Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Deuxième partie : Identité et pratiques culturelles

Chapitre I

Kyprios charaktèr et koinè hellénistique : l’identité chypriote en question

Texte intégral

  • 1 Suppliantes, v. 281-282. Le roi d’Argos adresse ces paroles aux suppliantes venues demander l’hospi (...)
  • 2 Pirenne-Delforge 1994, p. 320-322.

1La soumission à la formule d’Eschyle qui allègue un énigmatique κύπριος χαρακτήρ pour décrire ses Suppliantes1 a eu tendance à servir de recours systématique pour rendre compte des spécificités culturelles chypriotes jugées étrangères au monde hellénique, notamment dans les domaines linguistique et religieux2.

Définitions

  • 3 Il n’y a pas lieu de faire ici l’historique de la notion d’identité dans les recherches chypriotes. (...)

2Les recherches consacrées à la notion d’identité occupent une place particulière dans les études chypriotes. Cette thématique y rencontre un champ d’investigation large qui s’étend à toutes les sources et à toutes les époques de l’histoire chypriote3.

  • 4 C’est le sens premier de ce terme emprunté au vocabulaire des graveurs et des monnayeurs.

3En reléguant l’ensemble des traits saillants de l’histoire et de la culture chypriotes dans le domaine de la singularité, la notion de kyprios charakter contribue à détourner l’attention de la pluralité des enjeux culturels, et limite les recherches sur leur nature, leur personnalité et leurs combinaisons multiples. Reposant sur une vision schématique des répertoires culturels, le terme χαρακτήρ en même temps qu’il participe à la reconnaissance d’une individualité chypriote, marque, « frappe4 » de manière imprécise l’ensemble de ses traits constitutifs du sceau de l’étrange, du marginal – aplanissant au passage tout ce qui relève au sein d’une prétendue identité ethnique chypriote de la nuance et de la diversité. Cette vision contribue donc, mal circonscrite, à isoler, à éloigner la culture chypriote non seulement du champ des études grecques, mais également des autres grandes aires culturelles périphériques.

  • 5 Müller, Veïsse (éd.) 2014. Sur la prévalence de la notion d’ethnicité sur celle d’identité, voir : (...)
  • 6 Bilde et al. (éd.) 1992.

4En outre, les études hellénistiques sont profondément travaillées par la question de la définition identitaire et par celle des rapports entre identité et ethnicité5. L’époque hellénistique, qui se caractérise en effet par la multiplication des réseaux et l’intensification des zones de contacts en Méditerranée, et notamment en Méditerranée orientale, représente un terrain particulièrement propice à l’histoire des évolutions culturelles. La nature des régimes monarchiques mis en place par les Diadoques à la suite des campagnes d’Alexandre, en regroupant dans de vastes territoires des peuples divers, a d’autre part favorisé le développement de phénomènes d’assimilation et de transferts culturels. La configuration particulière de l’Égypte lagide a d’ailleurs joué un rôle non négligeable dans le développement de ces études, au sein desquelles la prise en compte des processus de longue durée s’impose comme un prérequis nécessaire6.

5La société chypriote représente en cela un champ d’exploration opportun pour l’étude des phénomènes de rencontres, de déplacements et d’adaptation culturels en œuvre à l’époque hellénistique. Réciproquement, la pertinence d’une étude consacrée aux évolutions de la notion d’identité et aux pratiques culturelles à l’époque hellénistique semble, à Chypre, difficilement contestable.

  • 7 Les effets profonds du travail qu’elle opère pour mettre en relation des peuples et des espaces ext (...)

6Le monde hellénistique, dont les frontières chronologiques et géographiques coïncident traditionnellement avec la zone de rayonnement des grandes dynasties macédoniennes, correspond spatialement à l’extension maximale du domaine linguistique grec, ainsi qu’à la diffusion générale des éléments de la culture grecque. D’un point de vue historiographique, l’époque hellénistique entretient donc des rapports particuliers avec la question de l’hellénisation. La langue grecque, plus précisément la koinè7, représente à la fois l’un des lieux et des agents essentiels d’une certaine cohésion culturelle du « monde » hellénistique – cohésion dont on admet généralement la réalité en dépit des multiples conflits militaires et politiques qui ponctuent la période.

