Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une microhistoire d’Athènes

 | 
Delphine Ackermann

Annexes

ANNEXE II 

Corpus des monuments funéraires inscrits d’Aixônè et des Aixonéens

Texte intégral

  • 1 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 116-153, qui recense 23 épitaphes trouvées à Aixônè même, et 57 en (...)
  • 2 S. A. Koumanoudis, ττικς πιγραφα πιτύμβιοι (1993) [1871] ; S. N. Koumanoudis, A. P. Matthaiou(...)

1De nombreuses inscriptions funéraires d’Aixônè et d’Aixonéens ont déjà été collectées par E. Giannopoulou-Konsolaki dans son ouvrage sur notre dème, paru en 19901. Je les ai reprises dans mon corpus et j’en ai donné une nouvelle édition, après autopsie, quand cela a été possible. J’ai ajouté les inscriptions parues dans les importants compléments apportés par S. N. Koumanoudis et A. P. Matthaiou au précieux recueil de S. A. Koumanoudis 2. Les informations de ce dernier gardent leur intérêt, en dépit de leur ancienneté, car un grand nombre de nos stèles et colonnettes ont été trouvées il y a plus d’un siècle. À une époque où aucune législation ne protégeait les antiquités, une bonne partie d’entre elles ont été vendues, et ont disparu en mains privées. Certaines, après quelques tribulations, se sont retrouvées dans des musées étrangers, en Italie, en Hollande et en Angleterre essentiellement. Un bon nombre enfin ont disparu, dans des circonstances que l’on ignore. Or, S. A. Koumanoudis a vu certaines pierres avant qu’elles ne se perdent ou ne soient abîmées et donne souvent précisément le lieu de trouvaille.

2J’ai également pris en compte les épitaphes rassemblées dans le SEMA, paru en 2006. Ce recueil intègre toutes les inscriptions parues depuis l’édition des épitaphes attiques par J. Kirchner en 1940 dans les IG jusqu’en 2001, et ajoute les inscriptions publiées avant 1940 mais que J. Kirchner n’avait pas prises en compte, soit par mégarde, soit par choix. J’ai complété ces lectures par les rapports de fouilles parus dans l’AD (jusqu’en 2016) et par les notices du SEG (jusqu’en 2012) et du BE (jusqu’en 2016). Ainsi, le présent corpus se monte à 25 inscriptions trouvées à Glyphada (dont une inédite, GL 20), 63 trouvées en dehors du dème et mentionnant des Aixonéens (dont deux inédites, HGL 43 et 71), et 9 de provenance inconnue.

3J’ai classé les inscriptions en trois sections : celles trouvées sur le territoire de la commune actuelle de Glyphada (GL), celles mentionnant des Aixonéens trouvées ailleurs en Attique ou au-delà, ou de provenance inconnue (HGL), celles dont l’attribution à Aixônè, ou dont l’authenticité, est douteuse (DU). À l’intérieur de ces sections, j’ai suivi, dans la mesure du possible, l’ordre chronologique. Je n’ai décrit la forme des lettres que dans les cas où aucune datation n’avait été proposée jusque-là, ou quand j’ai exprimé un désaccord avec la datation qui figure chez les précédents éditeurs. Sauf mention contraire, les dates sont comprises avant Jésus- Christ.

Provenant de Glyphada (GL)

4GL 1 - Stèle de Dioklès fils de Sèlôn

5Stèle en marbre blanc à cimaise. 1,95 (haut. visible ; haut. totale estimée : 2,40) × 0,58-0,61 × 0,24. Sur le fût, deux rosettes en relief, au-dessus desquelles est inscrit le nom du défunt. En dessous des rosettes est gravée une couronne de myrte. Une rosette en relief se trouve sur chacun des deux côtés de la stèle.

6Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1855, p. 1325 no 2671 (S. A. Koumanoudis, AEE 2774 ; U. Koehler, IG II 3617) ; Kéramopoullos 1919, p. 43-44 ; J. Kirchner, IG II2 12597 (= 11159) (> Pittakis et Kéramopoullos) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 120 no 13).

7Commentaire : Matthaiou 1992-1998.

8Reproductions : fac-similé Pittakis (reproduit chez Koehler) ; fac-similé Kéramopoullos.

[Δι]οκλῆς Σήλωνο[ς].

9[Τιμ]οκλῆς Kéramopoullos. Du premier omicron, il ne reste que la moitié inférieure selon son fac-similé, mais Pittakis avait clairement lu Διοκλῆς. Σίλωνος err. Pittakis, suivi par Traill (PAA 332750).

Dioklès fils de Sèlôn.

10Trouvée par Kéramopoullos en 1919, réutilisée dans un des murs de la maison de Chr. Paschou à Glyphada. Elle porte dans le corpus de Kirchner le no 12597, mais Matthaiou l’a correctement identifiée avec le no 11159, une stèle funéraire portant l’épitaphe Διοκλῆς Σίλωνος (sic). Cette inscription avait été publiée par Pittakis, lequel déclarait l’avoir trouvée le 2 janvier 1834 « dans la partie de la plaine d’Athènes appelée maintenant Vari » (je traduis). Pittakis désigne par Vari un vaste domaine qui englobait une partie du territoire sud d’Aixônè (voir supra, p. 191-192). Par un raccourci malheureux, les auteurs des IG disent que la stèle a été trouvée « près du village de Vari » (Koehler), ou « dans le village de Vari » (Kirchner) (je traduis), ce qui correspond au dème d’Anagyronte. Matthaiou ajoute que Pittakis, le lendemain de cette découverte, a trouvé le fragment c du règlement religieux d’Aixônè, pour lequel il donne Haliki comme lieu de trouvaille (AEph 1855, no 2667), c’est-à-dire Aixônè. La stèle vue par Pittakis en 1834 a été laissée sur place, et a été réutilisée au début du xxe s. dans une maison moderne. C’est là que Kéramopoullos l’a repérée, sans faire le lien avec la pierre publiée par Pittakis plus de soixante ans auparavant. On ne sait ce qu’il est advenu de la pierre ; peut-être est-elle toujours dans le mur de la maison moderne.

11ive s. (Kirchner, d’après le fac-similé de Pittakis).

12GL 2 - Stèle de Dèmainétè fille d’Eupolis

13Stèle en marbre blanc brisée à droite. 0,29 × 0,50. Hauteur des lettres : 0,022.

14Édition : E. Mastrokôstas, « Ἐπιτύμβιοι στῆλαι καὶ ἀνάγλυφα ἐξ Ἀττικῆς καὶ Σαλαμῖνος », AEph 1961 (1964), p. 18 no 66 (SEG XXI 831) (SEMA no 45).

15Rest. Mastrokôstas.

Dèmainétè fille d’Eupolis d’Aixônè, [femme] de … de Phègaia.

16Trouvée en 1954 à Glyphada, rue Vas. Konstantinou 79. Elle est signalée comme perdue déjà dans l’editio princeps ; Mastrokôstas avait probablement eu l’occasion de l’étudier auparavant.

17Dèmainétè a épousé un démote de Phègaia, et le couple s’était installé dans le dème de l’épouse.

18ive s. (Mastrokôstas, suivi par les auteurs du SEMA).

19GL 3 - Stèle de (Hè ?)rippè

20Éditions : Ross 1846, p. 58 no 38 (> copie Schaubert) (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1353 ; S. A. Koumanoudis, AEE 136) ; U. Koehler, IG II 1776 (> Ross et Rangabé) (J. Kirchner, IG II2 5453 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 120 no 10).

21Reproduction : fac-similé chez Ross, repris par Koehler.

[Ἡ ?]ρίππη
Χάρωνος
Αἰξωνέως.

22L. 1 : rest. Nauck chez Ross, proposée en note par Meier, qui a édité et annoté l’ouvrage de Ross ; [Ἐ] ρίππη ? Ross ; [Χα]ρίππη Rangabé, suivi par tous les éditeurs, avec une marque de doute chez Kirchner. D’après le fac-similé chez Ross, la lacune est trop étroite pour deux lettres ; la restitution de Nauck semble préférable, d’autant plus que Charippè est un hapax en Attique : le masculin Charippos est attesté à sept reprises (voir LGPN, s.v.) ; l’orthographe Chairippè est plus fréquente (douze occurrences dans le LGPN) ; l. 3 : Αἰξωνεύς err. Kirchner.

[Hè ?]rippè fille de Charôn d’Aixônè.

23Stèle mentionnée par Ross « am Wege nach Aexone » (voir le commentaire à GL 16).

24La pierre est perdue depuis longtemps, déjà Koumanoudis ignore où elle se trouve.

25Je propose de dater l’inscription du ive s. (alpha à barre droite, xi à haste verticale centrale, pi avec haste verticale droite courte, sigma aux branches écartées).

26*GL 4 - Lécythe de Korinô, Kèphisodôros et Euthias

27MP 5233.

28Lécythe en marbre blanc sans décor, incomplet au niveau de la base et dans la partie supérieure du col. Hauteur : 0,65 ; diamètre à l’épaule : 0,33. Hauteur des lettres : 0,009. Les trois noms sont inscrits en haut de la panse. Au-dessous, Kaza-Papageorgiou voit dans un cadre gravé une vague trace d’une représentation de trois personnages peints. Giannopoulou-Konsolaki juge cela très probable. Je n’en ai vu aucune trace, mais sans doute l’éclairage n’était-il pas favorable.

29Éditions : K. Kaza-Papageorgiou, AD 39 1984 (1989) Chron. B1, p. 33-34 (SEG XXXIX 283) ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 131 no 32 (SEG XL 236) ; C. W. Clairmont, CAT suppl. 385 (> Kaza-Papageorgiou et Giannopoulou-Konsolaki).

30Reproduction : Clairmont, p. 164 no 385 (détail de la panse portant l’inscription).

Κορινώ. Κηφισόδωρο<ς>. Εὐθίας.

31ΚΩΡΙΝΩ err. Kaza-Papageorgiou ; ΚΗΦΙΣΟΔΩΡΟΡ lap. ; Giannopoulou-Konsolaki note que le point manque à l’intérieur du thêta de Euthias ; il était peut-être peint selon elle. Il n’est pas rare en effet que les graveurs omettent ce détail.

Korinô. Kèphisodôros. Euthias.

32Repéré rue Sémélis 27 devant une maison moderne en 1984 selon Giannopoulou-Konsolaki, mais en réalité c’est la date à laquelle le vase a été donné au Service archéologique par M. Chatzichrysanthi, comme on peut le lire dans le registre du Musée du Pirée. Il faisait peut-être partie d’un monument funéraire, fouillé en 1984 près de là (B 14). D’après Kaza-Papageorgiou, qui rapporte la découverte de ce monument funéraire, le lécythe aurait été trouvé vingt à trente ans auparavant, donc vers 1954-1964.

33Je propose de le dater de la première moitié du ive s. (absence d’apices, lettres rondes pas plus petites, alpha à barre droite, haste horizontale centrale du epsilon pas plus courte, hastes obliques du kappa un peu plus courtes, nu déséquilibré, sigma aux branches écartées et droites, haste oblique gauche du upsilon courbe alors que l’autre haste oblique est droite, phi ovale, oméga en arche de pont).

34*GL 5 - Stèle de Philodèmos d’Euônymon

35MN 893.

36Stèle en marbre blanc à fronton, ornée d’un relief sur le fût. 1,06 × 0,48. Hauteur des lettres : 0,012. L’inscription se trouve sur l’architrave.

37L’acrotère central est formé de deux sphinx partageant une seule tête. Le relief représente un jeune homme de face (Philodèmos), vêtu d’une chlamyde. Son bras gauche repose sur un pilier qui était peint et la main tenait peut-être un oiseau d’après Woysch-Méautis. Il tient un strigile dans la main droite.

38Éditions : U. Koehler, IG II 2073 (A. Conze, Att. Grabreliefs, no 932) ; J. Kirchner, IG II2 6196 (>  estampage) (C. W. Clairmont, CAT 1.342).

39Commentaires : Woysch-Méautis 1982, p. 112 no 87 ; T. Lygkopoulos, Untersuchungen zur Chronologie der Plastik (1983), p. 80 no 51 ; Vedder 1985, p. 24 F7 ; K. Moser von Filseck, Der « Apoxyomenos » des Lysipp (1988), p. 74.

40Reproductions : Conze, II Taf. 185 ; N. Himmelmann, Ideale Nacktheit (1985), fig. 59.

Φιλόδημος Φιλοδήμο Εὐωνυμεύς.

Philodèmos fils de Philodèmos d’Euônymon.

41Trouvée en 1886 à Pirnari, à l’est de Glyphada.

42Première moitié du ive s.

43*GL 6 - Lécythe d’Hippylos, Hippylos et Anaitios

44MN 3734.

45Lécythe en marbre blanc, brisé en haut et en bas. Hauteur : 0,75 ; diamètre à l’épaule : 0,333. Hauteur des lettres : 0,010. Les noms sont inscrits en dessus des personnages.

46La panse est ornée d’une scène de dexiôsis entre un homme mûr à droite (Anaitios), vêtu d’une chlamyde et qui tenait une lance dans la main gauche, et un jeune homme à gauche (Hippyllos), en armes (casque attique, bouclier). À gauche du jeune homme, se tient debout un homme barbu (Hippyllos). Il est vêtu d’une chlamyde, porte un pétase attaché autour du cou, et une lance dans la main gauche, aujourd’hui non visible car elle était peinte.

47Éditions : G. Karo, AA 49 (1934), col. 143 ; V. D. Theophanidis, AEph 1939-1941 (1948), p. 15 no 55 ; J. Kirchner, IG II2 11728 (> estampage) (J. Frel, Les sculpteurs attiques anonymes 430-400 [1969], p. 205 no 26 ; C. W. Clairmont, CAT 3.218) ; Proukakis-Christodoupoulos 1971, nos 90-91.

48Commentaires : Schmaltz 1970, A 57 ; Salta 1991, p. 41-42.

49Reproductions : Theophanidis, p. 16 fig. 25 ; Proukakis-Christodoupoulos, pl. 2.

Ἵππυλλος. Ἵππυλλος. Ἀνα<ί>τιος.

50ΑΝΑΤΙΟΣ lap., corr. Karo ; ΙΠΠΥΛΛΟΣ ΙΠΠΥΛΟ. . . ΙΛΠΟΣ err. Theophanidis.

Hippyllos. Hippyllos. Anaitios.

  • 3 G. Karo, JdAI 47 (1932), col. 125 no 6 ; Theophanidis, p. 10 no 34 et p. 9 fig. 12 ; Schmaltz, A 2 (...)

51Le vase a été trouvé à Glyphada. Clairmont conjecture qu’il faisait partie du même monument funéraire que deux autres vases ornés semblablement, trouvés en 1932 à Glyphada, dans les environs de la chapelle d’Aghios Nikolaos3.

52Milieu du ive s. (Kirchner), 390-380 (Schmaltz).

53*GL 7 - Lécythe de Mys, Sôkleidès, Philia et Mètrodôra

54MN Θ 154.

55Lécythe en marbre blanc, brisé au niveau du col et de la base, mais le pied a été restauré. Hauteur : 0,89 (sans le pied restauré) ; diamètre à l’épaule : 0,29. Hauteur des lettres : 0,010 (0,008 lettres rondes).

  • 4 Par erreur, Kirchner, et Giannopoulou-Konsolaki à sa suite (laquelle pourtant disposait d’une photo (...)

56Sur la panse a été sculpté de manière assez soignée un relief, représentant quatre personnages. Les noms inscrits en dessus d’eux permettent de les identifier. On assiste à une scène de dexiôsis entre une femme, qui semble âgée, assise sur un klismos (Mètrodôra), les pieds sur un repose-pied, et un vieillard barbu debout devant elle à gauche (Sôkleidès). Derrière ce dernier, un autre vieillard barbu se tient debout appuyé sur un bâton (Mys), le visage appuyé sur sa main gauche dans un geste d’affliction. Derrière la femme assise, il y a une autre femme debout, le visage appuyé sur sa main droite dans un geste d’affliction (Philia) ; son himation est rabattu sur sa tête4. Le défunt commémoré par ce vase est Mètrodôra ou Sôkleidès, sans doute mari et femme. Les autres personnages sont des membres de la famille, peut-être le frère de Mètrodôra ou son beau-frère, Mys, et la fille de Mètrodôra et Sôkleidès, Philia.

57Éditions : N. Kyparissis, AD 11 1927-1928 (1930), p. 44 no 154 ; J. Kirchner, IG II2 12215 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 122 no 16 ; C. W. Clairmont, CAT 4.323).

58Commentaire : Salta 1991, p. 90-91.

59Reproductions : Giannopoulou-Konsolaki, p. 123 fig. 87 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 4.323.

Μῦς. Σωκλείδη[ς]. Φιλία. Μητροδώρα.

Mys. Sôkleidès. Philia. Mètrodôra.

60Trouvé dans le domaine de M. Zygomala à Glyphada en mai 1929 et transféré par Kyparissis dans la collection du Thèséion. Giannopoulou-Konsolaki attribue à Aixônè les trois lécythes suivants, car ils émanent de la même famille selon elle. C’est probable en effet, car les noms de Mys, Mélès, Mètrodôra, Sôkleidès sont peu courants en Attique (Philia et Kléô sont plus fréquents). Nous aurions ainsi un très rare exemple de quatre monuments funéraires appartenant au même péribole (voir supra, p. 333). Un problème existe cependant : GL 9 et GL 10 sont dits par leur premier éditeur (G. E. Mylonas) avoir été trouvés dans le village de Chasani, soit bien au-delà de la frontière nord d’Aixônè, sur le territoire d’Halimonte et d’Euônymon. Il s’agit de trouvailles anciennes ; il se peut que Mylonas ait été mal informé sur le lieu de trouvaille, ou que ces vases aient été trouvés à Glyphada et ensuite transférés à Chasani, dans une collection privée.

61Début du ive s.

62GL 8 - Lécythe de Mys, Philia, Mètrodôra et Mélès

63BM 1816.6-10.199.

64Lécythe en marbre blanc brisé en haut et en bas. Le vase a été sectionné en haut à l’époque moderne et creusé pour en faire un récipient selon Conze. Le pied est restauré. Hauteur : 0,50. Hauteur des lettres : 0,008-0,010. Les noms, inscrits en dessus des personnages, permettent de les identifier.

  • 5 Par erreur, Hicks dit que la dexiôsis implique deux hommes.

65La panse est ornée d’une représentation en relief dans un creux rectangulaire, qui montre deux femmes (Philia et Mètrodôra) dans une scène de dexiôsis5. Elles sont vêtues d’un chiton et d’un himation. Près d’elles, aux deux extrémités de l’image, se tiennent deux hommes barbus (Mys à gauche et Mélès à droite), appuyés sur un bâton avec leur bras gauche enroulé dans leur manteau ; les bâtons étaient peints.

66Éditions : Fr. Osann, Syll. (1834), p. 224 no 77 (A. Boeckh, CIG I 974 ; S. A. Koumanoudis, AEE 3182 ; U. Koehler, IG II 3998 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1141) ; E. Hawkins, Description of the Collection of Ancient Marbles in the British Museum, IX (1842), p. 140 ; E. L. Hicks, Ancient Greek Inscriptions of the British Museum, I (1874), no 122 ; A. H. Smith, A Catalogue of Sculpture in the Department of Greek and Roman Antiquities, I (1892), no 688 ; J. Kirchner, IG II2 12216 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 122 no 17 ; C. W. Clairmont, CAT 4.322).

67Commentaires : A. Brückner, Von den griechischen Grabreliefs (1888), p. 11 et p. 36 ; E. Michon, MMAI 12 (1905), p. 182 ; E. I. Mastrokôstas, « Ἐπιστήματα ἐκ Μυρρινοῦντος », dans Χαριστήριον ες ναστάσιον Κρλάνδον, III (1966), p. 293 no XVI ; Schmaltz 1970, A 186 ; Salta 1991, p. 90-91.

68Reproductions : fac-similé Osann, repris chez Boeckh et Koehler ; dessin Hawkins, pl. 32 fig. 3 ; fac-similé Hicks ; Brückner, fig. k ; Conze, II Taf. 230 ; Schmaltz, Taf. 37 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 4.322.

Μῦς. Φιλία. Μητροδώρα. Μέλης.

Mys. Philia. Mètrodôra. Mélès.

69Le lécythe se trouvait autrefois dans la collection de Lord Elgin, à Broomhall en Écosse. La collection Elgin a été achetée par le British Museum en 1816. Le lieu de trouvaille est inconnu, mais vu l’identité exacte des noms des quatre personnages avec le lécythe suivant, il provient probablement du même endroit.

70Milieu du ive s. (Brückner ; Kirchner), 360-350 (Schmaltz).

71*GL 9 - Lécythe de Mètrodôra, Mys, Mélès et Philia

72MN 1064.

73Lécythe en marbre blanc avec représentation en relief, brisé au niveau du col et de la base ; le pied a été restauré. Hauteur : 0,75 (sans le pied restauré) ; diamètre à l’épaule : 0,34. Hauteur des lettres : 0,006 (0,005 omicron). Les noms inscrits en dessus des personnages permettent l’identification.

74Le relief représente deux hommes barbus vêtus d’un himation au centre dans une scène de dexiôsis (Mys et Mélès) et aux deux extrémités deux femmes debout (Mètrodôra à gauche et Philia à droite), portant un chiton long et un himation par-dessus, et regardant chacune en direction des deux hommes. De la main droite, Philia saisit un pli de son vêtement au niveau du cou. Même geste chez Mètrodôra, mais de la main gauche. Clairmont suppose que deux couples sont représentés sur ce lécythe et le précédent, peut-être deux sœurs ayant épousé deux frères, mais voir le commentaire à GL 7.

75Éditions : G. E. Mylonas, BCH 3 (1879), p. 357-358 no 11 ; U. Koehler, IG II 3946 (A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1137) ; J. Kirchner, IG II2 12121 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 123 no 18 ; C. W. Clairmont, CAT 4.321).

76Commentaires : Milchhöfer 1888, p. 360 no 751 ; A. Brückner, Von den griechischen Grabreliefs (1888), p. 11 et p. 36 ; E. Michon, MMAI 12 (1905), p. 182 ; E. I. Mastrokôstas, « Ἐπιστήματα ἐκ Μυρρινοῦντος », dans Χαριστήριον ες ναστάσιον Κ. ρλάνδον, III (1966), p. 293 no XVI ; Schmaltz 1970, A 186 ; Salta 1991, p. 90-91.

77Reproductions : Conze, II Taf. 196 ; Schmaltz, Taf. 37 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 123 fig. 88 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 4.321.

Μητροδώρα. Μῦς. Μέ<λ>ης. Φιλία.

78ΜΕΔΗΣ lap., corr. Koehler ; Μέλ<λ>ης err. Giannopoulou-Konsolaki.

Mètrodôra. Mys. Mélès. Philia.

79Le premier éditeur, Mylonas, dit que le lécythe a été « trouvé à Chasani en Attique », par conséquent, c’est sous la rubrique « Chasani » que le place Milchhöfer. Mais la découverte plus récente de GL 7 à Glyphada indique que ce vase provient du même endroit, voir le commentaire ad loc. Le vase se trouvait autrefois dans le musée du Varvakéion.

80Milieu du ive s. (Brückner ; Kirchner), 360-350 (Schmaltz).

81*GL 10 - Lécythe de …s, Kléô et Philia

82MN 1096.

83Lécythe en marbre blanc avec représentation en relief, brisé au niveau du col et de la base ; le pied a été restauré. On voit des restes de plomb dans l’embouchure et dans le creux de l’anse. Hauteur : 0,49 (sans le pied restauré) ; diamètre à l’épaule : 0,24. Hauteur des lettres : 0,009 (0,007 oméga).

84Le relief, peu soigné mais aussi très abîmé, montre un homme barbu assis sur un klismos, vêtu d’un himation ; ses pieds, chaussés, sont posés sur un repose-pied. Il serre la main d’une femme debout à droite (Kléô). L’homme s’appuyait sur un bâton avec le bras gauche semble-t-il, bâton qui était peint à l’origine. Derrière Kléô, à droite, se tient debout une autre femme (Philia), vêtue aussi d’un chiton et d’un himation. Son bras droit pend le long du corps. Derrière l’homme assis à gauche, il y a un homme barbu debout, vêtu d’un himation. Les noms inscrits au-dessus des femmes permettent de les identifier. Du nom du personnage assis, on ne lit que le sigma final. Le reste de son nom était peut-être peint, comme le conjecture Koehler, ainsi que le nom de l’homme à l’extrême gauche. Vu les noms masculins figurant sur les trois précédents lécythes, on pourrait songer à Mys, Sôkleidès, Mélès.

85Éditions : G. E. Mylonas, BCH 3 (1879), no 12 p. 358 ; U. Koehler, IG II 3854 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 732 (> dessin) ; J. Kirchner, IG II2 12620 (> estampage) (W. Peek, MDAI[A] 67 [1942], p. 214 no 17 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 124 no 19 ; C. W. Clairmont, CAT 4.355).

86Commentaires : Milchhöfer 1888, p. 360 no 751 ; A. Wilhelm, ZPE 29 (1978), p. 73 (SEG XXVIII 348) ; Schmaltz 1970, A 191 ; Salta 1991, p. 90-91.

87Reproductions : Conze, II Taf. 139 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 124 fig. 89 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 4.355.

. . ς. Κλεώ. Φιλία.

88ΣΚΛΕΑ err. Mylonas ; Σκλέα err. Milchhöfer ; ΣΚΛΕΛ Koehler, qui transcrit - - ς. Κλέ[α]. Φιλία ; Σκλε[ώ] Φι[λ] ία err. Conze ; Σκλεώ Φιλία err. Kirchner. Skléô et Kléa n’existent pas dans l’onomastique attique ; Peek le premier propose la bonne lecture. Wilhelm suppose une erreur du graveur, qui aurait écrit ΣΚΛΕΩ pour ΚΛΕΩ, mais voir le lemme ci-dessus.

…s. Kléô. Philia.

89Trouvé en 1878 au même endroit que le lécythe précédent selon Mylonas, donc à Chasani ; c’est sous cette rubrique que le classent Milchhöfer et encore tout récemment J. S. Traill (PAA 578465). Voir le commentaire à GL 9 et GL 7. Le vase se trouvait autrefois dans le musée du Varvakéion.

90Milieu du ive s. (Kirchner), 360-350 (Schmaltz).

91*GL 11 - Stèle de Nikias

92ME 9080.

93Partie supérieure d’une stèle à fronton en marbre gris-bleu. 0,28 (fronton seul : 0,19) × 0,294 (avec le fronton ; 0,260-0,264 au niveau du fût) × 0,038. Hauteur des lettres : 0,012 (0,01 lettres rondes) (l. 1), 0,009 (l. 2). Les lettres sont de belle qualité. La seconde ligne est gravée en lettres plus petites et moins profondes, mais il s’agit de la même main. La partie arrière est simplement dégrossie au pic, et comporte un trou moderne, destiné à suspendre la pierre à un mur.

94Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1842, p. 519 no 859 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1423) ; S. A. Koumanoudis, AEE 379 ; U. Koehler, IG II 1962 ; J. Kirchner, IG II2 5906 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 118-119 no 6).

95Reproductions : fac-similé Pittakis ; fac-similé Koehler.

Νικίας ⁝ Ἀθηνίωνος
Βησαιεύς.

Nikias fils d’Athèniôn de Bèsa.

  • 6 Matthaiou 1992-1998, voir le commentaire au numéro 6.
  • 7 Notre stèle figure en effet parmi les objets de la collection Pittakis vendus par ses héritiers, d’ (...)

96Publiée par Pittakis en 1842, avec le décret honorifique 6. Pittakis dit qu’elle a été « trouvée aussi vers le dème des Aixonéens » (je traduis), information qu’il déduit évidemment de la mention des démotes dans le décret. Koumanoudis, repris par les auteurs des IG, se montre aussi vague, disant que la stèle a été trouvée « dans la direction du sud à partir de l’Hymette » (je traduis). Matthaiou pense que les deux inscriptions se trouvaient près du sanctuaire d’Hébé6. La stèle est restée en possession de Pittakis jusqu’à sa mort ; sa collection a été vendue à l’État par ses héritiers7. La stèle a ensuite été conservée un temps sur l’Agora romaine, dans la tour des Vents, à l’époque de Koumanoudis.

97Milieu du ive s.

98*GL 12 - Stèle de Dèmostratos

99Agora I 67, ΚΤΛ 1915, Θ 213.

100Stèle à fronton en marbre blanc, intacte à l’époque de Kyparissis, aujourd’hui amputée de son acrotère droit. Elle est brisée en deux aux trois quarts du fût mais les fragments ont été recollés. 1,34 (avec le fronton) × 0,40-0,44 (fût) × 0,07. Hauteur des lettres : 0,036. L’inscription figure sur la partie supérieure du fût. Clairmont suppose que sous l’inscription figurait un décor peint représentant le défunt seul ou accompagné d’une autre figure.

101Éditions : N. Kyparissis, AD 11 1927-1928 (1930), p. 55 no 213 ; J. Kirchner, IG II2 5417 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 122 no 15 ; C. W. Clairmont, CAT suppl. 397 ; Hildebrandt 2006, no 249).

102Reproduction : Clairmont, p. 168 no 397.

Δημόστρατος
Δημέου
Αἰξωνεύς.

Dèmostratos fils de Dèméas d’Aixônè.

103Trouvée en 1927-1928 lors du creusement des fondations de l’école primaire de Glyphada, et remise par le maire de la commune G. Giannitsopoulou à Kyparissis, qui l’a transportée au Thèséion. Kirchner la signale devant le Thèséion. Elle se trouve actuellement à gauche juste après avoir franchi l’entrée secondaire de l’Agora (rue Apostolou Pavlou).

104Milieu du ive s.

105*GL 13 - Lécythe de Rhodippè

106MP 4538.

107Lécythe en marbre blanc brisé au niveau du pied et à la base du col. Hauteur : 0,58 ; diamètre à l’épaule : 0,30. Hauteur des lettres : 0,014 (rhô : 0,016 ; omicron : 0,010). Il est orné d’un relief représentant une dexiôsis : sur la gauche, une femme assise salue un homme barbu qui se tient debout devant elle à droite. Une grande entaille profonde se trouve entre les deux personnages. L’inscription est écrite au-dessus de la femme.

108Édition : Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 131 no 31 (SEG XL 243) (C. W. Clairmont, CAT 2.313 a).

Ῥοδίππη.

Rhodippè.

109Trouvé en 1982 dans la région de Terpsithéa à Glyphada, et donné au Service archéologique grec par K. Amanaki.

110Je le daterais du milieu du ive s. (pas d’apices, omicron plus petit, haste verticale droite du pi longue).

111*GL 14 - Stèle de Sôsippos

112ME 13187.

113Partie supérieure d’une stèle en marbre blanc, composée de deux fragments recollés. La partie inférieure manquante a été moulée en plâtre. Au sommet, elle porte un grand fleuron (anthémion) dans un demi-cercle creux. Sous l’anthémion, au sommet du fût, il y a deux rosettes schématisées (les détails étaient sûrement peints), et sous celles-ci, l’inscription. Les côtés de la stèle sont lissés. L’arrière est non travaillé. 1,39 (fût seul : 0,695) × 0,40-0,42 × 0,16. Hauteur des lettres : 0,020-0,022 (0,017 oméga). Les lettres, grandes et fines, sont assez effacées.

