Version classiqueVersion mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Première partie – La conscience du risque

Chapitre 3

L’anticipation des risques : de la prédiction au pronostic

Texte intégral

1La volonté d’expliquer de façon rationnelle les catastrophes fut, dans l’Antiquité, le préalable nécessaire à une anticipation des risques naturels. Les ravages causés par les intempéries majeures et les événements dévastateurs bouleversent à ce point l’organisation politique, économique et sociale des cités que les communautés humaines ont très tôt cherché à en reconnaître les signes avant-coureurs et à établir des systèmes de prévision efficients. La raison essentielle tient en grande partie à l’affliction que ressentaient les individus frappés par des catastrophes exceptionnelles, ou à l’impuissance avec laquelle ils devaient faire face à la récurrence de certains fléaux comme les tempêtes, les sécheresses et les inondations. Si nous demeurons mal avertis des incidences de ces intempéries sur l’organisation du travail agricole, sur la vie maritime ou sur l’économie des cités grecques, l’attention que chacun portait aux risques naturels se comprend dans un monde hostile et sans cesse menaçant : les moyens de prévention étaient globalement limités et le recours aux rites propitiatoires ne suffisait pas à endiguer les aléas naturels.

  • 1 Soubiran 2003.
  • 2 Taub 2003 (en particulier le chap. 2, « Prediction and the Role of Tradition: Almanacs and Signs, P (...)
  • 3 On peut distinguer les deux sciences en fonction de leurs caractéristiques propres : l’astronomie e (...)

2La variété et l’abondance des sources antiques qui établissent la prévision du temps et des saisons à venir attestent l’émergence d’une météorologie populaire, destinée à un usage courant et quotidien, fondée sur des développements philosophiques autant que sur une observation et une collecte empirique de signes, considérés ou non comme une manifestation de la puissance divine. Les types de pronostics varient également selon la date à laquelle ils se réalisent : les catastrophes peuvent se produire à une date calendaire, à une date déterminée par les signes zodiacaux, ou bien ne reposer que sur des corrélations transmises par un grand nombre de traditions locales1. Essentiellement sous l’influence de la philosophie aristotélicienne, des méthodes de prévision des risques naturels furent établies dès le ive s.2. En outre, parmi les moyens de prévoir les catastrophes et les intempéries majeures, l’astrologie fut, à partir de l’époque hellénistique, perçue comme une science efficace, complémentaire de l’astronomie dont elle dépend3. La nécessité d’anticiper les risques s’accompagne alors de la rédaction de traités scientifiques puis, dans un second temps, de la diffusion d’une multitude de pronostics à travers l’élaboration de poèmes didactiques.

  • 4 D’une manière générale, les Grecs considèrent encore aux époques hellénistique et impériale que les (...)
  • 5 L’épigraphe de cet ouvrage en est l’une des attestations les plus manifestes : Sénèque, Questions n (...)

3Cette enquête pose la problématique du lien entre le rationnel et l’irrationnel dans la pensée grecque4. Le concept de « prévision » peut être défini comme l’action de prévoir un événement, le plus souvent néfaste, en fonction des signes avant-coureurs qu’il manifeste. Une acception plus large, fondée sur la notion de « pré-science », induit l’idée d’une interprétation scientifique des pronostics, qui ne doivent pas être perçus comme une conjecture, mais très précisément, dans le sens technique que lui prête aujourd’hui la langue française, comme le jugement tiré de l’observation des astres. La « prédiction » est quant à elle davantage fondée sur une perception irrationnelle des signes annonciateurs de catastrophe. La construction des savoirs antiques détermine ainsi deux enjeux principaux. L’intimité du rapport à la nature et la connaissance des causes physiques se déclinent en un diptyque dont les sources antiques rendent parfaitement compte : savoir pour prévoir et savoir pour savoir5.

La naissance de la science prévisionnelle

La prédiction et la divination

4La prévision des aléas climatiques repose sur l’observation minutieuse de signes avant-coureurs. Qu’elles aient un caractère rituel ou qu’elles ponctuent la démonstration d’un discours scientifique, les techniques de prévision qui se développent en Grèce surtout à partir du ive s. av. n.è. se distinguent de la divination et de la magie traditionnelles. L’objectif était de permettre une prévision des intempéries et des catastrophes naturelles sans chercher un recours permanent auprès des chresmologues, des devins ou des haruspices ; or, la pratique de la divination et de la magie les fait intervenir comme un intermédiaire entre le rite et son interprétation.

  • 6 Gigandet 2005.
  • 7 Cicéron, De la divination. Cf. Kany-Turpin 2003.
  • 8 Cicéron, De la divination 1.14.
  • 9 Le problème se pose avec plus d’acuité encore lorsqu’il est question de la foudre (ibid., 2.44). Ph (...)
  • 10 Bedon 2005 met sur un même plan les différentes façons qu’avaient les Anciens de reconnaître les si (...)

5La prévision des catastrophes naturelles repose également sur une « mise en série » de signes annonciateurs ou considérés comme tels6, plutôt que sur une forme de divination inductive. La prévision d’un prodige ou d’une catastrophe ne peut donc être assimilée à la mantikè grecque, dans la mesure où elle se fonde sur l’observation du mouvement des astres et non sur l’interprétation d’une révélation ou d’une intuition. La divination, au contraire, s’intéresse aux dispositions des dieux par rapport à une décision à prendre ou à un événement. Cicéron, notamment, aborde cette question centrale dans le De divinatione. Quintus y défend la thèse d’un lien apparent entre signes météorologiques et signes divinatoires, à laquelle Marcus s’oppose7. L’essentiel de l’argumentation tient au sens que recouvre la notion de divination dans ce dialogue : elle est entendue comme une procédure technique et non inspirée, à partir de faits qui, en apparence, sont dus au hasard. Les corrélations que Quintus établit entre un « signe », animalier ou atmosphérique, et ses conséquences météorologiques – la foulque grise annonce par ses cris d’effroyables tempêtes8 – ne sont pas des signes divinatoires comme il le prétend, mais des correspondances qui reposent sur des liens de causalité physique9. Il paraît donc indispensable de distinguer, d’un côté, les exemples remarquables, auxquels appartiennent les récits mythiques et les mirabilia, qui donnent une visibilité démesurée aux prédictions post eventum et, de l’autre, la prévision des catastrophes qui repose sur des corrélations fortes10.

Phérécyde de Syros : entre divination et observation des signes naturels

  • 11 Cicéron, De la divination 1.102 (qui réfute cependant le caractère divinatoire de cette prophétie. (...)
  • 12 Diogène Laërce, 1.116 ; Apollonios le Paradoxographe, 5 (F 17).
  • 13 Pline l’Ancien, 2.197 : Est et in puteis turbidior aqua nec sine odoris taedio (trad. J. Beaujeu, C (...)
  • 14 Guidoboni, Poirier 2004, p. 74 proposent de rattacher cette anecdote à une réalité scientifique : « (...)

6L’exemple célèbre de Phérécyde de Syros témoigne de cette distinction élaborée dans l’Antiquité entre prédiction et prévision. Philosophe présocratique du vie s. av. n.è., Phérécyde aurait, si l’on en croit la tradition, su prédire un tremblement de terre en buvant de l’eau tirée d’un puits11. Une autre prédiction est par ailleurs connue d’Apollonios le Paradoxographe ainsi que de Diogène Laërce : Phérécyde, se rendant au temple d’Héra à Samos et voyant au loin un navire profiter d’un vent favorable, prédit que le bateau allait sombrer, ce qui effectivement arriva quand une tempête fondit brusquement sur lui12. Ces deux épisodes appartiennent indubitablement au genre des mirabilia. Pline, qui est le seul à établir un parallèle entre l’histoire de Phérécyde et ce qu’il considère comme un signe annonciateur de tremblement de terre, puisqu’il évoque à ce sujet « l’eau des puits qui se trouble, non sans prendre une odeur nauséabonde »13, ne préjuge pas de l’historicité de l’événement, mais ne paraît utiliser cette anecdote que pour renforcer sa démonstration sur le plan argumentatif14.

  • 15 Sénèque, Questions Naturelles 6.13.5 et Pline l’Ancien, 2.194. Ces grondements sourds correspondent (...)
  • 16 Chirassi Colombo 2012.

7Dans un autre registre, faisant la part belle aux théories aristotéliciennes, Sénèque et Pline affirment que les séismes sont précédés d’un grondement15. Les polygraphes romains juxtaposent donc des signes avant-coureurs qui appartiennent à deux registres de nature contraire, la prédiction et la prévision des phénomènes naturels exceptionnels16.

Les Présocratiques à la croisée des chemins

  • 17 Cicéron, De la divination 1.112 ; Pline l’Ancien, 2.191.
  • 18 Ducat 1984 : les récits de Cicéron et de Pline évoquent en réalité le tremblement de terre de 464, (...)
  • 19 Apollonios le Paradoxographe, Historiae mirabiles 5. Cf. Sider 2002.
  • 20 Empédocle d’Agrigente, Sur la nature F 111 (trad. J. Zafiropoulo, Les Belles Lettres, 1953). Fragme (...)

8Du point de vue de la chronologie, la prédiction des catastrophes précède la mise en place de véritables techniques de prévision et coïncide à peu près avec les deux siècles d’influence de la philosophie présocratique. Plusieurs de ces penseurs s’étaient notamment rendus célèbres grâce à leur capacité à prédire certaines catastrophes naturelles. À titre d’exemple, la tradition rapporte qu’Anaximandre de Milet prévint les Spartiates de l’imminence d’un séisme17, qui aurait effectivement frappé la cité en détruisant un grand nombre d’habitations18. On est également averti, grâce aux Historiae mirabiles d’Apollonios, du cas d’Hermotime de Clazomènes, qui, disait-on, était capable de prédire le temps grâce à de mystérieux pouvoirs19. Enfin, un fragment d’Empédocle illustre pleinement cette confusion entre pratique de la magie et connaissance rationnelle de la nature20 :

παύσεις δ’ ἀκαµάτων ἀνέµων µένος οἵ τ’ ἐπὶ γαῖαν ὀρνύµενοι πνοιαῖσι καταφθινύθουσιν ἀρούρας· καὶ πάλιν, ἢν ἐθέληισθα, παλίντιτα πνεύµατ(α) ἐπάξεις· θήσεις δ’ ἐξ ὄµβροιο κελαινοῦ καίριον αὐχµόν ἀνθρώποις, θήσεις δὲ καὶ ἐξ αὐχµοῖο θερείου ῥεύµατα δενδρεόθρεπτα, τά τ’ αἰθέρι ναιήσονται (?), ἄξεις δ’ ἐξ Ἀίδαο καταφθιµένου µένος ἀνδρός.

Tu apaiseras la fureur des vents infatigables qui, sur la terre, soufflent et dont l’haleine dévaste les champs ; et à nouveau, si tu le désires, tu assembleras les souffles bienfaisants. Venant après les sombres pluies, tu créeras une sécheresse opportune pour les hommes et tu produiras après la sécheresse de l’été, les ondes nourrisseuses d’arbres qui se forment dans le ciel, tu ramèneras de l’Hadès le principe de vie d’un homme mort.

  • 21 Kingsley 1995, p. 218-221.
  • 22 Van Groningen 1956.
  • 23 Wright 1981.
  • 24 Sider 2002, p. 287-289.
  • 25 Plutarque, De la curiosité 1 (= Moralia 515c) : Ὁ δὲ φυσικὸς Ἐµπεδοκλῆς ὄρους τινὰ διασφάγα βαρὺν κ (...)
  • 26 Diodore d’Éphèse, A I, 70 (= Diogène Laërce, 8.2) ; cf. Van Groningen 1956, p. 57.
  • 27 Lacroix 1965, p. 118-120.
  • 28 Ces interprétations avaient d’abord été remises en cause à partir des observations de Rizzo 1939 : (...)

9Nombre de commentateurs ont depuis longtemps exercé leur sagacité au sujet de ces vers d’Empédocle et plusieurs interprétations contradictoires en ont été proposées depuis le xixe s. Herman Diels éludait la question en considérant que ce poème ne devait être perçu que comme une sorte d’allégorie21. Certains savants ont fait de ce fragment un cas de « pure magie »22 ; d’autres, au contraire, ont avancé une hypothèse « rationnelle », en suggérant qu’Empédocle avait réussi à modérer la violence des vents à l’aide d’un brise-vent23. Enfin, une dernière interprétation a vu dans ce passage un indice suggérant la mise en pratique de techniques de prévisions météorologiques nouvelles : Empédocle, ayant su déterminer à l’avance la saison des vents et celle des sécheresses, passait alors pour l’un des premiers savants capables de prévoir les changements de temps24. Pour séduisantes qu’elles soient, ces hypothèses reposent toutes sur des parallèles avec d’autres témoignages antiques qui sont contradictoires. Bien que l’interprétation qualifiée de « rationnelle » semble peu convaincante, un document de Plutarque paraît lui donner un certain crédit : en effet, le philosophe n’évoque pas au sujet d’Empédocle une quelconque pratique de la magie, mais parle bien d’un travail comparable à celui d’un ingénieur. Empédocle aurait « obstrué une gorge de la montagne par où soufflait sur les plaines un vent du sud étouffant et pestilentiel et passa pour avoir interdit à la peste l’accès de la contrée »25. Ce témoignage des compétences techniques du philosophe n’est d’ailleurs pas isolé : Diodore d’Éphèse rapporte qu’Empédocle avait aussi drainé un terrain marécageux près de Sélinonte afin d’assainir la ville26. Une série monétaire de la colonie dorienne, sur laquelle figure notamment un serpent, a depuis le xixe s. été perçue comme un indice tout à fait concordant avec le texte de Diodore. Cette interprétation a prévalu près d’un siècle et offrait l’image d’une cité célébrant le retour à un environnement salubre27. La figuration d’un taureau à la tête baissée évoquait même pour certains historiens et numismates les inondations qu’Empédocle avait su empêcher28.

  • 29 Selon une tradition attribuée à Gorgias, sophiste originaire de Sicile et élève d’Empédocle.
  • 30 Satyros de Callatis, A I, 59.
  • 31 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 8.7.7. Par ailleurs, Philostrate, (ibid., 1.2) mentionne Emp (...)
  • 32 Héraclide du Pont, F 87 (= Diogène Laërce, 8.60-62).

10À cet aspect de la figure d’Empédocle, s’oppose le témoignage de Satyros de Callatis29, selon qui le philosophe pratiquait la sorcellerie30. Cette brève notation peut aisément être rapprochée des faits merveilleux que l’on attribuait alors au philosophe : selon Philostrate31, Empédocle aurait ainsi arrêté une tempête de grêle et, selon Héraclide du Pont32, il aurait même réanimé une femme déjà morte. Il n’en fallait pas davantage pour qu’il fût considéré à la fois comme un thaumaturge et un devin dans la mesure où il avait non seulement œuvré à cette résurrection, mais de surcroît prédit la guérison de cette femme. Les prédictions d’Empédocle sont donc, selon que l’on privilégie l’une ou l’autre de ces traditions, à la croisée des chemins entre rationalisme et mysticisme. Il n’est cependant pas encore question de véritables prévisions météorologiques, construites par l’expérience et l’observation de signes annonciateurs, car seul le philosophe est ici en mesure d’identifier les risques naturels et d’y apporter une réponse appropriée. Or, le sens même que l’on confère à la prévision des catastrophes repose sur le fait que chaque personne doit pouvoir accéder, de manière autonome, à la connaissance de ces signes avant-coureurs. Il ne s’agit toutefois pas de nier le rôle des intermédiaires, astrologues ou météorologues, ni de ceux qui ont contribué à la diffusion de ces techniques de prévision.

11Prédiction et prévision ne peuvent donc être considérées comme deux concepts synonymes. D’un point de vue fonctionnel, ce qui caractérise la prévision, c’est précisément la notion de cycles et la récurrence des événements, qui permettent d’établir une loi unique. Cette définition vaut non seulement pour les fléaux réguliers, mais également, dans une certaine mesure, pour quelques types de risques en apparence insaisissables que sont les tremblements de terre et les phénomènes éruptifs.

La météorologie et l’astrologie

Les Météorologiques d’Aristote et leur postérité

  • 33 Aristote, Météorologiques 338b-339a (trad. P. Louis, CUF, 1982). Cf. Aujac 2003a.

12Prévoir les risques naturels, des fléaux qui affectent le monde agricole aux tempêtes capricieuses qui bouleversent la vie des marins et stimulent l’imaginaire des poètes, sans oublier les catastrophes majeures comme les séismes et les éruptions volcaniques, relève dans l’Antiquité de la météorologie. Ce constat repose sur une définition qu’Aristote place en tête de son introduction aux Météorologiques33 :

ταῦτα δ’ ἐστὶν ὅσα συµβαίνει κατὰ φύσιν µέν, ἀτακτοτέραν µέντοι τῆς τοῦ πρώτου στοιχείου τῶν σωµάτων, περὶ τὸν γειτνιῶντα µάλιστα τόπον τῇ φορᾷ τῶν ἄστρων, οἷον περί τε γάλακτος καὶ κοµητῶν καὶ τῶν ἐκπυρουµένων καὶ κινουµένων φασµάτων, ὅσα τε θείηµεν ἂν ἀέρος εἶναι κοινὰ πάθη καὶ ὕδατος, ἔτι δὲ γῆς ὅσα εἴδη καὶ µέρη καὶ πάθη τῶν µερῶν, ἐξ ὧν περί τε πνευµάτων καὶ σεισµῶν θεωρήσαιµεν ἂν τὰς αἰτίας καὶ περὶ πάντων τῶν γιγνοµένων κατὰ τὰς κινήσεις τὰς τούτων· ἐν οἷς τὰ µὲν ἀποροῦµεν, τῶν δ’ ἐφαπτόµεθά τινα τρόπον· ἔτι δὲ περὶ κεραυνῶν πτώσεως καὶ τυφώνων καὶ πρηστήρων καὶ τῶν ἄλλων τῶν ἐγκυκλίων, ὅσα διὰ πῆξιν συµβαίνει πάθη τῶν αὐτῶν σωµάτων τούτων.

Il s’agit d’abord de tous les phénomènes qui, bien que régis par des lois naturelles, obéissent cependant à un ordre moins strict que celui du premier des éléments des corps, et qui se produisent dans l’espace le plus proche du lieu de révolution des astres : ce sont, par exemple, la Voie Lactée, les comètes ou l’embrasement et le mouvement des météores lumineux, tous phénomènes que nous pouvons considérer comme des accidents qui intéressent à la fois l’air et l’eau. Il s’agit encore de la terre, de ses diverses espèces, de ses parties et des propriétés de ces parties. À partir de là, nous aurons la possibilité d’examiner la cause des vents et des tremblements de terre, ainsi que l’ensemble des conséquences qu’entraînent leurs mouvements ; parmi ces phénomènes, il en est qui nous restent inexplicables, et d’autres qui nous sont dans une certaine mesure accessibles. Il s’agit enfin des coups de tonnerre, des typhons, des tourbillons de feu et de tous les autres phénomènes périodiques produits dans ces mêmes éléments par suite de processus de solidification.

  • 34 Hübner 2003.
  • 35 L’eau, le feu, la terre et l’air, auxquels s’ajoute l’interaction de quatre autres éléments opposés (...)
  • 36 Casevitz 2003, p. 27.

