Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Première partie : Modalités et conséquences de l’intégration de Chypre dans le monde hellénistique

Chapitre II

La vocation stratégique de la conquête de Chypre par les lagides

Texte intégral

Chypre des ptolémées ?

  • 1 Polybe, 5, 34 : « […] Maîtres de la Cœlé-Syrie et de Chypre, ils tenaient en respect les rois de Sy (...)
  • 2 Pour une relecture récente de l’impérialisme défensif lagide, voir : Pébarthe 2014.

1Présentant le règne de Philopatôr et le comparant à celui de ses prédécesseurs, Polybe formule cette observation qui a servi de fondement à l’analyse de la puissance lagide au iiie siècle : Τοιγαροῦν ἐπέκειντο µὲν τοῖς τῆς Συρίας βασιλεῦσι καὶ κατὰ γῆν καὶ κατὰ θάλατταν, Κοίλης Συρίας καὶ Κύπρου κυριεύοντες· […]1. Malgré sa concision, cette formule exprime nettement ce qui, selon l’historien, en constitue le ressort principal : les possessions extérieures que les trois premiers Ptolémées ont su adjoindre au royaume d’Égypte, et notamment la Cœlé-Syrie et Chypre. Le contrôle de la première représente un enjeu militaire permanent pour les Lagides et l’un des motifs principaux des six « guerres de Syrie ». Celui de Chypre est capital pour contribuer à la sécurisation du delta égyptien2.

  • 3 Ce résultat forme un contraste fort, au contraire, avec les dédicaces honorant les Ptolémées.

2La dédicace de Démétrios II (111) découverte à Néa Paphos nous paraît illustrer la position de Chypre sur l’échiquier international et dans le dispositif stratégique des Ptolémées. Si, par sa nature, cette inscription entre dans l’abondante série des honneurs rendus aux Ptolémées, la base dédiée par le Séleucide en l’honneur de Philomètôr est originale, à la fois en raison de l’identité du dédicant et de son lieu d’exposition : le siège de l’administration lagide de Chypre à Néa Paphos. Une autre inscription (58), non moins exceptionnelle, fait état de l’importance stratégique de Chypre pour les Lagides. La base de statue dédiée à Palaepaphos par un roi Ptolémée, en l’honneur de l’architecte naval Pyrgotélès (ou Ergotélès) représente en effet l’unique document honorifique conservé émis par un membre de la dynastie lagide à Chypre3.

  • 4 Nous ne tenons pas compte dans ce calcul des textes mentionnant individuellement les soldats (en ma (...)
  • 5 Cf. Préface de la PPC en 1976.
  • 6 Roesch 1980.

3Chypre, à l’époque hellénistique, est le plus souvent assimilée à une « dépendance extérieure » des Ptolémées. Les sources épigraphiques jouent un rôle de premier plan dans cette définition. Près de quatre-vingts textes trouvés à Chypre sont émis par les souverains lagides ou leur sont directement destinés. Quatre-vingt-dix autres inscriptions concernent des membres de la cour lagide, tous domaines confondus (militaire, administratif, religieux). On peut estimer qu’environ 37 % du corpus épigraphique total peut être rattaché directement à la sphère de la cour lagide4. Les rois Ptolémées occupent donc une place importante dans le corpus des inscriptions de Chypre à l’époque hellénistique. Cependant, si importante soit-elle, cette position n’est pas écrasante : la majorité des textes rassemblés ne se rapporte pas directement aux souverains ni au personnel alexandrin en poste à Chypre. Ce constat nous amène à nuancer les affirmations d’I. Nicolaou5 et de P. Roesch6 qui tendent à faire de la domination lagide sur Chypre l’unique enjeu de l’étude des inscriptions chypriotes d’époque hellénistique.

  • 7 Ce constat peut selon nous s’étendre au-delà des limites chronologiques imposées par notre sujet.

4Toutefois, et malgré cette réserve, l’étude de la société chypriote hellénistique ne peut se dispenser de l’analyse des dimensions stratégique et militaire de la présence lagide. Ces aspects, qui ont bénéficié jusque très récemment de l’attention presque exclusive des historiens, présentent en effet les principaux facteurs à l’œuvre dans les dynamiques profondes qui façonnent la société chypriote entre la fin des cités-royaumes et l’époque romaine7.

5Les modalités d’exercice de l’autorité ptolémaïque sur les cités chypriotes demeurent obscures dans la pratique. Plusieurs indices laissent à penser que les Ptolémées ont maintenu ou imité le système qui était en place sous les derniers rois autonomes, mais ce dernier est, faute de sources, mal connu dans l’ensemble. Toutefois, l’importance des armées présentes à Chypre et l’intensité de l’occupation lagide sont des indices sûrs de la dépendance de l’île dans les domaines considérés traditionnellement comme constitutifs de l’autonomie des cités : la politique extérieure, la puissance militaire, la gestion des ressources, la frappe de la monnaie.

6Le premier point laisse peu de place au doute. La résolution du conflit ayant opposé Ptolémée aux rois chypriotes alliés à Antigone dans le dernier quart du ive siècle est significative quant à la nature des rapports entre les cités chypriotes et la puissance lagide en matière de politique extérieure. La défaite de Salamine et la conquête de l’île par Antigone et Démétrios Poliorcète en 306 ont dû marquer un autre tournant dans la politique lagide vis-à-vis des cités chypriotes. La possession de Chypre constituant un enjeu vital pour Alexandrie, il n’était assurément pas question de laisser les cités de l’île nouer des relations diplomatiques avec l’une ou l’autre des dynasties concurrentes. En l’état de la documentation, aucun texte ne fait d’ailleurs état de quelque relation que ce soit ayant officiellement engagé une cité de l’île avec l’étranger, exception faite de la fameuse inscription d’Argos enregistrant des donations de cités chypriotes (44). Mais il est sans doute significatif que les cités chypriotes en question apparaissent dans ce texte aux côtés des Ptolémées : la tutelle lagide accompagne le seul geste politique des cités chypriotes attesté par les sources en dehors de l’île.

  • 8 De maigres témoignages existent néanmoins, tels que des balles de fronde inscrites : Avram, Chiriac(...)

7L’omniprésence des armées lagides – exclusivement constituées à Chypre de mercenaires établis en garnisons ou résidents – dans le corpus épigraphique chypriote confère à la domination ptolémaïque sur l’île son caractère en premier lieu militaire. Les sources concernant la présence de troupes chypriotes servant dans les armées lagides sont en revanche presque muettes8. L’absence d’officiers chypriotes au sein des armées lagides est néanmoins remarquable. L’île pouvait en effet se targuer de compétences et de traditions reconnues notamment dans le domaine naval. Il semble donc que les Lagides, bien qu’ils aient exploité les ressources naturelles de l’île de Chypre permettant l’entretien de la flotte et manifestement recherché le savoir-faire local en matière de construction navale (58), se soient dispensés de recourir aux services d’officiers chypriotes. Cette situation, bien que remarquable, peut néanmoins être relativisée et appelle une réflexion plus large sur la nature des rapports entre les armées lagides – ou indirectement sous contrôle alexandrin – et les sociétés au sein desquelles elles évoluent. Sous influence ptolémaïque entre la fin du premier quart et le début du troisième quart du iiie siècle, le koinon des Nésiotes est par exemple doté d’amiraux exclusivement originaires de cités extérieures aux îles des Cyclades.

8Assujetties et tenues par des garnisons, les cités chypriotes n’ont vraisemblablement pas d’autonomie militaire : les forces au service des rois sont les seules à avoir une visibilité dans nos sources. Les inscriptions sont muettes quant à l’existence de conflits internes à l’époque hellénistique. Un seul décret, provenant de la cité de Kourion, évoque peut-être un mouvement de défense interne à la cité, mais le texte, trop fragmentaire, ne permet pas de le rattacher à un évènement particulier (42).

9La présence du stratège, le plus haut dignitaire de la cour lagide à Chypre, son installation à la fin du iiie siècle, entre les règnes de Philopatôr et d’Épiphane, dans la nouvelle capitale de l’île à Paphos ainsi que le développement à Chypre des organes de la cour lagide, suggèrent que le statut de l’île dans le royaume ptolémaïque outrepasse le cadre du strict impérialisme défensif mis en avant par M. Rostovtzeff dans son Histoire économique et sociale du monde hellénistique.

L’occupation militaire

Types d’inscriptions

  • 9 Mehl 1995 ; Mehl 1996 ; Mehl 2016.

10Parmi les domaines où s’exprime la puissance des Ptolémées à Chypre, le domaine militaire est celui pour lequel les textes épigraphiques se révèlent les plus explicites9. L’épigraphie livre sur ce point des témoignages essentiels. Une partie du corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre peut à juste titre être assimilée à une revue militaire. Différents types de documents sont ici utilisés :

  • 10 Cette position n’est pas sans susciter des réserves : voir Michel 2016, p. 298.

11– des dédicaces : les forces armées positionnées dans l’île par les Ptolémées émettent, à tour de rôle, des dédicaces dont les officiers qui les commandent – et en premier lieu, les stratèges – sont les principaux bénéficiaires ;
– des épitaphes, notamment celles qui concernent des étrangers, présentes en grand nombre dans le sud de l’île (Amathonte, Kition) et que l’on associe généralement à la présence de mercenaires lagides10 ; quelques épigrammes funéraires représentent des témoignages plus explicites de cette catégorie (1 et 9) ;
– quelques inscriptions votives ;
– des textes officiels, conservés en petit nombre ;
– des listes de noms : fragments de listes de contributeurs ou même pétition de soldats adressée à la chancellerie royale.

Chypre, observatoire de la hiérarchie militaire lagide

  • 11 Launey 1987 ; Chaniotis 2002 ; Chaniotis 2005 ; Fischer-Bovet 2014. Pour Chypre en particulier : Ba (...)

12Ce parcours dans les aspects militaires de la présence lagide nous amène à considérer différentes fonctions communes aux armées hellénistiques et qui ont fait l’objet d’études thématiques plus ou moins récentes11.

13Nous commencerons notre enquête par les soldats. Ils apparaissent collectivement dans les inscriptions sous trois dénominations : les soldats (στρατιῶται, στρατευόµενοι), les forces armées (αἱ δυνάµεις, précédé la plupart du temps de la précision géographique ἐν Κύπρωι ou bien ἐν τῇ νήσωι et du participe présent ou parfait du verbe τάσσω), ou encore par la mention de koina de mercenaires regroupés par ethniques (par exemple, τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῇ νήσωι τασσοµένων Λυκίων). Les troupes de soldats (αἱ δυνάµεις) sont parfois caractérisées par la mention de leur spécialisation : πεζικαί, ἱππικαί, ou encore, dans l’ordonnance de Ptolémée VIII (25), ναυτικαί. Fantassins et cavaliers sont parfois désignés expressément par les termes οἱ πεζοί (15, 25) et οἱ ἱππεῖς (25).

  • 12 Voir également : I. Salamine 71.

14Lorsqu’ils sont nommés collectivement, les soldats figurent la plupart du temps dans les inscriptions de type honorifique, directement en position de dédicataires (par exemple à Salamine où ils dédient dans l’inscription 5 une statue de Myrsinè, épouse du stratège Pélops, ainsi que la base de statue d’un Ptolémée près du temple de Zeus dans l’inscription 100)12 – quand ils ne sont pas simplement mentionnés de façon indirecte dans les textes honorant les officiers qui les commandent.

15Parmi les officiers mentionnés dans les inscriptions chypriotes, la plupart sont en poste à Chypre. Dans quelques cas, les personnages sont explicitement présentés comme occupant des fonctions militaires à Alexandrie (c’est le cas de Kalliklès fils de Kalliklès, honoré à Paphos et à Kourion : 18, 49 et I. Paphos 74) ou plus généralement en Égypte (I. Paphos 59-60), et même dans d’autres régions sous influence lagide, comme c’est le cas pour Théodôros, originaire d’Arsinoé de Pamphylie, commandant des troupes stationnées à Charadros, sur la côte de Cilicie Trachée, et honoré par le thiase des Épigones dans la région de Soloi (3). La raison de la présence à Chypre de ces officiers n’est jamais précisée dans les textes.

