Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre V

Aigosthènes Inscr. 4-7

Texte intégral

  • 1 Sur Aigosthènes, voir Freitag 2000, p. 174-179, et Smith 2008, p. 45-49, avec les critiques de D. K (...)

1Aigosthènes, petite cité située entre la Mégaride et la Béotie, possède un petit corpus d’inscriptions publié par W. Dittenberger dans les IG VII 207-234. Depuis, les trouvailles épigraphiques ont été plutôt rares, mais une découverte assez récente vient désormais enrichir ce petit corpus1.

  • 2 Kalliontzis 2016.

2Il s’agit d’un bloc inscrit qui a été repéré par Ch. Kritzas et E. Baziotopoulou, après le séisme de 1981 encastré dans un mur d’une des cellules situées sur l’acropole d’Aigosthènes. Ch. Kritzas m’a proposé de publier ce fragment lors d’une visite à Paris en 2011. J’ai présenté cette inscription au colloque Mégarika organisé à Mangalia par A. Robu en juillet 20122.

3Durant l’été 2012, j’ai pu examiner la pierre au dépôt de la IIIe Éphorie à l’Académie de Platon. Lors de ma visite, V. Bardani m’a aussi montré le bloc qui porte les inscriptions IG VII 219-222. Il m’est apparu que la forme des lettres comme la forme de ces deux fragments présentaient beaucoup de similitudes. À ce moment, il était impossible d’examiner les deux pierres en parallèle. Mais en regardant les photos et les textes des deux inscriptions, je suis arrivé à la conclusion qu’elles font partie du même bloc qui portait un décret honorifique et trois catalogues militaires. Le nouveau fragment permet de vérifier les lectures et les restitutions proposées par F. Durrbach, premier éditeur de ces inscriptions, et W. Dittenberger dans les IG VII. Après ma visite, les deux fragments ont été transportés au musée de Mégare où ils sont aujourd’hui conservés.

44-7 Deux fragments jointifs de calcaire grisâtre, aujourd’hui conservés au musée de Mégare, inv. no 2680. Selon le premier éditeur, F. Durrbach, le fr. A été trouvé dans la maison de Nikolaos Giorgiaki Bithani, dans la vallée située à l’est d’Aigosthènes. Bloc brisé au milieu, en haut il porte deux cavités de scellement. Sur le côté gauche, il porte l’inscription IG VII 224 qui fait partie d’une dédicace gravée avec de grandes lettres. Le fr. B a été découvert par E. Batziotopoulou et Ch. Kritzas sur l’acropole d’Aigosthènes suite au séisme de 1981 qui a provoqué de grands dégâts à la forteresse d’Aigosthènes.

5Les lignes de guidage sont visibles notamment sur le fr. B. Les deux fragments joints portent les Inscr. 4-7.

6H. 0,22 m, l. 0,515 m, ép. 0,59 m, h. l. 0,06-0,08 m. Sur la surface haute, la base porte deux mortaises circulaires d’un rayon de 0,08 m.
Éd. F. Durrbach, BCH 9, 1885, p. 318, no 1 ; W. Dittenberger, IG VII 219-222 (fr. A).
Fig. 19-21

4 Décret en l’honneur de Perigenes fils de Dionysios

7Éd. Fr. A : IG VII 219 + fragment inédit.
Fig. 18
Fin du iiie s. av. J.-C.

Fr. A Fr. B




5


[– – – – – – –] Ἀριστοκρ[άτ]ευ̣ς ἔλεξε· π[ροβεβωλ]ευµ[ένον εἶµεν αὐτοῖ]
[ἐπει]δὴ παργενόµενος Περιγέν[ης Διονυσίου αὐ]λητὰς ε[ἰς τοὺς ἀγῶνας τοῦ]
Μελάµποδος, ἀγώνισται ἀξίως τοῦ θ[εοῦ κ]α̣ὶ τῶν πολειτᾶν· [δεδόχθαι τῶι]
δάµωι, πρόξενον εἶµεν καὶ εὐεργέταν [Περ]ιγένη Διονυσίου [ethnicum ?]-
ταν τᾶς πόλιος Αἰγοσθενιτᾶν καὶ κα[λεῖσθαι] εἰς προεδρίαν αὐτὸν κα[ὶ ἐκγό]-
νίο[ι]ς. δίδοσθαι δὲ καὶ vacat µερίδα ἐκ [τῶ]ν Μελαµποδείων, δίδοσθ[αι δὲ]
καὶ κατ’ ἐνια[υτ]ὸν ἕκαστον ἀπὸ τ[ς] πόλιος, ἄχρι κα̣ [σιτο]µετρῆται
ὅσον κὰ χρόνον ἐµ Βοιωτίαι ἐπιδάµηι.

