Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Choix d’inscriptions

La cité chypriote

Texte intégral

Généralités

141. Thèbes. Donateurs chypriotes pour la reconstruction de Thèbes.

2Musée de Thèbes, inv. 32460.

3Fragment d’une stèle en marbre blanc appartenant à une inscription anciennement connue, découvert sur la Cadmée dans le cadre de fouilles de sauvetage en 1992. Le texte est disposé sur deux colonnes.

4Dimensions : 48 × 44 × 10,5.

5IG VII, 2419 (Sylloge3 337) ; Buraselis 2014, p. 159-170 fig. 1-5.

6Cf. (édition) D. Knoepfler, BE 2014, no 204.

7Date : fin du ive s.





4
col. Ι






]ΧΙΚΩ
]ΡΑΣ
col. ΙΙ
ΧΡΟΥ̣ΣΙ̣ [. .]
Μένων Σαβατ̣[. .]
δύο τάλαντα Ἀττ̣ι̣[κά],
Θεµίσων Θεμιστ̣[αγόρω ?]
Σολεὺς ἀπὸ Κύπρω τ̣[άλαν]-
τον Ἀττικόν,
Ἀσκλαπιάδας Ἀπολλοδώ̣[ρω]
Κιτιεὺς τριάκοντα μνᾶς Ἀττ̣[ικάς],
l. 1-8 :
(Contributeurs)
(…)
Ménôn fils de (…) : deux talents attiques
Thémisôn fils d’Aristagoras de Soloi de Chypre : un talent attique
Asklapiadas fils d’Apollodôros de Kition : trente mines attiques

842. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Décret lacunaire mentionnant un siège militaire.

9Musée d’Épiskopi, inv. I 124.

10Fragment d’une stèle de marbre blanc découvert en juin 1949.

11Dimensions : 16 × 21 × 6,5.

12I. Kourion 29 ; Bielman, Retour à la liberté, no 27.

13Date : milieu du iiie s.




4
[- - - π]ολιορκ̣[- - -]
[- - -] ἀφῆκεν πα̣[ρὰ ?- - -]
[- - - πατ]ρίδα ἐφόδι[α - - -]
[- - - σω]τ̣ηρίας πᾶ[σι?- - -]
[- - - δε]δόχθαι [- - -]
[- - -]

14Édition du texte. Le premier éditeur de ce texte l’a rapproché – sur la base de critères, en l’état, fort contestables (Bielman, Retour à la liberté) – d’un autre fragment de trois lignes (dimensions : 11 × 14,5 × 6,2), découvert sur le site du sanctuaire d’Apollon Hylatès en 1937. Faute d’argument en faveur de ce rapprochement, nous n’en tenons pas compte dans ce choix.

15Nature du texte et contexte historique. Seuls quelques mots sont lisibles ou assurément restituables. Ils permettent néanmoins d’affirmer qu’il s’agit d’un décret (δεδόχθαι, l. 5). Les attendus devaient mentionner une situation particulièrement difficile pour la cité de Kourion : le terme ἐφόδια désigne les frais de voyage des prisonniers libérés. Le siège militaire évoqué à la l. 2, ainsi que la mention du salut (σωτηρία à la l. 4), corroborent cette interprétation.

1643. Delphes. La « grande liste » des théorodoques.

17Fragments d’une stèle légèrement pyramidante de calcaire gris. L’inscription est disposée en quatre colonnes sur la face principale, et une colonne sur le petit côté gauche.

18Dimensions : 203,5 × 108,5 × 25-26,6

19Plassart 1921, p. 1-85 ; Oulhen 1992 ; Choix Delphes 125.

20Cf. (fonction du théorodoque à Karpasia) Robert 1939, p. 155 ; Robert 1946b, p. 506-523 ; Daux 1949, p. 1-30 ; (lecture du nom de la cité de Lédroi l. 8) Mitford 1961b, p. 138 (SEG 19, 390) ; (notables phéniciens à Chypre) Parmentier 1987, p. 406 ; (date) Gauthier 1989, p. 149-150 ; Amandry 1992, p. 288-295 ; (date) Hatzopoulos 1991, p. 345-347.

21Date : dernier tiers du iiie s.

col. I, l. 1-10



4



8
Ἐν Σαλαμῖνι Διόδημος [- - -]ων[ος]
ἐν Καρ[π]ασε[ίαι] Ἀριστόστρ[ατος] [․]η̣μου[․]ιος
ἐν Χύτροις [- - -]
ἐν Κερυν[είαι - - -]
ἐν Λαπήθω[ι] Ἀριστοκλῆς Πο[λιά]νθου Γορτύνιος
ἐν Σόλοις [- - -]
ἐν [Ταμ]ασσῶ Θρασέας Θρα[σ]έα Ἀσπέμδιος
ἐν [Λέ]δ[ρ]οις (?)
ἐν [Ἀρ]σ[ιν]όαι? Ἀρισταγόρας Ἀρισταγόρα
[- - -]
(Théaradoques de la théorie de Chypre)
À Salamine : Diodèmos fils de […]-ôn
À Karpasia : Aristostratos fils d’Untel
À Chytroi : Untel
À Kéryneia : Untel
À Lapèthos : Aristoklès fils de Polianthos de Gortyne
À Soloi : Untel
À Tamassos : Thraséas fils de Thraséas d’Aspendos
À Lédroi (?) : Untel
À Arsinoé (?) : Aristagoras fils d’Aristagoras

22Notables chypriotes. Comme l’ont rappelé les auteurs du Choix de Delphes, « les théarodoques sont habituellement des notables, assez souvent identifiables comme tels dans l’épigraphie de leurs cités respectives » (p. 227). Pour A. Parmentier, le fait que la charge de théorodoques soit endossée par des étrangers à Tamassos et à Lapéthos reflèterait la composition majoritairement phénicienne des élites locales (Parmentier 1987, p. 406).

2344. Argos. Donation lagide et chypriote.

24Argos : Inv. Thermes 929 et Épigraphie 321.

25Bloc découvert lors de la construction de l’état I des Thermes A d’Argos en 1981.

26Trois fragments jointifs d’un bloc en calcaire brisé de toutes parts, sauf à la face de joint droite. Texte gravé sur deux colonnes ; écriture irrégulière.

27Dimensions maximales conservées : 31 × 14 × 9,5.

28Aupert 1982 (avec photographie de la pierre et de l’estampage).

29Cf. Meadows 2005.

30Date : 170-164

31Texte d’après Aupert 1982 :

Le roi Ptolémée et le roi Ptolémée son frère et la reine Cléopâtre sa sœur (ont donné) vingt nouvelles mines (…).
Et les cités chypriotes (ont donné)
 : (?) : 200 drachmes ; Karpasia : 250 drachmes ; Salamine : 1 250 drachmes ; Kourion : 1 000 drachmes ; Amathonte : 250 drachmes ; Tamassos : 200 drachmes ; Golgoi : 250 drachmes ; Kition : 1 250 drachmes ; Paphos : 100 drachmes.

32Interprétation des sommes. Nous adoptons dans la traduction le facteur de conversion 1/6 proposé par A. Meadows.

33Nature de la donation. Les cités sont classées selon un critère difficile à restituer. L’interprétation avancée par A. Meadows permet néanmoins de résoudre les problèmes posés par l'invraisemblance des sommes suggérées par l’hypothèse selon laquelle celles-ci seraient exprimées en oboles et par l’application d’un facteur 12,5 (Picard 1982). Au contraire, en considérant que les sommes versées par les cités sont exprimées en drachmes et en appliquant à la conversion le facteur 6, la lecture d’A. Meadows autorise le rapprochement de cette inscription avec ce que l’on sait de l’apomoira qui concernait 1/6 du produit des récoltes. Si l’on admet cette interprétation, l’inscription d’Argos pourrait donc rappeler le versement d’une contribution destinée à l’exercice d’un culte précis. L’existence de liens privilégiés entre Argos et la famille royale, très vraisemblablement liés à la carrière du stratège Polykratès à la cour des Ptolémées, a peut-être favorisé la diffusion du culte royal à Argos.

3445. Chytroi. Fragment de décret mentionnant des troubles politiques.

35Fragment de stèle découvert à Chytroi, brisé à gauche.

36Sakellarios 1855, p. 193-194 ; LBW, no 2767 ; Sakellarios 1890, p. 206-207 no 6.

37Date : iie s.




4



8



12



16
[- - -] καὶ Θρασυμήδης [- - -]ΕΞΙ[- - -]
[- - -]τες Η̣Ι̣Π [.] ΡΧΞΕΟΥ[. .]Ω[. .]Ο .
[- - -]σιλλο [.] θορήσαντες τῆι τε
[- - - τ]ὴν ἡμετέραν χώραν κατε-
[- - - τῆ]ς πόλεως ἐπὶ τοσο[ῦ]τ̣ο̣ν ὕ-
[βρεως - - -]ενοι καὶ τυραννῆ[σαι] ε[- - -]
[- - -]ες ἐξόχειαν ὥστε καὶ τα̣[- - -]
[- - -]τισιν τῶν πολιτῶν [- - -]
[- - - πρ]οαγόντων αὐ[τ]οὺς [- - -]
[- - - ἔτ]ι δὲ καὶ φθορᾶς ὑπαν-
[- - -]νι ἐκ τῶν ἀσύλων ἱε-
[ρῶν - - - καὶ πεπρ]ακότες εἰς τὴν εἰρ-
[εσίαν - - -]Κ [.] Ν, ἔτι δὲ καὶ ἀσ-
[- - - ἀ]πὸ τῆς ἀρχῆς ἐπι-
[- - - συν]ωμοσίας καὶ ἀντι-
[- - -]αι τὰ δημόσια Ε-
[- - -] τῶι ἀρχαίωι καὶ
[- - -] λογιστὴν [- - -]
[- - -]

38Teneur du texte et interprétation. Il n’est pas possible de donner une traduction suivie de ce texte très fragmentaire. Notons simplement qu’il s’agit vraisemblablement d’un décret honorifique pris par les autorités de la cité à la suite de troubles politiques importants. La datation du texte dans le courant du iie s. suggère que cette crise peut être liée à l’incursion séleucide à Chypre lors de la sixième guerre de Syrie (168).

Personnel et institutions civiques

3946. Lapéthos. Larnakas-tis-Lapithou. Base de statue du stratège Hèragoras fils de Noumènios.

40Base de statue.

41Sakellarios 1855, p. 208 no 2 ; LBW, no 2780 ; Sakellarios 1890, p. 140 no 2.

42Date : 300-250

Ἡραγόρας [Νου]μηνίου στρατηγός.
Hèragoras fils de Noumènios, stratège.

4347. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Décret en l’honneur d’un Sidonien.

44Musée d’Épiskopi, inv. I 78 a-d.

45Quatre fragments jointifs d’une stèle rectangulaire en calcaire gris clair, moulurée. Le fragment supérieur fut découvert en 1937 dans le niveau de surface de l’enceinte archaïque du sanctuaire d’Apollon Hylatès, les autres en 1962 dans une couche plus profonde.

46Dimensions maximales : 46,5 × 31 × 12.

47I. Kourion 32 ; Bagnall, Drew-Bear 1974, p. 179-183.

48Cf. (prosopographie des étrangers à Chypre à l’époque hellénistique) Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 38 no 33 ; (critique de I. Kourion) Bagnall, Drew-Bear 1973, p. 110.

49Date : vers 235




4



8



12
[βασιλεύοντος Πτο]λεμαίου
[τοῦ Πτολεμαίου L. .] Δαισίου α̣´?
[ἔδοξεν Κουριέω]ν τῆι βουλῆι·
[οἱ ἄρχοντες εἶπ]αν ἐπειδὴ
[ὁ δεῖνα - - -]ς Σιδώνιος,
[ὁ γενόμενος [π]ερί τῆς πόλεως
[- - -], πράσσων τὰ βέλ-
[τιστα κ]αὶ λόγωι καὶ ἔργωι
[διετέλει] περὶ τοὺς πολίτας
[…ca. 7…]ις γεγένηται ἐπαι-
[νέσαι αὐ]τὸ̣ν̣ ἕνεκεν ἀρε-
[τῆς καὶ ἀ]νδραγαθίας τῆς
[εἰς τὴν π]όλιν καὶ τοὺς πο-
[λίτας καὶ] εἶναι αὐ̣[τὸ]ν π[ολ]-
[ίτην καὶ] εὐεργέτ̣[ην κτλ.]
[- - -]
l. 6 : Mitford, [ὁ γενόμενος ἐπ]ὶ τῆς πόλεως
l. 7 : Mitford, [φρούραρχος], πράσσων τὰ βέλ-
l. 9 : Mitford, [διετέλει] καί γεγένηται
l. 16-17 : Mitford, [ἐκγόνους] αὐτ̣[οῦ, στῆσαι δὲ] / [αὐτοῦ καὶ ε]ἰ̣κ̣[όνα - - -]
Sous le règne du roi Ptolémée fils de Ptolémée, l’année (?) au mois de Daisios, le premier (?) jour. Il a plu au conseil de Kourion. Sur la proposition des archontes. Attendu qu’Untel fils d’Untel, Sidonien, l’ancien (fonction) de la cité, manifeste en paroles et en actes les meilleures dispositions à l’égard des citoyens (…), qu’on lui accorde l’éloge en raison de la vertu et du mérite dont il fait preuve à légard de la cité et des citoyens, et qu’il soit reconnu citoyen et bienfaiteur, lui ainsi que ses descendants (…).

50Édition. L’établissement de ce texte a suscité des interprétations contradictoires. Les lectures de T. B. Mitford ont largement été critiquées, à juste titre, par R. S. Bagnall et Th. Drew-Bear.

51Prosopographie. L’état fragmentaire du texte ne permet pas d’identifier le personnage honoré par la cité de Kourion. L’orientation militaire donnée à ce texte par les lectures de T. B. Mitford ne peut être confirmée et l’origine sidonienne de l’individu ne suffit pas à établir la nature de sa relation avec l’administration ptolémaïque. Comme c’est le cas dans l’écrasante majorité des cas chypriotes, la nature des bienfaits (l. 7-9) prodigués à la cité et à ses citoyens n’est pas explicitée dans le décret.

