Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre XIII

Chéronée Inscr. 47-52

Texte intégral

  • 1 Kalliontzis 2007.
  • 2 Sur la topographie et l’archéologie de Chéronée, voir Farinetti 2011, p. 99-107.
  • 3 Pour les actes d’affranchissements de Chéronée, voir Darmezin 1999, p. 31-75.

1L’épigraphie de Chéronée est assez riche. La plus grande catégorie d’inscriptions est composée d’actes d’affranchissement inscrits sur des autels. Chéronée n’avait pas livré jusqu’à maintenant beaucoup d’actes publics. Cette situation vient de changer avec la publication d’une série de décrets de proxénie trouvée lors des fouilles de la basilique paléochrétienne d’Agia Paraskevi au sud de Chéronée et d’autres trouvailles récentes faites dans le village moderne de Chéronée1. Ce lot d’inscriptions qui est resté inédit pendant longtemps comporte des catalogues militaires et des décrets de proxénie. Il apporte beaucoup d’informations sur la prosopographie et les relations de Chéronée avec le monde étranger2. L’épigraphie de Chéronée se caractérise par une grande série d’actes d’affranchissements qui datent dans leur grande majorité du iie s. av. J.-C.3.

47 Décret en l’honneur d’un proxène dont le nom n’est pas conservé

2Bloc de marbre grisâtre, cassé de tous les côtés. Le bloc se trouve dans le jardin du musée de Chéronée, sans numéro d’inventaire ni provenance précise. Il pourrait provenir, comme d’autres blocs portant des décrets de proxénie et des catalogues militaires, des fouilles de G. Sotiriadis à Agia Paraskevi. Alpha à barre centrale droite, les lettres présentent de légers apices, pi à jambes inégales.
Fig. 72
Inédit
Seconde moitié du iiie s. av. J.-C.






5
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
[πρόξενον εἶ]µεν κὴ ε[ὐεργέτην τᾶς πόλιος]
[Χηρωνεί]ων κὴ αὐτὸν [κὴ ἐγγόνως]
[καὶ εἶµεν αὐ]τοῖς ἔππασιν γᾶ[ς κὴ ϝυκίας]
[κ]ὴ ἀσφάλιαν κ[ὴ ἰράνας κὴ πολέµω]
[κὴ τἆλλα] πάντα ὅπ[ποτα κὴ τῦς ἄλλυς]
[προξένεις].

3Le décret suit le formulaire des décrets de proxénie de Chéronée déjà connu par plusieurs autres textes. Malheureusement, ni le nom ni l’ethnique du proxène ne sont conservés. Ce décret est gravé sur un bloc assez grand, qui devait appartenir à un monument public de la cité de Chéronée. La forme des lettres nous amène à le dater de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. Il doit s’agir d’un des plus anciens décrets de proxénie de Chéronée.

48 Décret en l’honneur d’un Rhodios

4Musée de Chéronée, sans numéro d’inventaire. Cette inscription a été trouvée lors de récentes fouilles à une centaine de mètres au nord du théâtre de Chéronée. L’Éphorie a découvert, dans une couche moderne, un fragment de support en forme de patte de lion dont la partie supérieure est brisée. Sur la surface inférieure est conservée la moitié d’un décret de proxénie. On a donc affaire à la réutilisation d’une base plus ancienne pour la construction d’un support. H. (intacte) 0,13 m, l. max. 0,39 m, ép. max. 0,26 m. La ligne intérieure de l’alpha est droite. L’oméga comporte deux hastes latérales, il est aussi plus petit que les autres lettres. L’inscription peut être datée par la forme des lettres de la seconde moitié du iiie s. H. l. 0,01-0,015 m.
Fig. 73
Inédit
Seconde moitié du iiie s. av. J.-C.





5
[Nomen patronymicum ἔλεξε, δε]δόχθη τῦ δάµυ ῾Ρόδιον
[patronymicum ethnicum πρόξενον ε]ἶµεν κὴ εὐεργέταν τᾶς
[πόλιος Xηρωνείων κὴ αὐτὸ]ν κὴ ἐκγόνως κὴ εἶµεν
[αὐτῦς ἀσφάλιαν κὴ ἀσουλί]αν κὴ πολέµω κὴ ἰράνας
[ἰώσας κὴ γᾶς κὴ ϝυκίας ἔ]ππασιν κὴ τἆλλα
[πάντα ὅπποτα κὴ τῦς ἄλλυ]ς προξένεις.

