Version classiqueVersion mobile

La France et la Grèce au XXe siècle : des archives à l’histoire

 | 
Maximilien Girard
, 
Claire Béchu

Recherche, enseignement, étudiants

La politique des bourses de la France en Grèce (1922-1939)

Nicolas Manitakis

Résumé

Durant l’entre-deux-guerres, le gouvernement français institua pour la première fois depuis la fondation de l’État hellénique une véritable politique d’octroi de bourses en faveur des étudiants grecs, afin de leur permettre d’entreprendre un voyage d’études en France. Irrégulière dans les années 1920, l’attribution de ces aides économiques destinées à des Grecs de tout âge, sexe et condition sociale, diplômés de l’enseignement secondaire ou titulaires d’un diplôme universitaire, devint annuelle dans la décennie suivante et leur nombre s’accrût. À partir de 1937, une commission spéciale fut, par ailleurs, chargée de procéder à la sélection des candidats en fonction de critères spécifiques, afin d’assurer un meilleur rendement des aides accordées et un choix méritocratique des postulants. L’attribution de « bourses françaises » a suscité vers la fin des années 1930 un véritable engouement auprès de la population locale, comme en témoigne, entre autres, la forte croissance du nombre des candidatures, ainsi que les tentatives d’ingérence menées par les autorités helléniques. De manière générale, la politique des bourses du gouvernement français s’est avérée être un des principaux moyens par lesquels son influence hégémonique s’est exercée en Grèce et une source de consolidation et d’enrichissement à plusieurs niveaux des relations franco-helléniques.

Texte intégral

  • 1 Sur le voyage des boursiers du Mataroa, voir Manitakis 2011 ; Bordes 2015, p. 45-66 ; Andrikopoulou(...)

1L’attribution de bourses à des Grecs qui désiraient suivre des études universitaires en France a été l’un des moyens les plus puissants et les plus performants par lequel l’État français a su exercer en Grèce au xxe siècle une influence profonde et durable dans de très nombreux domaines. L’aide étatique accordée pour des voyages d’études dans l’Hexagone a contribué en même temps au développement et à la consolidation des liens franco-helléniques. La manifestation la plus célèbre de cette pratique française de distribution de bourses à des étudiants grecs – preuve irréfutable de la thèse ici avancée – est sans aucun doute le voyage en France des boursiers grecs de 1945, plus connus par le nom du navire qui les achemina depuis le port du Pirée, les boursiers du Mataroa, parmi lesquels Cornelius Castoriadis, Kostas Axélos, Kostas Papaïoannou et bien d’autres1. Or, nonobstant l’intérêt croissant que suscitent ces dernières années les boursiers grecs de 1945, force est de constater que la pratique d’allocation de bourses par l’État français à destination des diplômés grecs reste dans son ensemble très peu étudiée.

2Depuis quand, par quelle procédure et sur la base de quels critères s’est opéré le choix des Grecs qui eurent droit à une bourse de la République française ? Combien de bourses étaient attribuées chaque année ? Quel fut le profil des boursiers, mais aussi des candidats grecs aux bourses (sexe, âge, milieu social, provenance géographique, niveau d’études secondaires ou universitaires, orientation scientifique ou artistique, degré de connaissance de la langue française, liens avec la France et sa culture) ? Dans quel but des bourses françaises étaient-elles régulièrement distribuées à des étudiants grecs ? Partant de ces questions, nous cherchons ici à examiner surtout les origines de cette pratique boursière, origines qui se situent dans la période de l’entre-deux-guerres. L’intérêt pour cette période se justifie, entre autres, parce que la seconde moitié des années 1930 marque un véritable tournant historique dans cette longue pratique d’attribution de bourses, qui, d’après les sources disponibles, semble traverser l’ensemble du xxe siècle. Un tournant historique car, comme nous essayerons de le démontrer, c’est au cours de cette période que ce qui, dans ses débuts, n’était qu’une simple pratique d’attribution d’une aide économique évolua vers la mise en place d’une véritable politique de bourses aux objectifs clairement définis.

  • 2 Archives diplomatiques, site de Nantes (désormais Arch. dipl. Nantes), 48PO/B/107, « Anciens boursi (...)
  • 3 Arch. dipl. Nantes, Ambassade d’Athènes, 753/1/9, État des candidats proposés par la commission fra (...)