114Fleuron : d’un lit d’acanthe jaillissent deux palmettes au centre et, de chaque côté, une feuille d’acanthe avec volute ; entre les deux palmettes se trouve une rosette en relief.

115Édition : M. Th. Mitsos, AEph 1957 (1961), p. 45 no 2 (Bull. ép. 1961, 273 ; SEG XVIII 97) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 125 no 22 ; SEMA no 52 ; Hildebrandt 2006, no 91).

116Commentaire : Whitehead 1986, p. 418 no 80 (s.v. « Γλαυκίδης II Σωσίππου I »).

Σώσιππ[ο]ς
Γλαυκίδ[ο]υ̣
Αἰξωνεύς.

117L. 2 : l’espace à la fin de la ligne suffit pour deux lettres selon Mitsos ; je distingue en effet l’extrémité supérieure de la haste oblique droite du upsilon.

Sôsippos fils de Glaukidès d’Aixônè.

118Elle a été trouvée à Glyphada à environ 200 m au nord-est de l’église d’Aghios Nikolaos, lors de travaux agricoles. Elle est exposée actuellement au Musée épigraphique, dans la première cour à droite.

119Mitsos voit le fils de Sôsippos dans le rogator du décret 5 (Glaukidès II, voir annexe IV, s.v.) ; on peut ajouter avec les auteurs du SEMA le décret honorifique 4. Je lui donne raison, car je penche pour la date haute (340/39) pour ces deux décrets (voir supra, p. 134-136). À l’inverse, Whitehead, qui adopte la date basse (313/2) pour ces derniers, situe la stèle funéraire de Sôsippos dans la seconde moitié du ive s.

120Deuxième quart du ive s. selon Mitsos, repris dans le SEMA ; milieu du ive s. selon Giannopoulou-Konsolaki. Je préfère une date dans la seconde moitié du ive s. en raison du rendu de la fausse diphtongue ΟΥ et de la forme des lettres (hastes obliques du kappa plus courtes, nu équilibré, sigma ayant tendance à se fermer, oméga assez ouvert).

121GL 15 - Stèle de Philokratès

  • 8 Dans ses mesures, Milchhöfer a visiblement inversé la longueur et la largeur.

1220,35 × 0,858. Hauteur des lettres : 0,04.

123Édition : Milchhöfer 1888, p. 360 no 757 (U. Koehler, IG II 5, 1773 b ; J. Kirchner, IG II2 5448 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 120 no 11).

124Commentaire : Salta 1991, p. 138.

125Reproduction : fac-similé de Milchhöfer, repris par Koehler.

Φιλοκράτης
Φίλωνος
Αἰξωνεύς.
[-ca 5-6-]νος.

126Milchhöfer précise que la quatrième ligne a été ajoutée par après.

Philokratès fils de Philôn d’Aixônè.

…nos.

127Stèle réutilisée comme auge dans « la fontaine au nord d’Aghios Nikolaos » selon Milchhöfer (je traduis). Il la classe sous la rubrique « Am Wege nach Vari ». On ignore ce qu’il est advenu de la stèle par la suite.

128ive s. (Kirchner). Milchhöfer précise que les hastes sont « en forme de coin », on doit donc plutôt être dans la seconde moitié de ce siècle, ce que ne contredit pas la prosopographie.

129GL 16 - Stèle de Kallias

130Édition : Ross 1846, p. 58 no 38 (> copie Schaubert) (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1353 ; S. A. KoumanoudisAEE 136 ; Milchhöfer 1888, no 734 ; U. Koehler, IG II 1763 ; J. Kirchner, IG II2 5430 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 119-120 no 9).

131Reproduction : fac-similé Ross, repris chez Koehler.

Καλλίας
Καλλιάδου
Αἰξωνεύς.

Kallias fils de Kalliadès d’Aixônè.

132Stèle trouvée « am Wege nach Aexone » selon Ross, qui la publie avec la stèle d’Hè(?)rippè (GL 3). Milchhöfer la classe sous la rubrique « Trachones (Pirnari) », ce qui équivaut à l’actuelle région de Glyphada (voir supra, p. 112-113 et n. 89) ; il commet une confusion en disant qu’une femme figure aussi dans l’épitaphe (« Kallias und Frau aus Aixone ») : tout comme Koumanoudis, il a cru que Kallias et Hè(?)rippè partageaient la même stèle. Ross avait en effet placé les deux épitaphes côte à côte, donnant l’impression qu’elles figuraient sur le même monument.

133La stèle est perdue depuis longtemps. Déjà Koumanoudis ignore où elle se trouve.

134Seconde moitié du ive s. d’après la paléographie et le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

135GL 17 - Stèle de …pès

136Éditions : Kéramopoullos 1919, p. 43 (J. Kirchner, IG II2 5454 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 120 no 12) ; S. C. Humphreys per ep. (SEG XLIV 181).

[- - - - -]πης
[- - - - -]μου
[Αἰξων ?]εύς.

137L. 1 : [Προνά]πης Humphreys ; l. 3 : rest. Kéramopoullos. C’est probable, vu le lieu de trouvaille de la stèle.

...pès fils de …mos d’[Aixônè] (?)

138Partie supérieure d’une stèle trouvée en 1919 par Kéramopoullos « à côté de la route littorale et à 25 m environ au nord de celle-ci, un peu au-dessus de l’hôtel de Glyphada » (je traduis). Elle a été réutilisée comme montant de porte d’une maison romaine tardive (A 2). La pierre est aujourd’hui perdue.

139ive s. (Kirchner), probablement la seconde moitié de ce siècle en raison du rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

140*GL 18 - Lécythe de Sôstratè et de Kalliadès d’Oinoè

141MN BE 927.

142Lécythe en marbre blanc. Seule la panse est conservée. Les noms sont inscrits en dessus des figures.

143La panse est ornée d’un relief. On y voit une femme assise à droite (Sôstratè), qui serre la main d’un homme barbu debout à sa gauche (Kalliadès). Proukakis-Christodoupoulos suggère qu’il y avait encore une figure à la droite de Kalliadès, mais je n’en ai pas vu de trace. Clairmont pense qu’il s’agit d’un couple.

144Édition : Proukakis-Christodoupoulos 1971, no 316 (C. W. Clairmont, CAT 2.349 c).

145Reproduction : Proukakis-Christodoupoulos, pl. 47.

Σωστράτη Ἀμφι[κή ?]δου Ὠνέως. Καλλιάδης Δεινίους Ὠνεύς.

  • 9 Je remercie D. Knoepfler de m’avoir suggéré cette possibilité.

146Rest. Clairmont. Ἀμφι[κύ]δου serait aussi envisageable, même si cet onoma n’est pas attesté dans l’onomastique athénienne9.

Sôstratè fille d’Amphi[kè ?]dès d’Oinoè. Kalliadès fils de Déinias d’Oinoè.

147Trouvé à Glyphada.

148Seconde moitié du ive s.

149*GL 19 - Stèle d’Euthyklès

150ME 13484.

151Partie supérieure gauche d’une stèle en marbre blanc. Elle est couronnée d’une cimaise, ornée de quatre acrotères sculptés en relief sur le fond. Les côtés sont finement piquetés ; l’arrière est dégrossi au pic. 0,163 × 0,325 (au niveau du fût ; 0,360 au niveau de la cimaise) × 0,060. Hauteur des lettres : 0,014 (0,012 thêta).

152Édition : A. A. Papagiannopoulos-Palaios, Aixônè 1 (1950-1951), p. 165 (SEG XII 169 a) (SEMA no 47).

153Reproduction : Papagiannopoulos-Palaios, p. 165.

Εὐθυκλῆς Πυ̣[- - -]
Αἰξ̣[ωνεύς].

154L. 1 : de la dernière lettre, on ne voit que l’extrémité de la haste oblique gauche. Πυ[θέου ?] Papagiannopoulos-Palaios ; Πυ[λάδου] LGPN, s.v. « Πυλάδης » no 4, sur le modèle de IG II3 4, 24, l. 32, Εὐθυκλῆς Πυλάδο (voir annexe IV, s.v. « Πυ̣[- - -] »). Les auteurs du SEMA préfèrent ne rien restituer ; l. 2 : rest. Papagiannopoulos-Palaios. De la troisième lettre, on distingue la haste horizontale supérieure et le sommet de la haste verticale centrale.

Euthyklès fils de Py… d’Aix[ônè].

155Trouvée à Glyphada. D’après le registre du musée, elle a été donnée par A. Makri, laquelle l’a recueillie auprès de Gl. Makri.

156Seconde moitié du ive s.

157*GL 20 - Stèle d’Arésias

158MP 8236 ; inédite.

159Stèle à fronton en marbre gris-bleu, brisée en bas. Un fragment en bas à droite a été recollé. L’inscription est gravée sous le fronton, en haut du fût. Sous l’inscription, deux rosettes sculptées en relief.

160K. Kaza-Papageorgiou, AD 56-59 2001-2004 (2010) Chron. B1, p. 468, avec transcription de l’épitaphe en majuscules (SEG LVII 210) ; ead. 2016, p. 176 et fig. 292.

Ἀρεσίας
Ἀρεσίου
Αἰξωνεύς.

Arésias fils d’Arésias d’Aixônè.

161Trouvée dans une fouille de l’Éphorie près de l’église d’Aghios Nikolaos à Glyphada, associée à un péribole funéraire richement décoré (annexe V, B 15).

162Seconde moitié du ive s. d’après la forme des lettres (petit trait rectiligne à l’extrémité de certaines lettres, alpha à barre droite, haste horizontale centrale du epsilon plus courte, nu déséquilibré, xi pourvu d’une haste verticale, omicron un peu plus petit, sigma aux branches horizontales, hastes obliques du upsilon courbes, oméga assez fermé) et le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

163*GL 21 - Stèle d’Aristokratès

164MP 3629.

165Petite stèle en marbre blanc. 0,65 (dont partie fichée dans le sol : 0,245) × 0,235 × 0,14. Hauteur des lettres : 0,025 (0,015 omicron). La partie inférieure, qui était fichée dans le sol, est seulement dégrossie. Le reste de la face antérieure de la stèle est lissé.

166Modeste, la stèle ne comporte aucun ornement. Sur la partie supérieure est gravé le nom du défunt.

167Édition : Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 128 no 26 (SEG XL 230) (SEMA no 1580).

[Ἀρ]ιστοκράτης.

168[Ἀρι]στοκράτης Giannopoulou-Konsolaki, mais le iota est bien visible ; Giannopoulou-Konsolaki restitue une seconde ligne : [Ἀριστοφ]άν[ους], mais je ne vois aucune trace de lettres.

[Ar]istokratès.

169Trouvée en 1972 à Glyphada dans la fouille d’une maison romaine tardive (A 6) ; elle provient peut-être de la nécropole B 9.

170Selon Giannopoulou-Konsolaki, si sa restitution de la ligne 2 est correcte, il pourrait s’agir de la stèle funéraire du démote que l’on rencontre dans les décrets honorifiques 5 et 6, ce qui permettrait de dater la stèle de la toute fin du ive s. Mais je ne vois aucune trace du patronyme sur la pierre, et deux lettres ne suffiraient de toute manière pas à assurer la restitution.

171La paléographie indique la seconde moitié du ive s. (pas d’apices, alpha à barre droite, hastes obliques du kappa plus courtes, omicron plus petit, sigma aux branches encore assez écartées).

172GL 22 - Stèle d’Archestratè

173Leyde, Musée des Antiquités, 1821 : RO.I.A 1.

174Stèle en marbre blanc de type naïskos. Le décor sculpté est de très bonne qualité. 1,67 × 1,37 (fût ; 1,54 au niveau du fronton). Hauteur des lettres : 0,021. Le relief et le fronton sont d’origine ; le socle et les parties latérales sont modernes. Le relief est dans un état de conservation exceptionnel : seuls les orteils de la femme assise et les nez des deux figures principales sont abîmés. Un trou au milieu du bord supérieur du relief a été provoqué par l’arrachement de la fixation du fronton. L’arrière est non travaillé. L’inscription est gravée sur l’architrave ; elle contient des restes de peinture rouge.

175Entre les deux antes du naïskos sont sculptées trois figures féminines, allant du moyen-relief à la quasi-ronde-bosse. Au premier plan à gauche, une femme est assise sur un diphros, recouvert d’un coussin (Archestratè). Elle est tournée vers la droite. Ses pieds croisés, chaussés de sandales, reposent sur un repose-pied. Elle porte un chiton double et un himation, lequel est relevé sur sa tête ; elle en tient un pan de la main gauche au niveau de l’épaule. Sa main droite, qui repose sur son giron, rassemble les plis de l’himation. Ses cheveux sont séparés au-dessus de son front et ondulent vers l’arrière. À l’oreille, elle portait un bijou en métal, comme le montre le trou. Il doit s’agir de la défunte, car tous les regards se portent sur elle. À droite, une femme plus jeune, debout, vêtue d’un chiton et d’un himation, regarde dans sa direction dans une posture de chagrin (elle appuye sa tête sur son bras droit). Elle porte des chaussures. Ses cheveux sont coiffés vers l’arrière et attachés avec une natte de cheveux. Il s’agit peut-être de la fille d’Archestratè. Derrière la femme assise se tient debout une jeune servante, visible en partie seulement, et sans que le bas de son corps ne soit représenté derrière le diphros. Elle tient dans la main droite un coffret, sur le couvercle duquel elle laisse reposer sa main gauche. Son visage est rempli d’affliction, la tête est fortement penchée, la lèvre supérieure relevée comme si elle allait pleurer, le front ridé. Le travail des yeux, accentué, exprime l’émotion ; il n’en reste plus aucune trace pour les deux autres figures.

176Éditions : Anonyme, « Notice sur deux monumens grecs du muséum de Leyde », Messager des sciences et des arts (1823), p. 1-4 (> Rottiers) ; A. Boeckh, CIG I 767 (> notes de O. Müller) (S. A. Koumanoudis, AEE 1136 ; U. Koehler, IG II 2548 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 297) ; Janssen 1842, p. 32 no 9 et tab. V.9 (id., De grieksche, romeinsche en etrurische Monumenten van het Museum van Oudheden te Leyden [1848], I, no 252 ; id., Grieksche en Romeinsche Grabreliefs [1851], Tab. 1 p. 1) ; J. Kirchner, IG II2 7423 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 117-118 no 4 ; C. W. Clairmont, CAT 3.471) ; Pleket 1958, appendice I p. 82 ; Fr. L. Bastet, H. Brunsting, Corpus signorum classicorum (1982), I, p. 63 no 127.

177Commentaires : C. Friederichs, P. Wolters, Die Gipsabgüsse antiker Bildwerke (1885), no 1049 ; H. Diepolder, Die attischen Grabreliefs des fünften und vierten Jahrhunderts v. Chr. (1931), p. 51 ; Beschi 1975 ; S. Karouzou, « Der Grabnaiskos des Alexos », MDAI(A) 96 (1981), p. 184-186 ; Halbertsma 2003 a, p. 52 et 2003 b, p. 150.

178Reproductions : Messager des Sciences et des Arts, fig. 1 (relief seul) ; Conze, I Taf. 71 (dessin repris par Karouzou, pl. 61, 2) ; Beschi, tav. 128 ; Bastet et Brunsting, II, pl. 34-35 ; Bastet 1987, pl. II no 7 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 3.471 ; Halbertsma (2003 a), p. 53 fig. 5.2 et (2003 b), p. 151 pl. 6 ; Kaza-Papageorgiou 2016, p. 184 fig. 305.

Ἀρχεστράτη ⁝ Ἀλέξου ⁝ Σουνιέως.

Archestratè fille d’Alexos de Sounion.

  • 10 Voir Halbertsma (2003 a). Reuvens a comparé avec des objets semblables qui avaient été récemment mi (...)

179D’après Janssen, qui a eu accès au catalogue du Musée de Leyde, la pierre a été acquise par Rottiers à travers Gropius. Le monument proviendrait donc de la zone fouillée en 1819 par le vice-consul d’Autriche dans les environs de la chapelle d’Aghios Nikolaos de Pirnari (voir supra, p. 43). La première collection Rottiers, dont faisait partie notre stèle, a été achetée par le gouvernement hollandais en 1821, sur la base d’une estimation de Reuvens, alors directeur du Musée des Antiquités à Leyde. Ce dernier a estimé le monument à 3 000 florins, soit un quart de la valeur totale de la collection10 ! Giannopoulou-Konsolaki, à la suite de Thémélis, pense que la stèle provient de l’enceinte funéraire trouvée en 1969 à Glyphada aux rues Phivis et Zamanou (annexe V, B 5) ; selon les habitants de la région, à cet endroit, avant la fouille de 1969, il y avait un grand tas d’environ 15 m de haut fait de pierres et de terre (probablement un tertre funéraire selon Giannopoulou-Konsolaki), qui a été utilisé par le maire de l’époque pour le remblai du rivage ; dans le journal de fouille, il est noté que le remblai qui recouvrait les vestiges antiques était composé de terre noire remuée, qui pourrait être la trace d’une ancienne fouille. En joignant ces données avec le fait que l’enceinte funéraire B 5 était dénuée de toute trouvaille et qu’au centre on a trouvé deux fosses creusées antérieurement par des trafiquants d’antiquités, Giannopoulou-Konsolaki conjecture que la stèle d’Archestratè provient de ce monument précis, qui semble suffisamment imposant pour avoir abrité un marqueur funéraire si important. Le parallèle est intéressant, mais ce péribole n’est pas le seul à avoir été pillé, et la stèle pourrait très bien provenir d’une autre enceinte de ce genre, par exemple B 6. Le lit d’attente du marqueur funéraire qui se dressait sur le podium de B 5 n’est hélas pas conservé, ce qui empêche de vérifier si la stèle d’Archestratè y était bel et bien insérée.

  • 11 IG II2 7414 ; CAT 4.471 ; Karouzou, p. 179-200 (peu avant 317/6).

180Archestratè, originaire du dème de Sounion, a semble-t-il épousé un Aixonéen et vivait dans le dème de son mari. Kirchner signale que le monument funéraire de sa famille, et notamment de son père Alexos fils de Stratoklès de Sounion, a été trouvé à Aghios Ioannis Rentis, dans la périphérie d’Athènes, au sud-ouest en direction du Pirée, à l’endroit du dème de Xypétè ; c’est aussi un grand et profond naïskos11. Ces deux monuments funéraires documentent une riche famille athénienne dont certains membres ont vécu loin de leur dème d’origine.

181Troisième quart du ive s.

182*GL 23 - Stèle de Chairippè et de Philothèros

183MN Θ 138.

184Stèle à fronton en marbre blanc, ornée d’une représentation en relief dans un rectangle creux, encadrée de deux parastades. Il me semble voir des traces de peinture dans le fronton. La partie inférieure de la stèle à partir des pieds des personnages est brisée. L’arrière est simplement dégrossi au pic. Au-dessus des personnages se trouve l’inscription. 0,615 (fronton + moulure seuls : 0,220) × 0,432-0,442 × 0,064. Hauteur des lettres : 0,024 (0,020 lettres rondes).

  • 12 On peut établir plusieurs parallèles, par exemple avec CAT 4.420, où la petite Eukolinè tient un jo (...)

185Scène de dexiôsis entre une femme assise à gauche sur un klismos (Chairippè) et un homme debout devant elle (Philothèros), qui semble imberbe. Un petit garçon nu (une petite fille selon Scholl) se tient debout entre les deux personnages ; sa main gauche repose sur les genoux de sa mère, tandis qu’il tend quelque chose (un jouet ou un petit oiseau) dans sa direction de la main droite, comme pour l’inciter à jouer avec lui12. Je ne vois pas pourquoi Clairmont pense que Philothèros est le « défunt principal » ; l’attention des personnages est plutôt concentrée sur Chairippè.

186Éditions : N. Kyparissis, AD 10 1926 (1929), no 138 p. 58-59 ; J. Kirchner, IG II2 13042/3 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 121-122 no 14 ; C. W. Clairmont, CAT 2.816) ; Scholl 1996, p. 312-313 no 338.

187Reproductions : Kyparissis ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 121 fig. 86 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.816.

Χαιρίππη. Φιλόθηρος.

Chairippè. Philothèros.

188La stèle a été trouvée en 1926 sur le domaine de G. Giannitsopoulou, alors maire de la commune, à Glyphada. Kyparissis l’a fait transporter au Thèséion le 25 avril 1928.

189Milieu du ive s. (Kirchner), 330-320 (Scholl dans son catalogue, mais p. 74-75 il l’attribue au « groupe d’Antiménès », placé vers 320-310). Une date vers 330-320 convient mieux à la prosopographie, voir annexe IV, s.v. « Φιλόθηρος ».

190GL 24 - Colonnette de Théodosia

  • 13 La colonnette était introuvable lors de mon passage. Comme elle est exposée à l’air libre, il est p (...)

191MP 255713.

192Édition : Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 128 no 25 (SEG XL 234).

Θεοδοσία
Μενεκράτο[υ]ς
[- - - - - -]τία.

Théodosia fille de Ménékratès …tia.

193Petite colonnette trouvée en 1971 à Anô Glyphada dans la région de Karvelas, lors de la fouille d’une nécropole de la basse époque hellénistique-époque romaine (B 7).

194À la troisième ligne devait se trouver le nom d’une seconde défunte, ou l’ethnique de Théodosia.

  • 14 L’auteur de la notice du SEG note par erreur la fin du ive s. : Giannopoulou-Konsolaki ne donne cet (...)

195Aucune date n’est avancée par Giannopoulou-Konsolaki14. D’après la forme du support et le contexte de fouille, on est à la basse époque hellénistique ou à l’époque romaine.

196GL 25 - Cippe d’un démote d’Euônymon

197Édition : Löper 1892, p. 341-342 n. 1 (U. Koehler, IG II 5, 2075 b ; J. Kirchner, IG II2 6201 ; W. Peek, MDAI[A] 67 [1942], p. 174-175 no 368).

198Reproduction : copie Löper.

[- -]υρί[δ]ης
[- -]Γ̣ΙΟ̣[.]Υ
[Εὐω]νυ[μ]εύς.

199Rest. Löper.

200L. 1 : [Διοσκο]υρί[δ]ης Löper, suivi par Peek. Löper hésite car il lui semble voir une lettre triangulaire avant le upsilon, et propose dans ce cas e.g. [Σ]α̣υρί[δ]ης vel [Τ]α̣υρί[δ]ης ; l. 2 : avant le iota, Löper voit une lettre formant un angle, qui pourrait correspondre à un epsilon ou à un tau. Il propose [- - τ]ίου vel [- - ε]ίου vel [- -] ε̣ί[θ]ου[ς] (il veut dire probablement [- -]ε̣ίθ̣[ο]υ[ς]), cette dernière restitution correspondant mieux à sa copie ; [- -]ίου Koehler et Kirchner ; [Σιβυρ]τ̣ίου vel [Κλεοπ]ε̣ίθ̣[ο]υ[ς] Peek.

201L’inscription a été copiée par Löper en décembre 1891 devant la chapelle d’Aghios Nikolaos de Katô Pirnari. Il note que l’inscription est très abîmée. La pierre est aujourd’hui perdue.

202Aucune date n’est donnée par les éditeurs, et la copie de Löper ne reproduit pas fidèlement la forme des lettres. La forme du support ne fournit pas d’indication chronologique.

Provenant d’en dehors de Glyphada ou de provenance inconnue (HGL)

203*HGL 1 - Stèle de Myrtô et de Rhodè

204ME 10730.

205Stèle en marbre blanc brisée en bas. La partie manquante a été moulée en plâtre. 1,053 × 0,48-0,50 × 0,150-0,156. Hauteur des lettres : 0,023 (l. 1-3), 0,025-0,028 (l. 4-6). La partie arrière est dégrossie au pic. Les côtés sont travaillés au grain d’orge. La face antérieure est entièrement lissée. Aucun ornement n’est visible, mais la stèle, exposée à l’air libre, est très abîmée. L’inscription est gravée en haut de la stèle. Le sommet a visiblement été taillé de manière oblique, ce qui a entamé l’extrémité supérieure des lettres de la première ligne. C’est dû probablement à une réutilisation de la pierre.

206Éditions : Ross 1846, p. 84 no 128 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1557) ; S. A. Koumanoudis, AEE 862 (W. Peek, « Attische Inschriften », MDAI[A] 67 [1942], p. 100 no 175) ; U. Koehler, IG II 2341 (Fr. Hiller von Gaertringen, IG I2 1077 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 132 no 1 ; D. M. Lewis, IG I3 2, p. 973).

207Commentaire : Milchhöfer 1888, p. 354 no 677.

208Reproduction : fac-similé Koehler.

209L. 2 : ΧΑΡΙΝΟ Ross ; ΧΑΡΙΝ/// Koehler ; Χαρίνου err. Ross, Koumanoudis, Koehler ; l. 3 : Μελιτέως Ross, Koehler ; l. 5 : ΠΡΩΤΕΟ Ross et Koehler ; Πρωτέου err. Ross, Koumanoudis, Koehler ; l. 6 : ΑΙΞΩΝΕΩΣ Ross, ΑΙΞΟ.ΕΩ Koehler.

Myrtô fille de Charinos de Mélitè. Rhodè fille de Prôtéas d’Aixônè.

210Trouvée au xixe s. à Plakakia, au nord de Patisia, soit à environ 5 km au nord d’Athènes, à l’endroit de l’ancien dème de Colone. Elle est exposée actuellement au Musée épigraphique, dans la cour intérieure, au premier étage à gauche.

211Ross conjecture que ce sont deux femmes de deux dèmes différents, qui auraient épousé le même homme. On peut imaginer bien d’autres possibilités, comme une femme et sa nièce, deux cousines, deux belles-sœurs.

212Première moitié du ive s. Koehler, suivi par Hiller von Gaertringen, datait l’inscription du ve s., mais Lewis l’a exclue de son corpus à juste titre.

213HGL 2 - Stèle d’Alexiklès et de Satyros

214Stèle à fronton.

215Éditions : R. Chandler, Inscriptiones Antiquae (1774), pars II, p. 49 no 9 (A. Boeckh, CIG 565 ; U. Koehler, IG II 1752) ; K. S. Pittakis, L’Ancienne Athènes (1835), p. 286 (S. A. Koumanoudis, AEE 122) ; Milchhöfer 1883, p. 29 et 1888, p. 357 no 714 (U. Koehler, IG II 5, 1752 b) ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1506 ; J. Kirchner, IG II2 5405 (> Koehler et notes de Ross) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 132-133 no 4) ; W. Peek, Attische Grabschriften, I (1954), p. 7 no 8 (> estampage).

216Reproduction : fac-similé de Chandler, repris par Boeckh.

217L. 2 : ΣΑΤΥΡΟ Chandler, Σατύρου err. Boeckh, Milchhöfer, Conze ; l. 3 : Αἰξ[ων]εύς Conze ; l. 4 : manque chez Milchhöfer et Conze ; [Σ]ΑΤΥΡΟ Chandler ; Σάτυρος . . . . . . . . [Αἰξωνεύς] Boeckh, qui ajoute que Chandler restitue : Σάτυρος Ἀλεξικλέους Αἰξωνεύς, mais je ne vois pas où ; Σάτυρος Αἰξωνεύς Koumanoudis ; [.]ΑΤΥΡΟΣ Ross (dans ses notes selon Kirchner) ; l. 5 : . . .ΥΠΠΟ Ross (dans ses notes selon Kirchner). Il n’existe aucun nom en -yppos dans l’onomastique athénienne ; il doit s’agir plutôt de ΙΠΠΟ. Peek propose [Ἀλε]ξ[ί]ππο ou [Κρα]τ̣[ί]ππο.

Alexiklès fils de Satyros d’Aixônè. Satyros fils de …[i]ppos.

218Τrouvée au xixe s. dans le village de Brachami (act. Aghios Dimitrios), au sud d’Athènes ; l’ancien dème était peut-être Alopékè. Chandler signale la pierre sur l’Acropole. Elle a dû y être entreposée après sa découverte. Elle y était encore à l’époque de Boeckh et de Koumanoudis. Milchhöfer la signale dans la maison d’un certain Bournias à Athènes. C’est là que Conze l’a vue également, en 1885 ; il précise que la pierre a été réutilisée dans une fontaine dans la cour de la maison, rue Adrianou. Selon Kirchner, elle se trouve toujours dans une maison privée à Athènes.

219Première moitié du ive s. (Kirchner).

220*HGL 3 - Stèle de Thalinos et de sa famille

221MP 1503.

222Stèle de marbre blanc, brisée en haut et en bas. Vers le milieu est inscrite l’épitaphe, difficilement lisible par endroits à cause de concrétions. 0,50 × 0,465 × 0,10. Hauteur des lettres : 0,016 (col. I), 0,014 (col. II et III).

223Édition : I. Dragatsis, AEph 1910, col. 79-80 no 19 (J. Kirchner, IG II2 5439 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 145 no 36).

224Reproduction : fac-similé Dragatsis (inscription seule).

225L. 2 : ΘΑΛΙΝΟΥ err. Dragatsis, qui regroupe faussement Μνησίκλεια Θαλίνου, Θαλίαρχος Θαλίνου Αἰξωνεύς, Θαλῖνο[ς].

Mnèsikléia fille de Thalinos. Thalinos d’Aixônè. Thaliarchos fils de Thalinos.

226Selon Kirchner, le deuxième et le troisième noms ont été ajoutés dans un second temps, ce qui me semble possible car les lettres sont plus petites. Peu de temps s’est écoulé entre ces phases.

227La stèle a été trouvée au Pirée en 1910, à la jonction entre les rues Konônos et Phôkiônos, au-delà de la ligne de métro Pirée-Athènes. Elle a été exhumée lors du creusement d’une cave. 19 stèles funéraires au total ont été trouvées lors de cette fouille.

228Il s’agit probablement d’un père (Thalinos) et de ses deux enfants.

229Première moitié du ive s.

230HGL 4 - Stèle de la famille de Polystratos fils de Phanias

231Stèle de marbre blanc avec fronton sculpté. Entre la quatrième et la cinquième ligne de l’inscription, se trouvent deux rosettes en relief.

232Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 143 ; U. Koehler, IG II 1771 (> copie E. Loewy) (J. Kirchner, IG II2 5442 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 145 no 39).

233Reproduction : fac-similé Loewy chez Koehler.

234L. 5 et 6 : rest. Koehler.

Polystratos fils de Phanias d’Aixônè. Polykratès fils de Polystratos d’Aixônè. Phanias fils de Polystratos. Phainippè.

235Kirchner ne parvient pas à déterminer si tous les noms ont été gravés de la même main. Or, il me semble que la ligne 5, et conséquemment la ligne suivante, ont été gravées a posteriori, car on observe l’apparition de l’orthographe ΟΥ pour la fausse diphtongue. De plus, ces lignes sont séparées des précédentes par les deux rosettes.

236La stèle commémore visiblement un père, Polystratos, et ses deux fils, Polykratès et Phanias. Sur les liens de parenté qu’ils pourraient entretenir avec Phainippè, voir annexe IV, s.v. L’association Polykratès-Polystratos se retrouve sur une loutrophore funéraire, mais il n’est pas sûr qu’il faille rapprocher ces deux monuments, voir annexe IV « incertains », s.v. « Πολυκράτης ».

