Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Première partie : Modalités et conséquences de l’intégration de Chypre dans le monde hellénistique

Chapitre I

Changer de perspective

Texte intégral

Synthèse événementielle

1L’époque hellénistique ne constitue pas une unité détachée, indépendante du cours continu de l’histoire de l’île de Chypre entre la fin de l’Âge du Bronze et la fin de l’Antiquité.

2Certains aspects de l’histoire des royaumes chypriotes (env. 1050-env. 310) sont essentiels pour l’étude de l’île à l’époque hellénistique. La compréhension des modalités de l’installation du pouvoir lagide exige de revenir, de façon synthétique, sur la situation des royaumes avant la mort d’Alexandre. De même, la situation de Chypre dans le dispositif lagide au début de la période hellénistique est intimement liée à celle de l’Égypte. Dès le début de la période – que l’on fixe généralement à la date du partage de Babylone, au lendemain de la mort d’Alexandre en 323 – un lien inextricable se noue en effet entre Chypre et l’Égypte, les deux territoires constituant bientôt autour de la capitale, Alexandrie, l’un des centres stratégiques et économiques du royaume ptolémaïque. Pour comprendre les particularités de la situation de Chypre à l’époque hellénistique, il faut donc prendre en compte ces deux dynamiques, hétérogènes et pourtant inséparables : d’une part l’insertion de l’époque hellénistique dans le temps long de l’histoire locale, et d’autre part l’intégration de Chypre dans un système régional fonctionnant apparemment à rebours des pratiques administratives et politiques antérieures.

Les royaumes chypriotes avant la mort d’Alexandre

  • 1 Dix (Idalion, Chytroi, Soloi, Salamine, Paphos, Kourion, Tamassos, Lédroi, Kition et Amathonte [ces (...)
  • 2 Hérodote, 5, 104-105 ; 5, 108-111.
  • 3 Yon 2004 ; Hermary 2005.
  • 4 Diodore, 14, 98.
  • 5 Au-delà des périodes d’invasion effective au cours du vie s., cette relation n’est pas fondée sur l (...)
  • 6 Aux alentours de 525, les royaumes chypriotes se soumettent au Grand Roi (Hérodote, 3, 19, 3). La n (...)
  • 7 Satraki 2012.

3Le nombre et les frontières des cités-royaumes chypriotes ont fluctué avec le temps1. Les rois de Chypre ont poursuivi des politiques hétérogènes, y compris en matière militaire, tout au long de leur histoire. Il suffit pour s’en convaincre de mentionner, à titre d’exemple, la position antithétique d’Amathonte et de Salamine lors de la révolte ionienne en 499-4982, la conquête d’Idalion par Kition vers le milieu du ve siècle3, ou encore la guerre qui opposa Salamine à Amathonte, Kition et Soloi en 3914. Bien que durablement ancrés dans l’aire d’influence des rois d’Égypte5, bien que vassaux des Assyriens à partir de 709 puis des Perses à partir de 5256, les royaumes chypriotes restaient, aux époques archaïque et classique, des royaumes autonomes7.

  • 8 Les royaumes chypriotes ne sont pas des territoires conquis par Alexandre, mais les membres d’une a (...)
  • 9 Ce point a été précisé par Éd. Will : Will 1960, p. 369-390.

4Cette situation perdura jusqu’au troisième quart du ive siècle, lorsque les intérêts rivaux des généraux d’Alexandre jetèrent l’île de Chypre au cœur de l’échiquier stratégique méditerranéen. Avant le déclenchement des premières secousses qui accompagnèrent les partages successifs de l’empire d’Alexandre, les royaumes chypriotes n’avaient pas réellement eu à craindre pour leur intégrité. Il semble en effet que l’éradication des dynasties locales ne faisait pas partie des projets, du moins à court terme, des Diadoques. Il faut apporter dès à présent un élément de clarification important : Chypre n’a jamais fait partie de l’Empire d’Alexandre8. C’est là un point essentiel qui doit pondérer la vision traditionnellement admise dans l’historiographie hellénistique, qui tend à faire de l’incorporation de Chypre dans le royaume lagide le prolongement naturel du démantèlement de l’empire d’Alexandre. Plusieurs conséquences en découlent : 1°) Chypre est, du point de vue des Ptolémées, un territoire doryktetos, issu des conquêtes militaires du Lagide, et non pas de celles d’Alexandre. De fait, en 323 aucun des généraux d’Alexandre ne pouvait se prévaloir d’une quelconque autorité sur les cités chypriotes9 ; 2°) La prise en considération de l’île de Chypre en tant qu’entité politique unie n’a pas de sens avant la seconde conquête de Ptolémée : sans chercher à donner à un évènement la portée qu’il ne peut avoir dans le contexte de l’Antiquité, la possibilité même d’une « politique chypriote » unifiée est une invention hellénistique.

  • 10 Voir notamment : Christodoulou 2009, p. 233-258.
  • 11 Quinte-Curce, 4, 3, 11.
  • 12 Sur la relation privilégiée entre le royaume de Salamine et le Macédonien, voir : Christodoulou 200 (...)

5Pour comprendre le déroulement des évènements après la mort d’Alexandre, il convient de revenir sur la position des royaumes chypriotes vis-à-vis du Macédonien, notamment lors de ses campagnes orientales10. L’île, vassale du Grand Roi pendant deux siècles, a su conserver son organisation politique ancienne, fondée sur la division en différents royaumes. De même, sous Alexandre, cette division politique basée sur la légitimité des dynasties en place s’est maintenue. Il semble que les rois de Chypre participèrent volontairement aux guerres d’Alexandre, à qui ils se rallièrent dès 332. La même année, les forces – vraisemblablement partiellement coalisées – de Chypre prirent part au siège de Tyr, jouant un rôle décisif dans la victoire du Macédonien11. C’est à la participation active des rois de Chypre dans la prise de Tyr que l’île dut vraisemblablement son autonomie relative du vivant d’Alexandre. La relation privilégiée d’Alexandre avec le roi Pnytagoras (351-332), renforcée par la parenté mythologique du conquérant avec le dieu de Salamine12, permit par ailleurs au grand royaume oriental de Chypre d’empiéter très largement sur ses voisins.

De la mort d’Alexandre à l’installation lagide

  • 13 Même position sur ce point que Christodoulou 2009, p. 253. Une réserve, néanmoins, sur l’interpréta (...)
  • 14 Bagnall 1976, p. 1 : « […] Ptolemy I had no sooner acquired Egypt in the division in Babylon in Jun (...)
  • 15 Christodoulou 2009 p. 254.

6À la mort d’Alexandre, Chypre fut, avec l’ensemble du monde grec et oriental, livrée aux ambitions des Diadoques. La prolifération des visées antagonistes et la dispersion de l’autorité qui s’ensuivit en Méditerranée orientale semblent avoir troublé l’équilibre des cités-royaumes13. C’est aussi dans l’hétérogénéité voire les contradictions des positions chypriotes vis-à-vis de leurs nouveaux et belliqueux voisins qu’il convient de rechercher les causes de la disparition du système politique local. La situation trouble dans laquelle se trouvaient les cités-royaumes chypriotes à la mort d’Alexandre coïncida avec les premières expressions de la politique égyptienne de Ptolémée, à la suite du premier partage de Babylone en 323. Or, comme l’a noté R. S. Bagnall14, le projet de création d’un royaume égyptien fut très tôt renforcé chez le Lagide par la conscience de la nécessité d’une politique extérieure consolidée. Chypre se vit donc intégrée très tôt dans les plans de Ptolémée. Dès 321, il manifesta ses premières velléités de rapprochement avec les rois chypriotes, pressé par les visées de Perdiccas en Égypte. Il conclut une alliance avec les rois de Salamine, de Soloi, d’Amathonte et de Paphos, tandis que ceux de Marion, de Kition, de Lapéthos et de Kéryneia prenaient, à l’inverse, le parti de Perdiccas15 puis, à la mort de celui-ci, celui d’Antigone Monophtalmos.

  • 16 Diodore, 19, 62, 6.
  • 17 Les inventaires IG XI, 2, 161, B, 54 (Artémision) et IG XI, 2, 161, B, 90 (Temple d’Apollon) enregi (...)
  • 18 Les archives constituées par les inventaires du sanctuaire délien (IG XI, 2, 135 : d’après J. Tréhe (...)
  • 19 Sur le statut de Nicocréon, voir : Bagnall 1976, p. 39-40.
  • 20 Diodore, 19, 57, 4 ; 19, 59, 1 ; 19, 79, 4-5. Les sources archéologiques relativisent la portée de  (...)
  • 21 Les inventaires font connaître l’offrande d’une couronne par un roi Iomilkos, peut-être roi de Kéry (...)
  • 22 Le premier signe du titre royal en syllabaire chypriote (« pa ») est en effet attesté au revers de  (...)
  • 23 La victoire de Salamine a donné lieu, du côté antigonide, à plusieurs commémorations mais l’hypothè (...)
  • 24 Diodore, 20, 47, 4 ; Thompson Crawford 1984, p. 1069 et 1073.
  • 25 Buraselis 2013a, p. 300-304. L’auteur écrit très justement que la position de Salamine dans le disp (...)
  • 26 Buraselis 2013a, p. 303 : « […] τίποτε άλλο από την µακεδονικότατη απόδοση νεκρικών τιµών το (...)
  • 27 Aupert, Balandier 2018, p. 252-259.

7La conquête lagide de Chypre – dont le corpus épigraphique nous livre une vision assurément partiale – ne se fit donc pas sans résistance, à en juger bien sûr par l’installation réussie d’Antigone et de son fils en 306/305, à la suite de la bataille de Salamine. Mais il convient d’évoquer les évènements qui l’ont précédée. En 316/315, Nicocréon de Salamine conduisit une première fois les rois alliés au Lagide à repousser Antigone et son fils Démétrios. À la suite du soulèvement de Chypre en 315/314 – à l’issue duquel Kéryneia et Lapéthos sont assiégées par l’officier ptolémaïque Séleukos, tandis qu’Androklès d’Amathonte est contraint de « fournir des garanties » au même Séleukos16–, il semble que les rois de Salamine, d’Amathonte et de Kéryneia aient revendiqué leur statut et leurs prérogatives. C’est du moins ce que suggère le témoignage des inventaires déliens de 314- 31217. En 313/31218, Ptolémée décida finalement de supprimer les rois chypriotes dont la loyauté n’était pas assurée. Il laissa en place Nicocréon, le roi de Salamine19, garant de ses intérêts sur l’île. D’après le témoignage des sources littéraires20, la cité de Marion, aurait été détruite à cette occasion. Les rois de Kition, de Lapéthos et de Kéryneia21, également alliés à Antigone, subirent eux aussi les représailles de Ptolémée : le premier fut exécuté, les deux autres emprisonnés. Les évènements de 312 reflètent une évolution de la politique du Lagide : le rôle de Chypre dans le futur royaume ptolémaïque était, à cette époque, en cours de définition. À la mort de Nicocréon, Ptolémée nomma son propre frère, Ménélas, stratège de Chypre, décision qui eut pour conséquence le passage de l’île de Chypre sous administration lagide directe. Ménélas frappa alors un monnayage d’or portant, abrégé sous sa forme chypro-syllabique22, le titre royal qui l’insérait dans la tradition des monarques locaux. La domination ptolémaïque n’était cependant pas encore définitivement assurée, malgré la conclusion d’une trêve entre les deux protagonistes, à la suite du décès des derniers rois de Paphos et de Salamine en 309. En 306, Antigone et Démétrios s’emparèrent de l’île à la suite d’une lourde offensive navale, privant ainsi Ptolémée de sa base chypriote pendant un peu plus de dix ans23. La défaite de Salamine de Chypre compte parmi les grands échecs militaires des Ptolémées, même si, selon l’analyse de Diodore24, la loyauté des troupes lagides à l’issue de la défaite a permis d’en limiter les conséquences sur l’essor de la dynastie. Ce n’est qu’en 295/294, après la mort de Cassandre, que Ptolémée remit la main sur Chypre, à la faveur des campagnes de Démétrios en Grèce. La période antigonide de Chypre (306-295/294), bien qu’extrêmement brève en comparaison de la longue intégration de l’île au royaume ptolémaïque, revêt une importance capitale dans l’histoire de la formation des royaumes hellénistiques. La découverte du cénotaphe de Salamine par V. Karageorghis en 1965-1966, attribué depuis avec une certaine assurance à Antigone, confirme le statut de Salamine dans le système mis en place par Antigone et son fils Démétrios au cours des années précédant la bataille d’Ipsos (301)25. La ville joue alors le rôle de capitale antigonide et, selon K. Buraselis, accueille à ce titre « la manifestation la plus macédonienne des honneurs funèbres rendus par Démétrios Poliorcète à son père Antigone le borgne26 ». Des indices de l’activité antigonide sont également visibles en dehors de Salamine, à Amathonte notamment27.