  • 13 Van’t Dack 1990, p. 437 : « […] on doit distinguer entre, d’une part, l’exercice de facto d’une fon (...)
  • 14 Voir : Mooren 1977, p. 209. Après avoir évoqué la situation, exceptionnelle, du stratège de Chypre (...)

16Nous reviendrons plus loin sur la distinction entre les titres et les fonctions pour l’étude des cercles du pouvoir lagide13. Celle-ci n’est pas toujours aisée à opérer dans le domaine militaire. Il semble que, dans ce secteur, les titres auliques ne sont pas attribués systématiquement selon une grille stable, tout au moins dans une mesure moindre que dans les autres secteurs de la hiérarchie ptolémaïque14.

Les fonctions de commandement

17Les fonctions de commandement retiendront davantage notre attention. Les commandants de villes et les commandants de contingents militaires, désignés de façon générale par la préposition ἐπί suivie du génitif (ἐπὶ τῆς πόλεως, ἐπ’ ἀνδρῶν) entrent également dans cette catégorie. Sont aussi concernés les préposés au secrétariat des armées (ἡ γραµµατέια τῶν δυνάµεων dans l’inscription I. Kition 2022).

Ἡγεµόνες et ἐπ’ ἀνδρῶν

  • 15 Roesch 1980.
  • 16 On trouve aussi la traduction par « chef » (I. Salamine) ; nous lui préférons la première solution.
  • 17 Bagnall 1976.

18Commençons par la catégorie, débattue, des ἡγεµόνες. Pour P. Roesch15 notamment, le terme ἡγεµών désigne en effet une fonction, celle de commandant16. R. S. Bagnall17, quant à lui, attribue cette fonction aux officiers ἐπ’ ἀνδρῶν. Les inscriptions de notre corpus ne permettent pas de trancher définitivement cette question. Elles permettent néanmoins d’émettre l’hypothèse de l’équivalence entre ces deux fonctions (la formule ἐπ’ ἀνδρῶν seule devant alors être considérée comme une abréviation de la formule, jugée sans doute redondante, ἡγεµών ἐπ’ ἀνδρῶν). Si le terme ἡγεµών précède le plus souvent directement le génitif du corps sur lequel s’exerce son autorité, la formule ἡγεµών ἐπ’ ἀνδρῶν est en effet loin d’être isolée dans le corpus chypriote. La fonction d’ἐπ’ ἀνδρῶν est associée à un seul officier dans l’épigramme funéraire de Praxagoras à Kition (9). Le registre poétique de ce texte justifie sans doute cette particularité.

19Nous regroupons dans le tableau ci-après les différentes attestations de ces officiers dans le corpus.

Tableau 1. Les commandants dans le corpus chypriote.

Numéro Nom / Ethnique Fonctiona Type de texte Site Date
14 Prôtarchos [ἡγεµών ἐπ’ ἀνδρῶν] Dédicace honorifique Palaepaphos 190-170
I. Paphos 76 Collectif οἱ ἡγεµόνες] [τῶ]ν̣ ἐν τῇ νήσωι τασσοµένων Κ[ιλίκων Dédicace honorifique Palaepaphos 142-131
I. Paphos 43 Collectif οἱ ἡγεµόνες τῶν ἐν Κύπρ]ωι τασσοµένων δυ̣ν̣ά̣µ̣[εων] Dédicace honorifique Palaepaphos 143/142
22 Chairias ἡγεµών Dédicace honorifique Palaepaphos 160 ?
Mitford 1961a, p. 22 no 55 (I. Paphos 29) Collectif οἱ ἐν Κύπρωι] [τεταγµένοι ἡγ]εµόνες καὶ ἵππ[αρχοι ἐπ ̓ ἀνδρῶν Dédicace honorifique Palaepaphos 154-152
I. Salamine 92 Diktys ἡγεµόνα τῶν ἐν Κύπρωι τασσοµένων] Κρητῶ[ν Dédicace honorifique Salamine 142-131 ou 124-116
I. Salamine 84 Collectif οἱ ἡγεµόνες τῶν] [ἐν Κύπρωι ὑπ]ηρετικῶ[ν δυνάµεων Dédicace honorifique Salamine 200-150
I. Salamine 75 Collectif οἱ ἡγ̣ε̣µ̣όν[ες τῶν ἐν Κύπρωι τασσοµένων δυνά]- µεων Dédicace honorifique Salamine 142
3 Théodôros d’Arsinoé de Pamphylie ἡγεµόνα τὸν τεταγµένον ἐπὶ Χαράδρου Dédicace honorifique Soloi 240-220
27 Mélankomas d’Étolie ἡγεµόνα Dédicace honorifique Kition 145-116
95 Poseidippos φρούραρχο[ς καὶ ἡγεµὼν τῶν ἐπὶ] [τῆς ἄκρας(?)] καὶ κατὰ Κίτιον + συνηγεµόνες Dédicace honorifique Kition 246-221
114 Collectif ἡγεµόνες ἐπ’ ἀνδρῶν Consécration Kition 103 ?
9 Praxagoras de Crète ἐπ’ ἀνδρῶν ἁγεµόνα Épigramme funéraire Kition Fin du iiie -début du iie s.
24 Sôphanès d’Achaïe ἡγ[εµόνα ἐπ’ ἀνδρῶν] Dédicace honorifique Karpasia Milieu du iie s.
Michaelidou-Nicolaou 1969, p. 157 no 5 Léonnatos de Chios ἡγεµόνα ἐπ’ ἀνδρῶν Dédicace honorifique Karpasia iie s.
Nicolaou 1964, p. 199 no 12 Mennéas ἡγεµόνος Consécration Kérynia iie s.
a. Nous donnons simplement dans cette colonne un extrait de l’inscription.
  • 18 I. Salamine 75, avec les corrections de Lanciers 2019, p. 198-199.
  • 19 Le personnage appartient au rang des Successeurs. La fonction de ἡγεµών ἐπ’ ἀνδρῶν est restituée p (...)
  • 20 Notons que le même personnage occupe la fonction d’hipparque. Nous n’analysons pas en détail cette (...)
  • 21 I. Kition 2029.
  • 22 La lecture des éditeurs laisse trop peu d’espace pour la restituer sur la pierre ; ἐπὶ τῆς πόλεως (...)
  • 23 Mitford 1937, p. 35 no 9 ; I. Kourion 60 ; PPC, Π.48, N.16, M.42.
  • 24 I. Kition 2029.

20Ces officiers apparaissent le plus souvent collectivement en position de dédicants. Les commandants des troupes ciliciennes honorent le stratège Séleukos à Palaepaphos (I. Paphos 76) puis font dresser la statue de son fils Théodôros lorsqu’il est à son tour stratège (I. Paphos 43) ; les commandants en poste à Chypre honorent un stratège autokratôr de Thébaïde (I. Paphos 59-60) ; la dédicace fragmentaire (I. Salamine 84) porte à notre connaissance une base de statue érigée par les commandants des ὑπηρετικῶν δυνάµεων, un corps de mercenaires stationnant à Chypre, en l’honneur d’un personnage occupant les fonctions de grand-prêtre (?), sans doute un stratège de l’île ; dans la dédicace I. Salamine 75, les commandants des forces armées ainsi que ceux qui sont enrôlés dans leurs rangs (ἀναφερόµενοι ἐν ταῖς [τάξεσιν αὐτῶν], d’après la restitution des éditeurs18) honorent le stratège Séleukos. Ils participent également de façon active à la représentation honorifique du roi. À Paphos, les commandants et les commandants de cavalerie (?) font dresser les statues de Ptolémée et de Cléopâtre, dieux Philométores (I. Paphos 29) ; à Kition, le phrourarque et commandant Poseidippos fait dresser la base de statue de Bérénice II (95). Notons que dans cette inscription le dédicant apparaît aux côtés de ses collègues (καὶ Βοΐσκος καὶ οἱ συνηγεµόνες). Toujours à Kition, où les commandants s’associent aux « porte-couteaux » pour consacrer un autel à Zeus Sôtèr et Athéna Nikèphoros en l’honneur de Ptolémée Sôtèr II (114). Quelques commandants se distinguent par ailleurs par la dédicace, à titre individuel, de statues, dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos : Prôtarchos, du rang des Diadoques19, y consacre aux côtés de son épouse la statue de leur fils (14) tandis que Chairias consacre à Aphrodite Paphia les représentations des filles du dignitaire Léonnatos et d’Olympias (22). Certains commandants apparaissent en position de dédicataires. C’est le cas de Diktys, commandant des troupes crétoises, dont la statue est dressée par la cité de Salamine (I. Salamine 92). À Soloi, le thiase des Épigones honore le commandant en poste à Charadros en Cilicie (3). À Kition, l’Étolien Mélankomas20 reçoit également sa statue (27). À Karpasia, enfin, Sôphanès d’Achaïe est honoré par Zatôn et les ouvriers agricoles (24), de même que Léonnatos de Chios, dont la statue est consacrée « à tous les dieux » (Michaelidou-Nicolaou 1969, p. 157 no 5). Un dernier officier peut être assimilé à la catégorie des commandants : Nikanôr, honoré aux côtés de son fils à Kition (15) par des soldats (fantassins et cavaliers) stationnant à Chypre sous ses ordres (ou bien sous leurs ordres, si le fils est également officier)21. Bien que la mention de la fonction d’ἡγεµών ne soit pas conservée sur la pierre, il fait peu de doute que celle-ci soit implicite22. Notons que des soldats en poste sous le commandement d’un certain Nikanôr se signalent à Néa Paphos par la dédicace d’une statue de Praüla fille de Mnasimachos d’Épire et mère d’un certain Antiochos23. Le rapprochement des deux textes est tentant. Toutefois, la comparaison de la photographie de l’inscription de Kition24 et de celle de l’estampage de la dédicace paphienne incite à la prudence – chacun des textes présentant une graphie bien ancrée chronologiquement, pour le premier, dans le deuxième quart du iie siècle, et vers le milieu du iiie pour le second.

  • 25 En effet, l’épiclèse de Sôteira est partagée à l’époque hellénistique par diverses divinités fémini (...)

21Quelques inscriptions, enfin, n’entrent dans aucune des catégories précédentes. À Kition, l’épigramme funéraire de Praxagoras de Crète (9) est le témoignage le plus explicite de l’activité de mercenaires à Chypre au service des Lagides. À Aphrodision, dans la localité de Liastrika, au nord du village d’Akanthou, c’est-à-dire à environ 38 kilomètres à l’est de Kéryneia, trois individus, Agrios, Homilos et Hédeia consacrent à la « Mère des dieux Sôteira » un édifice à étages au nom du commandant Mennéas (Nicolaou 1964, p. 199 no 12). J. et L. Robert considèrent qu’il s’agit d’une dédicace familiale, les trois dédicants étant en fait les enfants de l’officier. L’interprétation d’I. Nicolaou en revanche, qui identifie la Mère des dieux à la grecque Héra, peut être discutée25.

Les secrétaires des troupes

  • 26 Roesch 1980, p. 252.
  • 27 Ici au sens de « placé à la tête du secrétariat des forces à pied et à cheval ».

22L’ensemble des troupes est placé sous l’autorité d’un secrétariat des forces armées. Cette fonction, éminente dans le commandement des armées, est sans doute proche de celle de chef d’état-major26. Deux d’entre eux sont connus à Salamine (I. Salamine 239 et notre 16). Le dernier, Théodôros, n’est autre que le fils du stratège de l’île Séleukos. Dans l’inscription 29, il occupe en effet la fonction d’ἐπὶ27 τῆς κατὰ τὴν νῆσον γραµµατείας τῶν πεζικῶν καὶ ἱππικῶν δυνάµεων ainsi que celle de commandant de la ville de Salamine. À cet égard, il est honoré par la cité d’Arsinoé.

Les commandants de cités

  • 28 Voir également les études plus ponctuelles de L. Mooren et A. Mehl : Mooren 1977, p. 193-196 ; Mehl(...)
  • 29 Voir à ce sujet les remarques de W. Peremans et Ed. Van’t Dack à propos du royaume attalide : Perem (...)
  • 30 T. B. Mitford s’interrogeait quant aux rapports entre les deux fonctions et faisait l’hypothèse que (...)

