Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Troisième partie : Chypre, observatoire et répertoire de l’idéologie lagide

Conclusion

Texte intégral

1La situation particulière de Chypre dans l’empire des Ptolémées, les paramètres spécifiques d’une société en cours de redéfinition composée d’éléments divers, anciens et nouveaux, et enfin la force des traditions locales contribuent à définir le caractère du corpus épigraphique de Chypre. Les inscriptions chypriotes témoignent de façon privilégiée des évolutions de la dynastie lagide au cours des trois siècles de son existence, et de sa présence à Chypre. La première conclusion à tirer de l’analyse de cet ensemble demeure sans doute celle de l’efficacité du contrôle exercé sur l’île par le pouvoir lagide. Le corpus est sur ce point très disert et n’a guère pour rivaux que les papyri égyptiens, sources inégalables de realia. Dans toutes les cités chypriotes, nous rencontrons les rois et leurs agents dans les domaines civil et militaire. Nous y voyons intervenir les stratèges de l’île, à la fois prêtres, amiraux et premiers parmi les grands de la cour lagide. Y passent bien sûr les armées du roi, composées d’officiers étrangers et de soldats mercenaires. Quelques documents exceptionnels apportent des précisions essentielles pour l’histoire de la politique extérieure des Lagides. Nous voyons se constituer et se reconstituer sous nos yeux, au gré de querelles fratricides chroniques, les cercles du pouvoir alexandrin. Nous assistons même au développement d’une cour locale, à la faveur de ruptures dynastiques récurrentes et de plus en plus profondes.

  • 1 Hatzopoulos 2009, p. 234.

2Pour le lecteur attentif cependant les inscriptions chypriotes ne sont pas uniquement les témoins des heurs et malheurs de la dynastie lagide. Elles expriment aussi les changements et les permanences d’une société en cours de redéfinition. Elles enregistrent précieusement les nouveautés. Celles-ci sont nombreuses et hétérogènes. Deux axes majeurs en définissent le champ. La disparition du système politique traditionnel et, avec lui, de l’un des éléments constitutifs et transversaux de la société chypriote pré-hellénistique est le premier d’entre eux. Plus précisément, la disparition du modèle – local et commun – du pouvoir monarchique et sa substitution par une autorité souveraine – étrangère et supra-civique – a entraîné le redéploiement des diverses compétences de la figure du basileus. Le dèmos, l’autre organe fondamental des cités-royaumes, est le premier concerné par ce changement. Les preuves du fonctionnement et de l’expression d’institutions civiques dans les cités chypriotes sont bien présentes dans le corpus. Quelques inscriptions rédigées sur le modèle courant des décrets civiques montrent la vitalité et la personnalité originale des organes constitutifs des poleis chypriotes, profondément marquées par des traditions dont la teneur et les pratiques nous échappent en partie. Comme le devinait M. Hatzopoulos en 2009, c’est « dans l’étude des constitutions des cités de Chypre de la période hellénistique qu’on [peut] puiser des arguments pour rééquilibrer la vision profondément, mais injustement enracinée dans le monde savant d’une Chypre ignorant totalement les institutions civiques pendant toute la période royale1 ».

3L’intégration profonde dans une certaine unité culturelle hellénistique est le second axe majeur autour duquel se déploient les conséquences de la domination lagide sur Chypre. C’est cet aspect de l’incorporation, au sens propre, de l’île de Chypre dans le royaume ptolémaïque que les inscriptions donnent à voir de façon singulière. Cette particularité est sans doute accentuée par la place de Chypre dans le monde grec pré-hellénistique, aux confins duquel les auteurs anciens et modernes, se sont parfois plu à la situer en se fondant sur des critères dont le degré de validité varie considérablement d’un domaine à l’autre. La question, peut-être encore mal posée en ce qui concerne les époques antérieures, des spécificités du kyprios charaktèr, au sens où l’a entendu une partie de l’historiographie moderne, revêt à l’époque qui nous intéresse une forme trompeuse. L’enquête que nous avons tâché de conduire sur les différents marqueurs épigraphiques généralement associés à la notion d’identité a mis en évidence, par-delà les phénomènes manifestes tels que l’apparition de groupes et d’associations ou le recours ponctuel à une onomastique signifiante (alexandrine ou locale), l’existence d’un milieu social multiple et nuancé. L’étude des notables, alimentée par le riche corpus des inscriptions honorifiques, a révélé l’existence de deux circuits distincts d’accès à la représentation honorifique ainsi que le prestige d’individus remarquables évoluant dans différents cercles de la vie publique. La mise en évidence d’une notabilité locale constitue un des enjeux majeurs de notre étude. Au terme de cette enquête, l’inscription pérenne de personnalités issues de la notabilité des anciens royaumes dans la sphère civique et régionale de l’île sous la domination lagide semble incontestable. Cet aspect est remarquablement éclairé par les nombreux témoignages de l’activité de prêtres locaux dans la vie institutionnelle des cités. Le domaine religieux constitue l’espace d’expression privilégié des élites chypriotes à l’époque hellénistique. Cette spécificité – qui trouve de nombreux parallèles dans d’autres régions, et bien sûr en tout premier lieu en Égypte – est sans doute un héritage du système monarchique antérieur, caractérisé par une autorité royale compétente à la fois dans le domaine politique et dans le domaine religieux. Cet aspect se traduit dans le champ symbolique par le statut ambivalent de la figure du roi chypriote, prêtre d’une grande déesse, la Wanassa, elle-même parée d’une explicite autorité monarchique.

