Version classiqueVersion mobile

Chypre à l'épreuve de la domination lagide

 | 
Anaïs Michel

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Hermary 1999.

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en décembre 2017 à Aix-Marseille Université et réalisée en cotutelle avec l’université de Chypre. Il s’appuie sur une étude entamée dans le cadre d’un mémoire de Master réalisé de 2010 à 2012. Fondées sur le constat que l’île de Chypre présente le corpus le plus important conservé de dédicaces lagides hors d’Égypte, ces recherches préliminaires portaient principalement sur le culte royal et sur les interactions observables entre les Ptolémées et les cultes locaux, en particulier les cultes féminins. Basées sur l’analyse d’une partie des témoignages épigraphiques et archéologiques disponibles, elles ont ouvert la voie à un questionnement plus large touchant à la nature et aux modalités des relations entre les Ptolémées et la société chypriote. Pour explorer les nombreux axes d’étude soulevés par le sujet, et décrire de la façon la plus précise possible les conséquences mesurables de la domination lagide sur Chypre, l’enquête historique devait être alimentée par une recherche épigraphique complète, prenant en compte l’ensemble des inscriptions connues à Chypre à l’époque hellénistique. Conformément à la nature et au cadre de cette recherche, plusieurs domaines d’enquête doivent néanmoins être momentanément rejetés hors du champ de notre étude. Nous ne ferons qu’un usage ponctuel et limité de la documentation exogène, laissant ainsi de côté le vaste dossier des Chypriotes « loin de leur île1 ». Une autre limite porte sur l’étude matérielle. Les pierres n’ont, en majeure partie, pas été revues. Pour accéder à l’édition exhaustive des textes, le lecteur pourra se reporter au volume XV.2 du corpus des Inscriptiones Graecae réalisé, pour la partie alphabétique, par M. Kantiréa et D. Summa sous l’égide de l’Académie de Berlin. Dans cette attente, il pourra trouver rassemblées dans cet ouvrage les références aux travaux les plus importants.

2Sauf mention contraire et à l’exclusion des textes phéniciens, les traductions proposées sont de l’auteure.

3En l’absence de précision, toutes les dates s’entendent avant J.-C.

4Les références bibliographiques sont systématiquement abrégées selon les conventions élucidées en fin de volume dans la bibliographie alphabétique.

5Les abréviations adoptées pour les revues et les séries sont empruntées à la liste des périodiques publiée par l’Année philologique (version mise à jour disponible à l’adresse : https://about.brepolis.net/​aph-abreviations), et, lorsque celle-ci ne propose pas d’abréviation, à l’Archäologische Bibliographie (version mise à jour disponible à l’adresse : http://www.dyabola.de). Pour les corpus et recueils épigraphiques ainsi que pour les notices du Bulletin épigraphique, nous avons adopté les abréviations de la « Liste des abréviations des éditions et ouvrages de référence pour l’épigraphie grecque alphabétique » proposée par l’Association internationale d’épigraphie grecque et latine, désormais en vigueur dans le Bulletin épigraphique et le Supplementum epigraphicum Graecum (liste disponible en annexe finale de la livraison du BE 2020 et à l’adresse : https://aiegl.org/​grepiabbr.html).

6L’orthographe francisée est employée de préférence dans les transcriptions pour les personnages dont le rôle historique est mieux connu (ex. : le nom Ptolémée est réservé aux seuls représentants de la dynastie lagide).

7Nous suivons par ailleurs les conventions suivantes :

8κ = k ; φ : ph ; η = è ; ε = é/e ; ω = ô ; ο = o

9En règle générale nous évitons de désigner les souverains lagides par leur seule position dans la dynastie (Ptolémée Ier, II, III, etc.) et privilégions l’identification par épithète dynastique, plus précise. Nous employons la version simplifiée et usuelle des titulatures ptolémaïques.

10Nous orthographions les titres auliques avec une majuscule à l’initiale pour faciliter la compréhension de l’acception formelle des termes polysémiques désignant les membres de la cour lagide, et pour les distinguer des fonctions :

11Ex. : Prôtarchos fils d’Untel, du rang des Successeurs, commandant des troupes.

12Les numéros figurant en gras renvoient aux textes qui constituent le choix d’inscriptions qui fait suite à la synthèse. Pour les inscriptions qui n’ont pas donné lieu à une nouvelle étude et qui n’y figurent pas, nous renvoyons systématiquement à la publication faisant communément autorité dans l’attente de la publication définitive de l’ensemble des volumes des IG XV, 2.

13On trouvera explicités au début de ce choix d’inscriptions les principes de présentation épigraphique des textes.

Notes

1 Hermary 1999.

© École française d’Athènes, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search