Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Première partie : Modalités et conséquences de l’intégration de Chypre dans le monde hellénistique

Chapitre III

Échelles du politique

Texte intégral

1Bien qu’elle constitue, à partir de 295/294, une constante de la géographie politique du monde hellénistique, la domination lagide sur Chypre présente des nuances généralement méconnues.

Introduction et pistes exploratoires

Rappels

2La fin du ive siècle est marquée à Chypre par un profond réaménagement des cadres administratifs et politiques consécutif à la disparition des dynasties locales au profit du pouvoir ptolémaïque. Nous sommes revenue en détail sur le contexte historique et politique de la présence lagide à Chypre et avons déjà évoqué les principales orientations de l’historiographie dans l’étude du champ politique à Chypre.

3Les changements observables dans ce domaine s’insèrent plus largement dans un contexte méditerranéen d’intensification des contacts internationaux et de multiplication des réseaux à caractère public ou privé. Différents degrés d’expression du pouvoir interviennent simultanément à Chypre à l’époque qui nous intéresse : celui des royaumes hellénistiques, du royaume lagide, de la province chypriote, et celui des cités et de leur territoire. Plusieurs échelles d’intégration contribuent d’autre part à former les organes structurants de la société chypriote. Le politique, et par conséquent la cité, constitue le champ d’observation naturel de ces phénomènes d’expression et de structuration du pouvoir. Il convient donc dans un premier temps d’examiner les marqueurs de la citoyenneté et les institutions des cités chypriotes, avant de décrire et d’analyser les autres formes de groupement actives au sein de la société chypriote à l’époque hellénistique.

  • 1 On peut imaginer que la base chypriote avait sans doute un pendant alexandrin.

4Dans l’étude des différentes échelles d’expression du pouvoir observables à Chypre, l’échelle correspondant à la politique internationale se laisse assez aisément appréhender par le biais de la documentation épigraphique. Ce constat ne s’étend pas pareillement aux autres secteurs. Avec la généralisation et la pérennisation de la présence lagide, l’île de Chypre est, de fait, introduite dans la politique internationale du monde hellénistique, qui se caractérise par une intensification et une généralisation des relations diplomatiques. Si l’on manque de documentation pour appréhender précisément la place des cités chypriotes dans ce nouveau contexte, certaines inscriptions isolées reflètent la position satellitaire de Chypre vis-à-vis d’Alexandrie : les quelques inscriptions conservées qui font écho, à Chypre, aux relations internationales, concernent toutes le pouvoir ptolémaïque. C’est le cas, par exemple, de la base de statue dédiée par Démétrios II étudiée précédemment (111). Le monument enregistre, en même temps que le bon état ponctuel de la relation entre les souverains, la position de Paphos dans le paysage politique international1.

  • 2 I. Paphos 22.

5Une autre inscription de Paphos témoigne de l’importance de la capitale chypriote des Lagides. La pierre2, datée de 109 – la date est essentielle – porte la copie d’une lettre royale séleucide adressée à Ptolémée X Alexandre Ier, au sujet du statut de la cité de Séleucie de Piérie. Il s’agit d’un document officiel destiné à assurer une publicité élargie à la décision d’Antiochos VIII d’accorder la liberté à la cité. Sa présence à Paphos est significative : la cité, forte de la renommée de son sanctuaire à l’échelle méditerranéenne, est, à la date concernée, le siège d’une cour lagide locale et autonome, organisée autour du roi Alexandre Ier. Ce texte témoigne donc de la reconnaissance du statut de la cour de Chypre : l’île est soumise, tout autant que le territoire égyptien du royaume, aux conséquences de la bonne ou mauvaise entente des monarchies, y compris lorsque les troubles dynastiques morcellent l’autorité ptolémaïque.

6Les autres champs d’exercice du pouvoir n’autorisent pas de conclusion aussi claire. Au seuil de l’étude politique de la société chypriote de l’époque hellénistique, et avant de sonder précisément le corpus en quête d’éléments qui permettent de définir la nature exacte des structures du pouvoir s’exerçant à Chypre, il semble nécessaire de présenter de façon synthétique les données dont nous disposons. Ces prémisses contribuent à élaborer une grille d’étude permettant d’établir les fondements de la réflexion sur les organes et les cadres de la société hellénistique de Chypre.

  • 3 Plus précisément, du point de vue de l’historiographie du monde de la cité grecque.
  • 4 Hermary 2004. Pour l’étude des témoignages en langue phénicienne d’Idalion et Lapéthos, voir : Four (...)

7– Chypre était jusqu’à la fin de l’époque classique considérée comme une île en marge du monde grec. L’argument décisif d’exclusion du point de vue grec3 se situe sur le plan politique.
– Après la disparition du système des cités-royaumes à l’époque hellénistique, cette situation est en partie dépassée. Les cités chypriotes rejoignent à l’époque hellénistique la multitude des autres cités (petites et grandes) qui intègrent un monde grec considérablement élargi, et qui sont issues de modèles sociaux et politiques hétérogènes.
– Il convient par conséquent de garder à l’esprit que les cités chypriotes ne sont pas abolies : la chute des dynasties locales n’entraîne pas a priori la mort du noyau civique, pour lequel les sanctuaires et les pratiques religieuses constituent une référence constante4. Au contraire, les inscriptions nous en livrent les premières attestations explicites. Il faut à ce stade émettre une réserve, que l’investigation du corpus doit tâcher de résoudre : le paradoxe apparent que constituent la perte d’indépendance des cités et l’épanouissement civique pourrait être l’effet d’une situation en trompe-l’œil, due à l’adoption, concomitante à l’installation lagide, de pratiques épigraphiques nouvelles.
– À l’époque hellénistique, la situation de Chypre dans le contexte régional est fortement marquée par l’occupation militaire lagide : les Ptolémées imposent leurs agents en même temps que Chypre est englobée dans l’administration royale. Le statut de Chypre est alors comparable, du point de vue international, à celui d’une province intégrée.
– Les sources n’attestent pas l’existence de fédération chypriote de nature politique avant la basse époque hellénistique.
– L’oscillation de Chypre entre Alexandrie et Rome dans les dernières décennies de la période hellénistique se résout, au terme d’une série de soubresauts diplomatiques, au profit de Rome en 31.

Questions et hypothèses de travail

8À partir de ce bilan synthétique, quelques remarques et hypothèses, destinées à orienter les recherches dans le corpus, méritent d’être formulées :

9– Après la chute des royaumes, certains organes civiques se maintiennent en état de fonctionnement ; d’autres sont peut-être créés.
– L’épigraphie hellénistique fournit les premières mentions des poleis chypriotes : quels éléments des anciennes « city-kingdoms » se maintiennent-ils dans la version hellénistique des cités chypriotes ? Quelle est l’action des Ptolémées dans cette évolution ?
– Pour contrôler l’ensemble du territoire chypriote et asseoir son emprise dans le temps long, il est probable que l’administration lagide a dû pouvoir, même partiellement et selon des modalités à définir, prendre appui sur des cadres locaux. À ce stade de notre enquête, un exemple peut être mobilisé dans le domaine militaire, à savoir celui de la défense du territoire, en dehors des garnisons royales.

La cité Chypriote

10La cité, espace qui se situe à l’intersection de la réflexion sur les échelles du pouvoir et des phénomènes d’intégration, représente un premier terrain d’enquête pour l’exploitation de la documentation épigraphique.

Organisation et activités de la cité chypriote pré-hellénistique

  • 5 Supra, p. 35.
  • 6 Supra, p. 21-25.

11Peu d’informations nous sont parvenues concernant l’organisation de la cité pré-hellénistique à Chypre. Son expression, en tant que polis, ne semble pas pouvoir être individualisée à côté de celle du roi. Si la documentation syllabique a fourni les indices ténus et isolés de l’existence d’une ptolis et d’un damos5, aucun décret n’enregistre ni ne matérialise la seule volonté de la cité en dehors de sa relation bilatérale avec le roi : la cité pré-hellénistique n’existe à Chypre qu’à côté du basileus, selon une configuration propre au régime politique local. La désignation traditionnelle de ce régime politique aux époques archaïque et classique – les « cités-royaumes » – traduit strictement cet état de fait, qui distingue fondamentalement les cités chypriotes des cités grecques de l’époque classique, et ce quel que soit leur degré d’adhésion aux pratiques démocratiques illustrées par le cas athénien, de loin le mieux connu. Cette étrangeté essentielle exclut la possibilité d’aller chercher du côté des cités grecques des référents permettant d’éclairer, même indirectement, les évolutions qu’ont connues les cités chypriotes au début de l’époque hellénistique. L’historien du monde grec intéressé par la situation des cités de l’île de Chypre dans le dernier quart du ive siècle et l’historien de la Chypre archaïque et classique sont tous deux en droit de s’étonner : si la proclamation d’indépendance des cités grecques par Antigone Monophtalmos en 315 – geste fondateur dans l’élaboration de la figure du monarque hellénistique et promis à un brillant avenir – a pu prendre un sens effectif, c’est bien peut-être à Chypre, qui voyait alors tomber l’une après l’autre les anciennes dynasties à la tête des cités. Le processus de formation des grands royaumes hellénistiques aboutit, à Chypre, à un effet qui paraît par conséquent inverse à celui que connaissent les cités de Grèce. Nous pouvons postuler qu’en 312 lorsque Ptolémée occupe une première fois l’île – c’est là sans doute que le passage d’une expérience monarchique à l’autre se fait le plus radicalement sentir –, en 306 avec la conquête antigonide, et a fortiori en 295/294 lorsque Ptolémée parvient à s’emparer définitivement de l’île, les cités chypriotes connaissent de fait un allègement de l’emprise physique et sociale du pouvoir monarchique. Cette hypothèse est sans doute admissible au moins jusqu’à la modification progressive du statut du stratège au cours du iie siècle. Dans la configuration particulière de l’île de Chypre, l’intégration unilatérale – bien que protéiforme6 – des cités chypriotes au sein du royaume ptolémaïque a donc vraisemblablement ouvert le champ politique plus qu’il ne l’a restreint du fait du réinvestissement effectif d’une partie des prérogatives des rois locaux au profit de l’administration lagide, tout en provoquant un nécessaire réaménagement de l’espace civique.

  • 7 À l’exception notable de Marion.
  • 8 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 828.

12Les modalités de l’occupation lagide de l’île contiennent en elles-mêmes des indices de la situation interne des cités chypriotes. Les villes chypriotes gardent leur nom7, ce qui n’est pas sans suggérer que, du point de vue macédonien, elles étaient donc préalablement déjà suffisamment « grecques »8. Les sources ne nous renseignent pas directement non plus sur la position juridique des cités vis-à-vis de l’autorité royale lagide : les cités chypriotes ont-elles dû demander la reconnaissance de leur statut de poleis ? Cette question revient à s’interroger sur le statut des capitales des cités-royaumes à la mort d’Alexandre et surtout sur leur définition du point de vue extérieur à l’île de Chypre. On imagine mal qu’il en soit allé de ces villes chypriotes comme des communautés locales d’Extrême-Orient. Mais la situation ne doit pas être tout à fait équivalente non plus à celle des vieilles cités d’Asie Mineure : ni compromis ni entre-deux, c’est sur les contingences et les particularités locales qu’il convient sur ce point de diriger notre attention.