  • 8 Iacovou 2003 ; Cannavò 2010 ; Iacovou 2014a, p. 108-109.

7Cette dernière remarque nous permet de réaffirmer la nécessité d’une étude des pratiques culturelles chypriotes en contexte hellénistique. L’île occupe en effet un statut tout à fait particulier dans les débats historiographiques touchant à la notion d’hellénisation8. Sur ce point précis, les avancées récentes dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie des périodes antérieures ont considérablement clarifié, parfois corrigé, la vision traditionnelle issue de la lecture des sources anciennes, en confirmant que ce processus devait être daté à Chypre de la transition entre l’Âge du Bronze et l’Âge du Fer, entre la fin du xiie et le début du xie siècle. Ce rappel nous invite à nuancer le rôle des Ptolémées dans la promotion d’éléments supposés d’origine grecque à Chypre. La différence entre Chypre et les territoires lagides récemment hellénisés, dont, pour une part au moins, l’Égypte, semble sur ce point irréductible.

  • 9 Bonnet 2015, p. 528.
  • 10 À l’image des statues de Bès de l’agora d’Amathonte : Tassignon 2013.

8Si l’on déplace notre regard du côté du Levant, « l’effet de seuil » mis en évidence par C. Bonnet9 au sujet de l’avancée de la culture grecque en Phénicie après la conquête gréco-macédonienne doit être, à Chypre, considérablement avancé dans le temps. Le dynamisme de la communauté phénicienne dans certaines régions de l’île, de même que le maintien localisé d’une communauté locale pratiquant une langue non grecque, ne saurait infirmer ce constat général. Y compris dans les royaumes qui, par tradition, sont moins directement touchés par l’influence grecque (dans le domaine linguistique, notamment), les traits principaux de la culture grecque sont bien, eux, perceptibles. La pénétration des éléments de la culture grecque ne semble d’ailleurs pas freiner celle d’éléments empruntés10 aux autres grandes aires culturelles périphériques.

  • 11 Colin 1994, p. 260.

9L’histoire de l’île aux époques antérieures, brièvement évoquée au début de notre enquête, justifie donc de concentrer notre attention sur les conséquences sociales et culturelles de la domination lagide. Fondée sur un système de division traditionnelle entre des cités-royaumes autonomes d’une part, et, d’autre part, sur la relation binaire, au sein de ces entités politiques, entre le basileus et son peuple, la structure de la société chypriote connaît nécessairement des transformations importantes du fait de l’abolition des dynasties locales et de l’intégration au sein d’un royaume commun, qui plus est un royaume extérieur, entre la fin du ive et le début du iiie siècle. Il nous semble donc nécessaire d’interroger le corpus épigraphique afin d’observer les réponses et les évolutions de la société chypriote après la disparition, avec l’abolition des cités-royaumes, de l’un des facteurs principaux qui contribuaient à marginaliser son statut du point de vue du monde grec. Dans cette perspective, l’étude doit se montrer attentive au jeu des transferts en adoptant lorsque c’est possible une approche comparatiste, tout en restant rigoureusement en contact avec les données locales en privilégiant une lecture documentaire directe11. Elle bénéficie également d’un usage précis des notions de culture, d’ethnicité et d’identité. Comme nous l’avons rappelé dans les lignes qui précèdent, le système politique des cités-royaumes, s’il participe à définir une identité chypriote, ne peut pas, par exemple, être considéré comme un obstacle à la perméabilité culturelle de l’île aux influences extérieures.

Identité(s) à chypre à l’époque hellénistique

Langues et systèmes d’écriture

  • 12 Voir sur ce point le récent ouvrage de Ph. M. Steele (Steele 2018).