8Traduction

Untel fils d’Aristokrates a fait la proposition, après décision préalable l’autorisant à soumettre le projet. Attendu que Perigenes fils de Dionysios, aulète, qui est venu participer aux concours de Melampous, a concouru d’une façon digne du dieu et des citoyens. Plaise au peuple que Perigenes fils de Dionysios de [- - - - - -] soit proxène et bienfaiteur de la cité des Aigosthénitains et qu’on l’invite à une place d’honneur (aux concours), lui et ses descendants, qu’on lui accorde une part du repas des Mélampodeia et que chaque année on lui accorde sur les revenus de la cité une mesure de blé aussi longtemps qu’il séjournera en Béotie.

9L. 1 : W. Dittenberger avait proposé, en corrigeant la pierre, la restitution <ἐ>π[ει] alors que les autres décrets d’Aigosthènes et l’espace disponible imposent la restitution προβεβωλευµενον.

10L. 2 : Περιγένης Διονυσίου n’est pas attesté par ailleurs. Διονύσιος Περιγένου Ὠρώπιος attesté dans le catalogue de noms attique IG II2 2463, 12, pourrait être son fils. Comme les noms Περιγένης et Διονύσιος sont fréquents, il est très difficile d’établir un lien de parenté entre eux. Les lettres préservées après le nom de l’honorandus pourraient être celles de son ethnique, mais il est plus probable qu’elles appartiennent à son métier. Il y a plusieurs décrets pour des aulètes dans le monde hellénistique comme par exemple le grand décret en l’honneur de Kraton de Chalcédoine (Le Guen 2001, I, p. 231, no 45). Dans le décret pour Kraton, son nom est suivi de celui de son métier ἐπειδὴ Κράτων Ζωτίχου αὐλητὴς εὐεργέτης ἔν τε τῶι πρότερον χρόνωι τὴ[ν] πᾶσαν σπουδὴν καὶ πρόνοιαν εἶχεν τῶν κοινε̑ι συµφερόντων τε̑ι συνόδωι κλπ. Peut-être en allait-il de même dans notre inscription.

11L. 4 : à la fin de cette ligne, on avait vraisemblablement l’ethnique de Περιγένης qui n’est malheureusement pas conservé.

12L. 6 : un problème de la pierre est à l’origine de ce vacat. Le fait de donner une part du sacrifice au héros Melampous apparaît dans d’autres décrets d’Aigosthènes (voir par exemple IG VII 223).

13L.-7-8 : les dernières lignes de ce décret sont particulièrement intéressantes. Elles doivent décrire des privilèges que Perigenes peut conserver pendant son séjour et ce non pas dans la seule cité d’Aigosthènes mais dans toute la Béotie. Il s’agit vraisemblablement d’une forme de privilège qui visait à motiver la présence chaque année de l’honorandus dans la cité qui l’honore. La dimension fédérale l’emporte vraisemblablement sur la dimension civique. Un autre exemple de sitesis quand l’étranger était présent dans la cité qui l’honore se trouve dans le décret IG IX 4, 511, de Délos : [καλέσαι] δὲ αὐτὸν ἐ[πὶ ξένια ἕως ἂν] ἐπιδηµῆι.

  • 3 Diodore de Sicile, 19, 49, 3 : τοιαύτης δὲ περιστάσεως κατεχούσης τὴν πόλιν καὶ τῆς Ὀλυµπιάδος ἔτι (...)

14À la fin de la l. 7, nous pouvons proposer la restitution σιτοµετρῆται. Le verbe σιτοµετροῦµαι est utilisé pour les personnes qui reçoivent de la nourriture de la part de la cité. Chez les auteurs hellénistiques, ce verbe est utilisé pour des soldats3.

5 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Damatrios I

15Gravé à la suite de l’inscription précédente.
Éd. Fr. A : IG VII 220.
Fig. 18
200/199 av. J.-C.

Δαµατρίου ἄρχοντος ἐν Ὀγχηστῶι, ἐπὶ δε πόλιος Μελ[ισσίων]ος ?, τοίδε ἐξ ἐφή-
βων· Ἀγάπων Θεοξένου, Ἅγησος Ἡρίδου, Ἀρίστων Τρα[– – –, – – –]δωρος Ἀγ̣[– – – –]
Ἀλέξιππος Ἰδίωνος.

