Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Deuxième partie : Identité et pratiques culturelles

Chapitre III

Les notables

Texte intégral

La question des élites : définitions et pistes exploratoires

  • 1 Veyne 1976 ; Gauthier 1985 ; Quass 1993. Ces ouvrages fondateurs ont été suivis par des études loca (...)
  • 2 Nous entendons « public » au sens de ce qui relève de la communication entre le pouvoir royal et la (...)
  • 3 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 815.
  • 4 Will 1979, repris dans Will 1998, p. 694 et Will 1988, repris dans Will 1998, p. 814-817 ; Gauthier(...)

1L’étude des élites représente l’un des objets privilégiés de l’historiographie de la période hellénistique et a donné lieu à de nombreux travaux récents1, suscitant de nouvelles problématiques de recherche dans le domaine de l’épigraphie grecque. Cette prédilection est fondée sur l’activité et le dynamisme de groupes socialement privilégiés, occupant par le biais de diverses interventions publiques2 l’espace aussi bien matériel que symbolique entre les souverains et les sociétés locales, et qui tendent, à partir de la seconde moitié du iie siècle, à transformer leur ascendant social en « patronage politique3 ». Formant une couche socialement éminente au sein des cités, les notables s’insèrent dans la relation qui se tisse entre les rois et la communauté civique. Cette relation, qui occupe une position centrale dans les études d’histoire et d’épigraphie hellénistiques, s’exprime le plus souvent sous la forme de l’échange, inégal mais bien réel : bienfaits royaux contre honneurs civiques4.

  • 5 On pense par exemple au corpus de Palmyre : Yon 2002.
  • 6 La question des élites chypriotes à l’époque romaine a notamment été étudiée par M. Kantiréa (Kanti (...)

2Si son expression est moins évidente dans le corpus des cités chypriotes que dans celui d’autres cités à l’époque hellénistique5 et à l’époque romaine6, une catégorie, diverse, de notables se dessine néanmoins dans la Chypre hellénistique. Ces notables constituent deux groupes, profondément hétérogènes : d’une part celui des dignitaires lagides gravitant dans l’entourage plus ou moins direct du roi et de la cour, et, d’autre part, celui de l’élite locale, dont les contours et les activités sont plus difficiles à saisir mais que certains marqueurs contribuent à révéler. L’épigraphie joue en ce domaine un rôle important, et il est possible, au moins partiellement, de détecter, cerner et décrire des individus et des groupes appartenant à l’une ou l’autre de ces catégories.

3Avant de chercher à définir les conditions de coexistence des notables locaux et des notables alexandrins et de déterminer les modalités de leurs interactions éventuelles, il est nécessaire de définir précisément ces groupes à partir des informations fournies par la documentation interne.

4L’étude des cadres de la gestion militaire et administrative de l’île par les Lagides d’une part, l’analyse de la structure politique et sociale de la communauté locale d’autre part ont dévoilé l’existence de critères distinctifs confirmant l’existence de ces élites.

5L’analyse des fonctions occupées par les représentants de la hiérarchie militaire a notamment mis en évidence l’importance, dans son organisation, d’une structure pyramidale propre à la cour lagide, et permis d’isoler au sein du corpus des personnalités remarquables. De même, l’évocation de quelques fonctionnaires lagides en poste à Chypre a révélé l’extension de la structure hiérarchique propre à la cour lagide à tous les domaines de la gestion et de l’administration royales.

6L’étude des institutions civiques, ainsi que la lecture précise des décrets ont, quant à elles, permis de constater l’existence d’une structure relevant du mode de fonctionnement régulier des cités à l’époque hellénistique, tout en révélant également la présence d’une configuration propre au contexte local, reposant sur la relation particulièrement étroite des autorités religieuses et des autorités politiques. L’analyse des phénomènes de groupement et d’association d’une part, et, d’autre part, l’enquête sur l’identité chypriote à l’époque hellénistique, menée à partir de l’examen des indices épigraphiques (la langue, l’onomastique et l’usage des ethniques), ont montré l’existence d’une structure sociale complexe, travaillée à l’époque qui nous intéresse par un profond mouvement de redéfinition. L’observation de ces phénomènes a mis en évidence la complexité de la configuration sociale de Chypre à l’époque hellénistique, marquée à la fois par des processus d’évolution internes (dans le domaine politique notamment), par l’attachement à des cadres traditionnels (en particulier dans les domaines politique et religieux), par l’imposition d’une autorité extérieure définie par sa hiérarchie et son organisation propres, et, bien sûr, par l’intégration à une entité politique, militaire et économique étrangère et autonome.

Chypre, observatoire de la cour lagide

Définitions

  • 7 Mooren 1977, p. 213 ; Préaux 1978, p. 210.

7Tous corpus confondus, les inscriptions chypriotes représentent la source principale pour l’étude de l’organisation de la hiérarchie aulique lagide7 et des pratiques de cette noblesse de cour.

8Autour de la personnalité du roi, et, à partir de la fin du iiie siècle, de son représentant principal, le stratègos, gravitent en effet à Chypre un certain nombre de représentants de la hiérarchie aulique telle que l’organise le pouvoir royal dans sa capitale, Alexandrie. Ainsi, de nombreux dignitaires de la cour lagide apparaissent dans les inscriptions chypriotes, nous permettant d’aborder via ce corpus décentré un grand nombre de questions concernant le fonctionnement du système aulique lagide.

  • 8 À une date située vers 198/197, Épiphane transforme en effet le système de titulature aulique : cel (...)
  • 9 Ces deux logiques distinctes sont néanmoins liées : Mooren 1977 ; Savalli-Lestrade 1998, p. 315 à p (...)
  • 10 Cette proposition de définition de la fonction comme attribution opportune en vue de répondre à une (...)

9Nous avons tâché, au cours des chapitres précédents, d’introduire une distinction importante entre titres et fonctions. Dans la hiérarchie ptolémaïque – qui est au fondement de tous les organes de l’État lagide – les titres sont les marqueurs de l’appartenance d’un individu à la notabilité aulique. Jusqu’au début du iie siècle8, les rapports, plus ou moins personnels, qu’un individu est amené à développer avec la personne du souverain déterminent ainsi sa position sociale. La distinction entre titres et fonctions est fondamentale, du moins au iiie siècle, bien que parfois difficile à saisir à la seule lecture des sources écrites : le corpus des inscriptions chypriotes montre en effet que les deux systèmes parallèles qui déterminent la position hiérarchique d’un individu (l’appartenance à un cercle aulique et l’affectation à une fonction) non seulement communiquent mais peuvent, dans certains cas, se confondre. Il faut toutefois souligner que l’attribution des titres auliques est commandée par une logique distincte9 de celle des fonctions, ponctuelles et propres à répondre à une situation particulière et déterminée10, la hiérarchie ptolémaïque se différenciant en ce sens du cursus honorum romain. C’est en partie sur ce système, fondé sur les principes de hiérarchisation et de répartition des tâches, que reposent l’efficacité et la pérennité du régime ptolémaïque. Le corpus épigraphique chypriote, marqué par l’installation durable de l’administration royale, représente sur ce point un incomparable observatoire.

Données issues du corpus

  • 11 Celle-ci fait l’objet, depuis 1950, d’une publication issue d’un recensement effectué à partir des (...)
  • 12 PPC, E.5.
  • 13 Van’t Dack 1990, p. 429-441.
  • 14 La restitution de ce nom est due à J.-B. Cayla. Le personnage est enregistré s.v. Lochos dans PPC ((...)
  • 15 C’est-à-dire, son protecteur. Mitford 1961a, p. 29 no 76, aussi I. Paphos 59-60.
  • 16 I. Paphos 27 ; PPC, A.108.
  • 17 Voir le numéro 36.

10Nous nous contenterons de relever ici l’apport du corpus chypriote pour l’étude de quelques titres auliques remarquables afin de nous concentrer plus spécifiquement sur la question des rapports entre les dignitaires lagides et la société chypriote. Les inscriptions chypriotes contribuent en grande partie à l’étude de la prosopographie ptolémaïque11. Nous avons déjà signalé le statut particulier du stratège de Chypre dans la hiérarchie aulique. Parent du roi, son titre est le plus élevé de la cour lagide. Son prestige est significatif pour l’étude de l’administration de Chypre, le titre révélant l’importance de la fonction. C’est aussi le rang qui est porté par le tropheus Hélénos12 au moment de la succession troublée de Ptolémée Évergète II13, lorsqu’il endosse ce rôle (en quelque sorte, celui de tuteur) auprès du jeune Alexandre Ier. La présence dans le corpus de Léôs (I. Paphos 59-60)14, stratège plénipotentiaire de Thébaïde, fournit par ailleurs une attestation du terme ambigu ὑπέρµαχος, sorte de champion du roi, ou de protecteur, selon l’interprétation de T. B. Mitford15. Il semblerait que cette fonction soit aussi, par la proximité qu’elle exige avec la personne du souverain, réservée aux dignitaires du rang des Parents, de même que celle d’annaliste du roi, occupée par Léôs à la cour de Sôtèr II et, à la cour de Sôtèr II ou d’Alexandre Ier, par le Parent Aristokratès16, dont l’épouse Aristonikè fille d’Ammônios est honorée par la cité de Paphos17.

  • 18 PPC, K.6.

11Par ailleurs, notons que le maître de tactique du roi (διδάσκαλος τοῦ βασιλέως τῶν τακτικῶν dans les dédicaces 18 et 97), l’Alexandrin Kalliklès18 honoré à Kourion et Paphos et dédicataire d’une base de statue de Philomètôr, n’appartient pas ou pas encore au rang de Parent du roi, mais à celui, inférieur, de Garde du corps en chef.

