Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Annexes

ANNEXE III

Les Testimonia antiques sur Aixônè

Texte intégral

1Les textes sont classés par ordre chronologique.

2 

3Texte 1.1 : Cratinos (poète comique athénien, ve s.) et Nausicratès (poète de la Comédie moyenne, vers 350) chez Athénée, VII 325 e-f (éd. Loeb) (= frag. 236 et frag. 1.6-11 Kassel-Austin)

4Dans les lignes qui précèdent, le poète du ive s. Archestratos fait l’éloge du rouget de Teichioussa (sur le territoire de Milet), et ajoute que ceux de Thasos, Téos et Érythrées ne sont pas mal non plus.

– Κρατῖνος δ’ἐν Τροφωνίῳ φησίν· οὐδ’ Αἰξωνίδ’ ἐρυθρόχρων ἐσθίειν ἔτι τρίγλην οὐδὲ τρυγόνος οὐδὲ δεινοῦ φυὴν μελανούρου. Ναυσικράτης δ’ὁ κωμῳδοποιὸς ἐπαινεῖ τὰς Αἰξωνικὰς τρίγλας ἐν Ναυκλήροις λέγων οὕτως· μετ’ αὐτῶν δ’εἰσὶν ἐκπρεπεῖς φύσιν αἱ ξανθόχρωτες, ἃς κλύδων Αἰξωνικὸς πασῶν ἀρίστας ἐντόπους παιδεύεται· αἷς καὶ θεὰν τιμῶσι φωσφόρον κόρην, δείπνων ὅταν πέμπωσι δῶρα ναυτίλοι.
Τρίγλας λέγεις.

  • 1 L’oblade était réputée pour son astuce, voir Oppien, Halieutiques 3, 443-481 et Élien, NA 1, 41. Vo (...)
  • 2 Le rouget était traditionnellement sacrifié à Hécate, la déesse triple, en raison d’une (fausse) ét (...)

– Et Cratinos dit dans Trophonios : « On ne peut plus manger de rouget d’Aixônè à la chair rouge, ni de raie, ni d’oblade à la nature étonnante1 ». Nausicratès le comique loue dans les Nauclères les rougets aixonéens en ces termes : « Avec eux, sont d’une qualité remarquable ceux à chair fauve, que les flots aixonéens élèvent en ces lieux, les meilleurs de tous. Avec eux, les marins honorent la déesse vierge porteuse de lumière2, quand ils (lui) envoient des offrandes (issues) de leurs repas » .
– Tu parles des rougets
.

5Texte 1.2 : Nausicratès chez Athénée, VII 330 b (frag. 1.6-11 Kassel-Austin)

– Ναυσικράτης ἐν Ναυκλήροις· προειπὼν δὲ περὶ γλαύκου τοῦ ἰχθύος ἐπιφέρει· αἱ ξανθόχρωτες, ἃς κλύδων Αἰξωνικὸς πασῶν ἀρίστας ἐντόπους παιδεύεται· αἷς καὶ θεὰν τιμῶσι φωσφόρον κόρην, δείπνων ὅταν πέμπωσι δῶρα ναυτίλοι.
– Τρίγλαν λέγεις γαλακτοχρῶτα Σικελὸς ὃν πήγνυσοχλος ῥόμβος.

– Nausicratès, dans les Nauclères, après avoir parlé du poisson glauque, ajoute : « Ceux à chair fauve, que les flots aixonéens élèvent en ces lieux, les meilleurs de tous. Avec eux, les marins honorent la déesse vierge porteuse de lumière, quand ils (lui) envoient des offrandes (issues) de leurs repas ».
– Tu parles du rouget couleur de lait, que la populace sicilienne appelle turbot.

6Texte 2 : Xénophon, Helléniques II 4, 26-27 (trad. J. Hatzfeld, éd. CUF) (ive s.)

7Nous sommes juste après l’éviction des Trente, en 404, alors que les Dix gouvernent la cité d’Athènes avec les hipparques. Le parti du Pirée, qui regroupe les partisans de la restauration de la démocratie, s’oppose au parti de la ville, qui soutient l’oligarchie.

