Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Chapitre III

Histoire de la béotie hellénistique

Texte intégral

De la destruction de Thèbes à l’arrivée de Démétrios Poliorcète

  • 1 Sur les relations entre les cités béotiennes et Alexandre le Grand, voir Wallace 2018, p. 46-47.
  • 2 Pausanias, 4, 27, 10 ; Arrien, Anabase 1, 9, 9.
  • 3 Arrien, Anabase 1, 8, 8 ; Diodore de Sicile, 17, 13, 5.
  • 4 Plutarque, Vie d’Alexandre 11, 11 ; Justin, Abrégé des Histoire Philippiques de Trogue Pompée 11, 3 (...)
  • 5 Plutarque, Vie d’Alexandre 34, 2.
  • 6 Arrien, Anabase 1, 9, 9 ; Pausanias, 9, 37, 8.
  • 7 Dion Chrysostome, 37, 42 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle 34, 66 ; cf. Anthologie Palatine 6, 3 (...)

1Après la bataille de Chéronée et la destruction de Thèbes par Alexandre le Grand, une nouvelle période commence pour la Béotie. Plusieurs cités béotiennes qui ont souffert pendant l’hégémonie thébaine ont pu, après la bataille de Chéronée, retrouver leur indépendance1. Citons Platées, maintes fois détruite par Thèbes, qui a été refondée2 et a envoyé des naopes à Delphes dès 337/6. Les Platéens ont participé avec les Orchoméniens et les Thespiens au siège de Thèbes par Alexandre en 3353 et ont plaidé pour sa destruction4. Les murailles de Platées ont été reconstruites grâce à une décision d’Alexandre le Grand et de la ligue de Corinthe5. Une autre cité malmenée par Thèbes, Orchomène, a été également refondée par Philippe II, et ses murailles ont été reconstruites sur décision de la ligue de Corinthe6. Cette cité a envoyé un hieromnemon à Delphes en 337 et 336 av. J.-C. Enfin, Thespies a fait ériger des statues en l’honneur de Philippe II et d’Alexandre le Grand7.

  • 8 Eschine, Contre Ctésiphon 135-151 ; 156-157 ; Steinbock 2013, p. 277-279.
  • 9 Démosthène, Sur la couronne 153 ; 174 ; 229-230 ; 241 ; 301.
  • 10 Plutarque, Vie de Démosthène 9 ; Pseudo-Plutarque, Vie des dix orateurs, Œuvres Morales 845c.
  • 11 La démonstration de D. Knoepfler s’est imposée face à la thèse traditionnelle qui datait cette dona (...)
  • 12 Arrien, Anabase 2, 15.
  • 13 Thespies : Anthologie Palatine 6, 344. À Orchomène, nous avons la dédicace IG VII 3206. Il doit s’a (...)

2En 335, Thèbes est totalement détruite et sa population est exilée aux quatre coins du monde grec. Beaucoup de Thébains se réfugient en Attique, d’autres restent en Béotie dans les cités limitrophes. Le territoire de Thèbes est partagé entre les cités voisines qui deviennent ainsi plus puissantes. La cité dévastée suscite en général des sentiments de pitié de la part des autres Grecs, mais certaines voix, comme celle d’Eschine, critiquent les Thébains et trouvent leur sort justifié. Pour lui, les vrais responsables ne sont pas tant les Macédoniens d’Alexandre que Démosthène et ses partisans qui ont conduit Thèbes à la catastrophe8. De son côté, Démosthène souligne l’importance du sacrifice des Thébains qui ont sauvé l’Attique, car la Béotie sous la conduite des Thébains s’est dressée comme un rempart face aux Macédoniens9. Démosthène aurait aussi défendu l’honneur des Thébains à Olympie où le sophiste Lamachos s’est livré à une violente diatribe contre la mémoire de Thèbes et d’Olynthe10. Ajoutons toutefois qu’Athènes a pu tirer profit de la destruction de Thèbes puisqu’elle a absorbé Oropos et son territoire après une donation d’Alexandre11. Un nombre important de Thébains ont, en effet, combattu comme mercenaires dans les rangs de l’armée perse contre Alexandre. Selon Arrien, des ambassadeurs Thébains auprès de Darius ont été capturés après la défaite, mais Alexandre avec magnanimité les a libérés12. Par ailleurs, des citoyens d’autres cités béotiennes ont combattu avec Alexandre le Grand contre les Perses, notamment en tant que cavaliers13.

  • 14 Strabon, 9, 407.

3C’est vraisemblablement après la destruction de Thèbes par Alexandre que les efforts d’assèchement du lac Copaïs par l’ingénieur d’Alexandre le Grand, Kratès d’Olynthe, ont été réalisés. Cette tentative d’assèchement est restée sans suite car, selon le témoignage de Strabon14, des différends entre les cités béotiennes sont nés et Kratès a quitté la Béotie pour Alexandrie qui était alors en construction.

  • 15 Hansen, Nielsen 2004, s.v. « Plataiai », p. 449-451, no 216 ; s.v. « Orchomenos », p. 446-448, no 2 (...)
  • 16 Arrien, Anabase 1, 9, 9.
  • 17 Diodore de Sicile, 17, 5-6 ; Justin, 11, 3, 8.
  • 18 Gullath 1982, p. 77-85, et Gullath 1989.
  • 19 Notamment Hennig 1974, p. 343.

4Les bénéficiaires de la destruction de Thèbes ont été les autres cités béotiennes. Il ne faut pas oublier que la politique impérialiste de Thèbes a suscité des conflits entre les cités béotiennes ; Platées et Orchomène ont été détruites par Thèbes, Platées l’a même été plusieurs fois15. Avant sa destruction, Thèbes possédait un immense territoire ; au sud, les bourgades de Skolos, Hysiai, Érythrées ; à l’est, une partie du territoire appartenant auparavant à Tanagra ; à l’ouest, le territoire d’Akraiphia et du Ptoion, celui d’Onchestos. Les grands bénéficiaires du partage ont été les cités limitrophes de Thèbes qui ont pris, de cette manière, une revanche historique pour tous les maux que la grande cité leur avait infligés, seules les terres sacrées ont été respectées16. Ainsi Tanagra, Platées, Thespies et Akraiphia ont pu accroître, et parfois même doubler, la superficie de leur territoire. Leur haine s’est exprimée au moment même de la destruction de Thèbes à laquelle elles ont participé en se montrant très brutales17. Il est fort probable qu’après la destruction de la cité, la petite bourgade d’Anthédon ait été élevée au statut de cité indépendante18. Le grand profit tiré par ces cités limitrophes de Thèbes explique leur comportement promacédonien pendant la guerre lamiaque qui a commencé après l’annonce de la mort d’Alexandre le Grand en 323. Aux dires de plusieurs savants19, il semble que cette période « d’absence » de Thèbes ait profité à Orchomène qui a alors joué le premier rôle dans le cadre du koinon. Toutefois cette conclusion ne repose sur aucune preuve tangible.

  • 20 Diodore de Sicile, 18, 11, 3-4.
  • 21 Diodore de Sicile, 18, 11, 5 ; Pausanias, 1, 25, 4.
  • 22 Wallace 2011, p. 158-159.
  • 23 Hypéride, Épitaphe 5, 10-12.
  • 24 Hypéride, Épitaphe 7, 17-20.
  • 25 Hypéride, Épitaphe 7, 17-18 : [µ]έγα δ’ αὐτοῖς συνεβάλετ[ο εἰ]ς̣ τὸ προθύµως ὑπὲρ τῆς [Ἑλλά̣δος ἀγω (...)
  • 26 Plutarque, Vie de Phocion 26, 5-6.

5Les Béotiens sont restés pendant toute la durée de la guerre des alliés fidèles d’Antipatros, de peur qu’Athènes ne reconstruise Thèbes et ne lui restitue son territoire20. Leur but principal était de conserver les terres thébaines acquises après la destruction de la cité. Selon Diodore de Sicile, c’est en Béotie, dans le voisinage de Platées qu’a eu lieu la première bataille entre les armées grecque et macédonienne21. Mais Hypéride, dans sa description de la guerre lamiaque, omet cette information, probablement parce qu’il ne veut pas mentionner la participation, honteuse à ses yeux, de Platées aux côtés des Macédoniens22. Selon lui, l’armée macédonienne était formée de contingents béotiens, eubéens et macédoniens23. Cette bataille s’est conclue par une victoire des alliés grecs. Il est significatif que dans son oraison funèbre, le sort de Thèbes joue un rôle de premier plan24. La destruction de la cité, l’installation d’une garnison macédonienne et la dispersion de la population thébaine encouragent les alliés grecs à combattre les Macédoniens25. Après sa victoire finale à Crannon, Antipatros s’établit à Thèbes afin d’entreprendre des pourparlers avec Athènes s’appuyant sur la fidélité béotienne envers les Macédoniens26. Toutefois, les Béotiens ne reçoivent rien de la part d’Antipatros. Quant à Oropos, libérée de la tutelle athénienne à la fin de la guerre, elle est probablement restée indépendante jusqu’en 312. Au final, la Béotie a peu gagné de sa participation à cette guerre.

La refondation de Thèbes par Cassandre

  • 27 Diodore de Sicile, 19, 54, 1-3.
  • 28 Pausanias, 9, 7, 1.
  • 29 Bearzot 1997.
  • 30 Sur la refondation de Thèbes, voir Gullath 1982, p. 86-113, et Kalliontzis, Papazarkadas 2019.
  • 31 Knoepfler 2001b.
  • 32 Plutarque, Œuvres morales 814b : καὶ ὅτι, Θήβας Κασάνδρου κτίζοντος, ἐστεφανηφόρησαν.
  • 33 Diodore de Sicile, 18, 11, 4 : οὗτοι δὲ κατακληρουχήσαντες τὰς τῶν ἠτυχηκότων κτήσεις ἐκ τῆς χώρας (...)
  • 34 Diodore de Sicile, 19, 63, 4.
  • 35 Keramopoullos 1917, p. 309-310.

6L’homme qui a fait renaître Thèbes est le futur roi de Macédoine, Cassandre. En 316 av. J.-C., il a ordonné la reconstruction de la cité et a permis aux Thébains de rentrer pour s’installer dans leur cité dévastée. Les motifs de cette action ont été très discutés. Selon Diodore27, Cassandre voulait acquérir une gloire éternelle ; selon Pausanias, c’est sa haine envers Alexandre le Grand qui le motivait28. Cassandre voulait probablement améliorer son image dans les cités grecques qui avaient montré beaucoup de sympathie pour Thèbes. Comme le soulignent P. Cloché puis C. Bearzot29, cet acte de bienveillance visait surtout les cités péloponnésiennes comme Messène et Mégalopolis pour lesquelles la reconstruction de Thèbes – leur fondatrice – était d’une très grande importance30. D’autre part, selon D. Knoepfler, grâce à la reconstruction de Thèbes, Cassandre disposait d’une base militaire importante qui lui permettait de contrôler la Grèce centrale et les voies de communication entre la Grèce du Nord et du Sud31. Il faut souligner que cette politique a donné de bons résultats puisque Thèbes est restée fidèle à Cassandre jusqu’à sa mort. La reconstruction de la cité n’a pas été aisée, elle a duré plusieurs années, voire plusieurs décennies. Les premiers à prêter main forte ont été les Athéniens. Alliés des Thébains lors de la bataille de Chéronée et de la révolte contre Alexandre le Grand, les Athéniens ont manifesté leur joie en portant des couronnes lorsque Cassandre a décidé la reconstruction de Thèbes32. Ce sentiment a probablement été entretenu par Démétrios de Phalère, mais il était bien réel puisque les Athéniens souhaitaient cette reconstruction dès l’époque de la guerre lamiaque33. Les constructions pour la défense de la cité, surtout son enceinte, ont été visiblement achevées vers 314 av. J.-C. selon Diodore34. Des fouilles récentes, préliminaires à la construction du nouveau musée de Thèbes, ont mis au jour une partie de cette enceinte qui était déjà fouillée par A. Keramopoullos35 : par souci d’économie, cette muraille a été construite avec des pierres rougeâtres taillées sur place, d’assez mauvaise qualité.

  • 36 Holleaux 1895a ; Gullath 1982, p. 89-97.
  • 37 Buraselis 2014 ; Kalliontzis 2014 ; Matthaiou 2014 ; D. Knoepfler, Bull. 2014, 204, voir la rééditi (...)

7En même temps, on a fait appel à des donateurs pour soutenir l’effort de la reconstruction – en témoigne l’inscription IG VII 2439, remarquablement interprétée par M. Holleaux36. Le catalogue des donateurs montre que les donations ont été effectuées sur une période d’environ vingt ans. La majorité des donateurs sont des rois hellénistiques. On a récemment trouvé, à Thèbes, un nouveau fragment de ce catalogue. Après la publication de ce fragment par K. Buraselis en 2014, les restaurateurs du musée de Thèbes ont découvert qu’il appartient à la partie supérieure de la stèle et qu’il se joint à la partie déjà connue37. Ce nouveau fragment révèle que plusieurs particuliers ont aussi participé à la reconstruction de la cité et que l’ordre de gravure doit être chronologique car les particuliers sont présentés avant les rois. Ces particuliers sont originaires de différentes régions du monde grec, notamment de la Macédoine et de Chypre. Plusieurs cités, comme Érétrie ou Mélos, ont également contribué financièrement à la reconstruction de Thèbes. C’est aussi le cas de rois, comme Démétrios Poliorcète dont le nom a été effacé après la période des révoltes béotiennes. D’autres rois, vraisemblablement les Lagides et les Antigonides ont également participé à la reconstruction, mais leurs noms ne sont pas préservés. Le nouveau fragment permet aussi de mieux appréhender l’aspect matériel de cette inscription : il s’agit probablement d’une plaque de marbre susceptible d’être érigée contre un mur (fig. 14).

  • 38 Diodore de Sicile, 19, 61, 2.

8La décision de Cassandre de reconstruire Thèbes n’a pas fait l’unanimité. Antigone le Borgne, qui dans sa déclaration de Tyr promettait la liberté aux Grecs, a reproché à Cassandre d’avoir ordonné la reconstruction cette cité détruite par Alexandre et lui a demandé de l’anéantir une nouvelle fois. Cette hostilité ouverte d’Antigone n’a fait qu’accroître la bienveillance de Cassandre envers la cité et, en retour, renforcer l’attachement de Thèbes. Parallèlement, les autres cités béotiennes, surtout celles qui ont profité de la destruction de Thèbes, sont toujours restées hostiles à sa reconstruction et Cassandre a dû les convaincre pour obtenir leur consentement à la reconstruction de leur ennemie héréditaire38. Il est significatif qu’aucune cité béotienne ne soit mentionnée dans les deux fragments préservés du catalogue des donateurs pour la reconstruction de Thèbes. Il était logique que Thèbes ait été exclue du koinon béotien pendant cette période.

Le stratège Polémaios et les béotiens

  • 39 Diodore de Sicile, 19, 75, 6 : µετ’ὀλίγας δ’ ἡµέρας ἐλθόντων πρὸς αὐτὸν πρεσβευτῶν παρ’ Αἰτωλῶν καὶ (...)
  • 40 Billows 1997, p. 429 ; Huss 2001, p. 157-158.
  • 41 Diodore de Sicile, 19, 77, 4 : ὁ δὲ Κάσανδρος συνιδὼν τὴν ἐπίνοιαν αὐτοῦ Πλείσταρχον µὲν ἀπέλιπεν ἐ (...)
  • 42 Pour cette forteresse, voir Bakhuizen 1970, p. 42-88. L’identification de S. Bakhuizen a été rejeté (...)
  • 43 Diodore de Sicile, 19, 77, 4.
  • 44 Diodore de Sicile, 19, 77, 5.
  • 45 Diodore de Sicile, 19, 78, 3 : ὁ δὲ Πτολεµαῖος ἀναζεύξας ἐκ τῆς Ἀττικῆς εἰς τὴν Βοιωτίαν τήν τε Καδ (...)
  • 46 Diodore de Sicile, 19, 78, 2 : ὁ δ’ Ἀντιγόνου στρατηγὸς Πτολεµαῖος χωρισθέντος εἰς Μακεδονίαν Κασάν (...)

9À la fin du ive s., la Béotie a joué un rôle important dans les guerres entre les Diadoques. Vers 313 av. J.-C., les Béotiens, probablement en raison de l’aide accordée par Cassandre à Thèbes, entrent avec les Étoliens dans l’alliance d’Antigone le Borgne39. Antigone a envoyé son neveu et général, Polémaios, en Grèce centrale40. Polémaios a débarqué à Bathys limen près d’Aulis et il a été aussitôt rejoint par 2 500 soldats béotiens envoyés par le koinon41. Pour mieux se défendre contre Cassandre, il a construit une forteresse à Salganeus, sur le continent béotien en face de Chalcis42. Cassandre a ainsi été obligé d’abandonner le siège d’Oreos pour mieux protéger sa position centrale à Chalcis43. Antigone a alors déployé une stratégie complexe, grâce aux forces supérieures dont il disposait. Il a retiré sa flotte de Grèce continentale pour l’envoyer en Macédoine par l’Hellespont. Face à cette menace, Cassandre a réagi rapidement et fermement. Il s’est emparé d’Oropos, a resserré son emprise sur Thèbes et a conclu un armistice avec les autres cités béotiennes. Puis il est rentré en Macédoine pour défendre son trône, en laissant son frère Pleistarchos à Chalcis44. Il a également laissé sur place Eupolémos comme stratège chargé de la Grèce. De son côté Polémaios, prenant avantage du départ de Cassandre, a pu conquérir Chalcis par surprise. Il a laissé cette cité sans garnison par fidélité à la politique de liberté des Grecs d’Antigone le Borgne. Il a pu conclure une alliance entre les cités eubéennes de Carystos et d’Érétrie45. Il a repris Oropos et a accordé cette cité aux Béotiens46.

  • 47 O’Sullivan 2009, p. 269-271.
  • 48 Diodore de Sicile, 19, 78, 5.
  • 49 Diodore de Sicile, 19, 78, 5 : ἐπῆλθε δὲ καὶ τὴν Λοκρίδα καὶ τῶν Ὀπουντίων τὰ Κασάνδρου φρονούντων (...)
  • 50 Ma 2012, p. 237.

10Polémaios a ensuite essayé de conquérir l’Attique. Une partie des Athéniens semblait être favorable à une « libération » d’Athènes par les troupes antigonides. Sous la pression de ce groupe, Démétrios de Phalère a été obligé d’entamer des négociations avec les Antigonides. En habile diplomate, il a décidé d’entreprendre des pourparlers directement avec Antigone le Borgne tout en les retardant, le plus possible. Cette politique a été un succès mais d’autres événements, notamment la révolte de Telesphoros en Élide, ont obligé Polémaios à quitter l’Attique47. En même temps, il a chassé de Thèbes la garnison de Cassandre et a libéré la cité de la tutelle du roi de Macédoine. Après avoir assuré son contrôle sur la Béotie, il a mené une expédition en Phocide d’où il a chassé les garnisons de Cassandre48, puis une autre en Locride où il a assiégé Oponte49. L’épigramme de Delphes, CEG II 789, en l’honneur du stratège béotien Peisis fils de Charias de Thespies date vraisemblablement de cette période. Elle précise que sous son commandement, les Béotiens ont libéré Oponte probablement grâce à leur participation à l’armée de Polémaios. La notoriété de Peisis en Béotie pendant cette période est attestée par une base de statue découverte à l’Amphiareion d’Oropos (I.Oropos 366)50.

  • 51 Diodore de Sicile, 20, 19, 2.
  • 52 Holleaux 1895a, p. 32-37.

11En 311 av. J.-C., Polémaios contrôlait la plus grande partie de la Grèce centrale, ses adversaires ont alors conclu une paix précaire en reconnaissant le statu quo. Cassandre a gardé l’Europe ; mais Thèbes ne faisait pas partie de sa sphère d’influence, elle restait une possession de Polémaios. Ce dernier a décidé de changer de camp et de faire alliance avec Cassandre en abandonnant son oncle Antigone51. Après 311 av. J.-C., Ptolémée Sôter, alors allié de Cassandre, a probablement fait une donation importante pour la reconstruction de Thèbes par le biais du roi de Sidon, Philoclès52. De par sa position géographique stratégique, Thèbes a été sollicitée par plusieurs rois hellénistiques et elle a pu recouvrer son statut de cité importante.

  • 53 Plutarque, Vie de Démétrios 8-10 ; Diodore de Sicile, 20, 45-46 ; Habicht 2006, p. 84.

12Après Polémaios qui a bouleversé toute la Grèce centrale sans laisser d’héritage stable, la Béotie affrontât un ennemi qui jouera un rôle important dans son histoire de la fin du ive et au début du iiie s., Démétrios Poliorcète. En 307 av. J.-C., Démétrios s’est présenté comme le libérateur de la Grèce. Il a commencé par expulser d’Athènes le gouverneur Démétrios de Phalère, qui s’est alors refugié à Thèbes, puis a rejoint la cour de Ptolémée. Durant la même période, il a conquis Mégare et a fait tomber la forteresse de Mounychie53.

  • 54 Hammond, Walbank 1988, p. 175-176.
  • 55 Diodore de Sicile, 20, 100, 6 ; Plutarque, Vie de Démétrios 23, 3.
  • 56 Marmor Parium, FGrH 239 B 24.
  • 57 Le décret de la tribu Antiochis, L. Moretti, ISE I 8 (= SEG 3, 117), daté de 303/2 av. J.-C., appor (...)
  • 58 Diodore de Sicile, 20, 100.
  • 59 Syll 3 337, l. 33-34.
  • 60 Athénée, Deiphnosophistes 6, 253b : καὶ Θηβαῖοι δὲ κολακεύοντες τὸν Δηµήτριον, ὥς φησι Πολέµων ἐν τ (...)
  • 61 Hammond, Walbank 1988, p. 176-178 ; Plutarque, Vie de Démétrios 25, 4 ; Staatsverträge III 446.

13En 307 av. J.-C., la Béotie était toujours sous la domination de Cassandre. En 306 av. J.-C., Cassandre traverse la Béotie et attaque Athènes pour tenter d’en reprendre le contrôle. La situation du koinon béotien pendant cette période n’est pas très claire. Il semble qu’en étant sous le contrôle de Cassandre, le koinon participait à la guerre contre Athènes. Mais l’inscription fragmentaire IG II2 1491, datée de 306/5 av. J.-C., pourrait apporter la preuve qu’Athènes était en bons termes avec la Béotie pendant cette période, parce qu’une couronne d’or est accordée au koinon béotien pendant les grandes Dionysies. Durant cette même période, Athènes s’est alliée à l’Étolie et avec son aide a résisté aux attaques de Cassandre54. En 304 av. J.-C., la situation change suite aux opérations malheureuses de Démétrios à Rhodes. Ce dernier débarque en Béotie, à Aulis, et il proclame la liberté des Grecs55. Il conquiert Chalcis qui est ainsi « libérée » de sa garnison béotienne56. Il oblige aussi les Béotiens à abandonner la cause de Cassandre et à faire alliance avec lui. Les Béotiens se voient donc contraints de renoncer à Érétrie ainsi qu’à Oropos, accordée aux Athéniens vers 304 av. J.-C.57. Thèbes doit avoir subi le même sort que les autres cités béotiennes58. Démétrios s’est montré indulgent même si son père Antigone, quelques années auparavant, s’était opposé à la refondation de Thèbes par Cassandre. Il est fort probable que Démétrios ait alors donné pour la reconstruction de Thèbes une partie du butin de Rhodes – comme l’atteste la liste des donations59. Dans ce contexte, Thèbes a flatté Démétrios en accordant des honneurs divins à son hétaïre Lamia60. La politique de libération de Démétrios a culminé en 302 av. J.-C. à Corinthe où, pendant les jeux isthmiques, celui-ci a proposé une alliance entre les Grecs et les rois antigonides et fondé une ligue qui unissait les cités grecques à ces derniers61.

  • 62 Knoepfler 2007, la nouvelle datation de cette inscription par D. Knoepfler a été acceptée récemment (...)

14Après la bataille d’Ipsos en 301 av. J.-C. et la destruction de la grande puissance antigonide, la situation en Grèce centrale a à nouveau changé. Démétrios, démis de son autorité, est expulsé d’Athènes mais récupère alors la force navale qu’il a laissée au Pirée. Cassandre a essayé aussi bien avant qu’après la bataille d’Ipsos de reprendre le contrôle de la Grèce centrale. Le rôle joué par la Béotie pendant cette période demeure obscur. Un des points d’ancrage chronologiques est le traité étolo-béotien (Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64) jusqu’à maintenant considéré comme antérieur à la bataille d’Ipsos et qui serait, selon D. Knoepfler, postérieur à l’invasion galate en Grèce en 279 av. J.-C. Ce traité daterait de ca 275 av. J.-C.62.

  • 63 Polyen, 3, 7, 2 ; Pausanias, 1, 25, 7.

15Cette nouvelle datation du traité étolo-béotien implique que la Béotie était très certainement sous le contrôle de Cassandre à l’extrême fin du ive s. av. J.-C. En tout cas, après la bataille d’Ipsos, Athènes se libère de la tutelle de Démétrios. Dès 300/299 av. J.-C., selon le témoignage du Marmor Parium (FGrhist 239 B 27), Démétrios avait reconquis Chalcis. Malgré la lourde défaite d’Ipsos et la mort de son père, Démétrios a pu, grâce à la discorde entre les rois alliés, sauvegarder une partie de sa puissance et de ses territoires. Suite à la mort de Cassandre en 297, il a entrepris une nouvelle politique de conquêtes. En 295/4, il a reconquis Athènes et a expulsé son tyran Lacharès qui s’était réfugié à Thèbes comme l’avait fait Démétrios de Phalère quelques années auparavant63. En 294, il a pu accéder au trône de Macédoine. Après ce grand succès, son principal but a été d’unifier ses territoires qui étaient jusque-là dispersés. À cette date, Démétrios contrôle la Macédoine, la Thessalie et des points stratégiques en Grèce centrale notamment Chalcis, Corinthe et Athènes. La Béotie de par sa position centrale en Grèce se trouve alors au milieu de tous les territoires occupés par Démétrios et devient par là-même un enjeu stratégique très important.

La période des révoltes béotiennes

  • 64 Kalliontzis 2017b.
  • 65 Plutarque, Vie de Démétrios 39-40.
  • 66 Diodore de Sicile, 21, fr. 25-27 (Goukowsky).
  • 67 Polyen, 3, 7, 2, sur le destin de Lacharès et 4, 7, 11.
  • 68 Polyen, 4, 7, 11 : Δηµήτριος κήρυκα πρὸς Βοιωτοὺς πέµψας πόλεµον ἐπήγγειλεν. ὁ µὲν κήρυξ ἐν Ὀρχοµεν (...)
  • 69 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 1.