10La question de la langue a longtemps concentré l’attention des historiens, suscitant des positions épistémologiques diverses quant à l’existence d’une identité chypriote12.

  • 13 Cette communauté n’exclut pas les variantes locales, voir : Egetmeyer 2010. Un résumé synthétique d (...)
  • 14 La discussion de cette notion se situe au-delà du cadre de notre enquête. Voir notamment : Petit 19 (...)

11Le multilinguisme observé à Chypre aux époques archaïque et classique, mais aussi encore, dans une moindre mesure, à l’époque hellénistique, a ainsi plaidé en faveur d’une relecture du Kyprios charaktèr, de même que l’existence d’une langue locale, connue surtout à Amathonte, et encore non déchiffrée, bien que transcrite dans le système syllabique commun à l’ensemble des communautés hellénophones de l’île13. Ce dernier point en particulier a considérablement participé à attiser le débat sur l’identité chypriote dans les études antérieures. En effet, le terme forgé pour désigner cette langue locale différente du grec, l’étéochypriote14, est par nature contestable et introduit un glissement polémique du champ de la linguistique vers celui de l’ethnicité. La présence d’une importante communauté phénicienne à Chypre a également contribué à alimenter cette discussion.

  • 15 Iacovou 2014a, p. 108 : « Cypriot multilingualism does not have a material culture equivalent » con (...)
  • 16 Cannavò 2010, p. 43 : « […] without additional evidence we are not allowed to speak about Greek or (...)

12L’un des apports majeurs des travaux de M. Iacovou15 consiste précisément dans la démonstration de l’unicité de la culture chypriote, au-delà de la diversité des marqueurs linguistiques. A. Cannavò a contribué à clarifier cette position en rejetant définitivement l’hypothèse d’une distinction ethnique entre les anciens royaumes autonomes16.

  • 17 Fourrier 2015 ; Bonnet, Bianco 2018.
  • 18 C’est l’une des conclusions majeures des travaux de S. Lejeune sur le corpus de Kafizin : Lejeune 2 (...)
  • 19 Amathonte VI, p. 9 fig. 6, pl. 3, 3-5 et 43, 3-4 ; Hermary 2012, p. 13.

13Les inscriptions hellénistiques de Chypre sont en majeure partie rédigées en grec, dans le système alphabétique. Un certain nombre d’inscriptions phéniciennes ou bilingues grec-phénicien se révèlent néanmoins incontournables pour notre étude17, tandis que l’écriture syllabique semble se maintenir de façon sporadique tout au long de la période hellénistique18. Deux inscriptions digraphes de l’acropole d’Amathonte, que l’on peut probablement dater entre 330 et 310, présentent les dernières attestations de la langue locale dite « étéochypriote » en contexte officiel19.

  • 20 Luce 2014.
  • 21 Lejeune 2014, p. 272.
  • 22 Lejeune 2014, p. 272.
  • 23 Luce 2014, p. 46.
  • 24 Fourrier 2015, p. 47. Pour S. Lejeune, néanmoins, les inscriptions de Kafizin « sont la preuve que (...)

14S’il est important de distinguer l’appartenance à un groupe linguistique de l’identité ethnique, le recours à d’autres langues doit retenir l’attention. À Kafizin, par exemple, l’emploi de l’écriture syllabique dans le contexte spécifique du culte de la nymphe paraît proche de ce qui a pu être désigné sous le terme de « géosymbole20 », emprunté aux études géographiques. Ainsi, l’attestation de textes « pseudo-syllabiques21 » destinés à « donner un vernis chypriote aux inscriptions22 » dans le corpus de Kafizin, alors même que s’impose l’usage du grec alphabétique et que se développent à Chypre des pratiques épigraphiques de tradition grecque, pourrait relever d’un processus de « mise en conformité avec l’héritage23 » linguistique des époques antérieures. Toutefois, ce phénomène culturel ne relève pas nécessairement d’une revendication identitaire24.

