Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre VIII

Chorsiai Inscr. 11-17

Texte intégral

1La petite cité de Chorsiai qui se trouve à l’est de Thisbé a livré un nombre limité d’inscriptions. Des fouilles et des prospections de terrain ont été entreprises par J. M. Fossey et ont été publiées dans une série dédiée à l’archéologie de cette petite cité. H. Lolling a déjà publié quelques inscriptions de Chorsiai dans IG VII 2383-2404. L’inventaire sacré I.Thespies 38, qui est vraisemblablement une pierre errante provenant de Thespies, est une trouvaille plus récente. La majeure partie des inscriptions de Chorsiai ont été retrouvées dans le monastère de Taxiarchai situé au nord du site de Chorsiai. La plus grande partie des inscriptions publiées dans les IG VII avaient été retrouvées encastrées dans les murs de ce monastère.

2Au cours de l’été 2012, à Chorsiai, avec Chr. Müller, j’ai constaté que le monastère était en cours de rénovation. À cause de ces travaux, qui n’ont pas été autorisés par l’Éphorie des antiquités byzantines d’Eubée et de Béotie, une partie importante du bâtiment datant du xviiie s. a été démolie. Dans le cadre de ces travaux, les ouvriers ont trouvé une pierre inscrite et l’ont mise de côté sans prévenir le service archéologique. Il s’agit d’un bloc portant trois catalogues militaires de la fin du iiie s. av. J.-C. L’inscription a été transportée au musée de Thèbes. Un second fragment appartenant à la partie basse du même bloc avec trois autres catalogues militaires a été découvert par l’Éphorie des antiquités de la Béotie pendant les travaux de restauration ultérieurs du monastère, en 2017. Il a été également transporté au musée de Thèbes. Les catalogues gravés sur les deux fragments jointifs sont publiés sous Inscr. 11-17.

11-17 Catalogues militaires

3Fig. 36
Deux fragments d’une base de calcaire gris, brisée obliquement, qui porte sept catalogues militaires de Chorsiai, Inscr. 11-17. La forme des lettres est assez belle et présente les caractéristiques du dernier quart du iiie s. La barre médiane de l’alpha est incurvée et parfois brisée, le thêta a un point au milieu, l’omicron est plus petit que les autres lettres. La forme du phi est aussi caractéristique. H. 1,36 m, l. 0,36 m, ép. 0,40 m, h. l. 0,008-0,012 m.

11 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kaphisias I

4Fig. 36
Inédit
224 av. J.-C.

fr. a



5




10
[Κ]αφισίαο ἄρχοντος Βοιωτοῖ[ς],
ἐπὶ δὲ πόλιος Δαµοξένω, [τοιὶ]
ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρ[ως],
[Μ]νασίων Λασίαο, Ἀρίσ[των]
[– –]ιδος, Φάουλλο[ς] Φα̣[ούλλω]
[Ἐ]πικλείδας Σίµων̣[ος],
[Ἱ]άρων Εὐξένω,
Ἀλέξαρχος Εὐ[– – – – –],
[Τ]ίµων Ὁµολωΐχ[ω],
[Ἀ]γ̣εισίλαος Μν[– – – – – –].

5L. 1 : sur la date de l’archonte fédéral Kaphisias I, voir p. 22.

6L. 3 : le verbe ἐσσεγράφεν apparaît uniquement dans les catalogues militaires de Chorsiai, IG VII 2389-2390, et dans les catalogues militaires de Thisbé, SEG 3, 351-353. Il illustre l’influence de la grande cité voisine Thisbé sur la petite Chorsiai.

7L. 4 : le nom Λασίας n’est pas attesté par ailleurs. On retrouve un Λασῆς attesté à Thespies dans Polybe, 27, 1, 4.

8L. 5 : la forme Φάουλλος du nom Φάϋλλος est attestée à Orchomène, LGPN III B 417.

9L. 7 : un Εὔξενος Ἱάρωνος apparaît dans le second des catalogues militaires de Chorsiai déjà connus (IG VII 2390, l. 6), qui date de l’archonte fédéral Sostratos. Il doit s’agir vraisemblablement de son fils.

12 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Hippias I

10Gravé immédiatement au-dessous du catalogue précédent.
Fig. 36
Inédit
222/1 av. J.-C.





