Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Chapitre I

La chronologie des archontes fédéraux de la béotie hellénistique

Texte intégral

Introduction

L’importance de la chronologie béotienne

1On peut légitimement s’interroger sur l’utilité d’une nouvelle étude sur la chronologie des archontes fédéraux béotiens. La difficulté du sujet réside dans la base documentaire que sont les catalogues militaires. Pour la majorité d’entre eux, ils émanent de petites cités qui recensaient leurs propres éphèbes et qui ne présentent donc que rarement des liens prosopographiques avec des textes provenant d’autres cités. C’est pourquoi il n’est pas aisé de vérifier la datation de ces documents en les mettant en relation avec d’autres inscriptions datées plus précisément. Il est rare, voire exclu, d’avoir des liens prosopographiques avec des séries de documents bien datées, comme celles de Delphes ou d’Athènes. Dans l’analyse de ces catalogues, il est par ailleurs relativement facile de commettre des erreurs prosopographiques en présentant un grand-père homonyme comme petit-fils et vice versa. Toutefois, la Béotie offre un ensemble de données prosopographiques sans égal en Grèce centrale. Par le biais des catalogues militaires, nous pouvons ainsi suivre une partie de la population béotienne de l’époque hellénistique sur plusieurs générations, phénomène relativement rare dans le monde grec. La mention d’un même archonte fédéral permet de regrouper un certain nombre de ces catalogues militaires et de mieux les dater. Par ailleurs, d’autres inscriptions sont mieux reliées avec le reste du monde grec et par là même plus faciles à dater. Il s’agit des nombreux catalogues des vainqueurs de concours. Bien que ces catalogues agonistiques aient souvent été étudiés au cours de ces dernières décennies, il est encore possible de réaliser des avancées.

Histoire de la recherche

2La chronologie des archontes fédéraux compte parmi les sujets les plus débattus de l’histoire et de l’épigraphie de la Béotie hellénistique. Dans cet effort pionnier, W. Dittenberger avait déjà essayé lors de l’élaboration du corpus des inscriptions de Béotie (IG VII) de donner quelques éléments de datation.

  • 1 IG VII 2723 ; 2724 ; 2724a ; 2724b.
  • 2 Holleaux 1895b ; Holleaux 1897.

3Mais les grandes fouilles françaises à Thespies et à Akraiphia et les fouilles grecques à l’Amphiareion d’Oropos ont complètement renouvelé la documentation sur le sujet. Elles ont, en effet, permis de mettre au jour un grand nombre d’inscriptions mentionnant des archontes fédéraux, en particulier des décrets fédéraux de proxénie et des dédicaces fédérales. Les premiers éditeurs de ces inscriptions, parmi lesquels P. Jamot et V. Leonardos, ont essayé de préciser la datation de certaines inscriptions parfois avec succès. V. Leonardos, notamment, bien que son style est parfois extrêmement difficile à saisir, a pu établir grâce aux bases inscrites de l’Amphiareion l’ordre de succession de plusieurs archontes. Ces inscriptions, et tout particulièrement les dédicaces fédérales, ont contribué à affiner la chronologie de la Béotie hellénistique1. Les véritables fondements de la chronologie béotienne ont été mis en place par M. Holleaux2. Il est le premier à avoir essayé d’établir systématiquement une chronologie en combinant les données des inscriptions de l’Amphiareion avec celles d’autres cités comme Akraiphia. Aujourd’hui encore, la chronologie de la Béotie hellénistique repose en grande partie sur ses travaux.

  • 3 Van Gelder 1901.
  • 4 Perdizet 1898 ; Perdizet 1899a ; Perdizet 1899b ; Perdizet 1900.
  • 5 Ma 2005.

4Dans le sillage de M. Holleaux, beaucoup d’autres épigraphistes et historiens ont tenté de poursuivre cette recherche avec plus ou moins de succès. Ils ont surtout essayé de préciser par le biais des liens prosopographiques les dates des archontes fédéraux. Au début du xxe s., l’historien hollandais H. Van Gelder s’est penché sur la chronologie d’Akraiphia avec des remarques prosopographiques pertinentes3. Il a fondé ses recherches sur les catalogues militaires d’Akraiphia publiés à la fin du xixe s. par P. Perdrizet4. Malheureusement les publications de P. Perdrizet sont, à bien des égards, insuffisantes et il a fallu attendre plus d’un siècle pour que certains aspects des inscriptions qu’il avait publiées soient compris, et ce grâce à une étude de J. Ma5. En revanche, certaines remarques pertinentes de P. Perdrizet ont été ignorées, comme nous le verrons dans le cas de l’archonte fédéral Lykinos. Malgré un vif intérêt pour le sujet, M. Holleaux accaparé par sa fonction de directeur de l’École française d’Athènes et son rôle essentiel dans les fouilles françaises à Delphes et à Délos, n’a pu donner une synthèse sur la chronologie et l’histoire béotienne.

  • 6 Guarducci 1930.
  • 7 Barratt 1932.

5Après M. Holleaux et H. Van Gelder, la recherche sur la chronologie est quelque peu mise de côté en partie faute de nouveaux documents. Il faut attendre la période de l’entre-deux-guerres pour que se manifeste un regain d’intérêt pour la chronologie des archontes fédéraux béotiens. La première contribution de cette période est un article de M. Guarducci6. Malgré les compétences de cette grande épigraphiste italienne, son article ne suffit pas à résoudre les problèmes de la chronologie béotienne. Presque contemporain, mais indépendant de celui de M. Guarducci, l’article de Chr. Barratt mérite d’être signalé7. Si le travail de Chr. Barratt a parfois été sévèrement critiqué par M. Feyel – bien qu’il ait lui-même reconnu avoir en grande partie fondé ses recherches sur cette contribution –, il présente d’incontestables qualités de méthode et de raisonnement et permet de bien cerner les grands problèmes de la chronologie béotienne. Comme une partie de ses prédécesseurs, Chr. Barratt a fondé ses arguments chronologiques sur des interprétations historiques fragiles. Malheureusement, il semble que Chr. Barratt n’ait pas continué ses recherches sur la chronologie béotienne et son article reste une œuvre isolée.

  • 8 Feyel 1942a.
  • 9 Feyel 1942b.

6L’entre-deux-guerres est surtout une période de transition entre la figure de M. Holleaux et l’autre grand épigraphiste de la Béotie hellénistique, M. Feyel. Les travaux de M. Feyel pendant les années trente ont beaucoup contribué au renouvellement de la chronologie béotienne. En particulier, le chapitre sur la chronologie de la Béotie hellénistique dans Polybe et l’histoire de la Béotie résout plusieurs problèmes. Toutefois, il est à l’origine de malentendus qui ont mis du temps à se dissiper8. Prenons l’exemple de la datation de l’adhésion d’Aigosthènes au koinon béotien en 236 av. J.-C. : M. Feyel a proposé une datation haute pour tous les archontes présents dans les catalogues d’Aigosthènes datés selon lui de la période 236-203 av. J.-C. Malheureusement, cette datation qui s’est avérée fausse a été retenue pendant les quarante années suivantes. Dans sa Contribution à l’épigraphie béotienne, M. Feyel a aussi traité plusieurs questions chronologiques, notamment celle qui concerne la datation des concours béotiens9. Après sa mort tragique, il faudra attendre les années soixante et les recherches de P. Roesch pour que de nouvelles études chronologiques sur la Béotie hellénistique voient le jour. Dans son livre Thespies et la confédération béotienne publié en 1965, P. Roesch a proposé une nouvelle liste des archontes fédéraux béotiens dans laquelle il a repris et corrigé les travaux de ses prédécesseurs. Toutefois, la chronologie n’était pas son principal centre d’intérêt et, bien qu’il ait pu apporter plusieurs changements à celle des archontes fédéraux, il n’en a pas véritablement proposé de nouvelle.

  • 10 Étienne, Knoepfler 1976.

7L’absence d’une synthèse sur la chronologie béotienne a été comblée par l’étude qui fait toujours autorité sur la chronologie des archontes fédéraux due à R. Étienne et D. Knoepfler dans leur livre sur Hyettos de Béotie10. Cette synthèse se fonde sur une étude détaillée des catalogues militaires de la petite cité d’Hyettos. Elle sert toujours de cadre pour la chronologie des archontes fédéraux et je l’utiliserai comme base pour la révision de la chronologie de quelques archontes fédéraux que je propose dans ce chapitre. La chronologie de R. Étienne et D. Knoepfler, toujours d’actualité, peut être affinée sur certains points grâce à des inscriptions récemment découvertes.

  • 11 Knoepfler 1992.
  • 12 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980.

8Dans une recension critique très développée publiée en 1992, D. Knoepfler a révisé lui-même quelques aspects de cette chronologie, en présentant de nouvelles études et trouvailles11. Pendant les décennies d’après-guerre, de nouveaux documents sont en effet venus enrichir la série des archontes fédéraux béotiens et préciser la datation de plusieurs autres. La publication de nouvelles inscriptions béotiennes, surtout des catalogues militaires, par S. Lauffer et J. M. Fossey a amélioré notre connaissance de la Béotie hellénistique, mais ces documents n’ont pas pu radicalement changer la chronologie de cette région12.

  • 13 Habicht 1987 ; Habicht 1993.

9Par ailleurs, il faut également signaler deux contributions importantes de Chr. Habicht13. Bien qu’il ne soit pas spécialiste de la Béotie, ce dernier a pu préciser la datation de nombreuses inscriptions d’Akraiphia et de Thespies grâce à des liens prosopographiques avec des inscriptions mieux datées provenant notamment de Delphes. Je pense que les propositions de Chr. Habicht méritent à juste titre d’être reprises et développées – ce que je ferai au cours de cette étude.

  • 14 Gossage 1975.
  • 15 Müller 2005 ; voir plus récemment Müller 2014.
  • 16 Schachter 2007.
  • 17 Voir les critiques de Kalliontzis 2016.

10Enfin, les études chronologiques sur les inscriptions béotiennes ne se limitent pas à la seule période du koinon, mais trouvent un prolongement à la basse époque hellénistique avec les études d’A. G. Gossage14, de Chr. Müller15 et plus récemment d’A. Schachter16. Plusieurs résultats des recherches de Gossage, qui étaient considérées jusqu’à récemment comme la base pour l’étude de la chronologie béotienne à la basse époque hellénistique, sont discutables17.

Fondements de la chronologie béotienne pendant la période hellénistique

11Comme l’ont bien établi les recherches présentées ci-dessus, les points d’ancrage de la chronologie béotienne sont les suivants :

  • 18 Holleaux 1895b, p. 183-197.

121) la datation de l’archontat fédéral de Dionysios s’inscrit, selon M. Holleaux, dans les limites du règne de Ptolémée Philopator et de la reine Arsinoé, ce qui permet de le placer entre 215 et 204 av. J.-C.18 (fig. 11).

  • 19 Voir ci-dessous p. 35-40.

132) La datation de l’archontat fédéral de Lykinos a été fixée par M. Holleaux entre 215 et 203. Comme on va le voir, cette datation doit vraisemblablement être abaissée19.

  • 20 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.

143) Les archontes présents dans les catalogues militaires d’Aigosthènes (IG VII 207-218) et de Mégare (IG VII 27-28) doivent être postérieurs à 225 av. J.-C. Cette datation a été établie par R. Étienne et D. Knoepfler dans Hyettos de Béotie20 qui ont écarté la datation haute de M. Feyel.

  • 21 Beloch 1906.

154) Depuis l’étude de K. J. Beloch, la réforme militaire est datée de 245 av. J.-C.21. Tous les catalogues militaires où l’on trouve mention de l’armement ancien des thyréaphores seraient donc antérieurs à cette date. Comme on le verra cependant, cette datation est trop haute et doit être abaissée d’une vingtaine d’années.

  • 22 Feyel 1942a, p. 20-29.
  • 23 Étienne, Knoepfler 1976, p. 269-284.

165) Par ailleurs, on dispose d’un certain nombre de critères pour dater les archontes fédéraux. Présentons-les à la suite de M. Feyel22, de R. Étienne et D. Knoepfler23.

L’utilisation des adjectifs patronymiques

  • 24 Müller 1997, p. 98-99, et Vottéro 1987.

17La disparition des adjectifs patronymiques est un phénomène lié, selon certains, à la réforme militaire. La présence des adjectifs dans une inscription amenait à une datation haute. Des publications récentes ont relativisé l’importance de ce critère et son lien supposé avec une réforme militaire24. L’abandon de l’adjectif patronymique est, semble-t-il, un phénomène purement dialectal sans lien avec la réforme militaire. La présence des adjectifs patronymiques pour les seuls magistrats dans certains catalogues militaires est liée à un phénomène de génération. Ces magistrats plus âgés ont grandi en utilisant l’adjectif patronymique et n’ont pas voulu changer leurs habitudes.

La prosopographie

18Les liens prosopographiques sont un élément important pour la datation des inscriptions. Malheureusement, leur interprétation n’est pas toujours assurée et peut mener à des erreurs de raisonnement, comme par exemple l’identification à deux individus différents d’une seule et même personne.

  • 25 Étienne, Knoepfler 1976, p. 273-280.

19La datation des inscriptions par des critères prosopographiques repose sur le calcul de l’âge approximatif des personnes concernées. Ces calculs ont été présentés avec force détails par R. Étienne et D. Knoepfler25.

  • 26 Étienne, Knoepfler 1976, p. 274.

20Les critères d’âge qu’ils utilisent sont en général pertinents comme le reste de leur analyse. Par contre, j’aimerais réexaminer la question de l’âge des magistrats. R. Étienne et D. Knoepfler acceptent une moyenne très haute pour l’âge des polémarques, cinquante ans, qui me semble trop élevée. Les polémarques devaient être âgés d’environ quarante à cinquante ans et l’âge moyen devait être d’environ quarante-cinq ans. Ainsi s’expliquerait la réitération de plusieurs polémarques dans leurs fonctions : Timasion fils de Timasithios fut quatre fois polémarque à Hyettos (IG VII 2818 ; 2823 ; 2826 ; 2812)26.

  • 27 Pour un cas à Hyettos, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 274 : « À Hyettos sous Philôn I (IG VII 281 (...)

21L’âge du secrétaire des polémarques est aujourd’hui bien établi par R. Étienne et D. Knoepfler à trente ans environ. Ce dernier ne peut être en effet très âgé, dans la mesure où il est difficile d’admettre que quelqu’un qui a déjà été polémarque redevienne ensuite secrétaire des polémarques. Qui plus est, la mention dans certains catalogues militaires du père comme polémarque et du fils comme secrétaire est une preuve supplémentaire que les secrétaires des polémarques étaient en général plus jeunes que les polémarques eux-mêmes27.

La présence de plusieurs inscriptions sur un même bloc

  • 28 Voir I.Thespies 3 ; 4 ; 5 ; 6-8 ; 7 ; et p. 185 pour Akraiphia.

22La présence en Béotie d’ensembles d’inscriptions gravées sur un même monument peut amener à une datation relative de ces inscriptions. Ces grands ensembles sont les décrets de proxénie inscrits à l’Amphiareion d’Oropos, ainsi que les catalogues militaires gravés sur une partie des murailles à Hyettos. À ces grands ensembles monumentaux, il faut en ajouter deux plus limités, mais importants pour la chronologie hellénistique, à savoir les catalogues militaires inscrits sur des bases de statues à Akraiphia et les décrets de proxénie gravés sur des orthostates à Thespies28. L’aspect matériel permet de préciser des liens éventuels entre différents archontes, mais ce n’est pas toujours un indice décisif. Prenons l’exemple des décrets gravés sur les bases de l’Amphiareion d’Oropos. Parfois leur disposition suit des règles logiques qui nous permettent de mieux comprendre l’ordre chronologique, mais parfois non.

  • 29 Mylonopoulos 2014 ; 2015.

23Seules des fouilles dans la capitale administrative du koinon hellénistique, Onchestos, ainsi qu’à l’Itonion et à l’Alalkoménion, les sanctuaires fédéraux, pourraient nous livrer de nouveaux ensembles de documents qui amélioreraient notre connaissance de la chronologie hellénistique29.

Le dialecte et la paléographie des documents

  • 30 Voir les travaux de G. Vottéro, Vottéro 1998 et Vottéro 2001.

24Le dialecte a parfois été utilisé de façon excessive pour la datation des inscriptions. Les publications les plus récentes ont mis l’accent sur la persistance du dialecte béotien, même après la dissolution du koinon. Il semble que le dialecte ait survécu pendant presque tout le iie s. av. J.-C. Plusieurs fois annoncée, une synthèse sur le dialecte béotien fait toujours défaut30.

La paléographie

25La paléographie est un critère qui pose aussi beaucoup de difficultés. Faute d’un nombre suffisant de photographies, on ne peut sérieusement étudier la paléographie des inscriptions. De ce point de vue, la nouvelle édition du corpus des inscriptions béotiennes à venir devrait permettre de mieux apprécier l’évolution de la forme des lettres des inscriptions béotiennes hellénistiques.

La nouvelle datation de la réforme militaire

26Comme on le verra, la nouvelle datation de la réforme militaire après 240 av. J.-C. oblige à abaisser la date de plusieurs archontes fédéraux béotiens et à regrouper un grand nombre d’archontes entre les années 230 et 171 av. J.-C. Cette situation s’explique aisément : c’est la réforme militaire qui a poussé les cités à graver de plus en plus de catalogues militaires mentionnant un archonte fédéral. La majorité des petites et moyennes cités n’ont pas dressé de catalogues pendant la période qui précède la réforme militaire. C’est la raison pour laquelle la grande majorité de ce type des documents est postérieure à la réforme. Avant cette réforme, seules les grandes cités, comme Thespies (Hismenias I) ou Orchomène (Philokomos), ont gravé des catalogues sur la pierre. Après cette réforme, même de petites cités comme Chorsiai (IG VII 2390) ont dressé des catalogues militaires.

27Le grand nombre d’archontes fédéraux à la fin du iiie s. av. J.-C. et au début du iie s. av. J.-C. résulte d’un effet de sources. Notre documentation pour la période antérieure à la réforme militaire est très lacunaire et la datation exacte des archontes fédéraux de la première moitié du iiie s. av. J.-C. reste très vague. Ces derniers sont principalement connus par une série de dédicaces fédérales provenant notamment du Ptoion et d’autres sanctuaires. Soulignons le cas exceptionnel de l’archonte fédéral Philokomos qui permet de dater le catalogue militaire d’Orchomène (IG VII 3175) et la convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée (SEG 28, 461). Cet archonte paraît être un cas isolé au début du iiie s. av. J.-C.

28Notre connaissance des archontes après le milieu du iiie s. av. J.-C., et qui ne sont pas mentionnés dans les catalogues militaires, est fondée sur le témoignage des décrets de proxénie fédéraux ou civiques provenant de l’Amphiareion d’Oropos. La datation par l’archonte fédéral béotien de plusieurs décrets de proxénie d’Oropos reste un cas exceptionnel et isolé. En raison de l’absence de fouilles aussi bien dans la capitale fédérale, Onchestos, que dans les grands sanctuaires fédéraux comme l’Itonion ou l’Alalkoménion, nous ne possédons pas de grands ensembles d’actes fédéraux susceptibles de mentionner des archontes qui ne sont pas représentés dans les catalogues militaires.

  • 31 Étienne, Knoepfler 1976.
  • 32 Inscr. 20 ; 30.
  • 33 Aigosthènes, IG VII 209-218 ; Mégare, IG VII 27-28 ; voir aussi Inscr. 1-7.
  • 34 I.Thespies 88-120.

29Comme je l’ai déjà souligné, les sources pour l’étude de l’ordre chronologique des archontes fédéraux de la Béotie proviennent de certaines séries plus au moins grandes qui nous en donnent l’ordre relatif. Ces grandes séries sont, notamment, les catalogues militaires d’Hyettos31, ceux gravés sur des bases de statues et des blocs de murs de soutènement à Akraiphia32, la série très importante des archontes attestés à Aigosthènes et à Mégare33 et la série des stèles portant des catalogues militaires à Thespies34. Cette dernière série est plus facile à étudier grâce au corpus posthume des inscriptions de Thespies dû à P. Roesch (I. Thespies). La série la plus importante mentionnant des archontes fédéraux est celle des décrets de proxénie, fédéraux et civiques, gravés à l’Amphiareion.

  • 35 Sur cette série, voir notamment Fossey 1974 ; Fossey 1982 et Knoepfler 1992, p. 488-496.

30À tout cela s’ajoutent d’autres documents plus ou moins isolés provenant de cités béotiennes comportant des noms d’archontes fédéraux, comme par exemple la série assez importante des catalogues militaires d’Orchomène35.

