Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Première partie – La conscience du risque

Chapitre 2

La recherche des causes physiques

Texte intégral

  • 1 Diodore de Sicile, 15.48.4.

1Les catastrophes naturelles ont livré aux auteurs de l’Antiquité matière à une réflexion inépuisable, souvent empreinte de superstitions et de craintes religieuses, dans d’autres cas soumise à l’examen critique de certains philosophes, qualifiés de « naturalistes » (φυσικοί), qui cherchaient à dégager une réalité physique au sujet de ces événements dévastateurs. Bien que rationalité et religiosité ne s’opposent pas toujours en des termes évidents ou univoques, Diodore de Sicile s’emploie pourtant à distinguer clairement ces deux approches dans le récit qu’il donne de la catastrophe sismique ayant durement frappé deux cités péloponnésiennes, Boura et Héliké, en 373 av. n.è.1 :

περὶ δὲ τῶν συµπτωµάτων µεγάλης οὔσης ζητήσεως, οἱ µὲν φυσικοὶ πειρῶνται τὰς αἰτίας τῶν τοιούτων παθῶν οὐκ εἰς τὸ θεῖον ἀναφέρειν, ἀλλ’ εἰς φυσικάς τινας καὶ κατηναγκασµένας περιστάσεις, οἱ δ’ εὐσεβῶς διακείµενοι πρὸς τὸ θεῖον πιθανάς τινας αἰτίας ἀποδιδοῦσι τοῦ συµβάντος, ὡς διὰ θεῶν µῆνιν γεγενηµένης τῆς συµφορᾶς τοῖς εἰς τὸ θεῖον ἀσεβήσασι.

La nature de ces catastrophes a fait l’objet de nombreuses recherches. Les philosophes naturalistes s’efforcent d’expliquer la cause de ces accidents, non par la volonté divine, mais par des causes naturelles et des circonstances contraintes. Les esprits pieux à l’égard de la divinité expliquent l’événement par des arguments plausibles, suggérant que c’est la colère des dieux contre les impies qui produit la catastrophe.

2La sismicité a fait l’objet d’une véritable démarche scientifique à partir du vie s. av. n.è., ainsi qu’en témoigne l’attachement des physiciens ioniens à mettre par écrit des traités établissant les principes de la φύσις. La recherche des causes mécaniques et des lois explicatives des catastrophes naturelles conduit à penser qu’il y eut, très tôt dans le monde grec, une volonté de comprendre et de livrer une explication raisonnée des soubresauts de la nature. Une telle attitude souligne la nécessité d’établir des principes physiques comme préalable à l’élaboration d’une politique efficiente de gestion des risques naturels. Au-delà de la variété des impacts que produit un aléa sur une société donnée, contraignant les communautés à agir pendant et après la catastrophe, concevoir le risque comme un phénomène probable permettait aussi de s’en prémunir efficacement.

  • 2 Aujac 1966, p. 231.

3Géographes et philosophes de l’Antiquité ont légué plusieurs descriptions dignes d’un grand intérêt, qui offrent un témoignage de la récurrence de certains risques naturels dans quelques régions précises de la Méditerranée. La catastrophe, souvent perçue comme un événement soudain et comme un marqueur tragique de l’histoire d’une communauté, n’apparaît plus dès lors comme un fait exceptionnel : dès le vie s., de nombreux théoriciens se saisirent en effet de ces difficiles questions scientifiques, postulant à raison que ces phénomènes étaient, sinon prévisibles, du moins possibles2.

4Dans le domaine restreint des catastrophes naturelles, la naissance des sciences physiques est néanmoins soumise à une condition préalable : l’établissement d’une géographie des zones à risque. La délimitation des espaces régulièrement affectés par les tremblements de terre et, dans un nombre plus limité de cas, par le volcanisme constitue une démarche introductive indispensable à l’établissement d’un discours scientifique.

Une géographie des espaces à risque

Les espaces sismiques

Une sismologie de compilation

  • 3 Ibid., p. 231.

5Strabon fut assurément l’un des savants les plus attentifs aux espaces fortement sismogéniques en Méditerranée. Se fondant sur diverses traditions d’époque hellénistique, le géographe ambitionnait notamment de cartographier avec exactitude les régions soumises à de fréquents aléas naturels. Cette démarche empirique n’a pu être conduite efficacement que grâce à l’existence de plusieurs catalogues préalables recensant les principales catastrophes sismiques survenues dans le monde grec, auxquels Strabon avait eu, selon toute vraisemblance, un accès direct. Cette littérature technique, aujourd’hui perdue, paraît confirmer l’émergence d’une « science du risque », dans le bassin égéen à la fin du ier millénaire av. n.è. L’enregistrement quasi systématique de telles données procède en outre d’une construction mémorielle évidente : si les catastrophes se produisent à des intervalles irréguliers, ce qui souligne leur nature insaisissable, en conserver la trace permet malgré tout de définir les zones où les risques sont particulièrement élevés. En un sens, pour reprendre une formule de Germaine Aujac, « ces collectionneurs font œuvre utile, dans la mesure où leurs récits contribuent à faire cesser l’étonnement, la croyance à une intervention surnaturelle devant des faits après tout si ordinaires »3.

  • 4 Strabon, 1.3.17 : Πολλῶν δὲ συναγωγὰς ποιησαµένων τοιαύτας.
  • 5 Leaf 1918 : l’auteur pose très justement la question de l’historicité du voyage de Strabon en Troad (...)
  • 6 Strabon, 1.3.17 : « Il rappelle les déclarations de Démoclès à propos des tremblements de terre int (...)

6Une notation incidente de Strabon rapporte que « beaucoup ont élaboré de tels recueils »4, ce qui suggère la rédaction d’un nombre non négligeable de ces catalogues dès l’époque classique. Se fondant essentiellement sur l’œuvre de Démétrios de Scepsis5, géographe du iie s. av. n.è. originaire de Troade, Strabon mentionne l’existence d’un catalogue plus ancien, sans doute composé à l’époque classique par un logographe dont on a perdu trace, Démoclès de Pygéla. Bien que ce dernier ne soit nulle part ailleurs évoqué dans les sources antiques et byzantines, le récit de Strabon présente un intérêt significatif : Démoclès, en effet, paraît ne s’être intéressé qu’aux tremblements de terre qui affectèrent le nord de la côte occidentale de l’Anatolie, région dont il était originaire6. Il ne s’agissait donc pas d’établir un catalogue exhaustif des séismes survenus dans le bassin égéen, mais bien plutôt d’entretenir, à l’échelle d’une région, la mémoire des communautés frappées par des catastrophes sismiques et soumises à la récurrence du risque tectonique.

  • 7 Bousquet B. 1981 définit trois catégories distinctes : les études de sismologie théorique, la sismo (...)
  • 8 Dana 2011, p. 239, rejette l’opinion selon laquelle Démétrios était né à Odessa et obtint ensuite l (...)
  • 9 Diogène Laërce, 5.83.
  • 10 Démétrios de Callatis, FGrHist 85 F 6 (= Strabon, 1.3.20).

7Cette sismologie de compilation a manifestement pris un tour décisif sous l’influence d’une personnalité scientifique de premier ordre, Démétrios de Callatis, écrivain de la seconde moitié du iiie s. av. n.è.7. Originaire de la région pontique8, Démétrios est connu pour avoir rédigé une somme monumentale sur l’Asie et l’Europe en vingt livres9. Il entreprit également de compiler, dans un recueil indépendant, les séismes historiques qui ébranlèrent la Grèce continentale. Une part importante de son œuvre fut à ce titre paraphrasée dans la Géographie10. À en croire Strabon, l’ouvrage de Démétrios ne se présentait pas uniquement comme une simple liste de lieux frappés par un séisme : l’auteur y avait semble-t-il consigné des informations précieuses sur le nombre de victimes, les conséquences matérielles ou les modifications notables du paysage. Il est difficile de juger la portée d’un travail de cette ampleur ou encore ses visées premières. Les exemples empruntés à Démétrios dans la Géographie établissent un périmètre restreint, qui comprend l’Eubée, le golfe Maliaque, la Phocide et la Locride (épicnémidenne et opontienne). Or, Strabon précise d’emblée que ce catalogue embrassait « l’ensemble de la Grèce » (καθ᾽ ὃλην τὴν Ἑλλάδα), dans des limites géographiques qui demeurent méconnues. Une question échappe encore à la critique historique : quelles furent les sources de Démétrios ? Aucun indice ne le laisse entrevoir, bien qu’il soit satisfaisant, à défaut de mieux, d’imaginer une compilation des traditions orales.

  • 11 Phlegon de Tralles signale notamment un Peri seismôn attribué à Théopompe de Sinope (FGrHist 257 T  (...)
  • 12 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 17.

8C’est principalement à partir de l’époque hellénistique, puis sous le Haut-Empire romain, que fut rédigée la majorité des traités savants relatifs aux tremblements de terre, dont un grand nombre revêtait un caractère paradoxographique. Il est regrettable que la plupart ne nous soient parvenus que par de très minces fragments11 : certains de ces opuscules néanmoins comportaient le récit de faits notables et participaient de cette manière à la tradition d’une sismologie de compilation12.

L’application de l’observation régionale

  • 13 Diogène Laërce, 9.87.

9L’élaboration d’un recueil destiné à conserver une trace mémorielle des événements catastrophiques suppose une approche empirique, fondée sur la tradition orale et peut-être également sur une consultation des archives publiques. Bien que les sources dont disposaient les géographes nous échappent pour une large part, le fondement de la démarche reposait sur un postulat commun, exprimé par Diogène Laërce dans la liste qu’il donne des dix tropes d’Énésidème13 :

Ἔνατος ὁ παρὰ τὸ ἐνδελεχὲς ἢ ξένον ἢ σπάνιον. οἱ γοῦν σεισµοὶ παρ’ οἷς συνεχῶς ἀποτελοῦνται οὐ θαυµάζονται, οὐδ’ ὁ ἥλιος, ὅτι καθ’ ἡµέραν ὁρᾶται.

Le neuvième trope s’appuie sur ce qui est continu, étrange ou rare. Les tremblements de terre n’étonnent pas dans les régions où ils se produisent fréquemment, non plus que le soleil que l’on voit chaque jour.

  • 14 Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes 1.141-142 : « Un séisme ne crée pas le même désordre chez (...)

10Considéré comme l’un des chefs de file de la philosophie sceptique, Énésidème mit au point ces schémas d’argumentation au ier s. av. n.è., sauf à admettre qu’il ne les ait ordonnés et systématisés à partir de données plus anciennes. Un passage des Esquisses pyrrhoniennes dû à Sextus Empiricus offre par ailleurs une expression analogue du neuvième trope14, malgré quelques divergences avec Diogène sur d’autres points de la pensée d’Énésidème.

  • 15 Aristote, Météorologiques 366a.

11L’idée selon laquelle certaines régions du bassin oriental de la Méditerranée subissent régulièrement des tremblements de terre paraît avoir été théorisée très exactement au ive s. av. n.è., dans l’un des traités aristotéliciens relatifs à la question des chocs telluriques15 :

Ἔτι δὲ περὶ τόπους τοιούτους οἱ ἰσχυρότατοι γίγνονται τῶν σεισµῶν, ὅπου θάλαττα ῥοώδης ἢ ἡ χώρα σοµφὴ καὶ ὕπαντρος. Διὸ καὶ περὶ Ἑλλήσποντον καὶ περὶ Ἀχαΐαν καὶ Σικελίαν, καὶ τῆς Εὐβοίας περὶ τούτους τοὺς τόπους.

En outre, les tremblements de terre les plus puissants se produisent dans ces lieux où la mer est sujette à des courants impétueux, et où la terre est spongieuse et remplie de cavernes. C’est pour ces raisons que s’en produisent dans l’Hellespont, l’Achaïe, la Sicile, et, en Eubée, dans de tels lieux.

12Que le détroit hellespontique soit présenté en tête de la notation d’Aristote peut sans doute être imputé à la fréquence des tremblements de terre en cet endroit de la côte micrasiatique, traversée – nous le savons précisément aujourd’hui – par la faille coulissante nord-anatolienne qui présente un décrochement tectonique particulièrement actif.

  • 16 Strabon, 12.8.16 : ἐµφαίνων ἅµα καὶ τὸ πολύτρητον τῆς χώρας καὶ τὸ εὔσειστον· εἰ γάρ τις ἄλλη, καὶ (...)
  • 17 Strabon, 12.8.17 et 18. Une expression significative (sur le sens du mot εὔσειστος chez Strabon, cf (...)
  • 18 Épictète, Entretiens 2.6.20 : — Τῇ κεφαλῇ κινδυνεύω ἐπὶ Καίσαρος. — Ἐγὼ, δ᾽ οὐ κινδυνεύω, ὃς οἰκῶ ἐ (...)

13Dans les traités scientifiques, la cartographie des zones à risque ne se limitait pas uniquement au nord de l’Asie Mineure : suivant la théorie d’Aristote, toutes les zones spongieuses et caverneuses étaient susceptibles d’être le théâtre de violentes secousses. Cette conception perdure dans l’œuvre de Strabon, notamment lorsque le géographe entreprend la description de quelques cités phrygiennes : « […] ce qui indique autant la nature spongieuse du territoire et son caractère sismogénique. Plus que toute autre en effet, Laodicée est grandement sujette aux tremblements de terre, comme l’est Caroura qui se situe dans le voisinage »16. Plus avant dans sa présentation, Strabon établit un constat analogue au sujet de la vallée du Méandre, laquelle, aussi, « est sujette aux secousses sismiques », et à propos de la Catacécaumène, là où fut fondée la cité de Philadelphie, dont les habitants redoutaient quotidiennement une modification de la nature du sol à la suite d’un choc tellurique17. Ce lieu commun fournit encore à Épictète, au iie s. de n.è., matière à une analogie surprenante : « — Je risque ma tête auprès de César. — Et moi, je ne la risque pas, moi qui habite Nicopolis où il y a tant de tremblements de terre ! »18. Cette incise, quoiqu’elle s’inscrive dans un développement de la philosophie stoïcienne, souligne de façon évidente l’attention que les habitants de ces régions portaient à la fréquence des séismes. Elle témoigne ainsi d’une prise de conscience forte du risque tectonique et de ses conséquences éventuelles.

  • 19 Aujac 1966, p. 233.