Des témoignages exogènes

  • 9 Leur liste peut être en partie reconstituée, à partir des travaux d’E. Raptou (Raptou 2000) et d’A. (...)
  • 10 Voir les conclusions réunies dans Müller, Veïsse (éd.) 2014.
  • 11 Nicolaou 1965.
  • 12 La pierre comporte une série d’ethniques chypriotes et étrangers, au féminin et au masculin, voir : (...)
  • 13 Aupert 1982b, p. 250 no 84.
  • 14 I. Kition 2081 ; Voskos 2002, 2, E63.
  • 15 La table à jouer portait l’orthographe Κητιάς.

13Si le destin individuel des nombreux Chypriotes attestés hors de leur île à l’époque hellénistique représente un champ d’investigation qui se situe au-delà du cadre de ce travail9, le recours aux sources exogènes peut se révéler très utile ponctuellement. C’est notamment le cas pour l’étude des identités ethniques et civiques. Quelques mentions d’ethniques permettent ainsi de détecter, indirectement, l’existence des cités chypriotes à l’époque hellénistique. Ces marqueurs, s’ils ne sont pas infaillibles10, sont, tout autant que d’utiles témoignages de la présence de Chypriotes hors de leur cité, des preuves non négligeables d’appartenance à une communauté civique. Naturellement, la plupart de ces attestations provient de testimonia « exogènes », soit que la contingence des découvertes n’ait pas permis de conserver la trace de relations, individuelles ou collectives, mettant en jeu une différenciation fine entre les cités chypriotes, soit plus généralement que la validité des distinctions ethniques ait été jugée, entre les cités chypriotes, à l’échelle de l’île, inopérante. En dehors de la mention au génitif pluriel généralement accolée au terme polis dans les formulaires de dédicaces, seuls quelques documents présentent, à Chypre, des attestations d’ethniques faisant référence à des cités de l’île. La marginalité de ces textes est par ailleurs renforcée par le caractère souvent modeste de leur registre. Le premier11 est d’une relative originalité. Deux ethniques au féminin, Σαλαµινία et Κητιάς12, sont inscrits sur une pierre provenant de la région de Kition ayant vraisemblablement fait office de table à jouer. La présence dans ce même texte de différents ethniques civiques chypriotes reflète une lecture locale des identités à l’époque hellénistique et confirme, à l’échelle du quotidien, l’importance de l’appartenance à la cité. Le deuxième texte13, une courte épitaphe provenant aussi de Kition, mentionne une femme nommée Κουριακή. Le nom Kouriakè pourrait être un dérivé au féminin du ctétique *Kouriakos faisant office d’ethnique, établissant un lien entre le nom de la défunte et la cité voisine de Kourion, selon un schéma connu dans le monde grec et attesté à Amathonte. Une autre inscription funéraire14 peut être examinée, rédigée cette fois sur le mode de l’épigramme. Malheureusement fragmentaire, ce texte provenant de Kition présente la mention de l’ethnique de la cité au féminin, portant à deux attestations la récurrence de l’adjectif Κιτιάς15. Un dernier document (87) fournit également et de façon assurée une occurrence locale de l’ethnique de Paphos. Il faut également évoquer ici les quelques mentions d’ethniques comprises dans les formulaires de dédicace de bases de statues et non précédées de l’amorce ἡ πόλις τῶν : c’est notamment le cas à Amathonte (19) et à Lapéthos (12).

  • 16 Suivi prudemment par A. Voskos dont nous partageons la mesure : Voskos, T1 http://akg.cyi.ac.cy/el/ (...)
  • 17 Robert 1946a, p. 72.
  • 18 SGDI 2581.

14Ces quelques cas représentent les rares mentions internes conservées des ethniques locaux à l’époque hellénistique. Mais un dernier texte pourrait être éventuellement rapproché de ce groupe : la base érigée à Paphos en l’honneur du médecin Noumènios (I. Paphos 176) fait peut-être référence à un citoyen de Soloi (Ἀρίστων Μνήµονος / Νουµήνιον Δηµητρίου Σολέα / ἰατρόν). Comme le pressentait K. Hadjioannou16, l’ethnique Σολεύς ne renvoie pas en effet nécessairement à la cité de Soloi en Cilicie, contrairement à ce que laissait entendre T. B. Mitford en 1961, et malgré l’affirmation de L. Robert17. L’inscription de Thèbes étudiée ci-après apporte sur ce point un complément essentiel (41). À Delphes18, un certain Μνήµων Ἀρίστωνος Πάφιος, vraisemblablement le petit-fils du Mnèmôn mentionné sur la base paphienne de Noumènios, apparaît dans une liste de proxènes gravée sur le mur du temple, datée de 176/175 ainsi que dans un décret honorifique daté du même archontat.

  • 19 Nous excluons de cette catégorie la fourniture d’huile pour les gymnases (74, 83), qui n’appartient (...)

15Au sein des recueils épigraphiques externes à l’île de Chypre, les ethniques chypriotes apparaissent, au contraire, de façon relativement courante. Quelques documents sont importants pour l’étude des cités. Deux d’entre eux appartiennent à une catégorie de textes qui n’est pas représentée dans le corpus chypriote19 : les donations.

  • 20 Buraselis 2014.
  • 21 IG II/III2, 3, 2, 10382 ; cette inscription est à considérer avec celle d’Euphrosynè, défunte origi (...)
  • 22 Buraselis 2014, p. 167. Voir sur ce point les objections émises dans BE 2014, no 204.
  • 23 Elle est néanmoins remise en cause dans BE 2014, no 204.
  • 24 Contra Buraselis 2014, p. 169.
  • 25 Lejeune 2014, p. 315 à propos de Nymph. Kaf. 236. L’auteure évoque au sujet de la dédicace du thias (...)
  • 26 IG II/III2, 3, 2, 9284. Voir : Robert 1946a, p. 75.

16Le premier est un fragment de l’inscription IG VII, 2419 qui enregistre les sommes fournies par divers donateurs en vue du relèvement de la cité de Thèbes (41). Cette inscription revêt un caractère historique majeur pour l’histoire de la cité détruite en 335 par Alexandre ainsi que pour l’étude des relations diplomatiques à la fin du ive siècle. La réédition proposée récemment par K. Buraselis20 a fourni de nouvelles pistes de lecture pour l’exploitation historique du document. L’auteur a notamment consacré un commentaire détaillé à la présence dans la liste de contributeurs de deux Chypriotes, Θεµίσων Θεµιστ̣[αγόρω ?] et Ἀσκλαπιάδας Ἀπολλοδώ̣[ρω]. Un premier apport important de cette inscription réside dans la mention des ethniques : Thémisôn est présenté comme Σολεὺς ἀπὸ Κύπρω, jetant un doute non négligeable sur la distinction géographique traditionnellement acceptée entre les ethniques Σολεύς et Σόλιος. La mention ἀπὸ Κύπρω prouve en effet que l’ethnique Σολεύς peut faire référence à Soloi de Chypre comme la lecture de la base de statue du médecin Noumènios nous le laissait présager. Que le cas de Thémisôn représente une exception à la règle n’est pas assuré : la mention ἀπὸ Κύπρου est précédée de l’ethnique Σόλιος dans une épitaphe retrouvée au Pirée21. La prudence nous invite donc à admettre que l’emploi des deux formes est souple. La précision ἀπὸ Κύπρω dans l’inscription béotienne, de même que la mention ἀπὸ Κύπρου de l’inscription attique, tend vraisemblablement à refléter la confusion potentielle entre les deux versions de l’ethnique de Soloi, cité de Chypre et Soloi, cité de Cilicie. Du point de vue de l’étude politique, l’inscription de Thèbes témoigne de l’existence sur la scène internationale d’individus représentant des cités chypriotes au statut bien défini dans le dernier quart du ive siècle. K. Buraselis envisage d’attribuer à deux autres cités chypriotes l’origine des deux personnages suivants : Archias fils d’Anaxidotos et Antipatros fils d’Apollophanès. La longueur des lacunes l’amène à envisager l’un comme originaire de Marion, l’autre de Salamine22. Il ne nous appartient pas de discuter ici la lecture de cette inscription. Il est en revanche opportun de revenir sur les conséquences de ces restitutions du point de vue de l’histoire des cités chypriotes et de la datation du texte. Si l’hypothèse d’un regroupement géographique des donateurs paraît vraisemblable23, de même que l’hypothèse de restitution des ethniques chypriotes, la conclusion sur la datation du document ne semble pas pouvoir être fondée exclusivement sur l’emploi de l’ethnique Μαριεύς24. Rappelons en effet que l’ethnique formé sur le nom de l’ancienne capitale du royaume de Marion est attesté dans une inscription de Kafizin, bien longtemps après la destruction de la cité de Marion par Ptolémée fils de Lagos, et même encore après sa refondation sous le nom d’Arsinoé25. De même, l’épitaphe26 du Pirée commémorant le souvenir d’un homme portant le même ethnique ne doit pas nécessairement être datée d’avant 312.

  • 27 Cet ethnique apparaît dans les sources littéraires (Étienne de Byzance, s.v. Καρπασία), mais était (...)

17L’inscription enregistrant une donation lagide et chypriote à Argos, datée de 170-164 (44), a modifié la vision des cités chypriotes à l’époque hellénistique. Neuf cités y sont mentionnées. La pierre, brisée à l’endroit où devait figurer le premier ethnique de la liste, ne laisse deviner que la longueur maximale de cet ethnique, 8-9 lettres d’après l’éditeur, qui restitue en deuxième position l’ethnique de la cité de Karpasia rendu de façon originale par Καρπασεύς27 ; les sept ethniques suivants sont bien lisibles et évoquent respectivement les cités de Salamine, Kourion, Amathonte, Tamassos, Golgoi, Kition et Paphos. D’un point de vue lexical, deux des ethniques mentionnés – auxquels il faut ajouter l’ethnique correspondant à la cité de Karpasia dont on accepte la lecture – sont inédits : on aurait attendu Ταµάσσιος et Γόλγιος.

  • 28 Supra, p. 19 n. 1.

18Le principal obstacle au commentaire de ce texte précieux réside dans l’état fragmentaire de la pierre. Il est en effet impossible de savoir si notre texte faisait partie d’une liste plus longue ou si l’ensemble de l’inscription ne concernait que la donation lagide et chypriote. Un certain nombre d’informations assurées se dégagent néanmoins. L’ordre d’apparition des villes chypriotes dans ce document ne correspond nullement à leur hiérarchie telle qu’on a pu se la représenter pour l’époque des cités-royaumes à la lecture du prisme d’Esarhaddon28. Salamine et Kition sont les plus généreuses, suivies de Kourion. Paphos offre une contribution diminuée de moitié par rapport aux deux premières cités, tandis qu’Amathonte, Golgoi et Karpasia versent encore moitié moins que Paphos. La cité non identifiée qui figurait en tête de la liste offre la même somme que Tamassos, ces deux villes occupant à ce titre le bas du tableau.

