Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre IX

Thèbes Inscr. 18-19

Texte intégral

  • 1 Sur les trouvailles récentes à Thèbes, voir Aravantinos 2010, p. 318-335. En général, sur Thèbes, v (...)

1La capitale historique de la Béotie a livré un nombre d’inscriptions de l’époque hellénistique assez limité compte tenu de son importance. Ce fait doit être imputé au hasard des trouvailles et surtout aux nombreuses destructions et aux occupations successives que Thèbes a subies au cours des siècles. Les couches archéologiques supérieures qui protégeaient les vestiges de la cité de l’époque romaine et hellénistique ont été presque entièrement détruites. C’est la raison pour laquelle les trouvailles les plus importantes de cette période datent des époques antérieures à l’époque classique. Les cimetières en périphérie offrent une plus grande continuité chronologique et nous donnent une image plus complète de la cité hellénistique et romaine1.

  • 2 Sur cette refondation, voir p. 103-105 et Knoepfler 2001b. Pour la publication de cette inscription (...)
  • 3 Heracleides le Crétois, 12.

2Parmi les rares inscriptions hellénistiques récemment découvertes à Thèbes se trouve un fragment de la liste des donateurs pour la reconstruction de la cité après sa refondation par Cassandre2. Selon le témoignage d’Heracleides le Crétois, Thèbes devait être une cité assez agréable à l’époque hellénistique. Selon lui, le plan de la cité, qui a été détruite trois fois, était bien tracé et présentait plusieurs avantages3.

18 Décret en l’honneur de Kallieus fils de Kallon de Phanotée

3Thèbes, no d’inv. 44106. Provenance inconnue. Base de pierre grisâtre réutilisée pendant la période byzantine en tant qu’imposte.
Cf. Rousset, Camp, Minon 2015, p. 458.
Fig. 37-38
Inédit
Début du iie s. av. J.-C.





5
[Nomen ἄρχοντος, nomen patronymicum] ἔλεξε, δεδόχθη τῦ δάµυ, πρόξενον
[εἶµεν κὴ εὐεργέταν τᾶς πόλιος Θειβήων] Καλλεῖα Κάλλωνος Φανοπεῖα κὴ αὐ-
[τὸν κὴ ἐκγόνως κὴ εἶµεν αὐτῦς γᾶς κὴ ϝυκ]ίας ἔππασιν κὴ ϝισοτέλιαν κὴ ἀσ-
[φάλειαν κὴ πολέµω κὴ ἰράνας κὴ] τἆλλα πάντα καθάπερ κὴ τῦς
[ἄλλυς προξένυς κὴ εὐεργέτης].

4Traduction

Untel étant archonte, untel fils d’untel a fait la proposition : plaise au peuple qu’il soit proxène et bienfaiteur de la cité des Thébains Kalleus fils de Kallon de Phanotée lui et ses descendants, qu’ils aient le droit d’acquérir une terre et une maison et qu’ils bénéficient de l’isoteleia et de la sécurité en temps de guerre et de paix et de tous les autres privilèges qui sont ceux des autres proxènes et bienfaiteurs.

Remarques

5De par la forme des lettres, ce décret doit être daté du début du iie s. av. J.-C. La barre médiane de l’alpha est brisée, le thêta a un point au milieu.

6La réutilisation du bloc pendant la période byzantine permet de penser qu’elle provenait de Thèbes. Cette cité était alors très importante et on trouve plusieurs blocs anciens réutilisés dans des églises byzantines. Malheureusement, nous ne pouvons pas exclure une autre provenance béotienne.

7La cité de Phanoteus se trouve à la frontière entre la Béotie et la Phocide sur un point stratégique. On retrouve encore un proxène phanotéen en Béotie dans le décret de proxénie de Thespies IG VII 1730. Le fait que cette inscription n’ait pas de provenance précise nous prive d’une information importante sur les relations d’une cité béotienne avec la cité phocidienne de Phanoteus.

8Ce décret est précédé d’un autre décret de proxénie très fragmentaire, dont seule la formule finale subsiste καθάπερ κὴ τῦς ἄλλυς προξένυς κὴ εὐεργέτης.

9Le nom du proxène doit être Καλλεύς, comme l’a suggéré D. Knoepfler. Il y a plusieurs noms comportant le suffixe -ευς en Phocide et en Béotie comme par exemple Τυδεὺς attesté en Phocide (LGPN III B 412, Élatée), Πεδδιεύς en Thessalie (LGPN III B 341).