8Le tournant du iiie siècle, après la chute des derniers royaumes locaux, fut donc marqué par le conflit entre Ptolémée et Antigone, associé à son fils Démétrios Poliorcète, autour de la possession de Chypre. Le dénouement de cette lutte territoriale, qui se conclut au bout de douze ans d’occupation antigonide par le rattachement de l’île à l’Égypte lagide, eut des répercussions décisives et pérennes sur Chypre et sur l’équilibre de la région.

  • 28 Collombier 1993.
  • 29 Strabon, 14, 6, 3. Voir Childs, Smith, Padgett 2012 et en dernier lieu Balandier 2014.
  • 30 Résultats présentés dans : Balandier 2014, p. 188 et 202 ; Balandier 2017.
  • 31 Au moins une autre cité chypriote fut baptisée du nom de la reine Philadelphe, voir : Mueller 2006, (...)

9Si, conformément au modèle d’extension territoriale propre à l’époque hellénistique, la conquête de Chypre par Ptolémée s’est faite à la pointe de la lance, l’attitude du Lagide envers les anciennes cités-royaumes n’est pas sans nuances28. Parmi les cités-royaumes ayant subi de plein fouet les représailles de 312, le cas de Marion est le plus développé dans les sources29. Strabon fait en effet état de l’élimination de la dynastie locale, suivie de la destruction totale de la cité et de la déportation de ses habitants plus au sud, vers Paphos. Cette vision est aujourd’hui nuancée par les résultats des fouilles archéologiques, notamment celles entreprises par le département des Antiquités chypriotes30. Un peu plus tard, dans le deuxième quart du iiie siècle, la cité fut refondée par Ptolémée II sous le nom d’Arsinoé – une autre cité, nouvellement fondée, fut baptisée du même nom sur la côte occidentale de Chypre, au cap Zéphyrion31.

  • 32 Diodore, 19, 62, 3-6 et 19, 79, 4-5, aussi I. Kition 79-80.
  • 33 Voir en dernier lieu : Fourrier 2015, p. 38.

10En ce qui concerne le royaume de Kition, plusieurs repères chronologiques sont à mentionner : en 315, le siège de la cité par Ptolémée, à la suite du ralliement au camp antigonide du roi Pumayyaton ; la campagne militaire du Lagide qui se solda en 312/311 par l’exécution de Pumayyaton32, puis, en 311, le début de l’ère civique de Kition. Ce dernier repère important pour l’histoire de la cité nous est transmis par un document daté du règne de Ptolémée Philadelphe. L’inscription 106, qui provient d’Idalion, est rédigée en langue phénicienne et se rattache dans une certaine mesure au culte d’Arsinoé Philadelphe. La pierre mentionne en effet une canéphore d’Arsinoé, nommée Amatosiris, et s’insère dans un triple système de datation : le comput du règne de Philadelphe, le calendrier civique de Kition, et enfin l’année de la prêtrise éponyme d’Arsinoé. La somme de ces références calendaires désigne l’année 254 : il faut donc considérer que l’ère civique de Kition a démarré en 311, date de l’exécution de Pumayyaton33.

  • 34 Résumé des débats historiographiques et nouvelles propositions dans : Van Oppen 2015.
  • 35 Athénée, 13, 37, 576e.
  • 36 Destrooper-Georgiades 2007, p. 272-273 : « This latter device is the personal badge of Ptolemy and (...)

11La cité-royaume de Soloi constitue un cas particulier qui a donné lieu à diverses interprétations34. Le roi de Soloi, Pasikratès, était allié à Ptolémée en 321/320, lors de la première guerre des Diadoques. Or, un nouveau roi, vraisemblablement sans lien avec la dynastie locale, Eunostos, est connu après 312. Cette donnée pousse à envisager qu’à Soloi Ptolémée a lui-même installé un nouveau monarque, à la suite de la suppression de la dynastie locale, dont la loyauté n’était pas assurée. Eunostos de Soloi est connu par le double témoignage des sources littéraires35 et des monnaies. Les premières font précisément état d’un mariage avec Eirènè, fille de Ptolémée et de Thaïs. Les secondes témoignent, par le biais de l’iconographie, des relations privilégiées d’Eunostos avec Ptolémée36. La fin du règne d’Eunostos n’est pas documentée par les sources.

  • 37 Sznycer 1997 ; Fourrier 2015, p. 42-43.
  • 38 Diodore, 19, 79, 4.

12L’histoire de la fin du royaume de Lapéthos est mal connue. Une inscription conservée au Louvre37 est datée par une triple mention au comput du règne de Ptolémée Philadelphe, à l’ère civique de Lapéthos, et au prêtre du culte de Ptolémée. La coïncidence de ces trois systèmes de datation permet de fixer à 307/306 la date du début de l’ère civique de Lapéthos. Or, Diodore38 nous informe que le dernier roi issu de la dynastie locale, Praxippos, fut emprisonné par Ptolémée en 312. Il faut donc envisager le maintien d’une autorité monarchique locale à Lapéthos jusqu’en 307/306 et, vraisemblablement, l’installation d’un nouveau roi par Ptolémée en 312/311. Malgré les lacunes importantes de la documentation, les cas de Soloi et de Lapéthos nous forcent à considérer que le remaniement opéré par Ptolémée en 312 ne s’est pas fait de façon uniforme. Il semble au contraire que le Lagide se soit montré attentif à la configuration propre des royaumes chypriotes. Le mariage d’Eirènè avec Eunostos irait, quant à lui, dans le sens d’une volonté d’assimilation pacifique du pouvoir local.

  • 39 Voir en dernier lieu les actes du colloque édités par Cl. Balandier : Balandier (éd.) 2016.
  • 40 Balandier 2014 ; Balandier 2017.
  • 41 Cette dichotomie exige d’être précisée. L’ancienne et la nouvelle Paphos appartiennent, à l’époque (...)

13La question de la date et de la nature de la fondation de Néa Paphos, capitale de la province lagide à partir de la fin du iiie siècle, a été longtemps débattue39. L’emprise lagide sur la région de l’ouest de Chypre s’est manifestée, nous l’avons vu, de façon particulièrement marquée avec la destruction de Marion et la déportation de ses habitants. L’attribution de l’initiative de la fondation de Néa Paphos au dernier roi autonome de Paphos, Nicoclès, fait désormais autorité. L’hypothèse développée par Cl. Balandier40 de l’installation d’une katoikia ptolémaïque à l’origine de la fondation urbaine de Néa Paphos, fondée sur les recherches archéologiques récentes, contribue néanmoins de façon décisive à la compréhension de l’articulation entre Palae41 et Nea Paphos au début de l’époque hellénistique.

  • 42 Rappel dans Roesch 1980. Voir principalement : Pouilloux 1976 ; Christodoulou 2009.
  • 43 Athénée, 4, 63, 3. Voir l’analyse de M. Iacovou : Iacovou 2002, p. 79, partiellement suivie par Chr (...)
  • 44 Diodore, 19, 79, 4-7.
  • 45 Christodoulou 2009, p. 253-257.

14Le cas de Salamine est encore différent. Le grand royaume oriental de l’époque classique entretient traditionnellement des rapports privilégiés avec la Grèce42 – position qui se renforce encore sous l’impulsion, au ive siècle, de ses deux derniers rois, Pnytagoras et Nicocréon. On en trouve les indices dans la relation particulière qu’Alexandre noue avec Pnytagoras. Après le siège de Tyr en 332, le territoire du royaume de Salamine s’élargit à la suite du don par Alexandre d’un territoire précédemment vendu par Pasikypros de Tamassos à Pumayyaton de Kition. Dans cette récompense – qui restaure au profit de Salamine une configuration territoriale antérieure43 – se dessine le geste fondateur de la politique macédonienne à l’égard de Chypre jusqu’en 310. En 313, Ptolémée nomma Nicocréon de Salamine stratège de Chypre et procéda à un nouveau réaménagement du territoire : les villes et les revenus des cités de Kition, de Kéryneia, de Lapéthos et de Marion furent dès lors portés au crédit du roi de Salamine44. Le royaume de Salamine bénéficia donc, au crépuscule de son existence, d’un accroissement territorial qui n’est pas sans faire écho aux ambitions régulièrement exprimées au cours de son histoire par la dynastie teucride45. Avec la mort de Nicocréon et le transfert de la fonction de stratègos à Ménélas, l’île de Chypre tombe tout entière sous l’autorité des Ptolémées. D’après les sources hellénistiques, le découpage de l’ancien royaume de Salamine au iiie siècle, sous le règne de Sôtèr ou de Philadelphe, a donné naissance à cinq cités : Chytroi, Golgoi, Karpasia, Lédroi et Tamassos.

  • 46 Christodoulou 2009, p. 255.

15Il apparaît à l’énoncé de ces évènements que la politique de Ptolémée à l’égard des royaumes chypriotes a évolué du fait de la conjoncture internationale : si l’impérialisme des Diadoques dans la course au pouvoir, engagée dès le troisième quart du ive siècle, laissait naturellement peu de place à l’existence des basileis chypriotes, l’hypothèse de l’élimination programmée des dynasties locales au nom d’une concurrence idéologique supposée entre Macédoniens et Chypriotes46 semble, dans l’état actuel des sources, abusive. Les aspects idéologiques de la présence lagide à Chypre, bien réels, bénéficieraient selon nous d’une analyse plus nuancée.

Chypre ptolémaïque : synthèse historique

16L’histoire de la relation entre Chypre et les Ptolémées s’articule autour de trois thèmes principaux, directement liés à la politique et à la diplomatie alexandrines, et qui correspondent à trois phases chronologiques distinctes : le développement de la puissance lagide hors d’Égypte, la sécurisation du royaume dans le contexte des guerres de Syrie, et enfin la gestion des crises dynastiques, dont la gravité et la fréquence s’accentuent à partir du deuxième quart du iie siècle. Le corpus des inscriptions chypriotes permet de suivre très précisément les mouvements profonds ainsi que les soubresauts ponctuels de l’histoire lagide.

  • 47 Will 2003, I, p. 94. Voir également : Buraselis 1993.
  • 48 IG II/III3, 1, 4, 911 ; SEG 28, 60 ; Shear 1978 ; Marquaille-Telliez 2008, p. 45.
  • 49 IG XII, 7, 506 (aussi Michel 1900, no 373). Voir également : Bruneau 1970, p. 531-532. Le décret do (...)
  • 50 L’histoire de la confédération et les différentes phases de son existence ont suscité une bibliogra (...)
  • 51 Celle-ci en fera officiellement son stratège : Will 2003, I, p. 331.
  • 52 Son rôle dans la libération d’Athènes fut célébré par la création d’une tribu Ptolemaïs en 224/223. (...)

17Dès la fin du ive siècle, Chypre s’insère dans la politique extérieure de Ptolémée, prolongée et considérablement développée par Philadelphe après 285. L’activité des Ptolémées au début du iiie siècle est marquée par la rivalité avec les Antigonides pour le contrôle de positions stratégiques en Grèce continentale et en mer Égée. En 287/286, soutenant une révolte contre Démétrios Poliorcète à Athènes, les troupes lagides prennent part à la libération de la cité. Dans le même temps, Sôtèr occupe Tyr, Sidon et les Cyclades, devenant pour un temps le protecteur de la Confédération des Nésiotes47. Le décret en l’honneur de Kallias de Sphettos48 nous apprend que Ptolémée II se trouve à Chypre en 287 ou 286. En 280/279, le décret dit de Nikouria nous informe, quant à lui, que la Confédération des Nésiotes participe aux Ptolemaia récemment fondés à Alexandrie en l’honneur de Ptolémée Sôtèr. Les Insulaires couronnent Philadelphe d’une couronne d’or, tandis qu’ils attribuent à son père des honneurs égaux à ceux des dieux49. En 280, Philadelphe remporte la victoire de Samos. En 278, il s’empare de Milet et se lance, en 274, dans la première guerre de Syrie. Entre 267 et 262, des bases navales lagides sont établies à Itanos, Théra, Méthana (Arsinoé) et Kéos. En 262, Éphèse et peut-être Lesbos sont, pour un temps, lagides. À partir de 258, la puissance lagide subit une série de revers : à Andros où la flotte de Philadelphe est battue par Antigone Gonatas, puis à Éphèse, qui passe alors sous influence séleucide. C’est également à ce moment que s’essouffle le protectorat lagide sur la Confédération des Nésiotes50. En 246, Ptolémée III, succédant à son père, entame la reconquête de la Cyrénaïque et s’empare, lors de la troisième guerre de Syrie (246-241), de Séleucie-de-Piérie. Il conclut finalement une alliance avec la ligue achéenne en 24351, puis soutient Athènes en 226/22552.

