Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Choix d’inscriptions

Honneurs et culte rendus aux souverains lagides

Texte intégral

Les honneurs royaux

194. Kition. Base de statue de Ptolémée Évergète Ier dédiée par les habitués du gymnase.

2Perdue.

3Trouvée en 1880 à la Scala de Larnaca. Partie gauche d’une base de statue. Traces de scellement au lit d’attente.

4I. Kition 2014.

5Cf. Bagnall 1976, p. 62.

6Date : 246-221

Βασιλέα Πτ[ολεμαῖον τὸν]
Πτολεμαίου καὶ Ἀρσινόη[ς]
οἱ ἀπὸ γυμνασίο[υ].

Les habitués du gymnase (ont honoré) le roi Ptolémée fils de Ptolémée et d’Arsinoé.

795. Kition. Base de Bérénice Évergète.

8Perdue.

9Pierre vue pour la dernière fois en 1800 dans la maison du consul britannique à Larnaca.

10I. Kition 2015.

11Cf. Hauben 1970, p. 71-75 ; Bagnall 1976, p. 49.

12Date : 246-221

[Βασίλισσαν Β]ερενίκην τὴν βασιλέως Πτολεμαίο[υ τοῦ Πτολεμαίου]
[ἀδελφὴν καὶ γ]υναῖκα Ποσείδιππος φρούραρχο[ς καὶ ἡγεμὼν τῶν ἐπὶ]
[τῆς ἄκρας(?)] καὶ κατὰ Κίτιον καὶ Βοΐσκος καὶ οἱ <σ>υνηγεμ<ό>ν[ες].

l. 3 : Hauben, καὶ οἱ κυνηγ[οί].

Le commandant de garnison Poseidippos, le commandant des troupes de la citadelle (?) et de celles stationnant à Kition ainsi que Boïskos et les autres commandants (ont honoré) la reine Bérénice, sœur et épouse de Ptolémée.

13Prosopographie. Il n’est pas possible d’établir de lien assuré entre le Boïskos mentionné dans cette inscription et le père du navarque Kallikratès de Samos. Au contraire, il faut très certainement considérer que Boïskos était un nom relativement répandu à Chypre à l’époque hellénistique (PPC, B.10-14).

1496. Salamine. Base de Ptolémée Philopatôr érigée par Pélops fils de Pélops.

15Découverte en 1890, puis perdue.

16Base de statue en marbre bleu remployée comme pressoir à olives, brisée de toutes parts sauf en haut. La rigole du pressoir a entamé la première ligne du texte.

17Dimensions : 24,8 max. × 90 max. × 88.

18I. Salamine 64.

19Date : 221-217

[Β]ασ[ιλέα] Πτολεμαῖον τὸν Πτολεμαίο[υ]
[κ]αὶ Βερενίκης, θεῶν Εὐεργετῶ[ν],
Πέλοψ̣ Π̣[λοπος].

Pélops fils de Pélops (a honoré) le roi Ptolémée fils de Ptolémée et de Bérénice, dieux Évergètes.

2097. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Ptolémée Philomètôr érigée par Kalliklès.

21Musée de Kouklia, inv. KM 73.

22Angle inférieur gauche d’une base de statue découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia.

23Dimensions : 27 × 28,5 × 20. Stoichedon.

24Mitford 1961a, p. 20 no 53 ; I. Paphos 14.

25Date : vers 154




4



8
[Βασιλέα Πτολεμαῖον θεὸν]
[Φιλ]ομήτο[ρα] Κ̣[αλλικλῆς]
[Κ]αλλικλέ[ο]υς Ἀλε[ξανδρεὺς]
ὁ ἀρχισωματόφυλ[αξ καὶ ἐπὶ]
τῶν ἐν Ἀλεξανδρε[ίαι ἱππέων]
καὶ διδάσκαλος [τοῦ βασιλέως]
τακτικῶν εὐερ[γεσίας ἕνεκα]
τῆς εἰς ἑαυτὸν καὶ [τὰ τέκνα(?)].
Kalliklès fils de Kalliklès d’Alexandrie, Garde du corps en chef, commandant des cavaliers stationnant à Alexandrie et maître de tactique du roi (a honoré) le roi Ptolémée dieu Philomètôr, en raison des bienfaits qu’il lui a prodigués à lui et à ses enfants.