19 Catalogue de genre incertain

10Inventaire de 1936-1938, no 40. Trouvé à Thèbes, mais le registre d’inventaire ne donne pas de provenance exacte. Stèle de marbre blanc, brisée de tous les côtés sauf dans une partie limitée du côté droit. H. 0,26 m, l. 0,27 m, ép. 0,125 m, h. l. 0,004-0,012 m.
Fig. 39
Inédit
Seconde moitié du iie s. av. J.-C.





5




10

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
[– – – –]ρω[– – – – – – – – – –]
[– – –] Ἀπόλλωνι Ἱσµην[ίωι – – – – – – –]
[– – –]TAN ποθόδων τῶν [– – – – – – – –]
[– – – γραµµατεύοντο]ς τῦς πολεµάρχυς
[– – – – – – – – – –]οταο, πολεµαρχιόντων
[– – – – – – – – – –]µιχω Ὁµολωΐωνος,
[Ἀθανοδ]ότω Δαλάρχω, vacat
[– – – – – – – – – –]ω Ἀριστογείτονος,
[Φιλο]ξ̣ένω Ἠσχίναο, vacat
[– – – – –]µ̣ον παρ᾽Φιλοξ[ένω Ἠσχίναο ?]
[– – – –]Ε̣ΧΧ̣[– – – – – – – – – – – –]
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
  • 4 Sur les fouilles de l’université Bucknell, voir maintenant AD 68, 2013, Chron. B΄ 1, p. 407-412. Un (...)
  • 5 Sur le sanctuaire d’Apollon Hisménios, voir Schachter 1981, p. 77-85.

11L. 2 : Apollon Hisménios était la divinité poliade de Thèbes. Son sanctuaire bien connu a été fouillé par A. Keramopoullos au début du xxe s. Les fouilles récentes de l’université Bucknell ont apporté des éléments nouveaux sur son histoire et sa topographie4. Ce sanctuaire était le plus important de Thèbes, mais très peu de documents épigraphiques le mentionnent5.

12L. 3 : Πόθοδος est le terme dialectal pour πρόσοδος. Il est attesté dans d’autres inscriptions béotiennes : IG VII 3172 ; I.Thespies 54 ; I.Thespies 62.

13Malheureusement, tous les noms des personnes qui apparaissent sur cette pierre semblent par ailleurs inconnus.

14De par la forme des lettres, cette inscription peut être datée de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. La barre de l’alpha est brisée, les barres obliques de l’oméga sont tirées vers le haut, les lettres présentent des apices.

15Le caractère très fragmentaire de ce document ne nous permet pas de définir sa nature. La présence du mot πόθοδος m’amène à penser qu’il s’agit d’un document à caractère financier. La mention du nom d’Apollon Hisménios montre qu’il s’agit probablement d’un document concernant l’administration de ce sanctuaire important. Nous connaissons plusieurs documents analogues dans d’autres sanctuaires. L’intitulé de cette inscription comprenait probablement le nom du dieu, le nom du secrétaire des polémarques et enfin les noms de quatre polémarques, à savoir un par ligne. Cette hypothèse est fondée sur le fait que nous disposons de quatre noms au génitif qui sont fort probablement les noms des polémarques. Il est impossible de savoir pourquoi les polémarques sont au nombre de quatre et non pas de trois, comme on pourrait s’y attendre.

16L’inscription publiée ici présente certaines similitudes avec les intitulés des baux de Thespies. Il pourrait s’agir d’une mise en location de terrains appartenant au sanctuaire d’Apollon Hisménios. Le seul indice dont on dispose est la phrase « παρ’ un tel » qui figure aussi dans les baux de Thespies.

Notes

1 Sur les trouvailles récentes à Thèbes, voir Aravantinos 2010, p. 318-335. En général, sur Thèbes, voir Fossey 1988, p. 199-249, plus récemment Farinetti 2011, p. 191-200.

2 Sur cette refondation, voir p. 103-105 et Knoepfler 2001b. Pour la publication de cette inscription, voir Buraselis 2014 ; Kalliontzis 2014 ; Matthaiou 2014 ; D. Knoepfler, Bull. 2014, 204. Une nouvelle édition de cette inscription a été publiée par Y. Kalliontzis et N. Papazarkadas, Kalliontzis, Papazarkadas 2019.

3 Heracleides le Crétois, 12.

4 Sur les fouilles de l’université Bucknell, voir maintenant AD 68, 2013, Chron. B΄ 1, p. 407-412. Un fragment qui pourrait appartenir à cette inscription a été récemment découvert au cours de ces fouilles et sera publié par K. Dely.

5 Sur le sanctuaire d’Apollon Hisménios, voir Schachter 1981, p. 77-85.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search