Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre X

Akraiphia Inscr. 20-30

Texte intégral

  • 1 Sur la topographie d’Akraiphia, voir Müller 1995 et Farinetti 2011, p. 137-144. Pour une étude réce (...)

1L’épigraphie et l’archéologie d’Akraiphia hellénistique sont particulièrement riches. Les fouilles du sanctuaire d’Apollon Ptoios nous ont en effet livré une quantité impressionnante de documents de toutes les époques émanant soit de la cité elle-même soit du koinon béotien. Les dédicaces fédérales du début du iiie s. au sanctuaire du Ptoion (IG VII 2723, 2724, 2724a, 2724b) ont contribué pour une bonne part à une meilleure compréhension de l’organisation du koinon hellénistique. Parmi les séries d’inscriptions provenant de la cité même d’Akraiphia, il faut distinguer les catalogues militaires gravés sur différents types de supports – stèles, blocs de murs de soutènement et bases de statue (Inscr. 20-30)1.

Catalogues militaires d’Akraiphia

20 Catalogue militaire daté de l’archonte Dorkylos

  • 2 Description de D. Korolkow : « Grauer Kalkstein. Er war in unbedeutender Tiefe am Nodrabhange der A (...)

2Akraiphia, la pierre semble avoir aujourd’hui disparu. Catalogue inscrit sur un bloc provenant fort probablement des murailles d’Akraiphia selon le témoignage de Korolkow 1884, p. 9, no 142. Sur le même bloc que le catalogue IG VII 2717. H. 0,55 m, l. 1,00 m, h. l. 0,01 m.
Éd. Korolkow 1884, p. 9, no 14 ; W. Dittenberger, IG VII 2716.
Cf. Baratt 1932, p. 105-106 (date) ; Feyel 1942a, p. 47-48.
ca 228/7 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30




35



Δορκύλω ἄρχ[οντο]ς̣ Βοιωτοῖς, ἐπ̣[ὶ δὲ πόλι]ος Νικ̣αρέ[τ]ω,
πολεµαρχιό[ν]τ̣ων Ἀργιλίαο Λαονικ̣[ίω], Ἀριστογίτονος
Ξενωνίω, Πτωϊοκλεῖος Ἀθανο[δ]ω̣ρίω, γραµµατίδδοντος
Πολυξένω Διογενίδαο, τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων
ἐν [θυ]ρεαφόρως.
Διωνύσιος Νικοµάχω
Δαµάτριος Πουθοδώρω
Τιµοκλεῖς Ξένωνος
Λυσίστρο[τος Ϝι]σοδίκω
Πτωϊόδωρος Καλλικλείιος
Πτωΐων Διωνυσίω
Ἀφθόνειτος Μνάσωνος
Ἀπολλόδωρος Ἀπολλοδώρω
Ἀριστοκλ[εῖ]ς Ἀριστοκλεῖος
Νικόλαος Ἀθανοδώρω
Χαρικλεῖς Πολυστρότω
Νίκων Μελίσσω
Φρουνίσκος Χηρώνδαο
Ἀριστογίτων Διδύµµιος
Θεόδωρος Φρουνίχω
Ἀθανίας Φαΰλλω
Θοινίων Ἑρµαϊώνδαο
Ὀνάσιµος Σωστρότω
Χάβας Φίλλιος
Ἀριστοκλεῖς Ἐµπέδωνος
Καφισόδωρος Μνάσωνος
Εἵρων Π̣τωϊοτίµω
Ἀρίστων Καφισοδώρω
Ἀσχλαπίων Δαµατρίω
Ῥόγκων Θοινάρχω
Λευκόδωρος Δίωνος
Εὐαρχίδας Διωνυσίω
Πουθάνγελος Εὐδρόµω
Σωκλεῖς Σωκλεῖος
Πατροκλεῖς Μαντίαο
Σάων Ἀργειλίαο
Ὁµολώϊχος Ἀθανίχω
Θρασώνδας Μνασίαο
Διωνύσιος Ἀβηοδώρω

Remarques prosopographiques

3Pour les noms des polémarques, on utilise l’adjectif patronymique, alors que pour les noms des conscrits on utilise uniquement le génitif.

4L. 1 : sur la date de l’archonte fédéral Dorkylos, voir p. 18-21.

5L. 2 : Ἀργιλίας Λαονικίω, un homonyme est attesté sur la base de la dédicace des cavaliers qui ont participé à l’expédition d’Alexandre (IG VII 3206).

6L. 2-3 : Ἀριστογίτων Ξένωνος, un homonyme du polémarque est attesté comme secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 21, l. 6, antérieur à la dissolution du koinon.

7L. 3 : un homonyme du polémarque Πτωϊοκλεῖς Ἀθανοδώριος réapparaît en tant que polémarque sous Kaphisotimos, Inscr. 22, l. 3, il doit s’agir de son petit-fils.

8L. 17 : Νίκων Μελίσσω, un homonyme, fort probablement son petit-fils, est attesté comme polémarque dans le catalogue militaire d’Akraiphia IG VII 2718, l. 3, qui est postérieur à la dissolution du koinon. Dans ce dernier, apparaît l’archonte de la cité Ἀγασσιγίτων.

9L. 35 : Πατροκλεῖς Μαντίαο, un Μαντίας Πατροκλεῖος est attesté comme secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 27, l. 8, qui est daté de l’archonte Agatharchidas.

10L. 38 : Θρασώνδας Μνασίαο, un Μνασίας Θρασώνδαο est attesté dans le catalogue militaire IG VII 2721, l. 8, qui est postérieur à la dissolution du koinon. Un homonyme apparaît également comme polémarque dans le nouveau catalogue militaire Inscr. 30, l. 2.

21 Catalogue militaire de l’archonte fédéral [Aristokl]eis

11Musée de Thèbes. Bloc de calcaire beige appartenant à l’ante d’un monument, brisé à l’angle gauche. H. 1,07 m, l. 0,38 m, ép. 0,57 m, h. l. 0,010 m.
Éd. Pappadakis 1923, p. 200-203 (SEG 3, 361).
Fig. 40
217/6 av. J.-C.





5




10




15



[Ἀριστοκλε ?]ῖος ἄρχοντος ἐν Ὀγ-
[χειστοῖ, ἐπὶ] δὲ πόλιος Πτωϊοδώρω,
[πολεµαρ]χιόντων Πτωϊοκλεῖος
[Καλλικλ]ειΐω, Μαντίαο Νικοκλίδαο,
[Ἀριστοκλ]εῖος Πασιτιµίω, γραµµα-
[τίδδοντο]ς Ἀριστογίτονος Ξένω-
[νος, τυῒ ἀπ]εγράψανθο ἐσς ἐφήβων
[ἐν πελτ]οφόρας· Καλλικλεῖς Καλλια
[– – – –]ρος Ἀθανοδώρω, Θιόφηστος
[– – – –]κράτιος, [Κ]αλλίας Πουθίαο, Ἠσχού-
[λος] Εἵρωνος, Καφισόδωρος Δαµοξένω,
[Καλ]λίας Ἀρχιππίδαο, Μελίτων Εὐδάµω,
Μνάσων Ἀπολλοκούδιος, Ἀντίµαχος Μυρίαο,
Εὐκλίδας Νίκωνος, Νυµείνιχος Ἀρχίπ-
πω, Ἀντίµαχος Πολιουστρότω, Σάµιχος
Μούρωνος, Φρουνίσκος Ἱπποσθενίδαο,
Οὑπερµενίδας Πασικλεῖος, Πτωϊό-
φηστος Ξένωνος, Τιµοκράτης
Φίλωνος, Δαφνῆος Δευξιδότω.

