Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Annexes

ANNEXE V

Inventaire des structures archéologiques de Glyphada

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 66-67 et fig. 2.

1Sauf mention contraire, les trouvailles prises en compte sont celles situées sur l’actuelle commune de Glyphada, laquelle recouvrait assurément le territoire d’Aixônè. Les frontières avec les dèmes voisins n’étant pas définies avec précision1, j’ai réservé une petite section aux trouvailles faites au nord de la commune de Voula et au sud de la commune d’Elliniko (H).

  • 2 Giannopoulou-Konsolaki 1990.
  • 3 Un résumé des fouilles accomplies par toutes les Éphories de Grèce entre 2000 et 2010 se trouve dan (...)

2Certaines fouilles n’ont jamais été publiées, comme celle de N. Kyparissis en 1927 et celle menée par l’Éphorie en 1972. Les informations sur ces travaux inédits ont été tirées de l’ouvrage de E. Giannopoulou-Konsolaki, qui a eu accès aux journaux de fouilles2. Pour le reste, j’ai dépouillé systématiquement les chroniques de fouilles de l’AD, dont le dernier numéro est paru en 2016 pour l’année 20123.

3J’ai classé les structures d’après leur fonction. À l’intérieur de chaque section, un ordre chronologique de la date de découverte a été suivi. La fig. 7 montre la répartition géographique et chronologique des structures dont le lieu de trouvaille est connu avec précision.

Fig. 2. La région de Glyphada.

Fig. 2. La région de Glyphada.

Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.

Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.

Fig. 7. b. Zoom.

Fig. 7. b. Zoom.

A. L’habitat

  • 4 Kéramopoullos 1919, p. 37-43 et fig. 2-3 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38-41 et fig. 16-17.

4A1 - Grande maison romaine et byzantine à l’est du cap Exonis4 : à environ 1 km à l’est du cap, A. D. Kéramopoullos a fouillé en 1919 une partie d’une grande maison romaine, qui a été occupée jusqu’à l’époque byzantine.

5Pour l’époque romaine, A. D. Kéramopoullos a dégagé une pièce rectangulaire (6,5 × 3,65 m), dont le sol était recouvert de chaux, de sable et de tuiles concassées. Il y avait aussi un puits d’au moins 4 m de profondeur, dont l’orifice était à la hauteur du sol. L’entrée de la pièce se trouvait du côté ouest.

6Au tout début de l’époque chrétienne, le puits a été remblayé et un nouveau sol avec mosaïque a été construit, à 0,4 m au-dessus de l’ancien. La fonction remplie autrefois par le puits est désormais assurée par une citerne, creusée en dehors de la maison.

7Dans la dernière phase d’occupation, à l’époque byzantine, la salle est divisée en deux parties par un mur dressé sur la mosaïque. La pièce nord conserve son ancienne entrée, tandis que la pièce sud est munie d’une entrée sur le côté est. Une extension est ajoutée sur le côté sud : elle consiste en deux petites pièces et une antichambre, où se trouvaient des baignoires semble-t-il. Les parois de ces pièces étaient imperméabilisées avec un crépi et les sols étaient recouverts de dalles de marbre et de briques. Le nouveau mur sud a été construit en briques.

8Parmi le matériel exhumé, on peut retenir un sceau en terre cuite d’époque byzantine, orné d’une croix, qui servait à marquer les pains bénis des chrétiens qui occupaient la maison.

9 

  • 5 Kéramopoullos 1919, p. 43 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41.

10A2 - Maison romaine tardive près de la route littorale5 : à 25 m au nord de la route littorale, A. D. Kéramopoullos a trouvé en 1919 l’entrée d’une maison, datant selon lui de l’Antiquité tardive. Un montant de porte en marbre avec chapiteau a été façonné à partir d’une stèle funéraire du ive s. (GL 17). Devant le montant s’étendait un sol avec des dalles de marbre, tandis que de l’autre côté le sol était simplement recouvert de tuiles.

11 

  • 6 Eliot 1962, p. 20 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41.

12A3 - Vestiges d’époque romaine tardive sur le cap Exonis6 : du côté nord du cap, on a trouvé des vestiges d’installations hydrauliques d’époque romaine tardive. Ils appartenaient semble-t-il à une maison, qui a été détruite ou remblayée lors de l’aménagement du rivage à l’époque moderne.

13 

  • 7 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 31-32 et fig. 6-7.

14A4 - Rues Thémistokléous 22 et Iou (auj. Nezer), O.T. 2967 : lors d’une fouille inédite de l’Éphorie en 1972 ont été trouvés des vestiges de deux maisons, dont l’une est d’époque classique-hellénistique d’après la céramique.

15La première maison avait une cour pavée. L’entrée était à l’ouest et donnait sur une route parallèle à la rue Thémistokléous. Les pièces principales étaient au nord de la cour ; chaque chambre communiquait avec cette dernière par une porte au sud. Deux chambres étaient pourvues d’un sol dallé ; ailleurs, le sol était en terre battue et galets clairsemés. Une pièce rectangulaire (6,2 × 2 m) occupait la plus grande partie du côté nord de la cour et contenait, rassemblés sur une petite surface (1 × 1,5 m), 38 poids de tisserand en terre cuite ; à cet endroit devait se trouver le métier à tisser de la maison. Dans deux autres pièces, il y avait des canalisations au sol, qui servaient sûrement pour le transport de l’eau et l’évacuation des eaux usées, car dans un endroit se trouve une construction rectangulaire recouverte de plaques de pierre verticales qui ressemble à un évier. Sur les côtés est et sud se trouvent des vestiges d’autres pièces, mais elles sont si délabrées qu’on ne peut en déterminer la disposition. Dans le remblai de la maison, on a trouvé de la céramique d’époque classique et hellénistique, composée surtout de vases domestiques non vernis et à vernis noir.

16Au nord de cette maison, on a trouvé une partie d’une autre cour pavée avec des appentis sommaires sur les côtés sud et ouest, qui servaient sans doute à stocker des produits agricoles ou à héberger du bétail. Il semble que ces vestiges appartenaient à une deuxième maison, qui s’étendait jusque de l’autre côté de la rue Thémistokléous et dans la rue Iou.

  • 8 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 198 et fig. 59.
  • 9 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 236.

17En 2008, on a découvert un puits rue Thémistokléous 228. Il mesurait 1,20 m de diamètre. L’intérieur n’a pas pu être fouillé pour des raisons de sécurité. En 2009, on a découvert un autre puits à proximité, rues Thémistokléous et Nezer9 ; son diamètre est de 1,20 m et il est creusé dans le rocher naturel. Il a été fouillé jusqu’à une profondeur de 2,25 m ; l’intérieur contenait quelques tessons d’époque classique. Ces deux puits doivent être liés à ces maisons.

18 

  • 10 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 32.

19A5 - Rues Thémistokléous et Iras, O.T. 29010 : sur la plate-bande sur le côté est du pâté de maisons et dans la rue Thémistokléous, à l’intersection avec la rue Iras, on a trouvé en 1972 une petite partie d’une maison antique. On a dégagé un espace rectangulaire longitudinal et des restes d’autres pièces sur ses côtés nord et sud, mais ces vestiges sont trop fragmentaires pour pouvoir reconstituer le plan de la maison. Aucune date n’est donnée et la fouille est restée inédite, mais vu la proximité d’habitations classiques-hellénistiques (A 4, A 7, A 8, A 15, A 21), on peut supposer que cette maison remonte à la même époque.

20 

  • 11 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38 et fig. 15

21A6 - Av. A. Métaxa 32-32 A, O.T. 3811 : outre des installations artisanales et peut-être commerciales (C 4) et quelques tombes archaïques (B 11), on a trouvé sur ce terrain une grande maison romaine, et ce qui semble être une autre maison, d’époque romaine tardive.

22Du côté ouest du terrain, qui donne sur l’avenue A. Métaxa 32, à environ 30 m de la rue, on a fouillé en 1972-1973 une partie d’une grande maison romaine, qui s’étendait aussi sur les terrains limitrophes vers l’ouest et le sud. Cette fouille n’a pas été publiée. En 1982, on a continué la fouille vers le sud, dans l’angle nord-ouest du terrain de l’avenue A. Métaxa 32 A. Le reste de la maison continue sur le terrain voisin, lequel est construit, il n’a donc pas été possible de la dégager jusque-là.

23Cette maison (= ensemble II dans l’AD) se trouve à une petite distance des ensembles I et III (= C 4). Elle était construite au-dessus de fosses taillées dans le rocher (voir C 4). Dans une petite pièce du côté sud (l’espace ΣΤ), il y avait un foyer. Le matériau et le mode de construction des ensembles I et II étaient les mêmes, et ils ne sont sûrement pas postérieurs à l’époque romaine selon I. Tsiriôti. L’espace central de la maison est un carré de 4 × 4 m, avec des dalles de terre cuite au sol. Sur les côtés nord, est et sud se trouvent des pièces oblongues et des pièces carrées plus petites, probablement des pièces auxiliaires. Au nord de la maison, on a trouvé un montant de porte en marbre haut de 1,27 m, orné au sommet de feuilles lancéolées sculptées. Dans le remblai de la salle centrale, on a trouvé deux stèles funéraires du ive s., transférées d’une nécropole voisine, peut-être B 9.

  • 12 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38 mentionne encore les fragments de la stèle d’un jeune athlète (a (...)

24Dans la portion de terrain est de l’avenue A. Métaxa 32, on a fouillé en 1972-1973 un autre bâtiment, d’époque romaine tardive, mais on ne peut en déterminer l’usage avec certitude ; il s’agit probablement aussi d’une maison. Dans son remblai, on a trouvé plusieurs stèles funéraires, dont une inscrite (GL 21)12, ainsi qu’un chapiteau et une base ioniques en marbre, peut-être issus de la même colonne. E. Giannopoulou-Konsolaki en déduit qu’il y avait une nécropole et un édifice important dans les environs. Il me paraît tout à fait possible que les stèles proviennent de la nécropole B 9, toute proche.

25 

  • 13 A. G. Liangkouras, AD 29 1973-4 (1979) Chron. B1, p. 55 et fig. 16 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p (...)

26A7 - Rue Phivis 42, O.T. 29013 : lors d’une fouille en 1973 ont été trouvés des vestiges de deux maisons de la fin de l’époque classique-début de l’époque hellénistique, d’après la céramique.

27Ces deux bâtiments semblent sans rapport l’un avec l’autre. Les murs, numérotés de 1 à 24 sur le plan fourni dans l’AD, créent 14 espaces ; ils sont conservés sur une très petite hauteur. Le plus souvent, on n’a trouvé que les fondations, ce qui fournit peu d’éléments pour comprendre l’utilisation des espaces et la manière dont on circulait entre eux.

28La maison la mieux conservée mesure 14 × 13 m. Son entrée est signalée du côté ouest par un seuil de pierre. Sur les côtés ouest, nord et sud, il y a des couloirs avec des ouvertures sur les pièces principales, qui étaient au centre. Dans un angle de l’une de ces pièces (angle sud-est de l’espace E), on a trouvé une couche de pierres, de 0,70 × 0,85 m, sur laquelle il y a des traces de feu et de charbons ; il y avait sans doute un foyer à cet endroit. Sur le côté nord-nord-ouest de l’espace Γ (peut-être une pièce auxiliaire), se trouve un banc de pierre contre un mur.

29La seconde maison est à l’ouest de la première. Son entrée est signalée sur le côté est par un seuil de pierre. Elle est en moins bon état de conservation que la première, mais il est possible que son agencement intérieur ait été semblable. Dans les deux maisons, des sols de dalles de pierre côtoient des sols simplement recouverts de terre battue.

30 

  • 14 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 35 et fig. 10-1 (...)

31A8 - Rue Thémistokléous et Phivis, O.T. 28814 : lors d’une fouille en 1980 sur la rue Thémistokléous, près de l’intersection avec la rue Phivis, on a trouvé une partie d’une maison du ive s.-début de l’époque hellénistique. La façade de la maison donne sur une route antique (F 5), qui longeait le côté sud de la maison. Deux pièces se trouvaient au bord de la route et une troisième était plus au nord. Les autres pièces se trouvaient sûrement dans la continuité au nord et en bas sur la rue Thémistokléous. Parmi les pièces bordant la route, celle qui est le plus à l’ouest (C) mesure 3 × 2 m (dimensions conservées) ; elle avait à l’origine une porte donnant sur la route, comme l’indique le seuil de pierre de 0,92 m de long, mais elle a été condamnée ultérieurement. La pièce d’à côté (A) mesure 4,9 × 3,6 m, elle est dallée et a livré des fragments de vases à usage domestique. Dans la pièce plus au nord (B), qui mesure 3,5 × 3 m (dimensions conservées), le sol est de terre et de galets bruts. Au fond de la pièce B, près du mur T4, on a trouvé deux petites dalles appartenant au revêtement du mur et quelques objets, parmi lesquels un couteau en fer, des poids de tisserand, une attache en plomb et une masse en plomb. Dans le mur extérieur sud de la maison a été intégrée une borne de pierre avec une inscription visible de la route, qui nous apprend que la maison était hypothéquée, probablement en garantie d’un emprunt fait par le propriétaire (12).

32Au sud de la route antique, on a trouvé deux murs (T 5 et T 7), adjacents à T 1, mais leur fonction n’est pas claire. Le petit espace entre eux ainsi que l’espace autour étaient recouverts de pierrailles.

  • 15 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 248-249 et fig. 81-83.

33En 2005, la fouille a continué sur le terrain voisin ; dans l’angle sud-ouest de ce dernier, on a dégagé la suite de ces vestiges d’habitation15. Les murs sont faits de pierres brutes ; ils sont larges de 0,35 à 0,50 m et leur hauteur conservée est de 0,30 à 0,85 m. À l’intérieur des espaces, on a dégagé des couches de sol, faites de terre ou de chaux concassée mêlée d’éclats de pierre. Le substrat des sols est fait de terre et de cailloux. On a trouvé aussi des vestiges d’un sol en dalles de pierre. L’espace carré Γ, de 2,25 m de côté (dimensions intérieures), est divisé en deux parties ; il pourrait s’agir d’un sanctuaire domestique selon les archéologues. Il communique avec un vestibule par un accès de 0,80 m de large. 4 m à l’est de l’espace Γ, on a trouvé une série de huit grandes pierres, qui, avec le rocher naturel taillé verticalement, forment un espace de 2,80 × 1 m ; il semble avoir servi de dépotoir pour les ustensiles en terre cuite de la maison. Au sud-ouest et à une petite distance de l’espace Γ, a été découvert le couvercle monolithique d’un puits, en position secondaire.

34Au centre et à l’est du terrain, le rocher naturel a subi divers aménagements, tels que des sillons, fosses et un puits creusé profondément, qui semblent faire partie d’un vaste système de captage des eaux, et qui servait peut-être dans le cadre d’activités artisanales domestiques.

35La céramique, très abondante, consiste en de la vaisselle domestique ; elle date principalement du ve s. et, dans une moindre mesure, du ive s.

36Une partie des vestiges est visible in situ.

37 

  • 16 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 70-71 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 36 et fig. 1 (...)

38A9 - Rue Aiginis, O.T. 30016 : à environ 30 m à l’est de la place Pyrrhou, sur la rue Aiginis, on a trouvé en 1980 les vestiges d’une maison d’époque hellénistique, qui a subi de multiples transformations. L’ensemble des vestiges fouillés se trouvait sur le côté nord du terrain, qui donne sur la rue Aiginis, mais la structure se poursuit clairement sur la route actuelle et sur la propriété limitrophe à droite. Dans la partie sud du terrain, il n’y a aucune trace d’antiquités, sauf à une distance de 11 m de la maison antique, où on a exhumé une partie d’un mur isolé, lequel s’arrête à l’intérieur des limites du terrain sans aucune continuité ni lien. En 1990, on a fouillé la suite sur le terrain contigu à l’est, rue Aiginis 20 : on a trouvé encore deux espaces rectangulaires limitrophes appartenant au même ensemble (voir ci-dessous).

39La très mauvaise conservation des murs, l’absence de sols, sauf en quelques rares endroits, ainsi que les multiples réfections qui ont touché le cœur de la maison, rendant l’interprétation des vestiges difficile. La partie identifiée avec la cour n’a livré aucun matériel et n’est constituée que par le rocher naturel. Les murs de la maison ne sont conservés qu’au niveau des fondations ; ils sont construits en pierres brutes, sans trace de travail ; seul le mur 1, dont l’extrémité nord est composée de pierres taillées, est construit de manière soignée. En quelques endroits, le rocher a été creusé et les fondations des murs y ont été insérées et ajustées. Il n’y avait pas de seuils, mais on distingue des ouvertures aménagées dans certains murs. Il n’y a aucune trace de torchis. Les fragments de tuiles sont rares.

40Les chambres occupaient le côté sud de la cour, dont l’entrée était semble-t-il à l’est, donnant sur une route antique via un couloir. Une des pièces (B) était une cuisine ou un lieu de stockage, car il y avait des fragments de vases à usage domestique à l’intérieur. La céramique trouvée sur le site date généralement de l’époque hellénistique et comprend une batterie de cuisine ainsi que des ruches, ce qui indique que les habitants pratiquaient l’apiculture. De rares tessons romains et d’encore plus rares tessons d’époque classique ont été trouvés dans les ruines des murs, mais à cause de la minceur du remblai, on ne peut les considérer comme des éléments datants selon M. Petritaki.

  • 17 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

41En 1994, sur le même terrain, on a repéré sur la surface rocheuse des sillons taillés qui aboutissent à un puits17. Le diamètre de l’ouverture est de 1,05 m. Sa paroi comporte des marches, que l’on empruntait pour descendre dans le fond du puits afin de le nettoyer. Dans la mince couche de terre qui couvrait le rocher naturel dans la partie sud du terrain, on a trouvé des fragments de tuiles et quelques tessons de l’époque classique tardive.