18La conquête de Chypre s’insère dans une phase d’installation de la puissance lagide en mer Égée, marquée par la rivalité avec les Antigonides, puis les Séleucides. Elle est en partie dictée par la nécessité de sécuriser le cœur du pouvoir ptolémaïque, qui comprend, au-delà de la capitale, Alexandrie, et de l’Égypte, la Cyrénaïque et une partie de la Syrie.

  • 53 D’après la périodisation définie par Robert 1960, p. 276-361 et généralement adoptée par les histor (...)

19La relation entre l’île et les Ptolémées s’intensifie et se transforme dans la deuxième partie de l’époque hellénistique (217-30)53. Les revers successifs subis en mer Égée eurent pour conséquence le repli des intérêts lagides sur les territoires restés en leur possession, et donc sur Chypre. Le corpus épigraphique, s’il apporte peu d’informations directes sur les évènements liés aux troubles (documentés par ailleurs par les sources littéraires) qui suivirent la mort de Ptolémée Épiphane en 180, permet néanmoins d’appréhender certaines de leurs conséquences à Chypre. Les témoignages du culte royal fournissent ainsi des indices concernant la nature des relations entre Chypre et Alexandrie. Parmi les dédicaces lagides, et après le dossier – quantitativement exceptionnel – relatif au culte d’Arsinoé Philadelphe, les inscriptions du règne de Philomètôr (180-145) sont les plus nombreuses, devant celles du règne de Ptolémée IX Sôtèr II (116-80). Ces deux règnes s’inscrivent dans un contexte dynastique et politique très troublé, et les deux souverains entretiennent des rapports comparables avec l’île de Chypre.

20La période qui s’ouvrit avec l’avènement de Philomètôr correspond à ce que l’historiographie définit traditionnellement comme le début du déclin de la dynastie ptolémaïque. Les troubles dynastiques importants qui marquèrent les règnes successifs jusqu’à la fin de la monarchie ptolémaïque s’accompagnèrent en effet d’une perte, progressive mais inéluctable, d’influence sur la scène internationale. Conformément aux paramètres propres à l’époque hellénistique, cet affaiblissement était avant tout stratégique et militaire. C’est dans la période allant du règne de Philomètôr à celui de Sôtèr II que le caractère personnel des relations entre les souverains et l’île de Chypre connut un resserrement important.

  • 54 Will 2003, II, p. 187.
  • 55 Mitford 1957 ; Mitford 1961, p. 20 no 51 ; Bagnall 1976, p. 256 ; PPC, Π.65 ; Hölbl 2004, p. 147-14 (...)
  • 56 Will 2003, II, p. 322.

21La puissance lagide diminuée à l’extérieur et à l’intérieur, le statut de ses possessions – dans et au-delà des frontières de l’Égypte – était menacé. En 196, Antiochos avait déjà tenté de prendre pied à Chypre à l’annonce, erronée, de la mort d’Épiphane54. Lorsque celui-ci disparut effectivement, le futur Ptolémée VI était encore mineur et sous la tutelle de régents contestés. C’est dans ce contexte que s’inscrivit la stratégie de Ptolémée Macron à Chypre qui se solda par un échec grave pour Alexandrie55. La sixième guerre de Syrie s’engagea dans ce contexte, encore envenimé par une série d’émeutes en Égypte. Profitant de ces troubles internes, renforcés par la mésentente du trio régnant alors à Alexandrie – Philomètôr, son frère le futur Évergète II et Cléopâtre II régnant conjointement –, Antiochos IV s’empara militairement de l’île en 168, avant de se lancer contre Alexandrie. Cette césure, aussi brève que soudaine, de la mainmise ptolémaïque sur Chypre précéda directement un évènement fondateur dans la relation des Lagides avec Rome. La « journée d’Éleusis », ainsi nommée par l’historiographie en référence au quartier d’Alexandrie où se joua la rencontre entre Antiochos IV et Popilius Laenas, intervint en effet parmi une série d’évènements contribuant à installer le Sénat romain dans le rôle d’arbitre qu’il jouera jusqu’à l’arrivée des imperatores sur la scène diplomatique et militaire du monde hellénistique. Au lendemain de cette rencontre, Rome exigea par sénatus-consulte que le Séleucide mît fin au conflit en évacuant les possessions extérieures lagides – Chypre, bien sûr – ainsi que le territoire égyptien. À partir de cette date, la plupart des historiens s’accordent à parler de « protectorat romain » pour décrire le statut de l’Égypte lagide56. En même temps qu’elle accordait un sursis à l’autorité des Ptolémées en assurant sa viabilité, l’intervention de Rome enregistrait le déclin inéluctable de la dynastie.

  • 57 Will 2003, II, p. 361.

22En 164 Philomètôr fut chassé d’Alexandrie par son frère Ptolémée VIII et c’est à Chypre qu’il trouva refuge. Son séjour y fut bref ; il fut aussitôt rappelé au pouvoir par une délégation alexandrine57. On procéda alors au partage du royaume entre les deux frères : Ptolémée VI conserva Chypre et l’Égypte, Ptolémée VIII dut se contenter du royaume de Cyrénaïque. Cette situation indisposa le second, qui, à nouveau, fit appel à Rome. Face à ces querelles dynastiques, le Sénat resta cette fois à l’écart ; Ptolémée VIII n’était autorisé à s’emparer de Chypre que s’il s’engageait à ne pas y employer les armes. Devant la résistance de son frère, Ptolémée VIII sollicita à nouveau l’aide de Rome qui, cette fois, prit explicitement parti pour Philomètôr.

  • 58 Pratique courante à l’époque hellénistique – qui scellera notamment le sort de la dynastie attalide (...)

23Entre 161 et 156, il semble que Ptolémée VIII essaya en vain de débarquer à Chypre. Pour parer aux tentatives d’assassinat dont vraisemblablement son frère le menaçait, il rédigea un testament en faveur de Rome58. Avec l’appui du Sénat, il tenta une nouvelle fois de débarquer à Chypre mais il y fut capturé par les troupes fidèles à Ptolémée VI et envoyé à Cyrène. Philomètôr lui donna alors sa fille (la future Cléopâtre III) en mariage, nourrissant sans doute l’espoir d’anéantir ainsi le testament en faveur de Rome.

  • 59 « Pour mieux lier Chypre à l’Égypte » : Will 2003, II, p. 363.
  • 60 À Théra, Méthana et Itanos, voir : Will 2003, II, p. 429.

24Philomètôr et son fils Eupatôr gouvernèrent probablement Chypre avec le titre royal59. À la mort de Philomètôr en 145, sa veuve Cléopâtre II devint la régente du jeune Eupatôr. Mais les Alexandrins se soulevèrent pour réclamer le retour d’Évergète II, toujours à Cyrène. Plus rien ne l’empêchait alors de s’emparer du trône lagide. Il saisit l’occasion pour se lancer contre Chypre, puis rentra à Alexandrie où se mit en place une nouvelle corégence. Cléopâtre II accepta d’épouser Évergète qui devait ainsi régner conjointement avec son fils Ptolémée VII. Le jour des noces, Évergète le fit assassiner. Ptolémée VIII se signala un peu plus tard par son mariage avec la jeune Cléopâtre III – sa nièce, la fille de Cléopâtre II – par lequel il se dota de deux reines : la mère, sa sœur Cléopâtre II, et la fille, sa nièce Cléopâtre III. En 142, il écarta du pouvoir Cléopâtre II, engageant l’Égypte dans une guerre civile majeure, tandis que les dernières troupes lagides quittaient leurs bases établies en mer Égée60, accentuant encore un peu plus la singularité de la présence lagide à Chypre.

  • 61 Macurdy 1985, p. 164. L’auteure fait ici référence à l’éviction de Cléopâtre IV par sa mère, qui a (...)
  • 62 Né en 144 et jusqu’alors à Cyrène.
  • 63 Will 2003, II, p. 430.
  • 64 Will 2003, II, p. 430.
  • 65 Will 2003, II, p. 432.
  • 66 Will 2003, II, p. 433.

25En 132, la concorde fictive qui s’était établie depuis 140 pour sauvegarder la dynastie, entre Ptolémée VIII et les deux Cléopâtre, s’effondra. Des émeutes éclatèrent dans la capitale, obligeant le roi et sa seconde épouse à gagner un lieu sûr : Chypre, à nouveau, servit de « refuge61 » aux Lagides. Cléopâtre II avait pour projet de mettre sur le trône Ptolémée Memphitès62, qu’elle rappela de Cyrène pour le faire acclamer roi à Alexandrie. Mais son plan échoua, Ptolémée VIII parvint à faire enlever Memphitès avant son arrivée à Alexandrie et le retint à Chypre, loin des ambitions de sa mère. C’est alors que Cléopâtre II, seule représentante de la dynastie alors à Alexandrie, décida unilatéralement de se faire couronner reine d’Égypte. C’était la première fois, dans l’histoire de la dynastie lagide, qu’une femme s’emparait seule de l’autorité royale63. Elle remplaça son épithète d’Évergète – qu’elle partageait avec son mari Ptolémée VIII Évergète II – par celles de Philomètôr et de Sôteira, renouant, au moins symboliquement, avec son frère d’une part, avec le fondateur de la dynastie d’autre part. Ce coup d’éclat ne manqua pas d’attiser le désir de vengeance d’Évergète II qui lui fit alors envoyer à Alexandrie – haut fait largement commenté – le cadavre démembré de leur fils Memphitès64. L’un des atouts de Ptolémée VIII dans la guerre civile qui l’opposait désormais à sa sœur était certainement d’avoir misé sur les capacités militaires de Chypre en concentrant l’essentiel de ses forces navales dans les grandes bases chypriotes65. La situation de Cléopâtre était alors fortement compromise : en ayant conservé sa force militaire, et tenant Chypre, Ptolémée VIII l’enfermait dans Alexandrie. En 129, Cléopâtre décida de faire appel à son gendre, le Séleucide Démétrios II, en lui offrant la couronne d’Égypte. Cependant cette tentative échoua et Cléopâtre fut contrainte de fuir en Asie, ce qu’elle fit, non sans emporter avec elle le trésor royal66.

  • 67 Pour cette période troublée de l’histoire lagide et ses interactions avec l’histoire chypriote, voi (...)
  • 68 À la mort d’Apion, en 96, la Cyrénaïque revint par testament aux Romains qui ne l’occuperont pourta (...)
  • 69 Hölbl 2004, p. 181.
  • 70 Will 2003, II, p. 440.

26La mort de Ptolémée VIII Évergète II en 116 ouvrit à son tour une période de troubles dynastiques graves au cours de laquelle ses deux fils, le futur Ptolémée IX Sôtèr II et le futur Ptolémée X Alexandre Ier allaient se disputer la couronne lagide, encouragés en ce sens par leur mère Cléopâtre III67. Évergète II avait en outre légué la Cyrénaïque68 à Ptolémée Apion, un fils illégitime, laissant le royaume profondément divisé. Un peu avant la mort de son père, en 117, Sôtèr II fut nommé stratège de Chypre69 au cours d’une manœuvre d’écartement plus que de promotion visant à favoriser, de la part de Cléopâtre III, l’ascension au trône de son cadet Alexandre70. La position de l’île dans ces années relève d’un subtil calcul politique : Chypre, suffisamment éloignée d’Alexandrie pour permettre l’éviction d’un prince trop ambitieux – ou susceptible de le devenir –, reste suffisamment proche de la capitale pour garantir au « banni » un retour assez rapide en cas de revers. Aux alentours des années 110-108, selon le schéma que nous venons de décrire, Cléopâtre III désigna Alexandre Ier pour succéder au défunt Évergète II. Mais face à la réaction hostile de la population d’Alexandrie, qui refusa de reconnaître la légitimité du cadet, Cléopâtre dut céder. On assista alors au premier échange des rôles entre les deux frères, l’un remplaçant l’autre à la tête de l’île de Chypre.

  • 71 Flavius Josèphe, 12, 206-209.
  • 72 Voir également à Paphos I. Paphos 24 (cf. Cayla 2016, p. 281).
  • 73 Hölbl 2004, p. 188.
  • 74 Selon les mêmes motivations qui avaient poussé son père Évergète II à rédiger lui aussi un testame (...)

