Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Introduction

Texte intégral

En épigraphie, les études de détail, si nombreuses et si exactes qu’elles soient, ne peuvent jamais remplacer les études sur l’ensemble d’une question, et surtout sur l’ensemble des textes qui proviennent d’une même région. Il faut, de temps en temps, rassembler et confronter les résultats des publications isolées ; c’est le meilleur moyen d’arriver à des conclusions nouvelles.

M. Feyel, Contribution à l’épigraphie béotienne, Le Puy, Imprimerie de « La Haute-Loire », 1942, p. 1-3. 

1L ’histoire de la Béotie hellénistique est un vaste sujet. Il est impossible dans le cadre de ce livre de résoudre tous les problèmes posés par l’histoire et l’épigraphie de cette région pendant cette période. Mon but est de proposer une nouvelle contribution à l’histoire et l’épigraphie de la Béotie hellénistique fondée sur l’étude des documents épigraphiques. J’ai choisi la période qui sépare la destruction de Thèbes en 335 de la bataille de Pydna suivie de l’introduction du synedrion dans les cités béotiennes en 167 av. J.-C., parce que c’est une période pour laquelle nous possédons un nombre important de témoignages littéraires et d’inscriptions. Il s’agit de la période de formation d’une nouvelle confédération plus égalitaire et démocratique que le koinon précédent fondé sur l’hégémonie thébaine. Par ailleurs, durant ces décennies, la Béotie fait partie du monde hellénistique et participe aux grands événements qui influencent la Grèce centrale (invasion galate, ascension de la puissance étolienne, alliance macédonienne). La Béotie n’a presque jamais joué de rôle important, mais elle a contribué de façon déterminante à certaines évolutions.

2L ’organisation fédérale de la Béotie était l’une des plus développées du monde grec. Cette organisation influence toutes les sphères de la vie publique. Il est donc difficile de dissocier les différents aspects de l’organisation fédérale. Ce qui m’amène à proposer une approche globale dans l’étude des institutions et de l’histoire de la Béotie hellénistique.

3Dans la première partie de ce livre, je présente une synthèse sur la chronologie, l’organisation et les institutions du koinon béotien hellénistique ainsi que sur ses relations avec l’étranger. Cette première partie s’achève par une présentation de l’histoire événementielle de la Béotie. Dans la seconde partie, j’édite ou réédite des inscriptions dont l’étude apporte des éléments nouveaux à l’histoire régionale. La présentation de ces inscriptions permet d’étayer les synthèses, tant chronologique qu’historique, proposées dans la première partie.

  • 1 Le Guen 2001 ; Aneziri 2003 ; Manieri 2009.
  • 2 Voir le chapitre I sur la chronologie p. 35-40.

4Il va de soi que je ne suis pas le premier à travailler sur la Béotie hellénistique. Certains sujets ont déjà fait l’objet de plusieurs analyses et ne seront donc pas traités une nouvelle fois dans ce livre. Ainsi, D. Knoepfler a analysé la question des concours et de la vie agonistique béotienne. De même, Br. Le Guen et S. Aneziri ont étudié la présence des technites dionysiaques et A. Manieri s’est penché sur les concours musicaux1. Je n’examine donc pas de façon détaillée la question des concours en Béotie pendant la période hellénistique. Mais j’apporterai des précisions sur la chronologie de ces concours pendant la période examinée2. Je laisse délibérément de côté le sujet, par ailleurs intéressant, du monnayage béotien hellénistique, qui nécessiterait une étude à part qui reste à faire.

  • 3 Holleaux 1895a ; 1895b ; 1897b.
  • 4 Sur l’histroire de la recherche en Béotie, voir l’introduction de N. Papazarkadas dans Papazarkadas(...)

5Mon travail s’appuie sur les recherches et les travaux antérieurs entrepris sur la Béotie hellénistique. Je voudrais, dans un premier temps, présenter les étapes les plus importantes qui ont marqué l’histoire et l’épigraphie de cette région. Les grandes fouilles françaises en Béotie pendant le xixe s. en ont été l’élément moteur. Il convient de mentionner tout d’abord le nom de M. Holleaux qui, avec ses travaux, a été le véritable instigateur des études épigraphiques sur l’histoire hellénistique de la Béotie3. Ses recherches ont été menées grâce aux fouilles françaises du Ptoion et de Thespies et grâce aux fouilles de la Société archéologique à l’Amphiareion d’Oropos. Les nombreuses trouvailles épigraphiques demeurent la base de l’étude de l’histoire de cette période. De par sa fonction de directeur de l’École française d’Athènes, M. Holleaux n’a pu poursuivre ses recherches sur la Béotie après la première guerre mondiale4.