14Si les marges ouest-anatoliennes présentent toutes les caractéristiques d’une région mouvante, où se produisent de fréquents tremblements de terre destructeurs, la juxtaposition de plusieurs événements catastrophiques dans l’œuvre de Strabon, en apparence exceptionnels compte tenu de leur intensité, suggère également que la région du Levant pouvait être affectée de façon régulière par de violentes secousses sismiques19. La mise en série de telles descriptions souligne un autre aspect de la sismologie antique : la récurrence de faits notables concourt à définir également une cartographie des espaces soumis au risque de tremblement de terre. Il n’est d’ailleurs guère étonnant aux yeux des observateurs modernes que le Levant puisse avoir été considéré comme une zone sensible à la tectonique : du nord au sud, toute la région est en effet traversée par une faille active qui s’étend de la chaîne du Taurus à la mer Morte.

  • 20 Strabon, 1.3.16 : Τὸ δ᾽ αὐτὸ πάθος καὶ ἐπὶ τὴν Συρίαν ὅλην διέτεινε, µετρίως δέ πως. Sur cette cata (...)
  • 21 Strabon, 2.3.8 ; Courrént 2004, p. 269.

15Les prolégomènes de Strabon contiennent encore un passage significatif, emprunté à Poséidonios d’Apamée, évoquant la ruine de plusieurs cités phéniciennes à l’occasion d’un tremblement de terre dont les secousses auraient été ressenties jusqu’en Syrie, malgré une évidente déperdition de l’intensité des ondes sismiques20. Strabon s’attache à décrire précisément le phénomène sans chercher toutefois à en établir la cause, approche qu’il considère comme relevant du domaine de la philosophie21. Tenant compte du contexte dans lequel prend place cette description, à la fin du premier livre, il est certain qu’elle ressortit à un ensemble particulièrement cohérent destiné à initier le lecteur à la question des bouleversements physiques exceptionnels qui se produisent à la surface de la terre.

  • 22 Strabon, 16.2.43-44.
  • 23 Aujac 1966, p. 233.

16Plus au sud, la description de la Palestine a aussi fourni à Strabon une occasion d’évoquer de terribles désastres qui affectèrent cette région à l’époque où Sodome en était la métropole22. Le géographe présente non seulement plusieurs indices concordants qui déterminent la nature « enflammée » du territoire (Τοῦ δ’ ἔµπυρον τὴν χώραν εἶναι), mais il insiste également sur les tremblements de terre et les éruptions de feu qui bouleversèrent la topographie du lac Asphaltite et entraînèrent, à la suite de telles modifications, la ruine et la disparition de treize cités importantes23. Strabon, s’attachant à décrire avec précision les impacts de la catastrophe, contribue à cartographier empiriquement certains espaces à fort risque tectonique. Très exactement, sa démarche autorisait l’établissement d’une géographie assez précise des zones fréquemment soumises à la sismicité. Il convient toutefois de souligner les apories de la méthode scientifique : les exemples évoqués, s’ils contribuent à une collation nécessaire à la cartographie des zones à risque, servent avant tout à confirmer les assertions générales introduisant chacune des études locales. En un sens, Strabon semble se distinguer volontairement de ses devanciers, Démétrios de Scepsis, Démoclès de Pygéla et Démétrios de Callatis. Le géographe goûte peu l’exhaustivité : au contraire, il choisit avec soin de conserver dans son récit les catastrophes qu’il juge les plus dignes de mémoire.

  • 24 Aristote, Météorologiques 366a.

17Des régions orientales du bassin méditerranéen caractérisées par une structure géologique particulière, propre à accroître les déchirures de l’écorce terrestre, la Grèce continentale fut sans doute celle qui a exercé la plus grande fascination sur Strabon et qui a suscité, avant lui, un nombre non négligeable d’écrits de la part des historiens et des philosophes de l’époque classique. Il est certes incontestable que la catastrophe qui frappa Boura et Héliké en 373 av. n.è. a profondément marqué les esprits et a accentué la prise de conscience des risques sismiques qui affectaient le Péloponnèse. Quelques traités aristotéliciens soulignaient toutefois l’importance de la sismicité qui se manifeste dans les grands ensembles régionaux de Grèce continentale et qui était présentée indépendamment de cette catastrophe24.

  • 25 Dès la fin du xixe s., des volumes très utiles ont paru sur cette question : Philippson 1892, p. 43 (...)
  • 26 Strabon, 1.3.20.
  • 27 Strabon, 10.1.9 : ἔστι δὲ καὶ ἅπασα µὲν ἡ Εὔβοια εὔσειστος, µάλιστα δ᾽ ἡ περὶ τὸν πορθµόν.
  • 28 Sur ce terme : Baladié 1980, p. 141.
  • 29 Formé à partir de l’adjectif σεισµός, auquel est adjoint le préfixe εὖ qui exprime l’idée d’abondan (...)
  • 30 Strabon, 1.3.16-17 à propos des régions mouvantes de l’Anatolie.

18Si les données modernes corroborent une grande part des témoignages antiques25, elles permettent aussi d’en affiner les conclusions grâce à l’enregistrement systématique des tremblements de terre survenus en Grèce depuis le xixe s. Suivant la tradition élaborée par Démétrios de Callatis26, Strabon s’attache à décrire les bouleversements et les catastrophes survenus en Eubée et, plus généralement, autour du golfe Maliaque. La très forte sismicité des régions bordées par ce golfe est un fait significatif du point de vue de la géographie physique, que le géographe s’emploie ainsi à rappeler : « L’Eubée tout entière est sujette aux tremblements de terre, tout particulièrement la partie proche du détroit »27. L’adjectif εὔσειστος, propre au géographe, est employé à dessein28, afin de mettre en évidence les caractéristiques géologiques de cet ensemble régional29. Strabon ne l’emploie qu’en de rares occasions, toujours pour souligner la récurrence des phénomènes sismiques en un lieu mouvant et instable30.

  • 31 Strabon, 8.5.7 : Εὔσειστος δ᾽ ἡ Λακωνική.
  • 32 Ce que faisait justement Baladié 1980, p. 141 et 145 : « Les données modernes nous obligent à recti (...)
  • 33 Papanastassiou 1998.
  • 34 Sur les sources et les différentes traditions : Ducat 1984.
  • 35 Gaiaochos : Xénophon, Helléniques 6.5.30 ; Asphaleios : Pausanias, 3.20.2.
  • 36 Voir supra p. 26.
  • 37 Baladié 1980, p. 142.
  • 38 Strabon, 8.5.7.
  • 39 Scholie à Homère, Iliade 8, v. 222 : Ζηνόδοτος δὲ γράφει καιετάεσσαν ἀντὶ τοῦ καλαµινθώδη. Δοκεῖ δὲ (...)
  • 40 Strabon, 5.3.6.

19L’expression apparaît notamment au sujet de la Laconie31. Il est douteux, me semble-t-il, d’y voir une erreur de jugement de la part de Strabon32, tant cette région a depuis l’Antiquité souffert de plusieurs catastrophes de grande ampleur. De récentes études établissent ainsi que la faille bordant le flanc est du Taygète fut sans doute réactivée à l’époque classique33. Strabon disposait par ailleurs d’indices probants pour justifier une telle assertion : une catastrophe marquante, survenue à Sparte vers 464 av. n.è., avait suscité déjà tant d’écrits à son époque qu’il lui était impossible de l’ignorer34. D’autre part, les cultes en l’honneur de Poséidon, considéré comme l’« ébranleur du sol » (Γαιαόχος) ou comme celui « qui protège » contre les séismes (Ἀσφαλείος)35, étaient rendus de manière permanente dans la cité au moins depuis le ve s. av. n.è., en sorte qu’ils traduisaient très distinctement les craintes éprouvées par les Lacédémoniens à ce sujet36. Enfin, comme l’a montré Raoul Baladié37, Strabon a consacré un paragraphe d’une longueur significative à un qualificatif homérique38, καιετάεσσαν, appliqué à la cité de Sparte par Zénodote, dans une glose d’un vers de l’Iliade39. Parmi les définitions qui firent florès dans l’Antiquité, l’une a eu les faveurs de Strabon, bien qu’il s’efforçât d’offrir aux lecteurs deux possibilités d’interprétation ; implicitement toutefois, le géographe établissait une relation avec la sismicité de la Laconie en suggérant que les καιετοί devaient être définis comme « des crevasses produites par les secousses sismiques ». C’est un sens peu éloigné qui transparaît d’ailleurs dans un autre passage de la Géographie, à propos du golfe séparant les cités de Tarracina et de Formies, sur la côte tyrrhénienne, que les Laconiens désignaient sous le nom de Καιάτας40.

20Les observations consignées par l’école aristotélicienne ont fourni une matière abondante aux géographes de l’époque hellénistique : grâce à l’appui des traditions élaborées par Poséidonios d’Apamée et Démétrios de Callatis, Strabon en usa dans la Géographie. Fondées sur une collecte empirique de faits notables, l’accent ayant d’abord porté sur le récit de catastrophes majeures et destructrices, ces mentions fournissent un état continu, dans les représentations antiques, des zones fortement sismogéniques. Les régions définies par les Anciens comme mouvantes et sensibles à la tectonique correspondent en outre assez précisément aux observations formulées par les sismologues depuis le xixe s. L’émergence d’une cartographie des risques sismiques au début de l’époque classique, centrée sur un petit nombre de régions précises, se mue à la fin de l’époque hellénistique, sous le patronage de Strabon, en une véritable géographie étendue à l’échelle du bassin égéen. Cette évolution s’accompagne alors d’une modification des perceptions et des représentations antiques.

Les zones volcaniques

  • 41 Gruet 2004, p. 206 : « Dans les Météorologiques, les séismes apparaissent bien comme un phénomène e (...)
  • 42 La structure géomorphologique du cœur du monde grec est essentiellement formée de karst : la dissol (...)
  • 43 Sénèque, Questions Naturelles 3.24.1 : Empedocles existimat ignibus quos multis locis terra opertos (...)
  • 44 Diodore de Tarse (Photius, Bibliothèque IV, p. 20) prétend qu’en Lycie, un feu perpétuel est visibl (...)
  • 45 Aujac 1966, p. 239.

21Peu de phénomènes physiques ont autant marqué les écrivains du monde romain que l’éruption spectaculaire du Vésuve survenue en 79 de n.è., qui occasionna la destruction de plusieurs cités campaniennes, parmi lesquelles Pompéi et Herculanum. En revanche, dans la partie orientale du bassin méditerranéen, les zones volcaniques et les phénomènes éruptifs ont bien souvent été négligés, assimilés à la tectonique dont ils ne furent, pour de nombreux observateurs, qu’une manifestation causale41. Les observations géologiques contemporaines ne définissent qu’un petit nombre de régions menacées par le volcanisme dans l’Orient égéen42 : les Anciens n’envisageaient eux-mêmes ces phénomènes qu’à travers des digressions souvent très brèves. On pouvait néanmoins lire, au ier s. de n.è. chez Sénèque, une opinion ancienne d’Empédocle pour qui les feux souterrains se tenaient « en de multiples endroits »43. Ce sont les manifestations annexes du volcanisme qui ont donné lieu aux développements les plus complets44, contribuant ainsi à l’émergence relative d’une cartographie des espaces sujets au risque volcanique dans le monde égéen45. Trois régions furent l’objet de commentaires plus ou moins approfondis : la presqu’île de Méthana, la Catacécaumène et l’archipel de Santorin.

La presqu’île de Méthana

  • 46 James et al. 1997.

22Située au nord-est du Péloponnèse, bordée par le golfe hermionique, la presqu’île de Méthana présente des particularités géologiques qui contrastent avec les paysages de l’Argolide toute proche. Cette péninsule, formée en grande partie de dépôts magmatiques46, constitue la pointe septentrionale de l’arc égéen volcanique, qui se prolonge en direction de la côte sud-anatolienne en un segment régulier traversant les îles méridionales de l’archipel des Cyclades.

  • 47 Baladié 1980, p. 159 ; cf. infra p. 133.
  • 48 Strabon, 1.3.18 : « Aux environs de Méthone dans le golfe Hermionique, après une éruption de flamme (...)
  • 49 Pausanias, 2.34.1. Ce témoignage est peut-être fondé sur un passage d’Ovide (Métamorphoses 15, v. 2 (...)

23Dès l’Antiquité, les habitants de Méthana avaient su attribuer à l’action du volcan la formation des paysages si particuliers de la presqu’île, composés de trachytes et d’andésites. Cette représentation est soulignée par l’émission d’une série monétaire au type d’Héphaïstos47, datée du ive s. av. n.è. Strabon fournit par ailleurs un témoignage assez précis de l’éruption du volcan survenue à l’époque hellénistique48. Toutefois, en ne s’attachant qu’à décrire les manifestations les plus spectaculaires, le géographe ne paraît évoquer ce phénomène qu’au titre d’un exemple mémorable, sans chercher à en préciser la date. Sur ce point, les témoignages de Strabon et de Pausanias se prêtent un secours mutuel : la confrontation des deux récits conduit à penser qu’ils relatent une même éruption volcanique, que le périégète place à l’époque d’Antigone Gonatas49.

  • 50 Baladié 1980, p. 163.

24Il serait sans doute hasardeux, en dépit du soin avec lequel les auteurs antiques décrivirent les traces du volcanisme antique, de conclure à l’élaboration d’une cartographie des espaces sujets à ce type de risque à partir de ces quelques mentions incidentes50. Les auteurs furent bien plus intrigués par le caractère exceptionnel de l’événement que par l’éventualité qu’une éruption se manifeste à nouveau au même endroit. Cependant, la digression de Strabon prend place dans un développement consacré aux bouleversements physiques de grande ampleur, dont l’objectif était de contraindre le lecteur à abandonner toute forme de stupeur et d’étonnement dès lors que menaçaient de se produire des phénomènes semblables. En ce sens, le géographe œuvrait à identifier les régions où de telles catastrophes pouvaient avoir lieu, ce dont rendent par ailleurs compte les analogies perceptibles entre la description qu’il fait de la péninsule de Méthana et celle qu’il donne de la « Lydie brûlée ».

La Catacécaumène, le mont Argée et la Lycie

25Les paysages désolés de la Catacécaumène, brûlée par le rejet des laves du volcan Kula aux époques anté-historiques, présentent en effet selon plusieurs récits antiques des caractéristiques proches de celles de Méthana.

  • 51 Martyre de Pionos 4.21 ; Robert 1962, p. 287-296.
  • 52 Strabon, 12.8.17.
  • 53 Ibid., 12.8.18 : Καὶ ἡ Κατακεκαυµένη δέ, ἥπερ ὑπὸ Λυδῶν καὶ Μυσῶν κατέχεται.
  • 54 Ibid., 13.4.11 (trad. Robert 1962, p. 288).