16Les Béotiens n’ont pas aisément accepté la domination de Démétrios. Presque immédiatement après la conquête de la Béotie s’ensuit une période de révolte. En témoigne un décret d’Akraiphia récemment publié64. Cette inscription, datée du début du iiie s. av. J.-C., accorde l’isotélie aux métèques qui ont participé aux cotés des Akraiphiens à la guerre contre un roi Démétrios. Le Démétrios à qui l’inscription fait référence doit être le roi de Macédoine, Démétrios Poliorcète. Les relations entre Démétrios et les Béotiens étaient complexes. Nos principales sources de renseignements sur la conquête de la Béotie par le roi Démétrios Poliorcète et les révoltes successives des Béotiens sont Plutarque65, Diodore de Sicile66 et Polyen67. En 294 av. J.-C., presque immédiatement après son accession au trône de Macédoine, Démétrios a entrepris une expédition pour conquérir la Béotie. La rapidité dont il a fait preuve a surpris les béotarques à Orchomène alors qu’il occupait déjà Chéronée68. Les béotarques ont dû céder et la Béotie s’est vue placée sous l’autorité de Démétrios69.

  • 70 Sur Peisis, voir Paschidis 2008, p. 312-315, c15.
  • 71 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 2 ; Gullath 1982, p. 189-190.
  • 72 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 3.
  • 73 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 4.
  • 74 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 5. Sur Peisis et sur les révoltes béotiennes, voir Paschidis 2008, (...)
  • 75 De la période des révoltes béotiennes date une lettre adressée à Démétrios Poliorcète, portant sur  (...)

17Même si cette conquête de la Béotie a eu somme toute un caractère modéré, les Béotiens n’ont pas tardé à se révolter contre l’autorité de Démétrios. Cette révolte s’est produite sous l’impulsion probable du roi Lysimaque de Thrace et sous la conduite de Peisis de Thespies. Peisis a joué un rôle important, mais mal défini dans les affaires béotiennes pendant cette période70. Le roi de Sparte Cléonymos est lui aussi venu au secours des Béotiens71. Mais la réponse de Démétrios ne s’est pas fait attendre, il est vite parvenu devant Thèbes avec des machines de guerre – inspirant la peur et mettant fin par-là même à cette première révolte béotienne72. Cléonymos a été obligé de se retirer. Là encore Démétrios a traité les Béotiens avec indulgence. Il a certes imposé des garnisons dans les cités et les a contraintes à payer un lourd tribut. À Thèbes, il a institué harmoste l’historien Hieronymos de Kardia73. De plus, il a traité avec amitié Peisis malgré son rôle important pendant la révolte, et l’a fait polémarque de Thespies74. Si Démétrios a fait preuve une nouvelle fois d’indulgence, il a néanmoins fermement établi son autorité en Béotie75.

  • 76 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 6.
  • 77 Plutarque, Vie de Démétrios 40.
  • 78 Plutarque, Vie de Démétrios 40, 6 ; Diodore de Sicile, 21, 14, 2.
  • 79 Sur les révoltes béotiennes, voir Wehrli 1968, p. 173-176 ; Levêque 1957, p. 135-139 ; Kalliontzis (...)
  • 80 Plutarque, Vie de Démétrios 46, 1 : Ἐπεὶ δ’ ἅπαξ ὥσπερ εἰς ὁδὸν βασιλικὴν τὴν ἐλπίδα κατέστη, καὶ σ (...)

18Aux dires de Plutarque, peu de temps après cette première révolte, les Béotiens se sont soulevés une nouvelle fois, dans un contexte différent. À l’annonce de l’emprisonnement de Lysimaque par le roi thrace Dromichaitès, Démétrios a décidé de se lancer dans la conquête du royaume de ce dernier76. Mais la libération soudaine de Lysimaque par Dromichaitès a contraint Démétrios à abandonner cette campagne. L’absence de Démétrios a donné l’opportunité à ses ennemis d’organiser une seconde révolte. La réponse de Démétrios a été une nouvelle fois fulgurante. Son fils, Antigone Gonatas, qui avait déjà la situation sous contrôle, a infligé une sévère défaite aux Béotiens avant même l’arrivée de son père. Seule Thèbes a continué à résister. Pendant que Démétrios assiégeait Thèbes, Pyrrhos a traversé la Thessalie pour arriver aux Thermopyles. Démétrios a alors laissé la conduite du siège à son fils et est allé à la rencontre de Pyrrhos qu’il a facilement mis en fuite. Lors de cette campagne, il a renforcé son contrôle sur la Thessalie par l’installation de dix mille fantassins et de mille cavaliers. Puis il est retourné à Thèbes où il a entrepris le siège de la cité avec plus de rigueur en utilisant ses fameuses machines de guerre dont l’hélépolis. À la fin de 291 ou au début de 290 av. J.-C., les Thébains ont finalement cédé en raison de la supériorité des assiégeants et par crainte de Démétrios77. Ce dernier s’est là encore montré indulgent, et n’a fait exécuter que treize ou quatorze chefs de la révolte78. Il semble toutefois qu’après cette seconde révolte et la résistance thébaine, Démétrios Poliorcète ait privé Thèbes de sa politeia et l’ait placée sous le contrôle d’un gouverneur macédonien. En dépit de quelques obstacles dans sa conquête de la Béotie, Démétrios est parvenu, entre les années 293 et 290 av. J.-C., à contrôler une très large partie de la péninsule hellénique à savoir la Macédoine, la Thessalie, la Béotie et quelques autres places fortes de Grèce centrale, et le Péloponnèse79. Il semble que Démétrios ait contrôlé la Béotie jusqu’en 287 quand il a rendu leur politeia aux Thébains80.

Chronologie des révoltes béotiennes

  • 81 Cloché 1952, p. 208.
  • 82 Beloch 1927, p. 247-248.

19La chronologie des révoltes béotiennes suscite beaucoup de difficultés. Selon P. Cloché qui suit Th. Reinach, la première révolte a eu lieu en 293 av. J.-C. et la seconde en 29281. En revanche, K. J. Beloch penche pour une succession presque immédiate des deux révoltes et les date de 29282. Il parvient à cette datation en s’appuyant sur le témoignage de Plutarque. Selon ce dernier, la seconde révolte a eu lieu peu de temps après la première et Thèbes serait tombée deux fois en une seule année.

  • 83 Kalliontzis 2017b.

20Il nous faut situer la guerre contre Démétrios, à laquelle fait référence le décret d’Akraiphia récemment publié83, dans le cadre de ces révoltes. Il s’agit d’un décret de la cité d’Akraiphia accordant l’isotélie aux métèques qui ont participé à la guerre contre Démétrios. Mais il paraît difficile de déterminer avec précision à quelle révolte rattacher les événements évoqués dans l’inscription inédite. Le faible intervalle de temps entre les deux révoltes nous amène à penser que finalement cette époque a dû être perçue par les Akraiphiens et les Béotiens comme une période de guerre continue contre Démétrios.

  • 84 Pour la base d’Eugnotos d’Akraiphia, voir Ma 2005 ; Cairon 2009, p. 150-158, no 46, avec la bibliog (...)

21Un autre texte important situé dans ce contexte de révoltes est l’épigramme en l’honneur de l’Akraiphien Eugnotos84. Eugnotos est tombé dans une bataille contre l’armée d’un roi macédonien à Onchestos. P. Perdrizet a émis l’hypothèse convaincante qu’Eugnotos était tombé dans la bataille qui a eu lieu pendant la seconde révolte béotienne entre la cavalerie béotienne et l’armée d’Antigone Gonatas. L’apparition d’un deuxième texte sur ces révoltes à Akraiphia montre le rôle de premier plan qu’a alors joué cette cité.

Le traité étolo-béotien

  • 85 Sur le traité étolo-béotien, voir Staatsverträge III 463 ; Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 6 (...)
  • 86 Pour une datation juste après la bataille d’Ipsos : Beloch 1925, p. 213 ; Flacelière 1930, p. 75-89 (...)
  • 87 Knoepfler 2007.
  • 88 Lefèvre 1998 (SEG 48, 588) ; cf. Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 62.
  • 89 Lefèvre 1998, p. 133-139.

22Le traité entre l’Étolie et la Béotie est un autre texte majeur pour l’analyse des révoltes en Béotie85. Pour de nombreux épigraphistes et historiens, ce traité a joué un rôle dans les événements qui ont conduit à la conquête de la Béotie par Démétrios Poliorcète. Beaucoup d’épigraphistes dataient cette inscription de l’extrême fin du ive s. av. J.-C., juste après la bataille d’Ipsos86, ou au tout début du iiie s. av. J.-C. lors des révoltes béotiennes. Ils ont essayé de justifier l’inaction paradoxale des Étoliens pendant ces révoltes de diverses façons. Pour la première révolte, ils ont admis que la rapidité de l’intervention de Démétrios avait pris de court les Étoliens qui n’avaient pu aider leurs alliés. Ils pensaient que Cléonymos venu au secours des Thébains, avait été aidé par les Étoliens. Pour la seconde révolte, ils supposaient une éventuelle aide étolienne, mais sans aucun témoignage concret. D. Knoepfler, avec des arguments pertinents, a montré que ce traité est postérieur à la victoire grecque contre les Galates en 279 av. J.-C., et donc aux révoltes béotiennes87. Grâce à cette nouvelle datation, on comprend mieux l’inaction des Étoliens pendant les révoltes béotiennes. Ils n’étaient sans doute pas obligés d’intervenir. Il serait en effet étonnant de voir le roi Démétrios arriver à Chéronée, sans que les Étoliens en soient informés. De la même manière, il serait surprenant que les Étoliens n’aient pas essayé d’empêcher Démétrios de conquérir une région limitrophe importante. D’autre part, les défaites subies pendant ces révoltes auraient pu obliger les Béotiens à envisager un traité avec leurs puissants voisins de l’ouest, les Étoliens. La passivité totale de l’Étolie pendant la période des révoltes béotiennes s’explique ainsi mieux. La datation basse du traité étolo-béotien pourrait rendre plus probable une datation plus haute du traité entre le roi Démétrios et les Étoliens qui a été affiché à Delphes sur un pilier dédié par le roi Persée88. Selon le premier éditeur Fr. Lefèvre, ce traité pourrait être daté de 289 av. J.-C., après les révoltes béotiennes. Dans ce cadre chronologique, le roi Démétrios aurait voulu préserver la paix en Grèce centrale afin de se lancer dans une expédition en Asie Mineure. Une datation plus haute, antérieure aux révoltes béotiennes, vers 293 av. J.-C., pourrait expliquer plus facilement la complète inertie des Étoliens pendant cette période. Comme l’a déjà souligné Fr. Lefèvre, ce traité montre des signes de défiance entre les deux parties et ne peut pas être compris comme une alliance mais plutôt comme un armistice89.

  • 90 Habicht 2006, p. 108-109 ; Douris, FrGrH 76, F 13. Sur cet hymne, voir Chaniotis 2011.

23Par ailleurs, un hymne ithyphallique chanté à Athènes en l’honneur de Démétrios en 291 ou 290 av. J.-C. demandait au roi de libérer la Grèce de la tutelle étolienne qui ne contrôlait pas seulement Thèbes mais toute la Grèce centrale. Si la datation de cet hymne est correcte, on a alors la preuve qu’à ce moment-là Thèbes était alliée aux Étoliens. Mais ce constat vaut-il pour la Béotie en général ou seulement pour Thèbes alliée aux Étoliens ? Il faut admettre que la datation comme l’interprétation de cet hymne font difficulté90. Nous ne pouvons donc pas donner de réponse définitive à cette question.

La réintégration de Thèbes au sein du koinon béotien

24Un des problèmes chronologiques de cette période est la réintégration de Thèbes au sein du koinon béotien. K. J. Beloch pensait que cette réintégration avait suivi la refondation de la cité par Cassandre. Mais l’hostilité des Béotiens envers Cassandre et la refondation de la cité sont avérées. En 313/2 av. J.-C., ils ont demandé à Antigone le Borgne, ennemi affiché de Cassandre et de la refondation de Thèbes, d’entrer dans son alliance. Cette démarche serait impensable si Thèbes avait déjà fait partie du koinon. Les événements de 312 av. J.-C. prouvent encore une fois que Thèbes ne faisait pas partie du koinon. À son arrivée en Grèce, le général d’Antigone, Polémaios, avait l’appui du koinon béotien. Cassandre a réagi en s’alliant avec Thèbes et en faisant une trêve avec les autres Béotiens. Il y a donc une distinction évidente entre le koinon béotien et la cité de Thèbes. Après le départ précipité de Cassandre, Polémaios a libéré Thèbes de sa garnison macédonienne. Cette « libération » a été perçue par divers savants comme le moment idéal pour la réintégration de Thèbes au sein du koinon. Le premier à faire cette proposition a été P. Liman, mais la preuve décisive a été apportée par M. Holleaux. Pendant les fouilles du Ptoion, ce dernier a découvert quatre dédicaces émanant du koinon dans lesquelles, parmi les huit représentants du koinon, on retrouve un Chalcidien et un Thébain. M. Holleaux a daté ces dédicaces entre 309 et 304, période pendant laquelle Chalcis faisait partie du koinon béotien. D. Knoepfler a, par la suite, prouvé que ces dédicaces devaient être datées du début du iiie s. av. J.-C.

  • 91 Knoepfler 2001b.

25Comme l’a démontré D. Knoepfler, c’est après la période des révoltes que nous devons dater la réintégration de la cité de Thèbes dans le koinon béotien hellénistique. Les combats communs de Thèbes avec les autres cités béotiennes ont probablement facilité l’acceptation de Thèbes et sa réintégration dans le koinon béotien91.

  • 92 Habicht 2006, p. 147.
  • 93 Knoepfler 2008, p. 612-613.
  • 94 Cette inscription a été redatée par Knoepfler 2002, p. 131-143.

26À la réintégration de Thèbes au koinon, vers 287, doit s’ajouter celle d’Oropos. Il pourrait s’agir d’une donation de Démétrios aux Béotiens92. Oropos a vécu, selon toute probabilité, une période d’autonomie entre 295 et l’envoi en ambassade du philosophe érétrien Ménédème qui a parlé en faveur d’Oropos auprès de Démétrios93. La preuve que celle-ci appartenait bien au koinon pendant cette période nous est donnée par l’inscription d’Orchomène datée de l’archonte fédéral Philokomos (SEG 28, 461). Cette dernière détaille les expéditions effectuées par les cavaliers orchoméniens et chéronéens dans d’autres régions de Béotie. Parmi ces régions, figurent Thèbes et Oropos, qui devaient être alors protégées contre de possibles attaques macédoniennes ou athéniennes. Un autre indice de l’adhésion d’Oropos au koinon béotien dans le premier quart du iiie s. est le décret I.Oropos 303. À la l. 5, il prévoit la réparation des murailles pour que les Oropiens soient utiles au koinon béotien94.

  • 95 Sur la date de l’archonte fédéral Philokomos, voir le chapitre I sur la chronologie des archontes f (...)
  • 96 IG XII 9, 192 ; Holleaux 1897b = Holleaux 1938, p. 41- 73 ; Knoepfler 2014, p. 72-85.
  • 97 Chankowski A. 2010, p. 147.

27Une autre région susceptible de faire partie du koinon béotien pendant cette période est l’Eubée centrale, notamment les cités de Chalcis et d’Érétrie. Dans un article récent, D. Knoepfler, s’appuyant sur les dédicaces fédérales du Ptoion (dont IG VII 2724b avec mention d’un aphedriateuon chalcidien) et sur la convention entre les cavaliers d’Orchomène et ceux de Chéronée (SEG 28, 461), date l’intégration des cités eubéennes au koinon béotien dans le premier quart du iiie s., probablement après 287 av. J.-C. Les dédicaces IG VII 2723-2724 sont liées entre elles pour des raisons prosopographiques, notamment la présence du même devin, Onomastos fils de Nikolaos de Thespies. La présence dans ce groupe d’une dédicace datée de l’archonte fédéral Philokomos (IG VII 2723), dont la datation est certaine, a amené D. Knoepfler à dater ce groupe d’archontes du début du iiie s. av. J.-C.95. La période qui suit la défaite d’Ipsos et le départ des troupes de Démétrios serait idéale pour l’intégration des cités eubéennes dans le koinon béotien. C’est de cette période que doit être datée, selon D. Knoepfler, l’inscription d’Érétrie qui mentionne le départ de la garnison macédonienne et la restauration de la démocratie96. Cette inscription atteste la présence, à Érétrie, de trois polémarques, magistrats qui sont empruntés aux institutions béotiennes. Selon D. Knoepfler, ces deux cités sont restées béotiennes jusqu’à la guerre contre les Galates. Selon A. Chankowski, D. Knoepfler dans sa thèse inédite propose l’année de 286/5 comme date d’adhésion d’Érétrie au koinon béotien et 282/1 pour sa sortie97.

  • 98 Beloch 1925, p. 250, n. 1 ; Béotie sous domination macédonienne en 280 av. J.-C. : « Boeotien das A (...)

28Vers 280, la situation en Béotie semble compliquée. Selon le témoignage de Memnon d’Héraclée, Antigone Gonatas s’est retiré avec son armée en Béotie après une défaite infligée par Ptolémée Kéraunos98.

  • 99 Habicht 2006, p. 148.

29Le décret attique IG II/III³ 1, 4, 882, daté de 281/0, en l’honneur des taxiarques athéniens envoyés à Lébadée pour participer à la fête des Basileia, atteste des bonnes relations entre Athéniens et Béotiens à cette date99.

  • 100 IG VII 279 ; Bringmann, Steuben 1995, p. 125-126, no 78.

30C’est de cette période de relative indépendance que doivent être datées les dédicaces du roi Lysimaque et de sa famille en Béotie. Cette hypothèse paraît séduisante mais n’est pas assurée. L’intérêt de Lysimaque pour la Béotie pendant cette période est attestée par deux bases de statues érigées en son honneur et en l’honneur de membres de sa famille100.

  • 101 Pausanias, 10, 20, 3-5 ; Gullath 1982, p. 207-211. D. Knoepfler proposa d’identifier un de ces stra (...)
  • 102 Knoepfler 2002, p. 140-141.
  • 103 Scholten 2000, p. 33, n. 11.
  • 104 Tarn 1913, p. 151 ; Luraghi 2018, p. 35. Pour défendre la présentation de Pausanias, A. Bayliss pré (...)

31À cette période sur laquelle nous sommes relativement bien informés succède une autre très mal connue du fait de l’extrême pauvreté des sources tant littéraires qu’épigraphiques. En 279 av. J.-C., les Béotiens participent activement à la défense de la Grèce contre les Galates avec un important contingent. Selon Pausanias, ils envoient dix mille hoplites et cinq cents cavaliers101. Cette participation à un effort panhéllenique redonne à la Béotie une certaine importance dans les affaires de la Grèce centrale. Si certains historiens anciens, à cause de leur athénocentrisme, mettent en avant le rôle joué par Athènes – somme toute assez limité – il convient de souligner la participation décisive des Béotiens qui ont contribué avec un des plus importants contingents à l’effort panhéllenique contre les Galates avec d’autres peuples de Grèce centrale notamment les Étoliens. Selon le récit de Pausanias qui puise à une source bien informée, probablement Hieronymos de Kardia, le contingent béotien était dirigé par quatre béotarques, Kaphisodotos, Thearidas, Diogenes et Lysandros (Pausanias, 10, 20, 3). D. Knoepfler a identifié le béotarque Lysandros avec le rogator du décret d’Oropos pour la reconstruction des murailles de la cité, I.Oropos 303102. Selon Pausanias, cette force panhellénique était sous la direction du général athénien Kallippos. Cette assertion de Pausanias a été critiquée par des historiens tels que Scholten : selon eux, Pausanias suivait une source athénienne qui l’aurait amené à attribuer une place prépondérante à un Athénien103. Selon d’autres, Pausanias a raison. Du fait des mauvaises relations entre Étoliens et Béotiens, il aurait été impossible de nommer un chef issu de ces deux koina104. Mais les relations étaient-elles à ce point dégradées entre Béotiens et Étoliens pour les empêcher d’accepter un chef militaire provenant de l’une ou l’autre région ?

  • 105 Knoepfler 1998, p. 207.
  • 106 Knoepfler 2007, p. 1250.
  • 107 Knoepfler 2014.
  • 108 Sur cette question, voir l’analyse prosopographique de l’Inscr. 8 et la synthèse historique sur Opo (...)

32Selon D. Knoepfler, nous devons dater la réintégration de Chalcis au koinon béotien de ca 272/1 av. J.-C., car dans les décrets amphictioniques CID IV 25-26 on retrouve trois représentants béotiens, dont un serait un Chalcidien. Ces deux documents sont datés de la session d’automne de l’archontat d’Eudokos105. La nouvelle datation du traité étolo-béotien pourrait offrir un cadre adéquat pour une telle réintégration106. Il semble que cette réintégration ait été extrêmement courte car, dès 271, Chalcis rejoint les cités d’Érétrie et d’Histiée pour rétablir avec elles une forme de koinon en Eubée. Selon D. Knoepfler, dans le cadre historique du début du iiie s. on peut donc envisager deux courtes périodes d’adhésion de Chalcis au koinon béotien vers 287 et vers 272 av. J.-C.107. Grâce à un nouvel examen des documents concernant l’adhésion d’Oponte à ce même koinon (Inscr. 8), je pense à la suite de G. Klaffenbach et d’autres savants que le troisième hieromnemon de l’année d’Eudokos doit être un Opontien108.

  • 109 I.Thespies 58-61 ; Fraser 1952 ; Bringmann, Steuben 1995, p. 136-140, nos 86-89.

33C’est de la même époque que doivent vraisemblablement dater les dédicaces faites par Philétairos de Pergame à Thespies. Il s’agit de quatre bornes délimitant la terre consacrée par Philétairos aux muses de l’Hélicon et d’une dédicace de statue109.

  • 110 Knoepfler 2007.

34L’un des textes essentiels de cette période est le traité étolo-béotien découvert à Delphes. Ce traité est traditionnellement daté soit de la fin du ive s. av. J.-C., soit du début du iiie s. av. J.-C. Comme nous l’avons déjà signalé, D. Knoepfler a récemment montré que ce traité est vraisemblablement postérieur à la victoire grecque contre les Galates et ne date pas de la fin du ive s. av. J.-C.110. Grâce à cette nouvelle datation, nous comprenons probablement mieux l’inertie des Étoliens pendant l’expédition de Démétrios contre les Béotiens.

  • 111 Diogène Laërce, La Vie de Ménédème d’Érétrie 142 : δόγµατι κοινῷ τῶν Βοιωτῶν ἐκελεύσθη µετελθεῖν. C (...)
  • 112 Voir Knoepfler 1993, p. 339 ; Knoepfler 1991, p. 175, n. 15, p. 199, n. 80.
  • 113 Sur Aristeidès, voir PAA 165380 et maintenant I.Rhamnous 404.
  • 114 Sur ce que nous connaissons déjà de l’invasion de la Mégaride par Antigone, voir O’Neil 2008, p. 80 (...)
  • 115 V. Petrakos, EAH, 2003, p. 15-16 (SEG 52, 124) ; Knoepfler 2010-2011, p. 453.

35Il semble que la Béotie n’ait pas participé à la guerre de Chrémonidès et qu’elle ait gardé une relation paisible avec la Macédoine d’Antigone Gonatas. La neutralité béotienne, pendant cette période, permet de comprendre pourquoi le philosophe érétrien, Ménédème, a été expulsé de l’Amphiareion d’Oropos. Cette expulsion a été effectuée, selon Diogène Laërce, par décret fédéral béotien après la disparition d’objets précieux de l’Amphiareion111. Ménédème a été auparavant exilé à l’Amphiareion en raison des soupçons de collusion avec le pouvoir macédonien et surtout avec son disciple, Antigone Gonatas112. Un décret inédit de Rhamnonte découvert à Oropos honore Aristeides fils de Mnesitheos de Lamptrai113. Ce décret qui date de 267/6 av. J.-C. est mentionné brièvement par V. Petrakos et D. Knoepfler, et nous informe que « le roi Antigone avait fait irruption en Mégaride »114. Cette irruption date de l’année qui précède l’adoption du décret, à savoir 268/7, quand Aristeides était stratège responsable de la défense de la région d’Éleusis. On ne peut exclure qu’Antigone Gonatas a envahi la Mégaride par la Béotie et pas seulement en avançant par la forteresse de l’Acrocorinthe115. Selon le décret, Aristeides, après avoir transmis la forteresse à son successeur, est parti comme synédros du Conseil des alliés pour solliciter l’aide du roi Areus de Sparte et des autres alliés quand Antigone Gonatas avait déjà pénétré en Attique. Il est donc probable que la Béotie a joué un rôle de bienveillante neutralité envers le roi de Macédoine en lui octroyant un droit de passage.

  • 116 SEG 61, 352 ; Piérart, Étienne 1975 ; Wallace 2011 ; A. Bencivenni, dans Antonetti, De Vido 2017, n(...)
  • 117 Thériault 1996, p. 112-118 ; Jung 2006, p. 298-343.
  • 118 Antonetti, De Vido 2017, p. 273-274.
  • 119 Stavrianopoulou 2002.

36Après la guerre de Chrémonidès, Platées devient le centre d’un synédrion des Hellènes qui prend la forme d’une union des États de la Grèce continentale avec une orientation antimacédonienne. C’est de cette époque que date le décret très éloquent en l’honneur de l’Athénien Glaukon, frère du politicien athénien Chrémonidès116. Bien que ce décret postérieur à 261 av. J.-C. soit très développé et qu’il apporte plusieurs informations sur l’organisation de ce koinon des Hellènes, le rôle de la Confédération béotienne semble très limité ou en tout cas très difficile à cerner. Ce décret reflète-t-il la politique béotienne de cette période ou bien marque-t-il un changement de la politique béotienne envers la Macédoine ? Dans le décret de Glaukon apparaît à côté du culte traditionnel de Zeus Éleuthérios, celui de l’Homonoia des Hellènes117. La date de l’introduction de ce culte à Platée n’est pas certaine, mais elle doit vraisemblablement être placée dans le deuxième quart du iiie s. av. J.-C.118. Un autre décret, découvert à Mégalopolis, fait mention de l’agôn des Hellènes à Platées119.

  • 120 Grainger 1999, p. 131-133.