52Institutions. Ce texte offre un aperçu capital sur le fonctionnement interne d’une cité chypriote à l’époque hellénistique. Les restitutions proposées par les éditeurs s’appuient sur la mention du Conseil à la l. 3 et les tournures employées s’inscrivent dans la tradition de la rhétorique législative des cités grecques.

53Honneurs. Les honneurs attribués à ce citoyen de Sidon sont remarquables. À côté de l’éloge, le personnage reçoit la citoyenneté pour lui et ses descendants.

5448. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Base de statue du secrétaire Nikias fils d’Onèsikratès érigée par la cité.

55Musée d’Épiskopi, inv. I 175.

56Base de statue brisée à gauche, à droite et sur l’arrière, découverte en 1953. Cavité d’encastrement et traces de scellement visibles sur la face supérieure.

57Dimensions maximales : 26,5 × 59 × 41.

58I. Kourion 48.

59Date : 180-145




4
Ἡ πόλις
Νικίαν Ὀνησικράτου̣[ς]
τὸν γραμματέα τ[ῆς]
πόλεως.
La cité (a honoré) Nikias fils d’Onèsikratès, secrétaire de la cité.

6049. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Kalliklès érigée par le collège des stratèges et anciens stratèges de Paphos.

61Base de statue découverte en 1888 près de la mosaïque de la stoa sud dans le sanctuaire de Palaepaphos à Kouklia. Seules les parties gauche et droite sont conservées.

62Dimensions : (partie gauche) 26 × 37 × 29,5 ; (partie droite) 26 × 38 × 29,5.

63Hogarth et al. 1888, p. 226 nos 3-4 et p. 232 no 18 ; Mitford 1961a, p. 21 no 54 ; I. Paphos 73.

64Date : 163-145




4



8
[Καλλι]κλῆν Καλλικλέο[υς τὸν ἀρχισωµατοφύλακα τὸν Πτο]-
[λ]εμαίου, ἰλάρ̣[χην καὶ γραµµατέα τῶν ἐν Ἀλεξανδρείαι]
ἱππέων καὶ εὐωνύμ[ων παραστάτην] καὶ διδάσ[καλον]
τοῦ βασιλέως τῶν τ[ακτι]κ̣ῶν, ἡ συναρχία τῶν ἐν Πάφωι
στρατηγῶν καὶ ἐστρα[τηγ]ηκότων, ἀρετῆς ἕνεκα καὶ
εὐνοίας τῆς εἰς βασιλέ[α] Πτολεμαῖον καὶ βασίλισσαν
Κλεοπάτραν τὴν ἀδελφήν, θεοὺς Φιλομήτορας, καὶ τὰ τέκνα
καὶ τῆς εἰς ἑαυ[τ]ὴν εὐεργεσίας καὶ πρὸς ἅπαντας δικαιοσύνης.
l. 1 : Mitford, τῶν σωματοφυλάκων Πτο- ; Cayla, τὸν ἀρχισωματοφύλακα, τον
l. 2 : Mitford, ἰλάρ̣[χην, τῶν ἐν Ἀλεξανδρείαι τεταγμένων]
l. 3 : Mitford, [ἐπιστά]τ̣η̣ν
Le collège des stratèges et des anciens stratèges de Paphos (a honoré) Kalliklès fils de Kalliklès, Garde du corps en chef de Ptolémée, commandant de cavalerie et secrétaire des cavaliers stationnant à Alexandrie, cavalier de l’aile gauche et maître de tactique du roi, en raison de son mérite et de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre sa sœur, dieux Philomètores, et de leurs enfants, ainsi qu’en raison de ses bienfaits envers le collège et de sa justice envers tous.

65Magistratures. En l’état actuel de la documentation, il ne nous semble pas possible d’affirmer le caractère militaire du collège de stratèges mentionné dans cette inscription (contra I. Paphos).

6650. Salamine. Base de statue (?) consacrée par le personnel des archives.

67Musée de Famagouste, inv. inconnu.

68Base de statue en calcaire gris découverte à Limnia, à 3,5 km à l’ouest de Salamine. Brisée à droite et à l’arrière.

69Dimensions : 33 × 61,5 max.

70Mitford 1953a, p. 89 ; Mitford 1961b, p. 140-141 ; I. Salamine 90.

71Date : 150/149




4
Χρεοφύλαξιν
Φίλτων ὁ πρὸς τῆι δια̣λ̣ο[γ]ῆι
τῶν ἐν τῶι χρεοφυλακίωι
βυβλίων καὶ Νικᾶς
Ἀρεστοῦ γραμ[μα]τεύων
τ̣[ὸ] λβ´ (ἔτος).
Aux conservateurs des archives. Philtôn, préposé au classement des registres aux archives et Nikias fils d’Arestos, le secrétaire, en l’an 32.

72Magistratures. Cette inscription témoigne du fonctionnement des archives de la cité de Salamine – organe essentiel des institutions civiques.

73Traduction. En l’absence de contexte archéologique, il n’est pas possible de savoir si le terme χρεοφυλάκιον désigne ici un bâtiment à part entière.

7451. Kourion. Acropole. Fragment de décret honorifique.

75In situ ?

76Stèle rectangulaire de marbre blanc remployée dans l’autel de l’église Aghios Ermoyenis, à l’est de l’acropole de Kourion où elle se trouvait encore en 1936.

77Dimensions : 98 × 57,5 × 10.

78LBW, no 2817 ; Sakellarios 1890, p. 68-69, no 8 ; I. Kourion 34.

79Cf. (critique de I. Kourion) Bagnall, Drew-Bear 1973, p. 110, 112, 214-215.

80Date : milieu du iie s.




4



8



12



16
[Ἐπειδὴ ὁ δεῖνα, τῶν ἀρχόντων κ]αὶ ἀρξάντων, ὁ ἱερεὺς
[τοῦ Ἀπόλλωνος, ὁ γυμνασίαρχο?]ς καὶ ἀγορανόμος καὶ
[ἀγωνοθέτης?, Ἀπόλλωνι Ὑλάτηι κ]α̣ὶ τοῖς ἄλλοις θεοῖς ἀ̣εὶ
[ἐκ τῶν ἰδίων ἁπάσας θύει τὰς πρ]οσηκούσας θυσίας ἐπὶ
[τῆι σωτηρίαι τῆς πόλεως, εὔνο]ιαν διαφυλάσσων καὶ τὴν
[καλλίστην πᾶσι φιλοτιμίαν ἀπο]δεικνύμενος, τῆς δὲ
[- - - ε]ἰσενήνεκται φροντίδα
[- - - τοὺ]ς ἐνδόξους ἄνδρας καὶ
[- - -] τῆς ἑστίας μετόχους
[.. ἐν ταῖς ἀεὶ ἀγομέναις ὑ]π̣ὸ τῆς πόλεως ἑορταῖς
[πολλὰς καὶ μεγάλας χρείας τῶι] δ̣ήμωι παρέσχηται, λυσιτε-
[λῶς - - -]ι ἀναστραφεὶς καὶ τὸν
[- - - κ]αὶ ἐπισκευάσας τόν τε προ
[- - -]ας καὶ κατὰ τοῦτο δόξης
[- - -] ἀγομένοις τὰς αὐτὰς ἀρχὰς
[- - -] πρέπουσαν τοῖς στεμ
[- - -]οντος τυχεῖν αὐτὸν καὶ
[- - -]ς εὐχαριστίας.


20



24



28
Vacat
[Δεδόχθαι τῆι βουλῆι ἐπὶ τούτοι]ς ἐπαινέσαι τε τὸν
[δεῖνα καὶ στεφανῶσαι αὐτὸ]ν χρυσῶι στεφάνωι
[καὶ ἀναστῆσαι ἀνδριάντα χαλ]κοῦν ἐν τῶι ἐπισημο-
[τάτωι τόπωι τῆς πόλεως καὶ ἕτερον ?] αὐτοῦ ὁμοίως ἐν
[τῶι ἱερῶι τοῦ Ἀπόλλωνος καὶ εἰ]κόνα γραπτὴν ἐν ἀσπι-
[δίωι ἐπιχρύσωι καὶ τὰς τιμὰς ταύτα]ς ἀναγράψαι εἰς στήλην
[καὶ στῆσαι ἐν τῶι ἱερῶι ἵνα πά]ντες εἰδῶσιν τήν τε
[βουλὴν καὶ τὸν δῆμον ἀποδεδωκ]ό̣τα̣ τοῖς καλῶς καὶ ἐν-
[δόξως ἀναστρεφομένοις ὑπὲρ τοῦ] δήμου τὰς καταξίας
[χάριτας].
l. 22 : Mitford, καὶ ἄλλον
Attendu qu’Untel, exerçant et ayant exercé comme stratège, occupant les fonctions de prêtre d’Apollon, de gymnasiarque, d’agoranome et d’agônothète, effectue tous les sacrifices successifs (?) qu’il convient d’effectuer pour Apollon Hylatès et toutes les autres divinités sur ses propres fonds pour le salut de la cité, cultivant la bienveillance et faisant preuve de la plus haute estime envers tous ; que d’autre part il prend en charge le soin (…) des hommes illustres et (…) partageant le foyer (de la cité) lors des fêtes organisées par la cité, rendant de nombreux et grands services au Peuple, s’étant comporté libéralement (…).
Plaise au conseil : d’accorder l’
éloge au dit (nom) pour ces raisons mentionnées, et de le couronner d’une couronne d’or, de faire dresser sa statue en bronze à l’endroit le plus prestigieux de la cité, ainsi qu’une seconde dans le sanctuaire d’Apollon, avec aussi un portrait peint sur un bouclier doré ; et de faire graver ces honneurs sur une stèle érigée dans le temple afin que tous sachent que le conseil et le peuple attribuent des récompenses appropriées à ceux qui se sont comportés avec grandeur et dignité pour le salut du peuple.

81Édition. L’établissement de ce texte dont la provenance exacte n’est pas connue a donné lieu à des interprétations contradictoires. Les restitutions proposées par T. B. Mitford ont été critiquées en des termes très durs par R. S. Bagnall et Th. Drew-Bear : « Not a single parallel for any of the phrases restored, not a single argument to support the grammatical constructions that are proposed. This procedure is simply inadmissible […]. » La publication des Inscriptiones Graecae permettra sans doute d’améliorer l’édition de ce texte important. Le dispositif des décisions peut néanmoins être restitué avec assurance.

82Magistratures. Telle que restituée par son premier éditeur, cette inscription confirme l’activité d’agoranomes dans la cité de Kourion à l’époque hellénistique. Elle montre par ailleurs l’articulation des activités institutionnelles et des rites religieux : le personnage honoré a occupé à la fois des fonctions politiques et religieuses (l. 1-5), et s’est illustré par la pratique de sacrifices favorables. Ce texte offre par conséquent un parallèle au décret de la même cité en l’honneur d’Andronikos (63).

83Honneurs. Parmi les honneurs attribués au personnage, certains sont tout à fait exceptionnels. La couronne d’or, le portrait peint sur bouclier et, a fortiori la statue en bronze entrent dans la catégorie des honneurs coûteux que les cités hellénistiques réservaient aux grands bienfaiteurs.

Règlements et activités économiques

8452. Arsinoé. Document de nature fiscale mentionnant l’application de la taxe de l’apomoira.

85Munich, Antikensammlung, inv. inconnu.

86Bloc de marbre blanc découvert à Polis-tis-Chrysochou sur le site de l’ancienne Arsinoé, brisé à gauche.

87Dimensions : 24 × 18 × 10.

88LBW, no 2783 ; Oberhummer 1888, p. 318, no 8 ; Segre 1952, p. 319-330 [avec photographie d’un estampage réalisé par A. Rehm] (SEG 12, 550).

89Cf. (interprétation du texte) Mitford 1953a, p. 88 ; (critique de Segre 1952) L. Robert, BE 1954, no 262 ; (administration ptolémaïque de Chypre) Bagnall 1976, p. 78, 228 ; (culte d’Arsinoé) Anastassiades 1998, no 3 ; (taxe de l’apomoira) Clarysse, Vandorpe 1998 ; Caneva 2014.

90Date : deuxième quart du iiie s.




4



8
[- - - κ]αρπῶν
[- - -]νειν ἀπόμοιραν
[- - -], τοὺς δ’ ἔλασσον
[- - -]ν̣ου̣ τ̣οῦ μετρή-
[- - -]σι δύο ὀβο-
[- - -] συνήγετο.
[- - -]φίεμεν δ’ ὑμᾶς τῆς τε
[- - -]ικὸν τάλαντα ἑξήκον-
[- - -]τα ἕξ καὶ ἀφ’οὗ συ·
[- - -]
l. 1 : Segre, [- - - τῶν μὲν τῶν ἀκροδρύων (vel ἐκ παραδείσων) κ
l. 2 : Segre, [τοὺς μὲν πλείω ἤ ἀρούρας tot γεωργοῦντας ἀποτί]νειν
l. 3 : Segre, [κατὰ τὸν νόμον Ἀρσινόηι Φιλαδέλφωι τὴν ἕκτην(?)]
l. 4 : Segre, [- - - τῶν δὲ ἀμπελώνων, οἴ]ν̣ου̣
l. 5 : Segre, [του τοῦ Κυπριακοῦ τιμουμένου δραχμὰς εἴκο]σι
l. 6 : Segre, [λόν, τὴν ἀπόμοιραν συνάγεσθαι ὡς καὶ πρότερον]
l. 8 : Segre, [- - -, ἧς ὀφείλετε εἰς τὸ βασιλ]ικὸν

91Édition. Cette inscription est très fragmentaire et les restitutions pour le moins hasardeuses proposées par M. Segre doivent être considérées avec prudence. Les lacunes de la pierre ne permettent notamment pas de tirer des conclusions précises sur les modalités d’acquittement de la taxe, ni sur les liens entretenus par cette dernière avec le culte d’Arsinoé Philadelphe à Chypre.

