. Le même ébranlement s’étendit à toute la Syrie, mais avec moins de violence. Il se prolongea jusqu’à certaines îles comme les Cyclades et l’Eubée.

  • 78 Cf. Strabon, 1.3.17 ; 7.6.1 ; 8.7.5 ; 10.1.9. Cf. supra p. 111 et 114.
  • 79 Sénèque, Questions Naturelles 6.24.6 : Thucydides ait circa Peloponnesiaci belli tempus Atalanten i (...)
  • 80 Jacques, Bousquet 1984, p. 424, n. 3.
  • 81 Sénèque, Questions Naturelles 6.17.3.
  • 82 Reinders 1992 : le site de l’antique Halos, non loin de la pointe nord de l’Eubée, aurait été parti (...)

25Poséidonios emploie καταπίνω pour souligner les conséquences précises de la catastrophe : la cité fut donc littéralement ensevelie à la suite du séisme. Ce verbe est soigneusement choisi dans l’œuvre de Strabon, car il permet d’insister sur la réalité géographique d’un choc tellurique78. La ville phénicienne fut dévastée de fond en comble et portait les stigmates visibles d’un phénomène de très grande intensité. Le récit que fait Poséidonios de la catastrophe de Sidon est présenté par Sénèque comme un fait établi : « Thucydide nous dit que, pendant la guerre du Péloponnèse, l’île d’Atalante disparut totalement, ou du moins en grande partie. Que la même catastrophe a frappé Sidon, on peut en croire Poséidonios »79. La description du séisme est empreinte d’un fort réalisme, mais elle est toutefois entachée d’une incohérence géographique80. Si l’on s’accorde volontiers sur la description de l’étendue du phénomène, circonscrite à la Syrie, qui paraît pleinement correspondre à la dégressivité des ondes sismiques telle qu’on les observe aujourd’hui, il n’est en revanche pas permis d’attribuer à ce séisme, si puissant fût-il, des conséquences directes en Eubée. Sénèque distingue d’ailleurs les deux événements : dans un paragraphe consacré à la puissance de l’air et à son rôle dans la formation des tremblements de terre, le philosophe illustre le bien-fondé de sa théorie par l’exemple d’une catastrophe qui s’abattit sur Chalcis81. La date de cet événement n’est pas précisée, si bien que, considérant comme improbable qu’il ait pu s’agir du même tremblement de terre qui frappa Sidon, on doit alors prudemment rejeter l’année 199/882.

  • 83 Thucydide, 3.89.2-5 ; Diodore de Sicile, 12.59.1-2 ; Strabon, 1.3.20 (selon Démétrios de Callatis, (...)
  • 84 Diodore de Sicile, 12.59.1-2 : τηλικούτους δὲ τοὺς σεισµοὺς συνέβη γενέσθαι κατὰ πολλὰ µέρη τῆς Ἑλλ (...)
  • 85 Buck, Stewart 2000 ; Buck 2006, p. 74-75.
  • 86 Sieberg 1932 ; Bousquet, Péchoux 1977, p. 682.
  • 87 Antonopoulos 1992.

26Déterminer la violence d’une catastrophe nécessite de tenir compte de l’exacte étendue géographique du phénomène et donc du point de surface à partir duquel on établit l’aire sismique. Deux notions doivent encore être distinguées, celle d’épicentre et celle d’épicentre macrosismique : la seconde expression définit en effet le lieu de la plus forte intensité ressentie, qui peut être différent de l’épicentre réel. S’il est impossible d’établir précisément le lieu de l’épicentre d’un séisme survenu dans l’Antiquité, non plus d’ailleurs que son point de nucléation, il est en revanche envisageable de déterminer dans quelle région, parfois même dans quelle cité, les effets destructeurs de la catastrophe furent le plus durement éprouvés. Les sources antiques permettent en effet dans certains cas d’établir l’épicentre macrosismique d’un tremblement de terre. En 426 av. n.è., un séisme de très grande intensité frappa le golfe Maliaque et affecta le nord de l’Eubée, la Locride Épicnémide, la Locride Opontienne et le sud de l’Achaïe Phtiotide83 (carte 4). L’intensité exceptionnelle du phénomène et sa propagation à une échelle régionale sont soulignées par tous les auteurs qui rapportent l’événement : Thucydide et Strabon font ainsi état des très nombreuses villes et régions affectées par les secousses sismiques puis, dans un second temps, par des raz-de-marée exceptionnels. Diodore évoque quant à lui un tremblement de terre « d’une telle intensité que la mer déferla sur les villes côtières et les détruisit »84. De récentes études, menées en collaboration par des historiens et des géologues, ont réévalué l’importance de la littérature antique dans l’espoir de mieux comprendre les phénomènes sismiques qui se produisent fréquemment dans cette région. Ils ont par ailleurs cherché à situer l’épicentre macrosismique de 426, sans toutefois parvenir à une localisation tout à fait certaine85. L’absence de résultats décisifs nous rend ici presque entièrement tributaires des seules sources textuelles : leur analyse tend ainsi à prouver que l’intensité la plus forte du tremblement de terre peut être localisée dans le golfe Maliaque et que les impacts catastrophiques les plus marquants affectèrent l’antique Phalara86. En outre, la ligne de rivage a été sensiblement modifiée dans cette région sous l’effet des inondations consécutives au passage des ondes marines : la mer pénétra assez loin dans les terres, essentiellement autour de Lamia, des Thermopyles et de Scarphéia87.

  • 88 Pausanias, 2.7.1 : ἐκάκωσε δὲ καὶ περὶ Καρίαν καὶ Λυκίαν τὰς πόλεις καὶ Ῥοδίοις ἐσείσθη µάλιστα ἡ ν (...)
  • 89 Pline l’Ancien, 34.41.
  • 90 AppÉp 3. Cf. infra p. 166.

27Des tremblements de terre d’importance régionale dévastèrent la Carie, la Lycie et l’île de Rhodes par deux fois à la fin du iiie s. En 227 av. n.è., un puissant séisme prit en écharpe les régions situées entre le golfe de Kéramos et la mer de Pamphylie. Pausanias en livre une très brève description : « le tremblement de terre endommagea également les cités de Carie et de Lycie et l’île de Rhodes fut particulièrement ébranlée »88. Ce passage n’est pas sans intérêt : le périégète insiste sur la violence des secousses ressenties à Rhodes (ἐσείσθη µάλιστα), ce qui paraît indiquer que l’île fut durement affectée par le passage des ondes sismiques, peut-être davantage que les cités micrasiatiques. La description que fait Polybe de la catastrophe de 227 rend aussi compte de la nature variée de ses impacts : le séisme fit s’effondrer le colosse d’Hélios89, ainsi que la plus grande partie des remparts et des arsenaux maritimes, deux éléments constitutifs du corps social et de l’économie de la cité portuaire. On sait également que le nombre de victimes fut très important, suffisamment tout du moins pour qu’une sépulture collective ait été élevée à Camiros90.

  • 91 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.4.1-3.
  • 92 AppÉp 4.
  • 93 AppÉp 5.
  • 94 AppÉp 6.
  • 95 AppÉp 13.

28Si le tremblement de terre de 227 est, aujourd’hui encore, considéré comme l’une des catastrophes les plus célèbres de l’Antiquité, celui qui se produisit en 199/8 n’en fut pas moins violent et dévastateur. Surtout, la richesse de la documentation permet de saisir assez précisément quelles en furent les conséquences. L’étendue géographique de la catastrophe est sensiblement la même qu’en 227, comme l’atteste l’étude du dossier épigraphique qui permet d’établir avec une quasi certitude les contours de l’aire sismique. Du nord au sud, quatre îles furent fortement ébranlées : Samos, Calymna, Télos et Rhodes ; en Asie, les cités d’Iasos et de Panamara, peut-être aussi le sanctuaire oraculaire de Didymes, ressentirent les effets du tremblement de terre. Justin, l’abréviateur des Histoires philippiques de Trogue Pompée, parle également de grands dommages causés par le tremblement de terre à Rhodes et dans d’autres cités d’Asie, précisant que certaines d’entre elles furent entièrement ensevelies91. À Rhodes, une souscription privée a été lancée après la catastrophe par les membres d’une association d’éranistes en vue de restaurer un mur d’enclos et des monuments funéraires92. Dans le même temps, ce sont les tours et les murailles de Camiros qui firent l’objet de travaux de restauration93. D’autres édifices durent aussi être reconstruits à Télos, ainsi qu’en témoigne le décret voté en l’honneur du hiérapolos Aristoménès qui portait vraisemblablement la mention de temples (καὶ τῶν [ναῶν]) parmi la liste des monuments détruits dans le tremblement de terre94. La convergence des sources rend ainsi compte de l’intensité de la catastrophe qui fut suffisamment puissante pour détruire un grand nombre d’édifices monumentaux et les murailles de plusieurs cités95. La répétition d’un même phénomène destructeur, dans une échelle de temps relativement brève, confirme aussi la très forte sismicité du bassin des îles du Dodécanèse et du sud de l’Asie Mineure, qui correspond à la remontée de la zone de subduction hellénique au sud de l’île de Rhodes et à la rencontre de deux linéations tectoniques décrochantes au large de la Lycie.

  • 96 Pausanias, 8.43.4 ; Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.1 ; AppÉp 11 (?) ; AppÉp 22 ; TAM II 3, 90 (...)
  • 97 Laumonier 1937, p. 269, n. 2 et no 97, plaçait le séisme entre 133 et 139, après une première tenta (...)
  • 98 Aelius Aristide, Discours 24.3.
  • 99 TAM II 3, 905. Inscription récemment rééditée par Kokkinia 2000.
  • 100 Robert 1978a, p. 405.

29Une autre catastrophe de très grande ampleur, survenue dans la même région vers le milieu du iie s. de n.è., nous est connue par un important dossier littéraire et épigraphique96. La date du tremblement de terre dévastateur qui fut à l’origine du désastre varie sensiblement selon les historiens97. L’aire sismique se dégage en revanche avec une très grande précision : si Pausanias demeure relativement évasif, se contentant d’évoquer « les cités de Lycie et de Carie, ainsi que Cos et Rhodes », son incise est toutefois confirmée par l’Histoire Auguste, qui mentionne Rhodes et les cités d’Asie, ainsi que par un rhéteur anonyme dans un discours adressé aux Rhodiens qui évoque la ruine de l’île98. Mais c’est surtout grâce à une série d’inscriptions monumentales, gravées sur le mausolée de l’évergète Opramoas de Rhodiapolis99, en Lycie, que l’on voit s’affiner les contours de la zone touchée par la catastrophe. En outre, ce « catalogue des travaux après séisme »100 offre de précieux renseignements sur les édifices détruits dans ces circonstances (tabl. 2).

  • 101 D’après Kokkinia 2000 ; Sartre 1995, p. 251 ; Delrieux 2008, p. 224-225.

Tabl. 2. Dons d’Opramoas aux cités sinistrées par le tremblement de terre de 141/2101.

Cités sinistrées Sommes promises indiquées en denier (X) Bâtiments restaurés Référencesa
Myra Au-delà de 100 000 Sanctuaire d’Éleuthérab, une exèdre et son dallage, et réfection d’un théâtre XIII D ; XV C ; XVII C ; XVIII F ; XIX A ; XIX B
Tlôs 60 000 Travaux d’architecture XIII C ; XIV F ; XVIII G
Corydalla 60 000 XVII D ; XIX A
Telmessos 35 000 + 30 000 Un bain et une exèdre XVII C ; XIX BXIII D
Xanthos 30 000 Le théâtre XVII C ; XIX B
Acalissos 30 000 XVII E
Aperlai 30 000 XIX C-D
Patara 20 000 + 18 000 Un portique XVII EXVIII G
Gagai 18 000 8 000 (?) Un bain et des édifices publics XIX DXVII E
Cyaneai 15 000 Bâtiments non identifiés XVII C ; XIX C
Cadyanda 15 000 10 000 XIX BXIII D
Olympos 12 000 XIII D ; XVII E ; XVIII G-XIX A
Oinoanda 10 000 Un bain et des lieux d’aménité XVII C ; XIX B
Limyra 10 000 XVII E
Arycanda 10 000 XVII E ; XIX C
[…]ra 10 000 Un théâtre XIX C
Calynda 9 000 Bâtiments non identifiés XVII C
Balboura 7 000 Bâtiments non identifiés XVII C ; XIX C
Chôma 7 000 6 000 (?) Un portique et un Sebasteion XIX CXVII C
[…] 7 000 Bâtiments non identifiés XIX C
Arneai 6 000 Bâtiments non identifiés XVII C ; XIX C
Pinara 5 000 Bâtiments non identifiés XIII D ; XVII C ; XIX B
Phellos 5 000 XIX C
Antiphellos 5 000 XIX C
Acalissos 3 000 XVII E ; XIX D
Boubôn 2 000 Bâtiments non identifiés XV D ; XVII C ; XIX C
Phaselis XV E ; XIX C
Crya ? Bâtiments non identifiés XVII C ; XIX C
Rhodiapolis Achèvement de deux temples (Tychè, Némésis) XIX A
Synbra XIX C
Podalia XIX C
Neisa XIX D
Sidyma XIX D
a. TAM II 3, 905.
b. Les Myréens ont préféré substituer à ce don la prise en charge par l’évergète de tous les frais dévolus à la restauration des édifices détruits. Cf. Robert 1978a, p. 405.
  • 102 Cette catastrophe peut être mise en relation avec l’instabilité du relief lycien : cf. Bousquet, (...)
  • 103 Le faible nombre de cités concernées au nord, dans la Cabalide (Boubôn et Balboura), peut s’expliqu (...)

