Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Choix d’inscriptions

L’administration et l’armée ptolémaïques

Texte intégral

11. Amathonte. Nécropole est. Épitaphe de Nikogénès de Kalymnos.

2British Museum, inv. 1894.1101.158.

3Épigramme élégiaque gravée sur une stèle peinte découverte lors des fouilles britanniques dans la nécropole est d’Amathonte, tombe 71. Stèle en calcaire local retrouvée en plusieurs fragments près de la surface du sol, ornée d’un petit fronton. L’inscription précède la représentation peinte, presque complètement effacée, d’un guerrier armé, casqué, vêtu d’une cuirasse, d’un chiton court et de chaussures montantes. Il tient un bouclier dans sa main gauche ainsi qu’une lance.

4Dimensions : 172,7 × 68,6.

5Murray, Smith, Beauchamp Walters 1900, p. 93-94 ; GIBM IV.2 no 973 ; Peek 1955, no 1447 ; Clairmont 1970, no 77 ; Hermary 1987, p. 73 no 2 ; Voskos 1997, E20.

6Cf. Michaelidou-Nicolaou 1967, p. 19 no 7.

7Date : début du iiie s.

Ἥδε σε, [Ν]ικόγενες, κεύθει χθὼν τῆλε Καλύμν[ας]
πατρίδος, ἀκμαίαν δ᾽ ὤλεσα[ς ἡ]λικία[ν]

Cette terre te recouvre, Nikogénès, loin de Kalymnos ta patrie, emporté dans la fleur de l’âge.

8Contexte historique. Cette épitaphe métrique forme, avec la représentation peinte qui l’acompagne, un ensemble qui suggère que le jeune défunt occupait des fonctions militaires. Il s’agit peut-être d’un mercenaire enrôlé dans l’une des armées (lagide ou antigonide) présentes à Chypre au début de l’époque hellénistique.

92. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue du navarque Kallikratès de Samos.

10Encore in situ en 1961, perdue depuis.

11Base de statue brisée à gauche.

12Mitford 1961a, p. 9 no 18 ; I. Paphos 65.

13Date : 274-266

[Καλλικράτη]ν̣ Βοΐσκου
        ν̣αύαρχον

Kallikratès fils de Boïskos, navarque.

143. Soloi. Base de statues du commandant Théodôros, commandant des troupes à Arsinoé de Pamphylie et de son épouse Myraitha.

15Cyprus Museum, inv. 200.

16Bloc de marbre blanc intact sauf à l’angle inférieur droit. Acquis à Morphou.

17Dimensions : 30,5 × 25,8 × 4.

18Peristianis 1910, p. 950 no 39 ; Mitford 1961b, p. 134-136 no 35.

19Date : 240-220




4



8
Ἀγαθῆι τύχηι·
ὁ θίασος τῶν Ἐπιγόνων
Θεόδωρον Δημητρίου
Ἀρσινοέα τῆς ἐπὶ Παμφυλίας
ἡγεμόνα τὸν τεταγμένον
ἐπὶ Χαράδρου, καὶ τὴν γυναῖκα
αὐτοῦ Μυραῖθα Ζηνοθέμιος
Σαμίαν καὶ τοὺς υἱοὺς Ἀρχικλῆ[ν]
καὶ Δημήτριον, ἀρετῆς ἕνεκ[α]
καὶ εὐνοίας τῆς εἰς αὑτ[όν].
À la bonne fortune !
Le thiase des Épigones (a honoré) Théodôros fils de Dèmètrios d’Arsinoé de Pamphylie, commandant placé à la tête de Charadros, ainsi que son épouse Myraitha fille de Zènothémis de Samos, et leurs fils Archiklès et Dèmètrios, en raison de leur mérite et de leur bienveillance à son
égard.

20Traduction. Afin de respecter le caractère systématique de son emploi dans les documents publics, et notamment dans les dédicaces royales, nous choisissons de rendre la notion contenue dans le terme εὔνοια par le terme « bienveillance », également formel. Selon J. L. Ferrary, cette notion « désigne un double rapport de bienveillance du roi envers les cités et d’attachement ou de loyalisme des cités envers le roi » (Ferrary 2014, p. 79).

214. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de Myrsinè, épouse du stratège Pélops, érigée par la cité.

22Perdue.

23Base de statue en marbre rose découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia. La pierre portait également une dédicace d’époque impériale (I. Paphos 216).

24Gardner et al. 1888, p. 252 no 112 ; Mitford 1961a, p. 15 no 39 ; I. Paphos 30.

25Date : 217-210




4
[Ἡ πόλις Μυρσίν]η̣ν̣ [Ὑ]περβάσσ̣[αντος],
[Πέλοπ]ο̣ς̣ τ[οῦ Πέλ]οπος τοῦ στρατηγο̣[ῦ]
[τῆς νή]σο[υ γυ]ν̣[αῖκα], εὐνοίας ἕνεκεν
[ἧ]ς ἔχων δ̣ια̣[τελεῖ Πέλοψ] εἰς βασιλέ[α]
[Π]τολεμαῖον καὶ τ[ὴν ἀ]δελφὴ[ν αὐτοῦ]
[βασίλ]ισσαν Ἀρσινόην Θεο[ὺς Φιλο]πάτορα̣[ς]
[κ]αὶ τὴν Παφίων πόλιν.
La cité (a honoré) Myrsinè fille d’Hyperbassas, épouse de Pélops fils de Pélops, stratège de l’île, en raison de la bienveillance que Pélops ne cesse de témoigner à légard du roi Ptolémée et de sa sœur la reine Arsinoé, dieux Philopatores, ainsi quà légard de la cité de Paphos.

26Société. Ce document est le premier de la série, nombreuse, des dédicaces de statues honorant l’entourage des stratèges de Chypre. La nature du dédicant, la cité de Paphos, suggère que la relation tissée entre l’administration lagide et les cités s’intègre dans un dialogue de type évergétique.

275. Salamine. Base de Myrsinè, épouse du stratège Pélops, érigée par des soldats.

28Base de granit gris clair, brisée à gauche, remployée à l’envers comme support du montant d’une porte de la citadelle de Famagouste.

29Dimensions maximales : 22,5 × 45.

30Mitford 1937, p. 30-32 no 6 ; I. Salamine 74.

31Cf. L. Robert, BE 1938, no 538.

32Date : 217-210




4
[Τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῆι νήσωι τ]ε̣ταγμένω̣[ν]
[- - - σὺν τοῖς ἄλλοις ἅ]πα[σι σ]τρατιώταις
[τοῖς ἐν τῆι νήσωι τεταγμένοις] Μυρσίνην Ὑπερβάσσαντος
[τὴν Πέλοπος τοῦ Πέλοπος τοῦ στ]ρατηγοῦ τῆς νήσου γυναῖκα
[εὐνοίας ἕνεκεν ἧς ἔχων διατελεῖ Π]έλοψ εἰς βασιλέα
[Πτολεμαῖον καὶ τὴν ἀδελφὴν αὐ]τοῦ βασίλισσαν
[Ἀρσινόην, θεοὺς Φιλοπάτ]ορας καὶ αὑ[τό].
Le koinon des (…) stationnant dans l’île ainsi que tous les autres soldats stationnant dans l’île (ont honoré) Myrsinè fille d’Hyperbassas, épouse de Pélops fils de Pélops, stratège de l’île, en raison de la bienveillance que celui-ci ne cesse de témoigner à légard du roi Ptolémée et de sa sœur la reine Arsinoé, dieux Philopatores, ainsi quà son égard.

33Prosopographie. Ce document offre un pendant à la dédicace qui précède, octroyée par la cité de Paphos en l’honneur du même personnage.

346. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de Zeuxô, épouse du stratège Polykratès, érigée par Stratonikè d’Alexandrie.

35Musée de Kouklia, inv. inconnu.

36Base de statue de plan carré en marbre noir à veines blanches, complète. Trois trous de scellement sont visibles au lit d’attente.

37Dimensions : 64 × 79 × 60.

38Gardner et al. 1888, p. 254 no 118 ; Mitford 1961a, p. 16 no 41 ; I. Paphos 37 avec fig. 63 (photographie difficilement lisible de la pierre) et 64 (photographie de l’estampage).

39Date : 203-197




4
Ἀφροδίτηι Παφίαι·
Ζευξοῦν Ἀρίστωνος
Κυρηναίαν τὴν Πολυκράτους
τοῦ στρατηγοῦ καὶ ἀρχιερέως
γυναῖκα
Στρατονίκη Νικίου Ἀλεξανδρίς.
À Aphrodite Paphia ! Stratonikè fille de Nikias d’Alexandrie (a honoré) Zeuxô fille d’Aristôn de Cyrène, l’épouse du stratège et grand-prêtre Polykratès.

40Société. Le développement de relations honorifiques entre femmes de la cour alexandrine reçoit ici une illustration concrète. La consécration de la statue à la déesse est par ailleurs remarquable dans le corpus des honneurs octroyés aux dignitaires alexandrins.

417. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base des statues du stratège Polykratès, de son père Mnasiadas et de ses enfants, érigée par la cité de Paphos.

42Musée de Kouklia, inv. KM 5.

43Bloc gauche d’une base de statue découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia.

44Dimensions : 31 × 57 × 50.

45Gardner et al. 1888, p. 240 no 54 ; Mitford 1961a, p. 17 no 43 (SEG 20, 196) ; I. Paphos 32.

46Cf. L. Robert, BE 1949, no 202.

47Date : 203-197




4
Παφίων ἡ πόλις Π̣[ολυκράτην τὸν στρατηγὸν]
καὶ ἀρχιερέα v τὸ[ν Μνασιάδου Ἀργείου υἱόν,]
καὶ τὰ τέκνα καὶ τὸ[ν πατέρα, εὐνοίας ἕνεκα ?].
Μνασιάδας     [Πολυκράτης]
l. 2 : Mitford, τὸ[ν ἑαυτῆς εὐεργέτην]
l. 3 : Mitford, τὸ[ν πατέρα αὐτοῦ]
l. 4 : Mitford, Μνασιάδας seul
La cité de Paphos (a honoré) Polykratès, le stratège et grand-prêtre, fils de Mnasiadas, avec ses enfants et son père, en raison de sa bienveillance.
Mnasiadas – (Polykratès).