5Traduction

Untel, fils d’untel a fait la proposition : plaise au peuple de décider, que Rhodios fils d’untel [ethnique] soit proxène et bienfaiteur de la cité des Chéronéens, lui et ses descendants ; qu’ils aient la sécurité et l’inviolabilité en temps de guerre aussi bien qu’en temps de paix et le droit d’acquérir une terre et une maison et les autres (privilèges) qui sont ceux de tous les autres proxènes et bienfaiteurs.

Observations

  • 4 Voir Fraser 2000, p. 149-157. P. Fraser n’enregistre pas le nom Rodios dans son catalogue de noms e (...)

6L. 1 : le nom ῾Ρόδιος est assez commun en Grèce, LGPN III B 371. Il fait partie de la grande catégorie des noms ethniques utilisés comme noms propres4.

7Le formulaire de la proxénie est similaire à celui des autres décrets de proxénie inédits de Chéronée. Ce décret présente toutefois des différences : la formule de résolution n’est pas l’habituelle δεδόχθη τῆ βωλῆ κὴ τῦ δάµυ, mais seulement δεδόχθη τῦ δάµυ. Ce phénomène peut être interprété par le fait que cette proxénie est la plus ancienne de Chéronée. Généralement l’asphalia et l’asylia suivent l’attribution de l’eppasis. Mais dans notre cas cet ordre n’est pas respecté. Je crois que cette différence n’est pas significative parce que le formulaire n’était pas toujours respecté. Qui plus est, ces différences ne sont pas rares. On retrouve la même variante dans le décret de proxénie fédéral SEG 25, 553.

La réutilisation de la base

8La réutilisation de cette base retient l’attention et mérite d’être examinée. La forme en patte de lion nous fait envisager deux options : il s’agit soit d’un support de table soit d’un support de banc qui appartenait au théâtre de Chéronée. Comme nous l’avons déjà précisé, ce fragment a été trouvé près du théâtre de Chéronée mais dans des couches modernes. Sa provenance et son épaisseur rendent plus probable son appartenance à un pied de banc. De plus, il est en tout point similaire au pied d’un banc trouvé à Chéronée. On constate donc que dès la haute période romaine, on réutilisait des blocs plus anciens au profit de nouvelles constructions.

  • 5 BCH 76, 1952, p. 224. Sur les bancs de théâtre en Béotie, voir Germani 2016b, p. 601-610.
  • 6 J. M. Cook, « Archaeology in Greece, 1952 », JHS 73, 1953, p. 120 : « Two manumission-decrees of Ro (...)

9Ce banc a été trouvé en 1952 par l’archéologue grec Chr. Christou pendant les fouilles qui ont été amorcées au village de Chéronée5. Cette trouvaille n’a jamais été publiée. En travaillant au catalogue du musée de Chéronée, j’ai pu l’identifier. Il porte une inscription sur une bande de sa face principale. Il s’agit peut-être d’un acte d’affranchissement comme on l’a déjà signalé dans le BCH et dans le JHS6. Malheureusement, l’épreuve du temps rend la lecture de cette inscription encore plus difficile. Sur sa face gauche, il porte un motif décoratif floral. Le banc peut être daté de la haute époque hellénistique.

  • 7 Germani 2015 et Germani 2017.

10Nos connaissances sur le théâtre de Chéronée sont plutôt limitées. Le théâtre est taillé dans la forte pente rocheuse du nord de la colline de Petrachos7. On voit en haut huit gradins rectilignes, remplacés par la suite par une cavea curviligne, dont il reste quinze gradins. Au cours d’une troisième phase, le bas de la cavea a été élargi sur les côtés par des substructures en opus caementicium. G. Sotiriadis a entrepris des fouilles limitées devant le théâtre ; de nouvelles recherches plus étendues pourraient éclairer de nombreux problèmes. Ce monument de grande importance, visible depuis toujours, a été visité par beaucoup de voyageurs et archéologues. Bien qu’il y ait plusieurs publications partielles de ce théâtre, la publication d’ensemble reste en attente.