37Les relations entre Béotiens et Étoliens semblent être plutôt amicales pendant cette période, et la représentation des Béotiens à l’Amphictionie semble stable. Puis ces relations se détériorent peu à peu. Dès 256 av. J.-C, nous percevons une réduction de la représentation béotienne à Delphes. La cause principale de la détérioration dans les relations de deux koina doit être l’extension de la ligue étolienne et surtout l’intégration de la Phocide entre 260 et 250 av. J.-C.120. Cette détérioration culmine avec les événements de l’année 245 av. J.-C. La révolte d’Alexandre de Corinthe, en 251, et l’apparition d’Aratos de Sicyone mettent la Grèce centrale en ébullition.

La défaite béotienne à Chéronée et la période « étolienne » de l’histoire béotienne

  • 121 Knoepfler 2001a, p. 293, avec la bibliographie.

38Un des événements qui a marqué l’histoire de la Béotie hellénistique est la bataille de Chéronée en 245 av. J.-C. Les éléments déclencheurs qui ont conduit à cette bataille sont les suivants. Entre 252 et 249 av. J.-C., Alexandre, gouverneur macédonien d’Eubée et de Corinthe, fils de Cratéros qui était le frère d’Antigone Gonatas, s’est révolté contre la tutelle de son oncle et s’est proclamé roi. La chronologie de cette révolte est très contestée. On doit, selon D. Knoepfler, la placer à l’automne 250121. Les Achéens sont donc entrés en guerre contre les Étoliens. Suivant les conseils d’Aratos, ils ont conclu une alliance avec les Béotiens qui étaient préoccupés par l’augmentation de la puissance étolienne. Mais lorsqu’en 245 av. J.-C. une armée étolienne pénètre en Béotie, les Béotiens se trouvent seuls face aux Étoliens. Aratos n’est pas arrivé à temps pour la bataille, il a attaqué le sud de l’Étolie. Le béotarque Abaiokritos a engagé seul la bataille contre les Étoliens et a mené l’armée béotienne au désastre. Polybe et Plutarque reprochent à Abaiokritos de s’être précipité seul dans la bataille contre les Étoliens. Mais l’absence d’Aratos est sans conteste une des causes majeures de cette défaite et l’on est en droit de se demander si elle est due uniquement à la lenteur de son armée ou à un calcul stratégique de la part de celui-ci. L’ampleur de cette défaite et son souvenir se lisent encore sur une stèle inédite commémorant les morts orchoméniens de cette bataille (Inscr. 43). Deux stèles funéraires privées conservent également la mémoire de cette bataille, l’une provenant de Leuctres (Inscr. 54), l’autre de Chéronée même pour un polémarque thespien, Glaukias fils de Lanomos (SEG 29, 440).

  • 122 Scholten 2000.
  • 123 Polybe, 20, 4 ; Walbank 1979, p. 66-68, et Plutarque, Vie d’Aratos 16, 1, 1. Sur la bataille et les (...)

39Après cette défaite, les Béotiens ont conclu avec les Étoliens une alliance, contre leur gré. Par cette alliance forcée, ils étaient placés sous l’hégémonie des Étoliens et ont vraisemblablement été obligés de céder Oponte à la Confédération étolienne. Néanmoins, selon J. B. Scholten, les Étoliens auraient laissé Oponte aux Béotiens, ce qui pourrait expliquer les relations relativement bonnes entre Étolie et Béotie après la bataille de Chéronée122. Oponte était probablement déjà perdue pour les Béotiens quand elle a été occupée par Antigone Dôsôn dans les années qui ont suivi la mort de Démétrios II. D’autre part, la soumission aux Étoliens n’était pas totale, les Béotiens gardaient leur autonomie. L’attitude de la Béotie s’approchait d’une neutralité bienveillante envers la Confédération étolienne. Si l’on tient compte de la mort des mille hommes et du béotarque Abaiokritos suite à la bataille de Chéronée, une telle alliance était honorable. Les sources littéraires, qui sont notamment Polybe et Plutarque, présentent avec force détails cette bataille123. Les historiens critiquent le comportement d’Abaiokritos parce que selon toute probabilité leur source majeure est les mémoires d’Aratos. Il semble que la lenteur avec laquelle celui-ci est intervenu pour aider les Béotiens a contribué à cette défaite écrasante.

  • 124 Roesch 1982, p. 307-316.

40Cette défaite a fait couler beaucoup d’encre, car elle a été considérée comme la raison qui a poussé les Béotiens à réformer leur armée selon le modèle macédonien. La conséquence la plus visible de cette réforme est, selon W. Dittenberger et les chercheurs qui l’ont suivi, la disparition de l’adjectif patronymique dans les catalogues militaires. Sans être un phénomène absolument homogène, cette disparition est attestée dans presque tous les catalogues militaires après le milieu du iiie s. Le décret de Thespies I.Thespies 29 en l’honneur de l’hoplomaque athénien Sostratos pourrait dater de cette période. Selon ce décret, une loi du koinon incitait les cités béotiennes à s’occuper de l’éducation militaire. D’après son premier éditeur P. Roesch, on a là la preuve d’une réforme militaire béotienne au milieu du iiie s. av. J.-C.124. Dans la partie chronologique de cet ouvrage, j’ai analysé les raisons pour lesquelles je privilégie une datation entre 240 et 230 av. J.-C. pour cet événement. Cette réforme pourrait être le résultat plutôt de l’influence de la Macédoine.

41En conclusion, la lourde défaite subie à Chéronée oblige donc la Béotie à entrer dans une alliance forcée avec les Étoliens et fort probablement à céder Oponte. Cette alliance permet à la Béotie de garder un certain degré d’indépendance, mais elle reste sous tutelle étolienne. Elle est obligée de tolérer les mouvements des armées sur son territoire et de garder une attitude passive. Cette période de tutelle étolienne ne va pas durer longtemps.

L’arrivée de Démétrios II en Béotie et la période macédonienne de l’histoire béotienne

  • 125 Polybe, 20, 5 ; Walbank 1979, p. 69.
  • 126 Voir Robu 2012 et Robu 2014 pour la bibliographie et les arguments pour et contre cette identificat (...)

42En 236 av. J.-C., l’arrivée du roi de Macédoine Démétrios II pousse les Béotiens à abandonner l’alliance forcée avec les Étoliens et à se soumettre à la puissance macédonienne125. C’est le début d’une relation étroite entre les Béotiens et les Macédoniens. Cette relation perdurera jusqu’à la fin du règne de la Macédoine avec de très rares périodes de tension. En raison de la guerre démétriaque, le koinon béotien retrouve sa liberté d’action. Au cours de celle-ci, Démétrios II conquiert Aigosthènes et Mégare comme le prouvent les décrets de proxénie de Mégare IG VII 1, 5-6, dans lesquels est mentionné un roi Démétrios qui doit être identifié avec Démétrios II126.

  • 127 Migeotte 2010a, p. 82-89, avec la bibliographie.
  • 128 Knoepfler 2010-2011, p. 448 ; Knoepfler 1992, p. 474-475, no 117 ; Migeotte 2010, p. 66.
  • 129 Scherberich 2009, p. 40-41 : « Knoepflers Bezug auf die Jahre um 280 v. Chr. ist demnach durchaus f (...)

43La mort prématurée du roi Démétrios II, en 229, est à l’origine de plusieurs revers pour la puissance macédonienne. Les Macédoniens perdent Mégare qui adhère au koinon achéen d’Aratos. Grâce à l’équilibre des forces entre les deux koina puissants des Étoliens et des Achéens, les Béotiens ont pu garder la majeure partie des avantages tirés de leur alliance avec la Macédoine. Comme les deux koina, béotien et achéen, entretenaient de mauvaises relations, les Béotiens ont pu trouver un équilibre et protéger leurs intérêts. Les inscriptions I.Thespies 40 et IG VII 2405-2406 de Thèbes pourraient être des témoignages de l’aide apportée par des cités béotiennes à la libération d’Athènes en 229 av. J.-C. dans le but de recouvrer la forteresse de Mounychie. Mais l’état fragmentaire de ces inscriptions, notamment IG VII 2405-2406, ne permet pas d’asseoir cette reconstruction historique très fragile et il convient d’être prudent aussi bien pour la datation de cette inscription que pour son sens127. Selon D. Knoepfler, cette inscription doit être postérieure à 287 av. J.-C. et à la libération d’Athènes par Démétrios Poliorcète, vers 281128. Pour lui, le but de cette aide financière était la récupération par les Athéniens des ports et des forteresses d’Athènes alors aux mains des Macédoniens – surtout Mounychie. Kl. Scherberich ne partage pas cette opinion. Même si selon lui la date de cette inscription reste incertaine, il préfère s’en tenir à la datation traditionnelle qui place cette inscription de l’année de la libération d’Athènes du contrôle macédonien en 229 av. J.-C.129.

  • 130 Rousset 2002, p. 24-26. La même date a été proposée par Roesch 1982, p. 359-364 ; Knoepfler 2003, p (...)
  • 131 Roesch 1982, p. 359-364. D. Rousset a réexaminé récemment la date de ce traité pour accepter celle  (...)
  • 132 Rousset à paraître.
  • 133 Roesch 1982, p. 365-367.
  • 134 Sur le traité entre Achéens et Béotiens-Phocidiens, Knoepfler 2003, p. 89 ; Walbank 1989, p. 189, e (...)
  • 135 Polybe, 20, 5 ; Feyel 1942a, p. 117-119.
  • 136 Voir Paschidis 2008, p. 319-323. On trouve une nouvelle mention de Neon dans l’Inscr. 33.
  • 137 Pour la famille de Neon fils d’Askondas, voir Paschidis 2008, p. 319-323.
  • 138 Polybe, 20, 5,3-6.

44Vers 228 av. J.-C., grâce aux succès macédoniens sur les Étoliens en Thessalie et en général à cause de la pression exercée sur les Étoliens par les Macédoniens, une partie de la Phocide échappe au contrôle de l’Étolie et s’allie au koinon béotien130. Cette alliance se justifie par l’isolement de la Phocide indépendante qui était alors entourée de puissances plus ou moins ennemies, l’Étolie et la Macédoine. Le texte de cette alliance pourrait être le traité IG IX 1, 98 trouvé à Élatée131. Dans le dernier quart du iiie s. av. J.-C., les hauts magistrats de la Confédération phocidienne prennent le titre de phocarque en suivant l’exemple de leurs alliés béotiens132. Mais même après cette alliance avec la Béotie, la position de la Phocide reste faible, c’est probablement la raison pour laquelle, peu de temps après, vers 228 av. J.-C., les Béotiens concluent un pacte avec les Achéens et les Phocidiens133. Une inscription depuis longtemps perdue et transcrite par Cyriaque d’Ancône nous renseigne sur des otages que les Béotiens ont été obligés d’envoyer aux Achéens pour la signature de ce pacte. Il s’agit de l’inscription Rizakis, Achaie III 118 (Syll 3 519). C’est un catalogue des otages béotiens et phocidiens livrés au koinon achéen et honorés par ce dernier134. Pendant la même période, les relations entre les Béotiens et les Macédoniens semblent se dégrader sans devenir pour autant hostiles. Le fameux incident de Larymna en 227 av. J.-C., quand la flotte macédonienne s’échoue sur la côte béotienne, est un témoignage de ces relations ambigües135. Une patrouille de cavaliers béotiens sous la conduite de Neon fils d’Askondas repère cette armée et pense d’abord qu’il s’agit d’une attaque ennemie. Mais, grâce à l’influence de Neon, les Macédoniens ne subissent pas une attaque qui aurait pu leur coûter cher et peuvent repartir sans grande difficulté. Après cet événement, la famille de Neon commence à jouer un rôle important dans la vie politique béotienne136. Antigone Dôsôn n’oubliera pas l’aide accordée par Neon dans ce moment difficile137. Grâce au témoignage de Polybe, nous savons que pendant cette période, il y avait en Béotie deux véritables partis, les promacédoniens qui étaient dirigés par Askondas et son fils, l’hipparque de l’incident de Larymna, Neon, et le parti antimacédonien138. Neon fils d’Askondas jouait un rôle important dans les affaires du koinon comme le prouve la nouvelle inscription d’Orchomène où il apparaît comme un des deux arbitres chargés de régler l’affaire entre Orchomène et Amphissa (Inscr. 33). Cette inscription d’Orchomène montre que la cité entretenait probablement des relations avec une cité appartenant au koinon étolien pendant une période d’alliance avec la Macédoine.

  • 139 Sur la présence béotienne à Delphes qui était intermittente, voir Lefèvre 1998, p. 76-78.

45Au cours de cette période de politique indépendante marquée par des relations relativement mauvaises avec la Macédoine, les Béotiens entretiennent de bonnes relations avec les Étoliens comme le montre leur présence régulière dans les listes des hieromnemons envoyés à Delphes. Et si, pendant la période de domination macédonienne en Béotie, il n’y avait pas d’hieromnemons, en revanche, vers 230 av. J.-C., on retrouve deux hieromnemons béotiens à Delphes139.

  • 140 Polybe, 20, 6, 8 ; Scherberich 2009, p. 73-74.
  • 141 Scherberich 2009, p. 74.

46En 226 av. J.-C., l’occupation de l’isthme de Corinthe, par le roi de Sparte Cléomène, oblige les Mégariens à adhérer au koinon béotien pour se protéger d’une éventuelle attaque spartiate. Il semble que cette adhésion se fasse avec le consentement du koinon achéen, à cause de la situation très difficile dans laquelle il se trouve140. Kl. Scherberich voit dans cette annexion de Mégare par la Béotie sur proposition d’Antigone Dôsôn une volonté politique macédonienne de garder ouverte la route vers Corinthe et la Grèce du Sud, grâce au contrôle de la Mégaride par les Béotiens, nation amie de la Macédoine141. Ce raisonnement est fondé sur le fait que même après la défaite de Cléomène, Mégare reste dans le koinon béotien, alors que la cité aurait pu réintégrer le koinon achéen. Il semble que les petites cités de Pagai et d’Aigosthènes aient suivi Mégare dans le koinon béotien. La situation est claire en ce qui concerne Aigosthènes qui, grâce à l’intégration au koinon béotien, a pu gagner une certaine indépendance par rapport à Mégare.

  • 142 Heracleides le Crétois, fr. I (Arenz 2006). Sur la date de l’œuvre d’Heracleides le Crétois, voir K (...)

47De cette période de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. date la description de la Béotie par le périégète Heracleides le Crétois. Il s’agit d’une description très vivante qui illustre certains aspects de la vie quotidienne dans plusieurs cités béotiennes comme Tanagra et Thèbes. Heracleides présente les cités d’Oropos, de Tanagra, de Platées, de Thèbes et d’Anthédon. L’image qu’il donne de la Béotie est celle d’une région riche en produits agricoles avec des habitants au caractère bien trempé142. Il ne mentionne pas l’existence d’un koinon, mais il souligne les problèmes liés au fonctionnement de la justice dans les cités béotiennes, en arrivant à la même conclusion que Polybe.

L’adhésion du koinon béotien à l’alliance hellénique d’Antigone Dôsôn

  • 143 Roesch 1982, p. 367-369 ; Scherberich 2009, p. 45.
  • 144 Sur l’intégration d’Oponte et de la Mégaride dans le koinon béotien, voir ci-dessous p. 128-138.
  • 145 Polybe, 20, 5, 12 ; Scherberich 2009, p. 89.
  • 146 Scherberich 2009, p. 89.

48Après les premiers succès macédoniens contre Sparte, le koinon béotien et, probablement en même temps que lui, les Phocidiens adhèrent à l’alliance hellénique d’Antigone Dôsôn143. En 224, le koinon béotien est à son apogée. Il englobe deux régions extérieures à la Béotie – la Phocide et la Mégaride et probablement la Locride de l’Est – et participe aux grandes décisions et alliances de cette période144. L’armée béotienne semble suffisamment forte pour participer aux grandes batailles et elle est appréciée par les principaux acteurs du moment. Les Béotiens ont notamment participé avec deux mille deux cents soldats à la bataille de Sellasie. Il est significatif qu’après la victoire contre Cléomène, Antigone Dôsôn laisse comme épistate le Thébain Brachylles fils de Neon fils d’Askondas, le politicien béotien le plus important de la période 230-220 av. J.-C.145. Neon fils d’Askondas apparaît par ailleurs dans la nouvelle inscription d’Orchomène Inscr. 33 où il doit régler, en collaboration avec un Étolien de haut rang, une affaire compliquée entre la cité d’Orchomène et des Amphisséens. Selon plusieurs historiens, en dernier lieu Kl. Scherberich146, l’absence des Béotiens dans le récit de Polybe sur la bataille de Sellasie montre qu’Antigone Dôsôn les avait probablement affectés à la protection de son camp et qu’ils n’ont pas participé activement à la bataille. Il ne faut vraisemblablement pas trop solliciter le récit de Polybe qui était mal disposé envers les Béotiens et qui a probablement voulu minimiser leur rôle dans cette bataille cruciale pour les Achéens. Il n’en reste pas moins, comme le souligne Kl. Scherberich, que c’est un succès d’Antigone que d’avoir pu intégrer à cette alliance les Béotiens qui ont accepté de se placer sous un commandement étranger. L’absence des Phocidiens à la bataille de Sellasie est assez surprenante, peut-être avaient-ils décidé de ne pas participer pour des raisons stratégiques. Mais on peut aussi penser que dans la mesure où les Phocidiens faisaient partie du koinon béotien à cette époque, ils se trouvaient vraisemblablement intégrés au contingent béotien et ont participé à cette bataille dans le cadre de l’armée béotienne. Par ailleurs, il ne faut pas exagérer l’importance des succès béotiens à cette époque. Le koinon a pu tirer profit des circonstances, mais sa puissance reste limitée si on la compare à celle du koinon étolien et à celle du koinon achéen.

49Au même moment, la Béotie connaît un très grand développement dans tous les domaines de la vie sociale et artistique. La période de ca 240-220 av. J.-C. est une époque de grands changements et de réformes en Béotie.

  • 147 Polybe, 4, 25.
  • 148 Feyel 1942a, p. 140-144 ; Scholten 2000, p. 213-215.
  • 149 Scherberich 2009, p. 137.

50La mort d’Antigone Dôsôn et l’avènement de Philippe V sont des événements qui marquent une nouvelle ère en Béotie. En septembre 220 av. J.-C., dans le cadre d’une réunion de la ligue hellénique à Corinthe, les alliés présentent leurs griefs contre les Étoliens. Parmi les protestataires figurent les Béotiens qui accusent les Étoliens d’avoir pillé le sanctuaire fédéral d’Athéna Itonia pendant la fête des Pamboiotia147. On ignore la date exacte de ce sacrilège qui pourrait remonter à plusieurs années auparavant ou être très proche de ces événements et dater de l’été 220 av. J.-C. Au cours de cette réunion, il a été décidé d’en finir avec la ligue étolienne. Bien que les Béotiens aient fortement contribué à la création d’une atmosphère belliqueuse, il ne semble pas qu’ils aient participé dès le début à la guerre des alliés contre les Étoliens. Qui plus est, les Étoliens ne semblent pas avoir attaqué leurs voisins à l’est alors qu’il aurait été facile pour eux de mener une expédition contre un ennemi proche et plutôt faible. Il semble que la Phocide se soit comportée de la même manière en ne participant pas à la guerre148. Cette inertie, aussi bien de la Béotie que de la Phocide, lors de la guerre des alliés a amené plusieurs historiens à penser qu’en réalité ces deux peuples n’étaient pas des belligérants149.

  • 150 Comme le prouve le diagramma de Philippe V trouvé à Kynos, D. Summa, IG IX 12, 5, 1989, qui est dat (...)
  • 151 Feyel 1942a, p. 172 ; Hatzopoulos 2001, p. 31 : « La découverte à Kynos d’une copie du diagramma de (...)
  • 152 IG IX 12, 5, 1989.
  • 153 Rousset 2002, p. 24-27.

51Pendant cette période, il semble que Philippe V ait installé une garnison à Kynos au nord d’Oponte150, pour faire pression sur les Étoliens et contrôler une route importante entre le nord et le sud de la Grèce centrale151. En témoigne un diagramma de Philippe V récemment trouvé dans cette localité152. Au même moment, Philippe V occupe aussi en partie la Phocide153. Tout au long de cette guerre, la Béotie garde une attitude passive et n’empêche pas les belligérants de se déplacer à travers son territoire. Ainsi, en 220 av. J.-C., les Béotiens ont laissé les Étoliens passer par leur territoire après leur victoire contre les Achéens ; de même, au cours de l’hiver 219-218, Philippe V, se dirigeant vers Corinthe, traverse la Béotie. Comment interpréter cette politique béotienne ? S’agit-il d’un signe de décadence et de passivité ou d’une politique avisée qui permet à la Béotie de traverser cette période de guerre sans dégâts importants ni pertes de territoire ? Il me semble que cette politique d’abstention a été plus avantageuse pour la Béotie que sa participation à une guerre dangereuse contre un voisin redoutable.

  • 154 Feyel 1942a, p. 285-301.
  • 155 F. Marchand a essayé de montrer que ces Philipéens étaient fort probablement originaires d’Euromos (...)
  • 156 Marchand 2010 ; Oetjen 2014, p. 107.

52Cette période d’adhésion à l’alliance hellénique est aussi une époque d’intense influence macédonienne. M. Feyel a donné une importance excessive à cette influence, en présentant Philippe V comme la source de tous les maux béotiens décrits par Polybe. Il en voulait pour preuve l’inscription IG VII 2433 qui doit être une politographie des nouveaux citoyens à Thèbes154. Une partie des noms de cette liste porte l’ethnique Philippes qu’il faut probablement identifier avec la cité de Macédoine de ce nom155. F. Marchand a aussi montré qu’il ne faut pas utiliser cette inscription comme le témoignage d’une politique interventionniste de Philippe V156.

Apogée béotien

  • 157 Huss 2001, p. 412-413. Les lettres du couple royal lagide à Thespies, I.Thespies 152-154, doivent d (...)
  • 158 Paschidis 2008, p. 308-310.
  • 159 Paschidis 2008, p. 309 ; Schachter 2016, p. 368-369.
  • 160 Le Guen 2001, p. 145. Sur les buts de cette politique ptolémaïque, voir Paschidis 2008, p. 308-310.
  • 161 Sur une monnaie de Thespies avec, selon toute probabilité, l’effigie d’Arsinoé, voir Schachter 1961 (...)
  • 162 Pour une analyse récente de ces documents avec toute la bibliographie antérieure, voir Paschidis 20 (...)
  • 163 Brabantani 2000 (Supplementum Hellenisticum, fr. 959). L’importance de l’Hélicon en tant que source (...)

53Au cours des années 220-210 av. J.-C., la Béotie noue des liens étroits avec les Lagides. Ces liens sont aussi bien politiques que culturels. La présence en Béotie du premier et véritable musée attire probablement la faveur des Lagides aussi bien pour le koinon que pour la cité de Thespies en particulier157. Plusieurs attestations épigraphiques témoignent des bonnes relations entre les Béotiens et la cour d’Alexandrie. Le décret d’Oropos (I.Oropos 175) en l’honneur de Phormion fils de Nymphaios de Byzantion, agent du roi Ptolémée IV et de la reine Arsinoé, a été inscrit sur la base de la statue de cette dernière (I.Oropos 428)158. Un témoignage important de l’activité lagide à cette époque en Béotie nous est donné par les décrets de proxénie du ministre de Ptolémée IV, Sosibios, à Tanagra et à Orchomène (IG VII 507, 3166)159. Ptolémée IV et Arsinoé ont montré un très grand intérêt pour les Mouseia de Thespies et ont contribué à leur renouvellement à la fin du iiie s. av. J.-C.160. Le décret I.Thespies 62 témoigne de l’envoi de sommes d’argent par les Lagides qui ont servi à l’achat de terres. Nous pouvons dater de la même époque la frappe des monnaies portant au droit une tête de femme voilée, sans doute Arsinoe III, et au revers une lyre dans une couronne de laurier avec la légende Θεσπιῶν161. Les inscriptions I.Thespies 152-154 sont des lettres adressées par des rois hellénistiques lagides et probablement séleucides à la cité de Thespies concernant la réorganisation des fêtes des Mouseia162. L’état fragmentaire de ces inscriptions ne permet pas de connaître l’identité exacte de ces rois. Un papyrus apporte un témoignage supplémentaire de la politique d’évergétisme du couple Ptolémée IV Philopator et Arsinoé III en Béotie163.

  • 164 Sur la réorganisation des Mouseia, voir Manieri 2009, p. 318-322, et Schachter 2016, p. 344-371 ; s (...)
  • 165 Sur la reconnaissance des Ptoia par l’Amphictionie, voir Manieri 2009, p. 80-84, Acr. 1. Sur les au (...)
  • 166 Manieri 2009, p. 84-87, Acr. 2.
  • 167 Sur les décrets des Amphictions relatifs aux Agrionia de Thèbes, CID IV 70-72, cf. Manieri 2009, p. (...)

54Le dernier quart du iiie s. av. J.-C. est en général une période d’apogée pour le koinon béotien tant par l’intégration de la Mégaride dans le koinon que par le développement considérable des concours. Plusieurs cités béotiennes réorganisent en effet leurs concours et essaient d’obtenir la reconnaissance des institutions panhélléniques et surtout de l’Amphictionie. Parmi les concours réorganisés pendant cette période se trouvent notamment les Mouseia de Thespies qui ont reçu probablement une aide de la part des Lagides comme le prouvent les lettres fragmentaires d’acceptation I.Thespies 152-154 (fig. 15). Plusieurs documents montrent qu’à cette époque les Mouseia ont été réorganisés pour devenir un concours stéphanite (I.Thespies 155-158)164 et qu’ils ont été réorganisés en collaboration avec les technites de l’Isthme et de Corinthe comme le prouve le décret I.Thespies 156. De même, les Ptoia d’Akraiphia ont été également réorganisés et on a cherché à obtenir l’approbation de l’Amphictionie165. Les Béotiens ont même demandé l’avis de l’oracle de Trophonios166. La cité d’Akraiphia a également envoyé des théores aux cités béotiennes pour demander leur participation aux Ptoia. On connaît la réponse d’Oropos dont le décret mentionne les obligations de la cité envers le koinon des Béotiens (I.Oropos 304). La fête thébaine triétérique des Agrionia a été également réorganisée avec l’approbation de l’Amphictionie delphique167.

  • 168 Voir notamment Le Guen 2001 ; Aneziri 2003, et plus récemment Manieri 2009, p. 64-69. Pour une anal (...)
  • 169 Étienne, Knoepfler 1976, p. 337-342.
  • 170 Pitt 2014.