30Les bienfaits d’Opramoas n’ont certes profité qu’aux cités lyciennes, mais la conservation de l’essentiel des noms de lieux permet de tracer avec certitude les contours de l’aire sismique dans cette région (carte 7). De l’ouest à l’est, les villes partiellement ou totalement détruites par la catastrophe se répartissent ainsi102 : autour du golfe de Telmessos tout d’abord, Calynda, Crya et Telmessos, puis dans l’Anticragos et le Cragos, Sidyma et Pinara. Suivent les cités de la vallée du Xanthe, Patara, Tlôs, Oinoanda, et celles qui se tenaient le long de la route côtière, Phellos, Antiphellos, Cyaneai. Plus au nord, en Myliade, Podalia et Chôma ont aussi profité des largesses d’Opramoas. On trouve ensuite, de part et d’autre du mont Masikytos, un nombre important de villes frappées par la catastrophe : Myra, Limyra, Rhodiapolis, Corydalla et Gagai. Enfin, légèrement plus à l’est, longeant la côte de la mer de Pamphylie vers le nord, se trouvaient Olympos et Phaselis103.

Carte 7. Aire d’extension du séisme de 141 de n.è. (Carie, Lycie).

Carte 7. Aire d’extension du séisme de 141 de n.è. (Carie, Lycie).
  • 104 Cf. Balland 1981, p. 185, no 67.

31Les cités qui bénéficièrent de l’aide financière la plus importante se situent toutes dans un espace relativement restreint, le long de la côte sud de la pointe lycienne, entre Tlôs et Gagai. Il n’est pas impossible que cette zone ait été la plus durement affectée par le passage des ondes sismiques. Aux importantes sommes d’argent versées par Opramoas, il convient en effet d’ajouter les dons d’un richissime évergète resté anonyme sur la pierre, mais que l’on a parfois identifié comme Opramoas lui-même, pour la reconstruction des cités de Myra, de Patara, de Tlôs et de Xanthos (tabl. 3)104.

Tabl. 3. Dons complémentaires du bienfaiteur anonyme d’après FdXanth VII, 67.

Cités sinistrées Sommes promises indiquées en denier (X) Bâtiments restaurés Total cumulé des dons d’Opramoas
Xanthos 10 000 30 000 10 000 125 000 45 000 45 000 Gérousie   Balaneion des femmes Portique de sanctuaire Gymnase, balaneion Agora     280 000      
Tlôs 30 000 50 000 Balaneion Agora 140 000  
Myra 56 000 Péristyle du gymnase Au-delà de 156 000
Patara 40 000 Portique double près du port 78 000

32La documentation épigraphique précise également la typologie des édifices détruits par le tremblement de terre. S’il ne fait aucun doute que les habitations privées ont fortement souffert dans la catastrophe, les libéralités d’Opramoas sont exclusivement assignées à la reconstruction des bâtiments publics. Cette très longue liste, qui comprend aussi bien les édifices de spectacle (théâtres), les lieux de sociabilité (bains et gymnases) que les bâtiments civiques et religieux (sanctuaires et agoras), apporte la preuve de l’intensité exceptionnelle du tremblement de terre.

  • 105 En témoigne l’absence de vestige archéologique antérieur à l’époque romaine : Delrieux 2008, p. 217 (...)
  • 106 XIII D, l. 3-4 : [Ὡς δὲ εἶδε ὑπὸ τοῦ γε]γονότος κοσ[µικ]οῦ σεισµοῦ πολλὰς πόλεις τοῦ ἔθνου[ς πεπονη (...)
  • 107 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 244c. Traina 2002, p. 752.
  • 108 Jacques, Bousquet 1984, p. 425-426.
  • 109 Ibid., p. 450.
  • 110 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.3 : Nunc uero terrarum non uniuersarum sed ex parte motus est (tr (...)

33Les fouilles archéologiques menées sur le territoire de plusieurs cités cariennes ont par ailleurs confirmé l’étendue considérable du sinistre. Ainsi, la cité de Néapolis, dans la basse vallée de l’Harpasos, fut entièrement reconstruite105. Autant qu’on puisse en juger, le tremblement de terre de 141 fut l’une des catastrophes les plus dévastatrices ayant frappé le sud de l’Asie Mineure dans l’Antiquité. L’une des inscriptions qui compose le dossier d’Opramoas emploie d’ailleurs l’expression κοσµικὸς σεισµός afin de rendre compte de l’étendue et de la violence exceptionnelle du tremblement de terre106. La notion de « séisme universel » ne va cependant pas de soi. Telle quelle, l’expression n’apparaît jamais dans la langue grecque, que ce soit dans la littérature classique ou dans les formulaires épigraphiques. Elle a parfois été rapprochée de l’expression latine per totum orbem employée par Jérôme au sujet du prétendu « séisme universel » du 21 juillet 365 de n.è.107, mais cette comparaison ne résiste pas à l’examen du contexte culturel de chacun des deux documents. En effet, le caractère soi-disant universel du tremblement de terre de 365 se fonde sur une double aporie : alors que nous savons aujourd’hui qu’elle fut limitée, l’appréciation de l’ampleur du séisme a pâti d’une confusion de plusieurs événements telluriques rapprochés dans le temps, mais pourtant bien distincts108 ; par ailleurs, comme il fut associé à un raz-de-marée dont l’étendue géographique était cette fois non négligeable, le cataclysme a été interprété dans une perspective eschatologique, se présentant sous la forme d’un nouveau déluge accompagné de secousses sismiques109. Ce n’est évidemment pas l’idée que sous-tend l’expression κοσµικὸς σεισµός dans l’inscription d’Opramoas. L’emploi de l’adjectif ne doit pas être entendu dans le sens d’une quelconque réinterprétation cosmique d’un phénomène circonscrit localement, mais bien comme l’expression d’une réalité géographique. Cette formule constitue un hapax et doit être interprétée comme se rapportant à un « séisme régional », plutôt qu’à un « séisme universel ». C’est dans cette perspective que s’éclaire d’ailleurs un passage de Sénèque, en apparence contradictoire avec l’idée d’un phénomène « cosmique », dans lequel le philosophe explique que « les tremblements de terre ne sont pas universels, mais locaux »110.

  • 111 Pline l’Ancien, 2.200.

34Il convient enfin d’accorder une place à part au séisme dévastateur qui frappa l’Éolide, la Lydie et le nord de l’Ionie en 17 de n.è., d’autant que Pline l’Ancien le qualifie de maximus terrae memoria mortalium motus111. La confrontation des sources épigraphiques et littéraires permet une fois encore de déterminer l’aire sismique de la catastrophe ainsi que la localisation de l’épicentre macrosismique (carte 5).

Carte 5. Aire d’extension du séisme de 17 de n.è. (côte orientale de l’Asie Mineure).

Carte 5. Aire d’extension du séisme de 17 de n.è. (côte orientale de l’Asie Mineure).
  • 112 Strabon, 12.8.18 et 13.3.5.
  • 113 Pline l’Ancien, 2.84.
  • 114 Tacite, Annales 2.47.
  • 115 Ibid. 4.13.
  • 116 Dans une inscription en l’honneur de Q. Veranius, légat propréteur ayant agi en faveur de la recons (...)
  • 117 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 172a.

35Sur la face supérieure d’une base inscrite, découverte à Pouzzoles à la fin du xviie s., sont en effet gravés quatorze noms de cités rendant hommage à l’empereur pour l’aide qu’il leur a apportée à la suite du séisme : Sardes, Magnésie, Philadelphie, Tmôlos, Cymè, Temnos, Cibyra, Myrina, Éphèse, Apollonis, Hyrcanis, Mosténè, Égès et Hiérocésarée. La première difficulté revient à faire coïncider les noms révélés par la base de Pouzzoles avec ceux que nous livrent les sources littéraires. Strabon, contemporain de l’événement, ne nomme que trois cités, Magnésie, Sardes et Philadelphie, mais il ajoute que de nombreux quartiers d’autres villes importantes furent aussi détruits dans la catastrophe112. Pline l’Ancien donne un nombre précis : selon l’encyclopédiste, douze cités furent frappées par le tremblement de terre113, ce que Tacite confirme à son tour. L’historien romain rapporte en effet qu’après Sardes, la plus durement affectée, et Magnésie, qui put compter sur la mise à disposition de moyens importants, dix autres villes bénéficièrent de la générosité de l’empereur. Si l’on compare ce témoignage avec la liste fournie par l’inscription de Pouzzoles, on note que seules Cibyra et Éphèse ne sont pas mentionnées114. La solution pourrait alors venir d’une confusion entre deux événements telluriques rapprochés dans le temps : ces deux cités furent en effet frappées par un nouveau séisme quelques années après la grande catastrophe de 17115. Cibyra a ainsi bénéficié, à la suite d’un tremblement de terre survenu en 23, d’une intervention impériale qui prit la forme de l’aide accordée moins d’une dizaine d’années auparavant aux autres cités. Il est donc légitime de penser que les magistrats locaux demandèrent à ce que le nom de la cité soit gravé sur le monument en préparation116. Quant à la Chronique d’Eusèbe, enfin, elle mentionne toutes les cités de la base de Pouzzoles, à l’exception de Cymè, ce qui ne peut apparaître que comme un oubli fâcheux de la part du chroniqueur117.

  • 118 Altunel 2000.
  • 119 Tacite, Annales 2.47 (trad. H. Goelzer, CUF, 1938).

36L’aire sismique s’étend ainsi du mont Asporénè au nord-ouest au mont Tmôlos au sud, l’essentiel des villes meurtries se situant au cœur ou à la bordure des riches plaines hyrcanienne et sardienne118. Reste enfin à déduire le lieu vraisemblable de l’épicentre macrosismique du tremblement de terre. Tacite est sur ce point d’une aide précieuse119 :

Asperrima in Sardianos lues plurimum in eosdem misericordiae traxit : nam centies sestertium pollicitus Caesar, et quantum aerario aut fisco pendebant in quinquennium remisit. Magnetes a Sipylo proximi damno ac remedio habiti.

Le fléau, en frappant plus cruellement les habitants de Sardes, attira sur eux une pitié plus grande. César leur promit dix millions de sesterces et leur fit pour cinq ans remise de ce qu’ils payaient au trésor ou au fisc. Magnésie du Sipyle fut après Sardes la plus maltraitée et la plus largement indemnisée.

  • 120 Anthologie Palatine 9.423 : ἐς βυθὸν ἐξ ἀχανοῦς χάσµατος ἠρίπετε.
  • 121 Strabon, 1.3.18. Voir supra p. 113-114.
  • 122 Clementoni 1989.

37L’historien lie explicitement les dons de Tibère à l’importance des dégâts causés par la catastrophe. Sardes et Magnésie sont ainsi clairement désignées comme les deux principales cités touchées par le séisme. L’ancienne capitale lydienne semble même avoir souffert plus qu’aucune autre ville, ce dont témoigne encore une épigramme de Bianor conservée dans l’Anthologie Palatine : « tu t’es écroulée dans le gouffre qui s’est ouvert sous toi »120. L’auteur emploie le terme χάσµα, « gouffre, abîme », pour suggérer l’anéantissement de la cité : le vocabulaire employé est le même que dans le récit que fait Strabon de la disparition tragique de Boura en 373 av. n.è.121. Il est donc à peu près certain que l’épicentre du tremblement de terre de 17 doit être localisé dans la plaine de Sardes122.

Les catastrophes d’ampleur locale

  • 123 Bousquet B. 2006, p. 39.

38Si les sources ont conservé la trace des principales catastrophes d’ampleur régionale, c’est d’abord en raison de leur intensité et de leur étendue géographique qui avaient durablement marqué les Anciens. Il n’en va pas de même, en revanche, des cas de destructions isolées de cités. Un séisme local a parfois pu servir d’élément de datation, de cadre à une anecdote, ou bien être consigné dans le but d’expliquer le destin tragique d’une ville, mais dans l’ensemble les exemples sont relativement peu nombreux. Il est sans doute possible que des catastrophes d’ampleur limitée, qui ont assurément constitué pour les communautés des événements historiques, aient été réduites à l’état de simple fait anecdotique avant d’avoir irrémédiablement disparu de la mémoire collective123. Les catastrophes locales sont donc moins aisément identifiables que les sinistres régionaux.

Les destructions isolées de cités et les failles actives

  • 124 Selon Aristote, Météorologiques 368b, les séismes sont presque toujours très localisés et leur éten (...)

39La nature des destructions n’est pas nécessairement corrélée à l’étendue de l’aire sismique : un choc tellurique, dont la résonnance est d’abord locale, peut être d’une très forte intensité et causer des dommages considérables124. Les failles actives, très nombreuses dans le bassin égéen, sont responsables de la très grande majorité des séismes tectoniques. Certaines cités grecques, construites à la verticale de ces failles, ont donc souffert d’importants tremblements de terre aux époques historiques, ce dont rend compte la convergence des enquêtes géomorphologiques, des sources textuelles et de l’archéologie.

  • 125 Caputo, Helly 2000.
  • 126 Caputo, Helly 2005. Cf. infra p. 211-213
  • 127 Caputo, Helly 2000, p. 585-586.