Remarques sur la chronologie des archontes fédéraux de la période ca 290-171 av. J.-C.

  • 36 Knoepfler 1992.

31Comme je l’ai déjà souligné, le fondement de la chronologie béotienne hellénistique reste la chronologie des archontes fédéraux présentée par R. Étienne et D. Knoepfler dans Hyettos de Béotie publié en 1976. D. Knoepfler a apporté des précisions ou des modifications à cette liste grâce à de nouvelles découvertes dans sa recension critique de la bibliographie épigraphique béotienne publiée dans Chiron 199236.

32J’aimerais fournir ici certaines précisions sur la chronologie des archontes de la période qui va du début du iiie s. av. J.-C. jusqu’à la dissolution du koinon. J’ai volontairement omis d’analyser en détail les liens prosopographiques relatifs aux archontes déjà bien datés dans Étienne, Knoepfler 1976 ou Knoepfler 1992.

33Soulignons que la datation des archontes de la première moitié du iiie s. av. J.-C. reste, sur plusieurs points, très incertaine.

Archontes fédéraux béotiens entre le début et le milieu du iiie s. av. J.-C.

Ca 290-280 av. J.-C.

  • 37 Un tableau qui reprend toutes les données prosopographiques de ces bases est donné par Gullath 1982 (...)
  • 38 Knoepfler 2001b, p. 15-16 ; Knoepfler 2014, p. 79-80.
  • 39 Knoepfler 2001b, p. 22, n. 47.

34Les archontes Triax, Aiscrhondas, Eumeilos, Philokomos datent une série de dédicaces fédérales de trépieds au sanctuaire du Ptoion (IG VII 2723 ; 2724 ; 2724a ; 2724b). Ces archontes doivent être très proches dans le temps parce que, dans les quatre dédicaces, le même devin, Onymastos de Thespies, est mentionné37. Une récente étude de D. Knoepfler montre que ces archontes traditionnellement datés de la fin du iiie s. av. J.-C. devaient être placés au début de ce même siècle38. Particulièrement intéressant est le cas de l’archonte Philokomos qui figure sur une dédicace du Ptoion ainsi que sur deux autres inscriptions – un catalogue militaire d’Orchomène (IG VII 3175) et une convention entre les cavaliers d’Orchomène et ceux de Chéronée (SEG 28, 461) qui doit être datée, selon D. Knoepfler, de 287 av. J.-C.39.

Ca 280-260 av. J.-C.

  • 40 Knoepfler 2007, p. 1253.

35L’archontat d’Aischylos date l’alliance entre les Étoliens et les Béotiens (Jacquemin, Mulliez, Rougemont 2012, no 64), inscription découverte à Delphes. Grâce à une récente étude de D. Knoepfler, nous pouvons situer ce document ainsi que l’érection d’une statue de l’Étolie personnifiée à Delphes et à Thermos après 275 av. J.-C.40.

  • 41 Pour une analyse des répercussions historiques de cette datation, voir le chapitre III p. 128-134.

36Comme dans d’autres cas, la datation de l’archonte Aischrion a été assez bien établie, mais elle repose sur des arguments erronés. Cet archonte apparaît dans un décret de proxénie fédéral exceptionnel (Inscr. 8) où est mentionné l’ensemble du collège des béotarques de l’année de l’archonte Aischrion. Un lien prosopographique erroné concernant l’honorandus de ce décret, proposé par le premier éditeur V. Leonardos, a amené à dater celui-ci de ca 270-260 av. J.-C. Mais l’analyse de l’inscription (Inscr. 8), fondée sur les liens prosopographiques et notamment la présence parmi les béotarques d’un Thebangelos fils d’Hismenias de Thespies, m’amène à dater cette inscription de ca 270 av. J.-C. De plus, dans ce décret, la mention d’un béotarque d’Oponte indique que sous l’archonte fédéral Aischrion, Oponte faisait partie du koinon béotien41.

  • 42 SEG 32, 476 (Pistolaos), et SEG 27, 60 (Olympichos), pour des photographies de ces décrets voir Roe (...)
  • 43 Knoepfler 2001c, p. 351-355.

37Les archontes Pistolaos et Olympichos sont connus grâce à deux décrets de proxénie gravés sur des stèles trouvées à Onchestos42. Malheureusement, les données prosopographiques ne permettent pas de les dater de façon précise. Le décret daté de l’archonte Pistolaos (SEG 32, 476) a longtemps été placé à l’époque de la ligue thébaine. Comme l’a montré D. Knoepfler, il doit s’agir d’un décret daté du début du iiie s. av. J.-C.43.

38Un archonte au nom fragmentaire [– –]nikos, attesté dans un catalogue militaire de Thespies (I. Thespies 91), doit appartenir à cette époque, comme le suggère la forme des lettres (fig. 1).

Archontes fédéraux béotiens depuis le milieu du iiie s. jusque ca 230

Ca 260-245 av. J.-C.

  • 44 Étienne, Knoepfler 1976, p. 317, n. 97.
  • 45 Knoepfler 1992, p. 428, no 35 : « L’archontat d’Hismenias est désormais solidement arrimé par le fa (...)

39L’archonte fédéral Hismenias I date un des premiers catalogues connus à Thespies, la grande stèle I.Thespies 88. Les liens prosopographiques avec le catalogue de l’archonte Athanodoros (SEG 37, 385) nous permettent de le dater du milieu du iiie s. av. J.-C. en revenant à la datation initialement proposée par R. Étienne et D. Knoepfler44, puis révisée à la hausse par D. Knoepfler45.

40L’archonte Achelon de Thèbes apparaît dans la dédicace fédérale IG VII 2724c, mais sa date reste très incertaine.

41Les archontes Kalliteles, Kapon et Ptoio[– – –] sont attestés par un fragment provenant de l’Itonion de Coronée portant trois décrets de proxénie fédéraux fragmentaires publiés par P. Roesch (SEG 23, 289-291). De par leur état, il est très difficile de dater ces documents. La forme des lettres suggère une datation au milieu du iiie s. av. J.-C. L’archonte fédéral Kalliteles doit être vraisemblablement identifié à Kallitelès fils de Kallixenos de Thèbes, qui apparaît dans le décret de proxénie fédéral SEG 23, 287, qui provient également de l’Itonion. Il devait appartenir au collège des béotarques avant de devenir archonte fédéral.

42L’archonte fédéral Daotimos date un catalogue militaire de Thespies (I.Thespies 89) dans lequel les éphèbes sont mentionnés parmi les hoplites. Cette indication et la forme des lettres pourraient nous aider à le dater du milieu du iiie s. av. J.-C.

43L’archonte Glaukias date un catalogue militaire de Kopai (Te Riele 1975, p. 77-78, no 1). Dans ce catalogue, les conscrits sont mentionnés parmi les hoplites et sont nommés avec des adjectifs patronymiques. Cet archonte doit également être placé au milieu du iiie s. av. J.-C.

44L’archonte Lysimnastos date la dédicace fédérale IG VII 1672 de Platées, sans que l’on puisse toutefois préciser.

45L’archonte Xenon fils de Diodoros de Thèbes est connu grâce à la réédition par P. Roesch d’une dédicace fédérale trouvée à Thespies (I.Thespies 287), mais reste très difficile à dater.

  • 46 Étienne, Knoepfler 1976, p. 283, n. 51.

46L’archonte Phryniskos date un catalogue militaire de Thèbes (Roesch 1970, p. 146, no 3), dont l’origine a été mise en doute par R. Étienne et D. Knoepfler. Certains traits dialectaux pourraient conduire à attribuer ce catalogue à Platées46. Sa date reste très incertaine.

Ca 245-235 av. J.-C.

  • 47 Knoepfler 1992, p. 429 : « Même chose en ce qui concerne l’archonte fédéral Samias de Thèbes, puisq (...)

47Nous avons plusieurs indices chronologiques sur l’archonte fédéral Samias. Il est attesté dans des inscriptions de Thèbes qui sont datées du milieu du iiie s. av. J.-C. par la présence quasi systématique des adjectifs patronymiques. Samias fils d’Hisminiketas apparaît en tant que synthyte dans le catalogue des synthytes d’Athéna (IG VII 2463 = SEG 32, 493) découvert à Thèbes, et dans lequel la grande majorité des noms porte des adjectifs patronymiques. Dans le catalogue d’objets sacrés du Kabireion IG VII 2420, où Samias fils d’Hisminiketas apparaît en tant que prêtre, on retrouve deux noms portant des adjectifs patronymiques. Il doit donc être daté sans doute de ca 240 av. J.-C. La dédicace fédérale aux Charites d’Orchomène (IG VII 3207) est datée de l’archontat fédéral de Samias qui apparaît de façon exceptionnelle avec son patronyme. Dans cette dédicace est attesté l’aphédriate de Thespies, Ariston fils de Mennidas47. Un homonyme apparaît dans le catalogue militaire de Thespies daté de l’année de l’archontat fédéral d’Athanodoros (SEG 37, 385). Il doit s’agir de son petit-fils. Dans la même dédicace fédérale IG VII 3207, apparaît Python fils de Kalligeiton d’Oropos qui est le rogator de plusieurs décrets d’Oropos (I.Oropos 97 ; 98 ; 103 ; 104 ; 105 ; 114 ; 116 ; 160 ; 164 ; 192 ; 208).

48L’archonte Arsiphrondas connu grâce au catalogue militaire I.Thespies 93 est difficile à dater à cause de l’absence de liens prosopographiques. La présence des hoplites dans ce catalogue contribue néanmoins à placer cet archonte entre 250 et 240 av. J.-C.

49L’archonte Charidamos date un décret de proxénie fédéral à l’Amphiareion d’Oropos (I.Oropos 60). Ce décret est proposé par le même rogator, Polynikos fils de Pandaros, qui propose les deux décrets datés d’Euergos (I.Oropos 121-122). Ces décrets sont gravés après celui de Charidamos. Charidamos est donc un prédécesseur d’Euergos.

  • 48 Tataki 1998, p. 171 no 15 ; A. Plassart, BCH 45, 1945, p. 17 III, l. 55-56 et p. 43 ; cf. G. Daux, (...)

50L’archonte fédéral Dion doit dater également de la même période. En effet, l’honorandus d’un décret d’Oropos daté du prêtre d’Amphiaraos, Athenodoros qui est contemporain de Dion, se trouve être Philippos fils d’Alkimachos. Or, ce dernier doit être identifié avec son homonyme, théorodoque des Delphiens à Pydna durant les années 230-220 av. J.-C.48.

  • 49 Comme l’a remarqué A. Chaniotis, SEG 47, 490, voir aussi Paschidis 2008, p. 308, n. 8.

51L’archonte Euangelos (ca 235/4) date le décret de proxénie I.Oropos 147 où apparaît également l’archonte de la cité, Euphéros. Or, Euphéros date lui-même un décret de la cité gravé sur une stèle (I.Oropos 148) où est honoré Artemidoros fils d’Apollonios de Pergé qui a servi sous Ptolémée III (246-221 av. J.-C.)49. Ce lien chronologique pourrait nous amener à dater Euangelos de ca 240-230 av. J.-C.

52L’archonte Antigon (ca 234/3) date un décret fédéral de proxénie à l’Amphiareion (I.Oropos 49) qui a été proposé par l’Oropien Lysandros fils de Meilichos. Il s’agit d’un prédécesseur de l’archonte fédéral Hermaios.

  • 50 Knoepfler 1992, p. 494, 168 : « Mais, elle n’empêche nullement, en revanche, de mettre nos deux arc (...)

53Les décrets datés par Hermaios (I.Oropos 66, ca 233/2) et Ameinichos (I.Oropos 68, ca 232/1) sont gravés sur la face antérieure de la base de l’Amphiareion qui portait la statue d’Isauricus, avant le décret qui fut voté sous l’archontat de Protomachos (I.Oropos 128). Nous avons donc une succession plus au moins directe entre les archontes Hermaios, Ameinichos et Protomachos. Comme l’a déjà montré D. Knoepfler, les archontes Euergos (231/0) et Protomachos (230/29) sont des prédécesseurs d’Onasimos et doivent être placés aux alentours de 230-22450.

  • 51 Voir ci-dessous p. 17 et le chapitre III p. 135-138 sur les liens entre Mégare et le koinon béotien

54Les archontes Pampirichos et Charopinos I doivent dater de cette même période. Pendant l’année de Pampirichos, on honore de la proxénie un citoyen de Mégare. Pampirichos est donc antérieur à l’intégration de Mégare dans le koinon béotien en 224 av. J.-C. Les aspects dialectaux, la forme des lettres et la disposition en stoichedon du décret I.Oropos 43 confirment cette datation51.

Pampirichos (ca 238)

55Plusieurs liens unissent l’archonte Pampirichos à l’archonte Charopinos : à l’Amphiareion, leurs décrets sont inscrits sur un même monument (I.Oropos 32 ; 33 ; 40 ; 41 ; 47 ; 48) et des stèles portant des décrets datés de leurs archontats y ont été retrouvées ensemble (I.Oropos 35 ; 43).

56L’archonte Pampirichos, qui semble être le prédécesseur de Charopinos, date plusieurs décrets de proxénie fédéraux provenant de l’Amphiareion (I.Oropos 32 ; 33 ; 34 ; 35 ; 36 ; 37). Dans un cas rare à l’Amphiareion, nous avons un décret gravé sur une stèle (I.Oropos 34, fig. 2), regravé sur un socle (I.Oropos 33). Il s’agit d’un décret de proxénie pour Aristaion fils d’Aristeus de Rhodes. Le même phénomène se répète dans le cas du successeur de Pampirichos, Charopinos, avec le socle I.Oropos 41, et la stèle I.Oropos 42.

  • 52 Grâce à une photographie prise par M. Feyel, conservée dans les archives de l’EFA, nous pouvons res (...)

57La datation de Pampririchos se fonde en grande partie sur le fait qu’un décret de proxénie fédéral daté de cet archonte (I.Oropos 32, fig. 3) honore un Mégarien. Selon une tendance jamais démentie jusqu’à maintenant, nous n’avons pas de décrets de proxénie en l’honneur des ressortissants du koinon. Ce décret doit donc être soit antérieur à l’intégration de Mégare au koinon (224 av. J.-C.) soit postérieur à sa sécession (192 av. J.-C.)52.

58Jusqu’à présent, la réponse des historiens qui ont travaillé sur la chronologie a été équivoque. Chr. Barratt a opté pour une datation haute, trop haute, avant le milieu du iiie s., critiquée par M. Feyel qui a proposé à son tour une date basse, après 192, considérée à ce moment comme l’année de la sécession de Mégare. D’autre part, R. Étienne et D. Knoepfler ont opté pour une datation moins extrême plaçant Pampirichos, et avec lui Charopinos, entre 240 et 230 av. J.-C. Les liens entre Pampirichos et Charopinos conduisent à dater ce dernier aux alentours de 238 av. J.-C.

59La datation de Pampirichos confirme celle proposée pour l’archonte Athanodoros de ca 230-225 av. J.-C. Un homonyme de Mikrinas fils de Xenon, qui apparaît en tant que conscrit dans le catalogue d’Athanodoros (SEG 37, 385), figure en tant que rogator dans un décret de proxénie gravé à l’Amphiareion, daté de l’archonte fédéral Pampirichos (I.Oropos 37 ; IG VII 4260, fig. 4). Le rogator doit être le grand-père du conscrit sous Athanodoros.

Charopinos I (ca 237-228)

  • 53 Pour les différentes datations de cet archonte, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 288-292.
  • 54 Roesch 1965, p. 91-92 : « Il faut je crois, distinguer deux archontes fédéraux Charopinos, l’un ent (...)
  • 55 Roesch 1965, p. 89-92.
  • 56 Étienne, Knoepfler 1976, p. 288-292.
  • 57 Feyel 1942a, p. 61-68 ; Barratt 1932, p. 100-104.

60L’archonte Charopinos a également fait couler beaucoup d’encre53. Il est chronologiquement lié à Pampirichos. Charopinos date quatre décrets fédéraux de proxénie à l’Amphiareion (I.Oropos 41 ; 43 ; 44 ; 45) et un catalogue militaire de Thespies (I.Thespies 98, fig. 6). La découverte du catalogue militaire de Thespies aurait pu contribuer à une meilleure datation de cet archonte, mais son interprétation chronologique n’a pas fait l’unanimité. Grâce à ce document, P. Roesch a voulu reconnaître deux archontes Charopinos homonymes54, l’un ca 220-210 av. J.-C. et l’autre ca 19055, alors que R. Étienne et D. Knoepfler ont voulu n’en voir qu’un, daté des années 240-230 av. J.-C.56. Chr. Baratt plaçait Charopinos au milieu du iiie s. av. J.-C. ; M. Feyel au début du iie s.57.

  • 58 Habicht 1987, p. 94-95.
  • 59 Phénomène déjà rémarqué par Barratt 1932, p. 102-103, qui n’a pas pu l’interpréter correctement. Su (...)
  • 60 Feyel 1942a, p. 62 : « M. Holleaux observait déjà qu’un des textes de l’archontat de Charopinos (IG(...)

61Je pense que nous pouvons trouver la solution en suivant une suggestion de Chr. Habicht58. Selon lui, il faut distinguer deux archontes portant le nom de Charopinos : un successeur de Pampirichos qui daterait de 237-228 av. J.-C. et un autre du début du iie s. av. J.-C. Ces avis divergents s’expliquent en partie par la diversité des phénomènes dialectaux dans les décrets datés de Charopinos à l’Amphiareion d’Oropos. Ces différences dialectales sont évidentes quand on examine les décrets I.Oropos 43 et I.Oropos 44 (fig. 5 ; tableau 1). Dans I.Oropos 43, nous remarquons l’utilisation récurrente de certaines diphtongues (l. 3-4, δεδόχθη τοῖ δάµοι ; l. 6, εὐεργέταν τῶ κοινῶ ; l. 13-14, κὴ τοῖς λοιποῖς προξένοις), alors que dans le décret I.Oropos 44 ces diphtongues sont monophtongisées (l. 4, τῦ δάµυ ; l. 5, τῶ κυνῶ ; l. 11-12, κὴ τῦς ἄλλυς προξένυς)59. Or, le dialecte des décrets de l’Amphiareion datés de Pampirichos, notamment I.Oropos 35, présente des similitudes avec celui du décret I.Oropos 43 daté de l’archonte Charopinos I. Qui plus est, le décret I.Oropos 43 est gravé stoichedon60 avec des lettres dont la forme date clairement du milieu du iiie s. alors que les lettres d’I.Oropos 44 ont une forme beaucoup plus développée avec de légers apices.

62Il faut, selon nous, distinguer deux archontes portant le nom de Charopinos : un Charopinos I, successeur de Pampirichos, daté de 237-228 av. J.-C. et mentionné dans les décrets I.Oropos 41, 42 et 43, et un Charopinos II qui apparaît dans les décrets I.Oropos 44, 45, et le catalogue militaire I.Thespies 98. De cette façon, plusieurs problèmes chronologiques peuvent être résolus beaucoup plus facilement.

Kallistratos (ca 235)

63Dans le catalogue de l’archonte Kallistratos (SEG 26, 498), comme dans celui de Dorkylos (IG  VII 2716) qui est antérieur à la réforme militaire, les noms des magistrats sont accompagnés d’adjectifs patronymiques, alors que les patronymes des conscrits sont tous au génitif. Les polémarques étaient des personnes plus âgées qui ne voulaient probablement pas changer la forme de leurs noms, alors que les conscrits étaient des jeunes gens qui avaient déjà adopté la forme de leur nom au génitif.

  • 61 Étienne, Knoepfler 1976, p. 74.

64Les liens prosopographiques entre le catalogue de Kallistratos et les catalogues militaires d’Hyettos ont déjà été bien exposés par R. Étienne et D. Knoepfler61 et corroborent une datation de Kallistratos ca 235 av. J.-C.

Archontes postérieurs à ca 230

Dorkylos (228/7)

La nouvelle inscription d’Orchomène et la chronologie des archontes fédéraux

65Une nouvelle inscription d’Orchomène (Inscr. 33) permet de préciser la chronologie de la Béotie et d’Orchomène durant le dernier quart du iiie s. av. J.-C. Grâce à ce texte, nous pouvons abaisser la datation de l’archonte Dorkylos et faire de lui un des proches prédécesseurs de l’archonte du koinon Onasimos, ca 230 av. J.-C. En effet, apparaissent dans cette nouvelle inscription et dans IG VII 3172, datée de l’année d’Onasimos (affaire de Nikaréta), cinq mêmes personnes (voir fig. 7). À ces cinq personnes, s’ajoute la figure du chef promacédonien Neon fils d’Askondas, qui a eu une activité politique importante dans les années 230 av. J.-C. Ces rapprochements prosopographiques impliquent une proximité chronologique. Il s’ensuit que l’archonte Dorkylos doit être proche d’Onasimos.