  • 29 Voir : Picard 1982, p. 278-280.
  • 30 Meadows 2005.
  • 31 Infra, p. 131.
  • 32 Meadows 2005, p. 95-96. Mais les contributions ont bien pu être versées à une autre divinité honoré (...)

19P. Aupert a avancé un certain nombre de pistes d’interprétation d’ordres économique et politique29 et le texte a récemment fait l’objet d’une relecture éclairante de la part d’A. Meadows30. L’interprétation des sommes versées par les cités constitue l’enjeu essentiel de cette inscription. Son rapprochement avec la documentation relative à la taxe de l’apomoira31 permet de résoudre l’énigmatique question de l’écart entre les contributions des différentes cités – indépendant de leur importance – ainsi que, peut-être, celle de leur ordre d’apparition dans la liste. Quelles que soient les incertitudes qui entourent le contexte de sa rédaction, ce document apparaît donc comme capital pour l’étude de l’articulation entre l’administration lagide et les cités chypriotes. Le rôle des souverains lagides dans la donation des cités mentionnées est en effet sujet à questionnement. La donation lagide entraîne-t-elle – et si oui, selon quelles modalités ? – la participation complémentaire des cités de Chypre ? Dans ce cas, comment justifier l’absence, notable, de cités aussi importantes qu’Arsinoé, Kéryneia ou Lapéthos – et la participation d’autres plus modestes, comme Golgoi ? Le rapprochement des sommes versées avec le produit d’une taxe liée à l’exercice du culte royal32 ne résout pas complètement cette difficulté.

  • 33 Meadows 2005, p. 96-97.

20La participation des Ptolémées et des cités chypriotes à la donation demeure ambiguë : l’autonomie financière des cités chypriotes qu’elle suggère peut être considérée comme une concession tacite à la rhétorique hellénistique, et la présence conjointe des Ptolémées et des cités de Chypre comme une preuve en soi de leur soumission politique et économique aux rois d’Égypte. Le recours évoqué par Meadows33 au souvenir du stratège Polykratès pour justifier l’instauration de rapports pérennes entre Argos, Chypre et les Ptolémées est quant à lui fidèle à la tradition hellénistique qui ménage une place importante aux relations personnelles dans la politique extérieure des royaumes comme dans celle des cités.

  • 34 Daux 1949, p. 2.
  • 35 Parfois même, c’est la polis qui se charge elle-même de l’accueil et de la prise en charge des théo (...)
  • 36 Choix Delphes 125.
  • 37 Plassart 1921, p. 46 ; Daux 1949, p. 24.
  • 38 Gauthier 1989, p. 149-150 ; Hatzopoulos 1991.
  • 39 C’est l’hypothèse formulée par R. S. Bagnall, suivi par A. Chaniotis (Chaniotis 2002, p. 110, avec (...)

21Les listes delphiques de théorodoques (43) fournissent elles aussi des informations intéressantes sur quelques cités chypriotes. Ces listes enregistrent en effet le nom des personnes chargées, dans tout le monde grec, d’accueillir et d’aider les théores venus annoncer (ἐπαγγελία) la tenue de la fête sacrée. Comme l’a montré G. Daux, la fonction de théorodoque représente « à la fois une charge et un honneur34 » et, à ce titre, pouvait être endossée dans certains cas particuliers, à la demande de la ville35, par des étrangers. Parmi ces textes delphiques, la « grande liste » publiée par A. Plassart en 192136, mentionne sept cités chypriotes : Salamine, Karpasia, Chytroi, Kéryneia, Lapéthos, Soloi, Tamassos. Dans trois d’entre elles – Lapéthos, Karpasia et Tamassos – les théorodoques choisis par la cité sont, non pas des citoyens, mais des étrangers, vraisemblablement des officiers ptolémaïques37. Ce texte, daté aux alentours de 22538, présente donc un double intérêt pour l’histoire des cités chypriotes à l’époque hellénistique : d’une part, nous y trouvons enregistré, au cœur même du foyer hellénique, le statut civique de sept cités – lesquelles, mise à part Salamine, sont peu ou pas documentées par ailleurs – et, d’autre part, nous pouvons en tirer certains enseignements sur la situation sociale de leurs citoyens, et sur celle des officiers ptolémaïques qui y sont en fonction. La désignation des théarodoques, investie d’enjeux religieux, politiques et honorifiques, constitue en effet un choix crucial de la part de la cité. Le fait que les trois officiers ptolémaïques mentionnés par la liste delphique soient en poste dans des cités secondaires de l’île peut suggérer l’incapacité ponctuelle des dignitaires locaux à assumer les frais inhérents à cette charge39.

La documentation interne : une vision éclatée des institutions civiques chypriotes

Emplois du terme polis dans le corpus

22La cité chypriote a laissé relativement peu de traces dans la documentation épigraphique et peu de témoignages explicites évoquent l’activité d’institutions civiques à l’époque hellénistique. Les inscriptions permettent néanmoins d’en évaluer le fonctionnement. Un principe doit être posé au préalable : l’état de la documentation ne permettant, dans aucun cas, d’étudier précisément l’ensemble des institutions d’une cité, seule une vision éclatée des institutions chypriotes est possible.

23La première étape de l’enquête concerne les attestations du terme polis dans le corpus. Les commandants de villes (ἐπὶ τῆς πόλεως) placés par les Lagides à la tête des cités de Kourion, Amathonte, Salamine, Kition et Karpasia nous fournissent un premier indice sur lequel il n’y a pas à revenir.

  • 40 Infra, p. 72-77.
  • 41 Voir dans notre choix de textes les numéros 4, 7, 36, 70, 71.
  • 42 Voir les numéros 30, 33, 98.
  • 43 Voir les numéros 19, 64, 67.
  • 44 Voir les numéros 10, 13, 18, 48.
  • 45 Voir les numéros 20, 38.
  • 46 Voir le numéro 12.
  • 47 Voir le numéro 29.
  • 48 Voir le numéro 31.
  • 49 Mitford 1939, p. 36 no 18 ; I. Salamine 77, 82 ; I. Kourion 44-45 ; I. Paphos 33, 40. Voir dans not (...)
  • 50 Mitford 1961b, p. 127-128, no 27 et ici 98.
  • 51 Leur nombre passe à treize si l’on tient compte de la base en l’honneur de l’officier ἐπὶ τῆς νήσ (...)

24À Chypre, où les décrets conservés sont extrêmement rares40, ce sont les dédicaces inscrites sur les bases de statues qui nous fournissent les attestations les plus nombreuses des cités. Les cités de Paphos41, Salamine42, Amathonte43, Kourion44, Kition45, Lapéthos46, Arsinoé47 et peut-être de Chytroi48 sont mentionnées sur des bases de statues dont elles sont les dédicantes. Ces bases sont majoritairement destinées à accueillir des statues d’officiers ou de dignitaires lagides49, quand elles n’honorent pas directement les souverains eux-mêmes50. Dans l’état actuel des sources, les stratèges de Chypre et leur famille sont les premiers destinataires des honneurs civiques : douze51 bases de statues, soit la moitié des bases dressées par les cités chypriotes, concernent les principaux représentants de l’administration lagide.

  • 52 Infra, p. 122.
  • 53 I. Kourion 47.

25Des personnages isolés aux fonctions non précisées sont parfois honorés par la cité : c’est le cas de Poseidônios à Kition (I. Kition 2018) et de Dionysios à Salamine (I. Salamine 94). L’absence d’ethnique suggère alors que les dédicataires sont originaires de la cité. La cité d’Amathonte fait ainsi ériger la statue d’un notable local qualifié d’eupatride (64), ainsi que celle de Timônax (67), explicitement engagé dans le développement du culte royal52. Quelques magistrats sont également honorés dans leur cité. La cité de Paphos fait ainsi dresser la statue de Kallippos (71), tandis que celle de Kourion consacre celle d’un ancien stratège et secrétaire de la cité53. Dans le corpus conservé, la cité de Salamine est la seule à ériger une base de statue sur le territoire d’une autre cité (33) : cette exception s’explique aisément compte tenu du lieu de la dédicace, le rayonnement du sanctuaire de Palaepaphos débordant largement le cadre strict de la cité.

26Dans certains cas, par exemple à Lapéthos (12), les citoyens sont explicitement désignés comme les destinataires des bienfaits ayant suscité la dédicace : dans ce cas précis, il faut noter l’équivalence qui s’établit donc entre la polis (ἡ πόλις ἡ Λαπηθίων, l. 1) et ses habitants (ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας τῆς εἰς / βασιλέα Πτολεµαῖον καὶ βασίλισσαν / Κλεοπάτραν Θεοὺς Ἐπιφανεῖς καὶ Εὐχαρίστους / καὶ Λαπηθίους, l. 3-6).

  • 54 La combinaison, fréquente dans les cités grecques, de la πόλις et du δῆµος est rare à Chypre.

27La cité est, dans certains cas exceptionnels, dédicataire des honneurs : à Salamine, le dignitaire samien fils d’Ammônios consacre ainsi une statue au roi Philomètôr et à la cité (109). Une configuration semblable existe peut-être aussi à Chytroi où le même roi est honoré aux côtés d’une reine Cléopâtre et des dieux du gymnase (110). Une inscription datant du ier siècle, aujourd’hui perdue, enregistre quant à elle la dédicace d’un édifice public à la cité et au peuple54 de Salamine (54).

  • 55 C’est notamment le cas à Délos.
  • 56 Veyne 1976 ; Gauthier 1985.
  • 57 Le cas chypriote n’est pas isolé sur ce point. Comme le notait Fr. Chamoux, l’ambiguïté est le prop (...)

28Si l’identité des dédicataires suggère le poids que faisait porter l’administration lagide sur les cités, l’existence de bases dédiées par les πολεῖς chypriotes plaide néanmoins en faveur de l’existence d’organes civiques dotés d’un pouvoir de décision. La méconnaissance de ces institutions reflète la nouveauté des questionnements historiques sur les cités chypriotes à l’époque hellénistique. Comme c’est pourtant le cas dans l’ensemble du monde grec à cette époque, les institutions civiques sont amenées à entrer en négociation avec le personnel de l’administration royale. En l’absence de décrets conservés, comme c’est le cas à Chypre dans une grande partie des cités, les dédicaces honorifiques témoignent seules du fonctionnement des institutions. Le formulaire des dédicaces, bien que concis et codifié, évoque parfois la nature des rapports entre la cité et les personnages qu’elle honore. La mention de l’εὐεργέσια ou de l’εὔνοια du dédicataire fait ainsi écho aux considérants qui, dans les décrets qui nous font défaut, devaient développer les motifs ayant suscité l’attribution des honneurs civiques. Nous manquons de précisions concernant la nature des bienfaits prodigués aux cités par les agents ptolémaïques – lacune que ne comblerait pas nécessairement la lecture de décrets inscrits, parfois allusifs même lorsqu’ils sont complets55. Cette relation s’insère néanmoins dans un schéma bien connu à l’époque hellénistique56 et qui reproduit, à l’échelle du personnel en poste localement, le rapport qui s’installe entre les rois et les cités57. Les honneurs civiques appellent la générosité et la bienveillance des agents du roi, ou y répondent, selon une dialectique qui prolonge la négociation perpétuelle qui engage les cités et les souverains.