Approche onomastique : les étrangers

  • 25 La nécessite de l’étude des noms pour l’histoire grecque a été mise en lumière par L. Robert (Rober (...)
  • 26 C’est la formule qui a été retenue pour rassembler les spécialistes des études chypriotes lors de l (...)

15Les données issues de l’étude des noms doivent être maniées avec prudence. Elles représentent toutefois un marqueur incontournable des déplacements et transferts culturels qui se jouent à l’époque hellénistique25. À Chypre, elles constituent un témoignage incontestable de la pénétration au sein de la société locale des phénomènes d’intégration ou, au contraire, de résistance, engendrés par l’installation de l’administration alexandrine. La lecture des inscriptions offre ainsi l’image de la cohabitation, à tout le moins, de deux répertoires anthroponymiques distincts, correspondant chacun à des visages différents de la société chypriote hellénistique. L’étude onomastique se révèle un outil indispensable pour l’analyse de la notion de « multi-face(t)s society » souvent mobilisée pour évoquer l’île, toutes époques confondues26.

  • 27 Pomeroy 1990, p. 9-10 ; Van Oppen 2015 à propos d’Eirènè.

16Un aperçu de l’importance de l’onomastique dans les stratégies de la notabilité alexandrine27 nous invite à prêter attention aux phénomènes mettant en jeu ce répertoire fortement marqué à Chypre. L’étude des noms révèle ainsi le développement d’une nouvelle onomastique du pouvoir à l’époque hellénistique.

  • 28 Peremans 1970, p. 222 ; Masson 1993.
  • 29 Nous excluons bien sûr de cette somme les mentions des rois Ptolémées.
  • 30 PPC, Π.53.
  • 31 PPC, Π.54.
  • 32 Infra, p. 108-111.

17L’emploi du nom Ptolémaios retiendra notre attention28. Attesté à de nombreuses reprises29 dans les inscriptions paphiennes, ce nom est, comme on peut s’y attendre, répandu dans les cercles du pouvoir alexandrin. Il est porté par le fils de Zeuxô et de Polykratès, ainsi que par l’un des fils de l’ingénieur Karpiôn (39)30. Un autre cas est plus remarquable. Le chef des Kinyrades, auteur d’une consécration à l’Aphrodite Paphienne en l’honneur de sa fille Aristion (66) dans le dernier quart du iiie siècle, se nomme Dèmokratès fils de Ptolémaios31. Si le nom du prêtre est relativement rare à Chypre et évoque un arrière-fond culturel profondément ancré dans le paysage hellénique, le nom de son père peut révéler, lui, un certain attachement au répertoire dynastique. Cette alliance d’un anthroponyme formé sur la combinaison de δῆµος et κρατεῖν, et du principal nom dynastique lagide sur deux générations successives a de quoi surprendre. Faut-il y accorder une importance particulière et la considérer comme un témoignage de l’influence de la propagande royale sur l’onomastique des notables locaux ? Le prestige de Dèmokratès et l’influence importante qui, d’après son titre, lui est attachée dans le domaine cultuel, justifient peut-être de laisser la question ouverte. Celle-ci trouve un corollaire non moins intéressant dans l’hypothèse inverse : faut-il envisager, sur la base de ces témoignages onomastiques, que la fonction de chef des Kinyrades ait pu être attribuée à un Alexandrin ? Si elle était avérée, cette hypothèse jetterait un éclairage important sur les relations entre les traditions religieuses locales et l’autorité royale lagide. L’importance du personnage rend son inscription dans le paysage onomastique alexandrin remarquable. La position particulière des chefs religieux (ὁ ἀρχὸς τῶν Κινυραδῶν ; ὁ Ἐπιλυκάρχης à Kourion ; ὁ ἡγήτωρ à Amathonte) dans les affaires de la cité n’est peut-être pas étrangère à ce phénomène32.