66Par ailleurs, cette nouvelle inscription établit un lien chronologique entre plusieurs inscriptions d’Orchomène à caractère financier. L’analyse de l’inscription d’un point de vue épigraphique révèle qu’il y a des liens aussi bien avec l’inscription d’Euboulos d’Élatée, datée de l’archonte fédéral Kteisias (IG VII 3171), qu’avec l’affaire de Nikaréta, datée d’Onasimos (IG VII 3172 ; 3179 ; 3180).

  • 62 Étienne, Knoepfler 1976, p. 293 : « Il s’agit sûrement ici des mêmes hommes : ce qui est vrai dans  (...)

67Grâce à ces liens prosopographiques présentés de façon détaillée dans l’analyse de l’inscription (Inscr. 33), nous pouvons dater l’archonte Dorkylos de ca 230-225 av. J.-C. Sur ce point, je me range à l’avis de R. Étienne et D. Knoepfler. Selon eux, quand deux inscriptions ont des magistrats communs, elles sont nécessairement proches dans le temps62.

  • 63 Müller 2010.

68On pourrait bien sûr penser que les personnes qui apparaissent dans les deux affaires ont bénéficié d’une carrière relativement longue et que l’écart chronologique pourrait être plus grand. Cette hypothèse pourrait se fonder sur la constitution, à la fin du iiie s., des élites des magistrats aussi bien en Béotie que dans d’autres régions du monde grec63. Mais le nombre de personnes communes dans les affaires de Nikaréta et des Amphisséens est tel que celles-ci devaient nécessairement être proches dans le temps.

  • 64 Sur la famille de Neon, voir Paschidis 2008, p. 319-323.

69De surcroît, à en juger par le témoignage de Polybe (20, 5, 5), la carrière de Neon fils d’Askondas date de la décennie 230-220 av. J.-C., ce qui rend encore plus vraisemblable une datation au cours de cette même décennie64. Deux autres personnes apparaissent dans ces inscriptions. La première est Karaichos fils d’Hermaios, syndikos dans la nouvelle inscription d’Orchomène et archonte de la cité dans le catalogue militaire IG VII 3174, 19, daté de l’archonte fédéral Kteisias. La seconde est Kleoxenos fils de Polykritos, secrétaire des syndikoi dans la nouvelle inscription d’Orchomène ; il réapparaît en tant que polémarque dans le catalogue militaire IG VII 3180, daté de l’archonte fédéral Damophilos. Ce catalogue militaire est gravé sur la même stèle que l’affaire de l’emprunt de Nikaréta.

70Tous ces liens prosopographiques nous obligent à abaisser considérablement la date de l’archontat de Dorkylos. Mais quel écart chronologique maximum peut-on envisager entre Dorkylos et Onasimos ? À mon sens, le nombre élevé de personnes qui apparaissent aussi bien dans l’affaire de Nikaréta que dans celle des Amphisséens conduit à envisager un écart chronologique maximum de dix ans entre ces deux archontes. Si Onasimos est daté de ca 222/1 av. J.-C., Dorkylos doit vraisemblablement dater de ca 228/7 av. J.-C.

71Ces données prosopographiques communes au nouveau document d’Orchomène et à l’affaire de Nikaréta (IG VII 3172) prouvent que la datation de l’archonte Dorkylos doit être abaissée de vingt ans environ – ca 230 av. J.-C.

Dorkylos et la réforme militaire

72Ce rapprochement chronologique entre les archontes fédéraux Dorkylos et Onasimos nous amène à reconsidérer la date de la réforme de l’armée béotienne. K. J. Beloch plaçait cette réforme en 245 av. J.-C. – date communément acceptée depuis sa première présentation au début du xxe s.

73Il lui paraissait naturel qu’après la grande défaite subie face aux Étoliens, les Béotiens aient essayé de réformer leur armée et de l’améliorer. Il en concluait que tous les catalogues militaires qui mentionnent l’armement ancien, à savoir le lourd bouclier, thyréos (thyréaphores), et non le bouclier léger, peltè (peltophores), devaient être antérieurs à 245 av. J.-C.

  • 65 Feyel 1942a, p. 47-48 : « Cet archonte figure en tête du catalogue d’Akraiphia IG VII 2716, lequel (...)

74L’archonte fédéral Dorkylos était daté, jusqu’à maintenant, du milieu du iiie s. av. J.-C.65, parce que dans le catalogue d’Akraiphia IG VII 2716, daté de son archontat, apparaissent justement les thyréaphores. L’utilisation du thyréos est antérieure à la réforme militaire.

75Cette nouvelle datation permet alors de modifier la date de la réforme militaire du koinon béotien. La date traditionnelle faisait de la réforme militaire une conséquence de la défaite de Chéronée infligée par les Étoliens aux Béotiens.

76D’autres nouveaux documents – les catalogues de Chorsiai – découverts en 2012, conduisent eux aussi à remettre en cause l’interprétation traditionnelle de la réforme militaire. Dans ces catalogues datés des archontes Kaphisias I (Inscr. 11) et Hippias I (Inscr. 12), on retrouve des thyréaphores alors que ces archontes sont assurément postérieurs à la réforme militaire. Comme nous allons le voir dans le chapitre sur l’organisation de l’armée fédérale, le thyréos n’est pas cet armement lourd et ancien qu’imaginait K. J. Beloch. Il s’agit d’un armement « hellénistique » courant dans tout le monde grec pendant le iiie s. av. J.-C. Il ne faut pas, certes, renoncer à la réalité d’une réforme militaire qui a conduit à abandonner le thyréos au profit de la peltè, mais il faut admettre qu’il s’agissait là d’une des réformes militaires entreprises par les Béotiens au cours du iiie s. av. J.-C. et non d’une refonte complète de leur armée. Quoiqu’il en soit, les mentions de thyréaphores sont extrêmement rares en Béotie. Ceux-ci apparaissent dans des catalogues militaires datés de l’archonte Dorkylos à Akraiphia IG VII 2716 (Inscr. 20) et dans celui d’un archonte fédéral dont le nom n’est pas préservé à Thisbé (SEG 3, 351). À ces deux viennent s’ajouter les nouveaux catalogues des archontes Kaphisias I (Inscr. 11) et Hippias I (Inscr. 12) de Chorsiai. Or ces deux archontes datent de 224-220 av. J.-C. On pourrait, certes, justifier la présence d’un armement plus ancien par l’existence d’une période de transition plus ou moins longue selon les cités entre le thyréos et la peltè. Il apparaît aujourd’hui que cette réforme ne peut dater de 245 av. J.-C. et qu’elle doit être située entre 237 et 230 av. J.-C. Pendant cette période, les liens étroits entre la Béotie et la Macédoine pourraient expliquer en partie l’introduction de la peltè dans l’armée béotienne.

Athanodoros (227/6)

  • 66 Knoepfler 1992, p. 428-429, no 35 : « Ce réseau des relations invite, en fin de compte, à placer At (...)

77Un des meilleurs arguments en faveur de cette nouvelle datation est la datation de l’archontat fédéral d’Athanodoros. La datation de l’unique catalogue militaire de cet archonte, SEG 37, 385, varie entre 245 et 230. La première éditrice, N. Papadopoulou, l’a placé ca 240. Cette datation a été légèrement abaissée par D. Knoepfler66, qui place Athanodoros dans la décennie 240-230, en le considérant plus proche de 240 av. J.-C.

78La nouvelle datation de l’archonte fédéral Dorkylos nous oblige à abaisser la chronologie de l’archonte fédéral Athanodoros. Cette datation est renforcée par les liens prosopographiques entre les archontes fédéraux Athanodoros et Lykinos (Inscr. 29). Comme nous allons le voir p. 35-40, la datation de Lykinos doit être abaissée à ca 180 av. J.-C. Par conséquent, comme l’écart chronologique entre les deux archontes doit être de ca quarante ans, la datation proposée pour Athanodoros est correcte. Lombax fils d’Eudamos, qui apparaît comme conscrit dans le catalogue daté d’Athanodoros (SEG 37, 385, l. 10), doit être le père d’Eudamos fils de Lombax, qui apparaît comme pyrphoros dans un catalogue de vainqueurs aux Mouseia daté de l’archonte fédéral Lykinos (I.Thespies 160, l. 6). L’écart chronologique entre Athanodoros et Lykinos doit donc être de ca quarante ans. Comme on le verra, si Lykinos date assurément des années 180, Athanodoros doit donc être placé dans le dernier quart du iiie s. av. J.-C.

  • 67 Voir ci-dessous pour la datation de Soteirichos p. 25-26.
  • 68 Lien déjà signalé par I. Pernin, Pernin 2014, p. 140.
  • 69 Knoepfler 1996, p. 157.

79Cette nouvelle datation d’Athanodoros conduit à abaisser la chronologie d’autres inscriptions de Thespies. Il faudrait prendre en compte deux facteurs. D’une part, les conscrits Sittaron fils de Dionysios et Mnasion fils de Mnasigeneis qui figurent comme conscrits dans le catalogue de l’archonte Athanodoros avaient au moins cinquante ans dans l’inscription des gyai (I.Thespies 56, l. 11 ; Pernin 2014, no 26) en tant que membres d’une commission. D’autre part, l’archonte local de Thespies, Empedokleis, qui apparaît sur la stèle de gyai pour dater des baux plus anciens (I.Thespies 56, l. 14), est antérieur de cinq à quinze ans à l’archonte local Théodotos, qui date la stèle de gyai (I.Thespies 56, l. 1). Grâce à ces deux éléments chronologiques, nous pouvons dater l’archonte fédéral Soteirichos, qui était archonte fédéral quand Empedokleis était archonte local de Thespies, de ca 212 av. J.-C.67. La nouvelle datation de l’inscription des gyai vers 200 av. J.-C. est confirmée par la présence de Kallikrateis fils de Theophaneis, preneur du Nymphéon pour quatre-vingt-dix drachmes par an (I.Thespies 56, l. 48), lequel est honoré de la proxénie à Delphes en 189/8 av. J.-C. (Syll3 585, l. 110)68. Grâce à tous ces indices, l’inscription des gyai I.Thespies 56 doit être datée de la fin du iiie s. ou du début du iie s. av. J.-C. et non vers 220 av. J.-C. comme elle l’était jusqu’à maintenant. Sa chronologie doit donc être abaissée de trente ans environ par rapport à sa datation traditionnelle, laquelle avait déjà été abaissée par D. Knoepfler69.

  • 70 Knoepfler 1992, p. 428-429, no 35.

80Aux dires de ce dernier, un Mikrinas fils de Xenon apparaît comme conscrit sous Athanodoros et comme rogator dans le décret fédéral I.Oropos 37 daté de l’archonte fédéral Pampirichos, archonte très proche chronologiquement de Charopinos I70. Le rogator du décret de l’année de Pampirichos I.Oropos 37 doit être le grand-père du conscrit.

Kteisias (226/5)

81À Orchomène, il existe plusieurs liens prosopographiques entre les archontes Kteisias, Onasimos et Protomachos et Dorkylos de l’inscription inédite (Inscr. 33). Sous Protomachos (IG VII 3178, l. 8-9), Kaloklidas fils de Philomeilos est secrétaire des polémarques et, sous Kteisias, il est témoin d’un contrat (IG VII 3173, l. 14-15). Dans l’inscription IG VII 3173 qui date de l’année de Kteisias, le contrat est déposé chez Onasimos fils de Thiogiton qui réapparaît dans l’affaire de Nikaréta datée de l’archonte fédéral Onasimos (IG VII 3172, l. 14).

82Deux Hyettiens étaient polémarques aussi bien sous Kteisias (IG VII 2830) que sous Aristomachos I (IG VII 2810), Damonikos fils d’Aristolaos et Armichos fils de Pithoullos. Armichos fils de Pithoullos était polémarque sous Kteisias (IG VII 2830) et son fils, Pithioulos fils d’Armichos, était conscrit sous Potidaichos (IG VII 2820, l. 10).

Aristomachos I (225/4)

83Selon M. Feyel, suivi par R. Étienne et D. Knoepfler, il faut distinguer deux archontes du nom d’Aristomachos. Cette distinction se fonde sur le fait que dans le catalogue d’Aristomachos I à Hyettos (IG VII 2810, l. 12) apparaît un Nikon fils de Pasion, conscrit, et qu’un homonyme, conscrit également, figure dans le catalogue de Dionysios (IG VII 2817, l. 6-7). R. Étienne et D. Knoepfler ont reconnu en eux un oncle et un neveu et ont proposé un écart entre Aristomachos I et Dionysios d’au moins dix ans. Comme l’a souligné Chr. Barrat, cette homonymie ne suffit pas pour écarter dans le temps les deux archontes Aristomachos. Ces homonymes pourraient ne pas avoir de liens de parenté. Surtout, dans les petites cités, il n’est pas surprenant de trouver des homonymes dans différents catalogues militaires. Visiblement, l’écart chronologique entre Aristomachos et Dionysios n’était pas très grand.

84Aristomachos I doit être un des successeurs assez proches de Kteisias parce qu’ils ont deux polémarques en commun. Et si Kteisias date de ca 227-226, Aristomachos I pourrait dater de 226-225 av. J.-C. Les archontes Nikias, Aristomachos et Damatrios I ont un polémarque en commun. Il s’agit d’un magistrat dont la carrière s’étend de ca 225 à 200 av. J.-C.

Les archontes des catalogues militaires d’Aigosthènes (224-216)

  • 71 Robert 1939, p. 122 ; Robu 2011, p. 96.
  • 72 Sur la date de la sécession de Mégare, voir p. 137-138.
  • 73 Pour les détails de la datation de la sécession de Mégare, voir le chapitre III sur les rélations e (...)

85La stèle qui porte les inscriptions IG VII 207-218 (fig. 8) est capitale pour l’établissement de la chronologie des archontes fédéraux. Sur cette stèle, sont gravés les catalogues militaires des archontes Kaphisias I (IG VII 209), Onasimos (IG VII 210), Hippias I (IG VII 211), Potidaichos (IG VII 212), Andronikos (IG VII 214), Charilaos (IG VII 215), Mnason (IG VII 216), Aristokleis (IG VII 217) et Theotimos (IG VII 218). Nous savons qu’Aigosthènes a intégré avec Mégare le koinon béotien en 224 av. J.-C. Les catalogues militaires d’Aigosthènes doivent donc être postérieurs à cette date, mais quel est le terminus ante quem ? L’année 192 av. J.-C., date probable pour la sécession de Mégare et celle d’Aigosthènes du koinon béotien, est généralement retenue. Mais comme l’a récemment suggéré A. Robu à la suite de L. Robert71, Aigosthènes est probablement restée dans le koinon béotien, même après le départ de Mégare en 192 av J.-C.72. Aigosthènes serait demeurée une cité du koinon jusqu’à sa dissolution en 171 av. J.-C. Les catalogues d’Aigosthènes pourraient donc dater de la période située entre 224 et la dissolution du koinon en 171 av. J.-C. Un élément permet d’affiner la chronologie des catalogues d’Aigosthènes : parmi les archontes nommés dans les catalogues de cette cité, il y a l’archonte fédéral Potidaichos (IG VII 212) et vraisemblablement Aristokleis (IG VII 217). Or, ceux-ci sont mentionnés par ailleurs dans les catalogues militaires de Mégare (IG VII 27 ; 28). Nous savons que Mégare faisait partie du koinon béotien entre 224 et 192 av. J.-C. – date traditionnellement admise pour la sécession de Mégare par rapport au koinon béotien. Les catalogues militaires d’Aigosthènes sont donc à dater du dernier quart du iiie s.73. R. Étienne et D. Knoepfler, à l’encontre de leurs prédécesseurs, ont voulu dater les catalogues militaires d’Aigosthènes de la période qui suit immédiatement l’adhésion de la Mégaride au koinon béotien. Les archontes mentionnés dans les catalogues d’Aigosthènes pourraient être donc postérieurs de quelques années à l’adhésion d’Aigosthènes au koinon béotien.

  • 74 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.
  • 75 Aymard 1938b, p. 14-15, n. 7.
  • 76 Knoepfler 2003, p. 102, n. 93 : « La date traditionnellement adoptée – soit 192 av. J.-C. – pour le (...)

86L’annexion de Mégare à la Confédération est bien datée de 224 av. J.-C.74, mais la date de sa sécession fait problème. Plusieurs épigraphistes et historiens qui ont étudié la chronologie des archontes fédéraux béotiens ont opté jusqu’à maintenant pour une datation basse en 192 av. J.-C.75, mais D. Knoepfler, en revenant récemment sur cette question, a adopté la datation haute de 206 av. J.-C. proposée par A. Aymard76. Les nouveaux catalogues militaires de Mégare datés des archontes Artylaos, Kallikles et notamment d’Euklidas conduisent cependant à favoriser une date au début du iie s. av. J.-C. (Inscr. 1-3). La date traditionnelle de la sécession de Mégare en 192 av. J.-C. paraît se trouver confirmée.

87Il semble, en revanche, qu’Aigosthènes n’ait pas quitté le koinon après la sécession de Mégare en 192 av. J.-C. Cette cité pourrait être restée dans le koinon jusqu’à sa dissolution en 171 av. J.-C. Par conséquent, le terminus ante quem pour les catalogues d’Aigosthènes est le terminus général pour toute la Béotie, soit la dissolution du koinon en 171 av. J.-C. La présence fortuite d’un archonte commun dans les catalogues militaires d’Aigosthènes et de Mégare, Aristokleis et probablement celle d’un second, Potidaichos, conduit à dater ces archontes d’Aigosthènes de la fin du iiie et non du iie s. av. J.-C.

88L’archonte Kaphisias I (224/3), cité dans le catalogue militaire d’Aigosthènes (IG VII 209) et attesté dans le catalogue inédit de Chorsiai (Inscr. 11) avec des thyréaphores, est postérieur à la réforme militaire.

89L’archonte Onasimos (223/2) sert à dater un catalogue militaire d’Aigosthènes (IG VII 219) mais aussi plusieurs inscriptions d’Orchomène portant les décrets de l’affaire de Nikaréta (IG VII 3172 ; 3179 ; 3180).

90L’archonte Hippias I (222/1), qui était jusqu’à maintenant uniquement attesté à Aigosthènes (IG VII 221), est désormais aussi mentionné dans un catalogue de Chorsiai (Inscr. 12) où l’armement des mobilisables est le thyréos.

  • 77 PAA 16, 879665.
  • 78 Knoepfler 1992, p. 425, no 28 ; Knoepfler 2002, p. 133.

91L’archonte Potidaichos (221/0) date plusieurs documents provenant de diverses cités de Béotie. Il date un décret de proxénie d’Oropos (I.Oropos 84), un catalogue militaire de Mégare (IG VII 27) et un autre d’Aigosthènes (IG VII 214). La présence de Potidaichos aussi bien à Mégare qu’à Aigosthènes nous permet de dater la série des catalogues militaires d’Aigosthènes d’après 224 av. J.-C. L’archonte Potidaichos apparaît maintenant dans un catalogue militaire de Chorsiai (Inscr. 13). Sa datation, proposée par R. Étienne et D. Knoepfler, a été confirmée puisque le proxène du décret oropien voté sous l’archonte Potidaichos et le prêtre Oropodoros, l’Athénien Telesippos fils de Timotheos77, s’avère avoir été honoré à Rhamnonte comme στρατηγὸς ἐπὶ τὴν χώραν sous l’archonte athénien Kallimachos, daté de 218/7 (I.Rhamnous 38)78.

92Le nom de l’archonte Andronikos (220/19) a été lu par R. Étienne et D. Knoepfler sur le bloc qui porte les catalogues militaires d’Aigosthènes (IG VII 212). Il doit être identifié, comme le soulignent R. Étienne et D. Knoepfler, avec l’archonte Andronikos qui est mentionné dans un fragment du devis de Lébadée publié par A. Wilhelm, SEG 64, 357 (MDAI(A) 22, 1897, p. 179-182). Il est vraisemblable que ce document a été gravé au début du iie s. av. J.-C. et reprend des documents plus anciens.

93L’archonte Charilaos (219/8) date uniquement un catalogue militaire d’Aigosthènes (IG VII 215).