40Plusieurs exemples ont notamment été rassemblés pour le bassin oriental de la Thessalie, dans une approche pluridisciplinaire125 : à Larissa comme à Pythion, des indices convergents établissent une relation entre des destructions d’édifices, datées de la fin du iiie s. av. n.è. et du début de l’époque impériale, et l’activité sismique de la région. L’exploration du théâtre de Larissa a montré que des remaniements importants avaient été entrepris à l’époque d’Auguste, avec notamment la reconstruction du mur de scène, et qu’une inscription portant le titre εὐεργέτης καὶ κτίστης en l’honneur de l’empereur pouvait être interprétée comme un indice de l’intervention impériale dans des circonstances difficiles126. D’autre part, les enquêtes géomorphologiques menées en Thessalie orientale confirment que les structures tectoniques sont généralement limitées à une vingtaine de kilomètres et que leur pouvoir morphogénique est relativement faible127. Ces résultats corroborent le fait que des cités isolées ont pu être partiellement ou entièrement détruites à l’occasion d’un tremblement de terre qui ne revêtait pas nécessairement une ampleur régionale.

  • 128 Sealey 1957.
  • 129 Diodore de Sicile, 11.63.1-2 (trad. J. Haillet, CUF, 2001, légèrement modifiée).

41L’étude du séisme qui frappa Sparte vers 464 av. n.è. est significative de ce point de vue128. Diodore, suivant très probablement une tradition élaborée par Éphore, donne de la catastrophe un récit riche en détails129 :

ἐπὶ δὲ τούτων µεγάλη τις καὶ παράδοξος ἐγένετο συµφορὰ τοῖς Λακεδαιµονίοις· ἐν γὰρ τῇ Σπάρτῃ γενοµένων σεισµῶν µεγάλων συνέβη πεσεῖν τὰς οἰκίας ἐκ θεµελίων καὶ τῶν Λακεδαιµονίων πλείους τῶν δισµυρίων φθαρῆναι. ἐπὶ πολὺν δὲ χρόνον συνεχῶς τῆς πόλεως καταφεροµένης καὶ τῶν οἰκιῶν πιπτουσῶν πολλὰ σώµατα τοῖς πτώµασι τῶν τοίχων ἀπολαµβανόµενα διεφθάρη, οὐκ ὀλίγον δὲ τῶν κατὰ τὰς οἰκίας χρηµάτων ὁ σεισµὸς ἐλυµήνατο.

Cette année-là, un grand malheur frappa à l’improviste les Lacédémoniens : en effet, à Sparte, de violents tremblements de terre abattirent les maisons depuis les fondations et causèrent la mort de plus de vingt mille Lacédémoniens. Les secousses ébranlèrent la ville pendant longtemps et sans relâche, jetant à bas les maisons, causant la mort de nombreuses personnes dans la chute des murs, et le séisme détruisit aussi quantité de biens domestiques.

  • 130 Pausanias, 4.24.6 : καί σφισιν ἐς ἔδαφος τὴν πόλιν πᾶσαν κατέβαλεν ὁ θέος.
  • 131 Plutarque, Cimon 16.4 : αὐτη δ᾽ ἡ πόλις ὅλη συνεχύθη πλὴν οἰκιῶν πέντε, τὰς δ᾽ ἄλλας ἤρειψεν ὁ σεισ (...)
  • 132 Papanastassiou 1998.

42Ce tremblement de terre fut d’une ampleur exceptionnelle : les habitations n’ont pas résisté à la violence des secousses, nombreuses et continues, et ont été entièrement rasées depuis les fondations. Cette observation est notamment consignée dans un passage de Pausanias, selon qui « le dieu rasa la ville tout entière de fond en comble »130, ou encore dans un passage de la vie de Cimon qui mentionne la ruine de la cité et l’effondrement de toutes les habitations à l’exception de cinq d’entre elles131. Les auteurs antiques ont aussi été frappés par les conséquences sociales et politiques de la catastrophe. Le « grand tremblement de terre » de Sparte (Thucydide emploie lui-même l’adjectif µεγάς) a eu une incidence très grave sur la société lacédémonienne. Or, ce fut un séisme local : les conséquences et la gravité de la catastrophe sont donc ici inversement proportionnelles à l’étendue de l’aire sismique. La présence d’un large système de failles, localisé le long du versant oriental du Taygète et réactivé au cours de l’époque classique, a ainsi provoqué une série de catastrophes sismiques dans cette partie restreinte de la Laconie ; il n’est guère hasardeux d’en déduire qu’il fut à l’origine du désastre survenu vers 464132.

43Les zones fortement sismogéniques de l’Asie Mineure occidentale et septentrionale, ainsi que celles de la côte levantine, connaissent elles aussi des épisodes telluriques violents dont la propagation à l’échelle régionale a souvent été notée par les Anciens. Au nord, la Bithynie, la Phrygie et la Mysie sont traversées par la faille nord-anatolienne. Sur la côte égéenne, la Troade, l’Éolide, l’Ionie et la Carie sont prises dans un ensemble de failles d’extension actives. L’Antiochène occidentale est quant à elle traversée par la faille est-anatolienne. Enfin, la Pisidie, la Cilicie et l’île de Chypre se situent toutes dans une aire de forte sismicité provoquée par la remontée de l’arc chypriote qui, dans sa partie orientale, converge vers les grandes failles continentales.

  • 133 Malalas, 207-208. La chronologie n’est toutefois pas certaine : il est possible que le séisme se so (...)
  • 134 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 40.2.1.
  • 135 Malalas, 211 : καὶ κτίσας το βουλευτέριον· πεσόντα ἧ γάρ.
  • 136 Ibid., 243.
  • 137 Ibid., 246 : καὶ διερράγη ὁ ναὸς τῆς Ἀρτέµιδος καὶ τοῦ Ἄρεως καὶ τοῦ Ἡρακλέος καὶ οἶκοι φανεροὶ ἔπε (...)

44Il n’y a donc pas à douter que ces régions aient enregistré de nombreux tremblements d’intensité locale. Le cas d’Antioche sur l’Oronte est d’autant plus significatif que la métropole syrienne a fortement souffert de plusieurs séismes destructeurs entre la basse époque hellénistique et le règne de Trajan. Cinq catastrophes au moins furent recensées au cours de cette période, certaines proprement locales, d’autres d’ampleur régionale. Selon Malalas, la première se produisit en février 148 av. n.è. et fut d’une telle intensité que la ville dut être entièrement rebâtie sous le règne d’Antiochos VII133. Vers 65 av. n.è., un tremblement de terre frappa la Syrie, qui aurait causé la mort d’environ 170 000 personnes selon Justin et la ruine de très nombreuses cités134. Malalas précise qu’à cette occasion, Pompée, alors en guerre en Orient contre le roi du Pont Mithridate VI Eupatôr, fit reconstruire le bouleutérion d’Antioche135. Le 2 mars 37, la ville et ses environs souffrirent d’un nouveau tremblement de terre, qui obligea Caligula à donner une importante somme d’argent pour sa reconstruction136. Sous le règne de Claude, la cité fut de nouveau ébranlée : des fissures apparurent dans les temples d’Artémis, d’Arès et d’Héraclès et certaines habitations s’effondrèrent137.

  • 138 Dion Cassius, 68.24.

45Mais c’est en décembre 115, alors que Trajan passait l’hiver dans la métropole syrienne, que se produisit sans doute l’une des catastrophes les plus graves138. Le récit de Dion Cassius est détaillé et précis : il permet ainsi de mesurer avec exactitude la violence du choc. Les secousses furent tout d’abord précédées d’un grondement intense (µύκηνα ἐξαπίνης µέγα) : or, on sait aujourd’hui que le bruit sourd qui précède un séisme est lié au passage des ondes de compression qui se déplacent rapidement. La description de la première secousse rend parfaitement compte du déchirement de l’écorce terrestre (ἔπειτα βρασµὸς ἐπ᾽ αὐτῷ βιαιότατος ἐπεγένετο). Elle est par ailleurs accompagnée d’une précision intéressante, à savoir que la terre tout entière s’est levée (ἄνω µὲν ἡ γῆ πᾶσα ἀνεβάλλετο), ce que l’on peut sans doute interpréter comme l’affaissement d’un bloc le long d’un plan de faille. Les dégâts ont été pour le moins considérables : les bâtiments, soufflés en l’air, furent complètement anéantis, ce qu’il convient de relier au passage des ondes de cisaillement.

  • 139 Nicomédie, Nicée, Cyzique sont de bons exemples : ces cités ont connu de nombreux épisodes sismique (...)

46On pourrait ainsi multiplier les exemples de cités construites le long d’une faille active et qui ont, à de nombreuses reprises depuis l’Antiquité, souffert d’importants chocs telluriques139. Toutefois, si le risque sismique dépend naturellement du caractère sismogénique de la région, ce seul élément, qui détermine la fréquence des tremblements de terre d’intensité locale et régionale, ne peut suffire à expliquer l’étendue des impacts catastrophiques : d’autres facteurs aggravants, comme la fragilité et la vétusté des bâtiments et des infrastructures, doivent aussi faire l’objet d’une attention précise.

Les destructions de monuments fragiles et vétustes

  • 140 Il s’agit d’un séisme d’ampleur régionale qui a affecté les îles de Samos, de Chios et de Délos ain (...)
  • 141 Cf. AppÉp 9-10.
  • 142 Corinth VIII 3. The inscriptions 1926-1950 (1966), no 309 (éd. J. H. Kent) ; Robert 1966, p. 755-75 (...)
  • 143 IG V 1, 538 : διαφθαρ[µένα ὑπ]ὸ τε τοῦ χρόνου [καὶ τῶν τ]οῦ ποταµοῦ ῥευ[µάτων].
  • 144 IGBulg III 2, 1588 : ὑπὸ τοῦ µακροῦ χρ[όνο]υ διαφθαρµένα. En outre, la formule latine employée dans (...)
  • 145 AppÉp 1.
  • 146 Ibid., l. 19-23 : καὶ τοὺς ναοὺς τῆς Εὐετηρίας καὶ τῆς Κόρης καὶ τὸ Πλουτώνειον καὶ τὰς ἀναβάσεις κ (...)

47L’effondrement des habitations et des monuments publics lors d’une catastrophe naturelle est lié à un ensemble de facteurs : l’intensité du choc, mais aussi l’état de conservation des édifices et leur fragilité architecturale. Un nombre important de documents antiques désigne ainsi la vétusté d’un édifice comme un élément d’aggravation du risque. En 47 de n.è., alors qu’un séisme de forte intensité détruisit une grande part des infrastructures urbaines de Samos140, l’empereur Claude fit restaurer le gymnase et le temple de Dionysos qui, nous apprennent les deux décrets votés en son honneur, avaient été ruinés « par la vétusté et par un tremblement de terre »141. Quelques exemples de réparations rendues nécessaires en raison de la vétusté des monuments ont depuis longtemps déjà été rassemblés : à l’époque de la domination romaine, le bouleutérion de Corinthe a été restauré par un proconsul car il avait été « endommagé par le temps »142. À Sparte, les piles d’un pont ont aussi fait l’objet de travaux de réfection143. En Thrace, un monument religieux élevé avant 46 de n.è. en l’honneur de Zeus Sabazios a été réparé pour des raisons similaires au début du iiie s.144. Le parallèle le plus significatif apparaît dans une inscription honorifique de l’Isthme de Corinthe pour un notable romain145. Elle évoque le grand programme édilitaire financé au début du iie s. de n.è. par Publius Licinius Priscus Juventianus à Corinthe, qui « a fait restaurer les temples de l’Abondance, de Coré et le Ploutoneion ainsi que les escaliers et les murs disloqués sous l’effet des secousses sismiques et de la vétusté »146.

Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).

Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).
  • 147 AppÉp 16. Il est bien question ici d’une statue d’Héra comme l’indique l’emploi de l’accusatif fémi (...)
  • 148 Robert 1978a, p. 405.
  • 149 AppÉp 17.
  • 150 AppÉp 20.
  • 151 La face A de l’inscription mentionne également la restauration d’un bâtiment non nommé, à l’initiat (...)

48Les petits monuments instables, comme les statues qui ornent le paysage des cités grecques, résistaient mal au passage des ondes sismiques. Plusieurs inscriptions d’époque romaine évoquent ainsi des réparations de statues consécutives à un tremblement de terre. À Sardes, une certaine Iulia Lydia a entrepris la restauration d’une statue d’Héra et d’un temple qui avait été construit par son grand-père147. Louis Robert a proposé de lier ces travaux de réfection avec le séisme de 17 de n.è., ce qui est probable, mais non certain en raison de la fréquence des chocs telluriques en Lydie148. À Thyatire, cité du nord-est de la plaine hyrcanienne, la descendante d’un personnage honoré par deux communautés villageoises a procédé dans les mêmes circonstances à la reconstruction de la base et à la restauration de la statue de son aïeul, Tiberius Amphimachos149. Enfin, une inscription du début du iie s. de n.è., trouvée en remploi sur l’agora d’Aphrodisias150, indique que le peuple a restauré et remis en place les statues du Cyclope, elles aussi renversées par un tremblement de terre151.

  • 152 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a).
  • 153 ILAlpes Graies 54. Cf. Rémy 2009.

49Les voies de communication et les infrastructures routières ont également souffert de la violence des phénomènes naturels, même s’il est assez rare que nous soyons précisément renseignés sur la nature des dégâts occasionnés. Quatre inscriptions découvertes dans la vallée de l’Abilène en Syrie et datées du règne conjoint de Marc Aurèle et de Lucius Vérus évoquent la reconstruction d’une route détruite par une violente inondation152. Un parallèle contemporain peut être signalé au sujet du site actuel de Bourg-Saint-Maurice, dans les Alpes Grées, où des travaux de restauration considérables furent entrepris afin de réparer des routes qui avaient été emportées par les torrents. L’entreprise consista à ramener les cours d’eau dans leur lit naturel et à leur opposer de nombreuses digues153. Les inondations furent d’une telle ampleur qu’elles nécessitèrent une intervention de la part des empereurs, lesquels financèrent intégralement les travaux.

