Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre XII

Orchomène Inscr. 33-46

Texte intégral

  • 1 Migeotte 1984, p. 48-71, nos 12-14.
  • 2 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980 ; Hennig 1974.
  • 3 Roesch, Étienne 1978. Sur la topographie d’Orchomène, voir Farinetti 2011, p. 109-117. Pour une syn (...)

1Orchomène est une des cités de Béotie qui offre pléthore d’inscriptions, qui plus est, d’une très grande variété. Pour l’époque hellénistique, Orchomène présente un ensemble d’inscriptions importantes concernant des emprunts de la cité et plus généralement des documents à caractère financier1. Orchomène a connu un moment de gloire avec les fouilles de H. Schliemann et des archéologues bavarois à la fin du xixe s. et au début du xxe. Après la seconde guerre mondiale, les études de S. Lauffer et de D. Hennig ont contribué à une meilleure compréhension de son histoire2. Au fil des années, les fouilles de Th. Spyropoulos ont mis au jour plusieurs inscriptions et monuments qui n’ont été que partiellement étudiés. La découverte la plus importante fut celle du théâtre dont la publication fait toujours défaut. Force est toutefois de reconnaître que les fouilles de Th. Spyropoulos ont contribué à la publication et l’étude de plusieurs inscriptions comme les dédicaces chorégiques et la convention entre les cavaliers de Chéronée et d’Orchomène3.

2 

333-35 Musée de Thèbes, no inv. 44105. Lieu de découverte inconnu. Stèle opisthographe de marbre bleuâtre, brisée en bas et à droite. Elle porte des inscriptions devant (Inscr. 33), au dos (Inscr. 34) et sur le côté gauche (Inscr. 35). En avant, la stèle porte une moulure ionique qui prouve qu’il s’agit de la face la plus ancienne de la stèle. Au dos, l’inscription est gravée sur une surface qui n’est pas parfaitement polie. Ni la provenance ni la date d’entrée de la pierre au musée de Thèbes ne sont connues. Malgré mes recherches dans les inventaires du musée, je n’ai pas trouvé d’informations supplémentaires.

33 Document concernant un emprunt

4Sur la face A de la stèle.
H. 0,69 m, l. 0,39 m, ép. 0,19 m, h. l. 0,01 m.
Cf. Knoepfler 2006-2007, p. 656.
Fig. 60
Inédit
ca 228/7 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30



35




Δορκούλω ἄρχοντος Βοιωτοῖς, Ἐρχοµενίοις δὲ Τίµ[ωνος]
Σωσίππω, τὺ πολέµαρχυ Καφισόδωρος Δαµατρίχ[ω],
Φιλόµειλος Φίλλιος, Δαµοτέλεις Λυσιδάµω, γραµ-
µατίδδοντος τῦς πολεµάρχυς Περιλάω Ἀναξίω-
νος, τὺ σούνδικυ Εὐάρεις Εὐχώρω, Φιλόµειλος Φίλω-
νος, Ἀθανόδωρος Ἵππωνος, Καράϊχος Ἑρµαΐω, Ἀρισ-
τίων Εὐρουφαντίδαο, γραµµατίδδοντος τῦς σουν-
δίκυς Κλιοξένω Πολυκρίτω, ἀνέγραψαν τὰ κριθέν-
τα τῆ πόλι ποττὼς Ἀµφισσείας, οὑπὲρ τᾶς σουνγγρά-
φω καττὸ σούµβολον· vacat ἁ πόλις Ἐρχοµε-
νίων Τιµοκράτι Δαµοκράτιος κὴ Χειρικράτι Ἀρχού-
ταο Ἀµφισσείεσσι, ἐπινόµυς φάντεσσι εἶµεν τῶν
Ξενοφάνιος Τιµοκράτιος Ἀµφισσεῖος, ὅτι ἐµοῦς ἀπο-
δώσας τὸ ἀργούριον τὸ ἐν τῆ σουνγράφυ τῆ τεθείση πο-
τὶ Ξενοφάνειν Τιµοκράτιος Ἀµφισσεῖα κὴ ἀνηρεθείσας
τᾶς σουνγράφω οὑπὰ Ξενοφάνιος, ἐπεινίξατε οὑµὲς
ψευδεῖν σούνγραφον κὴ ἅψασθε ποτὶ µνᾶς ἑβδοµείκον-
τα διπλασίας κὴ τόκων τῶν ἐν τῆ σουνγράφυ γεγραµ-
µένων οὑπὰ µνᾶς αὐτοκώλως ἑβδοµείκοντα, γίνυτη
[ὁ] τόκος τάλαντα πετταράκοντα πέντε· οὕτω τοὶ δικάδ-
[δω] µὴ καττὸ σούµβολον, ὅν ἐπεινίξατε κὴ ἐφάψασθε ταλάν-
[τω]ν πετταράκοντα ἑπτὰ, µνάων ϝίκατι· vacat ἔκριναν τὺ
[δικα]σ̣τὴ ἐπιτρεψάντων αὐτῶν ἐσς ὁµολόγων κὴ ποτενι-
[ξάντ]ων τῦς πολεµάρχυς Ἐρχοµενίων Καφισοδώρυ Δαµα[τρί]-
[χω], Φιλοµείλυ Φίλλιος διαδικιόντεσσι οὑπὲρ τᾶς πόλιος [Ἐρχο]-
[µ]ενίων κὴ τῦς σουνδίκυς Εὐάρι Εὐχώρω, Καραΐχυ Ἑρµα[ΐω],
[Φιλο]µείλυ Φίλωνος, Ἀθανοδώρυ Ἵππωνος, Ἀριστίωνι Εὐρου[φα-]
[ντίδαο] Ἐρχοµενίυς κὴ Τιµοκράτι Δαµοκράτιος κὴ Χειρικρά[τι Ἀρχ]-
[ούταο] Ἀµφισσείυς οὑπὲρ τᾶς δίκας ἇς ἐγράψατο ἁ πόλις Τιµ[οκρά]-
[τι κὴ Χ]ειρικράτι φάσασα ψευδεῖν σούνγραφον ἐπιφέρεµεν· [– ca 4 –]
[– ca 5 –]Ν Νίωνι ϝασκώνδαο Θειβήυ κὴ Λιούκυ Διοκλεῖος Καλ[υδωνίυ]
[– ca 2 – ὅ,τι δ]έ κα οὕτυ κρίνωνθι σουµφωνίοντες, κούριον ἔστ[ω – ca 5 –]
[– ca 5 –]ω δὲ ἐν τῦ Διωνυσίυ µεηνὶ εἰ [ἐν τ]ῦ Προκουκλίυ ὡς̣ [Ἠτωλὺ]
[µεν ἄγ]ονθι τῦς πράτυς µετὰ τὸ κρίµα ὡς δὲ Βοιωτὺ [ἄγονθι]
[– ca 3 – Θυ]ίυ εἰ Παµβοιωτίυ τῦς πράτυς, ἠ δέ κα Λιούκυ [– – ca 5 – –]
[– ca 5 –]Ι κρινέµεν, παρέχονθω κρίνοντα Τιµοκράτε[ι– – ca 6 – –]
[– ca 3 –]’Αλ̣εξαµενὸν τὸν ἱππαρχείσαντα Τριχ[ονεῖα – – ca 6 –]
[– – ca 6 – –]Α τὸν ἱππαρχίοντα Τριχονεῖα εἰ Τιµῆο[– ca 10 –]
[– – – –]ΤΑΛΙΟΝΤΑΠΕ[– – – – – – – – – – – – – – – – –]
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

5Traduction

Dorkylos étant archonte des Béotiens, et, Timon fils de Sosippos, des Orchoméniens, les polémarques Kaphisodoros fils de Damatrichos, Philomeilos fils de Philleis, Damoteleis fils de Lysidamos, Perilaos fils d’Anaxion étant secrétaire des polémarques, les syndikoi Euareis fils d’Euchoros, Philomeilos fils de Philon, Athanodoros fils d’Hippon Karaichos fils d’Hermaios, Aristion fils d’Eurouphantidas, Klioxenos fils de Polykritos étant secrétaire des syndikoi ont fait inscrire les jugements en faveur de la cité à l’égard des Amphisséens au sujet du contrat conformément au symbolon.

La cité des Orchoméniens (a comme grief) à l’encontre de Timokrateis fils de Damokrateis et de Cheirikrateis fils d’Archytas Amphisséens qui se prétendent les héritiers de Xenophaneis fils de Timokrateis Amphisséen que, alors que j’ai (moi, cité des Orchoméniens) remboursé l’argent du contrat déposé auprès de Xenophaneis fils de Timokrateis Amphisséens, et que le contrat a été annulé par Xenophaneis, vous, vous avez produit un faux contrat et que vous avez revendiqué, outre les 70 mines dédoublées, des intérêts prescrits dans les contrats, pour chacune des 70 mines, ce qui donne un intérêt de 45 talents. Voici ce que je juge [moi, cité des Orchoméniens] comme non conforme aux accords que vous avez produit et (la somme que) vous avez touchée en sus : les 47 talents, 20 mines.

Les [juges] ont décidé après avoir arbitré selon les accords et après s’être adressés aux polémarques des Orchoméniens Kaphisodoros fils de Damatrichos, Philomeilos fils de Philleis comme plaideurs pour la défense de la cité des Orchomeniens et aux syndikoi Euares fils d’Euchoros, Karaikos fils d’Hermaios, Philomeilos fils de Philon, Athanodoros fils d’Hippon, Aristion fils d’Euryphantidas Orchomeniens et Timokrateis fils de Damokrateis et Cheirikrateis fils d’Archytas Amphisséens au sujet du procès que la cité a inscrit contre Timokrateis et Cheirikrateis en les accusant d’avoir produit un faux contrat - - - - par Nion fils d’Askondas Thébain et Lioukos fils de Diokleis de Kalydon - - - Si ceux-ci décident en parfait accord, que (le jugement) ait force de loi, (soit valide). Qu’ils versent (l’amende) au mois Dionysios ou Prokyklios, selon le calendrier/comme l’appellent les Étoliens, aux premiers jours qui suivent le jugement et, selon le calendrier béotien au mois Thyios ou Pamboiotios, aux premiers jours. S’il [ne plaît pas] à Lioukos d’arbitrer, qu’on/ils (les Étoliens ?) fournisse(nt) comme arbitre de Timokrateis, etc. Alexamenos de Trichonion ex-hipparque... de Trichonion, (actuel) hipparque ou Timaios...

Commentaire

La forme des lettres

6La forme des lettres présente beaucoup de similitudes avec l’inscription de Nikaréta IG VII 3172. La barre médiane de l’alpha est droite. Le sigma a les branches légèrement divergentes. Le thêta a un point au centre. Il y a de très légers apices. L’omicron est plus petit que les autres lettres. La forme des lettres est caractéristique de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. et plutôt du dernier quart du siècle.

Le dialecte

7Le décret est écrit entièrement dans un dialecte très vivant qui présente, comme pour la forme des lettres, de très grandes similitudes avec le dialecte de l’inscription de Nikaréta. On observe une utilisation constante du pluriel en ‑υ. On a donc une monophthongaison constante. Mais le dialecte ne peut pas être utilisé comme critère de datation.

Remarques prosopographiques (tableau 9)

Les archontes

  • 4 Feyel 1942a, p. 47-48. Sur la date de l’archonte fédéral Dorkylos, voir p. 18-21.
  • 5 Pour plus des détails sur la date d’Onasimos, voir le chapitre I sur la chronologie des archontes f (...)

8L. 1 : l’archonte fédéral Dorkylos apparaît dans un catalogue militaire d’Akraiphia, IG VII 2716. Dorkylos est daté par M. Feyel, P. Roesch, R. Étienne et D. Knoepfler des années 250-245 av. J.-C.4. Cette datation paraît maintenant trop haute. Grâce aux multiples liens prosopographiques entre la nouvelle stèle et l’inscription de Nikaréta, on peut affirmer qu’il n’y a pas de grand écart chronologique entre les archontes Dorkylos et Onasimos, ce dernier est daté de 221/0 av. J.-C.5. Il convient donc de dater cette nouvelle inscription des années 230-225 av. J.-C. On retrouve les mêmes personnes dans les deux inscriptions. Un archonte local Τίµων apparaît dans l’inscription SEG 39, 440 qui date de 250-235 av. J.-C. Il pourrait être identifié au Τίµων Σωσίππω de notre inscription. Un archonte Timôn apparaît aussi dans la dédicace chorégique d’Orchomène IG VII 3219. La fréquence du nom Timôn nous oblige à envisager la possibilité d’archontes homonymes, mais il est également possible de considérer que toutes les inscriptions datées de l’archonte Timôn font référence à un seul et même personnage.

Les polémarques

  • 6 Migeotte 1984, p. 56-57.

9L. 2 : Καφισόδωρος Δαµατρίχω apparaît comme garant dans l’inscription IG VII 3172, 16, qui est, selon L. Migeotte, la première partie du dossier de l’affaire de Nikaréta6.

10L. 3 : Φιλόµειλος Φίλλιος n’apparaît dans aucune autre inscription. Δαµοτέλεις Λυσιδάµω apparaît en tant que témoin dans l’inscription IG VII 3171, l. 9, 22, l’affaire d’Euboulos d’Élatée. Le fait que Δαµοτέλεις Λυσιδάµω apparaisse dans l’inscription inédite en compagnie d’Orchoméniens qui avaient un rôle dans l’affaire de Nikaréta montre que cette dernière devait être proche de l’affaire de la convention entre Euboulos d’Élatée et Orchomène (IG VII 3171) et l’affaire jugée dans la présente inscription. Tous les documents d’Orchomène qui traitent de sujets financiers sont contemporains et doivent être datés de la même décennie.

11L. 24-25 : il n’est pas facile d’expliquer pourquoi apparaissent ici seulement deux des trois polémarques d’Orchomène, Καφισόδωρος et Φιλοµειλος ; manque Δαµοτέλεις.

Secrétaire des polémarques

12L. 4 : Περίλαος Ἀναξίωνος apparaît comme garant dans l’inscription IG VII 3172, l. 11, qui appartient au dossier de Nikaréta.

Les syndikoi

  • 7 Roesch 1965, p. 247. Voir aussi p. 66-67 et p. 195.
  • 8 Rubinstein 2000, p. 41-58.

13L. 5 : Soundikos est un terme rare en Béotie7, mais il apparaît assez fréquemment dans les discours des orateurs attiques8.

14Εὐάρεις Εὐχώρω apparaît également comme garant dans l’inscription appartenant au dossier des emprunts de Nikaréta IG VII 3172, l. 11. Φιλόµειλος Φίλωνος apparaît lui aussi dans la même inscription à la l. 5 (comme récepteur de l’emprunt), l. 54 (comme polémarque), l. 103 (comme polémarque sous l’archonte Polykrateis), l. 110 (comme ἐπιψαφίδδων). Φιλόµειλος Φίλωνος apparaît enfin dans le catalogue militaire IG VII 3179, l. 3 (en tant que polémarque) qui est daté de l’archonte du koinon Onasimos. Ce catalogue est inscrit sur la stèle des emprunts de Nikaréta.

15L. 6 : Ἀθανόδωρος Ἵππωνος apparaît en IG VII 3172, l. 6 (comme récepteur de l’argent de Nikaréta, polémarque ?), l. 54 (comme polémarque), l. 99 (comme polémarque), l. 104 (comme polémarque), l. 143 (comme rogator). Il réapparaît dans le catalogue militaire IG VII 3179, l. 4 (comme polémarque), qui est inscrit sur la même stèle que les emprunts de Nikaréta datée de l’archonte fédéral Onasimos. Un Ἵππων Ἀθανοδώριος apparaît comme conscrit dans le catalogue militaire IG VII 3175, l. 8, qui est daté de l’archonte fédéral Philokomos (ca 280 av. J.-C.). Il est fort probablement le père de l’Ἀθανόδωρος Ἵππωνος de notre inscription. Καράϊχος Ἑρµάϊω apparaît comme archonte d’Orchomène dans le catalogue militaire IG VII 3174, l. 19 qui est daté de l’archonte fédéral Kteisias (ca 230 av. J.-C.).

16Le nom Εὐρουφαντίδας n’est pas attesté par ailleurs mais provient du nom non attesté Εὐρύφαντος qui appartient à la famille des noms en ‑φαντος, tels que Διόφαντος, Δαµόφαντος, Θεύφαντος. Ce nom est proche d’Εὐρουφάων, assez fréquent (LGPN III B 166).

Secrétaire des syndikoi

17L. 8 : Κλιόξενος Πολυκρίτω réapparaît comme polémarque dans le catalogue militaire IG VII 3180 qui est inscrit lui aussi sur la stèle de Nikaréta. Ce catalogue est daté de l’archonte Δαµόφιλος qui est un des successeurs immédiats de l’archonte fédéral Onasimos. Le nom Λύκος apparaît en Grèce centrale (LGPN III B 263).

Les arbitres

  • 9 Paschidis 2008, p. 318-319.
  • 10 Polybe, 20, 5 : διὸ καὶ µεγάλην ἀντιπολιτείαν εἶναι συνέβαινε τούτοις πρὸς τοὺς περὶ τὸν Ἀσκώνδαν κ (...)
  • 11 Feyel 1942a, p. 117-119.
  • 12 Pour le stemma de la famille de Νέων, voir Koumanoudis 1979, p. 147-148, no 1401 ; pour l’histoire (...)
  • 13 Pompow 1922, p. 105-107.
  • 14 Papapostolou 2014, p. 181 ; Stikas 1961, p. 174-177.
  • 15 FD III 3, 149. Cf. LGPN III A, p. 279, nos 16, 17 et 21.
  • 16 O’Neil 1984-1986, p. 46-48.

18L. 31 : Νίων Ἀσκώνδαο doit être le fameux Νέων Ἀσκώνδου connu par Polybe et attesté dans plusieurs inscriptions9. C’est l’un des Thébains les plus fameux de la période hellénistique. Il était hipparque fédéral et chef de la fraction promacédonienne à Thèbes. Son fils, Βραχύλλεις, a suivi sa politique promacédonienne (Polybe, 20, 5, 510 ; pour son fils, Βραχύλλεις, voir Polybe, 18, 1, 2 ; 43, 1-13). Νέων a gagné la confiance du roi Antigone Dôsôn grâce à l’incident de Larymna survenu, selon M. Feyel, au printemps 227 av. J.-C.11. Un reflux extraordinaire s’était en effet produit près de Larymna et les vaisseaux macédoniens s’y étaient échoués. Les habitants surpris avaient alors cru à un débarquement volontaire et, voyant des soldats en armes descendre des navires, s’étaient imaginé que des pirates venaient les attaquer. Alors que Neon, hipparque fédéral, faisait une patrouille dans cette zone, il décida de ne pas attaquer les troupes macédoniennes en grande difficulté, et de rester sur sa position12. Vu l’importance de ce personnage, il est normal qu’il ait été arbitre dans une affaire compliquée qui a pris un caractère international. Un Λύκος Διοκλέους Καλυδώνιος est attesté comme garant dans deux décrets de proxénie du koinon étolien à Thermos qui font partie de la grande liste de proxénies de Thermos (IG IX 1² 1, 17, l. 73 ; l. 89-90), datée de 263 av. J.-C. Il doit s’agir probablement du grand-père du Lykos qui apparaît dans l’inscription étudiée ici. Un autre Λύκος Διοκλέους Καλυδώνιος apparaît dans l’inscription IG IX 1² 1, 7013. Il s’agit de la base de la statue de Lykos érigée par la cité de Pleuronion au sanctuaire fédéral de Thermos, datée de la fin du iiie s. av. J.-C. Cette base était un monument très riche composé de plusieurs blocs architecturaux avec une hauteur totale d’environ 6 m14. Dans cette inscription, la cité de Pleuronion honore Lykos χρεολυτήσαντα καὶ εὐεργέταν γενόµενον. Le verbe χρεολυτέω a le sens de « discharge a debt » (LSJ9, p. 2004). Il est donc probable que Lykos avait prêté de l’argent à la cité de Pleuronion et avait décidé de remettre cette dette. Lykos était probablement une personne riche et avait une certaine expérience dans les transactions financières. C’est la raison pour laquelle il a été choisi en tant qu’arbitre par le koinon étolien dans l’affaire compliquée entre les Amphisséens et la cité d’Orchomène. H. Pompow a également attribué le monument familial de Delphes, Syll3 514, daté de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. à Lykos fils de Diokles, mais cette attribution du fait de l’état fragmentaire de cette inscription reste hypothétique15. Lykos de Calydon était en tout cas originaire d’une des grandes cités étoliennes qui ont joué un rôle important dans l’administration du koinon étolien16.

Les hipparques étoliens

  • 17 O’Neil 1984-1986, p. 45-47.

19Les hipparques qui apparaissent dans la dernière partie fragmentaire de l’inscription sont originaires de Trichoneion qui est la cité de l’Étolie qui a fourni le plus de magistrats au koinon étolien17. Un hipparque qui porte le nom d’Ἀλεξoµενός de Trichoneion est attesté dans l’inscription IG IX 12 32, l. 3. Cette inscription est datée de 185 av. J.-C. Ce pourrait difficilement être la même personne.

Tableau 9 — Les liens prosopographiques de l’Inscr. 33.

Personnes Attestations
Εὐάρεις Εὐχώρω syndikos IG VII 3172, l. 11, affaire de Nikaréta, archonte fédéral Onasimos
Φιλόµειλος Φίλωνος syndikos IG VII 3172, l. 5, 54, 103, 110, affaire de Nikaréta, archonte fédéral Onasimos ; IG VII 3179, l. 3, catalogue militaire, archonte fédéral Onasimos
Ἀθανόδωρος Ἵππωνος syndikos IG VII 3172, l. 6, 54, 99, 143, affaire de Nikaréta, archonte fédéral Onasimos ; IG VII 3179, l. 4, catalogue militaire, archonte fédéral Onasimos ; Ἵππων Ἀθανοδώριος, IG VII 3175, 8, archonte fédéral Philokomos
Καράϊχος Ἑρµάϊω syndikos IG VII 3174, l. 19, archonte de la cité, catalogue militaire. Archonte fédéral Kteisias
Κλιόξενος Πολυκρίτω secrétaire des syndikoi IG VII 3180, polémarque, catalogue militaire. Archonte fédéral Damophilos. Sur la même stèle que l’affaire de Nikaréta
Καφισόδωρος Δαµατρίχω polémarque IG VII 3172, l. 16 (garant), archonte fédéral Onasimos
Δαµοτέλεις Λυσιδάµω polémarque IG VII 3171, l. 9 (témoin), affaire d’Euboulos d’Élatée
Περίλαος Ἀναξίωνος secrétaire des polémarques IG VII 3172, l. 11, affaire de Nikaréta, garant. Archonte fédéral Onasimos.
Νίων Ἀσκώνδαο Θηβαῖος 227 av. J.-C. Polybe, 20, 5, 5.
Λύκος Διοκλεῖος Καλυδώνιος IG IX 1² 1, 17, il est attesté en tant que garant des deux proxénies à Thermos. Daté de ca 262-236 av. J.-C. grâce à la nouvelle inscription, ce décret de proxénie doit être postérieur à 240 av. J.-C.