13Ce traité entreprend de rechercher les causes des phénomènes naturels qu’Aristote qualifie lui-même d’« accidents » ou d’« épreuves » (πάθη). La liste ne répond à une logique d’aucune sorte : elle ne suit pas l’ordre adopté dans la suite du traité, non plus qu’elle ne correspond à une progression justifiée pour des raisons scientifiques. L’intérêt de ce passage réside surtout dans la méthode suggérée par Aristote ainsi que dans la nature des phénomènes étudiés : le philosophe y distingue les événements exceptionnels (tremblements de terre, météores lumineux, comètes) des phénomènes récurrents (typhons, tourbillons, tonnerres – auxquels il convient sans doute d’ajouter la grêle, la neige et le givre bien que ces manifestations ne soient pas explicitement mentionnées dans cette introduction générale)34. En outre, et c’est très précisément en cela que la météorologie apparaît alors comme une discipline autonome, le schéma général aristotélicien – fondé sur l’interaction des quatre éléments simples entre eux35 – le conduit à s’intéresser à la fois aux phénomènes célestes et aux phénomènes terrestres. En effet, même si la météorologie est d’abord au sens littéral « la science de ce qui est en l’air »36, les Grecs associaient à ce registre usuel d’autres manifestations exceptionnelles de la nature que sont les accidents telluriques.

  • 37 Au contraire des parapegmes astrométéorologiques qui sont de véritables « almanachs » donnant pour (...)
  • 38 Aristote, Météorologiques 343b. Sénèque défendra par la suite l’idée que l’apparition d’une comète (...)
  • 39 Comme ceux de Théophraste, Περὶ σηµείων ou encore d’Eudoxe de Cnide, Τοῦ Εὐδοξίου χειµῶνος προγνωστ (...)
  • 40 Ammien Marcellin, Histoires 17.7.1-8 : Primo lucis exortu, diem nonum kal. Septembrium, concreti nu (...)

14Définissant ainsi la météorologie, le traité ne prétend pas pour autant établir un manuel de prévisions et encore moins une sorte d’almanach destiné aux paysans ou aux navigateurs37. S’il pose effectivement les fondements d’une discipline nouvelle, nécessaire au développement des traités ultérieurs de prévision, il ne se contente en fait que d’évoquer des parallèles entre des phénomènes exceptionnels et des catastrophes de grande ampleur, laissant le soin aux lecteurs d’établir par eux-mêmes les liens de cause à effet entre ces deux types d’événements et, peut-être, d’en déduire la probabilité des catastrophes à venir. L’un des exemples les plus saisissants est l’évocation succincte du tremblement de terre qui frappa l’Achaïe en 373 av. n.è. et le lever, au même moment, d’une comète au coucher d’équinoxe38. Il y a donc en germe dans ce traité des éléments qui peuvent servir à anticiper les catastrophes futures. En évoquant les causes qui régissent les tremblements de terre, les Météorologiques fournissent de nombreux indices permettant de saisir à court terme l’imminence d’un séisme : l’apaisement des vents le matin, la sensation d’un froid piquant, le soleil qui se voile et qui devient moins brillant sont autant d’indices présentés comme des signes avant-coureurs d’un choc tellurique. Ces principes théoriques ont donc pu être considérés comme des indices de prévision aisément identifiables, mais il serait bien exagéré de classer les Météorologiques parmi les traités entièrement consacrés aux signes annonciateurs d’intempéries et de catastrophes39. Cette perception des signes avant-coureurs d’un séisme se prolonge au moins jusqu’au ive s. de n.è., comme l’atteste un passage des Histoires d’Ammien Marcellin dans lequel l’auteur évoque la ruine de Nicomédie à la suite d’un tremblement de terre survenu en 358. Il y décrit « dès l’apparition du jour, le 24 août, des masses compactes de nuées, noircissant progressivement, [qui] brouillèrent l’aspect du ciel qui était radieux quelques instants plus tôt »40. Dans la suite de ce chapitre, Ammien Marcellin rend compte des dégâts matériels et des pertes humaines que la cité a subis, avant d’établir la liste des différentes hypothèses sur les causes des tremblements de terre. Sa connaissance du traité aristotélicien a été un élément déterminant dans l’écriture du récit de la catastrophe, puisqu’il reprend un certain nombre de poncifs déjà présents dans les Météorologiques. Quoiqu’Ammien Marcellin ajoute à ce récit des éléments de nature eschatologique, ce document témoigne avant tout de la postérité du traité d’Aristote et de sa réinterprétation dans le contexte culturel de la seconde moitié du ive s.

  • 41 Lucrèce, De la nature 6.
  • 42 Zehnacker 2003.

15Enfin, les thèmes évoqués par Lucrèce dans le De natura rerum suffisent encore à se convaincre du sens particulièrement large que les Anciens donnaient à la météorologie. Il y est bien sûr question du tonnerre, de l’éclair et de la foudre, mais également des secousses sismiques, du niveau marin ou encore de la peste d’Athènes41. Reprenant l’étude de ces manifestations, dans une logique assez proche de la philosophie péripatéticienne, Sénèque s’inscrit pleinement dans la continuité des philosophes qui, depuis Aristote, ont étudié les causes des catastrophes naturelles et ont donc pu suggérer des moyens de les prévoir42.

L’astrologie

  • 43 Ptolémée, Tétrabible 2.1 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

16Un second document, rédigé au cours du iie s. de n.è. par le géographe Ptolémée, retient particulièrement l’attention, en ce sens qu’il paraît complémentaire du traité aristotélicien. L’auteur y définit dans ses Apotelesmatika ce qu’il appelle l’art de la prévision par les moyens astronomiques43 :

καὶ αὐτῆς δὲ τῆς καθολικῆς ἐπισκέψεως τὸ µὲν πάλιν κατὰ χώρας ὅλας λαµβάνεται, τὸ δὲ κατὰ πόλεις, καὶ ἔτι τὸ µὲν κατὰ µείζους καὶ περιοδικωτέρας περιστάσεις, οἷον πολέµων ἢ λιµῶν ἢ λοιµῶν ἢ σεισµῶν ἢ κατακλυσµῶν καὶ τῶν τοιούτων, τὸ δὲ κατ’ ἐλάττους καὶ καιρικωτέρας, οἷαί εἰσιν αἱ τῶν ἐτησίων ὡρῶν καὶ ἡ κατὰ τὸ µᾶλλον καὶ ἧττον ἀλλοίωσις περί τε ἀνέσεις ἢ ἐπιτάσεις χειµώνων καὶ καυµάτων καὶ πνευµάτων ἢ εὐφορίας τε καὶ ἀφορίας καὶ τὰ τοιαῦτα.

L’étude de la prévision dite universelle peut elle aussi se subdiviser, selon qu’elle traite de régions entières ou de cités, selon qu’elle vise des événements particulièrement graves et récurrents comme les guerres, les famines, les épidémies de peste, les tremblements de terre ou les inondations et catastrophes du même type, ou selon qu’elle s’applique à des faits de moindre importance et de nature occasionnelle, tels que les changements de temps de l’année, les variations d’intensité des orages, de la canicule, des vents ou encore de l’abondance et la maigreur des récoltes et autres changements de ce genre.

  • 44 Bouché-Leclercq 1899a, p. 210 ; Dick 1970 ; Neugebauer 1975.

17Postérieur de cinq siècles au traité d’Aristote, ce passage de Ptolémée prend toute sa valeur dans un contexte où les savoirs astronomique et astrologique sont particulièrement répandus jusque dans la culture populaire, et ne sont plus l’apanage d’une élite lettrée, ni des spécialistes chaldéens et égyptiens. À partir du ive s. av. n.è., l’astrologie et l’astronomie ont occupé, dans le schéma global de la science grecque, une place bien définie : de même que la météorologie est dans un sens restrictif l’étude des phénomènes célestes, l’astrologie est celle des astres44. L’étude des influences sidérales, divisée entre l’« apotélesmatique généthliaque » d’une part et l’« astrologie catholique » (ou « universelle ») d’autre part, fournit une importante documentation qui, dans des traités spécifiques ou dans des thèmes plus généraux, rend compte de manière explicite des moyens de prévoir les catastrophes naturelles.

  • 45 Besnier 2005.
  • 46 Hübner 1983.

18Ptolémée établit plusieurs distinctions qui circonscrivent le sens donné aux pronostics météorologiques. L’auteur sous-tend une échelle d’intensité entre les phénomènes : d’un côté, ceux qui mettaient en péril directement les cités et les hommes – ce sont les catastrophes majeures comme les tremblements de terre et les inondations ; de l’autre, les phénomènes d’une intensité moins forte, mais dont la prise en compte s’avérait nécessaire tant ces fléaux affectaient la vie quotidienne des populations et faisaient peser sur l’économie du monde rural la menace d’une destruction des récoltes45. Pour Ptolémée, l’observation vise ainsi à prévoir les risques qu’encourent les cités et les communautés ; le géographe établit alors une filiation avec l’astrologie universelle chaldéenne, le γένος καθολικόν46.

L’émergence des techniques de prévision

  • 47 Plus encore dans la littérature latine où, à côté de l’encyclopédisme naturaliste, les notations in (...)
  • 48 J’utilise, en la modifiant sur quelques points, la classification de Sider, Brunschön 2007.
  • 49 Deux passages de l’Iliade sont de ce point de vue significatifs : « Ainsi qu’on voit l’époux d’Héra (...)

19L’examen de la documentation antique suggère un schéma d’évolution globale. La météorologie et, plus encore, la prévision des intempéries et des catastrophes furent pendant un temps relativement long insérées dans la littérature grecque sous la forme de brèves mentions47. Elles ne constituent des genres littéraires autonomes qu’à partir du ive s. av. n.è. Chercher des césures chronologiques précises serait de toute évidence une gageure. Toutefois, trois périodes caractéristiques se démarquent48 : la première couvre l’époque archaïque et est marquée par une contamination entre l’observation des signes météorologiques et la divination49 ; le ive s. correspond au moment où la météorologie devient un genre littéraire à part entière ; enfin, à partir du iiie s. av. n.è. et jusqu’aux premiers siècles de l’empire romain, la prévision des catastrophes est clairement marquée par un essor des ouvrages de vulgarisation, qui accordent en outre une place croissante à l’astrologie.

L’apparition des météorologues

  • 50 Aristote, Météorologiques 338a.
  • 51 Plutarque, Périclès 5.1.

20Bien que cette littérature technique et spécialisée ne soit pas attestée à l’époque archaïque, on ne doit pas pour autant interpréter ce silence comme la négation d’un savoir météorologique, puisque celui-ci se met en place progressivement à partir du vie s., principalement sous l’influence de certains philosophes présocratiques, puis se réalise pleinement dans la pensée aristotélicienne. La météorologie ne constitue une discipline à part entière qu’à partir d’Aristote50. Pour autant, il serait faux d’imaginer que les penseurs grecs ne se préoccupaient pas auparavant de ces questions essentielles : la littérature évoque ainsi le cas des « météorologues »51 qui étaient connus depuis le vie s., d’abord en Asie Mineure, puis en Grèce continentale, à Athènes notamment.

  • 52 Sur la « personnalité » de ces deux divinités, cf. supra p. 24-40.
  • 53 Baladié 1980, p. 97, n. 21.
  • 54 Ce terme pose davantage de difficultés que le précédent : sa traduction par « météorologues » ne se (...)
  • 55 Plutarque, Nicias 23.4 : οὐ γὰρ ἠνείχοντο τοὺς φυσικοὺς καὶ µετεωρολέσχας τότε καλουµένους, ὡς εἰς (...)
  • 56 Euripide, F 913.
  • 57 Mariolopoulos 1972. Avec les physiciens ioniens du vie s., les philosophes présocratiques sont les (...)

21L’épineux problème qu’induit l’apparition de ces « météorologues » est, au fond, d’une tout autre nature. Les communautés grecques de l’époque classique sont imprégnées de telle façon par le discours religieux que les signes annonciateurs d’un changement brusque de temps semblent ne pouvoir être interprétés que comme la volonté d’une divinité, le plus souvent Zeus ou Poséidon52. Ces signes ressortissent d’ailleurs à une catégorie spécifique, les Διοσηµίαι53, « signes de Zeus », à partir de laquelle il était proscrit de produire un discours scientifique. Ainsi, au temps de Nicias « on ne supportait guère les φυσικοί – physiciens – ni ceux qu’on appelait les µετεωρολέσχαι54, parce qu’en rapportant tout à des causes dépourvues de raison, à des forces aveugles et à des événements nécessaires, ils sapaient la puissance divine »55. S’ajoute à ce saisissant passage de Plutarque le fragment d’une pièce perdue d’Euripide dans laquelle un personnage s’emporte contre la langue pernicieuse de ceux qui répandent des théories incensées sur la nature56. La défiance exprimée envers ces deux catégories de personnes manifeste une opposition très sensible entre rationalité et superstition, au moment où l’on entreprend, à partir du ve s., d’expliquer la nature physique des phénomènes célestes57.

  • 58 Plusieurs traditions différentes nous sont parvenues au sujet du procès d’Anaxagore : Plutarque, (...)
  • 59 Anaxagore aurait aussi prédit la chute d’une météorite à Aigos Potamos, qui, selon un fragment de S (...)
  • 60 Sur ces calendriers (parapegmes/παραπήγµατα), voir infra p. 81-84.
  • 61 Aujac 1979.
  • 62 Hannah 2001. Hypothèse qui repose sur un passage d’Élien, Histoire variée 10.7 dans lequel il est r (...)
  • 63 Ce débat complexe a suscité deux thèses opposées : la rédaction de ce parapegme s’est faite sur pie (...)

22Le procès pour impiété intenté contre Anaxagore de Clazomènes a souvent été présenté comme l’exemple manifeste de l’hostilité des Athéniens à l’égard de ceux qui ne traitaient de ces météorologues que sous l’angle de la physique, en rejetant toute forme d’intervention divine58. Anaxagore s’était notamment rendu célèbre à travers ses considérations sur la nature du soleil ainsi que par ses prévisions météorologiques59. Si les dernières décennies du ve s. furent marquées par un renforcement de la législation concernant les délits religieux, il est malgré tout peu probable que les Athéniens aient nourri à l’égard des météorologues une hostilité marquée. Le procès du philosophe se place en effet peu avant la guerre du Péloponnèse, peut-être dans les années 433-432. Or, apparaissent à la même époque des calendriers agricoles mobiles, désignés sous le titre de parapegmes, qui permettaient de prévoir les variations météorologiques et notamment les intempéries majeures60. Vers 432, deux astronomes, Méton et Euctémon, établissent un parapegme aujourd’hui disparu mais dont on a conservé quelques fragments grâce à l’Introduction aux Phénomènes de Géminos61. Un premier parapegme antérieur à celui de Méton et d’Euctémon était peut-être déjà exposé dans le Céramique pour y être consulté62, hypothèse qui, pour séduisante qu’elle soit, ne se fonde sur aucun autre indice que la provenance de l’inscription. Rien n’interdit non plus d’imaginer que le calendrier agricole de Méton et d’Euctémon avait lui-même été gravé sur pierre et donc était visible par tous les habitants de la cité63. La thèse ancienne qui faisait du procès d’Anaxagore le symbole de l’intolérance athénienne à l’égard des météorologues et plus généralement de tous ceux qui enseignaient des théories nouvelles de cosmologie ne résiste plus à l’examen de la documentation. Il semble au contraire que, parmi les représentants de la philosophie présocratique, certains penseurs avaient déjà opéré une synthèse entre religion et rationalité : si les divinités conservaient leur rôle dans la maîtrise des phénomènes naturels, les signes annonciateurs d’intempéries et de catastrophes pouvaient désormais être expliqués et rationalisés.

La rupture aristotélicienne

  • 64 Cette idée apparaît en filigrane dans Gillespie 1938 et Sider 2002.
  • 65 Cicéron, De la divination 1.131.

23L’apparition des traités de prévision météorologiques présuppose une évolution du rapport des philosophes antiques aux signes annonciateurs de catastrophes. Si cette évolution peut être mise en parallèle avec l’approche nouvelle portée par Aristote, il semble que, sur ce point, une transition entre philosophie présocratique et philosophie aristotélicienne ait été marquée par Démocrite d’Abdère64. Célèbre pour sa théorie atomiste, qui établit des étiologies particulières dans le but de définir des liens de causalité entre l’environnement physique et les accidents de la nature, Démocrite est encore pour Cicéron un représentant de l’ancienne tradition présocratique de la divination65 :

Democritus autem censet sapienter instituisse veteres, ut hostiarum immolatarum inspicerentur exta ; quorum ex habitu atque ex colore tum salubritatis, tum pestilentiae signa percipi, non numquam etiam, quae sit vel sterilitas agrorum vel fertilitas futura.

Démocrite estime que les Anciens ont judicieusement établi qu’on examinerait la fressure des victimes immolées parce que leur aspect et leur couleur laissent percevoir des signes tantôt de salubrité, tantôt de pestilence et parfois même de future stérilité ou fertilité des champs.

  • 66 Diogène Laërce, 9.34-37.
  • 67 Ibid.

24La procédure rituelle de divination est ici celle de l’haruspicine : l’observation de la fressure sacrificielle indique non pas le signe annonciateur de la stérilité ou de la fertilité (ni même la cause), mais seulement le résultat. Cependant, le témoignage de Cicéron contraste en réalité avec l’essentiel de la documentation qui nous est parvenue au sujet de Démocrite. Diogène Laërce insiste notamment sur les différends qui l’opposent à Anaxagore, dont on dit pourtant qu’il fut son élève66. Au-delà même de la formation en astronomie et en mathématique qu’il a reçue des Égyptiens et des Chaldéens, qui peut être en soi un indice pour déterminer son rapport à la prévision météorologique, Démocrite compte parmi ses ouvrages quatre titres qui l’éloignent déjà en partie de la tradition présocratique : Causes des phénomènes célestes, Causes des phénomènes aériens, Causes des phénomènes à la surface de la terre et surtout La Grande Année, ouvrage dans lequel il consigne un important calendrier astronomique repris tardivement par plusieurs auteurs dont Géminos67.

  • 68 Platon, République 6, 527d-e ; id., Épinomis 990a.
  • 69 Cf. supra p. 74-75.
  • 70 Pourtant, dans la liste des ouvrages d’Aristote mentionnée par Diogène Laërce, un traité sur les Si (...)

25Le discours que les philosophes grecs ont développé au sujet des signes annonciateurs de catastrophes connaît une évolution notable à la fin de l’époque classique sous l’influence d’Aristote. Les Météorologiques occupent une place à part dans l’œuvre du penseur et, d’une manière générale, dans la littérature du ive s. Ce traité, puis ceux qui en prolongent le raisonnement, rompent avec la tradition longuement établie par la philosophie platonicienne qui méprisait les apports concrets de l’astronomie dans la vie quotidienne68. Dans l’ouvrage d’Aristote, la météorologie est définie comme la science des phénomènes atmosphériques et de tout ce qui affecte la terre et l’eau69. En insistant davantage sur les causes de ces phénomènes, et moins sur leur prévision, Aristote établit le fondement des traités ultérieurs. La connaissance des principes physiques qui régissent la formation des vents, de la grêle ou de la foudre, ainsi que la manière dont surviennent les tremblements de terre, sont, dans la conception aristotélicienne, un élément scientifique qui permet la prévision des catastrophes. Néanmoins, il s’agit à chaque fois de prévisions à court terme, qui ne valent que pour des phénomènes exceptionnels. Il est donc assuré qu’avant Eudoxe de Cnide et Théophraste, aucun traité n’établissait la liste des signes avant-coureurs qui, par leur périodicité, permettaient de prévoir les phénomènes réguliers ou saisonniers comme les tempêtes70.

  • 71 Diogène Laërce, 5.45 mentionne ce titre parmi la liste des œuvres de Théophratse. La critique philo (...)
  • 72 Théophraste, Περὶ σημείων 1.1-2 : Σηµεῖα ὐδάτων καὶ πνευµάτων καὶ χειµώνων καὶ εὐδιῶν ὧδε ἐγράψαµεν
  • 73 Épicure, Lettre à Pythoclès.
  • 74 Bouffartigue 2003. Plutarque, Préceptes de santé 14 (= Moralia 129a) attribue faussement à Démocrit (...)