237Trouvée au xixe s. au Pirée, à Pigada (sud-ouest du port de Zéa). Elle s’y trouvait toujours lorsque Koumanoudis l’a vue. Elle a été copiée au Musée du Pirée par Loewy. Elle a été perdue ensuite.

238Première moitié du ive s. (l. 1-4), seconde moitié du ive s. (l. 5-6).

239*HGL 5 - Stèle d’Euphrosynè, Eubios et Kallistô

240ME 10942.

241Stèle de marbre blanc à fronton sculpté en relief. 0,60 (avec le fronton) × 0,358-0,37 (au niveau du fût) × 0,085. Hauteur des lettres : 0,008. L’inscription est très difficile à lire car la surface de la stèle est recouverte de concrétions, et les lettres sont petites. Il y avait peut-être d’autres noms encore ; il me semble voir des traces de lettres en dessus du nom d’Euphrosynè. Kirchner estime que tous les noms sont écrits de la même main.

242Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE p. 444 no 129 b ; U. Koehler, IG II 2192 ; J. Kirchner, IG II2 6476 (>  estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 149 no 52).

243Reproduction : fac-similé Koehler.

244L. 1 : ΚΑΛΔΙΣΤΩ lap., corr. Kirchner ; ΚΑΛΔΙΣΣΤΩ err. Koehler ; l. 2 : ΔΙΟΓΕΙΔΟΣ err. Koumanoudis ; l. 3 : ΚΟΘΔΟΚΙΔΟ lap., corr. Koehler ; ΚΟΘΔΕΚΙΔΟ err. Koumanoudis.

Kallistô fille de Diogénès de Kothôkidai. Euphrosynè fille d’Eunikos d’Aixônè. Eubios fils d’Eunikos d’Aixônè.

245Trouvée au xixe s. au Pirée sur le domaine de Chr. Dédé. Elle s’y trouvait toujours à l’époque de Koumanoudis. Elle a été ensuite transférée au Musée national, où Koehler l’a vue. Elle se trouve actuellement au Musée épigraphique.

  • 15 Humphreys 1980.

246Les deux Aixonéens sont frère et sœur selon Giannopoulou-Konsolaki, et Kallistô est leur mère. Humphreys pense que Kallistô est la femme d’Eubios15, ce qui est plus probable, car la mère des deux Aixonéens aurait été plutôt accompagnée du nom de son mari. Si c’est exact, une femme du dème de Kothôkidai aurait épousé l’Aixonéen Eubios et le couple aurait vécu au Pirée.

247Début du ive s.

248HGL 6 - Stèle de Phanagora

249Leyde, Musée des Antiquités, GF.1.

  • 16 Koumanoudis parle d’un autel (bômos) ; Boeckh aussi parle d’un « autel funéraire ». Il s’agit bien (...)

250Stèle16 de marbre blanc avec un fleuron, brisée en bas. 0,90 × 0,45 × 0,16. Hauteur des lettres : 0,024 (l. 1), 0,027 (l. 2-3), 0,011 (l. 4-5), 0,019 (l. 6-8). Fleuron : d’un lit d’acanthe poussent une palmette centrale et deux demi-palmettes latérales. De chaque côté de la palmette centrale pousse une fleur. Au sommet, entre les deux feuilles de la palmette centrale, se trouve une rosette. Sur l’architrave du fronton est gravée l’épitaphe de Philostratè, et en dessous, au sommet du fût, celle de Philôn. En dessous, en lettres plus petites, est écrite l’épigramme, en distique élégiaque. Après un espace, a été ajoutée l’épitaphe d’Alkimachè.

  • 17 Alstein annonce à la fin de son article que la suite paraîtra dans un prochain numéro du Messager d (...)

251Éditions : L. van Alstein, « Anciens morceaux de sculpture récemment importés de la Grèce en Belgique », Messager des Sciences et des Arts (1823), p. 377-38917 ; C. C. J. Reuvens, Amalthea oder Museum der Kunstmythologie und bildlichen Alterthumskunde 3 (1825), p. 424 ; A. Boeckh, CIG Ι 800 b (> copie Alstein) (S. A. Koumanoudis, AEE 149 ; U. Koehler, IG II 1774 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1593 ; J. Geffcken, Griechische Epigramme [1916], no 133) ; Janssen 1842, p. 44 no 7 (id., De grieksche, romeinsche en etrurische Monumenten van het Museum van Oudheden te Leyden [1848], p. 35 no 257) ; G. Kaibel, Epigr. Gr. (1878), p. 18 no 50 (> copie Posener) (H. R. Pomtow, Poetae lyrici graeci [1885], II, p. 262 n. 19 ; E. Hoffmann, Sylloge Epigrammatum Graecorum [1893], no 72) ; A. Brückner, Ornament und Form (1886), p. 10, IV.1 (>  photo) ; J. Kirchner, IG II2 5450 (> estampage) (P. A. Hansen, CEG 510 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 147 no 46 ; Hildebrandt 2006, no 16 ; Tsagalis 2008, p. 93) ; W. Peek, GVI 488 ; Pleket 1958, p. 83.

252Traductions : Alstein (en français) ; Tsagalis (en anglais).

253Commentaires : Möbius 1929, 30.88 (anthémion) ; Salta 1991, p. 138 ; Halbertsma 2003 b, p. 153 ; Tsagalis, p. 93-96 et p. 98.

254Reproductions : Alstein, pl. X fig. 1 (dessin) ; L. Vulliamy, Examples of Ornamental Sculpture (1823), pl. 20 n. 1 (anthémion) ; Stackelberg 1837, Taf. III.5 (anthémion) et p. 39 ; fac-similé Janssen (1842), tab. 7.7 ; K. O. Müller, A. Schöll, Archäologische Mittheilungen aus Griechenland (1843), Taf. VI, Reihe 2 fig. 5 (anthémion) ; Conze, III Taf. 340 (dessin).

255L. 1 : Φιλοστράτῃ err. Alstein ; l. 4 : ΑΡΕΤΣ lap., corr. Boeckh ; l. 8 : le upsilon a disparu en raison de la cassure de la pierre à cet endroit.

256Les lignes 1-3 et 6-8 ont été ajoutées après coup selon Kirchner.

  • 18 « À Philostratè fille de Philon. Philon fils de Calippe du bourg d’Aixone. Ici, déjà parvenue au te (...)

Philostratè fille de Philôn. Philôn fils de Kallippos d’Aixônè.
C’est ici que, parvenue au sommet de toute vertu, Phanagora est retenue au séjour de Perséphone.
Alkimachè fille de Kallimachos d’Anagyronte
18.

  • 19 Citée par Halbertsma 2003 a, p. 54. Voir aussi ibid., p. 34.
  • 20 Voir Halbertsma 2003 b, p. 153.

257Trouvée entre le Pirée et le port Phôron, en face de Salamine, au xixe s. Elle a été amenée aux Pays-Bas sur un navire de l’armateur brugeois J.-B. Delescluze. Une lettre de ce dernier, adressée à Reuvens le 29 juillet 182619, indique les circonstances de l’acquisition : au printemps 1821, le fils du colonel Rottiers, Jean Népomucène, entama un voyage en Grèce avec Delescluze. La Révolution venait d’éclater et les autorités grecques leur avaient imposé de quitter rapidement le Pirée pour Kéa. Sur l’île, les deux hommes rencontrèrent Fauvel et Giuracich ; ce dernier leur vendit une collection de 200 antiquités, parmi lesquelles devait se trouver la stèle de Phanagora. Rottiers fils et Delescluze rentrèrent aux Flandres en novembre 1821, et Delescluze offrit la stèle au ministre A. Falck, lequel en fit don au Musée de Leyde en 1823 ; il la décrit comme une « pierre tombale classique qui marquait la tombe de Philôn fils de Kalippos » (je traduis)20.

258Cette stèle appartient au monument funéraire de l’importante famille aixonéenne de Kallippos fils de Philôn, dont faisaient sans doute partie aussi HGL 14, 17, 18.

259La paléographie et l’agencement des inscriptions sur la pierre révèlent l’ordre dans lequel les noms ont été gravés. L’épigramme de Phanagora, femme de Philôn, a été gravée d’abord ; il semble donc qu’elle soit morte la première. Après ont été ajoutés les noms de son mari Philôn et de leur fille Philostratè. Enfin a été inscrit le nom d’Alkimachè, fille de Kallimachos du dème d’Anagyronte (sur ses liens de parenté possibles avec les précédents, voir annexe IV, s.v.). Boeckh interprète différemment les liens de parenté : Alkimachè serait la femme de Philôn, et Phanagora leur fille. Mais si cela avait été le cas, l’épitaphe aurait mentionné une mort prématurée, et non l’accomplissement d’une vie vertueuse.

  • 21 Voir Tsagalis 2008, p. 93-94, avec des exemples. L’épitaphe CEG 513, l. 4-5 (1re moitié du ive s.) (...)
  • 22 Euripide, Suppl. 1022. Sur cette expression, voir Tsagalis 2008, p. 86-134.
  • 23 Sur ces qualités dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsagalis 2008, p. 135-160 (...)

260Le premier vers de l’épigramme se retrouve dans d’autres inscriptions funéraires21. La métaphore Περσεφόνης θάλαμος pour désigner les enfers est fréquente au ive s. et plus tard ; elle est tirée de la tragédie22. Dans les épigrammes funéraires attiques, on souligne fréquemment la vertu des défunts, au moyen d’adjectifs stéréotypés : sôphrosynè et arétè sont employés dans plus de la moitié des épigrammes conservées23.

261390-365 (Möbius d’après le style de l’anthémion, suivi par Kirchner et Peek). Alstein avait proposé une datation un peu trop haute (403-380), d’après la forme des lettres. L’épitaphe d’Alkimachè a été ajoutée en dernier, pas avant le milieu du ive s. d’après le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

262*HGL 7 - Loutrophore de Lysis et de son fils

263MP 3280 (loutrophore) + 3281 (base).

264Loutrophore en marbre blanc, avec une représentation en relief sur la panse. Hauteur : 0,95 ; diamètre à l’épaule : 0,41. Hauteur des lettres : 0,01 (0,007 lettres rondes). Le vase est brisé au niveau du col (seule la partie inférieure du col et les volutes des deux anses sont préservées) et du pied. On a trouvé également la base cylindrique sur laquelle reposait la loutrophore ; elle est en marbre gris-bleu. Les deux éléments, non jointifs, ont été recollés par les restaurateurs. Il n’est en effet pas à douter que les deux éléments vont de pair, car ils ont été trouvés ensemble et ils portent les mêmes noms.

265Sur le relief, on voit une scène de dexiôsis impliquant trois figures, dont les pieds nus reposent sur une ligne de sol. À gauche, un homme barbu porte un himation drapé sur son épaule gauche, laissant sa poitrine et l’épaule droite nues. Dans sa main gauche, il tient les plis de son himation au niveau de la poitrine. Il regarde à droite et serre la main de la figure centrale, qui est un homme plus vieux, assis sur un klismos, regardant à gauche. Il est aussi barbu et vêtu d’un himation drapé de la même manière que l’autre homme. Son bras gauche repose sur ses genoux. Immédiatement derrière lui se tient debout une femme qui a l’air plus jeune que les deux hommes. Elle regarde à gauche, par-dessus l’homme assis, en direction de l’homme debout. Elle est vêtue d’un chiton et d’un himation. Son bras gauche passe devant son ventre, la main retenant son himation, et de la main droite elle tient relevé un pli de son himation au niveau de son épaule droite. À la gauche de l’homme debout, derrière sa tête, son nom est inscrit : Timokleidès. Légèrement plus bas, en dessus de la tête de l’homme assis, on lit le nom de Lysis. Aucune inscription ne permet d’identifier la femme. Les deux noms ont été inscrits de la même main, comme l’avait vu Stroud.

266Sur la base sont répétés les noms inscrits sur la loutrophore, mais de manière plus développée (B). Cela nous rappelle que nos autres vases funéraires, bien souvent brisés dans leur partie inférieure, se dressaient peut-être aussi sur une base, susceptible de porter une épitaphe plus complète que les noms simplement écrits au-dessus des personnages du relief de la panse. Sur le lit d’attente de la base cylindrique on voit une entaille circulaire de 0,28 m de diamètre, qui contient encore du plomb utilisé pour ancrer la loutrophore. La surface du lit d’attente est plus grossièrement travaillée ; là où il y a l’inscription, la surface est davantage polie, sans être complètement lisse. La hauteur de la base est de 0,32 m, le diamètre de 0,635 m. La première ligne de l’inscription est gravée 0,035 m en dessous du sommet de la base. Hauteur des lettres : 0,020-0,030 ; les lettres rondes sont plus petites. Les lettres des l. 3-4 sont alignées verticalement et Stroud estime qu’elles ne sont pas aussi soigneusement gravées que celles des l. 1-2, ce qui pourrait indiquer selon lui que le nom de Timokleidès a été ajouté par après. Mais il se contredit, car il a déclaré précédemment que sur la loutrophore, les deux noms ont été écrits en même temps. Il me semble que les lettres sont gravées exactement de la même façon sur la base et, de surcroît, sur la loutrophore, comme le montre la forme particulière du sigma et du lambda.

267Éditions : O. Alexandri, AD 29 1973-1974 (1979) Chron. B1, p. 156-157 (SEG XXIX 203) ; R. S. Stroud, Hesperia 53 (1984), p. 355-360 (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 151-153 no 57 ; C. W. Clairmont, CAT 3.363 a ; SEMA no 50) ; Steinhauer 2001, p. 309.

268Commentaires : Salta 1991, p. 100-101 ; D. Marchiandi, ASAA 84/1 (2006), p. 115-116.

269Reproductions : Stroud, pl. 68 a, b, c (monument entier, relief, estampage de la base) ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 152 fig. 101 (relief seul) ; Clairmont, CAT Plate Volume, 3.363 a ; Steinhauer, p. 356-357 fig. 466-467 ; Marchiandi, p. 116 fig. 5 ; fig. 51 a et b.

Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.

Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.

Athènes, Musée du Pirée, no 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.

Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).

Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).

Athènes, Musée du Pirée, no 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.

270B : l. 1 : ΑΥΣΙΣ lap. ; l. 3 : omise par Alexandri ; l. 4 : pour le upsilon du démotique, le lapicide a gravé une première haste oblique gauche trop bas, et en a gravé une seconde à la bonne hauteur.

: Timokleidès. Lysis.
B : Lysis fils de Dèmokratès d’Aixônè. Timokleidès fils de Lysis d’Aixônè.

271Loutrophore et base ont été trouvées en 1974 par Alexandri lors d’une fouille de sauvetage par le Service archéologique grec, dans une tranchée de construction de l’ΟΑΠ, à une profondeur de 2,20 m sous le niveau de la rue Taxiarchôn, près de son intersection avec la rue Thessalonikis, dans le district moderne de Moschato, qui se trouve au nord-est du Pirée. Même si, comme le précise Stroud, il n’est pas certain que la loutrophore ait été in situ, on peut affirmer que Lysis n’a pas été enterré dans son dème, mais dans ou près du dème de Xypétè, situé dans cette région.

  • 24 Pour tous les éditeurs, il est clair que ce Lysis est celui du dialogue de Platon, car le patronyme (...)

272Cette trouvaille est importante, car elle permet d’en savoir plus sur un célèbre Athénien de la fin du ve s., connu jusque-là uniquement par des sources littéraires24. Le monument révèle également le nom de l’un de ses fils, Timokleidès, inconnu jusque-là (voir la section sur Lysis II dans le chap. 4).

  • 25 Démosthène, C. Léocharès (44), 18 et 30 ; Hésychius, Harpocration, Pollux, s.v. « λουτροφόρος ». L’ (...)

273Ce monument montre que la loutrophore n’était pas utilisée uniquement pour les gens morts avant le mariage, comme on le pense souvent en se fondant sur Démosthène et des lexicographes25. En effet, il serait imprudent de supposer que le monument a été érigé pour Timokleidès d’abord, car comme nous l’avons vu, les deux noms semblent bien avoir été gravés en même temps.

274Deuxième quart du ive s.

275*HGL 8 - Stèle de Chairiôn

276MP 1170.

277Stèle de marbre blanc avec un fleuron dans un fronton arrondi, deux rosettes en relief non décorées et une représentation en relief. Brisée en bas. Composée de deux fragments recollés. 1,60 (sans le socle, restauré) × 0,395-0,460 (fût) × 0,05-0,06. Hauteur des lettres : 0,007 (0,006 lettres rondes). La moitié gauche de l’inscription est aujourd’hui à peine lisible à cause d’une épaisse concrétion.

278Le fleuron se compose d’une grande palmette sortant d’un lit d’acanthe. De chaque côté du lit, deux volutes. De chaque côté de la palmette, deux fleurs campanulées. De chaque côté de la palmette, deux rosettes. Sous le fleuron se trouvent une moulure, puis les rosettes, puis l’inscription et directement en dessous la représentation en relief, sculptée dans un espace quadrangulaire peu profond.

  • 26 Les commentateurs parlent d’une scène de dexiôsis, ce qui est inexact. Clairmont (1970) parle pour (...)
  • 27 Voir P. Zanker, « The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna: Identity and Self-Image in the Polis », (...)

279Le relief représente une scène de conversation26 entre un homme barbu debout à gauche (Chairiôn) et une femme debout à droite (sa femme Nakion). Meyer relève comme signes de vieillesse la calvitie et la longue barbe quelque peu clairsemée. Chairiôn s’appuie sur un bâton, et semble tenir un objet dans la main droite, qu’il tend à sa femme ; il s’agirait d’un volumen selon Clairmont (1970), qui en déduit que Chairiôn était peut-être scribe ou écrivain ; il remarque en outre aux pieds de Chairiôn un coffre qui pourrait servir de conteneur pour des volumina. Mais selon Meyer, dans ce contexte familial, le volumen ne ferait pas allusion à une occupation particulière de Chairiôn (poète ou professeur par exemple), mais à l’érudition des vieillards en général, interprétation que Clairmont accepte avec réserve dans CAT 27. Derrière Nakion, à l’extrémité droite de la scène, se tient debout une jeune femme (leur fille Euxithéa), coiffée d’un chignon.

280Éditions : I. Dragatsis, AEph 1910, col. 65-66 no 1 (Ch. Michel, RIG suppl. no 1796) ; J. Kirchner, IG II2 5452 (> estampage + photo) (W. Peek, GVI 930 et id., Gr. Grabgedichte [1960], 105 ; Clairmont 1970, no 58, avec le compte rendu de G. Daux, BCH 96 [1972], p. 555 ; P. A. Hansen, CEG 531 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 147-148 no 48 ; C. W. Clairmont, CAT 3.453 a ; Tsagalis 2008, p. 143-144).

281Commentaires : M. Meyer, « Alte Männer auf attischen Grabdenkmälern », MDAI(A) 104 (1989), p. 55 ; Salta 1991, p. 124.

  • 28 Tsagalis lit les noms qui précèdent l’épigramme horizontalement, sans tenir compte des colonnes, al (...)

282Traductions : Clairmont (1970) (en anglais) ; Tsagalis (en anglais)28.

283Reproductions : Dragatsis (photo de l’estampage) ; Clairmont (1970), pl. 26-27 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 3.453 a.

284L. 2 : Νικυλίωνος err. Michel ; l. 7-8 : un éclat postérieur à l’édition de Kirchner a fait sauter les deux premières lettres.

285Les démotiques et le mot θυγάτηρ ont été abrégés pour économiser de la place.

Chairiôn fils de Mikyliôn d’Aixônè. Nakion fille d’Hègèsias d’Aixônè, femme de Chairiôn. Euxithéa fille de Chairiôn.
J’ai vécu neuf décennies, je suis mort très âgé, j’ai pratiqué la sagesse, j’ai laissé derrière moi une réputation irréprochable.

286Trouvée au Pirée en 1910, « près de la gare de la ligne de chemin de fer Pirée-Larisi, devant le cimetière municipal, proche de la tangente vers l’Éétiônéia » (Dragatsis) (je traduis). Elle a été trouvée avec six autres stèles funéraires. Elle se trouve actuellement au Musée du Pirée, dans la cour extérieure, sous l’abri.

  • 29 Pour un commentaire détaillé de cette épigramme, voir Tsagalis 2008, p. 143-144. J. S. Traill, PAA (...)
  • 30 Sur l’évocation de la vieillesse dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsagalis 2 (...)

287L’épigramme, composée de deux hexamètres, indique que Chairiôn est mort à un âge très avancé, après avoir vécu avec sagesse et laissé une renommée sans tache29. Ceux qui meurent vieillards ont fréquemment des épigrammes exprimant le contentement d’une vie bien remplie et d’une nombreuse descendance, par exemple CEG 601 (Attique, ive s.), GVI 392 (Athènes, milieu du iie s. apr. J.-C.)30.

288Avant le milieu du ive s. (Kirchner et Peek), milieu du ive s. ou un peu plus tard (Clairmont), vers 320 selon la plaquette du musée. Une date peu avant le milieu du ive s. me semble préférable, en raison du rendu de la fausse diphtongue ΟΥ et de la paléographie (pas d’apices, pas de hastes courbes, lettres rondes à peine plus petites, haste horizontale centrale du epsilon parfois un peu plus courte, hastes obliques du kappa pas plus courtes, mu légèrement écarté, nu équilibré, sigma écarté, xi à haste verticale centrale, phi ovale, oméga légèrement fermé).

289*HGL 9 - Stèle d’Aischytès et de Philtè

290MN 909.

291Partie supérieure d’une stèle en marbre blanc se terminant par un fronton arrondi et ornée d’une représentation en relief dans un creux rectangulaire. La stèle est brisée sous le relief, en bas à droite et au sommet du fleuron. Les côtés sont travaillés au grain d’orge. La partie arrière est non travaillée. 0,63 × 0,348 (fût) × 0,08. Couronnement : hauteur 0,28 (0,23 sans la moulure), largeur 0,376. Hauteur des lettres : 0,014-0,015 (0,012-0,013 lettres rondes) (col. I), 0,017 (0,014 lettres rondes) (col. II).

292Le couronnement est composé d’une moulure et d’un fronton arrondi pourvu de deux demi-acrotères aux extrémités. Le fronton est orné de deux palmettes en relief qui se dressent au-dessus de deux volutes en S couché. Le champ du relief est délimité par des colonnes de chaque côté, gravées en bas-relief. Le relief est gravé de manière peu soigneuse. Il représente une scène de dexiôsis entre une femme (Philtè) assise sur un klismos à droite, les pieds sur un repose-pied, et un homme barbu à gauche (Aischytès) qui se tient debout devant elle, appuyé sur un bâton, lequel était sans doute peint car on n’en voit plus la trace. Philtè porte un chiton double et un manteau, dans lequel sa main gauche, qui repose sur son giron, est enroulée. Derrière la femme, une jeune servante se tient debout, vêtue d’un chiton long, et elle porte dans ses mains une boîte, probablement un écrin.

293Au-dessus d’Aischytès est écrite son épitaphe, et au-dessus de Philtè la sienne. L’inscription de droite (col. II) est constituée de lettres légèrement plus grandes, mais on ne distingue pas pour autant une main différente. Le relief a été fait avant l’inscription car le mot θυγάτηρ est écrit très serré entre la l. 6 et le relief.

294Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE p. 444 no 121 b ; A. Brückner, Ornament und Form (1886), p. 9 no 3 (> photo) ; U. Koehler, IG II 1751 (A. Conze, Att. Grabreliefs, no 425 ; P.-L. Couchoud, RA 18 [1923], p. 109-111) ; J. Kirchner, IG II2 5404 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 132 no 3 ; C. W. Clairmont, CAT 2.854) ; Scholl 1996, p. 255 no 109.

295Commentaire : Möbius 1929, 32.88 (couronnement).

296Reproductions : fac-similé Koehler ; Conze, I Taf. 100 (dessin, repris chez Couchoud, p. 110 fig. 3) ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 133 fig. 95 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.854.

297L. 2 : Αἰσχίνου err. Koumanoudis, Koehler ; l. 5 : Φιλωνίδου err. Koehler ; l. 7 : omise par Brückner.

Aischytès fils d’Aischinès d’Aixônè. Philtè fille de Philônidès du Pirée.

298Trouvée au xixe s. au Pirée, sur la propriété de Chr. Dédé.

299Le mari semble avoir suivi l’épouse dans son dème ; ce cas atypique s’explique peut-être par l’attrait de la dot de Philtè, ou par l’attrait commercial du Pirée. Notons qu’il n’est pas impossible qu’Aischytès résidât déjà au Pirée avant d’avoir rencontré son épouse. Sur les couples mixtes, voir supra, p. 347-348.

300Vers 390-365 (Kirchner), vers 320 (Scholl). Une date peu avant le milieu du ive s. semble préférable, en raison du rendu de la fausse diphtongue ΟΥ et de la paléographie (pas d’apices, lettres rondes un peu plus petites, haste horizontale centrale du epsilon plus courte, nu légèrement déséquilibré, xi à haste verticale centrale, sigma encore assez ouvert et aux hastes rectilignes, upsilon aux hastes rectilignes ou courbes, phi en ovale aplati, oméga ouvert ou légèrement fermé).

301HGL 10 - Stèle de Phanostratè et d’Exèkestidès

302Stèle en forme de naïskos en marbre blanc avec une représentation en relief, laquelle déborde sur les parastades des deux côtés. Le relief est gravé en haut-relief. Les parastades supportent un épistyle et le fronton. L’inscription est écrite dans le fronton (l. 1), sur sa bande inférieure (l. 2-3), et sur l’épistyle (l. 4). La stèle est brisée en deux parties.

303Le relief représente une scène de dexiôsis entre un homme barbu assis sur un klismos à droite (le défunt principal) et une femme debout à gauche (Phanostratè ?). Les pieds de l’homme assis sont ramenés sous la chaise. Sa main gauche repose sur son giron. La femme qui lui serre la main est vêtue d’un chiton et d’un himation, qu’elle saisit de la main gauche. Derrière l’homme assis se tient debout une autre femme, en chiton et himation, qui porte la main droite au menton dans un geste d’affliction. À l’arrière-plan, près de cette femme, il y a un autre homme barbu, qui s’appuie de la main gauche sur un bâton, sur lequel il laisse reposer sa main droite. À côté de lui, à l’extrémité droite, une femme pose sa main droite sur son épaule.

304Éditions : J. A. Astorius, Commentariolum in Antiquum Alcmanis Poetae Laconis Monumentum Allatum e Graecia (1697) (« Monumentum Alcmanicum », La Galleria di Minerva 2 [1697], p. 145-155 ; A. H. Sallengre, Novus thesaurus antiquitatum romanarum [1718], p. 781-796 ; L. A. Muratorius, Novus thes. vett. inscr. II [1740], p. 778.1) ; J. A. Fabricius, Bibl. Graeca I (1705), 544 (= II4 [1791], p. 91, éd. Harl, avec quelques ajouts) (> copie de Fr. Rostgaard) ; A. Boeckh, CIG 568 (> Astorius et surtout Rostgaard) (S. A. Koumanoudis, AEE 147 ; G. Kaibel, Epigr. Gr. [1878], no 133 ; W. Dittenberger, IG III 1348 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 761 ; J. Kirchner, IG II2 5421 a ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 138 no 18 ; J. S. Bruss, Hidden Presences: Monuments, Gravesites and Corpses in Greek Funerary Epigram [2005], p. 46-48) ; W. Peek, GVI 172 (> fac-similés Astorius et Rostgaard) (Clairmont 1970, no 65 et id., CAT 5.450) ; P. A. Hansen, CEG 521 (> Rostgaard et surtout Astorius).

305Traductions : Clairmont (1970) (en anglais) ; S. Schmidt, Hellenistische Grabreliefs (1991), p. 121 (l. 2-3, en allemand) ; Bruss (en anglais).

306Commentaires : A. Wilhelm, Beiträge zur gr. Inschriftenkunde (1909), p. 16 ; Ch. Karouzos, dans Χαριστήριον ες ναστάσιον Κ. ρλάνδον, III (1966), p. 273 n. 28 ; H. Hiller, Gnomon 47 (1975), p. 591 (compte rendu de Clairmont 1970) ; M. Zorzi, Collezioni di antichità a Venezia nei secoli della Repubblica (1988), p. 99-100 ; I. Favaretto, Arte antica e cultura antiquaria delle collezioni venete al tempo della Serenissima (1990), p. 158 n. 126.

307Reproductions : fac-similés d’Astorius et Rostgaard chez Boeckh ; gravure d’Astorius et fac-similé de Rostgaard chez Conze, II p. 164 (la gravure d’Astorius est reproduite aussi chez Zorzi, fig. 37, et Clairmont, CAT Plate Volume, 5.450).

308L. 1 in. : . . . ΚΜΑΝΟ err. Astorius ; l. 1 : après le patronyme, suivent des lettres incertaines. ΕΞΗΔΙΣΧΙΡΑΧΠΡ Astorius chez Boeckh, lequel transcrit ἐξ Αἰξωνέων πρ(εσβυτέρα), estimant qu’Astorius commet généralement beaucoup de fautes dans ses copies d’inscriptions ; ἐξ [Α]ἰ[ξωνέων] Dittenberger, qui pense que le H est une erreur du lapicide, trompé par le Ἐξηκεστίδου qui précède ; [Αἰ]ξ[ωνέως γυνή] Kaibel ; ἐξ [Αἰξωνέων] Peek ; l. 2 : rest. Kaibel, suivi par Dittenberger et Peek ; ΑΥΤΟΙ Astorius chez Boeckh, lequel transcrit αὐτοὶ ; ΑΥΤΩΙ Rostgaard ; ΜΕΤ..ΝΟΠΙΤΗΔΑΝΕΘΗΚΑΝ Boeckh d’après Rostgaard, sauf l’ajout du ET, tiré d’Astorius ; Μ... ΛΟΠΙ ΤΗΔ ΑΝΕΘΗΚΑΝ Rostgaard ; με υ - ΟΠΙ ? Wilhelm, avec traces d’une lettre avant le omicron ; με  - ΟΠΙ Kirchner ; μ’ἐπ[ὶ σή]μ[ατ]ι τῆιδ’ ἀνέθηκαν Boeckh ; με [Φιλή]μο[ν]ι τῆδ’ ἀνέθηκαν Dittenberger ; πάππωι Hermann chez Kaibel ; με Φ̣[ιλή]µ̣ον̣ι τῆ[ι]δ’ ἀνέθηκαν Peek ; μ[⏔‒]λοπι ? τῆ<ι>δ’? ἐπ̣έθηκαν Hansen ; l. 3 : ΠΑΡΙΟΥΣΙΝ Rostgaard chez Boeckh, lequel transcrit παριοῦσιν, suivi par Kaibel, Dittenberger et Peek ; ΟΔΟΝ chez Rostgaard, corr. Wilhelm, suivi par Kirchner, Hansen et Giannopoulou-Konsolaki ; ὁδόν Peek ; l. 4 : ΠΡΩΤΙΟΝΟΣ err. Boeckh, mais il transcrit correctement Πρωτίωνος ; Πρωτί<ω>νος Dittenberger ; Πρωτίoνος Kaibel ; Πρωτίωνος Peek ; ΑΙΞΩΝΕΥΣΖΑΝΧΑΙΡΕ Rostgaard ; ΑΙΞΩΝΕΥΣ.ΑΝ . . . . Ε Boeckh d’après Astorius (entre Σ.ΑΝ, trace d’un angle oblique inférieur) ; après le démotique, ἀν[έθηκ]ε vel ἀν[έστησ]ε Boeckh ; ἀν[έθηκ]ε Koumanoudis, Kaibel et Dittenberger. Peek suppose la mention d’un troisième personnage.

