Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Roesch 1980, p. 250. Constat similaire chez I. Nicolaou : PPC, préface.
  • 2 Ce jugement sert de point de départ à la réflexion de H. J. Watkin sur le développement des institu (...)

1« Tout se passe comme si la ville de Salamine n’était qu’une immense galerie de statues élevées à la plus grande gloire des Ptolémées et de leurs courtisans1. » Il serait facile, si l’intérêt d’un corpus se résumait à sa diversité, d’appliquer ce constat à l’ensemble de l’île de Chypre2. Formulé de façon à attiser la polémique, il n’en demeure pas moins juste en ce qu’il rend précisément compte d’une disproportion multiscalaire entre les représentants du pouvoir lagide et la société chypriote dans le corpus épigraphique local. Cette réalité a trouvé dans l’approche historiographique traditionnelle un écho lui-même excessif, qui tend à réduire l’histoire de Chypre à l’époque hellénistique à celle d’une domination univoque.

  • 3 Exception faite des conclusions réunies sous l’égide de V. Karageorghis (à l’issue du colloque d’Er (...)

2La société chypriote n’a pas suscité d’étude synthétique dans le domaine de l’histoire antique3. L’histoire de la vie politique, économique et sociale des cités, toutes époques confondues, est méconnue. La position de Chypre, confinée aux marges du monde grec par sa nature insulaire et sa situation géographique, est volontiers décrite comme satellitaire. L’île occupe pourtant une place centrale en Méditerranée orientale, à la croisée des mondes égéen, nord-africain et proche-oriental.

  • 4 Will 1960 (article repris dans Will 1998, p. 213-226).

3L’historiographie traditionnelle invite, un peu hâtivement, à considérer que la période hellénistique coïncide à Chypre avec les limites chronologiques de la domination lagide. Ce point de vue, partiellement recevable, limite le plus souvent la lecture de l’histoire hellénistique de Chypre à l’histoire de la domination ptolémaïque. Intégrée dans les visées stratégiques de Ptolémée dès le dernier quart du ive siècle, conquise de façon pérenne par le Lagide au tout début du iiie siècle (295/294), l’île passe définitivement sous la tutelle romaine à l’issue d’une période d’intenses fluctuations politiques, dans le troisième quart du ier siècle av. J.-C., après la défaite de Cléopâtre VII et d’Antoine à Actium. Les circonstances de l’installation lagide à Chypre contribuent également à accentuer l’impression d’une communauté de destin entre l’île et les Ptolémées. La mort d’Alexandre le Grand et l’éclatement qui s’ensuivit de l’empire macédonien propulsèrent Chypre au cœur des luttes qui mirent aux prises les Diadoques dès le dernier quart du ive siècle. Enjeu essentiel pour la conservation et l’expansion des jeunes royaumes en cours de définition, l’île – qui ne faisait pourtant pas partie des régions conquises par le Macédonien4 – devint alors l’un des théâtres principaux des guerres qui aboutirent, au début du iiie siècle, à la définition de l’échiquier géopolitique hellénistique.

  • 5 Suivie par A. Satraki : Satraki 2012.

4Si elle a commencé, sous l’impulsion de M. Hatzopoulos, S. Lejeune, et, de façon décisive, de G. Papantoniou, à se libérer du conservatisme dénoncé par M. Iacovou pour les périodes plus anciennes5, l’étude de la période hellénistique à Chypre peine encore à trouver une orientation adaptée à son contexte propre. Plusieurs obstacles ont en effet contrarié le développement d’une méthode historique permettant de rendre compte des dynamiques en jeu à partir de la chute des royaumes locaux. Les remarques qui suivent, indispensables pour définir correctement le sujet de notre étude, n’ont pas prétention à résoudre définitivement les difficultés, profondes et persistantes, ainsi mises en lumière de façon critique.

  • 6 Collombier 1993, p. 119-147.
  • 7 Will 2003.
  • 8 Hill 1940. Voir également : Vessberg, Westholm 1956. Plus récemment : Mehl 2000.
  • 9 Watkin 1988.
  • 10 Mitford 1961a.
  • 11 Mehl 1995 ; Mehl 1996 ; Mehl 2016 ; Mehl 2018 ; Mehl 2019.
  • 12 Ci-après I. Paphos. Voir également les travaux de l’auteur sur l’activité des technites dionysiaque (...)
  • 13 À l’occasion du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine : Masson 1992b.
  • 14 Papantoniou 2012.
  • 15 Compte-rendu publié par S. Fourrier : Fourrier 2013b.
  • 16 Voir également : Papantoniou 2009 ; Papantoniou 2013.
  • 17 Voir aussi sa communication intitulée « Mini-Alexandria or Local Continuity? Architectural Change, (...)
  • 18 Lejeune 2013.
  • 19 Lejeune 2010.