92Importance historique. La mention de l’apomoira dans ce texte de nature fiscale a été invoquée pour affirmer l’intégration de Chypre dans le système fiscal en vigueur dans le royaume égyptien. Le rapprochement avec ce que l’on sait de l’affectation du revenu de l’apomoira au culte d’Arsinoé II en Égypte – s’il doit toutefois rester hypothétique – est séduisant, et la découverte de cette inscription à Arsinoé, fondation de Ptolémée Philadelphe baptisée du nom de la reine, retient d’autant plus l’attention.

9353. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Décret honorifique octroyant des privilèges financiers à Pasikratès.

94Musée d’Épiskopi, inv. I 70-73.

95Quatre fragments jointifs d’une stèle de marbre blanc, provenant du sanctuaire d’Apollon Hylatès. La stèle est brisée à droite et à gauche ; arrière non travaillé. Le premier fragment (a) fut découvert en 1937 par l’équipe de l’université de Pennsylvanie en surface sur le sol de la zone dite « Archaic Altar Precinct » dans le sanctuaire d’Apollon Hylatès. Le fragment supérieur gauche (b) provient de la zone K80, surface S85 des fouilles dirigées dans le même sanctuaire par D. Buitron-Oliver ; le fragment supérieur droit (c), de la zone K79 Jg, surface S50b ; le fragment inférieur droit (d), provient de la zone K80 Jg, surface S81. L’inscription s’étend sur dix lignes.

96Dimensions totales des quatre fragments : 36,8 × 15-15,3 × 9.

97I. Kourion 31 (un seul fragment) ; Nicolaou 1996, p. 174 no 2 (SEG 46, 1740).

98Cf. (mention) Mitford 1953a, p. 83 ; (critique de I. Kourion) Bagnall, Drew-Bear 1973, p. 214.

99Date : milieu du iiie s.




4



8
[- - -]ς̣ Κουρίου Πασικρ[άτης]
[- - -]ο̣κράτης ὁ υἱός· ἔδ[οξε]
[- - -]ι̣στοτέλους Κα[- - -]
[- - - πρ]οξενίαν αὐτῶ[ι, τῶι]
[υἱῶι καὶ τοῖς ἐκγόνοι]ς(?) καὶ ἔγκτησι[ν γῆς]
[καὶ οἰκίας] καὶ ἀτέλειαν π̣[άντων]
[χρημάτων καὶ εἰσ]άγοντι καὶ ἐξά̣[γοντι]
[καὶ εἶναι αὐτῶι καὶ εἴσ]πλουν καὶ ἔκ[πλουν]
[καὶ ἀσφάλειαν(?) καὶ ἐν] πολέμωι καὶ ἐν [εἰρή]-
[νηι καὶ ἀσυλ]εὶ καὶ ἀσπον[δεὶ …7…]
vacat
l. 1 : Mitford, Nicolaou, [- - - τῆς πόλεω(?)]ς̣ Κουρίου Πασικρ[άτης]
l. 2 : Mitford, Nicolaou, [- - - καὶ Ἀριστ]ο̣κράτης ὁ υἱός· ἔδ[οξε]
l. 3 : Mitford, [τῇ πόλει(?) τοῦ Κουρίου, Ἀρ]ι̣στοτέλους Κα[- - -] ; I. Nicolaou donne un curieux τῆς πόλει dans l’édition de 1996, corrigé dans le SEG
l. 4 : Mitford, [ἄρχοντος, δοῦναι πρ]οξενίαν αὐτῶ[ι, τῶι]
(En raison de la bienveillance de) Pasikratès fils d’Untel et de son fils […]okratès, il a plu à la cité (ou instances décisionnelles) de Kourion, sous l’archontat d’Aristotélès fils de Ka(…) de lui accorder la proxénie, ainsi qu’à son fils et à ses descendants, ainsi que le droit d’acquérir terre et maison (…) ; de lui accorder également l’exemption de taxes pour tous ses biens, et l’exemption à l’import et à l’export ; et qu’il lui soit également possible d’importer et d’exporter par voie de mer, et que lui soit garantie la sécurité en temps de guerre comme en temps de paix, sans crainte des saisies et sans trêve.

100Édition. L’editio princeps, majoritairement suivie par les éditeurs postérieurs admet que la cité puisse être désignée par le terme πόλις suivi de l’ethnique au singulier Κουρίου. Cette restitution, pour le moins inhabituelle, est sans parallèle dans le corpus et doit sans doute être abandonnée.

10154. Salamine. Inscription mentionnant une dédicace architecturale des agoranomes.

102Perdue.

103Bloc de marbre provenant de Salamine.

104I. Salamine 36.

105Date : ier s.




4
[Σαλα]μινίων τῇ πόλει καὶ τῷ δήμῳ
[Στασικρά]της Ἐμπύ[λου] καὶ Ἰάσων Καρπ-
ίωνος [ἀγ]ορανομοῦντες
[- - -]τοίας κατεσκεύασαν.
Pour la cité et le peuple de Salamine, Stasikratès fils d’Empylos et Iasôn fils de Karpiôn, agoranomes, ont fait construire (…).

106Datation et nature du texte. Ce texte constitue l’un des rares témoignages des activités édilitaires de notables locaux. Son attribution à la fin de l’époque hellénistique ou au début de la présence romaine demeure incertaine.

10755. Salamine. Fragments d’un règlement économique.

108British Museum, inv. 91.8-6.12.

109Trois fragments d’une stèle de marbre blanc, brisés de toutes parts.

110Dimensions maximales : (a) 20,5 × 19,5 × 4,2 ; (b) 16,5 × 16,5 × 4,2 ; (c) 7,2 × 7,2 × 4,2.

111GIBM IV.2, no 978a-c ; Roesch 1979, p. 354-357 ; I. Salamine 21.

112Date : ier s.




4



8
[- - -] χ̣ρήμα̣[τα - - -]
[- - -] εἰς τὴν [- - -]
[- - - π]ερὶ τῆς χώρας [- - -]
[- - -] τῷ ἔτει περὶ τοῦ Ι[- - -]
[- - -]μμένοις πρόστιμο̣[- - -]
[- - - σ]ῦκα γεμί<ζ>ειν ἐπὶ τῷ ε̣[- - -]
[- - -]τ̣ω ἀργυρίου δραχμὰς χιλία[ς- - -]
[- - -]λ̣ειν σῦκα τὰ γεινόμε[να…ca. 8…]ΙΙΙ ἀφαιρε[ῖν - - -]
[- - -]ειν ἱερὰς το[ῦ Διὸς τοῦ Ὀλυ]μπίου· τὴν δ[ὲ - - -]
[- - - τὴν] δὲ <λ>οιπὴν επε̣[- - -]
[- - - ἄρ]χοντες Φιλι[- - -]




4
vacat
[- - -]
[- - -]ΑΤΑΧΙ[- - -]
[- - -]γράψατο [- - -]
[- - -]ς τρεῖς [- - -]
[- - -]

113Édition. Seules les premières lignes de ce texte (règlement ou décret) peuvent être interprétées. La mention des ressources financières et de produits agricoles (des figues) assure la nature économique de ce texte. La mention d’une peine financière (πρόστιμον, l. 5) plaide également dans ce sens. L’évocation des archontes à la l. 11 témoigne de l’activité régulière des institutions civiques à Salamine au ier siècle.

Activités commerciales et artisanales

11456. Marion (Arsinoé). Épitaphe de la mère d’Hebdomaios, artisan de la pourpre.

115Cyprus Museum, inv. 425.

116Stèle rectangulaire en calcaire blanc acquise à Polis et provenant de l’ancienne Marion.

117Dimensions : 88 × 45 × 14,8.

118Mitford 1961b, p. 93-94 no 1.

119Date : fin du ive s.




4
Ἑβδομαῖος
πορφυρεὺς
τῆι μητρὶ
καὶ Τιμαγόρας
Στασιοίκου.
Hebdomaios, artisan de la pourpre (a fait ériger) pour sa mère, avec Timagoras fils de Stasioikos.

120Activités commerciales. Ce texte fait écho aux activités d’un illustre contemporain d’Hebdomaios, également impliqué dans l’industrie de la pourpre (sur cette production à Chypre : Mitford 1961b, p. 94) : d’après Diogène Laërce (Vies des philosophes, VII, 28), Zénon de Kition, le célèbre fondateur de l’école du portique et fils d’un riche négociant, fit naufrage à l’âge de vingt-deux ans (quelque part entre la fin du troisième quart et le dernier quart du ive s.) au cours d’un transport de pourpre en direction du Pirée (Yon 1997).

12157. Marion (Arsinoé). Épitaphe d’Onasilos.

122Cyprus Museum, inv. 79.

123Stèle rectangulaire en calcaire acquise à Polis et provenant de l’ancienne Marion.

124Dimensions : 63,2 × 29,5 × 11,5.

125Mitford 1961b, p. 94-99 no 2.

126Cf. (onomastique) Masson, Heubeck 1962, p. 151 n. 2.

127Date : fin du ive s.




4
Ἐπέστη-
σεν ἡ γυ-
νὴ Τιμα-
γόρατις Ἀ̣<π>-
ελλαίου Ὀν-
ασίλωι γ-
ναφεῖ.
l. 4-5 : la restitution du nom Apellaios est due à O. Masson et A. Heubeck
Son épouse Timagoratis fille d’Apellaios a érigé (cette stèle) pour Onasilos, foulon.

128Datation et provenance. Cette épitaphe ainsi que la précédente datent vraisemblablement des dernières années du royaume de Marion, bien avant sa refondation par Philadelphe.

12958. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue d’un architecte naval dédiée par Ptolémée Philadelphe.

130Musée de Kouklia, inv. KM 51.

131Base de statue en marbre noir trouvée aux abords du sanctuaire de Palaepaphos en 1888. Cavité oblongue et trou de scellement visibles sur la face supérieure ; traces de mortier dans le creux des lettres.

132Dimensions : 32 × 65 × 69.

133Gardner et al. 1888, p. 255 no 125 ; Mitford 1961a, p. 9 no 17 ; I. Paphos 64.

134Cf. Hauben 1987, p. 22 ; Hellmann 1999, p. 35 no 11.

135Date : 300-250

[Β]ασιλεὺς Πτολεμαῖος
[Πυρ- vel Ἐρ]γοτέλην Ζώητος ἀρχιτεκτονήσ[αντα]
τὴν τριακοντήρη καὶ εἰκ[ο]σ[ήρη].

Le roi Ptolémée (a honoré) Pyrgotélès (ou Ergotélès) fils de Zôes, qui fut l’architecte du navire à trente rames et d’un navire à vingt rames.

136Importance historique. La base de statue dédiée à Palaepaphos par Ptolémée en l’honneur de l’architecte naval Pyrgotélès (ou Ergotélès) est l’unique monument honorifique conservé dédié par un membre de la dynastie lagide à Chypre. En rendant hommage à l’ingénieur paphien, le roi exprime une certaine reconnaissance envers le savoir-faire technique des Chypriotes dans le domaine naval – compétence qui contribue précisément à justifier l’importance de l’île dans le dispositif militaire et économique des Ptolémées. Les imposants vaisseaux militaires, de combat ou de transport, font l’objet d’une véritable compétition technologique entre les souverains à l’époque hellénistique.

137Datation. J.-B. Cayla propose de situer ce document sous le règne de Ptolémée Sôtèr sur la base de critères formels (titulature royale, style de gravure). L’hypothèse d’une relation avec la bataille de Salamine en 306 est séduisante. Toutefois, l’issue désastreuse de la bataille pour Ptolémée rend difficile cette attribution (Diodore, 20, 50-52). Il reste néanmoins possible d’inclure la dédicace de Paphos dans la série des inscriptions commémorant l’installation lagide à Chypre : dans ce cas, il faut d’après nous maintenir le terminus post quem en 295/294. D’autre part, Pyrgotélès est honoré pour la réalisation d’un navire à trente rangs de rames et d’un navire à vingt rangs de rames. Or, d’après Diodore de Sicile (Diodore, 20, 49-50), la flotte de Ptolémée ne comprend pas à Salamine de navires supérieurs aux quinquérèmes (5 rangs), à l’inverse de celle de son adversaire qui possède des hexères et des heptères (6 et 7 rangs). Il faut attendre le règne de Ptolémée Philopatôr pour voir apparaître l’énorme tettarakontère (40 rangs) d’apparat (Rougé 1975, p. 104). Les navires bâtis par le Paphien Pyrgotélès doivent donc se situer entre le début et la fin du iiie siècle : dans cette perspective, les quatre premiers Ptolémées représentent des candidats théoriques pour la dédicace paphienne. L’omission de la titulature et l’absence d’inscription dans le contexte dynastique soutiennent au demeurant une datation sous le règne de Sôtèr.

138Ethnique et onomastique. Nous nous rangeons à l’opinion de M.-Chr. Hellmann (Hellmann 1999, p. 99) et de J.-B. Cayla (I. Paphos, p. 188) sur l’origine locale du personnage (contra Michaelides 1996, p. 142). Il semble également possible de restituer l’anthroponyme Ἐργοτέλης. Notons qu’un architecte rhodien du nom de Πυργοτέλης est connu au ier siècle (I. Lindos 2).

13959. Lédroi. Sanctuaire de la grotte de Kafizin. Consécration d’un vase rituel à la Nymphe du piton par le barbier Onèsagoras.

140Plat à cuire brisé en vingt-quatre fragments dont vingt jointifs qui composent une partie du bord et de la paroi. Bord déversé et légèrement relevé ; corps légèrement convexe. Pâte fine avec de petites inclusions, moyennement cuite, de couleur beige rosé, recouverte d’un engobe beige. Inscription avant cuisson sur deux lignes courant en direction du sommet de la paroi interne.

141Diamètre restitué : 29 cm (32 avec anses) cm. Hauteur restituée : 9 cm.

142Nymph. Kaf. no 119 ; Lejeune 2014, p. 283.