26Dans l’exorde que le chrétien Pionios adressa aux habitants de Smyrne, peu de temps avant son martyre en 250, prend ainsi place une description de la Catacécaumène (κεκαυµένη πυρί)51, dont les paysages, exposés aux feux souterrains et formés d’anciens dépôts volcaniques, ne manquaient pas d’être connus des voyageurs et des personnes qui vivaient dans ces régions. Pour Strabon, ce sont les manifestations du volcanisme qui étaient dignes d’intérêt et qui définissaient de manière précise l’espace couvert par ces paysages calcinés. Le géographe en donne deux descriptions plutôt étendues, qu’il insère dans un développement sur la fréquence des chocs telluriques en Lydie et en Mysie. Le premier passage fait suite à une évocation détaillée de la vallée du Méandre, elle-même considérée comme un territoire « facilement inflammable »52 : « Des caractéristiques analogues ont valu son nom à la Catacécaumène »53. Après avoir évoqué le mythe de Typhon, qui, selon la tradition locale, fut empêché à cet endroit de progresser dans le pays, Strabon fournit une explication rationnelle au sujet de la formation géologique du territoire54 :

οὐκ εὔλογον δὲ ὑπὸ τοιούτων παθῶν τὴν τοσαύτην χώραν ἐµπρησθῆναι ἀθρόως, ἀλλὰ µᾶλλον ὑπὸ γηγενοῦς πυρός, ἐκλιπεῖν δὲ νῦν τὰς πηγάς· δείκνυνται δὲ καὶ βόθροι τρεῖς, οὓς φύσας καλοῦσιν, ὅσον τετταράκοντα ἀλλήλων διεστῶτες σταδίους· ὑπέρκεινται δὲ λόφοι τραχεῖς, οὓς εἰκὸς ἐκ τῶν ἀναφυσηθέωτων σεσωρεῦσθαι µύδρων.

  • 55 Strabon évoquait juste avant la foudre et les souffles enflammés.

Mais il n’est pas vraisemblable que cette région si étendue ait été incendiée dans son ensemble par de tels phénomènes55 ; bien plutôt ce fut par un feu terrestre dont les sources ont maintenant disparu. On montre aussi trois fosses, que l’on appelle « soufflets », distants l’un de l’autre de quarante stades environ ; ils sont surmontés de collines raboteuses, dont il est vraisemblable que l’amoncellement a été formé par les matières incandescentes rejetées par les éruptions.

  • 56 Étienne de Byzance, s.v. « Κατακεκαυµένη ».
  • 57 Voir supra p. 47.

27La formation de ces paysages calcinés a donc été mise en relation, au moins depuis la fin de l’époque hellénistique, avec l’activité ancienne d’un volcan. La description du volcanisme de cette région trouve des parallèles tardifs, notamment chez Étienne de Byzance qui définissait la Catacécaumène, à la suite de Strabon, comme le territoire soumis aux feux perpétuels qui s’étendait depuis les environs d’Éphèse56. Il est significatif, en outre, de souligner le rapprochement établi par Strabon avec la description qu’il donne de Sodome, autre territoire « enflammé », sujet à de fréquents tremblements de terre57.

  • 58 Cf. Aujac 1966, p. 238-240.
  • 59 Cité par Strabon, 12.2.7 : τόποι καὶ αὐτοὶ πολλαχοῦ πυρὰ ἔχουσιν.
  • 60 Dumas-Acolat 2004.

28C’est à Poséidonios, enfin, que l’on doit l’essentiel des descriptions relatives aux manifestations secondaires du volcanisme58. En Cilicie, sur les pentes du mont Argée, le philosophe prétend que « les lieux […] regorgent en de nombreux endroits de feux souterrains »59. Culminant à près de 4 000 m d’altitude, au cœur de l’Anatolie centrale, le mont Argée offre aujourd’hui le spectacle d’un volcan endormi. Dans l’Antiquité néanmoins, quelques représentations exceptionnelles frappées sur des séries monétaires de Césarée de Cappadoce, aux iie et iiie s. de n.è., attestaient la vitalité des représentations du volcanisme dans la région. Le type iconographique forme un ensemble cohérent60, qui paraît figurer non pas uniquement le volcan, mais aussi le phénomène éruptif : apparaissent en effet distinctement le cratère volcanique, en forme de U, le feu qui jaillit des pentes ainsi qu’une coulée de lave.

  • 61 Foulon 2004b.
  • 62 Ctésias de Cnide, Indica F45 (20) (Photius) ; F45eα (Antigone de Carystos) ; F45eβ (Pline l’Ancien)
  • 63 Palaiphatos, De incredibilibus 28.

29Si le recours aux mythes offre aux logographes et aux auteurs naturalistes prétexte à digression, c’est qu’il autorise de manière fortuite l’expression de quelques théories scientifiques relatives à la φύσις61. Conformément à l’affirmation d’Empédocle, selon qui les feux souterrains se rencontrent en plusieurs endroits, de nombreux savants s’employèrent dès l’époque classique à localiser ces lieux, faisant appel au besoin à la littérature mythographique. Chimère, le monstre homérique, prend ainsi racine chez les Phasélites, en Lycie. Trois fragments des Indica de Ctésias, médecin de la seconde moitié du ve s. av. n.è., témoignent de cette tradition62. L’identification de Chimère à une montagne lycienne, autrement dit à un volcan dont on percevait encore à l’époque archaïque, dans l’Iliade et la Théogonie, la nature ignée, est ensuite admise sans discontinuer par Callimaque, Plutarque et les scholiastes d’Homère. Élève de l’école aristotélicienne et mythographe du ive s. av. n.è., Palaiphatos soumet par ailleurs au lecteur un long développement sur l’activité du volcan63 :

Βασιλεὺς δὲ Ἀµισώδαρος ᾤκει ἐπὶ τῷ Ξάνθῳ ποταµῷ ὄρος τι ὑψηλόν, ἐξ οὗ ἡ Τελµισσὶς ὕλη προσκέχωσται, πρὸς ὃ δὴ ὄρος προσβάσεις εἰσὶ δύο, <ἡ> µὲν ἔµπροσθεν ἐκ πόλεως τῶν Ξανθίων, ἡ δὲ ὄπισθεν <ἐκ> τῆς Καρίας· τὰ δὲ ἄλλα κρηµνοὶ ὑψηλοί, ἐν δὲ µέσῳ αὐτῶν χάσµα ἐστὶ τῆς γῆς µέγα, ἐξ οὗ δὴ καὶ πῦρ ἀναφέρεται.

Le roi Amisôdaros vivait près du fleuve Xanthos, dans une montagne élevée, qui recouvra [de lave] la forêt de Telmissis. En direction de cette montagne, il y a deux chemins d’accès : le premier, par l’avant, depuis la ville de Xanthos ; le second, par l’arrière, depuis la Carie. Ces deux accès, élevés et escarpés, ont en leur centre, dans la terre, un gigantesque gouffre d’où jaillit du feu.

  • 64 Foulon 2004b, p. 109, n. 50. Voir notamment Hérodote, 2.10 ; Théophraste, Histoire des plantes 5.8. (...)
  • 65 Il me semble que le groupe nominal ἐξ οὗ ἡ Τελµισσὶς ὕλη se fonde sur une corruption du manuscrit d (...)

30Le verbe προσχώννυµι désigne dans la littérature classique l’idée d’un recouvrement64: il ne peut donc s’agir ici que d’un emploi analogue, qu’il convient d’interpréter comme la disparition d’une partie de la forêt de Telmessos65 sous une coulée de lave. La description détaillée de Palaiphatos souligne le rôle du volcan dans la formation des paysages lyciens, autant qu’elle apporte une contribution majeure à la localisation des lieux soumis au risque volcanique dans les territoires égéens.

L’archipel volcanique de Santorin

  • 66 Pour la présentation géographique et géologique, on trouvera d’excellentes pages dans l’ouvrage déj (...)

31Les trois îles qui composent l’archipel moderne de Santorin, Théra, Thérasia et Aspronisi, appartiennent à l’ensemble méridionnal des Cyclades, au nord-est de la Crète66. Formées en grande partie de dépôts volcaniques, ces îles constituent le barycentre de l’arc égéen volcanique, qui se prolonge vers l’est en direction de Nisyros.

  • 67 Strabon, 1.3.16.
  • 68 Plutarque, Sur les oracles de la pythie 11 (= Moralia 399c) : τότ’ ἔσσεται ἔργα ἄπιστα· πόντος µὲν (...)
  • 69 Dupraz 2004.
  • 70 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.4-7.
  • 71 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.3-4.

32Outre l’éruption dite « minoenne », qui se produisit dans la première moitié du iie millénaire, deux phénomènes éruptifs furent précisément observés aux époques historiques : le premier eut lieu en 197 av. n.è., le second sous le consulat de Valérius Asiaticus, en 46 de n.è. De nombreux récits font état de ces bouleversements : se fondant sur la tradition élaborée par Poséidonios, Strabon veille à décrire les manifestations du volcanisme dans l’archipel de Santorin, en sorte que, par l’accumulation d’exemples semblables, il s’emploie à mettre en évidence les analogies possibles et les explications relatives à ce type de phénomène67. L’objectif qui sous-tend son approche ne vise donc pas à présenter l’éruption de Théra comme un fait exceptionnel, mais, au contraire, comme un bouleversement naturel, dont les causes peuvent être identifiables. D’autres auteurs décrivirent soigneusement les conséquences de cette éruption volcanique : l’émersion d’un îlot au centre de la caldeira de Santorin, désigné sous le nom d’« île sacrée » – Hiéra –, est un épisode marquant rapporté par Plutarque, dans une copie fictive d’un oracle rendu par la Pythie de Delphes : « […] alors apparaîtront des prodiges : la mer luira de feux indicibles ; la foudre fera, dans l’ouragan, déchaîné sur les flots, jaillir des rocs épars, et soudain surgira, inconnue aux mortels, une île »68. Il est certain que Plutarque et Strabon se fondent ici sur une source commune. Sénèque avait lui aussi formulé un commentaire au sujet de l’éruption survenue en 197 à partir des observations consignées par Poséidonios et son disciple Asclépiodote, avec l’intention d’établir une sorte de « compte rendu d’observation »69 destiné à fournir une explication sur la nature de la foudre70. À la suite de ces descriptions détaillées, Justin formula à son tour un rapprochement explicite entre l’apparition de l’île de Hiéra et les manifestations de la tectonique71, établissant un rapport de causalité banal entre les deux phénomènes, sans pour autant négliger l’étonnement que ressentirent les navigateurs à cette occasion.

  • 72 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.6 : Idem nostra memoria Valerio Asiatico consule iterum accidit (...)
  • 73 Durant son second consulat, Valérius Asiaticus n’exerça cette charge que trois mois.
  • 74 Pline l’Ancien, 2.202 : et ab ea duobus stadiis post annos CCXLII nostro aeuo Iuno Silano Laelio Ba (...)
  • 75 Henry 1982, p. 180-182.
  • 76 Par ordre chronologique : Dion Cassius, 61.29.7 ; Aurélius Victor, Livre des Césars 4.14 ; Orose, H (...)

33Une seconde éruption survint dans l’archipel de Santorin sous le règne de Claude, qui eut aussi pour conséquence l’émersion d’une île nouvelle. La documentation relative à ce phénomène est abondante, bien qu’il ne soit pas toujours aisé de faire coïncider les témoignages entre eux, notamment en ce qui regarde la chronologie des événements. Particulièrement bref, le témoignage de Sénèque prend place à la suite de la description qu’il donne de l’éruption de 197 : « Le même fait s’est passé de notre temps, sous le deuxième consulat de Valerius Asiaticus »72. Consul pour la seconde fois de janvier à mars 4673, Valérius Asiaticus fut contraint de se suicider l’année suivante : le terminus ante quem est également assuré par Pline, qui prétend que Thia surgit des eaux « sous le consulat de Junius Silanus et Laelius Balbus, le huitième jour avant les ides de juillet »74. L’encyclopédiste romain mentionne ici les deux consuls en charge à partir du 1er juillet 4675. Quelques documents tardifs n’étayent pas davantage l’anecdote en raison de leurs lacunes : ils omettent notamment de préciser le nom de l’île émergée ou la date de sa formation76, à l’exception d’une brève notice de Dion Cassius dont le témoignage fautif situe l’événement en 47 de n.è.

  • 77 Sénèque demeurait très attentif aux descriptions de phénomènes éruptifs, comme en témoignent plusie (...)

34Les récits de Pline et de Sénèque visaient indiscutablement à être agrégés à un discours plus général, dont la portée scientifique dépassait la simple collation de faits exceptionnels77. En ce sens, ils participaient à l’élaboration d’une géographie des espaces volcaniques en Méditerranée, dont les manifestations, quoique rares, conservaient selon eux une relation forte avec d’autres phénomènes violents de la nature comme la sismicité. Du point de vue des représentations antiques, il ne s’agissait pourtant que d’établir un raisonnement au sujet du triomphe du feu sur l’eau.

Les étiologies scientifiques

  • 78 Héraclite, F 123 : φύσις δὲ καθ᾽ Ἡράκλειτου κρύπτεσθαι φιλεῖ.
  • 79 Hadot 2004.
  • 80 Aristote, Μηχανικά 847a.
  • 81 Hadot 2004, p. 144-145.

35Un célèbre fragment d’Héraclite prétend que « la nature aime à se cacher »78. Cet aphorisme a, dès l’Antiquité, suscité une exégèse particulièrement féconde79. Secrète et mystérieuse, personnifiée sous les traits d’Artémis-Isis jusqu’au xviiie s., la Nature, à en croire les principaux représentants des différentes écoles philosophiques, de Platon à Sénèque, se refuse opiniâtrement à livrer ses secrets, qu’elle s’entête à cacher sous un voile pudique. Face à cette obstination, les philosophes grecs n’ont eu de cesse que d’opposer deux attitudes : l’attitude « prométhéenne », qui consistait en une compréhension de l’harmonie et de la démesure du monde par la physique, et l’attitude « orphique », qui ne cherchait à dévoiler les secrets de la Nature que par la perception, le discours et l’art. Cette dichotomie a eu dans l’Antiquité un impact singulier sur la recherche des causes mécaniques qui présidaient aux bouleversements de l’ordre naturel. La naissance des méthodes expérimentales et des sciences physiques était dès lors liée à l’intellection de l’ὕβρις, comme le souligne l’introduction d’un opuscule anonyme rédigé à l’époque hellénistique, les Μηχανικά80. Ce traité aristotélicien définit en effet la mécanique comme un moyen destiné à l’émancipation de l’homme contre les méfaits de la nature81. Ainsi, en dépit de la grande variété des interprétations scientifiques des risques naturels, la démarche initiale reposait sur une volonté commune de rationaliser les aléas physiques, en vue d’une meilleure prévision des catastrophes.

  • 82 Waldherr 1997, p. 47, n. 2.