3Dans les années 1920, pour la première fois, des bourses de la France furent accordées à de jeunes Grecs : une première le fut en 1922, puis trois autres en 1925. Ce n’est, cependant, qu’à partir de 1929 que cette pratique acquit un caractère régulier avec une cadence annuelle2. D’après les sources archivistiques disponibles, la distribution des bourses se poursuivit de façon ininterrompue au moins jusque dans les années 19703 et, très probablement, même au-delà, jusqu’à la fin du xxe siècle. La régularité et la continuité dont témoigne l’allocation d’aides financières destinées à ceux qui envisageaient d’entreprendre des études en France montrent bien que c’est une véritable politique des bourses qui fut mise en place par les agents de la République française en Grèce et cela dès les années 1930.

  • 4 Manitakis 2004, p. 367.

4L’évolution du nombre de bourses attribuées chaque année montre notamment qu’un important changement se produisit vers la fin des années 1930. Jusqu’en 1937, leur nombre fut inférieur à une dizaine. Mais il doubla par la suite, passant à une vingtaine. Et une nouvelle hausse du nombre des bourses accordées à des Grecs survint après la Seconde Guerre mondiale4. Environ une quarantaine de bourses, en moyenne, étaient désormais distribuées chaque année, dans la seconde moitié des années 1940, ainsi que dans les années 1950 et 1960. À cet égard, l’envoi de cent soixante-trois boursiers grecs en France en 1945 reste un fait exceptionnel, que l’on doit attribuer pour l’essentiel aux démarches du directeur de l’Institut français d’Athènes, Octave Merlier. Le doublement du nombre de bourses attribuées, une première fois à la fin des années 1930, puis, à nouveau, après la guerre, atteste clairement de l’engagement croissant de la République française dans cette voie.

  • 5 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, « Anciens boursiers grecs du gouvernement français », « Boursiers g (...)

5Or, la hausse en 1938 du nombre des bourses destinées à des Grecs est étroitement liée à une profonde réorganisation du mode d’attribution de celles-ci. Jusqu’en 1937, c’est généralement l’ambassadeur français à Athènes, en personne, qui procédait au choix des candidats. Plus rarement, le service culturel du ministère des Affaires étrangères participait aussi à cette sélection, indiquant à l’ambassadeur des noms de candidats à retenir pour l’une des bourses à attribuer. Aucun critère en particulier ne semble avoir été retenu ou spécifié pour guider le tri entre les candidats. Les diplomates français eurent ainsi tendance à attribuer les bourses à des jeunes Grecs qui disposaient d’une bonne connaissance de la langue française et qui souvent étaient même titulaires de diplômes scolaires français, comme le baccalauréat. Parmi ces premiers boursiers, nombreux étaient en effet les élèves d’établissements scolaires français qui dispensaient un enseignement secondaire français de haut niveau en Grèce, comme le lycée français de la Mission laïque à Salonique et le Lycée léonin à Athènes. Ces jeunes Grecs envisageaient, dès la fin de leurs études secondaires, d’entreprendre dans des établissements supérieurs français de longues études universitaires, généralement de médecine, ou d’intégrer des écoles d’ingénieurs5.

6Ainsi, la clientèle grecque des écoles françaises ou plutôt de certaines écoles françaises fut jusqu’en 1937 la principale bénéficiaire de l’attribution de bourses par le ministère des Affaires étrangères français. Plus généralement, c’est une partie des classes moyennes instruites, d’éducation et de culture françaises, francophiles et en partie francophones, dont la progéniture fréquentait les écoles laïques et congréganistes françaises et s’orientait vers les professions libérales, qui sut tirer le meilleur profit de la générosité de l’État français, assurant du coup sa reproduction sociale.

7Si les diplomates français favorisaient par l’attribution de bourses la reproduction sociale de ces milieux francophiles grecs, c’est bien parce que ceux-ci constituaient l’un des principaux soutiens dont disposait la diplomatie française en Grèce pour servir ses intérêts et assurer son influence. Un soutien qui avait d’ailleurs montré toute son importance lors de la Grande Guerre. Pour faire basculer le pays – demeuré neutre jusqu’en 1917 – dans le camp de l’Entente, les diplomates français avaient misé, entre autres, sur la mobilisation des francophiles grecs, regroupés autour de la Ligue franco-hellénique, afin d’influencer l’opinion publique du pays. L’une des principales préoccupations des diplomates français après la guerre avait été de maintenir actifs et mobilisés ces soutiens locaux.

