Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Chapitre II

Organisation politique du koinon et des cités béotiennes pendant la période hellénistique

Texte intégral

Introduction

  • 1 Beck 1997, p. 83-106, pour une nouvelle attestation d’un béotarque au ve s. av. J.-C., voir Aravant (...)
  • 2 Larsen 1968, p. 26 ; Hellenica Oxyrhynchia XVI 3.
  • 3 Corsten 1999, p. 60.

1La Béotie est un des États grecs qui a la plus longue tradition d’organisation fédérale. Grâce aux Hellenika d’Oxyrhynchos l’organisation de cet État est assez bien connue et étudiée pour la période classique1. Comme l’a souligné J. A. O. Larsen, « Boeotia was the home of the best known and most highly developed federal state of the second half of the fifth century »2. Le koinon béotien est resté à l’avant-garde de l’organisation fédérale pendant la période hellénistique comme l’affirme avec beaucoup de clarté Th. Corsten : « Der Boiotische Bund ist damit derjenige Bundesstaat an dem sich die proportionale Gliederung des Territoriums in Distrikte am klarsten ablesen lässt, die-wie sich im Laufe der weiteren Untersuchung herausstellen wird-für antike Bundesstaaten grundlegend ist »3.

2L’historien se trouve face à une situation paradoxale. Pour la période classique, il dispose d’une source majeure à savoir les Hellenika d’Oxyrhynchos, mais de très peu d’inscriptions. Pour l’époque hellénistique, il ne peut utiliser aucune synthèse sur le koinon, mais doit travailler à partir d’une kyrielle d’inscriptions qui nous renseignent sur son organisation.

Histoire de la recherche

  • 4 Busolt 1926, p. 1409-1447.
  • 5 Roesch 1965.

3Si l’on excepte les travaux classiques sur l’organisation du koinon de G. Busolt4, ce sont principalement les synthèses de M. Feyel et de P. Roesch5 qui font autorité sur l’organisation et l’administration du koinon et des cités à l’époque hellénistique. Ces études remarquables à bien des égards doivent néanmoins être amendées sur quelques points précis. Les travaux de D. Knoepfler sur l’épigraphie béotienne, mais aussi sur l’organisation du koinon par districts, ont relancé la discussion sur l’organisation du koinon hellénistique et sont un point de départ précieux pour l’étude de l’organisation fédérale et civique de la Béotie hellénistique.

  • 6 Roesch 1965 ; Roesch 1982 ; Roesch 2009 (I.Thespies).

4Durant la période hellénistique, la principale caractéristique de la Béotie demeure son organisation fédérale. Le caractère fédéral du koinon influence toute son organisation, que ce soit au niveau politique, militaire, économique mais aussi dans les relations entre le koinon et le monde extérieur et les cités entre elles. Ces quinze dernières années, des études importantes ont résolu les problèmes posés par l’organisation du koinon hellénistique. Elles sont en grande partie fondées sur les publications épigraphiques. Une découverte majeure, faite par D. Knoepfler, est l’existence de districts dans le cadre du koinon. Ces derniers servaient de base pour la vie politique, militaire et agonistique. Ces travaux ont ainsi contribué à préciser les frontières de ces districts ainsi que leur fonctionnement. Une autre contribution majeure revient à P. Roesch. S’il n’a pas pu résoudre tous les problèmes concernant la Béotie hellénistique, il a beaucoup apporté grâce à son étude minutieuse de la grande stèle de Thespies (I.Thespies 84), ainsi que par la publication posthume des inscriptions de Thespies6. Les nombreux progrès de la recherche et notamment la découverte de l’organisation par districts nous obligent à procéder à une nouvelle présentation.

Sources sur l’organisation du koinon et des cités béotiennes

5Les témoignages littéraires comme ceux de Polybe, Tite-Live et, de façon plus limitée, Heracleides le Crétois, nous donnent une image biaisée sur l’organisation du koinon hellénistique. Ainsi, le fragment de Polybe, présente le koinon comme une institution fragile et faible qui, notamment dans le domaine de la justice, ne pouvait pas offrir à ses citoyens la sécurité et la stabilité des institutions, caractéristiques indispensables pour le bon fonctionnement d’un état. Cette présentation négative a donné une mauvaise image du koinon hellénistique.

6Dès lors, il convient de s’intéresser aux nombreuses inscriptions émanant aussi bien du koinon que des cités elles-mêmes qui sont la principale source d’information pour étudier l’organisation et de l’administration du koinon et des cités béotiennes à l’époque hellénistique.

  • 7 Voir ci-dessous la liste des catalogues militaires.
  • 8 IG VII 2724 ; 2724a ; 2724b ; 2723.

7La catégorie d’inscriptions la plus vaste concernant l’organisation du koinon est celle des catalogues militaires7. Nous l’examinerons de façon détaillée dans les pages qui suivent. Vient ensuite une autre catégorie de documents, celle des décrets de proxénie, fédéraux et civiques, érigés dans les épiphanestatoi topoi du koinon et des cités qui nous informent sur les relations aussi bien du koinon que des cités avec l’étranger. Au milieu de cette masse d’inscriptions, parfois répétitives, apparaissent quelques inscriptions ou séries d’inscriptions exceptionnelles qui contribuent à une meilleure compréhension de l’organisation du koinon. Il s’agit principalement de documents émanant directement du koinon. Parmi eux, le plus important est la grande stèle de Thespies (I.Thespies 84) qui comporte deux listes de magistrats de la cité de Thespies et probablement de son district pendant deux années consécutives. Enfin, une autre série remarquable de documents est celle des dédicaces fédérales du Ptoion (IG VII 2724, 2724a-2724e) et dans une moindre mesure, celle de Platées (IG VII 1672-1674) et celle d’Orchomène (IG VII 3207) qui ont aidé Th. Corsten et surtout D. Knoepfler à discerner l’organisation territoriale du koinon hellénistique par districts8.

8Il est très probable que des fouilles intensives dans les grands sanctuaires fédéraux béotiens, notamment de la capitale fédérale d’Onchestos, apporteront un lot important de documents sur l’administration et l’histoire du koinon. Les recherches archéologiques de Th. Spyropoulos, parfois menées de façon discutable, ont déjà révélé que la terre du Copaïs pouvait réserver bien des surprises.

  • 9 Sur le fragment de Polybe, voir aussi Hennig 1977 et Müller 2013.

9Les inscriptions offrent donc une toute autre image visiblement plus proche de la réalité que l’image stéréotypée donnée par Polybe9.

Organisation politique fédérale

La capitale fédérale

  • 10 Knoepfler 2006-2007, p. 642-646 ; Mylonopoulos 2014 ; Mylonopoulos 2015.

10Au cours de son hégémonie, Thèbes a joué le rôle de capitale fédérale, mais durant la période hellénistique, c’est le sanctuaire fédéral de Poséidon à Onchestos qui a été choisi comme capitale administrative10. Ce choix était une solution d’ordre géographique et politique. Onchestos se trouvait, en effet, au centre de la Béotie, sur la route centrale qui traverse cette région. De plus, bien que situé sur le territoire d’Haliarte, il présentait l’avantage d’avoir un caractère fédéral. Tous les Béotiens se trouvaient donc sur un pied d’égalité quant à la prise de décisions vis-à-vis des Thébains.

  • 11 Christopoulou 1995, p. 429-445, avec la bibliographie antérieure. Pour les fouilles récentes à Onch (...)
  • 12 Christopoulou 1995, p. 443-444 ; 445.
  • 13 Hoover 2014, p. 347, no 1174.

11Ce sanctuaire a été maintes fois fouillé, mais de façon très partielle. Il reste donc en grande partie à découvrir11. Récemment, des fouilles ont permis de mettre au jour un jeton de vote qui porte le bouclier béotien – symbole de la confédération12. Le sanctuaire pourrait réserver encore des surprises aux épigraphistes. Le statut de capitale pour Onchestos est attesté par le titre donné à l’archonte fédéral (ἄρχων ἐν Ὀγχηστῶι) dans les documents émanant du koinon et surtout dans les catalogues militaires civiques. Par ailleurs, la présence récurrente de Poséidon d’Onchestos sur le revers des monnaies béotiennes de l’époque hellénistique souligne l’importance de ce sanctuaire pour le koinon13.

  • 14 Tite-Live, 33, 1 ; 36, 6 ; 42, 43. Pour d’autres cas où Tite-Live se trompe dans la désignation des (...)
  • 15 Roesch 1982, p. 281 ; Müller 2011, p. 278.
  • 16 Knoepfler 2006-2007, p. 642-646.

12À différentes reprises, Tite-Live mentionne Thèbes comme capitale de la Béotie ce qui a troublé plusieurs historiens modernes et les a amenés à penser qu’un changement était survenu au début du iie s. av. J.-C. en faveur de Thèbes14. Il revient à P. Roesch et, plus récemment, à Chr. Müller d’avoir daté cet éventuel transfert de la capitale fédérale d’Onchestos à Thèbes du début du iie s.15. Bien que fondée sur des sources littéraires, notamment Tite-Live, cette opinion doit vraisemblablement être écartée comme l’a déjà souligné D. Knoepfler16.

  • 17 Sur cette question, voir aussi ci-dessus p. 25.
  • 18 Knoepfler 2006-2007, p. 642-649.
  • 19 Voir également le chapitre I sur la chronologie des archontes du koinon p. 30-32.
  • 20 Il semble que P. Roesch avait pensé à cet archonte parce que dans son corpus posthume de Thespies, (...)
  • 21 Pour la date de l’archonte Soteirichos, voir le chapitre I p. 25-26.

13Grâce à la chronologie des archontes fédéraux présentée ici, on peut apporter de nouveaux arguments en faveur de la persistance d’Onchestos comme capitale du koinon béotien jusqu’à sa dissolution17. Bien que Tite-Live apporte un témoignage important et qu’il soit en général une source fiable, D. Knoepfler a montré que tel ne pouvait pas être le cas ici18. La capitale fédérale selon lui est toujours restée à Onchestos. Chr. Müller a essayé d’utiliser des arguments épigraphiques pour démontrer que Tite-Live avait raison, en datant l’archonte fédéral Charopinos qui doit être identifié avec Charopinos II et l’archonte local de Thespies Épimachanos de la fin du iiie s. av. J.-C., vers 210 av. J.-C., alors qu’ils doivent vraisemblablement dater de la fin du iiie s.19. Si cet argument ne peut être considéré comme suffisant pour écarter la possibilité d’un transfert de la capitale du koinon, il convient de l’étayer par un autre argument d’ordre prosopographique. Il faut partir du catalogue militaire I.Thespies 106 daté de l’ἄρχων ἐν Ὀγχηστῶι Damatrios qui doit vraisemblablement être identifié à Damatrios II, archonte fédéral daté de ca 180 av. J.-C.20. On retrouve parmi les conscrits de ce catalogue un Saon fils d’Alexion (l. 10-11), selon toute probabilité, fils du conscrit Alexion fils de Saon de l’année de l’archonte fédéral Soteirichos (I.Thespies 95, l. 24). Comme je l’ai déjà mentionné, l’archonte Soteirichos doit dater de ca 212 av. J.-C.21 et si on tient compte de l’écart de trente ans entre les archontes fédéraux Soteirichos et Damatrios, on arrive à une datation de ce Damatrios de ca 180 av. J.-C. Il doit s’agir vraisemblablement de Damatrios II.

  • 22 Voir p. 35-40.

14On peut alléguer comme preuve supplémentaire I.Thespies 161, daté de l’archonte Lykinos qui est explicitement présenté comme archôn en Onchestôi. Grâce à la nouvelle datation de l’archonte Lykinos (ca 180 av. J.-C.)22, nous tenons la preuve que le siège du koinon était toujours Onchestos.

15On a ainsi la certitude qu’Onchestos resta la capitale fédérale probablement jusqu’à la fin du koinon. Parallèlement, Thèbes a pu au fil des années retrouver un rôle important dans le cadre du koinon (rôle dont elle avait abusé pendant la période de son hégémonie), mais elle n’a pu regagner le statut de capitale fédérale. Et les organes fédéraux ont pu, dans certaines circonstances exceptionnelles, se réunir à Thèbes, surtout dans la phase terminale de l’histoire du koinon, lorsqu’il était impossible de se réunir à Onchestos.

Autres lieux d’exposition des actes fédéraux

  • 23 Voir le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 110-111.
  • 24 Staatsverträge III 463 ; Knoepfler 2007 ; Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64.
  • 25 Buckler 2008, p. 62-63 ; Knoepfler 2006-2007, p. 649-651.

16À côté de la capitale fédérale d’Onchestos, le koinon affichait des documents dans d’autres topoi qui avaient un caractère fédéral. Il s’agit notamment du sanctuaire d’Athéna Itonia à Coronée et du sanctuaire d’Alalkoménion qui se trouvait entre les territoires d’Haliarte et de Coronée. Un témoignage important pour les épiphanestatoi topoi est le traité entre les Étoliens et les Béotiens daté par D. Knoepfler de la période qui suit la défaite des Galates23. Ce texte prévoit l’érection de stèles portant le traité en trois emplacements en Béotie, à Onchestos, à Itonion et à Alalkoménion24. Malheureusement, l’emplacement même de ces deux sanctuaires pose problème et aucune fouille n’a encore été effectuée. Plusieurs fragments d’inscriptions ont été trouvés dans la région où pourrait se trouver l’Itonion. Th. Spyropoulos, suite à des fouilles sommaires, au nord de l’acropole de Coronée a trouvé quelques bâtiments qu’il a attribués au sanctuaire de l’Itonion. Mais D. Knoepfler et J. Buckler ont montré que le site fouillé par Th. Spyropoulos devait être un sanctuaire périurbain de Coronée et non l’Itonion qui doit se situer plus au nord, plus près du Copaïs25.

  • 26 Löhr 1993 ; Ma 2007 ; Ma 2013, p. 139-142.
  • 27 Ma 2013, p. 141.

17Un autre topos qui, sans être revêtu d’un caractère fédéral, présente un grand nombre de documents émanant du koinon est celui de l’Amphiareion d’Oropos. À Oropos, la gravure des documents fédéraux paraît moins systématique et est vraisemblablement liée à des intérêts locaux. Ainsi, quand un des béotarques venait d’Oropos, il faisait ériger au moins une partie de ses actes à l’Amphiareion. Les décrets sont inscrits sur des bases de statues consacrées dans le sanctuaire, avec parfois un choix idéologique pour la gravure de tel décret sur telle ou telle base26. La cité d’Oropos utilisait, en effet, les bases des statues appartenant aux bienfaiteurs de la cité et à des membres de l’élite civique pour y graver des documents publics tels que des décrets de proxénie, textes qui ont été décrits par J. Ma comme des « pigeons épigraphiques »27.

L’organisation territoriale 

  • 28 Roesch 1965.
  • 29 Knoepfler 1999b ; Corsten 1999, p. 43-47 ; Knoepfler 2000 ; Knoepfler 2001c ; Knoepfler 2002, p. 14 (...)

18L’organisation des districts fédéraux au ive s. av. J.-C. est bien connue grâce au témoignage des Hellenika d’Oxyrhynchos. La question de l’organisation territoriale du koinon béotien hellénistique a longtemps laissé perplexes les chercheurs. Ces derniers ont pensé que le koinon hellénistique ne possédait pas de districts et que ceux-ci étaient une caractéristique du koinon classique. Par la suite, P. Roesch a émis l’idée selon laquelle on avait des districts qui étaient dominés par les grandes cités du koinon et que les petites cités jouaient un rôle mineur dans leur administration28. Grâce à l’étude des inscriptions concernant le koinon – notamment les dédicaces fédérales du Ptoion –, D. Knoepfler, suivi par Th. Corsten, est arrivé à la conclusion que le koinon comprenait les districts suivants29 (voir carte) :

191) Tanagra. À ce district appartenait la grande cité de Tanagra, ainsi que d’autres petites cités ou kômai, comme Mykalessos.

202) Thèbes. Après sa réintégration dans le koinon, Thèbes constituait à elle seule un district de par son importance.

213) Platées-Oropos. Selon D. Knoepfler, ces deux cités formaient un district continu à l’intérieur du koinon béotien. Il lui revient d’avoir montré l’unité territoriale de ce district.

224) Orchomène-Chéronée. Ces deux cités formaient le district occidental du koinon avec d’autres cités ou kômai de cette région comme Kyrtones. Ce district était dominé par Orchomène, bien qu’elle ait perdu le rôle prédominant qui était le sien durant la période archaïque.

235) Lébadée-Coronée-Thisbé. Ce district englobait trois cités d’importance plus ou moins égale et qui formaient une vaste région qui s’étendait du lac Copaïs jusqu’au golfe de Corinthe. Ce district comprenait aussi d’autres petites cités comme la petite cité ou kômé de Chorsiai.

246) Thespies-Siphai. Ce district était dominé par la grande cité de Thespies qui a absorbé les autres petites cités du district comme Siphai.

257) Akraiphia-Haliarte-Hyettos-Kopai. Ce district pourrait être appelé le district du Copaïs parce qu’il réunit des cités qui se situaient autour du lac Copaïs. Il faut souligner que c’est D. Knoepfler qui a reconnu l’appartenance d’Hyettos au télos d’Akraiphia.

268) Autres cités intégrées dans le koinon. À leur entrée dans le koinon, les cités non béotiennes telles qu’Érétrie ou Chalcis devaient constituer de nouveaux districts.

  • 30 Müller 2011, p. 261-263.
  • 31 Mackil 2013, p. 446-448, no 32.

27Les districts fédéraux jouaient un rôle prépondérant dans la vie politique, militaire et religieuse du koinon et des poleis30. Les districts contribuaient à une organisation plus équilibrée dans le cadre du koinon hellénistique. Grâce à eux, les petites cités béotiennes étaient protégées de l’hégémonie des grandes, notamment de Thèbes. Mais l’existence des districts fédéraux n’empêchait pas les grandes ou moyennes cités d’avoir une politique expansionniste comme le prouve la convention entre Orchomène et Kyrtones (Inscr. 39) et la convention entre Thisbé et Chorsiai31.

Date de la réforme territoriale et de l’organisation des districts

  • 32 Knoepfler 2001b et plus récemment Müller 2011.

28Avec les seules données dont nous disposons aujourd’hui, il est difficile de déterminer une date précise pour la réforme territoriale du koinon hellénistique. Selon D. Knoepfler, cette réforme est postérieure à l’intégration dans le koinon de Thèbes et d’Oropos qu’il faut dater d’après 287 av. J.-C.32. Cette date se fonde sur la nouvelle datation du groupe des archontes mentionnés dans les dédicaces fédérales du Ptoion.

Les citoyens béotiens, la citoyenneté fédérale

  • 33 Pour la citoyenneté fédérale béotienne et l’ethnique fédéral béotien, voir Roesch 1982, p. 446-447. (...)

29Une des caractéristiques les plus marquantes du koinon béotien hellénistique est l’existence d’une citoyenneté fédérale accordée aux citoyens des différentes cités membres. On constate une utilisation constante de l’ethnique boiotios pour telle ou telle cité dans les inscriptions non béotiennes, avec toutefois quelques variantes possibles. Le phénomène de la citoyenneté fédérale ne se limite pas au seul koinon béotien, mais l’unité ethnique de ce dernier permettait une application plus facile de la citoyenneté fédérale dans le cadre du koinon33.

  • 34 Roesch 1965.

30Le citoyen béotien, grâce à son identité civique, pouvait accéder à des magistratures au sein de sa propre cité et participer au Conseil. Il avait également une identité fédérale qui lui accordait le droit de participer à l’assemblée fédérale tenue à Onchestos. Il pouvait ainsi accéder à des magistratures fédérales soit grâce au vote de ses concitoyens pour des magistratures fédérales moins importantes comme les aphedriateuontes, ou les synedroi, soit grâce au vote de l’assemblée fédérale pour les magistratures fédérales les plus importantes comme la béotarchie ou les magistratures militaires telle que l’hipparchie. En outre, grâce au koinon, le cadre administratif des cités béotiennes était unique avec de légères variations dans l’organisation civique qui dépendaient de spécificités locales (par exemple, les cités maritimes, comme Thespies, avaient des magistrats responsables des ports, les liménarques)34. Cette uniformité de l’organisation civique contribuait à une meilleure cohésion des cités du koinon.

31Nous pouvons arriver par élimination à la conclusion que les citoyens des cités béotiennes bénéficiaient de certains privilèges dans les autres cités du koinon. En effet, il n’y a aucune attestation d’un décret de proxénie d’une cité béotienne pour un citoyen béotien antérieur à la dissolution du koinon. Nous pouvons en conclure avec D. Knoepfler et Chr. Müller que les citoyens avaient de jure le privilège d’enktèsis, de possession de terre et de maison dans d’autres cités béotiennes. Ces privilèges ont pu faciliter la mobilité entre les différentes cités, les liens matrimoniaux et familiaux entre les citoyens des différentes cités béotiennes, mais ils demeurent très difficiles à établir en l’état actuel de notre documentation.

32Ces privilèges aussi bien au niveau civique que fédéral étaient assortis d’une série d’obligations pour les citoyens béotiens. Nous possédons plusieurs attestations épigraphiques de taxes fédérales que les citoyens des cités béotiennes devaient acquitter au koinon.

33La plus lourde obligation était probablement le service militaire dans le cadre de l’éphébie obligatoire pour tous les citoyens béotiens. Les éphèbes après deux ans de préparation militaire étaient versés dans les rangs de l’armée fédérale béotienne qui était sous les ordres de magistrats fédéraux – les béotarques et l’hipparque fédéral.

34Les contingents des différentes cités béotiennes étaient sous la direction des magistrats fédéraux et les cités béotiennes ne pouvaient pas avoir de politique militaire indépendante. L’application de la législation fédérale béotienne était, comme c’est le cas dans les confédérations modernes, obligatoire et le droit fédéral était considéré comme supérieur au droit des cités.

  • 35 Pour une description réussie du koinon béotien, voir Roesch 1982, p. 501-503.

35Les cités pouvaient avoir des relations avec le monde extérieur, notamment en accordant la proxénie à des étrangers, mais les décisions les plus importantes comme le serment des traités ou des alliances étaient décidées au niveau fédéral et jurées par les représentants du koinon. Les cités béotiennes devaient alors se soumettre à ces décisions35.

36Tout ce système de gouvernance fédérale résultait des expériences historiques des cités béotiennes et notamment de la domination thébaine sur le koinon. Les Béotiens ont voulu former un koinon plus démocratique où les droits des petites cités et de leurs citoyens seraient respectés et où un Thébain serait l’égal d’un Platéen ou d’un Chéronéen. Cette forme d’organisation égalitaire fondée sur la parité dans la représentation des différents districts du koinon a assuré pendant une période exceptionnellement longue la stabilité et la paix dans les cités béotiennes. C’est uniquement à cause de la pression écrasante de Rome que le koinon a volé en éclat.