27En 107, Ptolémée IX Sôtèr II fut contraint de fuir Alexandrie. Il passa alors par Chypre pour se réfugier en Syrie, où il rassembla une armée dans le but de s’emparer de l’île. Cléopâtre III rappela alors Ptolémée X Alexandre Ier à Alexandrie. De 107 à 88, Chypre fut gouvernée en royaume indépendant de l’Égypte, sans pourtant être émancipée de l’autorité lagide. Ptolémée IX Sôtèr II participa en 103 à une intervention militaire en soutien aux habitants de Ptolémaïs contre le roi de Judée Alexandre Jannée71. L’inscription 114 fait peut-être référence à cette guerre en évoquant probablement la victoire de Sôtèr II à Asôphôn72. Cléopâtre III lança cependant Alexandre dans une campagne militaire en Phénicie et marcha à la tête de son armée sur Ptolémaïs73. Ptolémée IX Sôtèr II tenta alors de remettre la main sur l’Égypte en marchant sur Péluse, mais il fut rattrapé par son frère qui le força à se replier sur Gaza, puis à regagner Chypre où il régna en souverain indépendant jusqu’en 88. En 88, Ptolémée X Alexandre Ier subit vraisemblablement les échecs de sa politique intérieure et les Alexandrins rappelèrent Ptolémée IX Sôtèr II. Le royaume lagide réunit ainsi à nouveau Chypre et l’Égypte sous une même autorité. Cependant, Ptolémée X Alexandre Ier leva une armée en Asie Mineure d’où il prépara une offensive sur Chypre. Il rédigea également un testament en faveur des Romains74. En 87, il périt en tentant de prendre l’île, mettant définitivement la question égyptienne au cœur de la politique romaine, et offrant une unité fragile au royaume de son frère. Ptolémée IX Sôtèr II associa alors à son pouvoir la veuve d’Alexandre : sa propre fille Cléopâtre Bérénice III.

  • 75 En 88, Mithridate avait capturé à Cos tous les descendants mâles de la dynastie lagide en la pers (...)

28Au terme des péripéties qui secouent les premières décennies du siècle, le fils cadet de Sôtèr II est à son tour proclamé roi de Chypre75, le schéma de division du royaume (Aulète tenant l’Égypte, son frère Chypre) se répétant une ultime fois.

  • 76 Hölbl 2004, p. 190 : « Von ihrer einstigen Vormachtstellung in Mittelmeerraum im 3. Jh. verblieb de (...)
  • 77 Repoussant ainsi l’offre du Romain : il s’agissait d’accepter l’annexion et d’occuper la position d (...)
  • 78 Will 2003, II, p. 522.
  • 79 Mooren 1982, p. 322.
  • 80 Voir à ce sujet les études fondamentales concernant la place de Chypre dans la politique de Cléopât (...)

29Comme le note G. Hölbl, au début du ier siècle Chypre seule demeure possession lagide et Rome est de ce fait « à la frontière de l’Égypte76 ». En effet, on ne saurait retracer l’histoire lagide de la première moitié du ier siècle sans prendre en considération la nouvelle donne imposée par la puissance romaine. Dès l’avènement de Ptolémée Aulète, l’autorité ptolémaïque était diminuée. En 58, avec la proclamation de la Lex Clodia de Cypro, Chypre est annexée par Rome et rattachée à la province de Cilicie. L’annexion fut effective à la suite de la mission de M. Porcius Cato et du suicide de Ptolémée « roi de Chypre »77. Éd. Will affirme lui aussi que « suivant celle de la Cyrénaïque, l’annexion de Chypre laissait présager le sort de l’Égypte78 ». Le sort de Chypre semble en effet inextricablement lié à celui des Lagides. Ainsi amputée d’une province qu’elle tenait depuis deux siècles et demi, l’Égypte se révolta contre Aulète qui ne put remettre les pieds à Alexandrie qu’en 55 sous la protection des troupes romaines. Ainsi débuta l’occupation romaine de l’Égypte. Du point de vue de Chypre néanmoins, la période qui s’ouvrit alors fut, telle que l’a très justement définie L. Mooren, celle « pendant laquelle l’île de Chypre se transforma en province romaine79 ». Comme l’ont en effet défendu de nombreux historiens80, la date de 58 ne représente pas de rupture radicale dans l’administration de l’île. Sous le règne de la dernière reine d’Égypte, Cléopâtre VII Philopatôr, la position de Chypre connut plusieurs changements éphémères mais demeura, semble-t-il, durablement sous la tutelle lagide, malgré les interventions de Rome.

  • 81 Le testament prévoyait également le mariage des deux héritiers, âgés alors respectivement de dix et (...)
  • 82 Plutarque, Pompée, 85.
  • 83 Plutarque, César, 45. Guerre « mi-civile, mi-étrangère », d’après Éd. Will (Will 2003, II, p. 532), (...)
  • 84 Épargnée par César au terme du défilé, elle ne le sera pas par sa sœur, qui négociera sa mort auprè (...)

30À sa mort en 51, Ptolémée XII laissait quatre enfants, ainsi qu’un testament en faveur de l’aîné de ses fils, Ptolémée XIII, et de sa fille, Cléopâtre VII81. En 49/48, Cléopâtre VII, écartée du pouvoir, se réfugia en Palestine où elle parvint à lever des troupes contre son frère. À ce stade, l’histoire de la dynastie lagide et celle de Rome, déjà étroitement liées, se rejoignent de façon déterminante. C’est en effet en 48 que Pompée, vaincu par César à la bataille de Pharsale, vint chercher refuge en Égypte, où Ptolémée le fit froidement exécuter82. César débarqua alors à Alexandrie pour exiger la réconciliation du jeune roi avec sa sœur Cléopâtre. Celle-ci, devançant Ptolémée, parvint à obtenir de César la restitution, au profit des Lagides, de l’île de Chypre, qui revint à son frère Ptolémée XIV et sa sœur Arsinoé IV, Cléopâtre VII et Ptolémée XIII obtenant l’Égypte. La décision d’annexion romaine avait moins de dix ans que déjà Chypre refaisait son apparition dans le jeu des Lagides. Un peu plus tard, en 48/47, la guerre d’Alexandrie83 entraîna la disparition de Ptolémée XIII. Au cours de son triomphe égyptien, César fit figurer Arsinoé IV, la sœur rivale de Cléopâtre, parmi les captifs84. Cléopâtre, quant à elle, se dota d’un nouveau corégent en la personne de son autre petit frère, Ptolémée XIV, récupéra Chypre, et, la même année, donna naissance à Césarion.

  • 85 Notons le remploi de l’épithète empruntée à l’une des figures fondatrices de la dynastie.
  • 86 Plutarque, Antoine, 36 et 54, 5-9 ; Dion Cassius, 49, 41, 1-3. Cléopâtre, déclarée « Reine des Rois (...)
  • 87 Michel 2018a.

31Après l’assassinat de César, Cléopâtre regagna Alexandrie et écarta Ptolémée XIV au profit de Ptolémée XV Césarion, qui devint son corégent. César mort, Cléopâtre lia le destin de l’Égypte à celui d’Antoine. Ces épisodes, qui sont de loin les plus célèbres de l’histoire des Lagides, concernent aussi directement Chypre. C’est en effet à partir de l’alliance avec Antoine que Chypre retrouva une position primordiale sur la scène internationale. Dès 44, Antoine donna l’île à Cléopâtre et Arsinoé, prolongeant ainsi la politique de César et affaiblissant pour la seconde fois la Lex Clodia de 58. Plus tard, en 41, au cours de la fameuse « entrevue de Tarse » à laquelle Antoine convoqua Cléopâtre, celle-ci obtint l’expulsion d’Arsinoé, qu’elle fera assassiner peu après à Éphèse. La même année, Antoine adjoignit la province de Cilicie à la possession lagide de Chypre, recréant au profit des Lagides la situation administrative issue de l’annexion romaine. Un règne conjoint de Cléopâtre et d’Antoine sur Chypre semble alors se mettre en place. C’est durant celui-ci que le stratège de Chypre, Sérapion, passa au service de Cassius ; il fut par la suite assassiné sur l’ordre d’Antoine. En 40 naquirent les jumeaux Cléopâtre Séléné et Alexandre Hélios, que Cléopâtre présenta à leur père à Antioche en 37, avant de mettre au monde Ptolémée Philadelphe85 l’année suivante. Au cours des « donations d’Alexandrie86 », Antoine – qui contrôlait de fait les ressources chypriotes – fit « don » de l’île à Cléopâtre qu’il épousa en 34. La reine d’Égypte mit alors en œuvre une politique de continuité dynastique, soutenue par une propagande efficace visant à promouvoir ses enfants – et particulièrement son fils aîné Césarion – et à restaurer la puissance lagide. Une récupération symbolique dans laquelle Chypre tient une place non négligeable se mit alors en place87.

Un renversement politique ? un changement méthodologique

Le système politique des cités-royaumes chypriotes

  • 88 Mehl 2016.
  • 89 Il s’agit là d’une exigence de même nature que celle exprimée par les organisateurs du colloque de (...)
  • 90 Voir notamment : Iacovou 2002 ; Iacovou 2007 ; Iacovou 2013.
  • 91 Voir notamment : Fourrier 2002 ; Fourrier 2013a ; Fourrier 2014.
  • 92 Satraki 2012.
  • 93 Cannavò 2010 ; Cannavò 2011.

32A. Mehl88 a souligné la spécificité de la domination lagide sur Chypre par rapport aux diverses périodes de domination connues aux époques antérieures. La présentation précise de la situation politique et du système antérieurs à la conquête lagide est un prérequis nécessaire à une étude de la période hellénistique de Chypre en contexte89. L’histoire des cités-royaumes a été analysée de façon détaillée, à la suite des travaux de M. Iacovou90, par S. Fourrier91 et A. Satraki92, à partir de la documentation archéologique et linguistique, et par A. Cannavò93, notamment à partir des sources textuelles.

  • 94 Références aux sources antiques dans Satraki 2012, p. 320-327 : Hérodote, 3, 19, 3 ; 3, 91, 1 ; 5, (...)
  • 95 Destrooper-Georgiades 2007 ; Markou 2011.

33Au cours de leur histoire, les royaumes chypriotes indépendants ont à plusieurs reprises connu une autonomie relative, passant successivement sous la tutelle des Assyriens, des rois d’Égypte et de Perse94. Si ces périodes de domination extérieure avaient pu restreindre la liberté de manœuvre des rois chypriotes dans les domaines diplomatique et économique, elles n’entravaient pas l’indépendance des royaumes en tant qu’entités politiques maîtresses de leurs institutions internes et manifestant leur identité et leur autorité propres, en tout premier lieu auprès de leurs voisins chypriotes. Les frappes monétaires constituent à ce sujet une source particulièrement éloquente : chaque cité-royaume possède sa propre monnaie et développe une iconographie monétaire distincte et originale. Il suffit ainsi de suivre le discours symbolique analysé par les numismates pour se rendre compte de la césure provoquée par l’installation du pouvoir lagide95.

Nature et limites de la rupture politique du début de l’époque hellénistique

  • 96 Les différences linguistiques entre les différents royaumes ne traduisent pas de variation politiqu (...)
  • 97 Iacovou 2007, p. 464-465 ; Iacovou 2012, p. 355 ; Satraki 2012. Voir en dernier lieu : Iacovou 2018
  • 98 Ce terme n’est pas sans susciter de réserves ; voir l’argumentaire récent de M. Iacovou : Iacovou 2 (...)
  • 99 Iacovou 2014a, p. 99. A. Cannavò a rassemblé dans sa thèse de doctorat les sources textuelles docum (...)
  • 100 Satraki 2012, p. 218-220.
  • 101 Cité par Harpocration : Hadjioannou 1975, p. 344 (90), aussi Cannavò 2011, II B 27.
  • 102 Cité par Photios : Hadjioannou 1975, p. 346 (91), aussi Cannavò 2011, II B 32.
  • 103 Fouilles d’A. Caubet, S. Fourrier et M. Yon.
  • 104 Fouilles de M. Hadjicosti.
  • 105 Fouilles de l’École française d’Athènes.

34Si les transformations liées au passage de l’époque classique à l’époque hellénistique ne se manifestent pas également dans tous les domaines, on insiste traditionnellement sur l’importance et l’ampleur du changement qui se produisit alors sur le plan politique. La première conséquence de la rivalité entre les Diadoques à Chypre est la disparition du système politique local96, dont M. Iacovou identifie les prémices dans le courant du IIe millénaire av. J.-C.97. Ce système, auquel nous attachons, sous l’influence de l’historiographie de langue anglaise, le nom de « cités-royaumes98 », n’est pas précisément documenté dans les sources littéraires99. Les premières inscriptions royales datent approximativement de la fin du viiie et du début du viie siècle100. Pour la période classique, le témoignage d’Isocrate dans les discours adressés aux rois Évagoras et Nicoclès de Salamine est précieux, mais ne compense pas la perte d’écrits précisément consacrés au système politique chypriote, tels que ceux attribués à Aristote – auteur, lui-même ou son école, d’une Κυπρίων Πολιτεία dont seuls quelques fragments subsistent101 – ou de son disciple Théophraste, auteur d’un Περὶ βασιλείας Κυπρίων102. L’archéologie, qui nous renseigne essentiellement sur la topographie urbaine et l’organisation des complexes religieux et palatiaux (à Kition103, à Idalion104 et Amathonte105 par exemple), et dont le témoignage est resté longtemps négligé des historiens, complète en partie l’histoire des capitales royales de Chypre.