5Jusqu’à très récemment, les études chypriotes ont eu tendance à se concentrer, pour la période hellénistique, sur la question de la transition entre le système des cités-royaumes des époques archaïque et classique et l’administration lagide, se limitant ainsi à repérer les éléments de rupture ou, à l’inverse, de continuité6 entre les deux périodes. De leur côté, les études consacrées à l’histoire générale du monde hellénistique se sont contentées de décrire la place de l’île de Chypre dans la politique extérieure lagide. L’exposé des évènements relatifs à la conquête et à l’administration de Chypre par les Lagides ne fait donc généralement aucune place aux enjeux locaux. Les nuances, les négociations et, parfois, les résistances suscitées par cette domination n’ont pas véritablement attiré l’attention des historiens avant la première décennie du xxie siècle. Plusieurs ouvrages d’histoire hellénistique se sont néanmoins ponctuellement attachés à révéler l’importance de Chypre dans le dispositif lagide ainsi que les spécificités de son intégration au sein de l’empire d’Alexandrie. Dans sa monumentale Histoire politique du monde hellénistique (323-30 av. J.-C.)7, Éd. Will n’ignore aucun des paramètres contribuant à lier à celui de Chypre le sort de la dynastie ptolémaïque et à révéler la position stratégique de l’île dans les relations internationales. Publiant en 1976 son Administration of the Ptolemaic Possessions Outside Egypt, R. S. Bagnall a, quant à lui, consacré un long chapitre à l’administration de Chypre, livrant à cette occasion une étude fondamentale sur la fonction du stratègos. Son analyse est en grande partie fondée sur la lecture des inscriptions chypriotes mentionnant des officiers et fonctionnaires lagides. En dépit de son importance, reconnue par les historiens, le corpus des inscriptions hellénistiques de Chypre n’a pas donné lieu à une étude globale. L’histoire de l’île à l’époque hellénistique n’a, de son côté, fait l’objet d’aucune monographie, malgré les synthèses anciennes, notamment celle de G. Hill8 et la thèse, demeurée inédite, qu’a consacrée H. J. Watkin au développement des cités chypriotes de l’époque archaïque à la période romaine9. Les recherches doctorales récentes, bien qu’elles se soient appliquées à traiter des sources souvent complémentaires, n’ont pas tout à fait comblé cette lacune. Plusieurs travaux anciens ont néanmoins apporté un éclairage partiel sur le sujet. T. B. Mitford s’est, le premier, intéressé à cette partie de l’histoire chypriote, en consacrant une étude capitale à l’édition des inscriptions hellénistiques de Palaepaphos10. Précurseur sur de nombreux points, il a contribué de façon décisive à développer le champ des études hellénistiques à Chypre, mais, héritier de l’historiographie classique, il s’est naturellement attaché à placer au premier plan la question de la domination lagide sur l’île. Plus récemment, A. Mehl a participé, dans une série d’articles et d’essais11, à en affiner la compréhension, en développant particulièrement les aspects politique et militaire du sujet. Depuis deux décennies, grâce à l’aboutissement de plusieurs recherches doctorales, l’histoire hellénistique de Chypre connaît une assez grande vitalité. Le corpus des inscriptions de la région de Paphos, réuni par J.-B. Cayla12 dans un travail richement illustré publié en 2018, est venu combler un manque important dans le domaine de l’épigraphie chypriote, signalé dès 1992 par O. Masson13. On assiste également depuis quelques années à la multiplication des thèses consacrées à l’étude de la transition entre les époques classique et hellénistique. L’ouvrage de G. Papantoniou14, paru en 2012, a assurément apporté un nouveau souffle à l’historiographie chypriote, en y introduisant à profit des inspirations théoriques empruntées aux sciences sociales et appuyées par l’analyse d’un important corpus archéologique et iconographique. L’ouvrage a pour principal mérite de poser une temporalité nouvelle qui respecte, selon les mots de S. Fourrier, « la respiration propre de l’histoire de l’île15 ». S’attachant particulièrement aux changements intervenus dans le paysage religieux de l’île à la suite de l’installation ptolémaïque, G. Papantoniou s’est, le premier, montré attentif aux conséquences sociales de la domination lagide et a partiellement mis au jour, par le biais de l’archéologie cultuelle, le jeu d’interactions existant entre les souverains et la société locale. Son approche16 s’inscrit dans une tendance plus large des études chypriotes, révélatrice de l’intérêt nouveau de l’histoire ancienne pour les processus de transition et les phénomènes sociaux. L’année 2012 a vu l’aboutissement de deux thèses restées à ce jour inédites. La première, soutenue en mai 2012 par J. M. Gordon à l’université de Cincinnati, reflète ces nouveaux enjeux : intitulée Between Alexandria and Rome: A Postcolonial Archaeology of Cultural Identity in Hellenistic and Roman Cyprus, la thèse de J. M. Gordon17 offre une lecture historique de la domination lagide, appuyée sur l’étude de trois sources majeures : la numismatique, la sculpture et l’architecture. En décembre de la même année, P. W. Keen soumettait à l’université de Chicago une thèse consacrée à la domination lagide de Chypre, fondée principalement sur l’étude des monnaies, et intitulée Land of Experiment: The Ptolemies and the Development of Hellenistic Cyprus. Le croisement des données numismatiques et, partiellement, des données épigraphiques, a ainsi permis de mettre en évidence le degré jusqu’alors sous-estimé de l’intégration de Chypre dans l’empire lagide. S. Lejeune, dans sa thèse de doctorat soutenue en juin 2013 à l’université Paris Nanterre, a exploré encore plus précisément la nature de la relation entre les Ptolémées et la société chypriote, en concentrant son enquête sur le site de Kafizin – dont l’importance avait auparavant été révélée par T. B. Mitford – et sur son articulation avec le territoire de Lédroi à l’époque hellénistique18. En mettant l’accent sur le dialogue entre les Ptolémées et la population locale, S. Lejeune s’est intéressée aux phénomènes locaux, adoptant ainsi une démarche qui a fait considérablement progresser les connaissances sur l’organisation et l’activité des territoires chypriotes sous administration ptolémaïque. Sa lecture de la chronologie du dossier relatif au culte de la « nymphe du Piton » fait désormais autorité et révèle la continuité, dans certains contextes spécifiques, de l’usage du syllabaire chypriote jusqu’à une date relativement basse de l’époque hellénistique. Sa vision nuancée des cadres économiques et politiques avait auparavant pu s’exprimer au sujet de l’histoire politique des royaumes chypriotes, à l’occasion de la relecture de trois documents de première importance pour l’étude de la monarchie chypriote19. Ses conclusions ont largement ouvert la voie à de nouvelles investigations sur la dimension de réciprocité entre l’île de Chypre et les souverains lagides.

  • 20 Flourentzos (éd.) 2007a.
  • 21 Scherrer, Koiner, Ulbrich (éd.) 2012.
  • 22 Iacovou, Hatzopoulos 2014.
  • 23 Mission archéologique française à Paphos (MAE, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse), Mafap (...)
  • 24 Balandier (éd.) 2016.
  • 25 Cayla 2016 ; Vernet 2016.
  • 26 Mehl 2016.
  • 27 Raptou 2016.
  • 28 Michaelides, Papantoniou 2018.

6Plusieurs colloques ont également engagé une nouvelle dynamique en vue d’une approche globale de la période hellénistique à Chypre. Le premier, From Evagoras to the Ptolemies, organisé en 2002 à Nicosie par le département des Antiquités chypriotes et publié en 2007 sous la direction de P. Flourentzos20, présente des contributions variées à l’histoire du début de la période hellénistique. Les études ainsi rassemblées, pour la plupart précisément inscrites dans des recherches locales, présentent des témoignages précieux sur la fin du ive et le début du iiie siècle. Le deuxième colloque, organisé à Graz en 2010 et publié en 2012 sous le titre Hellenistisches Zypern21, a suscité des contributions touchant principalement au domaine du culte, et privilégiait l’approche iconographique. S’il ne porte pas directement sur l’époque hellénistique, le colloque organisé en 2012 à Nicosie par la Fondation culturelle de la Banque de Chypre et l’Unité d’archéologie de l’université de Chypre, en prenant pour objet les rois et les cités chypriotes sur la longue durée, a mis en évidence la nécessité d’une approche nouvelle de la conquête lagide et de ses conséquences dans les domaines politique et administratif22. Porté par les progrès des fouilles archéologiques réalisées à Paphos et dans la chôra paphienne, et notamment des fouilles françaises23, le colloque organisé en 2013 à l’université d’Avignon24 présente des aspects novateurs et stimulants pour l’étude de la société chypriote sous la domination ptolémaïque, notamment dans les domaines des cultes25, de l’administration26 et des pratiques funéraires27. Tout récemment, la publication des actes du colloque organisé en 2015 par l’École française d’Athènes, à l’occasion du quarantième anniversaire de la fondation de la mission archéologique d’Amathonte, a donné lieu à la parution d’une courte synthèse sur l’avènement de la période hellénistique à Chypre28.

  • 29 Kyrieleis 2015. Ce dossier représente par ailleurs une source capitale pour l’étude de l’iconograph (...)
  • 30 La formule prend une tournure euphémique en contexte chypriote.
  • 31 Sartre 2001.
  • 32 Comme l’avait déjà noté S. Lejeune en 2007 au sujet de la nature des institutions civiques : Lejeun (...)
  • 33 Bonnet 2015.
  • 34 La situation de cette autre province lagide est, par plusieurs aspects, très proche de celle de Chy (...)