Phanostratè fille (ou femme ?) d’Exèkestidès …
Pour l’illustre [nom du défunt], ses petits-fils m’ont érigée ici, couronne enviable pour ceux qui la voient en passant.
Exèkestidès fils de Prôtiôn d’Aixônè … an…

309Le premier éditeur, Astorius, dit que la pierre a été trouvée en Laconie, et aimerait attribuer le monument au célèbre poète Alcman, ce qui est évidemment impossible ; l’usage du démotique Aixôneus montre que la pierre se trouvait sur un territoire athénien. Soit Astorius est mal renseigné, soit la pierre a atterri en Laconie on ne sait comment ni quand. Conze reproduit le commentaire d’Astorius : « Le monument a été trouvé il y a deux ans [donc en 1695] en Laconie, brisé en deux parties. Il a été immédiatement transporté à Venise, mélangé avec des colonnes et des fragments de marbre, et sur l’île de Pupilia il a été confié à son excellence Bernardo Justiniano, abbé de San Leonardo » (je traduis). Le monument a été vu encore en 1699 par Rostgaard, qui était à Venise. L’île Popilia, aujourd’hui Poveglia, située dans la lagune de Venise, abritait une église et un cloître, dans lequel vivait vers la fin du xviie s. un abbé érudit, Bernardo Giustiniani. L’église, dont il ne reste que la tour, était consacrée à Saint Vital. La pierre avait déjà disparu à l’époque de Kaibel.

  • 31 Sur la commémoration d’un grand-parent dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsag (...)

310La stèle, outre les noms des personnages, portait une épigramme en distique élégiaque. Comme le montre l’épigramme, au départ, ce monument funéraire a été dédié par des petits-fils à leur grand-père31. Puis il a été utilisé par d’autres membres de la famille, et alors ont été gravés les noms d’Exèkestidès (sur l’épistyle), de Phanostratè (dans le fronton) et de …an…. D’autres noms semblent avoir été inscrits à la ligne 1 mais les lettres sont illisibles ; Astorius propose des lettres incongrues, Rostgaard renonce à les lire. Kaibel estime que ce sont les petits-enfants d’Exèkestidès et sa femme Phanostratè qui ont dédié le monument. Dittenberger le suit, mais il pense que Phanostratè n’est pas sa femme mais sa cousine germaine ; Clairmont est d’avis qu’il s’agit de sa fille. Boeckh, qui restitue différemment les dernières lettres de la ligne 4, pense qu’Exèkestidès était l’un des petits-enfants, celui qui a fait ériger la stèle au nom de tous, et qu’il ne s’agit donc pas de son épitaphe ici ; mais les lettres ΑΝ lisibles à la fin doivent plutôt appartenir au nom d’une autre personne défunte, et non au verbe ἀνέθηκε. Ne faudrait-il pas lire Πρωτίωνι pour le nom du défunt dans l’épigramme ? Ainsi, Exèkestidès serait son fils.

  • 32 H. Gutscher, Die attischen Grabschriften (1890), II, p. 24.36 (cité par Conze).

311Conformément à l’usage dans les inscriptions funéraires, c’est le monument qui s’exprime, désigné ici par une métonymie (ζηλωτὸν στέφανον), en position emphatique au tout début du pentamètre. Selon Bruss, « le passant doit être frappé par la tombe, appelée στέφανος ici par analogie entre la vie et une course, et une magnifique tombe comme couronne du vainqueur » (je traduis) ; je préfère voir une analogie entre le marqueur de tombe et une couronne honorifique, telle qu’on en décernait aux citoyens méritants. Boeckh suppose qu’au sommet du fronton, qui n’est pas conservé, se trouvait la couronne dont parle l’épigramme. Mais d’une part sa restitution ἐπ[ὶ σή]μ[ατ]ι à la ligne 2 est peu probable, et d’autre part, comme Gutscher l’a rappelé, une couronne au sommet du fronton est, malgré l’arrondi qui figure sur la gravure d’Astorius, impossible pour un monument attique de ce type et de cette époque32. Kaibel a raison de penser que la couronne se réfère au monument lui-même, dans le sens d’« ornement honorifique », comme dans Anthol. Pal. VII 331.

312Sans surprise, le mort n’est commémoré pour aucune action particulière. Il est dit κλυτός, mot placé bien en évidence comme premier élément du poème.

  • 33 Sur le thème de l’adresse au passant, voir R. A. Lattimore, Themes in Greek and Latin Epitaphs (196 (...)
  • 34 Platon, Hippias majeur 291 d-e.

313Ainsi que bon nombre d’épigrammes funéraires, elle s’adresse au passant, afin que ce dernier, interpelé par le monument, lise le poème à voix haute et perpétue ainsi la mémoire du défunt33. Un passage de Platon explique ce que pouvait signifier un tel monument pour un passant du ive s. : c’est le comble de l’honneur d’être enterré par sa descendance et de recevoir une magnifique tombe34 ; c’est justement en quoi ce monument est enviable.

314Ceux qui ont érigé le monument sont désignés non par leur nom mais par leur relation avec le défunt. La coutume et l’éthique athéniennes voulaient que la descendance s’occupe de ses ancêtres, que ce soit de leur vivant ou après leur mort (voir supra, p. 335). Les petits-enfants indiquent par cette épigramme qu’ils ont accompli leur devoir familial.

315Vers 360 (Möbius per litt. chez Kirchner, Kirchner, Peek). Clairmont (1970) avait proposé une date vers 320 d’après la prosopographie, datation réaffirmée dans CAT, malgré les critiques justifiées de Hiller (laquelle opte pour une date vers le milieu du ive s., pour des raisons stylistiques). Boeckh pensait que la forme du oméga (cursive), qu’il reprend de la copie d’Astorius, indiquait l’époque romaine, c’est pourquoi la stèle a été intégrée au corpus de Dittenberger dans les IG. Mais comme Conze le remarque, cette forme spéciale du oméga n’apparaît sur la gravure d’Astorius que trois fois, à la ligne 2, et en des endroits très abîmés, et pas aux endroits où Dittenberger les donne, et chez Rostgaard cette forme de oméga ne figure nulle part.

316*HGL 11 - Stèle d’une famille d’Acharniens et de …isinoè

317MN 988.

318Stèle en marbre blanc ornée d’un fleuron, composée de deux fragments jointifs. 2,27 × 0,410-0,438 × 0,134. Hauteur des lettres : voir ci-dessous. Les côtés sont lissés. La partie arrière est non travaillée. Fleuron : lit d’acanthe, duquel jaillissent deux vrilles et deux palmettes. Entre le sommet des feuilles intérieures des deux palmettes, une fleur. Sur le fût, au-dessus de deux rosettes, est écrit le premier nom, et en dessous des deux rosettes, les autres noms. Notons qu’à chaque ligne, les graveurs ont espacé les lettres de manière à occuper toute la largeur de la stèle.

319Éditions : U. Koehler, IG II 1946 (A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1550) ; J. Kirchner, IG II2 5848 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 148 no 49) ; Platonos-Giota 2004, p. 216 no 13.

320Reproductions : fac-similé Koehler ; M. Salta, Τό Μουσεον 2 (2001), p. 84 fig. 1.

321Rest. Koehler.

322L. 1 : Φιλοῦργος err. Platonos-Giota ; l. 8 : Καλλί[ου γυνή] Platonos-Giota ; l. 9 : [Πε]ισινόη Kirchner ; l. 10 : Λυσσίππο(υ) err. Platonos-Giota ; l. 11 : Αἰξωνέω(ς) err. Platonos-Giota ; l. 14 : Λυκυνίδο(υ) err. Platonos-Giota.

Philourgos d’Acharnes. Kallias d’Acharnes. Kratinos d’Acharnes. Kallistagora [femme] de Kallias. …isinoè fille de Lysippos d’Aixônè. Philourgos fils de Lykinidès d’Acharnes.

323Trouvée à Ménidi et achetée par un certain Ernéris selon Conze.

324La gravure de la stèle a commencé vers 360 et s’est arrêtée vers 320 au plus tard. La date que propose Platonos-Giota, vers 300, est restrictive (elle ne tient pas compte des différentes mains) et trop tardive : une stèle aussi luxueuse n’a pas pu être érigée après la loi somptuaire de Démétrios de Phalère (voir supra, p. 74). Kirchner précise que les l. 1-2 ont été gravées vers 360, et les l. 3 et suiv. « assez longtemps après » (je traduis). Deux rosettes séparent en effet les l. 1 et 2 du reste de l’inscription. Il me semble distinguer quatre mains :

  • main 1 (l. 1-2) : lettres fines, assez profondes et régulières. Hauteur des lettres : 0,020 (0,018 omicron) ;
  • main 2 (l. 3-6) : lettres fines, peu profondes, tracé des lettres plus souple. Hauteur des lettres : 0,022-0,024 (0,018 omicron) ;
  • main 3 (l. 7-8) : lettres grossières, profondes et irrégulières. Hauteur des lettres : 0,025 (0,014 omicron) ;
  • main 4 (l. 9-15) : lettres fines, assez profondes et régulières. Traces de réglage. Hauteur des lettres : 0,025 (0,020-0,021 lettres rondes).

325Les mains 2 et 3 ont agi peu de temps après la main 1. La main 4 est la plus tardive (haste horizontale centrale du epsilon très courte, épaississements à l’extrémité des lettres).

326Une Aixonéenne, fille de Lysippos, a visiblement épousé un des Acharniens de l’inscription (peut-être Kratinos ou Philourgos), et a été enterrée dans leur tombeau familial, érigé dans leur dème. Il manque les premières lettres de son nom ; Kirchner propose en note Peisinoè, mais il s’agirait d’un hapax.

327*HGL 12 - Stèle de Déinokratès fils de Déinokratès

  • 35 Comme l’a vu Davies 1971, p. 361, cette stèle ne fait qu’un avec IG II2 5412, stèle funéraire publi (...)

328MN 209835.

329Stèle en marbre blanc avec représentation en relief, brisée dans la partie supérieure. 0,80 × 0,324-0,340 × 0,07. Hauteur des lettres : 0,015 (0,020 rhô, 0,008-0,011 lettres rondes). Les côtés sont travaillés au grain d’orge, l’arrière est dégrossi au pic.

330L’inscription est gravée sous le relief. Les lettres sont irrégulières, grossières, peu soignées, et le graveur n’a pas utilisé de réglage (les lignes sont de travers). Il est probable que la stèle ait été réutilisée, l’inscription originelle ayant figuré peut-être au-dessus du relief, partie aujourd’hui manquante.

331Dans un espace quadrangulaire creusé peu profondément, figure une représentation en bas-relief assez grossière d’une scène de dexiôsis entre une femme assise à droite et un homme barbu debout à gauche dont il ne reste que la moitié inférieure du visage. Il est vêtu d’un himation. La femme, vêtue d’un chiton et d’un himation, est assise sur une chaise, et ses pieds sont sur un repose-pied. Sa main gauche repose sur son giron. Il s’agit de l’épouse du défunt selon Clairmont, mais la stèle ayant été sans doute réutilisée, on ne peut interpréter la scène en fonction de l’épitaphe.

332Éditions : Ch. Vidua, Inscriptiones antiquae (1826), tab. 49.2. (A. Boeckh, CIG I 565 b) ; K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 926 no 1531 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1356) ; S. A. Koumanoudis, AEE 125 ; U. Koehler, IG II 1754 (A. Conze, Att. Grabreliefs I, p. 50 no 215) ; J. Kirchner, IG II2 5413 (= 5412) (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 136 no 12 [= p. 135 no 11] ; C. W. Clairmont, CAT 2.418 b).

333Reproductions : fac-similé Pittakis (inscription seule) ; Ph. Le Bas, S. Reinach, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure (1888), fig. 74.2 ; Conze, I Taf. 57 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 137 fig. 97 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.418 b.

Δεινοκράτης
Δεινοκράτους
Αἰξωνεύς.

334L. 2 : pour le sigma, le graveur s’y est visiblement pris à deux fois, car il y a une haste de trop.

Déinokratès fils de Déinokratès d’Aixônè.

335Trouvée au xixe s. dans la plaine thriasienne, dans le village de Chasiôtika Kalivia selon Koumanoudis. Elle se trouvait chez le vice-consul d’Autriche Gropius à l’époque de Vidua et de Boeckh. Selon Pittakis, elle aurait été achetée par Gropius, qui l’aurait ensuite offerte à l’ambassadeur autrichien Prokesch von Osten. Peut-être que Pittakis s’est opposé à son exportation, car peu de temps après, à l’époque de Koumanoudis, elle était entreposée à la stoa d’Hadrien sur l’Agora romaine (voir HGL 13 et HGL 15). Elle a ensuite été transférée au Musée national, où elle se trouvait déjà à l’époque de Conze.

336Milieu du ive s.

337*HGL 13 - Lécythe de Déinokratès fils de Kalliadès

338MN 1071.

339Lécythe en marbre blanc avec représentation en relief sur la panse, brisé au niveau du col et de la base ; le pied a été restauré (en revanche, le col restauré que l’on voit sur la photo chez Giannopoulou-Konsolaki a été enlevé). Hauteur : 0,81 (sans le pied restauré). Hauteur des lettres : 0,009 (0,007-0,008 lettres rondes).

340Scène de dexiôsis entre un homme barbu vêtu d’un himation, assis sur un klismos à droite, les pieds sur un repose-pied, la main gauche sur son giron, et un homme barbu debout à gauche (Déinokratès). L’homme debout est aussi vêtu d’un himation, qu’il saisit de la main gauche au niveau de la poitrine. Derrière ce dernier, un chien se dresse sur les pattes arrière et appuie les deux pattes de devant contre les jambes de son maître, essayant d’attirer son attention. Au-dessus des deux hommes est gravée l’inscription.

341Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 928 no 1539 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1358) ; P. Pervanoglu, Die Grabsteine der alten Griechen (1863), p. 66 no 63 ; S. A. Koumanoudis, AEE 126 ; U. Koehler, IG II 1755 (A. Conze, Att. Grabreliefs, no 677) ; J. Kirchner, IG II2 5414 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 136 no 13 ; C. W. Clairmont, CAT 2.411 a).

342Commentaires : Schmaltz 1970, A 219 ; Woysch-Méautis 1982, p. 127 no 296.

343Reproductions : fac-similé Pittakis (inscription seule) ; fac-similé Koehler ; Conze, II Taf. 130 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 137 fig. 98 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.411 a.

Δεινοκράτης Καλλιάδους
Αἰξωνεύς.

Déinokratès fils de Kalliadès d’Aixônè.

344Trouvé en 1842 sur la route menant d’Athènes à Acharnes et acheté par Gropius, qui l’a donné ensuite à Prokesch von Osten selon Pittakis. Il a été entreposé un moment à la stoa d’Hadrien, à l’époque de Koumanoudis. Il a été ensuite transféré au Musée national, où Conze le signale. Peut-être que là encore, Pittakis s’est opposé à son exportation (voir HGL 12 et 15).

345Milieu du ive s.

346HGL 14 - Stèle de Kallippos fils de Philôn

347Stèle en marbre blanc.

348Édition : U. Koehler, IG II 1765 (J. Kirchner, IG II2 5432 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 141 no 28).

349Commentaire : Salta 1991, p. 138.

350Reproduction : fac-similé Koehler.

Κά[λλι]ππος
Φ[ίλωνο]ς
[Αἰξωνεύ]ς.

351Rest. Koehler.

Ka[lli]ppos fils de Ph[ilôn dAixônè].

352Provenance inconnue, mais probablement le Pirée vu celle des autres monuments funéraires de la famille (HGL 6, 17 et 18), et le fait que la stèle était conservée autrefois au Musée du Pirée. C’est là que Koehler l’a copiée, mais Kirchner déjà dit ne pas l’y avoir vue ; elle est en effet absente du catalogue du musée.

353Milieu du ive s. (Kirchner).

354*HGL 15 - Lécythe de Nausicharès et de sa femme Diphilè

355MN 1056.

356Lécythe en marbre blanc avec relief sur la panse. Brisé au niveau du col et de la base ; le pied a été restauré. Traces de métal au niveau de l’épaule, et morceaux de plomb dans l’embouchure et le creux de l’anse. Hauteur : 0,51 (sans le pied restauré). Hauteur des lettres : 0,009 (0,007 lettres rondes). Le relief représente une scène de dexiôsis entre une femme assise à gauche sur un klismos (Diphilè) et un homme barbu se tenant debout à droite (Nausicharès). La femme est vêtue d’un chiton et d’un himation. Ses pieds reposent sur un repose-pied. L’homme est vêtu d’un himation. Le nom de la femme est écrit au-dessus de sa tête, celui de l’homme derrière sa tête.

357Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 927 nos 1532-1533 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1357) ; P. Pervanoglu, Die Grabsteine der alten Griechen (1863), p. 67 no 67 ; S. A. Koumanoudis, AEE 503 ; U. Koehler, IG II 2056 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 171 ; J. Kirchner, IG II2 6166 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 149 no 51 ; C. W. Clairmont, CAT 2.406 a).

358Commentaires : Schmaltz 1970, A 289 ; Fraser 1995, p. 66.

359Reproductions : fac-similés Pittakis, repris chez Rangabé ; fac-similé Koehler ; Schmaltz, Taf. 47.

360L. 2 : ΔΗΜΟΚΛΕΙΔΟΥ err. Pittakis ; Δημοκλείδου err. Pervanoglu ; Δη(?)μοκλείδου err. Koumanoudis ; ΝΑΥΣΙΚΡΑΤΟΥ err. Pittakis (mais Ναυσικράτους dans sa transcription) ; Ναυσικράτου err. Pervanoglu ; l. 3 : Εὐωνυμεύς err. Kirchner ; Fraser, étonné par ce démotique au nominatif, considérait qu’il s’agissait peut-être d’une erreur du lapicide.

Diphilè fille de Timokleidès d’Euônymon. Nausicharès fils de Nausikratès d’Aixônè.

361Trouvé en 1840 dans la région du Dipylon au Céramique, acheté ensuite par Gropius, qui en a fait cadeau à Prokesch von Osten. Il a été entreposé un moment à la stoa d’Hadrien (à l’époque de Pervanoglu et de Koumanoudis). Peut-être que Pittakis s’était opposé à son exportation (voir HGL 12 et 13).

362Diphilè, originaire d’Euônymon (un dème limitrophe d’Aixônè), était mariée à l’Aixonéen Nausicharès. Le couple était installé en ville d’Athènes.

363Milieu du ive s. (Kirchner), 330 (Schmaltz).

364*HGL 16 - Stèle d’Isthmonikè fille de Lysis et de son époux

365Céramique, I 237.

366Grande stèle de marbre avec deux rosettes en relief sur la partie supérieure de la face principale et une rosette en haut de chacun des deux côtés. 2,00 × 0,51-0,58 × 0,225. Hauteur des lettres : 0,045 (l. 1-6), 0,017 (l. 7 et suivantes). Les rosettes ont été très abîmées lors du remploi de la pierre ; actuellement, seule celle du côté gauche de la stèle est conservée. Sous les rosettes figure l’inscription.

367L’inscription, exposée à l’air libre, s’est considérablement dégradée depuis l’editio princeps. Oikonomos pense que, à l’endroit du vacat, on nouait un ruban en des jours précis, pratique que l’on constate dans les scènes représentées sur les lécythes à fond blanc et sur des stèles funéraires où le ruban est peint.

368Éditions : G. P. Oikonomos, MDAI(A) 37 (1912), p. 226 (Ch. Michel, RIG suppl. no 1783 ; J. Kirchner, IG II2 7045 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 150 no 54) ; Hildebrandt 2006, no 329.

369Reproduction : Oikonomos (seulement les l. 4-8).

370L. 7 : la haste horizontale du tau n’est plus visible ; elle était peinte selon Oikonomos ; l. 8 : pour la troisième lettre, le graveur avait d’abord gravé un chi, qu’il a corrigé en sigma.

Euègoros fils de Philoinos de Paiania. Isthmonikè fille de Lysis d’Aixônè. Satyra fille d’Aischrôn de Koilè, femme de Sèlôn. Dèmophilè fille d’Amphikèdès d’Aphidna. Pamphilos fils de Mélèsippos de Xypétè.

371Il me semble distinguer quatre mains :

  • main 1 (l. 1-3) : lettres grandes et fines ;
  • main 2 (l. 4-6) : lettres plus petites et moins fines. Ces lignes sont séparées des précédentes par un grand vacat ;
  • main 3 (l. 7-10) : lettres plus fines ;
  • main 4 (l. 11-14) : lettres beaucoup plus petites.
  • 36 A. Brückner, Der Friedhof am Eridanos (1909), p. 25.105.

372Oikonomos pense qu’à partir de la ligne 7, ce monument a été utilisé par une autre famille, dont les noms sont inscrits en lettres plus petites, différence de grandeur qui s’expliquerait par un manque de place. Les personnages à partir de Satyra ne semblent en effet pas avoir de lien de parenté avec le couple Euègoros-Isthmonikè. Oikonomos cite le parallèle de Koroibos de Mélitè, où un caveau a aussi changé de possesseur36.

373Trouvée en 1912 par Oikonomos lors de fouilles au Céramique dirigées par la Société archéologique d’Athènes sous la direction de Brückner. La stèle se trouve dans la partie nord du Dipylon, encastrée en seconde utilisation dans le pilier central de la porte du Dipylon, à une époque de pillage du cimetière voisin selon Oikonomos, qui renvoie au démantèlement du mur du péribole de Dionysios de Kollytos. La stèle d’Isthmonikè, et d’autres stèles du ive s. ont été réutilisées dans la transformation de la porte du Dipylon, qui a eu lieu peut-être à la fin de l’époque hellénistique ou à l’époque romaine selon Oikonomos.

374Isthmonikè a été reconnue par tous les éditeurs comme la fille du célèbre Lysis (II) d’Aixônè, voir la section qui lui est consacrée dans le chapitre 4.

375La gravure a commencé au milieu du ive s. et s’est poursuivie jusque vers 320.

376HGL 17 - Stèle de la famille de Kallippos fils de Philôn

377Stèle de marbre blanc. 1,2 × 0,6 × 0,185.

378Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 928 no 1541 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1360) ; S. A. Koumanoudis, AEE 138 ; U. Koehler, IG II 1766 (> copie Ross) (J. Kirchner, IG II2 5433 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 141 no 29 ; Hildebrandt 2006, nos 378-9).

379Commentaire : Salta 1991, p. 138.

380Reproductions : fac-similé Pittakis ; fac-similé Ross chez Koehler.

381Rest. Koehler.

382L. 4 : Πρ[ῶτ]ος Pittakis et Koumanoudis ; l. 5 : [Κ]αλ[λίππ]ου Pittakis et Koumanoudis ; l. 8 : Καλ[λίππου] Pittakis et Koumanoudis ; l. 9 : Αἰξω[νεύς] Pittakis ; Αἰξων[εύς] Koumanoudis ; l. 10 : . . στρατος Pittakis ; [Σώ] στρατος Koumanoudis ; l. 11-12 : rest. Koumanoudis, qui écrit [Φίλ]ων[ος] ; [Αἰξ]ων[εύς] Pittakis.

Kallippos fils de Philôn d’Aixônè. Proxénos fils de Kallippos d’Aixônè. Philôn fils de Kallippos d’Aixônè. Philostratos fils de Philôn d’Aixônè.

383Pittakis dit avoir trouvé la pierre le 27 juin 1850 dans la partie nord-est d’Athènes, mais ce doit être inexact, car tous les monuments funéraires de la famille (HGL 6, 14, 18), sauf un (GL 15), ont été trouvés au Pirée. D’ailleurs, Koumanoudis la signale au Pirée, dans la partie ouest du port, « près du poste de garde » (je traduis). La pierre est aujourd’hui perdue.

384ive s. (Kirchner) ; plutôt après le milieu du ive s., d’après le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ (en tout cas à partir de la l. 4).

385*HGL 18 - Stèle d’Aristagora et d’Hèdulinè, femme et fille de Philôn

386MP 1367.

387Stèle en marbre gris-bleu, brisée dans sa partie inférieure. Elle est couronnée d’un fronton arrondi, qui comportait jadis une palmette peinte d’après Conze. Des traces d’une représentation peinte ont été observées sur le fût sous l’inscription par Postolakkas en 1878 (cité par Conze) : la scène représentait une dexiôsis entre Aristagora, assise à droite, et Hèdulinè. Il n’en reste aucune trace aujourd’hui ; déjà la peinture avait disparu du temps de Conze. Cependant, Posamentir émet des doutes sur l’existence de cette scène, car malgré toutes les techniques modernes dont il dispose, il ne distingue aucune peinture sur la stèle.

3880,55 × 0,30-0,31 × 0,050-0,055. Hauteur des lettres : 0,015 (omicron : 0,013).

389Éditions : U. Koehler, IG II 1753 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 153 ; J. Kirchner, IG II2 5408 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 134 no 7 ; C. W. Clairmont, CAT 1.117).

390Commentaire : R. Posamentir, Bemalte attische Grabstelen klassischer Zeit (2006), no 131.

391Reproductions : fac-similé Koehler ; Conze (dessin) ; Posamentir, nos 131.1 (photo) et 131.2 (dessin de Conze).

[Ἀ]ρισταγόρα.
[Ἡδ]υλίνη Φίλωνο[ς]
[Α]ἰξωνέω[ς].

392L. 2 et 3 : [Ἡ]δυλίνη et [Α]ἰξωνέως Kirchner ; deux éclats à droite et à gauche, récents sans doute, ont fait sauter quelques lettres. Koehler distinguait encore la haste oblique droite du delta d’Hèdulinè, mais ne voyait déjà que l’angle inférieur du sigma de la ligne 3.

Aristagora. Hèdulinè fille de Philôn d’Aixônè.

  • 37 Ce jardin se trouvait au Pirée, entre les rues Artémisiou, Salaminos, Dervenakiôn et Palamèdiou. A. (...)

393Il n’y a aucune information dans le registre du Musée du Pirée sur la date et le lieu de la découverte de la pierre. Koehler et Conze l’ont examinée au Pirée, dans le jardin de Mélétopoulos37. Il est probable qu’elle provienne du Pirée, et ait fait partie du même péribole que HGL 6, 14 et 17.

394Seconde moitié du ive s.

395HGL 19 - Stèle de Nausikratès fils de Nausicharès

396Stèle assez grande selon Müller.

397Éditions : Ch. Vidua, Inscriptiones antiquae (1826), tab. 50.3 (A. Boeckh, CIG I 572 b ; S. A. Koumanoudis, AEE 142 ; U. Koehler, IG II 1770) ; J. Kirchner, IG II2 5440 (> copies de Pittakis et de Müller) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 145 no 37).

398Reproductions : fac-similé Vidua chez Boeckh ; fac-similés Pittakis et Müller dans les archives de l’Académie de Berlin.

Ναυσικράτης
Ναυσιχάρους
Αἰξωνεύς.

Nausikratès fils de Nausicharès d’Aixônè.

399Trouvée au xixe s. à Athènes. Elle se trouvait à Athènes dans la maison de Gropius à l’époque de Boeckh. Elle a été perdue assez rapidement, car Koumanoudis ignore où elle se trouve. Elle se dressait peut-être au Céramique, car le lécythe funéraire d’un membre de la famille de Nausikratès en provient (HGL 15).

400ive s. (Kirchner) ; plutôt après le milieu du ive s., d’après le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

401*HGL 20 - Stèle de Léontoménès fils d’Épigénès

402ME 9062 (frag. A) + 9178 (frag. B).

403Partie supérieure d’une stèle en marbre blanc, composée de deux fragments jointifs. Elle est ornée d’une moulure au sommet, abîmée à gauche, et se terminait par un couronnement, qui a été brisé (peut-être un anthémion, voir HGL 21). Immédiatement sous la moulure figure l’inscription. Sous l’inscription, on voit un segment d’une rosette à gauche. La partie arrière est non travaillée et porte une large encoche, signe d’un remploi. 0,205 × 0,369 (fût) × 0,05. Hauteur des lettres : 0,020-0,022 (le omicron et le oméga sont plus petits).

404Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE Prosthèkai, no 26 (paru en 1993) (frag. A-B) ; U. Koehler, IG II 1768 (frag. A) ; J. Kirchner, IG II2 5436 (> estampage) (frag. A) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 142 no 33).

405Reproduction : fac-similé Koehler.

Λεοντομένης
Ἐπιγέ̣̣νους
Αἰξωνε[ύς].

406Λεοντομένης Ἐπι..ένου Αἰξωνεύς Koumanoudis ; Λεοντ - - Ἐπιγέ̣[νους] Αἰξω[νεύς] Koehler ; Λεόντ[ιος] Kirchner.

Léontoménès fils d’Épigénès d’Aixônè.

407Depuis Kirchner, on restituait l’onoma Léontios, sur le modèle de notre décret 3, l. 5-6, où figure Léontios fils de Diôn, chorège en 317/6. Mais la pierre avait été vue intacte par Koumanoudis et, dans ses Prosthèkai, ouvrage paru en 1993 seulement, il avait lu clairement Léontoménès. Entretemps, la pierre a été brisée en deux morceaux, enregistrés séparément au Musée épigraphique. Les deux fragments sont aujourd’hui recollés. Les auteurs du LGPN prennent en compte la lecture Léontoménès, mais Traill dans PAA se montre encore hésitant, car il propose deux entrées. Sur l’origine de cet onoma, voir annexe IV, s.v.

408La stèle a été trouvée au Pirée d’après Koumanoudis, qui ajoute qu’elle a été achetée auprès de Laphazani. Elle a été ensuite transférée au Musée national, où Koehler a pu l’examiner. Elle se trouve actuellement au Musée épigraphique.

409Milieu du ive s. selon Kirchner, mais la seconde moitié du ive s. me paraît préférable d’après la paléographie (épaississements à l’extrémité de certaines lettres, haste centrale horizontale du epsilon très courte, omicron et oméga plus petits, hastes obliques du upsilon courbes). C’est sans doute par inadvertance que J. S. Traill (PAA 391515) date la stèle du début du ive s.

410*HGL 21 - Stèle de Mégaklès fils de Théophanès

411MP 1513.

412Stèle en marbre gris-bleu avec fleuron, brisée en bas. Elle est d’excellente facture. Le fleuron se compose de deux grandes palmettes émergeant d’un lit d’acanthe. De chaque côté de ce dernier se trouvent deux rosettes. Tout au sommet, entre les deux palmettes, est sculptée encore une rosette. Le fleuron repose sur une moulure, et immédiatement en dessous a été gravée l’inscription. Sous l’inscription, on voit deux rosettes en relief. L’arrière est dégrossi au pic. 0,97 × 0,395-0,410 (fût) × 0,11. Hauteur des lettres : 0,020.

413Éditions : A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1570 ; J. Kirchner, IG II2 5437 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 142 no 34) ; Hildebrandt 2006, no 52.

414Commentaire : Möbius 1929, 42.89 (anthémion).

415Reproductions : Conze, III Taf. 330 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 143 fig. 99.