16L. 1 : sur la date de l’archonte Damatrios I, voir p. 32. Le nom de l’archonte de la cité proposé ici, Μελισσίων, est attesté à Aigosthènes, IG VII 216, l. 8 ; 218, l. 5.

17L. 2 : le nom Ἀγάπων n’est attesté qu’à Aigosthènes. Il peut être intégré dans la catégorie des noms commençant par Ἀγαπ- tels que Ἀγαπήνωρ attestés en Thessalie et en Locride, LGPN III B 5. Ἅγησος est un autre nom attesté uniquement à Aigosthènes, qui s’intègre dans la famille des noms en Ἁγησ-, comme Ἁγησίς, Ἁγησώ, Ἁγήσων, LGPN III B 183. Le nom Ἡρίδας est par ailleurs attesté aussi en Laconie, LGPN III A 196. Le nom commençant par Τρα[– – –]à la même ligne doit appartenir à la famille des noms qui proviennent du nom τράγος tels que Τραγήλιος, Τραγίσκος, Τράγων, LGPN III A 434.

18L. 3 : le nom Ἰδίων n’est pas attesté, le nom proche Ἴδας est attesté à Pagai, LGPN III B 205.

6 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Komaddos

19Le catalogue commence à la dernière ligne de l’inscription précédente, après un vacat.
Éd. Fr. A : IG VII 221.
Fig. 18
199/8 av. J.-C.

Κοµάδδου ἄρχοντος ἐν Ὀγχηστῷ, ἐπὶ δὲ πόλι-
ος Ἀρίστωνος, τοίδ’εξ’έφ<ήβ>ων [–]Μ. [ – –, – – Χα]ρίφαµος Ἀπελλέα, Ἀπολλόδω[ρος Δα]-
µωνος, Καλλίρροος Διοδώρου, Μάτρων [Δα]µατρίου, Διονύσιος Διοπλείστ̣[ωνος],
Διονύσιος Διονυσίου, Πύθων Ἡράκων[ος, Ἀ]πολλόδωρος Ἀλκία.

  • 4 Feyel 1942a, p. 34, n. 1.

20L. 1 : sur la date de l’archonte Komaddos, voir p. 32. Comme l’a déjà remarqué M. Feyel, les catalogues de Damatrios et de Komaddos gravés sur ce bloc commencent au milieu d’une ligne. Ils ne sont séparés du texte précédant que par un simple vacat  4. Le même phénomène apparaît dans la gravure des catalogues militaires IG VII 208, IG VII 211 et du décret IG VII 209.

21L. 2 : le nom Χαρίφηµος est attesté à Érétrie, LGPN I 483.

22L. 3 : le nom Καλλίρροος est attesté uniquement sous sa forme féminine Καλλιρόη dans plusieurs régions (Béotie : LGPN III B 221 ; Grèce de l’Ouest : LGPN III A 233). Le nom Μάτρων est assez fréquent notamment en Béotie, LGPN III B 271.

7 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kallikles

23Le catalogue commence à la dernière ligne de l’inscription précédente.
Éd. Fr. A : IG VII 222.
Fig18
197/6 av. J.-C.

Καλ[λι]κλ̣[έους] 
ἄρχοντος ἐν Ὀγχηστῶι, ἐπὶ δὲ [πόλι]ος Διονυσίου, τοίδε ἐξ ἐφήβω[ν· – – – – – – ]-
χος Ἡροδώρου, Ἀπολλώνιχος Φρυν[ίχου], Ἡράκλειτος Ἀπολλοδώρ[ου – – – – – –],
[– –]ω[νο]ς, [– – – ] Εὐν[ό]µ̣ου Δαµάτριος̣ [patronymicum, – – –]όδωρος Ἀ[ρι]στίωνο[ς – – –].

24L. 1 : nous avons ici un nouvel archonte fédéral, Καλλικλῆς. Sur la date de cet archonte et ses autres attestations, voir p. 32.

25L. 2 : le nom Ἀπολλώνιχος ne semble pas être attesté par ailleurs.

26 

27Aigosthènes possède un corpus petit mais significatif de décrets en l’honneur des bienfaiteurs de la cité (IG VII 207, 208, 213 et 223). Les trois premiers décrets sont gravés sur la base qui porte les inscriptions IG VII 207-218 dont les catalogues militaires IG VII 209-218 qui datent des années 224-215 av. J.-C.

  • 5 Voir par exemple IG IX 4, 744 (Délos) ; IG IX 5, 482 (Siphnos).
  • 6 Décrets pour un aulète IG II2 713 ; IG XI 4, 1061.