26Ce sont les Προγνωστικὰ χειµῶνος d’Eudoxe puis le Περὶ σηµείων attribué à Théophraste qui font apparaître avec le plus de force la corrélation entre signes annonciateurs et risques atmosphériques71. L’originalité du second traité tient surtout à l’objectif qu’il se fixe : il s’agit non pas de connaître le temps ordinaire, mais les changements climatiques brusques et les intempéries. En circonscrivant ainsi son objet d’étude, Théophraste note les variations du temps par rapport à ce qui est considéré comme une norme climatique. Le traité est divisé en quatre parties, que l’auteur résume et annonce en une phrase introductive : « Nous écrivons ainsi sur les signes de pluie, de vent, de tempête et de beau temps »72. Précédant d’un peu plus d’un siècle la rédaction des Phénomènes d’Aratos, ces traités connaissent au cours de cette période une large audience, à en juger notamment par le contenu d’une lettre qu’Épicure adressa à Pythoclès73. D’un point de vue technique, les signes évoqués par Théophraste ne sont pas seulement de nature astronomique, non plus d’ailleurs que ceux évoqués par Eudoxe de Cnide si l’on s’en tient à l’hypothèse selon laquelle il aurait effectivement servi de modèle à Aratos. Sont en effet présentés comme signes annonciateurs, en plus des mises en relation astronomiques, les phénomènes célestes et, cas jusqu’alors unique dans la littérature grecque, le comportement des animaux74. C’est donc avec la philosophie péripatéticienne que se mettent en place les principaux traités établissant les pronostics météorologiques.

La vulgarisation des savoirs

  • 75 Martin 1956.

27La réception des traités de météorologie dans les différentes sphères culturelles du monde grec est un indice qui atteste, dans les décennies puis plus largement dans les siècles qui ont suivi la première parution à succès des Phénomènes d’Aratos, une très forte audience des ouvrages consacrés aux pronostics, à commencer par les traductions latines de cette œuvre majeure75.

  • 76 Ibid., p. 29 : selon Attale, éditeur et commentateur d’Aratos, les débats sur les pronostics étaien (...)
  • 77 Cicéron, Aratea ; Germanicus, Les Phénomènes d’Aratos ; Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos. Dans sa t (...)
  • 78 Un codex du ive s. de n.è. contient une partie des pronostics aratéens : Pap. Wien no 29.776.
  • 79 Pap. Hamburg 121 (P).
  • 80 Lewis 1992.
  • 81 Hibeh Papyri no 27, p. 138-157.
  • 82 Legras 2002, p. 108.

28Au iiie s. av. n.è., l’astronomie est en plein essor dans le monde grec. À Rhodes, carrefour géographique entre la Grèce, l’Égypte et le Levant, l’astronomie et l’astrologie attirent de nombreux savants, qui interprètent des points précis des pronostics aratéens76. L’engouement scientifique autant que littéraire pour les études aratéennes a joué un rôle appréciable dans la diffusion du poème et dans ses multiples traductions77, critiques et commentaires. La connaissance de cette œuvre est également bien attestée depuis l’époque hellénistique jusqu’au Bas-Empire romain78. Un papyrus du iie s. av. n.è., qui contient une anthologie de poésie hellénistique vraisemblablement conçue comme un exercice scolaire, renferme quatorze vers des Phénomènes79. La valeur de ce document est importante pour mesurer la réception du poème dans l’Antiquité80. Pour des raisons qui tiennent davantage à leurs qualités littéraires qu’à leur valeur scientifique, les Phénomènes ont été étudiés très précocement. Le cercle des personnes ayant eu accès à cette œuvre s’est élargi de manière considérable, jusqu’à toucher à cette occasion un public de jeunes élèves. Un papyrus daté du règne de Ptolémée III Évergète (246-221) contient également un calendrier astrométéorologique précédé d’une introduction explicative du système astronomique général à l’usage d’un élève81. Ce document s’apparente à un type d’exercices scolaires ou de leçons dont l’objectif pédagogique pouvait être double : il s’agissait d’une réelle initiation aux sciences astronomiques autant que d’un apprentissage du savoir hellénique, dans la mesure où les écoles égyptiennes de cette époque étaient particulièrement influencées par la culture grecque traditionnelle82. L’accroissement du nombre de ces calendriers entraîne une réelle « vulgarisation » des connaissances dans le domaine des sciences astronomiques et, par contamination, de la météorologie.

  • 83 Rehm 1941 ; Lehoux 2007 ; Aujac 2003a.
  • 84 Lehoux 2005.
  • 85 Géminos, Introduction aux Phénomènes 18.19 ; Columelle, De l’agriculture 11.2 ; Clodius Tuscus dans (...)
  • 86 Ces pronostics sont le plus souvent introduits par la forme verbale ἐπισηµαίνει. Il arrive que des (...)
  • 87 À la suite de Lehoux 2007, p. 18, on établit une typologie distinguant les parapegmes fondés sur le (...)
  • 88 Milet II, 456 A. Cf. Lehoux 2005.

29La diffusion de ces pronostics s’est accompagnée, en outre, de la rédaction de calendriers agricoles mobiles, les parapegmes, caractérisés par leur fonction d’affichage extérieur et dont l’usage était essentiellement destiné aux agriculteurs83. La série épigraphique la plus importante a été découverte à Milet à la fin du xixe s.84 : elle fournit des points de comparaison essentiels avec les calendriers astrométéorologiques conservés dans la documentation littéraire85. Ces textes se composent de trois éléments communs : la référence aux mois solaires, qui varient de 29 à 32 jours selon le temps que parcourent les différents signes du zodiaque ; les levers et les couchers héliaques ; les pronostics météorologiques86. Ces calendriers, dont on distingue plusieurs types87, s’appuient sur une méthode d’observation des astres mise en pratique à partir de l’époque hellénistique, mais dont la filiation à des traités antérieurs est clairement revendiquée. L’innovation portait sur l’établissement de corrélations directes entre les phénomènes atmosphériques – ou terrestres si l’on prend en compte la mention d’un tremblement de terre – et le mouvement des astres, de telle sorte qu’il devenait envisageable de déterminer pour une année entière les risques de brusques changements de temps. Les pronostics se fondent sur une mise en série de données répétitives ou cycliques relevées par des astronomes, cités à de nombreuses reprises dans les parapegmes, qu’il s’agisse de l’Introduction aux Phénomènes de Géminos ou encore de l’un des fragments milésiens88.

  • 89 Aujac 1979. Cf. supra p. 78.
  • 90 Ptolémée, Phaseis 11.
  • 91 Vitruve, De l’architecture 9.6.3.
  • 92 Arrien, Anabase 7.18.6 ; Cicéron, De la divination 1.23 ; Athénée de Naucratis, 10, 437a ; Strabon, (...)

30Parmi les mieux conservées, une inscription offre une liste abondante d’astronomes : Euctémon, auteur d’un calendrier agricole vers 43389, est cité au moins à trois reprises. Ce même personnage est cité près de cinquante fois par Géminos, aux côtés d’Eudoxe de Cnide connu par la notoriété d’un traité qui fut versifié moins d’une centaine d’années après sa rédaction par Aratos. Dosithée de Péluse est mentionné à quatre reprises par Géminos, ainsi que par Ptolémée, lequel évoque également Philippe dans le Tétrabible90 : il s’agit selon toute vraisemblance d’un disciple de Platon, originaire d’Oponte. Une notice de Vitruve corrobore en outre l’ensemble de ces informations, bien que les astronomes évoqués dans ce passage ne soient pas présentés dans un ordre strictement chronologique91. L’Indien Callaneus, cité dans l’un des fragments milésiens, doit sans doute être rapproché du gymnosophiste qui se serait immolé devant Alexandre quelques jours avant la mort du conquérant92.

  • 93 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.6 (trad. G. Aujac, CUF, 1975).

31Les compilateurs utilisent donc surabondamment la référence aux traités scientifiques antérieurs pour établir leurs propres prévisions. Si cette manière de procéder peut être perçue comme un indice de la rédaction stéréotypée des parapegmes, l’objectif est avant tout de démontrer la validité scientifique de ces prévisions. Cette caution savante est pourtant fortement nuancée par Géminos93 :

Αἱ δὲ γινόµεναι προρρήσεις τῶν ἐπισηµασιῶν ἐν τοῖς παραπήγµασιν οὐκ ἀπό τινων παραγγελµάτων ὡρισµένων γίνονται, οὐδὲ τέχνῃ τινὶ µεθοδεύονται κατηναγκασµένον ἔχουσαι τὸ ἀποτέλεσµα, ἀλλ’ ἐκ τοῦ ὡς ἐπίπαν γινοµένου διὰ τῆς καθ’ ἡµέραν παρατηρήσεως τὸ σύµφωνον λαµβάνοντες εἰς τὰ παραπήγµατα κατεχώρισαν.

Les prédictions tirées des pronostics météorologiques que l’on trouve dans les parapegmes ne viennent pas de préceptes fixés une fois pour toute ; elles ne sont pas scientifiquement ni systématiquement établies ; elles n’entraînent pas de conséquence obligatoire. Simplement, dans la matière ordinaire que fournit l’observation quotidienne, on a pris les éléments qui concordaient pour les insérer dans les parapegmes.

32La critique est franche à l’égard de ceux qui établissent ces calendriers, mais aussi à l’égard de toute une partie de l’école aristotélicienne qui a cherché à établir des concordances entre un certain type de signes avant-coureurs et des événements dévastateurs. La méthode d’élaboration de ces pronostics est variable d’une époque à l’autre mais elle est conduite, dans un grand nombre de cas, par une théorie pérenne : à la suite d’Aristote et contrairement à Hésiode, dont le poème est bien davantage inspiré par la divination, la recherche des causes des phénomènes précède la collation des données météorologiques. Géminos admet par ailleurs que seules les intempéries survenues fréquemment aux mêmes dates ont été retenues dans l’élaboration des parapegmes, ce qui témoigne du caractère incertain des prévisions météorologiques.

33La place qu’occupent l’astronomie et l’astrologie dans l’élaboration des pronostics météorologiques s’inscrit sur fond de lutte entre les écoles philosophiques, bien que ces deux disciplines soient, au iiie s. av. n.è., largement répandues dans le monde égéen. D’un côté, péripatéticiens, académiciens et stoïciens croient en la scientificité des pronostics en ce sens que, pour eux, l’univers est gouverné par des lois fondamentales ; d’un autre côté, épicuriens et sceptiques remettent en cause le sens même des prévisions météorologiques car, contrairement à l’opinion majoritaire, ces philosophes pensent que la constitution de l’univers est due au hasard.

  • 94 Le parapegme le plus ancien que nous connaissons est contenu dans les Papyri Hibeh mentionnés supra(...)
  • 95 Diodore de Sicile, 1.81.4-5 (trad. Y. Vernière, CUF, 1993).

34Les Égyptiens sont également nommés à plusieurs reprises dans les parapegmes grecs aux côtés des Chaldéens94. En s’intéressant précocement aux levers et aux couchers héliaques des étoiles, l’école alexandrine a en effet joué un rôle non négligeable dans la promotion des connaissances astronomiques et leur application à la météorologie. De même, les horoscopes d’époque ptolémaïque repris dans la Mathesis de Firmicus Maternus sont l’archétype d’un savoir populaire qui confirme l’antériorité des pronostics égyptiens. Il s’agit pour les astrologues de prédire la façon dont, en fonction du thème astral, certaines personnes mourront – par exemple à la suite d’un éboulement, d’un tremblement de terre ou au cours d’une tempête. Un passage de Diodore de Sicile confirme également que l’Égypte a tenu une place essentielle en ce qui regarde la prévision des catastrophes95 :

ἐπιµελοῦς γὰρ, εἰ καὶ παρά τισιν ἄλλοις, καὶ παρ’ Αἰγυπτίοις παρατηρήσεως τυγχάνουσιν αἱ τῶν ἄστρων τάξεις τε καὶ κινήσεις· […] καὶ πολλάκις µὲν τοῖς ἀνθρώποις τῶν αὐτοῖς µελλόντων ἀπαντήσεσθαι κατὰ τὸν βίον προλέγοντες ἐπιτυγκάνουσιν, οὐκ ὀλιγάκις δὲ καρπῶν φθορὰς ἢ τοὐναντίον πολυκαρπίας, ἔτι δὲ νόσους κοινὰς ἀνθρώποις ἢ βοσκήµασιν ἐσοµένας προσηµαίνουσι, σεισµούς τε καὶ κατακλυσµοὺς καὶ κοµητῶν ἀστέρων ἐπιτολὰς καὶ πάντα τὰ τοῖς πολλοῖς ἀδύνατον ἔχειν δοκοῦντα τὴν ἐπίγνωσιν, ἐκ πολλοῦ χρόνου παρατηρήσεως γεγενηµένης, προγινώσκουσι.

Or c’est bien chez les Égyptiens, plus que partout ailleurs, que les positions et les mouvements des astres ont été l’objet d’une attention particulière […] Et bien souvent, prédisant aux hommes les événements qui vont se produire dans leur vie, ils tombent juste. Fréquemment aussi, ils annoncent la destruction des récoltes ou au contraire leur abondance, ainsi que les épidémies qui frappent également les hommes et les troupeaux, les tremblements de terre, les inondations, le passage des comètes et tous les événements qui semblent imprévisibles à la majorité des hommes, grâce à des observations accumulées depuis très longtemps.

  • 96 Pap. Cairo 31222. Cf. Hughes 1951.
  • 97 Sur l’influence que les Anciens prêtaient au lever de Sirius dans le bassin méditerranéen, voir inf (...)
  • 98 Pap. Wien D 6278-D 6289, D 6698 et D 10111.

35L’historien rend compte d’une réalité par ailleurs bien attestée dans les sources papyrologiques. Un document rédigé en démotique à l’époque hellénistique prévoit que lorsque Sothis se lève quand Saturne est dans le Sagittaire, une inondation viendra en Égypte96. Si pour les Égyptiens, le lever héliaque de Sirius est concomitant avec la crue nilotique et, par conséquent, avec l’espérance de bonnes récoltes annuelles97, ce document confirme l’intérêt que les astrologues portaient aux mouvements des astres comme un indicateur des événements à venir. Ce papyrus donne aussi une prévision néfaste pour la Syrie, en prétendant que si la même étoile se lève quand Mars est dans le Gémeau, le ciel chargé en pluie ne sera pas en mesure d’atteindre le pays des Syriens. Cette prévision peut être interprétée comme un argument a silentio qui soulignerait le risque d’une sécheresse de longue durée. Enfin, un papyrus du iie s. de n.è., également rédigé en démotique, souligne que les astrologues égyptiens fondaient leurs prévisions sur les aspects que présentait la lune98 : ainsi, lorsque le disque de la lune est jaune avec trois étoiles à l’intérieur ou bien qu’il est de couleur marron éclatant, une grande inondation menace l’Égypte.

Une typologie des signes avant-coureurs de catastrophes

36Les traités qui établissent les pronostics météorologiques ne sont pas tous fondés sur un modèle unique et il est même fréquent que certains d’entre eux critiquent sévèrement les théories antérieures. L’analyse des sources littéraires et épigraphiques conduit à proposer une typologie fondée sur la nature et le type des pronostics. Leur présentation se fait sous une forme stéréotypée, distinguant d’un côté le signe (le pronostic) et de l’autre le signifié (le résultat). Trois grands types apparaissent clairement : les pronostics astrométéorologiques, ou zodiacaux, qui établissent des corrélations entre la nature des astres (signe) et les catastrophes (signifié) ; les pronostics atmosphériques sont plus complexes à apprécier car les phénomènes météorologiques (signe) sont eux-mêmes annonciateurs de catastrophes (signifié) ; enfin, si les pronostics animaliers apparaissent bien comme des signes avant-coureurs de fléaux, il s’agit essentiellement de prévisions à court terme.

  • 99 Aratos, Phénomènes, v. 1142-1145.
  • 100 Cf. supra p. 28.

37Il n’y a pas non plus de cloisonnement hermétique entre ces différents types : le Περὶ σηµείων attribué à Théophraste ou les Phénomènes d’Aratos établissent plusieurs de ces pronostics et constituent une catégorie d’œuvres mixtes. L’ensemble des signes présents dans ces traités ou dans les poèmes didactiques ne correspond pas toujours aux catégories précédemment établies. Leur variété est d’ailleurs, à en juger par les derniers vers d’Aratos, un indice de la fiabilité des pronostics99. Lorsque Sénèque traite de la catastrophe de Boura et d’Héliké, qui eut lieu en 373 av. n.è., dans un développement accordant une large place aux signes avant-coureurs des séismes, il évoque l’immense colonne de feu et le tremblement de terre qui se produisirent peu de temps auparavant à Délos100.

Le caractère régional des pronostics

  • 101 Pline l’Ancien, 18.201-202.
  • 102 Aratos, Phénomènes, v. 1145-1148 : Αἰεὶ δ’ ἂν παριόντος ἀριθµοίης ἐνιαυτοῦ / σήµατα συµβάλλων εἴ πο (...)
  • 103 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.21-23.

38Un aperçu de la documentation montre que le type le plus fréquent est celui des pronostics zodiacaux, bien que leur valeur universelle, fondée sur la recherche puis l’élaboration de lois uniques, doive être fortement nuancée. Les auteurs antiques sont eux-mêmes conscients que l’ensemble des signes répertoriés comme des indices de catastrophes ne vaut pas en tous lieux. C’est ainsi qu’à propos du calendrier d’Hésiode, qui conseille de semer le blé au coucher des Pléiades, Pline l’Ancien rappelle que le poète écrivait en Béotie, région où cette période est certainement la plus propice pour ce type de travail agricole, alors que dans d’autres endroits les semailles doivent avoir lieu avant cette date101. Allant plus loin, Aratos écrit dans les Phénomènes : « À mesure que l’année s’écoule, passe en revue les signes et compare, pour voir si tel jour, correspondant au lever ou au coucher d’une étoile, se montre bien comme le signe l’avait prédit »102. Conseillant ainsi aux agriculteurs de vérifier par eux-mêmes sans cesse la validité des pronostics, Aratos émet indiscutablement des réserves sur le caractère universel des signes. En outre, Géminos ne se prive pas de rapporter que les indications inscrites dans les parapegmes ne sont pas toujours en accord avec les faits : il se peut que de violentes tempêtes se déchaînent brusquement après des signes avant-coureurs de beau temps. Il est également fréquent que les pronostics se réalisent avec un retard de plusieurs jours103.

  • 104 Ptolémée, Phaseis 46.2.
  • 105 Diogène Laërce, 8.86-87.

39La corrélation entre les signes et les catastrophes varie également en fonction des espaces géographiques et la confection des parapegmes y prête une attention particulière, ce que Ptolémée rappelle notamment dans les Phaseis104. Plusieurs grandes aires géographiques de prévision des aléas climatiques sont ainsi mentionnées. L’Égypte présente des caractéristiques particulières, dans la mesure où elle n’a fait l’objet que d’observations de la part des Égyptiens eux-mêmes ; cette remarque est pour le moins surprenante, puisqu’un grand nombre de savants évoqués dans ce traité y ont manifestement séjourné : c’est notamment là que le plus souvent les météorologues grecs se sont formés à l’astronomie. La Thrace et la Macédoine sont par deux fois regroupées dans un même ensemble, dont l’un, plus vaste, comprend également l’Attique et les Cyclades. La cohérence géographique ne surprend guère. Dans une démarche équivalente, la Sicile et l’Italie appartiennent à un même ensemble logique : la Méditerranée centrale est donc, en accord avec la pensée grecque, réunie dans une même zone. L’étonnement vient davantage de l’aire géographique que Ptolémée attribue à Eudoxe, qui regroupe de nombreuses régions, s’étendant de l’Asie à la Sicile : on imagine aisément qu’étant originaire de Cnide, Eudoxe ait largement concouru à établir les pronostics météorologiques pour l’Anatolie. En revanche, rien dans la biographie que lui a consacrée Diogène Laërce n’autorise à penser qu’il se soit rendu en Italie, tandis que ses nombreux voyages, à Athènes d’abord, puis en Égypte et en Propontide, auraient dû le conduire naturellement à s’intéresser à ces régions105. Enfin, la Bithynie et l’Hellespont sont, dans ce catalogue, des cas isolés.