Remarques sur le vocabulaire et le dialecte

  • 18 Velissaropoulos, Karakostas 2011, I, p. 211-212 : « En cas d’inexécution des prestations convenues (...)

20L. 9 : le terme syngraphos a fait couler beaucoup d’encre chez les historiens du droit hellénistique. Son utilisation dans les sources littéraires et les inscriptions prouve que sa définition variait et qu’il n’y avait pas une interprétation unique dans le monde grec. Dans l’affaire de Nikaréta, la syngraphos désigne un contrat exécutoire18. Comme le soulignait R. Dareste :

  • 19 Dareste 1884, p. 376.

21L’acte stipulait d’ordinaire que le droit d’exécution appartiendrait à tout porteur se présentant au nom du créancier originaire. Cette clause, qu’on peut considérer comme sous-entendue là où elle n’était pas exprimée, formait de l’acte un titre, une valeur cessible et négociable, et même en réalité un titre au porteur, toutefois avec obligation pour le porteur de prouver sa qualité de mandataire, en cas de contestation19.

  • 20 Bechtel 1921, p. 298 § 146.

22La préposition ὑπὲρ est utilisée en dialecte béotien avec les sens de περί20. Le même phénomène apparaît dans les inscriptions du dossier de Nikaréta IG VII 3172, l. 58 : ἀποδόµεν τὰν πόλιν Ἐρχοµενίων Νικαρέτη Θίωνος, ὃ ἐπίθωσαν οὑπὲρ τᾶν οὑπε|ραµεριάων τᾶν ἐπὶ Ξενοκρίτω ἄρχοντος ἐν Θεισπιῆς.

23L. 10 : la présentation de différents éléments dans l’inscription est parfois elliptique. Le symbolon mentionné à cette ligne doit être une convention entre la cité d’Orchomène et son créancier ou entre la cité d’Orchomène et la cité d’Amphissa. Il est peu vraisemblable qu’il s’agisse d’un symbolon entre le koinon béotien auquel participait Orchomène et le koinon étolien auquel participait Amphissa.

  • 21 Magnetto 1997, p. 102, n. 80 : « Non conosciamo i termini di questo disaccordo tra gli eredi di Cle (...)

24L. 12 : l’utilisation du participe φάντεσσι montre que les Orchoméniens contestent même le fait que les Amphisséens soient les vrais héritiers de Xenophaneis. Le participe du verbe φάσκω apparaît aussi dans une inscription de Calymna qui présente de grandes similitudes avec l’affaire ici présentée, Tituli Calymnii 79 face B21. Le terme ἐπίνοµος est associé à ἐπινοµία, le droit de pâture. Mais dans certains cas ἐπίνοµος est l’héritier. Ce sens est notamment donné par Hésychius, 5011 (Latte) ἐπίνοµοι κληρονόµοι ; IG IX 1, 694, l. 36, Kerkyra ; Schwyzer 335, 18 ; FD III 2, 243 ; cf. LSJ9, p. 649.

  • 22 Apollonios Dyscolos, Περὶ ἀντωνυµίας 74, 10 ; Brandenburg 2005, p. 430-431 : Ἡ ἐµοῦς κοινὴ οὖσα Συρ (...)

25L. 13 : la seule attestation de ce mot se trouve dans Corinne comme l’indique le grammairien du iie s. apr. J.-C., Apollonios Dyscolos. Malheureusement, ce grammairien ne nous donne pas le passage où Corinne utilisait ce mot ; s’il en connaissait l’existence dans le dialecte, il n’en connaissait peut-être pas le sens exact. Selon Apollonios, il doit s’agir du génitif du pronom ἐγώ. Ph. Brandenburg a étudié ce prénom en dorien et en béotien22, mais ce passage reste difficile à comprendre.

26L. 15 : l’ἀναίρεσις d’un contrat doit être l’annulation de celui-ci après remboursement de la dette – voir l’exemple du contrat entre la cité d’Orchomène et Euboulos d’Élatée où le verbe ἀναιρῶ apparaît deux fois (IG VII 3171, l. 6 et l. 18).

  • 23 Chantraine 2009, s.v., p. 1119-1120.

27L. 16 : ἐπεινίξατε est la forme dialectale de l’aoriste du verbe ἐπιφέρω. Cette forme est attestée dans l’inscription thébaine IG VII 2418, l. 24. La forme οὑπὰ correspondant à la préposition de la koinè ὑπὸ n’est pas attestée à ce jour ; mais on trouve la forme ὑπὰ en béotien et dans d’autres dialectes éoliens, voir par exemple I.Thespies 55, l. 19 : ἐν τὸ λεύκωµα ἐσγραφείσετη ὑπὰ τᾶ[ς] ἀρχᾶς αὐτὸς κὴ ὁ ἔγγυος. La forme ὑπαί est attestée chez Homère23. La préposition οὑπά avec le génitif exprime le complément d’agent.

  • 24 Chantraine 2009, s.v., p. 1120.

28L. 19 : la préposition οὑπά est suivie de l’accusatif, οὑπὰ µνᾶς αὐτοκώλως ἑβδοµείκοντα. La préposition ὑπό, οὑπά est parfois accompagnée par l’accusatif pour signaler un élément qui se trouve sous un autre élément24. Ce ne saurait ici convenir. La préposition οὑπὰ + accusatif est à rapprocher de πρὸς + accusatif (cf. LSJ9, p. 1498) au sens de « par rapport à ». Le terme αὐτοκώλως fait difficulté. Il ne semble pas attesté dans d’autres inscriptions. Il apparaît dans des textes littéraires et dans des papyrus, mais ces attestations n’aident pas à sa compréhension. L’adjectif αὐτόκωλος pourrait être rapproché de µονόκωλος dont l’étymologie et le sens sont proches.

  • 25 Pour un autre exemple de la pénalité du double en Béotie, voir la convention entre Thisbé et Chorsi (...)
  • 26 Doyen 2012, p. 127.

29Les 70 mines αὐτόκωλοι doivent appartenir à la somme initialement prêtée à la cité d’Orchomène par Xenophaneis l’Amphisséen. Les mines διπλασίαι doivent appartenir à la pénalité du double. Cette forme de pénalité, qui est fréquente dans les inscriptions financières, réapparaît à Orchomène dans l’inscription fragmentaire IG VII 3173, l. 4-5, Migeotte 1984, no 14 : ἀπο[τισάτω] διπλασίαν [τ]ὰν εἴσ[πρα]ξιν τῆ πόλει25. On avait donc 70 mines qui ont été ajoutées à la somme initiale de 70 mines qui font un total de 140 mines, à savoir 2 talents et 20 mines. Il est difficile de savoir à quel type de mine fait référence l’inscription. Il est probable qu’il s’agisse d’une mine appartenant à l’étalon symmachique. Selon cet étalon, une mine comportait 140 drachmes26.

  • 27 « Formen des Artikels in demostrativer Funktion sind um die Partikel -ι erweitert ».

30L. 20-21 : au début de la l. 21, nous avons une cassure qui correspond à deux lettres. La restitution la plus probable est δικάδ[δω]. Cette forme dialectale du verbe δικάζω est attestée dans plusieurs inscriptions, voir par exemple l’inscription d’Olympie Minon 2007, no 4, l. 2 (IvO 7) et les lois de Gortyne (IC IV 72, l. 21). Le verbe ici doit avoir le sens de décider (DGE V, p. 1089, s.v. « δικάζω », no 1). Sur la forme de l’article démonstratif τοί, voir Blümel 1982, § 27527. Dans cette phrase, la cité doit prendre une nouvelle fois la parole. Le sens de la phrase doit être « de cette façon, voilà ce que je décide, pas selon le symbolon que vous avez apporté… ».

31L. 22 : les juges qui sont mentionnés doivent être le Thébain Neon et le Calydonien Diokles. Il est difficile de songer à des juges qui ne seraient pas mentionnés auparavant dans l’inscription.

  • 28 Magnetto 1997, no 55.
  • 29 Sur cette inscription, voir la réédition par Papazarkadas 2004-2009, p. 91-95, no 1 (SEG 59, 149).
  • 30 Ager 1996, no 71.
  • 31 Sur cette expression, voir Magnetto 1997, p. XV-XVI.

32L. 23 : des phrases analogues à ἐπιτρεψάντων αὐτῶν ἐσς ὁµολόγων apparaissent dans d’autres inscriptions. L’inscription IG IX I2 188 est caractéristique. Dans cette inscription, le koinon étolien nomme des juges qui arbitreront entre deux cités-membres du koinon, Melitaia et Peraia28, l. 1-3 : Μελιταιέοις καὶ Πηρέοις ἔκριναν οἱ ὑπὸ τῶν Αἰτωλῶν αἱρεθέντες δικασταὶ Δωρίµαχος, Πολεµαῖος, Ἀργεῖος Καλυδώνιοι αὐτῶν ἐπιχωρησάντων ἐξ ὁµολόγων· ; IG II2 1289, l. 3-429 : τάδε διέλυσαν οἱ δικασταὶ v [ἐπιτρεψάν]των ἀµφοτέρων. Des termes analogues apparaissent dans le traité entre Temnos et Clazomènes SEG 29, 1130bis, l. 17-2030 : τὰν δὲ διεξα[γωγ]ὰν ποιήσασθαι ἀκολούθως τᾶι τε τοῦ δάµου προαιρέσει [ἃν καὶ αὐτ]οὶ προεθέµεθα καὶ τῶι συµφέροντι τῶν ἐπιτρεψάντων τὰ[ν κρίσιν]. Le verbe ἐπιτρέπω est utilisé dans plusieurs inscriptions relatives à l’arbitrage entre cités grecques. Il montre que les deux parties ont accepté l’arbitrage des juges sur la base des accords31.

  • 32 A. Bailly, Dictionnaire Grec Français, Paris, Hachette, 1963, s.v., p. 1680.

33En suivant une suggestion de S. Minon, nous pouvons proposer la restitution ποτενι[ξάντ]ων. Ce participe vient du verbe προσφέρω et pourrait avoir le sens d’adresser la parole à quelqu’un32.

34Le terme ὁµολογά apparaît dans d’autres inscriptions d’Orchomène, IG VII 3171, l. 26-28 : ὁµολογὰ Εὐβώλυ ϝελατιήυ κὴ τῆ πόλι Ἐρχοµενίων ; IG VII 3172, l. 48-51 : Ὀνασίµω ἄρχοντος Βοιωτοῖ[ς], µεινὸς Πανάµω, ὁµολογὰ Νικαρέτη Θίωνος Θεισπικῆ, παριόντος Νικαρέτη Δεξίππω Εὐνοµίδαο τῶ ἀνδρὸς Θε[ι]σπιεῖος, κὴ τῆ πόλι Ἐρχοµεν[ί]ων.

35L. 30 : le participe φάσασα montre que la cité elle-même prend la parole pour se défendre. Il s’agit d’un des rares cas où la cité elle-même prend la parole dans des documents officiels. Un autre cas apparaît peut-être dans la partie inédite de l’inscription du litige entre Messène et Mégalopolis SEG 58, 370 ; SEG 62, 226.

  • 33 Sur ce type de clause, voir Ager 1996, p. 19 ; Magnetto 1997, no 69, l. 22-23 ; Pitane-Mytilène, Ag (...)

36L. 32 : l’expression qui apparaît à cette ligne présente beaucoup de similitudes avec une phrase en IG V 2, 6, l. 5-6 : καὶ ὅ,τι ἂγ κ[ρ]ίνωνσι οἱ ἐσδοτῆρες, κύριον ἔστω33. L’arbitrage de Makon de Larisa entre Halos et Thèbes de Phthiotide présente encore plus de similitudes, Ager 1996, no 153, l. 10-12 : ἑκόντες αὐτοὶ ποθ’ ἑαυτοὺς ὥστε π̣[ερὶ τᾶς][ἀµφιλ]εγοµένας χώρας αὐταῖς πόθ’ ἑαυτὰς ταῖς πόλεσι κριθῆµεν ἐν διαιτῷ Μ[άκωνι Ὀµφαλίω]νος Λαρισαίωι καὶ τὰ κριθέντα ὑπὸ τούτου κύρια εἶµεν.

37L. 34 : le mot κρίµα doit ici avoir le sens de décision, comme dans d’autres inscriptions de la Grèce centrale surtout à Delphes (voir, par exemple, CID IV 119, E, l. 2).

38L. 35-36 : dans ces lignes, malheureusement fragmentaires, nous avons une clause qui prévoit la substitution de l’arbitre étolien Diokles par un autre arbitre qui pourrait être un des citoyens de Trichonion auxquels font référence les l. 36-38.

39L. 36 : pour des formes analogues de l’impératif présent, voir SEG 43, 205, l. 14 : ἀναγγειλάνθω ; l. 25 : ἐλλογιττάνθω. Comme dans le cas de Coronée, cette forme d’impératif présent est normale, car il s’agit d’une décision qui devra être réalisée à l’avenir.

40L. 37 : il faut vraisemblablement lire le nom Ἀλεξαµενός attesté en Étolie. Un Ἀλεξαµενός est attesté comme hieromnemon étolien à Delphes, CID IV 64.

Le calendrier

  • 34 Trümpy 1997, p. 201.
  • 35 Trümpy 1997, p. 201-202 ; IG IX 12 137, l. 40-43 : στραταγέοντος Φύλακος Καλυδωνίου τὸ δʹ µ̣ηνὸς Πρ (...)

41L. 33 : il existe, en Étolie, un mois appelé Διονύσιος qui était l’équivalent du mois attique Μουνυχιών34. Dionysios était un mois de printemps. Le mois Προκύκλιος était le premier du calendrier étolien et était l’équivalent du mois Βοηδροµιών en Attique, un mois d’automne35.

  • 36 Roesch 1982, p. 39-41 ; Trümpy 1997, p. 244-245.
  • 37 Ager 1996, no 146, l. 29 : ὡς Περγαµηνοὶ ἄγουσιν ; IG VII 4135, l. 10 : τῆς δὲ ἐκεχειρίας καὶ τῆς ἀ (...)

42Le mois béotien Παµβοιώτιος doit être, selon P. Roesch, le dixième mois du calendrier béotien et doit vraisemblablement succéder au mois Panamos. Le mois Thyios était probablement le cinquième mois du calendrier béotien36. Nous avons ici probablement une équivalence entre le mois étolien Dionysios et le mois béotien Thyios et une autre équivalence entre le mois étolien Prokyklios et le mois béotien Pamboiotios. Dans les arbitrages entre différentes cités, il est assez fréquent de donner des équivalences entre le calendrier des deux parties37.

L’aspect financier de l’inscription (l. 13-22)

  • 38 Pour une autre mention de la pénalité du double à Orchomène, voir IG VII 3173 ; Migeotte 1984, no 1 (...)
  • 39 Doyen 2012, p. 64.
  • 40 IG VII 3171, l. 48-52 ; Migeotte 1984, no 12.
  • 41 Pour un autre exemple où on applique des intérêts composés, voir l’inscription de Paros analysée da (...)
  • 42 LSJ9, p. 741 : « claim as one’s property ».
  • 43 Un exemple très connu à Orchomène est la fameuse affaire de la cité avec Nikaréta de Thespies, Mige (...)
  • 44 Migeotte 1984, no 13.
  • 45 Migeotte 1984, no 12.

43À cause du caractère elliptique de l’inscription et des différents phénomènes dialectaux, certains aspects de l’affaire sont difficiles à saisir. Il semble que la cité d’Orchomène avait remboursé son créancier Xenophaneis et que ce dernier avait annulé la convention. Les deux héritiers de Xenophaneis ont rédigé un faux contrat qui leur a permis de réclamer des sommes importantes. Les Amphisséens réclamaient d’abord la pénalité du double et ils ont ajouté 70 mines à la somme initiale38. Ils arrivaient donc à la somme de 140 mines. Il est impossible de connaître l’étalon utilisé pour calculer ces sommes, mais c’était probablement l’étalon symmachique. Selon cet étalon, chaque mine comportait 140 drachmes39. La somme énorme que représentent les intérêts, 45 talents, doit être le résultat de plusieurs années d’intérêts composés. Il est difficile de calculer le taux d’intérêt et la durée totale réclamée par les Amphisséens. Il semble que le taux d’intérêt était relativement élevé, entre 15 et 25 % environ. Les taux d’intérêt normaux à l’époque hellénistique s’élevaient entre 10 et 12 %, mais on trouve des taux beaucoup plus élevés. Ainsi, dans l’affaire d’Euboulos d’Élatée, à Orchomène, on trouve des taux d’intérêt qui s’élèvent à 25,7 et 24 % par an40. Toutefois, même avec des taux d’intérêt élevés, on aurait eu besoin de plusieurs années pour arriver à des intérêts composés s’élevant à 45 talents41. Il aurait fallu près de vingt ans pour arriver à une telle somme. Le fait que ce sont les héritiers de Xenophaneis qui réclament cette somme après la mort de celui-ci justifie l’existence d’une période longue d’intérêts composés. L’utilisation du verbe ἅπτοµαι à l’aoriste, l. 17 ἅψασθε, l. 21 ἐφάψασθε, pourrait nous amener à penser que les Amphisséens ont véritablement touché les sommes réclamées. Mais, il reste cependant difficile d’imaginer qu’une somme si importante ait pu être remboursée aux Amphisséens sans l’accord de la cité d’Orchomène. Il semble qu’il faille plutôt reconnaître au verbe ἅπτοµαι/ἐφάπτοµαι le sens de « réclamer comme propriété » qui apparaît dans des textes juridiques42. Pour conclure, les Amphisséens réclamaient la somme initiale de 70 mines (µναῖ αὐτόκωλοι), à laquelle a été ajoutée la somme de 70 mines à cause de la pénalité du double (µναῖ διπλασίαι). À ces 140 mines, à savoir 2 talents et 20 mines, ont été ajoutés encore 45 talents d’intérêts composés pour arriver à la somme finale réclamée par les deux Amphiséens de 47 talents et 20 mines. Le retard dans le remboursement des sommes empruntées était un phénomène récurrent à Orchomène et dans plusieurs cités grecques43. Mais, il semble que cette affaire entre la cité d’Orchomène et les deux Amphisséens ait duré particulièrement longtemps. En tout cas, la somme initiale empruntée à la cité d’Orchomène par Xenophaneis, 70 mines, 9 800 ou 10 500 drachmes selon l’étalon utilisé, semble être du même ordre que les sommes empruntées, pendant la même période, auprès de Nikaréta de Thespies (18 833 drachmes)44 et Euboulos d’Élatée (16 093 drachmes et 5 773,25 drachmes, pour un total de 21 866,25 drachmes)45.

Le cadre historique de l’inscription

  • 46 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302 ; voir ici p. 24.

44Les nombreux liens prosopographiques entre la nouvelle inscription et l’affaire de Nikaréta nous amènent à dater les deux textes de la même période. R. Étienne et D. Knoepfler ont daté l’archonte Onasimos qui apparaît dans l’affaire de Nikaréta de 223 av. J.-C.46. Cette datation, qui paraît assurée, a été unanimement acceptée et nous oblige à abaisser la chronologie de l’archonte Dorkylos, auparavant daté du milieu du iiie s. av. J.-C. L’affaire qui est présentée dans la nouvelle inscription doit donc être placée dans le cadre des relations tendues entre les koina étolien et béotien qui compliquèrent probablement les négociations entre les deux Amphisséens et Orchomène.

  • 47 Sur l’intégration d’Amphissa au koinon étolien, voir Grainger 1999, p. 122-123 ; Lerat 1952, p. 65- (...)
  • 48 Sur ce type des conventions, voir Cassayre 2010, p. 72, et notamment Gauthier 1972, p. 85-100.

45L’affaire présentée sur la face principale de l’inscription est très compliquée et présente des caractéristiques uniques : elle revêt un caractère international. Amphissa est pendant cette période membre du koinon étolien tandis qu’Orchomène appartient au koinon béotien47. L’affaire est réglée avec un procès qui est exécuté selon un symbolon. En raison de l’état fragmentaire de la partie basse de l’inscription, l’ethnique étolien n’apparaît pas, mais nous avons plusieurs indices de la présence étolienne, notamment la mention du mois étolien Prokyklios et l’intervention des magistrats provenant de la cité étolienne de Trichonion. Le koinon étolien avait conclu des conventions internationales avec d’autres États et cités grecques. Nous connaissons notamment un symbolon entre le koinon étolien et la cité de Delphes (FD III 1, 451)48.

Parallèles

46L’affaire présentée sur cette face présente des caractéristiques uniques, comme je l’ai déjà dit. Il n’y a donc pas de parallèles directs, mais certaines inscriptions présentent quelques similitudes.

  • 49 Migeotte 1984, p. 203-210, no 59 ; Magnetto 1997, p. 14.

47C’est le cas de l’affaire survenue à Calymna (Tituli Calymnii 79). La cité de Calymna avait emprunté une somme d’argent considérable à deux citoyens de Cos, Pausimachos et Hippokratès49. Les raisons qui ont amené la cité à emprunter cette somme ne nous sont pas connues. La créance que les descendants de Pausimachos ont demandée s’élevait à 30 talents. Comme, la cité de Calymna avait éprouvé beaucoup de difficultés à payer ses dettes aux citoyens de Cos, elle a essayé de trouver des solutions intermédiaires et a remboursé de façon échelonnée la somme due. Deux générations plus tard, les citoyens de Cos considéraient que la dette n’avait pas été encore remboursée et que la cité de Calymna leur devait toujours de l’argent. Pour régler cette affaire, il a fallu avoir recours à un arbitrage cnidien.