36Si les historiens modernes ont depuis longtemps eu à exercer leur sagacité au sujet des théories relatives aux tremblements de terre et aux phénomènes éruptifs82, plus rares sont ceux qui ont établi un lien entre la recherche des causes mécaniques et l’émergence d’une culture du risque dans les cités grecques. Ce n’est pourtant pas un enjeu anodin : l’homme prométhéen se pare de la technè, systématise la réflexion scientifique et établit des axiomes, dans le but souvent inavoué de soumettre la nature aux intérêts des sociétés humaines. Les catastrophes naturelles, en ce qu’elles dépassent l’entendement rationnel, sont progressivement devenues un objet d’étude privilégié, donnant lieu à une multiplicité des discours au sein de chacune des grandes écoles philosophiques.

Les interprétations de l’activité sismique

37Quoique l’on ait précocement mis en évidence le poids très important de la théorie aristotélicienne, il ne fait guère de doute que la sismologie antique, entendue comme un procédé scientifique dont l’objectif visait à identifier précisément la cause des tremblements de terre, fut théorisée assez tôt dans quelques-uns des traités que les présocratiques consacrèrent à la physique et à la nature. Ces considérations scientifiques ne nous sont malheureusement parvenues que par des résumés souvent tronqués dans l’œuvre d’Aristote ou de Sénèque, en sorte qu’il est malaisé de retracer avec exactitude leurs fondements et l’antériorité des unes par rapport aux autres.

  • 83 Aulu-Gelle, Nuits attiques 2.28.1 : sed ne inter physicas quidem philosophias satis constitit uento (...)
  • 84 Pausanias, 7.24.9.

38À l’époque impériale, certains auteurs prétendaient d’ailleurs que la cause des tremblements de terre n’était toujours pas établie avec certitude : le grammairien et compilateur romain Aulu-Gelle affirmait notamment que « même les doctrines physiques hésitent, se demandant si les séismes proviennent de la violence des vents pénétrant dans les creux et les fentes de la terre, ou des poussées et des courants d’eaux bouillonnants en dessous dans les cavités, comme les Grecs paraissent l’avoir pensé »83. En outre, on pouvait lire chez Pausanias, au iie s. de n.è., une opinion curieuse selon laquelle il existait un type de tremblement de terre bénin : le périégète considérait en effet qu’une secousse inverse pouvait avoir comme effet de redresser les édifices écroulés84. Bien qu’elle soit anecdotique, cette étrange conception souligne l’absence manifeste d’une théorie qui aurait emporté définitivement la conviction.

Les physiciens ioniens et le rôle de l’élément liquide

  • 85 Aristote, Météorologiques 365a : Ἔστι δὲ τὰ παρειληµµένα µέχρι γε τοῦ νῦν χρόνου τρία καὶ παρὰ τριῶ (...)
  • 86 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.1.

39L’exposé d’Aristote contient un passage remarquable au sujet des explications données par ses prédécesseurs sur la cause des séismes. Le philosophe fait ainsi état de plusieurs théories, qui souffrent néanmoins de ne pas être présentées avec la rigueur chronologique nécessaire : « Jusqu’à présent trois explications sont connues de trois auteurs différents : Anaxagore de Clazomènes et avant lui Anaximène de Milet ont exposé leur conception, et après eux Démocrite d’Abdère »85. Si la philosophie ionienne paraît bien être à l’origine des réflexions sur la nature des tremblements de terre, le Stagirite oublie toutefois de mentionner l’un de ses plus illustres représentants : Thalès. Sénèque, en revanche, admet l’antériorité de l’explication suggérée par le Milésien86 :

In aqua causam esse nec ab uno dictum est nec uno modo. Thales Milesius totam terram subiecto iudicat umore portari et innare (…).

Que la cause des tremblements de terre soit liée à l’eau, plus d’un l’a dit, mais pas de la même façon. Thalès de Milet estime que la terre tout entière est portée et repose sur une masse d’eau (…).

  • 87 Voir ibid., 3.13-14 ; cf. Kirk, Raven, Schofield 1995, p. 95-96, n. 12.
  • 88 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.3.

40Des quatre éléments qui composent la nature, l’eau serait le plus puissant, et pour cela même celui qui porte la terre87. Ce n’est pourtant pas l’opinion de Sénèque, qui s’emploie méthodiquement à en démontrer le caractère invalide88 :

Hanc opinionem falsam esse non est diu colligendum. Nam, si terra aqua sustineretur et ea aliquando concuteretur, semper moueretur, nec agitari illam miraremur sed manere ; deinde tota concuteretur, non ex parte (…).

Il n’est pas besoin de longs raisonnements pour montrer que cette opinion est erronée. Si [la terre] était sur l’eau et qu’elle venait à être secouée par celle-ci, elle serait toujours en mouvement, et la merveille ne serait pas qu’elle fût ébranlée, mais qu’elle restât jamais immobile. Et puis, elle serait secouée tout entière, et non partiellement (…).

  • 89 Aristote, Météorologiques 365a : οὔτε γὰρ χῶραι οὔτε ὧραι αἱ τυχοῦσαι µετέχουσι τούτου τοῦ πάθους.
  • 90 Goulet 1989b, p. 195.
  • 91 Aristote, Météorologiques 365b.

41Cette objection dirimante fait indiscutablement écho à une conception des chocs telluriques empruntée à la philosophie aristotélicienne, laquelle prétendait que les séismes « ne partagent pas, en effet, ni les mêmes territoires ni les mêmes saisons »89. Deux théories contraires furent par ailleurs attribuées à Anaximène de Milet au sujet des tremblements de terre. Disciple d’Anaximandre90, qui vécut dans le courant du vie s. av. n.è., il fut selon Aristote partisan d’une opinion complexe91 :

Ἀναξιµένης δέ φησιν βρεχοµένην τὴν γῆν καὶ ξηραινοµένην ῥήγνυσθαι, καὶ ὑπὸ τούτων τῶν ἀπορρηγνυµένων κολωνῶν ἐµπιπτόντων σείεσθαι· διὸ καὶ γίγνεσθαι τοὺς σεισµοὺς ἔν τε τοῖς αὐχµοῖς καὶ πάλιν ἐν ταῖς ἐποµβρίαις.

Anaximène prétend pour sa part que la terre inondée puis desséchée se déchire, et que pour cela l’écroulement des parties supérieures la fait trembler. C’est pourquoi les tremblements de terre se produisent lorsqu’il y a des sécheresses ou encore des pluies abondantes.

  • 92 Ibid. : ἔδει δὲ τούτου συµβαίνοντος ὑπονοστοῦσαν πολλαχῇ φαίνεσθαι τὴν γῆν.
  • 93 Helly 1984a, p. 65.
  • 94 Sénèque, Questions Naturelles 6.10.1-2.
  • 95 Ammien Marcellin, Histoires 17.7.12.

42Aristote reprend à bon compte une objection déjà opposée à Anaxagore et à Démocrite : « Mais il faudrait, si les choses se passaient ainsi, que l’on vît la terre s’affaisser en de multiples endroits »92. Comme l’a montré Bruno Helly93, la théorie d’Anaximène reposait sur une observation précise des phénomènes de surface, qu’ils fussent liés à la tectonique ou indépendants d’elle. Ce sont donc les modifications sensibles des régimes hydriques et climatiques qui, dans un premier temps, servirent de point de départ aux explications sur la cause des séismes. Or, Sénèque affirme au contraire que, selon l’opinion d’Anaximène, la cause des chocs sismiques était liée à ce que la terre renfermait en elle-même, plutôt qu’à l’agitation d’éléments extérieurs comme l’eau ou le feu94 : ce seraient les parties usées qui, une fois désagrégées par suite de la ruine et du vieillissement, tomberaient et feraient trembler les couches supérieures de l’écorce terrestre. Déterminer qui d’Aristote ou de Sénèque rapporte la théorie authentique d’Anaximène n’est pas chose aisée : ainsi est-il tentant d’exposer un texte d’Ammien Marcellin, qui, sans fournir de preuve décisive, peut néanmoins éclairer le problème95. L’historien prétend que la théorie attribuée par Aristote à Anaximène, qui établissait que les excès de sécheresse ou l’abondance des pluies seraient la cause des tremblements de terre, était en réalité l’opinion d’Anaximandre. Le Stagirite a donc sans doute confondu les explications suggérées par les deux philosophes milésiens, ce qui ne serait guère étonnant puisque l’un fut le disciple de l’autre.

  • 96 Aristote, Météorologiques 365b : « Démocrite prétend pour sa part que la terre est gorgée d’eau et (...)
  • 97 Sénèque, Questions Naturelles 6.20.1-4.
  • 98 Théorie qui, au ve s., a encore un certain succès auprès de quelques présocratiques, comme Diogène (...)
  • 99 La conjugaison de plusieurs éléments de la nature était aussi la théorie défendue prudemment par le (...)
  • 100 Ibid., 6.19.1-2.

43Dans la seconde moitié du ve s., l’un des derniers représentants de la philosophie ionienne, Démocrite d’Abdère, affirmait encore que l’eau put être responsable des secousses sismiques96. Sénèque précise davantage sa pensée : plusieurs éléments naturels étaient selon lui mis en jeu lors de la formation d’un tremblement de terre97. Très précisément, Démocrite semblait défendre l’idée que l’air pouvait être perçu comme la cause d’un choc sismique s’il pressait les flots devant lui98, ou s’il s’amassait de telle manière dans les cavités souterraines qu’il ébranlait la terre par manque d’issue. La théorie suggérée par Démocrite est significative, en ce sens qu’elle constitue alors une approche nouvelle dans la compréhension des phénomènes sismiques99. L’un de ses disciples, Métrodore de Chios, avait pour sa part fait le choix de ne retenir que le rôle de l’air dans l’explication qu’il donnait de la formation des tremblements de terre100.

Anaxagore et l’explication par le feu ou l’éther

  • 101 Goulet 1989a, p. 183-187.
  • 102 Il y a sur ce point une divergence entre Aristote et Sénèque.
  • 103 Aristote, Météorologiques 365a.

44Originaire de Clazomènes101, Anaxagore fut partisan d’une théorie selon laquelle le feu, ou l’éther102, était la cause des séismes. Un résumé trompeur de cette opinion figure dans les Météorologiques103 :

Ἀναξαγόρας µὲν οὖν φησι τὸν αἰθέρα πεφυκότα φέρεσθαι ἄνω, ἐµπίπτοντα δ’ εἰς τὰ κάτω τῆς γῆς καὶ κοῖλα κινεῖν αὐτήν· τὰ µὲν γὰρ ἄνω συναληλεῖφθαι διὰ τοὺς ὄµβρους (ἐπεὶ φύσει γε ἅπασαν ὁµοίως εἶναι σοµφήν), ὡς ὄντος τοῦ µὲν ἄνω τοῦ δὲ κάτω τῆς ὅλης σφαίρας, καὶ ἄνω µὲν τούτου ὄντος τοῦ µορίου ἐφ’ οὗ τυγχάνοµεν οἰκοῦντες, κάτω δὲ θατέρου. Πρὸς µὲν οὖν ταύτην τὴν αἰτίαν οὐδὲν ἴσως δεῖ λέγειν ὡς λίαν ἁπλῶς εἰρηµένην·

Ainsi, Anaxagore affirme que l’éther est naturellement porté vers le haut, et que, en tombant dans les profondeurs encaissées de la terre, il l’agite. En effet, les couches supérieures sont inondées en raison des pluies (même si sa nature entière est également spongieuse), puisque se trouve un haut et un bas dans l’ensemble de la sphère terrestre, et que le haut représente la partie sur laquelle nous nous trouvons habiter et le bas tout le reste. Contre cela, il ne nous faut peut-être rien dire, car cette explication est d’une simplicité excessive.

  • 104 Helly 1984a, p. 65.

45À en croire Aristote, Anaxagore fut ainsi le premier philosophe à établir un lien de causalité entre l’air et les tremblements de terre ; d’un certain point de vue, ce système d’explication revenait à considérer l’importance de la relation entre les phénomènes météorologiques et la tectonique104. Le fondement de cette théorie reposait sur l’observation des effets liés à la sismicité, et non sur la déduction des causes proprement dites : l’accumulation de masses d’eau avait aussi pour conséquence d’entraîner des modifications du sol et des glissements de terrain, de même que le desséchement des structures géologiques de surface pouvait conduire à l’effritement et à l’éboulement de blocs de terre ou de roche.

  • 105 Aristote, Du ciel 302b : τὸ γὰρ πῦρ καὶ τὸν αἰθέρα προσαγορεύει ταὐτό.
  • 106 Sénèque, Questions Naturelles 6.9.1 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

46Il est néanmoins tentant de voir dans l’exposé d’Aristote une confusion à propos de la théorie d’Anaxagore : le Stagirite prétend en effet que l’αἰθήρ – autrement dit la région supérieure de l’air – fut, selon l’opinion du Clazoménien, l’élément responsable des séismes. Or, il affirme lui-même qu’Anaxagore employait indistinctement le nom d’éther ou de feu pour désigner la même substance105. Comme il est habituel dans l’œuvre du stoïcien, Sénèque fait preuve d’une plus grande précision lorsqu’il évoque la théorie d’Anaxagore106 :

Ignem causam motus quidam, et quidem non < ignobiles >, iudicant, imprimis Anaxagoras, qui existimat simili paene ex causa et aera concuti et terram. Cum in inferiore parte spiritus crassum aera et in nubes coactum eadem ui qua apud nos quoque nobila frangi solent rupit et ignis ex hoc collisu nubium cursuque elisi aeris emicuit, hic ipse in obuia incurrit exitum quaerens ac diuellit repugnantia, donec per angustum aut nactus est uiam exeundi ad caelum aut ui et iniuria fecit.

Quelques savants, qui certes ne sont pas sans notoriété, jugent que le feu est la cause des tremblements de terre. C’est particulièrement le cas d’Anaxagore. Ce philosophe estime qu’une cause presque semblable ébranle et la terre et l’atmosphère. Lorsque, avec la même violence qui déchire ordinairement les nuages sous nos yeux, le vent a, au-dessous de nous, rompu un air épais et condensé en nuages, et que le feu a jailli à la suite de cette collision et de la sortie de l’air violemment chassé, ce feu lui-même, cherchant une issue, se précipite sur ce qu’il rencontre, fracasse ce qui résiste, jusqu’à ce que, par un passage étroitement resserré, il trouve une voie pour arriver à l’air libre ou se la fait lui-même par la force et la brutalité.