12La base du stratège Xénophôn dressée par sa femme et son fils dans le sanctuaire de Palaepaphos (I. Paphos 58) présente, si la restitution proposée par T. B. Mitford est correcte, la mention inédite à Chypre d’un titre secondaire de la cour lagide, attaché à la catégorie des ἰσότιµοι τοῖς συγγενέσι, les dignitaires « de rang équivalent à celui de Parent du roi » (τῶν ἰσοτίµων τοῖς συγγενέσι).

  • 19 Mitford 1961a, p. 32 no 85, aussi I. Paphos 52. Notons que ce titre s’accompagne dans la restitutio (...)

13Une formule semblable désigne les personnages appartenant au « rang équivalent à celui de Premier Ami » (τῶν ἰσοτίµων τοῖς πρώτοις φίλοις) dans la dédicace d’une statue du fils de Théodôros consacrée par Hélénos à l’Aphrodite Paphienne19.

  • 20 Mooren 1977, p. 36.
  • 21 Mooren, 1977, p. 27.
  • 22 PPC, I.10.
  • 23 Voir : Choix Délos I, 127 et p. 206-207 ; Bagnall 1972, p. 366 et n. 15 ; Fraser 1972, I, p. 102 et (...)
  • 24 Infra, p. 108.

14Le titre de Successeur, διάδοχος, qui se place d’après L. Mooren20 juste avant la catégorie des Gardes du corps dans la hiérarchie des principaux titres de cour, désigne peut-être les candidats à une classe plus élevée, dont ils formeraient une sorte de réserve officielle21. Ce terme apparaît dans le corpus au sujet de Prôtarchos (14), un commandant de troupes dont la statue est érigée dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos. Sur la base de la statue qu’il fait dresser en l’honneur de Ptolémée Alexandre (99), le Parent du roi Isidôros d’Antioche22 porte également le titre d’ἀρχεδέατρος23. Ce titre est porté également par le navarque Stolos, qui se signale par la dédicace d’une statue du Chypriote Simalos de Salamine à Délos24. Le titre désigne peut-être un officier chargé de l’intendance de la maison royale, mais son origine est diversement attribuée à la cour macédonienne et à la cour perse. Notons que le lexique de la cour des rois chypriotes à l’époque classique est mal connu ; il n’est pas impossible que ce terme ait recouvert une réalité locale.

Mise en lumière de pratiques auliques alexandrines

15Le corpus épigraphique de Chypre, en enrichissant la prosopographie lagide, éclaire également certaines pratiques sociales caractéristiques de la cour.

  • 25 À la base de l’officier samien, il faut seulement ajouter la dédicace d’une base de statue d’un not (...)
  • 26 Pouilloux 1975, p. 229-233.
  • 27 PPC, A.31.
  • 28 L’île de Samos est par ailleurs représentée par des personnages de première importance : Myrsinè, l (...)
  • 29 Pouilloux 1975.
  • 30 PPC, Φ.5.
  • 31 Pouilloux 1975, p. 233.
  • 32 Malheureusement, rien dans l’inscription d’Amathonte ne nous permet d’aller plus loin.
  • 33 Macurdy 1985 ; Ogden 1999.
  • 34 Notre numéro 7 ; BE 1949, no 202 ; I. Paphos 32-35 et p. 157-159.
  • 35 Les noms de plusieurs femmes de cette famille sont notamment attestés sur la liste des vainqueurs a (...)

16La dédicace, par la cité d’Amathonte (19), des statues représentant les membres de la famille d’un officier samien au service des Lagides, présente un intérêt particulier. Fragmentaire, la pierre ne nous livre pas le nom du Garde du corps en chef honoré par les citoyens d’Amathonte, commandant de la cité vers le milieu du iie siècle. Mais le formulaire honorifique, en déclinant l’identité de chaque membre de la famille, décrit indirectement certaines pratiques de la cour alexandrine. Il faut noter d’emblée que les dédicaces honorant des représentants de l’autorité royale sont rares à Amathonte25. La découverte à Salamine en mai 197426 de l’inscription 109 éclaire, sans la résoudre, l’identification du Samien d’Amathonte. La base de Salamine, consacrée au roi Philomètôr ainsi qu’à la cité par un Samien fils d’Ammônios27 appartenant à la classe des Amis du roi, suggère en effet qu’il s’agit du même personnage que le bénéficiaire des honneurs à Amathonte. Malgré les informations assez précises que la confrontation de ces documents permet d’accumuler, le nom du dédicataire continue de résister aux tentatives d’élucidation. Ce fils d’Ammônios, originaire de l’île de Samos28 et dont l’arbre généalogique est aisé à reconstituer, reste jusqu’à présent un officier lagide anonyme en poste à Chypre sous le règne de Philomètôr. L’organisation de la hiérarchie aulique lagide et la comparaison des titres portés par l’officier originaire de Samos dans les deux inscriptions qui nous le font connaître permettent d’établir l’antériorité de celle de Salamine29. Le fils d’Ammônios, lorsqu’il est évoqué dans l’inscription d’Amathonte, semble en effet avoir atteint une position particulièrement élevée dans la hiérarchie de cour alexandrine : appartenant au groupe des Gardes du corps en chef, il est à la tête de la garnison d’Amathonte pour le compte du roi Philomètôr. Il est intéressant de noter que la charge d’ἐπὶ τῆς πόλεως est associée, dans le cas du fils d’Ammônios, à une promotion de type honorifique. La présentation détaillée de ses enfants permet, par ailleurs, de rendre compte d’un phénomène social : ce Samien a épousé l’Alexandrine Phila30, fille d’un dignitaire appartenant lui-même au cercle des Amis du Roi. Les trois fils nés de ce mariage portent le titre de Successeurs. On peut, avec J. Pouilloux, s’interroger sur l’ethnique attaché aux enfants du couple31. Cette question nous permet de formuler une seconde interrogation32 : si les fils de cet officier anonyme sont considérés comme Alexandrins, et non comme des Samiens, peut-on considérer que l’adoption de l’ethnique de la capitale lagide participe d’un processus d’ascension sociale lisible dès la seconde génération ? La réponse à cette question permettrait de mieux évaluer le rôle du mariage à la cour d’Alexandrie, à une autre échelle que celle des mariages royaux, ces derniers occupant depuis longtemps une place importante dans les études ptolémaïques33. L’importance accordée au schéma familial dans cette dédicace invite par ailleurs à prêter attention à la question de l’influence des modèles royaux sur la société et ses élites. Un monument familial en l’honneur des représentants de l’autorité lagide est connu à Paphos34 : le syngénikon de Polykratès d’Argos consacré dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos se compose de neuf statues représentant des membres (son père, son épouse et leurs enfants) de la famille du stratège de Chypre. Cette famille, bien connue par ailleurs35, appartenait à une classe socialement supérieure à celle de la famille du Samien des inscriptions d’Amathonte et de Salamine. Les pratiques de la cour semblent néanmoins partagées par l’ensemble de ses membres, à des échelles et selon des degrés différents ; leur nature est essentiellement identique.

  • 36 Chaniotis 2002.
  • 37 PPC, A.133.
  • 38 Chaniotis 2002, p. 112.
  • 39 Launey 1987, p. 191 et n. 7.
  • 40 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; PPC.

17La lecture de l’inscription d’Amathonte appelle deux autres développements. Le premier concerne les pratiques matrimoniales des dignitaires lagides. À l’échelle des notables proches du pouvoir, une tendance certaine à l’endogamie de classe est observable. Si elle paraît évidente au plan social, cette tendance est peut-être également politique. A. Chaniotis36, qui a mis en évidence ce phénomène à partir d’exemples crétois et étoliens, suggère que la politique internationale a pu jouer un rôle dans la politique matrimoniale des officiers ptolémaïques. À Kition, la Crétoise Aristô37, qui consacre une statue de son beau-père Mélankomas fils de Philodamos d’Étolie, en serait un exemple38 (27). Si l’hypothèse d’une influence diplomatique sur l’alliance de ces familles crétoise et étolienne est probable, le document kitien évoqué par A. Chaniotis ne permet pas, dans son isolement et à la lecture du reste du corpus, d’en confirmer la validité. Mieux vaut, semble-t-il, s’en tenir à l’observation de M. Launey39, et noter que la Crète et l’Étolie sont toutes deux directement intéressées par les intérêts ptolémaïques – comme en témoigne la présence de mercenaires crétois et étoliens à Chypre40.

  • 41 PPC, M.9.
  • 42 Ma 2011, p. 531 : « It is clear that court society in Antigonid Macedonia did not form an entrenche (...)
  • 43 PPC, Σ.5.
  • 44 PPC, Θ.13.

18Plus généralement, nous constatons à la lecture des inscriptions que les représentants de la cour lagide adoptent des comportements qui semblent influencés par le modèle royal. D’abord, l’accès aux charges militaires ou administratives semble dans certains cas reposer sur le lignage. C’est le cas dans la famille de la Crétoise Aristô : son époux, Mélankomas41, est ἐπὶ τῆς πόλεως dans la cité de Kition, poste occupé précédemment par son propre père, lui-même nommé Mélankomas (il est ὁ γενόµενος ἐπὶ τῆς πόλεως). Ce témoignage exceptionnel fournit un élément permettant de nuancer la vision défendue par J. Ma à partir du cas antigonide, selon laquelle le recrutement des cours hellénistiques est entièrement indépendant de l’influence des notables42. À tout le moins en ce qui concerne la cour lagide, l’existence d’une aristocratie aulique paraît incontestable. Le corpus montre que les fils des stratèges de Chypre sont eux-mêmes intégrés dans le système de titulature honorifique (Ptolémaios, le fils du stratège Polykratès, porte le titre de Garde du corps en chef dans le texte 76). Le cas est plus saisissant encore quelques décennies plus tard : Séleukos43 est stratège de Chypre en 144-131, son fils, Théodôros44, assume les mêmes fonctions de 123 à 118.