26Gravure. L’usage de la disposition stoichedon est exceptionnel dans le corpus chypriote.

2798. Salamine. Temple de Zeus. Base de statue de Ptolémée Sôtèr II, évergète de la cité de Salamine.

28In situ.

29Base de marbre bleu gris à veines blanches provenant du portique du temple de Zeus. Brisée à droite et à l’arrière ; traces de scellement visibles au lit d’attente.

30Dimensions maximales : 29,5 × 70 × 61.

31Mitford 1938, p. 36 no 17 ; I. Salamine 69.

32Date : 116-107




4
[Bασιλέα] Πτολεμαῖον
[θεὸν Σ]ωτῆρα, ἡ πόλις
[ἡ Σ]αλαμινίων τὸν ἑαυ[τῆς]
[εὐ]εργέτην.
La cité de Salamine (a honoré) le roi Ptolémée dieu Sôtèr, son évergète.

33Traduction. L’adjectif « évergète » véhicule une certaine ambiguïté, le terme appartenant à la fois au répertoire honorifique traditionnel et à la titulature dynastique lagide. Il peut ici constituer un écho à la titulature de Ptolémée VIII, père de Ptolémée Sôter II.

3499. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Ptolémée Alexandre Ier érigée par Isidôros.

35Musée de Kouklia, inv. KM 23.

36Base de statue de marbre violet découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite, remployée pour supporter une statue de Tibère (I. Paphos 106).

37Dimensions : 31,5 × 73 × 78,5.

38Hogarth et al. 1888, p. 227 no 5 ; Mitford 1961a, p. 34 no 93 ; I. Paphos 21.

39Cf. Mooren 1977, p. 186.

40Date : 114-107




4
Bασιλέα Πτολεμαῖον θεὸν
Ἀλέξανδρον Ἰσίδωρος Ἑλένου
Ἀντιοχεὺς ὁ συγγενὴς καὶ
ἀρχεδέατρος εὐεργεσίας ἕνεκεν.
Isidôros fils d’Hélénos d’Antioche, Parent et grand intendant (a honoré) le roi Ptolémée, dieu Alexandre, pour sa bienfaisance.

41100. Salamine. Temple de Zeus. Base de statue d’un roi Ptolémée.

42In situ.

43Six fragments jointifs du bloc de gauche d’une base en marbre bleu découverts à l’angle nord-est du temple de Zeus.

44Dimensions du bloc : 34 × 82 × 34.

45I. Salamine 72.

46Date : iie s.




4
Βασιλ[έα Πτολεμ]αῖ[ον τὸν βασιλέως]
Πτολεμα[ίο]υ καὶ βασιλί[σσης - - -]
αἱ ἐν Κύπρωι τεταγμέ[ναι δυνάμεις]
εὐεργεσίας ἕνεκεν τ[ῆς εἰς ἑαυτάς].
Les troupes stationnant à Chypre (ont honoré) le roi Ptolémée fils du roi Ptolémée et de la reine (…), en raison de ses bienfaits envers elles.

Les indices du culte royal

47101. Lapéthos. Larnakas-tis-Lapithou. Consécration à Athéna Sôteira Nikè en l’honneur de Ptolémée.

48In situ.

49Inscription bilingue grec-phénicien, insérée dans une sorte de tumulus semi-naturel, semi-artificiel.

50Sakellarios 1855, p. 208 no1 ; LBW, no 2778 ; Sakellarios 1890, p. 140 no 1 ; Bonnet, Bianco 2018, p. 44 no 2 et p. 52-56.

51Cf. (inscription phénicienne) Fourrier 2015, p. 44.

52Date : début du iiie s.




4
Ἀθηνᾶι
Σωτείρᾳ Νίκῃ
καὶ βασιλέως
Πτολεμαίου
Πραξίδημος Σέσμαος
τὸν βω[μὸ]ν ἀνέθ[η]κεν
ἀγα[θ]ῆι τύχηι.
lnt z ym
wl
dmlkm ptlmyš
b
lšlm bn [s]smy
yqdš [
]t mzb
[l]mzl nm
À Athéna Sôteira Nikè et en l’honneur (?) du roi Ptolémée, Praxidémos fils de Sesmas a consacré cet autel. À la bonne fortune !
À ‘nt, force vie, et pour Ptolémée, seigneur des rois, B‘lšlm fils de Ssmy a consacré cet autel.
À la bonne fortune !