1149-53 Musée de Chéronée, inv. 2955. Découverte en 2004 dans le jardin d’une maison du village de Chéronée. Base en forme de pilier qui présente sur ses faces un panneau en relief entouré par une ciselure périmétrale. Elle porte une dédicace sur la face principale (Inscr. 49), deux décrets de proxénie sur la face droite (Inscr. 50-51) et sur la face arrière qui est très endommagée, elle porte des catalogues militaires dont un seulement conserve une partie importante de son texte et un acte d’affranchissement (Inscr. 52-53).

49 Dédicace à Artémis Eukleia

12Fig. 74
iiie s. av. J.-C.

Ἀρτάµιδος
Εὐκλαίας.

  • 8 Schachter 1981, p. 98. Sur le culte d’Artémis Eilithya, Fossey 1991, p. 152-155.
  • 9 Plutarque, Vie d’Aristide 20 ; Schachter 1981, p. 102, et L. Kahil, LIMC II 1, 1984, s.v., p. 677, (...)

13Cette dédicace est la première attestation du culte d’Artémis Eukleia à Chéronée. Jusqu’à maintenant, seul le culte d’Artémis Eileithya et Soôdina était attesté à Chéronée8. Le culte d’Artémis Eukleia est par ailleurs attesté à Platées par Plutarque et par une inscription9.

50 Décret en l’honneur de sept Corinthiens

14Cf. Grenet 2014, p. 412-413 ; Fossey 2014, p. 52.
Fig. 75
Inédit
Fin iiie s. av. J.-C.





5




10




15




20




25
Κράτων Ἀριστίων-
ος ἔλεξε δεδόχθ-
η τῆ βωλῆ κὴ τῦ δά-
µυ· προξένως εἶµ-
εν κὴ εὐεργέτας
τᾶς πόλιος Χηρωνεί-
ων Ἀνδροσθένειν
Ἡράκοντος, Κτησικ-
λεῖν Διογένιος, Ἀρ[χ]-
ίαν Ἀρχίππω, Χαρει-
τίδαν Παντηνέτω,
[Χ]άριππον Καλλιφά-
νιος, Ἐπιχάρειν Τιµο-
κράτιος, Ἑρµογένειν
Εὐβωλίδαο, Κορινθίως
               vacat
κὴ εἶµεν αὐτῦς γᾶς
κὴ ϝυκίας ἔππασιν κὴ
αὐτῦς κὴ ἐσγόνυς κὴ
ἀσφάλιαν κὴ πολέµω
κὴ ἰράνας κὴ ἀσουλίαν
κὴ τὰ ἄλλα πάντα ὅ-
ποττα κὴ τῦς ἄλλυς
προξένεις κὴ εὐεργέ-
της τᾶς πόλιος.

15Traduction

Kraton fils d’Aristion a fait la proposition, plaise au conseil et au peuple, que soient proxènes et bienfaiteurs de la cité des Chéronéens, Androstheneis fils d’Herakon, Ktesikleis fils de Diogeneis, Archias fils d’Archippos, Chareitidas fils de Pantainetos, Charippos fils de Kalliphaneis, Epichareis fils de Timokrateis, Hermogeneis fils d’Euboulidas Corinthiens, qu’ils aient le droit, eux et leurs descendants, d’acquérir terre et maison et l’inviolabilité en temps de guerre et en temps de paix et tous les autres privilèges accordés aux autres proxènes.

  • 10 Müller 2005, p. 112.
  • 11 SEG 11, 414, l. 32 ; Perlman 2000, p. 192-194, E5.
  • 12 Meyer 2008, p. 55.
  • 13 Meyer 2008, p. 76 : « The new inscription published here has “Aristion son of Kraton” dedicating to (...)

