Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre VII

Thespies Inscr. 9-10

Texte intégral

  • 1 Müller 1996b.
  • 2 Roesch 2009.
  • 3 Farinetti 2011, p. 155-165 ; Bintliff, Howard, Snodgrass 2007 et Bintliff et al. 2017.

1Thespies est une des cités béotiennes qui nous a livré le plus d’inscriptions grâce notamment aux fouilles de l’École française à la fin du xixe s.1. Le corpus posthume de P. Roesch récemment publié par G. Argoud, A. Schachter et G. Vottéro comporte 1 400 inscriptions environ2. Il se caractérise par une très grande variété de textes toutes périodes confondues. La cité de Thespies est aussi exceptionnelle parce qu’elle possède des séries d’inscriptions qui appartiennent au même type et à la même époque. Dans l’épigraphie de Thespies, nous pouvons distinguer les décrets de proxénie et les catalogues militaires. Depuis la fin du xixe s., il n’y a eu que de rares inédits. Signalons le décret en l’honneur de l’hoplomaque athénien Batrachos bien étudié par P. Roesch. Par ailleurs, Thespies et sa région ont bénéficié de prospections géophysiques pour la chôra comme pour le centre urbain. Bien que la publication de ces recherches ne soit pas complète, celles-ci ont enrichi nos connaissances sur le territoire de Thespies3.

Le groupe des proxénies de Thespies

2Le groupe des décrets de proxénie de Thespies est très important pour la chronologie de la Béotie hellénistique. La grande majorité de ces décrets sont inscrits sur des orthostates appartenant soit à une base soit à un bâtiment public. Les données archéologiques influent sur la datation des inscriptions.

Aspect matériel

3Le iiie et le iie s. av. J.-C. sont les siècles au cours desquels on a gravé le plus de documents en Grèce centrale et, pour ce faire, on a utilisé toutes sortes de surfaces. Ainsi la gravure d’inscriptions sur des bases était très répandue. On retrouve cette pratique dans plusieurs cités béotiennes, notamment à Thespies où plusieurs décrets sont inscrits sur des bases de statues, sur des orthostates de bâtiments et autres blocs architecturaux.

4La mauvaise présentation des inscriptions dans la cour du musée de Thèbes rendait impossible l’examen des pierres d’un point de vue archéologique. Seul A. Keramopoullos a fait une présentation très brève sur la forme des monuments sur lesquels les inscriptions sont gravées. Grâce aux travaux de rénovation du musée de Thèbes et au transport des inscriptions dans un nouveau dépôt, il est désormais possible de procéder à un examen approfondi. Ces nouvelles données archéologiques ont des répercussions sur la datation des documents inscrits sur ces monuments.

  • 4 Keramopoullos 1936, p. 39, no 212.
  • 5 Habicht 1987.

5Comme l’a déjà remarqué A. Keramopoullos, les décrets de proxénie présentés dans la liste ci-dessous ont été gravés sur des orthostates de marbre calcaire qui ont tous les mêmes dimensions4 (tableau 5). Tous ces décrets sont inscrits, donc, sur des blocs appartenant vraisemblablement à un seul monument qui est pour le moment impossible à reconstituer. Ces liens matériels entre les blocs inscrits semblent corroborer les liens chronologiques entre les archontes datant ces décrets présentés par Chr. Habicht5. Tous ces orthostates proviennent du centre civique de Thespies et ils ont été découverts encastrés dans la fortification de l’Antiquité tardive. Cette fortification a été démantelée par P. Jamot en 1890.

Tableau 5 — Décrets de proxénie de Thespies gravés sur des orthostates.

I.Thespies No inv. Dimensions en m
3 (fig. 22-23) 1017 h. 0,83, l. 0,40, ép. 0,85
4 (fig. 24-25) 2050 h. 0,83, l. 0,38, ép. 0,66
5 (fig. 26-27) 2051 h. 0,83, l. 0,38, ép. 1,22
6 ; 8 (fig. 28-30) 1026 h. 0,82, l. 1,17, ép. 0,35
7 (fig. 31-32) 2024 h. 0,82, l. 1,20, ép. 0,48
  • 6 Pour un autre exemple d’exèdre semi-circulaire, voir Rousset 2006, p. 383-387.
  • 7 Les dimensions données par P. Roesch sont erronées.

6À ce groupe d’inscriptions gravées fort probablement sur le même monument s’ajoutent deux autres décrets de proxénie gravés sur des blocs d’une exèdre semi-circulaire provenant du sanctuaire des Muses au Val des Muses6 (tableau 6).7

Tableau 6 — Décrets de proxénie de Thespies gravés sur une exèdre semi-circulaire.