29Notons la mention dans le corpus d’entités politiques secondaires. Par deux fois des κωµῆται (habitants de la kômè ou villageois) font leur apparition dans les inscriptions de Salamine (32, I. Salamine 86), révélant ponctuellement l’existence d’un réseau urbain secondaire. Les habitants de Sôanta (86) dans la chôra de Salamine ainsi que ceux de Melousha (Hermary 2004, no M1) près de Golgoi contribuent également à alimenter ces informations.

Les décrets

  • 58 Ces décrets sont conservés dans un état très fragmentaire.
  • 59 Ce ἱερὸν δόγµα (décret ou règlement ?) est de nature cultuelle, et semble procéder uniquement de (...)

30Le corpus des décrets présente un profil particulier à Chypre. Sur l’ensemble de la documentation, treize textes seulement sont attestés et aucun n’est entièrement conservé. Sur ces treize textes, seulement cinq58 ont été émis de façon assurée par des institutions civiques. Tous proviennent de la cité de Kourion. Six autres, provenant de Kourion (63), Paphos (21), Chytroi (45, Mitford 1961b, p. 131 no 30), Lapéthos (83) et Amathonte (62)59, complètent peut-être cet ensemble. Deux autres inscriptions sont rédigées selon le formulaire des décrets civiques, mais ont été émises par des groupes ou associations de nature variée : association de technites dionysiaques à Paphos (92), prêtres de Poséidon Narnakios à Lapéthos (61). La maigreur du corpus des décrets et leur état de conservation généralement très médiocre ne permettent pas de proposer une étude exhaustive du fonctionnement institutionnel des cités. Nous nous contenterons donc de présenter quelques remarques issues de la lecture de ces textes d’interprétation difficile, qu’il ne faut néanmoins pas renoncer à exploiter en adoptant une vision générale de l’ensemble du corpus. Nous écartons de cette analyse les textes les plus fragmentaires.

  • 60 Voir aussi à la l. 16 la mention rare, ὑπὲρ τῶν µεγίστῶν κυρίων βασιλέων, absente des titulatur (...)
  • 61 La traduction de ce participe est délicate ; Apollon est à la fois le « premier » des dieux et le « (...)
  • 62 Cette αὔξησις peut avoir un sens très concret (embellissement, agrandissement). Le terme τὸ πρυτα (...)
  • 63 Nous acceptons la lecture de P. Thonemann : Thonemann 2008, p. 92.
  • 64 Kallippos est également membre de l’association des technites de Dionysos et des Dieux Évergètes. C (...)
  • 65 D’après P. Thonemann, la mention τῶν βουλευτῶν renverrait à la création d’une classe bouleutique à (...)

31Un texte se signale par son importance et sa longueur. Le décret de Kourion en l’honneur d’Andronikos (63) est de loin le plus complet. Composé en son état actuel de 44 lignes, il est notamment le seul à avoir conservé son intitulé, « l’an 3, le 15 du mois de Pachôn ». Si la date précise de ce texte est débattue, le système de datation employé renvoie explicitement à l’ère lagide et, plus précisément, au comput d’un règne conjoint, si l’on en croit la mention de la charge de ἱερεὺς τῶν βασιλέων à la l. 260. Il appartient explicitement à la catégorie des décrets honorifiques. Les considérants, qui s’étalent de l. 2 à la l. 32 présentent de façon usuelle les raisons justifiant l’attribution des honneurs énoncés dans la dernière partie du texte, l. 33 à 44. Les quelques lignes perdues à la toute fin du texte devaient concerner le poste de dépense affecté à la fabrication de la couronne d’or (l. 36), de la statue de bronze (l. 37), du portrait peint sur un bouclier doré (l. 38-39) et de la stèle destinée à conserver le souvenir de ces décisions. Le personnage honoré, Andronikos fils de Poseidônios, probablement originaire de Chypre, est, si la lecture de P. Thonemann est correcte, τῶν βουλευτῶν (l. 2-3). L’emploi du génitif partitif rappelle la tournure caractéristique des titres auliques fréquemment rencontrés dans notre corpus (τῶν φίλων, τῶν ἀρχισωµατοφυλάκων) et suggère que ce terme prend, au cours du ier  siècle, un sens proche de celui d’un titre honorifique, sans qu’il faille pour autant en conclure à l’affaiblissement des fonctions auxquelles il renvoie. Andronikos est également prêtre des rois, chef des Ἐπιλύκοι et agoranome (l. 4). Le décret précise qu’il a aussi été en charge par le passé de πολειτικαὶ ἀρχαί, des charges civiques désignées collectivement. C’est dans l’exercice de ces « charges civiques » qu’Andronikos a fait montre de sa probité (δικαιοσύνη, l. 6) et de sa serviabilité envers tous (ἑαυτὸν διδοὺς εὔχρηστον, l. 8-9). Rappelé aux mêmes fonctions par la cité (l. 9) au cours de cette année 3, il s’y est à nouveau attelé avec un enthousiasme total (µετὰ πάσης προθυµίας, l. 11-12), ne négligeant aucun des devoirs inclinant à l’honneur et à la gloire (l. 13-14). Ce zèle s’est manifesté en tout premier lieu dans l’accomplissement des sacrifices d’usage à Apollon Hylatès, προηγούµενος61 (« le patron ») de la cité (l. 14-15), ainsi qu’aux autres dieux, au nom des Très grands rois souverains, ainsi que dans sa piété envers le divin (τήν τε πρὸς τὸ θεῖον εὐσέβειαν, l. 18) et sa bienveillance à l’égard des rois (l. 19-20). En tant qu’agoranome, Andronikos s’est illustré en faisant baisser les prix du marché (ἐπευωνίσας δὲ τὰς ἀγοράς, l. 20) et en appliquant à sa charge toute sa clairvoyance (τὴν πᾶσαν προσηνέγκατο πρόνοιαν, l. 21). Les lignes 22 à 24, mentionnant les groupes (Ἐπιλύκοι et Παρεπιλύκοι) à l’origine du décret, sont malheureusement trop fragmentaires pour améliorer l’interprétation générale du texte. Les attendus du décret se concentrent ensuite sur les services rendus par Andronikos dans le domaine civique. Il a ainsi fait preuve de sa bonté en se montrant empressé (συνπεριφορᾶι, l. 24) à l’égard des Ἐπιλύκοι et des Παρεπιλύκοι et en favorisant l’accroissement62 du prytanée (τῆι περὶ τὸ πρυτανεῖον αὐξήσει, l. 19-20), ainsi qu’en introduisant d’illustres voyageurs (τοὺς ἐπιδηµήσαντας ἐνδόξους ἄνδρας, l. 27), hommes de lettres et de théâtre (καὶ φιλολόγους63 καὶ θεατρικούς, l. 28) au foyer de la cité (ἐπὶ τὴν ἑστίαν καταλογῆς, l. 29). Les lignes 29 à 32 résument avec insistance les raisons en vertu desquelles Andronikos a mérité les honneurs énoncés plus bas. À la suite de l’invocation liminaire à la Bonne Fortune, viennent les décisions des Ἐπιλύκοι et des Παρεπιλύκοι (ἔδοξεν τοῖς Ἐπιλύκοις καὶ τοῖς Παρεπιλύκοις, l. 34). Ces honneurs pourront être exposés, comme c’est parfois le cas, dans le lieu de son choix (ἐν ὧ ἂν προαιρῆται τόπωι, l. 40-41). Aux lignes 41 à 43, les qualités d’Andronikos sont mentionnées une dernière fois par le terme générique de µεγαλοψυχία. La stèle, aux côtés des autres honneurs rendus à Andronikos, enregistrera sa grandeur d’âme en même temps qu’elle signalera à chacun la reconnaissance du prytanée à son endroit (τὴν ἐψηφισµένην ὑπὸ τῶν ἀπὸ τοῦ πρυτανείου τιµήν, l. 42-43). Le décret en l’honneur d’Andronikos apporte un éclairage essentiel sur les institutions de la cité de Kourion à la basse époque hellénistique. Nous insisterons sur un dernier point qui nous semble capital : les sacrifices dont s’acquitte de manière exemplaire le bouleute Andronikos sont pratiqués ὑπὲρ τῶν µεγίστων κυρίων βασιλέων (l. 16). Cette mention révèle selon nous l’adaptation des traditions civiques à la configuration particulière de la domination lagide et au statut de sujétion des cités chypriotes vis-à-vis du pouvoir ptolémaïque. Conformément au mode de fonctionnement traditionnel des institutions démocratiques, on s’attendrait en effet à ce que les premiers des magistrats de la cité accomplissent ces rites sacrés – dont dépend l’intégrité de la polis – au nom des citoyens. Nous avons là un témoignage explicite de l’emprise du système monarchique sur les institutions civiques, sans égal dans le corpus chypriote. En l’état actuel de la documentation, ce décret, daté des dernières années de la domination lagide sur Chypre – et vraisemblablement postérieur à la tentative d’installation romaine en 58 – permet d’appréhender certaines transformations qui touchent la cité à la basse époque hellénistique. La dédicace, dans le troisième quart du ier siècle64, de la base de Kallippos (63), secrétaire par deux fois de la boulè et du dèmos de Paphos, ancien archonte, ancien gymnasiarque et secrétaire en charge de la cité, confirme peut-être le changement65 de statut des charges civiques au cours du ier siècle. La même fonction de γραµµατεὺς τῆς πόλεως est confiée au Paphien Onèsandros (70), sans qu’il ne soit possible d’en préciser plus avant les contours concrets. Toutefois, il ne semble pas, au regard de l’ensemble du corpus, que les institutions traditionnelles de la cité sont inexistantes au iiie et iie siècles.

  • 66 La formule ἐφ’ ἱερέως Κύπρου Ἀφρ[οδίτης] (l. 2) pose un véritable problème d’interprétation. La com (...)
  • 67 La proposition de T. B. Mitford a récemment été remise en question par J.-B. Cayla : I. Paphos, p.  (...)
  • 68 Le sens de ce mot est confirmé par une glose d’Hésychius (s.v. ἀγήτωρ).
  • 69 Egetmeyer 2007 ; Egetmeyer 2008 contra P. Thonemann qui considère que ces groupes doivent être reli (...)