48Contexte. Cette dédicace s’inscrit dans le contexte particulier d’un monument familial, genre dont nous n’avons pas d’autre attestation à Chypre. Selon la restitution proposée par J.-B. Cayla, le monument honorant la famille de Polykratès d’Argos comportait huit statues reposant sur une base composée de quatre blocs en pierre marbrière locale de couleur rose.

49Prosopographie. Polykratès joua un rôle de tout premier plan à la cour lagide sous les règnes de Philopatôr et d’Épiphane (Polybe, 5, 64, 4-6 ; 65, 5 ; 82, 3 ; 84, 8 ; 18, 54, 1 ; 55, 4-7 ; 22, 17, 3, 7) et se distingua par ses activités en mer Égée (Choix Délos I, 62).

50Son nom et celui de ses trois filles apparaissent dans des listes de vainqueurs ayant remporté des courses équestres à Athènes (IG II/III2, 2, 2, 2313 et IG II/III2, 2, 2, 2314 ; S. V. Tracy, Chr. Habicht, « New and Old Panathenaic Victor Lists », Hesperia 60, 1991, p. 187-236).

518. Karpasia. Épitaphe d’un triérarque.

52Lieu de conservation inconnu.

53Stèle à fronton provenant de Gastria, dans la région de Karpasia.

54Michaelidou-Nicolaou 1967, p. 25, no 25.

55Cf. PPC, Σ.44

56Date : iiie s.

Συμμάχο ἐστὶ τ-
ὸ σᾶμα, τριηράρχο
Κνιδίου.

Voici le tombeau de Symmachos, triérarque, de Cnide.

57Importance historique. Cette épitaphe constitue l’unique attestation de la fonction de triérarque à Chypre à l’époque hellénistique. L’origine du défunt et sa fonction invitent à rattacher ce texte aux témoignages de la présence de mercenaires, notamment à Amathonte et à Kition. L’épitaphe de ce Carien est rédigée en langue dialectale – fait remarquable dans le corpus chypriote.

589. Kition. Épigramme funéraire de Praxagoras.

59British Museum, BM C 1, 2613.

60Bloc de marbre blanc légèrement convexe, présentant des traces de joint sur tous les côtés.

61Dimensions : 33 × 12 × 11.

62GIBM II, no 389 ; I. Kition 2070 ; Voskos 1997, E22.

63Date : fin du iiie s.




4
Κρήτα μὲν πατρίς μου, ὁδοιπόρε, τίκτε δὲ μάτηρ
Νικώ, Σωσιάναξ δ’ ἦ[ε]ν ἐμὸς γενέτας·
Πραξαγόρας δ’ ὄνομ’ ἔσχον ἐπικλεές, ὃν πρὶν ἐπ’ ἀνδρῶν
θήκατο Λαγείδας κοίρανος ἁγεμόνα.
La Crète est ma patrie, passant. Nikô la mère qui m’a donné le jour, et Sôsianax était mon père. J’avais pour nom illustre Praxagoras, lorsque, autrefois, le souverain fils de Lagos m’a nommé commandant à la tête des troupes.

6410. Kourion. Base de statues du commandant de la cité, Dèmètrios de Thessalie, et de sa famille, érigée par la cité.

65Musée d’Épiskopi, inv. I 158.

66Base de statue en marbre rose, rappelant celui utilisé à Palaepaphos dans le sanctuaire d’Aphrodite. Découverte en 1939 remployée à l’envers dans un mur de la cour centrale du sanctuaire d’Apollon Hylatès. Face inscrite de forme concave, dos droit. L’inscription est complète, sauf à l’angle supérieur droit.

67Dimensions : 30 × 84 × 29,5.

68I. Kourion 42.

69Cf. (ἐπὶ τῆς πόλεως) Mitford 1953b, p. 153 n. 77 ; (onomastique) Robert 1963, p. 219.

70Date : 200-193




4
Ἡ πόλις
Δημήτριον v Μαχάτου v Θεσ[σαλὸν]
τὸν ἐπὶ τῆς πόλεως v κα[ὶ τὴν δεῖνα]
καὶ τὰ τούτων v παιδία.
La cité (a honoré) Dèmètrios fils de Machatas de Thessalie, commandant de la cité ainsi que sa femme et leurs enfants.

7111. Karpasia. Base de statue d’Aristos fils de Timodèmos de Chios.

72Base de statue en marbre bleuâtre provenant du site d’Aghios Philôn.

73Nicolaou 1980, p. 212 no 1.

74Date : 193-186/180




4
[Ἄριστο]ν Τιμοδήμου Χῖον τὸν ἐπὶ τῆς πόλεως
[- - -]σ̣α οἱ Ῥωνεῖς (?) δικαιοσύνης ἕνεκεν
[καὶ ε]ὐνοίας τῆς εἰς βασιλέα Πτολεμαῖον
[καὶ β]ασίλισσαν Κλεοπάτραν [θεο]ὺς Ἐπιφανεῖς
καὶ αὑτ[ούς].
l. 2 : Nicolaou, [οἱ - - -]σ̣α
Les (?) et les gens de (?) (ont honoré) Aristos fils de Timodèmos de Chios, commandant de la cité, en raison de sa justice et de sa bienveillance envers le roi Ptolémée et la reine Cléopâtre, dieux Épiphanes, et envers eux.

75Toponymie. La localité d’où provient le groupe des Ῥωνεῖς n’est pas identifiée. Nous pensons avec I. Nicolaou qu’il peut s’agir d’un village situé sur le territoire de la cité de Karpasia. Une autre inscription mentionnant un officier originaire de Chios a été mise au jour sur le site d’Aghios Philôn (Michaelidou-Nicolaou 1969, p. 157, no 5).

76Datation. La mention du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, dieux Épiphanes, suggère un terminus post quem en 193 (date du mariage royal). Un terminus ante quem peut être fixé en 186 (naissance de Philométôr) ou 180 (mort d’Épiphane).

7712. Lapéthos. Base de statue de Polykratès fils de Polykratès, du rang des Premiers Amis, érigée par la cité.

78Cyprus Museum, inv. inconnu.

79Base de statue provenant de Lapéthos.

80Peristianis 1910, p. 943 no 32 ; Mitford 1938, p. 118.

81Cf. (prosopographie) L. Robert, BE 1938, no 539 ; Mitford 1961a, p. 18.

82Date : 193-186/180




4
Ἡ πόλις ἡ Λαπηθίων Πολυκράτην Πολυκράτους
Ἀργεῖον τῶν πρώτων φίλων τοῦ βασιλέως
ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας τῆς εἰς
βασιλέα Πτολεμαῖον καὶ βασίλισσαν
Κλεοπάτραν Θεοὺς Ἐπιφανεῖς καὶ Εὐχαρίστους
καὶ Λαπηθίους.
La cité de Lapéthos (a honoré) Polykratès fils de Polykratès d’Argos, du rang des Premiers Amis du roi, en raison de son mérite et de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, dieux Épiphanes et Bienfaisants, et à l’égard des citoyens de Lapéthos.

83Importance historique. L’intérêt principal de cette inscription, qui s’insère dans la série importante des bases dédiées à la famille du stratège Polykratès à Chypre, réside dans la nature du dédicant : la cité de Lapéthos.

84Datation. Supra, numéro 11.

8513. Kourion. Sanctuaire d’Apollon Hylatès. Base de statue d’un officier originaire de Thessalie, érigée par la cité.

86Musée d’Épiskopi, inv. I 159.

87Base de statue en marbre blanc jaunâtre, découverte près du temple d’Apollon Hylatès au cours de fouilles menées par l’université de Pennsylvanie. Brisée à l’arrière, à gauche et l’angle supérieur droit.

88Dimensions : 32,5 × 59,5 × 56.

89I. Kourion 43.

90Date : 192-183




4



8
[Ἡ πόλις] ἡ Κουριέων
[…ca. 13…]ίππου Δημη[ι]τριέα
[τὸν ἀρχισωματ]οφύλακα καὶ ἐπὶ τῆς νήσου
[ἀρετῆς ἕνεκ]εν v καὶ εὐνοίας
[τῆς εἰς βασ]ιλέα Πτολεμαῖον
[καὶ βασίλισ]σ̣αν v Κλεοπάτραν
[θεοὺς Ἐπιφαν]εῖς καὶ Εὐχαρίστους
[καὶ τὴν πόλιν] vv τὴν Κουριέων.
La cité de Kourion (a honoré) Untel fils d’Untel originaire de Démétrias, Garde du corps en chef et commandant de l’île, en raison de sa vertu et de sa bienveillance à légard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, dieux Épiphanes et Bienfaisants, ainsi quà légard de la cité de Kourion.

91Titres et fonctions. Pour T. B. Mitford, la fonction inédite ἐπὶ τῆς νήσου relève d’une erreur du lapicide, mais cette solution est peu convaincante. En l’absence de parallèle, nous devons nous contenter de considérer qu’il s’agit d’une fonction de commandement exercée à l’échelle régionale.

9214. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue du fils de Prôtarchos, du rang des Diadoques.

93Perdue, anciennement : Musée de Kouklia, inv. KM 63.

94Base de statue dont seule subsiste la partie gauche.

95Dimensions : 13 × 32 × ?

96Mitford 1961a, p. 19 no 40 ; I. Paphos 184.

97Date : premier quart du iie s.




4
Πρώταρ[χος τοῦ δεῖνος, τῶν]
διαδόχω[ν - - -]
καὶ Στασάνδ̣[ρα ἡ γυνὴ αὐτοῦ]
[τὸ]ν αὑτῶν υἱ[ὸν τὸν δεῖνα].
l. 2 : Mitford, διαδόχω[ν, (e.g.) ἡγεμὼν ἐπ’ ἀνδρῶν?]
Prôtarchos fils d’Untel, du rang des Successeurs (…), et son épouse Stasandra (ont honoré) leur fils, Untel.

98Édition. Les personnages mentionnés ne sont pas connus par ailleurs. La proposition de restitution exempli gratia de T. B. Mitford à la l. 2 ne semble donc pas fondée, pas plus que l’hypothèse avancée par J.-B. Cayla d’une « alliance entre l’élite locale et l’administration ptolémaïque » (I. Paphos, p. 296).