16L. 1 : le formulaire δεδόχθη τῆ βωλῆ κὴ τῦ δάµυ apparaît en Béotie uniquement à Chéronée. Grâce à la publication de deux autres décrets de Chéoronée (SEG 57, 439 ; 440 + IG VII 3287)10, on a maintenant d’autres attestations de ce formulaire. Le rogator du premier décret de proxénie Κράτων Ἀριστίωνος doit être vraisemblablement identifié à Κράτων Ἀριστίωνος Χαιρωνεύς proxène et théarodoque des Épidauriens vers 220-200 av. J.-C.11. Ce même Kraton apparaît comme témoin dans l’acte d’affranchissement SEG 49, 511. Un Ἀριστίων Κράτωνος selon toute probabilité fils du Κράτων Ἀριστίωνος de notre inscription apparaît dans l’acte d’affranchissement SGDI 2191, qui est daté de 140-130 av. J.-C. Le père de Κράτων Ἀριστίωνος, Ἀριστίων Κράτωνος, apparaît dans une dédicace de Chéronée récemment publiée par E. Meyer12. Cette dédicace est datée par E. Meyer de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. Selon elle, il faut identifier l’Ἀριστίων Κράτωνος de la dédicace avec l’homonyme qui apparaît dans l’acte d’affranchissement de Delphes, daté de 137 av. J.-C.13. Mais cette identification est incorrecte, parce qu’il est impossible de dater cette dédicace de par la forme des lettres de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. Nous pouvons dater la dédicace d’Aristion en raison de la forme des lettres de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. probablement du milieu du siècle (par exemple la barre médiane de l’alpha est droite, il n’y pas d’apices, etc.). L’Ἀριστίων Κράτωνος de la dédicace doit être le père du rogator du décret pour les sept Corinthiens. L’Ἀριστίων Κράτωνος de Delphes pourrait être le petit-fils de l’Ἀριστίων Κράτωνος de la dédicace. Il faut avouer que l’écart chronologique qui sépare les deux homonymes rend cette relation incertaine. On pourrait supposer que l᾽Ἀριστίων Κράτωνος de Delphes est l’arrière-petit-fils de l’homonyme de Chéronée. Les noms Ἀριστίων et Κράτων sont en effet très courants et pour cette raison nous ne pouvons pas exclure une homonymie fortuite. Il paraît donc clair que la nouvelle chronologie des actes d’affranchissement chéronéens proposée par E. Meyer ne repose pas sur des fondements solides.

17L. 7 : le nom Ἀνδροσθένης est attesté à Corinthe, FD III 1, 178, l. 2 ; FD III 1, 179, l. 2.

  • 14 Pour le nom Ἡράκων, voir J. M. Fossey, « Ἡράκων », Boeotia Antiqua V, Amsterdam, J. C. Gieben, 1996 (...)

18L. 8 : le nom Ἡράκων n’est attesté ni à Corinthe ni dans le Péloponnèse14. Le nom Κτησικλῆς n’est pas attesté à Corinthe.

19L. 11 : le nom Ἄρχιππος n’est pas attesté à Corinthe, mais il est commun dans le Péloponnèse, LGPN III A 77. Le nom Χαρητίδας n’est pas attesté à Corinthe, mais l’est dans d’autres cités du Péloponnèse, LGPN III A 472.

20L. 12 : le nom Χάριππος n’est pas attesté à Corinthe, mais il l’est dans le Péloponnèse, LGPN III A 126. Le nom Καλλιφάνης est assez commun dans le Péloponnèse, LGPN III A 235.

21L. 15 : parmi les sept Corinthiens, seul Ἑρµογένεις Εὐβωλίδαο est connu ailleurs, il était proxène des Étoliens au début du iie s. av. J.-C., comme l’atteste le catalogue des proxènes des Étoliens à Thermon IG IX I², I 32, l. 19-20, qui est daté de 185/4 av. J.-C. Dans cette inscription, on doit suppléer, Ἑρµογένει [Eὐβωλ]ίδα Kορινθίωι.

22L. 16 : cette ligne est vide et sans trace de rasura. Après cette ligne, la forme des lettres change légèrement. On peut supposer soit qu’on voulait inscrire encore des proxènes soit que le graveur n’avait pas bien mesuré l’espace pour la gravure des noms des proxènes.

23L. 17 : la syntaxe de la phrase qui commence à cette ligne est maladroite et nous amène à penser que cette partie de l’inscription a été ajoutée postérieurement.

