Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

Chapitre IV

Mégare Inscr. 1-3

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire et l’épigraphie de Mégare, voir les volumes récents Robu, Birzescu 2016 ; Beck, Smit (...)

1La cité de Mégare est restée membre du koinon béotien pendant une période relativement brève de 224 à 192 av. J.-C. Toutefois, les inscriptions de Mégare, et notamment les catalogues militaires datant de la période béotienne, sont particulièrement importants. Ils permettent de placer, dans ce cadre chronologique relativement court, les archontes fédéraux mentionnés dans ces catalogues. Jusqu’à maintenant, on ne connaissait que deux catalogues militaires datés de la période béotienne (IG VII 27-28). Nous pouvons désormais en ajouter trois autres (Inscr. 1-3)1.

  • 2 La totalité des catalogues militaires gravés sur ces deux blocs seront publiés par A. Robu et Y. Ka (...)

21-3 Deux blocs découverts à Mégare portent des catalogues militaires qui datent aussi bien de la période pendant laquelle Mégare appartenait au koinon béotien que de la période pendant laquelle la cité s’est trouvée intégrée au koinon achéen2.

3Musée de Mégare, inv. BE 668. Bloc intact de marbre gris. Le bloc porte au total cinq catalogues dont trois de la période achéenne postérieurs à la sécession de Mégare par rapport au koinon achéen et deux de la période béotienne qui datent des archontes fédéraux Artylaos et Kallikles (Inscr. 1-2). Les deux catalogues de la période béotienne occupent la partie droite du bloc.

4H. 0,605 m, l. 0,915 m, ép. 0,46 m.

1 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Artylaos

5H. l. 0,007-0,01 m, lettres rondes 0,005 m.
Fig. 16
Inédit
203/2 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30

ἄρχοντος [– – –],
ἐν δε Ὀγχηστῶι Ἀρ̣τυλ̣ά̣ου,
πολεµαρχούντων
Ἀπολλοδώρου τοῦ Φίλων[ος]
Ἀπολλωνίδα τοῦ Διονυσίχου
Χαιρίωνος τοῦ Εὐτύχεος
Δαµατρίου τοῦ Δάµωνος
Ἀλκία τοῦ Θεδώρου·
τοίδε ἀπῆλθον
ἐξ [ἐ]φήβων εἰς τὰ τάγµατα·
Μνάσων Ἐ[...]ιλου
Ἀπολλώνιος Δίωνος
Ἀγάθων Ἀγάθωνος
Κόσµος Ἀριστίωνος
Θεόδοτος Ἡρακλείτου
Αἴσχρων Θοκλέος
Εὐκλῆς Εὐτύχεος
Ἀρ[ίστ]ων [– – –]ΙΑ
Εὐπαλῖνος Καλλιγέ[ν]ου
Πασίων Παρµενίσκου
[– –]ιν̣ος Ἀνφικλείδα
Δαµατρίων Χαρίλλου
Εὐκλείων Εὐφάµου
Ὀξ̣ύ̣µ̣αχος Πεισίλα
Πυθοκλῆς Χαριδάµου
Μικίων [[Ματρεία]]
Γλαῦκος Τηλία
[– – –]κ̣οσ̣ος Δώρου
[[– – – – – – – – – – –]]
Δάµων Δαµατρίου
Θάλλος Καλλεγίτου
Κράτων Ἀρίστωνος

Remarques prosopographiques

  • 3 Voir p. 28.

6L. 2 : l’archonte Artylaos est attesté dans d’autres inscriptions béotiennes. Il s’agit de trois décrets de proxénie d’Oropos : 1) I.Oropos 200 (IG VII 307) ; 2) I.Oropos 201 (IG VII 291) ; 3) I.Oropos 202 (IG VII 292) ; et d’un catalogue militaire d’Hyettos 4) IG VII 2812 (SEG 26, 504). L’archonte Artylaos est daté de 203/2 av. J.-C.3.

  • 4 Sur la date de l’archonte fédéral Potidaichos, voir p. 22-23.

7L. 4 : un homonyme du polémarque Ἀπολλόδωρος Φίλωνος est polémarque sous l’archonte fédéral Potidaichos dans le catalogue militaire IG VII 27, l. 5. L’archonte Potidaichos date de 220/194.

8L. 10 : l’expression τοίδε ἀπῆλθον ἐξ [ἐ]φήβων εἰς τὰ τάγµατα apparaît dans le catalogue de Mégare IG VII 28, daté de l’archonte fédéral Potidaichos, et dans les catalogues militaires d’autres cités béotiennes notamment à Thespies. Le catalogue de l’archonte fédéral Artylaos comporte 21 conscrits.

9L. 14 : le nom Κόσµος n’est pas attesté en Mégaride, mais en Béotie, à Hyettos (deux fois) et à Oropos (une fois), LGPN III B 244.

10L. 19 : le célèbre nom Εὐπαλῖνος est attesté plusieurs fois à Mégare, LGPN III B 163. Le nom Καλλιγένης est attesté à Aigosthènes, LGPN III B 216.