Les pronostics astrométéorologiques

  • 106 Plaute, Rudens, v. 69-71 (trad. A. Ernout, CUF, 1938).

40Les auteurs de traités astrométéorologiques, les astrologues et les poètes considèrent que les signes annonciateurs de catastrophes sont liés, d’une façon ou d’une autre, aux levers ou aux couchers héliaques des astres106 :

Increpui hibernum et fluctus moui maritimos. / Nam Arcturus signum sum omnium <unum> acerrimun ; / uehemens sum exoriens, cum occido uehementior.

J’ai fait gronder la tempête, et soulevé les flots de la mer ; car je suis, moi Arcture, la plus orageuse des étoiles : terrible à mon lever, je suis, à mon coucher plus terrible encore.

  • 107 L’observation de l’étoile Arcture est dans l’Antiquité très courante car c’est notamment elle qui, (...)
  • 108 Aristote, Météorologiques 1.1 ; Pline l’Ancien, 18.201.
  • 109 Un auteur tardif comme Végèce (Institutions militaires 5.10-11) consacre aux signes d’intempéries d (...)
  • 110 Ptolémée, Tétrabible 1.2.4 : αἵ τε τῶν ἀστέρων τῶν τε ἀπλανῶν καὶ τῶν πλανωµένων πάροδοι πλείστας π (...)

41Cette citation, empruntée au prologue du Rudens de Plaute, en est une illustration manifeste107. Outre les importants témoignages d’Aristote et de Pline108, la plupart des auteurs qui entreprennent de compiler les pronostics météorologiques rappellent le lien ténu entre prévision et astronomie109, dont Ptolémée nous dit qu’il est « habituel de tirer du passage dans le ciel d’astres, tels que les étoiles fixes ou planètes, des prévisions météorologiques sur la chaleur, le vent ou la neige susceptible d’affecter la terre »110.

  • 111 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos 5.2 : τήρησις γάρ ἐστιν ἐπὶ φαινοµένοις ὡς γεωργία καὶ κυβε (...)

42L’astrologie universelle se fonde avant tout sur des calculs astronomiques. Cette science antique est très largement tournée vers la prévision des catastrophes. Dans un traité polémique, Sextus Empiricus définit d’ailleurs l’astrologie comme « l’observation des phénomènes, comme l’agriculture et la navigation, d’où il est possible d’anticiper les sécheresses et les pluies et les épidémies et les tremblements de terre et d’autres changements semblables de l’atmosphère »111. Le champ d’application de la météorologie astrale est donc particulièrement mal délimité dans la mesure où il concerne tous les phénomènes exceptionnels et réguliers qui affectent la surface de la terre. Exceptée la définition plus restrictive que donne Ptolémée dans les Phaseis, il n’y a pas de distinction tenant compte de la nature et de l’intensité des phénomènes : peu importe qu’il s’agisse d’une catastrophe destructrice ou d’un fléau récurrent, l’important demeure qu’ils puissent être annoncés grâce à une observation des signes. Si les pronostics zodiacaux sont assurément les plus fréquents, ils relèvent toutefois de deux logiques bien distinctes : un premier courant considère que les astres ont une influence directe sur les aléas climatiques ; les défenseurs de l’opinion contraire n’établissent que des corrélations chronologiques entre leur retour cyclique, qui indique le passage à une autre saison, et les fléaux récurrents.

L’influence sidérale

  • 112 Sénèque, Questions Naturelles 2.32.7.
  • 113 Pline l’Ancien, 2.17. Cf. Bouché-Leclercq 1899b, p. 365, n. 1.
  • 114 Pline l’Ancien, 2.105-111.
  • 115 Aujac 2003b, p. 77.
  • 116 Ptolémée, Tétrabible 2.9.12 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

43Le rôle des astres dans l’avènement des catastrophes naturelles est une théorie ancienne que Sénèque112, à la suite de Pline, attribue aux Chaldéens113. Elle procède d’une volonté de prévoir, grâce à l’astrologie, les événements dévastateurs qui affectent une région étendue. La théorie de l’influence sidérale se fonde sur l’idée que les astres – planètes, signes zodiacaux, constellations, lune et soleil – exercent une attraction sur le monde sublunaire et modifient par conséquent la nature du climat. L’influence des astres pèse d’abord, selon Pline, sur les phénomènes saisonniers et récurrents, mais l’encyclopédiste ne nie pas non plus leurs effets sur les fléaux accidentels114. Ptolémée, dans un développement précis sur l’influence de chacune des planètes, assure qu’elles sont non seulement vertueuses, mais aussi responsables des aléas naturels qui se produisent dans l’atmosphère et sur la terre. Il adopte dans le Tétrabible une division entre astrologie universelle d’une part et astrologie généthliaque d’autre part : en procédant ainsi, il admet l’antériorité de l’influence chaldéenne sur celle des Égyptiens, plus prompts à développer l’astrologie des thèmes individuels. Il aborde ensuite distinctement les trois composantes du ciel : les planètes, dont l’ordre adopté correspond à celui fixé par les Chaldéens115, les signes zodiacaux et enfin les constellations. Le cas de Mars est en ce sens significatif116 :

περί τε τὴν τοῦ ἀέρος κατάστασιν καύσωνας καὶ πνεύµατα θερµὰ λοιµικὰ καὶ συντηκτικὰ κεραυνῶν τε ἀφέσεις καὶ πρηστήρων καὶ ἀνοµβρίας· περὶ δὲ θάλασσαν στόλων αἰφνίδια ναυάγια διὰ πνευµάτων ἀτάκτων ἢ κεραυνῶν ἢ τῶν τοιούτων, ποταµῶν δὲ λειψυδρίας καὶ ἀναξηράνσεις πηγῶν καὶ φθορὰν τῶν ποτίµων ὑδάτων·

[Mars] agit aussi sur le climat en provoquant des chaleurs brûlantes, des vents chauds, pestilentiels et desséchants ; il suscite la foudre, les ouragans et les sécheresses […]. Il assèche aussi les rivières, tarit les sources et pollue les eaux potables.

  • 117 Ibid., 2.12.2.

44Ptolémée ajoute à propos du Bélier, lui-même placé sous le patronage de Mars, qu’il est responsable du tonnerre et de la grêle. Mais l’auteur des Apotelesmatika précise que les effets de ce signe varient selon la position de la constellation117 :

κατὰ µέρος δὲ ἐν τῷ µᾶλλον ἢ ἧττον ἀπὸ τῆς τῶν κατ’ αὐτὸν ἀπλανῶν ἀστέρων ἰδιότητος τὰ µὲν προηγούµενα αὐτοῦ ὀµβρώδη καὶ ἀνεµώδη, τὰ δὲ µέσα εὔκρατα, τὰ δὲ ἑπόµενα καυσώδη καὶ λοιµικά, τὰ δὲ βόρεια καυµατώδη καὶ φθαρτικά, τὰ δὲ νότια κρυσταλλώδη καὶ ὑπόψυχρα.

La première partie du Bélier est pluvieuse et venteuse, celle du milieu est tempérée et la dernière est brûlante et pestilentielle ; la partie nord du Bélier est brûlante et destructrice, la partie sud engendre glace et froid.

  • 118 Ibid., 1.9 ; Hübner 2003, p. 82.

45Le Bélier et le Scorpion sont par ailleurs des signes tonnants, dits βροντώδεις, car ils sont placés sous Mars : l’influence primaire, celle de la planète dont dépendent les signes zodiacaux et les constellations, est donc la plus décisive. Enfin, à l’intérieur de ces signes zodiacaux, une constellation martiale, la Crèche au début du Crabe, serait encore la cause des tremblements de terre, des climats étouffants et brumeux118. L’exemple de Mars n’est ni anodin ni exceptionnel. Ses influences climatiques, et plus spécifiquement son caractère brûlant, sont en partie dues à sa couleur rouge, remarquée dès l’Antiquité et qui lui a valu son rapprochement avec le dieu de la guerre Arès.

  • 119 Sénèque, Questions Naturelles 7.4.2.
  • 120 Ptolémée, Tétrabible 2.9.8 : πρὸς δὲ τοὺς τῆς γῆς καρποὺς ἔνδειαν καὶ σπάνιν καὶ ἀπώλειαν µάλιστα τ (...)
  • 121 Virgile, Géorgiques 1, v. 337.
  • 122 Cumont 1932.
  • 123 D’origine chaldéenne, syrienne ou égyptienne selon les cas, les dodecaétérides sont relativement no (...)

46Quant à Saturne, Sénèque rapporte qu’Épigénès avait déjà établi ses caractéristiques et rendait cet astre responsable des tonnerres et des éclairs en raison de sa nature venteuse et froide119. Ptolémée évoque, pour sa part, « le manque, la rareté et la destruction, surtout des produits [de la terre] nécessaires à la vie quotidienne, par des chenilles, des sauterelles, les inondations, les pluies violentes, la grêle ou des catastrophes semblables, si bien qu’il résulte famine et destruction des hommes »120. L’influence climatique de Saturne suscite chez beaucoup d’auteurs antiques de vives inquiétudes si bien que Virgile conseille aux agriculteurs de porter attention à l’endroit où la planète se retire ainsi que d’observer les cercles de l’astre Cyllène121. Selon lui, Saturne est en effet responsable des tremblements de terre et des inondations par l’intermédiaire de Jupiter. Les Προγνωστικὰ χειµῶνος d’Eudoxe de Cnide relèvent d’une logique similaire, vraisemblablement d’origine chaldéenne : chacune des deux parties de ce traité contient des prévisions météorologiques, établies à partir du lever héliaque d’Orion pour l’une, fondées sur la position zodiacale de la lune pour l’autre122. Cette seconde partie ressort d’un genre particulier, les dodecaétérides, système de prédictions valable pour une période de douze années, placées chacune sous l’un des signes zodiacaux123.

L’influence du soleil et de la lune

  • 124 Pour ce qui suit : Préaux 1973, p. 123-128. Notons que Géminos, lui-même partisan d’une théorie qui (...)
  • 125 Aristote, Météorologiques 367b ; Pline l’Ancien, 2.195.
  • 126 Jean le Lydien, Anonymi dissertatio de terrae motibus, p. 169 : Περὶ δὲ τὰς τῆς σελήνης ἐκλείψεις ἐ (...)
  • 127 Ptolémée, Tétrabible 2.5.

47Les éclipses de lune sont, dans la croyance populaire grecque, des signes maléfiques, annonciateurs de catastrophes124. Pour Aristote comme pour Pline l’Ancien125, l’éclipse de lune est un signe avant-coureur, parmi d’autres, des tremblements de terre. La pérennité de cette assertion est confirmée par un court traité anonyme sur les séismes, compilé au vie s. de n.è. par Jean le Lydien126. L’influence de la lune sur les aléas naturels est donc une croyance forte dont on tirait dans l’Antiquité des pronostics nombreux, qui n’étaient cependant valables que pour la région où l’éclipse avait été aperçue127.

  • 128 Aratos, Phénomènes, v. 778-798.
  • 129 Pline l’Ancien, 18.348.
  • 130 Théophraste, Περὶ σημείων 38.
  • 131 Thalès aurait prédit une éclipse de soleil pour l’année 585, selon Hérodote, 1.74.

48Les Phénomènes d’Aratos indiquent par exemple que si la lune est droite au quatrième jour, cela présage une tempête et pire encore si elle est cernée d’un cercle rouge128. Varron, vraisemblablement inspiré par Aratos, confirme que si la lune est pourvue de cornes droites au quatrième jour, cela présage une grande tempête en mer129. La source d’inspiration d’Aratos, et par contamination de Varron, est ici clairement le Περὶ σηµείων de Théophraste, pour qui la lune et le soleil sont des indicateurs de tempêtes130. Que la lune ait été considérée comme responsable des intempéries et des catastrophes majeures peut surprendre dans la mesure où, depuis Thalès, les Grecs étaient en mesure d’en prévoir les éclipses131. Il y a là, plutôt qu’une opposition, une confusion et un amalgame entre rationalité et croyances populaires. Si la justesse des pronostics dépend du caractère scientifique des signes astronomiques, c’est précisément parce que leur périodicité permet une approche empirique.

  • 132 Virgile, Géorgiques 1, v. 463 : Solem quis dicere falsum audeat ?
  • 133 Théophraste, Περὶ σημείων 38 ; Aratos, Phénomènes, v. 892-908.
  • 134 Pline l’Ancien, 18.342-345.
  • 135 Ptolémée, Tétrabible 2.14.3 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

49Le soleil est aussi considéré par les Anciens comme un indicateur des catastrophes à venir132. Son aspect permet de prévoir la fréquence ou la possibilité qu’un sinistre se produise133. Lorsque Pline établit une liste des pronostics météorologiques, le premier astre auquel il consacre un développement est le soleil134. Ptolémée entreprend également la rédaction d’un développement consacré à ces signes annonciateurs avec un grand nombre de détails supplémentaires135 :

µέλας δὲ ἢ ὑπόχλωρος ἀνατέλλων ἢ δύνων µετὰ συννεφείας ἢ ἅλως ἔχων περὶ αὑτὸν καθ’ ἓν µέρος ἢ ἐξ ἀµφοτέρων τῶν µερῶν παρήλια νέφη καὶ ἀκτῖνας ἢ ὑποχλώρους ἢ µελαίνας χειµώνων καὶ ὑετῶν ἐστι δηλωτικός.

Si [le soleil] est noir ou blafard, à son lever ou à son coucher, et s’il est accompagné de nuages, s’il a un halo autour de lui d’un seul côté ou s’il a de l’une et l’autre part ses nuages parhélies et qu’il émette des rayons blêmes ou noirs, alors il annonce tempêtes et pluie.

  • 136 L’an 32/3 de n.è.
  • 137 Phlegon de Tralles, FGrHist 257 F 36 [XIV].

50Ce passage illustre la contamination des types de pronostics entre eux : l’influence sidérale se conjugue ici avec des signes atmosphériques plus ou moins courants comme les halos ou les parhélies. Phlegon, affranchi de l’empereur Hadrien et auteur des Olympiades, établit par exemple une relation entre une éclipse de soleil qui se produisit la quatrième année de la 202e Olympiade136 et le grand tremblement de terre qui frappa la Bithynie à la même époque137. Pour de nombreux observateurs antiques, le soleil exerce ainsi une influence incontestable sur les événements terrestres, qui peut être dévastatrice.

  • 138 Περὶ σεισμῶν.
  • 139 Festugière 1944, p. 110-111.
  • 140 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum VII, p. 167.
  • 141 Corpus hermeticum, F 6.8 (trad. A.-J. Festugière, CUF, 1954).

51Un poème astrologique, le Περὶ σεισµῶν, contient encore une série de présages déterminés en fonction de la position du soleil dans les signes zodiacaux138. Deux indices permettent de le rattacher plus précisément à la littérature hermétique. Comme l’a montré André-Jean Festugière139, il existe une paraphrase hermétique en prose des premiers vers de ce poème140. D’autre part, un fragment du Corpus hermeticum reprend cette idée selon laquelle les astres exercent une influence sur le monde terrestre141 :

Οὕτως, ὦ τέκνον, τῶν καθολικῶς πάντων συµβαινόντων τῇ ἐνεργείᾳ ἀπὸ τούτων ἐστιν. οἷον (ὃ λέγω νόησον) βασιλειῶν µετατροπαί, πόλεων ἐπαναστάσεις, λιµοί, λοιµοί, ἀµπώτεις θαλάσσης, γῆς σεισµοί, οὐδὲν τούτων, ὦ τέκνον, χωρὶς τῆς τούτων ἐνεργείας γίνεται.

Ainsi, mon enfant, la force à l’œuvre dans tous les accidents de portée universelle vient des décans : par exemple (marque bien mes paroles) changements de rois, soulèvements de cités, famines, pestes, reflux de la mer, tremblements de terre, rien de tout cela, mon enfant, n’a lieu sans l’influence des décans.

  • 142 Περὶ σεισμῶν 45, v. 1-10 (trad. Festugière 1944, p. 110).

52Composé de douze strophes de longueur inégale, le Περὶ σεισµῶν est un recueil de prévisions qui dépendent de la conjonction entre un phénomène terrestre et le signe zodiacal dans lequel se trouve le soleil. Il s’agirait donc en apparence d’un menologion, qui aurait comme point de départ le mois d’avril puisque le poème s’ouvre sur la traversée du soleil dans le Bélier142 :

Φράζεο δὴ καὶ τόνδε λόγον, τέκος, ὁππότε κεν δὴ γαῖαν κινήσῃ σεισίχθων Κυανοχαίτης, ὅττι βροτοῖς ἐπί τ’ εὐτυχίην κακότητά τε φράζει. Ὁππόταν εἰαρινὴν ἐπ’ ἰσηµερίην ἀφίκηται ἠέλιος, Κριόν τε διεκτρέχῃ, ἐν δ’ ἄρα τῷδε γαῖαν νυκτερινὸς Γαιήοχος ἀµφελελίξῃ, σῆµα τόδ’ ἐστὶ πόληος ἀπόστασις οὐκ ἀλαπαδνῆς· εἰ δέ κεν ἡµερινὸς, φράζει τόδε λυγρὰ καὶ ἄτας πήµατος ὁρµήσαντος ἐπ’ ἀλλοδαποὺς ἀνθρώπους ἔσσεσθαι, σφετέραις ἐπὶ πηµοσύναις ἰδὲ λύπαις.

Apprends encore ce discours, mon enfant : toutes les fois que l’Ébranleur aux cheveux sombres secoue la terre, cela annonce heureuse fortune ou malheur. Quand est venu l’équinoxe de printemps et qu’Hélios traverse le Bélier, si alors le dieu qui embrasse la terre l’agite violemment pendant la nuit, cela présage de grandes révoltes dans la cité. S’il l’agite pendant le jour, c’est l’annonce de tristesse et de malédictions, un fléau s’abattra sur les peuples étrangers, et il y aura, pour nous afflictions et peines.

53Toutefois, l’analyse plus précise du contenu conduit à une autre hypothèse. L’auteur prétend ici qu’un tremblement de terre annonce (φράζει) une heureuse fortune ou un malheur. Ce sont les vers suivants qui définissent clairement la nature astrologique du document et plus encore sa valeur universelle, puisque le registre des malheurs ne concerne pas un individu en particulier, mais une cité, vraisemblablement Alexandrie, et des peuples étrangers. Ce document est surtout un cas rarissime où un tremblement de terre a valeur de signe annonciateur. Le genre littéraire est d’autant plus complexe à définir que le pronostic varie en fonction de la position du soleil dans le zodiaque. Toutefois, si le tremblement de terre est bien le signe auquel on doit être attentif, le pronostic dépend uniquement de la position du soleil. On doit donc rattacher ce document, non pas à la catégorie des menologia, mais bien plutôt à celle des seismologia.

  • 143 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum IX, p. 130-131.