23L’autre fonction essentielle de l’administration militaire de Chypre est entre les mains des officiers ἐπὶ τῆς πόλεως. Elle a été étudiée dans le détail par R. S. Bagnall28. Ces « commandants de villes » sont placés à la tête des cités et leur domaine de compétence semble confiné aux questions militaires29. En cela, ils sont proches des phrourarques, placés à la tête des garnisons30.

24Avant de refermer l’étude des fonctions de commandement, signalons la présence de deux mentions exceptionnelles dans le corpus :

  • 31 Mooren 1977, p. 197. Voir également les réserves exprimées par L. Robert, BE 1961, p. 256-257 no 82 (...)
  • 32 Le stratège de Chypre occupe la fonction de navarque de la flotte lagide à partir de 142.

25– Ptolémaios et Ischyriôn, qui apparaissent dans une inscription honorifique de Palaepaphos, sont, d’après T. B. Mitford (Mitford 1961a, p. 34 no 94) τεταγµένοι ἔπαρχοι τῶν κατὰ τὴν νῆσον ἀποστόλων. D’après l’éditeur, suivi par L. Mooren31, cette fonction de commandement doit être mise en rapport avec le règne d’Alexandre Ier et avec le démantèlement de l’amirauté traditionnelle.
– Une inscription funéraire provenant de la région de Karpasia (8) porte à notre connaissance la présence d’un triérarque, seul représentant, avec le stratège de l’île32, du commandement de marine à Chypre.

Tableau 2. Les officiers ἐπὶ τῆς πόλεως dans le corpus chypriote.

Numéro Nom / Ethnique Fonctiona Type de texte Site Date
47 ?, Sidonien [ὁ γενόµενος ἐπ]ὶ τῆς πόλεως [φρούραρχος]178 Décret Kourion Troisième quart du iiie s.
10 Démétrios fils de Machatas, Thessalien ἐπὶ τῆς πόλεως Dédicace honorifique Kourion 200-193
I. Salamine 88 ? ἐπὶ τῆς πόλεως Dédicace honorifique Salamine iie s.
Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 26 no 5 Achéen ὁ ἐπὶ τῆς [πόλεως] γενόµενος φρούραρχ[ος] Dédicace honorifique ? Fin du iiie s.
19 ? Samien fils d’Ammônios τὸν ἐπὶ τῆς [π]όλεως Dédicace honorifique Amathonte 163-145
20 Agias, Crétois ἐπὶ τῆς πόλεως Dédicace honorifique Kition 163-145
27 Mélankomas, Étolien τὸν γενόµενον ἐπὶ τῆς πόλεως Dédicace honorifique Kition 145-116
11 Aristos fils de Timodèmos de Chios ἐπὶ τῆς πόλεως Dédicace honorifique Karpasia 192-190
a. Nous donnons simplement dans cette colonne un extrait de l’inscription.

Autres militaires et fonctions remarquables

  • 33 Dans la documentation égyptienne, le terme désigne l’ingénieur en chef d’un nome qui s’occupe des c (...)
  • 34 C’est la lecture de T. B. Mitford : Mitford 1961a, p. 23 no 58. D’après l’éditeur, on lit : Καρπίων (...)
  • 35 Si la restitution proposée par T. B. Mitford est acceptable, un groupe de soldats affectés au manie (...)
  • 36 Megaw 1952, p. 115 ; I. Paphos 230.

26Nous avons déjà évoqué le cas de Pyrgotélès (58). Si cette inscription est exceptionnelle du fait de l’identité de son dédicant, d’autres ingénieurs – plus précisément, des ἀρχιτέκτονες33 – font leur apparition dans les textes épigraphiques. C’est sans doute la fonction, par exemple, de Karpiôn, honoré dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos par ses quatre fils accompagnés des « ingénieurs placés sur l’île sous son commandement34 » (39). De même, dans le décret (21) en son honneur, le citoyen de Patara est lui aussi désigné par le terme ἀρχιτέκτων. Le même terme générique doit pouvoir s’appliquer aux constructeurs de machines – des soldats de l’artillerie sont mentionnés dans le même texte sous le terme d’ἀφεταί35 – et aux constructeurs de bâtiments de guerre. Le terme, plus technique, de ναυπηγός, associé à Paphos au nom de Pritias (ou Pritios) sur une urne funéraire, renvoie plutôt au métier de charpentier de marine36.

  • 37 De même dans I. Paphos 74.

27Deux officiers très haut placés dans la hiérarchie militaire, à l’échelle du royaume lagide, sont présents dans le corpus chypriote. Ils exercent tous deux leurs fonctions dans des régions extérieures à l’île de Chypre. Dans cette catégorie, il faut mentionner l’Alexandrin Kalliklès fils de Kalliklès (18, 49, 97) ainsi que le stratège de Thébaïde Léôs (I. Paphos 59-60). Ce dernier apparaît dans deux inscriptions de Palaepaphos pourvu des fonctions de ὑποµνηµατόγραφος (annaliste du roi) et de στρατηγός αὐτοκράτωρ τῆς Θηβαΐδος. Kalliklès, en poste dans la capitale du royaume lagide, est doté de compétences qui n’ont pas d’équivalent à Chypre. Trois statues lui sont dédiées à Palaepaphos et à Kourion (18, 49, I. Paphos 74) et lui-même consacre une statue de Philomètôr dans le sanctuaire d’Aphrodite Paphia (97). En plus des fonctions déjà mentionnées, il est ἰλάρχης, commandant de cavalerie, et παραστάτης εὐωνύµων, littéralement « cavalier de l’aile gauche » dans les dédicaces (18, 49)37 et διδάσκαλος τοῦ βασιλέως τῶν τακτικῶν, maître de tactique du roi dans la dédicace d’une statue du roi (97).

Termes difficiles ou ambigus

28Dans une dédicace fragmentaire (13) émise par la cité de Kourion, un officier thessalien occupe la fonction ἐπι τῆς νήσου. L’inscription est datée du début du iie siècle ; cette fonction recouvre donc potentiellement en partie les compétences du stratège de l’île – puisque celle-ci est déjà en place au moins depuis le dernier quart du iiie siècle. La formulation, qui imite celle des fonctions bien connues de ἐπὶ τῆς πόλεως et ἐπ’ ἀνδρῶν, est inédite. Elle reflète peut-être une situation également inédite, mais qui n’est pas attestée par ailleurs.

  • 38 Voir sur ce point : Fischer-Bovet 2014, p. 290-292.

29Dans l’inscription 114, les περὶ τὸ σῶµα µαχαιροφόροι font difficulté : ces troupes spéciales sont citées à la fin de la dédicace aux côtés des commandants de troupes. Les περὶ τὸ σῶµα µαχαιροφόροι (« porte-couteaux ») sont sémantiquement proches des σωµατοφύλακες et des ἀρχισωµατοφύλακες. Leur combinaison dans une même inscription contribue à jeter le trouble sur la distinction entre titres et fonctions dans la hiérarchie militaire lagide38.

  • 39 Roussel 1930, p. 361-371. Voir également : Mitford 1953b, p. 152 n. 70.
  • 40 Voir les remarques d’A. Hermary à ce sujet : Hermary 2014, p. 252-253. D’après M. Hatzopoulos (Cult (...)
  • 41 Supra, p. 28-29.

30Le terme ἀρχικυνηγός, qui apparaît sur la base de statue d’un Ptolémée stratège de Chypre (Ptolémée Sôtèr II ou Alexandre Ier) à Salamine (35) à la suite des fonctions habituelles (depuis le milieu du iie siècle) des stratèges, est remarquable. Porté par un prince lagide, ainsi que par le stratège Hélénos (I. Paphos 55), il semble pouvoir être assimilé aussi bien à un titre (Grand-Veneur ?) qu’à une fonction. Dans ce dernier cas il faut peut-être, avec P. Roussel39, en faire le commandant des κυνηγοί, troupe auxiliaire dotée de chiens pour la garde des forteresses40. Cette nouvelle prérogative attachée à la fonction de stratège de Chypre pourrait traduire le souci de défendre l’île dans un contexte où celle-ci est régulièrement attaquée par les princes rivaux41.

  • 42 Nous reviendrons en détail sur la question de son identité ainsi que sur ses activités.

31Enfin, un témoignage exceptionnel atteste la redistribution d’un certain nombre de prérogatives relevant traditionnellement des compétences du stratège au profit de notables non issus de la cour lagide. Ainsi, un personnage vraisemblablement local42, connu par deux dédicaces de Palaepaphos, occupe la fonction inédite d’ἀντιστρατηγὸς τῆς νήσου (40). Le rapport de cette fonction avec celle du stratège est difficile à déterminer, mais la datation du texte dans la deuxième moitié du ier siècle nous invite à le mettre en relation avec les fluctuations du statut de Chypre dans les négociations entre Alexandrie et Rome.

  • 43 Mooren 1977, p. 186.
  • 44 Infra, p. 102.

32L’inscription 99 mentionne le titre ἀρχεδέατρος qui équivaut, d’après L. Mooren43, à celui de « Grand-Sénéchal » et désigne par conséquent une mission d’intendance au sein de la maison du roi plutôt qu’une fonction militaire44.

Bilan intermédiaire

33Nous pouvons à ce stade dresser un bilan intermédiaire sur l’administration militaire de l’île de Chypre.

341°) Les plus hautes fonctions de commandement ont pour point commun essentiel de ne jamais être occupées par des Chypriotes.

352°) Le personnel lagide constitue un réseau serré et semble fonctionner sur un modèle interne propre au système alexandrin. Parfois les fonctions militaires sont transmises de père en fils au sein du commandement lagide : c’est notamment le cas à Kition, où Mélankomas occupe la même fonction d’ἐπὶ τῆς πόλεως que son père (27). Ces pratiques témoignent du développement d’une aristocratie militaire lagide fondée sur des « dynasties auliques secondaires ». Ce constat peut être considéré comme le corollaire naturel dans le domaine militaire du fonctionnement de la hiérarchie de cour lagide.

Soldats, mercenaires et koina

Garnisons et κατοικοῦντες

  • 45 Voir la discussion sur la nature du lieu-dit « Garrison’s Camp » à Néa Paphos, cf. en dernier lieu  (...)
  • 46 Bagnall 1976, appendice B.
  • 47 La pierre, dont la provenance est inconnue, est conservée au Cyprus Museum (CM, inv. 74) : Mitford (...)
  • 48 C’est la lecture des premiers éditeurs, et cela revient à considérer que le phrourarque a un statut (...)

36La part importante occupée par les inscriptions à caractère militaire dans le corpus amène nécessairement à poser la question du lieu de stationnement et d’habitat des soldats postés à Chypre et de l’organisation des garnisons. Sur ce point précis, l’archéologie n’apporte qu’un témoignage indirect, faute de vestiges architecturaux sûrement identifiables conservés pour l’époque hellénistique. Seule l’étude des systèmes défensifs est encore susceptible de fournir un éclairage ponctuel sur la localisation des garnisons45. L’épigraphie, quant à elle, fournit plusieurs témoignages de l’existence de garnisons lagides46. Quelques phrourarques sont attestés dans le corpus. Deux de ces documents présentent des mentions assurées : la base qui portait la statue d’un officier achéen47 dont le nom n’est pas conservé d’une part, et, d’autre part, la base de statue de Bérénice II, épouse d’Évergète, dédiée par des officiers de haut rang, dont le phrourarque Poseidippos (95). Un dernier texte évoque peut-être un commandant de garnison dans la cité d’Arsinoé48.

  • 49 Cohen 1978, κατοικοῦντες p. 76 : « perhaps it indicates that the group of soldiers, previously sent (...)

37À côté de la mention des commandants de garnison, il faut prendre en compte celle des κατοικοῦντες στρατιωτικοί (32), les « résidents49 militaires » de la chôra de Salamine. Cette inscription témoigne en effet de l’implantation de soldats – ou plus précisément de vétérans ? – sur le territoire chypriote et de leurs relations avec la population locale d’une part, et d’autre part avec les « résidents civils ». Si nous ne connaissons pas d’autre mention aussi explicite de l’installation des soldats lagides dans les campagnes chypriotes, ce texte apporte un éclairage sur une situation qui n’est sans doute pas isolée.