48La seconde partie de l’inscription présente la demande de remboursement des citoyens de Cos. Pausimachos et Hippokratès ont prêté de l’argent à la cité de Calymna, probablement vers 360 av. J.-C. Tous les deux étaient déjà morts. Leurs descendants ont défendu leurs intérêts : pour Hippokratès, c’est son fils Kleomedès, et après la mort de ce dernier son fils, Kleophantos. Le fils de Pausimachos, Diagoras était lui aussi mort, mais ses descendants étant encore mineurs, ils étaient représentés par leur avocat de Cos, Philinos. À Pausimachos revenaient les quatre cinquièmes de la somme et à Hippokratès le cinquième restant. Les problèmes liés au remboursement étaient accrus par le fait que les créanciers étaient deux.

  • 50 Ager 1996, p. 75-83, no 21 : « This document provides us with some of the most extensive procedual (...)

49On voit donc que les deux affaires présentent des similitudes : 1) ce sont des questions d’héritages et d’héritiers qui demandent le remboursement de dettes anciennes ; 2) l’affaire entre deux cités devient vite une affaire internationale. Dans le cas de Calymna et de Cos, on a eu recours à un tribunal de Cnide fort probablement suite à une suggestion du roi Démétrios Poliorcète. Dans le cas d’Orchomène, l’affaire devient internationale dans le cadre d’un symbolon entre les deux confédérations béotienne et étolienne. Les deux affaires présentent aussi un autre point commun : dans les deux cas, la cité emprunte de l’argent à des citoyens étrangers et les problèmes de remboursement ont des répercussions internationales. Comme le souligne Sh. Ager, Calymna est un des rares cas où, pour régler une question de dettes, on utilise une procédure d’arbitrage international50. L’affaire d’Orchomène pourrait être aussi du nombre.

Corruption des contrats en Grèce ancienne

50Le témoignage de cette inscription nous permet d’aborder la question des faux témoignages et des faux contrats (pseudomartyria) qui était une pratique assez fréquente.

  • 51 Sur les archives des cités grecques, voir Faraguna 2015.

51La question des faux témoins revient dans plusieurs textes tant littéraires qu’épigraphiques. La ψευδοµαρτυρία et tous ses à-côtés judiciaires ont été maintes fois étudiés. À ces faux témoins et témoignages s’ajoutent la corruption des contrats et des documents. Ce phénomène n’a pas été suffisamment étudié, à cause du nombre limité des témoignages littéraires et épigraphiques. Cette question des faux est liée à celle de l’archivage dans le monde antique et plus particulièrement dans les cités grecques. La bibliographie sur ce domaine est pléthorique et il ne saurait être question de résumer ici tous ces travaux51.

  • 52 Sur les faux contrats dans les discours des orateurs, voir l’article essentiel de Calhoun 1914. Les (...)

52La principale source sur l’existence de faux contrats et de faux testaments à Athènes est celle des discours civils des orateurs attiques52. Chaque cas présente ses propres caractéristiques et particularités et il n’est pas toujours possible de savoir si le contrat attaqué était réellement falsifié ou pas.

Témoignages

  • 53 Sur la fraude dans les documents papyrologiques, voir Fournet 2016.

53Le même souci de protection contre la falsification apparaît dans les témoignages papyrologiques. Un grand nombre de documents nous permettent de comprendre que la falsification des documents était un phénomène assez fréquent53. Deux affaires caractéristiques attestées sur un papyrus sont relatées dans P.Enteux. 63 et P.Gen. 3, 128.

54Selon P. Schumbert, l’éditeur de ces deux textes, le contenu des deux papyrus est assez similaire. Il s’agit de personnes qui protestent contre l’usurpation d’un héritage.

  • 54 Lanni 2006, « Legal insecurity in Athens », p. 115-141. Sur l’insécurité des contrats à Athènes, vo (...)

55La falsification des contrats était un phénomène assez répandu pendant l’Antiquité. Ce fait est dû en grande partie à l’inexistence d’institutions adéquates pour vérifier et préserver les contrats. Les orateurs attiques nous donnent plusieurs exemples de falsifications de contrats qui entrent dans la catégorie des faux témoignages. Les contrats antiques, surtout avant la basse époque hellénistique et la période romaine, étaient des témoignages assez fragiles et faciles à falsifier. La catégorie des contrats qui était la plus falsifiée était celle des testaments. Les orateurs attiques en présentent plusieurs cas. La falsification des testaments et des contrats était assez facile, car même si la majorité des testaments étaient signés en présence de témoins, ceux-ci ignoraient le plus souvent le contenu du testament ou du contrat. La seule chose qu’ils pouvaient attester était le fait qu’on avait bien signé et scellé un contrat ce jour-là. De là, pouvait naître des complications en cas de procès. Qui plus est, dans le cas de testaments où le principal intéressé était mort, il était parfois impossible de définir s’il était authentique ou non. On a essayé de trouver des solutions à ces problèmes, en ayant notamment recours à plusieurs dépositaires pour le même contrat, mais, comme on le voit dans notre exemple, même dans ce cas, il n’était pas impossible d’avoir des problèmes avec des contrats falsifiés. L’instabilité des témoignages écrits était un des plus grands défauts du système judiciaire athénien et grec ancien en général. Selon A. Lanni, le caractère imprévisible du système judiciaire provoquait une série de problèmes dans la vie sociale et économique des cités grecques54. Comme nous le savons, la valeur des témoignages écrits était limitée dans la société grecque ancienne. Même lors des procès, on donnait plus d’importance aux témoignages oraux qu’aux témoignages écrits contrats, testaments, etc. Ce phénomène est présenté par A. Lanni comme un désavantage du système politique et judicaire d’Athènes et de la Grèce ancienne en général. Le fonctionnement de la justice était alors trop flexible, presque flottant. L’instabilité des témoignages écrits et l’absence de mécanismes de préservation et d’authentification des documents écrits privés contribuaient grandement à ce phénomène. L’exemple des dikai emporikai à Athènes montre que les Athéniens avaient conscience de ce problème. Dans cette procédure, créée au milieu du ive s. av. J.-C., l’utilisation des contrats écrits était prédominante. Dans les dikai emporikai, où on avait surtout affaire à des procès entre Athéniens et étrangers, l’utilisation des témoignages écrits était beaucoup plus constante et le jugement se fondait en grande partie sur les témoignages écrits surtout des contrats.

  • 55 Sur ce type de procès, voir G. Thür, Der Neue Pauly 10, 2001, s.v., p. 518-519, avec la bibliograph (...)
  • 56 Sur les archives des cités grecques, voir Laronde, Lefèvre 2009, p. 816, n. 12 ; Lambrinudakis, Wor (...)
  • 57 Todd 1990, p. 37.

56La nouvelle inscription nous présente une affaire de faux contrat. Le faux contrat appartient à la catégorie des faux témoignages55. Sur la pseudomartyria, nous possédons une très riche série de témoignages aussi bien littéraires qu’épigraphiques. Le droit grec ancien n’était pas aussi bien organisé et méthodique que le droit moderne. En outre, l’archivage et la conservation des contrats présentaient de très grands défauts qui rendaient les témoignages écrits eux-mêmes peu sûrs et douteux56. La notion même du faux en général et du faux témoignage en particulier était sujette à discussion. Il y avait plusieurs degrés de vérité et de fausseté57.

La procédure

57Un point important mais difficile à déterminer avec précision est celui de la procédure utilisée pour régler le différend entre la cité et les Amphisséens. L’affaire décrite dans la nouvelle inscription d’Orchomène n’a pas de parallèles exacts en épigraphie. La seule qui présente quelques similitudes est celle de Calymna, comme nous l’avons déjà souligné. N’apparaît sur la stèle qu’une partie relativement limitée de l’affaire : seules les pièces les importantes du dossier ont été gravées – ce qui ne facilite pas toujours la compréhension de l’affaire.

58L’inscription comprend quatre parties qui sont clairement marquées par un vacat :

591) l. 1-10, titre de l’affaire avec la liste des magistrats intervenus dans celle-ci. Il est énoncé que les magistrats ont inscrits les décisions (τὰ κριθέντα) concernant le différend entre Orchomène et les Amphisséens ;

602) aux l. 10-22, est présentée l’accusation de la cité d’Orchomène contre les Amphisséens ;

613) aux l. 22-30, nous retrouvons l’annonce du jugement de l’affaire par les deux arbitres ;

624) de la l. 30 jusqu’à la fin de l’inscription, nous avons la description des différentes modalités du compromissum entre les deux parties, à savoir l’acceptation des décisions unanimes des deux arbitres et la clause de la substitution de Diokles en cas d’empêchement. Malheureusement, la cassure de la pierre ne nous permet pas de connaître l’issue de l’affaire et la décision finale des arbitres.

  • 58 Raeder 1912, p. 268-283 ; Magnetto 2018, p. 92-96. Pour une inscription fragmentaire qui présente l (...)
  • 59 Giovannini 2007, p. 177-179.
  • 60 Magnetto 2015, p. 4-5.
  • 61 Ager 1996, no 33 ; Mackil 2013, p. 495-499, no 57.

63Une des difficultés est de saisir le rôle exact joué par le Thébain, Neon fils d’Askondas, et le Calydonien, Lykos fils de Diokles. Tous deux devaient être les arbitres entre les confédérations béotienne et étolienne. Grâce aux l. 23-24 et à la phrase caractéristique, ἔκριναν τὺ [δικα]σ̣τὴ ἐπιτρεψάντων αὐτῶν ἐςς ὁµολόγων, nous comprenons que cet arbitrage a été accepté par les deux parties en conflit probablement dans le cadre d’un compromis58. Il s’agit d’un des cas qui est décrit par A. Giovannini comme « arbitrage par consentement mutuel »59. C’est un phénomène récurrent dans les arbitrages internationaux en Grèce ancienne60. Nous pouvons mettre en parallèle avec ce type d’arbitrage la clause du traité entre les Étoliens et les Acarnaniens IG IX 12 1, 3A, l. 9-11. Dans ce dernier, on prévoit que si les deux communautés frontalières des Stratioi et des Agraioi n’arrivent pas à un compromis, les deux koina interviendront en nommant dix arbitres de chaque côté61.

  • 62 Magnetto 2015, p. 19-20.

64Il semble que l’arbitrage entre la cité d’Orchomène et les Amphisséens ait été décidé à un niveau fédéral entre les koina béotien et étolien. Il est caractéristique que les magistrats de la cité d’Amphissa semblent être absents pour le règlement de l’affaire et les Amphisséens sont représentés par les instances fédérales étoliennes. L’implication des deux koina est prouvée par le choix des arbitres parmi les citoyens les plus éminents des deux confédérations pour l’arbitrage entre la cité d’Orchomène et les Amphisséens et montre qu’il s’agit d’une affaire internationale. Il est remarquable qu’en cas d’empêchement de Diokles, le koinon étolien doit fournir d’autres magistrats provenant de la cité étolienne de Trichoneion pour le remplacer. Le choix des arbitres parmi les citoyens éminents des cités ou des confédérations est un phénomène récurrent dans les arbitrages internationaux en Grèce ancienne62.

  • 63 Magnetto 1997, p. XV-XVI ; Gauthier 1972, p. 308-311.
  • 64 FD III 4, 355 ; Ager 1996, no 153.
  • 65 Raeder 1912, p. 277-278. Des délais apparaissent dans des arbitrages entre cités crétoises, Chaniot (...)

65Dans le cadre d’arbitrages, les deux parties font souvent appel à une ekkletos polis63. Toutefois, dans certains cas relativement rares, des cités qui avaient des différends demandaient à un nombre limité d’arbitres ou à un seul qui avait la confiance des deux parties, de résoudre le différend. Citons Makon de Larisa qui a arbitré le différend entre les cités d’Halos et de Thèbes de Phthiotide au milieu du iie s. av. J.-C.64. C’était apparemment un des citoyens les plus éminents de Thessalie pendant cette période, à l’instar de Neon et Diokles respectivement en Béotie et en Étolie. L’arbitrage entre Orchomène et les Amphisséens est exceptionnel : c’est le seul cas connu où sont impliqués dans l’arbitrage deux confédérations. Jusqu’à présent, on avait des exemples d’arbitrage entre cités indépendantes ou entre cités membres de la même confédération. Il s’agissait alors de cas plus faciles à régler qu’une affaire impliquant des cités appartenant à deux grandes confédérations différentes, comme c’est le cas dans le différend entre Orchomène et les Amphisséens. Comme dans d’autres cas d’arbitrages, après un compromis, on accorde un délai durant lequel le jugement doit être rendu65. Malheureusement, les l. 33-35 dans lesquelles était présentée cette clause sont fragmentaires et il n’est pas facile de saisir tous les détails de la procédure. Il semble que les deux parties aient accepté deux délais, le premier au mois étolien Dionysios et au mois béotien Thyos, et le second au mois étolien Prokyklios et au mois béotien Pamboiotios. On précise que ces mois doivent être les premiers après le krima, la décision. Selon toute probabilité, il ne doit pas s’agir de la décision finale sur l’affaire, mais de la décision sur le compromis et de la procédure à suivre. L’équivalence entre les calendriers des différentes cités qui prennent part aux arbitrages est un phénomène fréquent. À la fin de l’inscription se trouve une clause selon laquelle si l’arbitre étolien n’est pas capable ou n’a pas la volonté de juger, il devra être remplacé par un autre magistrat de la confédération.

La situation financière d’Orchomène à la fin du iiie s. av. J.-C.

  • 66 Migeotte 1984, no 13.
  • 67 Migeotte 1984, no 12.
  • 68 Migeotte 1984, no 14.
  • 69 Migeotte 1985.

66La nouvelle affaire d’Orchomène avec toutes ces complications s’intègre dans une longue série de documents financiers provenant d’Orchomène qui datent tous de la même période à savoir de ca 230-210 av. J.-C. Le document financier le plus connu d’Orchomène est sans conteste l’inscription de Nikaréta (IG VII 3172)66. Nikaréta a dû faire plusieurs démarches pour que la cité d’Orchomène lui rembourse 18 833 drachmes. Un autre document financier qui provient d’Orchomène est l’inscription concernant le remboursement d’Euboulos d’Élatée (IG VII 3171)67. Dans la partie préservée de cette inscription, nous retrouvons deux bordereaux de remboursement : le premier d’un montant de 16 093 drachmes, le second de 5 773 drachmes et 1,5 obole. Par ailleurs, on trouve une convention qui octroie à Euboulos un droit de pâture de trois ans sur le territoire d’Orchomène pour 220 bœufs et pour 1 000 moutons et chèvres. Une autre inscription fragmentaire, aujourd’hui perdue, conserve la partie finale d’une convention entre la cité et un créancier qui semble être un citoyen (IG VII 3173)68. Toutes ces inscriptions montrent que la cité d’Orchomène se trouvait dans une situation financière difficile à la fin du iiie s. av. J.-C. Elle avait toujours besoin d’argent et devait en emprunter aussi bien à ses citoyens, qu’à des ressortissants d’autres cités appartenant au koinon béotien comme Nikaréta de Thespies ou encore à des citoyens de cités appartenant à d’autres confédérations comme Euboulos d’Élatée et Xenophaneis d’Amphissa dans la nouvelle inscription. Mais la situation financière d’Orchomène ne semble pas catastrophique. La cité parvient à trouver des créanciers qui sont prêts à lui prêter de l’argent. Elle arrive également à les rembourser même en utilisant d’autres ressources comme le droit de pâture pour Euboulos d’Élatée. Il est difficile de déterminer les raisons pour lesquelles la cité avait toujours besoin d’argent69. Comme le montrent les liens prosopographiques entre les différents documents financiers d’Orchomène, il s’agit de textes qui appartiennent à la même période et plusieurs magistrats d’Orchomène ont joué un rôle important dans différentes affaires.

34 Comptes du chreos

67Sur la face arrière de la stèle (face B). La gravure de cette face est moins profonde que celle de la face A. Les lettres sont plus abîmées et leur lecture parfois difficile. Le texte est inscrit sur une surface qui n’a pas été parfaitement aplanie et qui a été de toute évidence gravée après la face A. Ce texte est donc postérieur à celui de la face A. Sur la même stèle que les Inscr. 33-35.
Fig. 61
Inédit
ca 228/7 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30




35




40



[τὺ πολέµ]αρχυ τὺ ἐπὶ Τίµωνος [ἄρχο]-
[ντος Δαµο]τέλεις Λυσιδάµω, Κα[φι]σό-
[δωρος Δαµα]τρίχω, Φιλόµειλος Φ[ίλω]νος
[ἀνέγραψ]αν καττὸ ψάφισµα τῶ δ[άµω]
[οὑπὲρ τὸν λογ]ισµὸν τῶ χρείιος τῶ π̣[– – –]
[– – – – – –]ΣΕ [ἐ]ν τὰν καταφορὰν˙ Ἀ̣[θανήω ?]
[ἀρχον]τος τὸ δάν[ε]ιον ἐν τα[– – –]Μ
[– – – – – – –]δωρον Ἱπποκλίδαο ἐν [τὰν]
[πράταν ἑ]ξ̣άµεινον 𐅱𐅱𐅪 (2 100) κὴ τόκ̣ο̣ς̣
[– – – – – δ]ρ̣α̣χµὰς̣ παγίας [– –]ΑΣ[– – – –]
[– nombre –] 𐅪𐅩̣𐅥̣ ˙(180 dr.) κὴ π̣ε̣δ̣α̣µι[σθωσ]αµέ[νων]
[τὸ δάνειον τ]ῶν πολεµάρχων ἐν τὰν ἑ[ξά]µει-
[νον τὰν δ]ευτέραν τῶν περὶ Θ.ύ̣ν̣ω̣ν̣α̣ τόκο[ς]
[𐅪𐅩]𐅥̣Δ𐅦ΟΟ (195 dr. 2 ob.) ἀ̣φ̣᾽οὕτω ἑν̣ώτω ἐνιαυτῶ τῶ
[ἐπὶ] Ἀ̣θ̣α̣[ν]ή̣ω ἄρχοντος τὼς µισθ[ώς]-
[δρα]χµὰς 𐅫𐅩ΔΔ𐅦○○ (375 dr. 2 ob.), περίσαον τῶ [δ]ανε-
[ίω 𐅱]𐅱𐅪 (2 100 dr.)˙ Σαυµείλω ἄρχοντος, πεδαµι-
[σθ]ασαµένων τῶν πολεµάρχων ἐν ἐ-
[νι]αυτὸν τὸ δάνειον, 𐅱𐅱𐅪 (2 100) κὴ µισθὺ τὺ αὐ-
[τ]ὺ γίνυτη τόκος ἐνιαυτῶ 𐅫𐅩Δ (360) κὴ οὕτω
[τ]ῶ ἐνιαυτῶ ἔλαβον τὼς µισθὼς δραχµὰς
𐅫̣𐅩Δ (360), περίσαον τῶ δανείω 𐅱𐅱𐅪 (2 100)˙ Πατρο-
κλίδαο ἄρχοντος τὸ δάνειον 𐅱𐅱𐅪 (2 100) [κὴ]
[µισ]θὺ τὺ αὐτὺ γίνυτη τόκος ἐνιαυτῶ 𐅫̣𐅩̣Δ. (360)
κεφαλὰ τῶ δανείω σοὺν τῦς µισθῦς 𐅱𐅱-
𐅫𐅪𐅩Δ (2 460)˙ Μελάννιος ἄρχοντος τὸ δάνειον
ποκγενοµένων τῶν µισθῶν τῶν ἐπὶ Πα-
τροκλίδαο ἄρχοντος 𐅱𐅱𐅫𐅪𐅩Δ (2 460) κὴ µισθὺ
[τὺ] αὐτὺ γίνυτη ὁ τόκος ἐνιαυτῶ 𐅫̣𐅪̣[–]◯..˙
[κε]φαλὰ τῶ δανείω σοὺν τῦς µισθῦς [τῦς]
[ἐπ]ὶ Πατροκλίδαο ἄρχοντος 𐅱𐅱𐅮𐅫𐅩𐅥 [Ι○] (2 881 dr. 1 ob.)˙
[Πει]σιµείλω ἄρχοντος τὸ δάνειον σοὺν
[τῦς µι]σθῦς τῦς [ἐπὶ Μελ]άννιος ἄρχοντος 𐅱̣𐅱̣[𐅮]-
𐅫𐅩𐅥Ι○ (2 881 dr. 1 ob.) οὕτω [τόκο]ς τῶ ἐνιαυτῶ 𐅫𐅪[𐅩]
[𐅥ΔΙΙΙ○]˙ κεφαλὰ τῶ δανείω σοὺν τῦς µισθ[ῦς τῦ]-
ς ἐπὶ Πεισιµείλω ἄρχοντος 𐅱𐅱𐅱𐅫𐅩[ΔΔΙΙΙΙ]- (3 374 dr. 2 ob.)
[○○]˙ Πρωτάρχω ἄρχοντος τὸ δάνειον [σοὺν]
[τῦ]ς µισθῦς τῦς ἐπὶ Πεισιµείλω ἄ[ρχο]-
[ντος] 𐅱𐅱𐅱𐅫𐅩ΔΔΙΙΙΙ○○ (3 374 dr. 2 ob.) οὕτω τόκος ἐνι[αυτῶ]
𐅮̣ΔΔ𐅦ΙΙ○○○○○ (577 dr. 5 ob.) ἀφ’οὕτω ἀφήριτη ἁ ε[– ca 3–]-
[– – ca 5– –] ἅν ἔλαβον ἐς τῶν καπειλεί̣ω̣[ν – – – –]
[– – – ἄρχ]οντος 𐅫𐅪𐅩ΔΙΗ̣ (461 dr. 1 hémiobole) Γ̣ΕΙ[– – – – –]
[– – – – –]Ι Πρωτάρχω ἄρχοντ[ος – – – –]
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

68Traduction

Les polémarques de l’année où Timon était archonte, Damoteleis fils de Lysidamos, Kaphisodoros fils de Damatrichos, Philomeilos fils de Philon ont inscrit selon le décret du peuple le compte de la dette de [- - - - - -] pour le paiement [- - - - - -] le prêt pour la [- - - - - -]doros fils d’Hippoklidas [pendant le premier] semestre 2 100 et l’intérêt [- - - - - -]

[- - - - - -] drachmes stables [- - - - - -] 180 drachmes, les polémarques ont affermé [- - - - - -] la seconde [- - - - - -] autour de Thynon intérêt : 195 drachmes et 2 oboles, de cette année unifiée quand Athanaios étant archonte les misthoi : 375 drachmes et deux oboles, il reste du prêt : 2 100 drachmes.