Μεγακλῆς
Θεοφάνου
Αἰξωνεύς.

416L. 2 : [Θ]εοφάνου Conze. Un éclat a abîmé les deux premières lettres des deux premières lignes, mais elles sont tout de même lisibles.

Mégaklès fils de Théophanès d’Aixônè.

417Trouvée au Pirée, à Pigada (sud-ouest du port de Zéa).

418Seconde moitié du ive s.

419HGL 22 - Stèle de la fille d’Anticharès d’Aixônè

420Musée Vorres à Paiania ?

421Fronton d’une stèle en marbre blanc, brisé à gauche. Il faisait partie d’une stèle funéraire à relief selon Kyparissis. 0,23 × 0,75 × 0,58. Hauteur des lettres : 0,023. L’architrave portant l’inscription mesure 0,44 m de longueur.

422Éditions : N. Kyparissis, AD 1926 (1929), p. 77 ; J. Kirchner, IG II2 5407 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 134 no 6) ; W. Peek, Attische Grabschriften, I (1954), p. 7-8 no 9 (+ estampage) ; C. W. Clairmont, CAT suppl. PE 3 (> Kyparissis et Kirchner).

[. .ca3-4. .] Ἀντιχάρους
[Αἰξ]ωνέως θυγάτηρ,
[- - -]ε̣ους Ἀναφλυστίου γυνή.

423D’après Peek.

424L. 2 : rest. Kirchner ; [ΚΙΚΥΝ]ΝΕΩΣ Kyparissis (car le dème de Kikynna pourrait se trouver près de Paiania), suivi par Clairmont ; l. 3 : [Πεισικλ]έους Peek, d’après IG II2 5654 et 5655 (Βόηθος Πεισικλέους Ἀναφλύστιος). Il précise que le epsilon dont il distingue encore la haste horizontale supérieure tombe juste en dessous de la première moitié du premier oméga du démotique, auquel cas sa restitution semble trop longue ; ΦΥΝ[Η] err. Kyparissis.

… fille d’Anticharès d’Aixônè, femme de …ès d’Anaphlystos.

425Trouvé près de Paiania, à Karéla. Kyparissis le signale dans la collection archéologique du village de Liopési, abritée dans la cour de l’école primaire selon la volonté du maire de la commune. Kyparissis précise que la collection contient les trouvailles faites à Liopési et dans les environs, dont celles issues des fouilles de A. D. Kéramopoullos à Karéla. Notre fragment provient sans doute de ces fouilles. Kirchner le signale toujours à cet endroit. Aujourd’hui, les antiquités de la région se trouvent au Musée Vorres à Paiania ; la pierre s’y trouve peut-être, mais Clairmont conjecture qu’elle a pu être transférée au Musée de Brauron.

426Une femme d’Aixônè (son nom ne s’est pas conservé) a épousé un homme d’Anaphlystos, et le couple a vécu dans le dème de Paiania. Il est possible que l’un ou l’autre y résidât déjà. Sur les couples mixtes, voir supra, p. 347-348.

427Seconde moitié du ive s. (Kirchner).

428HGL 23 - Stèle de Timoklès fils de Lysias

429Éditions : K. S. Pittakis, L’ancienne Athènes (1835), p. 318 ; A. R. Rangabé, Ant. Hell. no 1355 ; S. A. Koumanoudis, AEE 145 et 519 (> Pittakis et Rangabé) ; U. Koehler, IG II 1772 (> Pittakis et Rangabé) (J. Kirchner, IG II2 5446 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146 no 43).

430Reproductions : fac-similés Pittakis et Rangabé chez Koehler.

Τιμοκλῆς
Λυσίου
Αἰξωνεύς.
- - - - - - -

431L. 4 : Αἰξωνέως Pittakis, . . . Αἰξωνεύς Rangabé. Pittakis indique encore une cinquième ligne par une série de points, donc illisible.

Timoklès fils de Lysias d’Aixônè…

432Stèle trouvée vers les Propylées de l’Acropole d’Athènes par Pittakis au début du xixe s. La pierre était perdue déjà à l’époque de Koumanoudis, qui ignore son lieu de conservation.

433Pittakis considère que l’inscription figurait sur une base de statue. Il dit en effet : « Fragment d’un piédestal qui probablement supportait la statue de Timoclès ». Mais Rangabé parle bien d’une stèle funéraire, et d’après Kirchner, cette stèle ne fait qu’un avec celle publiée par Pittakis dans AEph 1854, p. 1130 no 2171 ([Τι] μοκλ[ῆς] [Λυ]σίου Εὐω[νυμεύς]) ; Koumanoudis déjà, qui analyse cette dernière inscription sous le no 519, se demande si elle est à différencier de la nôtre. Sous le no 2171, Pittakis dit qu’il s’agit d’un fragment d’une stèle funéraire en marbre de l’Hymette qu’il a repérée sur l’Acropole le 25 août 1834, « au sud du Parthénon ».

434Aucune date n’est avancée par les éditeurs. Je propose, à titre d’hypothèse, la seconde moitié du ive s. d’après la forme du support et le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ. Les auteurs du LGPN indiquent « époque hellénistique ? », peut-être parce qu’ils pensent qu’il s’agit d’une colonnette funéraire d’après la disposition du nom.

435*HGL 24 - Stèle de Sôkleidès

436MP 4541.

437Stèle de marbre blanc à fronton ornée d’une représentation en relief d’une loutrophore dans un creux rectangulaire. 1,43 × 0,44-0,50 × 0,115-0,125. Hauteur des lettres : 0,022. Un ruban est suspendu entre les anses du vase. L’inscription figure sur la partie supérieure de la stèle, sous le fronton.

438Édition : Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 131 no 30 (SEG XL 214) (SEMA no 51).

439Reproduction : Giannopoulou-Konsolaki, p. 130 fig. 94.

Σωκλείδης
Χαιρεφάνου
Αἰξωνεύς.

Sôkleidès fils de Chairéphanès d’Aixônè.

440Selon Giannopoulou-Konsolaki, le mort était peut-être célibataire car sa stèle porte la représentation d’une loutrophore, mais cela n’est pas un critère absolument fiable, voir le commentaire à HGL 7.

  • 38 Pace Marchiandi 2011, p. 416.

441La stèle a été trouvée en 1980 à l’angle des rues Solônos et Papagou à Anô Voula. Elle a été donnée par N. Pandazi au Service archéologique grec. Giannopoulou-Konsolaki la classe parmi les monuments funéraires venant de Glyphada, mais le lieu de trouvaille se situe clairement sur le territoire d’Halai Aixônidès38.

442D’après la forme des lettres (épaississements aux extrémités des lettres, alpha à barre droite, haste horizontale centrale du epsilon très courte, omicron un peu plus petit, hastes du sigma très peu écartées et parfois courbes, oméga fermé) et le rendu de la fausse diphtongue ΟΥ, je propose de la dater de la seconde moitié du ive s.

443*HGL 25 - Stèle de Théokléia (?) fille d’Euthykratès d’Aixônè

444MP 1596.

445Partie supérieure gauche d’une stèle à fronton en marbre blanc. Le fût est orné d’une représentation en relief dans un creux rectangulaire, avec une parastade sculptée à gauche. Les côtés ont été travaillés au grain d’orge. L’arrière est dégrossi au pic. 0,62 × 0,22 × 0,06. Hauteur des lettres : 0,008 (0,006 lettres rondes).

  • 39 Tous les commentateurs (sauf Clairmont) disent qu’elle est assise, mais elle est debout en réalité  (...)

446Le couronnement se compose d’une moulure et d’un fronton arrondi entouré de deux acrotères. Sur l’acrotère qui reste, celui de gauche, on voit la moitié d’une palmette sculptée en relief qui pousse d’une vrille surgissant de l’ornement du centre. Au sommet de la vrille, sous l’angle qui sépare l’acrotère gauche du centre, il y a une petite fleur campanulée. Sous le couronnement se trouve une rosette, l’inscription et le relief. Du relief, il reste la partie supérieure d’une femme debout39, qui appuie sa tête sur sa main droite en signe d’affliction. Clairmont (1970) pense qu’elle est une parente de la défunte, laquelle était peut-être représentée assise sur la droite. Il relève en outre que le couronnement de la stèle est de bien meilleure qualité que le relief et l’inscription, et en déduit que ces deux éléments ont été ajoutés par après sur une stèle déjà sculptée par quelqu’un d’autre ; cette hypothèse n’est pas reprise dans CAT.

447Éditions : K. Kourouniotis, AEph 1913, p. 204-205 no 7 ; W. Peek, « Attische Epigramme », Mnemosyne 4 (1936-1937), p. 2 n. 1 (id., GVI 340 et ZPE 31 [1978], p. 272 [SEG XXVIII 243] ; Clairmont 1970, no 43 [avec le compte rendu de G. Daux, BCH 96 (1972), p. 546-548] et CAT 2.384 a ; P. A. Hansen, CEG 540) ; J. Kirchner, IG II2 5424 (> Peek + estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 139 no 21) ; Scholl 1996, p. 303 no 303.

448Traduction : Clairmont (1970) (en anglais).

449Commentaires : G. Pfohl, Untersuchungen über die attischen Grabinschriften (1953), p. 25-27 (sôphrosynè) ; Vedder 1985, p. 181 n. 208 b.

450Reproductions : Kourouniotis, p. 205 fig. 16 ; fac-similé Peek ; Clairmont (1970), pl. 22.43 ; Daux, p. 547 fig. 7 a-b ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.384 a.

451Rest. Peek. Les lettres thêta et omicron étaient presque toutes peintes et non gravées.

452L. 1 : Αἰξωνέ[ως] Kourouniotis ; l. 2 : du nom de la défunte on ne voit qu’un epsilon entouré de deux espaces réservés pour des lettres rondes (non gravées) ; (Θ)ε[όκλεια] ou (Θ)ε[οκρίτα] Peek ; Hansen propose comme autre possibilité (Θ)εό[κλει’ ἀρετῆς ⏑ ⏑ - -]. Clairmont (1970) préfère ne pas restituer le nom de la défunte dans sa transcription, mais propose à la note 135 Θεό[φ ⏑ ⏑], proposition non reprise dans CAT.

D’Euthykratès d’Aixônè, la fille [repose ici], Théo[kléia] (?), douée d’une très grande [modestie ?].

453Trouvée au Pirée.

  • 40 E.g. CEG 58 (fin du vie s. Pour un métèque, honoré aussi pour son arétè), CEG 34 (vers 530. Pour un (...)
  • 41 Voir supra, p. 334 n. 30. Voir aussi Whitehead 1993, p. 70-72 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 221, p. 2 (...)

454L’épigramme est un distique élégiaque. Peek a sans doute raison de restituer la sôphrosynè comme qualité, car c’est l’une des vertus les plus mises en avant dans les épitaphes attiques, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes40. Eschine l’inclut parmi les qualités requises pour être un bon démocrate, au sens de modération (3, 170). H. North, dans sa monographie sur le terme, dit, en parlant de la littérature, qu’il s’applique à tous les membres de la société dont on exige l’obéissance, comme les jeunes gens et les femmes. Dans les inscriptions honorifiques, on la trouve souvent pour les éphèbes et leurs supérieurs, et elle est généralement combinée avec l’arétè, très rarement avec la piété41.

455Pour le nom de la défunte, voir annexe IV, s.v. « Θεό[κλεια ?] ».

456Fin du ive s. (Kourouniotis) ; milieu du ive s. (Peek, Kirchner, Clairmont) ; 1er quart du ive s. ? (Vedder, Scholl). Une date dans la seconde moitié du ive s. me paraît mieux convenir à la paléographie (absence d’ornements, lettres rondes plus petites, haste horizontale centrale du epsilon parfois plus courte, hastes obliques du kappa courtes, nu parfois équilibré, xi à haste verticale centrale, sigma encore assez ouvert et aux hastes obliques parfois courbes, oméga ouvert) et au rendu de la fausse diphtongue ΟΥ.

457*HGL 26 - Stèle de Philinos, Nausias et Phyllis (?)

458Jérusalem, musée d’Israël no 80.50.61.

459Stèle à fronton en forme de naïskos en marbre blanc, avec une représentation en relief. 0,81 × 0,50. Hauteur des lettres : 0,008-0,01 (0,004 omicron).

460Dans le fronton, une sirène en deuil est sculptée de face, en bas-relief. Le panneau principal est encadré de piliers ; on y voit un groupe familial sculpté, allant du bas-relief au haut-relief. À gauche, une femme assise vue de profil (Phyllis ?), serre la main d’un homme barbu debout à droite (peut-être Philinos), vêtu d’un himation. Ce dernier déborde en grande partie sur le pilier de droite. Derrière la femme assise, une jeune servante est sculptée en bas-relief ; cette figure déborde presque entièrement sur le pilier de gauche. Elle est vue de face ; elle repose son menton sur sa main droite en signe de deuil (Herrmann et Vermeule y voyaient un homme barbu). Entre la femme assise et l’homme debout, se trouve un homme barbu vêtu d’un himation (peut-être Nausias) ; il est montré de face, en bas-relief. L’angle droit du couronnement et les visages de toutes les figures (surtout de la femme assise) sont abîmés. Sur l’architrave a été gravée une inscription aux lettres irrégulières. Herrmann et Vermeule supposent que les visages et l’inscription ont été retravaillés dans l’Antiquité, mais je n’ai pas cette impression.

461Éditions : A. Herrmann, C. C. Vermeule, dans The Ernest Brummer Collection, Ancient Art, II, Auction Catalogue October 16-19 1979 (1979), p. 202-203 no 613 ; C. W. Clairmont, CAT 4.417 (> photo) ; D. M. Lewis dans J. S. Traill, PAA 436072 ; SEMA no 54 (> Herrmann et Vermeule + Lewis).

462Commentaires : Vedder 1985, p. 251 F 61 ; K. Clinton, AEph 1988 (1991), p. 25 (prosopographie).

463Reproductions : Herrmann et Vermeule, no 613 p. 202 (la droite et la gauche sont inversées sur la photo) ; Clairmont, CAT Plate Volume, 4.417 ; M. Dayagi-Mendels, S. Rozenberg (éds), Chronicles of the Land. Archaeology in The Israel Museum Jerusalem (2010), p. 260 fig. 11.

Φιλῖνος Εὐκλείδου Αἰξωνεύς : Ναυσίας Φιλίνου Αἰξωνεύς.
Φ[υλλ]ίς (?) Εὐκλέιους Αἰξωνέως.

  • 42 Voir Threatte 1996, p. 205.

464L. 2 : rest. LGPN, s.v. ; Φ - - - - - ς Herrmann et Vermeule ; Φ[ιλλ]ίς (?) (SEMA). Ce dernier nom n’est attesté qu’au masculin dans l’épigraphie attique, et une seule fois (SEG XXI 885, iiie s.). Φ[. . .] Εὐκλεί<δ>ους CAT, mais il n’y a pas de raison de corriger le lapicide ici42 ; Φ . . . ις Εὐκλείους Lewis.

Philinos fils d’Eukléidès d’Aixônè. Nausias fils de Philinos d’Aixônè. Phyllis (?) fille d’Euklès d’Aixônè.

465Le monument commémore un père (Philinos) et son fils (Nausias), ainsi que Phyllis (?), peut-être l’épouse de Philinos.

466Provenance inconnue, mais vu l’usage du démotique, la stèle a été trouvée sur le sol athénien. En 1926, elle entre dans la collection Brummer à New York. L’objet a été vendu aux enchères à Zürich le 19 octobre 1979 ; son prix était estimé entre 24 000 et 30 000 $. La stèle a ensuite été donnée par Ella Brummer (Durham, Caroline du Nord) aux Amis américains du musée d’Israël à la mémoire de son époux Ernest Brummer.

467Seconde moitié du ive s.

468HGL 27 - Stèle de Dèmostratè et Lysippè

469Leyde, Musée des Antiquités, 1859 : KAG.

470Stèle en marbre blanc à fronton, ornée d’une représentation en relief contenue dans un rectangle creux. 0,68 × 0,38-0,42 × 0,07. Hauteur des lettres : 0,008-0,010. La scène figurée est représentée en bas-relief. Les bordures latérales du relief sont rendues de manière architectonique, sous la forme de colonnes à chapiteaux. Les figures sont sculptées de manière peu soigneuse. Le bord du fronton supérieur droit est abîmé et l’acrotère droit est manquant.

  • 43 Les ajouts sur les stèles sont souvent moins soigneux, car le lapicide ne peut pas frapper aussi fo (...)

471Le relief représente une scène de dexiôsis. À gauche, une femme est assise sur un klismos (Dèmostratè) ; elle est vêtue d’un chiton et d’un himation ; sa main gauche repose dans les plis de son manteau sur son giron ; ses pieds sont sur un repose-pied. Elle serre la main droite d’une femme debout sur la droite (Lysippè), qui porte un double chiton et un himation. L’épitaphe est inscrite en dessus du relief. Le nom de Lysippè a été inscrit par une autre main car les lettres sont plus profondes et plus grossières, comme l’avait déjà remarqué Janssen ; il a probablement été ajouté, après son décès, sur la stèle de sa mère43. Par manque de place, le lapicide a gravé le patronyme au-dessus et à droite du nom de Lysippè.

472Éditions : D. J. van Lennep, « Commentatio ad marmor litteratum Atticum recens effossum », Commentationes Latinae Tertiae Classis Instituti Regii Belgici 2 (1820), p. 205 (A. Boeckh, CIG I 567 ; S. A. Koumanoudis, AEE 127 ; U. Koehler, IG II 1757 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 123) ; L. J. F. Janssen, Algemeene Konsten Letterbode (1859), no 43 (id., AA 1859, p. 123 nos 130-131) ; J. Kirchner, IG II2 5416 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 118 no 5) ; Pleket 1958, appendice IV p. 95 no 72 ; Fr. L. Bastet, Beeld en Reliëf (1979), p. 26 no 10 (n.v.) ; Fr. L. Bastet, H. Brunsting, Corpus signorum classicorum (1982), I, p. 64 no 128 ; Scholl 1996, p. 337 no 428 ; C. W. Clairmont, CAT 2.376 d (> Kirchner et Pleket).

473Commentaires : Beschi 1975 ; Bastet 1987, p. 79.

474Reproductions : fac-similé van Lennep, repris par Boeckh ; Conze, I Taf. 42 (dessin) ; Pleket, pl. XVI no 72 ; Beschi, tav. 129 ; Bastet (1979), p. 26 no 10 ; Bastet, Brunsting, II, pl. 36 ; Bastet (1987), pl. XXVIII no 384 ; Scholl, Taf. 18 no 2 ; Clairmont, CAT Plate Volume, 2.376 d.

Dèmostratè femme de Choroklès d’Aixônè. Lysippè fille de Choroklès.

475D’après Boeckh, qui reproduit les informations de van Lennep, la stèle a été trouvée en 1819 « in via sacra Athenis Eleusinem ducente » et a été envoyée aux Pays-Bas par Coertsen, capitaine de la frégate Le Lynx Belge. Les éditeurs postérieurs, jusqu’à Pleket, reproduisent cette information sur le lieu de trouvaille ; Conze ajoute que la stèle a été trouvée par Rottiers « bei Athen » en 1819. C’est donc à tort que Pleket, suivi par les chercheurs postérieurs, dit que le lieu d’origine de la stèle est Aixônè, dans la zone de Voula précise Beschi car c’est là qu’il place la fouille de Rottiers (voir supra, p. 38 et p. 45-46). Ce n’est pas parce que les défuntes sont Aixonéennes que la stèle provient de ce dème : la plupart des stèles d’Aixonéens de mon corpus ont été trouvées en dehors du territoire du dème.

476La stèle faisait partie de la collection Rottiers vendue au gouvernement hollandais (voir GL 22 et supra, p. 46) ; elle a été acquise par le Musée des Antiquités en décembre 1859 d’après Pleket, qui a pu consulter le registre du musée, mais la stèle n’est pas allée directement à Leyde : Koumanoudis, en 1871, la signale à Amsterdam, dans la collection de l’académie des Sciences ; Koehler en 1888 également ; Conze, en 1893, la signale à Leyde, mais précise qu’auparavant elle était à l’Académie des Sciences à Amsterdam. C’est donc entre 1888 et 1893 qu’elle a été transférée d’Amsterdam à Leyde.

477Boeckh, qui se fonde sur le fac-similé de van Lennep, se trompe dans la lecture et pense que la stèle commémore Dèmostratè fille de Choroklès et l’épouse de son père, Lysippè. Or, la disposition des deux épitaphes montre que Dèmostratè est l’épouse de Choroklès et que Lysippè est sa fille, comme l’avait déjà vu Koehler.

478340-330 (Scholl). Les éditeurs précédents ont eu tendance à dater la stèle bien trop haut, comme le souligne Clairmont : avant le milieu du ive s. (Kirchner), fin du ve s. (Pleket), vers 400 (Bastet).

479*HGL 28 - Stèle de Diodôros fils de Diôn

480ME 9060.

481Petite stèle en marbre gris-bleu avec fleuron, brisée en bas. 0,40 (0,135 fût seul) × 0,370-0,377 × 0,07. Hauteur des lettres : 0,015 (0,013 lettres rondes). Le fleuron se compose d’un lit d’acanthe, duquel jaillissent deux palmettes. À la place de la volute est insérée à chaque fois une rosette. La partie arrière est non travaillée. L’inscription est gravée tout en haut du fût.

482Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE Prosthekai no 24 (paru en 1993) ; U. Koehler, IG II 1758 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1640 ; J. Kirchner IG II2 5418 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 136-137 no 15) ; Hildebrandt 2006, no 33.

483Commentaire : Möbius 1929, 43.89.

484Reproduction : Conze, III Taf. 349.

Διόδωρος : Δ<ί>ωνος
Αἰξωνεύς.

485L. 1 : un espace a été réservé pour le iota du patronyme mais la lettre n’a jamais été gravée. Elle a peut-être finalement été peinte.

Diodôros fils de Diôn d’Aixônè.

486Trouvée à Athènes sur l’avenue Kiphisias, au nord-ouest de l’ancien palais royal, dans les fondations de la maison de Papoudov. Elle a été entreposée un moment dans cette maison, puis elle a été transférée au musée du Varvakéion, où Koumanoudis l’a vue, puis au Musée national, où Koehler et Conze ont pu l’examiner.

487Vers 340-317.

488*HGL 29 - Stèle d’Euktèmonidès fils de Télésandros

489ME 9061.

490Fragment d’une stèle à fronton en marbre gris-bleu. 0,36 × 0,36 (0,32 fût seul) × 0,083. Hauteur des lettres : 0,014 (0,011 lettres rondes). Le fût est abîmé en haut à droite par un éclat et est brisé en bas et à gauche. Du fronton, brisé à gauche, il reste le sommet et l’acrotère droit. L’arrière est non travaillé. On remarque la volonté du graveur de donner aux lignes une longueur égale, en espaçant les lettres en fonction de la place disponible.

491Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1856, p. 1427 no 2894 ; S. A. Koumanoudis, AEE 130 ; U. Koehler, IG II 1760 ; J. Kirchner, IG II2 5425 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 139 no 22).

492Reproductions : fac-similé Pittakis (inscription seule) ; fac-similé Koehler.

[Εὐ]κτημονίδης
[Τελ]εσάνδρου
[Αἰξ]ωνεύς.

493L. 2 : [Τε]λεσάνδρου Koumanoudis. Koehler distinguait seulement l’angle sommital du lambda.

494La pierre a dû subir quelque dommage entre l’époque de Pittakis et celle de Koumanoudis, car le premier, à la différence du second, n’indique aucune lacune.

Euktèmonidès fils de Télésandros d’Aixônè.

495Pittakis dit l’avoir trouvée à la même place que son no 2893, donc « en 1837, à côté de la rue des Trépieds, au nord-ouest du monument de Lysicrate » (je traduis). Elle a été entreposée un temps à la stoa d’Hadrien sur l’Agora romaine (elle s’y trouvait à l’époque de Koumanoudis).

496Kirchner situe la stèle au milieu du ive s., mais il faut abaisser cette date aux alentours de 320 si, comme je le crois, on accepte d’identifier Euktèmonidès avec celui qui figure dans IG II2 2329, l. 15, inscription récemment redatée par Papazarkadas vers 330-320 (voir annexe IV, s.v.). La paléographie convient d’ailleurs mieux à une date dans le dernier quart du ive s. (haste horizontale centrale du epsilon plus courte, sigma aux branches horizontales, hastes obliques du upsilon courbes, oméga en arche de pont avec petits traits ornementaux aux extrémités).

497HGL 30 - Colonnette de Dionysios fils d’Agathoklès

498Colonnette en marbre gris-bleu.

499Édition : U. Koehler, IG II 1759 (J. Kirchner, IG II2 5419 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 137 no 16).

500Reproduction : fac-similé Koehler.

Διονύσιος
Ἀγαθοκλέους
Αἰξωνεύς.

Dionysios fils d’Agathoklès d’Aixônè.

  • 44 Voir supra, n. 37.

501Trouvée au Pirée. Koehler l’a copiée dans le jardin de Mélétopoulos44. Elle est aujourd’hui perdue.

502ive s. ? (Kirchner) ; au plus tôt à la fin du ive s. vu la forme du support.

503*HGL 31 - Colonnette de Mélitta, femme de Théophanès

504ME 11635.

505Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,61 ; diamètre : 0,19. Hauteur des lettres : 0,016.

506Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 141 ; U. Koehler, IG II 1769 ; J. Kirchner, IG II2 5438 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 142 et p. 145 no 35).

507Reproductions : fac-similé Koehler (inscription seule) ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 144 fig. 100.

Μέλιττα
Θεοφάνου
Αἰξωνέως
γυνή.

L. 3 : dans son fac-similé, Koehler ne reproduit pas la haste horizontale centrale du epsilon.

Mélitta femme de Théophanès d’Aixônè.

508Trouvée au xixe s. à Athènes, au sud de la place Omonia, dans la maison de Saroglou. Elle a été transférée dans la cour du Musée national, où Koumanoudis a pu la voir. Elle se trouve actuellement au Musée épigraphique, dans la cour intérieure au premier étage.

509Extrême fin du ive s.

510HGL 32 - Colonnette de Nikès fils de Philikos

  • 45 La colonnette était introuvable lors de mon passage ; comme elle est exposée à l’extérieur, le numé (...)

511MP 196445.

512Colonnette en marbre gris-bleu, brisée en bas. Hauteur : 0,32 ; diamètre : 0,22. Hauteur des lettres : 0,018.

513Édition : J. Kirchner, IG II2 5441 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 145 no 38).

Νικῆς
Φιλικοῦ
Αἰξωνεύς.

Nikès (= Nikéas) fils de Philikos d’Aixônè.

514Le lieu de trouvaille est inconnu, et ne figure pas dans le catalogue du musée, mais peut-être la colonnette vient-elle des environs du Pirée vu l’endroit où elle est entreposée.

  • 46 Voir O. Masson, Onomastica Graeca Selecta, I (1990), p. 94-95. Je remercie D. Knoepfler d’avoir att (...)

515Νικῆς, noté comme un hapax dans le LGPN, est la forme contractée de Νικέας, procédé fréquent dans l’onomastique des cités ioniennes46.

516Extrême fin du ive s. (Kirchner).

517*HGL 33 - Colonnette de Philokratéia, fille d’Agathoklès

518Céramique, Co 497.

519Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : env. 0,5 ; diamètre : 0,25. Hauteur des lettres : 0,019.

520Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 148 ; U. Koehler, IG II 1773 (J. Kirchner, IG II2 5447 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146 no 44).

521Reproduction : fac-similé Koehler.

Φιλοκράτεια
Ἀγαθοκλέους
Αἰξωνέως
θυγάτηρ.

Philokratéia fille d’Agathoklès d’Aixônè.

  • 47 La découverte a été annoncée dans l’Ephimèris tôn philomathôn du 19 août 1870.

522Trouvée en 1870 au Céramique à l’église d’Aghia Triada47.

523La date proposée par Kirchner, iiie-iie s., paraît trop tardive ; une date fin ive-début iiie s. semble mieux correspondre à la forme des lettres (pas d’apices, lettres rondes plus petites, alpha à barre droite, haste horizontale centrale du epsilon un peu plus courte, thêta avec un point à l’intérieur, kappa aux hastes courtes, sigma légèrement écarté, xi sans haste verticale centrale, oméga légèrement fermé).

524HGL 34 - Colonnette de Kléô fille de Kléôn

  • 48 La colonnette était introuvable lors de mon passage ; comme elle est exposée à l’extérieur, le numé (...)

525Céramique, Co 30648.

526Colonnette en marbre gris-bleu brisée dans sa partie inférieure. Hauteur : 0,44. Hauteur des lettres : 0,018.

527Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 139 ; U. Koehler, IG II 1767 ; A. Brückner, Der Friedhof am Eridanos (1909), p. 103 no f (p. 102-104 pour le commentaire sur le monument dont elle faisait partie) ; J. Kirchner, IG II2 5434 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 141-142 no 30).

528Reproduction : fac-similé Koehler.

529L. 1 : rest. Koehler (Brückner n’en tient pas compte) ; l. 2 : corr. Koumanoudis ; l. 4 : ΦΑΝΟΚΕΟΥΣ lap., corr. Koehler.

Kléô fille de Kléôn d’Aixônè, femme de Phanoklès de Leukonoion.

  • 49 La découverte est mentionnée par Koumanoudis dans le Palingenesia du 19 juin 1870, par Rousopoulos (...)

530Trouvée au Céramique, en 187049. Brückner la mentionne en 1909, parmi les monuments qui faisaient partie du péribole funéraire XVII, construit au ive s., et qui se trouve au nord de la route principale, au pied de la petite colline sur laquelle se dresse l’église d’Aghia Triada. C’est le péribole de la famille de Phanoklès de Leukonoion, qui comprenait aussi les monuments funéraires suivants :

  • une trapeza d’Hipparétè fille d’Alkibiadès de Skambônidai, où ont été ajoutés les noms de Kritoléa fille de Phanoklès de Kèttos et de Phanoklès fils d’Andromachos de Leukonoion ;
  • un pilier de Phanoklès fils d’Andromachos de Leukonoion ;
  • une colonnette de X fils d’Aristiôn de Leukonoion ;
  • une colonnette d’Aristiôn fils de Phanoklès de Leukonoion ;
  • une colonnette d’Alkibiadès fils de Phanoklès de Leukonoion.
  • 50 Pour le stemma de la famille, voir J. Kirchner dans IG II2 6746 et Humphreys 1980, p. 121 tabl. 4.

531Brückner récapitule les liens de parenté dans ce péribole50 : Hipparétè est la fille d’Alcibiade le Jeune, né vers 417, et la petite-fille du célèbre Alcibiade. Phanoklès l’a épousée en premier mariage, et ils ont eu au moins un fils, appelé Alkibiadès. Un autre de ses fils est Aristiôn, duquel lui est né un petit-fils, X. En second mariage, il a peut-être épousé notre Kléô, ou alors celle-ci était mariée avec X (lequel aurait donc porté le nom de son grand-père). D’après la date de la colonnette estimée par Kirchner, la première hypothèse paraît plus probable.

532iiie s. (Kirchner).

533HGL 35 - Colonnette d’Archédèmos fils de Dèmosthénès

534Rhamnonte, no 394.