53102. Soloi. Élément d’un autel d’Arsinoé Philadelphe.

54Cyprus Museum, inv. 389.

55Bloc de calcaire provenant de Soloi.

56Dimensions : 13 × 11,8 × 3,5.

57Nicolaou 1973, p. 212, no 12 ; Nicolaou 1993b, p. 227, P ; Anastassiades 1998, p. 139 no 16.

58Date : après 270

 Ἀρσιν[όης]
Φιλαδέλ[φου]

(Autel) d’Arsinoé Philadelphe.

59Type d’inscriptions. Les inscriptions portant la mention au génitif du nom de l’épouse de Ptolémée II décédée en 270 forment un dossier à part entière dans le corpus épigraphique chypriote (supra, p. 130-133). Ces inscriptions sont gravées sur divers types de monuments (autels, colonnes inscrites et blocs inscrits appartenant manifestement à un autel) de facture le plus généralement très modeste, à l’image de l’exemplaire présenté ici.

60103. Chytroi. Base consacrée à Arsinoé Philadelphe Naïade.

61New York, Metropolitan Museum, inv. 74.51.2378.

62Base de statue provenant de la région de Chytroi. Cuvette d’encastrement pour une statuette en pierre au lit d’attente.

63Dimensions : 23,5 × 36,8 × 68,6.

64Nicolaou 1993b, p. 228, A ; Anastassiades 1998, p. 138 no 11.

65Date : après 270 ?

Ἀρσινόηι Φιλαδέλφωι Ναιάδι
Ἀριστοκλῆς Ἀριστοκλέους
Ἀλεξανδρεύς.

À Arsinoé Philadelphe Naïade, Aristoklès fils d’Aristoklès d’Alexandrie (a consacré).

66104. Provenance inconnue. Fragment de tambour de colonne portant le nom d’Onèsitimos, gymnasiarque et prêtre d’Arsinoé Philadelphe.

67Cyprus Museum, inv. 176. Fragment de tambour d’une colonne en marbre gris, brisé en deux, de provenance inconnue.

68Dimensions : 24 × 50 max. × 28.

69Mitford 1939, p. 28-32 no 13 ; Nicolaou 1993b, p. 228, F (Anastassiades 1998, p.140 no 28).

70Date : après 270 ?

[Ὀν]ησίτιμος Ἀρίσ[τωνος]
[ἱερε]ὺς Ἀρσινόης Φ[ιλαδέλφου]
γυμνασιαρχ[ῶν].

Onèsitimos fils d’Aristôn, prêtre d’Arsinoé Philadelphe, gymnasiarque.

71105. Idalion. Sanctuaire d’Apollon-Resheph. Petit fragment architectural inscrit.

72British Museum, inv. 1903,1215.4.

73Partie gauche d’un bloc en calcaire appartenant à l’architrave d’une petite colonne dorique, découverte en 1869 à Idalion.

74Dimensions : 15,7 × 14,4 × ?

75Masson 1968, p. 400-402 ; Nicolaou 1993b, p. 228, B (Anastassiades 1998, p. 138 no 12).

76Cf. Fourrier 2015, p. 40 ; Mitford 1961a, p. 8 ; Senff 1993, p. 12, Tafel 50 c-d, Anhang 2, no 10.

77Date : après 270 ?

Ἀρσινοεῖο[ν - - -]
ἀνδράσι α[- - -]

78Interprétation. La première ligne de ce bloc indique clairement l’existence d’un Arsinoeion à Idalion, qu’il faut sans doute envisager comme une chapelle votive intégrée au sanctuaire d’Apollon-Resheph. La seconde ligne a été interprétée comme une interdiction concernant les hommes mais l’état fragmentaire du bloc ne permet pas de confirmer cette hypothèse (si le datif ἀνδράσι indique que les hommes sont les destinataires de la proposition manquante, rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’une interdiction).