I.Thespies No inv. Dimensions en m
2 (fig. 33) 2059 h. 0,69, l. 0,52, ép. 0,54 7
18 (fig. 34) 2063 h. 0,68, l. 0,67, ép. 0,53

Remarques

7I.Thespies 2 est inscrite sur la face gauche de la partie gauche de l’exèdre.

8I.Thespies 18 est inscrite sur la face arrière de la partie centrale de l’exèdre. Sur la face antérieure, qui est très difficile à examiner, on observe quelques traces de lettres qui sont presque évanides.

9 Décret en l’honneur d’Euboulos fils d’Euboulos Thessalien

9Musée de Thèbes, no inv. 2063. Base de calcaire blanc découverte en remploi au village d’Askri. Cette inscription est gravée sur la face arrière d’un bloc légèrement convexe appartenant à une exèdre semi-circulaire. Ce bloc était l’élément central de l’exèdre Les faces droite et gauche portent une anathyrose. H. 0,68 m, l. 0,67 m, ép. 0,53 m, h. l. 0,01 m.
Éd. W. Dittenberger, IG VII 1725 ; P. Roesch, I.Thespies 18.
Fig. 34
Fin du iiie s. début du iie s. av. J.-C.





5
[Φ]αείνω ἄρχοντος τῶ πέµπτω, µεινὸς Πανάµω, Ἀντίσων Ἀριστονόω
[ἔ]λε̣ξε· δεδόχθη τῦ δάµυ, πρόξενον εἶµεν κὴ εὐεργέταν τᾶς πόλιος
[Θ]εισπιείων Εὔβωλον Εὐβώλω Θετταλὸν κὴ αὐτὸν κὴ ἐκγόνως,
[κ]ὴ εἶµεν αὐτῦ γᾶς κὴ ϝυκίας ἔππασιν κὴ ἀσφάλιαν κὴ ἀσουλίαν
[κὴ] κατὰ γᾶν κὴ κατὰ θάλατταν κὴ πολέµω κὴ ἰράνας ἐώσας κὴ τὰ λυπὰ
[π]άντα καθάπερ τῦς ἄλλυς προξένυς κὴ εὐεργέτης.

10Traduction

Phaeinos étant archonte pour la cinquième fois, au mois de Panamos, Antison fils d’Aristonoos a fait la proposition. Plaise au peuple, qu’Euboulos fils d’Euboulos Thessalien, lui et ses descendants soient proxènes et bienfaiteurs de la cité de Thespies, qu’il aient le droit d’acquérir une terre et une maison et qu’ils bénéficient de la sécurité et de l’inviolabilité sur terre et sur mer aussi bien en temps de guerre, qu’en temps de paix et de tous les autres (privilèges) qui sont ceux des autres proxènes et bienfaiteurs.

Commentaire

  • 8 Pour ce phénomène, voir aussi l’analyse p. 66.

11L’interprétation et la traduction de la phrase Φαείνω ἄρχοντος τῶ πέµπτω font difficulté, jusqu’à maintenant on pensait que l’expression désignait un archonte Phaeinos, cinquième du nom – ce qui est peu vraisemblable. Bien que Phaeinos ait appartenu à une famille de notables thespiens bien connue, il est difficile de concevoir un si grand nombre d’archontes homonymes. Dans ce cas, on demanderait de la part de la cité de Thespies un véritable effort d’archivage et de mémoire qu’il est difficile d’admettre pour une cité hellénistique. Il est plus facile de concevoir que Phaeinos ait été archonte pour la cinquième fois. Cette situation n’est pas sans parallèle, comme le montrent deux catalogues militaires de Chéronée, BCH 131, 2007, p. 485-486, nos 3-4 (SEG 57, 431-432). Le premier est daté de l’archonte Αὐτοµένεις, alors que dans le second on trouve la formule ἄρχοντος Αὐτοµένιος τῶ δευτέρω. Comme ces deux catalogues datent du milieu du iie s. av. J.-C., quand l’introduction du synédrion dans les cités béotiennes a rendu leur politeia plus oligarchique, il serait plus probable de reconnaître deux mandats consécutifs d’un même magistrat plutôt que de penser à deux homonymes archontes l’un après l’autre. Sur un plan grammatical, il y a eu dans ces textes une attraction de l’anaphorique qui a transformé l’expression τὸ πέµπτον en τῶ πέµπτω. Il n’est pas rare que des notables exercent plusieurs fois l’archontat dans leur cité après le début du iie s. av. J.-C.8.