  • 36 Kalliontzis 2017.
  • 37 IG VII 2433. Voir l’analyse récente de F. Marchand, Marchand 2010. Voir également les critiques de (...)

37Certains droits et privilèges liés à la citoyenneté civique et fédérale ont pu, dans de rares cas, être accordés à des étrangers résidant en Béotie. Citons l’exemple exceptionnel des métèques d’Akraiphia qui ont reçu l’isotéleia grâce à leur participation à la guerre contre Démétrios Poliorcète36 et celui, plus obscur, des citoyens de Philippes. Cette cité doit être vraisemblablement identifiée avec Philippes de Macédoine37.

Les assemblées fédérales

Assemblée fédérale

38Pendant la période hellénistique, il existe une assemblée de citoyens béotiens qui siège dans la capitale fédérale d’Onchestos. Le rôle de cette assemblée n’est pas facile à cerner car les témoignages sur son fonctionnement sont très limités. Le dèmos béotien apparaît dans plusieurs décrets du koinon béotien. Le caractère démocratique du koinon garantissait vraisemblablement la participation possible, mais non effective, de tous les citoyens béotiens à l’assemblée fédérale des Béotiens.

  • 38 Tite-Live, 33, 2, 6.

39Selon Tite-Live, la prise de décisions se faisait au moyen de votes par cité38. Mais, ce témoignage est à prendre avec précaution dans la mesure où l’assemblée était réunie à Thèbes dans des circonstances exceptionnelles, à savoir quand les Romains avaient déjà occupé la plus grande partie de la Béotie et se trouvaient aux portes de Thèbes. Il serait préférable de voir dans cette assemblée le synédrion fédéral réuni exceptionnellement à Thèbes plutôt qu’une assemblée du démos béotien.

Synédrion fédéral

  • 39 Müller 2011, p. 276-277.
  • 40 « Fut ensuite présentée et lue par Dicéarque de Platées une proposition de loi sur la conclusion d’ (...)

40Le synédrion constitue l’institution fédérale centrale du koinon. Les témoignages sur ce synédrion sont très limités. Dans les deux listes des magistrats de Thespies (I.Thespies 84), on compte trois synédroi, l. 1-3, et l. 65-66. Ces trois synédroi doivent être ceux du télos de Thespies pendant cette période. On peut en déduire que le synédrion fédéral devait comporter 3 × 7 = 21 synédroi au total, nombre qui paraît vraisemblable. Chr. Müller pense à juste titre que le synédrion fonctionnait au niveau des télè et non pas des cités béotiennes39. Les synèdres représentaient chaque télos et non les cités individuelles. C’est vraisemblablement du synédrion fédéral dont parle Tite-Live (33, 2, 6) quand il décrit un vote par cités que nous avons déjà évoqué : Rogatio inde a Plataeensi Dicaearcho lata recitataque (de societate) cum Romanis iungenda, nullo contra dicere audente, omnium Boeotiae civitatum suffragiis accipitur iubeturque40. Les synèdres de chaque télos ont effectué un vote que Tite-Live et probablement avant lui Polybe ont interprété comme un vote par cité.

Droit

Lois fédérales

  • 41 Sur les lois fédérales béotiennes, voir Roesch 1982, p. 384-396.

41Nous avons aussi quelques rares mentions de lois fédérales. Il semble que le koinon émettait des lois dans tous les domaines de la vie institutionnelle et quotidienne en Béotie. Nous connaissons les lois suivantes41 :

  • 42 Plutarque, Étiologies grecques, Œuvres Morales 292 D : Τίς ὁ παρὰ Βοιωτοῖς πλατιωχέτας ; τοὺς οἰκίᾳ (...)

421) Grâce au témoignage de Plutarque, nous connaissons un thesmophylakikos nomos qui établissait vraisemblablement les responsabilités des thesmophylaques42.

432) Une autre loi est appelée κατοπτικός et ναοποϊκός νόµος.

  • 43 Pausanias, 9, 14, 5.

443) Une autre loi fédérale était susceptible de fixer la durée du mandat des béotarques. Cette loi est signalée par Pausanias, mais on ignore la date de son introduction43. Il pourrait même s’agir d’une loi de l’époque impériale.

  • 44 Roesch 1982, p. 316-319 ; Mackil 2013, p. 441-442, no 27.

454) La loi sur la préparation militaire. Un décret de Thespies en l’honneur d’un hoplomaque athénien (I.Thespies 29) stipule qu’une loi du koinon obligeait les cités à s’occuper de la formation militaire des jeunes44. La réalité d’une législation fédérale sur l’organisation et la préparation militaire se déduit de l’existence des catalogues militaires eux-mêmes.

  • 45 Roesch 1982, p. 386-388.

465) La loi sur les expropriations foncières45.

  • 46 Roesch 1982, p. 388-391.

476) La loi sur le recouvrement des dettes46.

  • 47 Roesch 1982, p. 397.
  • 48 Sur les sources du droit dans les confédérations hellénistiques voir Cassayre 2010, p. 69-98. Pour  (...)

48Comme le prouve l’affaire de Nikaréta, les lois fédérales primaient sur les lois des cités. Grâce à elle, nous savons qu’un citoyen pouvait faire appel aux institutions du koinon en cas de problème avec les autorités d’une cité autre que la sienne. Ce sont les décisions fédérales qui étaient alors appliquées47. Même si les témoignages sur le droit fédéral béotien sont assez limités, il semble que le koinon possédait un corpus de lois fédérales assez développé48.

Justice fédérale

  • 49 Sur la justice en Béotie pendant la période hellénistique voir Roesch 1982, p. 404-411, et Mackil 2 (...)
  • 50 Magnetto 1997, p. 103-106, no 15, « Arbitrato territoriale della lega beotica tra Lebadea e Coronea (...)
  • 51 Harter-Uibopuu 1998, p. 129.
  • 52 Harter-Uibopuu 1998, p. 119-129, et plus récemment Luraghi, Magnetto 2012, p. 537- 540.

49Autre caractéristique qui prouve la grande cohésion fédérale du koinon hellénistique béotien : la présence d’une justice fédérale49. On dispose de preuves aussi bien directes qu’indirectes de son efficacité. Les preuves directes sont les deux inscriptions relatives aux litiges territoriaux entre les cités de Kopai-Akraiphia d’une part et de Lebadée-Coronée d’autre part50. Ces deux textes montrent qu’en cas de problème entre les cités béotiennes, le koinon intervenait pour résoudre les conflits et apaiser les tensions. Dans la région du lac Copaïs où les zones de transition entre marécages et terres agricoles variaient en raison des crues et des décrues, les cités étaient fréquemment confrontées à des différends territoriaux. Cette intervention peut paraître normale dans le cadre d’une fédération, mais ce n’était pas le cas dans d’autres fédérations grecques notamment pour le koinon achéen. Ce dernier était obligé de faire appel à des juges étrangers pour résoudre les différends territoriaux entre les cités du koinon51. Grâce à sa forte cohésion ethnique, le koinon béotien pouvait résoudre plus facilement les différends entre cités, en limitant les tensions dans le cadre du koinon. La nouvelle inscription de Messène sur les différends territoriaux entre les Messéniens et les Mégalopolitains nous montre que ce n’était pas le cas dans d’autres koina. Dans le cadre de ce conflit, Messène et Mégalopolis, après avoir utilisé plusieurs procédures fédérales, se sont vues dans l’obligation de faire appel à un tribunal de Milet. Cette procédure qui paraîtrait étrange à un citoyen du koinon béotien semble être une règle pour le koinon achéen52.

  • 53 Roesch 1985, p. 127-134. Sur cette attitude des Béotiens et des Étoliens, voir Cassayre 2010, p. 81 (...)

50La preuve indirecte de l’efficacité du koinon hellénistique est l’absence de juges étrangers en Béotie avant la dissolution du koinon. Selon P. Roesch, tous les décrets en l’honneur de juges étrangers trouvés en Béotie sont à dater de la période qui suit la dissolution du koinon en 171 av. J.-C. En cas de problèmes judicaires insolubles dans le cadre d’une cité béotienne, c’était le koinon qui intervenait pour les résoudre53.

  • 54 Roesch 1985, p. 131. Sur les effets néfastes de la dissolution du koinon pour la justice en Béotie, (...)

51De fait, tous les décrets honorant des juges étrangers en Béotie sont postérieurs à la dissolution du koinon54 :

521) des juges de Mégare à Tanagra, IG VII 20 (milieu du iie s. av. J.-C.) ;

532) des juges de Mégare à Orchomène, IG VII 21 (milieu du iie s. av. J.-C.) ;

543) des juges de Mégare à Akraiphia, BCH 24, 1900, p. 74 + BCH 60, 1936, p. 15-18 (vers 140 av. J.-C.) ;

554) des juges de Larisa à Akraiphia, BCH 60, 1936, p. 11-14, no 1 (seconde moitié du iie s. av. J.-C.) ;

565) des juges de Kleitor à Akraiphia, IG VII 4131 (seconde moitié du iie s. av. J.-C.) ;

576) des juges d’Oropos dans un conflit entre Thèbes et Érétrie, I.Oropos 330-331 (Knoepfler 2001a, p. 416) (milieu du iie s. av. J.-C.) ;

587) un juge de Trézène à Thespies, sur la stèle qui porte le décret d’Athènes pour Télésias de Trézène, IG II2 971, daté de 139 av. J.-C.

59Par contre, les cités béotiennes ont envoyé des juges dans d’autres cités grecques aussi bien avant qu’après la dissolution du koinon comme le révèlent plusieurs décrets de Delphes :

  • 55 Pour la datation ce décret, voir Habicht 1987.

601) I.Thespies 30 en l’honneur de trois Thespiens (après 189 av. J.-C.55) ;

  • 56 Robert 1929, p. 162.

612) FD III 1, 354, daté de 156/5 av. J.-C., pour trois juges et un secrétaire de Thèbes56 ;

623) FD III 1, 366 + BCH 53, 1929, p. 160-164, des années 150-125, pour des juges de Thèbes ;

634) FD III 1, 458, de la même époque, très mutilé, pour des juges portant des noms typiquement béotiens.

64Il est donc évident que le jugement sévère de Polybe (19, 6) et d’Heracleides le Crétois (fr. I, 16 [Arenz]) sur l’état de la justice en Béotie à l’époque hellénistique est infondé. Ce jugement repose, comme on l’a déjà constaté, sur les préjugés de Polybe.

Symbola

  • 57 Sur les symbola du koinon béotien avec d’autres régions de Grèce, voir Roesch 1982, p. 401-404.

65Dans le cadre de la justice internationale, le koinon a aussi conclu des symbola qui réglaient les relations judiciaires entre la Béotie et des États ou des confédérations étrangères. Nous connaissons ainsi57 :

  • 58 IG II/III3 1, 4, 997, l. 10- 15 : [ἐπε]ιδὴ τοῦ δήµου τοῦ Ἀθηναίων καὶ[τοῦ κοινο]|ῦ τοῦ Βοιωτῶν σύµβ (...)
  • 59 Magnetto 1997, p. 203-207, no 34.

661) le symbolon entre Béotiens et Athéniens grâce à deux inscriptions attiques, IG II/III3 1, 4, 997, et IG II/III3 1, 5, 117158. Malheureusement, ces inscriptions – surtout IG II/III3 1, 5, 1171 – sont très fragmentaires. Grâce à ces deux documents, nous parvenons à la conclusion que Lamia était l’ekklètos polis pour une affaire entre Athéniens et Béotiens qui pourrait concerner Mégare59. Ce symbolon doit être antérieur à 247 av. J.-C., date de l’affaire présentée dans les deux inscriptions attiques.

  • 60 P. Roesch (Roesch 1982, p. 403) doute de l’existence d’un symbolon entre les deux koina et pense qu (...)
  • 61 Sur cette affaire, voir Robu 2011 et Robert 1939 et le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 137 (...)

672) Un symbolon qui devait exister aussi entre les Béotiens et les Achéens. Grâce à Polybe, nous savons que des différends entre Béotiens et Mégariens ont été réglés par un accord entre Béotiens et Achéens après une intervention de Philopœmen. Le moyen de résoudre ces différends devait être un symbolon, même si ce terme n’apparaît pas dans le texte de Polybe (22, 4)60. Quelques années plus tôt ou plus tard, les deux koina se sont trouvés en conflit à cause d’un différend territorial entre Aigosthènes et Mégare concernant le port de Panormos61.

  • 62 Polybe, 22, 4 : Φάσκοντες οὐ δύνασθαι τα κατά τοὺς νόµους ὠκονοµηµένα παρ᾽αὐτοῖς ἄκυρα ποιεῖν.

68Dans ce cadre, le constat de Polybe et celui d’Heracleides le Crétois sur l’absence de justice en Béotie sur une longue période paraissent exagérés et erronés. Force est de constater que nous n’avons pas de preuves épigraphiques concernant des problèmes judiciaires. Il y avait, en revanche, des procédures bien établies. Par exemple, quand Rome a essayé d’intervenir dans les affaires internes à la Béotie en 186 av. J.-C. en demandant la révocation des exilés qui avaient conspiré pour l’assassinat du chef promacédonien, Brachylès, les Béotiens ont répondu qu’ils ne pouvaient pas changer les dispositions légales existantes62.

Magistratures fédérales

69En Béotie, les informations sur l’élection des magistrats civiques et notamment fédéraux font défaut. Il semble que tous les citoyens étaient éligibles aux magistratures aussi bien fédérales que civiques.

70On connaît mal l’organisation politique fédérale. Comme nous l’avons déjà souligné, les inscriptions émanant du koinon, en nombre relativement élevé, sont notre source principale : décrets de proxénie fédéraux, catalogues militaires avec mention de l’archonte fédéral, dédicaces fédérales. La quasi-absence de fouilles des trois sanctuaires fédéraux béotiens, Onchestos, Itonion et Alalkoménion, nous prive très probablement d’une partie importante des documents émanant du koinon.

Magistratures politiques

71Selon les documents dont nous disposons, il semble exister deux magistratures fédérales :

  • 63 Sur l’archonte fédéral, voir Roesch 1982, p. 282-286.

721) l’archonte fédéral, Ἄρχων ἐν Ὀγχηστῷ, ἄρχων ἐν κοινῷ. Il s’agit de l’archonte éponyme du koinon béotien. Son nom apparaît dans tous les actes officiels du koinon, comme les décrets de proxénie fédéraux et les catalogues militaires63 ;

  • 64 Roesch 1982, p. 287-290.

732) les béotarques, Βοιωταρχίοντες. Les béotarques qui sont au nombre de sept, un pour chaque télos, ont des compétences dans tous les domaines de la vie publique. Assistés d’un hipparque, ils dirigent l’armée fédérale, rôle que nous analyserons plus bas64. Les béotarques apparaissent rarement dans les inscriptions émanant du koinon. Le décret fédéral de proxénie gravé à l’Amphiareion est l’un des rares documents où est mentionné l’ensemble du collège des béotarques (Inscr. 8). Dans ce dernier, on trouve huit béotarques au lieu de sept, car il y a un béotarque originaire d’Oponte qui faisait alors partie du koinon béotien. Les membres du collège des béotarques étaient vraisemblablement les rogatores des décrets fédéraux de proxénie. Ce phénomène peut être discerné lorsqu’on examine les deux décrets fédéraux de proxénie provenant d’Itonion, SEG 23, 287 et SEG 23, 290. Dans le premier, Kalliteles de Thèbes est rogator parce qu’il est alors béotarque ; dans le second, le même Kalliteles de Thèbes est archonte fédéral.

Magistratures judiciaires

  • 65 Migeotte 1984, p. 62.

74Il semble que le koinon hellénistique ait eu des magistrats fédéraux préposés à l’enregistrement et à la protection des actes juridiques. P. Roesch a probablement exagéré en présentant les thesmophylakes comme des magistrats responsables de la protection du droit dans tout le koinon béotien en général. Il semble que leur rôle était plus limité. Ils jouaient, selon L. Migeotte, un rôle analogue aux chreophylakes ou aux nomophylakes des autres cités grecques65.

75Les thesmophylaques interviennent au nom du koinon pour régler l’affaire compliquée de Nikaréta entre les cités béotiennes de Thespies et Orchomène (IG VII 3172). Nous ignorons le nombre exact de ces magistrats. Dans la liste des magistrats de Thespies, on trouve un thesmophylaque uniquement la deuxième année de l’archonte Epigénès. Selon P. Roesch, on pourrait ici avoir la preuve qu’il n’y avait pas sept thesmophylaques, soit un pour chaque télos, mais un nombre plus limité. Il paraît étonnant que tous les télè ne soient pas représentés dans une magistrature fédérale. Il semble par ailleurs probable que cette magistrature n’ait pas été annuelle, mais qu’en raison même de sa spécificité, elle ait pu s’étendre sur plusieurs années. Dans la nouvelle édition de la grande liste des magistrats de Thespies (I.Thespies 84), une nouvelle lecture de la l. 41, permettrait de connaître un collège de thesmophylaques supplémentaire de cinq membres et un secrétaire. Mais la lecture [τεθ]µ̣οφού̣[λακες] semble très incertaine, car une telle mention se trouverait dans une partie de la liste où l’on énumère les magistratures civiques. Pour cette raison, il serait préférable de voir ici des magistrats civiques et de restituer [σιτ]οφύ[λακες].

  • 66 Attestations des thesmophylaques : IG VII 3172, l. 178 ; I.Thespies 84, l. 41, 66 ; SEG 32, 456, l. (...)

76Les thesmophylaques sont donc vraisemblablement les gardiens du droit et des lois dans le cadre du koinon béotien. C’est pourquoi ils sont présents dans le cas du différend entre Thespies et Orchomène concernant l’affaire de Nikaréta, mais pas dans la nouvelle affaire entre Orchomène et la cité étrangère d’Amphissa. Leur mandat devait être limité aux affaires internes du koinon béotien66.

Magistratures religieuses, aphedriateuontes, organisation de la vie religieuse

  • 67 Attestations des aphedriateuontes : Akraiphia/Ptoion : IG VII 2724 ; 2724a ; 2724b ; 2724c ; 2724e (...)
  • 68 Voir le tableau des aphédriates dans Knoepfler 2001c, p. 354-355. Sur les aphédriates, voir Mackil  (...)
  • 69 Mackil 2013, p. 222 et T22 ; T23 ; T24.
  • 70 Mackil 2013, p. 224.

77Le rôle exact des aphedriateuontes nous échappe. Il s’agit assurément d’une magistrature fédérale et chaque télos doit avoir au moins un aphedriateuon. Grâce aux deux catalogues de magistrats I.Thespies 84, publiés par P. Roesch, nous savons que les aphedriateuontes étaient élus par télos67. Les aphédriates étaient en général sept sauf pendant la période où le koinon a comporté un télos supplémentaire. La dédicace fédérale 2724b du Ptoion atteste l’existence d’un huitième aphédriate provenant de Chalcis. Les aphedriateuontes apparaissent notamment dans les dédicaces fédérales faites dans divers sanctuaires de Béotie, notamment au Ptoion, mais également à Orchomène et à Platées. Leur rôle n’est pas très bien défini, mais ils sont vraisemblablement préposés aux affaires religieuses. L’origine des aphédriates présentée dans les dédicaces fédérales du Ptoion a aidé à mieux comprendre le fonctionnement du système des districts fédéraux68. Avec les aphedriateuontes, le koinon a essayé de contrôler et d’unifier la vie religieuse dans les cités béotiennes. Pendant la première moitié du iiie s., ont été faites plusieurs dédicaces d’aphedriateuontes dans divers sanctuaires, comme celui des Muses au Val des Muses, des Charites à Orchomène, de Zeus Eleutherios à Platées et d’Apollon Ptoios à Akraiphia69. Le koinon a également essayé de donner une protection internationale à ses fêtes et sanctuaires en demandant la reconnaissance de l’Amphictionie pyléo-delphique. Un décret fragmentaire amphictionique des années 260 déclare inviolable un sanctuaire – peut être celui d’Itonion, CID IV 3870.

  • 71 Schachter 2016, p. 381-392.
  • 72 Knoepfler 2001c ; Chaniotis 2002.

78La religion était également utilisée par le koinon pour essayer de résoudre des conflits entre cités béotiennes comme le prouve l’inscription IG VII 4136 dans laquelle le koinon se sert de l’oracle de Trophonios pour apaiser les tensions entre Akraiphia et Lébadée71. La fête traditionnelle des Daidala décrite en détail par Pausanias contribuait également à l’unité des cités béotiennes72.

Organisation financière du koinon

79Dans la grande liste de Thespies (I.Thespies 84), apparaissent les magistrats préposés aux affaires financières : cinq ou sept liménarques, trois katoptai (contrôleurs des finances) et un secrétaire des katoptai.

  • 73 Sur l’articulation entre cités béotiennes et koinon, voir Roesch 1973.

80Le koinon béotien interférait dans la vie économique73. Les témoignages sur le cadre légal de cette intervention sont rares. Le plus connu est celui de l’affaire de Nikaréta (IG VII 3172) où des magistrats du koinon, des thesmophylaques, interviennent pour régler des problèmes entre Nikaréta de Thespies et la cité d’Orchomène représentée par ses magistrats.

Le rôle du koinon dans l’économie béotienne

  • 74 Mackil 2015, p. 487-502.

81De façon générale, les fédérations facilitent la vie économique de la zone qu’elles contrôlent74. Le koinon béotien dans sa longue histoire, et surtout à la période hellénistique, a joué un rôle très important dans l’économie, même si les témoignages épigraphiques sur son intervention sont plutôt rares. Ce phénomène est dû au fait que le cadre institutionnel de la vie financière créé par le koinon n’apparaît qu’en cas de problème. Dans le cadre normal de la vie économique, la présence du koinon ne laissait pas de traces. Le koinon n’intervenait qu’en cas de litige comme dans le cadre de l’affaire de Nikaréta et la nouvelle affaire d’Orchomène présentée dans le recueil d’inscriptions (Inscr. 33).

  • 75 SEG 3, 342 ; Migeotte 1984, no 11 ; Mackil 2013, p. 446-448, no 32.

82Le cadre institutionnel du koinon empêchait les phénomènes de domination économique notamment des grandes cités face aux petites. L’affaire des prêts de Thisbé à sa voisine la petite cité de Chorsiai est un exemple très parlant à cet égard. Le retard dans le remboursement des dettes par Chorsiai permet à Thisbé d’intervenir dans la vie économique de la petite cité75. L’importance du cadre institutionnel fédéral pour l’économie se fait surtout sentir après sa dissolution.

Taxes fédérales

  • 76 Sur les taxes fédérales, voir Roesch 1982, p. 298-299 ; Pernin 2004, p. 227 ; Pernin 2014, p. 139-1 (...)

83C’est dans le décret d’Akraiphia récemment publié (Kalliontzis 2017b) que l’on trouve probablement la mention la plus ancienne d’une taxe fédérale. Cette dernière apparaît aussi dans d’autres documents, notamment les baux de Thespies76.