12À en juger par la forme des lettres, ces catalogues doivent être datés du dernier quart du iiie s. av. J.-C.

Remarques sur la prosopographie

13L. 1 : grâce à un réexamen de l’inscription, j’ai pu lire la première lettre de la première ligne fragmentaire qui est un iota. Cette terminaison indique un nom d’archonte qui porte au nominatif la désinence -εις. Un des archontes possibles est Ἀριστοκλεῖς daté de la fin du iiie s. av. J.-C. La datation de cet archonte s’accorde bien avec les données chronologiques de l’analyse prosopographique de cette inscription. Sur la date de l’archonte fédéral Aristokleis, voir p. 24.

14L. 3-4 : les polémarques portent des adjectifs patronymiques alors que les patronymes des conscrits sont au génitif comme pour le catalogue de l’archonte Dorkylos (Inscr. 20).

15L. 6 : Ἀριστογίτων Ξένωνος, un homonyme du secrétaire est attesté comme polémarque dans le catalogue militaire daté de l’archonte Dorkylos (Inscr. 20, l. 2-3). Il s’agit probablement de son grand-père.

16L. 12 : un homonyme de Μελίτων Εὐδάµω est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire daté de l’archonte Polystrotos (Inscr. 28, l. 14-15). Il pourrait être le petit-fils du nôtre.

17L. 15-16 : un homonyme de Σάµιχος Μούρωνος apparaît comme conscrit dans le catalogue militaire daté de l’archonte Dionysodoros (Inscr. 26, l. 14). Il pourrait être le petit-fils du nôtre.

Inscriptions de la base d’Eugnotos

  • 3 Ma 2005, p. 170 : « Nonetheless, the lists add to the monument’s meanings. The enumeration of Akrai (...)

18Comme je l’ai déjà souligné, les mauvaises conditions de travail, surtout au musée de Thèbes, rendaient très difficile l’étude de l’aspect matériel des inscriptions béotiennes. Un des rares chercheurs à avoir essayé d’utiliser les données archéologiques est J. Ma pour la base d’Eugnotos d’Akraiphia. Ce dernier s’est attaché à la restitution de la base de la statue d’Eugnotos d’Akraiphia qui comprenait au moins quatre blocs3. Tous ces blocs portaient des inscriptions, à savoir des catalogues militaires et des décrets de proxénie. Cet article a un caractère pionnier. Grâce aux photographies publiées par J. Ma, nous pouvons percevoir les grandes difficultés auxquelles il a été confronté lors de l’examen de ces inscriptions dans le musée de Thèbes. Je présente ici, la liste des inscriptions gravées sur la base d’Eugnotos (fig. 41 ; tableau 7).

Tableau 7 — Les inscriptions appartenant à la base d’Eugnotos.

Type de support Publication Type d’inscription Datation
Musée de Thèbes, no inv. 951, orthostate de l’épigramme d’Eugnotos (fig. 42-44) Cairon 2009, p. 150-158, no 46 Épigramme ca 280 av. J.-C.
Musée de Thèbes, no inv. 951, orthostate de l’épigramme d’Eugnotos (fig. 44) Perdizet 1900, p. 75-76 ; Ma 2005, p. 142 Décret en l’honneur des juges mégariens
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 1 Catalogue militaire Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 2 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 3 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 4 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 5 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 6 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 45-46) Perdrizet 1899a, p. 93, no 7 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur la face droite de l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 47) Perdrizet 1899a, p. 95, no 1 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur la face droite de l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 47) Perdrizet 1899a, p. 95, no 2 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur la face droite de l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 47) Perdrizet 1899a, p. 95, no 3 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur la face droite de l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 47) Perdrizet 1899a, p. 95, no 4 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 961, inscrit sur la face droite de l’orthostate arrière de la base d’Eugnotos (fig. 47) Perdrizet 1899a, p. 95, no 5 Décret de proxénie Après la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 959, inscrit sur l’orthostate de droite (fig. 48-49) Inscr. 22 Catalogue militaire Archonte fédéral Καφισότιµος
Musée de Thèbes, no inv. 959, inscrit sur l’orthostate de droite (fig. 48-49) Inscr. 23 Catalogue militaire Archonte fédéral Ἀγαθοκλεῖς
Musée de Thèbes, no inv. 959, inscrit sur l’orthostate de droite (fig. 48-49) Inscr. 24 Catalogue militaire Archonte fédéral Καφισίας
Musée de Thèbes, no inv. 959, inscrit sur l’orthostate de droite (fig. 48-49) Inscr. 25 Catalogue militaire Archonte fédéral Ἀθανίας

22 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Kaphisotimos

19Musée de Thèbes, no inv. 959. Orthostate de marbre calcaire intact, en haut légère moulure. H. 0,75 m, l. 1,18 m, ép. 0,21 m. Gravé sur un orthostate appartenant au monument d’Eugnotos, qui porte également les Inscr. 23-25.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 198-199, no 6 ; Keramopoullos 1936, p. 43, no 220, 1.
Cf. Pappadakis 1923, p. 217 (SEG 3, 362) ; Ma 2005, p. 181, (SEG 55, 553).
Fig. 48-49
ca 195/4 av. J.-C.





5



[Κα]φισοτίµω ἄρχοντος ἐν κυνῦ Βοιωτῶν, ἐπί δὲ πό-
[λιος Θ]αρσοµάχω, πολεµαρχιόντων Καφισοδώρω
[Σάω]νος, Πτωϊοκλεῖος Ἀθανοδώρω, Ξενοκλέαο
[– – –], γραµµατίδδοντος Τιµολάω Θεµιστοκλεῖος
[τ]υῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας·
Ὀνασίων Δεξίαο, Φίλων Ἀθανοδώρω, Φηνίας
Μυρίαο, Ἰθιούδαµος Ἀπολλοδώρω, Λιούσων
Ἐπιχάριος, Καλοκλίδας Μαντιξένω,
Λάκρων Χρουσιλάω, Ἀθανίας Πουθίωνος.

207. Μάγαο Keramopoulos, Μυρίαο Kalliontzis.

Remarques prosopographiques

21L. 1 : sur la date de l’archonte fédéral Kaphisotimos, voir p. 34-35.

22L. 3 : un homonyme du polémarque Πτωϊοκλεῖς Ἀθανοδώρω apparaît comme polémarque dans le catalogue militaire de l’archonte fédéral Dorkylos (Inscr. 20). Il doit s’agir selon toute probabilité de son grand-père.

23L. 8 : un homonyme du conscrit Καλοκλίδας Μαντιξένω apparaît comme polémarque dans le catalogue militaire d’Akraiphia IG VII 2718, postérieur à la dissolution du koinon qui date de l’archonte local Ἀγασσιγείτων. Il doit s’agir de la même personne. L’écart entre ces deux catalogues doit être d’environ vingt ans ou plus.

23 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Agathokleis

24Musée de Thèbes, no inv. 959. Au-dessous de l’inscription précédente. Sur le même bloc que les Inscr. 22, 23, 24.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 198-199, no 7 ; Keramopoullos 1936, p. 43, no 220, 1.
Cf. Pappadakis 1923, p. 218 (SEG 3, 362) ; Ma 2005, p. 181 (SEG 55, 553).
Fig. 48-49
ca 186 av. J.-C.