32L’inscription d’Amathonte 62, prend la forme d’un décret religieux. Daté par la mention du prêtre de l’Aphrodite locale66, Charinos fils de Charinos, ce ἱερὸν δόγµα (l. 19) présente plusieurs difficultés d’interprétation. Une première interrogation concerne l’autorité dont émane le document situé par T. B. Mitford sous le règne de Ptolémée VI67. D’après la restitution de l’éditeur, l’hègètôr (l. 10) Aristôn fils d’Euphranôr est, seul, à l’origine des décisions (εἶπε, l. 10). D’après le texte68, il s’agit du prêtre responsable des sacrifices offerts à la déesse Aphrodite. Prêtre d’Aphrodite et hègètôr sont tous deux anciens stratèges et anciens gymnasiarques (τῶν ἐστρατηγηκότω̣ν καὶ γεγυµνασιαρχηκότων καὶ ἀρξάντων, l. 3-5 et 8-10). Cette donnée suggère que les responsabilités religieuses restent, sous les Lagides, investies d’une connotation politique et honorifique. Le terme hègètôr est par ailleurs également employé sur une des bases de statues honorant au ier siècle Potamôn à Paphos (93). Le personnage est ainsi désigné par les termes τῶν ἐν Πάφωι γεγυµνασιαρχηκότων καὶ ἡγητορευκότων (l. 3-4). Les termes reflètent peut-être une formalisation des cercles d’anciens magistrats, tout en attestant l’importance de ces institutions au sein de la cité. Le statut d’éponyme du ἱερεύς d’Aphrodite, confirmé par la formule de la l. 2, ἐφ’ ἱερέως Κύπρου Ἀφροδίτης, tend en effet à suggérer une équivalence des autorités religieuses et politiques dans la cité d’Amathonte. Cet élément éclaire peut-être le décret 61. Dans l’inscription de Lapéthos, la bienfaisance dont Noumènios a fait preuve auprès de la cité (ἐπειδὴ Νουµήνιος Νουµηνίου εὐεργέτης ὢν τῆς πόλεως, l. 2-3) est à l’origine de l’octroi des faveurs des prêtres de Poséidon (ἔδοξεν Πραξιδήµωι τῶι ἀρχιερεῖ καὶ τοῖς ἱερεῦσι τοῦ Ποσειδῶνος τοῦ Ναρνακίου, l. 7-8), les attendus du décret présentant sur le même plan les actions de Noumènios en faveur de la cité et du sanctuaire. Le texte d’Amathonte pourrait également apporter un éclairage sur les mystérieuses autorités dont émane le décret honorifique en l’honneur d’Andronikos à Kourion (63). L’une des hypothèses concernant l’identité des Ἐπιλύκοι et des Παρεπιλύκοι consiste en effet à les considérer comme des magistrats en rapport avec le culte d’Apollon, divinité principale de la cité de Kourion69. Rappelons également que le personnage honoré occupe des fonctions civiques et religieuses (il est désigné par le terme Ἐπιλυκάρχης à la l. 4). Cette hypothèse nous semble désormais renforcée par la configuration particulière mise au jour avec l’étude des documents de Lapéthos et d’Amathonte : institutions civiques et traditions religieuses restent étroitement imbriquées dans les cités chypriotes à l’époque hellénistique. L’épiclèse inédite portée par Apollon dans le décret 63 (l. 14) symbolise d’ailleurs remarquablement cette configuration. Ce paramètre qui paraît exacerbé à Chypre peut sans doute être considéré comme un héritage des époques antérieures, et l’une des conséquences de la disparition de l’autorité monarchique locale au sein des cités.

  • 70 Il s’agit probablement de l’archonte ou du secrétaire de la cité. Voir : Nicolaou 1996, p. 175.
  • 71 Nicolaou 1996, p. 175.
  • 72 Le décret 51 daté du milieu du iie s. Voir également I. Kourion 55 (anneau inscrit daté de la fin d (...)
  • 73 Voir le fragment de texte économique 55 daté du ier s.
  • 74 Voir le texte 62.

33Au sein du corpus des décrets, certains sont bien datés du iiie (53, 42, 47) et du iie (45, 51) siècle. Parmi eux, le texte de Kourion 47 porte la mention la plus précoce de la boulè. Le dèmos apparaît, lui, à trois reprises dans le corpus : dans un décret de Kourion daté du iie siècle (51), dans la dédicace architecturale datée du ier siècle (54) à Salamine et, enfin, dans l’inscription de nature religieuse à Amathonte (62), datée de la fin du iie siècle. Le décret de Kourion 53 évoque par ailleurs l’octroi du droit de proxénie, de l’atélie et de l’enktèsis, ainsi que l’exonération des taxes frappant particulièrement l’entrée et la sortie du territoire (καὶ εἰσάγοντι καὶ ἐξάγοντι, l. 7) et l’importation et l’exportation de marchandises (καὶ εἴσπλουν καὶ ἔκπλουν, l. 8). Si la mention de telles mesures est capitale pour l’étude de l’économie des cités chypriotes à l’époque hellénistique, ces décisions témoignent également des compétences de la cité, qui les accorde ici à un certain Pasikratès. L’état fragmentaire du décret ne permet malheureusement pas de déterminer l’origine et le statut de cet invividu ni de définir les fonctions du magistrat mentionné dans l’intitulé du décret à la l. 370, ni même la nature de l’instance civique à l’origine du décret (la cité, ou plus précisément la boulè71). Des archontes figurent dans des inscriptions de Kourion72 datées du milieu et de la fin du iie siècle, de Salamine73 et d’Amathonte74.

  • 75 Nous suivons ici la lecture, très critique vis-à-vis de l’édition de T. B. Mitford (I. Kourion 32), (...)
  • 76 Sur Philoklès de Sidon et son rôle auprès des Lagides, voir : Hauben 2004.
  • 77 Bagnall, Drew-Bear 1974, p. 182.

34Nous pouvons poursuivre notre analyse des décrets en relisant le texte de Kourion 47. Cette inscription, de lecture contestée, porte de façon assurée la mention de la boulè de Kourion (l. 3). De nature honorifique, ce décret concerne un homme originaire de Sidon qui se voit attribuer le statut de citoyen75 et d’évergète de la cité, conformément à la rhétorique habituelle des décrets hellénistiques. Les circonstances au cours desquelles s’est illustré le personnage restent vagues (πράσσων τὰ βέλτιστα καὶ λόγωι καὶ ἔργωι, l. 7-8) et ne permettent pas de préciser le contexte dans lequel s’insère le décret. Le rapprochement de ce Sidonien avec les armées lagides est tentant76. Toutefois, rien dans le texte ne permet de vérifier une telle hypothèse. L’absence de titulature restituable est d’ailleurs un indice inclinant à dater ce texte de l’un des premiers règnes lagides77.

  • 78 I. Kourion 29.
  • 79 Bielman, Retour à la liberté, p. 106-108 no 27.

35Le décret de Kourion 42, quoique brisé à droite et à gauche, porte à notre connaissance l’existence d’un épisode guerrier vers le milieu du iiie siècle. La proposition de restitution de T. B. Mitford78, qui lit à la l. 5 la mention d’un siège (πολιορκ[…]) semble en effet convaincante. Elle est du moins en cohérence avec les termes, lisibles ou très probablement restituables, des lignes suivantes : πατρίδα et ἐφόδια à la l. 7, σωτηρίας πᾶσι à la l. 8. Le terme ἐφόδιον renvoie généralement aux frais de route, et particulièrement à ceux des prisonniers de guerre rendus à leur patrie dans le cas de libérations de détenus79. Le personnage honoré a donc vraisemblablement organisé le rapatriement de certains de ses concitoyens faits prisonniers à la suite du siège de la cité. Le contexte particulier dans lequel s’inscrit ce texte est, une fois encore, inconnu par ailleurs.

36Un texte très fragmentaire découvert à Chytroi (45) fait vraisemblablement référence à des troubles politiques et militaires ayant mis en péril la cité. Le lexique de la crise employé est remarquable. Le terme φθορά (l. 10) désigne un évènement particulièrement violent. La cité a couru à cette occasion un danger important menaçant, d’une part, son intégrité territoriale (τὴν ἡµετέραν χώραν, l. 4), et, d’autre part, sa constitution politique (τυραννῆσαι, l. 6). La datation de ce texte n’est pas suffisamment précise pour nous renseigner sur la nature de cet épisode violent, mais nous savons que le contexte à la fois intérieur et extérieur est, au cours du iie siècle, particulièrement troublé. La mention du territoire de la cité (τὴν ἡµετέραν χώραν, l. 4) apporte un éclairage non négligeable sur la gestion administrative, mais aussi économique et militaire des cités chypriotes sous la domination lagide. Si les termes relevant du vocabulaire militaire suggèrent l’irruption de troubles violents, le verbe τυραννῆσαι employé à la l. 6 souligne les conséquences (évitées ou déplorées, le texte ne permet pas de trancher) internes de cette crise qui a vraisemblablement pris une portée politique. Sa présence parmi les formules introduisant le décret révèle de façon implicite l’attachement de la cité aux institutions démocratiques.

  • 80 La comparaison avec la situation en Crète est, sur ce point, particulièrement bienvenue : Viviers 2 (...)

37Ces deux textes jettent un éclairage précieux sur la possibilité d’une organisation défensive interne et donc de la capacité des cités chypriotes à résoudre des troubles violents : la question de la participation des cités à la défense de l’île, largement occultée par l’omniprésence de la puissance lagide, représente en effet une zone d’ombre non entièrement résolue par la lecture des inscriptions80.

Archives civiques et systèmes de datation

38Le corpus ne conserve aucun texte éclairant la façon dont la notion de mémoire civique pouvait être abordée dans les cités chypriotes.

  • 81 I. Salamine 90.
  • 82 À notre connaissance, l’édifice public accueillant les registres n’a pas été identifié.

39Une inscription de Salamine datée du ier siècle (50) évoque très indirectement cet aspect de la vie de la cité. Il s’agit, d’après les éditeurs81, d’une base de statue consacrée aux conservateurs des archives (χρεοφύλαξιν, l. 1) par Philtôn, préposé au classement des registres82 (ἐν τῶι χρεοφυλακίωι, l. 3), et Nikas fils d’Arestos, secrétaire. La pierre est datée par le nombre 32, correspondant probablement au comput du règne de Ptolémée Philomètôr (150/149). Il s’agit là d’une dédicace d’ordre professionnel, émise par le personnel en charge du classement des registres en l’honneur des conservateurs en chef. Il est intéressant de constater que les noms de ces conservateurs ne sont pas évoqués ; seuls ceux des dédicants sont reportés sur la pierre. Ces derniers ne portent pas de titre aulique, et sont désignés sans leur ethnique : ce sont sans doute des citoyens de Salamine.