4L’importance des traditions religieuses dans la société chypriote, l’implantation manifeste des Ptolémées et de leurs représentants dans les grands sanctuaires nous ont amenée à analyser en détail les relations d’emprise mutuelle décelées entre, d’une part, les cultes locaux – le culte d’Aphrodite notamment – et leurs représentants, et les souverains lagides d’autre part. L’étude de la représentation honorifique des Ptolémées à Chypre se révèle, sur ce point, incontournable. La mise en série des témoignages ordinaires de l’attachement dynastique a, par contraste, révélé les subtilités de formulaires moins codifiés, traduisant et reproduisant par un emploi parfois confus de la langue les ambiguïtés du culte royal hellénistique. Le statut particulier du dossier que constituent les témoignages du culte d’Arsinoé Philadelphe justifiait que l’on étudie en détail les documents épigraphiques et littéraires révélant la spécificité de la relation des Lagides avec l’île de Chypre au iiie siècle. La documentation chypriote, en reflétant les enjeux symboliques dont les premiers Ptolémées ont investi la conquête et l’administration de l’île, nous donne accès à quelques-uns des thèmes constitutifs de l’idéologie royale lagide. La souplesse et la faculté d’adaptation de la royauté lagide en matière de cultes ont manifestement trouvé dans le caractère profondément religieux de la monarchie locale un terrain propice au développement du culte des reines, promu de façon privilégiée par la propagande dynastique. Dans la formation et la diffusion du culte d’Arsinoé, figure fondatrice de l’idéologie royale ptolémaïque, la polyvalence de la déesse Aphrodite à laquelle la déesse chypriote est déjà, à l’époque qui nous intéresse, largement assimilée, a semble-t-il constitué un motif privilégié. Le recours récurrent, de la part des poètes alexandrins, à la personnalité d’une Aphrodite devenue Kypris, héritière indirecte de la déesse de Chypre, ouvre des pistes de réflexion intéressantes concernant la lecture hellénistique des cultes chypriotes et la construction d’une identité régionale à la fois identifiable à l’extérieur et valide à l’échelle locale.

5La lecture des quelques témoignages chypriotes du règne de la Grande Cléopâtre et leur mise en regard avec la documentation extérieure, notamment égyptienne, permettent une fois encore de constater l’importance du corpus chypriote pour la lecture globale de l’histoire hellénistique. Les inscriptions chypriotes, qui forment avec les papyri égyptiens et quelques inscriptions, de Délos notamment, un dossier cohérent, apportent des précisions essentielles sur les évènements troublés au cours desquels l’île de Chypre passe, au crépuscule de la dynastie lagide, de l’empire d’Alexandrie à celui de Rome.

  • 2 Capdetrey 2012, p. 232.

6Du point de vue de l’étude de la société chypriote, les inscriptions révèlent les apports et les adaptations locales des éléments caractéristiques de l’espace hellénistique. Outre l’adoption de la koinè – phénomène linguistique majeur –, l’adoption de la rhétorique honorifique propre aux cités grecques est particulièrement significative. L’adhésion des élites locales à un circuit analogue à celui des élites étrangères est manifeste dans l’accès des Chypriotes à la représentation honorifique. La concentration importante d’inscriptions honorifiques commémorant la dédicace de statues dans les grands sanctuaires, et notamment à Palaepaphos, est sur ce point révélatrice du dialogue entre la société locale et les agents ptolémaïques. À la reconnaissance du prestige et de l’importance du sanctuaire d’Aphrodite de la part des élites appartenant au cercle de la cour lagide répond, de la part des élites chypriotes, l’adhésion aux pratiques grecques de représentation et aux codes épigraphiques communs. Les principes formulés par L. Capdetrey au sujet de la Carie hellénistique, et notamment celui de « reconnaissance en miroir2 », se révèlent, à ce titre, également efficients à Chypre. L’ensemble formé par les épigrammes funéraires chypriotes témoigne de façon remarquable d’un même mouvement d’adhésion vraisemblablement spontanée au répertoire culturel alexandrin. Dans ces deux registres privilégiés d’expression individuelle que sont les dédicaces honorifiques et les épigrammes funéraires, la place faite aux femmes ainsi qu’aux enfants montre la participation de la société chypriote à des phénomènes d’évolution sociale et culturelle communs à de nombreuses régions du monde hellénistique.