79Aspects matériels. Nous souhaiterions attirer l’attention sur les difficultés que pose l’interprétation de ce fragment du point de vue architectural. La destination originale du bloc inscrit, considéré comme un fragment d’architrave (il s’agit plutôt d’un abaque très haut), ne peut être confirmée par l’observation de la photographie (Senff 1993). On croit en revanche apercevoir les traces d’une plinthe au lit d’attente. Par ailleurs, la cohérence de l’ensemble formé par le chapiteau dorique et le bloc inscrit n’est pas évidente (voir par exemple la forme de la cassure du chapiteau, sous l’angle inférieur droit du bloc). Un réexamen épigraphique et architectural de ce document, d’importance majeure pour l’étude du culte d’Arsinoé Philadelphe, paraît indispensable.

80106. Idalion. Sanctuaire d’Apollon-Resheph. Dédicace phénicienne de trois statues à Resheph-Mikal.

81British Museum, inv. 125.327 (72-8-16,81).

82Inscription en phénicien. Bloc de marbre trouvé en 1869 à Idalion.

83Dimensions : 18 × 54,5 × ?

84CIS I, no 93 ; I. Kition 82.

85Cf. Masson 1968, p. 400 ; Nicolaou 1993b, p. 228, D ; Anastassiades 1998, p. 138-139 no 13 ; Fourrier 2015, p. 38-39.

86Date : 254




4
bymm 7 lyrḥ ḥyr bšnt 31 l‘dn mlkm ptlmys bn ptlmy[- - -]
‘š h’ št 57 l‘š kty knprs‘ rsn‘s pldlp ‘mt‘sr bt m[- - -]
bn ‘bdssm bn gd‘t hsmlm h’l‘š yṭn‘ btšlm bt mrzhy bn‘šmn‘[- - -]
‘l bn bny ‘ l ‘ šmn’ dn wšlm w‘bdršp šlšt bn mrzhy bn’ šmn’ dn bn nḥmy
bn glb hndr’ š kn ndr’ bnm mrzḥy bḥyy l’dnnm lršp mkl ybrkm.
Au septième jour du mois de hiyar, la trente-et-unième année du règne de Ptolémée, fils de Ptolémée (…), la cinquante-septième année de l’ère de Kition ; canéphore d’Arsinoé Philadelphe : Amatosiris fille de M(…), fils d’Abdsasom fils de Gadeat. Ce sont les statues qu’a consacrées Batshilem fille de Marzyhai [I] fils de Eshmounadon [I], pour les fils de son fils : Eshmounadon [III] et Shillem et Abdrashap, les trois fils de Marzyhai [II], fils de Eshmounadon [II], fils de Nahumai, fils de Gallab, pour le vœu qu’avait fait leur père Marzyhai [II], de son vivant, au Seigneur Resheph-Mikal ; puisse-t-il les bénir.

87107. Salamine. Consécration à Sarapis, à Ptolémée et Bérénice dieux Évergètes.

88British Museum, inv. 82.11-10.1.

89Base de marbre blanc, brisée à droite, provenant vraisemblablement de Salamine.

90Dimensions maximales : 20,3 × 30,5.

91I. Salamine 56.

92Cf. (lieu de provenance) Nicolaou 1963, p. 132 no 5 ; photo dans Caubet 1980, p. 55 fig. 3.

93Date : 246-221




4
Σαράπιδι [?]
βασιλεῖ Πτολ[εμαίωι καὶ]
[βασ]ιλίσσηι Βερ[ενίκηι]
θεοῖς Εὐεργέτ[αις]
Φιλῖνος Φιλοτί[μου]
Ἀθηναῖο[ς].
À Sarapis (…), au roi Ptolémée et à la reine Bérénice, dieux Évergètes, Philinos fils de Philotimos d’Athènes (a consacré).

94Édition. Par comparaison avec le formulaire de l’inscription d’Amathonte (112), et compte tenu de la longueur de la cassure, il faut probablement restituer Ἴσιδι à la fin de la l. 1.

95108. Kéryneia. Autel d’un roi Ptolémée.

96Cyprus Museum, inv. 129.