99Titres et fonctions. Ce texte présente une des rares mentions (avec l’importante dédicace de la cité d’Amathonte en l’honneur de l’officier samien [19]) du titre aulique τῶν διαδόχων dans le corpus chypriote.

10015. Kition. Base de statue de Nikanôr érigée par des soldats placés sous ses ordres.

101Cyprus Museum, inv. 102.

102Dalle de marbre blanc brisée en bas et à droite découverte à Ormidhia, à l’est de Larnaca.

103Dimensions : 14,5 × 15 × 4.

104Mitford 1953b, p. 149 n. 52 ; I. Kition 2029.

105Date : 180-165




4
Νικάνορα [τοῦ δεῖνος - - -]
καὶ τὸν υἱὸ[ν αὐτοῦ τὸν δεῖνα]
οἱ στρατιῶτα[ι οἱ στρατευόμεν]-
οι ὑπ’ αὐτὸ[ν ἐν τῆι νήσωι καὶ]
π[ε]ζοὶ καὶ ἱπ[πεῖς εὐνοίας ἕνεκεν].
Les soldats servant sous ses ordres dans l’île, fantassins et cavaliers, (ont honoré) Nikanôr fils d’Untel, en raison de sa bienveillance.

10616. Salamine. Base de Philotimos érigée par sa fille, épouse du secrétaire militaire Leukos.

107Base de statue en marbre blanc découverte vers 1820 dans le rempart de Salamine puis transportée au Musée de Berlin (inventaire inconnu).

108I. Salamine 89.

109Date : 180-150




4
[- - - ἡ γ]υνὴ ἡ Λεύκου τοῦ
[- - - το]ῦ γραμματέως τῶν δυνάμεων
[Φιλ]ότιμον v Ἑκαταίου
[τὸν ἑ]αυτῆς v πατέρα.
Une telle, femme de Leukos, secrétaire des forces armées, (a honoré) Philotimos fils d’Hékataios, son père.

11017. Kition. Base de statue d’officiers chargés du recrutement de mercenaires.

111Perdue.

112Base de statue provenant du Lac Salé près de Larnaca.

113I. Kition 2023.

114Cf. I. Paphos, p. 185.

115Date : 170-145




4
[- - -]ον Ἀριστίππ[ου] Λ̣αμιέα [τὸν συγγενῆ τὸν βασιλέως]
[τὸν στρατη]γὸν καὶ Ἀνδρόμαχον οἱ τασ[σόμενοι ὑπ’ αὐτὸν(?) ἡγεμόνες τῶν]
[στρατι]ω̣τῶν τῶν παραγεγονότων ἐκ [- - -]
[- - - κ]αὶ ξενολογηθέντων ὑπ̣ὸ Π[- - -]
[- - -]δου, συναποσταλέντων [- - -]
[τῆς Θηβ]αΐδος ἀρετῆς ἕνεκα καὶ εὐ[νοίας τῆς εἰς βασιλέα]
[Πτολεμαῖον] καὶ βασίλισσαν Κλεοπάτραν [- - -]
l. 4-5 : I. Kition, ὑπ̣ὸ Π[ολυκράτους Πολυκράτους(?)] / [τοῦ Μνασιά(?)]δου
l. 5 : I. Kition, [- - -]δου, συναποσταλέντων [δὲ μετὰ τοῦ δεῖνος ἐκ]
Les commandants des soldats provenant de (…) et ayant été recrutés par P[…] fils de (…), dépêchés (…) de Thébaïde (ont honoré) Untel fils d’Aristippos de Lamia, Parent du roi, stratège ainsi qu’Andromachos, en raison de leur mérite et de la bienveillance dont ils font preuve à l’égard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre.

116Importance et contexte historiques. L’emploi du verbe ξενολογέω apporte un éclairage remarquable sur une réalité que nous ne saisissons d’ordinaire que par ses conséquences. Il est ici question du recrutement et de la gestion des troupes. La datation de ce texte dans le deuxième quart du iie siècle repose sur l’identification hasardeuse de l’officier en charge du recrutement avec le fils du stratège Polykratès. Si l’importance des lacunes force selon nous à renoncer à cette interprétation, le contexte du iie siècle convient assez bien à cette inscription. Une telle datation suggérerait en effet que les soldats en question soient intervenus à Chypre dans le cadre des heurts consécutifs à l’invasion séleucide en 168 ou des troubles dynastiques qui s’ensuivirent.

117Rappelons que la révolte de la Haute-Égypte à l’issue de la bataille de Raphia (217) donna lieu à la sécession de la Thébaïde (jusqu’en 187-186).

11818. Kourion. Acropole. Base de statue de Kalliklès érigée par la cité.

119Musée d’Épiskopi, inv. KM 195, RR 993.

120Base de statue découverte en 1998 sur l’acropole de Kourion, brisée en haut et à l’arrière. Deux trous de scellement circulaires sont visibles au lit d’attente. L’inscription, qui comporte huit lignes, est complète.

121Dimensions : 28 × 78 × 33.

122Nicolaou 2013, p. 315 no 1.

123Date : 163-154




4



8
Καλλικλῆν Καλλικλέους Ἀλεξανδρέα τὸν
ἀρχισωµατοφύλακα καὶ γραµµατέα τῶν
ἐν Ἀλεξανδρείαι ἱππέων καὶ εὐώνυµον παραστάτην
καὶ διδάσκαλον τοῦ βασιλέως τῶν τακτικῶν,
Κουριέων ἡ πόλις ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας
τῆς εἰς βασιλέα Πτολεµαῖον καὶ βασίλισσαν
Κλεοπάτραν τὴν ἀδελφὴν θεοὺς Φιλοµήτορας καὶ τὰ τέκ̣[να]
καὶ τῆς εἰς ἑαυτὴν εὐεργεσίας καὶ πρὸς ἅπαντας δικαιοσύνης.
La cité de Kourion (a honoré) Kalliklès fils de Kalliklès, Alexandrin, Garde du corps en chef et secrétaire des cavaliers stationnés à Alexandrie et cavalier de l’aile gauche, et maître de tactique du roi, en raison de son mérite et de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre sa sœur, dieux Philomètores, et de leurs enfants, et en raison de ses bienfaits envers elle et de sa justice envers tous.

124Prosopographie. Kalliklès est connu par trois autres inscriptions provenant de Paphos : il dédie une base de statue de Ptolémée Philomètôr (97) et est lui-même bénéficiaire de deux statues, l’une dédiée par la συναρχία τῶν ἐν Πάφωι στρατηγῶν καὶ ἐστρατηγηκότων (49), et l’autre par la cité (I. Paphos 74).

125L’institution mentionnée sous la formule συναρχία τῶν ἐν Πάφωι στρατηγῶν καὶ ἐστρατηγηκότων, le collège des stratèges et anciens stratèges en poste à Paphos, se rapporte selon nous (contra I. Paphos, p. 197-198) à la magistrature civile et non à la fonction de stratège de Chypre et témoigne du développement des institutions civiques chypriotes et de leur évolution au cours de l’époque hellénistique. L’hypothèse d’une influence de l’organisation de la cour royale sur la structure des institutions civiques ne doit pas être écartée.

126Titres et fonctions. Kalliklès, en poste dans la capitale du royaume lagide, est doté de compétences qui n’ont pas d’équivalent à Chypre. En plus des fonctions habituelles, il occupe également celle de commandant de cavalerie (ἰλάρχης) et de maître de tactique du roi dans la dédicace d’une statue du roi (διδάσκαλος τοῦ βασιλέως τῶν τακτικῶν, 97). Il est également « cavalier de l’aile gauche » (παραστάτης εὐωνύµων) selon l’interprétation très probablement militaire qu’il faut donner aux termes grecs.

12719. Amathonte. Base de statues d’un officier samien et de sa famille érigée par la cité.

128Perdue.

129Base de statue en marbre bleu foncé.

130Ross 1850, p. 517 no 12 ; LBW, no 2821a ; Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 30 no 14.

131Cf. Pouilloux 1975, p. 229-233 ; Bagnall 1976, p. 64.

132Date : 163-145




4



8
Ἀμα[θουσίων ἡ πόλις],
[. . . . ]ον Ἀμμωνί[ου] Σά̣<μ>ιον, τ̣ῶν
[ἀρχι]σωματοφυλάκων, τὸν ἐπὶ τῆς
[π]όλεως, καὶ Φίλαν τὴν γυναῖκα αὐτοῦ
[τ]ὴν Καρπίωνος θυγατέρα, τῶν φίλων,
[Ἀ]λεξανδρίδα, καὶ τοὺς υἱοὺς Ἀμμώνιον
[καὶ] Καρπίωνα καὶ Παγκράτην τῶν διαδόχων,
[καὶ Φίλαν(?)] τὴν θυγατέρα, ἀρετῆς ἕνεκεν
[καὶ εὐνοίας τῆς εἰς β]ασιλέα Πτολεμαῖον καὶ βασίλισσα[ν]
[- - -] καὶ Ἀ]μαθουσίους.
La cité d’Amathonte (a honoré) Untel fils d’Ammônios, Samien, du rang des Gardes du corps en chef, commandant de la cité, ainsi que son épouse Phila, fille de Karpiôn du rang des Amis, Alexandrine, ainsi que leurs fils Ammônios, Karpiôn et Pankratès, du rang des Successeurs et leur fille Phila, en raison de son mérite et de sa bienveillance envers le roi Ptolémée et la reine (), et envers les citoyens d’Amathonte.

13320. Kition. Base de statue du Crétois Agias, commandant de la cité et Garde du corps en chef, érigée par la cité.

134Berlin, Antikensammlung, inv. SK 1181.

135Base de statue en marbre gris bleu, cassée en trois fragments recollés, traces de remploi à la face supérieure et à la face inférieure.

136Dimensions : 25 × 70 × ?

137I. Kition 2021.

