Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Recueil d’inscriptions

L’organisation du recueil d’inscriptions

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation de ce programme des recherches, voir Kalliontzis 2017.

1Les documents présentés dans ce recueil servent à répondre aux questions soulevées dans la première partie de ce livre et à présenter les fondements sur lesquelles reposent les réponses proposées. Ainsi, la compréhension des questions chronologiques est grandement facilitée par la présentation des liens prosopographiques, grâce à la reprise des inscriptions dans le recueil. Un examen minutieux des inscriptions conservées dans les nouvelles réserves épigraphiques des musées de Thèbes et de Chéronée m’a permis d’établir de nouveaux liens matériels entre différentes pierres – travail impossible à réaliser précédemment au vu de l’agencement de l’ancien dépôt. À l’exception des inscriptions aujourd’hui égarées, toutes les autres ont fait l’objet d’un réexamen soit dans les dépôts des musées béotiens soit sur site. Ce travail a été effectué dans le cadre d’un programme de recherches de l’Éphorie des antiquités de la Béotie et de la Société épigraphique grecque en vue de rédiger un catalogue épigraphique des musées de Thèbes et de Chéronée1.

2Dans ce recueil d’inscriptions, je présente quelques textes qui pourraient être postérieurs à la dissolution du koinon hellénistique en 171 av. J.-C. et à l’introduction du synédrion en 167 av. J.-C. Ils apportent toutefois des informations sur la période précédente et ne pouvaient donc être passés sous silence. L’année 171 av. J.-C. marque une rupture très nette, même si certains phénomènes perdurent après cette date. Citons notamment la gravure de catalogues militaires, l’organisation des concours, la collaboration entre cités. Toute une génération de citoyens béotiens a vécu ce grand changement et a continué à vivre dans ce nouveau cadre.

3L’editio princeps d’inscriptions a des avantages importants, mais comporte plusieurs écueils à éviter. Les questions sous-jacentes aux documents inédits sont très variées et il est difficile d’en proposer un commentaire exhaustif. En particulier, les nouvelles inscriptions d’Orchomène (Inscr. 33-34) posent des difficultés importantes à cause de leur caractère financier.

4Les inscriptions inédites, gravées sur une seule et même pierre, sont présentées ensemble, même si elles appartiennent à différents types de documents.

5Pour ce recueil d’inscriptions, j’ai procédé cité par cité en suivant l’ordre géographique du corpus des inscriptions de la Béotie publié dans la série des Inscriptiones Graecae (IG VII). Cette méthode permet au lecteur de trouver facilement les documents qu’il cherche. Elle présente aussi l’avantage de mettre en évidence l’aspect matériel des textes – longtemps mis à l’écart à cause des très mauvaises conditions de conservation des inscriptions dans les dépôts du musée de Thèbes. D’autre part, les inscriptions inédites trouvent leur place de façon naturelle parmi celles déjà publiées de la même cité et auxquelles elles sont parfois unies par plusieurs liens.

6Chaque ensemble épigraphique est précédé d’une brève introduction à l’épigraphie de la cité qui a pour but de présenter la bibliographie essentielle.

7La forme des lettres n’est commentée que quand elle apporte quelque chose à la chronologie. Des traductions sont en général proposées à l’exception des documents qui sont formulaires.

Notes

1 Pour une présentation de ce programme des recherches, voir Kalliontzis 2017.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search