5




10
Ἀγαθοκλεῖος ἄρχοντος ἐν κυνῦ
Βοιωτῶν, ἐπὶ δὲ πόλιος Ἀγασσιδάµω,
πολεµαρχιόντων Ἀσκλαπίνω Δα-
µοχαρίδαο, Σάωνος Ευαρχίδαο, Δινο-
µάχω Χιοννίδαο, γραµµατίδδοντος
Καλονίκω Δαµοχαρίδαο, τυῒ ἀπεγρά-
ψανθο ἐσς ἐφείβων ἐν πελτοφόρας·
Φιλοκλίδας Ἀσκλαπίνω, Καφισόδω-
ρος Φιλολάω, Κόσκουλος Μέλωνος,
[Σ]τρότων Πτωΐωνος, Θιόδωρος Μειλίαο,
Νικάρετος Ἀντικράτιος, Δεξίθιος Ἀθανοδώρω.

Remarques prosopographiques

25L. 1 : sur la date de l’archonte Agathokleis, voir p. 34-35.

  • 4 Ma 2005, p. 176.
  • 5 Schachter 2007, p. 100.
  • 6 Sur cette question, voir la présentation critique de l’article d’A. Schachter par D. Knoepfler, Bul (...)

26L. 4-5 : le fils de Δινόµαχος Χιοννίδαο, Χιοννίδας Δινοµάχω, est attesté en tant que rogator dans le décret de proxénie IG VII 27084. Ce décret doit être postérieur à l’introduction du synédrion. Un homonyme de Δινόµαχος Χιοννίδαο est attesté comme polémarque dans le décret de proxénie IG VII 4127, postérieur à la dissolution du koinon entre 160 et 150 av. J.-C. Il doit s’agir, selon A. Schachter5, du petit-fils du polémarque qui apparaît dans cette inscription. Mais Δινόµαχος Χιοννίδαο peut très bien être polémarque sous l’archonte fédéral Agathokleis qui doit être daté de la décennie 180-170 av. J.-C. et, une nouvelle fois polémarque, après la dissolution du koinon et l’introduction du synédrion en Béotie. Il pourrait donc avoir environ quarante ans quand il était polémarque sous Agathokleis et entre cinquante et soixante ans lors de son deuxième mandat après la dissolution du koinon6.

  • 7 Feyel 1942a, p. 55-56.

27L. 8 : un homonyme de Φιλοκλίδας Ἀσκλαπίνω est attesté comme secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 29, l. 3-4, daté de l’archonte fédéral Lykinos. Il doit s’agir du même personnage. Cette identification corrobore la nouvelle chronologie de l’archonte Lykinos, dans la mesure où nous devons avoir un écart d’au moins dix ans entre le catalogue militaire daté de l’archonte fédéral Agathokleis, où Φιλοκλίδας est conscrit, et le catalogue daté de Lykinos, où Φιλοκλίδας est secrétaire des polémarques7.

24 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Kaphisias II

28Musée de Thèbes, no inv. 959. Sur le même bloc que les Inscr. 22, 23, 25.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 196-197, no 4 ; Keramopoullos 1936, p. 43, no 220, 2.
Cf. Pappadakis 1923, p. 217 (SEG 3, 362) ; Ma 2005, p. 181 (SEG 55, 553).
Fig. 48-49
ca 185 av. J.-C.





5




10




15
Θιὸς τούχα. Καφισίαο ἄρχοντος ἐν κυνῦ Βοιωτῶν, ἐπί δε
πόλιος Φιλωνίδαο, πολεµαρχιόντων Καφισίαο Καφισογ-
ένιος, [– – –]’Ησχούλ[ω, – – –]ίππω Ἀµινονίκω,
γραµµατίδδοντος Ἀντιδίκω Δαµαρέτω, τυῒ ἀπε-
γράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας· Ξενάντιχος
Εἵρωνος, Καφισόδωρος Διοδώρω,
Θέµων Καφισοδώρω, Ἀριστογίτων Μνασιθίω,
Εὐκλεῖς Ευκλίδαο, Καλλικράτεις Ἀριστοκλεῖος,
Ὀλιούµπιχος Ὀνασίµω, Διωνιούσιος Ἀθανίαο,
Τιµόκριτος Πτωϊοδώρω, Κλιογίτων Ἑρµαιώνδαο
Καλλικλεῖς Ἀθανοδώρω, Φίλλιστος Εὐκλίδαο
Ἀ[γαθο]κλεῖς Ἐπικούδιος, Θρασώνδας Ξενοδόκω,
Ἀπολλόδωρος Ἀσκλαπίνω, Ἀθανίας Μούρτωνος,
[– – – – – – – –], Ὀγχειστίων Πάτρωνος,
Φιλόµναστος Φιλοµνάστω, Φη[νί]ας Ἀπολλοδώρω,
Ἀριστόµαχος Νίκωνος.

Remarques prosopographiques

29L. 1 : sur la date de l’archonte Kaphisias II, voir p. 34-35.

  • 8 Feyel 1942b, p. 49 : « Pour dater le texte, on doit d’abord observer que le juge Δαµάρετος Ἀντιδίκω (...)

30L. 4 : le fils du secrétaire, Δαµάρετος Ἀντιδίκω est honoré dans le décret de Coronée pour deux juges d’Akraiphia (Feyel 1942b, p. 47, no 2) qui doit être postérieur à la dissolution du koinon8.

31L. 5-6 : le fils de Ξενάντιχος Εἵρωνος, Εἵρων Ξεναντίχω, est attesté comme polémarque dans le catalogue militaire IG VII 2715, l. 2 qui doit être postérieur à la dissolution du koinon.

32L. 6 : le fils de Καφισόδωρος Διοδώρω, Διόδωρος Καφισοδώρω, est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire IG VII 2720, l. 14.

33L. 7 : le fils de Ξένων Καφισοδώρω, Καφισόδωρος Ξένωνος est attesté comme rogator dans le décret de proxénie BCH 23, 1899, p. 93, no 2, l. 6. Ce décret doit être postérieur à la dissolution du koinon et l’introduction du synédrion.

25 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Athanias

34Musée de Thèbes, no inv. 959, Au-dessous de l’inscription précédente. Sur le même bloc que les Inscr. 22-24.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 197-198, no 5 ; Keramopoullos 1936, p. 43, no 220, 2.
Cf. Ma 2005, p. 181 (SEG 55, 553) ; Schachter 2007, p. 96-97, no 2 (chronologie).
Fig. 48-49
ca 184 av. J.-C.





5




10
Ἀθανίαο ἀρχοντος ἐν κυνῦ Βοιωτῶν, ἐπί δε πό-
λιος Χρουσιλάω, πολεµαρχιόντων Καλλι-
κλεῖος Πτωϊοκλ[ε]ῖος, Πραξίλλιος Ἠσχριώνδαο,
Ἀµινοκλεῖος Θέµωνος, γραµµατίδοντος
Εὐ[φρ]άνορος Διονουσίω, τυῒ ἀπεγράψανθο ἐξ
(ἐ)φείβων ἐν πελτοφόρας· Καφισότιµος Δαµοφίλω,
Καφισίας Σκαψίαο, Καφισόδωρος Νίκωνος,
Διωνούσιος Ἀµινίαο, Ἀργιλίας Φρουνίχω,
Εἱρόδοτος Εἱροδότω, Δέξων Ἐπιχάριος,
[Δ]αµοτέλεις Φιλοδάµω, Ἀντιγένεις Πολου|ξένω
Νικόµαχος Τάν̣ιουος, Νικίας Δεξιλάω.

357. Μίκωνος Keramopoullos ; Νίκωνος Perdrizet, Kalliontzis || 11. Ταπίουος Perdrizet ; Ταφίουος Keramopoullos ; Τάνιουος Kalliontzis.

Remarques prosopographiques

36L. 1 : sur la date de l’archonte Athanias, voir p. 34-35.

37L. 2-3 : un Πτωϊοκλεῖς Καλλικλεῖιος est attesté dans la dédicace SEG 15, 333.