7La publication par H. Kyrieleis des sceaux de Paphos29 est importante pour l’étude de Chypre à l’époque hellénistique, et notamment pour l’analyse des rapports entre idéologie et administration. D’autres ouvrages, s’ils ne prennent pas directement pour objet d’étude l’île de Chypre, présentent des résultats essentiels pour la saisie du contexte méditerranéen dans lequel s’inscrit notre enquête. De portée locale ou générale, leur lecture éclaire la situation des Chypriotes après la chute des royaumes locaux et fait utilement obstacle à la tentation d’un isolement insulaire, aberrant dans le cadre de l’histoire hellénistique et en contradiction avec la réalité de l’île, largement ouverte sur le monde méditerranéen qui l’entoure, et tournée notamment vers le « Proche-Orient30 ». C’est tout naturellement vers le Levant et, pour des raisons différentes, vers l’Égypte, que doit se tourner notre attention. La grande synthèse de M. Sartre31, D’Alexandre à Zénobie : histoire du Levant antique, ive siècle avant J.-C.-iiie siècle après J.-C., pose, par exemple, des questions que l’on peut à profit appliquer à l’histoire de Chypre32. Plus proche encore de notre démarche, l’étude qu’a consacrée C. Bonnet33 à la Phénicie hellénistique, non seulement s’inscrit dans un contexte local comparable à celui de Chypre, mais propose également une démarche épistémologique et des outils qui se révèlent généralement efficaces à Chypre. Un recours plus ponctuel aux études consacrées à la Cyrénaïque hellénistique n’a pas non plus été vain34.

  • 35 Demand 1996 ; Given 1998 ; Fourrier 2008 ; Iacovou 2014a.
  • 36 Iacovou 2007 ; Papantoniou 2012.
  • 37 La discussion concernant sa pertinence pour les époques antérieures est hors du spectre de cette ét (...)

8Les incursions dans la bibliographie extérieure à l’île de Chypre ne sont pas des détours. Elles ne revendiquent pas pour autant le recours à des modèles étrangers que l’on tenterait de plaquer sur l’histoire chypriote ; ce serait marquer par là un retour néfaste aux écueils de la « colonial archaeology35 ». Si l’affirmation d’une singularité chypriote et d’une trajectoire historique interne se présente comme un progrès incontestable des études chypriotes et se comprend d’autant mieux que l’histoire antique de l’île a subi de plein fouet, et encore très récemment, l’emprise des théories impérialistes, le repli vers un « chypro-centrisme36 » radical ne fait pas, au contraire, avancer la compréhension des phénomènes observables à l’époque hellénistique37.

  • 38 La diversité des sources historiques, dominées en Égypte par les riches collections papyrologiques, (...)
  • 39 C’est la notion développée par S. A. Stephens pour l’Égypte, mais qui ne peut évidemment s’entendre (...)
  • 40 Fraser 1972.
  • 41 Hölbl 1994.
  • 42 Manning 2009.
  • 43 De même, l’article que L. Koenen a consacré au culte du souverain ptolémaïque est désormais inconto (...)
  • 44 Van’t Dack 1988 ; Van’t Dack 1990.
  • 45 Mooren 1975 ; Mooren 1977.
  • 46 Van Minnen 2000.
  • 47 Burkhalter 2012.
  • 48 Pomeroy 1990. Voir aussi : Rowlandson 1998.
  • 49 Ijsewijn 1961 ; voir notre Annexe 3.

9Tournons-nous vers l’Égypte, observatoire privilégié des effets de la présence et de l’administration lagides, et territoire constitutif de la puissance ptolémaïque. La profonde dichotomie qui sépare les études égyptiennes – et au sein même de celles-ci, les études dites « alexandrines » – des études chypriotes ne représente pas un obstacle moins pernicieux à l’étude de l’histoire hellénistique que celle qui isole ces dernières des dites « études grecques ». Si les caractères tout à fait particuliers du terrain dans lequel s’implante la dynastie lagide justifient, au sein des études égyptologiques, le développement d’un courant historiographique spécifique à l’Égypte ptolémaïque, son isolement vis-à-vis des recherches portant sur les autres aires géographiques qui composent le monde hellénistique s’explique difficilement38. L’histoire hellénistique de Chypre, de l’Égypte, mais aussi du Levant et des autres régions impliquées par les recompositions territoriales et politiques des conquêtes macédoniennes, repose sur des phénomènes de négociation et d’intégration réciproques en grande partie semblables. Si nous limitons la portée de ce constat à Chypre et à l’Égypte, les points de comparaison ne tardent pas à apparaître, malgré des différences irréductibles qui tiennent à la nature des deux territoires. Chacune profondément marquée par un système monarchique original, Chypre et l’Égypte partagent néanmoins un même destin politique, stratégique et économique à partir des conquêtes macédoniennes. L’activité des fonctionnaires au service des Ptolémées, l’occupation militaire du territoire, l’implantation de résidents, le dialogue avec les élites locales et le développement d’un discours religieux et idéologique « bilingue39 » sont autant de points de comparaison ouverts et sous-ex ploités dans la recherche ancienne et récente. L’étude complète des relations entre Chypre et l’Égypte en tant que composantes solidaires d’un même ensemble à l’époque hellénistique ne peut pas être traitée de façon unilatérale, et c’est bien entendu le point de vue chypriote que nous avons privilégié en consacrant cette étude au corpus épigraphique local. Nous avons néanmoins tâché d’être attentive à cette situation particulière toutes les fois que la documentation chypriote y invitait. Plusieurs travaux consacrés à l’Égypte ptolémaïque sont incontournables lorsque l’on se penche sur le cas chypriote. Il faut évidemment citer en tout premier lieu la précieuse somme de P. M. Fraser publiée en 1972. Intitulée Ptolemaic Alexandria40, cette étude réunit, au-delà de l’histoire de la capitale du royaume lagide, des informations essentielles sur l’administration de l’Égypte lagide et l’organisation de la cour ptolémaïque. Pour l’histoire de la dynastie lagide considérée dans son ensemble, la synthèse de G. Hölbl a constitué une référence constante41. Plus récemment, J. G. Manning42 a proposé, dans la continuité de nombreux travaux ponctuels, une riche synthèse sur l’histoire de l’Égypte sous les Ptolémées, tenant compte des évolutions internes et des dynamiques sociales du royaume lagide. L’étude proposée par S. A. Stephens en 2003 a, quant à elle, profondément marqué notre appréhension du culte royal et du dialogue entre les traditions locales et l’idéologie royale lagide à Chypre43. Basée sur une lecture fine des sources textuelles, cette étude, portée par une démarche respectueuse des modalités et des rythmes propres des échanges – cette fois non plus militaires et économiques, mais culturels et symboliques – entre la population locale et les Macédoniens, a mis au jour le réseau subtil de la communication ptolémaïque au-delà des cercles auliques, ainsi que le contexte ayant donné naissance à l’imagerie et au répertoire politique, poétique, et artistique alexandrins. Dans les domaines de l’histoire sociale et politique, nous nous sommes appuyée sur les études fondatrices d’Ed. Van’t Dack44 et de L. Mooren45, prolongées par celles de P. Van Minnen46. Il faut mentionner également le secours inégalable apporté à notre étude par les volumes de la colossale Prosopographia Ptolemaica de la collection Studia Hellenistica. L’étude que F. Burkhalter a consacrée à la société grecque en Égypte hellénistique a nourri notre réflexion sur la société chypriote47, de même que l’enquête menée par S. B. Pomeroy sur la place des femmes dans la société hellénistique de l’Égypte ptolémaïque48 – malgré certaines réserves ponctuelles. En ce qui concerne certains aspects spécifiques du culte royal lagide, l’étude de détail de J. Ijsewijn nous a paru incontournable bien que déjà ancienne49.

  • 50 Iacovou 2012.
  • 51 Nous entendons par là des institutions civiques de type grec.