11L. 21 : le nom Ἀνφικλείδας n’est pas attesté en Mégaride, mais en Béotie sous la forme Ἀµφικλίδας, LGPN III B 31.

  • 5 Sur cet arbitrage, voir Harter-Uibopuu 1998, p. 16-23.

12L. 22 : le nom Χάριλλος est attesté une fois à Mégare dans l’inscription sur l’arbitrage entre Épidaure et Corinthe par les Mégariens, IG IV (I)2 71, l. 335.

  • 6 Sur les différentes opinions pour la date de ces décrets, voir Robu 2014b.

13L. 23 : Εὔφαµος Εὐκλίωνος qui doit être le père du conscrit Εὐκλίων Εὐφάµου est attesté en tant que stratège de la cité dans les décrets de proxénie IG VII 12 et 13, datés du règne du roi de Macédoine Démétrios II6.

14L. 24 : le nom Ὀξύµαχος est attesté en Locride, LGPN III B 327. Πεισίλας est attesté à Mégare, LGPN III B 342, AE 1894, col. 244.

15L. 26 : Μικίων est attesté à Mégare, LGPN III B 284.

16L. 27 : Τηλίας n’est pas attesté, on retrouve Τηλίων et Τήλων en Locride, LGPN III B 404.

17L. 31 : le nom Θάλλος est attesté en Béotie et en Thessalie, LGPN III B 185. Καλλέγιτος n’est pas attesté. On retrouve Καλλίγειτος à Mégare, LGPN III B 216.

2 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Kallikles

18Sur le même bloc, à droite de l’inscription précédente.
H. l. 0,007-0,01 m, lettre rondes 0,05 m.
Fig. 16
Inédit
197/6 av. J.-C.





5




10




15




20




25




30




35
ἄρχοντος Καλλιτέλεος
ἐν δὲ Ὀγχηστῶι Καλλικλέος
πολεµαρχούντων
Ἀριστοτέλεος τοῦ Κλεοξένου
Μάτριος τοῦ Καλλίνου
Πολυδώρου τοῦ Ἡρεου
Ἀπολλωνίδου τοῦ Θ.[– –]ιωνος
Θεγείτου τοῦ Δίωνος
τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων
εἰς τὰ τάγµατα
Δαµάριστος Θεδώρου
Ἀγήσανδρος Δωροθέου
Τιµόθεος Τι[– – –]υ
Μικρίνας Ἑρµαΐσκου
Ἡρόδωρος Χαριλάου
Μέλαντας Εὐαρχίδ[ου]
Ἀνδράγαθος Ξενοφῶντος
Διόδωρος Διοτίµου
Ὀνασίων Πολύριος
Διογένης Εὐτύχεος
Εὐτύχιλλος Ἡροδώρου
Ἡρόδωρος Πασιδώρου
ΗΣΤΕΥΣ Ἁφαιστιῶνος
Θέγειτος Χαρικλέους
Ἀγήσανδρος Σωσιµένεος
Χαρίδαµος Ἀρχίππου
Ταυρίων Ἀρχίππου
Τιµέας Εὐφράνορος
Πιστέας Φιλιστίωνος
[– – – – – – – –]νου
[– – – – –]νος Δαµέα
[– – –]ειγύλος Γειτύλου
Τίµων Ἀντιφίλου
Πολυκλῆς Δαµ[– – –]ντος
Ἀµφικράτης
Ξένων Ἀρίστ[ωνος]

Remarques prosopographiques

19L. 1 : le nom Καλλιτέλης est attesté quatre fois à Mégare, LGPN III B 223.

20L. 2 : l’archonte Καλλικλῆς n’était pas connu jusqu’à présent, mais il est attesté dans un catalogue militaire partiellement inédit gravé sur le même bloc que les catalogues militaires IG VII 220-222 d’Aigosthènes (Inscr. 5-7). Un nouveau fragment a permis d’ajouter l’archonte Kallikles aux archontes fédéraux Damatrios et Komaddos déjà connus grâce à ce bloc. La succession des archontes Damatrios I, Komaddos et Kallikles nous permet de dater Kallikles de ca 197/6, voir Inscr. 7. Sur la date de l’archonte Kallikles, voir p. 32.

21L. 5 : Μάτρις est attesté deux fois à Mégare, LGPN III B 270. Καλλῖνος est attesté deux fois à Mégare, LGPN III B 220.

22L. 6 : le polémarque Πολύδωρος Ἡρέου est attesté également en tant que polémarque dans le catalogue militaire de Mégare IG VII 28, l. 8, daté de l’archonte fédéral Ἀριστοκλῆς (217/6 av. J.-C.).

23L. 7 : un Φίλων Ἀπολλωνίδα est attesté dans la liste de souscripteurs, IG VII 42, l. 15.

  • 7 Harter-Uibopuu 1998, p. 16-18, no 3.