47Ainsi présentée, l’explication d’Anaxagore paraît considérer que le feu (ignis) fut bien la cause des tremblements de terre. L’air ne semble être qu’un élément nécessaire au jaillissement des flammes qui, ne trouvant à s’échapper hors des cavités souterraines, conduisent à l’ébranlement des couches inférieures de la terre. Bien qu’elle s’écarte ponctuellement des théories suggérées par un grand nombre de philosophes ioniens, cette opinion se fonde malgré tout sur une logique et un postulat communs : elle fait état d’une représentation particulière de la terre, perçue comme une entité spongieuse ou caverneuse, si bien que les tremblements de terre n’apparaissaient que comme la manifestation perceptible d’un élément – l’air, l’eau ou le feu – prisonnier de ces corps souterrains.

La pérennité de la théorie aristotélicienne : la puissance du πνεῦµα

  • 107 Helly 1984a, p. 64.
  • 108 Sénèque, Questions Naturelles 6.12.1-3.

48Après avoir présenté les diverses théories établies par les présocratiques, Aristote s’emploie à exposer sa propre opinion dans le deuxième livre des Météorologiques. Une erreur d’interprétation majeure consisterait à prétendre que l’explication avancée par l’école aristotélicienne serait entièrement nouvelle. En dépit des critiques parfois violentes exprimées à l’encontre de ses devanciers, le Stagirite établissait lui-même un lien entre les phénomènes atmosphériques et les tremblements de terre107 : de ce point de vue, sa conception des chocs sismiques ne l’éloignait que peu d’Anaxagore. En outre, Sénèque affirme que la théorie défendue par les Péripatéticiens avait déjà été en partie exposée par un disciple athénien du Clazoménien, Archélaos, qui vécut au ve s. av. n.è.108. Selon lui, les tremblements de terre seraient provoqués par l’engouffrement du vent dans les cavités souterraines : une fois que l’air compressé avait rempli tout l’espace disponible, il ébranlait le sol par manque d’issue.

  • 109 Communément, il désigne le souffle venteux (Hérodote, 7.61) et donc, plus largement, le vent (Thucy (...)
  • 110 Cf. supra p. 46-49.

49Aristote défendait l’idée qu’à la suite de fortes pluies, la chaleur produite par le soleil et les feux souterrains entraînait une exhalaison sèche (ἀναθυµίασις). Un fluide gazeux se formait ainsi à l’intérieur de la terre, mais également en surface. Le traité aristotélicien emploie par ailleurs un terme significatif, également polysémique en grec, pour désigner cette formation particulière : le πνεῦµα109. La cause des tremblements de terre résidait donc en un mouvement de reflux du fluide gazeux dans les corps spongieux ou caverneux. Il est possible également que l’emploi du mot πνεῦµα dans l’œuvre du Stagirite revête un sens technique précis, la désignation d’une substance ignée, autrement dit le magma en fusion que renferment lescavités souterraines. Le traité définit par la suite les espaces qui pouvaient être, suivant cette explication, les plus exposés au risque sismique110.

  • 111 Waldherr 1997, p. 54-59.
  • 112 Sénèque, Questions Naturelles 6.13.2-6. Straton insiste sur le caractère froid ou chaud du spiritus(...)
  • 113 Agathias, 60 (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007).

50L’exemplarité de la théorie aristotélicienne ne tient pas tant à sa dimension scientifique qu’à sa remarquable pérennité. S’il n’est guère douteux que les successeurs du Stagirite aient conservé ce système explicatif, à l’image de Théophraste111 ou de Straton de Lampsaque112, il est frappant de lire encore chez Agathias, au vie s. de n.è., un résumé fidèle de l’opinion d’Aristote113 :

οἱ γὰρ τὴν αἰτίαν τοῦδε τοῦ πάθους ἀναθυµιάσεις τινὰς εἶναι λέγοντες ξηράς τε καὶ λιγνυώδεις, ὑπὸ τὰ γλαφυρὰ τῆς γῆς εἰργοµένας καὶ τῷ µὴ διαπνεῖσθαι ῥᾳδίως σφοδρότερον ἔνδον περιδινουµένας, <ἃς> τὸ ἐπιπροσθοῦν ἅπαν σαλεύειν, ἕως τῇ βιαίᾳ φορᾷ τῆς στεγνότητος ἐνδιδούσης ἐς τοὐµφανὲς ἀναχθεῖεν.

Les uns disaient que les exhalaisons gazeuses brûlantes étaient la cause de ce phénomène : enfermées dans les cavités de la terre et y tournoyant parce qu’elles ne pouvaient pas facilement s’évacuer, elles secouaient tout ce qui se trouvait au-dessus, jusqu’au moment où, leur compression se relâchant sous une violente poussée, elles étaient rejetées vers le haut pour s’évacuer à l’air libre.

  • 114 Agathias, Histoires, guerres et malheurs du temps sous Justinien, p. 284, n. 33 (éd. P. Maraval, La (...)
  • 115 Commentaria in Aristotelem Graeca XVI-XVII.
  • 116 L’anecdote est rapportée dans un long passage : Agathias, 172-173.
  • 117 Ibid. 172 : « Anthémios, ayant rempli d’eau de grands chaudrons, les disposa à quelque distance les (...)
  • 118 Agathias, 173.
  • 119 Dagron 1981.

51Selon Pierre Maraval114, le chroniqueur byzantin a pu être initié à cette théorie par Jean Philopon, philosophe néoplatonicien originaire d’Alexandrie et pourfendeur des thèses aristotéliciennes, qui composa au début du vie s. un ouvrage important auquel il donna le nom de Commentaire sur la Physique d’Aristote115. Bien qu’il n’ait pas lui-même pris fait et cause en faveur de l’explication du Stagirite, Agathias rapporte toutefois une anecdote significative116 : Anthémios de Tralles, célèbre mathématicien du temps de Justinien, qui fut l’un des architectes de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, entreprit de reproduire le mécanisme d’un tremblement de terre dans la demeure qu’il possédait, attenante à celle de l’avocat Zénon, selon le modèle élaboré par l’école aristotélicienne117. Le récit byzantin souligne notamment que « ceux qui expliquent la genèse des séismes par les exhalaisons et les souffles fuligineux se servaient beaucoup de cette histoire »118. Comme l’a justement fait remarquer Gilbert Dagron, les commentateurs byzantins n’ont conservé comme système d’explication que la théorie aristotélicienne, « indéfiniment reprise et résumée », qui entrait parfois en contradiction avec une opinion chrétienne fondée sur les Écritures119.

  • 120 Sénèque, Questions Naturelles 6.14.1-4.
  • 121 Quoique Sénèque prétende que les épicuriens voyaient dans la cause des tremblements de terre la mis (...)
  • 122 Lucrèce, De la nature 6, v. 585-587 : In Syria Sidone quod accidit et fuit Aegi / in Peloponneso, q (...)
  • 123 Poséidonios, F 12a (= Strabon, 1.3.16). Sur ce tremblement de terre, cf. infra p. 120.
  • 124 Sénèque, Questions Naturelles 6.21.1 : Nobis quoque placet hunc spiritum esse qui possit tanta cona (...)

52Que l’air ait été considéré comme l’élément naturel responsable des tremblements de terre, beaucoup d’auteurs l’ont admis à la suite d’Aristote. Quelques savants néanmoins, comme Poséidonios ou certains stoïciens, ne prétendaient pas que la cause principale ait pu être le reflux des émanations gazeuses à l’intérieur de la terre, mais bien davantage – à en croire Sénèque120 – l’emprisonnement de l’air dans les gouffres et les cavités terrestres. Ce système d’explication fut notamment adopté par Lucrèce, et peut-être avant lui par les premiers représentants de la philosophie épicurienne121. Le poète joignit ainsi aux réflexions théoriques des exemples qu’il jugeait dignes de valeur : « C’est ce qui arriva en Syrie, à Sidon, à Aegion dans le Péloponnèse, où ce fut une semblable éruption de vent qui détruisit ces villes, puis la commotion terrestre qui s’en suivit »122. La catastrophe qui frappa Sidon fut sans doute la même que celle déjà évoquée par Poséidonios, dont la date demeure encore incertaine123. Enfin, après avoir passé en revue les nombreuses théories de ses devanciers, Sénèque proposa à son tour une explication personnelle qui rejoignait fortement l’opinion commune. Selon lui, en effet, « l’air est seul capable de pareils effets. Car il n’est rien de plus puissant, ni de plus actif, dans la nature »124.

L’identification des ondes sismiques

  • 125 Aristote, Περὶ κοσµοῦ 396a.

53Si les auteurs de l’Antiquité ont cherché à établir la cause mécanique des séismes, ils ont également porté une attention particulière aux différents types de tremblements de terre, distinguant plusieurs sortes de mouvements oscillatoires. L’école aristotélicienne a, selon toute vraisemblance, été la première à proposer un classement typologique des chocs telluriques125 :

Τῶν δὲ σεισµῶν οἱ µὲν εἰς πλάγια σείοντες κατ’ ὀξείας γωνίας ἐπικλίνται καλοῦνται, οἱ δὲ ἄνω ῥιπτοῦντες καὶ κάτω κατ’ ὀρθὰς γωνίας βράσται, οἱ δὲ συνιζήσεις ποιοῦντες εἰς τὰ κοῖλα ἱζηµατίαι· οἱ δὲ χάσµατα ἀνοίγοντες καὶ τὴν γῆν ἀναρρηγνύντες ῥῆκται καλοῦνται.

Les séismes qui secouent la terre de manière oblique à angle aigu sont appelés horizontaux ; ceux qui déchirent le sol vers le haut et le bas à angle droit sont appelés verticaux ; ceux qui provoquent un enfoncement du sol sont désignés comme les tremblements de terre qui causent les effondrements ; enfin, ceux qui ouvrent des gouffres et fendent la terre sont désignés comme les séismes qui déchirent le sol.

  • 126 Diogène Laërce, 7.154 : καθά φησι Ποσειδώνιος ἐν τῇ ὀγδόῃ· εἶναι δ’ αὐτῶν τοὺς µὲν σεισµατίας, τοὺς (...)
  • 127 Le traité aristotélicien porte deux autres dénominations, moins précises : les secousses horizontal (...)
  • 128 Sénèque, Questions Naturelles 6.21.2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

54Les quatre types de tremblements de terre présentés dans ce passage résultent d’une observation confuse des mouvements oscillatoires et des effets provoqués par les chocs telluriques. Le traité aristotélicien ne distingue d’aucune manière les conséquences d’un tremblement de terre – qui correspondent clairement aux deux derniers types évoqués ici – et la variété des ondes sismiques observées. Le même reproche pourrait être adressé à Poséidonios d’Apamée, selon qui « on distingue les secousses, les fissures, les mouvements du sol et les ébranlements verticaux »126. Un vocabulaire commun est employé dans le Περὶ κοσµοῦ attribué à Aristote et dans le traité sur la physique de Poséidonios127 : cette analogie invite à considérer que le premier ouvrage fut sans doute la source d’inspiration du second. Bien que Sénèque ait aussi fait état du classement de Poséidonios, il n’a toutefois conservé que les deux sortes de séismes dont la distinction reposait sur les mouvements oscillatoires128 :

Altera succussio est, cum terra quatitur et sursum ac deorsum mouetur ; altera inclinatio, qua in latera nutat alternis naugii more.

Il y a secousse quand, ébranlée, la terre se meut de bas en haut et de haut en bas. L’autre est l’inclinaison, un balancement de la terre qui penche alternativement à droite et à gauche, comme un vaisseau.

  • 129 Pline l’Ancien, 2.194 : Nec simplici modo quatitur umquam, sed tremit uibratque (trad. J. Beaujeu, (...)

55Cette courte notice présente deux des principaux mouvements observés au passage des ondes sismiques : la succussio correspond au tremblement de terre qu’Aristote et Poséidonios qualifiaient de βράστης, l’inclinatio traduit une forme d’oscillation horizontale, désignée dans les traités grecs par le terme ἐπικλίντης. En outre, Sénèque introduit une troisième catégorie de mouvement – le tremor – qui, selon lui, correspond à une vibration de moindre intensité. Cette diversité des secousses a par ailleurs fait l’objet d’un bref commentaire de la part de Pline : l’encyclopédiste du ier s. assure, avec beaucoup de rigueur dans l’analyse, qu’« il n’y a jamais de secousse simple, mais oscillation et vibration »129.

  • 130 Pour le rapprochement qui suit entre les observations antiques et la connaissance actuelle que nous (...)
  • 131 Sénèque, Questions Naturelles 6.31.3 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

56L’emploi d’un vocabulaire technique, dont l’objectif visait à décrire la variété des phénomènes oscillatoires, témoigne incontestablement d’une observation précise des phénomènes sismiques130. Le déchirement de l’écorce terrestre induit d’abord une propagation des ondes de volume : parmi elles, les ondes primaires ont pour conséquence de dilater et de comprimer toute la surface traversée. Elles sont considérées comme particulièrement dangereuses, en raison de la très forte énergie qu’elles émettent. Sénèque livre une description saisissante du phénomène à partir d’une anecdote survenue en Campanie131 :

Hoc quoque dignum memoria iudico ab eruditissimo et grauissimo uiro cognitum, – forte enim, cum hoc euenit, lauabatur ; – uidisse se affirmat in balneo tesselas quibus solum erat stratum alteram ab altera separari itemque committi (…)

J’estime qu’une observation, faite par un homme très savant et tout à fait digne de foi, mérite aussi d’être rappelée. Il prenait justement un bain quand la catastrophe eut lieu. Il déclare avoir vu les carreaux dont le sol de la salle était formé se séparer et puis se rapprocher les uns des autres.

57La description des ondes secondaires, qui déforment verticalement les structures d’un édifice, a souvent été notée par les Anciens : ce sont les séismes βράσται mentionnés par Aristote, ou le mouvement de succussio défini par les auteurs latins. Les ondes de surface furent quant à elles identifiées par le mathématicien anglais Love en 1911 : elles résultent d’un déplacement horizontal à la surface de la terre qui entraîne un phénomène de cisaillement. L’identification de ce mouvement paraît correspondre aux observations formulées depuis le ive s. av. n.è. et désignées par les termes ἐπικλίντης ou inclinatio. Seules les ondes de Raleygh, caractérisées par leur mouvement ellipsoïdal, semblent ne pas avoir été identifiées par les péripatéticiens ou les stoïciens.

58Parmi toutes les catastrophes naturelles observées et étudiées par les auteurs de l’Antiquité, les tremblements de terre ont indéniablement fait l’objet des descriptions les plus nombreuses. La compréhension des phénomènes volcaniques, si elle a suscité bien peu d’intérêt, a néanmoins conduit à la rédaction de notices plus ou moins brèves, suggérant souvent une mise en relation avec la sismicité.

Les causes du volcanisme

  • 132 Cf. supra p. 50.