55Cet important développement des concours est le signe d’une bonne situation financière pour le koinon comme pour les différentes cités. Selon l’interprétation de M. Feyel, les dépenses pour l’organisation des fêtes étaient une forme de gaspillage qui a pesé sur l’endettement des cités béotiennes et a conduit à la décadence du koinon. Les interprétations modernes montrent que les fêtes étaient plutôt un moteur pour les économies anciennes et que leurs effets étaient plutôt positifs168. C’est de la fin du iiie s. av. J.-C. que doit aussi être daté le début des travaux pour la construction du grand temple de Zeus Basileus à Lébadée – resté inachevé à cause de la dissolution du koinon169. Les contrats de construction de l’édifice témoignent qu’il s’agissait d’un effort organisé par confédération170.

  • 171 Migeotte 1984, no 11 (Chorsiai) ; no 12 (Orchomène, Euboulos) ; no 13 (Orchomène, Nikaréta) ; no 14 (...)
  • 172 SEG 22, 410 ; Mackil 2013, p. 448-453, no 33 ; Migeotte 1984, p. 41-44, no 10.
  • 173 Migeotte 1984, p. 45-48, no 11.
  • 174 Migeotte 1984, p. 72-74, no 15. Une photographie de cette inscription se trouve dans les archives M (...)
  • 175 Migeotte 1984, p. 74-78, no 16.

56Selon M. Feyel, un autre signe de la faiblesse béotienne à cette période est l’endettement des cités béotiennes pendant les dernières décennies du iiie s. av. J.-C. et le début du iie s. av. J.-C. Cet endettement est attesté dans plusieurs inscriptions. La série la plus importante est celle des emprunts d’Orchomène171, mais on peut citer d’autres témoignages sur l’endettement des cités béotiennes : le décret de Chorsiai en l’honneur de Kapon qui a aidé financièrement la cité172 ; la convention entre Thisbé et Chorsiai sur le remboursement de la dette de Chorsiai173 ; un décret de Kopai en l’honneur de deux citoyennes, Kleuedra et Olympicha174. La cité n’arrivait pas à rembourser ses deux créancières et a octroyé à chacune d’elles, un droit gratuit de pâture pour deux cents têtes de bétail. Deux autres inscriptions d’Akraiphia nous informent sur des sommes empruntées par la cité175.

  • 176 Sur cette question, voir Migeotte 1985, p. 103-109 : « les créanciers avançaient leur argent avec l (...)

57Les conclusions très tranchées de M. Feyel ont été remises en cause, à juste titre, par L. Migeotte. Selon ce dernier, la situation financière des cités béotiennes était loin d’être catastrophique à la fin du iiie s. et les divers emprunts des cités béotiennes pouvaient même être un signe de bonne santé financière176. En revanche, la nouvelle inscription d’Orchomène, Inscr. 33, montre que les relations entre cette cité et ses créanciers n’étaient pas toujours faciles et que les emprunts des sommes par des étrangers non béotiens aurait pu déclencher un conflit international.

  • 177 Paschidis 2008, p. 319-323.
  • 178 Pour les élites béotiennes pendant cette période, voir Müller 2010.
  • 179 Ma 2013, p. 221-222 et p. 139-142.

58À la même époque, nous pouvons assister à la formation d’une élite béotienne. Comme dans d’autres régions du monde grec, cette élite se présente de différentes façons aussi bien au niveau fédéral que civique. Prenons le cas de la famille du chef du parti promacédonien Neon fils d’Askondas qui domine la vie politique thébaine et béotienne des années 220 jusqu’aux années 180 av. J.-C.177. D’autres cas de notables locaux apparaissent dans les décrets de proxénie de Thespies (Inscr. 9-10). Dans ces décrets, nous trouvons les mêmes personnes qui sont tour à tour archonte de la cité et rogator dans des décrets de proxénie178. Dans les affaires financières d’Orchomène, apparaissent également des membres de l’élite de la cité qui gèrent parfois des affaires difficiles (Inscr. 33). Une série de monuments honorifiques appartenant à l’élite de la cité d’Oropos sont conservés de façon exceptionnelle à l’Amphiareion d’Oropos179.

  • 180 Müller 2013 avec toute la bibliographie.
  • 181 Voir ici le catalogue des décrets de proxénie p. 96-98, et le catalogue confectionné par Fossey 201 (...)
  • 182 Osborne 2017b, p. 228-229.

59La présentation que j’ai faite ici – fondée notamment sur le matériel épigraphique – va à l’encontre de l’image de décadence que veut donner Polybe pour cette période. Mais comme l’a récemment démontré Chr. Müller, la présentation très négative du koinon béotien par Polybe vient à la fois de la haine d’un Achéen pour les Béotiens et du thème récurrent de la décadence grecque et béotienne qui est constant chez Polybe180. De récentes études sur l’épigraphie béotienne donnent une image de la Béotie tout autre. Cette époque d’apogée béotien (220-190 av. J.-C.) est la période où l’on retrouve le plus grand nombre d’inscriptions dans les cités béotiennes. Dans cette période, on a gravé plusieurs décrets de proxénie (par exemple à Chéronée SEG 57, 429-430 ; 439-440)181. Ce phénomène est particulièrement marqué à Thespies où la plupart des documents publics datent de cette période182. La situation florissante du koinon béotien a favorisé des liens plus étroits avec l’étranger. Plusieurs documents importants de la Béotie hellénistique datent de cette époque comme le dossier de Nikaréta (IG VII 3172) et le devis de Lébadée (IG VII 3073).

L’influence des Romains dans la politique béotienne

  • 183 Tite-Live, 29, 12.
  • 184 Sur cette question, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon.
  • 185 Tite-Live, 33, 1-2.
  • 186 Tite-Live, 33, 2 (traduction G. Achard, CUF, 2001).
  • 187 Voir le chapitre II sur l’organisation politique du koinon et des cités p. 58.
  • 188 Tite-Live, 33, 1-2 ; Plutarque, Vie de Flamininus 6 ; Aymard 1938b, p. 154-156 ; Roesch 1982, p. 36 (...)

60À cette période plutôt faste pour le koinon succède une autre beaucoup plus difficile pour la Béotie avec l’apparition des Romains. À la fin du iiie s. et au tout début du iie s., les Béotiens restent attachés à la Macédoine. C’est visiblement comme alliés des Macédoniens qu’ils apparaissent dans le traité de Phoiniké en 205 av. J.-C.183. De par l’attachement de la famille de Neon aux rois de Macédoine, Brachylles fils de Neon demeure aux côtés de Philippe V lors de la conférence de Locride en 198 av. J.-C. Lors de la deuxième guerre de Macédoine, Flamininus a voulu détacher les Béotiens de l’alliance macédonienne. Pour y parvenir, il a eu recours aussi bien à la ruse qu’à la diplomatie. Au début de 197 av. J.-C., Flamininus accompagné par le roi de Pergame, Attale, se présente subitement à cinq milles de Thèbes avec des légions. Dans le récit de Tite-Live, Thèbes est alors considérée comme la capitale de la Béotie184. Tite-Live parle d’un Conseil qui doit être le synédrion fédéral béotien au cours duquel Attale prend la parole185. Au cours de l’exposé des services rendus par son royaume à tous les Grecs, il est victime d’une attaque cérébrale qui le paralyse. Après lui, l’Achéen Aristainos présente de façon convaincante ses arguments pour une alliance avec les Romains. Pour finir, Flamininus prend la parole. Après ces discours, le Platéen Dicéarque fait une proposition et selon Tite-Live « (la proposition) fut agréé et adoptée par les suffrages de toutes les cités de Béotie »186. Cette phrase de Tite-Live montre que le vote dans le cadre du conseil fédéral se faisait par cités, et vraisemblablement par district187. Cette alliance forcée avec les Romains de par la présence de leur armée n’avait probablement pas un caractère officiel188. Après ce succès, Flamininus et Attale, malade, se retirent à Élatée. Par la conclusion de cette alliance, le koinon béotien sort officiellement du cadre de l’alliance hellénique qui était déjà en déclin depuis quelques années. La Béotie fait partie des États qui, sous la pression de Rome ont abandonné l’alliance hellénique dissoute quelques mois après, au cours de l’été 197 av. J.-C.

  • 189 Polybe, 18, 43 ; Tite-Live, 33, 27-29.
  • 190 Tite-Live, 33, 28 ; Knoepfler 1986, p. 598-600.
  • 191 Un casque appartenant probablement à un de ces soldats romains malheureux a été trouvé en 1926, à l (...)
  • 192 Sur cette médiation, voir Magnetto 1997, p. 450-454, no 76.

61Toutefois l’alliance avec les Romains est restée fragile à cause de la persistance des sentiments promacédoniens en Béotie. Même si Flamininus s’est montré bienveillant envers les Béotiens en renvoyant les prisonniers qui ont combattu aux côtés du roi macédonien lors de la bataille de Cynoscéphales, les Béotiens ont élu comme béotarque Brachylles qui était chef du parti macédonien et chef des Béotiens volontaires dans l’armée macédonienne. De même, ils ont écarté les chefs béotiens proromains comme Zeuxippe, Pisistratos et d’autres qui ont contribué à la conclusion de l’alliance avec Rome. Les deux comploteurs ont par ailleurs organisé l’assassinat du leader promacédonien Brachylles avec la collaboration des Étoliens et l’accord probable de Flamininus. Cet assassinat et le comportement de Zeuxippe et Pisistrate ensuite ont provoqué une haine contre les Romains189. Les chefs du parti proromain, notamment Zeuxippe, ont été expulsés de Béotie190. Cette haine les a conduits à une forme de guérilla contre les soldats romains présents en Béotie, fort probablement pour commercer. Cinq cents de ces soldats sont assassinés et leurs dépouilles ont parfois été jetées dans le lac Copaïs191. Ces assassinats provoquent la colère de Flamininus qui demande la livraison des coupables et 500 talents de réparation. Conjointement, il ordonne à Appius Claudius d’aller à Akraiphia pendant que lui-même assiège Coronée. Il tient également informé les Athéniens et les Achéens pour qu’ils punissent les Béotiens. Les Béotiens, effrayés par ce comportement, décident d’envoyer des ambassadeurs à Flamininus, mais ce dernier refuse de les recevoir. Suite à la médiation des Achéens, Flamininus cède et réduit l’amende à trente talents192.

L’arrivée d’Antiochos III en Grèce et l’alliance avec les Béotiens

  • 193 Polybe, 20, 2 ; Tite-Live, 35, 50, 5 ; 36, 6, 5 ; Roesch 1982, p. 370-372 ; Deinigner 1971, p. 88 e (...)
  • 194 Tite-Live, 35, 47, 2-3 ; Polybe, 20, 7, 3-4 ; Tite-Live, 36, 6, 1-6 ; Appien, 11, 13, 52.
  • 195 Tite-Live, 36, 20, 2-4 : « Ceterum per omnes dies haud secus quam pacato agro sine vexatione ullius (...)

62La situation se complique davantage avec l’arrivée en Grèce d’Antiochos III. En 192 av. J.-C., Antiochos III propose une alliance aux Béotiens. Une forme d’alliance limitée est alors conclue193. Cette union avec Antiochos s’explique par la haine viscérale des Béotiens envers les Romains suite à l’assassinat de Brachylles194. Par ailleurs, l’érection d’une statue d’Antiochos III dans le sanctuaire fédéral de l’Itonion à Coronée par les Béotiens n’a guère arrangé la situation. Après la défaite d’Antiochos III aux Thermopyles, le consul romain M. Acilius Glabrio a organisé une expédition en Grèce centrale. En parcourant la Béotie, les Romains ont trouvé cette statue d’Antiochos III qui démontrait selon eux l’infidélité des Béotiens. Ils l’ont détruite et ont voulu attaquer la cité de Coronée, mais ils ont finalement renoncé comprenant qu’il s’agissait d’une dédicace fédérale et que tout le koinon béotien était responsable195. Cet événement montre l’incompréhension qui pouvait exister entre les confédérations grecques et les Romains. Cette incompréhension était d’autant plus forte que dans le sanctuaire de l’Itonion, comme dans les autres sanctuaires fédéraux ou civiques de Béotie, on retrouvait aussi bien des dédicaces fédérales que des dédicaces émanant des cités dont le territoire abritait ces sanctuaires. Les limites entre fédéral et civique dans les sanctuaires béotiens étaient, comme chacun sait, assez floues. Grâce aux nouveaux catalogues militaires de Mégare (Inscr. 1-3), nous pouvons dater la sécession de Mégare par rapport au koinon béotien de cette période, probablement de 192 av. J-C. alors qu’on avait récemment tendance à la dater de 206 av. J.-C. La présence d’un catalogue de l’archonte fédéral Kallikles à Mégare montre que cette cité faisait partie du koinon béotien au début du iiie s. av. J.-C.

L’alliance avec Persée et la phase finale du koinon béotien

  • 196 Polybe, 22, 4.
  • 197 Polybe, 22, 4 ; Errington 1969, p. 153-154 ; Ager 1996, p. 280-281, no 105.
  • 198 Polybe, 24, 16, 4 ; Ager 1996, p. 309-310, no 115.

63Après cette phase où la Béotie semble tergiverser entre alliance romaine et macédonienne, s’ensuit une période d’animosité romaine contre les Béotiens. Après la guerre antiochique, le Sénat demande aux Béotiens, en 187-186 av. J.-C., le retour de Zeuxippe, protégé de Flamininus, qui était considéré par les Béotiens comme le responsable de l’assassinat de Brachylles. Les Béotiens refusent d’accéder à cette demande, parce que, selon Polybe, ils voulaient préserver l’amitié et l’alliance avec les Macédoniens196. Les Achéens interviennent en tant qu’alliés des Romains et veulent forcer les Béotiens à accepter les demandes romaines197. Dans ce contexte, survient une affaire complexe où ressurgissent des différends entre les Béotiens et les Mégariens. Il semble que le stratège fédéral achéen Philopœmen, une fois les affaires mégariennes-achéennes résolues, n’ait pas insisté sur le retour de Zeuxippe en Béotie. Les bonnes relations entre Béotiens et Achéens ont ainsi été restaurées. Le fait que les Béotiens soient arbitres en 182 av. J.-C. entre les Achéens et les Messéniens qui se sont révoltés contre le koinon achéen est une preuve des bonnes relations entre Béotiens et Achéens198.

  • 199 Roesch 1982, p. 372-373.
  • 200 Roesch 1982, p. 373.
  • 201 Polybe, 27, 1, 2, 5 ; Tite-Live, 42, 12 ; Hatzopoulos 1998, p. 1194-1195 ; Knoepfler 2005-2006, p.  (...)
  • 202 Polybe, 27, 1-2, 5 ; Tite-Live, 42, 37-38 ; 43-44 ; 46-47.
  • 203 Polybe, 25, 3, 1.

64Par contre, les mauvaises relations entre Béotiens et Romains se poursuivent alors et, juste avant la troisième guerre de Macédoine, les Béotiens concluent un traité avec le roi de Macédoine, Persée. La Béotie était alors un allié très important pour la Macédoine en Grèce du Sud. Ce traité date de 174/3 av. J.-C.199. Pour le rendre public, il a été prévu de graver le texte sur trois stèles : une à Thèbes, une autre à Delphes et une troisième à Dion de Macédoine. Selon le récit de Tite-Live, 42, 12, 5, « tribus nunc locis cum Perseo foedus incisum litteris esse, uno Thebis, altero ad Delium/Dium, augustissimo et celeberrumo in templo, tertio Delphis ». La mention ad Delium était une correction pour une leçon incompréhensible (alterafidenum), certains éditeurs ont préféré ad Delum, correction acceptée notamment par P. Roesch200. La découverte de l’intitulé de ce traité à Dion prouve que la stèle du traité a bien été érigée dans ce sanctuaire macédonien201. Les Romains décident de dissoudre le koinon béotien en envoyant deux ambassadeurs chargés de cette mission202. Les relations entre les Béotiens et Persée ont été bonnes dès les premières années du règne du roi, en témoignent les premières mesures en faveur des Grecs et les mesures populaires de Persée pour la réintégration des bannis en Béotie affichées vraisemblablement au sanctuaire d’Athéna Itonia à Coronée203.

  • 204 Polybe, 27, 1-2.
  • 205 Tite-Live, 42, 38, 3-5.
  • 206 Sur cette question, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 53-54.
  • 207 Sur la résistance contre les Romains en Béotie, voir Deinigner 1971, p. 153-159 et p. 164-167.

65Sous la pression romaine commence une période sombre pour le koinon béotien. Les tensions entre les différentes cités et celles qui existent au sein des différents partis de chaque cité conduisent à un climat de guerre civile. Cette atmosphère de tension entre les Béotiens est encouragée par la politique romaine qui cherche à diviser les cités béotiennes et par là-même à les contraindre à se soumettre séparément à la puissance romaine. Le passage de Polybe est éclairant, il montre l’éclatement d’une fédération à l’agonie204. L’archonte fédéral Ismenias essaye de présenter la sédition du koinon béotien en bloc alors que les représentants des différentes cités béotiennes veulent présenter leur rédition de façon indépendante sans tenir compte des institutions fédérales. Les légats romains privilégient l’approche cité par cité et rejettent la rédition du koinon dans son intégralité proposée par Ismenias. Ils traitent Ismenias avec indifférence, alors qu’ils accordent honneurs et privilèges aux représentants des cités béotiennes. La rupture et les failles du koinon devaient être déjà profondes avant même l’arrivée de représentants romains à Chalcis : alors qu’ils étaient encore à Gitana en Épire, des représentants des exilés Béotiens sont arrivés en présentant l’alliance avec Persée comme une faute infligée aux Béotiens par le parti d’Hismenias et ils ont laissé entendre que des cités béotiennes étaient prêtes à reconsidérer leur position. La réponse des Romains est significative : « Marcius répondit qu’on allait s’en apercevoir. Les ambassadeurs donneraient en effet à chaque cité la possibilité de décider de ses propres affaires »205. La politique romaine est claire, le seul but recherché est la dissolution du koinon béotien. Ainsi, sous la pression de Rome apparaissent des lignes de fracture entre les différentes cités béotiennes. On a d’un côté les cités clairement promacédoniennes qui se situent dans la région du Copaïs, Haliarte, Coronée, Thisbé, et de l’autre côté les cités proromaines, comme Thespies, Lébadée et Chéronée. La cité de Thèbes garde pendant une brève période une attitude neutre, mais choisit finalement le camp romain. Tous ces accords se faisaient dans le cadre du conseil fédéral des Béotiens qui, selon Tite-Live, avait lieu à Thèbes. Nous verrons, par la suite, que tel n’est pas le cas. Tite-Live et sa source principale Polybe semblent ignorer que le sanctuaire fédéral d’Onchestos était le lieu de réunion des assemblées du koinon béotien206. La Béotie est une des régions de la Grèce où l’on peut le mieux percevoir la résistance – parfois désespérée – de certaines cités grecques contre le pouvoir romain207.

La dissolution du koinon béotien

  • 208 Polybe, 30, 20, et Tite-Live, 43, 4 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3 ; Briscoe 2012, p. 402. Une série (...)
  • 209 Polybe, 29, 12 ; Tite-Live, 43, 4, 11 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3.
  • 210 Will 1982, p. 273. Sur la conduite des Romains en Béotie en 171, voir Müller 1996c ; Larsen 1968, p (...)

66Entre 171 et 167 av. J.-C., les Romains procèdent à la dissolution du koinon. Toutefois même après sa dissolution et durant toute la troisième guerre de Macédoine, on trouve des foyers de résistance en Béotie ainsi que dans la région du Copaïs : Haliarte, Coronée et Thisbé forment un groupe qui s’oppose toujours aux ordres de Rome. Il est difficile de comprendre les raisons pour lesquelles ces cités ont décidé de résister alors que cela paraissait vain. Les Romains anéantirent les rébellions. C’est Haliarte qui a le plus souffert, car elle est détruite et son territoire est donné aux Athéniens208. Elle est assiégée successivement par trois généraux romains, P. Cornelius Lentulus, M. Lucretius et son frère C. Lucretius Gallus. Après la destruction d’Haliarte, Thisbé décide de se rendre à Lucretius et son sort est réglé par un sénatus-consulte209. Coronée se rend aussi et fait l’objet à son tour d’un sénatus-consulte210.

  • 211 Sur cette phase de résistance des cités béotiennes contre Rome, voir Deininger 1971, p. 164-167.

67Le sénatus-consulte de Thisbé est un texte très emblématique parce qu’il montre la volonté des Romains de mettre en place dans les cités résistantes, des oligarchies fidèles, en leur accordant plusieurs privilèges211.

  • 212 Pour un trésor enfoui probablement pendant cette période difficile, voir Hackens 1969, p. 712-729.
  • 213 Briscoe 2012, p. 372-375.
  • 214 Robert 1938 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3.

68La destruction du koinon béotien par les Romains fait partie d’un plan d’ensemble visant à isoler la Macédoine et à éteindre tout foyer de résistance en Grèce centrale pendant leur combat contre la Macédoine. Le démantèlement de ce koinon a été effectué de façon brutale, voire barbare212. La destruction d’une cité importante comme Haliarte par les Romains et le pillage des biens et des œuvres d’art effectués par le préteur Lucrétius illustre la violence de cette conquête. Il est très difficile de comprendre aujourd’hui ce qu’espéraient les Haliartiens et les autres Béotiens qui ont essayé de résister aux Romains. Coronée, Thisbé et Haliarte appartiennent à la même région et au même district du koinon béotien, ce qui peut en partie expliquer leur résistance. Quelques bribes d’informations nous permettent d’entrevoir une collaboration entre ces cités pendant cette période difficile. Ainsi, Tite-Live, 42, 63, 3, nous informe que la seule aide dont disposaient les Haliartiens était celles des jeunes gens de Coronée entrés dans la cité au début du siège : et quamquam nec habebant externa auxilia obsessi praeter Coronaeorum iuniores, qui prima obsidione moenia intraverant213. Qui sont ces jeunes gens ? Il pourrait s’agir d’éphèbes de Coronée qui, pendant leur entraînement militaire, décident de participer à la défense d’Haliarte. Le terme iuniores rappelle le terme νεώτεροι des catalogues militaires béotiens de la même période. Les sénatus-consultes de Thisbé et de Coronée, témoignent probablement de la volonté du Sénat de limiter les dégâts infligés à ces cités par les généraux romains. Bien que Tite-Live ne fasse pas référence à la soumission de Coronée, un sénatus-consulte fragmentaire, publié par L. Robert214, prouve qu’on en avait aussi rédigé pour cette cité.

  • 215 Polybe, 28, 3, 2.

69L’année suivante, en 169 av. J.-C., le proconsul Aulus Hostilius Mancinus qui passait l’hiver en Thessalie a envoyé les légats C. Popilius Laenas et Cn. Octavius comme ambassadeurs auprès des cités grecques. Ces deux légats sont passés par Thèbes où ils ont fait l’éloge de la fidélité thébaine et ont remercié les Thébains en leur demandant de rester dans l’alliance romaine215.

  • 216 Knoepfler 1990, p. 493-497 ; Müller 2005 ; Grenet 2014, p. 404-407 ; Kalliontzis 2008.

70Suite à la dissolution du koinon et probablement après la défaite finale de la Macédoine à Pydna en 168 av. J.-C. survient un changement propre à la nouvelle période de domination romaine : le remplacement du conseil par le synédrion. Ce bouleversement révèle une évolution oligarchique des régimes politiques en Béotie216. Ce changement a été daté par D. Knoepfler, soit après 167 av. J.-C.

Régions hors de la Béotie ayant appartenu au koinon béotien

Oropos

  • 217 Knoepfler 2010. Un bon aperçu des vicissitudes oropiennes a été donnée par Gauthier 1987-1989, p. 1 (...)
  • 218 Knoepfler 2001a.
  • 219 Diogène Laërce, La vie de Ménédème d’Érétrie 14 ; Knoepfler 1991b, p. 197, n. 74 : « La datation de (...)
  • 220 Knoepfler 2002, p. 131-143.
  • 221 Petrakos 1968.

71Oropos est une région que se sont plusieurs fois disputée Athènes et la Béotie au cours des siècles. Je ne reprends pas ici l’histoire de cette cité pendant la première moitié du ive s., car elle a récemment fait l’objet d’un article de D. Knoepfler217. Selon lui, c’est Alexandre le Grand qui a fait don d’Oropos aux Athéniens après la bataille de Chéronée en 335 av. J.-C.218. Cette domination athénienne dure jusqu’en 313/2 quand le neveu d’Antigone le Borgne, Polémaios, fait don de l’Oropie aux Béotiens après avoir conclu une alliance avec eux. Cette nouvelle adhésion à la Béotie n’est pas très longue, elle dure jusqu’en 304 av. J.-C. quand Démétrios Poliorcète fait une nouvelle fois don d’Oropos aux Athéniens. C’est de cette période béotienne d’Oropos que doivent dater trois décrets de proxénie en l’honneur des Macédoniens (I.Oropos 4-6), tous datés de la même année. La nouvelle période de domination athénienne dure probablement jusqu’en 295 ou 287. Puis, en partie grâce à une demande du philosophe Ménédème d’Érétrie, Démétrios accorde aux Oropiens leur indépendance219. Cette période d’indépendance est également assez limitée car, en 287, Oropos adhère, peut-on dire, définitivement au koinon béotien et en reste membre jusqu’à sa dissolution en 171 av. J.-C. La preuve de cette adhésion nous est donnée par l’inscription I.Oropos 303 qui est un décret pour la réparation de ses murailles « afin que les Oropiens se montrent utiles au koinon béotien ». D. Knoepfler l’a datée de la période qui suit l’adhésion d’Oropos en 287 alors qu’on la plaçait jusqu’à présent trop tardivement ca 220 av. J.-C.220. L’histoire d’Oropos de la fin du ive s. jusqu’au début du iiie s. est extrêmement mouvementée et présente des caractéristiques propres en raison de la situation géographique de l’Oropie au carrefour de trois régions : la Béotie, l’Eubée et l’Attique. L’adhésion d’Oropos au koinon béotien a offert à cette petite cité la stabilité qu’elle cherchait depuis longtemps. Oropos faisait partie avec Platées d’un des sept télè du koinon hellénistique et participait à sa haute administration comme le prouve la dédicace IG VII 2724a où l’on retrouve un béotarque oropien, Kratyllos fils d’Amphidamos. Ce télos présentait une continuité territoriale et comportait la Parasopie et l’Oropie. L’histoire d’Oropos est plus facile à étudier grâce à l’extraordinaire richesse des trouvailles épigraphiques du grand sanctuaire de l’Amphiareion, notamment les décrets de proxénie221.

Locride de l’Est

  • 222 Larsen 1965.