5


[Ἱππ]ί̣αο ἄρχοντο[ς Βοιωτοῖς],
[ἐπ]ὶ δὲ πόλιος Ἀρι[– – –, τοιὶ]
[ἐσσε]γράφεν ἐν θυρε[αφόρως]
[Ἀρ]ιστοµείδεις Μ[– – – – – –],
[Ε]ὐφρόνιος Ἐµπέ[δωνος],
Κάλλιππος Πολ[– – – – –],
Κλέων Νικάρχ[ω],
Ὀλούµπιχος [– – – – –]

11L. 1 : nous pouvons restituer le nom de l’archonte fédéral Ἱππίας. Sur la date de cet archonte, voir p. 22.

12L. 4 : le nom Ἀριστοµείδεις n’est pas attesté en Béotie, mais l’est à Phères en Thessalie (LGPN III B 59).

13L. 5 : le nom Εὐφρόνιος est attesté dans plusieurs cités béotiennes et notamment à Thespies (six occurrences).

13 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Potidaichos

14Immédiatement au-dessous du catalogue précédent.
Fig. 36
Inédit
221/0 av. J.-C.




fr. b
5
Ποτιδαΐχω [ἄρχοντος Βοιωτοῖς],
ἐπὶ δὲ πό[λιος nomen, τοιὶ]
[ἐσ]σεγρά[φεν ἐν – – – – – –]
[Θι]όµναστος [– – – – – –],
[– – –] Δι̣ν[ί]ας Ἀντιδ[– – – – –]
[– – –] Ἀδµάτω [– –]

15L. 1 : sur la date de l’archonte Ποτιδάϊχος, voir p. 22-23.

16L. 5 : pour le patronyme, nous pouvons proposer la restitution Ἀντιδ[ότω]. Le nom Ἀντίδοτος est attesté à Chorsiai, IG VII 2385, l. 2. Une autre restitution possible serait Ἀντιδ[ώρου], nom attesté à Thespies, LGPN III B 40.

17L. 6 : le nom mythique Ἄδµατος/Ἄδµητος est attesté en Thessalie, LGPN III B 12.

14 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Philon II

18À la suite du catalogue précédent.
Fig. 36
Inédit
ca 207/6 av. J.-C.

[Φί]λ̣ωνος ἄρχοντο[ς Βοιωτοῖς],
[ἐπὶ δ]ὲ πόλιος Ἀγλάω̣[νος ἐσ]-
[σεγρά]φεν ἐν θυρεαφόρ[ως – –]
[– –]µιχος Ἱάρωνος.

  • 1 Sur la date de cet archonte, voir p. 26.

19L. 1 : nous pouvons proposer la restitution [Φί]λωνος, car le lamda se devine sur la pierre. Il n’est pas facile de décider si l’archonte Philon qui apparaît dans ce catalogue est le premier ou le second du nom. Il doit s’agir de l’archonte fédéral Philon II. Selon la nouvelle chronologie, l’écart entre ces deux archontes ne doit pas être très important ; le premier doit dater de 210/9 et le second de 207/6 av. J.-C. R. Étienne et D. Knoepfler les dataient respectivement d’après 230 av. J.-C. et de 206/5 av. J.-C.1.

15 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Euklidas

20À la suite du catalogue précédent.
Fig. 36
Inédit
198/7 av. J.-C

[Εὐ]κλίδαο ἄρχοντος Β[οιωτοῖς],
[ἐπὶ] δὲ πόλιος Καλλικρ[άτιος, ἐσ]-
[σεγ]ράφεν ἐν πελτοφό[ρας – –]
[– – Ἀρ]ιστονίκω.

21L. 1 : sur la date de l’archonte Εὐκλίδας, voir p. 32.

16 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kallikles

22À la suite du catalogue précédent.
Fig. 36
Inédit
197/6 av. J.-C.

[Κα]λλικλεῖος ἄρχοντ[ος Βοιωτοῖς],
ἐπὶ δὲ πόλιος Θεοτίµω̣, [ἐσσεγρά]-
φεν ἐµ πελτοφόρας Ἐ[– – – – –]
Ἐν[πε]δωνίω.

23L. 1 : sur la date de l’archonte Καλλικλεῖς, voir p. 32.

24L. 4 : le nom Ἐµπέδων avec la forme Ἐνπέδων est attesté dans plusieurs cités béotiennes, LGPN III B 134.