Magistrature fédérale en charge de la gestion financière, katoptai fédéraux

  • 77 Fröhlich 2004, p. 179.
  • 78 Sur les katoptai fédéraux, voir Fröhlich 2004, p. 178-179.

84Les katoptai fédéraux étaient les plus hauts magistrats préposés au contrôle des finances. Ils sont notamment mentionnés dans le devis de Lébadée où ils doivent contrôler les activités financières des naopes (IG VII 3073, l. 87-89). Grâce à ce devis, on sait qu’une loi réglait la juridiction des katoptai et des naopes. Il devait s’agir d’une loi fédérale (IG VII 3073, l. 87-89). Les katoptai du devis de Lébadée doivent dès lors être des katoptai fédéraux. Comme le souligne P. Fröhlich77, il serait difficilement possible que des magistrats fédéraux tels que les naopes du temple de Lébadée soient soumis à des magistrats de la cité de Lébadée. Comme on le verra plus loin, des katoptai civiques contrôlaient l’activité des magistrats des cités béotiennes78.

Magistrature fédérale agoranomique

  • 79 Lytle 2010.

85Les agonarques semblent être des magistrats fédéraux dont les responsabilités étaient analogues à celles des agoranomes dans les autres cités grecques. Les agonarques sont attestés comme magistrats fédéraux dans la grande liste de Thespies (I.Thespies 84). Ils réapparaissent à Thespies dans une dédicace à Hermès et à Akraiphia dans la fameuse inscription du tarif des poissons79.Cette inscription énumère trois agonarques tandis que la grande liste des magistrats de Thespies mentionne un agonarque qui semble être un magistrat fédéral (I.Thespies 84, l. 3-4, l. 68). Il est très difficile de savoir si le collège des agonarques se composait d’un tel magistrat par télos.

Organisation politique des cités

Assemblées locales

  • 80 Bonne étude des intitulés des décrets béotiens chez Müller 2005, p. 111-112. Sur le rôle de la boul (...)
  • 81 Sur cet aspect du fonctionnement des boulai locales, voir Roesch 1965, p. 132-133, et Müller 2007, (...)

86À l’époque hellénistique, chaque cité béotienne avait une assemblée, une boulè. La boulè des cités délibérait sur les décisions les plus importantes comme l’accord du privilège de proxénie à des étrangers, le remboursement des dettes, etc. Ce rôle important de la boulè est visible dans les intitulés des décrets des cités civiques80. La boulè était compétente sur toutes les affaires de la cité. Comme le montrent plusieurs décrets qui émanent aussi bien des cités que du koinon, les boulai des cités avaient une fonction probouleumatique81.

  • 82 Müller 2005, p. 115-119, qui se fonde sur des suggestions faites par Knoepfler 1990.

87Après la dissolution du koinon et notamment après la bataille de Pydna, les assemblées locales des cités béotiennes ont vraisemblablement été remplacées par des synedria au caractère plus oligarchique82.

Magistratures civiques

Magistratures politiques

  • 83 Migeotte 2006a, p. 381 : « Au iiie et iie siècle, les institutions des cités béotiennes se conforma (...)

88L’organisation fédérale de la Béotie hellénistique a eu des répercussions sur l’organisation politique civique et lui a conféré une grande uniformité. Dans chaque cité, on retrouve les mêmes magistratures et la même organisation politique83. Il y a bien sûr des différences locales, mais le cadre reste toujours le même.

89Les magistrats civiques dans les cités béotiennes à l’époque hellénistique sont les suivants :

901) l’archonte éponyme de la cité ;

912) les trois polémarques ;

923) le secrétaire des polémarques.

93Leurs magistratures sont attestées dans la grande majorité des cités béotiennes et il semble qu’elles suivent un modèle pambéotien. Preuve en est leur présence dans les catalogues militaires. Notre source principale sur les magistratures est la grande liste des magistrats de Thespies.

  • 84 Pour l’archonte éponyme en Béotie, voir Roesch 1965, p. 157-162.
  • 85 Pour ces cas, voir Roesch 1965, p. 159.

94Comme dans le reste des cités grecques, l’archonte éponyme ne jouait aucun rôle politique84. Il semble qu’il ait été rééligible comme le montrent les nombreuses références où on retrouve des archontes pour la deuxième, troisième, voire cinquième fois85.

  • 86 Sur la rotation des polémarques, voir Roesch 1965, p. 167-170.
  • 87 Sur cette rotation, voir Hennig 1974, p. 351-352, et aussi Roesch 1965.

95La polémarchie était une magistrature annuelle. Les polémarques pouvaient être reconduits dans leur mandat, comme en témoigne la présence de la même personne dans plusieurs collèges de polémarques (par exemple, à Orchomène, Kominas fils de Telesippos est polémarque deux fois pendant l’année de l’archonte Protomachos et pendant l’année de l’archonte Damophilos, IG VII 3178 ; 3180). Ainsi, dans plusieurs inscriptions béotiennes et notamment dans la nouvelle inscription d’Orchomène datée de l’archonte Dorkylos (Inscr. 33), chaque quadrimestre, un des polémarques jouait le rôle de président de ce collège. L’ordre d’apparition des polémarques change en effet dans plusieurs documents86. Le polémarque qui apparaît en première position préside l’assemblée du peuple87. Cette rotation des polémarques perdure après la dissolution du koinon comme le prouvent les inscriptions d’Orchomène, IG VII 3198, 3199 et Wilhelm 1915, p. 15, qui sont datées d’après la dissolution du koinon, car le Conseil y est alors remplacé par le synédrion. Le même phénomène apparaît dans l’acte d’affranchissement d’Orchomène Inscr. 45 qui est postérieur au remplacement de la boulè par le synédrion.

  • 88 Sur l’âge des polémarques, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 274-277.
  • 89 Étienne, Knoepfler 1976, p. 274, n. 32.

96Les polémarques devaient avoir en général plus de quarante ans, alors que les secrétaires de polémarques avaient plus de trente ans. Il semble, en effet, difficile d’accepter qu’un polémarque puisse redevenir secrétaire des polémarques après avoir exercé la polémarchie. S’il n’y a pas à propremement parler de cursus honorum béotien, il y a une succession de magistratures exercées par le même individu. C’est ce qui apparaît à l’examen de l’âge des secrétaires des polémarques88. Comme le soulignent R. Étienne et D. Knoepfler, il existe des cas où le père est polémarque et son fils conscrit. Mais on ne connaît pas de père sécrétaire des polémarques alors que son fils est conscrit. Les secrétaires des polémarques étaient donc plus jeunes que les polémarques89.

Magistratures judiciaires, les syndikoi

  • 90 Sur ce décret, voir p. 190-191.
  • 91 Roesch 1965, p. 247.
  • 92 Perdrizet 1899a, p. 90-91.
  • 93 Perdrizet 1899a, p. 94, l. 9.

97Le terme syndikos (soundikos) apparaît dans l’inscription inédite d’Orchomène présentée dans le recueil d’inscriptions (Inscr. 33) et dans deux décrets d’Akraiphia90. Ce terme assez rare a été étudié par P. Roesch91. On le retrouve dans des inscriptions d’Akraiphia et de Tanagra. À Akraiphia, il apparaît dans deux décrets de proxénie de la cité qui sont proposés par les polémarques et les syndikoi : « Βίωνος ἄρχοντος· προξενίη· τὺ πολεµάρχυ κὴ σούνδικυ ἔλεξαν »92. L’absence d’article devant le mot σούνδικυ peut nous amener à penser que les polémarques étaient, pendant une période limitée et pour des raisons exceptionnelles, en même temps des σούνδικυ à Akraiphia. Ces textes sont à peu près contemporains des inscriptions d’Orchomène mentionnant le terme syndikos. Les syndikoi apparaissent dans un autre décret de proxénie d’Akraiphia qui est postérieur à 171 av. J.-C.93.

  • 94 Roesch 1965, p. 247 ; G. Thür, Der Neue Pauly 11, 2001, s.v. « Syndikos », p. 1145-1146.

98Le terme syndikos en Béotie a donné lieu à de nombreuses discussions. Leur rôle exact nous échappe. Dans le cas d’Orchomène, les syndikoi sont liés à des dikai, autrement dit à des affaires difficiles et controversées qui doivent être réglées par un procès. Les syndikoi viennent alors en aide aux polémarques pendant et après le procès au moment de l’application des décisions. On peut aussi penser que les syndikoi interviennent quand l’affaire dépasse les limites d’Orchomène vis-à-vis de créanciers étrangers. Plus les affaires sont complexes, plus le rôle des syndikoi paraît justifié. Les syndikoi devaient vraisembablement être des juristes susceptibles d’aider les archontes dans des affaires juridiques difficiles et notamment dans des affaires internationales. Ils interviennent ainsi à Orchomène lors de procès ; mais on est en droit de s’étonner de leur absence dans l’affaire de Nikaréta. Or, les raisons de cette absence sont simples : c’est une affaire béotienne et il n’y a pas de procès, l’affaire est réglée avant d’arriver à ce stade. Le rôle des syndikoi dans les autres cités béotiennes, Tanagra et Akraiphia, paraît plus obscur94.

  • 95 Migeotte 1984, p. 69, no 14 ; IG VII 3173.

99Le terme soundikos apparaît dans une autre inscription d’Orchomène IG VII 317395, aujourd’hui perdue. Selon les premiers éditeurs, Leake et Rangabé, l’inscription porte à la l. 10 le mot syndikos suivi de quatre noms. Beaucoup d’épigraphistes ont pensé qu’il fallait corriger le singulier en pluriel. La nouvelle inscription vient confirmer la justesse de cette correction puisqu’on trouve un collège de cinq soundiky accompagnés de leur grammateus. Il est donc fort probable que, dans l’inscription IG VII 3174, ce collège réapparaît, mais qu’il est formé cette fois de quatre membres. Cette assertion s’appuie sur le contenu semblable de deux inscriptions pour autant que l’état fragmentaire d’IG VII 3174 permette d’en juger. Il est en effet question d’une affaire financière où interviennent les polémarques et les syndikoi.

Magistrats religieux

100Les magistrats suivants préposés aux affaires religieuses apparaissent dans la grande liste de Thespies (I.Thespies 84) : un théore, un hieromnemon, un commissaire aux temples et un secrétaire des affaires sacrées. En revanche, les hiérarques, collège de magistrats religieux très répandu à cette époque, semblent absents de la grande liste de Thespies.

Hieromnemon

  • 96 Roesch 1965, p. 195-199.

101Les attestations de hieromnemons ne sont pas nombreuses en Béotie. On en compte deux dans la grande liste des magistrats de Thespies, I.Thespies 84. Le rôle du hieromnemon est très difficile à définir. Il pourrait être un magistrat civique préposé au contrôle des finances des affaires religieuses. Il est très difficile de savoir si c’est parmi les hieromnemons civiques qu’on choisissait les hieromnemons qui représentaient les Béotiens à Delphes96.

Épimélète des temples

  • 97 Roesch 1965, p. 200-203.

102Dans la grande liste des magistrats de Thespies apparaît un épimélète des temples, ναῶν ἐπιµελητάς (I.Thespies 84, l. 6, 70). C’est un magistrat vraisemblablement préposé à l’administration des édifices sacrés. Dans d’autres cités, ce magistrat pouvait porter un autre titre et faire partie d’un collège. L’exemple le plus connu est celui de Thèbes où des kabiriarques administraient le grand sanctuaire du Kabeirion (IG VII 2420, 2428)97.

Tamias hieron

  • 98 Roesch 1965, p. 203-204.

103Le ταµίας ἱαρῶν attesté à Thespies était un trésorier qui gérait des fonds sacrés. Ce trésorier est attesté dans d’autres cités qui possédaient des sanctuaires importants, notamment Tanagra (REG 12, 1899, p. 53, l. 25 et 34) et Oropos (I.Oropos 294, l. 28-29). Il n’était pas seul à gérer les fonds sacrés à Thespies, on lui avait adjoint un trésorier des Muses et un trésorier ἐπὶ τὸν καθιαρωµένον qui gérait l’argent provenant des fonds sacrés de Thespies98.

Hiérarques

104Le collège des hiérarques, qui n’apparaît pas dans la partie conservée de la grande stèle de Thespies, est toutefois attesté dans plusieurs inscriptions béotiennes. Il figure dans l’inscription inédite encastrée dans l’église de la Panagia Skripou à Orchomène, présentée dans le recueil d’inscriptions (Inscr. 41).

  • 99 Roesch 1965, p. 204-205, 209, et récemment, Migeotte 2006a, p. 381 : « Dans chaque cité, ils avaien (...)
  • 100 IG VII 3080 ; 3081 ; 3084 ; 3085.
  • 101 IG VII 2421 ; 2423 ; AA, 1914, 123.
  • 102 IG VII 3331 ; 3333 ; 3374 ; 3377 ; 3392.
  • 103 SEG 27, 62.
  • 104 BCH 19, 1895, p. 375, 8.
  • 105 IG VII 4156 ; 4157.
  • 106 IG VII 3191 ; Preuner 1924, p. 127, 134 ; Hennig 1974, p. 354.
  • 107 IG VII 2421 ; 2423.
  • 108 Schachter 1997, p. 278, n. 10.

105Les hiérarques sont des magistrats attestés dans la majorité des cités béotiennes99. Leur nombre varie selon les cités. Ils sont cinq à Thespies, trois à Akraiphia et à Oropos et trois à Orchomène. Ils sont plusieurs à Lébadée100, il y en a un à Thèbes101, à Chéronée102 et à Onchestos103. Parfois, les hiérarques ont un secrétaire comme à Thespies104, à Akraiphia105 et à Orchomène106. L’unique hiérarque de Thèbes a son propre secrétaire107. Tous les documents montrent qu’ils dirigeaient l’administration des sanctuaires et des biens sacrés, et qu’ils avaient sous leurs ordres des magistrats spécialisés, des trésoriers, des naopes ou des commissaires aux temples, sans doute secrétaires des affaires sacrées. Comme le souligne A. Schachter, les hiérarques n’étaient pas des prêtres mais seulement des administrateurs des biens sacrés108.

  • 109 Sur le rôle des hiérarques en tant qu’adjudicateurs des biens-fonds, voir Pernin 2007, p. 225-226.
  • 110 Fröhlich 2004, p. 399, cite l’exemple des hiérarques d’Oropos, I.Oropos 324. Dans cette inscription (...)

106L’autorité des hiérarques s’étendait sur toute la gestion des biens sacrés, mobiliers et immobiliers, I.Oropos 325 (IG VII 3498). Leurs compétences étaient multiples : ils veillaient aux actes d’affranchissement, aux dédicaces en l’honneur de diverses divinités dans toute la Béotie et aux baux sacrés de Thespies109. Ils pouvaient aussi avoir la responsabilité de la gravure des décrets à caractère religieux. Il n’en reste pas moins qu’ils étaient obligés de rendre des comptes aux katoptai110.

107Les hiérarques se révèlent être des magistrats importants. Dans toutes les cités béotiennes, ils dirigent à peu près l’ensemble de l’administration sacrée et leur juridiction très étendue les fait participer de façon directe à toute l’activité religieuse de la cité. Il est aisé d’apprécier la puissance de cette magistrature eu égard au rôle économique prépondérant des sanctuaires vis-à-vis des cités.

  • 111 IG VII 3200 ; 3201 ; 3203 ; 3204 ; 3215.
  • 112 Wilhelm 1915, p. 15.
  • 113 IG VII 3215.
  • 114 Fröhlich 2004, p. 564 ; M. Holleaux, « Fouilles au temple d’Apollon Ptoos », BCH 14, 1890, p. 4-5. (...)

108À Orchomène, on connaît déjà cinq inscriptions111 qui attestent l’existence des hiérarques, quatre actes d’affranchissements où les hiérarques font partie des magistrats qui surveillent la procédure112, et une dédicace où les hiérarques sont nommés113. P. Fröhlich, à la suite de M. Holleaux, émet l’hypothèse que la magistrature des hiérarques a été supprimée à Akraiphia et à Orchomène pendant la basse époque hellénistique, peut-être quelques années après la dissolution du koinon béotien114.

Magistratures civiques en charge de la gestion financière

Tamiai

  • 115 Migeotte 2014, p. 46-47.

109L’autre collège qui s’occupait des questions financières, et en particulier des paiements, était celui des tamiai115. Il comportait trois membres, dont un présidait tour à tour les affaires pendant un quadrimestre. Ce collège est notamment attesté dans les inscriptions du dossier de Nikaréta à Orchomène (IG VII 3172, 114 : ταµίας τὸν προάρχοντα τὰ τρίταν πετράµεινον). Le phénomène de permutation des tamiai apparaît dans d’autres inscriptions du même dossier : par exemple, en IG VII 3171, au mois Theilouthios (septième mois) on retrouve le tamias Anchiaros, le mois Alalkomenios (douzième mois) on a Arnon. Dans d’autres cas, on mentionne un seul tamias qui doit être celui en charge pendant le quadrimestre (IG VII 3172, l. 21 ; 3171 ; 4138). Les tamiai sont sous la direction des polémarques et des katoptai et effectuent tous les paiements dans le cadre de la gestion financière de la cité.

Ravitaillement

110Une partie considérable de la liste de Thespies comporte les noms des magistrats préposés au ravitaillement de la cité en blé : deux sitônai chargés d’acheter du blé avec des fonds provenant d’une donation royale, un trésorier de ce fonds royal, deux sitônai chargés d’acheter du blé avec des fonds sacrés, un trésorier de fonds sacré, trois sitopolai, chargés de revendre le blé ainsi acheté, un collège de magistrats (sitophylaques) ?, le secrétaire de ce collège et trois trésoriers de la cité.

Katoptai des cités

  • 116 Pour une liste des attestations des katoptai dans les inscriptions béotiennes, voir Fröhlich 2004, (...)

111Comme nous l’avons déjà vu, des katoptai fédéraux contrôlaient l’activité financière des magistrats fédéraux. Au niveau local, des katoptai de la cité avaient sous leur juridiction les tamiai116. Ils contrôlaient les activités financières des autres magistrats, aussi bien politiques que religieux.

  • 117 Fröhlich 2004, p. 179.
  • 118 Hypothèse également émise par Fröhlich 2004, p. 180.

112P. Fröhlich a émis l’hypothèse que l’instauration des katoptai civiques pouvait résulter de l’influence du koinon sur les institutions civiques117. On pourrait aussi supposer l’évolution inverse, comme l’a proposé P. Fröhlich118.

  • 119 Sur le collège des katoptai après la dissolution du koinon, voir Fröhlich 2004, p. 506-508.

113Pendant la période hellénistique, on avait donc dans chaque cité béotienne un collège de katoptai, magistrats préposés au contrôle financier des autres magistrats de la cité et à la reddition de comptes. Dans le cadre de ce contrôle, ils doivent collaborer avec les hauts magistrats civiques, notamment les polémarques. Il faut souligner que les limites de la juridiction des polémarques et des katoptai ne sont pas toujours faciles à discerner. Dans le cadre, par exemple, de la nouvelle affaire d’Orchomène, les katoptai sont totalement absents, alors qu’il s’agit d’une affaire financière compliquée où ils pourraient avoir un rôle à jouer. Les mentions de katoptai deviennent beaucoup plus rares après la dissolution du koinon en 171 av. J.-C.119.

Reddition de comptes

  • 120 Pour la reddition des comptes en Béotie pendant la haute époque hellénistique, voir Fröhlich 2004, (...)
  • 121 Fröhlich 2011, p. 228 : « Dans les cités béotiennes, comme au niveau fédéral, les inventaires, plus (...)

114Tous les magistrats qui géraient des fonds soit civiques soit sacrés avait l’obligation de rendre des comptes120. Dans le cadre de cette reddition, les magistrats et notamment les magistrats sacrés (hiérarques, agonothetai des concours sacrés) étaient obligés d’effectuer une paradosis des fonds sacrés et des objets dédiés à la divinité honorée dans le sanctuaire qu’ils géraient121.

  • 122 Sur ce phénomène, voir Fröhlich 2004, p. 465-508.
  • 123 Liste des apologiai de la basse époque hellénistique selon Fröhlich 2004, p. 466.

115L’obligation de reddition est une procédure qui a persisté même après la dissolution du koinon notamment en ce qui concerne les agonothètes des concours pambéotiens qui ont continué à être célébrés122 – comme le prouvent les apologiai des agonothètes des différents concours béotiens (Basileia de Lébadée, Délia de Tanagra, Sarapeia de Tanagra)123.

Magistrats divers

Éducation et fêtes

  • 124 Sur les gynéconomes, voir la recension récente de Chr. Feyel, Bull. 2011, 125.

116Une autre partie des magistrats s’occupent de l’éducation des jeunes gens et de la surveillance des femmes124. Il s’agit de deux pédonomes, trois gynéconomes, trois gymnasiarques des « anciens », trois gymnasiarques des éphèbes, un secrétaire des agonarques, un agonothète des Mouseia.

Magistratures civiques diverses

  • 125 Roesch 1982, p. 380-382.

117Selon les lectures de P. Roesch, la grande liste des magistrats de Thespies (I.Thespies 84) mentionnait cinq hendécarques qui étaient accompagnés d’un secrétaire. Ces magistrats étaient, comme à Athènes, chargés des fonctions policières125. Selon les cités, des besoins particuliers ont amené à la création de nouvelles magistratures comme les divers agonothètes et les liménarques à Thespies.

Organisation militaire

  • 126 Sur l’armée fédérale béotienne de l’époque de la ligue thébaine, voir Salmon 1953.

118L’armée fédérale béotienne a connu des moments de gloire pendant la période de la ligue thébaine. L’armée hellénistique hérite de certains aspects de l’organisation militaire des koina précédents, mais sa structure semble être plus égalitaire et plus représentative de toutes les cités béotiennes126. L’instauration d’une éphébie à des fins militaires est un élément novateur.

119Comme l’a récemment souligné D. Knoepfler, il est probable que c’est dans le cadre de la réorganisation du koinon après 287 av. J.-C. qu’on a instauré l’éphébie en Béotie. Le catalogue militaire le plus ancien date de cette période. Il s’agit du catalogue de l’archonte fédéral Philokomos. D. Knoepfler a également démontré qu’à la base de l’organisation militaire du koinon se trouvent les districts fédéraux. Chaque district devait fournir chaque année environ une centaine de conscrits. À Thespies comme à Orchomène, c’était le nombre maximum de conscrits qui pouvait être atteint chaque année. Orchomène fournissait environ 80 conscrits alors que Chéronée pouvait en fournir environ 15 à 20. La grande cité de Thespies pouvait compter jusqu’à 100 conscrits. Si on prend en compte l’ensemble des sept districts, le koinon avait à sa disposition 600 à 700 conscrits par an. Le nombre des cavaliers est plus difficile à estimer car ils ne sont pas enregistrés. Le nombre de conscrits a pu être plus élevé lorsque le koinon a eu un ou deux télè supplémentaires, la Mégaride et la Locride orientale.