72L’histoire tourmentée de la Locride de l’Est (voir la carte de la Béotie) et notamment de la cité d’Oponte pendant la période hellénistique a fait couler beaucoup d’encre. Elle a provoqué plusieurs controverses entre les historiens qui ont travaillé sur l’histoire de cette région. La publication récente du corpus de cette région par D. Summa (IG IX 12, 5) offre l’opportunité de poser de nouvelles questions sur l’histoire d’Oponte et la Locride orientale pendant cette période, même si le nombre de textes disponibles n’est pas très important et ne s’est pas accru depuis. Pendant la seconde moitié du iiie s. et le début du iie s. av. J.-C., la Locride orientale, notamment Oponte et Kynos, joue un rôle très important pour la communication entre la Grèce du Nord et celle du Sud en particulier pour les armées macédoniennes. Lors des fréquents conflits avec les Étoliens, lorsque les Thermopyles étaient fermées aux Macédoniens, le seul passage pour eux vers la Grèce du Sud se faisait par l’Eubée puis la Locride orientale. Ils arrivaient ainsi facilement au port d’Antikyra dans le golfe de Corinthe. Il est vrai que cette route comportait plusieurs étapes maritimes, mais elle était la plus sûre pour les armées macédoniennes. Le contrôle de cette région était donc vital pour les rois de Macédoine qui avaient complété leur dispositif de sécurité par leurs fameuses entraves222.

  • 223 D. Summa, IG IX 12, 5, p. 10, Fasti no 132.

73Ni la date d’adhésion ni la date de sécession de la Locride orientale par rapport à la Confédération béotienne ne font l’unanimité. Tout d’abord l’épigramme gravée à Delphes, CEG II 789, en l’honneur de Peisis de Thespies libérateur d’Oponte atteste des liens entre la Béotie et Oponte. Malheureusement, la date de cette épigramme n’est pas assurée, elle pourrait être soit de la période d’Antigone le Borgne vers 312 av. J.-C., soit d’après la bataille d’Ipsos (301 av. J.-C.), soit de la période de Démétrios Poliorcète223. Il semble que ce dernier ait aussi occupé la Locride orientale et la Phocide qu’il a pu garder jusqu’à sa mort. Antigone Gonatas semble avoir maintenu son contrôle sur ces régions.

  • 224 Cette hypothèse sur une intégration possible d’Oponte au koinon béotien a été émise par Klaffenbach(...)
  • 225 Des doutes sur cette appartenance sont émis dans Étienne, Knoepfler 1976, p. 331 ; Knoepfler 1986, (...)
  • 226 Klaffenbach 1926 ; Flacelière 1937, p. 192.
  • 227 Knoepfler 1995, p. 144-148.
  • 228 Un résumé détaillé de la question du troisième hieromnemon locrien est donné par Lefèvre 1998, p. 8 (...)

74Plusieurs savants, en suivant G. Klaffenbach, ont daté l’adhésion de la Locride orientale au koinon béotien de ca 270 av. J.-C.224, mais cette date a été critiquée par D. Knoepfler225. L’analyse du décret fédéral de proxénie Inscr. 8 (I.Oropos 21) pourrait nous amener à penser que l’interprétation traditionnelle d’une brève période d’intégration d’Oponte dans le koinon béotien vers 270 av. J.-C. est exacte. Fait exceptionnel, ce décret présente tout le collège des béotarques au sein duquel on retrouve un Opontien, Melios fils d’Aristodemos, ce qui prouve que pendant cette période Oponte appartenait au koinon béotien. Grâce aux liens prosopographiques présentés dans l’analyse de cette inscription (Inscr. 8), il semble que le troisième hieromnemon béotien apparaissant dans les décrets amphictioniques de l’année d’Eudokos soit vraisemblablement un Locrien (CID IV 25 ; 26). Cette interprétation a été défendue par G. Klaffenbach et d’autres226. Selon D. Knoepfler, le troisième hieromnemon béotien s’explique par l’adhésion de Chalcis au koinon béotien pendant une brève période suite à une révolte contre la puissance macédonienne227. Il s’agit d’une question extrêmement difficile, liée à des problèmes de chronologie delphique qui ne peuvent pas être analysés ici. Je préfère toutefois m’en tenir à l’interprétation traditionnelle de G. Klaffenbach pour qui le troisième hieromnemon de la délégation béotienne est un Locrien228.

75Trois décrets fédéraux de proxénie abrégés émis par le koinon étolien (IG IX I2, 1, 17, 120 ; IG IX I2, 1, 21, 5 ; IG IX I2, 1, 25, 35) constituent un témoignage important sur l’appartenance étolienne d’Oponte au milieu du iiie s. av. J.-C. Ces décrets honorent de la proxénie fédérale étolienne des citoyens de la cité béotienne d’Anthédon mentionnés comme garants des Opontiens. C’est la preuve qu’Oponte faisait assurément partie du koinon étolien. Malheureusement, la date de ces décrets de proxénie n’est pas suffisamment précise, milieu du iiie s. av. J.-C., pour nous permettre d’appréhender la date de l’adhésion d’Oponte au koinon étolien.

  • 229 Contre, voir Knoepfler 1986, p. 616-617, n. 86.
  • 230 Un résumé très discutable des différentes appartenances d’Oponte est proposé par Scholten 2000, p.  (...)
  • 231 Étienne, Knoepfler 1976, p. 331.
  • 232 Étienne, Knoepfler 1976, p. 327 : « D’abord pourquoi fallait-il que le roi leur fît un cadeau et un (...)

76La Locride pourrait avoir été conquise par l’Étolie après la défaite béotienne de Chéronée en 245 av. J.-C. et avoir été libérée par l’arrivée en Grèce centrale de Démétrios II en 237-236 av. J.-C. et l’accueil favorable que lui ont réservé les Béotiens229. Mais rien ne vient véritablement étayer ces hypothèses230. Selon toute vraisemblance Démétrios II n’aurait pu arriver à Mégare, sans contrôler cette région stratégique plus au nord, comme l’ont souligné R. Étienne et D. Knoepfler231. Et de conclure qu’Oponte a pu faire partie du koinon béotien en 238 av. J.-C. suite à la guerre entre le roi de Macédoine Démétrios II et les Étoliens. Ainsi, Oponte a pu se détacher du koinon étolien pour s’attacher au koinon béotien. Il faut souligner que les Béotiens avaient pu intégrer cette région au titre de donation macédonienne ou au moins avec l’accord de Démétrios II. Le roi de Macédoine ne pouvait laisser une région stratégique rejoindre une autre puissance. Comme l’ont très bien souligné R. Étienne et D. Knoepfler, en ce qui concerne Aigosthènes, le roi Démétrios II n’avait pas de dettes envers les Béotiens. C’étaient les Béotiens qui avaient des dettes envers Démétrios II qui les avait libérés de la tutelle étolienne232. Il est donc difficile d’admettre que Démétrios ait fait don de cette région aux Béotiens ou que les Béotiens l’aient intégrée dans leur koinon sans son accord.

  • 233 Des doutes sont émis par Scherberich 2009, p. 36 : « Wir haben keinen Beleg dafür, daß Antigonos Do (...)

77Le départ d’Oponte du koinon béotien, daté par R. Étienne et D. Knoepfler de ca 229/8 av. J.-C. dans le cadre de la guerre entre l’Étolie et la Macédoine, est lui aussi sujet à caution. Nous ignorons, en effet, si Antigone Dôsôn est arrivé en Locride orientale pendant sa campagne contre les Étoliens en Phocide et en Doride233.

  • 234 Polybe, 20, 5, 7-9 ; Feyel 1942a, p. 117-119.

78Un autre témoignage qui atteste l’existence de liens entre la Locride orientale et la Béotie pendant cette période est l’incident de Larymna en 227 av. J.-C. On voit alors arriver la cavalerie béotienne pour défendre le territoire. Comme je l’ai déjà mentionné, ce corps décide de ne pas intervenir et de laisser la flotte macédonienne partir234. Cet incident dont la compréhension se fonde sur un passage corrompu de Polybe, nous montre une armée macédonienne échouée aux alentours de Larymna et la cavalerie béotienne qui arrive afin de défendre le territoire du koinon. Grâce à la bonne volonté de l’hipparque fédéral Neon fils d’Askondas, les Béotiens n’attaquent pas les Macédoniens qui étaient en position de faiblesse. Cet incident a été interprété de diverses façons. À la suite de M. Feyel, l’analyse de R. Étienne et D. Knoepfler emporte l’adhésion.

  • 235 Knoepfler 2003, p. 102-103.

79Un autre témoignage, qui montre en négatif qu’Oponte n’appartenait pas à cette époque au koinon béotien, est l’inscription Achaie III, 118 (Syll 3 519). Il s’agit d’un décret du koinon achéen qui honore des otages béotiens et phocidiens. On ne retrouve pas d’Opontiens parmi les otages béotiens. Comme l’a souligné D. Knoepfler, c’est parce que cette cité n’appartenait vraisemblablement pas au koinon béotien à cette date235.

80Une épigramme trouvée à Atalanti, mais aujourd’hui perdue, honore Nikasichoros d’Oponte, hipparque de la cavalerie fédérale béotienne (IG IX 12, 5, 1911). Cette épigramme est datée de ca 230 av. J.-C., mais elle n’offre pas d’éléments de datation plus précis.

  • 236 Syll 3 635B ; Rigsby 1996, p. 63b ; Manieri 2009, p. 84-85, Acr. 2.
  • 237 Étienne, Knoepfler 1976, p. 333.
  • 238 Roesch 1982, p. 234.
  • 239 Manieri 2009, p. 80-88, Acr. 1-4.
  • 240 Étienne, Knoepfler 1976, p. 333.

81Un autre témoignage qui lie la Locride orientale à la Béotie est l’inscription IG VII 4136236. Dans cette inscription, Kalliklidas, Λοκρὸς ἐσς Ὀπόεντος, fait part aux Béotiens de l’oracle qui lui a été rendu au sanctuaire de Trophonios. La présence de l’ethnique Λοκρὸς dans cette inscription a amené la quasi-totalité des commentateurs à la conclusion qu’Oponte était alors indépendante. Car comme le soulignent R. Étienne et D. Knoepfler237, si Oponte avait appartenu à la Béotie pendant cette période, on aurait l’ethnique fédéral béotien. En revanche, P. Roesch considère qu’Oponte appartenait à ce moment au koinon béotien238. Cette inscription s’intègre dans le dossier daté grâce à la chronologie delphique de 230-225 av. J.-C.239. Un autre argument utilisé par R. Étienne et D. Knoepfler pour renforcer l’importance de la présence de l’ethnique locrien est celui de la mention dans la même inscription d’un citoyen de Larymna qui ne porte pas l’ethnique Λοκρός240. Cette différence pourrait effectivement renforcer l’argument selon lequel l’utilisation de l’ethnique Λοκρός montre l’indépendance d’Oponte pendant cette période. Il semble donc qu’Oponte ne faisait pas vraisemblablement partie du koinon béotien à cette période.

  • 241 Scherberich 2009, p. 34.

82Un autre fait remarquable est la non-participation de la Locride de l’Est à l’alliance hellénique. Selon l’opinio communis, cette absence est due au fait que la Locride de l’Est était occupée par les forces antigonides depuis 228 av. J.-C.241. Cette absence paraît étonnante parce que tous les autres États de Grèce centrale étaient intégrés dans l’alliance hellénique. Comme pour Mégare, la Locride aurait pu intégrer le koinon béotien une fois libérée de la tutelle étolienne par les Macédoniens. Dans le cadre de l’alliance hellénique, il semble qu’Oponte aurait pu faire partie du koinon béotien. Ainsi, les Macédoniens auraient pu mieux protéger une région proche de l’Étolie. La Locride qui pendant cette période faisait vraisemblablement partie du koinon béotien est entrée dans l’alliance hellénique. Les Macédoniens ont laissé la Locride orientale intégrer le koinon béotien, mais par précaution ils ont laissé une garnison dans la région comme le prouve le diagramma de Phillipe V trouvé à Kynos. L’importance de la Locride orientale, et notamment de Kynos, pour Philippe V est évidente comme en témoigne Polybe (4, 67, 7). Aux dires de ce dernier, au cours de l’hiver 219 av. J.-C., il avait emprunté la route qui mène de Thessalie en Eubée, puis celle de Kynos, en passant par celle de la Béotie et de la Mégaride pour arriver dans le Péloponnèse. Polybe met en évidence l’importance de deux régions sous contrôle béotien pendant cette période, la Locride orientale et la Mégaride.

83Il est très difficile de saisir les détails de l’intégration de la Locride dans le koinon béotien faute de sources suffisantes. La Locride pourrait avoir formé un nouveau district (télos) au sein du koinon ou avoir été intégrée dans un télos déjà existant, comme par exemple le télos d’Orchomène, avec lequel elle présentait une continuité géographique. Malheureusement, même si les études de D. Knoepfler ont énormément contribué à une meilleure compréhension du fonctionnement des districts fédéraux, les sources révélant les détails de ce fonctionnement font défaut, notamment au dernier quart du iiie s. Nous n’avons pas de listes des béotarques pour cette période qui pourraient nous aider à mieux comprendre l’organisation des districts fédéraux.

  • 242 D. Summa, IG IX 12, 5, Fasti no 178 : hieme 219 Philippus rex profectus est ἐκ Θετταλίας εἰς Εὔβοια (...)
  • 243 Contre, Hatzopoulos 2001, p. 29-32. Hatzopoulos pense que ce document donne raison à M. Feyel contr (...)
  • 244 Cette opinion a été émise également par M. Holleaux, un siècle avant la découverte du diagramma de  (...)

84Une inscription fragmentaire (IG IX 12, 5, 1989), contenant la partie basse d’un diagramma de Philippe V relative à une garnison macédonienne a été trouvée près de Kynos. Elle corrobore le témoignage de Polybe selon lequel, durant l’été 219 av. J.-C., Philippe est allé en Grèce du Sud en traversant la Thessalie, l’Eubée pour débarquer à Kynos parce que les Thermopyles étaient fermées par les Étoliens242. Ce diagramma montre que dans une période difficile à déterminer précisément, entre 219 et 197 av. J.-C., il y avait une présence militaire macédonienne à Kynos. Cette garnison a été considérée notamment par M. Hatzopoulos comme une preuve de la non-appartenance d’Oponte au koinon béotien243. Je pense que cette présence militaire macédonienne ne suffit pas à prouver la non-appartenance d’Oponte et en général de la Locride orientale au koinon béotien à cette période. La présence d’une phroura macédonienne dans cette région excentrée du territoire du koinon béotien pourrait même avoir été souhaitée par les Béotiens. Il faut souligner que pendant cette période les relations entre Béotiens et Macédoniens étaient excellentes dans le cadre de l’alliance hellénique dirigée par Philippe V. La présence d’une garnison macédonienne à Kynos ne constitue donc pas la preuve absolue de sa non-appartenance au koinon béotien244.

85En revanche, le catalogue des magistrats sacrés de Halai, IG IX 12, 5, 1864, daté de l’archonte fédéral Philon II (206/5 av. J.-C.), et un catalogue fragmentaire daté de l’archonte Nikon (210/09 av. J.-C.) prouvent qu’à la fin du iiie s. cette cité locrienne appartenait assurément au koinon béotien.

  • 245 Tite-Live, 28, 7, 4.
  • 246 G. Klaffenbach a résumé l’histoire d’Oponte pendant cette période ainsi, Klaffenbach 1926, p. 83 : (...)
  • 247 Voir D. Summa, IG IX 12, 5, Fasti no 201.

86L’appartenance d’Oponte au koinon devient très compliquée pendant la première guerre de Macédoine. Sa position stratégique explique que les belligérants veuillent la contrôler. Autour de l’année 208 av. J.-C., Oponte change plusieurs fois de mains. Le proconsul Sulpicius et le roi Attale occupent Kynos et Oponte en 208 après avoir échoué devant Chalcis. Sulpicius abandonne le butin à Attale et se retire à Oréos. Lors du pillage d’Oponte par les Pergaméniens, Philippe arrive et manque de capturer Attale, qui a été prévenu par ses mercenaires crétois245. Philippe V reprend alors Oponte qui reste sous protection macédonienne jusqu’à la fin de la deuxième guerre de Macédoine en octobre 198 av. J.-C. au moment où les Opontiens, après un conflit interne, décident de livrer leur cité à Flamininus plutôt qu’aux Étoliens246. Le récit détaillé de Tite-Live des opérations romaines et macédoniennes pendant la deuxième guerre de Macédoine ne mentionne pas les Béotiens247. Au cours de cette guerre, notamment du fait de la menace étolienne, les Béotiens avaient d’autres priorités plus urgentes et la défense d’Oponte, région excentrée, était pour eux une tâche secondaire qui pourrait être assurée par les alliés macédoniens.

  • 248 Sur cette question, voir aussi p. 29-30.

87Les décrets fédéraux de proxénie, I.Oropos 43, 44, témoignent de l’importance d’une éventuelle appartenance d’Oponte au koinon béotien au tout début du iie s. Dans ces deux décrets fédéraux gravés à l’Amphiareion, datés de l’archonte fédéral Charopinos, on trouve mention d’un Opontien, Didymon fils d’Eparmostos comme ἐπιψηφίζων. Selon Chr. Habicht, nous pouvons distinguer deux archontes portant le beau nom de Charopinos, le premier daté des années 230 et le second du début du iie s. av. J.-C. Plusieurs éléments paléographiques et dialectologiques nous permettent d’opérer la distinction entre ces deux archontes homonymes. Ainsi, le décret I.Oropos 43 daté du premier archonte Charopinos est gravé stoichédon probablement par un lapicide athénien. Il présente des phénomènes dialectaux caractéristiques du milieu du iiie s., voire un peu avant. C’est le cas de plusieurs diphtongues par exemple à la l. 3, τοῖ δάµοι, à la l. 13, τοῖς λοιποῖς προξένοις, qui seront par la suite monophthongisés248.

  • 249 Voir le chapitre I sur la chronologie pour la datation des deux archontes fédéraux portant le nom C (...)

88L’autre décret, I.Oropos 44, date de l’archonte Charopinos second du nom et présente des caractéristiques très différentes. La forme des lettres est beaucoup plus développée avec des apices. Le dialecte présente des caractéristiques propres à la fin du iiie s. Par exemple, des monophtongaisons à la l. 4, τῦ δάµυ, et à la l. 11, τῦς ἄλλυς. Il serait donc difficile de dater les deux décrets de la même période. En suivant donc la datation proposée par Chr. Habicht pour cet archonte au début du iie s. av. J.-C., nous pouvons supposer que l’archonte Charopinos second du nom doit être antérieur à la sécession d’Oponte du koinon béotien en 198-196249. Un autre élément nous permet de mieux dater le premier archonte Charopinos. Celui-ci est proche chronologiquement de l’archonte fédéral Pampirichos. Pendant l’année de Pampirichos, un Mégarien a été honoré de la proxénie. Mégare n’était alors pas membre du koinon et l’archonte Pampirichos doit dater de la période antérieure à 224, date de l’adhésion de Mégare au koinon béotien.

89La datation du second Charopinos s’accorde également avec la reconstitution de l’histoire d’Oponte présentée par M. Holleaux en 1892. Selon lui, Oponte faisait partie du koinon à la fin du iiie s. et l’absence des Locriens dans l’énumération des alliés de Philippe dans de nombreux passages s’explique par l’appartenance d’Oponte au koinon béotien. La mention des Béotiens parmi les alliés de Philippe V incluait aussi les Opontiens et les Locriens de l’est.

90D’autres éléments pourraient corroborer cette interprétation. Grâce aux catalogues de magistrats d’Halai, IG IX 12 1864 et 1865, datés des archontes fédéraux Philon II et Nikon, nous avons la preuve que cette grande cité de Locride orientale faisait partie à ce moment du koinon béotien. Cet élément ne peut pas être utilisé comme une preuve absolue pour l’appartenance d’Oponte au koinon, mais il prouve que la partie la plus importante de la Locride orientale appartenait à cette époque au koinon béotien.

  • 250 Voir le chapitre I sur la chronologie pour la datation de l’archonte fédéral Lykinos p. 35-40.

91La présence de l’aulète Agathias, fils d’Harmodios avec l’ethnique Opountios, dans un catalogue de vainqueurs aux Mouseia de Thespies daté de l’archonte fédéral Lykinos (I.Thespies 161, 14), sans l’ethnique fédéral béotien, a amené les historiens à situer le départ d’Oponte du koinon béotien avant 209-204 av. J.-C., date jusqu’à maintenant acceptée pour cet archonte. Mais comme je l’ai montré dans le chapitre sur la chronologie, cette datation ne peut pas être acceptée et ce catalogue doit être daté de la période 190-180 av. J.-C.250. À cette date-là, Oponte était assurément une cité extérieure au koinon béotien et la présence de l’ethnique Opountios s’explique facilement.

  • 251 Flacelière 1937, p. 248, n. 3 : « On a soutenu que la Phocide et la Locride d’Opous se détachèrent (...)
  • 252 Voir D. Summa, IG IX 12, 5, p. 15, Fasti nos 201 ; 205.
  • 253 Holleaux 1892, p. 469-470.

92Concluons : Oponte avait intégré vraisemblablement le koinon béotien après la conclusion de la koine symmachia en 224 av. J.-C.251. Il semble aussi que cette cité soit restée membre de ce dernier jusqu’à la conquête romaine de 198 av. J.-C. et l’adhésion obligatoire au koinon étolien252. Comme l’a déjà souligné M. Holleaux, le départ d’Oponte doit dater de la période précédant la conquête romaine, car les factions politiques d’Oponte, au moment de la conquête romaine, hésitent entre soumission aux Romains et soumission aux Étoliens253. Seules Larymna et Halai semblent être restées membres du koinon béotien jusqu’à sa dissolution en 171 av. J.-C.

  • 254 Feyel 1942a, p. 61.

93Il est donc difficile d’admettre qu’Oponte ait appartenu au koinon béotien pendant la période 237-228 av. J.-C. Malgré plusieurs études, et notamment celles de D. Knoepfler, des incertitudes persistent sur l’histoire de la Locride orientale et des différentes cités qu’elle comprenait à cette époque. Comme l’a souligné M. Feyel, « Bref, c’est de la chronologie des archontes que j’attends des renseignements sur les dates entre lesquelles Oponte a été béotienne, et non l’inverse »254. Il me semble que la datation de l’archonte fédéral Charopinos rend vraisemblable une appartenance d’Oponte au koinon béotien à la fin du iiie s.

La période béotienne de Mégare et la question d’Aigosthènes

  • 255 Robu 2012, p. 95-99.
  • 256 Robu 2014b, p. 104.
  • 257 Habicht 1989, p. 321-322. Cf. Robu 2012, p. 89, n. 12, avec toute la bibliographie. Les liens proso (...)
  • 258 Lefèvre 1995 ; Knoepfler 1995. Sur la date de l’archonte Ainesilas, voir Flacelière 1937, p. 433 : (...)
  • 259 FD III 1, p. 65 : « L’écriture de ce texte, où apparaît Φ à double boucle, m’engagerait à descendre (...)
  • 260 Feyel 1942a, p. 88-89 ; Robu 2014b, p. 98.
  • 261 Feyel 1942a, p. 89-90 ; Paschidis 2008, p. 295-299 ; Robu 2012, p. 103-104 ; Robu 2014b.
  • 262 Malgré les arguments excellents de Paschidis et Robu sur la date basse des décrets de Mégare, Ch. C (...)

94Une des régions les plus importantes ayant appartenu à la grande Béotie pendant la période hellénistique est la Mégaride (voir la carte de la Béotie). Les Béotiens et les Mégariens se sont rapprochés, après 236 av. J.-C., quand le roi de Macédoine Démétrios II a libéré la Béotie de la tutelle étolienne en occupant Aigosthènes et probablement la Mégaride entière. Grâce au décret de Mégare IG VII 1 qui honore un béotien, Zoilos fils de Kelainos, qui était le chef de la phroura macédonienne à Aigosthènes, nous avons la preuve que cette cité était sous occupation macédonienne vers 236 av. J.-C.255. Deux autres décrets de Mégare honorent des philoi d’un roi Démétrios (IG VII 5-6). Les décrets IG VII 2, 3, 4, 7 et SEG 64, 313 partagent les mêmes stratèges que les décrets honorant les philoi du roi Démétrios (IG VII 5-6) et doivent appartenir à la même période256. Deux des stratèges qui apparaissent dans cette série sont également honorés à Delphes. Timon fils d’Agathon, stratège dans les décrets SEG 64, 313 et IG VII 1-7, est honoré à Delphes avec le décret FD III 1, 181 daté de l’archonte Heracleidas. Kallias fils d’Hippias, stratège dans le décret SEG 64, 313 est honoré à Delphes dans le décret FD III 1, 169 daté de l’archonte Ainesilas. Les deux archontes delphiens qui apparaissent dans les deux décrets, Heracleidas et Ainesilas, sont datés de façon incertaine du début du iiie s. av. J.-C. À partir des liens prosopographiques des deux décrets de la cité de Delphes (FD III 1, 169 ; 181) honorant des Mégariens et de leur date incertaine, d’aucuns ont voulu identifier le roi Démétrios avec Démétrios Poliorcète et dater les décrets de Mégare du début du iiie s.257. Toutefois, la date des décrets de Delphes FD III 1, 169 et 181 reste incertaine. La chronologie des archontes du iiie s. av. J.-C. à Delphes se heurte à plusieurs difficultés et incertitudes258. Nous ne disposons malheureusement pas de photographies des deux décrets de Delphes FD III 1, 169 et 181 qui étaient déjà très abîmés au début du xxe s., selon E. Bourguet, pour que nous puissions vérifier les différentes dates proposées. Selon E. Bourguet, la forme des lettres du décret FD III 1, 104 daté de l’archonte Heracleidas, le même que celui du décret FD III 1, 181 pour le Mégarien Timon fils d’Agathon, semble corroborer cette datation259. Comme l’ont remarqué M. Feyel puis A. Robu, la forme des lettres des décrets de Mégare SEG 64, 311-313 montre qu’ils appartiennent à la seconde moitié du iiie s. av. J.-C.260. En suivant une proposition de M. Feyel, P. Paschidis et A. Robu ont montré qu’il faut identifier le roi Démétrios de ces décrets avec Démétrios II de Macédoine et les dater après 236 av. J.-C.261. Il faudrait partir de la datation basse des décrets de Mégare pour dater de façon plus sûre ceux de Delphes FD III 1, 169 et 181. Ils doivent sans doute appartenir à la seconde moitié du iiie s. av. J.-C.262.

95Il semble donc que sous le règne de Démétrios II de Macédoine, la Béotie et la Mégaride étaient étroitement liées grâce à la présence macédonienne. Il est notable que le chef de la garnison macédonienne de Démétrios II à Aigosthènes soit un béotien comme l’atteste le décret de Mégare IG VII 1. La mort de Démétrios II en 229 av. J.-C. a dû provoquer un recul macédonien aussi bien en Béotie qu’en Mégaride.