  • 5 Sur le travail de H. Lolling en Béotie et ailleurs, voir Hallof 2007.
  • 6 Van Gelder 1901 ; Guarducci 1930 ; Barratt 1932.
  • 7 Keramopoullos 1931-1932 ; Pappadakis 1923.
  • 8 Feyel 1942a ; Feyel 1942b ; Feyel 1937.

6L ’établissement du corpus des inscriptions de Béotie (IG VII), par W. Dittenberger aidé par le travail de H. Lolling, marque une autre étape de la recherche historique et épigraphique sur la Béotie hellénistique à la fin du xixe s.5. Il a suscité, au début du xxe s., plusieurs études, notamment sur la chronologie. Signalons ainsi l’article de H. Van Gelder sur la chronologie d’Akraiphia, suivi par les articles de M. Guarducci et de Chr. Barratt6. L’article de Chr. Barratt, malgré ses grandes qualités, était en quelque sorte un chant du cygne, et restera une œuvre isolée. Des épigraphistes français, notamment A. Plassart et P. Perdrizet, ont publié des inscriptions béotiennes durant la même période, mais ces publications se limitaient à la seule présentation du texte et ce, parfois, de façon succincte. Il faut aussi mentionner les recherches et les articles des archéologues et épigraphistes grecs du début du xxe s., A. Keramopoullos et N. Pappadakis, qui ont eux aussi publié un grand nombre d’inscriptions hellénistiques7. N. Pappadakis a tout particulièrement veillé à la sauvegarde des inscriptions béotiennes en les transportant dans les musées de la région. Il en a ainsi publié – avec succès – un grand nombre. Toutefois, en raison des conditions difficiles inhérentes à la période, il n’a pu mener à terme la publication du matériel épigraphique rassemblé avec grand soin. Celui-ci est donc resté en partie inédit jusqu’à aujourd’hui. Après un début de siècle très productif pour l’épigraphie et l’histoire de la Béotie hellénistique arrive la grande figure de M. Feyel. Grâce à lui, dans les années 1930, les recherches prennent un nouveau virage. Ses investigations archéologiques et épigraphiques en collaboration avec P. Guillon ont apporté des données nouvelles. En une décennie, M. Feyel a publié ou réédité des inscriptions, mais il a également rédigé deux ouvrages sur la Béotie hellénistique : une synthèse historique et un recueil épigraphique8.

  • 9 Broche 2006.

7Les œuvres de M. Feyel sont bien sûr le fruit d’une époque et certains aspects paraissent aujourd’hui vieillis et dépassés, sans toutefois remettre en cause l’importance de cette synthèse. La thèse de M. Feyel présente un très grand intérêt pour l’historiographie et l’histoire des idées. Comme l’a montré L. Broche dans un article récent, la thèse de M. Feyel reflète l’histoire de la fin des années 1930 et le début des années 1940 en France9. Sa participation à la seconde guerre mondiale et la défaite française ont marqué son esprit et l’ont amené à interpréter l’histoire béotienne sous le prisme des événements contemporains.

  • 10 Sur la figure de M. Feyel, voir Broche 2006 ; Aymard 1946.
  • 11 Kalliontzis 2017.

8La seconde guerre mondiale a eu des effets particulièrement néfastes pour l’archéologie et l’épigraphie béotienne. La mort de M. Feyel a privé l’épigraphie béotienne d’une grande figure qui aurait pu faire avancer les études béotiennes pendant des décennies10. Il faut souligner que le travail de M. Feyel dans les musées de Béotie était fondé lui-même sur les travaux d’une autre grande figure de l’épigraphie béotienne, N. Pappadakis. On lui doit la publication de plusieurs inscriptions et, chose encore plus importante, le transport aux musées de Thèbes, de Chéronée et de Schimatari d’un grand nombre d’inscriptions qu’il a trouvées dans divers endroits de Béotie. Mort pendant l’occupation allemande de la Grèce, il n’a pu publier la majeure partie de ces inscriptions. Il a néanmoins réalisé une œuvre très importante avec les inventaires des inscriptions de Thèbes et de Chéronée dans lesquels, avec beaucoup de soin, il a enregistré un très grand nombre d’inscriptions inédites que j’ai pu utiliser dans le cadre de cette étude11.

  • 12 Fraser, Rönne 1957.
  • 13 Roesch 1970.
  • 14 Roesch 1982.
  • 15 Roesch 1982.
  • 16 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980 ; Schachter 1961 ; Fossey 1988.
  • 17 Schachter 1981 ; Schachter 1994 ; Fossey 1988 ; Fossey 1991 ; Fossey 2014.