7En l’état de la documentation, la question de la capacité d’intervention des Chypriotes dans l’espace public dans le contexte de la domination lagide demeure ouverte. Le corpus révèle la pérennité d’autorités locales dont le prestige ne faiblit pas, notamment dans le domaine des cultes, ainsi que l’émergence, à la basse époque hellénistique, de personnalités nouvelles pour lesquelles la fréquentation de la cour lagide et la promotion du culte royal constituent des facteurs efficaces de mobilité sociale. À côté de la sphère religieuse, le gymnase représente un autre champ d’expression privilégié des notables chypriotes. L’importance que revêt à l’époque hellénistique l’espace du gymnase dans la sphère publique confère à ses représentants, au premier rang desquels le gymnasiarque, un statut privilégié dans le dialogue des cités avec le pouvoir royal. Si les dignitaires chypriotes cèdent visiblement le pas aux fonctionnaires royaux pour ce qui relève de l’administration régionale de l’île, la gestion des affaires internes aux cités, que le corpus ne permet malheureusement pas toujours de cerner précisément, semble reposer en grande partie sur les cadres locaux, et ce dès le début de la période. Les inscriptions nous permettent de déceler l’importance, au sein des poleis chypriotes, de figures remarquables, principalement les gymnasiarques et les prêtres, occupant un rôle considérable dans les négociations entre la cité et les représentants du pouvoir lagide.

8L’époque hellénistique semble constituer à Chypre une étape charnière au cours de laquelle se redéfinissent les cadres du pouvoir civique. L’administration ptolémaïque de Chypre, constituant un incontestable facteur d’unité dans les domaines militaire, économique et diplomatique, ne paraît pas avoir joué un rôle déterminant dans l’émergence d’une autorité centralisée à l’échelle locale. L’isolement des documents émis par le koinon Kypriôn et leur rejet à l’extrême fin de l’époque hellénistique sont sur ce point révélateurs.

9La lecture des inscriptions chypriotes nous amène donc à rééquilibrer la perception traditionnelle des rôles attribués par l’historiographie à l’île de Chypre et aux Lagides.

  • 3 Chamoux 1985, p. 198.

10Le corpus montre une élite chypriote préparée au dialogue avec l’autorité royale qui se nourrit pour sa part de l’expérience et des traditions locales. Il nous révèle l’existence d’une notabilité rompue aux secousses politiques et suffisamment souple pour s’adapter avec succès aux évolutions qui se succèdent entre la fin du ive et la fin du ier siècle. À Chypre, le roi hellénistique représente un état de transition entre l’expression exclusive de la relation entre le souverain et la cité – du temps des cités-royaumes – et la relation qui s’installera dès la fin de la dynastie lagide entre Rome et sa province. Les modalités précises de la transition entre les administrations lagide et romaine restent à explorer dans le détail. Le « cynisme tranquille3 » du pouvoir royal lagide face à la société locale constitue un trait commun à tous les royaumes hellénistiques. Face au pragmatisme d’une autorité monarchique renouvelée, fondée sur un pouvoir remarquablement hiérarchisé et centralisé, la société chypriote semble continuer à suivre les inclinations propres à son évolution interne, en germe dès le milieu du ive siècle. La longue période hellénistique de Chypre paraît prendre appui sur des articulations préexistantes et opérationnelles propres au système politique et administratif local, fondé sur la coexistence de rois et de cités.

  • 4 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 827 : « Car on soupçonne parfois que des termes institutionnel (...)

11Du point de vue méthodologique, notre enquête démontre que Chypre a toute sa place dans l’histoire de la Méditerranée hellénistique. Le corpus chypriote contribue en cela à établir fermement que les outils et les modalités d’appréhension des phénomènes propres à l’étude de cette période doivent, pour être efficaces, se montrer aussi mobiles que l’espace hellénistique est hétérogène. S’il est vrai, pour paraphraser les propos d’Éd. Will4 au sujet de la Phénicie, « qu’il n’y a pas cent manières d’administrer une communauté », la réponse de la société locale tout comme les enjeux spécifiques investis par les souverains hellénistiques sont au contraire infiniment variés. Les modalités de la négociation entamée par les notables et les cités chypriotes avec le pouvoir lagide relèvent d’une interprétation régionale, pleine et originale de la relation entre rois et poleis à l’époque hellénistique.

Notes

1 Hatzopoulos 2009, p. 234.

2 Capdetrey 2012, p. 232.

3 Chamoux 1985, p. 198.

4 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 827 : « Car on soupçonne parfois que des termes institutionnels grecs ne font que traduire en grec des réalités indigènes : après tout, il n’y a pas cent manières d’administrer une communauté urbaine et son territoire rural et il pouvait apparaître raisonnable de laisser en place des institutions qui avaient fait leurs preuves séculaires – en leur donnant des noms grecs. Ce fut probablement ce qui se passa dans les villes phéniciennes dont, dès l’époque antérieure, la parenté avec les cités grecques a été souvent soulignée », et n. 40 : « Mais la royauté locale devait disparaître (comme à Chypre) : il n’était pas concevable que, face au souverain, un magistrat suprême et héréditaire portât le titre de basileus. »

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search