  • 263 Polybe, 20, 6, 8. Une autre opinion est présentée par Feyel 1942a, p. 129, n. 3.
  • 264 Scherberich 2009, p. 73-74. Pour une brève présentation de l’histoire d’Aigosthènes, voir Freitag 2 (...)
  • 265 Feyel 1942a, p. 30-32, p. 100.
  • 266 Étienne, Knoepfler 1976, p. 282, p. 301-302.

96Mégare qui était membre de la Confédération achéenne adhère à la Confédération béotienne en 224 av. J.-C. à cause de l’occupation de Corinthe par le roi de Sparte, Cléomène263. Au vu des circonstances, les Achéens ne semblent pas avoir réagi devant cette adhésion. Le rôle joué par Antigone Dôsôn est très incertain. A-t-il accordé Mégare aux Béotiens pour prix de leur adhésion à la ligue hellénique ? Aucun document ne corrobore cette hypothèse264. Grâce à l’étude de R. Étienne et D. Knoepfler nous savons que, outre la cité de Mégare, deux kômai de la Mégaride, Aigosthènes et probablement Pagai, ont adhéré en même temps à la Confédération béotienne. M. Feyel voulait, quant à lui, placer la date de l’adhésion d’Aigosthènes au koinon béotien à l’époque de Démétrios II vers 235 av. J.-C.265. La preuve de cette adhésion nous est fournie par les catalogues militaires d’Aigosthènes datés de la période du koinon béotien. Ils sont gravés sur un bloc, IG VII 209-218, qui porte les noms des archontes fédéraux Kaphisias I, Onasimos, Hippias, Potidaichos, Andronikos, Charilaos, Mnason, Aristokleis, Theotimos266.

  • 267 Beloch 1927, p. 434 : « In Pagai haben sich bisher Urkunden aus boeotischer Zeitnoch nicht gefunden (...)
  • 268 La dépendance diachronique de Pagai par rapport à Mégare est bien présentée par Robert 1939, p. 113 (...)
  • 269 Cette situation est bien décrite par Robert 1939, p. 112 : « Les Pagaiens sont en discussion avec l (...)

97Comme je l’ai montré dans le chapitre sur la chronologie des archontes fédéraux, le décret de proxénie de Thisbé, SEG 3, 344, en l’honneur d’un citoyen de Pagai doit être vraisemblablement postérieur à la sécession de la Mégaride par rapport au koinon béotien en 192 av. J.-C. Pagai a donc suivi Mégare dans sa sécession et a gagné par-là même en autonomie. Il serait difficile de penser que pendant la période béotienne de Mégare, Pagai est restée membre du koinon achéen267. Pagai avait une très grande importance stratégique et économique pour Mégare, parce qu’elle était son port sur le golfe de Corinthe. Tout au long de l’histoire de Mégare, Pagai a toujours suivi le sort de Mégare. À une seule exception près : l’occupation de Pagai pendant la guerre du Péloponnèse, en 461 av. J.-C. (Thucydide, 1, 103, 4). Il semble qu’après la réintégration de la Mégaride dans le koinon achéen, Pagai ait pu acquérir une certaine autonomie par rapport à Mégare, sans parvenir à une indépendance totale268. Signalons enfin que le décret trouvé à Pagai remerciant les arbitres qui ont réglé le différend entre Pagai et Aigosthènes émane de Mégare269.

  • 270 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.

98En revanche, Aigosthènes semble avoir acquis le statut de cité grâce à l’adhésion de la Mégaride au koinon béotien270. À Mégare, on a aussi trouvé deux catalogues militaires datés de la période béotienne (IG VII 27-28, datés des archontes fédéraux Potidaichos et Aristokleis). Faute de listes des béotarques pendant cette période, nous ne pouvons affirmer que Mégare avec Aigosthènes et Pagai constituaient le huitième district du koinon hellénistique. Il n’en reste pas moins que cette hypothèse est vraisemblable et peut s’appuyer sur des parallèles solides, notamment la présence des citoyens de la grande cité eubéenne de Chalcis dans le conseil fédéral du koinon béotien au début du iiie s. av. J.-C.

  • 271 Polybe, 20, 6, 8 ; Aymard 1938b, p. 14, n. 7 ; Beloch 1927, p. 434 ; Errington 1969, p. 77, n. 1.
  • 272 Notamment Étienne, Knoepfler 1976, p. 323, D. Knoepfler est revenu récemment sur cette question en  (...)
  • 273 Robu 2011, p. 79-101.

99Cette période de la « grande » Béotie n’a pas duré longtemps. Quand Mégare a-t-elle fait sécession ? A. Aymard a proposé une date haute271, là où la plupart des historiens ont proposé la date de 192 av. J.-C.272. Les nouveaux catalogues militaires de Mégare datés des archontes fédéraux Artylaos, Kallikles et Euklidas (Inscr. 1-3) penchent en faveur de la datation basse parce qu’il serait difficile de dater les archontes Euklidas et Kallikles à la période avant 206. Une question plus délicate consiste à préciser le statut d’Aigosthènes après le retour de Mégare, dans la Confédération achéenne. L’éloignement d’Aigosthènes séparée de la Mégaride par une chaîne montagneuse, nous amène à conclure que la sécession de Mégare ne présuppose pas le départ éventuel d’Aigosthènes. L’absence de monnaies achéennes au nom d’Aigosthènes pourrait être une preuve qu’Aigosthènes n’a jamais cessé d’appartenir à la Confédération béotienne après la sécession de Mégare et ce jusqu’à la dissolution du koinon béotien. Grâce à l’étude du décret de proxénie IG VII 223, où Aigosthènes accorde la proxénie et d’autres privilèges à un Mégarien, A. Robu a pu montrer que cette cité n’est probablement entrée dans le koinon achéen qu’après la dissolution du koinon béotien en 171 av. J.-C.273. Dans le décret IG VII 223, apparaissent des damiourgoi, magistrats dont le nom dénote clairement une influence achéenne qui n’est pas envisageable pendant la période béotienne de cette cité.

  • 274 D. Knoepfler, Bull. 2010, 325.
  • 275 Robert 1939 (OMS II 1250-1275) ; Robu 2014, p. 367-368 ; Harter-Uibopuu 1998, p. 110-111 ; Ager 199 (...)

100C’est ce qu’a supposé L. Robert. Dans la réédition d’IG VII 188-189, il a montré qu’on avait affaire à un litige entre Achéens et Béotiens en raison d’un différend entre les cités d’Aigosthènes, membre du koinon béotien, et Pagai, vraisemblablement kômé de Mégare, appartenant au koinon achéen274. Les cités arbitres étaient Thyrreion en Acarnanie et Kassopè en Épire275. Il semble donc qu’Aigosthènes soit restée dans le koinon béotien après la sécession de Mégare, sans qu’on puisse en préciser la durée.

  • 276 Robu 2012.

101Pendant la période béotienne, les Mégariens adoptent les institutions béotiennes, comme l’a montré A. Robu dans un article récent276. Notons la présence de cinq polémarques dans les inscriptions IG VII 27-28 à la place de trois polémarques qui apparaissent habituellement dans les documents des cités béotiennes.

Cités eubéennes

102Une autre région a adhéré pour une brève période au koinon béotien, à savoir la partie centrale de l’Eubée, et notamment les cités de Chalcis et d’Érétrie. L’histoire des relations entre ces cités et le koinon béotien est très compliquée en raison de l’absence d’un récit historique continu pour la période qui va de la fin du ive s. av. J.-C. jusqu’au milieu du iiie s. Grâce aux travaux de D. Knoepfler, nous avons aujourd’hui une vision plus claire de l’histoire de l’Eubée pendant cette période. En raison de disparités géographiques, nous pouvons observer une très grande différence entre les trois parties de l’Eubée. La partie nord dominée par la cité d’Histiée-Oréos est, en général, tournée vers la Thessalie et l’Achaïe Phthiotide. La partie sud avec Carystos appartient plutôt au monde des Cyclades alors que la partie centrale, avec les grandes cités d’Érétrie et surtout de Chalcis, est plutôt tournée vers le continent et surtout la Béotie.

Érétrie

  • 277 Holleaux 1897b ; Chankowski A. 2010, p. 147-151.
  • 278 Knoepfler 2014.

103Les relations d’Érétrie avec le koinon sont assez bien établies comme le montre la riche épigraphie érétrienne. Dans son étude du décret IG XII 9, 192, M. Holleaux, a daté l’adhésion d’Érétrie au koinon béotien de 308-304 av. J.-C, c’est-à-dire, de la période des guerres entre Cassandre et Démétrios Poliorcète. Cette inscription nous renseigne sur la libération de la cité pendant la fête des Dionysies, sur le départ d’une garnison, fort probablement macédonienne et sur la restauration de la démocratie. La présence dans ce texte d’un collège de polémarques fournit une preuve concrète de l’influence béotienne dans les institutions érétriennes277. Des preuves supplémentaires de cette influence sont données dans le catalogue éphébique IG XII 9, 240 où l’on retrouve mention de trois polémarques. Ce catalogue doit donc être daté de la période béotienne d’Érétrie. Selon D. Knoepfler, la sortie d’Érétrie du koinon béotien est à dater de l’époque de l’invasion gauloise vers 279 av. J.-C.278.

Chalcis

104La grande cité eubéenne de Chalcis a toujours eu des relations très étroites avec le continent béotien en face. Pendant la période hellénistique, le destin de ces deux régions voisines était tantôt lié, tantôt séparé. Selon le témoignage de Diodore, Cassandre a installé une garnison béotienne à Chalcis.

  • 279 Diodore de Sicile, 20, 100, 6 : Δηµήτριος δὲ κατὰ τὰς ἐντολὰς τοῦ πατρὸς διαλυσάµενος πρὸς Ῥοδίους (...)
  • 280 Marmor Parium, FGrH 239 B 24.
  • 281 Knoepfler 1998, p. 207-208.

105En 304, cette situation a changé. Suite à ses opérations malheureuses à Rhodes, Démétrios a débarqué en Béotie, à Aulis et il a proclamé la liberté des Grecs279. Il a conquis Chalcis qui a ainsi été « libérée » de sa garnison béotienne280. Plusieurs savants ont voulu y voir la première période d’adhésion au koinon béotien hellénistique. Grâce à cette mention de Diodore, on a daté la dédicace fédérale du Ptoion où apparaît un aphedriateuon chalcidien (IG VII 2724b) de la même époque, avant 304 av. J.-C. Mais, pour D. Knoepfler, cette dédicace fédérale ne doit pas être datée de la fin du ive s., mais de la période après 287 quand Chalcis et le koinon béotien ont été libérés de la tutelle de Démétrios Poliorcète281. La date du départ de Chalcis du koinon béotien qui suit cette période béotienne n’est pas facile à préciser à cause de l’histoire mal connue de la première moitié du iiie s. av. J.-C.

  • 282 Knoepfler 1998, p. 208.
  • 283 Knoepfler 1995, p. 148.
  • 284 Sur l’histoire d’Oponte, voir p. 128-135.

106Selon D. Knoepfler, Chalcis pourrait de nouveau avoir appartenu au koinon béotien pendant une brève période de 274/3 à 272 av. J.-C. et ce à la suite de la guerre de Pyrrhus contre Antigone Gonatas et avec l’aide des Étoliens et des Béotiens282. Après la mort de Pyrrhus en 271/0, Chalcis, sous la pression macédonienne, a dû abandonner le koinon béotien pour se soumettre à la domination macédonienne283. Dans ce contexte, D. Knoepfler pense que le troisième hieromnemon de la délégation béotienne à Delphes l’année de l’archonte Eudokos (CID IV 25-26), en 272/1, est dû à la présence de Chalcis comme membre du koinon béotien. Je préfère suivre l’interprétation traditionnelle qui veut que ce hieromnemon représentait la Locride orientale qui était alors attachée au koinon béotien284.

Conclusion

  • 285 Beck 1997, p. 83-106.
  • 286 Caractéristique est l’apophtegme de Periclès : « τοὺς τε γαρ πρίνους ὑφ’αὑτῶν κατακόπτεσθαι, καὶ το (...)

107La Béotie peut être considérée comme une région secondaire au sein du monde hellénistique. Contrairement aux royaumes et aux grandes cités hellénistiques, comme Rhodes et Athènes, la Confédération béotienne n’occupait pas le devant de la scène politique, mais une place notable parmi les États de cette « troisième Grèce ». Elle ouvre aujourd’hui de nombreuses voies prometteuses à la recherche et a grandement contribué au développement de l’idée fédérale et démocratique. Contrairement aux koina béotiens précédents, le koinon hellénistique se caractérise par un respect réciproque entre petites et grandes cités. Ce koinon a pu notamment réintégrer la cité autrefois dominante de Thèbes qui avait abusé de son autorité à l’égard de plusieurs cités béotiennes, comme Platées et Orchomène285. L’aspect démocratique du koinon transparait également dans la participation égalitaire des citoyens béotiens à la vie politique civique et fédérale. De plus, grâce au koinon hellénistique, les cités béotiennes ont pu pour la première fois vivre dans la concorde, alors que leur passé avait été marqué par des guerres intestines et des conflits permanents286.

  • 287 Feyel 1942a ; Aymard 1946, p. 305, qui n’est pas d’accord avec la présentation de l’organisation mi (...)
  • 288 Aymard 1946, p. 313 ; Müller 2013.
  • 289 Müller 2013.
  • 290 Marchand 2010.

108Dans la conclusion de ce livre, j’aimerais revenir sur l’œuvre de M. Feyel. Comme je l’ai déjà souligné, sa méthode était solide, mais ses conclusions historiques parfois forcées. Ses conclusions historiques et son interprétation du fragment de Polybe ont été contestées assez rapidement après la parution de sa synthèse sur Polybe et l’histoire de Béotie287. Son interprétation d’une Béotie hellénistique en décadence après 220 av. J.-C. est clairement erronée et doit être rejetée288. De plus, une approche idéologique des différentes sources a plusieurs fois amené M. Feyel à une interprétation rapide de certaines évolutions dans la société et l’économie béotienne. En fondant son analyse sur l’interprétation du fragment de Polybe, qui présente la Béotie en décadence pendant la seconde moitié du iiie s. av. J.-C., il a été parfois emporté par la vision négative donnée par Polybe. Il n’a pas voulu suivre complètement la chronologie de Polybe qui lançait la période de décadence béotienne trop tôt selon lui, vers le milieu du iiie s., mais il pensait que les dernières décennies de ce siècle étaient effectivement une période de décadence politique, économique et morale289. La présentation de l’inscription IG VII 2443, qui est une des pierres angulaires de son interprétation historique, est significative sur ce point. Il s’agit d’une politographie qu’il a présentée comme le signe de l’intervention de Philippe V dans les affaires internes des cités grecques. Comme l’a montré récemment F. Marchand290, nous ne pouvons pas suivre M. Feyel dans l’interprétation de cette inscription.

  • 291 Voir p. 128-138.

109L’alliance entre Béotiens et Macédoniens pendant la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. avait des fondements solides. Le rôle joué par la Macédoine de la fin du iiie s. jusqu’à la dissolution du koinon béotien était plutôt positif et bienveillant envers la Béotie. Grâce à l’amitié de la Macédoine, le koinon a pu intégrer de nouvelles régions, notamment Mégare et probablement Oponte291. Afin de se protéger, ces régions ont intégré le koinon de façon volontaire. C’est la raison pour laquelle les Béotiens sont restés fidèles à l’alliance macédonienne jusqu’à la dissolution du koinon. Il est significatif que le traité avec le koinon, dont l’intitulé a été récemment découvert à Dion, fait partie des derniers conclus par le roi de Macédoine Persée.

  • 292 Voir p. 127.

110L’idée d’une décadence du koinon à la fin du iiie s. ou avant sa dissolution au début du iie est fausse. Le déclin béotien commence avec l’arrivée des Romains. La puissance romaine a divisé le koinon et l’a finalement écrasé – en attestent les deux sénatus-consultes qui ont imposé la politique romaine dans deux cités béotiennes, Coronée et Thisbé292. À cause de cette politique romaine, un organisme bien vivant et original a été détruit pour être remplacé par un système de contrôle beaucoup moins élaboré. Quoiqu’il en soit, aucun koinon grec n’a pu garder une politique indépendante face à la puissance romaine.

111La preuve a contrario de l’importance du koinon dans le développement de cette région est que, après la conquête romaine, la Béotie joue un rôle limité. Il y a d’indéniables signes de déclin dus à la disparition du cadre fédéral qui facilitait grandement le commerce, la communication et, en général, les échanges entre les différentes cités béotiennes.

  • 293 Harter-Uibopuu 1998.

112Quelle image offrir de la Béotie hellénistique après cette nouvelle étude ? Il s’agit d’un État marqué par son organisation politique fédérale. La Béotie avait bien sûr une tradition d’organisation fédérale qui remontait à l’époque archaïque. Mais le fédéralisme a atteint son niveau le plus élevé dans la Béotie hellénistique. J’ai examiné la façon dont le koinon a essayé de résoudre tous les problèmes entre les cités-membres de façon interne et sans faire appel à des États ou à des institutions étrangères. Si on le compare au koinon achéen, il apparait que le koinon béotien a atteint un niveau de cohésion et d’unité sans égal parmi les États et les fédérations de la Grèce ancienne293. Par ailleurs, cette fédération était suffisamment flexible pour permettre aux cités-membres d’avoir une certaine marge de manœuvre aussi bien pour les affaires internes, (organisation politique, gestion des affaires publiques ou sacrées), que les affaires externes, notamment avec l’octroi de la proxénie à des étrangers. Dès lors, les cités béotiennes ont pu vivre en paix. Ainsi, Oropos a pu jouir, grâce au koinon, d’une période de paix et de tranquillité d’environ cent vingt ans, de 287 jusqu’en 171 av. J.-C. Après la dissolution du koinon, Oropos fait face à une attaque athénienne et s’ensuit une période tourmentée.

  • 294 Je reprends ici le titre du livre de Y. Voulgaris récemment paru, Voulgaris 2019.

113Il faut également souligner le caractère démocratique du koinon. Le koinon hellénistique se caractérise à tous les niveaux, aussi bien fédéral que civique, par un esprit démocratique. Ce dernier permet à tous les citoyens comme à toutes les cités de participer à la vie politique. La participation de la grande majorité, sinon de la totalité des jeunes béotiens à la préparation militaire en est une preuve éclatante. Cet esprit démocratique pourrait avoir influencé la politique étrangère du koinon. Les Béotiens, pendant la période hellénistique, ont été peu aventureux, ils semblent toujours avoir privilégié la paix et la stabilité à la guerre. Cette attitude présente des similitudes avec la politique des démocraties libérales modernes, notamment des moyens et petits États de l’Europe qui cherchent la stabilité dans un monde tourmenté. À ce titre, le koinon béotien apparaît comme un État paradoxalement moderne294.

  • 295 Corsten 1999 ; Knoepfler 2001b.

114L’esprit démocratique présent dans le koinon béotien est fondé sur une égalité aussi bien des citoyens, que des cités entre elles. Cette égalité était assurée par le système des districts fédéraux (télè), qui permettait un certain équilibre entre les droits des grandes et des petites cités. Ce système des districts a été bien expliqué par D. Knoepfler295, mais il serait utile d’avoir plus de témoignages épigraphiques sur son fonctionnement qui semble avoir été très élaboré.

  • 296 Knoepfler 1999b.

115Ces deux aspects de l’organisation fédérale béotienne, l’aspect démocratique et l’égalité entre districts dans la représentation politique, pourraient être repris dans le cadre des fédérations modernes. Il est difficile de penser à l’application de ce modèle dans le cas d’États centralisés tels que la France ou la Grèce moderne. En revanche, ce modèle est parfaitement applicable dans des pays qui possèdent une tradition de fédéralisme comme la Suisse296. On peut également se demander si ce modèle béotien pourrait être appliqué dans des organisations fédérales plus grandes comme l’Union européenne. Un système de districts fédéraux comme dans le koinon béotien pourrait gommer les grandes différences entre les différents pays européens.

116Il est intéressant de comparer le koinon béotien aux deux autres grands koina de la même période en Grèce centrale, le koinon achéen et le koinon étolien. Après une première période de transition, ces deux koina ont commencé à intégrer des cités et des régions qui n’appartenaient pas à leur base ethnique. Les Étoliens ont intégré de grandes parties de la Grèce centrale et les Achéens presque la totalité du Péloponnèse. L’intégration de nouvelles cités et peuples prenait parfois le caractère d’une politique expansionniste qui caractérisait notamment le koinon étolien. Celle-ci permettait de gagner de l’importance au niveau politique, mais augmentait les risques en créant parfois de grandes différences et des forces centrifuges au sein de ces koina, comme le fut Sparte au sein du koinon achéen. Contrairement à ces koina, le koinon béotien n’avait pas de politique expansionniste et ses ambitions se limitaient à l’intégration des régions limitrophes comme la Mégaride et la Locride opontienne, toujours avec l’accord de la puissance macédonienne et des cités que le koinon voulait intégrer.

117En comparaison, la contribution la plus importante du koinon hellénistique réside dans la stabilité dont jouissaient les cités béotiennes, petites et grandes, et grâce à laquelle elles pouvaient vivre en paix et profiter d’un certain essor économique. En raison de l’organisation démocratique fédérale et civique le nombre des documents épigraphiques est considérable. La Béotie hellénistique n’attire pas toujours l’intérêt de la recherche actuelle parce qu’elle ne participe pas à plusieurs phénomènes du monde hellénistique qui l’intéressent, comme les réseaux internationaux, le syncrétisme religieux, etc. Mais l’organisation fédérale de cette région avec son évolution au cours des siècles offre un exemple très utile pour toutes les confédérations du monde contemporain. Il s’agit sans aucun doute de son aspect le plus intéressant et actuel.

  • 297 Ducat 1973, p. 73 : « Dans un article maintenant classique, J.A.O. Larsen a montré l’apport des Béo (...)

118Le koinon béotien pourrait paraître médiocre par rapport aux autres grands États de la même période, plus ambitieux avec une histoire plus agitée. Cependant, tout l’intérêt de cet état fédéral réside dans ces deux caractéristiques : la paix et la stabilité297.

119 

Tableau 4 — Chronologie de la Béotie hellénistique.

335  Destruction de Thèbes par Alexandre le Grand. Alexandre le Grand octroie Oropos à Athènes.
323  Guerre lamiaque, les Béotiens aux côtés des Macédoniens.
316  Début de la reconstruction de Thèbes par Cassandre. Liste des donations pour la reconstruction de Thèbes IG VII 2439.
313  Alliance des cités béotiennes avec Antigone le Borgne contre Cassandre.
313/2  Polémaios arrive dans le golfe euboïque. Alliance de Polémaios avec les Béotiens. Réintégration d’Oropos dans le koinon béotien.
304  Débarquement de Démétrios à Aulis. Démétrios octroie à nouveau Oropos à Athènes.
294 Conquête de la Béotie par Démétrios Poliorcète.
292-291  Période des révoltes béotiennes contre Démétrios Poliorcète. Épigramme d’Eugnotos d’Akraiphia mort au combat lors d’une bataille contre un roi macédonien.
288  Démétrios rend sa politeia à Thèbes.
287  Réintégration de Thèbes et d’Oropos dans le koinon béotien. Réorganisation du koinon béotien (sept télè).
Après 287  Intégration des cités eubéennes notamment de Chalcis et d’Érétrie dans le koinon béotien. Instauration probable de l’éphébie béotienne.
279  Participation des Béotiens aux guerres contre les Galates.
Après 279  Traité d’alliance entre Béotiens et Étoliens. Relations amicales entre Béotiens et Étoliens. Sortie de Chalcis et d’Érétrie du koinon béotien.
267  Les Béotiens ne participent pas à la guerre contre Chrémonidès. Ils gardent de bonnes relations avec le roi de Macédoine Antigone Gonatas.
Vers 256  Détérioration des relations entre Béotiens et Étoliens à cause de l’intégration probable des régions limitrophes de la Béotie dans le koinon étolien.
245  Défaite des Béotiens face aux Étoliens à la bataille de Chéronée. Soumission de la Béotie au koinon étolien dans une forme d’alliance forcée. Catalogue des morts d’Orchomène à la bataille de Chéronée (Inscr. 43).
236  Guerre démétriaque. Arrivée du roi macédonien Démétrios II en Béotie. Les Béotiens se soumettent à la puissance macédonienne en se libérant de la tutelle étolienne. Début des bonnes relations entre la Béotie et la Macédoine. Pendant cette guerre, Démétrios II conquiert Mégare et Aigosthènes.
229  Mort du roi Démétrios II, indépendance de la Béotie. Le parti antimacédonien prend le pouvoir en Béotie. Aide béotienne probable pour la libération d’Athènes de la tutelle macédonienne, selon le témoignage des inscriptions IG VII 2405-2406 et 1704-1705.
228  La Phocide est libérée de la domination étolienne, alliance avec la Béotie (IG IX 1, 98). Alliance entre la Béotie, la Phocide et l’Achaïe. Dans le cadre de cette alliance, les Béotiens rendent des otages aux Achéens selon l’inscription Syll3 519. Pendant cette période, les relations avec les Macédoniens sont plutôt mauvaises sans être ouvertement conflictuelles.
227  Incident de Larymna. La flotte macédonienne échoue sur les côtes béotiennes. Grâce à la bonne volonté de l’hipparque Neon, la paix est maintenue entre Béotiens et Macédoniens : l’armée macédonienne est sauvée.
226  Guerre contre Cléomène, Mégare et Aigosthènes sont obligés de quitter le koinon achéen et d’intégrer le koinon béotien.
224  Adhésion du koinon béotien à l’alliance hellénique d’Antigone Dôsôn. La période postérieure à 224 est selon la nouvelle chronologie que je propose, une période de réformes structurelles du koinon. Date probable de l’intégration d’Oponte et d’une partie de la Locride orientale dans le koinon béotien.
222  Participation des Béotiens à la bataille de Sellasie. Après la victoire, Brachylles fils de Neon est nommé gouverneur de Sparte par Antigone.
220  Les Béotiens avec les Phocidiens gardent une attitude plutôt passive pendant la période de la guerre des alliés.
205  Les Béotiens apparaissent dans le traité de Phoinikè entre Romains et Macédoniens comme alliés des Macédoniens.
200  Début de l’influence romaine en Grèce et en particulier en Béotie.
198  Oponte quitte vraisemblablement le koinon béotien.
197  Les Béotiens concluent une alliance forcée avec les Romains suite à l’arrivée de Flamininus et de ses légions en Béotie. La Béotie abandonne l’alliance hellénique.
196  Assassinat de Brachylles par des partisans de Rome en collaboration avec des criminels Étoliens. Sentiment antiromain en Béotie. Guérilla et banditisme contre les soldats romains qui sont stationnés en Béotie. Assassinats de soldats romains par des Béotiens. Flamininus demande des réparations énormes que les Béotiens n’arrivent pas à payer. Grâce à l’intervention des Achéens, il accepte de limiter ses exigences.
192  Arrivée d’Antiochos III en Grèce. Les Béotiens à cause de leurs sentiments antiromains font alliance avec Antiochos en 191. Après la défaite d’Antiochos, les Béotiens essaient d’améliorer leurs relations avec les Romains. Sécession de Mégare du koinon béotien. La petite cité d’Aigosthènes reste dans le koinon fort probablement jusqu’à sa dissolution.
Vers 186  Les Romains veulent contraindre les Béotiens à accepter le retour des responsables de l’assassinat de Brachylles. Les Béotiens n’acceptent pas ; les Romains demandent aux Achéens d’obliger les Béotiens à accepter la décision romaine. Dans ce cadre-là intervient une affaire complexe de litiges qui implique Béotiens et Mégariens.
174-173  Traité d’alliance entre Persée et les Béotiens affiché à Delphes, Dion et Thèbes (probablement à Onchestos).
171  Dissolution du koinon béotien par les Romains.
170  Résistance des cités béotiennes contre les Romains (Thisbé, Haliarte, Coronée). Haliarte est assiégée puis détruite par les Romains. Thisbé et Coronée se rendent et font l’objet de sénatus-consultes.
Après 167 Dans les cités béotiennes, mise en place de synédria de tendance oligarchique.