9Pendant les décennies d’après-guerre, l’activité scientifique sur l’histoire et l’épigraphie de la Béotie est restée très limitée. Au cours de cette période, se distinguent les travaux de P. M. Fraser et de T. Rönne qui ont publié la première étude systématique des thrigkoi funéraires béotiens de l’époque hellénistique12. Il faut attendre les années 1960 et les travaux de P. Roesch, pour voir les recherches sur la Béotie prendre un nouvel essor. Ce dernier a surtout travaillé sur l’épigraphie de Thespies, mais il a aussi publié des inscriptions provenant d’autres cités béotiennes13. Son corpus des inscriptions de Thespies a été récemment publié de façon posthume par l’Institut Fernand Courby de Lyon14. Son recueil d’Études Béotiennes est largement consacré à l’examen de la Béotie hellénistique15. Au cours de la même période, trois autres épigraphistes, archéologues et historiens ont aussi travaillé sur cette région et notamment sur la période hellénistique. Il s’agit de S. Lauffer, A. Schachter et J. M. Fossey16. A. Schachter, avec son corpus des cultes béotiens, et J. M. Fossey, avec ses études topographiques, ont contribué à une plus grande cohérence de la recherche sur la Béotie hellénistique17.

  • 18 Étienne, Knoepfler 1976.
  • 19 Koumanoudis 1979.

10Après cette première période de « renaissance » des recherches épigraphiques en Béotie, se distingue une nouvelle génération d’épigraphistes francophones, notamment D. Knoepfler et R. Étienne. Avec leur synthèse sur Hyettos et la chronologie des archontes béotiens, au début des années 1970, ils ont contribué de façon notable à l’étude de la Béotie hellénistique et ont ainsi créé une base solide pour les recherches chronologiques postérieures18. Par la suite, seul D. Knoepfler a continué à étudier l’épigraphie et l’histoire béotienne. Durant cette même période, il convient de mentionner la contribution limitée, mais essentielle, de S. N. Koumanoudis sur l’épigraphie de la région. Ce dernier a publié plusieurs inscriptions béotiennes et a établi une prosopographie thébaine19. Sa mort prématurée mit fin à ses recherches.

  • 20 Voir notamment la série dirigée par J. M. Fossey, Boeotia antiqua, Papers on Recent Work in Boiotia (...)

11La période des années 1970-1980 jusqu’au milieu des années 1990 a été un moment d’intense activité à en juger par l’organisation de nombreux colloques sur l’histoire et l’archéologie béotienne20. En 1982, Br. Gullath produit la première synthèse sur l’histoire de la Béotie hellénistique, résultat d’une thèse conduite sous la direction de S. Lauffer. Malgré ses indéniables mérites, cette synthèse ne traite que d’une partie de l’histoire de la Béotie hellénistique et se concentre sur la haute époque hellénistique. Or, les recherches postérieures et notamment la découverte des districts fédéraux béotiens ont radicalement changé l’image que l’on a de cette période.

  • 21 Müller 1995.
  • 22 Darmezin 1999.

12Les années 1990 voient la reprise des recherches françaises au Ptoion sous la direction de Chr. Müller. Ses travaux sur la basse époque hellénistique contribuent à la redécouverte d’une période moins connue21. En même temps, les études historiques et épigraphiques sur la Béotie souffrent à cette date d’un certain essoufflement, le nombre de chercheurs qui y travaillent se restreint. La mort de P. Roesch en 1992 a empêché ce grand savant de mener à terme plusieurs de ses travaux. La publication en 1999 du livre de L. Darmezin sur les actes d’affranchissement a permis de mieux appréhender cette catégorie de textes bien représentée en Béotie22.

  • 23 Petrakos 1997.

13Malgré cet essoufflement, il convient de signaler la publication du corpus des inscriptions d’Oropos par B. Petrakos23. Ce corpus a favorisé les études épigraphiques et chronologiques en Béotie et reste aujourd’hui encore un outil fondamental. Il démontre l’importance de l’établissement de nouveaux corpus épigraphiques en Béotie.

  • 24 Voir par exemple la synthèse de J. Bintliff sur la chôra de Thespies Bintliff 2007. Pour une présen (...)
  • 25 Pour les prospections géophysiques à Platées, voir Konecny 2012.