Saumeilos étant archonte, les polémarques ayant affermé pour une année le prêt, le prêt : 2 100 drachmes et les mêmes misthoi : 360 drachmes et cette année ils ont reçu les misthoi, il reste du prêt : 2 100 (drachmes).

Patroklidas étant archonte, le prêt : 2 100 drachmes, et les mêmes misthoi, est produit un intérêt annuel : 360 drachmes, total du prêt avec les misthoi : 2 460 drachmes.

Melaneis étant archonte le prêt en ajoutant les misthoi de l’année de l’archonte Patroklidas : 2 460 drachmes et les mêmes misthoi, est produit un intérêt annuel : [421] drachmes. Total du prêt avec les misthoi de l’année de l’archonte Patroklidas : 2 881 drachmes et 1 obole.

Peisimelos étant archonte le prêt avec les misthoi de l’année de l’archonte Melaneis : 2 881 drachmes et 1 obole, et ainsi est produit un intérêt annuel : 493 drachmes et 1 obole. Total du prêt avec les misthoi de l’année de l’archonte Peisimeilos : 3 374 drachmes et 2 oboles.

Protarchos étant archonte l’emprunt avec les misthoi de l’année de l’archonte Peisimeilos : 3 374 drachmes et 2 oboles, et ainsi se fait intérêt cette année : 577 drachmes et 5 oboles, et par cette somme se soustrait la recette qu’ils ont reçu par des boutiques.

Datation

69L’archonte et les polémarques qui apparaissent dans les premières lignes de l’inscription sont les mêmes que ceux de la face principale. Les deux faces sont donc contemporaines et doivent être datées de 230-224 av. J.-C.

Système numéral d’Orchomène

  • 70 Tod 1911-1912, p. 98-132 ; Tod 1913, p. 27-34 ; Feyel 1937, p. 217-235 ; Vottéro 1994.

70Le système numéral des cités béotiennes est assez bien connu principalement grâce aux inscriptions de Thespies. Deux études importantes, l’une de M. N. Tod et l’autre de M. Feyel, ont aidé à la compréhension de ce système assez compliqué. Les systèmes numéraux des cités béotiennes ne sont pas uniformes, mais présentent de grandes similitudes. Le système numéral d’Orchomène apparaît dans l’inscription IG VII 3171, qui doit dater de la même époque que l’inscription inédite. Selon M. N. Tod, le système d’Orchomène présente de grandes similitudes avec celui de Thespies70.

  • 71 Vottéro 1994.

71Dans les comptes inédits d’Orchomène, apparaît le symbole pour le montant de 3 000 drachmes, qui combine le Τ avec le 𐅱 et qui réapparaît uniquement dans une inscription de Thespies71.

Remarques

72L. 1-3 : les polémarques qui apparaissent dans les premières lignes de l’inscription sont identiques à ceux qui apparaissent sur la face A. Il s’agit des polémarques sous l’archonte Τίµων. Les deux faces sont donc contemporaines.

73L. 5 : le terme χρέος figure dans une autre inscription d’Orchomène qui fait partie du dossier des emprunts, IG VII 3171, A, l. 1-7 : Θυνάρχω ἄρχοντος, µεινὸς Θ[ει]|λουθίω, Ἀγχίαρος | Εὐµείλω ταµί|ας Εὐβώλυ Ἀρχεδάµω Φωκεῖι χρέ|ος ἀπέδωκα ἀπὸ τᾶς σουγγράφω | πεδὰ τῶν πολεµάρχων κὴ τῶν | κατοπτάων, ἀνελόµενος τὰς | σουγγράφως…

74L. 6 : le mot καταφορά apparaît dans les comptes de Delphes, CID II 79 A II, l. 36-38 : ἱεροµνηµονούντων τῶµ µετὰ Δα[όχου καὶ Θρασυδάου]·vv ἑνδεκάτην καταφορὰν οἱ Φωκ[εῖς ἀπήνεγκαν] vv τάλαντα δέκα. Καταφορά a le sens de « paiement ».

  • 72 Brelaz 2007, p. 269, n. 76.

75Dans l’inscription I.Ilion 5, l. 10-11, l. 18-19, le verbe καταφέρω est également employé pour désigner le versement de contributions, sous forme d’intérêts, que les cités membres du koinon gérant le sanctuaire d’Athéna Ilias versent à ce dernier. Il ne semble pas avoir ce sens dans cette inscription, bien qu’il existe un parallèle béotien concernant l’utilisation des emprunts pour financer les concours des Délia à Tanagra72.

  • 73 Pour le système numéral béotien, voir Feyel 1937, p. 228-235 ; Tod 1913 et Vottéro 1994.

76L. 9 : le système numéral est assez bien connu grâce aux inscriptions à caractère financier de cette cité73.

77L. 11 : pour des parallèles à πεδαµισθόω, voir I.Thespies 55, l. 21-24 : ὁ ταµίας ὁ τᾶν Μ[ω]σάων ἐσγράψι αὐτὸν κὴ τὼς ἐγγύως ἐπὶ τῆ µισθώσι τῆ ἀντὶ ἐ̣νιαυτῶ ἐπὶ τοῖ εἱµιολίοι, κὴ ἐπαµµισθώσοντι τὸν κᾶπον ἐν τὰ περίσαα ϝέτεα·κὴ ἤ τί κα µῖον εὕρε[ι] ἐν τὸν λοιπὸν χρόνον, ἐµ τὸ λεύκωµα ἐσγράψονθι αὐτὸν κὴ τὼς [ἐ]γ̣γύως ἐφ’ εἱµιολίοι τοῖ µιονώµατι πάντι τῶν περισάων ϝετέων.

  • 74 Roesch 1965, p. 162 : « Dès le ive s. la fonction de polémarque est annuelle ; le collège se compos (...)

78L. 13 : doit-on reconnaître ici l’expression οἱ περὶ δεῖνα74 ?

79L. 14 : une expression semblable se trouve dans l’inscription d’Akraiphia, SEG 3, 356, l. 1-7 : [Κ]άλλων Σωσιφάνιος ἀφεῖκε τὰν | [π]όλιν ἀφ’ ὧ ὤφειλε αὐτῦ, ἀπὸ δρ[α]|[χ]µάων χειλιάων ἑξακατιάων | ἑβδοµείκοντα διοὺ πέντ’ ὀβολ[ῶ]ν 5 [ἑ]µνιωβελίω, ἀφ’οὕτω ἀφεῖκε δρα|[χ]µὰς ἑξακατίας ἑβδοµείκοντα | διοὺ πέντ’ ὀβολὼς ἑµνιωβέλιον...

  • 75 Sur le verbe ἑνόω, voir Diccionario Griego-Espanol (DGE) VIII, 2009, s.v., p. 1587-1588.

80L’expression ἑνώτω ἐνιαύτω fait difficulté. Selon S. Minon, le mot ἑνῶτος pourrait être un adjectif verbal provenant du verbe ἑνόω, « unifier ». Il pourrait avoir le sens d’« être adjacent, contigu »75. Le fait que lors de la première année, celle de l’archonte Athanaios, le daneion a été prêté pendant deux semestres séparés nous permet de vérifier l’utilisation de l’adjectif ἑνῶτος pour présenter les comptes de l’année unifiée avec l’addition des sommes provenant de deux semestres.

81L. 15 : le terme µισθός désigne vraisemblablement ici le « produit de l’affermage de l’emprunt » (voir ci-dessous). Il s’agit d’un intérêt généré.

82L. 17 : le nom Σαύµειλος n’est pas très fréquent en Béotie. Il est attesté à Lébadée et à Orchomène (LGPN III B 375). À Orchomène, on retrouve un Σαύµειλος Ἀπολλοδώρω en tant que conscrit l’année de l’archonte fédéral Onasimos (IG VII 3180, l. 56). Il pourrait s’agir du petit-fils de l’archonte, mais l’absence de patronyme rend toute identification hypothétique.

83L. 25 : le terme κεφαλά apparaît en Béotie dans l’inscription de Thespies relative aux locations, I.Thespies 55, l. 32 : [κεφα]λ̣ὰ τᾶς µισθώσιος τῶ ἐνιαυτῶ τᾶς γᾶς τᾶς ἱαρᾶς τᾶν Μ̣[ω]σ̣ά̣ων.

  • 76 Sur cette forme de noms hypocoristiques, voir Kalen 1924.

84L. 26 : le nom hypocoristique Μελάννεις est attesté à Orchomène, IG VII 3207, l. 676.

85L. 27 : ποκγενοµένων est la forme dialectale de προσγενοµένων.

86L. 40 : des expressions semblables à ἀφ᾽οὕτω ἀφήριτη apparaissent dans d’autres inscriptions à caractère financier, IG V 1, 1433, l. 23-25 (oktobolos eisphora) : ἀπὸ τούτων ἀφαιρεῖται· τετιµαµένων τὰ αὐτὰ ἐπὶ Δάµωνος δύο τάλαντα, τριάκοντα µναῖ τέσσαρες.τιµασία Ἱππ̣[ί]σ̣κας καὶ Καλλίστας τῶν Θάλωνος ἀγρῶν σὺν παρατιµασίαι· ὀκτὼ τάλαντα, τριάκον̣τα µναῖ ἑπτά, εἴκοσι στατῆρες εἷς, ὀκτώβολοι ; ID 290, l. 126-129 : εἰς τὴν οἰκία[ν ἣ ἦν τοῦ δεῖνα Εὐκλείδει ? τ]οῦ ὑπερώιου τοὺς τοίχους τοὺς βρεχοµένους ἀλείψαντι 𐅃𐅂𐅂𐅂· Εὐκλείδει [τὸ]ν τοῖχον τὸν λίθινον τὸµ πεσόντ[α ἀνοικοδοµήσαντι καὶ τ]ὰ̣ς β̣ωµ[ίδ]ας Δ𐅂𐅂· τούτου ἀφαιρεῖται τέταρτοµ µέρος Ἀριστοβούλοι δραχµαὶ 𐅃· λοιπὸν Δ̣𐅃̣ ; I.Miletos 42, l. 68-72 : τὸ δὲ λοιπὸν τοῦ ἐξαιρεθέντος εἰς ταῦτα ἀφαιρουµένων τῶν µισθῶν λαµβάνοντες οἱ παιδονόµοι πεµπέτωσαν τῶι Ἀπόλλωνι τῶι Διδυµεῖ βοῦν ὡς κάλλιστον ἔν τε τῷ πενθετηρικῶι τοῖς Διδυµείοις.

  • 77 Sur ces termes, voir Diccionario Griego-Espanol (DGE) VI, 2002, s.v. « εἴσπραξις », p. 1322 ; s.v.  (...)

87L. 40-41 : à la fin de la l. 40 et au début de la l. 41, on aurait un terme avec le sens de recette analogue à εἴσπραξις ou εἰσφορά77.

  • 78 Pour le statut des kapeloi, voir Soverini 1990-1991 ; Thür, Koch 1981.

88L. 41 : l’argent reçu par les καπηλεῖα qui fonctionnaient dans les sanctuaires était une ressource importante pour les sanctuaires et les cités. Il n’y pas beaucoup d’exemples, mais on retrouve deux attestations à Oropos, I.Oropos 290, l. 16-23 : τὸ δὲ ἄλλο ἀργύριον τὸ ἐξαιρεθὲν ἐκ το̑ θησαυρο̑ καὶ τὸ ἐκ τῶν καπηλείων, ἀφελόντας τῶι θεῶι εἰς ἀρεστήριον ΔΔ δραχµὰς καὶ τῶι νεωκόρωι τὸ προσοφειλόµενον ἀποδόντας vv ; et à Samos, IG XII 6, 1, 16978.

Le rôle des polémarques

  • 79 Roesch 1965, p. 169.

89Les polémarques jouent un rôle important dans toutes les affaires des emprunts d’Orchomène, ainsi que dans les dernières inscriptions d’Orchomène présentées ici79. Les polémarques d’Anthédon jouent également un rôle important en prêtant de l’argent dans la nouvelle apologia de Délion, SEG 57, 452, face B III. Dans le nouveau dossier d’Orchomène, l’absence de la mention des mois ne permet pas d’arriver à une conclusion assurée sur l’ordre des différents polémarques :

901) dans la première inscription, celle de l’affaire des Amphisséens, l’ordre de présentation des polémarques est le suivant : Kaphisodoros fils de Damatrichos, Philomeilos fils de Philleis, Damoteleis fils de Lysidamos ;

912) dans le catalogue militaire l’ordre change et se présente ainsi : Philomeilos fils de Philleis, Kaphisodoros fils de Damatrichos, Damoteleis fils de Lysidamos ;

923) sur la face B où sont présentés les comptes, l’ordre est le suivant : Damoteleis fils de Lysidamos, Kaphisodoros fils de Damatrichos, Philomeilos fils de Philon.

93On remarque que cet ordre change d’un document à l’autre. Faut-il en conclure que chaque polémarque présidait un quadrimestre de l’année et que les trois textes reflétaient trois quadrimestres différents de l’année civique ? Il me semble que les parallèles présentés par P. Roesch dans le cas de l’affaire de Nikaréta sont suffisamment éloquents pour que ce changement ne soit pas le fruit du hasard.

  • 80 Migeotte 1994 (SEG 43, 205).
  • 81 I.Oropos 303 ; Migeotte 1984, p. 38-40, no 9, l. 6-9.

94Pendant la période hellénistique, les polémarques jouaient un rôle important dans les affaires financières des cités béotiennes. Il est assez difficile de décrire en détail les responsabilités financières de ces magistrats, parce que leurs compétences variaient, semble-t-il, d’une cité à l’autre et d’une période à l’autre. Dans les deux inscriptions ici présentées, l’absence d’autres magistrats, tels que les trésoriers, à côté des polémarques est frappante. D’autres inscriptions béotiennes montrent le rôle décisif des polémarques dans les affaires financières et surtout dans la gestion des fonds. Dans le cas du fonds d’achat de grain à Coronée, ce sont les polémarques qui achètent le grain en utilisant l’argent offert par un certain Antigénidas et, en général, ce sont eux qui gèrent cette fondation80. À Oropos, les polémarques en collaboration avec les teichopoioi se chargent d’emprunter de l’argent pour achever les murailles81. On voit donc que les polémarques avaient, de par leurs larges responsabilités et la gestion des différentes affaires de la cité, un rôle dans l’activité économique de la cité.

Le mécanisme de la dette à Orchomène

Parallèles

  • 82 Voir la réédition de cette inscription dans Osborne, Rhodes 2017, p. 352-357, no 159.
  • 83 Migeotte 2010c.
  • 84 Voir la réédition de cette inscription dans Osborne, Rhodes 2017, p. 196-201, no 134.
  • 85 I.Rhamnous 182.

95Il est très difficile de trouver des parallèles exacts pour cette nouvelle inscription. Toutefois, on peut rapprocher notre texte de quelques documents attiques de l’époque classique. Ainsi, l’inscription du petit dème de Plotheia IG I3 258 présente quelques similitudes avec notre inscription82. Cette inscription récemment étudiée par L. Migeotte montre un dème attique prêtant de l’argent à des particuliers en utilisant ses capitaux comme source de crédit83. La même procédure est mentionnée dans une autre inscription importante, celle de Rhamnonte IG I3 24884. Selon cette dernière, le sanctuaire de Némésis prêtait des sommes de 200 à 300 drachmes à des particuliers pour en tirer profit. Cette inscription prend une forme analogue à l’inscription des comptes d’Orchomène. On retrouve une série de six archontes avec le comptage des prêts des 200 ou 300 drachmes et les autres sommes85. En Attique, il y a d’autres exemples de prêts accordés par des dèmes à des particuliers (IG II2 1183, l. 27-30).

  • 86 Sur le fonctionnement des fondations, voir Migeotte 2014, p. 183-185.
  • 87 Migeotte 2010b, p. 69 : « Le taux de 16 % était élevé en comparaison des 10 % couramment pratiqués (...)
  • 88 La bibliographie récente sur ce sujet est très riche : Chankowski V. 2005 ; Chankowski V. 2008a ; G (...)

96Le mécanisme de la dette décrit dans les comptes d’Orchomène présente des similitudes avec le fonctionnement de fondations dépendant de donations dans les cités hellénistiques86. La somme de la donation est prêtée pour que la cité tire profit des intérêts générés par cette transaction87. De telles fondations pouvaient prendre dans certaines cités la forme de banques publiques88. Nous ignorons la source de l’emprunt mentionnée dans les comptes de la dette d’Orchomène et le but exact de cet emprunt, mais il semble que ce mécanisme ait bien fonctionné pendant une période assez longue de six à sept ans pour générer des profits. Le nom fragmentaire de la l. 8 doit probablement être celui du bienfaiteur.

97Ce qui est singulier dans cette nouvelle inscription, c’est l’utilisation du terme misthos pour désigner l’intérêt généré par le prêt de l’argent emprunté auparavant. Il est intéressant d’en rapprocher la définition que Photios donne dans son dictionnaire : µισθώσασθαι τὸ ἐπὶ τόκῳ δανείσασθαι. Je pense que le terme misthos dans la nouvelle inscription s’accorde bien avec cette interprétation. Il doit s’agir d’un loyer sur l’argent prêté par la cité, une forme d’intérêt généré, alors que le tokos est l’intérêt que la cité doit verser au prêteur.

98Le terme misthos est employé dans la littérature pour désigner des intérêts. Ainsi, chez Démosthène dans le Contre Panténètos, Ὑπόθεσις, τοσούτου δὲ µισθοῦσιν, ὅσον τὸ δάνειον τόκον ἐποίει. ἐδεδανείκεσαν µὲν γὰρ ἑκατὸν πέντε µνᾶς, ἔδει δὲ κατὰ µνᾶν τόκον εἶναι δραχµήν. ἑκατὸν οὖν καὶ πέντε δραχµὰς λαµβάνειν συνέθεντο. καὶ ἦν τοῦτο τῷ µὲν ἔργῳ τόκος, τῷ δὲ ὀνόµατι µίσθωσις.

  • 89 Démosthène, Contre Panténètos 37, 4.
  • 90 Bogaert 1968, p. 360-361. Sur les taux d’intérêt exercés par les banques privées, voir aussi Migeot (...)

99On rencontre d’autres exemples d’utilisation de ce terme avec un sens analogue à celui de notre inscription dans le discours Contre Panténètos de Démosthène. L’affaire décrite appartient aux actions minières (δίκαι µεταλλικαί)89. Le terme misthos apparaît également dans ID 1416. Le taux d’intérêt qui se monte à 17,14 % par an est élevé, mais acceptable pour la période. Durant la période hellénistique on retrouve une très grande variété de taux d’intérêt qui vont de 10 à 30 % environ90.

100Une autre inscription d’Orchomène, malheureusement très fragmentaire, pourrait confirmer que la cité d’Orchomène prêtait de l’argent à des particuliers. Il s’agit d’IG VII 3174 qui, dans les dernières lignes, fait état d’un remboursement de prêt. Selon K. Keil, à la l. 5, il faudrait restituer le mot ἀντισάκωσιν pour ἀντισήκωσιν, « compensation ». Grâce à cette restitution, on peut conclure que la cité d’Orchomène avait prêté de l’argent à un particulier et qu’en cas de non-remboursement elle imposait une peine double. Cette restitution ne peut pas être vérifiée sur la pierre qui semble aujourd’hui égarée et le texte se fonde sur les seules lectures de Leake et de Rangabé. La restitution proposée par K. Keil a été contestée par W. Dittenberger qui a proposé εἴσπραξιν. Cette restitution se fonde surtout sur l’idée que la cité d’Orchomène ne pouvait prêter de l’argent à une époque où elle avait des problèmes d’endettement bien connus – au regard de nombreux témoignages épigraphiques. Or, cette interprétation est fondée sur une idée préconçue, à savoir le mauvais état des finances d’Orchomène et l’endettement chronique de la cité. Toutefois, on sait aujourd’hui, surtout grâce aux recherches de L. Migeotte, que le grand problème des cités grecques et plus particulièrement des cités béotiennes était l’absence de numéraire et non pas l’endettement. On peut alors supposer qu’Orchomène a pu, épisodiquement, d’une part prêter de l’argent, d’autre part emprunter à des particuliers. Orchomène a donc pu emprunter de l’argent, puis prêter cette somme pendant une année, recevoir des misthoi, grâce auxquels elle pouvait payer les taux d’intérêt de l’emprunt.

  • 91 Sur ce « marché du crédit », voir Migeotte 2014, p. 227-229.
  • 92 Migeotte 1994 (SEG 43, 205).
  • 93 Brélaz, Ducrey, Andreiomenou 2007, p. 267-278, inscription no 3 (SEG 57, 452, Face B, III). Cf. la  (...)
  • 94 Ce mécanisme est aussi brièvement présenté par P. Fröhlich, Fröhlich 2011, p. 219. Nous pouvons eff (...)
  • 95 Manieri 2008, Tan. 2, avec les remarques de L. Migeotte dans Migeotte 2014, p. 197-199.
  • 96 Knoepfler 2008, p. 657.
  • 97 Voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 64, et Fröhlich 2011, p. 228.