  • 33 Pomeroy 1990, p. 9-10.

18Le nom de l’épouse de Dèmokratès, Eunikè, entre quant à lui dans la catégorie, bien attestée dans le milieu des notables hellénistiques, des noms de femmes à caractère commémoratif, rappelant un évènement heureux pour la famille, voire, en fonction du statut social, de la maison royale à laquelle le personnage appartient33. Il n’est bien sûr pas possible d’aller plus loin dans le cas présent, mais la rareté de ce type de noms dans le corpus est à noter, et contribue à rendre singulière l’inscription de Palaepaphos. La fille de Dèmokratès et d’Eunikè porte, quant à elle, un nom très fréquent dans le milieu des notables chypriotes, forgé sur le thème de l’ἀρετή.

19Une inscription de Kition appelle elle aussi un développement onomastique détaillé (79). La dédicace de Stratègis fille de Navarchos à Kition, datée du iie siècle, semble, si la lecture est exacte, révéler une perméabilité certaine entre la société chypriote et le répertoire culturel alexandrin.

  • 34 PPC, N.4, Σ.38. Cette hypothèse n’est toutefois pas confirmée.

20L’emploi du papponyme dans la séquence […ίδ]α Ἀρτεµιδώρου τοῦ Ἀρίστωνος, le contexte culturel phénicien attesté à Kition, ainsi que l’originalité des noms Στρατηγίς et Ναυάρχος, témoignent peut-être d’un phénomène de traduction des noms du phénicien vers le grec34. Si elle n’est pas purement fortuite, la référence explicite et quelque peu étonnante aux fonctions de commandement est saisissante. Ces noms, sans relever de l’onomastique dynastique au sens propre, n’en sont pas moins fortement connotés en contexte ptolémaïque. La mention de la charge civique de gymnasiarque contribue par ailleurs à ancrer la famille dans le milieu local. Cette charge civique est associée à celle de hiéromnèmôn, une importante fonction religieuse, peut-être en lien avec les finances sacrées.

  • 35 Michel, à paraître.
  • 36 PPC, Z.2-3.
  • 37 PPC, O.4-5.
  • 38 PPC, O.3.

21Notons pour clore cet aperçu que l’onomastique du pouvoir alexandrin se décline aussi au féminin35 : Βερενίκη, Εἰρήνη, Ὀλυµπιάς et Ζευξώ en sont les principales représentantes. Ces noms sont liés à Chypre aux grandes figures féminines de la noblesse alexandrine. Si celui de Zeuxô36 semble attaché exclusivement aux membres de la famille de Polykratès d’Argos dans le corpus, celui d’Olympias37 est en revanche partagé par l’épouse et la fille de Théodôros, ainsi que par l’épouse du dignitaire Léonnatos38, révélant la faveur particulière dont bénéficie ce nom, bien ancré dans la tradition royale macédonienne, à la cour lagide.

  • 39 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; Michaelidou-Nicolaou 1968 ; Michaelidou-Nicolaou 1969.
  • 40 Bagnall 1976, p. 263-266.
  • 41 Supra, p. 53-54.

22Plus largement, les noms étrangers féminins sont importants à Chypre et retiennent particulièrement l’attention. Les données de l’enquête onomastique recouvrent très largement sur ce point celles de l’étude des ethniques39. Ces femmes, mentionnées dans des dédicaces ou des inscriptions funéraires, se répartissent en deux groupes distincts : les premières, que nous venons d’évoquer, appartiennent à la cour lagide et gravitent autour des dignitaires en poste à Chypre ; les autres, dont l’identification est malaisée, sont peut-être parentes des mercenaires lagides, nombreux à stationner à Chypre à l’époque hellénistique40, et appartiendraient alors à cette partie de l’organisation militaire lagide révélée par la mention du thiase de l’ἀποσκεύη, celle du « bagage41 ».