  • 9 Schachter 2016, p. 216-223.
  • 10 Schachter 2016, p. 218 : « The second of the three polemarchs of Akraiphia in Athanias’ year, Praxi (...)
  • 11 Müller 2005, p. 114.
  • 12 Schachter 2007, p. 99. A. Schachter est suivi sur ce point par D. Knoepfler, Bull. 2008, 247.

38L. 3 : A. Schachter a récemment étudié la prosopographie de la famille de Πραξίλλεις Ἠσχριώνδαο9. Selon lui, il faut dissocier le Praxilleis fils d’Aischriondas, polémarque sous l’archonte fédéral Athanias, de son homonyme qui est cité comme secrétaire des polémarques dans le décret de proxénie IG VII 4127. Il faudrait faire d’eux un grand-père et son petit-fils10. Chr. Müller propose par contre d’identifier les deux homonymes l’un à l’autre11. A. Schachter a raison de remarquer qu’un polémarque sous l’archonte Athanias ne peut pas devenir secrétaire des polémarques après la dissolution du koinon et l’introduction du synédrion après ca 167 av. J.-C.12. Il s’agit d’un déclassement inacceptable. Le secrétaire des polémarques (IG VII 4127) pourrait donc être le petit-fils du polémarque de l’année de l’archonte fédéral Athanias. L’Aischriondas fils de Praxileis qui apparaît comme polémarque dans le catalogue militaire de l’archonte local Thrasondas doit être le petit-fils du polémarque de l’année d’Athanias. Cette hypothèse ne change pas la datation de l’introduction du synédrion d’après la dissolution du koinon et notamment d’après la bataille de Pydna en 167 av. J.-C.

39L. 4 : le polémarque Ἀµινοκλεῖς Θέµωνος a eu une carrière assez importante. Il était polémarque dans le catalogue militaire Inscr. 29 daté de l’archonte fédéral Lykinos. Il était également secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 26, l. 6, daté de l’archonte fédéral Dionysodoros.

40L. 10 : la moitié droite du nom de Πολύξενος est gravé sur le bloc no inv. 961 qui appartient à la base d’Eugnotos Ma 2005, p. 156-162.

41L. 11 : le fils du conscrit Νικόµαχος Τάνιουος, Τάνιους Νικοµάχω, apparaît dans le catalogue militaire inédit Inscr. 30, l. 9, qui est postérieur à la dissolution du koinon à cause de l’absence de l’archonte fédéral. Pour l’étymologie de ce nom, voir l’analyse dans Inscr. 30.

Inscriptions sur la base de Lykinos (Inscr. 26-29 ; fig. 50-56)

  • 13 Ma 2005, p. 162, n. 35 : « I also found the slab bearing Perdrizet 1899b, p. 193-194, two military (...)

42Lors du réaménagement du dépôt du musée de Thèbes, j’ai pu réexaminer les blocs qui font partie du monument d’Eugnotos. J’ai également examiné le monument composé de trois orthostates qui porte les catalogues militaires Inscr. 26-27, Inscr. 28, Inscr. 29 et les décrets de proxénie Perdrizet 1899a, p. 90-91, I-II, qui sont inscrits sur les deux tranches de l’orthostate (musée de Thèbes, no inv. 952) (tableau 8). Les blocs de ce monument ont les mêmes dimensions que les blocs du monument d’Eugnotos. Tous ces blocs présentent une caractéristique commune, selon la description de P. Perdrizet. Leur parement est brettelé et bordé d’une ciselure lisse. Ce parement est, en effet, bien travaillé et il semble difficile d’affirmer que ce travail résulte d’une réutilisation de la base. On pourrait supposer que l’on a effacé des inscriptions anciennes pour réinscrire la base avec les catalogues militaires. J. Ma a renoncé à rapprocher cette base de celle d’Eugnotos13. Or, les blocs appartenant à ces deux monuments ont les mêmes dimensions ce qui nous invite à proposer une nouvelle interprétation. Qui plus est, ce dernier a étudié ces inscriptions dans l’ancien dépôt du musée de Thèbes où il était impossible de bien examiner la pierre.

Tableau 8 — Les inscriptions appartenant à la base de Lykinos.

Type de support Publication Type d’inscription Datation, Archonte fédéral
Musée de Thèbes, no inv. 958, inscrit sur un orthostate (fig. 50) Inscr. 26 Catalogue militaire Διωνιουσόδωρος
Musée de Thèbes, no inv. 958, inscrit sur un orthostate (fig. 50) Inscr. 27 Catalogue militaire Ἀγαθαρχίδας
Musée de Thèbes, no inv. 952, inscrit sur le bloc de la face principale (fig. 51-52) Inscr. 28 Catalogue militaire Πολιούστροτος
Musée de Thèbes, no inv. 962, inscrit sur la face principale du même bloc (fig. 53-54) Inscr. 29 Catalogue militaire Λουκῖνος
Musée de Thèbes, no inv. 962, inscrit sur les tranches du bloc (fig. 55) Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 1 Décret de proxénie Postérieure à la dissolution du koinon
Musée de Thèbes, no inv. 962, inscrit sur les tranches du bloc (fig. 56) Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 2 Décret de proxénie Postérieure à la dissolution du koinon

43Tout cela nous amène à attribuer ces blocs à un monument similaire à celui d’Eugnotos. Toutefois, il semble que nous n’ayons pas affaire au même monument parce que les blocs présentent un bandeau lisse qui encadre une partie moins bien taillée.

44Nous pouvons conclure que la totalité des catalogues militaires et des décrets de proxénie d’Akraiphia sont inscrits sur deux types de blocs :

451) des orthostates appartenant à des bases des statues ;

462) des blocs appartenant soit aux murailles de la cité soit aux murs de soutènement de la partie est de l’acropole d’Akraiphia.

  • 14 Sur les bases de statues à l’époque hellénistique, voir Schmidt 1995 ; Jacob-Felsch 1969.

47Le choix du lieu de gravure des catalogues militaires n’obéit à aucune règle précise. Les catalogues militaires IG VII 2716 et 2717 qui datent de la période du koinon sont gravés sur des blocs de la muraille alors que les autres catalogues datés des dernières décennies du koinon sont inscrits sur les orthostates de bases probablement érigées sur l’agora d’Akraiphia. Après la dissolution du koinon, l’habitude de graver des inscriptions sur des blocs de murs de soutènement réapparaît. Faut-il pour autant voir dans ces différents types de support des choix symboliques ou idéologiques ? Je ne le pense pas. Ce sont avant tout des choix pratiques qui ont déterminé le lieu de gravure des inscriptions14.

26 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Dionysodoros

48Musée de Thèbes, no inv. 958. Orthostate de marbre calcaire brisé à gauche. En haut, légère moulure. Il présente un parement bordé d’une ciselure lisse. H. 0,75 m, l. 0,69 m, ép. 0,17 m. Catalogue militaire antérieur à la dissolution du koinon. Le même bloc porte l’Inscr. 27.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 193-194, no 1.
Cf. Pappadakis 1923, p. 217 (SEG 3, 362).
Fig. 50
ca 183 av. J.-C.





5




10




15




20
Διωνιουσοδώρω ἄρχοντος
Βοιωτῦς, ἐπὶ δὲ πόλιος Ξένωνος,
πολεµαρχιόντων Θείβωνος
Διωνιουσίω, Μενάνδρω Ἀντιγέ-
νιος, Θιοκλίδαο Λεπτάγρω, γραµµα-
τίδδοντος Ἀµινοκλείιος Θέµωνος,
[τυῒ ἀπε]γράψανθο ἐς ἐφήβων ἐµ πελτο-
[φόρα]ς· Φίλων Δεξιλάω,
[– – – –]ων Καλλίαο,
[Ἀ]γαµείδεις Ὁµολωΐχω,
[Ἀ]κρηφίλλει ῾Ράδειτος,
Θιόξενος Θιοξένω,
Ἀµινόν[ικ]ος Ἐπηνέτω,
Σάµιχος Μούρωνο[ς],
[Ἀ]ίµµεις Ἀγεισίαο,
[Ὀ]λιουµπίων ῾Ρόδωνος,
[Ἀρ]ιστοκράτεις Ἀπολλοδώρω,
Ἀρίστων Δάµωνος,
[Φ]ίλων Θιοζότω,
[Φ]ιλοκλεῖς Παντίαο.