14Au cours des décennies 1980 et 1990, les prospections géophysiques se sont multipliées en Béotie sous l’impulsion de J. Bintliff et A. Snodgrass qui ont joué le rôle principal dans l’organisation de ces recherches. Celles-ci ont donné lieu à une bibliographie importante qui, si elle concerne parfois la Béotie hellénistique, n’en demeure pas moins difficile à appréhender24. Toutefois, force est de reconnaître que ces surveys, notamment grâce à des méthodes géomagnétiques, offrent des résultats parfois extraordinaires sur les cités hellénistiques. Je pense notamment au cas de Tanagra et, plus récemment, à celui de Platées dont le plan urbanistique est ainsi précisément connu25.

  • 26 Pour les trois années d’enseignement sur la Béotie, voir Knoepfler 2005a ; Knoepfler 2006a ; Knoepl (...)
  • 27 Corsten 1999 ; Knoepfler 2001c.
  • 28 Mackil 2013, voir également Beck, Ganter 2015 avec les remarques de D. Knoepfler dans Knoepfler 201 (...)

15Au cours des années 2000, l’enseignement de D. Knoepfler au Collège de France26 et les recensions critiques de la bibliographie béotienne qu’il a publiées annuellement dans le Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques ont insufflé un nouvel élan aux études sur la Béotie. Dans le même temps, l’étude de son organisation fédérale a fait l’objet de recherches inédites : les travaux de Th. Corsten et ceux de D. Knoepfler ont contribué à une meilleure compréhension du koinon béotien à l’époque hellénistique27. Les études récentes sur les confédérations en Grèce de l’époque archaïque jusqu’à l’époque impériale ont relancé l’intérêt pour le koinon béotien28.

  • 29 Kalliontzis 2017.
  • 30 Papazarkadas 2014.
  • 31 Robu 2014a ; Robu 2016 ; Beck, Smith 2018.

16Nous assistons alors à un renouveau des études béotiennes et notamment de l’épigraphie, rendu possible grâce à la construction du nouveau musée de Thèbes et à l’organisation des nouveaux dépôts pour les inscriptions conservées au musée. La collection épigraphique du musée de Thèbes est une des plus riches de Grèce avec environ 2 000 inscriptions qui proviennent non seulement de Thèbes, mais aussi de plusieurs autres cités béotiennes. Grâce à un projet dirigé par A. P. Matthaiou, secrétaire de la Société épigraphique grecque, et V. Aravantinos alors directeur de l’Éphorie de Béotie, j’ai pu préparer le catalogue des inscriptions du musée de Thèbes. À l’invitation de Mme E. Kountouri alors responsable du musée de Chéronée, j’ai pu poursuivre ce travail de catalogage dans ce musée. Le fruit de cet ouvrage fut la publication, sous l’égide de la Société épigraphique grecque et du service archéologique de Béotie, en 2017, du catalogue des inscriptions des musées de Thèbes et Chéronée29. En parallèle, plusieurs colloques ont été organisés sur l’histoire, l’épigraphie et l’archéologie de la Béotie30. La Mégaride et ses relations avec la Béotie ont été le sujet de deux colloques et de plusieurs publications dues à A. Robu31.

17Ce bref passage en revue des études épigraphiques et historiques sur la Béotie hellénistique peut donner l’impression que tout ou presque a été dit et fait. Malheureusement, le travail est loin d’être achevé. L ’étude des inscriptions béotiennes a longtemps été pénalisée par la situation chaotique du dépôt du musée de Thèbes et des autres musées de Béotie. Même l’infatigable P. Roesch n’a pu retrouver et étudier toutes les inscriptions de Thespies dans ces dépôts. Malgré la publication des deux ouvrages de M. Feyel parus en 1942, l’étude de Br. Gullath publiée en 1982 et les nombreux articles de D. Knoepfler, aucune synthèse récente sur la Béotie hellénistique n’a vu le jour.

18Les deux axes de cet ouvrage sont l’étude de l’organisation et de l’histoire du koinon et des cités béotiennes à l’époque hellénistique, d’une part, et, d’autre part, l’étude des documents épigraphiques. À l’aide des témoignages épigraphiques et littéraires, je m’interroge sur la chronologie des archontes fédéraux, l’organisation fédérale et civique, et propose par la suite une nouvelle histoire événementielle de la Béotie hellénistique. Je procède également à l’édition ou la réédition d’inscriptions provenant de différentes cités béotiennes, en m’appuyant sur le catalogue synoptique des inscriptions des musées de Thèbes et de Chéronée, établi par mes soins entre 2003 et 2010. De ce point de vue, la situation a profondément changé et je suis en mesure de proposer une nouvelle synthèse sur la Béotie hellénistique.

  • 32 D. Rousset, Bull. 2010, 149.
  • 33 Il est caractéristique que l’on continue à utiliser l’ouvrage de P. Fraser, Ptolemaic Alexandria, O (...)