28De tous les décrets d’Aigosthènes, celui qui est ici présenté s’avère être particulièrement intéressant car l’honorandus a participé aux concours de Mélampous. Notre connaissance sur les fêtes en l’honneur de Mélampous est extrêmement limitée et se fonde sur un passage de Pausanias (1, 44, 5) qui stipule que les Aigosthénitains organisaient chaque année une fête en l’honneur du dieu. Perigenes fils de Dionysios était probablement un artiste, un musicien qui a dû participer à cette fête. Il y a plusieurs décrets en l’honneur de musiciens dans tout le monde grec5. Après avoir honoré le héros en participant à la fête, Perigenes pourrait avoir décidé de rester à Aigosthènes pour exercer son métier notamment en enseignant la musique aux jeunes gens de la petite cité. Ce phénomène n’est pas inconnu dans d’autres cités6.

  • 7 Sur la datation de ces archontes, voir p. 32-33.

29Grâce au nouveau fragment de l’inscription IG VII 219-222, nous avons presque la totalité des catalogues militaires des archontes Damatrios I, Komaddos et de l’archonte Kallikles. La prosopographie d’Aigosthènes est malheureusement très limitée et ne permet pas de proposer une meilleure datation de ces catalogues7.

30Le premier décret du bloc qui comporte le nouveau fragment mentionne un artiste qui a participé au concours de Mélampous (Inscr. 4). Il s’ensuit que la base sur laquelle sont gravés le décret et les trois catalogues militaires d’Aigosthènes pourrait provenir aussi du sanctuaire du héros Mélampous. Ainsi s’expliquerait la présence probable d’une éponymie divine dans le décret no 1, même si la restitution de cette ligne est incertaine.

31Les inscriptions de ces deux blocs – la stèle portant les inscriptions IG VII 207-218 qui a été réutilisée comme linteau à l’église de la Panagia à Aigosthènes (fig. 8) et le bloc avec le nouveau fragment portant les inscriptions IG VII 219-222 (Inscr. 4-7) – présentent des caractéristiques communes, concernant notamment la forme des lettres (par exemple les upsilon sont quasi identiques) et les deux blocs portent des lignes de guidage. La similitude de la forme des lettres incite à penser que ces catalogues sont proches dans le temps.

Notes

1 Sur Aigosthènes, voir Freitag 2000, p. 174-179, et Smith 2008, p. 45-49, avec les critiques de D. Knoepfler et A. Robu, Bull. 2010, 319. Sur l’histoire d’Aigosthènes, voir p. 135-138.

2 Kalliontzis 2016.

3 Diodore de Sicile, 19, 49, 3 : τοιαύτης δὲ περιστάσεως κατεχούσης τὴν πόλιν καὶ τῆς Ὀλυµπιάδος ἔτι προσανεχούσης ταῖς ἔξωθεν ἐλπίσιν οἱ µὲν ἐλέφαντες ὑπὸ τῆς ἐνδείας διεφθάρησαν, τῶν δ’ ἱππέων οἱ µὲν ἔξω τάξεως ὄντες οὐ σιτοµετρούµενοι τὸ παράπαν σχεδὸν ἅπαντες ἐτελεύτησαν, οὐκ ὀλίγοι δὲ καὶ τῶν στρατιωτῶν τῆς ὁµοίας καταστροφῆς ἔτυχον. Polybe, 6, 39, 13 : Ὀψώνιον δ’ οἱ µὲν πεζοὶ λαµβάνουσι τῆς ἡµέρας δύ’ ὀβολούς, οἱ δὲ ταξίαρχοι διπλοῦν, οἱ δ’ ἱππεῖς δραχµήν. σιτοµετροῦνται δ’οἱ µὲν πεζοὶ πυρῶν Ἀττικοῦ µεδίµνου δύο µέρη µάλιστά πως, οἱ δ’ ἱππεῖς κριθῶν µὲν ἑπτὰ µεδίµνους εἰς τὸν µῆνα, πυρῶν δὲ δύο, τῶν δὲ συµµάχων οἱ µὲν πεζοὶ τὸ ἴσον, οἱ δ’ ἱππεῖς πυρῶν µὲν µέδιµνον ἕνα καὶ τρίτον µέρος, κριθῶν δὲ πέντε.

4 Feyel 1942a, p. 34, n. 1.

5 Voir par exemple IG IX 4, 744 (Délos) ; IG IX 5, 482 (Siphnos).

6 Décrets pour un aulète IG II2 713 ; IG XI 4, 1061.

7 Sur la datation de ces archontes, voir p. 32-33.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search