  • 15 Kalliontzis 2007.

24L. 19 : le privilège de l’ἔππασις est assez courant en Béotie et particulièrement à Chéronée. Il est notamment attesté dans les décrets de proxénie récemment publiés15.

25Ce décret de proxénie doit être daté, grâce à l’identification de Κράτων Ἀριστίωνος, de la fin du iiie s. av. J.-C.

  • 16 Si l’on prend en considération que le Chéronéen qui propose le décret en l’honneur des Corinthiens (...)
  • 17 Pour un phénomène parallèle, Rousset 1990, p. 449, 3 (SEG 40, 442). L’autre décret de proxénie qui  (...)

26La particularité de ce décret de proxénie tient au fait qu’il honore en même temps sept personnes. En raison de l’absence totale des considérants, il est impossible de connaître les raisons pour lesquelles on a honoré ce groupe de Corinthiens16. En Béotie, on a d’autres exemples de proxénies accordées à plusieurs personnes, mais le nombre de proxènes dépasse rarement les quatre personnes. On a ainsi des décrets de proxénie à Thespies : I.Thespies 8 (pour deux Amphisséens) et I.Thespies 12 (pour quatre Athéniens). Dans la grande majorité des cas, la proxénie accordée à un groupe de personnes, concerne les membres d’une même famille17. Le décret ne nous donne pas la raison pour laquelle les sept Corinthiens sont honorés. Corinthe a toujours été un partenaire important pour la Béotie. Les liens commerciaux et culturels, surtout avec la Béotie orientale et particulièrement Thespies, étaient très étroits. Les cités béotiennes comptaient suffisamment de proxènes à Corinthe : I.Thespies 2 ; IG VII 513 (Tanagra, deux Corinthiens) ; IG VII 309, l. 36 ; Perdrizet 1899a, p. 93, no 3.

  • 18 Daux 1936, p. 16 : « Je veux parler de la liste géographique des théarodoques, répertoire précieux (...)

27On peut conjecturer que les Corinthiens étaient des théores fort probablement des Isthmia. Comme l’atteste les listes de théarodoques de Delphes, les théores avait pour habitude de visiter non seulement la capitale ou les cités les plus importantes d’un koinon ou d’un royaume, mais aussi toutes les cités d’une entité18.

  • 19 Roesch 1985, p. 127-134.

28On pourrait également conjecturer que les Corinthiens étaient des juges étrangers – mais jusqu’à présent on n’a pas trouvé de décrets pour des juges étrangers en Béotie, antérieurs à la dissolution du koinon. Il semble que les problèmes internes des cités béotiennes ou les problèmes entre cités béotiennes étaient réglés au niveau fédéral19.

51 Décret en l’honneur de Ladikos fils de Ladikos de Kallipolis

29La seconde proxénie qui honore Λάδικος Λαδίκου Αἰτωλὸν doit être postérieure à celle des sept Corinthiens. La forme des lettres présente des caractéristiques différentes par rapport à la forme des lettres de la proxénie des Corinthiens. Il y a de légers apices, la barre de l’alpha est clairement brisée.

30Fig. 75
Inédit
Début du iie s. av. J.-C.





5




10




15

Ἀπολλόδωρος Τέλω-
νος ἔλεξε· δεδόχθη
τῆ βωλῆ κὴ τῦ δάµυ·
πρόξενον εἶµεν κὴ
εὐεργέταν τᾶς πό-
λιος Χηρωνείων Λά-
δικον Λαδίκω Ἠτω-
λὸν [ἐ]ς Καλλιπόλιος
κὴ αὐτὸν κὴ ἐσγό-
νυς κὴ εἶµεν αὐ-
τῦς γᾶς κὴ ϝυκίας
ἔππασιν κὴ ἀσφάλει-
αν κὴ πολέµω κὴ
ἰράνας κὴ τὰ ἄλλα
πάντα καθάπερ κὴ
τῦς ἄλλυς προξέ-
νυς.