  • 50 Essentiellement : Chaniotis 2005 ; mais voir déjà Chaniotis 2002, particulièrement profitable pour (...)
  • 51 Chaniotis 2002.
  • 52 Viviers 2011.
  • 53 Viviers 2011, p. 39.

38Dans le cadre d’une étude de la société chypriote hellénistique, la question des rapports entre les armées lagides et les populations locales se pose frontalement. A. Chaniotis50 a récemment montré que la société de garnisons qui se met en place à l’époque hellénistique dans les territoires placés sous l’autorité des rois n’était pas uniforme. Il évoque ainsi un certain nombre d’interactions sociales51 entre soldats en garnison et population locale, permettant de poser un regard fondamentalement neuf sur les sociétés hellénistiques. D. Viviers52, en s’appuyant sur le cas d’Itanos en Crète – également sous domination lagide –, a montré que ce système comportait des nuances politiques complexes. Les inscriptions évoquent en effet certains aspects favorables de l’implantation d’une garnison à Itanos, où les représentants de l’autorité lagide reçoivent les titres de proxènes et d’évergètes53.

  • 54 La pierre a été acquise à Morphou. Nous reprenons l’hypothèse formulée par T. B. Mitford.
  • 55 Les inscriptions chypriotes ne permettent pas de préciser les réalités recouvertes par cette notion
  • 56 Mitford 1961b, p. 135.
  • 57 Mitford 1961b, p. 136.
  • 58 Mitford 1961b, p. 136 à propos de l’inscription de Salamine (I. Salamine 86) : « [this inscription] (...)
  • 59 Il peut en effet s’agir de la deuxième, voire de la troisième génération.
  • 60 Mitford 1961b, p. 241 no 39 ; Hermary 2004, p. 55 ; Lejeune 2014, p. 315.
  • 61 L’inscription 86 évoque effectivement la divinité, en l’occurrence Artémis, au service de laquelle (...)
  • 62 Myres, Ohnefalsch-Richter 1899, no 5147 : « En l’an 3, au mois de Gorpiaios, le thiase de l’aposkeu (...)
  • 63 Holleaux 1942, p. 15-26 ; Launey 1987, p. 789. Voir en dernier lieu : Chaniotis 2005, p. 104 ; Fisc (...)
  • 64 La référence d’ordre technique au « bagage » indique qu’il doit s’agir de soldats encore actifs.
  • 65 Infra, p. 116-117. Ces dossiers sont examinés plus en détail dans Michel, à paraître.

39Une inscription provenant vraisemblablement54 de la chôra de Soloi (3) offre un témoignage isolé sur l’installation à Chypre de colons militaires55. Le texte, gravé sur une plaque en marbre blanc, évoque des témoignages de reconnaissance de la part du « thiase des Épigones » à l’égard de Théodôros fils de Dèmètrios, officier lagide placé à la tête de Charadros en Cilicie mais originaire de la cité d’Arsinoé de Pamphylie. T. B. Mitford a souligné l’importance de cette inscription pour l’histoire de la domination lagide sur la Pamphylie56 et apporté des éléments pertinents permettant d’expliquer le rapport entre Chypre et la base lagide de Charadros en Cilicie57 en développant l’hypothèse de la mise en place d’un réseau administratif et militaire entre ces deux régions-clés de la politique extérieure des Ptolémées, géographiquement proches mais inégalement maîtrisées par les souverains lagides58. La mention du « thiase des Épigones » est essentielle. Le terme s’inscrit, selon toute vraisemblance, dans le domaine militaire et désignerait d’après T. B. Mitford les descendants de colons militaires installés dans la chôra chypriote au tout début de l’ère lagide59. Cette hypothèse paraît en cohérence avec ce que l’on sait par ailleurs de l’implantation, à l’époque hellénistique, de colons militaires dans les territoires sous administration royale. S’il existe des points de comparaison possibles dans le corpus avec l’inscription provenant de la chôra de Soloi, c’est peut-être dans deux autres textes qu’il faut les chercher. L’inscription 87, de provenance inconnue, avait déjà éveillé la curiosité de T. B. Mitford60 par la mention d’un thiase des « Mar-». La forme du bloc sur lequel est gravée l’inscription est semblable à celle de la pierre portant la mention du thiase des Épigones. Ce qui frappe également – et que n’a pas noté, à notre connaissance, l’épigraphiste britannique – est la ressemblance de formulation entre ces différentes inscriptions, susceptible d’entraîner une nouvelle lecture de l’inscription mentionnant le thiase des Mar-. La l. 5 de l’inscription porte en effet la mention d’un ἐπιστάτης. Cette mention, attribuée comme il se doit au personnage honoré par le thiase et dont le nom, Στασίδηµος de Paphos, est bien conservé à la l. 2, a suscité diverses interprétations concernant le mot, vraisemblablement au génitif, qui occupait le début de la ligne 5. T. B. Mitford a voulu y voir un curieux épistate des dieux ([θε]ῶν ἐπιστάτην), soulignant ainsi la dimension cultuelle propre aux thiases61. La comparaison avec les textes mentionnés ci-dessus nous incite davantage à envisager que Stasidèmos, à l’image de Nikandros dans la kômè près de Salamine, occupait des fonctions de type administratif ou militaire. De même, une inscription de Voni mentionne trois thiases, celui des Édylaiôn, celui des Kisaôn et celui de l’aposkeuè62. Ce dernier est tout à fait original. Le « bagage » en question ne peut faire référence qu’à un groupe de personnes identifiées de façon métonymique par leur appartenance au « bagage du soldat63 ». Il s’agit selon toute vraisemblance des familles, assimilées aux biens et objets personnels des soldats de l’armée lagide. La présence d’un thiase « du bagage » sur le territoire de Voni révèle donc l’installation de soldats64 à Chypre, lotis en terres et établis avec leur famille. Quelques épitaphes de femmes portant un ethnique étranger illustrent peut-être cette réalité : à Amathonte (Michaelidou-Nicolaou 1967, nos 11, 31, 34), Akanthou (Michaelidou-Nicolaou 1967, no 16), Salamine (I. Salamine 174) et enfin à Tamassos, d’où provient l’épitaphe de la jeune Myrtô d’Éolide (Karageorghis 1960, p. 261 fig. 32)65.

  • 66 Aupert, Flourentzos 2008.
  • 67 À l’appui de cette lecture : Hölbl 1994, p. 172-183. Des phénomènes de rasura observables sur les d (...)
  • 68 Voir la synthèse évènementielle supra, p. 26-28.
  • 69 La durée de l’occupation séleucide n’a pas pu durer davantage que quelques mois, entre le début de (...)
  • 70 Notons que, malgré la cohérence de la lecture proposée par les éditeurs, rien n’exprime expliciteme (...)

40Pour terminer, il faut évoquer deux textes importants, à commencer par une étonnante inscription d’Amathonte, publiée par P. Aupert et P. Flourentzos66. Ce texte (26) très fragmentaire et d’interprétation difficile a en effet été considéré par les éditeurs comme un document cadastral enregistrant la revente de lots clérouchiques antérieurement attribués par Ptolémée Philomètôr aux soldats qui s’étaient opposés avec succès à une attaque de Chypre par son frère, le futur Évergète II. La revente aurait en ce cas eu lieu après la victoire finale de Ptolémée VIII et relèverait d’un acte de représailles à l’encontre des partisans de son frère67. L’édit d’amnistie provenant de Kition (25) devrait, si l’hypothèse des éditeurs du document d’Amathonte était retenue, être lu conjointement. Promulguée par Ptolémée Évergète II en 145/144, cette ordonnance, dont la copie chypriote est conservée dans un état fragmentaire, constitue un témoignage explicite de la reprise en main opérée par le souverain, à la suite de la guerre fratricide qui avait concerné au premier chef l’île de Chypre68. Le texte nous informe indirectement que des mesures punitives avaient été prises, peut-être de façon spontanée, à l’encontre des partisans de Philomètôr, civils et militaires. Ce premier texte est suivi de l’extrait d’une lettre adressée par le roi aux forces armées en position sur l’île, avec lesquelles le souverain entretient vraisemblablement des relations privilégiées. Rien, toutefois, dans le texte d’Amathonte ne permet de valider l’hypothèse d’un rapport entre ces deux inscriptions, et sa datation – qu’aucun élément explicite n’ancre définitivement – reste ouverte (190 et 140). Dans ces circonstances, il n’est peut-être pas impossible de remonter la datation de ce texte de quelques années. On sait précisément qu’Antiochos IV s’est brièvement69 emparé de l’île en 168 : les déplacements rapides des armées séleucides et lagides dans ce contexte sont donc également susceptibles d’avoir entraîné la décision d’une (ou plusieurs) réorganisation cadastrale70.

  • 71 Mitford 1961b, p. 100-101 no 4 ; BE 1962, p. 210 no 326.

41L’inscription de Paphos (23) a été interprétée comme une pétition adressée par des soldats stationnant à Chypre à un roi Ptolémée71. Le texte, très fragmentaire, ne permet pas de préciser le contexte évènementiel, mais il est vraisemblablement question d’un différend concernant la solde (σιταρχία, l. 4) versée à une partie des troupes de Chypre, peut-être différente de celle versée aux troupes stationnant à Alexandrie.

Mercenaires et koina

  • 72 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; Michaelidou-Nicolaou 1968 ; Bagnall 1976.
  • 73 Choix Delphes 120. Cf. Launey 1987, I, p. 261 et II, p. 1156 ; Michaelidou-Nicolaou 1969, no 8 ; PP (...)
  • 74 A. Chaniotis, s’opposant en partie à Ogden (Ogden 1996, p. 291) met en doute l’origine chypriote de (...)
  • 75 On pense notamment à la définition de P. Lévêque (Lévêque 1969, p. 14) : « cette [l’époque hellénis (...)
  • 76 PPC, E.18.
  • 77 Le seul épisode militaire connu impliquant des combats à Chypre dans la première moitié du iie s. c (...)
  • 78 L’évocation de l’épisode violent qui a privé Épiklès de ses droits civiques constitue un témoignage (...)

42La présence de troupes étrangères à Chypre à l’époque hellénistique a été amplement étudiée72. Certaines inscriptions méritent néanmoins qu’on y revienne en détail. Une inscription de Delphes73, datée du début du iie siècle, évoque de façon indirecte la position de Chypre dans l’histoire internationale et offre un point de vue inédit sur le destin d’une famille créto-chypriote74 à l’époque hellénistique. Ce texte présente l’intérêt de révéler de façon singulière un aspect de la circulation des individus à l’époque hellénistique. Comme souvent à cette époque75, tout commence par une expédition militaire. L’inscription de Delphes présente deux actes distincts : 1°) une lettre de la cité crétoise d’Axos envoyée à la confédération étolienne au sujet de l’un de ses compatriotes, Ératôn76 et de ses descendants ; 2°) en guise de réponse, le décret des Étoliens. Si nous rétablissons ainsi la chronologie des échanges entre les deux États, la pierre porte dans une première partie le décret des Étoliens, puis la lettre de la cité d’Axos. Ces deux textes font référence aux péripéties d’une famille dont l’évolution est significative à la fois pour l’étude du contexte historique et celle de la société hellénistique. Nous y apprenons qu’Ératôn, un Crétois originaire de la cité d’Axos, a pris part à une campagne militaire à Chypre. Il s’agit donc sans doute d’un mercenaire crétois au service des Ptolémées. Il a stationné dans l’île pendant une durée suffisamment longue pour avoir eu le temps de s’établir sur place et de contracter une union dont sont issus deux fils, Épiklès et Évagoras. C’est aussi à Chypre que meurt Ératôn. Dans des circonstances qui ne sont pas précisées77, Épiklès et sa mère sont faits prisonniers, le premier étant – apparemment seul – vendu comme esclave à Amphissa. Par un heureux retournement de la fortune, Épiklès parvient à recouvrer sa liberté, et, avec elle, sa qualité de citoyen d’Axos. C’est là qu’intervient la cité crétoise qui, par l’intermédiaire de ses magistrats, les cosmes, confirme auprès des Étoliens l’origine et le statut d’Épiklès. À ce titre, les Étoliens décrètent que soient inscrits les droits d’Épiklès à la koinopoliteia. Ainsi s’achèvent les tourments du fils d’Ératôn. Mais l’inscription de Delphes nous apprend encore qu’Épiklès s’est finalement établi à Amphissa, où il s’est à son tour marié et a eu trois enfants : Erasiôn (?), Timônax et Mélita. Ces textes sont d’une importance capitale pour l’étude des identités. Outre le témoignage concret de la violence de la société dans laquelle évoluait la famille d’Ératôn et d’Épiklès, cette inscription présente un grand intérêt, à la fois pour l’histoire militaire de Chypre à l’époque lagide78, mais aussi pour l’étude des institutions des cités crétoises et leurs rapports avec les cités grecques à l’époque hellénistique.

