Version classiqueVersion mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Introduction

Texte intégral

« On ne peut pas changer les sentiments.
Ce sont eux qui sont historiques. C’est ce que nous ressentons qui est réel –
malgré tous les faux-semblants dont nous pouvons user avec nous-mêmes. »
Pier Paolo Pasolini, Lettere luterane (1976)

  • 1 Halpérin 1952.
  • 2 Febvre 1956.
  • 3 MacMullen 2004.

1En 1952, alors que le traumatisme engendré par les affres de la Seconde Guerre demeurait particulièrement vif, Jean Halpérin publia un article sur la « notion de sécurité dans l’histoire économique et sociale »1, dont l’intérêt, la portée, mais aussi les limites ne furent soulignés que quelques années plus tard dans une note critique que Lucien Febvre fit paraître dans les Annales2. Le profond renouvellement que connurent les sciences historiques dès l’entre-deux-guerres favorisa incontestablement l’émergence de nouveaux objets d’étude, parmi lesquels prit place une histoire des sensibilités, individuelles ou collectives, qu’une longue tradition académique avait jusqu’alors passée sous silence. La « sécurité », écrivait Lucien Febvre, ne doit pas être entendue comme un mot creux, ni comme une notion abstraite : ce sentiment témoigne précisément d’un besoin éprouvé par les sociétés humaines et demeure indissociable d’une émotion antithétique, la « peur », dont les expressions les plus significatives relèvent d’un ébranlement des croyances en un système de protection établi, fût-il de nature religieuse, étatique ou communautaire3. Ces deux registres affectifs, dont l’évidente proximité excluait de les considérer indépendamment l’un de l’autre, délimitent certains des fondements nécessaires à une étude des catastrophes naturelles dans le monde des communautés grecques au cours de l’Antiquité. Au-delà des réactions protéiformes qu’induit en effet la violence de la nature sur les groupes sociaux, l’expression de ces deux sentiments contraires constitue un invariant significatif dans la perception populaire que les Grecs avaient des risques et des catastrophes.

  • 4 Récente mise au point : Walter 2008, p. 8-15.

2Si cette démarche prétend participer en un sens à l’élaboration d’une histoire culturelle du risque, c’est qu’elle soumet à un examen critique les notions de rationnel et d’irrationnel dans la pensée occidentale, afin de réviser une interprétation hâtive fondée sur l’opposition entre deux périodes4. La première, que certains savants font remonter à un lointain passé considéré comme immuable – l’Antiquité ou le Moyen Âge –, n’aurait attribué à la catastrophe qu’une valeur de signe, le plus souvent religieux, percevant la brutalité d’un phénomène tellurique ou atmosphérique comme une manifestation surnaturelle due à des puissances divines. De son côté, l’avènement de la société moderne aurait coïncidé à partir du xixe s. avec une interprétation « positiviste » des catastrophes naturelles, considérées alors comme un objet d’étude scientifique dénué de toute forme de représentations philosophiques ou religieuses.

  • 5 Walter 2008, p. 16.

3Ainsi, quoique la longue durée présentât dans le cadre de cette étude un préalable indispensable à la mise en perspective d’évolutions diachroniques et régionales, il était en premier lieu nécessaire de dépasser ces interprétations trop simplistes qui soulignent l’attitude fataliste des communautés anciennes, grecque et romaine, indistinctement, face aux catastrophes et aux risques naturels. François Walter affirmait récemment, non sans arguments convaincants, que « la société du risque, la nôtre, aurait succédé à la société de la catastrophe »5. Cette opinion séduisante mérite pourtant d’être nuancée à la lumière d’un examen rigoureux des sources historiques : la « société de la catastrophe » ne doit plus être confondue avec celle de l’impuissance, et encore moins avec celle du fatalisme.

Définition du sujet et problématiques historiques

  • 6 Rabelais, Le Quart Livre (1552), Épître liminaire ; chap. xxvii ; xlvii ; liv.
  • 7 Rey 1995.
  • 8 Montesquieu, Lettres persanes (1721), cxii et cxiii. À ce propos : Walter 2008, p. 18.
  • 9 É. Littré, Dictionnaire de la langue française, t. i (1863), s.v. « Catastrophe », p. 506. L’auteur (...)
  • 10 Dauphiné 2000, p. 16-32.

4C’est au milieu du xvie s., dans un texte célèbre de Rabelais6, que le mot « catastrophe » apparaît pour la première fois dans la langue française7. Fondé sur le terme grec καταστροφή, que le latin s’est approprié sous la forme équivalente catastropha, ce vocable désigne d’abord un retournement brusque de situation, l’épilogue tragique des œuvres théâtrales. Le sens hyperbolique que nous lui prêtons aujourd’hui, désignant un événement funeste dont les conséquences humaines et matérielles sont particulièrement éprouvantes pour un individu ou un groupe social, se retrouve dès le premier tiers du xviiie s. dans les Lettres persanes de Montesquieu8, puis dans une notice du Dictionnaire philosophique de Voltaire. Ce n’est toutefois qu’à partir du xixe s. que le mot « catastrophe » souligne, dans les encyclopédies de la langue française, un malheur de grande importance : l’article rédigé par Émile Littré a ainsi fortement contribué à le mettre en relation avec des phénomènes naturels jugés exceptionnels9. Cette interprétation sémantique consacre un état de fait progressif : la « catastrophe » est, tout au long du xixe s., associée aux bouleversements géologiques et permet de caractériser les impacts consécutifs à une inondation, un tremblement de terre ou une sécheresse de longue durée. L’emploi de ce mot, rare dans les années 1800, croît considérablement au cours des deux siècles suivants, de sorte qu’il supplante presque définitivement les expressions qui servaient jusqu’alors à désigner de pareils maux : « fléau », « sinistre » ou encore « calamité » disparaissent ainsi progressivement du champ lexical propre aux travaux savants. Le concept de « catastrophe » doit dès l’abord être perçu comme la réalisation concrète d’un risque, par définition potentiel. Ces deux notions, en effet, ne sauraient être confondues10 : le risque, terme emprunté au domaine de la navigation et du jeu, appartient au langage des probabilités mathématiques ; la catastrophe, au contraire, désigne un événement dévastateur survenu.