  • 127 Sur ces questions, voir la récente synthèse d’A. Chankowski, Chankowski A. 2010, p. 158-165.

120L’éphébie béotienne était l’une des premières à être organisée en dehors d’Athènes. Elle durait vraisemblablement deux ans, en témoignent des catalogues militaires de Lébadée, où l’on trouve mention de ϝικατιϝέτιες, jeunes de vingt ans qui sortent de l’éphébie pour entrer dans le rang. L’éphébie prenait la forme d’un service militaire dont la finalité était la formation de soldats pour l’armée fédérale. C’est la raison pour laquelle le koinon réglementait la préparation militaire des éphèbes par des lois applicables dans toutes les cités béotiennes, comme le prouve le décret de Thespies en l’honneur d’un hoplomaque athénien où l’on fait référence à une loi fédérale (I.Thespies 29). Il est très difficile de dater précisément cette inscription qui, sur critères paléographiques, pourrait être du milieu du iiie s. av. J.-C.127.

Les sources sur l’organisation de l’armée du koinon hellénistique

121Les sources principales pour l’étude de l’organisation de l’armée béotienne sont les documents épigraphiques. On peut répartir ces documents dans différentes catégories :

1221) Les catalogues militaires. C’est la principale catégorie. On compte déjà un grand nombre de catalogues militaires et celui-ci est en constante augmentation. Ces catalogues nous renseignent principalement sur l’organisation et le fonctionnement de l’armée béotienne (voir la liste des catalogues militaires ci-dessous p. 00).

1232) Les listes des magistrats. Cette catégorie est malheureusement très limitée. Le document principal reste la liste réeditée par P. Roesch dans Thespies et la Confédération béotienne (I.Thespies 84).

1243) Les dédicaces des équipes militaires aux Pamboioitia. Il s’agit de dédicaces offertes par les équipes après une victoire aux concours fédéraux des Pamboioitia. Dans ces dédicaces, on énumère les différentes factions de l’armée et parfois leurs chefs. Ces dédicaces peuvent être divisées en deux groupes : les dédicaces de l’infanterie a) I.Thespies 201, b) SEG 3, 354, c) SEG 26, 551 ; et les dédicaces de la cavalerie a) IG VII 3087, b) I.Thespies 102, c) IG VII 3088. Un autre document très fragmentaire pourrait appartenir à une dédicace BCH 18, 1894, p. 534.

1254) Les décrets sur les affaires militaires, notamment le décret en l’honneur de l’hoplomaque athénien Batrachos fils de Sostratos (I.Thespies 29) et la convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée (SEG 28, 461).

126On peut y ajouter de rares témoignages littéraires, notamment ceux de Polybe sur le rôle de la cavalerie dans l’incident de Larymna.

L’importance du témoignage des catalogues militaires

  • 128 Beloch 1906 ; Hennig 1985.

127Les catalogues militaires béotiens ont depuis longtemps attiré l’attention des épigraphistes. La contribution majeure reste l’article de K. J. Beloch128. Les catalogues militaires sont des listes annuelles portant les noms des jeunes gens soumis au service militaire. Chaque liste comporte : 1) un élément de datation, à savoir le nom de l’archonte fédéral, celui de l’archonte de la cité, ceux des polémarques et celui de leur secrétaire ; 2) un titre formulé différemment pour chaque cité de Béotie qui toutefois donne les mêmes informations. L’âge de la conscription est de vingt ans. Les conscrits sortent de l’éphébie. Les catalogues contiennent vraisemblablement la totalité des jeunes gens soumis au service militaire.

128Les intitulés des catalogues militaires présentent une très grande variété, principalement ceux des catalogues les plus anciens. Ils comportent à la fois des hoplites, des thyréaphores et des cavaliers. Au sein d’une même cité, nous pouvons trouver plusieurs types d’intitulés qui représentent différents corps de l’armée. Il est intéressant de constater une évolution dans les intitulés surtout dans les cités où un grand nombre de catalogues militaires a été conservé.

  • 129 Voir le chapitre I sur la chronologie p. 12-13.
  • 130 Feyel 1942a, p. 190-191. Cette hypothèse a été acceptée par J. Ma, Ma 2005.
  • 131 Pour une liste synoptique des catalogues militaires, voir Roesch 1982, p. 339-343, qui reprend larg (...)

129La majorité des catalogues militaires béotiens est postérieure à la réforme militaire datée de la période 240-235 av. J.-C.129. Le plus ancien semble être celui de l’archonte fédéral Philokomos à Orchomène (IG VII 3175). La rareté des catalogues militaires antérieurs au milieu du iiie s. av. J.-C., dans certaines cités, a amené M. Feyel à émettre l’hypothèse que ceux de la première moitié du iiie s. av. J.-C. auraient été gravés sur des plaques de bronze130. Néanmoins, il n’y a pas la moindre trace de catalogues militaires gravés sur du bronze en Béotie. Les inscriptions sur bronze se rencontrent plutôt dans des régions qui sont pauvres en pierres durables et en pierres de qualité comme en Élide, à Corinthe ou encore à Sicyone. Or, la Béotie possède des pierres de qualité en abondance, il est donc peu probable que les Béotiens aient choisi des plaques de bronze pour inscrire leurs catalogues militaires131.

Les catalogues militaires de la Béotie hellénistique

Formules des intitulés apparaissant dans les catalogues militaires

130Les catalogues militaires sont les textes les plus fréquents du koinon béotien hellénistique. Leurs intitulés présentent une très grande variété selon la période et selon la cité. Comme l’a déjà souligné D. Hennig, ces catalogues militaires nous donnent des renseignements limités pour deux raisons :

  • 132 Roesch 1970, 146-151, no 3 ; Étienne, Knoepfler 1976, p. 283.

1311) il y a abondance de catalogues militaires dans certaines cités comme à Thespies ou à Orchomène, alors que dans d’autres leur nombre est très limité voire inexistant. Ainsi, à Thèbes, on a très peu de catalogues militaires ; qui plus est, ils sont de provenance douteuse. Ce sont souvent des pierres errantes132. Cette grande disparité entre les cités pourrait être réduite par la découverte de nouveaux catalogues qui seront trouvés dans un avenir proche.

1322) Les catalogues militaires mentionnent seulement une partie de la population, les jeunes de vingt ans et, parmi eux, ceux qui sont aptes au service militaire. Il semble que tous les jeunes gens pouvaient participer au service militaire sans limite de cens.

Le choix du support des catalogues militaires

133L’étude des catalogues militaires du monument d’Eugnotos à Akraiphia a conduit J. Ma à voir dans la gravure de ces listes sur ce monument un choix idéologique. L’épigramme d’Eugnotos incite, en effet, les jeunes gens, néoi, à imiter la bravoure d’Eugnotos, ce qui expliquerait le choix de ce monument pour la gravure des catalogues militaires un siècle environ après la mort héroïque d’Eugnotos. Les jeunes gens de vingt ans pouvaient ainsi devenir les héritiers de l’andreia d’Eugnotos.

134L’absence de catalogues militaires dans certaines cités nous empêche de déceler des tendances générales dans la gravure de ce type de documents. Ce n’est que dans les cités où ce type de documents est suffisamment bien représenté que l’on peut discerner des tendances dans les types de support de leur gravure. C’est le cas notamment à Thespies, Orchomène, Akraiphia, Kopai, Hyettos.

Types de support des catalogues militaires 

1351) Stèles. Les plus anciens catalogues militaires, par exemple celui de l’archonte Philokomos à Orchomène et celui de l’archonte Hismenias à Thespies, sont gravés sur des stèles indépendantes. Chaque stèle ne comporte qu’un seul et unique catalogue militaire. C’est le signe de l’importance que l’on accordait à la gravure des noms des mobilisables durant la première moitié du iiie s. av. J.-C. Dans le cas de la stèle de l’archonte Hisménias, le nom de chaque mobilisable tient même sur une ligne (I.Thespies 88). Après le milieu du siècle, on commence à inscrire plusieurs catalogues de mobilisables sur une seule stèle, par exemple sur la fameuse stèle qui comporte l’affaire de Nikaréta, on a gravé le catalogue militaire de l’archonte fédéral Onasimos (IG VII 3179) qui date cette affaire et le catalogue militaire de l’archonte Damophilos (IG VII 3180). On retrouve un exemple similaire sur la stèle qui porte le décret des archontes Euergos et Prôtomachos (IG VII 3178 ; SEG 30, 449A). Par contre, dans d’autres grandes cités, et notamment à Thespies, l’habitude d’inscrire les catalogues militaires chaque année sur une stèle indépendante perdure probablement jusqu’à la dissolution du koinon (voir, par exemple, I.Thespies 106).

  • 133 Étienne, Knoepfler 1976.

1362) Blocs de murailles ou murs de soutènement (fig. 13). Ce phénomène est jusqu’à maintenant attesté dans les cités du Copaïs, Akraiphia, Kopai, Hyettos. À Akraiphia, plusieurs catalogues sont inscrits sur des blocs de murs de soutènement des terrasses qui caractérisaient cette cité. On utilisait aussi ce support pour graver d’autres textes comme par exemple le tarif des poissons. À Kopai, les blocs déjà connus portant des catalogues ainsi que de nouveaux blocs apparus récemment encastrés dans une église du village, appartiennent très vraisemblablement aux murailles de cette cité. Le cas le plus connu de catalogues militaires gravés sur des blocs de muraille est celui d’Hyettos – bien étudiés par R. Étienne et D. Knoepfler133.

  • 134 Ma 2005.

1373) Bases de statues ou autres blocs architecturaux (fig. 41). Une série de catalogues d’Akraiphia, publiés par P. Perdrizet et récemment étudiés par J. Ma, ont été inscrits sur les blocs de la base du héros Eugnotos à Akraiphia134. Dans d’autres cités, comme par exemple à Thisbé ou à Chéronée, on gravait les catalogues militaires sur des blocs architecturaux ou des bases. Dans les petites cités, on avait tendance à inscrire sur une même pierre plusieurs types de documents. Ainsi, à Thisbé, un bloc porte aussi bien des décrets de proxénie que des catalogues militaires (SEG 3, 343-344 ; 350-353).

138Est-ce que tous ces choix avaient un but idéologique ? Le cas de la base d’Eugnotos bien étudié par J. Ma reste véritablement exceptionnel. L’épigramme incite les jeunes à imiter l’héroïsme d’Eugnotos et c’est la raison pour laquelle on a sciemment choisi d’inscrire des catalogues militaires sur ce monument comme preuve de l’héroïsme des Akraiphiens. J. Ma a probablement raison de penser qu’il s’agit d’un choix idéologique de la part des Akraiphiens, mais on ignore plusieurs autres facteurs déterminants comme l’emplacement exact de cette base. Par ailleurs, il est significatif, comme l’a déjà souligné M. Feyel, que, lors de la gravure des catalogues militaires sur les blocs des murailles, on s’efforcait d’imiter la forme d’une stèle (Hyettos, IG VII 2818, fig. 13 ; IG VII 2823, Kopai, bloc inédit). L’idéal devait être de graver sur une stèle. Je pense qu’au fond la question du support des catalogues relève plus d’un choix pratique et économique que d’un choix idéologique.

Liste des catalogues militaires de Béotie

Aigosthènes

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits consérvés Type de support
IG VII 209 τοίδε ἐξ ἐφήβων Καφισίας Κλεόδροµος 11 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 210 ἐξ ἐ[φή]βων ἐν πελτοφόρας ἀπεγράψατο Ὀνάσιµος -  1 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 211 [ἐξ] ἐ[φ]ήβων ἐµ πελτοφόρα[ς] ἀπεγράψατο Ἱππίας -  1 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 212 [τ]οίδε ἐξ ἐφήβων Ποτιδάϊχος Καλ[– – –]  5 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 214 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 301) ἐν πε[λτο]φ[ό]ρας ἀπε[γρ]άψανθο Ἀνδρόνικος Διόδωρος  5 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 215 τοίδ[ε ἐξ] ἐφήβων Χαρίλαος Ἀχέλων  7 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 216 τοίδε ἐξ ἐφήβων Μνάσων Ἀππολωνίδας  7 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 217 τοίδε ἐξ ἐφήβων Ἀριστοκλῆς Καλλιγένης  9 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 218 τοίδε ἐξ ἐφήβων Θεότιµος Ἡράκων  7 Stèle (sur la même stèle que IG VII 209-218)
IG VII 220 (Inscr. 5) τοίδε ἐξ ἐφήβων Δαµάτριος I Μελισσίων ?  5 Socle de base (sur le même bloc que IG VII 219-222)
IG VII 221 (Inscr. 6) τοίδε ἐξ ἐφήβων Κόµµαδος Ἀρίστων  9 Socle de base (sur le même bloc que IG VII 219-222)

Akraiphia

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
Inscr. 20 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν [θυ]ρεαφόρως Δόρκυλος Νικάρετος 34 Bloc appartenant à un mur de soutènement
Inscr. 21 [τυῒ ἀπ]εγράψανθο ἐσς ἐφήβων [ἐν πελτ]οφόρας Ἀριστοκλεῖς ? Πτωϊόδωρος 19 Bloc
Inscr. 22 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας· Καφισότιµος Θαρσόµαχος  8 Orthostate de la base d’Eugnotos
Inscr. 23 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφείβων ἐν πελτοφόρας Ἀγαθοκλεῖς Ἀγασσίδαµος  7 Orthostate de la base d’Eugnotos
Inscr. 24 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Καφισίας Φιθωνίδας 21 Orthostate de la base d’Eugnotos
Inscr. 25 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐξ (ἐ)φείβων ἐν πελτοφόρας· Ἀθανίας Χρουσίλαος 11 Orthostate de la base d’Eugnotos
Inscr. 26 [τυῒ ἀπε]γράψανθο ἐς ἐφήβων ἐµ πελτο[φόρα]ς Διονυσόδωρος Ξένων 15 Orthostate de la base de Lykinos
Inscr. 27 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Ἀγαθαρχίδας Μαντίµαχος 21 Orthostate de la base de Lykinos
Inscr. 28 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας· Πολιούστροτος Πουθόδωρος 22 Orthostate de la base de Lykinos
Inscr. 29 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Λουκῖνος Καφισίας 19 Orthostate de la base de Lykinos
Inscr. 30 τοιὶ ἀπεγράψανθο ἐς ἐ[φήβ]ων ἐν πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Μνάσαρχος Bloc appartenant à un mur de soutènement
IG VII 2717 τυ<ῒ> ἀπε<γ>ρ̣ά[ψανθο ἐς ἐφήβων] ἐν πελτοφόρας Brisé Brisé   27* Bloc
IG VII 2719 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Σώστροτος ? Brisé  9 Bloc
IG VII 2718 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Ἀγασσιγίτων 13 Bloc
IG VII 2720 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Ἀρίστων 26 Bloc
IG VII 2721 τυῒ ἐσς ἐφήβων Postérieur à la dissolution du koinon Brisé   23* Bloc
SEG 3, 360 Brisé Brisé Brisé   23* Bloc

Anthédon

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 4172 πελτοφόρη ἀπε[γ]ράψαν[θο] Κτεισίας Brisé 8 Stèle

Chéronée

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Conscrits Type de support
IG VII 3293 τυῒ ἐς ἐφήβων ἐν τὰ τάγµατα Postérieur à la dissolution du koinon Brisé  9 Fragment
IG VII 3294 [οἵδε προσεγράφησαν] ἐξ ἐφήβων ε[ἰς τὰ τάγµατα·] Postérieur à la dissolution du koinon Δέξιππος  3 Fragment
IG VII 3296 οἵδε προσεγράφησαν ἐ<ξ> ἐφήβων [εἰς τὰ τά]γµατα Postérieur à la dissolution du koinon Ἐλπῖνος τοῦ Ζωΐλου  4 Base (IG VII 3296-3297)
IG VII 3297 καὶ οἵδε προσεγράφησαν πρ[ὸς τὸ τάγ]µα κατὰ τὰ γενόµενα περὶ αὐτῶ[ν ψηφίσµατα] Postérieur à la dissolution du koinon  3 Base (IG VII 3296-3297)
IG VII 3298 [οἵ]δε ἐξ ἐφήβων κατεγράφησαν̣ [εἰς τὰ τάγµατα· Postérieur à la dissolution du koinon Brisé  9 Stèle (IG VII 3298-3299)
SEG 57, 431 τυῒ ἀπεγράφεν ἐξ ἐφήβων ἐν τὰ τάγµατα Postérieur à la dissolution du koinon Αὐτοµένεις  5 Base
SEG 57, 432 τυῒ ἀπεγράφεν ἐξ ἐφήβων ἐν τάγµατα Probablement postérieur à la dissolution du koinon Αὐτοµένεις ὁ δεύτερος 19 Base
SEG 57, 433 τυῒ ἀπεγράφεν ἐξ ἐφήβων ἐν τάγµατα Postérieur à la dissolution du koinon Εὔδαµος 16 Base
SEG 57, 434 Brisé Brisé Brisé 11 Base
SEG 57, 435 Brisé Probablement antérieur à la dissolution du koinon Brisé 10 Base
SEG 57, 437 Brisé Probablement antérieur à la dissolution du koinon Brisé Brisé Base
SEG 57, 438 Brisé Probablement antérieur à la dissolution du koinon Brisé 27 Base
Inscr. 52 Brisé Postérieur à la dissolution du koinon Brisé Brisé Base

Chorsiai

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
Inscr. 11 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρως Καφισίας I Δαµόξενος 7 Petite base
Inscr. 12 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρως Ἱππίας I Ἀρι[– – –] 5 Petite base
Inscr. 13 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρως Ποτιδάϊχος Brisé 4 Petite base
Inscr. 14 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρως [Φίλ]ων Ἀγλάων 1 Petite base
Inscr. 15 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν θυρεαφόρως [Εὐ]κλίδας Καλλικράτεις 1 Petite base
Inscr. 16 τοιὶ ἐσσεγράφεν ἐν πελτοφό[ρας] [Κα]λλικλεῖς Θεότιµος 1 Petite base

Copai135

  • 135 Plusieurs catalogues militaires inédits se trouvent encastrés dans l’église d’Agia Paraskevi. Il se (...)
Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 2781 τοὶ ἀπεγράψαντο ἐν ὁπλίτας Postérieur à la dissolution du koinon Μελάντιχος 27 Stèle
IG VII 2782 [τ]υ̣ῒ ἀπεγράψανθο ἐ[µ] πελτοφ[ό]ρας Postérieur à la dissolution du koinon Ἀγάθαρχος 17 Stèle
IG VII 2783 τυῒ ἀπεγράψαν[θο ἐµ] πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon [– – –]κλεῖς  6 Bloc encastré à l’église d’Agia Paraskevi (IG VII 2783-2785)
IG VII 2784 Brisé Postérieur à la dissolution du koinon Εἱρώνιχος  6 Bloc encastré à l’église d’Agia Paraskevi (IG VII 2783-2785)
IG VII 2785 Brisé Postérieur à la dissolution du koinon Ἐµπέδων Brisé Bloc encastré à l’église d’Agia Paraskevi (IG VII 2783-2785)
IG VII 2786 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Καφισόδωρος 10 Bloc encastré à l’église de Panagia (IG VII 2786-2789)
IG VII 2787 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Μνασικλεῖς 14 Bloc encastré à l’église de Panagia (IG VII 2786-2789)
IG VII 2788 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Καφισίας 10 Bloc encastré à l’église de Panagia (IG VII 2786-2789)
IG VII 2789 τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Νικάριστος  5 Bloc encastré à l’église de Panagia (IG VII 2786-2789)
SEG 26, 550 [ἀπεγράψαν]θο ἐµ πελτοφόρας̣ Postérieur à la dissolution du koinon Ἀνθιππίδας Brisé Stèle
BCH 94, 1970, p. 151-157, no 4 ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Brisé 15 Stèle
Te Riele 1975, p. 77-82 ἀπεγράψανθο ἐν τὼς ὁπλίτας· Γλαυκίας Ἐµπέδων 11 Stèle
Te Riele 1975, p. 83-87 ἀπεγράψανθο ἐν πελτοφόρας Postérieur à la dissolution du koinon Ἀγλάων 16 Stèle

Hyettos

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 2809 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 82-84) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐν πελτοφόρας Ἀπολλόδωρος Μελάντιχος 10 Bloc des murailles
IG VII 2810 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 84-85) ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Ἀριστόµαχος Φίλιππος 20 Bloc des murailles
IG VII 2811 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 85-87) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Φιλόξενος Ἀριστογίτων  7 Bloc des murailles
IG VII 2812 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 87-89) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Ἀρτιούλαος Ἀµεινοκλεῖς 16 Bloc des murailles
IG VII 2813 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 89) τυῒ ἀπεγράψαντο ἐµ πελτοφόρας Φίλων Θρασούλαος  6 Bloc des murailles
IG VII 2814 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 91) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐν πελτοφόρας Ἵππαρχος Τιµασίθιος ὁ δεύτερος 10 Bloc des murailles
IG VII 2815 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 91) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Φίλων Εὔµειλος  9 Bloc des murailles
IG VII 2816 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 91-92) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Ἀριστόµαχος -  9 Bloc des murailles
IG VII 2817 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 92-95) τυῒ ἀπεγράψανθο ϝικατιϝέτιες Διωνιούσιος Μνάσινος 11 Bloc des murailles
IG VII 2818 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 95) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Καφισίας Τιµόκριτος 13 Bloc des murailles
IG VII 2819 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 95-97) τυῒ ἀπεγράψανθο Εὐµαρίδας Φρασαρίδας 15 Bloc des murailles
IG VII 2820 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 97-99) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Ποτιδάϊχος Μικρίων 10 Bloc des murailles
IG VII 2821 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 99) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐν πελτοφόρας Νικίας Θρασούλαος ὁ οὕστερος  5 Bloc des murailles
IG VII 2822 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 99-100) τυῒ ἀπεγράψαντο ἐµ πελτοφόρας Θιότιµος Θρασουλαΐδας 15 Bloc des murailles
IG VII 2823 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 100-101) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Ἀγαθαρχίδας Πουθάνγελος 13 Bloc des murailles
IG VII 2824 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 101) τυῒ ἀπεγράψαντο ἐµ πελτοφόρας Ἀρίστων Ἀνδριτίων  7 Bloc des murailles
IG VII 2825 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 103-105) Sans formule Δαµάτριος Προππίδας 13 Bloc des murailles
IG VII 2826 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 105) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Δαµάτριος Νεικασίων  5 Bloc des murailles
IG VII 2827 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 105-107) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Εὐκλίδας Εὔµειλος  9 Bloc des murailles
IG VII 2828 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 105-107) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Brisé Θιόκριτος 10 Bloc des murailles
IG VII 2829 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 109) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Καφισότιµος Πολιουκλίδας  7 Bloc des murailles
IG VII 2830 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 109) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας Κτεισίας Μυρίας  9 Bloc des murailles
IG VII 2831 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 109-110) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας vacat Θάρσων  8 Bloc des murailles
IG VII 2832 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 110-112) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐµ πελτοφόρας vacat Πάτρων  2 Bloc des murailles
SEG 26, 498 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 72-77, no 1) τυῒ ἀπεγράψαντο ἐν πελτοφόρας Καλλίστρατος Τιµασίων  8 Bloc des murailles
SEG 26, 499 (Étienne, Knoepfler 1976, p. 77-81, no 2) τυῒ ἀπεγράψανθο ἐν πελτοφόρας Νικασάρετος Φράσιλλος 10 Bloc des murailles