  • 106 Encore F. G. Maier (Maier 2004, p. 1223-1232) : voir l’argumentaire de M. Iacovou à la suite du com (...)
  • 107 N. Coldstream affirmait ainsi en 1982 : « In political matters, too, the Cypriots were rigidly cons (...)
  • 108 Demand 1996, p. 8 : « They [Cypriot polities] were ruled by kings – basileis – and there is nothing (...)
  • 109 La tendance à plaquer la distinction entre les éléments importés et les éléments d’origine locale s (...)
  • 110 À l’encontre de ce concept contesté, M. Iacovou invoque celui de « Cyprocentrism » : Iacovou 2007. (...)
  • 111 Pour la définition de cette notion en contexte chypriote, voir : Given 1998. Voir également les rés (...)

35Jusqu’à une date récente, les historiens, se fondant sur la nature prétendument despotique de la monarchie locale, ont eu tendance à exclure Chypre du monde de la cité grecque106. On perçoit les effets de cette exclusion latente dans l’historiographie chypriote, toutes époques confondues107. Comme l’a montré M. Iacovou en saluant la démarche stimulante et pionnière de N. Demand108, ce jugement visant les institutions chypriotes antérieures à l’arrivée des Macédoniens et considérées, par conséquent, comme locales109 relève d’une tendance persistante à « l’athénocentrisme110 », elle-même révélatrice de l’influence durable de la « colonial archaeology111 » dans le champ des études chypriotes. Renforcée par le cloisonnement des études chypriotes dans les domaines artistique, religieux et linguistique, cette perspective contribue à refouler définitivement Chypre aux marges du monde grec.

  • 112 Hatzopoulos 2014, p. 225 ; 232-233.
  • 113 La formule choisie par M. Iacovou lors de la conférence inaugurale du PoCA 2005 est explicite : « L (...)

36De fait, les hésitations que l’on perçoit dans l’historiographie concernant le statut politique de Chypre avant l’époque hellénistique résultent en grande partie d’une lecture incomplète du terme « cité-royaume », employé pour définir les royautés chypriotes de l’époque classique. La formule, toujours débattue, ne fait sens que dans une double démarche, alliant à la prise en considération des réalités locales la contextualisation du système dans l’environnement politique méditerranéen de l’Âge du Fer112. La tendance, en effet, à vouloir saisir la réalité d’un système local dans des cadres d’analyse appartenant à des modèles fondamentalement différents – en l’occurrence celui de la tyrannie archaïque, de la polis athénienne, ou encore de la royauté perse – a également favorisé la corruption des perspectives. Ce n’est que récemment, sous l’influence des travaux de M. Iacovou113, que les études chypriotes ont commencé à s’affranchir de ces cadres d’analyse inappropriés, pour prêter une attention réelle aux formes singulières des entités politiques locales.

Dénonciation d’une fausse incompatibilité sémantique et inscription dans le débat plus large de l’hellénisation de Chypre

37Les écueils liés à l’usage d’une terminologie incomplète pour définir la nature des états chypriotes dans l’Antiquité sont encore exacerbés par l’enchevêtrement épais de débats historiographiques majeurs portant sur la position de Chypre dans le monde méditerranéen, et notamment sur la question de l’hellénisation de l’île. S’ils visent plus directement l’histoire des époques antérieures à la conquête lagide, ces débats pèsent de façon considérable sur l’historiographie de la période hellénistique. Il est donc nécessaire de considérer, de façon synthétique, les données de ces problèmes récurrents dans les études chypriotes, ainsi que les principales directions de la recherche historique dans ce domaine.

  • 114 « Basileis et Poleis ne renvoient pas à deux modèles (le premier oriental, l’autre grec) entre lesq (...)
  • 115 Fourrier 2008, p. 115 : « L’hellénisation de l’île est indissociable du système politique de la roy (...)
  • 116 Iacovou 2006, p. 330 ; Cannavò 2010, p. 40.
  • 117 Cannavò 2010, p. 41.

38L’incompatibilité présupposée entre royauté et cité114 repose sur une vision dichotomique du paysage politique méditerranéen de l’Antiquité et se traduit par une compréhension biaisée de l’histoire chypriote, qui se caractériserait schématiquement par le passage d’une pratique tyrannique à une pratique collective du pouvoir. Cette lecture, généralement rejetée par les historiens des époques archaïque et classique, s’appuie sur l’influence traditionnelle des modèles grecs, profondément marqués jusqu’à une date récente par les raisonnements issus de l’étude privilégiée de l’Athènes classique. Le débat qui oppose cette vision traditionnelle et, d’autre part, les résultats de recherches fondées exclusivement sur l’étude de la documentation locale rejoint d’une certaine façon la question, toujours extrêmement vivace, de l’hellénisation de Chypre. L’étude attentive de la documentation chypriote – archéologique, mais aussi textuelle – conduit à reconnaître la relation logique entre le phénomène d’hellénisation et les spécificités locales du système politique115. L’opposition sémantique des Basileiai et des Poleis est donc, à Chypre, inopérante, et toute analyse du système politique local – et de son évolution au cours de l’histoire – doit se faire à partir de la documentation interne, seule apte à proposer une grille de lecture appropriée aux réalités chypriotes116. La prise en compte de l’originalité du système politique local se présente comme la réponse la plus efficace à la démarche, longtemps dominante, consistant en la perpétuelle recherche des influences extérieures. Mais prendre en compte l’originalité du système local ne signifie pas faire preuve d’indifférence vis-à-vis du contexte méditerranéen dans lequel s’inscrit la royauté chypriote. Au contraire, le réaménagement des perspectives internes doit, selon nous, viser à une meilleure compréhension de la position de Chypre en contexte régional117.

  • 118 Sznycer 2004 (I. Kition) ; Amadasi-Guzzo 2015 (KB VI).
  • 119 Cabinet des Médailles (Bibliothèque Nationale, Paris), inv. BB 2297. Voir : ICS, no 217 ; Egetmeyer(...)
  • 120 Athénée, 6, 68, 255f-256b, aussi Cannavò 2011, II B 29.

39Peu d’indices subsistent qui permettraient de préciser les modalités de la relation des basileis avec les cités aux époques archaïque et classique. Les documents les plus importants proviennent du corpus des inscriptions phéniciennes de Kition, où l’on connaît, à côté de la fonction royale, quelques fonctions politiques et administratives118. Ces fonctions ne semblent pas avoir d’équivalent dans les royaumes hellénophones, à l’exception du témoignage de la tablette d’Idalion119 et d’un texte de Cléarque de Soloi, transmis par Athénée120, mentionnant l’activité au service des rois chypriotes de κατασκόποι et d’ἐρευνηταί, c’est-à-dire d’espions et d’enquêteurs sur le modèle de ceux évoluant à la cour du Grand Roi.

  • 121 Ce constat général peut être étendu à l’époque hellénistique.
  • 122 La « tablette Bulwer » (ICS, no 327), en revanche, ne mentionne pas de magistrat civique : voir Neu (...)
  • 123 I. Kourion 218 ; ICS, no 180b ; Hatzopoulos 2009, p. 228 ; Hatzopoulos 2014 p. 224. Voir également (...)
  • 124 Les témoignages numismatiques de l’importance de l’élément civique à l’époque des cités-royaumes so (...)

40Quelques éléments permettent néanmoins de nuancer la conception traditionnelle de la monarchie chypriote pré-hellénistique. Ces documents – bien connus pour la plupart – présentent une vision éclatée de la situation politique à l’intérieur des cités-royaumes de l’ère classique121. Deux documents sont généralement convoqués. La célèbre tablette d’Idalion apporte des arguments en faveur d’une lecture plus modérée de la césure politique entre l’époque classique et l’époque hellénistique. On y trouve, à côté de celle du roi, la mention d’un magistrat éponyme et d’une ptolis : le don de terre royale – objet principal du texte – au médecin Onasilos, en récompense des services rendus pendant le siège de la cité par les Perses et les Kitiens, résulte de la décision collective du roi et de la cité et s’inscrit dans le cadre chronologique de la polis, le temps de la cité122. Une inscription de Kourion datant du début du ve siècle fait d’autre part état de la distribution de terres par le roi aux membres du damos123, permettant de conclure elle aussi à la coexistence de deux entités politiques déterminantes à l’époque classique : le roi et le corps civique124.

41Si, à la lumière de ces réflexions liminaires, la nature de la rupture politique qui s’opère à Chypre à la fin du ive siècle paraît d’emblée devoir être nuancée, la réalité même de cette rupture – plutôt une césure – n’est pas non plus sans poser question sur le plan matériel. L’archéologie fournit également des arguments au débat concernant le caractère soudain et total de la disparition de l’organisation et des activités des anciennes cités-royaumes. Nous évoquerons brièvement quelques exemples permettant de préparer des pistes de réflexion générales destinées à guider l’étude du corpus épigraphique.

  • 125 KB IV, p. 109 ; I. Kition, p. 60 ; Papantoniou 2012, p. 87-88.

42Les fouilles françaises de Kition-Bamboula représentent en ce sens un cas éloquent. Le site se signale en effet par le bon état de conservation des niveaux hellénistiques de même que par l’exploitabilité remarquable des vestiges comprenant des restes architecturaux, de petits objets, de la céramique et des stratigraphies bien lisibles. L’étude des niveaux hellénistiques a démontré de façon assez inattendue que l’activité religieuse se maintient au début de l’époque hellénistique125. Sur la Bamboula, la séquence chronologique observable ne recouvre donc pas les limites temporelles fixées a priori par l’histoire évènementielle : si le déclin de la puissance maritime et économique de la cité se fait progressivement sentir – prenant la forme d’un déclin plus que d’une chute brutale – les fouilles plaident contre l’hypothèse, portée par les auteurs anciens, d’une cessation soudaine d’activité à l’aube du monde hellénistique. L’entrée dans le monde hellénistique s’inscrit en fait, à Kition-Bamboula, dans une séquence chronologique large, s’étalant de la fin du ive au début du iie siècle.

  • 126 Hermary 2013. La question de la transition entre les ive et iiie s. à Amathonte a été traitée par P (...)
  • 127 Un lot considérable de tablettes en argile constituant les archives économiques du royaume d’Idalio (...)
  • 128 Papantoniou 2012, p. 208-290 ; Tassignon 2013.

43Les fouilles chypriotes à Idalion ainsi que les fouilles françaises à Amathonte126 apportent, quant à elles, un éclairage sur l’activité des centres palatiaux au ive siècle127. D’autres indices archéologiques, tels que les statues colossales de Bès découvertes dans la ville basse d’Amathonte, témoignent d’une continuité certaine dans le domaine cultuel128.

  • 129 À l’exception de la thèse de H. J. Watkin, restée inédite : Watkin 1988.

44L’historiographie, fondée principalement, et jusqu’à très récemment, sur la mise en évidence de la césure opérée par le renversement des « cités-royaumes » et la disparition des dynasties locales, a donc peu questionné – contrairement au mouvement général observable dans les autres régions du monde hellénistique – le statut et l’activité des cités à l’époque hellénistique129. Il est vrai que, par comparaison avec d’autres aires du monde hellénistique, la cité chypriote a laissé peu de traces dans la documentation épigraphique. Peu de témoignages explicites évoquent l’activité des institutions civiques chypriotes à l’époque hellénistique. Les inscriptions permettent néanmoins d’en évaluer le fonctionnement, à condition d’admettre comme présupposé à l’analyse historique que l’état de la documentation ne permet, en aucun cas, d’étudier précisément l’ensemble des institutions d’une cité ; seule une vision éclatée des institutions chypriotes est possible. Sur ce point nous disposons d’une documentation paradoxale : les textes les plus explicites ne proviennent pas de Chypre, et il ne nous reste souvent que le « négatif » des testimonia internes pour lesquels certaines cités de Grèce et d’Asie Mineure sont si fécondes à l’époque hellénistique.