  • 45 Pouilloux 1986.
  • 46 La relation du navarque Stolos avec son ami Salaminien Simalos illustre également ce phénomène : in (...)

19Si l’existence d’une aristocratie lagide paraît incontestable à la lecture des inscriptions chypriotes, son comportement rappelle lui aussi la rhétorique royale. À Salamine45, la dédicace par le Parent Diogénès fils de Noumènios, stratège de Chypre et de Cilicie, d’une statue de son ami Stasikratès, est sur ce point assez instructive (72). Le texte est daté de l’an 38, sous le règne de Cléopâtre VII et de Césarion. Par un effet stylistique remarquable, la dédicace rejette à la dernière ligne la mention τὸν ἑαυτοῦ φίλον qui se rapporte au nom du dédicataire (l. 4), le Salaminien Stasikratès. À la lecture de ce texte, il semble donc que la relation entre le stratège Diogénès et le notable local Stasikratès reproduise, à une échelle secondaire et sur un mode mineur, la relation établie entre les souverains et leurs Amis46. Si elle est avérée, cette « contamination » des rapports individuels par la rhétorique aulique est saisissante – le terme de φίλος étant bien sûr fortement connoté dans le contexte de la représentation honorifique des dignitaires lagides.

20Un dernier document pourrait peut-être apporter, dans une moindre mesure, un éclairage à ce sujet. Dans le deuxième quart du iie siècle, à Palaepaphos, la consécration par le commandant Chairias des statuettes des filles de Léonnatos, du rang des Amis, pourrait en effet témoigner du rayonnement local des dignitaires appartenant aux rangs auliques les plus élevés (22). La nature des liens (peut-être familiaux ?) unissant Chairias à Léonnatos ne peut toutefois pas être précisée.

Les notables locaux

Définitions

21La nature du système politique propre à l’île de Chypre jusqu’à son entrée dans le monde hellénistique suggère l’existence, à côté de la figure du roi, d’un cercle plus ou moins élargi de puissants au-delà des seuls membres de la famille royale. Les carences de la documentation écrite et archéologique aux époques antérieures ne permettent pas, au-delà de phénomènes ponctuels, de déterminer les critères d’appartenance à une classe aristocratique à l’époque des cités-royaumes autonomes. La question des conséquences de la disparition des dynasties locales sur les conditions d’existence et les activités de notables issus de cette aristocratie pré-hellénistique demeure, en l’état actuel de la documentation, une zone d’ombre de l’histoire chypriote.

22Nous avons souligné la pertinence, pour détecter les membres de « l’élite lagide », d’une démarche attentive à la distinction entre titres et fonctions. Cette méthode n’est de toute évidence pas applicable à l’étude des notables locaux, quoiqu’elle nous renseigne de façon ponctuelle sur la position des Chypriotes dans les cercles du pouvoir ptolémaïque. L’étude doit donc emprunter une voie différente pour tenter de saisir la nature hétérogène et méconnue des formes de distinction constitutives de l’élite locale. Seule la lecture des textes révèle les indices de l’existence et de l’expression de notables locaux.

  • 47 Signalons, après les éditeurs du corpus de Salamine, que le personnage est absent de la PPC.
  • 48 Hermary 1999, p. 53-54.

23Intéressons-nous d’abord à la représentation honorifique des Chypriotes. L’inscription I. Salamine 94 porte à notre connaissance le cas du Salaminien Dionysios fils d’Aristôn, dont la statue a été érigée par la cité au iie ou au ier siècle. Les trois fragments qui constituaient la base de statue de marbre bleu découverte à la fin du xixe siècle près du podium du temple de Zeus sont aujourd’hui perdus. Le personnage est inconnu par ailleurs47 et rien ne permet de distinguer a priori cette inscription du reste des documents honorifiques. Plusieurs indices sont néanmoins intéressants pour la définition d’une élite locale. L’identité du dédicant, bien sûr, puisqu’il s’agit en l’occurrence de la cité de Salamine : la formule non restrictive, ἡ πόλις, ne peut se rapporter ici qu’au corps civique de Salamine, et l’absence d’ethnique distinctif pour le dédicant suggère que la dédicace s’inscrit bien dans un contexte civique. L’onomastique, si elle ne paraît pas signifiante prise isolément, renvoie, d’autre part, à un répertoire probablement local : le père du dédicataire porte un nom appartenant à la catégorie importante des noms formés sur la racine Ἀριστ-, ainsi apparentés au champ sémantique de l’excellence48. La proximité de la base de statue de Dionysios avec le temple de Zeus tend également à accentuer le prestige du monument consacré à la divinité principale de la cité. L’absence de mention des considérants ayant justifié l’érection de la statue auprès des magistrats de la cité de Salamine n’en diminue pas la portée : l’hommage ainsi décidé par les institutions civiques s’inscrit dans un contexte local.

  • 49 L’inscription, laissée in situ, a été datée du ier s. sur critères paléographiques.
  • 50 Notons que la formule préférant au génitif suivi de ἕνεκεν/α l’emploi du génitif suivi de χάριν e (...)

24Plus informatives, deux autres bases de statues provenant, l’une de Chytroi (80), l’autre d’Amathonte (64), portent des dédicaces faisant allusion à l’ancrage local et à la noblesse des dédicataires. La dédicace inscrite sur la base destinée à recevoir la statue d’un gymnasiarque de Chytroi (80), Iasôn fils d’Aristokréôn, qualifie en effet le dédicataire de φιλόπατρις (Ami de la patrie). Cet adjectif, fréquent à l’époque impériale49, est inédit dans le corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre. Associé à l’absence d’ethnique, il suggère que nous sommes à nouveau en présence d’un personnage d’origine locale. La charge qu’il occupe au moment de la dédicace du monument contribue à définir son statut social. L’emploi du nom γυµνασίαρχος en apposition à l’adjectif φιλόπατρις est remarquable. Nous attendrions, comme cela est très fréquent, un participe au temps adéquat – en l’occurrence au présent, pour marquer la coïncidence temporelle entre l’activité du dédicataire et l’honneur qui lui est rendu. Tout comme l’adjectif φιλόπατρις, l’activité de Iasôn dans la sphère du gymnase est ici assimilée à une vertu essentielle du personnage, plus qu’à une fonction ponctuelle et à une charge civique. Cette dernière remarque irait dans le sens d’une datation dans le courant du ier siècle de l’inscription de Chytroi – la fonction de gymnasiarque pouvant, dès la basse époque hellénistique, se doter d’un caractère honorifique et pérenne. Quoi qu’il en soit, l’absence d’ethnique et l’onomastique – à nouveau, le père de l’individu honoré porte un nom formé sur la racine sémantique de l’excellence – accréditent l’hypothèse du contexte local de la dédicace. La mention des dédicants, non pas la cité mais le groupe restreint des usagers de la palestre, οἱ παλαιστρῖται, tend à ancrer le personnage honoré dans le cadre pratique des activités athlétiques. La relation entre les deux termes de nature et de registre divers caractérisant ce personnage – malgré l’effet de rupture syntaxique porté par leur apposition – n’est pas sans trouver de justification concrète. On sait en effet l’importance du gymnase dans la vie des cités à l’époque hellénistique, et son rôle dans le développement de relations interculturelles. Faut-il en déduire que l’honneur rendu à Iasôn fait suite à une contribution importante de sa part, ayant permis à la palestre de Chytroi de maintenir ou de reprendre son activité dans un contexte troublé ? La faible occurrence du qualificatif φιλόπατρις à l’époque hellénistique semble écarter une lecture purement honorifique de ce texte, mais la formule générale qui clôt la dédicace, τιµῆς καὶ εὐχαριστίας χάριν, en mettant sur le même plan les notions d’honneur et de reconnaissance, ne permet pas, en l’absence de décret conservé, d’aller plus avant dans l’interprétation du contexte de la dédicace50.

  • 51 Mitford 1953a, p. 87 ; Masson 1983, p. 207 ; Egetmeyer 2010, p. 582 no 7. Voir également : Woudhuiz (...)
  • 52 En cela l’hypothèse de T. B. Mitford, si elle doit être nuancée, ne nous paraît pas devoir être rej (...)
  • 53 Petit 2007, p. 100-101 suivi par Hatzopoulos 2014, p. 224.

25Nous pouvons poursuivre l’enquête en évoquant un document important pour l’étude des conséquences de la disparition des cités-royaumes sur l’élite locale. L’inscription bilingue « étéochypriote »-grec51, acquise à Limassol par E. Sittig en 1914, provient très probablement du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte (64). Le texte grec s’étend sur deux lignes et a été daté de la fin du ive siècle. Si la nature du dédicant, la πόλις d’Amathonte, encourage la datation de ce texte à l’époque hellénistique52, la permanence de la langue locale notée en écriture syllabique a parfois conduit à privilégier une datation haute, avant la chute du royaume d’Androklès53.

  • 54 Hermary 1999, p. 53-54.
  • 55 Lejeune 2014, p. 309.
  • 56 Petit 2007, p. 100-101 contra Masson 1983, p. 207.
  • 57 Nicolaou 1993a.