10Notons que le caractère particulier du traitement, à Chypre, de l’histoire hellénistique prend un tour assez étonnant lorsqu’on le compare avec celui de l’Égypte. En Égypte, les Ptolémées sont intégrés à l’histoire locale – on parle ainsi de « dynastie ptolémaïque » – tandis qu’à Chypre, si l’on est allé jusqu’à parler de « l’extermination50 » des dynasties locales, il n’a pas paru utile – malgré la remarquable stabilité de la monarchie lagide – de faire débuter avec les Ptolémées une page nouvelle de l’histoire de la royauté locale. Ce décalage historiographique – conséquence de la division inhérente à l’époque des royaumes « autonomes » et d’une certaine prévention à l’égard de la période hellénistique – aboutit au constat quelque peu déconcertant que l’unité des cités chypriotes sous l’autorité lagide de même que le développement des institutions civiques51 sous les Lagides sont a priori considérés comme des phénomènes corollaires à la perte d’autonomie de l’île.

11Malgré l’intérêt renouvelé des chercheurs pour la période hellénistique, y compris dans le domaine des études chypriotes, de nombreuses zones d’ombre demeurent dans l’étude de la Chypre lagide. Nous ne reviendrons pas ici sur les questions – inextricablement liées dans le cas de Chypre, et incontournables quel que soit le champ chronologique envisagé – de l’hellénisation de la population de l’île et de la définition de l’identité, ou plutôt de marqueurs identitaires. Une première lacune importante doit être notée – expliquée en partie par l’isolement que nous avons décrit des études chypriotes, notamment dans les recherches historiques portant sur le monde grec à l’époque hellénistique. Les institutions des cités chypriotes de l’époque hellénistique pâtissent de la conjonction de plusieurs phénomènes : primat d’une interprétation intermittente de l’histoire de Chypre, indifférence à ce qui n’entre pas dans les modèles traditionnels des poleis grecques, interprétation biaisée d’un corpus qui est très différent de ces modèles, a priori concernant la nature de la domination lagide. Mais la prétendue marginalité des sources textuelles ne suffit pas à expliquer les limites des analyses historiques sur ce point, ni le faible intérêt manifesté pour le cas chypriote.

  • 52 Veyne 1976 ; Gauthier 1985 ; Quass 1993 ; Savalli-Lestrade 1998 ; Savalli-Lestrade 2003 ; Van Minne (...)
  • 53 Ce glissement constitue selon nous une conclusion intenable.
  • 54 Yon 1997 ; Fourrier 2015.

12Le deuxième point est, dans une certaine mesure, lié à cette difficulté, fondamentale, de la définition des institutions dans les cités chypriotes. La question des élites n’a pas rencontré à Chypre la faveur – avec la dimension polémique qu’elle implique – dont elle bénéficie dans d’autres régions du monde grec, notamment à l’époque hellénistique52. Si l’opposition entre « élites » et « non-élites » n’est pas toujours efficiente, l’absence d’enquête globale portant sur l’activité des notables chypriotes à l’époque des royaumes compromet la pleine compréhension des dynamiques sociales du début de l’époque hellénistique. Si le concept d’élite n’est pas pleinement satisfaisant, l’absence de données – partiellement justifiée par la volatilité des sources – tend, par un glissement préjudiciable, à suggérer l’absence d’activité, voire tout simplement l’absence de notables chypriotes à la fin de l’époque classique et au début de l’époque hellénistique53. Les enquêtes ponctuelles menées dans les cités sous influence phénicienne démontrent le contraire54 et nous invitent à approfondir la réflexion sur la place des élites dans l’ensemble des cités chypriotes, et sur leur rôle dans l’installation pérenne de l’administration lagide.

  • 55 Le témoignage de l’archéologie ne semble pas, en l’état de nos connaissances, diverger sur ce point (...)

13Les deux difficultés que nous venons de noter (absence d’une étude sur le long terme des institutions des cités chypriotes et méconnaissance de la société locale) constituent des limites essentielles, dans la mesure où elles conditionnent l’interprétation de la domination lagide sur Chypre et créent un déséquilibre historiographique important, en partie encouragé par les sources elles-mêmes, qui tend à inférer une opposition qui semble disproportionnée, à la lecture de la documentation épigraphique55, entre les cités chypriotes et l’administration lagide. Ce constat une fois posé, il semble possible d’introduire, à côté des notions largement développées d’occupation et d’exploitation, les bases d’une réflexion sur l’existence d’interactions entre la société chypriote et les Lagides. Les indices attestant l’existence d’échanges sont loin de faire défaut dans le corpus. Mais il est possible d’aller plus loin si l’on parvient à se libérer de la vision transmise par une tradition historiographique héritée des sources anciennes et qui tend à privilégier, particulièrement dans le cas de Chypre, l’histoire de ses conquérants plutôt que celle de sa société. Les figures et les espaces de médiation – y compris symboliques – entre la population de l’île et les Ptolémées ne manquent pas et la relation d’intégration, souvent mobilisée, à juste titre, pour définir la position de l’île de Chypre dans le dispositif ptolémaïque, peut également s’entendre dans le sens d’une réciprocité. Tout autant qu’un observatoire privilégié de l’administration lagide et de la diffusion de l’idéologie ptolémaïque hors d’Égypte, Chypre a pu jouer un rôle encore inexploré dans la constitution du répertoire politique et symbolique de la dynastie lagide.

  • 56 Comme l’écrivait L. Capdetrey en ouverture de son article paru dans les hommages à R. Descat, et co (...)

14L’objectif de notre recherche est de mobiliser, au sein du corpus interne, la documentation épigraphique pour tenter d’aborder la société chypriote de l’époque hellénistique et les enjeux locaux de l’administration lagide. Ce travail prend la forme d’une étude régionale56 destinée à apporter des éléments de réponse pour l’analyse des conséquences locales de l’administration lagide, dans la continuité des travaux récents dans le domaine des études chypriotes consacrés aux époques antérieures. Par l’examen approfondi de la documentation épigraphique, il s’agit de mettre au jour les nuances de la présence lagide à Chypre et ses enjeux véritables en prêtant attention aux processus historiques qui se jouent à l’époque hellénistique sans neutraliser ni surinterpréter ces dynamiques.

  • 57 Même ainsi considérée la définition chronologique de la « période hellénistique » n’est que partiel (...)

15Pour appréhender les relations, les négociations, voire les conflits entre phénomènes internes et conséquences de l’occupation lagide, il nous a paru nécessaire d’adopter un cadre d’étude ouvert : géographiquement en considérant la documentation provenant de l’ensemble de l’île, et chronologiquement, en considérant l’ensemble de la période allant de la mort d’Alexandre à celle de Cléopâtre VII Philopatôr57. Cette démarche portant sur le temps long, du dernier quart du ive siècle au troisième quart du ier siècle et sur l’ensemble de l’île de Chypre, est en effet la seule qui soit véritablement idoine à saisir les mouvements et processus profonds, mais aussi les nuances et les phénomènes plus ponctuels propres à la période hellénistique.

16Les résultats de l’enquête historique s’articulent autour de trois orientations majeures : la politique et l’administration, les questions d’identité et les pratiques culturelles, l’idéologie royale et le dialogue entre la société et les rois lagides.

17Les questionnements suscités par cette enquête sont de natures variées et visent principalement à définir la portée et les limites des conséquences de la domination lagide :

18Quelles sont les conséquences de la domination lagide sur la société chypriote ? Quel rôle jouent les cités chypriotes à l’époque hellénistique ? Au-delà de la notion, souvent mobilisée, de dépendance extérieure des Lagides, les inscriptions permettent-elles de définir différentes échelles du pouvoir (communautaire, ethnique, civique, régionale, royale) actives à l’époque hellénistique ?