59Les causes du volcanisme n’ont intéressé que de façon marginale les théoriciens de la nature dans l’Antiquité. À l’exception d’Empédocle132, aucun des philosophes présocratiques ne semble avoir formulé la moindre hypothèse au sujet de l’activité éruptive des principaux volcans qui se trouvent en Méditerranée, essentiellement, il est vrai, dans le bassin occidental. Les traités aristotéliciens ne portent que des mentions brèves, qui n’ont pas été établies avec la même rigueur scientifique que l’exposé concernant les tremblements de terre. Poséidonios, Lucrèce ou encore Sénèque ont davantage œuvré à la compréhension des phénomènes volcaniques. Deux théories, qui ne s’excluent pas nécessairement l’une l’autre, ont ainsi eu la faveur des géographes et des encyclopédistes : la première considérait l’importance des feux souterrains, la seconde établissait une relation forte entre le volcanisme et la sismicité.

La théorie des feux souterrains

  • 133 Dupraz 2004, p. 247.
  • 134 On considère aussi que le quatrième livre a pu être divisé en deux : une partie (4.a) concernait le (...)
  • 135 Selon la méthode habituellement employée par Sénèque : Gross 1989, p. 321.

60C’est à Sénèque, sans doute, que l’on doit d’avoir exposé les théories les plus cohérentes sur le volcanisme133. Le fait est paradoxal : aucun des sept livres qui composent les Questions Naturelles n’est consacré aux phénomènes éruptifs134, alors même que plusieurs événements exceptionnels s’étaient produits en Méditerranée dans un passé proche. En outre, les manifestations variées du volcanisme ne sont souvent abordées, à travers l’exposé de plusieurs théories distinctes, que dans une perspective doxographique135.

  • 136 Sénèque, Questions Naturelles 2.10.2.
  • 137 Il semble que la leçon retenue par Paul Oltramare dans la CUF (manufactos) convient moins bien que (...)
  • 138 Sénèque, Questions Naturelles 2.10.4 : […] ignes, non tantum manifestos et certos, sed opertos terr (...)

61La théorie dont Sénèque se fait le défenseur suggère une mise en relation du volcanisme avec les feux qui brûlent à l’intérieur de la terre. Consacré aux foudres et aux tonnerres, le second livre des Questions Naturelles contient d’importantes réflexions sur les particularités physiques de l’air : pour Sénèque, sa partie supérieure est plus chaude et moins dense en raison de sa proximité avec les feux éternels136. Quant à sa partie inférieure, elle est tout autant influencée par le volcanisme, et plus particulièrement par les « feux, non pas seulement les feux évidents137 et visibles, mais aussi ceux que recouvrent la terre, dont quelques-uns ont fait éruption au dehors et dont un nombre infini brûle éternellement dans de sombres et mystérieuses retraites »138. Cette notation, bien qu’elle soit très allusive, souligne une certaine qualité d’observation : en évoquant les phénomènes éruptifs, Sénèque admet l’idée qu’un élément en fusion qui se trouve dans les profondeurs souterraines puisse soudainement jaillir à l’extérieur de la terre.

  • 139 Ibid., 2.30.1 : Aetna aliquando multo igne abundauit, ingentem uim harenae urentis effudit (trad. P (...)
  • 140 Contra Dupraz 2004, p. 241 : « le lien entre feu et phénomènes connexes, émissions solides […] n’es (...)
  • 141 Cicéron, De Natura Deorum 2.96.

62Un autre passage du second livre est brièvement consacré à l’exposé de la théorie d’Asclépiodote, disciple du stoïcien Poséidonios : selon lui, la foudre pouvait résulter du choc des particules sèches entre elles. Cette opinion est agrémentée d’un exemple mémorable : l’Etna, entré en éruption, dégagea du feu en abondance et « vomit une importante quantité de sable brûlant »139 ; le ciel fut alors chargé en grande quantité de poussières sèches qui, s’entrechoquant, produisirent des foudres et des tonnerres. La description de Sénèque permet de supposer qu’il y eut de fortes émissions de lave et de pyroclastes140. Si l’on admet par ailleurs qu’il ait pu s’agir de la même éruption que celle rapportée par Cicéron dans le De Natura Deorum141 – mais dont la date demeure inconnue –, les projections de cendres volcaniques ont sans doute été surabondantes, à tout le moins suffisantes pour que la catastrophe plongeât, deux jours durant, les cités environnantes dans l’obscurité.

63Cet exemple précis ne vient toutefois étayer que l’opinion stoïcienne au sujet de la foudre : Sénèque se refuse à la présenter comme une théorie autonome établissant la cause du volcanisme. Elle présente malgré tout un intérêt significatif, en ce sens qu’elle établit un lien étroit entre les phénomènes éruptifs et les matières en fusion qui circulent en certains endroits du globe, précisément dans les cavités souterraines.

Le volcanisme et la sismicité

  • 142 Gruet 2004, p. 206.
  • 143 Aristote, Météorologiques 366b.

64Aucun des traités aristotéliciens n’offre de théorie cohérente sur la cause du volcanisme. Par opposition aux descriptions qui sont données des phénomènes sismiques, le vocabulaire employé pour caractériser un volcan en effusion paraît même fort imprécis142 : dans un court passage des Météorologiques relatif aux îles Éoliennes, Aristote se contente d’évoquer une « masse ressemblant à une butte (λοφώδης ὄγκος) », émergée des eaux et projetant des flammes et des cendres143.

  • 144 Sur les observations et la théorie de Poséidonios : Aujac 1966, p. 236-238.
  • 145 Strabon, 6.2.8.

65Fondée en grande partie sur la conception aristotélicienne du πνεῦµα, l’opinion de Poséidonios d’Apamée apparaît un peu plus distinctement que celle de son devancier. L’observation des phénomènes volcaniques conduit le stoïcien à décrire avec une attention et un soin particuliers les manifestations physiques des éruptions, mais il ne se contente que de suggérer une relation théorique entre la sismicité et le volcanisme144. Strabon, pour sa part, fournit de saisissants détails à propos de l’Etna et distingue de façon précise la variété des éjectas145 :

ἔοικε δὲ λαµβάνειν µεταβολὰς πολλὰς τὰ ἄκρα τοῦ ὄρους διὰ τὴν νοµὴν τοῦ πυρός, τοτὲ µὲν εἰς ἕνα κρατῆρα συµφεροµένου τοτὲ δὲ σχιζοµένου, καὶ τοτὲ µὲν ῥύακας ἀναπέµποντος τοτὲ δὲ φλόγας καὶ λιγνῦς, ἄλλοτε δὲ καὶ µύδρους ἀναφυσῶντος.

  • 146 La traduction est difficile sur ce point : Strabon suggère-t-il une flamme fuligineuse ?

Les cimes de la montagne paraissent connaître d’importants changements en raison de la nature du feu, qui parfois se rencontre en un seul cratère ou se sépare, dans d’autres cas expulse des torrents de lave. Dans certains cas, le feu rejette des flammes et de la fumée épaisse146, dans d’autres cas encore il projette des bombes volcaniques.

  • 147 Chantraine 2009, s.v. « µύδρος », p. 690-691.
  • 148 Diogène Laërce, 2.8 : « C’est lui qui prétend que le soleil est une masse incandescente extrêmement (...)
  • 149 Notamment Aristote, Περὶ κοσµοῦ 395b.
  • 150 C’est le type de volcan auquel appartient l’Etna.

66La précision du vocabulaire témoigne d’une très grande finesse d’observation. L’écoulement de lave est désigné par un terme explicite, ῥύαξ, qui rend compte de son aspect torrentiel. En outre, une formule périphrastique, µύδρους ἀναφυσῶντος, définit les particules expulsées lors de l’éruption. Étymologiquement147, le terme µύδρος renvoie à du métal en fusion. Diogène Laërce l’emploie notamment pour qualifier la théorie d’Anaxagore sur le soleil, qu’il considérait comme une pierre incandescente148. Par extension, µύδρος a ainsi désigné les éjectas volcaniques rougis par l’extrême chaleur du feu149. Il peut sans doute s’agir, dans le cas d’une éruption explosive150, de l’expulsion de lapilli ou, plus sûrement, de bombes volcaniques émises par le volcan en fusion.

  • 151 Strabon, 12.8.19.
  • 152 Ibid., 12.8.17 et 13.4.15 ; cf. supra p. 46-47.
  • 153 Aujac 1966, p. 242.

67Si les observations formulées par Poséidonios, et reprises dans la Géographie de Strabon, confirment que la méthode scientifique employée consistait d’abord à décrire précisément les phénomènes exceptionnels, l’élaboration d’une théorie au sujet du volcanisme n’est perceptible qu’à travers de maigres indices. Suivant l’opinion de Poséidonios, Strabon prétend que la région située entre le Méandre et la Lydie était sujette au volcanisme en raison des cavités souterraines qui s’y trouvaient, desquelles une odeur particulière semblait se dégager151. Cette remarque fait sensiblement écho à deux autres passages de Strabon, qui évoquent la nature caverneuse de tels endroits et, par voie de conséquence, leur très forte sismicité152. La relation entre le volcanisme d’une région et la fréquence des chocs telluriques qui s’y produisent repose sur la présence d’un feu à l’intérieur de ces cavités qui, chauffant l’air, engendrait un souffle ; celui-ci, ne trouvant d’issue pour regagner l’atmosphère, comprimait l’écorce terrestre au point d’en ébranler les diverses couches ou d’en percer le sol153. De grandes quantités de feux, accompagnés d’une circulation permanente de l’air, traversaient alors la terre en de multiples endroits. La théorie d’une relation avec la sismicité induit ainsi une représentation particulière de la lithosphère, constituée de cavités et de conduits souterrains.

  • 154 Sur le volcanisme dans le De Natura Rerum : Guittard 2004.
  • 155 Lucrèce, De la nature 6, v. 639-690 (trad. A. Ernout, CUF, 1920).

68Il n’est guère douteux que la philosophie épicurienne – à tout le moins la tradition lucrétienne154 – a permis de renforcer l’opinion commune d’un lien étroit entre la sismicité et le volcanisme. L’un des objectifs assigné à la rédaction du De Natura Rerum visait à rendre compte du mécanisme scientifique des phénomènes naturels exceptionnels, en sorte que les hommes, pris de panique et d’effroi face aux éruptions volcaniques, fussent alors en mesure de comprendre de manière rationnelle ces manifestations. Dans un passage d’une longueur significative, Lucrèce présente ainsi la cause des éruptions de l’Etna155 :

Nunc ratio quae sit, per fauces montis ut Aetnae / experent ignes interdum turbine tanto, / expediam : neque enim mediocri clade coorta / flammea tempestas Siculum dominata per agros / finitimis ad se conuertit gentibus ora / […] Sic igitur toti caelo terraeque putandumst / ex infinito satis omnia suppeditare, / unde repente queat tellus concussa moueri / perque mare ac terras rapidus percurrere turbo, / ignis abundare Aetnaeus, flammescere caellum / […] Primum totius subcaua montis / est natura, fere silicum suffulta cauernis. / Omnibus est porro in speluncis uentus et aer. / Ventus enim fit, ubi est agitando percitus aer. / Hic ubi percaluit calefecitque omnia circum / saxa furens, qua contingit, terramque, et ab ollis / excussit calidum flammis uelocibus ignem, / tollit se ac rectis ita faucibus eicit alte.

Maintenant comment se fait-il que par les bouches du mont Etna s’exhalent parfois de tels tourbillons de feu ? C’est ce que je vais expliquer. Car ce n’est pas une catastrophe ordinaire que cette tempête de flammes qui, ravageant en maîtresse les campagnes siciliennes, fit se tourner vers elle les yeux des populations voisines […] C’est ainsi, sans nul doute, que le ciel et la terre reçoivent de l’infini en quantité suffisante tous les éléments capables de faire trembler soudain la terre ébranlée, de lancer à travers la mer et les terres des tourbillons dévastateurs, de faire déborder le feu de l’Etna, d’enflammer le ciel […] D’abord le corps tout entier de la montagne est creux à l’intérieur, et sa charpente est en général formée par des cavernes de basalte. Toutes ces grottes sont en outre pleines de vent et d’air ; car le vent se produit quand l’air est ému par quelque agitation. Lorsque ce vent s’est embrasé, lorsque dans sa fureur il a échauffé à son contact tous les corps d’alentours, rochers et terre, au point d’en faire jaillir un feu ardent aux flammes rapides, il s’élève et s’élance ainsi tout droit par les gorges du volcan.

  • 156 Guittard 2004, p. 265-269.
  • 157 Lucrèce, De la nature 6, v. 557-584.
  • 158 Épicure, Lettre à Pythoclès 105.

69L’explication suggérée par le poète n’est pas nouvelle156 : elle se fonde essentiellement sur la théorie de Poséidonios, qui établissait une relation entre les phénomènes éruptifs et les vents qui circulaient dans les conduits souterrains. Lucrèce prétend lui aussi que les tremblements de terre naissent de l’enfermement des vents dans les corps caverneux157, ce qu’admettait déjà Épicure, comme en témoigne un passage de la Lettre à Pythoclès158. Cependant, le De Natura Rerum offre quelques précisions supplémentaires : les éruptions volcaniques sont provoquées par l’échauffement de l’air dans les cavités souterraines, elles-mêmes formées de roches magmatiques mélanocrates, le basalte.

  • 159 Lucrèce, De la nature 6, v. 694-700.

70Lucrèce ajoute à cette théorie d’autres facteurs d’explication159 : selon lui, la mer qui borde l’Etna joue aussi un rôle dans l’éruption du volcan, en ce sens qu’elle emmène les vents jusqu’au cratère par des conduits lithosphériques. Le mouvement de pulsation attribué à la mer agit notamment sur l’air et engendre la naissance de vents nouveaux qui s’engouffrent dans les conduits souterrains. C’est donc par l’action conjointe de l’air, échauffé dans les cavités de l’écorce terrestre, et de la mer, qui apporte un surplus de vent dans ces mêmes cavités, que se produisent, pour Lucrèce, les éruptions volcaniques.

  • 160 Sénèque, Questions Naturelles 6.4.1 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

71Le lien étroit qui unit les phénomènes éruptifs et la sismicité est réaffirmé par Sénèque qui, dans les Questions Naturelles, prend soin d’énumérer l’ensemble des manifestations relatives aux tremblements de terre160 :

Quaeramus ergo quid sit quod terram ab infimo moueat, quod tanti molem ponderis pellat ; quid sit illa ualentus quod tantum onus ui sua labefactet ; cur modo tremat, modo laxata subsidat, nunc in partes diuisa discedat […] ignesque nonnumquam per aliquod ignotum antea montis aut rupis foramen emittat.