4915. Πεισίαο Perdrizet, Ἀγεισίαο Kalliontzis.

Remarques prosopographiques

50L. 1 : sur la date de l’archonte Dionysodoros, voir p. 34-35.

51L. 4-5 : Μένανδρος Ἀντιγένιος réapparaît probablement comme polémarque dans le catalogue militaire IG VII 2720, l. 2, postérieur à la dissolution du koinon.

52L. 6 : le secrétaire Ἀµινοκλεῖς Θέµωνος réapparaît comme polémarque dans le catalogue militaire Inscr. 25, l. 4, daté de l’archonte fédéral Ἀθανίας.

53L. 14 : un homonyme du conscrit Σάµιχος Μούρωνος réapparaît dans le catalogue militaire Inscr. 21, l. 15-16.

27 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Agatharchidas

54Musée de Thèbes, no inv. 958. Sur le même orthostate que le catalogue précédent. Catalogue militaire daté de l’archonte fédéral Ἀγαθαρχίδας. Gravé à droite de l’Inscr. 26.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 193-194, no 2.
Fig. 50
ca 182 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30
Ἀγαθαρχίδαο ἄ[ρχοντος]
ἐν κυνῦ Βοιωτῶ[ν],
ἐπὶ δὲ πόλιος Μαντιµ[– – –]
πολεµαρχιόντων Νι[κά]νο[ρος – – –]
Ἀσκλαπίνω Φιλοκλ[ίδαο],
Ἐπιχάριος Λιούσ[ων]ος,
γραµµατίδοντος
Μαντίαο Πατροκλε[ίι]ος,
τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων
ἐν πελτοφόρας·
Διόγιτος Μούρωνος,
Κτησίας Ἀθανοδώρω,
Ζωΐλος Ὁµολωΐχω,
Χορόνικος Πτωϊοτίµω,
Πτωΐων Δαµατρίω,
Ἀπολλόδωρος Τίµωνος,
Εὐέτειρος Μικκίωνος,
Ἀγαθοκλεῖς Ἐλευθεροκλείιος,
Εἵρων Δίωνος,
Εὔνικος Ἀµφικρίτω,
Καφισίας Δαµατρίαο,
Φρουνίσκος Κλίωνος,
Φρούνων Τιµοξένω,
Χαρίτων Φίλωνος,
Μωλίουτος Ἀµινίαο,
Γοῦρις Ὀρτάλλιος,
Εὐχαρίδας Μειλίαο,
Σάων Πουθοδώρω,
Κάλλιππος Ἀπολλοδώρω,
Πουθόδωρος Νικοµάχω,
Φίλων Ἐπηνέτω.

55Les lettres soulignées sont aujourd’hui perdues à cause de la cassure de la pierre.

Remarques prosopographiques

56L. 1 : sur la date de l’archonte Agatharchidas, voir p. 34-35.

57L. 5 : le fils du polémarque Ἀσκλαπῖνος Φιλοκλ[ίδαο], Φιλοκλίδας Ἀσκλαπίνω, est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire Inscr. 23, l. 7, daté de l’archonte fédéral Ἀγαθοκλεῖς et comme secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 29, l. 3-4, daté de l’archonte fédéral Λουκῖνος.

58L. 6 : le fils du polémarque Ἐπιχάρεις Λιούσωνος, Λιούσων Ἐπιχάριος, est attesté comme conscrit dans Inscr. 22, datée de l’archonte fédéral Καφισότιµος.

59L. 8 : le père de Μαντίας Πατροκλεῖος, Πατροκλεῖς Μαντίαο, apparaît comme éphèbe dans le catalogue militaire daté de l’archonte fédéral Dorkylos, Inscr. 20. Ce lien prosopographique prouve qu’il est impossible de dater cet archonte de ca 245 av. J.-C.

28 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Polystrotos

60Musée de Thèbes, no inv. 952. Orthostate de marbre calcaire brisé à gauche. En haut, il porte une légère moulure. H. 0,74 m, l. 0,78 m, ép. 0,24 m. Il a les mêmes dimensions que le bloc précédent qui porte des catalogues militaires datés des archontes fédéraux Dionysodoros et Agatharchidas. Il présente un parement bordé d’une ciselure lisse identique à celui de la base précédente. Catalogue militaire antérieur à la dissolution du koinon, daté de l’archonte fédéral Πολιούστροτος et de l’archonte local Πουθόδωρος.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 195-196, no 3.
Fig. 51-52
181 av. J.-C.





5




10




15

Θιὸς τούχα. Πολιουστρότω ἄρχοντος ἐγ κυνῦ
Βοιωτῶν, ἐπί δε πόλιος Πουθοδώρω, πολεµαρ-
χιόντων Πουθίωνος Ἀθανίαο, Ἱπποσθενίδαο
Ἱπποσθενίδαο, Ἀπολλοδώρω ϝασάνδρω, γραµ-
µατίδδοντος Φίλωνος Φιλοϝεργίδαο, τυῒ ἀπε-
γράψανθο ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας·
Ὀλιούµπιχος Ἐπιχάριος, Φίλων Διογενίδαο, Καλ-
λίµειλος Ξένωνος, Ἀπολλόδωρος Καλλίαο,
ϝισόδικος Ἀπολλοδώρω, Ἀπολλόδωρος ϝεργο-
τέλιος, Ἀρίστων Καλλίππω, Ὀνασίδαµος Ἀριστο-
κλεῖος, Σκάλεις Ἀγαθάρχω, Ἀµινοκλεῖς Θιοδώρω,
Θοίναρχος Ἀριστονίκω, Ἐγχόρµας Ἀµφικρίτω, Ἀρ-
χίας Ἀγαθοκλεῖος, Δητόλαος Ἀπολλοδώρω, Δα-
µάτριος Ἀντιγένιος, Θιόδωρος Τιµάρχω, Μελί-
των Εὐδάµω, Τιµοκλεῖς Ἠσχρίωνος,’Ασώπιχος
Δαµατρίχω, Θιογείτων Ἀγεισίαο, Φίλων Ἀθάνω-
νος, Εὔνοστος Θιοδώρω.

Remarques prosopographiques

61L. 1 : sur la date de l’archonte Polystrotos, voir p. 34-35.

62L. 3 : un Ἀθανίας Πουθίωνος est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire de l’archonte fédéral Καφισότιµος Inscr. 22, l. 9, il doit s’agir du fils du polémarque.

  • 15 Van Gelder 1901, p. 288-289.

63L. 4 : un quasi homonyme du polémarque Ἀπολλόδωρος ϝασάνδρω est attesté dans le catalogue militaire IG VII 2720, l. 15. H. Lolling a lu ϝισάνδρω, mais nous devons probablement corriger en ϝασάνδρω.15. Van Gelder pense à tort qu’il doit s’agir d’une seule et même personne. Le conscrit du catalogue IG VII 2720 doit plutôt être son petit-fils.

64L. 12 : en raison de la rareté de son nom, Ἐγχόρµας Ἀµφικρίτω doit être apparenté à Ἱαροκλεῖς Ἐγχόρµαο qui apparaît dans le tarif de poissons d’Akraiphia, SEG 38, 377 et SEG 60, 495.

