Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre XI

Coronée, Itonion Inscr. 31-32

Texte intégral

31 Décret fédéral en l’honneur d’untel de Kition

1Thèbes, no inv. 2309. Fragment de pierre grise, brisé en haut et à gauche. Ce décret a été trouvé dans le village de Mamoura dont le nom a été changé malencontreusement en Alalkomenai, ce qui provoque une certaine confusion topographique. Ce fragment a été transporté au musée de Thèbes par N. Pappadakis au début du xxe s. Malheureusement, malgré mes recherches dans tous les dépôts de ce musée, je n’ai pu trouver cette pierre. Les petites dimensions de ce fragment rendent son identification difficile. Selon la description de N. Pappadakis : H. 0,14 m, l. 0,27 m, ép. 0,27 m. Comme on peut le voir dans le fac-similé de N. Pappadakis, l’inscription porte un double réglage.
Fig. 58
Inédit
Seconde moitié du iiie s. av. J.-C.





5
[Nomen ἄρχοντος Βοιωτῦς, nomen patronymicum ethnicum ἔλ]εξε (δε)δόχθη τοῖ δάµ[οι]
[πρόξενον εἶµεν κὴ εὐεργέταν τῶ κυνῶ Βοιωτῶν nomen patronymicum] Κιτιεῖα αὐτὸν
[κὴ ἐσγόνως κὴ εἶµεν αὐτῦς γᾶς κὴ ϝυκίας ἔππασιν κὴ ἀσ]φάλειαν κὴ ἀσουλίαν κὴ πο-
[λέµω κὴ ἰράνας κὴ κατὰ γᾶν κὴ κατὰ θάλατταν κὴ τἆλλα πάντα] ὅποττα κὴ τῦς ἄλλυς προξέ-
[νυς κὴ εὐεργέτης].

2Traduction

Untel archonte des Béotiens, untel fils d’untel, ethnique, a fait la proposition. Plaise au peuple, qu’untel fils d’untel de Kition lui et ses descendants soit proxène et bienfaiteur du koinon des Béotiens, qu’ils aient le droit d’acquérir une terre et une maison et la sécurité et l’inviolabilité en temps de guerre et en temps de paix, sur terre et sur mer ainsi que tous les autres privilèges accordés aux autres proxènes et bienfaiteurs.

Commentaire

3Le fait que la pierre soit aujourd’hui égarée nous empêche d’examiner la forme des lettres pour pouvoir déterminer la datation de cette inscription. La présence des formes dialectales évoluées telles que προξένυς avec υ à la place de οι nous amène à dater ce décret de la seconde moitié du iiie s. La forme du monument est, elle aussi, difficile à déterminer. Il doit s’agir d’une inscription gravée sur une base ou sur tout autre monument public – on en connaît de nombreux exemples en Béotie à cette époque.

  • 1 Sur le site de l’Itonion qui était un des épiphanestatoi topoi du koinon béotien, voir p. 54-55.

4Le village de Mamoura se situe dans la région du lac aujourd’hui asséché du Copaïs au nord de Coronée, près du sanctuaire fédéral d’Itonion. Dans ce village, on a trouvé plusieurs fragments de décrets de proxénie fédéraux réutilisés dans des bâtiments modernes. L’état de ce décret est très fragmentaire et, sans qu’on puisse l’affirmer avec certitude, il doit vraisemblablement s’agir d’un décret fédéral1. Si le nom du proxène n’est pas conservé, en revanche son ethnique Kitiéen attire l’attention. On n’a pas d’autre attestation de proxènes originaires de Kition en Grèce centrale, mais on retrouve des proxènes chypriotes à Delphes (SGDI 2614 ; Syll3 585, l. 119) et à Oropos (I.Oropos 212).

32 Décret fédéral en l’honneur de Sicyoniens

5Musée de Thèbes, no inv. 2325. Fragment de marbre, brisé de tous les côtés. Trouvé par N. Pappadakis au village de Mamoura (Alalkomenai). H. 0,12 m, l. 0,20 m, ép. 0,09 m, h. l. 0,011 m.
Fig. 59
Inédit
Seconde moitié du iiie s. av. J.-C.





5


– – – traces de lettres – – –
[– – – –]οκράτη κὴ Ἰσ-
[οκρατί]δαν Ἕρµωνος
[Σικυ]ωνίως κὴ α[ὐ]-
[τὼς κ]η ἐγγόν[ως κὴ]
[εἶµεν ]αὐτο[ῖς γᾶς]
[κὴ ϝοικίας ἔππασιν]
– – – – – – – – – – – –

6En raison de la forme des lettres, ce décret peut être daté de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. La barre médiane de l’alpha est droite, les lettres ne présentent pas d’apices, les branches du sigma sont divergentes.

7L’état très fragmentaire de ce décret n’autorise aucune conclusion ferme. Les noms et l’ethnique des proxènes posent problème. Nous pouvons proposer la restitution [Σικυ]ωνίως ou [Κολοφ]ωνίως. La première solution paraît plus probable de par la proximité géographique et les liens très étroits entre la cité de Sicyone et les cités béotiennes. On a plusieurs attestations de proxènes béotiens à Sicyone. À Thespies, sont attestés deux proxènes sicyoniens (IG VII 1723-1724). On retrouve plusieurs proxènes sicyoniens à Thisbé (SEG 3, 346 ; 348 ; IG VII 2223), cité liée par le golfe de Corinthe. L’onomastique pourrait également nous orienter vers une provenance sicyonienne parce que les noms en ‑δας sont plus fréquents dans le Péloponnèse et en Achaïe qu’en Ionie. Les deux proxènes doivent vraisemblablement être frères. L’octroi du privilège de la proxénie à des frères est assez répandu en Béotie et en Grèce centrale en général.

Notes

1 Sur le site de l’Itonion qui était un des épiphanestatoi topoi du koinon béotien, voir p. 54-55.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search