97Autel en calcaire provenant de Mélandrina à l’est de Kéryneia.

98Peristianis 1910, p. 508.

99Cf. (culte royal) Mitford 1961b, p. 128 n. 143.

100Date : iiie s. ?

Βασιλέως
Πτολεμαίου.

(Autel) du roi Ptolémée.

101109. Salamine. Consécration au roi Ptolémée Philomètôr et à la cité de Salamine.

102Base de calcaire bleu brisée à droite, trouvée à Salamine en mai 1974.

103Dimensions maximales : 16 × 43 × ?

104Pouilloux 1975, p. 229-233 ; I. Salamine 67.

105Date : 180-170

Βασιλεῖ Πτολεμαίωι θεῶ[ι Φιλομήτορι]
καὶ Σαλαμινίων τῆι πό[λει …ca. 8-10…]
Ἀμμωνίου Σάμιος, τῶ[ν φίλων. v]

Au roi Ptolémée dieu Philomètôr et à la cité de Salamine, Untel fils d’Ammônios, Samien, du rang des Amis, (a consacré).

106110. Chytroi. Autel consacré à Ptolémée Philomètôr, à une reine Cléopâtre, à Hermès, à Héraklès et à la Tychè de Chytroi.

107Cyprus Museum ?

108Base de granit découverte à Chytroi dans la localité d’Aghios Dimitrianos.

109Dimensions : 20,2 × 10,5 × 30.

110Mitford 1937, p. 33 no 8 ; Robert 1937, p. 175 n. 6.

111Cf. Hatzopoulos 2009, p. 230.

112Date : 173-145




4
[Βασιλεῖ Πτολεμαί]ωι καὶ βασιλίσσηι Κλεοπάτρα[ι]
[θεοῖς Φιλομήτ]ορσι καὶ Ἑρμεῖ καὶ Ἡρακλε[ῖ καὶ]
[Τύχ]ηι Χυτρίων
[ὁ δεῖνα Ἀριστώ ? vel Τιμώ]νακτος παισὶ λαμπαδαρχῶ[ν]
[ἀνέθηκεν?].
l. 3 : Mitford, [Βουλ]ῆι Χυτρίων
l. 4 : Miford, [ὁ δεῖνα e. g. Ἀστυά]νακτος
Au roi Ptolémée et à la reine Cléopâtre, dieux Philomètores et à Hermès et Héraklès ainsi qu’à la Tychè de Chytroi, Untel fils d’Astyanax(?) (a consacré), lorsqu’il était lampadarque des enfants.

113Édition. À la l. 3, l’hypothèse [πόλ]ηι, qui correspond au nombre de lettres restituées par L. Robert, pourrait aussi être avancée. Cette lecture – invérifiable en l’absence de parallèles chypriotes attestant l’emploi de cette forme épique de πόλις – renforcerait la parenté du texte de Chytroi avec le document de Salamine portant la dédicace au même roi Ptolémée dieu Philomètôr et à la cité (109).

114Onomastique. Le nom Astyanax est inconnu à Chypre (l. 4). Aristônax ou Timônax, bien attestés au contraire, font de plus probables candidats.

115111. Paphos. Néa Paphos. Base d’une statue de Ptolémée Philomètôr dédiée par Démétrios II.

116Musée de Paphos, inv. 40.

117Base en pierre marbrière locale trouvée à Fabrika dans la cour d’une maison en contrebas du théâtre antique de Néa Paphos. Complète, la pierre porte aussi, sur la face opposée, une inscription privée comportant une consécration à Hylatès, datée de la fin du iiie s. (I. Paphos 181).

118Dimensions : 34 × 90 × 83.

119Mitford 1953b, 146 n. 33 ; I. Paphos 18.

120Cf. (titulature séleucide) Muccioli 1995, p. 45-46 ; Muccioli 2003, p. 105-116.

121Date : 145




4
[Bασιλέα Πτ]ολεμαῖον θεὸ[ν Φιλομήτορα]
[βασιλεὺς] Δημήτριος θεὸς [Νικάτωρ]
[Φιλάδελ]φος τὸν πατέρ[α τῆς γυναικὸς]
[εὐνοίας] ἕνεκα τῆς εἰς ἑ[αυτόν].
Le roi Démétrios dieu Nikatôr Philadelphe (a honoré) le roi Ptolémée dieu Philomètôr, père de son épouse, en raison de sa bienveillance envers lui.