  • 58 Bonnet 2015, p. 533 : « Dans cette Phénicie mutante ou cette Grèce conquérante, où perçoit-on les r (...)
  • 59 Burbank, Cooper 2010.
  • 60 Ces questions recouvrent partiellement celles qui ont servi de cadre de réflexion au troisième tome (...)

19Pour paraphraser, en la déplaçant, l’interrogation formulée par C. Bonnet à propos de la Phénicie hellénistique : dans cette Chypre « mutante » ou cette Alexandrie « conquérante, où perçoit-on les résistances58 » ? Peut-on mettre en évidence des interlocuteurs jouant le rôle de médiateurs entre les souverains et la société locale, à l’image des « imperial intermediaries » définis par J. Burbank et Fr. Cooper59 ? Quelle est l’emprise du culte royal lagide à Chypre ? Quelle influence les traditions et les cultes locaux ont-ils sur le discours symbolique et idéologique des rois d’Alexandrie ? Enfin, peut-on distinguer dans l’évolution de la société chypriote à l’époque hellénistique ce qui relève des phénomènes ponctuels de ce qui relève, à l’inverse, des processus de longue durée60 ?

  • 61 Gauthier 1984, p. 107.
  • 62 Dans le domaine cultuel, il faut mentionner les travaux ponctuels d’A. Anastassiades, voir notammen (...)
  • 63 Latour 2006.
  • 64 Voir notamment : Barth 2008 ; Malkin (éd.) 2001 ; Malkin, Müller 2012 ; Zurbach 2012 ; Bonnet 2015, (...)

20Pour aborder ces questions et jeter un éclairage interne sur la situation de Chypre à l’époque hellénistique, l’étude se fonde sur un choix d’inscriptions provenant de l’ensemble de l’île. S’il n’est pas question de nier l’importance des enjeux internationaux qui se cristallisent autour de la conquête puis de l’administration de Chypre, c’est sur la société hellénistique de l’île et sur son histoire interne – sur le long terme que représente la période d’installation, puis de domination lagide – que nous souhaitons tourner notre attention. Ph. Gauthier a souligné l’inadéquation des intentions formulées par les historiens cherchant à élucider les ressorts de la politique interne des cités en prenant pour point de départ la configuration diplomatique et internationale propre au monde hellénistique. De toute évidence, « […] le rôle que jouent alors les cités sur la scène internationale ne donne pas la clé de leur histoire intérieure61 ». Dans le cas de Chypre, cette affirmation peut également être étendue à l’échelle insulaire. La compréhension de l’histoire de Chypre à l’époque hellénistique passe donc par l’étude de ses équilibres internes et la définition de ses caractères propres, parmi lesquels l’épigraphie nous permet de repérer de façon privilégiée des pratiques, des marqueurs, des répertoires culturels et religieux62, ainsi que par la prise en considération des différentes échelles d’appartenance et de pouvoir qui se déploient à l’époque hellénistique. Nous serons par conséquent particulièrement attentive aux implications sémantiques et théoriques des notions relevant de « l’identité » et du « social63 » – termes dont on mesure depuis quelques années la portée et les enjeux en histoire ancienne64.

  • 65 Voir : Funke 2013 ; Summa 2016. Nous tenons à remercier D. Summa et M. Kantirea, responsables de l’ (...)

21L’enquête a été menée à partir d’un fonds documentaire hétérogène au sein duquel les inscriptions alphabétiques en langue grecque occupent une place essentielle. Nous avons tâché, autant que possible, de combler les lacunes de nos compétences dans le domaine de l’épigraphie phénicienne par des recours ponctuels aux textes les plus importants, accompagnés des références bibliographiques nécessaires à leur compréhension. La démarche épigraphique soutient de part en part notre thèse, bien que l’édition d’un corpus n’en constitue pas l’objectif propre. L’étude des inscriptions (leur sélection raisonnée, leur traduction, leur commentaire et leur analyse critique) a constitué l’étape préliminaire et nécessaire à la réalisation de ce travail et a accompagné du début à la fin la réalisation de la synthèse historique. Les inscriptions chypriotes étant en cours de publication sous l’égide de l’Académie de Berlin dans le corpus des Inscriptiones Graecae65, il n’a pas semblé pertinent d’en présenter ici une édition qui se serait révélée rapidement obsolète.

  • 66 L’auteur a ainsi rassemblé l’ensemble des sources antiques faisant mention de l’île de Chypre : Had (...)
  • 67 Voskos 1997 ; Voskos 2002 réunit les textes épigraphiques.
  • 68 Chavane, Yon 1978.
  • 69 I. Kition.
  • 70 Aupert, Hellmann 1984.
  • 71 Näf 2013.
  • 72 Vessberg, Westholm 1956.
  • 73 Fouille et campagne d’étude du rempart (dir. P. Aupert). Les fouilles de l’École française d’Athène (...)
  • 74 KB IV.
  • 75 Voir en dernier lieu : Pilides 2018.
  • 76 Fouille d’abord des « Tombeaux des Rois » (voir les comptes rendus réguliers de la fouille par S. H (...)

22Un recours ponctuel a pu être fait à d’autres types de sources, archéologiques et littéraires. Ces dernières ont été réunies, à la suite de l’ouvrage majeur de K. Hadjioannou66, par A. Voskos67. On consultera avec profit les testimonia réunis localement dans les volumes de publication des fouilles de Salamine68, de Kition69, d’Amathonte70, ou encore de Paphos71. L’apport de l’archéologie à l’étude de la période hellénistique est, à Chypre, hétérogène et inégal. Longtemps restés terra incognita ou limités aux seuls contextes funéraires, les niveaux hellénistiques attirent désormais l’attention des archéologues comme le montre la fouille des niveaux hellénistiques de Soloi72, ou, plus récemment, de ceux d’Amathonte73, de Kition74 et de Lédroi75. Plusieurs équipes participent également à l’exploration de Néa Paphos76, rendue cruciale par le statut administratif de la grande cité du sud-ouest de l’île à partir de l’époque hellénistique.

  • 77 En conclusion au colloque international organisé à Marseille en octobre 2015 par S. Fourrier, J.-Ch (...)
  • 78 Voir notamment : Karageorghis 2005.
  • 79 Les inscriptions syllabiques ont été réunies pour la première fois par O. Masson (ICS). M. Egetmeye (...)
  • 80 La parution du premier volume des IG XV, édité par A. Karnava et M. Perna, est imminente à l’heure (...)

23Comme le rappelait P. Aupert en 201577, nos connaissances sur la société et la vie quotidienne à Chypre sont minces. Ce constat général vaut pour la période hellénistique, autant que pour les époques antérieures78. Dans ce contexte, la relecture des inscriptions présente un enjeu de tout premier ordre. À ce constat interne s’ajoute celui de l’importance prépondérante du corpus chypriote pour l’étude de l’administration lagide et du culte royal ptolémaïque. Ces documents n’avaient pas, jusque-là, suscité une attention particulière. Des corpus ont néanmoins été intégrés aux publications de fouille et ont permis de livrer à la communauté scientifique des éditions rigoureuses et utiles. L’ouvrage de T. B. Mitford publié en 1971, consacré aux inscriptions de Kourion, est précurseur – nous nous y arrêterons en détail un peu plus loin. Pour les époques antérieures, les testimonia épigraphiques inscrits en caractères syllabiques sont désormais réunis, à la suite de la somme majeure d’O. Masson, par M. Egetmeyer79, en attendant la première livraison du volume XV des IG qui concernera cette partie majeure du corpus chypriote80.