Τῶν δ’ἐκ τοῦ ἄστεως ἄλλος μὲν οὐδεὶς σὺν ὅπλοις ἐξῄει, οἱ δὲ ἱππεῖς ἔστιν ὅτε καὶ λῃστὰς ἐχειροῦντο τῶν ἐκ Πειραιῶς, καὶ τὴν φάλαγγα αὐτῶν ἐκακούργουν. Περιέτυχον δὲ καὶ τῶν Αἰξωνέων τισὶν εἰς τοὺς αὑτῶν ἀγροὺς ἐπὶ τὰ ἐπιτήδεια πορευομένοις· καὶ τούτους Λυσίμαχος ὁ ἵππαρχος ἀπέσφαξε, πολλὰ λιτανεύοντας καὶ πολλῶν χαλεπῶς φερόντων ἱππέων. (27) Ἀνταπέκτειναν δὲ καὶ οἱ ἐν Πειραιεῖ τῶν ἱππέων ἐπ’ἀγροῦ λαβόντες Καλλίστρατον φυλῆς Λεοντίδος.

Des gens de la ville, personne ne sortait en armes, sinon parfois les cavaliers qui faisaient prisonniers des maraudeurs du parti du Pirée, et qui maltraitaient son infanterie. Ils tombèrent une fois sur des hommes du dème d’Aixônè, qui allaient à leurs champs pour prendre des vivres ; ces gens-là furent égorgés sur l’ordre de l’hipparque Lysimaque, malgré leurs supplications, et beaucoup de cavaliers le trouvèrent mauvais. [27] Par représailles, ceux du Pirée prirent dans la campagne quelques cavaliers et parmi eux Callistratos de la tribu Léontis qu’ils tuèrent.

8Texte 3.1 : Platon, Lachès 197 c (trad. A. Croiset, éd. CUF) (ive s.)

9Dans un dialogue sur la notion de courage entre deux célèbres stratèges de la guerre du Péloponnèse, Nicias et Lachès, ce dernier, originaire d’Aixônè, répond ainsi à une pique de son interlocuteur :

Οὐδὲν ἐρῶ πρὸς ταῦτα, ἔχων εἰπεῖν, ἵνα μή με φῇς ὡς ἀληθῶς Αἰξωνέα εἶναι.

Je ne veux pas te répondre, quoique j’aie beaucoup à dire, car tu m’objecterais peut-être que je suis par trop de mon dème d’Aixônè.

10Texte 3.2 : Scholie ad loc. (éd. G. C. Greene)

Αἰξωνέα · ⟨ἀ⟩ντὶ τοῦ ὑ⟨περή⟩φ⟨ανον⟩ οἱ γὰρ ἐξο⟨νεῖς⟩ εἰ⟨ς ὑπερηφανίαν ἐσκώ⟩πτον⟨το⟩. ἔστι ⟨δὲ⟩ ἀπ’εὐθεί⟨ας Αἰξωνεύς.⟩ Οὕτω δὲ ἀ⟨πὸ⟩ δήμ⟨ου⟩ τ⟨ινὸς⟩ ἐλέγοντ⟨ο⟩ Ἀθή⟨ν⟩ῃσ⟨ί⟩ τινες …

Aixonéen : mis pour « orgueilleux », car les Aixonéens étaient raillés pour leur orgueil. Au nominatif, c’est Aixôneus. Ainsi, d’un dème étaient dits à Athènes ceux…

11Texte 4 : Strabon, IX 1, 21 (C 398) (trad. R. Baladié, éd. CUF) (fin du ier s.)