  • 83 I. Kourion 55 ; I. Salamine 96 ; Mitford 1961b p. 129-131 no 29, p. 130 (b), p. 142-143 no 40 ; Nic (...)
  • 84 Fourrier 2015, p. 39.
  • 85 Masson 1968, p. 397-400.

40La mention de l’année de règne à la fin de ce texte nous invite par ailleurs à nous pencher sur le système de datation en vigueur dans la documentation chypriote. Cet aspect n’a en effet rien d’anecdotique dans le contexte de la cité. Le principal marqueur nous permettant de dater les inscriptions hellénistiques de Chypre est constitué par la mention des souverains régnants et le recours à la prosopographie alexandrine. Les dates sont relativement peu nombreuses dans le corpus (dix-huit mentions en tout83). Le système de référence calendaire principal se fonde sur le comput des années de règne. Toutefois, deux autres systèmes font leur apparition dans les textes. L’inscription phénicienne d’Idalion (106) présente la particularité de s’insérer dans un triple système de référence calendaire : le comput royal, la prêtrise d’Arsinoé Philadelphe, et l’ère civique de Kition. Cette dernière mention tend à confirmer que la mainmise de Kition sur le territoire d’Idalion, héritage de l’époque des cités-royaumes autonomes, se prolonge au début de l’époque hellénistique et éclaire la nature des relations entretenues par les premiers Ptolémées avec la société phénicienne de Chypre84. L’inscription grecque d’Idalion85, enregistrant une consécration faite par un Phénicien au nom hellénisé à Apollon Amyklaios, porte également la mention du calendrier civique de Kition (ἔτους ὡς Κιτιεῖς ἄγουσιν µζʹ Ξανδικοῦ ζʹ, l. 4).

  • 86 Fourrier 2015, p. 42, avec les références aux travaux antérieurs.

41Enfin, une inscription phénicienne provenant de Lapéthos86 fait elle aussi référence, sur un modèle similaire à celui suivi à Idalion, au comput du règne de Philadelphe, à la prêtrise de Ptolémée, ainsi qu’à l’ère civique de Lapéthos.

42Il n’est jamais fait mention de l’ère civique des autres cités chypriotes dans le corpus.

La question du stratègos politikos

  • 87 I. Kition 2025.

43Cette fonction – stratège de la cité ou « gouverneur administratif », pour employer le terme forgé par les éditeurs du corpus de Salamine (32) –, qui apparaît à deux reprises dans les inscriptions de Chypre, fait difficulté. À propos d’une mention dans le corpus de Kition (38), Th. Oziol propose quant à elle la traduction « stratège (magistrat)87 ». Ces deux textes sont datés du iie siècle. Celui de Salamine fait référence à une année de règne (34 et 35) ne pouvant appartenir qu’à Philomètôr ou Évergète II. Cette fonction ne peut pas se confondre avec celle du stratège de l’île, occupée au moins depuis Pélops (217-203) par des dignitaires lagides de premier plan. Mais la distinction apportée par l’adjectif πολιτικός engendre une première ambiguïté, par rapprochement avec la fonction de l’ἐπὶ τῆς πόλεως. Il s’agit en réalité d’une fausse ambiguïté, fondée sur une lecture anachronique du terme στρατηγός. De même que le champ de compétences du stratège de l’île dépasse largement, à l’époque hellénistique, les prérogatives des stratèges athéniens de l’époque classique, le terme employé à Salamine à propos de Dionysios fils d’Aigibios (32) et à Kition à propos d’Apollodôros fils de Dionysios (38) devait recouvrir un domaine d’activité plus large. S’il n’est pas en concurrence avec l’officier ἐπὶ τῆς πόλεως, le πολιτικὸς στρατηγός pourrait selon toute vraisemblance occuper une fonction complémentaire à celle du stratège de l’île dont les fonctions sont par nature militaires avant d’être administratives.

44Il convient de revenir en détail sur le problème que pose cette fonction. Le terme de politikos strategos condense deux difficultés sémantiques et donne lieu à des interprétations divergentes :

45– La première ambiguïté concerne l’échelle d’activité de cette fonction : la cité, comme le suggère l’adjectif politikos ? Ou bien la région, par assimilation au cadre d’activité du stratègos de Chypre à l’époque hellénistique ?
– La seconde porte sur la lecture plus ou moins civile, ou plus ou moins militaire que l’on fait d’une fonction forgée sur l’association de deux termes par nature a priori contradictoires. Selon que l’une des deux notions contenues dans la fonction (la cité ou l’armée) prend l’ascendant sur l’autre, l’interprétation des compétences du politikos strategos varie considérablement.

  • 88 I. Kition, p. 254.

46Si le πολιτικὸς στρατηγός exerce dans le cadre de la cité, une autre interprétation possible consisterait à l’inclure parmi les magistrats civiques et à considérer que le pouvoir civil est séparé du pouvoir militaire88. On pourrait également penser que les compétences du πολιτικὸς στρατηγός concernent la défense intérieure de la cité. Il faudrait dans ce cas envisager l’existence, à côté de l’organisation militaire lagide, d’une structure défensive civique.

  • 89 Contra Watkin 1988.
  • 90 Choix Délos I, 92, aussi Pouilloux, Choix 17.

47Une dernière difficulté se noue autour de la relation du terme πολιτικὸς στρατηγός avec la fonction plus habituelle de στρατηγός, rencontrée dans plusieurs cités chypriotes à l’époque hellénistique. Les inscriptions font état en effet de la présence de stratèges et d’anciens stratèges dans les cités de Kourion, Amathonte, Paphos et Lapéthos. À Paphos, une base de statue (49) du dignitaire alexandrin Kalliklès est dressée vers le milieu du iie siècle par la συναρχία τῶν ἐν Πάφωι στρατηγῶν καὶ ἐστρατηγηκότων, le collège des stratèges et anciens stratèges en poste à Paphos. Cette institution, qui se rapporte selon nous à la magistrature civile et non à la fonction de stratège de Chypre, témoigne du développement des institutions civiques chypriotes et de leur évolution au cours de l’époque hellénistique. Par conséquent, elle se distingue de la fonction de πολιτικὸς στρατηγός que l’on rapprocherait plus volontiers de celle du stratège de l’île89. Il n’est pas possible d’aller plus loin dans la définition de cette fonction en l’état actuel des sources. Cependant, il n’est pas interdit de considérer le πολιτικὸς στρατηγός comme un magistrat de l’administration lagide en charge des affaires civiles à Chypre et dont le tribunal aurait fonctionné comme une cour d’appel. L’île aurait donc eu, au cours du iie siècle, un administrateur civil et un administrateur militaire. Cette hypothèse serait en cohérence avec le contexte historique : à la suite de l’incursion séleucide et de la prise de l’île par Antiochos IV en 168, il n’est pas improbable que les Ptolémées aient eu à cœur de distinguer les compétences civiles et militaires. Par ailleurs, l’existence d’un tribunal régional en lien direct avec l’administration lagide pourrait se comprendre dans le contexte du règlement des séquelles de la sixième guerre de Syrie. Nous savons que les dernières années du deuxième quart du iie siècle correspondent à un contexte troublé à Chypre, grâce notamment au décret des auxiliaires crétois en l’honneur d’Aglaos de Cos gravé à Délos et qui évoque une expédition à Chypre aux alentours de 15090. Plus encore, l’édit d’amnistie promulgué en 145/144 par Ptolémée Évergète II et dont on a retrouvé une copie à Chypre (25), pourrait éclairer le contexte de l’inscription de Sinda. Cette ordonnance nous informe indirectement que des mesures punitives avaient été prises, peut-être de façon spontanée, à l’encontre des partisans de Philomètôr, civils et militaires, à la suite de la guerre fratricide qui opposait Évergète II à son frère Philomètôr depuis167. Nous proposons donc d’associer les deux textes dans un même contexte chronologique.

  • 91 Le nom du personnage honoré est au nominatif, ce qui est rare dans le corpus des dédicaces honorifi (...)
  • 92 Le même terme est peut-être attesté dans une inscription de Kition au sujet d’un certain Zénon : I. (...)
  • 93 Fourrier 2015, p. 42.

48Intéressons-nous plus en détail au cas d’Hèragoras fils de Noumènios à Lapéthos (46). La base de statue datée du début du iiie siècle et vraisemblablement91 destinée à accueillir la statue de ce magistrat d’origine phénicienne, fils d’un notable honoré par les prêtres de Poséidon (61), porte uniquement le nom et la fonction du personnage, simplement désignée par le terme στρατηγός92. On peut penser dans ce cas que la fonction de stratège s’applique bien au territoire de la cité de Lapéthos et qu’elle recouvre peut-être en partie des fonctions militaires93. Interprétée dans un sens civique, l’adjonction de l’adjectif πολιτικός à Kition et Salamine au siècle suivant témoignerait indirectement d’une évolution dans l’organisation de la gestion militaire de l’île par les Lagides – le resserrement de l’occupation ptolémaïque, sensible dans la multiplication des fonctions issues de la hiérarchie militaire royale et la création du poste de stratège de Chypre à la fin du iiie siècle, engendrant, du point de vue des Chypriotes, une ambiguïté assez importante pour que la précision soit jugée nécessaire.

Les gymnasiarques

  • 94 Le complexe le mieux connu est celui de Salamine. Dans cette cité, manifestement hellénisée dès l’é (...)
  • 95 Gauthier, Hatzopoulos 1993 ; Fröhlich 2013.
  • 96 Dietze 2000 ; Van Minnen 2000 ; Burkhalter 2012.

49L’espace du gymnase, son personnel et ses usagers occupent une place très importante dans le corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre. Attesté dans la plupart des cités chypriotes, le gymnase, entendu à la fois en tant qu’espace architectural, établissement culturel et espace civique, représente une relative innovation liée à l’implantation du pouvoir lagide à Chypre94. L’importance toute particulière que revêt le monde du gymnase à l’époque hellénistique95, et particulièrement en Égypte lagide – où son rôle de conservatoire de l’hellénisme a bien été mis en évidence96 – nous invite par ailleurs à porter, sur ce point, la plus grande attention aux documents chypriotes datés de l’époque hellénistique. La vitalité de cette institution à Chypre à l’époque hellénistique éclaire en effet plusieurs aspects essentiels pour notre sujet. Nous nous concentrerons ici sur le rôle du gymnase comme espace privilégié de la vie publique.

  • 97 Notre étude se fonde sur l’analyse d’une vingtaine de textes considérés comme appartenant de façon (...)

50Les nombreuses mentions recensées97 relatives à la sphère du gymnase sont, sur ce point, inégalement informatives.

  • 98 La même cité fournit un témoignage de l’activité évergétique d’un éphébarque au début de l’époque i (...)
  • 99 Infra, p. 126-127 et 142.