  • 6 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/306, André Bruère à Yvon Delbos, 12 mai 1937 ; ministre des (...)

8Même si le mode d’attribution des bourses, tel qu’il était appliqué jusqu’au milieu des années 1930, ne semblait pas desservir les intérêts français en Grèce, il fut néanmoins fortement critiqué par un certain nombre de diplomates. Ceux-ci pointaient du doigt une série d’inconvénients et soutenaient que la France ne tirait pas tout le profit qu’elle pouvait des crédits alloués pour les bourses. Ils faisaient notamment observer que les boursiers grecs, majoritairement des diplômés du secondaire, suivaient généralement en France un long cursus universitaire, avec une durée d’études qui pouvait se prolonger jusqu’à cinq ans, voire sept dans certains cas. Ces boursiers « immobilisaient » ainsi les bourses pendant une longue période, ce qui avait pour effet de réduire le nombre total des bénéficiaires des bourses françaises. L’idée qui se dégagea et qui ne tarda pas à s’imposer était que les boursiers devaient désormais être recrutés uniquement parmi les étudiants ayant déjà entrepris des études universitaires en Grèce. Ainsi, les bourses, qui ne seraient accordées que pour une seule, voire exceptionnellement pour deux années, étaient désormais destinées à permettre à des diplômés grecs du supérieur de réaliser en France des études universitaires complémentaires6. Avec ce nouveau mode d’attribution de l’aide financière française tout changeait : le profil du candidat idéal (un diplômé du supérieur à la place d’un bachelier, élève d’une école française), la durée des études (limitée à une ou deux années) et jusqu’au type des études menées en France (études de perfectionnement ou de spécialisation).

  • 7 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/304, Clément-Simon au ministre des Affaires étrangères, Athè (...)

9Le profil du candidat idéal fut même davantage spécifié. Pour les bourses de l’État français, c’est une catégorie spécifique de diplômés qui était désormais ciblée : les « jeunes gens appelés à des situations universitaires ou administratives particulièrement importantes dans leur pays ». Autrement dit, les diplomates français étaient désormais à la recherche des futurs membres du corps professoral des établissements supérieurs et des hauts fonctionnaires7. Il s’agissait, avant tout, d’atteindre et de former en France au moyen des bourses les futures élites dirigeantes grecques.

10Afin d’assurer un meilleur choix des candidats, l’ambassadeur français à Athènes était désormais assisté dans son œuvre de sélection par une commission. Celle-ci était composée de cinq membres : des Français qui résidaient à Athènes et dirigeaient des institutions scientifiques ou éducatives ou bien des entreprises françaises. Il s’agissait plus précisément :

  1. du directeur de l’École française d’Athènes,
  2. de l’administrateur de l’Institut supérieur d’études françaises,
  3. du directeur de l’Institut Pasteur d’Athènes,
  4. du directeur de la Compagnie française du gaz d’Athènes,
  5. d’un architecte du gouvernement français, membre de l’École française.
  • 8 Ibid.

11Chacune de ces personnes était invitée à se prononcer sur les candidats relevant de sa spécialisation scientifique. Ainsi, le directeur de l’Institut Pasteur était censé examiner et formuler un jugement sur les candidatures médicales, les directeurs de l’École française et de l’Institut français sur les candidatures littéraires, celui de la Compagnie du gaz et l’architecte de l’École française sur les candidatures d’ingénieurs. La commission des bourses commença à se réunir à partir de 1937 à Athènes, sous la présidence de l’ambassadeur8.

  • 9 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras au ministre des Affaires étrangères, Georges Bonnet, (...)