120 

Notes

1 Sur les relations entre les cités béotiennes et Alexandre le Grand, voir Wallace 2018, p. 46-47.

2 Pausanias, 4, 27, 10 ; Arrien, Anabase 1, 9, 9.

3 Arrien, Anabase 1, 8, 8 ; Diodore de Sicile, 17, 13, 5.

4 Plutarque, Vie d’Alexandre 11, 11 ; Justin, Abrégé des Histoire Philippiques de Trogue Pompée 11, 3, 9-10. Sur le rôle de la mémoire du passé cause de la destruction de Thèbes, voir Steinbock 2013, p. 336-341.

5 Plutarque, Vie d’Alexandre 34, 2.

6 Arrien, Anabase 1, 9, 9 ; Pausanias, 9, 37, 8.

7 Dion Chrysostome, 37, 42 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle 34, 66 ; cf. Anthologie Palatine 6, 344.

8 Eschine, Contre Ctésiphon 135-151 ; 156-157 ; Steinbock 2013, p. 277-279.

9 Démosthène, Sur la couronne 153 ; 174 ; 229-230 ; 241 ; 301.

10 Plutarque, Vie de Démosthène 9 ; Pseudo-Plutarque, Vie des dix orateurs, Œuvres Morales 845c.

11 La démonstration de D. Knoepfler s’est imposée face à la thèse traditionnelle qui datait cette donation après la bataille de Chéronée en 338, Knoepfler 2001a, p. 367-389.

12 Arrien, Anabase 2, 15.

13 Thespies : Anthologie Palatine 6, 344. À Orchomène, nous avons la dédicace IG VII 3206. Il doit s’agir vraisemblablement d’une dédicace  cavaliers béotiens qui ont participé à l’expédition d’Alexandre le Grand.

14 Strabon, 9, 407.

15 Hansen, Nielsen 2004, s.v. « Plataiai », p. 449-451, no 216 ; s.v. « Orchomenos », p. 446-448, no 21.

16 Arrien, Anabase 1, 9, 9.

17 Diodore de Sicile, 17, 5-6 ; Justin, 11, 3, 8.

18 Gullath 1982, p. 77-85, et Gullath 1989.

19 Notamment Hennig 1974, p. 343.

20 Diodore de Sicile, 18, 11, 3-4.

21 Diodore de Sicile, 18, 11, 5 ; Pausanias, 1, 25, 4.

22 Wallace 2011, p. 158-159.

23 Hypéride, Épitaphe 5, 10-12.

24 Hypéride, Épitaphe 7, 17-20.

25 Hypéride, Épitaphe 7, 17-18 : [µ]έγα δ’ αὐτοῖς συνεβάλετ[ο εἰ]ς̣ τὸ προθύµως ὑπὲρ τῆς [Ἑλλά̣δος ἀγωνίσασθαι τὸ ἐν τῆ[ι Βοιωτίαι τὴν µάχην τὴν π[ροτέραν γενέσθαι. ἑώρων γὰ[ρ τὴν µὲν π]ό̣λιν τῶν Θηβαίων οἰκτ[ρῶς ἠφα]ν̣ισµένην ἐξ ἀνθρώπων, [τ̣ὴν δὲ ἀ]κρόπολιν αὐτῆς φρουρου[µ̣ένην] ὑπὸ τῶν Μακεδόνων, τὰ δ̣ὲ σώ̣µατα τῶν ἐνοικούντων ἐξηνδραποδισµένα, τὴν δὲ χώραν ἄλλους διανεµοµένους, ὥστε πρὸ ὀφθαλµῶν ὁρώµενα αὐτοῖς τὰ δεινὰ ἄοκνον π[αρ]εῖχε τόλµα<ν> εἰς τὸ κινδυνεύειν [πρ]οχείρως.

26 Plutarque, Vie de Phocion 26, 5-6.

27 Diodore de Sicile, 19, 54, 1-3.

28 Pausanias, 9, 7, 1.

29 Bearzot 1997.

30 Sur la refondation de Thèbes, voir Gullath 1982, p. 86-113, et Kalliontzis, Papazarkadas 2019.

31 Knoepfler 2001b.

32 Plutarque, Œuvres morales 814b : καὶ ὅτι, Θήβας Κασάνδρου κτίζοντος, ἐστεφανηφόρησαν.

33 Diodore de Sicile, 18, 11, 4 : οὗτοι δὲ κατακληρουχήσαντες τὰς τῶν ἠτυχηκότων κτήσεις ἐκ τῆς χώρας µεγάλας ἐλάµβανον προσόδους. διόπερ εἰδότες ὅτι κρατήσαντες Ἀθηναῖοι τῷ πολέµῳ τοῖς Θηβαίοις ἀποκαταστήσουσι τήν τε πατρίδα καὶ τὴν χώραν, ἀπέκλινον πρὸς τοὺς Μακεδόνας.

34 Diodore de Sicile, 19, 63, 4.

35 Keramopoullos 1917, p. 309-310.

36 Holleaux 1895a ; Gullath 1982, p. 89-97.

37 Buraselis 2014 ; Kalliontzis 2014 ; Matthaiou 2014 ; D. Knoepfler, Bull. 2014, 204, voir la réédition récente dans Kalliontzis, Papazarkadas 2019.

38 Diodore de Sicile, 19, 61, 2.

39 Diodore de Sicile, 19, 75, 6 : µετ’ὀλίγας δ’ ἡµέρας ἐλθόντων πρὸς αὐτὸν πρεσβευτῶν παρ’ Αἰτωλῶν καὶ Βοιωτῶν πρὸς µὲν τούτους συµµαχίαν συνέθετο.

40 Billows 1997, p. 429 ; Huss 2001, p. 157-158.

41 Diodore de Sicile, 19, 77, 4 : ὁ δὲ Κάσανδρος συνιδὼν τὴν ἐπίνοιαν αὐτοῦ Πλείσταρχον µὲν ἀπέλιπεν ἐπὶ τῆς ἐν Χαλκίδι φρουρᾶς, αὐτὸς δὲ µετὰ πάσης τῆς δυνάµεως ἀναζεύξας Ὠρωπὸν µὲνκατὰ κράτος εἷλε, Θηβαίους δ’ εἰς τὴν αὑτοῦ συµµαχίαν κατέστησεν· πρὸς δὲ τοὺς ἄλλους Βοιωτοὺς ἀνοχὰς ποιησάµενος καὶ καταλιπὼν ἐπὶ τῆς Ἑλλάδος στρατηγὸν Εὐπόλεµον ἀπῆλθεν εἰς Μακεδονίαν, ἀγωνιῶν περὶ τῆς τῶν πολεµίων διαβάσεως.

42 Pour cette forteresse, voir Bakhuizen 1970, p. 42-88. L’identification de S. Bakhuizen a été rejetée avec raison par Picard 1979, p. 256.

43 Diodore de Sicile, 19, 77, 4.

44 Diodore de Sicile, 19, 77, 5.

45 Diodore de Sicile, 19, 78, 3 : ὁ δὲ Πτολεµαῖος ἀναζεύξας ἐκ τῆς Ἀττικῆς εἰς τὴν Βοιωτίαν τήν τε Καδµείαν εἷλε καὶ τὴν φρουρὰν ἐκβαλὼν ἠλευθέρωσε τὰς Θήβας. µετὰ δὲ ταῦτα πορευθεὶς εἰς τὴν Φωκίδα καὶ τὰς µὲν πλείους τῶν πόλεων προσαγόµενος ἐξέβαλε πανταχόθεν τὰς Κασάνδρου φρουράς· ἐπῆλθε δὲ καὶ τὴν Λοκρίδα καὶ τῶν Ὀπουντίων τὰ Κασάνδρου φρονούντων συνεστήσατο πολιορκίαν καὶ συνεχεῖς προσβολὰς ἐποιεῖτο.

46 Diodore de Sicile, 19, 78, 2 : ὁ δ’ Ἀντιγόνου στρατηγὸς Πτολεµαῖος χωρισθέντος εἰς Μακεδονίαν Κασάνδρου καταπληξάµενος τοὺς φρουροῦντας τὴν Χαλκίδα παρέλαβε τὴν πόλιν καὶ τοὺςΧαλκιδεῖς ἀφῆκεν ἀφρουρήτους, ὥστε γενέσθαι φανερὸν ὡς πρὸς ἀλήθειαν Ἀντίγονος ἐλευθεροῦν προῄρηται τοὺς Ἕλληνας· ἐπίκαιρος γὰρ ἡ πόλις ἐστὶ τοῖς βουλοµένοις ἔχειν ὁρµητήριον <πρὸς τὸ> διαπολεµεῖν περὶ τῶν ὅλων. ὁ δ’ οὖν Πτολεµαῖος ἐκπολιορκήσας Ὠρωπὸν παρέδωκε τοῖς Βοιωτοῖς καὶ τοὺς Κασάνδρου στρατιώτας ὑποχειρίους ἔλαβε.

47 O’Sullivan 2009, p. 269-271.

48 Diodore de Sicile, 19, 78, 5.

49 Diodore de Sicile, 19, 78, 5 : ἐπῆλθε δὲ καὶ τὴν Λοκρίδα καὶ τῶν Ὀπουντίων τὰ Κασάνδρου φρονούντων συνεστήσατο πολιορκίαν καὶ συνεχεῖς προσβολὰς ἐποιεῖτο.

50 Ma 2012, p. 237.

51 Diodore de Sicile, 20, 19, 2.

52 Holleaux 1895a, p. 32-37.

53 Plutarque, Vie de Démétrios 8-10 ; Diodore de Sicile, 20, 45-46 ; Habicht 2006, p. 84.

54 Hammond, Walbank 1988, p. 175-176.

55 Diodore de Sicile, 20, 100, 6 ; Plutarque, Vie de Démétrios 23, 3.

56 Marmor Parium, FGrH 239 B 24.

57 Le décret de la tribu Antiochis, L. Moretti, ISE I 8 (= SEG 3, 117), daté de 303/2 av. J.-C., apporte une preuve de l’appartenance d’Oropos à Athènes pendant cette période. Sur ce décret, voir Papazarkadas 2011, p. 103-106. La nouvelle annexion d’Oropos par Athènes est datée de 304 av. J.-C. par L. Moretti, ISE I 8 ; Habicht 2006, p. 94.

58 Diodore de Sicile, 20, 100.

59 Syll 3 337, l. 33-34.

60 Athénée, Deiphnosophistes 6, 253b : καὶ Θηβαῖοι δὲ κολακεύοντες τὸν Δηµήτριον, ὥς φησι Πολέµων ἐν τῷ περὶ τῆς ποικίλης στοᾶς τῆς ἐν Σικυῶνι (fr. 15 Pr), ἱδρύσαντο ναὸν Ἀφροδίτης Λαµίας. ἐρωµένη δ’ ἦν αὕτη τοῦ Δηµητρίου καθάπερ καὶ ἡ Λέαινα.

61 Hammond, Walbank 1988, p. 176-178 ; Plutarque, Vie de Démétrios 25, 4 ; Staatsverträge III 446.

62 Knoepfler 2007, la nouvelle datation de cette inscription par D. Knoepfler a été acceptée récemment par Antonetti 2012, p. 183-200, et Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64. Sur les différentes datations proposées pour ce traité voir Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64.

63 Polyen, 3, 7, 2 ; Pausanias, 1, 25, 7.

64 Kalliontzis 2017b.

65 Plutarque, Vie de Démétrios 39-40.

66 Diodore de Sicile, 21, fr. 25-27 (Goukowsky).

67 Polyen, 3, 7, 2, sur le destin de Lacharès et 4, 7, 11.

68 Polyen, 4, 7, 11 : Δηµήτριος κήρυκα πρὸς Βοιωτοὺς πέµψας πόλεµον ἐπήγγειλεν. ὁ µὲν κήρυξ ἐν Ὀρχοµενῷ τοῖς Βοιωτάρχαις τοῦ πολέµου τὴν ἐπιστολὴν ἀπέδωκε· Δηµήτριος δὲ ἐν Χαιρωνείᾳ τῇ ὑστεραίᾳ ἐστρατοπέδευσε. κατεπλάγησαν οἱ Βοιωτοὶ πόλεµον ἀγγελλόµενον ὁµοῦ καὶ παρόντα.

69 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 1.

70 Sur Peisis, voir Paschidis 2008, p. 312-315, c15.

71 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 2 ; Gullath 1982, p. 189-190.

72 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 3.

73 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 4.

74 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 5. Sur Peisis et sur les révoltes béotiennes, voir Paschidis 2008, p. 312-315.

75 De la période des révoltes béotiennes date une lettre adressée à Démétrios Poliorcète, portant sur l’infidélité des Thébains. Cette lettre, préservée sur papyrus (POxy 13), pourrait être attribuée à Hieronymos de Kardia (De Sanctis 1931, p. 330-334).

76 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 6.

77 Plutarque, Vie de Démétrios 40.

78 Plutarque, Vie de Démétrios 40, 6 ; Diodore de Sicile, 21, 14, 2.

79 Sur les révoltes béotiennes, voir Wehrli 1968, p. 173-176 ; Levêque 1957, p. 135-139 ; Kalliontzis 2017b.

80 Plutarque, Vie de Démétrios 46, 1 : Ἐπεὶ δ’ ἅπαξ ὥσπερ εἰς ὁδὸν βασιλικὴν τὴν ἐλπίδα κατέστη, καὶ συνίστατο πάλιν σῶµα καὶ σχῆµα περὶ αὑτὸν ἀρχῆς, Θηβαίοις µὲν ἀπέδωκε τὴν πολιτείαν.

81 Cloché 1952, p. 208.

82 Beloch 1927, p. 247-248.

83 Kalliontzis 2017b.

84 Pour la base d’Eugnotos d’Akraiphia, voir Ma 2005 ; Cairon 2009, p. 150-158, no 46, avec la bibliographie : Τοῖος ἐὼν Εὔγνωτος ἐναντίος εἰς βασιλῆος | χεῖρας ἀνηρίθµους ἦλθε βοαδροµέων, | θηξάµενος Βοιωτὸν ἐπὶ πλεόνεσσιν Ἄρηα. | οὐ δ᾽ὑπὲρ Ὀγχηστοῦ χάλκεον ὦσε νέφος· | ἦ δὴ γὰρ δοράτεσσιν ἐλείπετο θραυοµένοισιν, | Ζεῦ πάτερ, ἄρ⟨ρ⟩ηκτον λῆµα παρασχόµενος· | ὀκτάκι γὰρ δεκάκις τε συνήλασεν ἰλαδὸν ἵππω[ι] | ἥσσονι δὲ ζώειν οὐ καλὸν ὡρίσατο, | ἀλλ᾽ ὅγ᾽ἀνεὶς θώρακα παρὰ ξίφος ἄρσενι θυµῶι | π[λή]ξατο, γενναίων ὡς ἔθος ἁγεµόνων. | τὸµ µὲν ἄρ᾽ἀσκύλευτον ἐλεύθερον αἶµα χέοντα | δῶκαν ἐπὶ προγόνων ἤρια δυσµενεές· | νῦν δὲ νιν ἐκ τε θυγατρὸς ἐοικότα κἀπὸ συνεύνου | χαλκέο [...3-4... ]ΟΝ ἔχει π[έ]τρος Ἀκραιφιέων | ἀλλά, νέοι, γί[ν]εσθε κατὰ κλέος ὦδε µαχηταί, | ὦδ᾽ἀγαθοί, πατέρων ἄιστεα [ῥ]υόµενοι.

85 Sur le traité étolo-béotien, voir Staatsverträge III 463 ; Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64 ; Mackil 2013, p. 491-493, no 53, avec traduction anglaise.

86 Pour une datation juste après la bataille d’Ipsos : Beloch 1925, p. 213 ; Flacelière 1930, p. 75-89 ; Flacelière 1937, p. 57-75 ; Cloché 1952, p. 207.

87 Knoepfler 2007.

88 Lefèvre 1998 (SEG 48, 588) ; cf. Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 62.

89 Lefèvre 1998, p. 133-139.

90 Habicht 2006, p. 108-109 ; Douris, FrGrH 76, F 13. Sur cet hymne, voir Chaniotis 2011.

91 Knoepfler 2001b.

92 Habicht 2006, p. 147.

93 Knoepfler 2008, p. 612-613.

94 Cette inscription a été redatée par Knoepfler 2002, p. 131-143.

95 Sur la date de l’archonte fédéral Philokomos, voir le chapitre I sur la chronologie des archontes fédéraux p. 13.

96 IG XII 9, 192 ; Holleaux 1897b = Holleaux 1938, p. 41- 73 ; Knoepfler 2014, p. 72-85.

97 Chankowski A. 2010, p. 147.

98 Beloch 1925, p. 250, n. 1 ; Béotie sous domination macédonienne en 280 av. J.-C. : « Boeotien das Anfang 280 noch unter Antigonos stand (Memnon 13) war zur Zeit des gallischen Einfalles von ihm unabhängig, wahrscheinlich auch Megara ». Memnon, FrGrH 434, F 1, 8, 5 : αὐτῶν δὲ τῶν ῾Ηρακλεωτίδων τὸ ἐξαίρετον ἔφερον ἡ λεοντοφόρος ὀκτήρης. οὕτω κακῶς ᾽Αντίγονος τῶι στόλωι πράξας εἰς τὴν Βοιωτίαν ἀνεχώρησε.

99 Habicht 2006, p. 148.

100 IG VII 279 ; Bringmann, Steuben 1995, p. 125-126, no 78.

101 Pausanias, 10, 20, 3-5 ; Gullath 1982, p. 207-211. D. Knoepfler proposa d’identifier un de ces stratèges à l’Oropien Lysandros mentionné par Pausanias comme l’un des béotarques qui dirigaient le contingent béotien contre les Galates (Knoepfler 2002, p. 140-141). L’épigramme d’Euanoridas de Thèbes, IG VII 2537, tombé en défendant Delphes, est daté par plusieurs épigraphistes de la période de la guerre contre les Galates et doit dater plutôt de la troisième guerre sacrée, voir Vottéro 2002, p. 87, n. 24, et Kalliontzis 2014a, p. 363-364 avec fig. 18.

102 Knoepfler 2002, p. 140-141.

103 Scholten 2000, p. 33, n. 11.

104 Tarn 1913, p. 151 ; Luraghi 2018, p. 35. Pour défendre la présentation de Pausanias, A. Bayliss présente des hypothèses difficiles à accepter, voir Bayliss 2011, p. 197-200.

105 Knoepfler 1998, p. 207.

106 Knoepfler 2007, p. 1250.

107 Knoepfler 2014.

108 Sur cette question, voir l’analyse prosopographique de l’Inscr. 8 et la synthèse historique sur Oponte p. 128-135.

109 I.Thespies 58-61 ; Fraser 1952 ; Bringmann, Steuben 1995, p. 136-140, nos 86-89.

110 Knoepfler 2007.

111 Diogène Laërce, La Vie de Ménédème d’Érétrie 142 : δόγµατι κοινῷ τῶν Βοιωτῶν ἐκελεύσθη µετελθεῖν. Cf. Knoepfler 1991, p. 198-201.

112 Voir Knoepfler 1993, p. 339 ; Knoepfler 1991, p. 175, n. 15, p. 199, n. 80.

113 Sur Aristeidès, voir PAA 165380 et maintenant I.Rhamnous 404.

114 Sur ce que nous connaissons déjà de l’invasion de la Mégaride par Antigone, voir O’Neil 2008, p. 80-81. Sur la guerre de Chrémonidès, voir Oliver 2007, p. 127-131. Sur le système routier entre la Béotie et la Mégaride, voir Hammond 1954, p. 103-122, et plus récemment Lohmann 2002, p. 79-85, et Fachard, Pirisino 2015.

115 V. Petrakos, EAH, 2003, p. 15-16 (SEG 52, 124) ; Knoepfler 2010-2011, p. 453.

116 SEG 61, 352 ; Piérart, Étienne 1975 ; Wallace 2011 ; A. Bencivenni, dans Antonetti, De Vido 2017, no 63. Ce décret ne semble pas être un décret posthume en l’honneur de Glaukon.

117 Thériault 1996, p. 112-118 ; Jung 2006, p. 298-343.

118 Antonetti, De Vido 2017, p. 273-274.

119 Stavrianopoulou 2002.

120 Grainger 1999, p. 131-133.

121 Knoepfler 2001a, p. 293, avec la bibliographie.

122 Scholten 2000.

123 Polybe, 20, 4 ; Walbank 1979, p. 66-68, et Plutarque, Vie d’Aratos 16, 1, 1. Sur la bataille et les événements qui y ont conduit, Feyel 1942a, p. 79-82 ; Scholten 2000, p. 83-93.

124 Roesch 1982, p. 307-316.

125 Polybe, 20, 5 ; Walbank 1979, p. 69.

126 Voir Robu 2012 et Robu 2014 pour la bibliographie et les arguments pour et contre cette identification. Aujourd’hui, la datation basse de ces décrets, ainsi que celle d’autres décrets qui présentent des liens avec ceux mentionnés ci-dessus, est confirmée par les liens prosopographiques des nouveaux catalogues militaires de Mégare datés de l’époque béotienne ainsi que des catalogues de l’époque achéenne qui seront édités en collaboration avec A. Robu, voir également Inscr. 1-3.

127 Migeotte 2010a, p. 82-89, avec la bibliographie.

128 Knoepfler 2010-2011, p. 448 ; Knoepfler 1992, p. 474-475, no 117 ; Migeotte 2010, p. 66.

129 Scherberich 2009, p. 40-41 : « Knoepflers Bezug auf die Jahre um 280 v. Chr. ist demnach durchaus fraglich. Die Kritik Migeottes krankt ihrerseits daran, dass er keine andere Interpretation der Inschrift vorschlägt. Z. 7 etwa scheint kaum Anders verstanden werden zu können, als dass die Thebaner von sich sagen, sie hätten die Festung Munychia zurückgegeben, und zwar durch Zahlung eines Geldbetrages. Dies legt nahe, auch die Inschrift aus Thespiai in diesen historischen Kontext zu setzen. Demnach haben also zumindest die Thebaner, vermutlich aber auch Thespiai und daneben vielleicht noch andere boiotische Städte zur Aufbringung der 150 Talente beigetragen, die Diogenes, der makedonische Statthalter in Attika, für die Rückgabe der Festungen und den Abzug der Garnisonstruppen gefordert hatte ».

130 Rousset 2002, p. 24-26. La même date a été proposée par Roesch 1982, p. 359-364 ; Knoepfler 2003, p. 87-90 ; Scherberich 2009, p. 32, avec la bibliographie.

131 Roesch 1982, p. 359-364. D. Rousset a réexaminé récemment la date de ce traité pour accepter celle proposée par P. Roesch, Rousset à paraître ; Mackil 2013, p. 442-443, no 28, qui date ce traité de 228-224.

132 Rousset à paraître.

133 Roesch 1982, p. 365-367.

134 Sur le traité entre Achéens et Béotiens-Phocidiens, Knoepfler 2003, p. 89 ; Walbank 1989, p. 189, et Roesch 1982, p. 365-367.

135 Polybe, 20, 5 ; Feyel 1942a, p. 117-119.

136 Voir Paschidis 2008, p. 319-323. On trouve une nouvelle mention de Neon dans l’Inscr. 33.

137 Pour la famille de Neon fils d’Askondas, voir Paschidis 2008, p. 319-323.

138 Polybe, 20, 5,3-6.

139 Sur la présence béotienne à Delphes qui était intermittente, voir Lefèvre 1998, p. 76-78.

140 Polybe, 20, 6, 8 ; Scherberich 2009, p. 73-74.

141 Scherberich 2009, p. 74.

142 Heracleides le Crétois, fr. I (Arenz 2006). Sur la date de l’œuvre d’Heracleides le Crétois, voir Knoepfler 2011-2012, p. 425-428, qui défend une datation après 229 av. J.-C. et la libération d’Athènes, alors qu’Arenz pense que l’œuvre d’Heracleides doit dater de la période avant la guerre de Chrémonidès.

143 Roesch 1982, p. 367-369 ; Scherberich 2009, p. 45.

144 Sur l’intégration d’Oponte et de la Mégaride dans le koinon béotien, voir ci-dessous p. 128-138.

145 Polybe, 20, 5, 12 ; Scherberich 2009, p. 89.

146 Scherberich 2009, p. 89.

147 Polybe, 4, 25.

148 Feyel 1942a, p. 140-144 ; Scholten 2000, p. 213-215.

149 Scherberich 2009, p. 137.

150 Comme le prouve le diagramma de Philippe V trouvé à Kynos, D. Summa, IG IX 12, 5, 1989, qui est daté de la période 219-197 av. J.-C.

151 Feyel 1942a, p. 172 ; Hatzopoulos 2001, p. 31 : « La découverte à Kynos d’une copie du diagramma de Philippe V met fin à une ancienne controverse sur l’appartenance de cette localité à la Béotie ou aux possessions extérieures du roi macédonien, donnant raison à Feyel contre Klaffenbach, Beloch et Tarn ».