  • 11 Marin 2008.
  • 12 Beck 2001.

5Le mot « risque », comme celui de « catastrophe », apparaît dès le milieu du xvie s. Son étymologie demeure incertaine11 : quelques philologues ont notamment défendu l’hypothèse selon laquelle la racine resegum ou resecum, attestée au bas Moyen Âge pour désigner le danger auquel pouvait être soumise la cargaison d’un navire, en constituait l’origine ; d’autres y voient plutôt l’influence du verbe rixicare, « se quereller, se battre », qu’une évolution sémantique aurait permis d’assimiler à l’idée commune de danger. L’association entre les aléas naturels et leurs conséquences économiques et sociales a très tôt donné un contenu extensif au terme de « risque », qui a connu une évolution et une multiplication des sens et des usages. Cette notion, en outre, demeure fortement attachée aux récents travaux d’Ulrich Beck12 : dans un ouvrage fondamental paru en 1986, le sociologue établissait les conditions nécessaires à une nouvelle modernité, dans une société en proie, à l’échelle mondiale, à une augmentation des risques naturels, technologiques et sociaux. La notion de « risque », dont le champ d’application s’étend à la géographie, à la sociologie, au droit et même à la psychanalyse, renvoie d’abord aux peurs et aux capacités de réaction d’un individu. L’œuvre d’Ulrich Beck offre ainsi des clés d’interprétation qui permettent de mieux apprécier le comportement des sociétés passées face aux catastrophes naturelles : c’est autour de la question du rapport entre globalité et individualité, politique et savoirs scientifiques, rationalité et croyances que peuvent être définis les principaux axes problématiques de cette enquête.

6Enfin, une troisième notion centrale intervient dans la progression du raisonnement : défini par la science psychanalytique dans les années 1950, le concept de « résilience » détermine la capacité d’un organisme social à surmonter un traumatisme. Il induit une prise en compte de l’événement dévastateur, la recherche de ses causes et détermine l’aptitude d’une société à remédier aux circonstances.

  • 13 Sophocle, Œdipe à Colone, v. 103 ; Eschyle, Les suppliantes, v. 442.
  • 14 Notamment Hérodote, 1.6 et 4.167 ; Thucydide, 1.15.2 et 2.42.2.
  • 15 Parmi quelques exemples : AppÉp 5 ; AppÉp 8 ; Diodore de Sicile, 15.48.4. Helly 1987, p. 155 et n.  (...)
  • 16 Épictète, Entretiens 2.6.20.

7La délimitation d’un champ lexical précis aux époques moderne et contemporaine ne doit cependant pas masquer la relative pauvreté du vocabulaire et l’absence d’un tel concept dans l’Antiquité. Si le mot καταστροφή apparaît dès le début de l’époque classique, dans les œuvres dramatiques d’Eschyle et de Sophocle13 ou dans les récits historiques d’Hérodote et de Thucydide14, il revêt un sens profondément différent de celui qu’on lui accorde aujourd’hui : certes, ce terme concrétise toujours la même idée d’un bouleversement, mais il n’est vraiment employé que pour narrer des campagnes militaires ou pour annoncer un dénouement théâtral. Bien plus, l’expression « catastrophe naturelle » paraît étrangère aux Anciens. Aucun auteur – philosophe, géographe ou historien – n’a en effet œuvré à la définition d’un cadre concep-tuel fondé sur l’existence d’une catégorie particulière d’événements d’origine naturelle, dont les enjeux, les mécanismes, mais aussi les conséquences pouvaient conduire à une interprétation commune. Sans doute le terme σύµπτωµα est-il l’un de ceux qui traduisent le moins imparfaitement, dans la pensée grecque, l’idée d’un bouleversement catastrophique15, mais il serait fallacieux de prétendre qu’il ne fut employé que dans des cas de destructions consécutives à des phénomènes naturels violents. La langue latine, pour sa part, emploie le mot calamitas dont le sens, d’abord circonscrit aux dommages causés aux moissons à la suite d’un épisode atmosphérique brutal, se rapproche sans doute davantage du contenu que les Modernes prêtent à l’expression « catastrophe naturelle ». Il est frappant d’autre part de constater l’absence d’un terme précis qui aurait désigné un « risque naturel » dans l’Antiquité : le mot κίνδυνος recouvre une réalité beaucoup plus vaste, celle d’un danger ou d’une situation périlleuse. Un dialogue des Entretiens d’Épictète met ainsi en regard deux types de risque caractérisés par l’emploi d’un même verbe, κινδυνεύω16 : à l’un des protagonistes qui prétend risquer sa tête auprès de César, le second affirme risquer la sienne en raison des tremblements de terre qui secouent fréquemment la région où il vit.