26L’onomastique dénote l’adhésion de l’élite locale au répertoire hellénisé de l’excellence54 et de la valeur ; cette vertu hautement prisée des classes supérieures de la société se transmet ici du père au fils. L’adjectif placé en apposition au nom du dédicataire, εὐπατρίδης, apparaît dans une seule autre inscription du corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre : il qualifie le dédicant de l’offrande mentionné dans l’inscription Nymph. Kaf. 50, le potier Démétrios fils de Kalliklès de Tamassos55. Si l’affinité de ce terme avec le lexique athénien de l’époque classique a pu être soulignée56, l’hypothèse d’une connexion personnelle d’Aristôn fils d’Aristônax avec la cité d’Athènes ne nous semble pas pouvoir être fondée sur la lecture de ce texte : assimilant, avec le langage, le répertoire onomastique et moral de la cité grecque, les Amathousiens ont tout aussi bien pu en adopter l’imagerie politique. La dédicace d’Amathonte est essentielle, sous plusieurs aspects, à la compréhension de la situation des élites locales à Chypre à l’orée de l’époque hellénistique : la lecture proposée par S. Lejeune du dossier formé par les inscriptions de Kafizin, de même que l’étude des sceaux de Paphos57, exige que nous reconsidérions la date de la disparition de l’écriture syllabique à Chypre. Il est désormais établi que l’usage du syllabaire chypriote se poursuit, dans certains contextes, bien au-delà de la fin de l’époque classique – constat qui révèle le caractère artificiel des frontières chronologiques fondées sur l’histoire évènementielle pour l’étude des phénomènes culturels et sociaux. Plus encore, l’appartenance, marquée explicitement par l’onomastique et la mention de l’adjectif εὐπατρίδης, du personnage honoré par la cité d’Amathonte à une élite ancrée dans l’histoire locale, suggère ici un emploi bien particulier des traditions linguistiques. En ce sens, il n’est pas interdit d’envisager une datation plus basse de cette dédicace : le recours à un marqueur culturel fort, tel que l’usage de la langue et du syllabaire locaux venant en contexte hellénistique accentuer davantage l’ancrage patriotique du personnage honoré. Toutefois, cette hypothèse d’un emploi symbolique de la langue en contexte honorifique représenterait un unicum dans le corpus chypriote.

  • 58 La langue phénicienne, bien que diversement diffusée à Chypre, était sans doute plus largement comp (...)

27La dédicace phénicienne commémorant l’érection des statues des trois petits-fils de Batshilem à Idalion (106) offre, elle aussi, un accès à l’étude des élites locales. Datée de l’année 254 par la triple mention du comput royal de Philadelphe, de la canéphorie d’Amatosiris et de l’ère civique de Kition, cette consécration en langue phénicienne à Resheph-Mikal présente, dans l’usage de la langue, un point de comparaison avec la dédicace de la statue d’Aristôn à Amathonte. La différence de contexte entre les deux inscriptions – celle d’Idalion s’intégrant dans un contexte cultuel et familial, tandis que celle d’Amathonte relève du domaine politique et honorifique – explique peut-être en partie le recours inégal à la langue grecque. À Idalion, le phénicien est en effet employé seul58. La référence aux années de règne de Philadelphe et à la prêtrise d’Arsinoé, à côté de la datation par l’ère civique de Kition, est toutefois révélatrice d’une élite interculturelle, capable de se mouvoir aisément dans des contextes divers.

Une spécialisation religieuse ?

  • 59 PPC, Σ.13.
  • 60 I. Salamine 81.
  • 61 Son père, Timarchos (PPC, T.23, avec références bibliographiques), proxène et bienfaiteur d’Athènes (...)
  • 62 I. Délos 1534.
  • 63 I. Délos 1533.
  • 64 Voskos 1997, p. 64-67, E1.
  • 65 Michel 2016, p. 301-302.

28L’étude du corpus local révèle l’effectivité de la catégorie des notables locaux à Chypre. Le recours à quelques inscriptions allogènes en confirme l’activité et le rayonnement à l’échelle méditerranéenne. Les Chypriotes participant à la reconstruction des remparts de Thèbes (41) entrent bien sûr dans cette catégorie, de même que le Salaminien Simalos59 fils de Timarchos, connu par une dédicace dans sa cité d’origine60 mais dont le parcours est surtout connu par les inscriptions d’Athènes61 et de Délos. À Délos, Simalos se signale en effet par la dédicace62 d’une statue de l’amiral Stolos – un proche de Ptolémée Sôtèr II –, lorsque le prince assume lui-même les fonctions de stratège de Chypre. Il est à son tour honoré par son ami qui consacre sa statue à l’Apollon délien63. La base de la statue de Simalos porte en outre une remarquable épigramme composée en son honneur par le poète chypriote Antisthène de Paphos64. Ce document exceptionnel célèbre les relations du Salaminien en dehors de Chypre, à Athènes, Délos, et Rome65.

  • 66 Supra, p. 72-77.

29Cette approche est complétée par la relecture des décrets66. L’étude du dossier formé par les inscriptions de Lapéthos (61), d’Amathonte (62) et de Kourion (63) permet de mettre en évidence l’entrelacement des traditions religieuses et des institutions civiques. Ces textes signalent également de façon explicite l’appartenance de plusieurs personnages à la catégorie des notables :

  • 67 Fourrier 2015, p. 46.

30– Andronikos fils de Poseidônios à Kourion ;
– Charinos fils de Charinos et Aristôn fils d’Euphranôr à Amathonte ;
– Noumènios fils de Noumènios et Praxidèmos (peut-être fils de Sesmas67) à Lapéthos.

31Si nos lectures se confirment, ces trois individus ont en commun d’exercer des fonctions importantes dans le domaine religieux qui s’étendent également de façon plus ou moins explicite à d’autres secteurs de la vie publique.

  • 68 PPC, Δ.26.
  • 69 Franklin 2015.

32À ces textes déjà partiellement étudiés, nous avons vu qu’il faut peut-être ajouter l’inscription de Paphos mentionnant Dèmokratès68 fils de Ptolémaios, chef des Kinyrades (66). La référence à Kinyras renvoie nécessairement, en contexte paphien, à la mémoire du héros fondateur. Que cette mémoire incarnée par un groupe religieux portant le nom du héros soit un héritage de l’époque des royaumes autonomes ou qu’elle se réactive au contraire au cours du iiie siècle, rien ne permet d’en décider. Quoi qu’il en soit, l’existence d’une telle association au milieu du iiie siècle est remarquable. La nature des activités des Kinyrades demeure obscure69, mais le prestige dont jouit le personnage est suffisamment important pour justifier l’érection d’une statue de sa fille Aristion dans le sanctuaire d’Aphrodite. D’autre part, l’onomastique familiale suggère l’adhésion à un répertoire culturel alexandrin, qui ne peut selon nous s’affranchir totalement de connotation sur le plan politique et idéologique.

33La parenté des textes de Paphos (66), Kourion (63) et Lapéthos (61), et, peut-être, d’Amathonte (62), est par ailleurs corroborée par l’hypothèse de l’attachement commun des personnages mentionnés au culte royal lagide.

  • 70 Nous adoptons la graphie moderne de ce toponyme (on rencontre également l’orthographe « Larnaka-tis (...)
  • 71 S. Fourrier présente l’ensemble de ces documents dans sa synthèse consacrée à la documentation phén (...)

34L’inscription de Lapéthos (61), rédigée selon le formulaire des décrets civiques, nous semble particulièrement appropriée pour illustrer l’activité des élites locales à Chypre à l’époque hellénistique. Revêtant l’aspect d’un décret honorifique, le document de Larnakas-tis-Lapithou70 (l’ancienne Narnaka) s’inscrit dans le contexte particulier d’un sanctuaire secondaire, fonctionnant à l’échelle locale – celle de la chôra de Lapéthos – et autour duquel gravitent des notables s’exprimant en grec et en phénicien. Cette inscription s’insère en effet dans un corpus regroupant plusieurs inscriptions phéniciennes, une inscription bilingue (phénicien et grec alphabétique), et deux inscriptions en grec alphabétique71.

  • 72 PPC, Π.47.
  • 73 Fourrier 2015, p. 46.
  • 74 Ou plutôt Poséidon-Melqart. Une inscription phénicienne, issue du même contexte et conservée au Lou (...)
  • 75 PPC, H.11.

35Une inscription bilingue (101) porte ainsi à notre connaissance un premier personnage du nom de Praxidèmos72, sans que nous puissions établir de façon certaine qu’il s’agit du grand-prêtre de Poséidon à l’origine du décret (61)73. Si l’identité du personnage était avérée, elle confirmerait l’appartenance du grand-prêtre de Poséidon à l’élite phénicienne (il est appelé Baalshilem fils de Sesmay dans le texte phénicien de l’inscription 101). Par ailleurs, une inscription grecque (46) mentionne un « stratège » Hèragoras, fils du Noumènios auquel sont octroyés les honneurs mentionnés dans le décret. Une première information réside dans le formulaire même de l’inscription : c’est bien le grand-prêtre Praxidèmos, assisté du collège des prêtres de Poséidon Narnakios74, qui prend la décision (ἔδοξεν Πραξιδήµωι τῶι ἀρχιερεῖ καὶ τοῖς ἱερεῦσι / τοῦ Ποσειδῶνος τοῦ Ναρνακίου, l. 6-7) d’exonérer Noumènios des parts d’honneur dues à la divinité (δοῦναι / Νουµηνίωι καὶ ἐγγόνοις ὧν ἂν θύωσιν / ἀτέλειαν τῶν γερῶν εἰς τὸν ἅπαντα χρόνον, l. 7-9). L’effet d’imitation du formulaire des décrets civiques est saisissant. Les attendus présentent ainsi Noumènios sous les traits, habituels dans les décrets, d’un évergète au service de la cité et du sanctuaire. Si elle ne relève pas de la simple rhétorique honorifique, la restitution proposée par I. Nicolaou de la mention des ancêtres (ἐκ προγόνων, l. 2) contribue à insérer Noumènios dans une tradition évergétique familiale. La base d’Hèragoras75 (46) tend à confirmer la noblesse de cette famille, appartenant vraisemblablement à l’élite phénicienne de l’ancien royaume de Lapéthos. Le décret 61 est en effet daté du début du iiie siècle au plus tard, et la dédicace en l’honneur d’Hèragoras de la première moitié du iiie siècle. Il semble donc que les membres de cette famille, profondément ancrée dans la tradition locale, se maintiennent à la tête des autorités politiques de la cité de Lapéthos.

  • 76 I. Kition 2030.

