Versione classicaVersione mobile

Les Grecs face aux catastrophes naturelles

 | 
Ludovic Thély

Épigraphe

Testo integrale

Quod, inquis, erit pretium operae ? Quo nullum maius est, nosse naturam.
Neque enim quicquam habet in se huius materiae tractatio pulchrius,
cum multa habeat futura usui,
quam quod hominem magnificentia sui detinet nec mercede sed miraculo coditur.
« Tu demandes quel avantage nous retirons de ce labeur ?
Le plus grand de tous, connaître la nature.
De semblables recherches peuvent rendre beaucoup d’utiles services ;
ce qu’elles offrent de plus beau,
c’est de retenir par leur splendeur même l’attention de l’homme
et d’être cultivées à cause de leurs merveilles et non pour le profit qu’on en a. »
Sénèque, Questions Naturelles 6.4.2 (trad. P. Oltramare, CUF, 1929)

© École française d’Athènes, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search