54Peu d’exemples offrent de réels points de comparaison avec ce document exceptionnel. Un parapegme anonyme, conservé dans un manuscrit d’Oxford, contient toutefois un passage qui s’en approche143 :

Τούτῳ τῷ µηνί σελήνης οὔσης ἐν Ὑδροχόῳ, ἐάν γένωνται βρονταί, πολέµους ἰσχυροὺς εἰς τὴν γῆν σηµαίνει καὶ σάλους καὶ νόσους περὶ ἀνθρώπους, σίτων δὲ καὶ τῶν ἄλλων καρπῶν φτορὰν καὶ χωρῶν τινῶν ἀπωλειαν. κατὰ δὲ Εὔδοξό χειµῶνας πολλούς. […] ἐάν σεισµός γένηται, ἀναίρεσιν σηµαίνει.

Ce mois, quand la lune traverse le Verseau : s’il tonne, cela signifie de violentes guerres sur la terre et des agitations et des maladies pour les hommes, la destruction du blé et des autres semences et la destruction des campagnes. Selon Eudoxe, beaucoup de tempêtes […] s’il se produit un tremblement de terre, cela signifie la destruction (de villes ?).

  • 144 Lehoux 2007, p. 392-393, à la suite de Stefan Weinstock, considère que les présages évoqués dans ce (...)
  • 145 Cf. infra p. 96-98.
  • 146 Comme l’a montré Dagron 1981, les seismologia sont devenus courants à l’époque byzantine, comme une (...)

55Les commentateurs ont bien vu dans ce passage un ajout au texte principal144, mais ils l’ont sans doute hâtivement rattaché au genre brontoscopique, comme le suggère habituellement la formule classique ἐάν γένωνται βρονταί145. Or, les dernières lignes de ce document indiquent qu’il relève au moins autant des seismologia comme l’atteste l’emploi de l’expression ἐάν σεισµός γένηται. Par ailleurs, cette notice se termine sur une difficulté de traduction : Daryn Lehoux suggère que si un tremblement de terre se produit, la conséquence en est la mort. Il me semble plus fidèle de restituer au mot ἀναίρεσιν le sens qu’il revêtirait ordinairement dans un traité d’apotélesmatique universelle, c’est-à-dire une destruction à plus large échelle, peut-être de cités ou de royaumes. Il s’agit donc très vraisemblablement d’un ajout mixte fondé d’une part sur le modèle d’un brontologion et d’autre part sur le modèle d’un seismologion, ce qui ne serait guère étonnant de la part d’un rédacteur d’époque byzantine, comme l’illustre le cas du De ostensis de Jean le Lydien qui compile dans un court opuscule un parapegme, plusieurs calendriers brontoscopiques et un Περὶ σεισµῶν146.

L’influence maléfique des comètes

  • 147 Sénèque, Questions Naturelles 7.1.5. Voir Mc Cartney 1929, p. 2-8 et 11-15 ; Le Bœuffle 1985.
  • 148 Bouché-Leclercq 1899b, p. 357.
  • 149 Lucain, La guerre civile 1.528 ; Stace, Thébaïde 1.708 ; Suétone, Vie des douze Césars, Néron 36 ; (...)
  • 150 Isidore de Séville, Traité de la nature 26.13.

56Tout au long de l’Antiquité, les comètes n’ont eu de cesse de fasciner et d’effrayer en raison des propriétés, le plus souvent maléfiques, qu’on leur accordait147. L’interprétation des comètes a autant intéressé les haruspices étrusques et les Chaldéens, que les polygraphes, les météorologues et les encyclopédistes, ou encore les astrologues148. Leur apparition est associée dans la culture populaire à un signe néfaste, moins pour les individus que pour les royaumes, ce dont témoigne une multitude de notations incidentes chez les auteurs latins du ier s.149. Au début du viie s. de n.è., Isidore de Séville, dont le Traité de la nature n’est autre qu’une compilation d’ouvrages antérieurs de cosmographie, continue de leur attribuer une influence sur le monde terrestre150.

  • 151 Aristote, Météorologiques 342b-344a.
  • 152 Ibid., 344b : Περὶ δὲ τοῦ πυρώδη τὴν σύστασιν αὐτῶν εἶναι τεκµήριον χρὴ νοµίζειν ὅτι σηµαίνουσι γιγ (...)
  • 153 Sénèque, Questions Naturelles 7.

57Aristote consacre aussi un long développement à la nature des comètes dans les Météorologiques : il y expose les théories présocratique et pythagoricienne qui en faisaient soit une conjonction de planètes – Anaxagore et Démocrite –, soit des planètes uniquement visibles à de longs intervalles151. Ces théories ont été réfutées par les stoïciens et, avant eux, par Aristote lui-même, selon qui la formation de ces astres est due à un phénomène d’exhalaison sèche ; celle-ci, en montant de la terre jusque dans l’atmosphère, donne naissance à différents types de comètes. Le philosophe ajoute qu’elles ont « une composition ignée du fait que leur apparition annonce le plus souvent des vents et des sécheresses »152. Aristote n’accorde donc pas aux comètes un quelconque pouvoir desséchant, mais admet en revanche que ces conditions climatiques particulières sont la cause de leur formation. Au milieu du ier s. de n.è., Sénèque continue d’opposer à Aristote la théorie selon laquelle les comètes appartiennent bien à la catégorie des planètes, ce qui suppose qu’elles font des levers et des couchers héliaques comme tous les astres153. Sénèque défend par ailleurs l’idée que seules des étoiles fixes peuvent déterminer l’évolution des conditions climatiques terrestres. Or, selon le stoïcien, les comètes exercent bien une influence climatique sur le monde sublunaire, contredisant en cela la démonstration d’Aristote et de Poséidonios.

  • 154 Ibid., 7.28.3 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

58L’opposition entre Sénèque et Aristote est ravivée lorsqu’il est justement question de déterminer quels types d’influences les comètes exercent sur l’atmosphère. Pour Aristote, elles annoncent la sécheresse et les vents, alors que pour Sénèque les comètes présagent que l’année entière sera mauvaise. D’un point de vue fonctionnel, ces théories sont fondamentalement différentes : dans un cas, les comètes ne font que signifier un état de fait, celui-là même qui les a produites ; dans l’autre cas, elles revêtent le statut de signe annonciateur. Sénèque en rend compte par l’exemple154 :

Fecit hic cometes qui Paterculo et Vopisco consulibus apparuit, quae ab Aristotele Theophrastoque sunt praedicta ; fuerunt enim maximae et continuae tempestates ubique, at in Achaia Macedoniaque urbes terrarum motibus prorutae sunt.

Celle que l’on a vue, sous le consulat de Paterculus et Vopiscus, a bien réalisé ce qu’ont annoncé Aristote et Théophraste, car il y eut partout des tempêtes violentes et ininterrompues ; des villes furent détruites en Achaïe et en Macédoine par des tremblements de terre.

  • 155 Pour la mise en contexte, se reporter au catalogue de Guidoboni, Comastri, Traina 1994, no 93. Sénè (...)
  • 156 L’origine de cette théorie remonte au moins au ve s. av. n.è. : Hippocrate établit un lien entre l’ (...)
  • 157 Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.2.

59Il y a bien ici l’idée d’une relation causale entre la comète, apparue en 60 de n.è. et restée visible du 9 août au 9 décembre, et les tremblements de terre qui ont frappé la Grèce continentale et la Macédoine en 61155. Associer deux phénomènes de nature si différente n’est cependant pas unique dans la littérature d’époque romaine156 : l’Histoire Auguste rapporte une série de catastrophes à l’époque d’Antonin le Pieux – une famine, un tremblement de terre qui détruisit des villes d’Asie Mineure et du Dodécanèse, l’effondrement du Cirque Maxime à Rome, une peste et plusieurs incendies –, ainsi que des prodiges variés – un serpent à crête plus grand que la normale qui se dévora le corps, des lions qui se laissèrent apprivoiser et capturer, la naissance d’un enfant à deux têtes157. L’auteur anonyme de l’Histoire Auguste ne suggère pas directement que l’ensemble de ces mirabilia, dont certains comme l’effondrement du cirque ou les tremblements de terre d’Asie sont des événements historiques attestés, soit lié à l’apparition d’une comète, qu’il signale pourtant parmi ces prodiges (apparuit et stella crinita). Cette construction littéraire renvoie néanmoins aux poncifs populaires sur les comètes, qui courent encore à l’époque romaine.

  • 158 Théophraste, Περὶ σηµείων 34 : οἱ κοµῆται ἀστέρες ὡς τὰ πολλὰ πνεύµατα σηµαίουσιν, ἐὰν δὲ πολλοὶ κα (...)
  • 159 Aratos, Phénomènes, v. 1091-1093 ; Hermippos de Smyrne, De astrologia dialogus, p. 51.
  • 160 Ptolémée, Tétrabible 2.14.10 : αἱ µὲν τῶν κοµητῶν συστροφαὶ ὡς ἐπίπαν αὐχµηροὺς καὶ ἀνεµοὺς προσηµα (...)
  • 161 Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos, v. 1813-1818 (trad. J. Soubiran, CUF, 1981).

60Selon la tradition d’Épigénès, suivie par Aristote, l’apparition d’une comète est concomitante avec un état de sécheresse. Théophraste, représentant de l’école aristotélicienne, reprend cette idée selon laquelle les comètes indiquent la sécheresse et les vents158. Cette interprétation perdure largement dans l’Antiquité : dès le iiie s. av. n.è., Aratos et Hermippos de Smyrne concluent à la corrélation entre les deux phénomènes, bien qu’il soit ici difficile de déterminer l’antériorité de l’un par rapport à l’autre159. Ptolémée, qui s’accorde sur la nature des comètes avec Aristote plutôt qu’avec les pythagoriciens ou Sénèque, ne récuse pas non plus cette hypothèse160. Deux œuvres poétiques du ive s. de n.è. entretiennent encore invariablement cette idée. Aviénus tout d’abord, auteur d’une traduction libre d’Aratos, l’expose au cours d’un développement autonome qui l’éloigne de son modèle161 :

At si contigerit plures ardere cometas, / inualidas segetes torrebit siccior aer / […] mundique impulsa calore / excutiunt stellas et crebro crine rubescunt.

Mais s’il arrive que brillent plusieurs comètes, la sécheresse grillera les moissons exténuées […]. Poussées par la chaleur de l’univers, [les exhalaisons] font jaillir des étoiles et rougeoient en épaisse chevelure.

  • 162 Claudien, Le rapt de Proserpine 1, v. 236.

61Ces ajouts substantiels d’Aviénus au texte original donnent à penser que sa traduction est, sur ce point, davantage conduite par les scholies d’Aratos, qui consacrent de longs passages à la formation des comètes, s’appuyant eux-mêmes sur la théorie aristotélicienne de la nature ignée des astres. Enfin, Claudien, poète originaire d’Alexandrie, rapporte dans Le rapt de Proserpine le prodige d’une comète rougeoyante qui annonce un malheur pour les villes et une tempête pour les marins162.

  • 163 Aristote, Météorologiques 366b.
  • 164 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.10.

62Les théories sur l’influence des comètes opposent ainsi deux traditions : la première fut initiée par l’école aristotélicienne et largement suivie par un grand nombre d’auteurs postérieurs ; la seconde est celle des pythagoriciens, dont le plus fervent défenseur a sans nul doute été Sénèque. Les diverses interprétations sur la nature des astres n’ont toutefois pas empêché que les communautés ou les individus ne soient vigilants à leur apparition et les observent scrupuleusement car ils y voyaient le signe d’un événement calamiteux, sécheresse ou tremblement de terre. Les séismes restent cependant des phénomènes exceptionnels, presque impossibles à prévoir163. Et Sénèque d’ajouter : « Fortifions donc notre courage contre une catastrophe qui ne peut être ni évitée ni prévue »164.

Le retour cyclique des astres et la périodicité des catastrophes

  • 165 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.1 : Ὁ περὶ ἐπισηµασιῶν λόγος παρὰ µὲν τοῖς ἰδιώταις ἀλλοίαν (...)
  • 166 Ibid., 17.12.
  • 167 Ibid., 17.26 : Πάντες γὰρ ὑπολαµβάνουσιν ἰδίαν δύναµιν ἔχειν τὸν ἀστέρα καὶ παραίτιον γίνεσθαι τῆς (...)

63Persuadés que les astres sont la principale cause des intempéries et des catastrophes, les partisans de cette opinion s’opposent à ceux qui ne voient qu’un synchronisme immédiat entre le retour cyclique des planètes et des signes zodiacaux et la périodicité de certains fléaux. Géminos s’en prend d’ailleurs vigoureusement aux adeptes de la première théorie car, selon lui, elle « repose chez l’homme ordinaire sur l’opinion extravagante que les variations atmosphériques sont dues aux levers et aux couchers d’étoiles »165. Toujours selon Géminos, la collation des pronostics météorologiques dans les calendriers agricoles s’est faite en deux temps : tout d’abord, les observations de changements de temps ont été consignées en repérant les positions du zodiaque où se trouvait alors le soleil ; puis, dans un second temps, les rédacteurs ont tenu compte des levers et des couchers héliaques pour établir des points de repère166. Les étoiles n’auraient donc exercé aucune influence directe sur le climat et l’atmosphère, car elles ne seraient que des indices chronologiques permettant de déterminer à quelle période de l’année telle ou telle intempérie a le plus de probabilité de se produire. L’exemple du lever héliaque de Sirius, cause, selon Aratos, de la sécheresse saisonnière qui frappe chaque année le pourtour méditerranéen, est la meilleure illustration de ces théories contradictoires. Géminos rapporte en premier lieu un point de vue fréquemment répandu selon lequel « cette étoile possède une force propre et cause les intenses chaleurs concomitantes à son lever héliaque »167. Il s’agit pour lui d’une interprétation trompeuse due à la concordance chronologique entre l’apparition annuelle de l’astre et les fortes chaleurs estivales, celles-ci étant en réalité la conséquence des rayonnements du soleil.

64Même s’il est parfois difficile de savoir à laquelle de ces traditions un auteur se rattache, force est de constater que les pourfendeurs de la première théorie, celle qui établit une causalité directe entre les astres et les intempéries, sont peu nombreux. Cela est en partie dû à l’influence très forte qu’ont eue les Phénomènes d’Aratos dans l’ensemble du bassin méditerranéen. Certes, Géminos loue les efforts que le poète a fournis pour ne pas tomber, selon lui, dans les travers de la météorologie populaire, mais cela n’a assurément pas suffi. Les polygraphes de l’époque impériale, essentiellement Pline et Sénèque, ont achevé de donner à cette tradition un caractère quasi officiel.

  • 168 Homère, Iliade 22, v. 29-32 : ὅν τε κύν’ Ὠρίωνος ἐπίκλησιν καλέουσι. / λαµπρότατος µὲν ὅ γ’ ἐστί, κ (...)
  • 169 Archiloque, F 85.
  • 170 Hendrickson 1925.

65De toutes les étoiles dont le lever héliaque rythmait l’année agricole, Sirius est probablement l’une de celles qui faisaient craindre en Méditerranée les fléaux les plus redoutables. Déjà l’Iliade en fait un astre aux propriétés maléfiques : « On l’appelle Chien d’Orion, et son éclat est sans pareil. Mais il n’est qu’un sinistre présage, tant il porte de fièvres pour les pauvres humains »168. Plutarque, citant un vers d’Archiloque, confère à Sirius un pouvoir brûlant tel qu’il affecte aussi les hommes169. Ce fragment est peut-être l’illustration d’une croyance populaire dans le pouvoir destructeur des imprécations170.

  • 171 Isidore de Séville, Traité de la nature 26.14.
  • 172 Aratos, Phénomènes, v. 332-335.
  • 173 Apollonios de Rhodes, Argonautiques 3, v. 957-959.
  • 174 Quintus de Smyrne, La suite d’Homère 8.31.
  • 175 Hippocrate, Airs, eaux, lieux 10.12. Le Corpus hippocraticum conseille de se méfier du lever de la (...)

66Dans l’Orient hellénisé, à l’exception de l’Égypte, Sirius est associée à la sécheresse dont les conséquences, chacun en a alors pleinement conscience, pouvaient être particulièrement dramatiques. Bien que Géminos ait montré, dès le ier s. av. n.è., l’absence de lien causal entre le lever héliaque de l’étoile et l’état de sécheresse récurrent, les croyances ne semblent pas pour autant avoir été modifiées : certains auteurs postérieurs continuent d’évoquer ce lien, à l’image du Traité de la nature d’Isidore de Séville rédigé au début du viie s. de n.è.171. Par ailleurs, le caractère malfaisant de Sirius constitue un topos de la littérature grecque : l’étoile défraîchit les plantes pour Aratos172 ; elle est responsable d’épizooties pour Apollonios de Rhodes173 ; elle n’apporte aux mortels que peste et malheurs pour Quintus de Smyrne174, ainsi que des ophtalmies, des fièvres aiguës et des nostalgies chez les sujets bilieux dans le Corpus hippocraticum175.

  • 176 Brun 1996.
  • 177 Cicéron, De la divination 1.130.
  • 178 Hygin, L’astronomie 2.4.6 : Praetera Canicula exoriens aestu Ceorum loca et agros fructibus orbabat (...)
  • 179 Diodore de Sicile, 4.82 évoque pour sa part une épidémie de peste qui contraint Aristée à sacrifier (...)
  • 180 Sylloge Nummorum Graecorum Copenhague, 16-17 (1944), nos 622-624.
  • 181 Ibid., 16-17 (1944), nos 650 et 660.
  • 182 Catalogue of the Greek Coins of Crete and the Aegean Islands (1886), p. 92-93, nos 39-46.

67L’émission de plusieurs séries monétaires au type très particulier atteste l’importance de ces traditions dans les espaces insulaires176. Selon Héraclide du Pont et Poséidonios d’Apamée, cités par Cicéron, les habitants de l’île de Kéos observaient le lever héliaque de Sirius et déterminaient à cette occasion si l’année serait salubre ou non177. Hygin rapporte que la Canicule « privait de récoltes le territoire et les champs des gens de Kéos, et en les frappant eux-mêmes de maladie, elle les contraignait à expier douloureusement la mort d’Icaros »178. Dans un mythe local, le roi de Kéos, Aristée, sacrifia ainsi à Zeus et obtint, en compensation de son expiation, que soufflent les vents étésiens pendant quarante jours. Cette tradition, que rapportent avec quelques variantes Apollonios de Rhodes et Diodore de Sicile179, a perduré dans la mémoire collective au point que l’état fédéral de Kéos, ou l’une des trois cités confédérées selon le cas, a frappé un monnayage au type de Sirius. Trois monnaies du iie s. av. n.è. présentent au revers l’avant-corps d’un chien, la tête tournée vers la gauche, entouré de plusieurs rayons que l’on identifie comme une allégorie figurée de l’étoile180. La particularité de ce type est d’associer deux représentations iconographiques de Sirius, l’astre et l’allégorie de la canicule. Une monnaie frappée par la cité de Iulis présente le même type que le précédent et une autre ne figure que les rayons évoquant Sirius181. De petits statères de bronze frappés par la cité de Carthaia intègrent dans un cas le symbole du chien et de l’astre et, dans un autre cas, l’étoile seule182.

Les pronostics atmosphériques

68L’attention que l’on portait dans l’Antiquité aux signes avant-coureurs de catastrophes reposait également sur une interprétation des signes atmosphériques : tonnerre, nuages, halos et parhélies. Les pronostics tirés de l’état du ciel correspondent à une tradition populaire fortement ancrée dans le monde grec chez les cultivateurs et les marins, ce dont témoignent les traités agronomiques, la littérature poétique ainsi que certains documents exceptionnels, comme les brontologia. Ces pronostics ne constituent cependant pas une catégorie isolée. Ils complètent les données astrométéorologiques et indiquent que tous les types de signes étaient pris en compte pour déterminer les risques, ce qui révèle une prise de conscience forte des aléas naturels.

Le calendrier brontoscopique de Nigidius Figulus

  • 183 Guittard 2003 ; Piganiol 1951.
  • 184 Jean le Lydien, De ostensis 27-38.
  • 185 Briquel 1997, p. 197-198.