143Date : 183-177




4
Ἀπὸ [τοῦ - - -] (ἔτους)· ἀπὸ τῆς Ζήν[ο]νος κοινονί[ας τôν λίνο]ν κα[ί το]ῦ σπέρµατος
τὸ χαριστήριον τόδε Ὀνησαγόρας Φ]ιλουνίου κου<ρ>[εὺς Νύµφηι τῆι ἐν τôι
στρόφιγγι ὁ δεκατηφόρος]
[διὰ τοῦ δεῖνος] κεραµίως κώµης Γύ[- - -, ἐμ]ή τη καὶ ἄλλα [πολ]λὰ τάδη εὐ[χάριστα
καἰ εὐά]ρμοστ̣[α ? ἐπ’ ἀγαθῆι τύχηι] ?
l. 2 : Mitford, Lejeune χαριστήριω̣[ν
l. 4 : Lejeune 2014, p. 313, κώµης Πύ (?)
Sur l’an ?, sur l’association des lins et de la graine de Zénon, cette offrande de reconnaissance (a été offerte par) Onésagoras fils de Philounios, barbier (…), par l’intermédiaire (?) du potier (Untel), du village de Gy-. (Il m’a offert) moi et ces nombreuses autres offrandes de reconnaissance (…).

144Contexte. Ce texte est extrait du corpus de Kafizin. L’ensemble formé par ces quelque 310 vases inscrits (Nymph. Kaf. nos 1-309, A. Hermary, « Un nouveau vase inscrit de Kafizin », CCEC 36, 2006, p. 63-72) constitue un dossier d’importance majeure pour l’histoire de Chypre à l’époque hellénistique. Ces inscriptions incisées sur les vases offerts à la « Nymphe du piton » mettent en effet en scène une société rurale extrêmement dynamique et diverse : on y rencontre à la fois des cultivateurs (spécialisés dans la production du lin), des potiers (on recense au moins quarante-cinq attestations certaines ou très probables du terme κεραµεύς) et des collecteurs d’impôts, évoluant dans un réseau économique et religieux fortement organisé.

14560. Salamine. Épigramme funéraire de Dèmônax.

146Larnaca, collection Pierides, inv. 354.

147Stèle de marbre provenant du village d’Aghios Serghios, dans la région de Salamine.

148Dimensions : 23 × 30 × 6,5.

149I. Salamine 191 ; Voskos 1997, E26.

150Date : iie s.




4



8
Τύμβε, τίνος τόδε σῆμα; τεὰν ὑπὸ λισσάδα κε[ῖται]
τίς, φράσον, οἰκτροτάταν μοῖραν ἐνεγκάμενο[ς];
Δημῶναξ, Σαλαμὶς ὃν ἐθρέψατο παῖδα φέριστον
ἐμπορίαις, πικρὸν δ’ εἰς Ἀχέροντ’ ἔμολεν,
πόντον ἐπιπλώσας ἁλιμυρέα καὶ πολυκλαύτωι
ματέρι καὶ γενέται στυγνὰ λιπὼν δάκρυα·
οὐχ ἧψαν γὰρ φῶς τὸ γαμήλιον οὐδ’ ὑμέναιον
ἔκλαγον, ἀλλὰ γόους ὀκτακαιεικοσέτους.
οὐ κακός ἐστ’ Ἀΐδας; πάρι[θ]ι, ξένε, χαῖρε, προσείπας,
κοινὸς ἐπεὶ θνατοῖς ὁ πλόος εἰς φθιμένους.
v. 10 : I. Salamine, κοινόν
Pierre, à qui appartient ce tombeau ? Dis qui repose sous cette dalle, ayant emporté la plus cruelle destinée ? – C’est Dèmônax, que Salamine a élevé, son enfant le plus farouche pour le commerce en mer, mais c’est l’Achéron amer qu’il a gagné après avoir navigué sur l’onde marine, et laissé de mornes larmes à sa mère et à son père éplorés. Car ils n’ont pas allumé le flambeau du mariage et ce n’est pas le chant nuptial qu’ils ont entonné, mais des gémissements pour ses vingt et huit années. Hadès n’est-il pas malveillant ? Passe, étranger, après avoir dit « salut », puisqu’il est commun à tous les mortels le voyage vers ceux qui ont disparu.

151Nature du texte. Nous choisissons de présenter ce texte funéraire dans la mesure où il apporte un éclairage original sur la société de la cité de Salamine au début de l’époque hellénistique. L’épigramme funéraire de Dèmônax révèle, dans un style propre à l’écriture poétique, l’importance des activités commerciales maritimes pour la grande cité orientale.

Cultes et politique

15261. Lapéthos. Larnakas-tis-Lapithou. Décret des prêtres de Poséidon Narnakios en l’honneur de Noumènios.

153Cyprus Museum, inv. 214.

154Base de statue provenant du sanctuaire de Poséidon Narnakios.

155Dimensions : 36,9 × 82,9 × 74.

156LBW, no 2779 ; Sakellarios 1890, p. 140, no 3 ; Mitford 1939, p. 14 n. 2.

157Cf. Nicolaou 1971, no 17 ; (inscriptions phéniciennes de Lapéthos) Fourrier 2015, p. 44-45.

158Date : début du iiie s.





4



8
Νουμήνιος Νουμηνίου.
vacat
Ἐπειδὴ Νουμήνιος Νουμηνίου,
εὐεργέτης ὢν τῆς πόλεως, διετέλει δὲ
τὴν πᾶσαν ἐπιμέλειαν ποιούμενος τοῦ τε
ἀρχιερέως καὶ τῶν ἱερέων καὶ λόγωι καὶ ἔργωι·
ἔδοξεν Πραξιδήμωι τῶι ἀρχιερεῖ καὶ τοῖς ἱερεῦσι
τοῦ Ποσε[ι]δῶνος τοῦ Ναρνακίου δοῦναι
Νουμηνίωι καὶ ἐγγόνοις ὧν ἂν θύωσιν
ἀτέλε[ι]αν τῶν γέρων εἰς τὸν ἅπαντα χρόνον.
[τ]ύχηι τῆι ἀγα[θ]ῆι.
[Décision concernant] Noumènios fils de Noumènios :
Attendu que Noumènios fils de Noumènios, bienfaiteur de la cité, ne cesse de témoigner toute son attention, en paroles et en actes, à l’
égard du grand-prêtre et des prêtres ; il a plu au grand-prêtre Praxidèmos et aux prêtres de Poséidon Narnakios d’accorder à Noumènios et à ses ancêtres l’exemption perpétuelle de taxes sur toutes les parts d’honneur qu’ils viendront à consacrer.
À la bonne fortune !

15962. Amathonte. Sanctuaire d’Aphrodite sur l’acropole. Décret concernant le culte d’Aphrodite.

160British Museum, inv. 1894,1102.1.

161Bloc de marbre bleuâtre brisé à droite, acquis par le British Museum auprès d’un villageois d’Aghios Tychonas. D’après une lettre conservée dans les archives du BM, provient de l’acropole d’Amathonte.

162Dimensions : 49,5 × 22,2 × 7,2.

163Murray, Smith, Beauchamp Walters 1900, p. 97-98 ; GIBM IV.2, no 975.

164Cf. Rudhardt 1975, p. 139-142 ; Van Berchem 1975, p. 155 ; Hermary 1988, p. 102 ; Aupert 1996, p. 56 ; Pirenne-Delforge 1994, 353-354 ; (épiclèse) Mitford 1946, p. 40 n. 64, I. Paphos, p. 217 ; Amathonte VI, p. 7-8 ; (Aristôn) Hermary 1999, p. 51-54.

165Date : fin du iie s.




4



8



12



16



20
Ἀγαθῆι τύχηι. v (ἔτους) [. .]
ἐφ’ ἱερέως Κύπρου Ἀφρ[οδίτης]
Χαρίνου τοῦ Χαρίνου [τῶν ἐστρα]-
τηγηκότω̣ν καὶ γεγυμν[ασιαρχηκό]-
των καὶ ἀρξάντων ὑπὲ[ρ τῆς σω]-
τηρίας τοῦ Ἀμαθουσίω[ν δήμου]
καὶ τῶν καρ̣πῶν. v  Ἀρίσ[των Eὐφρα]-
νορος, τῶν ἐστρατηγη[κότων καὶ]
γεγυμνα̣[σ]ιαρχηκότ[ων καὶ ἀρξάν]-
των, ὁ ἡγήτωρ, τὸ εἰθισ[μένον εἶπε θύεσ]-
θαι τῆι προδηλουμέ[νηι ἑορτῆι καθ’ ἑ]-
κάστην ἡμέραν ὑ[πὲρ τῶν τὴν γῆν γε]-
ωργούντων ἐν τημ̣[ελείαι κατὰ τὸ δόγ]-
μα τὸ λεγόμενον, ὅ̣[πως ἀσύμφορον]
δι’ ὅλου τοῦ ἐνιαυτ[οῦ εἰς τὸ]
[πλῆθ]ος μηδὲν γ[ένηται μήτε]
[ἀστερ]γές· εἰ δὲ κα[ὶ δέοι τι τοῦ εἰω]-
[θ]ότος ὑπὸ τῆς π[όλεως κατὰ τὸ]
ἱερὸν δόγμα τὸ [λεγόμενον δί]-
δοσθαι εἰς τὸ ἱερ[ὸν τῆς Ἀφροδίτης, τά]-
δε πάντα προ[σδιδόναι διὰ τὴν εἰς]
τὸν δῆμον π[ροθυμίαν καὶ τὴν εἰς]
τὸ θεῖον εὐσέ[βειαν].
l. 7 : restitution due à Hermary 1999, p. 53.
À la Bonne Fortune, en l’année (…). Quand Charinos fils de Charinos, ancien stratège, ancien gymnasiarque et ancien magistrat était prêtre de Kypros Aphrodite, en faveur de la sauvegarde des Amathousiens et des récoltes, l’ hègètôr Aristôn fils d’Euphranôr, ancien stratège, ancien gymnasiarque et ancien magistrat, a proposé que l’on accomplisse les sacrifices habituels chaque jour de la fête programmée, pour le salut de ceux qui cultivent la terre dans le respect du rite énoncé, de façon à ce que rien de nuisible ou de pénible ne survienne pour le peuple tout au long de l’année. Et par ailleurs, (il a proposé) que si quelque chose venait à manquer à ce que la cité a coutume d’offrir au sanctuaire d’Aphrodite selon les prescriptions dudit règlement, qu’il compenserait ce manque en totalité par générosité envers le peuple et par piété envers la divinité.

16663. Kourion. Gymnase. Décret en l’honneur d’Andronikos.

167Musée d’Épiskopi, inv. RR 717.

168Fragment de stèle moulurée en marbre blanc complète en haut, découverte remployée dans le sol d’une église d’Épiskopi et provenant vraisemblablement de la zone du gymnase de Kourion. La stèle présente un dispositif de scellement sur les côtés et à la face supérieure. Une couronne incisée sour la moulure.

169Dimensions : 94 × 36-37 × 35-45.

170Michaelidou-Nicolaou 2007, no 3 ; Thonemann 2008.