  • 17 Balland 1981, p. 30.

8Bien que cette mise au point lexicale permette de souligner d’évidentes apories, tant du point de vue du vocabulaire que des différences de perception entre les sociétés passées et actuelles, il est incontestable que la langue grecque fut très tôt pourvue d’un important registre de mots, le plus souvent techniques, permettant de distinguer la variété des aléas physiques dévastateurs. Assurément, les tremblements de terre ont constitué la majeure partie des catastrophes recensées dans les sources littéraires et épigraphiques : les Grecs emploient ainsi le terme σεισµός, formé sur la racine verbale σείω, « agiter, secouer », pour désigner les phénomènes telluriques. En outre, plusieurs auteurs de l’Antiquité ont porté une très grande attention aux manifestations sismiques, à tel point qu’un nombre significatif de traités scientifiques ou littéraires ont, à la suite des Météorologiques d’Aristote, entrepris de caractériser avec un grand soin la nature et la variété des mouvements oscillatoires. Il n’est donc pas déraisonnable de penser que, dans les récits réalistes de catastrophes naturelles, l’emploi du terme σεισµός au pluriel désignait non pas « des tremblements de terre », ainsi qu’on le rend habituellement dans les traductions modernes, mais des « secousses sismiques », voire, dans certains cas, des « répliques », autrement dit des ruptures secondaires de plus faible intensité survenues à la suite d’un choc principal17. Cette interprétation a le mérite de souligner les enjeux de la connaissance scientifique dans les cercles savants. Elle concourt aussi à définir un cadre chronologique au sein duquel sont apparus les premiers discours tournés vers la compréhension des phénomènes sismiques.

  • 18 La plus célèbre survint en 316 av. n.è. à Rhodes et fut décrite par Diodore de Sicile, 19.45.7.
  • 19 Platon, Timée 22d.
  • 20 Strabon, 9.4.12 ; 4.1.12 ; 15.1.26. Voir notamment Strabon, 9.5.2 : « [Les campagnes] se situent au (...)

9Les risques hydrométéorologiques forment une seconde catégorie d’événements dévastateurs potentiels, dont la fréquence était particulièrement redoutée dans certaines régions orientales de la Méditerranée au moment du χειµών, autrement dit lors de la saison des tempêtes. Des crues torrentielles, entraînant parfois la mort de plusieurs centaines de personnes, furent ainsi conservées dans la mémoire collective18. Les récits littéraires emploient essentiellement le terme κατακλυσµός afin de désigner les inondations qui affectaient régulièrement villes et campagnes19. Strabon, conscient de la complexité et de la richesse des phénomènes hydrologiques, a très habilement forgé le néologisme ποταµόκλυστος pour souligner le risque répété de crue qui menaçait certaines régions du monde grec20.

10Enfin, les aléas climatiques constituent un troisième registre d’événements naturels qui contraignaient les agriculteurs, pour l’essentiel, à agir afin de préserver le produit des récoltes. Si la sécheresse (αὐχµός) fut sans doute le fléau le plus redouté, d’autres perturbations atmosphériques – la grêle (χάλαζα), le tonnerre (βροντή) ou l’éclair (κεραυνός) – furent aussi l’objet de craintes bien réelles, au point que les sources antiques ont conservé la trace d’un grand nombre de rituels apotropaïques destinés à lutter contre de tels risques.

  • 21 Sonnabend 2000.
  • 22 Thucydide, 1.23.3.

11Ce n’est qu’assez récemment que l’entrée « catastrophe naturelle » fut introduite dans les encyclopédies consacrées à l’Antiquité : un article de Holger Sonnabend21, paru en 2000 dans le Neue Pauly, témoigne de la difficulté à appliquer ce concept au monde grec, en ce sens qu’il apparaît d’abord comme un présupposé moderne. Cette brève notice traduit toutefois la nécessité pour les historiens de disposer de concepts et de rubriques aisément identifiables, qui permettent de classer les phénomènes selon leur degré d’intensité, leur nature – exogène ou endogène –, ou les types de conséquences directement liées à l’événement dévastateur. En outre, il est un point particulièrement remarquable dans la distorsion entre la perception antique et l’approche conceptuelle moderne de la catastrophe, qui réside dans la nature des phénomènes physiques pris en compte. Sans doute l’un des récits qui mettent le mieux en valeur cette aporie est-il dû à Thucydide, dans la description qu’il donne des événements qui précédèrent, peut-être même annoncèrent, la guerre du Péloponnèse22 :

τά τε πρότερον ἀκοῇ µὲν λεγόµενα, ἔργῳ δὲ σπανιώτερον βεβαιούµενα οὐκ ἄπιστα κατέστη, σεισµῶν τε πέρι, οἳ ἐπὶ πλεῖστον ἅµα µέρος γῆς καὶ ἰσχυρότατοι οἱ αὐτοὶ ἐπέσχον, ἡλίου τε ἐκλείψεις, αἳ πυκνότεραι παρὰ τὰ ἐκ τοῦ πρὶν χρόνου µνηµονευόµενα ξυνέβησαν, αὐχµοί τε ἔστι παρ’ οἷς µεγάλοι καὶ ἀπ’ αὐτῶν καὶ λιµοὶ (…).