L’altération des paysages et des territoires

50Le discours des Anciens n’a pas seulement porté sur la destruction d’édifices urbains. Les auteurs de l’Antiquité ont aussi éprouvé de l’intérêt pour les conséquences qu’eurent les aléas naturels sur la modification des paysages et des territoires. Une distinction doit être opérée entre ce qui évoque, dans les descriptions des documents des époques hellénistique et impériale, les modifications des territoires au temps géologique, autrement dit la manière dont les catastrophes ont façonné les structures paysagères sur le temps long, et les bouleversements directement imputables à un événement historique.

La sismicité et le volcanisme dans la formation des paysages égéens

Le volcanisme et la transformation de la nature du sol

  • 154 Strabon, 13.4.11 (trad. et commentaire : Robert 1962, p. 288-296). Cf. supra p. 51-52.

51Quoiqu’aux époques récentes les volcans n’aient été que très peu actifs dans l’ensemble du monde égéen, il apparaît avec certitude, à en croire plusieurs traités et ouvrages antiques de géographie, que certains paysages particuliers furent la conséquence d’éruptions volcaniques qui se seraient produites en des temps géologiques plus ou moins lointains. Strabon évoque ainsi longuement la Catacécaumène, parfois désignée comme la « Lydie brûlée », qui tire son nom de l’activité volcanique de la région154 :

ἡ δ’ ὀρεινὴ καὶ πετρώδης µέλαινα ὡς ἂν ἐξ ἐπικαύσεως. εἰκάζουσι µὲν οὖν τινες ἐκ κεραυνοβολιῶν καὶ πρηστήρων συµβῆναι τοῦτο, καὶ οὐκ ὀκνοῦσι τὰ περὶ τὸν Τυφῶνα ἐνταῦθα µυθολογεῖν.

La surface des plaines est cendreuse, la partie montagneuse et rocheuse est noire comme si elle avait été calcinée. Or, certains conjecturent que cela est dû à des coups de foudre et à des souffles enflammés et ils n’hésitent pas à placer là le mythe de Typhon.

  • 155 Homère, Iliade 2, v. 780-785 ; Strabon, 12.8.19.
  • 156 Servius, Commentaire à l’Énéide IX, 712.
  • 157 Diodore de Sicile, 3.70. Ce texte se rapporte bien à la Catacécaumène selon Robert 1962, p. 311-312
  • 158 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 13, v. 475-478 : θερµὸν ἀναβλύζων πυριθαλπέος ἄσθµα κεραυνοῦ / ἔφ (...)

52De telles descriptions ont effectivement donné à certains auteurs l’occasion de situer en Lydie l’histoire de Typhon, l’une des plus importantes divinités primitives et malfaisantes de la mythologie. Il était en effet commode de prendre prétexte de ces paysages calcinés pour y établir le pays des Arimes évoqué dans l’Iliade155. Servius, un grammairien latin de la fin du ive s., rapporte que Tite-Live avait lui-même accepté cette localisation156. Pour Diodore, la Phrygie a également été brûlée par Typhon : il s’agit en fait d’une seule et même région, communément désignée sous le nom de Catacécaumène, que certains localisent parfois en Lydie et d’autres en Phrygie157. C’est encore en Lydie que Nonnos de Panopolis situe « le souffle ardent de la foudre embrasée, [qui] incendia le pays d’alentour : des tourbillons de fumée couvraient de cendre les cimes pendant que Typhon brûlait et que ses têtes étaient consumées par l’étincelle qui dévorait ses chairs »158.

  • 159 Le martyre de Pionios prêtre de Smyrne 4.21.
  • 160 Robert 1958 ; Robert 1962, p. 292-296 et p. 303-310.
  • 161 Vitruve, De l’architecture 2.6.3 : Id autem genus spongiae quod inde eximitur, non omnibus locis na (...)
  • 162 Robert 1962, p. 277.

53La Lydie brûlée était bien connue des habitants de la région en raison de l’étonnement que suscitaient ses paysages calcinés. C’est ce que révèle un discours prononcé par le prêtre de Smyrne Pionios, condamné au bûcher lors de la persécution de Dèce en 250, qui évoque l’exposition continue de la région au feu159. En outre, s’il était nécessaire d’alléguer d’autres preuves de cette géologie particulière, qui a tant frappé les esprits, il suffirait de se reporter aux nombreux récits de voyageurs et géographes modernes, ou encore à la longue description qu’en a donnée à son tour Louis Robert160. Cette région, dont la nature du sol est à ce point originale en Asie Mineure, a aussi fourni un matériau de construction que Vitruve mentionne sous le nom de pouzzolane : « Le type de pierre poreuse que l’on extrait de cette région [i.e. Pompéi] n’apparaît en aucun autre endroit qu’aux environs de l’Etna et sur les collines de Mysie que les Grecs appellent Κατακεκαυµένη »161. La vigne, enfin, s’établit dans cette région comme une production de qualité : la fertilité des plaines alentours, lesquelles étaient formées par d’anciennes coulées de lave, était même comparable à celle de la région de Catane selon Strabon162.

  • 163 Baladié 1980, p. 157-163.
  • 164 Strabon, 1.3.16.
  • 165 Pausanias, 2.34.1.
  • 166 Baladié 1980, p. 161.
  • 167 BCD Peloponnesos 1330.

54Raoul Baladié a par ailleurs établi une analogie entre la Catacécaumène et la presqu’île de Méthana, qui se tient face à l’Argolide, les paysages et la configuration du sol résultant dans les deux cas du volcanisme de la région163. C’est à Méthana en effet, que se produisit la seule éruption volcanique que nous connaissons en Égée à l’époque hellénistique, à l’exception notable de celle de Santorin qui eut lieu en 197164. Si l’on se réfère à Pausanias, l’éruption de Méthana se place sous le règne d’Antigone Gonatas, soit entre 283 et 239165. La description qu’en donne Strabon fourmille quant à elle de détails saisissants, même si certains d’entre eux ont paru peu vraisemblables aux volcanologues166. L’étude géologique de la presqu’île a par ailleurs confirmé l’historicité de l’éruption : c’est au cours du xixe s. que Ferdinand Fouqué a découvert des traces à la fois récentes et antiques de phénomènes volcaniques ; il a aussi décrit avec précision le cratère qui fut le lieu de la projection de cendres et de lave dans l’Antiquité, autour de la ville moderne de Kaméni-Pétra (« Pierre Brûlée »), aujourd’hui Kaïméni Chora. À Méthana, comme en Lydie, les habitants avaient une conscience forte de la nature volcanique des terres et des risques encourus : la cité rendait d’ailleurs un culte à Héphaïstos et avait émis un monnayage de bronze représentant le dieu coiffé d’un pilos conique dès le ive s. av. n.è.167.

Le soulèvement volcano-tectonique et l’apparition des îles

  • 168 Sénèque, Questions Naturelles 6.4.1 : Mille miracula mouet faciemque mutat locis et defert montes, (...)
  • 169 Strabon, 1.3.16.

55Si l’on s’en tient à une notice détaillée de Sénèque, les séismes sont la cause de véritables prodiges. Parmi eux, l’orogénèse et l’émersion d’îles volcaniques ont exercé sur les Anciens une très grande fascination : « Innombrables sont les miracles accomplis par un tremblement de terre : il change la configuration des lieux, abaisse les montagnes, soulève les plaines, bossue des vallées, fait surgir des îles nouvelles du fond de la mer »168. Des soulèvements volcano-sismiques ont en effet favorisé l’apparition de plusieurs îles en mer Égée à l’époque hellénistique. En 197 av. n.è., une terre a ainsi jailli de la mer entre Théra et Thérasia dans l’archipel de Santorin. Strabon, qui tient ce récit de Poséidonios, décrit très précisément le phénomène169 :

ἀνὰ µέσον γὰρ Θήρας καὶ Θηρασίας ἐκπεσοῦσαι φλόγες ἐκ τοῦ πελάγους ἐφ᾽ ἡµέρας τέτταρας, ὥστε πᾶσαν ζεῖν καὶ φλέγεσθαι τὴν θάλατταν ἀνεφύσησαν κατ᾽ ὀλίγον ἐξαιροµένην ὡς ἂν ὀργανικῶς καὶ συντιθεµένην ἐκ µύδρων νῆσον ἐπέχουσαν δώδεκα σταδίων τὴν περίµετρον. µετὰ δὲ τὴν παῦλαν τοῦ πάθους ἐθάρρησαν πρῶτοι Ῥόδιοι θαλαττοκρατοῦντες ἐπιπροσπλεῦσαι τῷ τόπῳ, καὶ Ποσειδῶνος Ἀσφαλίου ἱερὸν ἱδρύσασθαι κατὰ τὴν νῆσον.

Entre Théra et Thérasia, au milieu du chenal, des flammes jaillirent de la mer pendant quatre jours au point de faire bouillir et d’embraser la terre entière ; elles soulevèrent peu à peu comme sous l’effet d’un levier une île formée de matières volcaniques et mesurant douze stades de tour. Quand le mouvement eut pris fin, les premiers qui eurent l’audace de naviguer jusque-là furent les Rhodiens, qui étaient maîtres de la mer et qui élevèrent un temple à Poséidon Asphaleios sur l’île.

  • 170 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.4.1.
  • 171 Pline l’Ancien, 2.202 (trad. J. Beaujeu, CUF, 1950).

56Les Rhodiens, émerveillés autant qu’intrigués par cet événement, décidèrent de naviguer vers cette nouvelle terre, mais plusieurs d’entre eux périrent à l’approche de l’île, sans doute en raison de la présence de particules volcaniques dégagées à la suite de l’éruption170. Pline l’Ancien établit également une longue série d’exemples d’îles surgies à la suite de soulèvements volcano-sismiques171 :

Clarae iam pridem insulae Delos et Rhodos memoriae produntur ; et natae postea minores, ultra Melon Anaphe, inter Lemnum et Hellespontum Neae, inter Lebedum et Teon Halone, inter Cycladas […] Thera et Therasia, inter easdem post annos XXXX Hiera eademque Automate, et ab ea duobus stadiis post annos CCXLII nostro aeuo Iunio Silano Laelio Balbo cos. a. d. VIII Idus Iulias Thia.

La tradition connaît les îles de Délos et de Rhodes, depuis longtemps célèbres ; dans la suite il en est apparu d’autres, plus petites : Anaphé au delà de Mélos, Néai entre Lemnos et l’Hellespont, Haloné entre Lébédos et Téos, parmi les Cyclades Théra et Thérasia […] puis, entre ces deux îles, 40 ans plus tard, Hiéra, appelée aussi Automaté, et à deux stades de Hiéra, 242 ans après, de nos jours, sous le consulat de Junius Silanus et Laelius Balbus, le 8e jour avant les Ides de juillet, Thia.

  • 172 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.1. Henry 1982.

57Les indices chronologiques fournis par Pline laissent supposer que l’île de Thia aurait ainsi surgi le 8 juillet 46 de n.è. Dans un passage consacré aux foudres et aux tonnerres, Sénèque évoque également l’émergence spectaculaire d’une terre, sortie des flots, mais ne lui attribue pas de nom172. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il s’agit du même épisode historique que celui longuement commenté par Pline.

Les conséquences sur la morphodynamique

Les affaissements deltaïques et les modifications des traits de côtes

  • 173 Bibliographie récente dans Sintès 2003.
  • 174 Strabon, 1.3.10 : Καὶ γὰρ κατακλυσµοὶ καὶ σεισµοὶ καὶ ἀναφυσήµατα καὶ ἀνοιδήσεις τῆς ὑφάλου γῆς µετ (...)

58La tectonique récente génère des catastrophes littorales dont la récurrence, ou parfois simplement l’extrême violence, a pour effet d’affaisser les deltas et de modifier les traits de côtes173. Aux observations menées depuis le xixe s. par les géologues, s’ajoute un saisissant passage de Strabon, qui témoigne de la finesse des constatations des impacts sismiques sur les paysages côtiers dans l’Antiquité : « Et en effet les inondations, les tremblements de terre, les éruptions volcaniques, les relèvements du sol sous-marin ont aussi pour effet de soulever la mer, tandis que les affaissements de terrain la font baisser »174.

  • 175 Cf. supra p. 114.
  • 176 Strabon, 1.3.18.
  • 177 Sur ce phénomène : Vogt 1987.
  • 178 Archives manuscrites de l’École française d’Athènes, PEL 1-1950 (2).
  • 179 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1983, p. 9.
  • 180 Pausanias, 7.25.9.

59L’irréversibilité de tels sinistres a déjà été soulignée à propos de la disparition d’Héliké, engloutie sous les flots en 373175. Strabon, constatant la disparition de la cité ὑπὸ κύµατος176, offre d’une certaine manière une clé d’explication plausible : le raz-de-marée consécutif au séisme aurait provoqué une liquéfaction et un effondrement du littoral, phénomène qui se produit fréquemment dans les vallées alluviales177. Or, le caractère alluvionnaire de la plaine a bien été observé lors des fouilles de 1950178 : il est le résultat des sédiments charriés par le Sélinous et le Kérinitis, deux fleuves côtiers dont les embouchures ceinturaient de part et d’autre la ville d’Héliké. Les principaux témoignages antiques, auxquels s’ajoutent de maigres constatations archéologiques, laissent supposer que la ville se trouvait plusieurs mètres sous la mer après la catastrophe, ce qui conduit à penser que la marge deltaïque s’est vraisemblablement affaissée de plus d’une dizaine de mètres179. Le territoire d’Héliké, autrement dit ce qui subsistait de l’arrière-pays agricole, fut ensuite partagé entre les cités du koinon d’Achaïe, alors que la cité de Boura fut refondée, sans doute au même endroit, par les quelques habitants qui avaient survécu à la catastrophe et que Pausanias nomme οἰκισταί180.