65L. 14-15 : un homonyme de Μελίτων Εὐδάµω est attesté dans le catalogue militaire Inscr. 21, l. 12. Il doit être le grand-père du nôtre.

29 Catalogue militaire de l’archonte fédéral Lykinos

66Musée de Thèbes, no inv. 962. Orthostate de marbre calcaire, en haut il porte une légère moulure. Comme sur les autres blocs de ce monument, il présente un parement brettelé bordé d’une ciselure lisse. En bas, le bloc porte un parement piqueté. La même caractéristique se retrouve sur les faces latérales du même bloc qui portent deux décrets de proxénie publiés par P. Perdrizet dans BCH 23, 1899, p. 90-91, nos 1-2.
Éd. Perdrizet 1899b, p. 200-201, no 8.
Fig. 53-54
ca 180 av. J.-C.





5




10

Λουκίνω ἄρχοντος ἐν κυνῦ Βοιωτῶν, ἐπὶ δὲ πόλιος Καφισίαο,
πολεµαρχιόντων Ἀµινοκλείιος Θέµωνος, Ἱαροκλεῖος Ἐγχόρ-
µαο, Καφισοτίµω Λιουσιθίω, γραµµατίδδοντος Φιλοκλίδαο
Ἀσκλαπίνω, τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας· Κα-
φισίων Διογενίδαο, Λιουσίθιος [– – – – – –], Ὀνάσιµος Ἀρι-
στίχω, Ὀνασιµίδας Ὀνασίµω, Νικόλαος Χαρίαο, Φίλιπ-
πος Μελίσσω, Θιότιµος Θιογίτονος, Σωσικράτεις Ἀ-
γίαο, Πλούταρχος Νιουµεινίχω, [– – –] Πάτρωνος, Ἀ-
ρίστων Ἐπηνέτω, Ποταµόδωρος [– – –], Μίκουθος Καλ-
λίαο, Τίµαρχος Τιµοκλείιος, Διωνιουσιόδωρος Ἀντιγένιος,
Ἀρίστιχος Μυρίαο, Δαµάρετος Θαρσοµάχω, Τιµοκλεῖς
Τιµοκλείιος, Χρείσιµος Χρεισίµω.

Remarques prosopographiques

67L. 1 : sur la date de l’archonte Lykinos, voir p. 35-40.

68L. 2 : Ἀµινοκλεῖς Θέµωνος apparaît comme secrétaire dans le catalogue militaire Inscr. 26, l. 6, daté de l’archonte fédéral Διωνιουσόδωρος, et en tant que polémarque dans Inscr. 25, l. 4, daté de l’archonte fédéral Ἀθανίας.

  • 16 SEG 32, 450. Pour une nouvelle édition du tarif des poissons, voir Lytle 2010 (SEG 60, 495). Sur Hi (...)

69L. 2-3 : le polémarque Ἱαροκλεῖς Ἐγχόρµαο est attesté comme agonarchos, agoranome, dans le tarif des poissons d’Akraiphia16. Ce lien prosopographique et la nouvelle date proposée pour l’archonte fédérale Lykinos nous permettent de dater le tarif des poissons plutôt du début du iie s. av. J.-C. Un Λυσίθεος Καφισοτίµω est attesté comme rabdophore dans l’apologia de Xénarchos d’Hyettos (BCH 25, 1901, p. 367-369, no 19 B, l. 19). Il doit s’agir d’un descendant du polémarque, mais il est difficile de savoir quel est leur lien de parenté exact.

  • 17 Feyel 1942a, p. 55.

70Un homonyme du secrétaire Φιλοκλίδας Ἀσκλαπίνω réapparaît comme conscrit dans le catalogue militaire de l’archonte fédéral Agathokleis. Il doit s’agir de la même personne. Agathokleis est donc antérieur d’au moins dix ans à Lykinos. Ce lien prosopographique corrobore une datation basse de Lykinos. M. Feyel a essayé de contourner ce lien prosopographique en pensant que le secrétaire de l’année de Lykinos était le grand-père du conscrit de l’année d’Agathokleis. Mais il était alors obligé de donner un âge très avancé au secrétaire de l’année de Lykinos, environ cinquante ans – âge difficile à admettre pour un secrétaire des polémarques17.

  • 18 Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 1 : Βίωνος ἄρχοντος· | προξενίη· τὺ πολέµαρχυ | κὴ σούνδικυ ἔλεξαν | (...)
  • 19 Sur ce terme, voir l’analyse dans le chapitre II sur l’organisation des cités p. 66-67.
  • 20 Ager 1996, no 125.

71Sur les deux côtés de cet orthostate sont inscrits deux décrets de proxénie de la cité (Perdrizet 1899a, p. 90-91, nos 1-2)18. Fait exceptionnel ces deux décrets sont proposés par les polémarques qui ont en même temps le titre des syndikoi. Les syndikoi sont, comme nous l’avons analysé dans une inscription inédite d’Orchomène (Inscr. 33), des avocats défenseurs des intérêts de la cité19. Selon P. Perdrizet, il faudrait distinguer deux collèges de magistrats les polémarques d’une part et les syndikoi d’autre part. Il me semble que, pour des raisons de syntaxe, il est préférable d’admettre que les polémarques étaient en même temps des syndikoi. Il semble en effet difficile de postuler que dans une petite cité deux collèges de magistrats différents proposent un simple décret de proxénie. Un des Chalcidiens honoré avec la proxénie Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 2, Νικοκλῆς Πολιάγρου, apparaît comme arbitre dans un litige entre les cités de la Phthiotide Erythrai et Hypata en Thessalie, IG IX 2, 7. Cet arbitrage a été daté entre 167 et 146 av. J.-C.20. Il semble que Νικοκλῆς était un Chalcidien avec une certaine expérience en tant qu’arbitre et juge. Nous pouvons émettre l’hypothèse que Νικοκλῆς a été honoré par la cité d’Akraiphia parce qu’il est intervenu en tant que juge ou arbitre dans une affaire où la cité d’Akraiphia était impliquée. Ainsi, nous comprenons mieux la présence de syndikoi, des spécialistes des affaires judiciaires à ses côtés. Malheureusement, le caractère synoptique de ce décret de proxénie ne nous donne pas suffisamment d’informations sur l’affaire que Νικοκλῆς est venu résoudre.

72La forme des lettres de ces deux décrets présente des similitudes avec celle du catalogue daté de l’archonte fédéral Lykinos. Ces deux décrets doivent être postérieurs au catalogue militaire, mais la distance chronologique ne doit pas être très grande.

  • 21 Voir le chapitre I sur la chronologie des archontes fédéraux p. 34-40.

73Ce rapprochement matériel prouve que l’archonte Lykinos date de ca 180 av. J.-C. Il semble alors que Lykinos doive être aussi intégré au groupe des archontes fédéraux Agathokles, Kaphisias II, Athanias, Agatharchidas, Damatrios II, Polystrotos et Dionysodoros21.

7430 Catalogue militaire de l’archonte local [Mnas]arch[os]

75Akraiphia, cour de l’église d’Agios Georgios. Dans la cour de l’église d’Agios Georgios, gisent des inscriptions et d’autres éléments architecturaux provenant soit des fouilles du service archéologique soit de trouvailles fortuites faites par les habitants du village d’Akraiphnion. Selon l’Akraiphien Yannis Mavrodimos, l’inscription provient d’une maison au nord d’Agios Georgios.