138Date : 163-145




4
Ἡ πόλις
Ἀγίαν Δαμοθέτου Κρῆτα, τὸν ἀρχισωματοφύλακα
καὶ ἐπὶ τῆς πόλεως ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας
τῆς εἰς βασιλέα Πτολεμαῖον καὶ βασίλισσαν Κλεοπάτραν
τὴν ἀδελφὴν Θεοὺς Φιλομήτορας καὶ τὰ τέκνα
αὐτῶν καὶ τῆς εἰς αὑτὴν εὐεργεσίας.
La cité (a honoré) Agias fils de Damothétos de Crète, du rang des Gardes du corps en chef, commandant de la cité, en raison de son mérite et de sa bienveillance à l’égard du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre sa sœur, dieux Philomètores et de leurs enfants, et en raison de ses bienfaits envers elle.

13921. Palaepaphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Décret en l’honneur d’un officier de Patara.

140Musée de Paphos, inv. 162.

141Stèle en marbre de Paros, brisée en haut et à gauche ornée d’une colonnette sur la face conservée. Découverte en 1936 remployée dans le mur d’une maison du village de Kouklia, près du sanctuaire d’Aphrodite.

142Dimensions : 46 × 53 × 7.

143Buckler 1935, p. 75-78 ; Mitford 1961a, p. 4 no 4 ; I. Paphos 75.

144Cf. Robert 1936, p. 106 n. 2 ; L. Robert, BE 1963, no 300.

145Date : 163-145




4



8



12



16
[Année et mois ? Ἀγαθῆι τύχηι· δεδόχθ]α̣ι̣
[- - - ἐπαιν]έ̣σαι
[nom et patronyme Πα]τ̣αρέα, τῶν
[- - - ἀρχ]ιτέκτονα τῆς
[- - -]ε̣ως καὶ πρὸς τοῖς
[πετροβολικοῖ]ς̣(?), καὶ στεφανῶσαι αὐτὸν
[χρ]υ̣σῶι στεφάνωι καὶ ἀναθεῖναι
εἰκόνα γραπτὴν ἐν τῶι ἱερῶι τῆς Παφίας
Ἀφροδίτης, ἄγειν δ’ αὐτοῦ καὶ ἡμέραν
δι’ αἰῶνος, τοὺς μὲν νέμοντας τὸ
τάγμα τῶν πρεσβυτέρων ἀφετῶν
θυσιάζοντας ἐν Παλαιᾶι τῆι Ἀφροδίτηι,
τοὺς δὲ τὸ τῶν νεωτέρων νέμοντας
ἄγειν ἐν Πάφωι θυσιάζοντας τῆι Λητοῖ·
τὸ δὲ ψήφισμα τόδε ἀναγράψαι εἰς
στήλην πα̣ρίνην καὶ ἀναθεῖναι
ἐν τῶι ἐπιφανεστάτωι τόπωι τοῦ
ἱεροῦ.
(…) À la bonne fortune ! Plaise (à : organe de décision) de décerner l’éloge à Untel fils d’Untel de Patara, du rang des Gardes du corps en chef, ingénieur de (…) et préposé au maniement des catapultes (?), de lui accorder une couronne d’or et de dresser son portrait peint dans le sanctuaire d’Aphrodite Paphia, de l’honorer perpétuellement d’une célébration annuelle, et que ceux qui parmi les artilleurs appartiennent à la classe des anciens sacrifient en l’honneur d’Aphrodite à Palaepaphos et que ceux qui appartiennent à la classe des plus jeunes sacrifient en l’honneur de Létô à (Néa) Paphos ; que ce décret soit transcrit sur une stèle de marbre et dressé dans le lieu le plus en vue du sanctuaire.

146Importance historique. La perte des considérants ne permet pas d’identifier l’organe qui décide d’attribuer les honneurs à cet officier de Patara, ni la nature des relations entre cette instance et l’individu honoré. Notons néanmoins que le formulaire employé de même que l’importance des honneurs accordés (éloge, couronne d’or, portrait peint exposé dans le sanctuaire d’Aphrodite, fête et sacrifice annuels) rapprochent ce texte des décrets civiques. La restitution exempli gratia au début de la l. 6 apporte une précision peu assurée sur la fonction de l’officier lycien dans l’armée lagide. Toutefois, la mention de sa qualité d’ingénieur militaire à la ligne 4 permet de le situer avec quelque assurance dans le corps des commandants d’artillerie.

147Dans le détail des honneurs octroyés, cette inscription est particulièrement riche – il s’agit d’une exception dans le corpus des inscriptions chypriotes. L’existence de clauses impliquant l’organisation d’une fête et de sacrifices religieux (répartis sur deux sanctuaires) oriente l’identification de l’instance décisionnelle soit vers la cité de Paphos soit vers un organe émanant de l’administration ou de l’armée ptolémaïque (les ἀφέται eux-mêmes d’après L. Robert), soit encore du koinon des Lyciens, actif à Paphos. Une attention particulière est portée à la dimension religieuse des honneurs. Le texte précise les modalités selon lesquelles le sacrifice devra être effectué par deux groupes distincts. Les artilleurs sacrifieront à Aphrodite ou à Létô, à Palaepaphos ou à Néa Paphos selon qu’ils appartiennent à la classe d’âge des jeunes ou des anciens. La mention de Létô, la grande déesse lycienne dont le sanctuaire paphien n’est pas localisé, aux côtés de l’Aphrodite Paphia n’est pas anodine. Les deux déesses participent également aux fêtes rendues en l’honneur de l’officier lagide selon une répartition raisonnée. La dimension politique parcourt implicitement ce texte sans qu’il soit possible de rattacher l’action de l’officier honoré à un contexte précis. La clause d’exposition de la stèle désigne explicitement le sanctuaire de Palaepaphos comme vitrine du pouvoir. Dans ce contexte, l’absence de clause impliquant les honneurs rendus aux souverains lagides est remarquable. Si le Lycien honoré possédait un titre de cour lagide, celui-ci se perd dans la lacune de la l. 4.

148Gravure. Le développement des clauses concernant la gravure du décret constitue quasiment un hapax dans le corpus. La forme de la stèle, encadrée de colonnettes cannelées dont il ne reste que celle de droite, est par ailleurs remarquable et signale une décision officielle.

14922. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base portant les statuettes des filles du dignitaire lagide Léonnatos.

150Musée de Kouklia, inv. KM 25.

151Base de statuettes en marbre importé noir à cristaux jaunes et blancs, brisée en bas et portant sur la face opposée une inscription datée du règne de Tibère (I. Paphos 164). Mortaises pour scellement visibles à la face supérieure.

152Dimensions : 23 × 44,5 × 33,5.

153Mitford 1961a, p. 25 no 62 ; I. Paphos 68.

154Date : vers 160




4
[Ἀφρο]δ̣ί̣τ̣[ηι Παφίαι]·
Δημονίκην κ[αὶ τὴν δεῖνα]
τὰς Λεοννάτου τ[- - -]
καὶ Ὀλυμπιάδος θυγατέρας
Χαιρίας v ἡγεμών.
l. 3 : Mitford, τ̣ῶ̣[ν φίλων ?] ; Cayla, Τ[υρίου]
À Aphrodite Paphia !
Le commandant Chairias (a honoré) Dèmonikè et une telle, les filles de Léonnatos (…) et d’Olympias.

155Base. Les dimensions de cette base destinée à accueillir les représentations de Dèmonikè et de sa sœur suggèrent qu’il s’agissait plutôt de statuettes.

156Prosopographie. I. Nicolaou (PPC, Λ.5), à la suite de la restitution proposée par T. B. Mitford, considère Léonnatos comme un officier ptolémaïque de la garnison de Paphos. La position de J.-B. Cayla vis-à-vis de cette restitution paraît correcte et la lecture d’un oméga à la l. 3, exclue. La restitution de l’ethnique de Tyr nous semble en revanche arbitraire en l’état. Olympias (PPC, O.3) est (l. 4) par ailleurs un nom répandu parmi les femmes de la cour lagide sans qu’il soit possible d’établir de correspondance précise entre les personnages connus et notre texte.

157Cour lagide. Il s’agit ici de la consécration, par un officier de l’armée lagide, de deux statuettes représentant les filles d’un couple, Léonnatos et son épouse Olympias, dont l’appartenance au cercle de la cour lagide ne peut être prouvée. La mention de la fonction d’hègèmôn à la l. 5 ne suffit pas à accréditer la restitution proposée par le premier éditeur à la l. 3 : la consécration s’inscrit-elle dans une relation – dont la nature n’est pas spécifiée : peut-être hiérarchique ? – entre deux membres du personnel lagide de passage ou en fonction à Chypre ?

158Société. Si la restitution est juste, l’officier Chairias a choisi de consacrer à Aphrodite Paphia non pas une représentation de Léonnatos et d’Olympias, mais de leurs deux filles. Si l’on peut penser que cet hommage s’inscrit dans une relation personnelle entre deux officiers, il n’est pas non plus exclu que les femmes, destinataires – directes ? – de cet honneur aient bénéficié d'un prestige propre, à l’image d’autres personnages féminins de l’entourage des officiers ptolémaïques.

15923. Paphos. Néa Paphos. Pétition de soldats.

160Musée de Paphos, salle d’exposition.

161Stèle de marbre blanc endommagée par un remploi postérieur et brisée de toutes parts, découverte à Paphos.

162Dimensions conservées : 35,5 × 16 × ?

163Mitford 1961b, p. 100-101 no 4 (SEG 20, 244) ; I. Paphos 70.

164Cf. L. Robert, BE 1962, no 326.

165Date : milieu du iie s.