  • 181 Procope de Césarée, Guerre des Goths 4.25.
  • 182 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1983, p. 9.
  • 183 Maroukian, Karymbalis, Pavlopoulos 2005.

60Le golfe d’Atalanti en Locride se présente également comme un cas d’étude singulier. Frappé par un premier raz-de-marée dévastateur en 426 av. n.è., puis par un second au milieu du ve s. de n.è.181, le rivage a été submergé par une série d’ingressions d’origine sismique. Son affaissement « était de l’ordre de 20/30 cm en terrain cohérent, de 30/60 cm en terrain tendre, de 2 m en terrain meuble »182. Le caractère irréversible de la catastrophe a donc ici pour cause la récurrence des épisodes sismiques. Le processus d’enfoncement du littoral est ainsi bien attesté par la géomorphologie et il correspond assez souvent aux récits antiques, notamment ceux qui évoquent la catastrophe d’Héliké. Des phénomènes de compression, inscrits dans la structure des paysages par un jeu complexe et parallèle de failles inverses, qui s’accompagnent de manière plus ou moins perpendiculaire d’un jeu de failles d’extension, sont, au contraire, responsables des processus d’exhaussement du rivage, comme cela peut être notamment observé à Pérachora, où l’emplacement du sanctuaire d’Héra était contraint par la présence de failles verticales183.

Les effets sur l’hydrologie

  • 184 Ovide, Métamorphoses 15, v. 271-280 (trad. G. Lafaye, CUF, 1930, modifiée).

61Parallèlement, la documentation antique fournit des exemples concernant la modification des régimes hydriques à la suite d’un tremblement de terre. Dans les Métamorphoses, Ovide dresse un panorama saisissant de la variété de ces impacts184 :

(…) et antiquis tam multa tremoribus orbis / Flumina prosiliunt, aut exsiccata residunt. / Sic ubi terreno Lycus est epotus hiatu, / Existit procul hinc alioque renascitur ore ; / Sic modo combibitur, tecto modo gurgite lapsus / Redditur Argolicis ingens Erasinus in aruis. / Et Mysum capitisque sui ripaeque prioris / Paenituisse ferunt, alia nunc ire, Caicum ; / Nec son Sicanias uoluens Amenanus harenas / Nunc fluit, interdum suppressis fontibus aret.

(…) et combien de fleuves, par l’effet d’anciens tremblements de terre, jaillissent du sol, tandis que d’autres s’y enfoncent laissant leur lit à sec ! C’est ainsi que le Lycos, absorbé dans la terre béante, en ressort à une grande distance et renaît au jour par une autre ouverture ; c’est ainsi encore qu’après avoir été bu par le sol, après avoir coulé dans un gouffre souterrain, le puissant Erasimos est enfin rendu aux campagnes d’Argos. En Mysie, le Caïque, dégouté, dit-on, de sa source et de ses rives premières, a changé de direction ; tantôt l’Amenamos se précipite, en charriant dans son cours les sables de Sicile, tantôt, ses sources taries, il laisse son lit à sec.

  • 185 Strabon, 1.3.3 ; cf. Aujac 2001, p. 71 ; Aujac 1998.
  • 186 Strabon, 12.5.4.

62Il convient de distinguer trois types de conséquences : le tarissement des rivières et l’assèchement des plaines lacustres ; l’apparition de nouveaux cours d’eau et de lacs ; enfin, les phénomènes de résurgence des sources. En outre, il ne faut pas seulement considérer les séismes antiqui évoqués par Ovide : certains auteurs, en effet, prétendent avoir été eux-mêmes témoins de ce type de phénomènes aux époques classique et hellénistique. Il n’y a pas lieu de s’étonner de l’intérêt que porte la littérature grecque et romaine pour les modifications des régimes hydriques et les impacts du volcanisme et de la sismicité sur la surface de la terre. L’ensemble de ces modifications interviennent, selon Ératosthène, « du fait de l’eau, du feu, des tremblements de terre et d’autres phénomènes de ce genre »185. Xanthos de Lydie prétendait que des variations climatiques intenses avaient été la cause du tarissement des fleuves, des lacs et des puits au ve s.186. L’historien tenait ainsi pour acquise une hypothèse selon laquelle des territoires autrefois occupés par la mer avaient pu être transformés par suite d’une sécheresse exceptionnelle.

  • 187 Alternance de longues périodes de sécheresse et de pluies torrentielles pour Aristote, Météorologiq (...)
  • 188 Hérodote, 7.129.
  • 189 Athénée de Naucratis, 14, 639c-640a : διότι ἐν τῇ Αἱµονίᾳ σεισµῶν µεγάλων γενοµένων ῥαγείη τὰ Τέµπη (...)
  • 190 Strabon, 9.5.2 ; cf. notamment Helly 2000.
  • 191 Helly 1987, p. 145-148.

63L’assèchement des plaines, d’abord perçu comme la conséquence d’irrégularités climatiques187, a aussi été mis en relation avec l’effet des tremblements de terre qui, ouvrant une vallée en deux, vidaient entièrement les eaux d’un lac, pouvant ainsi donner naissance à un territoire fertile. L’un des exemples les plus significatifs concerne la vallée du Pénée, en Thessalie orientale. Hérodote est le premier à suggérer que la plaine thessalienne aurait jadis été un lac188 : selon lui, Poséidon créa des brisures dans les montagnes ce qui permit au Pénée de s’écouler vers la mer. Dans un ouvrage perdu du iie s. av. n.è., La Thessalie et l’Haimonie, Baton de Sinope écrit que « dans le pays d’Haimon, à la suite de violents tremblements de terre, la chaîne de montagne appelée Tempé avait été fracturée et par cette coupure s’étaient écoulées avec force toutes les eaux du lac dans le sens du cours du Pénée ; tout le territoire auparavant lacustre avait été découvert et, grâce à l’assèchement continu des eaux, il s’était transformé en une plaine magnifique par ses dimensions et sa beauté »189. Strabon consacre, lui aussi, un long développement au Pénée thessalien. Vraisemblablement guidé par la même source locale que Baton de Sinope, il évoque la fertilité de la plaine et sa transformation : « Par suite des séismes, une brèche se produisit dans la région que l’on appelle maintenant Tempé ; elle détacha l’Ossa de l’Olympe, et le Pénée se précipita par là vers la mer et assécha le plat pays. Il en reste toutefois un grand lac, la Nessonis, et un plus petit proche de la côte, le lac Boibéis »190. Des observations géologiques effectuées en Thessalie ont confirmé l’historicité de ces récits191 : la coupure du Tempé serait intervenue au début du Mésolithique et les premières populations, installées dans cette région dès la fin du Paléolithique, auraient au fil du temps assisté à l’assèchement de la plaine. La distribution des villes, le long d’un arc circulaire, renforce encore cette hypothèse. Il n’est pas impossible enfin que l’écoulement massif des eaux du lac se soit produit par suite d’une rupture brutale du Tempé consécutive à un épisode sismique.

  • 192 Diodore de Sicile, 19.44.4-5.
  • 193 Strabon, 1.3.19 et 11.9.1 fait un commentaire semblable s’appuyant sur Douris de Samos, un élève de (...)
  • 194 Nicolas de Damas, FGrHist 90 F 14 (= Athénée de Naucratis 8.6 [332 f]). Cf. Thonemann 2011, p. 96-9 (...)
  • 195 Pausanias, 7.24.13 : Σίπυλον πόλιν ἐς χάσµα ἀφανισθῆναι ; Pline l’Ancien, 31.54.

64Plusieurs exemples de formation de lacs à la suite d’un tremblement de terre ont été consignés par les auteurs de l’Antiquité. En Médie, alors qu’Antigone le Borgne avait pris ses quartiers d’hiver près d’Ecbatane, une série de violentes secousses détruisit de nombreuses villes de la région et fit apparaître des rivières et des lacs192. Diodore confie que l’éparchie où les soldats avaient été dispersés portait le nom de Ῥάγας, « les failles »193, en raison des catastrophes semblables qui s’y étaient produites à plusieurs reprises dans le passé. Nicolas de Damas rapporte également qu’un tremblement de terre eut lieu dans les environs d’Apamée de Phrygie pendant les guerres mithridatiques et qu’à cette occasion des lacs et des rivières apparurent par suite des mouvements du sol194. Un dernier exemple nous est connu par Pausanias qui prétend que « la cité de Sipyle disparut dans une faille », celle-ci se transformant en un lac à la suite d’une rupture de la montagne de laquelle s’échappaient des torrents d’eau195.

  • 196 Baladié 1980, p. 93-108.
  • 197 Strabon, 1.3.16.

65Le dernier type de modification géologique signalé par les Anciens à la suite d’un tremblement de terre est le phénomène de résurgence des cours d’eau que l’on observe essentiellement en milieu karstique196. Strabon, confondant deux tremblements de terre distincts, l’un en Syrie et le second en Eubée, évoque ainsi l’obstruction des sources de l’Aréthuse qui, quelques jours après le séisme, ressurgirent par un autre orifice197.

Les activités humaines et l’accroissement des risques de catastrophe

  • 198 Fedeli 2005.
  • 199 Les grandes inondations européennes des années 1830-1860 ont amené les pouvoirs publics à réfléchir (...)
  • 200 Platon, Critias 111c : τῶν γὰρ ὀρῶν ἔστιν ἃ νῦν µὲν ἔχει µελίτταις µόναις τροφήν, χρόνος δ’ οὐ πάµπ (...)
  • 201 Amigues 1980.
  • 202 Hugues 1983.
  • 203 Pline l’Ancien, 36.1 (trad. R. Bloch, CUF, 1981) ; Naas 2002, p. 92-93.

66Le poids des comportements humains dans l’accroissement des risques naturels n’a guère été souligné que de façon marginale par la critique historique198. Plusieurs facteurs d’origine anthropique sont pourtant la cause d’une augmentation des risques et des catastrophes : le déboisement frénétique en amont des bassins versants, essentiellement dans les espaces de montagne où le débit des torrents associé à l’inclinaison des pentes présente des risques de crue élevés, en est un exemple manifeste199. Dans un passage du Critias souvent commenté, Platon compare ainsi l’Attique des temps primitifs, fertile et boisée, à celle du ive s. qu’il qualifie de « décharnée »200. Il fait l’amer constat que « parmi ces montagnes qui ne peuvent plus nourrir que des abeilles, il y en a sur lesquelles on coupait encore, il n’y a pas très longtemps, de grands arbres, propres à monter les plus vastes constructions »201. Bien que les raisons invoquées pour justifier l’érosion du sol fassent intervenir une série de cataclysmes, des pluies diluviennes et des tremblements de terre, il n’est guère douteux, en réalité, que c’est la déforestation qui en soit la cause principale202. D’autres voix, celle de Pline en particulier, au ier s. de n.è., se sont élevées contre l’exploitation abusive des ressources forestières203 :

(…) montes natura sibi fecerat ut quasdam compages telluris uisceribus densandis, simul ad fluminum impetus domandos fluctusque frangendos ac minime quietas partes coercendas durissima sui materia. Caedimus hos trahimusque nulla alia quam deliciarum causa, quos transcendisse quoque mirum fuit.

(…) mais les montagnes, la nature se les était constituées pour elle-même, comme des assemblages destinés à condenser les entrailles de la terre, et aussi à dompter l’assaut des fleuves, à briser les flots, et à contenir les éléments les plus turbulents par l’obstacle de la matière la plus dure qui la compose. Et nous, sans autre dessein que nos jouissances, nous coupons et transportons les monts qu’il fut jadis merveille de seulement franchir.

  • 204 Un passage saisissant se trouve chez Pline l’Ancien, 31.53 : « Quand on a abattu des forêts, on voi (...)
  • 205 Les deux passages qui suivent s’inscrivent dans une tradition homérique évidente (Iliade 5, v. 87-9 (...)
  • 206 Lucrèce, De la nature 1, v. 277-287 : nec ratione fluunt alia stragemque propagant / et cum mollis (...)
  • 207 Sénèque, Questions Naturelles 6.17.2 : ubi saxa manu uel casu illata repressere uenientem, tunc imp (...)

67La déforestation entraîne une modification des climats locaux, dérégule les régimes hydriques et favorise l’augmentation des inondations, les eaux n’étant plus maintenues dans leur lit naturel et s’épanchant au-delà des zones d’expansion autrefois circonscrites par la présence d’arbres204. Ces phénomènes n’ont pas manqué d’être observés dès l’Antiquité205 : Lucrèce, dans une comparaison entre le régime des vents et celui des crues, donne à voir les « courants [qui] se répandent et sèment la ruine à la façon d’un fleuve aux molles ondes qui soudain s’emporte et sort de son lit, grossi par les larges torrents que du haut des montagnes précipitent les pluies abondantes, entraînant avec lui des débris de forêts et des arbres tout entiers »206. Sénèque avait aussi établi une analogie entre la violence des vents et celle des fleuves, en mettant l’accent sur le rôle des hommes dans l’augmentation des risques de crues : « Si des roches, apportées par la main de l’homme ou par le hasard, viennent à refouler [le fleuve], il cherche un élan dans le retard qu’il subit »207.