Bilan intermédiaire

45Au terme de cette première approche du contexte historique et politique dans lequel s’insère la conquête lagide, il semble que les débats historiographiques concernant l’appartenance de Chypre au monde de la cité grecque, de même que la vision d’une rupture totale entre les époques classique et hellénistique doivent être dépassés. Nous avons vu que le modèle de la royauté chypriote répondait à des paramètres proprement locaux. Les tentatives de description du système politique chypriote pré-hellénistique se basant sur des critères et des modèles de comparaison extérieurs semblent donc vouées à l’imprécision. L’autorité monarchique et la cité ne s’inscrivent pas à Chypre dans un rapport d’exclusion. D’autre part, l’étude des situations propres à chaque cité-royaume à la fin de l’époque classique et au début de l’époque hellénistique, ainsi que l’analyse de leur intégration au sein du royaume ptolémaïque – alors en cours de formation – nous poussent à mettre en œuvre une approche nuancée et diversifiée. La qualité et l’intensité de la rupture chronologique qui se produit à la fin du ive siècle doivent elles aussi être nuancées. Nous avons dans les pages précédentes posé des jalons tendant à montrer que la notion de rupture historique représente une clé de lecture inadaptée à l’étude de la société hellénistique. En effet, si l’île de Chypre connaît une série d’évènements d’ampleur significative sur le plan militaire, politique et administratif, cette notion, abstraite de réalité matérielle, doit être éprouvée à l’aune des documents archéologiques et épigraphiques internes.

Vers une meilleure compréhension de l’intégration de Chypre dans le monde hellénistique

Importance de Chypre dans la formation des puissances hellénistiques

  • 130 Buraselis 2013a, p. 300.
  • 131 Quelle que soit la date à laquelle on décide de faire débuter l’ère lagide à Chypre, il semble étab (...)
  • 132 Christodoulou 2009.

46La question du contrôle de Chypre accompagne, nous l’avons vu, la constitution du paysage politique de l’époque hellénistique. La conquête de l’île est ainsi à l’origine de la naissance de deux des grandes dynasties. Ce point, dont les conséquences restent sous-évaluées, mériterait d’être mis en évidence plus précisément. À la mort du roi de Salamine en 310, c’est-à-dire à une date où aucun des Diadoques n’a encore revendiqué officiellement ce titre, Ptolémée installe son frère, Ménélas, à la tête de la cité-royaume avec le titre de stratège-basileus. En 306, lorsqu’il s’empare de l’île, Antigone – en même temps que son fils Démétrios – ceint le premier le bandeau royal130. L’année suivante, et pour contrer les ambitions de son rival sur l’Égypte, Ptolémée se fait lui-même proclamer roi131. L’énoncé de ces évènements invite à prêter une attention renouvelée à la place et au statut de Chypre dans l’histoire hellénistique. Si la nomination de Ménélas à Chypre n’a pas vraisemblablement déclenché la prise du titre royal au sens où l’entendaient les Diadoques macédoniens, le royaume de Salamine joue le rôle de relais dans un contexte marqué par le progrès constant des ambitions et des rivalités entre les anciens compagnons d’Alexandre. En s’assimilant officiellement un pouvoir local fort – rappelons que Salamine est le plus puissant des royaumes chypriotes à la fin de l’époque classique – Ptolémée se dote d’un avantage considérable pour la défense du royaume égyptien en même temps que d’une emprise locale forte, à la fois sur le plan stratégique et sur le plan symbolique132.

Aspects et nuances de la politique extérieure lagide

  • 133 Chamoux 1985, p. 198.

47La diversité de la politique de Ptolémée envers les rois de Chypre témoigne du caractère opportuniste de la politique des Diadoques – et plus tard, des Épigones – dans le domaine de la politique extérieure ainsi que pour l’administration des territoires. Le pouvoir lagide s’exprime indépendamment de considérations théoriques133. Or, Chypre représente pour les Ptolémées une zone d’intérêts aux frontières de la politique extérieure et de la politique intérieure. La domination lagide sur Chypre s’exprime par le biais d’une puissance englobante et unificatrice dont le centre se situe à Alexandrie. La disparition des cités-royaumes opère un changement d’échelle qui se traduit dans la vie quotidienne des cités par un relâchement de l’emprise royale par rapport aux époques antérieures et par une nouvelle médiatisation du pouvoir. L’administration ptolémaïque favorise d’autre part, par le biais d’un personnel varié et fortement hiérarchisé, la répartition des domaines de compétence royale. L’installation sur place d’un stratège pour gouverner l’île représente le degré suprême de la médiatisation du pouvoir royal. Parallèlement à ce phénomène de répartition – né en partie de l’éclatement des cités-royaumes – le développement local d’une idéologie royale efficace contribue à une certaine adhésion à cette forme hautement personnalisée du pouvoir que représente la monarchie lagide. Cette configuration est marquée à la fois par le principe d’unité qui contraste fortement avec la situation des époques précédentes, et, de façon moins nettement perceptible, par la permanence d’un certain nombre de paramètres hérités de la division antérieure en cités-royaumes. Il est difficile, en effet, de considérer l’île de Chypre à l’époque lagide comme une addition d’unités séparées.

48Deux écueils contraires semblent donc devoir être évités : d’une part exagérer les conséquences de la conquête lagide du point de vue de l’organisation territoriale de Chypre, d’autre part sous-estimer les effets de l’unification politique de Chypre et de son intégration au sein d’une entité plus vaste sur la société chypriote.

Analyse critique de la chronologie traditionnelle

  • 134 Collombier 1993, p. 119-147 ; Hatzopoulos 2009.

49Deux orientations principales se sont jusqu’à aujourd’hui imposées dans le domaine des études hellénistiques à Chypre : la première consiste à repérer et à analyser des éléments de transition entre le système des cités-royaumes des époques archaïque et classique et la conquête lagide – l’étude des « ruptures » et des « continuités134 » s’étant principalement concentrée sur cette période charnière –, la seconde à décrire le rôle de l’île dans la politique extérieure lagide et ses enjeux stratégiques. Or cette vision partielle ne semble pas, seule, adaptée à l’étude historique de la période hellénistique à Chypre. Ce constat n’est d’ailleurs pas pour isoler Chypre des autres parties du monde hellénistique. Il semble, au contraire, un point de départ nécessaire à la mise en perspective des études chypriotes dans les études d’histoire hellénistique récentes – prémisse essentielle qu’il nous paraît urgent d’adopter.

  • 135 Papantoniou 2012.

50La lecture des inscriptions hellénistiques soulève une série de questions quant à la pertinence du découpage chronologique traditionnel, qui met en exergue des évolutions essentiellement politiques, et celle de son application au domaine de l’histoire sociale135.

  • 136 En témoignent les inscriptions bilingues et digraphes datées du règne d’Androklès. Voir notamment l (...)
  • 137 D’abord au sens de : se définir, se particulariser – dans la mesure où ces éléments mythiques et cu (...)

51Tout d’abord, on observe que les phénomènes sensibles au cours de la période hellénistique viennent, à de nombreux endroits, se heurter aux frontières chronologiques généralement admises par l’historiographie. Par certains aspects, les conséquences de la domination exercée par les Ptolémées sur l’île de Chypre outrepassent les limites effectives de l’occupation lagide. Il semble donc impératif d’ouvrir la recherche, lorsque la situation s’y prête, aux données des périodes adjacentes, dans le but de rendre compte des contacts qui peuvent se dégager entre les périodes classique, hellénistique et romaine. La situation que nous décrivons est par ailleurs indissociable de celle décrite par les archéologues : « l’époque hellénistique » a sans doute commencé à Chypre bien avant la conquête lagide. Ses marqueurs les plus généralement admis sont en effet sensibles au moins dès la dernière génération des rois chypriotes. Ils se traduisent notamment par la promotion de l’usage de la langue et de l’alphabet grecs, y compris dans le royaume « étéo-chypriote » d’Amathonte136, mais aussi de pratiques culturellement marquées par l’influence de la paideia hellénique et l’adoption d’une lecture grecque des mythes et des cultes – lecture dans laquelle l’élément chypriote s’inscrit et s’identifie137 plutôt qu’il ne se perd ou ne se dissout.

  • 138 Supra, p. 26 n. 53.
  • 139 La pertinence de cette conception braudélienne des sociétés antiques pour l’étude de l’histoire hel (...)
  • 140 Bonnet 2015, p. 532 : « Il faut, d’une part, travailler sur un laps de temps suffisamment ample, af (...)

52Deux avancées dues aux développements récents de l’histoire hellénistique doivent par ailleurs être prises en considération : 1°) la prise de conscience d’un rythme propre à l’histoire des sociétés antiques et, 2°) la validité d’une chronologie interne à la période hellénistique fondée sur deux grands mouvements qui s’articulent autour d’une coupure sensible généralement à la fin du iie siècle138. D’une part, en effet, il faut distinguer les phénomènes ponctuels des phénomènes de longue durée139, travaillant en profondeur la société et pour l’étude desquels les cadres chronologiques traditionnels sont particulièrement inadaptés, comme le soulignait récemment C. Bonnet à propos de la Phénicie hellénistique140. Cette réflexion sur la chronologie doit généralement être étendue à l’ensemble du monde hellénistique.

  • 141 Voir notamment les recherches de J.-B. Cayla sur les liens familiaux entre Chypriotes et commerçant (...)
  • 142 Kantiréa 2008 ; Fujii 2013. En ce que concerne l’ouvrage de T. Fujii – essentiel pour le développe (...)
  • 143 Celui-ci tendant à se développer considérablement à l’époque impériale, voir : Kantiréa 2008 ; Kan (...)

53Si l’on a longtemps insisté sur la notion de transition entre les périodes classique et hellénistique, d’autres travaux s’attachent désormais à montrer la liaison, étroite, entre l’époque hellénistique et l’époque romaine, en s’appuyant notamment sur les sources épigraphiques141. M. Kantiréa et T. Fujii ont, par leurs travaux, produit des éléments de réflexion essentiels sur ce point, grâce à l’étude du culte impérial notamment142. En de nombreux endroits, la lecture des inscriptions hellénistiques nous invite à révoquer en doute la division chronologique traditionnelle et à appréhender la pertinence d’une lecture basse de la césure, du point de vue de l’histoire sociale, qui définit habituellement le passage de l’époque hellénistique à l’époque romaine. En effet, un certain nombre de transformations, en germe depuis la fin du ive siècle, atteignent leur degré d’achèvement sous l’Empire romain. On note ainsi que certains marqueurs de l’appartenance à la koinè hellénistique ne se déclarent que tardivement à Chypre, après la chute de la dynastie lagide. Ce phénomène est particulièrement visible, sur le plan politique, dans le faible degré d’expression des institutions civiques à l’époque hellénistique, tel qu’on peut le mesurer à l’aune des décrets conservés, ou encore dans le rôle des notables dans la cité143.

Notes

1 Dix (Idalion, Chytroi, Soloi, Salamine, Paphos, Kourion, Tamassos, Lédroi, Kition et Amathonte [ces deux derniers royaumes n’y figurant pas sous leur dénomination classique, cf. I. Kition 39]) sont mentionnés sur le prisme d’Esarhaddon en 673/2 (Masson 1992a ; I. Kition 44). Un ostracon phénicien récemment découvert à Idalion et daté de « l’an 1 d’Antigone et de Démétrios », confirme selon toute vraisemblance l’identification, dans la documentation phénicienne, de l’île à l’Alashiya que l’on rencontre dans les sources dès le IIe millénaire (Amadasi-Guzzo, Zamora 2018). Hérodote en mentionne quatre. Neuf enfin apparaissent dans le récit de Diodore de Sicile pour le milieu du ive s. Au terme des conflits territoriaux qui secouent les royaumes à l’époque classique, lorsque Ptolémée fils de Lagos s’empare de l’île entre la fin du ive et le début du iiie s., il n’en reste plus que sept. Voir : Fourrier 2002 ; Hermary 2013.

2 Hérodote, 5, 104-105 ; 5, 108-111.

3 Yon 2004 ; Hermary 2005.

4 Diodore, 14, 98.

5 Au-delà des périodes d’invasion effective au cours du vie s., cette relation n’est pas fondée sur la conquête. L’influence de l’Égypte sur Chypre et la vitalité des relations entre les deux territoires sont profondes et durables, voir à ce sujet : Michaelides, Kassianidou, Merrillees (éd.) 2009.

6 Aux alentours de 525, les royaumes chypriotes se soumettent au Grand Roi (Hérodote, 3, 19, 3). La nature et les modalités du contrôle exercé par les rois de Perse sur l’île de Chypre sont examinées dans Zournatzi 2005.