94L’archonte Mnason (218/7) date un catalogue militaire d’Aigosthènes (IG VII 216), ainsi qu’une dédicace fédérale au Ptoion (IG VII 2724d).

95L’archonte Aristokleis (217/6) date un catalogue militaire de Mégare (IG VII 28) et un autre d’Aigosthènes (IG VII 217). Son nom doit être vraisemblablement restitué dans l’intitulé des catalogues militaires I.Thespies 102 de Thespies et vraisemblablement dans l’Inscr. 21 (SEG 3, 361) d’Akraiphia.

96L’archonte Theotimos (216/5) date deux décrets de proxénie à Oropos, I.Oropos 87 et I.Oropos 88 et deux catalogues militaires, l’un à Aigosthènes (IG VII 218) et l’autre à Hyettos (IG VII 2822). Ces textes nous permettent d’arriver à la conclusion que les archontes Onasimos, Theotimos, Nikias et Damophilos étaient proches dans le temps.

Nikias (215/4)

  • 79 À cause de la présentation compliquée des décrets d’Oropos dans différentes publications, Étienne, (...)

97Nikias apparaît dans un décret fédéral de proxénie de l’Amphiareion (I.Oropos 74). Celui-ci est gravé au-dessus d’un autre décret daté de l’archonte Damophilos (I.Oropos 93)79. À Hyettos, le catalogue militaire de Nikias (IG VII 2821) est gravé au-dessus du catalogue de Theotimos (IG VII 2822). Nikias doit donc être un prédécesseur de Theotimos et de Damophilos.

  • 80 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315, n. 189.

98Un lien prosopographique, déjà présenté par R. Étienne et D. Knoepfler80, pourrait confirmer cette datation de Nikias. Timasion fils de Timasithios d’Hyettos, secrétaire sous Nikias (IG VII 2821), réapparaît comme polémarque sous Artylaos et sous Agatharchidas, Kaphisias II et Damatrios II. Aux dires de R. Étienne et D. Knoepfler, il ne peut s’agir de la même personne à cause de la datation haute de Nikias. Mais si l’on adopte une datation plus basse et si l’on suppose qu’il avait environ trente ans en 215 av. J.-C., il pourrait avoir poursuivi sa carrière comme polémarque sous les archontes Artylaos, Kaphisias II, Agatharchidas et Damatrios II.

Damophilos (214/3)

99Damophilos est daté par R. Étienne et D. Knoepfler des années postérieures aux archontes de la liste d’Aigosthènes. Il doit être un successeur assez proche d’Onasimos, puisqu’un catalogue militaire daté de cet archonte est gravé sur le côté de la stèle d’Onasimos (IG VII 3180).

Apollodoros (213/2)

  • 81 Étienne, Knoepfler 1976, p. 287 : « L’archonte Apollodoros date un catalogue militaire d’Hyettos (I (...)

100L’archonte Apollodoros a été daté assez haut par R. Étienne et D. Knoepfler en raison de ses liens avec Philon I, dont un décret (I.Oropos 71) a été gravé au-dessous de celui d’Apollodoros (I.Oropos 69) à l’Amphiareion81. Comme on le verra, la datation de Philon I doit être considérablement abaissée et, avec elle, celle d’Apollodoros. Oropodoros fils de Theozotos qui a proposé le décret d’Oropos daté de l’année d’Apollodoros (I.Oropos 69) est aussi à l’initiative de décrets les années de Nikon (I.Oropos 151), Aristomachos I (I.Oropos 152) et Philon II (I.Oropos 174). Il serait assez difficile d’étendre sa carrière sur trente ans. Apollodoros doit donc être placé avec Philon I avant le groupe des archontes liés à Dionysios qui est bien daté de ca 205 av. J.-C.

Soteirichos (212/1)

  • 82 Knoepfler 1992, p. 469-470 : « Une datation vers la fin des années 220 apparaît en fin de compte tr (...)

101La chronologie de Soteirichos a déjà été, à juste titre, abaissée avec des arguments prosopographiques par D. Knoepfler82. Ce dernier date maintenant son archontat de ca 215 av. J.-C. L’archonte local qui lui correspond à Thespies, Empedokleis (I.Thespies 95, l. 1-2), est mentionné dans l’inscription des gyai (I.Thespies 56, l. 14 ; Pernin 2014, no 26) comme prédécesseur de l’archonte local Theodotos. Grâce à une nouvelle datation, légèrement abaissée, de cette inscription aux alentours de 200 av. J.-C., nous pouvons placer Soteirichos, entre dix et quinze ans avant Theodotos, ca 211 av. J.-C. Un autre lien prosopographique permet de vérifier cette assertion. Dans le catalogue militaire daté de Soteirichos (I.Thespies 95, l. 24), figure le conscrit Alexion fils de Saon. Son fils, Saon fils d’Alexion, apparaît dans le catalogue militaire daté de l’archonte Damatrios (I.Thespies 106, l. 10-11). Un écart minimum de trente ans sépare les deux archontes. L’archonte Damatrios du catalogue I.Thespies 106 doit donc être Damatrios II.

Philon I (211/0)

  • 83 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302.
  • 84 Thonemann 2005, p. 68-69, donne plusieurs exemples de magistrats morts ou en tout cas remplacés par (...)

102La datation de l’archonte Philon I se fonde en grande partie sur le fait que, dans le catalogue militaire daté de cet archonte à Hyettos, apparaît l’archonte de la cité Thrasylaos, alors que dans le catalogue de Nikias apparaît l’archonte Thrasylaos ὁ ὕστερος. On a interprété cette mention comme signifiant que Thrasylaos était archonte pour la seconde fois et on a fait de Philon I un prédécesseur de Nikias. Or, Nikias est assez bien daté parce qu’un décret d’Oropos le mentionnant (I.Oropos 74) a été gravé au-dessus de celui de l’archonte Damophilos (I.Oropos 93) qui est lui aussi assez bien daté d’après les archontes de la stèle d’Aigosthènes83. La datation traditionnelle de Philon I se fonde essentiellement sur l’interprétation de l’adjectif ὁ ὕστερος. Beaucoup discuté à propos de l’épigraphie attique, cet adjectif qui suit le nom des archontes ne peut pas toujours être traduit par « archonte pour la deuxième fois ». L’adjectif numéral ὁ δεύτερος est d’un emploi plus courant en ce sens. Une autre interprétation, déjà proposée pour l’archonte athénien Νικίας ὁ ὕστερος, est qu’il pourrait s’agir d’un archonte qui arrive après un autre au cours d’une seule et même année. Les raisons de la présence de deux archontes une seule et même année sont multiples. Toutefois la plus fréquente est celle de la mort de l’archonte au cours de son mandat. Or, l’âge plutôt avancé de ces magistrats fait que leur décès dans le courant de leur charge n’était pas un événement rare84. Si la mention ὁ ὕστερος désigne bien un archonte remplaçant un autre en cours de mandat, Philon I n’est pas obligatoirement un prédécesseur de Nikias mais vraisemblablement un successeur.

103Lysandros fils de Meilichos a proposé des décrets pendant les années des archontes fédéraux Pampirichos (I.Oropos 35 ; 36 ; 37) et Antigon (I.Oropos 49). Pampirichos doit visiblement être placé à la fin du iiie s. Par ailleurs, les catalogues militaires des archontes Philon I et Philon II, à Hyettos, sont gravés sur un même bloc et seul le catalogue de l’archonte Hipparchos les sépare. Cela montre qu’ils ne sont pas très éloignés dans le temps et que la distance chronologique entre ces deux archontes homonymes ne peut excéder vingt ans. Cet argument n’a pas une valeur absolue, mais révèle une certaine proximité chronologique. Le petit groupe des archontes Apollodoros et Philon I doit être placé aux alentours des années 215-208 avant le groupe des archontes liés à Dionysios. Les décrets des archontes fédéraux Apollodoros (I.Oropos 69 ; 70) et Philon I (I.Oropos 71 ; 72 ) à Oropos sont proposés par des rogatores qui ont aussi soumis des décrets sous Nikon (I.Oropos 151) et Dionysios (I.Oropos 175-177). L’écart chronologique entre ces deux archontes fédéraux ne peut donc être très grand. Les lettres de ces décrets ont des apices et prennent une forme plus ornée.

Hipparchos (210/09)

104Hipparchos est un successeur de Philon I et un prédécesseur assuré de Dionysios – pour preuve un décret d’Oropos à l’Amphiareion, daté d’Hipparchos (I.Oropos 125), est gravé au-dessous d’un décret daté sous Dionysios (I.Oropos 177). Cet archonte est donc à placer entre ca 210 et 206.

105Les raisons avancées par R. Étienne et D. Knoepfler pour faire d’Hipparchos un successeur proche d’Eumaridas sont fragiles et se fondent sur une interprétation archéologique erronée du bloc de Thisbé qui porte les catalogues militaires de ces deux archontes (SEG 3, 352, Hipparchos ; SEG 3, 353, Eumaridas). Selon eux, le catalogue militaire de l’archonte fédéral Hipparchos a été gravé après celui d’Eumaridas. Mais il faut préciser que les deux catalogues sont gravés sur deux faces différentes du même bloc. Le catalogue d’Hipparchos se présente sur une seule colonne avec des lettres assez grandes, à côté d’un autre catalogue militaire dans lequel les conscrits sont enrôlés comme thyréaphores. Ce dernier est donc antérieur à la réforme militaire (voir le schéma). À l’inverse, le catalogue d’Eumaridas est gravé après deux proxénies de Thisbé (SEG 3, 343-344), dont la seconde (SEG 3, 344) honore un citoyen de Pagai (fig. 9). Cette proxénie doit être postérieure à la sécession de Mégare du koinon béotien. Elle est également contemporaine du catalogue militaire d’Eumaridas, parce qu’elle est datée du même archonte local de Thisbé, Damokleis. L’archonte fédéral Eumaridas doit donc être postérieur à la sécession de Mégare.

106Hipparchos serait plutôt un prédécesseur d’Eumaridas. Il doit être antérieur à l’archontat de Dionysios et dater de 210/09.

Schéma du bloc de Thisbé (SEG 3, 343-344 ; 350-353)

Face A, la face plus ancienne

Décret de proxénie de Thisbé SEG 3, 350
Catalogue militaire daté d’un archonte dont le nom n’est pas préservé. Thyréaphores SEG 3, 351 Catalogue militaire de l’année de l’archonte Hipparchos SEG 3, 352

Face B, la face plus récente (fig. 9)

Décret de proxénie en l’honneur de Nikanor fils de Dion, Étolien, de l’année de l’archonte local Damokleis (SEG 3, 343)
Décret de proxénie en l’honneur de Protomachos fils d’Archias de Pagai de l’année de l’archonte local Damokleis (SEG 3, 344)
Catalogue militaire de l’année de l’archonte fédéral Eumaridas et de l’archonte local Damokleis (SEG 3, 353) - Intitulé - Deux colonnes avec les noms des conscrits

Les prédécesseurs de Dionysios : Nikon (209/8), Aristomachos II (208/7) et Philon II (207/6)

107Les archontes Nikon, Aristomachos II et Philon II datent une série de décrets gravés successivement sur le même monument à l’Amphiareion : I.Oropos 151, 186, 187 (Straton) ; I.Oropos 176 (Dionysios) ; I.Oropos 152 (Aristomachos II) ; I.Oropos 174 (Philon II). L’ordre de succession de ces archontes a été bien établi par Étienne, Knoepfler 1976, p. 306-307.

  • 85 Feyel 1942a, p. 39.
  • 86 Étienne, Knoepfler 1976, p. 307.

108L’existence de deux archontes du nom d’Aristomachos a été proposée par M. Feyel. Ce dernier a reconnu Aristomachos I comme l’archonte fédéral datant le catalogue militaire IG VII 281685. Le document ne mentionne que les deux premières lettres du nom d’un archonte fédéral ΑΡ[– – – –]. L’hypothèse a été acceptée par R. Étienne et D. Knoepfler qui ont voulu y voir l’Aristomachos restitué en IG VII 2816 comme étant le second du nom86.

109Deux catalogues de magistrats des affaires sacrées provenant d’Halai datent, le premier, de l’archonte fédéral Nikon (IG IX 12 1865), et, le second, de l’archonte fédéral Philon qui doit être vraisemblablement identifié à Philon II (IG IX 12 1864). Ces deux catalogues prouvent qu’Halai, cité de Locride orientale, faisait à ce moment partie du koinon béotien.

Dionysios (206/5)

  • 87 Holleaux 1895b.
  • 88 Sur ce décret, voir Paschidis 2008, p. 308-310.

110Grâce aux travaux de M. Holleaux, la date de l’archontat fédéral de Dionysios a été précisée87. Un décret d’Oropos daté de cet archonte honore Phormion fils de Nymphaios de Byzance (I.Oropos 175, fig. 10), philos d’un roi Ptolémée qui doit être identifiée avec Ptolémée IV Philopator. Ce décret proposé par l’Oropien Neandros fils de Neandrides est, en effet, gravé sur le socle de la statue d’Arsinoé III (I.Oropos 427) probablement antérieure à la mort de la reine en 204 av. J.-C.88.

Les successeurs proches de Dionysios : Straton (205/4), Philoxenos (204/3) et Artylaos (203/2)

  • 89 Straton (I.Oropos 184) ; Philoxenos (I.Oropos 196 ; 197) ; Artylaos (I.Oropos 201 ; 202).
  • 90 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315.
  • 91 Voir p. 137-138.

111Les archontes Straton, Philoxénos et Artylaos datent une série de décrets fédéraux de l’Amphiareion qui sont gravés sur un même monument89. De par la disposition des décrets sur cette base, la succession entre ces archontes est plus au moins assurée. Des liens prosopographiques entre les catalogues militaires d’Hyettos corroborent cette datation90. L’archonte Artylaos est maintenant attesté à Mégare grâce à l’Inscr. 1. La présence de l’archonte Artylaos à Mégare confirme la date de 192 av. J.-C. pour la sécession de Mégare du koinon béotien91.

Charopinos II (202/1)

112Comme nous l’avons déjà souligné, il faut distinguer deux archontes portant le nom de Charopinos : le premier officiant de 237 à 228 av. J.-C., le second au début du iie s. av. J.-C. Nous pouvons attribuer les décrets de proxénie découverts à l’Amphiareion I.Oropos 44-45 et le catalogue militaire de Thespies I.Thespies 98 à Charopinos II.

  • 92 Habicht 1987.
  • 93 Habicht 1987, p. 94-95.

113L’étude minutieuse de la grande liste des magistrats de Thespies due à Chr. Habicht a montré de façon concrète que l’archonte local Epimachanos, qui date avec Charopinos II le catalogue militaire I.Thespies 98 (fig. 6), doit être placé à la fin du iiie s. ou au début du iie s. av. J.-C. L’archonte local Epimachanos réapparaît dans le décret de proxénie, I.Thespies 7. Le rogator de ce décret était Torteas fils de Phaeinos. Or, comme l’a déjà remarqué Chr. Habicht, Torteas fils de Phaeinos est honoré de la proxénie à Delphes en 189/8 av. J.-C. (Syll3 585, l. 109). L’archonte Epimachanos doit, par ailleurs, ne faire qu’un avec Epimachanos fils de Mnasistrotos qui figure en tant que rogator dans plusieurs décrets de proxénie datés du début du iie s. av. J.-C. (I.Thespies 3 ; 5 ; 6) par Chr. Habicht grâce à des liens prosopographiques avec des inscriptions delphiques92. Ces liens amènent à situer Charopinos II à la fin du iiie s. av. J.-C. Chr. Habicht, prenant en compte les datations déjà proposées pour Charopinos, est arrivé à la conclusion que l’on avait probablement deux archontes homonymes l’un daté de ca 230 av. J.-C. et l’autre du début du iie s. av. J.-C.93.

114Les liens prosopographiques présents dans le catalogue militaire daté de Charopinos à Thespies pourraient aussi nous aider à vérifier la datation de Charopinos II. Autoboulos fils de Nikias est conscrit sous Charopinos (I.Thespies 98) et son fils, Nikias fils d’Autoboulos, apparaît en tant que conscrit dans le catalogue militaire I.Thespies 110. Ce catalogue est uniquement daté par l’archonte local Philoklès et doit assurément être postérieur à la dissolution du koinon. Par conséquent, une génération sépare l’archonte fédéral Charopinos II et la période postérieure à la dissolution du koinon.

  • 94 Knoepfler 1992, p. 426, no 30.
  • 95 Sur ces phénomènes, voir p. 133-134.

115En recensant l’étude de Chr. Habicht, D. Knoepfler a accepté l’existence de deux archontes homonymes, l’un de 230 et l’autre de ca 190 av. J.-C.94. Cette hypothèse reste la plus probable. Comme je l’ai déjà signalé, il y a de grandes différences au niveau de la paléographie et du dialecte entre les différents décrets et catalogues militaires datés de l’archontat fédéral de Charopinos. Par exemple, le décret I.Oropos 43, gravé stoichèdon, présente des traits dialectaux comme les diphtongues οι et αι qui montrent qu’il ne doit pas dater de la même période que le décret I.Oropos 44 où la forme des lettres présente des apices et le dialecte se caractérise par plusieurs monophtongaisons95.

  • 96 Voir le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 128-135.
  • 97 D. Summa, IG IX 12, p. 15. Voir aussi les remarques toujours pertinentes de M. Holleaux, Holleaux 1 (...)

116Qui plus est, dans l’un des décrets de l’Amphiareion daté de l’archonte Charopinos II, le rogator est un Opontien, Didymon fils d’Eparmostos (tableau 1). Si l’on accepte de placer Charopinos II à la fin du iiie s. av. J.-C., on peut conclure qu’Oponte faisait probablement toujours partie du koinon à cette époque96. La sécession définitive d’Oponte doit être antérieure à 198 av. J.-C., dans le cadre de la deuxième guerre de Macédoine97.

117Charopinos avait, selon toute probabilité, occupé toutes les fonctions de la carrière d’un membre de l’élite béotienne au cours de cette période. Il doit vraisembablement être identifié à l’archonte local Charopinos mentionné dans plusieurs inscriptions relatives aux baux de Thespies.

Tableau 1 — Décrets de proxénie des archontes Pampirichos, Charopinos I et Charopinos II.

I.Oropos Archonte Rogator Ἐπιψηφίζων Honorandus Type de support
32 Pampirichos Aristokleides fils de Diotimos de Tanagra Sans mention Ageitor fils de Parmenion de Mégare Base
33 Pampirichos Endios fils de Telegonos de Platées Sans mention Aristaion fils d’Aristeus Rhodien Base
34 Pampirichos Endios fils de Telegonos de Platées Sans mention Aristaion fils d’Aristeus Rhodien Stèle
35 Pampirichos Lysandros fils de Meilichos Oropien Panarmos fils de Philobotos, rogator Anacharsis fils de Proxenos Athénien Stèle
36 Pampirichos Lysandros fils de Meilichos Oropien Panarmos fils de Philobotos, rogator Brisé Stèle
37 Pampirichos Lysandros fils de Meilichos Oropien Mikrinas fils de Xenon de Thespies Straton fils d’Apollophanes de Sidon Stèle
41 Charopinos I Sans mention Sans mention Untel fils de Leontiskos de Sinope Base
42 Charopinos I (non préservé) Sans mention Sans mention Untel fils de Leontiskos de Sinope Stèle
43 Charopinos I Euphrainon fils de Ptoiodoros Oropien Sans mention Apollodoros fils de Phrynichos Athénien Stèle
44 Charopinos II Damokritos fils de Timogenes Oropien, rogator Didymmon fils d’Eparmostos d’Oponte Kleophantos fils de Kleophon de Chalcis Stèle
45 Charopinos II Brisé Didymmon fils d’Eparmostos d’Oponte Brisé Stèle

La date de la grande liste de magistrats de Thespies (I.Thespies 84) et les liens avec l’archonte Charopinos II

  • 98 Habicht 1987.
  • 99 Knoepfler 1992, p. 468, no 98 : « En effet deux conscrits de ce catalogue, Ariston fils de Dionysio (...)
  • 100 Habicht 1987.