36Une dédicace de la cité et du peuple de Kition en l’honneur de Pnytarion fille d’Hipparchos à la fin du ier siècle autorise une conclusion similaire76. Pnytarion est en effet honorée par les Kitiens en tant qu’épouse d’Asklépiodôros, un notable phénicien, grand prêtre d’Asclépios et d’Hygie, issu d’une grande famille de magistrats locaux. Daté du début de l’occupation romaine, ce texte témoigne de l’importance continue de certains représentants de la notabilité phénicienne à Kition tout au long de la période hellénistique.

  • 77 Nous excluons de ce développement les prêtres et prêtresses du culte royal.

37L’importance des traditions religieuses dans la définition de l’élite chypriote nous invite à porter une attention particulière à la représentation des prêtres dans le corpus77. Une étude détaillée du corpus épigraphique chypriote révèle en effet que les prêtres sont, sans surprise, parmi les personnages le plus souvent honorés dans les sanctuaires.

  • 78 PPC, ∆.8, aussi I. Paphos 82.
  • 79 Nicolaou 1996, p. 177, no 5.

38À Kourion (68), le prêtre d’Apollon, Glaukos, accompagné de ses frères cadets Aristotélès et Iasôn, consacre dans la première moitié du iie siècle la statue de leur père Diodôros fils de Glaukos près du temple d’Apollon. Le formulaire dédicatoire, bien que succinct, révèle le caractère sans doute héréditaire de la charge cultuelle assumée successivement par Diodôros et par son fils Aristotélès. Un autre prêtre est peut-être le bénéficiaire d’une statue consacrée dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos78. Le prestige des prêtres leur permet également de consacrer des statues de leurs proches. C’est le cas de Dèmokratès fils de Ptolémaios, le chef des Kinyrades de Paphos (66). À Kourion, le prêtre Diagoras consacre dans le sanctuaire d’Apollon la statue de son père Philippos fils de Kallistratos dans la première moitié du iie siècle79, sans que l’on puisse déterminer si la fonction religieuse s’est transmise de père en fils. À Paphos au début du iiie siècle, la prêtresse Phanion dédie une statue de son fils Boïskos (65).

  • 80 I. Paphos 55-56.
  • 81 I. Paphos 25.

39Les prêtres des cultes locaux semblent par ailleurs entretenir des rapports tout à fait privilégiés avec les représentants de l’autorité lagide. Certains prêtres consacrent des statues de stratèges. Ce phénomène est bien visible à Paphos : le collège des prêtres d’Aphrodite Paphia consacre ainsi dans le sanctuaire de Palaepaphos au moins une statue de Séleukos (28) et deux d’Hélénos80. Ils honorent également des souverains : une statue de Ptolémée IX Sôtèr II est consacrée par les prêtres de la Paphia entre 105 et 81 en remerciement de sa bienfaisance (εὐεργεσίας ἕνεκεν) envers eux81.

  • 82 I. Paphos 86.
  • 83 PPC, N.26 ; I. Paphos 85.

40Cette relation est peut-être réciproque. D’après les restitutions de T. B. Mitford82, un devin serait le dédicataire d’une statue consacrée par des troupes lagides à Paphos, aux côtés de son frère, lui-même prêtre d’Aphrodite, de Zeus Polieus et d’Héra. Dans le même sanctuaire d’Aphrodite, un prêtre d’Asklépios et d’Hygie du nom de Nikias83 et peut-être originaire de la cité de Kourion, se voit honoré à la fin du iie siècle par un certain Ammônios, du rang des Parents du roi. Si ces deux lectures sont encore isolées, l’hypothèse selon laquelle les prêtres entretiennent un lien privilégié avec les dignitaires de l’administration royale est probable. Deux points doivent être soulignés. D’abord, à partir de la stratégie de Polykratès d’Argos (203-197), le stratège de Chypre assume la fonction d’ἀρχιερεύς. Ce statut exceptionnel lui confère une autorité supplémentaire sur l’ensemble des sanctuaires de l’île, et donc sur le personnel religieux au service des divinités qui reçoivent un culte à Chypre. D’autre part, le corpus épigraphique confirme que la représentation honorifique est investie d’enjeux importants, pour les cités comme pour l’autorité royale. Il y a tout lieu de penser que la longévité de la présence lagide à Chypre repose pour une bonne partie sur la qualité de la relation entre les représentants du pouvoir lagide et les prêtres locaux. L’existence d’un fragment de lettre royale (I. Paphos 83) adressée aux prêtres du sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos est en elle-même révélatrice de l’importance accordée par les Ptolémées à la qualité de cette relation. Le contenu de la lettre est malheureusement perdu, mais il semblerait qu’il ait été de nature financière : on lit les mots αὔξησις (l. 4) µίσθωσις (l. 8), et peut-être ὠνητοῖς à la l. 9.

Les technites dionysiaques de Chypre

  • 84 La lecture des textes relatifs à l’activité des technites dionysiaques à Chypre a donné lieu à deux (...)

41Une catégorie particulière se détache de l’étude des cultes chypriotes à l’époque hellénistique. Les technites dionysiaques84, confrérie d’artistes réunis sous le patronage de Dionysos, forment un type d’association situé aux frontières des cultes et des activités artistiques. Leurs activités artistiques sont aussi sacrées. Ils apparaissent sous diverses dénominations à Chypre :

42– τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Κύπρον γραµµατείωι περὶ τὸν Διόνυσον τεχνιτῶν (89, 90, 92) ;
– τῶν περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν (71) ;
– τῶν τεχνιτῶν ὁ θίασος (I. Salamine 87) ;
– τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Πάφον γραµµατείωι περὶ τὸν Διόνυσον τεχνιτῶν (88).

43Actifs dans les cités de Paphos et de Salamine à partir du règne d’Évergète II, les technites se signalent par leur intervention dans la sphère publique : à Salamine par exemple, deux dédicaces enregistrent les honneurs rendus par l’association à Olympias, l’épouse du stratège Théodôros (89), ainsi qu’au stratège Hélénos (91).

  • 85 Green, Barker, Stennett 2015, p. 325.

44L’inscription lacunaire 88, découverte en contexte, témoigne de la relation concrète nouée entre l’association et le théâtre85 au moment de sa fondation. Provenant de la cavea du théâtre hellénistique de Néa Paphos et datée de 142, la pierre porte une dédicace du bureau paphien de l’association en l’honneur de Théodôros, le fils du stratège Séleukos qui occupera à son tour la fonction de stratège quelques années plus tard. La dédicace pourrait avoir une portée commémorative et rappeler un évènement important lié à l’activité du théâtre paphien sous le règne de Ptolémée VIII, peut-être son inauguration. C’est également le premier témoignage conservé de l’activité des technites dionysiaques à Chypre.

45La confrérie chypriote réunissait des musiciens, des artistes dramatiques et des poètes. Les activités et, dans certains cas, les noms de quelques-uns de ses membres sont connus :

46– un musicien (κιθαρῳδός) du nom de Kritôn ;
– un auteur de pièces satyriques (ποιητὴς σατύρων) ;
– un auteur de tragédies (ποιητὴς τραγῳδιῶν) du nom de Dionysios ;
– un comédien (συναγωνιστὴς τραγικός) ;
– des auteurs de pièces comiques (ποιῆται κωµῳδιῶν) ;
– un auteur de dithyrambes (ποητὴς διθυράµβων) du nom de Nikagoras fils d’Eupolémos.

47La plupart de ces artistes ne sont pas connus par ailleurs et il est à noter que leur ethnique n’est jamais mentionné. Deux personnages font figure d’exception : Kallippos fils de Kallippos (71) est connu pour avoir exercé plusieurs magistratures importantes dans la cité de Paphos, dont il est le secrétaire au moment où l’association dédie sa statue. La dédicace par la cité de Paphos d’une statue d’Aristonikè fille d’Ammônios (36) nous révèle par ailleurs l’appartenance de son époux, le Parent et annaliste du roi Aristokratès, à l’association chypriote. La portée résolument locale de ces documents (il s’agit du bureau chypriote de l’association) ne permet pas de conclure à l’origine exclusivement chypriote des membres de l’association.

  • 86 L’attribution à titre honorifique du statut de membre de l’association à un personnage important de (...)
  • 87 Cayla 2017.
  • 88 Hölbl 1994, p. 83-85, 91, 107. Cet aspect de l’idéologie royale lagide apparaît explicitement dans (...)