76Bloc de marbre bleuâtre, brisé légèrement dans sa partie supérieure. Il provient vraisemblablement d’une construction d’Akraiphia fort probablement d’un mur de soutènement. Ce bloc appartient au même groupe que les inscriptions IG VII 2718-2720 inscrites sur des blocs de murs de soutènement d’Akraiphia. H. 0,70 m, l. 0,91 m, ép. 0,47 m, h. l. 0,01-0,05 m.
Fig. 57
Inédit
160-150 av. J.-C.

[Μνασ]άρχ[ω ἄρχ]οντος πολεµαρχι[όντων]
[Καφισ]οδώρω Θέµωνος, Θρασώνδαο Mνα[σίαο]
[Ὀλι]ουµπίχω Δέξωνος γραµµατίδδοντος
[Σαυ]κ̣λέαο Oὑπερµενίδαο, τοιὶ ἀπεγράψανθο ἐς ἐ[φή]-
5




10




15




20
[β]ων ἐν πελτοφόρας.
[Ἀρ]ίστιχος Ξενιούλλω
[Ὁ]µολώϊχος Ἀντιγόνω
Ἀθανόδωρος Ξένωνος
Mούρτων Ἄγρωνος
Nίκων Nι[κί]αο
Ἐµπέδων Φιλοξένω
Ἀρχαγό[ρας] Kαφισοτίµω
Nικία[ς Kα]φισίαο
Mνάσων Ἀθανίχω
Tιµογένεις Tίµωνος
Θιαγένεις Λεπτάργω
Eὐµείδεις Ἐπικράτιος
Ἀγασίδαµος Πτωϊ(ο)τίµω
Ἀντίγων
Mελίτωνος
Πουθίας Ὀνχειστίωνος,
Φρουνίδας Ἱαροκλεῖος,
Πολιουκλεῖς Kαλλικράτιος,
Διονιούσιος Πτωΐωνος,
Tάνιους Nικοµάχω,
Ἀριστόδαµος Ἀριστοδάµω,
Ἀγλάων Διωνιουσοδώρω,
Eὐάγγελος Ὀφελειµίδαο,
Πούρριχος Διωνιουσίω,
Nιουµείνιχος Ἀθανίαο,
Ἀµινόνικος Mνασιφίλω,
Eὔανδρος Mνασίππω,
Mυρίας Θιοζότω
Σώστροτος Ὀνασίµω
Σώστροτος Mνασιγίτονος
Nικοτέλεις Nικοτέλιος.
Ἀπολλόδωρο[ς]
Kλίωνος,
Eὔνοµος
Ὀνασίµω,
Kάλλιππος
Ἀρίστωνος,
Mικίων Mικούθω,
Διογενίδας
Φίλωνος,
Eἵρων Ξεναντ[ίχ]ω,
Eὔνοµος
Mελίτωνος



Notes prosopographiques

77L. 2 : un homonyme du polémarque Kαφισόδωρος Θέµωνος est attesté dans le catalogue militaire SEG 3, 360, 10. Il doit être le grand-père du polémarque. Un homonyme du polémarque Θράσωνδας Mνα[σίαο] est attesté comme conscrit dans le catalogue militaire Inscr. 20 (IG VII 2716, l. 19) qui date de l’archonte fédéral Dorkylos (ca 230 av. J.-C.). Il doit s’agir de son grand-père. Le fils de Θρασώνδας Μνασίαο du nouveau catalogue, Mνασίας Θρασώνδαο, est attesté en IG VII 2721, l. 8, catalogue postérieur à la dissolution du koinon.

78L. 3 : le père d’[Ὀλι]ούµπιχος Δέξωνος, Δέξων Ὀλιουµπίχω, est attesté dans la dédicace de la cité d’Akraiphia au Ptoion IG VII 4156. L’archonte de la cité d’Akraiphia qui date la dédicace, Φρούνιχος, date aussi l’inscription SEG 3, 359 (entente de la cité d’Akraiphia avec un créancier).

79L. 4 : [Σαυ]κλέαο Oὑπερµενίδαο. Le nom du polémarque doit être court avec la désinence ‑κλέας, le nom Σαυκλέας est un bon candidat déjà attesté à Orchomène, LGPN III B 375. Le nom Oὑπερµενίδας est attesté à Akraiphia dans SEG 3, 361, l. 17.

80L. 5 : Πουθίας Ὀνχειστίωνος, le nom Πουθίας est attesté à Akraiphia SEG 3, 361, Ὀνχειστίων IG VII 2718, l. 10.

81L. 5-6 : Ἀπολλόδωρο[ς] Kλίωνος, le nom Κλίων est attesté à Akraiphia, LGPN III B 241.

  • 22 Vottéro 2014, p. 242.

82L. 6 : [– –]ιστιχος Ξενιούλλω. Le nom Ξένυλλος est attesté une seule fois en Béotie, LGPN III B 319. Le passage de -υ en -ιου est un phénomène récurrent dans le dialecte béotien22. Le nom Φρουνίδας est attesté une fois à Tanagra, LGPN III B 437.

83L. 8 : Διονιούσιος Πτωΐωνος doit être apparenté au conscrit Πτωΐων Διονιουσίω qui est attesté dans le catalogue militaire Inscr. 20, l. 10, daté de l’archonte fédéral Dorkylos. L’écart chronologique entre les deux inscriptions est trop grand pour le considérer comme le père du conscrit qui apparaît dans notre liste.

  • 23 Bekker 2010, p. 1449-1450 ; Chantraine 2009, s.v., p. 1053.

84L. 9 : Mούρτων Ἄγρωνος. Le nom Μύρτων est rare. Il est attesté à Akraiphia dans le catalogue de l’archonte fédéral Kaphisias II Inscr. 24, l. 13. Le nom Ἄγρων n’est pas attesté en Béotie mais en Phocide et en Thessalie, LGPN III B 11. Le nom Τάνιους n’est pas attesté en Béotie. Il doit être la forme dialectale d’un nom Τάνυς provenant de l’adjectif *τανύς, « étroit, mince, effilé », qui n’est pas attesté en grec23. On retrouve dans l’onomastique grecque, quelques noms qui ont la même racine comme Τάνουος qui apparaît à Atrax, I.Atrax 203, Τάνως à Chios, LGPN I 429, Τανύλος en Cyrénaïque, LGPN I 429. Nous avons reconnu le père du conscrit, Νικόµαχος Τάνιουος, qui était conscrit sous l’archonte fédéral Athanias, Inscr. 25, l. 11.

85L. 9-10 : le père de Κάλλιππος Ἀρίστωνος, Ἀρίστων Καλλίππω, est attesté dans le catalogue militaire Inscr. 28, l. 10, qui est daté de l’archonte fédéral Polystrotos.

86L. 11 : le nom Μίκουθος est relativement rare. En Béotie, il est attesté une fois à Akraiphia et une fois à Tanagra, LGPN III B 285.

  • 24 Ma 2005, p. 176 : « IG VII 2715 records a conscription list without federal archon, and hence datin (...)

87L. 14 : un homonyme d’Εἵρων Ξεναντίχω est attesté comme polémarque dans le catalogue militaire IG VII 2715, 2. Dans ce catalogue, nous devons corriger en Ξεναντίχω, comme l’a déjà remarqué J. Ma24. Ce catalogue militaire est aujourd’hui perdu. De par la forme des lettres du facsimilé des IG, il paraît tardif, peut-être de la fin du iie s. av. J.-C. Il doit fort probablement être identifié avec Εἵρων Ξεναντύχω qui apparaît dans le catalogue inédit publié ici.

88L. 12-13 : le père de Διογενίδας Φίλωνος, Φίλων Διογενίδαο, est attesté dans le catalogue militaire Inscr. 28, l. 7, daté de l’archonte fédéral Polystrotos.