Haliarte136

  • 136 Il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’un catalogue gravé sur les trois côtés de la stèle ou (...)
Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
BCH 121, 1997, p. 95-101136 Brisé Brisé Brisé 29 Stèle 

Lébadée

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 3065 [ϝικατιϝέτιες] ἀπεγράψανθο Brisé Ὁµόφρων ? - Base (IG VII 3065, 3066)
IG VII 3066 [ϝικατιϝέτιες ἀπε]γράψανθο Brisé Brisé - Base (IG VII 3065, 3066)
IG VII 3067 ϝικατιϝέτιες ἀπεγράψανθο Brisé Ἤνετος 20 Base (IG VII 3067-3068)
IG VII 3068 ϝικατιϝέτιες ἀπεγράψαντο Χαροπῖνος Καφισόττεις 25 Base (IG VII 3067-3068)
IG VII 3070 Brisé Brisé Brisé - Fragment

Mégare

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 27 τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων εἰς τὰ τάγµατα Ποτιδάϊχος Κλείµαχος 16 Socle, sur la même pierre que IG VII 28, 29
IG VII 28 τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων Ἀριστοκλῆς Ὀµόφρων 23 Socle, sur la même pierre que IG VII 27, 29. Le catalogue éphébique IG VII 29 est postérieur à la réintégration de Mégare dans le koinon achéen
Inscr. 1 τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων εἰς τὰ τάγµατα Ἀρτύλαος Brisé 21 Bloc de mur de soutènement
Inscr. 2 τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων εἰς τὰ τάγµατα Καλλικλῆς Καλλιτέλης 26 Bloc de mur de soutènement
Inscr. 3 τοίδε ἀπῆλθον ἐξ ἐφήβων εἰς τὰ τάγµατα Εὐκλίδας Πύθων - Bloc de mur de soutènement

Oponte

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG IX 12, 5, 1865 Brisé Νίκων Κλευόµαχος Brisé Stèle
IG IX 12, 5, 1866 Brisé Brisé Brisé  6 Stèle

Orchomène

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG VII 3175 τοιὶ πρᾶτον ἐστροτεύαθη Φιλόκωµος Θιογνειτίδας 75 Stèle ? (aujourd’hui égarée)
IG VII 3178 τυῒ πρᾶτονἐστροτεύαθη Πρωτόµαχος Εὐαγόρας Φόξωνος - Sur la même stèle que IG VII 3178 ; SEG 30, 449 (SEG 41, 469)
SEG 30, 449A Brisé Εὔεργος ? Παελλίας - Sur la même stèle que IG VII 3178 ; SEG 30, 449 (SEG 41, 469)
IG VII 3179 τυῒ πρᾶτον ἐσστροτεύαθη Ὀνάσιµος Πολυκράτεις Μυριχίω 61 Sur la stèle de Nikaréta, IG VII 3172, 3179, 3180
IG VII 3180 τυῒ πρᾶτον ἐστροτεύαθη Δαµόφιλος Σφοδρίας Εὐρυτιµίδαο 60 Sur la stèle de Nikaréta, IG VII 3172, 3179, 3180
IG VII 3184 (SEG 26, 580) τυῒ πρᾶτον ἐστροτεύαθη Brisé Διωνούσιος Καλλιµέλιος - Sur le même bloc que IG VII 3184 (SEG 26, 580) + IG VII 3185 (SEG 26, 581) ; SEG 3, 371
SEG 26, 581 (IG VII 3185 + SEG 3, 371) [τυῒ] πρᾶτον ἐστροτ[εύα]θ̣η̣ Brisé Ἀπολλόδωρος Νικόκλειος - Sur le même bloc que IG VII 3184 (SEG 26, 580) + IG VII 3185 (SEG 26, 581) ; SEG 3, 371
SEG 26, 582 (SEG 3, 372) τυῒ π̣[ρᾶτον ἐστροτεύαθη] Brisé Brisé - Sur un autre bloc, mais même type de support que IG VII 3184 (SEG 26, 580) + IG VII 3185 (SEG 26, 581) ; SEG 3, 371
SEG 3, 373 (SEG 26, 578) Brisé Brisé Brisé 20* Stèle
SEG 26, 576 A Brisé Brisé Brisé - SEG 26, 576 A+B
SEG 26, 576 B Brisé Brisé Brisé - SEG 26, 576 A+B
SEG 26, 577 A Brisé Brisé Brisé - SEG 26, 577 A+B
SEG 26, 577 B Brisé Brisé Brisé - SEG 26, 577 A+B
SEG 30, 447 A τοιὶ πρᾶτον ἐστροτε[ύαθη] Brisé Brisé - SEG 30, 447 A+B
SEG 30, 447 B τοιὶ πρᾶτον ἐστροτεύαθη Brisé Brisé - SEG 30, 447 A+B
SEG 30, 448 B Brisé Brisé Brisé - SEG 30, 448 B+C
SEG 30, 448 C [τοιὶ π]ρᾶτον ἐστροτεύ[αθη] Brisé Brisé - SEG 30, 448 B+C
SEG 30, 450 A Brisé Brisé Brisé - SEG 30, 450 A+B
SEG 30, 450 B Brisé Brisé Brisé - SEG 30, 450 A+B
SEG 30, 451 Brisé Brisé Brisé -
Fossey 2014, p. 228-229, no XV [τυὶ πρᾶτον] ἐστροτε[ύαθη] Brisé Brisé - Base
Inscr. 35 τυῒ πρᾶτον ἐστροτεύαθη Δόρκυλος Timon Brisé Sur la même stèle que les Inscr. 33, 34
Inscr. 36 Brisé Brisé - Stèle
Inscr. 38 Brisé Brisé -
Inscr. 42 τυῒ πρᾶτον ἐστροτεύαθη - Brisé -

Oropos

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
IG XII 9, 912 ; Knoepfler 2002 Brisé Brisé Brisé 6 Stèle

Thèbes137 ? 138

  • 137 Ce catalogue appartient probablement à Platées.
  • 138 L’appartenance de cette inscription à Thèbes n’est pas certaine, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 2 (...)
Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
BCH 94 (1970), p. 146-151, no 3138 ἀπεγράψανθο ϝικατιϝέτιες Φρουνίσκος [– – –]δας 27 Stèle

Thespies

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
I.Thespies 88 [τοὶ] ἐς τῶν νεωτέρων ἐν τὼς ὁπλίτα[ς ἀπε]γράψανθο Ἱσµεινίας Ἐπιτέλεις 68 Stèle
I.Thespies 89 τ̣οὶ ἐσσε̑λθον ἐ[ς] τῶν νεωτέρων ἐν τ̣[ὼς] ὁπλείτας Δαώτιµος 12 Stèle
I.Thespies 90 το[ὶ] ἐ̣ς τ[ῶ]ν [νε]ωτέ[ρ]ων ἐν τὼς ὁπλίτας [κ]ὴ τ[ὼς ἱπ]-πότα[ς] ἀπεγρ[ά]ψανθο Brisé [– – –]µενεις 22 Stèle
I.Thespies 91 τοιὶ [ἐς] [τῶν ν]εωτέρων ἐν τὼς ὁπλίτας ἀ[π]ε[ῖλθον κ]ὴ ἐν τὼς ἱππότας [– – –]νίκω Κλεεσθένεις  9 Stèle
I.Thespies 92 Brisé Brisé Brisé 48 Stèle
I.Thespies 93 τοιὶ ἀπεγ[ρ]άψανθο ἀπειλθειόντες ἐς τῶν ἐφείβων ἐν τὼς ὁπλίτας κὴ τὼς ἱππότας Ἀρσιφρώνδας Πλίστος 47 Stèle
I.Thespies 94 [τ]ο̣ιὶ ἀπεῖλθον ἐς τῶν ἐφείβων ἐν τὼς ἱππ[ότας κὴ ἄγει]µ̣α κὴ ἐπιλέκτως κὴ πελτοφόρας Brisé Brisé - Stèle
I.Thespies 95 τοιὶ ἀπεγράψαντο ἐκ τ[ῶ]ν ἐφε[ίβ]ων ἐµ πελτοφόρας κὴ ἱππότας Σωτείριχος Ἐνπεδοκλεῖς 66 Stèle
I.Thespies 96 [τοιὶ ἀπεγρ]ά̣[ψ]αντο ἐκ τῶν ἐφείβων [ἀπειλ]θειόντες ἐν τὰ τάγµατα Brisé Νέων 51 Stèle
I.Thespies 97 Pas de mention Pas de mention Pas de mention 26 Base, il n’est pas assuré qu’il s’agisse d’un catalogue militaire

139 

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
I.Thespies 98 τοιὶ ἐς τῶν ἐφείβων ἀπεῖλθον ἐν τὰ τάγµατα Χαροπῖνος Ἐπιµάχανος 59 Stèle
I.Thespies 99 [τοι]ὶ ἀπεγράψαντο ἀ[πειλθειόντες ἐς τῶν ἐφείβω]ν̣ ἐν τὰ τάγµατα Brisé Brisé 40 Stèle
I.Thespies 100 [τοιὶ ἀ]πειλ<θ>ειόντες ἐς [τῶν ἐφείβων ἐν τάγµα] Brisé Ξενόκριτος  6 Stèle
I.Thespies 101 τ̣οὶ [ἐς] τῶ[ν] ἐ[φ]εί[βων ἐν τάγµα ἀ]πεγράψ[α]νθ[ο] Διονούσιος ? Λουσίας ? - Stèle
I.Thespies 102 τυεὶ ἀπεγράψανθο ἀπειλθειόντες ἐς τῶν [ἐφείβ]ων ἐν τὰ τάγµατα [– – –]λας [– – –]λεῖς 48 Stèle
I.Thespies 103 Brisé Brisé Brisé 15 Stèle
I.Thespies 104 [τ]υὶ ἀπ[εγρ]άψ[α]ντο ἐς [τῶν ἐφείβ]ω[ν] ἐν τάγµα Brisé Brisé 21 Stèle
I.Thespies 105 τοὶ ἀπειλθειόν[τες ἐς τῶν] ἐφείβων ἐν τάγµα Brisé [– – –] τῶ πεδά Φουσκίωνα  11* Stèle
I.Thespies 106 τυὶ [ἀ]πεγράψαντο ἐς ἐφείβων ἀπειλθ[ε]ιόντες ἐν τάγµα Δαµάτριος Μέλων 22 Stèle
I.Thespies 107 Brisé Brisé Brisé 13 Stèle
I.Thespies 108 Brisé Brisé Brisé 55 Stèle
I.Thespies 109 ἀ[πεγράψαντο ἐς] τῶν ἐφείβω[ν ἐν τάγµα] Postérieur à la dissolution du koinon Δαµόκριτος  4 Stèle
I.Thespies 110 ἀπειλθειόντες ἐς τῶν ἐφείβων ἐν τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Φιλοκλεῖς 46 Bloc, I.Thespies 110 ; 112
I.Thespies 111 ἀπειλθειόντες ἐς τῶν [ἐ]φείβων ἐς τάγµα· Postérieur à la dissolution du koinon Καλλικράτεις 22 Bloc, IG VII 1756-1757
I.Thespies 112 ἀπειλθειόντες ἐκ τῶν ἐφείβων ἐν τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Φαεῖνος 30 Bloc, I.Thespies 110 ; 112
I.Thespies 113 ἀπεληλυθότες ἐκ τῶν ἐφείβων εἰς τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Τειµέος 28 Bloc, IG VII 1756-1757
I.Thespies 114 A Pas de mention Postérieur à la dissolution du koinon [– – –]κλεῖς 20 Bloc
I.Thespies 114 A Pas de mention Postérieur à la dissolution du koinon Καλλικλῆς 2 Bloc

140 

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
I.Thespies 114 A Pas de mention Postérieur à la dissolution du koinon Καλλίστρατος  5 Bloc
I.Thespies 114 B ἀπελθιόντες ἐκ τῶν ἐφείβων ἐν τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Διονυσόδωρος 28 Bloc
I.Thespies 114 C ἀπειλθειόντες ἐκ τῶν ἐφήβων ἐν τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Σάµιχος  9 Bloc
I.Thespies 114 C ἀπειλθειόντες ἐκ τῶν ἐφήβων ἐν τάγµα Postérieur à la dissolution du koinon Σώξενος 15 Bloc
SEG 37, 385 τοὶ ἀπεγράψανθο ἐς τῶν ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας κὴ ἱππότας Ἀθανόδωρος Θυµάγαθος - Stèle

Thisbé

Publication Intitulé Archonte fédéral Archonte local Nombre de conscrits Type de support
SEG 3, 351 τυῒ] ἐσσε[γρά]φ[ε]ν ἐν θυρεαφόρως Brisé [– – –]ντος 15 Bloc
SEG 3, 352 τυῒ ἐσσεγράφεν ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας Ἵππαρχος Ἀλκέτας  5 Bloc
SEG 3, 353 τυῒ ἐσσεγράφεν ἐσς ἐφείβων ἐµ πελτοφόρας Εὐµαρίδας Δαµοκλεῖς 13 Bloc

La réforme militaire

  • 139 Beloch 1906.

141Dans son étude désormais classique sur les mobilisables, K. J. Beloch a émis l’hypothèse que le passage des thyréaphores aux peltophores, attesté dans les catalogues, était dû à une réforme militaire139. Il l’a datée de la période qui suit la défaite de 245 av. J.-C. face aux Étoliens. Selon lui, une des conséquences de cette réforme a été l’abandon de l’adjectif patronymique dans les catalogues militaires. Voyons maintenant en quoi il convient de modifier les conclusions de K. J. Beloch.

La réforme militaire, état de la recherche

  • 140 Beloch 1906, p. 43-44.
  • 141 Feyel 1942a, p. 197 : « La réforme de l’armement a dû être décrétée entre 250 et 240. Nous sommes a (...)
  • 142 Roesch 1982, p. 353 : « On pourrait imaginer que la Béotie a attendu de voir son armée écrasée à Ch (...)

142Une des pierres angulaires de l’histoire de la Béotie hellénistique est la réforme militaire qui est traditionnellement datée de 245 av. J.-C. Il revient à K. J. Beloch d’avoir le premier parlé de cette réforme. Il a fondé cette chronologie sur la disparition de l’adjectif patronymique et sur le changement de l’armement qu’il considérait comme ancien et lourd, thyréos, pour l’armement léger plus moderne, peltè. Pour lui, l’agrandissement de l’Étolie et ses prétentions d’hégémonie ont poussé les Béotiens à réformer leur armée pour faire face à la puissance étolienne. La douloureuse défaite des Béotiens face aux Étoliens à Chéronée, en 245 av. J.-C., aurait été la cause principale de la réforme140. M. Feyel était d’accord sur la datation de cette réforme141. Pour P. Roesch, la réforme est antérieure à la défaite de Chéronée, car pensait-t-il, c’est le caractère inachevé de la réforme qui était la cause principale de cette cuisante défaite. Il en voulait pour preuve le décret de Thespies en l’honneur de l’entraîneur militaire athénien Sostratos fils de Batrachos (I.Thespies 29) où il est question d’une loi fédérale pour l’entraînement militaire142. Pour lui, cette loi faisait partie de la réforme militaire. Mais cette interprétation paraît abusive.

Les causes de la réforme

  • 143 Feyel 1942a, p. 214.

143Il est assuré que les Béotiens se sont intéressés à l’organisation de leur armée bien avant la supposée réforme militaire. Toute armée doit, en effet, être constamment réformée pour être en position de faire face à des ennemis. La réforme de la seconde moitié du iiie s. n’était pas, comme l’avait déjà souligné M. Feyel, la première réforme de l’armée béotienne143. Dès la première moitié du iiie s., on a des catalogues militaires parfois même sur des stèles monumentales. La loi à laquelle fait référence le décret I.Thespies 29 n’est donc pas obligatoirement liée à la réforme militaire. D’autre part, réforme ou pas, les Béotiens auraient pu subir une défaite face aux Étoliens. Quelles sont les véritables raisons qui ont motivé une réforme à la macédonienne au milieu du iiie s. av. J.-C. ? On voit mal pourquoi les Béotiens auraient choisi de faire cette réforme en 245 av. J.-C. Il y a, me semble-t-il, une date plus propice, celle de 237-229 av. J.-C., où une période de rapprochement a lieu avec la Macédoine. Arrêtons-nous sur ce point. Pour être des alliés utiles à la Macédoine, les Béotiens devaient procéder à une réforme ; en adoptant l’armement macédonien, l’armée béotienne pouvait mieux collaborer avec l’armée macédonienne. Or, le rôle important que l’armée béotienne a joué dans la guerre contre le roi de Sparte Cléomène est la preuve que cette réforme était plutôt réussie.

  • 144 Müller 1997, p. 98-99.

144Par ailleurs, le changement de l’adjectif patronymique ne doit absolument pas être lié à la réforme militaire144. Il résulte davantage d’un phénomène dialectologique que d’une réforme militaire.

145Enfin, une autre preuve en faveur de la datation de la réforme militaire à cette période est offerte par la nouvelle inscription des emprunts d’Orchomène consentis par un Amphisséen (Inscr. 33). Cette inscription est datée de l’archonte fédéral Dorkylos situé jusqu’à maintenant entre 250-240 av. J.-C. Or, on note, dans les deux affaires, la présence de plusieurs personnes communes, l’écart chronologique entre les deux archontes ne doit donc pas être très grand (voir l’analyse prosopographique dans Inscr. 33). Dorkylos doit être antérieur à Onasimos parce que, dans l’intitulé du catalogue militaire d’Akraiphia IG VII 2716, les conscrits sont inscrits dans les thyréaphores, alors que dans le catalogue militaire d’Aigosthènes daté de l’archonte Onasimos, les conscrits sont inscrits dans l’armée réformée des peltophores.

146D’autres textes viennent aussi préciser la date de la réforme militaire. Il s’agit des nouveaux catalogues militaires de Chorsiai (Inscr. 11-17) datés des archontes Kaphisias I, Hippias I, Potidaichos I, [Phil]on, Euklidas, Kallikles, Kaphisotimos. Ces archontats sont assurément postérieurs à la réforme militaire, puisqu’à Aigosthènes, Hippias I apparaît dans un catalogue militaire où figurent des peltophores (IG VII 211). Cette mention d’un archonte avec deux types d’armement pourrait nous amener à trois hypothèses différentes :

  • 145 Voir la liste de ces documents.

1471) la réforme militaire n’a jamais eu lieu. On pourrait penser que les thyréaphores ont coexisté avec les peltophores pendant une longue période, et qu’ils n’apparaissent pas dans la documentation. Cette hypothèse ne peut pas être acceptée, car nous disposons d’un nombre de documents significatifs sur l’armée béotienne, comme des catalogues militaires, mais aussi des dédicaces après des victoires aux Pamboiotia145. Il apparaît que les thyréaphores ont cessé d’exister à la fin du iiie s. av. J.-C. et qu’ils ont été remplacés par les peltophores.

  • 146 Pappadakis 1923, p. 234 : Βεβαίως ὄχι διαµιᾶς καὶ εὐκόλως θὰ κατηργήθησαν τὰ ἀνέκαθεν ἰθαγενῆ βοιωτ (...)

1482) La petite cité de Chorsiai, relativement isolée aux frontières de la Béotie avec la Phocide, a pu garder plus longtemps l’armement plus ancien des thyréaphores en raison même de son isolement et de sa taille limitée. Comme l’a déjà souligné N. Pappadakis, la réforme militaire a pu être appliquée par étapes dans les différentes cités du koinon146. Il faut ajouter que l’archonte Kaphisias I est le premier archonte de la série des catalogues militaires d’Aigosthènes et date de 224 av. J.-C., l’année qui suit l’entrée de la Béotie dans l’alliance hellénique et qui est une des dates possibles de l’application de la réforme militaire. Ce fait pourrait nous amener à l’hypothèse que la réforme militaire en était encore à ses balbutiements et que son application n’était pas encore uniforme dans toutes les cités béotiennes. La réforme militaire en était encore en 224/3 av. J.-C. à ses débuts. L’acceptation de cette hypothèse pourrait nous amener à lier la réforme militaire à l’adhésion à l’alliance hellénique en 225/4 av. J.-C. L’hypothèse que l’isolement et la petitesse de Chorsiai pourraient être les causes de l’application retardée de la réforme dans cette cité paraît, pour les raisons déjà présentées, séduisante. Il faut prendre en compte que le koinon béotien n’était pas un état moderne et que l’application des décisions centrales pouvait prendre un lapse de temps plus au moins long. Selon D. Knoepfler, la persistance des thyréaphores pourrait être un fait de langue et, à Chorsiai, même après la réforme militaire, on aurait pu continuer à utiliser le terme thyréaphores pour les jeunes conscrits sortis du service militaire.

1493) Il y a eu une cohabitation plus au moins longue entre peltophores et thyréaphores. Cette cohabitation ne peut pas être en principe exclue, mais l’ensemble de la documentation (catalogues militaires, dédicaces des équipes victorieuses aux Pamboiotia) montre que la mention des thyréaphores disparaît à la fin du iiie s. av. J.-C.

150Si l’application de la réforme était stricte et homogène dans toutes les cités béotiennes, on pourrait dater la réforme entre les archontats de Dorkylos et d’Onasimos, mais les nouveaux catalogues militaires de Chorsiai (Inscr. 11-17) prouvent qu’il y a eu un flottement soit dans l’utilisation du nouvel armement, la peltè, soit dans les termes utilisés dans les intitulés des catalogues militaires. Il est caractéristique que dans les quatre premiers nouveaux catalogues de Chorsiai, ceux des archontes Kaphisias, Hippias, Potidaichos et [Phil]on (Inscr. 11-14), les conscrits sont inscrits au nombre des thyréaphores, alors que dans les cinquième et sixième catalogues, ceux des archontes Euklidas et Kallikles, les conscrits sont inscrits parmi les peltophores (Inscr. 15-16). En revanche, les mobilisables du dernier catalogue, celui de l’archonte Kaphisotimos (Inscr. 17), sont à nouveau inscrits parmi les thyréaphores. Ces variations doivent être plutôt le fait de l’isolement et de la petitesse de Chorsiai.