7 Satraki 2012.

8 Les royaumes chypriotes ne sont pas des territoires conquis par Alexandre, mais les membres d’une alliance militaire.

9 Ce point a été précisé par Éd. Will : Will 1960, p. 369-390.

10 Voir notamment : Christodoulou 2009, p. 233-258.

11 Quinte-Curce, 4, 3, 11.

12 Sur la relation privilégiée entre le royaume de Salamine et le Macédonien, voir : Christodoulou 2009.

13 Même position sur ce point que Christodoulou 2009, p. 253. Une réserve, néanmoins, sur l’interprétation des causes de la disparition des cités-royaumes, que l’auteur attribue exclusivement : « non pas à [cause d’] une dégénérescence généralisée qui saperait les fondements de leurs sociétés et les institutions royales, mais à [cause de] l’impérialisme macédonien, [d’] une puissance qui vient de l’extérieur » (Christodoulou 2009, p. 256). Si la notion de « dégénérescence généralisée » est impropre à expliquer, même partiellement, cette rupture institutionnelle, il nous semble imprudent d’exclure totalement de l’analyse historique l’existence de causes internes ayant contribué à la disparition du système politique local.

14 Bagnall 1976, p. 1 : « […] Ptolemy I had no sooner acquired Egypt in the division in Babylon in June 323, than he began looking outside Egypt ».

15 Christodoulou 2009 p. 254.

16 Diodore, 19, 62, 6.

17 Les inventaires IG XI, 2, 161, B, 54 (Artémision) et IG XI, 2, 161, B, 90 (Temple d’Apollon) enregistrent ainsi l’offrande de couronnes consacrées par Nicocréon : Baslez 1997, p. 350.

18 Les archives constituées par les inventaires du sanctuaire délien (IG XI, 2, 135 : d’après J. Tréheux, il s’agit du premier inventaire de l’Indépendance cf. J. Tréheux, Études critiques sur les inventaires de l’indépendance délienne, thèse inédite, p. 248-249) attestent qu’Androklès régnait encore en 313 (il s’était engagé du côté antigonide en 315) : Baslez 1997, p. 350 ; Baslez 2000, p. 198 n. 18.

19 Sur le statut de Nicocréon, voir : Bagnall 1976, p. 39-40.

20 Diodore, 19, 57, 4 ; 19, 59, 1 ; 19, 79, 4-5. Les sources archéologiques relativisent la portée de ces agressions. Ainsi, à Kition : KB IV, p. 109 ; I. Kition, p. 60.

21 Les inventaires font connaître l’offrande d’une couronne par un roi Iomilkos, peut-être roi de Kéryneia, avant 312/311. Baslez 1997, p. 350 ; Baslez 2000.

22 Le premier signe du titre royal en syllabaire chypriote (« pa ») est en effet attesté au revers de deux 1/3 de statère d’or portant au droit les trois premières lettres grecques du nom du roi (MΕΝ). Les derniers rois de Salamine utilisaient à l’inverse l’abréviation ba-, pour basileus : Markou 2011, p. 186 (citée dans Fourrier 2015, p. 48 n. 73) ; Markou 2013.

23 La victoire de Salamine a donné lieu, du côté antigonide, à plusieurs commémorations mais l’hypothèse (GD 24 ; Tréheux 1987, p. 168-184) selon laquelle le « Néôrion » de Délos en ferait partie repose sur des arguments discutés, voir : Coupry 1973, p. 147-156 ; Chankowski 2008, p. 263-272 contra Étienne (éd.) 2018, p. 113.

24 Diodore, 20, 47, 4 ; Thompson Crawford 1984, p. 1069 et 1073.

25 Buraselis 2013a, p. 300-304. L’auteur écrit très justement que la position de Salamine dans le dispositif antigonide est tout simplement incontestable (p. 301-302) : « […] κανείς δεν µπορούσε – και πράγµατι δεν τόλµησε – να του αµφισβητήσει τη θαλάσσια ηγεµονία και την βασιλική έδρα της κυπριακής Σαλαµίνας όπου ακριβώς αυτή η ηγεµονία και ο βασιλικός του τίτλος είχαν γεννηθεί ». « […] personne ne pouvait – et, de fait, personne n’osa – lui contester la domination sur mer et la capitale royale de Salamine de Chypre, là où précisément cette domination avait pris naissance, de même que son titre de roi ». S’appuyant sur la lecture de Plutarque (Démétrios, 35, 38), l’auteur rappelle que c’est à Salamine qu’étaient installés la mère et les enfants de Démétrios depuis la victoire de 306.

26 Buraselis 2013a, p. 303 : « […] τίποτε άλλο από την µακεδονικότατη απόδοση νεκρικών τιµών του Δηµήτριου Πολιορκητή πρός τον πατέρα του Αντίγονο τον Μονόφθαλµο στην κατά την πρώτη περίοδο µετά την Ιψό πρωτεύουσά του πρώτου και ουσιαστικά γενέτειρα πόλη για τη δυναστεία τους ». Du point de vue archéologique, cette attribution s’accorde avec la nature du matériel découvert in situ (portraits en terre cuite représentant vraisemblablement la famille du défunt et pointes de sarisses macédoniennes notamment) : Karageorghis 1973-1974.

27 Aupert, Balandier 2018, p. 252-259.

28 Collombier 1993.

29 Strabon, 14, 6, 3. Voir Childs, Smith, Padgett 2012 et en dernier lieu Balandier 2014.

30 Résultats présentés dans : Balandier 2014, p. 188 et 202 ; Balandier 2017.

31 Au moins une autre cité chypriote fut baptisée du nom de la reine Philadelphe, voir : Mueller 2006, p. 14.

32 Diodore, 19, 62, 3-6 et 19, 79, 4-5, aussi I. Kition 79-80.

33 Voir en dernier lieu : Fourrier 2015, p. 38.

34 Résumé des débats historiographiques et nouvelles propositions dans : Van Oppen 2015.

35 Athénée, 13, 37, 576e.

36 Destrooper-Georgiades 2007, p. 272-273 : « This latter device is the personal badge of Ptolemy and the monogram ΕΥ, written under the eagle could easily be the initials of Eunostos » ; Markou 2011, p. 186-189.

37 Sznycer 1997 ; Fourrier 2015, p. 42-43.

38 Diodore, 19, 79, 4.

39 Voir en dernier lieu les actes du colloque édités par Cl. Balandier : Balandier (éd.) 2016.

40 Balandier 2014 ; Balandier 2017.

41 Cette dichotomie exige d’être précisée. L’ancienne et la nouvelle Paphos appartiennent, à l’époque hellénistique, à une seule et même cité. Le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos est bien situé sur le territoire de la cité de Paphos dont les organes civiques – et, à partir de la fin du iiie siècle, ceux de l’administration ptolémaïque de l’île – sont regroupés dans le centre urbain, c’est-à-dire à « Néa » Paphos. Par souci de cohérence, nous désignons de préférence, dans la suite de notre étude, l’ensemble que constitue la cité par son nom (Paphos), en réservant les toponymes (Palaepaphos ou Néa Paphos) pour les cas où la distinction fait sens.

42 Rappel dans Roesch 1980. Voir principalement : Pouilloux 1976 ; Christodoulou 2009.

43 Athénée, 4, 63, 3. Voir l’analyse de M. Iacovou : Iacovou 2002, p. 79, partiellement suivie par Christodoulou 2009, p. 244.

44 Diodore, 19, 79, 4-7.

45 Christodoulou 2009, p. 253-257.

46 Christodoulou 2009, p. 255.

47 Will 2003, I, p. 94. Voir également : Buraselis 1993.

48 IG II/III3, 1, 4, 911 ; SEG 28, 60 ; Shear 1978 ; Marquaille-Telliez 2008, p. 45.

49 IG XII, 7, 506 (aussi Michel 1900, no 373). Voir également : Bruneau 1970, p. 531-532. Le décret doit en outre être exposé près d’un autel de Ptolémée IX Sôter II dont la localisation à Délos reste incertaine.

50 L’histoire de la confédération et les différentes phases de son existence ont suscité une bibliographie abondante, notamment : Roussel 1911, p. 447 ; Bagnall 1976, p. 136-141 ; Buraselis 1982, p. 60-86 et p. 180-189 ; Nigdélis 1990 ; Reger 1994 ; Will 2003, I, p. 239 ; Buraselis 2013b, p. 247-266 ; Meadows 2013b, p. 19-38 ; Buraselis 2015, p. 358-376 ; Constantakopoulou 2017, p. 31-55.

51 Celle-ci en fera officiellement son stratège : Will 2003, I, p. 331.

52 Son rôle dans la libération d’Athènes fut célébré par la création d’une tribu Ptolemaïs en 224/223. Les Athéniens n’en supprimèrent pas pour autant les tribus Antigonis et Demetrias créées en l’honneur des Antigonides. D’après Éd. Will, c’est à ces évènements qu’il faut également faire remonter la célébration à Athènes des Ptolemaia, ainsi que la construction par Évergète Ier du Ptolemaion. Voir : Will 2003, I, p. 363.

53 D’après la périodisation définie par Robert 1960, p. 276-361 et généralement adoptée par les historiens : Hamon 2001, p. XX ainsi que les remarques de Heller 2009, p. 341-342. Pour une application chypriote et une discussion sur les limites de cette périodisation au profit d’une approche sur la longue durée, voir : Papantoniou 2012, p. 86, 371. Voir également le compte-rendu de cet ouvrage par Fourrier 2013b, p. 445- 450.

54 Will 2003, II, p. 187.

55 Mitford 1957 ; Mitford 1961, p. 20 no 51 ; Bagnall 1976, p. 256 ; PPC, Π.65 ; Hölbl 2004, p. 147-148.

56 Will 2003, II, p. 322.

57 Will 2003, II, p. 361.

58 Pratique courante à l’époque hellénistique – qui scellera notamment le sort de la dynastie attalide en 133 –, ce procédé assure la sécurité au testateur, la peur de devoir affronter Rome devenue légataire de plein droit dissuadant les ennemis d’attenter à sa vie. Lorsqu’ils sont concernés, les rois lagides offrent la main d’une de leurs filles à leur rival, comptant sur le fait que la naissance d’un héritier légitime rendra le testament caduc. Les Ptolémées utilisent donc avec beaucoup d’à-propos ces deux armes « domestiques » : le mariage (permettant d’introduire légalement des intérêts lagides dans la dynastie rivale) et l’héritage (plus efficace contre les membres de leur propre famille). Le testament de Ptolémée VIII concerne alors son royaume libyen : SEG 9, 7. P. Roussel estime possible que le texte ait également concerné l’île de Chypre : Roussel 1932, p. 288.

59 « Pour mieux lier Chypre à l’Égypte » : Will 2003, II, p. 363.

60 À Théra, Méthana et Itanos, voir : Will 2003, II, p. 429.

61 Macurdy 1985, p. 164. L’auteure fait ici référence à l’éviction de Cléopâtre IV par sa mère, qui a également envoyé Ptolémée X Alexandre Ier gouverner Chypre.

62 Né en 144 et jusqu’alors à Cyrène.

63 Will 2003, II, p. 430.

64 Will 2003, II, p. 430.

65 Will 2003, II, p. 432.

66 Will 2003, II, p. 433.

67 Pour cette période troublée de l’histoire lagide et ses interactions avec l’histoire chypriote, voir désormais : Thély 2015-2016.

68 À la mort d’Apion, en 96, la Cyrénaïque revint par testament aux Romains qui ne l’occuperont pourtant qu’en 74.

69 Hölbl 2004, p. 181.

70 Will 2003, II, p. 440.

71 Flavius Josèphe, 12, 206-209.

72 Voir également à Paphos I. Paphos 24 (cf. Cayla 2016, p. 281).

73 Hölbl 2004, p. 188.

74 Selon les mêmes motivations qui avaient poussé son père Évergète II à rédiger lui aussi un testament en faveur des Romains.

75 En 88, Mithridate avait capturé à Cos tous les descendants mâles de la dynastie lagide en la personne des deux fils de Ptolémée IX Sôtèr II et des deux fils de Ptolémée X Alexandre Ier. Le fils de Ptolémée X Alexandre Ier, le futur Ptolémée XI Alexandre II, parvint à s’enfuir et trouva refuge à Rome. Ces chassés-croisés s’achevèrent avec la mort de Ptolémée IX Sôtèr II en 81/80. Sa fille, Cléopâtre Bérénice, régna alors seule à Alexandrie. Sylla fit envoyer Ptolémée XI Alexandre II à Alexandrie pour l’épouser ; ce qu’il fit, avant de la faire assassiner trois mois plus tard. À la suite de cet épisode il fut massacré par les Alexandrins qui parvinrent à récupérer les fils de Ptolémée IX Sôtèr II et proclamèrent l’aîné roi, sous le nom de Ptolémée XII, dit « Aulète ». Le cadet, quant à lui, devint « Ptolémée, roi de Chypre ».