42Sur le terrain fouillé en 1990, on a dégagé deux pièces supplémentaires de la maison. Le plus grand espace a des dimensions intérieures de 5,85 × 5,30 m, tandis que l’autre, au sud-ouest, mesure 7,50 × 3,50 m. D’après la céramique, cette partie de la maison date aussi de l’époque hellénistique, et durant cette période il y a eu au moins une transformation du bâtiment.

43 

  • 18 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 36 et fig. 13.

44A10 - Rue Phivis-Place des Nymphes, O.T. 5818 : une partie d’une maison d’époque classique a été fouillée en 1982, sur le côté est de la place des Nymphes. L’agencement des pièces n’est pas net ; on distingue seulement le contour d’un bâtiment rectangulaire, avec l’entrée à l’ouest et un espace longitudinal sur le côté est. Au sud et à l’est de ce bâtiment se trouvent de vagues vestiges d’autres murs.

45En tout, des segments de 7 murs ont été dégagés. Ils se trouvaient en surface, c’est pourquoi ils sont très abîmés. Le mur 7, le mieux construit de tous, est conservé sur une longueur de 7,75 m. À peu près en son milieu, il est interrompu par une ouverture de 2,20 × 0,50 m. Il a deux parements et est construit en pierres travaillées de taille moyenne, tandis que les autres murs sont construits en petites pierres légèrement travaillées, sauf le mur 6 qui est construit avec des grandes pierres non travaillées. La technique de construction des murs et les tessons trouvés en faible quantité indiquent l’époque classique.

46 

  • 19 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 54 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 29-30.

47A11 - Le grand complexe byzantin d’Anô Glyphada (rues Venezouelas, Gounari, Valaôritou et Prophitou Ilia, O.T. 384)19 : cet ensemble important, déjà bien visible sur les Karten von Attika de E. Curtius et J. A. Kaupert à la fin du xixe s. (fig. 9), a été fouillé une première fois en 1982, lors d’une fouille d’urgence rue Prophitou Ilia. Cette première fouille avait permis de dégager une partie de cet ensemble de forme presque carrée, de 52 m de côté environ : dans la partie est se trouvaient deux pièces oblongues contiguës, de 12 × 3 m, sans mobilier. Une autre pièce, carrée (5 × 5 m), se trouvait dans la partie ouest. Il apparaissait donc qu’une série de pièces, les unes à côté des autres, entouraient un espace orthogonal au centre, de 43 m de côté ; les pièces sont de diverses longueurs, mais leur largeur est presque constamment de 3 m. À l’intérieur de l’espace central, on distinguait aussi des fragments de murs, probablement d’époque classique ; on a trouvé par ailleurs nombre de tessons classiques, qui témoignent d’une utilisation antérieure de l’espace. Les murs du complexe byzantin sont construits en pierres brutes de taille moyenne, et en blocs plus grands d’époque classique réutilisés.

  • 20 Kaza-Papageorgiou 2009, p. 445-448 ; repris dans ead., AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 471- (...)

48On a pensé d’abord avoir trouvé l’agora du dème, mais la poursuite de la fouille a montré qu’il s’agissait d’un immense bâtiment d’époque méso-byzantine. Comme le remarque E. Giannopoulou-Konsolaki, il aurait été étonnant de trouver l’agora du dème à cet endroit, excentré par rapport aux points névralgiques du dème ; elle émet l’hypothèse d’un monastère, avec une église au centre, des cellules monastiques sur trois côtés, des dépôts, des cuisines, etc., mais la reprise de la fouille quelques années plus tard a infirmé cette hypothèse : il s’agirait plutôt d’une grande résidence, appartenant à un personnage très important, peut-être un souverain local20. Cette fouille plus récente a permis de dégager, sur le côté nord du complexe, un espace longitudinal (33 × 14 m), qui faisait peut-être office de cour extérieure selon les archéologues ; il était pourvu d’une petite entrée au nord. L’entrée dans la cour intérieure se faisait par une porte de 2,7 m de large, ouvrant sur un couloir qui traversait l’aile nord du complexe sur une longueur de 4 m. Dans la cour intérieure, flanquant l’aile ouest, à 15 m de l’angle sud-ouest du complexe, on a trouvé les fondations d’une tour rectangulaire (2 × 2,5 m). Flanquant l’aile est, à l’extérieur, a été dégagé un espace oblong (13 × 2,5 m), à l’intérieur duquel se trouvaient cinq fosses semi-circulaires creusées dans le rocher naturel, dont on ignore la fonction. On ignore aussi l’époque à laquelle a été construit le bâtiment rectangulaire (10,5 × 7,7 m) qui traverse l’aile sud de manière oblique. La fouille du complexe n’a hélas pas pu être achevée, et les vestiges ne sont plus visibles aujourd’hui (ils ont été enterrés lors de la construction de bâtiments modernes, qui a été autorisée dans cette zone à partir de 2002).

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.

  • 21 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72 ; D’Aco 2013, p. 462 no 10.

49A12 - Rues M. Alexandrou-Patriarchou Grigoriou, O.T. 48121 : en 1987, on a exhumé un segment d’une maison et d’un péribole romains. Du péribole, on a le mur est (mur 1), long de 5,90 m, et le mur nord (mur 2), long de 3,10 m. Ces murs sont construits en grandes pierres, qui en certains endroits sont complétées de pierres plus petites. De la maison, est conservé en bon état l’espace limité par les murs est (mur 4), sud (6), ouest (5) et nord (7), mais il semble qu’il existait d’autres espaces à l’ouest, qui ont été détruits. Les murs de la maison sont construits en pierres non travaillées de taille moyenne, ils sont épais de 0,70 m et reposent directement sur le rocher naturel. Les couches archéologiques sur toute la surface de la maison ont été perturbées par les travaux agricoles. On a trouvé beaucoup de tuiles et de tessons d’époque romaine.

50 

  • 22 A. Tsaravopoulos, AD 45 1990 (1995) Chron. B1, p. 75.

51 ? A13 - Rue Aghiou Nikolaou 108, O.T. 28922 : dans une fouille de 1990, on a trouvé deux murs parallèles orientés est-ouest et un autre mur très mal conservé, transversal par rapport aux deux premiers. Ils forment deux pièces, d’une largeur de 3,80 m chacune. Il s’agissait peut-être d’une maison. D’après la céramique, le bâtiment date du milieu du ive s. au début du iiie s.

52 

  • 23 Ainsi que le rappelle I. Andreou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 60.

53A14 - Établissement néolithique sur le cap Exonis : D. Theocharis avait remarqué autrefois des vestiges d’un établissement néolithique sur la presqu’île, dans sa partie centrale la plus élevée, au sommet de la colline d’Astéria23. Cet établissement n’a pas été fouillé et n’est plus visible aujourd’hui.

54 

  • 24 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, (...)

55A15 - Rues Aghiou Nikolaou et Iras, O.T. 28924 : à proximité de la route principale Athènes-Sounion (F 10) et à côté d’une briqueterie (C 5), au sud-ouest, on a trouvé quelques pièces, datées par la céramique et les monnaies de la seconde moitié du ive s. Elles servaient peut-être au logement des ouvriers de l’atelier selon les archéologues. Une petite pièce abritait un sanctuaire domestique. Une partie des vestiges est visible in situ.

56 

  • 25 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470-471 et fig. 33.

57A16 - Rue Pandôras 31, O.T. 29825 : à l’ouest du mur sud de la route F 12, on a trouvé des segments de trois murs, qui appartenaient à une maison antique détruite. Les tessons trouvés lors de la fouille du terrain indiquent le ive s. Sur le même terrain se trouvait un péribole funéraire (B 18).

58 

  • 26 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 247 et fig. 80 (puits).

59A17 - Rues Ermou 39 et Pandôras 35, O.T. 29626 : lors de la destruction d’une maison moderne, on a trouvé dans la partie nord du terrain un segment de route (F 14), de maigres vestiges d’une maison et un puits, ainsi que quelques éléments provenant d’une tombe (B 21).

60À 1,20 m au sud de la route a été trouvé un puits de forme rectangulaire (dimensions intérieures : 1,30 × 0,80 m). La partie supérieure du puits, y compris le bord, est constituée de dalles de pierre de différentes tailles ; le reste est taillé dans le rocher naturel.

61À l’est du puits ont été trouvés des vestiges d’une maison, mal conservés en raison des constructions modernes sur le terrain : un segment de mur (longueur 2,15 m, largeur 0,50 m) à 3,50 m au sud de la route, pourvu d’un seuil de pierre (0,90 × 0,30 m) ; un autre segment de mur à 1,60 m au sud de la route (longueur 2,10 m, largeur 0,60 m). Au contact avec la face nord de ce dernier mur et au-dessous du niveau de la route a été dégagée une couche de sol, avec beaucoup de tessons. La maison a été occupée principalement au ive s.

62 

  • 27 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 214 et fig. 31-32.

63A18 - Rues Artémidos et Phivis27 : au nord de l’église moderne d’Aghios Nikolaos, sur la rue Artémidos, on a trouvé plusieurs murs appartenant à une maison classique. Un mur se trouve au nord de la zone fouillée ; il est orienté nord-est/sud-ouest et est construit de pierres brutes. Sa partie est (longueur 9,30 m) est construite de manière soignée, tandis que le reste du mur (longueur 7,30 m) semble être un ajout construit à la va-vite. Un deuxième mur, long de 1,10 m et orienté nord-ouest/sud-est, s’appuie sur la face nord du premier mur. Ces deux murs entourent deux espaces, qui continuent au nord sous la rue Artémidos. Les deux murs sont fondés sur le rocher naturel aplani ; ils sont conservés respectivement sur une hauteur de 0,70 et 0,85 m. Par endroits, sur leur face intérieure, on observe des traces d’enduit. Dans l’angle de la maison, se trouve un banc de pierre.

64Dans la partie ouest de la zone fouillée, on a dégagé trois autres murs plus anciens. Dans la partie est de la zone fouillée, on a trouvé l’assise de fondation d’un mur solide (longueur 3,50 m), formée de pierres brutes ; elle est orientée nord-sud et elle entourait probablement le bâtiment depuis l’est. À partir de ce mur commence une canalisation collectant les eaux de pluie.

65La céramique trouvée lors de la fouille date de la fin du ve-ive s.

  • 28 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 196-197 et fig. 57.

66En 2008, une fouille voisine à l’est, rue Artémidos 35-3728, a révélé des éléments architecturaux d’époque classique qui appartenaient probablement au même ensemble. Il s’agit de segments de deux murs perpendiculaires (1,55 × 0,45 × 0,30 m et 3,05 × 0,45 × 0,30 m), définissant un espace qui a été dégagé sur une surface de 3 × 2,60 m. Les murs sont formés de plaques de pierre semi-travaillées placées de chant, avec des petites pierres brutes dans les interstices, et de la boue comme liant.

67Ces vestiges appartenaient peut-être à la même maison que A 19.

68 

  • 29 Ibid., p. 196 et fig. 56.

69A19 - Rue Artémidos 37-3929 : partie d’une maison d’époque classique. On a trouvé un seuil de pierre soigné (1,65 × 0,45 m), bordé de deux parastades ; la surface du seuil comportait des mortaises qui servaient à fixer la porte, laquelle menait à une pièce dont on a trouvé le mur est (longueur 1,55, largeur 0,45, hauteur conservée 0,34 m). Le mur est construit avec des pierres semi-travaillées, de taille petite à moyenne, avec de la boue comme liant. Cette pièce a pour dimensions intérieures 2,30 × 2,70 m. Elle est pourvue d’un sol soigné, fait de petites pierres rondes. À l’extrémité sud de son mur est se trouve une ouverture (1 m), pourvue d’un seuil (0,85 × 0,50 m) ; elle mène à une autre pièce à l’est.

70Ces vestiges appartenaient peut-être à la même maison que A 18.

71 

  • 30 Ibid., p. 197 et fig. 58.

72A20 - Rue Phivis 3630 : au sud de l’église moderne d’Aghios Nikolaos ont été dégagés deux segments de murs perpendiculaires d’époque classique, entourant une pièce. Leurs dimensions respectives sont de 1,60 × 0,40 × 0,27 m et 0,60 × 0,45 × 0,34 m. Le premier mur est composé de plaques de pierre placées de chant, le second de pierres brutes de taille petite à moyenne, avec de la boue comme liant.

  • 31 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 232-233 et fig. 23-24.

73En 2009, on a fouillé la suite de la maison31. On a dégagé trois murs, dont seules les fondations sont préservées. Ils sont fondés sur le rocher naturel. Ils sont composés de pierres brutes ou semi-travaillées, de taille moyenne à grande. De la boue a été utilisée comme liant. Dans la partie sud du mur ouest (T1, 10 × 0,60-0,70 m), orienté nord-sud, se trouvait une entrée (1,20 m), encadrée de deux parastades. Le mur est (T2, 3,60 × 0,60 m) est presque parallèle à T1. Le mur nord (T3) est perpendiculaire à T1 ; il a été fouillé sur une longueur de 2,50 m. À l’est et à l’ouest de T1, au sud de l’entrée, se trouvaient deux puits, de 1,10 et 1 m de diamètre. Le deuxième puits a été fouillé sur une profondeur de 5 m ; il contenait des marches, pour y descendre et le nettoyer plus facilement. Au nord du deuxième puits et à l’est du premier se trouvait une estrade de pierre de 1,15 × 1,15 m, liée à l’utilisation des puits. On a trouvé dans la fouille une grande quantité de céramique, surtout de la céramique domestique d’époque classique, mais aussi des poids de tisserand, des lampes à huile, etc.

74Ces éléments architecturaux doivent probablement être reliés aux murs semblables trouvés en 2006 au nord de l’église moderne d’Aghios Nikolaos (A 18 ; voir aussi A 19). D’après V. Antonopoulou, on doit se trouver dans le centre du dème d’Aixônè, à l’époque classique du moins (voir cependant supra, p. 68-71, sur la notion de « centre » du dème).

75 

  • 32 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 197.

76A21 - Rue Phivis 4232 : partie d’une maison d’époque classique. On a mis au jour un segment de mur, construit de manière soignée avec des blocs de pierre rectangulaires et de la boue comme liant. Au sud, on a trouvé un mur perpendiculaire, composé de pierres de taille moyenne grossièrement travaillées, avec de la boue comme liant. À l’est de ce dernier, on a dégagé un seuil de pierre (0,65 × 0,35 m), dont la surface portait des mortaises servant à la fixation d’une porte ; on n’a trouvé qu’une parastade. On a ramassé des tessons d’époque classique en assez grande quantité.

77 

  • 33 Ibid., p. 198 et fig. 60.

78A22 - Rue Aiginis 19 (place Pyrrhou)33 : on a mis au jour un segment d’un mur orienté nord-sud (4,40 × 0,60 × 0,57 m), composé de pierres brutes de diverses tailles, avec de la boue comme liant. Il est fondé sur le rocher naturel. Sur sa face ouest sont accolés perpendiculairement deux petits murs presque parallèles. On a trouvé une grande quantité de tessons de céramique domestique, un outil en pierre et un poids de tisserand.

B. Les tombes

  • 34 I. Andreou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 69-71 ; Mersch 1996, p. 130 ; Privitera 2013, p. 114-1 (...)

79B1 - La nécropole d’Haliki : cette très importante nécropole se trouve à cheval sur les communes de Glyphada et de Voula. Repérée dès 1880, fouillée pour la première fois en 1919, son exploration a continué en 1927, dans les années 1950 et, plus récemment, sur la commune de Voula, rues Prigkipos Petrou et Athanasiou Diakou (O.T. 1) et rue Kapodistriou 334.

80La nécropole a été utilisée essentiellement à l’époque mycénienne. On a trouvé 67 tombes au total : une tombe à fosse HA (2800-2000), beaucoup de tombes mycéniennes allant du HR II B au HR III C1 (1470-1140), et quelques tombes géométriques. Il n’y a pas d’offrandes précieuses, seulement des vases et statuettes en terre cuite, des fusaïoles en stéatite, un collier avec des perles en pâte de verre, une intaille en pâte de verre avec un décor gravé, un couteau en cuivre, etc. Devant l’une des tombes à chambre mycénienne, on a trouvé des traces de feu et des morceaux d’une pyxide du viiie s., peut-être un exemple de vénération temporaire auprès d’une tombe perçue comme très ancienne.

81 

  • 35 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 69-70.

82B2 - Tumulus près d’Aghios Nikolaos de Pirnari35 : fouillé par A. D. Kéramopoullos en 1919. Il contenait des tombes probablement du ive s., construites avec de grandes dalles de marbre et de tuf. Hélas, elles avaient déjà été violées par des trafiquants d’antiquités. On n’a trouvé que des petits fragments d’inscriptions et de sculptures, restés inédits.

83 

  • 36 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70.
  • 37 AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126.

84B3 - Tumulus à 500 m environ au sud-ouest d’Aghios Nikolaos de Pirnari36 : A. D. Kéramopoullos a fouillé en 1919 ce tumulus et y a trouvé un « bâtiment circulaire » déjà visité antérieurement par des trafiquants d’antiquités. Les cloisons à l’intérieur forment deux renfoncements. Le mur supérieur a une hauteur maximale de 0,5 m et mesure 5,45 m de diamètre. Le second mur, d’une hauteur maximale de 0,78 m, forme un renfoncement large de 0,47 m. Le troisième mur, d’une hauteur de 0,93 m, forme un renfoncement large de 0,58 m. Les cloisons du dernier mur et le sol sont enduits de chaux. À l’intérieur, le remblai est composé d’argile rouge fine et contient des fragments de sculptures et de vases en marbre, ce qui fait dire à E. Giannopoulou-Konsolaki que la première utilisation du moins était funéraire ; A. D. Kéramopoullos pensait à un four à chaux, mais sa fouille était incomplète (il n’avait pas découvert la face extérieure du bâtiment). P. Thémélis est tenté d’identifier ce « bâtiment circulaire » avec le monument funéraire des rues Phivis-Zamanou exhumé sous sa direction en 1969 (B 5)37, car la distance de 500 m au sud-ouest d’Aghios Nikolaos de Pirnari correspond à peu près. Les deux structures me semblent trop dissemblables pour pouvoir être rapprochées.