4



8



12



16



20
[- - -] ἀπολ]ε̣λ̣ε̣ι̣μ̣µέ̣νοι (?) Λ̣[ύκιοι (?) - - -]
[- - - φιλαν]θρωπηθῆναι ἀπ̣[ὸ - - -]
[- - - βασι]λικῆς δόσεως [- - -]
[- - -]ω̣ν τὰς σιταρχί[ας- - -]
[- - -] ἕκαστος ἡµῶν [- - -]
[πεφιλαν]θρωπηµένων̣ Θ̣[ραικῶν - - -]
[- - -]θ̣ε αὐτῶν τε κα̣[ὶ - - -]
[- - -]υ̣ συνβῆ ἀνθ’ ? [- - -]
[- - -]ς τοῦ µὲν ἐν[θάδε - - -]
[- - -]νον εἰς τὸ ἴδι[ον - - -]
[- - -] κ̣αὶ τοῖς ἐν Ἀλεξ[ανδρείαι - - -]
[- - -] συνβῆ τῶν ἀποδ̣[- - -]
[- - -]ο̣ τοὺς ἀξιοῦντας [- - -]
[- - -]ι̣ καταληφθῆναι ΑΡ[- - -]
[- - -] μήτε τοῦ εἴδους τὸ σ̣[- - -]
[- - -] ἐκτιθεµένων αὐτ[οῖς - - -]
[- - -] προσθέµατι ὁµο[ίωι - - -]
[- - -] ὑ̣πὸ σοῦ κατὰ τὸ σ̣[- - -]
[- - -τῶ?]ν προσηκουσῶν [- - -]
[- - -]γιν περὶ ἀνθρώ[πων - - -]
[- - -] τ̣ῶν στρατηγού[ντων - - -]
[- - -]ς ἵνα σὺ θεὸς ὢ̣[ν - - -]
[- - -] ἐσό[- - -]

166Nature du texte et importance historique. Les lacunes importantes de cette inscription ne permettent pas d’en donner une traduction suivie. Les quelques termes conservés suggèrent qu’il s’agit d’une lettre ou d’une pétition adressée par des soldats à l’administration ptolémaïque. Ce vocabulaire a déjà été étudié par J.-B. Cayla. Le lexique de la bienfaisance royale et de la générosité invite à considérer que ce texte s’inscrit dans ou à l’issue d’une période de crise. La datation de ce texte dans le cours du iie siècle appelle l’attention. Plusieurs évènements militaires majeurs secouent en effet l’île de Chypre dans le cadre de la sixième guerre de Syrie puis dans le cadre de la guerre dynastique qui oppose Philomètôr à son frère Èvergète II. La mention des troupes stationnant à Alexandrie pourrait néanmoins constituer un indice en faveur de cette seconde hypothèse et inviterait alors à considérer les revendications des soldats en poste à Chypre dans un cadre strictement interne.

16724. Karpasia. Base de statue du commandant achéen Sôphanès érigée par Zatôn et les paysans avec leurs familles.

168Cyprus Museum, inv. 61.

169Bloc de marbre blanc brisé à droite, découvert à Aghios Philôn.

170Dimensions : 110 × 100 × 22.

171Mitford 1961b, p. 122 no 23 (Papazoglou 1997, p. 74, T17).

172Date : vers 150




4
Σωφάνην [τοῦ δεῖνα]
Ἀχαιόν, ἡγ[εμόνα ἐπ’ ἀνδρῶν],
Ζάτων ὁ τ̣[αμίας καὶ οἱ παν]-
οίκιοι γεω[ργοὶ εὐεργεσίας]
ἕνεκεν [τῆς εἰς ἑαυτούς].
Zatôn, le trésorier, ainsi que les paysans avec leurs familles (ont honoré) Sôphanès fils d’Untel d’Achaïe, en raison de ses bienfaits envers eux.

173Édition. Le texte que nous présentons repose en grande partie sur les restitutions proposées par T. B. Mitford. La fonction supposée de Zatôn, à la l. 3, est, notamment, largement hypothétique.

174Administration. L’intérêt de ce texte réside moins dans la fonction du personnage honoré, l’officier lagide d’origine achaïenne, Sôphanès, que dans la mention des πανοίκιοι γεωργοί.

175Ces paysans occupent peut-être un statut proche de celui des κατοικοῦντες (Papazoglou 1997).

17625. Kition. Édit d’amnistie de Ptolémée Évergète II.

177Cyprus Museum, inv. 201.

178Bloc de marbre gris cassé en haut, portant deux inscriptions grecques (dont la dédicace d’époque lagide I. Kition 2022).

179Dimensions : 54,5 × 53 × 21,5.

180Lenger 1980 ; Piejko 1987 (I. Kition 2017).

181Date : 145/144




4



8



12



16



20



24



28
[- - -] τ̣ο̣ῦ̣ κ̣ς΄ (ἔτους)· καὶ προστέτ̣αχεν ΜΗ̣
μηθένα ὑπὲρ τούτων μηδὲ διακούειν [- - -]
προστέταχεν δὲ καὶ τοὺς ἀνακεχω̣ρηκότ̣[ας - - -]
διὰ τὸ ἐνεσχῆσθαι αἰτίαις καταπορεύεσθ̣[αι εἰς τὰς ἰδίας καὶ γίνεσθαι]
πρὸς αἷς καὶ πρότερον ἦσαν ἐργασίαις καὶ κομ̣[ίζεσθαι τὰ ἔτι ὑπάρχοντα]
ἄπρατα ἀπὸ τῶν ἰδίων αὐτῶν τῶ̣ν διὰ ταῦτα̣ [ἠνεχυρασμένων].
τοὺς δὲ στρατευομένους διορθ̣οῦ̣σθα̣[ι - - -]
ἀφίησι δὲ καὶ τ[οὺς στρ]α̣τιώτας τούς τε π̣ε̣[ζοὺς - - -]
τ̣οὺς ἐκ τοῦ [βασιλικοῦ ἀ]ν̣αδεδομένων Ο[- - -]
τὰ ὀφειλ̣[…ca. 14-15…]ς τὰς τιμὰς v (?)
προ̣στέ[ταχεν δὲ καὶ μηθένα κακ]ο̣τεχνεῖν περὶ ΜΗΘ̣ΕΝ[- - -]
μηδὲ παρὰ̣ [τὰ ἐν αὐτοῖς διηγορ]ευμνα πράσσειν κ̣ατ[ὰ μηδεμίαν παρεύ]-
ρεσιν μηδὲ̣ [τοὺς ἐπὶ πραγμάτ]ων τεταγμένους περὶ [- - -]
εὐθύνειν μ[ηθένα εἰ δὲ μὴ θανά]τωι ζημιοῦσθαι v ἐξετθ̣[η - - -]
ἐκ τῆς παρὰ τ̣[οῦ βασιλέως π]εμφθείσης ἐπιστο[λῆς]·
βασιλεὺς Πτ̣[ολεμαῖος ταῖς ἐν] Κ̣ύπρωι τεταγμέναις πεζι[καῖς καὶ ἱππικαῖς]
καὶ ναυτικα̣[ῖς δυνάμεσι χαίρ]ειν· καὶ ὑμᾶς δ’ οἰόμεθα δε[ῖ]ν [- - -]
λαβόντας […ca. 12-13…] ἀρχηγοὶ γεγόνατε τοῦ κ̣αὶ ΕΝ[- - -]
ὡς ἥ̣ρμοζε […ca. 12…] καὶ τῶν κατ’ Αἴγυπτον πραγμά[των- - -]
καταστῆνα̣[ι …ca. 8…] μηθέντας δ’ ἔσχετε καὶ τοὺς Ε[- - -]
πάντ[α]ς καὶ τοὺς πρ̣[οσκ]ληθέντας ἔξωθεν ὑφ’ ἡμῶν. μν[ημονεύοντες δὲ τούτων]
καὶ τῆς γεγενημένης ἡμῖν μεθ’ ὑμῶν συναναστροφ[ῆς καὶ - - -]
μᾶλλον ἐκ̣κα[υθ]ντες καὶ μεριμνήσαντες ΤΙΑΝΥ̣[- - -]
π̣α̣ρὰ [π]άντα τὸν̣ [βί]ον καὶ μέχρι τῆς ἐσχάτης ἀναπν[οῆς …11-13… δια]-
σ̣ῶισαι, διὰ βίου τε τὰς σιταρχίας ἅπασιν ἐτάξαμε̣[ν, δοῦναι, ὃ οὐδεὶς τῶν ἡμετέ]-[ρω]ν̣
π̣ρογόνων μνημονεύεται πεποιηκώς, καὶ τ[- - -]
τες] εἰς Πηλούσιον ἐποιήσαμεν ΠΡΟΣΘΕΝ[- - -]
[…4-5…]Υ̣[…8-9…]Ν̣Τ̣Ο̣Υ̣․[- - -]Η̣[- - -]
Le [jour] de l’an 16. Il (Ptolémée VIII) a ordonné : que personne à l’avenir n’incrimine qui que ce soit au sujet de ces troubles (?), et que personne ne prête l’oreille (…).
Il a également ordonné que ceux qui se sont enfuis (…) parce qu’ils avaient fait l’objet d’inculpations, rentrent chez eux, reprennent leurs activités antérieures et recouvrent ceux de leurs biens confisqués à cette occasion qui n’ont pas encore été vendus. (…)
En ce qui concerne les soldats, qu’ils soient également relâchés. Il accorde également aux soldats, fantassins et (…) auxquels ont été distribués des (…) une remise de leur dette sur les prix.
Il a également ordonné que personne ne cherche en aucune façon à nuire à quiconque, ni n’agisse, sous aucun prétexte, à l’encontre des décisions, et que les magistrats ne traduisent personne en justice au sujet de (…) sous peine d’
être condamnés à mort.
Extrait de la lettre envoyée par le roi :
« Le roi Ptolémée aux forces d’infanterie, de cavalerie et de marine stationnant à Chypre, salut. Nous pensons que vous aussi devez (être remerciés de ?) avoir été les instigateurs de (…), comme il convenait, et du fait que nous nous sommes rendu maître du pouvoir en Égypte. Vous avez eu (pour cela) tous les (…) et ceux que nous avons fait venir de l’extérieur. En souvenir de ces évènements et de notre relation avec vous, (d’autant plus) stimulé et soucieux de maintenir (…) pendant toute notre vie et jusqu’à notre dernier souffle, nous avons octroyé à tous des soldes à vie, ce qu’aucun de nos ancêtres n’a fait auparavant et, nous avons fait pour ceux qui (…) vers Péluse (?). »

182Traduction. M.-Th. Lenger traduit le verbe ἀφίησι par « réintégrer », mais il est possible que ce terme ait pris un sens plus général. C’est en effet le verbe employé pour les prisonniers de guerre qui retrouvent la liberté (Bielman, Retour à la liberté, no 27). Une traduction par « relâcher » semble donc également possible.

183Importance historique. Ce texte, capital pour l’histoire de la dynastie lagide, a été précisément commenté par M.-Th. Lenger. Sa présentation dans ce choix est amplement justifiée : il s’agit du témoignage le plus explicite de l’importance des troupes stationnant à Chypre pour les souverains ptolémaïques.