Approche onomastique : les Chypriotes

Onomastique traditionnelle

  • 42 La liste des travaux d’O. Masson consacrés à l’onomastique chypriote a été réunie dans le volume 27 (...)
  • 43 On relève dans le corpus les anthroponymes féminins suivants : Onasion, Stasikratéia, Stasithéa, St (...)
  • 44 Voir : Mitford 1961b, p. 98 n. 16.

23Les travaux d’O. Masson42 ont démontré l’existence d’un répertoire onomastique traditionnel à Chypre. Les noms, masculins et féminins43, formés sur le préfixe Onès-/Onas-44, mais aussi sur le préfixe Stas-, Sô-, Zô- et Pnyt-, sont ainsi plus fréquents à Chypre que dans les autres régions du monde grec. L’enquête prosopographique menée par I. Nicolaou tend à démontrer la permanence de ces noms à l’époque hellénistique. Les noms formés sur le champ lexical de l’excellence sont eux aussi parmi les plus répandus à Chypre, et semblent jouer le rôle de marqueur social auprès des notables locaux.

Onomastique identitaire à portée locale

24L’étude onomastique nous permet d’assister, à côté de la diffusion de noms bénéficiant d’une popularité certaine, au développement d’un phénomène d’affirmation identitaire tout à fait particulier. Nous limiterons notre propos à trois exemples notables.

  • 45 Supra, p. 55-57.
  • 46 Malheureusement, son nom n’est pas mentionné dans l’inscription.
  • 47 Hermary 2008, p. 98.

25Le premier se trouve dans l’inscription de Delphes, déjà évoquée au sujet de la condition des mercenaires45. Les textes mentionnés sur la pierre indiquent que le Crétois Ératôn, établi et mort à Chypre vers le milieu du iie siècle, s’est vraisemblablement marié avec une Chypriote46. L’un de ses fils se nomme Évagoras, ce qui est difficilement imputable à une simple coïncidence en contexte chypriote47. Deux hypothèses peuvent expliquer ce choix onomastique : la volonté de s’inscrire dans une tradition familiale (cette hypothèse est invérifiable en l’absence du nom de l’épouse d’Ératôn), ou bien celle d’inscrire la famille dans la tradition locale chypriote en faisant référence au souvenir du roi Évagoras de Salamine.

26Par ailleurs, si les enfants d’Ératôn sont crétois (c’est pour la reconnaissance de sa qualité de citoyen d’Axos qu’Épiklès a dû demander l’intervention de la cité auprès des Étoliens), la piste d’un ancrage culturel chypriote du fils d’Ératôn n’est pas négligeable. Un souvenir du répertoire onomastique chypriote est peut-être conservé dans le choix du nom de ses enfants : Érasiôn (?), Timônax et Mélita. Le second de ces noms est très répandu dans le monde grec, mais il est certain qu’il est particulièrement populaire à Chypre, et notamment à Amathonte.

  • 48 Masson 1963, p. 5-6.
  • 49 Pausanias, 8, 5, 2-3 ; Pirenne-Delforge 1994, p. 271, 325-330.
  • 50 Hermary 2008, p. 98.

27Au sein du corpus chypriote, la dédicace par Échétimè d’une base destinée à accueillir les statues de ses enfants à Palaepaphos dans le deuxième quart du iie siècle attire l’attention (I. Paphos 189). Les trois noms48 mentionnés sur la base révèlent en effet l’existence d’un répertoire onomastique propre à l’aristocratie locale. La mère, Ἐχετίµη, porte ainsi le nom féminisé d’un roi de Paphos de l’époque classique, Échétimos. Ses enfants portent tous deux un nom révélant un ancrage dans les traditions locales. Le fils porte le nom peu fréquent du héros arcadien Agapénôr, célébré par la légende comme le fondateur de la ville de Paphos49. À sa sœur, Εὐαγόρατις, on a vraisemblablement donné une version féminisée du nom du roi Évagoras de Salamine. La concentration d’anthroponymes royaux au sein d’une même famille forme une cohérence d’ensemble que l’on pourrait peut-être assimiler à un témoignage de revendication culturelle50. La famille d’Échétimè appartient probablement à une élite locale désireuse de perpétuer la mémoire d’une noblesse ancestrale affichant des origines remontant à la naissance de la ville de Paphos. Si cette lecture se justifie, l’association des répertoires salaminien et paphien n’est pas sans intérêt.