19Cette thèse s’inscrit dans la série des études qui contribuent à une meilleure compréhension de l’histoire de certaines régions grecques insuffisamment étudiées et cela malgré le caractère fragmentaire et parfois austère des témoignages épigraphiques32. L ’évolution de la recherche pendant les dernières décennies a démontré un certain essoufflement dans la production des grandes synthèses parfois très influencées par différentes approches théoriques. Certaines de ces synthèses sont caractérisées par une connaissance insuffisante ou superficielle des différentes sources. En revanche, les études sur l’histoire des différentes régions du monde grec, en se fondant notamment sur la production des différents types de corpus, principalement épigraphiques, sont plus proches de la vérité. Ces études qui combinent parfois avec succès l’examen de matériel dûment fondé sur des modèles théoriques ont profondément renouvelé nos connaissances sur différentes régions du monde grec33. Il va de soi que la production des synthèses doit se constituer sur une meilleure compréhension du matériel épigraphique et archéologique d’une région ou d’un ensemble régional. La Béotie hellénistique possède un avantage indéniable : l’institution de la confédération offre un cadre dans lequel l’évolution de l’histoire et des institutions de cette région peut être interprétée de façon cohérente. Les études proposées dans ce livre contribuent ainsi à une meilleure compréhension du koinon béotien.

20J’ai choisi de ne pas accentuer les noms grecs translittérés dans le texte de ce livre. Leur forme dialectale rend en effet l’accentuation de leur forme translittérée difficile. Certains noms de personnages historiques connus sont accentués.

Notes

1 Le Guen 2001 ; Aneziri 2003 ; Manieri 2009.

2 Voir le chapitre I sur la chronologie p. 35-40.

3 Holleaux 1895a ; 1895b ; 1897b.

4 Sur l’histroire de la recherche en Béotie, voir l’introduction de N. Papazarkadas dans Papazarkadas 2014, p. 1-16.

5 Sur le travail de H. Lolling en Béotie et ailleurs, voir Hallof 2007.

6 Van Gelder 1901 ; Guarducci 1930 ; Barratt 1932.

7 Keramopoullos 1931-1932 ; Pappadakis 1923.

8 Feyel 1942a ; Feyel 1942b ; Feyel 1937.

9 Broche 2006.

10 Sur la figure de M. Feyel, voir Broche 2006 ; Aymard 1946.

11 Kalliontzis 2017.

12 Fraser, Rönne 1957.

13 Roesch 1970.

14 Roesch 1982.

15 Roesch 1982.

16 Lauffer 1976 ; Lauffer 1980 ; Schachter 1961 ; Fossey 1988.

17 Schachter 1981 ; Schachter 1994 ; Fossey 1988 ; Fossey 1991 ; Fossey 2014.

18 Étienne, Knoepfler 1976.

19 Koumanoudis 1979.

20 Voir notamment la série dirigée par J. M. Fossey, Boeotia antiqua, Papers on Recent Work in Boiotian Achaeology and History, Amsterdam, J.C. Gieber, 1989.

21 Müller 1995.

22 Darmezin 1999.

23 Petrakos 1997.

24 Voir par exemple la synthèse de J. Bintliff sur la chôra de Thespies Bintliff 2007. Pour une présentation des limites de ces méthodes de prospection, voir Rousset 2008.

25 Pour les prospections géophysiques à Platées, voir Konecny 2012.

26 Pour les trois années d’enseignement sur la Béotie, voir Knoepfler 2005a ; Knoepfler 2006a ; Knoeplfer 2007a ; pour les recensions critiques sur la bibliographie épigraphique béotienne, voir Bull. 2006-2017.

27 Corsten 1999 ; Knoepfler 2001c.

28 Mackil 2013, voir également Beck, Ganter 2015 avec les remarques de D. Knoepfler dans Knoepfler 2017, p. 260-264.

29 Kalliontzis 2017.

30 Papazarkadas 2014.

31 Robu 2014a ; Robu 2016 ; Beck, Smith 2018.

32 D. Rousset, Bull. 2010, 149.

33 Il est caractéristique que l’on continue à utiliser l’ouvrage de P. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, Clarendon Press, 1972, pourtant critiqué par M. Finley parce que trop étroitement lié à une cité et une région alors que plusieurs œuvres fondées sur différentes théories produites pendant la même période sont aujourd’hui oubliées, Finley 1985, p. 61-66. Sur les études régionales, voir l’introduction dans Ellis, Evans 2019, p. 11-12. Pour un éloge de l’érudition, voir Veyne 1971, p. 273-276, « Une oubliée : l’érudition ».

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search