184La relation étroite nouée entre le roi et ses soldats est soulignée par l’emploi à la l. 22 du terme συναναστροφή (« la fréquentation ») qui contribue à révéler cet aspect essentiel de la monarchie hellénistique, très prégnant dans notre corpus.

185Les troupes sont explicitement désignées comme les ἀρχηγοί (l. 18) de l’autorité royale, et la bienveillance du monarque – si souvent alléguée dans les documents honorifiques – prend ici un sens très concret par la mention de la distribution de soldes à vie (διὰ βίου τε τὰς σιταρχίας, l. 25). La tonalité emphatique des paroles du roi, rapportées au discours direct, donne également vie à la notion d’εὔνοια (l. 23-24).

186C’est également le témoignage le plus explicite de l’intégration étroite de Chypre dans le royaume lagide. Le décret d’amnistie, proclamé à Alexandrie, est en effet transmis à l’administration royale pour être appliqué à Chypre, accompagné d’une lettre adressée directement aux troupes de Chypre.

18726. Amathonte. Document à base cadastrale.

188Musée de Limassol, inv. A-PL/1347.

189Bloc de calcaire coquillier remployé comme seuil d’une salle située sur le flanc de la colline de la ville basse, découvert lors des fouilles à l’ouest de l’agora. Dispositifs de scellement au lit d’attente et sur les faces latérales confirmant que l’inscription courait au moins sur un bloc perdu à gauche. Traces de peinture rouge au creux des lettres.

190Dimensions : 41 × 78,5 × 9-11.

191Aupert, Flourentzos 2008 (SEG 58, 1673).

192Date : après 145




4



8



12
[- - -]ς Λυε[.]ους [. .]η̣΄ (?) […ca. 33…]υ̣ λ΄ v [Λ]ευκ̣ῆς Θι-
[- - -]τ̣ (γ?)ος Λαπ̣ί̣θ̣[ου . . .] Κολώνη[ς…ca. 20…]ος Κολ̣ώνης ζ΄ η΄ vacat
[- - -]ι΄ ια΄ ιβ΄ ιγ΄ ιδ΄ ιε΄ ις΄ ᾿Ε̣ρυθρασ̣οί̣α̣ς ιζ΄ [ὅ/ὥδ?]ε καὶ Μ̣έ̣νων τοῦ̣ Μοναγρίου̣
[- - -]ο̣υ καὶ̣ τῶν π̣ρο[τέρων?- - -]τ̣οη Φιλίππ̣ου̣ ι̣θ̣΄ τοῦ Π̣υ̣ρ̣γ̣ί̣ο̣υ Κ̣α̣λῶν Κυθήρων vacat
[- - -]ο̣ι̣ κ[β]΄ v κ̣γ΄ v [. . . . . .]ω[. . . . . .]δ̣[. . . . .] κδ΄ κ̣ε΄ κ̣ς΄ κζ΄ κη΄ κθ΄ λ̣΄ Μιμίσου vacat
[- - -] δ΄ ε΄ v Κ̣υρ[…ca. 12…]ν̣ι̣ωντων[-]ρ̣[. . . . . . .]ον̣μητρως ς΄ [τοῦ?] Πασικράτου[ς]
[- - -]λειμῶvνος τῶν Φι̣λομ̣α[. . .]ου̣ς καὶ Ταυτακίων vacat
[- - -] Θεογένο̣υ̣ς Ξ̣ενίων v ιζ΄ λατ̣ομ̣ί̣ου ιη΄ ι̣θ΄ κ΄ λίμνων Γανίβω[ν]
[- - -] Μαραθούνι[δ]ος κζ΄ [Μ]αλίων κ̣η̣΄ κθ΄ λ΄ Σπ[α]θ̣ία̣ς Λ̣αμείας Γιπ-
[- - -]ειλεμίου̣ ς΄ ζ΄ Σα̣κμοῦν̣τος καὶ Τυ̣β̣δώρ̣ου η̣΄ Θεοσαμων Τακκο[ίας]
[- - -]του ι΄ ια΄ ιβ΄ Μαγήνου Κολώνης ιγ΄ ι[δ]΄ ιε΄ [᾿Ελ?]ωρμ[έ]νων ις΄ ιζ΄ Τακ̣κοίας vacat
[- - - Σα]λ̣α̣μινίας ὁδοῦ κ΄ Φ̣ίλα̣ς Μι̣ν[. .]ελι[. . .]ς κρ̣ή̣[ν]ων v Ι̣(?) Κρευσίου vacat
[- - -]ο̣ς κη΄ Δρ̣απε̣ί̣ας αν[. . . . . . . . .κθ΄? . . . . . . . .]ρ̣σαμ̣ο̣ς λ̣΄ [Μι]μ̣ίσου Κολώνης vacat

193(Zone ou groupe A)

1941. [X], fils de Lue-ès : nos [2]8[-29 à Z (…) XY] : no 30 à Leukè-Thi- (…)

195(Zone ou groupe B)

1962. [XY, nos 1-2-3-4-5, à Z ; X]-t/gos, fils de Lapithos : [no 6] à Kolonè (…) ; [XY]-os de Kolonè : nos 7-8

1973. [à Z ; XY, no 9, à Z, et XY] : nos 10-11-12-13-14-15-16 à Érythrasoia, et no 17 avec Ménôn de Monagrion (ou et le 17 de la même façon aux Menoi-Monagrion)

1984. [XY, no 18 à Z et XY de](…) et des précédents ? ; [X]-r/toè (fille de?) Philippe : no 19 à Pyrgion-Kalai Kytherai

1995. [XY, nos 20-21 à Z et XY] : nos 2[2], 23 à Z ; nos 24-25-26-27-28-29-30 à Mimisos

200(Zone ou groupe C)

2016. [XY, nos 1-2-3 à Z ; XY] : nos 4-5 aux Kyr[--]niôntai/oi ; [X]-onmètrôs : no 6 à Pasikratès

2027. [XY (et XY?), nos 7-8-9-10-11-12-13-14-15] à « Prairie » de Philoma[th?]ès et des Tautakioi/-ai/-a

2038. [X, fils de] Théogénès, dit Xéniôn : nos [16]-17 à la Carrière ; nos 18-19-20 aux Marais des Ganiboi/-ai

2049. [XY : nos 21-22-23-24-25-26 à Z ; X, fils de] Marathounis : no 27 aux Malioi/-ai ? ; nos 28-29-30 à Spatheia-Dameia Gip[-]

205(Zone ou groupe D)

20610. [XY : nos 1-2-3-4-5 à Z ; X] fils de [N(?)]eilemiou : nos 6-7 à Sakmoun et Tybdoros/-on ; no 8 aux Theosamoi/-ai-Takkoia (…)

20711. [XY : no 9 à Z ; X, fils de (…)]-tou : nos 10-11-12 à Magènos-Kolonè ; nos 13-1[4]-15 aux El?ôrmenoi/-ai ; nos 16-17 à Takkoia (…)

20812. [XY : nos 18-19] sur la route de Salamine ; no 20 à Phila aux fontaines [Min/m(…)eli(…)s] de Kreusios (ou Ikreusios) (…)

20913. [XY : nos 21-22-23-24-25-26-27 à Z ; X, fils de (…)]-os : no 28 à Drapeia-An- ; [no 29 à Z](…)rsa(?)mos(?) : no 30 à Mimisos(?)-Kolonè

210Édition. Nous présentons un texte légèrement modifié par rapport à l’édition de référence, plus proche de l’édition du corpus des inscriptions d’Amathonte préparé par P. Aupert et Sl. Kirov et dont nous avons pu consulter la version préparatoire.

211Traduction. Nous empruntons la traduction des premiers éditeurs, dans une présentation légèrement modifiée pour satisfaire à la cohérence d’ensemble.

21227. Kition. Base de statue de l’Étolien Mélankomas, commandant de la cité, érigée par Aristô.

213British Museum, inv. 1852/5-17/15.

214Partie gauche d’un bloc de marbre bleu dont la partie droite est perdue.

215Dimensions restaurées : 84,5 × 24 × ?

216I. Kition 2024.

217Cf. (armée lagide) Chaniotis 2002, p. 112.

218Date : 145-116




4
Μελαγκόμαν Φιλοδάμου Α<χ>ἰτωλὸν τὸν γενόμενον
ἐπὶ τῆς πόλεως, ἡγεμόνα καὶ ἱππάρχην
ἐπ’ ἀνδρῶν καὶ ἱερέα θεῶν Εὐεργετῶν, Ἀριστὼ
Δίωνος Κρῆσσα τὸν πατέρα τοῦ ἀνδρὸς αὑτῆς
Μελαγκόµου τοῦ ἐπὶ τῆς πόλεως καὶ τὰ τούτων
παιδία.
Aristô fille de Diôn de Crète (a honoré) Mélankomas fils de Philodamos d’Étolie, l’ancien commandant de la cité, hègémôn, hipparque du contingent et prêtre des dieux Évergètes, le père de son époux Mélankomas, commandant de la cité, avec leurs enfants.

21928. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue du stratège Séleukos érigée par les prêtres d’Aphrodite.

220Musée de Kouklia, sans numéro d’inventaire.

221Deux fragments d’une base de statue découverts en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite à Kouklia. Les blocs sont brisés de toutes parts, sauf en bas.

222Dimensions : 26,5 × 24 max. × 38.

223Gardner et al. 1888, p. 248 no 98 (et p. 251 no 108 ?) ; Mitford 1953, p. 134, no 7 (Mitford 1961a, p. 27 no 70) ; I. Paphos 42.

224Date : 144-131




4
[Σέλευκο]ν Βίθυ[ος, τὸν συγγενῆ τοῦ βασιλέως],
[τὸν στρα]τηγὸν κ[αὶ ναύαρχ]ον καὶ ἀρχιε[ρέα],
[οἱ ἱερεῖς] τῆς Παφί[ας Ἀ]φροδίτης
[εὐεργε]σίας ἕνεκε[ν τῆς] εἰς ἑαυτ[ούς].
Les prêtres d’Aphrodite Paphia (ont honoré) Séleukos fils de Bithys, Parent du roi, le stratège, navarque et grand-prêtre, en raison de ses bienfaits envers eux.