12Les modifications apportées à la procédure de sélection, l’institution notamment de critères précis, eurent pour effet de changer considérablement le profil des Grecs qui postulaient pour les bourses françaises. Les jeunes candidats à peine sortis des lycées et dotés seulement d’un certificat d’études secondaires étaient de plus en plus rares à se présenter, étant donné les faibles chances qu’ils avaient d’obtenir l’aide financière de la France. Désormais, les demandeurs d’une bourse étaient dans leur écrasante majorité munis d’un diplôme d’études supérieures. Certains étaient même titulaires d’un titre de docteur. D’autres exerçaient déjà une profession. On trouve ainsi parmi les candidats pour une bourse des membres de professions libérales, des enseignants du secondaire ou du supérieur, ainsi que des fonctionnaires. De ce fait, l’âge moyen des postulants et, par extension, celui des boursiers s’éleva considérablement. Sur un échantillon de dix-neuf boursiers pour l’année 1939, dont l’âge nous est connu, le plus jeune avait 24 ans et le plus âgé 37 ans9. Cette tendance s’accentua même après la guerre. Parmi les boursiers présents à bord du Mataroa en 1945 se trouvaient, par exemple, des personnes ayant plus de 40, 50, voire 60 ans. De manière générale, à partir des dernières années de la décennie 1930, les bénéficiaires grecs des bourses françaises étaient plus instruits et plus âgés que par le passé.

13Le profil des boursiers changea aussi de manière spectaculaire pour ce qui est des disciplines étudiées. Jusqu’au milieu des années 1930, le choix des études entreprises en France se concentrait pour l’essentiel sur les domaines du droit, de la médecine et des sciences de l’ingénieur. Les disciplines littéraires ou les sciences naturelles étaient rarement représentées. L’éventail des choix disciplinaires s’élargit par la suite considérablement. Ainsi, en dehors des orientations classiques précitées, des boursiers grecs se rendaient désormais dans des établissements supérieurs français en vue de poursuivre des études d’agronomie, de chimie, d’économie, de sciences politiques ou de géographie.

  • 10 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, « Bourses scolaires 1937-1938 », s.d.
  • 11 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 juin 1938.

14Il est important de souligner ici le rééquilibrage qui s’opéra notamment en faveur des disciplines littéraires, beaucoup plus présentes parmi les nouveaux boursiers, dont certains, diplômés de la faculté des lettres d’Athènes ou de Thessalonique, vinrent en France pour suivre une spécialisation dans des domaines comme la papyrologie ou l’Antiquité romaine. Cette hausse du nombre des boursiers de formation littéraire après 1937 doit beaucoup à la présence au sein de la commission de sélection des boursiers du directeur de l’École française et de l’administrateur de l’Institut supérieur d’études françaises d’Athènes. Le premier, Robert Demangel, archéologue de formation, et le second, Octave Merlier, ayant fait des études de littérature néo-hellénique, appuyèrent systématiquement les candidats littéraires, leur réservant un certain nombre de bourses. Parmi les candidats de formation littéraire soutenus par Demangel et Merlier et qui bénéficièrent d’une bourse en 1937 et en 1938, on peut citer deux cas à titre d’exemple. Celui de Nicolas Platon10, âgé de 29 ans, qui travaillait à l’époque comme assistant au Musée archéologique d’Héraklion, et celui d’Emmanuel Kriaras, qui, à 35 ans, exerçait les fonctions de chercheur à l’Académie d’Athènes11. Il ne tarda pas à s’avérer que les deux universitaires français avaient bien misé en orientant le choix de la commission et de l’ambassadeur vers ces deux candidats. Après son retour de France, Platon fut nommé directeur du Musée archéologique d’Héraklion, puis de celui d’Athènes et occupa, à partir des années 1960, la chaire d’archéologie préhistorique à l’université de Thessalonique. C’est dans cette même université que Kriaras fut nommé en 1950 professeur de littérature médiévale grecque. Si la mission des membres de la commission était de repérer des candidats « destinés à l’enseignement supérieur », selon l’expression fréquemment utilisée dans la correspondance diplomatique de l’époque, et de participer à la formation des élites universitaires grecques, il s’avéra que cet objectif avait été pleinement atteint.

  • 12 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras à Georges Bonnet, 4 juillet 1939, « Bourses pour 193 (...)