Ce que l’on entendait auparavant dire, mais qui dans les faits ne se produisait que très rarement, n’était dès lors plus invraisemblable : ainsi, au sujet des tremblements de terre, ils s’étendirent à la fois sur une partie considérable de la terre et furent plus violents ; à propos des éclipses de soleil, elles se succédaient à des intervalles plus rapprochés que l’on en avait gardé le souvenir aux époques antérieures ; de longues sécheresses se produisirent dans certains pays ainsi que des disettes (…).

  • 23 Sonnabend 2000, p. 737 : « Nach ant. Auffassung gehörten zu Naturkatastrophen auch Phänomene wie Un (...)

12Bien que cet excursus ne puisse être interprété comme une définition immuable des phénomènes exceptionnels de la nature, que les auteurs auraient cherché, à partir du ve s., à rassembler sous une même expression ou une notion commune, il rend néanmoins compte de la variété des aléas physiques susceptibles de causer d’importants dommages. En outre, quelques témoignages littéraires mettent sur un plan sensiblement équivalent des catastrophes sismiques, volcaniques ou atmosphériques avec des phénomènes qui ne revêtaient en réalité qu’une valeur prodigieuse ou signifiante23.

  • 24 Loraux 1993. Rien n’interdit en effet de « soumettre un matériau antique à des interrogations que l (...)

13Pour que l’objet de cette enquête demeurât cohérent, il était alors indispensable d’adopter une définition de l’expression « catastrophe naturelle » qui ne souffrît aucune ambiguïté, en ne retenant qu’un nombre limité d’aléas naturels : seuls les phénomènes tectoniques, hydrométéorologiques et climatiques ont ainsi été pris en compte, à condition qu’ils aient modifié durablement le mode de fonctionnement d’une communauté ou d’un groupe social. Il convenait surtout d’appliquer rigoureusement une méthode bien connue, établie avec soin et défendue avec vigueur par Nicole Loraux, celle de l’anachronisme contrôlé24. Si l’expression « catastrophe naturelle » est bien absente du corpus des auteurs classiques, il ne s’agissait pour nous, en définitive, que de transposer un concept moderne à une réalité très concrète de la vie des communautés humaines dans l’Orient égéen.

  • 25 Dauphiné 2000, p. 17 ; Helly 1999. La catastrophe (= risque réalisé) = aléa × vulnérabilité.

14C’est donc un paradigme contemporain qui fonde le cadre conceptuel de cette enquête. La communauté scientifique s’accorde en effet à définir une catastrophe comme le résultat d’un produit mathématique qui met en jeu deux variables essentielles, l’aléa et la vulnérabilité25. Si la première notion renvoie d’abord à la probabilité d’occurrence d’un phénomène naturel, elle permet aussi de déterminer son intensité, sa durée et son aire géographique. La vulnérabilité, selon une approche restreinte, met en exergue les niveaux de conséquences d’un phénomène sur des enjeux géographiques, politiques et sociaux, autrement dit la propension d’un aléa physique à affecter les individus, les constructions humaines et les milieux naturels. Une acception plus large considère également la variété et les types de réactions des communautés face aux risques et aux catastrophes : les systèmes de protection mis en place, les capacités d’entraide, les sources de financement pour rebâtir les édifices effondrés constituent autant d’indices qui concourent à mesurer la fragilité globale d’une société ou, au contraire, sa capa-cité de résilience pour surmonter un sinistre. Les témoignages littéraires et archéologiques soulignent enfin les facteurs aggravants d’une catastrophe : ils fournissent une matière abondante qui révèle la fragilité et la vulnérabilité de certains édifices, cités ou régions entières en raison des risques d’origine naturelle auxquels ils étaient soumis avec une régularité frappante.

  • 26 Piste entrouverte par l’article théorique de Helly 2008.

15Cette étude n’a d’autre ambition que de montrer comment un aléa naturel pouvait produire une catastrophe sociale dans l’Antiquité26. Cette approche établit une distinction claire entre le phénomène physique et son interprétation historique. Une catastrophe se caractérise d’abord, dans la très grande majorité des cas, par la soudaineté avec laquelle elle frappe les communautés humaines. Pour autant, son existence réelle et psychologique dépend de la probabilité d’occurrence d’un risque naturel, qui contraint les sociétés à anticiper et à prévoir des phénomènes jugés possibles mais incertains. La période qui suit l’événement dévastateur répond à de semblables interrogations : les soins apportés aux victimes, l’enterrement des morts, la réparation des dégâts nécessitent que les communautés agissent pour surmonter le désastre, selon une temporalité qui leur est propre en fonction des circonstances et de la gravité de l’événement. C’est assurément la documentation épigraphique qui permet le mieux de mesurer les délais de reconstruction des édifices détruits lors d’un tremblement de terre. Ces délais témoignent ainsi clairement de la priorité accordée à certains chantiers et, en conséquence, des nombreuses années qui peuvent parfois séparer le moment du désastre de l’achèvement des derniers travaux de restauration.

16Ce que sous-tend l’expression « catastrophe naturelle » est donc distinct de l’aléa physique qui en est la cause. Celui-ci ne représente que l’instant brutal et exceptionnel qui rompt le temps vécu. Au contraire, la catastrophe impose à la société un temps long, qui intègre ses capacités à remédier à la situation et prend en compte la résilience des communautés humaines. Elle ne peut être évaluée, en outre, qu’à la mesure des impacts que produit un aléa physique sur un groupe social, dont les conséquences bouleversent l’équilibre précédemment établi.