17 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kaphisotimos

25À la suite du catalogue précèdent.
Fig. 36
ca 195/4 av. J.-C.





5
Καφισοτίµω ἄρχο[ντος Βοι]-
ωτοῖς, ἐπὶ δὲ πόλ[ιος Σω]-
στρότω, ἐσσεγρά[φεν ἐν θυρ]-
εαφόρως Γνω[σίας – –],
[Κλι]άγορος Γ̣[– – –]

26L. 1 : sur la date de l’archonte Καφισότιµος, voir p. 34-35.

27L. 4 : Γνωσίας est un nom attesté uniquement en Phocide, LGPN III B 93.

28L. 5 : le nom Κλιάγορος est attesté à Orchomène, LGPN III B 241.

Remarques

29Comme dans les autres catalogues militaires de Chorsiai, les noms des polémarques n’apparaissent pas dans l’intitulé du document où ne sont retenus que le nom de l’archonte fédéral et celui de l’archonte de la cité. Nous pouvons supposer que Chorsiai était une trop petite cité pour avoir trois polémarques ou que la mention des polémarques n’était pas stipulée dans l’intitulé des catalogues militaires.

La date de l’archonte fédéral Sostratos

30Grâce au lien prosopographique de la l. 7 de l’Inscr. 11 entre les archontes fédéraux Kaphisias I et Sostratos, nous pouvons préciser la date de ce dernier. La date de cet archonte était jusqu’à maintenant considérée comme incertaine parce que celui-ci n’était alors connu que grâce au catalogue militaire de Chorsiai, IG VII 2390. Nous pouvons désormais le dater du début du iie s. av. J.-C. grâce à l’écart d’une génération entre le nouveau catalogue de Kaphisias I et le catalogue de l’archonte Sostratos. D’autre part, ce lien prosopographique permet d’affirmer l’appartenance du nouveau catalogue militaire à Chorsiai. Il ne peut s’agir d’une pierre errante provenant d’une autre cité béotienne.

La question de la réforme militaire

  • 2 Pour la question de la réforme militaire et les autres questions chronologiques, voir le chapitre I(...)

31Le passage de l’armement d’un bouclier plus lourd, le thyréos, à un bouclier plus léger, la peltè, a déjà été analysé à propos de l’organisation de l’armée béotienne. Les nouveaux catalogues militaires de Chorsiai permettent d’apporter de nouveaux éléments pour élucider cette question. Ainsi, les conscrits des années des archontes fédéraux Kaphisias I, Hippias I et Philon II sont enregistrés parmi les thyréaphores, mais les conscrits des années d’Euklidas et Kallikles sont enregistrés parmi les peltophores. Et, de façon étonnante lors de l’archontat fédéral de Kaphisotimos, ils sont de nouveau enregistrés comme thyréaphores. La petitesse de la cité de Chorsiai pourrait expliquer ces fluctuations dans l’intitulé des catalogues militaires2.

Le nombre des conscrits

32Chorsiai, nous l’avons vu, était une des plus petites cités de Béotie. Les catalogues militaires déjà connus comportaient très peu de conscrits : le catalogue IG VII 2389, probablement un conscrit, et IG VII 2390, trois. Dans les nouveaux catalogues, le nombre des conscrits varie considérablement. Ainsi, dans le catalogue de l’archonte fédéral Kaphisias I, on trouve huit conscrits, environ cinq dans celui d’Hippias, environ quatre dans celui de Potidaichos, dans celui de Philon II seulement un, dans celui d’Euklidas un, dans celui de Kallikles un et dans celui de Kaphisotimos deux ou plus. Il est étonnant de ne trouver, pendant plusieurs années, qu’un seul éphèbe conscrit dans les catalogues militaires. Semblable phénomène ne se retrouve qu’à Aigosthènes, une autre petite cité appartenant au koinon béotien. Il s’agit des inscriptions IG VII 210 et 211 des années des archontes Onasimos et Hippias. On pourrait émettre l’hypothèse qu’une partie des éphèbes de Chorsiai pratiquaient leur éphébie dans la grande cité de Thisbé, qui avait des liens étroits avec sa petite voisine.

Notes

1 Sur la date de cet archonte, voir p. 26.

2 Pour la question de la réforme militaire et les autres questions chronologiques, voir le chapitre I sur la chronologie des archontes fédéraux p. 85-87.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search