152 IG IX 12, 5, 1989.

153 Rousset 2002, p. 24-27.

154 Feyel 1942a, p. 285-301.

155 F. Marchand a essayé de montrer que ces Philipéens étaient fort probablement originaires d’Euromos de Carie, mais P. Hamon a montré qu’il s’agit d’une hypothèse fragile, voir Hamon 2016, p. 127, n. 61.

156 Marchand 2010 ; Oetjen 2014, p. 107.

157 Huss 2001, p. 412-413. Les lettres du couple royal lagide à Thespies, I.Thespies 152-154, doivent dater de la même époque. Une autre inscription faisant référence à des donations ptolémaïques est I.Thespies 155.

158 Paschidis 2008, p. 308-310.

159 Paschidis 2008, p. 309 ; Schachter 2016, p. 368-369.

160 Le Guen 2001, p. 145. Sur les buts de cette politique ptolémaïque, voir Paschidis 2008, p. 308-310.

161 Sur une monnaie de Thespies avec, selon toute probabilité, l’effigie d’Arsinoé, voir Schachter 1961 et Noeske 2000, p. 243-245, qui n’est pas d’accord avec la théorie de Schachter. Voir maintenant Schachter 2016, p. 352.

162 Pour une analyse récente de ces documents avec toute la bibliographie antérieure, voir Paschidis 2008, p. 315-319.

163 Brabantani 2000 (Supplementum Hellenisticum, fr. 959). L’importance de l’Hélicon en tant que source de l’inspiration poétique grâce à l’œuvre d’Hésiode est apparente dans l’œuvre de Callimaque notamment dans les Aitia (Callimaque, fr. 4, 1-3). Voir Fantuzzi, Hunter 2004, p. 51-60.

164 Sur la réorganisation des Mouseia, voir Manieri 2009, p. 318-322, et Schachter 2016, p. 344-371 ; sur l’effort de reconnaissance internationale pour les Mouseia de Thespies, voir Manieri 2009, p. 357-373, Thes. 10-15.

165 Sur la reconnaissance des Ptoia par l’Amphictionie, voir Manieri 2009, p. 80-84, Acr. 1. Sur les autres documents concernant la réorganisation des Ptoia pendant cette période, voir Manieri 2009, p. 84-99, Acr. 2-8.

166 Manieri 2009, p. 84-87, Acr. 2.

167 Sur les décrets des Amphictions relatifs aux Agrionia de Thèbes, CID IV 70-72, cf. Manieri 2009, p. 292-297, Theb. 5.

168 Voir notamment Le Guen 2001 ; Aneziri 2003, et plus récemment Manieri 2009, p. 64-69. Pour une analyse historique des concours béotiens et la bibliographie encore plus récemment, Schachter 2011. Un autre témoignage sur les liens étroits entre la Béotie et les Lagides pendant cette période est donné par la mort d’un théore béotien à Alexandrie en 213 av. J.-C., voir Paschidis 2008, p. 323, C23.

169 Étienne, Knoepfler 1976, p. 337-342.

170 Pitt 2014.

171 Migeotte 1984, no 11 (Chorsiai) ; no 12 (Orchomène, Euboulos) ; no 13 (Orchomène, Nikaréta) ; no 14 (Orchomène, fragment d’une convention avec un inconnu), no 15 (Kopai, fragment d’un décret, début du iie s. av. J.-C.), no 16 (Akraiphia, ententes avec deux créanciers), Inscr. 33 (nouvelle affaire d’Orchomène).

172 SEG 22, 410 ; Mackil 2013, p. 448-453, no 33 ; Migeotte 1984, p. 41-44, no 10.

173 Migeotte 1984, p. 45-48, no 11.

174 Migeotte 1984, p. 72-74, no 15. Une photographie de cette inscription se trouve dans les archives M. Feyel à l’EFA.

175 Migeotte 1984, p. 74-78, no 16.

176 Sur cette question, voir Migeotte 1985, p. 103-109 : « les créanciers avançaient leur argent avec l’espoir de le recouvrer un jour augmenté des intérêts : en d’autres termes, quand le crédit des cités était bon ».

177 Paschidis 2008, p. 319-323.

178 Pour les élites béotiennes pendant cette période, voir Müller 2010.

179 Ma 2013, p. 221-222 et p. 139-142.

180 Müller 2013 avec toute la bibliographie.

181 Voir ici le catalogue des décrets de proxénie p. 96-98, et le catalogue confectionné par Fossey 2014, p. 49-82.

182 Osborne 2017b, p. 228-229.

183 Tite-Live, 29, 12.

184 Sur cette question, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon.

185 Tite-Live, 33, 1-2.

186 Tite-Live, 33, 2 (traduction G. Achard, CUF, 2001).

187 Voir le chapitre II sur l’organisation politique du koinon et des cités p. 58.

188 Tite-Live, 33, 1-2 ; Plutarque, Vie de Flamininus 6 ; Aymard 1938b, p. 154-156 ; Roesch 1982, p. 369-370.

189 Polybe, 18, 43 ; Tite-Live, 33, 27-29.

190 Tite-Live, 33, 28 ; Knoepfler 1986, p. 598-600.

191 Un casque appartenant probablement à un de ces soldats romains malheureux a été trouvé en 1926, à l’est d’Haliarte, voir Sekunda 2001, p. 177-178.

192 Sur cette médiation, voir Magnetto 1997, p. 450-454, no 76.

193 Polybe, 20, 2 ; Tite-Live, 35, 50, 5 ; 36, 6, 5 ; Roesch 1982, p. 370-372 ; Deinigner 1971, p. 88 et n. 7 et 8.

194 Tite-Live, 35, 47, 2-3 ; Polybe, 20, 7, 3-4 ; Tite-Live, 36, 6, 1-6 ; Appien, 11, 13, 52.

195 Tite-Live, 36, 20, 2-4 : « Ceterum per omnes dies haud secus quam pacato agro sine vexatione ullius rei agmen processit, donec in agrum Coroneum ventum est. ibi statua Regis Antiochi posita in templo Minervae Itoniae iram acendit, permissumque militi est ut circumiectum templo agrum populaterur ; dein cogitatio animum subit, cum communi decreto Boeotorum posita esset statua, indignum esse in unum Coronensem agrum saevire. Revocato extemplo milite finis populandi factus ; castigati tantum verbis Boeoti ob ingratum in tantis tamque recentibus beneficiis animum erga Romanos ». Sur cet événement, voir Sordi 1985, p. 265-269.

196 Polybe, 22, 4.

197 Polybe, 22, 4 ; Errington 1969, p. 153-154 ; Ager 1996, p. 280-281, no 105.

198 Polybe, 24, 16, 4 ; Ager 1996, p. 309-310, no 115.

199 Roesch 1982, p. 372-373.

200 Roesch 1982, p. 373.

201 Polybe, 27, 1, 2, 5 ; Tite-Live, 42, 12 ; Hatzopoulos 1998, p. 1194-1195 ; Knoepfler 2005-2006, p. 647 ; Pantermalis 1999, p. 54 ; voir aussi Briscoe 2012, p. 191-192.

202 Polybe, 27, 1-2, 5 ; Tite-Live, 42, 37-38 ; 43-44 ; 46-47.

203 Polybe, 25, 3, 1.

204 Polybe, 27, 1-2.

205 Tite-Live, 42, 38, 3-5.

206 Sur cette question, voir le chapitre II sur l’organisation du koinon p. 53-54.

207 Sur la résistance contre les Romains en Béotie, voir Deinigner 1971, p. 153-159 et p. 164-167.

208 Polybe, 30, 20, et Tite-Live, 43, 4 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3 ; Briscoe 2012, p. 402. Une série de bornes porte l’inscription ΑΓ ΑΘ : ces lettres doivent représenter les seuls signes tangibles de cette présence athénienne et doivent être développées en Ἀγρὸς Ἀθηναίων, Roesch 1965, p. 63-64. Voir aussi SEG 42, 406.

209 Polybe, 29, 12 ; Tite-Live, 43, 4, 11 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3.

210 Will 1982, p. 273. Sur la conduite des Romains en Béotie en 171, voir Müller 1996c ; Larsen 1968, p. 463 ; Sherk 1969, p. 26-29, no 2 (Thisbé) ; p. 32-33, no 3 (Coronée) ; Errington 1974 ; Roesch 1982, p. 372-377.

211 Sur cette phase de résistance des cités béotiennes contre Rome, voir Deininger 1971, p. 164-167.

212 Pour un trésor enfoui probablement pendant cette période difficile, voir Hackens 1969, p. 712-729.

213 Briscoe 2012, p. 372-375.

214 Robert 1938 ; Sherk 1969, p. 32-33, no 3.

215 Polybe, 28, 3, 2.

216 Knoepfler 1990, p. 493-497 ; Müller 2005 ; Grenet 2014, p. 404-407 ; Kalliontzis 2008.

217 Knoepfler 2010. Un bon aperçu des vicissitudes oropiennes a été donnée par Gauthier 1987-1989, p. 187-202, en particulier 194-195.

218 Knoepfler 2001a.

219 Diogène Laërce, La vie de Ménédème d’Érétrie 14 ; Knoepfler 1991b, p. 197, n. 74 : « La datation de cet épisode en 304 (L. Robert, Hellenica XI-XII, p. 200-201) ne peut pas être acceptée : c’est en 295 (ou même seulement, à la rigueur, en 287) que Ménédème plaida pour Oropos contre Athènes assiégée par Démétrios ». Knoepfler 1991b, p. 199, n. 83 : « La cité d’Oropos, avec l’Amphiareion, avait en effet réintégré la Confédération béotienne en 287 ou 286, après une période de domination athénienne (depuis 304/3) et d’indépendance (depuis 295/4) ». Roesch, Étienne 1978, p. 374 : « Oropos sans cesse disputée entre Athènes et la Béotie, avait fait partie de la Confédération entre 313 et 304, puis avait été rendue à Athènes jusqu’en 287, date à laquelle elle avait été rattachée à nouveau en Béotie ; elle devait y demeurer jusqu’en 146 (sic) ».

220 Knoepfler 2002, p. 131-143.

221 Petrakos 1968.

222 Larsen 1965.

223 D. Summa, IG IX 12, 5, p. 10, Fasti no 132.

224 Cette hypothèse sur une intégration possible d’Oponte au koinon béotien a été émise par Klaffenbach 1926, p. 76, et a été acceptée par d’autres savants : Beloch 1927, p. 393 ; p. 432, Flacelière 1937, p. 192 ; Will 1982, p. 217 ; Fr. Walbank, CAH VII 12, p. 249. Cette hypothèse qui a été formulée avant la publication du décret d’Amphiareion (Inscr. 8) pourrait être confirmée par la présence de Thebangelos fils d’Hisménias dans ce dernier. Contre cette datation voir Knoepfler 1995, p. 147-148 ; Knoepfler 1998, p. 208.

225 Des doutes sur cette appartenance sont émis dans Étienne, Knoepfler 1976, p. 331 ; Knoepfler 1986, p. 616-617, n. 86 ; Knoepfler 1986, p. 615. Plus récemment, D. Knoepfler est revenu sur cette question dans Knoepfler 2002, p. 142.

226 Klaffenbach 1926 ; Flacelière 1937, p. 192.

227 Knoepfler 1995, p. 144-148.

228 Un résumé détaillé de la question du troisième hieromnemon locrien est donné par Lefèvre 1998, p. 80-83.

229 Contre, voir Knoepfler 1986, p. 616-617, n. 86.

230 Un résumé très discutable des différentes appartenances d’Oponte est proposé par Scholten 2000, p. 259, qui semble ignorer les décrets de proxénie étoliens où apparaissent des garants opontiens et complique inutilement l’affaire. La question de l’appartenance d’Oponte et de la Locride orientale sera élucidée par l’étude de D. Knoepfler annoncée dans Étienne, Knoepfler 1976, p. 331, n. 246 ; Knoepfler 1986, p. 616-617, n. 86 ; Knoepfler 1995, p. 148, n. 62.

231 Étienne, Knoepfler 1976, p. 331.

232 Étienne, Knoepfler 1976, p. 327 : « D’abord pourquoi fallait-il que le roi leur fît un cadeau et un cadeau de cette importance ? Pour les remercier, nous dit-on. Mais, il importe de se rappeler que dans cette affaire ce sont bien plutôt les Béotiens qui font figure de débiteurs : trop heureux en effet de pouvoir échapper à la tutelle des Étoliens, “ils se soumirent entièrement”, écrit Polybe, “aux Macédoniens” dès l’arrivée du roi dans leur pays ». Les mêmes arguments valables pour Aigosthènes peuvent être appliqués dans le cas d’une donation éventuelle d’Oponte.

233 Des doutes sont émis par Scherberich 2009, p. 36 : « Wir haben keinen Beleg dafür, daß Antigonos Doson bie seinem Zug 228 v. Chr. nach Phokis und die Doris (s.o.) die opuntische Lokris berüht, geschweige daß er sie erobert hat. Gegen eine dauernde makedonische Besetzung von Opus spricht auch, daß das Gebiet mit der zum Aitolerbund gehörenden epiknemidischen Lokris im Norden sowie mit Phokis und Boiotien im Westen bzw. Süden an drei Seiten von Feinden Makedoniens umgeben gewesen wäre. Es ist doch sehr fraglich, ob Antigonos Doson solch einen exponierten Aussenposten hätte haben wollen und sichern können ».

234 Polybe, 20, 5, 7-9 ; Feyel 1942a, p. 117-119.

235 Knoepfler 2003, p. 102-103.

236 Syll 3 635B ; Rigsby 1996, p. 63b ; Manieri 2009, p. 84-85, Acr. 2.

237 Étienne, Knoepfler 1976, p. 333.

238 Roesch 1982, p. 234.

239 Manieri 2009, p. 80-88, Acr. 1-4.

240 Étienne, Knoepfler 1976, p. 333.

241 Scherberich 2009, p. 34.

242 D. Summa, IG IX 12, 5, Fasti no 178 : hieme 219 Philippus rex profectus est ἐκ Θετταλίας εἰς Εὔβοιαν κἀκεῖθεν εἰς Κῦνον ἦκε διὰ Βοιωτίας ; Polybe, 4, 67, 7.

243 Contre, Hatzopoulos 2001, p. 29-32. Hatzopoulos pense que ce document donne raison à M. Feyel contre l’opinion de G. Klaffenbach qui a été suivie par d’autres savants.

244 Cette opinion a été émise également par M. Holleaux, un siècle avant la découverte du diagramma de Kynos, Holleaux 1892, p. 469-470 : « Reste à chercher combien de temps dura cette union. Pendant la seconde guerre de Macédoine, la domination macédonienne s’établit directement, sinon en droit, du moins en fait, sur la Locride : une garnison royale occupait la citadelle d’Oponte. Il serait possible pourtant que, même en ce temps-là, Oponte fît encore nominalement partie de la Béotie ».

245 Tite-Live, 28, 7, 4.

246 G. Klaffenbach a résumé l’histoire d’Oponte pendant cette période ainsi, Klaffenbach 1926, p. 83 : « Was nun das Schicksal des südöstlichen Teiles von Ost-Lokris, die Hypoknemidier, anlangt, so sind die Nachrichten darüber sehr spärlich, und nur da seine läss sich mit Bestimmheit behaupten, daß er vor dem Jahre 167 seine Selbständigkeit nicht wiedererlangt hat, ja es spricht alle Wahrscheinlichkeit dafür, daß er seit seiner Besetzung im Jahre 272 bis zum Jahre 196 dauernd bei Boeotien verblieben ist und also dessen Schicksale mitgemacht hat. als sich im Jahre 245 nach der Schlacht von Chaeronea Boeotien an Aetolien anschloss (Polyb. XX, 5, 2), kamen auch die Hypoknemidier zu Aetolien. Zu beginn des demetrischen Krieges (ca. 234) fällt dann Boeotien, wieder von den Aetolern ab und ordnet sich Makedonien unter (Polyb. XX 5, 3), so daß auch das südostliche Lokris damit zu Makedonien kommt. So erklärt es sich, dass wir die Stadt Larymna im Jahre 227 im Besitze der Böoter, die sich dem makedonischen Bündnisse treu erweisen finden (Polyb. XX 5, 7 ff. vgl Beloch III 2 359), daß Halae in der Zeit ca. 219-206/4 als böotisch begegnet, wie die Inschrift AJA (1915) 444 nr. 3 beweist, die im Präskript den Böotischen Archon Philon nennt ». Selon Klaffenbach, la présence militaire macédonienne n’exclut pas l’appartenance au koinon béotien.

247 Voir D. Summa, IG IX 12, 5, Fasti no 201.

248 Sur cette question, voir aussi p. 29-30.

249 Voir le chapitre I sur la chronologie pour la datation des deux archontes fédéraux portant le nom Charopinos p. 28-32.

250 Voir le chapitre I sur la chronologie pour la datation de l’archonte fédéral Lykinos p. 35-40.

251 Flacelière 1937, p. 248, n. 3 : « On a soutenu que la Phocide et la Locride d’Opous se détachèrent de la Confédération aitolienne en même temps que la Béotie : Beloch, Gr. Gesch2 IV 1, 631 ; Tarn, CAH VII, 744. Les seuls arguments en faveur de cette opinion, c’est que la Phocide figurera en 224 parmi les pays alliés de la Macédoine qui entrèrent dans la Ligue hellénique d’Antigone Doson et que la région d’Opous appartiendra à Philippe en 218 ; mais, puisque la Béotie, qui, en 227, comme l’admet Beloch lui-même, ibid., 638, n. 3, se trouvait dans le camp des ennemis de Macédoine, a pu entrer trois ans plus tard dans la Ligue d’Antigone Doson, pourquoi ne pas admettre que la Phocide et la Locride d’Opous, elles aussi, ont pu se détacher de l’Aitolie seulement entre 227 et 224 ? Cette dernière hypothèse me paraît beaucoup plus conforme aux vraisemblances ».

252 Voir D. Summa, IG IX 12, 5, p. 15, Fasti nos 201 ; 205.

253 Holleaux 1892, p. 469-470.

254 Feyel 1942a, p. 61.

255 Robu 2012, p. 95-99.

256 Robu 2014b, p. 104.

257 Habicht 1989, p. 321-322. Cf. Robu 2012, p. 89, n. 12, avec toute la bibliographie. Les liens prosopographiques sont présentés de façon détaillée dans Robu 2012, p. 88-93, et Robu 2014b, p. 89-91. Par contre, le décret SEG 2, 255, où apparaît Phokinos fils d’Eualkos est certainement daté de 290 av. J.-C. Sur cette famille, voir Paschidis 2008, p. 301, n. 1.

258 Lefèvre 1995 ; Knoepfler 1995. Sur la date de l’archonte Ainesilas, voir Flacelière 1937, p. 433 : « Cet archontat est de date assez incertaine, mais Pomtow qui proposait les environs de 247/6 (Klio XIV 305), le plaçait certainement trop bas ». Voir également Nachtergael 1977, p. 219, no 10. Pour un résumé des problèmes chronologiques posés par le décret 181, voir Paschidis 2008, p. 302, n. 1. Sur les incertitudes concernant la date de l’archonte Ainesilas, voir Le Guen 2001, I, no 17. Pour Heracleidas I, Flacelière suit les suggestions d’E. Bourguet dans BCH 35, 1911, p. 486. Bourguet a plusieurs fois changé d’opinion sur la date de cet archonte.

259 FD III 1, p. 65 : « L’écriture de ce texte, où apparaît Φ à double boucle, m’engagerait à descendre jusqu’à l’archonte de 228 ».

260 Feyel 1942a, p. 88-89 ; Robu 2014b, p. 98.

261 Feyel 1942a, p. 89-90 ; Paschidis 2008, p. 295-299 ; Robu 2012, p. 103-104 ; Robu 2014b.

262 Malgré les arguments excellents de Paschidis et Robu sur la date basse des décrets de Mégare, Ch. Chrysafis (Chrysafis 2018) a voulu mettre en doute cette datation et revenir à l’identification du roi Démétrios avec Démétrios Poliorcète, mais ces arguments ne sont pas convaincants.

263 Polybe, 20, 6, 8. Une autre opinion est présentée par Feyel 1942a, p. 129, n. 3.

264 Scherberich 2009, p. 73-74. Pour une brève présentation de l’histoire d’Aigosthènes, voir Freitag 2000, p. 174-179.

265 Feyel 1942a, p. 30-32, p. 100.

266 Étienne, Knoepfler 1976, p. 282, p. 301-302.

267 Beloch 1927, p. 434 : « In Pagai haben sich bisher Urkunden aus boeotischer Zeitnoch nicht gefunden ; es ist aber nicht zu bezweifeln, daß auch diese Stadt wie die Nachbarstädte boeotisch geworden ist ».

268 La dépendance diachronique de Pagai par rapport à Mégare est bien présentée par Robert 1939, p. 113 : « Tel fut le sort de Pagai, à en juger par les maigres renseignements que nous possédons. Elle se rattache naturellement à Mégare, dont elle ne fut d’abord que le port sur le golfe de Corinthe. Elle n’est qu’un centre fortifié des Mégariens, τεῖχος, dit le Pseudo-Skylax, et Strabon dira encore (d’après Artémidore ?) : ἥ τε Οἰνόη καὶ Παγαὶ τὸ µὲν τῶν Μεγαρέων φρούριον, ἡ δὲ Οἰνόη των Κορινθίων. On admet que c’est lors de l’entrée de Mégare dans la Confédération Achaienne en 243 que les bourgs d’Aigosthènes et de Pagai sont devenus des villes. La chose ne me paraît point assurée, loin de là. L’indépendance de Pagai pendant la période achaienne est attestée par des monnaies avec l’inscription Ἀχαιῶν Παγαίων. Mais on ne sait comment les dater exactement ».

269 Cette situation est bien décrite par Robert 1939, p. 112 : « Les Pagaiens sont en discussion avec leurs voisins au sujet d’un port. C’est avec eux que délibèrent les délégués achaiens. C’est semble-t-il bien, aux fêtes de Pagai que seront honorés les envoyés achaiens. À Pagai était gravée une copie du décret. D’autre part, le décret émane de Mégare. C’est Mégare qui remercie les Achaiens de ce qu’ils ont fait pour “la ville” (l. 34 et 36), c’est-à-dire pour Mégare, en défendant Pagai ; c’est elle qui décerne des honneurs aux fêtes de Pagai (l. 39-40). Tout cela s’explique facilement si Pagai n’a pas alors sa pleine indépendance, si elle dépend, de telle ou telle façon, de Mégare, que ce soit comme κώµη ou comme ville unie à Mégare en sympolitie ». Et p. 115-116 : « Certes Pagai a dû suivre ordinairement la fortune de Mégare ; les deux localités, chacune sur l’une des côtes de l’Isthme, se commandent ; entre elles pas d’obstacles sérieux ; une route facile les unit ; de Pagai à Mégare, la route monte doucement pendant une heure ; puis pendant trois heures, on descend lentement vers la plaine de Mégare et on la traverse. Dans notre inscription, nous voyons Pagai encore rattachée à Mégare ; dans la Confédération achaienne, à ce moment, Mégare tient Pagai en tutelle ».

270 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.

271 Polybe, 20, 6, 8 ; Aymard 1938b, p. 14, n. 7 ; Beloch 1927, p. 434 ; Errington 1969, p. 77, n. 1.

272 Notamment Étienne, Knoepfler 1976, p. 323, D. Knoepfler est revenu récemment sur cette question en adoptant la datation haute de 206 av. J.-C., Knoepfler 2003.

273 Robu 2011, p. 79-101.

274 D. Knoepfler, Bull. 2010, 325.

275 Robert 1939 (OMS II 1250-1275) ; Robu 2014, p. 367-368 ; Harter-Uibopuu 1998, p. 110-111 ; Ager 1996, p. 233-235, no 85. Un nouveau fragment de cette inscription a été découvert au musée de Mégare par A. Robu.

276 Robu 2012.

277 Holleaux 1897b ; Chankowski A. 2010, p. 147-151.

278 Knoepfler 2014.

279 Diodore de Sicile, 20, 100, 6 : Δηµήτριος δὲ κατὰ τὰς ἐντολὰς τοῦ πατρὸς διαλυσάµενος πρὸς Ῥοδίους ἐξέπλευσε µετὰ πάσης τῆς δυνάµεως καὶ κοµισθεὶς διὰ νήσων κατέπλευσε τῆς Βοιωτίας εἰς Αὖλιν. σπεύδων δ’ἐλευθερῶσαι τοὺς Ἕλληνας (οἱ γὰρ περὶ Κάσανδρον καὶ Πολυπέρχοντα τὸν ἔµπροσθεν χρόνον ἄδειαν ἐσχηκότες ἐπόρθουν τὰ πλεῖστα µέρη τῆς Ἑλλάδος) πρῶτον µὲν τὴν Χαλκιδέων πόλιν ἠλευθέρωσε, φρουρουµένην ὑπὸ Βοιωτῶν, καὶ τοὺς κατὰ τὴν Βοιωτίαν καταπληξάµενος ἠνάγκασεν ἀποστῆναι τῆς Κασάνδρου φιλίας, µετὰ δὲ ταῦτα πρὸς µὲν Αἰτωλοὺς συµµαχίαν ἐποιήσατο. Plutarque, Vie de Démétrios 23, 3.

280 Marmor Parium, FGrH 239 B 24.

281 Knoepfler 1998, p. 207-208.

282 Knoepfler 1998, p. 208.

283 Knoepfler 1995, p. 148.

284 Sur l’histoire d’Oponte, voir p. 128-135.

285 Beck 1997, p. 83-106.

286 Caractéristique est l’apophtegme de Periclès : « τοὺς τε γαρ πρίνους ὑφ’αὑτῶν κατακόπτεσθαι, καὶ τοὺς Βοιωτοὺς πρὸς ἀλλήλους µαχοµένους » (Aristote, Rhétorique III, 1407a, 4-6).

287 Feyel 1942a ; Aymard 1946, p. 305, qui n’est pas d’accord avec la présentation de l’organisation militaire béotienne faite par M. Feyel.

288 Aymard 1946, p. 313 ; Müller 2013.

289 Müller 2013.

290 Marchand 2010.

291 Voir p. 128-138.

292 Voir p. 127.

293 Harter-Uibopuu 1998.

294 Je reprends ici le titre du livre de Y. Voulgaris récemment paru, Voulgaris 2019.

295 Corsten 1999 ; Knoepfler 2001b.

296 Knoepfler 1999b.

297 Ducat 1973, p. 73 : « Dans un article maintenant classique, J.A.O. Larsen a montré l’apport des Béotiens aux théories politiques des Grecs. La Confédération béotienne est dès ses débuts une réalisation si achevée et si efficace qu’on peut se demander s’il n’y a pas là un autre aspect, plus important encore, de la contribution béotienne à la civilisation grecque ».

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search