118La datation de l’archonte Charopinos II à la fin du iiie s. est liée à celle de l’archonte local de Thespies, Epimachanos, mentionné sur la grande stèle des magistrats de Thespies. La prosopographie peut nous aider à vérifier cette date. À la l. 8-9, on retrouve Euxis fils d’Ariston. Il est athlothète des Mouseia et propose deux décrets de la période 200-190 av. J.-C. (I.Thespies 8-9), à en croire Chr. Habicht98. À la l. 17, Phaeinos fils de Torteas, ilarque, appartient à une famille de notables qui jouent un rôle important dans la vie politique de Thespies. On connaît un Phaeinos archonte à la fin du iiie s., un autre sans doute archonte après 171, et un autre encore fils de Torteas cité à la fin d’une liste de noms de la fin du iiie s. Il semble difficile d’établir une filiation très précise entre les Torteas et les Phaeinos. Peut-être appartiennent-ils à plusieurs branches d’une même famille. À la l. 17, Nikomachos fils de Melanthos apparaît comme ilarque. Un conscrit du même nom figure dans le catalogue militaire I.Thespies 100 (IG VII 1749, l. 4) qui est vraisemblablement postérieur à la dissolution du koinon. Il doit s’agir de son petit-fils. Un autre membre d’une famille importante, le pédonome Thebangelos fils d’Hismenias, apparaît à la l. 46. Il est peut-être petit-fils de Thebangelos, un des deux hieromnemons béotiens à Delphes (CID IV 23 ; 24 ; 25 ; 26). Son grand-père homonyme apparaît également comme béotarque dans le décret fédéral de proxénie de l’Amphiareion Inscr. 8 (I.Oropos 21) et comme naope à Delphes en 273 av. J.-C. (CID II 122 II, l. 6). À la l. 46, figure le pédonome Millei fils de Philon. On retrouve un homonyme dans le catalogue militaire I.Thespies 102, l. 16. Le nom de l’archonte fédéral est perdu, mais le texte doit être daté dans les dernières années du koinon béotien (selon D. Knoepfler, il s’agit probablement de l’archonte fédéral Agathokles)99. Il doit donc s’agir de son petit-fils. Un homonyme réapparaît dans le catalogue militaire de l’archonte fédéral Athanodoros (SEG 37, 385, l. 37). Ce dernier catalogue est postérieur à la réforme militaire, parce que l’on retrouve la mention des peltophores, et doit être daté de ca 230-225 av. J.-C. Les deux homonymes doivent selon toute vraissemblance ne faire qu’un. Aux l. 58 et 76, on trouve Torteas fils de Phaeinos, hodégos et katoptas l’année suivante (l. 76). Ce personnage est bien connu à Thespies : il propose deux proxénies, I.Thespies 4 (archonte local Lousias) et I.Thespies 7 (archonte local Epimachanos). Comme nous l’avons déjà souligné, grâce au catalogue militaire I.Thespies 98, daté de l’archonte fédéral Charopinos II et de l’archonte local Epimachanos, nous savons qu’ils étaient contemporains. Nous avons ici la preuve que l’archonte Charopinos II date de la fin du iiie s. av. J.-C. Torteas fils de Phaeinos doit être identifié à l’homonyme qui est honoré en 189 av. J.-C. d’une proxénie à Delphes aux côtés de deux autres Thespiens (Syll3 585, l. 109). Selon la proposition d’A. Keramopoullos, reprise par Chr. Habicht, ces trois Thespiens doivent être identifiés aux trois juges honorés dans le décret I.Thespies 30 daté de l’archonte local de Thespies, Agon. Son fils, Phaeinos fils de Torteas de Thespies, figure dans l’inscription de Delphes BCH 1944-1945, p. 112, no 23, l. 13, qui est datée de 146/5 av. J.-C. Aux l. 62-63, Aristeas fils de Nikon polémarque met aux voix le décret de Thespies qui honore trois citoyens de cette cité envoyés comme juges à Delphes (I.Thespies 30). Ce décret date des années 189/8 av. J.-C. selon Chr. Habicht100. Mais l’archonte étant diffèrent, il faut supposer que le personnage a été polémarque au moins deux fois.

  • 101 Roesch 1965, p. 18 : « La forme des lettres est celle que l’on rencontre à Thespies entre 215 et 20 (...)
  • 102 Roesch 1965, p. 18.
  • 103 Habicht 1987, voir aussi Inscr. 10.

119L’emplacement de la pierre dans l’ancien dépôt du musée de Thèbes n’a pas permis à P. Roesch de prendre de bonnes photographies de cette inscription très importante pour l’épigraphie de la Béotie hellénistique. C’est la raison pour laquelle la forme des lettres n’apparaît pas clairement sur les photographies publiées dans son livre Thespies et la Confédération béotienne. Sur la photographie prise au musée de Thèbes (fig. 11), on voit que les lettres présentent de nombreux apices, et l’alpha a la barre médiane incurvée. P. Roesch a donné une très bonne description de la forme des lettres, mais il a proposé une datation très haute101, à la fin du iiie s. av. J.-C. Bien que la forme des lettres soit toujours un critère de datation très fragile, il apparaît que cette inscription ne peut pas être datée du iiie s. av. J.-C., mais plutôt du début du iie s. av. J.-C. Comme l’a déjà remarqué P. Roesch102, la forme des lettres de cette stèle (I.Thespies 84) présente des très grandes similitudes avec celle du décret de proxénie daté de l’archonte de Thespies, Agon, I.Thespies 8 (fig. 28). Il est possible de parler d’un même graveur pour les deux pierres. La paléographie et les liens prosopographiques bien établis par Chr. Habicht indiquent une datation ca 190 av. J.-C.103.

Archontes du début du iie s. av. J.-C. : Nikasaretos (201/0), Damatrios I (200/199), Komaddos (199/8), Euklidas (198/7), Kallikles (197/6) et Antiphilos (196/5)

  • 104 Sur les liens prosopographiques du catalogue de Nikasaretos à Hyettos, voir Étienne, Knoepfler 1976(...)

120L’archonte fédéral Nikasaretos (201/0) présente, à Hyettos, de nombreux liens prosopographiques avec les archontes de la fin du iiie s. av. J.-C.104. Le polémarque Kalonikos fils de Klisthenes (SEG 26, 499, l. 5-6) était déjà connu pour avoir exercé trois fois cette charge sous Apollodoros (IG VII 2809, l. 3-4), sous Philon I (IG VII 2813, l. 4-5) et sous Aristomachos II (IG VII 2816, l. 5). Thrasylaidas fils de Kallidamos, qui a été secrétaire des polémarques sous Apollodoros (IG VII 2809, l. 5), est polémarque sous Nikasaretos (SEG 26, 499, l. 7-8) et archonte local sous Theotimos (IG VII 2822, l. 1). Comme le secrétariat des polémarques était une fonction subalterne par rapport aux polémarques, il est probable que Thrasylaidas ai été secrétaire des polémarques avant de devenir lui-même polémarque sous Nikasaretos.

121L’archonte Damatrios I (200/199) figure dans un catalogue militaire de Thespies (I.Thespies 106), un catalogue militaire d’Hyettos (IG VII 2826 ; SEG 26, 518) et dans un catalogue militaire d’Aigosthènes auquel vient s’ajouter un nouveau fragment (IG VII 220, Inscr. 5). Sur le même bloc d’Aigosthènes (Inscr. 5-7) est gravé au-dessous du catalogue de Damatrios I un catalogue de l’archonte Komaddos (199/8) (Inscr. 6), et un de l’archonte Kallikles (Inscr. 7), inconnu par ailleurs.

  • 105 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319 et n. 205 : « Διωνουσόδωρος Καφισοδώρω conscrit sous Hipparchos (IG (...)

122Grâce aux nouveaux catalogues militaires de Chorsiai, nous savons que l’archonte Euklidas précède l’archonte Kallikles attesté pour la première fois dans les nouveaux catalogues militaires de Chorsiai et de Mégare (Inscr. 2 ; 7). Euklidas est connu par un catalogue militaire d’Hyettos (IG VII 2827) qui doit être daté du iie s. av. J.-C. vers la fin des années 180 av. J.-C.105.

123Les nouveaux catalogues militaires de Mégare (Inscr. 1-3) et de Chorsiai (Inscr. 15) montrent que l’archonte Euklidas doit dater du début du iie s. av. J.-C. et non des années 180 av. J.-C. comme on le pensait jusqu’à présent.

124Grâce à ces nouveaux catalogues militaires de Chorsiai et de Mégare (Inscr. 2 ; Inscr. 16), nous connaissons un nouvel archonte, Kallikles (197/6), qui doit aussi dater du début du iie s. av. J.-C.

  • 106 Knoepfler 1992, p. 425, no 27.

125L’archonte fédéral Antiphilos (196/5) appartient aux archontes fédéraux béotiens connu grâce aux témoignages littéraires. Ainsi, Tite-Live (33, 1, 3) le mentionne comme praetor – terme interprété comme archonte fédéral – lors de l’arrivée de Flamininus à Thèbes. Il doit dater de 196 av. J.-C.106.

126L’archonte Ariston doit être, selon toute probabilité, un prédécesseur d’Eumaridas parce qu’à Hyettos, Dionysodoros fils d’Anaxandros, polémarque sous Eumaridas (IG VII 2819), était secrétaire sous Ariston (IG VII 2824). Il est, en effet, difficile d’admettre que quelqu’un qui a déjà été polémarque, puisse devenir simple secrétaire par la suite.

Hippias II (187), Alketas (186), Empediondas

  • 107 Knoepfler 1992, p. 488-489, no 160.

127L’archonte Hippias II est daté de 187 av. J.-C. grâce au témoignage de Polybe (22, 4, 12-13). D. Knoepfler propose de reconnaître cet archonte dans une inscription fragmentaire d’Orchomène107.

128L’archonte Alketas est également connu grâce à Polybe (22, 4, 12-13), ce qui permet de le dater de 186 av. J.-C.

129L’archonte Empediondas date l’importante convention entre Chorsiai et Thisbé (SEG 22, 407 ; Mackil 2013, p. 446, n32), mais il est très difficile à placer précisément en raison de l’absence d’autres documents le concernant. Il doit vraisemblablement dater du début du iie s. av. J.-C.

Eumaridas (début du iie s. av. J.-C.)

  • 108 Müller 2005, p. 36.
  • 109 Robert 1939.

130Le catalogue militaire de Thisbé daté de l’archonte Eumaridas (SEG 3, 354) est gravé au-dessous d’un décret de proxénie pour un citoyen de Pagai. Ce décret date du même archonte local de Thisbé que le catalogue militaire de l’archonte fédéral Eumaridas. Ce rapprochement chronologique est fondé sur le fait que les documents qui encadrent le décret pour le citoyen de Pagai sont datés du même archonte local, Damokleis, comme l’a bien souligné Chr. Müller108. Nous pouvons dès lors dater ce catalogue militaire soit de la période qui précède l’adhésion de la Mégaride au koinon béotien en 224 av. J.-C., soit de la période qui suit la sécession de cette cité probablement en 192 av. J.-C. En revanche, on ne dispose d’aucune attestation sur une éventuelle indépendance ou autonomie de Pagai avant 224 av. J.-C. Ce n’est qu’après 192 av. J.-C. et la sécession de Mégare que l’on a quelques preuves de son autonomie, notamment l’inscription de Pagai rééditée par L. Robert109.

  • 110 Étienne, Knoepfler 1976, p. 329-330, n. 242.
  • 111 CID IV 32 ; 33 ; 34 ; 35 ; 40 ; 56 ; 57.
  • 112 Müller 2005, p. 36.
  • 113 Robert 1939, p. 107-108 = OMS II 1260-1261. Pour une nouvelle datation de ce document, voir Robu 20 (...)
  • 114 Knoepfler 1999a, p. 242, n. 68 : « J’ai correspondu naguère là-dessus avec D. Hennig puis avec R. C (...)
  • 115 Sur cette question, voir aussi le chapitre III sur l’histoire du koinon et notamment la relation en (...)
  • 116 Strabon, 8, 6, 22 : Παγαὶ, τὸ µὲν τῶν Μεγαρέων φρούριον.
  • 117 Freitag 2000, p. 185, n. 988 ; Polybe, 2, 43, 5 ; 20, 6, 8 ; Strabon, 8, 7, 3 ; Plutarque, Vie d’Ar (...)

131Eumaridas se place donc vraisemblablement dans la période qui suit la sécession de Mégare et une éventuelle indépendance ou autonomie de Pagai, soit après 192 av. J.-C. R. Étienne et D. Knoepfler110 ont essayé d’établir une date plutôt haute pour ce document, entre le milieu du iiie s. av. J.-C. et 224, en identifiant notamment le proxène étolien du décret SEG 3, 344, à un hieromnemon étolien daté du milieu du iiie s. av. J.-C.111. Ce lien prosopographique est extrêmement fragile, comme l’a déjà noté Chr. Müller112, car nous ignorons le patronyme du hieromnemon. Faute de pouvoir l’identifier précisément, on ne peut proposer une datation haute du décret pour le citoyen de Pagai. Il faut donc revenir à la question essentielle concernant le statut de Pagai. Il semble que cette cité ait adhéré au koinon béotien en même temps que Mégare, en 224 av. J.-C. Il est très difficile d’envisager que cette petite cité soit restée indépendante ou attachée au koinon achéen, alors que Mégare, au sud, et Aigosthénes, au nord, appartenaient toutes les deux au koinon béotien. Par ailleurs, si l’on ne peut préciser le statut de Pagai dans le cadre du koinon béotien – il s’agissait vraisemblablement d’une kômé de Mégare –, il est en revanche certain qu’après la sécession de Mégare du koinon béotien, Pagai a suivi Mégare. En témoigne, comme nous l’avons déjà souligné, l’inscription IG VII 188-189, rééditée par L. Robert113. Il paraît difficile de suivre D. Knoepfler pour qui Pagai pourrait ne jamais avoir appartenu au koinon béotien114. En effet, Pagai a toujours suivi le sort de Mégare115 dont elle était le port sur le golfe de Corinthe – elle avait une situation hautement stratégique. Le statut de Pagai entre le milieu du iiie s. av. J.-C. jusqu’au début du iie s. av. J.-C. est ambigu. Aucune source n’atteste l’indépendance de cette cité par rapport à Mégare : Pagai n’est évoquée que pour souligner ses liens avec Mégare et la Mégaride116. Les sources auxquelles fait référence Kl. Freitag pour soutenir une éventuelle indépendance de Pagai par rapport à Mégare sont en réalité des arguments ex silentio qui ne prouvent en rien l’indépendance de cette cité117.

132Il résulte que le décret en l’honneur du citoyen de Pagai doit vraisemblablement être postérieur à la sécession de Mégare, à une période où Pagai avait une certaine autonomie – comme le prouve l’inscription IG VII 188-189. L’archonte fédéral Eumaridas doit donc dater de la même période, c’est-à-dire du début du iie s. av. J.-C.

133Cette nouvelle datation permet d’apporter des changements dans la chronologie relative et absolue des archontes fédéraux béotiens de la fin du iiie s. av. J.-C.

  • 118 Étienne, Knoepfler 1976, p. 308-309.

134Sur le même bloc de Thisbé, on trouve aussi un catalogue daté de l’archonte fédéral Hipparchos (SEG 3, 351). Selon R. Étienne et D. Knoepfler, ce catalogue a dû être gravé en dernier après tous les autres textes. Si tel est le cas, il serait donc postérieur au catalogue d’Eumaridas (SEG 3, 353). Comme l’ont déjà démontré R. Étienne et D. Knoepfler118, les deux archontes ont, à Hyettos, un polémarque commun, Simon fils d’Etiarchos (IG VII 2819, l. 3) qui était conscrit sous l’archonte Kallistratos (SEG 26, 498, l. 11). De plus, Krinion fils de Meneis, conscrit sous Kallistratos (SEG 26, 498, l. 15), a un fils, Meneis fils de Krinion, conscrit sous Eumaridas (IG VII 2819, l. 7). Une génération sépare donc Eumaridas de Kallistratos.

  • 119 Étienne, Knoepfler 1976, p. 309.

135Un autre lien prosopographique déjà présenté par R. Étienne et D. Knoepfler119 vient renforcer les datations présentées ci-dessus : Polychares fils de Damocharidas, conscrit sous Kallistratos vers 235 (SEG 26, 498, l. 13) et polémarque sous Philon I (IG VII 2813, l. 5), a un fils Damocharidas fils de Polychares conscrit sous Eumaridas (IG VII 2819, l. 6).

Groupes d’archontes du iie s. av. J.-C. : Kaphisotimos, Agathokles, Kaphisias II et Athanias – Dionysodoros, Agatharchidas, Polystrotos et Lykinos

136Grâce aux inscriptions d’Akraiphia, nous connaissons deux groupes d’archontes datés du iie s. av. J.-C. Le premier est constitué de Kaphisotimos, Agathokles, Kaphisias II et Athanias, qui doivent être datés de ca 190 av. J.-C. Le second est celui de Dionysodoros, Agatharchidas, Polystrotos auxquels il faut maintenant ajouter l’archonte fédéral Lykinos.

  • 120 Sur ce groupe, voir aussi Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.

137Le premier groupe pourrait être appelé le groupe de Kaphisotimos. Ce dernier est connu grâce à des catalogues militaires d’Hyettos (IG VII 2829) et d’Akraiphia (Inscr. 22) et grâce à un nouveau catalogue militaire de Chorsiai (Inscr. 17). Ce dernier indique que Kaphisotimos était un successeur de l’archonte fédéral Kallikles et un prédécesseur de Sostratos. À Akraiphia, le catalogue militaire daté de Kaphisotimos est gravé sur un orthostate qui appartient au socle du monument du héros akraiphiéen Eugnotos (Ma 2005 et Inscr. 22 avec la bibliographie.). Sur le même bloc sont gravés les catalogues militaires des archontes Agathokles (Inscr. 23), Kaphisias (Inscr. 24) et Athanias (Inscr. 25) qui doivent être proches dans le temps. Les liens prosopographiques présentés dans le dossier épigraphique permettent de confirmer ce rapprochement120.

  • 121 Pour la présentation détaillée de ce monument, voir p. 190-196.

138À ce groupe nous pouvons maintenant ajouter, grâce à l’étude des documents conservés au musée de Thèbes, un nouveau groupe d’archontes fédéraux, celui de Dionysodoros (Inscr. 26), Agatharchidas (Inscr. 27), Polystrotos (Inscr. 28) et Lykinos (Inscr. 29). Les catalogues militaires de ces archontes sont gravés sur des blocs qui présentent exactement les mêmes dimensions et caractéristiques. De surcroît, ces blocs ont exactement les mêmes dimensions que les blocs appartenant au monument d’Eugnotos121. Comme nous allons le voir, Lykinos doit appartenir à ce groupe d’archontes et dater du début du iie s. av. J.-C.

Lykinos (ca 180)

  • 122 Feyel 1942a, p. 29-30 ; Feyel 1942b, p. 117 ; Étienne, Knoepfler 1976, p. 311 ; Knoepfler 1992, p.  (...)
  • 123 Huss 2001, p. 381-472.
  • 124 Holleaux 1938, p. 117 ; 118, n. 1.
  • 125 Holleaux 1938, p. 91, n. 2.
  • 126 Feyel 1942a, p. 29.

139La datation traditionnelle de l’archonte fédéral Lykinos en 210-204 av. J.-C.122 – aujourd’hui unanimement acceptée – est fondée sur un lien prosopographique qui, à l’examen, paraît très fragile. En effet, dans l’intitulé du catalogue de vainqueurs, I.Thespies 161, apparaît à côté de l’archonte fédéral Lykinos, l’archonte local de Thespies, Philon. Or, un archonte local Philon, figure également à la fin de l’inscription I.Thespies 62 (Pernin 2014, no 27) qui est un décret relatif à une donation par Ptolémée IV destinée à l’achat et à la location d’une terre sacrée. Ce dernier document, par la présence du couple royal Ptolémée IV Philopator et Arsinoé (222/1-204 av. J.-C.), est daté de 210-203 av. J.-C.123. Dans sa première étude, M. Holleaux avait lui-même suggéré qu’il puisse y avoir deux archontes Philon homonymes ou qu’il puisse s’agir d’un nouveau mandat assumé par la même personne124. Dans une seconde étude, il a pensé pouvoir écarter cette possibilité125. M. Feyel l’a également prise en considération, pour l’écarter dans son Polybe126.

140L’hypothèse de M. Holleaux sur l’archonte Philon a fixé Lykinos à la fin du iiie s. av. J.-C. et a donné naissance à une abondante bibliographie pour justifier, parfois de façon un peu désespérée, la datation de l’archontat de Lykinos. On a cru pouvoir étayer cette datation peu fiable en elle-même par un autre lien prosopographique tout aussi fragile. P. Roesch, en rééditant le catalogue militaire I.Thespies 101, a lu dans l’intitulé la mention de l’archonte fédéral Dionysios et de l’archonte local Lousias. Or, cette lecture, si l’on s’en tient à l’édition de P. Roesch, est extrêmement incertaine. Seule la première partie du nom de l’archonte fédéral est en réalité préservée. Malheureusement, il est aujourd’hui impossible de vérifier la lecture de P. Roesch, parce que la pierre, laissée en plein air pendant des décennies, est très abîmée.