151En conclusion, la réforme militaire a existé mais sans apporter de changement radical ou révolutionnaire. L’application de la réforme n’a probablement pas été immédiate et uniforme dans toutes les cités béotiennes. Ce fait ne posait pas de problèmes d’organisation au koinon béotien, car les deux armements n’étaient pas incompatibles et les jeunes conscrits n’étaient pas la seule composante de l’armée béotienne. Le contingent de Chorsiai était de toute façon un des plus petits de la Béotie hellénistique.

La nature des thyréaphores

  • 147 Beloch 1906, p. 44. K. J. Beloch n’a vraisemblablement pas bien compris le texte de Plutarque qui m (...)
  • 148 Plutarque, Vie de Philopœmen 9, voir ci-dessous.
  • 149 Sekunda 2008, p. 341.

152Depuis l’article fondateur de K. J. Beloch, on a établi une équivalence entre hoplites et thyréaphores. Les thyreoi ont été considérés comme un armement contemporain des hoplites. Ils appartenaient à la période antérieure à la réforme militaire. De surcroît, K. J. Beloch présentait le thyréos comme un bouclier lourd, l’inverse de la peltè qui était considérée comme un bouclier léger147. Cette assertion a été reprise par les autres chercheurs qui ont travaillé sur l’organisation de l’armée béotienne hellénistique, notamment M. Feyel. Depuis l’époque de K. J. Beloch, la nature du thyréos a été précisée. Ce n’était pas un bouclier lourd, mais un bouclier long et léger, idéal pour l’infanterie légère. Sur ce point, on dispose du témoignage éclairant de Plutarque. Selon lui, Philopœmen a réformé l’armée achéenne en lui donnant un armement conforme au modèle macédonien – plus lourd que l’armement du moment, le thyréos et le javelot148. Le thyréos n’était donc pas un bouclier lourd. En tant qu’armement léger, il était idéal pour les exercices militaires des jeunes conscrits, c’est la raison pour laquelle il apparaît avec des figurines représentant l’hoplomachia. Par conséquent, l’identification des hoplites avec les thyréaphores n’est pas valable, le bouclier lourd de l’hoplite ne correspond pas au bouclier plutôt léger que représente le thyréos. N. Sekunda, en présentant les caractéristiques du thyréos, souligne la mobilité des thyréaphores et insiste sur la protection du territoire, mission essentielle des éphèbes au cours de leur période d’entraînement militaire149.

153Il faut aussi souligner que la présence des thyréaphores est assez limitée dans les catalogues militaires et dans les autres documents béotiens. Il ne subsistait jusqu’à maintenant que deux attestations du mot thyréaphore, un catalogue militaire d’Akraiphia daté de l’archonte fédéral Dorkylos (IG VII 2716), et un catalogue de Thisbé daté d’un archonte fédéral dont le nom n’est pas préservé (SEG 3, 351). À ces deux témoignages, nous pouvons ajouter les deux nouvelles attestations des catalogues de Chorsiai datés des archontes Kaphisias I et Hippias I (Inscr. 11 ; 12) qui, comme je l’ai déjà souligné, apparaissent avec l’armement des peltophores dans les catalogues d’Aigosthènes (IG VII 211).

  • 150 Voir la liste des catalogues militaires ci-dessus p. 75-84.

154Même si l’armée béotienne gardait un esprit traditionnel, elle était obligée d’utiliser le précepte, semper reformanda, comme toutes les autres armées hellénistiques. Dans le cadre de cet esprit de réforme, on a procédé en plusieurs étapes. Dans un premier temps, on est passé d’un armement hoplitique à un armement plus léger à savoir du thyréos à la peltè. Ce changement a pu être le résultat d’un processus assez long et son application a pu varier d’une cité à l’autre. En témoigne la grande variété dans le formulaire de l’intitulé des catalogues militaires150. On a presque un type d’intitulé par cité. Ces intitulés peuvent apporter des informations variées comme dans le cas des intitulés de Thespies ou, au contraire, peuvent être extrêmement brefs comme dans le cas d’Orchomène avec l’expression très vague τυὶ πρᾶτον ἐστροτεύαθη. Le passage entre peltophores et thyréaphores ne peut pas être ainsi interprété comme un changement révolutionnaire entre deux types d’armement complètement différents, mais plutôt comme une évolution normale dans le cadre de la modernisation de l’armée fédérale béotienne.

Les réformes militaires en Grèce continentale à l’époque hellénistique

155Il existe plusieurs attestations de réformes militaires pendant la période hellénistique. Selon Polybe, 2, 65, l’armement macédonien a été utilisé dans le cadre de l’alliance hellénique :

  • 151 « Au début de l’été, quand les Macédoniens et les Achéens se furent regroupés après l’hivernage, An (...)

156Τοῦ δὲ θέρους ἐνισταµένου, καὶ συνελθόντων τῶν Μακεδόνων καὶ τῶν Ἀχαιῶν ἐκ τῆς χειµασίας, ἀναλαβὼν τὴν στρατιὰν Ἀντίγονος προῆγε µετὰ τῶν συµµάχων εἰς τὴν Λακωνικήν, ἔχων Μακεδόνας µὲν τοὺς εἰς τὴν φάλαγγα µυρίους, πελταστὰς δὲ τρισχιλίους, ἱππεῖς δὲ τριακοσίους, Ἀγριᾶνας δὲ σὺν τούτοις χιλίους καὶ Γαλάτας ἄλλους τοσούτους, µισθοφόρους δὲ τοὺς πάντας πεζοὺς µὲν τρισχιλίους, ἱππεῖς δὲ τριακοσίους, Ἀχαιῶν δ’ ἐπιλέκτους πεζοὺς µὲν τρισχιλίους, ἱππεῖς δὲ τριακοσίους, καὶ Μεγαλοπολίτας χιλίους εἰς τὸν Μακεδονικὸν τρόπον καθωπλισµένους, ὧν ἡγεῖτο Κερκιδᾶς Μεγαλοπολίτης, τῶν δὲ συµµάχων Βοιωτῶν µὲν πεζοὺς δισχιλίους…151

  • 152 « Ils les prenaient pour des Mégalopolitains, parce que ces gens avaient fait usage de boucliers de (...)

157On a donc la preuve qu’Antigone, pendant sa campagne contre Cléomène, a eu recours à des corps d’alliés réformés. Toutefois, cette conclusion doit être nuancée car Polybe, 4, 69, nous précise : Μεγαλοπολίτας γὰρ εἶναι τούτους ἐδόξαζον, διὰ τὸ τοιούτοις ὅπλοις κεχρῆσθαι τοὺς προειρηµένους ἐν τῷ περὶ Σελλασίαν [ἐν τῷ] πρὸς Κλεοµένη κινδύνῳ, καθοπλίσαντος Ἀντιγόνου τοῦ βασιλέως πρὸς τὴν παροῦσαν χρείαν152.

  • 153 Sur l’alliance hellénique, voir Le Bohec 1993, p. 363-405. Sur la réforme militaire en Achaïe, voir (...)
  • 154 Anderson 1967 ; Plutarque, Vie de Philopœmen 9.
  • 155 Fischer-Bovet, Clarysse 2012 ; Fischer-Bovet 2014, p. 142-148.

158La fin du iiie s. av. J.-C. est considérée comme un temps de modernisation des armées hellénistiques. Ainsi, lors de la réforme de 227 à Sparte, Cléomène adopte l’équipement et la tactique des Macédoniens, tout en enrôlant le plus grand nombre possible de Spartiates et de périèques (Plutarque, Vie de Cléomène 11, 3) ; Antigone Dôsôn enrôle et arme d’une panoplie macédonienne 1 000 chalkaspides de Mégalopolis. En 207, Philopœmen réunit une armée de 15 000 à 20 000 hommes armés de la sarisse et du petit bouclier153, en lieu et place des milices de 3 000 épilectes dont la Confédération achéenne avait disposé jusqu’à cette époque. Le passage de Plutarque est particulièrement intéressant, il prouve que la réforme de l’armée achéenne a consisté en l’abandon d’un armement léger pour un armement plus long154. Les témoignages de Plutarque et de Pausanias nous montrent que les réformes militaires étaient un phénomène fréquent dans les armées des États grecs de cette période et notamment des armées fédérales. De façon générale, la fin du iiie s. av. J.-C. a été une période de réforme pour les armées hellénistiques155.

L’organisation militaire fédérale

Entraînement militaire

  • 156 Roesch 1982, p. 207, 307-350, avec la remarque de Gauthier, Hatzopoulos 1993, p. 69, n. 3.

159Nous savons désormais grâce au décret de Thespies et aux études de P. Roesch qu’une loi fédérale prescrivait aux cités d’assurer l’entraînement militaire des jeunes gens, éphèbes et néoi156. On possède un décret honorifique de Thespies (I.Thespies 29) pour un maître de l’entraînement militaire, l’Athénien Sostratos fils de Batrachos. Selon ce décret, l. 10-16 : ἐπειδεὶ νόµος ἐστὶ ἐν τοῖ κοινοῖ Βοιωτῶν τὰς πόλις παρεχέµεν διδασκάλως οἵτινες διδάξονθι τώς τε παῖδας κὴ τὼς νιανίσκως τοξευέµεν κὴ ἀκοντιδδέµεν κὴ τάδδεσθη συντάξις περὶ τὸν πόλεµον…

  • 157 Mackil 2013, p. 225.
  • 158 Schachter 1981, p. 124 ; Knoepfler 2001c, p. 356-357.
  • 159 Il s’agit des inscriptions IG VII 3087 ; SEG 3, 354-355, et SEG 26, 551 ; IG VII 3088 ; IG VII 2466 (...)

160Le concours des Pamboiotia organisé près du sanctuaire fédéral de l’Itonion à Coronée jouait un rôle important dans l’entraînement militaire des différents contingents béotiens. À ce concours participaient des équipes provenant des différents districts du koinon. Ces équipes pouvaient être constituées de participants originaires des différentes cités du même télos157. Cette fête a peut-être même contribué à créer une unité au sein de l’armée béotienne en cultivant l’émulation entre les différents districts158. Plusieurs inscriptions, notamment des dédicaces des contingents qui ont été vainqueurs à ce concours, nous donnent quelques rares informations159 (tableau 2). Le koinon organisait d’autres concours ἀπὸ τελῶν comme le prouve le décret d’Haliarte SEG 32, 456 (Lupu 2005, p. 227-37, no 11).

Publication Nature Date Type de support Provenance
IG VII 3087 Dédicace des cavaliers de Lébadée vainqueurs aux concours des Pamboiotia Vers 255-250 av. J.-C. Base Lébadée
IG VII 3088 Dédicace des cavaliers de Lébadée probablement après une victoire aux Pamboiotoia Seconde moitié du iiis. Base Lébadée
IG VII 2466 ; I.Thespies 202 Dédicace des cavaliers de Thespies, probablement à la suite d’une victoire aux Pamboiotia Vers 240-230 av. J.-C. Inconnu Thèbes, mais elle provient de Thespies
IG VII 2714 Inscription fragmentaire qui pourrait appartenir à une dédicace après une victoire aux Pamboiotia Inconnue Inconnu Akraiphia
BCH 18, 1894, p. 534, no 3 Inscription mutilée de Thisbé qui pourrait être une dédicace d’une équipe victorieuse aux Pamboiotia. Sa nature reste incertaine Inconnue Inconnu Thisbé
SEG 3, 354 Dédicace de l’équipe de l’infanterie du télos de Coronée après une victoire aux Pamboiotia Vers 230-200 av. J.-C. Base Thisbé
I.Thespies 201 Dédicace de l’équipe de l’infanterie du télos de Thespies après une victoire aux Pamboiotia Vers 230 av. J.-C. Base Thespies
SEG 26, 551 Catalogue fragmentaire qui pourrait appartenir à une dédicace de l’équipe de l’infanterie du télos de Coronée après une victoire aux Pamboiotia Vers 230 av. J.-C. Colonne inscrite Coronée

Les magistratures militaires fédérales

Les béotarques

161Il semble que pendant la période hellénistique, les béotarques continuent à être les chefs militaires du koinon. Dans les sources littéraires, plusieurs témoignages montrent que la direction des opérations militaires a été assumée par les béotarques.

Le stratège fédéral ?

  • 160 Roesch 1965, p. 112-121.
  • 161 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319, acceptent cette conclusion de P. Roesch : « P. Roesch a démontré q (...)

162Des épigraphistes, notamment M. Feyel, ont pensé qu’à un certain moment la direction des affaires militaires du koinon avait été confiée à un stratège fédéral. Mais comme l’ont montré M. Holleaux puis P. Roesch160, cette magistrature n’a probablement jamais existé. Il doit s’agir d’une interpolation d’une magistrature connue dans d’autres régions du monde grec161.

L’hipparque fédéral

  • 162 Roesch 1965, p. 110.
  • 163 Knoepfler 2003, p. 104-105.

163En revanche, grâce aux nombreux témoignages épigraphiques et littéraires, l’existence d’un hipparque fédéral ne fait aucun doute. Selon P. Roesch, l’hipparque fédéral était subordonné aux béotarques alors que l’hipparque local était subordonné aux polémarques de la cité162 (I.Thespies 84). Un hipparque fédéral opontien est attesté grâce à l’épigramme IG IX 12 5, 1911. Sur les activités de l’hipparque fédéral nous avons deux témoignages importants. Le premier est littéraire, il s’agit du passage de Polybe où il décrit l’incident de Larymna que nous analyserons dans la synthèse sur l’histoire du koinon. Grâce à ce passage, nous savons que Neon fils d’Askondas, hipparque fédéral est arrivé lors d’une patrouille avec ses troupes à Larymna où l’armée macédonienne s’était échouée après un tsunami. Un témoignage épigraphique corrobore le récit de Polybe, il s’agit de la convention entre les cavaliers d’Orchomène et ceux de Chéronée. D’après cette convention, la cavalerie des différents districts faisait des patrouilles en divers endroits du territoire béotien. D. Knoepfler pense qu’on pourrait avoir un collège de sept hipparques qui représenteraient les sept districts de la confédération et également que les huit otages béotiens qui apparaissent dans le décret Syll3 519 pourraient être les sept hipparques avec leur secrétaire163. La découverte de nouvelles inscriptions avec des listes de magistrats pourrait éclairer la question du nombre des hipparques.

L’organisation militaire civique

Infanterie

Les différents corps de l’infanterie

– Thyréaphores
  • 164 Sur les thyréaphores dans le monde hellénistique, voir Sekunda 2008, p. 339-343. Pour des thyreoi s (...)
  • 165 Feyel 1942a, p. 202 : « Les peltophores sont, en principe, l’élément essentiel de l’armée. On s’att (...)
  • 166 Sur les réformes militaires pendant la période hellénistique, voir Sekunda 2008, p. 354-356.

164Dans l’infanterie, nous avons deux types d’armements principaux, l’un antérieur et l’autre postérieur à la réforme militaire. Les thyréaphores sont antérieurs à la réforme militaire164 alors que les peltophores qui portent un bouclier léger sont postérieurs165. J’ai montré dans le chapitre chronologique que cette transition doit être datée des années 230-225 av. J.-C.166.

165Attestations de thyréaphores :

1661) IG VII 2716, Akraiphia, catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Dorkylos.

1672) SEG 3, 335, Thisbé, catalogue militaire d’un archonte dont le nom est perdu.

1683) Inscr. 11, Chorsiai, catalogue militaire de l’archonte fédéral Kaphisias I.

1694) Inscr. 12, Chorsiai, catalogue militaire de l’archonte Hippias I.

1705) Inscr. 17, Chorsiai, catalogue militaire de l’archonte Kaphisotimos.

– Peltophores
  • 167 Voir ci-dessus p. 75-84.

171Nous pouvons trouver de nombreuses attestations de peltophores dans les catalogues militaires dont nous trouverons la liste ci-dessus167.

172Aux témoignages des catalogues militaires, nous devons ajouter les inscriptions suivantes qui sont des dédicaces d’équipes victorieuses aux Pamboiotia qui font mention des peltophores et d’autres corps de la même époque dans l’armée béotienne :

1731) l’inscription I.Thespies 201 est une dédicace de l’équipe thespienne des fantassins (pezoi) victorieuse lors de l’épreuve de l’euoplia des Pamboiotia. Cette équipe était composée de l’agéma, des épilectes – corps de fantassins d’élite –, des peltophores et des pharétrites (archers).

1742) La même disposition apparaît dans la dédicace plus laconique de l’équipe du télos de Coronée SEG 3, 354, trouvée à Thisbé. On y retrouve l’agéma, les peltophores, les épilectes et les pharétrites ainsi que les sphendonates.

  • 168 Knoepfler 1992, p. 484, 145.

1753) L’inscription fragmentaire SEG 26, 551, copiée par S. Lauffer lors de la seconde guerre mondiale, mais aujourd’hui perdue, est une dédicace des Pamboiotia. Elle avait vraisemblablement la même disposition que les dédicaces de Thespies et de Coronée. Selon D. Knoepfler, on pourrait y restituer le nom de l’archonte fédéral Athanodoros168.

– L’agéma et les épilectes
  • 169 Hatzopoulos 2001, p. 67.

176L’agéma est une institution militaire qui révèle une influence macédonienne. Ce corps comportait des soldats d’élite choisis parmi les peltophores, comme dans le cas de l’armée macédonienne. Il faut souligner que le terme agéma apparaît hors contexte macédonien uniquement en Béotie. Cette institution doit être postérieure à la réforme militaire169. Dans un catalogue militaire malheureusement fragmentaire (I.Thespies 94), les éphèbes sortis du service militaire sont enrôlés parmi les cavaliers, l’agéma, les épilectes et les peltophores. Ce catalogue est le seul où sont mentionnés tous les corps militaires de l’armée béotienne. Comme l’expliquer ? Peut-être s’agissait-il d’une année exceptionnelle. Ou bien peut-être le terme générique tagma ou au pluriel tagmata, qui apparaît dans la grande majorité des catalogues militaires de Thespies et d’autres cités béotiennes, cache une réalité plus compliquée. Il me paraît probable que les éphèbes, notamment dans les grandes cités, étaient enrôlés dans plusieurs corps que les attestations épigraphiques ne nous permettent pas de connaître. Malheureusement, le nom de l’archonte fédéral qui date ce catalogue militaire n’est pas conservé. Cet élément nous permettrait d’estimer la date de ce changement.

  • 170 Feyel 1942a, p. 204-205.

177L’autre corps d’élite est celui des épilectes. Les épilectes sont aussi connus dans d’autres régions de Grèce. Il est très difficile de cerner le rôle exact de ces deux corps d’élite que sont les épilectes et l’agéma ainsi que les conditions d’admission170.

– Autres corps d’infanterie

178À ces trois corps d’infanterie s’en ajoutent d’autres apparemment moins importants – les archers (pharétrites), les frondeurs (sphendonates) et les chasseurs (kynégoi). Contrairement aux chasseurs, les pharétrites et les sphendonates avaient une certaine importance car ils participaient aux Pamboiotia.

  • 171 Feyel 1942a, p. 205.

179Les deux lochagoi remplissaient également des fonctions subalternes. Ils devaient vraisemblablement préparer les éphèbes à certains exercices qui nécessitent l’armement traditionnel des hoplites. De même, à Aigosthènes, certains catalogues signalent τὸν ὁπλίταν ἐνίκασε ὁ δεῖνα (IG VII 209, 216, 217, 218). Le vainqueur n’est pas un des éphèbes de ces années171. Le terme lochagos ou lochagiôn apparaît aussi dans deux catalogues militaires de Kopai (IG VII 2781 ; Te Riele 1975, p. 77-82).

Les chefs militaires selon la liste des magistrats de Thespies (I.Thespies 84)

180La liste des magistrats de Thespies (I.Thespies 84) et les dédicaces des Pamboiotia donnent une présentation détaillée des chefs de l’infanterie de la cité de Thespies :

1811) le λοχαγός ἀγήµατος ou chef d’agéma (I.Thespies 84, l. 20) ;

1822) les ἁγεµόνες πελτοφόρης (I.Thespies 84, l. 21-22), officiers chargés de commander les peltophores. Un seul nom a été transcrit, le reste de la l. 22 a été laissé vide ;

1833) l’éphébarque (I.Thespies 84, l. 23) ;

1844) les ἁγεµόνες ἐπιλέκτυς (I.Thespies 23-24), officiers chargés de commander les épilectes, au nombre de deux ;

1855) le chef des φαρετρίται (I.Thespies 84, l. 25). Il s’agit du chef des archers ;

1866) le chef des frondeurs (σφενδονάται, I.Thespies 84, l. 26), mais l’espace réservé au nom est vacant ;

1877) les ἀρχικούναγυ (I.Thespies 84, l. 26), les commandants des chasseurs, qui sont quatre ;

1888) les λοχαγύ des hoplites et les λοχαγύ des Anciens (πρισγούτερυ). Il n’y a qu’un λοχαγὸς par catégorie (I.Thespies 84, l. 28-30).

Cavalerie

  • 172 Roesch 1979, p. 243-251.
  • 173 Roesch 1979.

189La Béotie était, avec la Thessalie, une des régions où la cavalerie avait une tradition d’excellence. Il semble que cette tradition ait perduré pendant la période hellénistique, comme l’attestent plusieurs témoignages littéraires172. Il existe également plusieurs attestations épigraphiques sur l’organisation de la cavalerie béotienne pendant la période hellénistique173. Le document capital est la convention entre les cavaliers de Chéronée et d’Orchomène qui date de 287 av. J.-C. Il nous permet de mieux comprendre l’organisation des expéditions de la cavalerie béotienne dans tout le territoire du koinon.

Attestations épigraphiques sur la cavalerie béotienne

1901) Le premier document est une dédicace faite par les cavaliers béotiens qui ont pris part à l’expédition d’Alexandre en Asie et qui sont rentrés au pays (IG VII 3206). On considère traditionnellement les cavaliers comme orchoméniens et ce, même s’il y a des liens prosopographiques avec d’autres cités béotiennes. C’est probablement une dédicace de tous les cavaliers béotiens qui ont pris part à l’expédition d’Alexandre.

1912) Les cavaliers de Lébadée, vainqueurs aux concours militaires fédéraux des Pamboioitia, font une consécration à Trophonios, IG VII 3087, ca 255-250 av. J.-C.

  • 174 Sur cette inscription, voir Knoepfler 2000, p. 362-363.

1923) La convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée (SEG 28, 461) qui date des années 290-280 av. J.-C.174.

1934) La cavalerie de Thespies fait elle aussi une dédicace ca 240-230 av. J.-C. (I.Thespies 201 ; IG VII 2466), probablement, même si le texte ne le dit pas expressément, à la suite d’une victoire aux Pamboiotia.

1945) Une autre dédicace des cavaliers de Lébadée date de la seconde moitié du iiie s. av. J.-C. (IG VII 3088).