48Ses organes constitutifs, vraisemblablement empruntés au modèle civique, sont remarquablement bien connus : archontes, trésoriers et secrétaires sont mentionnés dans les textes. Surtout, les technites passent des décrets. L’un d’entre eux (92) constitue, avec les décrets de Kourion (63) et d’Amathonte (62), le document le plus informatif du corpus chypriote. Datée entre 124 et 58, l’inscription présente un décret du κοινὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Κύπρον γραµµατείωι περὶ τὸν Διόνυσον τεχνιτῶν en l’honneur d’Isidôros, vraisemblablement un membre de l’association. Les honneurs qui lui sont rendus témoignent à la fois du prestige individuel de l’artiste et du rayonnement de l’association des technites : une couronne, un portrait en pied peint et affiché dans le sanctuaire d’Aphrodite Paphia accompagné d’une inscription honorifique (ἀναθεῖναι εἰκόνα γραπτὴν ὁλοσώµατον ἐν τῶι / ἱερῶι τῆς Παφίας Ἀφροδίτης ἐπιγραφὴν ἔχουσαν […], l. 4-5), une célébration annuelle. Notons l’emploi du terme καλοκἀγαθία (« excellence »), inédit dans le corpus, qui résume les attendus du décret à la fin du texte. La portée religieuse de ces récompenses est par ailleurs renforcée par le terme ὅσιος qui qualifie l’attitude d’Isidôros dans l’exercice de sa charge (τὴν ἀγοµένην αὐτοῦ ἀρχήν, l. 6). En l’état actuel de nos connaissances, il ne semble pas possible d’identifier fermement ce personnage au grand intendant Isidôros d’Antioche, Parent du roi à la cour d’Alexandre Ier. Cette hypothèse rejoint néanmoins la question de l’étendue précise des activités de l’association, qui occupe selon toute vraisemblance un rôle privilégié dans le dialogue entre les élites locales et l’administration royale, ce dont témoignent la dédicace provenant du théâtre de Néa Paphos, les deux dédicaces provenant de Salamine ou encore l’appartenance du poète Nikagoras, lui aussi honoré à Salamine, au cercle des Premiers Amis. Surtout, la présence au sein de l’association du Parent Aristokratès fait planer un doute important86 sur l’autonomie des technites chypriotes vis-à-vis du pouvoir royal. Une révision majeure concernant la datation d’une partie de ces documents a été entreprise par J.-B. Cayla87. Cette révision suggère que l’association désignée par la formule τῶν περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν forme une confrérie consacrée au culte dynastique lagide. Si elle était confirmée, cette hypothèse contribuerait à resserrer les liens dont nous soupçonnons l’existence entre les Lagides et le monde du théâtre : il ne faut pas oublier en effet que Ptolémée Sôtèr, en reprenant à son compte la symbolique divine développée par Alexandre le Grand, a intimement lié l’idéologie royale lagide au culte de Dionysos qui acquiert un statut officiel sous le règne de Ptolémée Philopatôr88. Il n’est donc pas impossible, comme le suggère J.-B. Cayla à partir de sa lecture de la documentation paphienne, que les derniers représentants du pouvoir ptolémaïque à Chypre, Cléopâtre VII Philopatôr et Césarion associés à Antoine, aient trouvé là un motif symbolique commun tout à fait opportun.

Phénomènes de mobilité sociale des élites

  • 89 Supra, p. 70.

49Il semble avéré que les dignitaires lagides en poste à Chypre forment une aristocratie à part entière. D’autre part, le rayonnement des notables locaux ne peut être contesté. L’octroi (43), dans au moins trois cités de Chypre, de la théarodoquie à des officiers ptolémaïques89, l’importance que les Ptolémées et leurs premiers représentants accordent à leur relation avec les prêtres de l’île suggèrent l’existence d’interactions positives entre l’une et l’autre catégorie de notables.

50Ces remarques nous invitent à étudier plus en détail quelques figures remarquables. Nous avons déjà évoqué l’ambiguïté qui subsistait quant à l’origine, locale ou non, de Dionysios fils d’Aigibios, un juge royal présent à Salamine (32). Ajoutons simplement que dans l’hypothèse, que nous considérons comme la moins probable, de l’origine salaminienne de ce personnage, l’exercice d’une fonction associée à la classe aulique des Amis du roi à une date relativement haute (sous le règne de Ptolémée Évergète II peu après 146), relèverait de l’exception. Le seul autre Chypriote dont la situation soit comparable du point de vue de la hiérarchie aulique est actif au plus tôt dans le premier quart du ier siècle.

  • 90 Nous adoptons la chronologie proposée par J.-B. Cayla (I. Paphos, no 93 p. 217 et no 134 p. 255-259 (...)

51Deux personnages d’origine locale occupent une place à part auprès des autorités royales de l’île. Potamôn fils d’Aigyptos à Paphos et Stasikratès fils de Stasikratès à Salamine, semblent, selon des modalités diverses, avoir joui d’un prestige particulier. Ce constat est implicite dans le cas de Potamôn, honoré à deux reprises par le koinon des Chypriotes à Palaepaphos entre 58 et 3190 (40, 93) mais dont le titre aulique est alors omis. Il est tout à fait explicite en revanche en ce qui concerne le gymnasiarque salaminien Stasikratès (72), honoré par le stratège Diogénès, Parent des rois en 38. La relation entre Diogénès et Stasikratès peut être justifiée par la charge importante assumée par le gymnasiarque à l’époque hellénistique. Il n’est pas impossible toutefois que les liens d’amitié existant entre les deux personnages relèvent de la sphère privée, comme cela semble être en partie le cas pour Simalos et son ami Stolos.

  • 91 PPC, O.28.
  • 92 Mitford 1939, p. 36 no 18.

52Le cas d’Onèsandros fils de Nausikratès91 relève d’un tout autre registre et retiendra lui aussi notre attention (70). Ce Paphien, dont la gloire dépasse celle de tous ses concitoyens à l’époque hellénistique, est honoré par sa cité d’origine par l’érection de deux statues, l’une le représentant directement, l’autre représentant sa fille92. Dans la dédicace qui nous intéresse en premier lieu, le personnage porte le titre de Parent. Il est prêtre à vie du culte du roi et fondateur d’un Ptolemaion. La suite de la dédicace nous informe que le même personnage assume également la fonction de secrétaire de la cité de Paphos. Le texte se clôt par l’évocation de la fonction d’Onèsandros à la tête de la grande bibliothèque d’Alexandrie (ἐπὶ τῆς ἐν Ἀλεξανδρείαι µεγάλης βυβλιοθήκης). Le prestige d’Onèsandros est exceptionnel et nous amène à formuler quelques remarques.

  • 93 Par exemple par l’omission des titres honorifiques lorsqu’ils sont systématiquement associés à des (...)
  • 94 Pour le rappel des faits ayant amené à la division du royaume lagide en deux entités gouvernées cha (...)

53Dans l’ensemble du corpus, un seul personnage doté d’un titre de cour ptolémaïque peut être identifié avec assurance comme Chypriote. Ce constat, qui peut être nuancé93, est néanmoins révélateur. Le cas d’Onèsandros est exceptionnel, mais il s’explique. La dédicace de la cité de Paphos le présente en effet comme un promoteur infaillible du culte du souverain : il est prêtre à vie du roi Ptolémée dieu Sôtèr et fondateur d’un Ptolemaion. L’activité d’Onèsandros à la tête de la bibliothèque d’Alexandrie, qui correspond à l’apogée de sa carrière, coïncide par ailleurs avec le retour de Ptolémée Sôtèr II sur le trône d’Alexandrie, et, qui plus est, avec le retour de Chypre au sein du royaume lagide indivis. La présence du Paphien Onèsandros auprès du roi dans la capitale égyptienne est sans doute justifiée par l’excellence des rapports qu’il a su entretenir avec le souverain lorsque celui-ci régnait à Chypre sur un royaume lagide dissident (106/105-88)94. Sa proximité avec le roi n’est peut-être pas uniquement formelle : Paphos, capitale chypriote, a pour un temps accueilli sa propre cour lagide.

54S’il est exceptionnel, le cas d’Onèsandros s’inscrit aussi dans une dynamique plus générale ; il y a tout lieu de penser que les phénomènes de mobilité sociale et d’intégration des Chypriotes dans l’administration de l’île – phénomènes qui s’accélèrent à partir du ier siècle – prennent leurs racines dans la configuration particulière de Chypre sous le règne de Sôtèr II, et que d’autres figures de la notabilité locale, au parcours similaire à celui d’Onèsandros fils de Nausikratès, ont contribué à leur développement.

Pratiques épigraphiques

Les femmes dans l’épigraphie honorifique chypriote95

  • 95 Michel, à paraître.
  • 96 Sont exclues de cette somme obtenue à partir du corpus total considéré les reines et princesses lag (...)
  • 97 Donkow 2009 ; Marquaille-Telliez 2008.

55Sur les 118 femmes96 mentionnées dans les inscriptions analysées, 69 apparaissent dans des textes de nature honorifique. Parmi ces 69 attestations, on constate l’équilibre relatif entre les hommages émis par des femmes (49 %) et ceux dont elles sont bénéficiaires (51 %). Nous remarquons que sur les 28 dédicaces émises par des femmes, 16 ont pour unique dédicante une femme – la dédicante étant dans les autres cas accompagnée d’au moins un parent ou d’un autre dédicant. Lorsqu’elles reçoivent des honneurs, les femmes sont rarement seules. Le plus souvent, elles sont honorées aux côtés de leur époux. Notons que lorsque les personnes honorées sont des femmes seules, le motif de l’attribution de l’hommage n’est jamais explicitement mentionné97. Les filles de dignitaires sont honorées, le cas échéant, à parts égales aux côtés de leurs frères.

  • 98 Pomeroy 1990, p. 42-43.

56Nous avons vu que les inscriptions chypriotes représentent une source non négligeable pour l’étude des élites alexandrines. La place des femmes à la cour d’Alexandrie, amplement analysée par les historiens98, trouve des échos certains à Chypre.

57Dans une certaine mesure, l’étude des dédicaces nous invite à considérer que certaines femmes ont occupé une position relativement forte dans les rapports sociaux et familiaux. Il est donc permis de supposer que la capacité d’intervention de certaines femmes dans la vie publique locale bénéficie de la visibilité accrue des femmes dans les cercles de la cour hellénistique.

  • 99 Roesch 1980, p. 252.

58Nous souhaiterions revenir brièvement à ce sujet sur les propos de P. Roesch99, selon lesquels les femmes de gouverneurs reçoivent des honneurs « non pas en raison de leurs mérites personnels ou des bienfaits qu’elles auraient dispensés (les inscriptions sont muettes à ce sujet), mais pour la seule raison qu’elles étaient femmes de gouverneurs. Il suffit de lire les inscriptions pour s’en convaincre ». L’argument avancé par P. Roesch paraît moins convaincant si l’on considère qu’il ne s’applique pas, d’après le corpus, uniquement aux femmes de l’entourage des stratèges de Chypre, mais bel et bien aux stratèges eux-mêmes, dont la nature des bienfaits à l’égard des dédicants des honneurs n’est jamais précisée. Les inscriptions chypriotes sont en général peu loquaces.