  • 81 Ci-après I. Salamine.
  • 82 Pouilloux 1971 ; Pouilloux 1975 ; Roesch 1967 ; Roesch 1979 ; Roesch 1980.
  • 83 Nous avons généreusement été autorisée à en consulter la version préparatoire réalisée en collabora (...)
  • 84 Murray, Smith, Beauchamp Walters 1900.
  • 85 À l’occasion de la publication du « Rapport annuel sur les travaux de l’École Française à Amathonte (...)
  • 86 Les références précises sont données dans les lemmes bibliographiques.

24En 1987 paraît le volume XIII.2 de la publication des fouilles de Salamine, consacré au corpus épigraphique, sous la direction de J. Pouilloux, P. Roesch et J. Marcillet-Jaubert81. Les auteurs ont aussi contribué individuellement par des articles à une meilleure connaissance des inscriptions de Salamine82. Les inscriptions de Kition-Bamboula ont donné lieu en 2004 à la publication, sous la direction de M. Yon, du corpus épigraphique dans le volume V de la publication des fouilles françaises, consacré plus largement aux sources écrites. Les inscriptions grecques y sont réunies, traduites et commentées par Th. Oziol. Pour Amathonte, la publication du corpus des inscriptions est en cours sous la direction de P. Aupert83. Le corpus d’Amathonte présente un profil singulier et des caractéristiques qui intéressent tout particulièrement l’histoire de la société hellénistique de Chypre. De façon plus générale, on trouve un certain nombre d’inscriptions, issues des fouilles britanniques, publiées dans le volume d’A. H. Smith, A. S. Murray et H. B. Walters84. D’autres ont été publiées de façon isolée, principalement dans le Bulletin de correspondance hellénique85 et le Report of the Department of Antiquities Cyprus, ce dernier accueillant aussi de façon régulière depuis 1963 la publication annuelle des « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae » éditées jusqu’à sa mort en 2018 par I. Nicolaou. Le Bulletin épigraphique de la Revue des études grecques a souvent participé, en offrant une vision panoramique des corpus, à l’amélioration des lectures et à la progression des commentaires historiques des inscriptions chypriotes86.

  • 87 Cette situation est liée en partie au mode de publication des textes par ajouts ponctuels (pour les (...)
  • 88 Mehl 2016.

25À mesure que l’édition des textes progresse, la nécessité d’une étude synthétique des inscriptions grecques de Chypre se fait sentir. Le caractère unitaire de l’île représentant la conséquence fondamentale de « l’entrée » – par le biais des guerres de succession – de Chypre dans l’époque hellénistique, il semble que la compréhension globale de l’histoire de l’île a souffert des démarches isolées87. Comme le soulignait récemment A. Mehl, le paysage épigraphique chypriote présente par ailleurs, pour l’époque hellénistique, une configuration particulière du fait du caractère éclaté des informations qu’il nous transmet : il est ainsi impossible de décrire et de suivre la situation particulière d’une seule cité chypriote sur toute la période88. La confrontation des données issues des différentes cités représente donc un impératif méthodologique. C’est en recoupant les informations issues des différentes cités que peut progressivement se dessiner le portrait social, politique et administratif des poleis chypriotes.

26Parmi les études consacrées aux sources épigraphiques de Chypre, la Prosopography of Ptolemaic Cyprus d’I. Nicolaou, parue en 1976, occupe une place à part. L’auteure est la première à considérer l’ensemble unifié que constitue Chypre à l’époque hellénistique, ainsi qu’à mettre en avant le rapport immédiat de Chypre avec la dynastie lagide. Conçu comme un répertoire prosopographique, l’ouvrage, incontournable, n’en reste pas moins limité par ses choix formels : l’absence des textes et le caractère succinct des commentaires en font un outil dont le véritable profit reste subordonné à la consultation des publications.

  • 89 Masson 1979.
  • 90 Mitford 1952.
  • 91 Mitford 1961a.
  • 92 Mitford 1937.
  • 93 Ci-après I. Kourion. L’ouvrage fut vivement critiqué par R. S. Bagnall et Th. Drew-Bear en 1973 dan (...)
  • 94 Ci-après Nymph. Kaf.

27Une place particulière doit également être réservée, dans ce bref aperçu des études épigraphiques à Chypre, aux travaux de T. B. Mitford (1905-1978)89. C’est à lui que l’on doit en effet le projet de réunir l’ensemble des inscriptions chypriotes90. Le corpus ainsi envisagé comportait initialement sept sections regroupant les textes en partant des inscriptions en syllabaire « chypro-minoen » (I) jusqu’aux inscriptions chrétiennes et juives (VII). Ce projet consacrait une place particulière au corpus de Kafizin (IV), T. B. Mitford ayant le premier compris l’importance capitale de la colline abritant le culte de la nymphe. Il révisa finalement ses plans : confronté à des difficultés techniques, il choisit de présenter son travail site par site. C’est ainsi que parut en 1961, sous la forme d’un article91, l’étude qu’il consacra aux inscriptions hellénistiques de Palaepaphos. Son intérêt pour la capitale hellénistique et romaine s’était déjà manifesté en 1937 à l’occasion d’un premier article92 réunissant aussi des textes issus d’autres sites de l’île. En 1971, il publia le corpus des inscriptions de Kourion93. À Salamine, il collabora avec I. Nicolaou à la parution partielle des inscriptions issues des fouilles chypriotes, recueillies en 1974 dans les Greek and Latin Inscriptions from Salamis. Ses travaux sur le corpus de Kafizin furent publiés à titre posthume en 1980 dans le volume intitulé The Nymphaeum of Kafizin, the Inscribed Pottery94.

  • 95 Gauthier 1984 ; Gauthier 1985 ; Gauthier 1999.
  • 96 À la suite de l’œuvre de L. Robert : Robert 1969, repris dans Rousset (éd.) 2007, p. 603-621.
  • 97 Ma 1999.
  • 98 Yon 2002.
  • 99 Fernoux 2004.

28À nouveau, il n’est pas sans intérêt de nous écarter momentanément du strict champ des « études chypriotes ». L’épigraphie grecque connaît une vitalité durable et remarquable, soutenue, à la faveur de l’intérêt relativement récent des historiens pour l’époque hellénistique, par l’émergence de nouveaux terrains de recherche. Les travaux fondateurs de Ph. Gauthier95, en suscitant de nouvelles orientations dans l’étude du monde de la cité grecque, ont considérablement ouvert le champ des études épigraphiques et participé à la naissance d’une véritable histoire de la cité hellénistique96. Du point de vue méthodologique, trois études en particulier ont influencé, en dehors du corpus chypriote, notre approche du corpus épigraphique : l’ouvrage de J. Ma consacré à l’Asie Mineure sous Antiochos III97, celui de J.-B. Yon sur la société palmyrénienne98 et, enfin, l’essai d’histoire sociale que H.-L. Fernoux a consacré aux notables des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine99.

  • 100 Les textes lacunaires ou trop fragmentaires n’ont pas fait l’objet d’une traduction.