85 

  • 38 Orlandos 1930 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70.

86B4 - Tombes fouillées par N. Kyparissis en 192738 : on n’a aucune information car cette fouille n’a jamais été publiée. On sait seulement qu’il a fouillé dans la nécropole d’Haliki, et qu’il a trouvé aussi des tombes classiques dans la zone de la basilique paléochrétienne près du cap Exonis.

87 

  • 39 P. Thémélis, AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126 et fig. 2-3 et 90 a ; A. G. Liangkouras, AD 29 (...)

88B5 - Rues Phivis et Zamanou, O.T. 292 et 24239 : monument funéraire d’époque classique, fouillé en deux fois (en 1969 et 1973). Il se trouve juste en face de l’église moderne d’Aghios Nikolaos, en direction du sud. Le monument est encore visible dans le jardin de l’immeuble qui se dresse maintenant à cet endroit.

89Avant la fouille, un grand nombre de blocs volumineux en tuf était visible en surface ; ils formaient une construction rectangulaire imprécise. Une première fouille, sur un petit espace, a eu lieu en 1969. Elle a révélé que le bâtiment était fondé sur le rocher naturel, à une profondeur d’environ 1,20 m. Les cavités naturelles de la roche étaient remplies d’une couche de petites pierres brutes, pour créer un niveau horizontal. L’euthyntèria du bâtiment a la forme d’un carré d’environ 6,7 × 6,9 m. Sur celle-ci se fonde une construction presque carrée, de 5,4 × 5,3 m environ, conservée jusqu’à la hauteur de deux assises, construite en blocs de tuf, chacun de 1,10-1,50 m de longueur et 0,47-0,60 m de largeur. Sur la surface supérieure des blocs de tuf se trouvent des traces d’une autre assise, peut-être en blocs de marbre ; ce devait être la première assise visible du bâtiment. Au centre du monument avaient été enlevés antérieurement certains blocs, probablement par des trafiquants d’antiquités, lesquels ont aussi ouvert deux fosses au centre du monument jusqu’au rocher naturel. Comme l’a reconnu déjà P. Thémélis, la construction semble constituer la base d’un grand naïskos, orné de figures en bas-relief ou même de statues en ronde-bosse, d’à peu près la taille réelle.

90Autour du monument a été mis au jour un péribole circulaire, conservé principalement dans sa partie ouest, d’un rayon d’environ 13 m et d’une corde conservée de 23,60 m. Il est constitué d’une rangée de blocs de tuf volumineux, sans euthyntèria. La construction négligée du péribole (certains blocs sont des remplois, absence d’euthyntèria, trous irréguliers aux jointures) montre qu’il s’agit probablement d’un ajout postérieur. Le monument funéraire ne se trouve pas exactement au centre du péribole, il est décalé vers le nord-ouest.

91Dans l’enceinte se trouvait un sarcophage avec couvercle à fronton. Pour la pose du sarcophage, le rocher naturel a été creusé en forme de parallélogramme. Au sud du sarcophage se trouvait une tombe à incinération de forme ovale, d’environ 0,16 m d’épaisseur et d’un diamètre maximal de 1,30 m. On a trouvé plusieurs tessons brûlés, qui datent de la seconde moitié du ve s. En dehors de la ligne de construction du terrain se trouvait, à une profondeur d’environ 0,35 m, une couche de tuf, d’une épaisseur d’environ 0,05 m, qui provient probablement du travail des blocs pour le péribole.

92On a trouvé très peu de matériel, en raison du pillage déjà commis. Un tout petit nombre de tessons à vernis noir ramassés à côté de l’euthyntèria indique l’époque classique, probablement le ive s. On a trouvé la partie inférieure d’un alabastre en pierre, à côté du péribole. Dans l’enceinte, outre le naïskos supposé, se trouvaient certainement d’autres éléments funéraires (stèles, vases en marbre, lions, etc.), enlevés par les trafiquants d’antiquités.

93Dans la partie nord du terrain, il y avait en surface un colossal tambour de colonne dorique (diamètre 1,3 m) en poros enduit d’un crépi blanc. Il n’est pas in situ, mais vu sa taille il ne peut provenir de très loin. Il pourrait peut-être s’agir du tambour pris en photo par W. Wrede en 1942 (fig. 11). À côté du tambour, on a trouvé à faible profondeur (0,40 m) des traces de calcaire, couche qui constituait sans doute le revêtement d’une ancienne chaussée (F 1).

  • 40 Voir supra, p. 34-35. Thémélis annonce une étude où il inventorierait et identifierait, dans la mes (...)
  • 41 Marchiandi 2011, p. 417 Aix. 10 pense que la stèle d’Archestratè appartient à un autre péribole enc (...)

94Selon P. Thémélis, dont l’opinion est reprise par E. Giannopoulou-Konsolaki, on est près des fouilles de L.-Fr.-S. Fauvel (plus précisément de G. Chr. Gropius), sinon à l’endroit exact : le tambour de colonne provient peut-être des vestiges de temple observés par E. Dodwell dans la région d’Aghios Nikolaos, et les lions et la statue de femme que le voyageur décrit pourraient provenir du naïskos40 ; la stèle d’Archestratè (GL 22), exhumée par Gropius, pourrait être celle qui se dressait sur ce monument. Ces rapprochements restent évidemment du domaine de l’hypothèse, et on pourrait très bien penser que ces trouvailles anciennes proviennent d’un autre monument funéraire de cette zone, par exemple B 641.

95En 1973, la fouille a continué sur le terrain voisin à l’ouest (O.T. 242) et a permis de dégager la suite du péribole. Il forme pratiquement un arc à l’ouest, alors que du côté est il se poursuit par deux murs presque rectilignes. Les blocs ont une hauteur d’environ 0,70 m, une longueur d’environ 1,30 m et une largeur d’environ 0,40 m ; ils sont donc à peu près de mêmes dimensions que les blocs trouvés dans le terrain voisin en 1969. L’intérieur du péribole, qui était fondé en partie sur le rocher, était rempli de remblai, formé de terre rouge et de pierres. Les tessons qu’on a trouvés datent de l’époque géométrique au début du ive s., mais la plupart datent du ve s.

  • 42 Garland 1982, p. 171 S 1 ; Bergemann 1997, p. 205 S1 ; Marchiandi 2011, p. 414-415 Aix. 4 ; Breder  (...)

96R. S. J. Garland inclut ce monument dans sa liste des périboles funéraires attiques, mais avec réserve : dans cette zone du dème, il pourrait s’agir aussi d’un sanctuaire selon lui. J. Breder se montre lui aussi sceptique : l’architecture du monument (qu’il date de la seconde moitié du ve s.) ne permet pas de l’interpréter comme un péribole funéraire, et il semble avoir été établi plus tard, par-dessus un cimetière classique. Les données des fouilles parlent cependant en faveur d’un monument funéraire, d’ailleurs J. Bergemann et D. Marchiandi n’ont aucune hésitation à ce sujet42.

Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.

Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.

DAI Athen, Attika 438. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.

  • 43 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 159-160, fig. 6-7 et pl. 109 a-b ; Garland 1982, (...)

97B6 - Rues Aghiou Nikolaou et Sophokléous43 : lors du creusement d’une fosse pour la construction d’un réseau d’approvisionnement en eau en 1971, on a trouvé à l’intersection des rues Aghiou Nikolaou et Sophokléous une importante enceinte funéraire rectangulaire (14,5 × 6,5 m). Elle est construite en grands blocs de tuf, dont les deux premières assises sont conservées. La façade est dirigée vers l’ouest ; les blocs de tuf qui la composent sont travaillés de manière plus soignée. À l’intérieur de l’enceinte, au milieu par rapport à la façade, se trouve une construction carrée en blocs de tuf, qui appartient à la base d’un podium. Près de l’angle sud-ouest de la base, un bloc porte une entaille rectangulaire destinée à accueillir une stèle funéraire. Il y a des traces visibles de tombes aussi sur le terrain voisin au nord ; la zone funéraire continue sans doute dans cette direction.

98Dans l’enceinte, on a trouvé 7 sarcophages, une tombe en fosse et 6 tombes à incinération ; une septième (Z) se trouve à l’extérieur de l’enceinte, près de l’angle nord-est de celle-ci. Les tombes à incinération sοnt plus anciennes que l’enceinte, parce que trois d’entre elles s’étendent sous les fondations de l’enceinte, et une autre (Γ) a été à moitié détruite par le creusement de la tombe en fosse. Les tombes ayant été pillées par le passé, elles ne contenaient pas de trouvailles importantes. Dans les tombes à incinération, on n’a recueilli que des charbons, des restes d’os brûlés et très peu de tessons. Dans la tombe en fosse, on n’a trouvé que le squelette du défunt. Mais dans la terre provenant du creusement effectué pour le réseau d’approvisionnement en eau, on a trouvé une pyxide à figures rouges avec une scène de gynécée, qui provient probablement d’une tombe inviolée détruite par la pelle mécanique. Hors de l’enceinte, près de son côté est, on a trouvé beaucoup de tessons, un miroir en cuivre et une fibule en cuivre ; il semble qu’ils ont été jetés là avec le remblai lors du creusement des fosses pour placer les sarcophages qui ont détruit les tombes plus anciennes, car ces objets ont été trouvés sous une couche de cailloux de 0,20-0,30 m d’épaisseur.

99Au sud de l’enceinte se trouvent des vestiges de la route Athènes-Sounion (F 2).

100Les publications ne donnent aucune date pour ces structures, mais d’après la description des vestiges, ils doivent dater de l’époque classique.

101 

  • 44 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 160-162 et fig. 110-111 ; Giannopoulou-Konsolaki(...)

102B7 - Rues Valaoritou et Anthéôn (région de Karvelas, Anô Glyphada)44 : 4 tombes hellénistiques et romaines ont été trouvées en 1971. Elles faisaient partie d’une nécropole de la basse époque hellénistique-époque romaine. Dans la même zone a été trouvée la colonnette GL 24, non mentionnée dans le rapport paru dans l’AD.

103Trois tombes étaient parallélépipédiques, la quatrième avait un toit en tuiles. Cette dernière était sans offrandes, elle ne contenait que le squelette. L’une des trois tombes parallélépipédiques avait été violée, les deux autres ne comportaient que quatre vases au total. Les trouvailles les plus importantes sont deux stèles funéraires classiques (voir supra, p. 73), mais elles ont été déplacées par la pelle mécanique, leur emplacement d’origine est donc inconnu ; elles servaient probablement de dalles de couverture de l’une ou l’autre des tombes postérieures. Ces stèles proviennent probablement d’un monument funéraire bordant la route Athènes-Sounion, car on est à proximité de son tracé.

104 

  • 45 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80.

105B8 - Rue Iras 4345 : tombe parallélépipédique trouvée en 1972, lors d’une fouille non publiée. Elle n’a livré aucun matériel car elle avait été violée.

106 

  • 46 Coll., AD 34 1979 (1987) Chron. B1, p. 72-76 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70-73 et fig. 53-72  (...)

107B9 - Av. A. Métaxa-rue Phivis, O.T. 4646 : sur le terrain à l’angle au nord du complexe sportif de Glyphada, on a fouillé en 1979 une nécropole d’époque classique, utilisée aussi de manière restreinte à l’époque romaine, jusqu’au iiie-ive s. apr. J.-C. d’après la céramique et les trouvailles monétaires.

  • 47 Marchiandi 2011, p. 415 Aix. 5 ; Breder 2013, p. 217 S3.

108Dans la partie nord de la nécropole, on a trouvé une enceinte funéraire du ve s. en forme de pi, dont le mur de façade est tourné vers le nord47. Il reste les deux assises inférieures de la fondation, construites en blocs de tuf sur les côtés nord et est et en blocs de marbre sur le côté ouest. À l’intérieur, environ au milieu du mur de façade et à l’angle nord-est de celui-ci, se trouvent les vestiges de deux socles rectangulaires construits en blocs de tuf, qui supportaient des monuments funéraires ; on a en effet découvert, devant le péribole et à l’intérieur de celui-ci, des fragments de sculptures. Au ve s., la partie est du mur de péribole a été prolongée par un mur en blocs de pierre bruts. Les tombes dans l’enceinte datent du début du ve au début du ive s. À l’époque romaine, l’enceinte a été remblayée, mais l’espace à l’intérieur et à l’extérieur a été à nouveau utilisé comme cimetière.

109Il y avait 74 tombes au total dans la nécropole : 11 parallélépipédiques en ciste, 3 avec un toit en tuiles, 3 sarcophages, 3 larnakes en terre cuite, 5 tombes en fosse, 5 enchytrismes, 40 tombes à incinération. Les tombes romaines sont toutes construites en mortier à chaux. Un petit nombre date de la fin du vie s. (voir aussi B 11), la plupart du premier quart du ve s. et de 450-420 ; une dizaine remonte à l’époque romaine.

  • 48 Pour le détail du contenu de chacune des tombes, voir le rapport qui figure dans l’AD.

110Les offrandes consistaient en vases divers (des lécythes à vernis noir, des lécythes à fond blanc, des lécythes à figures noires, un lécythe à figures rouges, un lécythe aryballisque, des pyxides, des kotyles, des skyphoi, des amphorisques, des alabastres, des assiettes, etc.), quelques statuettes en terre cuite (sangliers, colombes, chien, petite poupée assise, statuette avec une expression comique, quelques figures féminines, etc.), des miroirs en cuivre, des strigiles en cuivre ou en fer48.

111La nécropole se prolonge vers le sud, et certainement aussi en bas de la rue Phivis. Dans la zone nord de la nécropole, devant le mur de l’enceinte funéraire, passe une route antique (F 3). Dans le remblai en divers endroits de la nécropole et dans la zone entre celle-ci et la route antique, on a trouvé des fragments de vases en marbre et des éléments architectoniques. Dans la partie sud de la nécropole, on a trouvé en outre un fragment de la main d’une statuette de marbre. Dans le remblai de la nécropole, on a trouvé aussi une monnaie de bronze frappée entre 383 et 392 apr. J.-C., un coin abîmé et une monnaie de l’empereur Probus, dont la frappe date de 279 apr. J.-C.

  • 49 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

112À cette même nécropole doit appartenir une tombe en fosse trouvée en 1984 sur le même terrain, à la rue Kiprou 8049. Elle avait été pillée dans l’Antiquité déjà. Les rares tessons trouvés datent de l’époque classique et romaine.

  • 50 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 199 et fig. 63.

113En 2008 a été exhumée une autre tombe, rue Phivis 11-1350. Elle est pourvue d’un toit en tuiles et mesure 1,60 × 0,65 m. À l’intérieur, on a trouvé un squelette de 1,25 m de long et une oenochoè à vernis noir. À l’est de la tombe, on a dégagé un mur orienté nord-sud (0,70 × 0,55 × 0,15 m).

114 

  • 51 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47-48 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80 no 10. Tsi (...)

115 ? B10 - Rue Vas. Konstantinou 5151 : lors du creusement d’une fosse par le ΔΕΗ, a été trouvée la façade de ce qui semble être une enceinte funéraire, mais il n’a pas été possible de la fouiller entièrement.

116Dans le fossé en bordure de la route, on a trouvé le mur 1, orienté nord-sud, conservé sur une longueur de 8,60 m. Il était passablement détruit, il n’a pas été possible de déterminer son épaisseur. Près de son extrémité nord il y avait une sorte de socle de 1,90 × 0,65 m, construit tout comme le mur en petites pierres légèrement travaillées et avec de la boue en guise de liant. À l’extrémité nord du mur, était placé perpendiculairement le mur 2, orienté est-ouest, dégagé sur une longueur de 2,10 m, mais il continue vers l’est. Son épaisseur est de 0,55 m et il a la même structure que le mur 1. Dans le remblai, il y avait des tuiles. Dans le même fossé et à une distance d’environ 24 m à l’est du mur 1, on a trouvé le mur 3, dégagé sur une longueur de 0,70 m, orienté est-ouest, mais il continue dans les deux sens. Il a une largeur d’environ 0,60 m, et a la même structure que les autres murs.

117 

  • 52 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70 no 4 et fi (...)

118B11 - Av. A. Métaxa 32 A, O.T. 3852 : on a fouillé une tombe en fosse et deux tombes à incinération. Dans la tombe en fosse, on a trouvé deux lécythes du vie s. Les tombes à incinération sont probablement contemporaines d’après les archéologues.

119Ces tombes d’époque archaïque sont sans doute à mettre en lien avec les quelques tombes à incinération de la fin du vie s. repérées dans la nécropole B 9.

120 

  • 53 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72-73.

121B12 - Rues Thémistokléous et Aiginis (place Pyrrhou)53 : on a trouvé en 1987 une route (F 8) et deux tombes dans la partie nord du terrain. À l’est du mur de soutènement de la route, à une distance de 0,75 m, on a trouvé une tombe en ciste, avec des dalles sur les côtés et pour la couverture. Dimensions extérieures conservées : 1,40 × 0,60 × 0,55 m. À l’intérieur, on a trouvé un squelette en position allongée, accompagné d’un petit kyathos et d’une oenochoè d’époque romaine.

122À 1,15 m au nord de cette tombe, on a fouillé une tombe en fosse (dimensions extérieures : 2,73 × 1,10 × 0,60 m ; dimensions intérieures : 1,60 × 0,50 × 0,41 m). Pour sa construction, qui n’est pas très soignée, ont été utilisées des pierres de différentes tailles et une couche de chaux. À l’intérieur, il n’y avait que deux ou trois os ; elle a dû être pillée à une époque antérieure.