51Une première catégorie intéressante d’inscriptions concerne les dédicaces architecturales. Il est en effet remarquable que plusieurs exemples de ce type d’inscriptions – très faiblement représenté dans le corpus chypriote – engagent des individus actifs au sein d’un gymnase : le gymnasiarque Dioklès (84) se signale par la dédicace de l’architrave d’un portique dans la cité de Kition, tandis qu’à Amathonte98 le gymnasiarque Onèsikratès s’illustre par la dédicace d’un portique en l’honneur des souverains lagides entre 163 et 145 (78)99.

  • 100 Un fragment de décret provenant de l’acropole de Kourion désigne peut-être le gymnase comme l’un de (...)

52Les gymnasiarques sont parmi les personnages régulièrement honorés dans les cités. Placé, comme son nom l’indique, à la tête des activités athlétiques du gymnase, le gymnasiarque exerce son autorité sur le principal espace100 – celui en tout cas sur lequel nos textes sont les plus informatifs – de la vie publique des cités chypriotes à l’époque hellénistique. Le prestige lié à la fonction de gymnasiarque s’exprime selon diverses modalités. On remarque d’abord que la gymnasiarchie fait partie des charges couramment assumées par les magistrats des cités : dans le décret de nature religieuse provenant d’Amathonte (62), Charinos et Aristôn font tous deux partie de collèges d’anciens stratèges, d’anciens archontes et d’anciens gymnasiarques (τῶν ἐστρατηγηκότων καὶ γεγυµνασιαρχηκότων καὶ ἀρξάντων).

53À ce titre, la personnalité de Kallippos, honoré dans la cité de Paphos sous le règne de Cléopâtre VII, est tout à fait significative (71). La datation basse de cette inscription appelle par ailleurs notre attention sur l’évolution de la charge de gymnasiarque, observable notamment à Salamine : un autel y est ainsi consacré à Hermès Épèkoos par Diagoras fils de Teukros, ὁ εἰς αἰῶνα γυµνασίαρχος (81). Ce texte, daté du ier siècle, illustre le déplacement des charges civiques du domaine institutionnel vers un registre honorifique à partir de la fin de l’époque hellénistique. Ce phénomène semble commun à toutes les fonctions importantes des cités chypriotes.

  • 101 Voir également, dans la même cité : Mitford 1961b, p. 129-131 no 29.

54Plusieurs autres individus peuvent être rattachés à la sphère du gymnase, attestant le dynamisme des activités athlétiques dans la cité chypriote hellénistique. C’est le cas notamment de l’agônothète Philokratès fils de Naukratès qui se signale à Salamine par l’érection d’une base de statue en l’honneur de Ptolémée Épiphane (77). Attestée à Chytroi (110)101 et une autre fois à Amathonte (82), la charge de lampadarque telle qu’elle apparaît dans le corpus chypriote est spécifiquement attachée à la catégotrie agonistique des παῖδες, les garçons. Toutes les occurrences de ce terme sont précisées par la mention παισὶ λαµπαδαρχῶν.

Conclusion : des cités chypriotes ?

  • 102 Parmentier 1987, p. 410.

55« There is no evidence of any intervention in the local administration of the Cypriot Cities by the Ptolemies. On the contrary, they quite anxiously avoided it. » Le constat formulé par A. Parmentier102 semble généralement valide, mais il faut y apporter certaines nuances.

  • 103 Mehl 1996, p. 136-140 ; Mehl 2016 contra Cayla 2017.
  • 104 Heller 2009, p. 372. C’est dans cette perspective que J. Burbank et Fr. Cooper envisagent l’activit (...)

56L’installation de l’administration lagide a eu des conséquences importantes sur les cités chypriotes. De l’ère des « cités-royaumes », on est passé, dans le dernier quart du ive siècle, à celle des cités intégrées dans un royaume unique et extérieur à l’île de Chypre. La cité chypriote est l’un des deux éléments constitutifs du régime politique local jusqu’en 312. Lorsque les dynasties de l’époque classique disparaissent, le corps civique, lui, se maintient. Les modalités de gouvernement et les évolutions qui ont dû intervenir demeurent, sur ce point, obscures. L’enquête démontre que l’hypothèse du maintien à l’époque hellénistique des institutions, héritées, non sans des transformations nécessaires, des époques antérieures, est la plus probable. Si la gestion des relations entre les différentes cités semble relever entièrement de l’administration ptolémaïque, le maintien de certains cadres locaux a vraisemblablement permis le bon fonctionnement des institutions au sein de chaque cité. L’étude précise des décrets tend par ailleurs à démentir l’hypothèse de l’absence d’organisation institutionnelle au sein des cités avant l’annexion par Rome103. Les travaux consacrés à l’histoire des cités grecques au Haut-Empire nous invitent précisément à considérer que la puissance romaine n’agit pas comme un « rouleau compresseur » faisant « table rase » du passé104. Ce constat doit vraisemblablement être étendu à la puissance lagide.

57L’état de la documentation ne permet pas d’étudier dans le détail l’ensemble des institutions d’une seule cité chypriote, ni même de retracer l’histoire de leurs évolutions entre le troisième quart du ive siècle et le troisième quart du ier siècle. Une mosaïque d’ensemble se dessine néanmoins, qui tend à établir l’existence de magistratures et d’activités civiques indépendantes des organes de gestion militaire et administrative de la province lagide.

  • 105 Robert 1954, p. 301-302.

58Il ne faut pas oublier que le monde hellénistique présente une diversité remarquable en matière de statuts civiques. L. Robert105 a ainsi décrit la situation d’Apollonia de la Salbakè : « Toutes les villes n’avaient pas la même condition juridique. […] Apollonia (de la Salbakè) est une cité, avec des institutions grecques : elle a conseil et assemblée du peuple, magistrats ; elle rend des décrets ; elle décerne le droit de cité ; elle perçoit des impôts ; elle célèbre des fêtes. Elle pourrait parler de sa patrios politeia. Elle possède une garnison séleucide avec un hipparque royal. Elle n’est donc pas aphrouretos. Il y a là un élément caractéristique de sa situation de fait et de droit. Elle date ses documents d’après l’ère séleucide, le calendrier macédonien et les rois régnants […] nous pourrions l’appeler “ville sujette”. Nous y reconnaîtrions un type d’organisation qui tenait une grande place, à côté des villages, dans les provinces séleucides comme dans la province romaine. »

  • 106 L’expression est employée par C. Bonnet : Bonnet 2015, p. 126.

59La situation de sujétion dans laquelle se trouve réduite la cité d’Apollonia de la Salbakè vis-à-vis des rois Séleucides, puis vis-à-vis de Rome, ne remet pas en cause son statut civique. C’est précisément dans la négociation permanente entre une puissance englobante et les évolutions propres aux entités locales que sont les cités que réside l’un des aspects les plus innovants de la nouvelle donne hellénistique106. L’analyse de la situation politique de Chypre nous permet d’affirmer que celle-ci fait une entrée sans réserve dans cette nouvelle configuration.

Notes

1 On peut imaginer que la base chypriote avait sans doute un pendant alexandrin.

2 I. Paphos 22.

3 Plus précisément, du point de vue de l’historiographie du monde de la cité grecque.

4 Hermary 2004. Pour l’étude des témoignages en langue phénicienne d’Idalion et Lapéthos, voir : Fourrier 2015.

5 Supra, p. 35.

6 Supra, p. 21-25.

7 À l’exception notable de Marion.

8 Will 1988, repris dans Will 1998, p. 828.

9 Leur liste peut être en partie reconstituée, à partir des travaux d’E. Raptou (Raptou 2000) et d’A. Hermary (Hermary 1999), et à l’aide des entrées ponctuelles qui leur sont consacrées dans les indices prosopographiques Prosopography of Ptolemaic Cyprus et Prosopographia Ptolemaica 10.

10 Voir les conclusions réunies dans Müller, Veïsse (éd.) 2014.

11 Nicolaou 1965.

12 La pierre comporte une série d’ethniques chypriotes et étrangers, au féminin et au masculin, voir : Nicolaou 1965.

13 Aupert 1982b, p. 250 no 84.

14 I. Kition 2081 ; Voskos 2002, 2, E63.

15 La table à jouer portait l’orthographe Κητιάς.

16 Suivi prudemment par A. Voskos dont nous partageons la mesure : Voskos, T1 http://akg.cyi.ac.cy/el/4-ιατρικη/νουµηνιοσ-δηµητριου-σολευσ/t1 (avec notes et bibliographie).

17 Robert 1946a, p. 72.

18 SGDI 2581.

19 Nous excluons de cette catégorie la fourniture d’huile pour les gymnases (74, 83), qui n’appartient pas au même registre.

20 Buraselis 2014.

21 IG II/III2, 3, 2, 10382 ; cette inscription est à considérer avec celle d’Euphrosynè, défunte originaire de la même cité chypriote et dont l’épitaphe appartient au même contexte que la précédente, voir : IG II/III2, 3, 2, 10376.

22 Buraselis 2014, p. 167. Voir sur ce point les objections émises dans BE 2014, no 204.

23 Elle est néanmoins remise en cause dans BE 2014, no 204.

24 Contra Buraselis 2014, p. 169.

25 Lejeune 2014, p. 315 à propos de Nymph. Kaf. 236. L’auteure évoque au sujet de la dédicace du thiase des Mar- (87) l’hypothèse d’un village de la Mesaoria dont le nom commencerait lui aussi par Mar- (possiblement Margi), mais il semble difficile d’insérer dans un contexte si modeste le donateur des trente mines de l’inscription thébaine (41, l. 8).

26 IG II/III2, 3, 2, 9284. Voir : Robert 1946a, p. 75.

27 Cet ethnique apparaît dans les sources littéraires (Étienne de Byzance, s.v. Καρπασία), mais était jusque-là inconnu des sources épigraphiques. Une inscription provenant de l’Asklépieion de Cos (SEG 48, 1103, A, l. 5) donne au génitif Καρπασέω̣[ς]. Cette occurrence est datée de la fin du iiie ou du début du iie s.

28 Supra, p. 19 n. 1.

29 Voir : Picard 1982, p. 278-280.

30 Meadows 2005.

31 Infra, p. 131.

32 Meadows 2005, p. 95-96. Mais les contributions ont bien pu être versées à une autre divinité honorée à Argos : Meadows 2005, p. 95 ; Aupert 1982, p. 276-277.

33 Meadows 2005, p. 96-97.

34 Daux 1949, p. 2.

35 Parfois même, c’est la polis qui se charge elle-même de l’accueil et de la prise en charge des théores.

36 Choix Delphes 125.

37 Plassart 1921, p. 46 ; Daux 1949, p. 24.

38 Gauthier 1989, p. 149-150 ; Hatzopoulos 1991.

39 C’est l’hypothèse formulée par R. S. Bagnall, suivi par A. Chaniotis (Chaniotis 2002, p. 110, avec références antérieures).