171Date : 31




4



8



12



16



20



24



28



32



36



40



44
Ἔτους γ ʹ, Παχὼν ιε ʹ·
[Ἐπε]ι̣δὴ Ἀνδρόνικος Ποσειδωνίου τ̣ῶ̣[ν]
[βουλ]ευ̣τῶν, ὁ ἱερεὺς τῶν βασιλέων κα̣[ὶ]
[ἐπι]λυκ̣άρχης κ̣αὶ ἀγορανόμος, καὶ πρότε̣-
[ρο]ν̣ ἐν [π̣]ο]λ̣ειτ̣ι[κα]ῖς ἀρχαῖς γενόμενος
[τὴν ἑα]υ̣τ̣οῦ δι̣κ̣αιο[σύν]η̣ν̣ φ̣ανερὰν κατέστησ[εν]
[καὶ κ]οινῆι π̣[ρὸς ἅπαν]τ̣α̣ς καὶ κατ᾿ ἰδίαν πρὸ̣[ς]
[ἕκαστον (?) τὸ]ν̣ ε[ἰσαφικ]ν̣ο̣ύμενον ἑαυτὸν διδ̣-
[ούς (e.g.) εὔχρηστον· παρα]κ̣λ̣ηθεὶς δ᾿ ὑπὸ τῆς πόλεω̣[ς]
[πάλιν ὑπομεῖν]αι καὶ τὰς προγεγραμμένας̣
[ἀρχάς, δι᾿ ὅλου] τ̣οῦ̣ ν̣ῦ̣ν ἔτους μετὰ πάσης π̣ρο-
[θ̣υμίας ἑαυ]τ̣ὸν ἐπέδωκεν, κρίνας µ̣ηδὲν πα̣-
[ραλείπειν τῶ]ν̣ ε̣ἰ̣ς τιμὴν καὶ δόξαν ἀνήκον-
[των· καὶ (?) πρῶτ]ο̣ν μὲν τῶι προηγουμένω̣[ι]
[τῆς πόλεως Ἀπόλλ]ω̣νι Ὑλάτη̣ι καὶ τοῖ̣[ς] ἄ̣λλοις
[θεοῖς ὑπὲρ τῶν μεγ]ίστων κυρίων β̣α̣σ̣ι̣λέω̣[ν]
[τὰς (e.g.) εἰθισμένας καὶ πρ]επούσας θυσίας ἐπε̣-
[τέλεσεν, τήν τε πρ]ὸ̣ς τὸ θεῖον εὐσέβεια̣[ν]
[καὶ τὴν πρὸς τοὺς βα]σιλ̣εῖς εὔνοιαν ἐνδ̣[εικ]-
[νύμενος· (?) ἐπευωνίσας δ]ὲ̣ τὰς ἀγορὰς λυ̣σ̣ι̣[τε]-
[λῶς τὴν πᾶσαν προσηνέ]γ̣κατο πρόνοιαν,
[…ca. 21…το]ὺ̣ς κατὰ μέρος̣
[…ca. 4…]ΤΑΣΕΝ[. . .]τ̣[ῆι πρὸς τ]οὺς Ἐπιλύκ[ους]
[καὶ] Παρεπιλύκο<υ>ς συνπεριφο̣ρᾶι καὶ τῆι π[ερὶ]
[τὸ πρ]υ̣τανεῖον αὐξήσει τὴν ἑαυτοῦ φιλαγα-
[θίαν] φανερὰν ἐποίησεν, τούς τε πολίτας κ[αὶ]
[τοὺς ἐ]πιδημήσαντας ἐνδόξους ἄνδρας κ̣[αὶ]
[φιλο]λ̣όγους καὶ θεατρικοὺς ἀδιαλίπτως τ̣[ῆς]
[ἐπὶ τὴν] ἑστίαν καταλογῆς καταξιώσας· διὸ καλ̣-
[ῶς ἔχ]ο̣ντος μεγαλομερῶς ἀνεστραμμέ[νον]
[καὶ (?) ἐπιση]µ̣αινόμενον ἄνδρα τυχεῖν τῆς ἐπιβαλ̣[λού]-
[σης τι]µ̣ῆς·
ἀγαθῆι τύχηι·
[vv? ἔδ]οξεν τοῖς Ἐπιλύκ[ο]ι̣ς καὶ Παρεπιλύκ̣[οις]
[ἐπαινέ]σ̣αι τε τὸν προγεγραμμένον Ἀνδρό̣[νι]-
[κον καὶ] στεφανῶσαι χρυσῷ στε̣φ̣ά̣νωι, ἀνα̣-
[στῆσαι] δὲ αὐτοῦ καὶ ἀνδρ̣ι̣ά̣[ν]τ̣α̣ χαλκοῦν, ὁμ[οί]-
[ως δὲ] ἀ̣ναθεῖναι καὶ εἰκό[να] γραπτὴν ἐν ἀσπιδ̣[ί]-
[ωι ἐπ]ι̣χρύσωι, τά τε δεδ[ο]γμένα̣ τ̣ά̣δε ἀναγ̣[ρά-]
[ψαι εἰς] στήλην καὶ ἀναθε[ῖναι] ἐν ὧι ἂν προα[ιρῆ]-
[ται τό]π̣ωι, ἵνα πάντες εἰδῶσιν τήν τε τοῦ δ[ε]-
[δηλω]μένου ἀνδρὸς μεγαλοψυχίαν κα[ὶ τὴν]
[(?) ἐψηφισ]µ̣ένη̣ν̣ ὑ̣π̣ὸ τῶν ἀ̣πὸ̣ [τοῦ πρυτ]ανείο̣[υ τι]-
[μήν …ca. 35…]
L’an 3, le 15 du mois Pachôn. Attendu qu’Andronikos fils de Poseidônios, membre du Conseil, prêtre des rois, chef des Épilykoi et agoranome, déjà auparavant, lorsqu’il assumait les magistratures civiques, a fait montre de sa probité, en public à l’égard de tous et en privé en se montrant serviable envers tous ceux qui se présentaient à lui ; et quà nouveau, rappelé par la cité pour assumer les mêmes magistratures il s’y est attelé tout au long de l’année en cours avec une application totale, ne négligeant aucun des devoirs inclinant à l’honneur et à la gloire ; et qu’il s’est d’abord acquitté des sacrifices traditionnels et appropriés envers Apollon Hylatès le patron de la cité et envers les autres dieux au nom des Très grands rois souverains, démontrant sa piété envers la divinité et sa bienveillance à l’égard des rois, puis qu’il a appliqué à sa charge (d’agoranome) toute sa clairvoyance en faisant baisser libéralement les prix du marché (…) ; et qu’il a fait preuve de sa bonté par son empressement à l’égard des Épilykoi et des Parépilykoi et en procédant à l’agrandissement du prytanée, en jugeant dignes aussi bien les citoyens que les illustres voyageurs, hommes de lettres et de théâtre sans distinction, d’être introduits au foyer de la cité. Pour ces raisons il est bon qu’un homme illustre et qui s’est comporté généreusement reçoive un honneur approprié.
À la bonne fortune ! Il a plu aux Épilykoi et aux Parépilykoi d’accorder l’éloge au dit Andronikos, de le couronner d’une couronne d’or, de dresser sa statue en bronze ainsi qu’un portrait peint sur un bouclier doré ; et que ces décisions soient inscrites sur une stèle et placées dans le lieu de son choix, afin que tous prennent connaissance de la grandeur d’âme de l’homme représenté et de l’honneur voté par les prytanes (…).

172Traduction. Nous choisissons de donner un sens concret au terme αὔξησις, en nous appuyant sur l’importance des honneurs accordés à Andronikos (couronne d’or, statue en bronze, portrait, stèle honorifique). Si le terme n’apparaît pas explicitement dans le texte, le statut octroyé à ce personnage le situe dans la catégorie des grands évergètes.

173Institutions. Le commentaire détaillé de ce texte est capital pour l’histoire des institutions civiques de Kourion (supra, p. 73-75) ; notons que le prytanée est mentionné dans le décret I. Kourion 77, daté par l’éditeur des dernières décennies du ier siècle av. J.-C.

Des notables locaux

17464. Amathonte. Sanctuaire d’Aphrodite sur l’acropole. Base d’Aristôn fils d’Aristônax érigée par la cité.

175Perdue.

176Base de marbre noir brisée en deux parties, portant une dédicace bilingue et digraphe grec-« étéochypriote ». Découverte en 1914 sur l’acropole dans le sanctuaire d’Aphrodite.

177Dimensions : (largeur totale) 75 × 26-31 × 16.

178Sittig 1914, p. 1-2 ; ICS, no 196 fig. 57 et pl. XXIX, 2 ; Egetmeyer 2010, p. 582, no 7 ; Woudhuizen 2012.

179Cf. Masson 1995, p. 16-17 ; Amathonte VI, p. 8 et fig. 5 ; Petit 2009, p. 100.

180Date : fin du ive s.

Ἡ πόλις ἡ Ἀµαθουσίων Ἀρίστωνα
Ἀριστώνακτος εὐπατρίδην

La cité d’Amathonte (honore) Aristôn fils d’Aristônax, de bonne naissance.

181Importance historique. Cette inscription suggère l’activité de la cité d’Amathonte à une date très haute de l’époque hellénistique.

18265. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue du fils de la prêtresse Phanion.

183Musée de Kouklia, inv. KM 3.

184Base de statue découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia, remployée dans un dallage.

185Hogarth et al. 1888, p. 241 no 57 ; Mitford 1961a, p. 9-10 no 19 (SEG 20, 218) ; I. Paphos 80.

186Date : vers 250

Φανίον Βοΐσκου ἱέρεια
τὸν αὑτῆς υἱὸν Βόϊσκον.

La prêtresse Phanion fille de Boïskos (a honoré) son fils Boïskos.

18766. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue d’Aristion, fille du chef des Kinyrades.

188Musée de Kouklia, inv. KM 35.

189Base de statue en marbre rosé découverte dans le sanctuaire de Kouklia, complète. Plusieurs cavités visibles au lit d’attente.

190Dimensions : 21,5 × 57 × 52,5.

191Mitford 1961a, p. 13 no 32 ; I. Paphos 81.

192Cf. Masson 1986, p. 455-456 (avec photographie) ; (Kinyrades) Franklin 2015, p. 417.

193Date : 225-200




4
Ἀφροδίτηι Παφίαι·
Δημοκράτης Πτολεμαίου
ὁ ἀρχὸς τῶν Κινυραδῶν
καὶ ἡ γυνὴ Εὐνίκη
τὴν ἑαυτῶν θυγατέρα
Ἀρίστιον.
À Aphrodite Paphienne ! Dèmokratès fils de Ptolémaios, le chef des Kinyrades, et sa femme Eunikè (ont honoré) leur fille Aristion.

19467. Amathonte. Sanctuaire d’Aphrodite sur l’acropole. Base de statue de Timônax érigée par la cité.

195Musée de Limassol, inv. AM 636.

196Base de statue en marbre rose à veines jaunes provenant de la région de Paphos. Trouvée le 13 septembre 1979 au sommet de l’acropole. L’arrière et le côté gauche de la pierre manquent. En plusieurs endroits l’épiderme du marbre a été arraché. Au lit d’attente traces de pieds pour une statue en bronze.

197Dimensions : 34 × 66 × 51,5.

198Hellmann, Hermary 1980, p. 266-268 no 64.

199Date : 205-180




4
[Ἡ πό]λ̣ις ἡ Ἀμαθουσί[ων]
[Τιμώ?]νακτα Ἀ̣[ριστ]α̣γ̣όρου
[εὐνοίας ἕνεκε]ν τῆς εἰς βασιλέα
[Πτολε]µ̣α̣ῖο̣ν.
La cité d’Amathonte (a honoré) Timônax fils d’Aristagoras en raison de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée.

20068. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Base de statue de Diodôros, ancien prêtre d’Apollon, érigée par ses fils.

201Perdue.

202Base de statue en marbre vue en 1862 par W. H. Waddington près du temple d’Apollon puis par D. Pierides.

203LBW, no 2811 ; I. Kourion 52.

204Date : 180-160




4
Διόδωρον Γλαύκου,
τὸγ γενόμενον ἱερέα
τοῦ Ἀπόλλωνος, οἱ ὑ<ι>οὶ
Γλαῦκος καὶ ὁ ἱερεὺς
Ἀριστοτέλης καὶ Ἰάσων.
Ses fils, Glaukos, le prêtre Aristotélès et Iasôn (ont honoré) Diodôros fils de Glaukos, l’ancien prêtre d’Apollon.

20569. Amathonte. Nécropole est. Épigramme funéraire d’Aphrodisiè.

206Cyprus Museum, inv. 133.

207Partie supérieure d’une stèle à fronton et acrotères découverte dans la nécropole est d’Amathonte. Traces de peinture blanche.

208Dimensions : 59,5 × 32,1 × 8.

209Voskos 1997, no E28.

210Date : iie s.




4
Ἡ στερχθεῖσα χύδην Ἀφροδισίη οὕνεκα τερπνῆς
αἱμυλίης ἱερὴν τήνδε λέλογχα κόνιν
ὀκταέτις γοερὰς ὀδύνας τοκέεσσι λιποῦσα
ὧν Ἀίδης οὐ δὴ βαιὸν ἐπιστρέφεται.
ἀλλ᾿ ὁ παρὼν εἴπας · Ἀφροδισίη εὔχαρι, χαῖρε,
[αὐτὸς δὴ χ]αίρων ἐξανύσαις [ἀτραπόν].
Moi, Aphrodisiè, chérie d’abondance pour ma grâce charmante, j’ai obtenu du sort cette cendre sacrée, à l’âge de huit ans, laissant douleurs et gémissements à mes parents, pour lesquels Hadès n’a pas le moindre égard. Mais toi ici présent, quand tu auras dit « salut, gracieuse Aphrodisiè », puisses-tu, toi, achever ta route dans la joie.

211Traduction. Il est difficile de traduire ce texte sans en aplanir les subtilités. Le jeu sur les termes χαῖρε et χαίρων aux vers 5 et 6 notamment est remarquable, ces deux vers enfermant de façon elliptique toute l’ambiguïté de la formule de salut traditionnellement inscrite sur les tombes.

21270. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue d’Onèsandros érigée par la cité.

213Musée de Kouklia, inv. KM 33.

214Base de marbre blanc découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite, brisée à gauche au niveau d’une cavité de scellement. L’inscription est complète.

215Dimensions : 20,5 × 66,5 × 28,5.

216Hogarth et al. 1888, p. 240 no 50 (Michel 1900, p. 849 no 1186) ; Mitford 1961a, p. 40 no 110 ; I. Paphos 89.

217Date : 88-80




4
Ἀφρ[ο]δίτηι Παφίαι·
[Ἡ π]όλις ἡ Παφίων Ὀνήσανδρον Ναυσικράτους,
[τὸν σ]υνγενῆ καὶ ἱερέα διὰ βίου βασιλέως Πτολεμαί-
[ου θεοῦ Σ]ωτῆρος καὶ τοῦ ἱδρυμένου ὑπ’ αὐτοῦ ἱεροῦ Πτολε-
[μαείου, τὸ]ν γραμματέα τῆς Παφίων πόλεως τεταγμένον δὲ
[ἐπὶ τῆς ἐν] Ἀλεξανδρείαι μεγάλης βυβλιοθήκης, εὐνοίας
ἕνεκεν.
À Aphrodite Paphia !
La cité de Paphos (a honoré) Onèsandros fils de Nausikratès, Parent, prêtre à vie du roi Ptolémée dieu Sôtèr et prêtre du Ptolemaion qu’il a lui-même fondé, le secrétaire de la cité de Paphos actuellement à la tête de la grande bibliothèque à Alexandrie, en raison de sa bienveillance.

21871. Paphos. Sanctuaire de Palaepaphos. Base de statue de Kallippos érigée par la cité.

219British Museum, inv. 2013,5017.9.

220Base de marbre bleu provenant des abords du sanctuaire, sciée en vue de son transport à Londres.

221Dimensions : 18,7 × 61.

222GIBM II, no 385 ; Mitford 1961a, p. 36-37 no 98 ; Aneziri 1994, p. 197 no 7 (Le Guen 2001, p. 311-312 no 68 ; Aneziri 2003, E9) ; I. Paphos 94.

223Cf. Cayla 2017, no 1.2.

224Date : 41/40




4
Ἀφροδίτηι Παφίαι·
Ἡ πόλις ἡ Παφίων Κάλλιππον Καλλίππου, δὶς γραμμα-
τεύσαντα τῆς βουλῆς καὶ τοῦ δήμου καὶ ἠρχευκότα τῆς
πόλεως καὶ τῶν περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέ-
τας τεχνιτῶν, τὸν γραμματέα τῆς πόλεως, γυμ̣[να]-
σιαρχήσαντα καλῶς τὸ ιβʹ (ἔτος).
À Aphrodite Paphia !
La cité de Paphos (a honoré) Kallippos fils de Kallippos, qui a par deux fois été secrétaire du Conseil et de l’Assemblée et qui a été archonte de la cité, membre des technites de Dionysos et des dieux Évergètes, l’actuel secrétaire de la cité, parce qu’il s’est dignement acquitté de sa fonction de gymnasiarque la douzième année.