29Ont été considérées dans le cadre de cette recherche environ 450 inscriptions. À partir de ce corpus préliminaire nous avons isolé 114 textes dont la lecture nous paraissait éclairer de façon significative l’histoire hellénistique de Chypre. Ce choix d’inscriptions, présenté à la suite de la synthèse historique, regroupe les éditions de référence disponibles des textes étudiés ainsi qu’une traduction originale accompagnée d’un commentaire100. L’établissement de ce corpus a pour but de procurer au lecteur une intelligence générale la documentation épigraphique chypriote. Les principes de sélection et de classement de cette documentation sont précisés dans son introduction.

30La synthèse historique s’organise quant à elle autour de trois axes principaux. Le premier est dicté à la fois par les tendances de l’historiographie antérieure et par la nature particulière de l’occupation ptolémaïque de l’île de Chypre. Les modalités militaires, administratives et économiques de la présence lagide font ainsi l’objet d’une étude détaillée, nécessaire à l’appréhension du contexte historique. Les aspects politiques de l’administration ptolémaïque de Chypre et les modalités de coexistence des institutions civiques et royales occupent une position prépondérante dans cette première partie.

31Les particularités de la domination lagide sur Chypre, caractérisée par une intégration organique de l’île dans le royaume alexandrin, rendent cruciale l’étude des institutions et des phénomènes contribuant à structurer la société chypriote. Nous consacrons donc le second volet de l’étude à explorer les différents champs de recherche nous permettant, à partir des inscriptions, d’aborder les enjeux de la domination lagide sur la société locale. Cette approche s’appuie sur la description des marqueurs de l’identité et sur l’analyse des phénomènes de groupement et d’association que l’on peut appréhender à partir de la documentation épigraphique. Pour mener à bien l’étude de la société hellénistique de Chypre, il faut déterminer les modalités de la relation qui se noue entre les représentants de l’administration royale et la société locale. L’étude des notables, membres de la cour lagide ou bien locaux, fournit sur ce point des informations capitales. Nous présentons donc de façon détaillée les indices révélant l’existence de deux catégories de notables en insistant sur les attributs et les activités des notables locaux, pour mieux comprendre la nature de leurs rapports avec le pouvoir royal.

32Ce champ d’investigation nous amène à faire état de la nature et des différents degrés de la représentation honorifique des Ptolémées et de leurs représentants à Chypre. L’étude du culte royal, déterminée par la quantité de la documentation qui s’y rapporte dans le corpus, permet d’aborder un autre aspect de la relation qui se développe, de l’âge d’or de la dynastie lagide au iiie siècle aux dernières décennies du ier siècle, entre les Ptolémées et « l’île d’Aphrodite ». C’est enfin aux enjeux symboliques et idéologiques de la domination lagide sur Chypre que nous devons nous intéresser, en nous penchant sur les témoignages permettant de saisir le statut des traditions chypriotes dans le développement de l’idéologie dynastique lagide.

Carte de la Méditerranée orientale à l’époque hellénistique.

Carte de la Méditerranée orientale à l’époque hellénistique.

Carte de Chypre avec les principaux sites mentionnés.

Carte de Chypre avec les principaux sites mentionnés.

Notes

1 Roesch 1980, p. 250. Constat similaire chez I. Nicolaou : PPC, préface.

2 Ce jugement sert de point de départ à la réflexion de H. J. Watkin sur le développement des institutions civiques chypriotes au cours de l’époque hellénistique (voir notamment : Watkin 1988, p. 553-554). Toutefois l’auteur exprime de vives réserves devant la tradition historiographique issue des travaux de T. B. Mitford et dont la citation de P. Roesch est l’héritière : Watkin 1988, p. 556-557.

3 Exception faite des conclusions réunies sous l’égide de V. Karageorghis (à l’issue du colloque d’Erlangen en 2004) pour la période allant de la fin de l’Âge du Bronze à la fin de l’époque archaïque : Karageorghis 2005.

4 Will 1960 (article repris dans Will 1998, p. 213-226).

5 Suivie par A. Satraki : Satraki 2012.

6 Collombier 1993, p. 119-147.

7 Will 2003.

8 Hill 1940. Voir également : Vessberg, Westholm 1956. Plus récemment : Mehl 2000.

9 Watkin 1988.

10 Mitford 1961a.

11 Mehl 1995 ; Mehl 1996 ; Mehl 2016 ; Mehl 2018 ; Mehl 2019.

12 Ci-après I. Paphos. Voir également les travaux de l’auteur sur l’activité des technites dionysiaques à Chypre (Cayla 2017), ainsi que sur les élites paphiennes (Cayla 2005 ; Cayla 2006 ; Cayla 2016).

13 À l’occasion du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine : Masson 1992b.

14 Papantoniou 2012.

15 Compte-rendu publié par S. Fourrier : Fourrier 2013b.

16 Voir également : Papantoniou 2009 ; Papantoniou 2013.

17 Voir aussi sa communication intitulée « Mini-Alexandria or Local Continuity? Architectural Change, Place-Making, and Identity in Ptolemaic Cyprus » dans la conférence annuelle des American Schools of Oriental Research en 2014.

18 Lejeune 2013.

19 Lejeune 2010.

20 Flourentzos (éd.) 2007a.

21 Scherrer, Koiner, Ulbrich (éd.) 2012.

22 Iacovou, Hatzopoulos 2014.

23 Mission archéologique française à Paphos (MAE, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse), Mafap depuis 2008, dirigée par Cl. Balandier (Balandier 2017).

24 Balandier (éd.) 2016.

25 Cayla 2016 ; Vernet 2016.

26 Mehl 2016.

27 Raptou 2016.

28 Michaelides, Papantoniou 2018.

29 Kyrieleis 2015. Ce dossier représente par ailleurs une source capitale pour l’étude de l’iconographie dynastique lagide.

30 La formule prend une tournure euphémique en contexte chypriote.

31 Sartre 2001.

32 Comme l’avait déjà noté S. Lejeune en 2007 au sujet de la nature des institutions civiques : Lejeune 2007, p. 227 et n. 37 (avec références).

33 Bonnet 2015.

34 La situation de cette autre province lagide est, par plusieurs aspects, très proche de celle de Chypre. Les deux territoires, qui partagent le système traditionnel des « city-kingdoms », sont intégrés au royaume d’Égypte, et constituent la partie la plus solide de l’empire des Ptolémées. Voir : Will 1960 ; Laronde 1987. L’étude récente du culte royal lagide en Cyrénaïque doit également être consultée : Marquaille 2003, p25-42.

35 Demand 1996 ; Given 1998 ; Fourrier 2008 ; Iacovou 2014a.

36 Iacovou 2007 ; Papantoniou 2012.

37 La discussion concernant sa pertinence pour les époques antérieures est hors du spectre de cette étude.

38 La diversité des sources historiques, dominées en Égypte par les riches collections papyrologiques, contribue à expliquer ce phénomène.

39 C’est la notion développée par S. A. Stephens pour l’Égypte, mais qui ne peut évidemment s’entendre, à Chypre, que dans un sens figuré. Voir : Stephens 2003.

40 Fraser 1972.

41 Hölbl 1994.

42 Manning 2009.

43 De même, l’article que L. Koenen a consacré au culte du souverain ptolémaïque est désormais incontournable : Koenen 1993.