Enjeux historiographiques

  • 27 Weismantel 1891.
  • 28 Capelle 1924.
  • 29 Chatelain 1909.
  • 30 Robert 1978a.

17L’intérêt que les historiens de l’Antiquité ont porté à l’étude des catastrophes naturelles est incontestablement récent. Quoiqu’une production scientifique éparse ait paru depuis le xixe s., ces travaux ponctuels n’analysaient en réalité que quelques aspects particuliers de la relation qu’entretenaient les communautés locales avec les soubresauts de la nature. Le concept moderne de « catastrophe naturelle » ne s’est d’ailleurs imposé dans le champ des sciences humaines qu’au cours des quarante dernières années. Les tremblements de terre, catégorie soigneusement identifiée par les auteurs antiques, ont fourni matière à d’abondants travaux depuis la fin du xixe s. : dès 1891, Otto Weismantel soutenait à l’université de Marbourg une thèse sur les séismes en Asie Mineure27. En 1924, Wilhelm Capelle publiait une synthèse remarquable dans la RealEncyclopädie, qui présentait une approche globale des principaux enjeux, historiques et philosophiques, en lien avec les phénomènes sismiques dans l’Antiquité28. Un article de Louis Chatelain, publié en 1909 dans les Mélanges de l’École française de Rome, illustre encore cet intérêt marqué pour l’histoire des sciences29 : l’auteur proposait ainsi une typologie convaincante des principales théories relatives aux tremblements de terre. Ne prenant en considération que les grands textes littéraires significatifs, il éludait toutefois la difficile question de la réception de ces discours philosophiques à l’échelle des individus. L’heure, assurément, n’était pas encore à l’analyse des comportements et des réactions communautaires. À l’inverse, une importante étude de Louis Robert parue en 1978 recensait la quasi-totalité des documents épigraphiques, publics et privés, portant la mention d’un séisme survenu dans le bassin égéen30. Un constat s’impose alors d’emblée : en l’espace de trois-quarts de siècle, l’intérêt des savants pour les sources matérielles s’est considérablement accru, ce dont témoigne une évolution très sensible des problématiques historiques, davantage tournées depuis lors vers l’étude des stratégies financières, de la supervision des travaux de reconstruction et, plus récemment encore, vers l’histoire des sensibilités et des comportements.

  • 31 Sonnabend 1999.
  • 32 L’auteur y défend une thèse forte : les communautés civiques anciennes n’auraient été dans la capac (...)

18L’étude d’un seul type d’aléa physique ne permettait cependant pas de donner une épaisseur historique suffisante à tous ces questionnements renouvelés. Il apparaissait alors nécessaire de tenir compte de l’ensemble des phénomènes naturels violents afin de souligner les permanences et les évolutions des comportements des communautés égéennes face aux risques naturels. Pour autant, à l’exception de l’ouvrage méritoire de Holger Sonnabend31, dont plusieurs conclusions s’inscrivent dans un courant historiographique qu’il m’est difficile de partager pleinement32, aucune synthèse globale n’envisage pour l’Antiquité les catastrophes naturelles comme un processus historique à part entière.

  • 33 Quenet 1999.
  • 34 Le Roy Ladurie 1967.
  • 35 Berlioz, Quenet 2001.

19Il existe pourtant de bons modèles : quelques historiens, pour la plupart spécialistes du Moyen Âge ou de l’époque moderne, ont depuis longtemps pris fait et cause pour que la catastrophe, envisagée comme un épisode marquant de l’histoire d’une communauté et, par voie de conséquence, un fait social, soit inscrite au rang des objets d’étude légitimes. À partir des années 1960 et jusque vers la fin de la décennie suivante, l’étude des catastrophes naturelles s’articula progressivement autour d’une problématique que Grégory Quenet a très justement qualifiée de « structurelle », dans le prolongement marqué de l’historiographie marxiste33. L’objet était circonscrit à l’analyse des crises, considérées comme un révélateur des conséquences économiques et sociales que faisaient peser les aléas physiques sur les sociétés passées. À la suite des travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie34, l’histoire du climat permit également d’identifier les causes structurelles qui furent à l’origine d’importants bouleversements démographiques au Moyen Âge. Dominée par une approche marxiste, elle-même fondée sur la recherche d’un lien entre un événement brutal et une modification des structures sociales, l’étude des catastrophes naturelles évolua dans les années 1980 sous l’influence de disciplines extérieures au champ historique traditionnel, la sismologie et la géographie. Ces approches nouvelles n’ont malheureusement pas échappé à un éclatement méthodologique, qui entraîna une diversité des enquêtes dans le sillon tracé par l’histoire des mentalités ou la géographie historique. Le cloisonnement des disciplines universitaires a aussi, pendant longtemps, freiné les collaborations entre divers spécialistes et l’établissement d’une méthodologie fondée sur une problématique commune35.

  • 36 C’est cette version que j’utilise dans ce livre : Guidoboni, Comastri, Traina 1994.
  • 37 Ambraseys 2009.
  • 38 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 17-18.
  • 39 Panessa 1991.
  • 40 Des sections consacrées aux famines ou aux pestes côtoient ainsi d’autres chapitres dévolus aux séi (...)