1956) Le dernier document est la grande liste des magistrats de Thespies qui date des années 190-180 av. J.-C. (I.Thespies 84).

Les chefs de la cavalerie

196Selon les deux listes des magistrats de Thespies, les chefs militaires civiques qui dirigent des cavaliers sont :

1971) les ilarques, c’est-à-dire les chefs des pelotons de cavalerie, au nombre de quatre (I.Thespies 84, l. 77) ;

1982) le tarantinarque, c’est-à-dire le chef du peloton des tarentins, ou cavaliers armés de javelots légers (I.Thespies 84, l. 79).

  • 175 Mackil 2013, p. 429-432, no 15.
  • 176 Müller 2011.
  • 177 Mackil, Van Alfen 2006, p. 223-224 : « Nothing is known about how (or whether) they were paid, but (...)

199La convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée (SEG 28, 461) a montré que des cavaliers de ce télos partaient en expéditions dans des régions éloignées de Béotie comme Oropos ou Thèbes175. Ces expéditions devaient être organisées au niveau fédéral avec une rotation des télè. Les détails de cette organisation nous échappent largement. Nous pouvons supposer avec vraisemblance que c’était au niveau fédéral qu’étaient décidés aussi bien les lieux des expéditions que les corps des cavaliers qui y prenaient part176. Plusieurs groupes de différents télè devaient être réunis dans une troupe qui parcourait la Béotie sous la direction de l’hipparque fédéral. Comme l’ont suggéré E. Mackil et P. Van Alfen, la convention entre Orchomène et Chéronée avait aussi un aspect financier. L’organisation des expéditions de cavalerie dans des régions lointaines exigeait, en effet, des sommes considérables qui ont peut-être figuré dans la partie non conservée de cette inscription177.

Conclusion sur l’armée béotienne

  • 178 Un bon aperçu de l’armée béotienne est donné par Knoepfler 2000, p. 364, n. 77.

200Il semble que la base de l’organisation de l’armée béotienne reposait sur la répartition en télè. Chaque télos devait fournir un nombre égal de personnes mobilisables à l’armée fédérale. En comparant les effectifs présentés dans plusieurs catalogues militaires, nous pouvons arriver à la conclusion que chaque télos devait fournir environ 100 conscrits par an. On aurait donc au total environ 700 mobilisables par classe d’âge pendant la période hellénistique en Béotie178.

  • 179 Roesch 1982, p. 344 : « À une époque où les armées nationales ont à peu près disparu, où les États (...)

201Un des aspects intéressants de l’armée béotienne hellénistique est qu’elle reste une armée nationale tout au long de la période hellénistique. Cette caractéristique se retrouve dans d’autres États nationaux de la période hellénistique comme la Macédoine et la Thessalie qui présentent plusieurs points communs avec la Béotie179.

202L’organisation militaire du koinon béotien est le reflet de son organisation politique. Son armée est une armée nationale constituée de l’union des contingents provenant des sept télè et des cités qui en faisaient partie. Cette union des contingents civiques pour former une armée nationale fédérale était, aux yeux de M. Feyel, source de faiblesse et de division au sein de l’armée béotienne et expliquait les différents échecs de l’armée fédérale au prisme de cette interprétation. C’est probablement encore un cas de l’influence de l’histoire contemporaine sur l’interprétation de l’histoire du koinon béotien par M. Feyel.

  • 180 Aymard 1946, p. 305.

203Comme l’a bien montré A. Aymard dans une recension du livre de M. Feyel, cette interprétation est erronée. Toutes les armées fédérales de la Grèce hellénistique présentaient une organisation analogue à celle du koinon béotien. Et même si nous disposons de très peu d’informations à leur sujet, les armées des Étoliens et des Achéens devaient avoir la même structure que celle du koinon béotien. Il s’agissait d’armées fédérales composées de divers contingents provenant de différentes cités. Cette structure ne les a pas empêchées de jouer un rôle important dans l’histoire militaire de la Grèce centrale et de remporter plusieurs batailles. Il faut donc chercher la faiblesse de l’armée béotienne – s’il y en a véritablement une – dans sa structure fédérale et dans une certaine autonomie des cités béotiennes au sein du koinon180.

Relations du koinon et des cités béotiennes avec l’étranger

Koinon

204Les relations de haut niveau avec l’étranger relevaient des autorités fédérales. La conclusion des traités d’alliance avec l’étranger se faisait à ce niveau et les cités appartenant au koinon devaient accepter les décisions fédérales sur ces sujets. En revanche, le koinon décourageait l’intervention de puissances étrangères dans les affaires internes. J’ai déjà spécifié, qu’en cas de différends entre les cités béotiennes, le koinon intervenait pour tenter de les résoudre.

205Les traités connus entre les Béotiens et les autres peuples à l’époque hellénistique sont les suivants :

2061) l’alliance entre les Béotiens et les Étoliens (après 278 av. J.-C., Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64) ;

  • 181 Rousset à paraître.

2072) le traité entre la Béotie et la Phocide, IG IX 1, 98 (228-227 av. J.-C.)181 ;

2083) le traité entre la Béotie, la Phocide et l’Achaïe, Syll3 519 (228 ou 227/6 av. J.-C.) ;

2094) l’alliance hellénique d’Antigone Dôsôn, Staatsverträge III 507 (224 av. J.-C.) ;

  • 182 Roesch 1982, p. 369-370.

2105) l’alliance avec Rome (197 av. J.-C.)182 ;

  • 183 Roesch 1982, p. 370-372.

2116) l’alliance entre le koinon et Antiochos (192 av. J.-C.)183 ;

  • 184 Roesch 1982, p. 372-377 ; Knoepfler 2005-2006, p. 647.

2127) l’alliance entre le koinon et Persée (174 av. J.-C.)184.

Décrets de proxénie fédéraux

  • 185 Pour une liste des décrets fédéraux de proxénie, voir Marek 1984, p. 26, et Fossey 2014, p. 44-48.

213Pour exercer sa politique étrangère, le koinon disposait des décrets de proxénie en l’honneur de telle ou telle personne. Le nombre de décrets de proxénie fédéraux pour la période hellénistique est assez limité. Ils proviennent de la capitale fédérale d’Onchestos et du sanctuaire fédéral de l’Itonion à Coronée. Par ailleurs, d’autres décrets fédéraux viennent du sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos alors même qu’il ne s’agit pas d’un sanctuaire fédéral185. Pour un catalogue des décrets de proxénie fédéraux voir tableau 3.

Tableau 3— Catalogue des décrets de proxénie fédéraux.

Publication Récipiendaire Lieu d’exposition Archonte fédéral
IG VII 2858 Phalanna Itonion brisé
IG VII 2860 Adramyteion Itonion brisé
IG VII 2866 Amphissa Itonion brisé
IG VII 2869 Athènes Itonion brisé
IG VII 2861 (SEG 23, 293) Chalkis Itonion brisé
SEG 23, 286a Trézène Itonion brisé
SEG 23, 287 Lamia Itonion brisé
SEG 23, 288 brisé Itonion brisé
SEG 23, 289 Kardia Itonion brisé
SEG 23, 290 brisé Itonion brisé
SEG 23, 291 brisé Itonion brisé
SEG 23, 292 brisé Itonion brisé
SEG 23, 293 brisé Itonion brisé
Inscr. 31 Kition Itonion brisé
Inscr. 32 Sicyone ? Itonion brisé
SEG 25, 553 Pellana Onchestos brisé
SEG 27, 60 Athènes Onchestos brisé
I.Oropos 32 Mégare Oropos Pampirichos
I.Oropos 33 Rhodes Oropos Pampirichos
I.Oropos 34 Rhodes Oropos Pampirichos
I.Oropos 35 Athènes Oropos Pampirichos
I.Oropos 36 brisé Oropos Pampirichos
I.Oropos 37 Sidone Oropos Pampirichos
I.Oropos 41 Sinopé Oropos Charopinos
I.Oropos 42 Sinopé ? Oropos -
I.Oropos 43 Athènes Oropos Charopinos I
I.Oropos 44 Chalcide Oropos Charopinos II
I.Oropos 45 brisé Oropos Charopinos II
I.Oropos 46 Chalcis Oropos brisé
I.Oropos 47 brisé Oropos brisé
I.Oropos 49 Halicarnasse Oropos Antigon
I.Oropos 60 Karystos Oropos Charidamos
I.Oropos 68 Athènes Oropos Ameinichos
I.Oropos 69 Athènes Oropos Apollodoros
I.Oropos 70 Smyrne Oropos Apollodoros
I.Oropos 71 Kassandreia Oropos Philon
I.Oropos 72 brisé Oropos Philon
I.Oropos 74 Myrina Oropos Nikias
I.Oropos 75 Athènes Oropos Kaphisias
I.Oropos 84 Athènes Oropos Potidaichos
I.Oropos 87 Athènes Oropos Theotimos
I.Oropos 88 Athènes Oropos Theotimos
I.Oropos 92 Kalymna Oropos Damophilos
I.Oropos 188 Athènes Oropos sans nom d’archonte
I.Oropos 193 Chalcis Oropos brisé
I.Oropos 194 brisé Oropos brisé
I.Oropos 195 Athènes Oropos brisé
I.Oropos 197 brisé Oropos Philoxenos
a. On sait maintenant que les décrets de proxénie SEG 23, 286-293, proviennent de l’Itonion de Coronée grâce à l’ancien inventaire du musée de Thèbes rédigé par N. Pappadakis, voir Kalliontzis 2017, p. 26-29.

Cités

Décrets de proxénie civiques

  • 186 Pour une liste des décrets de proxénie civiques, voir Marek 1984, p. 27-33. Sur les décrets de prox (...)
  • 187 SEG 57, 429-430.

214Il existe une très grande variété de décrets de proxénie émis par les cités186. La palme revient à Oropos avec environ 170 décrets. Les fouilles du sanctuaire de l’Amphiareion, où ce type d’inscription était exposé, expliquent en partie ce chiffre élevé. Suivent les cités de Tanagra et de Thespies avec 28 décrets de proxénie. La cité d’Akraiphia compte elle aussi un nombre assez élevé de décrets, 19 au total. Vient ensuite une série de petites cités qui ont livré un nombre limité de ces décrets comme Thisbé au sud, Lébadée et Orchomène. Dans la catégorie des cités comptant un petit nombre de ces décrets, il faut ajouter la grande cité de Thèbes pour laquelle nous n’en possédons que deux. La cité de Chéronée, pour laquelle nous ne disposions à ce jour que d’une proxénie, a vu ce chiffre augmenter d’environ une dizaine187. La plupart du temps, et surtout dans les petites cités, on gravait plusieurs proxénies sur le même bloc, au risque de perdre l’ensemble de ces documents.

215Les décrets de proxénie béotiens de l’époque hellénistique, aussi bien fédéraux que locaux, se présentent malheureusement en général sous une forme abrégée et synoptique. Il n’y a pas ou très peu de considérants, ce qui nous prive de plusieurs informations. Ce phénomène est un trait commun avec les décrets de proxénie d’autres régions de la Grèce centrale comme la Phocide ou l’Étolie.

216Les privilèges accordés aux proxènes pendant la période hellénistique sont surtout l’eppasis et l’asphaleia aussi bien en temps de guerre que de paix. Ces privilèges sont fréquemment héréditaires et présentent une très grande variété quant à l’ordre dans lequel ils sont accordés. Il paraît aujourd’hui assuré que les privilèges accordés par les décrets de proxénie émanant d’une cité étaient valables dans la seule cité où le décret avait été voté, alors que les privilèges accordés par les décrets de proxénie fédéraux étaient valables dans toutes les cités appartenant à la Confédération. Les cités béotiennes, par opposition à ce qui se passait dans les koina étoliens et achéens, n’accordaient pas la proxénie à d’autres citoyens du koinon béotien, parce que ceux-ci jouissaient déjà des privilèges liés à la proxénie comme citoyens de la confédération. Ce fait, me semble-t-il, montre à lui seul la très grande unité et cohérence du koinon béotien.

Le caractère du koinon hellénistique

  • 188 Knoepfler 2012.
  • 189 Knoepfler 2001b.
  • 190 Sur l’organisation démocratique du koinon, voir Feyel 1942a, p. 272.
  • 191 Sur les bornes fédérales béotiennes, voir Magnetto 1997, p. 103-106, no 15, « Arbitrato territorial (...)
  • 192 Voir la récente réédition de l’inscription décrivant le différend entre Messène et Mégalopolis dans (...)
  • 193 Le caractère du koinon béotien hellénistique est bien décrit par Roesch 1973, p. 269. Sur le caract (...)

217Le koinon béotien a une histoire très longue, qui s’étend du ve s. av. J.-C. jusqu’à l’époque impériale (voir par exemple les inscriptions SEG 51, 641 ; SEG 56, 565). Il est donc impossible de tout présenter dans cette étude parce qu’elle dépasse le cadre chronologique imparti188. Ce qui nous intéresse c’est l’influence des expériences historiques passées sur l’organisation du koinon hellénistique. Durant tout le ive s. et jusqu’à la destruction de Thèbes par Alexandre en 335 av. J.-C., le koinon était sous la domination thébaine. Cette hégémonie a été un traumatisme profond pour les autres cités béotiennes qui ont vécu le contrôle thébain comme une domination étrangère. On peut donner l’exemple de Platées, cité plusieurs fois malmenée par Thèbes, ainsi qu’Orchomène ou Thespies. Les cités béotiennes n’ont d’ailleurs pas caché leur profonde joie lors de la destruction de Thèbes qui les a libérées de cette tutelle. On comprend leur profonde inquiétude, lors de la reconstruction de Thèbes par Cassandre en 316 av. J.-C. À cause de cette méfiance des cités voisines, Thèbes a tardé à réintégrer le koinon béotien, et elle n’y est parvenue, selon D. Knoepfler, qu’après 287 av. J.-C.189. Cette animosité contre Thèbes a contribué par la suite à une organisation plus démocratique et équitable du koinon béotien hellénistique. Celle-ci a permis à toutes les cités, même les plus petites, de jouer un rôle dans l’administration et la direction des affaires du koinon190. Cette caractéristique a influencé les choix politiques de l’organisation fédérale. Le koinon a été divisé en sept districts plus ou moins égaux entre eux : ils avaient à peu près la même importantce démographique et le même nombre de représentants au sein de l’administration politique, militaire et religieuse du koinon. Les sept districts étaient notamment tenus de fournir le même nombre de soldats et de cavaliers au koinon, pour éviter toute domination d’une cité sur les autres. Par contre, cette organisation ne pouvait pas empêcher la domination d’une grande cité sur un district. Dans plusieurs cas, les cités les plus importantes d’un district dominaient les cités voisines de moindre taille. Les cas d’Orchomène et de Thespies sont caractéristiques à cet égard. Orchomène était la cité la plus importante de son district et dominait les petites cités du district comme Chéronée et Hyettos ; de même, Thespies dominait les cités plus petites de Siphai et de Chorsiai. Ces deux dernières ont d’ailleurs perdu le statut de cité pendant cette période. Dans le cas d’Orchomène, l’inscription inédite fragmentaire, Inscr. 39, présentée dans le recueil d’inscriptions, laisse à penser que de véritables sympolities s’étaient formées autour des cités les plus importantes, les capitales des districts. En cas de conflits entre différents districts ou cités, le koinon intervenait pour résoudre ces problèmes. Ce qui explique pourquoi, ces querelles, excepté quelques bornes délimitant les territoires des cités béotiennes191, n’ont guère laissé de traces épigraphiques. L’intervention du koinon pouvait concerner aussi bien les problèmes internes que les problèmes externes aux cités. La résolution des conflits entre cités membres était beaucoup plus compliquée dans d’autres koina. Ainsi, dans le koinon achéen, on avait recours de façon quasi systématique à des juges étrangers pour la résolution des conflits entre cités membres192. Les caractéristiques les plus importantes du koinon béotien hellénistique sont les suivantes193 :

2181) l’existence des sept districts sur lesquels était fondée toute l’organisation politique, économique, militaire et agonistique ;

2192) l’organisation du koinon était fondée sur le principe de l’égalité entre les districts ;

2203) l’esprit démocratique et égalitaire qui régnait dans ce koinon et qui permettait à toutes les cités, même aux plus petites, de participer à la vie du koinon ;

2214) l’intervention du koinon dans le cas de conflits entre cités ou districts. L’existence d’une justice fédérale.

Conclusion

222Bien que Polybe ait dénigré le koinon béotien, il semble que celui-ci ait été l’un des plus aboutis de l’histoire grecque. En comparant le koinon béotien à d’autres confédérations de la Grèce ancienne, nous pouvons donner les caractéristiques de cette réussite :

2231) excepté Mégare, aucune cité béotienne n’a fait sécession, ce qui prouve que l’unité du koinon n’était pas superficielle. Cette unité fédérale était fondée sur l’unité nationale des membres du koinon. Toutes les cités du koinon appartenaient au même ethnos. Les liens nationaux, religieux et économiques entre les cités béotiennes étaient très étroits et constituaient une base solide pour l’unité du koinon.

  • 194 Ma 2018.

2242) Le koinon a su régler de façon efficace les différends entre cités béotiennes ainsi que leurs problèmes internes. La présence de juges étrangers en Béotie seulement après la dissolution du koinon constitue une preuve irréfutable de son succès. À l’inverse, le koinon achéen faisait systématiquement appel à des juges étrangers, car il ne devait pas toujours posséder un cadre solide pour la résolution des conflits entre ses membres ou entre les citoyens de telle ou telle cité. Le cadre institutionnel du koinon a amené un très haut niveau de similarité dans l’organisation politique, militaire et économique des cités béotiennes et parfois non béotiennes appartenant au koinon194. Cette situation résultait à la fois de la politique du koinon et des innombrables relations entre les cités et entre les citoyens béotiens qui encourageaient l’adoption des formes communes dans toutes les cités.

Notes

1 Beck 1997, p. 83-106, pour une nouvelle attestation d’un béotarque au ve s. av. J.-C., voir Aravantinos 2014, p. 199-202. Sur les Hellenika d’Oxyrhynchos, voir Goukowsky, Feyel 2019.

2 Larsen 1968, p. 26 ; Hellenica Oxyrhynchia XVI 3.

3 Corsten 1999, p. 60.

4 Busolt 1926, p. 1409-1447.

5 Roesch 1965.

6 Roesch 1965 ; Roesch 1982 ; Roesch 2009 (I.Thespies).

7 Voir ci-dessous la liste des catalogues militaires.

8 IG VII 2724 ; 2724a ; 2724b ; 2723.

9 Sur le fragment de Polybe, voir aussi Hennig 1977 et Müller 2013.

10 Knoepfler 2006-2007, p. 642-646 ; Mylonopoulos 2014 ; Mylonopoulos 2015.

11 Christopoulou 1995, p. 429-445, avec la bibliographie antérieure. Pour les fouilles récentes à Onchestos, voir Mylonopoulos 2014 ; Mylonopoulos 2015.

12 Christopoulou 1995, p. 443-444 ; 445.

13 Hoover 2014, p. 347, no 1174.

14 Tite-Live, 33, 1 ; 36, 6 ; 42, 43. Pour d’autres cas où Tite-Live se trompe dans la désignation des capitales fédérales, voir Dany 1999, p. 260 : « Für eine gewisse Zeit zumindest scheint Leukas Ort der regelmässigen Versammlungen gewesen zu sein (Liv. 33, 17, 1), doch noch vor dem Verlust dieser Stadt ist für den Winter 170/69 auch eine Versammlung in Thyrreion bezeugt. Es ist daher fraglich, ob die vielzitierte Bezeichnung von Leukas als „caput Acarnaniae“ durch Livius (33, 17, 1 und 36, 11, 9). Leukas wirklich als Hauptstadt im modernen Sinn ausweis und was mit einer solchen Hauptfunktion verbunden wäre Wahrscheinlich war dort der Sitz des Strategen und der übrigen Magistrate, doch ob sich dort auch das Bundesarchiv befand-eine andere typische Hauptstadtfunktion in der Antike-ist höchst fraglich, zumal Bundesbeschlüsse in den uns bekannten Fällen immer im religiösen Zentrum des Bundes in Aktion zur Aufstellung kamen ». Sur cette question, voir aussi l’opinion correcte de Briscoe 1973, p. 248.

15 Roesch 1982, p. 281 ; Müller 2011, p. 278.

16 Knoepfler 2006-2007, p. 642-646.

17 Sur cette question, voir aussi ci-dessus p. 25.

18 Knoepfler 2006-2007, p. 642-649.

19 Voir également le chapitre I sur la chronologie des archontes du koinon p. 30-32.

20 Il semble que P. Roesch avait pensé à cet archonte parce que dans son corpus posthume de Thespies, I.Thespies 106, il propose la date de 185-175 av. J.-C.

21 Pour la date de l’archonte Soteirichos, voir le chapitre I p. 25-26.

22 Voir p. 35-40.

23 Voir le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 110-111.

24 Staatsverträge III 463 ; Knoepfler 2007 ; Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64.

25 Buckler 2008, p. 62-63 ; Knoepfler 2006-2007, p. 649-651.

26 Löhr 1993 ; Ma 2007 ; Ma 2013, p. 139-142.

27 Ma 2013, p. 141.

28 Roesch 1965.

29 Knoepfler 1999b ; Corsten 1999, p. 43-47 ; Knoepfler 2000 ; Knoepfler 2001c ; Knoepfler 2002, p. 146-149, sur le télos de Platées avec Oropos.

30 Müller 2011, p. 261-263.

31 Mackil 2013, p. 446-448, no 32.

32 Knoepfler 2001b et plus récemment Müller 2011.

33 Pour la citoyenneté fédérale béotienne et l’ethnique fédéral béotien, voir Roesch 1982, p. 446-447. Pour la citoyenneté fédérale en Achaïe avec des remarques sur la citoyenneté dans les autres koina grecs, voir Rizakis 2012. Sur la citoyenneté fédérale étolienne et la complexité dans son application, Rzepka 2006.

34 Roesch 1965.

35 Pour une description réussie du koinon béotien, voir Roesch 1982, p. 501-503.

36 Kalliontzis 2017.

37 IG VII 2433. Voir l’analyse récente de F. Marchand, Marchand 2010. Voir également les critiques de Hamon 2016, p. 127, n. 61.

38 Tite-Live, 33, 2, 6.

39 Müller 2011, p. 276-277.

40 « Fut ensuite présentée et lue par Dicéarque de Platées une proposition de loi sur la conclusion d’une alliance avec les Romains et, comme personne n’osait porter la contradiction, elle fut agrée et adoptée par les suffrages de toutes les cités de Béotie. » (Traduction P. Jal, CUF, 2001).