44 Van’t Dack 1988 ; Van’t Dack 1990.

45 Mooren 1975 ; Mooren 1977.

46 Van Minnen 2000.

47 Burkhalter 2012.

48 Pomeroy 1990. Voir aussi : Rowlandson 1998.

49 Ijsewijn 1961 ; voir notre Annexe 3.

50 Iacovou 2012.

51 Nous entendons par là des institutions civiques de type grec.

52 Veyne 1976 ; Gauthier 1985 ; Quass 1993 ; Savalli-Lestrade 1998 ; Savalli-Lestrade 2003 ; Van Minnen 2000 (Égypte) ; Perrin-Saminadayar 2003 (Athènes). Voir également Capdetrey, Lafond (éd.) 2010.

53 Ce glissement constitue selon nous une conclusion intenable.

54 Yon 1997 ; Fourrier 2015.

55 Le témoignage de l’archéologie ne semble pas, en l’état de nos connaissances, diverger sur ce point de celui de l’épigraphie.

56 Comme l’écrivait L. Capdetrey en ouverture de son article paru dans les hommages à R. Descat, et consacré à la Carie de la fin du ive s. : « […] l’opposition entre rupture et continuité est aujourd’hui largement dépassée […] pour être pertinente, la réflexion doit désormais être envisagée à l’échelle régionale et à la hauteur des pratiques et des particularités locales ». Chypre représente en ce sens une région particulièrement intéressante (Capdetrey 2012, p. 229-246).

57 Même ainsi considérée la définition chronologique de la « période hellénistique » n’est que partiellement satisfaisante (si on raisonne à partir des évolutions que l’on observe dans la société, celle-ci commence avant, et s’achève après).

58 Bonnet 2015, p. 533 : « Dans cette Phénicie mutante ou cette Grèce conquérante, où perçoit-on les résistances ? Qu’évite-t-on de diluer dans le grand bouillon des cultures ? »

59 Burbank, Cooper 2010.

60 Ces questions recouvrent partiellement celles qui ont servi de cadre de réflexion au troisième tome des Studies in Hellenistic Civilisation consacré à la notion d’ethnicité en Égypte lagide. Bilde et al. (éd.) 1992, p. 8 : « (1) […] the question of the role played by the interplay of various institutions in the everyday life of the ordinary citizen; (2) the role of the various institutions in holding together a heterogeneous society across ethnical boundaries: their integrating or segregating character and the role they were intended to play within an overall political scheme; (3) the overall character of the Macedonian-Greek conquest of Egypt (exploitation, co-operation, etc.?); and finally (4), the changes undergone by Ptolemaic society during the Hellenistic period ».

61 Gauthier 1984, p. 107.

62 Dans le domaine cultuel, il faut mentionner les travaux ponctuels d’A. Anastassiades, voir notamment : Anastassiades 2007.

63 Latour 2006.

64 Voir notamment : Barth 2008 ; Malkin (éd.) 2001 ; Malkin, Müller 2012 ; Zurbach 2012 ; Bonnet 2015, notamment les remarques conclusives, p. 521-535.

65 Voir : Funke 2013 ; Summa 2016. Nous tenons à remercier D. Summa et M. Kantirea, responsables de l’édition critique de la partie alphabétique du corpus, de nous avoir généreusement autorisée à consulter une version préparatoire du corpus.

66 L’auteur a ainsi rassemblé l’ensemble des sources antiques faisant mention de l’île de Chypre : Hadjioannou 1980.

67 Voskos 1997 ; Voskos 2002 réunit les textes épigraphiques.

68 Chavane, Yon 1978.

69 I. Kition.

70 Aupert, Hellmann 1984.

71 Näf 2013.

72 Vessberg, Westholm 1956.

73 Fouille et campagne d’étude du rempart (dir. P. Aupert). Les fouilles de l’École française d’Athènes ont récemment contribué à améliorer notre connaissance de la ville basse, voir : Thély 2015-2016.

74 KB IV.

75 Voir en dernier lieu : Pilides 2018.

76 Fouille d’abord des « Tombeaux des Rois » (voir les comptes rendus réguliers de la fouille par S. Hadjisavvas dans le BCH à partir de 1978). Fouille du théâtre hellénistique : Green, Barker, Stennett 2015, p. 319-334 ; Młynarczyk 1990. Pour les fouilles de la mission française, voir supra, p. 4 n. 23.

77 En conclusion au colloque international organisé à Marseille en octobre 2015 par S. Fourrier, J.-Chr. Sourisseau et H. Tréziny en l’honneur d’A. Hermary : Aupert 2016.

78 Voir notamment : Karageorghis 2005.

79 Les inscriptions syllabiques ont été réunies pour la première fois par O. Masson (ICS). M. Egetmeyer a livré récemment un ouvrage désormais incontournable pour l’étude des inscriptions syllabiques : Egetmeyer 2010.

80 La parution du premier volume des IG XV, édité par A. Karnava et M. Perna, est imminente à l’heure où nous écrivons ces lignes.

81 Ci-après I. Salamine.

82 Pouilloux 1971 ; Pouilloux 1975 ; Roesch 1967 ; Roesch 1979 ; Roesch 1980.

83 Nous avons généreusement été autorisée à en consulter la version préparatoire réalisée en collaboration avec Sl. Kirov.

84 Murray, Smith, Beauchamp Walters 1900.

85 À l’occasion de la publication du « Rapport annuel sur les travaux de l’École Française à Amathonte » ou bien dans la série d’articles intitulés « Inscriptions d’Amathonte ».

86 Les références précises sont données dans les lemmes bibliographiques.

87 Cette situation est liée en partie au mode de publication des textes par ajouts ponctuels (pour les « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae » dans les rapports annuels du Report of the Department of Antiquities of Cyprus par exemple) ou dans des séries isolées, dépendantes des diverses missions archéologiques actives dans l’île – dont de nombreuses missions étrangères : missions polonaises (université de Varsovie et université Jagellon) et mission australienne de Paphos (université de Sydney), mission américaine de Polis-tis-Chrysochou (Princeton), de Geronisos (New York), missions françaises d’Amathonte (EFA), de Kition-Salamine (CNRS / université Lyon 2) et de Paphos (MAE / université d’Avignon) ; sans compter les missions « historiques » des Suédois (Swedish Cyprus Expedition) et des Britanniques pour le compte du British Museum. Le département des Antiquités chypriotes déploie ses archéologues sur tous les sites accessibles du territoire non occupé de l’île (la liste des chantiers de fouille, chypriotes et étrangers, est accessible en ligne : http://www.mcw.gov.cy/mcw/da/da.nsf/DMLexcavat_en/DMLexcavat_en).

88 Mehl 2016.

89 Masson 1979.

90 Mitford 1952.

91 Mitford 1961a.

92 Mitford 1937.

93 Ci-après I. Kourion. L’ouvrage fut vivement critiqué par R. S. Bagnall et Th. Drew-Bear en 1973 dans deux articles de la revue Phoenix : Bagnall, Drew-Bear 1973 ; Bagnall, Drew-Bear 1974.

94 Ci-après Nymph. Kaf.

95 Gauthier 1984 ; Gauthier 1985 ; Gauthier 1999.

96 À la suite de l’œuvre de L. Robert : Robert 1969, repris dans Rousset (éd.) 2007, p. 603-621.

97 Ma 1999.

98 Yon 2002.

99 Fernoux 2004.

100 Les textes lacunaires ou trop fragmentaires n’ont pas fait l’objet d’une traduction.

Table des illustrations

Titre Carte de la Méditerranée orientale à l’époque hellénistique.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/12743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte de Chypre avec les principaux sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/12743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search