20Il convient malgré tout de ne pas sous-estimer la part belle qui fut faite à la recension des catastrophes historiques sous la forme de catalogues savants. La tentation était alors celle de l’exhaustivité et non du commentaire de synthèse. L’un des plus aboutis, qui rassemble de manière commode la presque totalité des tremblements de terre connus, paru en italien en 1989, révisé puis traduit en anglais en 199436, marque sans nul doute un jalon historiographique important. La complémentarité des approches et des disciplines – sismologie historique, philologie et histoire – a ainsi donné de fructueux résultats, que prolonge dans une même veine l’ouvrage récent de Nicholas Ambraseys37. Cette tradition est par ailleurs très ancienne : elle remonte à l’âge d’or de la Renaissance italienne, en 1457 très exactement, lorsque Giannozzo Manetti s’attacha à recenser les séismes survenus en Méditerranée depuis la Création38. Signe du temps, sur la trentaine de catalogues qui ont paru jusqu’à nos jours, un tiers d’entre eux fut élaboré dans les dernières décennies du xxe s. En 1991, Giangiacommo Panessa publia également une anthologie de documents littéraires évoquant de nombreuses catastrophes naturelles survenues au cours de l’Antiquité39. La matière, hétérogène et abondante, est rassemblée thématiquement selon les types d’aléas physiques ; elle ne facilite malheureusement pas la démarche historique, dans la mesure où elle inclut volontairement des phénomènes d’une très grande variété qu’il est souvent difficile de rapprocher entre eux40.

  • 41 Quenet 2005.

21Par ailleurs, le but de ces catalogues n’est pas toujours clairement avoué : outils au service des historiens, ils constituent également d’excellentes bases de données pour les sismologues qui cherchent à établir la probabilité d’occurrence d’un risque tellurique en un point précis d’une région de la Méditerranée. Ces deux approches ne s’excluent certainement pas l’une l’autre : la thèse que Grégory Quenet a récemment consacrée aux tremblements de terre dans la France moderne s’inscrit avec bonheur dans cette double perspective41.

  • 42 Helly 1984a.
  • 43 Péchoux 1977 ; Bousquet B. 1981 ; Bousquet, Dufaure, Péchoux 1984b.

22Parmi les travaux propres à l’histoire ancienne, plusieurs collaborations peuvent être considérées comme pionnières. En 1983, Alex Pollino et Bruno Helly organisèrent un colloque ayant pour thème l’histoire des tremblements de terre dans l’Antiquité42 ; le sous-titre évocateur donné à la publication, « histoire et archéologie », témoignait d’un intérêt renouvelé pour la confrontation de plusieurs types de sources, rendue en partie nécessaire par la relative pauvreté des textes littéraires pour l’étude des processus de gestion des risques telluriques. C’est à la fin des années 1970 et au début de la décennie suivante que des enquêtes d’un genre nouveau furent aussi menées par des géomorphologues au profit de l’histoire ancienne43 : ces études ouvrirent la possibilité d’une collaboration riche entre ces disciplines.

  • 44 On notera la parution très récente d’un article de synthèse, qui traite, sous des angles divers, de (...)

23Dans ce champ scientifique en pleine évolution, la présente recherche poursuit un objectif simple et ambitieux à la fois : rétablir la place que les risques et les catastrophes occupaient dans la pensée, le vécu et l’expérience des Grecs44. Il convenait pour ce faire d’étudier scrupuleusement l’ensemble des sources que nous a livrées l’Antiquité, sans jamais considérer que la littérature ou l’épigraphie fussent dignes d’un plus grand intérêt que les realia, et de les confronter, chaque fois qu’il était nécessaire et probant, aux données de la géographie physique.

Limites et plan de l’ouvrage

24Des choix et des renoncements ont bien sûr été nécessaires. La définition des cadres géographiques répond à un double objectif. Il était indispensable, d’une part, de centrer cette recherche sur les régions du bassin oriental de la Méditerranée qui sont caractérisées par l’emploi d’une langue commune, le grec, autant que par un système d’influences culturelles et religieuses largement partagé à l’échelle des communautés civiques et des individus. Les nuances régionales ne doivent pas pour autant être négligées dans la mesure où elles soulignent la difficulté d’établir un modèle unique de gestion des risques naturels. La variété des réactions à la suite d’une catastrophe peut être envisagée, en outre, comme un témoignage de certaines particularités locales, souvent liées aux types d’aléas précis qui affectent les communautés humaines. Sur un plan théorique d’autre part, les développements scientifiques se fondent essentiellement sur des comptes-rendus d’observation établis à l’aide d’une compilation des traditions orales ou littéraires, qui proviennent essentiellement des cités égéennes et micrasiatiques. Ainsi, bien qu’il eût semblé préférable de n’étudier que la documentation issue de ces régions, il ne paraissait guère avantageux de faire l’économie de quelques parallèles saisissants pris hors de ces régions, essentiellement en Occident, mais également en Arabie ou aux marges du Pont-Euxin, qui offraient d’excellents points de comparaison.

25Il s’est agi également de restreindre le nombre d’aléas naturels à prendre en considération : les récits de tremblements de terre, particulièrement fréquents en Grèce continentale ainsi que le long de la côte septentrionale et occidentale de l’Asie Mineure, jusqu’à l’Antiochène, ont constitué l’essentiel de la documentation ; les inondations et les catastrophes hydrométéorologiques, souvent dévastatrices dans les cités montagneuses, ont aussi fourni un nombre appréciable d’exemples éloquents, auxquels il convenait d’ajouter l’étude des longues sécheresses exceptionnelles qui frappent les grandes plaines continentales et insulaires. En revanche, la prise en compte des impacts du volcanisme, expérience mineure pour les communautés de l’Égée, mais primordiale pour celles d’Italie du Sud et de Sicile, aurait conduit à des développements déséquilibrés si l’on avait dû procéder à une analyse pour l’ensemble des cités grecques. Il était dès lors nécessaire de renoncer à étudier dans le détail la documentation des cités d’Occident et de n’envisager l’étude des phénomènes volcaniques que du point de vue des théories scientifiques qui établissent des considérations au sujet de la φύσις.