Μετὰ δὲ τὸν Πειραιᾶ Φαληρεῖς δῆμος ἐν τῇ ἐφεξῆς παραλίᾳ· εἶθ’ Ἁλιμούσιοι, Αἰξωνεῖς, Ἁλαιεῖς οἱ Αἰξωνικοί, Ἀναγυράσιοι· εἶτα Θορ<αι>εῖς, Λαμπτρεῖς, Αἰγιλιεῖς, Ἀναφλύστιοι, Ἀτηνεῖς· οὗτοι μὲν οἱ μέχρι τῆς ἄκρας τοῦ Σουνίου. Μεταξὺ δὲ τῶν λεχθέντων δήμων μακρὰ ἄκρα, πρώτη <ἐστὶ>ν μετὰ τοὺς Αἰξωνέας, Ζωστήρ· εἶτ’ἄλλη μετὰ Θορ<αι>έας, Ἀστυπάλαια, ὧν τῆς μὲν πρόκειται νῆσος Φάβρα, τῆς δ’Ἐλαιοῦσσα· καὶ κατὰ τοὺς Αἰξωνέας δ’ἐστὶν Ὑδροῦσσα.

Après le Pirée vient à la suite, sur le bord de la mer, le dème des Phalériens, puis celui des Halimousiens, des Aixonéens, des Halaiens d’Aixônè, des Anagyrasiens, puis des Thoraiens, des Lamptréens, des Aigiliens, des Anaphlystiens, des Aténéens ; ceux-ci vont jusqu’au cap Sounion. Entre les dèmes ci-dessus il y a un cap proéminent, le premier après les Aixonéens, le cap Zôster ; le second après les Thoraiens, Astypalaia. Au large du premier se trouve l’île de Phabra, et du second Éléoussa. À la hauteur des Aixonéens se trouve Hydroussa.

12Texte 5 : Pollux, VI 63 (éd. E. Bethe) (iie s. apr. J.-C.)

13Parmi les denrées qui jouissaient d’une bonne réputation chez les Anciens, il cite les rougets aixonéens, τρίγλαι Αἰξωνικαί.

14 

15Texte 6 : Harpocration, s.v. « Αἰξωνῆσιν » (éd. J. J. Keaney) (iie s. apr. J.-C.)

Ἰσαῖος ἐν τῷ Πρὸς Μέδοντα περὶ χωρίου [= frag. 99 Sauppe]. Αἰξωνῆς δῆμος φυλῆς τῆς Κεκροπίδος. ἐκωμῳδοῦντο δὲ ὡς βλάσφημοι, ἀφ’ οὗ καὶ τὸ κακῶς λέγειν αἰξωνεύεσθαι ἔλεγον· Μένανδρος ἐν Κανηφόρῳ [frag. 200 Kassel-Austin, voir texte 10.3]. Πλάτων δ’ἐν τῷ Περὶ ἀνδρείας [197 C] φησίν : « οὐδὲν ἐρῶ πρὸς ταῦτ’ ἔχων εἰπεῖν, μή με εἴπῃς Αἰξωνέα εἶναι ».

Isée dans le Contre Medôn au sujet d’un terrain. Aixônè est un dème de la tribu Cécropis. (Les Aixonéens) étaient raillés dans la comédie comme médisants, de là on appelait le fait de dire du mal aixôneuesthai. Ménandre dans la Canéphore. Platon dans le Sur le courage a dit : [voir texte 3.1].

16Texte 7 : Timée le Sophiste, Lexique platonicien s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (éd. M. Bonelli) (iiie s. apr. J.-C. ?)

17Sous cette entrée, Timée le Sophiste commente un passage du Lachès de Platon (texte 3.1) :

Ἀπὸ δήμου τινὸς ἡ κατηγορία τοῦ Αἰξωνέως, ὡς ἀπὸ Ἀβδήρων ἀβδηρίτης, ὡς ἐπὶ βλασφημίᾳ δὲ διαβέβληται.

D’un dème l’appellation d’Aixonéen, comme d’Abdère Abdéritain ; quand l’on était accusé de calomnie.

18Texte 8.1 : Hésychius, s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (éd. K. Latte) (vie s. apr. J.-C.)

Κακηγορεῖν.

Dire du mal.

19Texte 8.2 : id., s.v. « Αἰξωνίδα τρίγλην »

Δοκοῦσι κάλλισται εἶναι αἱ Αἰξωνικαὶ τρίγλαι.

Les rougets aixonéens semblent être les meilleurs.