43Plus généralement, l’inscription de Delphes permet d’étudier un groupe social directement en prise avec l’histoire des grandes monarchies hellénistiques et des guerres sur lesquelles celles-ci assoient leur pouvoir : les mercenaires.

  • 79 Liddell, Scott, Jones, s.v. ὑπηρετικός.
  • 80 D’après Michaelidou-Nicolaou 1969, p. 161-162.

44Les indices ne manquent pas dans le corpus chypriote pour attester l’installation de mercenaires lagides à Chypre. Deux textes y font explicitement référence. Une base de statue de Salamine (I. Salamine 84), destinée vraisemblablement à honorer un stratège de Chypre, est ainsi consacrée dans la première moitié du iie siècle par les « commandants des troupes de mercenaires stationnant à Chypre », si l’on admet qu’il s’agit bien là du sens79 de l’expression ὑπηρετικαὶ δυνάµεις. La dédicace inscrite sur une base de statue provenant de Kition (17), désormais perdue, porte d’autre part à notre connaissance l’existence d’officiers chargés du recrutement de troupes étrangères. De façon plus générale, deux types d’inscriptions peuvent être mis à profit : les inscriptions funéraires et les dédicaces des koina militaires. À la première catégorie appartiennent trente-trois inscriptions. Les individus recensés viennent de régions diverses (Macédoine, Thrace, Épire, Illyrie, Asie Mineure, Phénicie, Perse, Égypte et Libye). Dix-neuf sont originaires de la Grèce continentale ou insulaire80. Le corpus d’Amathonte présente un profil particulièrement intéressant. Si peu d’épitaphes peuvent être assignées de façon définitive à des mercenaires, la concentration des tombes d’étrangers dans cette cité suscite l’intérêt. La présence d’une garnison lagide constitue une hypothèse susceptible d’expliquer cette concentration – à Amathonte, les épitaphes conservées d’étrangers dépassent en quantité celles des locaux. Le corpus de Kition présente lui aussi un grand nombre d’épitaphes d’étrangers. Quelques autres documents se répartissent entre les cités de Karpasia, Kéryneia et Soloi. On constatera avec intérêt que toutes les cités touchées par ce phénomène sont des cités côtières, plus stratégiques et susceptibles d’avoir accueilli des troupes lagides de façon intense et pérenne.

  • 81 Peek 1955, no 1447.
  • 82 Hermary 1987, p. 73 no 2. Malheureusement la scène peinte est très effacée et n’a pas été copiée au (...)
  • 83 Les vestiges de l’occupation antigonide d’Amathonte sont analysés dans Aupert, Balandier 2018.
  • 84 Voir récemment : Dana 2011. Plus généralement : Fischer-Bovet 2014, p. 290-295.
  • 85 I. Nicolaou (Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 26 no 7) cite un texte d’Olympie (I. Olympia 301) mentio (...)
  • 86 A. Mehl va jusqu’à parler de « parallel societies » pour désigner les koina : Mehl 2018, p. 270.
  • 87 I. Olympia 301.

45Nous choisissons d’attirer l’attention sur deux textes remarquables. Nikogénès de Kalymnos (1) et Praxagoras le Crétois (9) sont tous deux morts à Chypre. Leurs tombes respectives étaient surmontées d’une stèle funéraire les présentant aux passants en une courte épigramme81. L’inscription métrique d’Amathonte, peut-être une citation poétique, revêt une importance particulière dans notre corpus. Elle forme, avec la représentation peinte qui l’accompagne82, un document à part entière qui confirme que le jeune homme occupait sans doute des fonctions militaires – son appartenance à un corps de mercenaires lagides ou antigonides est très probable83. L’épigramme de Kition est encore plus originale. C’est la seule inscription funéraire destinée explicitement à un commandant de l’armée lagide. Ce texte nous permet d’aborder de façon indirecte la question des koina militaires à Chypre à l’époque hellénistique. Actifs sur l’île à partir du milieu du iie siècle, ces groupements ethniques de soldats ont retenu l’attention des historiens84. Ils rassemblent des mercenaires de diverses origines : Achéens85, Thraces, Crétois, Ioniens, Ciliciens et surtout Lyciens sont bien attestés dans le corpus. Dotés de moyens financiers importants et d’organes de décision imitant les instances civiques86, les koina se signalent par la dédicace de bases de statues en l’honneur des souverains ou de hauts dignitaires lagides et de leur famille. L’importance, numérique et sociale, de ces groupements ne doit pas être sous-estimée. Les troupes achéennes et grecques stationnées à Chypre sont ainsi en capacité de consacrer une statue du stratège Séleukos dans le sanctuaire de Zeus à Olympie87.

  • 88 Fröhlich 2009, p. 61.

46Le texte 74 éclaire de façon indirecte la présence et l’activité de mercenaires lagides à Paphos. L’inscription conservée88, gravée sous le fronton d’une stèle brisée sur sa partie inférieure, consiste en une liste de huit noms rassemblant les contributeurs pour la fourniture en huile d’un gymnase de Paphos (οἱ ἐπηγγελµένοι εἰς τὸ ἐλαιοχρίστιον, l. 1). Tous ces contributeurs portent des ethniques étrangers à l’île de Chypre – il s’agit en grande majorité de Lyciens. D’autre part, la nature de la contribution est variable d’un contributeur à l’autre : deux d’entre eux fournissent une somme d’argent, les autres versent l’équivalent d’un ὀψώνιον, voire de plusieurs ὀψώνια. Ce terme désigne la ration du soldat dans les armées hellénistiques. Associé à la mention des ethniques étrangers, et notamment lyciens, il oriente définitivement l’identification des contributeurs vers le domaine militaire. À Paphos, dans des circonstances qu’il n’est pas possible de préciser (ponctuelles ou régulières ?), des mercenaires prennent donc en charge cette contribution essentielle au bon fonctionnement du gymnase qu’est la fourniture d’huile. Rien n’indique que les soldats aient disposé de gymnases séparés à Chypre ; il y a donc là un indice important de la cohabitation des mercenaires et de la population locale au sein de l’un des principaux centres de la vie publique à l’époque hellénistique.

Aspects de l’administration ptolémaïque : chypre, une province intégrée

Le stratège de Chypre

  • 89 Il ne faut pas le confondre avec le στρατηγὸς πολιτικός, infra, p. 78-79.
  • 90 Bagnall 1976 ; Mehl 1996. Dernière en date, la synthèse de G. Papantoniou (Papantoniou 2012) en a p (...)

47Les fonctions du stratège89 de Chypre et leur évolution au cours de la période hellénistique ont été amplement étudiées90. Celles-ci se déclinent dans le domaine militaire, administratif et religieux. La diversité des pouvoirs conférés au stratège de Chypre justifie que nous consacrions ces quelques observations aux aspects non strictement militaires de la fonction, conformément à la définition du terme στρατηγός à l’époque hellénistique. Nous nous contenterons donc d’avancer des remarques générales destinées à révéler l’importance du corpus épigraphique pour l’étude de la stratégie de Chypre.

  • 91 Mooren 1977.

48Le stratège est, après le roi, le premier représentant du pouvoir. Il est l’un des personnages principaux des inscriptions chypriotes, constat qui reflète l’importance du statut du stratège de Chypre dans la hiérarchie alexandrine91. C’est précisément sur ce point qu’il faut insister pour rendre compte de la documentation épigraphique interne.

  • 92 Maccabées, 2, 10, 3-12.
  • 93 Polybe, 33, 5,1.
  • 94 Appien, 4, 61.

49Les sources littéraires ont indirectement transmis des illustrations qui tendent à confirmer l’étendue du pouvoir conféré au stratège en insistant volontiers sur les avatars les plus négatifs de la fonction. Ptolémée Macron, Archias et Sérapiôn ont tous les trois compromis par leur défaillance l’appartenance de Chypre au royaume lagide et, par là, l’intégrité du royaume des Ptolémées. Le premier est en cause dans la perte momentanée de Chypre en 168 au profit d’Antiochos IV92. De la même façon, Polybe évoque le projet d’Archias de livrer Chypre à Démétrios Ier (il sera poussé au suicide en 158/157)93. Enfin, d’après Appien94, Sérapion, stratège de Chypre pour le compte de Cléopâtre, envoya en 43 une aide militaire à Cassius, l’un des meurtriers de César (l’auteur précise, « sans consulter Cléopâtre »).

  • 95 I. Paphos 33, 34, 36, 39, 40, 41, 43, 44, 46, 47, 48, 50, 51, 52, 53, 55-56, 58, 76. Voir dans notr (...)
  • 96 I. Salamine 75, 76, 77, 81, 82 et 84. Voir dans notre choix de textes les numéros 5, 30, 72, 89, 91(...)
  • 97 Quatre occurrences : à Paphos (I. Paphos 13, 15, 20) et Salamine (96).

50Les auteurs anciens insistent donc précisément sur la capacité de nuisance envers l’autorité lagide des stratèges de Chypre. Après les querelles dynastiques elles-mêmes, les stratèges de l’île incarnent le principal danger pour l’intégrité du royaume. Le témoignage des sources littéraires complète de façon remarquable celui des sources épigraphiques. Le stratège et son entourage sont les destinataires d’une cinquantaine de dédicaces honorifiques conservées. Deux pôles principaux se dessinent, le premier à Paphos (vingt-huit textes95) autour du sanctuaire de Kouklia, le second à Salamine (onze textes96). À l’inverse, l’absence totale ou presque de ce type de documents dans les cités secondaires d’Amathonte, Kition et Kourion, est notable, quand celles d’Arsinoé (29), Chytroi (31) et Lapéthos (12) accueillent chacune une dédicace de cette catégorie. Quand ils sont eux-mêmes dédicants, les stratèges font dresser des statues de rois et de reines97.

  • 98 Bagnall 1976, p. 46.
  • 99 Mooren 1977, p. 180-192 ; Mooren p. 208 : « Les véritables grands dans le corps administratif ptolé (...)

51Les données de la titulature aulique sont quant à elles sans appel. Le stratège de Chypre est le principal représentant du rang aulique le plus élevé dans la hiérarchie lagide : il est Parent du roi. Cette distinction lui est conférée avant que n’y accède le diœcète d’Égypte, qui est pourtant à la tête de l’administration du cœur principal du royaume. Les inscriptions de Chypre viennent donc confirmer le constat de R. S. Bagnall98 et de L. Mooren99 : le stratège de Chypre est le premier dignitaire de l’administration ptolémaïque, tous territoires confondus.

Le territoire chypriote à l’époque hellénistique : questions et éléments de réponse

  • 100 Pour un point de comparaison dans la Syrie séleucide, voir : Capdetrey 2004.
  • 101 Orrieux 1983.
  • 102 OGIS 56, A et OGIS 56, B (I. Egypte prose, nos 8 et 9).

52L’intérêt d’Alexandrie pour Chypre et son territoire répond à des enjeux d’ordre stratégique, économique, et, dans une certaine mesure qu’il convient de définir, idéologique. Dans le domaine économique, plusieurs éléments donnent à penser que Chypre est placée sous le contrôle direct d’Alexandrie. Plusieurs documents révèlent en effet la solidarité administrative et économique de Chypre et de l’Égypte à l’époque hellénistique100. Les archives de Zénon constituent notre source la plus explicite101. Le décret trilingue de Canope102, daté du 7 mars 238, évoque la décision de Ptolémée Évergète d’importer des denrées depuis les possessions extérieures, et notamment de Chypre, pour répondre à une situation de famine en Égypte.