225Importance historique. Ce texte nous invite à revenir sur la question des rapports entretenus par les autorités religieuses locales avec le personnel lagide supra, p. 123-124. Les prêtres dédient plusieurs statues représentant des stratèges lagides, notamment à Paphos : le collège des prêtres d’Aphrodite Paphia offre ainsi dans le sanctuaire de Palaepaphos une statue de Séleukos et deux statues d’Hélénos (I. Paphos 55-56). Les prêtres peuvent également consacrer des statues représentant des souverains : ils font ainsi dresser la statue de Ptolémée IX Sôtèr II entre 105 et 81, pour le remercier de son εὐεργεσία (I. Paphos 25).

226Cette relation s’inscrit vraisemblablement dans une relation de réciprocité. D’après les restitutions de T. B. Mitford, un devin serait le dédicataire, aux côtés de son frère, lui-même prêtre d’Aphrodite, de Zeus Polieus et d’Héra, d’une statue consacrée à Paphos (I. Paphos 86). Dans le même sanctuaire d’Aphrodite, un prêtre d’Asklépios et d’Hygie du nom de Nikias (PPC, N.26) se voit honoré à la fin du iie ou au début du ier siècle par un certain Ammônios, du rang des Parents du roi. Si ces deux dernières lectures méritent sans doute d’être confirmées par de nouvelles découvertes, l’hypothèse selon laquelle les représentants des autorités religieuses entretiennent un rapport particulier avec le personnel de l’administration royale est très vraisemblable. Deux raisons principales peuvent être avancées. D’abord, à partir de la stratégie de Polykratès d’Argos (203-197), le stratège de Chypre assume la fonction d’ἀρχιερεύς. Ce statut exceptionnel lui confère, de fait, une autorité supplémentaire sur l’ensemble des sanctuaires de l’île, et donc sur le personnel religieux au service des divinités locales. D’autre part, le corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre confirme que la représentation honorifique est investie d’enjeux de première importance, de la part des cités, mais aussi de la part de l’autorité royale. Il y a tout lieu de penser que la réussite – si l’on considère du moins sa pérennité – de l’installation lagide à Chypre repose, pour une bonne partie, sur la bonne entente des représentants du pouvoir lagide et des autorités religieuses locales. L’existence d’un fragment de lettre royale (I. Paphos 83) adressée aux prêtres du sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos est en elle-même révélatrice de l’importance accordée par les Ptolémées à la qualité de cette relation avec les autorités religieuses. Le contenu de la lettre est malheureusement perdu, mais il semblerait que le registre en ait été financier : on lit les mots αὔξησις (l. 4) μίσθωσις (l. 8), et peut-être, ὠνητοῖς (l. 9).

22729. Arsinoé. Base de statue de Théodôros fils de Séleukos.

228Paris, musée du Louvre, inv. Ma 4240.

229Base de statue trouvée à Polis-tis-Chrysochou, acquise par Edmond Duthoit pour le Louvre en 1865.

230LBW, no 2781 ; Mitford 1953b, p. 138 no 11 ; Roesch 1967, p. 229 no 4 ; T. Najbjerg in Childs, Smith, Padgett 2012, p. 241-242, fig. 4.11.

231Cf. Caubet 2012, p. 473-474.

232Date : 142-131




4



8
[Ἀρ]σινοέων ἡ πόλις
[Θεόδωρ]ον τῶν πρώτων φίλων καὶ ἐπὶ Σαλαμῖνος καὶ ἐπὶ τῆ[ς]
κατὰ τὴν νῆσον γραμματε[ί]ας τῶν πεζικῶν καὶ ἱππικῶν δυ[νάμεων]
τὸν υἱὸν τὸν Σελεύκου τοῦ συνγενοῦς το[ῦ β]ασιλέως,
[τοῦ] στρατηγοῦ καὶ ναυάρχο[υ] καὶ ἀ[ρχι]ερέως τῶν κατὰ τὴν νῆσον,
[ἀρετῆς ἕνεκε]ν κα[ὶ] εὐ[ν]οίας ἧς ἔχ[ων δια]τελ[εῖ εἰ]ς [β]ασιλέα
[Πτ]ολ[εμαῖον καὶ βασίλισσαν Κλεοπάτραν τὴν ἀδελφὴν κ]αὶ βασίλισσ[αν]
Κλεοπάτ[ραν τὴν γυναῖκα, θεοὺς Εὐεργέτας, καὶ τ]ὰ τέκνα αὐτῶν,
κ[αὶ τ]ῆς εἰς ἑαυτ[ὴν εὐ]εργεσίας.
La cité d’Arsinoé (a honoré) Théodôros, du rang des Premiers Amis, commandant de la ville de Salamine et secrétaire des forces d’infanterie et de cavalerie stationnant dans l’île, le fils de Séleukos, Parent du roi, le stratège, navarque et grand-prêtre des cultes de lîle, en raison de son mérite et de la bienveillance qu’il ne cesse de témoigner à l’égard du roi Ptolémée, de la reine Cléopâtre sa sœur, de la reine Cléopâtre son épouse, dieux Évergètes, et de leurs enfants, et en raison de ses bienfaits envers la cité.

233Cités chypriotes. L’affectation de Théodôros, fils du stratège Séleukos, comme commandant de la ville de Salamine constitue un indice de l’importance que conserve la cité dans le troisième quart du iie siècle, bien après le transfert du pouvoir régional ptolémaïque à Néa Paphos.

23430. Salamine. Base de statue du stratège Théodôros dédiée par la cité.

235Cyprus Museum, inv. 6.

236Base de statue en marbre gris-bleu à veines blanches, complète. Découverte le 15 avril 1965 remployée dans un mur du tardif du temple de Zeus. Le bloc porte des marques d’un emploi antérieur pour une autre statue (face ravalée et traces de pieds pour une statue de bronze au lit de pose).

237Dimensions : 22 × 87 × 80.

238I. Salamine 78.

239Date : 142-131




4
Θεόδωρον Σελεύκου τοῦ συγγενοῦς τοῦ βασιλέως,
τὸν στρατηγὸν καὶ ναύαρχον καὶ ἀρχιερέα,
ἡ πόλις ἡ Σαλαμινίων ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας
ἧς ἔχων διατελεῖ εἴς τε βασιλέα Πτολεμαῖον καὶ
βασίλισσαν Κλεοπάτραν τὴν ἀδελφὴν καὶ βασίλισσαν
Κλεοπάτραν τὴν γυναῖκα, θεοὺς Εὐεργέτας, καὶ
τὰ τέκνα, καὶ τῆς εἰς ἑαυτὴν εὐεργεσίας.
La cité de Salamine (a honoré) Théodôros fils de Séleukos, Parent du roi, stratège, navarque et grand-prêtre, en raison de son mérite et de la bienveillance qu’il ne cesse de témoigner à l’égard du roi Ptolémée, de la reine Cléopâtre sa sœur, et de la reine Cléopâtre son épouse, dieux Évergètes, et de leurs enfants, et pour ses bienfaits envers elle.

24031. Chytroi. Base de statue d’Olympias, petite-fille du stratège Séleukos.

241Perdue.

242Base de granit découverte à Chytroi.

243Mitford 1953b, p. 139 no 13.

244Date : 142-131




4
Ὀλυμπιάδα τὴν θυγατέρα
Ἀρτεμῶς τῆς Σελεύκ[ου τῶν]
πρώτων φίλων, τοῦ στρα[τηγοῦ]
καὶ ναυάρχου καὶ ἀρχιε[ρέως],
θυγατρός, ἡ πόλις ἡ Χυτρίων.
La cité de Chytroi a honoré Olympias, la fille d’Artémô fille de Séleukos, du rang des Premiers Amis, le stratège, navarque et grand-prêtre.

245Datation. La mention de la navarchie suggère un terminus post quem en 142.

246Cour lagide. L’appartenance du stratège Séleukos à la classe des Premiers Amis constitue une irrégularité : on s’attendrait à ce qu’il porte le titre de Parent du roi. La pierre est perdue depuis l’editio princeps de Dittenberger (OGI 160) et l’inscription doit être considérée avec prudence.

24732. Salamine. Région de Sinda. Base de statue de Dionysios, juge royal et stratègos politikos.

248Cyprus Museum, inv. 453.

249Bloc de marbre blanc brisé à l’angle supérieur gauche, découvert en 1961 à 17 km au sud-ouest de Salamine, au lieu-dit Drositis (à environ 2 km du village moderne de Sinda).

250Dimensions : 17,5 × 35 × 3.

251I. Salamine 91.

252Date : après 135




4
[- - -]ιων οἱ κωμῆται καὶ vacat
[οἱ κατοι]κοῦντες στρατιωτικοὶ καὶ πολιτικοὶ
[Διον]ύσιον v Αἰγιβίου, τῶν φίλων καὶ
[βα]σιλικὸν δικαστήν, τὸν γενόμενον πολιτικὸν
στρατηγὸν v τοῦ v λδ΄(ἔτους) v καὶ λε΄(ἔτους)
εὐνοίας ἕνεκεν τῆς εἰς ἑαυτούς.
Les villageois de (?) et les résidents militaires et civils (ont honoré) Dionysios fils d’Aigibios, du rang des Amis, juge royal ayant exercé comme stratège civil en 34 et 35, pour sa bienveillance envers eux.

253Fonctions. Cette dédicace en l’honneur de Dionysios fils d’Aigibios, du rang des Amis du Roi, porte à notre connaissance l’unique attestation d’un juge royal à Chypre. Cette mention, associée à celle de στρατηγὸς πολιτικός, « gouverneur administratif », jette le doute sur l’origine du personnage. La mention de la compétence du personnage dans le domaine judiciaire justifie vraisemblablement l’honneur qui lui est attribué. Nous adoptons sur ce point une interprétation différente de celle de J. et L. Robert (Robert 1965, p. 181-182 no 453). Nous nous rangeons néanmoins à leur lecture (contra Michaelidou-Nicolaou 1963, no 6). L’objet du différend ayant motivé l’intervention d’un juge royal à Salamine n’est pas précisé (le décret à l’origine de la dédicace, malheureusement non conservé, devait enregistrer précisément les développements de l’affaire), mais la nature des dédicants suggère qu’il a pu s’agir d’un conflit entre les villageois de la kômè et les résidents militaires – accompagnés de résidents civils – installés dans la chôra de Salamine, probablement à la suite d’une décision royale. Le contexte historique troublé suggère que l’affaire en question entre dans le cadre du règlement du conflit fratricide dont Chypre fut le théâtre privilégié dans les années 163-152.