  • 3 Sur les sources d’Étienne de Byzance sur les dèmes attiques, voir Fraser 2009, p. 305-309.

20Texte 9 : Étienne de Byzance, Ethnikôn s.v. « Αἰξώνεια » (éd. M. Billerbeck) (vie s. apr. J.-C.)3

Πόλις Μαγνησίας. Τὸ ἐθνικὸν Αἰξωνεύς. ἔστι καὶ Αἰξωνὴ δῆμος τῆς Κεκροπίδος φυλῆς, ὀξυτόνως, ὡς εἴθισται [ἐπὶ] πολλῶν τῶν δήμων. Καὶ ὁ δημότης Αἰξωνεύς, τὸ θηλυκὸν Αἰξωνίς, ὡς Ἀθμονίς. Καὶ αἰξωνεύεσθαι τὸ κακηγορεῖν· βλάσφημοι γὰρ καὶ συκοφάνται κωμῳδοῦνται. Τὰ τοπικά, ἐκ τόπου Αἰξωνῆθεν, εἰς τόπον Αἰξωνάδε καὶ Αἰξώναζε, καὶ ἐν τόπῳ Αἰξωνῆσι.

Cité de Magnésie [région de la Thessalie]. L’ethnique est Aixôneus. Et Aixônè est un dème de la tribu Cécropis, oxyton, comme c’est la coutume pour beaucoup de dèmes. Le démotique est Aixôneus, au féminin Aixônis, comme Athmonis. Et aixôneuesthai signifie « dire du mal » : en effet, (les Aixonéens) sont raillés dans la comédie comme médisants et délateurs. Les topiques sont : quand on vient de l’endroit Aixônèthen, quand on va vers l’endroit Aixônadé et Aixônazé, et quand on est dans l’endroit Aixônèsi.

21Texte 10.1 : Photius, Patriarchae Lexicon s.v. « Αἰξωνίδα τρίγλην » (α 606) (éd. Chr. Théodoridis) (ixe s.)

Τὴν ἀρίστην φαγεῖν· κάλλισται γὰρ αἱ Αἰξωνικαί.

Le meilleur à manger. En effet, les (rougets) aixonéens sont les meilleurs.

22Texte 10.2 : id., s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (α 607)

Ἐπὶ τῶν κακούργων τάττεται· ἀπὸ δήμου Αἰξωνέων.

  • 4 Photius, s.v. « Ὄξος Σφήττιον » (ἴσως ἄν οἱ Σφήττιοι ὀξεῖς, ὡς οἱ Ἀχαρνεῖς κακολόγοι) confond visib (...)

S’applique aux gens malfaisants. Vient du dème des Aixonéens4.

23Texte 10.3 : id., s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (α 608)

Ἀπὸ δήμου τινὸς ἡ κατηγορία τοῦ Αἰξωνέως, ὡς ἀπὸ Ἀβδήρων ὁ Ἀβδηρίτης. Ὡς ἐπὶ βλασφημίᾳ δὲ διαβέβληται [= texte 7]. Φησὶ γὰρ ὁ κωμικός [= Ménandre frag. 200 Kassel-Austin, voir texte 6]· « γραῦς τις κακολόγος ἐκ δυοῖν Αἰξωνέοιν ».

D’un dème l’appellation d’Aixonéen, comme d’Abdère l’Abdéritain. Quand l’on était accusé de calomnie. En effet, le comique [= Ménandre] a dit : « une vieille femme médisante fille de deux Aixonéens ».

24Texte 10.4 : id., s.v. « Αἰξωνῆσιν » (α 609)

Αἰξωνεῖς δῆμός ἐστι φυλῆς Κεκροπίδος· ἐκωμῳδοῦντο δὲ ὡς βλάσφημοι, ἀφ’ οὗ καὶ τὸ κακῶς λέγεσθαι αἰξωνεύεσθαι ἔλεγον.

Le dème d’Aixônè est de la tribu Cécropis. (Les Aixonéens) étaient raillés dans la comédie comme médisants, de là on appelait le fait de dire du mal aixôneuesthai.