15Alors que le choix disciplinaire tendait à s’élargir, la diversité quant à l’origine géographique des boursiers se rétrécit au contraire. Jusqu’en 1937, une part non négligeable des boursiers étaient originaires de la province, notamment de Thessalonique, ville qui comptait des écoles secondaires françaises de haut niveau. Après cette date, les provinciaux furent de moins en moins présents dans le contingent des boursiers. Ceux-ci étaient dans leur grande majorité originaires d’Athènes, avaient fait leurs études universitaires dans un établissement athénien ou exerçaient une profession dans la capitale grecque. Sur un échantillon de dix-neuf boursiers de 1938, dont l’origine nous est connue, à peine trois provenaient de Grèce du Nord, un d’Épire et un de l’île de Spetsès12. À mesure que s’intensifiait la sélectivité du mode d’attribution des bourses, favorisant les candidats les mieux dotés en attributs universitaires, les « Athéniens », qu’ils fussent natifs de la capitale grecque ou qu’ils y eussent effectué leurs études, devinrent les principaux bénéficiaires des bourses françaises au détriment des provinciaux.

  • 13 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 et 28 juin 1938, « a.s. bo (...)

16Le profil des boursiers connut donc d’importants changements vers la fin des années 1930 tant par rapport au niveau d’études, à l’éventail des choix disciplinaires, qu’à l’âge ou à la provenance géographique. Il y a, toutefois, un attribut qui demeura pratiquement inchangé au cours de cette période : le sexe des candidats et des boursiers retenus. Les femmes boursières ou candidates à une bourse demeurèrent peu nombreuses, largement sous-représentées. Entreprendre des études supérieures en France ou ailleurs à l’étranger et, par conséquent, être candidat à l’obtention d’une bourse restait encore à la fin des années 1930 une affaire essentiellement masculine. On trouve une seule femme parmi les vingt boursiers de 1938, et deux parmi les vingt et un boursiers de 1939. Leur taux de représentation dans l’ensemble était ainsi inférieur à 10 %. Le profil de la femme boursière des années 1930 était d’ailleurs bien précis. Généralement, il s’agissait de musiciennes, à l’instar des pianistes Bourbaki et Réna Kyriakou, boursières respectivement en 1938 et en 193913. Il faut d’ailleurs signaler ici qu’avant la Seconde Guerre mondiale peu de bourses avaient été attribuées pour des études artistiques, domaine où l’élément féminin était bien présent, ce qui contribua, bien évidemment, à la sous-représentation féminine au sein du groupe des boursiers. La présence d’une autre femme, Ékatérini Striftou-Kriara, parmi les boursiers de 1939, s’explique d’une autre façon. Mariée à Emmanuel Kriaras, boursier établi depuis 1938 à Paris, elle postula à une bourse pour pouvoir rejoindre son époux. Le couple Kriaras fut, d’ailleurs, l’un des rares couples de boursiers avant la Seconde Guerre mondiale.

17L’offre de bourses de la part du gouvernement français suscita un véritable engouement au sein des milieux étudiants et scientifiques grecs à la fin des années 1930. De très nombreux diplômés se portèrent candidats.

  • 14 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/304, Clément-Simon au ministre des Affaires étrangères, Athè (...)
  • 15 Manitakis 2009.

18Pourquoi un tel intérêt pour ces bourses se manifesta-t-il à cette époque ? La longue récession économique dans la seconde décennie de l’entre-deux-guerres, qui affecta fortement la société hellénique, victime, entre autres, d’une grave dévaluation de la monnaie nationale, réduisit considérablement les possibilités d’autofinancement d’un séjour d’études en France ou ailleurs à l’étranger14. À cela s’ajouta l’intensification des contrôles exercés par les autorités bancaires, militaires et policières grecques au départ des nationaux qui voyageaient à l’étranger, conséquence des effets de la crise économique et de l’instauration du régime autoritaire du général Métaxas en août 1936. Obtenir une bourse française permettait de résoudre les problèmes et de contourner les obstacles qui se posaient à un projet de voyage d’études en France à la fin des années 193015. C’était là souvent non seulement la voie royale, mais souvent la seule voie possible pour réaliser un tel projet. D’où, bien entendu, l’affluence des diplômés grecs comme candidats aux bourses françaises.

  • 16 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107 et S.O.F.E. 1912-1940/306, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 28 (...)