122Importance et contexte historiques. Ce document important pour l’histoire hellénistique évoque d’une façon inédite les rapports des Lagides avec la dynastie séleucide, une vingtaine d’années seulement après l’incursion militaire d’Antiochos IV à Chypre. Le contexte historique et diplomatique doit être brièvement rappelé. Le conflit territorial qui oppose Lagides et Séleucides pour la possession de la Syrie dite « Creuse » envenime les relations internationales depuis le deuxième quart du iiie siècle. Lors de la guerre de succession qui opposa Démétrios II à l’usurpateur Alexandre Balas, Philomètôr prit le parti de Démétrios et lui offrit la main de sa fille Cléopâtre Théa. Acclamé roi à Antioche, le Lagide avait ensuite ménagé l’intégrité du royaume séleucide au profit de son jeune gendre – se conservant du même coup la bienveillance de la puissance romaine, dont les interventions en Orient se faisaient alors de plus en plus fréquentes. L’origine géographique de cette inscription est également importante. Si l’on admet que la pierre provient bien de Néa Paphos, et non pas du sanctuaire d’Aphrodite, il faut insister sur sa valeur politique. De même, l’absence de consécration à la déesse de Paphos souligne également la portée purement diplomatique de la dédicace ici envisagée comme geste politique, et non adossée aux pratiques locales du culte royal.

123Diplomatie. Nous n’avons pas d’autre témoignage chypriote documentant les relations diplomatiques des Ptolémées avec les autres souverains du monde hellénistique, à l’exception d’une lettre sur le statut de la cité de Séleucie de Piérie cf. I. Paphos 22 (supra, p. 64).

124Alexandre Balas. Alexandre Balas usurpe le trône séleucide en 153/152. Après la mort de Démétrios Ier en 150, une guerre éclate avec Démétrios II qui se soldera par la mort d’Alexandre Balas en 145. Ptolémée VI avait commencé par encourager les ambitions de l’usurpateur et lui avait offert dans un premier temps la main de sa fille. Sur cet épisode mouvementé où se jouent le destin de la Cœlè-Syrie et celui de l’empire séleucide, voir : Will 2003 II, p. 377-378 ; Hölbl 2004, p. 169-171. Sur le mariage avec Démétrios de Cléopâtre Théa : Will 2003 II, p. 377, 410, 432, 435, 448 ; Muccioli 2003, p. 105-116.

125Date. Du point de vue chypriote, la datation, controversée (Mitford 1953b, p. 146 ; Młynarczyk 1990 p. 124 et n. 119 ; I. Paphos, p. 139), de cette inscription présente un enjeu non négligeable : une datation après la mort de Philomètôr en 145 a parfois été avancée pour soutenir l’hypothèse de l’attachement des Chypriotes à la mémoire de Ptolémée VI, leur prêtant des sentiments hostiles envers Évergète II et, à l’inverse, une aventureuse nostalgie pour son défunt frère. Il paraît prudent de remonter la datation de cette inscription à la courte période de temps comprise entre le couronnement de Démétrios II et la mort de Philomètôr. Rien ne semble permettre, en effet, une datation plus basse.

126Provenance. La mention d’Hylatès sur la face opposée renforce l’idée, vraisemblable, que la pierre était exposée à Néa Paphos, et non sur le site du sanctuaire de la déesse paphienne (sur les « pierres errantes » à Chypre, voir Cayla 2016, p. 278-279). Ce culte est en effet attesté à Néa Paphos, dans le sanctuaire hypogée d’Alonia tou Episkopiou, de la fin du ive siècle (ICS, nos 2-3) jusqu’à l’époque impériale (Vernet 2016, p. 301-313 ; I. Paphos, p. 63-64).

127112. Amathonte. Sanctuaire d’Aphrodite sur l’acropole. Dédicace aux dieux égyptiens et aux theoi synnaoi.

128Musée de Limassol, inv. 77.515.47 et 86.251.9 (AM 548 + AM 879).