Cherchons donc ce qui vient des profondeurs secouer le globe terrestre et bousculer une masse si pesante ; quelle cause plus puissante que la terre ébranle une charge pareille ; pourquoi nous voyons la terre tantôt trembler, tantôt s’ameublir et s’affaisser, tantôt se disjoindre et s’entrouvrir […] pourquoi elle émet des feux par un orifice de montagne ou de roc ignoré jusqu’alors.

  • 161 Sur cette théorie, voir supra p. 57-59.
  • 162 Dupraz 2004, p. 250.

72Sénèque intègre ainsi le volcanisme dans la perspective plus large d’un exposé sur l’ébranlement du globe terrestre. La doxographie propre au stoïcien le conduit d’abord à évoquer la théorie d’Anaxagore au sujet des séismes161 : si les feux souterrains y tiennent une place essentielle, ils n’apparaissent toutefois que comme le produit de l’air162. À ce titre, le feu est alors considéré comme l’élément responsable des tremblements de terre, mais aussi des manifestations du volcanisme, puisqu’il parvient, en certains endroits, à jaillir hors des profondeurs souterraines.

  • 163 Abordée surtout dans le cinquième livre : Sénèque, Questions Naturelles 5.14.4.

73L’opinion à laquelle souscrit Sénèque ne s’éloigne que de très peu des théories d’Anaxagore ou des philosophes épicuriens163 : le volcanisme est intrinsèquement lié à la sismicité, car, pour chacune de ces deux manifestations, la cause en est le spiritus. Sénèque affirme en effet que les feux souterrains sont le produit du frottement de l’air. Manifestant une certaine approbation en faveur de la philosophie atomiste, il admet que, dans ce contexte, d’autres particules peuvent également intervenir.

74La conclusion du cinquième livre ne laisse d’ailleurs guère de doute quant à la relation entre le volcanisme et la sismicité, puisque le stoïcien prétend qu’il entend développer les causes des éruptions lorsqu’il exposera les théories scientifiques sur les tremblements de terre. Pour Sénèque, il est certain que le mouvement de l’air dans les cavités souterraines explique les séismes ; toutefois, la puissance du souffle est telle qu’elle peut aussi provoquer l’apparition des feux, eux-mêmes responsables des éruptions volcaniques.

*
*  *

75En dépit du caractère lacunaire de la documentation parvenue, composée essentiellement de minces fragments et de digressions incidentes, nous sommes autorisé à déduire du corpus aristotélicien, du récit de Strabon ou des considérations stoïciennes, l’émergence d’une géographie des espaces à risque dans la partie orientale du bassin méditerranéen. Il ne pouvait s’agir pour ces auteurs, au fond, que de justifier la récurrence de certains faits notables, autrement perçus comme une réalisation surnaturelle. Les tremblements de terre et, dans une moindre mesure, l’expérience du volcanisme offraient aux philosophes et aux géographes matière à discourir sur les causalités de ces phénomènes. Ce faisant, ils s’inscrivaient dans une tradition plus ancienne, remontant au début de l’époque classique : celle-ci avait pour objet la collation des catastrophes naturelles dans des recueils indépendants, qui témoignaient d’une volonté d’expliquer les risques par la raison.

76Si la méthode est assurément empirique, puisqu’elle consiste à faire cesser l’étonnement par la description répétée de cataclysmes survenus en un même endroit de l’écoumène, elle n’en est pas moins valide. Bien plus, elle constitue une étape indispensable à une meilleure compréhension des phénomènes physiques, étape d’autant plus nécessaire qu’elle préside à l’émergence d’une véritable science du risque.

  • 164 Helly 1984a, p. 64.

77Dans un article paru en 1984, Bruno Helly distinguait les observations et les théories émises par les auteurs de l’Antiquité sur la cause et la nature des tremblements de terre164. Il est en effet indéniable que ces deux approches, pour complémentaires qu’elles aient pu être, ont fait l’objet d’une démarche séparée. Des interactions ont assurément existé et ont parfois été nécessaires : certains comptes-rendus d’observation ont ainsi permis d’établir le fondement d’une opinion scientifique particulière. Mais on se doit d’admettre que la description d’un phénomène exceptionnel, sa mise en série, ou la collation d’événements semblables à l’échelle d’une région, n’ont pas entraîné de façon linéaire l’élaboration d’un système théorique universel, reposant sur un petit nombre de lois explicatives.

78L’établissement d’une géographie des espaces à risque a surtout été mené de manière empirique : le mérite d’une telle entreprise n’en demeure pas moins remarquable, dans la mesure où elle constitue le prodrome d’une prise de conscience des aléas sismiques ou volcaniques qui pouvaient affecter de manière récurrente certains territoires. Strabon s’est attaché, avec un soin particulier, à décrire ces espaces à risque, mais n’a fourni que peu d’éléments relatifs à une théorisation de la sismicité. Cette approche, en effet, lui paraissait davantage relever du domaine de la philosophie que de la géographie.

79Ce sont les physiciens ioniens qui, de façon plus méthodique, ont d’abord cherché à établir la cause des phénomènes naturels exceptionnels. À leur suite, toutes les branches de la philosophie antique ont porté un intérêt sensible à ces questions : il est certain que l’école aristotélicienne a joué un rôle déterminant dans la construction d’une théorie scientifique, définissant le πνεῦµα comme l’élément responsable des tremblements de terre. Épicuriens et stoïciens n’ont guère renouvelé qu’à la marge cette opinion. Ils l’ont toutefois définie plus largement, prenant en compte les manifestations du vent dans les cavités souterraines, pour expliquer la sismicité autant que le volcanisme et faire cesser l’étonnement et la stupeur des hommes face à ce type de phénomènes.

Notes

1 Diodore de Sicile, 15.48.4.

2 Aujac 1966, p. 231.

3 Ibid., p. 231.

4 Strabon, 1.3.17 : Πολλῶν δὲ συναγωγὰς ποιησαµένων τοιαύτας.

5 Leaf 1918 : l’auteur pose très justement la question de l’historicité du voyage de Strabon en Troade. Il s’agit alors de savoir si Démétrios ne fut pas sa seule source pour cette région.

6 Strabon, 1.3.17 : « Il rappelle les déclarations de Démoclès à propos des tremblements de terre intenses qui, ébranlant encore une fois la Lydie et l’Ionie jusqu’à la Troade » (µιµνήσκεται δὲ πρὸς ταῦτα τῶν ὑπὸ Δηµοκλέους λεγοµένων, σεισµούς τινας µεγάλους τοὺς µὲν πάλαι περὶ Λυδίαν γενοµένους καὶ Ἰωνίαν µέχρι τῆς Τρωάδος ἱστοροῦντος).

7 Bousquet B. 1981 définit trois catégories distinctes : les études de sismologie théorique, la sismologie compilatrice, la sismologie d’observation.

8 Dana 2011, p. 239, rejette l’opinion selon laquelle Démétrios était né à Odessa et obtint ensuite la citoyenneté de Callatis.

9 Diogène Laërce, 5.83.

10 Démétrios de Callatis, FGrHist 85 F 6 (= Strabon, 1.3.20).

11 Phlegon de Tralles signale notamment un Peri seismôn attribué à Théopompe de Sinope (FGrHist 257 T 36 [XIX]).

12 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 17.

13 Diogène Laërce, 9.87.

14 Sextus Empiricus, Esquisses pyrrhoniennes 1.141-142 : « Un séisme ne crée pas le même désordre chez ceux qui l’expérimentent pour la première fois et auprès de ceux qui sont habitués à ces phénomènes » (καὶ ὁ σεισµὸς δὲ οὐχ ὁµοίως θορυβεῖ τούς τε πρῶτον αὐτοῦ πειρωµένους καὶ τοὺς ἐν ἔθει τούτου γεγενηµένους).

15 Aristote, Météorologiques 366a.

16 Strabon, 12.8.16 : ἐµφαίνων ἅµα καὶ τὸ πολύτρητον τῆς χώρας καὶ τὸ εὔσειστον· εἰ γάρ τις ἄλλη, καὶ ἡ Λαοδίκεια εὔσειστος, καὶ τῆς πλησιοχώρου δὲ Κάρουρα.

17 Strabon, 12.8.17 et 18. Une expression significative (sur le sens du mot εὔσειστος chez Strabon, cf. infra p. 48) évoque encore la sismicité de la vallée du Méandre : εὔσειστος δὲ καὶ οὗτος ἐστιν ὁ τόπος (13.4.15).

18 Épictète, Entretiens 2.6.20 : — Τῇ κεφαλῇ κινδυνεύω ἐπὶ Καίσαρος. — Ἐγὼ, δ᾽ οὐ κινδυνεύω, ὃς οἰκῶ ἐν Νικοπόλει, ὃπου σεισµοὶ τοσοῦτοι (trad. J. Souilhé, CUF, 1949).

19 Aujac 1966, p. 233.

20 Strabon, 1.3.16 : Τὸ δ᾽ αὐτὸ πάθος καὶ ἐπὶ τὴν Συρίαν ὅλην διέτεινε, µετρίως δέ πως. Sur cette catastrophe et ses effets, cf. infra p. 120.

21 Strabon, 2.3.8 ; Courrént 2004, p. 269.

22 Strabon, 16.2.43-44.

23 Aujac 1966, p. 233.

24 Aristote, Météorologiques 366a.

25 Dès la fin du xixe s., des volumes très utiles ont paru sur cette question : Philippson 1892, p. 437-444 détermine deux zones particulièrement soumises à la tectonique – la région de Corinthe et la Messénie –, que ne mentionnent pourtant pas les auteurs classiques ; assez récemment, cf. également Bousquet, Dufaure, Péchoux 1984a, p. 69-70 pour les exemples empruntés notamment à Strabon.

26 Strabon, 1.3.20.

27 Strabon, 10.1.9 : ἔστι δὲ καὶ ἅπασα µὲν ἡ Εὔβοια εὔσειστος, µάλιστα δ᾽ ἡ περὶ τὸν πορθµόν.

28 Sur ce terme : Baladié 1980, p. 141.

29 Formé à partir de l’adjectif σεισµός, auquel est adjoint le préfixe εὖ qui exprime l’idée d’abondance, la traduction la plus juste du point de vue littéraire pourrait être « riche en séismes ».

30 Strabon, 1.3.16-17 à propos des régions mouvantes de l’Anatolie.

31 Strabon, 8.5.7 : Εὔσειστος δ᾽ ἡ Λακωνική.

32 Ce que faisait justement Baladié 1980, p. 141 et 145 : « Les données modernes nous obligent à rectifier ce jugement ».

33 Papanastassiou 1998.

34 Sur les sources et les différentes traditions : Ducat 1984.

35 Gaiaochos : Xénophon, Helléniques 6.5.30 ; Asphaleios : Pausanias, 3.20.2.

36 Voir supra p. 26.

37 Baladié 1980, p. 142.

38 Strabon, 8.5.7.

39 Scholie à Homère, Iliade 8, v. 222 : Ζηνόδοτος δὲ γράφει καιετάεσσαν ἀντὶ τοῦ καλαµινθώδη. Δοκεῖ δὲ καὶ Καλλίµαχος ἐντετυχηκέναι τῇ γραφῇ δι’ ὧν φησιν «ἵππους καιετάεντος ἀπ’ Εὐρώταο κοµίσσαι».

40 Strabon, 5.3.6.

41 Gruet 2004, p. 206 : « Dans les Météorologiques, les séismes apparaissent bien comme un phénomène en soi, mais pas les volcans. Ils ne sont guère évoqués, ou sinon d’une façon très allusive, à propos de ce que nous appellerions des éruptions dans les îles Éoliennes ».

42 La structure géomorphologique du cœur du monde grec est essentiellement formée de karst : la dissolution des roches carbonatées ne favorise pas le volcanisme.

43 Sénèque, Questions Naturelles 3.24.1 : Empedocles existimat ignibus quos multis locis terra opertos tegit aquam calescere.

44 Diodore de Tarse (Photius, Bibliothèque IV, p. 20) prétend qu’en Lycie, un feu perpétuel est visible la nuit, que ni le froid, ni la pluie ne peuvent éteindre. Méthode (Photius, Bibliothèque V, p. 99) rapporte à son tour que sur l’Olympe lycien, un feu jaillit spontanément, ce qui favorise le développement d’une plante ombrageuse : l’agnus.

45 Aujac 1966, p. 239.

46 James et al. 1997.

47 Baladié 1980, p. 159 ; cf. infra p. 133.

48 Strabon, 1.3.18 : « Aux environs de Méthone dans le golfe Hermionique, après une éruption de flammes, une montagne de sept stades de haut s’éleva qui le jour était inaccessible à cause de la chaleur et de l’odeur de souffre, et la nuit répandait une bonne odeur, brillait au loin et était assez chaude pour porter à ébullition la mer à cinq stades à la ronde, pour la rendre trouble sur près de vingt stades, et la combler d’un amas de rocs déchiquetés de la taille d’une tour » (περὶ Μεθώνην δὲ τὴν ἐν τῷ Ἑρµιονικῷ κόλπῳ ὄρος ἑπταστάδιον τὸ ὕψος ἀνεβλήθη γενηθέντος ἀναφυσήµατος φλογώδους, µεθ’ ἡµέραν µὲν ἀπρόσιτον ὑπὸ τοῦ θερµοῦ καὶ τῆς θειώδους ὀδµῆς, νύκτωρ δ’ ἐκλάµπον πόρρω καὶ θερµαῖνον ὥστε ζεῖν τὴν θάλατταν ἐπὶ σταδίους πέντε, θολερὰν δ’ εἶναι καὶ ἐπὶ εἴκοσι σταδίους, προσχωσθῆναι δὲ πέτραις ἀπορρῶξι πύργων οὐκ ἐλάττοσιν) [trad. G. Aujac, CUF, 1969].

49 Pausanias, 2.34.1. Ce témoignage est peut-être fondé sur un passage d’Ovide (Métamorphoses 15, v. 296-306).

50 Baladié 1980, p. 163.

51 Martyre de Pionos 4.21 ; Robert 1962, p. 287-296.

52 Strabon, 12.8.17.

53 Ibid., 12.8.18 : Καὶ ἡ Κατακεκαυµένη δέ, ἥπερ ὑπὸ Λυδῶν καὶ Μυσῶν κατέχεται.

54 Ibid., 13.4.11 (trad. Robert 1962, p. 288).

55 Strabon évoquait juste avant la foudre et les souffles enflammés.

56 Étienne de Byzance, s.v. « Κατακεκαυµένη ».