535Six fragments d’une colonnette en marbre local, recollés. Hauteur : 0,68 ; diamètre : 0,17. Hauteur des lettres : 0,012.

536Édition : V. Chr. Pétrakos, AEph 1979 (1981), p. 5 (SEG XXX 193 ; id., IRham. 252).

Ἀρχέδη̣µ̣[ος]
Δημοσθένου
Αἰξωνεύς.

Archédèmos fils de Dèmosthénès d’Aixônè.

537Trouvés à Rhamnonte. Cinq fragments ont été trouvés devant le péribole de Diophantidès et un devant le péribole de Ménestidès.

538iiie s. (Pétrakos).

539HGL 36 - Colonnette de Philista

  • 51 La colonnette était introuvable lors de mon passage.

540Agora romaine no 70551.

541Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,28 ; diamètre : 0,145. Hauteur des lettres : env. 0,023.

542Éditions : G. Daux, BCH 79 (1955), p. 220 c (> copie anonyme) ; S. N. Koumanoudis, AD 25 1970 (1971) A, p. 69-70 no 1 (il la considère comme inédite, car il ne mentionne pas Daux) (SEG XXXVI 277) (Osborne M. J. 1988, p. 10 no 8 ; SEMA no 55).

Φιλίστα
Ἀ{ι}θηνοδώρου
Αἰξωνέως
θυγάτηρ.

543L. 1 : Φιλὶς err. copiste anonyme chez Daux ; l. 2 : corr. Papadopoulou in SEMA, en renvoyant, sur l’écriture par mégarde de la diphtongue αι à la place de α avant une consonne, à Threatte 1980, p. 268. La faute est peut-être due à une confusion avec la diphtongue αι de la ligne suivante ; l. 3 : [Αἰ]ξωνέως copiste anonyme chez Daux.

Philista fille d’Athènodôros d’Aixônè.

544Trouvée à Athènes sur l’Agora romaine en 1954, lors du creusement du revêtement de la rue Pélopidas. Elle provient probablement de l’un des cimetières athéniens.

545iiie s. (Koumanoudis).

546*HGL 37 - Colonnette de Philoxénos fils de Zènôn

547Céramique, Co 299.

548Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : env. 0,70 ; diamètre : 0,32. Hauteur des lettres : 0,026.

549Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE Prosthèkai no 27 (paru en 1993) ; W. Dittenberger, IG III 1534 (> copie Lolling) (J. Kirchner, IG II2 5449 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146-147 no 45).

550Reproduction : fac-similé Lolling chez Dittenberger.

Φιλόξενος
Ζήνωνος
Αἰξωνεύς.

Philoxénos fils de Zènôn d’Aixônè.

551Trouvée au Céramique, au sud de la citerne de l’église d’Aghia Triada.

552Époque impériale (Kirchner), mais il a probablement été trompé par le fac-similé de Lolling, qui rendait le oméga de la l. 3 (et pas celui de la l. 2) à la manière du ier s. apr. J.-C. (oméga en forme de double volute, au-dessus d’une haste horizontale séparée en deux parties). Je la daterais plutôt du iiie s. : traits rectilignes aux extrémités de quelques lettres, alpha à barre courbe semble-t-il, zêta en forme de I, haste horizontale du êta en contact avec les hastes verticales, xi sans haste verticale centrale.

553HGL 38 - Colonnette de Chairippè fille de Xénokratès

554Édition : Fr. Lenormant, « Inscriptionum Graecarum ineditarum centuria secunda et tertia », RhM 21 (1866), p. 385 no 203 (> notes Fauvel) (S. A. Koumanoudis, AEE 150 ; U. Koehler, IG II 1775 ; J. Kirchner, IG II2 5451 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 147 no 47).

555Reproduction : fac-similé Fauvel, repris par Lenormant.

  • 52 BnF, Estampes et photographies, Gb 15 b pet. fol., f. 193, no 399. Fauvel, dans sa copie, a visible (...)

556ΧΑΙΡΙΠΠΗ ΘΥΓΑΤΙΡ ΜΝΗΜΑΓΟΡΑΣ ΔΕΝΟΚΡΑΤΟΥΣ ΑΙΞΩΝΕΩΣ ΓΥΝΗ ΜΕΙΖΩΝΙΔΟΥΣ ΕΦΙΤΤΙΟΥ Fauvel52.

557L. 5 : corr. Koehler.

Chairippè fille de Xénokratès d’Aixônè, femme de Méixônidès de Sphettos.

558Trouvée au xixe s. à Athènes, elle n’est connue que par une copie de Fauvel. Elle a disparu rapidement, car Koumanoudis ne sait pas où elle se trouve.

559Époque hellénistique, peut-être iiie s., si Fauvel a bien recopié un zêta en forme de I à la ligne 5.

560*HGL 39 - Colonnette d’Hèrakleia femme de Dionysios d’Aixônè

561ME 13050.

562Colonnette de marbre blanc. Hauteur : 0,369 ; diamètre : 0,19. Hauteur des lettres : 0,015-0,016.

563Éditions : J. Kirchner, IG II2 5910 a (> copie Stamires) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 148-149 no 50) ; W. Peek, MDAI(A) 67 (1942), p. 94 no 159.

Hèrakleia fille d’Hèrakleidès de Boutadai, femme de Dionysios d’Aixônè.

564Trouvée à Athènes, au croisement des rues Diligianni et Elefsiniôn, juste au sud de la gare de Larissa (d’après le registre du musée).

565iie-ier s. (Kirchner), vers 200 (Peek). Cette dernière date me semble préférable (petits traits rectilignes aux extrémités des lettres ; alpha à barre droite ; bêta sans prolongation des hastes en haut et en bas ; êta à haste horizontale en contact avec les hastes verticales ; oméga fermé aux hastes obliques parfois légèrement dirigées vers le haut).

566Une femme originaire du dème de Boutadai, près d’Athènes, a épousé un Aixonéen. Le couple vivait en ville (sur les couples mixtes, voir supra, p. 347-348).

567*HGL 40 - Colonnette d’Antigona femme de Sophoklès

568ME 11630.

569Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 1,60 ; diamètre : 0,245. Hauteur des lettres : 0,025 (0,020 lettres rondes).

570Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE Prosthekai no 22 (paru en 1993) ; J. Kirchner, IG II5406 
(Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 133 no 5).

Ἀντιγόνα
Σοφοκλέους
Α<ἰ>ξ<ω>νέω<ς>
γυνή.

571L. 1 : ΛντιγόνΛ Koumanoudis ; l. 3 : ΑΞΝΕΩΕ lap., corr. Koumanoudis.

Antigona femme de Sophoklès d’Aixônè.

572Trouvée à l’est d’Athènes (maison Limniou) selon Koumanoudis. La pierre se trouvait au Musée national à son époque.

573iie s.

574HGL 41 - Colonnette de Dèmètrios fils de Dionysios

575Colonnette en marbre gris-bleu.

576Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE Prosthekai, no 23 (paru en 1993) ; U. Koehler, IG II 1756 (> copie Lolling) (J. Kirchner, IG II2 5415 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 136 no 14).

577Reproduction : fac-similé Lolling reproduit chez Koehler.

Δημήτριος
Διονυσίου
Αἰξωνεύς.

Dèmètrios fils de Dionysios d’Aixônè.

578Trouvée au Céramique, à l’église d’Aghia Triada. Elle se trouvait devant le phylakéion du cimetière à l’époque de Koumanoudis. Elle est aujourd’hui perdue.

579iie s. (Kirchner).

580*HGL 42 - Colonnette d’Hilaron fille de Diphilos

581MP 1316.

582Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,26 ; diamètre : 0,26. Hauteur des lettres : 0,020.

583Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 135 ; I. Dragatsis, Παρνασσός 7 (1883), p. 382 ; U. Koehler, IG II 1762 (> Koumanoudis et Dragatsis) ; J. Kirchner, IG II2 5429 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 140 no 26).

584Reproduction : fac-similé Dragatsis, reproduit chez Koehler.

585L. 2 : ΔΥΦΙΛΟΥ err. Dragatsis ; l. 4 : [Θ]Υ[Γ]ΑΤΗΡ Dragatsis ; l. 5 : [. . .]ο . [ο]υ̣ Koumanoudis ; . . . . .Ο. . . . Dragatsis ; - - - ο [. ο]ου Kirchner ; l. 6-7 : manquent chez Dragatsis. Pour la l. 6, plusieurs démotiques sont possibles, e.g. Αἰξωνέως, Πειραιέως ; l. 7 : rest. Koumanoudis.

Hilaron fille de Diphilos d’Aixônè, [femme] de ...os de …

586Trouvée au Pirée lors du nettoyage du port selon Dragatsis. Koumanoudis dit qu’elle est conservée à l’École grecque au Pirée. La pierre a été transférée ensuite au Musée du Pirée, où elle se trouvait déjà à l’époque de Dragatsis. Koehler dit ne pas avoir pu aller la voir.

587Sur l’étymologie du nom Hilaron, voir annexe IV, s.v.

588iie s.

589HGL 43 - Colonnette de Bacchis

590Céramique, no E 1/7 ; inédite.

591Transcription d’après J. S. Traill, PAA 260785 et 261210.

Bacchis fille de Bacchios d’Aixônè, femme de Strombyliôn de Philaidai.

592Trouvée au Céramique.

593Aucune date n’est donnée par Traill. Strombyliôn est un nom extrêment rare dans l’onomastique athénienne (deux occurrences dans le LGPN), ce qui m’incite à l’identifier avec Strombyliôn père de Mélétôn (LGPN no 2 ; PAA 842450, où cette identification est aussi envisagée), lequel est vainqueur de plusieurs épreuves des Thèséia de 161/0, dans la catégorie des enfants (IG II2 956 I, l. 79 et II, l. 45 et 54) ; il est dit membre de la tribu Aigéis, or le dème de Philaidai en faisait partie. La colonnette de Bacchis pourrait donc être datée du iie s.

594*HGL 44 - Colonnette de la fille d’un Aixonéen

595Agora I 4111.

596Fragment d’une colonnette en marbre gris-bleu, brisée sur tous ses côtés. Hauteur : 0,22 ; largeur : 0,22 ; épaisseur : 0,08. Hauteur des lettres : env. 0,033.

597Édition : B. D. Meritt, Hesperia 23 (1954), p. 261 no 58 (SEG XIV 148) (D. W. Bradeen, Agora XVII 50 ; SEMA no 44).

598Reproduction : Meritt, pl. 55 no 58.

599Rest. Meritt.

600L. 2 : Δημ[ητρίου] Meritt, mais il y a bien d’autres possibilités.

… fille de Dèm… d’Aix[ônè], [femme de] Mén…

601Trouvé sur l’Agora le 1er mai 1936 dans une couche romaine tardive perturbée (section T), à côté du Gymnase (M 14).

602iie s. apr. J.-C. d’après Meritt, mais l’inscription me semble plutôt dater du iie s. (absence de lettres cursives, pas de prolongation des hastes, nombreux apices en forme de coin, alpha à barre brisée, haste horizotale du êta en contact avec les hastes verticales).

603*HGL 45 - Colonnette d’Euboulos

604Agora I 4693.

605Fragment d’une colonnette en marbre gris-bleu. Une partie du sommet et de l’anneau est préservée ; la colonnette est brisée partout ailleurs. Hauteur : 0,258 ; diamètre : 0,195. Hauteur des lettres : 0,025. La surface est très abîmée, les lettres sont difficiles à lire.

606Édition : D. W. Bradeen, Agora XVII 51 (SEMA no 46).

607Reproduction : Bradeen, pl. 6.

Εὔ̣β[ο]υλος
Ε[ὐβου]λίδο[υ]
[Αἰξ]ωνεύ[ς].

608Rest. Bradeen, d’après la prosopographie aixonéenne. Les restitutions sont plausibles vu les espacements entre les lettres.

609L. 3 : [Κολ]ωνεύ[ς] ? LGPN, s.v. « Εὔβουλος » no 22, mais les démotiques de Colone et de Kolônai sont généralement ἐκ Κολωνοῦ et Κολωνῆθεν.

Euboulos fils d’E[ubou]lidès d’[Aix]ônè.

610Trouvé le 10 avril 1937 à Athènes, dans des ruines d’époque plus tardive, dans la partie sud-est de l’Agora, à l’est du mur romain tardif (post-hérulien) (U 21-22).

611iie-ier s. (Bradeen), plus probablement le iie s. (voir annexe IV, s.v.).

612HGL 46 - Colonnette d’Asklèpias femme d’Ératôn d’Aixônè

613Colonnette en marbre gris-bleu.

614Édition : S. A. Koumanoudis, AEE 1667 (U. Koehler, IG II 2894 ; J. Kirchner, IG II2 8527 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 150 no 55).

Asklèpias fille de Théodôros d’Élis, femme d’Ératôn d’Aixônè.

615Trouvée au xixe s. à Athènes sur la rue Likavittou 14 (maison I. Pervanoglou). Elle s’y trouvait toujours à l’époque de Koumanoudis. Elle a été perdue peu après, car Koehler recourt à l’édition de Koumanoudis.

616Après la fin du ive s. selon Kirchner, mais comme il ne dispose d’aucune reproduction du texte, il doit s’agir d’un terminus post quem, en raison de la forme du support. Comme il s’agit d’un mariage entre un Athénien et une étrangère, je ne daterais pas la colonnette avant le iie s. (sur les mariages mixtes, voir supra, p. 351). Les auteurs du LGPN proposent plus largement l’époque hellénistique ; Osborne M. J., Byrne 1996, no 1638 le iiie s., mais je ne sais sur quels critères.

617HGL 47 - Colonnette d’Hélikô, femme d’Athènodôros d’Aixônè

618Colonnette en marbre gris-bleu.

  • 53 Fränkel n’avait pas eu accès à l’article de Moustoxydis pour son ouvrage Epigraphisches aus Aegina (...)

619Éditions : A. Moustoxydis, Η Αιγιναία 1831, p. 189 no 11 (n.v.) (M. Fränkel, « Epigraphisches aus Mustoxydis, Η Αιγιναία », MDAI[A] 23 [1898], p. 15953) ; K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 1002 no 1794 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1543 ; E. Preuner, MDAI[A] 49 [1924], p. 106) ; S. A. Koumanoudis, AEE 785 ; U. Koehler, IG II 2300 (> copie Velsen) (J. Kirchner, IG II2 6728 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 149-150 no 53) ; Kl. Hallof, IG IV2 2, 1111 (> Koumanoudis et Koehler).

620Reproductions : fac-similé Pittakis ; fac-similé Velsen chez Koehler.

621L. 1 : ΕΛΛΙΚΩΝ err. Pittakis ; l. 2 : ΘΕΟΓΕΝΟΥΣ err. Pittakis.

Hélikô fille de Théogénès de Leukonoion, femme d’Athènodôros d’Aixônè.

622Trouvée le 29 décembre 1830 à Salamine, puis transférée à Égine dans le premier musée archéologique de Grèce (Moustoxydis donne le numéro d’inventaire I n. 9). C’est là que Velsen a copié l’inscription en 1855 pour Koehler. Elle a été perdue ensuite. Fränkel la cherche déjà en vain en 1896 ; il remarque que beaucoup de pierres ont été égarées durant leur transport du Musée d’Égine à Athènes, ou sont restées bloquées au Pirée et ont été dites par erreur provenir de là.

623Début du ier s. (Kirchner), ier s. (Hallof).

624*HGL 48 - Colonnette d’Euèméris d’Ainos, fille de Dèmètrios

625ME 11939.

626Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,85 ; diamètre : 0,29. Hauteur des lettres 0,028.

627Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1842, p. 567 no 971 et AEph 1853, p. 934 no 1572 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1352) ; S. A. Koumanoudis, AEE 1418 ; W. Dittenberger, IG III 2140 (> copie Velsen) ; J. Kirchner, IG II2 5423 (> estampage) (W. Peek, MDAI[A] 67 [1942], p. 172 no 362 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 138-139 no 20).

628Reproduction : fac-similé Pittakis.

629Giannopoulou-Konsolaki place par inadvertance γυνή à la cinquième ligne, à côté du démotique.

Euèméris d’Ainos, fille de Dèmètrios, femme de Prôtéas d’Aixônè.

630Trouvée en 1843 dans le jardin royal, « non loin du Lycée » (Pittakis). Elle s’y trouvait encore à l’époque de Koumanoudis et de Dittenberger.

631Pittakis pensait avoir affaire à l’épitaphe de deux défuntes, Euèméris et sa fille Ainia. Αἰνία est en réalité l’ethnique de la cité grecque d’Ainos en Thrace, au nominatif féminin. Sur les mariages mixtes, voir supra, p. 351.

632ier s.

633HGL 49 - Colonnette de Thalia fille de Kallistratos

634BM, marbres Elgin no 149.

635Colonnette de marbre blanc. Hauteur : 0,59 ; diamètre : 0,025. Hauteur des lettres : 0,017.

636Éditions : Fr. Osann, Syll. (1834), p. 98 no 24 (A. Boeckh, CIG 570 ; S. A. Koumanoudis, AEE 132) ; E. L. Hicks, Ancient Greek Inscriptions of the British Museum, I (1874), no 76 (U. Koehler, IG II 1761) ; J. Kirchner, IG II2 5427 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 140 no 24).

637Reproduction : fac-similé Hicks.

Θαλία
Καλλιστράτου
Αἰξωνέως
θυγάτηρ.

638L. 2 : ΚΑΛΑΙΣΤΡΑΤΟΥ Osann ; ΚΑΛΛΙΣΤΡΑΤΟΥ Hicks ; l. 3-4 : Koumanoudis écrit Αἰξωνέως θυγάτηρ sur la même ligne.

Thalia fille de Kallistratos d’Aixônè.

639Provenance inconnue.

640ier s. (Kirchner).

641HGL 50 - Colonnette d’Ithakè

  • 54 La colonnette était introuvable lors de mon passage.

642Céramique, I 464 = Co 34854.

643Colonnette en marbre.

644Éditions : U. Knigge, « Kerameikos. Tätigkeitsbericht 1973/74 », AA 90 (1975), p. 461 ; Osborne M. J. 1988, p. 9 no 7 (> Knigge, avec une correction) (SEMA no 49).

Ἰθάκη
Βακχίου
Αἰ<ξ>ωνέως
γυνή.

645L. 3 : ΑΙΖΩΝΕΩΣ lap., corr. Osborne.

Ithakè femme de Bacchios d’Aixônè.

646Trouvée à Athènes au Céramique, sur la rive nord de l’Éridanos. Elle était tête-bêche, réutilisée comme marqueur funéraire à côté d’un petit muret.

647Milieu du ier s. (Osborne).

648HGL 51 - Stèle de Rhodôn fils d’Aristôn

649Vérone, Musée lapidaire, no 53.

650Stèle en marbre blanc composée de quatre fragments recollés. Elle est ornée d’un relief représentant un jeune cavalier, au-dessus duquel est gravée l’inscription. La surface est passablement corrodée. 0,53 × 0,41 × 0,05. Hauteur des lettres : 0,02-0,025 (lettres rondes un peu plus petites).

651Le cavalier est tourné vers la droite. Il est vêtu d’un chiton court et d’une chlamyde. Sa main droite repose sur la crinière du cheval ; sa main gauche tient les rênes. Ce relief renvoie à la vigueur et à la noblesse du défunt selon Ritti.

652Éditions : C. Moroni, Epigrammata reperta (1660), no 265 (= Inscriptiones seu epigrammata [1747]) (> Cyriaque, Commentaria no 53) (A. Boeckh, CIG I 572 ; S. A. Koumanoudis, AEE 144 ; W. Dittenberger, IG III 1532 ; J. Kirchner, IG II2 5443 ; Bodnar 1960, p. 178 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146 no 40 ; C. W. Clairmont, CAT 1.167) ; Th. Reinesius, Synt. Inscr. (1682), XVII 102 p. 845 ; M. Gudius, dans J. Gruter, Inscriptiones antiquae (1707), p. 330.5 ; F. Sc. Maffei, Museum Veronense (1749), p. 58.2 ; L. A. Muratorius, Novus thes. vett. inscr. II (1740), p. 1020.2 (> notes de Cyriaque chez Barberini + Reinesius + Gudius) ; H. Dütschke, Ant. Bildw. in Oberitalien, IV (1880), p. 177 n. 415 ; M. Felder, Die griechischen Grabreliefs im Museum Maffeianum zu Verona, Ph.D., Innsbruck (1969), p. 218-222 (n.v.) ; T. Ritti, Iscrizioni Mus. Maffeiano (1981), no 67.

653Traduction : Ritti (en italien).

654Commentaire : V. Chr. Pétrakos, AEph 131 (1992), p. 196 no 6.

655Reproductions : Maffei, p. 53.2 (dessin) ; G. Venturi, Guida al museo lapidario veronese, II (1827), n. 53 tav. XIV (dessin) ; fac-similé de Cyriaque chez Boeckh ; Ritti, p. 128.

Ῥόδων
Ἀρίστωνος
Αἰξωνεύς.

656L. 2 : ΑΡΙΣΤΟΝΟΣ err. Reinesius et Gudius, suivis par Muratorius ; ΑΡΙΣΤΙΟΝΩΣ err. Clairmont, corr. Pétrakos.

Rhodôn fils d’Aristôn d’Aixônè.

  • 55 Voir Bodnar 1960, p. 49 avec la note 2. Dans deux manuscrits des œuvres de Cyriaque, l’intitulé au- (...)

657Recopiée par Cyriaque à Ancône en Italie, en 1438 semble-t-il55. Elle doit provenir du sol athénien en raison de la mention du démotique. Boeckh la signale toujours à Ancône, contre un mur proche de la plus haute cour de la citadelle de Cataldina ; elle avait pourtant déjà été déplacée à Vérone.

658Fin ier s. av. J.-C.-début ier s. apr. J.-C.

659HGL 52 - Colonnette de Kallimachos fils de Kallistratos

660BM, marbres Elgin no 209.

661Colonnette en marbre blanc. Hauteur : 0,53 ; diamètre : 0,33. Hauteur des lettres : 0,017.

662Éditions : Fr. Osann, Syll. (1834), p. 98 no 23 ; A. Boeckh, CIG I 571 (> copie Ross) (S. A. Koumanoudis, AEE 137 ; U. Koehler, IG II 1764) ; E. L. Hicks, Ancient Greek Inscriptions of the British Museum, I (1874), no 77 ; J. Kirchner, IG II2 5431 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 140-141 no 27).

663Reproductions : fac-similé Ross chez Boeckh ; fac-similé Hicks.

Καλλίμαχος
Καλλιστράτου
Αἰξωνεύς.

664L. 3 : Hicks précise que le lapicide a d’abord écrit ΑΞΩΝΕΥΣ, et a inséré ensuite un petit iota.

Kallimachos fils de Kallistratos d’Aixônè.

665Provenance inconnue.

666Époque romaine selon Kirchner, mais cette datation est jugée incorrecte par Th. L. Shear Jr. dans son commentaire à IG II3 1256 (p. 91 : « … quem injuria aetati Romanae attribuit Kirchner »). Il a probablement en tête le rapprochement souvent établi avec Thalia fille de Kallistratos, dont la colonnette funéraire est datée du ier s. (HGL 49). Mais Hicks, qui a vu les deux pierres, observe que les lettres de l’épitaphe de Kallimachos sont pourvues de bien plus d’ornements que celles de l’épitaphe de Thalia, et conclut que la première est postérieure à la seconde. Voir aussi annexe IV, s.v. « Θαλία ».

667*HGL 53 - Colonnette d’Épitychia femme de Dèmètrios d’Aixônè

668ME 12270.

669Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,91 ; diamètre : 0,34. Hauteur des lettres : 0,023.

670Éditions : « Acrop. » 20 (1892) (n.v.) (S. A. Koumanoudis, AEE Prosthekai, no 25 [paru en 1993]) ; H. G. Lolling, AD 1892, p. 98 no 15 ; Hondius 1925, p. 121 no 4 ; J. Kirchner, IG II2 11300 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 151 no 56).

671Commentaire : P. Graindor, Athènes de Tibère à Trajan (1931), p. 36.

672L. 5 : Α<ἰ>ξωνέως err. Hondius.

Épitychia fille de Kointos, femme de Dèmètrios d’Aixônè.

673Trouvée à Athènes au xixe s., au sommet de la colline où se trouve l’église d’Aghios Spyridon (au-delà du Stade), avec une autre colonnette qui porte l’inscription bilingue : « Quintio Krassi Frugi sumptuarius, Κοιντίων Κράσσου Φροῦγι σουμπτουάριος » (CIL III 12285 = ILS II 7390). Épitychia pourrait être sa fille. Quintio, comme le montre sa colonnette funéraire, a été l’esclave régisseur de M. Licinius Crassus Frugi, consul en 64 apr. J.-C. On a trouvé une dédicace du Peuple en l’honneur de ce dernier pour sa piété envers l’empereur, sa bienveillance pour les Athéniens et ses bienfaits (IG II2 4189). Quintio était peut-être l’économe qui fut chargé par son maître de payer les largesses qui lui valurent la reconnaissance des Athéniens selon Graindor.

674La colonnette a été donnée à l’Éphorie des antiquités, et transférée au musée déjà à l’époque de Lolling.

675ier s. av. J.-C.-ier s. apr. J.-C. (Kirchner), ier s. ? (Hondius). Si Épitychia est la fille de Quintio, alors il faut préférer le ier s. apr. J.-C. ; J. S. Traill, PAA 580560 donne d’ailleurs la date du milieu du ier s. apr. J.-C. La forme des lettres tend à le confirmer, car elle est très proche de HGL 57, 59, 60, 61.

676*HGL 54 - Colonnette de Thaïs

677Agora romaine, PA 651.

678Fragment d’une colonnette en marbre blanc. Elle est brisée sur tous les côtés. Hauteur : 0,36 ; diamètre estimé : env. 0,48. Hauteur des lettres : 0,022. Sous l’inscription, je distingue une partie d’une décoration sculptée en relief dans un rectangle creux : il s’agit d’un double segment d’arc de cercle. On peut donc penser que la défunte était représentée en pied, dans une niche arrondie.

679Éditions : A. N. Oikonomidès, Τ θηναϊκά 21 (1962), p. 31 no 1 (n.v.) (SEG XXI 832) ; S. N. Koumanoudis, AD 25 1970 (1971) A, p. 82 no 1 (SEMA no 48).

Θαῒς̣ [- - - - - - - -]
Αἰξων[έως - - - - ?].

680L. 1 : Θάϊ[πος] (vel Θάϊ[ππος] ?) vel Θάϊ[μος] Oikonomidès ; Θαῒς ? Koumanoudis ; l. 2 : rest. Koumanoudis ; Αἰξων[εύς] Oikonomidès.

Thaïs … d’Aixônè.

  • 56 Sur les provenances possibles des antiquités entreposées dans la tour des Vents, voir Kokkou 1977, (...)

681À l’époque d’Oikonomidès, elle se trouvait à Athènes, sur l’Agora romaine, devant la tour des Vents. Elle provient sans doute d’un cimetière voisin56.

682iie s. (Oikonomidès) ; je la daterais plutôt du ier s. apr. J.-C. : légers apices en forme de coin aux extrémités des lettres, alpha à barre brisée et prolongation de la haste oblique droite vers le haut, thêta à barre centrale ne touchant pas les bords, forme particulière du oméga (assez fermé, il prend appui sur ses hastes obliques).

683HGL 55 - Colonnette de Stratonikè, femme d’Antimachos

684Coll. privée ?

685Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,76 ; diamètre : 0,40. Hauteur des lettres : 0,025.

686Édition : J. Kirchner, IG II2 10372 (+ estampage).

Stratonikè fille de Mètrodôros de Smyrne, femme d’Antimachos d’Aixônè.

687Le lieu de trouvaille est inconnu. Kirchner l’a copiée à Athènes dans une maison privée. La Smyrnienne Stratonikè a épousé un Aixonéen (sur les mariages mixtes, voir supra, p. 351).

688ier s. apr. J.-C. (Kirchner).

689HGL 56 - Stèle d’Aristokléia fille d’Hyllos

690Florence, musée des Offices.

691Stèle de marbre blanc avec, dans une abside voûtée, un relief représentant une femme vêtue portant une tunique longue. Le champ du relief est délimité sur les côtés par deux piliers. Le couronnement de la stèle est composé d’une architrave, sur laquelle est écrite l’épitaphe. 1,80 × 0,47.

692Éditions : A. F. Gori, Inscr. antiq. gr. et lat., I (1727), p. 48 no 89 (L. A. Muratorius, Novus thes. vett. inscr. II [1740], p. 1020.4 ; A. Boeckh, CIG 566 ; S. A. Koumanoudis, AEE 123 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1898) ; Fr. Osann, Syll. (1834), p. 533 no 19 (W. Dittenberger, IG III 1527 ; J. Kirchner, IG II2 5409 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 134 no 8 ; von Moock 1998, no 440 ; Karapanagiôtou 2013, no 157) ; H. Dütschke, Ant. Bildw. in Oberitalien, III (1878), no 387.

693Reproductions : fac-similé Gori chez Boeckh ; Conze, IV Taf. 407 (dessin).

Ἀριστόκληα
Ὕλλου Αἰξωνέως θυγά-
τηρ.

694D’après Kirchner.

695L. 2 : ΑΙΞΩΝΕΟΣ Boeckh, qui transcrit Αἰξωνέ<ω>ς, suivi par Conze ; ΑΙΣΟΝΕΟΣ Osann ; Αἰξωνέος Dittenberger.

  • 57 Threatte 1980, p. 202-205.

696Notons l’orthographe du nom de la défunte, avec Η mis pour ΕΙ, fréquente à l’époque romaine57.

Aristokléia fille d’Hyllos d’Aixônè.

697Le lieu de trouvaille est inconnu. La stèle se trouve à Florence au moins depuis le xviiie s. Elle est conservée au musée des Offices.

698ier s. apr. J.-C. (Kirchner). Karapanagiôtou propose le dernier quart du iie s. apr. J.-C., en raison du rapprochement entre la défunte et Hyllos III, mais rien n’autorise à la rapprocher de cet Hyllos plutôt que d’un autre (voir annexe IV, s.v. « Ἀριστόκλεια »).

699*HGL 57 - Colonnette de Dionysodôros fils d’Eirènaios

700ME 11643.

701Colonnette en marbre gris-bleu, brisée à gauche, en bas et à l’arrière. Hauteur : 0,57 ; diamètre : 0,40. Hauteur des lettres : 0,050-0,060.

702Éditions : S. A. Koumanoudis, AEE 129 (W. Dittenberger, IG III 1529) ; Hondius 1925, p. 121 no 3 ; J. Kirchner, IG II2 5420/1 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 138 no 17).

[Διον]υσόδωρος
[Εἰ]ρ̣ηναίου
[Αἰξ]ωνεύς.

703L. 1 : Διονυσόδωρος Koumanoudis ; l. 2 : rest. Koumanoudis ; [Ἀθ]ηναίου err. Hondius (on distingue l’extrémité droite de la courbe du rhô) ; l. 3 : rest. Koumanoudis. Les auteurs du LGPN hésitent avec [Κολ] ωνεύς, mais les démotiques de Colone et de Kolônai ne prennent généralement pas la forme adjectivale, voir le commentaire à HGL 45.

Dionysodôros fils d’Eirènaios d’Aixônè.