26La délimitation des bornes chronologiques a sans nul doute constitué une tâche plus malaisée, dont on mesure sans peine les avantages et les inconvénients. Le seul véritable impératif était d’entreprendre une étude sur la longue durée, afin de souligner les permanences et les évolutions des comportements antiques face aux catastrophes et aux risques naturels.

  • 45 Ducat 1984.

27S’il paraissait difficile de faire débuter l’enquête à une date précise, il était néanmoins satisfaisant d’envisager les vie et ve s. av. n.è. comme un point de départ convenable : le tremblement de terre survenu à Sparte vers 464 livre en effet aux spécialistes le récit linéaire d’une catastrophe historique, la première sans doute dont on ait conservé la trace dans un grand nombre de sources et dont l’analyse peut assurément conduire à une approche globale de l’événement, tant du point de vue de la géographie physique que des conséquences humaines, sociales et matérielles45. La mise au point des premières théories scientifiques au sujet des événements sismiques, dues aux philosophes ioniens des vie et ve s. av. n.è., ainsi que l’apparition d’une nouvelle catégorie de spécialistes à la même époque, les « météorologues », ont par ailleurs concouru au choix de la limite chronologique haute.

28Tout au long de cette recherche, le ive s. occupe une place prépondérante en raison de l’influence de l’école aristotélicienne qui, dans une perspective notablement différente de la philosophie présocratique, chercha dans des traités spécifiques à prévoir les catastrophes et les intempéries majeures. C’est au cours de ce siècle également, quoique les prémices en fussent indiscutablement antérieures, qu’un certain nombre de techniques architecturales furent établies afin de parer à différents risques naturels, parmi lesquels figurent les glissements de terrain et les inondations.

29Si l’enquête documentaire s’achève pour l’essentiel à l’extrême fin du iie s. de n.è, il fut là encore indispensable d’offrir des points de comparaison plus tardifs, qui trahissent dans de nombreux cas la permanence des comportements sociaux face aux catastrophes naturelles. En outre, l’époque impériale invite à s’interroger sur les modifications éventuelles des comportements dans le rapport que les communautés civiques entretenaient avec leur environnement et la brutalité de la nature. En ce qui regarde la gestion des catastrophes naturelles, il est séduisant d’établir au Haut-Empire une césure chronologique claire : le contrôle des provinces hellénophones par un État central fort modifie incontestablement les stratégies financières et les procédures juridiques en cas de sinistre. Il restait dès lors à apprécier la capacité du pouvoir central à unifier les moyens de gestion des risques naturels à l’échelle du bassin méditerranéen sous la compétence du personnel impérial et par la mise en place d’une jurisprudence attentive à la modification des bornages territoriaux à la suite d’une catastrophe. Le terme de la chronologie basse fut par ailleurs commandé par la masse documentaire, particulièrement bien fournie aux époques hellénistique et impériale : on dispose en effet, à partir du ier s. de n.è., d’un ensemble de sources à caractère juridique, qui complètent utilement les nombreux ouvrages savants légués par les encyclopédistes romains. La fin du iie s. fut par ailleurs marquée en Asie par un tremblement de terre d’importance régionale qui frappa durement Smyrne et les cités alentours. Cette catastrophe, dans ses implications financières notamment, répond à un même modèle d’intervention étatique que dans les cas de séismes survenus depuis Auguste. La crise du iiie s., bien que son expression fût variée, a assurément engendré des modifications dans les modes d’intervention du Prince auprès des cités sinistrées.

30Les limites géographiques et les cadres de la chronologie étant ainsi posés, il restait à organiser la matière et à présenter les résultats de cette recherche. Le plan adopté souligne immanquablement les deux partis pris de ma démarche : il est assuré, d’une part, que les Grecs avaient une conscience aiguë des menaces que faisaient peser sur eux les risques naturels et qu’ils cherchaient, empiriquement ou par un recours à la science, à s’en protéger efficacement. Les catastrophes naturelles, d’autre part, ne rompent pas le temps vécu : elles s’inscrivent au contraire dans la durée et contraignent les communautés à prévenir puis à dépasser l’événement brutal. Ainsi, une réalité aurait peut-être lieu de surprendre : subir un aléa dévastateur ne représente qu’une part réduite de ce que la catastrophe impose aux sociétés humaines. Chacune des trois parties de ce livre s’attache alors à démontrer qu’une catastrophe ne peut être considérée hors du temps historique. La première partie rend compte de la multiplicité des étiologies d’un risque naturel dans la littérature savante ainsi qu’à travers l’expression de la pensée religieuse. La deuxième étudie les conséquences directes et indirectes qu’engendre une catastrophe naturelle. La troisième, enfin, décrit les processus de résilience des communautés humaines. En outre, il a paru nécessaire de mettre en lumière, dans des conclusions partielles qui prennent place à la suite de chacune des parties, les évolutions diachroniques et les éventuelles ruptures historiques que permet d’observer l’étude de la documentation. Si l’on constate une permanence significative des comportements sociaux face aux risques et aux catastrophes, des évolutions sont malgré tout perceptibles dans la pensée philosophique et les moyens mis en œuvre institutionnellement pour surmonter les désastres.