57 Voir supra p. 47.

58 Cf. Aujac 1966, p. 238-240.

59 Cité par Strabon, 12.2.7 : τόποι καὶ αὐτοὶ πολλαχοῦ πυρὰ ἔχουσιν.

60 Dumas-Acolat 2004.

61 Foulon 2004b.

62 Ctésias de Cnide, Indica F45 (20) (Photius) ; F45eα (Antigone de Carystos) ; F45eβ (Pline l’Ancien).

63 Palaiphatos, De incredibilibus 28.

64 Foulon 2004b, p. 109, n. 50. Voir notamment Hérodote, 2.10 ; Théophraste, Histoire des plantes 5.8.3, etc.

65 Il me semble que le groupe nominal ἐξ οὗ ἡ Τελµισσὶς ὕλη se fonde sur une corruption du manuscrit de Palaiphatos. Il s’agit à n’en pas douter de la forêt de Telmessos, particulièrement célèbre pour ses arbres à encens et ses chênes à vallonnée (Robert 1978c, p. 22-34).

66 Pour la présentation géographique et géologique, on trouvera d’excellentes pages dans l’ouvrage déjà ancien, mais toujours fondamental, de Fouqué 1879, p. 3-9.

67 Strabon, 1.3.16.

68 Plutarque, Sur les oracles de la pythie 11 (= Moralia 399c) : τότ’ ἔσσεται ἔργα ἄπιστα· πόντος µὲν λάµψει πῦρ ἄσπετον, ἐκ δὲ κεραυνῶν πρηστῆρες µὲν ἄνω διὰ κύµατος ἀίξουσιν ἄµµιγα σὺν πέτραις, ἡ δὲ στηρίξεται αὐτοῦ οὐ φατὸς ἀνθρώποις νῆσος (trad. R. Flacelière, CUF, 1974).

69 Dupraz 2004.

70 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.4-7.

71 Justin, Abrégé des Histoires philippiques de Trogue Pompée 30.3-4.

72 Sénèque, Questions Naturelles 2.26.6 : Idem nostra memoria Valerio Asiatico consule iterum accidit (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

73 Durant son second consulat, Valérius Asiaticus n’exerça cette charge que trois mois.

74 Pline l’Ancien, 2.202 : et ab ea duobus stadiis post annos CCXLII nostro aeuo Iuno Silano Laelio Balbo cos. a. d. VIII Idus Iulias Thia (trad. J. Beaujeu, CUF, 1950).

75 Henry 1982, p. 180-182.

76 Par ordre chronologique : Dion Cassius, 61.29.7 ; Aurélius Victor, Livre des Césars 4.14 ; Orose, Histoires 7.6.13. Pomponius Mela, Chorographie 2.7.111, évoque l’existence de Thia, mais son œuvre fut assurément rédigée après 46 et non avant, comme cela avait auparavant été suggéré.

77 Sénèque demeurait très attentif aux descriptions de phénomènes éruptifs, comme en témoignent plusieurs lettres de sa correspondance avec Lucilius, à qui il avait par ailleurs confié la tâche de lui communiquer ses observations au sujet de l’Etna (Sénèque, Lettres à Lucilius 79.1-2 ; 51.1 ; 91.10-11).

78 Héraclite, F 123 : φύσις δὲ καθ᾽ Ἡράκλειτου κρύπτεσθαι φιλεῖ.

79 Hadot 2004.

80 Aristote, Μηχανικά 847a.

81 Hadot 2004, p. 144-145.

82 Waldherr 1997, p. 47, n. 2.

83 Aulu-Gelle, Nuits attiques 2.28.1 : sed ne inter physicas quidem philosophias satis constitit uentorumne ui accidant specus hiatusque terrae subuentium an aquaram subter in terrarum cauis undantium pulsibus fluctibusque, ita uti uidentur existimasse antiquissimi Graecorum (trad. R. Marache, CUF, 1967).

84 Pausanias, 7.24.9.

85 Aristote, Météorologiques 365a : Ἔστι δὲ τὰ παρειληµµένα µέχρι γε τοῦ νῦν χρόνου τρία καὶ παρὰ τριῶν. Ἀναξαγόρας τε γὰρ ὁ Κλαζοµένιος καὶ πρότερον Ἀναξιµένης ὁ Μιλήσιος ἀπεφήναντο, καὶ τούτων ὕστερον Δηµόκριτος ὁ Ἀβδηρίτης.

86 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.1.

87 Voir ibid., 3.13-14 ; cf. Kirk, Raven, Schofield 1995, p. 95-96, n. 12.

88 Sénèque, Questions Naturelles 6.6.3.

89 Aristote, Météorologiques 365a : οὔτε γὰρ χῶραι οὔτε ὧραι αἱ τυχοῦσαι µετέχουσι τούτου τοῦ πάθους.

90 Goulet 1989b, p. 195.

91 Aristote, Météorologiques 365b.

92 Ibid. : ἔδει δὲ τούτου συµβαίνοντος ὑπονοστοῦσαν πολλαχῇ φαίνεσθαι τὴν γῆν.

93 Helly 1984a, p. 65.

94 Sénèque, Questions Naturelles 6.10.1-2.

95 Ammien Marcellin, Histoires 17.7.12.

96 Aristote, Météorologiques 365b : « Démocrite prétend pour sa part que la terre est gorgée d’eau et que, lorsqu’elle en reçoit davantage du fait de la pluie, elle en est secouée. Cette quantité étant devenue trop importante, un tremblement de terre se produit en raison des encaissements de la terre qui ne peuvent la contenir » (Δηµόκριτος δέ φησι πλήρη τὴν γῆν ὕδατος οὖσαν, καὶ πολὺ δεχοµένην ἕτερον ὄµβριον ὕδωρ, ὑπὸ τούτου κινεῖσθαι· πλείονός τε γὰρ γιγνοµένου διὰ τὸ µὴ δύνασθαι δέχεσθαι τὰς κοιλίας ἀποβιαζόµενον ποιεῖν τὸν σεισµόν).

97 Sénèque, Questions Naturelles 6.20.1-4.

98 Théorie qui, au ve s., a encore un certain succès auprès de quelques présocratiques, comme Diogène d’Apollonie (cf. Sénèque, Questions Naturelles 6.15).

99 La conjugaison de plusieurs éléments de la nature était aussi la théorie défendue prudemment par les épicuriens (ibid., 6.20.5).

100 Ibid., 6.19.1-2.

101 Goulet 1989a, p. 183-187.

102 Il y a sur ce point une divergence entre Aristote et Sénèque.

103 Aristote, Météorologiques 365a.

104 Helly 1984a, p. 65.

105 Aristote, Du ciel 302b : τὸ γὰρ πῦρ καὶ τὸν αἰθέρα προσαγορεύει ταὐτό.

106 Sénèque, Questions Naturelles 6.9.1 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

107 Helly 1984a, p. 64.

108 Sénèque, Questions Naturelles 6.12.1-3.

109 Communément, il désigne le souffle venteux (Hérodote, 7.61) et donc, plus largement, le vent (Thucydide, 2.97) ; le pneuma peut encore être interprété comme l’exhalaison d’un parfum ou d’un fruit (Plutarque, Moralia 647a).

110 Cf. supra p. 46-49.

111 Waldherr 1997, p. 54-59.

112 Sénèque, Questions Naturelles 6.13.2-6. Straton insiste sur le caractère froid ou chaud du spiritus, lequel se retire dans les cavités souterraines et, une fois comprimé, cherche à en sortir, créant ainsi les ébranlements.

113 Agathias, 60 (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007).

114 Agathias, Histoires, guerres et malheurs du temps sous Justinien, p. 284, n. 33 (éd. P. Maraval, La roue à Livres, 2007).

115 Commentaria in Aristotelem Graeca XVI-XVII.

116 L’anecdote est rapportée dans un long passage : Agathias, 172-173.

117 Ibid. 172 : « Anthémios, ayant rempli d’eau de grands chaudrons, les disposa à quelque distance les uns des autres dans plusieurs endroits de sa maison. Il installa par dessus des tuyaux de cuir, assez larges du bas pour coiffer tout le rebord des chaudrons, resserrés ensuite comme une trompette et se terminant de la même façon. Il fixa aux poutres et aux planches leurs extrémités et les ajusta soigneusement, de manière à ce que l’air qu’elles contenaient ait libre accès vers le haut à travers l’espace vide et touche directement le plafond, mais que, emprisonné par le cuir, il ne puisse s’échapper à l’extérieur. Après avoir préparé cela en secret, il allumait un grand feu sous les chaudrons : dès que l’eau se réchauffait et se mettait à bouillir, une grande vapeur s’élevait, épaisse et dense. N’ayant aucune issue pour s’échapper, elle montait le long des tuyaux et, comprimée par leur étroitesse, elle était projetée vers le haut avec plus de force, jusqu’à ce que, se heurtant au plafond, elle le secoue tout entier et l’agite continuellement, assez pour faire trembler doucement et grincer les lattes du plancher » (trad. P. Maraval, La Roue à Livres, 2007).

118 Agathias, 173.

119 Dagron 1981.

120 Sénèque, Questions Naturelles 6.14.1-4.

121 Quoique Sénèque prétende que les épicuriens voyaient dans la cause des tremblements de terre la mise en relation des quatre éléments de la nature entre eux, Aetius affirme de son côté que « selon Épicure, la terre est ébranlée quand elle est frappée et entraînée vers le bas par un air souterrain, dense et chargé d’humidité » (ibid., 3.15.11).

122 Lucrèce, De la nature 6, v. 585-587 : In Syria Sidone quod accidit et fuit Aegi / in Peloponneso, quas exitus hic animai / disturbat urbes et terrae motus obortus (trad. A. Ernout, CUF, 1920).

123 Poséidonios, F 12a (= Strabon, 1.3.16). Sur ce tremblement de terre, cf. infra p. 120.

124 Sénèque, Questions Naturelles 6.21.1 : Nobis quoque placet hunc spiritum esse qui possit tanta conari, quo nihil est in rerum natura potentius, nihil acrius (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

125 Aristote, Περὶ κοσµοῦ 396a.

126 Diogène Laërce, 7.154 : καθά φησι Ποσειδώνιος ἐν τῇ ὀγδόῃ· εἶναι δ’ αὐτῶν τοὺς µὲν σεισµατίας, τοὺς δὲ χασµατίας, τοὺς δὲ κλιµατίας, τοὺς δὲ βρασµατίας.

127 Le traité aristotélicien porte deux autres dénominations, moins précises : les secousses horizontales sont également appelées τρόµος, « le frisson » ; les secousses verticales sont désignées par le terme σφυγµός, « la pulsation ». Ces analogies avec le corps humain sont courantes dans la méthode explicative employée par Aristote (voir Météorologiques 366a).

128 Sénèque, Questions Naturelles 6.21.2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

129 Pline l’Ancien, 2.194 : Nec simplici modo quatitur umquam, sed tremit uibratque (trad. J. Beaujeu, CUF, 1950).

130 Pour le rapprochement qui suit entre les observations antiques et la connaissance actuelle que nous possédons des différentes ondes, voir les pages de Bousquet B. 2006, p. 34-35.

131 Sénèque, Questions Naturelles 6.31.3 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

132 Cf. supra p. 50.

133 Dupraz 2004, p. 247.

134 On considère aussi que le quatrième livre a pu être divisé en deux : une partie (4.a) concernait le Nil, la seconde (4.b) s’intéressait aux nuages. Parmi une importante bibliographie sur le nombre de livres et leur place dans l’œuvre globale : Chaumartin 1996.

135 Selon la méthode habituellement employée par Sénèque : Gross 1989, p. 321.

136 Sénèque, Questions Naturelles 2.10.2.

137 Il semble que la leçon retenue par Paul Oltramare dans la CUF (manufactos) convient moins bien que celle adoptée par le savant allemand Alfred Gercke (éd. Teubner), qui donnait manifestos.

138 Sénèque, Questions Naturelles 2.10.4 : […] ignes, non tantum manifestos et certos, sed opertos terris, quorum aliqui erupuerunt, innumerabiles in obscuro et condito flagrant semper.

139 Ibid., 2.30.1 : Aetna aliquando multo igne abundauit, ingentem uim harenae urentis effudit (trad. P. Oltramare, CUF, 1929)

140 Contra Dupraz 2004, p. 241 : « le lien entre feu et phénomènes connexes, émissions solides […] n’est pas pris en compte ; l’apparition de la lave, liquide aux propriétés étrangères à l’expérience courante, ne l’est pas non plus ». Voir p. 240, n. 26 où Emmanuel Dupraz discute de la traduction suggérée par Paul Oltramare, à laquelle je souscris pour ma part ici. Le maître d’Asclépiodote, Poséidonios, était déjà rompu à l’observation des torrents de lave lors des éruptions volcaniques. Selon Strabon (6.2.8), une montagne peut en effet rejeter de la lave (καὶ τοτὲ µὲν ῥύακας ἀναπέµποντος). Le sable brûlant émis par l’Etna (harenae urentis effudit selon l’expression de Sénèque) ne doit pas recouvrir le même sens que la poussière, autrement dit les tephras, expulsée par le volcan. Sénèque paraît en effet distinguer les deux éléments, employant à dessein le terme puluere pour désigner précisément les éjectas.

141 Cicéron, De Natura Deorum 2.96.

142 Gruet 2004, p. 206.

143 Aristote, Météorologiques 366b.

144 Sur les observations et la théorie de Poséidonios : Aujac 1966, p. 236-238.

145 Strabon, 6.2.8.

146 La traduction est difficile sur ce point : Strabon suggère-t-il une flamme fuligineuse ?

147 Chantraine 2009, s.v. « µύδρος », p. 690-691.

148 Diogène Laërce, 2.8 : « C’est lui qui prétend que le soleil est une masse incandescente extrêmement brûlante, plus grande que le Péloponnèse » (Οὗτος ἔλεγε τὸν ἥλιον µύδρον εἶναι διάπυρον καὶ µείζω τῆς Πελοποννήσου).

149 Notamment Aristote, Περὶ κοσµοῦ 395b.

150 C’est le type de volcan auquel appartient l’Etna.

151 Strabon, 12.8.19.

152 Ibid., 12.8.17 et 13.4.15 ; cf. supra p. 46-47.

153 Aujac 1966, p. 242.

154 Sur le volcanisme dans le De Natura Rerum : Guittard 2004.

155 Lucrèce, De la nature 6, v. 639-690 (trad. A. Ernout, CUF, 1920).

156 Guittard 2004, p. 265-269.

157 Lucrèce, De la nature 6, v. 557-584.

158 Épicure, Lettre à Pythoclès 105.

159 Lucrèce, De la nature 6, v. 694-700.

160 Sénèque, Questions Naturelles 6.4.1 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929).

161 Sur cette théorie, voir supra p. 57-59.

162 Dupraz 2004, p. 250.

163 Abordée surtout dans le cinquième livre : Sénèque, Questions Naturelles 5.14.4.

164 Helly 1984a, p. 64.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540