  • 103 R. S. Bagnall constate ainsi : « Of the larger aspects of economic exploitation, we know only that (...)
  • 104 Le papyrus PSI 505 mentionne en effet un certain Satyriôn « τοῦ ἐκ Κύπρου οἰκονόµου ». Voir : Bagna (...)
  • 105 La donation d’Argos ne nous éclaire pas de façon décisive sur ce point (44). O. Picard, qui a livré (...)

53Le corpus chypriote fournit peu de documents contenant des informations détaillées sur ce point103. Il n’est presque jamais question par exemple, dans l’ensemble des inscriptions sur pierre, de tribut ou d’impôt versé à la caisse royale, et la fonction d’oikonomos, signalée par ailleurs104, n’y apparaît pas. De même, la question des finances des cités demeure en grande partie obscure105.

  • 106 Kassianidou 2000, p. 749-751.

54La preuve la plus explicite de la gestion ptolémaïque dans le domaine économique réside dans l’apparition – tardive – dans les inscriptions d’un ἐπὶ τῶν µετάλλων. Cette fonction est occupée par Potamôn dans la dédicace 40. Formée sur le même modèle que les fonctions de commandement lagides, celle-ci suggère l’autorité spécifique et absolue de son titulaire sur l’exploitation des mines chypriotes106. Les autres fonctions mentionnées dans la dédicace confirment l’importance du personnage, dont témoigne également une seconde dédicace du koinon Kypriôn (93).

  • 107 Les aspects religieux de cette taxe seront évoqués infra, p. 131.
  • 108 L. Mooren emploie à ce sujet pour qualifier le statut de Chypre dans les possessions lagides le ter (...)

55Une inscription fragmentaire d’Arsinoé (52) évoque peut-être le versement de la taxe de l’apomoira, dont les revenus alimentaient en Égypte le service du culte de la déesse Philadelphe107. Si l’on admet cette lecture, il faut considérer que Chypre était, au moins en partie, administrativement intégrée au royaume. Ce texte met en relation directe le statut administratif de l’île de Chypre et le développement du culte royal lagide. Lorsqu’au tournant du iie siècle le stratège devient archiereus de l’ensemble des cultes de l’île, cette relation s’étend de façon générale au domaine religieux, achevant d’entrelacer la question des cultes et celle de l’administration de Chypre. Cette extension des compétences du stratège a des conséquences considérables du point de vue politique et économique. Par l’intermédiaire de l’administration locale qu’incarne le stratège, la mesure réoriente en effet les revenus des temples chypriotes vers la caisse royale – justifiant vraisemblablement en grande partie le poids de Chypre dans la politique alexandrine108.

  • 109 Michaelides 1996, p. 140.

56L’île de Chypre, dont le statut et la fonction dans le système lagide ne trouvent de point de comparaison efficace qu’en Égypte même, occupe en effet une position distincte des autres possessions extérieures des Ptolémées : avec l’Égypte, elle semble former un des principaux foyers de la puissance lagide109.

  • 110 Ces cités, dont la localisation est incertaine, demeurent inexplorées.
  • 111 Mueller 2006.
  • 112 Vitas 2016.
  • 113 Balandier 2016 ; Balandier 2017. Un point de comparaison possible se trouve en Cyrénaïque où l’anci (...)
  • 114 Un point de comparaison du côté de la Syrie séleucide dans : Capdetrey 2012.

57Nous avons évoqué en détail les indices explicites, transmis par les sources littéraires, de la mainmise militaire des Ptolémées à Chypre. Le degré d’intervention des Ptolémées sur le paysage territorial chypriote semble être resté relativement faible. À la seule réserve des deux cités fondées110 en l’honneur d’Arsinoé Philadelphe, et qui rejoignent sur ce point l’antique capitale du royaume de Marion rebaptisée du nom de la même souveraine lors de sa refondation, aucune source ne mentionne de création ptolémaïque ab ovo à Chypre. De même, Marion est la seule des grandes cités chypriotes de l’époque classique à être touchée par le phénomène de métonomasie, pourtant fréquent dans l’empire ptolémaïque111. La « fondation112 » de Néa Paphos, où s’installe le siège de l’administration lagide de l’île à la fin du iiie siècle, prend précisément appui sur un phénomène de redistribution civique. Cette redistribution s’accompagne d’une réorganisation urbaine et d’un déplacement des organes de la cité vers son port, vraisemblablement aménagé par les derniers rois autonomes113. Ces éléments constituent des preuves du concours des Ptolémées à l’élaboration de l’archétype du roi hellénistique qui, à l’image d’Alexandre, agit sur l’architecture des pouvoirs et est capable de modifier le territoire, spatial autant que symbolique114, des régions conquises.

  • 115 Hermary 2013 ; Fourrier 2002 ; Fourrier 2013a ; Fourrier 2014. C’est désormais, pour la période qui (...)
  • 116 Hermary 2004.
  • 117 L’Aphrodite Golgia, dont l’épiclèse apparaît précisément à l’époque hellénistique voir : Pirenne-De (...)
  • 118 Hermary 2004, no M1 et fig. 5.

58À Chypre, la question des territoires et des frontières entre les cités est bien sûr directement liée à celle des sanctuaires. La question a été souvent soulevée pour les époques antérieures115. A. Hermary116 a par ailleurs clairement mis en évidence la façon dont les premiers Ptolémées ont, dans la région de la Mesaoria notamment, utilisé le tissu constitué par les lieux de culte pré-hellénistiques pour réorganiser le territoire chypriote. D’un point de vue archéologique, ce phénomène est particulièrement sensible dans la région de Golgoi, haut-lieu du culte d’une Aphrodite locale117, et autour duquel les Ptolémées ont vraisemblablement installé des résidents militaires. L’inscription de Melousha, relue par A. Hermary118, ainsi que la consécration de Troulli (85) où il est question du « thiase des Anciens », semble confirmer cette hypothèse.

  • 119 Mitford 1961b, p. 122-123 no 23. Cette restitution est jugée « uncertain, though not implausible » (...)
  • 120 Supra, p. 51-54.

59La dédicace de la base de statue du commandant achéen Sôphanès à Karpasia (24) atteste par ailleurs l’existence, si la restitution proposée par T. B. Mitford119 est juste, de πανοίκιοι γεωργοί à Chypre au milieu du iie siècle. Ces paysans – qui ne doivent pas d’après nous être nécessairement assimilés aux λαοί égyptiens – occupent peut-être un statut proche de celui des κατοικοῦντες120. L’adjectif πανοίκιοι, inédit à Chypre, n’apporte pas de précision sur le statut de ces paysans en regard de l’administration lagide, mais explicite simplement la participation des familles des paysans à la dédicace de la statue de Sôphanès. L’hypothèse selon laquelle Sôphanès occuperait les fonctions de phrourarque n’est pas confirmée par le texte ; sa fonction d’ἐπ’ ἀνδρῶν le désigne plus largement comme commandant d’une troupe de soldats. Les motifs qui ont décidé les paysans à honorer ce représentant du pouvoir militaire ptolémaïque restent obscurs, sauf à considérer qu’il s’agit de résidents installés par l’autorité royale pour travailler la terre.

60Pour finir, deux autres documents apportent un éclairage partiel sur la situation économique des cités. Un décret de Kourion (53) enregistre l’octroi par la cité de droits fondamentaux pour l’étude du fonctionnement interne des cités. Avec la proxénie, le personnage honoré se voit accorder d’une part l’atélie et l’enktèsis, d’autre part l’exonération particulière sur les droits de passage et de transport de marchandises (import et export), et l’immunité en regard du droit de saisie. L’octroi par la cité d’exonérations fiscales, tout comme celui du droit de propriété sur son territoire, nous incite à nuancer la nature de la mainmise lagide sur le territoire civique chypriote. Si l’on adopte cette lecture, il faut envisager qu’une partie au moins du territoire des cités ne soit pas tombée dans le domaine royal après la disparition des cités-royaumes. Cette analyse est inséparable de la discussion sur le statut des cités chypriotes sous la domination lagide.

  • 121 I. Kition 2030.
  • 122 Mitford 1961b, p. 142-143 no 40. Le lieu d’origine du poids est inconnu, mais il est certainement c (...)
  • 123 Mitford 1961b, p. 122 no 23.

61Notons que, parmi les magistrats de la cité, les agoranomes sont relativement bien représentés dans les inscriptions : une dédicace de Kition121, un décret de Kourion (63), ainsi que la dédicace d’un édifice public à Salamine (54) en font mention. Ces trois textes sont datés du ier siècle, mais une mine de plomb datée du premier quart du iie siècle porte vraisemblablement le nom de l’agoranome alors en fonction122. Toujours dans ce même registre financier, un trésorier (ταµίας) est peut-être attesté à Karpasia, associé aux πανοίκιοι γεωργοί dans la dédicace de la base de statue du commandant Sôphanès (24). La fragilité de la restitution proposée par T. B. Mitford123 nous incite cependant à considérer avec une grande prudence ce témoignage isolé. Quoi qu’il en soit, la présence de ces magistrats dans les cités chypriotes plaide pour le maintien d’une gestion interne de l’économie ordinaire des cités.

Activités artisanales et commerciales dans le corpus des inscriptions chypriotes

  • 124 Michaelides 1996.

62Le corpus de Chypre, bien que fortement marqué par les indices de l’occupation militaire et de la gestion administrative des Lagides, contient également des témoignages d’une activité artisanale, économique et commerciale124.

  • 125 L’ensemble de la documentation de Kafizin a été édité et interprété par S. Lejeune, voir désormais  (...)

63Un dossier se détache en particulier. Le site de Kafizin a en effet fourni un lot exceptionnel d’inscriptions gravées sur des vases céramiques. Les conclusions125 de l’étude céramologique et épigraphique révèlent que ces textes, rédigés partiellement en koinè mais encore pour beaucoup dans le syllabaire régional, enregistrent les offrandes d’une confrérie professionnelle honorant une nymphe locale dans un sanctuaire rupestre de la campagne de la cité de Lédroi. La koinônia de Zénon dont le siège se situait au lieu-dit Androklou oikos était une association de cultivateurs du lin, dont on arrive à suivre les activités, et qui était assujettie au versement d’une dîme. Les inscriptions de Kafizin contribuent donc de façon inédite à l’histoire de la société chypriote, qui s’anime au rythme des activités de l’association agricole et des consécrations à la « nymphe du Piton » (59).

  • 126 Megaw 1952, p. 115.
  • 127 I. Kition 2068.

64Quelques inscriptions funéraires attestent ponctuellement l’activité d’artisans. C’est le cas de l’épitaphe d’un charpentier de marine à Paphos126 ainsi que de l’épitaphe d’un artisan de l’industrie du textile, le foulon Onasilos à Arsinoé (57). Un potier lycien est également connu par le témoignage d’une épitaphe bilingue grec-phénicien de Kition127. Enfin, un artisan de la pourpre fait graver une épitaphe pour sa mère à Arsinoé (56).

  • 128 Le dossier kitien est à ce titre le plus avancé : KB IV, p. 109 ; Yon 2009.
  • 129 Infra, p. 116-117.
  • 130 Hermary 1999 ; Michel 2016.

65Les activités commerciales des cités chypriotes ne semblent pas subir de recul décisif à l’époque hellénistique128. L’épigramme funéraire de Dèmônax de Salamine datant du iie siècle (60) apporte sur ce point un éclairage intéressant. Parfait exemple d’une pratique épigraphique qui connaît un fort développement à l’époque hellénistique129, cette épigramme conserve le souvenir d’un citoyen de Salamine disparu en mer à l’âge de vingt-huit ans, alors qu’il se livrait à des activités de commerce (ἐµπορίαις πικρὸν δ’ εἰς Ἀχέροντ’ ἔµολεν, v. 4). C’est pour nous un témoignage original du dynamisme des activités, et notamment des activités commerciales, des Chypriotes loin de leur île130.

  • 131 I. Paphos 198.
  • 132 Leur étude était l’objet principal du colloque de Marseille en 2015 : CCEC 46, 2016.
  • 133 Pouilloux 1973 ; Cayla 2006.
  • 134 Mavrogiannis 2002.
  • 135 Adelphes, 2, 2.
  • 136 Mitford 1961b, p. 105-107 no 8 ; I. Paphos 262.
  • 137 Childs, Smith, Padgett 2012, p. 242-243. Les auteurs précisent : « the inscription was barely legib (...)
  • 138 Mitford 1961a, p. 41 no 112 ; Masson 1963, p. 6-7 ; Leibundgut Wieland, Frey-Asche 2011, no 1886 pl (...)