69Comme l’a relevé Charles Guittard, reprenant un dossier autrefois traité par André Piganiol, la tradition n’a jamais retenu qu’un seul calendrier brontoscopique dans le monde romain183. Ce document nous est parvenu par l’intermédiaire d’une traduction grecque184, établie au vie s. par Jean le Lydien, dans un opuscule, le De ostensis, qui réunit plusieurs textes divinatoires. Jean se fonde sur une source de seconde main, évoquée dans le titre même du calendrier : il s’agit en effet d’un document rédigé par Publius Nigidius Figulus, un penseur influent de la fin de la République. Proche de Pompée, élu à la préture en 58, il est aussi, selon Cicéron, le fondateur du néopythagorisme. Ce calendrier serait, toujours selon le titre que lui attribue Jean le Lydien, une traduction latine d’un texte de l’Etrusca Disciplina attribué au devin mythique Tagès185.

  • 186 3 et 18 juin ; 1, 4 et 18 juillet ; 24 et 29 septembre ; 3 et 8 octobre ; 11 mars ; 5 avril ; 13 ma (...)
  • 187 Jean le Lydien, De ostensis 38 : Ταύτην τὴν ἐφήµερον βροντοσκοπίαν ὁ Νιγίδιος οὐ καθολικὴν ἀλλὰ µόν (...)
  • 188 Ampolo 1990-1991.

70Les calendriers brontoscopiques déterminaient, pour chaque jour de l’année, des pronostics déduits des coups de tonnerre dans la rotation des astres occupés par le soleil ou par la lune. Le brontologion de Nigidius Figulus établit des pronostics pour chacun des jours, à l’intérieur d’un cycle mensuel de trente jours. Contrairement à d’autres documents de même nature, le calendrier débute ici le 1er juin. La formule introductive est récurrente et ne connaît qu’une très légère variante : ἐάν βροντήσῃ ou εἰ βροντήσῃ en grec, si tonuerit en latin. La forme et le contenu du document suggèrent qu’il s’agit d’un calendrier divinatoire établissant, sur le modèle plus complexe de la kéraunoscopie, autrement dit de la science fulgurale, les pronostics météorologiques et leurs conséquences climatiques, outre leurs effets politiques et sociaux. Un rapide décompte fait apparaître un peu plus d’une douzaine de pronostics évoquant des catastrophes naturelles186. Les types en sont variés : le tonnerre augure essentiellement la sécheresse, mais il présage également des tempêtes, des pluies continuelles, un tremblement de terre, une inondation et un fléau animalier, les sauterelles. Nigidius Figulus insère à la fin du calendrier une mention rejetant la valeur universelle des pronostics, qui ne seraient, selon lui, valables que pour Rome187. Cette conclusion ne semble pourtant pas correspondre à la nature des fléaux qui y sont présentés. L’emploi du génitif pluriel ποταµίων, qui désigne la crue des fleuves, ne peut correspondre uniquement au Tibre, mais bien davantage à un ensemble de cours d’eau majeurs. Cette description évoque une région dont le réseau hydrographique est plus dense que dans le Latium ou l’ancienne Étrurie. Si l’on s’accorde pour dire que les évocations politiques attestent le caractère romain de ce calendrier188, d’autres indices suggèrent néanmoins une forte contamination par des brontologia d’origine babylonienne et plus encore égyptienne.

  • 189 Weinstock 1951b.
  • 190 Les exemples ne manquent pas pour l’Égypte : les sauterelles sont d’ailleurs un lieu commun de la l (...)
  • 191 Diodore de Sicile, 3.29.1-4 mentionne le peuple des Ἀκριδοφάγοι, ce que confirme Strabon, 16.4.12.
  • 192 Pline l’Ancien, 11.104-106 ; Strabon, 17.3.10 ; Élien, La personnalité des animaux 3.12.
  • 193 Pausanias, 1.24.8. Le type de l’Apollon Parnopios est assez répandu : voir Schmidt 1966.

71Les commentateurs successifs ont tous admis comme présupposé le fond étrusque du document189. Pour André Piganiol, l’étude des notations politiques et sociales confirmerait cette appartenance : le rôle des femmes serait notamment caractéristique de l’indépendance des femmes étrusques, voire de leur arrogance. En démontrant d’ailleurs de manière convaincante l’origine babylonienne de ce document et en établissant des parallèles avec les calendriers de la bibliothèque d’Assurbanipal, il en déduisait l’origine orientale des Étrusques. Pourtant, les rares mentions de fléaux agricoles contenues dans ce calendrier sont largement communes aux grandes aires géographiques du bassin méditerranéen à l’exception notable des sauterelles que l’on craint davantage en Égypte190, en Éthiopie191 ou en Grèce. L’invasion de ces insectes est en effet particulièrement attestée pour les régions tropicales et subtropicales192. À Athènes également, Pausanias rapporte qu’était érigée sur l’Acropole une statue d’Apollon Parnopios de Phidias commémorant l’action du dieu qui avait libéré l’Attique des sauterelles et dont de nombreuses copies ont été réalisées à la fin de l’époque hellénistique et au début de la période impériale193.

  • 194 Weinstock 1951a. Cette étude a permis de réunir deux personnages que l’on croyait distincts. Fontei (...)
  • 195 Jean le Lydien, De ostensis 21-26 et 39-41.
  • 196 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum VII, F. 152v. Festugière 1944, p. 109.

72La place qu’occupe le brontologion de Nigidius Figulus dans le De ostensis de Jean le Lydien est aussi un indice de son origine et, plus encore, de la façon dont le penseur romain a composé son propre calendrier qu’il a ensuite mis sous le patronage du devin Tagès. Le document prend place à la suite d’un bref traité sur le tonnerre et d’un calendrier brontoscopique égyptien ; il précède un autre calendrier brontoscopique, attribué à un certain Fonteius194, qui renferme de nombreuses données sur les fléaux égyptiens, perses et éthiopiens195. La tradition orientale des brontologia est d’autant mieux assurée qu’un tonitruale attribué à Hermès Trismégiste adopte une organisation quasiment similaire196, bien que les pronostics tirés du tonnerre soient cette fois déterminés selon les mois et non plus selon les jours. Ce document, dont la formule introductive demeure ἐάν βροντήσῃ, concerne principalement l’Orient hellénisé, et plus particulièrement l’Égypte. En outre, la nature des pronostics et la construction stéréotypée qui permet d’en rendre compte suggèrent qu’il s’agit vraisemblablement d’une contamination du texte de Fonteius. La contemporanéité de Fonteius et de Nigidius Figulus permet de supposer que cette source d’inspiration a pu être commune aux deux documents. Cette hypothèse emporte d’autant plus la conviction que le milieu romain dont sont issus les deux rédacteurs de ces brontologia est assurément le même, à savoir la haute aristocratie sénatoriale.

  • 197 Pap. Cairo 31222 ; Pap. Wien D 6278-D 6289, D 6698 et D 10111.
  • 198 Ammien Marcellin, Histoires 17.10.2.
  • 199 Jean le Lydien, De ostensis 54.
  • 200 Géoponiques 1.10. Cumont 1932, p. 262.

73Tous ces documents ont un registre ample de pronostics qui témoignent là encore d’un même modèle oriental : la place qu’y tiennent les aléas climatiques est plus modeste que celle occupée par les guerres et les problèmes sociaux. Plusieurs documents astrologiques rédigés en Égypte sont par ailleurs construits selon les mêmes topoi : les prévisions concernent le plus souvent le roi, son armée ou bien encore d’éventuelles rébellions197. L’Etrusca disciplina a par ailleurs fait sienne la science fulgurale198, alors que la brontoscopie comme art divinatoire connu du mythique Tagès n’est rapportée que dans le De ostensis. Il n’est pas exclu que, pour le brontologion de Nigidius Figulus, Jean le Lydien ait ainsi réuni sous le nom du devin étrusque une somme de connaissances ne se limitant pas seulement à l’haruspicine, comme il l’évoque notamment dans le Περὶ σεισµῶν199. Les seismologia sont, comme la brontoscopie, des arts de la prévision élaborés avant tout dans le monde mésopotamien, égyptien et grec ainsi qu’en témoigne l’importance de la tradition hermétique et orphique. D’autre part, un passage des Géoponiques offre à voir, sous le pseudonyme de Zoroastre, une référence à la brontoscopie200 : les pronostics sont, dans ce document, tirés du premier coup de tonnerre de chaque année, qui débute au moment du lever héliaque de la Canicule. Cette variante significative rappelle une nouvelle fois l’Égypte où Sirius tient un rôle prépondérant.

  • 201 Jean le Lydien, De ostensis 29 : ε´ἐὰν βροντήσῃ, τὰς γυναῖκας συνετωτέρας δηλοῖ.

74L’hypothèse d’une origine égyptienne de ce calendrier brontoscopique semble donc être la plus probante au vu de la mise en série des documents relatifs. Les formules introductives ainsi que la nature des pronostics sont autant d’indices qui corroborent cette interprétation. Plus encore, comme l’ont noté depuis longtemps les commentateurs, les données climatiques paraissent davantage correspondre au climat de l’Égypte, ou à celui d’autres régions de l’Orient méditerranéen. Si le rapprochement opéré entre le calendrier de Nigidius Figulus et les textes mésopotamiens plaident en faveur d’un modèle proche-oriental, le brontologion hermétique atteste pour sa part la manière dont les textes astrologiques de cette nature sont passés de la sphère d’influence égyptienne au monde grec. Peu s’en faut qu’on en déduise une récupération de ces traités dans le monde romain, à l’image de ce qu’a été le développement de la météorologie ou de l’astronomie. Que ce document ait été adapté à la situation politique romaine ne fait guère de doute, mais, en définitive, les données étrusques sont bien peu présentes dans ce document : l’attitude des femmes, comme archétype de cette civilisation, ne semble pas être un argument recevable. Que pourrait-on dire alors du pronostic établi à la date du 5 août ? « S’il tonne, les femmes paraîtront plus intelligentes »201.

L’observation de l’état du ciel

  • 202 Archiloque, F 103. Les Gyres sont identifiées à Ténos par Cicéron, Lettres à Atticus 5.12.1. Le fra (...)
  • 203 Sextus Empiricus, Adversos mathematicos 8.203-204, prétend qu’au contraire la connaissance de ces s (...)
  • 204 Théophraste, Περὶ σηµείων 43.

75Scruter l’état du ciel pour déterminer les risques de tempêtes est un moyen empirique attesté au moins depuis l’époque archaïque. Un fragment d’Archiloque le confirme pour les Cyclades202. Observer les manifestations atmosphériques afin de prévoir les intempéries relève le plus souvent de la météorologie populaire. Moins complexe que ne l’est la connaissance des signes astraux, cette méthode de prévision se présente sous la forme de notations brèves dans les traités agronomiques et dans les poèmes didactiques. Elle ne nécessite que peu de formation ou de connaissance, contrairement à l’analyse des signes envoyés par Zeus que présente Aratos203. Le Περὶ σηµείων attribué à Théophraste ne fait pas grand cas de ce type d’observation, sans pour autant l’occulter complètement204. Les nuages ont ainsi malgré tout une fonction signifiante qui satisfait la prévision des tempêtes.

  • 205 Lucrèce, De la nature 6, v. 256-259 : Praeterae persaepe niger quoque per mare nimbus / […] in unda (...)
  • 206 Virgile, Géorgiques 1, v. 322-334.

76Ces pronostics sont encore fréquents dans la littérature postérieure au ive s. av. n.è. Lucrèce le formule avec éloquence lorsqu’il mentionne le « noir nuage […] qui se répand sur la mer et qui traîne avec soi une sombre tempête d’éclairs et d’ouragans »205. Le souci de faire œuvre scientifique s’efface devant les catastrophes qu’il attribue à ce danger : les torrents de pluie qui provoquent la crue des fleuves et l’inondation des plaines. Virgile reprend à son compte, dans les Géorgiques, cette tradition en rapprochant les nuages chargés d’eau et les fléaux qui s’abattent sur la terre206 :

Saepe etiam immensum caelo uenit agmen aquarum / et foedam glomerant tempestatem imbribus atris / collectae ex alto nubes ; ruit arduos aether / et pluuia ingenti sata laeta boumque labores / diluit ; implentur fossae et caua flumina crescunt / cum sonitu feruetque fretis spirantibus aequor. / Ipse Pater media nimborum in nocte corusca / fulmina molitur dextra, quo maxima motu / terra tremit, fugere ferae, et mortalia corda / per gentis humilis strauit pauor ; ille flagranti / aut Athon aut Rhodopen aut alta Ceraunia telo / deicit ; ingeminant Austri et densissimus imber ; / nunc nemora ingenti uento, nunc litora plangunt.

Souvent aussi vient dans le ciel une immense traînée de pluies, et les nuées, qui s’assemblent du large, amassent une affreuse tempête chargée d’averses sombres : les hauteurs de l’éther croulent et noient dans un déluge les emblavures prospères et le travail des bœufs. Les torrents grossissent de leur lit creux avec fracas et l’étendue des flots bouillonne et halète. Jupiter lui-même, au milieu de la nuit des nuages, lance la foudre et sa dextre flamboyante ; du coup l’immensité de la terre tremble, les bêtes ont fui, et les cœurs des mortels, à travers le monde, sont abattus, terrassés par l’effroi ; quant au dieu, de son trait brûlant, il décapite l’Athos, ou le Rhodope, ou les cimes cérauniennes ; redoublant les autans et l’averse très drue ; tour à tour, dans le vent déchaîné, les bocages, les rivages gémissent.

  • 207 Neubourg 1983.
  • 208 Homère, Iliade 16, v. 384-387.

77S’il est certain que Virgile a eu connaissance des Phénomènes d’Aratos et qu’il en a même traduit certains vers207, la source d’inspiration de ce document semble bien davantage être Lucrèce, dont il reprend la construction poétique et le schéma d’ensemble : dans chacune de ces œuvres littéraires, les perturbations atmosphériques sont la conséquence d’un amoncellement de nuages qui se forment au large, sur la mer. Les caractéristiques qui définissent la tempête sont aussi identiques : les éclairs tiennent lieu de signe divin et provoquent l’effroi des populations. La similitude entre les deux récits se prolonge jusque dans la description des conséquences : la crue des torrents et des fleuves entraîne des ravages considérables dans les champs. Virgile s’estime néanmoins autorisé à dépasser le modèle lucrétien par la mention d’autres catastrophes redoutables : les éboulements de montagnes et, peut-être cela doit-il être compris en ce sens, les risques de tremblements de terre dus à l’impact de la foudre sur la terre, quo maxima motu terra tremit. Si le procédé littéraire semble commun aux deux poèmes, c’est que chacun des textes prend modèle sur une œuvre antérieure qui faisait autorité. L’évocation des signes annonciateurs de tempêtes disparaît devant les conséquences désastreuses qu’elles provoquent. La source primaire dont sont issus les passages de Lucrèce et de Virgile doit être, selon toute évidence, quelques vers de l’Iliade208, où l’aède évoque la colère de Zeus et ses conséquences climatiques, les éboulements de terrain, la crue des fleuves et la dévastation des champs. On voit donc s’opérer au ier s. av. n.è., sous l’influence et la plume des polygraphes romains, une synthèse entre signes divins, déjà présents dans les documents d’époque archaïque, et prévision populaire des intempéries.

  • 209 Pline l’Ancien, 18.345.
  • 210 Sénèque, Questions Naturelles 1.2.8. Gigandet 2005, p. 91.
  • 211 Sénèque, Questions Naturelles 1.8.7.
  • 212 Aratos, Phénomènes, v. 880 ; Sénèque, Questions Naturelles 1.13.3.

78D’autres phénomènes atmosphériques ont également pu être considérés comme des signes annonciateurs de catastrophes naturelles. Sénèque, à la suite de Pline209, développe l’exemple de la désagrégation des halos qui permet la prédiction des tempêtes210. Il en va de même pour l’arc-en-ciel qui, selon la direction de son apparition, annonce différents pronostics : pour l’auteur des Questions Naturelles, s’il se montre au sud, cela est signe d’une forte averse211. Enfin, les parhélies, ces reflets d’un dédoublement du soleil, annoncent le plus souvent le mauvais temps et les tempêtes212.

79Cette recherche constante de liens entre signes atmosphériques et pronostics météorologiques témoigne d’une même préoccupation à la fois scientifique et populaire. À ce titre, la prévision des calamités s’inscrit dans le cadre d’une connaissance plus générale des phénomènes atmosphériques.

Les migrations d’animaux

  • 213 Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos, v. 1820-1828 (trad. J. Soubiran, CUF, 1981).

80L’observation des comportements animaliers apparaît comme une autre technique de prévision des intempéries et des catastrophes. Cette approche s’inscrit sans aucun doute au cœur du développement de la météorologie antique. La tradition littéraire fait remonter cette pratique au Περὶ σηµείων attribué à Théophraste. Il faut distinguer deux catégories d’observations : celle qui associe à un type de comportement animalier le retour d’une saison particulière, et celle qui attribue la capacité à certains animaux de prévoir les changements de temps. Davantage encore que la prévision des simples évolutions climatiques, les animaux auraient selon certains auteurs une faculté innée à sentir les fléaux et les catastrophes majeures et à quitter les lieux dangereux. Si les Phénomènes ne contiennent pas de pronostics animaliers annonçant des catastrophes naturelles, puisqu’ils se contentent d’observer le pressentiment des animaux en ce qui concerne la pluie, en revanche, dans la traduction latine qu’il donne du poème, Aviénus évoque un lien entre la sécheresse insulaire et les migrations aviaires213 :

Contemplator item : si longo plurima ponto / agmina festinant uolucrum solidamque frequentes / succedunt terram, sterilis desaeuiet aestas / ac sitient agri. Nam qua circumflua tellus / adluitur pelago, coquit altas siccior aer / caespitis arentis uenas, citiusque calorem / sentit humus sic cincta salo. Fuga protinus ergo / est auium in terras ; pauet, has ut uiderit, aestus / agricola et sicco iam deflet mergite culmos.

Observe également ceci : si de la vaste mer arrivent en hâte de longs vols d’oiseaux qui se posent en foule sur le continent, un été stérile sévira et les champs mourront de soif. En effet, dans les terres dont la mer baigne le pourtour, l’air plus sec brûle les veines profondes du sol aride, et la terre ainsi entourée d’eau salée ressent plus vite la chaleur : d’où fuite immédiate des oiseaux vers le continent. À leur vue, le cultivateur redoute la canicule et déjà se lamente sur les gerbes desséchées de chaumes.

  • 214 Aristote, F 240 ; Plutarque, F 20.

81L’auteur prend ici une liberté avec le texte original d’Aratos. Aviénus s’appuie sur des scholies aratéennes, elles-mêmes fondées sur des fragments d’Aristote et de Plutarque214. Pour des raisons que l’on a diversement interprétées, cette incise invite à penser que les îles sont davantage touchées par la sécheresse que le continent ou, tout du moins, le sont-elles avant lui. Les cultivateurs avaient donc fort intérêt à observer les signes annonciateurs de cette sécheresse, qu’ils soient animaliers comme dans ce passage d’Aviénus, ou astronomiques avec le lever héliaque de Sirius.

  • 215 Élien reconnaît semble-t-il à Aristote la paternité du Περὶ σηµείων (La personnalité des animaux 7. (...)
  • 216 Élien, La personnalité des animaux 11.19 (trad. A. Zucker, La Roue à Livres, 2002).