123 

  • 54 Ibid., p. 72 ; Mersch 1996, p. 125.

124B13 - Rues Kiprou et Iras54 : au centre de ce terrain, on a trouvé une tombe creusée dans le rocher naturel, pourvue de dalles sur ses longs côtés. Elle était recouverte de trois dalles semblables (dimensions extérieures : 2,50 × 1,20 m ; dimensions intérieures : 2,30 × 0,75 m ; hauteur des côtés : 0,60-0,72 m). À l’intérieur, on a trouvé des traces du squelette, qui était accompagné de 7 vases géométriques (deux oenochoai trilobées, quatre skyphoi, un canthare). Le sol de la tombe est constitué par le rocher naturel.

125En divers endroits du terrain, les archéologues ont trouvé des fosses rectangulaires, creusées dans le rocher naturel sur une profondeur de 0,40 m, et une tranchée plate oblongue profonde de 0,15 m et longue de 9,60 m. Les publications ne donnent pas d’interprétation pour ces fosses. Peut-être s’agit-il des empreintes laissées par l’extraction de la pierre pour obtenir des blocs architecturaux ou des dalles pour les cistes.

126 

  • 55 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112 et fig. 27 (plaquette d’héliaste) ; ead. (...)

127B14 - Rue Sémélis55 : à l’ouest du carrefour avec la rue Laodikis a été trouvée une partie d’une nécropole archaïque et classique lors de l’installation d’une conduite de gaz. On a fouillé sur une surface de 50 × 3 m, mais la nécropole semble continuer vers le nord, jusqu’au niveau de la rue Sémélis 5-7 en tout cas, et vers le sud jusqu’à l’école primaire. On a trouvé deux tombes en ciste, trois bûchers funéraires, un larnax en terre cuite avec couvercle en pierre, une tombe en fosse, trois enchytrismes et un bûcher à offrandes. Parmi les trouvailles figurent des lécythes et une plaquette d’héliaste au nom de Nautélès d’Aixônè (voir annexe IV, s.v.). La nécropole a été occupée entre le vie et le ive s.

  • 56 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33-34.

128En 1984, lors d’un contrôle superficiel de la zone, avaient été repérés les vestiges d’un monument funéraire dans la rue Sémélis56. Il doit appartenir à cette nécropole. Il est construit en grands blocs de tuf rectangulaires. Seule une partie de deux murs a été conservée, respectivement de 3,55 et de 3 m de longueur. Les blocs de tuf étaient placés en deux assises superposées, d’une hauteur de 1 m. À ce monument pourrait appartenir un lécythe en marbre d’époque classique trouvé à proximité vingt ou trente ans auparavant, et qui avait alors été placé devant la maison de la rue Sémélis 27 (GL 4).

129La fouille de la nécropole a repris rue Sémélis en hiver 2015.

130 

  • 57 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467-468 ; ead. 2016, p. 172-177 et f (...)

131B15 - Rues Thémistokléous 3 et Thémistokléous-Artémidos : nécropole archaïque et classique. Lors d’une fouille en 2001 a été trouvé rue Thémistokléous 3 (O.T. 241) un péribole funéraire en pi d’époque classique, encore visible in situ57. Il est constitué de blocs de pierre rectangulaires ; il est conservé au niveau de la fondation seulement sur une assise, laquelle se fonde sur une euthyntèria taillée dans le rocher naturel. La façade, effondrée à l’est, se compose de six blocs, sur une longueur de 8,08 m. Pour la construction des murs latéraux du pi (les murs nord et sud, longs respectivement de 8,4 et 7,4 m), ont été utilisés des blocs de pierre, et dans leurs angles, des pierres brutes de dimensions diverses.

132Au centre de la face intérieure du mur de façade se trouvait une base (1,4 × 1,3 m, hauteur 1,25 m). Au contact de la face sud de cette base a été construit un banc (1,25 × 0,85 m, hauteur 0,40 m). Sur cette base et sur le mur de façade du péribole devaient se dresser les sculptures du monument, dont on a trouvé beaucoup d’éléments, effondrés devant eux, parmi lesquels des fragments de lécythes en marbre, une statue de lion en marbre avec une tête de veau entre ses pattes (MP 8127), la stèle d’Arésias (GL 20, 2e moitié du ive s.), deux lécythes en marbre avec décor floral sculpté sur l’épaule (MP 9183-9184), un fragment d’une stèle à anthémion (MP 8860 γ).

133À l’intérieur du péribole, dans la partie nord, on a trouvé trois tombes parallélépipédiques, qui avaient été pillées ; elles sont contemporaines du péribole comme le révèle le rare matériel qui a été trouvé à l’intérieur. Dans la partie sud, un espace semi-circulaire a été creusé (4,7 × 3,8 m), sur une profondeur de 1,40 m. Y menait une rampe (2,5 × 0,9 m), qui part de l’angle sud-ouest du péribole. Cet espace est délimité à l’ouest par un mur de construction soignée. On a trouvé à cet endroit des dizaines de vases, entiers ou brisés (lécythes et vaisselle de cuisine) ; ils servaient dans le cadre du rituel funéraire. Ils datent du ve-ive s., ce qui signifie que l’espace circulaire a été aménagé antérieurement au péribole, et qu’il est à mettre en rapport avec les tombes trouvées à l’ouest du mur qui le limitait à l’ouest : ont été trouvées six tombes (incinérations et inhumations), dont trois sont limitées par des murs ; le matériel des tombes indique la 1re moitié du ve s.

134À l’extrémité nord-ouest du terrain ont été découvertes dix tombes pillées. Elles sont creusées dans le rocher naturel jusqu’à la moitié et maçonnées pour le reste. On a trouvé aussi deux paires de sarcophages en terre cuite. Les tombes sont délimitées deux par deux par des petits périboles quadrangulaires en pierres brutes. À l’intérieur des tombes, il y a des traces de feu et des restes de bûchers funéraires. Les tombes semblent continuer vers l’ouest, en dehors du terrain, sur la rue Thémistokléous.

  • 58 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 254-256 et fig. 33 et 34 (amphore de Lydos) ; Kaz (...)

135Plus au sud, au croisement des rues Thémistokléous et Artémidos, ont été fouillées en 2007 17 tombes (8 enchytrismes, 6 tombes à incinération, 3 tombes en fosse), creusées dans le rocher naturel58. Elles datent de la 2e moitié du vie au 1er quart du ve s. Elles contenaient toutes du matériel, surtout des lécythes à figures noires, mais aussi d’autres types de vases à vernis noir (pyxides, skyphoi, etc.). Parmi les trouvailles figure une très belle amphore à figures noires représentant un cavalier, œuvre du peintre Lydos (vers 540) ; elle a été utilisée pour l’un des enchytrismes. On a trouvé des ossements dans toutes les tombes, sauf dans deux tombes en fosse. Dans celles à incinération, on a trouvé quelques éléments d’ornementation en bronze mal conservés, et des noyaux d’olives provenant du bois d’olivier utilisé comme combustible. Au sud-est du terrain, on a repéré des entailles artificielles de différentes formes dans le rocher naturel, qui sont peut-être à mettre en lien avec une activité agricole ou artisanale postérieure à la nécropole.

136 

  • 59 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 114 et AD 56-59 2001-2004 (2010) Chr (...)

137B16 - Tombes des ive-vie s. apr. J.-C. sur la plage d’Astéria59 : sur la plage principale d’Astéria, 42 tombes des ive-vie s. apr. J.-C. ont été trouvées. Elles ont cassé par endroits le péribole helladique (C 6). Il y avait 30 tombes à toit en tuiles, 4 tombes construites en tuiles, 4 tombes en fosse, 2 tombes en ciste, 2 enchytrismes. Le matériel consiste en de la céramique, quelques vases en verre, quelques monnaies de bronze, quelques fibules en bronze. Ce cimetière est probablement à mettre en lien avec la basilique paléochrétienne toute proche.

138 

  • 60 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112-114, AD 56-59 2001-2004 (2010) C (...)

139B17 - Nécropole de l’Helladique ancien sur le cap Exonis60 : dans la partie nord du cap Exonis, sur le côté ouest de la petite colline d’Astéria, un péribole irrégulier circonscrivait du côté de la mer une zone contenant des groupes de tombes à chambre creusées dans le rocher naturel. Le matériel comprend de la céramique HA, des lamelles et éclats d’obsidienne, des outils en pierre, quelques idoles cycladiques, des coquilles d’huîtres et quelques ossements. Elle fait partie des trois nécropoles protohelladiques les plus importantes de l’Attique, avec celle du cap Aghios Cosmas et celle de Tsepi à Marathon.

140Pour les activités artisanales qui ont précédé l’occupation funéraire de cet espace, voir C 6.

141 

  • 61 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470-471 et fig. 33.

142B18 - Rue Pandôras 31, O.T. 29861 : péribole funéraire, détruit par la construction d’une maison dans les années 1950. En 2002, on a trouvé dans la partie sud du terrain neuf blocs de pierre formant une droite orientée est-ouest qui semble correspondre à la façade du péribole. Les tessons trouvés lors de la fouille indiquent le ive s. Sur le même terrain a été trouvée une route (F 12), à 6 m au nord de la supposée façade du péribole, et des vestiges d’une maison classique (A 16).

143 

  • 62 Ibid., p. 473 et fig. 37.

144B19 - Rue Eleutherias 5262 : dans la partie sud du terrain, on a trouvé en 2002 des vestiges funéraires, dans un état fragmentaire. La zone est perturbée et recouverte de couches de sable et de gravier, ce qui laisse penser qu’elle a été touchée par une inondation dans l’Antiquité. Parmi les vestiges, deux périboles (A et B). Leurs murs sont construits de pierres brutes de taille moyenne. Du péribole A est conservé l’angle nord-ouest, et deux tombes à l’intérieur (I et II). La tombe I était garnie d’orthostates ; la tombe II était construite notamment avec des pierres maçonnées. À l’ouest du péribole, a été trouvé un enchytrisme d’un nourrisson en amphore. L’amphore, et deux petits vases qui faisaient partie du mobilier funéraire du nourrisson, datent du début du ve s. Du péribole B subsiste l’angle de deux murs, avec façade à l’est ; on n’a trouvé aucune trace de tombes à l’intérieur ou dans les environs.

145En divers endroits de la partie sud du terrain, on a trouvé des tuiles et des dalles de pierre qui semblent avoir servi pour la couverture de tombes.

146 

  • 63 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 247.

147B20 - Rues Kiprou 96 et Pallados, O.T. 10263 : tombe parallélépipédique d’époque géométrique (d’après sa construction), trouvée à 0,70 m de profondeur lors du creusement d’une canalisation par l’ΕΥΔΑΠ. La tombe a déjà été perturbée dans l’Antiquité. Elle était formée d’orthostates et d’une dalle de couverture en calcaire. Dimensions extérieures : 2,20 × 0,76 m ; dimensions intérieures : 2,10 × 0,70 m ; profondeur : 0,95 m. À l’intérieur de la tombe, on a trouvé des fragments de la dalle de couverture et des orthostates, quelques os et quelques tessons non datés. À 4 m de cette tombe ont été trouvés deux bûchers funéraires, sans matériel.

148 

  • 64 Ibid., p. 247.

149B21 - Rues Ermou 39 et Pandôras 35, O.T. 29664 : presqu’au contact de la face sud du mur de soutènement de la route F 14, on a trouvé des petits vases, et à un autre endroit quelques os qui doivent provenir d’une tombe riveraine datant du ve s. (voir aussi A 17).

150 

  • 65 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 212-213.

151B22 - Rues Zamanou et Alôn, O.T. 31065 : des sondages au centre de la partie nord du terrain ont révélé un amas de petites pierres brutes, contenu par une série de grandes pierres disposées de manière circulaire. Dans la partie sud du terrain, on a trouvé un espace surélevé artificiellement, limité par un mur semble-t-il circulaire. À l’intérieur de ce mur, on a repéré au moins trois tombes, très perturbées. On a trouvé une grande quantité de tessons du début du ve s., dont beaucoup de fragments de lécythes. Cet espace funéraire devait être recouvert d’un tumulus.

152 

  • 66 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 54.

153B23 - Rue Koraï 1466 : trois tombes, l’une avec un toit en tuiles (1,90 × 0,80 m), les deux autres en simple fosse. La première contenait une oenochoè, les deux autres les squelettes des défunts.

154 

  • 67 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 234-235.

155B24 - Rue Thelxinoïs 11 et 1267 : à une profondeur de 1-1,50 m, on a trouvé 7 tombes (4 enchytrismes et 3 tombes à incinération). Le matériel comprend divers vases d’époque classique (pyxide, skyphos, lécythes à vernis noir et à figures noires, etc.).

156 

  • 68 Ibid., p. 234-235 et fig. 26.

157B25 - Rues Klemansô 4 et 5-9 et Giannitsopoulou 2 et 968 : nécropole classique. 21 tombes (16 à incinération, 2 enchytrismes, 3 à couvercle en dalles de schiste) ont été trouvées à une profondeur de 1 m environ. Le matériel comprend des vases d’époque classique (skyphoi, oenochoè, amphore, canthare, coupe, pyxide, lécythes à vernis noir et à figures noires, etc.). Deux murs se trouvaient près des tombes à incinération (orientation nord-sud et est-ouest ; 2,30 × 0,45 et 1,70 × 0,45 m) ; ils sont construits en pierres brutes de taille moyenne, avec de la boue en guise de liant. Ces murs font partie de la nécropole.

158 

  • 69 S. Psarri, AD 67 2012 (2016) Chron. B1, p. 71 et fig. 1.

159B26 - Rue Lampraki 5-769 : à peine 100 m au nord-est de la basilique paléochrétienne, on a trouvé une tombe à toit en tuiles orientée ouest-est, détruite en grande partie par le passage d’un ancien réseau électrique. Aucun matériel n’a été retrouvé, mais la tombe est probablement paléochrétienne d’après la typologie.

C. Activités artisanales et commerciales

  • 70 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 28-29 et fig. 5.

160 ? C1 - Le bâtiment circulaire (kyklos) de la zone portuaire70 : voir supra, p. 75-77.

161 

  • 71 Ibid., p. 45.

162 ? C2 - Rue Ermou 11, O.T. 23671 : citerne trouvée lors d’une fouille en 1972, non publiée. Il s’agit d’une citerne circulaire maçonnée, d’un diamètre de 5,3 m, entourant un trou ressemblant à un puits. On n’a pas pu déterminer son utilisation, mais selon E. Giannopoulou-Konsolaki, elle était probablement liée à des infrastructures artisanales. Aucune date n’a été proposée.

163 

  • 72 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67-70 et fig. 3 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 43 (...)

164C3 - Av. A. Métaxa 4472 : four romain trouvé en 1980, lors de l’aménagement d’un réseau d’égoût par l’ΟΑΠ. Le four est composé d’une coupole, haute de 1,8 m. Les cloisons sont en pierre, recouvertes de morceaux de tuiles et de crépi. Le sommet de la coupole est fermé par une plaque de pierre (0,50 × 0,30 × 0,25 m) faisant office de clé de voûte, tandis qu’à sa base se trouve une ouverture large de 0,30 m entourée de plaques en terre cuite (0,30 × 0,20 × 0,25 m) disposées en rayons. Sous cette ouverture se trouve un petit espace creux en forme de cône renversé (haut. 0,50 m, diam. en haut 0,70 m, diam. en bas 0,25 m), où brûlait le feu. Au fond de cet espace, on avait disposé une dalle de calcaire, laquelle a blanchi sous l’effet de la chaleur. Les cloisons étaient noircies par le feu, tout comme celles de la coupole du four. L’intérieur du four était rempli de grandes pierres, de terre noirâtre et rougeâtre, d’os d’animaux et de tessons. Lors du nettoyage de l’intérieur est apparu un orifice, qui servait sans doute pour l’aération selon M. Petritaki. À une distance de 0,20 m au-dessus de l’ouverture entourée de plaques de terre cuite, se devine sur les parois un anneau de suie ; la même chose se retrouve dans l’espace en forme de cône renversé en dessous, à une distance de 0,14 m ; ces traces proviennent des flammes, ainsi que le précise M. Petritaki.

165Au nord du four, on a trouvé des vestiges de deux murs en pierre et mortier à chaux et une partie du sol qui s’étendait entre eux. À côté de l’un d’eux avait été aménagée une conduite en plaques de terre cuite (dimensions intérieures : 0,10 × 0,10 m), à 0,30 m en dessous du sommet du four ; elle servait probablement à amener quelque élément liquide dans le four, mais la pelle mécanique a détruit le point de contact entre eux et il n’est plus possible de reconstituer leur relation. La destination du four n’est pas assurée, mais il faisait sûrement partie d’une installation artisanale plus grande. Il est possible que l’ensemble I de C 4 lui soit associé.

166 

  • 73 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41-43 et fig. (...)

167C4 - Av. A. Métaxa 32 A, O.T. 3873 : sur ce terrain de 45 × 25 m environ, on a trouvé diverses entailles dans le rocher naturel, des puits, des tombes (B 11) et quatre bâtiments différents (ensembles I, II [voir A 6], III, et une maison romaine tardive [voir A 6]).