101Le procédé utilisé sur la face B de la nouvelle pierre est proche de celui d’une fondation. Il est utilisé par la cité pour financer ses activités économiques et garantir suffisamment de numéraire91. Les fondations ne sont pas inconnues en Béotie – songeons au fonds d’achat de grain à Coronée92. Une autre inscription présente plusieurs points communs avec les comptes du chreos d’Orchomène est celle de l’apologia d’agonothète des Délia de Tanagra récemment publiée93. Comme le soulignent les premiers éditeurs, l’inscription du Délion présente le récapitulatif des intérêts annuels provenant de sommes prêtées par le sanctuaire du Délion aux polémarques de cités béotiennes. Et de conclure que le mode de financement des Délia consistait, pour le sanctuaire, à prêter des sommes fixes sur des périodes relativement longues aux cités béotiennes organisatrices, qui lui reversaient annuellement des intérêts94. Un mécanisme analogue à celui du Délion apparaît dans le cas des cités de Troade qui contribuaient au financement du sanctuaire fédéral d’Athéna Ilias (I.Ilion 5 ; 6 ; 10). Citons également une autre inscription béotienne qui présente un mécanisme analogue, la grande inscription sur les Serapeia de Tanagra95. Aux l. 57-73, est décrite une fondation constituée grâce au don d’une somme d’argent par un certain Charilaos. L’argent de cette fondation est prêté puis utilisé pour financer le concours des Sarapeia. Ces similitudes conduisent à conjecturer que le mécanisme des prêts à Orchomène avait pour but de financer un sanctuaire ou une entreprise fédérale. Cette entreprise pourrait être le chantier fédéral du temple de Zeus à Lébadée96. Malheureusement, cette hypothèse fragile ne peut pas être étayée à cause de l’état fragmentaire des premières lignes de l’Inscr. 34. Il semble que les comptes du chreos d’Orchomène s’intègrent dans le cadre bien étudié par P. Fröhlich à propos du contrôle des magistrats – notamment celui de la reddition des comptes des magistrats qui gèrent des fonds publics. Ce phénomène est commun à toutes les cités béotiennes et au monde grec en général97.

Le déroulement des opérations

102La présentation des opérations de la première année qui pourrait être celle de l’archonte Athanaios est effectuée aux l. 6-17. Malheureusement, ces lignes sont effacées et ne permettent pas d’avoir une vision complète de l’affaire. Il semble que pendant la première année on avait effectué une présentation des opérations par semestre, parce que nous retrouvons la mention d’une première ἑξάµεινον à la l. 9 et d’une seconde à l. 13. Les comptes de chaque semestre semblent être contrôlés par le collège des polémarques qui est présidé par l’un d’eux. Cette prééminence d’un des polémarques est marquée par l’expression οἱ περὶ (l. 13 : τῶν περὶ Θ̣ύ̣ν̣ω̣ν̣α̣). La division des paiements par semestre pourrait justifier l’intérêt plus élevé qui a été remboursé pendant la première année, à savoir 375 drachmes et 1 obole à la place de 360 drachmes. Cette augmentation est probablement due au fait que, pendant le second semestre, l’intérêt s’élevait à 195 drachmes et 2 oboles. Selon l’explication que m’a fournie Ch. Doyen, le capital de 2 100 drachmes a été prêté avec un intérêt de 30 drachmes par mois (1 dr. / 70 dr. / mois), soit 180 drachmes pour six mois (exact équivalent des 360 dr. par an que l’on trouve par la suite). À la fin du semestre, les intérêts n’ont pas été remboursés et s’ajoutent au capital, qui passe à 2 280 drachmes. Au même taux (1 dr. / 70 dr. / mois), cela donne exactement 195 drachmes et 2 oboles.

103Le compte annuel enregistre dans la plupart des années quatre informations : le capital prêté au début de l’année (δάνειον) ; les intérêts générés (µισθύ) ; les intérêts remboursés (τόκος) ; le capital disponible à la fin de l’année (περίσαον τῶ δανείω ou κεφαλά). Les deux premières années, celles des archontes Athanaios et Saumeilos, les intérêts sont remboursés et ne s’ajoutent pas au capital. Par contre, les trois années suivantes, celles des archontes Patroklidas Melanneis et Peisimeilos, les intérêts ne semblent pas être remboursés et sont donc additionnés au capital, de sorte qu’ils génèrent également des intérêts composés l’année suivante. Il est caractéristique que dans le bordereau des années des archontes Melanneis et Peisimilos, on mentionne que les misthoi de l’année précédente sont ajoutés à la somme totale et ne sont donc pas utilisés pour rembourser les tokoi, les intérêts qui doivent être remboursés. On retrouve donc des intérêts composés qui amènent à l’augmentation du capital initial de 2 100 drachmes qui devient un capital de 3 374 drachmes et 2 oboles. Au cours des trois années pendant lesquelles les tokoi ne sont pas remboursés, nous observons une augmentation de 160 % du capital initial.

104Après les archontats d’Athanaios et de Saumeilos, le système de comptabilité change et on ne trouve plus la mention περίσαον τῶ δανείω, « (somme) qui reste de l’emprunt », mais celle de κεφαλὰ τῶ δανείω, « total de l’emprunt ». Ce changement révèle une évolution de la comptabilité. Comme nous l’avons déjà mentionné, pendant les deux années des archontes Athanaios et Saumeilos, les misthoi perçus par l’affermage de l’emprunt étaient utilisés pour payer les intérêts que la cité devait verser. Ensuite, de l’archonte Melanneis jusqu’à la fin du compte, on retrouve la mention de la kephala, du total. On ajoute les misthoi de l’année précédente pour retrouver la somme totale de l’emprunt.

  • 98 Migeotte 2014, p. 74-82 ; pour la comptabilité dans les apologiai béotiennes, voir Doyen 2014.

105La comptabilité d’Orchomène paraît élémentaire, mais elle suit les règles que nous connaissons dans d’autres cités grecques98. Le crédit et le débit apparaissaient, fort probablement, dans la même clause. Il y a de multiples variations dans la présentation des comptes qui dénotent un certain amateurisme de la comptabilité ; ce n’est qu’à la fin du compte que l’on trouve plus de cohérence. Malgré la cassure, on sait que peu de lignes ont été perdues et que le compte prenait fin rapidement – en témoigne la forme plus sommaire des lettres, qui montre dans plusieurs cas qu’on arrive à la fin de l’inscription.

  • 99 Chankowski V. 2005, p. 87-88, qui suit les conclusions de Migeotte 1984, p. 401.

106Orchomène paraît donc avoir eu un système de redistribution de l’argent assez développé. Il faut y voir, comme l’a souligné pour d’autres cités V. Chankowski, plutôt le signe d’un développement économique et d’une progression qu’un signe de faiblesse99.

Les kapeleia

  • 100 Kapeloi, IG XII, 6, 169, l. 34-38 : τὸν [φόρον/µισθὸν] καταβαλοῦσιν οἱ µισθωσάµενοι τῶι ταµίαι τῶν (...)

107À la fin de la partie préservée de l’inscription, on retrouve la mention énigmatique de kapeleia. Les kapeleia et les ressources liées à leur exploitation étaient souvent attachés à des sanctuaires, mais dans le cas d’Orchomène les kapeleia sont semble-t-il exploités directement par la cité d’Orchomène et les recettes provenant de leur exploitation entrent dans les comptes de la dette d’Orchomène. Le parallèle le plus proche est l’inscription des kapeloi de Samos qui a fait couler beaucoup d’encre100.

Tableau 10 — Récapitulatif des comptes d’Orchomène.

Archonte Daneion/Capital Misthoi/intérêts générés Tokoi/intérêts remboursés Capital disponible en fin d’année
Athanaios 2 100 drachmes 375 drachmes 2 oboles 375 drachmes 2 oboles 2 100 drachmes
Saumeilos 2 100 drachmes 360 drachmes 360 drachmes 2 100 drachmes
Patroklidas 2 100 drachmes [360 drachmes] 0 2 460 drachmes
Melanneis 2 460 drachmes Brisé 0 2 881 drachmes 1 obole
Peisimeilos 2 881 drachmes 1 obole Brisé 0 3 374 drachmes 2 oboles
Protarchos 3 374 drachmes 2 oboles 577 drachmes 5 oboles - -

35 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Dorkylos

108Sur le côté droit de la stèle. Catalogue militaire daté de l’archonte Dorkylos. La forme des lettres est identique à celle de l’inscription de la face A. Sur la même stèle que les Inscr. 33-34.
Face C.
Fig. 62
Inédit
ca 228/7 av. J.-C.





5




10


Δορκούλω ἄρχον[τος]
Βοιωτοῖς, Ἐρχοµεν[ίοις]
δὲ Τίµωνος Σωσίπ[πω],
πολεµαρχιόντων Φι[λο]-
µείλω Φίλλιος, Καφισ[ο]-
δώρω Δαµατριχίω, Δα-
µοτέλιος Λυσιδάµω,
γραµµατίδδοντος τοῖς
πολεµάρχοις Περιλάω
ϝαναξίωνος, τυὶ πρᾶτον
ἐστροτεύαθη Νυµείν[ιχ]-
ος [– – – – – – – – – – – –]
– – – – – – – – – – – – – –

109Ce catalogue militaire est contemporain du décret de la face A. Le collège des magistrats dans les deux inscriptions est identique. Le catalogue suit le formulaire des autres catalogues militaires d’Orchomène. Un archonte Τίµων sans patronyme apparaît comme archonte d’Orchomène dans l’inscription IG VII 3210 : ce pourrait être Τίµων Σωσίππω. La gravure de plusieurs documents publics émanant d’un seul archontat sur une pierre était un phénomène assez répandu à Orchomène (par exemple IG VII 3179, catalogue de l’archonte fédéral Onasimos, inscrit avec les autres documents de l’affaire de Nikaréta daté du même archonte).

Conclusion sur les nouvelles inscriptions d’Orchomène

110Les trois documents inscrits sur la même stèle (affaire des Amphisséens, comptes d’Orchomène et catalogue militaire) présentent une unité chronologique puisqu’ils sont tous datés de l’archonte local Timon. Il n’y a visiblement pas de liens entre l’affaire d’Amphissa et les comptes d’Orchomène de la face B. Les noms des Amphisséens n’apparaissent pas sur cette même face et les comptes d’Orchomène inscrits sur cette face semblent relever d’une affaire propre à Orchomène et non pas d’une affaire fédérale ou internationale. Il est donc clair qu’on a décidé, après la fin du mandat de Timon, d’inscrire tous les documents importants de son archontat sur une seule et même pierre. Cette façon de procéder n’est pas inconnue à Orchomène : on a l’exemple de la stèle de Nikaréta sur laquelle sont inscrits plusieurs documents de différentes natures – l’affaire de Nikaréta (IG VII 3172) et un catalogue militaire datant du même archonte (IG VII 3179) et de son successeur (IG VII 3180).

36-39 Deux fragments de stèle provenant d’Orchomène portant plusieurs inscriptions

111Musée de Chéronée, sans numéro d’inventaire. Deux fragments presque jointifs d’une stèle opisthographe de pierre bleuâtre. Malheureusement ces fragments représentent seulement un quart de l’inscription originale. Ces deux fragments appartenaient à la partie droite d’une grande stèle.

112Sur la face A, qui est la face principale, on a inscrit un catalogue militaire datant de la première moitié du iiie s. av. J.-C. avec des lettres plutôt grandes et bien gravées (Inscr. 36) ainsi qu’un autre catalogue fragmentaire (Inscr. 37). Sur le revers, ont été gravés un autre catalogue militaire (Inscr. 38) et une convention entre la petite cité de Kyrtones et Orchomène (Inscr. 39).

113La face A est couronnée d’une petite moulure. H. 0,72 m, l. 0,24 m, ép. 0,135 m.

114Nous n’avons aucune donnée sur la provenance exacte de ces deux fragments. L’inventaire du dépôt du trésor de Minyas, susceptible de nous aider, est malheureusement perdu. De par son contenu, l’inscription peut être attribuée de façon certaine à Orchomène.

36 Catalogue militaire

115Face A, fr. A. La barre de l’alpha est droite. Les barres extérieures du sigma sont divergentes. Les lettres sont pourvues de légers apices. Les branches de l’upsilon sont courbées. La gravure conduit à dater l’inscription de la première moitié du iiie s. av. J.-C. H. l. 0,007-0,01 m. Lettres plus petites que l’inscription précédente.
Fig. 63
ca 280-250 av. J.-C.





5




10




15




20

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –Ν
[– – – – – – – – – – –– – ἄρχ]οντος ἐν Ὀ(γ)χε-
[στῶι – – – – – – – – – – – –]ιω ἄρχοντο̣-
[– – – – – – – – – – – – Κα]λλικράτει[ς]
[– – – – – – – – – – – – –] Ἄµινιήω γρα̣-
[µµατίδδοντος – – – – –]ι[ο]ς̣ Ὑπατίαο, K-
[– – – – – – – – – – – – –τυὶ] π̣ρᾶτον, Kαφι-
[– – – – – – – – – – – – – –]ΡΟΣ Καλλι-
[– – – – – – – – – – – – – –]ιος Ἀρχιδ-
[– – – – – – – – – – – – – –]Σ Πουθαγγ-
[– – – – – – – – – – – – – –]δαο, Tιµαρ-
[– – – – – – – – –– – – –]ος Φιλοµε[ι]-
[λος – – – – – – – – – – – – –]τώνδαο
[– – – – – – – – – – – – – –Δι]ωνύσιος
[– – – – – – – – – – – – – –]Ν Καφισί[αο]
[– – – – – – – – – – – – – –] Ἐπικράτε-
[– – – – – – – – – – – – – –]Σ Tιµοκράτ-
[– – – – – – – – – – – – – – –]νιος Kλίδα-
[µος – – – – – – – – – – –]α̣ο, Δέξων Πο-
[ύθωνος– – – – – – – – – – –]ε̣ριος Φαει-
[νός– – – – –– – – – – – – – Ἀ]ντίµαχο[ς]
[– – – – – – – – – – – – – –]ονιος Ἀρισ-
[– – – – – – – – – – – – – – –] Κα̣λλιπιδ-

Commentaire

116L. 4 : nous avons ici l’adjectif patronymique d’Ἀµινίας.

  • 101 Sur ces noms, voir Knoepfler 2005, p. 128-135.

117L. 5 : nous avons ici la première attestation du nom Ὑπατίας en dehors de Thèbes, LGPN III B 414101.

118L. 11-12 : un Φήδιµος Φιλοµείλω est attesté dans l’inscription IG VII 3173, l. 10. Il pourrait être identifié au conscrit qui apparaît dans le catalogue militaire étudié ici.

119L. 18 : nous pouvons restituer le patronyme de Δέξων en Πο[ύθωνος]. Il pourrait alors être le père de Πούθων Δέξωνος qui apparaît dans le catalogue militaire publié par A. Wilhelm et aujourd’hui égaré, Neue Beiträge IV 4, no 1, l. 12.

120L. 19-20 : le nom Φαεινός est attesté une seule fois à Orchomène dans le catalogue militaire SEG 26, 577, l. 2.

121Malheureusement la plupart des noms sont si fragmentaires qu’ils ne permettent pas de rapprochements prosopographiques.

37 Catalogue fragmentaire

122Après le catalogue militaire, on a gravé une autre inscription aujourd’hui fragmentaire. Les lettres de cette inscription sont plus petites, mais similaires avec celles du catalogue militaire précédent. Elle doit dater de la même époque que ce dernier. H. l. 0,006 m.
Fig. 63
ca 280-250 av. J.-C.

[Nomen ἄρχοντος Βοιωτοῖς, Ἐρχοµενίοις δὲ – – – ]OI ἱππαρχίοντος
[nomen – – – – – – – – – – – – – – – – – – ἐστρατεύ]σ̣ατο ? ἐχθόνδε
[τᾶς Bοιωτίας – – – – – – – – – – – – – – – – – –ἡµ]έρας ἐνενεί[κοντα ?]

Commentaire

  • 102 Roesch, Étienne 1978, p. 359-374. Sur cette inscription, voir aussi Knoepfler 2014, p. 68-72.

123Cette inscription présente des similitudes avec la convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée SEG 28, 461102. Elle décrit fort probablement de façon plus brève les patrouilles effectuées par les cavaliers d’Orchomène.

124L. 1 : l’intitulé de l’inscription est analogue à celui de SEG 28, 461, l. 1-3 : [Φιλοκώµω] ἄρχοντος Bοιωτοῖς, Ἐρχοµενί|[οις δὲ Θιογ]νειτίδαο, ἱππαρχίοντος Tιµα|[σιθίω Ἀρι]στοµαχίω… L’intitulé de notre inscription pourrait donc avoir cette forme : Δεῖνος ἄρχοντος Βοιωτοῖς Ἐρχοµενίοις δὲ [– – – – –]OI ἱππαρχίοντος [δεῖνος τοῦ δεῖνος, ἀγιοµένων ? …

  • 103 Roesch, Étienne 1978, p. 364.
  • 104 Pour l’adverbe ἐχθόνδε, voir Roesch, Étienne 1978, p. 364.

125L. 2 : l’adverbe rare ἐχθόνδε apparaît aussi dans l’inscription célèbre d’Orchomène SEG 28, 461 qui règle les expéditions des cavaliers d’Orchomène et de Chéronée. À la l. 15 de cette inscription, on retrouve la phrase suivante : στροτευθεῖµεν δὲ ἐχθόν|[δ]ε τῆς Bοιωτίας πράταν τὰν… ; et à la l. 26 : τιθέσθη δὲ τᾶς στροτεί|ας τᾶς τε ἀν τὴ Bοιωτίη κὴ τὰς ἐχθόνδε τῆς Bοιωτίας. Dans la nouvelle inscription d’Orchomène présentée ici, nous avons la deuxième attestation de cet adverbe, qui signifie, comme l’ont montré P. Roesch et R. Étienne, « hors de »103. Dans l’inscription éditée ici, on a probablement affaire à un catalogue de cavaliers, malheureusement très mutilé, et nous ne pouvons attester la présence de cavaliers chéronéens104. Nous pourrions suggérer que l’inscription d’Orchomène SEG 28, 461, était le premier document d’une série d’inscriptions.

126Grâce à la première ligne, on peut estimer la longueur du texte d’origine qui a été perdu. Les lettres, plus petites que celle du catalogue militaire ou de la convention entre Kyrtones et Orchomène (Inscr. 39), montrent que près des trois quarts de l’inscription ont été perdus.

127Ce catalogue militaire doit être le premier texte gravé sur la stèle. Il a été soigneusement gravé sur une surface bien aplanie et moulurée.

38 Catalogue militaire gravé sur la face arrière

128Face B. Fr. A.
Fig. 64
ca 280-250 av. J.-C.






5



– – – traces de lettres – – –
[– –] Kαφισοδώρι[ος – – – – – – – – –]
[– – –] Ἀντικράτεις Λ[– – – – – – – – – –]
[– –]AΣΔAIΣ[– –]ONO[– – – – – – – – –]
[– – – –]ΑΣ EΥKΛEI[– –]APIΣ[– – – – –]
[Θι]οµνάστιος ΠΛΕ[– – – – – – – – – –]
[– –]ΙΚΩΡIOΣ ANTA[– – – – – – – – –]
ων Πολυκρ[ – – – – – – – – – – – – –]
ΡIOΣ ANT[– – – – – – – – – – – –]
κλίδαο[– – – – – – – – – – – – – – –]

129Malheureusement, ce catalogue n’est pas bien préservé, nous pouvons toutefois reconnaître quelques traces de noms.

39 Convention entre Kyrtones et Orchomène

130L’inscription est assez maladroitement gravée sur une surface qui n’était pas bien dressée. La gravure de cette face plus sommaire est sûrement postérieure à celle du catalogue militaire (Inscr. 36). Les lettres présentent néanmoins des similitudes avec celles du catalogue militaire. La barre de l’alpha est droite, les barres extérieures du sigma sont divergentes, le thêta a un point central. Il n’y a donc pas une grande distance chronologique entre les deux inscriptions, à savoir le catalogue militaire de la face A et la convention entre Kyrtones et Orchomène. Cette convention doit dater du milieu du iiie s. av. J.-C. On peut donc conclure que les deux inscriptions sont contemporaines. H. l. 0,008 m.
Cf. Knoepfler 2006-2007, p. 656.
Fig. 64-65
Inédit
ca 250 av. J.-C.

Fr . A













Fr. B





























5




10




15




20




25




30




35




40
Θιός τύχα ἀ[γαθὰ – – – – – – – –]
Kυρτώνιοι [– – – – – – – – – – – –]
TA ἐπολίτευε[– – – – – – – – – Κυρ]-
τώνεσσι OΠO[– – – – – – – – – – –]
EI Kυρτώνιοι Ε[– – – – – – – – – – –]
κράτιος Ἐρχοµ̣[– – – – – – – – – – –]
πάντων AM[– – – – – – – – – – – –]
Kυρτωνίων [– – – – – – – – – – – – –]
κὴ δδεκάτα̣ [– – – – – – – – – – – –]
ο̣ισονθι Kυρτ[– – – – – – – – – – – –]
πλὰν τῶν Κ̣Α[– – – – – – – –]
τὰς θυσίας [– – – – – – – – – – – – – –]
XON δ’ εἶµεν [– – – – – – – – – – – – –]
Ἐρχ[οµεν – – – – – – – – – – – – –]
ca une ligne manque
IE πέντε δρ[αχµὰς – – – – – – – – – – –]
τὰς δὲ δίκας ε[ἶµεν Ἐρχοµενίυς ? – – –]
πέντε δραχµ[ὰς – – – – – – – – – – – –]
λογίδδεσθη τω̣[– – – – – – – – – ἐλευθέ]-
ρως εἶµεν γᾶν [– – – – – – – – – – – – –]
ΣIN[– –] AΛΛE[– – – – – – – – – – – –]
[–]δ’ἐγ Kυρτώ[– – – – – – – – – – – –]
[–]ΔIΔETEIΣΘI [– – – – – – – – – – – –]
[–]ἠ κα βείλω[νθι– – – – – – – – – – – – – –]
INEΜΕΝ Ἐρ[χοµεν – – – – – – – – – –]
ΑIΣ κὴ πάρ᾽τ[– – – – – – – – – – – – – –]
θη Ἐρχοµεν[– – – – – – – – – – – – – –]
ΕΝ Ἐρχοµεν[– – – – – – – – – – – – ἐλευ]-
θέρως εἶµ[εν – – – – – – – – – – – – – –]
δὲ κατ᾽ Ὀγχεισ[– – – – – – – – – Ἐρχο]-
µένιοι [– – – – – – – – – – – – – –]
N Kυρτώνιοι κα[– – – – – – – – – – – –]-
χως ἐγ Kυρτώ[νεσσι – – – – – – – – –]
TO φόρον τὼς Δ[– – – – – – – – – – – –]
ἀποστελλέµεν[– – – – – – – – – – – –]
κὴ τὸν ταµίαν[– – – – – – – – – – – – –]
φόρον µισθω[– – – – – – – – – – – – –]
ας δίδωτι ἀπ[– – – – – – – – – – – – –]
ΣIAΣ τὸν ταµ[ίαν – – – – – – – – – – –]
ἐγ Kυρτώνεσσ[ι – – – – – – – – – – – –]
τὰν δευτέραν [πετράµεινον – – – – – –]

Commentaire

131Certains passages de l’inscription consistent en des clauses qui présentent des similitudes avec d’autres accords de sympolitie notamment celui entre Hélisson et Mantinée.