  • 127 Sur cette question, voir l’analyse p. 167, Inscr. 9.
  • 128 M. Holleaux lui-même est revenu deux fois sur ce point en émettant des doutes sur l’identification (...)

141Revenons à présent à la question du lien chronologique entre l’archonte fédéral Lykinos et l’archonte local Philon. Force est de constater que Philon est un nom très banal, et ce non seulement en Béotie mais aussi dans l’ensemble du monde grec. Qui plus est, soit plusieurs archontes pourraient avoir porté le nom de Philon à Thespies à la fin du iiie s. av. J.-C. soit Philon pourrait avoir exercé l’archontat plusieurs fois au cours de cette période – citons, par exemple, I.Thespies 18, Φαείνω ἀρχοντος τῶ πέµπτω127. Cette question a déjà été examinée par M. Holleaux qui, tout en critiquant la datation proposée antérieurement par P. Jamot, a envisagé la possibilité que l’archonte Philon ait été désigné une nouvelle fois comme archonte à une date postérieure128.

Arguments prosopographiques pour la nouvelle date de Lykinos

142La nouvelle datation de l’archonte Lykinos s’accorde avec la datation abaissée de l’archonte Athanodoros parce qu’à la l. 10 du catalogue militaire daté de ce dernier, SEG 37, 385, apparaît le conscrit Lombax fils d’Eudamos. Or, son fils Eudamos fils de Lombax figure dans le catalogue des vainqueurs daté de l’archonte Lykinos, I.Thespies 161, en tant que pyrphoros. Ces inscriptions doivent donc avoir un écart d’environ trente ans, ce qui est possible si l’une est datée de 230-220 et l’autre de 190-180 av. J.-C. La présence d’un Opontien sans l’ethnique fédéral béotien dans le catalogue des vainqueurs paraît dans ce cas justifiée, car Oponte ne faisait vraisemblablement pas partie du koinon à cette période.

  • 129 Pour les liens prosopographiques entre Lykinos et les autres archontes fédéraux des catalogues mili (...)

143Les liens prosopographiques entre les catalogues militaires d’Akraiphia appartenant au groupe d’Agatharchidas prouvent que Lykinos doit être un des derniers archontes de cet ensemble. Comme je l’ai noté dans l’analyse de ces inscriptions dans la partie épigraphique, Aminokleis fils de Themon est secrétaire sous l’archonte fédéral Dionysodoros (Inscr. 26) et polémarque sous Lykinos (Inscr. 29). Lykinos est donc, selon toute probabilité, un successeur de Dionysodoros. Par ailleurs, Philoklidas fils d’Asklapinos, éphèbe sous Agathokleis (Inscr. 23), est secrétaire sous Lykinos (Inscr. 29). Il y a donc au moins dix ans d’écart entre Agathokleis et son successeur Lykinos129.

La date de Lykinos et la fondation d’Antioche du Pyrame en Cilicie

  • 130 Hansen, Nielsen 2004, p. 1219, no 1009.
  • 131 Sur le dossier constitué par L. Robert lors de ses missions en Cilicie, voir D. Feissel, Bull. 2007 (...)
  • 132 Robert 1951, p. 254-259, plus particulièrement p. 258 : « Tarse, Adana, Mopsueste ayant porté des n (...)

144De façon surprenante, la datation haute de l’archontat de Lykinos a eu un impact jusque dans la lointaine Cilicie. On retrouve des ressortissants de la cité cilicienne d’Antioche du Pyrame dans deux catalogues de vainqueurs aux Mouseia de Thespies, I.Thespies 161 et I.Thespies 163. Ces deux catalogues sont visiblement contemporains, car ils comportent exactement les mêmes vainqueurs dans les mêmes disciplines. Le premier est daté de l’archonte fédéral Lykinos et de l’archonte local Philon. La refondation de la cité cilicienne de Magarsos sous le nom d’Antioche du Pyrame a été traditionnellement attribuée à Antiochos III et datée du début du iie s. av. J.-C.130. L. Robert avait l’intention de préparer une étude sur l’histoire de cette région. Il n’a pas pu la mener à son terme, mais en a présenté une esquisse dans une communication à l’Académie des inscriptions et belles lettres en 1951131. En exposant brièvement l’histoire des deux cités Mallos et Magarsos, il est parvenu à la conclusion que Magarsos avait été refondée par Antiochos III après 197 av. J.-C. Cette refondation, accompagnée d’une métonomasie, s’intègre dans l’activité militaire d’Antiochos III menée dans cette région au cours de la cinquième guerre de Syrie. La nouvelle fondation séleucide d’Antioche du Pyrame a vraisemblablement absorbé la cité plus importante de Mallos située plus au nord. L’ethnique Mallotès disparaît au début du iie s. av. J.-C. pour ne réapparaître que vers la fin du siècle132.

  • 133 Savalli-Lestrade 2006, p. 183. Sur cet article, voir aussi les remarques de Ph. Gauthier et de D. F (...)

145I. Savalli-Lestrade est récemment revenue sur cette question pour tenter de prouver que le nom de Magarsos était Antioche du Pyrame dès la fin du iiie s. av. J.-C. Selon elle, cette métonomasie pourrait être le résultat de la campagne d’Antiochos III en 216-213 av. J.-C. contre Achaios133. Toutefois, cette campagne n’a pas touché la Cilicie ; elle est probablement restée limitée à l’intérieur de l’Anatolie.

  • 134 Savalli-Lestrade 2006, p. 181-182. Par conséquent, nous devons admettre qu’Antioche du Pyrame a été (...)
  • 135 BCH 45 (1921), p. 1-85.

146Cette datation se fonde en grande partie sur celle des catalogues des vainqueurs I.Thespies 161 et 163 datant de l’archontat fédéral de Lykinos à la fin du iiie s. I. Savalli a pensé trouver dans la datation du catalogue de Lykinos un argument irréfutable pour une date haute de la métonomasie d’Antioche du Pyrame134. Un autre point de son argumentation repose sur la datation de la grande liste des théarodoques de Delphes135 dans laquelle on retrouve, grâce à une nouvelle lecture de la pierre par J. Ouhlen, mention d’une Antioche après celle de la cité de Mallos. De façon hypothétique, I. Savalli a identifié cette Antioche à Antioche du Pyrame et a daté la fondation de la cité de la fin du iiie s. av. J.-C. Force est de constater que les hypothèses d’I. Savalli se fondent sur des bases extrêmement fragiles et que ses conclusions restent difficiles à admettre.

  • 136 Savalli-Lestrade 2006, p. 183.
  • 137 Will 1982, p. 37-38.

147Elle affirme par exemple qu’à la fin du iiie s. av. J.-C. la cité de Mallos était toujours contrôlée par les Lagides, alors que son port, Magarsos, était sous contrôle séleucide et portait déjà le nom d’Antioche du Pyrame136, ce qui suppose qu’Antiochos III aurait violé de façon flagrante la paix jurée après la bataille de Raphia en 217 av. J.-C.137 avec Ptolémée IV Philopator avant la mort de ce dernier en 204 av. J.-C. – fait qui n’est pas attesté par ailleurs et qui aurait des répercussions très importantes pour l’histoire des royaumes lagide et séleucide.

  • 138 Savalli-Lestrade 2006, p. 165-186, en particulier, p. 238 : « En effet nous avons prouvé que, contr (...)
  • 139 Grainigner 2011, p. 265-271.

148Par conséquent, les fondements de la chronologie proposée par I. Savalli ne me semblent pas solides et la nouvelle datation de l’archontat fédéral de Lykinos rend encore plus incertaine la métonomasie de Magarsos en Antioche du Pyrame dès la fin du iiie s. av. J.-C.138. Pour ma part, je pense donc que la métonomasie de Magarsos en Antioche du Pyrame doit être datée d’après l’expédition victorieuse d’Antiochos III en Cilicie, dans le cadre de la cinquième guerre de Syrie139. Pendant cette expédition, Antiochos III a conquis plusieurs cités de la côte cilicienne appartenant jusqu’alors au royaume lagide : Mallos, Soloi, Anemourion et Arsinoé.

  • 140 Manieri 2009, p. 153-154, Leb. 9. Pour une analyse et une bonne photographie, voir Knoepfler 2008, (...)

149Il existe un autre document béotien qui mentionne Antioche du Pyrame : le catalogue des vainqueurs aux Basileia SEG 3, 368, l. 5140. Toutefois, cette inscription fragmentaire, assez bien datée du début du iie s. av. J.-C., ne permet pas d’établir de liens prosopographiques avec le catalogue de vainqueurs de l’archonte Lykinos.

  • 141 Manieri 2009, p. 154.

150Le citoyen d’Antioche du Pyrame vainqueur aux Basileia pourrait éventuellement être identifié à l’un des Antiochéens du Pyrame attesté dans le catalogue de vainqueurs des Mouseia et daté de l’archontat fédéral de Lykinos. Ce lien, certes fragile, mais probable, a déjà été présenté par A. Manieri141.

151La présence du citoyen d’Antioche du Pyrame permettrait de dater de la décennie 190-180 av. J.-C. le catalogue de vainqueurs de l’archonte fédéral Lykinos, la conquête et la métonomasie de cette cité par Antiochos III après 197 av. J.-C. Grâce aux liens prosopographiques et à la présence d’un Antiochéen du Pyrame, la nouvelle datation abaissée de Lykinos semble certaine. D’autres arguments pourraient être utilisés pour renforcer cette datation.

Argument fondé sur des liens matériels

  • 142 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318-319.
  • 143 Perdrizet 1899b, p. 203.
  • 144 Holleaux 1900, p. 195-196.

152Grâce à la reconstruction d’une base d’Akraiphia qui comprend, répartis sur trois blocs, des catalogues militaires datés des archontes Polystrotos (Inscr. 28), Dionysodoros (Inscr. 26), Agatharchidas (Inscr. 27) et Lykinos (Inscr. 29), nous pouvons intégrer Lykinos à ce groupe d’archontes et le dater du début du iie s. av. J.-C. (190-180 av. J.-C.)142. Cette proposition avait déjà été faite dans l’editio princeps du catalogue militaire d’Akraiphia, par P. Perdrizet143, mais ce dernier l’a traité de façon sommaire. Ses remarques se fondaient sur les liens matériels entre les blocs portant les catalogues militaires datés des archontats de Lykinos et de Dionysodoros, Agatharchidas et Polystrotos. Cette proposition a ensuite été rejetée par M. Holleaux144.

Conséquence chronologique de la nouvelle datation de Lykinos

  • 145 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318-319.

153Cette nouvelle datation a une conséquence directe sur celle des Mouseia de Thespies. Il apparaît clairement sur les listes des documents relatifs à ce concours que la datation traditionnelle de Lykinos creusait un écart chronologique important de trente ans entre l’inscription I.Thespies 161 (Le Guen 2001, I, p. 147-149, no 23A) où apparaît Lykinos, daté jusqu’à maintenant de ca 210-203 et le catalogue qui le suit chronologiquement I.Thespies 165 (Le Guen 2001, I, p. 150-151, no 23B), postérieur à la dissolution du koinon. Si l’on abaisse la chronologie de Lykinos, on obtient une continuité chronologique plus cohérente dans les témoignages épigraphiques des Mouseia. L’archonte Lykinos doit donc être intégré au groupe d’Agatharchidas145 et dater des années 180 av. J.-C.

  • 146 Nous ne pouvons pas suivre la chronologie proposée par D. Knoepfler dans Knoepfler 1996, p. 160 et  (...)

154Dans le catalogue (I.Thespies 161) daté de l’archonte fédéral Lykinos et de l’archonte local Philon, Ariston est agonothète pour la deuxième fois. L’écart chronologique entre la réorganisation du concours et le catalogue daté de Lykinos doit donc être suffisamment long pour qu’il ait pu être deux fois agonothète. Il y a donc une distance chronologique importante entre la réorganisation des Mouseia au dernier quart du iiie s. et le catalogue I.Thespies 161. L’archontat de Lykinos ne peut pas être utilisé en tant que terminus pour calculer la date de la réforme des Mouseia. Cette interprétation des données chronologiques conduit à penser que la réforme des Mouseia doit être postérieure à 220 av. J.-C. Il faudrait suivre M. Feyel selon lequel la réforme a du être précédée d’une démarche des Thespiens auprès du roi Ptolémée IV Philopator et de la reine Arsinoé III, suffisamment âgés et puissants pour intervenir en faveur de la cité de Thespies et de son concours146. Malheureusement, les lettres royales I.Thespies 152, 153 et 154 (Manieri 2009, Thes. 15) qui doivent émander de Ptolémée IV et Arsinoé III sont trop mal préservées pour que nous puissions arriver à des conclusions certaines.

  • 147 Sur la date d’Athanodoros et de la stèle des gyai, voir p. 21-22.

155Enfin, l’abaissement de la datation de Lykinos, d’Athanodoros et par conséquent de la grande stèle des gyai I.Thespies 56147, nous amène à une datation plus basse pour plusieurs documents de Thespies relatifs aux Mouseia – notamment les baux I.Thespies 54 (Pernin 2014, no 24) où, aux l. 25-27, figure la mention du sacrifice des Mouseia pentétériques, qui doivent être datés de l’extrême fin du iiie s. av. J.-C.

Autres liens prosopographiques probables

  • 148 Bardani 1987.
  • 149 Knoepfler 2004, p. 1265 : « La date approximative du nouveau catalogue, vers 125-120, ne fournit, b (...)

156Il existe un lien prosopographique fragile mais probable entre le catalogue de vainqueurs aux Mouseia daté de l’archonte fédéral Lykinos (I.Thespies 161) et un catalogue de proxènes et bienfaiteurs provenant de Thèbes publié par V. Bardani (SEG 37, 388)148. Ce dernier catalogue enregistre les représentants des cités étrangères qui sont venus à Thèbes pour participer à la première célébration d’un concours dont le nom est perdu à cause de l’état fragmentaire de l’inscription. Parmi les représentants des cités étrangères, on retrouve un Opontien qui porte le nom Armodios, mais dont le patronyme n’est pas conservé. Il s’agit probablement du fils d’Agathias, fils d’Armodios d’Oponte, qui apparaît dans le catalogue de vainqueurs aux Mouseia, I.Thespies 161, daté de l’archonte fédéral Lykinos. Ce catalogue, comme nous l’avons déjà vu, date de ca 180 av. J.-C. Or, si nous trouvons mention ici du fils du vainqueur, le catalogue des proxènes doit dater vraisemblablement de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. et la fête célébrée pour la première fois pourrait par là-même être identifiée aux Rômaia149. Cette période sortant du cadre chronologique de notre enquête, nous reviendrons sur cette identification dans une autre étude.

Autres archontes du iie s. av. J.-C. probablement postérieurs à 190 av. J.-C.

157L’archonte Sostrotos date un catalogue militaire de Chorsiai (IG VII 2390), mais il est également très difficile à dater. Grâce au lien prosopographique entre le nouveau catalogue militaire de Chorsiai datant de l’archonte fédéral Kaphisias et le catalogue militaire de Chorsiai qui date de Sostrotos, nous pouvons le placer avec une forte probabilité au début du iies. av. J.-C. L’archonte Astias est connu par un acte d’affranchissement de Lébadée (IG VII 3083, fig. 12) qui exceptionnellement mentionne l’archonte fédéral. J’ai pu examiner cette inscription au musée de Chéronée et la chronologie traditionnelle du début du iie s. av. J.-C. semble se confirmer.

158L’archonte Dorotheos date l’inscription fragmentaire d’Oropos, I.Oropos 323, aujourd’hui perdue, dont la datation est incertaine. Il doit probablement être placé au iie s. av. J.-C.

159Nous connaissons Eureas grâce à un acte d’affranchissement de Delphes (SGDI II 1872) daté de 177 av. J.-C. où il est présenté comme stratège des Béotiens. Or, cette mention est considérée comme une interprétation erronée du titre de l’archonte fédéral béotien.

160Un autre archonte connu grâce aux témoignages littéraires est Hismenias II, le malheureux archonte de l’année 171 av. J.-C. qui a vainement essayé de sauver le koinon béotien (Tite-Live, 42, 43-44).

Nouvel ordre chronologique des archontes fédéraux de la période 250-171 av. J.-C.

ca 290-280 231/0 Ameinichos
Triax 230/29 Euergos
Aischrondas 229/8 Protomachos
Eumeilos 228/7 Dorkylos
Philokomos (probablement 287 av. J.-C.) 227/6 Athanodoros
226/5 Kteisias
225/4 Aristomachos I
280-260 224/3 Kaphisias I
Aischrion ca 270 223/2 Onasimos
Eraton 222/1 Hippias I
Pistolaos 221/0 Potidaichos
Olympichos  220/19 Andronikos
[– – –]nikos 219/8 Charilaos
218/7 Mnason
ca 255-245 217/6 Aristokleis
Hismenias I 216/5 Theotimos
Achelon 215/4 Nikias
Kalliteles 214/3 Damophilos
Kapon 213/2 Apollodoros
Ptoi[– – –] 212/1 Soteirichos
Daotimos 211/0 Philon I
Glaukias 210/09 Hipparchos
Xenon de Thèbes 209/8 Nikon
Lysimnastos 208/7 Aristomachos II
Phryniskos 207/6 Philon II
206/5 Dionysios
ca 245-235 205/4 Straton
Samias 204/3 Philoxenos
Arsiphrondas 203/2 Artylaos
Charidamos 202/1 Charopinos II
Dion 201/0 Nikasaretos
Pampirichos 200/199 Damatrios I
Charopinos I 199/8 Komaddos
235/4 Kallistratos 198/7 Euklidas
234/3 Euangelos 197/6 Kallikles
233/2 Antigon 196/5 Antiphilos
232/1 Hermaios Kaphisotimos
Ariston Sostrotos
Hippias II Polystrotos
Alketas Lykinos
Kriton
Empediondas Après 180
Eumaridas Damatrios II
Sostrotos
Après 190 Strotophantos
Agathokles Kapon II
Kaphisias II Astias
Athanias Dorotheos
Dionysodoros 177 Eureas
Agatharchidas 171 Hismenias I

Catalogue alphabétique des archontes fédéraux et leurs témoignages

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Ἀγαθαρχίδας 1) IG VII 2823, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
2) Perdrizet 1899b, p. 193, no 2, Akraiphia, catalogue militaire (Inscr. 27)
190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 316, 318
Ἀγαθοκλεῖς 1) I.Oropos 210 (IG VII 4262), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) Perdrizet 1899b, p. 199, no 7, Akraiphia, catalogue militaire, peltophores (Inscr. 23)
3) I.Thespies 102, Thespies (le nom de l’archonte est fragmentaire)
190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318 ; Knoepfler 1992, p. 468, no 98
Ἀθανίας Perdrizet 1899b, p. 197, no 5, Akraiphia, catalogue militaire (Inscr. 25) 190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318
Ἀθανόδωρος SEG 37, 385, Thespies, catalogue militaire 227/6 Knoepfler 1992, p. 428-429, no 35
Αἰσχρίων I.Oropos 21, Oropos-Amphiareion, décret de proxénie (Inscr. 8) ca 270 Étienne, Knoepfler 1976, p. 326, n. 227
Αἰσχρώνδας IG VII 2724b, Akraiphia-Ptoion, dédicace fédérale 290-280 Knoepfler 1992, p. 450-452, no 75
Αἰσχύλος SIG3 366 ca 275 Knoepfler 2007
Ἀλκέτας Polybe, 22, 4, 12-13 ca 190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320, n. 207
Ἀµείνιχος I.Oropos 68, Oropos-Amphiareion, décret de proxénie 231/0 Étienne, Knoepfler 1976, p. 287, 300
Ἀνδρόνικος 1) IG VII 214, Aigosthènes, catalogue militaire
2) Wilhelm 1897, Lébadée
219/8 Étienne, Knoepfler 1976, p. 301, 337
Ἀντίγων I.Oropos 49 (IG VII 280), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie fédéral 233/2 Étienne, Knoepfler 1976, p. 296
Ἀντίφιλος Tite-Live, 33, 1, 3 195/4 Knoepfler 1992, p. 425, no 27
Ἀπολλόδωρος 1) I.Oropos 69 (IG VII 246), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 70 (IG VII 392), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) IG VII 2809, Hyettos, catalogue militaire
213/2 Étienne, Knoepfler 1976, p. 271, 287

161 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Ἀριστοκλεῖς 1) IG VII 28, Mégare, catalogue militaire
2) IG VII 217, Aigosthènes, catalogue militaire
3) I.Thespies 102, Thespies, catalogue militaire (l’attribution de ce catalogue dépend de la restitution du nom de l’archonte fédéral)
4) Le nom de l’archonte Aristokleis pourrait être restitué dans le catalogue militaire d’Akraiphia Inscr. 21 (SEG 3, 361) grâce à une nouvelle lecture
217/6 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302, 303
Ἀριστόµαχος I 1) IG VII 2810 (SEG 26, 502), Hyettos, catalogue militaire, peltophores 225/4 Étienne, Knoepfler 1976, p. 292
Ἀριστόµαχος II 1) IG VII 2816, SEG 26, 508
2) I.Oropos 152 (IG VII 254), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
208/7 Étienne, Knoepfler 1976, p. 306, 316, 319
Ἀρίστων IG VII 2824, Hyettos, catalogue militaire 200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319
Ἀρσιφρώνδας I.Thespies 93, Thespies, catalogue militaire 240-235 Knoepfler 1992, p. 426, no 31
Ἀρτύλαος 1) I.Oropos 200 (IG VII 307), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 201 (IG VII 291), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) I.Oropos 202 (IG VII 292), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
4) IG VII 2812 (SEG 26, 504), Hyettos, catalogue militaire
5) Inscr. 1, catalogue militaire inédit de Mégare
6) AD 25, 1970, Μελ. 127, 1 ; BCH 102, 1978, p. 381-393a
203/2 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315
Ἀστίας IG VII 3083, Lébadée, acte d’affranchissement (fig. 13) 180-172 Knoepfler 1992, p. 486, 152
Ἀχέλων IG VII 2724c, Akraiphia, dédicace fédérale 255-245 Knoepfler 2001b, p. 15-16
Γλαυκίας Te Riele 1975, p. 77, no 1, Kopai, catalogue militaire 255-245
Δαµάτριος I 1) IG VII 2825, Hyettos, catalogue militaire. 2) IG VII 220, Aigosthènes, catalogue militaire (Inscr. 5) 200/199 Étienne, Knoepfler 1976, p. 316
a. . Il s’agit probablement d’un archonte local de Thèbes.