66Une dédicace bilingue grec-latin de Palaepaphos attire également notre attention131. Consacrée à l’Aphrodite Paphia par les commerçants romains de Paphos, la base de statue – composée de deux blocs – atteste la présence de commerçants romains à Chypre dès la première moitié du ier siècle. Cette donnée n’a rien d’étonnant, Chypre occupant une position centrale dans les routes commerciales en Méditerranée orientale132. Les rapports entre Chypre et Rome à la basse époque hellénistique ont surtout été analysés du point de vue de l’étude des élites133. Un autre aspect de cette relation concerne le commerce des esclaves134. Le dynamisme de ce marché à Chypre, apparemment notoire dans l’Antiquité, est évoqué par Térence135. La documentation interne n’apporte toutefois pas de témoignage explicite de cette activité et la dédicace des Romains de Paphos ne peut être interprétée en ce sens en l’état actuel des sources. Deux inscriptions mentionnent des esclaves à Chypre à l’époque hellénistique. La première est un fragment de loi sacrée daté du iiie siècle et provenant du site d’Aghia Moni où se trouvait un sanctuaire d’Héra136. Le texte expose les châtiments encourus par d’éventuels profanateurs, et instaure une distinction dans les peines entre hommes libres et esclaves, close qui ne relève en rien d’une prétendue originalité chypriote. Les récentes fouilles menées par l’université de Princeton sur le site de l’ancienne Marion-Arsinoé ont, semble-t-il, mis au jour une inscription mentionnant également un esclave137. Tamisa138, qui apparaît aux côtés d’Euboula dans une dédicace de Palaepaphos, pourrait, d’après T. B. Mitford, appartenir à la classe servile. Rien ne permet de corroborer une telle interprétation. Ces maigres témoignages ne sauraient illustrer le rôle, qui reste précisément à définir, de l’île de Chypre dans le commerce des esclaves.

Notes

1 Polybe, 5, 34 : « […] Maîtres de la Cœlé-Syrie et de Chypre, ils tenaient en respect les rois de Syrie sur terre comme sur mer ».

2 Pour une relecture récente de l’impérialisme défensif lagide, voir : Pébarthe 2014.

3 Ce résultat forme un contraste fort, au contraire, avec les dédicaces honorant les Ptolémées.

4 Nous ne tenons pas compte dans ce calcul des textes mentionnant individuellement les soldats (en majorité des épitaphes, ainsi que quelques listes de contribution), bien que leur présence à Chypre soit l’une des conséquences directes de l’implantation lagide.

5 Cf. Préface de la PPC en 1976.

6 Roesch 1980.

7 Ce constat peut selon nous s’étendre au-delà des limites chronologiques imposées par notre sujet.

8 De maigres témoignages existent néanmoins, tels que des balles de fronde inscrites : Avram, Chiriac, Matei, « Balles de fronde grecques en pays Gète et ailleurs. Sur les traces de Zopyrion dans le bas Danube », RA, 2013/2, p. 227-303.

9 Mehl 1995 ; Mehl 1996 ; Mehl 2016.

10 Cette position n’est pas sans susciter des réserves : voir Michel 2016, p. 298.

11 Launey 1987 ; Chaniotis 2002 ; Chaniotis 2005 ; Fischer-Bovet 2014. Pour Chypre en particulier : Bagnall 1976 ; Mehl 1996.

12 Voir également : I. Salamine 71.

13 Van’t Dack 1990, p. 437 : « […] on doit distinguer entre, d’une part, l’exercice de facto d’une fonction et d’autre part, le titre honorifique d’une charge qu’on se voyait accordé avec survivance ; il en existe des exemples dans le secteur militaire et sans doute ailleurs ».

14 Voir : Mooren 1977, p. 209. Après avoir évoqué la situation, exceptionnelle, du stratège de Chypre au sein de la hiérarchie aulique, l’auteur décrit ainsi la position des autres agents ptolémaïques : « La deuxième place est occupée par les fonctionnaires de l’administration civile qui n’ont pas d’autorité militaire. En troisième lieu viennent les fonctionnaires de l’administration financière. Les fonctionnaires de l’armée doivent être répartis dans les diverses séries : certains occupent une position sociale très élevée, tandis que d’autres se trouvent tout à fait au bas de l’échelle. »

15 Roesch 1980.

16 On trouve aussi la traduction par « chef » (I. Salamine) ; nous lui préférons la première solution.

17 Bagnall 1976.

18 I. Salamine 75, avec les corrections de Lanciers 2019, p. 198-199.

19 Le personnage appartient au rang des Successeurs. La fonction de ἡγεµών ἐπ’ ἀνδρῶν est restituée par T. B. Mitford : Mitford 1961a, p. 19 no 49.

20 Notons que le même personnage occupe la fonction d’hipparque. Nous n’analysons pas en détail cette fonction dont le seul autre représentant dans notre corpus est l’officier alexandrin Kalliklès fils de Kalliklès, qui est vraisemblablement en poste dans la capitale du royaume lagide.

21 I. Kition 2029.

22 La lecture des éditeurs laisse trop peu d’espace pour la restituer sur la pierre ; ἐπὶ τῆς πόλεως est par ailleurs envisageable.

23 Mitford 1937, p. 35 no 9 ; I. Kourion 60 ; PPC, Π.48, N.16, M.42.

24 I. Kition 2029.

25 En effet, l’épiclèse de Sôteira est partagée à l’époque hellénistique par diverses divinités féminines – c’est d’ailleurs l’épiclèse d’Athéna dans la dédicace bilingue de Lapéthos (101). Mais Héra n’est pas la seule déesse à pouvoir être qualifiée de « Mère des dieux » (BE 1966, no 492). Nous pouvons avec plus d’assurance penser à Cybèle – dont c’est l’une des appellations traditionnelles –, à Isis, dont le culte est particulièrement actif dans le nord de l’île à l’époque hellénistique, à Astarté, ou pourquoi pas à une Isis-Aphrodite (Hermary 2012, p. 23-24, à propos du texte 112). Enfin, le toponyme du lieu de découverte de l’inscription, Aphrodision (Strabon, 14, 682), va à l’encontre d’une identification du sanctuaire à la déesse Héra. Pour finir, notons que l’onomastique du personnage honoré dans cette inscription invite à ne pas sous-estimer l’hypothèse d’une influence phénicienne : Mennéas porte en effet un nom susceptible d’avoir été directement transcrit du phénicien. La fluidité reconnue de la déesse Aphrodite en matière de transferts religieux et la facilité avec laquelle son culte est assimilé à celui d’Astarté (Bonnet 2015, p. 426-439) plaident ainsi en sa faveur.

26 Roesch 1980, p. 252.

27 Ici au sens de « placé à la tête du secrétariat des forces à pied et à cheval ».

28 Voir également les études plus ponctuelles de L. Mooren et A. Mehl : Mooren 1977, p. 193-196 ; Mehl 2016.

29 Voir à ce sujet les remarques de W. Peremans et Ed. Van’t Dack à propos du royaume attalide : Peremans, Van’t Dack 1968, p. 81-87 (cité dans Savalli-Lestrade 2001, p. 90) : « [l’ἐπὶ τῆς πόλεως attalide] n’interférait pas avec les institutions des villes placées sous son autorité : il ne figure pas dans l’intitulé des décrets civiques, et les cités n’ont pas besoin de lui pour gérer leurs relations avec le roi ou d’autres cités. Le stratège régional, en revanche, était l’intermédiaire entre les cités ou les autres communautés de son district et le roi […] ».

30 T. B. Mitford s’interrogeait quant aux rapports entre les deux fonctions et faisait l’hypothèse que ἐπὶ τῆς πόλεως puisse remplacer le phrourarque dans certaines cités : Mitford 1953b, p. 153.

31 Mooren 1977, p. 197. Voir également les réserves exprimées par L. Robert, BE 1961, p. 256-257 no 824 ; et désormais : I. Paphos 23.

32 Le stratège de Chypre occupe la fonction de navarque de la flotte lagide à partir de 142.

33 Dans la documentation égyptienne, le terme désigne l’ingénieur en chef d’un nome qui s’occupe des constructions et travaux publics financés par le trésor royal, voir : Orrieux 1983, p. 26.

34 C’est la lecture de T. B. Mitford : Mitford 1961a, p. 23 no 58. D’après l’éditeur, on lit : Καρπίωνα τὸν ἑαυτ[ῶν] πατέρα Ἄνδρων / Ἡρόδοτος Καρπίων Πτολεµαῖος / καὶ οἱ ὑπ’ αὐτὸν τεταγµένοι / κατὰ τὴν νῆσον ἀρχιτέκτονες. L’emploi de l’accusatif après la préposition ὑπό peut indiquer le rapport d’autorité fort entre les ingénieurs et leur chef (cf. Liddell Scott Jones, s.v. ὑπό). On peut aussi faire l’hypothèse d’une erreur de gravure due à la confusion phonétique entre les lettres ο et ω ; mais dans ce cas la spécialisation de Karpiôn (père) n’est plus assurée, et les ingénieurs seraient placés sous le commandement de quatre frères. En l’état actuel de la documentation, nous privilégions donc la lecture de T. B. Mitford.

35 Si la restitution proposée par T. B. Mitford est acceptable, un groupe de soldats affectés au maniement de catapultes (πρὸς τοῖς [πετροβολικοῖ]ς̣) est également mentionné dans ce décret (l. 7).

36 Megaw 1952, p. 115 ; I. Paphos 230.

37 De même dans I. Paphos 74.

38 Voir sur ce point : Fischer-Bovet 2014, p. 290-292.

39 Roussel 1930, p. 361-371. Voir également : Mitford 1953b, p. 152 n. 70.

40 Voir les remarques d’A. Hermary à ce sujet : Hermary 2014, p. 252-253. D’après M. Hatzopoulos (Cultes et rites de passage en Macédoine, Athènes, 1993), cité par J. Ma (Ma 2011, p. 526), les kynegoi devraient être mis en rapport avec l’adaptation macédonienne de l’institution éphébique classique. Des kynegoi sont aussi peut-être attestés à Kition (Hauben 1970, p. 74).

41 Supra, p. 28-29.

42 Nous reviendrons en détail sur la question de son identité ainsi que sur ses activités.

43 Mooren 1977, p. 186.

44 Infra, p. 102.

45 Voir la discussion sur la nature du lieu-dit « Garrison’s Camp » à Néa Paphos, cf. en dernier lieu : Balandier 2007 ; Balandier 2015. La question doit par ailleurs être rattachée désormais à celle de la fondation de Néa Paphos, peut-être issue d’une katoikia militaire lagide. Voir : Vitas 2016.

46 Bagnall 1976, appendice B.

47 La pierre, dont la provenance est inconnue, est conservée au Cyprus Museum (CM, inv. 74) : Mitford 1938, p. 18-19 n. 7 (cf. BE 1939, no 528) ; Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 26 no 5.

48 C’est la lecture des premiers éditeurs, et cela revient à considérer que le phrourarque a un statut d’éponyme. I. Nicolaou (Nicolaou 1993b, p. 228, E) lit γυµνασιαρχοῦντος au lieu de φρουραρχοῦντος.

49 Cohen 1978, κατοικοῦντες p. 76 : « perhaps it indicates that the group of soldiers, previously sent out as a garrison, remained at the chorion to take up permanent living quarters there ». Voir également : Papazoglou 1997, p. 218-230.

50 Essentiellement : Chaniotis 2005 ; mais voir déjà Chaniotis 2002, particulièrement profitable pour l’étude du cas chypriote.

51 Chaniotis 2002.

52 Viviers 2011.

53 Viviers 2011, p. 39.

54 La pierre a été acquise à Morphou. Nous reprenons l’hypothèse formulée par T. B. Mitford.

55 Les inscriptions chypriotes ne permettent pas de préciser les réalités recouvertes par cette notion.

56 Mitford 1961b, p. 135.

57 Mitford 1961b, p. 136.

58 Mitford 1961b, p. 136 à propos de l’inscription de Salamine (I. Salamine 86) : « [this inscription] betrays (I now believe) a like social and, it may even be, political, connection between the settled garrison of the island and those serving in more unstable stations to the North ».