40 Infra, p. 72-77.

41 Voir dans notre choix de textes les numéros 4, 7, 36, 70, 71.

42 Voir les numéros 30, 33, 98.

43 Voir les numéros 19, 64, 67.

44 Voir les numéros 10, 13, 18, 48.

45 Voir les numéros 20, 38.

46 Voir le numéro 12.

47 Voir le numéro 29.

48 Voir le numéro 31.

49 Mitford 1939, p. 36 no 18 ; I. Salamine 77, 82 ; I. Kourion 44-45 ; I. Paphos 33, 40. Voir dans notre choix de textes les numéros 4, 7, 12, 13, 18, 19, 20, 29, 30, 31, 36, 38, 70.

50 Mitford 1961b, p. 127-128, no 27 et ici 98.

51 Leur nombre passe à treize si l’on tient compte de la base en l’honneur de l’officier ἐπὶ τῆς νήσου (13).

52 Infra, p. 122.

53 I. Kourion 47.

54 La combinaison, fréquente dans les cités grecques, de la πόλις et du δῆµος est rare à Chypre.

55 C’est notamment le cas à Délos.

56 Veyne 1976 ; Gauthier 1985.

57 Le cas chypriote n’est pas isolé sur ce point. Comme le notait Fr. Chamoux, l’ambiguïté est le propre des inscriptions honorifiques : « Ainsi s’établit, d’un bout à l’autre du monde hellénistique, tout un système de relations extrêmement complexes, qui se présentent souvent sous le nom d’alliance, symmachia, ou d’amitié, philia, et dans lesquelles interviennent, au moins verbalement, des sentiments comme la bienveillance, eunoia, la reconnaissance, eucharistia, le zèle, prothymia, répondant à une sorte de code d’honneur et de bonne conduite, qui régit sur le plan formel les rapports entre les États. Bien entendu, ce langage et ces formes diplomatiques recouvrent généralement des rapports de force. Mais leur emploi habituel par les divers partenaires du jeu politique traduit un souci largement répandu : celui de reconnaître ou d’affirmer, même si dans la réalité elle est considérablement réduite, l’indépendance théorique de la cité » (Chamoux 1985, p. 177). Même constat chez Éd. Will : « il est dans la nature des textes honorifiques d’être rarement clairs à ce [les mobiles et les intentions] sujet, de cultiver l’ambiguïté, l’euphémisme, le non-dit. La réalité des mobiles et des intentions se trouve souvent entre les lignes et il arrive que, faute d’autre documentation, nous ne puissions les lire » (Will 1988, repris dans Will 1998, p. 814).

58 Ces décrets sont conservés dans un état très fragmentaire.

59 Ce ἱερὸν δόγµα (décret ou règlement ?) est de nature cultuelle, et semble procéder uniquement de la décision des autorités religieuses, comme c’est le cas à Lapéthos (61).

60 Voir aussi à la l. 16 la mention rare, ὑπὲρ τῶν µεγίστῶν κυρίων βασιλέων, absente des titulatures dynastiques avant 88. Nous nous rangeons à l’argumentation de P. Thonemann qui date ce texte de l’extrême fin du règne de Cléopâtre VII : Thonemann 2008, p. 94-95.

61 La traduction de ce participe est délicate ; Apollon est à la fois le « premier » des dieux et le « guide » de la cité.

62 Cette αὔξησις peut avoir un sens très concret (embellissement, agrandissement). Le terme τὸ πρυτανεῖον semble en effet désigner ici le lieu de réunion du Prytanée, tandis que la périphrase οἱ ἀπὸ τοῦ πρυτανείου, qui apparaît à la l. 43, désignerait l’institution. Cependant, le fait qu’Andronikos ait intégré « au foyer de la cité » citoyens et étrangers illustres (l. 26-29) rend peut-être probable un emploi métaphorique du terme. Il faudrait alors sous-entendre qu’Andronikos a augmenté le prestige du prytanée. Le terme ἑστία renvoie en effet aux réceptions prenant place dans le prytanée. L’accès aux rites et repas sacrés pratiqués dans le prytanée constitue, à la basse époque hellénistique, une distinction honorifique qui s’ouvre aux hôtes de marque de la cité, confirmant une évolution importante des institutions démocratiques (ce phénomène a été précisément analysé par P. Hamon : Hamon 2005). Quoi qu’il en soit, cette interprétation ne disqualifie pas l’hypothèse d’un réaménagement architectural de l’édifice, l’investissement d’Andronikos justifiant au contraire les honneurs très importants qui lui sont décernés.

63 Nous acceptons la lecture de P. Thonemann : Thonemann 2008, p. 92.

64 Kallippos est également membre de l’association des technites de Dionysos et des Dieux Évergètes. Cette donnée permet à J.-B. Cayla d’abaisser la datation de cette inscription sous le règne conjoint de Cléopâtre VII et d’Antoine, vers 41/40. Voir : Cayla 2017.

65 D’après P. Thonemann, la mention τῶν βουλευτῶν renverrait à la création d’une classe bouleutique à Chypre au moment de l’annexion romaine en 58. Voir : Thonemann 2008, p. 88-89 et, plus généralement, Heller 2009.

66 La formule ἐφ’ ἱερέως Κύπρου Ἀφρ[οδίτης] (l. 2) pose un véritable problème d’interprétation. La combinaison du masculin Kypros et de la déesse Aphrodite est troublante et a donné lieu à des hypothèses divergentes. Le souvenir d’une glose d’Hésychius, et d’une mention d’un scholiaste de Lycophron a poussé J. Rudhardt et D. Van Berchem à envisager Kypros comme l’autre nom d’Aphrodite (Rudhardt 1975, p. 139-142 ; Van Berchem 1975, p. 155). Une telle désignation n’est toutefois attestée nulle part ailleurs. L’hypothèse selon laquelle Kyprou serait tout simplement le complément du nom au génitif de la déesse reste vraisemblable, mais l’équivalence de cette formulation avec l’épiclèse traditionnelle de l’Aphrodite d’Amathonte, la Kypria, emporte la conviction. Voir en dernier lieu : Hermary 2012, p. 13-14.

67 La proposition de T. B. Mitford a récemment été remise en question par J.-B. Cayla : I. Paphos, p. 217 n. 753.

68 Le sens de ce mot est confirmé par une glose d’Hésychius (s.v. ἀγήτωρ).

69 Egetmeyer 2007 ; Egetmeyer 2008 contra P. Thonemann qui considère que ces groupes doivent être reliés à l’institution du Prytanée, et fonde son argumentation sur la dénomination de l’un des édifices civiques d’Athènes à l’époque archaïque : Thonemann 2008, p. 91.

70 Il s’agit probablement de l’archonte ou du secrétaire de la cité. Voir : Nicolaou 1996, p. 175.

71 Nicolaou 1996, p. 175.

72 Le décret 51 daté du milieu du iie s. Voir également I. Kourion 55 (anneau inscrit daté de la fin du iie s.).

73 Voir le fragment de texte économique 55 daté du ier s.

74 Voir le texte 62.

75 Nous suivons ici la lecture, très critique vis-à-vis de l’édition de T. B. Mitford (I. Kourion 32), de R. S. Bagnall et Th. Drew-Bear : Bagnall, Drew-Bear 1974, p. 183.

76 Sur Philoklès de Sidon et son rôle auprès des Lagides, voir : Hauben 2004.

77 Bagnall, Drew-Bear 1974, p. 182.

78 I. Kourion 29.

79 Bielman, Retour à la liberté, p. 106-108 no 27.

80 La comparaison avec la situation en Crète est, sur ce point, particulièrement bienvenue : Viviers 2011.

81 I. Salamine 90.

82 À notre connaissance, l’édifice public accueillant les registres n’a pas été identifié.

83 I. Kourion 55 ; I. Salamine 96 ; Mitford 1961b p. 129-131 no 29, p. 130 (b), p. 142-143 no 40 ; Nicolaou 1964, p. 207-208 no 19 ; Masson 1968, p. 397-400 ; I. Paphos 22. Voir dans notre choix de textes les numéros 25, 32, 47, 50, 62, 63, 71, 72, 74, 82.

84 Fourrier 2015, p. 39.

85 Masson 1968, p. 397-400.

86 Fourrier 2015, p. 42, avec les références aux travaux antérieurs.

87 I. Kition 2025.

88 I. Kition, p. 254.

89 Contra Watkin 1988.

90 Choix Délos I, 92, aussi Pouilloux, Choix 17.

91 Le nom du personnage honoré est au nominatif, ce qui est rare dans le corpus des dédicaces honorifiques de Chypre.

92 Le même terme est peut-être attesté dans une inscription de Kition au sujet d’un certain Zénon : I. Kition 2032.

93 Fourrier 2015, p. 42.

94 Le complexe le mieux connu est celui de Salamine. Dans cette cité, manifestement hellénisée dès l’époque archaïque, les premières attestations archéologiques d’un gymnase ne peuvent être datées avant le début du iie s., bien qu’une dédicace d’une statue de Ptolémée Philadelphe (I. Salamine 62) suggère l’existence du gymnase dès le début du iiie s. Des figurines de terre cuite datées de l’époque archaïque et représentant vraisemblablement des athlètes à l’entraînement confirment toutefois l’hypothèse de l’ancrage culturel des pratiques athlétiques à Chypre : Karageorghis 2005, p. 111.

95 Gauthier, Hatzopoulos 1993 ; Fröhlich 2013.

96 Dietze 2000 ; Van Minnen 2000 ; Burkhalter 2012.

97 Notre étude se fonde sur l’analyse d’une vingtaine de textes considérés comme appartenant de façon assurée à la sphère du gymnase : I. Salamine 62, 88, 96 ; Mitford 1961b, p. 129-131 no 29 ; SEG 39, 1523 ; I. Kourion 46 ; Nicolaou 2013, p. 318 no 4. Voir dans notre corpus les numéros 71, 72, 74, 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82, 83, 84, 94, 110.

98 La même cité fournit un témoignage de l’activité évergétique d’un éphébarque au début de l’époque impériale : Amathonte VI, p. 12-13.

99 Infra, p. 126-127 et 142.

100 Un fragment de décret provenant de l’acropole de Kourion désigne peut-être le gymnase comme l’un des ἐπιφανέστατοι τόποι de la cité : l’éditrice restitue en effet le début de la formule hortative de la sorte : ἀν̣[αστῆσαι δὲ αὐτοῦ ἀνδριάντα χαλκοῦν(?) ἐν τῶι γ]υµνασίωι (Nicolaou 2013, p. 318 no 4).

101 Voir également, dans la même cité : Mitford 1961b, p. 129-131 no 29.

102 Parmentier 1987, p. 410.

103 Mehl 1996, p. 136-140 ; Mehl 2016 contra Cayla 2017.

104 Heller 2009, p. 372. C’est dans cette perspective que J. Burbank et Fr. Cooper envisagent l’activité des « imperial intermediaries » (Burbank, Cooper 2010).

105 Robert 1954, p. 301-302.

106 L’expression est employée par C. Bonnet : Bonnet 2015, p. 126.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search