59Une inscription attire tout particulièrement l’attention, la dédicace en l’honneur de Zeuxô (6), qui présente des caractéristiques inédites. Consacrée par l’Alexandrine Stratonikè entre 203 et 197, cette base de statue se distingue au sein de l’important corpus des dédicaces paphiennes par sa taille et par sa forme. Parmi les monuments de ce type conservés, il s’agit de l’exemplaire le plus imposant par ses dimensions. Il faut souligner l’originalité de la configuration dédicant-dédicataire. Si les femmes des gouverneurs sont régulièrement destinataires d’honneurs à Chypre, l’identité de la dédicante – une femme originaire d’Alexandrie – est remarquable. Cette femme n’est pas connue par ailleurs mais la mention de l’ethnique alexandrin, la nature de la dédicace et l’importance de la dédicataire nous poussent également à considérer Stratonikè comme un membre éminent de la cour. L’absence de titre aulique attaché au nom de son père ne s’oppose pas, aux dates considérées, à cette interprétation.

60Hormis ce cas exceptionnel, il semble que de façon générale l’emprise des femmes dédicantes dans le domaine des honneurs publics soit confinée à la sphère familiale. Plus précisément, les femmes dédicantes sont la plupart du temps dans un rapport d’ascendance vis-à-vis du parent honoré. Toutefois, cette réalité ne représente pas une règle générale. Plusieurs textes montrent en effet des femmes dédiant la statue de leur père ou de leur époux, et, exceptionnellement, celle de leur beau-père (27).

61Un faisceau d’indices laisse supposer que certaines femmes ont à l’époque hellénistique un statut lié à l’implantation ancienne de leur famille dans un contexte local. Se dessine à travers elles la toile d’une noblesse locale, fermement enracinée dans le paysage religieux de l’île. Ce phénomène, qui relève selon nous d’un processus d’évolution sociale de longue durée, est illustré à Idalion par la consécration par Batshilem des statues de ses trois petits-fils à Resheph-Mikal (106). À l’autre extrémité de la période, ce même phénomène est visible à Paphos. Plusieurs inscriptions datées de la fin du ier siècle av. J.-C. ou du début du ier siècle apr. J.-C. enregistrent ainsi les dédicaces de mères et de grands-mères consacrant à Paphos les statues de leurs enfants et petits-enfants. La permanence de cette pratique à l’époque romaine confirme la pertinence d’une étude des processus sociaux dans un contexte de longue durée.

  • 100 Nous approfondissons l’étude de ce dossier dans Michel, à paraître.

62Les inscriptions jettent un premier éclairage sur la place des femmes dans la société chypriote100 :

631) les femmes sont parfois les bénéficiaires exclusives des honneurs ;

642) elles sont parfois les dédicantes exclusives des honneurs ;

653) elles ne sont pas toujours présentées en fonction de leur position au sein d’un groupe organisé, qu’il s’agisse de la famille ou d’autres cercles sociaux ;

664) les dédicantes ne sont pas non plus systématiquement situées dans leur rapport à des individus masculins, père ou époux.

  • 101 La pertinence de la corrélation établie entre l’acte dédicatoire et la position sociale du dédicant (...)

67Ces quelques remarques nous inviteraient à poser la question des moyens financiers et de l’autonomie juridique des femmes101. L’analyse se heurte malheureusement sur ce point à l’absence de document à caractère juridique dans le corpus.

Les épigrammes funéraires

  • 102 Nous avons bénéficié pour l’étude de ce dossier des avis et remarques de Fr. Trajber (Aix-Marseille (...)

68Une dernière catégorie de documents permet de recueillir les indices de la visibilité accrue des femmes dans la société chypriote hellénistique. Le corpus de Chypre comporte en effet de nombreuses épigrammes funéraires, dont la qualité et l’originalité se révèlent souvent remarquables102.

69De façon générale, on remarque que les expressions stéréotypées du regret fleurissent dans l’île à l’époque hellénistique. L’évolution est sensible : l’apparition des formules χρῆστε χαῖρε et µνήµης χάριν est significative de l’adhésion de la société à des pratiques culturelles communes à l’ensemble du monde grec à une échelle familiale et, le plus souvent, modeste. Ce phénomène épigraphique reflète une évolution typologique des monuments funéraires marquée notamment par l’apparition des cippes. Le corpus des inscriptions funéraires se signale à la fois par son caractère transversal (le répertoire funéraire est le plus apte à livrer une vision globale des différents groupes composant la société) et par sa grande diversité (qualité du monument, qualité et longueur de l’épigramme, statut social du défunt).

  • 103 Voir également les pages consacrées à la tradition de l’épigramme à Chypre dans Voskos 1997, p. 52- (...)

70Deux textes nous paraissent illustrer de manière remarquable deux phénomènes conjoints : l’adoption des codes propres à un genre caractéristique de la poésie alexandrine103 d’une part, et, d’autre part, la visibilité épigraphique de certaines femmes.

  • 104 Guimier-Sorbets, Michaelides 2009 ; Michaelides, Papantoniou 2018, p. 279-280.

71L’épigramme funéraire de la femme d’Hèrôdès à Kourion (73) datée du ier siècle et celle d’Aphrodisiè à Amathonte datée du iie siècle (69) se distinguent en effet par leur richesse poétique. Pour ce qui est de l’étude de la société, ces textes nous permettent d’aborder des aspects inédits des conditions d’existence à Chypre à l’époque hellénistique, en suggérant l’adhésion des notables locaux à certains marqueurs culturels caractéristiques de l’influence alexandrine. L’archéologie et l’architecture présentent le pendant matériel de ce phénomène : on pense bien sûr au complexe funéraire formé par les « Tombeaux des Rois » de Paphos, daté de l’époque hellénistique et sans aucun doute influencé par l’architecture alexandrine104.

  • 105 BE 1961, no 827.

72L’épitaphe de Myrtô (Karageorghis 1960, p. 261 fig. 32), découverte à Tamassos et datée du début de la période hellénistique105, se présente comme le pendant de ces deux épigrammes :

Μικρὰ Τύχ[ηι] Μ̣υρτώ, ξένε, µένφεται, ἣν ἀπ’ Ἐλα‹ί›ης
Αἰολίδος τηλοῦ Κύπρος ἔδεκτο τάφωι.

Étranger, la petite Myrtô peut blâmer la Fortune, elle que Chypre, loin d’Élaia d’Éolide, a recueillie dans la tombe.

73Le registre de la déploration se décline cette fois sur un mode mineur. L’aspect matériel de la pierre et le caractère négligé de la gravure évoquent un contexte très modeste. La mention de la terre natale de la défunte, l’Éolide, invite à rattacher ce distique funéraire aux nombreux témoignages de la présence d’étrangers à Chypre à l’époque lagide. Son âge suggère peut-être son appartenance au groupe constitué par les familles des soldats servant à Chypre à l’époque hellénistique.

Notes

1 Veyne 1976 ; Gauthier 1985 ; Quass 1993. Ces ouvrages fondateurs ont été suivis par des études locales : Gabrielsen 1997 (Rhodes) ; Yon 2002 (Palmyre) ; Fernoux 2004 (Bithynie). Voir récemment les questionnements posés par C. Bonnet : « Les élites, terme générique dont l’historiographie francophone a usé et peut-être abusé durant la dernière décennie, sont de fait incontournables dès lors qu’il s’agit de comprendre les logiques interculturelles. […] Mais peut-on les cerner de plus près ? S’agit-il d’élites chargées d’histoire ou d’hommes neufs ? D’hommes d’affaires ou de magistrats ? Sont-ils cultivés ou recourent-ils à d’autres canaux de distinction ? » (Bonnet 2015, p. 531). Voir également le chapitre qu’a consacré A. Chaniotis à la question dans War in the Hellenistic World (Chaniotis 2005), l’article de P. Hamon (Hamon 2007) à la suite du colloque de Dijon en 2005 et enfin la publication de L. Capdetrey et Y. Lafond à la suite du colloque de Poitiers, consacré en 2006 à la cité et ses élites (Capdetrey, Lafond [éd.] 2010). Pour l’Égypte lagide, voir notamment : Van Minnen 2000.

2 Nous entendons « public » au sens de ce qui relève de la communication entre le pouvoir royal et la cité. À ce titre, rappelons la définition de l’un des sens, selon nous tout à fait adapté à la politique hellénistique, du terme communication : « ensemble des techniques médiatiques utilisées (dans la publicité, les médias, la politique) pour informer, influencer l’opinion d’un public en vue de promouvoir ou d’entretenir une image » (Le nouveau Petit Robert de la langue française, 2008, s.v. communication).

3 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 815.

4 Will 1979, repris dans Will 1998, p. 694 et Will 1988, repris dans Will 1998, p. 814-817 ; Gauthier 1984 ; Gauthier 1985 ; Savalli-Lestrade 1998, p. 318 ; Capdetrey 2004, p. 114-115.

5 On pense par exemple au corpus de Palmyre : Yon 2002.

6 La question des élites chypriotes à l’époque romaine a notamment été étudiée par M. Kantiréa (Kantiréa 2011).

7 Mooren 1977, p. 213 ; Préaux 1978, p. 210.

8 À une date située vers 198/197, Épiphane transforme en effet le système de titulature aulique : celle-ci ne reflète plus l’appartenance de l’individu au cercle réel du souverain ni son degré de proximité avec la personne du roi, mais l’exercice d’une fonction administrative ou militaire (Mooren 1975, p. 2). L’organisation de la hiérarchie de cour lagide est particulièrement développée. Son analyse a fait l’objet de plusieurs travaux importants : Mooren 1975 ; Mooren 1977 ; Van’t Dack 1988. Nous limitons notre étude à ses cadres principaux.