162 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Δαµάτριος II 1) I.Thespies 106, Thespies, catalogue militaire
2) IG VII 2826 (SEG 26, 518), Hyettos, catalogue militaire
180-172 Étienne, Knoepfler 1976, p. 316
Δαµόφιλος 1) I.Oropos 92 (IG VII 352), Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie
2) I.Oropos 93, Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) IG VII 3180, Orchomène, catalogue militaire
214/3 Étienne, Knoepfler 1976, p. 271, 302
Δαότιµος I.Thespies 89, Thespies, catalogue militaire 255-245
Διονύσιος 1) I.Oropos 175 (IG VII 298), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie pour un philos de Ptolémée IV (fig. 10)
2) I.Oropos 176 (IG VII 252), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) I.Oropos 177 (IG VII 296), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
4) IG VII 2817, Hyettos, catalogue militaire
5) I.Thespies 101 (IG VII 1755), catalogue militaire, Thespies, l’attibution de ce catalogue à Dionysios est incertaine
206/5 Étienne, Knoepfler 1976, p. 265, 305, 312, 316
Διονυσόδωρος Perdrizet 1899b, n1, Akraiphia, catalogue militaire, le bloc sur lequel le catalogue est inscrit appartient au monument de l’archonte fédéral Lykinos (Inscr. 26) 190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318
Δίων I.Oropos 130, Amphiareion-Oropos, décret de proxénie 245-235 Étienne, Knoepfler 1976, p. 313
Δορκύλος 1) IG VII 2716, Akraiphia, catalogue militaire, thyréaphores (Inscr. 20)
2) Sur la même stèle que le décret d’Orchomène daté du même archonte (Inscr. 33)
3) Orchomène, catalogue militaire inédit (Inscr. 35)
228/7 Étienne, Knoepfler 1976, p. 269, 318 n. 200
Δωρόθεος I.Oropos 323, décret d’Oropos 180-172 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320
Ἐµπεδιώνδας SEG 3, 342 (Mackil 2013, p. 446-448, no 32), convention entre Chorsiai et Thisbé 200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320
Ἐράτων IG VII 2858, décret fédéral de proxénie, Coronée 280-260 Étienne, Knoepfler 1976, p. 270
Ἑρµάϊος I.Oropos 66, décret de proxénie, Oropos-Amphiareion 232/1 Étienne, Knoepfler 1976, p. 287, 300
Εὐάγγελος I.Oropos 147 (IG VII 322), décret de proxénie, Oropos-Amphiareion 234/3

163 

Archonte Témoignages Date Bibliographiee
Εὔεργος 1) I.Oropos 121 (IG VII 237), décret de proxénie, Oropos-Amphiareion
2) I.Oropos 122 (IG VII 240), décret de proxénie, Oropos-Amphiareion
3) SEG 30, 449A ; SEG 41, 469 = Knoepfler 1992, 492-494, no 167, Orchomène, catalogue militaire, sur la même stèle que le catalogue militaire daté de l’archonte fédéral Protomachos
230/29 Étienne, Knoepfler 1976, p. 309 ; Knoepfler 1992, p. 494, no 168
Εὐκλίδας 1) IG VII 2827, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
2) Inscr. 3, nouveau catalogue de Mégare
3) Inscr. 15, nouveau catalogue de Chorsiai
198/7 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319
Εὐµαρίδας 1) IG VII 2819, Hyettos, catalogue militaire
2) SEG 3, 353, Thisbé, catalogue militaire
200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 307
Εὔµειλος IG VII 2724, Akraiphia, dédicace fédérale 290-280 Knoepfler 2001, p. 15-16
Εὐρέας SGDI 1872 177 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320, n. 207
Θεότιµος 1) I.Oropos 87 (IG VII 310), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 88 (IG VII 312), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) IG VII 218, Aigosthènes, catalogue militaire
4) IG VII 2822, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
216/5 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302, 304, 310, 314
Ἵππαρχος 1) I.Oropos 125, Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 126 (IG VII 295), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) I.Oropos 127 (IG VII 261), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
4) IG VII 2814, Hyettos, catalogue militaire
210/09 Étienne, Knoepfler 1976, p. 307
Ἱππίας I 1) IG VII 211, Aigosthènes, catalogue militaire
2) Inscr. 12, Chorsiai, catalogue militaire inédit
222/1 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302
Ἱππίας II 1) Polybe, 22, 4, 12-13.
2) Selon D. Knoepfler (Knoepfler 1992, p. 488-489, no 160), on pourrait avoir une attestation épigraphique d’Hippias II à Orchomène
200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320, n. 207
Ἱσµηνίας I I.Thespies 88, Thespies, catalogue militaire 255-245 Étienne, Knoepfler 1976, p. 317, n. 197 ; p. 320, n. 207

164 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Ἱσµηνίας II Tite-Live, 42, 43, 9 171 Étienne, Knoepfler 1976, p. 317, n. 197 ; p. 320, n. 207
Καλλικλῆς 1) Inscr. 2, catalogue inédit de Mégare
2) Inscr. 7, catalogue inédit d’Aigosthènes
3) Inscr. 16, catalogue inédit de Chorsiai
197/6
Καλλίστρατος SEG 26, 498, Hyettos, catalogue militaire 235/4 Étienne, Knoepfler 1976, p. 269, 285, 305
Καλλιτέλης SEG 23, 290, Coronée, décret fédéral de proxénie 255-245 Étienne, Knoepfler 1976, p. 326, n. 227
Κάπων ? SEG 23, 291, Coronée, décret fédéral de proxénie. À cause de l’état fragmentaire de la pierre, il n’est pas certain qu’il s’agisse du nom d’un archonte fédéral 255-245 Étienne, Knoepfler 1976, p. 326, n. 227
Καφισίας I 1) I.Oropos 75 (IG VII 302), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) IG VII 209, Aigosthènes, catalogue militaire
3) Inscr. 11, catalogue militaire inédit de Chorsiai
224/1 Étienne, Knoepfler 1976, p. 286, 300, 302 ; p. 317, n. 197
Καφισίας II 1) IG VII 2818, Hyettos, catalogue militaire (fig. 13)
2) Perdrizet 1899b, p. 197, no 4, Akraiphia, catalogue militaire (Inscr. 24)
190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 316 ; p. 317, n. 197 ; p. 318
Καφισότιµος 1) IG VII 2829, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
2) Perdrizet 1899b, p. 198, no 6, Akraiphia, catalogue militaire (Inscr. 22)
3) Inscr. 17, nouveau catalogue militaire de Chorsiai
ca 194/3 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319
Κόµαδδος IG VII 221, Aigosthènes, catalogue militaire + nouveau fragment (Inscr. 6) 199/8 Étienne, Knoepfler 1976, p. 316
Κρίτων SEG 26, 500, Hyettos, catalogue militaire 200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320, 402
Κτεισίας 1) IG VII 2830, Hyettos, catalogue militaire
2) IG VII 3173, Orchomène, fragment d’une convention financière avec un inconnu
3) IG VII 3174, Orchomène, catalogue militaire
4) IG VII 4172, Anthédon, catalogue militaire, peltophores
226/5 Étienne, Knoepfler 1976, p. 284, 292 ; Knoepfler 1992, p. 488, no 160

165 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Λυκῖνος 1) I.Thespies 161, Thespies, catalogue des vainqueurs aux Mouseia
2) Perdrizet 1899b, p. 200-201, no 8, Akraiphia, catalogue militaire (Inscr. 29)
ca 180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 311 ; Knoepfler 1992, p. 426-427, no 32 ; Knoepfler 1996, p. 156-160
Λυσίµναστος IG VII 1672, Platées, dédicace fédérale 255-245
Μνάσων 1) IG VII 216, Aigosthènes, catalogue militaire
2) IG VII 2724d, Akraiphia, dédicace fédérale
218/7 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302
Νικασάρετος 1) I.Oropos 129 (IG VII 299), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) SEG 26, 499, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
201/0 Étienne, Knoepfler 1976, p. 312
Νικίας 1) I.Oropos 74, Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) IG VII 2821, Hyettos, catalogue militaire
215/4 Étienne, Knoepfler 1976, p. 304 ; Knoepfler 1992, p. 426, no 29
Νίκων 1) I.Oropos 151 (IG VII 251), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) IG IX 12, 5, 1865, Halai, catalogue des magistrats religieux
209/8 Étienne, Knoepfler 1976, p. 306
Ξένων I.Thespies 287, Thespies, dédicace fédérale aux Muses héliconiennes 255-245
Ὀλύµπιχος SEG 27, 60, Onchestos, décret fédéral de proxénie 280-260 Étienne, Knoepfler 1976, p. 326, n. 227
Ὀνάσιµος 1) IG VII 219, Aigosthènes, catalogue militaire
2) IG VII 3172, Orchomène, décret, affaire de Nikaréta (fig. 7)
3) IG VII 3179, Orchomène, catalogue militaire (fig. 7)
4) IG VII 3180, Orchomène, suite du catalogue militaire précédent
223/2 Étienne, Knoepfler 1976, p. 271, 294, 302, 310
Παµπείριχος 1) I.Oropos 32, Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie (fig. 3)
2) I.Oropos 34 (IG VII 4261), Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie (fig. 2)
3) I.Oropos 36, Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie
4) I.Oropos 37 (IG VII 4260), Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie (fig. 4)
5) W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography II, Berkeley-Los Angeles, 1969, 88 ; J. et L. Robert, Bull. 1969, 299 ; D. Knoepfler, Bull. 2006, 194
240-235 Étienne, Knoepfler 1976, p. 288
Πιστόλαος SEG 32, 476, Onchestos, décret fédéral de proxénie 280-260 Knoepfler 2000, p. 353-355
Πολύστροτος Perdrizet 1899b, p. 195-196, no 3, catalogue militaire 190-180 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319

166 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Ποτιδάϊχος 1) I.Oropos 84 (IG VII 308), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) IG VII 27, Mégare, catalogue militaire
3) IG VII 212, Aigosthènes, catalogue militaire
4) IG VII 2820, Hyettos, catalogue militaire
5) Catalogue militaire inédit de Chorsiai (Inscr. 13)
221/0 Étienne, Knoepfler 1976, p. 303, 317 ; Knoepfler 1992, p. 425, no 28
Πρωτόµαχος 1) I.Oropos 128 (IG VII 245), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) IG VII 3178, Orchomène, catalogue militaire
229/8 Étienne, Knoepfler 1976, p. 287, 294, 300, 309 ; Knoepfler 1992, p. 494, no 168
Πτωι[- - -] SEG 23, 292, Itonion-Coronée, décret fédéral de proxénie 255-245 Étienne, Knoepfler 1976, p. 326, n. 227
Σαµίας IG VII 3207, Orchomène, dédicace fédérale 245-235 Étienne, Knoepfler 1976, p. 294, autre date proposée par Knoepfler 1992, p. 429
Στράτων 1) I.Oropos 181 (IG VII 276), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 183 (IG VII 304), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) I.Oropos 184 (IG VII 293), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
4) I.Oropos 186 (IG VII 253), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
5) I.Oropos 187 (IG VII 256 + 408), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
6) I.Oropos 324 (IG VII 303), Oropos-Amphaireion, décret de proxénie
205/4 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315
Στροτόφαντος ? 1) IG VII 2719, Akraiphia, catalogue militaire, le nom de l’archonte fédéral datant ce catalogue est très mutilé, ce qui pourrait mettre en doute l’existence même de cet archonte
Σώστροτος IG VII 2390, Chorsiai, catalogue militaire 200-190 Étienne, Knoepfler 1976, p. 320
Σωτείριχος I.Thespies 95, Thespies, catalogue militaire 212/1 Knoepfler 1992, p. 470, no 101
Τρίαξ IG VII 2724a, Akraiphia-Ptoion, dédicace fédérale 290-280 Knoepfler 2001b, p. 15-16
Φιλόκωµος 1) IG VII 2723, Akraiphia-Ptoion, dédicace fédérale
2) IG VII 3175, Orchomène, catalogue militaire
3) SEG 28, 461, convention entre les cavaliers d’Orchomène et de Chéronée
290-280 Knoepfler 2001b, p. 15-16
Φιλόξενος 1) I.Oropos 196 (IG VII 289), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 197 (IG VII 290), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) IG VII 2811, Hyettos, catalogue militaire
204/3 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315

167 

Archonte Témoignages Date Bibliographie
Φίλων I 1) I.Oropos 71 (IG VII 247), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 72(IG VII 300), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) IG VII 2813, Hyettos, catalogue miltaire
211/0 Étienne, Knoepfler 1976, p. 285, 300 ; p. 317, n. 197
Φίλων II 1) I.Oropos 172 (IG VII 273), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
2) I.Oropos 173 (IG VII 278), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
3) I.Oropos 174 (IG VII 255), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
4) I.Oropos 178 (IG VII 274), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie
5) IG VII 2815, Hyettos, catalogue militaire, peltophores
6) IG IX 12, 5, 1864, Halai, catalogue des magistrats religieux
7) Catalogue militaire de Chorsiai (Inscr. 14)
207/6 Étienne, Knoepfler 1976, p. 305, 306 ; p. 317, n. 197
Φρουνίσκος Roesch 1970, p. 146, no 3, Platées (?), catalogue militaire 255-245 Étienne, Knoepfler 1976, p. 283
Χαρίδαµος I.Oropos 60 (IG VII 239), Oropos-Amphiareion, décret de proxénie 245-235 Étienne, Knoepfler 1976, p. 296
Χαρίλαος IG VII 215, Aigosthènes, catalogue militaire 219/8 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302
Χαροπῖνος I 1) I.Oropos 41, Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie
2) I.Oropos 44 (IG VII 393), Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie
3) I.Oropos 43 (IG VII 4259), Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie (fig. 5)
240-235 Étienne, Knoepfler 1976, p. 288 ; Knoepfler 1992, p. 426, no 30
Χαροπῖνος II 1) I.Oropos 45, Oropos-Amphiareion, décret fédéral de proxénie
2) I.Thespies 98, Thespies, catalogue militaire
3) IG VII 3068, Lébadée, catalogue militaire
202/1
Archontes au nom fragmentaire
[– – –]νικος I.Thespies 91, Thespies, catalogue militaire 280-260
[– – –]λεις I.Thespies 102, Thespies, catalogue militaire (voir Ἀριστοκλεῖς) 200-190
[– – –]τ̣εις I.Thespies 105, Thespies, catalogue militaire 180-170

Notes

1 IG VII 2723 ; 2724 ; 2724a ; 2724b.

2 Holleaux 1895b ; Holleaux 1897.

3 Van Gelder 1901.

4 Perdizet 1898 ; Perdizet 1899a ; Perdizet 1899b ; Perdizet 1900.

5 Ma 2005.

6 Guarducci 1930.

7 Barratt 1932.

8 Feyel 1942a.

9 Feyel 1942b.

10 Étienne, Knoepfler 1976.

11 Knoepfler 1992.

12 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980.

13 Habicht 1987 ; Habicht 1993.

14 Gossage 1975.

15 Müller 2005 ; voir plus récemment Müller 2014.

16 Schachter 2007.

17 Voir les critiques de Kalliontzis 2016.

18 Holleaux 1895b, p. 183-197.

19 Voir ci-dessous p. 35-40.

20 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.

21 Beloch 1906.

22 Feyel 1942a, p. 20-29.

23 Étienne, Knoepfler 1976, p. 269-284.

24 Müller 1997, p. 98-99, et Vottéro 1987.

25 Étienne, Knoepfler 1976, p. 273-280.

26 Étienne, Knoepfler 1976, p. 274.

27 Pour un cas à Hyettos, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 274 : « À Hyettos sous Philôn I (IG VII 2813) Proppidas fils de Damoxenos est secrétaire quand son père Damoxenos fils de Proppidas est polémarque (ou l’inverse, mais c’est très improbable) », et notamment leurs remarques p. 277.

28 Voir I.Thespies 3 ; 4 ; 5 ; 6-8 ; 7 ; et p. 185 pour Akraiphia.

29 Mylonopoulos 2014 ; 2015.

30 Voir les travaux de G. Vottéro, Vottéro 1998 et Vottéro 2001.

31 Étienne, Knoepfler 1976.

32 Inscr. 20 ; 30.

33 Aigosthènes, IG VII 209-218 ; Mégare, IG VII 27-28 ; voir aussi Inscr. 1-7.

34 I.Thespies 88-120.

35 Sur cette série, voir notamment Fossey 1974 ; Fossey 1982 et Knoepfler 1992, p. 488-496.

36 Knoepfler 1992.

37 Un tableau qui reprend toutes les données prosopographiques de ces bases est donné par Gullath 1982, p. 51.

38 Knoepfler 2001b, p. 15-16 ; Knoepfler 2014, p. 79-80.

39 Knoepfler 2001b, p. 22, n. 47.

40 Knoepfler 2007, p. 1253.

41 Pour une analyse des répercussions historiques de cette datation, voir le chapitre III p. 128-134.

42 SEG 32, 476 (Pistolaos), et SEG 27, 60 (Olympichos), pour des photographies de ces décrets voir Roesch 1982, pl. XVI.

43 Knoepfler 2001c, p. 351-355.

44 Étienne, Knoepfler 1976, p. 317, n. 97.

45 Knoepfler 1992, p. 428, no 35 : « L’archontat d’Hismenias est désormais solidement arrimé par le fait que deux conscrits dans le catalogue SEG 3, 333 ont des fils également conscrits sous Athanodôros une trentaine d’années séparent ainsi celui-ci d’Hisménias, qui doit dès lors dater de ca 265 (ce qui confirme l’estimation de Roesch 2009, 341, “antérieur à 260”, la date retenue dans Hyettos 350 d’après Feyel soit ca 250 était un peu basse ».

46 Étienne, Knoepfler 1976, p. 283, n. 51.

47 Knoepfler 1992, p. 429 : « Même chose en ce qui concerne l’archonte fédéral Samias de Thèbes, puisque l’aphédriate thespien dans la dédicace d’Orchomène IG VII 3207 est conscrit sous Athanodoros : c’est la preuve que Samias ne date pas, comme le croyait M. Feyel (suivi ici encore par Roesch), d’avant 236, mais au plus tôt de ca 230 (cf. Hyettos 294-295, où l’approximation “240-230” est à rectifier vers le bas) ».

