Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Choix d’inscriptions

Note liminaire

Texte intégral

1Les textes inventoriés ici constituent une partie, quantitativement mineure mais que nous jugeons représentative, des inscriptions chypriotes de l’époque hellénistique publiées à ce jour. Nous avons été attentive à ce que cette sélection reflète la configuration générale du corpus épigraphique, avec ses lignes de force et ses spécificités propres. Nous avons privilégié les textes les plus informatifs du point de vue des questionnements adoptés, en limitant dans la mesure du possible le recours aux textes fragmentaires. Nous avons par ailleurs tenu à ce que figurent dans le corpus des inscriptions de dates et de natures diverses, provenant d’une pluralité de contextes et de sites, de façon à offrir au lecteur une composition d’ensemble en accord avec le point de vue généraliste et synthétique de cet ouvrage. Certains sacrifices ont dû être opérés à cette fin et certains manques peuvent inévitablement être constatés, notamment dans le domaine des inscriptions votives dont le contexte est souvent difficile à préciser. Nous avons en revanche veillé à ce qu’aucune lacune majeure ne puisse être déplorée dans la documentation utile en premier lieu à l’historien de l’époque hellénistique. Ce parti pris repose sur le postulat que les outils existants ou en voie d’achèvement en matière de corpus et d’index favorisent déjà des recherches régionales, prosopographiques ou thématiques plus poussées. Selon les principes généraux énoncés dans l’introduction, c’est une synthèse accessible aux non-spécialistes des études chypriotes et des études épigraphiques que cet ouvrage s’efforce de produire.

2Trois grandes parties délimitent ce choix de textes : armée et administration ptolémaïques ; la cité chypriote ; honneurs et culte rendus aux souverains lagides. Dans la mesure du possible, les inscriptions sont données à l’intérieur de ces catégories selon un ordre chronologique. Dans la troisième partie sont mentionnés d’abord les textes relevant des honneurs royaux, puis les témoignages relatifs au culte royal.

3Les inscriptions n’ont pas fait l’objet d’une réédition épigraphique au sens propre puisque les pierres n’ont pas été systématiquement revues dans la perspective d’un nouvel établissement du texte.

4Seules les informations essentielles à la compréhension du texte et du contexte matériel ont été retranscrites dans les lemmes. Dans la mesure où les pierres n’ont pas fait l’objet d’un réexamen matériel, les remarques d’ordre paléographique ont généralement été omises. Ce parti pris repose sur l’absence d’étude paléographique globale du corpus chypriote, lacune qui se traduit par une incohérence parfois troublante des critères adoptés par les différents éditeurs et qui souligne la nécessité d’une analyse approfondie des styles de gravure en usage à Chypre à l’époque hellénistique. Cette question – cruciale pour la datation de nombreux documents – dépasse le cadre de ce travail.

5Il convient de souligner que ce catalogue n’a pas vocation à se substituer à l’édition de référence que constituera désormais le tome XV.2 des Inscriptiones Graecae. Nous nous sommes par conséquent consciemment affranchie de certaines contraintes inhérentes à l’édition d’un corpus épigraphique sans pour autant déroger aux principes soutenant une utilisation rigoureuse des sources. Le lecteur trouvera donc les informations permettant de situer les documents dans leur contexte d’origine et d’en apprécier l’importance pour l’historien. À l’image de l’ensemble du matériel archéologique de l’île, une partie non négligeable des inscriptions chypriotes a connu un destin troublé dont le lecteur découvrira le reflet dans les lemmes : contexte archéologique non ou insuffisamment restituable, imprécision de la documentation archéologique quand elle est disponible, dispersion importante du matériel quand il n’a pas purement et simplement disparu.

6Les titres abrégés des publications font référence au système en usage dans la synthèse et sont développés dans la bibliographie.

7Les numéros d’inventaire du Cyprus Museum renvoient aux numéros du catalogue des inscriptions grecques, et non à ceux de l’inventaire général.

8À titre indicatif, et lorsque cela est possible, nous donnons les dimensions des pierres en centimètres.

9En ce qui concerne l’édition des textes, seules les modifications opérées par l’auteure sur la ou les édition(s) de référence sont signalées dans l’apparat critique. Le cas échéant, les problèmes majeurs d’édition susceptibles d’affecter l’exploitation historique des inscriptions sont développés dans le commentaire.

10Les principes suivis pour la présentation des textes épigraphiques sont ceux du système conventionnel dit de Leyde :

Lettre pointée  lettre difficile à identifier ou endommagée
[. . .] lacune d’un nombre de lettres déterminé (1 point par lettre)
< > lettre ou mot rétabli par l’éditeur
{ } lettre fautive dans le texte
( ) abréviation résolue
[- - -] lacune d’un nombre de lettres indéterminé
[[- - -]] rasura
Souligné passage lu par les éditeurs précédents, mais devenu indéchiffrable
| fin d’une ligne de texte sur la pierre
Vacat espace de longueur indéterminée laissé vide par le lapicide
v espace laissé vide par le lapicide, correspondant à la place d’un caractère (vv pour 2, vvv pour 3 caractères, etc.)

11En dehors des cas évoqués précédemment, les commentaires qui font suite aux traductions rassemblent des remarques à caractère strictement complémentaire, dont la présence dans le corps de la synthèse aurait selon nous alourdi le texte sans apporter d’élément significatif pour l’histoire de la société chypriote sous la domination lagide.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search