168À côté des vestiges de l’ensemble II (grande maison romaine, voir A 6), on a trouvé un grand ensemble bâti datant de la même époque (ensemble I). Le contour est rectangulaire ; le côté nord, entièrement conservé, mesure 18 m de longueur. Sur ce côté nord il y a trois pièces contiguës (A, B, Γ), orientées nord-est/sud-ouest, c’est-à-dire vers l’espace central du complexe, où se trouvait probablement une cour à ciel ouvert. L’entrée de la cour était peut-être du côté ouest, vers la mer. L’alignement des pièces sur une rangée et l’absence de communication entre elles montrent que chacune accueillait une activité indépendante, qui se déployait autour de l’espace central. Cet espace central était orienté du côté du port d’Aixônè, ce qui fait dire à E. Giannopoulou-Konsolaki que l’usage du bâtiment était lié au commerce ou à la production artisanale. I. Tsiriôti indique que, d’après la forme oblongue des trois pièces, il pourrait s’agir d’ateliers ou de boutiques, mais qu’il n’existe pas de données suffisantes pour affirmer cette hypothèse. Notons que, si activité artisanale il y a eu, elle était peut-être en rapport avec le four romain C 3. Le bâtiment est construit sur un autre (ensemble III), duquel on n’a que deux murs perpendiculaires qui forment l’espace Δ, lequel continue sur le terrain voisin. Le matériau et le mode de construction des ensembles I et II étaient les mêmes et, selon I. Tsiriôti, ils ne sont sûrement pas postérieurs à l’époque romaine. L’ensemble III est plus ancien : ses murs sont plus larges et plus soignés que ceux des ensembles I et II. On en ignore la fonction.

169Sous les bâtiments, sur presque toute l’étendue du terrain, se trouvaient des fosses taillées dans le rocher (environ 80), de forme généralement rectangulaire, mais aussi carrée et rarement circulaire (les dimensions de la plus petite des fosses quadrangulaires sont de 0,50 × 0,60 m, de la plus grande 1,50 × 1 m environ et le diamètre des fosses circulaires est d’environ 0,60 m). À l’intérieur, il n’y avait rien, sauf dans une des fosses rectangulaires où se trouvait une jarre, qui a pu servir à stocker des liquides selon les archéologues. Il y avait en outre, également sur presque toute la largeur du terrain, 9 canaux (largeur 0,8-1,6 m, profondeur maximale 0,85 m) orientés nord-sud. La suite de ces canaux a été exhumée dans la partie sud du terrain d’à côté, sur l’ancienne fouille de l’av. A. Métaxa 32. Il n’y avait aucune communication entre les fosses et les canaux, et pas d’enduit à l’intérieur qui aurait pu servir à les imperméabiliser. On a trouvé enfin trois puits, également creusés dans le rocher naturel (diamètre environ 1,1 m, profondeur 3,5 m). À l’intérieur, il n’y avait que quelques tessons.

170Toutes ces entailles dans le rocher seraient liées, selon I. Tsiriôti, à des ateliers ou, plus probablement encore, à des dépôts. E. Giannopoulou-Konsolaki n’est pas de cet avis : elle remarque que les parois des fosses ne sont pas imperméabilisées par un crépi ou un quelconque revêtement, leur but ne peut donc être la conservation d’un liquide sur une longue durée (la roche de la région est tendre et n’est pas complètement imperméable). Elles servaient peut-être selon elle à la fabrication du sel par évaporation de l’eau de mer. Elle rappelle que jusqu’à la fin du xixe s., à l’est du cap Exonis, s’était formée une lagune qui avançait vers l’intérieur des terres jusqu’à l’actuelle avenue A. Métaxa ; jusqu’aux premières décennies du xxe s., la région s’appelait Haliki, ce qui indique la présence d’une saline (fig. 8). E. Giannopoulou-Konsolaki suppose que dans l’Antiquité les Aixonéens produisaient du sel, puisqu’ils faisaient du commerce de poissons (ils avaient besoin de sel pour les conserver).

171Cet enchevêtrement de vestiges n’est pas aisé à débrouiller. Selon I. Tsiriôti, dans un premier temps, les fosses et canaux ont été creusés dans le rocher naturel, à une époque que les fouilleurs n’ont pas déterminée. Au vie s., ils ont cessé d’être utilisés et ont été remblayés ; c’est alors qu’auraient été creusées les trois tombes. Ensuite aurait été construit l’ensemble III, à l’époque classique, ou peut-être à l’époque hellénistique, puis les ensembles I et II, d’époque romaine. Si l’on suit l’hypothèse de E. Giannopoulou-Konsolaki, l’exploitation du sel par évaporation de l’eau de mer serait donc ancienne à Aixônè, antérieure même à la création du dème (voir aussi C 7, C 8, H 6, H 7).

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.

  • 74 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, (...)

172C5 - Rues Aghiou Nikolaou et Iras, O.T. 28974 : en 1996-1997 ont été mises au jour les fondations d’un atelier couvrant une surface de 700 m2 environ. Cet atelier servait à la préparation de l’argile et à la fabrication de briques. Une série de bassins peu profonds reliés par des canaux, ainsi que deux canalisations, indiquent un système élaboré de circulation de l’eau et de l’argile liquide sur l’espace de l’atelier. Une citerne creusée dans le rocher naturel, probablement issue de l’utilisation du rocher comme carrière de pierre, récoltait l’eau provenant de trois groupes de bassins communiquants ; l’eau pouvait ensuite être réutilisée pour un prochain cycle de nettoyage de l’argile. Trois pièces immédiatement en lien avec ces installations servaient au filtrage, au séchage et au stockage de l’argile. Un puits se trouvait à l’extrémité nord du complexe.

173À côté de la briqueterie, se trouvait un espace résidentiel qui lui était lié, daté de la seconde moitié du ive s. (A 15). À l’est, a été trouvé un segment de la route principale Athènes-Sounion (F 10).

174 

  • 75 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112-114 et AD 56-59 2001-2004 (2010) (...)

175C6 - Activités artisanales au nord-est du cap Exonis75 : entre 1998-1999 et 2001-2004, dans le cadre du réaménagement et de l’extension d’installations balnéaires et hôtelières, des fouilles ont eu lieu au nord-est de la presqu’île, sur la plage principale d’Astéria, à l’extrémité nord-est du terrain de sport, tout à côté de l’avenue Posidônos. On a découvert un mur de péribole (24 × 44 m), de construction solide, datant du début du IIe millénaire (HM). Il a été cassé par endroits par l’aménagement de tombes aux ive-vie s. apr. J.-C. (B 16). Il servait peut-être à protéger les activités artisanales qui s’y déroulaient : on a en effet repéré des entailles et des trous dans le rocher naturel, ainsi que des scories, ce qui indique une exploitation du minerai. La céramique montre que l’espace était déjà utilisé à partir du milieu du IIIe millénaire, donc dès l’Helladique ancien. À 3 m au nord-est du péribole se trouvent les vestiges de ce qui pourrait être un bâtiment domestique.

  • 76 K. Kaza-Papageorgiou, PAE 2012 (2015), p. 4-5, PAE 2013 (2015), p. 5-7, PAE 2014 (2016), p. 1-7, P (...)

176Un autre espace, daté du début de l’Helladique ancien, a accueilli une activité artisanale semblable, à 10 m au sud-est de la nécropole B 17 ; il a servi ensuite de lieu de dépôt d’offrandes funéraires76.

177 

  • 77 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 210-211 et fig. 28.

178C7 - Place Kritis77 : dans le cadre de l’extension de la ligne de tram, une fouille a eu lieu à la périphérie est de la place Kritis. On a trouvé deux canalisations creusées dans la craie naturelle et 62 fosses, principalement carrées. Plusieurs de ces fosses sont situées dans le fond des canalisations, d’autres le long de leurs parois et la plupart autour d’elles. La canalisation 1, au nord, a été fouillée sur une longueur de 30,50 m ; elle est large de 1,40-1,60 m, profonde de 0,10-0,40 m, et est orientée nord-sud. La canalisation 2 a été fouillée sur une longueur de 23 m ; elle est large de 0,75-0,95 m et profonde de 0,05-0,25 m ; elle croisait au sud-est la canalisation 2. Dans le fond des canalisations, surtout de la canalisation 2, on observe des concentrations de petites pierres. Dans le fond de plusieurs fosses ont été pratiqués des creusements supplémentaires, de forme carrée ou ronde. Au sud de la surface fouillée, a été dégagé un vaste espace étanchéifié, probablement pour faciliter l’écoulement de l’eau. Il s’agit selon toute vraisemblance d’un salin, destiné à obtenir du sel par évaporation de l’eau de mer. Il n’est pas possible de dater l’utilisation de l’installation précisément, car les tessons trouvés dans les fosses et les canalisations vont de l’époque archaïque à l’époque romaine. On a trouvé aussi des tessons préhistoriques, qui proviennent probablement de la nécropole voisine (B 1).

179 

  • 78 Ibid., p. 211-212 et fig. 29-30.

180C8 - Rues A. Métaxa 61 et Panopis, O.T. 102 A78 : lors de la destruction d’une maison moderne, à l’est du terrain, on a trouvé 5 canalisations parallèles (orientation sud-est/nord-ouest) et des fosses creusées dans le rocher naturel. Les fosses sont de forme carrée, rectangulaire, circulaire et semi-circulaire. On a trouvé l’extrémité de l’une des canalisations, arrondie ; dans le fond de cette canalisation, on a observé trois concentrations de pierres brutes. Les tessons trouvés dans le remplissage des fosses et des canalisations datent de l’époque classique. Il s’agit probablement d’un salin, destiné à obtenir du sel par évaporation de l’eau de mer.

181 

  • 79 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 198.

182C9 - Rue Ious 2879 : sur le rocher naturel, empreintes d’extraction de trois blocs de pierre (2 × 0,50 m chacun).

D. Murs de soutènement et murs de clôture80

Murs de soutènement

  • 81 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 71 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 10 et fig (...)

183D1 - Rues Dimitsanas et Kalauritôn81 : mur long d’environ 20,4 m, large de 0,43-0,5 m, haut de 0,13 m. Il était détruit sur une petite partie. On n’a trouvé aucune céramique.

184 

  • 82 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 2.

185D2 - Rue Iôanninôn, O.T. 34782 : sur le côté est de la parcelle, on a trouvé un mur long de 11,10 m, large de 0,6-0,8 m, haut de 0,4-0,5 m. Parallèlement au mur, on a trouvé un pavement de pierre long de 8,80 m et large de 0,80-1,80 m. Les seules trouvailles sont deux fragments de la lèvre d’un vase grossier.

186 

  • 83 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 1.

187D3 - Rue Naupliou, O.T. 34783 : deux murs parallèles. Le premier, fouillé sur une longueur de 11,50 m, est large de 0,6 m et haut de 0,4 m (hauteur conservée) ; il continue sur le terrain voisin. Le second a été fouillé sur une longueur de 9,50 m ; il est large de 0,5-0,85 m et haut de 0,5 m (hauteur conservée).

188 

  • 84 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 7.

189D4 - Rue Naupaktou 4884 : mur long de 12,40 m, large d’environ 0,2-1 m. Il a été détruit sur presque toute son étendue. Il n’y avait pas de tessons.

  • 85 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 4.

190D5 - Rue Patrôn, O.T. 33885 : mur long de 12 m, large de 0,4-0,6 m.

191 

  • 86 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 6.

192D6 - Rues Naupaktou et Konitsis, O.T. 33186 : sur le côté ouest de la parcelle, on a trouvé un mur long de 14 m, large de 0,4-0,7 m.

193 

  • 87 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53-54 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 3.

194D7 - Rues Iôanninôn 33 et Koritsas, O.T. 34887 : dans le pâté de maisons voisin (vers l’est), on a trouvé un mur, qui a été dégagé sur une longueur de 10,80 m ; il est large de 0,7-1 m.

195 

  • 88 K. Kaza-Papageorgiou, AD 38 1983 (1989) Chron. B1, p. 48 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 8

196D8 - Rue Naupaktou 3888 : durant le creusement de fondations dans le secteur sud du terrain, on a trouvé un segment de mur, conservé sur une hauteur de 0,90 m. Aucun tesson n’a été trouvé.

197 

  • 89 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

198D9 - Rues Naxou, Vitsi, Aristidou89 : mur de 22,60 m de long, orienté est-ouest. Sa largeur va de 0,90 à 2,30 m, en fonction de la configuration du sol. Il canalisait un torrent peu profond. D’après les rares fragments de céramique retrouvés, on peut dater le mur du ive s.

199 

  • 90 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 70-72.

200D10 - Rues Patrôn et Koritsas90 : mur fouillé sur une longueur de 11 m. Sa hauteur conservée est de 0,40 m environ, sa largeur de 0,30-0,60 m. Il n’y avait pas de tessons.

201 

  • 91 Ibid., p. 72.

202D11 - Rue Naupaktou 6091 : deux murs parallèles, mais construits chacun sur un niveau différent. Le premier mur, distant de 5 m de la rue Naupaktou, est conservé sur une longueur de 12 m et une hauteur de 0,80 m ; sa largeur est de 0,50-0,75 m. À une distance de 8 m à l’ouest de ce mur se trouve le second mur ; il a une hauteur de 0,35 m, une épaisseur de 0,45 m et une longueur fouillée de 8,50 m. Il n’y avait aucun tesson.

203 

  • 92 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72.

204D12 - Rues Promitheôs et Skra, O.T. 44192 : mur large de 0,80-1 m et haut de 0,59 m. Il a été fouillé sur 9 m. Il n’y avait pas de tessons.

205 

  • 93 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 5 et fig. 78.

206D13 - Rue Papaphlessa, O.T. 33193 : deux murs parallèles, l’un de 10 m de long et l’autre de 12 m de long. Largeur 0,6-0,8 m.

207 

  • 94 Ibid., p. 94 no 9.

208D14 - Rue Sirou94 : sur le côté ouest de la rue Sirou, près de l’intersection avec la rue Korinthou, un mur long de 16 m, large de 0,8-1,2 m, haut de 0,1-0,2 m.

209 

  • 95 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

210D15 - Rue Agh. Lavras 28, O.T. 34195 : mur large de 0,70 m, fouillé sur une longueur de 8,55 m. Il continue quelques mètres au sud.

211 

  • 96 Ibid., p. 110.

212D16 - Rue Agh. Lavras 33, O.T. 34496 : mur fouillé sur une longueur de 23,8 m. Il continue des deux côtés dans les terrains voisins. Quelques tessons indiquent l’époque classique.

213 

  • 97 Ibid., p. 110.

214D17 - Rue Iôanninôn 50, O.T. 34797 : deux parements d’un mur, fouillés sur une longueur de 9,75 m. Ils forment un solide mur de soutènement, épais de 2 m. Le parement ouest est plus soigné et mieux conservé que l’autre. Ce mur de soutènement retenait une couche de terre rouge argileuse de 0,50 m d’épaisseur, idéale pour l’agriculture.

215 

  • 98 Ibid., p. 111.

216D18 - Rues Kavalas 17 et Kandanou, O.T. 4298 : mur constitué de deux parements, probablement d’époque classique. Il a été fouillé sur une longueur de 26 m. Il est large de 1,40 m, conservé sur une hauteur de 0,70 m. Il continue sur les terrains voisins.

217 

  • 99 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467.

218D19 - Rue Naupliou 4599 : en 2001 a été mis au jour un segment de mur long de 11 m. Sa grande largeur (entre 1 et 1,4 m) et sa construction solide le désignent comme un mur de soutènement, d’autant plus qu’au contact du parement est se trouvait de la terre rouge meuble, idéale pour l’agriculture, qui avait été apportée là dans l’Antiquité. Plus à l’est, sur un espace de 8 × 10 m, ont été entassées des pierres de différentes tailles, qui par endroits semblent avoir été étalées. En d’autres endroits, on a repéré des constructions sommaires, qui ont dû servir pour l’élevage d’animaux.

219 

  • 100 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256.

220D20 - Rues Aristophanous et Alkiviadou100 : installation agricole de construction sommaire, constituée de trois murs de soutènement retenant une grande quantité de pierres. Le mur 1 se trouve à l’est du terrain. Il est large de 0,70 m, sa hauteur conservée est de 0,70 m ; il est orienté nord-est/sud-ouest ; il a été fouillé sur une longueur de 6 m mais on peut le suivre sur une longueur de 17 m. Au nord-est, il forme un angle avec le mur 2 (longueur : 5 m ; largeur : 0,50-0,70 m), orienté sud-est/nord-ouest, et au sud-ouest avec le mur 3 (longueur : 18 m ; largeur : 0,50 m ; hauteur conservée maximale : 0,70 m), orienté nord-ouest/sud-est. Sur le rocher naturel, on a observé des traces d’outils, qui laissent penser que cet espace a été utilisé aussi comme carrière.

221On a recueilli une petite quantité de céramique classique.

222 

  • 101 Ibid., p. 256 et fig. 36.

223D21 - Rue Iphaistou 16, O.T. 480101 : mur de soutènement fouillé sur une longueur de 12 m. Il est large de 0,70 m. On a trouvé quelques tessons.

224 

  • 102 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 53.

225D22 - Rue Mikinôn, O.T. 410102 : segment d’un mur de soutènement long de 43,50 m. Sa hauteur conservée varie entre 0,20 et 0,70 m, sa largeur entre 0,60 et 0,90 m. À l’est du mur, se trouve une structure rectangulaire (dimensions intérieures : 3,50 × 1,30 m), limitée à l’ouest par le mur de soutènement, et par deux autres murs de construction sommaire. Cet espace constitue une pièce, avec une ouverture au sud. Le mur de soutènement servait à retenir une couche de terre de 0,50-0,70 m d’épaisseur, idéale pour l’agriculture. Sous cette couche de terre, on atteint le rocher naturel, lequel comporte différentes entailles en plusieurs endroits ; il a donc été utilisé comme carrière, notamment pour obtenir les pierres qui ont servi à construire le mur de soutènement.

226 

  • 103 Ibid., p. 197.

227D23 - Rue Phivis 17103 : segment d’un mur de soutènement de 2,30 × 0,90 × 0,65 m.

228 

  • 104 Ibid., p. 197.

229D24 - Rue Phivis 38104 : segment d’un mur de soutènement de 0,74 × 0,65 × 0,50 m.

230 

  • 105 Ibid., p. 197.

231D25 - Rue Aiginis 4105 : segment d’un mur de soutènement composé de deux parements, orienté nord-ouest/sud-est (3,10 × 0,60 × 0,50 m).

232 

  • 106 Ibid., p. 198 et fig. 61.