19L’annonce publique, souvent par le biais de la presse, de la distribution de bourses et de la hausse de leur nombre explique aussi qu’elles aient fait l’objet d’un tel intérêt, l’information sur l’acte généreux du gouvernement français ayant été largement diffusée. D’après les sources diplomatiques, environ trois cent soixante-dix candidats postulèrent à l’une des vingt bourses prévues pour l’année 1938 et trois cent quarante-trois à celles de 193916. Face à une telle pléthore de candidatures, la commission des bourses fut amenée à procéder à un tri préliminaire, écartant, après examen des dossiers, ceux des postulants qui ne disposaient pas des titres universitaires suffisants, ceux qui jouissaient d’une fortune personnelle et ceux qui ne connaissaient pas bien le français, afin de s’assurer du meilleur choix des candidats. Cette opération de pré-sélection fut confiée au directeur de l’École française et à l’administrateur de l’Institut supérieur d’études françaises, réunis à cet effet dans les locaux de l’Institut.

  • 17 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/306, lettre de P. Mendès France au ministre des Affaires étr (...)

20La forte disproportion entre le nombre des bourses mises à disposition et celui des candidats ne pouvait cependant que créer des conditions de forte concurrence entre ces derniers. Afin d’étayer leur candidature, certains demandeurs de bourse ne se limitèrent pas, comme il était d’usage, à rajouter à leur dossier des lettres de recommandation émanant de professeurs d’université français ou grecs et attestant de leurs qualités scientifiques. Ils cherchèrent aussi à se procurer des lettres de soutien émanant d’hommes politiques, en mobilisant un vaste réseau de connaissances et, très probablement, d’intermédiaires. On trouve ainsi souvent dans la correspondance diplomatique ou dans les dossiers de candidature des lettres d’anciens ministres ou même d’anciens Premiers ministres louant les mérites de tel ou tel étudiant. Parmi les hommes politiques qui assumèrent ce rôle de « protecteur », intercédant en faveur d’un candidat, figurent, entre autres, Thémistoklis Sophoulis (1860-1949), ancien chef de gouvernement, ainsi que Nicolas Politis (1872-1942), qui occupa, par ailleurs, le poste d’ambassadeur de Grèce en France de 1927 à 1940. Il est encore plus surprenant de voir que certains postulants grecs étaient même parvenus à obtenir des lettres de recommandation émanant d’hommes politiques français. Tel candidat fut appuyé par Pierre Mendès France17, député des radicaux-socialistes, tel autre par Louis Rollin, député de l’Union libérale et républicaine, tel autre encore par Georges Cogniot, député du Parti communiste français. Il est difficile de juger si ce genre d’intercessions put, finalement, influencer, d’une manière ou d’une autre, le choix des membres de la commission des bourses. Mais il apparaît clairement toutefois que ceux-ci, en particulier l’ambassadeur, étaient soumis à des pressions provenant de sources très diverses.

21Ces pressions provenaient aussi des autorités helléniques. L’attribution d’un nombre croissant de bourses par l’État français destinées à des diplômés grecs n’avait pas seulement suscité un engouement dans les milieux étudiant et scientifique. Elle avait aussi attiré l’attention du gouvernement grec. Fallait-il ou non associer les autorités grecques à la procédure de sélection des boursiers ? Fallait-il ainsi intégrer des membres grecs à l’organe de désignation des boursiers ? Les diplomates français s’étaient déjà posé la question. Considérant, toutefois, qu’il serait parfois difficile de justifier aux yeux des autochtones certaines décisions prises à la lumière seulement des intérêts français, ils avaient fini par rejeter l’idée d’une participation grecque et avaient décidé de former une commission de sélection composée uniquement de membres français.

  • 18 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Mavroudis, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à Gaston (...)
  • 19 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras à Georges Bonnet, Athènes, 10 mai 1939, no 31, « a.s (...)

22Cependant, le régime autoritaire du général Métaxas se montrait très intéressé à exercer un contrôle direct sur la procédure de sélection, revendiquant le droit de rejeter et de modifier le choix final de la commission française18. Craignant que celle-ci se serve des bourses françaises pour « assurer des voyages d’agrément » à ses sympathisants, les diplomates français résistèrent aux pressions exercées par le gouvernement grec, cherchant à éviter ainsi toute immixtion hellénique. Ils durent toutefois faire quelques concessions. Ils acceptèrent notamment que la Sûreté grecque pût enquêter sur les boursiers, c’est-à-dire examiner leurs opinions politiques. Une fois établie, la liste des boursiers était donc communiquée au sous-secrétaire d’État du ministère des Affaires étrangères grec, ainsi qu’au ministre de Grèce en France. Les diplomates français acceptèrent aussi qu’un nombre limité de demi-bourses fussent accordées à des fonctionnaires de l’État grec, désignés par les dignitaires du régime19. Au prix de quelques compromis, ils réussirent de la sorte à garder la mainmise sur la procédure de sélection. Dans les faits, c’est une certaine forme de collaboration, certes restreinte, qui s’établit entre les autorités françaises et grecques dans le domaine des bourses. Une collaboration qui allait davantage se développer après la guerre.