31Traduction 

Apollodoros fils de Telon a proposé, plaise au conseil et au peuple. Que soit proxène et bienfaiteur de la cité des Chéronéens, Ladikos fils de Ladikos Étolien de Kallipolis, lui et ses descendants et qu’ils aient le droit d’acquérir terre et maison et la sécurité en temps de guerre aussi bien qu’en temps de paix, et les autres privilèges qui sont ceux des autres proxènes.

Remarques

32L. 1 : le nom Τέλων est attesté comme patronyme dans un acte d’affranchissement de Chéronée (SEG 28, 449, l. 8) qui est daté du milieu du iie s. av. J.-C. de par la mention du synédrion. La rareté du nom nous amène à identifier les deux Τέλων.

  • 20 Voir aussi la prosopographie des citoyens de Kallion, dans Rousset 2006, p. 432, no 109 : Ladikos f (...)

33L. 7 : le nom Λάδικος est assez courant en Étolie et à Kallion, LGPN III A 26420.

  • 21 Bechtel 1921, p. 257, § 40 ; Funke 2009, 123-131. Pour l’ethnique des habitants de Kallion, voir Ro (...)

34L. 8 : on trouve plusieurs autres exemples de l’ethnique fédéral avec précision de la cité d’où est originaire la personne honorée, dans plusieurs autres décrets béotiens – ainsi dans deux proxénies d’Orchomène, SEG 39, 440, l. 4 : [Φω]κεῖα ἐσς Eὐαµπόλιος πρόξε|[νο]ν ; SEG 39, 441, l. 1-4 : [Δ]ιδάκνω ἄρχον[τ]ος ἔδο[ξ]ε... τοῖ δά|µοι Ξενέαν Ἀριστοδάµω | Λοκρὸν ἐς Ἀνφίσσας πρόξε|νον... ; IG VII 2858, l. 2-3 : ἐπιδεὶ Tίµων Δηδάλω Περρη|βὸς ἐς Φαλάννας χρείσιµος ἐστὶ τοῖς ἀΐδε|µένοις…21.

35Le proxène étolien ne semble pas être attesté ailleurs. Il est à noter qu’il y a de légères différences entre les privilèges accordés aux proxènes corinthiens et ceux accordés au proxène étolien. On accorde ainsi l’asylie aux proxènes corinthiens mais pas au proxène étolien. Des distinctions analogues apparaissent dans d’autres décrets de proxénie béotiens par exemple à Orchomène (SEG 39, 440 ; 441). Nous ne devons pas prêter grande attention à ces menues différences. L’ajout de la phrase typiquement hellénistique, κὴ τὰ ἄλλα πάντα καθάπερ κὴ τῦς ἄλλυς προξένυς, le suggère.

  • 22 Proxènes des Étoliens en Béotie, Coronée : IG IX 1², 1, 29, l. 13 ; 31, l. 50, 52-53 ; Orchomène : (...)

36Les Étoliens entretenaient des relations étroites mais pas toujours cordiales avec les Béotiens. Les catalogues des proxènes trouvés à Thermon en Étolie attestent la présence de plusieurs proxènes des Étoliens en Béotie22.

52 Catalogue militaire

37Sur la face arrière de la base.
Fig. 76






5




10


Plusieurs lignes illisibles
[– – – – – – – – – – – – – – –]Ε
[– – – – – – – – – – – – – – – –]Ν
[– –]ΔΑΜ[– – – – – – –Λα]νπρίαο
[Ὀ]λυµπίχω Καφισίωνος [– –] γραµ-
µατίδοντος Ἐµπέδωνος Ἀρχ-
[– –]ω τυὶ ἀπεγράφεν ἐς ἐφή-
[βων ἐν] τὰ [τάγµα]τα vacat
[– – – – – – – – –]ων Ἀθανίαο,
[– – – – – – – – –] Καφισοδω-
[ρ – – – – – – –]τ̣εις ϝανα-
[– – – – – – – – –]ξένω,
[– – – – – – – – –] Ἀρχίαο,
[– – – – – – – – –]ΣΑΛΟ.

38L. 4 : le nom Καφισίων est attesté à Chéronée, LGPN III B 227.