82Au début du iiie s. de n.è., Élien développe longuement les signes annonciateurs que l’on peut tirer de l’observation des animaux. Quoique les références à Théophraste soient évidentes215, le sophiste, dans son ouvrage sur La personnalité des animaux, ne s’intéresse pas seulement aux signes annonciateurs de tempêtes, mais également à tous les pronostics de catastrophes naturelles pour lesquels il reconnaît la suprématie de l’intuition animale. Les séismes, par exemple, sont des catastrophes que les animaux pressentent216 :

Μελλούσης δὲ οἰκίας καταφέρεσθαι αἰσθητικῶς ἔχουσιν οἵ τε ἐν αὐτῇ µύες καὶ µέντοι καὶ αἱ γαλαῖ, καὶ φθάνουσι τὴν καταφορὰν καὶ ἐξοικίζονται. τοῦτό τοί φασι καὶ ἐν Ἑλίκῃ γενέσθαι. ἐπειδὴ γὰρ ἠσέβησαν ἐς τοὺς Ἴωνας τοὺς ἀφικοµένους οἱ Ἑλικήσιοι, καὶ ἐπὶ βωµοῦ ἀπέσφαξαν αὐτούς, ἐνταῦθα δήπου (τὸ Ὁµηρικὸν τοῦτο) τοῖσιν δὲ θεοὶ τέραα προύφαινον· πρὸ πέντε γὰρ ἡµερῶν τοῦ ἀφανισθῆναι τὴν Ἑλίκην, ὅσοι µύες ἐν αὐτῇ ἦσαν καὶ γαλαῖ καὶ ὄφεις καὶ σκολόπενδραι καὶ σφονδύλαι καὶ τὰ λοιπὰ ὅσα ἦν τοιαῦτα, ἀθρόα ὑπεξῄει τῇ ὁδῷ τῇ ἐς Κερύνειαν ἐκφερούσῃ. οἱ δὲ Ἑλικήσιοι ὁρῶντες τὰ πραττόµενα ἐθαύµαζον µέν, οὐκ εἶχον δὲ τὴν αἰτίαν συµβαλεῖν. ἐπεὶ δὲ ἀνεχώρησε τὰ προειρηµένα ζῷα, νύκτωρ γίνεται σεισµός, καὶ συνιζάνει ἡ πόλις, καὶ ἐπικλύσαντος πολλοῦ κύµατος ἡ Ἑλίκη ἠφανίσθη καὶ κατὰ τύχην Λακεδαιµονίων ὑφορµοῦσαι δέκα νῆες συναπώλοντο τῇ προειρηµένῃ.

Quand une maison menace de s’écrouler, les souris qui s’y trouvent, de même que les belettes, en ont le pressentiment et émigrent avant la catastrophe. Il paraît que c’est justement ce qui s’est passé à Héliké. Effectivement, lorsque les habitants d’Héliké eurent commis leur crime impie contre les Ioniens qui étaient venus, et qu’ils les eurent égorgés sur l’autel, alors, selon l’expression homérique « les dieux firent voir des prodiges » : cinq jours avant qu’Héliké soit anéantie, toutes les souris qui s’y trouvaient ainsi que les belettes, les scolopendres, et tous les autres animaux de ce genre se mirent à quitter la ville en masse par la route qui mène à Kérynée. Les habitants d’Héliké, à la vue de cette migration, furent frappés de stupeur, mais ils furent incapables d’en deviner la cause. Mais, après la retraite des animaux cités, il se produisit au cours de la nuit un tremblement de terre et la ville s’effondra. Après quoi, un violent raz-de-marée anéantit Héliké et dix navires lacédémoniens qui mouillaient là par hasard sombrèrent avec elle.

  • 217 Ibid., 1.11.

83Dans ce passage, par ailleurs riche en détails sur la catastrophe de 373 av. n.è. – ce qui suggère qu’Élien s’est très convenablement documenté –, aucun des animaux évoqués n’est domestiqué. Ce sont des rongeurs ou des rampants, notamment ceux qui, comme la scolopendre, font partie de la catégorie des arthropodes carnassiers. Ces animaux constituent eux-mêmes d’ordinaire un fléau pour les habitants des villes, ce qui justifie que leur comportement n’a pas été perçu comme un quelconque signe annonciateur par les habitants. Cet exemple contraste avec d’autres passages dans lesquels Élien évoque l’attention que les hommes portent à certaines migrations animalières. Les abeilles, par exemple, lorsqu’elles volettent près de la ruche sans pousser plus loin leur vol, indiquent l’arrivée du mauvais temps, ce dont tiennent compte les apiculteurs217.

  • 218 Ibid., 7.8 : λέοντος δὲ ἐν τοῖς καρπίµοις χωρίοις ἐπιδηµία αὐχµὸν δηλοῖ (trad. A. Zucker, La Roue à (...)
  • 219 Ibid., 10.19.

84Aux cotés de ces exemples plus ou moins réalistes, Élien développe des théories parfois fantaisistes : il prétend ainsi que « la visite d’un lion dans les zones de culture indique l’arrivée imminente de la sécheresse »218. S’il n’est guère possible de déterminer de qui Élien tient cette notation anecdotique, il est malgré tout assez vraisemblable qu’il s’agisse d’une compilation de traditions populaires qui se seraient plus ou moins perpétuées dans le temps jusqu’à prendre la forme au iiie s. d’un ouvrage aux objectifs variés. La valeur de ces observations est d’autant plus grande que, selon Élien, les hommes n’ont aucune faculté à prévoir les changements de temps, contrairement aux animaux. Aucun indice ne permet en outre de saisir pour quels espaces géographiques ces signes sont valables, à l’exception de la crue du Nil annoncée par le comportement de deux types de poissons, les phagroi et les maiôtai219.

  • 220 Épicure, Lettre à Pythoclès.

85Enfin, il convient de noter que ce type d’observations ne fait pas l’unanimité parmi les penseurs grecs et romains. Épicure conteste l’intuition supposée des animaux et plus encore l’examen que les hommes font de leur comportement dans le but de prévoir les variations climatiques220. Selon le philosophe, les signes annonciateurs que l’on tire des comportements animaliers ne peuvent être liés qu’aux circonstances : il n’y a donc pas lieu d’en tirer des enseignements généraux.

*
*  *

86La richesse et la variété de la documentation induisent plusieurs constatations, qui témoignent d’une volonté des communautés antiques à œuvrer pour anticiper les risques naturels. Une évolution de la pensée grecque est perceptible à travers l’élaboration d’un certain nombre de techniques de prévision des catastrophes. La synthèse opérée par les philosophes présocratiques entre une approche irrationnelle, essentiellement fondée sur la prédiction et la divination, et une rationalité croissante de la science prévisionnelle amorce clairement la rupture aristotélicienne du ive s. C’est à l’époque hellénistique que l’émergence et la diffusion de ces techniques savantes connaissent un essor remarquable. S’appuyant sur des traditions et des modèles orientaux, chaldéen et égyptien pour la plupart, l’astrologie et la météorologie apparaissent comme deux disciplines fondamentales, qui permettent d’établir la prévision des catastrophes et des intempéries majeures.

87La typologie des pronostics et des signes avant-coureurs ne doit cependant pas être perçue comme l’expression d’une science immuable, valable en tous lieux et en tous temps, qui aurait été élaborée et acceptée par l’ensemble des philosophes antiques. Au contraire, de singulières divergences ont opposé les tenants de plusieurs écoles philosophiques, essentiellement les péripatéticiens et les stoïciens d’une part, les épicuriens et les sceptiques d’autre part.

88La problématique du rapport entre le rationnel et l’irrationnel ne doit pas non plus être réduite à une simple question de chronologie. Certains traités, comme les Phénomènes d’Aratos ou la littérature du corpus hermétique, ne cherchaient pas à opposer la science et la religion. On observe ainsi une contamination entre des signes avant-coureurs fondés sur les Διοσηµείαι et les pronostics atmosphériques ou astrométéorologiques qui sont avant tout déterminés par une observation empirique du mouvement des astres.

Notes

1 Soubiran 2003.

2 Taub 2003 (en particulier le chap. 2, « Prediction and the Role of Tradition: Almanacs and Signs, Parapegmata, and Poems »), seule véritable synthèse depuis les travaux anciens de Gilbert 1907.

3 On peut distinguer les deux sciences en fonction de leurs caractéristiques propres : l’astronomie est considérée comme une science certaine, tandis que l’astrologie est perçue comme une science conjecturale. Voir le commentaire de P. Charvet (éd.), dans Ptolémée, Le livre unique de l’astrologie, le Tétrabible de Ptolémée, Astrologie universelle et thèmes individuels (2000), p. 12.

4 D’une manière générale, les Grecs considèrent encore aux époques hellénistique et impériale que les divinités sont la cause des changements de temps et des catastrophes. Cependant, la périodicité de certains phénomènes marquants tend à faire de l’interprétation des signes quelque chose de rationnel : Gillespie 1938.

5 L’épigraphe de cet ouvrage en est l’une des attestations les plus manifestes : Sénèque, Questions naturelles 6.4.2.

6 Gigandet 2005.

7 Cicéron, De la divination. Cf. Kany-Turpin 2003.

8 Cicéron, De la divination 1.14.

9 Le problème se pose avec plus d’acuité encore lorsqu’il est question de la foudre (ibid., 2.44). Phénomène météorologique et signe divinatoire, la foudre apparaît à Cicéron (et d’une manière générale aux stoïciens) comme la résultante d’un processus physique. Pourtant, si l’on adjoint à la kéraunoscopie (science des foudres) la brontoscopie (science des tonnerres), force est de constater que des calendriers prévisionnels mêlant à la fois divination et météorologie étaient répandus dans l’ensemble du monde méditerranéen.

10 Bedon 2005 met sur un même plan les différentes façons qu’avaient les Anciens de reconnaître les signes avant-coureurs d’un tremblement de terre.

11 Cicéron, De la divination 1.102 (qui réfute cependant le caractère divinatoire de cette prophétie. Il qualifie d’ailleurs Phérécyde de « philosophe de la nature ») ; Pline l’Ancien, 2.191 ; Diogène Laërce, 1.116 ; Apollonios le Paradoxographe, Historiae mirabiles 5 (F 17) ; Maxime de Tyr, Philosophumena 13.5.19 (F 19).

12 Diogène Laërce, 1.116 ; Apollonios le Paradoxographe, 5 (F 17).

13 Pline l’Ancien, 2.197 : Est et in puteis turbidior aqua nec sine odoris taedio (trad. J. Beaujeu, CUF, 1950).

14 Guidoboni, Poirier 2004, p. 74 proposent de rattacher cette anecdote à une réalité scientifique : « on sait, en effet, que les perturbations du régime des eaux peuvent précéder un séisme. Les Anciens le savaient d’ailleurs aussi et Pline [le] remarque justement ».

15 Sénèque, Questions Naturelles 6.13.5 et Pline l’Ancien, 2.194. Ces grondements sourds correspondent en fait au passage des ondes primaires (autrement appelées ondes de compression) qui se déplacent vite à la surface de la terre (6 km/s) selon un mouvement de dilatation/compression.

16 Chirassi Colombo 2012.

17 Cicéron, De la divination 1.112 ; Pline l’Ancien, 2.191.

18 Ducat 1984 : les récits de Cicéron et de Pline évoquent en réalité le tremblement de terre de 464, malgré la présence d’Anaxagore.

19 Apollonios le Paradoxographe, Historiae mirabiles 5. Cf. Sider 2002.

20 Empédocle d’Agrigente, Sur la nature F 111 (trad. J. Zafiropoulo, Les Belles Lettres, 1953). Fragment reproduit dans Diogène Laërce, 8.59 (qui l’emprunte à Satyros de Callatis) et en partie (v. 3-5) par Clément d’Alexandrie, Stromates 6.30.

21 Kingsley 1995, p. 218-221.

22 Van Groningen 1956.

23 Wright 1981.

24 Sider 2002, p. 287-289.

25 Plutarque, De la curiosité 1 (= Moralia 515c) : Ὁ δὲ φυσικὸς Ἐµπεδοκλῆς ὄρους τινὰ διασφάγα βαρὺν καὶ νοσώδη κατὰ τῶν πεδίων τὸν νότον ἐµπνέουσαν ἐµφράξας λοιµὸν ἔδοξεν ἐκκλεῖσαι τῆς χώρας.

26 Diodore d’Éphèse, A I, 70 (= Diogène Laërce, 8.2) ; cf. Van Groningen 1956, p. 57.

27 Lacroix 1965, p. 118-120.

28 Ces interprétations avaient d’abord été remises en cause à partir des observations de Rizzo 1939 : le serpent ne se rapporterait pas à Asclépios, mais aurait simplement un pouvoir prophylactique. Par ailleurs, d’un point de vue chronologique, il est difficile de considérer qu’Empédocle ait pu réaliser ces travaux hydrauliques avant 467, date communément retenue pour l’émission de ces séries monétaires, alors que le récit de Diogène Laërce invite à penser qu’il serait mort peu de temps après la réalisation de ces travaux (or, Empédocle se serait suicidé à l’occasion de la 84e olympiade, soit en 444).

29 Selon une tradition attribuée à Gorgias, sophiste originaire de Sicile et élève d’Empédocle.

30 Satyros de Callatis, A I, 59.

31 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane 8.7.7. Par ailleurs, Philostrate, (ibid., 1.2) mentionne Empédocle parmi les philosophes ayant observé la pratique des mages. Toutefois, cette idée selon laquelle les présocratiques fréquentaient les mages peut être un lieu commun : les sources tardives disaient la même chose de Démocrite (Photius, Bibliothèque V, p. 191).

32 Héraclide du Pont, F 87 (= Diogène Laërce, 8.60-62).

33 Aristote, Météorologiques 338b-339a (trad. P. Louis, CUF, 1982). Cf. Aujac 2003a.

34 Hübner 2003.

35 L’eau, le feu, la terre et l’air, auxquels s’ajoute l’interaction de quatre autres éléments opposés : le sec, l’humide, le froid et le chaud.

36 Casevitz 2003, p. 27.

37 Au contraire des parapegmes astrométéorologiques qui sont de véritables « almanachs » donnant pour chaque jour de l’année les prévisions du temps à venir et les signes annonciateurs de calamités.

38 Aristote, Météorologiques 343b. Sénèque défendra par la suite l’idée que l’apparition d’une comète entraîne des bouleversements sur une longue durée et peut être notamment la cause des tremblements de terre (Sénèque, Questions Naturelles 7.28) : cf. infra p. 92.

39 Comme ceux de Théophraste, Περὶ σηµείων ou encore d’Eudoxe de Cnide, Τοῦ Εὐδοξίου χειµῶνος προγνωστικά (Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum VII, p. 183-187 [F. 109]).

40 Ammien Marcellin, Histoires 17.7.1-8 : Primo lucis exortu, diem nonum kal. Septembrium, concreti nubium globi nigrantium, laetam paulo ante caeli speciem confuderunt, et amendato solis splendore (trad. G. Sabbah, CUF, 1970).

41 Lucrèce, De la nature 6.

42 Zehnacker 2003.

43 Ptolémée, Tétrabible 2.1 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

44 Bouché-Leclercq 1899a, p. 210 ; Dick 1970 ; Neugebauer 1975.

45 Besnier 2005.

46 Hübner 1983.

47 Plus encore dans la littérature latine où, à côté de l’encyclopédisme naturaliste, les notations incidentes de caractère météorologique témoignent de l’absence d’un genre particulier : cf. la position de thèse de Buescu 1936.

48 J’utilise, en la modifiant sur quelques points, la classification de Sider, Brunschön 2007.

49 Deux passages de l’Iliade sont de ce point de vue significatifs : « Ainsi qu’on voit l’époux d’Héra aux beaux cheveux lancer l’éclair, quand il prépare soit une averse de déluge – ou la grêle, ou la neige, dans les mois où les champs sont tous poudrés de givre – soit la bataille amère à la gueule géante » (Homère, Iliade 10, v. 5-7, trad. P. Mazon, CUF, 1938) et « Tel l’arc-en-ciel empourpré que Zeus étend du ciel aux yeux des mortels, pour leur signifier ou la guerre ou l’hiver pénible, qui arrête ici-bas le labeur des hommes et inquiète la déesse » (ibid., 17, v. 547-550). Zeus fait parvenir des signes atmosphériques (ici l’éclair et l’arc-en-ciel) annonciateurs de catastrophes. La guerre et les calamités naturelles sont ici mises sur le même plan, vraisemblablement car les conséquences agricoles (destruction à court et à moyen terme des productions) peuvent être perçues comme une même calamité.

50 Aristote, Météorologiques 338a.

51 Plutarque, Périclès 5.1.

52 Sur la « personnalité » de ces deux divinités, cf. supra p. 24-40.

53 Baladié 1980, p. 97, n. 21.

54 Ce terme pose davantage de difficultés que le précédent : sa traduction par « météorologues » ne semble pas convenir car elle lui fait perdre toute sa dimension péjorative. Lenfant 2002, p. 145, n. 65, opte pour la traduction de « nébuleux bavards » qui ne convient pas davantage car elle nie toute référence à la météorologie. Or, c’est bien de ce point qu’il va être question : le procès d’Anaxagore pour impiété avait-il réellement un lien avec l’observation des phénomènes célestes ou bien s’agissait-il d’un procès politique ? Je proposerais alors la traduction de « discoureurs » ou « interprètes des phénomènes célestes ».

55 Plutarque, Nicias 23.4 : οὐ γὰρ ἠνείχοντο τοὺς φυσικοὺς καὶ µετεωρολέσχας τότε καλουµένους, ὡς εἰς αἰτίας ἀλόγους καὶ δυνάµεις ἀπρονοήτους καὶ κατηναγκασµένα πάθη διατρίβοντας τὸ θεῖον (trad. R. Flacelière, É. Chambry, CUF, 1972).

56 Euripide, F 913.

57 Mariolopoulos 1972. Avec les physiciens ioniens du vie s., les philosophes présocratiques sont les premiers à s’être intéressés aux causes mécaniques des phénomènes naturels. Cf. Vitruve, De l’architecture 9.6.3.

58 Plusieurs traditions différentes nous sont parvenues au sujet du procès d’Anaxagore : Plutarque, Périclès 32 ; Diogène Laërce, 2.12. La confusion sur les motifs de ce procès donne à penser que les raisons sont bien davantage de nature politique.

59 Anaxagore aurait aussi prédit la chute d’une météorite à Aigos Potamos, qui, selon un fragment de Silènos, aurait eu lieu sous l’archontat non daté de Dèmylos (Diogène Laërce, 2.10-11).

60 Sur ces calendriers (parapegmes/παραπήγµατα), voir infra p. 81-84.

61 Aujac 1979.

62 Hannah 2001. Hypothèse qui repose sur un passage d’Élien, Histoire variée 10.7 dans lequel il est rapporté que Méton dressait des stèles pour y inscrire les solstices.

63 Ce débat complexe a suscité deux thèses opposées : la rédaction de ce parapegme s’est faite sur pierre (Rehm 1941, p. 8) ou bien elle s’est faite sur parchemin (Nails 1995, p. 171).

64 Cette idée apparaît en filigrane dans Gillespie 1938 et Sider 2002.

65 Cicéron, De la divination 1.131.

66 Diogène Laërce, 9.34-37.

67 Ibid.

68 Platon, République 6, 527d-e ; id., Épinomis 990a.

69 Cf. supra p. 74-75.

70 Pourtant, dans la liste des ouvrages d’Aristote mentionnée par Diogène Laërce, un traité sur les Signes annonciateurs d’orages lui est attribué (Diogène Laërce, 5.26).

71 Diogène Laërce, 5.45 mentionne ce titre parmi la liste des œuvres de Théophratse. La critique philologique n’exclut toutefois pas que ce traité fut l’œuvre d’Aristote (J. Martin, « Introduction », dans Aratos, Phénomènes, CUF, 1998, p. CIII-CVIII) ou même qu’il eut été rédigé par un péripatéticien postérieur à Théophraste (Cronin 1992).