48 Tataki 1998, p. 171 no 15 ; A. Plassart, BCH 45, 1945, p. 17 III, l. 55-56 et p. 43 ; cf. G. Daux, REG 62, 1949, p. 12-27, avec les remarques d’A. Chaniotis, SEG 47, 494.

49 Comme l’a remarqué A. Chaniotis, SEG 47, 490, voir aussi Paschidis 2008, p. 308, n. 8.

50 Knoepfler 1992, p. 494, 168 : « Mais, elle n’empêche nullement, en revanche, de mettre nos deux archontes un peu avant la séquence des éponymes attestés à Aigosthènes (224-216), car les trois polémarques d’Orchomène sous Prôtomachos se retrouvent comme garants l’année même d’Onasimos (IG VII 3172 VI A, 10-15). À Oropos d’autre part, Euergos est lié de très près à l’archonte Charidamos, qui se situe aux alentours de 230 (Hyettos 296 et 350). Sur la base des inscriptions d’Amphiareion on peut proposer finalement la succession Charidamos-Euergos-Hermaios-Prôtomachos (vers 230-226, l’archonte de 225 étant probablement Nikias) en faisant l’économie d’une hypothèse un peu compliquée à propos de la gravure de ces documents ».

51 Voir ci-dessous p. 17 et le chapitre III p. 135-138 sur les liens entre Mégare et le koinon béotien.

52 Grâce à une photographie prise par M. Feyel, conservée dans les archives de l’EFA, nous pouvons restituer le nom de Pampirichos dans le décret fédéral fragmentaire W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography II, Berkeley-Los Angeles, California University Press, 1969, 88 (J. et L. Robert, Bull. 1969, 299 ; D. Knoepfler, Bull. 2006, 194). Dans ce décret, seule la désinence du nom de l’archonte ftrédéral est préservée [– – –]ρ̣ιχος. Nous avons donc le choix entre les archontes fédéraux Pampirichos (ca 238 av. J.-C.) et Soteirichos (212 av. J.-C.). La forme des lettres qui est élégante et classique nous permet d’attribuer ce décret à Pampirichos.

53 Pour les différentes datations de cet archonte, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 288-292.

54 Roesch 1965, p. 91-92 : « Il faut je crois, distinguer deux archontes fédéraux Charopinos, l’un entre 220 et 210 environ, l’autre vers 190. Peut-être le premier est-il le même que l’archonte thespien Charopinos qui, en 226 ou 225, a succédé à Eudamos et a précédé Thrasymachos et Nikon ».

55 Roesch 1965, p. 89-92.

56 Étienne, Knoepfler 1976, p. 288-292.

57 Feyel 1942a, p. 61-68 ; Barratt 1932, p. 100-104.

58 Habicht 1987, p. 94-95.

59 Phénomène déjà rémarqué par Barratt 1932, p. 102-103, qui n’a pas pu l’interpréter correctement. Sur ces phénomènes dialectaux, voir Vottéro 2014, p. 242-243.

60 Feyel 1942a, p. 62 : « M. Holleaux observait déjà qu’un des textes de l’archontat de Charopinos (IG 4259 = DGE 449) était gravé στοιχηδὸν (REG X, 1897, 178, n. 1 = E.E.H., I, 61, n. 4.), sur une stèle » ; Knoepfler 2001, p. 43, n. 92 ; Beloch 1927, p. 432-433.

61 Étienne, Knoepfler 1976, p. 74.

62 Étienne, Knoepfler 1976, p. 293 : « Il s’agit sûrement ici des mêmes hommes : ce qui est vrai dans ce cas ne le serait-il pas dans l’autre ? À notre avis, des catalogues ayant deux magistrats en commun doivent par principe et sauf preuve du contraire, être considérés comme voisins dans le temps ».

63 Müller 2010.

64 Sur la famille de Neon, voir Paschidis 2008, p. 319-323.

65 Feyel 1942a, p. 47-48 : « Cet archonte figure en tête du catalogue d’Akraiphia IG VII 2716, lequel est encore un catalogue de θυρεαφόροι, non de πελτοφόραι. Les adjectifs patronymiques y sont en usage, mais seulement auprès des noms de magistrats (polémarques, secrétaire). Des liens prosopographiques l’unissent à des catalogues qui datent de l’époque 185-172 (archontats de Kaphisotimos II, Agatharchidas) de telle sorte qu’il paraît leur être antérieur de deux ou trois générations ; on le placerait donc volontiers vers 245. D’autre part, le polémarque d’Akraiphia, Argilios Laonikios (IG VII 2716) est sans doute le petit-fils d’Ἀργιλίας Λαονίκιος, lequel figure parmi les cavaliers d’Alexandre sur la dédicace d’Orchomène IG VII 3206 (on retrouve le petit-fils d’un autre cavalier d’Alexandre, ϝαναξίων Σαώνδαο, comme polémarque à Kopai (IG VII 2781). Si cet Ἀργιλίας avait 26 ans en 329, son petit-fils pouvait avoir la soixantaine en 245, âge qui convient parfaitement à un polémarque. Je ne crois donc pas possible de faire remonter, avec Chr. Barratt, l’archontat de Dorkylos jusqu’aux environs de 265, et je le placerai plus volontiers vers 250-245 » ; Feyel 1942a, p. 195 : « Deux catalogues d’Akraiphia appartiennent à la série où les noms des magistrats, mais non ceux des conscrits, sont accompagnés d’adjectifs patronymiques : ce sont IG VII 2716 et SEG 3, 361. Mais le premier est un catalogue de thyréaphores, tandis que le second est un catalogue de peltophores. Les deux documents paraissent être séparés par une dizaine d’années, d’après la prosopographie ; et c’est au cours de cette décade que la réforme militaire a été accomplie ».

66 Knoepfler 1992, p. 428-429, no 35 : « Ce réseau des relations invite, en fin de compte, à placer Athanodôros plus près de 240 que de 230 ».

67 Voir ci-dessous pour la datation de Soteirichos p. 25-26.

68 Lien déjà signalé par I. Pernin, Pernin 2014, p. 140.

69 Knoepfler 1996, p. 157.

70 Knoepfler 1992, p. 428-429, no 35.

71 Robert 1939, p. 122 ; Robu 2011, p. 96.

72 Sur la date de la sécession de Mégare, voir p. 137-138.

73 Pour les détails de la datation de la sécession de Mégare, voir le chapitre III sur les rélations entre Mégare et le koinon béotien p. 135-138. Sur des questions chronologiques, voir aussi les catalogues militaires de Mégare Inscr. 1-3.

74 Étienne, Knoepfler 1976, p. 323-331.

75 Aymard 1938b, p. 14-15, n. 7.

76 Knoepfler 2003, p. 102, n. 93 : « La date traditionnellement adoptée – soit 192 av. J.-C. – pour le retour de Mégare dans le Koinon achaien a été expressément défendue par M. Feyel, Polybe, p. 30-33 et p. 62 n. 1, contre la tentative de A. Aymard, Les premiers rapports, p. 14-15, n. 7, qui argumentait en faveur de 206 ou 205. Dans Hyettos, p. 266, n. 3 et 328, n. 238, nous avons laissé la question ouverte, tout en exprimant une légère préférence pour la chronologie basse de Feyel. Il me semble aujourd’hui certain, au terme d’un réexamen des sources littéraires (Polybe et Plutarque, Vie de Philopœmen) et épigraphiques, que c’est Aymard qui avait raison. J’essayerai d’en administrer la preuve prochainement ». Scherberich 2009, p. 167-168.

77 PAA 16, 879665.

78 Knoepfler 1992, p. 425, no 28 ; Knoepfler 2002, p. 133.

79 À cause de la présentation compliquée des décrets d’Oropos dans différentes publications, Étienne, Knoepfler 1976 ont écrit p. 304 que le décret de Nikias est gravé au-dessus de celui de Theotimos alors que ces décrets sont gravés sur deux bases distinctes : sur la base de Piso (I.Oropos 447), celui de Nikias, et sur la base de Lentulus, celui de Theotimos (I.Oropos 446).

80 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315, n. 189.

81 Étienne, Knoepfler 1976, p. 287 : « L’archonte Apollodoros date un catalogue militaire d’Hyettos (IG VII 2809) et un décret de proxénie IG VII 246, gravé juste au-dessus de celui voté sous Philon I (IG 247) sur le côté droit du monument d’Isauricus. L’archontat d’Apollodoros est donc antérieur à celui de Philon I, mais sans doute d’assez peu comme l’a montré Chr. Barratt en étudiant les relations prosopographiques à Oropos et à Hyettos. Barratt p. 85, suivie par M. Feyel, p. 50 ».

82 Knoepfler 1992, p. 469-470 : « Une datation vers la fin des années 220 apparaît en fin de compte très vraisemblable, puisque le locataire Θείραρχος Κάναο appartenant à une famille bien connue – a été conscrit sous l’archonte local Xénokritos (IG VII 1749), lequel fut en fonction deux ans avant l’archonte fédéral Onasimos (223 selon notre chronologie), soit en 225 (Hyettos 290, 78), où l’on rectifiera vers le bas la date, empruntée à Feyel et Roesch, du bail discuté ici) ou peut-être seulement un an avant soit en 224 ». Knoepfler 1992, p. 470, no 101 : « Cette nouvelle chronologie des baux doit amener à rectifier la date de l’archontat fédéral de Soteirichos (vers 240-230 selon Feyel, Polybe 68-69 : cf. Hyettos, 350, peu après 245 selon Roesch, 1982, p. 341, n. 10). En effet, l’archonte local qui lui correspond à Thespies, Empédokleis, est l’éponyme de l’année où les γύαι furent mises en location pour la première fois au témoignage du décret déjà cité de l’archontat de Théodotos. Or, comme l’antériorité d’Empédokleis à Théodotos est, pour cette raison, de l’ordre de 5 à 15 ans (Feyel), il ne peut plus être question maintenant que le bail n. 6 date au plus tôt de 210, de placer Empédokleis avant ca 225. L’éponyme fédéral Soteirichos doit vraisemblablement dès lors, occuper une année voisine de 215, période certes déjà densément « peuplée », mais dont il paraît aujourd’hui nécessaire d’exclure les archontes Euergos et Prôtomachos ».

83 Étienne, Knoepfler 1976, p. 302.

84 Thonemann 2005, p. 68-69, donne plusieurs exemples de magistrats morts ou en tout cas remplacés par d’autres archontes pendant leur mandat. Un cas très connu de magistrat béotien mort pendant, ou immédiatement après, son mandant est celui de l’agonothète Platon de Platées dans l’apologia de Lébadée, Nouveau choix, p. 118-125, no 22. Il ne s’agit pas d’un archonte, mais d’un magistrat aussi haut et du même âge que les archontes des cités. Cet exemple offre néanmoins un parallèle utile.

85 Feyel 1942a, p. 39.

86 Étienne, Knoepfler 1976, p. 307.

87 Holleaux 1895b.

88 Sur ce décret, voir Paschidis 2008, p. 308-310.

89 Straton (I.Oropos 184) ; Philoxenos (I.Oropos 196 ; 197) ; Artylaos (I.Oropos 201 ; 202).

90 Étienne, Knoepfler 1976, p. 315.

91 Voir p. 137-138.

92 Habicht 1987.

93 Habicht 1987, p. 94-95.

94 Knoepfler 1992, p. 426, no 30.

95 Sur ces phénomènes, voir p. 133-134.

96 Voir le chapitre III sur l’histoire du koinon p. 128-135.

97 D. Summa, IG IX 12, p. 15. Voir aussi les remarques toujours pertinentes de M. Holleaux, Holleaux 1892, p. 466-470, qui est arrivé à la même conclusion. Sur l’histoire d’Oponte, voir p. 128-135.

98 Habicht 1987.

99 Knoepfler 1992, p. 468, no 98 : « En effet deux conscrits de ce catalogue, Ariston fils de Dionysios et Millei fils de Philon, se retrouvent dans la grande stèle, le 1er comme hendekarchos, le 2e comme paidagogos. On sait d’ailleurs que le petit-fils homonyme de Millei Philonos fut, lui-même, conscrit sous l’archonte fédéral Agathokleis vers 190 av. J.-C. (BCH 70, p. 474, 5) ».

100 Habicht 1987.

101 Roesch 1965, p. 18 : « La forme des lettres est celle que l’on rencontre à Thespies entre 215 et 200 environ : grands apices fourchus, à branches inégales ; alpha à barre droite, parfois légèrement incurvée vers le bas ; thêta avec point central, presque aussi grand que les autres lettres ; omicron tantôt petit et “suspendu”, tantôt grand et irrégulier ; oméga à boucle ovale aussi haute que les autres lettres, et apices dont la branche supérieure remonte très haut ; pi souvent large, à hastes inégales et barre dépassant ; sigma à barres soit parallèles, soit légèrement divergentes, soit même convergentes ; xi à barre médiane courte, sans haste verticale ; mu à hastes parallèles ou penchées affectant parfois la forme d’un double lambda ; nu à hastes à peu près égales ; phi ovale, d’aspect écrasé ; la haste verticale ne dépasse pas l’alignement ».

102 Roesch 1965, p. 18.

103 Habicht 1987, voir aussi Inscr. 10.

104 Sur les liens prosopographiques du catalogue de Nikasaretos à Hyettos, voir Étienne, Knoepfler 1976, p. 78.

105 Étienne, Knoepfler 1976, p. 319 et n. 205 : « Διωνουσόδωρος Καφισοδώρω conscrit sous Hipparchos (IG VII 2814) a un fils Καφισόδωρος Διονουσοδώρω conscrit sous Euklidas (IG VII 2827). De même, Ἀθανόδωρος Φιλοµειλίδαο polémarque sous Potidaichos (IG VII 2810, 4) a un petit-fils, Ἀθανόδωρος Φιλοµειλίδαο polémarque sous Euklidas (IG VII 2827, l. 4). Au contraire Λίλλεις Θάρσωνος est polémarque sous Hipparchos et sous Ariston ».

106 Knoepfler 1992, p. 425, no 27.

107 Knoepfler 1992, p. 488-489, no 160.

108 Müller 2005, p. 36.

109 Robert 1939.

110 Étienne, Knoepfler 1976, p. 329-330, n. 242.

111 CID IV 32 ; 33 ; 34 ; 35 ; 40 ; 56 ; 57.

112 Müller 2005, p. 36.

113 Robert 1939, p. 107-108 = OMS II 1260-1261. Pour une nouvelle datation de ce document, voir Robu 2011, p. 90-96.

114 Knoepfler 1999a, p. 242, n. 68 : « J’ai correspondu naguère là-dessus avec D. Hennig puis avec R. Catling, qui m’a rendu attentif au fait que le décret de Thisbé avait toutes chances d’être postérieur à 224, date de l’annexion de Mégare au koinon béotien, ce qui rend très probable que Pagai, elle, n’en faisait point partie ».

115 Sur cette question, voir aussi le chapitre III sur l’histoire du koinon et notamment la relation entre la Mégaride et le koinon p. 135-138.

116 Strabon, 8, 6, 22 : Παγαὶ, τὸ µὲν τῶν Μεγαρέων φρούριον.

117 Freitag 2000, p. 185, n. 988 ; Polybe, 2, 43, 5 ; 20, 6, 8 ; Strabon, 8, 7, 3 ; Plutarque, Vie d’Aratos 24, 3.

118 Étienne, Knoepfler 1976, p. 308-309.

119 Étienne, Knoepfler 1976, p. 309.

120 Sur ce groupe, voir aussi Étienne, Knoepfler 1976, p. 319.

121 Pour la présentation détaillée de ce monument, voir p. 190-196.

122 Feyel 1942a, p. 29-30 ; Feyel 1942b, p. 117 ; Étienne, Knoepfler 1976, p. 311 ; Knoepfler 1992, p. 426, no 32.

123 Huss 2001, p. 381-472.

124 Holleaux 1938, p. 117 ; 118, n. 1.

125 Holleaux 1938, p. 91, n. 2.

126 Feyel 1942a, p. 29.

127 Sur cette question, voir l’analyse p. 167, Inscr. 9.

128 M. Holleaux lui-même est revenu deux fois sur ce point en émettant des doutes sur l’identification de Philon. Holleaux 1897a, p. 46 = Holleaux 1938, p. 117 ; Holleaux 1900, p. 189, n. 4 = Holleaux 1938, p. 91, n. 2.

129 Pour les liens prosopographiques entre Lykinos et les autres archontes fédéraux des catalogues militaires d’Akraiphia, voir Inscr. 29.

130 Hansen, Nielsen 2004, p. 1219, no 1009.

131 Sur le dossier constitué par L. Robert lors de ses missions en Cilicie, voir D. Feissel, Bull. 2007, 492.

132 Robert 1951, p. 254-259, plus particulièrement p. 258 : « Tarse, Adana, Mopsueste ayant porté des noms dynastiques séleucides, on croirait volontiers que Mallos aussi, plutôt que Magarsos, est devenue Antioche, d’ailleurs plus tard que ces autres villes, car un texte négligé atteste que Mallos aussi, plutôt que Magarsos, est devenu une ville lagide et ne fut occupée par Antiochos III qu’en 197. Mais il paraît certain qu’Antioche est Magarsos. La solution qui me paraît correspondre à ces données diverses est la suivante, ainsi schématisée. Magarsos, port et sanctuaire sur le territoire de la ville de Mallos, est devenue ville, pour la première fois, sous le nom d’Antioche du Pyrame ».

133 Savalli-Lestrade 2006, p. 183. Sur cet article, voir aussi les remarques de Ph. Gauthier et de D. Feissel, Bull. 2007, 492, et SEG 56, 1799.

134 Savalli-Lestrade 2006, p. 181-182. Par conséquent, nous devons admettre qu’Antioche du Pyrame a été fondée au plus tard avant 204 av. J.-C., mais plus probablement avant 209 av. J.-C., si l’on tient compte de la convergence entre les données thespiennes et les données delphiques.

135 BCH 45 (1921), p. 1-85.

136 Savalli-Lestrade 2006, p. 183.

137 Will 1982, p. 37-38.

138 Savalli-Lestrade 2006, p. 165-186, en particulier, p. 238 : « En effet nous avons prouvé que, contrairement aux conclusions auxquelles L. Robert était provisoirement parvenu, les cités de Mallos et d’Antioche du Pyrame ont coexisté à la fin du iiie s. av. J.-C. Une inscription de Thespies atteste l’existence de l’ethnique Ἀντιοχεὺς ἀπὸ Πυράµου en 209 av. J.-C. ou, au plus tard, en 204 av. J.-C. La liste des théarodoques de Delphes mentionne probablement, pour les années 220-210, ceux des cités de Tarse, de Mallos et d’Antioche du Pyrame ». Voir aussi la présentation différente de Mittag 2006, p. 203, n. 92 : « Aus Antiocheia am Pyramos (Magarsos), das wahrscheinlich zwischen 246 und 197 ptolemaisch war, stammt eine undatierte Inschrift ».

139 Grainigner 2011, p. 265-271.

140 Manieri 2009, p. 153-154, Leb. 9. Pour une analyse et une bonne photographie, voir Knoepfler 2008, p. 1421-1462, photographie p. 1442.

141 Manieri 2009, p. 154.

142 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318-319.

143 Perdrizet 1899b, p. 203.

144 Holleaux 1900, p. 195-196.

145 Étienne, Knoepfler 1976, p. 318-319.

146 Nous ne pouvons pas suivre la chronologie proposée par D. Knoepfler dans Knoepfler 1996, p. 160 et p. 166-167. Sur les importants liens entre le Mouseion de l’Hélicon avec les Lagides, voir Barbantani 2000. Barbantani étudie un fragment de papyrus avec un texte poétique qui renferme des références à l’Hélicon, Orchomène et d’autres sujets béotiens.

147 Sur la date d’Athanodoros et de la stèle des gyai, voir p. 21-22.

148 Bardani 1987.

149 Knoepfler 2004, p. 1265 : « La date approximative du nouveau catalogue, vers 125-120, ne fournit, bien entendu, qu’un terminus ante quem, car son intitulé ne laisse en aucune façon supposer que le concours fut célébré alors pour la première fois : pas de phrase telle que ἀγωνοθετοῦντος τὰ Ρώµαια τὸ πρῶτον (ou τὰ πρῶτα Ῥωµαῖα) ainsi qu’on l’aurait attendu en pareil cas ». Voir la recension du livre de J. M. Fossey, Epigraphica Boeotica II, Leyde, 2015, par Y. Kalliontzis, pour la revue électronique Sehepunkte, consultée le 22 mars 2020. URL : http://www.sehepunkte.de/2016/01/26980.html.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search