10 Décret en l’honneur d’Alexis et d’Antilaos fils d’Aristeas d’Héraclée

12Musée de Thèbes, sans no d’inv. Trouvé en 1890 à Kastro. Bloc quadrangulaire de calcaire blanc, brisé à gauche. H. 0,26 m, l. 0,42 m, ép. 0,28 m, h. l. 0,14 m. Sur la face droite le bloc porte également le décret I.Thespies 14.
Éd. Plassart 1948, p. 826-827, no 3 ; P. Roesch, I.Thespies 9.
Cf. Habicht 1987, p. 90-91.
Fig. 35
Début du iie s. av. J.-C.





5




10
[Μ]νάσωνος [ἄρ]χοντος, µεινὸς Πανάµω
[Εὖ]ξις Ἀρίστωνος ἔλεξε· δεδόχθη τῦ δάµυ
[προ]ξέ[νω]ς εἶµεν κὴ εὐεργέτας τᾶς πόλιος
[Θεισπι]είων Ἄλεξιν κὴ Ἀντίλαον Ἀριστέαο
[Ἡρα]κλειώτας κὴ αὐτὼς κὴ ἐκγόνως κὴ εἶµεν
[αὐτῦς γᾶ]ς κὴ ϝυκίας ἔππασιν κὴ ἀσφάλιαν
[κὴ ἀσ]ουλίαν κὴ κατὰ γᾶν κὴ κατὰ θάλατταν
[κὴ πολ]έµω κὴ ἰράνας ἐώσας κὴ τὰ λυπὰ
[πάντ]α καθάπερ κὴ τῦς ἄλλυς προξένυς
[κὴ εὐ]εργέτης.

134. Ἄντιλλον Plassart, Roesch, Ἀντίλαον Kalliontzis.

14Traduction

Sous l’archontat de Mnason, au mois de Panamos Euxis fils d’Ariston a fait la proposition. Plaise au peuple qu’Alexis et Antilaos fils d’Aristeas d’Héraclée, eux et leurs descendants soient proxènes et bienfaiteurs de la cité des Thespiens et qu’ils aient le droit d’acquérir une terre et une maison et qu’ils bénéficient de la sécurité et l’inviolabilité sur terre et sur mer aussi bien en temps de guerre qu’en temps de paix et des autres privilèges qui sont ceux des autres proxènes et bienfaiteurs.

Notes prosopographiques

  • 9 Roesch 1982, p. 409.

15L. 2 : le rogator de ce décret, Εὖξις Ἀρίστωνος, a proposé également un décret de proxénie l’année de l’archonte Agon pour deux Amphisséens, Philostratos fils de Chrysippos et Eutychos fils d’Herakleides (I.Thespies 8). C’est la raison pour laquelle les archontes Agon et Mnason doivent être à peu près contemporains. Cette conclusion est renforcée par le fait que, comme l’a remarqué Roesch, la forme des lettres des deux inscriptions présente de grandes similitudes9. Ce qui laisse à penser que la distance chronologique entre les deux archontes est limitée. En se conformant à la datation de M. Feyel, P. Roesch a daté Agon de 217-212 av. J.-C. et Mnason de ca 212 av. J.-C. Mais, selon Habicht, des indices montrent que les deux archontes doivent être datés du début du iie s. av. J.-C., soit après 191.

  • 10 Sur ces questions chronologiques, voir p. 31.
  • 11 Habicht 1987, p. 90.

16L. 4-5 : Ἄλεξις Ἀριστέα est honoré de la proxénie à Delphes en 170/69 av. J.-C. (Syll   3 585, l. 301-302). A. Keramopoullos reconnaissait à juste titre des juges Thespiens dans les personnes de la liste des proxènes de Delphes en 189/8 av. J.-C. (Syll   3 585, l. 109-110). L’archonte Agon doit donc être contemporain de l’archonte delphien Xenon et être daté de 189/8 av. J.-C.10. Ces arguments sont renforcés par le fait qu’on a d’autres témoignages épigraphiques bien datés pour les deux Amphisséens. Εὔτυχος Ἠρακλίδαο doit être identifié avec l’Amphisséen qui apparaît dans un acte d’affranchissement de Delphes daté de 182 av. J.-C. (SGDI 2133, l. 16). Il doit être aussi le père de Ἡρακλείδας Εὐτύχου Ἀµφισσεύς qui apparaît dans un acte d’affranchissement de Delphes daté des années 143/2 av. J.-C. (SGDI 2181)11.

La question du mois Panamos

  • 12 Hatzopoulos 2004b. M. Hatzopoulos présente un cas parallèle en ce qui concerne les actes d’affranch (...)
  • 13 Sur le mois Panamos, voir Roesch 1982, p. 37-39. Hatzopoulos 2004b, p. 48 : « Les dates des panégyr (...)