  • 46 Hadot 2004.

31Au-delà de ces principaux questionnements, l’étude des catastrophes naturelles offre in fine un témoignage remarquable sur l’idée de nature dans l’Antiquité46, dans la mesure où elle souligne le camaïeu des savoirs de la philosophie grecque et romaine περὶ φύσεως. Ce livre, en un sens, se veut aussi une modeste contribution à l’histoire de la pensée et de la philosophie antiques.

Notes

1 Halpérin 1952.

2 Febvre 1956.

3 MacMullen 2004.

4 Récente mise au point : Walter 2008, p. 8-15.

5 Walter 2008, p. 16.

6 Rabelais, Le Quart Livre (1552), Épître liminaire ; chap. xxvii ; xlvii ; liv.

7 Rey 1995.

8 Montesquieu, Lettres persanes (1721), cxii et cxiii. À ce propos : Walter 2008, p. 18.

9 É. Littré, Dictionnaire de la langue française, t. i (1863), s.v. « Catastrophe », p. 506. L’auteur donne l’exemple d’un grand tremblement de terre à l’origine d’une catastrophe.

10 Dauphiné 2000, p. 16-32.

11 Marin 2008.

12 Beck 2001.

13 Sophocle, Œdipe à Colone, v. 103 ; Eschyle, Les suppliantes, v. 442.

14 Notamment Hérodote, 1.6 et 4.167 ; Thucydide, 1.15.2 et 2.42.2.

15 Parmi quelques exemples : AppÉp 5 ; AppÉp 8 ; Diodore de Sicile, 15.48.4. Helly 1987, p. 155 et n. 41.

16 Épictète, Entretiens 2.6.20.

17 Balland 1981, p. 30.

18 La plus célèbre survint en 316 av. n.è. à Rhodes et fut décrite par Diodore de Sicile, 19.45.7.

19 Platon, Timée 22d.

20 Strabon, 9.4.12 ; 4.1.12 ; 15.1.26. Voir notamment Strabon, 9.5.2 : « [Les campagnes] se situent au centre de la Thessalie. Ce territoire est particulièrement prospère, à l’exception de la partie inondable : le Pénée, en effet, qui s’écoule en son centre et reçoit beaucoup d’affluents, sort fréquemment de son lit » (Ταῦτα δ’ ἐστὶ τὰ µέσα τῆς Θετταλίας, εὐδαιµονεστάτη χώρα πλὴν ὅση ποταµόκλυστός ἐστιν. ὁ γὰρ Πηνειὸς διὰ µέσης ῥέων καὶ πολλοὺς δεχόµενος ποταµοὺς ὑπερχεῖται πολλάκις·).

21 Sonnabend 2000.

22 Thucydide, 1.23.3.

23 Sonnabend 2000, p. 737 : « Nach ant. Auffassung gehörten zu Naturkatastrophen auch Phänomene wie Unwetter, Seuchen, Steinregen, Kometen sowie Sonnen- und Mondfinsternisse ».

24 Loraux 1993. Rien n’interdit en effet de « soumettre un matériau antique à des interrogations que les anciens ne se sont pas posées ou du moins n’ont pas formulées ou, mieux, n’ont pas découpées comme telles ».

25 Dauphiné 2000, p. 17 ; Helly 1999. La catastrophe (= risque réalisé) = aléa × vulnérabilité.

26 Piste entrouverte par l’article théorique de Helly 2008.

27 Weismantel 1891.

28 Capelle 1924.

29 Chatelain 1909.

30 Robert 1978a.

31 Sonnabend 1999.

32 L’auteur y défend une thèse forte : les communautés civiques anciennes n’auraient été dans la capacité d’agir qu’une fois le sinistre survenu. Selon lui, aucun indice ne permet d’affirmer qu’il y eut une volonté de limiter la vulnérabilité d’une société face à un risque naturel en particulier. Nos conclusions divergent fortement en raison des questions que l’on pose respectivement aux documents et, plus encore, en raison du type de source que l’on prend en considération. Dans le cadre de la présente étude, j’ai cherché à étudier simultanément un ensemble documentaire épars. Ce travail s’attache, autant que faire se peut, à combiner les sources littéraires, épigraphiques et archéologiques. Or, c’est de ces dernières, pour l’essentiel, que viennent les clés d’interprétation nouvelles sur la gestion et la prévention des risques.

33 Quenet 1999.

34 Le Roy Ladurie 1967.

35 Berlioz, Quenet 2001.

36 C’est cette version que j’utilise dans ce livre : Guidoboni, Comastri, Traina 1994.

37 Ambraseys 2009.

38 Guidoboni, Comastri, Traina 1994, p. 17-18.

39 Panessa 1991.

40 Des sections consacrées aux famines ou aux pestes côtoient ainsi d’autres chapitres dévolus aux séismes, aux raz-de-marée ou aux invasions de sauterelles.

41 Quenet 2005.

42 Helly 1984a.

43 Péchoux 1977 ; Bousquet B. 1981 ; Bousquet, Dufaure, Péchoux 1984b.

44 On notera la parution très récente d’un article de synthèse, qui traite, sous des angles divers, de nombreux aspects qui constituent la trame du présent ouvrage : Lucas 2012.

45 Ducat 1984.

46 Hadot 2004.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search