233D26 - Rue Aghiou Iôannou 10106 : segment d’un mur de soutènement orienté est-ouest (2,90 × 0,70 × 0,47 m).

234 

  • 107 Ibid., p. 199 et fig. 62 (deuxième mur).

235D27 - Rue Kiprou 69 et 71107 : segment d’un mur orienté est-ouest (1,15 × 1 m). À 8 m de là, rue Kiprou 71, on a trouvé un autre mur (2,30 × 0,90 × 1,20 m), orienté lui aussi est-ouest ; il est dans un bien meilleur état de conservation. Au sud de ce mur et en contact avec lui se trouvait une couche de pierres épaisse de 0,80 m.

236 

  • 108 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 233-234.

237D28 - Rues Dimela, Aghias Triados, Épaminônda et Archimidous108 : segment d’un mur de soutènement (37,80 × 1 m), mal conservé. Il a été construit pour retenir à l’est de la terre idéale pour l’agriculture. À l’est et au nord du mur, on a atteint le rocher naturel, qui comportait des entailles et des blocs de pierre grossièrement taillés ; l’endroit a donc servi de carrière, notamment pour la construction du mur de soutènement. Le matériel comportait de la céramique domestique.

Murs de clôture

  • 109 E. Kourinou, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 5.

238D29 - Rue Itéas, O.T. 45109 : mur long d’environ 22,3 m, large de 0,5-0,6 m, haut de 0,4-0,5 m, orienté nord-sud. De rares tessons permettent de le dater de l’époque classique.

239 

  • 110 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 3.

240D30 - Rues Gounari et Mikinôn, O.T. 404110 : mur long de 15,20 m, large de 0,45-0,6 m, orienté sud-est/nord-ouest.

241 

  • 111 I. Tsiriôti, AD 38 1983 (1989) Chron. B1, p. 48-49 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 2.

242D31 - Rue Epaminônda 15, O.T. 397111 : mur à deux parements, conservé sur une longueur de 18,40 m, large de 0,8-1,15 m, haut de 0,3 m (hauteur conservée), orienté nord-sud. Les seules trouvailles étaient des petits fragments de tuiles.

243 

  • 112 K. Kaza-Papageorgiou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 59-60.

244D32 - Rue Ioustinianou 14-16, O.T. 250112 : deux grands murs quasiment parallèles, orientés nord-sud. Le mur est est long de 32 m, le mur ouest de 33 m, mais il semble qu’ils continuent sur le terrain voisin. Leur largeur varie entre 0,80 et 1,10 m. Leur hauteur aussi est variable (mur est : 0,40-0,75 m, mur ouest : 0,15-0,30 m), car la construction des murs suit la configuration du rocher naturel, sur lequel ils sont fondés. Les deux murs délimitent un espace de 11,50-13 m de large, qui contient de la terre rouge meuble.

245 

  • 113 Ibid., p. 60.

246D33 - Rue Zamanou 43, O.T. 293113 : dans la partie est du terrain, on a trouvé un segment d’un mur, conservé sur une longueur de 12 m. Il est haut de 0,40 m et épais de 0,90 m.

247 

  • 114 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 1.

248D34 - Rues Venezouelas et Agamemnonos114 : mur long de 27 m, large de 0,55-1 m, orienté nord-sud.

249 

  • 115 Ibid., p. 96 no 4.

250D35 - Rue Argous 87, O.T. 327115 : deux murs perpendiculaires, l’un long de 15 m et orienté est-ouest, l’autre long de 11 m et orienté nord-sud.

251 

  • 116 Ibid., p. 97 no 6.

252D36 - Rues Imittou et Iphaistou, O.T. 476116 : mur long de 33 m, orienté sud-ouest/nord-est.

253 

  • 117 Ibid., p. 97 no 7 et fig. 80.

254D37 - Rue Sophokléous 53, O.T. 259117 : à partir du mur de soutènement nord d’une route du ive s. (F 4) commence un mur de limite de propriété orienté nord-ouest/sud-est, long de 30 m.

255 

  • 118 K. Kaza-Papageorgiou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 65.

256D38 - Rues Pholegandrou et Aretis, O.T. 207118 : au centre de la partie est du terrain et à une distance de 1,40 m de la rue Aretis, on a trouvé, presque en surface, un long mur, conservé sur une longueur de 12,20 m. Il est orienté sud-est/nord-ouest et est large de 0,80 m. Une autre partie du mur a été repérée sur la rue Aretis, sur une longueur de 1,70 m. Les rares tessons trouvés datent de l’époque classique. À proximité, au nord du terrain, passait la route F 11.

257 

  • 119 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

258D39 - Rue Argous 43, O.T. 346119 : le mur, qui est en contact avec un amas de pierres situé à l’ouest (E 4), est épais de 1 m. Il est conservé sur une hauteur de deux assises (0,30 m) et a été fouillé sur une longueur de 4,95 m.

259 

  • 120 Ibid., p. 111.

260D40 - Rues Ermou 53-55 et Koraï 2, O.T. 307120 : mur orienté nord-sud, construit en pierres taillées, calées avec des petites pierres. Conservé sur une longueur de 20,40 m et une hauteur maximale de cinq assises (0,65 m) ; large de 0,48 m. Le soin de la construction indique un mur de limite de propriété d’époque classique. La présence d’une couche de stuc sur sa face ouest pourrait indiquer une réutilisation, dans le même but, dans un passé récent.

261 

  • 121 Ibid., p. 111-112.

262D41 - Rues Irakleitou 44 et Aretis 108, O.T. 451121 : deux murs de limite de propriété, construits selon la même technique que D 40. Le mur 1 est orienté nord-sud, et s’infléchit fortement vers l’ouest dans sa partie sud. Il a été fouillé sur une longueur de 23,5 m. Son épaisseur est très variable : 0,75 m en moyenne, 1,20 m dans la partie courbe. À l’ouest du mur 1 se trouve le mur 2, orienté nord-ouest/sud-est. Il a été fouillé sur une longueur de 23,7 m. Il est large de 2,55 m sur les premiers huit mètres, puis de 0,70 m. On a trouvé quelques tessons d’époque classique.

E. Amas de pierres

  • 122 Kéramopoullos 1919, p. 32-46 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 54 et 69 ; Mersch 1996, p. 130.

263 ? E1 - Près de la nécropole d’Haliki122 : A. D. Kéramopoullos a fouillé en 1919 un tumulus de 20 m de diamètre et de 4,5 m de haut, contenant des cailloux de taille moyenne. Il a effectué une coupe aux 2⁄3 du diamètre environ et n’a pas trouvé de sépulture, mais beaucoup de céramique mycénienne, ainsi que quelques fragments de vases géométriques et archaïques. Selon lui, ce n’est pas un tertre funéraire mais un amas de pierrailles résultant du nettoyage des champs à l’époque de Pisistrate (voir supra, p. 64). Mais selon E. Giannopoulou-Konsolaki, si le tumulus avait été entièrement fouillé, on aurait peut-être trouvé une sépulture, car elle souligne le grand nombre de tessons mycéniens qu’il contenait, et surtout sa proximité avec la nécropole d’Haliki.

264 

  • 123 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

265E2 - Rue Prigkipos Petrou 49123 : dans la partie nord-est du terrain, on a trouvé une accumulation de matériau de construction antique, sans aucune configuration architecturale. Il n’y avait pas de tessons. K. Kaza-Papageorgiou pense que cet amas provient du nettoyage des champs.

266 

  • 124 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

267E3 - Rues Dimela et Prophitou Ilia124 : amas de pierres, de 15 m de diamètre environ, composé principalement de petites pierres, mais aussi de pierres de taille moyenne. On y a trouvé en abondance de la céramique d’époque classique.

268 

  • 125 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

269 ? E4 - Rue Argous 43, O.T. 346125 : amas de pierres de différentes tailles, sur une surface de 8,5 × 2,9 m. Il est en contact avec un mur de limite de propriété (D 39). Cet amas résulte peut-être du nettoyage des champs voisins d’après les fouilleurs, ou de l’effondrement du mur contigu.

270 

  • 126 Ibid., p. 111.

271E5 - Rues Posidônos et Épaminônda, O.T. 484126 : sur ce terrain se trouvait dans l’Antiquité un torrent orienté nord-sud, large de 8-10 m. On a trouvé un amas de pierres, large de 1-2,5 m, construit transversalement par rapport au lit du torrent. Il est fait de pierres brutes grandes et moyennes. Cet amas servait à traverser le torrent selon les archéologues.

272 

  • 127 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 55.

273E6 - Rue Thémistokléous 45127 : amas de pierres brutes assez petites, de 6 × 2,50 m. On a trouvé une grande quantité de tessons de l’époque classique.

274 

  • 128 Ibid., p. 197.

275E7 - Rue Phivis 8128 : amas de pierres brutes de petites dimensions. On a trouvé une grande quantité de céramique d’époque classique.

276 

  • 129 Ibid., p. 198.

277E8 - Rue Iras 8129 : amas de pierres brutes de taille petite à moyenne. On a trouvé une grande quantité de céramique d’époque classique.

278 

  • 130 Ibid., p. 199.

279E9 - Rue Ippokratous 6130 : amas de pierres brutes de différentes tailles. Aucun tesson n’a été trouvé.

280 

F. Les routes131

  • 131 Pour la technique de construction, voir supra, p. 79-80.
  • 132 P. Thémélis, AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 89 no 4.

281F1 - Rues Phivis et Zamanou, O.T. 292132 : au nord de l’enceinte funéraire B 5 se trouvent les vestiges d’une chaussée. C’est peut-être un segment de l’ancienne route Athènes-Sounion, selon P. Thémélis, mais elle semble perpendiculaire à celle-ci ; il doit s’agir plutôt d’un embranchement de cet axe principal. E. Giannopoulou-Konsolaki ajoute qu’il n’est pas exclu que ce soit un tronçon de la route trouvée rue Thémistokléous (F 5), et que par la suite cette route se dirige vers l’ouest ; cela me semble probable en effet.

282 

  • 133 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 160 et fig. 6 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p.  (...)

283F2 - Rue Aghiou Nikolaou133 : au sud de l’enceinte funéraire B 6 a été dégagé un segment de chaussée de 12 × 4,5 m, qui continue plus à l’ouest, sous l’actuelle rue Aghiou Nikolaou. C’était un tronçon de l’antique route Athènes-Sounion.

284 

  • 134 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 89-90 no 5 et fi (...)

285F3 - Av. A. Métaxa, O.T. 46134 : au nord de l’enceinte funéraire B 9, passait une route romaine orientée nord-est/sud-ouest, découverte en 1979. Un second segment de 10,40 m de longueur a été dégagé en 1982. En tout, les fouilleurs ont exhumé la route sur environ 45 m, mais elle continue au nord-est sur le terrain voisin. Les murs de soutènement sont conservés dans le terrain sur une longueur totale de 2,40 m et sont épais de 0,50 m. L’espace entre les deux murs mesure 2,90 m de large, et est recouvert sur toute sa surface de cailloux serrés. Dans le remblai, d’environ 0,20 m d’épaisseur, on n’a trouvé aucun tesson.

286En dessous se trouvent les vestiges d’une route plus ancienne.

287Cette route était un embranchement de la route Athènes-Sounion, menant au port d’Aixônè.

288 

  • 135 Coll., AD 34 1979 (1987) Chron. B1, p. 76 ; M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 71 ; Gian (...)

289F4 - Rues Sophokléous et Imittou, O.T. 259135 : sur le terrain à l’angle des rues Sophokléous et Imittou et sur le terrain voisin vers l’ouest (Sophokléous 53), on a fouillé en 1979-1980 deux segments contigus d’une route, sur une longueur totale de 85 m. La route est parallèle à la rue Sophokléous (orientée est-ouest) et passe à environ 10 m au nord de l’alignement du côté sud de la parcelle O.T. 259. La largeur moyenne est de 4 m. Sur les deux côtés, les murs de soutènement sont conservés sur une hauteur maximale d’un mètre. Le revêtement, d’une épaisseur allant jusqu’à 0,70 m, est composé de gravier ; il recouvrait le sol rocheux. La route date du ive s. d’après la céramique. À partir du mur de soutènement nord commence un mur de limite de propriété (D 37).

290 

  • 136 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 et fig. 2 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 88-89 (...)

291F5 - Rue Thémistokléous, O.T. 288136 : une route antique, orientée nord-ouest/sud-est, passait au sud de la maison classique-hellénistique A 8 et sous la maison moderne. La route a été dégagée sur une longueur de 29,15 m. Au nord-ouest, sa trace se perd au niveau de la rue Thémistokléous ; on a fouillé le trottoir de cette rue aussi au sud-est, jusqu’à la maison construite au sud du terrain. La distance entre les deux murs de soutènement de la route varie entre 3 et 3,30 m. Sur le rocher naturel, qui fait office de chaussée, il y a des traces de roues de chars ; la distance entre les cannelures est de 1 à 1,60 m. Dans la partie sud-est de la route, où le rocher n’était pas compact mais rempli de fissures et friable, et situé à un niveau plus bas, à la place des cannelures se trouve une trace de revêtement de mortier à chaux. Dans la partie de la route où on a constaté les cannelures, on a repéré deux sillons sur le rocher, qui débouchent sur deux cavités semblables à des vasques ; cet aménagement servait probablement à évacuer les eaux de pluie afin que la route reste praticable, et à les récupérer dans des abreuvoirs selon les archéologues. La route semble avoir été construite à l’époque classique et a été utilisée au moins jusqu’à l’époque hellénistique.

292 

  • 137 E. Kourinou, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 90 no 6 et fig. (...)

293F6 - Rues Tirteou et Skra, O.T. 450137 : on a trouvé un tronçon de route antique à une profondeur de 0,20 m, d’une longueur de 17,40 m et d’une largeur de 2,50-2,70 m, avec une structure hémicyclique adjacente, dont la fonction est inconnue. La route est orientée nord-est/sud-ouest. Sur les deux côtés, les murs de soutènement sont dans un assez bon état, conservés jusqu’à une hauteur maximale de 0,80 m. Comme on n’a pas trouvé de maisons dans cette zone, E. Giannopoulou-Konsolaki pense que la route menait aux domaines agricoles des Aixonéens, au pied de l’Hymette.

294 

  • 138 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 70.

295F7 - Rue A. Lazaraki 38138 : segment d’une route classique orientée nord-ouest/sud-est. Elle traverse le terrain en diagonale et se trouve presque au même niveau que la rue moderne. Est conservé le mur de soutènement sud, qu’on a fouillé sur une longueur de 30,30 m. On a trouvé sur la surface de la route deux revêtements superposés, l’un de 0,10 m d’épaisseur environ composé de gravier, et l’autre, au-dessus, d’une mince couche de terre tassée de 0,03 m d’épaisseur. Dans les deux revêtements, on a trouvé de la céramique classique en abondance.

296 

  • 139 Ibid., p. 72-73.

297F8 - Rues Thémistokléous et Aiginis (place Pyrrhou)139 : on a trouvé un mur de route et deux tombes (B 12) dans la partie nord du terrain. Le mur est orienté nord-sud ; il a été fouillé sur une longueur de 10 m. Le revêtement de la route, que l’on attendait à l’ouest du mur, a été détruit par la pelle mécanique avant que la fouille ne commence.

298 

  • 140 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

299 ? F9 - Rues Épaminônda et Anthéôn140 : dans la partie ouest du terrain, on a trouvé un mur orienté nord-sud, fouillé sur une longueur de 24,60 m, mais il continue clairement en dehors des limites du terrain. Sa grande longueur fait penser à un mur de soutènement d’une route, dont on n’aurait cependant pas repéré la chaussée. Les archéologues n’excluent pas qu’il puisse s’agir d’un mur de limite d’une propriété. On n’a pas trouvé de tessons, mais l’appareil du mur est caractéristique du ive s.

300 

  • 141 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, (...)

301F10 - Rues Agh. Nikolaou et Iras, O.T. 289141 : un segment de la route principale Athènes-Sounion a été fouillé sur 20 m de longueur. La route est large de 5 m, orientée nord-sud. La chaussée est constituée par le rocher naturel. On y voit encore deux paires de cannelures laissées par les roues de char et, par endroits, une cinquième cannelure. Quelques segments du mur de soutènement ouest ont été conservés, tandis qu’à l’est, c’est le rocher naturel, taillé verticalement, qui remplit cet office. La route passait à proximité de A 15 et C 5.

302 

  • 142 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467.

303F11 - Rues Aretis-Kephallinia-Pholegandrou, O.T. 207142 : au nord du mur de limite de propriété D 38, le long de la limite nord du terrain, on a mis au jour en 2001 un segment de mur (longueur : 14,5 m), qui continue vers l’est hors du terrain. Un segment du même mur avait été trouvé dans le terrain voisin à l’ouest. Au nord du mur, on a trouvé une couche de petites pierres, qui a pu servir comme revêtement de la route antique, orientée est-ouest. Le seul matériel associé à cette fouille est une agrafe en bronze, de belle facture.

304 

  • 143 Ibid., p. 470-471 et fig. 33-34 ; ead. 2016, p. 180, p. 189 n. 48 et p. 62 fig. 107.

305F12 - Rue Pandôras 31, O.T. 298143 : à 6 m au nord de la supposée façade du péribole funéraire B 18, segment d’un mur de soutènement d’une route antique (longueur : 16,70 m), orientée est-ouest. Le deuxième mur de soutènement a été trouvé à 4,50 m au nord de celui-ci ; son niveau de fondation est plus haut de 0,30 m par rapport au précédent car le terrain est en pente. Au contact du mur sud, fragments d’une chaussée faite de gravier, qui semble avoir été détruite subitement. Un second revêtement a alors été aménagé, plus au nord (largeur : 2,30 m) ; il est fait lui aussi de gravier, mais il est bien conservé. À la surface de cette seconde chaussée, on voit des cannelures parallèles, tracées par les roues des véhicules (largeur : de 0,30 à 0,75 m). Les tessons trouvés lors de la fouille indiquent le ive s. Sur le même terrain ont été trouvés des vestiges d’une maison classique (A 16).