72 Théophraste, Περὶ σημείων 1.1-2 : Σηµεῖα ὐδάτων καὶ πνευµάτων καὶ χειµώνων καὶ εὐδιῶν ὧδε ἐγράψαµεν.

73 Épicure, Lettre à Pythoclès.

74 Bouffartigue 2003. Plutarque, Préceptes de santé 14 (= Moralia 129a) attribue faussement à Démocrite des prévisions par l’observation des animaux. Il y a là une confusion évidente avec Théophraste.

75 Martin 1956.

76 Ibid., p. 29 : selon Attale, éditeur et commentateur d’Aratos, les débats sur les pronostics étaient nombreux. Hipparque (2.2.22), suivi par les grammairiens, s’oppose ainsi à Aratos au sujet du Bouvier. Voir également Bowen, Goldtsein 1991.

77 Cicéron, Aratea ; Germanicus, Les Phénomènes d’Aratos ; Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos. Dans sa traduction, Germanicus a modifié toute la seconde partie du poème, remplaçant les pronostics aratéens par des développements astrométéorologiques originaux. Aviénus n’a pas particulièrement remanié cette partie du poème, mais y a néanmoins inséré des notices, parfois très longues, notamment sur l’origine de la foudre ou sur les causes de la sécheresse des îles.

78 Un codex du ive s. de n.è. contient une partie des pronostics aratéens : Pap. Wien no 29.776.

79 Pap. Hamburg 121 (P).

80 Lewis 1992.

81 Hibeh Papyri no 27, p. 138-157.

82 Legras 2002, p. 108.

83 Rehm 1941 ; Lehoux 2007 ; Aujac 2003a.

84 Lehoux 2005.

85 Géminos, Introduction aux Phénomènes 18.19 ; Columelle, De l’agriculture 11.2 ; Clodius Tuscus dans Jean le Lydien, De ostensis 59-71.

86 Ces pronostics sont le plus souvent introduits par la forme verbale ἐπισηµαίνει. Il arrive que des pronostics spécifiques soient signalés à condition qu’ils revêtent une importance pour les travaux agricoles ou bien qu’ils soient clairement identifiés : c’est notamment le cas des tempêtes, des chutes de grêle, voire, dans un cas unique, des épidémies et des destructions de récoltes et de troupeaux (Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum IX, p. 130-131).

87 À la suite de Lehoux 2007, p. 18, on établit une typologie distinguant les parapegmes fondés sur les cycles astrométéorologiques (les seuls qui nous intéressent ici dans la mesure où ce sont eux qui fournissent les pronostics météorologiques), les cycles astronomiques et les cycles astrologiques.

88 Milet II, 456 A. Cf. Lehoux 2005.

89 Aujac 1979. Cf. supra p. 78.

90 Ptolémée, Phaseis 11.

91 Vitruve, De l’architecture 9.6.3.

92 Arrien, Anabase 7.18.6 ; Cicéron, De la divination 1.23 ; Athénée de Naucratis, 10, 437a ; Strabon, 15.1.66-67 ; Plutarque, Alexandre 65. Cette hypothèse est déjà avancée par Diels, Rehm 1904, p. 92-111.

93 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.6 (trad. G. Aujac, CUF, 1975).

94 Le parapegme le plus ancien que nous connaissons est contenu dans les Papyri Hibeh mentionnés supra (n. 81, p. 81) et provient du nome de Saïte.

95 Diodore de Sicile, 1.81.4-5 (trad. Y. Vernière, CUF, 1993).

96 Pap. Cairo 31222. Cf. Hughes 1951.

97 Sur l’influence que les Anciens prêtaient au lever de Sirius dans le bassin méditerranéen, voir infra p. 94-95.

98 Pap. Wien D 6278-D 6289, D 6698 et D 10111.

99 Aratos, Phénomènes, v. 1142-1145.

100 Cf. supra p. 28.

101 Pline l’Ancien, 18.201-202.

102 Aratos, Phénomènes, v. 1145-1148 : Αἰεὶ δ’ ἂν παριόντος ἀριθµοίης ἐνιαυτοῦ / σήµατα συµβάλλων εἴ που καὶ ἐπ’ ἀστέρι τοίη / ἠὼς ἀντέλλοντι φαείνεται ἢ κατιόντι, / ὁπποίην καὶ σῆµα λέγοι· (trad. J. Martin, CUF, 1998). Cf. Bénatouïl 2005.

103 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.21-23.

104 Ptolémée, Phaseis 46.2.

105 Diogène Laërce, 8.86-87.

106 Plaute, Rudens, v. 69-71 (trad. A. Ernout, CUF, 1938).

107 L’observation de l’étoile Arcture est dans l’Antiquité très courante car c’est notamment elle qui, selon les croyances populaires, détermine les tempêtes et la grêle : Virgile, Géorgiques 1, v. 205-207 ; id., Énéide 9, v. 668. Pline l’Ancien, 2.105 ; id., 18.278.

108 Aristote, Météorologiques 1.1 ; Pline l’Ancien, 18.201.

109 Un auteur tardif comme Végèce (Institutions militaires 5.10-11) consacre aux signes d’intempéries deux chapitres de son ouvrage majeur.

110 Ptolémée, Tétrabible 1.2.4 : αἵ τε τῶν ἀστέρων τῶν τε ἀπλανῶν καὶ τῶν πλανωµένων πάροδοι πλείστας ποιοῦσιν ἐπισηµασίας τοῦ περιέχοντος καυµατώδεις καὶ πνευµατώδεις καὶ νιφετώδεις, ὑφ’ ὧν καὶ τὰ ἐπὶ τῆς γῆς οἰκείως διατίθεται.

111 Sextus Empiricus, Adversus mathematicos 5.2 : τήρησις γάρ ἐστιν ἐπὶ φαινοµένοις ὡς γεωργία καὶ κυβερνητική, ἀφ’ ἧς ἔστιν αὐχµούς τε καὶ ἐποµβρίας λοιµούς τε καὶ σεισµοὺς καὶ ἄλλας τοιουτώδεις τοῦ περιέχοντος µεταβολὰς προθεσπίζειν.

112 Sénèque, Questions Naturelles 2.32.7.

113 Pline l’Ancien, 2.17. Cf. Bouché-Leclercq 1899b, p. 365, n. 1.

114 Pline l’Ancien, 2.105-111.

115 Aujac 2003b, p. 77.

116 Ptolémée, Tétrabible 2.9.12 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

117 Ibid., 2.12.2.

118 Ibid., 1.9 ; Hübner 2003, p. 82.

119 Sénèque, Questions Naturelles 7.4.2.

120 Ptolémée, Tétrabible 2.9.8 : πρὸς δὲ τοὺς τῆς γῆς καρποὺς ἔνδειαν καὶ σπάνιν καὶ ἀπώλειαν µάλιστα τῶν εἰς τὰς ἀναγκαίας χρείας γινοµένων ἤτοι ὑπὸ κάµπης ἢ ἀκρίδος ἢ κατακλυσµῶν ἢ ὑδάτων ὀµβρίων ἐπιφορᾶς ἢ χαλάζης ἢ τῶν τοιούτων, ὡς καὶ µέχρι λιµοῦ φθάνειν καὶ τῆς τοιαύτης ἀνθρώπων ἀπωλείας (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

121 Virgile, Géorgiques 1, v. 337.

122 Cumont 1932.

123 D’origine chaldéenne, syrienne ou égyptienne selon les cas, les dodecaétérides sont relativement nombreux dans la littérature astrologique foisonnante : voir par exemple dans le Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum II, p. 139.

124 Pour ce qui suit : Préaux 1973, p. 123-128. Notons que Géminos, lui-même partisan d’une théorie qui réfute le pouvoir des astres sur le climat, accepte l’idée selon laquelle la lune et le soleil agissent directement sur la terre : Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.17.

125 Aristote, Météorologiques 367b ; Pline l’Ancien, 2.195.

126 Jean le Lydien, Anonymi dissertatio de terrae motibus, p. 169 : Περὶ δὲ τὰς τῆς σελήνης ἐκλείψεις ἐνίοτε προσδοκᾶν χρὴ εὐθὺς γενέσθαι σεισµὸν.

127 Ptolémée, Tétrabible 2.5.

128 Aratos, Phénomènes, v. 778-798.

129 Pline l’Ancien, 18.348.

130 Théophraste, Περὶ σημείων 38.

131 Thalès aurait prédit une éclipse de soleil pour l’année 585, selon Hérodote, 1.74.

132 Virgile, Géorgiques 1, v. 463 : Solem quis dicere falsum audeat ?

133 Théophraste, Περὶ σημείων 38 ; Aratos, Phénomènes, v. 892-908.

134 Pline l’Ancien, 18.342-345.

135 Ptolémée, Tétrabible 2.14.3 (trad. P. Charvet, NiL éditions, 2000).

136 L’an 32/3 de n.è.

137 Phlegon de Tralles, FGrHist 257 F 36 [XIV].

138 Περὶ σεισμῶν.

139 Festugière 1944, p. 110-111.

140 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum VII, p. 167.

141 Corpus hermeticum, F 6.8 (trad. A.-J. Festugière, CUF, 1954).

142 Περὶ σεισμῶν 45, v. 1-10 (trad. Festugière 1944, p. 110).

143 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum IX, p. 130-131.

144 Lehoux 2007, p. 392-393, à la suite de Stefan Weinstock, considère que les présages évoqués dans ce document ne sont pas ceux que l’on trouve d’ordinaire dans un parapegme.

145 Cf. infra p. 96-98.

146 Comme l’a montré Dagron 1981, les seismologia sont devenus courants à l’époque byzantine, comme une grille interprétative prévisionnelle, et sont dépourvus de fondements théoriques. Seul Jean le Lydien a entrepris, au vie s., une synthèse entre la théorie aristotélicienne et les interprétations chrétiennes sur les causes des tremblements de terre.

147 Sénèque, Questions Naturelles 7.1.5. Voir Mc Cartney 1929, p. 2-8 et 11-15 ; Le Bœuffle 1985.

148 Bouché-Leclercq 1899b, p. 357.

149 Lucain, La guerre civile 1.528 ; Stace, Thébaïde 1.708 ; Suétone, Vie des douze Césars, Néron 36 ; Silvius Italicus, La guerre punique 8.637 ; Pline l’Ancien, 2.91.

150 Isidore de Séville, Traité de la nature 26.13.

151 Aristote, Météorologiques 342b-344a.

152 Ibid., 344b : Περὶ δὲ τοῦ πυρώδη τὴν σύστασιν αὐτῶν εἶναι τεκµήριον χρὴ νοµίζειν ὅτι σηµαίνουσι γιγνόµενοι οἱ πλείους πνεύµατα καὶ αὐχµούς· (trad. P. Louis, CUF, 1982) ; Manilius, Astronomiques 1.830 s’inspire directement d’Aristote.

153 Sénèque, Questions Naturelles 7.

154 Ibid., 7.28.3 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

155 Pour la mise en contexte, se reporter au catalogue de Guidoboni, Comastri, Traina 1994, no 93. Sénèque semble avoir été marqué par cette catastrophe puisqu’il l’évoque encore à deux occasions : Sénèque, Questions Naturelles 6.1.13 et id., Lettres à Lucilius 14.91.9. Sur les tremblements de terre évoqués par Sénèque : Henry 1982.

156 L’origine de cette théorie remonte au moins au ve s. av. n.è. : Hippocrate établit un lien entre l’apparition d’une comète (« un astre non petit » très exactement) et un séisme qui se serait produit les cinquième et sixième jours suivants (Épidémies 4.21).

157 Histoire Auguste, Antonin le Pieux 9.2.

158 Théophraste, Περὶ σηµείων 34 : οἱ κοµῆται ἀστέρες ὡς τὰ πολλὰ πνεύµατα σηµαίουσιν, ἐὰν δὲ πολλοὶ καὶ αὐχµόν.

159 Aratos, Phénomènes, v. 1091-1093 ; Hermippos de Smyrne, De astrologia dialogus, p. 51.

160 Ptolémée, Tétrabible 2.14.10 : αἱ µὲν τῶν κοµητῶν συστροφαὶ ὡς ἐπίπαν αὐχµηροὺς καὶ ἀνεµοὺς προσηµαίνουσι.

161 Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos, v. 1813-1818 (trad. J. Soubiran, CUF, 1981).

162 Claudien, Le rapt de Proserpine 1, v. 236.

163 Aristote, Météorologiques 366b.

164 Sénèque, Questions Naturelles 6.1.10.

165 Géminos, Introduction aux Phénomènes 17.1 : Ὁ περὶ ἐπισηµασιῶν λόγος παρὰ µὲν τοῖς ἰδιώταις ἀλλοίαν ἔχει διάληψιν ὡς ἐπὶ τῶν ἄστρων ἐπιτολαῖς καὶ δύσεσι τῶν περὶ τὸν ἀέρα µεταβολῶν γινοµένων (trad. G. Aujac, CUF, 1975, modifiée).

166 Ibid., 17.12.

167 Ibid., 17.26 : Πάντες γὰρ ὑπολαµβάνουσιν ἰδίαν δύναµιν ἔχειν τὸν ἀστέρα καὶ παραίτιον γίνεσθαι τῆς τῶν καυµάτων ἐπιτάσεως ἅµα συνεπιτέλλοντα τῷ ἡλίῳ (trad. G. Aujac, CUF, 1975).

168 Homère, Iliade 22, v. 29-32 : ὅν τε κύν’ Ὠρίωνος ἐπίκλησιν καλέουσι. / λαµπρότατος µὲν ὅ γ’ ἐστί, κακὸν δέ τε σῆµα τέτυκται, / καί τε φέρει πολλὸν πυρετὸν δειλοῖσι βροτοῖσιν· / ὣς τοῦ χαλκὸς ἔλαµπε περὶ στήθεσσι θέοντος (trad. P. Mazon, CUF, 1929).

169 Archiloque, F 85.

170 Hendrickson 1925.

171 Isidore de Séville, Traité de la nature 26.14.

172 Aratos, Phénomènes, v. 332-335.

173 Apollonios de Rhodes, Argonautiques 3, v. 957-959.

174 Quintus de Smyrne, La suite d’Homère 8.31.

175 Hippocrate, Airs, eaux, lieux 10.12. Le Corpus hippocraticum conseille de se méfier du lever de la Canicule et d’Arcture ainsi que du coucher des Pléiades car ils sont concomitants avec des états pathologiques graves (Airs, eaux, lieux 11.2). Par ailleurs, Hippocrate associe au lever héliaque de l’étoile Sirius l’apparition de fortes chaleurs (Épidémies 7.105.1).

176 Brun 1996.

177 Cicéron, De la divination 1.130.

178 Hygin, L’astronomie 2.4.6 : Praetera Canicula exoriens aestu Ceorum loca et agros fructibus orbabat et ipsos morbo adfectos poenas Icaro cum dolore sufferre cogebat (trad. A. Le Bœuffle, CUF, 1983).

179 Diodore de Sicile, 4.82 évoque pour sa part une épidémie de peste qui contraint Aristée à sacrifier aux dieux.

180 Sylloge Nummorum Graecorum Copenhague, 16-17 (1944), nos 622-624.

181 Ibid., 16-17 (1944), nos 650 et 660.

182 Catalogue of the Greek Coins of Crete and the Aegean Islands (1886), p. 92-93, nos 39-46.

183 Guittard 2003 ; Piganiol 1951.

184 Jean le Lydien, De ostensis 27-38.

185 Briquel 1997, p. 197-198.

186 3 et 18 juin ; 1, 4 et 18 juillet ; 24 et 29 septembre ; 3 et 8 octobre ; 11 mars ; 5 avril ; 13 mai.

187 Jean le Lydien, De ostensis 38 : Ταύτην τὴν ἐφήµερον βροντοσκοπίαν ὁ Νιγίδιος οὐ καθολικὴν ἀλλὰ µόνης εἶναι τῆς Ῥωµης ἔκρινεν.

188 Ampolo 1990-1991.

189 Weinstock 1951b.

190 Les exemples ne manquent pas pour l’Égypte : les sauterelles sont d’ailleurs un lieu commun de la littérature biblique (Ex 10.4-6 et Sg 16.9) ; on peut également citer l’astrologue Héphestion de Thèbes, Apotelesmatika 53.23, qui évoque l’arrivée des sauterelles dès que le soleil parcourt le Taureau et qui associe le tonnerre à la famine dès que le signe parcouru par le soleil est la Balance.

191 Diodore de Sicile, 3.29.1-4 mentionne le peuple des Ἀκριδοφάγοι, ce que confirme Strabon, 16.4.12.

192 Pline l’Ancien, 11.104-106 ; Strabon, 17.3.10 ; Élien, La personnalité des animaux 3.12.

193 Pausanias, 1.24.8. Le type de l’Apollon Parnopios est assez répandu : voir Schmidt 1966.

194 Weinstock 1951a. Cette étude a permis de réunir deux personnages que l’on croyait distincts. Fonteius exerça selon toute vraisemblance le consulat suffect en 33 av. n.è.

195 Jean le Lydien, De ostensis 21-26 et 39-41.

196 Catalogus Codicum Astrologorum Graecorum VII, F. 152v. Festugière 1944, p. 109.

197 Pap. Cairo 31222 ; Pap. Wien D 6278-D 6289, D 6698 et D 10111.

198 Ammien Marcellin, Histoires 17.10.2.

199 Jean le Lydien, De ostensis 54.

200 Géoponiques 1.10. Cumont 1932, p. 262.

201 Jean le Lydien, De ostensis 29 : ε´ἐὰν βροντήσῃ, τὰς γυναῖκας συνετωτέρας δηλοῖ.

202 Archiloque, F 103. Les Gyres sont identifiées à Ténos par Cicéron, Lettres à Atticus 5.12.1. Le fragment d’Archiloque est également connu de Plutarque, De la superstition 8 (= Moralia 169b). Ces vers ont également pu être compris comme la métaphore d’une guerre imminente selon la tradition établie par Héraclite, Allégories homériques 5.

203 Sextus Empiricus, Adversos mathematicos 8.203-204, prétend qu’au contraire la connaissance de ces signes requiert un véritable enseignement. Sur ce point voir Bénatouïl 2005, p. 139-140.

204 Théophraste, Περὶ σηµείων 43.

205 Lucrèce, De la nature 6, v. 256-259 : Praeterae persaepe niger quoque per mare nimbus / […] in undas / sic cadit ecfertus tenebris procul et trahit atram / fulminibus grauidam tempestatem atque procellis (trad. A. Ernout, CUF, 1920).

206 Virgile, Géorgiques 1, v. 322-334.

207 Neubourg 1983.

208 Homère, Iliade 16, v. 384-387.

209 Pline l’Ancien, 18.345.

210 Sénèque, Questions Naturelles 1.2.8. Gigandet 2005, p. 91.

211 Sénèque, Questions Naturelles 1.8.7.

212 Aratos, Phénomènes, v. 880 ; Sénèque, Questions Naturelles 1.13.3.

213 Aviénus, Les Phénomènes d’Aratos, v. 1820-1828 (trad. J. Soubiran, CUF, 1981).

214 Aristote, F 240 ; Plutarque, F 20.

215 Élien reconnaît semble-t-il à Aristote la paternité du Περὶ σηµείων (La personnalité des animaux 7.7), à moins qu’il n’évoque l’opus Sur les signes d’orages que Diogène Laërce mentionne dans la liste des ouvrages du péripatéticien.

216 Élien, La personnalité des animaux 11.19 (trad. A. Zucker, La Roue à Livres, 2002).

217 Ibid., 1.11.

218 Ibid., 7.8 : λέοντος δὲ ἐν τοῖς καρπίµοις χωρίοις ἐπιδηµία αὐχµὸν δηλοῖ (trad. A. Zucker, La Roue à Livres, 2002).

219 Ibid., 10.19.

220 Épicure, Lettre à Pythoclès.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search