53 Acte d’affranchissement

39Immédiatement au-dessous de l’inscription précédente.
Fig. 76





5
[ἄρχ]οντος [– – – – – – – –] Καλλικρα-
[της] Λαµπρίας [– – – – – – – –]Σ, Σιµµίας
[οἱ] Σιµµίαο [– – – – – –] τὰν ϝιδίαν
[δού]λαν Ζωίλαν [ἱερὰν] τεῖ Σεράπειδι
[διὰ] τῶ σουνεδρίω καττὸν νόµ[ον].

40L. 2 : un Σιµίας Σιµίου est attesté dans l’acte d’affranchissement IG VII 3372 (Darmezin 1999, no 76).

41L. 3 : le nom Λαµπρίας est attesté dans le catalogue militaire IG VII 3298, 5.

42Il s’agit probablement de l’affranchissement d’une esclace par une famille.

54 Cippe funéraire pour deux morts à la bataille de Chéronée de 245 av. J.-C.

43Musée de Thèbes, inv. 32584. Cippe funéraire de calcaire blanc, trouvé dans la région de Leuctres.
Éd. E. Vlachoyanni, AD 54, 1999, B΄ 1, Chron. p. 331-332 (SEG 53, 461).
Cf. D. Knoepfler, Bull. 2007, 308 (SEG 55, 561) ; D. Knoepfler, Bull. 2010, 277 ; Kalliontzis 2014, p. 366-367.
Fig. 78

Ἀγάθω[ν],
[Μ]νασάρετος
[ἐ]ν Χηρωνείη.

44Comme on peut le voir sur la photographie, la dernière ligne ne livre pas un ethnique, mais, fait exceptionnel, elle précise le lieu où les deux personnes ont trouvé la mort. La forme des lettres, notamment l’alpha à barre droite, l’oméga en arc de pont, permet de dater cette inscription de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. La forme des lettres ainsi que le toponyme, Chéronée, suggèrent qu’il s’agit de morts à la grande bataille de Chéronée de 245 av. J.-C. entre Béotiens et Étoliens. Il existe une autre stèle funéraire commémorant la bataille de Chéronée, il s’agit d’une stèle à anthémion pour un polémarque thespien Γλαυκίας Λανόµω πολέµαρχο trouvée à Chéronée même, SEG 29, 440.

  • 23 Sur cette bataille, voir le chapitre III sur l’histoire de la Béotie hellénistique p. 115-116.

45Selon les sources littéraires, cette bataille a fait plusieurs victimes dans le camp béotien23. Son importance donc est visible aussi bien dans les sources littéraires que dans les témoignages épigraphiques.

Notes

1 Kalliontzis 2007.

2 Sur la topographie et l’archéologie de Chéronée, voir Farinetti 2011, p. 99-107.

3 Pour les actes d’affranchissements de Chéronée, voir Darmezin 1999, p. 31-75.

4 Voir Fraser 2000, p. 149-157. P. Fraser n’enregistre pas le nom Rodios dans son catalogue de noms ethniques utilisés en tant que noms propres, p. 156-157. Autres ethniques utilisés en tant que noms propres en Béotie Ephesios, Achaios, Boiotios, Lakon, Makedon, Mysos.

5 BCH 76, 1952, p. 224. Sur les bancs de théâtre en Béotie, voir Germani 2016b, p. 601-610.

6 J. M. Cook, « Archaeology in Greece, 1952 », JHS 73, 1953, p. 120 : « Two manumission-decrees of Roman date, referring to Asklepios and Artemis, have been found at different points at Kaprena near Chaironeia ».

7 Germani 2015 et Germani 2017.

8 Schachter 1981, p. 98. Sur le culte d’Artémis Eilithya, Fossey 1991, p. 152-155.

9 Plutarque, Vie d’Aristide 20 ; Schachter 1981, p. 102, et L. Kahil, LIMC II 1, 1984, s.v., p. 677, no 12.

10 Müller 2005, p. 112.

11 SEG 11, 414, l. 32 ; Perlman 2000, p. 192-194, E5.

12 Meyer 2008, p. 55.

13 Meyer 2008, p. 76 : « The new inscription published here has “Aristion son of Kraton” dedicating to Asklepios. He is likely to be the same man as the Chaironeian of the same name who manumitted a slave in Delphi in 137-136 B.C, n. 28: So it seems best to identify our Aristion as the Delphic manumittor of 137-6 B.C., rather than his grandfather) » ; Grenet 2014, p. 398-399 ; Fossey 2014, p. 139-192.