306 

  • 144 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 246-247 et fig. 78-79.

307F13 - Rues Lazaraki 26 et Zisimopoulou, O.T. 32144 : route d’époque classique, orientée nord-est/sud-ouest. Elle est encore visible aujourd’hui. Elle a été fouillée dans un premier temps sur une longueur de 28 m ; un segment supplémentaire a été dégagé ultérieurement au sud, rue Lazaraki 45 (O.T. 39). Les murs de soutènement sont conservés sur une hauteur de une à trois assises (0,25-0,65 m). Au niveau du parement intérieur du mur nord a été trouvé un segment de mur plus ancien, lequel a visiblement été remplacé, moyennant un léger déplacement de la route vers le nord. Le revêtement de la route est formé de trois couches superposées, faites de galets de rivière, de petites pierres, de sable et de terre. On observe sur le revêtement deux traces de roues de char parallèles, larges de 0,30-0,40 m ; l’espace entre les deux est de 1,40 m environ. La céramique trouvée dans la fouille date surtout du ive s. ; quelques tessons datent des siècles antérieurs, notamment de l’époque mycénienne.

308 

  • 145 Ibid., p. 247.

309F14 - Rues Ermou 39 et Pandôras 35, O.T. 296145 : on a trouvé le mur de soutènement sud d’une route, orientée est-ouest. Il a été fouillé sur 11, 80 m. Il est composé de pierres brutes de taille grande à moyenne, il est large de 0,85 m et est conservé sur une hauteur maximale de 0,60 m. La chaussée a été dégagée sur une largeur de 1,50 m ; elle continue sur le terrain voisin au nord. Le revêtement est composé de deux couches superposées, faites de galets de rivière, de petites pierres et de terre ; on distingue quelques traces de roues de char. À 1,20 m au sud a été trouvé un puits et à l’est de ce dernier, des vestiges d’une maison d’époque classique (A 17). Presqu’au contact de la face sud du mur de soutènement de la route, on a trouvé quelques éléments provenant d’une tombe d’époque classique (B 21).

310 

  • 146 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 213 ; ead. 2016, p. 182 et p. 189 n. 48.

311F15 - Rues Nezer et Aghiou Nikolaou146 : à l’occasion de la démolition d’une maison moderne, on a fouillé dans la partie est du terrain un segment d’une route antique orientée nord-sud, qui faisait partie de la route principale Athènes-Sounion. Les pierres brutes du mur de soutènement ouest ont été réutilisées dans le mur d’enclos moderne de la propriété. Le revêtement de la route est composé de petits cailloux et de chaux ; on distingue des traces de roues de char. On observe deux étapes d’aménagement de la chaussée : le niveau ouest paraît être le plus ancien ; pour quelque raison inconnue, il a été déplacé vers l’est et élevé de quelques dizaines de centimètres (0,30 m). Dans le niveau est, on remarque au moins 4 couches superposées. Quelques tessons et une monnaie de bronze indiquent le ive s.

  • 147 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 213-214.

312F16 - Rue Zamanou 35147 : route fouillée sur une longueur de 21 m, orientée nord-sud. La chaussée est composée de terre et de cailloux ; sur sa surface, on a repéré deux sillons parallèles laissés par les roues de char, espacés de 1,40 m. Seul un petit segment du mur de soutènement est est resté en place (longueur : 2 m). Contre ce mur se trouve une fosse (5 × 3,30 m en surface ; 3,40 × 2,80 m au fond ; profondeur : 0,95 m), dont le remplissage est formé de terre rougeâtre et d’une grande quantité de tessons. Cette fosse est en contact avec un puits (encore utilisé aujourd’hui), auquel elle est reliée par une canalisation creusée dans le rocher. À l’est de la route, on a trouvé encore 12 fosses, de forme et de profondeur variées, qui servaient probablement au départ à collecter l’eau, et dans un second temps comme dépotoir. La grande quantité de céramique trouvée dans plusieurs de ces fosses date du ve s.

313 

  • 148 Ibid., p. 214 et fig. 33 ; ead. 2016, p. 183 et fig. 301-304.

314F17 - Rue Iliou 3, O.T. 433148 : segment d’une route fouillée sur une longueur de 45 m ; elle est encore visible en partie aujourd’hui. Elle est orientée nord-est/sud-ouest et elle est large de 3,20 m. Les murs de soutènement ont été conservés presque partout ; leur hauteur conservée est très variable (0,35-0,90 m), car leurs fondations suivent le relief irrégulier du terrain. Sur toute la longueur de la route, on a trouvé une grande quantité de pierres, qui proviennent soit des murs de soutènement, soit du nettoyage des champs. Le revêtement de la route était composé de sable, de cailloux et de chaux ; en dessous se trouve le revêtement d’une route plus ancienne, composé de terre, de sable et de cailloux. Des traces de roues de char sont visibles sur la surface. Les tessons indiquent le ive s.

315 

  • 149 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256 et fig. 35.

316F18 - Rue Posidônos 10, O.T. 428149 : segment d’une route orientée nord-sud, long de 12 m. Seul le mur de soutènement est est conservé. Le revêtement est composé de terre et de petites pierres. On a trouvé quelques tessons d’époque classique.

G. Structures indéterminées

  • 150 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 44-45.

317G1 - Rue Kiprou150 : lors du creusement d’une fosse pour la construction d’un réseau d’égoût par l’ΟΑΠ a été exhumé un segment d’un bâtiment circulaire (diamètre intérieur : 2,5 m). Il se trouvait à une profondeur de 0,20 m sous la chaussée. Le mur se poursuit vers le nord, dans une zone qui n’a pas pu être fouillée.

318Le mur repose sur le rocher naturel ; il est épais de 0,90 m et haut de 0,60-0,80 m, et construit en pierres brutes. Dans le remblai, on a trouvé beaucoup de fragments de vases à usage domestique, la plupart d’époque classique et un peu d’époque romaine. Les éléments recueillis lors de la fouille ne sont pas suffisants pour définir l’usage du bâtiment, mais selon E. Giannopoulou-Konsolaki, il appartenait plus probablement à un espace artisanal qu’à un espace résidentiel.

319 

  • 151 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47.

320G2 - Rue Paphou, O.T. 491151 : on a trouvé deux murs. Le mur 1 est hémicyclique et mesure 6,40 m de diamètre. Son épaisseur est de 0,30-0,45 m. Il est construit en pierres de taille moyenne légèrement travaillées, avec de la boue en guise de liant. Ses deux extrémités touchent le mur 2, lequel est construit en petites pierres non travaillées. Il est orienté est-ouest. On l’a dégagé sur une longueur de 8,85 m, mais il continue dans les deux sens. L’épaisseur varie entre 0,60-0,90 m, et la hauteur conservée est de 0,65 m. Dans l’espace entre les murs 1 et 2 il y avait un remplissage de cailloux. Il n’y avait aucun tesson.

321 

  • 152 I. Andreou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 60.

322G3 - Sur le cap Exonis : dans la partie sud du cap, sur la commune de Voula, lors d’une fouille superficielle à l’occasion du creusement de la fondation de l’église de la zone du PIKPA (Πατριωτικό Ίδρυμα Κοινωνικής Πρόνοιας και Αντίληψης), on a constaté l’existence d’installations antiques à l’extrémité ouest de la presqu’île152 : on a vu, dans la partie nord, les fondations de bâtiments antiques, et à l’extrémité sud-ouest, dans la petite baie, des vestiges d’installations portuaires et des fondations de murs. Aucune datation n’a été proposée par les archéologues. Exactement au nord des installations portuaires, on a trouvé en surface des tessons préhistoriques et environ au centre de la presqu’île, des tessons classiques disséminés.

323 

  • 153 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

324G4 - Rues Venezouelas et Agamemnonos, O.T. 386153 : espace de 70 m2 environ, défini par des murs de pierres sèches. Il était recouvert d’une couche de gravier et de petites pierres de 0,3 m d’épaisseur. Ces petites pierres pourraient provenir du nettoyage des champs adjacents selon les fouilleurs, et l’espace était peut-être lié à une activité rurale comme le séchage de produits agricoles. Aucun élément dans la fouille ne permet de dater cet espace.

325 

  • 154 Ibid., p. 110-111.
  • 155 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256 et fig. 37.

326G5 - Rues Artémidos et Laodikis, O.T. 67154 : espace où le rocher naturel est recouvert d’une couche de terre et de pierres de 0,70 m d’épaisseur contenant beaucoup de céramique d’époque classique. Le rocher contient des entailles, probablement pour collecter les eaux de pluie. En 2007, à proximité de là (rue Laodikis 47, O.T. 61)155, on a trouvé des entailles semblables dans le rocher naturel, ainsi qu’une cavité oblongue (4 × 2,60 m), contenant une grande quantité de céramique.

327 

  • 156 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 111.

328G6 - Rue Zamanou 44, O.T. 62 A156 : espace qui contient des entailles dans le rocher naturel similaires à celles de G 5 ; elles servaient probablement aussi à collecter les eaux de pluie. La surface du rocher ainsi aménagée était recouverte d’une couche de terre et, par endroits, d’une couche de gravier contenant un grand nombre de tessons d’époque classique.

329Sur ce terrain il y avait aussi un mur long de 11 m orienté nord-sud, large de 0,70 à 1 m et haut de 0,30 m. Il est constitué d’une accumulation de petites pierres. La surface du mur est recouverte d’une couche de stuc de 0,10 m d’épaisseur.

330 

  • 157 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470.

331G7 - Rues Agriniou-Konitsis-Lasithiou157 : on a trouvé en 2002, immédiatement sous la surface, une couche faite de terre dure et d’un grand nombre de pierres de petite à moyenne dimension, lesquelles, dans la moitié sud du terrain, forment un pavement de facture négligée. Ce pavage est délimité par une série de grandes pierres, disposées de manière espacée et semi-circulaire. Sur sa surface, ont été creusées des fosses peu profondes (diam. env. 1 m), comblées de terre et de gravier. Le plus probable, selon K. Kaza-Papageorgiou, est qu’il s’agisse de vestiges d’une installation sommaire liée au traitement de produits agricoles ou à l’élevage d’animaux. Sur toute la surface de fouille, on n’a trouvé qu’une faible quantité de tessons de céramique classique.

332 

  • 158 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 234 et fig. 25.

333G8 - Rues Gounari et Épaminônda, O.T. 262158 : la zone était recouverte dans sa plus grande partie par une couche de pierres, qui proviennent probablement du nettoyage d’un champ voisin. Après avoir enlevé cette couche de pierre, on a trouvé un mur de soutènement (T2, 17 × 0,34-0,65 × 0,70 m), orienté nord-sud. À l’ouest, on a trouvé une couche de pierres, qui proviennent de l’effondrement de sa partie supérieure. Au nord de T2 et à son contact, a été dégagée une partie d’une structure de forme irrégulière (env. 4,75 × 5,20 m). Elle est délimitée par deux murs (T1 et T3). Le plus solide est T1 (6,80 × 0,60 × 0,50 m), orienté nord-sud. T3 (6 × 0,40 m) est courbe et limite la structure à l’ouest et au sud. À l’intérieur de la structure se trouvaient les murs T4 et T6, orientés nord-sud et nord-est/sud-ouest, qui délimitent trois petits espaces. Tous les murs sont construits de pierres brutes de diverses tailles, avec de la boue comme liant. On a trouvé quelques tessons d’époque classique. D’après V. Antonopoulou, il doit s’agir d’une installation liée à l’agriculture ou à l’élevage, de construction sommaire.

334 

  • 159 Ibid., p. 236 et fig. 27.

335G9 - Rue Iras 45159 : segment d’un mur solide (T3), orienté nord-est/sud-ouest. Il est composé d’un grand nombre d’assises de pierres brutes de différentes tailles, avec de la boue comme liant. Il est fondé sur le rocher naturel. Il est conservé sur une hauteur de 2 m, ce qui est exceptionnel ; selon V. Antonopoulou, il indique peut-être la présence à cet endroit d’une installation importante, qui s’étendait vers l’est, le sud et le nord. Signalons la présence à proximité d’une briqueterie (C 5) et d’un espace résidentiel (A 15), datant de l’époque classique.

336À l’est de T3 se trouvait le mur T1 (2,10 × 0,50 × 0,70 m), orienté nord-sud ; il forme un angle avec T3 au nord. À l’est de T1 se trouve un mur parallèle (T4, 1,50 × 0,45 × 0,50 m). Sous les murs T1 et T4 a été mise au jour une couche de pierres, qui contenait de la céramique d’époque classique ; le mur T3 retenait cette couche à l’ouest. Les couches qui recouvraient T1 et T4 contenaient une grande quantité de céramique d’époque hellénistique. Lors du nettoyage de T1, on a trouvé un petit trésor de monnaies (4 en argent, 3 en bronze).

H. Trouvailles faites sur les communes de Voula ou d’Elliniko et qui ont pu appartenir à Aixônè

  • 160 Garland 1982, p. 169 R 1 ; Bergemann 1997, p. 204 R 1 ; Kaza-Papageorgiou, Kladia 2006, p. 104 et p (...)

337H1 - Le péribole funéraire d’Elliniko160 : le péribole, resté visible depuis l’Antiquité, se trouvait à l’endroit de l’ancien aéroport militaire d’Athènes, au bord de la route qui reliait les dèmes d’Halimonte et d’Aixônè (indiqué comme « Moderne Ruine » au sud-est de Kamarisa sur la carte VIII des Karten von Attika de Curtius et Kaupert, voir fig. 9). Dans les années 1960-1961, alors que le péribole était menacé par des travaux d’extension de l’aéroport, le ministère de la Communication et des Travaux publics l’a déplacé à une petite distance au sud, où il est clairement visible depuis la route côtière. C’est un péribole en pi, de plus de 19 m de long. Les murs latéraux mesurent plus de 8,5 m de long. C’est le plus grand péribole connu à ce jour en Attique. Les murs consistent en une euthyntèria et 4 assises de blocs de conglomérat pseudo-isodomiques. Le monument est daté de la seconde moitié du ive s.

338Le péribole se trouve dans une zone frontière entre les dèmes d’Halimonte et d’Aixônè, mais il me semble plus probable qu’il ait appartenu au premier, vu sa position au nord des torrents susceptibles d’avoir marqué la limite entre les deux dèmes (voir supra, p. 67).

339 

  • 161 C’est la zone comprise entre les rues parallèles Apollônos-Artémidos-Ermou-Areôs-Kastellorizou-Vout (...)

340H2 - Au nord-est de la commune de Voula, tout près de la frontière avec Glyphada161, on a trouvé des vestiges d’un assez grand nombre de murs de soutènement et de clôture, et aussi peut-être des murs de routes. Leur position n’est pas toujours signalée avec précision dans les rapports de fouilles.

341 

  • 162 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 73-74.

342H3 - Rue I. Métaxa (Voula)162 : vestiges de deux murs délimitant un espace à ciel ouvert, un segment de chemin pavé et une partie d’un espace à ciel ouvert recouvert de gros cailloux. Ils sont probablement en rapport avec une ferme. Les tessons trouvés dans la fouille appartiennent surtout à l’époque tardo-classique ; on a trouvé également un fragment d’un canthare géométrique et un ou deux tessons d’époque romaine.

343La rue I. Métaxa, qui se trouve à la hauteur du cap Exonis, se trouve probablement sur le territoire d’Aixônè.

344 

  • 163 I. Andreou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 60-61, fig. 6 et pl. 44 b-45 ; Marchiandi 2011, p. 416 (...)

345H4 - Rue Solômou 7 (Voula)163 : tronçon d’une route classique orientée nord-est/sud-ouest, bordée de deux périboles funéraires. Le péribole B contient des tombes du milieu du ve s., du milieu du ive s. et du milieu du iie s. Toutes les sépultures avaient été pillées sauf une, mais elles devaient être riches et dotées de stèles comme le montrent quelques traces.

346Ces vestiges sont très probablement à attribuer à Aixônè.

347 

  • 164 T. Kattoula, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 219 et fig. 38 ; G. Kouragios, M. Giamalidi, ibid., p (...)

348H5 - Segment de la route côtière (Voula)164 : lors des travaux de prolongation de la ligne de tram entre Glyphada et Voula en 2005 et 2006, ont été mis au jour deux longs segments de l’antique route provenant de Phalère et longeant la côte ouest de l’Attique. Un premier segment se trouve à la hauteur de la première plage de Voula, probablement sur le territoire du dème d’Halai Aixônidès. Il est long de 47,6 m, est orienté nord-sud sur 31 m ; ensuite, vers le sud, la route se dirige vers l’est. Il est bordé de deux murs de soutènement, espacés de 3,50 m. Le revêtement est composé de terre et de petites pierres et par endroits de galets. On a trouvé quelques tessons de céramique, principalement à vernis noir.

349Le deuxième segment se trouve au sud-ouest de la place Kritis. On a fouillé le mur de soutènement est, orienté nord-nord-ouest/sud-sud-est, et une partie de la route elle-même, sur une longueur de 32,5 m. Elle suit un parcours rectiligne sur les 20 premiers mètres en direction du nord, presque parallèlement à l’avenue Alkionidôn, puis elle s’infléchit vers l’ouest. La fouille a dû s’arrêter à cet endroit, à l’entrée de la zone du PIKPA (Πατριωτικό Ίδρυμα Κοινωνικής Πρόνοιας και Αντίληψης), soit à l’extrême sud du dème d’Aixônè. La céramique, trouvée en faible quantité, indique les époques classique et hellénistique.

350 

  • 165 T. Kattoula, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 251 et fig. 85.
  • 166 G. Kouragios, M. Giamalidi, A. Makradima, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 172.