25Texte 11.1 : Souda, s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (Σ 239) (éd. A. Adler) (xe s.)

Τὸ κατηγορεῖν βλασφημοῦντα. Μετῆκται δὲ ἀπὸ τοῦ δήμου τῶν Αἰξωνέων· βλάσφημοι γὰρ κωμῳδοῦνται.

Faire des accusations diffamatoires. Tiré du dème des Aixonéens. En effet, ils sont raillés dans la comédie comme médisants.

26Texte 11.2 : id., s.v. « Αἰξωνεύς » (Δ 240)

Ὁ βλάσφημος. Σημαίνει δὲ καὶ τὸν τὰς αἶγας ὠνούμενον.

  • 5 C’est une fausse étymologie, tirée de αἴξ, la chèvre, et ὠνεῖσθαι, acheter.

Le médisant. Signifie aussi celui qui achète des chèvres5.

27Texte 11.3 : id., s.v. « αἰξωνεία » (Δ 241)

Ἡ βλασφημία.

La calomnie.

  • 6 Le nom du dème est déformé. Peut-être que la Souda voulait parler du locatif Αἰξωνῆσιν, comme sa so (...)

28Texte 11.4 : id., s.v. « Αἰξωνηίς » (Δ 242, = Harpocration, texte 6)6

Δῆμός ἐστι φυλῆς Κεκροπίδος· ἐκωμῳδοῦντο δὲ ὡς βλάσφημοι· ἀφ’ οὗ καὶ τὸ κακῶς λέγεσθαι αἰξωνεύεσθαι ἔλεγον.

C’est un dème de la tribu Cécropis. (Les Aixonéens) étaient raillés dans la comédie comme médisants. De là on appelait le fait de dire du mal aixôneuesthai.

29Texte 11.5 : id., s.v. « Αἰξωνίδα τρίγλην » (Δ 243, = Proverbia) (= texte 14.3)

Δοκοῦσιν αὗται κάλλισται εἶναι καὶ τῶν ἄλλων διαφέρειν ταύτῃ.

Ceux-ci semblent être les meilleurs et se démarquer des autres en cela.

30Texte 12.1 : Lexica Segueriana, s.v. « Αἰξωνῇσιν » (éd. I. Bekker, Anecdota Graeca I [1814]) (= texte 11.4) (xie s.)

Αἰξωνηΐς δῆμός ἐστι φυλῆς Κεκροπίδος. Ἐκωμῳδοῦντο δὲ ὡς βλάσφημοι, ἀφ’οὗ καὶ τὸ κακῶς λέγεσθαι αἰξωνεύεσθαι ἔλεγον.

Le dème d’Aixônèis est de la tribu Cécropis. (Les Aixonéens) étaient raillés dans la comédie comme médisants, de là on appelait le fait de dire du mal aixôneuesthai.

31Texte 12.2 : id., s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (= texte 10.3)

Ἀπὸ δήμου τινὸς ἡ κατηγορία τοῦ Αἰξωνέως, ὡς ἀπὸ Ἀβδήρων ὁ Ἀβδηρίτης. Ὡς ἐπὶ βλασφημία δὲ διαβέβληται. Βλάσφημοι γὰρ οἱ Αἰξωνεῖς κατηγοροῦνται. Φησὶ γὰρ ὁ κωμικός· γραῦς τις κακολόγος, ἐκ δυοῖν Αἰξωνέοιν.

D’un dème l’appellation d’Aixonéen, comme d’Abdère l’Abdéritain. Et quand l’on était accusé de calomnie. Car les Aixonéens sont accusés d’être médisants. En effet, le comique [Ménandre] a dit : « une vieille femme médisante fille de deux Aixonéens ».

32Texte 13 : Etymologicon Magnum, s.v. « αἰξωνεύεσθαι » (36.57) (éd. Th. Gaisford) (vers 1100)

  • 7 Erreur pour κακηγορεῖν, semble-t-il issue de la lecture de la Souda, qui définit le verbe comme le (...)