  • 20 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 et 28 juin 1938, « a.s. bo (...)
  • 21 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 28 juin 1938, no 53, « a.s. (...)

23Conscient du grand intérêt suscité par les bourses françaises auprès de la population éduquée et du régime grecs, l’ambassadeur de France chercha à maximiser le profit que la France pouvait, selon lui, en retirer, en rendant, par le biais des bourses, des services à des personnes bien placées au sein des sphères de pouvoir. Car, même s’il était, depuis 1937, secondé dans son œuvre de sélection des boursiers par une commission, il restait toujours maître du jeu. Ainsi, il décida de se réserver l’attribution – à sa guise et sur des motifs essentiellement politiques – d’un certain nombre de bourses, pour lesquelles il ne consultait pas les membres de la commission. Des candidats furent de cette manière choisis pour rendre service à leurs « protecteurs », sans tenir compte de leurs attributs universitaires et des critères censés garantir le meilleur choix. Parmi les « protecteurs » qui virent leur « protégé » bénéficier d’une bourse française se trouvaient le président du Conseil, c’est-à-dire le général Métaxas en personne, la Cour, la famille royale, le gouverneur de la Banque de Grèce (Emmanuel Tsoudéros), le gouverneur général de la capitale (Konstantinos Kotzias). D’autres candidats furent sélectionnés parce qu’ils étaient unis par des liens de parenté avec des dignitaires du régime. On trouve ainsi parmi les boursiers de 1938 le neveu du ministre de l’Instruction publique, ainsi que celui du secrétaire général du ministre des Affaires étrangères20. L’ambassadeur justifiait de telles pratiques en soutenant que la légation française avait besoin, dans un pays avec un régime totalitaire comme la Grèce de 1938, de disposer de certains « concours » pour s’appuyer sur l’administration et « régler ses affaires21 ». En dépit des mesures prises en vue d’assurer une sélection plus méritocratique (mise en place d’une commission, définition des critères, etc.), le choix des boursiers s’effectua donc aussi, dans certains cas, en prenant en compte d’autres types de considérations.

  • 22 Arch. dipl. Nantes, PO753/1/9, Jacques Baeyens à la direction générale des Affaires culturelles, bu (...)

24Cependant, les changements apportés par l’introduction au cours de cette période d’une nouvelle procédure de désignation des candidats perdurèrent dans le temps. Ils étaient encore visibles dans la pratique d’attribution des bourses françaises des années 196022. Les éléments dont nous disposons semblent donc indiquer que la politique des bourses menée par la France au xxe siècle trouve ses fondements dans la fin de l’entre-deux-guerres.

Bibliographie

Andrikopoulou 2007 = Nelly Andrikopoulou, Το ταξίδι του Ματαρόα, 1945. Στον καθρέπτη της µνήµης [Le voyage du Mataroa, 1945. Au miroir de la mémoire], Athènes, Hestia, 2007.

Bordes 2015 = François Bordes, Kostas Papaïoannou, 1925-1981. Les idées contre le néant, Paris, Éditions La Bibliothèque, 2015, p. 45-66.

Jollivet, Manitakis (éd.) 2020 = Servanne Jollivet, Nicolas Manitakis (éd.), Mataroa 1945 : du mythe à l’histoire, Athènes, École française d’Athènes, 2020.

Manitakis 2004 = Nicolas Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante internationale à l’âge des États-nations. Une étude de cas : les étudiants grecs en France, 1880-1940, thèse de doctorat en histoire, EHESS, 2004.

Manitakis 2009 = Nicolas Manitakis, « Ξένες κρατικές υποτροφίες. Πολιτιστική προπαγάνδα στην Ελλάδα του Εµφυλίου » [« Des bourses d’État étrangères. Propagande culturelle dans la Grèce de la Guerre civile »], in Christos Chatziiosif (éd.), Ιστορία της Ελλάδας του 20 ού αιώνα. 1945-1952 [Histoire de la Grèce du xxe siècle. 1945-1952], t. III, vol. 2, Athènes, Vivliorama, 2009, p. 133-156.