9 Ces deux logiques distinctes sont néanmoins liées : Mooren 1977 ; Savalli-Lestrade 1998, p. 315 à propos de la monarchie séleucide.

10 Cette proposition de définition de la fonction comme attribution opportune en vue de répondre à une mission est soutenue par l’emploi fécond en grec de la formule ἐπί + génitif pour désigner un certain nombre de postes, dont on retrouve les attestations à Chypre : ἐπ’ ἀνδρῶν, ἐπὶ τῆς πόλεως, et, selon nous, ἐπὶ τῶν µετάλλων.

11 Celle-ci fait l’objet, depuis 1950, d’une publication issue d’un recensement effectué à partir des données papyrologiques, littéraires et épigraphiques et bénéficie d’une mise à jour régulière. Une version numérique est accessible via le portail Trismegistos (www.trismegistos.org). Pour une présentation détaillée du projet, voir : Depauw, Gheldof 2013, p. 40-52.

12 PPC, E.5.

13 Van’t Dack 1990, p. 429-441.

14 La restitution de ce nom est due à J.-B. Cayla. Le personnage est enregistré s.v. Lochos dans PPC (PPC, Λ.12).

15 C’est-à-dire, son protecteur. Mitford 1961a, p. 29 no 76, aussi I. Paphos 59-60.

16 I. Paphos 27 ; PPC, A.108.

17 Voir le numéro 36.

18 PPC, K.6.

19 Mitford 1961a, p. 32 no 85, aussi I. Paphos 52. Notons que ce titre s’accompagne dans la restitution de T. B. Mitford du terme ambigu (titre ou fonction ?) τῶν εἰσαγγελέων, mais la lecture de l’éditeur ne peut être confirmée.

20 Mooren 1977, p. 36.

21 Mooren, 1977, p. 27.

22 PPC, I.10.

23 Voir : Choix Délos I, 127 et p. 206-207 ; Bagnall 1972, p. 366 et n. 15 ; Fraser 1972, I, p. 102 et II, p. 182-183 n. 57 ; Briant 1994, p. 284 n. 2.

24 Infra, p. 108.

25 À la base de l’officier samien, il faut seulement ajouter la dédicace d’une base de statue d’un notable local, vraisemblablement engagé dans la promotion des Lagides à Amathonte (67).

26 Pouilloux 1975, p. 229-233.

27 PPC, A.31.

28 L’île de Samos est par ailleurs représentée par des personnages de première importance : Myrsinè, l’épouse du stratège Pélops, fille d’Hyperbassas de Samos (45), ou encore Myraitha, l’épouse de l’officier Dèmètrios d’Arsinoé de Pamphylie (3). La fréquence de cet ethnique parmi les plus hauts représentants du pouvoir lagide suggère un attachement particulier des Ptolémées avec la noblesse samienne : le navarque Kallikratès a pu jouer un rôle moteur dans cette tradition.

29 Pouilloux 1975.

30 PPC, Φ.5.

31 Pouilloux 1975, p. 233.

32 Malheureusement, rien dans l’inscription d’Amathonte ne nous permet d’aller plus loin.

33 Macurdy 1985 ; Ogden 1999.

34 Notre numéro 7 ; BE 1949, no 202 ; I. Paphos 32-35 et p. 157-159.

35 Les noms de plusieurs femmes de cette famille sont notamment attestés sur la liste des vainqueurs aux Panathénées (194/193) : IG II/III2, 2, 2, 2313.

36 Chaniotis 2002.

37 PPC, A.133.

38 Chaniotis 2002, p. 112.

39 Launey 1987, p. 191 et n. 7.

40 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; PPC.

41 PPC, M.9.

42 Ma 2011, p. 531 : « It is clear that court society in Antigonid Macedonia did not form an entrenched, hereditary aristocracy of office; recruitment was a royal prerogative, dependant on his favour and patronage, and non-monopolizable. This feature is a constant of Hellenistic courts in general. »

43 PPC, Σ.5.

44 PPC, Θ.13.

45 Pouilloux 1986.

46 La relation du navarque Stolos avec son ami Salaminien Simalos illustre également ce phénomène : infra, p. 108.

47 Signalons, après les éditeurs du corpus de Salamine, que le personnage est absent de la PPC.

48 Hermary 1999, p. 53-54.

49 L’inscription, laissée in situ, a été datée du ier s. sur critères paléographiques.

50 Notons que la formule préférant au génitif suivi de ἕνεκεν/α l’emploi du génitif suivi de χάριν est elle-même peu fréquente à l’époque hellénistique. Une datation de cette inscription dans les dernières décennies de l’occupation lagide de Chypre n’est pas invraisemblable. Une révision matérielle de la pierre serait nécessaire pour aller plus loin.

51 Mitford 1953a, p. 87 ; Masson 1983, p. 207 ; Egetmeyer 2010, p. 582 no 7. Voir également : Woudhuizen 2012.

52 En cela l’hypothèse de T. B. Mitford, si elle doit être nuancée, ne nous paraît pas devoir être rejetée en bloc : contra Petit 2007.

53 Petit 2007, p. 100-101 suivi par Hatzopoulos 2014, p. 224.

54 Hermary 1999, p. 53-54.

55 Lejeune 2014, p. 309.

56 Petit 2007, p. 100-101 contra Masson 1983, p. 207.

57 Nicolaou 1993a.

58 La langue phénicienne, bien que diversement diffusée à Chypre, était sans doute plus largement comprise et pratiquée que la langue d’Amathonte, à ce jour toujours incomplètement déchiffrée.

59 PPC, Σ.13.

60 I. Salamine 81.

61 Son père, Timarchos (PPC, T.23, avec références bibliographiques), proxène et bienfaiteur d’Athènes à Salamine, est en effet honoré de façon exceptionnelle par le dèmos et la boulè d’Athènes dans les années 160-150. Cette distinction lui vaut d’être présenté par I. Nicolaou comme « undoubtedly the most outstanding Cypriot, who also lived abroad » (PPC, p. 118).

62 I. Délos 1534.

63 I. Délos 1533.

64 Voskos 1997, p. 64-67, E1.

65 Michel 2016, p. 301-302.

66 Supra, p. 72-77.

67 Fourrier 2015, p. 46.

68 PPC, Δ.26.

69 Franklin 2015.

70 Nous adoptons la graphie moderne de ce toponyme (on rencontre également l’orthographe « Larnaka-tis-Lapithou » dans l’historiographie).

71 S. Fourrier présente l’ensemble de ces documents dans sa synthèse consacrée à la documentation phénicienne du début de l’époque hellénistique : Fourrier 2015.

72 PPC, Π.47.

73 Fourrier 2015, p. 46.

74 Ou plutôt Poséidon-Melqart. Une inscription phénicienne, issue du même contexte et conservée au Louvre, présente ainsi les offrandes que Yatonbaal « chef du territoire » a consacrées à Melqart. Voir : Sznycer 1997.

75 PPC, H.11.

76 I. Kition 2030.

77 Nous excluons de ce développement les prêtres et prêtresses du culte royal.

78 PPC, ∆.8, aussi I. Paphos 82.

79 Nicolaou 1996, p. 177, no 5.

80 I. Paphos 55-56.

81 I. Paphos 25.

82 I. Paphos 86.

83 PPC, N.26 ; I. Paphos 85.

84 La lecture des textes relatifs à l’activité des technites dionysiaques à Chypre a donné lieu à deux études fondatrices, l’une de S. Aneziri (Aneziri 1994), l’autre de Br. Le Guen (Le Guen 2001). J.-B. Cayla (Cayla 2017) a récemment proposé une relecture du corpus, assortie, pour une part, d’une interprétation chronologique nouvelle.

85 Green, Barker, Stennett 2015, p. 325.

86 L’attribution à titre honorifique du statut de membre de l’association à un personnage important de l’administration royale pour se le concilier est également une hypothèse envisageable. Elle apporterait un éclairage remarquable sur la politique des élites locales face au pouvoir lagide.

87 Cayla 2017.

88 Hölbl 1994, p. 83-85, 91, 107. Cet aspect de l’idéologie royale lagide apparaît explicitement dans le choix de l’épithète dynastique de Ptolémée XII, Néos Dionysos.

89 Supra, p. 70.

90 Nous adoptons la chronologie proposée par J.-B. Cayla (I. Paphos, no 93 p. 217 et no 134 p. 255-259).

91 PPC, O.28.

92 Mitford 1939, p. 36 no 18.

93 Par exemple par l’omission des titres honorifiques lorsqu’ils sont systématiquement associés à des fonctions.

94 Pour le rappel des faits ayant amené à la division du royaume lagide en deux entités gouvernées chacune par un roi Ptolémée, voir désormais : Thély 2015-2016. L’auteur y expose les problèmes d’ordres historique et chronologique posés par la découverte en septembre 2015 d’un autel « de Ptolémée Alexandre et de Bérénice, dieux Sôtères » dans la ville basse d’Amathonte.

95 Michel, à paraître.

96 Sont exclues de cette somme obtenue à partir du corpus total considéré les reines et princesses lagides.

97 Donkow 2009 ; Marquaille-Telliez 2008.

98 Pomeroy 1990, p. 42-43.

99 Roesch 1980, p. 252.

100 Nous approfondissons l’étude de ce dossier dans Michel, à paraître.

101 La pertinence de la corrélation établie entre l’acte dédicatoire et la position sociale du dédicant a néanmoins été contestée, voir : Schaps 1979, p. 71-73.

102 Nous avons bénéficié pour l’étude de ce dossier des avis et remarques de Fr. Trajber (Aix-Marseille Université).

103 Voir également les pages consacrées à la tradition de l’épigramme à Chypre dans Voskos 1997, p. 52-62 ; Saïd 1997, p. 355.

104 Guimier-Sorbets, Michaelides 2009 ; Michaelides, Papantoniou 2018, p. 279-280.

105 BE 1961, no 827.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search