225Date. J.-B. Cayla (Cayla 2017) a considérablement abaissé la datation de ce texte. La mention des τῶν περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν définit selon lui une série au sein du corpus des inscriptions de Paphos (cette hypothèse s’appuie sur des critères tels que la gravure, le statut des personnages mentionnés et la présence de formules caractéristiques du ier siècle ainsi que sur la confrontation des documents au sein du corpus paphien).

226Évolution des institutions. Parmi les charges occupées par Kallippos, celle du secrétariat du Conseil et de l’Assemblée réclame particulièrement l’attention. La présence de la βουλή et du δῆμος dans les inscriptions chypriotes est mal documentée pour l’époque hellénistique, si bien que les chercheurs ont exprimé des doutes (I. Paphos, p. 100-101 et p. 219 ; voir également Cayla dans le BE 2008, no 534 sur l’existence de ces deux organes vitaux de la cité de type grec à Chypre avant l’installation de l’administration romaine. Kallippos a exercé plusieurs magistratures au sein de la cité de Paphos (ἄρχος, γραμματεύς) et au sein de la confrérie des technites de Dionysos. Le motif justifiant l’octroi de la représentation honorifique constitue, dans le cas de Kallippos, un témoignage des évolutions, pratiques et sémantiques, affectant les magistratures civiques à la basse époque hellénistique. Inséré dans les éléments de la brillante carrière publique de Kallippos, il tend à démontrer le changement – à la fois de sens et de pratique – opéré dans la sphère publique : le gymnase, domaine où s’exerce l’autorité du gymnasiarque, s’est vraisemblablement doté d’attributs débordant la sphère traditionnelle des activités athlétiques, rendant en cela effective une tendance sensible dès la haute époque hellénistique. Le rapport entre le rôle de Kallippos au sein de la confrérie des artistes de Dionysos et des dieux Évergètes et son activité de gymnasiarque n’est pas surprenant, les deux organisations œuvrant, à Chypre comme en Égypte, au service du culte royal.

22772. Salamine. Gymnase. Base de statue de Stasikratès érigée par le stratège Diogénès.

228In situ.

229Base de statue en marbre bleu-gris découverte en avril 1968 au gymnase, remployée à l’envers à une date postérieure.

230Dimensions : 29 × 84 × 77.

231I. Salamine 97.

232Cf. (prosopographie) Pouilloux 1986.

233Date : 38




4
[Δ]ιογένης Νουμ[η]νίου ὁ συ[γ]γενὴς
τῶν βασιλέων καὶ στρατηγὸς
τῆς νήσου καὶ Κιλικίας
Στασικράτην Στασικράτους
γυμνασιαρχήσαντα τὸ ιδ´(ἔτους)
τὸν ἑαυτοῦ φίλον. (ἔτος) ιε´ Ἄθυρ ιθ.
Diogénès fils de Noumènios, Parent des rois et stratège de l’île et de la Cilicie (a honoré) son ami Stasikratès fils de Stasikratès, le gymnasiarque en l’an 14. En l’an 15, le 19 du mois Athyr.

234Date. Plutôt commune par sa nature, cette inscription se démarque de la série des dédicaces de statues à laquelle elle appartient par son formulaire. Diogénès fils de Noumènios est Parent des rois (voir plus haut le décret de Kourion en faveur d’Andronikos [63]), stratège, non seulement de Chypre, mais également de la Cilicie. Ces variations dans le formulaire connu à Chypre constituent des marqueurs de datation particulièrement précis.

235Contexte historique. C’est la première attestation d’une administration commune de Chypre et de la Cilicie antérieure à la domination effective de Rome, à la suite de la défaite d’Actium.

23673. Kourion. Épigramme funéraire de la femme d’Hèrôdès.

237New York, Metropolitan Museum, inv. 74.51.2441.

238Fragment de bloc en calcaire, brisé à droite, en bas et à l’angle supérieur gauche, découvert en 1874. Connu sous le nom erroné de « Tablet of Laodamia ».

239Dimensions : 23 × 24 × 9.

240I. Kourion 68 ; Peek 1955, no 1737a ; Voskos 1997, E30.

241Date : ier s.




4



8
Στοργῆι Λαοδάμε̣[ια περίκλυτος ἠδ’ Ἄλκηστις],
καὶ πινυτὴν Ὀρ̣[φεὺς εὐκλέισ’ Εὐρυδίκην]·
Ἡρώιδου συνό[μευνος, ὁδοιπόρε,- - -],
κεῖνα παραΐσ[σει δείγμαθ’ ὁμοφροσύνης]·
ἀρκεῖν οἲ πόσ[ις οὐ θάνατον δύναμ’, ἀλλὰ συνεύνωι]
συνζῶ κα[ὶ φθιμένηι, πόλλ’ ἐν ὀνείρωι ἰδών].
χαῖρε καὶ εἰ̣[ν Ἀΐδαο, δάμαρ φίλη, οὔποτε σεῖο]
[λήσ]ε̣τ̣α̣[ι, εἰς ὅ κεν ἦι, σὸς πόσις ὅς σε ποθεῖ].
l. 5 : Mitford, Peek, Voskos, ἀρκεῖν οἲ πόσ[ις οὐ θάνατον δύνατ’, ἀλλὰ συνεύνωι]
Pour son amour, Laodamie est illustre tout comme Alceste, et Orphée rendit célèbre la prudente Eurydice. La femme d’Hèrôdès, passant, (…) l’emporte, elle, sur les exemples de parfaite harmonie ; moi qui suis son époux je ne peux la préserver de la mort, mais je continue à vivre aux côtés de ma femme, même disparue, car je la vois souvent en rêves. Salut à toi, même dans l’Hadès, chère épouse ; jamais il ne t’oubliera, jusqu’au jour de sa mort, ton époux qui te regrette.

242Édition. Nous prenons le parti de présenter les restitutions, nombreuses, proposées par les précédents éditeurs afin de rendre compte de l’intérêt informatif principal de ce texte. Il semble en effet à la lecture de cette épigramme qu’une catégorie de notables chypriotes développe un attrait pour de nouvelles pratiques épigraphiques, vraisemblablement sous l’influence alexandrine. Si le produit de ces audacieuses restitutions ne peut être précisément évalué et vérifié, il reste néanmoins assuré que la famille de la défunte a voulu marquer son adhésion à un répertoire culturel et littéraire commun à la noblesse hellénistique. Dans le cas spécifique d’une inscription du registre privé, explicitement fondée sur une pratique littéraire et poétique, l’amputation des restitutions – même hasardeuses – peut conduire selon nous à un appauvrissement de la compréhension générale du document.

Le gymnase, les associations culturelles et religieuses

Le gymnase

24374. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Liste de contributeurs en huile pour le gymnase.

244British Museum, inv. 1888,1115.15.

245Petite stèle à fronton et pilastres en marbre importé découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia.

246Dimensions (d’après l’estampage) : 11,5 × 29,3.

247GIBM IV.2, no 969 ; Hogarth et al. 1988, p. 231 no 15 ; Mitford 1961a, p. 6 no 8 ; I. Paphos 66.

248Cf. (ἐλαιοχριστίον) Fröhlich 2009, p. 61.

249Date : 224/223




4



8
(Ἔτους) κδʹ· οἱ ἐπηγγελμένοι εἰς τὸ ἐλαιοχρίστιον·
Λύσανδρος Λυσάνδρου Ξάνθιος (δραχμὰς) ρʹ
Ἀντίοχος Φίλωνος Μιτυληναῖος (δραχμὰς) ρʹ
Διονύσιος Νικάνορος Λιμυρεὺς ὀψώνιον
Διόδοτος Ζηνοδότου Καδυανδεὺς ὀψώνιον
Τεισέας Φι̣[λάνο]ρ̣ος(?) Τλωεὺς ὀψώνιον
Εὐπόλεμος Εὐπολέμου Παταρεὺς ὀψώνια δύο
Καλλιπίδης Καλλιπίδο[υ Πατ]α̣ρεὺς ὀψώνιον
[Εὐέπ]ης Εὐέπου Μυρε[ὺς ὀψώνιο]ν.
La 24 e année ; se sont engagés pour la fourniture de l’huile :
Lysandros fils de Lysandros de Xanthos, 100 dr.
Antiochos fils de Philôn de Mitylène, 100 dr.
Dionysios fils de Nikanôr de Limyra, 1 solde
Diodotos fils de Zènodotos de Kadyanda, 1 solde
Teiséas fils de Philanôr (?) de Tlôs, 1 solde
Eupolémos fils d’Eupolémos de Patara, 2 soldes
Kallipidès fils de Kallipidès de Patara, 1 solde
Euépès fils d’Euépès de Myra, 1 solde.

250Société. Ce texte éclaire un aspect pratique de l’occupation militaire de Chypre par les armées lagides. Il témoigne également de l’activité du gymnase dans la cité de Paphos. La prise en charge de la fourniture de l’huile nécessaire au fonctionnement de l’établissement exclusivement par des mercenaires ne permet pas, en l’état de la documentation, de conclure à l’existence à Paphos d’un gymnase réservé aux résidents de la garnison ptolémaïque.

251Datation. La mention d’une année 24 suggère que l’on se situe sous le règne de Ptolémée Évergète, en 224/223.

25275. Salamine. Gymnase. Base de Ptolémée Épiphane érigée par le gymnasiarque Thémias.

253Musée de Famagouste.

254Base de statue en marbre gris-bleu découverte en octobre 1952 à l’entrée des thermes jouxtant le gymnase.

255Brisée à droite. Trace de pieds visible au lit d’attente.

256Dimensions : 27,5 × 70 × 54,5.

257I. Salamine 65.

258Date : 205-199

[Βα]σιλέα Πτολεμαῖον Πτ[ολεμαίου]
καὶ Ἀρσινόης θεῶν Φιλοπ[ατόρων],
Θεμίας Ἀρισταγόρου γυμνασι[αρχῶν].

Thémias fils d’Aristagoras (a honoré) le roi Ptolémée fils de Ptolémée et d’Arsinoé, dieux Philopatores, au cours de sa gymnasiarchie.

25976. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Ptolémaios fils de Polykratès, du rang des Gardes du corps en chef, érigée par les habitués du gymnase.

260Musée de Kouklia, inv. KM 66.

261Base de statue de marbre brun rose brisée à gauche, découverte en 1950 lors de la démolition de l’aqueduc médiéval au sud du temple d’Aphrodite à Kouklia. Deux traces de pieds visibles au lit d’attente.

262Dimensions : 28 × 57 × 46.

263Mitford 1961a, p. 18 no 46 ; SEG 20, 198 ; I. Paphos 38.

264Date : 203-197




4
Πτολεμαῖον Πολυκράτους Ἀργεῖον
τὸν ἀρχισωματοφύλακα
οἱ ἀπὸ γ[υμ]νασίου
ἀρετῆς ἕνεκα [κα]ὶ εὐνοίας
τῆς εἰς βασιλέα [Π]τολεμαῖον
τὸν Πτολεμαίου καὶ Ἀρσινόης
θε[ῶ]ν Φιλοπατόρων.
Les habitués du gymnase (ont honoré) Ptolémaios fils de Polykratès d’Argos, du rang des Gardes du corps en chef, en raison de son mérite et de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée fils de Ptolémée et d’Arsinoé, dieux Philopatores.

26577. Salamine. Gymnase. Base de Ptolémée Épiphane, érigée par l’ancien agônothète Philokratès.

266In situ.

267Base de statue en marbre bleuté découverte en 1954 dans l’entrée du portique sud de la palestre.

268Dimensions : 27,5 × 101 × 78,7. Cavité d’encastrement visible à la face supérieure.

269I. Salamine 66.

270Date : 199-180




4
Βασιλέα Πτολεμαῖον, τὸν ἐγ βασιλέ[ως]
Πτολεμαίου καὶ Ἀρσινόης, θεῶν Φιλοπατόρων,
θεὸν Ἐπιφανῆ, v Φιλοκράτης v Ναυκράτου
ἀγωνοθετήσας.
Philokratès fils de Naukratès (a honoré) le roi Ptolémée, le fils de Ptolémée et d’Arsinoé, dieux Philopatores, le dieu Épiphane, au sortir de son agônothésie.

27178. Amathonte. Dédicace d’éléments d’un portique par le gymnasiarque Onèsikratès.

272Musée de Limassol, RR. 165. 10, inv. 1587.

273Bloc en calcaire blanc local, brisé en deux fragments, mais l’inscription est intacte. Présenté en 1955 au Musée de Limassol sans précision concernant sa provenance.

274Dimensions : 21 × 45,5 × 7,2.

275Mitford 1961b, p. 112 no 14 ; Hellmann 1999, p. 93-94 no 33.

276Cf. (urbanisme d’Amathonte) Prête 2009, p. 121-122 ; Aupert 2009, p. 31.

277Date : 163-145




4



8
[Ὑ]πὲρ βασιλέως v Πτολεμαίου καὶ
βασιλίσσης Κλεοπάτρας, θεῶν
Φιλομητόρων, καὶ τῶν τέκνων
αὐτῶν τὸ θύρωμα καὶ τῆς στοᾶς
τῆς προσκει̣μ̣ένης τῆι διπλῆι
ἐπικίονας δεκατρεῖς,
Ὀνησικράτης v Ὀνησικράτους
γυμνασιαρχῶν
En l’honneur du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, dieux Philomètores et de leurs enfants, Onèsikratès fils d’Onèsikratès, gymnasiarque, (a offert) la porte et treize chapiteaux pour le portique qui se trouve en face du portique double.

27879. Kition. Base de statue de la fille de Stratègis.

279Musée de Larnaca, ΜΛΑ 695 (autrefois au Cyprus Museum, inv. 239).

280Base de statue en calcaire blanc, brisée à gauche. Retrouvée à Livadhia au nord-est de Larnaca, la pierre présente des marques de plusieurs remplois successifs.

281Dimensions : 20 × 73 × 6,2.

282I. Kition 2027.

283Date : iie-ier s.