  • 208 Pline l’Ancien, 33.1 : Persequimur omnes eius fibras uiuimusque super excauatam, mirantes dehiscere (...)

68Enfin, l’exploitation des mines a également pu être perçue comme un danger pour les sociétés humaines, dont Pline rend ainsi compte : « Nous suivons obstinément toutes les veines de la terre et vivons sur un sol miné, nous étonnant qu’il s’entr’ouvre parfois ou se mette à trembler, comme si, en vérité, l’indignation de notre mère sacrée ne pouvait se manifester de cette façon »208. L’établissement d’un lien causal entre l’extraction de minerais et les tremblements de terre ne repose évidemment pas sur un discours scientifique valide, mais cette mise en garde de l’encyclopédiste confirme l’intérêt qu’une partie des intellectuels romains portaient à la préservation des ressources naturelles. Surtout, elle illustre une croyance religieuse qui faisait de certains espaces la demeure des divinités. L’exploitation excessive de la nature par les hommes présente ici à ses yeux le risque d’éveiller la colère des dieux.

*
*  *

  • 209 Se reporter à la troisième partie de l’étude : « Le temps de la résilience ».

69Les impacts catastrophiques déterminent le degré d’intensité d’un phénomène et sont un indice du comportement des sociétés humaines face aux soubresauts de la nature. Ce qui définit précisément une catastrophe résulte de la façon dont un aléa affecte la société et la manière dont il induit pour les communautés un processus de résilience, autrement dit la capacité individuelle et collective à dépasser le sinistre et à en tirer les conséquences nécessaires par un « retour d’expérience »209.

70La documentation permet d’étudier à la fois l’épicentre d’une catastrophe, l’aire sismique et l’intensité du phénomène à travers le nombre et la nature des bâtiments détruits ainsi que l’altération et les modifications des territoires à différentes échelles de temps. La distinction entre l’épicentre physique et l’épicentre macrosismique, entendu comme l’endroit où l’intensité d’un tremblement de terre fut, dans les cités micrasiatiques et égéennes, la plus durement ressentie, est rendue nécessaire par le caractère lacunaire des sources, qui insistent sur la violence du phénomène et sur son étendue géographique. Dans certains cas, la confusion des auteurs anciens au sujet d’une série d’épisodes sismiques rapprochés dans le temps, mais distincts d’un point de vue tectonique, tend à donner l’illusion trompeuse de grands tremblements de terre dont l’aire d’extension fut extraordinairement large. Cette réalité déformée souligne autant les balbutiements de la connaissance physique des phénomènes que la volonté consciente de fonder des récits tragiques, sur le modèle des grandes catastrophes qui ont émaillé l’histoire des cités grecques.

Note

1 Dauphiné 2000 (chap. 1 et 4) ; Helly 2008.

2 Par exemple, pour mesurer les effets des séismes, les échelles de Richter, de Mercalli ou encore celle de MSK présentent certes l’avantage d’établir une gradation des intensités physiques, mais ne permettent pas une étude de la variété des impacts catastrophiques (humains, économiques, sociaux, etc.) : Dauphiné 2000, p. 33-34. Pour l’Antiquité, un tableau des intensités par événement sismique a été élaboré par Bousquet, Péchoux 1977, p. 683. En outre, on consultera avec intérêt la tentative de modification de l’échelle de Mercalli due à Wood et à Neuman : cf. Adam 1986.

3 Ces sujets sont abordés au chapitre suivant « Les sociétés à l’épreuve des catastrophes ».

4 Bousquet B. 2006, p. 40.

5 Aristote, Météorologiques 365b-368b.

6 Sénèque, Questions Naturelles 6.31.1.

7 Cette étude lexicologique a déjà paru dans le volume des actes d’un colloque international organisé à Louvain-la-Neuve en 2011 (Thély 2013). Malheureusement, on observe dans certains volumes réédités une altération ou une disparition des caractères grecs.

8 Strabon, 1.3.20, d’après Démétrios de Callatis, ne donne pas moins de cinq formes verbales différentes pour illustrer les impacts que produisirent les tremblements de terre en Eubée et dans le golfe Maliaque au ve s. av. n.è.

9 BullÉp 1961, 419 (p. 197).

10 AppÉp 13, l. 16-18 : (ἐπειδὴ) καὶ συνσεισθέ[ν]των τῶν τειχέων ὑπὸ τοῦ σεισµοῦ, « (et attendu que) les murailles ayant été fortement ébranlées par le séisme ».

11 Robert 1978a, p. 400, n. 45 ; Maier 1959-1961.

12 Papyri Graecae Magicae IV, 1039. Les éditeurs ont traduit συνσείων par « erschüttert ». Dans les PGM XII, 87, la traduction choisie pour la même forme verbale rend davantage compte du préverbe συν- : « zusammenbewegst ». Enfin, sur une tablette de défixion du iiie s. de n.è., trouvée à Hadrumète en Afrique Proconsulaire, le verbe apparaît sous la forme συνσείσαντα (IGR I, 950). Ces différents documents appartiennent tous au registre de la magie.

13 Ou, si l’on ne tient pas compte de l’assimilation du nu, συσσείσµος.

14 Origène, Sur l’évangile de Jean 13, § 145 : « après le vent, un tremblement de terre, et le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu » (µετὰ τὸ πνεῦµα συνσεισµός, οὐκ ἐν τῷ συνσεισµῷ κύριος· καὶ µετὰ τὸν συνσεισµὸν πῦρ).

15 Chantraine 2009, s.v. « σείω », p. 960.

16 AppÉp 6, l. 7.

17 Cf. infra p. 122.

18 Diodore de Sicile, 19.45.7.

19 AppÉp 4, l. 4-6 : εἰς τὰν ἀνοικοδοµὰν τοῦ τοίχου καὶ τῶν µναµείων τῶν πεσόντων ἐν τῶι σεισµῶι·

20 AppÉp 5, l. 19-20 : πεπτωκότων τε τῶν τειχέων διὰ τὸν γενόµενον σεισµὸν.

21 Strabon, 1.3.20 : τῶν µὲν πολὺ µέρος πεσεῖν.

22 Chantraine 2009, s.v. « κάτα », p. 485. Dans un décret honorifique en l’honneur du médecin Diodôros à Samos, les attendus évoquent τὸ παράδοξον τοῦ συµπτώµατος, « la soudaineté de la catastrophe » (AppÉp 8, l. 21). Le même terme est employé dans une lettre de Laodice, la sœur d’Antiochos III, destinée aux Iasiens qui souffrent des effets d’un séisme dévastateur (en 199/8) : cf. Ma 2004, doc. 26. Diodore de Sicile, 15.48.4 (au sujet des destructions de Boura et d’Héliké en 373 av. n.è.) : περὶ δὲ τῶν συµπτωµάτων µεγάλης οὔσης ζητήσεως.

23 Diodore de Sicile, 26.8.1 ; cf. Casevitz 2004.

24 AppÉp 21, l. 4-6.

25 AppÉp 19, l. 3-4. Édition et restitution suggérée par Balland 1981, p. 32-33.

26 Diodore de Sicile, 12.59.2 : ὥστε καὶ πόλεις τινὰς ἐπιθαλαττίους ἐπικλύσασαν τὴν θάλατται διαφθεῖραι. Les attestations épigraphiques ont été rassemblées pour partie par Robert 1966, p. 755-756 ; voir aussi Piérart 1995, p. 476-477, n. 6.

27 Strabon, 1.3.20.

28 AppÉp 17, l. 9-10.

29 AppÉp 20, l. 2-4.

30 L’emploi de ce vocabulaire trouve, à Aphrodisias même, un parallèle significatif : à l’occasion de la restauration du Sebasteion, une inscription gravée sur l’architrave du monument évoque l’effet des secousses sismiques qui ont « rendu inutilisable » l’édifice (ὑπὸ σεισ[µῶ]ν δ[ὲ κατενεχθέντα καὶ ἀχρηω]θέν[τ]α) : AppÉp 15.

31 Il est intéressant de constater qu’au iie s. de n.è., l’ouvrage onirocritique d’Artémidore de Daldis consacre un chapitre du second livre au songe d’un tremblement de terre. Artémidore, 2.41 : Γῆ κινουµένη τὰ πράγµατα καὶ τὸν βίον τοῦ ἰδόντος κινηθήσεσθαι σηµαίνει, χάσµατα δὲ καὶ σεισµοὶ καὶ συµπτώσεις πάντας ἀνθρώπους ἀδικοῦσι καὶ διαφθείρουσιν αὐτοὺς ἢ τὰ ὑπάρχοντα αὐτῶν. µόνοις δὲ τοῖς ἀποδηµεῖν προῃρηµένοις καὶ τοῖς καταχρέοις αἴσια καὶ δεξιὰ πάντα τὰ τοιαῦτα τετήρηται· τὰ γὰρ διαλυόµενα καὶ συµπίπτοντα οὐκέτι κατέχει ἐν τῇ προτέρᾳ χώρᾳ τοὺς ἰδόντας, ὅθεν καὶ δανείων καὶ δεσµῶν ἀπαλλάττει. Le vocabulaire employé par Artémidore distingue avec une assez nette précision les divers effets d’un tremblement de terre : l’auteur y mentionne ainsi les failles (χάσµατα), les secousses sismiques (σεισµοί) et les effondrements (συµπτώσεις). Si le songeur rêve de ces choses, lui-même et ses affaires seront d’ailleurs détruits (διαφθείρουσιν), verbe fréquemment employé dans les récits de catastrophes avec le sens précis d’une destruction de grande ampleur occasionnée par un tremblement de terre. Ce n’est pas un fait étonnant si Artémidore s’emploie à utiliser des mots aussi précis, dans la mesure où il attache une très grande importance à la scientificité de la science onirique.

32 Sonnabend 1999, p. 1-9 ; Baladié 1980, p. 145-154 ; Debidour 2003.

33 Baladié 1980, p. 145, n. 44. On ajoutera à cette liste une épigramme de l’Anthologie Palatine 9.423 : Βοῦρα καὶ ἶσ’ Ἑλίκη κεκλυσµέναι·

34 Diodore de Sicile, 15.48.3 ; Pline l’Ancien, 2.206 ; Ovide, Métamorphoses 15, v. 293 ; Baladié 1980, p. 148.

35 Strabon, 1.3.18 ; 8.7.2.

36 Pausanias, 7.25.8.

37 Peut-être tenue de Callisthène si l’on en croit Sénèque, Questions Naturelles 6.23.

38 Strabon, 1.3.18 : Βοῦρα δὲ καὶ Ἑλίκη, ἡ µὲν ὑπὸ χάσµατος, ἡ ὑπὸ κύµατος ἡφανίσθη.

39 Blanc 2005.

40 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.7.

41 Strabon, 8.7.5 : voir l’analyse du verbe par Baladié 1980, p. 149, n. 58.

42 Strabon, 1.3.17 ; 7.6.1 ; 10.1.9.

43 À partir de l’époque classique, ἐξαίσιος renvoie à l’idée de violence, dans un contexte limité (celui des accidents de la nature – vents, tempêtes, raz-de-marée, tremblements de terre – et des comportements humains). Blanc 2007 a rassemblé plusieurs exemples de son emploi dans des circonstances de calamités naturelles (Hérodote, 3.26 ; Xénophon, Helléniques 5.4.17-18 ; Platon, Timée 22c-e) et en a conclu à une relation forte entre l’idée de destruction et l’adjectif ἐξαίσιος (p. 21-22), proposant de le traduire ainsi par « destructeur ».

44 AppÉp 18, l. 2 : τὸ τοῦ ὑδραγωγίου ἀνάληµµα συµπεσὸν σεισµοῖς ἐκ θεµελίων.

45 Diodore de Sicile, 11.63.1 : γενοµένων σεισµῶν µεγάλων συνέβη πεσεῖν τὰς οἰκίας ἐκ θεµελίων.

46 Strabon, 1.3.20 : Καὶ Σκάρφειαν δ᾽ ἐκ θεµελίων ἀναρριφῆναι.

47 Bousquet B. 2006, p. 35.

48 Pour Aristote, Météorologiques 366a, les séismes les plus dévastateurs se passent le plus souvent de nuit ; Strabon, 12.8.17 précise également νύκτωρ γενοµένου σεισµοῦ lorsqu’il évoque l’histoire tragique de plusieurs personnes qui périrent à Caroura, à la frontière entre la Phrygie et la Carie.

49 Strabon, 8.7.2 ; Diodore de Sicile, 15.48.2 ; Élien, La personnalité des animaux 11.19.

50 Baladié 1980, p. 151 et n. 64.

51 Diodore de Sicile, 15.48.2 (trad. Cl. Vial, CUF, 1977).

52 Diodore de Sicile, 19.45.7 : συνήργησε δὲ τοῖς κινδυνεύουσι καὶ τὸ µεθ’ ἡµέραν γενέσθαι τὸν κατακλυσµόν· οἱ γὰρ πλεῖστοι φθάσαντες ἐξεπήδησαν ἐκ τῶν οἰκιῶν εἰς τοὺς µετεώρους τόπους τῆς πόλεως· (trad. Fr. Bizière, CUF, 1975).

53 Il est question du grand tremblement de terre de 17 de n.è., connu également de Strabon, 13.4.8 ; Sénèque, Questions Naturelles 6.1.13 ; Pline l’Ancien, 2.200 ; Suétone, Vie des douze Césars, Tibère 48 ; Dion Cassius, 57.17.7.