14 Pour le nom Ἡράκων, voir J. M. Fossey, « Ἡράκων », Boeotia Antiqua V, Amsterdam, J. C. Gieben, 1996, p. 71-87.

15 Kalliontzis 2007.

16 Si l’on prend en considération que le Chéronéen qui propose le décret en l’honneur des Corinthiens était théarodoque des Épidauriens, on pourrait penser que les Corinthiens étaient des théores des Isthmia. Malheureusement, le seul témoignage sur des théores des Isthmia provient d’un décret de Corinthe trouvé à Magnésie du Méandre, I.Magnesia 42, l. 10-14 : ἔδοξε τᾶι ἐκκλησί[αι·] ἀποδέξασθαι τὰν ἐκεχειρίαν καὶ τοὺς ἀγῶνας ἰσοπυθίους, καθὰ παρακαλεῖ, καὶ δόµεν ἐνεκέχηρον καὶ ἐνέστιον καὶ ξένια τῶι ἐπαγγέλλοντι, ἃ καὶ αὐτοὶ δίδοντι τοῖς τὰ Ἴσθµια ἐπαγγέλλουσι ; et dans un décret de Syracuse relatif aux Leukophryena de Magnésie, I.Magnesia 72, l. 38-42 : δόµεν δὲ αὐτοῖς ὅσον κα̣[ὶ τοῖς ἐπαγγέλλουσι] τὸν ἀγῶνα τῶν Ἰσθµίω[ν,] ἐξ<εῖ>µε[ν δὲ αὐτοῖς καὶ θῦσαι ἱερ]εῖα τέλεα δ[ύ]ο ἐνίστι[α] π[– ὁσάκις κα παρεπιδαµῶν-] π̣ρ[․․]δ̣[–] τι παρ’ ἁµίν, καλέσαι δὲ α[ὐ]τ[οὺ]ς [τὸµ προστάταν ? καὶ ἐπὶ τὰν] κοινὰν ἱστίαν, ἑλέσθαι δὲ καὶ θεαρ̣[οδόκον. Le nombre des proxènes Corinthiens est vraisemblablement un peu élevé pour un groupe des théores, I. Rutherford, State Pilgrims and Sacred Observers in Ancient Greece, Cambridge University Press, 2013, p. 170-171.

17 Pour un phénomène parallèle, Rousset 1990, p. 449, 3 (SEG 40, 442). L’autre décret de proxénie qui honore trois personnes qui ne semblent pas avoir de liens familiaux entre eux est Gonnoi 11.

18 Daux 1936, p. 16 : « Je veux parler de la liste géographique des théarodoques, répertoire précieux pour la toponymie – et accessoirement pour la prosopographie – de plusieurs régions du monde grec. À notre connaissance de Delphes et de l’activité des Delphiens, il apporte au moins une précision intéressante : il montre en effet que les théores chargés d’annoncer la célébration des Pythia et des Soteria ne se contentaient pas de visiter les grandes villes, ni, dans les États confédérés, la capitale seulement ; la propagande si le mot ne sonne pas trop neuf du sanctuaire était minutieusement assurée ».

19 Roesch 1985, p. 127-134.

20 Voir aussi la prosopographie des citoyens de Kallion, dans Rousset 2006, p. 432, no 109 : Ladikos fils de Dropinas Étolien de Kallipolis.

21 Bechtel 1921, p. 257, § 40 ; Funke 2009, 123-131. Pour l’ethnique des habitants de Kallion, voir Rousset 2006, p. 412-417.

22 Proxènes des Étoliens en Béotie, Coronée : IG IX 1², 1, 29, l. 13 ; 31, l. 50, 52-53 ; Orchomène : 17, l. 102-105 ; 25, l. 34-35 ; Thèbes : 31, l. 123-124 ; Thisbé : 32, l. 21-22.

23 Sur cette bataille, voir le chapitre III sur l’histoire de la Béotie hellénistique p. 115-116.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search