  • 105 Rhodes, Osborne 2003, no 14, l. 9-10.

132L. 6-12 : la présence des mots δεκάτα à la l. 9 et θυσία au pluriel à la l. 12 invite à voir aux l. 6-12, des clauses sur la vie religieuse des deux communautés et l’intégration de la plus petite, Kyrtones, à la vie religieuse d’Orchomène. La mention de la participation aux θυσίαι est un phénomène fréquent dans les sympolities – ainsi entre Hélisson et Mantinée105.

133L. 10 : oἴσονθι est une forme dialectale du verbe φέρω, attesté dans I.Thespies 48, l. 15-16.

  • 106 Rhodes, Osborne 2003, no 14, l. 10. Sur la question des tribunaux dans les traités d’isopolitie, vo (...)

134L. 17 : on pourrait restituer τὰς δὲ δίκας ε[ἶµεν Ἐρχοµενίοις] en utilisant comme parallèle Staatsvertäge III 151, l. 31 (traité entre Athènes et Milet, daté de 450/49 av. J.-C.). Une des questions réglées dans le cadre des sympolities était celle de la justice, comme par exemple dans la sympolitie entre Hélisson et Mantinée106.

135L. 19-20 ; l. 29-30 : dans ces lignes, nous pouvons peut-être restituer la phrase ἐλευθέρως εἶµεν. Il doit s’agir de la concession d’un droit aux citoyens soit de l’une des deux communautés soit des deux.

136L. 24 : la phrase qui introduit une hypothèse ἠ κα βείλω[νθι] montre qu’on laissait le choix à un groupe de personnes de faire quelque chose. On trouve des tournures analogues dans d’autres inscriptions béotiennes (par exemple I.Thespies 56, l. 2 : ἤ τίς κα βείλειτη τ̣ῶν ϝ̣εϝυ̣[κει]όντων).

  • 107 Sur la justice fédérale, voir p. 59-60.

137L. 30 : la mention de la capitale fédérale, Onchestos, montre que les relations des deux communautés avec le koinon faisaient partie de leur accord de sympolitie. Nous pouvons également émettre l’hypothèse que les différends entre les deux parties étaient réglés par la justice fédérale107.

138L. 34-40 : la mention des mots φόρος (l. 34, 37) et ταµίας (l. 36-39), et de l’infinitif ἀποστελλέµεν montre que les affaires financières de l’union entre Kyrtones et Orchomène étaient réglées.

139L. 41 : le paiement de l’impôt devait être effectué pendant le second quadrimestre de l’année comme pour d’autres affaires financières d’Orchomène (IG VII 3172, l. 115).

Datation 

140Malheureusement aucun critère interne ne permet de dater cette inscription précisément. La forme des lettres invite à la placer au milieu du iiie s. ou un peu plus tard.

Caractère de l’inscription

141L’inscription ici présentée, malgré son caractère fragmentaire, suggère que Kyrtones avait une relation étroite avec Orchomène. Kyrtones a pu être une kômè ou une bourgade dépendante d’Orchomène.

142Dans cette inscription, on a clairement affaire à une convention entre Kyrtones et Orchomène, mais, de par son caractère fragmentaire, nous ne pouvons pas définir la nature exacte du document. Peut-être faut-il y voir une sympolitie. En effet, que dans les bribes de texte conservées apparaissent aussi bien des termes qui ont trait à la justice qu’à la religion nous amène à penser qu’il s’agit d’un accord qui englobait plusieurs aspects, judicaires, financiers, religieux et par là-même probablement d’une sympolitie.

  • 108 Mack 2013. Il y a des similitudes entre ce qui reste de la convention entre Kyrtones et Orchomène e (...)
  • 109 Knoepfler 2006-2007, p. 656.
  • 110 Rhodes, Osborne 2003, n14.

143Comme dans d’autres cas, il doit s’agir d’une convention de sympolitie qui concernait une grande cité, Orchomène, et une petite cité, Kyrtones, qui se trouvait à la frontière entre la Béotie et la Locride de l’Est108. Elle présente des analogies avec la convention conclue entre les cavaliers d’Orchomène et ceux de Chéronée109. Peut-être Kyrtones appartenait-elle à cette époque au même district fédéral qu’Orchomène. De cette façon, on peut estimer que pendant le iiie s. av. J.-C. on a entreprit un effort d’intégration d’autres petites cités ou kômai qui se trouvaient dans le même district. Cette convention de sympolitie serait ainsi à rapprocher d’autres sympolities de Grèce centrale et du Péloponnèse, celle entre Hélisson et Mantinée110, celle entre Euaimon et Orchomène d’Arcadie (Staatsvertäge II 297) et celle entre Médéon et Stiris (SIG3 647).

La localisation de Kyrtones (voir carte de la Béotie)

144Cette inscription est le premier témoignage épigraphique de Kyrtones. Kyrtones était une kômè ou une bourgade qui se trouvait fort probablement au nord-est d’Orchomène. Pausanias, 9, 24, 4, en donne une brève description :

  • 111 « Une vingtaine de stades séparent Hyettos de Kyrtones, petite ville qui s’appelait primitivement, (...)

145Ὑήττου δὲ στάδια ὡς εἴκοσιν ἀπέχουσι Κύρτωνες· τὸ δὲ ἀρχαῖον ὄνοµα τῷ πολίσµατί φασιν εἶναι Κυρτώνην. ᾤκισται δὲ ἐπὶ ὄρους ὑψηλοῦ, καὶ Ἀπόλλωνός ἐστιν ἐνταῦθα ναός τε καὶ ἄλσος· ἀγάλµατα δὲ ὀρθὰ Ἀπόλλωνος καὶ Ἀρτέµιδός ἐστιν. ἔστι δὲ αὐτόθι καὶ ὕδωρ ψυχρὸν ἐκ πέτρας ἀνερχόµενον· νυµφῶν δὲ ἱερὸν ἐπὶ τῇ πηγῇ καὶ ἄλσος οὐ µέγα ἐστίν, ἥµερα δὲ ὁµοίως πάντα ἐν τῷ ἄλσει δένδρα. ἐκ δὲ Κυρτώνων ὑπερβάλλοντι τὸ ὄρος πόλισµά ἐστι Κορσεία, ὑπὸ δὲ αὐτῷ δένδρων ἄλσος οὐχ ἡµέρων111.

  • 112 Oldfather 1916, p. 160- 168 ; W. A. Oldfather, RE XII 1, 1925, p. 205.
  • 113 La localisation à Kolaka a été adoptée par Étienne, Knoepfler 1976, p. 29-32 ; Fossey 1990, p. 52-5 (...)

146Bien que la description de Pausanias soit assez précise, la localisation de Kyrtones pose des problèmes. Beaucoup de savants depuis le xixe s. et parmi eux W. M. Leake, L. Ross, G. Klaffenbach, W. A. Oldfather ont essayé de la localiser. Le « prince des voyageurs », W. M. Leake a bien remarqué que, conformément à la description de Pausanias, on pourrait identifier l’ὁρος ὑψηλόν avec le Mont Chlomon, qui culmine à 979 m d’altitude. Il a proposé de localiser Kyrtones sur le flanc est de ce mont. Sur ces indications, W. A. Oldfather a trouvé en 1914, près du village moderne de Kolaka, des vestiges archéologiques et a suggéré d’identifier Kolaka avec Kyrtones112. Cette identification a été réexaminée par D. Knoepfler et R. Étienne113.

  • 114 H. Lolling a visité le site de Monachou et a identifié correctement ce site avec Kyrtones, Lolling (...)
  • 115 Klaffenbach 1935, p. 707, n. 1 : « Für die antiken Ruinen bei Martino möchte ich die alte Identifik (...)
  • 116 Oldfather 1916, p. 160-161, n. 3.
  • 117 Fossey 1990, p. 179-180.

147Pour d’autres savants, notamment H. Lolling, G. Klaffenbach et E. Kirsten, Kyrtones devait être localisée dans la région du village de Martino114. Une inscription inédite prouve que Kyrtones doit être localisée au lieu-dit Monachou au sud-ouest de Martino. G. Klaffenbach avait bien identifié ce site comme étant celui de Kyrtones115. W. A. Oldfather avait décrit cet endroit où sont visibles plusieurs vestiges archéologiques, mais parce qu’il lisait de façon trop rigoureuse la description de Pausanias, il n’a pas voulu identifier ce site avec Kyrtones116. J. M. Fossey a souligné que ce site est plutôt tourné vers la Béotie, parce que les voies de communication mènent vers le sud et la Béotie plutôt que vers la Locride117. La nouvelle inscription découverte en place lui donne raison parce qu’elle est rédigée en dialecte béotien. Nous avons donc la preuve que Kyrtones doit être localisée au nord de Kopai et à l’est d’Hyettos. Grâce à cette localisation et à la convention entre Kyrtones et Orchomène nous savons que le territoire d’Orchomène et son district, dans le cadre de la Confédération béotienne, recouvraient une superficie importante qui allait jusqu’aux frontières entre la Béotie et la Locride de l’Est, au nord de Kastro. Grâce à la localisation désormais certaine de Kyrtones à l’ouest de Martino nous savons que Kyrtones n’était pas une cité directement voisine d’Orchomène au nord, mais une cité dépendante relativement éloignée à l’ouest.

40 Décret de proxénie

  • 118 Sur cet architrave, voir Knoepfler 1992, p. 491-492, no 165, et plus récemment D. Knoepfler, Bull.  (...)

148Au théâtre d’Orchomène git depuis longtemps un pilier portant un décret de proxénie inédit. Le bloc inscrit a été réutilisé comme bloc d’architrave dorique. Sur la face gauche, il porte deux regulae avec des gouttes et sur la face droite un soffite avec un démaigrissement pour l’implantation d’un chapiteau. Sur l’arête supérieure a été creusée une mortaise pour crampon en pi. Brisé en bas. Le bloc inscrit réutilisé appartient à l’architrave dorique du proskénion du théâtre d’Orchomène qui porte l’inscription Χαριτεισίων τὸ λογῖον κ[ὴ τὼς πίνακας Διωνύσοι ἀνέθεικε], SEG 42, 417118.
H. 0,855 m, l. 0,365 m, ép. 0,246 m, h. l. 0,005-0,012 m.
Fig. 66
Inédit
Fin iiie s. av. J.-C.





5




10

Χηρίππω ἄρχοντος ἔδοξε τῦ
δάµυ Ἐρχοµενίων· Σωσανδρίδα
Πούθωνος Φωκεῖα ἐσς Εὐαµπόλιος
πρόξενον εἶµεν κὴ εὐεργέταν
τᾶς πόλιος Ἐρχοµενίων κὴ αὐτὸν
κὴ ἐκγόνως κὴ εἶµεν αὐτῦς γᾶς
κὴ ϝυκίας ἔππασιν κὴ ϝισοτέλι-
αν κὴ ἀσουλίαν κὴ ἀσφάλιαν κὴ
κατὰ γὰν κὴ κατὰ θάλατταν κὴ πο-
λέµω κὴ ἰράνας ἰώσας κὴ τὰ ἄλλα
πάντα καθάπερ κὴ τῦς ἄλλυς
προξένυς κὴ εὐεργέτης.

149L. 1 : le nom de l’archonte d’Orchomène Χήριππος est attesté quatre fois à Orchomène, LGPN III B 444.

  • 119 Roesch 1989.

150L. 2-3 : le proxène d’Hyampolis n’est pas connu par ailleurs. Le nom Σωσανδρίδας est relativement rare, et n’est attesté que trois fois à Cos, LGPN I 420, et une fois à Syracuse, LGPN III A 411. En Béotie, il est uniquement attesté à Mykalessos, LGPN III B 391. Σωσανδρίδας est le second proxène phocidien qui apparaît à Orchomène, l’autre est Eutheas fils de Kleophanes, originaire également d’Hyampolis honoré par le décret SEG 39, 440119.

151La forme du monument, un pilier, ainsi que le formulaire de la proxénie et la forme des lettres présentent des similitudes avec les deux décrets de proxénie SEG 39, 440-441, publiés par P. Roesch. Le décret présenté ici doit être postérieur à ces deux textes, parce que le dialecte présente des caractéristiques plus développées, par exemple la contraction systématique des diphtongues, ainsi l. 2-3 τῦ δάµυ, l. 11-12 τῦς ἄλλυς προξένυς dans le nouveau décret alors que dans le décret SEG 39, 440, on retrouve des formes telles que τοῖ δάµοι, τοῖς ἄλλοις προξένοις.

41 Inventaire sacré

152Bloc de marbre blanc, dont la partie inférieure est brisée, encastré dans le mur nord de la nef nord de l’église de Skripou. Nous ne sommes pas en mesure d’affirmer avec certitude que le bloc est brisé sur sa partie droite ou s’il s’agit simplement de son extrémité. Dans ce cas, la suite de l’inscription serait gravée sur un autre bloc. Les dimensions du bloc nous amènent toutefois à pencher plutôt en faveur de la deuxième possibilité. Ce bloc provient probablement d’une construction située dans le théâtre de la cité. H. 0,13 m, l. 0,93 m, h. l. 0,01-0,016 m.

153L’écriture de l’inscription est assez sommaire et quelquefois maladroite. Les lettres sont pourvues d’apices. La barre intérieure de l’alpha est brisée. Les lettres rondes omicron et oméga sont plus petites que les autres. Le style des lettres peut être daté de la première moitié du iie s. av. J.-C.
Cf. D. Knoepfler, Bull. 2007, 306.
Fig. 67
Inédit
Début du iie s. av. J.-C.


Tὺ ἱεράρχη τὺ ἐπὶ Kαλονίκω ἄρχοντος [Τ]ιµοκλ<ε>ῖς
vacat
AMΦI
2
3
Tὺ ἱεράρχη τὺ ἐπὶ Nίκωνος ἄρχοντος Ἀντικράτεις Ἀντικράτιος, Eὔθιουµος Πουθανγέλω, Σαµίας [– – –]
ἀνέγραψαν τὰ ἐπ᾽αὐτοσαυττῶν ἀνθεθέντα τῆ Ἀ[ρτάµι]δι τῆ Eἰλειθούη Nικονόα Λιούσωνος [– – –]
Γ[– – –]NAN Πουρεινίας [– – – – – –]

154Traduction

Les hiérarques qui ont exercé leur magistrature pendant l’archontat de Kalonikos, Timokles (vacat)

Les hiérarques, qui ont exercé leur magistrature pendant l’archontat de Nikon, Antikrates fils d’Antikrates, Euthymos fils de Pythangelos, Samias fils d’untel, ont inscrit les offrandes offertes pendant leur magistrature à Artémis Eilytheia.

Observations sur l’onomastique et le formulaire

155L. 1 : le nom Kαλόνικος n’est pas attesté à Orchomène, mais il est attesté en Béotie, LGPN III B 225. On peut restituer le nom Τιµοκλεῖς. Après la première ligne, on a un vacat de quatre lignes à peu près. Ce premier inventaire n’a pas été entièrement gravé. Après l’intitulé, il n’y a aucune trace de lettres.

156L. 2 : un archonte Nίκων est connu par l’inscription IG VII 3224, l. 2, datée du ier s. av. J.-C., mais aujourd’hui perdue, il est donc impossible de vérifier cette datation. Un autre archonte Nikon apparaît sur une base de trépied inédite, qui pourrait être datée de la même époque que notre inventaire. Une identification de ces deux archontes homonymes n’est pas improbable. La forme Εὔθιουµος du nom commun est uniquement attestée à Orchomène, IG VII 3193, l. 6.

157On connaît déjà un Ἀντικράτεις Ἀντικράτιος par l’inscription IG VII 3179, l. 33, qui est datée de ca 223 av. J.-C. Il est probablement le même que le nôtre. Un Eὔθυµος Πουθαγγέλου est attesté dans le catalogue militaire IG VII 3180, l. 34. Ce catalogue est daté de ca 215 av. J.-C. Cette datation s’accorde bien avec celle de l’inscription IG VII 3179. Ces deux hiérarques étaient donc éphèbes vers 220 av. J.-C. Si l’on tient compte du fait qu’il fallait avoir plus de trente à quarante ans pour être hiérarque, on peut dater notre inscription de la fin du iiie s. ou du début du iie av. J.-C.

  • 120 Sur ce terme, voir Blümel 1982, p. 268, § 282.
  • 121 Schachter 1981, à Anthédon p. 94 ; Chéronée p. 98 ; Tanagra p. 103 ; Thèbes p. 104 ; Thespies p. 10 (...)

158L. 3 : l’expression τὰ ἐπ᾽ αὐτοσαυττῶν est une locution temporelle qui indique la durée du mandat des hiérarques120. Le culte d’Artémis Eileithyia est très répandu en Béotie121 et attesté à Orchomène dans la dédicace IG VII 3214. À la fin de la ligne, on peut lire avec difficulté le nom féminin Νικονόα Λιούσωνος. Le nom Νικονόα n’est pas attesté en Béotie mais en Thessalie (LGPN III B 308). La forme Λιούσων est attestée à Orchomène, Akraiphia, Chéronée et Hyettos (LGPN III B 261). On a donc tout naturellement affaire à des dédicaces de femmes à Artémis.

  • 122 Sur les hiérarques en Béotie, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 67 et Migeotte 20 (...)
  • 123 IG VII 2420 : Μνασιλάω ἄρχοντος, ἱαρειαδδόντων Σαµίαο Ἱσµεινικέταο, Φοξίνω Ἀθανοδώρω, καβιριαρχιόντ (...)
  • 124 [Διω]νυσίχω ἄρχοντος ἱαραρχίοντος Ἀγελ[– – –]|γραµµατίδδοντος Φιλοξένω Γλαύκω etc.

159Ce texte appartient à la catégorie des inventaires sacrés. Malheureusement, seul l’intitulé nous est parvenu. Dans la majorité des inventaires sacrés qui conservent leur intitulé, apparaissent, parmi d’autres magistrats, les hiérarques122. D’autres inventaires sacrés ont été trouvés en Béotie. À Thèbes, on a les inventaires IG VII 2420, 2421 et 2423. La première inscription trouvée près du Cabireion, comporte trois inventaires qui recensent des offrandes plutôt luxueuses en or et en argent consacrées dans ce sanctuaire. Dans ce cas, les hiérarques sont appelés, en raison de l’importance du sanctuaire, Cabiriarques mais leur rôle était le même123. Dans l’inventaire IG VII 2421, des femmes dédient des vêtements à une divinité dont le nom est perdu, mais il s’agit probablement d’une déesse féminine comme Artémis. Dans l’intitulé de cette inscription figurent les hiérarques124.

42 Catalogue militaire

160Musée de Chéronée, sans numéro d’inventaire (inv. d’Orchomène 83). Base hémicylindrique de marbre blanc. Brisée dans les parties droite et gauche. En haut, une partie de la moulure est conservée. H. 0,26 m, l. 0,43 m, ép. 0,32 m. Cette base est rangée parmi d’autres inscriptions d’Orchomène qui ont été transportées au musée de Chéronée.

161L’écriture du catalogue est assez régulière. Les lettres sont pourvues de légers apices ; la barre intérieure de l’alpha est brisée. Les lettres rondes, thêta et omicron sont plus petites que les autres, le thêta a un point au centre. Les lettres des deux dernières lignes sont beaucoup plus petites que celles des lignes précédentes ; elles ont donc été gravées ultérieurement. À en juger par la forme des lettres, nous pouvons dater l’inscription de la fin iiie s. av. J.-C. ou du début du iie s. H. l. 0,006-0,01 m.
Fig. 68
Inédit
ca 150 av. J.-C.





5




10

[– – – – – – – – – – – – – – ἄρχοντ]ος πολεµ[αρ]-
[χιόντων – – – – – – – – – – –] Kαφισοδώρω,
[– – – – – – – – – – – – – – – – – –] γραµµατεύο-
[ντος τῦς πο]λε[µάρχυς – – –]ωνος Δαµατρ-
[– – – τυ]ῒ πρᾶτον ἐστρατεύαθ̣η Ἀριστοκλ[εῖς]
Θιογίτονος, Nίκων Ἀρίστωνος, [– – – – – –]
[Ἐ]παµινώνδας Mνασιθίω, [– – – – – – – – – –]
[– Δ]αµοκλεῖς Ὀφέλλω, Θιόδωρος Mικού[λου – – –]
[– –], Eὐκρατίδας Nικολάω, Φερεκράτ[εις – – – –]
[– –] Κάλλωνος, Δορκείδας Κλίωνο[ς – – – – – – – –]
[– – –], Eὐκράτεις Ξενοτίµω, [– – – – – – – – –] Kαφισι[– –]
[– – – –], Ἀντιγέν[ει]ς Σ[– – – –]Ω[– –]TP[– –]OΣ

Notes sur l’onomastique et le formulaire

162L. 3 : la forme en koinè γραµµατεύοντος à la place de la forme dialectale γραµµατίδδοντος permet de dater l’inscription de la seconde moitié du iie s. av. J.-C.

163L. 4 : on peut restituer Δαµατρ[ίχου] ou Δαµατρ[ίου]. Un Στράτων Δαµατρίχου est connu par l’inscription IG VII 3175, 30. Cette inscription est datée de 285-280 av. J.-C. Un Δαµάτριχος Ἀρίστωνος est connu par le catalogue des noms publié par A. Wilhelm, Wilhelm 1915, p. 10, l. 9, daté du iie s. av. J.-C., c’est pourquoi la restitution Δαµατρίχου est plus probable.