54 Tacite, Annales 2.47.1.

55 Diodore de Sicile, 19.45.2.

56 Pausanias, 7.24.10.

57 AppÉp 8, l. 19-21 : τὸ παράδοξον τοῦ συµπτώµατος.

58 Diodore de Sicile, 11.63.1 : ἐπὶ δὲ τούτων µεγάλη τις καὶ παράδοξος ἐγένετο συµφορὰ τοῖς Λακεδαιµονίοις·

59 Plusieurs auteurs rapportent ainsi que le séisme des environs de 464 av. n.è. entraîna la chute de plusieurs blocs rocheux qui s’étaient détachés du Taygète : Plutarque, Cimon 16.4 ; Cicéron, De la divination 1.112 ; Pline l’Ancien, 2.191. Cf. Ducat 1984, p. 78.

60 Thucydide, 3.84.2-5 ; Diodore de Sicile, 12.59.1 ; Strabon, 1.3.20 ; Sénèque, Questions Naturelles 6.24.6. Bousquet, Péchoux 1981a, p. 53.

61 Bousquet B. 2006, p. 44-45.

62 Baladié 1980, p. 146-147 et n. 49. Les prospections archéologiques, menées par l’École française d’Athènes à l’été 1950 pour retrouver les restes de la ville, se sont soldées par un échec. D’un point de vue géographique, Héliké se trouvait à environ 40 stades à l’est d’Aegion, vraisemblablement à l’embouchure de deux fleuves côtiers, le Sélinous et le Kérinitis, dans une plaine alluvionnaire très fertile. Il est donc assez probable que la côte et le fond marins soient formés d’alluvions boueux qui empêchent toute visibilité. Le rapport de la mission se concluait ainsi : « Dans de telles conditions, il s’est avéré impossible avec les moyens de prospections actuels de retrouver en mer les restes de la ville engloutie en 372 (sic) et qui pourraient actuellement être enfouis sous les alluvionnements terrestres » (Archives manuscrites de l’École française d’Athènes PEL 1-1950 [2]).

63 Strabon, 8.7.2.

64 Bernand 1999, p. 58-59 ; Tsopanakis 1987.

65 Diodore de Sicile, 19.45.

66 Il en allait de même à Halicarnasse (Vitruve, 2.8.11) : cf. Hellmann 2010, p. 211.

67 Garlan 1966, p. 619.

68 Un parallèle peut être établi avec la muraille d’Antioche sur l’Oronte : sous Justinien, la Porte de Fer était percée à sa base afin de permettre l’écoulement des eaux torrentielles (Procope de Césarée, De Aedificiis 2.10).

69 Autour de 436 g.

70 Dion Cassius, 68.24 (trad. Virlouvet 2008, p. 71-72). Sur la date du tremblement de terre, Malalas, 273 donne celle du 11 décembre 115.

71 Voir infra p. 127 pour Sardes.

72 Cf. Agusta-Boularot 2006, p. 115.

73 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.7 : « Le fléau dont nous nous occupons est de tous celui qui a la plus grande extension ; on ne peut s’y dérober ; il est insatiable et frappe tout un peuple. Il ne détruit pas seulement des maisons, des familles, des villes isolées ; ce sont des nations et des contrées entières qu’il engloutit, tantôt en les accablant sous ruines, tantôt en les enfouissant dans un gouffre profond » (Hoc malum latissime patet ineuitabile, auidum, publice noxium. Non enim domos solum aut familias aut urbes singulas haurit ; gentestotas regionesque submergit, et modo ruinis operit, modo in altam uoraginem condit) [trad. P. Oltramare, CUF, 1929].

74 Bousquet B. 2006, p. 38.

75 On note ainsi dans la Chronique d’Eusèbe, continuée par Jérôme, une dizaine de tremblements de terre d’ampleur régionale entre le iiie s. av. n.è. et le iie s. de n.è. : 147d, 164d, 166c, 168d, 172a, 174d, 183h, 188g, 200a, 208c ; il ne s’agit pas, pour Eusèbe et Jérôme, de simples anecdotes à consigner, mais bien d’épisodes historiques. Jean Malalas utilise surabondamment la référence à des inscriptions antiques mentionnant des tremblements de terre afin de donner à son discours une caution historique : voir Agusta-Boularot 2006.

76 IG XII 5, 444 (= FGrHist 239 B 24).

77 Poséidonios, F 12a (= Strabon, 1.3.16 ; trad. G. Aujac, CUF, 20032). Cf. Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 145, no 39.

78 Cf. Strabon, 1.3.17 ; 7.6.1 ; 8.7.5 ; 10.1.9. Cf. supra p. 111 et 114.

79 Sénèque, Questions Naturelles 6.24.6 : Thucydides ait circa Peloponnesiaci belli tempus Atalanten insulam aut totam aut certe maxima ex parte suppressam. Idem Sidone accidisse Posidonio crede (trad. P. Oltramare, CUF, 1929). La catastrophe d’Atalante est rapportée par Thucydide, 3.89.3 : l’historien grec nuance davantage son propos, en précisant que l’île a subi un raz-de-marée, mais non une destruction complète.

80 Jacques, Bousquet 1984, p. 424, n. 3.

81 Sénèque, Questions Naturelles 6.17.3.

82 Reinders 1992 : le site de l’antique Halos, non loin de la pointe nord de l’Eubée, aurait été partiellement abandonné dans les années 260 av. n.è., peut-être à la suite d’un tremblement de terre. Rien n’interdit formellement de rapprocher cet indice avec le texte de Sénèque.

83 Thucydide, 3.89.2-5 ; Diodore de Sicile, 12.59.1-2 ; Strabon, 1.3.20 (selon Démétrios de Callatis, FGrHist 85 F 6) ; Sénèque, Questions Naturelles 6.24.6 ; Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 115f (= Orose, Histoires 2.18.7). Je ne pense pas, en revanche, qu’il soit concluant d’accepter la distinction que propose Bousquet B. 2006, p. 44 : l’auteur évoque deux tremblements de terre, l’un en 426 av. n.è. (selon Thucydide, Diodore, Sénèque) et le second en 233/2 (selon Strabon). C’est également l’opinion défendue par Béquignon 1937, p. 69-73. Je crois, au contraire, que le récit de Strabon rapporte le même épisode dramatique que les auteurs antérieurs ou postérieurs cités supra.

84 Diodore de Sicile, 12.59.1-2 : τηλικούτους δὲ τοὺς σεισµοὺς συνέβη γενέσθαι κατὰ πολλὰ µέρη τῆς Ἑλλάδος, ὥστε καὶ πόλεις τινὰς ἐπιθαλαττίους ἐπικλύσασαν τὴν θάλατταν διαφθεῖραι (trad. M. Casevitz, CUF, 20022).

85 Buck, Stewart 2000 ; Buck 2006, p. 74-75.

86 Sieberg 1932 ; Bousquet, Péchoux 1977, p. 682.

87 Antonopoulos 1992.

88 Pausanias, 2.7.1 : ἐκάκωσε δὲ καὶ περὶ Καρίαν καὶ Λυκίαν τὰς πόλεις καὶ Ῥοδίοις ἐσείσθη µάλιστα ἡ νῆσος.

89 Pline l’Ancien, 34.41.

90 AppÉp 3. Cf. infra p. 166.

91 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.4.1-3.

92 AppÉp 4.

93 AppÉp 5.

94 AppÉp 6.

95 AppÉp 13.

96 Pausanias, 8.43.4 ; Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.1 ; AppÉp 11 (?) ; AppÉp 22 ; TAM II 3, 905 (IGR III, 739) ; IG XII 1, 23 (IGR IV, 1121) (?).

97 Laumonier 1937, p. 269, n. 2 et no 97, plaçait le séisme entre 133 et 139, après une première tentative entre 153 et 159. Robert 1978a, p. 402 croyait pouvoir le situer en 139. Reprenons la démonstration convaincante de Delrieux 2008, p. 220-221 : le terminus ante quem doit nécessairement être placé au mois de septembre 143, puisque l’on connaît une lettre écrite par l’empereur Antonin et adressée à la Confédération lycienne à la suite d’une ambassade consécutive au séisme (TAM II 3, 905, XI B, XI C, XI D). En 138/9, puis en 139/40, deux lettres envoyées par Antonin le Pieux aux habitants de Myra et de Tlôs (pourtant durement éprouvées par la catastrophe) ne font aucunement état d’un tremblement de terre. D’autre part, la Confédération lycienne avait pris un décret dans lequel deux éléments de datation apparaissent : le vote du décret a eu lieu au mois de Gorpaios, qui correspond dans le calendrier lycien au mois de novembre (XVIII B, antérieur donc à l’année 143 où la réponse de l’empereur est adressée en septembre). En outre, il est précisé dans le décret que les autorités ont pris contact avec le gouverneur de la province, Q. Voconius Saxa Fidus ; or, ce personnage est en poste à partir de 141 (Letta 1994). Il est donc certain que le tremblement s’est produit entre 141 et 143. Le délai d’une ambassade pouvant être assez long (cf. infra p. 193-198), 142 ou 143 paraissent être, selon moi, des options raisonnables. Il faut assurément refuser celle de 141, car les délais auraient été beaucoup trop courts. La date de 142 avait quant à elle été retenue par Hüttl 1936, p. 333, puis par Ambraseys 1962, p. 899 et enfin par Bowersock 1968.

98 Aelius Aristide, Discours 24.3.

99 TAM II 3, 905. Inscription récemment rééditée par Kokkinia 2000.

100 Robert 1978a, p. 405.

101 D’après Kokkinia 2000 ; Sartre 1995, p. 251 ; Delrieux 2008, p. 224-225.

102 Cette catastrophe peut être mise en relation avec l’instabilité du relief lycien : cf. Bousquet, Péchoux 1981.

103 Le faible nombre de cités concernées au nord, dans la Cabalide (Boubôn et Balboura), peut s’expliquer de deux manières, qui ne s’excluent pas l’une l’autre : la concentration des villes en montagne est d’une part assez faible ; d’autre part, les ondes sismiques ont certainement perdu en intensité en s’éloignant des côtes.

104 Cf. Balland 1981, p. 185, no 67.

105 En témoigne l’absence de vestige archéologique antérieur à l’époque romaine : Delrieux 2008, p. 217-223.

106 XIII D, l. 3-4 : [Ὡς δὲ εἶδε ὑπὸ τοῦ γε]γονότος κοσ[µικ]οῦ σεισµοῦ πολλὰς πόλεις τοῦ ἔθνου[ς πεπονηµένας], « Lorsqu’il a vu que de nombreuses cités de la Confédération avaient souffert dans le tremblement de terre universel ».

107 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 244c. Traina 2002, p. 752.

108 Jacques, Bousquet 1984, p. 425-426.

109 Ibid., p. 450.

110 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.3 : Nunc uero terrarum non uniuersarum sed ex parte motus est (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

111 Pline l’Ancien, 2.200.

112 Strabon, 12.8.18 et 13.3.5.

113 Pline l’Ancien, 2.84.

114 Tacite, Annales 2.47.

115 Ibid. 4.13.

116 Dans une inscription en l’honneur de Q. Veranius, légat propréteur ayant agi en faveur de la reconstruction de Cibyra après le séisme de 23 de n.è., le titre κτίστης τῆς πόλεως est accordé à l’empereur Claude : I.Kibyra 36 ; cf. Pont 2010, p. 437. Il est donc probable que la cité fut renversée à deux reprises et décerna à Tibère puis à Claude, le titre de fondateur.

117 Jérôme, La Chronique d’Eusèbe 172a.

118 Altunel 2000.

119 Tacite, Annales 2.47 (trad. H. Goelzer, CUF, 1938).

120 Anthologie Palatine 9.423 : ἐς βυθὸν ἐξ ἀχανοῦς χάσµατος ἠρίπετε.

121 Strabon, 1.3.18. Voir supra p. 113-114.

122 Clementoni 1989.

123 Bousquet B. 2006, p. 39.

124 Selon Aristote, Météorologiques 368b, les séismes sont presque toujours très localisés et leur étendue relativement restreinte.

125 Caputo, Helly 2000.

126 Caputo, Helly 2005. Cf. infra p. 211-213

127 Caputo, Helly 2000, p. 585-586.

128 Sealey 1957.

129 Diodore de Sicile, 11.63.1-2 (trad. J. Haillet, CUF, 2001, légèrement modifiée).

130 Pausanias, 4.24.6 : καί σφισιν ἐς ἔδαφος τὴν πόλιν πᾶσαν κατέβαλεν ὁ θέος.

131 Plutarque, Cimon 16.4 : αὐτη δ᾽ ἡ πόλις ὅλη συνεχύθη πλὴν οἰκιῶν πέντε, τὰς δ᾽ ἄλλας ἤρειψεν ὁ σεισµός. Le nombre de cinq joue un rôle important dans la mentalité spartiate (les cinq victoires de Teisaménos, le commandement alternatif tous les cinq jours entre les Lacédémoniens et les Athéniens en 369), ce qui nous fait dire qu’il ne faut pas considérer ce chiffre comme une donnée historique : sur ce point, cf. Richer 1998, p. 319-320, n. 66. Pour Jean Ducat au contraire, l’évocation des cinq maisons épargnées fonctionne comme un témoignage archéologique et révèle une enquête minutieuse menée par Plutarque auprès d’un auteur vraisemblablement spartiate (Ducat 1984, p. 78).