4
[Στρατηγίδ?]α Ἀ̣ρ̣τε̣μιδώ[ρ]ου τοῦ Ἀρίστω-
[νο]ς γυμνασιαρχήσαντος, Στρα-
[τηγ]ὶς Ναυάρχου τοῦ γυμνασιάρχου
[καὶ ἱ]ερομνήμονος διὰ βίου, τὴν
ἑαυτῆς θυγατέρα.
Stratègis fille de Navarchos, gymnasiarque et hiéromnèmôn à vie, (a honoré) sa fille Stratègis (?) fille d’Artémidôros fils d’Aristôn, ancien gymnasiarque.

284Datation. La charge de hiéromnèmôn suggère que ce texte pourrait être postérieur à l’installation romaine, ou du moins à la première annexion de l’île en 58 (cf. I. Kition 2039).

285Prosopographie. Le nom ainsi que le patronyme de la dédicante sont tout à fait étonnants et dénotent peut-être un positionnement particulier par rapport au pouvoir lagide, sans qu’il soit possible d’en déterminer la nature exacte. Les hautes fonctions politiques et religieuses occupées par le père de Stratègis plaident également en ce sens.

286Fonctions. Le caractère perpétuel de la position occupée par Navarchos est tout à fait remarquable. Selon toute vraisemblance, la charge porte sur l’ensemble des cultes pratiqués dans la cité de Kition.

28780. Chytroi. Base de statue du gymnasiarque Iasôn.

288Base de statue remployée dans le mur de l’église Aghios Stavros dans la région de Chytroi.

289Mitford 1937, p. 34.

290Date : ier s.

Ἰάσονα Ἀριστοκρέοντ[ος]
τὸν φιλόπατριν καὶ γυμνασίαρχον
οἱ παλαιστρῖται τιμῆς καὶ εὐχ[αρ]ι̣στ[ίας χάριν].

Les usagers de la palestre ont honoré Iasôn fils d’Aristokréôn, qui porte le titre d’Ami de la patrie, gymnasiarque, pour lui témoigner honneur et reconnaissance.

291Titres. L’adjectif φιλόπατρις semble déjà avoir ici le sens pleinement honorifique qu’il prendra à l’époque impériale, où on le trouve souvent en association avec un autre adjectif. Voir en comparaison : I. Kition 2039, à propos de Tibérius Claudius Ninopolinos Hipparchos, φιλόπατρις πανάρετος υἱὸς τῆς πόλεως.

29281. Salamine. Gymnase. Consécration à Hermès Epèkoôs par le gymnasiarque perpétuel Diagoras fils de Teukros.

293Musée de Famagouste.

294Autel rond mouluré en haut et en bas et sculpté découvert en 1954 dans le portique est du gymnase de Salamine. Le relief présente une succession de guirlandes de fleurs et de fruits avec des têtes de Ménades, de Silène et de Pan.

295Dimensions : 115 × 64,5 (diam.).

296I. Salamine 44.

297Date : ier s.

Ἑρμεῖ ἐπηκόῳ
Διαγόρας Τεύκρου
ὁ εἰς αἰῶνα γυμνασίαρχος.

À Hermès Épèkoos, Diagoras fils de Teukros, le gymnasiarque perpétuel (a fait la consécration).

29882. Amathonte. Autel d’Héraklès consacré par un lampadarque pour les enfants.

299Musée de Limassol, inv. RR 1572/98.

300Autel rectangulaire en calcaire découvert à Amathonte en 1994 dans un bâtiment d’époque byzantine, au nord-est de l’église de Saint-Tychon. Partie gauche et angle supérieur droit abîmés, dos laissé non travaillé.

301Dimensions : 34 × 28 × 37.

302Nicolaou 1999, p. 371-376.

303Cf. (datation, histoire de Chypre sous le règne de Cléopâtre VII) Bingen 2003 ; Thonemann 2008, p. 95 ; Michel 2018a, p. 252-257.

304Date : 31 ?




4



8
[Β]ασιλευόντων̣ [Κλεοπάτρας]
[θ]ε̣ᾶς νεωτέρ[ας Φιλοπάτορος]
[καὶ] τοῦ υἱοῦ Πτολεμα̣[ίου]
[τοῦ κ]αὶ Καίσαρος θεοῦ
[Φι]λ̣οπάτορος καὶ Φιλομή-
[τορ]ος (ἔτους) <ζ>´, γυμνασιαρχεύον-
[το]ς Σωτέλου τοῦ Γλαυκία,
[Μ(?)]ήδας Σωτέλου παῖσι
λαμπαδαρχῶν
Ἡρακλεῖ
l. 6 : I. Nicolaou adopte la lecture -[τορ]ος (ἔτους) LI dans les « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae XXXVI » du RDAC 1997, mais elle expose ses hésitations en donnant -[τορ]ος (ἔτους)  « LZ (?) (or ς?) » dans sa publication pour le Congrès (Nicolaou 1999, p. 372) puis propose la correction de la date en LI (p. 376) en justifiant : « We believe that I (= iota) was the original date of the inscription (43/42 BC) and that the error is due to the engraver of the text, who, when apicating the hasta of iota surpassed it considerably, both above and below, so as to look like zeta or square-shaped sigma rather than iota. » J. Bingen lit quant à lui le chiffre ιζ ́et propose donc une datation en l’an 17 du règne de Cléopâtre VII, soit en 36/35. En rappelant l’existence d’un double comput du règne de Cléopâtre, P. Thonemann propose en dernier lieu de rester fidèle à la lecture initiale : ζ. Il remet donc en cause la correction d’I. Nicolaou, et date le document d’Amathonte de la dernière année du règne de Cléopâtre VII, à savoir 31/30.
En l’an 7 du règne de Cléopâtre Nouvelle Théa Philopatôr et de son fils Ptolémée César dieu Philopatôr et Philomètôr, lorsque Sôtélès fils de Glaukias était gymnasiarque, Médas fils de Sôtélès, lampadarque pour les enfants (a fait la consécration) à Héraklès.

30583. Lapéthos. Décret mentionnant la fourniture en huile pour le gymnase.

306Cyprus Museum ?

307Fragment droit d’un bloc de marbre blanc inscrit, provenant de Lapéthos et transféré en 1909 de Kéryneia vers le Cyprus Museum, où il est encore (?) conservé.

308Peristianis 1910, p. 945 no 34.

309Cf. (ἐλαιοχρίστιον) Mitford 1961a, p. 6 no 8 ; (autre occurrence des basilistes à Chypre) I. Paphos 97.

310Date : époque hellénistique




4



8




4
[- - - ἀργ]υρίου δραχμ[ὰς]
[- - -]ΔΟΝ καταχρᾶσ<θ>αι(?)
[- - -]ΤΗΣ ὡσαύτως δὲ
[- - - ἐπ]ανόρθωσιν
[- - - τ]ῶν δε βουλευτῶν
[- - -]ΗΙ τοῦ Ἡραγόρου
[- - -]Ι παραχωρῆσαι
[- - - ε]ἰς ἐλαιοχρίστιον
tainia
[- - -]Υ Βασιλισταῖς
[- - -]ΙΕΠΙΤΩΙ καὶ
[- - -] ἑαυτὸν καὶ
[- - -]ΜΑΠΕ[Ρ- - -]

311Interprétation. L’état lacunaire de ce texte ne permet pas d’en proposer une traduction suivie. La disposition autour du bandeau et la mention de la fourniture d’huile suggèrent néanmoins qu’il ne s’agit pas d’une liste mais plutôt d’un décret. La fourniture d’huile constitue précisément l’un des pôles importants de l’évergétisme civique à l’époque hellénistique. La mention d’une ἐπανόρθωσις à la l. 4 et, si la restitution est acceptable, la présence du génitif pluriel τῶν βουλευτῶν à la ligne suivante orientent également l’interprétation générale du texte dans le sens d’un décret honorifique, le personnage honoré assumant vraisemblablement des charges civiques. Le « relèvement » (ἐπανόρθωσις) peut concerner la situation générale de la cité, ou bien celle des affaires du gymnase, au sens plus précis de « redressement ». Ce premier texte n’entretient aucun rapport de sens explicite avec le second, trop lacunaire pour être interprété. La mention des basilistes suggère l’évocation de pratiques en lien avec le culte royal et l’existence d’associations au service de sa diffusion à Chypre.

31284. Kition. Inscription mentionnant la dédicace de l’architrave d’une stoa par le gymnasiarque Dioklès.

313Perdue.

314Pierre découverte sur le port de Larnaca, vue pour la dernière fois dans une maison près de l’église Saint-Lazare.

315I. Kition 2031.

316Cf. Delorme 1960, p. 136.

317Date : époque hellénistique

Διοκλῆς Ζήνωνος
γυμνασιαρχῶν
τῆς στοᾶς ἐπι[στύλιον(?)].

Dioklès fils de Zènôn, gymnasiarque, (a consacré) l’architrave du portique.

Thiases et associations

31885. Kition. Consécration d’un visage de Dionysos en faveur du thiase des Anciens.

319Musée de Larnaca, inv. ΜΛΑ 1525.

320Plaque de calcaire brisée en bas, découvert en avril 1991 à Troulli, au nord-est de Larnaca.

321Dimensions : 24,4 × 46 × 8,5.

322I. Kition 2002.

323Date : fin du iiie s.




4
Ἀγαθῆι τύχηι·
Θεμίσων Πασιφίλου
εἰς τὸν θίασον τῶν
πρεσβυτέρων ἀνέθη-
κεν τοῦ Διονύσου τ[ὸ πρό]-
σωπον εὐνοίας [ἕνεκεν]
τῆς εἰς αὐτού[ς].
À la bonne fortune ! Thémisôn fils de Pasiphilos a consacré en faveur du thiase des Anciens ce visage de Dionysos, témoignage de sa bienveillance à leur égard.

324Traduction. Nous optons délibérément pour une traduction concrète du grec πρόσωπον. Th. Oziol choisit, quant à elle, de le traduire par « masque » qui, sans doute, rend compte le plus précisément possible de l’objet de cette consécration, vraisemblablement un masque en bois, en terre cuite ou peut-être même en marbre destiné à être accroché dans le sanctuaire. Cette interprétation, si elle se justifie pleinement en contexte chypriote (I. Kition, p. 238), ne tient néanmoins pas compte d’une autre hypothèse, tout aussi intéressante, portée par la publication par Th. Hadzisteliou-Price (Hadzisteliou-Price 1974) d’une protomè chypriote monumentale de Dionysos en calcaire, probablement issue d’un atelier de la fin du iie s. installé à Soloi.

325Société. Si le thiase des πρεσβύτεροι doit vraisemblablement être mis en rapport avec le monde du gymnase, il ne semble pas évident dans le cas chypriote que ce thiase ait eu « dans les bourgades le rôle que jouait dans les villes le gymnase, fondé ou entretenu par des officiers ou des colons » (I. Kition, p. 238), comme cela peut effectivement être le cas en Égypte (Burkhalter 2012).

32686. Kition. Dédicace d’un thiase d’Artémis en l’honneur de Timokratès fils de Stasioikos et de sa famille.

327Musée de Larnaca, inv. ΜΛΑ 1437.

328Plaque de marbre noir, cassée en trois fragments jointifs. Provenance exacte inconnue.

329Dimensions : 23 × 45 max. × 9.

330I. Kition 2019.

331Cf. (localisation de Soanta) Hermary 2004, p. 55 n. 54 ; Egetmeyer 2010, p. 294.

332Date : début du iie s.




4



8



12
Ἀγαθῇ τύχῃ·
Σοαντείων ὁ θίασος τῆς
Ἀρτέμιδ̣ο̣ς Τιμοκ̣ρ̣ά̣τ̣η̣[ν]
Στασιοίκου κα̣ὶ τὴν γυναῖκα
Τιμάγιον, τὴν θυγατέρα Τίμιδα
καὶ τὴν θυγατέρα αὐτῆς Ἀρίστ[ιον]
καὶ τοὺς υἱοὺς αὐτοῦ Στασίοι[κον],
Βοΐσκον, Ἀριστοκρέοντα, Ἀρίστ[αρ]-
χον, Στασιοίκου τὸν υἱόν Τιμο[κράτην],
τὴν θυγατέρα Κάριον, Βοΐσκου [τὸν υἱ]-
ὸν Τιμοκράτην v
εὐνοίας ἕνεκεν τῆς
εἰς [α]ὑτούς.
À la bonne fortune !
Le thiase des habitants de Soanta (?) consacré à Artémis (a honoré) Timokratès fils de Stasioikos ainsi que sa femme Timagion, sa fille Timis ainsi que la fille de Timis, Aristion, et ses fils Stasioikos, Boïskos, Aristokréôn, Aristarchos, ainsi que le fils de Stasioikos, Timokratès, sa fille Karion, et le fils de Boïskos, Timokratès, en raison de leur bienveillance à l’égard des membres du thiase.

333Interprétation. Ce texte remarquable commémore une dédicace importante. Au total, onze individus appartenant à une même famille sont honorés par le thiase consacré à Artémis. Il s’agit vraisemblablement d’une famille de notables locaux engagés de façon fervente dans le culte de la déesse. Le texte, gravé sur une plaque de marbre, ne permet pas de déterminer la nature des honneurs rendus aux bienfaiteurs, mais la syntaxe – nom des dédicataires au cas direct – suggère que le thiase a consacré des représentations des individus honorés. La plaque était peut-être encastrée dans le socle d’un monument de grandes dimensions.

334Notons par ailleurs que cette décision du thiase d’Artémis reproduit la syntaxe formelle des décrets civiques.

33587. Provenance inconnue. Base de statue du Paphien Stasidèmos érigée par le thiase des Mar-.

336Larnaca, collection Pierides, inv. 353.

337Bloc de marbre brisé à l’angle supérieur gauche.

338Dimensions : 18 × 26 × 6,5.

339Mitford 1961b, p. 141-142 no 39 ; Karageorghis 2002, no 353.

340Cf. (thiases) Hermary 2004, p. 55 ; (Mar-) Lejeune 2014, p. 315.