Manitakis 2011 = Nicolas Manitakis, « L’exil des jeunes Grecs et le rôle de l’Institut français : un exil doré ? », in Servanne Jollivet, Christophe Premat, Mats Rosengren (éd.), Destins d’exilés. Trois philosophes grecs à Paris : Kostas Axelos, Cornelius Castoriadis, Kostas Papaioannou, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2011, p. 19-45.

Notes

1 Sur le voyage des boursiers du Mataroa, voir Manitakis 2011 ; Bordes 2015, p. 45-66 ; Andrikopoulou 2007 ; Jollivet, Manitakis (éd.) 2020.

2 Archives diplomatiques, site de Nantes (désormais Arch. dipl. Nantes), 48PO/B/107, « Anciens boursiers grecs du gouvernement français », « Boursiers grecs actuels du gouvernement français », s.d.

3 Arch. dipl. Nantes, Ambassade d’Athènes, 753/1/9, État des candidats proposés par la commission franco-hellénique pour l’attribution d’une bourse d’enseignement supérieur pour l’année 1965-1966.

4 Manitakis 2004, p. 367.

5 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, « Anciens boursiers grecs du gouvernement français », « Boursiers grecs actuels du gouvernement français », s.d. ; ibid., S.O.F.E. 1912-1940/304, Légation de France au ministre des Affaires étrangères, 1er février 1935.

6 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/306, André Bruère à Yvon Delbos, 12 mai 1937 ; ministre des Affaires étrangères au ministre de la France à Athènes, 7 mai 1937, « a.s. Montant et répartition des bourses ».

7 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/304, Clément-Simon au ministre des Affaires étrangères, Athènes, 13 juillet 1932 et 11 janvier 1933 ; PO48/B/107, Légation de France en Grèce au chef du cabinet du ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, Marcel Abraham, 21 septembre 1937.

8 Ibid.

9 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras au ministre des Affaires étrangères, Georges Bonnet, Athènes, 4 juillet 1939, no 55, « a.s. Bourses pour 1939-40 ».

10 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, « Bourses scolaires 1937-1938 », s.d.

11 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 juin 1938.

12 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras à Georges Bonnet, 4 juillet 1939, « Bourses pour 1939-1940 ».

13 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 et 28 juin 1938, « a.s. bourses d’études ».

14 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/304, Clément-Simon au ministre des Affaires étrangères, Athènes, 5 novembre 1932.

15 Manitakis 2009.

16 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107 et S.O.F.E. 1912-1940/306, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 28 juin 1938, no 53, « a.s. bourses d’études » ; ibid., Athènes/B/107, le ministre de la France en Grèce, Gaston Maugras, au ministre des Affaires étrangères, Georges Bonnet, Athènes, 4 juillet 1939, « a.s. Bourses pour 1939-40 ».

17 Arch. dipl. Nantes, S.O.F.E. 1912-1940/306, lettre de P. Mendès France au ministre des Affaires étrangères, Paris, 23 décembre 1936.

18 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Mavroudis, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à Gaston Maugras, Athènes, 17 mai 1939.

19 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Gaston Maugras à Georges Bonnet, Athènes, 10 mai 1939, no 31, « a.s. bourses ».

20 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 7 et 28 juin 1938, « a.s. bourses d’études ».

21 Arch. dipl. Nantes, PO48/B/107, Henry Cosme à Georges Bonnet, Athènes, 28 juin 1938, no 53, « a.s. bourses d’études ».

22 Arch. dipl. Nantes, PO753/1/9, Jacques Baeyens à la direction générale des Affaires culturelles, bureau des Boursiers et Stagiaires, 21 mai 1965, « Propositions pour l’attribution de bourses d’Enseignement Supérieur pour l’année 1965-1966 ».

Auteur

Nicolas Manitakis est historien, professeur assistant au département de langue et de littérature françaises de l’Université d’Athènes. Ses principaux centres d’intérêt portent sur l’histoire des relations franco-helléniques, l’histoire de l’éducation et l’histoire des migrations.

© École française d’Athènes, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search