89L. 15 : le père du conscrit Ἀµινόνικος Mνασιφίλω, Mνασίφιλος Ἀµινονίκω, est attesté dans la dédicace d’Akraiphia au Ptoion IG VII 4156, l. 6, où l’on a également retrouvé le père d’Ολύµπιχος Δέξωνος.

90L. 16 : le nom Λέπταργος est attesté une seule autre fois à Akraiphia dans le catalogue militaire Inscr. 26, l. 5, daté de l’archonte fédéral Dionysodoros.

91L. 17 : le nom Μυρίας est attesté à Akraiphia, LGPN III B 295.

92L. 19-20 : le nom d’Ἀντίγων Μελίτωνος est placé de cette façon parce que le graveur n’avait pas à sa disposition suffisamment de surface aplanie.

93Grâce aux liens prosographiques et notamment grâce aux deux conscrits fils des conscrits de l’année de l’archonte fédéral Polystrotos, ce catalogue militaire doit vraisemblablement être postérieur à la dissolution du koinon, vers 160-150 av. J.-C.

Notes

1 Sur la topographie d’Akraiphia, voir Müller 1995 et Farinetti 2011, p. 137-144. Pour une étude récente du tarif des poissons d’Akraiphia, voir Lytle 2010.

2 Description de D. Korolkow : « Grauer Kalkstein. Er war in unbedeutender Tiefe am Nodrabhange der Akropolis von Akraiphia aufgedeckt worden ; hinten und auf den Seiten abgebrochen. Der Stein war, wie es scheint, einmal in eine Mauer verbaut ; die Inschrift nimmt die linke Hälfte der vorderen Oberfläche ein ; bei dem Ausgraben hat die Hacke mehrere Male auf die linke Seite der Inschrift gesclagen, wodurch ein Theil der Oberfläche abgehauen und in mehrere Stücke zerbrochen wurde, wie die Copie zeigt ; die Stücke lassen sich aber gut zussamentpassen, dass die Inschrift beinahe ganz gelesen werden kann. Höhe des Steins 0,55m, grösste Breite 1,00 ; die Buchstaben sind 0,01 hoch ; die Zeilen laufen zwischen Linien ».

3 Ma 2005, p. 170 : « Nonetheless, the lists add to the monument’s meanings. The enumeration of Akraiphian young soldiers, part of the Boiotian army, echo the invocation to the neoi in the epigram, as Perdrizet already saw (1900, 78). Even if in the early second century, available monumental space is being reused for inscriptions, the Akraiphian conscription lists when inscribed on this particular space, have special resonance: they actualize the patriotic militarism of the statue, and prolong the message of resistance and polis continuity. Epigraphical habit and statue habit collaborate. Likewise, it is excessive to deny any ideological force to the inscription of conscription lists on the fortification walls of Hyettus, even the practice was unsystematic and alternated with inscriptions elsewhere ».

4 Ma 2005, p. 176.

5 Schachter 2007, p. 100.

6 Sur cette question, voir la présentation critique de l’article d’A. Schachter par D. Knoepfler, Bull. 2008, 247.

7 Feyel 1942a, p. 55-56.

8 Feyel 1942b, p. 49 : « Pour dater le texte, on doit d’abord observer que le juge Δαµάρετος Ἀντιδίκω est très probablement le même personnage que l’on retrouve en qualité de secrétaire des polémarques, en tête d’un catalogue militaire d’Akraiphia, sous l’archontat fédéral de Kaphisias II, auquel je proposerai ailleurs d’assigner la date 185-175 ». Erronément, M. Feyel pense que dans ce catalogue on a un homonyme du juge Ἀντίδικος Δαµαρέτω alors qu’on a son fils. Cf. Roesch 1982, p. 408.

9 Schachter 2016, p. 216-223.

10 Schachter 2016, p. 218 : « The second of the three polemarchs of Akraiphia in Athanias’ year, Praxilleis son of Aischriondas, has the same name as the secretary of the college of polemarchs in IG VII, 4127. Perdrizet took them to be the same man, and this identification has been accepted ». Baratt 1932, p. 73 ; Van Gelder 1901, p. 292 ; Ma 2005, p. 176, et Müller 2005, p. 114.

11 Müller 2005, p. 114.

12 Schachter 2007, p. 99. A. Schachter est suivi sur ce point par D. Knoepfler, Bull. 2008, 247.

13 Ma 2005, p. 162, n. 35 : « I also found the slab bearing Perdrizet 1899b, p. 193-194, two military catalogues dated by Dionysodoros (federal) and Xenon (Akraiphia) and Agatharchidas (federal) and Mantim- (Akraiphia): inv. 958. H. 76 cm, cornices 10.5 cm. each ; this cannot have belonged to the Eugnotos base, because the dimensions and because there is no place for it in my reconstruction: the text on the stone is complete on the left side, and hence cannot have borne the end of the proxeny decrees which start on inv. 961 ».

14 Sur les bases de statues à l’époque hellénistique, voir Schmidt 1995 ; Jacob-Felsch 1969.

15 Van Gelder 1901, p. 288-289.

16 SEG 32, 450. Pour une nouvelle édition du tarif des poissons, voir Lytle 2010 (SEG 60, 495). Sur Hiarokleis fils d’Enchormas, voir Roesch 1974, p. 9.

17 Feyel 1942a, p. 55.

18 Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 1 : Βίωνος ἄρχοντος· | προξενίη· τὺ πολέµαρχυ | κὴ σούνδικυ ἔλεξαν | Πάνφιλον Παµφίλω Χαλ|κιδεῖα πρόξενον εἶµεν | κὴ εὐεργέταν τᾶς πόλιος | Ἀκρηφιείων κὴ αὐτὸν | κὴ ἐγγόνως κὴ εἶµεν αὐ|τῦς ἔππασιν γᾶς κὴ ϝυ|κίας κὴ ἀσουλίαν κὴ ἀσ|φάλιαν κὴ πολέµω κὴ ἰράνας | κὴ κατὰ γᾶν κὴ κατὰ | θάλατταν καθώσπερ | κὴ τῦς ἄλλυς προξένυς | κὴ εὐεργέτης γέγραπτη. Perdrizet 1899a, p. 90-91, no 2 : Βίωνος ἄρχοντος | προξενίη·τὺ πολέµαρ|χυ κὴ σούνδικυ ἔλεξαν | Νικοκλεῖν Πολιάγρω Χαλκι|δεῖα πρόξενον εἶµεν κὴ εὐερ|γέταν τᾶς πόλιος Ἀκρηφι|είων κὴ αὐτὸν κὴ ἐγγόνως | κὴ εἶµεν αὐτῦς ἔππασιν | γᾶς κὴ ϝυκίας κὴ ἀσουλίαν κὴ | ἀσφάλιαν κὴ πολέµω κὴ ἰρά|νας κὴ κατὰ γᾶν κὴ κατὰ θά|λατταν καθάπερ κὴ τῦς ἄλ|λυς προξένυς κὴ εὐεργέτης | γέγραπτη.

19 Sur ce terme, voir l’analyse dans le chapitre II sur l’organisation des cités p. 66-67.

20 Ager 1996, no 125.

21 Voir le chapitre I sur la chronologie des archontes fédéraux p. 34-40.

22 Vottéro 2014, p. 242.

23 Bekker 2010, p. 1449-1450 ; Chantraine 2009, s.v., p. 1053.

24 Ma 2005, p. 176 : « IG VII 2715 records a conscription list without federal archon, and hence dating after 171, one of the polemarchs is Εἴρων Ξεναντίχω (correct from Ξεναρτίχου in IG). This must be the son of the conscript in the federal archonship of Kaphisias II: we should place this archonship early, and hence in the 180s rather than 170s, to allow enough time for the twenty-year old conscript to have a son Eiron, who was polemarch in one of the last conscription lists of Akraiphia) ».

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search