164L. 5 : l’expression τυῒ πρᾶτον ἐστροτεύαθη est uniquement attestée à Orchomène (voir, par exemple, IG VII 3174 ; SEG 3, 371-372 ; 374). Cet élément confirme l’origine orchoménienne du catalogue.

165L. 6 : le nom Διογίτων est attesté à Orchomène, LGPN III B 116. Nίκων Ἀρίστωνος porte un nom et un patronyme très communs à Orchomène et en Béotie.

  • 125 Pour la datation de cette inscription, voir Gossage 1975, p. 122-123. Un lien prosopographique prés (...)
  • 126 Sur le catalogue de proxènes de provenance inconnue, voir Mack 2015, p. 339-343, no 18. Sur la date (...)
  • 127 Habicht 1984 ; cet article de Chr. Habicht manque dans la bibliographie de Mack 2015.

166L. 7 : le fils d’[Ἐ]παµινώνδας Mνασιθίω, Mνησίθεος Ἐπαµινώνδου, est connu comme représentant de la cité d’Orchomène dans le catalogue de vainqueurs aux Ptoia BCH 44, 1920, p. 251-252, no 10, l. 29, Manieri 2009, Acr. 15, qui est traditionnellement daté de 80-60 av. J.-C.125. Dans cette liste des vainqueurs (l. 31), apparaît un autre représentant de la cité d’Orchomène, Κηφισόδωρος Μνησιµάχου. Ce Κηφισόδωρος figure également dans un catalogue de proxènes d’une cité inconnue, probablement eubéenne, conservé au British Museum126. Chr. Habicht, en se fondant sur des liens prosopographiques avec des actes d’affranchissement de Delphes a daté ce catalogue des années 130-120 av. J.-C.127. Il semble difficile que quelqu’un qui était honoré de la proxénie vers 130, puisse encore représenter sa cité après 80 av. J.-C. Dès lors, il convient de dater le catalogue des vainqueurs aux Ptoia, BCH 44, 1920, p. 251-252, no 10, de la fin du iie s. av. J.-C. Il est difficile de recourir à la solution habituelle – considérer que nous avons un grand-père et un petit-fils homonymes. Par conséquent, le catalogue militaire présenté ici doit probablement dater du milieu du iie s. av. J.-C.

167L. 8 : le nom Δαµοκλεῖς est attesté à Orchomène (Wilhelm 1915, p. 10, l. 8). Le nom Ὀφέλλος ne compte aucune attestation, il fait partie de la catégorie des noms en Ὀφέλ- ; le nom le plus proche est Ὀφέλλεις. Le nom Θιόδωρος est attesté à Orchomène, LGPN III B 199. Le nom Mικού[– –] peut être restitué soit en Mικού[θου] soit en Mικού[λου]. Le nom Mικού[λος] a l’avantage d’être déjà attesté à Orchomène, IG VII 3183, 5.

168L. 9 : le nom Eὐκρατίδας est attesté à Orchomène, LGPN III B 158. Le nom Φερεκράτ[εις/ης] est assez rare. Il n’est attesté qu’à Thespies, LGPN III B 418.

169L. 10 : le nom Δορκείδας est uniquement attesté à Orchomène, LGPN III B 126.

170L. 11 : le nom Eὐκράτεις n’est pas attesté à Orchomène, mais il est assez répandu en Béotie, LGPN III B 158. Le nom Ξενότιµος est commun à Orchomène, LGPN III B 318.

  • 128 Pour les catalogues militaires d’Orchomène, voir Fossey 1991, p. 49-81.

171L’inscription est gravée sur une base hémicylindrique. C’est la première fois qu’un tel type de support est utilisé pour la gravure d’un catalogue militaire à Orchomène. Ce catalogue militaire est probablement le plus tardif parmi ceux trouvés à Orchomène128.

43 Catalogue des morts d’Orchomène à la bataille de 245 av. J.-C.

  • 129 Low 2003 ; Chaniotis 2012.

172La commémoration des soldats morts sur le champ de bataille n’est pas propre à Athènes. L’exemple du démosion sema athénien a longtemps dominé la bibliographie et a fait penser que tous les autres monuments funéraires publics imitaient plus au moins cet exemple. Depuis peu, on a compris que le phénomène de la commémoration des morts au combat n’était pas une particularité athénienne, en effet, il apparaît dans plusieurs cités de façon indépendante du cas athénien. On a des catalogues de morts à l’époque classique à Argos, à Mégare ou à Ambracie129. Parmi les régions où l’on trouve fréquemment des catalogues de morts figure la Béotie. À cause d’une possible influence attique, c’est plutôt la Béotie de l’ouest qui a produit le plus grand nombre de ces documents. Le monument le plus important est bien sûr le polyandreion de Thespies (IG VII 1888 a-i [I.Thespies 485 a-i]). Ce polyandreion était une construction monumentale qui comportait plusieurs stèles avec les noms des morts et probablement un lion sculpté. Ce polyandreion a été attribué à la bataille de Délion de 424 av. J.-C. Un autre monument commémorant les morts d’une bataille provient de Tanagra. Il s’agit d’une base de marbre bleuâtre, dont la fonction architecturale n’est pas facile à déterminer (IG VII 585). Ce monument a lui aussi été attribué à la bataille de Délion. Une stèle fragmentaire trouvée à Thespies porte le titre ἐν πολέµωι et doit être datée de la période de la guerre corinthienne (I.Thespies 486). À ces trois monuments publics datés du ive s. av. J.-C., on pourrait encore ajouter un monument privé. Il s’agit d’un monument de Thespies où l’on a gravé les noms des différents membres d’une même famille tombés sur plusieurs champs de bataille en Béotie (I.Thespies 488). À cet ensemble de monuments datés du ive av. J.-C., nous pouvons ajouter un nouveau catalogue des morts provenant d’Orchomème.

  • 130 Sur ces fouilles, voir Aravantinos et al. 2014 et Aravantinos et al. 2016. Sur l’identification de  (...)
  • 131 Pisani 2015, p. 170-171.

173Le premier monument a été trouvé à Orchomène. Il s’agit d’une stèle de marbre bleuâtre surmontée d’un fronton à acrotères. La stèle est brisée au milieu en deux fragments qui se raccordent. Elle a été découverte en 2007 lors de fouilles au lieu-dit Gyftissa à 5 km environ à l’ouest d’Orchomène où se situe, selon toute probabilité, le Thesmophorion de la cité130. Selon les fouilleurs, le sanctuaire était déjà abandonné au ive s. av. J.-C. Cette chronologie est principalement fondée sur la datation des statuettes découvertes dans ce sanctuaire. À l’époque impériale, l’emplacement du sanctuaire était utilisé en tant que cimetière131. Par la datation de la céramique trouvée dans les tombes on peut dater ce cimetière des premiers siècles avant J.-C.
H. 1,59 m, l. 0,35-0,42 m, ép. 0,17-0,20 m, h. l. 0,02-0,025 m.
Fig. 69
Inédit





5
Οἱ µετηλλαχότες
Ὀρχοµενίων
ἐν τῇ πρὸς
Αἰτωλοὺς
µάχῃ
dix lignes de noms érasées

Commentaire

174La forme des lettres nous amène à dater cette inscription du ier s. av. J.-C. La barre médiane de l’alpha est clairement brisée, le mu a des branches latérales divergentes, toutes les lettres présentent des apices et ont la même hauteur.

  • 132 Buraselis 1982, p. 150-151.

175L. 1 : le terme µετηλλαχώς est couramment utilisé pour les morts héroïques pendant la période hellénistique132. Pendant la période classique, ce verbe qualifiait uniquement la mort de héros tel qu’Hercule ou Ajax. À l’époque hellénistique, il commence à être aussi utilisé pour des mortels exceptionnels et son usage se repend peu à peu, mais en gardant toujours un caractère honorifique.

Commentaire historique

  • 133 Sur cette bataille, voir p. 115-116.

176Les relations entre Béotiens et Étoliens étaient loin d’être cordiales pendant la période hellénistique. On pourrait attribuer la bataille au cours de laquelle ces Orchoméniens sont morts à une des nombreuses périodes d’hostilité entre Béotiens et Étoliens. Plusieurs indices pourraient nous amener à identifier cette bataille au combat qui les a opposés en 245 av. J.-C.133 :

1771) bien que les noms des morts soient malheureusement perdus, nous pouvons compter approximativement le nombre de lignes attribuées à leur gravure, soit 10 lignes. Au moins dix Orchoméniens sont donc morts au cours de cette bataille, ce qui constitue un nombre assez élevé pour une cité moyenne comme Orchomène. Le fait que la bataille de 245 av. J.-C. ait eu lieu tout près de la cité dans la vallée de Chéronée renforce cet argument. Il est probable que le nombre d’Orchoméniens qui ont participé à cette bataille ait été élevé.

1782) L’appellation « la bataille contre les Étoliens » devait avoir pour les Orchoméniens un sens sans ambigüité et il devait s’agir d’un événement connu et important. La grande bataille de 245 av. J.-C. devait avoir gardé une place importante dans la mémoire des Orchoméniens. Or, nous ne connaissons pas de batailles entre Béotiens et Étoliens au iie ou au ier s. av. J.-C. qui pourraient avoir impliqué des Orchoméniens.

  • 134 Kalliontzis 2014, p. 333-342 ; Papazarkadas 2016.
  • 135 Kalliontzis 2014, p. 339-341.

179Le martelage des noms des morts de l’inscription pose problème. Peut-être est-ce un acte tardif réalisé lors de la réutilisation de la stèle pour la couverture d’une tombe. La datation de l’inscription est difficile à préciser. La forme des lettres amène à la dater de la basse époque hellénistique, probablement du ier s. av. J.-C. Rédigée en koinè sans formes dialectales, elle doit être postérieure au iie av. J.-C. époque où le dialecte a toujours été utilisé. Il s’agit d’un monument érigé plusieurs décennies après la bataille de 245 av. J.-C. Nous avons plusieurs exemples en Béotie de réappropriation de la mémoire de guerres et de batailles passées. Ainsi, à Thèbes et à Platées, où des recherches récentes ont prouvé que plusieurs inscriptions ont été regravées pour célébrer la mémoire de batailles passées134. Le catalogue des morts récemment publié provenant de Platées présente de grandes similitudes avec le catalogue des morts présenté ici. Dans ce catalogue qui date probablement du ier s. av. J.-C., sont énumérés les noms des soldats morts à Olynthe au cours du siège de la cité mené par Phillipe II de Macédoine en 348 av. J.-C. (SEG 64, 394)135. Dans le cas de Platées, son rôle en tant que lieu de mémoire de la Grèce nous permettrait de mieux comprendre la réinscription des catalogues anciens. Il n’est pas aussi facile de comprendre pourquoi les Orchoméniens ont choisi d’inscrire ou de réinscrire un document ancien après plusieurs décennies. Il est difficile de trouver un moment d’hostilité entre Béotiens et Étoliens au cours du ier s. av. J.-C. pour placer ce document. Il est plus probable que ce monument s’insère dans un effort de commémoration des grands moments historiques de la cité.

18044-46. Collection archéologique d’Orchomène, trésor de Minyas no 273. Bloc d’exèdre semi-circulaire de calcaire blanc découvert récemment dans une fouille de sauvetage à Orchomène. Il présente une anathyrose qui porte à gauche deux mortaises pour crampons en pi. La face arrière est grossièrement travaillée. L’arête inférieure de la face inscrite est brisée. Le bloc est mouluré en haut. Le bloc porte deux actes d’affranchissement sur la face principale (Inscr. 45 ; Inscr. 46) et un autre sur le côté droit (Inscr. 44). L’Inscr. 44 est probablement antérieure à celle qui est gravée sur la face principale.
H. 0,245 m, l. 0,67-0,83 m, ép. 0,52 m.

44 Acte d’affranchissement

181Face A. Sur le côté droit du bloc qui porte les Inscr. 45-46.
H. l. 0,006-0,012 m.
Fig. 70
Inédit
160-150 av. J.-C.





5



M.νασείλ̣ω ἄρχοντος ἱαρειάδδον-
τος Μελίτωνος Θιοκλίδαω ἱαραρ-
χιόντων Μιλιχίδαω Ξενοκράτιος
Ἡροδότω Εὐδρόµω ἀντίθεντι Δαµό-
κλια κὴ Οὑπερβίχα Τερψίαο παριόντος
Δαµοκλίη τῶ ἀνδρός Μιλιχίδαο Ξενοκρ̣[ά]
[τιος], τῆ Οὑπερβίχη παριόντος τῶ ἀνδρ[ος]
[– – –] Ἀρίστωνος τὸν ϝιδίον ϝ[– – –]
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

182L. 3 : un Ξενοκράτεις Μιλιχίδαο apparaît dans l’acte d’affranchissement Darmezin 1999, no 117, comme prêtre de Sérapis et d’Isis. Cet acte d’affranchissement est daté de l’archonte Θάρσων qui date également l’acte de la face A de ce bloc. Il doit s’agir probablement du père du prêtre qui est également l’époux d’une des femmes affranchie, Δαµόκλια. De par la forme des lettres, cet acte semble être plus ancien que celui gravé sur la face A. Il est probable que l’esclave de Δαµόκλια et Οὑπερβίχα était également consacré à Dionysos, car la base portant les deux actes d’affranchissement devait être érigée dans le sanctuaire de ce dieu.

183L. 7 : le nom Οὑπερβίχα n’est pas attesté par ailleurs, seul un autre nom attesté en Οὑπὲρ, Οὑπερµενίδας apparaît deux fois à Akraiphia, LGPN III B 329. Le suffixe ‑βίχος est attesté en Béotie, à Orchomène, avec Μελάµβιχος et à Lébadée avec la forme Μελάνβιχος, LGPN III B 273.

45 Acte d’affranchissement

184Face B.
H. l. 0,008-0,01 m.
Fig. 71
Inédit
ca 150 av. J.-C.





5



Θάρσωνος ἄρχοντος, ἱαρειάδδοντος Μελίτωνος Εὐκλίδαο,
πολεµαρχιόντων Λιούκωνος Ε[ὐ]γίτονος, Δορκίλλιος Ἀθα-
νοδώρω, Σάωνος Ἅβρωνος, ἱαραρχιόντων Τερψίαο Π̣ρ̣οξένω,
Νικοξένω Σωστρότω ἀντίθειτι Μνασικράτεις Εὐκλείδαο
Εὐαµπολιεύς τὰν ϝιδίαν θαράπηναν Νικῶν ἱαρὰν εἶµεν
τῶ Διουνούσω κὴ µεὶ ἐσσεῖµεν µειθενὶ Νεικῶς ἐφάπτεστη
µειδὲ καταδουλίτταστη· ἠ δὲ κά τις ἐφάπτειτη κούριος
ἔστω ὁ ἱαρεὺς κὴ τὺ ἱαράρχη κὴ τὺ σούνεδρυ σουλῶντες
κὴ δαµιῶοντες τὸν ἀδικίοντα.

185L. 1-3 : l’archonte Θάρσων date également les actes d’affranchissement IG VII 3198 (Darmezin 1999, no 109) et IG VII 3199 (Darmezin 1999, no 110). Le même collège de polémarques constitué de Λιούκων Εὐγίτονος, Δορκίλλεις Ἀθανοδώρω et Σάων Ἅβρωνος apparaît dans ces actes d’affranchissement. Mais l’ordre de leurs noms change d’un acte à l’autre. Dans Darmezin 1999, no 109, on a Δορκίλλεις, suivi de Λιούκων et de Σάων ; dans Darmezin 1999, no 110, Σάων est suivi de Δορκίλλεις et de Λιούκων alors que, dans l’acte d’affranchissement présenté ici, on a Λιούκων, suivi de Δορκίλλεις et de Σάων. Cela prouve que la présidence du collège des polémarques changeait tous les quatre mois, le πετράµεινον qui apparaît dans d’autres inscriptions béotiennes.

  • 136 Sur cette question, voir Knoepfler 1990, p. 496-498 ; Müller 2005, p. 114-117, et Grenet 2014, p. 4 (...)

186L. 2 : un – – –κων Εὐγίτονος est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire IG VII 3184 (Fossey 1991, p. 55-58, IIb). Nous devons probablement accepter la restitution [Λιού]κων Εὐγίτονος proposé par LGPN III B 260 et identifier le conscrit avec le polémarque homonyme des actes d’affranchissement, Darmezin 1999, nos 109-110. Le catalogue dans lequel apparaît [Λιού]κων Εὐγίτονος est antérieur à la dissolution du koinon béotien, parce qu’on retrouve la mention d’un archonte fédéral béotien dont le nom n’est pas préservé. De par la forme des lettres, ce catalogue peut être daté du début du iie s. av. J.-C. Λιούκων était donc conscrit sous un des derniers archontes du koinon et il est devenu polémarque à un âge plus avancé, ca quarante-cinquante ans, vers le milieu du iie s. et après le remplacement de la boulè par le synédrion136. Le nom Τερψίας est attesté à Orchomène, LGPN III B 403. C’est aussi le cas du nom Πρόξενος, LGPN III B 363.

187Un Ἀθανόδωρος fils de Δορκίλλεις apparaît dans l’acte d’affranchissement par consécration à Isis et à Sérapis, IG VII 3203, l. 4-5, Darmezin 1999, no 114. Il est difficile de dire s’il s’agit du père ou plus probablement du fils du polémarque. Les hiérarques qui apparaissent dans cet acte d’affranchissement ne semblent pas être connus par ailleurs.

  • 137 Knoepfler 1990, p. 496-498 ; Grenet 2014, p. 417-419.

188Comme l’a déjà noté Cl. Grenet, la mention du synédrion dans les actes d’affranchissement d’Orchomène, Darmezin 1999, nos 109-117, prouve qu’il s’agit de documents postérieurs au remplacement de la boulè par le synédrion après 167 av. J.-C. suivant la datation de D. Knoepfler137.

  • 138 Grenet 2014, p. 418

189La mention du synédrion avec les autres magistrats responsables de l’affranchissement rend caduque un argument de Cl. Grenet pour qui la mention séparée des magistrats et du synédrion dans les actes d’affranchissement datés de l’archonte Tharson (IG VII 3198-3199) en faisait les plus anciens de la série des actes d’affranchissement d’Orchomène138.

  • 139 Darmezin 1999, nos 109-120 ; Grenet 2014, p. 428.
  • 140 Amandry, Spyropoulos 1974.

190Cet acte d’affranchissement suit le formulaire des actes d’affranchissement par consécration déjà connus à Orchomène. Parmi les actes d’affranchissement d’Orchomène, neuf sont des consécrations à Sérapis et Isis, trois à Asklepios, et un à la Mère des dieux139. La caractéristique exceptionnelle de cet acte est qu’il s’agit d’un affranchissement par consécration à Dionysos attesté pour la première fois à Orchomène. Dionysos était une des divinités les plus importantes d’Orchomène. Son sanctuaire doit se situer près du théâtre. Un temple récemment fouillé au sud du théâtre d’Orchomène pourrait être identifié à celui de Dionysos. Par ailleurs, plusieurs bases chorégiques découvertes près du théâtre d’Orchomène sont dédiées à cette divinité140.

46 Acte d’affranchissement

191Immédiatement au-dessous de l’acte d’affranchissement précédent.
Fig71

[– – – – – – – –] ἄρχοντος ἱαρειάδδοντος Μελίτωνος
[Εὐκλίδαο πολεµαρχιόν]των Ἀριστονίκω Κλιωδ[άµω]
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

192Quelques traces de lettres appartenant au nom de l’archonte sont préservées, mais il est impossible de le reconstituer. Le prêtre reste le même Meliton fils d’Euklidas alors que les polémarques changent.

Notes

1 Migeotte 1984, p. 48-71, nos 12-14.

2 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980 ; Hennig 1974.

3 Roesch, Étienne 1978. Sur la topographie d’Orchomène, voir Farinetti 2011, p. 109-117. Pour une synthèse sur Orchomène, voir Hennig 1974, p. 333-355. Sur l’épigraphie d’Orchomène, voir Lauffer 1976 ; Lauffer 1980 ; Fossey 1974 ; Fossey 1982 ; Knoepfler 2006-2007, p. 653-657.

4 Feyel 1942a, p. 47-48. Sur la date de l’archonte fédéral Dorkylos, voir p. 18-21.

5 Pour plus des détails sur la date d’Onasimos, voir le chapitre I sur la chronologie des archontes fédéraux p. 23-24.

6 Migeotte 1984, p. 56-57.

7 Roesch 1965, p. 247. Voir aussi p. 66-67 et p. 195.

8 Rubinstein 2000, p. 41-58.

9 Paschidis 2008, p. 318-319.

10 Polybe, 20, 5 : διὸ καὶ µεγάλην ἀντιπολιτείαν εἶναι συνέβαινε τούτοις πρὸς τοὺς περὶ τὸν Ἀσκώνδαν καὶ Νέωνα, τοὺς Βραχύλλου προγόνους. οὗτοι γὰρ ἦσαν οἱ µάλιστα τότε µακεδονίζοντες. οὐ µὴν ἀλλὰ τέλος κατίσχυσαν οἱ περὶ τὸν Ἀσκώνδαν γενοµένης τινὸς περιπετείας τοιαύτης.

11 Feyel 1942a, p. 117-119.

12 Pour le stemma de la famille de Νέων, voir Koumanoudis 1979, p. 147-148, no 1401 ; pour l’histoire de cette famille, voir Paschidis 2008, p. 319-323. Sur l’incident de Larymna, voir le chapitre III sur l’histoire de la Béotie hellénistique p. 117-118.

13 Pompow 1922, p. 105-107.

14 Papapostolou 2014, p. 181 ; Stikas 1961, p. 174-177.

15 FD III 3, 149. Cf. LGPN III A, p. 279, nos 16, 17 et 21.

16 O’Neil 1984-1986, p. 46-48.

17 O’Neil 1984-1986, p. 45-47.

18 Velissaropoulos, Karakostas 2011, I, p. 211-212 : « En cas d’inexécution des prestations convenues par le contrat principal pour éviter la saisie de ses biens, le débiteur peut consentir avec le créancier d’un règlement complémentaire portant sur les conditions du remboursement. En principe, l’acte fait naître (ou reproduit) des obligations à la charge de l’une seulement des parties, du débiteur mis en demeure. Le document appelé syngraphè pros tina (ou kata tinos) enregistre une convention unilatérale imposée par le créancier qui n’a pas été satisfaite conformément aux clauses du contrat initial et fixe de nouvelles conditions de remboursement ».