28Un dernier texte permet d’illustrer le dynamisme de ce phénomène sur le long terme : l’autel consacré à Hermès Épèkoos (81) porte à notre connaissance l’existence de Diagoras fils de Teukros, gymnasiarque perpétuel de la cité de Salamine au ier siècle. L’emploi de l’anthroponyme Teukros à Salamine tend à montrer comme à Paphos la popularité, y compris à la basse époque hellénistique, d’un répertoire onomastique inspiré par des traditions monarchiques et mythiques locales.

Notes

1 Suppliantes, v. 281-282. Le roi d’Argos adresse ces paroles aux suppliantes venues demander l’hospitalité : ἄπιστα µυθεῖσθ’, ὦ ξέναι, κλύειν ἐµοί, / ὅπως τόδ’ ὑµῖν ἐστιν Ἀργεῖον γένος. / Λιβυστικαῖς γὰρ µᾶλλον ἐµφερέστεραι / γυναιξίν ἐστε κοὐδαµῶς ἐγχωρίαις. / καὶ Νεῖλος ἂν θρέψειε τοιοῦτον φυτόν, / Κύπριος χαρακτήρ τ’ ἐν γυναικείοις τύποις / εἰκὼς πέπληκται τεκτόνων πρὸς ἀρσένων « Ce sont là, étrangères, des affirmations incroyables pour moi : comment la lignée argienne pourrait-elle être la vôtre ? Vous ressemblez plutôt à des femmes de Libye, pas du tout aux femmes de notre pays. Le Nil aussi pourrait nourrir une telle plante, et vous rappelez le type chypriote que de mâles artistes impriment sur les moules représentant des femmes » (notre traduction). Le passage concernant le Κύπριος χαρακτήρ est particulièrement obscur. L’image du coroplathe semble s’imposer chez l’ensemble des traducteurs, mais un recours au répertoire du monnayeur, ou du sculpteur de reliefs n’est pas à exclure pour autant.

2 Pirenne-Delforge 1994, p. 320-322.

3 Il n’y a pas lieu de faire ici l’historique de la notion d’identité dans les recherches chypriotes. Nous renvoyons sur ce point le lecteur à quelques ouvrages essentiels : Jansen (éd.) 1995 ; Ioannou, Métral, Yon (éd.) 2000 ; Fourrier, Grivaud (éd.) 2006, et notamment la contribution de S. Fourrier (p. 101-109). Voir également : Fourrier 2007 ; Fourrier 2008.

4 C’est le sens premier de ce terme emprunté au vocabulaire des graveurs et des monnayeurs.

5 Müller, Veïsse (éd.) 2014. Sur la prévalence de la notion d’ethnicité sur celle d’identité, voir : Bilde et al. (éd.) 1992 et en particulier les contributions de K. Goudrian, p. 74-99 et U. Østergärd, p16-38. Voir également les remarques de Fr. Colin consécutives à la parution du même ouvrage : Colin 1994.

6 Bilde et al. (éd.) 1992.

7 Les effets profonds du travail qu’elle opère pour mettre en relation des peuples et des espaces extrêmement variés sont visibles dans l’état de la langue à l’époque hellénistique.

8 Iacovou 2003 ; Cannavò 2010 ; Iacovou 2014a, p. 108-109.

9 Bonnet 2015, p. 528.

10 À l’image des statues de Bès de l’agora d’Amathonte : Tassignon 2013.