351H6 - Rues Prigkipos Petrou et Athanasiou Diakou, O.T. 1 (Voula)165 : immédiatement au sud de la nécropole mycénienne d’Haliki (B 1), ont été exhumées 18 fosses de formes diverses : 12 circulaires (diamètre : 0,30 à 1,20 m), 1 carrée (1 × 1 m), 1 parallélépipédique, 4 de forme indéfinie (longueur : 1,20 à 2,20 m ; largeur : 0,50 à 0,70 m). Leur profondeur va de 0,20 à 0,40 m. Le remplissage est formé de terre meuble, de quelques petits fragments de vases à vernis noir ou non peints, d’ossements animaux, de coquilles d’huîtres, et d’un petit fragment d’une lamelle en obsidienne. T. Kattoula pense que ces fosses servaient à obtenir du sel par évaporation de l’eau de mer, car elle les rapproche des fosses exhumées à Glyphada sur la place Kritis et interprétées ainsi par K. Kaza-Papageorgiou (C 7). Trois fosses supplémentaires, de forme circulaire, ont été trouvées au sud-ouest du terrain en 2008166.

352Nous sommes très probablement sur le territoire d’Aixônè.

353 

  • 167 Ibid., p. 172-173.

354H7 - Av. K. Karamanli 25, O.T. 4 (Voula)167 : dans la partie nord du terrain, on a repéré trois entailles dans le rocher naturel semblables à celles trouvées sur la place Kritis (C 7) ; elles servaient probablement aussi à obtenir du sel par évaporation de l’eau de mer.

355On se situe peut-être juste à la limite sud du dème d’Aixônè.

356 

  • 168 Ibid., p. 173 et fig. 24.

357H8 - Rue I. Métaxa 22 (Voula)168 : à une profondeur de 0,81-0,90 m environ, on a trouvé un sarcophage en pierre (1,96 × 0,93 × 0,94 m). Le couvercle est composé de deux dalles en marbre gris-bleu. La tombe avait été violée ; on n’a trouvé à l’intérieur que quelques tessons, une agrafe en bronze et des fragments d’un vase de pierre.

358La rue I. Métaxa, qui se trouve à la hauteur du cap Exonis, se trouve probablement sur le territoire d’Aixônè.

Notes

1 Voir supra, p. 66-67 et fig. 2.

2 Giannopoulou-Konsolaki 1990.

3 Un résumé des fouilles accomplies par toutes les Éphories de Grèce entre 2000 et 2010 se trouve dans M. Andreadaki-Vlazaki (éd.), Από το ανασκαφικό έργο των Εφορειών Αρχαιοτήτων: 2000-2010 (2012). Je remercie K. Kaza-Papageorgiou, ancienne directrice adjointe de la XXVIe Éphorie, et V. Antonopoulou, archéologue, pour m’avoir réservé le meilleur des accueils en 2009 et pour m’avoir donné des informations sur les fouilles en cours à Glyphada, encore inédites à l’époque.

4 Kéramopoullos 1919, p. 37-43 et fig. 2-3 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38-41 et fig. 16-17.

5 Kéramopoullos 1919, p. 43 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41.

6 Eliot 1962, p. 20 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41.

7 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 31-32 et fig. 6-7.

8 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 198 et fig. 59.

9 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 236.

10 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 32.

11 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38 et fig. 15.

12 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 38 mentionne encore les fragments de la stèle d’un jeune athlète (anc. MP 3742, actuellement à Olympie au musée des Jeux Olympiques), dont l’inscription est illisible car trop abîmée (ibid., p. 128-129 no 27 et fig. 93 ; CAT 2.362 ; Steinhauer 2001, p. 330 fig. 439) et un fragment d’une petite stèle avec une représentation incomplète de dexiôsis (MP 3727) (ibid., p. 129-130 no 28).

13 A. G. Liangkouras, AD 29 1973-4 (1979) Chron. B1, p. 55 et fig. 16 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 32 et fig. 8-9.

14 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 35 et fig. 10-12 ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 167-171 et fig. 280-284.

15 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 248-249 et fig. 81-83.

16 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 70-71 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 36 et fig. 14 ; A. Tsaravopoulos, AD 45 1990 (1995), p. 75.

17 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

18 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 36 et fig. 13.

19 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 54 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 29-30.

20 Kaza-Papageorgiou 2009, p. 445-448 ; repris dans ead., AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 471-473 et fig. 35-36 ; ead. 2016, p. 46 fig. 77.

21 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72 ; D’Aco 2013, p. 462 no 10.

22 A. Tsaravopoulos, AD 45 1990 (1995) Chron. B1, p. 75.

23 Ainsi que le rappelle I. Andreou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 60.

24 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, p. 181.

25 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470-471 et fig. 33.

26 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 247 et fig. 80 (puits).

27 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 214 et fig. 31-32.

28 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 196-197 et fig. 57.

29 Ibid., p. 196 et fig. 56.

30 Ibid., p. 197 et fig. 58.

31 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 232-233 et fig. 23-24.

32 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 197.

33 Ibid., p. 198 et fig. 60.

34 I. Andreou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 69-71 ; Mersch 1996, p. 130 ; Privitera 2013, p. 114-118 ; G. Kouragios, dans Dogka-Toli, Oikonomou 2013, I, p. 67. Sur les fouilles plus anciennes, voir supra, p. 53-54 et p. 57-58. La nécropole a fait l’objet d’une thèse de doctorat inédite : N. Polichronakou-Sgouritsa, Το προϊστορικο νεκροταφείο Αλυκής Βούλας (1988) (n.v.).

35 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 69-70.

36 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70.

37 AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126.

38 Orlandos 1930 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70.

39 P. Thémélis, AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126 et fig. 2-3 et 90 a ; A. G. Liangkouras, AD 29 1973-4 (1979) Chron. B1, p. 55-58 et fig. 59 a-b ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 73-76 et fig. 72 ; Mersch 1996, p. 130.

40 Voir supra, p. 34-35. Thémélis annonce une étude où il inventorierait et identifierait, dans la mesure du possible, les sculptures funéraires les plus importantes qui ont été mises au jour depuis les premières « fouilles » dans la région d’Aghios Nikolaos de Pirnari, parce qu’il croit que certaines d’entre elles sont en rapport immédiat avec ce monument funéraire. Cette étude n’est jamais parue.

41 Marchiandi 2011, p. 417 Aix. 10 pense que la stèle d’Archestratè appartient à un autre péribole encore, avec HGL 27, mais j’ai montré que cette dernière stèle ne provient pas d’Aixônè (voir le commentaire ad loc.).

42 Garland 1982, p. 171 S 1 ; Bergemann 1997, p. 205 S1 ; Marchiandi 2011, p. 414-415 Aix. 4 ; Breder 2013, p. 251 S1.

43 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 159-160, fig. 6-7 et pl. 109 a-b ; Garland 1982, p. 171 S 2 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 76-79 et fig. 73 ; Bergemann 1997, p. 205 S2 ; Marchiandi 2011, p. 412-414 Aix. 3 ; Breder 2013, p. 216 S2.

44 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 160-162 et fig. 110-111 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80 no 8 et fig. 74 ; Marchiandi 2011, p. 411 Aix. 1 (?) (péribole d’époque classique supposé).

45 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80.

46 Coll., AD 34 1979 (1987) Chron. B1, p. 72-76 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70-73 et fig. 53-72 ; Mersch 1996, p. 126-130.

47 Marchiandi 2011, p. 415 Aix. 5 ; Breder 2013, p. 217 S3.

48 Pour le détail du contenu de chacune des tombes, voir le rapport qui figure dans l’AD.

49 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

50 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 199 et fig. 63.

51 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47-48 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 80 no 10. Tsiriôti ne parle pas de la destination de la structure, on la trouve chez Giannopoulou-Konsolaki. Marchiandi 2011 l’intègre dans son inventaire (p. 415-416 Aix. 6), mais Breder 2013, p. 251 S4 estime que l’identification comme péribole funéraire n’est pas assurée.

52 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 70 no 4 et fig. 52 ; Mersch 1996, p. 125.

53 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72-73.

54 Ibid., p. 72 ; Mersch 1996, p. 125.

55 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112 et fig. 27 (plaquette d’héliaste) ; ead. 2016, p. 176-177.

56 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33-34.

57 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467-468 ; ead. 2016, p. 172-177 et fig. 285-293.

58 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 254-256 et fig. 33 et 34 (amphore de Lydos) ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 177-179 et fig. 294-296.

59 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 114 et AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 479-480 ; ead. 2009, p. 438 ; ead., PAE 2012 (2015), p. 2-3 et fig. 1 a .

60 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112-114, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 479-480, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 250 et fig. 84, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 215 ; ead. 2009, p. 438-440 ; ead., PAE 2012 (2015), p. 3-8 et fig. 1 b, 2 a-b, PAE 2013 (2015), p. 4-7 et fig. 2 a-b, PAE 2014 (2016), p. 1-7, PAE 2015 (2016), p. 1-10 ; Ergon 2012 (2013), p. 13-17 et fig. 1-5 ; Ergon 2013 (2014), p. 11-13 et fig. 1 ; Ergon 2014 (2014), p. 11-13 ; Ergon 2015 (2016), p. 9-11.

61 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470-471 et fig. 33.

62 Ibid., p. 473 et fig. 37.

63 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 247.

64 Ibid., p. 247.

65 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 212-213.

66 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 54.

67 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 234-235.

68 Ibid., p. 234-235 et fig. 26.

69 S. Psarri, AD 67 2012 (2016) Chron. B1, p. 71 et fig. 1.

70 Kéramopoullos 1919 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 28-29 et fig. 5.

71 Ibid., p. 45.

72 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67-70 et fig. 3 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 43-44 et fig. 20-21.

73 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 52-53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 41-43 et fig. 18-19.

74 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, p. 180-181 et fig. 297-300 ; G. M. Sanidas, La production artisanale en Grèce : une approche spatiale et topographique à partir des exemples de l'Attique et du Péloponnèse du viie au ier siècle avant J.-C. (2013), II.C12 p. 117-118 et p. 219, où seul le lavage de l’argile est évoqué.

75 Kaza-Papageorgiou 2006 ; ead., AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 112-114 et AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 479-480 ; ead. 2009, p. 437-440 ; ead., PAE 2012 (2015), p. 2-3 et fig. 1 a et PAE 2013 (2015), p. 1-4 et fig. 1 a ; Ergon 2013 (2014), p. 11-13 et fig. 1-2 ; Kokkorou-Alevra et al. 2014, no 751 p. 205-206.

76 K. Kaza-Papageorgiou, PAE 2012 (2015), p. 4-5, PAE 2013 (2015), p. 5-7, PAE 2014 (2016), p. 1-7, PAE 2015 (2016), p. 1-10 ; Ergon 2013 (2014), p. 13 ; Ergon 2014 (2014), p. 11-13 ; Ergon 2015 (2016), p. 9-11.

77 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 210-211 et fig. 28.

78 Ibid., p. 211-212 et fig. 29-30.

79 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 198.

80 Pour leur technique de construction, voir supra, p. 78-79. Sauf indication contraire, tous les murs de soutènement sont orientés nord-sud.

81 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 71 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 10 et fig. 79.

82 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 2.

83 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 1.

84 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 7.

85 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 4.

86 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 6.

87 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53-54 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 3.

88 K. Kaza-Papageorgiou, AD 38 1983 (1989) Chron. B1, p. 48 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 8.

89 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

90 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 70-72.

91 Ibid., p. 72.

92 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 72.

93 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 94 no 5 et fig. 78.

94 Ibid., p. 94 no 9.

95 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

96 Ibid., p. 110.

97 Ibid., p. 110.

98 Ibid., p. 111.

99 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467.

100 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256.

101 Ibid., p. 256 et fig. 36.

102 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 53.

103 Ibid., p. 197.

104 Ibid., p. 197.

105 Ibid., p. 197.

106 Ibid., p. 198 et fig. 61.

107 Ibid., p. 199 et fig. 62 (deuxième mur).

108 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 233-234.

109 E. Kourinou, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 5.

110 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 3.

111 I. Tsiriôti, AD 38 1983 (1989) Chron. B1, p. 48-49 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 2.

112 K. Kaza-Papageorgiou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 59-60.

113 Ibid., p. 60.

114 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 96 no 1.

115 Ibid., p. 96 no 4.

116 Ibid., p. 97 no 6.

117 Ibid., p. 97 no 7 et fig. 80.

118 K. Kaza-Papageorgiou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 65.

119 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

120 Ibid., p. 111.

121 Ibid., p. 111-112.

122 Kéramopoullos 1919, p. 32-46 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 54 et 69 ; Mersch 1996, p. 130.

123 K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33.

124 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

125 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

126 Ibid., p. 111.

127 V. Antonopoulou, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 195 et fig. 55.

128 Ibid., p. 197.

129 Ibid., p. 198.

130 Ibid., p. 199.

131 Pour la technique de construction, voir supra, p. 79-80.

132 P. Thémélis, AD 25 1970 (1972) Chron. B1, p. 123-126 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 89 no 4.

133 A. G. Liangkouras, AD 27 1972 (1976) Chron. B1, p. 160 et fig. 6 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 76-79 et fig. 73.

134 I. Tsiriôti, AD 37 1982 (1989) Chron. B1, p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 89-90 no 5 et fig. 53.

135 Coll., AD 34 1979 (1987) Chron. B1, p. 76 ; M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 71 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 87 no 1 et fig. 75.

136 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 et fig. 2 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 88-89 no 3 et fig. 76.

137 E. Kourinou, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 90 no 6 et fig. 77.

138 K. Kaza-Papageorgiou, AD 42 1987 (1992) Chron. B1, p. 70.

139 Ibid., p. 72-73.

140 K. Kaza-Papageorgiou, AD 49 1994 (1999) Chron. B1, p. 83.

141 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 107-110 ; ead. 2009, p. 444-445 ; ead. 2016, p. 189 n. 48 et p. 62 fig. 105.

142 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 467.

143 Ibid., p. 470-471 et fig. 33-34 ; ead. 2016, p. 180, p. 189 n. 48 et p. 62 fig. 107.

144 K. Kaza-Papageorgiou, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 246-247 et fig. 78-79.

145 Ibid., p. 247.

146 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 213 ; ead. 2016, p. 182 et p. 189 n. 48.

147 K. Kaza-Papageorgiou, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 213-214.

148 Ibid., p. 214 et fig. 33 ; ead. 2016, p. 183 et fig. 301-304.

149 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256 et fig. 35.

150 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 67 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 44-45.

151 I. Tsiriôti, AD 36 1981 (1988) Chron. B1, p. 47.

152 I. Andreou, AD 46 1991 (1996) Chron. B1, p. 60.

153 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 110.

154 Ibid., p. 110-111.

155 V. Antonopoulou, AD 62 2007 (2014) Chron. B1, p. 256 et fig. 37.

156 K. Kaza-Papageorgiou, AD 55 2000 (2009) Chron. B1, p. 111.

157 K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 470.

158 V. Antonopoulou, AD 64 2009 (2014) Chron. B1, p. 234 et fig. 25.

159 Ibid., p. 236 et fig. 27.

160 Garland 1982, p. 169 R 1 ; Bergemann 1997, p. 204 R 1 ; Kaza-Papageorgiou, Kladia 2006, p. 104 et p. 106 et fig. p. 107 ; Marchiandi 2011, p. 410 Halim. 5 ; Breder 2013, p. 216 R1 ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 164-165 et fig. 273 et 275.

161 C’est la zone comprise entre les rues parallèles Apollônos-Artémidos-Ermou-Areôs-Kastellorizou-Voutira-Dimitrakopoulou-Sophokléous (voir, pour les rapports de fouilles, AD 34 1979 [1987] Chron. B1, p. 76-77 et 79 ; 35 1980 [1988] Chron. B1, p. 71 et 74 ; 36 1981 [1988] Chron. B1, p. 52 ; 37 1982 [1989] Chron. B1, p. 57 ; 38 1983 [1989] Chron. B1, p. 50 ; 39 1984 [1989] Chron. B1, p. 42-43 ; 42 1987 [1992] Chron. B1, p. 76, p. 81, p. 83-84 ; 44 1989 [1995] Chron. B1, p. 71).

162 M. Petritaki, AD 35 1980 (1988) Chron. B1, p. 73-74.

163 I. Andreou, AD 44 1989 (1995) Chron. B1, p. 60-61, fig. 6 et pl. 44 b-45 ; Marchiandi 2011, p. 416 Aix. 7-8 ; Breder 2013, p. 252-253 T17 et T18 se montre excessivement sceptique en disant que le lien entre les périboles et les tombes n’est pas sûr.

164 T. Kattoula, AD 61 2006 (2014) Chron. B1, p. 219 et fig. 38 ; G. Kouragios, M. Giamalidi, ibid., p. 220-221 et fig. 42 ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 64-66.

165 T. Kattoula, AD 60 2005 (2013) Chron. B1, p. 251 et fig. 85.

166 G. Kouragios, M. Giamalidi, A. Makradima, AD 63 2008 (2014) Chron. B1, p. 172.

167 Ibid., p. 172-173.

168 Ibid., p. 173 et fig. 24.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. La région de Glyphada.
Crédits Carte réalisée par l’auteur et G. Fuchs, d’après Eliot 1962, p. 18 fig. 1.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 7. a. Carte de répartition des vestiges archéologiques de Glyphada.
Crédits Réalisée par l’auteur, C. Guillaume et G. Fuchs, d’après Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 200-201.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Titre Fig. 7. b. Zoom.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-3.png
Fichier image/png, 4,0M
Titre Fig. 9. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1885.
Crédits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no VIII.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-4.png
Fichier image/png, 8,4M
Titre Fig. 11. Tambour de colonne près de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari à Glyphada, 1942.
Crédits DAI Athen, Attika 438. © DAI Athen/W. Wrede. Tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.
Crédits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1038/img-6.png
Fichier image/png, 8,8M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540