19 Dareste 1884, p. 376.

20 Bechtel 1921, p. 298 § 146.

21 Magnetto 1997, p. 102, n. 80 : « Non conosciamo i termini di questo disaccordo tra gli eredi di Cleomede e i Calymnî. E possibile che i primi contestassero l’autenticità del condono o dell’accordo di pagamento parziale, in merito ai quali i descendenti di Diagora specificano sempre che si tratta affermazioni fatte dai Calymnî (ll. 7-8, l. 11-12). Proprio sulla base di questi passi Migeotte (o.c. 208 e 209) suggerisce la possibilità che questi accordi fossero stati solo orali: di qui le confusioni e le complicazioni successive ».

22 Apollonios Dyscolos, Περὶ ἀντωνυµίας 74, 10 ; Brandenburg 2005, p. 430-431 : Ἡ ἐµοῦς κοινὴ οὖσα Συρακουσίων καὶ Βοιωτῶν, καθὸ καὶ Κόριννα καὶ Ἐπίχαρµος ἐχρήσαντο, πρὸς ἐνίων ἐδόκει µᾶλλον κατωρθῶσθαι τῆς δίχα τοῦ ς προφεροµένης, εἴγε τὰ εἰς ω λήγοντα εἰς ους κατὰ γενικὴν λήγει. Πρῶτον µὲν οὐ παρὰ Δωριεῦσιν· ἔπειτα τὸ σύµφωνον αὐτοὺς ἔλαθε· ποῦ γὰρ τῆς εὐθείας τὸ γ ; πῶς δὲ καὶ τὸ δεύτερον εἰς ους λήγει ; τεοῦς γάρ, τῆς εὐθείας εἰς υ ληγούσης. Ἔτι καὶ ἐµέος οἱ αὐτοὶ Δωριεῖς, καὶ ἐν συναλοιφῇ ἐµεῦς αἱ χρήσεις παρ’ Ἐπιχάρµῳ. ἡ µέντοι ἐµίο καὶ ἐµίω καὶ ἔτι σὺν τῷ ς ἐµίως καὶ ἐµῶς δισυλλάβως, παρὰ Ῥίνθωνι. Brandenburg 2005, p. 597.

23 Chantraine 2009, s.v., p. 1119-1120.

24 Chantraine 2009, s.v., p. 1120.

25 Pour un autre exemple de la pénalité du double en Béotie, voir la convention entre Thisbé et Chorsiai, Migeotte 1984, no 11, l. 33, pour d’autres cas, voir Migeotte 1984, index, s.v., p. 415.

26 Doyen 2012, p. 127.

27 « Formen des Artikels in demostrativer Funktion sind um die Partikel -ι erweitert ».

28 Magnetto 1997, no 55.

29 Sur cette inscription, voir la réédition par Papazarkadas 2004-2009, p. 91-95, no 1 (SEG 59, 149).

30 Ager 1996, no 71.

31 Sur cette expression, voir Magnetto 1997, p. XV-XVI.

32 A. Bailly, Dictionnaire Grec Français, Paris, Hachette, 1963, s.v., p. 1680.

33 Sur ce type de clause, voir Ager 1996, p. 19 ; Magnetto 1997, no 69, l. 22-23 ; Pitane-Mytilène, Ager 1996, no 146, l. 31-32, l. 73 ; OGIS 335.

34 Trümpy 1997, p. 201.

35 Trümpy 1997, p. 201-202 ; IG IX 12 137, l. 40-43 : στραταγέοντος Φύλακος Καλυδωνίου τὸ δʹ µ̣ηνὸς Προ̣[κυ]|κλίου ἀπ̣έ̣δοτο Ἀγεµάχα Ἀνδροµένεος Καλυδωνία συνε̣[υ]|δοκέοντος καὶ τοῦ υἱοῦ Ἀνδροµέ̣νεος Προσχείου τᾶι Ἀρτέµι̣[τι]|τᾶι Λαφ̣ρίαι ἐπ’ ἐλευθερ̣ίαι κορίδιον, ἇι ὄνο̣µα Σωσίπολις…

36 Roesch 1982, p. 39-41 ; Trümpy 1997, p. 244-245.

37 Ager 1996, no 146, l. 29 : ὡς Περγαµηνοὶ ἄγουσιν ; IG VII 4135, l. 10 : τῆς δὲ ἐκεχειρίας καὶ τῆς ἀσφαλείας ἄρχειν τὴν πεντεκαιδεκάτην τοῦ Ἱπποδροµίου µηνὸς κατὰ θεόν, ὡς Βοιωτοὶ ἄγουσιν, ὡς δὲ [Δ]ελφοί, Ἀπελλαίου.

38 Pour une autre mention de la pénalité du double à Orchomène, voir IG VII 3173 ; Migeotte 1984, no 14, l. 4-5.

39 Doyen 2012, p. 64.

40 IG VII 3171, l. 48-52 ; Migeotte 1984, no 12.

41 Pour un autre exemple où on applique des intérêts composés, voir l’inscription de Paros analysée dans Migeotte 1984, no 61.

42 LSJ9, p. 741 : « claim as one’s property ».

43 Un exemple très connu à Orchomène est la fameuse affaire de la cité avec Nikaréta de Thespies, Migeotte 1984, no 13.

44 Migeotte 1984, no 13.

45 Migeotte 1984, no 12.

46 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302 ; voir ici p. 24.

47 Sur l’intégration d’Amphissa au koinon étolien, voir Grainger 1999, p. 122-123 ; Lerat 1952, p. 65-66. La date exacte de l’intégration d’Amphissa au koinon étolien n’est pas connue. L. Lerat place l’annexion d’Amphissa, selon toute probabilité, après la victoire contre les Gaulois en 273 av. J.-C.

48 Sur ce type des conventions, voir Cassayre 2010, p. 72, et notamment Gauthier 1972, p. 85-100.

49 Migeotte 1984, p. 203-210, no 59 ; Magnetto 1997, p. 14.

50 Ager 1996, p. 75-83, no 21 : « This document provides us with some of the most extensive procedual details we have regarding general mechanisms of arbitration ; but the case is also of interest in its own particulars. It seems logical that matters of disputed debts would commonly be submitted to arbitration ; the judicial process would be well suited to dealing with such issues. Nevertheless, evidence for international arbitral matters, or other primarily financial matters, is actually relatively scarce, especially when we compare it with the overwhelming evidence for such issues as boundary disputes. This document is therefore doubly valuable, since it demonstrates that the recognized arbitral procedure was much the same for a case like this as for a boundary dispute ».

51 Sur les archives des cités grecques, voir Faraguna 2015.

52 Sur les faux contrats dans les discours des orateurs, voir l’article essentiel de Calhoun 1914. Les discours athéniens sur des questions de dettes et d’héritages sont les plus caractéristiques sur les faux contrats, voir notamment Isocrate, Trapézitique 17, 23, 33 ; Démosthène, Contre Olympiodoros 48, 1 ; Démosthène, Contre Apatourios 33, 35 ; Isée, La succéssion de Kléonymos 1, 41, 1 ; Démosthène, Contre Aristogiton I, 25, 49-51 ; Isée, La succession de Nikostratos, 4, 13 ; Diodore de Sicile, 1, 78.

53 Sur la fraude dans les documents papyrologiques, voir Fournet 2016.

54 Lanni 2006, « Legal insecurity in Athens », p. 115-141. Sur l’insécurité des contrats à Athènes, voir aussi Pebarthe 2006, p. 88-110. Sur la fabrication des documents pendant l’Antiquité, voir Chaniotis 2015.

55 Sur ce type de procès, voir G. Thür, Der Neue Pauly 10, 2001, s.v., p. 518-519, avec la bibliographie. Des clauses sur la protection contre la pseudomartyria apparaissent également dans le traité entre Temnos et Clazomènes, Ager 1996, no 71, l. 58-64.

56 Sur les archives des cités grecques, voir Laronde, Lefèvre 2009, p. 816, n. 12 ; Lambrinudakis, Worrle 1983 ; Faraguna 2015.

57 Todd 1990, p. 37.

58 Raeder 1912, p. 268-283 ; Magnetto 2018, p. 92-96. Pour une inscription fragmentaire qui présente le cadre de ce type de compromis, voir Magnetto 1997, no 73. Sur l’exemple du compromis entre Lato et Olous voir Chaniotis 1996, p. 321-325, no 55, sur les compromis dans les arbitrages voir Magnetto 1997, p. 438, n. 1. Pour des exemples de compromis entre cités, voir Pitane-Mytilène, IG XII Suppl. 142 ; Parion et Lampsaque, Matthaiou 2013, p. 57-68.

59 Giovannini 2007, p. 177-179.

60 Magnetto 2015, p. 4-5.

61 Ager 1996, no 33 ; Mackil 2013, p. 495-499, no 57.

62 Magnetto 2015, p. 19-20.

63 Magnetto 1997, p. XV-XVI ; Gauthier 1972, p. 308-311.

64 FD III 4, 355 ; Ager 1996, no 153.

65 Raeder 1912, p. 277-278. Des délais apparaissent dans des arbitrages entre cités crétoises, Chaniotis 1996, p. 318-320, no 54 ; p. 321-325, no 55. Pour les délais dans le différend entre Sparte et Messène arbitré par Milet, voir Ager 1996, no 159 ; dans le différend entre Itanos et Hierapytna arbitré par Mangesie, Ager 1996, no 158a, l. 80-89.

66 Migeotte 1984, no 13.

67 Migeotte 1984, no 12.

68 Migeotte 1984, no 14.

69 Migeotte 1985.

70 Tod 1911-1912, p. 98-132 ; Tod 1913, p. 27-34 ; Feyel 1937, p. 217-235 ; Vottéro 1994.

71 Vottéro 1994.

72 Brelaz 2007, p. 269, n. 76.

73 Pour le système numéral béotien, voir Feyel 1937, p. 228-235 ; Tod 1913 et Vottéro 1994.

74 Roesch 1965, p. 162 : « Dès le ive s. la fonction de polémarque est annuelle ; le collège se compose de trois membres rééligibles, siégeant au polemarcheion (Xen. Hell. V, 4, 6). H. Schaefer déduit de l’expression de Plutarque, Vie de Pélopidas 7 : τῶν περὶ Ἀρχίαν καὶ Φίλιππον…. Πολεµαρχούντων, que l’un des trois polémarques est éponyme, car Archias et Philippos n’ont pas été polémarques la même année (Pélop. 5). Je ne pense pas que l’expression de Plutarque, qui signifie “Archias, Philippos et leurs collègues”, soit suffisante pour formuler une telle hypothèse ».

75 Sur le verbe ἑνόω, voir Diccionario Griego-Espanol (DGE) VIII, 2009, s.v., p. 1587-1588.

76 Sur cette forme de noms hypocoristiques, voir Kalen 1924.

77 Sur ces termes, voir Diccionario Griego-Espanol (DGE) VI, 2002, s.v. « εἴσπραξις », p. 1322 ; s.v. « εἰσφορά », p. 1325.

78 Pour le statut des kapeloi, voir Soverini 1990-1991 ; Thür, Koch 1981.

79 Roesch 1965, p. 169.

80 Migeotte 1994 (SEG 43, 205).

81 I.Oropos 303 ; Migeotte 1984, p. 38-40, no 9, l. 6-9.

82 Voir la réédition de cette inscription dans Osborne, Rhodes 2017, p. 352-357, no 159.

83 Migeotte 2010c.

84 Voir la réédition de cette inscription dans Osborne, Rhodes 2017, p. 196-201, no 134.

85 I.Rhamnous 182.

86 Sur le fonctionnement des fondations, voir Migeotte 2014, p. 183-185.

87 Migeotte 2010b, p. 69 : « Le taux de 16 % était élevé en comparaison des 10 % couramment pratiqués à la période hellénistique. C’est visiblement pour accélérer la bonification du capital de départ que le Conseil l’a choisi, on voit comment de nombreuses modalités de cette fondation sortaient de l’ordinaire. Mais cette étude de cas est également instructive pour l’interprétation des fondations grecques en général. Il faut en effet se garder de calculer le rendement du crédit de manière trop précise, à la drachme près. En matière de finances, les imprévus et les accrocs faisaient partie du quotidien et les Anciens traitaient ces affaires avec réalisme ». Cf. J. Vanseveren, « Inscription d’Ilion », RPh 10, 1936, p. 249-267 (I.Ilion 5).

88 La bibliographie récente sur ce sujet est très riche : Chankowski V. 2005 ; Chankowski V. 2008a ; Gabrielsen 2005 ; Gabrielsen 2008 ; Migeotte 2012.

89 Démosthène, Contre Panténètos 37, 4.

90 Bogaert 1968, p. 360-361. Sur les taux d’intérêt exercés par les banques privées, voir aussi Migeotte 1984, p. 386-390.

91 Sur ce « marché du crédit », voir Migeotte 2014, p. 227-229.

92 Migeotte 1994 (SEG 43, 205).

93 Brélaz, Ducrey, Andreiomenou 2007, p. 267-278, inscription no 3 (SEG 57, 452, Face B, III). Cf. la brève présentation dans SEG 57, 452, face B III : « This document lists the annual interest paid in a period of five (consecutive?) years by the polemarchoi of various cities for loans they had received from the sanctuary; reference to polemarchoi of only one city is preserved. The exact amount of the loans cannot be determined, because the meaning of the sign xH is uncertain (8 chalkoi or 1/2 chalkous), but it probably was 1870 drachmai. The interest rates were 5% and 3,33% ».

94 Ce mécanisme est aussi brièvement présenté par P. Fröhlich, Fröhlich 2011, p. 219. Nous pouvons effectivement constater certaines similitudes avec la comptabilité délienne, certes beaucoup plus développée, Chankowski V. 2008b, p. 309-337 ; Chankowski V. 2013.

95 Manieri 2008, Tan. 2, avec les remarques de L. Migeotte dans Migeotte 2014, p. 197-199.

96 Knoepfler 2008, p. 657.

97 Voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 64, et Fröhlich 2011, p. 228.

98 Migeotte 2014, p. 74-82 ; pour la comptabilité dans les apologiai béotiennes, voir Doyen 2014.

99 Chankowski V. 2005, p. 87-88, qui suit les conclusions de Migeotte 1984, p. 401.

100 Kapeloi, IG XII, 6, 169, l. 34-38 : τὸν [φόρον/µισθὸν] καταβαλοῦσιν οἱ µισθωσάµενοι τῶι ταµίαι τῶν ἱερῶν κατ’ [ἔτος ἀν|τιδ]ι̣κοῦντες οὐθὲν οὐδ’ ὑπόλογον φέροντες οἱ µισθωσάµενοι ἐ[φ’ ὧι κα|ταθ]ήσουσιν τῶι ταµίαι τῶν ἱερῶν ἀτελεῖς ἔσονται ὧν ἂν ὠνῶν [πωλῶ|σιν] ἐ̣ν τῶι ἱερῶι.

101 Sur ces noms, voir Knoepfler 2005, p. 128-135.

102 Roesch, Étienne 1978, p. 359-374. Sur cette inscription, voir aussi Knoepfler 2014, p. 68-72.

103 Roesch, Étienne 1978, p. 364.

104 Pour l’adverbe ἐχθόνδε, voir Roesch, Étienne 1978, p. 364.

105 Rhodes, Osborne 2003, no 14, l. 9-10.

106 Rhodes, Osborne 2003, no 14, l. 10. Sur la question des tribunaux dans les traités d’isopolitie, voir Gauthier 1972, p. 358-361.

107 Sur la justice fédérale, voir p. 59-60.

108 Mack 2013. Il y a des similitudes entre ce qui reste de la convention entre Kyrtones et Orchomène et les différentes conventions d’isopolities présentées dans l’étude classique de Ph. Gauthier, Gauthier 1972, p. 347-373.

109 Knoepfler 2006-2007, p. 656.

110 Rhodes, Osborne 2003, n14.

111 « Une vingtaine de stades séparent Hyettos de Kyrtones, petite ville qui s’appelait primitivement, dit-on, Kyrtonè. Elle est bâtie sur une haute montagne et possède un temple d’Apollon entourés d’un bois sacré ; on y voit des statues d’Apollon et d’Artémis représentés debout. Il y a dans cette même ville une source d’eau froide qui jaillit d’un rocher ; auprès de la source se trouve un sanctuaire des Nymphes et un bois sacré de peu d’étendue dont les arbres ont tous également été plantés. De Kyrtones, si l’on franchit la montagne, on atteint la petite ville de Korseia au-dessous de laquelle s’étend un bois sacré d’arbres sauvages » (traduction Étienne, Knoepfler 1976, p. 20).

112 Oldfather 1916, p. 160- 168 ; W. A. Oldfather, RE XII 1, 1925, p. 205.

113 La localisation à Kolaka a été adoptée par Étienne, Knoepfler 1976, p. 29-32 ; Fossey 1990, p. 52-57 ; P. Funke, Der Neue Pauly VI, 1999, p. 1020 ; M. H. Hansen dans Hansen, Nielsen 2004, p. 435 ; Th. Nielsen dans Hansen, Nielsen 2004, p. 664. Sur l’unique inscription découverte jusqu’à présent à Kolaka, voir D. Summa, IG IX 12, 5, p. 62, VII, Cyrtona.

114 H. Lolling a visité le site de Monachou et a identifié correctement ce site avec Kyrtones, Lolling 1987, p. 677 : « Jenseits desselben liegt der verlassene Ort, von dem nur noch Kapellentrümer vorhanden sind. Er hat der Umgegend den Namen gegeben. Im Alterthum scheint dieses Land den Besitz des Städtchens Kyrtones oder Kyrtone gebildet zu haben ». Klaffenbach 1935, p. 707, no 1, et E. Kirsten, Die griechischen Landschaften I 2, Francfort, V. Klostermann, 1951, p. 351 ; p. 725, n. 52 ; p. 740, n. 40.

115 Klaffenbach 1935, p. 707, n. 1 : « Für die antiken Ruinen bei Martino möchte ich die alte Identifikation mit Kyrtone befürworten, freilich in Anbetracht von Pausanias’ entgegenstehender Behauptung ἐπὶ ὄρους ὑψηλοῦ mit allem Vorbehalt. Aber nur so scheint mir die “Reiseroute” bei Paus. IX 24, 3-5 verständlich ».

116 Oldfather 1916, p. 160-161, n. 3.

117 Fossey 1990, p. 179-180.

118 Sur cet architrave, voir Knoepfler 1992, p. 491-492, no 165, et plus récemment D. Knoepfler, Bull. 2011, 294, et Bull. 2017, 253, et Fossey 2014, p. 218-219. Nous suivons la reconstitution proposée par D. Knoepfler dans Bull. 2017. L’annonce d’une nouvelle étude épigraphique et architecturale du proskénion du théâtre d’Orchomène est faite dans Knoepfler 1999a, p. 245-246. Sur le théâtre d’Orchomène, voir Germani 2015 et Germani 2016.

119 Roesch 1989.

120 Sur ce terme, voir Blümel 1982, p. 268, § 282.

121 Schachter 1981, à Anthédon p. 94 ; Chéronée p. 98 ; Tanagra p. 103 ; Thèbes p. 104 ; Thespies p. 105 ; Thisbé p. 106.

122 Sur les hiérarques en Béotie, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 67 et Migeotte 2006a, p. 381, avec les remarques de D. Knoepfler, Bull. 2007, 306, et Migeotte 2014, p. 47.

123 IG VII 2420 : Μνασιλάω ἄρχοντος, ἱαρειαδδόντων Σαµίαο Ἱσµεινικέταο, Φοξίνω Ἀθανοδώρω, καβιριαρχιόντων Ἑρµαΐω Ἀπολλοδώρω, Φιλοµείλω Ἐπιχάρµω, Καπίωνος Κοσµίππω, γραµµατίδδοντος Καφισοδώρω Ἀκαστίδαο, ἐπάνθετα· Αὐταρξία Δάµωνος Θεισπικὰ πόρπαν χρουσίαν, ὁλκὰ δύ’ ὀβολοὶ τρῖ<ς> χάλκιοι.

124 [Διω]νυσίχω ἄρχοντος ἱαραρχίοντος Ἀγελ[– – –]|γραµµατίδδοντος Φιλοξένω Γλαύκω etc.

125 Pour la datation de cette inscription, voir Gossage 1975, p. 122-123. Un lien prosopographique présenté par Habicht 1984, p. 95.

126 Sur le catalogue de proxènes de provenance inconnue, voir Mack 2015, p. 339-343, no 18. Sur la date du catalogue, voir Habicht 1972, p. 121 : « Die Datierung in die zweite Hälfte des 2. Jahrhunderts ergibt sich aus den in Zeile 10-11 genannten Brüdern Aiakides und Charephanes, Söhnen des Babylas, aus Delphi, denn beide erscheinen auch in einer delphischen Freilassungsurkunde aus dem Archontat des Hagion das in eines der Pythienjahre 130-129 oder 134-133 fallen muss. G. Daux, Chronologie delphique 1943, 58, l. 63 ».

127 Habicht 1984 ; cet article de Chr. Habicht manque dans la bibliographie de Mack 2015.

128 Pour les catalogues militaires d’Orchomène, voir Fossey 1991, p. 49-81.

129 Low 2003 ; Chaniotis 2012.

130 Sur ces fouilles, voir Aravantinos et al. 2014 et Aravantinos et al. 2016. Sur l’identification de ce sanctuaire avec un Thesmophorion, voir Pisani 2015.

131 Pisani 2015, p. 170-171.

132 Buraselis 1982, p. 150-151.

133 Sur cette bataille, voir p. 115-116.

134 Kalliontzis 2014, p. 333-342 ; Papazarkadas 2016.

135 Kalliontzis 2014, p. 339-341.

136 Sur cette question, voir Knoepfler 1990, p. 496-498 ; Müller 2005, p. 114-117, et Grenet 2014, p. 404-413.

137 Knoepfler 1990, p. 496-498 ; Grenet 2014, p. 417-419.

138 Grenet 2014, p. 418

139 Darmezin 1999, nos 109-120 ; Grenet 2014, p. 428.

140 Amandry, Spyropoulos 1974.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search