341Date : 180-150




4
[Ἐπ᾽ ἀγα]θῆι τύχηι·
[ὁ θίασ]ος τῆς Μαρ-
[- - -] Σ̣τασίδημον
[Ἔρω]τος Πάφιον
[ἑαυτ]ῶν ἐπιστάτην
εὐνοίας ἕνεκεν
τῆς εἰς αὑτούς.
l. 5 : Mitford 1961b : θεῶν ἐπιστάτην
À la bonne fortune ! Le thiase des gens de Mar- (a honoré) Stasidèmos fils d’Érôs de Paphos, leur président, en raison de sa bienveillance envers eux.

34288. Néa Paphos. Théâtre. Base de statue de Théodôros fils du stratège Séleukos.

343Perdue.

344Base de statue provenant probablement du théâtre, où elle a été trouvée en 1927.

345Dimensions : 21 × 41 × 20.

346Seyrig 1927, p. 144-147 no 5 ; Mitford 1953b, p. 135-137 no 10 ; Roesch 1967, p. 229 no 3 ; Aneziri 1994, p. 194 no 1 (Le Guen 2001, p. 300-301 no 62 ; Aneziri 2003, E3) ; I. Paphos 90.

347Cf. (chronologie ; titulature aulique) Mooren 1977, 191-192 et 194 ; (étude architecturale) Green, Barker, Stennett 2015, p. 325.

348Date : 144-131




4



8
[Θεόδωρον τῶν πρώτων φίλω]ν, τὸν [Σελεύκου τοῦ συγγενοῦς]
[τοῦ βασιλέως καὶ στρατη]γοῦ καὶ ναυάρ[χου καὶ ἀρχιερέως]
[υἱόν, τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κ]ατὰ Πάφον γραμματε<ί>ω<ι> π̣[ερὶ τὸν]
[Διόνυσον τεχ]νιτῶ̣ν, εὐεργεσίας ἕνεκεν τῆς εἰ[ς τοὺς αἰεὶ]
[καθισταμένους ἄρχοντας ?], ἀρχόντων Κρίτωνος κιθαρῳ[δοῦ]
[τοῦ δεῖνος ποιητοῦ σατύ]ρων, Διονυσίου ποιητοῦ τραγωι-
[διῶν, ταµιεύοντος τοῦ δεῖνος] συναγωνιστοῦ τραγικοῦ, γραμ-
[ματεύοντος τοῦ δεῖνος ποιητοῦ κωμωι]διῶν.
l. 2 : Mitford, ἀρχιερέως τῆς νήσου
l. 3 : Seyrig, γραµµατέων ; il faut sans doute envisager une erreur du lapicide
l. 4 : Mitford, [καὶ Θεοὺς Ἐπιφανεῖς ? τεχ]νιτ<ῶ>ν ; τῆς εἰ[ς ἑαυτό---], suivi par tous les éditeurs jusqu’à Cayla
l. 5 : Mitford, [year, month, day ?] ; Aneziri, [ἱερέως τοῦ δεῖνος + künstl. Tätigkeit?]
l. 7 : la restitution est due à Aneziri, acceptée par Cayla ; Mitford, οἰκονομοῦντος ? τοῦ δεῖνος (9) ; Roesch, οἰκονομοῦντος
l. 8 : Mitford, [- - - κωμ]ω̣διῶν ; Seyrig, ΛΙΟΝ
La confrérie des artistes dionysiaques du bureau de Chypre (a honoré) Théodôros, du rang des Premiers Amis, fils de Séleukos, Parent du roi, stratège, navarque et grand-prêtre, en raison de sa bienfaisance envers les archontes successivement en poste, sous l’archontat du citharède Kritôn, d’Untel, poète satyrique et du poète tragique Dionysios, lorsqu’Untel, acteur tragique était trésorier et Untel secrétaire, poète comique.

349Contexte et datation. Cette dédicace fragmentaire, diversement restituée, présente un intérêt remarquable à plusieurs égards. Du point de vue de l’histoire de Néa Paphos, c’est un document incontournable pour la datation du théâtre hellénistique. C’est aussi le témoignage le plus ancien pour l’étude de la branche chypriote de l’association des technites dionysiaques, dont les activités artistiques et culturelles rejoignent, au moins en partie, la sphère du culte royal. La datation du texte peut être précisée grâce à la comparaison des titres auliques portés par le père et le fils : Séleukos prend le titre de navarque en 142, tandis que l’absence du titre de τῶν ὁμοτίµων τοῖς συγγενέσι pour le fils du stratège invite à situer l’inscription avant 124. Le titre porté ici par Théodôros, « du rang des Premiers Amis », est, par ailleurs notable, et paraît annoncer les succès à venir dans la carrière du futur stratège de l’île. L’inscription d’Arsinoé (29) nous apprend qu’il occupait alors les fonctions d’ἐπὶ Σαλαμῖνος καὶ ἐπὶ τῆ[ς] / κατὰ τὴν νῆσον γραμματε[ί]ας τῶν πεζικῶν καὶ ἱππικῶν δυ[νάμεων]. Il faut noter, à la suite de S. Aneziri, l’affectation, dans cette première inscription, de la section chypriote de l’association κ]ατὰ Πάφον. J.-B. Cayla en déduit, avec Br. Le Guen, que l’association s’est d’abord implantée à Paphos. Mais nous pourrions également suggérer que cette nuance traduit le changement progressif de statut que connaît la cité de Paphos vis-à-vis des autres cités chypriotes d’une part et, plus généralement, au sein du royaume ptolémaïque. Nous savons en effet que la cité abrite le siège de l’administration lagide de l’île, au moins à partir de la stratégie de Polykratès d’Argos, puis celui de la flotte militaire dans le troisième quart du iie siècle. Or, les relations que nous percevons entre les aspects militaires et cultuels invitent à rapprocher le changement d’échelle opéré par l’association des technites dionysiaques de la dynamique de réorganisation générale, bien documentée à Chypre, vers le milieu du iie siècle. C’est également dans ce contexte que l’on observe un phénomène de centralisation des honneurs autour du sanctuaire d’Aphrodite Paphia, la cité de Paphos achevant alors de devenir à la fois le centre de décision et la vitrine du pouvoir ptolémaïque à Chypre.

35089. Salamine. Base de statue d’Olympias érigée par les technites de Dionysos.

351À Famagouste, encastrée dans la partie intérieure de la porte du rempart donnant sur la mer. Base de marbre bleu-gris brisée à droite.

352Roesch 1967, no 11 ; I. Salamine 79.

353Date : 144-131




4
Ὀλυμπιάδα τ[ὴν …7… γυναῖκα δὲ]
Θεοδώρου τοῦ Σ[ελεύκου, τοῦ συγγενοῦς τοῦ]
βασιλέως, τοῦ στρ[ατηγοῦ καὶ ναυάρχου]
καὶ ἀρχιερέως, τὸ κοι[νὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ]
Κύπρον γραμματε[ίωι περὶ τὸν Διόνυσον]
τεχνιτῶν.
La confrérie des artistes dionysiaques du bureau de Chypre (a honoré) Olympias fille de (…) et épouse de Théodôros fils de Séleukos, Parent du roi, stratège, navarque et grand-prêtre.

354Titres et fonctions. Rien n’indique ici que les fonctions de stratège, navarque et grand-prêtre se rapportent à Théodôros plutôt qu’à son père Séleukos.

35590. Salamine. Gymnase. Base de statue de Nikagoras fils d’Eupolémos érigée par les technites de Dionysos.

356In situ.

357Base de statue en marbre gris-bleu découverte en 1954 remployée à l’envers dans le gymnase.

358Dimensions : 35,5 × 76,5 × 82.

359I. Salamine 95.

360Date : 114-107




4
[Tὸ κ]ο̣[ινὸν] τῶν ἐν τῶι κατὰ Κύπρ[ον]
[γραμμα]τείωι περὶ τὸν Διόνυσον
[τ]εχ[νι]τ̣[ῶν Ν]ικαγ[ό]ραν Εὐπολέμου
[…8-9…] τ[ῶν] π̣ρώτων φίλων καὶ
[…9-10…] καὶ ποητὴν διθυράμβω[ν]
ε̣[ὐν]ο̣[ί]α̣ς ἕ̣νεκεν τῆς εἰς ἑαυτό.
La confrérie des artistes dionysiaques du bureau de Chypre (a honoré) Nikagoras fils d’Eupolémos (…), du rang des Premiers Amis et (…), auteur de dithyrambes, en raison de sa bienveillance envers lui.

36191. Salamine. Gymnase. Base de statue d’Hélénos érigée par les artistes de Dionysos.

362In situ.

363Base de statue en marbre bleu-gris découverte en mars 1954 au gymnase, complète. Grande cavité rectangulaire pour l’encastrement d’une plinthe de statue et cavité secondaire au lit d’attente, à droite (8 × 14,5). Bloc remployé plusieurs fois portant également le no 90.

364Dimensions : 35,5 × 76,5 × 82.

365I. Salamine 83.

366Date : 114-107




4
Ἕλενον, τὸν συγγενῆ καὶ τροφέα
τοῦ βασιλέος (sic) καὶ ἀρχιερέα καὶ
στρατηγὸν τῆς νήσου, τὸ κοι-
νὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Κύπρον
γραμματείωι περὶ τὸν Διόνυ-
σον τεχνιτῶν εὐνοίας ἕνε-
κεν τῆς εἰς ἑαυτό.
La confrérie des artistes dionysiaques du bureau de Chypre (a honoré) Hélénos, Parent et Tuteur du roi, grand-prêtre et stratège de l’île, en raison de sa bienveillance envers elle.

367Contexte historique. L’énumération des fonctions du stratège Hélénos témoigne des évolutions de cette charge sous le règne chypriote de Ptolémée X, et sans doute des ambiguïtés du statut de stratège de l’île à une époque où une cour royale dissidente est installée à Paphos.

36892. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Décret des technites de Dionysos en l’honneur d’Isidôros.

369Cyprus Museum, inv. 132.

370Plaque de marbre blanc importé, brisé à gauche. Découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia.

371Dimensions : 27,5 × 34,5 × 8.

372Hogarth et al. 1888, p. 247, no 94 ; Robert 1950, p. 491 ; Mitford 1961a, p. 5 no 5 ; Aneziri 1994, p. 196 no 5 (Le Guen 2001, p. 308-310, no 66 ; Aneziri 2003, E6) ; I. Paphos 91.

373Date : 114-106




4



8
[Ἀγαθῆι τ]ύχηι·
[Δεδόχθαι τῶι κοινῶι τῶν ἐν τ]ῶι κατὰ Κύπρον γραμματείωι περὶ τὸν
[Διόνυσον τεχνιτῶν στεφαν]ῶσαί τε Ἰσίδωρον καί ἀποδεξαμένους
[αὐτοῦ τὴν εὔνοιαν ἀναθεῖνα]ι εἰκόνα γραπτὴν ὁλοσώματον ἐν τῶι
[ἱερῶι τῆς Παφίας Ἀφροδίτ]ης ἐπιγραφὴν ἔχουσαν Ἰσίδωρον
[τοῦ δεῖνος - - - κατὰ τή]ν̣δ̣ε τὴν ἀγομένην αὐτοῦ ἀρ[χὴ]ν ὅσιον̣
[ἑαυτὸν παρεσχηκότα πρ]ὸ<ς> τοὺς ἀεὶ καθισταμένους ἄ[ρχ]ο̣ντας·
[δοῦναι δὲ τὸν ταμίαν ἐκ τῆς δι]οικήσεως ἐγλόγισμα ἀργυρίου [δρ]αχμὰς
[- - - ἵν’ ἄγωσιν αὐτοῦ δι’ αἰῶνος ἡ]μέραν ἀσύμβολον· ἵνα δὲ φανερὰ [ἦι]
[ἥ τε τοῦ κοινοῦ εὐχαριστία κα]ὶ̣ ἡ Ἰσιδώρου καλοκἀγαθία, ἀναγράψαντας
[τοῦδε τοῦ ψηφίσματος τὸ ἀντί]γραφον εἰς στήλην στῆσαι.
À la bonne fortune ! Il a plu à la confrérie des artistes dionysiaques du bureau de Chypre de couronner Isidôros et que ses membres, qui ont bénéficié de sa bienveillance, fassent dresser son portrait peint en pied dans le sanctuaire d’Aphrodite Paphia avec l’inscription : « Isidôros fils d’Untel, assumant (dignement ?) la charge qui est actuellement la sienne et parce qu’il s’est comporté pieusement envers les archontes successifs », et que le trésorier donne la somme de (?) drachmes d’argent, prise sur le budget, afin que l’on célèbre perpétuellement pour lui une fête annuelle sans charge financière, afin que soient manifestes la reconnaissance de l’association et l’excellence d’Isidôros, qu’on érige une copie de ce décret qu’on aura gravée sur une stèle.

Le koinon des Chypriotes

37493. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Potamôn érigée par le koinon des Chypriotes.

375Musée de Kouklia, inv. KM 45.

376Base de statue de marbre bleu, portant sur la face opposée la dédicace, partiellement martelée, de la base de statue d’un souverain lagide (I. Paphos 12). Angle supérieur droit abîmé ; une épaufrure coupe l’inscription des lignes 2 à 6, sans en gêner la lecture. Cavités de scellement visibles au lit d’attente.

377Dimensions : 36 × 77 × 76,5.

378Hogarth et al. 1888, p. 250 no 105 ; Mitford 1961a, p. 37 no 99 ; Aneziri 1994, p. 97 no 8 (Le Guen 2001, p. 312-313 no 69 ; Aneziri 2003, E10) ; I. Paphos 93.

379Date : deuxième moitié du ier s.




4
Ἀφροδίτηι Παφίαι·
τὸ κοινὸν τὸ Κυπρίων Ποτάμων̣[α] Αἰγύπτ̣[ου],
τῶν ἐν Πάφωι γεγυμνασιαρχηκότων
καὶ ἡγητορευκότων καὶ τῶν περὶ τὸν
Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν,
εὐνοίας v χάριν.
À Aphrodite Paphia !
Le
koinon des Chypriotes (a honoré) Potamôn fils d’Aigyptos, ancien gymnasiarque et ancien hègètôr de Paphos, membre de l’association des technites de Dionysos et des dieux Évergètes, en raison de sa bienveillance.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/12823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search