11 Colin 1994, p. 260.

12 Voir sur ce point le récent ouvrage de Ph. M. Steele (Steele 2018).

13 Cette communauté n’exclut pas les variantes locales, voir : Egetmeyer 2010. Un résumé synthétique du déchiffrement du syllabaire chypriote peut être consulté dans Iacovou 2014a, p.105-106.

14 La discussion de cette notion se situe au-delà du cadre de notre enquête. Voir notamment : Petit 1995 ; Petit 1999 contra Given 1998 ; Cannavò 2010.

15 Iacovou 2014a, p. 108 : « Cypriot multilingualism does not have a material culture equivalent » contra Counts 2008, p. 21 et Papantoniou 2012, p. 100.

16 Cannavò 2010, p. 43 : « […] without additional evidence we are not allowed to speak about Greek or Phoenician kingdoms, even not about Cypro-Greek or Cypro-Phoenician (or ‘locally Cypriot’) kingdoms, but simply about Cypriot kingdoms ».

17 Fourrier 2015 ; Bonnet, Bianco 2018.

18 C’est l’une des conclusions majeures des travaux de S. Lejeune sur le corpus de Kafizin : Lejeune 2014. Certains caractères du syllabaire local se retrouvent également sur des sceaux paphiens de la fin de l’époque hellénistiques, voir : Nicolaou 1993a.

19 Amathonte VI, p. 9 fig. 6, pl. 3, 3-5 et 43, 3-4 ; Hermary 2012, p. 13.

20 Luce 2014.

21 Lejeune 2014, p. 272.

22 Lejeune 2014, p. 272.

23 Luce 2014, p. 46.

24 Fourrier 2015, p. 47. Pour S. Lejeune, néanmoins, les inscriptions de Kafizin « sont la preuve que l’identité chypriote n’a pas disparu avec les royaumes » (Lejeune 2014, p. 327).

25 La nécessite de l’étude des noms pour l’histoire grecque a été mise en lumière par L. Robert (Robert 1979).

26 C’est la formule qui a été retenue pour rassembler les spécialistes des études chypriotes lors de la 14e rencontre du PoCA (Postgraduate Cypriot Archaeology Conference) qui s’est tenue à Bochum en novembre 2014 (Bombardieri, Amadio, Dolcetti [éd.] 2017).

27 Pomeroy 1990, p. 9-10 ; Van Oppen 2015 à propos d’Eirènè.

28 Peremans 1970, p. 222 ; Masson 1993.

29 Nous excluons bien sûr de cette somme les mentions des rois Ptolémées.

30 PPC, Π.53.

31 PPC, Π.54.

32 Infra, p. 108-111.

33 Pomeroy 1990, p. 9-10.

34 PPC, N.4, Σ.38. Cette hypothèse n’est toutefois pas confirmée.

35 Michel, à paraître.

36 PPC, Z.2-3.

37 PPC, O.4-5.

38 PPC, O.3.

39 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; Michaelidou-Nicolaou 1968 ; Michaelidou-Nicolaou 1969.

40 Bagnall 1976, p. 263-266.

41 Supra, p. 53-54.

42 La liste des travaux d’O. Masson consacrés à l’onomastique chypriote a été réunie dans le volume 27 du CCEC, p. 10-14. Ils ont été recueillis dans les tomes I-II (1990) et III (2000) des Onomastica Graeca Selecta.

43 On relève dans le corpus les anthroponymes féminins suivants : Onasion, Stasikratéia, Stasithéa, Stasandra, Sôsipatra, Zoïs, Pnytarion, Pnytôkla.

44 Voir : Mitford 1961b, p. 98 n. 16.

45 Supra, p. 55-57.

46 Malheureusement, son nom n’est pas mentionné dans l’inscription.

47 Hermary 2008, p. 98.

48 Masson 1963, p. 5-6.

49 Pausanias, 8, 5, 2-3 ; Pirenne-Delforge 1994, p. 271, 325-330.

50 Hermary 2008, p. 98.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search