24L. 8 : un Θέγειτος Δίωνος est attesté deux fois en tant qu’arbitre et délimitateur mégarien entre Épidaure et Corinthe dans l’inscription IG IV (I)2 71, l. 58, 89. Il doit être le grand-père du polémarque parce que cet arbitrage date de 242/1 av. J.-C.7.

25L. 11 : Δαµάριστος est assez fréquent dans le Péloponnèse, LGPN III A 107.

26L. 15 : Ἡρόδωρος Χαριλάου pourrait être le petit-fils du théorodoque de Delphes à Mégare qui apparaît dans la stèle de théorodoques datée de 230-200 av. J.-C.

27L. 16 : le nom Μέλαντας est attesté à Oropos et en Thessalie, LGPN III B 274.

28L. 17 : Ἀνδράγαθος est probablement attesté à Mégare, LGPN III B 33 ; Philologus 48, 1889, p. 387, 4.

29L. 19 : le nom Πολύρις n’est pas attesté.

30L. 21 : le nom Εὐτύχιλλος n’est pas attesté.

31L. 23 : Ἁφαιστίων est attesté en Locride, LGPN III B 81.

32L. 27 : le nom Ταυρίων est attesté en Locride et en Phocide, LGPN III B 401.

33L. 29 : Πιστέας est attesté en Phocide, LGPN III B 346.

34L. 36 : un homonyme du Ξένων Ἀρίστωνος est attesté en tant que conscrit au catalogue d’éphèbes IG VII 29 gravé pendant la période achéenne, il pourrait être son petit-fils.

35Le catalogue de Kallikles comporte 26 conscrits.

3 Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Euklidas

36Musée de Mégare, inv. BE 667, bloc intact de marbre gris. Le bloc porte encore quatre catalogues postérieurs à la sécession de Mégare par rapport au koinon béotien. Le catalogue est gravé en haut à gauche. La partie basse du catalogue a été détruite par la gravure d’un autre catalogue militaire.

37H. 0,62 m, l. 0,96 m, ép. 0,44 m.
Fig. 17
Inédit
198/7 av. J.-C.





5




10




[ἄρχοντο]ς Πύθωνος
[ἐ]ν δὲ [Ὀγχη]στῶι
Εὐκλ[ίδ]α·
ἐπολεµάρχουν
Μάτρις Δαµατρίου
Ἀµύµων Εὐξένου
Χαρίλαος Ἡροδώρου
[Φι]λόνας Διονυσίου
Διόδωρος Θέωνος·
τοίδε ἀπῆλθον
ἐξ ἐφήβων εἰς τὰ τάγµατα·
[– – – – – – –]Λ[– – – –]Σ
Νικόστρατος Διοσκουρίδα
[– –]µνος Ἱσαγόρα
– – – – – – – – – – –

Remarques prosopographiques

38L. 3 : l’archonte fédéral Euklidas est attesté dans un catalogue militaire d’Hyettos, IG VII 2827. Sur sa date, voir p. 32.

  • 8 RA 1917, p. 35, no 4.
  • 9 Voir aussi RA 1917 2, p. 35 no 4.

39L. 6 : un Ἀµύµων Εὐξένου est attesté sur une stèle funéraire de Mégare. Il doit être identifié à notre conscrit8. Son père est Εὔξενος Ἀµύµωνος, attesté dans un catalogue de donateurs IG VII 42, daté de la fin du iiie s. av. J.-C.9.

40L. 8 : le nom Φιλόνας est attesté à Mégare, LGPN III B 429.

Chronologie

  • 10 Sur cette question, voir p. 33 et p. 135-138.

41La présence des archontes fédéraux Euklidas, Artylaos et Kallikles dans les nouveaux catalogues militaires de Mégare nous permet de préciser la date de sécession de Mégare par rapport au koinon béotien. Il semble que la date basse de 192 av. J.-C. proposée par M. Feyel doive être préférée à celle de 206 av. J.-C. que proposait A. Aymard. La date basse permet de mieux expliquer la présence des nouveaux archontes à Mégare10.

Notes

1 Sur l’histoire et l’épigraphie de Mégare, voir les volumes récents Robu, Birzescu 2016 ; Beck, Smith 2018.

2 La totalité des catalogues militaires gravés sur ces deux blocs seront publiés par A. Robu et Y. Kalliontzis dans un article commun. A. Robu a recensé ces inscriptions en préparant la nouvelle édition du corpus des inscriptions de la Mégaride dans le cadre des Inscriptiones Graecae.

3 Voir p. 28.

4 Sur la date de l’archonte fédéral Potidaichos, voir p. 22-23.

5 Sur cet arbitrage, voir Harter-Uibopuu 1998, p. 16-23.

6 Sur les différentes opinions pour la date de ces décrets, voir Robu 2014b.

7 Harter-Uibopuu 1998, p. 16-18, no 3.

8 RA 1917, p. 35, no 4.

9 Voir aussi RA 1917 2, p. 35 no 4.

10 Sur cette question, voir p. 33 et p. 135-138.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search