704Trouvée au xixe s. à Athènes, sur la route vers Phalère selon Koumanoudis, mais le registre du Musée épigraphique indique la porte d’Acharnes. Exposée pendant un moment à la tour des Vents sur l’Agora romaine, à l’époque de Koumanoudis et de Dittenberger. Transférée ensuite au Musée épigraphique, où Hondius a pu la voir.

705ier s. apr. J.-C.

706HGL 58 - Colonnette de Phainarétè, femme de Kallimachos

707Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 1 ; diamètre : 0,33. Hauteur des lettres : 0,027.

708Éditions : A. Boeckh, CIG Add. 1012 b (> notes de Koehler d’après Fauvel) (S. A. Koumanoudis, AEE 3396 ; W. Dittenberger, IG III 3393) ; J. Kirchner, IG II2 7566 (> estampage + Dittenberger).

709Les l. 3 et 6 ne figurent pas chez Fauvel.

Phainarétè fille d’Alkimachos de Trikorynthos, femme de Kallimachos d’Aixônè.

710Trouvée à Athènes par Fauvel. Elle était au Musée national dans la cour supérieure, sans numéro d’inventaire, à l’époque de Kirchner. Elle a été perdue par la suite.

711ier s. apr. J.-C. (Kirchner).

712*HGL 59 - Colonne d’Ératôn fils d’Ératôn

713MN 15152.

714Colonne funéraire en marbre gris-bleu. Hauteur : 1,55 ; diamètre : 0,54. Hauteur des lettres : 0,037-0,04. Les lettres sont de très bonne facture.

715Édition : J. Kirchner, IG II2 5422 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 138 no 19).

Ἐράτων
Ἐράτωνος
Αἰξωνεύς.

Ératôn fils d’Ératôn d’Aixônè.

716Provenance inconnue. Elle est conservée aujourd’hui dans le jardin à gauche devant le Musée national.

717ier s. apr. J.-C.

718*HGL 60 - Colonnette de Kritôn fils de Philônidès

719ME 11634.

720Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,95 ; diamètre : 0,28. Hauteur des lettres : 0,030.

721Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1858, no 3268 ; S. A. Koumanoudis, AEE 140 ; W. Dittenberger, IG III 1531 (> copie Lolling) ; J. Kirchner, IG II2 5435 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 142 no 32).

722Reproductions : fac-similé Pittakis ; fac-similé Lolling chez Dittenberger.

Κρίτων
Φιλωνίδου
Αἰξωνεύς.

723L. 2 : Lolling relève que la troisième lettre était au départ un alpha, que le lapicide a corrigé en lamba.

Kritôn fils de Philônidès d’Aixônè.

724Trouvée à Athènes en 1854, devant la porte d’Acharnes. Koumanoudis a pu l’examiner dans la cour du musée du Varvakéion. Elle s’y trouvait encore à l’époque de Dittenberger. Elle était au Musée national à l’époque de Kirchner.

725ier s. apr. J.-C.

726*HGL 61 - Stèle de Philètos

727Céramique, P 1557 = I 535.

  • 58 Pour des parallèles iconographiques, voir von Moock 1998, p. 8, p. 14, p. 31, p. 41, p. 79.

728Stèle en marbre de Paros, en forme de naïskos. 1,17 × 0,52 × 0,11. Hauteur des lettres : 0,030 (0,025 oméga). Le monument est complet, sauf les acrotères du fronton, en partie mutilés. Les piliers latéraux du naïskos sont légèrement mutilés. Dans le fronton est sculpté un bouclier. Dans le naïskos est sculpté un jeune homme en haut-relief, drapé dans une toge. Il tient un volumen dans la main gauche, dont il ne reste presque plus rien58. Dans les angles supérieurs du champ du relief, de chaque côté au niveau des épaules du personnage représenté, se trouvent des goujons métalliques ; sans doute que des appliques en bronze y étaient fixées.

729Éditions : A. Rügler (avec U. Knigge), « Die Ausgrabungen im Kerameikos 1986/7 », AA 104 (1989), p. 98 (id., « Das Grabmal des Philetos », MDAI[A] 104 [1989], p. 219-234 [SEG XXXIX 250 ; Bull. ép. 1991, 269] ; SEMA no 53) ; von Moock 1998, p. 112 no 151.

730Commentaire : Makres 2003.

731Reproductions : Rügler, AA 104 (1989), p. 98 Abb. 26 (la stèle au moment de sa découverte) ; Rügler, MDAI(A) 104 (1989), pl. 38, 40.1, 41.3 ; von Moock, Taf. 23 a-b ; Grossman 2013, p. 21 fig. 3.

Φίλητος )
Αἰξωνεύς.

Philètos fils de Philètos d’Aixônè.

732Trouvée à Athènes au Céramique en 1986, remployée comme dalle de couverture de la grande canalisation dans la partie sud-ouest de la Porte Sacrée. Cette canalisation, construite à la fin de l’époque hellénistique, a été rénovée à l’époque impériale ; on y a trouvé beaucoup de céramiques de la fin du ve-vie s. apr. J.-C. Notre stèle a été trouvée à côté de ces céramiques, avec d’autres objets rapportés.

733D’après l’iconographie de sa stèle, Philètos est mort jeune et est issu d’une famille aisée et lettrée.

734Première moitié du ier s. apr. J.-C. d’après le style (Rügler, MDAI[A] 104 [1989]), époque de Néron selon von Moock. La paléographie ne permet pas d’être plus précis.

735HGL 62 - Colonnette d’Eirènè fille de Sôtimos

736Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,90.

737Édition : Milchhöfer 1887, p. 87 no 22 (J. Kirchner, IG II2 5364).

738Commentaire : W. Peek, MDAI(A) 67 (1942), p. 91 no 147.

739L. 2 : ajoutée par Peek, d’après une note manuscrite dans l’exemplaire de l’article de Milchhöfer qui se trouve au DAI à Athènes.

Bacchos fils de Karpodôros d’Aigilia. Eirènè fille de Sôtimos d’Aixônè.

740Trouvée dans le village de Kantza, à l’est de Paiania. Elle était perdue déjà à l’époque de Kirchner.

  • 59 Voir supra, p. 345.

741Il s’agit probablement d’un mari et de sa femme, qui vivaient à Paiania, assez loin de leurs dèmes d’origine. Notons l’usage d’un pseudo-démotique, ici sous forme prépositionnelle, pour Eirènè59. Sur la simplification de -κχ- en -χ-, voir HGL 65.

742Époque romaine (Kirchner), iie-ier s. (Peek). La forme des quelques lettres reproduites par Kirchner (alpha à barre brisée, xi avec une sorte de virgule centrale) indique plutôt la fin du ier s. apr. J.-C.

743*HGL 63 - Stèle d’Agathostratos et de Ma

744Céramique, P 278 = I 132.

745Partie supérieure d’une stèle en forme de naïskos, en marbre blanc. Elle est ornée d’une représentation en haut-relief encadrée de deux colonnes. On n’a que la partie supérieure du relief : on y voit une figure masculine debout à gauche (Agathostratos) et une figure féminine à droite (Ma), vêtue en servante d’Isis ; un sistre était représenté à gauche de sa tête. Les personnages sont très mutilés. Sur le fronton figure en relief une ciste mystique. L’inscription est gravée sur l’architrave ; l’épitaphe de Ma a été inscrite a posteriori, car les lettres sont plus petites, et s’insèrent dans l’espace qui restait. 0,93 × 0, 69 × 0,13. Hauteur des lettres : 0,020.

746Éditions : J. Kirchner, IG II2 5403 (> copie de Peek datant de 1935 + estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 132 no 2 ; von Moock 1998, no 132 ; Karapanagiôtou 2013, no 321) ; H. Riemann, Die Skulpturen vom 5. Jhr. v. Chr., Kerameikos II (1940), p. 59-60 no 57 ; J. Eingartner, Isis und ihre Dienerinnen (1991), p. 147-148 no 106.

747Commentaire : E. J. Walters, Attic Grave Reliefs that Represent Women in the Dress of Isis (1988), p. 50-51 n. 153 et p. 72 n. 39.

748Reproductions : Riemann, Taf. 24 ; Walters, pl. 15 a ; Eingartner, Taf. 66 ; von Moock, pl. 16 a.

  • 60 Threatte 1980, p. 294-299. Ce phénomène apparaît au ier s. apr. J.-C., et devient fréquent à partir (...)

749L. 2 et 3 : remarquons la confusion E pour AI dans l’orthographe du démotique, qui indique qu’à cette époque la diphtongue AI se prononçait E60 ; l. 3 : Riemann pense que ΜΑ est la dernière syllabe d’un nom féminin ; l. 3-4 : notons l’usage d’un pseudo-démotique en -θεν pour la femme (voir supra, p. 345).

Agathostratos fils de Dèmètrios d’Aixônè. Ma fille d’Agathostratos d’Aixônè.

750Trouvée au Céramique, on ignore à quelle époque ; l’inscription a été copiée pour la première fois par Peek en 1935.

751Il s’agit sans doute d’un père et de sa fille. Eingartner ne voit pas que Ἐξωνεύς et Ἐξωνῆθεν sont respectivement un démotique et un pseudo-démotique, et pense que ce sont des indices de l’ancien statut d’esclave de ces deux personnes (voir la critique parue dans SEG XLI 1838).

752ier s. apr. J.-C. (Kirchner), époque flavienne d’après le style du relief (Walters), 3e quart du ier s. apr. J.-C. (von Moock), début du règne de Trajan vers 100 (Riemann, Eingartner), début du iie s. apr. J.-C. (Karapanagiôtou).

753*HGL 64 - Colonnette de Satyriôn fils de Kallikratès

754Agora ΚΤΛ 1852.

755Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 1,10 ; diamètre : 0,41. Hauteur des lettres : 0,040.

756Édition : J. Kirchner, IG II2 5444 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146 no 41).

Σατυρίων
Καλλικράτου
Αἰξωνεύς.

Satyriôn fils de Kallikratès d’Aixônè.

  • 61 Sur les multiples provenances possibles des objets conservés au Thèséion, voir Kokkou 1977, p. 170- (...)

757Giannopoulou-Konsolaki dit que la colonnette a été trouvée au Thèséion, mais elle y était seulement exposée, et ce déjà à l’époque de Kirchner. On ne sait pas d’où elle vient61. Actuellement, elle se trouve à droite sur le chemin vers la sortie secondaire de l’Agora, après l’Héphaïstéion.

758ier-iie s. apr. J.-C.

759*HGL 65 - Stèle de Bacchios fils d’Aristoboulos

760MP 218.

761Stèle en forme de naïskos en marbre blanc, très bien conservée, sauf l’acrotère droit et l’angle inférieur gauche, mutilés. 1,07 × 0,475-0,505 (fût ; 0,50 au niveau du fronton) × 0,17. Hauteur des lettres : 0,022-0,024 (l. 1), 0,018-0,020 (l. 2).

762Le fronton est orné d’une rosette sculptée en relief. Sur les acrotères, Conze distinguait encore des restes d’un décor de palmettes peintes. L’inscription est gravée sur l’architrave. Sous l’inscription, représentation en haut-relief d’un adolescent de face, vêtu d’une chlamyde fixée sur l’épaule droite, qui passe devant le buste, par-dessus l’épaule gauche et retombe dans le dos et le long de son bras droit, laissant la moitié inférieure de son corps nue. Sa main gauche repose sur un petit hermès imberbe.

763Éditions : A. Conze, Att. Grabreliefs, no 2017 ; J. Kirchner, IG II2 5411 (> estampage) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 134 no 10 ; von Moock 1998, no 494).

764Reproductions : Conze, IV Taf. 439 ; Giannopoulou-Konsolaki, p. 135 fig. 96 ; von Moock, pl. 63 b.

Βάχιος Ἀριστοβούλου
Ἐξωνεύς.

765L. 2 : sur Ἐξωνεύς mis pour Αἰξωνεύς, voir le commentaire à HGL 63.

  • 62 Threatte 1980, p. 542-543. Voir HGL 62.

766Notons l’orthographe du nom du défunt, avec simplification de -κχ- en -χ- ; les premiers exemples se rencontrent à la fin de l’époque hellénistique, mais cela reste un phénomène rare à l’époque romaine62.

Bacchios fils d’Aristoboulos d’Aixônè.

767Trouvée au Pirée.

768Ce jeune Aixonéen appartenait sans doute à l’aristocratie, comme le laisse penser l’iconographie de la stèle, inspirée du gymnase. Sa famille était installée au Pirée.

769ier-iie s. apr. J.-C. (Kirchner) ; 1re moitié du iie s. apr. J.-C. (von Moock). Je pencherais pour une date entre la fin du ier et le début du iie s. apr. J.-C. (pas de lettres cursives, alpha à barre brisée, xi avec une sorte de virgule centrale).

770*HGL 66 - Colonnette de Klèrô de Carystos, femme d’Aristôn

771Agora I 4281.

772Fragment d’une colonnette en marbre gris-bleu, brisée en bas et en haut. Hauteur : 0,442 ; diamètre : 0,208. Hauteur des lettres : 0,025.

773Éditions : W. Peek, Attische Grabschriften, II (1957), p. 26 no 71 ; D. W. Bradeen, Agora XVII 512.

774Reproduction : Bradeen, pl. 43 no 512.

Klèrô de Carystos, femme d’Aristôn d’Aixônè.

775Trouvée le 30 novembre 1936 dans un mur d’une maison moderne au pied nord de l’Aréopage (K 16-17).

776ier-iie s. apr. J.-C. (Bradeen), plutôt iie s. apr. J.-C. en raison du sigma lunaire.

777*HGL 67 - Colonnette de Thallousa fille d’Ératôn

778ME 11633.

779Colonnette en marbre gris-bleu. Hauteur : 0,70 ; diamètre : 0,32. Hauteur des lettres : 0,019 (l. 1), 0,028 (l. 2), 0,019-0,032 (l. 3). Pittakis observe que la partie supérieure de la colonnette, au-dessus de l’anneau, a été enlevée ultérieurement, ce qui est peut-être arrivé quand l’inscription la plus ancienne a été effacée et qu’a été gravée celle que l’on voit aujourd’hui. L’épitaphe de Thallousa est en effet gravée sur une surface irrégulière, qui était peut-être recouverte par un ornement métallique selon Pittakis. Koumanoudis signale lui aussi que la colonnette comportait d’abord d’autres lettres devant et derrière.

780Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1856, p. 1364 no 2726 ; S. A. Koumanoudis, AEE 133 ; W. Dittenberger, IG III 1530 (> copie Lolling) ; J. Kirchner, IG II2 5428 (> Koumanoudis et Dittenberger) (Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 140 no 25).

781Reproductions : fac-similé Pittakis ; fac-similé Lolling chez Dittenberger.

[Θ]άλλουσα
Ἐράτωνος
Ἐξωνής.

782L. 1 : rest. Koumanoudis, qui transcrit [Θάλ]λουσα mais le alpha et le lambda sont bien visibles ; \ΟΥΣΑ Pittakis, qui restitue [Μ]οῦσα ; l. 3 : ΕΞΩΝΙΙΣ Pittakis, qui transcrit Ἐξωνιΐς ; Ἐξωνῄς Koumanoudis ; Ἐξωνής (i.e. Αἰξωνίς) Dittenberger. Sur la graphie Ε pour la diphtongue ΑΙ, voir le commentaire à HGL 63.

Thallousa d’Aixônè, fille d’Ératôn.

783Elle a été trouvée le 28 mars 1856 au pied sud-ouest du Lycabette selon Pittakis, à la porte d’Acharnes selon Kirchner. Koumanoudis l’a vue dans la cour du musée du Varvakéion, où elle se trouvait toujours à l’époque de Dittenberger. Elle était au Musée national à l’époque de Kirchner.

784Nous avons ici un des rares exemples de démotique féminin, forme qui ne se rencontre qu’à partir du ier s. apr. J.-C. (voir supra, p. 345).

785iie-iiie s. apr. J.-C.

786HGL 68 - Stèle de Markos Aurèlios Eutychos et de Potamilla

787Vérone, Musée lapidaire, no 56.

788Stèle de marbre blanc, avec fronton et représentation en relief dans une niche rectangulaire. Une large encoche a abîmé la pierre à droite du relief, sans entamer celui-ci ; on observe encore un grand éclat en bas à gauche de la stèle, qui a emporté le début des dernières lignes de l’épigramme. 0,55 × 0,345 × 0,06. Hauteur des lettres : 0,02 (A) et 0,01 (B). Sur le relief, de facture assez médiocre, on voit à gauche une femme assise (Potamilla), qui regarde le spectateur. Elle est vêtue d’un chiton et d’un himation, rabattu sur la tête. À droite, un homme se tient debout de face (M. Aurèlios Eutychos). À côté de la femme, une jeune servante, beaucoup plus petite, tient une petite boîte dans ses mains, sans doute un écrin. L’inscription A est dans le fronton et sur l’architrave en dessus du relief, la B au-dessous du relief. On voit encore les lignes de réglage de l’épigramme. Les lettres sont irrégulières et profondes. L’épigramme est assez difficile à lire.

789Éditions : F. Sc. Maffei, Museum Veronense (1749), p. 62 (A et B, l. 2-7) (F. M. Bonada, Anthologia [1751], II, p. 258-259 ; F. G. Welcker, Epigramm. Graec. [1822], p. 16 no 35 et id., Syll. Epigr. Gr.2 [1828], p. 21-22 no 19) ; A. Boeckh, CIG I 569 (A et B, l. 1-7) (> Orsato, Maffei, Welcker, Osann) ; S. A. Koumanoudis, AEE 131 (> Boeckh, puis Dütschke dans les Prosthèkai, p. 342) ; G. Kaibel, Epigr. Gr. (1878), no 128 (> Boeckh, avec corrections) ; H. Dütschke, Ant. Bildw. in Oberitalien, IV (1880), p. 179 n. 417 ; H. Luckenbach, « Griechisches Epigramm zu Verona », RhM 36 (1881), p. 308-309 (B seulement) ; W. Dittenberger, IG III 1355 + Add. p. 300 (> copie Kaibel) (J. Kirchner, IG II2 5426 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 139-140 no 23) ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 1885 (> Dittenberger pour A, Luckenbach pour B) ; W. Peek, GVI 1307 (> estampage) ; T. Ritti, Iscrizioni Mus. Maffeiano (1981), no 88 (von Moock 1998, no 523 ; Karapanagiôtou 2013, no 81).

790Traductions : Ritti (en italien) ; M. L. del Barrio Vega, Epigramas funerarios griegos (1992), no 481 (en espagnol) ; von Moock (en allemand).

791Commentaires : S. Orsato, Monum. Patav. (1652), I.4, p. 187 et p. 190 (= Th. Reinesius, Synt. Inscr. [1682], XIV.15 p. 726) ; Fr. Osann, Syll. (1834), p. 99 n. 7 ; A. Wilhelm, ZPE 29 (1978), p. 58.

792Reproductions : Orsato, p. 189 (dessin de la stèle, sans le texte de l’épigramme) ; Maffei, p. 53.11 (dessin) ; fac-similé Boeckh d’après Orsato et Maffei ; fac-similé Kaibel chez Dittenberger ; Ritti, p. 153-154 ; Karapanagiôtou, pl. 14 no 81.

793D’après photos chez Ritti.

794A : l. 1 : le praenomen et le gentilice sont donnés sous la forme d’un calligramme.

795B : l. 1 : la lecture ἐσμυρισμένε a été proposée par Mau chez Luckenbach (d’après un estampage), d’où {σ}ἐσμ{ο}υρισμένε chez Peek et Ritti ; Σ̣ΕΣ̣ΜΟΥΡΙΣΜΕΝΕ Kaibel, ΣΕΣΜΟΥΙΙΣΜΕΝΕ Peek ; ...ων μεμνημένε Koumanoudis dans les Prosthèkai ; ...σμένε Dittenberger ; ...υρισμένε Luckenbach ; [ἐκνε]υρισμένε Wilhelm ; l. 2 : νε<ν>εκρ<ω>μένον Ritti, mais Luckenbach précise que du second nu, la haste du milieu s’est effacée, et qu’il voit des traces du oméga ; l. 5 : χρόνου err. Giannopoulou-Konsolaki ; l. 8 in. : rest. Luckenbach, qui précise que du upsilon on voit encore la haste oblique droite ; l. 9 in. : Lukenbach et Peek estiment qu’il manque 5-6 lettres au début. [οὐδέν] Luckenbach ; [ὡς οὔ]τε δόξης Dittenberger ; [οὐθείς] γε̣ ? vel [ἀλλὰ οὔ]-τε ? Peek ; l. 10 in. : Luckenbach et Peek estiment qu’il manque 6-7 lettres au début. [ἐσέσθ]ε Dütschke, [αἰδεῖσθ] ε ? ou [ὀρέγεσθ]ε ? Peek, mais un pluriel est peu probable selon Luckenbach, car ailleurs l’inscription s’adresse à une seule personne. Luckenbach propose e.g. [νεκροὶ δ]ὲ ; l. 10 fin. : rest. Dittenberger, suivi par Peek ; [με]μνεμένο[ι] err. Ritti ; [γεγε]νημέν[ων] Koumanoudis Prosthèkai, Dütschke, Luckenbach.

  • 63 Il y a un jeu de mots entre Pluton et « richesse ».

A : M(arkos) Aur(èlios) Eutychos fils d’Asklapôn d’Aixônè. Potamilla fille de Loukios d’Azènia.
B : Homme qui a été imprégné (?) de nombreuses souffrances, ne passe pas ton chemin devant mon corps défunt. Mais si toi tu veux tout savoir clairement, arrête-toi, écoute et, instruit par mes paroles expérimentées, vis ce qui reste de ta vie de belle façon, sachant que la demeure souterraine de Pluton est remplie de richesse63, mais que tu ne désires absolument rien. Car les morts n’ont nul désir de quelque… gloire, ni de l’ombre du monde d’en haut, … tous s’en étant souvenus autrefois.

796Repérée au xviie s. à Padoue en Italie, dans la maison Corradini. On ignore de quel endroit de l’Attique elle provient. Dès le xviiie s., elle est conservée au Musée lapidaire de Vérone, où elle se trouve encore aujourd’hui.

  • 64 Sur la formule onomastique en Grèce sous l’Empire, voir G. Daux, « La formule onomastique dans le d (...)
  • 65 Follet 1976, p. 95-98.

797La défunte porte un nom romain, tout comme son père ; il s’agit peut-être d’un Romain devenu citoyen athénien ou d’une famille athénienne philoromaine. Potamilla a épousé un Athénien pourvu de la citoyen­neté romaine : le défunt porte en effet les tria nomina ; son onoma, Eutychos, est devenu son cognomen, conformément à l’usage. Les provinciaux qui recevaient la citoyenneté romaine adoptaient généralement le prénom et le gentilice de l’empereur régnant, grâce auquel ils avaient bénéficié de cet honneur. Le prénom et le gentilice Marcus Aurélius ont été portés par les empereurs Marc-Aurèle, Commode et Caracalla, donc notre Eutychos a été fait citoyen au plus tôt en 161 apr. J.-C.64. Ce n’est là qu’un terminus post quem, car il a très bien pu recevoir la citoyenneté par hérédité. Un autre indice chronologique est la formule mixte de son nom, mêlant gentilice et patronyme. Follet note que ce n’est qu’après la constitutio antoniniana (212 apr. J.-C.) que cette contamination devient fréquente, mais elle précise que la formule est attestée sporadiquement dès la fin du ier s. apr. J.-C.65. Ritti propose de dater l’inscription du début du iiie s. apr. J.-C., ce qui me semble bien correspondre à la forme des lettres.

798Notons l’usage persistant du démotique, même à une époque aussi tardive. Il est présent dans la nomenclature du père du défunt, et pour la femme, il figure sous la forme ctétique.

  • 66 Dans le même ordre d’idée, voir GVI 1906 (Rome, iiie-ive s. apr. J.-C. L’épigramme est très ressemb (...)

799L’épigramme, en trimètres iambiques, est une leçon de vérité et de morale donnée au passant : le mort incite le vivant à profiter de la vie tant qu’il en est temps. Il lui rappelle que les richesses, abondantes dans le royaume d’Hadès, ne servent à rien car les morts n’ont plus le désir de rien, et la sensation de plaisir n’existe plus pour eux66.

800HGL 69 - Colonnette de ?

801Fragment d’une colonnette en marbre gris-bleu.

802Édition : S. A. Koumanoudis, AEE 146 (W. Dittenberger, IG III 1533 ; J. Kirchner, IG II2 5445 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 146 no 42).

[- - - - -]
Τιμ[- - -]
Αἰξω[- -]
[- - - - -].

… Tim… d’Aixônè …

803Trouvée au Céramique. Elle s’y trouvait encore à l’époque de Dittenberger. Elle a été perdue par la suite.

804Aucune date n’est donnée par les éditeurs et il n’en existe aucun fac-similé à ma connaissance. La forme du support oriente plutôt vers l’époque hellénistique ou l’époque romaine.

805HGL 70 - Colonnette d’Aristoménès fils d’Aristoménès

806Colonnette en marbre. Hauteur : 0,27.

807Édition : O. Alexandri, AD 28 1973 (1977) Chron. B1, p. 33 (SEG XXVI 277) (SEMA no 43).

Ἀριστομένης
Ἀριστομένους
Αἰξωνεύς.

Aristoménès fils d’Aristoménès d’Aixônè.

808Trouvée à Athènes en 1973, rue Kokkini, entre les rues Théophilopoulou et Vourvachi (entre l’Acropole et le premier cimetière d’Athènes), lors de travaux de l’ΟΑΠ. On y a trouvé un ensemble de tombes romaines tardives, qui font partie d’une grande nécropole. J’ignore où se trouve la pierre actuellement.

809Alexandri ne date pas le monument, et les auteurs du SEMA ne se prononcent pas car ils n’ont pas vu la pierre. La forme du support oriente plutôt vers l’époque hellénistique ou l’époque romaine.

810HGL 71 - Colonnette de Lysicha

811Céramique, no 108 [A 1/7] ; inédite.

812Transcription d’après J. S. Traill, PAA 103570.

Λύσιχα
Ἀγαθοκλέους
Αἰξωνέως
γυνή.

Lysicha femme d’Agathoklès d’Aixônè.

813Trouvée au Céramique.

814Non datée. La forme du support oriente plutôt vers l’époque hellénistique ou l’époque romaine.

815HGL 72 - Colonnette d’Aristoklètos fils de Philostratos

816Colonnette en marbre gris-bleu.

817Édition : K. S. Pittakis, AEph 1853, p. 986 no 1705 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1359 ; S. A. Koumanoudis, AEE 124 ; W. Dittenberger, IG III 1528 ; J. Kirchner, IG II2 5410 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 134 no 9).

818Reproduction : fac-similé Pittakis (inscription seule).

Ἀρειστόκλητος
Φιλοστράτου
Αἰξωνεύς.

Aristoklètos fils de Philostratos d’Aixônè.

819Trouvée par Pittakis en 1853 « sur l’avenue menant à Acharnes » (je traduis). Cette indication n’est pas suffisamment précise pour déterminer dans quel dème des environs de la ville reposait Aristoklètos. La pierre est perdue de longue date, car Koumanoudis déjà ne savait pas où elle se trouvait.

  • 67 Voir Threatte 1980, p. 195-199.

820Aucun éditeur ne donne la date de l’inscription. La confusion entre ει et ι devient courante à partir de la basse époque hellénistique, et tout au long de l’époque romaine67.

821Dubia (DU)

822*DU 1 - Stèle de Thèrôn

823Agora I 2056.

  • 68 Beschi (1975) pensait avoir identifié une partie du fleuron dans le fragment Agora S 1386, mais il (...)

824Partie inférieure d’une stèle à anthémion en marbre blanc. L’anthémion n’a pas été retrouvé68. 1,465 × 0,490-0,485 × 0,15. À l’origine, le fût mesurait environ 3,66 m de hauteur, et l’anthémion 0,67 m d’après une estimation de Conze.

  • 69 Harrison (1956) a constaté que le burin n’est pas souvent utilisé pour la face arrière des stèles f (...)

825Sur le fût de la stèle, entre 0,41 et 0,46 m en dessus de la base et légèrement décentré vers la gauche, figure le nom du défunt, inscrit en écriture rétrograde. Comme l’épitaphe est basse, Harrison suggère que quelque chose était peint en dessus. Les côtés du fût sont soigneusement lissés et l’arrière a été aménagé avec un burin69. Une bande étroite courait tout autour de la stèle. Tout en bas du fût, la partie qui s’insérait dans une plinthe est aménagée de manière plus grossière, au burin sur la face et les côtés, à la gradine à l’arrière. Harrison observe encore des traces de peinture rouge sur la stèle, notamment sur la bande qui en faisait le tour, mais ces traces ont aujourd’hui disparu. Le fleuron était aussi peint, en blanc, rouge et bleu selon le dessin de Vulliamy. Les traces de mortier observables sur la stèle, l’effacement des premières lettres du côté droit et la différence d’épaisseur entre le côté gauche et le côté droit montrent que la stèle a servi de seuil.

826Éditions : A. Boeckh, CIG I 957 (> copie Gell) (A. Kirchhoff, IG I suppl. 447 g ; Fr. Hiller von Gaertringen, IG I2 994 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 117 no 3 ; D. M. Lewis, IG I3 1246) ; L. Vulliamy, Examples of Ornamental Sculpture (1823), pl. 20.4 (W. Kinnard, dans J. Stuart, N. Revett, Antiquities of Athens2, IV [1830], p. 14 ; Stackelberg 1837, p. 41 ; A. Conze, Att. Grabreliefs, no 23) ; A. Brückner, Ornament und Form (1886), p. 4 n. 1 (> photo) ; G. M. A. Richter, Archaic Attic Gravestones (1944), p. 93-94 no 60 A ; E. B. Harrison, Hesperia 25 (1956), p. 27 et p. 37-38 et Agora XI 101 ; Jeffery 1962, p. 135 no 38 ; D. W. Bradeen, Agora XVII 854.

827Commentaires : A. Furtwängler, Sammlung Sabouroff, I (1883), p. 11 n. 4 ; Eliot 1962, p. 22-23 ; O. Harl, AAA 4 (1971), p. 417-425 ; E. Vanderpool, AAA 5 (1972), p. 248-251 ; Beschi 1975, p. 313 ; S. Karouzou, « Autour d’une oinochoé protoattique de Toulouse. Sur le baron de Stackelberg et Fauvel », AAA 12 (1979), p. 137 n. 25 ; C. W. Clairmont, « IG I2 974 (IG I3 1197) and Fauvel », Boreas 9 (1986), p. 25 n. 9 ; Bastet 1987, p. 14-15 ; Mersch 1996, p. 130-131 ; Beschi 2001, p. 97 n. 87, p. 99 no 5, p. 113-114.

828Reproductions : fac-similé Fauvel (inscription seule. Voir supra, p. 39) ; Vulliamy, pl. 20.4 (fleuron) ; Kinnard, p. 13 fig. b ; Stackelberg, pl. VI.2-5 ; Conze, Taf. 14.1 ; Richter, fig. 89-90 ; Harrison (1956), pl. 9 et Agora XI, pl. 20 ; Jeffery, pl. 38 b (inscription) ; Vanderpool, p. 251 fig. 4 (inscription) ; Beschi (1975), fig. 2 p. 313 et pl. 126-127 ; fig. 52.

