Version classiqueVersion mobile

Contribution à l’épigraphie et à l’histoire de la Béotie hellénistique

 | 
Yannis Kalliontzis

Remerciements

Texte intégral

Remerciements

1Le présent ouvrage est issu d’une thèse de doctorat des universités de Paris IV-Sorbonne et de Neuchâtel soutenue en mars 2013. Ma reconnaissance la plus vive s’adresse à mes deux directeurs MM. D. Knoepfler et Fr. Lefèvre, dont les jugements critiques et les précieuses indications m’ont beaucoup aidé pendant l’élaboration de cette thèse. Qu’il me soit permis de témoigner ma gratitude à M. D. Knoepfler qui a suivi mes recherches depuis 2006 et m’a offert la possibilité de travailler dans des conditions idéales aussi bien à l’université de Neuchâtel qu’au Collège de France. J’exprime mes vifs remerciements à mes directeurs de thèse et aux membres du jury, M. D. Rousset, Mme Chr. Müller et M. M. Piérart pour les remarques et les conseils prodigués lors du colloque de thèse le 20 juin 2012. Je leur suis infiniment redevable.

2Toute ma reconnaissance va à M. A. P. Matthaiou qui m’a initié à l’épigraphie et m’a orienté vers l’étude de la Béotie hellénistique en coordonnant mes recherches dans les musées de Béotie. Les discussions avec M. N. Papazarkadas au cours de nos séjours dans cette région m’ont aidé à comprendre bien des aspects de l’histoire et de l’épigraphie béotienne, pas seulement hellénistique. Je suis également redevable envers le regretté A. Laronde pour l’aide offerte pendant mes années de Master 2 à Paris IV.

3Je voudrais remercier mes amis et collègues, Y. Fappas, N. Liaros et notamment M. Vlachou, D. Chatzivassileiou, V. Zachari et G. Biard pour leur aide à différents stades de mes recherches. Je souhaite également exprimer ma reconnaissance la plus vive à A. Robu, qui m’a associé à l’édition des catalogues militaires de Mégare Inscr. 1-3. Notre travail commun à Mégare a été grandement facilité par l’archéologue responsable du musée de Mégare, Mme P. Avgerinou.

4Je sais gré à l’Éphorie des antiquités de la Béotie et notamment à son directeur honoraire, M. V. Aravantinos, de m’avoir permis de travailler dans les musées de la région et de m’avoir accordé les autorisations nécessaires pour étudier et publier des inscriptions inédites, ainsi qu’à son successeur Mme A. Charami. L ’Éphorie des antiquités de la Béotie et son personnel dans les différents musées, notamment ceux de Thèbes et de Chéronée, ont été d’une aide constante dans mes recherches. Je ne saurais dire assez ce que je dois à M. Ch. Kritzas pour m’avoir accordé le droit de publier le bloc d’Aigosthènes portant les inscriptions Inscr. 4-7. Je voudrais également remercier l’Éphorie de l’Attique de l’Est et notamment sa directrice E. Andrikou et l’archéologue A. Kyriazis de m’avoir autorisé à photographier des inscriptions de l’Amphiareion d’Oropos.

5Grâce à l’École française d’Athènes et au projet Corpus des inscriptions de la Béotie centrale (CIBEC), financé par l’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft, j’ai pu réexaminer et photographier plusieurs inscriptions présentées dans cette étude et travailler sur la version finale de mon manuscrit. Dans le cadre de ce projet, j’ai collaboré avec l’équipe des Inscriptiones Graecae, notamment avec Kl. Hallof, P. Funke, J. Curbera et D. Summa. J’ai pu également collaborer avec la photographe de l’EFA, E. Miari, à qui je dois les excellentes photographies présentées dans ce livre, et l’architecte L. Leontaris.

6Il m’est agréable de rendre grâces ici aux institutions qui ont soutenu mes recherches : le koinon helvétique qui a financé une année d’études à l’université de Neuchâtel, les fondations P. et E. Micheli de l’université d’Athènes, A. G. Leventis et I. Kostopoulos, qui ont financé plusieurs années d’études à Paris ainsi que la Fondation du Collège de France, qui a financé deux missions épigraphiques en Béotie. Je remercie également A. Chaniotis qui, grâce au Anneliese Maier-Forschungspreis, a contribué au financement de deux missions de recherche en Béotie.

7Ma dette est immense également envers M. Feyel et J. Kozlowski-Fournier, qui ont corrigé et amélioré le texte français de ce livre. Je voudrais également remercier B. Grandsagne pour son travail éditorial. Toutes les fautes éventuelles me reviennent. Je dois beaucoup également à S. Minon et M. Garré pour leurs remarques concernant les aspects dialectaux de l’Inscr. 33-34 et à K. Harter Uibopuu et I. Arnaoutoglou pour leurs remarques concernant les aspects juridiques de cette inscription compliquée. Ch. Doyen a contribué avec des remarques ingénieuses à une meilleure compréhension de l’Inscr. 33. S. Fachard a confectionné la carte de la Béotie publié au début de ce livre. Puissent-ils tous trouver en ces lignes le témoignage de ma profonde gratitude et de mon dévouement sincère.

8Ce livre n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse du personnel de la bibliothèque de l’École française d’Athènes, notamment d’E. Gerontakou et de L. Kolonia, à qui je suis infiniment obligé.

9Toute ma reconnaissance va à mes parents, N. Kalliontzis et P. Agallopoulou, et à ma grand-mère, E. Agallopoulou †, qui m’ont soutenu dès les premières lignes de cet ouvrage. Ce livre est dédié à Aspasia qui a suivi fidèlement ce travail et m’a encouragé à persévérer malgré toutes les difficultés.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search