17Pour une raison jusqu’alors ignorée, tous les décrets de proxénie de Thespies connus ont été adoptés pendant le mois Panamos. Ce ne peut pas être le fruit du hasard. La mise au vote des décrets ou d’autres actes, comme des actes d’affranchissement dans le cadre des fêtes ou des panégyries, n’est pas un phénomène inconnu dans le monde grec12. Le mois de Panamos ne pourrait-il être le mois des fêtes et des concours de Thespies et fort probablement celui des Mouseia ? De manière générale, la panégyrie et le grand nombre de gens qu’elle attirait étaient une bonne occasion de voter des décrets honorifiques. C’est pendant ce même mois de Panamos que se tenait la grande fête des Basileia à Lébadée. Panamos, mois estival, devait donc être aussi celui des grandes fêtes en Béotie. Il était pratique d’avoir deux concours proches l’un de l’autre pour les concurrents, les visiteurs et les étrangers. On retrouve semblable organisation en Eubée comme le montre la loi des technites Le Guen 2001, I, 113.

Les notables de Thespies à la basse époque hellénistique

  • 14 Sur les élites béotiennes pendant la période hellénistique, voir Müller 2010.

18Plus on avance dans le temps, plus l’épigraphie de Thespies devient l’affaire d’un nombre limité de personnes. À la fin du iiie et au début du iie s. av. J.-C., ce sont constamment les mêmes notables qui apparaissent comme archontes et rogatores de décrets de proxénie. Ainsi voit le jour un gouvernement de notables thespiens, phénomène qui s’accentue à la basse époque hellénistique14.

Addendum

  • 15 Pour d’autres blocs réutilisés dans l’enceinte de l’Antiquité tardive voir Bintliff et al. 2017, p. (...)

19Le réexamen, lors de la correction des premières épreuves de ce livre, des excellents relevés réalisés par L. Leontaris m’a permis de constater que le bloc portant le décret de proxénie de Thespies, I.Thespies 3 (Musée de Thèbes 1017) se joint au bloc portant les décrets de proxénie I.Thespies 6 et 8 (Musée de Thèbes 1026) pour former l’angle d’un monument (fig. 30). Les traces du crampon en pi qui scellait ces deux blocs confirment le raccord. Il semble également que les décrets I.Thespies 3 et 6 furent gravés par la même main, l’un à côté de l’autre et alignés l’un sur l’autre. Ces deux décrets ont donc été gravés à la même occasion. Le même constat pourrait être fait pour le décret I.Thespies 5 dont la forme des lettres présente de grandes similitudes avec les deux autres décrets. Les liens entre ces décrets ne sont pas que matériels. Tous trois sont datés du même archonte, Lousias, et sont proposés par le même rogator, Epimachanos fils de Mnasistratos, pendant le même mois, Panamos. Malheureusement, il n’est pas facile d’examiner actuellement les autres blocs énumérés dans le tableau 5, qui appartiennent à un même monument de Thespies, si bien qu’on ne peut aisément formuler des hypothèses sur leurs liens exacts. Il est également très difficile de reconstituer le monument auquel appartiennent tous ces orthostates. En tout cas, celui-ci a été démantelé pour être réutilisé dans la construction de l’enceinte de l’Antiquité tardive qui protégeait une partie limitée de la cité classique15.

Notes

1 Müller 1996b.

2 Roesch 2009.

3 Farinetti 2011, p. 155-165 ; Bintliff, Howard, Snodgrass 2007 et Bintliff et al. 2017.

4 Keramopoullos 1936, p. 39, no 212.

5 Habicht 1987.

6 Pour un autre exemple d’exèdre semi-circulaire, voir Rousset 2006, p. 383-387.

7 Les dimensions données par P. Roesch sont erronées.

8 Pour ce phénomène, voir aussi l’analyse p. 66.

9 Roesch 1982, p. 409.

10 Sur ces questions chronologiques, voir p. 31.

11 Habicht 1987, p. 90.

12 Hatzopoulos 2004b. M. Hatzopoulos présente un cas parallèle en ce qui concerne les actes d’affranchissement de Leukopétra.

13 Sur le mois Panamos, voir Roesch 1982, p. 37-39. Hatzopoulos 2004b, p. 48 : « Les dates des panégyries (fin octobre-début novembre et mai) comme l’onomastique des esclaves (Kalokairos, Olympios) suggèrent qu’une part importante des fidèles ruraux qui fréquentaient le sanctuaire était composée de pasteurs transhumants, qui n’appartenaient sûrement pas aux couches les plus prospères de la population ». Roesch 1965, p. 125.

14 Sur les élites béotiennes pendant la période hellénistique, voir Müller 2010.

15 Pour d’autres blocs réutilisés dans l’enceinte de l’Antiquité tardive voir Bintliff et al. 2017, p. 141-165. Pour des inscriptions appartenant au gymnase de la cité réutilisées dans l’enceinte de l’Antiquité tardive voir Kalliontzis 2011.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search