[Θέ]ρ̣ονος.

829ΘΕΡΟΝΟΣ fac-similé Fauvel.

De Thèrôn.

Fig. 52. L.-Fr.-S. Fauvel dans sa maison de l’Agora, avec la stèle de Thèrôn à l’arrière-plan.

Fig. 52. L.-Fr.-S. Fauvel dans sa maison de l’Agora, avec la stèle de Thèrôn à l’arrière-plan.

Lithographie d’après une peinture à l’huile de L. Dupré, 1819. L. Dupré, Voyage à Athènes et à Constantinople (1825), pl. XIX.

  • 70 Voir supra, p. 41-43, où j’ai supposé que la zone était à rattacher à Aixônè. À la lettre du 11 avr (...)
  • 71 Le 31 octobre 1934, durant la démolition d’une maison moderne dans la partie centrale de l’Agora (O (...)
  • 72 Le couronnement est qualifié de « hautement original » par Harrison (1956) : à la place des deux fe (...)

830La stèle a été découverte lors de la fouille de Fauvel en mars 1819 dans la région d’Helleniko (fig. 8), dans une zone frontière entre les dèmes d’Halimonte et d’Aixônè70. Le vice-consul l’a ensuite emmenée chez lui, dans sa maison sur l’Agora d’Athènes. Au cours de la guerre d’Indépendance, en 1825, un boulet de canon a détruit la maison de Fauvel et la collection d’antiquités qui s’y trouvait. La pierre a ensuite été réutilisée comme seuil dans l’une des maisons avoisinantes. Elle a été retrouvée presque un siècle plus tard lors des fouilles américaines de l’Agora, en 193471. Seule la partie inférieure du fût portant l’inscription a été exhumée, mais on sait par des reproductions anciennes qu’à l’origine elle était pourvue d’un grand anthémion72.

  • 73 Stackelberg n’a pas pu voir la stèle, car il s’est installé à Rome à partir de 1817 : dans sa préfa (...)
  • 74 Harl pense que les 12 pieds de hauteur que donne Fauvel doivent s’appliquer au fût seulement, ce qu (...)

831Avant la redécouverte de la pierre lors des fouilles de l’Agora, on disposait d’un dessin de Vulliamy (réalisé alors qu’il était étudiant travaillant pour la Royal Academy et publié en 1823) copié ensuite par Kinnard, d’un dessin de Stackelberg73, et d’un détail d’une célèbre peinture de L. Dupré montrant Fauvel dans sa maison d’Athènes, entouré de ses antiquités (fig. 52). Maintenant que l’on a une partie de l’original, on peut juger de la précision de ces anciennes reproductions. Or, Harrison constate que le dessin et la description de Vulliamy sont fautifs à plusieurs égards : le sommet du fût est trop mince et la position de l’inscription est fausse (Vulliamy la place à mi-chemin du fût, alors qu’elle est près de la base), et il l’entoure d’un cadre rectangulaire qui n’existe pas. Harrison suppose que Vulliamy a relevé sur place uniquement l’anthémion et les lettres de l’inscription, et noté les dimensions du fût, et a dessiné le tout plus tard. Harl, par un excès de scepticisme dont il est le seul à faire preuve, pense que Vulliamy n’a jamais vu la stèle. Or, un passage de son journal de voyage, cité par Conze, indique qu’il a sans doute vu la pierre de ses propres yeux : « Very beautiful white marble. It is a very unusual example: it is not sculptured; the surface is flat, and the forms are shown by sunk lines, and by the two colours with which it is painted. The shaft is in a separate piece of marble; it is about 12 ft. high and 1 ft. 8 in. wide at the base. The head is let into the shaft with a tenon, which is run with lead. On the shaft, about midway of the height, is a word in ancient Greek letters ». De plus, on sait que Vulliamy a voyagé en Grèce, en Asie Mineure et en Italie entre 1818 et 1821, mais Harl suppose qu’il a dû passer à Athènes avant la découverte de la stèle ; ses informations seraient tirées d’esquisses et d’une description que lui aurait envoyées Fauvel lui-même74.

  • 75 Je reproduis ici une lithographie de cette œuvre. Une copie de l’original, vendu aux enchères en 20 (...)

832Le célèbre peintre L. Dupré a visité Athènes en avril 1819, juste après la découverte de la stèle par Fauvel. Sa peinture semble assez fidèle (fig. 52)75 : la stèle figure au second plan, appuyée contre un mur de la cour intérieure de la maison du vice-consul. Les proportions semblent correctes, et il a poussé le détail jusqu’à représenter la bande qui faisait le tour de la stèle.

833On ne dispose d’aucun élément permettant d’en savoir plus sur le défunt, outre son nom. Jeffery rappelle qu’à l’époque archaïque, dans l’immense majorité des cas, ce sont les parents qui érigent ces monuments pour leurs enfants morts prématurément ; mais elle connaît aussi quelques cas où c’est la génération suivante qui érige le monument pour la génération précédente.

  • 76 Jeffery attribue l’inscription au maçon A3, qui se caractérise par l’extrême finesse de ses lettres (...)

834Troisième quart du vie s., d’après le style du monument, notamment la forme de l’anthémion, et la paléographie76.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.

Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.

835DU 2 - Base de Mammia

836Grande base en marbre gris-bleu.

837Éditions : K. S. Pittakis, AEph 1841, p. 465 no 707 et AEph 1853, p. 988 no 1717 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1745 ; S. A. Koumanoudis, AEE 3114 ; U. Koehler, IG II 3917 ; J. Kirchner, IG II2 12031 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 119 no 7).

838Reproduction : fac-similé Pittakis (1841).

Μαμμία : Ἀριστίωνος.

839Ἀριστώνος err. Pittakis (1853).

Mammia fille d’Aristiôn.

840Publiée par Pittakis en 1841. Il dit qu’elle a été trouvée « dans les fouilles archéologiques vers le nord du Pirée, à l’endroit appelé Vari » (je traduis). Il publie à nouveau l’objet en 1853, en donnant une indication différente quant à la provenance : « Je l’ai trouvé le 15 mars 1833 dans la partie ouest d’Athènes, dans une oliveraie, à l’endroit que nous appelons maintenant Azôgeras » (je traduis). Kirchner, dubitatif, indique comme lieu de provenance « entre le Pirée et Athènes ? » ; Koehler ne mettait pas de point d’interrogation. Giannopoulou-Konsolaki pense que cette base vient d’Aixônè d’après la stèle suivante, trouvée au même endroit, et suppose que Pittakis s’est trompé en mentionnant Vari « vers le nord du Pirée », et qu’il a voulu dire « vers le sud du Pirée ». Mais alors qu’ailleurs dans son ouvrage elle est la première à défendre la rigueur scientifique de Pittakis, elle est prête ici à rejeter son double témoignage. Comme il a trouvé les deux pierres lui-même, il est peu probable qu’il se soit trompé d’endroit deux fois ; elles doivent provenir du sud-ouest d’Athènes, entre la ville et le Pirée. Par conséquent, rien ne permet de lier cette base au dème d’Aixônè, d’autant plus que ces deux anthroponymes ne se retrouvent pas dans la prosopographie de notre dème.

841La pierre est perdue depuis longtemps. Déjà Koumanoudis ne sait pas où elle se trouve.

842Aucune date n’est proposée par l’éditeur.

843DU 3 - Stèle de Stratôn, Phanô, Pausanias

844Stèle funéraire en marbre blanc, ornée d’un vase sculpté en relief. L’inscription se trouve en dessus du vase.

845Édition : K. S. Pittakis, AEph 1841, p. 465 no 708 (A. R. Rangabé, Antiq. Hell. no 1776 ; S. A. Koumanoudis, AEE 3321 ; U. Koehler, IG II 4132 ; J. Kirchner, IG II2 12666 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 119 no 8).

846Reproduction : fac-similé Pittakis, repris chez Koehler.

Στράτων. Φανώ. Παυσανίας.

847Σράτων err. Pittakis dans sa transcription (le fac-similé est correct).

Stratôn. Phanô. Pausanias.

848Pittakis dit qu’elle a été trouvée au même endroit que la base précédente, donc au sud-ouest d’Athènes, entre la ville et le Pirée. Koehler reprend cette indication (« au nord du Pirée »), ainsi que Kirchner, moyennant un raccourci (« trouvée au Pirée »). Mais Rangabé dit qu’elle a été trouvée « au sud du mont Hymette », et que le dème est Aixônè. Giannopoulou-Konsolaki pense de même. Koumanoudis préfère ne pas trancher : « trouvée au nord du Pirée, ou au sud de l’Hymette » (je traduis). Mais là encore, rien ne permet de rattacher cette stèle à Aixônè, et aucun de ces trois noms n’apparaît dans la prosopographie du dème, à part peut-être Stratôn (voir annexe IV, s.v. « [Στρ ?]άτων Ἀντιμάχου »). Voir aussi le commentaire à DU 2.

849La stèle était déjà perdue à l’époque de Koumanoudis.

850ive s. (Kirchner).

851DU 4 - Colonnette de …sthénès

852Colonnette en marbre gris-bleu, trouvée à Aixônè.

853Édition : Fr. Lenormant, « Inscriptionum Graecarum ineditarum centuria prima, centuria secunda et tertia, centuria quarta », RhM 21 (1866), p. 379 no 166 (S. A. Koumanoudis, AEE 151 ; W. Dittenberger, IG III 3554 ; SEMA no 3011).

[- - - -]σθένης
[- - -]ράτου
[Αἰξ]ωνεύς.

…sthénès fils de …ratos d’[Aix]ônè.

854La colonnette est aujourd’hui perdue.

855Les publications de Lenormant sont controversées, et cette inscription, ainsi que la suivante, sont considérées comme inauthentiques par les auteurs des IG. Les auteurs du SEMA les intègrent cependant, dans la catégorie des « Suspecta », car il n’est pas exclu que certaines de ces trouvailles soient bien réelles, et soient retrouvées dans le futur.

856Aucune date n’est proposée par l’éditeur. Le type de support indique plutôt l’époque hellénistique ou l’époque romaine.

857DU 5 - Colonnette de Dionysodôra

858Coll. privée ?

859Colonnette en marbre gris-bleu.

860Édition : Fr. Lenormant, « Inscriptionum Graecarum ineditarum centuria prima, centuria secunda et tertia, centuria quarta », RhM 21 (1866), p. 229 no 35 (S. A. Koumanoudis, AEE 128 ; W. Dittenberger, IG III 3553 ; SEMA no 3010).

Διονυσοδώρα
Σωσάνδρου
Αἰξωνέως
γυνή.

Dionysodôra femme de Sôsandros d’Aixônè.

861Trouvée à Athènes dans une maison privée sur la rue Adrianou. Sur les doutes quant à son authenticité, voir le commentaire à DU 4.

862Aucune date n’est proposée par l’éditeur. Le type de support indique plutôt l’époque hellénistique ou l’époque romaine.

863DU 6 - Stèle de Kléôn fils de Kléôn (?)

864Stèle en marbre blanc.

865Édition : S. A. Koumanoudis, AEE 3060 (W. Peek, « Attische Inschriften », MDAI[A] 67 [1942], p. 188 no 411 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 142 no 31).

Κλέω[ν Κλέ]-
ωνος (?) Α[ἰξωνεύς ?].

866Rest. Peek, sur le modèle de la colonnette HGL 34.

Kléôn fils de [Klé]ôn (?) d’A[ixônè] (?)

  • 77 Sur les multiples provenances possibles des objets conservés à la stoa d’Hadrien, voir Kokkou 1977, (...)

867Mentionnée par Koumanoudis à la stoa d’Hadrien, où la stèle se trouvait toujours à l’époque de Peek. Elle est aujourd’hui perdue. Le lieu de découverte de la stèle est inconnu77.

868Ce Kléôn appartient à la même famille que la femme de l’inscription HGL 34 selon Giannopoulou-Konsolaki, mais la restitution du démotique est loin d’être certaine. Kléôn est un nom très courant en Attique, et attesté dans maints dèmes commençant par alpha (voir LGPN, s.v. ; par exemple à Azènia, où deux Kléôn sont attestés à l’époque impériale).

869Époque romaine (Peek).

Notes

1 Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 116-153, qui recense 23 épitaphes trouvées à Aixônè même, et 57 en dehors du dème.

2 S. A. Koumanoudis, ττικς πιγραφα πιτύμβιοι (1993) [1871] ; S. N. Koumanoudis, A. P. Matthaiou (éds), Στέφανου Αθ. Κουμανούδη « ττικς πιγραφα πιτύμβιοι ». Προσθκαι (1993).

3 G. Karo, JdAI 47 (1932), col. 125 no 6 ; Theophanidis, p. 10 no 34 et p. 9 fig. 12 ; Schmaltz, A 27 (qui donne la date de 400-390) ; Proukakis-Christodoupoulos, no 247 ; G. Kokula, Marmorlutrophoren (1984), p. 53 ; Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 125 nos 20-21 et p. 124 fig. 90 ; CAT 2.197.

4 Par erreur, Kirchner, et Giannopoulou-Konsolaki à sa suite (laquelle pourtant disposait d’une photographie de l’objet), nomment la femme assise Philia et celle debout derrière elle Mètrodôra, et disent que la femme debout se trouve entre la femme assise et Sôkleidès.

5 Par erreur, Hicks dit que la dexiôsis implique deux hommes.

6 Matthaiou 1992-1998, voir le commentaire au numéro 6.

7 Notre stèle figure en effet parmi les objets de la collection Pittakis vendus par ses héritiers, d’après une liste conservée dans les archives de la Société archéologique (reproduite dans V. Chr. Pétrakos, « Ἀρχαιολόγοι καὶ ἀρχαιότητες », Mentôr 80 [2006], p. 98-99).

8 Dans ses mesures, Milchhöfer a visiblement inversé la longueur et la largeur.

9 Je remercie D. Knoepfler de m’avoir suggéré cette possibilité.

10 Voir Halbertsma (2003 a). Reuvens a comparé avec des objets semblables qui avaient été récemment mis aux enchères ou vendus, or il juge notre stèle comparable en taille et en profondeur aux métopes du Parthénon, mais ces dernières valent plus car « elles sont plus intéressantes et montrent plus de nus » (lettre de Reuvens à Falck, 25 nov. 1820, citée par Halbertsma [je traduis]).

11 IG II2 7414 ; CAT 4.471 ; Karouzou, p. 179-200 (peu avant 317/6).

12 On peut établir plusieurs parallèles, par exemple avec CAT 4.420, où la petite Eukolinè tient un jouet qu’elle montre à sa mère, ou encore la fameuse stèle d’Archestratè, où l’enfant tient un oiseau (CAT 2.820). Dans CAT 2.718, il y a une scène semblable d’une enfant enserrant les jambes de sa mère et tendant un bras vers elle. Voir H. Rühfel, Das Kind in der griechischen Kunst: von der minoisch-mykenischen Zeit bis zum Hellenismus (1984), p. 142-176.

13 La colonnette était introuvable lors de mon passage. Comme elle est exposée à l’air libre, il est possible que le numéro d’inventaire soit effacé.

14 L’auteur de la notice du SEG note par erreur la fin du ive s. : Giannopoulou-Konsolaki ne donne cette date que comme terminus post quem, en raison de la forme du support.

15 Humphreys 1980.

16 Koumanoudis parle d’un autel (bômos) ; Boeckh aussi parle d’un « autel funéraire ». Il s’agit bien d’une stèle d’après les dessins chez Alstein et Conze.

17 Alstein annonce à la fin de son article que la suite paraîtra dans un prochain numéro du Messager des Sciences et des Arts. À ma connaissance, elle n’est jamais parue.

18 « À Philostratè fille de Philon. Philon fils de Calippe du bourg d’Aixone. Ici, déjà parvenue au terme de la vie, la demeure de Perséphone retient Phanagore, douée de tous les mérites et de toutes les vertus. Alcimaque fille de Callimaque du bourg d’Anagyrus » (Alstein). Philostratè est au nominatif, et non au datif.

19 Citée par Halbertsma 2003 a, p. 54. Voir aussi ibid., p. 34.

20 Voir Halbertsma 2003 b, p. 153.

21 Voir Tsagalis 2008, p. 93-94, avec des exemples. L’épitaphe CEG 513, l. 4-5 (1re moitié du ive s.) comporte un distique élégiaque identique au nôtre, à part le nom de la défunte : Ἐνθάδε τὴμ πάσης ἀρετῆς ἐπὶ τέρ[μα μολ] σαν Μνησαρέτηγ κατέχε Φερσεφόνης θ<ά>λαμος.

22 Euripide, Suppl. 1022. Sur cette expression, voir Tsagalis 2008, p. 86-134.

23 Sur ces qualités dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsagalis 2008, p. 135-160 et supra, p. 334. Pour la sôphrosynè, voir HGL 25.

24 Pour tous les éditeurs, il est clair que ce Lysis est celui du dialogue de Platon, car le patronyme et le démotique correspondent à ce que dit Hippothalès (204 e). On pourrait certes penser à un autre personnage homonyme de la même famille, mais vu la date de l’échange entre Lysis et Socrate (fin du ve s.) et celle du monument, il doit s’agir de la même personne.

25 Démosthène, C. Léocharès (44), 18 et 30 ; Hésychius, Harpocration, Pollux, s.v. « λουτροφόρος ». L’interprétation de la loutrophore en tant que monument funéraire réservé aux célibataires est réfutée depuis longtemps, voir D. C. Kurtz, J. Boardman, Greek Burial Customs (1971), p. 152, qui rappellent que la loutrophore sert plus généralement pour le bain et est utilisée dans tout rituel funèbre. C. Dehl, « Eine Gruppe früher Lutrophorestelen aus dem Kerameikos », MDAI(A) 96 (1981), p. 173-178 donne des exemples de loutrophores du ive s. à Athènes marquant la tombe d’hommes âgés. Voir encore Bergemann 1997, p. 46-47.

26 Les commentateurs parlent d’une scène de dexiôsis, ce qui est inexact. Clairmont (1970) parle pour Nakion d’un geste de respect ou de surprise, plus correctement d’un « speaking gesture » dans CAT.

27 Voir P. Zanker, « The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna: Identity and Self-Image in the Polis », dans A. W. Bulloch (éd.), Images and Ideologies. Self-Definition in the Hellenistic World (1993), p. 218 sur le volumen comme symbole de l’homme éduqué et cultivé.

28 Tsagalis lit les noms qui précèdent l’épigramme horizontalement, sans tenir compte des colonnes, alors qu’il faut les lire colonne par colonne.

29 Pour un commentaire détaillé de cette épigramme, voir Tsagalis 2008, p. 143-144. J. S. Traill, PAA 441125 comprend que l’épigramme est pour Euxithéa, et qu’elle est morte âgée de neuf ans.

30 Sur l’évocation de la vieillesse dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsagalis 2008, p. 198-200 et p. 204-208.

31 Sur la commémoration d’un grand-parent dans les épigrammes funéraires attiques du ive s., voir Tsagalis 2008, p. 195-198.

32 H. Gutscher, Die attischen Grabschriften (1890), II, p. 24.36 (cité par Conze).

33 Sur le thème de l’adresse au passant, voir R. A. Lattimore, Themes in Greek and Latin Epitaphs (1962), p. 230-234 ; Tsagalis 2008, p. 219-224.

34 Platon, Hippias majeur 291 d-e.

35 Comme l’a vu Davies 1971, p. 361, cette stèle ne fait qu’un avec IG II2 5412, stèle funéraire publiée par Kirchner d’après une copie de Pittakis figurant dans les notes de Boeckh. Elle est indiquée comme « trouvée à Athènes », et porte l’épitaphe Δεινοκράτης Αἰξωνεύς. Giannopoulou-Konsolaki 1990, p. 135 no 11 suit Kirchner, comme presque toujours, et les considère aussi comme deux stèles différentes.

36 A. Brückner, Der Friedhof am Eridanos (1909), p. 25.105.

37 Ce jardin se trouvait au Pirée, entre les rues Artémisiou, Salaminos, Dervenakiôn et Palamèdiou. A. N. Mélétopoulos y avait rassemblé une importante collection d’antiquités, provenant pour la plupart de sa ville natale. Il a donné ensuite la majeure partie de sa collection au Musée du Pirée, au Musée épigraphique et au Musée national. Voir Th. A. Arvanitopoulou, Polemon 3 (1947-8), p. 17-18 ; O. Vizyinou, Αρχείον των μνημείων των Αθηνών και της Αττικής 4 (2007), p. 297.

38 Pace Marchiandi 2011, p. 416.

39 Tous les commentateurs (sauf Clairmont) disent qu’elle est assise, mais elle est debout en réalité : ce qu’ils prennent pour le dossier d’une chaise est un pan du manteau de la femme.

40 E.g. CEG 58 (fin du vie s. Pour un métèque, honoré aussi pour son arétè), CEG 34 (vers 530. Pour un citoyen, qualifié aussi d’agathos), CEG 41 (vers 530-520. Pour un citoyen, honoré aussi pour son arétè). Une formule proche se trouve dans CEG 704 : Σωφροσύνης πλεῖστον μετέχων μέρος ἐνθάδε κεῖται […] (Cos, ive s. ?, pour un petit garçon). La formule πλεῖστον ἔχειν μέρος + une qualité au génitif est un topos des épigrammes funéraires attiques, que l’on retrouve par exemple dans CEG 493 (premier quart du ive s.), 620 (ive s.) ; voir Tsagalis 2008, p. 137-142.

41 Voir supra, p. 334 n. 30. Voir aussi Whitehead 1993, p. 70-72 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 221, p. 223, p. 295.

42 Voir Threatte 1996, p. 205.

43 Les ajouts sur les stèles sont souvent moins soigneux, car le lapicide ne peut pas frapper aussi fort sur une stèle déjà debout, sinon cela la briserait.

44 Voir supra, n. 37.

45 La colonnette était introuvable lors de mon passage ; comme elle est exposée à l’extérieur, le numéro d’inventaire a peut-être été effacé.

46 Voir O. Masson, Onomastica Graeca Selecta, I (1990), p. 94-95. Je remercie D. Knoepfler d’avoir attiré mon attention sur ce phénomène.

47 La découverte a été annoncée dans l’Ephimèris tôn philomathôn du 19 août 1870.

48 La colonnette était introuvable lors de mon passage ; comme elle est exposée à l’extérieur, le numéro d’inventaire a peut-être été effacé.

49 La découverte est mentionnée par Koumanoudis dans le Palingenesia du 19 juin 1870, par Rousopoulos dans l’Ephimèris tôn philomathôn 1870, no 2132 et par Curtius dans AZ 29 (1872), p. 25.

50 Pour le stemma de la famille, voir J. Kirchner dans IG II2 6746 et Humphreys 1980, p. 121 tabl. 4.

51 La colonnette était introuvable lors de mon passage.

52 BnF, Estampes et photographies, Gb 15 b pet. fol., f. 193, no 399. Fauvel, dans sa copie, a visiblement changé l’ordre des mots pour les faire coïncider avec la syntaxe française. Le iota de θυγάτηρ est une erreur due à la prononciation de cette lettre en grec moderne. Le nom Mnèmagoras, non attesté en Attique, n’a pas été repris par les éditeurs postérieurs. Peut-être y a-t-il eu confusion avec Mnèsagora fille de Chairippos, qui figure sur une stèle funéraire du ive s. (IG II2 5272). Les copies d’inscriptions de Fauvel étaient très médiocres, voir supra, p. 40 n. 69.

53 Fränkel n’avait pas eu accès à l’article de Moustoxydis pour son ouvrage Epigraphisches aus Aegina (1897).

54 La colonnette était introuvable lors de mon passage.

55 Voir Bodnar 1960, p. 49 avec la note 2. Dans deux manuscrits des œuvres de Cyriaque, l’intitulé au-dessus de notre inscription est : « Ibidem ecclesiae ad parietem super equestrem statuam marmoream », voir ibid., p. 130 n. 1. On ignore de quelle église d’Ancône il parle.

56 Sur les provenances possibles des antiquités entreposées dans la tour des Vents, voir Kokkou 1977, p. 178-179.

57 Threatte 1980, p. 202-205.

58 Pour des parallèles iconographiques, voir von Moock 1998, p. 8, p. 14, p. 31, p. 41, p. 79.

59 Voir supra, p. 345.

60 Threatte 1980, p. 294-299. Ce phénomène apparaît au ier s. apr. J.-C., et devient fréquent à partir du milieu du iie s. apr. J.-C.

61 Sur les multiples provenances possibles des objets conservés au Thèséion, voir Kokkou 1977, p. 170-174.

62 Threatte 1980, p. 542-543. Voir HGL 62.

63 Il y a un jeu de mots entre Pluton et « richesse ».

64 Sur la formule onomastique en Grèce sous l’Empire, voir G. Daux, « La formule onomastique dans le domaine grec sous l’empire romain », AJPh 100 (1979), p. 13-30 ; sur les Aurelii en particulier, voir Follet 1976, p. 89-95 ; A. D. Rizakis, « La diffusion des processus d’adaptation onomastique : les Aurelii dans les provinces orientales de l’Empire », dans M. Dondin-Payre (éd.), Les noms de personnes dans l’Empire romain : transformations, adaptation, évolution (2011), p. 253-262.

65 Follet 1976, p. 95-98.

66 Dans le même ordre d’idée, voir GVI 1906 (Rome, iiie-ive s. apr. J.-C. L’épigramme est très ressemblante à la nôtre), 1655 (Phocide, iiie s. apr. J.-C.), 1363 (Sporades, ier s. apr. J.-C.).

67 Voir Threatte 1980, p. 195-199.

68 Beschi (1975) pensait avoir identifié une partie du fleuron dans le fragment Agora S 1386, mais il réfute sa reconstitution dans son article de 2001, car elle est impossible pour des raisons techniques.

69 Harrison (1956) a constaté que le burin n’est pas souvent utilisé pour la face arrière des stèles funéraires archaïques ; elle n’en connaît que quatre exemples, dont la stèle de Thèrôn. Cela s’explique, selon elle, par le fait que recouvrir ainsi de sillons parallèles une grande surface qui sera non visible, est un travail ennuyeux.

70 Voir supra, p. 41-43, où j’ai supposé que la zone était à rattacher à Aixônè. À la lettre du 11 avril 1819 on peut ajouter la note suivante du vice-consul : « J’ai un grand cipe de marbre avec ce seul nom [Fauvel donne le nom en fac-similé] » (BnF, Fr 22877 partie 1 f. 38 recto, note non datée).

71 Le 31 octobre 1934, durant la démolition d’une maison moderne dans la partie centrale de l’Agora (O 12), entre la stoa d’Attale et l’odéon (Harrison [1956], p. 27). C’est à cet endroit que se trouvait la maison de Fauvel, voir Beschi (2001).

72 Le couronnement est qualifié de « hautement original » par Harrison (1956) : à la place des deux feuilles qui supportent la palmette et qui retombent de chaque côté, on aurait attendu des volutes. Harrison dans Agora XI explique cette anomalie comme une dernière réminiscence de motifs semblables que l’on trouve sur des ivoires et céramiques orientalisants. Harl n’est pas convaincu par cette hypothèse, et préfère penser avec Richter qu’il y avait bien une paire de volutes classique, et que le fautif est Fauvel, « dont le manque de rigueur scientifique était bien connu » (je traduis). Or, les reproductions de Dupré et de Vulliamy concordent sur la forme de l’anthémion.

73 Stackelberg n’a pas pu voir la stèle, car il s’est installé à Rome à partir de 1817 : dans sa préface p. 26, il dit avoir fini ses dessins en 1817, qui ont ensuite été gravés à Rome entre 1817 et 1820. Harl pense qu’il a été informé par Fauvel pour son dessin de la stèle ; il est vrai qu’il figure parmi les correspondants du vice-consul dans les papiers de ce dernier à la BnF, et il en a reçu quelques dessins après avoir quitté la Grèce. Kinnard a clairement suivi Vulliamy, car il le cite en p. 13 de son ouvrage. Voir Beschi (1975), p. 313.

74 Harl pense que les 12 pieds de hauteur que donne Fauvel doivent s’appliquer au fût seulement, ce qui fait en tout 4,33 m ; mais la partie inférieure de la stèle retrouvée, qui s’insérait dans une plinthe, ne mesure que 0,085 m de hauteur, ce qui est trop peu pour assurer la stabilité d’un monument aussi grand. La mesure de 12 pieds donnée par Fauvel s’applique probablement à la hauteur totale du monument, anthémion compris ; c’est aussi ce que comprend Beschi.

75 Je reproduis ici une lithographie de cette œuvre. Une copie de l’original, vendu aux enchères en 2014, est conservée à Chicago, The David and Albert Smart Museum of Art, inv. no 1980.33.

76 Jeffery attribue l’inscription au maçon A3, qui se caractérise par l’extrême finesse de ses lettres. Ce graveur aurait œuvré sur deux autres monuments, datés avec incertitude de 560-550. Mais elle n’est parvenue à identifier que six à dix mains pour les stèles archaïques attiques et elle hésite à différencier A3 de A1. L’étude des mains, qui a abouti à des résultats satisfaisants pour l’époque classique et hellénistique à Athènes, vu la quantité de documents à disposition et la longueur des textes, n’est pas fiable pour cette haute époque, car la quantité de matériel épigraphique n’est pas suffisante, et consiste souvent en quelques lettres sur des monuments funéraires.

77 Sur les multiples provenances possibles des objets conservés à la stoa d’Hadrien, voir Kokkou 1977, p. 175-176.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-1.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-2.png
Fichier image/png, 12k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-3.png
Fichier image/png, 10k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-4.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-5.png
Fichier image/png, 18k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-6.png
Fichier image/png, 18k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-7.png
Fichier image/png, 26k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-8.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 51a. Loutrophore de Lysis.
Crédits Athènes, Musée du Pirée, no 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-9.png
Fichier image/png, 534k
Titre Fig. 51b. Loutrophore de Lysis (détail).
Crédits Athènes, Musée du Pirée, no 3280 + 3281. © Ministère de la Culture et des Sports/Éphorie de l’Attique occidentale, Pirée et îles/Archives photographiques du Musée du Pirée.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-10.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-11.png
Fichier image/png, 46k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-12.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-13.png
Fichier image/png, 27k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-14.png
Fichier image/png, 32k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-15.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-16.png
Fichier image/png, 31k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-17.png
Fichier image/png, 24k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-18.png
Fichier image/png, 17k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-19.png
Fichier image/png, 12k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-20.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-21.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-22.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-23.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-24.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-25.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-26.png
Fichier image/png, 12k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-27.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-28.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-29.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-30.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-31.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-32.png
Fichier image/png, 12k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-33.png
Fichier image/png, 12k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-34.png
Fichier image/png, 15k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-35.png
Fichier image/png, 81k
Titre Fig. 52. L.-Fr.-S. Fauvel dans sa maison de l’Agora, avec la stèle de Thèrôn à l’arrière-plan.
Crédits Lithographie d’après une peinture à l’huile de L. Dupré, 1819. L. Dupré, Voyage à Athènes et à Constantinople (1825), pl. XIX.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-36.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 8. Carte de l’Attique par E. Curtius et J. A. Kaupert (détail), 1900.
Crédits Id., Die Karten von Attika (1881-1903), carte no 3.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/1032/img-37.png
Fichier image/png, 8,8M

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540