Τὸ κατηγορεῖν7. Βλάσφημοι γὰρ οἱ Αἰξωνεῖς. Δῆμος δὲ οἱ Αἰξωνεῖς τῆς Κεκροπίδος ἐστὶ φυλῆς. Καὶ Αἰξωνεία πόλις.

Accuser. En effet, les Aixonéens (sont) médisants. Le dème des Aixonéens est de la tribu Cécropis. Et la cité est Aixônéia.

33Texte 14.1 : Ps.-Zonaras, Lexicon s.v. « αἰξωνεία » (éd. I. A. H. Tittmann) (xiie s.)

Ἡ βλασφημία. Καὶ αἰξωνεύεσθαι τὸ κατηγορεῖν, βλασφημοῦντος. Μετῆκται δὲ ἀπὸ τῶν Αἰξωνέων· βλάσφημοι γὰρ κωμῳδοῦνται εἶναι οἱ Αἰξωνεῖς.

La calomnie. Et aixôneuesthai (signifie) faire des accusations diffamatoires. Tiré des Aixonéens. En effet, les Aixonéens sont raillés dans la comédie comme médisants.

34Texte 14.2 : id., s.v. « Αἰξωνηΐς »

Δῆμος, φυλῆς Κεκροπίδος.

Dème de la tribu Cécropis.

35Texte 14.3 : id., s.v. « Αἰξωνίδα τρίγλην » (= texte 11.5).

36 

37Texte 15 : Eustathe, Commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes 741.24 (Il. IX 129-130) (éd. M. van der Valk) (xiie s.). Eustathe serait ici tributaire de Suétone, Des termes injurieux 255-256 (éd. J. Taillardat), où on ne lit plus que : « αἰξωνεύεσθαι τὸ κακολογεῖν ».

Ἐκ δήμων δὲ βλασφημία τὸ αἰξωνεύεσθαι, ἤγουν κακολογεῖν. Αἰξωνεῖς γὰρ δημόται Ἀττικοὶ σκωπτόμενοι ὡς κακολόγοι, καθὰ καὶ οἱ Σφήττιοι ἐπὶ ἀγριότητι.

Des dèmes la calomnie (est dite) aixôneuesthai, c’est-à-dire « dire du mal ». Car les Aixonéens, démotes attiques, sont moqués comme médisants, comme les Sphettiens sont (accusés) de sauvagerie.

Notes

1 L’oblade était réputée pour son astuce, voir Oppien, Halieutiques 3, 443-481 et Élien, NA 1, 41. Voir Thompson 1947, s.v. « μελάνουρος ».

2 Le rouget était traditionnellement sacrifié à Hécate, la déesse triple, en raison d’une (fausse) étymologie rapprochant τρίγλη du chiffre trois, voir Athénée, VII 325 a-d, avec le commentaire de B. Louyest, Mots de poissons : le banquet des sophistes, livres 6 et 7, d’Athénée de Naucratis (2009), p. 307-308. La déesse dirigeait les navigateurs sur les flots d’après la Théogonie d’Hésiode, voir Thompson 1947, s.v. « τρίγλη ».

3 Sur les sources d’Étienne de Byzance sur les dèmes attiques, voir Fraser 2009, p. 305-309.

4 Photius, s.v. « Ὄξος Σφήττιον » (ἴσως ἄν οἱ Σφήττιοι ὀξεῖς, ὡς οἱ Ἀχαρνεῖς κακολόγοι) confond visiblement avec Aixônè quand il qualifie les Acharniens de κακολόγοι (voir aussi textes 10.3 et 10.4).

5 C’est une fausse étymologie, tirée de αἴξ, la chèvre, et ὠνεῖσθαι, acheter.

6 Le nom du dème est déformé. Peut-être que la Souda voulait parler du locatif Αἰξωνῆσιν, comme sa source Harpocration, ou qu’elle a confondu avec le nom des démotes (Αἰξωνεῖς).

7 Erreur pour κακηγορεῖν, semble-t-il issue de la lecture de la Souda, qui définit le verbe comme le fait d’accuser (κατηγορεῖν) en proférant des calomnies (texte 11.1).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540