59 Il peut en effet s’agir de la deuxième, voire de la troisième génération.

60 Mitford 1961b, p. 241 no 39 ; Hermary 2004, p. 55 ; Lejeune 2014, p. 315.

61 L’inscription 86 évoque effectivement la divinité, en l’occurrence Artémis, au service de laquelle œuvre l’association. Si l’on considère que ces thiases sont composés de garnisaires lagides, et donc sans doute d’une majorité de mercenaires, il faut alors inclure dans la discussion le décret (21) de Palaepaphos évoquant les honneurs décernés à un officier lagide originaire de Patara : les soldats concernés par les sacrifices mentionnés sont en effet invités à consacrer leurs victimes, d’une part à l’Aphrodite Paphia, la divinité locale, et d’autre part à Létô, divinité probablement choisie en référence à la Lycie natale du personnage honoré, dans son sanctuaire de Néa Paphos. Ce texte est l’un des rares à établir aussi clairement un rapport entre la présence de soldats étrangers et la question des cultes à Chypre.

62 Myres, Ohnefalsch-Richter 1899, no 5147 : « En l’an 3, au mois de Gorpiaios, le thiase de l’aposkeuè a offert une victime en sacrifice. En l’an 4, le thiase des Édylaiôn a offert une victime en sacrifice. En l’an 5, le thiase des Kisaôn a offert une victime en sacrifice. » Voir : Mitford 1961b, p. 142 ; Pomeroy 1990, p. 100-101 ; I. Kition, p. 238 ; Lejeune 2013, p. 317. Pour l’identification du lieu de découverte de l’inscription voir en dernier lieu Hermary 2004, p. 54-55.

63 Holleaux 1942, p. 15-26 ; Launey 1987, p. 789. Voir en dernier lieu : Chaniotis 2005, p. 104 ; Fischer-Bovet 2014, p. 201.

64 La référence d’ordre technique au « bagage » indique qu’il doit s’agir de soldats encore actifs.

65 Infra, p. 116-117. Ces dossiers sont examinés plus en détail dans Michel, à paraître.

66 Aupert, Flourentzos 2008.

67 À l’appui de cette lecture : Hölbl 1994, p. 172-183. Des phénomènes de rasura observables sur les dédicaces des agents de Philomètôr à Paphos et Kourion appartiennent au même contexte de reprise en main autoritaire qui s’installe à la mort de Philomètôr : I. Paphos 15.

68 Voir la synthèse évènementielle supra, p. 26-28.

69 La durée de l’occupation séleucide n’a pas pu durer davantage que quelques mois, entre le début de l’année et le mois de juillet 168.

70 Notons que, malgré la cohérence de la lecture proposée par les éditeurs, rien n’exprime explicitement la nature cadastrale de cette inscription : l’interprétation de l’inscription d’Amathonte demeure ouverte.

71 Mitford 1961b, p. 100-101 no 4 ; BE 1962, p. 210 no 326.

72 Michaelidou-Nicolaou 1967 ; Michaelidou-Nicolaou 1968 ; Bagnall 1976.

73 Choix Delphes 120. Cf. Launey 1987, I, p. 261 et II, p. 1156 ; Michaelidou-Nicolaou 1969, no 8 ; PPC, E.11, E.18, E.26, E.17, M.13, T.57 ; Garlan 1989, p. 87 ; Chaniotis 2002, p. 112 ; Chaniotis 2005, p. 112 ; et surtout Bielman, Retour à la liberté, p. 269-270, 293, 321.

74 A. Chaniotis, s’opposant en partie à Ogden (Ogden 1996, p. 291) met en doute l’origine chypriote de la femme d’Ératôn : Chaniotis 2002, p. 112. A. Hermary, lui, la considère comme Chypriote : Hermary 2008, p. 98.

75 On pense notamment à la définition de P. Lévêque (Lévêque 1969, p. 14) : « cette [l’époque hellénistique] longue suite de guerres acharnées et meurtrières et d’usurpations, qui ne cessent de modifier les frontières des États ».

76 PPC, E.18.

77 Le seul épisode militaire connu impliquant des combats à Chypre dans la première moitié du iie s. consiste en l’attaque et la prise de l’île par Antiochos IV en 168, évènement concomitant à l’incursion séleucide en Égypte (Will 2003, II, p. 322). On pense également au décret des auxiliaires crétois en l’honneur d’Aglaos de Cos gravé à Délos et qui évoque une expédition à Chypre aux alentours de 150 (Choix Délos I, 92, aussi Pouilloux, Choix 17). Mais cette date ne convient pas non plus à l’inscription de Delphes. Il s’agit vraisemblablement d’un contexte de piraterie : Garlan 1989, p. 138 et 276.

78 L’évocation de l’épisode violent qui a privé Épiklès de ses droits civiques constitue un témoignage inédit, susceptible notamment d’apporter un éclairage sur les méfaits causés à l’époque hellénistique par l’activité de pirates dans la région.

79 Liddell, Scott, Jones, s.v. ὑπηρετικός.

80 D’après Michaelidou-Nicolaou 1969, p. 161-162.

81 Peek 1955, no 1447.

82 Hermary 1987, p. 73 no 2. Malheureusement la scène peinte est très effacée et n’a pas été copiée au moment de la fouille.

83 Les vestiges de l’occupation antigonide d’Amathonte sont analysés dans Aupert, Balandier 2018.

84 Voir récemment : Dana 2011. Plus généralement : Fischer-Bovet 2014, p. 290-295.

85 I. Nicolaou (Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 26 no 7) cite un texte d’Olympie (I. Olympia 301) mentionnant la présence d’un corps de soldats Achéens à Chypre sous Ptolémée VI. Elle ajoute « which is not attested in any Cypriot document ». Mais elle reprend pourtant ce texte (Michaelidou-Nicolaou 1968, p. 26 no 5), accompagné de la base du commandant Sôphanès provenant de la région du Karpas (24), lui aussi Achéen. Est-ce la datation sous le règne de Ptolémée VI qui la retient de relier le texte d’Olympie aux documents chypriotes ?

86 A. Mehl va jusqu’à parler de « parallel societies » pour désigner les koina : Mehl 2018, p. 270.

87 I. Olympia 301.

88 Fröhlich 2009, p. 61.

89 Il ne faut pas le confondre avec le στρατηγὸς πολιτικός, infra, p. 78-79.

90 Bagnall 1976 ; Mehl 1996. Dernière en date, la synthèse de G. Papantoniou (Papantoniou 2012) en a présenté dans le détail les spécificités, notamment dans la sphère religieuse.

91 Mooren 1977.

92 Maccabées, 2, 10, 3-12.

93 Polybe, 33, 5,1.

94 Appien, 4, 61.

95 I. Paphos 33, 34, 36, 39, 40, 41, 43, 44, 46, 47, 48, 50, 51, 52, 53, 55-56, 58, 76. Voir dans notre choix de textes les numéros 4, 6, 7, 28, 33, 34, 37, 76, 88.

96 I. Salamine 75, 76, 77, 81, 82 et 84. Voir dans notre choix de textes les numéros 5, 30, 72, 89, 91.

97 Quatre occurrences : à Paphos (I. Paphos 13, 15, 20) et Salamine (96).

98 Bagnall 1976, p. 46.

99 Mooren 1977, p. 180-192 ; Mooren p. 208 : « Les véritables grands dans le corps administratif ptolémaïque sont les gouverneurs généraux de Chypre, les gouverneurs généraux de la chôra égyptienne, les gouverneurs généraux de la Basse et Moyenne-Égypte et les gouverneurs généraux de la Thébaïde, dans cet ordre bien précis. »

100 Pour un point de comparaison dans la Syrie séleucide, voir : Capdetrey 2004.

101 Orrieux 1983.

102 OGIS 56, A et OGIS 56, B (I. Egypte prose, nos 8 et 9).

103 R. S. Bagnall constate ainsi : « Of the larger aspects of economic exploitation, we know only that the mines were of importance and that a major official was in charge of them. There was probably an oikonomos who served as the representative of the basilikon on Cyprus, but what his relationship to the strategos was, what minor officials served under him, how his business was carried out, all remain unknown to us. » (Bagnall 1976, p. 79).

104 Le papyrus PSI 505 mentionne en effet un certain Satyriôn « τοῦ ἐκ Κύπρου οἰκονόµου ». Voir : Bagnall 1976, p. 73-74 ; Michaelides 1996, p. 141.

105 La donation d’Argos ne nous éclaire pas de façon décisive sur ce point (44). O. Picard, qui a livré la première interprétation monétaire de ce document, confirme sur ce point la dépendance des cités chypriotes vis-à-vis d’Alexandrie : « Chypre, de son côté, appartient à l’aire monétaire lagide, et la législation royale prohibant la circulation d’espèces étrangères y est strictement appliquée […] » (Picard 1982, p. 279). La lecture concurrente proposée par A. Meadows, qui propose de voir dans les sommes versées par les cités les parts d’une contribution levée sur la production agricole (du type de l’apomoira), ne dément pas l’adhésion de Chypre au système économique lagide.

106 Kassianidou 2000, p. 749-751.

107 Les aspects religieux de cette taxe seront évoqués infra, p. 131.

108 L. Mooren emploie à ce sujet pour qualifier le statut de Chypre dans les possessions lagides le terme de « perle » (Mooren 1977, p. 208-209). L’image est extrêmement bien choisie : il ne faut pas sous-estimer la valeur économique de la possession de Chypre pour les Ptolémées.

109 Michaelides 1996, p. 140.

110 Ces cités, dont la localisation est incertaine, demeurent inexplorées.

111 Mueller 2006.

112 Vitas 2016.

113 Balandier 2016 ; Balandier 2017. Un point de comparaison possible se trouve en Cyrénaïque où l’ancienne cité de Barcé perdit ses droits civiques au profit de son port nouvellement fondé, Ptolémaïs.

114 Un point de comparaison du côté de la Syrie séleucide dans : Capdetrey 2012.

115 Hermary 2013 ; Fourrier 2002 ; Fourrier 2013a ; Fourrier 2014. C’est désormais, pour la période qui nous intéresse, l’orientation principale des travaux de G. Papantoniou.

116 Hermary 2004.

117 L’Aphrodite Golgia, dont l’épiclèse apparaît précisément à l’époque hellénistique voir : Pirenne-Delforge 1994, p. 356-358.

118 Hermary 2004, no M1 et fig. 5.

119 Mitford 1961b, p. 122-123 no 23. Cette restitution est jugée « uncertain, though not implausible » par R. S. Bagnall (Bagnall 1976, p. 74). Voir également : Papazoglou 1997, p. 74, T17.

120 Supra, p. 51-54.

121 I. Kition 2030.

122 Mitford 1961b, p. 142-143 no 40. Le lieu d’origine du poids est inconnu, mais il est certainement chypriote : BE 1963, p. 133 no 31.

123 Mitford 1961b, p. 122 no 23.

124 Michaelides 1996.

125 L’ensemble de la documentation de Kafizin a été édité et interprété par S. Lejeune, voir désormais : Lejeune 2014.

126 Megaw 1952, p. 115.

127 I. Kition 2068.

128 Le dossier kitien est à ce titre le plus avancé : KB IV, p. 109 ; Yon 2009.

129 Infra, p. 116-117.

130 Hermary 1999 ; Michel 2016.

131 I. Paphos 198.

132 Leur étude était l’objet principal du colloque de Marseille en 2015 : CCEC 46, 2016.

133 Pouilloux 1973 ; Cayla 2006.

134 Mavrogiannis 2002.

135 Adelphes, 2, 2.

136 Mitford 1961b, p. 105-107 no 8 ; I. Paphos 262.

137 Childs, Smith, Padgett 2012, p. 242-243. Les auteurs précisent : « the inscription was barely legible […], but it seems to include the word for slavery ».

138 Mitford 1961a, p. 41 no 112 ; Masson 1963, p. 6-7 ; Leibundgut Wieland, Frey-Asche 2011, no 1886 pl. 8 ; I. Paphos 195.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search