41 Sur les lois fédérales béotiennes, voir Roesch 1982, p. 384-396.

42 Plutarque, Étiologies grecques, Œuvres Morales 292 D : Τίς ὁ παρὰ Βοιωτοῖς πλατιωχέτας ; τοὺς οἰκίᾳ γειτνιῶντας ἢ χωρίοις ὁµοροῦντας αἰολίζοντες οὕτω καλοῦσιν ὡς τὸ πλησίον ἔχοντας. παραθήσοµαι δὲ λέξιν µίαν ἐκ τοῦ θεσµοφυλακίου νόµου, πλειόνων οὐσῶν… Sur ce passage, voir Roesch 1982, p. 384-386.

43 Pausanias, 9, 14, 5.

44 Roesch 1982, p. 316-319 ; Mackil 2013, p. 441-442, no 27.

45 Roesch 1982, p. 386-388.

46 Roesch 1982, p. 388-391.

47 Roesch 1982, p. 397.

48 Sur les sources du droit dans les confédérations hellénistiques voir Cassayre 2010, p. 69-98. Pour cet ouvrage voir P. Fröhlich, Bull. 2011, 121 et notamment pour les questions béotiennes D. Knoepfler, Bull. 2011, 288.

49 Sur la justice en Béotie pendant la période hellénistique voir Roesch 1982, p. 404-411, et Mackil 2013, p. 353-355.

50 Magnetto 1997, p. 103-106, no 15, « Arbitrato territoriale della lega beotica tra Lebadea e Coronea IV o III sec. A. C. », et p. 385-387, no 63, « Arbitrato della lega Beotica fra Acrafia e Kopai, III sec. a.C. » ; Mackil 2013, p. 428, no 14, p. 445-446, no 31.

51 Harter-Uibopuu 1998, p. 129.

52 Harter-Uibopuu 1998, p. 119-129, et plus récemment Luraghi, Magnetto 2012, p. 537- 540.

53 Roesch 1985, p. 127-134. Sur cette attitude des Béotiens et des Étoliens, voir Cassayre 2010, p. 81-82.

54 Roesch 1985, p. 131. Sur les effets néfastes de la dissolution du koinon pour la justice en Béotie, voir Cassayre 2010, p. 86-89.

55 Pour la datation ce décret, voir Habicht 1987.

56 Robert 1929, p. 162.

57 Sur les symbola du koinon béotien avec d’autres régions de Grèce, voir Roesch 1982, p. 401-404.

58 IG II/III3 1, 4, 997, l. 10- 15 : [ἐπε]ιδὴ τοῦ δήµου τοῦ Ἀθηναίων καὶ[τοῦ κοινο]|ῦ τοῦ Βοιωτῶν σύµβολον ποιησαµ[ένων πρὸ]|ς ἀλλήλους καὶ ἑλοµένων ἔκκλητ[ον τὴν Λα]|µιέων πόλιν, ἀνεδέξατο καθιεῖν [τὸ δικασ]|τήριον καὶ νῦν οἱ ἀποσταλέντε[ς ὑπὸ τῶν Λ]|[αµιέων] ἐπὶ [τὰς] δ[ί]κας ἀποφα[ίνουσιν ․․․․]. Sur le symbolon IG II/III3 1, 5, 1171, voir Gauthier 1999, p. 157-164.

59 Magnetto 1997, p. 203-207, no 34.

60 P. Roesch (Roesch 1982, p. 403) doute de l’existence d’un symbolon entre les deux koina et pense que les problèmes entre les deux confédérations sont justement dus à l’absence de symbolon.

61 Sur cette affaire, voir Robu 2011 et Robert 1939 et le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 137-138. Un nouveau fragment de cette inscription sera publié par A. Robu.

62 Polybe, 22, 4 : Φάσκοντες οὐ δύνασθαι τα κατά τοὺς νόµους ὠκονοµηµένα παρ᾽αὐτοῖς ἄκυρα ποιεῖν.

63 Sur l’archonte fédéral, voir Roesch 1982, p. 282-286.

64 Roesch 1982, p. 287-290.

65 Migeotte 1984, p. 62.

66 Attestations des thesmophylaques : IG VII 3172, l. 178 ; I.Thespies 84, l. 41, 66 ; SEG 32, 456, l. 21, 24.

67 Attestations des aphedriateuontes : Akraiphia/Ptoion : IG VII 2724 ; 2724a ; 2724b ; 2724c ; 2724e ; 2724d ; 2723 ; Platées : IG VII 1672 ; 1673 ; 1674 ; Thespies : IG VII 1795 ; Orchomène : IG VII 3207.

68 Voir le tableau des aphédriates dans Knoepfler 2001c, p. 354-355. Sur les aphédriates, voir Mackil 2013, p. 221-223.

69 Mackil 2013, p. 222 et T22 ; T23 ; T24.

70 Mackil 2013, p. 224.

71 Schachter 2016, p. 381-392.

72 Knoepfler 2001c ; Chaniotis 2002.

73 Sur l’articulation entre cités béotiennes et koinon, voir Roesch 1973.

74 Mackil 2015, p. 487-502.

75 SEG 3, 342 ; Migeotte 1984, no 11 ; Mackil 2013, p. 446-448, no 32.

76 Sur les taxes fédérales, voir Roesch 1982, p. 298-299 ; Pernin 2004, p. 227 ; Pernin 2014, p. 139-149.

77 Fröhlich 2004, p. 179.

78 Sur les katoptai fédéraux, voir Fröhlich 2004, p. 178-179.

79 Lytle 2010.

80 Bonne étude des intitulés des décrets béotiens chez Müller 2005, p. 111-112. Sur le rôle de la boulè à Orchomène, voir Hennig 1974, p. 350.

81 Sur cet aspect du fonctionnement des boulai locales, voir Roesch 1965, p. 132-133, et Müller 2007, p. 112.

82 Müller 2005, p. 115-119, qui se fonde sur des suggestions faites par Knoepfler 1990.

83 Migeotte 2006a, p. 381 : « Au iiie et iie siècle, les institutions des cités béotiennes se conformaient visiblement à un modèle commun, car elles présentent entre elles de nombreuses similitudes à partir desquelles il est plausible de généraliser. Des hiérarques sont attestés dans huit cités différentes, parfois avec un secrétaire, et l’on peut présumer qu’ils existaient partout en Béotie. On ne connaît pas toujours leur nombre : il y en avait cinq à Thespies, trois à Akraiphia et à Oropos, deux à Orchomène et un seul à Thèbes et à Chéronée. Dans chaque cité, ils avaient manifestement autorité sur l’ensemble de l’administration sacrée, avec sans doute un droit de regard sur les finances des divers sanctuaires ».

84 Pour l’archonte éponyme en Béotie, voir Roesch 1965, p. 157-162.

85 Pour ces cas, voir Roesch 1965, p. 159.

86 Sur la rotation des polémarques, voir Roesch 1965, p. 167-170.

87 Sur cette rotation, voir Hennig 1974, p. 351-352, et aussi Roesch 1965.

88 Sur l’âge des polémarques, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 274-277.

89 Étienne, Knoepfler 1976, p. 274, n. 32.

90 Sur ce décret, voir p. 190-191.

91 Roesch 1965, p. 247.

92 Perdrizet 1899a, p. 90-91.

93 Perdrizet 1899a, p. 94, l. 9.

94 Roesch 1965, p. 247 ; G. Thür, Der Neue Pauly 11, 2001, s.v. « Syndikos », p. 1145-1146.

95 Migeotte 1984, p. 69, no 14 ; IG VII 3173.

96 Roesch 1965, p. 195-199.

97 Roesch 1965, p. 200-203.

98 Roesch 1965, p. 203-204.

99 Roesch 1965, p. 204-205, 209, et récemment, Migeotte 2006a, p. 381 : « Dans chaque cité, ils avaient manifestement autorité sur l’ensemble de l’administration sacrée, avec sans doute un droit de regard sur les finances des divers sanctuaires. En d’autres termes, les autres magistrats connus dans le même domaine leur étaient subordonnés ». Voir aussi les remarques critiques de D. Knoepfler, Bull. 2007, 306. Sur les katoptai, voir Fröhlich 2004, p. 465-483.

100 IG VII 3080 ; 3081 ; 3084 ; 3085.

101 IG VII 2421 ; 2423 ; AA, 1914, 123.

102 IG VII 3331 ; 3333 ; 3374 ; 3377 ; 3392.

103 SEG 27, 62.

104 BCH 19, 1895, p. 375, 8.

105 IG VII 4156 ; 4157.

106 IG VII 3191 ; Preuner 1924, p. 127, 134 ; Hennig 1974, p. 354.

107 IG VII 2421 ; 2423.

108 Schachter 1997, p. 278, n. 10.

109 Sur le rôle des hiérarques en tant qu’adjudicateurs des biens-fonds, voir Pernin 2007, p. 225-226.

110 Fröhlich 2004, p. 399, cite l’exemple des hiérarques d’Oropos, I.Oropos 324. Dans cette inscription, les hiérarques doivent rendre compte de la gravure d’un règlement relatif aux ex-votos de l’Amphiareion : ἀναγραψάτωσαν δὲ καὶ τὸ ψήφισµα τὸ κυρωθὲν περὶ τούτων εἰς τὴν στήλην καὶ ἀναθέτωσαν οὗ ἂν δοκῆι ἐν καλλίστωι εἶναι καὶ τὸ γενόµενον ἀνάλωµα ἀπολογισάσθωσαν.

111 IG VII 3200 ; 3201 ; 3203 ; 3204 ; 3215.

112 Wilhelm 1915, p. 15.

113 IG VII 3215.

114 Fröhlich 2004, p. 564 ; M. Holleaux, « Fouilles au temple d’Apollon Ptoos », BCH 14, 1890, p. 4-5. Cette magistrature a peut-être été abolie après la dissolution du koinon béotien en 171 av. J.-C.

115 Migeotte 2014, p. 46-47.

116 Pour une liste des attestations des katoptai dans les inscriptions béotiennes, voir Fröhlich 2004, p. 169-170. Cette liste est suivie d’une analyse détaillée des fonctions des katoptai dans les cités béotiennes (Fröhlich 2004, p. 169-180).

117 Fröhlich 2004, p. 179.

118 Hypothèse également émise par Fröhlich 2004, p. 180.

119 Sur le collège des katoptai après la dissolution du koinon, voir Fröhlich 2004, p. 506-508.

120 Pour la reddition des comptes en Béotie pendant la haute époque hellénistique, voir Fröhlich 2004, p. 377-378, et plus récemment de façon détaillée sur la paradosis entre magistrats en Béotie, Fröhlich 2011.

121 Fröhlich 2011, p. 228 : « Dans les cités béotiennes, comme au niveau fédéral, les inventaires, plus nombreux qu’on ne pouvait le penser, comme d’autres documents témoignent du caractère répandu de la procédure de paradosis. Elle était au sens strict la transmission de tout ce qu’un magistrat ou un collège de magistrats sortant de charge avait en sa possession, fonds, objets, documents, à son successeur. Il s’agissait bien plus que d’un simple transfert matériel : elle constituait un véritable transfert de responsabilité, comme on l’a remarqué depuis longtemps pour Délos ou pour Athènes. Si les procédures nous échappent en Béotie, certains indices montrent qu’elle devait avoir lieu dans des délais fixes et que de ne pas s’y soumettre était passible de sanctions. C’était une obligation légale ».

122 Sur ce phénomène, voir Fröhlich 2004, p. 465-508.

123 Liste des apologiai de la basse époque hellénistique selon Fröhlich 2004, p. 466.

124 Sur les gynéconomes, voir la recension récente de Chr. Feyel, Bull. 2011, 125.

125 Roesch 1982, p. 380-382.

126 Sur l’armée fédérale béotienne de l’époque de la ligue thébaine, voir Salmon 1953.

127 Sur ces questions, voir la récente synthèse d’A. Chankowski, Chankowski A. 2010, p. 158-165.

128 Beloch 1906 ; Hennig 1985.

129 Voir le chapitre I sur la chronologie p. 12-13.

130 Feyel 1942a, p. 190-191. Cette hypothèse a été acceptée par J. Ma, Ma 2005.

131 Pour une liste synoptique des catalogues militaires, voir Roesch 1982, p. 339-343, qui reprend largement le catalogue de Feyel 1942a, p. 188-190.

132 Roesch 1970, 146-151, no 3 ; Étienne, Knoepfler 1976, p. 283.

133 Étienne, Knoepfler 1976.

134 Ma 2005.

135 Plusieurs catalogues militaires inédits se trouvent encastrés dans l’église d’Agia Paraskevi. Il semble qu’ils datent d’après la dissolution du koinon parce qu’il n’y a pas de nom d’archonte fédéral.

136 Il n’est pas possible de savoir s’il s’agit d’un catalogue gravé sur les trois côtés de la stèle ou de plusieurs catalogues. La seconde possibilité paraît plus probable.

137 Ce catalogue appartient probablement à Platées.

138 L’appartenance de cette inscription à Thèbes n’est pas certaine, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 283.

139 Beloch 1906.

140 Beloch 1906, p. 43-44.

141 Feyel 1942a, p. 197 : « La réforme de l’armement a dû être décrétée entre 250 et 240. Nous sommes ainsi ramenés à la date de 245, proposée déjà par Beloch, ou peut-être à une date comprise entre 250 et 245 ». Il ajoute à sa conclusion p. 302 : « Les Béotiens emploient les années de l’hégémonie aitolienne (245-237 environ) à se réformer intérieurement, et à reconstituer leurs forces propres ».

142 Roesch 1982, p. 353 : « On pourrait imaginer que la Béotie a attendu de voir son armée écrasée à Chéronée pour décider d’une réforme. Il faudrait alors considérer la loi fédérale sur la préparation militaire comme postérieure à la réforme et comme une conséquence de la défaite militaire. Or on a vu que le décret de Thespies, qui est un décret d’application de la loi, ne peut être postérieur à 245. Il s’ensuit que la réforme de l’armée a dû être décidée avant Chéronée » ; et p. 354 : « Aussi est-il probable que c’est une armée encore mal adaptée à une technique de combat nouvelle qui fut écrasée à Chéronée en 245. Et j’incline à penser que cette défaite est la raison qui a déterminé la Confédération à instituer immédiatement la préparation militaire des enfants et des adolescents […] Cette loi fédérale apparaît donc comme une mesure d’urgence dictée par les événements, et destinée à assurer dans l’avenir à l’armée béotienne l’efficacité qui lui avait fait défaut à la bataille de Chéronée ».

143 Feyel 1942a, p. 214.

144 Müller 1997, p. 98-99.

145 Voir la liste de ces documents.

146 Pappadakis 1923, p. 234 : Βεβαίως ὄχι διαµιᾶς καὶ εὐκόλως θὰ κατηργήθησαν τὰ ἀνέκαθεν ἰθαγενῆ βοιωτικὰ (καὶ ὄχι ἐκ ξένων µισθοφορικά) ψιλὰ σώµατα. Τοὐναντίον βραδέως, πιστεύοµεν, καὶ ὁπωσδήποτε µετὰ τοὺς χρόνους τῶν ἡµετέρων ἐπιγραφῶν θὰ προέβησαν εἰς τὴν πελταστικὴν ὁµοιοµορφίαν καὶ οἱ Βοιωτοὶ, ὡς καὶ οἱ ἐπίσης συντηρητικοὶ καὶ ἀρχαιόθεν σκευῇ ψιλῇ χρώµενοι Αἰτωλοὶ…

147 Beloch 1906, p. 44. K. J. Beloch n’a vraisemblablement pas bien compris le texte de Plutarque qui montre que l’armement des Achéens devient plus lourd et pas plus léger.

148 Plutarque, Vie de Philopœmen 9, voir ci-dessous.

149 Sekunda 2008, p. 341.

150 Voir la liste des catalogues militaires ci-dessus p. 75-84.

151 « Au début de l’été, quand les Macédoniens et les Achéens se furent regroupés après l’hivernage, Antigone prit le commandement et marcha avec ses alliés sur la Laconie, à la tête de dix mille Macédoniens formant la phalange, trois mille peltastes, trois cents cavaliers, plus mille soldats Agrianes, autant de Gaulois, et un corps de mercenaires comprenant au total trois mille fantassins et trois cents cavaliers d’élite, mille Mégalopolitains armés à la macédonienne, sous le commandement de Kerkidas, du côté des alliés deux mille fantassins et deux cents cavaliers béotiens, du côté des Achéens, trois mille fantassins et trois cents cavaliers d’élite, mille Mégalopolitains armés à la macédonienne, sous le commandement du Mégalopolitain Kérkidas » (Traduction P. Pédech, CUF, 1970).

152 « Ils les prenaient pour des Mégalopolitains, parce que ces gens avaient fait usage de boucliers de bronze à la bataille de Sellasia contre Cléomène, le roi Antigone les ayant équipés ainsi pour la circonstance » (Traduction J. de Foucault, CUF, 1972).

153 Sur l’alliance hellénique, voir Le Bohec 1993, p. 363-405. Sur la réforme militaire en Achaïe, voir Anderson 1967, 105.

154 Anderson 1967 ; Plutarque, Vie de Philopœmen 9.

155 Fischer-Bovet, Clarysse 2012 ; Fischer-Bovet 2014, p. 142-148.

156 Roesch 1982, p. 207, 307-350, avec la remarque de Gauthier, Hatzopoulos 1993, p. 69, n. 3.

157 Mackil 2013, p. 225.

158 Schachter 1981, p. 124 ; Knoepfler 2001c, p. 356-357.

159 Il s’agit des inscriptions IG VII 3087 ; SEG 3, 354-355, et SEG 26, 551 ; IG VII 3088 ; IG VII 2466 ; IG VII 2714 ; BCH 18, 1894, no 3, p. 534.

160 Roesch 1965, p. 112-121.

161 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319, acceptent cette conclusion de P. Roesch : « P. Roesch a démontré que le stratège fédéral mentionné dans plusieurs passages de Polybe et Tite-Live, ainsi que dans une inscription de Delphes, ne pouvait être que le magistrat éponyme de la Confédération béotienne : c’est ce qu’avait bien vu aussi M. Holleaux (P. Roesch, 115-121, qui cite un mémoire inédit de M. Holleaux) ; il s’agit d’Antiphilos, en 196 (Tite-Live 32, 1, 3), d’Hippias (qu’il faut appeler Hippias II), en 187 et d’Alketas, en 186 (Polybe 22, 4, 12-13), d’Eureas, en 177 (SGDI, 1872), d’Hismenias en 171 (Tite-Live 42, 43, 9) ». Fossey 1991, p. 86-87, Appendix 3, pl. 21.

162 Roesch 1965, p. 110.

163 Knoepfler 2003, p. 104-105.

164 Sur les thyréaphores dans le monde hellénistique, voir Sekunda 2008, p. 339-343. Pour des thyreoi sur des monuments funéraires de Béotie et notamment de Tanagra, voir Fraser, Rönne 1957, pl. I, 1, II, 4.

165 Feyel 1942a, p. 202 : « Les peltophores sont, en principe, l’élément essentiel de l’armée. On s’attendrait donc à trouver les noms de plusieurs officiers chargés d’en commander les différentes fractions. Pourtant, on ne lit qu’un seul nom ; mais ce nom est suivi d’un large espace vacant. De même, il n’y a aucun nom inscrit là où devrait se trouvait celui du chef des frondeurs. Je pense que, dans l’un et l’autre cas, des postes d’officiers ont été laissés vacants ». Voir aussi plus récemment Sekunda 2007, p. 339.

166 Sur les réformes militaires pendant la période hellénistique, voir Sekunda 2008, p. 354-356.

167 Voir ci-dessus p. 75-84.

168 Knoepfler 1992, p. 484, 145.

169 Hatzopoulos 2001, p. 67.

170 Feyel 1942a, p. 204-205.

171 Feyel 1942a, p. 205.

172 Roesch 1979, p. 243-251.

173 Roesch 1979.

174 Sur cette inscription, voir Knoepfler 2000, p. 362-363.

175 Mackil 2013, p. 429-432, no 15.

176 Müller 2011.

177 Mackil, Van Alfen 2006, p. 223-224 : « Nothing is known about how (or whether) they were paid, but in the early third century this arrangement persisted, and an inscribed agreement between Orkhomenos and Khaironeia (part of the same district) makes it clear that the cavalrymen who served in the Koinon were required to keep track of the time they served, because they were to receive pay from the district itself (that is, from the combined treasuries of the member poleis) ».

178 Un bon aperçu de l’armée béotienne est donné par Knoepfler 2000, p. 364, n. 77.

179 Roesch 1982, p. 344 : « À une époque où les armées nationales ont à peu près disparu, où les États recrutent des armées de mercenaires, où l’éphébie hellénistique est partout devenue, comme à Athènes, plus démocratique que civique, plus sportive que militaire, la Béotie continue à former des soldats, fantassins et cavaliers, à entretenir une armée nationale d’une quinzaine de milliers d’hommes, et à maintenir en condition physique les réservistes jeunes et anciens » ; Hatzopoulos 2001, p. 131-132 : « Trois études, indépendantes les unes des autres, menées dans le cadre de préoccupations distinctes, ont mené aux mêmes conclusions concernant les structures militaires de trois Etats “ethniques” différents de la péninsule hellénique. P. Roesch pour la Béotie, B. Helly pour la Thessalie et moi-même pour la Macédoine avons soutenu que l’armée de ces Etats ne faisait qu’un avec les armées des cités qui les composaient, les contingents civiques n’étant que des subdivisions de l’armée “fédérale” ».

180 Aymard 1946, p. 305.

181 Rousset à paraître.

182 Roesch 1982, p. 369-370.

183 Roesch 1982, p. 370-372.

184 Roesch 1982, p. 372-377 ; Knoepfler 2005-2006, p. 647.

185 Pour une liste des décrets fédéraux de proxénie, voir Marek 1984, p. 26, et Fossey 2014, p. 44-48.

186 Pour une liste des décrets de proxénie civiques, voir Marek 1984, p. 27-33. Sur les décrets de proxénie des cités béotiennes à l’époque hellénistique, voir aussi Fossey 1994.

187 SEG 57, 429-430.

188 Knoepfler 2012.

189 Knoepfler 2001b.

190 Sur l’organisation démocratique du koinon, voir Feyel 1942a, p. 272.

191 Sur les bornes fédérales béotiennes, voir Magnetto 1997, p. 103-106, no 15, « Arbitrato territoriale della lega beotica tra Lebadea e Coronea » ; p. 385-387, no 63 (SEG 23, 297 ; Mackil 2013, p. 428-429, no 14), « Arbitrato delle lega Beotica fra Acrefia e Kopai ». IG VII 2792 (Mackil 2013, p. 445-446, no 31).

192 Voir la récente réédition de l’inscription décrivant le différend entre Messène et Mégalopolis dans Luraghi, Magnetto 2012.

193 Le caractère du koinon béotien hellénistique est bien décrit par Roesch 1973, p. 269. Sur le caractère des fédérations anciennes, voir Knoepfler 2013.

194 Ma 2018.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search