129Deux fragments de stèle en calcaire local raccordés en 1986, l’un trouvé en remploi dans un mur de la basilique paléochrétienne, l’autre dans une couche de destruction du même bâtiment. La pierre, cassée à droite et à gauche, est érodée sur toute la surface de l’inscription et épaufrée dans sa partie inférieure.

130Dimensions totales après raccord des fragments : 42 × 57 × 10,5.

131Hellmann, Hermary 1980, p. 268-272 no 65 et fig. 88 ; Hermary 1988, p. 102 no 6 ; Amathonte VI, p. 163-164.

132Cf. (cultes d’Amathonte) Hermary 2012a, p. 15.

133Date : 142-131 ou 124-116




4



8
[Σαρ]άπιδι v Ἴσιδ[ι] Ἀφροδίτη[ι καὶ]
[συννάοι]ς θεοῖς, ὑπὲρ βασιλέως
[Πτολεμ]αίου καὶ βασιλίσσης Κλε[οπάτρας τῆς]
[ἀδελφ]ῆς καὶ βασιλίσσης Κλεοπ̣[άτρας τῆς]
[γυναικό]ς, θεῶν [Εὐεργετῶν, καὶ τῶν]
[τέκνων αὐ]τῶν, v Σ[- - -]
[τῶν πρώτω]ν φίλων [- - -]
[- - -]
À Sarapis, à Isis-Aphrodite et aux dieux associés, en l’honneur du roi Ptolémée, de la reine Cléopâtre sa sœur et de la reine Cléopâtre son épouse, dieux Évergètes, ainsi de leurs enfants, S[…], du rang des Premiers Amis (…).

134113. Amathonte. Agora. Autel de Ptolémée Alexandre.

135Musée de Limassol, inv. AMA 3726.

136Autel rond en calcaire coquillier à base moulurée découvert le 16 septembre 2015 au sud-ouest de l’agora d’Amathonte.

137Dimensions : 65,1 × 54 (diam. du fût).

138Thély 2015-2016.

139Date : 101-91




4
[Πτολ]εμαίου̣
[Ἀλ]εξάνδρου
Βερενίκης
θεῶν Σωτήρων
(Autel) de Ptolémée Alexandre et de Bérénice, dieux Sôtères.

140Histoire dynastique. L’épithète dynastique portée par le couple Ptolémée X Alexandre et Bérénice III est inédite.

141114. Kition. Autel consacré à Zeus Sôtèr et Athéna Nikèphoros en l’honneur de Ptolémée Sôtèr II.

142Cyprus Museum, inv. 213.

143Autel cylindrique de calcaire gris, mouluré en haut, retravaillé pour un remploi ayant entraîné la perte des deux ou trois premières lettres de chaque ligne. Cavité au lit d’attente.

144Dimensions : 77 × 56 (diam.).

145I. Kition 2003.

146Date : fin du iie s.




4
[Διὶ] Σωτῆρι καὶ Ἀθηνᾶι Νικηφόρωι
[ὑπ]ὲρ βασιλέως Πτολεμαίου θεοῦ
[Σω]τῆρος καὶ τῶν τέκνων αὐτοῦ οἱ ἐν Κιτίωι
[τα]σσόμενοι πρῶτοι φίλοι καὶ ἀρχισωματο-
[φύ]λακες καὶ ἡγεμόνες ἐπ’ ἀνδρῶν
[καὶ] περὶ τὸ σῶμα μαχαιροφόροι.
À Zeus Sôtèr et Athéna Nikèphoros, en l’honneur du roi Ptolémée dieu Sôtèr et de ses enfants, les Premiers Amis et les Gardes du corps en chef stationnant à Kition, [occupant les fonctions de] commandants des troupes et de gardes du corps porte-couteaux (ont fait la consécration).

147Type d’inscription. Cette consécration gravée sur un autel cylindrique appartient, par sa forme matérielle, à une catégorie d’inscriptions assez bien représentée à Chypre (voir notamment le texte 113).

148Contexte historique. Il est tentant de mettre ce texte en relation avec une inscription de Paphos commémorant vraisemblablement la bataille d’Asôphôn (Cayla 2016, p. 281 fig. 5 ; I. Paphos 24).

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search