76 Hölbl 2004, p. 190 : « Von ihrer einstigen Vormachtstellung in Mittelmeerraum im 3. Jh. verblieb den Ptolemäern am Beginn des 1. Jh. nur noch Zypern. Rom ist unmittelbar an die Grenzen Ägyptens herangerückt. »

77 Repoussant ainsi l’offre du Romain : il s’agissait d’accepter l’annexion et d’occuper la position de grand-prêtre du sanctuaire d’Aphrodite à Paphos. Pour la question de l’annexion de Chypre, voir : Badian 1965.

78 Will 2003, II, p. 522.

79 Mooren 1982, p. 322.

80 Voir à ce sujet les études fondamentales concernant la place de Chypre dans la politique de Cléopâtre : Bicknell 1977 ; Mooren 1982, notamment p. 322-326 ; Muccioli 2004. J.-B. Cayla parle de « restauration lagide » (Cayla 2017).

81 Le testament prévoyait également le mariage des deux héritiers, âgés alors respectivement de dix et dix-sept ans.

82 Plutarque, Pompée, 85.

83 Plutarque, César, 45. Guerre « mi-civile, mi-étrangère », d’après Éd. Will (Will 2003, II, p. 532), celle-ci opposait César et Cléopâtre à Ptolémée XIII et Arsinoé IV.

84 Épargnée par César au terme du défilé, elle ne le sera pas par sa sœur, qui négociera sa mort auprès d’Antoine au cours de la fameuse entrevue de Tarse.

85 Notons le remploi de l’épithète empruntée à l’une des figures fondatrices de la dynastie.

86 Plutarque, Antoine, 36 et 54, 5-9 ; Dion Cassius, 49, 41, 1-3. Cléopâtre, déclarée « Reine des Rois », reçut, en plus de l’Égypte, Chypre, la Libye, et une partie de la Syrie aux côtés de Ptolémée Césarion, lui-même « Roi des Rois ». Les fils nés d’Antoine devenaient maîtres de l’Arménie, de la Médie et de la Parthie pour Alexandre Hélios ; de la Phénicie, d’une partie de la Syrie et de la Cilicie pour Ptolémée Philadelphe. Voir : Bicknell 1977 ; Hölbl 2004, p. 267.

87 Michel 2018a.

88 Mehl 2016.

89 Il s’agit là d’une exigence de même nature que celle exprimée par les organisateurs du colloque de Nicosie consacré à l’étude des basileis et poleis à Chypre : Iacovou, Hatzopoulos 2014, p. 93-94.

90 Voir notamment : Iacovou 2002 ; Iacovou 2007 ; Iacovou 2013.

91 Voir notamment : Fourrier 2002 ; Fourrier 2013a ; Fourrier 2014.

92 Satraki 2012.

93 Cannavò 2010 ; Cannavò 2011.

94 Références aux sources antiques dans Satraki 2012, p. 320-327 : Hérodote, 3, 19, 3 ; 3, 91, 1 ; 5, 103, 1 ; 5, 115, 1-2 ; Xénophon, Cyropédie, 1, 1, 4 ; 7, 4, 1-2.

95 Destrooper-Georgiades 2007 ; Markou 2011.

96 Les différences linguistiques entre les différents royaumes ne traduisent pas de variation politique majeure de l’un à l’autre. On peut donc parler d’un système politique chypriote : Iacovou 2014a ; Hatzopoulos 2014.

97 Iacovou 2007, p. 464-465 ; Iacovou 2012, p. 355 ; Satraki 2012. Voir en dernier lieu : Iacovou 2018.

98 Ce terme n’est pas sans susciter de réserves ; voir l’argumentaire récent de M. Iacovou : Iacovou 2014a, p. 98.

99 Iacovou 2014a, p. 99. A. Cannavò a rassemblé dans sa thèse de doctorat les sources textuelles documentant l’histoire de Chypre à l’époque archaïque : Cannavò 2011.

100 Satraki 2012, p. 218-220.

101 Cité par Harpocration : Hadjioannou 1975, p. 344 (90), aussi Cannavò 2011, II B 27.

102 Cité par Photios : Hadjioannou 1975, p. 346 (91), aussi Cannavò 2011, II B 32.

103 Fouilles d’A. Caubet, S. Fourrier et M. Yon.

104 Fouilles de M. Hadjicosti.

105 Fouilles de l’École française d’Athènes.

106 Encore F. G. Maier (Maier 2004, p. 1223-1232) : voir l’argumentaire de M. Iacovou à la suite du compte-rendu critique d’A. Chaniotis (Bryn Mawr Classical Review, 1997) : Iacovou 2014a, p. 103 ; ou encore la critique de la notice de F. G. Maier par M. Hatzopoulos : Hatzopoulos 2014, p. 220-221.

107 N. Coldstream affirmait ainsi en 1982 : « In political matters, too, the Cypriots were rigidly conservative. No polis system ever took root among them; they were never to know any form of government other than absolute monarchy, inherited from Mycenaean tradition and in line with eastern despotism » (Coldstream 1982, p. 67). Ce jugement est également particulièrement sensible dans l’étude des institutions des poleis chypriotes : voir un exemple récent dans BE 2008, no 534, où la présence du nom βουλεύτης dans une inscription de Kourion entraîne la datation du texte après 58.

108 Demand 1996, p. 8 : « They [Cypriot polities] were ruled by kings – basileis – and there is nothing in the ancient sources that would exclude them from the polis category » ; citation placée en exergue de l’article de M. Iacovou : Iacovou 2014a, p. 95.

109 La tendance à plaquer la distinction entre les éléments importés et les éléments d’origine locale sur la chronologie évènementielle a eu des répercussions particulièrement importantes sur l’étude de la société hellénistique.

110 À l’encontre de ce concept contesté, M. Iacovou invoque celui de « Cyprocentrism » : Iacovou 2007. On peut parler en français, à la suite de S. Fourrier, de « chypro-centrisme », voir : Fourrier 2013b, p. 447 n. 9.

111 Pour la définition de cette notion en contexte chypriote, voir : Given 1998. Voir également les réserves émises par Th. Petit concernant le cas d’Amathonte : Petit 1999 ; Iacovou 2014a, p. 103. La préface de l’ouvrage de G. Hill citée par M. Iacovou illustre sans équivoque l’influence de la mouvance impérialiste sur l’historiographie chypriote, Hill 1940, p. IX : « Cyprus has had no continuous history of its own […]. What light we have on it is chiefly a pale and shifting reflection from the activities of the great powers which from age to age have found it necessary to deal with it on their way to some important objective. »

112 Hatzopoulos 2014, p. 225 ; 232-233.

113 La formule choisie par M. Iacovou lors de la conférence inaugurale du PoCA 2005 est explicite : « Let the island speak: Cyprocentric Approach to the History of the Cypriote Kingdoms. » Voir : Iacovou 2007 ainsi que les actes du colloque de Nicosie rassemblés dans le CCEC 2014 : Hatzopoulos, Iacovou 2014.

114 « Basileis et Poleis ne renvoient pas à deux modèles (le premier oriental, l’autre grec) entre lesquels la royauté chypriote aurait été partagée, tiraillée. Ce sont, au contraire, deux termes qui la composent et, partant, concourent à la définir » (Fourrier 2014, p. 119). De même, un peu plus loin, p. 132 : « Les deux termes [Basileis et Poleis] paraissent, au contraire, décrire une réalité historique, celle des royaumes chypriotes de l’Âge du Fer, du moins tels qu’on peut les appréhender durant la dernière phase de leur existence, à l’époque classique. » Voir également : Demand 1996 ; Maier 2004 ; Cannavò 2010, p. 42.

115 Fourrier 2008, p. 115 : « L’hellénisation de l’île est indissociable du système politique de la royauté. » Nous privilégierons cette lecture à la mise en évidence par M. Iacovou d’une certaine « ironie » de l’histoire, portée par une version décalée – mais toujours influencée selon nous par la même définition exclusive du concept d’hellénisation – de l’évolution politique de l’histoire chypriote : Iacovou 2014a, p. 111.

116 Iacovou 2006, p. 330 ; Cannavò 2010, p. 40.

117 Cannavò 2010, p. 41.

118 Sznycer 2004 (I. Kition) ; Amadasi-Guzzo 2015 (KB VI).

119 Cabinet des Médailles (Bibliothèque Nationale, Paris), inv. BB 2297. Voir : ICS, no 217 ; Egetmeyer 2010, p. 629-635 ; Georgiadou 2010. Voir en dernier lieu : Hatzopoulos, Georgiadou 2013, p. 205-208.

120 Athénée, 6, 68, 255f-256b, aussi Cannavò 2011, II B 29.

121 Ce constat général peut être étendu à l’époque hellénistique.

122 La « tablette Bulwer » (ICS, no 327), en revanche, ne mentionne pas de magistrat civique : voir Neumann 1963 et les rectificatifs à Hatzopoulos 2009 dans Hatzopoulos 2011 ; en dernier lieu Egetmeyer 2010, p. 575-577.

123 I. Kourion 218 ; ICS, no 180b ; Hatzopoulos 2009, p. 228 ; Hatzopoulos 2014 p. 224. Voir également la lecture de S. Lejeune : Lejeune 2010. M. Hatzopoulos mentionne également une inscription fragmentaire provenant de Paphos et enregistrant vraisemblablement le texte d’un serment entre le roi et le peuple : Hatzopoulos 2014, p. 224 et références n. 38.

124 Les témoignages numismatiques de l’importance de l’élément civique à l’époque des cités-royaumes sont rassemblés dans : Markou 2011, p. 62-63.

125 KB IV, p. 109 ; I. Kition, p. 60 ; Papantoniou 2012, p. 87-88.

126 Hermary 2013. La question de la transition entre les ive et iiie s. à Amathonte a été traitée par P. Aupert et Cl. Balandier : Aupert, Balandier 2018.

127 Un lot considérable de tablettes en argile constituant les archives économiques du royaume d’Idalion, découvert lors des fouilles dirigées menées depuis 1992 par le département des Antiquités, doit encore être publié.

128 Papantoniou 2012, p. 208-290 ; Tassignon 2013.

129 À l’exception de la thèse de H. J. Watkin, restée inédite : Watkin 1988.

130 Buraselis 2013a, p. 300.

131 Quelle que soit la date à laquelle on décide de faire débuter l’ère lagide à Chypre, il semble établi que l’île est entrée très tôt dans les plans de Ptolémée fils de Lagos. Voir notamment Bagnall 1976, p. 1 : « […] Ptolemy I had no sooner acquired Egypt in the division in Babylon in June, 323, than he began looking outside Egypt ».

132 Christodoulou 2009.

133 Chamoux 1985, p. 198.

134 Collombier 1993, p. 119-147 ; Hatzopoulos 2009.

135 Papantoniou 2012.

136 En témoignent les inscriptions bilingues et digraphes datées du règne d’Androklès. Voir notamment l’inscription 64 ainsi que : Hellmann, Hermary 1980, no 63.

137 D’abord au sens de : se définir, se particulariser – dans la mesure où ces éléments mythiques et cultuels deviennent, à ce moment-là, des marqueurs du caractère chypriote. On rejoint là la question âprement discutée de l’hellénisation de Chypre.

138 Supra, p. 26 n. 53.

139 La pertinence de cette conception braudélienne des sociétés antiques pour l’étude de l’histoire hellénistique de Chypre a déjà été soulignée par S. E. Alcock (Alcock 1993, p. 167-170) et G. Papantoniou (Papantoniou 2012, p. 86, 371).

140 Bonnet 2015, p. 532 : « Il faut, d’une part, travailler sur un laps de temps suffisamment ample, afin d’embrasser les temporalités courtes du conjoncturel et les respirations profondes du temps long (ici une époque hellénistique qui s’amorce dès avant Alexandre). »

141 Voir notamment les recherches de J.-B. Cayla sur les liens familiaux entre Chypriotes et commerçants romains (Cayla 2006) et celles de D. Michaelides sur l’économie chypriote (Michaelides 1996).

142 Kantiréa 2008 ; Fujii 2013. En ce que concerne l’ouvrage de T. Fujii – essentiel pour le développement des recherches en épigraphie chypriote – il est peut-être regrettable que les liens entre les deux périodes ne soient le plus souvent qu’esquissés, le culte lagide n’étant évoqué que dans les remarques introductives (p. 17-19) et conclusives (p. 122-123).

143 Celui-ci tendant à se développer considérablement à l’époque impériale, voir : Kantiréa 2008 ; Kantiréa 2011.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search