132 Papanastassiou 1998.

133 Malalas, 207-208. La chronologie n’est toutefois pas certaine : il est possible que le séisme se soit produit en 130 (et non en 148), voire même que deux chocs telluriques secouèrent la ville à une vingtaine d’années d’intervalle. Sur ce problème, cf. Downey 1961, p. 120-121, n. 9 et p. 126, n. 32.

134 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 40.2.1.

135 Malalas, 211 : καὶ κτίσας το βουλευτέριον· πεσόντα ἧ γάρ.

136 Ibid., 243.

137 Ibid., 246 : καὶ διερράγη ὁ ναὸς τῆς Ἀρτέµιδος καὶ τοῦ Ἄρεως καὶ τοῦ Ἡρακλέος καὶ οἶκοι φανεροὶ ἔπεσαν.

138 Dion Cassius, 68.24.

139 Nicomédie, Nicée, Cyzique sont de bons exemples : ces cités ont connu de nombreux épisodes sismiques dévastateurs, ce que l’on comprend aisément vu leur localisation le long de la faille nord-anatolienne.

140 Il s’agit d’un séisme d’ampleur régionale qui a affecté les îles de Samos, de Chios et de Délos ainsi qu’un grand nombre de cités côtières (Éphèse, Milet, Smyrne) : Pline l’Ancien, 4.66 ; Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 4.6 ; Malalas, 246 ; cf. Robert 1978a, p. 401. Cf. carte 6.

141 Cf. AppÉp 9-10.

142 Corinth VIII 3. The inscriptions 1926-1950 (1966), no 309 (éd. J. H. Kent) ; Robert 1966, p. 755-756.

143 IG V 1, 538 : διαφθαρ[µένα ὑπ]ὸ τε τοῦ χρόνου [καὶ τῶν τ]οῦ ποταµοῦ ῥευ[µάτων].

144 IGBulg III 2, 1588 : ὑπὸ τοῦ µακροῦ χρ[όνο]υ διαφθαρµένα. En outre, la formule latine employée dans les décrets samiens en l’honneur de Claude n’est pas rare : en Occident, des bornes milliaires ont été rétablies le long d’une route qui, venant d’Aquilée, traversait la cité d’Aguntum et rejoignait l’axe Vérone-Augsbourg, car elles s’étaient effondrées à cause de leur vétusté, milliaria uetustate collaps(a) : Mayr 1928, p. 129-132 (AnnÉpigr 1982, 729).

145 AppÉp 1.

146 Ibid., l. 19-23 : καὶ τοὺς ναοὺς τῆς Εὐετηρίας καὶ τῆς Κόρης καὶ τὸ Πλουτώνειον καὶ τὰς ἀναβάσεις καὶ τὰ ἀναλήµµατα ὑπὸ σεισµῶν καὶ παλαιότητος διαλελυµένα ἐπεσκεύασεν.

147 AppÉp 16. Il est bien question ici d’une statue d’Héra comme l’indique l’emploi de l’accusatif féminin τὴν Ἥραν dans l’inscription.

148 Robert 1978a, p. 405.

149 AppÉp 17.

150 AppÉp 20.

151 La face A de l’inscription mentionne également la restauration d’un bâtiment non nommé, à l’initiative de l’empereur Trajan, sur les fonds du testament d’un certain Adrastos. Son frère, Kallicratès, a dédié ce bâtiment à Aphrodite et au peuple (BullÉp 1982, 355). Ce groupe statuaire a été interprété comme une représentation de la fabrication des armes d’Énée par Vulcain aidé par l’un des Cyclopes de l’Etna (Reynolds 1980, p. 74-76, no 3b : cette interprétation se fonde sur un célèbre passage de Virgile, Énéide 8, v. 627, qui évoque la construction du bouclier d’Énée par Vulcain et les Cyclopes de l’Etna). Toutefois, cette hypothèse me semble peu évidente : le document mentionne en effet τοὺς ἀνδριάντας τοῦ Κύκλωπος, « les statues du Cyclope ». L’emploi de l’accusatif pluriel τοὺς ἀνδριάντας paraît désigner un groupe statuaire dont le personnage principal est le Cyclope ; or, s’il s’agissait effectivement d’une représentation de la fabrication des armes d’Énée, on attendrait plus certainement une formulation du type τοὺς ἀνδριάντας τοῦ Ἡφαίστου, désignant ainsi Héphaïstos comme la figure centrale de l’œuvre. D’autre part, sauf erreur de ma part, aucune attestation d’un tel groupe statuaire n’a jamais été signalée, ni dans la littérature, ni par l’archéologie. En revanche, on a retrouvé dans la grotte de Tibère à Sperlonga des fragments de sculpture appartenant à la copie d’une œuvre monumentale représentant l’aveuglement de Polyphème (voir la reconstitution dans Andreae 2001, pl. 124-125). Il n’est donc pas impossible que « les statues du Cyclope » mentionnées dans l’inscription d’Aphrodisias fassent davantage écho à ce passage célèbre de la littérature homérique.

152 Yon, Gatier 2009, p. 122-125, no 30 (IGLS 1874-1875 ; CIL III, 199-201 ; ILS 5864-5864a).

153 ILAlpes Graies 54. Cf. Rémy 2009.

154 Strabon, 13.4.11 (trad. et commentaire : Robert 1962, p. 288-296). Cf. supra p. 51-52.

155 Homère, Iliade 2, v. 780-785 ; Strabon, 12.8.19.

156 Servius, Commentaire à l’Énéide IX, 712.

157 Diodore de Sicile, 3.70. Ce texte se rapporte bien à la Catacécaumène selon Robert 1962, p. 311-312.

158 Nonnos de Panopolis, Dionysiaques 13, v. 475-478 : θερµὸν ἀναβλύζων πυριθαλπέος ἄσθµα κεραυνοῦ / ἔφλεγε γείτονα χῶρον, ἀελλήεντι δὲ καπνῷ / αἰθοµένου Τυφῶνος ἐτεφρώθησαν ἐρίπναι, / γυιοβόρῳ σπινθῆρι µαραινοµένων κεφαλάων· (trad. Fr. Vian, CUF, 1995).

159 Le martyre de Pionios prêtre de Smyrne 4.21.

160 Robert 1958 ; Robert 1962, p. 292-296 et p. 303-310.

161 Vitruve, De l’architecture 2.6.3 : Id autem genus spongiae quod inde eximitur, non omnibus locis nascitur nisi circum Aetnam et collibus Mysiae, quae a Grecis Κατακεκαυµένη nominatur (trad. L. Callebat, CUF, 1999).

162 Robert 1962, p. 277.

163 Baladié 1980, p. 157-163.

164 Strabon, 1.3.16.

165 Pausanias, 2.34.1.

166 Baladié 1980, p. 161.

167 BCD Peloponnesos 1330.

168 Sénèque, Questions Naturelles 6.4.1 : Mille miracula mouet faciemque mutat locis et defert montes, subrigit plana, ualles extuberat, nouas in profundo insulas erigit (trad. P. Oltramare, CUF, 1929)

169 Strabon, 1.3.16.

170 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.4.1.

171 Pline l’Ancien, 2.202 (trad. J. Beaujeu, CUF, 1950).

172 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.1. Henry 1982.

173 Bibliographie récente dans Sintès 2003.

174 Strabon, 1.3.10 : Καὶ γὰρ κατακλυσµοὶ καὶ σεισµοὶ καὶ ἀναφυσήµατα καὶ ἀνοιδήσεις τῆς ὑφάλου γῆς µετεωρίζουσι καὶ τὴν θάλατταν, αἱ δὲ συνιζήσεις ταπεινοῦσιν αὐτήν (trad. G. Aujac, CUF, 1969).

175 Cf. supra p. 114.

176 Strabon, 1.3.18.

177 Sur ce phénomène : Vogt 1987.

178 Archives manuscrites de l’École française d’Athènes, PEL 1-1950 (2).

179 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1983, p. 9.

180 Pausanias, 7.25.9.

181 Procope de Césarée, Guerre des Goths 4.25.

182 Bousquet, Dufaure, Péchoux 1983, p. 9.

183 Maroukian, Karymbalis, Pavlopoulos 2005.

184 Ovide, Métamorphoses 15, v. 271-280 (trad. G. Lafaye, CUF, 1930, modifiée).

185 Strabon, 1.3.3 ; cf. Aujac 2001, p. 71 ; Aujac 1998.

186 Strabon, 12.5.4.

187 Alternance de longues périodes de sécheresse et de pluies torrentielles pour Aristote, Météorologiques 352b.

188 Hérodote, 7.129.

189 Athénée de Naucratis, 14, 639c-640a : διότι ἐν τῇ Αἱµονίᾳ σεισµῶν µεγάλων γενοµένων ῥαγείη τὰ Τέµπη ὄρη ὀνοµαζόµενα καὶ διότι διὰ τοῦ διαστήµατος ὁρµῆσαν τὸ τῆς λίµνης ὕδωρ ἐµβάλλοι εἰς τὸ τοῦ Πηνειοῦ ῥεῖθρον, καὶ τὴν πρότερον λιµνάζουσαν χώραν ἅπασαν γεγυµνῶσθαι καὶ ἀναξηραινοµένων τῶν ὑδάτων πεδία θαυµαστὰ τῷ µεγέθει καὶ τῷ κάλλει ἀναφαίνεσθαι (trad. Helly 1991).

190 Strabon, 9.5.2 ; cf. notamment Helly 2000.

191 Helly 1987, p. 145-148.

192 Diodore de Sicile, 19.44.4-5.

193 Strabon, 1.3.19 et 11.9.1 fait un commentaire semblable s’appuyant sur Douris de Samos, un élève de Théophraste.

194 Nicolas de Damas, FGrHist 90 F 14 (= Athénée de Naucratis 8.6 [332 f]). Cf. Thonemann 2011, p. 96-97.

195 Pausanias, 7.24.13 : Σίπυλον πόλιν ἐς χάσµα ἀφανισθῆναι ; Pline l’Ancien, 31.54.

196 Baladié 1980, p. 93-108.

197 Strabon, 1.3.16.

198 Fedeli 2005.

199 Les grandes inondations européennes des années 1830-1860 ont amené les pouvoirs publics à réfléchir sur les moyens de prévention de ce risque hydrologique. La parution au milieu du siècle d’un important ouvrage, dont l’écho fut particulièrement retentissant, a contribué à la prise de conscience de la gravité des phénomènes de déboisement : Surell 1870. À partir des années 1830, les gouvernements successifs furent alertés sur la nécessité de procéder à une politique de reboisement en montagne. La loi du 28 juillet 1860, votée sous le Second Empire, confia aux services des Eaux et Forêts la double mission de corriger les torrents et de reboiser la montagne. D’autres lois ont suivi, en France, mais également ailleurs en Europe (en Italie notamment où l’une d’elles fut votée le 20 juin 1877).

200 Platon, Critias 111c : τῶν γὰρ ὀρῶν ἔστιν ἃ νῦν µὲν ἔχει µελίτταις µόναις τροφήν, χρόνος δ’ οὐ πάµπολυς ὅτε δένδρων αὐτόθεν εἰς οἰκοδοµήσεις τὰς µεγίστας ἐρεψίµων τµηθέντων στεγάσµατ’ ἐστὶν ἔτι σᾶ (trad. A. Rivaud, CUF, 1925).

201 Amigues 1980.

202 Hugues 1983.

203 Pline l’Ancien, 36.1 (trad. R. Bloch, CUF, 1981) ; Naas 2002, p. 92-93.

204 Un passage saisissant se trouve chez Pline l’Ancien, 31.53 : « Quand on a abattu des forêts, on voit souvent naître des sources qu’elles consommaient pour nourrir les arbres […] Mais souvent, les eaux ruissellent et s’unissent en torrents dévastateurs, lorsqu’on a ôté des collines la forêt qui normalement retient et disperse les pluies d’averse ».

205 Les deux passages qui suivent s’inscrivent dans une tradition homérique évidente (Iliade 5, v. 87-91).

206 Lucrèce, De la nature 1, v. 277-287 : nec ratione fluunt alia stragemque propagant / et cum mollis aquae fertur natura repente / flumine abundanti, quam largis imbribus auget / montibus ex altis magnus decursus aquai / fragmina coniciens siluarum arbutasque tota (trad. A. Ernout, CUF, 1920).

207 Sénèque, Questions Naturelles 6.17.2 : ubi saxa manu uel casu illata repressere uenientem, tunc impetum mora quaerit et, quo plura opposita sunt, plus inuenit uirium (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

208 Pline l’Ancien, 33.1 : Persequimur omnes eius fibras uiuimusque super excauatam, mirantes dehiscere aliquando aut intremescere illam, ceu, uero non hoc indignatione sacrae parentis exprimi possit (trad. H. Zehnacker, CUF, 1983).

209 Se reporter à la troisième partie de l’étude : « Le temps de la résilience ».

Indice delle illustrazioni

Titolo Carte 4. Aire d’extension du séisme de 426 av. n.è. (golfe Maliaque).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1586/img-1.png
File image/png, 1,2M
Titolo Carte 7. Aire d’extension du séisme de 141 de n.è. (Carie, Lycie).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1586/img-2.png
File image/png, 2,0M
Titolo Carte 5. Aire d’extension du séisme de 17 de n.è. (côte orientale de l’Asie Mineure).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1586/img-3.png
File image/png, 1,7M
Titolo Carte 6. Aire d’extension du séisme de 47 de n.è. (Éolide, Ionie, Lydie).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1586/img-4.png
File image/png, 1,2M

© École française d’Athènes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search