254Datation. Si l’on admet que cette inscription se situe dans le contexte décrit par l’édit d’amnistie (25), il faut en abaisser la date d’une dizaine d’années. Le souverain régnant serait donc Ptolémée Évergète II et non plus Philomètôr ; les trente-quatrième et trente-cinquième années correspondraient alors aux années 137/136 et 136/135.

25533. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Théodôros, stratège plénipotentiaire, érigée par la cité de Salamine.

256Musée de Kouklia, inv. RR 52 et RR 128 (M. P. 138/39/2 bl. 86).

257Deux fragments d’une base brisée en deux parties, découverts lors des fouilles de 1888 à Kouklia, l’un près du mur méridional du sanctuaire, l’autre dans le village moderne. Publiés séparément jusqu’au rapprochement des deux fragments par T. B. Mitford en 1953.

258Dimensions : 32 × 24 × 34.

259Mitford 1953b, p. 139 no 16 ; Mitford 1961a, p. 29 no 78 ; Roesch 1967, p. 231 no 9 ; I. Paphos 45.

260Cf. (redécouverte) Nicolaou 1966, p. 65-66 no 15 ; (titulature aulique) I. Salamine, p. 40.

261Date : 124-118




4
Θεόδωρον̣ Σελεύ[κου τὸν συγγενῆ τοῦ βασιλέως]
καὶ στρατηγὸν αὐτοκρά[τορα καὶ ναύαρχον καὶ ἀρχιε]-
ρέα τῆς νήσου ἡ πόλις ἡ Σα[λαµινίων ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοί]-
ας ἧς ἔχων διατελεῖ εἴς τε β[ασιλέα Πτολεµαῖον καὶ βασίλισσαν]
Κλεοπάτραν [τ]ὴν ἀδελφὴν κ[αὶ βασίλισσαν Κλεοπάτραν τὴν γυναῖκα]
[θ]ε̣οὺς Εὐεργέτας, καὶ τὰ τ[κνα αὐτῶν καὶ τῆς εἰς ἑαυτὴν εὐεργ]-
[εσίας ἕ]νεκ̣[α καὶ] δ̣ι̣καιοσ[ύνης τῆς πρὸς ἅπαντας].
La cité de Salamine (a honoré) Théodôros fils de Séleukos, Parent du roi, le stratège autokratôr, navarque et grand-prêtre de l’île, en raison de son mérite et de la bienveillance qu’il ne cesse de manifester à l’égard du roi Ptolémée, de la reine Cléopâtre sa sœur et de la reine Cléopâtre son épouse, dieux Évergètes, et de leurs enfants, ainsi que de ses bienfaits envers la cité et de sa probité envers tous.

26234. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Théodôros dédiée par le koinon des Ioniens.

263Musée de Kouklia, inv. KM 11.

264Base de statue découverte en 1888 dans le sanctuaire d’Aphrodite. Base de statue en pierre marbrière locale de couleur blanche, presque complète. Traces de pieds pour statue de bronze sur la face supérieure.

265Dimensions : 32,5 × 85 × 79,5.

266Gardner et al. 1888, p. 242 no 60 ; Mitford 1961a, p. 31 no 84 ; I. Paphos 54.

267Date : 124-118




4
[Θεόδωρον (?) Σελεύκου (?) τὸν συγγενῆ τοῦ]
[βασι]λέως καὶ στρατηγὸν καὶ ναύαρχον
[κ]αὶ ἀρχιερέα τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῆι νήσωι
τασσομένων Ἰώνων καὶ τῶν
συνπολιτευομένων εὐεργεσίας
ἕνεκεν τῆς εἰς ἑαυτό.
Le koinon des soldats ioniens stationnant dans l’île et de leurs compatriotes (a honoré) Théodôros fils de Séleukos, Parent du roi, stratège, navarque et grand-prêtre, en raison de ses bienfaits envers lui.

26835. Salamine. Gymnase. Base de statue d’un prince Ptolémée stratège de Chypre.

269In situ.

270Base de statue de marbre bleu-gris découverte en 1890 dans le gymnase. Traces de deux remplois successifs (trois faces inscrites puis martelées, traces de scellement au lit d’attente et au lit de pose).

271Dimensions : 41,5 × 72,5 × 71.

272I. Salamine 80.

273Date : 116




4
Πτολεμαῖον, βασιλέως υἱόν,
τὸν στρατηγὸν καὶ ναύαρχον
καὶ ἀρχιερέα καὶ ἀρχικυνηγόν,
τὸ κοινὸν τῶν ἐν Κύπρωι
τασσομένων Θραικῶν
καὶ τῶν συνπολιτευομένων.
Le koinon des soldats thraces stationnant dans l’île et de leurs compatriotes (a honoré) Ptolémée, fils du roi, le stratège, navarque, grand-prêtre et Grand-Veneur.

27436. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue d’Aristonikè, épouse du Parent et annaliste du roi Aristokratès.

275Perdue.

276Base de marbre gris provenant de Palaepaphos, dont l’inscription a été copiée en 1862 puis en 1888.

277LBW, no 2793 ; Oberhummer 1888, p. 330 no 1 ; Mitford 1961a, p. 35 no 95 ; Aneziri 1994, p. 196-197 n6 (Le Guen 2001, p. 310-311 no 67 ; Aneziri 2003, E8) ; I. Paphos 92.

278Cf. (hiérarchie aulique) Mooren 1977, p. 185-186 ; I. Paphos 27.

279Date : 114-107




4
Ἡ πόλις ἡ Παφίων
Ἀριστονίκην τὴν Ἀμμωνίου γυναῖκα δὲ Ἀριστοκράτους
τοῦ συγγενοῦς καὶ ὑπομνηματογράφου κ[α]ὶ τῶν κατὰ Κύπρον
περὶ τὸν Διόνυσον τεχνιτῶν φιλαγαθίας ἕνεκεν τῆς
εἰς ἑαυτήν.
La cité de Paphos (a honoré) Aristonikè, fille d’Ammônios et épouse d’Aristokratès, Parent, annaliste du roi et membre de la section chypriote de l’association des technites dionysiaques, en raison de ses bienfaits envers elle.

28037. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue d’Hélénos dédiée par le koinon des Ciliciens.

281Musée de Kouklia, inv. KM 101.

282Base de statue de marbre blanc complète présentant des traces de scellement au lit d’attente.

283Dimensions : 29 × 89,5 × 70.

284Gardner et al. 1888, p. 232 no 20 ; Mitford 1961a, p. 34 no 91 ; I. Paphos 57.

285Date : 114-107




4
Tὸ κοινὸν τῶν ἐν τῆι νήσωι τασσομένων
Κιλίκων Ἕλενον τὸν συγγενῆ καὶ τροφέα
τοῦ βασιλέως καὶ στρατηγὸν καὶ ἀρχιερέα
τῆς νήσου φιλαγαθίας ἕνεκεν τῆς εἰς ἑαυτό.
Le koinon des soldats ciliciens stationnant dans l’île (a honoré) Hélénos, Parent et Tuteur du roi, le stratège et grand-prêtre de l’île, en raison de sa bonté envers lui.

28638. Kition. Base de statue d’Apollodôros, politikos stratègos, érigée par la cité.

287Musée de Larnaca, ΜΛΑ 12.

288Base de statue en marbre bleu trouvée dans l’église Aghios Georghios, remployée à l’époque chrétienne.

289Marques de deux pieds au lit d’attente.

290Dimensions : 68 × 25 × 63.

291I. Kition 2025.

292Date : iie s.

[Ἡ π]όλις
[Ἀ]πολλόδωρο̣ν Διονυσίου
πολιτικὸν σ[τρ]ατηγόν.

La cité (a honoré) Apollodôros fils de Dionysios, stratège civil.

29339. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de l’ingénieur Karpiôn.

294Perdue.

295Base de statue de marbre provenant du sanctuaire d’Aphrodite, vue pour la dernière fois à la fin du xixe s., dans l’église d’Aghios Loukas de Kouklia.

296LBW, no 2797 ; Mitford 1961a, p. 23 no 58 ; I. Paphos 69.

297Date : iie s.




4
Καρπίωνα τὸν ἑαυτ[ῶν] πατέρα Ἄνδρων
Ἡρόδοτος Καρπίων Πτολεμαῖος
καὶ οἱ ὑπ’ αὐτὸν τεταγμένοι
κατὰ τὴν νῆσον ἀρχιτέκτονες.
Andrôn, Hèrodotos, Karpiôn et Ptolémaios (ont honoré) leur père Karpiôn, avec les ingénieurs en poste sous ses ordres dans l’île.

29840. Paphos. Sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Base de statue de Potamôn érigée par le koinon des Chypriotes.

299Musée de Kouklia, inv. KM 24.

300Base de statue de marbre bleu gris découverte dans le sanctuaire d’Aphrodite en 1888.

301Dimensions : 29 × 93,5 × 38,5.

302Gardner et al. 1888, p. 249 no 102 ; Mitford 1961a, p. 39 no 107 ; I. Paphos 134.

303Date : deuxième moitié du ier s.




4
Ἀφροδίτηι Παφίαι· τὸ κο[ινὸν τὸ Κυπ]ρ̣ί̣ων
Ποτάμωνα Αἰγύπτου, τὸν ἀντιστράτηγον τῆς
νήσου καὶ ἐπὶ τῶν μετάλλων, τὸν γυμνασίαρχον,
εὐνοίας     vacat      χάριν.
À Aphrodite Paphia !
Le
koinon des Chypriotes (a honoré) Potamôn fils d’Aigyptos, vice-stratège de l’île, en charge des mines et gymnasiarque, pour sa bienveillance.

304Potamôn. Le personnage est bien connu par ailleurs. Sa statue est consacrée à l’Aphrodite paphienne par le koinon des Chypriotes (93).

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search